Vous êtes sur la page 1sur 12

HST 198 Grosjean (29-40) 23/03/05 11:01 Page 29

HST ND 2223 - 198 - 05

LE BIEN-ÊTRE AU
TRAVAIL : UN OBJECTIF
POUR LA PRÉVENTION ?

L'INRS a ouvert récemment une thématique de recherche centrée sur le bien-être et la santé au travail. 3 Bien-être
Cette préoccupation pour le bien-être prend de l'ampleur, à la fois dans les institutions concernées par 3 Satisfaction au travail
la santé au travail, dans les thèmes de recherches au niveau européen et dans un certain nombre 3 Stratégie de prévention
d'entreprises. À l'heure où les atteintes manifestes à la santé continuent de concerner un nombre 3 Promotion de la santé
important de salariés, qu'il s'agisse des pathologies émergentes ou des accidents du travail, il n'est
pas inutile de préciser les raisons de l'intérêt pour cette thématique. Cet article répond à cette h Vincent GROSJEAN
question, en soulignant que le concept de bien-être est de nature à proposer un horizon consensuel INRS, Département Homme au travail
et constructif pour l'entreprise et ses partenaires, afin de dépasser certaines difficultés rencontrées
lorsqu'il s'agit de promouvoir la santé au travail dans un monde caractérisé aujourd'hui par une
recherche constante d'amélioration de la productivité, souvent synonyme d'un accroissement des
exigences vis-à-vis des salariés.
WELL-BEING AT WORK:
AN AIM FOR PREVENTION?

INRS has recently started a research program


on well-being and health at work. This theme
is growing in scale in the institutions
LE BIEN-ÊTRE, les changements du monde du travail et concerned by occupational health, in
l'émergence de nouveaux risques,
THÉMATIQUE ÉMERGENTE notamment psychosociaux, et visant
European research topics and in a certain
number of companies.
ainsi à améliorer la qualité du travail, At a time when outright health threats
dont un environnement de travail sain et continue to concern a large number of
LE BIEN-ÊTRE ET L'INSTITUTION sûr est l'une des composantes essentiel- employees it could be useful to explain the
relevance of the subject. This paper provides
PRÉVENTION les. La promotion de la santé au travail an answer to this question by stressing that
doit ici être abordée dans le cadre de the concept of well-being is such that it offers
Le bien-être est un sujet mis en l'évolution générale des activités écono- a consensual, constructive prospect for the
avant par plusieurs organismes de pré- miques - plus de services -, des formes company and its partners. This prospect can
enable some of the current difficulties
vention en Europe (U.E., 2002, Benach, d'emplois - plus diversifiées -, de la encountered by occupational health and its
Muntaner, Benavides, Amable et Jodar, population active - plus féminine, mais promotion to be overcome. This is especially
2001, Wynne and Grundemann, 1999) aussi vieillissante - et de la société en worthwhile at this time, as the increased pace
et au Canada notamment. général - plus diverse, mais aussi mar- of productivity race is often accompanied with
quée par la montée de l'exclusion socia- an increase of the pressure for the workers.
C'est ainsi que la nouvelle stratégie le. Le texte européen souligne que le
communautaire en matière de santé au bien-être au travail constitue un facteur
travail (U.E., 2002) s'articule autour de de performance et regrette le « gaspillage 3 Well-being
trois éléments novateurs. Le premier tient de ressources dans un contexte de vieillisse- 3 Work satisfaction
à l'adoption d'une approche globale du ment structurel de la population active ». 3 Prevention strategy
bien-être au travail, prenant en compte Cette focalisation sur le bien-être est 3 Health promotion

INRS - Hygiène et sécurité du travail - Cahiers de notes documentaires - 1er trimestre 2005 - 198 / 29
HST 198 Grosjean (29-40) 23/03/05 11:01 Page 30

perçue comme un remède aux patho- Humaines en matière de santé au tra- ces psychologiques pour les établisse-
logies émergentes telles que le stress, vail : http://www.agrh.org). Les pays du ments socio-sanitaires est lié à ce per-
l'anxiété, la violence au travail. Nord de l'Europe et le Canada ont sonnel, parce que ce mal-être engendre
également développé des politiques de l'absentéisme pour maladie, qui per-
Sachant que ces problèmes sont axées sur la qualité du travail qui font turbe l'organisation, induit des risques
moins liés à un risque spécifique qu'à la part large aux préoccupations de pour les bénéficiaires des soins, accroît
un ensemble de facteurs tels que l'orga- bien-être. Ces politiques sont d'abord la charge pour l'ensemble des effectifs.
nisation des tâches, les modalités de élaborées dans l'optique d'un position- Cela se traduit par une baisse de la qua-
temps de travail, les relations hiérar- nement stratégique face aux défis de la lité du service au patient et de sa satis-
chiques..., il apparaît nécessaire de les mondialisation. Pour répondre aux faction. Ceci explique pourquoi des orga-
appréhender par un cadre global que pertes de compétitivité des emplois des nismes ayant pour objet la qualité de
l'Organisation Internationale du Travail pays du Nord, en raison des coûts sala- soins s'intéressent au bien-être ;
(OIT) définit comme le « bien-être au riaux principalement, ces pays pensent c) l'intervention centrée sur ces cas
travail ». qu'il faut à présent viser des emplois moins lourds est plus simple que dans
à forte valeur ajoutée, impliquant créati- les cas de burnout. Elle demande une
Une démarche de prévention axée vité et innovation. Or ceci implique action concertée entre l'intervenant et
sur le bien-être physique et psycholo- le développement de métiers pour les directions des ressources humaines
gique au travail permet en effet à la pré- lesquels autonomie, responsabilité et qui sont mobilisées par les effets pertur-
vention de se développer en intégrant bien-être - donc santé - font partie du bateurs en cascade provoqués par ce
davantage les facteurs organisationnels cahier des charges. mal-être du personnel en relation direc-
de la santé au travail. Elle est plus pro- te avec la clientèle. Ces DRH sont sou-
active, elle intègre la question de la souf- vent les premières intéressées par une
france morale tout en en réduisant le LA RECHERCHE SUR LE BIEN-ÊTRE : meilleure connaissance des difficultés
caractère polémique, elle éloigne d'une DEUX SECTEURS DE PRÉDILECTION du personnel et par ce type d'interven-
conception assurancielle de la préven- tions qui exigent des modifications dans
tion, elle apporte des éléments de répon- Au niveau européen, dans le champ leurs pratiques de gestion du personnel
se à la sensibilité de l'opinion publique de la psychologie du travail et des orga- (horaires, équipes, prise en considéra-
relative à la santé au travail. Il est clair en nisations, on rencontre de nombreux tion des interactions vie professionnelle
effet que cette sensibilité dépasse le travaux sur des thèmes proches du bien- - vie familiale).
cadre des maladies et accidents dont le être : promotion de la santé au travail,
caractère professionnel est reconnu et politique de bien-être, recherche sur la Un second ensemble de travaux sur
porte sur des dimensions touchant au satisfaction au travail, qualité de vie au le bien-être porte sur les travailleurs du
bien-être, à la souffrance morale, aux travail. secteur informatique. Ce secteur a
interactions entre la vie professionnelle connu récemment d'importantes diffi-
et la vie en-dehors de l'entreprise. Les recherches abordent plus parti- cultés de recrutement, liées à l'essor
culièrement deux secteurs d'activité, des nouvelles technologies. Les entre-
L'importance accordée à des thèmes pour des raisons assez différentes prises ont cherché à être attractives
comme le harcèlement moral, la souf- cependant. pour les jeunes informaticiens. Elles
france au travail, le stress, laisse penser Tout d'abord le secteur de la santé ont pris conscience du fait que la fidéli-
que situer la prévention des accidents du (personnel infirmier et travailleurs té à l'entreprise passe pour ceux-ci par
travail et des maladies professionnelles sociaux en hôpitaux et en maisons de une appréciation globale de la qualité
(AT/MP) dans une problématique plus retraite). C'est un secteur qui a fait de l'échange avec l'employeur1 et que
large incluant le bien-être au travail depuis longtemps l'objet de travaux sur ces jeunes travailleurs sont sensibles au
facilite la mobilisation des acteurs dans le stress et ses manifestations extrêmes respect de leurs aspirations (autres que
l'entreprise. On espère en effet par ce (le burnout des infirmières). financières), tant dans l'entreprise
biais construire plus facilement des Plus récemment, on a cherché à (accomplissement professionnel, inté-
synergies avec d'autres préoccupations savoir si ces cas extrêmes ne constituaient rêt du travail, dimension relationnelle)
de l'entreprise (la motivation, les attitu- pas la face visible de problèmes plus lar- qu'extérieure à celle-ci (famille, vie pra-
des face aux changements, le présentéis- ges et si à un cas d'épuisement profes- tique, insertion sociale…). De plus, les
me…). C'est d'ailleurs un des points mis sionnel ne correspondait pas en fait un modes de management traditionnels
en avant par la Fondation Européenne nombre important de salariés souffrant du secteur et notamment l'accent mis
pour l'Amélioration des Conditions de psychologiquement à un degré moindre. sur la productivité et l'intensification
Vie et de Travail dans un rapport récent du travail se sont avérés néfastes sur le
sur les nouvelles approches pour la santé Les travaux sur ce champ valident long terme. Le taux de turn-over s'est,
au travail. cette intuition, ce qui permet de souli- en effet, accru et les informaticiens
gner trois points : d'âge moyen qui restaient dans l'entre-
C'est ainsi qu'on voit apparaître a) au-delà des cas extrêmes, une prise cherchaient souvent à changer de
des conférences cherchant à tracer des bonne prévention impose de s'intéresser
liens entre prévention, en particulier à ces situations plus anodines, car les
des nouveaux risques (stress, TMS, effets sur la santé sont réels non seule-
lombalgies), et gestion de l'organisa- ment pour les travailleurs (souvent des
tion du point de vue des ressources femmes), mais également pour leur 1 Ce que traduit la notion de « psychological
humaines (cf. l'initiative de l'Association famille ; contract » développée par la psychologie du travail et
Francophone de Gestion des Ressources b) l'essentiel du coût des souffran- des organisations.

