Vous êtes sur la page 1sur 49

RAPPEL DE THÉORIE

DE L’ATOME A L’HYDROCARBURE

SUPPORT DE FORMATION
Cours EXP-PR-RT020
Révision 0.2
Exploration & Production
Rappel de Théorie
De l’atome à l’hydrocarbure

RAPPEL DE THÉORIE
DE L’ATOME A L’HYDROCARBURE

SOMMAIRE

1. OBJECTIFS .....................................................................................................................4
2. INTRODUCTION .............................................................................................................5
3. L’ATOME .........................................................................................................................6
3.1. GÉNÉRALITÉS .........................................................................................................6
3.2. CONSTITUTION DE L’ATOME .................................................................................7
3.2.1. Le noyau .............................................................................................................7
3.2.2. Les électrons ......................................................................................................7
3.2.3. Répartition des électrons et liaisons chimiques ..................................................8
3.3. LIAISON COVALENTE – NOTION DE MOLÉCULE ...............................................10
3.3.1. Liaison covalente ..............................................................................................10
3.3.2. Valence d’un atome ..........................................................................................10
3.4. CARACTÉRISATION DE L’ATOME........................................................................12
3.4.1. Caractérisation..................................................................................................12
3.4.2. Quantification de la masse des atomes ............................................................12
3.5. Classification périodique des éléments chimiques: tableau de Mendeleïev ............13
3.5.1. Les éléments chimiques ...................................................................................13
3.5.2. Les isotopes......................................................................................................15
3.5.3. La classification périodique – tableau de Mendeleïev.......................................16
4. LA MOLECULE..............................................................................................................19
4.1. GÉNÉRALITÉS .......................................................................................................19
4.2. REPRÉSENTATION DE LEWIS .............................................................................19
4.3. CRÉATION DES MOLÉCULES ..............................................................................21
5. LA MATIERE .................................................................................................................24
5.1. GÉNÉRALITÉS .......................................................................................................24
5.2. LES DIFFÉRENTS ÉTATS DE LA MATIÈRE .........................................................25
5.2.1. Les différents états ...........................................................................................25
5.2.2. Explication du changement d’état de la matière ...............................................26
5.3. LE GAZ PARFAIT ...................................................................................................27
5.3.1. Équation des gaz parfaits .................................................................................27
5.3.2. Volume molaire des gaz parfaits.......................................................................27
5.3.2.1. Volume molaire aux conditions normales...................................................27
5.3.2.2. Aux conditions quelconques.......................................................................28
5.4. DÉTERMINATION DE LA QUANTITÉ DE MATIÈRE .............................................28
5.5. LA DENSITÉ ...........................................................................................................31
6. LA REACTION CHIMIQUE ............................................................................................33
6.1. GÉNÉRALITÉS .......................................................................................................33
6.2. EQUATION-BILAN ET RÉACTION CHIMIQUE ......................................................33
6.2.1. Principe de conservation ..................................................................................34
6.2.2. Comment équilibrer une équation-bilan ? .........................................................34
6.3. ÉNERGIE DE COHÉSION ......................................................................................37
Support de Formation EXP-PR-RT020-FR
Dernière Révision: 26/04/2007 Page 2 de 49
Exploration & Production
Rappel de Théorie
De l’atome à l’hydrocarbure

6.4. UNE RÉACTION CHIMIQUE PARTICULIÈRE : LA COMBUSTION.......................38


7. EXERCICES ..................................................................................................................41
8. GLOSSAIRE ..................................................................................................................44
9. SOMMAIRE DES FIGURES ..........................................................................................45
10. SOMMAIRE DES TABLES ..........................................................................................46
11. CORRIGE DES EXERCICES ......................................................................................47

Support de Formation EXP-PR-RT020-FR


Dernière Révision: 26/04/2007 Page 3 de 49
Exploration & Production
Rappel de Théorie
De l’atome à l’hydrocarbure

1. OBJECTIFS
Le but de ce cours est de permettre à un futur opérateur de comprendre les bases dans le
domaine théorique de constitution des atomes, des molécules et plus particulièrement
pour les hydrocarbures

A l’issue de ce cours, l’opérateur devra être capable de :

Décrire de quoi est composé un atome

Expliciter les liaisons chimiques entre les atomes

Définir le terme liaison covalente

Caractériser, quantifier la masse d’un atome

Classer les différents éléments chimiques

Interpréter le tableau de Mendéléiev

Interpréter la création d’une molécule

Représenter les différents états de la matière

Expliciter les changements d’état de la matière

Définir un gaz parfait avec son équation, son volume

Déterminer une quantité de matière

Associer Densité et quantité de matière

Définir une réaction chimique simple

Établir un équation-bilan d’une réaction chimique

Interpréter l’énergie de cohésion

Interpréter la combustion en temps que réaction chimique

Support de Formation EXP-PR-RT020-FR


Dernière Révision: 26/04/2007 Page 4 de 49
Exploration & Production
Rappel de Théorie
De l’atome à l’hydrocarbure

2. INTRODUCTION
L’atome est le composant de toute matière, c’est la plus petite particule d’élément
chimique (taille de l'ordre de 10-10m), c’est pourquoi l’atome est l’élément de base de la
chimie.

En s’associant avec d’autres atomes lors de réactions chimiques, il forme des molécules.

Figure 1: L'atome, la molécule et la matière

Support de Formation EXP-PR-RT020-FR


Dernière Révision: 26/04/2007 Page 5 de 49
Exploration & Production
Rappel de Théorie
De l’atome à l’hydrocarbure

3. L’ATOME
3.1. GÉNÉRALITÉS

L’atome est constitué d’un noyau autours duquel tournent des électrons, à des distances
particulières (appelés couches), formant ainsi un nuage électronique.

Figure 2: Constitution de l'atome

Les électrons et le noyau d'un atome sont


liés par des forces d’interaction électriques.

En effet, le noyau atomique a une charge


électrique positive, grâce aux protons, alors
que les électrons ont une charge électrique
négative.

Figure 3: Atome d’hydrogène

Ainsi, parce que leurs charges électriques sont opposées, le noyau atomique et les
électrons s'attirent, ce qui permet aux
atomes de ne pas perdre leurs électrons.

La charge électrique d'un atome est


neutre, car le nombre d'électrons (chargés
négativement) du nuage électronique est
égal au nombre de protons (chargés
positivement) constituant le noyau. Ainsi,
les charges électriques s'annulent.

Figure 4: Atome de carbone

Support de Formation EXP-PR-RT020-FR


Dernière Révision: 26/04/2007 Page 6 de 49
Exploration & Production
Rappel de Théorie
De l’atome à l’hydrocarbure

Lorsque deux atomes sont suffisamment proches l'un de l'autre, ils peuvent échanger
certains de leurs électrons, cet échange permet alors de lier ces deux atomes en un objet
composite qui est une molécule. Ce processus est une réaction chimique.

3.2. CONSTITUTION DE L’ATOME


3.2.1. Le noyau

C’est la majeure partie de la masse de l'atome, elle se trouve concentrée dans un très
faible volume (dimension de l'ordre de 10-15 m).

Le noyau est composé de deux sortes de particules semblables, appelées


nucléons (protons et neutrons) qui ont des masses très voisines, ils forment un coeur
dense constituant ainsi le noyau de l’atome.

Les protons qui ont une charge électrique positive élémentaire +e = 1,602 189
-19
×10 C et de masse mp = 1,672 65 ×10-27 kg.

Les neutrons qui sont électriquement neutres (charge électrique nulle) et de


masse mn = 1,674 95 ×10-27 kg.

Pour fixer les idées la masse d'un nucléon est inférieure à deux millièmes de milliardième
de milliardième de milligramme ! Les protons et les neutrons ont quasiment la même
masse.

Un noyau d'atome à une taille de l'ordre de 10-15m, soit cent mille fois plus petit que
l'atome lui-même !

Les propriétés physiques et chimiques des atomes dépendent essentiellement du nombre


de protons qui composent leur noyau. Aussi, les atomes sont-ils classés suivant ce
nombre, appelé numéro atomique Z

La masse du proton étant très proche de celle du neutron, il est pratique de caractériser
un atome par le nombre de nucléons de son noyau, appelé nombre de masse A.

3.2.2. Les électrons

Autour du noyau se trouve « un nuage » de particules identiques : les électrons ; les


dimensions de ce nuage électronique (de l'ordre d'un angström, ou 10-10 m) correspondent
à celles de l'atome.

Les électrons sont des particules qui tournent autour du noyau, à des distances
particulières appelées couches.

Support de Formation EXP-PR-RT020-FR


Dernière Révision: 26/04/2007 Page 7 de 49
Exploration & Production
Rappel de Théorie
De l’atome à l’hydrocarbure

Les électrons possèdent une charge électrique négative égale à : e = -1,602 189 ×10-19 C,
identique à celle du proton en valeur absolue mais leur masse est bien plus faible que
celles des nucléons (1836 fois moindre) : me = 9,109 53 ×10-31 kg.

En conséquence la masse d’un atome est pratiquement celle de son noyau. (99.7% de la
masse d’un atome est dans son noyau)

Remarque : Tous les électrons sont identiques quels que soient les atomes auxquels ils
appartiennent

Les électrons tournent à une distance de l’ordre de 100 000 fois le diamètre du noyau
donc un atome est principalement constitué de vide !!!

Comme le noyau est très petit, la masse d'un atome est donc très concentrée. Ainsi, si on
supprimait le vide qu'il y a autour des noyaux des atomes, toute la matière de la terre
pourrait tenir dans une sphère d’environ 180 m de rayon, ou plus simple à imaginer si le
noyau était un ballon de foot de 20 cm de diamètre, l'atome correspondant serait une
sphère de 20 km !

Ce sont les électrons, qui en se libérant ou en se mettant en commun avec d’autres


atomes sont à l’origine des réaction chimiques.

3.2.3. Répartition des électrons et liaisons chimiques

Les électrons qui forment le nuage électronique autour du noyau sont en fait disposés sur
des couches successives (couches K, L, M …..).

