Vous êtes sur la page 1sur 237

Table des matières

Introduction ....................................................................................................... 16
CHAPITRE I :ETUDE DE DEFINITION ..................................................... 17
1.1- Présentation du site ............................................................................................................. 17
1.1.1- localisation du site ......................................................................................................... 17
1.1.2- Topographie du site ....................................................................................................... 18
1.1.3- Géologie du site ............................................................................................................. 18
1.1.4- Climatologie du site....................................................................................................... 18
1.2- Etude hydrologiques............................................................................................................ 19
1.2.1- Données hydrologique ................................................................................................... 19
1.2.2- Calcul de débit de crue .................................................................................................. 20
1.3- Etude hydraulique ............................................................................................................... 25
1.4- Calage de l’ouvrage d’art ................................................................................................... 27
1.5- Choix des variantes ............................................................................................................. 28
1.5.1- Pont en béton armé ........................................................................................................ 28
1.5.2- Pont arc et à Béquilles Obliques :.................................................................................. 30
1.5.3- Pont en béton précontraint ............................................................................................. 30
1.5.4- Les Ponts métalliques : .................................................................................................. 32
1.6- Les variantes retenues ......................................................................................................... 32

CHAPITRE II :ETUDE AVANT-PROJET ................................................... 34


2.1- Etude géotechnique ............................................................................................................. 34
2.1.1- Campagne de reconnaissance : ...................................................................................... 34
2.1.2- Essais élaborées : ........................................................................................................... 34
2.1.3- Interprétation des résultats de la campagne géotechnique ............................................. 35
2.2- Etude de l’affouillement : ................................................................................................... 36
2.2.1- L’affouillement général ................................................................................................. 36
2.2.2- L’affouillement dû au rétrécissement du lit de l’oued ................................................... 38
2.2.3- L’affouillement local autour des piles ........................................................................... 38
2.2.4- Affouillement total ........................................................................................................ 39
2.2.5- Dimensionnement des enrochements ............................................................................ 40
2.3- Pré dimensionnement des éléments du pont ..................................................................... 40
2.3.1- Dimensionnement du tablier : ....................................................................................... 40
2.3.2- Dimensionnement des appareils d’appui ....................................................................... 45
2.3.3- Dimensionnement des piles ........................................................................................... 46
2.3.4- Dimensionnement des culées ........................................................................................ 50
2.3.5- Dimensionnement des fondations.................................................................................. 56
2.4- Comparaison des variantes ................................................................................................. 58
2.4.1- Mode d’exécution .......................................................................................................... 58
2.4.2- L’esthétique ................................................................................................................... 59
2.4.3- Le cout du projet............................................................................................................ 59

CHAPITRE III : REPARTITION DES CHARGES SUR LES POUTRES60


3.1- Introduction ......................................................................................................................... 60
3.2- Inventaire des Charges : ..................................................................................................... 60
3.2.1- Caractéristiques géométrique des poutres ..................................................................... 60
3.2.2- Charges permanentes :................................................................................................... 61
3.2.3- Charge d’exploitations (routières) : ............................................................................... 62
3.3- Répartition transversale des charges : .............................................................................. 70
3.3.1- Aperçu théorique sur la méthode de Guyon-Massonnet : ............................................. 70
3.3.2- Principes fondamentaux de la méthode de Guyon-Massonnet :.................................... 71
3.3.3- Paramètres fondamentaux: ............................................................................................ 71
3.3.4- Le Coefficient de Répartition Transversale (CRT): ...................................................... 73
3.4- Détermination des sollicitations dans les poutres principales : ....................................... 82
3.4.1- Rappel sur les lignes d’influence d’une poutre sur un appui simple : .......................... 82
3.4.2- Charges permanentes :................................................................................................... 83
3.4.3- Charge A(l) .................................................................................................................... 85
3.4.4- La charge du trottoir ...................................................................................................... 87
3.4.5- Le système Mc120......................................................................................................... 88
3.4.6- La charge Bc .................................................................................................................. 89
3.4.7- La charge :................................................................................................................. 91

CHAPITRE IV :ETUDE DES POUTRES ..................................................... 93


4.1- Données de calcul................................................................................................................. 93
4.1.1- Caractéristique des matériaux........................................................................................ 93
4.1.2- Contraintes admissibles du béton .................................................................................. 93
4.1.3- Mode de construction : .................................................................................................. 94
4.1.4- Caractéristique géométrique de la section ..................................................................... 95
4.2- Détermination de la précontrainte. .................................................................................... 96
4.2.1- Les charges appliquées : ................................................................................................ 96
4.2.2- Excentricité de la précontrainte ..................................................................................... 97
4.2.3- Nombre de câble ............................................................................................................ 98
4.3- Tracé des câbles ................................................................................................................. 104
4.3.1- Données nécessaires : .................................................................................................. 104
4.3.2- Première famille .......................................................................................................... 105
4.4- Perte de la précontrainte................................................................................................... 110
4.4.1- Caractéristique des câbles............................................................................................ 110
4.4.2- Pertes instantanées :..................................................................................................... 110
4.4.3- Pertes différées : .......................................................................................................... 113
4.5- Justification vis-à-vis L’ELS ............................................................................................ 115
4.5.1- Caractéristique géométrique des sections .................................................................... 115
4.5.2- Effort de la précontrainte ............................................................................................. 116
4.5.3- Vérification des contraintes ......................................................................................... 116
4.5.4- Les armatures passives ................................................................................................ 128
4.6- Justification vis-à-vis de L’ELU ....................................................................................... 129
4.6.1- Paramètres utilisées ..................................................................................................... 129
4.6.2- Méthode de résolution ................................................................................................. 130
4.7- Vérifications de la résistance à la rupture par effort tranchant ................................... 133
4.7.1- Vérification à l’état limite de service (ELS) ................................................................ 133
4.7.2- Vérification a l’état limite ultime (ELU) ..................................................................... 137
4.8- Calcul des abouts de la poutre .......................................................................................... 138
4.8.1- Dispositions constructives ........................................................................................... 138
4.8.2- Effet d’un effort concentré au centre de la poutre ....................................................... 138
4.8.3- Equilibre général de diffusion pure ............................................................................. 141
4.8.4- Justification des bielles d’about................................................................................... 143
4.8.5- Equilibre du coin inférieur : ........................................................................................ 145

CHAPITRE V : CALCUL DU HOURDIS ................................................... 147


5.1. Introduction : ..................................................................................................................... 147
5.2. Données générales : ........................................................................................................... 147
5.2.1. Matériaux : .................................................................................................................. 147
5.2.2. Coffrage du hourdis : ................................................................................................... 147
5.2.3. Plate –forme : .............................................................................................................. 147
5.2.4. Superstructures : .......................................................................................................... 148
5.2.5. Charge de la superstructure : ....................................................................................... 148
5.2.6. Caractéristiques du hourdis ......................................................................................... 148
5.3. Calcul des sollicitations pour la section à mi portée transversale du hourdis : ........... 149
5.3.1. Charge permanente ...................................................................................................... 149
5.3.2. Charges d’exploitations : ............................................................................................. 150
5.4. Calcul du ferraillage .......................................................................................................... 154
5.4.1. Sollicitations a l’ELU et a l’ELS ................................................................................. 154
5.4.2. Calcul des sections d’acier .......................................................................................... 154
5.4.3. Vérification des armatures ........................................................................................... 157

CHAPITRE VI : DIMENSIONNEMENT DES ENTRETOISES ............ 159


6.1- Introduction ....................................................................................................................... 159
6.2- Méthode de calcul .............................................................................................................. 159
6.2.1- Situation 1 (l’entretoise en service) ............................................................................. 159
6.2.2- Situation 2 (l’entretoise pendant le vérinage) .............................................................. 160
6.3- Calcul des sollicitations : ................................................................................................... 160
6.3.1- Situation 1 (l’entretoise en service) ............................................................................. 160
6.3.2- Situation 2 (lors du vérinage) ...................................................................................... 165
6.4- Détermination des ferraillages ......................................................................................... 167
6.4.1- Justification de la section de calcul ............................................................................. 167
6.4.2- Dimensionnement des aciers : ..................................................................................... 168

CHAPITRE VII :APPAREILS D’APPUI .................................................... 171


7.1- Introduction ....................................................................................................................... 171
7.2- Evaluation des déformations ............................................................................................ 172
7.2.1- Rotation d’appui .......................................................................................................... 172
7.2.2- Déplacement d’appui ................................................................................................... 173
7.3- Evaluation des réactions d’appui : ................................................................................... 174
7.3.1- Charges permanentes ................................................................................................... 174
7.3.2- Surcharges réglementaires ........................................................................................... 175
7.3.3- Combinaisons à l’ELU et à l’ELS ............................................................................... 179
7.4- Dimensionnement des appareils d’appuis. ...................................................................... 179
7.4.1- Aire de l’appareil d’appui ............................................................................................ 179
7.4.2- Hauteur nette d’élastomère .......................................................................................... 180
7.4.3- Dimensionnement en plan de l’appareil d’appui. ........................................................ 180
7.4.4- Dimensionnement des frettes. ..................................................................................... 180
7.5- Efforts horizontaux en tête d’appui ................................................................................. 181
7.5.1- Généralités ................................................................................................................... 181
7.5.2- Détermination des rigidités des appuis ........................................................................ 182
7.5.3- Répartition de l’effort dynamique de freinage ............................................................ 183
7.5.4- Répartition des efforts de retraits et de dilatation ........................................................ 184
7.6- Vérification de la validité des appareils d’appui ............................................................ 184
7.6.1- Condition sur la distorsion........................................................................................... 184
7.6.2- Condition sur la somme des contraintes de cisaillement ............................................. 184
7.6.3- Condition de non soulèvement .................................................................................... 185
7.6.4- Condition de non glissement ....................................................................................... 185
7.6.5- Condition de non cheminement ................................................................................... 186
7.6.6- Condition sur l’épaisseur des frettes ............................................................................ 186

CHAPITRE VIII :CALCUL DES PILES..................................................... 187


8.1. Introduction : ....................................................................................................................... 187
8.2. Inventaire des charges :....................................................................................................... 187
8.1.1. Charges permanentes ................................................................................................... 187
8.1.2. Charge de la chaussée :................................................................................................ 188
8.2. Ferraillage du chevêtre .................................................................................................. 193
8.2.1. Ferraillage de la partie en encorbellement : poutre courte console ............................. 193
8.3. Ferraillage du fût : ........................................................................................................... 196
8.3.1. Descente de charge : .................................................................................................... 196
8.3.2. Définition des combinaisons à considérer sont les suivantes : .................................... 197
8.3.3. Les sollicitations de calcul........................................................................................... 197
8.3.4. Armatures longitudinales : .......................................................................................... 198
8.3.5. Armatures transversales : ............................................................................................ 199

CHAPITRE IX :ETUDE DES CULEES ...................................................... 200


9.1. Inventaire des charges ........................................................................................................ 200
9.1.1. Poids propre ................................................................................................................. 200
9.1.2. Les charges variables :................................................................................................. 201
9.1.3. Poussée des terres : ...................................................................................................... 202
9.2. Descente de charges : ......................................................................................................... 204
9.2.1. Définition des cas de charges : .................................................................................... 204
9.2.2. Combinaisons de charges ............................................................................................ 204
9.2.3. Application des combinaisons : ................................................................................... 205
9.3. Ferraillage de calcul ............................................................................................................ 207
9.3.1. Hypothèses de calcul : ................................................................................................. 207
9.3.2. Mur Garde-Greve : ...................................................................................................... 207
9.3.3. Corbeau ....................................................................................................................... 210
9.3.4. Dalle de transition........................................................................................................ 210
9.3.5. Mur en retour ............................................................................................................... 212
9.3.6. Chevêtre : .................................................................................................................... 213
9.3.7. Fût :.............................................................................................................................. 218

CHAPITRE X .................................................................................................. 220


10.1- Données de fondation .................................................................................................... 220
10.1.1- Rappel des données géotechniques.............................................................................. 220
10.1.2- Données sur les matériaux ........................................................................................... 220
10.2- Calcul de portance des fondations: .............................................................................. 221
10.2.1- Calcul de la charge limite de rupture sous pointe :...................................................... 221
10.2.2- Calcul de la charge limite du frottement latéral Qs ..................................................... 224
10.2.3- Calcul des charges limites et de fluage ........................................................................ 226
10.3- Calcul des efforts et déplacements en tête des pieux .................................................. 226
10.3.1- Coefficient d’élasticité longitudinale........................................................................... 226
10.3.2- Calcul de la longueur de transfert :.............................................................................. 227
10.3.3- Coefficients d’élasticité croisés des pieux : ................................................................. 227
10.3.4- Calcul des efforts et déformations en tête des pieux : ................................................. 229
10.4- Justification des pieux ................................................................................................... 230
10.4.1- Portance et déformation ............................................................................................... 231
10.4.2- Justification vis-à-vis de la mobilisation locale du sol ................................................ 231
10.4.3- Justification vis-à-vis de la mobilisation globale du sol .............................................. 231
10.4.4- Justification des pieux vis-à-vis de la résistance des matériaux constitutifs ............... 232
10.5- Ferraillage des pieux ..................................................................................................... 232
10.5.1- Armatures longitudinales............................................................................................. 232
10.5.2- Armatures transversales............................................................................................... 232
10.6- Semelle de liaison :......................................................................................................... 233
10.6.1 Les hypothèses du calcul : ........................................................................................... 233
10.6.2 Condition d’application de la méthode des bielles : .................................................... 233
10.6.3. Calcul de la section d’armatures : ............................................................................... 234

Conclusion ........................................................................................................ 237


Liste des figures
Chapitre I
Figure 1. 1 : Situation du projet ............................................................................................................. 17
Figure 1. 2: calcul du débit centennal avec la loi de GUMBEL ............................................................ 21
Figure 1. 3: calcul du débit centennal avec la loi normal ...................................................................... 21
Figure 1. 4: calcul du débit centennal avec la loi Log-normal .............................................................. 22
Figure 1. 5: calcul du débit centennal avec la loi de PEARSON III ..................................................... 22
Figure 1. 6: calcul du débit centennal avec la loi exponentielle ............................................................ 23
Figure 1. 7: calcul du débit centennal avec la loi GAMMA .................................................................. 23
Figure 1. 8: Courbe du débit centennal en fonction de la probabilité non-dépassement ....................... 24
Figure 1. 9: Coupe transversale du lit de l’oued .................................................................................... 25
Figure 1. 10: courbe du tarage ............................................................................................................... 26
Figure 1. 11: résultat de l’étude hydraulique avec le logiciel « Tmartopo » ......................................... 27
Chapitre II
Figure 2. 1 : épaississement de l’àme da la poutre ............................................................................... 42
Figure 2. 2: coupe transversale du tablier VIPP .................................................................................... 44
Figure 2. 3 : coupe transversale du tablier PPBA .................................................................................. 45
Figure 2. 4: vue longitudinale du chevêtre ........................................................................................... 48
Figure 2. 5 : dimension de pile marteau utilisés .................................................................................... 49
Figure 2. 6: culée enterrée ..................................................................................................................... 51
Figure 2. 7: culée remblayée ................................................................................................................. 52
Figure 2. 8 : mur garde grève ................................................................................................................ 54
Figure 2. 9: culée avec ses dimensions.................................................................................................. 56
Figure 2. 10 : disposition des pieux et de la fût de la pile sur la semelle de liaison .............................. 58
Figure 2. 11 : disposition des pieux et des fûts de la culée sur la semelle de liaison ............................ 58
Chapitre III
Figure 3. 1: le Système ................................................................................................................... 66
Figure 3. 2: le Système ..................................................................................................................... 67
Figure 3. 3: le Système ..................................................................................................................... 68
Figure 3. 4: le système ............................................................................................................. 69
Figure 3. 5 : Modèle du tablier d’après Guyon-Massonnet ................................................................... 71
Figure 3. 6 : Ligne d’influence de pour la poutre intermédiaire ................................................... 78
Figure 3. 7: Ligne d’influence de pour la poutre rive .................................................................... 79
Figure 3. 8: Diagramme des moments fléchissant sous l’effet du système A(l) ................................... 85
Figure 3. 9: Effort tranchant dans la section x sous l’effet de la charge A(l). ....................................... 86
Figure 3. 10: Effort tranchant dans la section x sous l’effet de la charge Tr ......................................... 87
Figure 3. 11: Détermination des moments fléchissant sous l’effet de la charge Mc120. ...................... 88
Figure 3. 12: Effort tranchant dans la section x sous l’effet de Mc120 ................................................. 89
Figure 3. 13: Détermination des moments fléchissant sous l’effet de la charge .............................. 90
Figure 3. 14: Effort tranchant dans la section x sous l’effet de ........................................................ 91
Chapitre IV
Figure 4. 1: disposition des câbles de précontrainte .............................................................................. 94
Figure 4. 2: excentricité du câble moyen de la 1ère famille .................................................................. 97
Figure 4. 3: excentricité du câble moyen des deux familles .................................................................. 98
Figure 4. 4: diagramme des contraintes à la phase 2 ............................................................................. 98
Figure 4. 5: diagramme des contraintes à la phase 4-............................................................................ 99
Figure 4. 6: diagramme des contraintes à la phase 4- pour la poutre intermédiaire ............................ 100
Figure 4. 7: diagramme des contraintes à la phase 4+ pour la poutre de rive ..................................... 100
Figure 4. 8: diagramme des contraintes à la phase 4+ ......................................................................... 101
Figure 4. 9: diagramme des contraintes à la phase 5 ........................................................................... 102
Figure 4. 10: disposition des câbles de précontrainte dans la section médiane ................................... 104
Figure 4. 11 : disposition des ancrages d’about .................................................................................. 104
Figure 4. 12: profil des câbles de précontraintes sur la demi-poutre ................................................... 109
Figure 4. 13: diagramme des contraintes à la phase 2 sous P1 ............................................................ 117
Figure 4. 14: diagramme des contraintes à la phase 2 sous P2 ............................................................ 117
Figure 4. 15: diagramme des contraintes à la phase 4- sous P1 pour poutre intermédiaire................. 118
Figure 4. 16 : diagramme des contraintes à la phase 4- sous P2 pour poutre intermédiaire ................ 118
Figure 4. 17: diagramme des contraintes à la phase 4- sous P1 pour poutre de rive ........................... 119
Figure 4. 18 : diagramme des contraintes à la phase 4- sous P2 pour poutre de rive .......................... 119
Figure 4. 19: diagramme des contraintes à la phase 4+ sous P1 pour poutre intermédiaire .................. 120
Figure 4. 20: diagramme des contraintes à la phase 4+ sous P2 pour poutre intermédiaire .................. 120
Figure 4. 21 : diagramme des contraintes à la phase 4+ sous P1 pour poutre de rive ......................... 121
Figure 4. 22: diagramme des contraintes à la phase 4+ sous P2 pour poutre de rive ............................ 121
Figure 4. 23: diagramme des contraintes à la phase 5 sous P1 pour poutre intermédiaire .................. 122
Figure 4. 24: diagramme des contraintes à la phase 5 sous P2 pour poutre intermédiaire .................. 122
Figure 4. 25: diagramme des contraintes à la phase 5 sous P1 pour poutre de rive sous .................... 123
Figure 4. 26 : diagramme des contraintes à la phase 5 sous P2 pour poutre de rive sous ................... 123
Figure 4. 27 : diagramme des contraintes à la phase 5 sous P1 pour poutre intermédiaire ................. 124
Figure 4. 28: diagramme des contraintes à la phase 5 sous P2 pour poutre intermédiaire .................. 124
Figure 4. 29: diagramme des contraintes à la phase 5 sous P1 pour poutre de rive sous .................... 125
Figure 4. 30: diagramme des contraintes à la phase 5 sous P2 pour poutre de rive sous .................... 125
Figure 4. 31: diagramme des contraintes à la phase 5 sous P1 pour poutre intermédiaire .................. 126
Figure 4. 32: diagramme des contraintes à la phase 5 sous P2 pour poutre intermédiaire .................. 126
Figure 4. 33: diagramme des contraintes à la phase 5 sous P1 pour poutre de rive sous .................... 127
Figure 4. 34 : diagramme des contraintes à la phase 5 sous P2 pour poutre de rive sous ................... 127
Figure 4. 35: disposition des forces ..................................................................................................... 129
Figure 4. 36: disposition des câbles dans la section d’about ............................................................... 138
Figure 4. 37: Zone de béton tendu sous l'action d'un effort concentré centré ..................................... 139
Figure 4. 38: Zones de régularisation des ancrages ............................................................................. 140
Figure 4. 39: Equilibre avec câbles inclinés multiples ........................................................................ 141
Figure 4. 40: Equilibre de la bielle d'appui avec un câble ................................................................... 143
Figure 4. 41: équilibre du coin inférieur .............................................................................................. 146
Chapitre V
Figure 5. 1 : caractéristiques du hourdis entre poutres ........................................................................ 148
Figure 5. 2 : moments fléchissant dans une dalle appuyée sur ses quatre côtés. ................................. 150
Figure 5. 3 : Paramètre A ................................................................................................................... 152
Figure 5. 4 : moment de continuité sur poutre et sur entretoise .......................................................... 153
Figure 5. 5 : Diffusion des charges dans l’hourdis .............................................................................. 156
Chapitre VI
Figure 6. 1: vue transversale et en plan de l’entretoise ...................................................................... 159
Figure 6. 2: charge du au poids propre ................................................................................................ 160
Figure 6. 3: chargement du à l’hourdis et à la superstructure.............................................................. 161
Figure 6. 4: partie uniforme du chargement dû à l’hourdis et à la superstructure ............................... 161
Figure 6. 5: partie triangulaire du chargement dû à l’hourdis et à la superstructure ........................... 161
Figure 6. 6: chargement dû au système Bc .......................................................................................... 162
Figure 6. 7: chargement dû au système Bt .......................................................................................... 162
Figure 6. 8: chargement dû au système Br .......................................................................................... 163
Figure 6. 9: chargement dû au système Mc120 ................................................................................... 163
Figure 6. 10: chargement dû au système Mc120 ................................................................................. 164
Figure 6. 11: dispositions des vérins.................................................................................................... 165
Figure 6. 12: répartition des charges lors du vérinage ......................................................................... 166
Figure 6. 13: diagramme des moments fléchissants lors du vérinage ................................................. 166
Figure 6. 14: diagramme des efforts tranchants lors du vérinage ........................................................ 166
Figure 6. 15 : coupe transversale de l’entretoise ................................................................................. 167
Chapitre VII
Figure 7. 1: positionnement des appareils d’appui .............................................................................. 171
Figure 7. 2: Diagramme des moments dus à la charge routière .......................................................... 173
Figure 7. 3: Réaction d’appuis pour une seule travée chargée A(l) .................................................... 175
Figure 7. 4: Charge A [L] sur deux travées ......................................................................................... 176
Figure 7. 5: Système sur une travée ................................................................................................ 176
Figure 7. 6 : Système sur deux travées ........................................................................................... 177
Figure 7. 7: Système .............................................................................................................. 177
Figure 7. 8: Système sur deux travées .................................................................................... 178
Figure 7. 9: Vue en élévation d'un appareil d'appui ............................................................................ 180
Figure 7. 10: caractéristiques géométriques de l’appareil d’appui ...................................................... 181
Figure 7. 11: Déplacement de la tête d’appui sous l’action d’une force horizontale unité .................. 182
Chapitre VIII
Figure 8. 1: Coupe transversale de 2 files de montrant l'excentricité ..................................... 189
Figure 8. 2 : Coupe transversale de 2 files de montrant l'excentricité ey ............................. 190
Figure 8. 3 : Action du vent sur la pile ................................................................................................ 191
Figure 8. 4 : Action hydrodynamique sur la pile ................................................................................. 192
Figure 8. 5 : Charges subies par le chevêtre de la pile, en service et lors du vérinage ........................ 193
Figure 8. 6 :Moment fléchissant à l’ELU dans la partie en encorbellement du chevêtre de la pile
Marteau................................................................................................................................................ 194
Figure 8. 7 : l’effort tranchant à l’ELU dans la partie en encorbellement du chevêtre de la pile Marteau
............................................................................................................................................................. 194
Chapitre IX
Figure 9. 1 : répartition des efforts de poussées des terres sur les fûts ................................................ 203
Figure 9. 2 : effet produit par 2 roues arrière de 6t de deux camions accolés : ................................... 208
Figure 9. 3 Effet produit par un essieu lourd ....................................................................................... 209
Figure 9. 4 ferraillage minimale préconisé par le PP73 pour le mur garde grève ................................ 210
Figure 9. 5 : ferraillage type pour le corbeau ...................................................................................... 210
Figure 9. 6 : Appui sur le sol pour la dalle de transition ...................................................................... 211
Figure 9. 7 : Emplacement de l'essieu tandem sur la dalle de transition ........................................ 211
Figure 9. 8 Coupe transversale et longitudinale des ferraillages de la dalle de transition ................... 212
Figure 9. 9 : Charges appliquées sur le chevêtre ................................................................................. 215
Figure 9. 10 : moment fléchissant dans le chevêtre ............................................................................. 215
Figure 9. 11 effort tranchant dans le chevêtre ..................................................................................... 216
Chapitre X
Figure 10. 1: exemple d’un résultat de l’essai pressiométrique .......................................................... 222
Figure 10. 2: courbes de qs en fonction de ................................................................................... 225
Figure 10. 3: les coefficients croisés ................................................................................................... 228
Figure 10. 4 : Efforts et déplacements de la pile ................................................................................. 229
Figure 10. 5: Illustration de la méthode des bielles ............................................................................. 234
Figure 10. 6: Efforts de traction à la base de la semelle ...................................................................... 234
Figure 10. 7: Disposition des armatures dans les semelles de liaison ................................................. 236
Liste des tableaux

