Vous êtes sur la page 1sur 46

REPUBLIQUE DU SENEGAL

PLAN PARTICULIER DE SECURITE ET DE PROTECTION


DE LA SANTE

(PPSPS)

DATES INDICES MODIFICATIONS APPROBATION


TABLE DES MATIERES
CHAPITRE 1 RENSEIGNEMENTS GENERAUX ........................................................................................................................ 4
1-1 INTERVENANTS SUR LE CHANTIER .................................................................................................................................... 4
1-2 CORRESPONDANTS AVEC LES COORDONNATEURS S.P.S ................................................................................................. 4
1-3 ENTREPRISES SOUS-TRAITANTES ...................................................................................................................................... 4
1-4 PERIODE D’INTERVENTION ET EVOLUTION DE L’EFFECTIF ................................................................................................ 5
1-5 HORAIRES SUR LE CHANTIER............................................................................................................................................. 5
CHAPITRE 2 : DESCRIPTION DES ACTIVITES & ORGANISATION PARTICULIERE DU CHANTIER .............................................. 6
2.1 DESCRIPTION ........................................................................................................................................................................ 6
2.2. ORGANISATION ................................................................................................................................................................... 6
2.3 PLAN DE DISPOSITION DU CHANTIER .......................................................................................................................................... 6
2.4. GESTION DES DECHETS ........................................................................................................................................................... 7
2.5. REUNIONS DE SECURITE ......................................................................................................................................................... 7
CHAPITRE 3 : PREMIERS SECOURS / SURVEILLANCE MEDICALE ........................................................................................... 8
3.1 CONSIGNES GENERALES EN CAS D'INCIDENTS .................................................................................................................. 8
3.2 ORGANISATION DES SECOURS EN CAS DE BLESSE LEGER .................................................................................................. 8
3.3 ORGANISATION DES SECOURS EN CAS DE BLESSE GRAVE ................................................................................................. 9
3.4 MATERIEL MEDICAL ........................................................................................................................................................ 10
3.5 SERVICES DE SECOURS .................................................................................................................................................... 11
CHAPITRE 4 : ACCUEIL-FORMATION -EQUIPEMENT INDIVIDUEL-PROTECTION COLLECTIVE ...............................................12
4.1 APTITUDE MEDICALE ...................................................................................................................................................... 12
4.2 EQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELLE ............................................................................................................. 12
4.3 PROTECTION COLLECTIVE ............................................................................................................................................... 14
4.3.1 Les mesures de protection collective contre les chutes de hauteur ........................................................................ 14
4.3.2 Les mesures de protection contre les chutes d’objets et de matériaux .................................................................. 16
4.3.3 Les échafaudages.................................................................................................................................................... 16
4.3.4 Les échelles ............................................................................................................................................................. 17
CHAPITRE 5 : INSTALLATION GENERALE .............................................................................................................................19
5.1 PLAN D’INSTALLATION DU CHANTIER, ....................................................................................................................................... 19
5.2 SIGNALISATIONS .................................................................................................................................................................. 19
5.3 CLOTURE DE CHANTIER / REGLEMENTATION DES ENTREES ............................................................................................................ 20
5.4 HYGIENE & CONDITIONS DE TRAVAIL ....................................................................................................................................... 20
5.5 LEVAGE, ENGINS DE CHANTIERS, CONSIGNATION ........................................................................................................................ 20
5.5.1 Engins de levage ..................................................................................................................................................... 20
5.5.2 Engins de chantier................................................................................................................................................... 22
5.5.3 Consignation ........................................................................................................................................................... 22
CHAPITRE 5-PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS ................................................................................................23
5.1 PHASE : DEMOLITION, FONDATION RADIER, TERRASSEMENT EN GRANDE MASSE, TRANSPORT DE TERRE .................. 23
5.2 TRAVAUX DE GROS ŒUVRE & CES .................................................................................................................................. 25
5.3 TRAVAUX ROUTIERS & TRAVAUX DE VOIRIE ................................................................................................................... 28
CHAPITRE 6-PREVENTION CONTRE LE VIH-SIDA .................................................................................................................30
6.1 QU'EST-CE QUE LE VIH ET LE SIDA? ....................................................................................................................................... 30
6.2 QUELS SONT LES EFFETS DU VIH SUR LA PERSONNE ATTEINTE? ..................................................................................................... 30
6.3 COMMENT DETECTE-T-ON L’INFECTION A VIH ? ........................................................................................................................ 31
6.4 COMMENT SE TRANSMET LE VIH ? .......................................................................................................................................... 31
6.5 COMMENT SE PROTEGER DU VIH ? ......................................................................................................................................... 32
6.6 STRATEGIE DE PREVENTION CONTRE LE VIH SIDA ET LES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) ......................................... 33
CHAPITRE 7-PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT .............................................................................................................34
7.1 RISQUES PRINCIPAUX ............................................................................................................................................................ 34

| 2
7.2 MOYENS DE PREVENTION ...................................................................................................................................................... 34
7.2.1 Propreté du chantier ............................................................................................................................................... 34
7.2.2 Stationnement des véhicules du personnel de chantier ......................................................................................... 34
7.2.3 Accès des véhicules de livraison .............................................................................................................................. 34
7.2.4: Sensibilisation du personnel .................................................................................................................................. 35
7.2.5 Gestion des nuisances causées aux riverains .......................................................................................................... 35
7.2.6 Gestions des pollutions des eaux, et sols et des déchets ........................................................................................ 36
ANNEXES ...........................................................................................................................................................................38
1- VEILLE REGLEMENTAIRE .......................................................................................................................................................... 39
2- COMMENT PREVENIR LES SECOURS EN CAS D’ACCIDENT ................................................................................................................. 42
3- COMMENT PREVENIR LES SECOURS EN CAS D’INCENDIE.................................................................................................................. 43
4-COMMENT UTILISER UN EXTINCTEUR .......................................................................................................................................... 44
5-GESTE DE COMMANDEMENT DES ENGINS DE LEVAGE ..................................................................................................................... 45
6-LES REGLES DE BASE DE L’ELINGAGE............................................................................................................................................ 46

| 3
CHAPITRE 1 RENSEIGNEMENTS GENERAUX

1-1 INTERVENANTS SUR LE CHANTIER

Nom du chantier
Code du chantier
Adresse du chantier
Nom du Maître de l’ouvrage
Adresse du Maître de l’ouvrage
Nom du Maître d’œuvre
Adresse du Maître d’œuvre

