Vous êtes sur la page 1sur 11

Historique de la MicroFinance à Madagascar

L'histoire de la MicroFinance comporte trois périodes distinctes : avant 1990, de 1990 à 1995 et 1996 à nos jours. Ainsi, l'origine de la
MicroFinance à Madagascar remonte près d' une vingtaine d'années. Les défaillances du système bancaire en milieu rural ont favorisé
la création des Institutions de MicroFinance (IMFs) à partir de 1990 à Madagascar .

L'origine

Avant 1990
Aucune Institution de MicroFinance n'existait encore à cette époque. Néanmoins, la BTM, Banque Nationale depuis
1976 et reprise en 1999 par la Bank Of Africa (BOA) dans le cadre de sa privatisation, était la seule banque qui
intervenait dans le secteur de la MicroFinance. Mais ses activités dans ce domaine étaient limitées à l'octroi de
crédit au paysannat et n'atteignaient qu'une frange limitée de la population rurale. L'intervention de cette banque en
faveur du secteur de la MicroFinance s'est toutefois maintenue après sa récente privatisation.

1990 - 1995 : phase d'émergence des IMFs.


L'émergence des IMFs a été surtout favorisée par la conjugaison des interventions de trois entités :

 les Bailleurs de fonds (Banque Mondiale, Union Européenne, Agence Française de Développement, Coopération
Allemande, Inter-coopération Suisse, ...)
 le Gouvernement au travers de sa politique en faveur de ce secteur avec le concours du financement de la Banque
Mondiale à travers:
 le Projet d’Exécution PATFR/ADMMEC jusqu’en 1997
 puis le Projet MicroFinance (PMF) pour une phase de deux ans 1998-1999
 et l’AGEPMF : gestion du Programme MicroFinance planifié sur quinze ans dont le démarrage
officiel a débuté en juin 1999
 les Agences d'Implantation et de Développement ou opérateurs techniques spécialisés et qui ont assuré l'encadrement
technique des IMFs. Il s'agit entre autres de DID, FERT, IRAM, CIDR.

Au cours de cette période, de nombreuses IMFs,  mutualistes ou non mutualistes, se sont créées à Madagascar.

Les Institutions de MicroFinance Mutualistes


Les IMFs Mutualistes qui se sont créées au cours de cette période sont les suivantes :

CECAM/FERT en 1993 dans la région du Vakinankaratra,


AECA/CIDR en 1990 dans la région de Marovoay,
OTIV/DID en 1994 dans la région de Toamasina et du Lac Alaotra
ADéFI en 1995 à Antsirabe.
TIAVO/WOCCU en 1995 à Fianarantsoa (WOCCU étant l'opérateur qui a lancé l'implantation initiale du Réseau TIAVO. Il a
été ensuite relayé par l'IRAM à partir de l'année 1999).

OTIV/DID et CECAM/FERT constituent les deux plus grands réseaux dans cette catégorie tant en terme de volume d'activités que de
couverture géographique.

Pour en savoir plus sur les Institutions Mutualistes

Les Institutions de Microfinance Non Mutualistes


Dans cette catégorie figurent:

SIPEM, qui a été créée en 1990 à Antananarivo. Son rayon d'action est limité à 30 Km.
VOLA MAHASOA/CIDR, créée en 1993 et implantée dans la partie Sud de l'Ile, à Tuléar.
 APEM/PAIQ, créée en 1987, intervient par système de partenariat sur Antananarivo et Tuléar.
EAM, initiée sous forme de projet en 1990, transformée en Association de droit malgache en 1996, elle a acquis la
pérennisation financière depuis la fin de l'année 1998.
CEM, la plus ancienne Institution Financière qui pratique le volet épargne orientée vers les populations ayant des bas revenus.
CEFOR
HAINGONALA
MAHAVOTSE, nouvellement venu et qui s'opère dans la partie Sud de Madagascar
MICROCRED
PAMF (Première Agence de MicroFinance)

Pour en savoir plus sur les Institutions Non Mutualistes.