Chapitre I
TABLEAU 1. 1: DEBITS ANNUELS MAXIMAUX OBSERVES DE LA STATION «SAF-SAF » (1) .......... 19
TABLEAU 1. 2: RESULTAT DU TEST DU « CHI 2 » ...................................................................................... 24
TABLEAU 1. 3: DONNEES TOPOGRAPHIQUE DU LIT DE L’OUED .......................................................... 26
Chapitre II
TABLEAU 2 . 1: RESULTAT DES ESSAIS IN SITU ........................................................................................ 34
TABLEAU 2. 2: L’AFFOUILLEMENT GENERAL ........................................................................................... 38
TABLEAU 2. 3: COEFFICIENT POUR LA METHODE DE LARAS ............................................................... 39
TABLEAU 2 . 4 : PRE-DIMENSIONNEMENT DE LA POUTRE VIPP ........................................................... 41
TABLEAU 2. 5: PRE-DIMENSIONNEMENT DE L’ENTRETOISE ................................................................ 42
TABLEAU 2 . 6: PRE-DIMENSIONNEMENT DE L’HOURDIS ...................................................................... 43
TABLEAU 2 . 7: DIMENSION DE LA POUTRE VIPP ..................................................................................... 43
TABLEAU 2 . 8: PRE-DIMENSIONNEMENT DE LA POUTRE BA ............................................................... 44
TABLEAU 2. 9: DIMENSION DU TABLIER DU PPBA .................................................................................. 45
TABLEAU 2 . 10: DIMENSION DU CHEVETRE ............................................................................................. 47
TABLEAU 2 . 11: DIMENSION DU SOMMIER D’APPUI DU CULEE .......................................................... 53
TABLEAU 2 . 12: DIMENSION DU MUR GARDE GREVE ............................................................................ 54
TABLEAU 2 . 13: DIMENSION DE LA DALLE DE TRANSITION ................................................................ 55
TABLEAU 2 . 14: DIMENSION DU MUR DE RETOUR .................................................................................. 55
TABLEAU 2 . 15: DIMENSION DU CORBEAU ............................................................................................... 55
TABLEAU 2 . 16: DIMENSION DE LA SEMELLE DE LIAISON ................................................................... 57
Chapitre III
TABLEAU 3. 1 : CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES POUR LA POUTRE INTERMEDIAIRE ......... 60
TABLEAU 3. 2: CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES POUR LA POUTRE DE RIVE ......................... 60
TABLEAU 3. 3: CHARGES LINEIQUES DUES AUX ELEMENTS DE LA STRUCTURE ........................... 62
TABLEAU 3. 4: VALEURS DES COEFFICIENTS DE MAJORATION DYNAMIQUE ................................. 64
TABLEAU 3. 5: VALEURS DU COEFFICIENT .......................................................................................... 65
TABLEAU 3. 6: VALEURS DU COEFFICIENT .......................................................................................... 65
TABLEAU 3. 7: VALEURS DE LA CHARGE DU SYSTEME A(L) POUR LES DEUX CAS ........................ 65
TABLEAU 3. 8: VALEUR DU COEFFICIENT BC ........................................................................................... 66
TABLEAU 3. 9: VALEURS DU COEFFICIENT ........................................................................................... 67
TABLEAU 3. 10: VALEUR DES EFFORTS DE FREINAGE ........................................................................... 68
TABLEAU 3. 11: CARACTERISTIQUE GEOMETRIQUE DU TABLIER ...................................................... 72
TABLEAU 3. 12: LES RIGIDITES FLEXIONNELLE ET TORSIONNELLE DES POUTRE ET DU
HOURDIS ............................................................................................................................................................. 75
TABLEAU 3. 13 : VALEURS DE K POUR Α= 0 ET Θ= ............................................................. 76
TABLEAU 3. 14 : VALEURS DE K POUR Α= 1 ET Θ= ............................................................. 77
TABLEAU 3. 15: COEFFICIENTS DE GUYON-MASSONNET POUR K (Α= ,
Θ = 0,54631076). .................................................................................................................................................. 77
TABLEAU 3. 16: LES ORDONNEES DES POUTRES INTERMEDIAIRES ET DE RIVE ............................. 77
TABLEAU 3. 17: COEFFICIENTS DE GYON-MASSONNET POUR LES 2 POUTRES. ............................... 78
TABLEAU 3. 18: VALEURS DES COEFFICIENTS DE REPARTITION ........................................................ 79
TABLEAU 3. 19: COMPARAISON DES CAS DE CHARGE POUR LE CHARGEMENT A(L) .................... 81
TABLEAU 3. 20: COMPARAISON DES CAS DE CHARGE POUR LE CHARGEMENT B C ........................ 81
TABLEAU 3. 21: COMPARAISON DES CAS DE CHARGE POUR LE CHARGEMENT B T ........................ 82
TABLEAU 3. 22 : COMPARAISON DES CAS DE CHARGE POUR LES SURCHARGES DU TROTTOIR 82
TABLEAU 3. 23: SOLLICITATIONS DUES AU POIDS PROPRE DE LA POUTRE ..................................... 83
TABLEAU 3. 24: SOLLICITATIONS DUES AU POIDS DE L’HOURDIS ..................................................... 84
TABLEAU 3. 25: SOLLICITATIONS DUES A LA SUPERSTRUCTURE ....................................................... 85
TABLEAU 3. 26: SOLLICITATIONS DUES A LA CHARGE A(L) ................................................................. 86
TABLEAU 3. 27: SOLLICITATIONS DUES A LA CHARGE DU TROTTOIR............................................... 87
TABLEAU 3. 28: SOLLICITATIONS DUES A LA CHARGE MC120 ............................................................. 89
TABLEAU 3. 29: SOLLICITATIONS DUES A LA CHARGE .................................................................... 91
TABLEAU 3. 30: SOLLICITATIONS DUES A LA CHARGE ..................................................................... 92
Chapitre IV
TABLEAU 4. 1: CARACTERISTIQUE DU CABLE DE LA PRECONTRAINTE ........................................... 93
TABLEAU 4. 2: CONTRAINTES ADMISSIBLES POUR LA CLASSE II ....................................................... 94
TABLEAU 4. 3 : DESCRIPTION DU MODE DE CONSTRUCTION ............................................................... 95
TABLEAU 4. 4: CARACTERISTIQUES DES SECTIONS POUR POUTRE DE RIVE ................................... 95
TABLEAU 4. 5: CARACTERISTIQUES DES SECTIONS POUR POUTRE INTERMEDIAIRE.................... 95
TABLEAU 4. 6: LES MOMENTS DANS LA SECTION MEDIANE ................................................................ 96
TABLEAU 4. 7 : EXCENTRICITE DU CABLE MOYEN DE LA 1 ER FAMILLE ............................................ 97
TABLEAU 4. 8: EXCENTRICITE DU CABLE MOYEN DES DEUX FAMILLES ......................................... 98
TABLEAU 4. 9: CALCUL DES EFFORTS TRANCHANTS MAXIMALES .................................................. 105
TABLEAU 4. 10: CALCUL DES ANGLES DE RELEVAGE EXTREMES POUR LA 1ERE FAMILLE ..... 106
TABLEAU 4. 11 : EQUATIONS DES CABLES DE LA 1ERE FAMILLE ........................................................ 107
TABLEAU 4. 12: EXCENTRICITE DU CABLE MOYENNE DE LA 1 ERE FAMILLE POUR POUTRE
INTERMEDIAIRE ............................................................................................................................................. 107
TABLEAU 4. 13: EXCENTRICITE DU CABLE MOYENNE DE LA 1 ERE FAMILLE POUR POUTRE DE
RIVE ................................................................................................................................................................... 108
TABLEAU 4. 14: EQUATIONS DES CABLES DE LA 2EME FAMILLE ..................................................... 108
TABLEAU 4. 15: EXCENTRICITE DU CABLE MOYENNE DES DEUX FAMILLE POUR POUTRE
INTERMEDIAIRE ............................................................................................................................................. 109
TABLEAU 4. 16: EXCENTRICITE DU CABLE MOYENNE DES DEUX FAMILLE POUR POUTRE DE
RIVE ................................................................................................................................................................... 109
TABLEAU 4. 17: LES PERTES PAR FROTTEMENT ..................................................................................... 110
TABLEAU 4. 18: LES PERTES PAR RECUL D’ENCRAGE .......................................................................... 111
TABLEAU 4. 19: LES PERTES DU NON SIMULTANEITE DE LA MISE EN TENSION DES CABLES .. 112
TABLEAU 4. 20: LES PERTES INSTANTANEES POUR CHAQUE CABLE DANS CHAQUE SECTION 112
TABLEAU 4. 21: LES PERTES PAR FLUAGE DU BETON .......................................................................... 113
TABLEAU 4. 22: LES PERTES PAR RELAXATION DE L’ACIER .............................................................. 114
TABLEAU 4. 23: LES PERTES DIFFEREES POUR CHAQUE CABLE DANS CHAQUE SECTION ......... 114
TABLEAU 4. 24: CARACTERISTIQUE DE LA SECTION BRUTE .............................................................. 115
TABLEAU 4. 25: CARACTERISTIQUE DE LA SECTION NETTE .............................................................. 115
TABLEAU 4. 26: CARACTERISTIQUE DE LA SECTION HOMOGENE .................................................... 116
TABLEAU 4. 27: PRECONTRAINTE EN TENANT COPTE DES PERTES .................................................. 116
TABLEAU 4. 28: PRECONTRAINTE EN TENANT COPTE DES PERTES .................................................. 128
TABLEAU 4. 29: DONNEES PRELIMINAIRES POUR LA VERIFICATION A L’ELU .............................. 130
TABLEAU 4. 30: LES EFFORTS TRANCHANTS DES DIFFERENTES CHARGES ................................... 133
TABLEAU 4. 31: DETAILS DE VERIFICATION A L’EFFORT TRANCHANT .......................................... 134
TABLEAU 4. 32: DETAILS DE VERIFICATION A L’EFFORT TRANCHANT .......................................... 134
TABLEAU 4. 33: DETAILS DE VERIFICATION A L’EFFORT TRANCHANT AU NIVEAU D’APPUI ... 135
TABLEAU 4. 34: DETAILS DE VERIFICATION A L’EFFORT TRANCHANT AU NIVEAU D’ENCRAGE
DU 5EME CABLE ................................................................................................................................................ 135
TABLEAU 4. 35: DETAILS DE VERIFICATION A L’EFFORT TRANCHANT AU NIVEAU D’ENCRAGE
DU 6EME CABLE ................................................................................................................................................ 135
TABLEAU 4. 36: DETAILS DE VERIFICATION A L’EFFORT TRANCHANT AU NIVEAU D’APPUI ... 136
TABLEAU 4. 37: DETAILS DE VERIFICATION A L’EFFORT TRANCHANT AU NIVEAU D’ENCRAGE
DU 5EME CABLE ............................................................................................................................................. 136
TABLEAU 4. 38: DETAILS DE VERIFICATION A L’EFFORT TRANCHANT AU NIVEAU D’ENCRAGE
DU 6EME CABLE ................................................................................................................................................ 136
TABLEAU 4. 39: CALCUL DES ARMATURES TRANSVERSALES ........................................................... 137
TABLEAU 4. 40 : VERIFICATION DES CONTRAINTES ............................................................................. 140
TABLEAU 4. 41 : CALCUL DES SECTIONS D’ACIER DANS LA ZONE DE REGULATION D’ANCRAGE
............................................................................................................................................................................ 141
TABLEAU 4. 42: CALCUL DES EFFORTS TRANCHANTS ET NORMAUX ET LES CONTRAINTES DE
CISAILLEMENT................................................................................................................................................ 142
TABLEAU 4. 43: RECAPITULATION DES DISPOSITIONS DES ARMATURES ....................................... 143
TABLEAU 4. 44: DETERMINATION DU RANG ........................................................................................... 145
Chapitre V
TABLEAU 5. 1 : MOMENT DE CONTINUTE ................................................................................................ 149
TABLEAU 5. 2 : COEFFICIENT DE MAJORATION DYNAMIQUE EN FONCTION DE LA CHARGE
ROUTIERE ......................................................................................................................................................... 151
TABLEAU 5. 3 : MOMENT TRANSVERSAL ET LONGITUDINAL DANS L'HOURDIS ENTRE POUTRES
............................................................................................................................................................................ 152
TABLEAU 5. 4 : MOMENT DE CONTINUITE POUR L'HOURDIS ENTRE POUTRES ............................. 153
TABLEAU 5. 5 : MOMENTS LONGITUDINAUX ET TRANSVERSAUX A L'ELS ET A .......................... 154
TABLEAU 5. 6 : MOMENTS DE CONTINUITE A L'ELS ET A L'ELU ........................................................ 154
TABLEAU 5. 7 ARMATURES DE FLEXION ADOPTEES ............................................................................ 155
TABLEAU 5. 8 : CHARGES D’EXPLOIATION POUR LE CALCUL DE L’EFFORT TRANCHANT ........ 157
TABLEAU 5. 9 : VERIFICATION AU POINÇONNEMENT .......................................................................... 158
Chapitre VI
TABLEAU 6. 1: DONNEES GEOMETRIQUE DU TABLIER ........................................................................ 159
TABLEAU 6. 2: SOLLICITATIONS DU AU DIFFERENTES SYSTEME DU CHARGE ROUTIERE......... 164
TABLEAU 6. 3: COMBINAISON DES SOLLICITATIONS AUX ETATS LIMITES .................................... 164
TABLEAU 6. 4: COMBINAISON DES CHARGES AUX ETATS LIMITES ................................................. 167
TABLEAU 6. 5: DIMENSION DE L’ENTRETOISE........................................................................................ 167
TABLEAU 6. 6: LES SOLLICITATIONS UTILISEES POUR LE DIMENSIONNEMENT DU
FERRAILLAGE ................................................................................................................................................. 168
TABLEAU 6. 7: LES SOLLICITATIONS MAXIMALES ET MINIMALES DE LA TRAVEE CENTRALE 168
TABLEAU 6. 8: VERIFICATION DES CONTRAINTES A L’ELS ................................................................ 168
TABLEAU 6. 9: LES SOLICITATIONS MAXIMALES ET MINIMALES POUR LA TRAVEE DE RIVE .. 169
TABLEAU 6. 10 : VERIFICATION DES CONTRAINTES A L’ELS ............................................................. 169
TABLEAU 6. 11: ESPACEMENT DES ARMATURES TRANSVERSALES ................................................. 170
Chapitre VII
TBALEAU 7. 1: VALEURS DES MOMENTS DUS A LA SURCHARGE ROUTIERE................................. 172
TBALEAU 7. 2: VALEURS DE DEPLACEMENT DU A LA VARIATION DE TEMPERATURE .............. 174
TBALEAU 7. 3: POIDS D'UNE TRAVEE DE TABLIER ................................................................................ 174
TBALEAU 7. 4: REACTION D'APPUI SOUS A[L] UNE TRAVEE ............................................................... 175
TBALEAU 7. 5: REACTION D'APPUI SOUS A[L] DEUX TRAVEES .......................................................... 176
TBALEAU 7. 6: RECAPITULATION DES REACTIONS CALCULEES SOUS DIFFERENTES CHARGES
............................................................................................................................................................................ 178
TBALEAU 7. 7: REACTIONS MINIMALES ET MAXIMALES EN PILE ET CULEE ................................. 179
TBALEAU 7. 8 : VALEUR DE L’EPAISSEUR DES FRETTES EN FONCTION DE L’EPAISSEUR DE
L’ELASTOMER ................................................................................................................................................. 180
TBALEAU 7. 9: VALEUR DES DIMENSIONS DE L’ELEMENT DE L’APPAREIL D’APPUI ................... 181
TBALEAU 7. 10: RIGIDITE DES APPUIS ....................................................................................................... 183
TBALEAU 7. 11: REPARTITION DE L’EFFORT DYNAMIQUE DE FREINAGE ................................. 183
TBALEAU 7. 12: REPARTITION DE L’EFFORT DUE AUX VARIATIONS LINEAIRES POUR LES
CULEES ET LES PILES .................................................................................................................................... 184
Chapitre VIII
TABLEAU 8. 1 : CHARGES PERMANENTES SUR LA PILE ....................................................................... 187
TABLEAU 8. 2 :VALEUR DE LA SURCHARGE A(L) .................................................................................. 188
TABLEAU 8. 3 : VALEUR DE L’EFFORT DE FREINAGE ................................................................. 189
TABLEAU 8. 4 : DISTRIBUTION DE L’EFFORT DE FREINAGE POUR LE SYSTEME A(L) .................. 189
TABLEAU 8. 5 : ACTION HYDRODYNAMIQUE SUR LA PILE ................................................................. 192
TABLEAU 8. 6 : CAS DE CHARGES POUR LA PILE ................................................................................... 196
TABLEAU 8. 7 : SOLLICITATION SUBIES PAR LE FUT DE LA PILE ...................................................... 197
TABLEAU 8. 8 : SOLLICITATIONS DIMENSIONNENT POUR LE FUT DE LA PILE .............................. 198
Chapitre IX
TABLEAU 9. 1: POIDS PROPRE DES ELEMENTS DE LA CULE ............................................................... 200
TABLEAU 9. 2: POIDS DU TABLIER SUR LA CULEE ................................................................................ 201
TABLEAU 9. 3: SURCHARGES ROUTIERES SUR UNE CULEE ................................................................ 202
TABLEAU 9. 4 : INVENTAIRE DES DIFFERENTES CHARGES ................................................................. 204
TABLEAU 9. 5 VALEURS DES CHARGES APPLIQUEES SUR SEMELLE .............................................. 205
TABLEAU 9. 6 : COMBINAISONS DES CHARGES A L’ELS APPLIQUEES SUR .................................... 205
TABLEAU 9. 7 COMBINAISONS DES CHARGES A L’ELU APPLIQUEES SUR SEMELLE ................... 206
TABLEAU 9. 8 : LES DIFFERENTS CAS DE CHARGES SONT TELS QUE REPRESENTES SUR LE
TABLEAU SUIVANT : ..................................................................................................................................... 206
TABLEAU 9. 9 COMBINAISONS DES CHARGES A L’ELS APPLIQUEES SOUS SEMELLE ................. 206
TABLEAU 9. 10 : COMBINAISONS DES CHARGES A L’ELS APPLIQUEES SOUS SEMELLE ............. 207
TABLEAU 9. 11 :ARMATURES DE FERRAILLAGE DE LA DALLE DE TRANSITION .......................... 211
TABLEAU 9. 12 : SOLLICITATIONS MAXIMALES DANS LE CHEVETRE DE LA CULEE ................... 216
TABLEAU 9. 13 : EXCENTREMENT TRANSVERSAL DES CHARGES .................................................... 217
TABLEAU 9. 14 :SOLLICITATIONS MAXIMALES DANS LE FUT DE LA CULEE ................................. 218
TABLEAU 9. 15 : VALEURS DES CONTRAINTES PAR LES ABAQUES DE FLEXION .......................... 219
Chapitre X
TABLEAU 10. 1: COEFFICIENT ET ............................................................................................... 220
TABLEAU 10. 2: COEFFICIENT K2 ................................................................................................................ 221
TABLEAU 10. 3: PRESSIONS LIMITES EQUIVALENTES .......................................................................... 223
TABLEAU 10. 4: VALEURS DE COEFFICIENT DE PORTANCE KP .......................................................... 223
TABLEAU 10. 5 : CLASSIFICATION DES SOLS........................................................................................... 223
TABLEAU 10. 6 : VALEURS DES CHARGES LIMITE DE CHAQUE APPUI ............................................. 224
TABLEAU 10. 7: FROTTEMENT LATERAL LIMITE ET SA CHARGE TOTALE...................................... 226
TABLEAU 10. 8 : LES CHARGES LIMITES ET DU FLUAGE ..................................................................... 226
TABLEAU 10. 9: COEFFICIENT D’ELASTICITE LONGITUDINALE ........................................................ 227
TABLEAU 10. 10: MODULE MOYEN DE REACTION DES DIFFERENTES COUCHES DES SOLS ....... 227
TABLEAU 10. 11: COEFFICIENTS D’ELASTICITE CROISES DES PIEUX ............................................... 228
TABLEAU 10. 12 : COEFFICIENTS D’ELASTICITE CROISES DES PIEUX .............................................. 228
TABLEAU 10. 13: EFFORTS ET DEFORMATIONS EN TETES DES PIEUX .............................................. 229
TABLEAU 10. 14 : LES SOLLICITATIONS APPLIQUEES SOUS SEMELLE ............................................. 230
TABLEAU 10. 15 : LES SOLLICITATIONS APPLIQUEES EN TETE DES PIIEUX ................................... 230
TABLEAU 10. 16: LES DEPLACEMENTS EN TETE DES PIIEUX .............................................................. 230
TABLEAU 10. 17: VERIFICATION DE TASSEMENT ET DE L’EFFORT NORMAL EN TETE DES
PIIEUX ............................................................................................................................................................... 231
TABLEAU 10. 18: CHARGES NORMALES EXTREMES POUR L’ELS ET L’ELU .................................... 231
TABLEAU 10. 19: VERIFICATION DES CHARGES NORMALES SELON ELU ET ELS .......................... 231
TABLEAU 10. 20: VERIFICATION DES CONTRAINTES DANS LE BETON POUR CHAQUE APPUI ... 232
TABLEAU 10. 21 : CALCUL DES ARMATURES TERANSVERSALES ...................................................... 233
TABLEAU 10. 22 : FERRAILLAGE DE LA SEMELLE DE LAISON ............................................................ 236
Introduction

Dans le cadre de la politique du renforcement et l’amélioration des routes


du Maroc, et afin d’assurer aux conducteur un confort et une sécurité
impeccable, la direction des routes et la circulation routière a prévu de
construire un ouvrage art sur oued Moulouya sur la route nationale RN2 au PK
485+000 dans le but du dédoublement du tronçon entre Nador et Ahfir.

Ainsi, le présent mémoire se propose d’étudier cet ouvrage d’art depuis sa


conception jusqu’à l’étude détaillée des différentes composantes du pont.

Le premier volet de ce mémoire, porte sur l’étude de définition englobant


la reconnaissance du site et l’étude hydrologique et hydraulique, visant à caler
l’ouvrage et déterminer sa longueur ainsi que le choix des variantes
envisageables pour l’ouvrage.

La deuxième partie met en relief une étude technico-économique des deux


variantes retenues à l’issue de l’étude de définition, pour ne garder qu’une seule
variante qu’on traitera dans la troisième partie, qui sera l’occasion propice pour
entamer l’étude détaillée de la variante finale et le dimensionnement des
différents éléments constituant l’ouvrage.
CHAPITRE I : ETUDE DE DEFINITION

1.1- Présentation du site


1.1.1- localisation du site

Le site de franchissement de l’oued de Moulouya se situe au PK 485+000 de la RN2


dans la pleine de Triffas, dans le tronçon entre Nador et Berkane. L’image ci-dessous
décrit la situation du pont :

Figure 1. 1 : Situation du projet

L’axe de l’ouvrage est projeté à l’aval de l’emplacement de l’ouvrage existant décalé


de 3m pour le dédoublement du tronçon Nador – Berkane de la RN2.
1.1.2- Topographie du site

Le niveau du terrain naturel de la zone se situe à la cote moyenne de 54 à 55 NGM.

Le lit de l’oued est assez encaissé et se situe à la côte moyenne de 41 à 44 NGM


environ, sa largeur total est de l’ordre de 135m.

1.1.3- Géologie du site

Le site fait partie de la plaine de Triffas, qui forme une dépression synclinale remplie
de sédiments néogènes et quaternaires. Les bordures de cette plaine sont :

 Au nord-ouest et à ouest : la chaine de Kebdana qui se présente comme une ride


anticlinale complexe fortement plissée accidentée et déversée au sud ; l’autochtone et de
cet avant-pays atlasique supporte des éléments d’affinité rifaine ; la série stratigraphique
comprend essentiellement du Jurassique recouvert en discordance par la transgression du
Miocère que surmonte une série charriée comprenant du Primaire du Trias et du Lias.

 Au sud : Le bombement anticlinal de massif des Beni-Snassène constitue la bordure


sud ; ce massif comprend des terrains primaires qui affleurent dans la partie le plus élevé,
auxquelles succèdent le Trias et le Lias qui forment tous autour une auréole bordée en
outre de plis qui complique sa structure.

 Au nord : la ride anticlinale des Ouled-Mansour est formée de Pliocène

1.1.4- Climatologie du site

La zone d’action de l’Agence du Bassin Hydraulique de la Moulouya est caractérisée


par un climat aride à semi-aride. La faiblesse des précipitations annuelles est due
essentiellement à deux phénomènes :

En basse altitude, il existe un écran terrestre constitué par les masses montagneuses de
la péninsule Ibérique, du Rif et du Moyen Atlas qui limite l’arrivée des perturbations
atlantiques vers l’oriental.

En haute altitude, il existe un second écran constitué par une dorsale de hautes
pressions à tendance stationnaire conditionnant des cyclogenèses différentes de part et
d’autre d’un axe sensiblement parallèle à celui de la vallée de la Moulouya.

La vallée de la Moulouya se trouve donc en marge de deux domaines météorologiques


distincts dont ils ne reçoivent que les résidus de pluies provenant des perturbations
océaniques et les pluies provenant du Sud Marocain (depuis la Mauritanie). A cela, il faut
ajouter les perturbations provenant du Nord ayant un régime proprement méditerranéen.

La faiblesse des précipitations masque cependant des excès pluviométriques au cours


d’averses rares mais pouvant se révéler dévastatrices. Les averses peuvent dépasser 200
mm en une journée près de la méditerranée. Egalement, une averse peut se généraliser à
une grande partie de l’aire de la zone d’action de l’Agence du Bassin Hydraulique comme
ce fût le cas des 26 et 27 Mai 1963 (100 mm sur près de 40.000 km2) provoquant ainsi des
crues généralisées sur l’oued Moulouya et ses affluents.

1.2- Etude hydrologiques


1.2.1- Données hydrologique

La Moulouya dessert une partie du Maroc oriental et se jette dans la Méditerranée près
de la ville de Saïdia, à Ras El Ma (province de Nador). L'embouchure s'étire
sur 2 700 hectares à 30 kilomètres de la ville de Berkane. Son bassin hydraulique est d'une
superficie totale de 74 000 km2 et sa fonction principale est de drainer les eaux du Rif
oriental et du Moyen Atlas à l'ouest ainsi que le Haut Atlas au sud.
L’hydrologie du bassin versant de la Moulouya a fait l’objet de plusieurs études
synthétiques. Les mesures systématiques de débit et de hauteur d’eau sont effectuées à
l’aide de plusieurs stations hydrométriques et sur de longues périodes (plus de 30 années
d’observation).

Pour notre projet, L’estimation des débits de crue de l’oued Moulouya au niveau de
son franchissement par la RN2 dédoublée (à l’aval du pont Hassan II existant) est effectuée
grâce à l’exploitation des données de la station de « SAF-SAF » située à proximité. Le
tableau ci-dessous décrit les débits maximaux annuels instantanés observés dans la station.

TABLEAU 1. 1: DEBITS ANNUELS MAXIMAUX OBSERVES DE LA STATION «SAF-SAF » (1)

Année Débit maxi (m3/s) Année Débit maxi (m3/s)


1969-1970 499 1985-1986 532
1970-1971 1340 1986-1987 1630
1971-1972 316 1987-1988 670
1972-1973 55 1988-1989 510
1973-1974 244 1989-1990 1380
1974-1975 2170 1990-1991 630
1975-1976 1980 1991-1992 470
1976-1977 280 1992-1993 1220
1977-1978 88 1993-1994 3400
1978-1979 55 1994-1995 997
1979-1980 389 1995-1996 752
1980-1981 14 1996-1997 72
1981-1982 6 1997-1998 165
1982-1983 6 1998-1999 128
1983-1984 90 1999-2000 11
1984-1985 20 2000-2001 2860
1.2.2- Calcul de débit de crue

Le calcul de débit de crue pour un temps de retour donné reste le but principal dans
l’étude hydrologique, car à l’aide de ce débit on peut déterminer le niveau d’eau dans
l’oued lors d’une crue et ainsi le niveau du pont. Le temps de retour dépend de l’ouvrage
d’art à réaliser ; pour le cas d’un pont, le temps de retour est estimé à 100 ans.

Pour le calcul du débit de crue, on trouve deux méthodes :

- Méthodes empiriques : Ce sont des méthodes faisant intervenir plusieurs variables,


expliquant la variation des débits maximums, à savoir : la surface du bassin versant, la
période de retour de crue, la pluviométrie. Dans la littérature, plusieurs formules ont été
élaborées. On peut citer :
 Méthodes de FULLER I ET II
 Méthodes de POSSENTI
 Méthodes de MAC-MATH I ET II
 Méthodes de HAZEN-LAZAREVIC

- Méthodes statistiques : Elles se basent sur l’analyse fréquentielle qui consiste à


étudier les événements passées (les débits maximums) afin de prédire les débits maximaux
pour des périodes de retour données : chercher une loi probabilistique qui ajuste le mieux
possible les données hydrologiques.
Dans la littérature, on trouve plusieurs lois probabilistiques :
 Loi GUMBEL
 Loi normale
 Loi log-normale
 Loi PEARSON III
 Loi exponentielle
 Loi GAMMA

Puisque l’on dispose des données statistiques annuelles des débits, on utilisera la
méthode statistique vu que la méthode empirique est moins précise et fiable que cette
dernière.

Avant d’entamer les calculs, la série d’observation utilisée est celle qui correspond à
un débit supérieur à 100m3/s.

Le calcul a été élaboré à l’aide du logiciel « HYFRAN » pour les différentes lois
citées ci-dessus :
 Loi GUMBEL

Figure 1. 2: calcul du débit centennal avec la loi de GUMBEL

Ainsi, on trouve : Q100 = 3842 m3/s

 Loi normale

Figure 1. 3: calcul du débit centennal avec la loi normal

Ainsi, on trouve : Q100 = 3114.5 m3/s


 Loi log-normale

Figure 1. 4: calcul du débit centennal avec la loi Log-normal

Ainsi, on trouve : Q100 = 5851.4 m3/s

 Loi PEARSON III

Figure 1. 5: calcul du débit centennal avec la loi de PEARSON III

Ainsi, on trouve : Q100 = 3936 m3/s


 Loi exponentielle

Figure 1. 6: calcul du débit centennal avec la loi exponentielle

Ainsi, on trouve : Q100 = 4415.5 m3/s

 Loi GAMMA

Figure 1. 7: calcul du débit centennal avec la loi GAMMA

Ainsi, on trouve : Q100 = 4143 m3/s


Pour le choix de la loi la plus adéquate aux données, on a effectué le test de visualité pour
estimer la qualité de l’ajustement et le test « chi 2 » avec lequel on détermine l’intervalle de
confiance pour les différentes lois.

Le test « chi 2 » a été élaboré par le même logiciel « HYFRAN » et le résultat est
résumé dans le tableau ci-dessous pour une période de retour de 100 ans.

TABLEAU 1. 2: RESULTAT DU TEST DU « CHI 2 »

Loi probabilité Débit (m3/s) Intervalle de confiance


GUMBEL 3842 [2369,2 ; 5314,09]
NORMALE 3114,5 [2379,61 ; 3849,46]
LOG-NORMALE 5851,4 [1512,09 ; 10190,8]
PEARSON III 3936 R
EXPONENTIELLE 4415,5 [2579,39 ; 6251,48]
GAMMA 4143 [1964,85 ; 6321,22]

Ainsi la loi la plus probable est la loi de GUMBEL, et le débit centennal retenu est
estimé à 3842 m3/s. Le graphe ci-dessous décrit la variation du débit de la crue en fonction
du temps de retour :

Figure 1. 8: Courbe du débit centennal en fonction de la probabilité non-dépassement


1.3- Etude hydraulique
Cette étude consiste à déterminer le niveau des plus hautes eaux (PHE) lors d’une crue
pour une période de retour donnée dans le but de conférer à la structure une ouverture et un
gabarit suffisants pour faire évacuer le débit de la crue de projet calculé dans l’étude
hydrologique.

Pour se faire, il faut définir la section transversale du lit de l’oued au section de


franchissement ainsi qu’ à l’amont et à l’aval de cette dernière, et ceci pour voir la
possibilité d’approximer la section à une forme simple (trapèze) afin de simplifier le calcul
de PHE, ce qui n’est pas le cas pour notre oued (voir la coupe ci-dessous), et aussi de
calculer la section mouillée et le périmètre mouillé pour un niveau d’eau donnée.

Figure 1. 9: Coupe transversale du lit de l’oued

Aussi, une étude granulométrique du lit et des berges de l’oued pour déterminer la
rugosité du sol influençant sur l’écoulement d’eau.

Le calcul de PHE s’effectue à l’aide d’une formule de résistance, la plus utilisée est
celle de Manning-Strickler dont la formule est :

Avec :
 Q : débit calculé en m3/s
 A : surface mouillée en (m2)
 Rh : rayon hydraulique en (m)
 I : pente du lit de l’Oued au droit de l’ouvrage (m/m). Dans notre cas I = 1%
 K : coefficient de Strickler représentant la rugosité globale de lit. Dans notre cas K= 25

Ainsi, on peut déterminer les PHE :


- Avec des itérations sur cette équation si la section transversale du l’oued peut être
approximée par une forme simple.
- A l’aide de la courbe de tarage, en déterminant les PHE pour chaque débit

Voici la courbe de tarage de notre projet :


Figure 1. 10: courbe du tarage

D’après la courbe de tarage et étant donné que le débit du projet est de 3842 m3/s on
trouve :
Cote PHE = 7.18m qui correspond à 48.20 NGM

Pour vérifier le résultat trouvé, on a utilisé un logiciel développé par la Direction des
Routes (DRCR). Cette application, se basant sur les données topographiques de la section
de l’oued et sur le débit du projet, calcule les PHE.
Le tableau suivant représente le niveau du terrain naturel de l’oued :

TABLEAU 1. 3: DONNEES TOPOGRAPHIQUE DU LIT DE L’OUED


N°point coté terrain(NGM) distance partielle(m)
1 51,56 -
2 50,2 3
3 48 4
4 45,41 5
5 44,4 16
6 44,4 12
7 44,45 10,5
8 44,34 19
9 43,99 13
10 41,02 17
11 41,39 17
12 43,48 8
13 44,96 10
14 49,31 10
15 50,59 5,5
16 50,99 4,5
Le résultat donné par le logiciel est comme suit :

Figure 1. 11: résultat de l’étude hydraulique avec le logiciel « Tmartopo »

Alors, le PHE calculé à l’aide du logiciel est égale à celle trouvé par la courbe de
tarage avec une différence négligeable.
Donc :
 coté PHE = 48.208 NGM
 vitesse d’écoulement : 6.567 m/s
 miroir : 135.392 m

1.4- Calage de l’ouvrage d’art


Le niveau de calage minimal de l’ouvrage se fait au niveau du PHE plus une revanche
variant de 1 à 2 m pour :
- Eviter d’avoir des corps flottants (troncs d’arbres par exemple) heurtant l’intrados du
tablier en cas de crue ;
- Avoir les appareils d’appuis (surtout ceux en élastomère fretté) en dehors des eaux.

Dans notre cas, le niveau de la ligne rouge est au-dessus du niveau du


calage )
Donc l’ouvrage devra être surélevé encore plus pour épouser la ligne rouge du tracé.
1.5- Choix des variantes
On présente ci dessous les différents types d’ouvrages ainsi que les principaux
avantages et inconvénients de chacun.

1.5.1- Pont en béton armé

Les différents types de pont en béton armé qui peuvent être utilisés sont :

1.5.1.1- Pont dalle en BA :


Les ponts-dalles sont constitués dans le sens longitudinal par une dalle pleine de béton
coulé en place, à inertie constante, à travée unique ou à plusieurs travées continues sur
appuis simples. Ce type des ponts a des portées économiques variant entre 15 et 18m.

Parmi les avantages des ponts-dalles:

 Minceur et légèreté relatives :


Possibilité fréquente d'accepter une fondation superficielle, et lorsque la fondation sur
pieux est inévitable, cette légèreté peut permettre une limitation du nombre ou de la
longueur des pieux.

 Construction rustique :
En raison de l'absence de retombées dans les ponts-dalles, leur coffrage et cintre sont
plus simples que pour les structures à poutres coulées en place. Ce gain est d'autant plus
significatif que la main d'œuvre est moins importante et pas nécessairement spécialisée.

 Liberté dans la conception des formes :


Enfin, les ponts-dalles, du fait qu'ils sont construits par coulage en place, s'adaptent à
toute difficulté d'implantation. Le projeteur est ainsi libre dans sa conception des formes
(ponts courbes, ponts en Y, tabliers comportant des élargissements).

 Esthétique et sécurité :
L’ouvrage présente une silhouette beaucoup plus légère et n'encombre pas la
perspective de la voie franchie. Ce qui peut contribuer à améliorer la sécurité par
l'augmentation de visibilité qu'il procure, particulièrement lorsque la voie franchie est
courbe.

Mais, il présente plusieurs inconvénients, on cite :

 Travées de faible portée :


Ce qui le rend non économique pour les grandes portées (cela nécessite un nombre
important de piles et donc des fondations très coûteuses).

 Coffrage :
Il pose toujours le problème d’encombrement des échafaudages et dans certains cas,
l’utilisation de ces derniers reste difficile voir même à éviter comme le cas de
franchissement d’un cours d’eau, franchissement d’une voie de circulation en exploitation
…)
 Utilisation importante des matériaux

1.5.1.2- Pont à Poutres en BA :

Il est caractérisé par des portées économiques variant de 15 à 30 m pour chaque travée.
Il présente les avantages suivants :

 La préfabrication :
Le principal avantage de ce type de structure est lié à son mode de construction qui
permet d'éviter le recours aux cintres s'appuyant sur le sol. On s'affranchit ainsi de
nombreuses contraintes liées à la brèche pour la réalisation du tablier (site accidenté,
réduction de gabarits, voies dont les contraintes d'exploitation sont fortes ...). Il permet
aussi d'envisager des formes de poutres assez élaborées, plus difficiles à coffrer, mais
permettant de faire travailler au mieux la matière. On peut également attendre de la
préfabrication une amélioration de la qualité des parements et des tolérances
dimensionnelles. Le recours à la préfabrication a également une incidence sur les délais
d'exécution de l'ouvrage, puisqu'il est possible de rendre indépendante la fabrication des
poutres du reste du chantier.

 Insensibilité aux déformations:


Un autre intérêt de ce type de structure provient de son fonctionnement isostatique qui
le rend pratiquement insensible aux déformations imposées, en particulier aux tassements
différentiels des appuis et aux effets d'un gradient thermique.

Cependant, il a des inconvénients qui sont :

 Les joints de chaussée :


Les différentes travées étaient reliées par des joints de chaussée assurant la continuité
de roulement. Le coût de ces joints (coût initial et coût d'entretien), ainsi que l'inconfort
ressenti par l'usager au passage de chaque joint. Aujourd'hui, cet inconvénient majeur a
disparu, grâce à l'attelage de travées par le hourdis permettant de rétablir une continuité de
roulement tout en limitant le nombre de joints.

 Conception limitée des formes :


Le tablier, constitué de poutres rectilignes, est naturellement bien adapté aux
franchissements rectilignes. En revanche, il ne s'adapte que plus difficilement aux
franchissements biais ou courbes.

 Esthétique :
Une autre critique peut être soulevée à propos de la qualité architecturale de ce type de
tablier. Chaque appui reçoit deux lignes d'appuis de travées adjacentes, ce qui nécessite
une largeur de sommier d'appui importante qui peut nuire à l'aspect esthétique.
1.5.2- Pont arc et à Béquilles Obliques :

Pour ces ouvrages dont la structure porteuse fonctionne essentiellement en


compression, les réactions d’appui sont inclinées ; la composante horizontale de la réaction
s’appelle la poussée. Les arcs sont, avec les ponts à béquilles, les structures les mieux
adaptées au franchissement de vallées encaissées ou de gorges profondes, si elles peuvent
prendre appui sur un rocher résistant.

1.5.3- Pont en béton précontraint

Les divers types de pont en béton précontraint qui peuvent être utilisés sont les
suivantes:

1.5.3.1- Pont dalle en BP :


Ce type de tablier présente les mêmes avantages que le pont dalle en béton armé mais
avec un meilleur élancement (une portée variant de 22m à 25m) et une consommation en
aciers passifs plus faible que ce dernier (La précontrainte longitudinale intervient, par son
effort normal et ses poussées à vide, dans le sens d'une réduction des efforts dans la
structure). Cependant, les moments hyperstatiques développés par le câblage de la
précontrainte filante augmentent son effet dans les zones d'appuis, où les moments
atteignent leurs valeurs les plus élevées.

1.5.3.2- Pont à Poutres en BP :


Comme pour les ponts à poutres en BA, on distingue les ponts à poutres en BP à
travées indépendantes et ceux à travées continues.

 Pont à poutres en BP par pré-tension(PRAD):


Il présente les avantages suivants :

- La suppression des joints entre les travées ce qui représente un confort pour l'usager.
- La possibilité d'avoir des portées plus importantes, et par conséquent une réduction du
nombre d'appuis souvent très coûteux.

Cependant, ce type de pont comprend des inconvénients suivants :

- Pas de possibilité de les préfabriquer sur chantier (car il faut assurer la continuité du
câble le long des poutres)
- Les moments hyperstatiques développés par le câblage dans les zones d'appuis peut
entrainer l’instabilité des piles (surtout si la hauteur de ces derniers est importante).

 Pont à poutres en BP par post-tension(VIPP):

Les poutres sont le plus souvent parallèles et équidistantes. Elles sont réalisées pour
avoir un bon rendement mécanique qui permet à la structure de bien se placer dans la
gamme des portées moyennes, à savoir d'une trentaine à une cinquantaine de mètres.
Cependant , il a deux inconvénients majeurs : l’incertitude des déformations différées des
poutres par fluage du béton et relaxation des armatures de précontrainte , et la nécessité
d’un matériel de mise en place des poutres très coûteux qui peut être utilisé de façon
économique pour un nombre suffisant de poutres (minimum 12). A part cela, il partage les
mêmes avantages et inconvénients des ponts à poutres en BA.

 Pont en caisson par poussage :

Le principe de la construction par poussage se base sur la réalisation du tablier à


proximité de la brèche et ensuite sur son déplacement vers son emplacement définitif par
poussage. Cette technique est limitée aux ouvrages dont le tablier est de hauteur constante
avec une gamme de portées comprise entre 35 à 70m.

Les avantages de ce type de tablier sont :


- La rapidité d’exécution
- La répétitivité des opérations procurant ainsi des gains de coût et de qualité (opérations
au sol pratiquement en poste fixe avec l’utilisation d’un matériel de poussage robuste et
léger)
- La suppression des cintres et échafaudages.

Alors que ses inconvénients sont énumérés ci-dessous :

- Nécessite de disposer d'une zone de longueur suffisante pour permettre la construction


des différents éléments.
- Mise en œuvre d’un précontraint provisoire important qui pénalise le procédé sur le
plan économique.

 Pont à poutres caissons construit par encorbellement successif :

La construction par encorbellements successifs, qui consiste à exécuter un ouvrage


élément par élément, sans contact avec le sol. Ce mode de construction consiste à exécuter
l'essentiel du tablier d'un pont sans cintre ni échafaudages au sol, en opérant par tronçons
successifs dénommés voussoirs, chacun de ces éléments étant construit en encorbellement
par rapport à celui qui le précède. Après exécution d'un voussoir, les câbles de
précontrainte qui aboutissent à ses extrémités sont mis en tension, ce qui permet de les
plaquer contre les voussoirs précédents et de constituer ainsi une console autoporteuse
pouvant servir d'appui pour la suite des opérations. Le domaine d'emploi privilégié des
ponts à tablier en caisson en béton précontraint construits par encorbellements successifs
est celui des portées comprises entre 80 et 150 m, mais cette technique peut être employée
sans problèmes majeurs jusqu'à 200 m, pour des largeurs courantes. Au-delà de cette
dernière valeur, les quantités de matière augmentent rapidement, ce qui limite la
compétitivité de la méthode.

La construction par encorbellements successifs présente de nombreux avantages :

- La suppression des cintres et échafaudages, ce qui permet de construire des ouvrages


au dessus de rivières à fortes crues ou au-dessus de vallées très accidentées ou très
profondes.
- Réduction et meilleure utilisation des coffrages limités à la longueur d'un voussoir.
- Augmentation du rendement de la main d’œuvre, dû à la mécanisation des taches à
l'intérieur d'un cycle répétitif.
- Rapidité de construction dans le cas d'ouvrages à voussoirs préfabriqué dont la vitesse
d'avancement atteint une dizaine de mètres de tablier par jour.

La construction par encorbellements successifs présente aussi quelques inconvénients :


- Les ouvrages construits par cette méthode sont lourds, ce qui conduit à des appuis et
des fondations importantes. Bien évidemment, ceci pénalise la méthode, en particulier
lorsque les terrains de fondations sont médiocres ou lorsqu'on est en zone sismique.
- Sur le plan esthétique, les ponts construits par encorbellements successifs sont des
ouvrages dont le tablier est assez épais, ce qui peut poser des problèmes dans certains sites.
Le découpage en petits éléments et la multiplicité des phases de bétonnage qui en résulte
favorisent aussi les différences de teinte entre deux voussoirs successifs.

1.5.4- Les Ponts métalliques :

Le choix des ponts métalliques ou mixtes est de plus en plus fréquent, vue la pluralité
de leurs avantages, à savoir :

- La légèreté de la structure.
- Une économie à la construction des appuis et des fondations, supportant une structure
à poids propre moins élevé.
- Une multiplicité des conceptions architecturales.

Néanmoins, cette solution connait aussi des inconvénients :

- La nécessité d’une main-d’œuvre qualifiée et spécialisée


- La nécessité d’un entretien régulier et coûteux pour palier au problème de la corrosion
- Le prix élevé de l’acier.