1-2 CORRESPONDANTS AVEC LES COORDONNATEURS S.P.S

Fonction NOM & N° Cellulaire


Directeur de travaux
Conducteur de travaux
Chef de chantier
Responsable sécurité dans le chantier

1-3 ENTREPRISES SOUS-TRAITANTES

Nom Entreprise Nom & adresse du responsable Nature des travaux

| 4
1-4 PERIODE D’INTERVENTION ET EVOLUTION DE L’EFFECTIF
Date de démarrage
Durée des travaux
Effectif moyen
Effectif en pointe

1-5 HORAIRES SUR LE CHANTIER


Matin
Après-midi
Nuit

| 5
CHAPITRE 2 : DESCRIPTION DES ACTIVITES & ORGANISATION PARTICULIERE DU CHANTIER

2.1 Description

2.2. Organisation

2.3 Plan de disposition du chantier

| 6
2.4. Gestion des déchets

2.5. Réunions de sécurité

| 7
CHAPITRE 3 : PREMIERS SECOURS / SURVEILLANCE MEDICALE

3.1 CONSIGNES GENERALES EN CAS D'INCIDENTS


Tout « fait dangereux » survenu inopinément sur les lieux de travail et qui n'a pas eu de conséquence
sur l'intégrité physique des personnes doit être déclaré et analysé afin d'engager des actions
correctives. S'il y a un risque imminent, il y a lieu de prendre des mesures immédiates pour éviter
l'accident. Tous les incidents et « presque accidents » doivent être répertoriés dans la fiche prévue à
cet effet.

3.2 ORGANISATION DES SECOURS EN CAS DE BLESSE LEGER


A) PROTEGER :
- se protéger soi-même, s'il y a danger, pour pouvoir intervenir.
- supprimer la cause du danger et s'assurer de sa neutralisation, soustraire la victime si
un danger la menace.
- s'il n'y a pas de danger, ne rien toucher.
- protéger les personnes aux abords de l’accident.

B) ALERTER (OU FAIRE ALERTER)

-l’agent de sécurité ou le secouriste et rendre compte au Chef de chantier / Conducteur


de travaux
C) ACCOMPAGNER :
-le blessé jusqu’au premier poste de secours

| 8
3.3 ORGANISATION DES SECOURS EN CAS DE BLESSE GRAVE
A) PROTEGER :
- se protéger soi-même, s'il y a danger, pour pouvoir intervenir.
- supprimer la cause du danger et s'assurer de sa neutralisation, soustraire la victime si
un danger la menace.
- s'il n'y a pas de danger, ne pas déplacer la victime, ne rien toucher
- protéger les personnes aux abords de l’accident
- présence permanente d’une personne auprès du blessé pour le rassurer et le
réconforter

B) PREVENIR :
- l’agent de sécurité ou le secouriste et rendre compte au Chef de chantier / Conducteur
de travaux
C) ALERTER LES SECOURS :
-Appeler les POMPIERS (tél 18) ; LE SUMA (33 824 24 18) ;
SOS MEDECIN (33 889 15 15) ; POLICE SECOURS (tél. 17)
-Préciser la nature de l’accident, la position du ou des blessés et le nombre de blessés
-Fixer un point de rendez-vous
-Ne pas raccrocher pas le premier
-Faire répéter le message
D) PREVOIR :
-l’accueil et la conduite des secours jusqu’au lieu de l’accident
E) SECOURIR :

| 9
-Ramener la boîte à pharmacie
-Réconforter la victime
-Ne pas donner à boire

3.4 MATERIEL MEDICAL


Une trousse de secours est disponible dans le bureau du pointeur. Un panneau ou un placard
permettent d’indiquer de manière précise la situation de ce matériel. La date d’achat devra figurer sur
la trousse de secours.
La trousse de secours devra comporter au minimum les éléments suivants :
- une paire de gants,
- une paire de pince,
- une paire de ciseaux,
- une bouteille d’alcool 70° 250 ml,
- une bouteille de mercurochrome 250 ml,
- Bandes 3x2, des compresses 20x10,
- Bétadine rouge
- Bétadine jaune
- Sparadrap 5x18,
- Paracétamol 500 mg,
- Banéocin pommade
- Coton (Paquet)

| 10
3.5 SERVICES DE SECOURS
Le responsable de sécurité sur le chantier doit appeler un des services de secours suivant :
Tableau à afficher sur le chantier
DESIGNATION TELEPHONE
SAPEURS POMPIERS 18
POLICE SECOURS 17
SUMA 33 824 24 18
SOS MEDECINS 33 889 15 15

| 11
CHAPITRE 4 : ACCUEIL-FORMATION -EQUIPEMENT INDIVIDUEL-PROTECTION COLLECTIVE

4.1 APTITUDE MEDICALE


L’ensemble des personnels devant intervenir sur le chantier doit être reconnu APTE médicalement et
avoir subi les visites médicales.

4.2 EQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELLE


TYPE
Casques
Chaussures de sécurité
Bottes de sécurité
Casques anti-bruit
Paires de gants
Masques anti-poussière
Paires de lunettes
Harnais anti-chute
Lunettes
Masques

NB : En même temps qu’il lui est mis à disposition un EPI, l’ouvrier doit recevoir une information sur le
mode d’emploi et éventuellement une formation sur le port de l’équipement de protection
individuelle.

| 12
- Lunettes, masques : Pour tout travaux représentant le risque de projection dans les yeux ou
exposant à des sources lumineuses de forte puissance,

- le casque : casque avec jugulaire pour travaux de montage, le port du casque est obligatoire
partout sur le chantier (sauf à l’intérieur des bureaux, des vestiaires et des réfectoires)
- les chaussures de sécurité : obligatoires partout sur le chantier et pour toute personne
impliquée dans des travaux et manipulations physiques.

| 13
- les gants : obligatoires pour les travaux de démolition manuelle, travaux au chalumeau,
travaux au marteau de piquage et travaux de meulage.
- les gants isolants : obligatoires pour les travaux sur des installations sous tension.
- les lunettes adaptées : incolores ou colorées selon poste de travail, obligatoires pour les
travaux de meulage, travaux au chalumeau, travaux de soudure et travaux au marteau de piquage (en
général: tous les travaux qui présentent des risques pour les yeux ainsi que les jours de vent).
- les protections antibruit : obligatoires pour les travaux exposés au bruit.
- les masques anti-poussières : obligatoires pour les travaux poussiéreux.
- les harnais de sécurité : obligatoires pour les travaux en hauteur
- vêtements imperméables : à disposition si nécessaire
- les bottes de sécurité : à disposition pour travaux de terrassement si nécessaire

4.3 PROTECTION COLLECTIVE

4.3.1 Les mesures de protection collective contre les chutes de hauteur


● Pour les travaux exécutés à une hauteur de plus de trois mètres du sol, il doit être installé au
niveau du plan de travail et de circulation, en rive des dalles, des garde-corps à une hauteur de 90 cm
et des plinthes de 15 cm au moins.