INRS - Hygiène et sécurité du travail - Cahiers de notes documentaires - 1er trimestre 2005 - 198 / 30
HST 198 Grosjean (29-40) 23/03/05 11:01 Page 31

HST ND 2223 - 198 - 05

fonction. Leur goût pour la program- FIGURE 1


mation avait disparu du fait de l'inten-
sité des exigences à leur égard. Il en Élargissements successifs de la prévention et de la promotion de la santé au travail
Successive widening of occupational health prevention and promotion
était de même de leurs compétences,
en l'absence de politique de formation
ouverte axée sur le long terme. Ils se
retrouvaient alors assez brusquement
dépassés sur le plan technique : démo- AT/MP
tivés, ils cherchaient à se tourner vers Atteintes physiques à la santé
un travail différent.
Premier élargissement :
En raison des tensions sur le mar-
ché du travail (pénurie de personnel qua- Atteintes psychiques et somatopsychiques
lifié), les entreprises ont développé une Stress, Burnout
meilleure écoute des attentes réelles des
travailleurs et une politique de fidélisa- Second et troisième élargissements :
tion qui met en avant la qualité de vie au Atteintes infrapathologiques et conception proactive
travail. De nombreux ouvrages à destina-
de la santé au travail
tion des DRH sont d'ailleurs publiés sur
ce thème2.

POURQUOI CE THÈME ?
Dans les intentions communautai- l'entreprise et en soulignant en quoi LES PRATIQUES ACTUELLES
res évoquées plus haut, une dimension une telle démarche est également dans EN ENTREPRISE
stratégique du thème apparaît. Si les cau- l'intérêt à long terme des entreprises.
ses organisationnelles des pathologies Ceci évite d'aborder de front les pré- Dans différents pays et dans
émergentes sont à présent reconnues rogatives organisationnelles en restant quelques secteurs, des actions concrètes
(Duhaime & Lepage, 2002 ; Davezies, clairement dans le champ de la santé où ont donc démarré avec comme objectif
2004 ; Brun, Biron & Iver, 2004), il est la prévention est légitimée à agir. Poser affiché la promotion du bien-être. Les
parfois difficile de les aborder de front, la question des politiques de bien-être pratiques en relation avec le bien-être
notamment parce que l'organisation dans l'entreprise et en faire un objet de des travailleurs sont alors justifiées par
constitue par excellence une prérogative débat pour le monde du travail, voire cinq considérations principales :
de la direction et du management. Le pour l'opinion publique en général, • maintien de la motivation au travail ;
bien-être paraît à cet égard un objet apparaît de nature à rassembler les • fidélisation de la main-d'œuvre ;
consensuel, pour lequel le préventeur est synergies des différentes parties pre- • réponse à des contraintes légales ;
légitimé à intervenir, ce qui lui permettra nantes. • lutte contre un absentéisme tout-
d'aborder ces questions de façon indirec- venant ;
te, en soulignant en quoi des choix orga- En ce qui concerne les enjeux pour • prévention "santé mentale" axée sur le
nisationnels influencent le bien-être des la santé, on opère une série d'élargisse- coût des incidents de vie mal gérés
salariés. ments (cf. Figure 1) : d'abord, des attein- (notamment la réduction de l'absentéis-
tes à la santé reconnues (et indemnisées) me qui en résulte).
Les risques émergents, qualifiés de par l'Assureur AT/MP vers les troubles
psychosociaux, les différents troubles dont la reconnaissance fait débat ou est C'est ainsi que des démarches de
regroupés sous le terme de pathologies difficile (le stress, par exemple) ; ensuite, type EAP3 (Philips & Muchinski, 1997),
liées à l'hyper-sollicitation (par exemple, vers des problèmes de santé exclus du courantes en Amérique du Nord depuis
BIT 2002, Davezies, 2000), peuvent champ : les "infra-pathologies", ensem- quelques années, commencent à appa-
sans doute être abordés plus efficace- ble de petits troubles de santé qui ne raître en Europe. Ici, la mise en avant du
ment si on complète l'approche tech- sont pas nécessairement « graves » mais concept de bien-être témoigne d'une sor-
nique (voie d'entrée traditionnelle de la perturbent l'existence quotidienne et la tie du cadre strict accidents/maladies
prévention) par un questionnement sur vie de travail, s'avèrent difficiles à sup- professionnels. Cependant, il n'est pas
les modes d'organisation qui, dans porter à la longue et entraînent une fra- rare que la démarche reste construite sur
l'entreprise, entraînent cette hyper- gilisation (Gollac & Volkoff, 2000) ; l'évitement des atteintes à la santé,
sollicitation. On s'aperçoit alors que enfin, vers la qualité de vie au travail et même si celles-ci sont entendues dans
l'accroissement de la fréquence de ces les dimensions constructives du travail
pathologies est lié à des choix d'intensi- par rapport à la santé.
fication du travail justifiés par des visées
de productivité. On peut aborder le pro- Cette promotion d'une dimension 2 Par exemple : Debble, S. (2001). Keeping your
blème en le déplaçant sur un plan diffé- positive des questions de santé au travail valuable employees. J. Willey & Son.
rent, en soulignant le droit à la santé des présente donc des avantages séduisants 3 Employees Assistance Program. Il s'agit de cellules
travailleurs, en orientant l'action non pour la prévention et a le mérite de de soutien mises à disposition des travailleurs par
sur la prévention des pathologies mais renouveler le champ. l'entreprise pour les aider à passer le cap d'une période
sur la promotion de la santé dans difficile, dont l'origine peut être professionnelle ou non.

INRS - Hygiène et sécurité du travail - Cahiers de notes documentaires - 1er trimestre 2005 - 198 / 31
HST 198 Grosjean (29-40) 23/03/05 11:01 Page 32