La première couche (K) peut contenir 2 électrons au maximum, les autres couches (L,
M,..) peuvent contenir un maximum d’électrons suivant le tableau ci-dessous.

Nombre maximum
Couche
d’électrons

K 2
L 8
M 18
N 32
O 32
P 18
Q 8

Table 1: Répartition des électrons


Figure 5: Répartition des électrons

Support de Formation EXP-PR-RT020-FR


Dernière Révision: 26/04/2007 Page 8 de 49
Exploration & Production
Rappel de Théorie
De l’atome à l’hydrocarbure

Chaque atome à un nombre caractéristique d’électrons, ses électrons sont répartis sur les
différentes couches en fonction de la quantité maximale que chaque couche peut
recevoir (voir tableau).

Dans la plupart des cas la dernière couche ne sera pas complètement occupée.

Une couche qui possède son nombre maximum d’électrons (soit 2 pour la couche K, 8
pour la L (etc.. pour les autres couches) est dite saturée, l’élément correspondant est
stable.

Les atomes ayant leur couche électronique externe non-saturée vont chercher à
s’associer à d’autres éléments pour compléter leur couche électronique en mettant en
commun leurs électrons « célibataires », on dit que ces électrons s’appairent en double.

L’important est de retenir que ce sont les électrons les plus externes qui sont
responsables de toute la chimie, car ce sont eux qui peuvent relier mutuellement deux
atomes distincts en créant des liaisons chimiques.

Par exemple, deux atomes peuvent chacun mettre en commun un de leurs électrons et
ainsi créer ce qu’on appelle une liaison chimique covalente. Grâce à de telles liaisons, les
atomes peuvent s’assembler en molécules de diversité et de complexité infinie.

La mise en commun de deux électrons entre deux atomes s’appelle une liaison covalente.

L’atome de carbone possède 6 électrons :

La première couche (couche K) en possède obligatoirement 2, car c’est le


maximum pour K.

La 2ème couche
(couche L) en possède
donc 4.

La 2ème couche devra


recevoir 4 électrons
pour être saturée : (4 =
8-4)

L’atome de carbone
peut créer 4 liaisons
covalentes

Figure 6: Atome de carbone

Support de Formation EXP-PR-RT020-FR


Dernière Révision: 26/04/2007 Page 9 de 49
Exploration & Production
Rappel de Théorie
De l’atome à l’hydrocarbure

3.3. LIAISON COVALENTE – NOTION DE MOLÉCULE

3.3.1. Liaison covalente

Une liaison covalente correspond à la mise en commun de deux électrons entre deux
atomes.

Le doublet liant, mis en commun entre les deux atomes, est considéré comme
appartenant à chacun des atomes liés. Ainsi en créant une liaison (ou plus), il "acquière"
un électron de plus (ou plus) et sature sa couche externe.

Le nombre de liaisons covalentes que peut former un atome est égal au nombre
d'électrons qu'il doit acquérir pour saturer sa couche externe

L'assemblage électroniquement neutre d'atomes liés entre eux par des liaisons covalentes
est appelé molécule.

3.3.2. Valence d’un atome

En règle générale, chaque atome peut former autant de liaisons covalentes qu'ils
possèdent d'électrons célibataires sur la couche externe. Ce nombre de liaisons est
nommé valence de l'atome.

Lors de transformations chimiques, les atomes évoluent pour acquérir 8 électrons sur leur
couche externe, nous verrons que ceci correspond à la structure électronique des gaz
nobles ou rares.

Physiquement cela correspond à acquérir une plus grande stabilité. Ils obéissent soit à la
règle du duet, soit à la règle de l'octet. En fait ce remplissage se fait en respectant des
règles précises : la règle de l’octet et du duet

Règle du duet : Les atomes proches de l'hélium évoluent pour acquérir deux électrons
externes.

Règle de l'octet : Les autres atomes évoluent pour acquérir huit électrons sur leur couche
externe.

Ces évolutions aboutissent à des molécules.

Le tableau suivant montre le nombre de liaisons covalentes n (la valence) des principaux
atomes, ce nombre n est égal au nombre d'électrons que l’atome doit acquérir pour
saturer sa couche externe à un octet d'électrons (sauf pour l’Hydrogène où la couche K
est saturée avec 2 électrons).

Support de Formation EXP-PR-RT020-FR


Dernière Révision: 26/04/2007 Page 10 de 49
Exploration & Production
Rappel de Théorie
De l’atome à l’hydrocarbure

Dans ce tableau p est le nombre d’électrons de la couche externe de l’atome considéré.

Calcul
Structure Nombre de
Atome N = 8 – p (ou n = 2 –
électronique liaisons n
p)

Hydrogène H
(K)1 n=2–1 n=1
Z=1

Chlore Cl
(K)2(L)8(M)7 n=8–7 n=1
Z = 17

Oxygène O
(K)2(L)6 n=8–6 n=2
Z=8

Azote N
(K)2(L)5 n=8–5 n=3
Z=7

Carbone C
(K)2(L)4 n=8-4 n=4
Z=6

Table 2: Liaisons covalentes des principaux atomes

Exercice : remplir les couches du carbone et du fluor

Le carbone : z = 6

Pour le carbone, sur la couche K il y a 2 électrons, sur la couche L il n’y en


aura donc que 4 électrons qui seront « célibataires «, il en manque 4 pour
saturer la couche L.

Le fluor : z = 9

Pour le Fluor, sur la couche K il y a 2 électrons, sur la couche L il n’y en aura


donc que 7 électrons qui seront « célibataires », il en manque un pour
saturer la couche L.
Support de Formation EXP-PR-RT020-FR
Dernière Révision: 26/04/2007 Page 11 de 49
Exploration & Production
Rappel de Théorie
De l’atome à l’hydrocarbure

3.4. CARACTÉRISATION DE L’ATOME

3.4.1. Caractérisation

La masse du proton étant très proche de celle du neutron, il est pratique de caractériser
un atome par le nombre de nucléons de son noyau, appelé nombre de masse A.

Les propriétés physiques et chimiques des atomes dépendent essentiellement du nombre


de protons qui composent leur noyau. Aussi, les atomes sont-ils classés suivant ce
nombre, appelé numéro atomique Z

Il y a des atomes qui ne diffèrent que par leur nombre de masse A. Ils ont même valeur
pour Z, on les appelle des Isotopes. Généralement un élément chimique naturel
correspond à un ensemble d'atomes ayant le même numéro atomique ZK. (donc un
ensemble d’isotopes) dans la nature, les éléments existent sous forme de mélanges
d'isotopes lorsqu'ils possèdent le même nombre de protons mais un nombre différent de
neutrons.

Les atomes sont susceptibles de se charger électriquement en gagnant ou en perdant un


ou plusieurs électrons : on parle alors d'ions. Si un atome gagne un ou plusieurs électrons,
la charge de l'atome devient négative (anion), et s'il en perd, la charge de l'atome devient
positive (cation).

3.4.2. Quantification de la masse des atomes

Pour quantifier la masse (quantité de matière) des atomes on utilise un système de


mesure dans lequel la masse d'un atome de 12C vaut exactement 12 unités de masse
atomique µ et l'on a déterminé la masse atomique de tous les autres atomes en fonction
de cette valeur étalon.

Mais un échantillon de matière contenant un très grand nombre d'atomes, il a été créé une
autre unité de mesure, la mole.

Par définition une mole d'un élément est composée de 6.023 1023 unités de cet élément.
Ce nombre est appelé nombre (ou constante) d'Avogadro : NA , dont l’unité est mol-1.

Or 6.023 1023 atomes de carbone 12 ont une masse de 12 g comme chaque atome de
12
C à une masse de 12 µ (définition de la masse atomique µ), on à:

Masse d’un atome 12C exprimée en masse atomique = 12 µ

Masse d’une mole de 12C (6.023 1023 atomes 12C) exprimée en g = 12 g

Support de Formation EXP-PR-RT020-FR


Dernière Révision: 26/04/2007 Page 12 de 49
Exploration & Production
Rappel de Théorie
De l’atome à l’hydrocarbure

On peut donc utiliser ce facteur de conversion pour passer des unités de masse atomique
aux grammes.

Ainsi la masse (quantité de matière) d'une mole d'un élément est égale à la valeur de
sa masse atomique exprimée en grammes.

Exemples :

La masse atomique de l'atome d'hydrogène est 1, ce qui signifie que :

un atome d'hydrogène a une masse de atomique =1µ

une mole d'atomes d'hydrogène a une masse de 1 gramme.

La masse atomique de l'atome d'oxygène est 16, ce qui signifie que :

un atome d'oxygène a une masse atomique = 16 µ

une mole d'atomes d'oxygène a une masse de 16 grammes.

3.5. Classification périodique des éléments chimiques: tableau de


Mendeleïev

3.5.1. Les éléments chimiques

On appelle élément chimique, l'ensemble des atomes (ou ions) qui ont le même nombre
Z de protons dans leur noyau

Il existe 116 éléments répertoriés (voir tableau de Mendeleïev).

Certains de ces éléments sont naturels et stables d'autres sont instables. En particulier les
éléments au-delà de l'uranium (Z>92) sont instables.

Chaque élément est représenté par un symbole composé d'une lettre majuscule (ex:
élément iode I) ou d'une majuscule suivi d'une minuscule (ex: élément magnésium Mg).

