Vous êtes sur la page 1sur 3

LES NORMES ISO >> 2 - Première évolution des normes ISO 9000

(1994)

1-Naissance des normes ISO 9000 (1947)


2-Première évolution des normes ISO 9000 (1994)
3- Seconde évolution des normes ISO 9000 (2000)

Les besoins des entreprises ont entendu évolué depuis l' appariton de l'ISO. Une première
révision mineure a
vu le jour en 1994. Elle portait sur la revue de contrat, la validation de la conception et la
distinction des
actions préventives et correctives.
De nombreuses raisons imposent le remaniement des normes ISO 9000 :
Tenir compte des exigences spécifiques des entreprises afin d'éviter la multiplication
de normes
sectorielles (QS9000 pour l'automobile, EN46000 pour le médical, AS9000 pour
l'aéronautique,..).
Développer leur utilisation dans les services et les très petites entreprises. Les normes
ISO 9000
conçues initialement pour l'industrie ne sont pas très adaptées aux besoins de ces
structures pourtant
demandeuses. L'adaptation aux quatre catégories génériques de produits (matériels,
produits issus de
processus continus, services et logiciels)
Limiter les risques et dérapages liés à l'utilisation des ISO 9000 : développement
souvent inutile du
système documentaire, décalage entre "ce qui est écrit" et "ce qu'on fait", les systèmes
qualité "clé en
main",...
Améliorer La lisibilité des textes, la simplicité et la facilité d'utilisation
Développer l'implication du management
Assurer la compatibilité des nouvelles normes avec celles qui régissent les autres
systèmes de
management, (qualité, environnement, sécurité).
Dans les années 1990, on s'est rend compte que la hierarchie traditionnelle: normes
internationales, normes
régionales, normes nationales et normes d'entreprise était de plus en plus supplanté par
des normes élaborées
au sein d'autres instances, généralement des consortiums, notamment dans les secteurs
des technologies en
rapide mutation.
De tels documents représentent généralement un accord entre acteurs importants du
marché et non le large
consensus qui caractérise une norme ISO. Pourtant, indéniablement, de tels documents
revendiquent le statut
de normes internationales de fait sur les marchés et, dans certains secteurs, on se posait la
question de savoir
si la méthodologie de l'ISO de parvenir à des accords sur les normes étaient toujours
pertinents.
Au cours des dernières années diverses consultations ont été menées avec l'industrie et il
a été confirmé que
les activités des consortiums ne représentaient pas une menace contre le système actuel
de normalisation. La
grande majorité des entreprises ont toujours besoin de normes internationales élaborées
selon le processus
complet de l'ISO, caractérisé par le consensus et la transparence et, dans la plupart des
cas, les délais requis
pour l'élaboration de telles normes sont acceptables.
Parallèlement, il a été reconnu que les documents élaborées au sein de tels consortiums
répondent à un besoin
commercial et qu'ils sont, d'une manière générale, produits plus rapidement que les
normes de l'ISO et
répondent mieux au cycle rapide de développement et de commercialisation de biens,
caractéristiques de
certaines industries. Parfois, de tels documents obtiennent le statut de normes
internationales de fait.
Pour relever ce défi et répondre à la nécessité d'une amélioration continue de ses
processus, l'ISO a donc
décidé de mettre au point des procédures simplifiées susceptibles d'être utilisées, à leur
discretion, par les
comités technique pour lesquels la rapidité d'élaboration des normes est d'une importance
capitale, et de
rationnaliser la gamme de ses produits. L'ISO a simplifié ses procédures courantes et
introduit, plus
particulièrement, deux nouveaux produits dont le niveau de transparence et de consensus
et réduit mais qui
semble correspondre aux exigences du marché, du moins dans certains secteurs.
Dans le stade de la simplification des procédures actuelles, les comités de l'ISO, sous
certaines conditions,
auront à l'avenir la possibilité d'ignorer le stade Comité - la partie du processus ISO au
cours de laquelle les
positions nationales sont examinées afin d'aboutir à un consensus au sein d'un comité ISO
- ainsi que le stade
final d'approbation, au cours duquel le texte final des normes est soumis à l'approbation
officielle de l'ensemble
des membres de l'organisation.
Les nouveaux produits, fruit du consensus entre experts technique au sein d'un groupe de
travail de l'ISO ou
d'un consensus international au sein d'un comité de l'organisation, permettent la
publiacetion de nouveaux
types de documents dénommés respectivement, Spécifications publiquement disponibles
(ISO/PAS) et
Spécification techniques (ISO/TS).
L'ISO prévoit également la possibilité d'adopter des document élaborés hors de son
système selon des
procédures moins transparentes et moins consensuelles. De tels documents qu'il soit
élaborés au sein ou à
l'extérieur du système de l'ISO, devront être examinés tous les trois ans et, au second
examen, ils seront soit
annulés, soit révisés pour les transformer en Normes internationales de l'ISO de plein
droit.