1.6- Les variantes retenues


Après avoir étaler les avantages et les inconvénients des différentes types des ponts
succeptibles d’être utiliser dans notre projet, on va procéder par élémination des variantes
qui paraissent les moins probables d’être accepter jusqu’à ce qu’il reste quelques variantes
qui sont les plus plausibles d’être conçu :

- Il est évident que la solution d’un pont haubané ou suspendu est à rejeter car ces types
sont plus utilisés pour un franchissement d’une portée très importante ( >150m) ce qui
n’est pas le cas de notre oued ( portée = 144m) et aussi les prix des cables utilisés ainsi que
la comsommation excessive du béton et la nécessité d’une main d’œuvre spécialisée rend
le cout du projet très élevé.
- Les ponts dalles en béton armée (PSI DA) ou en précontraint (PSI DP) sont aussi à
éléminer vu qu’ils ont des portée des travées un peu faible (PSI DA : entre 15m à 18m, PSI
DA : entre 22m à 25m) ce qui necessite l’utilisation de plus de piles ainsi augmenter
considérablement le cout du projet.
- Pour les ponts à poutres en béton précontraint, il est préférable d’utiliser les ponts de
type VIPP plutôt que les ponts de type PRAD car la portée du premier est plus importante
(de 30 à 50m) que celle du deuxième (de 15 à 25m). Aussi, la possibilité de fabrication des
poutres sur chantier pour les VIPP rend le cout du projet moins cher que celui du PRAD.
- Malgré que les ponts en arc ou à béquilles permettent d’obtenir des travées de grande
portée, la médiocrité de la qualité du sol rend cette variante inconcevable.
- Vu leur portée importante, les ponts à poutres caissons construits par encorbellements
successifs ou les dalles en caissons seraient des variantes à retenir. Cependant, la nécessité
d’utilisation des câbles de précontrainte provisoires et l’obligation d’avoir un bon sol (vu
leur poids propre) rend ce choix inconcevable.
- Les ponts métalliques et mixtes pourrait être une variante interessante pour notre
projet vu que les portées admissibles sont importantes, mais le prix élevé des profilés en
acier ainsi que le milieu de franchissement très agressive (oued Moulouya) rend le projet
trop couteux lors de la construction et lors de l’exploitation (necessité d’entretien).

Ainsi, les variantes choisies pour l’étude d’avant projet sont :

 Pont à poutre précontrainte indépendante (VIPP) : 4 travées de 36m


 Pont à poutre en béton armée (PSI PA) : 5 travées de 30m
CHAPITRE II :ETUDE AVANT-PROJET

2.1- Etude géotechnique


2.1.1- Campagne de reconnaissance :

La campagne de reconnaissance réalisée a consisté en l’exécution de :

 5 sondages carottés d’une profondeur de 40 m chacun.


 5 sondages pressiometriques d’une profondeur de 40 m chacun
 4 tranchées à la pelle mécanique dans le lit de l’oued de 5m

Le plan d’implantation de ces sondages et les coupes lithologiques établies avec les
carottes extraites sont illustrées sur les graphiques présentés en Annexe.

2.1.2- Essais élaborées :


 Essais in situ

Au droit de tous les sondages réalisés, des essais pressiométriques ont été réalisés dans
des passes préalablement forées au tricône. Au total 130 essais ont été réussis.les résultats
obtenus sont récapitulés dans le tableau ci-après :

TABLEAU 2 . 1: RESULTAT DES ESSAIS IN SITU

module
pression de fluage Pf pression limite Pl
Formation pressiometrique Em Em/Pl
(MPa) (MPa)
(MPa)
0,45 à 0,72 0,77 à 1,22 6,12 à 15,4 8 à 16 (moyenne
Sable limono-silteux beige
(moyenne = 0,55) (moyenne = 0,96) (moyenne = 10,2) = 12)
graves alluvionnaires 1,1 à 1,76 1,87 à 2,99 19,3 à 41 9 à 16 (moyenne
sableuses (moyenne = 1,34) (moyenne = 2,29) (moyenne = 27) = 13)
graves sablo-marneuses
compactes à
1,2 à 4,56 2,04 à 7,75 38,8 à 345,2 15 à 49
conglomératiques à
(moyenne = 2,69) (moyenne = 4,56) (moyenne = 93,8) (moyenne = 26)
passages sableuses
consolidés

 Essais de laboratoire

Les terrains rencontrés sont essentiellement des sols meules, et pour bien cerner leurs
caractéristiques géotechniques, nous avons réalisé des prélèvements sur 10 échantillons de
sols pour les aux essais de laboratoire.

Dur tous ces échantillons, il a été réalisé systématiquement les esais d’identifications
suivantes :

 Analyse granulométrique.
 Mesure de l’indice de plasticité
 Mesure de la teneur en eau naturelle
 Mesure de la densité apparente

Par ailleurs, il a été effectué 2 essais de cisaillement rectiligne consolidé lent pour
la détermination des caractéristiques mécaniques apparentes et inter-granulaires de ces
sols, et 2 essais œdométriques classiques pour déterminer la compressibilité et le
gonflement des sols.

Les résultats de ses essais sont récapitulés dans les tableaux à l’annexe.

2.1.3- Interprétation des résultats de la campagne géotechnique


 Lithologie

Les coupes des sondages réalisés, mettent en évidence la lithologie suivante :

Formation de couverture : qui se compose de :

 Sables limoneux rencontrés en surface, sur une épaisseur de 3 à 6 m


 Alluvions d’oued à éléments d’origine calcaire, hétérométriques noyés dans une matrice de
sable propre. Son épaisseur allant de 3 à 7 m

L’épaisseur totale de cette couche varie de 7 à 10.5 m

Formation intérieur très épaisse constituée de graves sablo-marneuses assez


cimentées à passages conglomératiques durs et comportant parfois des lentilles de sables
consolidés.

 Caractéristiques géotechniques

Alluvions d’oued

 C’est une grave propre à peu limoneuse non plastique, de classe Gm-GL, caractérisée par
un diamètre moyen de d50 = 20 mm.
 Les caractéristiques préssiométriques sont peu variables, avec :

Il s’agit ainsi que des graves moyennement compactes de classe conventionnelle B.

Sables limoneux

Il s’agit d’un sol à caractère sableux non à peu plastique, de classe Ap, Lp ou SA
(Argile et limon peu plastique, ou sable argileux), caractérisé par un pourcentage de fines
(< 0.08 mm) allant de 40.7 à 97.8% pour une fraction sableuse comprise entre 2.2 et 59.3%

Son état en place est marqué par une densité sèche moyenne (1.65 à 1.69 T/m 3)
pour un degré de saturation variant de 31 à 51%

A l’aide des essais de cisaillement direct réalisés sur ce sol, on trouve les résultats
suivants :
Les caractéristiques pressiométriques de ce sol sont assez homogènes et leurs
valeurs sont :

Graves compactes à conglomératiques

Les caractéristiques préssiométriques obtenues sur ce terrain sont très hétérogènes


et correspondent parfois (cas des conglomérats) à des terrains rocheux très résistants

Les faibles valeurs se rapportent à des horizons de graves meubles moyennant à très
compactes.

2.2- Etude de l’affouillement :


L’affouillement est un phénomène qui désigne les entonnoirs qui se creusent dans le
sol sous l’effet des mouvements turbulents de l’eau et il demeure parmi les actions
d'origine naturelle les plus mal connues et les plus dangereuses vis-à-vis de la stabilité des
appuis.
En effet, le départ de matériaux entraîne un abaissement graduel du lit, mettant en péril,
par les fondations, la stabilité de l'ouvrage. Ainsi tout projeteur doit en tenir compte en
situant le niveau des fondations sous la profondeur maximale de l'affouillement.

2.2.1- L’affouillement général

L'affouillement général est une mise en suspension du sol du fond du cours d'eau
avec emportement et apport éventuel du sol.
Il existe plusieurs formules permettant d'estimer la profondeur d'affouillement général dont
les plus importantes sont:

 Formule de LPEE :

Avec :
Q : débit centennal
L : largeur de l’oued au niveau des PHE
d50 : diamètre moyen des grains du sol du lit de l’Oued
Hw : hauteur de la lame d’eau
a- Formule de Levi :

Avec :
Q : débit centennal
L : largeur de l’oued au niveau des PHE
d50 : diamètre moyen des grains du sol du lit de l’Oued
Hw : hauteur de la lame d’eau

 Formule d’EDF :

Avec :
Q : débit centennal
L : largeur de l’oued au niveau des PHE
d50 : diamètre moyen des grains du sol du lit de l’Oued
Hw : hauteur de la lame d’eau

 Formule de Laras :

Avec :
B : largeur de miroir en cas de la crue de projet
Hw : hauteur de la lame d’eau

 Formule de Durand Condolios :

Avec :
Q : débit centennal
L : largeur de l’oued au niveau du PHE
d50 : diamètre moyen des grains du sol du lit de l’Oued
Hw : hauteur de la lame d’eau

 Formule de LACY :

Avec :
Q : débit centennal
Ds : débouché superficiel
Dl : largeur de l’oued au niveau du PHE

 Formule de Dunn :

Avec :
Q : débit centennal
L : largeur de l’oued au niveau du PHE
d50 : diamètre moyen des grains du sol du lit de l’Oued

Les résultats trouvés pour l’affouillement général avec chaque méthode sont résumés
dans le tableau ci-dessous :

TABLEAU 2. 2: L’AFFOUILLEMENT GENERAL


Méthode L.P.E.E 7,33
Méthode de Levi 5,77
Méthode EDF 8,7
Méthode Larras 4,42
Méthode Durand-Condolios 2,56
Méthode LACY 5,05
Méthode Dunn 9,37

Ainsi la valeur retenue de l’affouillement général est la moyenne arithmétique des


valeurs trouvées avec les méthodes précédentes et sa valeur est :

2.2.2- L’affouillement dû au rétrécissement du lit de l’oued

L’affouillement dû au rétrécissement du lit de l’oued est dû à la contraction de la


section d’écoulement par l’ouvrage et ses remblais d’accès entraînant un
approfondissement du lit de l’oued
Dans notre cas, aucune contraction de la section de l’écoulement n’a été prévue, par
conséquent la valeur de l’affouillement dû au rétrécissement sera prise comme étant nulle.

2.2.3- L’affouillement local autour des piles

L’affouillement local est dû à la présence d’obstacles dans le lit qui provoquent des
déviations horizontales des filets d’eau engendrant des composantes verticales des vitesses
et des mouvements tourbillonnaires. Il se traduit par un creusement plus marqué à l’amont
qu’à l’aval avec dépôt au-delà du creusement aval. Son intensité dépend de :
 La vitesse de l’eau
 La forme des piles et leur disposition par rapport à la direction du courant
 La nature du sol
Il existe plusieurs formules permettant d’estimer la profondeur d’affouillement local, parmi
eux :

 Laras :

Avec :
L : largeur de la pile sur un plan perpendiculaire à l’écoulement estimé à 1.5 m
K : coefficient dépendant de la forme de la pile, de son allongement et de son orientation,
le tableau ci-dessous représente les valeurs de K correspondant à chaque type de pile :

TABLEAU 2. 3: COEFFICIENT POUR LA METHODE DE LARAS


Circulaire Rectangulaire Rectangulaire chanfreiné Ogivale Oblongue
K 1 1.3 1.01 0.92 1

Pour notre cas, on a choisi la forme circulaire pour toutes les piles et les culées, donc K = 1

Ainsi :

 Dunn :

Avec :
V : vitesse moyenne du courant (V = 5.567m/s)
D : diamètre des piles (D = 1.5 m)
Ainsi :

 Bernsers :

Avec :
D : diamètre des piles (D = 1.5 m)

Ainsi :

Alors, la valeur retenue est la moyenne arithmétique des différentes valeurs calculées à
l’aide des formules citées auparavant, et ainsi on trouve :

2.2.4- Affouillement total

Compte tenu des affouillements calculés auparavant, on déterminera les valeurs


d’affouillement à considérer pour chaque élément d’appui.

L’affouillement considéré pour les piles sera la somme de la valeur de l’affouillement


général, l’affouillement autour des piles et affouillement dû au rétrécissement du lit de
l’oued. Tandis que l’affouillement général et affouillement dû au rétrécissement du lit de
l’oued sont les seuls à considérer dans le cas des culées d’où les valeurs suivantes de
profondeur du sol affouillable :

Ainsi l’affouillement totales pour les différents appuis est :

- Pour les piles :


- Pour les culées :
2.2.5- Dimensionnement des enrochements

Les enrochements sont réalisés dans le but de protéger les piles et les remblais des
culées contre les effets d’affouillement et d’érosion. Pour ce faire on a utilise la formule
d’Isbach.

Formule D’Isbach

Avec :

D : Diamètre des enrochements

ρω : Poids volumique de l’eau = 1000 kg/m3

ρs : poids volumique des blocs =2600 kg /m3

V : la vitesse de l’écoulement =6.567 m /s

D’où : D = 0 .9434m

Le poids de l’enrochement P :

Le calibre de l’enrochement doit être compris entre P/2 et 2P

Ainsi

2.3- Pré dimensionnement des éléments du pont


Dans cette partie, on va pré-dimensionner les éléments du pont à savoir : le tablier, les
piles, les culées, les fondations… afin de trancher définitivement sur la variante avec
laquelle on va concevoir le pont.

2.3.1- Dimensionnement du tablier :

Le tablier est une plate-forme horizontale sur lequel les véhicules traversent le
franchissement et qui constitue le plancher du pont. La conception du tablier diffère d’un
type de pont à un autre.

Ainsi, on doit prédimensionner les tabliers de toutes les variantes choisis dans le
chapitre précédent
2.3.1.1- Pont à poutre précontrainte indépendante (VIPP)

Pour le pré-dimensionnement du tablier de ce type, le document SETRA- Guide de


conception- pour les VIPP définit les dimensions utilisées pour tous les éléments du
tablier :

 Les poutres principales:

La géométrie des poutres est relativement élaborée pour obtenir des bonnes
caractéristiques mécaniques. En effet, les poutres comportent une table de compression
constituant la fibre supérieure et un large talon, constituant la fibre inférieure. Ces deux
éléments sont reliés par une âme de faible épaisseur.

Ainsi, le document SETRA propose les dimensions suivantes pour avoir une bonne
mise en œuvre du béton et avoir les caractéristiques mécaniques optimales

TABLEAU 2 . 4 : PRE-DIMENSIONNEMENT DE LA POUTRE VIPP


Elancement du tablier

Hauteur de la poutre Htablier - Hhourdis Si hourdis est général


Htablier Si hourdis est intermédiaire
Epaisseur de l’âme 40 cm Si coffrage en bois (vibration interne)
20 cm à 22 cm Si coffrage métallique (vibration externe)
Table de largeur 60% hauteur de la poutre au minimum
compression épaisseur 10 cm Si hourdis est général
Epaisseur hourdis Si hourdis est intermédiaire
Pente face
inférieur
Gousset entre âme et table de Forme triangulaire
compression
Talon largeur

Avec 1100<K<1300
l : largeur du tablier
L : portée de la travée
ht : hauteur du tablier
Partie vertical 0.1 à 0.2 m
Pan incliné Tan (α) = 1 à 1.5
Longueur d’about 0.5 m

Remarque :
- Le minimum de l’épaisseur de l’âme doit également respecter les dispositions
réglementaires prescrites par le BPEL.
- Au voisinage des appuis, les âmes sont dimensionnées pour résister à l'effort tranchant, ce
qui conduit généralement à réaliser un épaississement d'âme, appelé blochet, sur une
longueur qui peut atteindre le quart de la portée et qui atteint 40 cm au voisinage des
appuis.
Figure 2. 1 : épaississement de l’àme da la poutre

épaississement de l’àme de la poutre


- l'épaisseur de la table à la jonction avec le gousset d'âme est majorée d'environ 5 cm par
rapport à l'épaisseur d'extrémité.
- les talons rectangulaires sont exclus.

Le nombre de poutres dépend essentiellement de la largeur du tablier et de la position


des poutres de rive.
Il est recommandé de positionner les poutres de rive le plus près des bords libres du
tablier pour éviter de couler une partie du hourdis en encorbellement. Et aussi, il faut éviter
que l’axe des descentes d’eau soit confondu avec l’axe de la poutre.
L'espacement des poutres est voisin de 3,00 mètres et varie dans la pratique entre 2,50
et 3,50 mètres, exceptionnellement 4,00 mètres.

 Les entretoises

Les entretoises ont le rôle de répartir les charges entre les poutres et de les encastrer à
la torsion sur appuis. Aussi, leur rôle est indispensable pour le vérinage du tablier, rendu
nécessaire pour le changement des appareils d'appuis. Enfin, les entretoises sur culées sont
indispensables pour assurer une bonne tenue des joints de chaussée d'extrémité.

Pour vérifier les conditions de résistances et avoir une bonne mise en œuvre, le
document SETRA donne les dimensions suivantes résumées dans le tableau suivant :

TABLEAU 2. 5: PRE-DIMENSIONNEMENT DE L’ENTRETOISE


Epaisseur 25 cm à 40 cm
entretoise
hauteur Hpoutre – 65cm

Remarque : Lorsque l'ouvrage est mécaniquement biais, les entretoises sont disposées
suivant le biais et non perpendiculairement aux poutres.
 Les hourdis

Le rôle du hourdis est multiple. En premier lieu, il assure la continuité de surface du


tablier, et permet donc de relier les éléments de la poutraison (poutres proprement dites et
entretoises). Il fait par ailleurs office de table de compression de poutres et reçoit
l'étanchéité ainsi que le revêtement de chaussée.
La liaison par le hourdis peut être réalisée de deux façons :
- par un hourdis intermédiaire coulé entre les poutres, dans le prolongement des tables de
compression.
- ou par un hourdis général coulé par-dessus les poutres.

Pour le coffrage des hourdis, on utilise des coffrages perdus c'est-à-dire des coffrages
non démontables et il existe deux types qui sont les plus utilisés :
- Coffrages perdus en fibre-ciment : il est caractérisé par une faible épaisseur ce qui diminue
le poids mort. Cependant, sa portée maximale est petite ce qui rend l’élargissement de la
table de compression de la poutre nécessaire augmentant ainsi le poids propre de la poutre.
- Prédalles en béton armé : son avantage principal est sa portée qui peut atteindre 4 mètres.
Cependant, son épaisseur est très grand ce qui augmente le poids mort et diminue l’épaisseur du
hourdis.

Le tableau suivant décrit les dimensions les plus utilisées pour les hourdis et aussi pour
le coffrage perdu (prédalle)

TABLEAU 2 . 6: PRE-DIMENSIONNEMENT DE L’HOURDIS


Epaisseur hourdis 0.16 m pour e < 2.75 m
0.18 m pour 2.75 m < e < 3.5 m
0.20 m pour e > 3.5 m
Avec : e espacement entre les poutres
Epaisseur coffrage Fibre ciment 2.5 cm pour une portée de 0.9 m
perdus Predalle BA Minimum 6 cm pour portée entre 0.6 m à 1 m

Pour notre cas, et d’après les données citées auparavant, nous avons choisi les valeurs
présentées sur le tableau suivant :

TABLEAU 2 . 7: DIMENSION DE LA POUTRE VIPP

poutre Portée 36 m (4 travées indépendants)


Hauteur 1.90 m
Epaisseur 22 cm atteignant jusqu’à 40cm aux appuis
Espacement entre poutre 2.8 m
Table de largeur 1.6 m
compression épaisseur 10 cm
Pente face
inférieur
Gousset entre âme et table de Forme triangulaire
compression
Talon largeur 0.7 m
Partie vertical 0.2 m
Pan incliné Tan (α) = 1.5
Longueur d’about 0.5 m
entretoise Epaisseur 40 cm
Hauteur 1.40 m
Hourdis Epaisseur 20 cm
Prédalle en BA Epaisseur 6 cm

Figure 2. 2: coupe transversale du tablier VIPP

2.3.1.2- Pont à poutre en béton armée (PPBA)

Le raisonnement de pré-dimensionnement d’une poutre en béton armé est presque la


même que celle en béton précontraint avec une légère différence. Ainsi, on va résumer
toutes les dimensions du tablier en béton armé dans le tableau suivant :

TABLEAU 2 . 8: PRE-DIMENSIONNEMENT DE LA POUTRE BA


Poutres

Elancement (h/L) 1/15 pour une travée indépendante, 1/20 pour des travées continues

Entraxe 2.50m à 4.00m


constante =40cm pur L≤20 m variable de 25cm en travée à 40cm sur
Epaisseur des âmes
appuis pour L>20
Table de compression Largeur supérieur à1.00m
Talon Hauteur 0.25m, largeur entre 0.5 et 0.6m
Hourdis
Entre 16 cm et 20 cm selon l’espacement des poutres. Généralement
Epaisseur
18cm
Entretoises
Hauteur Hauteur des poutres – (épaisseur des talons ou 15 à 20cm)
Epaisseur Entre 20 et 40 cm. Généralement 40cm.
Ainsi, on va opter pour les dimensions suivant :

TABLEAU 2. 9: DIMENSION DU TABLIER DU PPBA


portée 28 m (5 travées indépendants)
Hauteur 1.70 m
Epaisseur 25 cm atteignant jusqu’à 40cm aux appuis
Espacement entre poutre 2.8 m
largeur 1.60 m
Table de épaisseur 10 cm
compression Pente face
poutre
inférieur
Gousset entre âme et table de Forme triangulaire
compression
largeur 0.6 m
Talon Partie vertical 0.25 m
Pan incliné Tan (α) = 1.5
Longueur d’about 0.5 m
Epaisseur 40 cm
entretoise
hauteur 1.45 m
Hourdis Epaisseur 20 cm

Figure 2. 3 : coupe transversale du tablier PPBA

2.3.2- Dimensionnement des appareils d’appui

C’est un dispositif placé entre le tablier et les appuis et ceci pour :

- Transmettre les actions verticales dues à la charge permanente et aux charges routières.
- Permettre les mouvements de rotations (effet des charges routières et déformations
différées du béton)
- Certains appareils d’appui peuvent, le cas échéant, tenir compte des actions sismiques.
Pour chaque pile, on mettra deux lignes de quatre appareils d’appuis en élastomère
fretté CIPEC de type B, sous le talon de chaque poutre, quant aux culées on va disposer
une seule ligne de quatre appareils d’appuis.

La distance entre les appareils d’appui est de 2.8 m qui est égale à l’entraxe entre
poutres.

2.3.3- Dimensionnement des piles


2.3.3.1- Généralité :

Les piles ont pour rôle de transmettre les efforts transmis par le tablier au sol de
fondation. Elles se distinguent des culées par le fait que :

- elles sont à l’air libre sur la plus grande hauteur ;


- elles ne transmettent pas de réactions horizontales importantes.

La conception des piles est conditionnée par les paramètres suivants :

- la hauteur de la brèche à franchir ;


- le type du tablier et l’importance des efforts transmis ;
- le mode de liaison ;
- les problèmes d’implantation au sol (biais) ;
- les critères d’esthétique.

Ainsi, il existe plusieurs types de piles, on cite parmi eux :

 Les piles voiles : C’est la transposition en béton armé des anciennes piles en maçonnerie.
Elles sont souvent utilisées pour les passages supérieurs d’autoroute. Elles sont minces
(50m d’épaisseur) et proportionnelles à l’épaisseur du tablier qu’elles supportent. Elles ont
l’avantage d’engendrer un faible encombrement transversal et sont utilisées pour des
hauteurs limitées à 15m. Elles peuvent être utilisées pour les franchissements hydrauliques
en ajoutant des avant becs. L’épaisseur est alors de 1,00m. Il est possible d’adopter une
conception avec deux ou plusieurs voiles pour alléger la pile. Aussi, elles sont utilisées
pour les ponts dont la largeur du tablier est importante et dans le cas d’un chargement
modéré.

 Les palées : C’est une succession de colonnes reliées en tête par un chevêtre. Les
colonnes peuvent être le simple prolongement des pieux (radiers semi-submersibles). Elles
s’appuient sur une semelle éventuellement raidie. Il est recommandé de prévoir une
colonne sous chaque appareil d’appui pour optimiser l’épaisseur du chevêtre.

 Les piles en caisson : Elles sont utilisées pour les piles de grande hauteur pour assurer plus
de rigidité vis-à-vis des efforts horizontaux. Elles doivent être vérifiées au flambement.
Elles sont réalisées par un coffrage grimpant. L’épaisseur minimale est de 30cm. Elle est
en général comprise entre 30 et 60cm. La pile est coiffée par un chevêtre important de 1 à
1,50m.
 Les piles marteaux : Elles sont utilisées en site urbain, lorsqu’on a très peu d’espace ou
en site aquatique pour limiter la perturbation des écoulements. Cette conception est,
également, intéressante pour les franchissements géométriquement biais en conservant
l’ouvrage mécaniquement droit. Elle est formée d’une colonne soumise à d’importants
moments de flexion transversaux et longitudinaux, et d’un chevêtre soumis à d’importants
efforts de flexion et d’efforts tranchants.

Vu que l’ouvrage de franchissement est sur un site aquatique et la hauteur du pont est
important (environ 18 m affouillement inclus), il est préférable d’utiliser les piles
marteaux.

2.3.3.2- Dimensionnement

Le dimensionnement des piles s’effectue comme suit :

 Les chevêtres
Il doit être dimensionné de façon à donner au tablier une assise appropriée en fonction
du type de ce dernier et à permettre l’implantation des appareils d’appui et des niches à
vérins.
Il est soumis aux sollicitations suivantes :
- Flexion verticale due au poids propre et aux réactions d’appui du tablier ;
- Flexion horizontale due aux variations linéaires du tablier et à l’action du freinage sur ce
dernier
- Effort tranchant du aux actions précédentes ;
- Torsion due aux actions horizontales et aux réactions des surcharges excentrées.

Pour les chevêtres des deux variantes étudiées on optera pour le prédimensionnement
suivant :

 Longueur (dimension parallèle à l’axe longitudinal du tablier) : dépend de la


dimension des colonnes, de la zone d’about et de l’espacement entre les travées.
 Largeur (dimension perpendiculaire à l’axe longitudinal du tablier) : dépend des
dimensions des colonnes, de la largeur du tablier et des espacements entre le bord des
appareils d’appui et le bord du chevêtre.
 Hauteur : sa hauteur doit être supérieure 0,80 m.

Pour notre cas, les dimensions du chevêtre sera le même pour les deux variantes car ils
sont du même type (pont à poutre) et elles sont présentées dans le tableau suivent :

TABLEAU 2 . 10: DIMENSION DU CHEVETRE

Largeur du chevêtre 2m
Longueur du chevêtre 10 m
Hauteur du chevêtre 1 m atteignant 2m au voisinage du fût
Figure 2. 4: vue longitudinale du chevêtre

 Fûts des piles


Trois critères essentiels conditionnent le dimensionnement des fûts :

- la résistance mécanique
- la robustesse
- l’esthétique

Leur dimensionnement dépend, également, des actions transmises aux piles (appui
simple : effort horizontal et vertical, encastrement : moment), des chocs auxquels ils seront
soumis (plus les chocs sont importants plus les fûts doivent être plus massifs)

Il s’agit de pièces soumises à la flexion composée parfois déviée. Lorsque la hauteur est
importante, il faut tenir compte des problèmes d’instabilité élastique (flambement).

Selon SETRA PP73, un diamètre de 2m pour le fût convient pour des hauteurs
maximales de 25m.

Pour notre projet, on a opté pour un diamètre de 1.8m pour les deux variantes vu la
hauteur importante de la pile qui peut dépasser 18m et la vitesse d’écoulement important
du fleuve

2.3.3.3- Vérification au flambement :

Les structures élancées, en particulier les piles de grande hauteur, doivent être vérifiées en
tenant compte de l’amplification due à l’effort normal dans les pièces comprimées, c’est l’objet du
calcul suivant :

La section de la pile est :

L’inertie de la section :
Donc le rayon de giration est de :

Dans le présent cas, la pile est encastrée aux niveaux des fondations et du chevêtre avec
possibilité de déplacement horizontal de ce dernier, lf est donc égal à la hauteur de la pile.

On va donc vérifier la condition du non flambement pour les deux variantes, étant donné
que plus les hauteurs des piles sont grandes plus il y a risque du flambement, on va vérifier
seulement pour la pile de chaque variantes qui a la plus grande hauteur.

 Pour VIPP

Le pile le plus long est de hauteur de : 18.51 m égale à la hauteur du flambement

On a:

Donc la condition du non flambement est vérifiée.

 Pour PSI PA

Le pile le plus long est de hauteur de : 18.56 m égale à la hauteur du flambemen

On a:

Donc la condition du non flambement est vérifiée.

Figure 2. 5 : dimension de pile marteau utilisés


2.3.4- Dimensionnement des culées
2.3.4.1- Généralité

La culée d'un pont est la partie située sur la rive destinée à supporter le poids
du tablier. Elle a pour rôle :

- La transmission des efforts au sol de fondation (répartition équilibrée des efforts dans les
diverses parties de la culée).
- La limitation des efforts horizontaux en tête (culées suffisamment rigides) et des
déplacements verticaux.
- Tenir les terres du remblai
- L’accès à l’intérieur de l’ouvrage pour la visite d’inspection et l’hébergement de la
chambre de tirage pour les conduites et les canalisations qui passent dans le tablier.

De part leur proximité avec les remblais d’accès, leur conception diffère de celle des
piles. Elle doit tenir compte des paramètres suivants :

- la hauteur de la brèche à franchir et le tirant d’air ;


- les problèmes d’implantation au sol et de biais,
- le type du tablier à supporter et l’importance des efforts à transmettre ;
- le niveau des fondations;
- l’éventualité des tassements ;
- la nécessité de pouvoir visiter l’ouvrage.

Ainsi, on cite plusieurs types des culées :

 Les culées enterrées ou les piles culée :

C’est le type de culées le plus répandu qu’il faut envisager en premier. La structure
porteuse des piles culées est noyée dans le remblai.
Les culées enterrées assurent, essentiellement, une fonction porteuse. Elles peuvent
être fondées superficiellement ou sur pieux ou barrettes.
Elles sont composées d’une tête (chevêtre) qui repose sur des poteaux (circulaires ou
rectangulaires à section constante ou variable) placés normalement sous les appareils
d’appui transmettant les charges à une semelle, éventuellement raidie.

La dimension minimale des poteaux est de 0,50m s’ils sont rectangulaires et 0,60m
s’ils sont circulaires. Lorsque la hauteur des poteaux est supérieure à 8 à 9m, on prévoit
une section rectangulaire à largeur variable.
Figure 2. 6: culée enterrée

Une culée enterrée suppose une implantation en retrait par rapport aux limites
extérieures de l’obstacle franchi, du fait de la présence des talus des remblais.
L’allongement du tablier est compensé par l’économie obtenue sur les culés simples de
conception et d’exécution. Les remblais sont talutés à 3/2 (3 horizontalement pour 2
verticalement)

 Les culées remblayées

Les culées remblayées sont constituées par un ensemble de murs ou voiles en béton
armé (murs de front et murs latéraux). Le mur de front supporte le tablier et les murs
latéraux retiennent le remblai. Ces derniers peuvent être des murs en aile ou des murs en
retour selon qu’ils soient parallèles ou non à l’axe de l’ouvrage. Le mur de front est un
voile épais et présente un refend horizontal pour recevoir le tablier et un mur garde grève à
l’arrière qui isole le tablier du remblai.
Les culées remblayées assurent une fonction porteuse et une fonction de soutènement.
Elles se conçoivent surtout avec des fondations superficielles et si le sol est de mauvaise
qualité, il faut veiller à ce que la hauteur soit limitée.
Figure 2. 7: culée remblayée

L’intérêt de ce type de culées est de limiter la longueur du tablier. Le parement du mur


de front est placé au bord de l’obstacle. Le tracé du remblai d’accès taluté à 3/2 passe par
le pied du mur de front au niveau du terrain naturel avec une revanche de 50cm.

 Les culées creuses

Les culées creuses comportent un mur de front, des murs en retour et un platelage
supérieur.

Le platelage supérieur permet de limiter les poussées sur le mur. Elles remplacent les
culées remblayées pour les grandes hauteurs de terres. Elles sont très rarement utilisées.
L’allongement de l’ouvrage étant, souvent, plus économique.

 Les culées en terre armée

La terre armée a été utilisée, en premier, pour les ouvrages de soutènement.

Il existe deux types de conception pour les culées en terre armée :

- Le tablier repose sur le remblai en terre armée par l’intermédiaire d’une tête de culée. Cette
conception est à prévoir pour les ouvrages isostatiques insensibles aux tassements du
massif en terre armée.
- Le tablier repose sur une pile culée indépendante du massif en terre armée. Dans ce cas, la
fonction porteuse est assurée par la pile culée et le soutènement est assuré par le remblai en
terre armée.

 Les culées contrepoids

Ce type de culées est à prévoir si la réaction verticale du tablier au niveau de la culée


change de signe.
Ainsi, pour notre projet, on a opté pour des culées enterrées (culées piles) vu qu’elles
sont simple à concevoir et à réaliser, elle peut s’adapter à tous les types du sol (fondations
superficiel ou profondes)

2.3.4.2- Dimensionnement

 le sommier d’appui (chevêtre)


Il a pour rôle de recevoir les appareils d’appui et d’assurer le transfert des charges
ainsi que la solidarisation horizontal des éléments verticaux. Sa surface doit être aménagée
pour permettre :

- l’implantation des appareils d’appui ;


- la mise en place des vérins ;
- l’évacuation des eaux (prévoir une pente d’au moins 2% et une cunette contre le mur garde
grève)

Sa dimension transversale doit tenir compte de :


- l’espace à ménager entre l’about du tablier et le mur garde grève (grand pour les grands
ouvrages et réduit pour les petits) doit être compris entre 1cm à 2cm.
- l’espace entre la limite du tablier et les appareils d’appui en fonction du type du tablier
(pour les petits ouvrages: 50 à 75 cm pour un tablier droit et 70 à 110 cm si le tablier est
droit ; pour les grands ouvrages : c’est fonction du câblage et de l’équilibre du bloc d’about
)
- l’espace entre le nu extérieur des appareils d’appui et le bord extérieur du sommier (10 à
20cm si la charge est importante)
- la largeur du mur porte-garde

Sa dimension verticale hc dépend de paramètres géométriques et mécaniques


(hcmin= 0,6m et hc ≥1.25 ф)

Sa dimension longitudinale correspond à la largeur du tablier ou à la nervure si le tablier


comprend des encorbellements importants.

Ainsi, pour notre projet, les dimensions du sommier d’appui sont comme suit :

TABLEAU 2 . 11: DIMENSION DU SOMMIER D’APPUI DU CULEE

Dimension transversale 1.7 m


Dimension verticale 1m
Dimension longitudinal 10 m
 Le mur garde grève

Figure 2. 8 : mur garde grève

Il a pour fonction de séparer le remblai de l’ouvrage. Il s’agit d’un voile en béton armé
construit après le tablier. Il doit résister aux efforts de poussée, aux efforts de freinage et à
ceux transmis par la dalle de transition.

Il peut avoir une section rectangulaire ou avec une avancée à la partie supérieure pour
ménager un espace entre le tablier et le mur garde grève pour permettre la visite et
l’entretien de l’about du tablier. La distance A doit être égale au moins à 40cm.

Pour les dimensions du mur garde grève, ils sont comme suit :

- Sa hauteur est celle du tablier avec la hauteur de l’appareil d’appui et le bossage


- Sa longueur est la largeur du tablier.
- Son épaisseur e est fonction de sa hauteur hg selon le document PP73 du SETRA :
 pour hg ≤ 1 m alors e=0,20 m ;
 pour 1 m< hg ≤ 2 m alors e=0,1+0,1hg
 pour 2 m< hg ≤ 3 m alors e=0,30m

Ainsi, on trouve :

TABLEAU 2 . 12: DIMENSION DU MUR GARDE GREVE

2.20 m pour VIPP


Hauteur du mur garde grève
2.00 m pour PPBA
Largeur du mur garde grève 10 m
Epaisseur du mur garde grève 30 cm

 La dalle de transition

Elle a pour rôle d’atténuer les dénivellations entre la chaussée courante et l’ouvrage.

Les dimensions suivantes sont tirées du document SETRA : « dalles de transitions des
ponts routes » :
- La largeur de la dalle de transition déborde de celle de la chaussée de 0,50m de part et
d’autre.
- Sa longueur est comprise entre 3 et 6m. Elle est donnée par :

Avec : H étant la hauteur du mur garde grève

- L’épaisseur de la dalle de transition est, en général, de 30cm.