Support de Formation EXP-PR-RT020-FR


Dernière Révision: 26/04/2007 Page 13 de 49
Exploration & Production
Rappel de Théorie
De l’atome à l’hydrocarbure

Nom de Numéro Masse Nom de Numéro Masse


L’élément Symbole atomique molaire L’élément Symbole atomique molaire
Z (g/mol) Z (g/mol)
Actinium Ac 89 227 Mendélévium Md 101 258
Aluminium Al 13 26,98 Mercure Hg 80 200,59
Américium Am 95 243 Molybdène Mo 42 95,94
Antimoine Sb 51 121,76 Néodyme Nd 60 144,24
Argent Ag 47 107,87 Néon Ne 10 20,18
Argon Ar 18 39,95 Neptunium Np 93 237
Arsenic As 33 74,92 Nickel Ni 28 58,69
Astate At 85 210 Niobium Nb 41 92,91
Azote N 7 14,01 Nobélium No 102 259
Baryum Ba 56 137,33 Or Au 79 196,97
Berkélium Bk 97 247 Osmium Os 76 190,23
Béryllium Be 4 9,01 oxygène O 8 16,00
Bismuth Bi 83 208,98 Palladium Pd 46 106,42
Bore B 5 10,81 Phosphore P 15 30,97
Brome Br 35 79,90 Platine Pt 78 195,08
Cadmium Cd 48 112,41 Plomb Pb 82 207,20
Calcium Ca 20 40,08 Plutonium Pu 94 244
Californium Cf 98 251 Polonium Po 84 210
Carbone C 6 12,01 Potassium K 19 39,10
Cérium Ce 58 140,12 Praséodyme Pr 59 140,91
Césium Cs 55 132,91 Prométhium Pm 61 145
Chlore Cl 17 35,45 Protactinium Pa 91 231,04
Chrome Cr 24 52,00 Radium Ra 88 226
Cobalt Co 27 58,93 Radon Rn 86 222
Cuivre Cu 29 63,55 Rhénium Re 75 186,21
Curium Cm 96 247 Rhodium Rh 45 102,91
Dysprosium Dy 66 162,50 Rubidium Rb 37 85,47
Einsteinium Es 99 252 Ruthénium Ru 44 101,07
Erbium Er 68 167,26 Samarium Sm 62 150,36
Etain Sn 50 118,71 Scandium Sc 21 44,96
Europium Eu 63 151,96 Sélénium Se 34 78,96
Fer Fe 26 55,85 Silicium Si 14 28,09
Fermium Fm 100 257 Sodium Na 11 22,99
Fluor F 9 19,00 Soufre S 16 32,07
Francium Fr 87 223 Strontium Sr 38 87,62
Gadolinium Gd 64 157,25 Tantale Ta 73 180,95
Gallium Ga 31 69,72 Technétium Tc 43 98
Germanium Ge 32 72,64 Tellure Te 52 127,60
Hafnium Hf 72 178,49 Terbium Tb 65 158,93
Hélium He 2 4,00 Thallium Tl 81 204,38
Holmium Ho 67 164,93 Thorium Th 90 232,04
Hydrogène H 1 1,01 Thulium Tu 69 168,93
Indium In 49 114,82 Titane Ti 22 47,87
Iode I 53 126,90 Tungstène W 74 183,84
Iridium Ir 77 192,22 Uranium U 92 238,03
Krypton Kr 36 83,80 Vanadium V 23 50,94
Lanthane La 57 138,91 Xénon Xe 54 131,29
Lawrencium Lw 103 262 Ytterbium Yb 70 173,04
Lithium Li 3 6,94 Yttrium Y 39 88,91
Lutécium Lu 71 174,97 Zinc Zn 30 65,39
Magnésium Mg 12 24,31 Zirconium Zr 40 91,22
Manganèse Mn 25 54,94

Table 3: Liste alphabétique des principaux éléments chimiques


Support de Formation EXP-PR-RT020-FR
Dernière Révision: 26/04/2007 Page 14 de 49
Exploration & Production
Rappel de Théorie
De l’atome à l’hydrocarbure

3.5.2. Les isotopes

Isotope signifie par étymologie : même lieu. Ce sont en effet des éléments chimiques qui
se retrouvent dans la même case que d'autres dans le tableau de Mendeleïev, car ils
possèdent les mêmes propriétés chimiques que l'élément qui les représente.

La masse atomique d'un élément du tableau de Mendeleïev est égale la masse d'un
atome pris dans les proportions isotopiques naturelles.

Exemple d’isotopes: cas de l'hydrogène.

Il existe d'autres éléments qui ont les mêmes propriétés chimiques que l'hydrogène. Ils
ont le même nombre de protons et d'électrons, mais leurs nombres de neutrons sont
différents.

1H (élément le plus courant) - 2H (deutérium - isotope 2 de l'hydrogène) - 3H (tritium -


isotope 3 de l'hydrogène)

Ces éléments ont les mêmes propriétés chimiques. En effet, ces propriétés sont
déterminées par le nombre d'électrons et celui-ci reste identique.

ATTENTION ! Ces éléments n'ont pas les mêmes propriétés physiques (leur masse est
déjà différente).

La masse molaire atomique d'un isotope est égale la masse d'une mole d'atomes :
M(C) = 12 g/mol
M(H) = 1 g/mol
M(O) = 16 g/mol
M(N) = 14 g/mol
M(S) = 32 g/mol

En cas d'ambiguïté, on peut préciser l'isotope en question.

Par exemple : M(Cl) = 35,5 g/mol car le chlore naturel est un mélange des deux isotopes
35 37
17Cl (75 %) et 17Cl (25 %).

M(3517Cl) = 35 g/mol et M(3717Cl) = 37 g/mol

d’où : M(Cl) dans le tableau=0.75 x 35 + 0.25 x 37 = 35.5

Support de Formation EXP-PR-RT020-FR


Dernière Révision: 26/04/2007 Page 15 de 49
Exploration & Production
Rappel de Théorie
De l’atome à l’hydrocarbure

3.5.3. La classification périodique – tableau de Mendeleïev

Les différents éléments chimiques naturels ou artificiels ont été ordonnés en fonction de
leurs propriétés dans le tableau périodique des éléments.

Ce tableau regroupe tous les élément constituant la matière, chaque case donne des
renseignements sur l’élément considéré

A : nombre de masse
Z : numéro atomique A
ZX
Nom
M : masse atomique en g. M
en µ de l’élément naturel

Figure 7: Renseignements sur les éléments

X : symbole de l’atome (voir tableau liste alphabétique des éléments)

A : nombre de masse : c’est le nombre de nucléons (protons+ neutrons) que possède


l’atome concerné

Z : le numéro atomique : c’est le nombre de protons (chargés e+) de l’atome concerné,


c’est aussi le nombre d’électrons (chargés e- C’est ce nombre qui permet de différencier
les atomes entre eux

M : masse atomique en g/mol ou en unité de masse atomique (voir quantification de la


masse des atomes)

Dans un tableau à huit colonnes, les éléments sont rangés dans l’ordre de leur numéro
atomique (nombre de protons) croissant.

A chaque ligne, correspond le remplissage d’une couche électronique.

Tous les éléments d'une même ligne ont des atomes ayant le même nombre de
couches électroniques (saturées ou non), on dit qu’ils ont la même période.

Pour la 1ère ligne du tableau, seule la couche K est occupée (pas forcément
saturée), pour la 2nde ligne, les couches K et L sont occupées etc…
Ainsi, la première ligne ne contient que deux éléments (hydrogène et hélium)
car la couche K ne peut avoir que 2 électrons.

Support de Formation EXP-PR-RT020-FR


Dernière Révision: 26/04/2007 Page 16 de 49
Exploration & Production
Rappel de Théorie
De l’atome à l’hydrocarbure

Les autres lignes ont un élément dans chaque colonne ; il y a huit colonnes
parce que chaque couche électronique ( au dessus de la couche K) ne peut que
renfermer huit électrons.

…… Un élément de la 3° ligne possède 3 couches d'électrons (K)2 (L)8 (M)...

Dans une même colonne, tous les atomes possèdent le même nombre
d’électrons dans la dernière couche ; ce nombre est le numéro de la colonne.

Les éléments d’une même colonne appartiennent à une même famille (par
exemple la 1er colonne regroupe les alcalins et la dernière les gaz nobles ou
rares)
L’expérience montre que des éléments d’une même colonne ont des propriétés
chimiques voisines, sinon semblables.

Les atomes de la dernière colonne de la classification périodique possèdent huit


électrons (un octet) sur leur couche externe, à l'exception de l'atome d'hélium
He qui possède deux électrons (un duet) sur sa couche K :

He : (K)2
Ne : (K)2 (L)8
Ar : (K)2 (L)8 (M)8
Kr : (K)2 (L)8 (M)18(N)8. . .

Ces gaz nobles ou rares sont stables.

Les gaz nobles ou rares sont inertes chimiquement car ils ne donnent
pratiquement aucune combinaison chimique ; leur structure électronique est très
sable.

…… Un élément de la 7° colonne possède 7 électrons sur sa couche externe


…….

Exemple :

L'atome de chlore a pour numéro atomique Z = 17.

Il possède donc 17 protons et 17 électrons. Ces électrons se répartissent de la façon


suivante : K2 L8 M7

La couche externe est la couche M, donc l'atome de chlore est situé dans la 3ème ligne
(période.)