A défaut de garde-corps et de plinthes, il doit être installé soit des auvents, des planchers
provisoires ou tout autre dispositif de protection collective capables d’arrêter une personne avant
qu’elle ne soit tombée de plus de trois mètre en chute libre (ex. filet de protection).

● Les parties des constructions dont l’accès présente des dangers pour les personnes présentes,
doivent être interdites par des dispositifs matériels. C’est le cas des ouvertures donnant sur le vide, des
balcons sans garde-corps ; les terrasses sans mur acrotère doivent être munies de garde-corps une
fois le gros œuvre terminé. Il en est de même pour les trémies (cage d’ascenseur, gaines techniques,
cage d’escaliers, trappe de visite etc.).

| 14
● Il est recommandé, autant que faire se peut, de mettre en place les éléments constructifs au
fur et à mesure de l’exécution de la construction (escaliers, rampes, garde-corps, allèges, balcons etc.)

● Les garde-corps doivent être rigides. Ils peuvent être constitués soit par des traverses en
bois, soit par des barres ou des tubes métalliques. Ils doivent avoir une section suffisante compte tenu
des efforts auxquels ils peuvent être soumis.

| 15
4.3.2 Les mesures de protection contre les chutes d’objets et de matériaux

● Toutes les précautions doivent être prises pour empêcher les personnes d’être atteintes et
blessées par des objets ou matériaux qui pourraient tomber ou être projetés des échafaudages ou
d’autres postes de travail. La chute intempestive d’un objet étant toujours possible malgré les
précautions prises, le port du casque de sécurité avec jugulaire est obligatoire.

● Les matériaux se trouvant sur le chantier ne doivent être ni empilés ni disposés d'une manière
pouvant mettre des personnes en danger.

● Il est déconseillé de laisser à l'abandon sur le chantier des planches munies de pointes
saillantes.

4.3.3 Les échafaudages

● Dispositions communes : Des échafaudages convenables doivent être prévus pour tout
travail qui ne peut être exécuté sans danger avec une échelle ou par d'autres moyens. Ces
échafaudages doivent être construits de manière à empêcher, en cours d'utilisation, le déplacement
d'une quelconque de leurs parties constituantes par rapport à l'ensemble.

Ils doivent être munis, sur les côtés extérieurs :

1° De garde-corps constitués par deux lisses placées l'une à un mètre, l'autre à 45 cm au-dessus
du plancher ;

2° De plinthes d'une hauteur de 15 cm au moins.

Les échafaudages ne doivent pas être surchargés, il y a lieu de tenir compte de la résistance de
l'ossature et des planchers.

| 16
Sur un plancher il ne faut pas:
- accumuler des matériaux;
- engendrer des efforts en sautant, courant, jetant des objets pesants et en ripant des pièces lourdes. Il
faut répartir les charges d'une manière uniforme. Si un plancher est rendu glissant, retourner les
planches, ou répandre du sable, ou le recouvrir d'une vieille bâche.

4.3.4 Les échelles

Les échelles doivent être d’une longueur suffisante et dépasser d’un mètre la hauteur du plan de
travail et ne présenter aucune défectuosité de matière ou de montage. Elles doivent être solidement
fixées en haut et calées en bas afin d’éviter tout glissement ou renversement. Elles doivent former
avec l’horizontale un angle de 75° environ.

| 17
Les échelles seront en fibres de verre dans les sous-stations électriques, métalliques ou en fibres de
verre ailleurs.
Il est rappelé qu’une échelle n’est pas un poste de travail mais un moyen d’accès.

| 18
CHAPITRE 5 : INSTALLATION GENERALE

5.1 Plan d’installation du chantier,


Un plan d’installation de chantier est proposé par le Conducteur de travaux en relation avec les
responsables de la sécurité
Il doit notamment comprendre :
-l’organisation du trafic, cheminements séparés pour piétons, engins, aménagement des
entrées et sorties de chantiers…
-la prise en compte de l’existence et l’état des immeubles voisins,
-l’implantation des zones de cantonnement : locaux d’accueil, sanitaires et locaux destinés au
personnel,
-la création éventuelle d’un parking des véhicules
-l’implantation des zones de stockage des approvisionnements (matériels et matériaux),
-l’implantation des appareils de levage,
-l’implantation des zones de préfabrication (béton, ferraillage),
-l’installation des réseaux divers (eau, eaux pluviales, eaux usées, eaux vannes),
-l’installation électrique provisoire de chantier.

5.2 Signalisations
Les chantiers sur route ouverte à la circulation doivent faire l’objet pendant toute la durée des travaux
d’une signalisation temporaire. Fonction notamment de l’intensité du trafic, la signalisation temporaire
doit être plus développée pour les routes importantes que pour les autres routes.
Pour faire connaître aux usagers la nature et l’importance des obstacles, la signalisation comprend
trois niveaux :
1 - une signalisation d’approche,
2 - une signalisation de position,
3 - une signalisation de fin de prescription.
1 - La signalisation d’approche (la plus développée) comprend généralement :
- une signalisation de danger (panneaux triangulaires),
- une signalisation d’indication (panneaux rectangulaires),
- une signalisation de prescription (panneaux circulaires).
Les distances entre panneaux sont fonction de l’importance de la route.
2 - La signalisation de position peut comprendre :

| 19
- un balisage latéral avec répétition selon la longueur du chantier,
3 - La signalisation de fin de prescription est placée en aval du chantier.

5.3 Clôture de chantier / réglementation des entrées


Le chantier est clôturé. Son accès est strictement interdit à toutes personnes étrangères. Des
agents de sécurité seront en permanence positionnés au niveau des voies d‘accès
Il sera remis un casque de sécurité à tout visiteur qui est tenu de le rendre à la sortie. Il est
formellement interdit à tout véhicule étranger de circuler sur le site. Un parking spécial sera réservé
pour les véhicules des visiteurs.