Ainsi, les dimensions de la dalle de transition sont comme suit :

TABLEAU 2 . 13: DIMENSION DE LA DALLE DE TRANSITION

Longueur de la dalle de transition 9m


Largeur de la dalle de transition 3 m pour les deux variantes
Epaisseur de la dalle de transition 30 cm

 Les murs en retour

Ils sont destinés à soutenir les remblais contigus à l’ouvrage et prolonger celui-ci.

Leur épaisseur est donnée par :

Avec : L étant la longueur théorique du mur comprise entre 2 et 6m.

TABLEAU 2 . 14: DIMENSION DU MUR DE RETOUR

Longueur maximale des murs en retour 4m


Longueur minimale des murs en retour 0.5 m
Epaisseur des murs en retour 30 cm

 Le corbeau
Le corbeau a pour but de supporter la dalle de transition, il joue le rôle d’un appui simple
Ainsi leur dimension est uniforme quelque soit la dalle de transition et ils sont mentionnés
dans le document SETRA PP73 .
Alors, les dimensions du corbeau sont comme suit :

TABLEAU 2 . 15: DIMENSION DU CORBEAU

Hauteur maximale du corbeau 0.6 m


Hauteur minimale du corbeau 0.3 m
Largeur du corbeau 0.3 m
Longeur du corbeau 10 m
 Les fûts des piles de la culée

La semelle doit être posée sous la couche du sol affouillable. Ainsi, on va prévoir des
fûts d’une hauteur de 5m et de diamètre de 1 m (la condition de non flambement est
vérifiée) et espacé de 2.8 m. Ceci est valable pour les deux variantes car les positions des
culées pour les deux variantes sont les mêmes.

Figure 2. 9: culée avec ses dimensions

2.3.5- Dimensionnement des fondations

2.3.5.1- Choix du type de fondations :

Le type des fondations dépend de trois facteurs :


 La contrainte de compression admissible sur le sol ;
 Les risques d’affouillements dans le cas d’ouvrage en site aquatique ;
 Les phénomènes de tassements qui doivent être compatibles avec l’intégrité des
superstructures.

Le type de fondations employées varie en fonction de la proximité ou de l’éloignement


du bon sol par rapport à la cote du terrain naturel. Généralement on distingue
principalement deux types de fondations : Fondations superficielles sur semelles et
Fondations profondes sur pieux.

Selon les conditions géotechniques du site signalées dans le rapport géotechnique. Il


est impératif d’avoir des pieux comme fondations des piles et culées fondées dans les
couches profondes constituées des graves sablo marneuses.
2.3.5.2- Dimensionnement des pieux

 Diamètre des pieux


Dans le marché marocain, les diamètres réalisables sont du 0.6 m à 1.2 m. Et vu la
qualité médiocre du sol et une estimation des réactions maximales pour ce type de pont.
On va retenir des pieux de Ø1000

 Disposition des pieux


La disposition des pieux est réalisée de telle façon à ce que les charges transmises
soient uniformément réparties. Elle dépend du type de pile ou culée, de la qualité du sol et
de la réaction maximale
Ainsi, on a opté pour 2 files de 3 pieux (6 pieux en tous) pour chaque appui (pile ou
culée)

2.3.5.3- Dimensionnement de la semelle de liaison


On a dans notre cas des fondations profondes, les dimensions de la semelle dépendront
directement du diamètre des pieux, du nombre de rangées (3 rangées) et celui de files (2
files).

 Hauteur (épaisseur) de la semelle hs


L’épaisseur hs de la semelle est donnée par la formule :

Avec : d est l’entraxe entre le deux files des pieux et qui vaut 3Ø c'est-à-dire 3,00m

 Longueur de la semelle Ls:


La longueur Ls de la semelle est donnée par la formule suivante :

Avec :
- Φ : diamètre des pieux
- n : nombre de rangées (3 rangées)

 Largeur de la semelle Bs :
La largeur minimale Bs à prendre en considération pour la semelle est donnée par la
formule suivante :

Avec :
- Φ : diamètre des pieux
- n : nombre de files (2 files)

Ainsi, on résume les dimensions de la semelle de liaison dans ce tableau suivant :

TABLEAU 2 . 16: DIMENSION DE LA SEMELLE DE LIAISON


Hauteur de la semelle 1.3 m
longueur de la semelle 10 m
largeur de la semelle 5m
Figure 2. 10 : disposition des pieux et de la fût de la pile sur la semelle de liaison

Figure 2. 11 : disposition des pieux et des fûts de la culée sur la semelle de liaison

2.4- Comparaison des variantes


La comparaison entre la variante VIPP et la variante PSI PA sera effectuée suivant les
critères suivants :

2.4.1- Mode d’exécution

Le mode d’exécution influence sur le choix de la variante. Il intervient dans le coût du


projet d’autant plus qu’il exige une délicatesse et une précision que seule une main
d’œuvre spécialisée peut réaliser.

Pour la variante VIPP, les poutres sont préfabriquées sur chantier et montées par la
méthode de poussage en général ceci rend le cout du projet réduit (pas de cout du transport
des poutres). Aussi, la méthode de poussage (ou avec des cintres mobiles) est la mieux
adaptée pour un franchissement d’une rivière comme dans notre cas.
Pour la variante PPBA, les poutres sont coulées sur place. Ceci nécessite des
échafaudages sur le lit de l’oued, ce qui est délicat à réaliser. De plus, l’utilisation des
poutres préfabriquées augmente le cout du projet : il faut inclure le cout du transport.

2.4.2- L’esthétique

L’esthétique est loin d’être le point fort des ponts à poutres vu leurs épaisseurs
énormes. Cependant, l’existence de l’ancien pont du même type rend la route symétrique et
acceptable du point du vue esthétique.

2.4.3- Le cout du projet

C’est le critère le plus important car c’est l’aspect économique du projet qui détermine
le choix de la variante et surtout si les autres critères ne sont pas importants.

Ainsi, pour le calcul du cout estimatif de chaque variante, on utilise des rations qui sont
inspirés des projets précédents données par la direction des routes :

- Pour la variante PPBA sur fondations profondes: 17000 DH/m2


- Pour la variante VIPP sur fondations profondes: 15000 DH/m2

Ainsi, le cout du projet de chaque variante est :

- Cout de la variante I (VIPP) = 21000000 DH


- Cout de la variante II (PSI PA) = 23800000 DH

Ainsi, après avoir évalué les deux variantes suivant les différents critères, on a choisi
de concevoir le pont de la variante I : viaduc à poutre indépendant précontrainte par
post-tension (VIPP)
CHAPITRE III : REPARTITION DES CHARGES SUR LES POUTRES

3.1- Introduction
Dans ce chapitre, on commencera par l’inventaire des charges permanentes et routières
susceptibles de solliciter les poutres principales, puis on étudiera la répartition transversale
des charges par la méthode de Guyon Massonnet et enfin, on déterminera les différentes
sollicitations sur les poutres intermédiaires et celles de rive dans les différents états limites.

3.2- Inventaire des Charges :


3.2.1- Caractéristiques géométrique des poutres

Avant de faire l’inventaire des charges on présente les caractéristiques géométriques


de tous les éléments structuraux de l'ouvrage tout en se basent sur le pré-dimensionnement
effectué pendant l’étape de l’avant –projet

TABLEAU 3. 1 : CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES POUR LA POUTRE INTERMEDIAIRE

poutre intermédiaire
Section médiane Section appui
sans hourdis avec hourdis sans hourdis avec hourdis
S( 0.8029 1.3629 1.03375 1.59375
I( 0.38190358 0.71385923 0.41694137 0.76090056
V (m) 0.9 0.689 0.87 0.73
v'(m) 1 1.411 1.03 1.37
Ρ 0.52850581 0.53876869 0.45009376 0.47738006

TABLEAU 3. 2: CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES POUR LA POUTRE DE RIVE

poutre de rive
médiane appui
sans hourdis avec hourdis sans hourdis avec hourdis
S( 0.8029 1.2429 1.03375 1.47375
I( ) 0.38190358 0.6677865 0.41694137 0.70908439
V (m) 0.9 0.746 0.87 0.781
v' (m) 1 1.354 1.03 1.319
Ρ 0.52850581 0.5319171 0.45009376 0.46706602
3.2.2- Charges permanentes :
3.2.2.1- Poids propre d’une travée :

Les calculs des valeurs des poids propres des différents éléments structuraux d’une
travée, conduisent aux valeurs suivantes :

 Poids propre de l’ensemble des poutres : 302.074 t


 Poids propre de l’hourdis : 175 t
 Le poids /ml du hourdis supporté par la poutre centrale : t/ml
 Le poids /ml du hourdis supporté par la poutre centrale : t/ml
 Poids propre des deux entretoises d’about : 29t/ml
 Poids propre total : 506.074 t

3.2.2.2- Superstructure :

Elles entrent dans les éléments de second œuvre et de finition du tablier. Elles jouent
un rôle important sur le plan de l’esthétique, de la sécurité et de la durabilité de l’ouvrage.
D’où l’importance de les prendre en compte dans la conception transversale du tablier et le
calcul de la structure.

 Chape d’étanchéité :
La pénétration de l’eau à l’intérieur du tablier entraîne des risques graves de corrosion
des armatures en acier (passives et actives).
Pour éviter ce problème, on recourt généralement à une chape d’étanchéité disposée sur la
dalle de béton une chape épaisse de densité 2.2 t/m3, coulis sur le hourdi en deux couches ;
une en asphalte pur de 8 à 12 mm, l’autre en asphalte porphyré de 22 à 27 mm d’épaisseur.

 Chaussée :
La couche de roulement qui vient au-dessus de la chape d’étanchéité est constituée le plus
souvent d’une couche de béton bitumineux de 5 à 10 cm d’épaisseur et de densité égale à 2,3
t/ . On adoptera une épaisseur de 6 cm pour tenir compte des éventuels renforcements de
chaussée.

 Trottoirs :
Ils ont pour rôle la protection des piétons en les isolant de la circulation à la chaussée.
Deux types de trottoirs se présentent généralement : trottoir sur caniveau et trottoir plein. On
envisagera des trottoirs sur caniveau recouverts par des dallettes de 5 cm d’épaisseur qui
reposent sur la contre-bordure et la contre-corniche. Ils présentent l’avantage d’être légers et
permettent de disposer des canalisations ou des câbles (électriques, PTT…) sous les dallettes.

 Les corniches :
Elles ont un rôle essentiellement esthétique. Situées à la partie haute du tablier, elles en
dessinent la ligne. Elles peuvent être coulées en place ou préfabriquées en éléments
généralement de 1 m. Le premier type est moins cher, mais il nécessite un coffrage spécial se
déplaçant le long du tablier, c’est la raison pour laquelle on adoptera des corniches
préfabriquées.

 Dispositifs de sécurité
C’est un organe destiné à empêcher les chutes de piétons. Il doit de plus résister à la
pression verticale et la poussée horizontale d’une foule et être conçu de telle sorte qu’un
enfant ne puisse passer à travers ou l’escalader. Sa masse classique varie de 20 à 50 kg/ml.

Conclusion : Ainsi les charges de la superstructure présentent comme suit :

TABLEAU 3. 3: CHARGES LINEIQUES DUES AUX ELEMENTS DE LA STRUCTURE


Equipement valeur en (t/ml)
Revêtement 1.104
chape d'étanchéité 0.66
trottoir 2.345
garde-corps 0.1
Total 4.209

3.2.3- Charge d’exploitations (routières) :

Selon le fascicule 61 titre II, les charges d’exploitation prises en compte pour notre
ouvrage sont les systèmes , , , , et Les charges sur les trottoirs.
Avant de procéder à l’étude de ces chargements, on définit tout d’abord certaines notions
qui seront utiles par la suite.

3.2.3.1- Paramètres de la chaussé

 La largeur roulable :

C’est la largeur de tablier comprise entre les dispositifs de retenue, s’il y en a, ou les
bordures. Elle comprend donc la chaussée proprement dite et les sur-largeurs éventuelles
telles que les bandes d’arrêt d’urgence, bandes dérasées, etc.
= – (2× ′ )

La largeur roulable calculée est donc :

 Classe des ponts :

Les ponts sont rangés en trois classes suivant leur largeur roulable, LR, et leur
destination :

 1è ∶ ≥7 .
 2è ∶ 5,5 < < 7.
 3è ∶ ≤ 5,5 .

Ainsi le pont sera rangé en première classe.

 La largeur chargeable :

La largeur chargeable se déduit de la largeur roulable, elle est définie par la formule
suivante :

= − × 0,5
Avec :
: largeur roulable en (m).
: nombre de dispositifs de retenue ( ≤2).

Dans notre cas, il n’y aura pas de dispositifs de retenue (glissière ou barrière),

Donc : =0 =8,0
 Nombre de voies :

Par convention, les chaussées comportent un nombre de voies de circulation égale à la


partie entière du quotient par 3 de leur largeur chargeable, exprimée en mètres .alors, dans
notre cas on a :

Notons que les chaussées comprises entre 5m (inclus) et 6m sont considérées comme
ayant deux voies.

 La largeur d’une voie :

Par convention, la largeur d’une voie de circulation est donnée par :

 Les coefficients de majoration dynamiques :

Les charges du système B et le système Mc120 sont des surcharges roulantes et par
conséquent doivent être multipliées par un coefficient de majoration pour effet dynamique.
Il est déterminé à partir de la formule :

Avec,
L : longueur de la travée exprimée en mètre.
G : poids total d’une travée ;
S : charge (respectivement , et ) qu’on peut dispose

Ainsi on obtient les résultats suivants :

TABLEAU 3. 4: VALEURS DES COEFFICIENTS DE MAJORATION DYNAMIQUE


Type de
La valeur de S en Tonne Valeur du coefficient
chargement
une file 36 1.058

deux files 66 1.065

une file 32 1.057

deux files 64 1.065

10 1.052

110 1.075

3.2.3.2- Charges routières normales :


3.2.3.2.1- Système A(l) :
Ce système se compose des charges uniformément réparties d’intensité variable
suivant la longueur surchargée et qui correspondent à une ou plusieurs files de véhicules à
l’arrêt sur le pont. Elles représentent un embouteillage ou un stationnement, ou bien tout
simplement une circulation continue à une vitesse à peu prés uniforme d’un flot de
véhicules composé de voitures légères et de poids lourds. A(L) est donnée par la formule
suivante:

En (t/ )

La valeur obtenue sera par la suite multipliée par les coefficients et puis par la
largeur d’une voie ou des deux voies, selon qu’une seule voie est chargée où les deux le
sont, pour obtenir une force/ml.

Pour les ponts comportant une ou plusieurs portées unitaires dépassant 200 m, le
C.P.S. fixe l´intensité des charges à prendre en compte.

Les coefficients et dépendent de la classe du pont et du nombre de voies


chargées.

Les valeurs de sont regroupées dans le tableau suivant :


TABLEAU 3. 5: VALEURS DU COEFFICIENT

Nombre de voies
Valeurs de 1 2 3 4 ≥5
chargées
1 1 0.9 0.75 0.7
classe du pont 1 0.9 - - -
0.9 0.8 - - -

Les valeurs de sont définies par la formule suivante :

Avec : largeur d’une voie.


est un coefficient donné dans le tableau ci-dessous :

TABLEAU 3. 6: VALEURS DU COEFFICIENT

1ère 3.5 m
ème
classe du pont 2 3m
3ème 2.75m

Pour notre cas, V= 3.5 m, ainsi nous obtenons les valeurs suivantes :

TABLEAU 3. 7: VALEURS DE LA CHARGE DU SYSTEME A(L) POUR LES DEUX CAS

longueur
a1 a2 A(l) a1.a2.A(l).V(t/ml)
chargé(m)
Une seule voie
1 0.875 4 0.996 3.486
chargée
Deux voies 0.669
1 0.875 8 6.972
chargées

3.2.3.2.2- Le système de charges B


Le système de charges B comprend trois systèmes distincts dont il y a lieu d´examiner
indépendamment les effets pour chaque élément des ponts :

 Système

Le convoi se compose d’un ou au maximum de deux camions types par file. Dans
le sens transversal le nombre de files est inférieur ou égale au nombre de voies.
Les caractéristiques du convoi sont présentées dans la figure ci-après.
Longitudinalement
(Masses relatives à une seule file de camions)

Transversalement En plan
Figure 3. 1: le Système

En fonction de la classe du pont et du nombre de files considérées, les valeurs des


charges du système prises en compte sont multipliées par les coefficients du tableau
suivant :

TABLEAU 3. 8: VALEUR DU COEFFICIENT BC

Nombre de files de camions 1 2 3 4 ≥5


1ére 1.2 1.1 0.95 0.8 0.7
Classe du pont 2éme 1 1 - - -
3éme 1 0.8 - - -

Pour notre cas : pont de 1ère classe

- Pour une seule file : on a =1.2


- Pour deux files : on a =1.1
 Système :

Un tandem se compose de deux essieux munis de roues simples pneumatiques. Les


caractéristiques du système sont représentées dans la figure ci-dessous :

Figure 3. 2: le Système

Le système ne s’applique pas au pont de la 3ème classe. Pour les ponts de la 1ère et
de la 2ème classe, il convient de respecter les règlements suivants :

- Dans le sens longitudinal, un seul tandem est disposé par file ;


- Dans le sens transversal, un seul tandem est supposé circuler sur les ponts à une seule
voie.

Alors que pour les ponts supportant deux voies ou plus, on ne peut placer que deux
tandems au plus sur la chaussée, côte à côte ou non, de manière à obtenir l’effet le plus
défavorable.

Suivant la classe du pont, les valeurs des charges du système à prendre en compte
sont multipliées par un coefficient dont les valeurs sont indiquées dans le tableau 3.11
suivant :
TABLEAU 3. 9: VALEURS DU COEFFICIENT
classe du pont 1er 2éme 3éme
coefficient 1,0 0,9 -

Pour notre cas, on va prendre bt = 1 pour les deux cas à savoir one seul files ou deux
files

 Système :

C’est une roue isolée disposée normalement à l’axe longitudinal de la chaussée. Les
caractéristiques de cette roue sont présentées dans la figure ci-dessous.
Figure 3. 3: le Système

Le rectangle de la roue peut être placé n’importe où sur la largeur roulable de manière
à produire l’effet le plus défavorable.

Efforts de freinage

Les charges de chaussée des systèmes A et sont susceptibles de développer des


réactions de freinage, efforts s´exerçant à la surface de la chaussée, dans l´un ou l´autre
sens de circulation.
Dans les cas courants la résultante de ces efforts peut être supposée centrée sur l´axe
longitudinal de la chaussée.

 L´effort de freinage correspondant à la charge A est égal à la fraction suivante du


poids de cette dernière.

S : désigne en mètres carrés la surface chargée.

 L´effort de freinage correspondant au système B.

Chaque essieu d´un camion du système peut développer un effort de freinage égal à
son poids. Parmi les camions Bc que l´on peut placer sur le pont, un seul est supposé
freiner.
L´attention est attirée sur ce que l´effort de freinage susceptible d´être développé par le
système se trouve limité par le texte des instructions au poids d´un véhicule de 30
tonnes.

Les résultats de calcul des efforts de freinage sont récapitulés dans le tableau ci-
dessous :

TABLEAU 3. 10: VALEUR DES EFFORTS DE FREINAGE


Surface chargée
charge (t/m2) α (t)
(m2)

Freinage A 0.996 280 0.0477 13.292


(une seule travée chargée)
Freinage A 0.996 560 0.0455 25.398
(deux travée chargées)
Freinage A 0.996 840 0.0436 36.469
(trois travées)
Freinage 0.996 1120 0.0418 46.633
(quatre travée chargées)
Freinage 30

3.2.3.2.3- Système :

Un véhicule type du système Mc 120 comporte deux chenilles et le rectangle d’impact


de chacune d’elles est supposé uniformément chargé. La pression répartie au mètre
linéaire, appliquée par le convoi est :
t/ml

Les caractéristiques sont représentées sur le schéma suivant :

Figure 3. 4: le système

3.2.3.3- Les charges sur les trottoirs :

Le règlement prévoit deux systèmes de charges : un système local destiné à la justification


des éléments de couverture du tablier (hourdis, entretoises) et un système général pour le
calcul des poutres principales. Les diverses charges de trottoir ne sont pas majorées pour les
effets dynamiques.

 Les charges locales :

Le système local comprend une charge uniformément répartie d’intensité de valeur :

=450 ²
Cette charge est placée pour produire l’effet le plus défavorable. Ses effets peuvent
éventuellement se cumuler avec ceux de B et des charges militaires. De plus, le système local
comprend une roue de 6 t dont la surface d’impact est un carré de 0,25 m de côté à disposer
sur les trottoirs en bordure d’une chaussée.

 Les charges générales :

Le système général comprend une charge uniformément répartie d’intensité de valeur :

=150 ²

Cette charge est à disposer sur les trottoirs bordant une chaussée. Ce système répond
aux règles d’application suivantes :

 Dans le sens longitudinal, on dispose cette charge pour qu’elle produise l’effet le plus
défavorable.

 Dans le sens transversal, toute la largeur du trottoir est chargée, mais on peut considérer
soit qu’un seul trottoir est chargé, soit que les deux le sont, de manière à obtenir l’effet le plus
défavorable.

Cette charge est cumulable avec la charge A(l) et si elle peut donner un effet plus
défavorable.

3.3- Répartition transversale des charges :


Les tabliers des ponts à poutres sont des structures tridimensionnelles pour lesquelles
de nombreuses méthodes de calculs classiques ont été proposées. En général, l’étude du
tablier est subdivisée en une étude transversale et une étude d’une poutre dans le sens
longitudinal. La première étude donne un Coefficient de Répartition Transversale (CRT),
qui sera multiplié avec les sollicitations (globales) trouvées dans le sens longitudinal afin
d’obtenir les sollicitations (moyennes) d’une poutre.

Les méthodes de calcul proposées sont classées en deux familles, selon que la section
transversale peut être considérée comme étant déformable ou indéformable. Dans le cas de
tablier rigide, on utilise la méthode de Courbon et Dans le cas contraire, c’est la méthode
de Guyon-Massonnet qui est la plus utilisée.

Pour notre cas et en raison de l’absence d’entretoises intermédiaires, la répartition


transversale des charges se fait par l’intermédiaire de l’hourdis, donc on utilisera la
méthode de Guyon-Massonnet.

3.3.1- Aperçu théorique sur la méthode de Guyon-Massonnet :

Lorsque la rigidité torsionnelle des éléments d’un pont ne peut être négligée, la section
transversale du pont est considérée comme étant déformable ; C’est alors qu’on utilise la
méthode de Guyon-Massonnet (développée originalement par Guyon en 1946 et mise sous
forme de tableaux numériques par Massonnet en 1954). Cette méthode est une méthode de
calcul de dalles ou de réseaux de poutres.

3.3.2- Principes fondamentaux de la méthode de Guyon-Massonnet :

Cette méthode est basée sur deux principes fondamentaux :

Le premier principe fondamental est de substituer au pont réel un pont à structure


continue qui a les mêmes rigidités moyennes à la flexion et à la torsion que l’ouvrage réel.

Le deuxième principe est d’analyser de façon approximative l’effet de la répartition


transversale des charges en admettant que cette répartition est la même que si la
distribution des charges selon l’axe du pont est sinusoïdale et de la forme :

Avec : p est constante et L est la portée du pont.

Les calculs peuvent être affinés en développant la charge en série de Fourier en


fonction de l’abscisse longitudinale.

3.3.3- Paramètres fondamentaux:

On considère une travée indépendante, de portée L, de largeur 2b, dont l’ossature est
constituée par une poutraison croisée de n poutres longitudinales (portée L, espacement b1)
et de m entretoises (portée 2b, espacement L1) intermédiaires, disposées transversalement
(figure ci - dessous).

Figure 3. 5 : Modèle du tablier d’après Guyon-Massonnet


Les caractéristiques géométriques du tablier sont représentées sur le tableau suivant :

TABLEAU 3. 11: CARACTERISTIQUE GEOMETRIQUE DU TABLIER

Portée L (m) 36
Largeur 2b 10
Nombre de poutre m 4
Nombre des entretoises n 2
Espacement poutres b1 2.8
Espacement entretoise l1 33.6

Toutes les poutres sont identiques et caractérisées par :

 Leur rigidité à la flexion BP = EIP.


 Leur rigidité à la torsion Cp = GKP.

De même, toutes les entretoises sont identiques, et également caractérisées par :

 Leur rigidité à la flexion BE= EIE.


 Leur rigidité à la torsion CE = GKE.

Avec :

E : module de Young.
G : module de torsion ; (avec ν coefficient de poisson)

Ip : moment d’inertie de flexion des poutres.


Kp : moment d’inertie de torsion des poutres.
IE : moment d’inertie de flexion des entretoises.
KE : moment d’inertie de torsion des entretoises.
Par unité de longueur, ces rigidités deviennent :

 Les rigidités de flexion :


 Les rigidités de torsion :

Remarque :

 On suppose que le coefficient de Poisson du matériau constitutif est nul (ν=0), donc
Ainsi :

 Il est possible d’appliquer la méthode à un tablier de pont à poutres sans entretoises


intermédiaires : c’est alors le hourdis qui joue le rôle des entretoises. Dans ce cas, les
inerties de flexion et de torsion du hourdis (hauteur: hd) représentant les entretoises sont :

Le comportement du pont est complétement defini par 2 paramétres principaux :

1. Paramètre de torsion.

2. Paramètre d’entretoisement .

3.3.4- Le Coefficient de Répartition Transversale (CRT):

Le Coefficient de Répartition Transversale (η) est un coefficient correctif qui tient


compte de la répartition transversale des surcharges. Celui-ci montre la proportion des
surcharges transmises sur la portion considérée. Il est donné par la formule suivante :

n : nombre de poutres principales

K : coefficient déterminé par les tableaux de Guyon-Massonnet, il dépend de :


 La valeur du Paramètre de torsion α.
 La valeur du Paramètre d’entretoisement θ.
 L’excentricité de la charge e.
 L’ordonnée de la poutre considérée y.

Pour α quelconque, l’interpolation n’est pas linéaire. Elle est donnée par Massonnet :

Les valeurs de ces coefficients sont tirées des tableaux et des abaques de Massonnet.
Pour une poutre d’ordonnée y, on procède à une interpolation linéaire sur les valeurs de y
données dans les tableaux de Guyon-Massonnet. Une interpolation linéaire peut se faire
par rapport à θ.

3.3.4.1- Détermination des paramètres de calcul:


 La rigidité flexionnelle et torsionnelle des poutres

Nous avons utilisé le logiciel Robot-bat pour la détermination des moments d’inertie de
flexion et de torsion pour les poutres. Ainsi, on trouve les résultats suivants:

- Moment d’inertie de flexion Ip :


- Moment d’inertie de torsion Kp :

 La rigidité flexionnelle des poutres :


La rigidité flexionnelle est donnée par la formule suivante :

Avec :

E : Module de Young,
b1 : espacement entre les axes des poutres (2.8m).
Ip : moment d’inertie de la section par rapport à l’axe XG.

Application numérique on trouve :

1804.187 MN .m

 La rigidité torsionnelle des poutres :


Elle est déterminée par la formule suivante :
Application numérique on trouve :

 La rigidité torsionnelle et flexionnelle de l’hourdis :

Elles sont déterminées par la relation suivante :

On trouve :

 Paramètres de torsion et d’’entretoisement :

 Paramètre d’entretoisement

Il est définit par la formule suivante :

On trouve :

 Paramètre de torsion
Il est définit par la formule suivante :

On trouve
Les résultats des calculs sont résumés dans le tableau ci-dessous :

TABLEAU 3. 12: LES RIGIDITES FLEXIONNELLE ET TORSIONNELLE DES POUTRE ET DU


HOURDIS
IP 0.7129
KP 0.04332
1804.18
poutre
15.663
9020.935
548.2380
0.2
hourdis 8.4358
8.4358

3.3.4.2- .Détermination des coefficients de Répartition Transversale (CRT):

 Tableau des coefficients de Guyon-Massonnet


Pour déterminer la courbe de K, on fera une première interpolation linéaire par rapport
àθ= en utilisant les tableaux de K0 et K1 pour θ = 0.55 et θ = 0.50 Ainsi, on
obtient les tableaux ci-dessous :

Pour α =0

TABLEAU 3. 13 : VALEURS DE K POUR α= 0 ET θ=

)
e (m)
-b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
y(m)
0 0.495 0.771 1.035 1.251 1.345 1.251 1.035 0.771 0.459
b/4 -0.082 0.269 0.619 0.956 1.251 1.437 1.455 1.378 1.275
b/2 -0.523 -0.153 0.224 0.619 1.035 1.455 1.826 2.089 2.309
3b/4 -0.894 -0.531 -0.153 0.269 0.771 1.3278 2.089 2.855 3.601
b -1.244 -0.894 -0.523 -0.082 0.495 1.275 2.309 3.601 5.077
Pour α =1
TABLEAU 3. 14 : VALEURS DE K POUR α= 1 ET θ=

e(m)
-b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
y(m)
0 0.828 0.908 1.002 1.097 1.146 1.097 1.002 0.908 0.828
b/4 0.635 0.722 0.830 0.960 1.097 1.191 1.188 1.140 1.089
b/2 0.496 0.582 0.689 0.830 1.002 1.188 1.340 1.403 1.428
3b/4 0.397 0.478 0.582 0.722 0.908 1.140 1.403 1.654 1.844
b 0.32 0.397 0.496 0.635 0.828 1.089 1.428 1.844 2.317

Et pour avoir K (α= ) nous effectuerons une interpolation à l’aide de la


formule suivante :

D’où on trouve les résultats :

TABLEAU 3. 15: COEFFICIENTS DE GUYON-MASSONNET POUR K (α= ,


θ = 0,54631076).

e(m)
-b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
y(m)
0 0.599 0.814 1.025 1.202 1.283 1.202 1.025 0.814 0.599
1.25 0.142 0.411 0.685 0.958 1.202 1.360 1.371 1.304 1.217
2.5 -0.205 0.076 0.369 0.685 1.025 1.372 1.674 1.875 2.033
3.75 -0.491 -0.216 0.076 0.411 0.814 1.304 1.875 2.48 3.052
5 -0.755 -0.491 -0.205 0.142 0.599 1.1217 2.033 3.052 4.215

Nous étudierons la moitié de la dalle fictive soit une largeur b=5m (en raison de
symétrie), comportant 2 poutres. Les positions des poutres seront alors calculées à partir de
l’axe de symétrie du pont.

TABLEAU 3. 16: LES ORDONNEES DES POUTRES INTERMEDIAIRES ET DE RIVE


poutre intermédiaire 1.4
position des poutres
poutre rive 4.2

Une interpolation linéaire par rapport à y permet d’avoir les valeurs de K pour la
poutre intermédiaire (y= 0.28b) et la poutre de rive (y= 0.84b) comme le montre le tableau
ci-après :

.
TABLEAU 3. 17: COEFFICIENTS DE GYON-MASSONNET POUR LES 2 POUTRES.

0,54631076)

e(m)
-b -3b/4 -b/2 -b 0 b b/2 3b/4 b
y(m)
Intermédiaire (Y=1.4) 0.100 0.371 0.647 0.925 1.181 1.362 1.408 1.372 1.315
rive (y=4.2) -0.586 -0.315 -0.025 0.314 0.737 1.273 1.932 2.686 3.471

Ensuite, On trace pour chaque poutre la ligne d’influence représentée par ces
coefficients de répartition.

L’ordonnée de chaque point du diagramme représente la valeur de pour cette


poutre quand une charge unitaire serait placée sur son abscisse.

Figure 3. 6 : Ligne d’influence de pour la poutre intermédiaire


Figure 3. 7: Ligne d’influence de pour la poutre rive

 Les valeurs des CRT pour les différentes poutres :

En utilisant les valeurs données par les tableaux ci-dessus, on trace les lignes d’influences
transversales de la poutre intermédiaire et de la poutre de rive, et on calcul les valeurs
moyennes des CRT pour les différents systèmes de charges routières.

La disposition des charges dans le sens transversal est choisie de façon à avoir le cas de
charge le plus défavorable. Le tableau suivant regroupe les valeurs obtenues correspondant aux
différentes surcharges pour la poutre intermédiaire et celle de rive.

TABLEAU 3. 18: VALEURS DES COEFFICIENTS DE REPARTITION

Coefficient de répartition transversale

Système Cas de
de charge charges Poutre intermédiaire Poutre de rive

1 voie 0.337 0.427


chargée

A(L)
2 voies
0.262 0.23
chargées
Coefficient de répartition transversale

Système Cas de
de charge charges Poutre intermédiaire Poutre de rive

1file 0.344 0.5278

0.789
2fils
0.679
=1.21515 =1.2842

1roue 0.37 0.748

0.3474
1convoi 0.4518

1tandem 0.366 0.524

2tandem 0.6425 0.679

=1.21515 =1.2842

1trottoir 0.397 0.924


Coefficient de répartition transversale

Système Cas de
de charge charges Poutre intermédiaire Poutre de rive

Surcharge
trottoir
2trottoirs 0.406 0.670

=1.23 =2.679

Pour trouver le cas le plus défavorable pour chaque système de charges nous avons
comparé les coefficients de majoration pour les deux cas de charges (1 voie et 2 voies) .ci-
dessous les tableaux qui récapitule les résultats de calculs.

 Charge A(L)

TABLEAU 3. 19: COMPARAISON DES CAS DE CHARGE POUR LE CHARGEMENT A(L)

cas de charges
cas défavorable
une voie chargée deux voies chargées

poutre intermédiaire 2 voies chargées


=1.1764 =1.2286
A(L)
poutre de rive 1 voie chargée
=1.48928 =1.0793

 Charge

TABLEAU 3. 20: COMPARAISON DES CAS DE CHARGE POUR LE CHARGEMENT B C

Cas de charges
Cas défavorable
1files 2 files

Poutre intermédiaire = 0.4398 = 0.7470373 Deux files

Poutre de rive = 0.67462 = 0.868 Deux files


 Charge Bt

TABLEAU 3. 21: COMPARAISON DES CAS DE CHARGE POUR LE CHARGEMENT B T

Cas de charges
Cas défavorable
Un tandem Deux tandems

Poutre intermédiaire = 0.366 = 0.64249 Un tandem


Bt
Poutre de rive = 0.52433 = 0.679 Deux tandems

 Surcharge de trottoir

TABLEAU 3. 22 : COMPARAISON DES CAS DE CHARGE POUR LES SURCHARGES DU TROTTOIR

Cas de charges Cas


1 trottoir 2 trottoirs défavorable
Poutre
intermédiaire =0.3345 =0.40575 2 trottoirs
Surcharge
trottoir
Poutre de rive =0.6698
=0.78915 1 trottoir

3.4- Détermination des sollicitations dans les poutres principales :


3.4.1- Rappel sur les lignes d’influence d’une poutre sur un appui simple :

Pour une charge concentrée Pi, on a le moment et l’effort tranchant s’exprime avec les
formules suivantes :

et

Avec

Dans le cas de n charges ∶

Pour une charge d’intensité q répartie sur une longueur compris entre
Dans ce cas on calcul les moments et les efforts tranchants avec les formules suivantes :

Pour plusieurs charges réparties .

3.4.2- Charges permanentes :

Le poids propre de la poutre est une charge répartie sur toute la poutre. Pour
déterminer les sollicitations dues à cette charge, on distingue le poids propre de la poutre,
le poids du hourdis et celui des superstructures.

3.4.2.1- Le poids de la poutre


Pour déterminer les sollicitations du au poids propre de la poutre le problème se réduit
à déterminer les sollicitations d’une charge répartie sur toute la poutre.

Moments fléchissant :

Efforts tranchants :

Avec :

: Poids propre de la poutre/ml ( )

On effectue le calcul moments fléchissant et des efforts tranchants chaque 0.01.

