Vous êtes sur la page 1sur 51

RAPPORT DE MISSION

Architectes
Sans frontières
association loi de 1901
Mission d’appui technique
JO 1193-27.08.05
sur la construction en terre et le projet de
247, rue St-Jacques
75005 Paris – France
développement urbain de la communauté
info@asffrance.org
www.asffrance.org
amaicheña (du 02/06 au 26/11/2009).
Amaicha del valle (Argentine)
Terre Construite/
Tierra Construida
association loi de 1901
JO 20070036

4, rue Martel
75010 Paris – France

atahualpa@hotmail.com
http://terreconstruite.unblog.fr
/

Olivia LEFEVRE, le 26 Novembre 2009.


2/51
SOMMAIRE
1. INTRODUCTION.....................................................................................5

1.1. Présentation de la Communauté Indigène d'Amaicha del valle.................5


1.2. Présentation de l'Association Terre Construite/Tierra Construida.............8
1.3. Cadre et objectifs de mission....................................................................8
1.4. Activités menées et principaux résultats...................................................8

2. « LA PULPERIA » ou « LE PARADOR EL WAYRA ».......................11

2.1. Contexte..................................................................................................11
2.2. Observations...........................................................................................11
2.3. Participation............................................................................................12
2.4. Conclusions............................................................................................12

3. L'EXTENSION DE L'ECOLE « SAN ROQUE »...................................13

3.1. Contexte..................................................................................................13
3.2. Observations...........................................................................................13
3.3. Participation............................................................................................14
3.4. Conclusions............................................................................................14

4. LE PONT DE « LA FRONTERITA».....................................................15

4.1. Contexte..................................................................................................15
4.2. Observations...........................................................................................15
4.3. Participation............................................................................................16
4.4. Conclusions............................................................................................16

5. MESURE DU TERRITOIRE COMMUNAUTAIRE................................17

5.1. Contexte..................................................................................................17
5.2. Observations...........................................................................................17
5.3. Participation............................................................................................17
5.4. Conclusions............................................................................................17

6. REHABILITATION DE L'EX-AUTOMOVIL CLUB ARGENTINO (ACA)


18

6.1. Contexte..................................................................................................18
6.2. Observations...........................................................................................19
6.3. Participation............................................................................................19
6.4. Conclusions............................................................................................19

3/51
7. MODELISATION 3D DU TERRAIN DES RUINES DE QUILMES.......20

7.1. Contexte..................................................................................................20
7.2. Observations...........................................................................................21
7.3. Participation............................................................................................22
7.4. Conclusions............................................................................................22

8. CHANTIER DE LA MAISON DE L'ASSOCIATION « TERRE


CONSTRUITE »........................................................................................23

8.1. Contexte..................................................................................................23
8.2. Observations...........................................................................................24
8.3. Participation............................................................................................24
8.4. Conclusions............................................................................................25

9. PROPOSITION DE DIFFERENTES TYPOLOGIES DE MAISONS ET


PLANIFICATION GENERALE DU TERRAIN COMMUNAUTAIRE DE
COLALAO DEL VALLE ..........................................................................26

9.1. Contexte..................................................................................................26
9.2. Observations...........................................................................................27
9.3. Participation............................................................................................27
9.4. Conclusions............................................................................................27

10. UN CODE URBAIN A AMAICHA DEL VALLE EN 20 PRINCIPES..28

10.1. Contexte................................................................................................28
10.2. Observations.........................................................................................28
10.3. Participation..........................................................................................29
10.4. Conclusions..........................................................................................29

ANNEXE 1. Terre Construite: Avant-Projet de coopération sur


l'usage de la terre comme matériau de construction.........................30

ANNEXE 2. Convention..........................................................................32

ANNEXE 3. Lettre de mission................................................................36

ANNEXE 4. Rapport Journalier..............................................................37

4/51
1. INTRODUCTION

1.1. Présentation de la Communauté Indigène d'Amaicha del valle


Amaicha del valle est une Communauté Indigène dont le territoire est situé à
environ 1500 kilomètres de Buenos Aires, dans le Nord Ouest de l'Argentine, en
« provincia »1 de Tucuman. Cette Communauté Diaguita Calchaquí2 assoie son
existence sur un document historique de 1716 appelé: « Cedula Real »3. Il s'agit
de la reconnaissance, par la couronne d'Espagne, de la préexistence des
« Amaichas »4 sur leurs terres. Grâce à ce texte, elle est la seule collectivité
propriétaire de son propre territoire. Elle règne en indivision sur 52800 hectares,
accordés en 2002 par l'Etat et le gouvernement provincial suite à la création
d'un croquis cadastral. Elle en revendique toujours 132000 au titre de la Cedula
Real.

Situation d'Amaicha del valle au sein du Situation d'Amaicha del valle au sein du
découpage provincial actuel de l'Argentine territoire Diaguita (source: Odilia E.Suarez,
« El Territorio argentino ».)

1 Subdivision de l'Argentine correspondant à une région en France.


2 Diaguita, est la dénomination quechua, propagée ultérieurement par les espagnols,
d' un ensemble de peuples indépendants ayant un idiome commun, le kakán.
Calchaqui désigne les groupes amérindiens de l'ethnie diaguita qui habitaient le
nord-ouest de l'Argentine avant l'arrivée des conquistadors espagnols. Le nom de
Calchaquís, éponyme de l'un de leurs chefs, leur a été attribué au XVIIe siècle.
3 Texte écrit en vieux castillan décrivant les limites du territoire de la communauté
d'Amaicha et la reconnaissant propriétaire de celui-ci. Cas exceptionnel en
Argentine.
4 Membres de la communauté d'Amaicha
5/51
Le territoire actuel d'Amaicha del valle se situe dans le départamento5 de Tafi
del valle. Ses limites sont: au nord la province de Salta, au sud la province de
Catamarca, à l'ouest le rio6 Santa Maria, à l'est les Cumbres Calchaquies7.

Situation du département Situation des territoires communautaires d'Amaicha del


de Tafi del valle au sein de valle « actuel » et « revendiqué »au sein du département
la province de Tucuman.8 de Tafi del valle.

La municipalité d'Amaicha del valle comprend le village d'Amaicha ainsi que


plusieurs établissements humains attenants, appelés: La Banda, El Tio,
Ampimpa, El Mirador, San Roque, Los Zazos, La Fronterita, El Remate, etc.

Municipalité d'Amaicha del valle.9

5 Subdivision provinciale correspondant aux départements en France.


6 Fleuve
7 Chaine de Montagne délimitant les vallées Calchaquies.
8 Source: Site Internet de la Communauté Indigène d'Amaicha del Valle
(http://www.comunidadamaicha.org.ar/)
9 Source: Site Internet de Terre Construite (http://terreconstruite.unblog.fr/amaicha-
del-valle/projet-amaicha-2009/)
6/51
Parmi tous ces découpages territoriaux, Amaicha del valle possède deux
statuts:
• village argentin du département de Tafi appartenant à la province de
Tucuman au sein de la république d'Argentine.
• village « capitale » du territoire de la Communauté Indigène portant le
même nom, reconnu indépendant.

Deux organisations politiques se superposent donc dans ce lieux particulier.

Schéma simplifié de l'organisation politique territoriale d'Amaicha del valle.

Au sein de la république d'Argentine, chaque personne de pouvoir est élue:


− président(e) de la république pour 4 ans
− gouverneur(e) provincial pour 4 ans
− délégué(e) de département pour 5 ans
− maire(sse) pour 4 ans

Concernant la communauté Indigène le cacique est le représentant légal élu


pour 4 ans (renouvelable 1 fois seulement) par vote direct. Le conseil des
anciens veille à l'application de la Constitution Indigène. Les 7 membres sont
nommés et peuvent suspendre le mandat du cacique en cas de non respect de
cette constitution.

Au sein de la communauté indigène, la propriété privé n'existe pas. Le territoire


appartient à tous les « comuneros »10 en indivision. Le cacique est la personne
chargée de distribuer les terres en usufruit selon les besoins. Les personnes
« non comuneros » peuvent s'installer sur le territoire sous certaines conditions.

Ces pratiques traditionnelles se confrontent à l'institution de l'état qui donne des


droits de propriété privée lorsque l'équivalent d'une taxe foncière a été payée
pendant plus de 20ans. Ces pratiques existent toujours bien que le territoire
communautaire ait été reconnu. Voici en quelques mots l'ambiguïté de la
situation à Amaicha del valle qui va opposer sans cesse le maire et le cacique.

10 Membre ayant droit de la communauté par son appartenance à l'arbre généalogique.


7/51
1.2. Présentation de l'Association Terre Construite/Tierra Construida

Terre Construite/Tierra Construida est une association loi 1901, fondée en 2007,
ayant pour projet de développer un échange coopératif entre la France et
l'Argentine qu'elle défini en ces termes:

« Le projet vise à établir une plateforme de coopération suivie entre des


étudiants en architecture et les descendants Diaguita de la Communauté
d'Amaicha del Valle à propos de l'usage de la terre comme matériau de
construction »11.

Ses deux fondateurs, Cyrille Arvois et François Loze sont présents sur le
territoire argentin depuis une dizaine d'années. Ils ont entrepris plusieurs
chantiers dans le nord du pays avant de signer un accord de coopération avec
la Communauté Indigène d'Amaicha del Valle en 2006 (Annexe 1).