5.4 Hygiène & Conditions de travail


● Réfectoires, vestiaires : Ces locaux doivent être dimensionnés en fonction du nombre
d’occupants, être convenablement aérés et éclairés et ne doivent pas servir de stockage pour les
matériaux et matériels.

● Les sanitaires : Il doit être mis à la disposition des travailleurs une quantité d’eau potable
suffisante pour assurer leur propreté individuelle. Des lavabos doivent être installés ou des rampes à
raison d’un orifice pour 10 travailleurs. Des moyens de nettoyage et de séchage appropriés doivent
être mis à la disposition des travailleurs.

Il doit y avoir au moins un cabinet et un urinoir pour vingt hommes et deux cabinets pour
vingt femmes. L'effectif pris en compte est le nombre maximal de travailleurs présents simultanément
dans l'établissement. Un cabinet au moins doit comporter un poste d'eau.

5.5 Levage, engins de chantiers, consignation


5.5.1 Engins de levage

Les appareils mus mécaniquement doivent être posés sur une surface d'appui présentant une
résistance suffisante. La stabilité de ces appareils doit être constamment assurée, même en dehors du

| 20
service. Ces appareils doivent être vérifiés avant toute mise ou remise en service et périodiquement
ensuite. La conduite des appareils de levage est réservée aux travailleurs qui ont reçu une formation
adéquate. D’autre part, il y a lieu de respecter les consignes données par le constructeur et contenues
dans la notice d’utilisation notamment en ce qui concerne :

-les caractéristiques techniques (charges nominales, surface d’appui, lestage etc.),

-les conditions d’utilisation.

Pour l’exécution des manœuvres utiliser des gestes de commandement normalisés (cf. annexe).

Pour les éléments mobiles de l’appareil (avec ses accessoires de levage) tenir compte :

-de la distance minimale à respecter avec les immeubles existants (2 mètres),

-de la distance minimale avec une autre grue (2 mètres)

-de la distance minimale avec une ligne ou installation électrique (3 mètres pour une
tension<50KV et 5mètres pour une tension >50KV)

-des interdictions de survol de charge de voies à grande circulation, d’écoles, d’hôpitaux etc.

Au cours de la manutention de charges avec des bennes basculantes, celles-ci doivent être
munies d'un dispositif de verrouillage s'opposant efficacement au basculement accidentel. Ce
dispositif doit pouvoir, en particulier, résister au choc des outils ou des matériaux pendant le
chargement.

Des mesures efficaces doivent être prises pour empêcher la chute ou l'accrochage des
matériaux en cours de manutention.
| 21
Les charges constituées par des matériaux de longues dimensions (tels que : planches, poutres,
poutrelles) doivent, en cas de nécessité, et notamment lorsqu'il existe des risques particuliers
d'accrochage, être guidés à distance pendant leur déplacement. En outre, ces matériaux doivent être
solidement amarrés afin d'éviter tout glissement.

Les matériaux de faibles dimensions (tels que : briques, tuiles, ardoises) ne peuvent être levés
qu'au moyen de bennes, de plateaux, de palettes, ou tous autres dispositifs similaires, d'un modèle
s'opposant efficacement à leur chute.

5.5.2 Engins de chantier

Chaque engin doit posséder un carnet d’entretien où sont consignés : les essais périodiques des
organes de sécurité (freins, direction, etc.), les opérations d’entretien courant, les grosses réparations ;

5.5.3 Consignation

Avant d’intervenir sur des machines, appareils ou installations à l’arrêt, il convient de s’assurer que
cette intervention pourra être effectuée sans risque pour l’opérateur.

| 22
CHAPITRE 5-PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS

5.1 PHASE : DEMOLITION, FONDATION RADIER, TERRASSEMENT EN GRANDE MASSE, TRANSPORT DE TERRE

Risques principaux Moyens de prévention


-Heurt par des véhicules et engins de chantier engins ; -Entretien régulier des engins, établissement d’un plan de circulation, bon
-Collision entre engins ; arrimage des charges manutentionnées, consignation des appareils et engins
-Traumatisme consécutifs à la conduite des engins ; avant intervention, entretien des voies de circulation, formation à la
-Blessures provoquées par les organes mobiles des engins conduite en sécurité, port de vêtement de signalisation
-Blessures et de maladies professionnelles consécutives à des -Ports d’EPI (gants, chaussures de sécurité), formation du personnel à la
efforts physiques, des écrasements, des chocs, des gestes manutention, limiter les manutentions manuelles aux postes de travail
répétitifs, des mauvaises postures
-Ecrasement ou blessures liés à l’effondrement d’immeubles -Etaiements, contreventements, renforcements. Définir les modes
mitoyens rendus instables par le déplacement de terres au opératoires concernant les reprises en sous-œuvre.
moment des fouilles de fondation
-Non respect des règles d’hygiène élémentaires par les salariés -Installations de sanitaires en nombre suffisant. Entretien des locaux
d’aisance, interdiction de manger au poste de travail.
-Électrisation ou électrocution par contact accidentel de parties -Présence d’un électricien habilité, respecter les distances de sécurité par
d’engins avec des conducteurs de ligne électrique sous tension. rapport aux lignes électriques aériennes (3 ou 5m) et enterrées (1,5m). Faire
des sondages réguliers. Avertir le concessionnaire du réseau électrique en
cas de travaux a proximité de conducteurs sous tension.

| 23
-Risque physique lié à des agresseurs professionnels (bruit, -Réduction du bruit produit par les machines par isolement et/ou disposition
lumière, vibrations, lumière). Ex. : difficulté de concentration, d’écrans acoustiques. Utilisation d’engins capotés. Port d’EPI (casque
fatigue, visuelle antibruit).
-Risque d’accident lié à la co-activité Information des entreprises extérieures sur les risques et les consignes de
sécurité (Réunion de sécurité)
Risque de chutes de plain-pied ou de chutes dans les -Nettoyage régulier du chantier, pose de garde-corps. Remblaiement des
fouilles consécutifs à un sol glissant ou encombré fouilles ;

