Vous êtes sur la page 1sur 15

CHAPITRE IV

I. INTRODUCTION

Un séisme est une libération d’énergie potentielle due aux mouvements relatifs de la couche terrestre.

Lorsque les contraintes dépassent un certain seuil, une rupture d’équilibre se produit et donne
naissance aux ondes sismiques dans le sol.

Ces mouvements excitent les ouvrages en déplaçant leurs appuis. Le niveau d’amplification dépend
surtout de la période de la structure et la nature du sol.

Ceci nous oblige entant que future ingénieur a faire une étude parasismique en étudiant le
comportement dynamique de la structure.

II. ÉTUDE DYNAMIQUE :

1. Objectifs et exigences :
L’objectif initial de l’étude dynamique d’une structure est la détermination des caractéristiques
dynamiques propres de la structure lors de ces Vibrations Libres Non Amorties (VLNA).

L’étude dynamique d’une structure telle qu’elle se présente, est souvent très complexe. C’est pour cela
qu'on fait souvent appel à des modélisations qui permettent de simplifier suffisamment le problème pour
pouvoir l’analyser.

2. Présentation du logiciel de calcul (ETABS) :


Dans notre cas nous avons utilisé un logiciel de modélisation et de calcul connu sous le
nom d’ETABS. Ce logiciel a été conçu spécialement pour le calcul de différents types de bâtiments.

Il permet de modéliser facilement les structures et facilite le dimensionnement des différents éléments
structuraux qui la compose en utilisant les règlements en vigueur à travers le monde (euro - code, UBC, ACI …
etc.). Il nous permettra, plus tard, dans notre travail à déterminer :

Les périodes propres


Le coefficient de participation
Les déplacements au niveau des planchers
Les forces sismiques
3. Modélisation de la structure étudiée :
Une structure est composée de membrures flexibles reliées par des nœuds et supportée par une
fondation rigide. Le modèle choisi n’est qu’une idéalisation mathématique de la structure réelle. L’étude de la
réponse dynamique d’une structure (période et mode propre) nécessite le choix d’un modèle dynamique
adéquat.

Le modèle dynamique que nous avons adopté pour le calcul de notre ouvrage est une console verticale
encastrée à sa base. Les masses seront considérées concentrées au niveau du centre de gravité de chaque niveau
et qui travaille en trois (3) ddl deux translations suivant (x, y) et une rotation suivant z.

Dans le cadre de cette étude nous avons opté pour un logiciel connu sous le nom d’ETABS. Cette
modélisation est décomposée en plusieurs étapes suivantes :

création de la géométrie de base de la structure à modéliser.


définition des propriétés mécaniques des matériaux utilisés (bétons, aciers).
affectation des propriétés géométriques des éléments dans le plan.
Spécification des conditions aux limites (appuis, encastrement, diaphragme, etc.)
définition des charges appliquées sur la structure à modéliser (La charge verticale et le
spectre de réponse)
définition et attribution des combinaisons de charges :
ELU : 1.35G+1.5Q

ELS : G+Q

ELA : G+A+E

0.8G+E

rectifier les erreurs s’il y a lieu.


démarrer l'exécution du problème mais avant l'exécution il y a lieu de spécifier le nombre
de modes propre à prendre en considération.
exploitation des résultats trouvés.
1. Calcul de l’excentricité :

L’excentricité est la distance entre le centre de gravité et le centre de torsion. Pour toute structure
comportant des planchers horizontaux rigides dans leurs plans, on supposera qu’à chaque niveau et
dans chaque direction, la résultante des forces horizontales a une excentricité par rapport au centre de
torsion égale à la plus grande des deux valeurs suivantes :
- Excentricité théorique.
- Excentricité accidentelle.

