Vous êtes sur la page 1sur 4

3ème TRIMESTRE 2019 - N°75 - DÉCEMBRE 2019

TENDANCES FOCUS
Soutenue par la consommation des 100% santé : les opticiens voient
ménages, l’activité des TPE s’améliore l’avenir en gris...
au troisième trimestre 2019.
Ils redoutent l’impact du « reste à charge zéro »,
A l’exception de l’artisanat du bâtiment (- 1,8 %) et des applicable depuis le 1er janvier 2020, sur leur activité.
entreprises spécialisées dans la création et l’entretien
de parcs et jardins (-  2,5  %), la plupart des autres Lendemain de fêtes laborieux © Toute la presse en parle !

secteurs d’activité affichent un chiffre d’affaires relati- dans les magasins d’optique !
vement stable ou même en progression au troisième Et ce n’est pas la progression
trimestre 2019. Sur la même période, le PIB gagne d’activité enregistrée au troisième
0,3  % comme aux deux trimestres précédents. trimestre 2019 (+  1,9  % après
Tandis que la hausse de la consommation des + 0,2 % trois mois plus tôt) qui
ménages (+  0,4  % après +  0,2 %) stimule la per- suffira à rassurer les opticiens-
formance globale des TPE (+  0,1  % après -  0,4  %). lunetiers indépendants...
Une tendance qui profite notamment aux artisans Depuis le 1er janvier 2020, ils A tel point que la profession
de l’automobile (+  2,3  %), aux commerçants du sec- sont tenus de proposer des mon- émet aujourd’hui de sérieuses
teur culture et loisirs (+  2,5  %) et aux professionnels tures (17 modèles pour adultes et inquiétudes en ce qui concerne
de la santé (+ 1,5 %). 10 pour enfants en deux coloris) son avenir. Dès 2018, Alain Gerbel,
au prix unitaire maximum de président de la Fédération natio-
30 euros et sans aucun reste à nale des opticiens de France, aver-
0,1 % 0,4 % charge pour leurs clients. Même tissait : « On va transférer de l’ordre
chose pour les verres dont le tarif de 1 milliard d’euros de rembour-
3ème trimestre 2019 / octobre 2018 - sept. 2019 /
3ème trimestre 2018 octobre 2017 - sept. 2018 variera lui en fonction du type de sements à la charge exclusive de
correction. Si l’assuré choisit un notre profession, parce que cette

INDICES SECTORIELS équipement en dehors de cette réforme n’est pas financée ».


gamme « compatible RAC  0  », Le chiffre d’affaires des opticiens
le montant du remboursement français s’élève à 6,5 milliards
dépendra alors des garanties d’euros et pourrait enregistrer
Secteurs 3T 2 0 19 / 12 derniers prévues à son contrat. Mais un repli de 2  % en 2019 selon
d’activités 3T 2018 mois
attention : la participation des le cabinet Xerfi. Depuis 2016,
complémentaires est désormais 200 magasins baissent définiti-
Commerces plafonnée à 100 euros (contre vement le rideau chaque année.
0,4 % 0,4 %
et services 150 auparavant). Et il ne reste plus que 12 000
Baisse des niveaux de prise en marchands de lunettes dans
Alimentaire 1,8 % 1,6 %
charge, obligation de respecter l’Hexagone aujourd’hui... Un repli
Services 0,1 % 0,5 % une durée de deux années pour qui risque encore de s’accentuer
obtenir le remboursement de ses avec l’émergence attendue d’en-
Bâtiment - 1,8 % 0,3 %
nouvelles lunettes, développe- seignes d’optique discount (lan-
Équipement de ment d’une offre discount, reste cées par la grande distribution...)
la maison et 0,4 % - 0,8 % à charge zéro : la pression sur et le développement des sites de
de la personne
les tarifs ne cesse de s’alourdir. vente de lunettes low-cost.
La composition des échantillons statistiques n’étant pas totalement
identique, des écarts peuvent apparaître entre ces indices sectoriels
et les chiffres de l’indice d’activité des TPE en page 2.