| 24
5.2 TRAVAUX DE GROS ŒUVRE & CES
Risques principaux Moyens de prévention
Chute de plain-pied : -Nettoyage régulier du chantier,
-dans les installations de chantier au sol, -Eclairage des passages des zones sombres,
-sur les planchers de travail, -Nettoyage et entretien des plateformes de travail,
-sur les passerelles, -Balisage des zones à risques,
-sur les accès au bâtiment -limitation des longueurs de rallonge électrique ;
-Port de chaussures de sécurité antidérapante
Chutes de hauteur : -Mise en place de garde-corps pour sécuriser la circulation en rive du
-depuis le plancher de travail, plancher RDC par des garde-corps,
-depuis les échelles et les échafaudages, -Mise en place des éléments constructifs définitifs au fur et à mesure de
-depuis les plateformes de coffrage l’exécution de la construction (escaliers, rampes et garde-corps, allèges,
balcons, acrotères, etc.),
-Obturation des trémies,
-Mise en place de surfaces de recueil à moins de 3 mètres des plancher de
travail,
-Entretien régulier des échafaudages (vérification des appuis, des amarres,
etc.)
-Montage et démontage des échafaudages par un personnel qualifié
Manipulations (coincement, écrasement, blessures diverses, par -Ports d’EPI (gants, chaussures de sécurité), formation du personnel à la
des vérins, pièces de coffrage, étais, matériaux, etc. manutention, limiter les manutentions manuelles aux postes de travail

| 25
Manutention à l’aide d’engins (heurt, coincement, écrasement) : -Ports d’EPI (gants, chaussures de sécurité),
-matériel : coffrage, étaiement -Entretien régulier des engins, bon arrimage des charges manutentionnées,
-matériaux : armatures, éléments préfabriqués formation à la conduite en sécurité
-Etablissement d’un plan de circulation
Chutes d’objets (heurt, écrasement): -Port d’EPI (casque)
-petits objets (outils, pièces de coffrage, béton, déchets) ; -Entretien régulier des casques,
-renversement de coffrage, éléments préfabriqués, murs etc. -Vérification de la stabilité des éléments de coffrage, des étais, etc.
-effondrement d’étaiements, de passerelles, de coffrage sous -Bon arrimage des charges manutentionnées.
charges diverses, d’éléments en cours de manutention, d’éléments -Etablissement d’un plan de circulation
préfabriqués en cours de pose
Engins de levage (heurt, écrasement) : -Etablissement d’un plan de circulation,
-Entretien régulier des engins et appareils de levage
Risque électrique (électrisation, brûlures, électrocution) : -Présence d’un électricien habilité dès le début des travaux, respecter les
-réseau électrique du chantier, machines électriques, outils à main, distances de sécurité par rapport aux lignes électriques aériennes (3 ou 5m)
éclairage, proximité de lignes électriques existantes et enterrées (1,5m). Utilisation de basse tension de sécurité en cas de travail
en vide sanitaire ou dans des locaux humides. Traitement immédiat de toute
anomalie électrique. Contrôle régulier des installations.
-Port d’EPI
Risque toxique : risque d’intoxication, d’allergie par inhalation, -Port d’EPI (masque)
ingestion ou contact cutané de produits mis en œuvre (colle
solvants, brasure, décapants etc.) ou émis sous forme de gaz lors

| 26
des soudures au chalumeau
Risque lié aux rayonnements émis lors des soudures au -Port d’EPI (lunettes de protection)
chalumeau et à l’arc électrique (troubles visuels)
Exécution de tranchées pour pose de canalisations : -Etablissement d’un plan de circulation,
-renversement par des véhicules circulant au voisinage des lieux de -Implantation, piquetage, énumération des zones dangereuses,
travail, -Utilisation de bonnes technique de talutage, de blindage des fouilles, etc
-ensevelissement à la suite d’éboulement de parois de tranchées, -Présence d’un électricien habilité lors des travaux de fouilles,
-électrisation ou électrocution par contact accidentel avec un -Présence d’un plombier
conducteur électrique
-blessures diverses causées par la rupture de canalisations
existantes en services (eau, électricité, etc.)
-intoxication consécutifs à l’emploi de colles et décapants
contenants des substances toxiques ou dangereuses
Risques pour les yeux (projection d’objets ou de matériaux divers) -Port d’EPI (lunettes de protection)

| 27
5.3 TRAVAUX ROUTIERS & TRAVAUX DE VOIRIE

Risques principaux Moyens de prévention


Heurt par des véhicules lors de travaux sur routes circulées : - Etablissement d’un plan de circulation, organisation de la circulation autour
du chantier, etc.
-Utilisation d’une bonne signalisation routière,
-Délimitation des zones de travaux
Manutention à l’aide d’engins (heurt, coincement, écrasement) : Ports d’EPI (gants, chaussures de sécurité),
-matériel : coffrage, étaiement -Entretien régulier des engins, bon arrimage des charges manutentionnées,
-matériaux : armatures, éléments préfabriqués formation à la conduite en sécurité
Engins de chantier: -Consignation avant réparation, port d’EPI,
-Blessures provoquées par les organes mobiles des engins ou par -Etablissement d’un plan de circulation.
des objets en mouvement -Entretien régulier des engins.
-Blessures résultant du renversement d’engins
Blessures dues à l’utilisation de liants hydrocarbonés chauds -Définition des modes opératoires,
-Port d’EPI
Electrique (électrisation, brûlures, électrocution) : -Implantation, piquetage, énumération des zones dangereuses,
-réseau électrique du chantier, machines électriques, outils à main, - Présence d’un électricien habilité.
éclairage, proximité de lignes électriques existantes
Risque toxique : risque d’intoxication, d’allergie par inhalation, -Port d’EPI (masque)
ingestion ou contact cutané de produits mis en œuvre (liants

| 28
hydrocarbonés, bitume etc.)
Risques pour les yeux (projection d’objets ou de matériaux divers) -Port d’EPI (lunettes de protection)

| 29
CHAPITRE 6-PREVENTION CONTRE LE VIH-SIDA

6.1 Qu'est-ce que le VIH et le SIDA?


Le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) est un virus qui infecte le système immunitaire. Le
Syndrome d'immunodéficience acquise (SIDA) est le dernier stade de l'infection par le VIH. Le VIH
rend le système immunitaire vulnérable aux autres infections. Il est également appelé le « virus du
SIDA ».
Le nom complet de l'acronyme SIDA sert à décrire diverses caractéristiques de cette maladie.
Syndrome veut dire que la maladie se manifeste par divers symptômes.
Immunodéficience signifie que le système immunitaire de la personne atteinte se détériore.
Acquise veut dire que cette maladie n'est pas héréditaire.
Le Sida est la maladie, résultat de l’activité du VIH dans l’organisme.
Une personne peut être porteuse du virus sans pour autant présenter de symptômes ou de signes
extérieurs de la maladie, car le VIH peut rester pendant plusieurs années dans l’organisme avant
que le SIDA ne se déclare. Elle est dite « séropositive » (au VIH). Le délai entre le premier contact
avec le virus du SIDA et l'apparition de la maladie est variable d’une personne à l’autre. Certaines
commenceront à présenter des symptômes dès les premières années alors que d’autres ne
développeront aucun signe apparent de maladie pendant des années tout en pouvant
transmettre le VIH à d’autres personnes.