La couche externe contient 7 électrons, donc l'atome de chlore est situé dans la 7ème
(VII) colonne

Support de Formation EXP-PR-RT020-FR


Dernière Révision: 26/04/2007 Page 17 de 49
Exploration & Production
Rappels de Théorie
De l’atome à l’hydrocarbure

CLASSIFICATION PERIODIQUE DES ELEMENTS


Couche Période I II III IV V VI VII VIII
1
1 H 2 He
4

K 1 Hydrogèn Hélium
e
A : nombre de masse
1,01
Z : numero atomique
A
Z X
7 Li 9Be Nom 11 B 12 C 14 N 16O 19 F 20 Ne
L 2 3 4 5 6 7 8 9 10
-1
M : masse atomique en g.mol M
Lithium Béryllium Bore Carbone Azote Oxygène Fluor Néon
6,94 9,01 10,8 12,0 14,0 16,0 19,0 20,2
23 Na 24Mg 27 Al 28 Si 31 P 32 S 35Cl 40 Ar
11 12 13 14 15 16 17 18
M 3 Sodium
23,0
Magnésium
24,3
Aluminium
27,0
Silicium
28,1
Phosphore
31,0
Soufre
32,1
Chlore
35,5
Argon
39,9

39 40 45 48
19 K 20 Ca 21 Sc 22Ti 51
23 V 52
24 Cr 55
25Mn 56
26Fe 59
27 Co 58
28 Ni 63
29Cu 64
30 Zn 69
31 Ga 74
32 Ge 75
33As 80
34Se 79
35 Br 84
36 Kr
N 4 Potassiu Calcium Scandium Titane Vanadium Chrome Manganès Fer Cobalt Nickel Cuivre Zinc Gallium Germanium
72,6
Arsenic Sélénium Brome Krypton
m 40,1 45,0 47,9 50,9 52,0 e 55,8 58,9 58,7 63,5 65,4 69,7 74,9 79,0 79,9 83,6
39,1 54,9
85 Rb 88 Sr 89 Y 90 Zr 93 Nb 98 Mo 102 Ru 103 Rh 106 Pd 107 Ag 114 Cd 115 In 120 Sn 121 Sb 128Te 127 I 129 Xe
37 38 39 40 41 42 43Tc 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54
O 5 Rubidium Strontium Yttrium Zirconium Niobium Molybdèn Technétium Ruthéniu Rhodium Palladium Argent Cadmium Indium Etain Antimoine Tellure Iode Xénon
85,5 87,5 88,9 91,2 92,9 e 99,0 m 102,9 106,4 107,9 112,4 114,8 118,7 121,6 127,5 126,9 131,3
95,9 101,1
133 Cs 138 Ba 180Hf 181 Ta 184 W 185 Re 192 Os 193 Ir 195 Pt 197 Au 202 Hg 205 Tl 208 Pb 209 Bi 210Po 218 At 222 Rn
57 à 71
P 6 55
Césium
56
Baryum
lanthanide
72
Hafnium
73
Tantale
74
Tungstène
75
Rhénium
76
Osmium
77
Iridium
78
Platine
79
Or
80
Mercure
81
Thallium
82
Plomb
83
Bismuth
84
Polonium
85
Astate
86
Radon
s
132,9 137,3 178,5 180,9 183,9 186,2 190,2 192,2 195,1 197,0 200,6 204,4 207,2 209,9 210 210 222
223 Fr 226 Ra 89 à 103
Q 7 87
Francium
88
Radium
actinides
223 226,1

139 166
lanthanide 57 La 140
58Ce 141
59 Pr 144
60 Nd 61 Pm 152
62 Sm 153
63 Eu 158
64 Gd 159
65 Tb 162
66 Dy 165
67 Ho 68 Er 169
69Tm 174
70 Yb 175
71 Lu
s
Lanthane Cérium Praseodyme Néodyme Prométhium Samarium Europium Gadolinium Terbium Dysprosium Holmium Erbium Thulium Ytterbium Lutétium
138,9 140,1 140,9 144,2 145 150,4 152,0 157,3 158,9 162,5 164,9 168,9 173,0 176,0
167,8

actinides
227
89 Ac 232
90 Th 231
91 Pa 238
92 U 237
93 Np 239
94 Pu 95 Am 96Cm 97 Bk 98 Cf 99 Es 100 Fm 101Md 102 No 103 Lw
Actinium Thorium Protactinium Uranium Neptuniu Plutonium Américium Curium Berkélium Californium Einsteinium fermium Mendéléviu Nobélium Lawrencium
227 232,0 231 238,0 m 242 243 247 247 249 254 255 m 254 257
237 256

Support de Formation EXP-PR-RT020-FR


Dernière Révision: 26/04/2007 Page 18 de 49
Exploration & Production
Rappels de Théorie
De l’atome à l’hydrocarbure

4. LA MOLECULE

4.1. GÉNÉRALITÉS

Une molécule est un assemblage d'atomes (liés entre eux par des liaisons covalentes ou
ioniques).

Il y a un nombre infini de possibilités d’assemblage d’atomes et une molécule peut être


très complexe (par exemple une molécule de sucre contient 45 atomes et ce n'est pas la
pire !)

Pour définir et reconnaître la composition, le nombre et les différents atomes qui


constituent une molécule on utilise la formule chimique de la molécule.

La formule de la molécule est formée par les symboles des atomes présents, le nombre
de chaque atome présent est écrit en indice, en bas à droite du symbole (l'indice 1 ne
s'écrit pas).

La formule de la molécule d'eau s'écrit :

Figure 8: Formule d’eau

Note : Un ion est un atome ou une molécule dont on a enlevé ou ajouté un ou plusieurs
électrons. Ainsi, à l’inverse d’un atome ou d’une molécule qui sont toujours électriquement
neutres, un ion est soit positif soit négatif.

Un ion a donc des propriétés physico-chimiques différentes de la molécule dont il provient.

Un ion positif est appelé un cation et un ion négatif est appelé un anion.

Un ion n'est jamais une molécule, de même une molécule ne porte jamais de charge!

4.2. REPRÉSENTATION DE LEWIS

Pour former une molécule, les atomes s'associent par des liaisons covalentes ou
ioniques. Une liaison covalente est formée par un doublet d’électrons résultant de la mise
en commun de deux électrons fournis par chacun des atomes liés.

Support de Formation EXP-PR-RT020-FR


Dernière Révision: 26/04/2007 Page 19 de 49
Exploration & Production
Rappels de Théorie
De l’atome à l’hydrocarbure

Un doublet de la couche externe d’un atome qui sert à établir une liaison avec un atome
voisin est un doublet liant ; à l’inverse, un doublet de cette même couche qui ne sert pas à
établir une liaison avec un atome voisin est un doublet non liant

Le modèle de Lewis représente la molécule dans un plan.

On y place tous les doublets liants et non liants.

Chaque doublet liant est représenté par un trait entre les deux atomes liés.

Chaque doublet non-liant est représenté par un tiret proche de l'atome.

Exemple :

Nombre d’électrons
Composé Modèle de Lewis
externes

O : 6 électrons externes
H : 1 électron externe
H2O 2 + 6 = 8 électrons
Eau 2 doublets liants
2 doublets non liants

N : 5 électrons externes
H : 1 électron externe
NH3 5 + 3 = 8 électrons
Ammoniac 3 doublets liants
1 doublet non liant

C : 4 électrons externes
H : 1 électron externe
CH4 4 + 4 = 8 électrons
Méthane 4 doublets liants
0 doublets non liant

Figure 9: Représentation de Lewis

Ce modèle plan de Lewis indique quels sont les atomes qui sont liés dans la molécule,
mais il ne donne aucune indication sur la répartition des atomes dans l'espace à trois
dimensions.

Support de Formation EXP-PR-RT020-FR


Dernière Révision: 26/04/2007 Page 20 de 49
Exploration & Production
Rappels de Théorie
De l’atome à l’hydrocarbure

4.3. CRÉATION DES MOLÉCULES

Associés entre eux, les atomes des éléments chimiques (voir tableau de Mendeleïev)
forment les corps composés que sont les molécules.

La combinaison des atomes en molécules est quasi-infinie

Molécules simples Î Eau, gaz carbonique...

Molécules plus complexes Î Alcool, benzene

Molécules biologiques Î ADN, ARN

Assemblages naturels Î Silicates

Assemblages artificiels Î Alliages

Table 4: Combinaison des atomes

Comme nous l’avons vu précédemment, l’association des atomes par les liaisons
covalentes ou ioniques, pour former des molécules est soumise a dés règles de mise en
commun d’électrons.

Au niveau de l’atome:

L’essentiel des propriétés chimiques des atomes dépend de la structure de la


dernière couche d’électrons, plus spécialement du nombre d’électrons de cette
couche.

La stabilité chimique maximale est obtenue lorsque toutes les couches contenant
des électrons sont saturées.

Les liaisons entre atomes résultent de modifications de leur dernière couche


électronique :
au cours des réactions chimiques ils captent, cèdent ou mettent en commun des
électrons afin que cette couche ait huit électrons. Elle est alors saturée et la
stabilité chimique maximale est ainsi acquise

Au niveau de la molécule

Une molécule est un assemblage électriquement neutre d’atomes liés entres eux
par des liaisons covalentes ou ioniques
Support de Formation EXP-PR-RT020-FR
Dernière Révision: 26/04/2007 Page 21 de 49
Exploration & Production
Rappels de Théorie
De l’atome à l’hydrocarbure

Exemple de la molécule de Méthane :

La molécule de méthane CH4 est constituée d'un atome de carbone (C) et de quatre
atomes d'hydrogène (H).

Nous avons vu que l’atome de carbone avait 6 électrons et celui d’hydrogène en avait 1.

Le tableau de Mendeleïev nous précise:

Que l’hydrogène est dans la ligne 1 il a donc


une seule couche électronique occupée, la
couche K, (K se sature avec 2 électrons)
par ailleurs il est dans la première colonne
donc que cette couche K ne possède qu’un
électron, chaque atome peut donc créer une
liaison covalente ou ionique)

Figure 10: Atome d’hydrogène

Que le carbone est dans la ligne 2 il a donc


deux couches électroniques occupées, les
couches K et L (L se sature avec 8 électrons),
par ailleurs il est dans la colonne 4 donc sa
dernière couche ne possède que 4 électrons,
chaque atome peut donc créer 4 liaisons
covalentes ou ioniques)

Figure 11: Atome de carbone

Donc la création de la molécule de méthane CH4 est rendue possible par la création de
liaisons covalentes entre 4 atomes d’Hydrogène et un atome de carbone, de la façon
représentée ci-dessous.

Figure 12:Création de méthane CH4

Ces liaisons (dues à l’équilibre des forces des charges électriques) peuvent être rompues
de façon à dissocier les atomes, il faut pour cela fournir une certaine quantité d’énergie.

Support de Formation EXP-PR-RT020-FR


Dernière Révision: 26/04/2007 Page 22 de 49
Exploration & Production
Rappels de Théorie
De l’atome à l’hydrocarbure

Exemple de la molécule d’eau :

Deux atomes d’hydrogène et un atome


d’oxygène vont s’associer pour donner
une molécule d’eau lors d’une réaction
chimique (par exemple lors de la
combustion d’hydrocarbures)

ÎÎÎÎÎÎ

Mise en commun des électrons par liaisons covalentes :

Chaque atome d’hydrogène peut créer une liaison covalente.