un sens novateur. On demeure dans une traduisent cette volonté d'intégration VOISINAGES CONCEPTUELS :
forme de prévention du mal-être plutôt accrue et justifient une évolution dans les LE BIEN-ÊTRE, LA QUALITÉ DE VIE,
que dans une promotion du bien-être. modes de gestion du personnel et dans LE BONHEUR ET LE BIEN-ÊTRE SUBJECTIF
On élargit la prévention en considérant l'écoute que l'entreprise souhaite mont-
des risques autrefois écartés, non en rer à l'encontre des aspirations sociales et Qualité de vie
passant à une action positive en faveur personnelles de ses travailleurs. La notion de qualité de vie est pré-
de la santé. Ce pas supplémentaire est sente dans plusieurs champs en-dehors
franchi par des entreprises qui élaborent et à côté de son application à la sphère du
une politique active en matière de bien- MOTIVATIONS travail. Le terme est largement utilisé
être. C'est le cas notamment d'entrepri- dans le champ de la santé, principale-
ses qui veulent par là s'attacher durable- On voit donc que les éléments clés ment pour aider à opérer des choix théra-
ment leur personnel, enjeu crucial pour d'une politique de prévention mettant en peutiques chez des patients atteints de
des segments de main-d'œuvre où la avant le bien-être se situent sur quatre maladies dont le traitement peut s'avérer
demande excède l'offre (Dibble, 1999), plans complémentaires : particulièrement lourd. Pour le cas d'un
d'autant que les DRH ont perçu les limi- • dépassement du plateau actuel d'évo- cancer en phase terminale par exemple, il
tes de la surenchère salariale. Des enjeux lution de la santé au travail, justifiant la s'agit d'opter entre une chimiothérapie
d'image de marque et d'attractivité sont recherche de nouvelles pistes ; (qui n'a plus d'autre ambition que de pro-
également évoqués (Philips & Muchinski, • recherche de synergies entre la préven- longer la vie de quelques mois, mais qui
1997). Le but mis en avant est que le tion/promotion de la santé dans l'entre- va dans un premier temps entraîner une
salarié se sente bien au travail et que les prise et des préoccupations multiples de fatigue importante détériorant l'autono-
impacts négatifs de celui-ci sur sa vie et l’entreprise et de la société (qualité / perfor- mie du malade), et un traitement plus
son épanouissement extra-professionnels mance / réduction des erreurs humaines / léger, moins pénible, mais moins suscep-
soient maîtrisés et pris en compte. Dans ressources humaines / santé publique) ; tible de retarder l'échéance. Sachant que
certains cas, la situation de plein emploi • prise en compte des racines organisa- l'issue est certaine, le choix repose alors
qu'ont connue certains pays ou certains tionnelles des risques typiques de notre sur une appréciation qualitative de l'inté-
secteurs n'est pas étrangère à ces préoc- époque et recherche d'un vecteur rêt du patient en termes de qualité de vie.
cupations. consensuel pour prendre en compte ces La médecine a développé un certain nom-
racines ; bre d'outils, notamment des questionnai-
Ces politiques proactives orientées • réflexion théorique sur les vecteurs res pour assister la décision thérapeu-
vers le bien-être des travailleurs affi- pertinents pour la prévention. Dans une tique. Un débat important entre approche
chent les objectifs suivants : publication récente (Grosjean, 2003), objective (autonomie réelle, qualité du
• permettre aux travailleurs un accom- nous avons développé les raisons qui sommeil…) et approche subjective (avis
plissement professionnel plus satisfai- justifient un ancrage de la prévention exprimé par le malade sur comment il se
sant sur le long terme, ce qui implique le sur la dimension éthique plutôt que sur sent) s'est fait jour dans le domaine.
développement d'emplois permettant des raisonnements économiques ou Certains (Langlois & Gilbert, 2002) tran-
aux travailleurs une expression plus rationnels. chent de manière originale en introdui-
complète de leurs aptitudes (BIT, 1994). sant des termes de comparaison propres
Le développement de tels emplois est vu au patient permettant de relativiser le
comme un enjeu stratégique pour les niveau de qualité de vie à différentes
pays développés (Lowe, 2000) en voie de périodes de l'existence.
spécialisation dans des secteurs à quali-
VERS UNE DÉFINITION
fication élevée. La motivation au travail Le terme de qualité de vie est égale-
doit y être considérée comme une res- ment utilisé pour opérer des comparai-
source à préserver car elle est une condi- Pour aller plus loin sur la question sons entre différents milieux urbains ou
tion de la flexibilité et de l'implication de la santé et du bien-être au travail, il différents pays. Des facteurs tels que l'ac-
dans le travail ; semble toutefois important de commen- cès à l'eau courante, la disponibilité des
• assurer un meilleur équilibre entre cer par une clarification terminologique. soins de santé, les transports, l'éducation...
exigence de la vie de travail et exigence Que recouvre exactement le terme de font dans ce cas partie de la définition.
de la vie familiale, en particulier (mais bien-être ? Comme toute notion large-
pas exclusivement) pour le personnel ment répandue dans le champ social Dans le domaine professionnel, le
féminin (Hantrais & Letabier, 1996). La (c'est le cas aussi pour le stress), il est terme est assez fréquemment utilisé au
tendance actuelle est d'envisager cette évident que le terme présente un carac- Canada. Dans les acceptions les plus
problématique non pas comme un choix tère ambigu. Cette ambiguïté peut revê- courantes, la qualité de vie au travail se
de priorités intervenant ponctuellement tir une dimension fonctionnelle, dans la construit autour d'indicateurs objectifs
dans la vie de l'individu, mais comme un mesure où elle sert le consensus. Il relatifs aux conditions de travail et à
problème qui va accompagner le salarié n'empêche que pour que l'action soit l'emploi. Les problèmes d'horaires, de
tout le long de son parcours de vie, tout efficace, des précisions sont nécessaires. rémunération, l'environnement matériel
le long de sa carrière ; Elles permettront d'aborder l'aspect opé- et humain, le type et la nature des for-
• promouvoir une conception de l'entre- rationnel, tant dans le diagnostic que mations proposées au personnel, la
prise plus en harmonie avec les valeurs dans l'orientation de l'action. C'est ainsi sécurité d'emploi font donc partie de la
en cours dans la société moderne. Des que des termes connexes, tels que définition de la qualité de vie au travail.
termes en vogue (entreprise citoyenne, qualité de vie au travail, promotion de la
entreprise socialement responsable, santé au travail, santé mentale, identité Il est donc assez clair que cette défi-
management éthique, fair treatment…) au travail… doivent être discutés. nition ne correspond pas à une notion

INRS - Hygiène et sécurité du travail - Cahiers de notes documentaires - 1er trimestre 2005 - 198 / 32
HST 198 Grosjean (29-40) 23/03/05 11:01 Page 33

HST ND 2223 - 198 - 05

de bien-être telle qu'elle puisse renvoyer à dire que certains d'entre nous auraient tionnement pose problème. On voit mal
à la santé, comme c'est le cas dans la tendance à évaluer leur état de bien-être comment il pourrait servir de point de
définition de l'OMS. Si les indicateurs positivement (quoi qu'il leur arrive) alors départ à une démarche d'amélioration
pris en compte dans la définition de la que d'autres manifesteraient la tendance des situations de travail. Il apparaît donc
qualité de vie au travail peuvent influen- contraire. Les échelles que ces cher- important d'approfondir la réflexion
cer la santé, ils ne sont en aucune façon cheurs ont développées soulignent que pour trouver une conception du bien-
une partie de la santé elle-même. Ceci les personnes qui se caractérisent par un être plus en phase avec cette finalité. Si
nous conduit donc à positionner la qua- haut niveau de bien-être à un moment « gérer les risques pour le préventionniste,
lité de vie au travail au niveau des cau- donné de leur existence ont de fortes c'est évaluer les risques mais aussi se préoc-
ses, principalement collectives, de la chances de toujours être à ce niveau 3 cuper des appréhensions des personnes »
santé, alors que le bien-être se situe lui ans ou 5 ans après. Une forte stabilité comme le soulignait Brun (Brun,
au niveau des effets, principalement sur dans le temps et une relative indépen- Loiselle, Gauthier & Bégin, 1998), ce ne
la personne. dance par rapport aux événements de vie peut cependant se réduire à cette seule
caractérisent donc le bien-être tel qu'il dimension subjective ;
Bien-être subjectif est évalué au travers de cette conception • enfin, l'ancrage méthodologique de
Le bien-être subjectif est également théorique. Le bien-être subjectif mesuré cette conception subjective du bien-être
une notion bien documentée. En parti- ici est par ailleurs également corrélé avec est empreint de psychologie différentiel-
culier, nous disposons sur cette notion certains traits de personnalité5. Cet le, et correspond à une certaine concep-
d'une revue de question de Rolland ancrage dispositionnel, auquel s'ajoute tion de la psychologie du travail et des
(2000) et de travaux de chercheurs une indépendance marquée par rapport organisations. Celle-ci s'appuie sur un
comme Diener (1994, 1996) qui ont lar- aux événements de vie6, n'est d'ailleurs usage extensif de questionnaires dans
gement contribué à préciser ce concept4. pas sans laisser Rolland (2000) dans une logique épidémiologique. Cette
Selon ces auteurs, le bien-être subjectif l'embarras lorsqu'il s'agit de conclure sa approche psychométrique a permis l'éta-
intègre une composante cognitive et une revue de question. blissement de consensus sur un certain
composante émotionnelle. La compo- nombre de concepts, expliquant différentes
sante cognitive renvoie au jugement glo- Dans une perspective d'application dimensions de la relation subjective au
bal que l'individu porte sur sa vie, alors du concept de bien-être à la prévention, travail. Elle est cependant actuellement
que la composante émotionnelle renvoie il semble préférable de prendre quelques remise en question par plusieurs cher-
aux réactions émotionnelles engram- distances vis-à-vis de ce point de vue cheurs qui lui reprochent son caractère
mées par rapport aux événements de la théorique, pourtant en phase avec cer- descriptif, peu explicatif et son manque
vie du sujet. Il s'agit d'une part des émo- tains courants de la psychologie du tra- d’opérationalité lorsqu'il s'agit ensuite
tions positives, d'autre part des émo- vail, pour plusieurs raisons : d'intervenir pour améliorer la situation
tions négatives, les deux se situant • on ne peut conférer au concept un
d'ailleurs sur des registres non com- statut exclusivement subjectif. La notion
mensurables comme cela a été attesté de bien-être au travail vise en effet à
depuis longtemps par les auteurs qui ont intégrer des éléments en rapport avec
étudié les émotions (Connolly & la santé. C'est ainsi que l'hypertension,
Viswevaran, 1999 ; Diener & Emmons, par exemple, ou encore un taux de cho-
4 Si on se réfère à la compilation réalisée par Diener
1985 ; Warr & al., 1983 ; Watson & lestérol élevé, bien que ne constituant
Clark, 1992, cités par Rolland, 2000). La pas à proprement parler des maladies, (1995), la notion de bien-être implique la présence
séparation, dans la sphère du travail, des n'en sont pas moins des manifesta- simultanée de trois éléments. Le premier est d'intégrer
éléments qui provoquent des émotions tions d'une dégradation du bien-être et une dimension subjective, l'individu étant partie
prenante de l'évaluation de son état de bien-être ; le
négatives par rapport à ceux qui provo- de la santé, qu'on les considère comme
second est d'inclure de manière, non exclusive, des
quent des émotions positives a par signes avant-coureurs (précurseurs) ou éléments à valence positive dans l'évaluation ; enfin, le
ailleurs été vérifiée dans une étude de comme facteurs de risque pouvant être troisième est de résulter d'une appréciation
terrain de l'INRS (Grosjean & Ribert- potentialisés lorsqu'ils s'ajoutent à globalisante, holistique, ce qui implique de chercher à
Van De Weerdt, 2003). d'autres. L'appréciation globale, sub- aboutir à une évaluation globale des différents aspects
jective, du salarié par rapport à son entrant en ligne de compte dans la vie de l'individu.
Le bien-être subjectif se traduit en bien-être ne peut dès lors pas être le 5 Corrélation positive avec l'extraversion et négative
dernier ressort par une évaluation assez critère unique ; avec le névrosisme.
globale de sa vie sur les deux plans, • par ailleurs, un certain nombre d'étu- 6 Alors que, curieusement, nombre de manifestations
cognitif et émotionnel (Diener, 1994, des reprises par Rolland (2002) dans sa de mal-être, telle la dépression, sont associées sans
p. 106, repris par Rolland, 2000). revue de question écartent de sa concep- ambiguïté avec des facteurs professionnels. C'est le cas
Curieusement, ces auteurs considèrent tion du bien-être les facteurs objectifs par exemple de la dépression chez les femmes, ce qui
que la composante émotionnelle est elle liés à l'environnement de travail. Selon n'exclut pas l'intervention d'autres facteurs causaux,
aussi subordonnée au jugement (cons- ces travaux, des facteurs individuels puisqu'il est communément admis que là où les
cient) que formule le sujet pour évaluer stricts, indépendants du positionnement femmes réagissent statistiquement en développant une
sa vie. La dimension émotionnelle est en par rapport au travail, ont pour lui la pré- dépression, les hommes se défendent soit au travers de
comportements d'abus de substance, soit par des
quelque sorte considérée du point de vue éminence dans la représentation que se
comportements anti-sociaux. Même dans un cas de ce
du marquage en mémoire qu'elle a pro- construisent les travailleurs de leur bien- type, il demeure cependant difficile de départager
voqué et de la tendance du sujet à en être. Si le concept de bien-être au travail l'influence des normes sociales et celles de différences
tenir compte. Les deux auteurs accor- doit servir une démarche de prévention génétiques. Mais peut-être cela importe-t-il peu, dès
dent sur ce plan beaucoup d'importance centrée sur le travail et visant à aborder lors que l'option prise est résolument tournée vers la
aux dispositions du sujet, ce qui revient les facteurs organisationnels, ce posi- prévention et non vers une explication causale fine.