6.2 Quels sont les effets du VIH sur la personne atteinte?

Les symptômes du SIDA se caractérisent par un affaiblissement général de l’individu et un certain


nombre de manifestations cliniques. La notification du diagnostic VIH est effectuée avec un
dépistage sanguin. Dans un cas sur deux, les personnes séropositives ne manifestent des
affections caractéristiques du SIDA qu’au bout de 8 à 10 ans.
-Première phase : infection par le VIH : Le VIH est présent dans l’organisme sans signe clinique de
maladie.
-Deuxième phase : l’infection progresse : Le VIH s’attaque au système immunitaire et certains
symptômes du SIDA apparaissent.
-Troisième étape : le SIDA se manifeste : Le système immunitaire n’est plus capable de se
défendre. La personne infectée par le VIH s’affaiblit et son activité régresse. Elle peut ne plus être
en mesure de tenir correctement son poste de travail.

| 30
6.3 Comment détecte-t-on l’infection à VIH ?
Le VIH/SIDA peut être suspecté par le médecin à l’examen clinique, par exemple à l’occasion d’une
infection opportuniste qui caractérise l’infection à VIH. Ce diagnostic est ensuite confirmé par une
sérologie VIH.
Une personne infectée par le VIH doit être dépistée le plus tôt possible. Elle doit le faire pour
bénéficier d'un traitement adapté et du suivi médical mais aussi pour être informée de la nécessité
de prendre toutes les précautions afin de ne pas transmettre le VIH à ses partenaires sexuels.
Le dépistage du VIH doit toujours être proposé comme une démarche volontaire et anonyme

6.4 Comment se transmet le VIH ?


Le VIH est transmis par les liquides organiques d'un sujet infecté : son sang, son sperme ou autres
sécrétions sexuelles ainsi que le lait maternel.
Le VIH se transmet de trois façons :
• par des relations sexuelles non protégées, c’est-à-dire sans préservatif, avec pénétration anale
ou vaginale ;
• par voie sanguine :
- lors de contacts accidentels avec du sang infecté, par exemple, lorsque des objets (seringues,
lames de rasoirs, instruments tranchants) contaminés et non stérilisés sont utilisés pour l’injection
de drogues, les tatouages,…
- lors d’une transfusion de sang ou de l’utilisation de produits sanguins dont le contrôle n’a pas été
assez rigoureux et la collecte insuffisamment protégée.
- Par la transmission d’une mère infectée à son enfant pendant la grossesse, l’accouchement ou
l’allaitement.

| 31
Contrairement aux idées reçues, le VIH ne se propage pas par des contacts courants comme une
poignée de mains, une salutation par étreinte, un baiser…Il ne se transmet pas non plus par les
aliments, l’eau, les couverts, les éternuements, la toux, les moustiques et autres insectes…
Le VIH ne peut donc être transmis à la suite de contacts avec des objets du quotidien que ce soit à
l’école, au travail (à l’exception du personnel de santé qui doit éviter d’entrer en contact direct
avec du sang), à la maison ou ailleurs.
Ainsi, il n’y a aucun risque à :
• fréquenter une personne vivant avec le VIH SIDA (PVVIH);
• toucher une poignée de porte, un téléphone ou un autre objet qui aurait été touché par une
personne séropositive ;
• embrasser une PVVIH ou lui serrer la main ;
• manger dans la même assiette qu’une personne séropositive ;
• s'asseoir sur une chaise où une PVVIH s'est assise au préalable, entre autres dans les transports
en commun, au cinéma, les toilettes publiques, etc.

6.5 Comment se protéger du VIH ?


Il n'existe actuellement aucun vaccin permettant de se protéger du VIH.
La prévention de la transmission sexuelle du VIH se fait par :
- la fidélité ou l’abstinence,
- la limitation du nombre de partenaires sexuels,
- l'utilisation de préservatifs, masculins ou féminins, lors des rapports sexuels.

| 32
La prévention par transmission sanguine se fait en sélectionnant exclusivement les donneurs
séronégatifs et en contrôlant le sang prélevé avant transfusion. La prévention de celui qui se
drogue ou se fait tatouer implique l’utilisation de seringues et aiguilles à usage unique.

6.6 Stratégie de prévention contre le VIH SIDA et les infections sexuellement transmissibles (IST)

-Modification des comportements sexuels à risques par la sensibilisation par le biais des causeries
et au moyen d’affichage thématique.
-Organisation de séances de dépistage volontaire sur le chantier.
-Mise à disposition de préservatifs au niveau de l’infirmerie du chantier.
-Prise en charge adéquate de personnes infectées par le VIH SIDA.

| 33
CHAPITRE 7-PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT

7.1 Risques principaux


Nuisances perçues par les riverains :
-les salissures et les poussières (sortie d’engins, fabrication du béton, etc.),
-les clôtures de chantier (aspect dégradé),
-les difficultés de circulation et de stationnement autour du chantier,
-la fermeture temporaire de rues (livraison de matériaux, présence de matériaux sur la chaussée)
-les nuisances sonores
La pollution des eaux et des sols par :
-les huiles de décoffrage,
-les laitances de béton,
-le déversement de carburants et autres solvants,
-les déchets générés par l’activité du chantier

7.2 Moyens de prévention


7.2.1 Propreté du chantier

Des moyens sont mis à disposition pour assurer la propreté du chantier et limiter les
pollutions (bac à ordures etc.)
Le nettoyage des cantonnements intérieurs et extérieurs, des accès et des zones de
passage, ainsi que des zones de travail, est effectué régulièrement. Les modalités de nettoyage et
les moyens y afférent sont définis dans le tableau ci-dessous :

7.2.2 Stationnement des véhicules du personnel de chantier

Le stationnement des véhicules du personnel devra être réduit et optimisé afin de produire
le moins de gêne ou nuisance dans les rues voisines.