La phase de développement et de croissance


Cette phase (depuis 1996) a été marquée par :

l'extension géographique et la consolidation des réseaux préexistants :

 OTIV/DID : extension des activités avec l'ouverture de nouvelles caisses dans la zone périurbaine de la capitale
Antananarivo et du Nord Est (SAVA) en 1996, puis dans la zone urbaine d'Antananarivo en 2000.
 CECAM/FERT : une première extension du réseau a eu lieu à partir de 1996 dans les régions d'Amoron'i Mania,
Vakinankaratra et Ivon'Imerina sur les Hautes Terres Centrales. Une deuxième extension en 1998 a permis au réseau
de s'installer dans le Moyen Ouest (Bongolava et Itasy), le Nord Ouest (Sofia) et sur la Cote Ouest (Menabe).
 TIAVO/IRAM : redynamisation du réseau avec l'arrivée du nouvel opérateur IRAM en 1999 et extension du réseau
dans le Sud Est à Manakara et Farafangana.
 AECA/CIDR : extension du Réseau AECA à Ambato Boeni en 1998.
 EAM, Projet appuyé par PNUD/BIT depuis 1990, s'est transformé en Association en 1996. A partir de 1999, EAM
s'est érigée en Institution de MicroFinance Non Mutualiste.

la mise en place de la Cellule de Coordination Nationale de la MicroFinance (CNMF) et


l'élaboration du Document de Stratégie Nationale de MicroFinance (DSNMF)
De concert avec tous les acteurs et intervenants du secteur, la Cellule de Coordination Nationale de MicroFinance (Entité
rattachée au Ministère des Finances et du Budget, mise en place en décembre 2003) a validé lors d'un atelier en Avril 2004 le
Document de Stratégie Nationale de MicroFinance à Madagascar. Ce document a eu l'approbation du Gouvernement en juin
2004. Ce même document a été revisé et aligné au MAP en octobre 2007.

Pour lire en intégralité le DSNMF (2004-2009), cliquez là...


La version revisée du DSNMF (2008-2012) alignée au MAP a été approuvée par le Conseil du Gouvernement le 11 novembre
2008.
la nouvelle loi relative à l'activité et au contrôle des Institutions de MicroFinance
Il s'agit de la loi N° 2005-016 du 29 septembre 2005 dont le décret  d'application N° 2007-012 fixant les formes
juridiques des IMFet les modalités de leur immatriculation au Registre du Commerce des Sociétés et le décret
d'application N° 2007-013 portant fixation du capital minimum des établissements de crédit et de la valeur nominale
des titres de participation, ces deux décrets n'attendent plus que leur publication dans le Journal Officiel de la
République de Madagascar.

Remarque : Les IMFs sont affiliées au sein de leurs Associations Professionnelles respectives, l’APIFM pour les Mutualistes et
l’AIM pour les Non Mutualistes.

De nouvelles Institutions de MicroFinance ont vu le jour depuis 2007 à savoir Accès Banque, Microcred, PAMF.

Contexte malgache

L'environnement de la MicroFinance à Madagascar

Actions du Gouvernement

La politique du Gouvernement de Madagascar pour le secteur de la MicroFinance est volontaire et concerne à la fois son
développement et sa régulation. Il a mis de l’avant :

des politiques de réforme du secteur financier (politique monétaire et fiscale),


la modernisation de la législation bancaire,
la privatisation des banques d’Etat,
son engagement à promouvoir et à développer le secteur de la MicroFinance,
un cadre réglementaire (loi 95-030) pour assurer le développement des initiatives en MicroFinance,
une loi 2005-016 du 29 septembre 2005 relative à l'activité et au contrôle des Institutions de MicroFinance
la coordination du développement de la MicroFinance avec les intervenants sous la responsabilité du Ministère des Finances et
du Budget, par le biais de la Coordination Nationale de la MicroFinance
la responsabilisation auprès de la Commission de Supervision Bancaire et Financière (CSBF) de la surveillance du secteur, du
suivi de l’application des normes prudentielles et règles, et des autorisations des agréments.

Dans cette optique, le Gouvernement a approuvé en juin 2004 le Document de Stratégie Nationale de MicroFinance
élaboré en avril 2004 suite à un processus participative de tous les acteurs et intervenants du secteur. Un Atelier s'est
tenu en octobre 2007 suite à l'évaluation à mi-parcours de la Stratégie Nationale de MicroFinance (SNMF) et dont l'objet
était d'aligner le contenu de la SNMF aux objectifs et directives du Madagascar Action Plan (MAP).

Un cadre de libre marché

Le Gouvernement a décidé de permettre le développement des Institutions de MicroFinance dans un cadre de libre marché sans
imposer de contraintes particulières sur la fixation des taux d’intérêt. Les programmes d’assistance des Bailleurs sont harmonisés afin
d’éviter les dédoublements et assurer la présence des divers éléments nécessaires au développement de la MicroFinance.