1.1. Excentricité théorique :

Elle est donnée par le logiciel ETABS de telle sorte que :


E xn = |XCM – XCR|
E yn = |YCM – YCR|

1.2.. Excentricité accidentelle :

Selon le RPA (art4.2.7), il y a lieu de prendre en considération une excentricité accidentelle égale à
5%, suivant la plus grande portée entre les deux directions x ou y donc :
e a= (; 𝐸𝑌) = 5% × max (𝐿𝑥 ; 𝐿𝑦)

Les résultats du centre de masse et de rigidité sont exposés dans le tableau ci-dessous :

Story XCCM YCCM XCR YCR ex ey


E-SOL 11.12 8.608 10.688 13.435 0.432 -4.827
RDC 10.926 8.258 11.035 9.771 -0.109 -1.513
ETAGE1 10.747 8.643 11.073 9.135 -0.326 -0.492
ETAGE2 10.72 8.646 11.044 8.813 -0.324 -0.167
ETAGE3 10.731 8.633 11.008 8.598 -0.277 0.035
ETAGE4 10.718 8.647 10.975 8.433 -0.257 0.214
ETAGE5 10.716 8.647 10.944 8.293 -0.228 0.354
ETAGE6 10.716 8.647 10.916 8.171 -0.2 0.476
ETAGE7 10.755 8.677 10.899 8.044 -0.144 0.633

Tableau V-1 : Tableau du centre de masse et de rigidité.

e a = 20.35 x 5/100 = 1.018

2- Mode de vibration et participation massique :

Les résultats des modes de vibration et participation massique ont été directement pris suivant les
valeurs données par le logiciel utilisé (ETABS) :
Mode Période UX UY Somme UX Somme UY RZ Somme RZ
1 0.695899 0.1892 64.8742 0.1892 64.8742 0.5999 0.5999
2 0.655052 65.2436 0.3103 65.4328 65.1844 1.5783 2.1782
3 0.592537 2.2397 0.3973 67.6725 65.5817 62.4187 64.597
4 0.172226 0.3185 15.7282 67.991 81.3099 0.09 64.687
5 0.165833 15.3872 0.3602 83.3782 81.6701 0.0023 64.6893
6 0.143517 0.0013 0.1164 83.3795 81.7865 16.3901 81.0794
7 0.077563 0.3413 5.5269 83.7208 87.3134 0.0307 81.1102
8 0.075236 5.6631 0.343 89.3839 87.6563 0.0483 81.1585
9 0.064163 0.0054 0.0352 89.3893 87.6915 6.1626 87.3211
10 0.047629 0.0504 2.8289 89.4397 90.5204 0.0042 87.3253
11 0.045567 3.0292 0.0395 92.4689 90.5599 0.0235 87.3487
12 0.039181 0.0008 0.0097 92.4698 90.5696 2.9356 90.2843
13 0.034611 0.0064 1.5828 92.4762 92.1524 0.0014 90.2857
14 0.032366 1.863 0.0011 94.3392 92.1535 0.0001 90.2857
15 0.02838 0.0506 0.0202 94.3899 92.1737 1.5122 91.7979
16 0.027847 0.0027 1.0229 94.3926 93.1966 0.0152 91.8131
17 0.025516 1.4225 0.0016 95.8151 93.1982 0.0089 91.822
18 0.024178 0.0011 0.7859 95.8162 93.9841 0.0008 91.8228
19 0.022929 0.4036 0 96.2198 93.9841 0.8541 92.6769
20 0.022157 0.0114 0.6007 96.2312 94.5848 0.0037 92.6806
21 0.021734 0.9059 0.002 97.1371 94.5868 0.0998 92.7804
22 0.020324 0.7786 0.0001 97.9157 94.5869 0.2971 93.0775
23 0.019844 0.0029 5.235 97.9186 99.8219 0.0611 93.1386
24 0.019375 0.0311 0.019 97.9498 99.8409 0.3117 93.4503

Tableau V-2 : modes de vibration de la masse participante.

2.1. Nombre de modes à considérer

D’après le RPA 99 version 2003 article 4.3.4 :


Pour les structures représentées par des modèles plans dans deux directions orthogonales, le nombre de
modes de vibration à retenir dans chacune des deux directions d’excitation doit être tel que :

- la somme des masses modales effectives pour les modes retenus soit égale à 90% au moins de la
masse totale de la structure.
- tous les modes ayant une masse modale effective supérieure à 5% de la masse totale de la structure
soient retenus pour la détermination de la réponse totale de la structure. Le minimum de modes à
retenir est de trois (03) dans chaque direction considérée.