INRS - Hygiène et sécurité du travail - Cahiers de notes documentaires - 1er trimestre 2005 - 198 / 33
HST 198 Grosjean (29-40) 23/03/05 11:01 Page 34

(Dewe, 2003)7. Elle présente des diffi- insistent chacune sur un apport positif sont la conséquence que l'organisme
cultés pour s'articuler avec une démar- du travail. Ceci peut constituer un point peut percevoir 8. Les sentiments cons-
che visant à introduire des changements de départ intéressant pour analyser un cients sont, dans son schéma, la seule
dans l'organisation (Dewe, ibid.). Des environnement de travail particulier. Ces partie que l'individu peut être capable
démarches plus étroitement liées aux quatre points semblent cependant avant d'exprimer. Selon une logique phylogé-
activités de travail, telles celles de la tout liés au contenu de la tâche, et non à nétique, le rôle des émotions est de
psychologie ergonomique, paraissent ses conditions d'application, à l'organisa- représenter le monde extérieur par des
donc préférables dans cette optique de tion qui peut la mettre en œuvre. Ce sont modifications s'inscrivant dans le corps.
prévention. donc en quelque sorte des attraits Cette inscription corporelle se justifie
intrinsèques qui, comme c'est d'ailleurs par le caractère de préparation à l'action
Sans écarter pour autant cette souvent le cas, ne peuvent être considé- de ces émotions (fuir, combattre ou, à
dimension subjective, il apparaît impor- rés comme venant contrebalancer des l'inverse, s'approcher, consommer). Les
tant de l'articuler avec des éléments dimensions négatives du travail. mobilisations énergétiques, l'activation
objectifs, issus d'autres sources d'infor- attentionnelle classiquement décrites
mation que les questionnaires. Ce tableau relatif au bonheur au tra- dans le stress rentrent clairement dans
vail, tel qu'il ressort d'une démarche cette configuration préparatoire à
Bonheur au travail sociologique, amène des remarques et l'action. Plus généralement, les émo-
Si on examine la notion de bonheur des réserves sensiblement similaires à tions nous rendent sensibles à notre
au travail, telle qu'elle ressort d'appro- celles que nous avons mises en avant environnement et nous permettent de
ches sociologiques (Baudelot & Gollac, pour l'approche psychologique du bien- nous orienter vers une réponse adaptée
2003), on comprend à quel point la être subjectif. En particulier, le rapport aux problèmes que nous pose cet envi-
notion a évolué au cours du temps et on avec la santé n'est pas direct, il présup- ronnement. Il s'agit d'une modalité
prend la mesure de ses déterminants pose que toute une série de questions d'adaptation qui se distingue de celle
socio-économiques. Partant d'une ques- sont préalablement résolues et il que peut produire le raisonnement cons-
tion ouverte « Qu'est-ce qui, pour vous, s'appuie sur un jugement personnel de cient : l'appréciation émotionnelle de la
est le plus important pour être heu- la part du sujet qui n'englobe pas néces- valence d'un événement peut en effet
reux ? », les auteurs ont récolté une rela- sairement des effets qui peuvent être être différente de l'appréciation raison-
tivement grande variété de réponses, masqués à sa propre conscience, tant née9. Dans les cas de dissociations étu-
dont une partie seulement portait sur le pour des raisons sociologiques que diés par les neurologues, par exemple,
travail. Dans l'analyse plus fine qu'ils psychologiques. Le choix d'une alternati- lorsque l'individu perd sa capacité à met-
ont réalisée (et dès lors que les problé- ve reste donc ouvert. C'est ce que va tre en rapport une réaction émotionnelle
matiques liées à la relation à l'emploi aborder la section suivante. avec sa source externe, on constate que,
étaient évacuées), quatre éléments sont
apparus de manière prédominante
comme constitutifs du bonheur au tra- ÉLÉMENTS D'UNE DÉFINITION
vail. On peut donc être heureux parce DU BIEN-ÊTRE : ANCRAGE DANS 7 Comme dans le cas du stress, on peut en effet
que le travail permet : LES ÉMOTIONS opposer deux classes de définitions :
1- de faire, créer, construire, élabo- - d'une part, des définitions par le processus,
rer quelque chose, ce qui inclut le plaisir Les émotions jouent, pour Damasio explicatives, qui permettent de comprendre comment
de gérer une structure importante ; (1999, 2003), un rôle essentiel à l'articu- le bien-être apparaît, se construit ;
2- de découvrir, voyager, s'enrichir lation entre le corps et l'esprit. Selon sa - d'autre part, des définitions par la résultante qui
personnellement en allant à la rencontre conception, les émotions résultent de donne les paramètres qu'il faut mesurer pour attester
d'un état ou un niveau de bien-être.
d'autres univers. L'enrichissement per- changements relativement globaux sur-
Si les secondes s'accommodent d'investigations
sonnel, le sentiment de renouvellement, venant dans l'état de l'organisme diagnostiques d'une certaine ampleur qui établiront
le fait d'apprendre de nouvelles choses lorsque celui-ci génère des images men- l'étendue du problème, les premières sont sans conteste
est ici la source de plaisir ; tales suite à une confrontation à des plus adaptées à la mise en place de mesures correctives.
3- d'entrer en contact avec d'autres objets externes (événements) ou dans un 8 Cette opposition émotions-sentiments est cependant
personnes, de se sociabiliser, d'exister processus autonome (remémoration peu répandue dans la littérature sur les émotions.
par rapport à un collectif. Il s'agit de la notamment). À titre d'exemple, la colère C'est ainsi que Lazarus (1999) considère que
première source de bonheur au travail se manifeste par une accélération du l'émotion englobe non seulement la réaction corporelle
identifiée, à laquelle des ouvrages pouls, un rougissement du visage, une et la réponse psychologique, mais également les
entiers de sociologie du travail ont été crispation de la mâchoire et des mouve- stratégies de coping, c'est-à-dire tout ce qui ressort de la
consacrés de longue date (par exemple, ments des segments corporels qui préparation à l'action.
Sainsaulieu, 1985) ; deviennent plus vifs, mais également 9 Ceci renvoie d'ailleurs aux deux fonctions
4- de prendre soin, s'occuper, don- par des modifications chimiques au rationnelles du psychisme distinguées par Yung
ner aux autres et à la collectivité. En niveau du système nerveux central qui (1937) : la pensée d'une part, le sentiment d'autre
opposition (ou en complémentarité) avec vont altérer la façon dont notre cerveau part. L'une et l'autre présentent pour cet auteur la
la seconde source de bonheur citée, c'est va traiter les informations. particularité d'effectuer un jugement de valence par
rapport soit à une réalité extérieure, soit à l'effet de
le don de soi et le sentiment d'être utile
cette réalité extérieure pour l'individu. On peut donc
aux autres qui sont mis en avant. Damasio opère une distinction s'approcher et s'écarter d'un objet ou d'une situation
entre les émotions, qui sont des états en fonction des réactions émotionnelles (pour rester
On voit ici se développer une concep- objectivables de l'organisme (à la fois dans la terminologie de Damasio) qu'il provoque en
tion proactive de la relation au travail : les dans le corps et le cerveau) et ne sont pas nous, soit en fonction d'un jugement raisonné sur
dimensions qui sont mises en avant conscientes, et les sentiments qui en l'intérêt qu'il présente pour nous.