Chaque atome d’oxygène peut créer deux liaisons covalentes

Les atomes sont isolés avec chacun leurs possibilités de


covalence

Les atomes sont mis en contact lors d’une réaction chimique.

Les atomes sont liés lors de la réaction chimique.

Le regroupement de ces 3 atomes


et la conséquence de leurs
liaisons covalentes qui permettent
la stabilité de chaque atome par
saturation de la couche externe.

Support de Formation EXP-PR-RT020-FR


Dernière Révision: 26/04/2007 Page 23 de 49
Exploration & Production
Rappels de Théorie
De l’atome à l’hydrocarbure

5. LA MATIERE

5.1. GÉNÉRALITÉS

La matière est un assemblage de molécules plus ou moins complexe qui peut prendre 3
formes (états) suivant l’assemblage des molécules qui la constituent

Une matière donnée, selon des conditions de température et de pression spécifiques, peut
exister sous forme de liquide, de gaz ou de solide (voir diagramme de phases).

Quelque soit son état, la quantité de matière se mesure à l'aide de la masse, cependant
lorsqu'il s'agit de compter des particules de matière, on utilise la mole.

La matière constituée d'un ensemble quelconque d'atomes de même nombre atomique


est un corps simple, ou élément chimique.

Exemple :

Nom Formule Proportion

Azote N2 78,08 %
Oxygène O2 20,95 %
Argon Ar 0,934 %
Dioxyde de carbone CO2 380 ppm
Néon Ne 18,18 ppm
Hélium He 5,24 ppm
Monoxyde d'azote NO 5 ppm
Krypton Kr 1,14 ppm
Méthane CH4 1,7 ppm
Hydrogène H2 0,5 ppm
Protoxyde d'azote N 2O 0,5 ppm
Xénon Xe 0,087 ppm
Dioxyde d'azote NO2 0,02 ppm

Table 5: Composition de l’air sec

Note : Une substance pure est constituée uniquement de molécules identiques.

Support de Formation EXP-PR-RT020-FR


Dernière Révision: 26/04/2007 Page 24 de 49
Exploration & Production
Rappels de Théorie
De l’atome à l’hydrocarbure

5.2. LES DIFFÉRENTS ÉTATS DE LA MATIÈRE

5.2.1. Les différents états

L'état sous lequel se trouve la matière dépend de 2 paramètres : la température et la


pression

Quand la matière passe d'un état à un autre on dit tout simplement qu'il y a changement
d'état.

État solide : Assemblage ordonné de molécules qui prend une forme et un volume
propre : les molécules sont très proches les unes des autres, ce qui rend les solides
pratiquement incompressibles.

État liquide : Assemblage désordonné de molécules, sans forme propre mais avec un
volume propre, les molécules sont faiblement liées, ce qui rend les liquides parfaitement
déformables, les molécules sont très proches les unes des autres, ce qui rend les liquides
difficilement compressibles. Le liquide possède un volume propre, qui ne change qu'avec
la température, et en général peu.

État gazeux : Assemblage très désordonné de molécules, sans volume ni forme propre, il
tend à occuper tout le volume disponible. Les molécules ou atomes sont très faiblement
liées, les molécules sont très éloignées ce qui rend les gaz compressibles.

Lorsque la matière change d’état elle passe :

de l'état solide à l'état liquide : c'est la


fusion (et inversement : c'est la
solidification)

de l'état liquide à l'état gazeux : c'est


la vaporisation (et inversement :
c'est la liquéfaction)

de l'état solide à l'état gazeux : c'est


la sublimation (et inversement : c'est
la condensation)

La température à laquelle un composé passe


de l'état solide à l'état liquide est sa
température de fusion, et la température à
laquelle il passe de l'état liquide à l'état
gazeux est sa température d'ébullition.

Figure 13: Changement d'état d’une matière

Support de Formation EXP-PR-RT020-FR


Dernière Révision: 26/04/2007 Page 25 de 49
Exploration & Production
Rappels de Théorie
De l’atome à l’hydrocarbure

D'un corps à l'autre, les températures de fusion et d'ébullition ne sont pas les mêmes.

L’eau (H2O), par exemple, à la pression atmosphérique normale,

est solide (glace) en dessous de 0°C,

est liquide entre 0°C et 100°C

est de la vapeur d'eau au dessus de 100°C.

A 0°C l'eau change d'état et passe de l'état solide à l'état liquide (ou l'inverse).

A 100°C l'eau change à nouveau d'état et passe de l'état liquide à l'état gazeux (ou
l'inverse).

Note : Le fer, qu’on a l’habitude de voir à l’état solide, peut être liquide ou même gazeux à
température supérieure à 3000° C (sous la pression atmosphérique).

5.2.2. Explication du changement d’état de la matière

Que la matière soit composée de molécules ou d'atomes, le changement d'état se


déroule de la même façon.

Lors des changements d'états, les molécules constituant la matière restent les mêmes.
Elles ne se cassent pas, ne fondent pas, ne se solidifient pas, il n'y a pas non plus de
réaction chimique.

Entre deux états différents, les molécules sont plus ou moins liées entre elles (sont plus ou
moins proches les unes des autres) et elles "bougent" plus ou moins.

D’une manière générale :

Plus la température de la matière s'approche de la température d'ébullition, plus


les particules bougent et s'éloignent les unes des autres. Plus la matière se dilate.

Plus la température de la matière s'approche du point de solidification, plus les


particules se figent et s'approchent les unes des autres. Plus la matière se
contracte.

Support de Formation EXP-PR-RT020-FR


Dernière Révision: 26/04/2007 Page 26 de 49
Exploration & Production
Rappels de Théorie
De l’atome à l’hydrocarbure

5.3. LE GAZ PARFAIT


5.3.1. Équation des gaz parfaits

Le gaz parfait est un modèle thermodynamique décrivant le comportement de tous les gaz
réels à basse pression, cette approche est basée sur la constatation que tous les gaz
réels tendent vers ce même comportement à pression suffisamment basse, quelle que soit
la nature chimique du gaz considéré.

Cette propriété s'explique par le fait que lorsque la pression est faible, les particules de
gaz sont suffisamment éloignées les unes des autres pour pouvoir négliger les interactions
électriques. Ces dernières dépendent du type de molécules qui constituent le gaz en
question (existence ou non d’un dipôle électrique sur les molécules)

Cette constatation est particulièrement mise en évidence par la relation entre la pression,
le volume et la température qui a été démontrée comme étant indépendante de la nature
du gaz, c’est l’équation des gaz parfaits :

PV=nRT

P= pression du gaz en pascals


V=volume du gaz en m³
n= quantité de matière en moles
R=Constante des gaz parfaits = 8.31 (SI)
T = température absolue en Kelvin

5.3.2. Volume molaire des gaz parfaits

Le volume molaire est volume occupé par NA molécules à l'état gazeux à température et
pression données.

5.3.2.1. Volume molaire aux conditions normales

Le volume molaire d'un gaz parfait aux conditions normales est le volume occupé par une
mole de n'importe quel gaz parfait dans des Conditions Normales de Température et de
Pression. (à savoir : 1,013.105 Pa ou 1013 hPa et température = 0 °C ou 273,15 Kelvin ).

Dans ces conditions le volume d’une mole de gaz peut se calculer à partir de la formule
précédente :
P = pression du gaz en pascal = 1,013.105
V = volume du gaz en m³ = ???
N = quantité de matière en mole = 1
R = Constante des gaz parfaits = 8.31 (SI)
T = température absolue en Kelvin =273,15
Support de Formation EXP-PR-RT020-FR
Dernière Révision: 26/04/2007 Page 27 de 49
Exploration & Production
Rappels de Théorie
De l’atome à l’hydrocarbure

V = n R T / P = 1 x 8,31 x 273, 15 / 1,013 105 = 0,0224 m3

L'unité internationale 1 m3 vaut 1000 L.

V = 0,0224 x 1000 = 22,4 L

Donc dans les conditions normales de température et de pression (t = 0 °C et p = 1,013


105 Pa), le volume molaire est :
Vm = 22,4 L / mol

5.3.2.2. Aux conditions quelconques

Pour calculer le volume d’un nombre de moles d'un gaz parfait dans d'autres conditions
(de P et T), la formule des gaz parfaits PV = nRT est à utiliser.

5.4. DÉTERMINATION DE LA QUANTITÉ DE MATIÈRE

Nous avons vu précédemment comment était quantifiée la masse de l’atome, qui est
l’élément de base de la matière et que la masse atomique d'un élément du tableau de
Mendeleïev est égale la masse d'un atome pris dans les proportions isotopiques naturelle

D’une manière générale, le système SI (voir cours sur les grandeurs physique) précise :

Quantité de matière d'un système contenant autant d'entités


Mole mol
élémentaires qu'il y a d'atomes dans 0,012 kilogramme de carbone 12.

Il est fondamental de définir ce qu’est une quantité de matière car sinon nous ne serions
pas capables de faire des mesures de matière, des mélanges, des contrôles, des
comparaisons etc …..