Dans le cas où les conditions décrites ci-dessus peuvent ne pas être satisfaites en raison de l’influence
importante des modes de torsion, le nombre minimal de modes (K) qu’il convient de retenir est le
suivant :
K ≥ 3 √𝑁 et TK ≤ 0.20
Où : N correspond au nombre de niveaux au-dessus du sol et Tk la période du mode K.
Les trois 1ers modes engendrés par la disposition des voiles sont les suivants :
Fig. V.1. 1er mode ( Translation Y-Y)

Fig.V.2. 2ème mode (Translation x-x)


Fig. V.3. 3ème mode (Rotation suivant Z)

3. La période fondamentale de la structure :

Selon RPA 99 version 2003 article 4.2.4 :


La valeur de la période fondamentale (T) de la structure peut être estimée à partir de formules
empiriques ou calculée par des méthodes analytiques ou numériques.
La formule empirique à utiliser est la suivante :
Te=𝐻𝑛34×𝐶𝑡
Hn : hauteur mesurée en mètres à partir de la base de la structure jusqu’au dernier niveau (N).
Ct : coefficient, fonction du système de contreventement, du type de remplissage

Tableau V.3. Valeur de Ct suivant le RPA 99/2003.


Dans notre cas Ct=0.05
L’article 4.2.4.4 du RPA99 version 2003 stipule que la période calculée ne doit en aucun cas dépasser
la période empirique citée précédemment (30%)
En d’autres termes : 1.3.𝑇𝑒≥𝑇𝑑𝑦𝑛
En ce qui concerne notre structure, le logiciel ETABS nous a donné une valeur : Tdyn=0.69 s, avec
une hauteur de 33.88m, donc on aura : 𝑇𝑒=1.3×0.05×(32.883/4)
D’où : 𝑇𝑒=0.892 𝑠
Dans ce cas :

𝑇𝑒=0.892≥𝑇𝑑𝑦𝑛=0.69 Condition vérifiée.

4. ETUDE SISMIQUE :

4.1. Méthodes de calcul :

4.1.1. Méthode statique équivalente :

Les forces réelles dynamiques qui se développent dans la construction sont remplacées par un système
de forces statiques fictives dont les effets sont considérés équivalents au mouvement du sol dans une
direction quelconque dans le plan horizontal.

Les forces sismiques horizontales équivalentes seront considérées appliquées successivement suivant
deux directions orthogonales caractéristiques choisies à priori par le projeteur.

La force sismique totale (V) appliquée à la base du bâtiment est calculée selon la formule suivante :
ADQ
V= W
R
Avec :
- A : coefficient d’accélération de zone.
- D : facteur d’amplification dynamique.
- Q : facteur de qualité.
- R : coefficient de comportement.
- W : poids total de la structure

4.1.1.1. Coefficient d’accélération de zone :


Cet ouvrage étant un bâtiment à usage d’habitation, commercial situé à Boumerdes, (Zone III), groupe
d’usage 2, on a :
A=0.25.

4.1.1.2. Facteur de qualité Q :


6
La valeur de Q est déterminée par la formule : Q=1+ ∑ Pq
q =1

Pq : est la pénalité à retenir selon que le critère de qualité(q) est satisfait ou non ; sa valeur est
donnée au tableau (4.4R.P.A 2003). Il dépend de certains critères qui sont pénalisants par leur
observation ou non observation :
Critère Q Pq
Conditions minimale sur les files de contreventement 0.05
Redondance en plan 0.05
Régularité en plan 0.05
Régularité en élévation 0.00
Contrôle de qualité des matériaux 0.00
Contrôle de qualité des de l’exécution 0.00
Q(Total) 1.15
Tableau V.4. Valeur du facteur de qualité.
A partir du tableau du RPA 99 version 2003 on trouve : Q = 1.15

4.1.1.1.3. Choix de coefficient de comportement R :


Il y a lieu de déterminer le pourcentage de répartition des charges verticales et horizontales entre les
portiques et les voiles afin de choisir la valeur du coefficient de comportement. Les tableaux ci-
dessous représentent la répartition des charges entre les voiles et les portiques au niveau S-SOL.

- Charges verticales :

F3

Portiques (KN) Voiles (KN) Portiques % Voiles %

22065.62 7391.76 74.91% 25.09%

Tableau V.5 : Pourcentage de la charge verticale reprise par les portiques et les voiles.

- Charges horizontales (suivant x-x) :


F1

Portiques (KN) Voiles (KN) Portiques % Voiles %

927.7 3217 22.38% 77.62%

Tableau V.6 : Pourcentage de la charge horizontale reprise par les portiques et les voiles.

