Vous êtes sur la page 1sur 4

OUVERTURE

Alain Vanier

ERES | « Essaim »

2007/2 n° 19 | pages 7 à 9
ISSN 1287-258X
ISBN 9782749208152
Article disponible en ligne à l'adresse :
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
https://www.cairn.info/revue-essaim-2007-2-page-7.htm
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution électronique Cairn.info pour ERES.


© ERES. Tous droits réservés pour tous pays.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 187.110.233.6 - 19/07/2020 05:47 - © ERES

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 187.110.233.6 - 19/07/2020 05:47 - © ERES


La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les
limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la
licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie,
sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de
l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage
dans une base de données est également interdit.

Powered by TCPDF (www.tcpdf.org)


Essaim 19 30/10/07 16:16 Page 7

Ouverture

Alain Vanier

Nous avons souhaité, avec ce colloque 1 organisé à l’occasion de la


parution en français de la correspondance intégrale de Freud à Fliess 2,
ouvrir plusieurs questions. Tout d’abord, et avant tout, celle de l’origine de
la psychanalyse et des mythes qui la figurent, ainsi que la place de cette
correspondance et de celle de Freud en général dans son œuvre. La corres-
pondance appartient-elle à l’œuvre ou l’accompagne-t-elle ? On sait, en
particulier par les lettres à Martha, qu’elle s’adressait au-delà du destina-
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 187.110.233.6 - 19/07/2020 05:47 - © ERES

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 187.110.233.6 - 19/07/2020 05:47 - © ERES


taire à ses supposés biographes. Mais est-ce le cas de cette correspondance-
ci ? La censure dont elle a été l’objet et le coup d’éclat de Jeffrey Moussaieff
Masson 3 montrent bien qu’elle occupe une place particulière dans l’his-
toire de la psychanalyse.
La postérité de ces textes, avec la place qu’ils ont prise dans les élabo-
rations postfreudiennes, est une réponse sans doute différente de la
volonté de Freud et de ses héritiers.
Faut-il rappeler ici l’importance de cette correspondance et des manus-
crits qui l’accompagnent, avec en premier lieu l’Entwurf (esquisse ou pro-
jet) dans l’œuvre de Freud ? Ainsi le « retour à Freud » de Lacan n’est-il pas
seulement retour aux textes « linguistiques » des premiers temps que sont

1. Il s’agit du colloque Aux débuts de la psychanalyse. Freud Fliess en français, organisé par La Lettre
lacanienne et Espace analytique à Paris, les 20 et 21 janvier 2007.
2. S. Freud, Lettres à Wilhelm Fliess, 1887-1904, trad. F. Kahn et F. Robert, Paris, PUF, 2006.
3. Directeur des Archives Freud, il établit, avec la collaboration de G. Fichtner et de M. Loring, une
première version de la correspondance complète, qui paraît, en anglais, en 1985. Dans Le réel esca-
moté (1983, traduit en français par C. Monod en 1984, Éd. Aubier), il reprend l’histoire de l’aban-
don de la théorie de la séduction qu’il présente comme un recul de Freud « par manque de
courage ».
Essaim 19 30/10/07 16:16 Page 8

8 • Essaim n° 19

la Traumdeutung, le Witz et la Psychopathologie de la vie quotidienne, mais


aussi à cette correspondance qui paraît en même temps que le début de son
enseignement 4. L’après-coup, das Ding (la Chose), l’incroyance, tout
comme la place de la lettre autrefois 52 (112 dans la nouvelle édition), etc.
montrent l’importance de cette lecture pour Lacan.
Je ne reviendrai pas sur la rocambolesque histoire du sauvetage de ces
lettres et de leurs éditions successives, mais soulignerai la malédiction – au
sens littéral – qui a pesé sur elles et le rôle aujourd’hui encore conflictuel,
passionné qu’elles jouent. Ces textes « fondateurs » pour la psychanalyse,
témoins de son commencement, n’étaient-ils pas compris par ce titre de
« Naissance de la psychanalyse » ! Certes, l’Esquisse (ou le Projet) est, selon
Octave Mannoni, une sorte de temps moins un de l’origine de la psycha-
nalyse, un grand travail de résistance, dont le franchissement, et la vérité,
se manifestent dans le chapitre VII de la Traumdeutung, qui est en quelque
sorte sa reprise moins l’adresse au neurologue. Ce texte n’est alors que la
marque qui permet de délimiter l’avancée ultérieure en témoignant de ce
que Freud abandonne. Mais est-il ce qu’il faut retenir de Freud avant son
prétendu « égarement métapsychologique », comme le proposent certains
neuroscientifiques, ce texte, le seul dont aujourd’hui on pourrait faire cré-
dit à Freud ? Ou est-ce le lieu de sa reculade, qui a pour nom fantasme,
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 187.110.233.6 - 19/07/2020 05:47 - © ERES

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 187.110.233.6 - 19/07/2020 05:47 - © ERES


comme le suggère Masson ?
Or ces textes n’ont rien perdu de leur actualité, et ces différents débats,
pour passés qu’ils soient, restent toujours au vif de nos approches de ces
documents. Faut-il les considérer comme le témoignage de l’auto-analyse 5
de Freud ou comme le lieu même de son analyse, selon une lecture inau-
gurée par Octave Mannoni 6, avec le lien à Fliess installant le sujet supposé
savoir nécessaire à toute analyse, hypothèse prolongée brillamment par
Erik Porge 7 qui a fait sortir Fliess de son silence, lié à l’absence de ses
lettres mais aussi marque d’une censure. Analyse peu standard, utilisant le
médium de l’écrit, il pose ainsi des questions dérangeantes : une analyse
peut-elle être menée par un paranoïaque ? Quels en sont les effets ? Ques-
tions qu’on a pu préférer passer sous silence.
Le mythe sert à loger la vérité, disait Lacan : c’est un traitement de
celle-ci. Notre projet, qui n’est que le projet de la psychanalyse, est de la

4. Une première édition incomplète de cette correspondance parue en 1950 fut traduite en français
par A. Berman en 1956 sous le titre La naissance de la psychanalyse, Paris, PUF.
5. D. Anzieu, L’auto-analyse de Freud et la découverte de la psychanalyse, Paris, PUF, 1959-1988.
6. O. Mannoni, « L’analyse originelle », dans Clefs pour l’imaginaire, Paris, Le Seuil, 1969.
7. E. Porge, Vol d’idées ? Wilhelm Fliess, son plagiat et Freud, suivi de Pour ma propre cause de Wilhelm
Fliess, Paris, Denoël, 1994.
Essaim 19 30/10/07 16:16 Page 9

Ouverture • 9

rendre vive. Nous pourrions ainsi reprendre à notre compte cette formule
de Walter Benjamin. Selon Bruno Tackels, l’enjeu est d’en finir avec l’ori-
gine. Car l’origine est un mythe, un bouchon sur ce qui commence sans
aucune origine assignable, ce qui « ne cesse pas de ne pas commencer ».
Mais pour nous, en finir avec l’origine, c’est l’analyser, car à l’origine,
« quelque chose dans Freud n’a pas été analysé », quelque chose qui se
transmet depuis – sous le manteau –, sans se dire, et c’est à cette tâche que
nous sommes conviés aujourd’hui.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 187.110.233.6 - 19/07/2020 05:47 - © ERES

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 187.110.233.6 - 19/07/2020 05:47 - © ERES