Vous êtes sur la page 1sur 19

RAPPORT DE

STAGE
EFFECTUE A LA COMMUNE URBAINE DE TAZA

 Réalisé par : Mohamed EL KARTIT


 Encadré par : Mohamed ABBASSI

REMERCIEMENTS

Année universitaire : 2014/2015


J'adresse mes remerciements à La commune urbaine de Taza pour
m'avoir permis d'effectuer mon stage au sein de leur établissement.
Mes profonds reconnaissances et remerciements à Mr. ABBASSI de la
division budget et marchés publics de la commune urbaine de Taza pour ses
conseils, sont encadrement, et ses informations les plus précieuses et
judicieuses.

J’exprime également ma gratitude à l’égard de l’ensemble des


fonctionnaires pour leurs précieuses aides ainsi que leur sympathie qui ont
favorisé mon intégration dans la commune et qui ont concouru à rendre ce
passage agréable.

Pour finir, j’adresse mes grands remerciements à toutes les


personnes qui m’ont aidé de près ou de loin dans l'accomplissement de ce
travail, ainsi la Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales de
Mohammedia qui nous a permis d’avoir une bonne formation en licence
professionnelle Administration et Gestion des Collectivités Locales tout
au fil de l’année universitaire.

Introduction

1
Le présent rapport est le fruit d'un stage pratique effectué à la lumière de la
formation que nous offre FSJES dans le cadre d'un cycle de formation
Licence Professionnelle « Administration et Gestion des Collectivités
Locales ». Il couronne une période d’an durant laquelle nous avons tiré
profit de la qualité des connaissances théoriques offertes par ses
enseignants.

Le stage effectué avait pour but, permettre de tester les capacités


personnelles et établir un premier pas vers le monde du travail.

Les connaissances théoriques ne suffisent pas dans le monde du travail.


Certes, ce sont des acquis nécessaires et fondamentaux, mais tout ce qui
manque c’est de savoir les adapter et les concrétisés aux besoins de la
réalité.

Bref, le stage de formation est l’un des meilleurs moyens qui permet de
surmonter les grandes difficultés qui entravent le passage au monde du
travail et d’affranchir le premier pas vers plus des acquis sur le plan
professionnel. Il nous a permis de concrétiser les compétences acquises afin
de perfectionner nos capacités et nos connaissances théoriques et
humaines au sein d’une organisation publique voire une collectivité locale.

2
Partie I :

Les collectivités territoriales au


Maroc

Partie I : Les collectivités territoriales au Maroc

3
La commune est une collectivité territoriale de droit public dotée de la personnalité
morale et de l’autonomie financière. On en distingue : commune urbaine et commune
rurale. Elle est créée et peut être supprimée par décret.

La commune marocaine moderne est l’héritière d’une tradition d’autonomie des


groupements de base qui plonge profondément ses racines dans le passé.

Pour étayer ce propos, il importe de parcourir l’histoire de la commune à travers les


principales étapes de l’organisation communale, avant et sous le protectorat et après
l’indépendance où on a assisté à la genèse de la première charte communale.

1- Vision général sur les collectivités territoriales au Royaume

Les collectivités locales au Maroc reposent sur un système complexe dans lequel
les régions et les préfectures ou provinces — respectivement à dominante urbaine ou
rurale — concernent aussi bien la décentralisation que la déconcentration ; elles
constituent donc des « niveaux de dédoublement fonctionnel »1.

Depuis le dernier découpage administratif de 2009, 16 régions associées à 17wilayas —


la région de Tanger-Tétouan en comprenant deux — rassemblent 75 préfectures ou
provinces (13 préfectures et 62 provinces) regroupant 1 503communes (221 urbaines
et 1 282 rurales) ; l'échelon de la commune étant le plus ancien dans le cadre de la
décentralisation.

2- Organisation administrative du royaume


La région :
Les régions, instituées par l'article 100 de la Constitution, sont des collectivités locales
dotées de la personnalité morale et de l'autonomie financière.