En collaboration avec les différents acteurs et intervenants, le Gouvernement malgache a engagé une réflexion sur : 

l’appui à la professionnalisation des Institutions de MicroFinance, 


la régulation de leur développement sur tout le territoire,
la définition d’un cadre sécurisant et favorisant l’accès au refinancement.

Responsabilités des Acteurs

Le Document de Stratégie Nationale de MicroFinance a clairement défini les rôles et responsabilités des différents acteurs opérant
dans le secteur :

les Institutions de MicroFinance et leurs associations s'engagent à promouvoir une intermédiation financière viable
et pérenne;
le Gouvernement crée un environnement favorisant l'efficacité des marchés financiers et aidant les Institutions de
MicroFinance à développer leurs offres;
les autres intermédiaires financiers tels que les banques et établissements financiers agissent en tant que
grossistes envers les IMF ou mettent en oeuvre directement des programmes de microfinance conformément à la
réglementation en vigueur;
les ONG et autres structures d'appui apportent une assistance technique en favorisant les relations entre la
clientèle et les IMF;
les bailleurs de fonds fournissent davantage d'appui technique aux IMF et en cas de besoin, des ressources
financières, sur la base des plans d'affaire des IMF notamment.

Législation et cadre réglementaire

La loi n° 2005-016, relative à l'activité et au contrôle des institutions de microfinance

Cette loi régit le secteur de la microfinance à Madagascar. Les grandes lignes de cette nouvelle réglementation sont les suivantes :

définition de l'activité de microfinance


classification en trois niveaux des Institutions de MicroFinance
méthodes de suivi et de contrôle adaptées
dispositions diverses

Pour lire la loi 2005-016 en intégralité, cliquez ici ...

La loi n° 95-030, relative à l’activité et au contrôle des établissements de crédit

Elle a redéfini le régime légal des activités bancaires en instituant cinq catégories d’établissements de crédits suivant les activités
exercées :
les banques de dépôts territoriales,
les banques extraterritoriales (off-shore),
les établissements financiers,
les Institutions Financières Mutualistes,
les Institutions Financières spécialisées, telles que les  Assurances.

Les grandes lignes de cette réforme sont :

l’assujettissement à un régime homogène de tous les établissements à caractère bancaire,


l’attribution à une autorité indépendante de la Commission de Supervision Bancaire et Financière (CSBF) de l’ensemble des
attributions qui doivent être conjuguées pour une bonne prévention des risques inhérents aux activités bancaires,
le renforcement de la protection des droits de la clientèle par l’institution d’un droit au compte et une réglementation des
conditions de rupture de crédit.

Les grands titres de cette loi sont :

les domaines d’application et définitions,


l’agrément des établissements de crédits et procédures,
les réglementation et contrôle des établissements de crédits,
les sanctions disciplinaires,
les dispositions transitoires et finales.

Microfinance ?

Définition

La MicroFinance désigne l’activité de collecte d’épargne et de financement des petits producteurs ruraux et urbains.

Elle peut être aussi définie par deux critères :

la population bénéficiaire, relativement pauvre ou tout du moins exclue du système bancaire classique,
et des opérations d’épargne et de crédits de faibles montants.

Objectifs

La MicroFinance a un double objectif :


 

favoriser l'accès des petits producteurs exclus du circuit bancaire à des services financiers de proximité et adaptés à la taille de
leurs activités (micro-entreprises/micro-crédits),
réaliser une meilleure collecte de l’épargne des ménages et des petits entrepreneurs pour la réinjecter dans le circuit
économique.

Principaux axes

incitation à la production,
accroissement de la productivité,
lutte contre la thésaurisation

Qui exerce l'activité de MicroFinance ?