Suite à une démarche, en premier lieu personnelle, j'ai pris contact avec Terre
Construite afin de participer à leurs activités. Dans un second temps, en tant
que membre d'ASF, il a été proposé d'établir une collaboration entre les deux
associations. La convention présentée dans le prochain chapitre et le présent
rapport en sont les premiers fruits.

1.3. Cadre et objectifs de mission

Le présent rapport décrit la mission menée du 2 Juin au 26 Novembre 2009 à


Amaicha del valle, communauté indigène du nord-ouest de l'Argentine. Ce
travail est le fruit d'une convention signée entre les associations ASF France et
Terre Construite (Annexe 2).

Les objectifs de la lettre de mission, avant l'arrivée à Amaicha, étaient décrits en


ces termes:

« Cette mission d’appui technique s’inscrit dans le cadre de 3 projets aux échelles
différentes: participation au chantier de la « maison de l'association », identification des
besoins pour le projet du musée de la communauté et amorce du projet de
développement urbain/territorial d'Amaicha del valle.
La mission sera réalisée en partenariat avec l’association TERRE
CONSTRUITE/TIERRA CONSTRUIDA (TC) dans le cadre d'une convention avec ASF
précisant ses objectifs et ses modalités. » (Annexe 3)

1.4. Activités menées et principaux résultats

Arrivée à Amaicha del valle, une partie des objectifs de mission ont été
actualisés en fonction des besoins immédiats de la communauté:

Le projet du musée de la communauté a fait l'objet d'un accord entre la


Communauté d'Amaicha et l'école d'architecture de Tucuman. Il n'était donc

11 Source: Site internet de l'association: http://terreconstruite.unblog.fr/


8/51
plus demandé à Terre Construite de collaborer sur le projet. En contrepartie, la
Communauté Indigène d'Amaicha del Valle a hérité d'un bâtiment appelé
“pulperia” construit pour les besoins d'un film tourné sur le territoire. Cette
construction n'étant pas achevée, il a été demandé à Terre Construite d'élaborer
le projet de transformation du lieu en restaurant touristique afin d'acquérir des
fonds et des emplois pour la communauté.

A la suite d'une réunion avec le cacique,chef de la communauté, ont émergé


deux autres projets: l'extension d'une école pour handicapés dans le quartier
“San Roque” et la construction d'un pont à “la Fronterita”.

Concernant le projet de développement urbain/territorial, la communauté était


engagée, début Juin, dans une procédure de reconnaissance juridique de son
territoire. Le besoin immédiat fut donc de générer un document graphique
appelé “mensura perimetral” situant précisément les limites de ce territoire.
Celui-ci donnera les moyens au cacique Eduardo Nieva, avocat, accompagné
du conseil des anciens, d'appuyer son argumentaire face au gouvernement
provincial. Le projet de codification urbaine fut, de son côté, reporté au moment
où la reconnaissance du territoire communautaire serait assurée.

Une deuxième action politique fut menée en début de mission par la


communauté. Il s'agit de la prise de l'ex-Automobil Club Argentino (ACA). Une
parcelle de 10000 m², à 200 m de la place principale du village, où un complexe
hôtelier était abandonné depuis 18 ans par le gouvernement. Les communards
occupèrent le bâtiment poussant le maire à dénoncer cet acte auprès du
gouvernement provincial. Suite à cette procédure, Eduardo Nieva entama un
recours judiciaire qui donna lieu aux premières négociations avec Daniel Possé,
directeur du “secretaria de derechos humanos” du gouvernement provincial.
Terre Construite participa de ces négociations en présentant un projet chiffré
pour la réhabilitation de cette parcelle afin d'appuyer l'argumentation du cacique.

D'autre part, la Communauté Indienne Quilmes (CIQ), communauté sœur


d'Amaicha, sollicita Terre Construite pour réaliser un relevé altimétrique de
terrain. Cette commande concerne les ruines archéologiques de la “cuidad
sagrada” (cité sacrée) en vue d'une gestion technique et touristique plus avisée.

Ensuite, fin septembre, Terre Construite participa à la réappropriation d'une


parcelle de 4 hectares à Colalao del valle, village du territoire de la CIQ, par
cette même communauté. Cet évènement faisant suite au délogement violent,
par les forces de l'ordre, des familles occupant les lieux. L'association TC,
s'engagea sous la demande de Matias Condori, membre de la CIQ, à proposer
aux futurs habitants des modèles de maison et une planification de
l'organisation générale.

A la même période, la commande sur le code urbain fut relancée et un premier


travail fut effectué.

Et enfin, la participation à la troisième phase de chantier de la maison de


l'association à été maintenue.

9/51
Suite à cette révision des objectifs, les activités menées, jusqu'alors, ont permis
de :

• dessiner un plan pour l'habilitation de “la pulperia” et réaliser un premier


chiffrage,

• élaborer le projet d'extension de l'école San Roque et participer au début


de sa mise en oeuvre par des travaux communautaires,

• faire une esquisse pour le pont de la fronterita en attendant un retour


technique sur le dessin,

• commencer le travail de mesure du territoire de la communauté au


moyen d'un GPS et de réunions avec les anciens,

• constituer un dossier de projet chiffré pour appuyer et illustrer le désir


d'appropriation du lieu de l'ACA par la communauté afin qu'elle en
devienne propriétaire. Ce dossier servira dans un second temps à
rechercher des financements pour le réaliser,

• générer une modélisation 3D du terrain des ruines de Quilmes à partir


d'un relevé altimétrique réalisé avec un GPS,

• réaliser six typologies de maison, pour “le predio” de Colalao,


accompagnées de leurs déclinaisons au cas par cas pour chaque famille
assistant aux réunions. Ainsi que la mise en place d'un plan
d'organisation général générant des espaces publics,

• proposer 20 principes d'aménagements du territoire en tant qu'ébauche


d'un premier code urbain et la confection de cartographies permettant
l'analyse des lieux,

• avancer la phase 3 des travaux de la maison de l'association TC par la


participation au chantier pour fonder et construire le mur de pisé
atteignant pratiquement 4m de hauteur, enduire certains murs intérieurs
et extérieurs, réparer et mettre en place des ouvertures et commencer la
toiture de la dernière partie construite.

10/51
2. « LA PULPERIA » ou « LE PARADOR EL WAYRA »

2.1. Contexte

En Avril 2009, une équipe de tournage est venue à Amaicha del valle pour
tourner un western. Pour les besoins du film, il a été construit une « pulperia »,
saloon de la pampa, avec les matériaux de la région: adobes, bois de peuplier,
d'algarrobo et d'arca, jarilla... Ce bâtiment a été donné à la communauté à la
suite du tournage.

La pulperia est située sur une route qui mène à une cascade, lieu fréquenté
toute l'année par les touristes venant à Amaicha del valle. Le projet de ce lieu
serait de le convertir en restaurant touristique afin de générer des emplois pour
les amaicheños, majoritairement sans travail, et une entrée d'argent permettant
de contribuer au processus d'autonomie financière de la communauté.

2.2. Observations

Le bâtiment cédé à la communauté a été bien dessiné et construit avec des


matériaux locaux de qualité. L'implantation a été choisi avec finesse. Elle donne
l'avantage d'une bonne intégration au paysage (la pulperia n'apparait qu'aux
derniers kilomètres de la route) et offre une vue spectaculaire sur la vallée. Sa
situation, à quelques mètres du parking menant à la cascade du “Remate”, lui
confère un rôle touristique incontestable.

11/51
Cette construction, dont le gros œuvre est achevé, constitue, à mon sens, une
base solide et intéressante pour développer le programme demandé par la
communauté. Il serait question d'un restaurant, adressé aux touristes en
majorité, générant des fonds et des emplois pour la communauté.

Malheureusement, pour l'habilitation et l'ouverture au public de ce “parador”, de


nombreuses installations sont encore nécessaires:
• le bâtiment doit être mis hors d'air et hors d'eau (toiture et menuiseries)
• toute la partie sanitaire est manquante,
• l'eau doit être pompée et filtrée depuis le petit canal 30m plus bas,
• le réseau électrique doit être amené jusqu'au bâtiment,
• les dalles de sol sont à réaliser,
• tout le mobilier doit être acheté.

2.3. Participation

Le travail mené pour ce projet fut:


• l'élaboration d'un relevé et le dessin du bâtiment
• la participation à une réunion sur site pour affiner le programme avec le
cacique Eduardo Nieva.
• le dessin du projet en collaboration avec Noémie Le large et Cyrille
Arvois.
• Le chiffrage détaillé des travaux à effectuer avec l'aide de Cyrille Arvois
et Jesus Silva responsable du secrétariat du territoire de la communauté.

2.4. Conclusions

A la suite d'une visite de Daniel Possé, « director del secretaria de derechos


humanos »12 du gouvernement provincial, à Amaicha del valle, un budget fut
alloué à l'habilitation des sanitaires. Le chiffrage détaillé ayant été effectué, cette
somme est insuffisante face aux travaux à mener. Le chantier pourra être
amorcé, mais sans financements complémentaires, ne sera pas en mesure
d'accueillir du public. La prochaine étape à réaliser est la recherche de
financements pour l'habilitation de l'ex-pulperia rebaptisée “el wayra”13.

