Vous êtes sur la page 1sur 4

CHAPITRE 3 : RECOMMANDATIONS GENERALES

Les programmes de travail des domaines spécifiques des IMFl non mutualistes tel que

le portefeuille de crédit et épargnes et les subventions reçues ont été mis en exergue dans le
chapitre précèdent. Ce troisième et dernier chapitre sera axé sur :

. Les recomnrandations relatives à i'amélioration du corrtrôle interne de HARDI


FINANCE, et CEFOR, les deux IMFs où notre étude a été menée ;

. Les recommandations générales aux auditeurs.

SECTION 1 : RECOMMANDATIONS RELATIVES A L'AMELIORATION DU

SYSTEME DE CONTROLE INTERNE

AIln dc pcrmettre à CEFOR ci" Ii,^,Rll FL\I,\|ICE dc rcnfo;ccr ci,i'an,éllcrcr lcu;


système de contrôle interrre, nous avons jugé nécessaire d'émettre les recommandations sur
les constats et faiblesses.

1.1. Recommandation sur le système de contrôle interne de cEFoR

Comme nous avons évoqué lors de l'analyse et évaluation des risques, CEFOR a acquis
une certaine expérience dans la gestion de ses activités. Malgré cela, son contrôle interne ne
permet pas de limiter les risques inhérents à son fonctionnement. Ainsi, les recommandations

sur les faiblesses constatées sont consignées dans les tableaux ci-après.

1.1.1. Organisation et structure générale

Tableau 7 : CEFOR, constats et recommandations sur l'organisation et structure


générale

P r o c é dur e s admin is tr al iv e s, co mp t ab Ies e t fi nanc i èr e s


Plusieurs notes de serviôe modifiant tes ICEEOR devrait mettre à iour son manuel de

dispositions du manuel de et comptables


procédures lprocédures administratives

applicables ont été émises. Par ailleurs. des lla mise en pratique des nouvelles
pratiques ont été adoptées alors que celles-ci I dispositions devrait faire l'objet de séance
ne font pas l'objet de procédures formalisées. ld'encadrement / d'accompagnement par les

71
Constats Recommandotions
Ces notes/pratiques ont trait à : responsables du Bureau de Liaison.
. Abandon de créances ou des crédits douteux
et litigieux ;

. Allocation de nouveaux types de crédit


(crédit agricole, prêt consulat,. .. .) ;

'Utilisation des fiches de récapitulation des


recettes au niveau de centre de formation ;

. Fréquence des réunions techniques et

administratives.

Système comptable
La revue du systèrne comptable au niveau de lDans un souci de traçabilité des opérations
CEFCR permet Ce :cnstater qu'il t' a I ccmptables, il est recominandé Cs :

insuffisance de rigueur dans la collecte et la ' Créer des comptes auxiliaires pour les
|

saisie des données et l'utilisation non optimale I opérations avec les tiers, enregistrer les

du logiciel de comptabilité conduisant à une I opérations suivant sa date de survenance,


manque de traçabilité des opérations, d.l d'apposer systématiquement la correcte
I'analyse de la situation par agence et de I référence de saisie ;

difficulté dans le rapprochement des données I ' D. revoir le paramétrage du logiciel utilisé
par agences (LPF) et les données comptables I de manière à faire sortir automatiquement
consolidées ainsi que dans 1'établissement des I les états financiers.
états financiers. Par ailleurs, les états financiers

ne sont pas paramétrés automatiquement sur

CIEL suivant le PCEC.

Sttivi budgétaire
L'évaluation du système budgétaire permet de Le suivi budgétaire devrait être utilisé
constater que : comme outil de gestion dès lors que 1'analyse
. Le manuel des procédures administratives et des réalisations budgétaires sera conduite par

comptables ne prévoit pas le système de nature des charges et par entités composantes
gestion budgétaire ; : Agences et Bureau de liaison.