- Charges horizontales (suivant y-y) :

F2

Portiques (KN) Voiles (KN) Portiques % Voiles %

868.74 2912.72 22.97% 77.03%

Tableau V.7 : Pourcentage de la charge horizontale reprise par les portiques et les voiles.

Conclusion :
Les voiles dans notre cas reprennent plus de 20% des charges verticales de la structure d’où selon le
RPA 99 version 2003, on considère que R=3.5.

4.1.1.1.4. Facteur d’amplification dynamique :

Ƞ : Facteur de correction d’amortissement qui dépend du pourcentage.


Suivant l’article 4.3. R.P.A 2003, on a la formule suivante :
7
Ƞ=
√ 2+ ζ
≥ 0.7
ζ : Pourcentage d’amortissement critique en fonction du matériau constitutif, du type de structure et de
l’importance des remplissages.
Valeur de coefficient d’amortissement Suivant le système structural. Comme nous avons un portique
en béton armé avec un remplissage dense, on a donc :
ζ % = 7% d’où Ƞ= 0.88 > 0,7.
T1 et T2 : Périodes caractéristiques associées à la catégorie du site. (RPA art 4.7).
Terrain meuble (S3) : T1 = 0,15 sec et T2 = 0,50 sec.
4.1.2. Méthode dynamique modales spectrales :
Le principe de cette méthode réside dans la détermination des modes propres de vibrations de la
structure et le maximum des effets engendrés par l’action sismique, celle-ci étant représentée par un
spectre de calcul. Les modes propres dépendent de la masse de la structure. Elle est caractérisée par :
- La sollicitation sismique décrite sous forme d´un spectre de réponse.
- Le comportement supposé élastique de la structure permettant le calcul des modes propres.
- Le comportement de la structure pour ces fréquences particulières est appelé mode de vibration.
- Le comportement global peut être considéré comme la somme des contributions des différents modes.

Cette méthode peut être appliquée dans tous les cas, et en particulier, dans le cas où la méthode
statique équivalente n’est pas permise.
La formule à appliquer est la suivante :
V t = Sa/g × αi ×W
Avec :
V t : Effort tranchant modal à la base.
q i : Coefficient de participation du mode i.
W : poids total de la structure.

4.1.3. Méthode d’analyse dynamique par accélérogrammes :


La méthode d’analyse dynamique par accélérogrammes peut être utilisée au cas par cas par un
personnel qualifié, ayant justifié auparavant les choix des séismes de calcul et des lois de
comportement utilisées ainsi que la méthode d’interprétation des résultats et les critères de sécurité à
satisfaire.

4.2. Choix de la méthode de calcul : (art 4.1.2 rpa99 vers 2003)


La méthode statique équivalente peut être utilisée dans les conditions suivantes :
Le bâtiment ou bloc étudié, satisfait aux conditions de régularité en plan et en élévation avec une
hauteur -au plus égale- à 65 m en zones I et II et à 30 m en zone III.
Le bâtiment ou bloc étudié présente une configuration irrégulière tout en respectant, outre les
conditions de hauteur énoncées en haut, les conditions complémentaires suivantes :

Zone I :
Tous groupes
Zone II :
Groupe d’usage 3
Groupe d’usage 2, si la hauteur est inférieure ou égale à 7 niveaux ou 23m.
Groupe d’usage 1B, si la hauteur est inférieure ou égale à 5 niveaux ou 17m.
Groupe d’usage 1A, si la hauteur est inférieure ou égale à 3 niveaux ou 10m.
Zone III :
Groupes d’usage 3 et 2, si hauteur est inférieure ou égale à 5 niveaux ou 17m.
Groupe d’usage 1B, si la hauteur est inférieure ou égale à 3 niveaux ou 10m.
Groupe d’usage 1A, si la hauteur est inférieure ou égale à 2 niveaux ou 08m.

Conclusion :
Le bâtiment étudié est implanté dans la ZONE III à usage d’habitation avec un nombre de niveaux
supérieur à 7, donc on utilise la méthode modale spectrale.

4.3. Application de la méthode dynamique modale spectrale :


4.3.1. Spectre de réponses : Il est déterminé à partir des formules suivantes :
Sachant que g : est l’accélération de l’apesanteur, On
obtiendra alors le spectre de réponse suivant, qui a été calculé à partir de l’application RPA 99 :

Fig. V.4 : Spectre de réponse de la structure étudiée.