12 Directeur du secrétariat aux droits humains.


13 Le vent en langue quechua.
12/51
3. L'EXTENSION DE L'ECOLE « SAN ROQUE »

3.1. Contexte

Suite à une réunion au siège de la communauté, à Amaicha, le président du


comité de quartier San Roque, Juan Balderama, a fait la demande à TC de
projeter l'extension de l'école pour handicapés dont il est responsable. Les
locaux actuels sont exigus pour les activités des 14 enfants pris en charge
(environ 45m² pour une classe, un bureau, une pièce de stockage du matériel et
une kitchenette). Pour les activités de tissage, les enfants vont au centre culturel
du quartier. Malheureusement l'occupation temporaire de cet espace génère
des conflits avec les autres usagers.

Pour utiliser un cadre de tissage il faut un minimum de 2m². Le projet d'atelier


permettant d'étendre la structure scolaire a été dimensionné en fonction de cet
espace requis pour tisser. Ce premier volume, jouxté à un réfectoire avec
cuisine, forme un patio à l'ombre, protégé du vent dominant et servant de cour
d'école.

3.2. Observations

La petite école existante est une construction en bois du type “chalet” couvert
d'une tôle ondulée inoxydable. La typologie et les matériaux ne sont pas
adaptés à la région. Construit sans isolation, le bâtiment est très froid en hiver et
brulant en été.
L'atelier, dont la construction est prévue en terre pour ses qualité thermiques et
économiques, deviendra alors le bâtiment principal de l'école.

Pour assurer la réalisation du projet, le budget a été réduit au strict minimum par
l'utilisation de matériaux recyclables (comme les palettes jetables) et du
matériau terre disponible sur le terrain.

13/51
3.3. Participation

Le travail mené pour ce projet fut:


• le dessin de plans, coupes, élévations, perspectives et intégration
paysagère de l'extension de l'école, et sa présentation au comité de
quartier, en collaboration avec Cyrille Arvois
• la participation aux travaux communautaires pour creuser les fondations
de l'école et rassembler les pierres permettant de les édifier.

3.4. Conclusions

Juan Balderama est un homme courageux et déterminé. Malgré l'essoufflement


de la participation des parents d'élèves, il n'a jamais manqué un rendez-vous de
travail communautaire pour la construction du projet. Il s'est chargé d'ouvrir un
compte pour réunir des fonds de soutien, lui permettant d'acheter peu à peu des
matériaux.
Au rythme engagé, le projet se construira sur plusieurs années et la nécessité
du projet est pourtant urgente. En envoyant des fonds, le projet pourrait être
construit en quelques mois. 3000€ suffiraient à acheter les matériaux
nécessaires et 2000€ à engager un véritable mouvement de travail
communautaire en employant quelques maçons qualifiés.

14/51
4. LE PONT DE « LA FRONTERITA»

4.1. Contexte

Le quartier de la fronterita14 est situé entre deux rivières dont le “rio 15 Amaicha”
qui sépare cette langue de terre du village par temps de pluie. Les crues sont
peu nombreuses mais très violentes, elles peuvent emporter de grosses roches
de la montagne, des arbres, des animaux...
Le reste de l'année, le lit de la rivière est pratiquement sec, dans cette région où
il pleut seulement une dizaine de jours par an. Le changement climatique se fait
sentir aussi à Amaicha, où il pleut de plus en plus souvent. Il devient donc
indispensable de créer un pont permettant de relier ce quartier au reste du
village.

4.2. Observations

A la suite du travail sur le code urbain, il a été constaté que le quartier de la


Fronterita allait devenir une clef de l'extension urbaine d'Amaicha del valle. En
effet, il se situe en bordure du village et pourrait servir de connexion entre deux
quartiers importants appelés Ampimpa et Los Zazos. Ce pont devient alors une
infrastructure indispensable au projet de développement urbain comme aux
besoins immédiats des “fronteriteños”16.

14 Petite frontière en espagnol


15 Rivière en espagnol
16 Habitants du quartier de la Fronterita
15/51
4.3. Participation

Le travail mené pour ce projet fut:


• la réalisation d'un relevé,
• le dessin d'une esquisse.

Trente à quarante personnes ont participé à la première étape des travaux


communautaires. Les fondations des piliers ont été creusées et un grand
nombre de pierres a été rassemblé afin de créer de petites digues pour freiner la
course de la rivière.

4.4. Conclusions

Le budget pour la construction de ce pont est plutôt conséquent puisqu'il


requiert une structure en béton armé et des études de sol sérieuses pour être
construit. La municipalité de Tafi del valle17 s'était engagée dans le financement
à des fins politiques mais ne parait pas tenir parole après les élections...
Un chiffrage des travaux a été effectué par le directeur de projet Daniel
Sanchez. Il pourrait surement être amélioré avec l'aide d'un ingénieur en génie
civil volontaire afin d'optimiser la structure du pont.

17 Chef lieu du « département »


16/51
5. MESURE DU TERRITOIRE COMMUNAUTAIRE

5.1. Contexte

Les communautés indigènes sont reconnues en tant que entités juridiques par
le droit Argentin seulement depuis 1994. A Amaicha del valle, 52812 hectares
de terres des 132000 revendiqués furent restituées au travers d'un croquis
cadastral en 2002. Ce document n'est pas suffisant juridiquement pour assurer
cette partie du territoire, la lutte continue donc pour la reconnaissance des
terres face aux grands propriétaires terriens. Il a été demandé à TC par le
cacique d'Amaicha, après validation par le conseil des anciens, de participer au
processus. Il s'agit d'établir une carte précise des limites de ce territoire en
s'appuyant sur la Cedula Real, texte de 1716, reconnaissant l'existence de la
communauté par la couronne du roi d'Espagne. C'est ainsi que plusieurs points
ont été relevés à l'aide d'un GPS et du témoignage des anciens.

“L'arbol sellado”, point de départ du texte de la Cedula Real

5.2. Observations

La Cedula Real est un texte écrit en vieux castillan et utilisant des noms de lieux
qui ont parfois changés. La participation des anciens au moyen de leur
témoignage est indispensable pour l'interprétation du texte et la recherche des
“mojones”, piliers de pierres marquants les limites du territoire communautaire.

5.3. Participation

Le travail mené pour ce projet fut:


• la participation aux réunions avec le conseil des anciens et parfois les
communautés sœurs, afin d'étudier le texte et recueillir les témoignages.
• le relevé GPS sur site

5.4. Conclusions

Les réunions ont suscité beaucoup d'intérêt chez les amaicheños qui sont venus
nombreux et ont mesuré l'importance de ce travail. Ils étaient aussi très heureux
de pouvoir mieux connaître leur territoire. Malheureusement, pour des questions
d'organisation, le rythme des rendez-vous s'est espacé et beaucoup de points
restent encore à relever.
17/51
6. REHABILITATION DE L'EX-AUTOMOVIL CLUB ARGENTINO (ACA)

6.1. Contexte

A 200m de la place principale du village, une “cuadra”18 entière (10000m²), est


abandonnée et vandalisée depuis plus d'une quinzaine d'années. Cette parcelle
appartenait toujours, début Juin, au gouvernement provincial. Une procédure de
récupération du lieu a été menée au moyen d'une occupation soutenue par une
défense juridique. En parallèle, une négociation a commencé avec Daniel
Possé, directeur du secrétariat aux droits humains et second du gouverneur
provincial au terme de laquelle fut rédigé un décret rendant la communauté
propriétaire des lieux. Le projet de développement du site fut un élément de
décision important. TC fut en charge du montage de ce dossier de projet chiffré
pour donner corps à cette négociation.

18 îlot urbain de forme carrée résultant de la trame régulière des villes latino-
américaines. En général de dimensions 100x100m, il a été hérité des colons
espagnols.
18/51
6.2. Observations

Très bien situé, ce terrain est une opportunité pour la Communauté de


développer un projet d'envergure pour les habitants. L'enjeu fut d'organiser les
activités du « Centre de Développement Communautaire »19 afin qu'il devienne
à terme autogéré pour lui assurer une pérennité.

6.3. Participation

Le travail mené pour ce projet fut:


• la réalisation du dossier de projet (programme, plan, coupes, élévations,
perspectives et chiffrage)
• la présentation et le suivi au travers de plusieurs rendez-vous avec
Daniel Possé20 représentant le gouvernement provincial.
• La réalisation d'un chiffrage détaillé et l'accompagnement pour la
demande de devis concernant une première phase de travaux.

6.4. Conclusions

Ce projet est un des plus importants pour la communauté. Il a permis de recréer


des liens avec le gouvernement provincial. Il constitue une base solide pour
rechercher des financements. Le cacique, accompagné du conseil des anciens
a engagé plusieurs démarches auprès de la province, de l'état et d'institutions
internationales. Le budget est estimé à plus de 3,5 millions de pesos argentins
soit environ 700000€21.