L'activité de MicroFinance est exercée par des sociétés de droit privé ayant titre d'Institutions Financières Décentralisées (IFD) qui se
divisent en trois catégories (du moins jusqu'à l'application de la nouvelle loi 2005-016 qui catégorise les Institutions de MicroFinance
en niveaux) :

les Institutions Financières Mutualistes


les Institutions Financières Non Mutualistes
les autres Structures de la MicroFinance

Les acteurs de la Microfinance

Les acteurs de la MicroFinance à Madagascar sont :

Le Gouvernement
Les Bailleurs de Fonds
Les Organismes Techniques Spécialisés
Les Associations Professionnelles Mutualistes et Non Mutualistes
Les Programmes, Projets et Organismes d'Appui
Les Institutions Bancaires

Les intervenants
Actuellement, les Institutions Financières Décentralisées (IFD) en activité peuvent être classées en trois catégories :

les Institutions Financières Mutualistes (IFM) lesquelles ont obtenu l’agrément de la Commission de Supervision Bancaire et
Financière et d’autres dont leurs demandes sont en cours d’approbation.
les Institutions de MicroFinance Non Mutualistes qui ne sont pas encore régies par un instrument juridique. Ce sont celles qui
pratiquent la MicroFinance sous autre forme que mutualiste (en attendant le décret d'application de la nouvelle loi 2005-016.
les autres Structures de la MicroFinance : on pourrait les appeler aussi Organisations Financières de Proximité (OFP)
Résultats
STATISTIQUES NATIONALES CONSOLIDEES DU SECTEUR AU 30/06/2010 (MUTUALISTES ET NON
MUTUALISTES)

  30/06/2010
Nombre de points de services 671
Nombre de bénéficiaires 637 405
Nombre d'emplois créés près de 3 000
Encours de crédit 160 574 millions Ar 76,5 millions $US
Encours d'épargne 98 451 millions Ar 46,8 millions $US

Très rapides et soutenus, la croissance et le développement des activités des Institutions de MicroFinance (IMF) au cours des dix
dernières années se sont traduits par:
 

L'extension de la couverture territoriale tant en milieu rural qu'en milieu urbain,


L'augmentation du taux de pénétration,
Le développement des activités : nombre de membres et de clients touchés, volume des dépôts collectés auprès de la clientèle,
volume des crédits distribués.

Cette expansion des activités des IMFs s'est poursuivie au cours de l'année 2002 malgré la crise qui a secoué le pays.
  

Le taux de pénétration 
Au plan national, les IMFs mutualistes et non mutualistes regroupent au 30 juin 2010 plus de 637 000 membres environ dont
plus de 40% de femmes. En terme de pénétration de marché, environ 16% des familles malgaches sont actuellement
bénéficiaires des services financiers offerts par ces institutions de microfinance  contre moins de 1% avant 1990.
 
Le nombre de membres 
De 1998 à juin 2010, le nombre des membres (pour les Institutions Mutualistes) a presque été multiplié par 11
passant de 47 472 à plus de 538 000. Pour les Non Mutualistes, le nombre de bénéficiaires de crédit a atteint plus
de 99 300 au 30 juin 2010. 
 
Le volume d'épargne collectée
Dans la même période, les encours d'épargne des Mutualistes sont passés de 1,3 milliards d'Ariary ( 765 000 $US) à 69
milliards d'Ariary (33 millions $US). Certaines catégories d'Institutions Non Mutualistes commencent à collecter de l'épargne
dont l'encours s'élève à plus de 29,4 milliards Ariary (14 millions $US)
 
Le crédit distribué 
Toujours de 1998 à juin 2010, les encours de crédits se sont accrus de 3,3 milliards d'Ariary (1,9 million $US) à plus de 160,5
milliards d'Ariary (76 millions $US).
  
Evolution des activités des IMFs Mutualistes de 1998 au 30 juin 2010.
 (source : APIFM) - 1 $US ~1750 Ariary (2002 à 2007) et ~2100 Ariary en 2010
     1998 1999 2000 2001 2002
Nombres de caisses 248 271 336 353 338
Nombres de membres 47 472 60 775 92 946 116 977 135 305
Encours d'épargne (en millions 1 280 1 919
7 416 11 150 10 372
Ariary)
Encours de crédits (en millions 3 316 4 703
7 562 9 260 11 212
Ariary)
  2003 2004 2005 2006 2007
Nombres de caisses 380 380 394 413 428
Nombres de membres 179 399 198 912 232 347 289 508 322 675
Encours d'épargne (en millions
18 992 21 803 25 510 31 317 32 190
Ariary)
Encours de crédits (en millions
19 519 25 382 36 235 40 219 53 248
Ariary)
  2008 2009 juin 10
Nombres de caisses 653 462 482
Nombres de membres 453 310 489 125 538 082
Encours d'épargne (en millions
50 619 62 692 68 979
Ariary)
Encours de crédits (en millions
80 300 71 573 79 204
Ariary)

  Données statistiques des Mutualistes réparties par IMF et par zone d'interventions au 31/12/2007

 Au 31/12/07, les données statistiques des Institutions Financières Mutualistes membres de l'APIFM se répartissent comme suit :

 Membres/sociétaires et Caisses/points de services


 Activités d'épargne
 Activités de crédit

Activités des IMFs Non Mutualistes de 2002 au 30 juin 2010.