D’où le tableau récapitulatif suivant :

TABLEAU 3. 23: SOLLICITATIONS DUES AU POIDS PROPRE DE LA POUTRE

M
x(m) P(t/ml) T(t) M(ELU) M(ELS) T(ELU) T(ELS)
(t.ml)
0 0 2.16 0 37.826 0 0 51.064 37.826
0.05L 1.75 2.16 62.885 34.043 84.895 62.885 45.958 34.043
0.1L 3.5 2.16 119.150 30.260 160.853 119.150 40.852 30.260
0.15L 5.25 2.16 168.796 26.478 227.875 168.796 35.745 26.478
0.2L 7 2.16 211.823 22.695 285.961 211.823 30.639 22.695
0.25L 8.75 2.16 248.230 18.913 335.111 248.230 25.532 18.913
0.3L 10.5 2.16 278.018 15.130 375.324 278.018 20.426 15.130
0.35L 12.25 2.16 301.186 11.348 406.601 301.186 15.319 11.348
0.4L 14 2.16 317.734 7.565 428.941 317.734 10.213 7.565
0.45L 15.75 2.16 327.664 3.783 442.346 327.664 5.106 3.783
0.5L 17.5 2.16 330.973 0 446.814 330.973 0 0

3.4.2.2- Le poids du hourdis

On distingue :
Le poids du hourdis supporté par la poutre de rive 1.4 t/ml
Le poids du hourdis supporté par la poutre intermédiaire 1.1t/ml

Le calcul se fait de la même manier que le poids propre de la poutre, le tableau suivant
regroupe les résultats obtenus pour les deux poutres de rive et intermédiaire :

TABLEAU 3. 24: SOLLICITATIONS DUES AU POIDS DE L’HOURDIS

poutre intermédiaire poutre de rive


x(m)
M(ELU) M(ELS) T(ELU) T(ELS) M(ELU) M(ELS) T(ELU) T(ELS)
0 0 0 0 33.08 24.5 0 0 25.988 19.25
0.05L 1.75 54.987 40.731 29.77 22.05 43.20 32.003 23.389 17.33
0.1L 3.5 104.186 77.175 26.46 19.6 81.86 60.638 20.790 15.40
0.15L 5.25 147.597 109.331 23.15 17.15 115.97 85.903 18.191 13.48
0.2L 7 185.220 137.200 19.85 14.7 145.53 107.800 15.593 11.55
0.25L 8.75 217.055 160.781 16.54 12.25 170.54 126.328 12.994 9.63
0.3L 10.5 243.101 180.075 13.23 9.8 191.01 141.488 10.395 7.70
0.35L 12.25 263.360 195.081 9.92 7.35 206.93 153.278 7.796 5.78
0.4L 14 277.830 205.800 6.62 4.9 218.30 161.700 5.198 3.85
0.45L 15.75 286.512 212.231 3.31 2.45 225.12 166.753 2.599 1.93
0.5L 17.5 289.406 214.375 0 0 227.39 168.438 0 0

3.4.2.3- Le poids de la superstructure

De même pour la superstructure on récapitule les résultats dans le tableau ci-dessous



TABLEAU 3. 25: SOLLICITATIONS DUES A LA SUPERSTRUCTURE

x(m) M (t.ml) T(t) M(ELU) M(ELS) T(ELU) T(ELS)

0 1.05 0 18.414 0 0 24.86 18.41


1.75 1.05 30.61 16.57 41.33 30.61 22.37 16.57
3.5 1.05 58.01 14.73 78.31 58.01 19.89 14.73
5.25 1.05 82.17 12.89 110.94 82.17 17.40 12.89
7 1.05 103.12 11.05 139.21 103.12 14.92 11.05
8.75 1.05 120.84 9.21 163.14 120.84 12.43 9.21
10.5 1.05 135.35 7.37 182.72 135.35 9.94 7.37
12.25 1.05 146.62 5.52 197.94 146.62 7.46 5.52
14 1.05 154.68 3.68 208.82 154.68 4.97 3.68
15.75 1.05 159.51 1.84 215.34 159.51 2.49 1.84
17.5 1.05 161.125781 0 217.52 161.13 0 0

3.4.3- Charge A(l)


3.4.3.1- Moments fléchissant

Dans ce cas, aussi, l’utilisation de la ligne d’influence peut être remplacée par le
diagramme des moments, puisque le cas le plus défavorable revient à charger toute la
longueur de la poutre . Et en tenant compte de la répartition transversale des charges,
les moments sont donnés par la formule suivante :

Avec :
Le coefficient de répartition transversale correspondant au système A(l) ;

Figure 3. 8: Diagramme des moments fléchissant sous l’effet du système A(l)


3.4.3.2- Efforts tranchants
Les efforts tranchants se calculent à l’aide de leur ligne d’influence en tenant compte
de la longueur chargée.

Figure 3. 9: Effort tranchant dans la section x sous l’effet de la charge A(l).

Avec
Puisque le cas le plus défavorable revient à
Charger deux voies sur une longueur qui vaut (

Le tableau suivant, rassemble les résultats obtenus :

TABLEAU 3. 26: SOLLICITATIONS DUES A LA CHARGE A(L)

ELS ELU
M (t.m) T (t) M (t.m) T (t)
x(m)
inter rive inter rive inter rive inter rive
0 0 0 0 129.00 156.38 0 0 172.00 208.50
0.05L 1.75 428.94 519.95 116.43 141.13 571.91 693.26 155.23 188.17
0.1L 3.5 812.72 985.16 104.49 126.66 1083.63 1313.55 139.32 168.89
0.15L 5.25 1151.35 1395.65 93.20 112.98 1535.14 1860.86 124.27 150.64
0.2L 7 1444.83 1751.40 82.56 100.08 1926.45 2335.20 110.08 133.44
0.25L 8.75 1693.17 2052.42 72.56 87.96 2257.55 2736.56 96.75 117.28
0.3L 10.5 1896.34 2298.71 63.21 76.62 2528.46 3064.95 84.28 102.17
0.35L 12.25 2054.37 2490.27 54.50 66.07 2739.16 3320.36 72.67 88.09
0.4L 14 2167.25 2627.10 46.44 56.30 2889.67 3502.80 61.92 75.06
0.45L 15.75 2234.98 2709.20 39.02 47.30 2979.97 3612.26 52.03 63.07
0.5L 17.5 2257.55 2736.56 32.25 39.09 3010.07 3648.75 43.00 52.13
3.4.4- La charge du trottoir
3.4.4.1- Moments fléchissant

Le calcul se fait de manière analogue à celui de A(l). Les moments sont donnés par la
formule suivante

en t/ml

: le coefficient de répartition transversale correspondant à Tr ;

3.4.4.2- Efforts tranchants

Les efforts tranchants se calculent à l’aide de leur ligne d’influence. La charge Tr est
constante et elle est placée de la manière la plus défavorable.

Figure 3. 10: Effort tranchant dans la section x sous l’effet de la charge Tr


.

Les résultats de calcul sont regroupés dans le tableau suivant :

TABLEAU 3. 27: SOLLICITATIONS DUES A LA CHARGE DU TROTTOIR

ELS ELU
X(m) M T M T
inter rive inter rive inter rive inter rive
0 0 0 5.3255 10.3576 0 0 8.521 16.572
0.05L 17.71 34.44 4.8062 9.3477 28.33 55.10 7.690 14.956
0.1L 33.55 65.25 4.3136 8.3897 53.68 104.40 6.902 13.423
0.15L 47.53 92.44 3.8477 7.4834 76.05 147.91 6.156 11.973
0.2L 59.65 116.01 3.4083 6.6289 95.43 185.61 5.453 10.606
0.25L 69.90 135.94 2.9956 5.8261 111.83 217.51 4.793 9.322
0.3L 78.28 152.26 2.6095 5.0752 125.26 243.61 4.175 8.120
0.35L 84.81 164.94 2.2500 4.3761 135.69 263.91 3.600 7.002
0.4L 89.47 174.01 1.9172 3.7287 143.15 278.41 3.067 5.966
0.45L 92.26 179.45 1.6110 3.1332 147.62 287.11 2.578 5.013
0.5L 93.20 181.26 1.3314 2.5894 149.11 290.01 2.130 4.143

3.4.5- Le système Mc120


3.4.5.1- Moments fléchissant

La charge militaire Mc120 étant une charge répartie, et en utilisant les lignes
d’influences, on détermine les sollicitations en multipliant la charge par l’aire
correspondante . Pour avoir l’effet le plus défavorable, on cherche l’aire maximale de la
ligne d’influence placée sous la charge.

Figure 3. 11: Détermination des moments fléchissant sous l’effet de la charge Mc120.

Les moments fléchissant sont donnés par la formule suivante :

q : charge répartie correspondant à


;
: Le coefficient de majoration dynamique dans notre cas (
: Le coefficient de répartition transversale correspondant à Mc120 ;
3.4.5.2- Efforts tranchants

La recherche du cas le plus défavorable pour les efforts tranchants est plus simplifiée
car il suffit de positionner un char adjacent au sommet de la ligne d’influence Les efforts
tranchants sont donnés par la formule suivante (avec les mêmes notations):

Figure 3. 12: Effort tranchant dans la section x sous l’effet de Mc120

Le tableau suivant rassemble les résultats obtenu pour les deux poutres de rive et
intermédiaire :

TABLEAU 3. 28: SOLLICITATIONS DUES A LA CHARGE MC120


ELS ELU
M(t .m) T (m) M (t.m) T(t)
X(m) inter rive inter rive inter rive inter rive
0 0 0 348.89 453.66 0 0 471.01 612.45
1.75 580.0 754.2 329.78 428.82 783.0 1018.2 445.21 578.90
3.5 1099.0 1429.0 310.67 403.97 1483.7 1929.2 419.41 545.36
5.25 1556.9 2024.5 291.56 379.12 2101.9 2733.0 393.61 511.81
7 1953.8 2540.5 272.45 354.27 2637.6 3429.7 367.81 478.26
8.75 2289.6 2977.2 253.34 329.42 3091.0 4019.2 342.01 444.72
10.5 2564.4 3334.4 234.23 304.57 3461.9 4501.5 316.22 411.17
12.25 2778.1 3612.3 215.12 279.72 3750.4 4876.6 290.42 377.63
14 2930.7 3810.8 196.01 254.88 3956.5 5144.5 264.62 344.08
15.75 3022.3 3929.9 176.90 230.03 4080.1 5305.3 238.82 310.54
17.5 3052.8 3969.6 157.79 205.18 4121.3 5358.9 213.02 276.99

3.4.6- La charge Bc
3.4.6.1- Moments fléchissant :

Ces moments sont calculés à l’aide de leurs lignes d’influences (Li) dans la section
considérée en plaçant la charge dans le sens longitudinal de la manière la plus
défavorable (deux files dans le sens transversal). La ligne d’influence des moments est une
ligne brisée formée de segments de droites. Il en résulte que la position la plus défavorable
du convoi comporte toujours la présence d’un essieu au droit de la section considérée.
Les moments fléchissant sont donnés par le formule suivante :

Avec

Figure 3. 13: Détermination des moments fléchissant sous l’effet de la charge

3.4.6.2- Efforts tranchants

Les efforts tranchants sont donnés par la formule suivante (avec les mêmes notations)
Figure 3. 14: Effort tranchant dans la section x sous l’effet de

TABLEAU 3. 29: SOLLICITATIONS DUES A LA CHARGE

ELS ELU
M T M T
x(m) inter rive inter rive inter rive inter rive
0 0 0 429.525 387.890 0 0 572.700 517.19
1.75 704.61 636.31 402.632 363.604 939.47 848.41 536.842 484.81
3.5 1315.08 1187.61 375.738 339.317 1753.45 1583.48 500.985 452.42
5.25 1831.44 1653.91 348.845 315.031 2441.92 2205.22 465.127 420.04
7 2253.66 2035.21 321.952 290.744 3004.88 2713.61 429.269 387.66
8.75 2622.10 2367.94 295.058 266.458 3496.13 3157.25 393.411 355.28
10.5 2896.41 2615.66 268.165 242.171 3861.88 3487.54 357.553 322.90
12.25 3076.60 2778.38 241.272 217.885 4102.13 3704.50 321.696 290.51
14 3162.66 2856.10 214.378 193.598 4216.88 3808.13 285.838 258.13
15.75 3275.61 2958.10 187.485 169.312 4367.48 3944.13 249.980 225.75
17.5 3294.43 2975.10 160.592 145.025 4392.58 3966.80 214.122 193.37

3.4.7- La charge :
3.4.7.1- Moments fléchissant :
Ces moments sont calculés de manière analogue à celle du système

Les moments fléchissant sont donnés par la formule suivante :

3.4.7.2- Efforts tranchants :


Les efforts tranchants sont donnés par la formule suivante :
Le tableau suivant rassemble les résultats obtenus pour les deux poutres de rive et
centrale :

TABLEAU 3. 30: SOLLICITATIONS DUES A LA CHARGE

ELS ELU
M T M T
x(m) inter rive inter rive inter rive inter rive
0 0 0 44.455 89.749 0 0 59.273026 119.665761
1.75 73.91 149.21 42.23 85.26 98.54 198.94 56.31 113.68
3.5 140.03 282.71 40.01 80.77 186.71 376.95 53.35 107.70
5.25 198.38 400.51 37.79 76.29 264.51 534.01 50.38 101.72
7 248.95 502.60 35.56 71.80 331.93 670.13 47.42 95.73
8.75 291.73 588.98 33.34 67.31 388.98 785.31 44.45 89.75
10.5 326.74 659.66 31.12 62.82 435.66 879.54 41.49 83.77
12.25 353.97 714.63 28.90 58.34 471.96 952.84 38.53 77.78
14 373.42 753.89 26.67 53.85 497.89 1005.19 35.56 71.80
15.75 385.09 777.45 24.45 49.36 513.45 1036.60 32.60 65.82
17.5 388.98 785.31 22.23 44.87 518.64 1047.08 29.64 59.83
CHAPITRE IV :ETUDE DES POUTRES

4.1- Données de calcul


4.1.1- Caractéristique des matériaux
4.1.1.1- béton :
On choisira un béton de résistance caractéristique vu la nécessité
avoir une résistance du béton très importante pour supporter les efforts de la précontrainte.

Ainsi, la résistance à la traction du béton est de :


Pour un âge du béton inférieur à 28 jours :

4.1.1.2- L’acier actif (de précontrainte) :

On va utiliser des câbles à base de torons 7T15 dont les caractéristiques sont les
suivantes :

TABLEAU 4. 1: CARACTERISTIQUE DU CABLE DE LA PRECONTRAINTE

7T15
Section d'un câble Ap 1050 mm2
Diamètre de la gaine Øg 71 mm
Limite élastique fpeg 1573 MPa
Limite de rupture fprg 1770 MPa
Tension à l’origine 1415.7 MPa
Précontrainte à l’origine d’un câble 1.486 MN

4.1.1.3- L’acier passif

Les aciers utilisés sont les aciers courants à haute adhérence de béton armé des classes
FeE500.

4.1.2- Contraintes admissibles du béton

Les contraintes admissibles du béton sont essentiellement liées à la classe de la poutre


qu’on étudie. En effet, il existe trois classes de vérification:

 Classe I : réservée aux éléments soumis à des tractions simples ou aux ouvrages nécessitant
une étanchéité parfaite.
 Classe II : elle est destinée aux ouvrages exposés aux intempéries ou en atmosphère
agressive.
 Classe III : utilisé pour la construction d’ouvrages protégés des intempéries ou peu exposés

Pour notre cas, vu que le pont est exposé aux intempéries agressives mais ne
nécessitant pas d’une étanchéité parfaite. Alors, nos poutres sont de classe II.
Ainsi, le tableau suivant décrit les contraintes admissibles du béton pour la classe II.

TABLEAU 4. 2: CONTRAINTES ADMISSIBLES POUR LA CLASSE II

Situation Exploitation Construction


Quasi-
Actions Rares Fréquentes Rares
permanentes

(MPa) -

Dans section
0 -
Classe d’enrobage
(MPa) II Hors section
- -
d’enrobage

4.1.3- Mode de construction :

Comme nous le verrons dans les chapitres qui suivent, le dimensionnement de ce type
de tablier est étroitement lié au mode de construction. Ainsi, on coule sur une aire de
préfabrication les poutres et une partie de l’entretoise (amorces). Après durcissement (à 7
jours) on met en tension une première famille de câbles dont les ancrages sont situés dans
les abouts verticaux.

Les poutres sont mises en place par levage, puis le hourdis général et les compléments
d’entretoises sont coulés pour assurer une continuité transversale à l’ensemble et
augmenter son inertie.

Après durcissement de ce béton de deuxième phase, on met alors en tension une


deuxième famille de câbles (16 jours). Si l'ancrage de la deuxième famille ne peut pas être
placé en extrémité des poutres alors elle sera ancrée à l’extrados du tablier.
On procède par la suite à la réalisation des superstructures : trottoirs, chaussées, garde
corps.

Figure 4. 1: disposition des câbles de précontrainte


Ainsi, Nous supposons que le calendrier des opérations est le suivant :

TABLEAU 4. 3 : DESCRIPTION DU MODE DE CONSTRUCTION

Phase 1 2 3 4 5
Mise en
Coulage du Coulage du
tension Mise en
béton des béton de Superstructures +
des tension de
Opération poutres + hourdis + Surcharges
câbles de la
amorces complément ème d’exploitation
la 2 famille
d’entretoise entretoises
1ère famille
1.1 PA PA
P0 = 1.1 Pi (50% Δσdiff ) (toutes les pertes)
Pi = 1.2 PA fcj = 30 MPa fcj = 35 MPa
(perte P0 =1.1Pi
Précontrainte
inst.) Pi = 1.2 PB PB
fcj = 25 (pertes (toutes les pertes)
MPa inst.) fcj = 35 MPa
fcj = 25 MPa
P0 : la précontrainte avant les pertes ;
Données Pi : la précontrainte initiale, après pertes instantanées et avant pertes différées ;
PA (resp. PB) : précontrainte finale de la 1ère famille (resp. 2ème famille).

4.1.4- Caractéristique géométrique de la section

Voici un rappel des données géométriques de la section de la poutre d’une part et de la


section de la poutre avec le hourdis d’autre part.

Pour les poutres de rive :

TABLEAU 4. 4: CARACTERISTIQUES DES SECTIONS POUR POUTRE DE RIVE

Section médiane Section à l’appui


Sans hourdis Avec hourdis Sans hourdis Avec hourdis
S (m2) 0.8029 1.2429 1.0337 1.4737
I (m4) 0.3819 0.6678 0.4169 0.7091
V (m) 0.9 0.746 1.03 0.781
V’ (m) 1 1.354 0.87 1.319
ρ 0.5285 0.5319 0.45 0.467

Pour les poutres intermédiaires :

TABLEAU 4. 5: CARACTERISTIQUES DES SECTIONS POUR POUTRE INTERMEDIAIRE

Section médiane Section à l’appui


Sans hourdis Avec hourdis Sans hourdis Avec hourdis
S (m2) 0.8029 1.3629 1.03375 1.59375
I (m4) 0.38190358 0.71385923 0.41694137 0.76090056
V (m) 0.9 0.689 0.87 0.73
V’ (m) 1 1.411 1.03 1.37
ρ 0.5285 0.5388 0.45 0.477

4.2- Détermination de la précontrainte.


4.2.1- Les charges appliquées :

Après avoir calculé les sollicitations pour la poutre intermédiaire et celle de rive, on a
trouvé que cette dernière subit les sollicitations maximales. Ainsi, Les charges appliquées
sur cette poutre sont les suivants :

 Poids propre :
 Poutre seule :
 Hourdis (deuxième phase)

 Superstructure :

Cette charge contient la chaussée, la chape d’étanchéité et le trottoir, alors :

 Charge d’exploitation :

Elle comprend essentiellement les charges routières A(l), Bc, Br, Bt et Mc120. Les
moments sont calculés dans le chapitre précédent.

Ainsi, les moments utilisés pour le dimensionnement de la précontrainte sont résumés


dans le tableau ci-dessous :

TABLEAU 4. 6: LES MOMENTS DANS LA SECTION MEDIANE

charges Moment
Poids poutre

Poutre intermédiaire
Hourdis
Poutre de rive
Superstructure

Poutre intermédiaire 338.763 t.m


Charge routière
Poutre de rive 396.18 t.m

4.2.2- Excentricité de la précontrainte

En comparant les précontraintes minimales nécessaire pour la section médiane en la


considérant d’une part comme sous-critique et d’autre part comme sur-critique. On peut
déterminer l’excentricité moyenne du câble.

 Sans hourdis :

Si la section est sous critique :

Si la section est sur critique :

Et selon la comparaison entre PI et PII, on aura soit :

 Une section sous critique, donc, l’excentricité est de :

tel que
 Une section sur critique, donc, l’excentricité est de :

Ainsi, pour notre projet, on trouve l’excentricité dans la section médiane pour :

TABLEAU 4. 7 : EXCENTRICITE DU CABLE MOYEN DE LA 1ER FAMILLE

Poutre intermédiaire Poutre de rive


PI 0.635 MN 1.2071 MN
PII 6.34 MN 7.4226 MN
L’excentricité -0.89 m -0.89 m

Figure 4. 2: excentricité du câble moyen de la 1ère famille


 Avec hourdis :

Avec le même raisonnement explicité dans le paragraphe précédent dans le cas d’une
section sans hourdis, on détermine l’excentricité pour :

TABLEAU 4. 8: EXCENTRICITE DU CABLE MOYEN DES DEUX FAMILLES

Poutre intermédiaire Poutre de rive


PI -1.92MN -1.414MN
PII 4.98 MN 5.865 MN
L’excentricité -1.269 m -1.212 m

Figure 4. 3: excentricité du câble moyen des deux familles

4.2.3- Nombre de câble


4.2.3.1- Première famille

Pour les câbles de la première famille, les deux phases les plus défavorables sont :
 Leur mise en tension (phase 2), les contraintes seront comme suit :

Figure 4. 4: diagramme des contraintes à la phase 2


Ainsi on trouve pour la poutre intermédiaire et la poutre de la rive car la section est la
même :

 Juste avant la mise en tension de la 2ème famille et après bétonnage du hourdis (phase 4-).

Figure 4. 5: diagramme des contraintes à la phase 4-

Ainsi on trouve pour


 la poutre intermédiaire :

 la poutre de la rive

Alors, la précontrainte après les pertes instantanées et différées, on trouve que :


Ainsi :

Ainsi, en divisant les bornes de la précontrainte nécessaire par la précontrainte d’un


câble 7T15, le nombre de câble nécessaire est:

Ainsi, on opte pour quatre câbles 7T15 pour la première famille et la précontrainte
après toutes les pertes :

Alors, le diagramme des contraintes de la phase 4, juste avant la mise en tension de la


2ème famille:

 pour poutre intermédiaire

Figure 4. 6: diagramme des contraintes à la phase 4- pour la poutre intermédiaire


 Poutre de rive :

Figure 4. 7: diagramme des contraintes à la phase 4+ pour la poutre de rive


4.2.3.2- Deuxième famille

Pour les câbles de la deuxième famille, les deux phases les plus défavorables sont :

 Leur mise en tension (phase 4), les contraintes seront comme suit :

Figure 4. 8: diagramme des contraintes à la phase 4+

Ainsi on trouve pour


 la poutre intermédiaire :

 la poutre de la rive

 En phase finale (phase 5) en combinaisons rares, il ne faut pas oublier d’ajouter au


diagramme de la phase 4-, les contraintes dues aux pertes de 0,1 PA entre phase 4 et 5 de
la première famille de câbles, comme indiqué ci-dessous : (à revoir)
Figure 4. 9: diagramme des contraintes à la phase 5

Ainsi on trouve pour


 la poutre intermédiaire :

 la poutre de la rive

Alors, la précontrainte après les pertes instantanées et différées, on trouve que :

Ainsi :

Ainsi, en divisant les bornes de la précontrainte nécessaire par la précontrainte d’un


câble 7T15, le nombre de câble nécessaire est:

Ainsi, on opte pour deux câbles 7T15 pour la deuxième famille et la précontrainte
après toutes les pertes :
Pour la vérification les contraintes lors de l’exploitation, on doit utiliser les
combinaisons rare et quasi permanent.

1- Disposition des câbles à mi-portée


Pour permettre la mise en place correcte du béton et éviter l’interaction d’un paquet de
gaines sur un autre paquet lors de la mise en tension, on doit respecter les distances
minimales exigées par le règlement.
Le groupement de paquet est de
- Dans le sens horizontal à : - Dans le sens vertical à

Pour l’espacement des armatures de précontrainte :

eh : espacement horizontal e v : espacement vertical c : distance avec le


parement

Ainsi, on prend :

Le schéma ci-dessous décrit la disposition des câbles et des armatures passifs à mi-
portée :
(à revoir)
Figure 4. 10: disposition des câbles de précontrainte dans la section médiane

4.3- Tracé des câbles


4.3.1- Données nécessaires :
4.3.1.1- Disposition des câbles sur la section d’appui :

Les dispositions constructives des câbles de précontraintes selon BPEL préconisent:


Distance minimum entre axes de 36 cm.
Distance minimum entre axe et paroi de 21 cm.

Figure 4. 11 : disposition des ancrages d’about


4.3.1.2- Calcul d’effort tranchant admissible :
L’effort tranchant admissible est donnée par la formule suivante :

- : contrainte tangentielle admissible à l’ELS :

Avec :

- bn : Largeur nette, obtenue en soustrayant de l’épaisseur brute le demi- diamètre des


conduits des armatures actives : bn = 0,4 – (0,071/2) = 0,365m.
- I : moment d’inertie de la section par rapport au centre de gravité.
- S : moment statique par rapport à Gz de la partie située au dessus du centre de gravité

Ainsi, on calcule l’effort tranchant admissible pour la poutre intermédiaire et la poutre


de rive présenté dans le tableau suivant :

TABLEAU 4. 9: CALCUL DES EFFORTS TRANCHANTS MAXIMALES


Poutre intermédiaire Poutre de rive
Sans hourdis Avec hourdis Sans hourdis Avec hourdis
6.148 MPa 3.988 MPa 6.148 MPa 4.313 MPa
2.19 MPa 2.06 MPa 2.19 MPa 2.09 MPa
I 0.41694137 0.76090056 0.41694137 0.70908439
bn 0.365 0.365 0.365 0.365
S 0.293 0.489 0.293 0.4567
1.137 1.165 1.137 1.182

4.3.2- Première famille


Le relevage des câbles de la première famille de câbles sert à diminuer l’effort
tranchant, mais on peut aussi moduler l’excentricité sur appui du câble moyen pour
augmenter ou diminuer la déformée de la poutre à mi-travée, ou satisfaire aux conditions
d’appui, concernant l’équilibre de la bielle d’about et celui du coin inférieur.

Généralement, le fuseau de passage est très étroit dans les zones avoisinant la section
la plus sollicitée et laisse davantage de possibilités au niveau des abouts. Dans les zones
d’extrémité, les contraintes de cisaillement sont généralement importantes, le tracé peut de
ce fait être guidé par le souci de minimiser l’intensité de ces contraintes.

4.3.2.1- Angle et longueur de relevage du câble moyen


Soit α l’angle de relevage du câble moyen au niveau de l’appui d’extrémité, l’effort
tranchant réduit est :
 Sous l’effet minimal des charges :
 Sous l’effet maximal des charges :

Cet effort tranchant doit respecter la condition suivant :

Ainsi, l’angle de relevage su câble moyen est compris entre :

Et aussi, la longueur de relevage des câbles :

Ces tableaux suivant décrit les intervalles des angles de relevage pour les deux poutres.

TABLEAU 4. 10: CALCUL DES ANGLES DE RELEVAGE EXTREMES POUR LA 1ERE FAMILLE

Poutre intermédiaire Poutre de rive


Tmin 0.8064 MN 0.7539 MN
Tmax 1.2519 MN 1.2076 MN
αmax 1.12° 0.68°
αmin 19.08° 18.55°

Ainsi pour simplifier le calcul, on va prendre l’intersection des intervalles de l’angle de


relevage et on trouve : 1.12° 18.55°

En se basant sur les recommandations du SETRA, on prend donc:

Remarque :

Pour simplifier le calcul et l’exécution des poutres, on va prendre lk la même pour toutes
les câbles.

4.3.2.2- Equations des câbles précontraintes


On suppose que tous les câbles de la 1ère famille ont la même longueur de relevage
égale à la forme de tous les câbles de la première famille se composent de :

- Courbe parabolique se trouve dans l’intervalle [-0.5, ]


- Ligne rectiligne horizontal d’une longueur lk se situe dans l’intervalle [ , ] qui a pour
orthonormé

En déterminant les coefficients de la parabole pour chaque câble, on trouve les


équations suivantes résumés dans le tableau suivant :
TABLEAU 4. 11 : EQUATIONS DES CABLES DE LA 1ERE FAMILLE

Equation du câble
N° du Orthonormé à Angle à
câble l’appui l’appui [-0.5 m, 8.75m] [8.75m, 17.5m]

1 -0.75 1.69°
2 -0.28 7.17°
3 0.18 12.42°
4 0.65 17.57°

Remarque: l’origine du repère est à l’intersection de l’axe neutre (section préfabriqué) avec
la section de l’appui.

4.3.2.3- Vérification des contraintes:


Pour les vérifications des contraintes il suffit de vérifier que le trace du câble moyen
de la 1ère famille est inclut dans Le fuseau de passage, qui est donné par e1(x) et e2(x) tel
que :

Ainsi, le tableau suivant représente les excentricités maximales et minimales et


l’excentricité du câble qui doit être entre les valeurs extrêmes :

- Poutre intermédiaire :

TABLEAU 4. 12: EXCENTRICITE DU CABLE MOYENNE DE LA 1 ERE FAMILLE POUR POUTRE


INTERMEDIAIRE

X(m) Mmax(t.m) Mmin(t.m) esup(m) einf(m) emoy(m) vérification


0 0,000 0,000 0,302 -0,721 -0,134 vérifié
1,75 1,035 0,628 0,128 -0,792 -0,394 vérifié
3,5 1,961 1,190 -0,028 -0,855 -0,600 vérifié
5,25 2,779 1,685 -0,165 -0,910 -0,752 vérifié
7 3,487 2,115 -0,284 -0,958 -0,849 vérifié
8,75 4,086 2,478 -0,385 -0,999 -0,891 vérifié
10,5 4,576 2,776 -0,468 -1,033 -0,894 vérifié
12,25 4,958 3,007 -0,532 -1,059 -0,894 vérifié
14 5,230 3,172 -0,578 -1,077 -0,894 vérifié
15,75 5,394 3,271 -0,605 -1,088 -0,894 vérifié
17,5 5,448 3,304 -0,614 -1,092 -0,894 vérifié
- Poutre de rive
ERE
TABLEAU 4. 13: EXCENTRICITE DU CABLE MOYENNE DE LA 1 FAMILLE POUR POUTRE DE RIVE

X(m) Mmax Mmin esup einf emoy vérification


0 0,000 0,000 0,302 -0,721 -0,134 vérifié
1,75 0,948 0,628 0,143 -0,792 -0,394 vérifié
3,5 1,796 1,190 0,000 -0,855 -0,600 vérifié
5,25 2,544 1,685 -0,126 -0,910 -0,752 vérifié
7 3,193 2,115 -0,235 -0,958 -0,849 vérifié
8,75 3,742 2,478 -0,327 -0,999 -0,891 vérifié
10,5 4,191 2,776 -0,403 -1,033 -0,894 vérifié
12,25 4,540 3,007 -0,462 -1,059 -0,894 vérifié
14 4,789 3,172 -0,504 -1,077 -0,894 vérifié
15,75 4,939 3,271 -0,529 -1,088 -0,894 vérifié
17,5 4,989 3,304 -0,537 -1,092 -0,894 vérifié

4.3.3- Deuxième famille

Les câbles de deuxième famille sont généralement tous relevés en travée. Pour faciliter
l'exécution, on cherchera à adopter un espacement constant entre points de sortie et à
conserver un même angle de sortie pour tous les câbles. L'angle de sortie des câbles relevés
est compris entre 20° et 30°, ce qui permet d'une part de limiter la longueur des encoches et
d'autre part d'apporter une bonne réduction d'effort tranchant.
Habituellement, le câble le plus court sort au voisinage du quart de portée et le câble le
plus long est ancré assez près de l'about de sorte que l'ensemble du hourdis soit
précontraint.

Comme pour la 1er famille, les câbles de la 2eme famille se compose d’une courbe
parabolique et d’une ligne horizontale.
Alors, longueur de relevage :
Ainsi, l’équation des câbles seront comme suit :

TABLEAU 4. 14: EQUATIONS DES CABLES DE LA 2EME FAMILLE

Equation du câble
N° du Abscisse à Angle à
câble l’appui (A) l’appui [A, A + lk] [A+lk, 17.5m]

5 2 20°
6 6 20°

Remarque: l’origine du repère est à l’intersection de l’axe neutre (section complète) avec la
section de l’appui.

Pour la vérification, on suit le même raisonnement décrit précédemment pour la


première famille. Ainsi, on trouve :
- Poutre intermédiaire :
TABLEAU 4. 15: EXCENTRICITE DU CABLE MOYENNE DES DEUX FAMILLE POUR POUTRE
INTERMEDIAIRE

X(m) Mmax Mmin esup einf emoy Vérification


0 0,000 0,000 0,218 -1,231 -0,545 vérifié
1,75 2,090 1,035 -0,016 -1,347 -0,805 vérifié
3,5 3,939 1,961 -0,224 -1,451 -0,773 vérifié
5,25 5,549 2,779 -0,404 -1,542 -0,992 vérifié
7 6,919 3,487 -0,558 -1,622 -1,148 vérifié
8,75 8,089 4,086 -0,689 -1,689 -1,238 vérifié
10,5 9,020 4,576 -0,794 -1,744 -1,163 vérifié
12,25 9,710 4,958 -0,871 -1,787 -1,227 vérifié
14 10,161 5,230 -0,922 -1,817 -1,262 vérifié
15,75 10,492 5,394 -0,959 -1,836 -1,269 vérifié
17,5 10,584 5,448 -0,969 -1,842 -1,269 vérifié

- Poutre de rive

TABLEAU 4. 16: EXCENTRICITE DU CABLE MOYENNE DES DEUX FAMILLE POUR POUTRE DE
RIVE

X(m) Mmax Mmin esup einf emoy Vérification


0 0,000 0,000 0,247 -1,127 -0,488 vérifié
1,75 2,127 1,076 0,009 -1,248 -0,748 vérifié
3,5 4,030 2,039 -0,205 -1,355 -0,716 vérifié
5,25 5,709 2,888 -0,393 -1,451 -0,935 vérifié
7 7,164 3,624 -0,556 -1,533 -1,091 vérifié
8,75 8,395 4,247 -0,694 -1,603 -1,181 vérifié
10,5 9,403 4,757 -0,807 -1,660 -1,106 vérifié
12,25 10,187 5,153 -0,895 -1,705 -1,170 vérifié
14 10,746 5,436 -0,958 -1,737 -1,205 vérifié
15,75 11,082 5,606 -0,995 -1,756 -1,212 vérifié
17,5 11,194 5,663 -1,008 -1,762 -1,212 vérifié

Ainsi le tracé des câbles des deux familles sera comme suit :

Figure 4. 12: profil des câbles de précontraintes sur la demi-poutre


4.4- Perte de la précontrainte
4.4.1- Caractéristique des câbles

On utilisera les données suivantes pour l’évaluation des pertes :

 Section d'un câble : Ap = 1050 mm2


 Diamètre d'encombrement de la gaine : ϕg = 71 mm
 Force initiale permise sous ancrage : P = 1.486 MN
 Coefficient de frottement linéaire : f = 0,18 rd-1
 Coefficient de frottement angulaire: φ = 0, 002 m-1
 Contrainte de rupture garantie : fprg = 1770 MPa
 Contrainte élastique garantie: fpeg = 1573 MPa
 Tension à l’origine: σP0 = 1415.7 MPa
 Paramètre de relaxation : ρ1000h = 2.5%
 Module d’Young des aciers de précontrainte : E = 190000 MPa
 Recul à l'ancrage : g = 5 mm

4.4.2- Pertes instantanées :


4.4.2.1- Perte par frottement :
Les pertes par frottements résultent du mouvement relatif de l’armature par rapport à
sa gaine.
Ces pertes sont calculées à chaque abscisse x par la formule suivante:

Avec : α : la variation angulaire du câble.


