Vous êtes sur la page 1sur 10

PREMIERE QUESTION

Le contrôle interne permet à une entreprise de gérer l’ensemble des


processus mis en œuvre pour atteindre ses objectifs.

L’importance des dispositifs de contrôle interne est proportionnelle à la taille


de l’entreprise.

Le contrôle interne est un système que l’entreprise définit, met en place et


dont elle est responsable. Il est constitué de moyens, de procédures et
d’actions adaptés selon l’entreprise, ses caractéristiques et sa taille qui
permettent à une entreprise de :

maîtriser au mieux ses activités ;Bilan annuel

Rendre ses opérations plus efficaces ;

Bien utiliser ses ressources ;

Repérer les risques (financiers, opérationnels ou de conformité) qui


pourraient empêcher la réalisation de ses objectifs.

Le système vise à assurer :

La fiabilité des informations financières ;

La mise en place des instructions et des orientations fixées par le dirigeant ;

La conformité aux lois et règles ;

Le fonctionnement correct des processus internes.

Mettre en place un contrôle interne nécessite :

De définir son processus de production (savoir ce que l’on fait et comment) ;


d’avoir une vision claire de l’entreprise.

On pourrait penser que le contrôle interne est réservé aux grandes entrepris
PEA PME qui sont dotées de procédures formelles et détaillées. Mais cela
concerne aussi les petites entreprises et les jeunes entreprises : le contrôle
interne permet une maîtrise de ses activités par l’entreprise. Mettre en place
du contrôle interne vise plusieurs objectifs pour assurer :
La conformité par rapport aux lois et aux référentiels

La protection et la qualité de l’information

L’application des directives afin d’améliorer les performances de l’entreprise


et l’efficience des opérations.

Pour que le contrôle interne soit efficace, il est important de mettre en place
des méthodes et des procédures au sein de l’entreprise et pour chaque poste.

Ecrire les procédures de contrôle interne correctement permet de


comprendre comment l’entreprise fonctionne, quelles sont les directives de
la direction, quels sont les objectifs de l’entreprise.

Dans l’entreprise, mettre en place du contrôle interne demande de


l’organisation. Pour prendre en compte les différents aspects de la mise en
œuvre du contrôle interne, on met en place un système d’organisation qui
prévoit :

Une définition claire et précise des missions de chacun. Tous pourront


effectuer leurs missions en se basant sur les procédures et les outils
nécessaires .La diffusion en interne d’informations précises et fiables. La
connaissance de ces informations va permettre au personnel d’effectuer les
missions de contrôle correctement.

Un système qui permet d’identifier et analyser les principaux risques en


fonction des objectifs de l’entreprise.

Des procédures de contrôle en fonction des processus et créées de manière à


réduire les risques qui pourraient empêcher la réalisation des objectifs.

la surveillance permanente du dispositif de contrôle interne et une évaluation


régulière du fonctionnement du dispositif.

Le contrôle interne concerne tout le personnel de l’entreprise, pas seulement


les dirigeants.

Le rôle des dirigeants d’une entreprise est de définir et de surveiller le


dispositif qui convient à la situation et à l’activité de l’entreprise.
Les salariés reçoivent des objectifs des dirigeants. A l’aide de la connaissance
et de l’information dont ils disposent, le rôle des salariés est d’établir, de
mettre en marche et de surveiller le dispositif de contrôle interne.

DEUXIEME QUESTION
La fonction audit procède à une évaluation préliminaire des risques liés à
l'activité soumise à l'audit. Les objectifs de la mission doivent être déterminés
en fonction des résultats de cette évaluation.
Le champ de la mission doit être suffisant pour atteindre les objectifs de la
mission. Il doit couvrir les systèmes, les documents, le personnel et les biens
concernés, y compris les activités externalisées.

Planification
Ressources affectées à la mission La fonction audit doit déterminer les
ressources appropriées et suffisantes pour atteindre les objectifs de la
mission. Ils prennent en compte, notamment les contraintes de temps et les
ressources disponibles.

Avis de début des travaux

Un avis de début des travaux est envoyé au responsable de l’entité à auditer


pour l’informer du lancement des travaux de planification, du périmètre à
auditer et l’inviter à une réunion d’échange autour des différents jalons du
déroulement de la mission et des documents dont l’équipe d’audit aura
besoin pour démarrer la phase de planification.