 (sources : AIM - CNMF) - 1 $US ~1750 Ariary (2002 à 2007) et ~2100 Ariary en 2010
  2002 2003 2004  2005
Nombres de clients 8 474 10 991 17 245 8 150
Encours de crédit (millions Ariary) 1 555 1 820 2 634 2 928
  2006 2007 (*) 2008 2009
Encours de crédit (millions Ariary) 4 353  16 845 32 922 72 158
Montant crédit octroyé (millions Ar) 8 303  nd    
Nombre de crédits octroyés 5 725 nd    
Encours d'épargne (millions Ariary) - 4 940 12 684 23 887
Nombre de points de services - 60 160 178
Nombres de clients 14 669 38 038 107 335 92 079
  06/2010      
Nombres points de services 189      
Nombres de clients 99 323      
Encours de crédit (millions Ariary) 81 369      
Encours d'épargne (millions Ariary) 29 471      

(*) : incluant Mahavotse, Acces Banque, Microcred (outre les membres classiques de l'AIM)

Liens Utiles
  
Ministère de l'Economie, des Finances et du Budget http://www.mefb.gov.mg
de Madagascar Le Ministère de l'Economie, des Finances et du Budget malgache a pour
missions l'élaboration, coordination, suivi et évaluation de la mise en oeuvre
de la politique de l'Etat en matière de développement économique et social, et
des prévisions macro-économiques, l'élaboration et mise en oeuvre de la
politique de l'Etat dans les domaines financier et budgétaire, ainsi que des
prévisions macro-économiques indispensables aux programmations
financières, la participation à l'élaboration de la politique monétaire.

Secrétariat Multi Bailleurs (SMB) de Madagascar http://www.smbmada.net/th_microfinance.asp


Beaucoup de documents récents et très intéressants téléchargeables
disponibles sur ce site concernant le secteur de la microfinance à
Madagascar...
Planet Finance http://www.planetfinance.org
Planet Finance est une institution internationale à but non lucratif créée en
octobre 1998 qui a pour mission de réduire la pauvreté en utilisant internet
pour favoriser le développement de la MicroFinance. Planet Finance propose
différents services aux Institutions de MicroFinance et autres organisations ...

 
Enterweb http://www.enterweb.org/microc-f.htm
La partie MicroFinance de ce vaste site, par ailleurs très riche sur les
questions liées au développement, consiste en un index commenté des
principaux sites MicroFinance et constitue un bon premier panorama de ce
qui se fait dans ce domaine sur internet.

 
Virtual Library http://www.gdrc.org/icm
Un summum dans le paysage internet de la MicroFinance anglophone avec un
spectre large et varié de sources, de documents, de profils d'organismes et de
liens internet. La zone Asie Pacifique est bien représentée.

 
Centre International de Recherche en Agronomie du http://www.cirad.fr/mcredit/present.html
Développement (CIRAD) Le seul site français dans le domaine de la MicroFinance, géré conjointement
par deux opérateurs, le Groupe de Recherches et d’Echanges Technologiques
(GRET) et le Centre International de Recherche en Agronomie du
Développement (CIRAD). Il comporte des bases de données en français dont
un répertoire bibliographique riche en références.

 
MicroFinance Network http://www.bellanet.org/partners/mfn
Le site offre une information complète sur le réseau MicroFinance Network et
des fiches descriptives de chacun de ses membres avec des indicateurs
statistiques sur leurs activités financières. On trouve également les comptes-
rendus des interventions faites aux séminaires annuels de MFN depuis 1995.

 
MicroFinance http://www.mip.org
Best Practices Le programme de l’USAID " MicroFinance Innovation Project ", débuté en
1997, s'enrichit constamment. Des publications relatives à chacune des
composantes du programme sont à télécharger gratuitement, publications
régulièrement complétées par d'autres. Le site est accessible à un anglophone
confirmé.