. La fiéquence de suivi budgétaire ne petmet


pas d'utiliser le budget comme outil de
pilotage et de gestion ;

18
1.1.2. Gestion du portefeuille de crédit

Les constats et recommandations suivant concernent la gestion de porlefeuille de crédit.

Tableau I : CEFOR, constats et recomrnandations sur la gestion du portefeuillc de


crédit
Constuts Recommundations
La gestion des crédits et des épargnes appellent Pour une gestion efficace et efhciente,

aux faiblesses suivantes : CEFOR devrait :

. Les dossiers individuels des bénéficiarres ne , Renforcer les mesures qui permettent de

sont pas systématiquement exhaustifs ou ne s'assurer 1'application effective et

sont pas correctement tenus : absence de systématique des procédures de gestion de

photo du garant; fiche individuelle non crédits et des épargnes (intervention équipe

systématiquement disponible et ne renseigne d'audit interne ou autre responsable au

pas comectement l'historique des crédits du niveau du bureau de liaison. ...).

partenaire ; fiche de crédit non disponible


dans le dossier pour le cas de Prêts
successifs; la situation des épargnes et des
crédits extraites du logiciel de crédit non
jointe au dossier de demande de crédit.
. D'inscrire
' Le rapprochement de la situation sur les dans le carnet de crédit tous les

carnets de crédit avec la situation de chaque remboursements voire systématiser la mise

partenaire sur Loan Performer n'est pas à jour des remboursements lors des

matérialisé. opérations effectuée par le bénéf,rciaire et


de matérialiser les travaux de vérification
ou de de solde sur les
rapprochement
carnets d'épargne ou de crédit des
bénéflciaires.
. Les données informatisées au niveau de ' De sauvegarder les informations

L. chaque agence sont transmises au Bureau de électronique en gardant les supports hors

Liaison sans qu'une copie du sauvegarde des agences et du bureau de liaison ;

L- n'est gardé au niveau de chaque Agence ;

L- 79

L
Constats Recommundutions
. Les procédures de recouvrement des crédits . De
matérialiser les actions de relance des
en retard ne sont pas systématiquement crédits en retard et mettre à jour le manuel
matérialisées (effectivité de l,intervention, de crédit afin de tenir compte des
effectivité de la remise de lettre de procédures de recouvrement.
relance,"..)

1.2. Recommandation sur le système de contrôle interne de HARDI FINANCE

HARDI FINANCE est encore en phase de développement, d'où une fragilité


dans la
conception et l'application du contrôle. Les constats ainsi étudiés
et les recommandations
majeures sont consignés dans le tableau ci-après concernant son organisation
et structure en
générale et la gestion des crédits.

1.2.1. Organisation et structure générale

Tableau 9 : HARDI FINANCE, constats et recommandations sur l'organisation et


structure générale
Constats Recommandstions
S lr uc tur e or ganis ati onn e ll e
Les organes délibérants, exécutifs et de La mise en place de structure
contrôle de HARDI FINANCE sont organisationnelle conforme aux dispositions
constituées principalement des ressources des textes règlementaires régissant les IMFs
exerçant pour le compte de I,ONG HARDI. devrait être effectuée pour
ne pas encourir le
HARDI FINANCE n'est pas autonome dans la risque de retrait de la licence.
réalisation de ses activités. Hormis le PCA, les autres organes de
contrôle et de délibération devraient être
clairement définis.

Dispositifs mis en place pour la grrtion lu ,irq*,


Le manuel des procédures disponible au Devant être un document de réference dans la
niveau de I{ARDI FI},IANCE est celui utilisé mise en æuvre activités,
une mise à jour du
lorsqu'elle faisait encore partie intégrante de manuel des procédures
de HARDI
I'ONG HARDI en tant que « volet micro- FINANCE s'impose pour s,assurer
de :
crédit ». . La préservation du patrimoine
;
Par ailleurs, nous avons constatés que : t La fiabilité des informations produites

80