19 Ex-Automobil Club Argentino rebaptisé.


20 Directeur du secrétariat aux droits humains
21 Valeur approximative élaborée en fonction du change au moment de la rédaction du
présent rapport.
19/51
7. MODELISATION 3D DU TERRAIN DES RUINES DE QUILMES

7.1. Contexte

Suite à une réunion avec la communauté de Quilmes, il a été demandé à TC


d'assurer un relevé du terrain des ruines de la cuidad sagrada22 pour en assurer
une meilleure gestion touristique et technique. En effet, Ce site archéologique
impressionnant a fait l'objet d'une restauration il y a une vingtaine d'années (une
partie des murs retrouvés au cours des fouilles ont été reconstruits).
Malheureusement, le système de gestion des eaux pluviales de toute la cité n'a
pas été restauré. Aujourd'hui, chaque année de pluie fait des ravages et détruit
peu à peu le site. La communauté de Quilmes étant devenue gérante des lieux
aimerait réparer cet oubli essentiel pour le sauvetage de la cité sacrée. La
modélisation en 3 dimensions du site leur permettra d'élaborer un projet de
gestion et de le présenter aux archéologues en charge du maintien du site pour
pouvoir intervenir.

22 Cité Sacrée en espagnol. Ancien établissement humain des indiens Quilmes. Site
archéologique reconnu en Argentine recevant des milliers de touristes chaque année.
20/51
7.2. Observations

La morphologie du terrain du site archéologique est très complexe. Le relevé


GPS effectué contient 750 points avec une précision au mètre. Il permet de
donner une idée générale de la topographie et de situer quelques endroits clefs.
Il constitue une bonne base pour générer des documents graphiques afin
d'organiser le travail de chantier.
D'autre part, il est absolument essentiel de faire un aller-retour avec le travail de
terrain. Suite aux relevés successifs, il a été remarqué que notre guide Matias
Condori était très savant sur le site. Il a beaucoup observé les murs de pierres
qui regulaient le flux des eaux pluviales de la cité. Il savait les localiser et
interpréter leur forme en fonction des ruines restantes. Son regard vis à vis de la
construction de ces contreforts en pierres sèches nous parut très avisé. D'après
son témoignage, les gestes de construction de ceux-ci semblent encore exister
au sein de l'héritage culturel des maçons de la communauté de Quilmes. Le
travail de terrain est donc primordial pour évaluer les travaux à effectuer. Une
équipe de maçons pourrait se former rapidement sous la supervision de Matias
Condori et des archéologues chargés du maintien de la cité sacrée.
Le mode de communication entre tous les acteurs pourra s'opérer via les
documents graphiques générés par le modèle 3D.

Vue aérienne de la modélisation du site Découpage morphologique

Coupe longitudinale avec altimétrie


21/51
7.3. Participation

Le travail mené pour ce projet fut:


• la réalisation de 7 relevés successifs,
• la modélisation 3D de la morphologie du site,
• la participation aux réunions de mise au point du modèle.

7.4. Conclusions

Cette modélisation 3D est un outil intéressant pour la Communauté Indienne


Quilmes mais doit être géré par un architecte connaissant les programmes
informatiques. Le document a été remis au cacique de la Communauté Pancho
Chaile connaissant une personne capable de générer les documents
graphiques et continuer le travail engagé.

22/51
8. CHANTIER DE LA MAISON DE L'ASSOCIATION « TERRE
CONSTRUITE »

8.1. Contexte

La maison de l'association Terre Construite/Tierra Construida est implantée


dans un quartier appelé “los zazos” sur les hauteurs du villages d'Amaicha.
L'acquisition du terrain a fait l'objet d'un accord avec la communauté indigène.
L'association détient l'usufruit de ce terrain en contrepartie d'une collaboration
avec la communauté sur ses projets et de travailler avec des amaicheños pour
construire ses locaux. Début Juin, l'association commençait une troisième phase
de travaux concernant un atelier et la seconde partie de la toiture venant couvrir
la salle de bain, la salle à manger et la cuisine.

23/51
8.2. Observations

Terre Construite est une association toute jeune qui suscite un intérêt
exponentiel depuis sa fondation (plus de 20000 visites sur le site internet en
2ans). 2009 fut une année charnière avec une participation accrue qui a permit
à la structure d'évaluer et d'affiner son fonctionnement. Un engagement politique
très fort se dégage des discussions avec les deux membres fondateurs. La
passion pour l'architecture et l'intérêt pour construire font partie de leurs
« leitmotiv ». L'insertion dans un contexte choisit et la réflexion aux
problématiques de développement par l'action directe caractérisent leur travail
sur le terrain.

8.3. Participation

Le travail mené pour ce projet fut:


• l'apprentissage de gestes sur le chantier et leur transmission auprès des
nouveaux arrivants,
• la préparation de différents mélanges de terre et leurs mise en œuvre,
• la confection d'adobes et de blocs de terre comprimés,
• le tressage de la caña23,
• récolte de la cortadera24 et réalisation du tortado25 de toiture,
23 Espèce de bambou utilisée en construction dans le nord de l'Argentine.
24 Longues herbes fibreuses et coupantes utilisées pour la construction traditionnelle.
25 Couche de terre argileuse fibrée par la cortadera réalisée en couverture de toiture
dans les constructions traditionnelles. Matériau étanche et thermique pour plusieurs
années.
24/51
• participation a la conception du coffrage en bois du mur de pisé,
• mise en œuvre du mur de pisé, des fondations en pierres et réparation
d'aspérités,
• Petits travaux de menuiserie et peinture.

Plus d'une vingtaine d'étudiants en architecture français et argentins sont venus


participer au chantier. Les amaicheños recrutés ont joués leur rôle de
formateurs sur les techniques traditionnelles et ont découvert les techniques de
mise en œuvre d'un mur en pisé.

8.4. Conclusions

Le chantier a duré environ 4mois et demi avec des rythmes différents liés
principalement au nombre de participants. L'objectif de la phase 3 du chantier a
été atteint et la maison a été inaugurée avec les voisins et les amis argentins.
Cette expérience a permis d'évaluer et d'affiner les objectifs ainsi que la
vocation de l'association. L'esprit d'initiative des membres et leurs moyens pour
les concrétiser ont été discutés et seront encore plus recherchés pour les
activités futures. L'intention est de pouvoir fournir un travail le plus professionnel
possible en développant et en s'appuyant sur la créativité de chacun.

25/51
9. PROPOSITION DE DIFFERENTES TYPOLOGIES DE MAISONS ET
PLANIFICATION GENERALE DU TERRAIN COMMUNAUTAIRE
DE COLALAO DEL VALLE

9.1. Contexte

Courant Décembre 2008, un groupe de femmes et de jeunes gens de Colalao


del valle26, sans domicile fixe ou mal logés, se sont réunis pour occuper un
terrain en “campo abierto”27 au titre de “comunero”28 de Quilmes. En effet, les
terrains non clôturés au sein du territoire communautaire de Quilmes sont
reconnus, au titre de la “Cedula Real”, comme appartenant à cette dernière et
donc à ses communards. Mais ce territoire n'étant pas protégé comme celui
d'Amaicha par un croquis cadastral, la lutte continue pour revendiquer le droit à
la terre. Ils s'organisèrent avec le cacique et planifièrent une occupation de 40
familles sur un terrain d'environ 4 hectares. Début Juillet 2009, le maire entame
une procédure de délogement des familles commençant à construire leurs
maisons sur le terrain. Le 12 du même mois, par décision in-extrémis de la cour
suprême, le délogement est suspendu. Le jeudi 17 Septembre, la police de
Colalao del valle, sous ordre du maire et d'un propriétaire terrien auto proclamé,
intervient pour déloger à nouveau les familles. Les maisons sont détruites
violemment par 150 policiers et les quelques personnes présentes sur le terrain
menacées. Les occupants sont sous le choc et beaucoup se découragent. Le
samedi de la même semaine, une réunion rassemblant la majorité des caciques
de la région est organisée pour développer une stratégie de récupération du
“predio”29 et affirmer une fermeté juridique vis à vis des événements. L'après
midi du même jour, le terrain est reconquis par la communauté.
Suite à la participation à cette « ré appropriation », Terre Construite a voulu
poursuivre de façon concrète son soutien aux familles de Colalao. Matias
Condori, membre de la communauté de Quilmes formula la nécessité de
construire une déclinaison de typologies de maisons et une organisation du
terrain pour enrayer son développement anarchique. Au terme de cette
rencontre, le soutien de TC se développa au travers de ce travail de projection
en concertation avec les futurs habitants et de la participation aux travaux
communautaires de construction et reconstruction des maisons.

26 Petite ville de 10000 habitants au sein du territoire de la Comunauté Indienne


Quilmes.
27 Terrain non clôturé. L'absence de clôture révèle souvent une absence de propriétaire
du terrain en Argentine.
28 Membre de droit d'une communauté indigène suivant son origine dans l'arbre
généalogique.
29 Terrain/parcelle.
26/51
9.2. Observations

Suite à un premier contact au travers d'un travail communautaire à Colalao, il a


été remarqué que les maisons étaient construites dans l'urgence avec les
volontaires présents et les “moyens du bord”. Les familles pour qui étaient
destinées les maisons n'étaient pas toujours présentes et la mobilisation pour
construire était difficile.
Il est apparu indispensable de commencer urgemment un travail de conception
des maisons par phases, à proposer aux futurs habitants, afin de réfléchir, avec
eux, à leurs besoins réels en concordance avec leurs moyens et le déroulement
de leur chantier.
Il a été constaté un vent dominant Nord-Sud très fort en fin après midi et un vent
d'Ouest venant de la montagne transportant beaucoup de terre. Ces éléments
ont guidé la conception des maisons et l'aménagement du terrain.
L'instabilité de la situation concernant l'occupation du terrain et les
débordements policiers découragèrent 13 familles qui se retirèrent de cette lutte
malgré leur nécessité de logement. Les fausses alertes de délogement
hebdomadaires entretiennent la peur et démobilisent. Le terrain apparait donc,
pour lors, vide et décousu, avec un plan d'aménagement prévu pour 40 familles,
utilisé par 27 au maximum. Un remaniement de cette planification parait alors
nécessaire pour densifier, structurer et phaser la construction de ces 4 hectares.