Étude réalisée auprès des petites entreprises adhérentes


des Centres de Gestion Agréés, membres de la FCGA.
TENDANCES
Taux d’accroissement du chiffre d’affaires : 3ème trimestre 2019 / 3ème trimestre 2018

AGRICULTURE SYLVICULTURE OSTREICULTURE CULTURE & LOISIRS


Parcs et jardins - 2,5 % - 2,5 % Librairie - papeterie - presse + 2,6 %

AUTOMOBILE - MOTO Articles sport, pêche et chasse + 1,2 %

Carrosserie automobile 2,2 % Tabac - journaux - jeux + 2,5 % + 2,5 %

Auto, vente et réparation 2,2 % + 2,3 % Studio photographique + 1,4 %

Moto vente et réparation 3,8 % Commerce - réparation cycles + 5,2 %

BAR - HÔTELLERIE - RESTAURATION ÉQUIPEMENT DE LA MAISON


Hôtel - restaurant - 2,1 % Electroménager - TV - HIFI - 0,1 %

Hôtellerie de plein air - 1,5 % Magasins de bricolage + 4,3 %


- 0,4 %
Restauration + 0,5 % Fleuriste + 1,1 %
- 0,2 %
Café - 1,3 % Vaisselle, verrerie, faïence,luminaire - 2,7 %

BÂTIMENT Meuble - 7,5 %

Couverture - 1,7 % Ebénisterie + 4,6 %

Maçonnerie - 3,8 % ÉQUIPEMENT DE LA PERSONNE


Electricité - 0,3 % Mercerie - lingerie - laine + 3,7 %

Plomberie, chauffage, sanitaire - 3,9 % Vêtements enfants - 1,0 %

Plâtrerie - staff - décoration - 0,4 % - 1,8 % Prêt-à-porter + 1,2 %


+ 1,2 %
Menuiserie - 0,5 % Chaussures + 0,9 %

Carrelage, faïence - 2,9 % Maroquinerie et articles de voyage - 2,6 %

Peinture bâtiment - 3,3 % Horlogerie - bijouterie + 1,7 %

Terrassements, travaux publics + 1,4 % SANTÉ


BEAUTÉ - ESTHÉTIQUE Pharmacie + 1,5 %
+ 1,5 %
Parfumerie + 3,5 % Optique - lunetterie + 1,9 %

Coiffure - 0,3 % + 0,1 % SERVICES


Esthétique + 1,9 % Laverie pressing - 2,1 %

COMMERCE DE DÉTAIL ALIMENTAIRE Entreprise de nettoyage + 4,1 %


+ 0,4 %
Charcuterie + 2,5 % Agence immobilière - 4,3 %

Boulangerie - pâtisserie + 2,5 % Pompes funèbres - 2,0 %

Pâtisserie + 4,0 % Réparation, retouche vêtements - 3,1 %

Alimentation générale + 1,6 % TRANSPORTS


Fruits et légumes + 6,8 % + 1,8 % Taxis - ambulances - 3,8 %
- 2,5 %
Boucherie - charcuterie + 0,2 % Transport de marchandises - 1,9 %

Poissonnerie - primeurs - 0,9 %

Vins, spiritueux, boissons diverses + 0,3 %


Les flèches indiquent la tendance du taux d’activité trimestriel par rapport à
Crèmerie + 8,9 % la même période de l’année précédente.

À LA HAUSSE LES DÉTAILLANTS EN FRUITS ET LÉGUMES À LA BAISSE LES TRANSPORTS

Après les crémiers-fromagers (+  8,9  %), les commerces spécialisés C’est la plus forte baisse d’activité du troisième trimestre 2019 :
dans la vente de fruits et légumes enregistrent la plus forte hausse -  2,5  %. Tributaires de l’activité économique de leurs clients, les
d’activité du commerce de détail alimentaire au troisième trimestre petites entreprises de transport routier de marchandises sont lour-
2019 : + 6,8 % . Un bond spectaculaire qui vient combler la mau- dement impactées par la morosité de la conjoncture, notamment
vaise performance du trimestre précédent (-  0,4  %). A l’approche dans le commerce de détail généraliste. Conséquence : un chiffre
des beaux jours, les détaillants tirent profit du regain de consom- d’affaires en repli de 1,9 % au troisième trimestre 2019. La situation
mation estivale. L’offre de fruits et légumes d’été relance l’activité se dégrade encore plus dans le transport individuel de personnes
en boutique comme sur les marchés. Mais la hausse des prix (taxis et ambulances) avec une activité en baisse de 3,8 %. Concur-
explique aussi en partie cette progression de chiffre d’affaires. rence des VTC et diversification des modes de transport obligent...