Rencontre d’ouverture avec l’audité

La rencontre d’ouverture avec l’audité doit être sanctionnée par un compte


rendu sur:
- La mission d’audit interne à réaliser : par qui, comment, pourquoi, quand;
- L’information préliminaire requise par l’audit : préoccupations, objectifs,
description des activités ;
- Échéancier de la mission ,

Profil d'entité
Le profil d’entité est un document de la planification de la mission qui
matérialise l’évaluation préliminaire des risques liés à l’activité auditée. Les
éléments du mémo de planification, notamment l’objectif, les risques et
contrôles de la mission doivent être déterminés en fonction des résultats de
cette évaluation.

Profil d'entité
Il est préparé en considérant les éléments suivants : l’évaluation des risques
effectuée par le management de l’entité auditée, en prenant en compte la
fiabilité de cette évaluation des risques, l’appétence au risque et le processus
de communication de l’information, de traitement des risques et des
contrôles ;

Les informations de base sur l’activité à auditer, en déterminant leur impact


sur les objectifs et le périmètre de la mission ;

Profil d'entité permet :

La mise en contexte de la mission à travers l’analyse des volets suivants :

Risques identifiés lors de la planification annuelle ;

Objectifs de la mission ;

Plan à long terme;

L’importance des transactions traitées.

Profil d'entité permet:

L’analyse des environnements de l’entité à auditer à travers la revue des


volets suivants :

 Environnement économique, réglementaire et normatif ;

Environnement organisationnel ;

Environnement opérationnel ;

Environnement technologique ;

Auto-évaluation des risques


Mémo de planification : un document de la planification de la mission élaboré
sur la base des documents et données recueillis de l’entité à auditer et des
guides d’audit. Il permet d’élucider les volets suivants.

Objectifs et étendue de l’audit ;

Synthèse des principaux risques identifiés dans le profil d’entité ;

Stratégie et approche d’audit ;

Responsabilités des membres de l’équipe ;

Dates cibles importantes ;

Procédés d’audit.

Environnement technologique ;

Auto-évaluation des risques.

Lettre de mission

A l’issue de la phase de planification de la mission, une lettre de mission doit


être élaborée et transmise au responsable de l’entité à auditer. Cette lettre
doit comporter les volets suivants

Contexte de la mission ;

Objectif et étendue de la mission ;

Risques couverts par cette mission ;

Communication des résultats ;

Responsabilité de l’entité à auditer.

Programme de travail basé sur l’élaboration d’une Matrice des risques et des
contrôles composée des rubriques suivantes :

 Informations qui permettent de documenter le processus : type du


processus, objectifs du processus et description des sous-processus

Matrice des risques et contrôles clés :

Risque spécifique ou source de risque ;


Cote Risque inhérent ;

Procédures de contrôle mise en place par l'audité ou défaillance ;

Description du test à réaliser ;

Approbation de la matrice des risques et contrôles.

Evaluation de l'objectivité et de l'indépendance

Un questionnaire d’évaluation de l'objectivité et de l'indépendance est


renseigné par les membres de l'équipe d’audit au début de chaque mission.
Ce questionnaire a pour but de :

Détecter et gérer toute situation pouvant compromettre l’objectivité ou


l’indépendance des membres de l’équipe de la mission d’audit interne.

Confirmer, dans la phase de planification de la mission, que chacun

des membres de l’équipe de la mission,, est objectif et indépendant à l’égard


de la mission.

Exécution :
Le programme de travail

Une fois installés sur site, les Auditeurs doivent exécuter le programme de
travail de la mission.

Des feuilles de travail sont utilisées pour matérialiser l’ensemble des travaux
réalisés. Elles doivent reprendre les objectifs et les risques validés au niveau
du programme de travail.

Les guides d’audit déjà élaborés constituent des diligences minimales à


observer dans le cadre des missions d’audit.

Les feuilles de travail doivent matérialiser les constats, risques associés et


recommandations à formuler afin de contrecarrer les risques.

Les auditeurs et le Chef de mission doivent valider les constats relevés avec
les audités au fur et à mesure de l’avancement des travaux et partager les
recommandations émises.
Les auditeurs doivent conserver dans leurs dossiers les éléments probants
relatifs à chaque constat ou insuffisance relevés.

Qualité de l’information traitée :

Les auditeurs appuyer leurs conclusions sur des informations suffisantes,


fiables, pertinentes et utiles.