9.3. Participation

Le travail mené pour ce projet fut:


• la réalisation de petits carnets proposant différentes typologies de
maisons à construire par phase,
• la présentation des carnets aux futurs habitants et la modification des
typologies en fonction des besoins et de la parcelle,
• l'esquisse d'un plan d'aménagement des 4 hectares,
• la participation aux travaux communautaires.

9.4. Conclusions

Le travail amorcé par TC, à Colalao, va surement se dérouler sur plusieurs


années, étant donné les circonstances financières et judiciaires. Peut-être
serait-il possible de sensibiliser et engager dans cette lutte le DAL (Droit Au
Logement) français et/ou HIC (Habitat International Coalition) pour accélérer le
processus juridique et obtenir quelques fonds pour les familles les plus
démunies. Le travail de planification et de projection des maisons restant un
travail de terrain, TC me paraît bien située pour poursuivre ces activités à
Colalao, pour lesquelles elle s'est engagée. Les membres d'ASF seront toujours
les bienvenus dans cette structure pour renforcer l'équipe présente.

27/51
10. UN CODE URBAIN A AMAICHA DEL VALLE EN 20 PRINCIPES

10.1. Contexte

Lors de la signature de l'accord d'installation de l'association “Terre Construite”


sur le territoire communautaire d'Amaicha del valle, en janvier 2006, il était
convenu l'élaboration d'un code urbain. En Juin 2009, le code urbain fut écarté
au profit de la mesure du territoire communautaire, comme expliqué
précédemment, en appui à la procédure juridique entamée à cette époque.
Suite aux déblocage des institutions chargées de la mesure de ce territoire
(l'université de Tucuman et l'INAI30), TC fut plus ou moins désengagée de ce
travail pour se concentrer, à nouveau, sur le code urbain d'Amaicha. Ainsi,
début Septembre, le cacique demanda à TC de formuler 20 principes régissant
l'urbanisme et ses extensions.

10.2. Observations

Tout d'abord, il fut très difficile de réunir les quelques plans existants d'Amaicha
del valle. Puis, suite à quelques vérifications, ils s'avéra que les documents
récupérés n'étaient pas très bien dessinés et ne constituaient pas une base
assez fiable pour travailler sur le code urbain.
Il fut alors redessiné entièrement par Cyrille Arvois les établissements humains,
le viaire, le parcellaire, le réseau fluvial,etc, à partir d'une photo aérienne mise à
l'échelle et de vérifications de terrain. Cette compilation d'informations est un
outil précieux pour l'appréciation du territoire et l'évaluation de son
développement.

Plan Cadastral D'Amaicha del valle*


30 « Instituto National de los Asuntos Indigenas » Institution gouvernementale argentine
créée pour accompagner et financer le développement des communautés indigènes
suite à la modification d'un article de la constitution en 1994 reconnaissant leurs
droits.
28/51
Plan des centres urbains*

Plan des aires habitées et des interventions en cours*

* Source: Site internet de Terre Construite (http://terreconstruite.unblog.fr/)

10.3. Participation

Le travail mené pour ce projet fut:


• la participation à la rédaction de 20 principes pour le code urbain
d'Amaicha del valle.
• la participation aux réunions avec le cacique et le maire d'Amaicha pour
organiser son début d'application.

10.4. Conclusions

L'ambition de ce projet de réglementation urbaine est de réunir la Communauté


Indigène et la Mairie pour qu'elle travaillent ensemble au développement de leur
territoire. Le premier article de ce code désigne un « comité technique »,
nommé par les deux institutions afin de mettre en place une stratégie urbaine et
territoriale et veiller à son application. Les négociations sont engagées, un
membre de Terre Construite sur le terrain en suit actuellement l'avancement.

29/51
ANNEXE 1. Terre Construite: Avant-Projet de coopération sur
l'usage de la terre comme matériau de construction

Intentions
Le projet vise à mettre en œuvre une structure d’échange universitaire qui se
donnerait pour objet d’étude la terre comme matériau de construction. Il a
pour soutien deux instituts de recherche, lesquels se consacrent à l'étude de la
boue et de ses techniques constructives. Le premier est le CRIATIC (Centre
Régional d'Investigation sur l'Architecture de Terre Crue) de la Faculté
d'Architecture de Tucumán en Argentine, le second est CRAterre de l'Ecole
d'Architecture de Grenoble en France.
La terre s'édifie sur la route de l'adobe; c'est le terrain lui-même qui s’élève.
Il s'agit d'appréhender l'usage d'anciennes techniques de construction. De
conserver le savoir faire ancestral des habitants. De préserver le patrimoine
constructif. De faire de la terre un matériau noble par opposition au matériau
pauvre qu'on suppose qu'il est. Qu'apparaissent indubitables les qualités de
l'adobe en termes de mise en oeuvre, structurels et thermiques.
Etablir une structure d'échange qui s'offre, elle-même, plusieurs plans de
découverte. Connaissances scientifiques et intuition savante, recherche et
mémoire constructives, approche théoriques et expérimentation pratiques…
Une rencontre de trois peuples: le peuple Diaguita, l'Argentin et le Français
autour de la construction de terre.
Le travail s'engagera avec la Communauté Indigène d'Amaicha del Valle. En
premier lieu, il entrera dans cadre légal disposé par la Constitution Politique
élaborée par les descendants du peuple Diaguita. Il respectera les dispositions
relatives à l'acquisition d'un terrain prévues par l'article 27 et cherchera à
satisfaire les objectifs de formation que précises l'article 17. Enfin, il ira
jusqu'à tenter un accord de coopération international du type spécifié par le
point 6 des attribution du Cacique ou Curaca Principal (art. 57).
A la date du jeudi 21 décembre 2006, le Cacique, Mario Quinteros a donné un
premier accord de principe à la poursuite du développement du projet. Le 23
janvier 2007, il y eut une nouvelle rencontre, à laquelle participèrent des
membres du conseil des anciens et le représentant en matière juridique de la
Communauté : Eduardo Nieva ; alors, furent arrêtées les dispositions légales
pour l'officialisation juridique du projet.
Moyens
Le projet est double. Il s'est donné pour objectifs d'offrir un champ
d'expérience aux étudiants de ses deux partenaires académiques, et pour y
parvenir il prévoit de satisfaire à un double programme de logement dans une
forme d'alternance saisonnière. Le premier est une infrastructure touristique:
une auberge, qui financera pour partie les nécessités en matériau du second.
De telle sorte qu'il sera offert aux étudiants compromis dans l'extension du
projet non seulement le logement mais aussi la disposition des matériaux
requis pour l'édification et l'extension, à mesure que cette même structure
croît.

30/51
Le premier pas devra donc incontestablement être l'achat du terrain
d'expérience et la vérification de son adéquation avec la volonté de construire
un refuge de terre. La seconde étape consistera en la réactivation du lien
préexistant entre les deux laboratoires, le faire plus étroit et qu'il se
maintienne durablement. Le terrain concrétisera le processus de coopération,
et sera le lieu oú les deux laboratoires engageront ensemble des projets ayant
pour perspectives l'échange de connaissances constructives. Mais au-delà du
terrain physique, il faudra disposer d'un outil complémentaire qui sera
certainement la mise en page Web d'une plateforme de collaboration suivie à
distance. Ce vecteur permettra à tous les acteurs, mêmes les plus lointains,
d'apprécier la cohérence générale de l'évolution du projet et de l'intégration
au site de l'objet architectural proposé comme déploiement.
Il s'agit d'une entreprise mixte engageant les responsabilités conjointes
d'investisseurs et de deux centres, CRIATIC et CRAterre, dans l'administration
et la gestion de l'endroit. Il est attendu des deux centres académiques qu'ils
donnent un cadre pédagogique à l'entreprise constructive, qu'ils engagent les
étudiants à participer de l'extension progressive de la capacité d'accueil de la
structure même. Enfin, qu'ils offrent leur assistance technique et leur soutien
institutionnel en vue du développement durable du projet à moyen et long
terme.
La Communauté Indigène d'Amaicha del Valle, offrant le terrain d'inscription
de l'expérience qui est sur le point de débuter en son sein, offre d’un même
mouvement, la libre disposition des matériaux naturels nécessaires à
l'édification. La Communauté, en échange, émet des conditions d'exécution :
que le chantier engagent des amaicheños dans sa réalisation, que ses derniers
soient formés durant le processus de construction et que leurs soient
reconnus, au terme, l'acquisition d'une compétence validée par un certificat.
Enfin, travailler à permettre que certains amaicheños compromis dans
l'entreprise, viennent approfondir leurs formations dans le cadre de L'institut
CRAterre, en France. Par ailleurs, la Communauté Indigène d'Amaicha del
Valle, par la voie de ses autorités légales, formule deux propositions en forme
de demandes : l'assistance technique pour la construction du Musée de la
Communauté, et l'esquisse d'un règlement urbain de la ville d'Amaicha del
Valle.