Une quantité de matière s’exprime toujours en mol, on l’obtient par différentes méthodes
de calcul en fonction des données disponibles (masse, volume ou autre)

A partir d’une masse de produit (nb de mol dans x grammes)

Quelle quantité de matière (mol) est contenue dans 1 g de glucose (C6H12O6) ?

masse molaire de C6H12O6 = 6 * 12 + 12 * 1 + 6 * 16 = 180 g/mol => une mole a


une masse de 180 g

1 g contient donc =1(g) /180(g/mol) = 5.56 10-3 mol de glucose

(attention la masse doit être exprimée en g car la masse molaire est en g/mol)
Support de Formation EXP-PR-RT020-FR
Dernière Révision: 26/04/2007 Page 28 de 49
Exploration & Production
Rappels de Théorie
De l’atome à l’hydrocarbure

A partir d’un volume (nb de moles dans un volume) en connaissant la masse


volumique

Quelle quantité de matière (mol) est contenue dans 3 cm3 de C6H4Cl2 sachant que la
masse volumique de ce produit est de 1,53 kg/litre

masse de 3 cm3 de ce produit : sachant qu’un litre (1000 cm3) à une masse de
1.53 kg : m = 3 cm3 * 1,53 kg/1000 cm3 = 0.00459 kg = 4.59 g

masse molaire de C6H4C12= 6*12+4*1+2*35.5=147g/mol

quantité de matière des 3 cm3 = 4.59(g)/ 147(g/mol)=3.1 10-2 mol

(il faut donc déterminer d’abord la masse à partir du volume, on doit donc disposer de la
masse volumique ρ=m( masse en kg )/ V(volume en m3))

A partir d’un volume (nb de moles dans un volume) en connaissant la densité

Quelle quantité de matière (mol) est contenue dans 12 ml d’éthanol dont la densité est
d=0.79 sachant que la masse molaire de l’éthanol est de 46 g/mol ?

d = m( produit) / m(eau) pour un même Volume or ρ = m/Volume


=> d = ρ(produit) * V(produit) / ρ(eau) * V(eau)
donc d = ρ(produit) / ρ(eau) or ρ(eau)=1 kg/L => ρ(produit)kg/L = 0.79 = 0.79 g/mL
donc masse de 12 ml de ce produit =12 ml * 0.79 g/ml = 9.48 g

quantité de matière des 12mL = 9.48(g)/ 46(g/mol) = 0.206 mol


(il faut donc déterminer d’abord la masse à partir de la densité, on doit donc
disposer de la densité d = mp (masse du produit pour un volume) / me (m eau
pour même volume)

A partir d’une concentration molaire (nb de moles dans un volume)

Il faut donc simplement écrire la formule de la concentration molaire : c’est la quantité de


matière (mol) présenté dans 1 Volume de solution divisée par le volume considéré

On en déduit : quantité de matière (mol)= concentration molaire ( mol/L) / volume


considéré

Support de Formation EXP-PR-RT020-FR


Dernière Révision: 26/04/2007 Page 29 de 49
Exploration & Production
Rappels de Théorie
De l’atome à l’hydrocarbure

A partir du volume d’un gaz :

On considère que le gaz est un gaz parfait donc l’équation d’état des gaz parfaits
s’applique :
PV = nRT

P(Pa)V(m3)=n(mol)R(constante des gaz parfaits)T(K)

P= pression du gaz en pascals


V=volume du gaz en m3
n= quantité de matière en moles
R=Constante des gaz parfaits = 8.31 (SI)
T = température absolue en Kelvin

donc la quantité de matière n( mol)=PV/RT

Figure 14: Calcul de la masse molaire

Support de Formation EXP-PR-RT020-FR


Dernière Révision: 26/04/2007 Page 30 de 49
Exploration & Production
Rappels de Théorie
De l’atome à l’hydrocarbure

5.5. LA DENSITÉ

La densité d’un produit est le rapport entre la masse volumique de ce produit et

la masse volumique de l’eau si ce produit est liquide

la masse volumique de l’air si ce produit est un gaz

La masse volumique de l' air , souvent notée ρ (il s'agit de la lettre grecque rhô), est
considérée comme étant égale en moyenne à 1,292 kg/m³ (soit 1.292 g/l)pour ce qui est
de l' air sec à la température de 0 °C et sous la pression atmosphérique normale (1013
hPa)

Ceci est généralisé en : ρ = 1.293 * 273 / (273 + T) avec T en °C.

Les masses volumiques considérées doivent être aux mêmes conditions P, T (en
particulier pour les gaz)

Exercices :

1. Calculer la masse molaire du méthane de formule CH4

2. Calculer le volume occupé par 13,4 mol de méthane à 0°c et 1013 hPa

3. Calculer la masse correspondante

4. en déduire la densité du méthane, sachant que la masse volumique de l'air, à 0°c et


1013 hPa, vaut 1,29 g.L-1.

1. Masse molaire du méthane CH4 :

C’est par définition la somme des masses atomiques des atomes qui
constituent N’s molécule de CH4. Masse atomique de C = 12 g/mol, masse
atomique de H = 1 g/mol, d’où la masse molaire de la molécule de
C = 12 + 4 x 1 = 16 g/mol

2. Volume occupé par 13.4 mol de méthane

PV = nRT V = nRT/P.
N = 13.4 , R = 8.31 , T = 0°C = 273.15 K, P = 101300 Pa d’où
V = 0.3002 m³ = 300,2 L

On peut aussi utiliser le fait qu’une mole de Gaz Parfait, occupe 22.4 L aux
conditions normales donc 13.4 mol occupent 13.4 x 22.4 = 300.2 L

Support de Formation EXP-PR-RT020-FR


Dernière Révision: 26/04/2007 Page 31 de 49
Exploration & Production
Rappels de Théorie
De l’atome à l’hydrocarbure

3. Masse correspondante :

masse molaire CH4=16 g/mol


donc 13.4 mol ont une masse de 13.4 x 16 = 214.4 g.

4. Densité du méthane :

c’est par définition la masse d'un litre de méthane divisée par masse d'un
litre d'air
une mole CH4 à une masse de 16g et occupe 22.4 L donc la masse d’un
L = 16 / 22,4 = 0,714 g
aux mêmes conditions 1L d’air à une masse de 1.29g d’où la densité
CH4 = 0,714 / 1,29 = 0,553

Support de Formation EXP-PR-RT020-FR


Dernière Révision: 26/04/2007 Page 32 de 49
Exploration & Production
Rappels de Théorie
De l’atome à l’hydrocarbure

6. LA REACTION CHIMIQUE

6.1. GÉNÉRALITÉS

La réaction chimique est une transformation de la matière, donc des molécules chimiques.

Après une réaction chimique on obtient d'autres molécules, mais avec les mêmes atomes
que dans les molécules initiales.

Ainsi les atomes constituant les molécules initiales et finales sont les mêmes mais ils sont
regroupés différemment à la fin de la réaction chimique.

Lorsque les atomes se combinent entre eux au cours des réactions chimiques, des corps
vont entrer en réaction, les réactifs, pour former d'autres corps appelés produits.

Le but d'une équation-bilan est de représenter ce processus, elle donne les réactifs
présents au départ et les produits formés par la réaction.

6.2. EQUATION-BILAN ET RÉACTION CHIMIQUE

Prenons pour exemple de réaction la combustion du carbone (C), il brûle dans l’oxygène
(O2) en produisant du dioxyde de carbone (CO2). Cette réaction s'accompagne d'un
dégagement de chaleur.

On dit que le carbone et l’oxygène sont consommés par la réaction.

Ci-dessous des formules chimiques représentent les modèles moléculaires pour mieux
comprendre comment les atomes vont s'associer.

REACTIFS PRODUITS

C + O2 CO2
+
Figure 15: Réaction d'O2 et C

Support de Formation EXP-PR-RT020-FR


Dernière Révision: 26/04/2007 Page 33 de 49
Exploration & Production
Rappels de Théorie
De l’atome à l’hydrocarbure

6.2.1. Principe de conservation

Un des grands principes de la chimie est que le nombre d’atomes de chaque sorte qui
constituent les corps se conserve au cours d'une réaction chimique, par contre les atomes
sont liés de manière différente entre eux.

Dans l'exemple précédent on vérifie bien ce principe.( on trouve autant d’atomes de C en


réactif qu’en produit et il en est de même pour les atomes d’oxygène)

On dit que l'équation-bilan est équilibrée, il faudra prendre garde lorsqu'on écrit une
équation-bilan que le principe de conservation soit bien respecté.

6.2.2. Comment équilibrer une équation-bilan ?

Considérons la combustion du méthane qui produit deux nouveau corps : du dioxyde de


carbone et de l'eau, pour établir l'équation-bilan de cette réaction :

Étape 1 : chercher la nature des réactifs et des produits

Le premier réactif est donné, c'est le méthane CH4. C'est une réaction de combustion,
donc le deuxième réactif est l’oxygène O2 contenu dans l'air.

Les produits sont le dioxyde de carbone CO2 et l'eau H2O.

L’équation-bilan s'écrit pour l'instant :

REACTIFS PRODUITS

CH4 + O2 CO2 + H2O


+ +
Figure 16: Première étape d'un équation-bilan

Étape 2 : Équilibrer l’équation-bilan.

Cette équation bilan n’est pas équilibrée, en effet :

coté réactifs nous avons 1 atome de C, 4 atomes de H et 2 atomes de O.

coté produits nous avons 1 atome de C, 2 atomes de H et 3 atomes de O

Dans cette l'équation-bilan (ci-dessus), on a considéré une molécule pour chaque corps
mais la réaction ne peut pas se réaliser avec ces proportions, car elle ne respecte pas le
Support de Formation EXP-PR-RT020-FR
Dernière Révision: 26/04/2007 Page 34 de 49
Exploration & Production
Rappels de Théorie
De l’atome à l’hydrocarbure

principe de conservation (les produits ont 2 atomes H en moins et 1 atome O en plus que
les réactifs)

Pour équilibrer l'équation-bilan on place des nombres devant la formule des corps, ils
représentent le nombre de molécules prises en compte.

On appelle ces nombre les coefficients stoechiométriques.

Pour équilibrer la réaction, il faut définir dans quelle proportion les molécules des corps
doivent réagir pour que le principe de conservation soit vérifié.

→ Équilibrons les atomes d'hydrogène H :

Il y a 4 atomes parmi les réactifs dans la molécule CH4.

Il y a seulement 2 atomes d'hydrogène parmi les produits dans la molécule H2O, il faut
donc 2 molécules d'eau pour retrouver les quatre atomes d'hydrogène.

REACTIFS PRODUITS

CH4 + O2 CO2 + H2O

+ +

Figure 17: Équilibration des atomes d'hydrogène

→ Équilibrons les atomes d'oxygène O :

Il y a 2 atomes parmi les réactifs dans la molécule O2 mais 4 atomes parmi les produits (2
dans CO2 et 2 dans 2 H2O). Il faut donc 2 molécules d’oxygène O2 dans les réactifs.