 
Consultative Group to Assist the Poorest (CGAP) http://www.cgap.org
Le site du CGAP, une initiative de la Banque Mondiale et de différents
bailleurs, a connu une refonte totale en début d'année 2000. Il offre,
désormais - toujours en accès libre - outre une sélection de publications et de
notes techniques, fruits des travaux réalisés au sein du CGAP, des bases de
données (MicroFinance Gateway) référençant notamment les instituts et
séminaires de formation en MicroFinance

 
Programme de  Renforcement des Capacités en http://www.capaf.org
Afrique Francophone (CAPAF) Le site du CAPAF offre plusieurs rubriques relatives au renforcement des
capacités des acteurs et intervenants du secteur de la microfinance ainsi que
de nombreux documents intéressants sur les meilleures pratiques de la
microfinance

 
Développement International Desjardins (DID) http://www.did.qc.ca
Le site de cette organisation québécoise spécialisée dans l’implantation de
systèmes de MicroFinance est très complet sur l’approche coopérative et offre
de nombreux documents à télécharger.

 
Appui au Développement Autonome (ADA) et http://www.adaceremlux.lu
Centre de Recherche en MicroFinance  Un site sobre qui présente l'organisation de développement luxembourgeoise
à Luxembourg (CEREMLUX) ADA et le CEREMLUX. Dans le bulletin électronique mensuel paraissant sur
le site, on trouve une veille internet qui résume les débats se déroulant sur les
  listes de diffusion spécialisées

 
Sustainable Banking with the Poor (SBP) http://www-esd.worldbank.org/html/esd/agr/sbp
SBP est un programme de la Banque Mondiale. Le site est construit autour
d’une étude de SBP de 1996 - le recensement et l’analyse financière de près
de 200 systèmes de MicroFinance. Quelques études de cas et analyses
comparatives des plus intéressantes sont disponibles, dont quelques unes en
français.

 
SOS FAIM Belgique http://www.sosfaim.be
SOS FAIM est une ONG belge créée en 1964 à la suite de l’appel de la FAO.
SOS FAIM a deux objectifs: l’aide au développement des populations du Sud
et l’information du public au Nord sur les réalités et les perspectives du Tiers
Monde. SOS FAIM s’est investi dans les systèmes d’épargne-crédit depuis
1987. SOS FAIM fait paraître depuis juillet 2000 "ZOOM MicroFinance" un
bulletin portant spécifiquement sur la MicroFinance.

 
AMINA - Programme de la BAD http://www.afdb.org/about/amina-overview.html
AMINA est un Fonds Africain de Développement pour la MicroFinance en
Afrique, initié par la Banque Africaine de Développement en septembre
1997. Elle énonce les objectifs du programme, le mode de sélection des pays
bénéficiaires et les coordonnées des membres de l’Unité de gestion.

 
Association for Social Advancement (ASA) - http://www.asabd.org
Bangladesh ASA est une institution spécialisée dans le crédit aux femmes. Elle constitute
avec la Grameen Bank et le Bangladesh Rural Advancement Committee
(BRAC) l'une des plus importantes institutions de MicroFinance du
Bangladesh.

 
Banking With The Poor (BWTP)- Réseau Australie http://www.bwtp.org
Le réseau  BWTP, dont le siège est à Brisbane Australie, offre une liste des
publications du réseau, les derniers bulletins parus et les adresses
électroniques des institutions membres.

 
Bank Rakyat Indonesia (BRI) http://www.bri.co.id
Le site de la BRI, une banque commerciale publique indonésienne spécialisée
dans les services au monde rural, est orienté vers sa clientèle. Bilingue
indonésien-anglais, il met en avant l’offre de services financiers de la banque.

 
Cashpor Inc - réseau (Malaisie) http://www.cashpor.com
Cashpor s'attache à promouvoir les programmes de réplication de la Grameen
Bank et regroupe 22 institutions de ce type dans la zone Asie Pacifique.

 
Estrellamar - Grupo Financiero (Panama) http://www.estrellamar.com
Estrellamar est un consortium financier panaméen qui s’est spécialisé dans le
microcrédit en milieu urbain et les transferts de fonds. Sa formule, celle de
banque sans guichet, est originale en matière de MicroFinance.

 
Federation mexicana de Asociaciones Privadas http://www.femap.org.mx
(FEMAP) de Salud y Desarrollo Comunitario La FEMAP est une fédération mexicaine regroupant des organisations de la
(Mexique) société civile qui travaillent à l’amélioration des conditions de vie des
populations urbaines et rurales pauvres. Présente depuis 1973, FEMAP est
particulièrement active dans le domaine des services de santé.