Source: Site internet de l'association Terre Construite/ Tierra Construida:


http://terreconstruite.unblog.fr/2007/05/14/avant-projet/#comments

31/51
ANNEXE 2. Convention

32/51
33/51
34/51
35/51
ANNEXE 3. Lettre de mission

36/51
ANNEXE 4. Rapport Journalier

02/06/09
Départ de Grenoble par le Satobus de 15h, arrivée 16h à l'aéroport Saint-
Exupéry.
Vol pour Buenos Aires via Londres et San Paolo à 19h25.

03/06/09
Arrivée à Buenos Aires 9h50.
Transit en bus de l'aéroport au centre ville, puis en « colectivo » (bus local)
jusqu'à San Telmo.
Recherche d'un hôtel et découverte du quartier San Telmo.
Premier appel sans succès auprès d'Erica Vidal, sociologue, ayant travaillé de
nombreuses années pour les communautés indigènes du nord de l'Argentine.

04/06/09
Visite de Buenos Aires.
Premier contact avec Erica Vidal pour un RDV le lendemain.
Achat du billet de bus pour Tucuman.

05/06/09
RDV avec Erica Vidal de 13h à 15h. Explication de la fondation et du travail de
l'INAI (instituto national de asuntos indigenas), organisme permettant de faire le
lien entre différentes organisations et/ou particuliers pour faire valoir des droits
aux indigènes. Les fonds de cet institut sont gouvernementaux. Discussions sur
les problématiques politiques rencontrées au sujet des programmes de
développement menés pour les populations indigènes sur le territoire argentin et
en particulier dans la zone nord ouest. Mise en relation avec Jorge Amaro qui
travaille à San Miguel de Tucuman.

06/06/09
Départ pour Tucuman à 20h50.

07/06/09
Arrivée San Miguel de Tucuman à 14h00. Accueil de Cyrille Arvois et visite de
S.M de Tucuman.

08/06/09
Ouverture du « Seminario Iberoamericano de Arquitectura y Construccion con
Tierra - SIACOT » (séminaire de construction terre d'Amérique Latine) au centre
culturel de San Miguel de Tucuman.
Rencontre avec Hubert Guillaud directeur scientifique de CRATerre.

09/06/09
Suite du séminaire et prise de rendez-vous avec Jorge Amaro coordinateur de
l'équipe de l'INAI.

10/06/09
Suite du séminaire. Rencontre avec Jorge Amaro et son équipe de 11h à 17h.
Explication du fonctionnement de l'INAI et du projet de micro-crédit mis en place
pour développer et soutenir l'artisanat des vallées Calchaquies dont fait partie

37/51
Amaicha del valle. Il serait question d'étendre le micro-crédit à la construction de
maisons.
Retour à 18h au séminaire pour assister à la projection du documentaire «
Amaicha del valle: comunidad indigena » (Amaicha del valle: communauté
indigène) réalisé par François le Cadre, Solène Lali et Cyrille Arvois.

11/06/09
Inauguration du centre de recherche sur architecture de terre crue « CRIATIC »
de 12h30 à 14h00. Départ pour Amaicha del valle. Découverte du chantier de la
maison de l'association « Terre Construite ».

12/06/09
Préparation de la maison de l'association pour la visite des séminaristes du
SIACOT. Tour du village avec Cyrille Arvois pour rencontrer les personnes du
village et explication du contexte.

13/06/09
Réception du SIACOT: discours du cacique Eduardo Nieva (chef de la
communauté) et de Cyrille Arvois pour expliquer le projet de la maison de
l'association et repas de 11h à 15h . Réflexion sur le développement d'un projet
territorial à Amaicha en soirée avec Cyrille Arvois et François Loze.

14/06/09
Repos

15/06/09
Travail de jointure et enduits dans la maison de TC. Réunion avec le cacique à
17h au siège de la communauté pour précision du travail de « mensura
perimetral », mesure du territoire d'Amaicha. Rencontre avec deux personnes
du conseil des anciens.

16/06/09
Début d'enduit intérieur, le matin et commande de matériaux à Santa Maria
(plomberie et bois), l'après-midi.

17/06/09
Confection d'une porte en bois et enduit extérieur.

18/06/09
Travail de finition, le matin. « Parilla » le midi chez Luli Flores, ouvrier de la
première partie du chantier. Rencontre de Rodolfo Abella, artiste de la région.

19/06/09
Chargement de camion de sable, le matin. Rendez vous avec le comité de
l'école San Roque de 15h à 18h30 pour un projet d'extension.

20/06/09
Mise en place des fils de maçonnerie pour repérer les murs de la troisième
phase de chantier. Repérage du premier point de la mesure du périmètre de la
communauté à l'intersection entre le fleuve de Santa Maria et la rivière de
Yasyamayo. Rencontre avec divers membres de la communauté à l'Automobil
Club Argentino (ACA).
38/51
21/06/09
Enduit extérieur. Repos.

22/06/09
Relevé de la maison de la communauté, dessin et réflexion sur le projet.

23/06/09
Dessin coffrage mur pisé et réflexion assemblage. Réunion à l'ACA,
présentation de la situation par le cacique.

24/06/09
Enduits intérieurs.

25/06/09
Déplacement à Santa Maria. Tour de veille pour l'occupation de l'ACA.

26/06/09
Mise en 3D du coffrage pisé et réflexion sur la mise en œuvre. Repos.

27/06/09
Découverte des alentours du barrage avec repérage du lieu où les amaicheños
viennent chercher la terre utilisée pour la confection des adobes. Hommage a
Mario Romero, poète d'Amaicha del valle réalisé par son épouse à l'ACA.

28/06/09
Repos. Accueil de Sandrine, géotechnicienne et étudiante au DSA de
CRATerre. Préparation de la semaine de chantier.

29/06/09
Rencontre avec les ouvriers amaicheños. Réalisation des fondations armées,
collecte des pierres et excavation.

30/06/09
Fabrique des ferraillages et début d'appareillage. Réflexion sur l'optimisation du
procédé de construction en fin de journée.

01/07/09
Modification des ferraillages et suite de l'appareillage.

02/07/09
Petits travaux de prévention d'éboulement de terrain en contrebas du bâtiment.
Travail sur l'esquisse de l'école San Roque. Confection d'une affiche pour la
diffusion d'un documentaire tourné en 2007 par des membres de l'association
intitulé: « Amaicha comunidad indigena » à l'ACA.

03/07/09
Suite du travail sur le projet de l'école San Roque, préparation des documents et
présentation aux responsables. Prise de RDV pour la semaine suivante avec le
cacique et l'ensemble des parents d'élèves.

39/51
04/07/09
Repos. Réflexion sur l'organisation à long terme de la « mensura perimetral » de
la communauté et du code urbain.

05/07/09
Repos. Préparation du planning de la semaine et travail sur le contenu des
fiches de relevé du territoire.

06/07/09
Approvisionnement de pierres à Amaicha, de bois à San José Norte et de
matériel à Santa Maria. Accueil d'étudiants de Tucuman en fin de journée.

07/07/09
Suite des fondations et préparation des bois de toiture.

08/07/09
Suite des fondations, enduit extérieur en terre et aide à la mise en place d'un
linteau et d'une colonne.

09/07/09
Travail sur le projet de l'école San Roque et impression du dossier.

10/07/09
Familiarisation avec le logiciel de transfert des données du GPS pour le relevé
territorial. Présentation du projet de l'école San Roque de 15h à 18h. Prise de
rendez-vous Samedi 18 pour commencer l'amorce du chantier par un travail
communautaire: aller chercher les premières pierres des fondations.

11/07/09
Rendez-vous à la « Fronterita » (quartier d'Amaicha) pour évaluer le travail à
faire pour la construction d'un pont permettant l'accès à une île isolée pendant
les crues très violentes de la rivière Amaicha à 9h. Réunion à l'ACA avec les
communautés d'Amaicha (cacique et conseil des anciens) et de Quilmes au
sujet du relevé territorial à 11h. Réunion à la maison de la communauté de
Quilmes avec la même communauté pour parler d'un travail de relevé à
effectuer sur le site des ruines. Il s'agit de fournir un document qui permette
d'établir un plan de gestion des eaux qui endommagent à chaque grande pluie
le site archéologique.

12/07/09
Repos. Planning de la semaine.

13/07/09
Rendez vous avec le cacique à la « pulperia », construction effectuée pour les
besoins d'un film réalisé à Amaicha et laissé à la communauté. Discussion sur le
devenir de ce lieu et projection in-situ des premières commodités à assurer pour
permettre sa conversion en lieu de restauration et d'information touristique à
9h30. Travail sur le chantier l'après midi. Préparation de la terre pour réaliser le
mur en pisé: 10% de terre du terrain, 5% de chaux, 30% de sable et graviers et
50% de terre de la represa.

40/51
14/07/09
Peinture de la façade sud est à l'agua de penca (enduit hydrofugeant réalisé à
partir du trempage de feuilles de cactus, coupées en morceaux, dans de l'eau
durant environ 3 jours) la plus exposée aux vents dominants. Préparation du
coffrage pour le pisé en mise en place. Récupération de terre rouge sur le
chemin de la cascade au Remate.