INRS - Hygiène et sécurité du travail - Cahiers de notes documentaires - 1er trimestre 2005 - 198 / 34
HST 198 Grosjean (29-40) 23/03/05 11:01 Page 35

HST ND 2223 - 198 - 05

bien que le sujet reste efficace pour des FIGURE 2


raisonnements conscients, il perd pro-
gressivement sa capacité à s'adapter Représentation schématique du fonctionnement émotionnel selon Damasio
Face à un objet externe (événement), le système nerveux réalise de manière automatique une analyse
socialement aux contextes interperson- émotionnelle globale, qui provoque une activation émotionnelle dans le corps. L’individu peut ensuite
nels dans lesquels il est pourtant inséré élaborer un sentiment à partir de cette réaction émotionnelle. Il sera éventuellement capable de relier
sa réaction émotionnelle à l’objet, mais il n’est pas exclu qu’il se trompe dans cette attribution. Il peut
depuis des années. Il commence à pré- ensuite décider (ou non) de réagir par rapport à l’événement à l’origine de cette configuration
senter des signes, d'abord légers, puis de complexe de réactions somatopsychiques
plus en plus clairs, de décalage par rap- Diagrammatic representation of emotional functioning according to Damasio
Confronted to an external object (event), the nervous system performs automatically an overall emotional
port à ce que son environnement social analysis, which leads to emotional activation within the body. The individual can then develop a feeling from
attend d'un individu sain. Ceci prouve this emotional reaction. He may be able to link his emotional reaction to the object, but it is not impossible
for him to be mistaken in this attribution. He can decide (or not decide) to react in relation to the original
que l'adaptation raisonnée qu'il demeu- event causing this complex configuration of somatopsychic reactions
re capable de produire ne suffit pas et ne
compense pas le déficit touchant la sphè-
re de l'adaptation émotionnelle10.

Damasio distingue plusieurs types


d'émotions. Les émotions primaires Analyse globale Sentiment Attribution causale,
sont innées et préprogrammées. Elles Événement réaction
comportementale
sont très peu sujettes au contrôle cons-
cient de l'individu (caractère d'irrépres-
sibilité), même si la culture nous app-
rend à en masquer les manifestations les
Réaction émotionnelle Organisme
plus externes (rougeur…). Lorsque des
(corporelle)
relations systémiques entre les émotions
primaires et des situations - notamment
sociales - sont établies et renforcées,
apparaissent des émotions qu'il qualifie
de secondaires ou sociales11. Dans un
cas comme dans l'autre :
• l'émotion peut apparaître sans que présent clairement établi de façon scien- directe d'un événement extérieur. C'est
l'individu soit à même d'établir cons- tifique que l'organisme est très souvent le cas lorsque l'individu se remémore,
ciemment la relation avec l'événement affecté par une situation, un événe- anticipe ou imagine une situation. Il
qui l'a causée ; ment… avant de pouvoir en dire quoi provoque alors une reconfiguration
• la prise de conscience d'une émotion, que ce soit. Une crispation musculaire, émotionnelle en rapport avec la colora-
et donc l'émergence d'un sentiment, une montée d'adrénaline, un accroisse- tion émotionnelle que cette image men-
sont médiatisées par le corps. ment de la tension, une réaction électro- tale provoque en lui. Les phénomènes de
dermale apparaissent alors sans que l'in- « rumination psychique » (après un évé-
Cet aspect ne nie cependant pas les dividu ait conscience de sa réaction. Si nement perçu négativement) ou d'antici-
liens avec la sphère psychologique et, cette absence de perception consciente
plus particulièrement, cognitive. C'est revêt un caractère adaptatif, s'y ajoute le
ainsi que, par exemple, lorsque les fait que la culture et la vie collective agis-
signaux relatifs à l'état du corps sont de sent comme des filtres limitant l'accès
nature négative, la production des ima- conscient aux sources externes de ses
ges mentales est ralentie, leur diversité émotions, particulièrement quand 10 Cette dérive progressive, décrite par Damasio et par
est moindre et le raisonnement devient celles-ci sont subtiles, complexes, secon- ses collègues neurologues, nous semble proche de la
moins efficace ; lorsque les signaux daires. Ceci positionne donc question- désadaptation progressive vécue par les travailleurs
émanant du corps sont de nature positi- naires et entretiens comme des sources amenés par leur environnement professionnel et leur
ve, la production des images mentales indirectes pour accéder à ces états émo- système de valeurs à négliger la réalité de leurs
est vive, leur diversité est grande et le rai- tionnels, a priori moins fiables que des relations émotionnelles face à certaines caracté-
ristiques de leur environnement de travail. Si, dans le
sonnement peut être rapide. techniques physiologiques, les métho-
cas neurologique, c'est une déficience fonctionnelle qui
des d'élicitation (auto-confrontation par provoque l'apparition progressive du trouble, dans
La Figure 2 souligne donc les exemple) ayant un statut intermédiaire. l'autre cas c'est une cécité collectivement induite par
impacts corporels liés aux sens12 que des L'individu ne peut pas toujours dire ce l'environnement social qui semble être à son origine.
événements extérieurs ont pour l'indivi- qui l'affecte, il n'est pas toujours en 11 C'est le cas de l'embarras, de la jalousie, de la fierté
du. Des effets transitoires sur la tension capacité d'identifier avec certitude ce qui et du sentiment de culpabilité qui sont de nature plus
artérielle, le système musculosquelet- l'amène à chercher à fuir ou à s'appro- générique.
tique, la composition sanguine et les cher de telle ou telle situation, voire il 12 Il s'agit ici du sens émotionnel, qui est construit
neurotransmetteurs sont parmi ceux les peut nier en toute bonne foi que son indépendamment de la volonté par le système
plus évoqués par Damasio. La distinc- corps l'incite à fuir ce que sa raison d'évaluation émotionnel du système nerveux central
tion entre émotions et sentiments13 per- l'amène à côtoyer. (SNC).
met de clarifier les choses en ce qui 13 L'opposition entre sentiments et émotions mises en
concerne l'accès aux réactions émotion- Le modèle prend également en avant par Damasio recoupe d'autres distinctions,
nelles par des techniques comme les compte les effets émotionnels générés utilisant des termes différents ou les mêmes termes
entretiens et les questionnaires. Il est à par l'organisme sans l'intervention avec des acceptions distinctes selon d'autres auteurs.

INRS - Hygiène et sécurité du travail - Cahiers de notes documentaires - 1er trimestre 2005 - 198 / 35
HST 198 Grosjean (29-40) 23/03/05 11:01 Page 36