4.3.2. Vérification de l’effort sismique à la base :


La résultante des forces sismiques à la base Vt obtenue par combinaison des valeurs modales, ne doit
pas être inférieure à 80 % de la résultante des forces sismiques déterminée par la méthode statique
Équivalente V, pour une valeur de la période fondamentale donnée par la formule empirique
appropriée. Les résultats sont les suivants :

Sens V Statique 0.8V Statique V Dynamique Condition

x-x 4883.47 3906.78 5512.05 cv


y-y 4677.70 3742.16 5512.05 cv
Tableau V.8 : Vérification de l’effort sismique à la base
4.3.3. Vérification du déplacement inter Etage
L’article 5.10 du RPA99 modifié 2003 décrit clairement que les déplacements relatifs latéraux d’un
étage par rapport aux étages qui lui sont adjacents, ne doivent pas dépasser 1.0% de la hauteur de
l’étage, à moins qu’il ne puisse être prouvé qu’un plus grand déplacement relatif peut être toléré. Le
déplacement horizontal à chaque niveau "k" de la structure est calculé comme suit :
δk = R δek
δek : déplacement dû aux forces sismiques Fi (y compris l’effet de torsion)
R : coefficient de comportement
Le déplacement relatif au niveau "k" par rapport au niveau "k-1" est égal à :
Δk = δk - δk-1
Les résultats sont résumés dans le tableau suivant :
Sens x-x

Etage δek R δK δk-1 Δk 1% he Condition


Etage 8   3.5 0 0.10045 -0.10045 0.0306 C.v
Etage 7 0.0287 3.5 0.10045 0.0889 0.01155 0.0306 C.v
Etage 6 0.0254 3.5 0.0889 0.0763 0.0126 0.0306 C.v
Etage 5 0.0218 3.5 0.0763 0.0623 0.014 0.0306 C.v
Etage 4 0.0178 3.5 0.0623 0.04795 0.01435 0.0306 C.v
Etage 3 0.0137 3.5 0.04795 0.03395 0.014 0.0306 C.v
Etage 2 0.0097 3.5 0.03395 0.021 0.01295 0.0306 C.v
Etage 1 0.006 3.5 0.021 0.01015 0.01085 0.0306 C.v
RDC 0.0029 3.5 0.01015 0.00175 0.0084 0.034 C.v
E-Sol 0.0005 3.5 0.00175 0 0.00175 0.0306 C.v
Tableau V.9 :
Sens y-y

Etage δek R δK δk-1 Δk 1% he Condition


Etage 8   3.5 0 0.11095 -0.11095 0.0306 C.v
Etage 7 0.0317 3.5 0.11095 0.09695 0.014 0.0306 C.v
Etage 6 0.0277 3.5 0.09695 0.0819 0.01505 0.0306 C.v
Etage 5 0.0234 3.5 0.0819 0.06615 0.01575 0.0306 C.v
Etage 4 0.0189 3.5 0.06615 0.05005 0.0161 0.0306 C.v
Etage 3 0.0143 3.5 0.05005 0.035 0.01505 0.0306 C.v
Etage 2 0.01 3.5 0.035 0.021 0.014 0.0306 C.v
Etage 1 0.006 3.5 0.021 0.00945 0.01155 0.0306 C.v
RDC 0.0027 3.5 0.00945 0.00105 0.0084 0.034 C.v
E-Sol 0.0003 3.5 0.00105 0 0.00105 0.0306 C.v
Tableau V.10 :
D’après les résultats obtenus on peut conclure que tous les effets P_Δ sont vérifiés (P_Δ <0.1) donc on
peut négliger les effets de seconde ordre.

4.3.4. Vérification de l’effet P_Δ :

Selon el RPA99 article 5.9 l’effet P_Δ doit être inferieur ou égale à 0.1, en d’autres termes :
PK × ΔK
θk= ≤0.1
VK × hK

- Si θK < 0,10 : les effets de second ordre sont négligés.