15/07/09
Suite de la peinture de la façade, début du coffrage de pisé, début du tressage
de la cana pour la réalisation du toit et début de remplissage des motifs du mur
sud est en terre rouge.

16/07/09
Fin du remplissage des motifs du murs sud est en terre rouge. Rendez vous aux
ruines de Quilmes pour le relevé à 15h.

17/07/09
Travail sur le pont de la Fronterita le matin. Rendez vous pour la prise du
premier point du relevé territorial de « l'algarrobo escrito »à la maison de
Pancho Chaile à 15h.

18/07/09
Travail communautaire pour l'école San Roque: collecte des premières pierres
pour les fondations de 8h30 à 15h. Rencontre du cacique: prise de nouvelles sur
l'occupation de l'ACA. Un Rendez vous est pris avec le gouverneur de la
province pour présenter le projet de restauration du lieu jeudi prochain à
Tucuman. Rendez vous avec Daniel pour la présentation de la première
esquisse du pont de la fronterita à 17h. Projection organisée et réalisée du
documentaire sur la communauté indigène d'Amaicha réalisé en 2007 par des
membres de l'association à l'ACA à 20h.

19/07/09
Repos. Prise de relevé de l'ACA par plusieurs membres de l'équipe afin
d'élaborer un projet.

20/07/09
Travail sur le chantier (suite du mur en pisé) le matin. Récupération des dessins
de relevé de l'ACA vérification et début d'esquisse en fin de journée.

21/07/09
Travail de conception sur le projet de l'ACA.

22/07/09
Travail de conception sur le projet de l'ACA, constitution du dossier et chiffrage.

23/07/09
Voyage à Tucuman de 5h30 à 10h30. Impression du dossier. Présentation du
dossier au directeur du secrétariat aux droits humains, Daniel Possé, second de
Alperovich gouverneur de la province de Tucuman, à 12h, en présence du
cacique.

41/51
24/07/09
Achat de menuiseries dans entrepôts de démolition, visite et prise de contact.

25/07/09
Repos.

26/07/09
Repos et retour sur Amaicha à 14h.

27/07/09
Travail sur le chantier de TC: pisé et restauration d'une fenêtre.

28/07/09
Travail sur le chantier de TC: pisé, enduit, aide à la finition du puit et mise en
place de la fenêtre restaurée.

29/07/09
Création des fondations du poteau du troisième carré et mise en place du
poteau. Préparation des poutres de toiture.

30/07/09
Pisé le matin et relevé à Quilmes l'après midi.

31/07/09
Montage du coffrage du mur de pisé et pilonnage toute la journée. Préparation
de la fête de la Pachamama le soir chez Beto, passage à l'ACA et au centre
culturel San Roque.

01/08/09
Repos.

02/08/09
« Asado » (barbecue) avec le maire et sa compagne. Brifing de Cyrille avant son
départ pour 1mois environ.

03/08/09
Discussion avec le cacique à propos d'un rendez-vous à la casa de govierno à
S.M de Tucuman le mercredi au sujet de l'ACA. Départ de Cyrille vers 10h.
Restauration d'une deuxième fenêtre. Accueil de Quentin vers 16h.

04/07/09
Suite et fin de la restauration de la fenêtre et pilonnage

05/07/09
Départ à 06h30 pour S.M de Tucuman avec le cacique. Accompagnement au
tribunal de Monteros à 10h. Rendez-vous à 12h30 au bureau de Daniel Possé,
directeur du secrétariat aux droits humains pour remettre le dossier de l'ACA et
discussion au sujet du délogement de 40 familles à Quilmes par des
propriétaires terriens, annulé par une décision de la cour suprême, et des
relations entre cette communauté et le gouvernement provincial. Achat de
matériel pour le chantier de TC.

42/51
06/07/09
Demande du croquis cadastral du territoire de la communauté d'Amaicha au
cadastre de S.M.T, sans succès. Suite de l'achat du matériel pour TC et retour à
Amaicha en bus.

07/08/09
Pilonnage et asado pour fêter l'anniversaire de Juan, ouvrier du chantier de TC,
ainsi que le départ de Elise et Hugo membres de l'association. Préparation des
plans de la pulperia pour RDV avec le cacique le lendemain.

08/08/09
Rendez vous du cacique reporté. Suite du travail sur la pulperia.

09/08/09
Repos. Découverte de « los Cardones » site en ruines sur l'ancienne route de
l'Infernillo, entouré de cactus dont il porte le nom.

10/08/09
Montage du coffrage du mur de pisé et fabrication d'une réservation pour une
fenêtre. Réglage du poteau d'angle et finition de sa base en ciment.

11/08/09
Réalisation d'un coffrage pour blocs de terre comprimés.

12/08/09
Relevé à l'ACA et réalisation de l'estimation des matériaux requis pour une
première phase de travaux.

13/08/09
Réalisation du cadre de la fenêtre dans le mur de pisé. Fabrication des
ferraillages et coulage de la partie basse en béton.

14/08/09
Travail sur le projet de la pulperia pour commencement des travaux le lundi 17.

15/08/09
Présentation de l'estimation des travaux de l'ACA au cacique, discussion sur les
divers projets en cours et présentation d'un nouveau projet pour l'association: un
foyer de la communauté à S.M de Tucuman. Il fut évoqué une collaboration
avec le CRIATIC pour la réalisation de ce dernier projet.

16/08/09
Repos et découverte du quartier de « la fronterita » avec Horacio.

17/08/09
Travail sur le chantier de TC: pisé.

18/08/09
Suite du chantier (pisé)

19/08/09
Préparation du mélange et enduit de la façade nord.
43/51
20/08/09
Suite de la confection du mur de pisé. Voyage à Santa Maria à 16h avec le
cacique pour voir les pierres « de laja » qui pourraient être employées pour la
réfaction de l'ACA. Demande de devis pour le verre des fenêtres à restaurer.

21/08/09
Prise de côtes à la Fronterita à 9h pour vérification du relevé, visite à l'école San
Roque et prise de RDV avec Pablo Viltés, pour l'après midi, au sujet des
menuiseries métalliques de l'ACA pour évaluer le travail à effectuer et élaborer
un devis.
Déplacement à l'ACA pour 17h pour expliquer les travaux à effectuer aux vitriers
et à Pablo Viltès pour l'élaboration de leur devis. Planification des premiers
travaux avec le cacique par ordre de priorité.

22/08/09
Déplacement à Ampimpa pour assister à la découverte d'un ancien cimetière
indigène. Réunion pour établir la marche à suivre pour conserver le lieu et le
protéger du vandalisme avant l'intervention d'archéologues

23/08/09
Découverte des salines d'Amaicha en compagnie d'Horacio.

24/08/09
Enduit Intérieur sur le chantier de TC.

25/08/09
Travail sur le cadre de la fenêtre du mur et préparation de la terre pour le
nivelage des murs entre les poutres de la charpente.

26/08/09
Nivelage des murs et pisé.

27/08/09
Décoffrage du pisé, pilonnage et mise en place de la caña (structure en
bambous) sur la charpente, le matin. Préparation et réunion avec le cacique de
Quilmes et Matias pour monter le travail effectuer sur le relevé du terrain des
ruines et orienter la suite des opérations, l'après midi.

28/08/09
Descente à Amaicha, le matin, et montage du coffrage de pisé, l'après midi.

29/08/09
Visite du chantier communautaire pour l'école San Roque à 9h. Prise de RDV
pour le mardi suivant afin de tracer les fondations au sol et commencer à
creuser. Travail communautaire à l'ACA à partir de 10h30 (nettoyage des
gravas).

30/08/09
Départ pour la Bolivie à 10h. Changements de bus à Cafayate et Salta pour
arriver à la Quiaca.

44/51
31/08/09
Arrivée à la frontière bolivienne à 7h (La Quiaca), règlement des formalités
frontalières et passage à Villazon pour voyager à Sucre. Arrivée, à 22h30, à la
capitale constitutionnelle.

01/09/09
Visite de l'Escuela Taller de Sucre (ETS), rencontre de l'administration et du
nouveau directeur Mr Domingo Izquierdo (architecte).

02/09/09
Visite du chantier de restauration de « La Florida » par l'ETS, guidée par Rafael
Zuñiga (maitre d'œuvre) et Saul Rendom (architecte). Il s'agit de l'ancienne
maison d'Aniceto Arce, président bolivien durant la seconde moitié du XIX°s.
Phase de renforcement de la structure menée en parallèle du nettoyage et de
l'étude des peintures murales. Visite du bureau de l'ancien PRAHS, agence
d'urbanisme créée par l'Agence Espagnole de Coopération Internationale
(AECI) au sein de son programme patrimonial. Explication des activités et du
contexte politique qui permuta cette institution du côté de la préfecture.

03/09/09
Visite guidée par l'architecte Domingo Izquierdo, directeur de l'ETS, de la
restauration de l'église San Francisco et de la restauration effectuée au musée
« Charcas ».

04/09/09
Déjeuner avec Marta Rubio, coordinatrice du programme de développement
culturel et patrimonial en Bolivie mené par l'AECI. Cérémonie de clôture de
l'année universitaire de l'ETS à 16h.
Retour vers l'Argentine à 18h.

05/09/09
Arrivée au poste frontière à Villazon pour les formalités de migration et
prolongation du visa de 90 jours. Suite du voyage de nuit.

06/09/09
Arrivée à Amaicha del valle vers 20h.