 
The People’s Fund (USA) http://www.peoplesfund.org
La Grameen Trust a lancé en 1995 The People’s Fund une initiative de
collecte destinée à appuyer les programmes de réplication de la Grameen
Bank. People’s Fund s’inscrit dans le cadre du mouvement du Microcredit
Summit dont l’objectif est de faire sortir d’ici à 2 005 cent millions de
personnes de la pauvreté. Le site fournit outre des données chiffrées sur la
Grameen Bank et ses programmes de réplication, une liste de références
bibliographiques commentées sur le même thème.

 
P4K (Indonésie) http://www.p4k.org
P4k est une organisation indonésienne spécialisée dans l’octroi de lignes de
financement à des institutions de MicroFinance.

 
PRESTO (Programme Usaid) http://www.prestoug.com
Le projet PRESTO, un programme de l’USAID basé en Ouganda, a pour
objectif l’amélioration des conditions du développement des micro et petites
entreprises. Le site offre, outre la présentation des composantes du
programme, une partie de ses travaux dont un guide de gestion des
institutions de MicroFinance, un répertoire d’organisations pratiquant le
microcrédit en Ouganda ainsi qu’une description détaillée de quatre d’entre
elles.

 
Pride Africa (Kenya) http://www.prideafrica.com
Le site de Pride Africa, une ONG kenyane spécialisée dans la mise en place
de systèmes de micro crédit, expose ses principes et méthodes de
fonctionnement ainsi qu’un relevé d’indications statistiques sur ses projets
comprenant  le nombre de succursales, le nombre total de clients et de prêts,
les taux de remboursement.

 
RAMPE - Réseau (Burkina Faso) http://www.spid.com/capeo/suite.html
Le réseau RAMPE, localisé au Burkina Faso, dispose d'une page web où l'on
trouve l’énoncé de ses objectifs, son plan d’action et la liste de ses membres.

 
South Asian Network of MicroFinance Initiatives http://www.focus-asia.com/home/sanmfi/
(SANMFI) - Bangladesh Le South Asian Network of MicroFinance Initiatives est un réseau basé au
Bangladesh dont la particularité est de travailler au renforcement des réseaux
nationaux et régionaux opérant dans le Sud-Est asiatique.

 
The Center for Micro-Finance (Nepal) http://www.south-asia.com/cmf/
Un site qui présente le centre de recherche Centre for Micro-finance in Nepal
(CMF) et un programme d’appui, le National Savings and Credit
Development Project (SA/CRED), deux projets du Centre Canadien d’Etudes
et de Coopération Internationale.
 
Working Women’s Forum (Inde) http://www.workingwomensforum.org
Le site d’une ONG indienne créée en 1978, constituée en réseau coopératif de
femmes pauvres et dont les activités de crédit ont débuté en 1981.
La lettre d’actualité de l’organisation est consultable en ligne à partir de la
page d’accueil.

 
Bibliothèque virtuelle sur le développement http://www.acdi-cida.gc.ca/Virtual.nsf/
international (Agence Canadienne de La rubrique "Economie et Finance" du chapitre "Index thématique",
Développement International) accessible depuis la page d'accueil, présente plus de 150 liens vers des sites
web et des ressources documentaires en ligne.
 
 
Centre International Francophone de http://cifdi.francophonie.org/Corps/Eco/Sites.cfm
Documentation et d'Information (CIFDI) Le site du CIFDI met en ligne une rubrique "Economie et Développement" où
sont fournis de nombreux liens vers des documents en ligne (textes officiels,
  ouvrages, périodiques) et des sites classés par thème.

 
Electronic Development and Environment System http://nt1.ids.ac.uk/eldis/fin/fin.htm
(ELDIS) ELDIS propose un guide thématique sur le thème "Crédit et Finance"
organisé en trois parties: sources d'informations venant des organisations et
institutions, adresses de documents en ligne et de sites web, références
bibliographiques de documents imprimés. En outre ELDIS a travaillé en
collaboration avec le CGAP à l'édification de la base de donnée
MicroFinance Gateway accessible à l'adresse
http://nt1.ids.ac.uk/cgap/jmplace.htm

Portail MicroFinance http://www.lamicrofinance.org


Ce site co-géré par GRET et ADA a été lancé en février 2005. Il a pour but
d'offrir un accès unique aux ressources existantes (principalement en ligne)
dans le domaine de la microfinance en français.