Les pertes de précontraintes par frottement sont données par :

TABLEAU 4. 17: LES PERTES PAR FROTTEMENT

Câble 1 Câble 2 Câble 3 Câble 4 Câble 5 Câble 6


0L 7,115 30,281 52,482 74,359 - -
0.05L 10,724 29,547 47,714 65,833 - -
0.1L 14,333 28,788 42,819 56,950 87,067 -
0.15L 17,942 28,010 37,824 47,781 77,783 -
0.2L 21,551 27,218 32,758 38,406 68,087 100,960
0.25L 25,159 26,419 27,652 28,912 58,060 91,807
0.3L 28,768 25,619 22,538 19,392 47,799 82,220
0.35L 34,685 34,685 34,685 34,685 34,685 72,279
0.4L 39,640 39,640 39,640 39,640 39,640 62,075
0.45L 44,595 44,595 44,595 44,595 44,595 51,710
0.5L 49,550 49,550 49,550 49,550 49,550 49,550
4.4.2.2- Perte par recule d’encrage
Cette perte est calculée sur la distance affectée

Où est la pente de la droite de la tension σ(x) dans le câble


après pertes de frottement .


On a pour :

Ainsi, on trouve que la perte moyenne de frottement par mètre est :
- pour les câbles de la 1ère famille.
- pour le câble 5.
- pour le câble 6.
Les résultats trouvés sont récapitulés dans le tableau suivant :

TABLEAU 4. 18: LES PERTES PAR RECUL D’ENCRAGE


Câble 1 Câble 2 Câble 3 Câble 4 Câble 5 Câble 6
0L 102,367 102,367 102,367 102,367 - -
0.05L 92,457 92,457 92,457 92,457 - -
0.1L 82,547 82,547 82,547 82,547 76,531 -
0.15L 72,637 72,637 72,637 72,637 66,621 -
0.2L 62,728 62,728 62,728 62,728 56,711 43,423
0.25L 52,818 52,818 52,818 52,818 46,801 33,513
0.3L 42,908 42,908 42,908 42,908 36,891 23,603
0.35L 32,998 32,998 32,998 32,998 26,981 13,694
0.4L 23,088 23,088 23,088 23,088 17,072 3,784
0.45L 13,178 13,178 13,178 13,178 7,162 0,000
0.5L 3,268 3,268 3,268 3,268 0,000 0,000

4.4.2.3- Perte due au non simultanéité de mise en tension des câbles


A l'application d'une précontrainte, tous les câbles ne peuvent être tendus
simultanément. A la mise en tension de l'un d'eux, le béton se raccourcit, ce qui entraîne
une perte dans les câbles précédemment tendus. Cette perte est déterminée par la formule
suivante :

Avec :
: Contrainte de compression du béton au niveau du câble au jour « j » de la mise en
tension exprimée par la formule suivante :

Les différents résultats sont regroupés dans le tableau suivant :


TABLEAU 4. 19: LES PERTES DU NON SIMULTANEITE DE LA MISE EN TENSION DES CABLES

1er famille 2eme famille

0L 7,560 22,329 - -
0.05L 9,088 26,841 - -
0.1L 11,046 32,625 6,817 20,135
0.15L 12,728 37,594 8,329 24,600
0.2L 13,663 40,354 8,273 24,434
0.25L 13,612 40,205 9,791 28,919
0.3L 12,754 37,671 10,759 31,777
0.35L 12,405 36,640 11,323 33,443
0.4L 12,019 35,498 11,558 34,137
0.45L 11,787 34,813 11,563 34,151
0.5L 11,709 34,585 11,501 33,969

4.4.2.4- Perte de précontrainte instantanée


Les pertes de précontraintes instantanées sont données par :

Les résultats sont regroupés dans le tableau suivant :

TABLEAU 4. 20: LES PERTES INSTANTANEES POUR CHAQUE CABLE DANS CHAQUE SECTION

Câble 1 Câble 2 Câble 3 Câble 4 Câble 5 Câble 6


0L 131,811 154,977 177,178 199,056 - -
0.05L 130,022 148,845 167,012 185,131 - -
0.1L 129,505 143,960 157,991 172,122 183,733 -
0.15L 128,173 138,241 148,055 158,012 169,004 -
0.2L 124,633 130,300 135,840 141,488 149,232 168,817
0.25L 118,182 119,442 120,675 121,935 133,781 154,239
0.3L 109,347 106,197 103,116 99,970 116,467 137,600
0.35L 104,322 104,322 104,322 104,322 95,109 119,415
0.4L 98,226 98,226 98,226 98,226 90,848 99,995
0.45L 92,586 92,586 92,586 92,586 85,907 85,861
0.5L 87,403 87,403 87,403 87,403 83,518 83,518

Apres avoir calcule le total des pertes instantanées, pour les différents câbles, on se
trouve devant des pertes qui ne dépassent pas 25% de la tension initiale, ce qui reste dans
les normes pour les ouvrages courants.
On précise aussi que les pertes au niveau de la section médiane restent proches de
10%, ce qui justifie notre hypothèse de calcul.
4.4.3- Pertes différées :
4.4.3.1- Perte due au retrait du béton

On se réfère à la formule suivante :

Avec :

On trouve :

4.4.3.2- Perte due au fluage du béton

Cette perte s’exprime par la formule suivante :

Avec
σ∞ : La contrainte de compression du béton, au niveau du câble moyen, en phase finale ;
: La contrainte de compression maximale du béton, au niveau du câble moyen, en phase
finale ;
Ei : Module d’Young instantané du béton à âge infini.

Ainsi, les pertes par fluage du béton pour tous les câbles sont comme suit :

TABLEAU 4. 21: LES PERTES PAR FLUAGE DU BETON

X(m)
0L 111,643
0.05L 133,994
0.1L 121,746
0.15L 139,860
0.2L 109,335
0.25L 120,468
0.3L 125,728
0.35L 127,627
0.4L 128,780
0.45L 126,305
0.5L 125,444

4.4.3.3- Perte due à la relaxation de l’acier

Elle est donnée par la formule suivante :

Avec :
ρ1000h : Relaxation des aciers à 1000 heures en % ;
μ0= 0.43 pour les aciers TBR

: la contrainte de précontrainte après les pertes instantanées.


TABLEAU 4. 22: LES PERTES PAR RELAXATION DE L’ACIER

X(m) Câble 1 Câble 2 Câble 3 Câble 4 Câble 5 Câble 6


0L 56,882 53,380 50,110 46,969 - -
0.05L 57,156 54,298 51,597 48,959 - -
0.1L 57,235 55,034 52,931 50,847 49,160 -
0.15L 57,440 55,901 54,417 52,928 51,304 -
0.2L 57,985 57,113 56,266 55,408 54,240 51,332
0.25L 58,984 58,788 58,597 58,402 56,580 53,490
0.3L 60,364 60,859 61,345 61,843 59,251 55,998
0.35L 61,154 61,154 61,154 61,154 62,615 58,793
0.4L 62,119 62,119 62,119 62,119 63,296 61,839
0.45L 63,018 63,018 63,018 63,018 64,088 64,096
0.5L 63,848 63,848 63,848 63,848 64,473 64,473

a- Perte de précontrainte différée

Les pertes de précontraintes différée sont données par :

Les résultats sont regroupés dans le tableau suivant :

TABLEAU 4. 23: LES PERTES DIFFEREES POUR CHAQUE CABLE DANS CHAQUE SECTION

X(m) Câble 1 Câble 2 Câble 3 Câble 4 Câble 5 Câble 6


0L 216,045 213,127 210,402 207,784 - -
0.05L 238,623 236,242 233,991 231,793 - -
0.1L 226,442 224,608 222,855 221,119 219,713 -
0.15L 244,727 243,444 242,208 240,967 239,614 -
0.2L 214,656 213,930 213,224 212,509 211,535 209,112
0.25L 226,622 226,459 226,299 226,137 224,619 222,044
0.3L 233,031 233,443 233,848 234,263 232,103 229,393
0.35L 235,589 235,589 235,589 235,589 236,806 233,621
0.4L 237,546 237,546 237,546 237,546 238,526 237,312
0.45L 235,820 235,820 235,820 235,820 236,712 236,718
0.5L 235,651 235,651 235,651 235,651 236,172 236,172

Donc on remarque que le total des pertes différées reste inferieur a 20%, notre
hypothèse de calcul, ce qui va dans le sens de la sécurité.
4.5- Justification vis-à-vis L’ELS
4.5.1- Caractéristique géométrique des sections
Toutes les sections seront déterminées pour la section médiane car les sollicitations
sont les plus défavorables.

4.5.1.1- Section brute :


Section du béton seul, calculée d’après les dimensions de coffrage, sans tenir compte
ni des armatures, ni des ouvertures.

TABLEAU 4. 24: CARACTERISTIQUE DE LA SECTION BRUTE


Poutre intermédiaire Poutre de rive
sans hourdis avec hourdis sans hourdis avec hourdis
S 0,8029 1,3629 0,8029 1,2429
I 0,38190358 0,71385923 0,38190358 0,6677865
v 0,9 0,689 0,9 0,746
v' 1 1,411 1 1,354
ro 0,52850581 0,53876869 0,52850581 0,5319171

4.5.1.2- Section nette :


Section calculée à partir de la section brute en déduisant les sections brutes des vides
longitudinaux et transversaux, même s’ils sont ultérieurement remplis.

TABLEAU 4. 25: CARACTERISTIQUE DE LA SECTION NETTE


Poutre intermédiaire Poutre de rive
sans hourdis avec hourdis sans hourdis avec hourdis
S 0,77914485 1,33914485 0,77914485 1,21914485
I 0,36346687 0,67472240 0,36346687 0,63199715
v 0,92347126 0,69891317 0,92347126 0,75799957
v' 0,97652874 1,40108683 0,97652874 1,34200043
ro 0,51729492 0,51452834 0,51729492 0,50961030

a- Section homogène :
C’est la section nette majorée par n fois la section des armatures longitudinales de
précontrainte, sous réserve de l’adhérence entre ces armatures avec le béton. Il est admis
que le coefficient d’équivalence est pris égal à 5.
TABLEAU 4. 26: CARACTERISTIQUE DE LA SECTION HOMOGENE

Poutre intermédiaire Poutre de rive


sans hourdis avec hourdis sans hourdis avec hourdis
S 0,89792061 1,45792061 0,89792061 1,33792061
I 0,39678216 0,7130656 0,39678216 0,66971762
v 0,80475934 0,64409412 0,80475934 0,69301825
v' 1,09524066 1,45590588 1,09524066 1,40698175
ro 0,50134723 0,52157044 0,50134723 0,51336735

4.5.2- Effort de la précontrainte


Pour les justifications vis-à-vis des ELS, la précontrainte est représentée par une valeur
Pd qui est la plus défavorable des deux valeurs caractéristiques maximale P1 et minimale
P2.

Selon BPEL (Art.4.1.3), les valeurs caractéristiques maximales et minimales sont :

Ainsi, on trouve dans la section médiane :

TABLEAU 4. 27: PRECONTRAINTE EN TENANT COPTE DES PERTES

Pertes Pertes différées Pertes totale


instantanées à moitié

câbl (MPa) (MN) (MPa) (MN) (MN) (MN) (MN) (MN) (MN) (MN)
e
1 87,403 0,0918 235,651 0,2474 1,4423 1,3491 1,3433 1,2006 1,2444 1,0522
2 87,403 0,0918 235,651 0,2474 1,4423 1,3491 1,3433 1,2006 1,2444 1,0522
3 87,403 0,0918 235,651 0,2474 1,4423 1,3491 1,3433 1,2006 1,2444 1,0522
4 87,403 0,0918 235,651 0,2474 1,4423 1,3491 1,3433 1,2006 1,2444 1,0522
5 83,518 0,0877 236,172 0,2480 1,4456 1,3540 1,3464 1,2052 1,2472 1,0564
6 83,518 0,0877 236,172 0,2480 1,4456 1,3540 1,3464 1,2052 1,2472 1,0564

4.5.3- Vérification des contraintes


Toutes les vérifications des contraintes s’effectueront dans la section médiane car elle
doit supporter les sollicitations les plus défavorables. Ainsi, on doit vérifier ces contraintes
lors du construction et lors de l’exploitation.
4.5.3.1- En construction :

On doit vérifier les contraintes dans trois étapes essentielles qui sont :

- A la mise en tension de la 1er famille (phase 2)


- Après le coulage de l’hourdis et le complément d’entretoise et avant la mise en tension
(phase 4-)
- A la mise en tension de la 2ème famille (phase 4+)
 A la mise en tension de la 1er famille (phase 2)

Etant donné que la section de la poutre intermédiaire et celle du rive sont identique, on
aura les mêmes contraintes

- Sous P1 :

Figure 4. 13: diagramme des contraintes à la phase 2 sous P1

- Sous P2 :

Figure 4. 14: diagramme des contraintes à la phase 2 sous P2


 Après le coulage de l’hourdis et le complément d’entretoise et avant la mise en tension
(phase 4-)
 Poutre intermédiaire :
- Sous P1 :

Figure 4. 15: diagramme des contraintes à la phase 4- sous P1 pour poutre intermédiaire

- Sous P2 :

Figure 4. 16 : diagramme des contraintes à la phase 4- sous P2 pour poutre intermédiaire


 Poutre de rive :
- Sous P1 :

Figure 4. 17: diagramme des contraintes à la phase 4- sous P1 pour poutre de rive

- Sous P2 :

Figure 4. 18 : diagramme des contraintes à la phase 4- sous P2 pour poutre de rive


 A la mise en tension de la 2ème famille (phase 4+)
 Poutre intermédiaire :
- Sous P1 :

Figure 4. 19: diagramme des contraintes à la phase 4+ sous P1 pour poutre intermédiaire

- Sous P2 :

Figure 4. 20: diagramme des contraintes à la phase 4+ sous P2 pour poutre intermédiaire
 Poutre de rive :
- Sous P1 :

Figure 4. 21 : diagramme des contraintes à la phase 4+ sous P1 pour poutre de rive

- Sous P2 :

Figure 4. 22: diagramme des contraintes à la phase 4+ sous P2 pour poutre de rive

4.5.3.2- En exploitation

Les contraintes doivent être vérifiées selon les trois combinaisons à savoir
(combinaisons rare, fréquent et quasi-permanent).
 Combinaison rare :
 Poutre intermédiaire :
- Sous P1 :

Figure 4. 23: diagramme des contraintes à la phase 5 sous P1 pour poutre intermédiaire
sous combinaison rare

- Sous P2 :

Figure 4. 24: diagramme des contraintes à la phase 5 sous P2 pour poutre intermédiaire
sous combinaison rare
 Poutre de rive :
- Sous P1 :

Figure 4. 25: diagramme des contraintes à la phase 5 sous P1 pour poutre de rive sous
Combinaison rare

- Sous P2 :

Figure 4. 26 : diagramme des contraintes à la phase 5 sous P2 pour poutre de rive sous
Combinaison rare
 Combinaison fréquente :

Pour la combinaison fréquente,

 Poutre intermédiaire :
- Sous P1 :

Figure 4. 27 : diagramme des contraintes à la phase 5 sous P1 pour poutre intermédiaire


sous combinaison fréquente

- Sous P2 :

Figure 4. 28: diagramme des contraintes à la phase 5 sous P2 pour poutre intermédiaire
sous combinaison fréquente
 Poutre de rive :
- Sous P1 :

Figure 4. 29: diagramme des contraintes à la phase 5 sous P1 pour poutre de rive sous
combinaison fréquente

- Sous P2 :

Figure 4. 30: diagramme des contraintes à la phase 5 sous P2 pour poutre de rive sous
combinaison fréquent
 Combinaison quasi-permanent:

Pour la combinaison fréquente,

 Poutre intermédiaire :
- Sous P1 :

Figure 4. 31: diagramme des contraintes à la phase 5 sous P1 pour poutre intermédiaire
sous combinaison quasi-permanente

- Sous P2 :

Figure 4. 32: diagramme des contraintes à la phase 5 sous P2 pour poutre intermédiaire
sous combinaison quasi-permanent
 Poutre de rive :
- Sous P1 :

Figure 4. 33: diagramme des contraintes à la phase 5 sous P1 pour poutre de rive sous
combinaison quasi-permanent

- Sous P2 :

Figure 4. 34 : diagramme des contraintes à la phase 5 sous P2 pour poutre de rive sous
combinaison quasi-permanent

Remarque :

Après avoir calculé et vérifié les contraintes dans les différentes situations pour la
poutre centrale et la poutre de rive, on constate que, dans certains cas, la fibre inferieure
subit un effort de traction. Malgré que sa contrainte reste inférieure à la contrainte de
traction admissible, il est obligatoire d’utiliser des armatures passives dans la zone tendue.
4.5.4- Les armatures passives
4.5.4.1- Armatures dans la zone tendues

Vu que la contrainte inférieur est négatif, on est amené à ajouter des armatures de
traction, de section As, dans la zone tendue telle que :

Avec :
Bt: La section du béton tendu.
Nbt: La résultante de traction du béton tendu.
ftj: Contrainte caractéristique de traction du béton
σBt: La valeur absolue de la contrainte maximale de traction.

Pour notre projet, plusieurs situations présente des contraintes de traction dans la fibre
inférieure, alors on a étudié sur le cas où cette contrainte est la plus importante qui est le
cas en exploitation sous combinaison rare
On a :

TABLEAU 4. 28: PRECONTRAINTE EN TENANT COPTE DES PERTES

0.1932
0.2283 MN
2.33 MPa
7.22 cm2

Ainsi, on opte pour toutes les poutres, une section d’acier dans la zone tendue
Correspondant à 5HA14

4.5.4.2- Armatures de peau

Ces armatures sont essentiellement destinées à limiter les fissurations prématurées


susceptibles de se produire avant mise en précontrainte sous l'action de phénomènes tels
que retrait différentiel et gradients thermiques (d’après article 6.1.3.1 BPEL91).
La section des armatures de peau disposées parallèlement à la fibre moyenne d'une poutre
doit être d'au moins 3cm² par mètre de longueur de parement mesuré perpendiculairement
à leur direction.
La section globale As de ces armatures est telle que :

Avec
B : la section de béton de la poutre
Donc, on trouve :
Nous choisissons ainsi 11HA10 disposées régulièrement par mètre de longueur de
parement.
4.6- Justification vis-à-vis de L’ELU
Les justifications à l’ELS de résistance consistent à s’assurer que la sollicitation de
calcul Su(Nu, Mu) est à l’intérieur du domaine résistant dont la frontière est constituée par
l’ensemble des sollicitations résisantes ultimes .

Ainsi, la méthode consiste à se fixer un paramètre soit et comparer le second


soit Mu avec celui des deux points correspondants de la frontière :

4.6.1- Paramètres utilisées

Figure 4. 35: disposition des forces

- h : Hauteur de la section de béton


- Ap : section totale des armatures actives
- As : section totale des armatures passives
- hp : distance du centre de gravité des aciers actifs à la plus comprimée du béton
- hs : distance du centre de gravité des aciers passifs à la plus comprimée du béton
- yu : position de l’axe neutre par rapport à la fibre la plus comprimée du béton.
- εb : raccourcissement relatif de la fibre la plus comprimée du béton
- εs : déformation des armatures passives
- εp : déformation totale de l’acier de précontrainte.
- : allongement préalable de l’acier de précontrainte avant l’application de la
sollicitation ultime : ∶

- : accroissement d’allongement accompagnant la décompression du béton.

- : allongement supplémentaire de l’acier de précontrainte jusqu’à l’état limite ultime.

Ainsi, les données utilisées seront comme suit :


TABLEAU 4. 29: DONNEES PRELIMINAIRES POUR LA VERIFICATION A L’ELU

Poutre intermédiaire Poutre de rive


2
Ap (mm ) 6300 6300
As (cm2) 7.22 7.22
hp (m) 1,958 1,958
hs (m) 2,07 2,07
yu (m) 0,689 0,746
‰ 5.75 5.75
(MPa) 3.769 4.643
‰ 0,0992 0,122
Mo (MN.m) 9,463 8,843
Pm (MN) 6.887 6.887

4.6.2- Méthode de résolution

Le problème est résolu par approximations successives à partir


d’un diagramme de déformations choisi à priori, par exemple celui
passant par les pivots A et B

En prend en premier lieu,

On calcule l’effort normal résistant ultime :


tel que :

- Nb : résultante des efforts de compression dans le béton

Avec : est la section du béton comprimé


- Ns : résultante des efforts de traction dans les armatures passives

Avec :

- ΔNp : surtension des aciers actifs


Avec : tel que :

Et on compare avec Pm.


Si : la section de béton comprimé est trop grande, on doit donc faire pivoter le
diagramme autour de A
Si : le diagramme doit pivoter autour de B pour augmenter la section de béton
comprimé.
On effectue ces opérations et on recalcule jusqu’à ce que
Enfin, il faut vérifier que tel que :

4.6.2.1- Poutre intermédiaire :


 1er itération

On a et

 et

Et

Alors,

Donc, on trouve que ce qui impose de pivoter sur A, c'est-à-dire on réduit la


section du béton comprimé en fixant le déplacement des aciers passifs.

 2ème itération

On a


Alors, on calcule Nb en supposant que



 vérifié

Enfin, on calcule

Ainsi, vérifié

Donc, les conditions à l’ELU sont bien vérifiées.


4.6.2.2- Poutre de rive :
 1er itération

On a et

 et

Et

Alors,

Donc, on trouve que ce qui impose de pivoter sur A, c'est-à-dire on réduit la


section du béton comprimé en fixant le déplacement des aciers passifs.

 2ème itération

On a


Alors, on calcule Nb en supposant que



 vérifié

Enfin, on calcule

Ainsi, vérifié

Donc, les conditions à l’ELU sont bien vérifiées.


4.7- Vérifications de la résistance à la rupture par effort tranchant
La section la plus sollicitée vis-à-vis de l’effort tranchant est la section sur appuis.
Etant donné le cas le plus défavorable ne correspond pas seulement au pont chargé, il est
impératif d’effectuer la vérification les différentes phases de construction et la phase
d’exploitation.

Le tableau suivant décrit les efforts tranchants dans chaque section pour chaque charge :

TABLEAU 4. 30: LES EFFORTS TRANCHANTS DES DIFFERENTES CHARGES

Hourdis Th Superstructure Exploitation Tq


Abscisse(m) Poutre Tp
Centrale rive Ts centrale rive
0 37,77 24,5 19,25 18,41 44,550 45,366
1,75 33,99 22,05 17,325 16,57 41,705 42,882
3,5 30,21 19,6 15,4 14,73 38,868 40,397
5,25 26,44 17,15 13,475 12,89 36,039 37,912
7 22,66 14,7 11,55 11,05 33,218 35,427
8,75 18,88 12,25 9,625 9,21 30,405 32,942
10,5 15,11 9,8 7,7 7,37 27,599 30,457
12,25 11,33 7,35 5,775 5,52 24,802 27,972
14 7,55 4,9 3,85 3,68 22,013 25,488
15,75 3,78 2,45 1,925 1,84 19,232 23,003
17,5 0,00 0 0 0,00 16,459 20,518

4.7.1- Vérification à l’état limite de service (ELS)


4.7.1.1- Vérification à la 1ère mise en précontrainte

L’effort tranchant réduit est le suivant :

Donc la contrainte tangentielle est :

Avec:
- bn : Largeur nette, obtenue en soustrayant de l’épaisseur brute le demi- diamètre des
conduits des armatures actives : bn = 0,4 – (0,071/2) = 0,365m.
- I : moment d’inertie de la section par rapport au centre de gravité.
- S : moment statique par rapport à Gz de la partie située au dessus du centre de gravité

La contrainte tangentielle doit vérifier d’après l’article 7.2.2 BPEL91 [10] l’inégalité
suivante :
Avec :

4.7.1.2- A la mise en tension de la 1ère famille


Vu que les poutres intermédiaires et les poutres de rive ont la même section, on va se
contenter de présenter que le calcul de la poutre intermédiaire.

Les angles des câbles :

TABLEAU 4. 31: DETAILS DE VERIFICATION A L’EFFORT TRANCHANT

B (m2) T (MN) Tréd Sr (m3) I (m4) vérification


(MN) (MPa) (MPa) (MPa)

1,034 0,378 -0,571 0,293 0,417 -1,1 2,232 3,037 vérifié

4.7.1.3- Après le coulage de l’hourdis


Les angles des câbles :

TABLEAU 4. 32: DETAILS DE VERIFICATION A L’EFFORT TRANCHANT

Poutre intermédiaire Poutre de rive


T 0,623 0,570
Tred -0,326 -0,379
tau b -0,628 -0,729
tau 1 2,446 2,446
tau 2 3,495 3,495
vérification Oui Oui

4.7.1.4- A la mise en tension de la 2ème famille


Les angles des câbles :

1er famille : à l’appui


au niveau d’encrage du câble 5
au niveau d’encrage du câble 6

2ème famille : au niveau d’encrage du câble 6


 Au niveau de l’appui

TABLEAU 4. 33: DETAILS DE VERIFICATION A L’EFFORT TRANCHANT AU NIVEAU D’APPUI

Poutre intermédiaire Poutre de rive


T 0,623 0,570
Tred -0,326 -0,379
tau b -0,575 -0,669
tau 1 2,166 2,210
tau 2 3,340 3,372
vérification oui oui

 Au niveau d’ancrage du 5ème câble

TABLEAU 4. 34: DETAILS DE VERIFICATION A L’EFFORT TRANCHANT AU NIVEAU D’ENCRAGE


DU 5EME CABLE

Poutre intermédiaire Poutre de rive


T 0,552 0,505
Tred -0,709 -0,755
tau b -1,248 -1.332
tau 1 2,166 2,210
tau 2 3,340 3,372
vérification oui oui

 Au niveau d’ancrage du 6ème câble


TABLEAU 4. 35: DETAILS DE VERIFICATION A L’EFFORT TRANCHANT AU NIVEAU D’ENCRAGE
DU 6EME CABLE

Poutre intermédiaire Poutre de rive


T 0,409 0,375

Tred -0,769 -0,803


tau b -1,353 -1,417
tau 1 2,166 2,210
tau 2 3,340 3,372

vérification oui oui


4.7.1.5- A l’exploitation
Les angles utilisés sont déjà cités précédemment

 Au niveau de l’about

TABLEAU 4. 36: DETAILS DE VERIFICATION A L’EFFORT TRANCHANT AU NIVEAU D’APPUI

Poutre intermédiaire Poutre de rive


T 1,252 1,208
Tred 0,303 0,258
tau b 0,533 0,456
tau 1 2,367 2,412
tau 2 3,717 3,756
vérification oui oui

 Au niveau d’ancrage du 5ème câble

TABLEAU 4. 37: DETAILS DE VERIFICATION A L’EFFORT TRANCHANT AU NIVEAU D’ENCRAGE


DU 5EME CABLE

Poutre intermédiaire Poutre de rive


T 1,128 1,093
Tred -0,132 -0,167
tau b -0,233 -0,294
tau 1 2,367 2,412
tau 2 3,717 3,756
vérification oui oui

 Au niveau d’ancrage du 6ème câble

TABLEAU 4. 38: DETAILS DE VERIFICATION A L’EFFORT TRANCHANT AU NIVEAU D’ENCRAGE


DU 6EME CABLE

Poutre intermédiaire Poutre de rive


T 0,879 0,864
Tred -0,299 -0,314
tau b -0,527 -0,553
tau 1 2,367 2,412
tau 2 3,717 3,756
vérification oui oui
4.7.2- Vérification a l’état limite ultime (ELU)

L’effort tranchant réduit est le suivant :

Donc la contrainte tangentielle est :

Ainsi, on doit calculer l’inclinaison des bielles comprimées égale à:

Une remarque à ne pas oublier est que si alors, on prend

La section d’acier passif pour équilibrer l’effort tranchant est donnée par :

Pour éviter une rupture fragile due à l’effort tranchant on disposera un minimum
d’armatures transversales de façon à satisfaire la condition suivante :

L’espacement maximal est donnée par :

Pour notre projet, on va utiliser des cadres HA10 . Ainsi, le détail de


calcul est représenté dans le tableau suivant pour les deux poutres.

TABLEAU 4. 39: CALCUL DES ARMATURES TRANSVERSALES

Poutre intermédiaire Poutre de rive


1,687 1,630
0,738 1.211
1.299 2.136
17.43° 23.32°

8.21 13.504

4,380 4,380

0,19 0,12
1 1
4.8- Calcul des abouts de la poutre
Les abouts de la poutre subissent des efforts concentrés : forces sous-ancrage et
réactions des appuis. Ainsi, ils doivent être justifiés vis-à-vis de :
 L’action des ancrages ;
 L’équilibre de la bielle d’about ;
 L’équilibre du coin inférieur.

4.8.1- Dispositions constructives


- L’entraxe des câbles doit respecter la distance minimum des fiches d’agrément du procédé
utilisé;
- L’about de la poutre est sur épaissi pour reprendre le cisaillement d’effort tranchant et
permettre de loger les ancrages en respectant les distances minimales entre ancrage et
améliorer ainsi la répartition des efforts ;
- Les câbles inclinés sur appui doivent être suffisamment éloignés les uns des autres, pour
permettre un coffrage facile des réservations d’ancrage.

Figure 4. 36: disposition des câbles dans la section d’about

4.8.2- Effet d’un effort concentré au centre de la poutre

Sous l’effet d’une force concentrique appliquée au centre, il se produit deux zones de
béton tendu. La première appelée zone d’effet de surface au voisinage de la paroi, l’autre à
l’intérieur appelé zone d’éclatement.
Après une longueur de régularisation lr, la répartition des contraintes devient linéaire.
Figure 4. 37: Zone de béton tendu sous l'action d'un effort concentré centré

Dans le cas des câbles multiples, on distingue aussi deux zones :


 Une zone de première régularisation pour chaque ancrage à l’intérieur du prisme :
avec di l’intervalle d’ancrage ou le de la distance aux parois les plus proches.
 Une zone d’équilibre général à la longueur 0U , qui reste voisine de h et de b dans le sens
horizontal.

4.8.2.1- Frettage de surface


Pour remédier à l’effet de surface dû à la traction du béton au voisinage immédiat de la
paroi verticale, le règlement prévoit un frettage de surface donné par :

Fjo : représentant la force à l´origine ancrée au niveau j du panneau étudié.


Ainsi, on choisi d’utiliser 4HA8

4.8.2.2- Frettage d’éclatement


On détermine les zones de première régulation comme indiquée ci-dessous :
Figure 4. 38: Zones de régularisation des ancrages

Les contraintes, du béton, au niveau de chaque câble sont donnés par :

Ces contraintes doivent être inférieures aux contraintes admissibles qui sont :
-
-

Ainsi, on trouve :

TABLEAU 4. 40 : VERIFICATION DES CONTRAINTES

b dj aj Vérification
1 0.4 0.5 0.22 2,080 7,430 Oui
2 0.4 0.47 0.22 2,102 7,904 Oui
3 0.4 0.47 0.22 2,102 7,904 Oui
4 0.4 0.5 0.22 2,080 7,430 Oui

Les contraintes admissible sont bien satisfaites ai niveau de chaque encrage. Le


frettage d’éclatement est donné par:

Avec :

Alors, on trouve les sections d’aciers suivantes :


TABLEAU 4. 41 : CALCUL DES SECTIONS D’ACIER DANS LA ZONE DE REGULATION D’ANCRAGE

Câble 1 2 3 4
6.24 5.93 5.93 6.24

Ainsi, la section d’acier utilisée est :

Correspondant à 9HA10et ceci est disposé tous une longueur de 0.5m à partir de l’about

4.8.3- Equilibre général de diffusion pure

L’équilibre général peut être considéré comme la superposition de deux états


d’équilibre :
 Un état d’équilibre selon la résistance des matériaux en remplaçant les efforts concentrés
de la précontrainte par une distribution de contraintes réparties σ(Pi) et τ(Pi) sur SR
calculée selon la résistance des matériaux.
 Un équilibre général de diffusion pure qui résulte de l’application des forces concentrées Pi
la résultante de - σ(Pi) et - σ(Pi). Cet équilibre traduit l’écart entre la résistance des
matériaux et la distribution réelle des contraintes dans le béton.

Figure 4. 39: Equilibre avec câbles inclinés multiples

Les contraintes dans les fibres extrêmes de la poutre sont calculées les lois de la
résistance des matériaux :

Et la contrainte tangentielle maximale est :

Remarque : ces contraintes doivent être calculées dans la section Sr

On obtient :
Ainsi, on déduit la distribution des contraintes

En intégrant ces deux contraintes, on obtient les sollicitations suivantes :

Alors, on déduit les efforts tranchant et normal :

Avec :
- est la composante perpendiculaire à la fibre t des actions
- la composante parallèle à la fibre t des actions des efforts concentrés.

D’où on déduit le cisaillement total :

Avec : cisaillement conventionnel du à l’effort tranchant Vx :


On peut ainsi dresser le tableau suivant contenant les valeurs de l'effort tranchant
écrêté et de l'effort normal :

TABLEAU 4. 42: CALCUL DES EFFORTS TRANCHANTS ET NORMAUX ET LES CONTRAINTES


DE CISAILLEMENT

t Fx Ft X T Vx Nt
0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
0,3 1,486 0,044 1,212 0,049 0,274 -0,005 0,721 0,765 1,486
0,5 1,486 0,044 1,921 0,125 -0,435 -0,081 -1,145 1,115 -0,030
0,7 1,486 0,044 2,551 0,224 -1,065 -0,180 -2,803 1,338 -1,464
0,9 2,972 0,229 3,102 0,336 -0,130 -0,106 -0,342 1,434 1,092
1,1 2,972 0,229 3,574 0,450 -0,602 -0,221 -1,584 1,402 -0,182
1,3 4,458 0,549 3,967 0,557 0,491 -0,008 1,293 1,243 2,536
1,5 4,458 0,549 4,280 0,645 0,178 -0,096 0,467 0,956 1,424
1,7 5,944 0,997 4,515 0,706 1,429 0,291 3,761 0,542 4,032
1,9 5,944 0,997 4,670 0,729 1,274 0,269 3,351 0 3,351

Après, il faut vérifier que ce qui est notre cas car d’après le tableau
ci-dessus, on trouve :

Donc, Les armatures transversale sont données par :


Tel que : l’effort tranchant est calculé comme suit

L’effort normal concomitant à

Alors :

Ces aciers seront distribués sur une longueur soit 1.4 mètre à partir de l'about et ne
seront pas cumulés avec les autres armatures calculées.

On récapitule les résultats dans le tableau ci-dessous :

TABLEAU 4. 43: RECAPITULATION DES DISPOSITIONS DES ARMATURES

Nature Section d’acier minimal répartition


As 1.78 Près de la surface d’about
Ae 6.69 Sur 50cm à partir de l’about
Ac Sur les 2/3 de lr égale à 1.4m

4.8.4- Justification des bielles d’about

Par soucis de simplification et à défaut de méthode de calcul plus précis, on admet que
la transmission des charges appliquées à la poutre se fait sur l’appui par l’intermédiaire
d’une bielle unique inclinée d’un angle βu sur l’axe longitudinal, calculé au centre de
gravité de la section. La valeur de βu est la plus grande entre 30 et celle donnée par la
formule :

Figure 4. 40: Equilibre de la bielle d'appui avec un câble


Dans le cas où l’on dispose de plusieurs câbles susceptibles d’équilibrer la bielle
unique, on recherche le rang r du câble qui donne une résultante de la réaction d’appui et
des efforts des câbles inclinés de moins de sur l’horizontale. Les câbles situés en
dessous de ce rang suffisent donc à équilibrer la bielle unique.