dans une large mesure l'interprétation


pation (avant un événement craint) réduisant le spectre de ce qu'il peut pro- associant bien-être et conscience, notam-
entrent dans ce cas de figure. Ces cas duire et en limitant proportionnelle- ment morale16, bien-être et performance.
expliquent que des problèmes anodins à ment le niveau de sollicitation environ- La question des rapports entre émotions
des yeux extérieurs puissent être insup- nementale qu'il peut accepter. Les avancées primaires et secondaires et bien-être
portables pour la personne concernée, récentes en psychoneuroimunologie vien- reste un sujet ouvert. Si on peut penser
en fonction du sens émotionnel que ces nent soutenir ce point de vue. que des émotions très intenses entraî-
problèmes ont acquis pour elle au cours nent une détérioration du bien-être, les
de son existence. Le lien avec des situa- Parmi les différentes émotions travaux de Damasio n'expliquent pas
tions de travail pathogènes est assez d'arrière-plan citées par Damasio, le grand-chose sur ce plan, bien que l'au-
direct. bien-être se particularise par le fait qu'il teur y voit des potentialités considérables
correspond à l'état d'homéostasie opti- pour faire progresser une conception
Enfin, le modèle de Damasio rend male et donc, au premier abord para- holistique de la médecine, réintégrant les
compte des effets émotionnels générés doxalement, à l'état somatopsychique à dimensions psychique et somatique.
par des interactions entre personnes, partir duquel l'organisme se trouve dans
tout comme d'interactions avec des com- les meilleures conditions pour répondre
posantes techniques de l'environnement aux sollicitations de son environnement. OPÉRATIONNALISATION DU CONCEPT
de travail. Le bien-être est donc relié consubstan-
tiellement à une certaine forme de 1 Première piste d'opérationnalisa-
Derrière sentiments et émotions performance, considérée ici sous l'angle tion : par l'étude des réactions émotion-
primaires et secondaires, Damasio subjectif. Lorsque l'organisme est dans nelles en situation de travail.
considère également l'existence d'émo- cet état, son système cognitif fonctionne Cette piste a été développée dans
tions et sentiments d'arrière-plan. Les de manière optimale, contrairement aux une publication récente (Grosjean &
sentiments d'arrière-plan contribuent à situations de mal-être qui réduisent la Ribert-Van De Weerdt, 2003). Nous y
définir notre état mental et à conférer à vitesse de l'idéation. La liaison avec la revenons ici pour en rappeler le principe.
notre vie sa tonalité14. Ils se forment à santé est également bien présente dans Il s'agit de mettre en évidence dans la
partir des émotions d'arrière-plan qui se la conception de Damasio, puisqu'il situation de travail les éléments qui sont
traduisent par des indices multiples s'agit de l'état à partir duquel le corps associés à l'apparition d'émotions néga-
dont la plupart sont dirigés vers notre sera le moins susceptible d'être affecté tives et ceux qui sont associés à des émo-
for intérieur ; mais, de l'extérieur, un dans son intégrité par les agressions de tions positives. Dans cette publication,
observateur attentif pourra noter un son environnement. La résistance aux deux situations de travail ont été compa-
certain nombre de signes. C'est ainsi infections opportunistes et aux rées. Dans la première situation de tra-
que notre posture corporelle, la rapidité stresseurs de tous ordres est donc corré- vail, les émotions négatives étaient asso-
et l'allure générale de nos mouvements, lative de cet état émotionnel. Efficacité ciées à des comportements et des attitu-
le ton de notre voix et la prosodie de subjective, santé (mentale et physique) des de l'encadrement de proximité, alors
notre discours traduisent notre bien- et bien-être sont donc fortement associés que dans l'autre c'était des événements
être ou l'inverse. Si nous prenons une dans cette conception objective du bien- liés au déroulement de l'interaction avec
analogie musicale, on dira que, par être considéré comme une émotion les clients qui provoquaient les réactions
opposition aux émotions primaires et d'arrière-plan. émotionnelles négatives. En cernant de
secondaires qui constituent les varia- manière précise l'élément émotionnelle-
tions les plus intenses et les plus vives Cette conception tend donc à propo- ment problématique de la situation, il
de notre vie affective, les émotions ser une vision du bien-être qui recouvre à nous est apparu qu'on touchait aux
d'arrière-plan fournissent la ligne de la fois les dimensions physique et impacts négatifs de la situation de travail
basse15, le support rythmique et mélo- psychologique. Par ailleurs, les capacités qui allait, à terme, détériorer le bien-être
dique par rapport auquel les solistes de réagir adéquatement aux problèmes des salariés. Ceci ouvre donc sur des élé-
peuvent se positionner. Parmi ces émo- issus de l'environnement sont également ments de la situation qu'il conviendrait
tions et sentiments d'arrière-plan, on liées à l'empan de conscience. Un orga- d'améliorer. À côté de la méthode
compte l'exaltation, la tension, le relâ- nisme en état de bien-être, en-dehors de psycho-ergonomique, utilisée dans
chement mais aussi le bien-être et le situations d'urgence, peut développer le cadre de ce terrain et développée par
malaise. Contrairement aux émotions une adaptation qu'il s'agira d'évaluer non Corinne Ribert-Van De Weerdt, d'autres
primaires et secondaires, les émotions par rapport aux éléments immédiats,
d'arrière-plan sont inscrites dans la mais par son inscription dans la durée et
durée. Elles influencent grandement dans l'espace relationnel et collectif. La
des facteurs somatiques tels la muscula- conscience étendue, telle que définie par 14 Ce qui n'est pas sans rappeler la notion d'humeur :
ture lisse au niveau des vaisseaux san- Damasio, est plus développée lorsque « Elle désigne une disposition de l'esprit, un état
guins, le profil chimique à proximité de l'organisme humain se trouve dans cet qui perdure et qui se traduit par une expression
ces fibres musculaires et enfin les état émotionnel que lorsque cela n'est affective dominante dans le comportement. »
conditions d'une homéostasie optimale pas le cas. On comprend donc qu'un état (Ribert-Van De Weerdt, 2003).
(Panksepp, Nelson & Bekkedal, 1997 et de mal-être sera associé à une réduction 15 …mais aussi sur la ligne de base, le bassiste
Nelson & Panksepp 1998, cités par de l'empan temporel et à une moins fournissant la base sur laquelle le soliste de jazz
Damasio 1999). S'agissant de la ligne bonne prise en compte du contexte social s'appuie pour s'exprimer en s'appuyant sur la
de base par rapport à laquelle viennent large. L'individu sera, dans le cas extrê- structure du morceau.
se positionner les émotions primaires et me, limité dans ses capacités d'adapta- 16 cf. le troisième ouvrage de Damasio (publié en
secondaires, leurs perturbations fragili- tion aux circonstances immédiates aux- français en 2003) qui accorde une large part aux
sent l'organisme dans son ensemble en quelles il est confronté. Cela renforce conceptions éthiques et sociales de Spinoza.

INRS - Hygiène et sécurité du travail - Cahiers de notes documentaires - 1er trimestre 2005 - 198 / 36
HST 198 Grosjean (29-40) 23/03/05 11:01 Page 37

HST ND 2223 - 198 - 05

méthodologies existent pour étudier les TABLEAU I


impacts émotionnels des activités de tra-
La cascade du burnout
vail (cf. par exemple, Rochat & Tschang, Burnout cascade
2003).
1. Hyperactivité Idéaliste, consciencieux, perfectionniste.
1 Seconde piste d’opérationnalisa-
tion : par les prémices d’évolutions 2. Fatigue et épuisement Attribuable au travail, frustration par rapport au travail,
fatigue matinale à l’évocation du travail,
pathologiques des situations de travail. manque d’énergie pour la famille et les loisirs.
Les conceptions sur le bien-être
3. Détérioration fonctionnelle Isolement et résignation, cynisme et agressivité,
doivent permettre de rendre compte des baisse du rendement…
observations les plus courantes en
4. Détérioration psychologique Perte de confiance en soi et de motivation,
matière de mal-être au travail. Il ne s'agit et mentale troubles de mémoire et de concentration,
cependant pas de développer une struc- réactions anxiodépressives et psychosomatiques.
ture englobant l'ensemble des souffran- 5. Désespoir Absences prolongées, sentiment d’incompétence, idées de suicide.
ces mentales qui se rencontrent dans les
environnements de travail, mais plutôt Adapté par Vezina (2003) de : Weber et Jaekeb-Reinhard (2000).
d'attirer l'attention sur les signaux
faibles, les précurseurs et les signes
avant-coureurs, individuels et collectifs,
qui permettraient de réorienter des à l'estime de soi, l'épuisement émotion- 9 La résignation acquise
modes d'organisation ou de recentrer nel et le cynisme. Pour certains auteurs En termes de causes organisation-
des attitudes vis-à-vis de travailleurs actuels, au lieu de parler de l'épuisement nelles, le burnout renvoie à des organisa-
avant une dégradation caractérisée. À professionnel comme d'un concept uni- tions où l'investissement professionnel
titre d'exemple, nous examinerons deux fié, il est préférable de s'intéresser au est élevé. La résignation acquise, au
évolutions pathologiques bien documen- mélange de trois réalités. D'abord, l'état contraire, se rencontre a priori plutôt dans
tées, le burnout, ou épuisement profes- clinique de fatigue (physique, émotion- des structures bureaucratiques caractéri-
sionnel et la résignation acquise17. nelle et mentale), ensuite, la distancia- sées davantage par un contrôle vécu
tion-dépersonnalisation et le cynisme comme arbitraire et peu prévisible, que
9 Le burnout vis-à-vis des clients et collègues, considé- par de hautes exigences de productivité.
Le burnout présente l'avantage de rés comme des stratégies d'adaptation ou
s'appuyer sur une définition normalisée de défense face à la charge émotionnelle La résignation acquise, ou senti-
et donc consensuelle, ce qui n'est pas le générée par les rapports interpersonnels ; ment d'incapacité acquis, est un phéno-
cas d'autres troubles professionnels enfin, le sentiment d'incompétence ou de mène mis en évidence par Seligman19.
d'origine psychoaffective. Cette défini- non accomplissement personnel, consi- Elle apparaît quand l'organisme20 se
tion a été originairement élaborée par déré comme généré par les deux facteurs trouve placé dans une situation qu'il
Maslach (1981) et ses collaborateurs. Ce précédents (Vézina, 2003). On peut égale- juge incontrôlable, sur laquelle il n'a pas
problème touche des personnels particu- ment analyser le problème comme un de prise. Il s'inscrit alors dans une atti-
lièrement investis dans leur travail, qui, processus en cascade (cf. Tableau I). tude passive, notamment face aux sti-
à un moment donné de leur parcours mulations aversives qu'il reçoit. Cette
professionnel, sont confrontés à un sen- Enfin, certains facteurs organisa- réaction apparaît quand des événements
timent de perte de sens de cet investisse- tionnels à l'origine du syndrome ont été négatifs sont attribués à des causes
ment. Dans le test élaboré par Maslash, identifiés. Il s'agit du fort investisse- vécues comme stables et incontrôla-
le burnout s'articule autour de trois ment professionnel et de la surcharge bles21. Moins populaire dans le champ
éléments. Tout d'abord, l'épuisement de travail ; d'une faible autonomie et de du travail que le stress par exemple, assi-
émotionnel constitue en quelque sorte le l'absence de reconnaissance ; d'un sou- milée par d'aucuns à celui-ci, la résigna-
cœur du syndrome, la plainte principale tien social inadéquat et d'un sentiment tion acquise semble relever de causes
qui amènera les travailleurs à consulter. d'iniquité ; et enfin de conflits de valeurs
Le sujet sent que ses ressources émo- (Schaufeli & Greenglass, 2001).
tionnelles sont extrêmement réduites et
qu'il est par conséquent incapable d'in- Si on aborde souvent le burnout au
teragir de façon satisfaisante avec son travers de questionnaires18, des appro- 17 Le terme anglais est « learned helplessness ».
entourage. Le second symptôme est la ches cliniques sont également possibles, 18 Notamment le MBI Maslach Burnout Inventory
dépersonnalisation, c'est-à-dire le déve- comme ce peut être le cas lors d'entre- (Maslash & Jackson, 1981).
loppement d'attitudes considérant le tiens réalisés par des médecins du tra- 19 Qui fut président le l'American Psychological
client d’abord, mais aussi le collègue, le vail. Dans le cadre d'une démarche cen- Association et promoteur de la psychologie positive,
partenaire de manière déshumanisée. trée sur la prévention par le bien-être, on visant la promotion d'une psychologie centrée sur la
Le troisième signe réside dans le senti- peut s'intéresser aux signes précurseurs. construction de la santé et la résilience, idée
ment d'absence d'accomplissement per- C'est ce qu'ont développé Demerouti, popularisée en France par le médiatique Boris
sonnel dans son travail, l'impression Bakker, Nachreiner & Ebbinghaus Cyrulnik.
que celui-ci n'a plus de sens, une per- (2002). Nous avons été attentifs à ces 20 Des expériences ont également été menées chez
ception dévalorisée de soi-même en signes précurseurs comme indices de l'animal.
découlant. Dans la conception normali- dégradation du bien-être dans l'étude 21 C'est typiquement le cas dans une structure
sée du burnout, les quatre signes rete- précédemment citée (Grosjean & Ribert- administrative complexe où les décisions apparaissent,
nus sont la dépersonnalisation, l'atteinte Van De Weerdt, 2003). aux yeux des salariés, “parachutées” d'on ne sait où.