- 3ème TRIMESTRE 2019 - N°75 - DÉCEMBRE 2019


BAROMÈTRE LA FORMATION DANS LES TPE
Taux de participation, besoins prioritaires, prestataires préférés... Cette étude inédite de la FCGA
décrypte les pratiques et usages de la formation dans les petites entreprises.

LE TAUX DE PARTICIPATION

A la question préalable « Avez-vous de la santé (pharmaciens, opticiens...) LES BESOINS EN FORMATION


participé à une action de formation au qui arrivent largement en tête des sec-
cours des douze derniers mois ? », près teurs qui recourent le plus à la forma-
de 66  % des sondés répondent par la tion continue (75  %). Une performance Efficacité
négative tandis qu’un peu moins de qui s’explique par la technicité de ces professionnelle 49,00 %

30 % d’entre eux affirment avoir assisté métiers, l’évolution constante de leur Communication
et commercial
43,60 %
à une session pédagogique. Et parmi environnement réglementaire, scienti- Gestion comptabilité 43,10 %
ces derniers, ce sont les professionnels fique et technologique.
Informatique 40,50 %

Santé 75,00 %
Mieux gérer son temps, savoir définir ses objec-
Culture et loisirs 36,00 % tifs, apprendre à tirer parti de nouvelles techno-
Transports 24,70 % logies pour optimiser son organisation... : près
Commerce de détail alimentaire 24,40 % d’un dirigeant de TPE (49  %) sur deux estime
Beauté, esthétique 23,20 % qu’il a prioritairement besoin d’une formation en
Equipement de la maison 19,00 % efficacité professionnelle. Sans surprise, ce sont
Automobile 14,00 % ensuite les stages portant sur la communication
Bâtiment 14,00 % et le développement commercial qui sont cités
Equipement de la personne 8,80 %
(43,6  %). Pour une proportion comparable
Café,hôtellerie,restauration 8,80 %
d’entrepreneurs (43,1 %) se former à la gestion
et à la comptabilité est le besoin le plus important.
Tandis que la formation en informatique est
une priorité pour un peu plus de 40  % des
professionnels.
LE CRÉDIT D’IMPÔT FORMATION

Méconnaissance du dispositif, oubli bile et 9,7  % dans les métiers de la


LES PRINCIPAUX PRESTATAIRES
ou manque de conseil ? A l’exception santé) des artisans et commerçants
notables des exploitants d’instituts questionnés ont bénéficié du crédit
de beauté et de soins esthétiques d’impôt formation du chef d’entreprise Organismes
(25,9  %), une très faible proportion sur le dernier exercice comptable. professionnels 48,23 %

(comprise entre 0,0% pour l’automo- Organismes


32,58 %
de gestion
Experts
comptables 17,15 %

Beauté, esthétique 25,90 % Autres 16,88 %


Organismes
Santé 9,70 % consulaires 8,36 %

Commerce de détail alimentaire 8,90 %


Culture et loisirs 8,00 % Les principaux prestataires en formation des
7,80 % petites entreprises sont les organisations profes-
Transports
sionnelles dont ils relèvent (48,23 %) et les orga-
Equipement de la personne 5,90 % nismes de gestion agréés (32,58 %). Les premiers
Café,hôtellerie,restauration 5,90 % tirent avantage de leur expertise technique de
Bâtiment 4,10 %
la filière dans laquelle évoluent leurs membres.
De leur côté, les OGA disposent d’une connais-
Equipement de la maison 1,60 % sance fine de leurs adhérents et de compétences
Automobile 0,00 % transversales qui leur permettent de former des
professionnels issus de tous les secteurs d’activité.

- 3ème TRIMESTRE 2019 - N°75 - DÉCEMBRE 2019


PAROLE À...
Chrystelle DERRIEN, présidente de l’Opcommerce

Le premier frein au développement de la formation dans


les petites entreprises du commerce, c’est la complexité  :
complexité des dispositifs, complexité du marché de la
formation, complexité des financements...
© Opcommerce