4.8.4.1- Angle de la bielle unique

Les composantes verticales et horizontales de la réaction d'appui à l’ELU sont:


Pour poutre intermédiaire
Pour poutre de rive
et

Le cisaillement réduit est donné par :


Les contraintes au centre de gravité de la section valent

On trouve ainsi

4.8.4.2- Recherche du rang

Les niveaux des câbles sont numérotés du bas en haut. On cherche en s’élevant sur
l’axe de l’appareil d’appui, le niveau r pour lequel on a : θ θ

Les câbles situés en dessous de ce rang suffisent donc à équilibrer la bielle unique.

Tout d’abord vérifions si le rang existe, en effet :


Le rang r existe si :


Donc c’est vérifié et le rang existe.

Ainsi, pour chaque niveau r, on a :

On obtient les résultats suivants :


TABLEAU 4. 44: DETERMINATION DU RANG

rang
1 1,1078 0,5774
2 0,4962 0,5774
3 0,2639 0,5774
4 0,1264 0,5774

Ainsi, le rang est de : 2

4.8.4.3- Calcul du ferraillage.

Les armatures d’efforts tranchant sont déterminées par :

Soit :

Avec est la distance de l’extrados au câble de rang r et est la distance à l’extrados de


la résultante de compression du béton prise égale à .

Donc :

Donc la section d’acier déterminée dans le cadre de la vérification de l’effort tranchant


est à majorer par le rapport , soit
Cette section sera appliquée sur une longueur l= × = 1.79 m

4.8.5- Equilibre du coin inférieur :

Lorsque la réaction d’appui est appliquée près d’une arrête de la poutre il faut s’assurer
qu’il n’y a pas de risque de fendage d’un coin de béton entraînant de l’arrête.
Figure 4. 41: équilibre du coin inférieur

L’équilibre des efforts donne une valeur d’acier passif inférieur à la limite préconisée
par le règlement BPEL, et ceci pour chaque câble

Avec 0≤k≤1 calculé géométriquement

Le cas le plus défavorable, correspond à valeur nulle de k (k=0)

Ainsi, on trouve :
CHAPITRE V : CALCUL DU HOURDIS

5.1. Introduction :
Une dalle est un élément d’épaisseur faible par rapport à ses autres dimensions et qui
est chargée perpendiculairement à son plan moyen. La dalle d’un pont à poutres est souvent
connue sous le non de hourdis. Dans ce chapitre nous commencerons par le calcul des
sollicitations dues à la flexion locale du hourdis en utilisant le modèle élastique et linéaire
(théorie classique des plaques minces) au moyen des abaques du Bulletin Techniques n°1 du
SETRA (établies par Thenoz en 1972) et le complément n°1 de 1976. Ces abaques donnent
directement les valeurs des moments fléchissant sous l’effet des charges réglementaires
suivant les dimensions de la dalle. Enfin, nous calculerons les armatures inférieures et
supérieures que nous vérifierons par la suite.

5.2. Données générales :


5.2.1. Matériaux :
 On cite ci-après les caractéristiques du béton et de l’acier qui seront utilisés pour
l’hourdis:
 Résistance caractéristique du béton à 28 jours
 Résistance caractéristique à la traction
 Limite élastique des aciers
 Contraintes admissibles en service
 Béton :
 Acier :

5.2.2. Coffrage du hourdis :

 Epaisseur du hourdis
 Epaisseur totale à la naissance du gousset sur l’âme de la poutre
 Epaisseur de l’âme de la poutre en zone courante
 Largeur du hourdis intermédiaire entre tables de poutres h
 Largeur du hourdis entre l’axe de la poutre de rive et l’about h
 Pente du hourdis

5.2.3. Plate –forme :

 Largueur du trottoir de gauche


 Largueur du trottoir de droite
 Largueur roulable
 Largeur chargeable
 Largueur totale de la plate-forme
 Espacement des poutres
 Encorbellement à partir de l’axe de la poutre de rive
5.2.4. Superstructures :
 Hauteur du garde-corps
 Largeur en tète de la contre corniche
 Hauteur extérieur de la contre corniche
 Largeur de la dallette sur le trottoir
 Largeur de la contre bordure
 Largeur de la bordure du trottoir
 Epaisseur de la chape d’étanchéité
 Epaisseur du revêtement bitumineux

5.2.5. Charge de la superstructure :


 Chape d’étanchéité .
 Revêtement bitumineux .
 Corniche + contre corniche + contre bordure .
 Bordure .
 Garde-corps 0,05 t/ml.
5.2.6. Caractéristiques du hourdis

La figure ci – dessous illustre les caractéristiques du hourdis entre poutres :

Figure 5. 1 : caractéristiques du hourdis entre poutres

Avec :

Le : la distance entre axe des poutres (le = 2.8m)

Ea : l’épaisseur de l’âme de poutre dans la section courante (Ea =0.22m).


h : l’épaisseur de la table de compression +l’épaisseur du gousset à sa naissance.

a : portée de la dalle dans le sens transversal.

5.3. Calcul des sollicitations pour la section à mi portée transversale du


hourdis :
5.3.1. Charge permanente

Sous l’effet du poids propre, charge permanente répartie sur toute la surface de l’hourdis,
on adopte un calcul de dalle en flexion simple.
On a
 Le poids de la couche de roulement :

 Le poids de la dalle :

 Le poids total

Le moment isostatique maximal est ainsi calculé :

Transversalement
Longitudinalement ν=0.2)

Les moments seront affectés d’un coefficient de réduction de 0,8 pour tenir compte de
l’encastrement partiel aux appuis, le moment de continuité sera considéré égal à la valeur du
moment isostatique maximal affectée du coefficient 0,5. Les résultats de ces calculs seront
regroupés dans le tableau ci-dessous :
TABLEAU 5. 1 : MOMENT DE CONTINUTE

Le moment de continuité
(KN. m/m) (KN. m/m) (KN. m/m)
Longitudinalement 0.704 0.5632 0.352

Transversalement 3.52 2.816 1.76


5.3.2. Charges d’exploitations :

Le hourdis repose sur des poutres à âme mince et ayant une faible rigidité à la torsion.
Dans ce cas, on le considère simplement appuyé sur les poutres, puis on tient compte
forfaitairement de sa continuité.

Figure 5. 2 : moments fléchissant dans une dalle appuyée sur ses quatre côtés.

Avec :

 ∶ Moment fléchissant unitaire s'exerçant au centre de la dalle dans une bande


découpée dans celle-ci parallèlement à Ox (poutre de portée a et de largeur 1) sur une
section perpendiculaire à Ox . Le moment à son axe parallèle à Oy ; dans le cas où b>
a, ce qui correspond notamment aux ponts à poutres en béton armé ou précontraint,
ce moment est dit « transversal ».

 Moment fléchissant unitaire s'exerçant au centre de la dalle dans une bande


découpée dans celle-ci parallèlement à Oy (poutre de portée b et de largeur 1) ; ce
moment a son axe parallèle à Ox. Dans le cas ou b a, ce moment est dit
«longitudinal».

Sous l’effet des charges réglementaires, le calcul des efforts pour un panneau de dalle
Sera effectué au moyen des abaques de THENOZ éditées dans le document de SETRA «
Calcul des hourdis de ponts » et son complément « Complément N°1 au bulletin technique
N°1 » et permettant la détermination des sollicitations suivantes :

1. Moments au centre de la dalle sous l’effet des surcharges réglementaires.


2. Moments de continuité dans la dalle (moment de continuité sur poutre et moment de
continuité sur entretoise).
Ces moments sont donnés en fonction des paramètres a, b et E avec :

a : portée de la dalle dans le sens transversal, dans notre cas a=2m


b : portée de la dalle dans le sens longitudinal (distance entre nus des entretoises),b=33,6 m.
E : hauteur de répartition définit par la relation suivante

e : l’épaisseur de la chaussée et h l’épaisseur de la dalle.


Dans notre cas on trouve E=0.17m.
5.3.2.1. Calcul des moments transversaux et longitudinaux

On se place dans le cas où a b, ce qui est notamment le cas des ponts à poutres en béton,
chaque abaque correspond à une valeur fixe de b, a étant variable.les diverses courbes
correspondant à diverses valeurs de E .on interpolera si nécessaire entre les courbes E= cte et
b=cte .

Remarque :

On affecte les résultats obtenus des différents abaques par :


Le coefficient de majoration dynamique :

 8.4 m : distance entre poutre de rive ;
 ∶
 G : le poids total, y compris la superstructure, d’une section de couverture de longueur
L et d’une largeur égale celle du pont.
 8
 S : poids total des essieux du système de charge majoré par les coefficients
è

TABLEAU 5. 2 : COEFFICIENT DE MAJORATION DYNAMIQUE EN FONCTION DE LA CHARGE


ROUTIERE

Système de charge Cas de charge possibles G(t) S(t)

2 fils 66 1.254
2 tandems 64 1.252
1 roue 10 1.168
120
1 convoi 110 1.3

Le coefficient ou pour les charges ∶


Le coefficient de pondération de charges : 1.2
Le coefficient de réduction tenant compte de l’encastrement partiel de la dalle appuis :
0.8 en général.
Nous établissons le tableau ci-dessous qui rassemble les résultats obtenus.

TABLEAU 5. 3 : MOMENT TRANSVERSAL ET LONGITUDINAL DANS L'HOURDIS ENTRE POUTRES

Référence BT1 Moments Référence BT1 Moments


Désignation transversaux longitudinal
Abaque Page (KN. m /m) Abaque Page (KN. m/m)
Camions N°9 24 27.6 25 40 14.354
Système N°10 25 23.0368 15 30 11.52
Roue N°30 45 15.4176 20 35 10.74
Système
N°35 50 31.2

5.3.2.2. Calcul du moment de continuité Mc :


 Méthode de calculs

Pour déterminer les moments de continuité dans les dalles de couverture des ponts à
poutres sous chaussées, on considère habituellement les cas de charges symétriques par
rapport aux appuis de la dalle que sont les poutres principales et les entretoises.
Sous de tels cas de charge, la dalle se comporte comme si elle était encastrée sur le côté
considéré, simplement appuyée sur les trois autres. Il est possible de calculer les moments
d'encastrement d'une dalle soumise à de telles conditions d'appui au moyen des abaques
PUCHER. Mais si la charge est répartie sur une certaine surface, il faut procéder à des calculs
d'intégration numérique assez pénibles.

Les calculs réalisés ci-dessous visent à déterminer directement les moments fléchissant
maximaux produits au milieu des côtés encastrés de la dalle, par les surcharges réglementaires
(c'est-à-dire définies par le titre II du fascicule 61 du C. P. C) en fonction des valeurs de a, b
(déjà définis) et la largeur A qui est celle de la demi épaisseur de l'âme d'une poutre principale
augmentée, s'il y a lieu, de la largeur du gousset à 45°.

Figure 5. 3 : Paramètre A
Les abaques permettent d’extraire deux moments pour chaque convoi :

: Moment de continuité unitaire s'exerçant au milieu d'un appui de la plaque constitué par
une poutre principale dans une bande découpée dans cette plaque parallèlement à Ox sur une
section perpendiculaire à Ox. Ce moment à son axe parallèle à Oy.

: Moment de continuité unitaire s'exerçant au milieu d'un appui de la dalle constitué par
une entretoise (ou une pièce de pont) dans une bande découpée dans cette plaque
parallèlement à Oy sur une section perpendiculaire à Oy. Ce moment à son axe parallèle à Ox.

Figure 5. 4 : moment de continuité sur poutre et sur entretoise

 Paramètres nécessaires pour la lecture des abaques.


1. Dimension du côté de la dalle perpendiculaire à l’axe de l’ouvrage a=2m
2. Dimension du côté de la dalle parallèle à l’axe de l’ouvrage b=33.6 m
3 h
3. E e 0 17 m
4 2
4. A : demi largeur de l’appui = (0,22/2) + 0,15 du gousset

 Résultats de calculs

TABLEAU 5. 4 : MOMENT DE CONTINUITE POUR L'HOURDIS ENTRE POUTRES

Référence BT1 Moments de Référence BT1 Moments de


continuité sur continuité sur
Désignation
Abaque Page poutre Abaque Page entretoise
(KN. m /m) (KN. m /m)
Camions N°5 91 37.265
Système N°10 96 25.04
Système
N°27 113 27.3 114 28 36.4
5.4. Calcul du ferraillage
5.4.1. Sollicitations a l’ELU et a l’ELS
 L’ELU
Les combinaisons de charges adoptées sont les suivantes :
=Max (1.35 G +1.605. max (

 L’ELS
Les combinaisons de charges adoptées sont les suivantes :
=Max (G +1.2. max (

Les résultants des calculs des moments aux états limites sous les actions permanentes et
les surcharges d’exploitation seront récapitulés dans le tableau suivant :

TABLEAU 5. 5 : MOMENTS LONGITUDINAUX ET TRANSVERSAUX A L'ELS ET A


L'ELU

Mg M ) ) ) 120) Mu Ms
Moment
transversal 2.816 27.6 23.0368 15.4176 31.2 48.0996 35.936
(KN .m/ml)
Moment
longitudinal 0.5632 14.354 11.52 10.74 0 23.79849 17.788
(KN .m/ml)

De même pour les moments d’encastrement, on aura bien :

TABLEAU 5. 6 : MOMENTS DE CONTINUITE A L'ELS ET A L'ELU

Mg M ) ) ) 120) Mu Ms
Moment de
continuité sur
1.76 37.265 25.04 27.3 62.186 44.718
poutre
(KN .m/ml)
Moment de
continuité sur 49.6152
0.352 36.4 36.752
entretoise
(KN .m/ml)

5.4.2. Calcul des sections d’acier


5.4.2.1. Armatures de flexion :
Nous avons utilisés le logiciel robot « EXPERT » pour la détermination des armatures de
flexion. Ci – dessous le tableau qui récapitule les résultats :
TABLEAU 5. 7 ARMATURES DE FLEXION ADOPTEES

( ) ( ) Armatures

48.0996 35.936 9.5 0 7 HA 14/ (ml)


transversal

De continuité 62.186 44.718 0 12 8 HA 14/ (ml)


transversale
hourdis

23.79849 17.788 4.6 0 6 HA10/ (ml)


Longitudinal

De continuité 49.6152 36.752 0 9.7 7 HA 14/ (ml)


longitudinale

5.4.2.2. Effort tranchant :


Soient :
hr : Epaisseur de la couche de roulement.
he : Epaisseur de la couche d’étanchéité.
hd : Epaisseur de la dalle.

On admet que la charges localisées à la surface de la dalle se diffusent suivant un


angle de 45° jusqu’au plan moyen. En ce qui concerne le revêtement qui est en général
composé de matériaux moins résistants que le béton, l’angle de diffusion des charges diminue
à 37°.
Soit une charge localisées P s’appliquant suivant une aire rectangulaire de dimension
(u0, v0).Celle-ci, se répartit au niveau du plan moyen de la dalle sur une aire rectangulaire de
dimension (u,v) appelée rectangle de répartition , tel que :
u= u0 +1.5. (hr+he)+hd
v= v0+1.5. (hr+he)+hd
Figure 5. 5 : Diffusion des charges dans l’hourdis

Les valeurs maximales de l’effort tranchant sur le bord de la dalle par unité de longueur sont
égales à :

Cas N°1 : u  v

 Au milieu de u (dans le sens de yy) : =

 Au milieu de v (dans le sens de xx) : =


Cas N°2 : u < v

 Au milieu de u (dans le sens de yy) : =


 Au milieu de v (dans le sens de xx) : =

En pratique, il convient d’envisager les différents cas de charges de Bc, Bt, Br et Mc ainsi
que les différentes positions du rectangle d’impact, afin de déterminer la valeur maximale du
moment à considérer pour le calcul des sections. Pour obtenir ce moment maximum, il faudra
disposer les rectangles d’impact le plus près possible du centre de la dalle.

Dans notre cas on a :

hr=0.003m
he=0.006m
hd=0.200m
TABLEAU 5. 8 : CHARGES D’EXPLOIATION POUR LE CALCUL DE L’EFFORT TRANCHANT

P(t) u0(m) v0(m) U(m) V(m) Tx(t/ml) Ty(t/ml)


Roue 6t Bc 6.000 0.250 0.250 0.585 0.585 3.419 3.419
Roue 8tBt 8.000 0.600 0.250 0.935 0.585 2.852 3.259
Roue 10Br 10.000 0.600 0.300 0.935 0.635 3.565 3.992
Mc120 55.000 1.000 6.100 1.335 6.435 13.733 6.041

L’effort tranchant aux états limites ultimes sera évalué selon la combinaison suivante :

Tu=1.35G +1.605.Max (Bc, Bt, Br)


L’effort tranchant dû à la charge permanente :
Tg=1.232 t/ml

Ainsi
Tu=11.36 t

On a bien , donc aucune


armature d’effort tranchant n’est nécèssaire.

5.4.3. Vérification des armatures

En général, les ponts sont considérés comme des ouvrages avec fissuration
préjudiciable. On citera ci-dessous quelques conditions du ferraillage à vérifier pour l'hourdis.

5.4.3.1. Disposition des armatures dans le hourdis


 Le diamètre maximal des armatures

 Le diamètre minimal des armatures

Les résultats obtenus sont conformes aux conditions.

5.4.3.2. Valeur minimale des armatures - Condition de non fragilité

Pour une dalle rectangulaire dont l’épaisseur est comprise entre 12 et 30 cm, dans notre cas
, le taux des armatures dans chaque direction, c’est à dire le rapport de la section
des armatures dans chaque direction à la section totale de béton ( ) sera calculé à
Partir d’un taux .
Si est la section des armatures parallèles à la petite portée , la section des
armatures parallèle à la grande portée , et si l’on pose :




On doit avoir les conditions suivantes.


On suppose que la dalle de très grande dimension dans le sens c’est-à-dire on doit
avoir
 1.8

Ces deux conditions sont bien vérifier pour les armatures retenues.

5.4.3.3. Vérification au poinçonnement

Conformément aux prescriptions de l’article A.5.2.4 des règles BAEL 91, il y a lieu de
vérifier la résistance du hourdis au poinçonnement par effort tranchant sous l’effet des charges
localisées du système B :

Avec.


.

 h : hauteur du hourdis.

On établit, donc, le tableau suivant :

TABLEAU 5. 9 : VERIFICATION AU POINÇONNEMENT

charge Q(t) (m) U(m) V(m) H(m)


6 0.25 0.25 0.585 0.585 2.34 0.2 10.56 49.14
8 0.6 0.25 0.935 0.585 3.04 0.2 14.08 63.84
10 0.6 0.3 0.935 0.635 3.14 0.2 17.6 65.94

L’inégalité ci-dessus étant satisfaite, aucune armature d’effort tranchant n’est requise.
CHAPITRE VI : DIMENSIONNEMENT DES ENTRETOISES

6.1- Introduction

Les entretoises d’about, situées au droit des appuis, ont pour rôle d’encastrer les
poutres à la torsion, de rigidifier les extrémités du hourdis, de transmettre les charges aux
poutres et de permettre le vérinage du tablier pour remplacer les appareils d’appui par
exemple.

Les données géométriques nécessaires pour le calcul sont données dans le tableau
suivant :

TABLEAU 6. 1: DONNEES GEOMETRIQUE DU TABLIER

Paramètre Valeur
Entraxe droit des poutres ed 2.80 m
Entraxe biais des poutres eb 2.80 m
Epaisseur des poutres 40 cm
Longueur d'entretoise a 2.4 m
Hauteur d'entretoise côté poutres d1 1.70 m
Hauteur d'entretoise au milieu d2 1.40 m
Epaisseur d'entretoise b 40 cm
Hauteur du hourdis h 20 cm
Longueur d'about 0.50 m

Figure 6. 1: vue transversale et en plan de l’entretoise

6.2- Méthode de calcul


Le calcul de l’entretoise sera effectué dans les deux situations suivantes :

6.2.1- Situation 1 (l’entretoise en service)


L'entretoise est appuyée sur les poutres en la considérant :
 Bi encastrée pour le calcul des moments sur appuis ;
 simplement appuyée pour le calcul des moments en travée.

Elle est calculée sous l’effet de :


 Du poids propre compté depuis les nus des poutres ;
 Une partie du poids du hourdis et de la chaussée correspondant à la zone limitée par les
goussets, l’extrémité du tablier et les droites à 45° ;
 Surcharges réglementaires B et Mc120.

6.2.2- Situation 2 (l’entretoise pendant le vérinage)


Au moment du vérinage, le tablier est à vide, l’entretoise se trouve sollicitée
uniquement par son poids propre et les réactions d’appuis des poutres principales
développées par l’ensemble des charges permanentes agissant sur le tablier. En plus, la
moitié de la réaction due au chargement du système A peut est ajoutée si le pont est
l’unique ouvrage de franchissement dans cette zone ou la construction d’un ouvrage de
franchissement temporaire est couteux.

6.3- Calcul des sollicitations :

6.3.1- Situation 1 (l’entretoise en service)


Nous calculerons l’entretoise en poutre bi-encastrée pour les moments sur appuis et en
poutre isostatique, avec un coefficient minorateur de 0,8 pour les moments en travée.

6.3.1.1- Sollicitations dues aux charges permanentes :


 Poids propre de l’entretoise :
La charge de l’entretoise est de
Elle est appliquée sur les nus des poutres et elle est représentée comme suit :

Figure 6. 2: charge du au poids propre

 Charges dues au hourdis et à la chaussée :

Cette charge englobe le hourdis, les revêtements et chape d’étanchéité. La densité des
trois charges :
Les sollicitations dues aux hourdis, les revêtements et à la chape d’étanchéité peut être
divisés en deux parties :
Figure 6. 3: chargement du à l’hourdis et à la superstructure

- Partie entre des abouts des poutres supportée essentiellement par les entretoises (partie
bleu). Donc, la charge est uniforme :

Figure 6. 4: partie uniforme du chargement dû à l’hourdis et à la superstructure

- Une partie entre les poutres d’une forme triangulaire (partie rouge) dont la valeur
maximale de la charge est atteint en milieu de l’entretoise et elle est égale à

Figure 6. 5: partie triangulaire du chargement dû à l’hourdis et à la superstructure

Tout calcul fait et en additionnant les différentes charges inclus dans les charges
permanentes, on trouve les valeurs des moments en travée, en appui et des efforts
tranchants suivants :
6.3.1.2- Sollicitations dues aux charges routières
Les différentes charges routières seront déplacées sur la zone considérée du hourdis de
façon à reproduire l’effet le plus défavorable.

 Le système Bc
Le cas le plus défavorable pour le système Bc est de placer les charges symétriquement
sur l’entretoise mais qu’il soit le plus proche son milieu (deux camions accolés). Ainsi, les
schémas ci-dessous illustrent la répartition de ce système sur l’entretoise :

Figure 6. 6: chargement dû au système Bc

 Le système Bt
Comme celle du système Bc, le cas le plus défavorable pour le système Bt est de placer
les charges d’une manière symétrique sur l’entretoise mais qu’il soit aussi le plus proche
son milieu (deux camions accolés). Ainsi, la répartition de cette charge sur l’entretoise est
représentée sur les schémas ci-dessous :

Figure 6. 7: chargement dû au système Bt


 Le système Br
Pour le système Br, il est clair que le cas le plus défavorable est que la charge soit
appliquée au milieu de l’entretoise car ce système se compose que une seule roue isolé de
charge 10t, ainsi que l’impact de ce système sont illustrés dans les schémas suivantes :

Figure 6. 8: chargement dû au système Br

 Le système Mc120 :
La disposition la plus défavorable pour la surcharge Mc120 est qu’elle soit appliqué au
milieu de l’entretoise qui représente le positionnement d’une chaine du Mc120 du 55t au
milieu du d’entretoise. Ainsi, l’impact de ce système est illustré dans les schémas suivants:

Figure 6. 9: chargement dû au système Mc120

La charge Mc120 va être assimilée à une charge uniforme malgré existence d’une
variation linéaire car cette dernière est négligeable et ainsi :
Figure 6. 10: chargement dû au système Mc120

Tout calcul fait pour les différents systèmes décrits précédemment et en se basant sur
la même méthode utilisée pour les charges permanentes, on trouve les valeurs des moments
en travée, en appui et des efforts tranchants suivants :

TABLEAU 6. 2: SOLLICITATIONS DU AU DIFFERENTES SYSTEME DU CHARGE ROUTIERE

Mappui (KN.m) Mtravée (KN.m) Tmax (KN)


Bc -112.24 152.37 165.62
Bt -122.34 144.24 200.33
Br -40.88 65.41 58.40
Mc120 -65.15 89.41 97.2

6.3.1.3- Les combinaisons de charges :

Les combinaisons des charges utilisées sont :


À l’E.L.U : Sult = Max (1,35G+1,605Max (Bc, Bt, Br) ; 1,35G+1,35Mc120)
À l’E.L.S : Sser = Max (G+1,2Max (Bc, Bt, Br) ; G+Mc120)

Ainsi pour le cas de l’entretoise en service, les valeurs des moments et des efforts
tranchants sont :
TABLEAU 6. 3: COMBINAISON DES SOLLICITATIONS AUX ETATS LIMITES

ELU ELS
Mappui -216.81 -161.96
Mtravée 269.71 201.48
Tmax 359.11 268.24
6.3.2- Situation 2 (lors du vérinage)

Le vérinage est le soulèvement du tablier pour le remplacement des appareils d’appui.


Et il se fait par quatre vérins disposés comme le montre la figure suivante :

Figure 6. 11: dispositions des vérins

Pour le calcul des sollicitations pendant le vérinage, on assimilera l’entretoise à une


poutre de longueur L= 8,40m et pour laquelle :
 Les vérins sont considérés comme étant des appuis simples.
 Les chargements considérés sont son poids propre, les réactions R1,.., R4 dues au poids
propre des poutres et hourdis en plus de leurs superstructures.

Remarque: il se peut qu’on doit augmenter de 50% de la réaction due à la charge du


système A(l) pour tenir en compte une éventuelle circulation routière en cours du vérinage
si cet ouvrage représente un passage incontournable malgré que les règlements interdisent
toute circulation routière durant le vérinage. Ainsi, les réactions Ri auront comme valeur :

Pour notre cas, notre ouvrage d’art n’est pas incontournable vu l’existence de l’ancien
pont qui reste en exploitation. Ainsi les réactions sur l’entretoise seront comme suit :

- Poids propre de l’entretoise :


- Charges des hourdis et de la superstructure :

- Poids des poutres avec hourdis et chaussée et le poids du trottoir pour les poutres de rive :
Figure 6. 12: répartition des charges lors du vérinage

Ainsi, à l’aide du logiciel RDM6, on a pu calculer les moments et les efforts


tranchants nécessaires pour déterminer les ferraillages de l’entretoise pour cette situation.
Les figures ci-dessous décrivent les diagrammes des moments et des efforts tranchants :

 Diagramme du moment fléchissant :

Figure 6. 13: diagramme des moments fléchissants lors du vérinage

 Diagramme de l’effort tranchant:

Figure 6. 14: diagramme des efforts tranchants lors du vérinage


Ainsi, on résume les résultats trouvés dans le tableau suivant :

TABLEAU 6. 4: COMBINAISON DES CHARGES AUX ETATS LIMITES

Entretoise de rive (KN) Entretoise intermédiaire (KN)


ELU ELS ELU ELS
Mmax 804.33 595.8 -265.545 -196.7
Mmin -265.545 -196.7 -296.325 -219.5
Tmax 1471.5 1090 1019.52 755.2

6.4- Détermination des ferraillages

6.4.1- Justification de la section de calcul

Les entretoises seront calculées comme des poutres avec une section en T dont les
dimensions sont récapitulées dans le tableau suivant :

TABLEAU 6. 5: DIMENSION DE L’ENTRETOISE

H (m) a (m) b(m) L (m) A (m2) I (m4) V (m) V’ (m)


1.60 0.4 0.2 1 0.76 0.02413 68.9474 91.0526

Figure 6. 15 : coupe transversale de l’entretoise

Les caractéristiques du béton et de l’acier utilisées sont :

Les Fissurations sont préjudiciables.


Pour le calcul du ferraillage, l’entretoise sera divisée en deux parties :

 Travée de rive : c’est la partie de l’entretoise comprise entre la poutre de rive et la poutre
centrale.
 Travée centrale : c’est la partie de l’entretoise comprise entre les deux poutres centrales.
Les justifications des différentes travées sont effectuées à l’aide des moments et des
efforts tranchants exprimés dans le tableau suivant :

TABLEAU 6. 6: LES SOLLICITATIONS UTILISEES POUR LE DIMENSIONNEMENT DU


FERRAILLAGE

Mult (max) Mult (min) Mser (max) Mser (min) Tu

Travée de rive 804,33 -265,545 595,8 -196,7 1471,5

Travée centrale 269,71 -296,325 201,48 -219.5 755,2

6.4.2- Dimensionnement des aciers :


Le calcul des sections d’aciers utilisés est effectué à l’aide du logiciel ROBOT
EXPERT qui permet de définir le ferraillage à l’ELU et à l’ELS en prenant en compte les
moments maximaux et minimaux.

6.4.2.1- Armatures longitudinales

 Travées centrales

Les moments utilisés pour le calcul des armatures longitudinales sont comme suit :

TABLEAU 6. 7: LES SOLLICITATIONS MAXIMALES ET MINIMALES DE LA TRAVEE CENTRALE

Moment max Moment min


ELU 269.71 -296.325
ELS 201.48 -219.5

Ainsi, tout calcul fait, on trouve, on trouve les résultats suivants :

- Armatures supérieures : 10.8cm2


- Armatures inférieures : 8.2 cm2

Puis, on effectue les vérifications suivantes :

 Condition de durabilité
Après avoir déterminé la profondeur de l’axe neutre ainsi que moment d’inertie, on
trouve les contraintes suivantes :

TABLEAU 6. 8: VERIFICATION DES CONTRAINTES A L’ELS

Contrainte Contrainte admissible Vérification


Béton σbc 0.5 21 Oui
Acier tendu σs 17.2 250 Oui
Acier comprimé σs 6.1 250 Oui
 Condition du non fragilité
On a la section d’acier minimale nécessaire est de :
La condition du non fragilité est vérifiée, donc, la sections des armatures utilisées seront
comme suit :

- Armatures supérieures : 10.8 cm2 (6HA16)


- Armatures inférieures : 8.2 cm2 (6HA14)

 Travées de rive

Les moments utilisés pour le calcul des armatures longitudinales sont comme suit :

TABLEAU 6. 9: LES SOLICITATIONS MAXIMALES ET MINIMALES POUR LA TRAVEE DE RIVE

Moment max Moment min


ELU 804.33 -265.545
ELS 595.8 -196.7

Ainsi, tout calcul fait, on trouve, on trouve les résultats suivants :

- Armatures supérieures : 10.8 cm2


- Armatures inférieures : 12.4 cm2

Puis, on effectue les vérifications suivantes :

 Condition de durabilité
Après avoir déterminé la profondeur de l’axe neutre ainsi que moment d’inertie, on
trouve les contraintes suivantes :

TABLEAU 6. 10 : VERIFICATION DES CONTRAINTES A L’ELS

Contrainte Contrainte admissible Vérification


Béton σbc 0.5 21 Oui
Acier tendu σs 14.8 250 Oui
Acier comprimé σs 5.4 250 Oui

 Condition du non fragilité


On a la section d’acier minimale nécessaire est de :
La condition du non fragilité n’est pas vérifiée, donc, la sections des armatures utilisées
seront comme suit :

- Armatures supérieures : 10.8 cm2 (6HA16)


- Armatures inférieures : 12.4 cm2 (4HA20)
6.4.2.2- Armature transversale

Le calcul des efforts tranchants en service et lors du vérinage donne des efforts
maximaux au niveau des appuis et au droit des vérins.
Des cadres HA10 sera utilisés comme armatures transversales ainsi :
Les contraintes transversales doivent être inférieures à la contrainte admissible :

Ainsi, les résultats sont :

TABLEAU 6. 11: ESPACEMENT DES ARMATURES TRANSVERSALES

Tmax (KN) τu (MPa) τu (adm) At St (cm) Stmax (cm)


(MPa) (cm2)
Poutre de rive 1471.5 2.5 3.5 1.6 9.4 40
Poutre 1019.52 1.7 17.3
intermédiaire

Ainsi, l’espacement des armatures transversales :


- Poutre de rive : utilisation des cadres HA10 espacés de 9 cm
- Poutre intermédiaire : utilisation des cadres HA10 espacés de 17 cm
CHAPITRE VII :APPAREILS D’APPUI

7.1- Introduction
Le terme "Appareil d’appui" est attribué à un dispositif ayant pour rôle d’assurer la
liaison entre la structure et son support et de transmettre aux appuis les efforts et les
rotations supportés par le tablier d’un ouvrage d’art.

Les fonctions assurées par les appareils d’appui sont :

 Transmettre les efforts verticaux dus au poids du tablier et aux charges


d’exploitation.
 Permettre les variations de longueur du tablier sous les actions de la température,
du retrait et du fluage.
 Transmettre totalement ou partiellement les efforts horizontaux dus aux effets
introduits par les charges d’exploitation, aux effets résultant des modifications de
longueur du tablier, aux effets du vent, aux actions accidentelles.
 Permettre des rotations de la structure sous charges d’exploitation ou à la suite de
déformations différées de la structure.

Le présent chapitre a pour objectif, le dimensionnement des appareils d’appui des piles,
des culées. Pour cela, nous déterminons les déformations au niveau des appuis (rotations et
déplacement), puis les efforts horizontaux en tête d’appuis.

Pour chaque pile on mettra 2 lignes de 4 appareils d’appuis en élastomère fretté,


chaque appareil se trouvant sous le talon d’une poutre. Pour les culées on dispose une ligne
de 4 appareils d’appui.

Figure 7. 1: positionnement des appareils d’appui


7.2- Evaluation des déformations
7.2.1- Rotation d’appui
7.2.1.1- Rotation sous le poids propre :

g : poids propre de la poutre y compris la superstructure (g= 4.944 t/ml).


l : portée de la poutre (35 m).
: Le module différé de déformation du béton pour les charges de durée d’application
supérieur à 24h ( 12650 MPa).
Le moment d’inertie de la poutre ( .

7.2.1.2- Rotation sous les surcharges.

Les surcharges ne peuvent pas être assimilées à une charge uniforme, pour cette
raison on procède au calcul de la rotation en intégrant le diagramme représenté par la ligne
polygonale reliant les points représentatifs de ses moments:

TABLEAU 7. 1: VALEURS DES MOMENTS DUS A LA SURCHARGE ROUTIERE

x(m)
1.75 75.44
3.5 142.950
5.25 202.513
7 254.134
8.75 297.81
10.5 333.551
12.25 361.347
14 381.20
15.75 393.114
17.5 397.0856
Figure 7. 2: Diagramme des moments dus à la charge routière

Les résultats de calculs :


A vide α α
En surface α

7.2.2- Déplacement d’appui

7.2.2.1- Déplacement dû à la rotation d’appui

7.2.2.2- Déplacement dû au retrait

Il est dû à l’évaporation de l’eau qui chimiquement n’était pas nécessaire à la prise du


ciment, mais qui était indispensable pour obtenir une consistance plastique du béton pour
faciliter sa mis en œuvre.
On note ε = la déformation de retrait .donc le déplacement sous l’effet du
retrait sera :
7.2.2.3- Déplacement dû au fluage

Il correspond à une déformation croissante dans le temps sous contrainte constante.

7.2.2.4- Déplacement dû à la variation de température


Le coefficient de dilatation thermique sera pris égale à .A partir de la
° ° °
température ambiante, nous envisageons une variation de + de
variation instantanée.
Le déplacement est donné par la formule suivante.

Avec :

- a : le coefficient de dilatation thermique (


- : Variation de température.

On récapitule les résultats dans le tableau suivant.

TABLEAU 7. 2: VALEURS DE DEPLACEMENT DU A LA VARIATION DE TEMPERATURE

courte durée
longue durée

7.3- Evaluation des réactions d’appui :


Les efforts normaux sollicitant les appareils d’appui sont déduits des réactions d’appui
dus aux différents cas de charge en divisant par le nombre de plaques par appuis : 4
plaques pour les culées et 2×4 pour les piles.