4
Les compétences de la région :
 Elaborer le plan de développement économique et social de la Région;
 Elaborer un schéma régional d’aménagement du territoire;
 Engager les actions nécessaires à la promotion des investissements privés;
 Engager les actions nécessaires à la promotion des activités sportives et
socioculturelles;
 Adopter toutes mesures en matière de formation professionnelle….

La préfecture :
Les préfectures sont des collectivités territoriales dotées de la personnalité morale et de
l'autonomie financière. Les affaires de la collectivité préfectorale sont gérées par un
conseil élu, dont la durée du mandat et les conditions d'élection sont prévues par les
dispositions de la loi formant code électoral.

Les compétences de la préfecture:


 Participer à la réalisation et à l'entretien des routes préfectorales ou provinciales;
 Décider de la création et des modes de gestion du service public de transport
 Contribuer à la réalisation des programmes d'habitat ou de restructuration de
l'urbanisme et de l'habitat précaire dans les milieux urbain et rural;
 Contribuer à la préservation, la réhabilitation et la valorisation des sites naturels et
du patrimoine historique, culturel et artistique …..

La commune :
Les communes sont des collectivités territoriales de droit public, dotées de la
personnalité morale et de l’autonomie financière. Elles sont divisées en communes
urbaines et en communes rurales. «La charte communale»

5
Les compétences de la commune:
 Arrêter le plan de développement communal;
 Décider des mesures à prendre pour assurer le développement économique, social et
culturel de la commune.
 Décider de la création et de la gestion des services publics communaux
 Veiller au respect des documents d’urbanisme et d’aménagement du territoire;
 Engager toutes actions de coopération et de partenariat ……

Evolution de la décentralisation :

1959-1963 : Naissance de la Décentralisation.


 Premier découpage communal;
 Première loi électorale;
 Première charte communale : attributions limitées et exécutif bicéphale;
 Organisation préfectorale et provinciale;
 Premières législation instituant des taxes municipales;
 Création du FEC.
1976 : Première réforme de la Décentralisation.
 Transfert des compétences de l’Etat vers les Communes.
 Transfert de l’exécutif communal aux élus.
 La Commune renforce ses compétences et consolide ses moyens.
 Institution du régime des Communautés Urbaines.

1986-1998 : Consolidation de la Première Réforme de la Décentralisation.


 Première Réforme de la fiscalité locale (loi 30 – 89);
 Réforme du FEC;
 Nouveau découpage communal;
 Transfert par l’Etat aux collectivités locales de 30% de la TVA;

6
 Création d’une nouvelle collectivité locale : la Région.
1999-2006 : Deuxième Réforme de la Décentralisation:
 Nouvelles chartes communale, préfectorale et provinciale :
 É largissement et clarification des compétences des conseils et des présidents;
 Amélioration du statut de l’Elu;
 Mode de scrutin (uninominal et liste);
 Mandat du président porté à 6 ans;
 Pouvoir étendu en matière de gestion de ressources humaines;
 Rô le important des communes dans le développement social;
 Retour à l’unité de la ville et création des arrondissements.
 Renforcement des possibilités d’emprunt :
 Consolidation du FEC (restructuration et capitalisation)
2006 - 2010: Troisième Réforme de la Décentralisation :
 Révision de la charte communale :
 Amélioration du statut de l’élu
 Amélioration de la gouvernance des assemblées
 Renforcement des outils de partenariat (SDL, groupement de CT, gestion
déféquée……)
Réforme de l’organisation financière :
 Réaménagement du contrô le et amélioration des règles budgétaires
 Simplification des procédures
Réforme de la fiscalité locale :
 Renforcement du pouvoir fiscal des élus
 Modernisation du dispositif fiscal.

3- La commune urbaine de Taza

7
La commune urbaine de Taza est gérée par un conseil municipal qui est composé de 39
élus présidés par MR HAMID KOUSKOUS et 9 vices président.

Il se réunit quatre fois en séances ouvertes au public, pour prend toutes les décisions
concernant la vie de la commune suivant un ordre du jour désigné par le bureau et
préparé par les commissions concernées conformément à la charte communale.