REACTIFS PRODUITS

CH4 + 2 O2 CO2 + 2H2O

+ +

Figure 18: Équilibration des atomes d'oxygène


Support de Formation EXP-PR-RT020-FR
Dernière Révision: 26/04/2007 Page 35 de 49
Exploration & Production
Rappels de Théorie
De l’atome à l’hydrocarbure

Avec ces proportions nous avons

coté réactifs 1 atome de C, 4 atomes de H et 4 atomes de O.

coté produits 1 atome de C, 4 atomes de H et 4 atomes de O

L'équation-bilan telle qu’elle doit être écrite pour être équilibrée s’écrit donc :

CH4 + 2O2 ===> CO2 + 2H2O

Remarques:

Les proportions entre les réactifs et les produits de la réaction ne varient plus,
on a atteint l'équilibre stationnaire.

Une équation-bilan ne sert qu'à déterminer les proportions dans lesquelles les
réactifs et/ou les produits réagissent ensemble.

Cette équation ne précise en aucune façon les proportions de CO2 obtenues à


l'équilibre stationnaire (fin de la réaction). Elle précise simplement qu'une
molécule de méthane doit réagir nécessairement avec deux molécules
d’oxygène pour donner une molécule de gaz carbonique et deux molécules
d’eau.

Pour aboutir à une réaction chimique à partir d’un ensemble de molécules, il va falloir
fournir l’énergie nécessaire à rompre ces liaisons qui ont été créées lors de la constitution
de ces molécules à partir des atomes qui les constitue, cette énergie se nome l’énergie de
cohésion.

Support de Formation EXP-PR-RT020-FR


Dernière Révision: 26/04/2007 Page 36 de 49
Exploration & Production
Rappels de Théorie
De l’atome à l’hydrocarbure

6.3. ÉNERGIE DE COHÉSION

Les divers atomes d’une molécule sont liés ensemble par des forces dépendant du
nombre d’électrons mis en commun, les liaisons covalentes.

Ces liaisons se rompent et/ou se créent lors de réactions chimique qui ont besoin ou qui
produisent de l’énergie thermique en fonction des liaisons rompues (pour les molécules
initiales) et des nouvelles liaisons créées pour les nouvelles molécules produites par cette
réaction chimique.

Par définition l’énergie de cohésion molaire est l’énergie qu’il faut apporter à une mole de
molécules, à l’état gazeux, pour les dissocier en leurs atomes à l’état gazeux.

Liaison Énergie Liaison Énergie Liaison Énergie


N-N 163 N=O 607 C=O 804
N=N 409 N-O 627 C-O 356
N≡N 944 C-H 412 H-H 436
N-H 386 C-C 348 O-H 463
N-C 305 C=C 602 O=O 496
N=C 615 C≡C 835 O-O 157

Table 6: Tableau des énergies molaires moyennes de liaison (en kJ.mol-1)

Exemple :

L’énergie de cohésion de la molécule d’éthanol C2H6O est l’énergie qu’il faut fournir à une
mole de molécules de ce produit à l’état gazeux pour dissocier toutes ses molécules en
atomes de C,H,O à l’état gazeux.

La formule développée de l’éthanol :

montre qu’il faut rompre 1 liaison C-C, 5 liaisons C-H, 1 liaison C-O et une liaison O-H, il
faut donc apporter ( voir tableau des énergies de cohésion)

= 1 * 348 + 5 * 412 + 1 * 356 + 1 * 463 = 3.23 10³ kJ/mol

Support de Formation EXP-PR-RT020-FR


Dernière Révision: 26/04/2007 Page 37 de 49
Exploration & Production
Rappels de Théorie
De l’atome à l’hydrocarbure

6.4. UNE RÉACTION CHIMIQUE PARTICULIÈRE : LA COMBUSTION

Les réactions de combustion sont des réactions chimiques qui dégagent de la chaleur
durant laquelle un combustible réagit avec un comburant (principalement de l’oxygène
O2).

La combustion d’un composant organique produit du dioxyde de carbone (CO2) et de l’eau


(H2O).

Une combustion est complète quand la réaction chimique est complète (les proportions de
combustible et d’O2 sont correctes) sinon la combustion est dite incomplète, le
combustible se décompose en sous produits (par exemple CO et H2)

Combustion complète : CH4 +2O2=>CO2 + 2H2O

Combustion incomplète: 2CH4 + 2 O2=> 3H2 + CO + H2O + CO2

Les ruptures de liaisons consomment de l’énergie et la formation de liaisons produisent de


l’énergie, on peut donc expliquer pourquoi et combien d’énergie produit la combustion d’un
hydrocarbure.

Exemple : Combustion du méthane CH4 (combustion complète d’une mole de méthane à


l’état gazeux)

Nous avons vu précédemment que l’équation bilan de la combustion du CH4 pouvait


s’écrire :
CH4 + 2O2 ===> CO2 + 2H2O

Figure 19: Combustion de méthane


Support de Formation EXP-PR-RT020-FR
Dernière Révision: 26/04/2007 Page 38 de 49
Exploration & Production
Rappels de Théorie
De l’atome à l’hydrocarbure

Cette réaction chimique va créer des ruptures de liaisons qui consomment de l'énergie et
des formations de liaisons qui libèrent de l'énergie : le bilan énergétique de ces
changements de structure représente l'énergie transférée au cours de la réaction.

Figure 20: Réactifs et produits de la combustion de méthane

LIAISONS ROMPUES pour « casser » les molécules des réactifs CH4 et O2

Nombre et nature Énergie requise (en kJ. mol-1)


4xC-H 4 x 412 = 1648
2xO=O 2 x 496 = 992
Total énergie consommée 2640 kJ. mol-1

LIAISONS FORMEES pour « créer » les molécules des produits CO2 et H2O

Nombre et nature Énergie requise (en kJ. mol-1)


4xC=O 2 x 804 =1608
4xO-H 4 x 463= 1852
Total énergie libérée 3460 kJ. mol-1

Le bilan montre que cette réaction produit plus d’énergie qu’elle n’en consomme elle est
dite exothermique, en effet l’énergie libérée par la création des liaisons des produits est
Support de Formation EXP-PR-RT020-FR
Dernière Révision: 26/04/2007 Page 39 de 49
Exploration & Production
Rappels de Théorie
De l’atome à l’hydrocarbure

supérieure de 820 kJ. mol-1 de celle qui a été consommée pour casser les liaisons des
réactifs (donc des molécules de méthane)

En brûlant, le méthane produit donc de l’énergie calorifique.

Remarques :

La chaleur de combustion du méthane :

est de - 820 kJ. mol-1 si l'eau est obtenue à l'état gazeux,

mais elle est de - 890 kJ. mol-1 si l’eau est obtenue à l'état liquide : la réaction est
plus exothermique si l'eau est à l’état liquide. (on ne dépense pas l’énergie
nécessaire à la vaporisation de l’eau)

Exemple détaillé : combustion du butane C4H10 (combustion complète d’une mole de


butane à l’état gazeux) :

Il faut d’abord écrire la réaction chimique :

C4H10 + a * O2 = b * CO2 + c * H2O, on doit retrouver à la fin de la combustion autant de


chacun des atomes (conservation de la matière)

On a 4 atomes de C dans C4H10 donc on peut écrire : C4H10 + a O2 = 4CO2 + c H2O

De même on a 10 atomes de H dans C4H10 on peut écrire : C4H10+ a O2 = 4CO2 + 5H2O

On a enfin de réaction 13 atomes de O (8 dans 4CO2 et 5 dans 5 H2O) d’où écriture de la


réaction : C4H10 + 13 / 2O2 = 4CO2 + 5H2O

Donc il faut fournir de l’énergie pour rompre les liaisons des moles de produit C4H10 et de
13 O2

A partir des formules développées de ces constituants (voir cas précédent) :

10 liaisons C-H et 3 liaisons C-C et 13/2 liaisons O=O soit 10 * 412 + 3 * 348 + 13 / 2 * 496
= 8388 kJ/mol

Les liaison CO2 et H2O vont produire de l’énergie : 8 liaisons C=O et 10 liaisons H-O soit
8 * 804 + 10 * 463 = 11062 kJ/mol

Le bilan montre que cette réaction produit plus d’énergie qu’elle n’en consomme, elle est
dite exothermique, la combustion du butane produit 11062-8388=2674 kJ/mol

Support de Formation EXP-PR-RT020-FR


Dernière Révision: 26/04/2007 Page 40 de 49
Exploration & Production
Rappels de Théorie
De l’atome à l’hydrocarbure

7. EXERCICES
1. Une mole de molécules correspond à 6,02 X 1023 molécules

‰ Vrai

‰ Faux

2. La quantité de matière d'une espèce chimique peut être exprimée par le nombre de
mole de cette espèce. La mole (mol) est donc l'unité de quantité de matière

‰ Vrai

‰ Faux

3. La relation n = m / M permet de calculer le nombre de moles d’une masse m d’un


composé de masse molaire M.

‰ Vrai

‰ Faux

4. La masse atomique de l'aluminium est M = 27 g. Un morceau d'aluminium de


masse m = 54 g contient n = 2,5 atomes d'aluminium.

‰ Vrai

‰ Faux

5. La relation n = c X V permet de calculer la quantité de matière d'un soluté


connaissant sa concentration et le volume V de la solution.

‰ Vrai

‰ Faux

6. La quantité de sucre contenue dans V = 20 mL d'une solution d'eau sucrée de


concentration c = 2,5 mol/L est n = 50 mol.

‰ Vrai

‰ Faux

Support de Formation EXP-PR-RT020-FR


Dernière Révision: 26/04/2007 Page 41 de 49
Exploration & Production
Rappels de Théorie
De l’atome à l’hydrocarbure

7. Le volume molaire Vm (en L / mol) d'un gaz est le volume occupé par une mole de
ce gaz. Il dépend de la température et de la pression

‰ Vrai

‰ Faux

8. La température exprimée en Celsius t et la température absolue T sont liées par la


relation :
T (K) = t (°C) + 273,15

‰ Vrai

‰ Faux

9. Une température t = 20 °C correspond à T = 253,15 °C

‰ Vrai

‰ Faux

10. Les conditions normales de température et de pression sont


P = 1,013 X 105 Pa abs et T = 273,15 K.
Hors système international d'unités, on peut dire que les conditions normales de
température et de pression sont P = 1,013 bar a et t = 0 °C.