7.2.3 Accès des véhicules de livraison

Les véhicules de livraison de matériels & matériaux ne doivent pas, autant faire se peut,
gêner la circulation autour du chantier. Les approvisionnements seront planifiés sur la journée
afin d’éviter les livraisons aux heures de pointe ou à des heures susceptibles de créer des
nuisances au voisinage.

| 34
7.2.4: Sensibilisation du personnel

Le responsable sécurité environnement assurera la sensibilisation.


Tous les intervenants arrivant en cours de chantier devront également recevoir cette
sensibilisation.
Une brochure d’information sera distribuée à toutes les personnes travaillant sur le chantier. Elle
présente le chantier ainsi que les démarches environnementales et de sécurité.
La sensibilisation sera associée à la mise en œuvre d’actions de réduction des nuisances

7.2.5 Gestion des nuisances causées aux riverains

Les nuisances provoquées par un chantier sont d'autant mieux acceptées par les riverains qu'elles
ont été expliquées et justifiées et que des solutions ont été visiblement recherchées pour les
réduire. La mise en œuvre d'une action de communication, voire de concertation, avec les
riverains constitue une phase importante qui doit être initiée avant même le démarrage des
travaux.
-Avant le démarrage des travaux:
Il s’agit de tenir les riverains informés sur la nature des travaux entrepris sur le chantier afin de
favoriser une meilleure acceptation des nuisances sonores. Cette information doit permettre de
présenter l'opération ainsi que les mesures prises pour diminuer les nuisances. Il est également
important de communiquer le planning des travaux, en particulier les dates prévues pour les
phases les plus bruyantes et la fin des travaux ainsi que les décalages de planning éventuels.
Cette information peut se faire par affichage, si besoin, par l'envoi d'un courrier à l'ensemble des
riverains. Dans le cas de très gros chantiers, des réunions de concertation avec les riverains
peuvent être organisées pour valider les orientations envisagées en matière de réduction des
nuisances.
-Pendant le chantier:
L'information et la communication avec les riverains doivent se prolonger durant toute la phase de
chantier. Elles passent notamment par :
-la mise en place d'un panneau d’information à l'entrée du chantier indiquant les coordonnées des
responsables du chantier (maître d'ouvrage, entreprises) et rappelant les dates des principales
phases de travaux ainsi que la nature des nuisances potentielles associées (bruit, poussières,
circulation accrue de véhicules…),

| 35
-la mise en place d'une boîte à doléances à l'entrée du chantier permettant aux riverains de poser
leurs questions et d'exprimer leurs remarques,
-l'organisation de visites du chantier pour les riverains afin de mettre en évidence les efforts
réalisés pour réduire les nuisances.

7.2.6 Gestions des pollutions des eaux, et sols et des déchets


La gestion des déchets englobe toutes les opérations visant à réduire, trier, stocker, collecter,
transporter, valoriser et traiter les déchets par des méthodes appropriées visant à éviter ou
réduire les pollutions et les nuisances.

Une bonne gestion des déchets se traduit par :

-La réduction à la source :

La réduction de la quantité de déchets produite par le chantier, en soignant les réservations


et en procédant au calpinage, génère une limitation des reprises, donc une diminution de la non
qualité et de ses coûts induits dans le processus de construction, et un gain de temps.

-Le tri

Il s’agit de faire la séparation des différents types de déchets de manière à permettre leur
valorisation optimale en mettant en place des moyens de collecte (bennes) et de formation du
personnel.

-Des précautions en matière de stockage:

Les liquides potentiellement polluants doivent être stockés sur une surface étanche aux
produits concernés (caillebotis sur bac de rétention). Les contenants doivent être maintenus
fermés et être stockés sous abri.

-La modification de certaines pratiques:

- les laitances de béton doivent être récupérées dans des bacs de décantation. L’eau claire
surnageant peut être rejetée, voire réutilisée dans la fabrication de béton frais. Les dépôts sont
éliminés, après séchage, comme déchets inertes,

- les vidanges d’huile pour moteur ou d'huile hydraulique doivent être évitées sur le
chantier ou être effectuées dans des conditions donnant toutes garanties de protection de
l'environnement (récupération, stockage, puis traitement adapté des liquides vidangés),

| 36
- l'utilisation d'huiles de décoffrage à base végétale, en remplacement des huiles minérales,
donne des résultats techniquement comparables pour un impact environnemental nettement
moins important compte tenu de leur biodégradabilité élevée.

| 37
ANNEXES

| 38
1- Veille réglementaire
Conventions Internationales :
C167 Convention sur la sécurité et la santé dans la construction 1988.
C62 Convention concernant les prescriptions de sécurité (bâtiment 1937)
C175 Recommandation sur la sécurité et la Santé dans la construction 1988.
C120 Convention sur l’hygiène (Commerce et bureau) 1964.
Constitution de la République du Sénégal Article 7 et 25.
Loi N° 97-17 du 1er Décembre 1997 portant code du travail de la République du Sénégal
Décret 94-244 du 7 Mars 1994 fixant les modalités d’organisation et de fonctionnement des
Comités d’Hygiène et de Sécurité du Travail.
Décret 89-1329 du 07Novembre 1989 fixant l’organisation et les règles de fonctionnement des
Services de Médecine du Travail
Décret 90-888 modifiant et remplaçant les dispositions des articles 2 et 14 du décret 89-1329 du
07/11/1989 fixant l’organisation et les règles de fonctionnement des Services de Médecine du
Travail.
Décret N°95-324 du 17 Mars 1995 relatif aux attributions du ministre du travail et de l’emploi.
Décret N°61-452 M.F.P.T- DT.S.S du 29 Novembre 1961 fixant les conditions d’organisation et de
fonctionnement du conseil consultatif national du travail et de la sécurité sociale, de sa
commission permanente et de ses sous commissions.
Décret N°94-244 du 07 Mars 1994 fixant les modalités d’organisation et de fonctionnement des
comités d’Hygiène et de Sécurité du Travail.
Décret N°69-137 du 12 Février 1969 fixant les règles d’organisation et de fonctionnement du
Comité technique national pour l’étude des questions intéressant l’hygiène et la Sécurité des
travailleurs.
Le décret n°2006-1249 du 15 novembre 2006 fixant les prescriptions minimales de sécurité et de
santé pour les chantiers temporaires ou mobiles
Le décret n° 2006-1250 du 15 novembre 2006 relatif à la circulation des véhicules et engins à
l’intérieur des entreprises
Le décret n°2006-1251 du 15 novembre 2006 relatif aux équipements de travail
Le décret n°2006-1252 du 15 novembre 2006 fixant les prescriptions minimales de prévention de
certains facteurs physiques d’ambiance