La commune urbain de Taza se compose de plusieurs divisions et services (voir


organigramme 1), qui sont sous l’autorité du président, et la cordonnée du secrétaire
général.

Aperçu sur les organes de la commune :

 Le président :
Le président est élu parmi les membres du conseil avec les vices président, il est
l’autorité exécutive du conseil, il exerce également des pouvoirs qui lui sont attribués
par la loi notamment le domaine de la police administrative, il est également officier
d’état civil le président en conséquence l’autorité centrale de la commune, il gère ses
affaires.

 Secrétariat général :

8
En application des articles 16 et 17 du décret N° : 2-77-738 du 27 septembre 1977 le
secrétariat général coordonne les travaux de tous les services de la commune et assure
l’exécution des décisions du Président de la commune et s’occupe de créer une
dynamique dans le travail de l’administration. Celui-ci est nommé parmi les
fonctionnaires de l’état ou de la commune par décision du président éprouvée par le
ministre de l’intérieur.

 Secrétariat du conseil :
Le conseil communal élié parmi ses membres sachant lire et écrire en dehors du bureau
(vice-président) en scrutin secret et à la majorité relative des membres en exercice, un
secrétaire chargé de la réduction et de la conservation des procès-verbaux. Le conseil
élit également adjoint qui remplacera le secrétaire en cas d’absence ou empêchement.

Le président désigne en accord avec le conseil parmi les fonctionnaires de la commune


un secrétaire en cas de nécessité chargé des mêmes fonctionnaires sous la
responsabilité du membre titulaire.

Le conseil se réunie en quatre sessions ordinaires chaque année (février, avril, juillet,
octobre) comme il peut se réunir en cas urgent en session extraordinaire. Le service
secrétariat conseil est chargé de la rédaction, conservation des P.V concernant les
délibérations du conseil, des commissions et des activités du conseil en général.

 Bureau d’ordre :

Le bureau est le centre moteur de l’administration. La tâ che dont s’occupe le bureau


d’ordre, il envoie toutes les correspondances données par les services c’est ce qu’on
appelle le Courier départ. Ce Courier départ, de même que le Courier arrivé doit être
enregistré numéroté et daté.

 La police administrative :
Police administrative c’est l’ensemble des actions de l’administration qui ont pour but
d’assurer le maintien de l’ordre public pour une réglementation des activités des
individus, le président des collectivités local exerce en effet, leurs attributions (article 50
de la charte communal) sous le contrô le de l’autorité supérieure par voie d’arrêtés
réglementaires et par des mesures individuelles : (injonction, dépenses,
autorisations).les arrêtés réglementaires sont soumis au visa du ministère de l’intérieur

9
ou de son délégué. Ce contrô le la tutelle permettra de résoudre les conflits qui n’auraient
pu l’être localement et d’homogénéiser l’application pratique de l’article de la charte
communal.

4- Organigramme de la commune urbaine de Taza :


Président du Conseil
10
11
Affaires Juridiques et contentieux
Gestion de Patrimoine
Documentation des affaires administratives
Div. Du Patrimoine et des Affaires Juridiques et contentieux
Affaires Economiques Contrôle des Patentes et permis d’habitat Service d’environnement
Service assiettes fiscales Patente et Archives Service espaces Verts
Service Comptabilité Etudes urbanistiques et Investissements Service Technique
Div. Des Ressources Financières Div. D’Urbanisme et D’Investissement
Div. Affaires Techniques d’environnement et espaces
Autorisations Commerciales et Professionnelles Service Formation Continue Service des Affaires Sportives
Budget et Equipements Service Comptabilité Service des Affaires Culturelles
Service Marchés Publiques Service Personnel Service des Affaires Sociales
Division des Affaires Sociales
v. des Affaires Economiques de Finance et d’équipement
Division des RH et des Moyens Généraux et Sportives
Cellule de Communication Secrétariat Bureau D’Ordre Chargé de Mission
Secrétaire Général Cabinet
2EME PARTIE :
SERVICE DES MARCHES