INRS - Hygiène et sécurité du travail - Cahiers de notes documentaires - 1er trimestre 2005 - 198 / 37
HST 198 Grosjean (29-40) 23/03/05 11:01 Page 38

différentes et se caractériser par des milieu de leur vie et sur leur santé. Cela accrue aux TMS apparaît chez des indi-
signes avant-coureurs spécifiques. Sa fonctionne comme si la réponse de pro- vidus fragilisés sur le plan psycholo-
moindre visibilité sociale tient peut-être stration, locale et spécifique au départ, gique paraissent à cet égard particulière-
également à l'absence d'issue fatale s'étendait progressivement à des sphè- ment intéressants (INRS, 2003).
catastrophique, contrairement au stress, res de plus en plus larges. En termes de
au burnout et au harcèlement. Le précurseurs du bien-être, il y a donc Les conceptions présentées ici font
concept a cependant été approfondi non matière à creuser du côté de la rigidifi- la part large au processus d'évaluation
seulement dans le champ du travail mais cation cognitive. Il y a également à (appraisal au sens de Lazarus, 1999) par
aussi du côté des sciences de l'éducation, réfléchir sur la réponse de prostration et lequel l'organisme donne un sens à l'é-
notamment pour rendre compte du son degré de généralisation. vénement auquel il est confronté. Les
comportement de passivité d'élèves dans émotions qui, selon Damasio, s'inscri-
certaines situations. vent dans le corps, apparaissent dès la
seconde ligne du schéma théorique. Dès
Les recherches menées sur le thème lors que le processus d'évaluation n'est
ont montré que, face à une situation où
CONCLUSION pas directement accessible, les métho-
ils ont le sentiment de ne pouvoir des d'approche les plus en adéquation
exercer aucun contrôle, les sujets déve- avec ce modèle devraient s'appuyer sur
loppent une réaction sur le plan cognitif Le volet émotionnel de l'activité des investigations physiologiques.
qui les amène à recourir à des solutions humaine trouve ici une place centrale L'approche par les émotions éprouvées -
qui exigent de moins en moins de res- en tant que déterminant de la santé. Tel sentiments selon la terminologie de
sources cognitives pour résoudre les que défini ici, le concept de bien-être Damasio -, élaborée récemment à l'INRS
problèmes qui se présentent à eux. apparaît comme porteur d'une autre (Ribert-Van De Weerdt, 2003) et utilisée
Apparaissent alors des comportements approche de la santé et par conséquent dans le cadre de cette étude, constitue
relativement stéréotypés, s'appuyant sur aussi de la santé au travail, tout particu- déjà une méthode indirecte, où le lien
des « croyances » ou des solutions relati- lièrement pour les nouveaux risques, avec l'émotion corporelle n'est pas
vement fermées déjà utilisées par des TMS aux problèmes de santé psy- exploité. La proximité temporelle de l'é-
ailleurs, en particulier celles présentes chique. Des pistes de travail variées vénement initiateur de l'émotion, sa
dans le groupe de pairs. Les sujets se apparaissent : réactivation par le dispositif d'auto-
rigidifient progressivement dans leurs • en amont, il s'agit d'établir le lien entre confrontation garantissent cependant
attitudes face aux contraintes qu'ils une dégradation du bien-être au sens une haute fiabilité. A côté de cela, un
subissent. La perte de motivation auto- physique et psychologique et une réac- large éventail d'autres méthodes directes
nome serait liée au fait que le sujet en tion émotionnelle intense ou prolongée et indirectes existe. Celles-ci sont mises
vient à être persuadé que « de toute façon, et répétée qui l'a précédée ; en œuvre par les chercheurs d'autres
cela ne changera rien », ce qui peut être • au centre, il apparaît important de pré- organismes, en physiologie, en psycho-
induit par la répétition d'échecs succes- ciser d'avantage le concept, de cerner les logie ergonomique, en psychologie du
sifs dans des situations perçues comme rapports entre bien-être et performance - travail et des organisations, en psycholo-
étant similaires. sous-jacents à bien des travaux - et de gie de la santé au travail... Le cadre
tisser des liens plus étroits avec divers conceptuel présenté plus haut permet de
Des liaisons avec des troubles soma- champs théoriques. Les travaux de philo- positionner ces différentes méthodes en
topsychiques ont également été mises sophie médicale, notamment ceux de fonction de leur distance par rapport à
en avant. C'est ainsi que la théorie du Canguilhem (avec sa conception du l'objet central d'intérêt tel que défini ici,
« learned helplessness » de Seligman normal et du pathologique) sont très et donc d'anticiper sur de possibles biais.
(1968) et du syndrome de résignation éclairants et paraissent compatibles. Des Des collaborations avec des disciplines
acquise ou LHS22 (Laudenslager & al., approches médicales holistiques pour- diverses sont dès lors envisageables et
1983) ont mis en évidence les impacts raient aussi constituer des sources ouvrent des perspectives prometeuses.
de l'absence de contrôle sur son envi- d'inspiration pour affiner la démarche.
ronnement. Les personnes qui sentent La psychologie positive et la saluto-
qu'elles ont globalement peu de prise genèse (Antonwsky, 1987), deux appro-
sur leur vie ont davantage tendance à ches positives de la santé publique et de
négliger leur santé et sont de moins en la santé au travail développées au
moins aptes à avoir des comportements Canada pourraient également être mises
positifs pour la préserver. Si elles sont à contribution ;
mises face à d'importantes responsabili- • en aval, des liens entre l'état général de
tés relatives à elles-mêmes, elles déve- la personne et des troubles manifestes
loppent de l'anxiété et se révèlent aussi plus localisés mériteraient d'être plus
peu à même d'agir dans ce domaine systématiquement répertoriés et com-
qu'elles ont appris à l'être par ailleurs. pris, tout particulièrement quand les
L'idée qui se dégage, finalement, est sphères psychiques et somatiques sont Reçu le : 29/06/2004
celle de la relation entre le degré de simultanément concernées. Les méca- Révisé le : 17/12/2004
contrôle des individus sur le cours et le nismes par lesquels une prédisposition Accepté le : 24/01/2005

22 Learned helplessness syndrome.

INRS - Hygiène et sécurité du travail - Cahiers de notes documentaires - 1er trimestre 2005 - 198 / 38
HST 198 Grosjean (29-40) 23/03/05 11:01 Page 39