Quel est « l’état des lieux » de la for- Comment, selon vous, peut-on inciter Dans les deux cas, il s’agit d’accompagner
mation continue dans les petites les commerçants à se former de le commerçant dans la construction d’un
entreprises du commerce ? manière plus régulière et plus fré- plan d’action à court et moyen terme, avec
quente ? Quels sont les principaux l’aide d’un consultant.
Le taux d’accès à la formation des entre- freins qui les dissuadent de s’inscrire
prises de moins de 50 salariés adhé- à des sessions de formation ? Moins de 8 mois après votre élection
rentes à l’Opcommerce est de 20   %. à la présidence de l’Opcommerce,
On se situe dans une vraie dynamique. Le premier frein au développement de quel premier bilan tirez-vous de votre
En 2018, près de 50 000 stagiaires issus la formation dans les petites entreprises mandat et quels seront vos principaux
d’entreprises de moins de 50 salariés du commerce, c’est la complexité  : com- chantiers en 2020 ?
plexité des dispositifs, complexité du
ont bénéficié d’une formation, soit Mon élection est intervenue à la suite de
marché de la formation, complexité des
une progression de 59   % par rapport l’agrément de l’Opcommerce par l’Etat en
financements... Or les commerçants n’ont
à l’année précédente. Nous avons un tant qu’opérateur de compétences du com-
pas de temps à perdre. Le premier levier
challenge à relever : celui du dévelop- merce, suite à la loi Avenir professionnel
de développement de la formation, c’est
pement de l’alternance dans les petites donc la simplification des procédures. du 5 septembre 2018.
entreprises du commerce. L’Opcommerce propose deux plateformes
Depuis 8 mois, nous avons donc travaillé
Quelles sont les principales tendances Internet à ses entreprises adhérentes, avec les membres du Conseil d’admi-
Click&Form et Click&Form micro learning.
de la formation dans les TPE du com- nistration sur la mise en place de cette
En quelques clics, elles leur permettent
merce et de l’artisanat commercial ? nouvelle structure, qui a succédé au Forco,
de trouver la formation qui leur convient
et qui représente désormais 100 000
On peut en citer deux. D’une part, la qualité et d’y inscrire leurs salariés. entreprises adhérentes et 1,7  million de
de la relation clients qui reste la préoc- salariés. Aujourd’hui, l’Opcommerce est
Second levier pour inciter les commerçants
cupation numéro un des entreprises du à recourir à la formation, les diagnostics. opérationnel et ses équipes peuvent se
commerce. D’autre part, on trouve tout ce Le principe est de mettre la formation concentrer sur les trois chantiers priori-
qui a trait à la digitalisation, qu’il s’agisse et, plus généralement, le développement taires pour 2020 : développer l’alternance
d’optimiser les processus internes, afin de compétences au service de la stratégie dans les entreprises, favoriser l’accès à
de faciliter la communication et rendre de l’entreprise. L’Opcommerce propose la formation des salariés des TPE-PME
plus efficace l’organisation du travail, ou plusieurs diagnostics, parmi lesquels et donner encore plus de la visibilité
de booster son business grâce à des solu- Cap compétences commerce et Cap sur aux branches et aux entreprises du com-
tions de e-commerce ou en investissant le digital, pris en charge à 100  % pour merce sur l’évolution des métiers et
les réseaux sociaux. les entreprises de moins de 50 salariés. des compétences.

Propos recueillis par Nasser NEGROUCHE

3ème TRIMESTRE 2019 - N°75 - DÉCEMBRE 2019

La FCGA et les Banques Populaires s’associent pour publier chaque trimestre l’évolution des chiffres Co-éditeurs : FCGA - 2, rue Meissonier 75017 PARIS - www.fcga.fr / BPCE - 50, avenue Pierre Mendès France
d’affaires des principaux métiers de l’artisanat, du commerce et des services. Les chiffres publiés - 75201 PARIS Cedex 13 - RCS Paris N° 493 455 042 www.banquepopulaire.fr • Directeur de la publication :
proviennent de l’exploitation, par la FCGA, de données communiquées volontairement par les Yves MARMONT • Directeur de rédaction : Sabine CALBA • Rédaction en chef : Nasser NEGROUCHE •
adhérents des CGA répartis sur l’ensemble du territoire. Maquette création : créateurs2pixels / Réalisation : VE design • Impression : IMPRIMERIE JULIEN
• Crédit photos : TLPEP - Opcommerce • Tirage 26 389 exemplaires • Périodicité trimestrielle
Les indices d’activité sont calculés chaque trimestre, à partir des chiffres d’affaires d’un échantillon
• Cible  :  acteurs économiques, organisations professionnelles et consulaires, collectivités territoriales,
de 17 000 petites entreprises de l’artisanat, du commerce et des services. Pour toute demande
d’information sur les indicateurs, contactez la FCGA : 01 42 67 80 62 - E-mail : info@fcga.fr presse professionnelle, économique et financière, nationale et régionale • N° ISSN : 1632.1014