07/09/09
Travail sur le chantier de TC (pisé).

08/09/09
Travail sur le chantier de TC (pisé).

09/09/09
Récolte de « cortadera », hautes herbes coupantes utilisées pour faire la toiture
en terre dans la région et préparation de la terre pour effectuer le « tortado »
(couche de terre isolante et imperméabilisante, mélangée à la cortadera, placée
sur la couverture de caña).
Rencontre du cacique qui formula la demande de « 20 principes » pour point de
départ d'un code urbain à Amaicha del valle.

45/51
10/09/09
Travail sur le chantier de TC (pisé).

11/09/09
Voyage à « Quilmes » et « Fuerte quemado » pour aller chercher les « lajas »,
pierres plates schisteuses ressemblant aux loses que nous pouvons trouver
dans les Alpes, qui permettront d'évacuer l'eau de la toiture et de soigner le
détail de la goutte d'eau pour le haut du mur de pisé.

12/09/09
Voyage au « Pichao », petit village de montagne appartenant au territoire de la
communauté de Quilmes. Terre Construite détient un terrain dans cette localité.
Visite de celui-ci et discussion sur le programme de chantier qui sera mené
l'année prochaine sur le site. Proposition d'élaborer chacun une esquisse de la
future construction. Visite de chantier du « predio comunitario », lieu de
rencontre communautaire en forme d'amphithéâtre. Nous apprenons qu'il est
aujourd'hui abandonné car le Pichao n'a pas de pont pour traverser sa rivière.
En cas de crue, le village est inaccessible, annulant toute manifestation prévue
dans le predio. Rencontre de Gregoria, mairesse du Pichao, en compagnie de
Matias. Échange sur l'histoire et les besoins du village.

13/09/09
Visite de « Talapazo », village voisin du Pichao. Rencontre de Don Caro,
second du cacique de Quilmes. Promenade initiatique dans le village et sur ses
hauteurs en sa compagnie. Retour à Amaicha en fin d'après midi.

14/09/09
Travail sur le chantier de TC (pisé).

15/09/09
Suite du pisé et pose du parquet de la mezzanine.

16/09/09
Fin du pilonnage, décoffrage final et achèvement de la mezzanine.

17/09/09
Récolte de cortadera et tortado de la seconde couche en toiture, le matin.
Relevé de Quilmes en compagnie de Matias, l'après midi.

18/09/09
Suite de la couverture et travail sur le projet de Roberto Rios l'après midi en
compagnie de Quentin et Angelique.

19/09/09
Travail communautaire à l'école San Roque de 9h à 12h (excavation des
fondations). Participation à la reprise du terrain de 40 familles délogées à
Colalao del valle. Grande réunion avec la majorité des caciques de la région à
partir de 13h à 16h. Occupation du « predio » et célébration à la Pachamama
jusqu'à 18h30.

46/51
20/09/09
Repos. Aide à la rédaction des 20 principes de codification urbaine d'Amaicha
avec Cyrille.

21/09/09
Réparation ou/et consolidation des parties sensibles du mur de pisé.

22/09/09
Grand ménage du chantier.

23/09/09
Suite des réparations du pisé et second voyage de lajas. Réunion au siège de la
communauté à 16h30 pour présentation des 20 principes de codification urbaine
d'Amaicha.

24/09/09
Élaboration de l'estimation des travaux de la pulperia en compagnie de Jesus et
Cyrille de 9h à 13h. Présentation du travail altimétrique des ruines de Quilmes à
Matias l'après midi.

25/09/09
Fin des réparations du mur de pisé.

26/09/09
Travail communautaire à l'école San Roque de 9h à 12h (excavation des
fondations).

27/09/09
Repos

28/09/09
Préparation de la terre pour la suite du tortado de toiture.

29/09/09
Suite de la préparation de la terre.

30/09/09
Tortado sur la partie nord.

01/10/09
Travail communautaire à Colalao de 8h30 à 18h. Aide à la reconstruction d'une
maison détruite par les policiers durant le délogement. Prise de contact avec les
deux responsables Sonia et Viviana et analyse des besoins.

02/10/09
Travail sur différentes typologies de maisons à proposer aux futurs habitants du
« predio » de Colalao pour constituer un support de discussion et les aider à
construire en fonction de leurs nécessités par phases. Prise en compte du
contexte géographique, des vents dominants et des typologies de maisons
existantes dans les valles.

47/51
03/10/09
Repos

04/10/09
Repos

05/10/09
Tortado de barro.

06/10/09
Tortado de cortadera.

07/10/09
Travail sur les typologies de Colalao.

08/10/09
Voyage de « leña », petit bois, pour couvrir le troisième carré.

09/10/09
Travail sur les typologies de Colalao, mise en page et impression.

10/10/09
Présentation du travail aux futurs habitants présents de Colalao et prise de
rendez-vous pour une grande réunion de concertation. Voyage à Cafayate
l'après midi.

11/10/09
Visite de San Carlos, petit village à côté de Cafayate et rencontre de Javier
Frias. Présentation de son travail en construction terre au travers de la « red de
turismo campesino », réseau de cooperation soutenant le développement des
campagnes (artisanat, construction, agriculture) en développant un tourisme
responsable. Remise du dossier d'altimétrie des ruines de Quilmes au cacique
en fin de journée.

12/10/09
Rendez-vous à 5h du matin à la maison du cacique d'Amaicha pour le départ de
l'expédition aux « cumbres Calchaquies » point le plus haut du territoire
communautaire (mensura perimetral). Problème d'embrayage du tracteur de la
communauté à 9h, annulation de l'expédition. Mise à profit du temps pour
repérage de chemins méconnus afin de s'approprier les documents élaborer
pour le code urbain et réfléchir in-situ à l'organisation des extensions urbaines.

13/10/09
Tressage de « caña » sur la pergola de la terrasse nord. Apprentissage du point
simple et du point double.

14/10/09
Suite du tressage le matin et travail sur Colalao l'après midi.

15/10/09
Suite du travail de typologie de Colalao et proposition pour la maison de Vanesa
et Orlando, jeune coupe ayant commencé à construire sur place. Réunion de
48/51
présentation du code urbain à la commune à 16h. Programmation d'une
rencontre entre commune et communauté autour du code urbain pour mise en
place d'un comité technique.

16/10/09
Travail sur le predio de Colalao, mise en page et impression.

17/10/09
Présentation du travail accompli à Colalao del valle. Rencontre de Viviana, l'une
des « responsable » du groupe, qui nous a donné le plan d'ensemble du
« predio » (terrain).

18/10/09
Redessin à l'échelle du plan d'ensemble et réflexion à l'organisation générale.

19/10/09
Mise à jour du rapport journalier et travail sur le rapport de mission.

20/10/09
Départ pour le nord du pays accompagnée par Cyrille Arvois. Début du voyage
de découverte des installations de Terre Construite en Province de Jujuy. Nuit a
Angostaco (province de Salta)

21/10/09
Voyage d'Angostaco à Cachi (province de Salta).

22/10/09
Voyage de Cachi à Salta, capitale de province. Rencontre avec Rafael Sotto,
architecte et membre de TC.

23/10/09
Voyage de Salta à San Salvador de Jujuy, capitale de la province de Jujuy.

24/10/09
Voyage de San Salvador de Jujuy à Purmamarca.

25/10/09
Voyage de Purmamarca à La Quiaca et nuit à Yavi. Visite de la casona, maison
de l'association TC. Rencontre avec Monica Calizaya membre de TC.

26/10/09
Visite de Yavi.

27/10/09
Départ pour Santa Catalina. Visite de la maison de Santa Catalina et installation.

28/10/09
Mise à jour du rapport journalier et travail sur le rapport de mission.

29/10/09
Travail sur le rapport de mission.

49/51
30/10/09
Travail sur le rapport de mission.

31/10/09
Voyage a Angosto.

01/11/09
Repos.

02/11/09
Voyage a La Quiaca

03/11/09
Nuit a La Quiaca.

04/11/09
Voyage a Salta

05/11/09
Nuit a Salta.

06/11/09
Retour a Amaicha.

07/11/09
Repos.

08/11/09
Préparation de l'inauguration de la maison de TC. Travaux de finition.

09/11/09
Travaux de finition.

10/11/09
Réunion de bilan avec le cacique et préparation de la réunion de vendredi avec
la commune.

11/11/09
Travaux de finition.

12/11/09
Voyage a Santa Maria pour derniers préparatifs.

13/11/09
Réunion entre commune et communauté au sujet du code urbain d'Amaicha del
valle. Un accord « inter-institutions » va être signé.

14/11/09
Inauguration de la maison de TC.

15/11/09
« Agrupacion gaucha » a San José Norte.
50/51
16/11/09
Preparatifs de départ.

17/11/09
Départ pour Buenos Aires via S.M de Tucuman.

18/11/09
Arrivée à Buenos Aires.

19/11/09
Visite de Buenos Aires.

20/11/09
Travail sur le rapport de mission.

21/11/09 au 24/11/09
Voyage a Montevideo. Rencontre avec Rosario Etchebarne, architecte
urguayenne travaillant la construction en terre dans la région de Salto et
membre de l'organisation du prochain SIACOT en Novembre 2010.

25/11/09
Retour a Buenos Aires.

26/11/09
Vol retour pour Lyon.

51/51