- Si 0,10 < θK < 0,20 : il faut augmenter les effets de l’action sismique calculée par un facteur égal à :
1/ (1- θK).
- Si θK >0.20 : la structure est potentiellement instable et doit être redimensionnée.
- PK : poids total de la structure et des charges d’exploitation associées au-dessus du niveau K.
- VK : effort tranchant d’étage au niveau « K ».
- Δk : Déplacement relatif du niveau K par rapport au niveau « K-1 ».
- hK : hauteur de l’étage « K ».
Sens x-x

Niveau PK Δk VK HK P_Δ condition Vérification


Etage 8 241.61 0 38.38 3.06 0 ≤0.1 cv
Etage 7 4216.88 0.01155 1194.95 3.06 0.01331993 ≤0.1 cv
Etage 6 8192.15 0.0126 2104.9 3.06 0.01602565 ≤0.1 cv
Etage 5 12167.42 0.014 2832.78 3.06 0.01965134 ≤0.1 cv
Etage 4 16259.73 0.01435 3437.35 3.06 0.02218299 ≤0.1 cv
Etage 3 20376.44 0.014 3938.92 3.06 0.02366779 ≤0.1 cv
Etage 2 24468.75 0.01295 4330.5 3.06 0.02391234 ≤0.1 cv
Etage 1 28627.26 0.01085 4617.65 3.06 0.02198199 ≤0.1 cv
RDC 33029.26 0.0084 4815.4 3.4 0.01694599 ≤0.1 cv
E-Sol 37698.4 0.00175 4883.47 3.06 0.0044148 ≤0.1 cv
Tableau V.11 :
Sens y-y

Niveau PK Δk VK HK P_Δ Condition Vérification


Etage 8 241.61 35.11 3.06 0 ≤0.1 cv
Etage 7 4216.88 0.014 1177.6 3.06 0.01638325 ≤0.1 cv
Etage 6 8192.15 0.01505 2052.18 3.06 0.01963349 ≤0.1 cv
Etage 5 12167.42 0.01575 2738.04 3.06 0.02287272 ≤0.1 cv
Etage 4 16259.73 0.0161 3302.79 3.06 0.02590221 ≤0.1 cv
Etage 3 20376.44 0.01505 3771.41 3.06 0.02657294 ≤0.1 cv
Etage 2 24468.75 0.014 4139.53 3.06 0.02704378 ≤0.1 cv
Etage 1 28627.26 0.01155 4411.85 3.06 0.02449174 ≤0.1 cv
RDC 33029.26 0.0084 4596.01 3.4 0.0177549 ≤0.1 cv
E-Sol 37698.4 0.00105 4677.7 3.06 0.0027654 ≤0.1 cv
Tableau V.12 :
D’après les résultats obtenus on peut conclure que tous les effets P_Δ sont vérifiés (P_Δ <0.1) donc on
peut négliger les effets de second ordre.

4.3.5. Vérification de non renversement :


Le moment de renversement qui peut être causé par l'action sismique doit être calculé par rapport au
niveau de contact sol-fondation. Le moment stabilisant sera calculé en prenant en compte le poids total
équivalent au poids de la construction avec :
- Ms : moment stabilisateur

𝑀𝑠=𝑤×𝑏
- Mr : moment de renversement

𝑀𝑟=𝐹×𝑑𝑖

Comme représenté dans le schéma suivant :

Fig. V.5 : Explication de phénomène de renversement.


Il y a lieu de vérifier :
Ms
≥ 1.
Mr
Sens w b (m) MS Mr Ms/Mr à Vérifier

x-x 37698.4 10.175 383581.22 96606.553 3.9705507 ≥1.5

y-y 37698.4 9.05 341170.52 92317.137 3.6956358 ≥1.5


Tableau 5.13 : Vérification au renversement.

Les conditions sont satisfaites, donc on peut dire que la structure est stable au renversement dans les
deux directions.
4.3.6. Vérification de l’effort normal réduit : (RPA99version2003art 7.4.3) :

Cet article précise que pour éviter la rupture fragile des sections de béton il faut vérifier que :

Nsd
Nbr= ≤ 0.3
Bc × Fc 28

D’après les valeurs données par ETABS on a trouvé les résultats suivants :

Nsd B Fc28 Valeur Condition Vérification

Zone 1 2.147 0.25 30 0.28626667 ≤ 0.3 Vérifiée

Zone 2 1.405 0.2025 30 0.23127572 ≤ 0.3 Vérifiée

Zone 3 0.601 0.16 30 0.12520833 ≤ 0.3 Vérifiée


Tableau V.14 : vérification de l’effort normal réduit.

Vous aimerez peut-être aussi