‰ Vrai

‰ Faux

11. Dans les conditions normales de température et de pression (P = 1,013 X 105 Pa et


T = 273,15 K) le volume molaire est Vm = 22,4 L / mol.

‰ Vrai

‰ Faux

12. Si V désigne le volume d'un récipient contenant un gaz de volume molaire Vm,
alors la quantité (en mol) de ce gaz est n = V / Vm

‰ Vrai

‰ Faux

Support de Formation EXP-PR-RT020-FR


Dernière Révision: 26/04/2007 Page 42 de 49
Exploration & Production
Rappels de Théorie
De l’atome à l’hydrocarbure

13. On rappelle que (pour un gaz parfait) dans les conditions normales de température
et de pression on a Vm = 22,4 L./ mol. Un récipient de volume V = 10 L contient du
gaz carbonique dans les conditions normales de température et de pression. La
quantité de matière de gaz carbonique est n = 2,24 L.

‰ Vrai

‰ Faux

14. Si un gaz peut être assimilé à un gaz parfait, on sait que la pression P (en Pa), le
volume V (en m³), la quantité de matière (en mol) et la température (en K) sont liés
par la relation P V = n X R X T dans laquelle R = 8,314 J / (K.mol) représente la
"constante du gaz parfait".

‰ Vrai

‰ Faux

Support de Formation EXP-PR-RT020-FR


Dernière Révision: 26/04/2007 Page 43 de 49
Exploration & Production
Rappels de Théorie
De l’atome à l’hydrocarbure

8. GLOSSAIRE

Support de Formation EXP-PR-RT020-FR


Dernière Révision: 26/04/2007 Page 44 de 49
Exploration & Production
Rappels de Théorie
De l’atome à l’hydrocarbure

9. SOMMAIRE DES FIGURES


Figure 1: L'atome, la molécule et la matière ........................................................................5
Figure 2: Constitution de l'atome .........................................................................................6
Figure 3: Atome d’hydrogène...............................................................................................6
Figure 4: Atome de carbone ................................................................................................6
Figure 5: Répartition des électrons ......................................................................................8
Figure 6: Atome de carbone ................................................................................................9
Figure 7: Renseignements sur les éléments......................................................................16
Figure 8: Formule d’eau.....................................................................................................19
Figure 9: Représentation de Lewis ....................................................................................20
Figure 10: Atome d’hydrogène...........................................................................................22
Figure 11: Atome de carbone ............................................................................................22
Figure 12:Création de méthane CH4 ..................................................................................22
Figure 13: Changement d'état d’une matière.....................................................................25
Figure 14: Calculation de la masse molaire .......................................................................30
Figure 15: Réaction d'O2 et C ............................................................................................33
Figure 16: Première étape d'un équation-bilan ..................................................................34
Figure 17: Équilibration des atomes d'hydrogène ..............................................................35
Figure 18: Équilibration des atomes d'oxygène .................................................................35
Figure 19: Combustion de méthane...................................................................................38
Figure 20: Réactifs et produits de la combustion de méthane ...........................................39

Support de Formation EXP-PR-RT020-FR


Dernière Révision: 26/04/2007 Page 45 de 49
Exploration & Production
Rappels de Théorie
De l’atome à l’hydrocarbure

10. SOMMAIRE DES TABLES


Table 1: Répartition des électrons .......................................................................................8
Table 2: Liaisons covalentes des principaux atomes.........................................................11
Table 3: Liste alphabétique des principaux éléments chimiques .......................................14
Table 4: Combinaison des atomes ....................................................................................21
Table 5: Composition de l’air sec.......................................................................................24
Table 6: Tableau des énergies molaires moyennes de liaison (en kJ.mol-1).....................37

Support de Formation EXP-PR-RT020-FR


Dernière Révision: 26/04/2007 Page 46 de 49
Exploration & Production
Rappels de Théorie
De l’atome à l’hydrocarbure

11. CORRIGE DES EXERCICES


1. Une mole de molécules correspond à 6,02 X 1023 molécules

; Vrai

Une mole de molécules correspond à 6,02 X 1023 molécules.

2. La quantité de matière d'une espèce chimique est le nombre de mole de cette


espèce. La mole (mol) est donc l'unité de quantité de matière

; Vrai

La quantité de matière d'une espèce chimique est le nombre de mole de cette


espèce. La mole (mol) est donc l'unité de quantité de matière.

3. La relation n = m / M permet de calculer la quantité de matière d'un solide de


masse m et de masse molaire M.

; Vrai

La formule n = m / M permet de calculer la quantité de matière d'un solide de


masse m et de masse molaire M. Cette relation s'écrit aussi sous la forme évidente
m = n X M

4. La masse molaire atomique de l'aluminium est M = 27 g / mol. Un morceau


d'aluminium de masse m = 54 g contient n = 2,5 moles d'atomes d'aluminium.

; Faux

La masse molaire atomique de l'aluminium est M = 27 g / mol.


Un morceau d'aluminium de masse m = 54 g ne contient pas contient n = 2,5 moles
d'atomes d'aluminium.
La relation n = m / M donne n = 54 / 27 = 2 moles d'atomes d'aluminium.

5. La relation n = c X V permet de calculer la quantité de matière d'un soluté


connaissant sa concentration et le volume V de la solution.

; Vrai

La relation n = c X V permet de calculer la quantité de matière d'un soluté


connaissant sa concentration et le volume V de la solution.

Support de Formation EXP-PR-RT020-FR


Dernière Révision: 26/04/2007 Page 47 de 49
Exploration & Production
Rappels de Théorie
De l’atome à l’hydrocarbure

6. La quantité de matière de sucre contenue dans V = 20 mL d'une solution d'eau


sucrée de concentration c = 2,5 mol/L est n = 50 mol.

; Faux

La quantité de matière de sucre contenue dans V = 20 mL d'une solution d'eau


sucrée de concentration c = 2,5 mol/L n'est pas n = 50 mol.
Avec V = 20 mL = 0,020 L et c = 2,5 mol/L, la relation n = c X V donne n = 2,5 X
0,020 = 0,050 mole de sucre

7. Le volume molaire Vm (en L / mol) d'un gaz est le volume occupé par une mole de
ce gaz. Il dépend de la température et de la pression

; Vrai

Le volume molaire Vm (en L / mol) d'un gaz est le volume occupé par une mole de
ce gaz. Il dépend de la température et de la pression.

8. La température Celsius t et la température absolue T sont liées par la relation :


T (K) = t (°C) + 273,15

; Vrai

La température Celsius t et la température absolue T sont liées par la relation :


T (K) = t (°C) + 273,15

9. Une température t = 20 °C correspond à T = 253,15 °C

; Faux

Une température t = 20 °C ne correspond pas à T = 253,15 °C.


La relation T (K) = t (°C) + 273,15 donne T = 20 + 273,15 = 293,15 K

10. Les conditions normales de température et de pression sont p = 1,013 X 10^5 Pa et


T = 273,15 K.
Hors système international d'unités, on peut dire que les conditions normales de
température et de pression sont p = 1,013 bar et t = 0 °C.

; Vrai

Les conditions normales de température et de pression sont p = 1,013 X 10^5 Pa et


T = 273,15 K.
Hors système international d'unités, on peut dire que les conditions normales de
température et de pression sont p = 1,013 bar et t = 0 °C. En effet 1 bar = 105 Pa
et, d'après la relation T (K) = t ( °C ) + 273,15, si T = 273,15 K alors t = T - 273, 15 =
0 °C.

Support de Formation EXP-PR-RT020-FR


Dernière Révision: 26/04/2007 Page 48 de 49
Exploration & Production
Rappels de Théorie
De l’atome à l’hydrocarbure

11. Dans les conditions normales de température et de pression (p = 1,013 X 105 Pa et


T = 273,15 K) le volume molaire est Vm = 22,4 L / mol.

; Vrai

Dans les conditions normales de température et de pression (p = 1,013 X 105 Pa et


T = 273,15 K) le volume molaire est Vm = 22,4 L / mol.

12. Si V désigne le volume d'un récipient contenant un gaz de volume molaire Vm,
alors la quantité (en mol) de ce gaz est n = V / Vm

; Vrai

Si V désigne le volume d'un récipient contenant un gaz de volume molaire Vm,


alors la quantité (en mol) de ce gaz est n = V / Vm.

13. On rappelle que dans les conditions normales de température et de pression on a


Vm = 22,4 L./ mol
Un récipient de volume V = 10 L contient du gaz carbonique dans les conditions
normales de température et de pression. La quantité de matière de gaz carbonique
est n = 2,24 L.

; Faux

On rappelle que dans les conditions normales de température et de pression on a


Vm = 22,4 L. / mol
Un récipient de volume V = 10 L contient du gaz carbonique dans les conditions
normales de température et de pression. La quantité de matière de gaz carbonique
n'est pas n = 2,24 L.
En effet, le relation n = V / Vm donne n = 10 / 22,4 = 0,446 mol.

14. Si un gaz peut être assimilé à un gaz parfait, on sait que la pression p (en Pa), le
volume V (en m3), la quantité de matière (en mol) et la température (en K) sont liés
par la relation p V = n X R X T dans laquelle R = 8,314 J / (K.mol) représente la
"constante du gaz parfait".

; Vrai

Si un gaz peut être assimilé à un gaz parfait, on sait que la pression p (en Pa), le
volume V (en m3), la quantité de matière (en mol) et la température (en K) sont liés
par la relation p X V = n X R X T dans laquelle R = 8,314 J / (K.mol) représente la
"constante du gaz parfait".

Support de Formation EXP-PR-RT020-FR


Dernière Révision: 26/04/2007 Page 49 de 49