12
2EME PARTIE : SERVICE DES MARCHES

I. Dispositions générales 

1. Marché :

Contrat à titre onéreux conclu entre, d'une part, un maître d'ouvrage et, d'autre part, une
personne physique ou morale appelée entrepreneur, fournisseur ou prestataire de
services ayant pour objet l'exécution de travaux, la livraison de fournitures ou la
réalisation de prestations de services

2. Les cahiers des prescriptions spéciales « CPS » :

Fixent les clauses propres à chaque marché et comportent la référence aux textes
généraux applicables et l'indication des articles des cahiers des prescriptions communes
et, le cas échéant, de ceux des cahiers des clauses administratives générales auxquels il
est éventuellement dérogé en vertu des dispositions desdits cahiers.

2.1. L’avis d’appel d’offre :

Précise des informations concernant le marché :

 Le numéro de l’appel d’offre

 L’objet et le lieu du marché

 Date ouverture des plis

 Cautionnement provisoire (fixé à 1,5 % du montant global du marché)

 Les documents des deux dossiers administratif et technique.

Les avis d’appel d’offre doivent être rédigés en arabe et en français

2.2. Acte d’engagement :

Acte par lequel le concurrent s'engage à réaliser les prestations objet du marché
conformément aux conditions prévues aux cahiers des charges et moyennant un prix
qu'il propose. Il est établi en un seul exemplaire sur ou d'après un imprimé dont le

13
modèle est fixé par décision du Premier ministre pris après avis de la commission des
marchés.

2.3. Sous détail des prix :

Document qui fait apparaître, pour chacun des prix du bordereau, ou seulement pour
ceux d'entre eux désignés dans le cahier des prescriptions spéciales, les quantités et
le montant des matériaux et fournitures, de la main-d’œuvre, des frais de
fonctionnement du matériel, des frais généraux, taxes et marges ; ce document n'a pas
de valeur contractuelle sauf disposition contraire prévue dans le marché ;

2.4. Prestations :

Travaux, fournitures ou services.

2.5. Détail estimatif :

Document qui, pour un marché à prix unitaires, contient une décomposition des
prestations à exécuter par poste et indique, pour chaque poste, la quantité présumée et
le prix unitaire correspondant du bordereau des prix

3. les tâches du service marché :

3.1. Vérification du cahier des prescriptions spéciales (CPS) 

3.2.1. Réception du CPS :

Après expression des besoins en investissement, la division des équipements élabore le


CPS et l’envoie au service des marchés.

3.2.2. Vérification du CPS :

La vérification du CPS porte sur :

 Montant des crédits et leur disponibilité

 Clauses juridiques et techniques

14
3.2.3. Elaboration du règlement de consultation

Le règlement de consultation est un document qui regroupe des articles  définissant les
conditions requises des concurrents et les informant sur les pièces à fournir.

3.2. Envoi du CPS à la trésorerie communale

3.2.1. Transmission du CPS à la trésorerie communale

Le service des marchés transmet le dossier du marché à la Trésorerie Communale qui


s’assure de la régularité de :

 Forme : des documents du dossier, et des clauses administratives du marché.

 Fond : la disponibilité du crédit destiné au financement du dit marché et son


imputation budgétaire.

3.2.2. Réception du CPS :

La trésorerie transmet le dossier du marché accompagné d’une note d’observations


contenant les rectifications à faire.

3.3. Préparation de l’appel d’offre : 

3.3.1. Rédaction des avis des appels d’offre

L’appel d’offre peut être soit restreint, soit ouvert, mais le plus courant et l’ouvert.

L’avis d’appel d’offre précise des informations concernant le marché :

a. Le numéro de l’appel d’offre

b. L’objet et le lieu du marché

c. Date ouverture des plis

d. Cautionnement provisoire (fixé à 1,5 % du montant global du marché)

e. Les documents des deux dossiers administratif et technique.

Les avis d’appel d’offre doivent être rédigés en arabe et en français.

3.3.2. Publication des avis d’appel d’offre

15
La publication doit se faire sur, au moins, deux journaux à diffusion nationale (un arabe,
et un autre français) et sur le portail des marchés publics (l’avis et le CPS). Il est à
préciser que les avis doivent être publiés 21 jours fermes avant la séance d’ouverture
des plis.