Une information suffisante est factuelle, adéquate et probante, de sorte


qu’une personne prudente et informée, pourrait parvenir aux mêmes
conclusions que l’auditeur.

Une information fiable est une information concluante et facilement


accessible par l’utilisation de techniques d’audit appropriées.

Une information pertinente conforte les constatations et recommandations


de l’audit, et répond aux objectifs de la mission.

Une information utile aide l’organisation à atteindre ses objectifs.

Les auditeurs internes doivent fonder leurs conclusions et les résultats de leur
mission sur des analyses et évaluations appropriées.

Les auditeurs internes doivent documenter les informations pertinentes pour


étayer les conclusions et les résultats de la mission.

Les auditeurs internes doivent identifier la catégorie des sources de


défaillances relevées et fournir des explications sur les causes racines des
insuffisances relevées lors de la réalisation des travaux à effectuer.

Mise à jour des programmes de travail :

Les auditeurs doivent mettre à jour et compléter les Matrices des risques et
des contrôles et les Programmes d’audit, par les éléments suivants :

- Cotation du processus : L'auditeur doit porter un jugement sur l'adéquation


du processus dans son ensemble : Amélioration nécessaire, satisfaisant,
insatisfaisant.

- Cotation du contrôle : l'auditeur doit porter un jugement sur l'adéquation


du contrôle interne sur la base des tests réalisés. Le jugement à porter sur la
maturité du contrôle interne est réalisé sur une échelle : Inexistant ;
Inadéquat ; Non Applicable; Adéquat ; Efficace.

Cotation du Risque résiduel :

- les risques qui subsistent après les mesures prises par le management pour
réduire l'impact et la probabilité d'occurrence d'un événement défavorable
et, notamment, après les dispositifs de contrôle mis en place en réponse à un
risque.

Cotation du Risque résiduel :

Niveau de risque résiduel

Faible

Modéré

Élevé

Supervision de la mission - La supervision des missions d’audit interne est


réalisée par les chefs de mission sur le terrain avec la validation des
directeurs de mission des livrables et correspondances de la mission,
notamment les programmes de travail et les feuilles de travail.

Les chefs de mission réalisent l’encadrement des auditeurs sur le terrain et en


phase de planification et s’assurent de :

leur maitrise des objectifs et des risques de l’objet d’audit ;

La réalisation des contrôles et des tests prévus ;

La matérialisation des résultats des contrôles et des tests ;

La pertinence des constats relevés ainsi que les documents probants y


afférents et leur qualité ;

la pré validation avec les audités des résultats des contrôles et des tests ;
partage et l’adoption des recommandations par les audités.

A la fin de la mission, le Chef de mission doit :


Faire une synthèse des principaux constats relevés et des recommandations
appropriées par domaine avec chaque auditeur ;

Procéder à la pré-validation de ces constats avec le responsable du domaine


concerné ;

Prévoir et organiser une réunion de clôture avec le management de l’entité


auditée afin de lui présenter les principaux constats relevés.

Communication :
Réunion de fermeture avec l’audité

Les objectifs de cette réunion sont de :

- S’assurer d’avoir tenu compte de tous les éléments probants disponibles et


de toutes les mesures correctives déjà entreprises par l’audité ;

- Informer l’audité des résultats de la mission d’audit ;

- Recueillir les points de vue de l’audité sur les observations et les conclusions
présentées afin de clarifier toute confusions;

Rapport d’audit interne Le Chef de mission procède à l’élaboration du

projet de rapport de la mission qui comporte les observations avec cote

du risque résiduel « élevées » et « modérées » et présente :

- Le contexte de la mission ;

- Les objectifs et périmètre des travaux ;

- L’opinion générale de la mission ;

- Les points satisfaisants ;

- Les recommandations selon la cote du risque résiduel : Elevé ou

Modéré ;

- Les recommandations évaluées à risque résiduel « faible » ne sont pas


intégrées dans le projet de rapport et sont insérées dans la lettre
d’amélioration souhaitée ; (LAS)
Le projet de rapport d’audit interne est communiqué au responsable de
l‘entité auditée, en vue de :

- Confirmer son accord sur son contenu ;

- Communiquer les plans d'actions répondant aux recommandations

Le Chef de mission procède à la revue éventuelle au niveau du rapport


définitif.