HST ND 2223 - 198 - 05

BIBLIOGRAPHIE
[1] BAUDELOT C. et GOLLAC M. (2003). [15] DIBBLE S. (1999). Keeping your [29] LENNERLÖF L. (1991). Learned
Travailler pour être heureux ? Le bonheur et le valuable employees. Retention Strategies for helplessness at work. In J. V. Johnson &
travail en France. Editions Fayard. 351 p. Your Organization's Most Important Resource. G. Johansson (Eds). The Psychosocial Work
J. Willey and Sons. 288 p. Environment : Work Organization, Demo-
[2] B E N A C H J . , M U N T A N E R C . , cratization and Health. Amityville, N.Y.,
BENAVIDES F.G., AMABLE M. et JODAR P. [16] DIENER E. (1994). Assessing subjec- Baywood Publishing Company.
(2001). Vers de nouvelles stratégies de prévention. tive well-being. Progress and opportunities.
B.T.S. Newsletter, N° 15-16, février 2001, pp. 31-41. Social Indicators Research, 31, pp. 103-157. [30] LOWE G. S. (2000). The quality of
work. A people-centred agenda. Oxford
[3] B R U N J . - P . , L O I S E L L E C . [17] DIENER E. (1996). Traits can be University Press. 213 p.
GAUTHIER G. et BÉGIN C. (1998). Le métier powerful, but are not enough : Lessons from
de préventionniste : entre l'arbre et l'écorce. subjective well-being. Journal or Research in [31] MASLASH C. (1981). Maslash
Boucherville : Héritage et Sansectra. Personality, 30, pp. 389-399 (N° 0027). burnout inventory. John Wiley & Sons, Palo
Alto, 34 p.
[4] BRUN J.-P., BIRON C. & IVER H. [18] DIENER E. & EMMONS R.A. (1985).
(2004). Évaluation de la santé mentale au tra- The independence of positive and Negative [32] MASLACH C, JACKSON SE (1986).
vail : une analyse des pratiques de gestion des Affect. Journal of Personality and Social The measurement of experienced burnout.
ressources humaines. Communication au Psychology, 47, 5, pp. 1105-1117. Journal of Occupational Behaviour 2:99.
congrès national de médecine et santé au travail.
Bordeaux, juin. [19] DUHAIME M. & LEPAGE N. (2002). [33] NELSON E. E., PANKSEPP J. (1998).
Quand l’organisation du travail conduit à l’épui- Brain Substrates of Infant-Mother Attachment :
[5] Bureau International du Travail. sement professionnel. Contributions of Opioids, Oxytocin, and
(1994). Déclaration de Philadelphie. Édition Norepinephrine. Neuroscience & Biobehavioral
du B.I.T., Genève. [20] GOLLAC M ET VOLKOFF S. (2000). Reviews 22 (3) pp. 437-452.
Les conditions de travail. Paris, coll. Repères.
[6] Bureau International du Travail. Édition de la Découverte. [34] PANKSEPP J., NELSON E. &
(2002). Dernière édition de l'Encyclopédie BEKKEDAL M. (1997). Brain systems for the
de sécurité et de santé au travail. Éditions du [21] GROSJEAN V. (2003). Comment mediation of social separation-distress and
B.I.T. Genève. favoriser chez les chefs d'entreprise une plus social-reward. Evolutionary antecedents and
large prise en compte de la prévention ? neuropeptide intermediaries. Annals of the New
[7] CANGUILHEM G. (1966). Le normal Perspectives théoriques et pragmatiques. York Academy of Sciences. 807 : 78-100.
et le pathologique. PUF, Paris, coll. Quadrige, Cahiers des Notes Documentaires - Hygiène et
5ème Éd., 1994, 224p. Sécurité du Travail, 190, pp. 51-65. [35] Paugam S. (2000). Le salarié de la pré-
carité. Presses Universitaires de France. 437 p.
[8] CONNOLLY J.J. & VISWESVARAN C. [22] GROSJEAN V. & RIBERT-VAN DE
(1999). Positive and negative Affect : A meta- WEERDT C. (2003). Les modes de management [36] PHILIPS S. & MUCHINSKI M.
analysis. Presentation at the 14th Annual dans un centre d’appel et leurs conséquences (1997). Configuring an employee assistance
Conference of the Society for Industrial and sur le bien-être des opérateurs. Notes program to fit the corporation's structure : one
Organizational Psychology : Atlanta, GA ; Scientifiques et Techniques N° 234, INRS, 40 p. company design. In J.C. Quick, L. R. Murphy et
April 1999. J.J. Hurell (Eds). Stress and Well-being at Work.
[23] HANTRAIS L & LETABIER M.-TH. pp. 317- 328.
[9] DAMASIO A. (1999). Le sentiment (1996). L'articulation de la vie familiale et de la
même de soi. Corps, émotion, conscience. Éd. vie professionnelle : une comparaison euro- [37] RIBERT-VAN DE WEERDT C.
Odile Jacob. Paris. péenne. Problèmes Economiques n° 2.477, juin (2003). Intérêts et difficultés de l’analyse des
1996 pp. 21-30. émotions en psycho-ergonomie. Psychologie
[10] DAMASIO A. (2003). Spinoza avait Française, 48, 2, juin, pp. 9-16.
raison. Éd. Odile Jacob. Paris. [24] INRS (2003). Étude C.5/1.030.
Physiopathologie des TMS de la main et du poi- [38] ROCHAT S., & TSCHAN F. (2003).
[11] DAVEZIES P. (2000). Évolution des gnet. Validation d’un modèle microcirculatoire. Travail émotionnel et interactions sociales :
organisations du travail et atteintes à la santé. Une investigation micro-événementielle.
SMT N° 127, 04-06. pp. 4-18. [25] JUNG C.G. (1937). Psychologische In G. Karnas, C. Vandenberghe & N. Delobbe
Typen. Traduction française de 1991 aux (Eds.), Développement des compétences, inves-
[12] DAVEZIES P. (2004). Le harcèlement Éditions Universitaires Georg et Cie, Genève. tissement professionnel et bien-être des person-
moral : organisation du travail ou perversion nes. Actes du 12ème Congrès de Psychologie du
narcissique ? Communication au congrès natio- [26] LANGLOIS A & GILBERT A. (2002). Travail et des Organisations (Vol. 3, pp. 281-
nal de médecine et santé au travail. Bordeaux, L’effet du milieu sur la qualité de vie et le bien- 290). Louvain-la-Neuve : Presses Universitaires
juin. être : vers une intégration des points de vue de Louvain.
objectif et subjectif. Communication présentée
[13] D E M E R O U T I E . , B A K K E R A . , au colloque « La qualité de vie au quotidien. [39] ROLLAND J.P. (2000). Le bien-être
NACHREINER F. & EBBINGHAUS M. (2002). Cadre de vie et travail ». Marseille 7-8 juillet. subjectif : revue de question. Pratiques
From mental strain to burnout. European Psychologiques, N° 1, pp. 5-21.
Journal of work and Organisational Psychology, [27] LAUDENSLAGER M. & al. (1983).
4, pp. 423-441. Coping and Immunodepression : Inescapable [40] SAINSAULIEU R. (1985) L'identité
Not Escapable Shock Suppresses Lymphocyte au travail, Paris, Presses de la Fondation
[14] DEWE P. (2003). Introduction of the Proliferation. Sciences. N° 221, pp. 568-570. Nationale des Sciences Politiques.
forum of the Conference of the European
Academy of Occupational Health Psychology, [28] LAZARUS R.S. (1999). Stress and [41] SCHAUFELI W.B., GREENGLASS E.R.
Berlin, 20 November http://www.ea-ohp.org emotion. A new synthesis. Free Association (2001). Introduction to special issue on burnout
Books. London. and health. Psychology and Health 16:501.

INRS - Hygiène et sécurité du travail - Cahiers de notes documentaires - 1er trimestre 2005 - 198 / 39
HST 198 Grosjean (29-40) 23/03/05 11:01 Page 40

[42] SELIGMAN R. (1968). The alleviation [45] U.E. (2002). S’adapter aux change- [49] WATSON D. & CLARK L.A. (1992).
of learned helplessness in the dog. Journal of ments du travail et de la société : une nouvelle On traits and temperament : general and speci-
Abnormal Psychology, 78 (16), pp. 256-262. stratégie communautaire de santé et de sécurité fic factors of emotional experience and their rela-
2002-2006. Com 2002. 118 Final. Bruxelles. tion to the Five Factor Model. Journal of
[43] SOARES A. (2002). L’enfer au tra- http://europe.osha.eu.int/systems/strategies/ Personality, 60, 2, pp. 441-476.
vail : le cas du harcèlement psychologique au future/#270
travail. Communication présentée au Colloque [50] WEBER & JAEKEB-REINHARD
« Violence, harcèlement moral et sexuel au tra- [46] VÉZINA M. (2003). Docteur je crois (2000). Burnout syndrome : a disease of
vail : plate-forme de recherches scientifiques ». que je fais un burnout… Le clinicien, Janvier modern societies. Occup Med 50:514.
Bruxelles, 9 décembre. Ministère fédéral de 2003. pp. 69-78.
l’Emploi et du Travail. Division de l’humanisa- [51] WYNNE R. & GRUNDEMANN R.
tion et de la promotion du travail. [47] VIET V. & RUFFAT M. (1999). Le (1999). New approaches to improve health of a
choix de la prévention. Édition Economica. changing workforce. European Foundation for
[44] SOARES A. (2002). Quand le travail Paris. the Improvement of Living and Working
devient indécent. Le harcèlement psychologique Conditions. Dublin.
au travail. Univestité du Québec à Montréal. [48] W A R R P . , B A R T E R J . &
Disponible sur http://www.csq.qc.net/eav/ BROWNBRIDGE G. (1983). On the indepen-
violence/harcelem.pdf 28p. dence of positive and negative affect. Journal
of Personality and Social Psychology, 44, 3,
pp. 644-651.

INRS - Hygiène et sécurité du travail - Cahiers de notes documentaires - 1er trimestre 2005 - 198 / 40

Vous aimerez peut-être aussi