Vous êtes sur la page 1sur 2

Les actes officiels

Une fiche rédigée par Claire BOUCHENARD, juriste de la société

Deprez Dian Guignot


www.ddg.fr

L’intelligence du droit™

Editeur et distributeur numérique exclusif


Intellex, un service d’en-droit.com
© 2000 – Tous droits réservés

Page 1 sur 2 18/09/00 17:13

© Intellex – Tous droits réservés – Intellex est un service d’en-droit.com


Les actes officiels

Le législateur n’en souffle mot, mais il est traditionnellement admis qu’aucun droit d’auteur
ne peut être invoqué sur les actes officiels.

Définition de l’acte officiel : existence d’une valeur normative

- Tout acte édictant des normes juridiques : lois, règlements, décrets, arrêtés.
- Tout acte comportant une interprétation de droit positif ou une description des
procédures administratives : directives, instructions, circulaires, notes et réponses
ministérielles (art. 9 de la loi du 17/07/78 relative à l’accès aux documents administratifs).
Idem pour les décisions juridictionnelles.

Fondement : ces textes sont, par leur nature, de portée générale (ils émanent de l’Etat ou de
services administratifs), ils s’imposent à tous (caractère obligatoire) et doivent par
conséquent être portés à la connaissance de tous. Ils sont par leur destination (information
du public), des choses dans le domaine public.
C’est la raison pour laquelle ils sont publiés dans des recueils officiels.

Exemples :
Trib.correct.Paris, 17/01/68 : tout brevet est délivré par arrêté du ministère de l’Industrie et
publié au BOPI prend le caractère d’acte officiel.

TGI Paris, 9/11/88 confirmé par Paris, 13/6/91 : les sujets d’examen définis par le ministère
de l’Education Nationale complètent et précisent les textes normatifs définissant les
épreuves tout comme le font dans d’autres domaines les circulaires et la jurisprudence.

Une réponse ministérielle du 3 avril 2000 est cependant venue troubler la limpidité de la
jurisprudence (voir brèves intellex, propriété intellectuelle, 03/04/00 – France – Protection
des sujets d’examen par le droit d’auteur ?).
A contrario, TGI Paris, 25/10/95 : « si les discours présidentiels tracent les principales
orientations de son action politique, ils sont dépourvus de toute valeur normative et ne
peuvent être regardés comme des textes officiels ».

Page 2 sur 2 18/09/00 17:13

© Intellex – Tous droits réservés – Intellex est un service d’en-droit.com