Il est à noter que si la publication ne respecte pas le délai de 21 jours avant l’ouverture
des plis, l’appel d’offre s’annule en attendant de relancer un nouvel appel d’offre.

3.4. Préparation de l’ouverture des plis 

3.4.1. Mise à disposition des CPS aux concurrents

Les concurrents se présentent au service des marchés pour récupérer une copie du CPS.

3.4.2. Elaboration de la décision de nomination des membres

La décision de nomination est l’acte de désignation des membres de la commission :

 Président de la commission qui est le représentant du maître d’ouvrage assisté par


deux représentants du maître d’ouvrage : (leur désignation fait objet d’un tirage au sort
au début de la séance de l’ouverture des plis)

 Un représentant du service des marchés

 Représentant de la trésorerie préfectorale.

Et toute autre personne, dont la participation est jugée utile.

3.4.3. Elaboration des convocations des membres

Communication des convocations et avis d’appel d’offre et tout autre document


nécessaire aux membres de la commission au moins sept jours, avant l’ouverture des
plis.

3.4.4. Réception des plis des concurrents

16
Le service des marchés reçoit les plis des concurrents soit :

 Déposés contre récépissé au service des marchés

 Envoyés par courrier recommandé avec accusé de réception

 Remis séance tenante au président de la commission

3.5. Ouverture des plis

3.5.1. Rempli de la fiche de dépouillement

La fiche de dépouillement illustre la liste des concurrents, avec les pièces fournies, ainsi
que le montant de l’acte d’engagement et les observations de la commission.

3.5.2. Ouverture des plis des concurrents

Le président de la commission remet aux membres un support écrit sur l’estimation du


coû t du marché. La commission examine d’abord les dossiers administratifs et
techniques et écarte les concurrents qui n’ont pas présenté le cautionnement provisoire
et les références techniques. Elle procède par la suite à l’examen des dossiers financiers.
Les plis comprennent : un dossier administratif (déclaration sur l’honneur, attestation
fiscale, attestation CNSS, registre de commerce, statut, cautionnement provisoire),
dossier technique (moyens humains et matériels, références techniques en plus de
l’attestation de la classification au cas où le montant du marché est supérieur à 2
millions de dirhams).

3.5.3. Attribution du marché

La commission attribue le marché provisoirement au concurrent le moins disant. Dans le


cas de l’absence de certaines pièces, déterminées par la loi, dans le dossier de
l’attributaire provisoire du marché, la commission retient son offre sous réserve de la
production des dites pièces dans un délai de 5 jours, le lendemain de la séance de
l’ouverture des plis.

3.5.4. Rédaction du procès-verbal

17
Le procès-verbal reflétant:

 les observations ou protestations présentées au cours des opérations d’examen des


offres ;

 Les motifs d’élimination des concurrents écartés ;

 Les raisons d’admission de l’offre jugée la plus avantageuse.

3.6. Saisi des prix et évaluation des offres des concurrents 

3.6.1. Saisi des prix proposés par chaque concurrent et l’évaluation des offres

Le service des marchés saisi les prix des offres des concurrents sur l’application qui fait
apparaître des prix excessifs et prix bas.

L’application trie les prix et distingue ceux bas (inférieur à 25% de la moyenne
arithmétique de l’estimation du maître d’ouvrage) de ceux excessifs (supérieur à 25%
de la moyenne arithmétique de l’estimation du maître d’ouvrage).

3.6.2. Justification des prix des concurrents

Le service des marchés demande à l’attributaire un justificatif de ses prix inférieurs à


25% de la moyenne. L’attributaire et/ou les concurrents doivent communiquer leurs
justifications au plus tard 5 jours du lendemain de la séance de la date de la séance.

Au cas où l’attributaire provisoire ne réponds pas dans les délais impartis, la


commission écarte son offre, retient sa caution provisoire, et retient l’offre qu’elle juge la
plus avantageuse après celle du premier attributaire provisoire. Ainsi, la commission
rédige un deuxième procès-verbal.

18