| 39
Le décret 2006-1253 du 15 novembre 2006 instituant une inspection médicale du travail et fixant
ses attributions
Le décret n°2006-1254 du 15 novembre 2006 relatif à la manutention manuelle des charges
Le décret n° 2006-1255 du 15 novembre 2006 relatif aux moyens juridiques d’intervention de
l’Inspection du Travail dans le domaine de la santé et de la sécurité au travail
Le décret n°2006-1256 du 15 novembre 2006 fixant les obligations des employeurs en matière de
sécurité au travail
Le décret n°2006-1257 du 15 novembre 2006 fixant les prescriptions minimales de protection
contre les risques chimiques
Le décret n°2006-1258 du 15 novembre 2006 fixant l’organisation et les règles de fonctionnement
des services de Médecine du Travail
Le décret n°2006-1259 du 15 novembre 2006 relatif aux mesures de signalisation de
Le décret 2006-1260 du 15 novembre 2006 relatif aux conditions d’aération et d’assainissement
des lieux de travail
Le décret n°2006-1261 du 15 novembre 2006 fixant les mesures générales d’hygiène et de
sécurité dans les établissements de toute nature

Arrêté Général 5253 I.G.T.L.S/A.O.F du 19 Juillet 1954 fixant en application des dispositions de
l’article 134 du Code du Travail Outre-mer les mesures générales d’hygiène et de sécurité
applicables en Afrique occidentale française et aux travailleurs des établissements de toute
nature.
Arrêté Général 8845 I.G.T.L.S /AOF du 15 Novembre 1955, fixant la liste des établissement où
sont effectués des travaux insalubres ou salissants et les conditions dans lesquelles des bains-
douches seront mis à la disposition du personnel dans ces établissements.

Arrêté N°8821 I.G.T.L.S /AOF du 14 Novembre 1955 fixant les précautions à prendre pour la
protection des ouvriers qui exécutent des travaux de peinture ou de vernissage par pulvérisation.
Arrêté N°8825 I.G.T.L.S du 14 Novembre 1955 fixant les mesures particulières d’Hygiène et de
Sécurité applicables en AOF aux chantiers du Bâtiment et des Travaux Publics.
Arrêté N°8828 du 14 Novembre 1955 concernant les précautions à prendre pour les travailleurs
qui emploient le ciment à prise rapide.

| 40
Arrêté N°1339 I.G.T.L.S/ AOF du 13 Février 1956 fixant les mesures particulières de protection des
travailleurs dans les établissements qui mettent en œuvre des courants électriques.
Arrêt Général N°398 I.G.T.L.S/AOF du 19 Janvier 1955 déterminant les conditions dans lesquelles
sont installées et approvisionnées en médicaments et objets de pansements des infirmières, salles
de pansements et boîtes de secours dans les entreprises.
Arrêté ministériel N°17398 M.F.P.T/D.T.L.S T.M.O du 09 Décembre 1961 fixant la réparation des
représentants des employeurs et des représentants des travailleurs au conseil consultatif national
du travail et de la Sécurité Sociale.
Arrêté Interministériel N°5326 MFPET – DTSS en date du 02 Juin 1981 fixant la répartition des
sièges entre les organisations professionnelles au sein du comité technique consultatif national
pour l’étude des questions intéressant l’hygiène et la sécurité des travailleurs.
Décret du 8 janvier 1965 modifié portant hygiène et sécurité dans les travaux de bâtiment
(République française).

| 41
2- Comment prévenir les secours en cas d’accident

EN CAS
D’ACCIDENT
TELEPHONEZ AU :

18* POMPIER 17* POLICE SECOURS


* a partir d’un téléphone portable composez le 112

33 8 2 4 2 4 1 8 SAMU

Et dites :
1 ICI CHANTIER
A
TELEPHONE :

2 PRECISEZ LA NATURE DE L’ACCIDENT


Par exemple : éboulement, asphyxie, chute …
ET LA POSITION DU BLESSE : le blessé est sur le toit, il est dans une fouille …
ET S’IL Y A NECESSITE DE DEGAGEMENT

3 SIGNALEZ LE NOMBRE DE BLESSES ET LEUR ETAT


Par exemple : 3 ouvriers blessés dont un saigne beaucoup et ne parle pas

4 FIXEZ UN POINT DE RENDEZ-VOUS


Envoyez quelqu’un à ce point pour guider les secours

5 NE PAS RACCROCHER PAS LE PREMIER


Faites répéter le message

A PREVENIR
Médecin (Mr BEYE) 33 839 59 59 siége CDE
Inspection du travail 33 821 77 66
SDE 33 822 93 55
SENELEC () 33 839 98 44
SONATEL () 33 839 21 33

| 42
3- Comment prévenir les secours en cas d’incendie

EN CAS
D’INCENDIE
TELEPHONEZ AU :

18* POMPIER

Et dites :
1 ICI CHANTIER
A
TELEPHONE :

2 PRECISEZ LE LIEU DE L’INCENDIE ET LA NATURE DU COMBUSTIBLE


3 SIGNALEZ LE NOMBRE DE BLESSES ET LEUR ETAT
Par exemple : 3 ouvriers blessés dont un saigne beaucoup et ne parle pas

4 FIXEZ UN POINT DE RENDEZ-VOUS


Envoyez quelqu’un à ce point pour guider les secours

5 NE PAS RACCROCHER PAS LE PREMIER

Faites répéter le message

Le personnel commencera immédiatement à combattre


l’incendie à l’aide du matériel disponible à cet effet.

| 43
4-Comment utiliser un extincteur
D'une façon générale, l'utilisation d'un extincteur s'effectue comme suit :

1. Saisissez-vous de l'extincteur approprié au type de feux.

2. Restez à l'écart du feu et retirez la goupille de sécurité.

3. Pour les extincteurs à pression auxiliaire, pensez bien à percuter la capsule de gaz, afin de
libérer le gaz propulseur nécessaire au fonctionnement de votre extincteur.

4. Toujours à l'écart des flammes, exercez une brève pression sur la poignée de l'extincteur pour
vous assurer de son bon état de marche.

5. Rapprochez-vous ensuite du feu à combattre, en respectant la distance minimum préconisée


pour assurer votre sécurité (celle-ci dépend en grande partie du type feux, voir les différents
schémas ci-dessous).

| 44
5-Geste de commandement des engins de levage

| 45
6-Les règles de base de l’élingage

IL NE FAUT PAS !

IL FAUT !

| 46