7.3.1- Charges permanentes

Les charges permanentes dues au tablier sur une seule travée sont :

TABLEAU 7. 3: POIDS D'UNE TRAVEE DE TABLIER

Charges du tablier en (t)


Poutres 302.074
Entretoises 29
Hourdis 175
Superstructures 147.35
Total en T 653.424
L’effort transmis à un seul appui est donc :

7.3.2- Surcharges réglementaires


Pour le calcul de réactions d’appui dues aux charges d’exploitation, on positionnera
les différentes charges des systèmes et les charges militaires au niveau des appuis de
manière à produire une valeur maximale pour la réaction. Pour chaque charge, on va
considérer le cas de 2 travée chargées qui correspond au cas d’un appui intermédiaire
(piles), et le cas d’une seul travée chargée qui correspond au cas des appuis extrêmes
(culées)

7.3.2.1- Charge A[l]


 Cas d’une travée chargée

Figure 7. 3: Réaction d’appuis pour une seule travée chargée A(l)

On a

Donc, on trouve
TABLEAU 7. 4: REACTION D'APPUI SOUS A[L] UNE TRAVEE

L(m) A[l] R(t)


35 0.966 1 3.5 0.875 0.8712 6.972 122.01
 Cas de deux travées chargées.

Figure 7. 4: Charge A [L] sur deux travées

On récapitule les résultats de calculs dans le tableau ci-dessous

TABLEAU 7. 5: REACTION D'APPUI SOUS A[L] DEUX TRAVEES

On remarque bien que pour le chargement le cas le plus défavorable correspond à deux

L 2 voies chargées
70 m 0.669 t/ 0.585 t/ 4.683 4.68 2

voies chargé.

7.3.2.2- Charge
 Cas d’une travée chargée

Figure 7. 5: Système sur une travée

On trouve alors
 Cas de deux travées chargées

Figure 7. 6 : Système sur deux travées

Tous calculs fait, on trouve :

7.3.2.3- Système ∶
 Cas d’une seule travée chargée

Figure 7. 7: Système

La réaction dans l’appui :


 Cas de deux travées chargées

Figure 7. 8: Système sur deux travées

On trouve alors :

7.3.2.4- Trottoir

La réaction d’appui due aux surcharges du trottoir se calcul de la même manière que
celle due au système A[l], en remplaçant A[l] par .

 Cas d’une seule travée chargée

 Cas de deux travées chargées

Récapitulation : En résumé, l’effort normal transmis à un appareil d’appui de piles ou


culées sous les charges les plus défavorables sont comme suit.

TABLEAU 7. 6: RECAPITULATION DES REACTIONS CALCULEES SOUS DIFFERENTES CHARGES

Réaction Charge permanente (t) (t) A[l] (t) (t) Trottoir (t)
Pile 653.424
Culée 122.01
7.3.3- Combinaisons à l’ELU et à l’ELS
7.3.3.1- Les combinaisons de l’ELU :

7.3.3.2- Les combinaisons de l’ELS :

Donc tous calculs fait on trouve las résultats suivantes :

TABLEAU 7. 7: REACTIONS MINIMALES ET MAXIMALES EN PILE ET CULEE

ELU ELS

Pile 882.1224 1170.4446 653.424 868.992


Culée 441.0612 649.5186 326.712 482.568

7.4- Dimensionnement des appareils d’appuis.

7.4.1- Aire de l’appareil d’appui

D’après les recommandations de SETRA la contrainte moyenne de compression ne


doit pas dépasser 15MPa.

Avec :

.
n : le nombre d’appareil disposés sur chaque appui.
a : le côté de l’appareil d’appui parallèle à l’axe longitudinal de l’ouvrage.
b : le côté de l’appareil d’appui perpendiculaire à l’axe de l’ouvrage (a ).

Donc :
 Pour les appareils d’appuis des piles, leurs surfaces doivent vérifier la relation suivante :
 Pour les appareils d’appuis des culées, leurs surfaces doivent vérifier la relation suivante

7.4.2- Hauteur nette d’élastomère

Figure 7. 9: Vue en élévation d'un appareil d'appui

: Module d’élasticité transversal (G=0.9MPa).

La condition généralement prépondérante est : soit tg (


Or tg ( T T Δ

Soit 5 feuillets de 12 mm + deux enrobages de 5 mm : T= 70 mm

7.4.3- Dimensionnement en plan de l’appareil d’appui.


On cherche à respecter les inégalités suivantes qui concernent la condition de non
flambement et la condition d’épaisseur minimale pour les irrégularités de pose.

On a
Alors on adopte a

7.4.4- Dimensionnement des frettes.


L’épaisseur des frettes est donnée en fonction de l’épaisseur de l’élastomère pour les
cas courants par le tableau suivant du BT n°4 de SETRA :

TABLEAU 7. 8 : VALEUR DE L’EPAISSEUR DES FRETTES EN FONCTION DE L’EPAISSEUR DE


L’ELASTOMER

t élastomère (mm) 8 10 12 20
frettes (mm) 2 3 3 4
Dans notre cas on prend

Récapitulation des résultats : Les caractéristiques géométriques des appareils d’appuis


pour les piles et les culées sont représentées dans le schéma suivant.

Figure 7. 10: caractéristiques géométriques de l’appareil d’appui

En fonction du nombre n de feuillets intermédiaires, on définit deux épaisseurs.

 L’épaisseur nominale totale de l’appareil d’appui : )+


 L’épaisseur nominale totale d’élastomère :
Les résultats du dimensionnement seront récapitulés dans le tableau suivant :

TABLEAU 7. 9: VALEUR DES DIMENSIONS DE L’ELEMENT DE L’APPAREIL D’APPUI

Epaisseur d’un feuillet 12 mm


Epaisseur d’une frette 3 mm
Nombre de feuillet n 5
Enrobage sup/ inf. e 5
Epaisseur nominale de l’appareil d’appui Tb 88
Epaisseur totale d’élastomère Te 70

Notation: a

7.5- Efforts horizontaux en tête d’appui


7.5.1- Généralités

Les efforts horizontaux exercés sur le tablier (freinage, vent...) sont transmis aux
différents appuis, selon une répartition qu’il convient de déterminer. Il faut d’autre part
calculer les efforts développés par le tablier en tête des appuis, du fait des déplacements
imposés à ces derniers par les déformations de la structure (retrait, fluage, température).
Les efforts se répartissent en fonction de la rigidité de chaque appui.la rigidité k d’un
appui sera par définition, u étant le déplacement de la tête d’appui sous l’action d’une
force horizontale unité. Ce déplacement provient de la distorsion de l’appareil
d’appui et de la déformation du corps de l’appui et enfin de la déformation de la fondation.

Figure 7. 11: Déplacement de la tête d’appui sous l’action d’une force horizontale unité

7.5.2- Détermination des rigidités des appuis


Les déplacements en tête d’appuis, sous un effort unitaire de :

On note :

 Pour la culée :

Elle est supposée infiniment rigide et seuls les appareils se déforment. En tenant
compte des quatre appareils d’appui :

 Sous un effet statique

 Sous un effet dynamique

 Pour la pile :
On considère aussi bien la déformation des appareils d’appui que celle des fûts des
piles. Les déplacements sous efforts statiques et dynamiques de la semelle de la pile ont été
négligés en raison de l’ancrage de cette dernière sous le terrain naturel d’une part, et de
l’ancrage des pieux dans le substratum d’autre part.
 Sous un effet statique =

 Sous un effet dynamique =


Avec :

l : la hauteur du fût de la pile considérée.


G : module d’élasticité transversal de l’élastomère.
Le module instantané de déformation du béton, (
Le module différé de déformation du béton. 12650 MPa).
I : le moment d’inertie du fût de la pile (I = ∶
(I=0.24837
Le tableau suivant donne le déplacement ainsi que les rigidités dans chaque appui :

TABLEAU 7. 10: RIGIDITE DES APPUIS

Fût de pile appareil d'appui Rigidité

appuis (m) (m) (m) (m)

C1 --- --- 0.001234 0.000617 1620 810


P1 0.002252 0.0061 0.000617 0.000308 390.54 149.21
P2 0.00188 0.0051 0.000617 0.000308 457.232 175.66
P3 0.00249 0.00673 0.000617 0.000308 357.30 136.14
C2 ---- ---- 0.001234 0.000617 1620 810

7.5.3- Répartition de l’effort dynamique de freinage


L’effort de freinage du système est estimé à F =30 t, il se répartit entre les différents
appuis de l’ouvrage selon la relation suivante :

TABLEAU 7. 11: REPARTITION DE L’EFFORT DYNAMIQUE DE FREINAGE

Appui (t) (t)

C1 30 0.36444835 10.9334505
P1 30 0.08785854 2.63575629
P2 30 0.1028626 3.08587791
P3 30 0.08038216 2.41146479
C2 30 0.36444835 10.9334505

Par la suite des calculs on va retenir la valeur de 10.94 t pour l’effort de freinage sur
les culées et 3.1 t pour les piles.
7.5.4- Répartition des efforts de retraits et de dilatation
Le pont étant symétrique, le point fixe se trouve au milieu de la travée centrale, on va
supposer que les déplacements horizontaux se font de part et d’autre de ce point.
L’effort résultant d’une variation linéaire est donné par : F=KU ou U=ε L ou ε est la
déformation linéaire (retrait, fluage, variation de température). Pour la partie rapidement
variable on utilisera les rigidités instantanées , pour la partie lentement variable on
utilisera les rigidités à long terme .

TABLEAU 7. 12: REPARTITION DE L’EFFORT DUE AUX VARIATIONS LINEAIRES POUR LES
CULEES ET LES PILES

culées pile 1 pile 2 pile 3


F(t) F(t) F(t) F(t)
Retrait 0.0004 11.34 0.0004 2.09 0.0004 2.46 0.0004 1.90
Fluage 0.000539 15.28 0.000539 2.815 0.000539 3.314 0.000539 2.569
variation de 0.0002 5.67 0.0002 1.0445 0.0002 1.23 0.0002 0.9523
température
longue durée
variation de 0.0001 5.67 0.0001 1.367 0.0001 1.60 0.0001 1.250
température
courte durée
Total 37.96 7.316 8.604 6.68

7.6- Vérification de la validité des appareils d’appui


7.6.1- Condition sur la distorsion

τ τ τ
Avec :
 τ
 τ
On a alors τ
 τ
Le plus grand effort horizontal dynamique est provoqué ici par le freinage du convoi
(Dans un autre cas, il pourra être du au freinage A(l) ou au vent par exemple.
On a G = 0.9 MPa donc τ
On a bien τ τ τ Vérifiée

7.6.2- Condition sur la somme des contraintes de cisaillement

Il reste à contrôler que pour les différents cas de charges, la somme des contraintes de
cisaillement respecte la condition :

Avec :
Avec :
=1.5 : contrainte de cisaillement due à l’effort normal.

 ∶
D’où

 : contrainte de cisaillement due à la rotation d’une face d’un feuillet


par rapport à l’autre face :

 ∶
 ∶
 α : étant la rotation calculée
 pour un tablier coulé sur place.

On a
Donc ainsi
On a bien

Vérifiée

7.6.3- Condition de non soulèvement


Cette condition est à vérifier lorsque les contraintes de cisaillement dues à la rotation sont
susceptibles d’atteindre des valeurs, semblables à celle dues à l’effort normal.

On a

Vérifiée

7.6.4- Condition de non glissement

On doit vérifier la condition de non glissement suivante.

f le coeifficent de frotement donnée par la formule suivante


TABLEAU 7.13 : VERIFICATION DE LA CONDITION DE NON GLISSEMENT

appuis (t) (t) f f.N


C1 9.49 2.73336263² 0.15247085 81.678 12.4535143
P1 1.829 0.65893907 0.15247085 81.678 12.4535143
P2 2.151 0.77146948 0.15247085 81.678 12.4535143
P3 1.67 0.6028662 0.15247085 81.678 12.4535143
C2 9.49 2.73336263 0.15247085 81.678 12.4535143

(t) : efforts dues aux variations linéaires


(t) : efforts de freinage

7.6.5- Condition de non cheminement


On doit vérifier la condition de non cheminement suivante :
=

On a
Vérifiée.
.
7.6.6- Condition sur l’épaisseur des frettes
La condition à vérifier est ∶

Avec :

On trouve

 Pour les appareils d’appuis des piles :


On a
On prend des frettes de 3 mm ( ) d’épaisseur on a bien :

Vérifiée.

 Pour les appareils d’appuis des culées,


On a
On prend des frettes de 3 mm ( ) d’épaisseur on a bien :

Vérifiée.
CHAPITRE VIII :CALCUL DES PILES

8.1. Introduction :
Les piles constituent les appuis intermédiaires qui ont pour rôle de transmettre les
efforts dus au tablier jusqu’au sol de fondation. Elles se distinguent des culées par le fait
qu’elles sont à l’air libre sur la plus grande partie de leur hauteur et qu’elles ne
transmettent pas des réactions horizontales importantes.
Dans ce chapitre, nous présenterons, d’abord, l’inventaire des charges et leurs
combinaisons. Puis, nous effectuerons la descente des charges. Et finalement, nous
déterminerons le ferraillage des chevêtres, des fûts et des semelles.

8.2. Inventaire des charges :


8.1.1. Charges permanentes
Pour chaque pile, nous déterminons la charge permanente due au poids des
différents éléments constituants le tablier et la pile considérée. La charge minimale
est calculée en réduisant le poids volumique du béton du fût et de la semelle à 1,5 t/m3.
(Déjaugeage en cas de crue).Les résultats en tonnes figurent dans le tableau 8.1 ci-
dessous :

TABLEAU 8. 1 : CHARGES PERMANENTES SUR LA PILE

N(t)
désignation P3 P2 P1
Poids hourdis 180 180 180
Poutres 302.07 302.07 302.07
Entretoises 29 29 29
chevêtre 79.5 79.5 79.5
117.76 107.195 113.875
fût 70.65 64.317 68.325
50.4 50.4 50.4
semelle 30.24 30.24 30.24
Remblai sur semelle 123.18 123.18 123.18
superstructures 147.32 147.32 147.32
G' 147.32 147.32 147.32
G1 881.91 871.35 878.03
G2 814.64 808.31 812.32
=G1+1.4*G' 1088.15 1077.59 1084.27
=G2+0.8*G' 932.50 926.16 930.17
8.1.2. Charge de la chaussée :
On rappellera ci-dessous les caractéristiques du pont et de la voie portée :

 Classe du pont :1
 Largeur chargeable : 8.00 m
 Nombres de voies :2
 Largeur nominale de voies : 3.50 m
 Largeur de voie : 4.00m
 Portée L : 36 m
 =1.1, =1

8.1.2.1. Surcharges des trottoirs :


Pour le dimensionnement des piles c’est le système de charges général qui sera
utilisé .ainsi l’effort du à la surcharge des trottoirs appliqué sur une pile est de :

8.1.2.2. surcharges A(l) :


On envisagera respectivement le cas d’une travée chargée, et celui de deux travées
chargées.les résultats des calculs peuvent être récapitulés sur le tableau suivant :

TABLEAU 8. 2 :VALEUR DE LA SURCHARGE A(L)

A(l) (t/ (t)

1seule travée chargée 0.996 122.01

2travées chargées 0.67 163.9

La surcharge A(l) est susceptible de développer un effort de freinage .il est donné
par la formule suivante :

Avec :
S étant la surface chargée :

Les résultats des calculs seront récapitulés sur le tableau suivant :


TABLEAU 8. 3 : VALEUR DE L’EFFORT DE FREINAGE .

S( ) A(l) (t/ )) .

1 seule travée chargée 288 0.996 13.654227

2 travées chargées 576 0.67 17.5290698

3 travées chargées 864 0.5377 20.1777623

4 travées chargées 1152 0.467 22.3861518

L’effort de freinage de A(l) est inférieur à l’effort de freinage de ( =30t).on


prenant la même distribution que pour le freinage (réalisée dans la chapitre des appareils
d’appui).

TABLEAU 8. 4 : DISTRIBUTION DE L’EFFORT DE FREINAGE POUR LE SYSTEME A(L)

(t)
appuis (t) /
Par appui

C1 22.386 0.435 9.738


P1 22.386 0.042 0.940
P2 22.386 0.050 1.116
P3 22.386 0.038 0.854
C2 22.386 0.435 9.738

Ainsi, la valeur maximale en découlant 1.116 t


8.1.2.3. Surcharge :
La charge découlant de la surcharge est :
 Pour une travée chargée :
 Pour deux travées chargées :
On prendra donc le cas de charge avec les excentricités

Figure 8. 1: Coupe transversale de 2 files de montrant l'excentricité


8.1.2.4. Surcharge :
La charge découlant de la surcharge est :
 Pour une travée chargée :
 Pour deux travées chargées:
On prendra, donc le cas de charge centrée soit avec une
excentricité selon

Figure 8. 2 : Coupe transversale de 2 files de montrant l'excentricité ey

8.1.2.5. Charges variables:


Les charges variables sont de cinq types :

 Action du vent.
 Freinage.
 Variations linéaires.
 La force du courant.
 L’action sismique.
On va traiter chaque charge à part et calculer l’effort qu’elle engendre au niveau des piles
dans les paragraphes suivants.

 Action du vent
En général, on admet les hypothèses suivantes :
 Le vent souffle horizontalement dans une direction normale à l’axe longitudinal.
 Les pressions appliquées aux surfaces sont statiques.
 L’intensité du vent vaut 2kN/m² pour les ouvrages en service.
 Lorsque le vent souffle le pont est supposé porter aucune charge de chaussée ou de
trottoir.
Pour la justification on ne cumule pas les effets du vent et des charges d’exploitation.

L’action du vent qui s’exerce en tête du fût est donnée par :

 L’action du vent sur le tablier le long d’une travée est :

 L’action du vent sur le chevêtre :

Cette force est équivalente à une force s’exerçant sur le centre de gravité du chevêtre qui a
pour valeur 15.84 +0.8) =16.64 t, combinée avec un moment
M=15.84 (2.2 /2 +2/2) =33.264 t.m

La fore du vent qui s’exerce sur le fût par mètre de longueur

Figure 8. 3 : Action du vent sur la pile

 La force de freinage
La force de freinage la plus défavorable est celle due au freinage du convoi Bc. La répartition
des efforts de freinage sur les appuis sera faite en fonction de la raideur k de chaque appui
calculée dans la partie « dimensionnement des appareils d’appui ».
 Effort sur la pile : 2.64 t
 Effort sur la pile : 3.10 t
 Effort sur la pile : 2.41 t

 Retrait et dilatation
La répartition des efforts dus au retrait et dilatation est définie comme suit :
 Effort sur la pile : 7.32 t
 Effort sur la pile : 8.61 t
 Effort sur la pile : 6.68 t

 La force du à la crue centennale :


La force par mètre carré exercée par l’eau sur le fût au niveau des plus hautes eaux est :

Ainsi les efforts engendrés par l’eau sur une pile sont évalués par la formule :

Avec :
 H : résultante de l’action hydrostatique en Newtons
 h : hauteur d’eau tenant compte de l’affouillement général
 k : coefficient de forme, l’obstacle est circulaire
 b : projection de l’obstacle s’opposant à l’eau
 v : vitesse moyenne d’écoulement
 : masse volumique de l’eau

Figure 8. 4 : Action hydrodynamique sur la pile

Dans notre cas on a K =0.35, =1t/ , V=6.567 m /S et b=1.8 m, on aura donc

L’action H engendre à la base de la semelle un moment égale à :

On récapitule tous les résultats dans le tableau ci-dessous.

TABLEAU 8. 5 : ACTION HYDRODYNAMIQUE SUR LA PILE

H(m) P( H(t) M (t.m)


p1 9.9067 30.19 269.16 3481.08
p2 10.2131 30.19 277.48 3394.51
p3 12.2326 30.19 332.35 4433.53

Remarque :
La crête de la semelle est placée au niveau de l’affouillement général.
Les actions qui s’exercent sur les différentes piles étant déterminées, il reste maintenant à
faire les combinaisons des charges et déterminer les efforts et moments résultants à la base de
la semelle de chaque pile.
8.2. Ferraillage du chevêtre
8.2.1. Ferraillage de la partie en encorbellement : poutre courte console
8.2.1.1. Charges appliquées
Deux cas de charges se présentent :
 Cas 1 : cas normal : le chevêtre supporte son poids propre et le poids du tablier.
 Cas 2 : en vérinage : le chevêtre supporte son poids propre et les efforts dus aux
vérins.

On présent alors l’inventaire des charges sur le chevêtre :


 Le poids propre du chevêtre varie linéairement de t/ ml à 5t / ml
 Le tablier exerce sur chaque couple d’appareil d’appui un effort :
=1170.4446 /4=292.612t. et /4 =231.3306t
 L’action des vérins :

Figure 8. 5 : Charges subies par le chevêtre de la pile, en service et lors du vérinage


8.2.1.2. Sollicitations dans le chevêtre :
Moment fléchissant vertical et effort tranchant : le cas le plus défavorable est en service
 Moments fléchissant à l’ELU

Figure 8. 6 : Moment fléchissant à l’ELU dans la partie en encorbellement du


chevêtre de la pile Marteau

 Effort tranchant à l’ELU

Figure 8. 7 : l’effort tranchant à l’ELU dans la partie en encorbellement du chevêtre de la pile


Marteau
 Moment fléchissant horizontal :
Pour l’évaluation du Moment horizontal on va raisonner sur la pile 2 qui supporte un effort
de freinage

Ainsi on trouve
 Moment de torsion :

8.2.1.3. Justification des contraintes

 Les contraintes de cisaillement au niveau de la section d’encastrement


Cisaillement du à l’effort tranchant :
 Cisaillement du à l’effort tranchant

 Cisaillement du à la torsion :

Avec :
L´épaisseur de la paroi au point considéré :

L´aire du contour tracé à mi-épaisseur des parois. : = (2-0.33) (2-0.33)= 2.79


 Vérification de la contrainte de béton :
On doit vérifier l’inégalité suivante :

Avec dans le cas de fissuration préjudiciable =>

On a bien
 Au niveau de la section (x=0.5m)

 Au niveau de la section (x=3.3 m)


8.2.1.4. Calcul d’acier pour le chevêtre
Le dimensionnement du chevêtre se fera par le moyen de l’outil de calcul « ROBOT
EXPERT ».
 Les armatures longitudinales :
 Flexion verticale
Tout les calculs étant fais on retient le ferraillage suivant :
 Armatures supérieures : As = 113.4 cm²
 Armatures inférieures : Ai = 7 3,72 cm²

Soit 15 HA 32 +15HA 25 avec e =13 cm

 Flexion horizontale
Les armatures longitudinales pour la flexion horizontale : disposées sur un côté
latérale
=15 t.m on trouve =1.6 .
Soit 4 HA 8

 Les armatures transversales :


Pour les armatures transversales on a trouvé avec un espacement de
15 cm. Donc on adopte 2 cadres HA10 et 13 étriers de HA 10

8.3. Ferraillage du fût :


8.3.1. Descente de charge :
Les sollicitations à la base de chaque fût pour chaque cas de charges sont représentées dans
le tableau suivant :

TABLEAU 8. 6 : CAS DE CHARGES POUR LA PILE

cas de charge N(t) ) (t.m) (t.m) (t) (t) Z(m)


cas1 902.26
cas2 1037.75
Surcharge
cas3 10.80
trottoir
cas4 A(L) 2 travée 122.01 25.44 1.12 22.71
cas5 A(L) 1travée 163.90 0.5 107.39 1.12 22.71
cas6 Surcharge 114.00 1.5 171
Surcharge
cas7 106.76 1.85 197.51
MC120
cas8 Vent 379.64 21.1076 17.99
cas9 Freinage 70.40 3.1 22.71
cas10 retrait dilatation 195.53 8.61 22.71
cas11 Crue centennale 396.60 33.235 11.93
8.3.2. Définition des combinaisons à considérer sont les suivantes :
Les combinaisons qu’on va adopter pour la descente des charges sont les suivantes :

 A l’Etat Limite de Service :


1. COMB 01 : CAS2+CAS3+1,20CAS4+CAS10+CAS11
2. COMB 02 : CAS2+CAS3+1,20CAS4+CAS10
3. COMB 03 : CAS2+CAS3+1,20CAS5+CAS10
4. COMB 04 : CAS2+CAS3+1,20CAS6+1,20CAS9+CAS10
5. COMB 05 : CAS2+CAS3+CAS7+CAS10
6. COMB 06 : CAS2+CAS8+CAS10
7. COMB 07 : CAS1+CAS8+CAS10
8. COMB 08 : CAS1+1,20CAS9+CAS10
9. COMB 09 : CAS1+1,20CAS9+CAS10+CAS11

 A l’Etat Limite Ultime :


1. COMB 10 : 1,35CAS2+1,605CAS3+1,605CAS4+1,35CAS10+1,35CAS11
2. COMB 11 : 1,35CAS2+1,605CAS3+1,605CAS4+1,35CAS10
3. COMB 12 : 1,35CAS2+1,605CAS3+1,605CAS5+1,35CAS10
4. COMB 13 : 1,35CAS2+1,605CAS3+1,605CAS6+1,605CAS9+1,35CAS10
5. COMB 14 : 1,35CAS2+1,605CAS3+1,35CAS7+1,35CAS10
6. COMB 15 : 1,35CAS2+1,50CAS8+1,35CAS10
7. COMB 16 : CAS1+1,50CAS8+1,35CAS10
8. COMB 17 : CAS1+1,605CAS9+1,35CAS10
9. COMB 18 : CAS1+1,605CAS9+1,35CAS10+1,35CAS11

8.3.3. Les sollicitations de calcul

L’application des combinaisons précédentes donne :

TABLEAU 8. 7 : SOLLICITATION SUBIES PAR LE FUT DE LA PILE

combinaisons N(t) (t) (t) (t.m) (t.m) M(t.m) H(t)


combinaisons1 1194.96 9.95 33.24 226.06 396.60 456.50 34.69
combinaisons2 1194.96 9.95 0.00 226.06 0.00 226.06 9.95
combinaisons3 1245.23 9.95 0.00 324.40 0.00 324.40 9.95
combinaisons4 1185.35 12.33 0.00 280.01 205.20 347.15 12.33
ELS combinaisons5 1155.31 8.61 0.00 195.53 197.51 277.92 8.61
combinaisons6 1037.75 8.61 21.11 195.53 379.64 427.04 22.80
combinaisons7 902.26 8.61 21.11 195.53 379.64 427.04 22.80
combinaisons8 902.26 12.33 0.00 280.01 0.00 280.01 12.33
combinaisons9 902.26 12.33 33.24 280.01 396.60 485.49 35.45
combinaisons10 1614.12 13.42 44.87 304.79 535.42 616.09 46.83
combinaisons11 1614.12 13.42 0.00 304.79 0.00 304.79 13.42
combinaisons12 1681.35 13.42 0.00 436.32 0.00 436.32 13.42
combinaisons13 1601.26 16.60 0.00 376.96 274.46 466.29 16.60
combinaisons14 1562.42 11.62 0.00 263.97 266.63 375.20 11.62
combinaisons15 1400.96 11.62 31.66 263.97 569.46 627.67 33.73
combinaisons16 902.26 11.62 31.66 263.97 569.46 627.67 33.73
combinaisons17 902.26 16.60 0.00 376.96 0.00 376.96 16.60
combinaisons18 902.26 16.60 44.87 376.96 535.42 654.81 47.84

Ainsi nous déduisons les sollicitations de calcul :

TABLEAU 8. 8 : SOLLICITATIONS DIMENSIONNENT POUR LE FUT DE LA PILE

N(t) M (t.m) H(t)


ELS 1245.23 485.49 35.45
ELU 1681.35 654.81 47.84

8.3.4. Armatures longitudinales :


8.3.4.1. Calcul des armatures à l’ELU:
Un premier calcul avec Robot EXPERT, donne une section d’acier ce
qui correspond à un pourcentage de ferraillage de 0,2% de la section de béton.

D’après les recommandations du PP73, et en raison du risque de choc sur les


colonnes (charriage d’Oued, choc d’un engin de chantier), la section minimale
d’armatures longitudinales correspond à un taux de 2% de la section du béton, soit
508.93cm². On adopte donc : des armatures de 50 HA 32 disposées en 2 nappes.

8.3.4.2. Vérification des contraintes à l’ELS :


On va procéder au calcul des contraintes par les abaques de flexion composée du
PP73, qui, à partir du rapport N/M des efforts extérieurs permettent d’avoir les contraintes
dans l’acier et dans le béton.
On a ). Ce qui correspond à
Les contraintes admissibles sous fissurations très préjudiciables :
 La contrainte de traction pour l’acier : 200 MPa.
 La contrainte de compression dans le béton : ( )

8.3.4.3. Justification vis-à-vis le flambement


On supposera le fût encastré sur la semelle et au niveau du chevêtre ainsi la longueur
de flambement correspondante est

 Le moment d’inertie :

 La section du fût est :


Ainsi on calcul le rayon de giration défini par la formule suivante :
D’où on a bien 41.1
L’élancement étant inférieur à 50 les justifications vis-à-vis du flambement ne seront
pas requises
8.3.5. Armatures transversales :
L’effort horizontal maximal appliquée sur le fût est égale à : 47.84 t
Dans le cas des sections circulaires, on a :

Avec :

=1.8 m et d = 0.9 =1.62 m.


D =1.8m.
Donc :
; 4MPa) = 3.5MPa

Alors on adopte les armatures transversales minimales :

C’est-à-dire .
On disposera des cerces avec un espacement de 40 cm.
CHAPITRE IX :ETUDE DES CULEES

Une culée bien conçue doit satisfaire à toutes les exigences de la fonction culée, à savoir :

 Une bonne transmission des efforts au sol de fondation.


 La limitation des déplacements horizontaux en tête, de façon à ne pas entraver le
fonctionnement des appareils d’appui.
 La limitation des déplacements verticaux (tassement).
Dans ce chapitre, nous présenterons d’abord l’inventaire des charges sollicitant les culées.
Puis nous effectuerons la descente des charges. Enfin, nous déterminerons le ferraillage des
deux culées.
9.1. Inventaire des charges
La descente de charge se fera d’une manière identique à celle des piles, on distinguera les
charges suivantes :
 Poids propre.
 Charges d’exploitations.
 Poussée des terres.

9.1.1. Poids propre


Pour chacune des culées on va déterminer les charges permanentes à la tête des fûts
(colonnes), sur semelle et sous semelle en tête des pieux. On commence tout d’abord par
donner le poids mort de la culée ensuite en rappel le poids mort du tablier sur la culée.

 Le poids mort de la culée :

TABLEAU 9. 1: POIDS PROPRE DES ELEMENTS DE LA CULE

Elément poids propre(t)


Mur garde grève 15.75
chevêtre 42.5
Mur en retour 11.29
corbeau 3.375
dalle de transition +remblais 57.88
fût 47.12
semelle +remblai 675
Total(t) 853
 Poids du tablier sur la culée :

TABLEAU 9. 2: POIDS DU TABLIER SUR LA CULEE

désignation poids propre(t)


Poids hourdis 90.00
Poutres 151.04
Entretoises 14.50
Totale G 255.54
G' 73.66
=G+1.4*G' 358.65
=G+0.8*G' 314.46

9.1.1.1 Calcul des charges en tête des fûts :


La charge en tête des fûts comprend le poids propre du tablier, en plus du poids mort
des éléments situés au dessus des fûts. En fera le calcul des valeurs :
: qui comprend la charge permanente minimale du tablier en plus du poids mort du mur
garde grève, chevêtre, mur en retour et corbeau.
: qui comprend la charge permanente maximale du tablier en plus du poids mort de tous
les éléments de la culée situés au dessus des fûts.
On trouve :
Avec
Avec
Les excentricités sont comptées par rapport aux axes des appareils d’appui du tablier
concentriques avec les fûts de la culée.
9.1.1.2 Calcul des charges sur semelle :
De même on trouve :
Avec
Avec
9.1.1.3 Calcul des charges sous semelle (en tête des pieux) :

De même on trouve :

Avec
Avec

9.1.2. Les charges variables :

Les charges variables appliquées à la culée résultent des surcharges de la chaussée et


trottoirs, l’action du vent, le freinage et les effets du retrait et de dilatation. Les efforts
appliqués par les charges variables sont calculés de la même manière que celle avec laquelle
on a réalisé la descente de charges pour piles.
Sur les remblais d’accès aux ouvrages, on dispose une charge uniforme répartie sur
toute la largeur de la plate forme et d’intensité égale à 1t / . Elle intervient dans la
justification de la stabilité des culées.
En outre, pour la justification des éléments de faible dimension (tel que mur garde
grève), il est recommandé de disposer sur le remblai les systèmes ou (sans majoration
dynamique), qui peuvent donner des effets plus défavorables que celui de 1t/m².

9.1.2.1 Surcharges routières :

TABLEAU 9. 3: SURCHARGES ROUTIERES SUR UNE CULEE

charges routières Valeurs (t) (m)


système A(l) 125.49 0 0
Efforts de freinage A(l) 9.8 0 0
Sur trottoir 5.4 0 0
Système 110.237 0 1.5
Mc120 103.5 0 1.85

Remarque :
 Les résultats sont détaillés dans l’étude des appareils d’appui et celle des piles.
 Pour l’effort de freinage de A(l) on respecte la même distribution que de .
 Les résultats sont calculés pour une travée parce qu’il s’agit d’une culée.

9.1.2.2 Actions naturelles et climatiques :


 Action du vent :
La pression du vent par mètre carré est égale à : P = 200 kg/m²
L’action du vent qui s’exerce en tête du fût est donnée par :

 L’action du vent sur le tablier le long d’une travée est :


 L’action du vent sur le chevêtre :

Cette force est équivalente à une force s’exerçant sur le centre de gravité du chevêtre qui
a pour valeur t, combinée avec un moment avec un moment :

M=

 Retrait et dilatation :
La répartition des efforts dus au retrait et dilatation est définit comme suit :
 Effort sur la culée C1 : 37.96t
 Effort sur la culée C2 : 37.96 t

9.1.3. Poussée des terres :


Le remblai d’accès, réalisé par des matériaux graveleux provenant des alluvions de
l’oued, exerce sur les éléments de la culée des efforts de poussée qu’on déterminera ci après.
9.1.3.1.Sur l’ensemble mur garde grève, sommier

La résultante est donnée par la formule suivant :

Avec :
: est donné par la formule de Rankine

: Hauteur du sommier plus le mur garde grève


On
, L=10 m , , 3.1m
Ainsi la résultante de la poussée sur les éléments considérés:

9.1.3.2. Sur les fûts :


La résultante des efforts de poussée des terres sur les fût est donnée par :

Figure 9. 1 : répartition des efforts de poussées des terres sur les fûts

Avec = et = et
On trouve alors :
9.1.3.3. Sur la semelle :
La résultante des efforts de poussée des terres sur la semelle est calculée de la même manière
que le cas de fut:
On trouve : avec
9.1.3.4.Calcul des contre poussées :
Les contre poussée sont due à la présence d’un remblai entourant la culée. Les résultantes des
contre poussée au niveau de la semelle est donnés par :


 : hauteur de la semelle
 : poids volumique du sol
Tout calcul fait on trouve - 52.3 t avec
Remarque :
1. les excentricités sont calculées partant de l’extrémité de l’élément considéré.
2. On a négligé l’effet de la contre poussée sur le fût et le sommier.
Ainsi, les efforts de la contre poussées des terres sur la culée sont équivalentes à une force et
un moment s’exerçant en tête des pieux et dont l’intensité et l’excentricité sont donné par :

9.2. Descente de charges :


9.2.1. Définition des cas de charges :

Ayant fait l’inventaire des différentes charges s’exerçant sur la culée, on numérotera les
différents cas de charges comme suit :

TABLEAU 9. 4 : INVENTAIRE DES DIFFERENTES CHARGES

cas1
cas2
cas3 Surcharge trottoir
cas4 Surcharge dalle transition
cas5 A(L) 1 travée
cas6 Surcharge
cas7 Surcharge
cas8 Vent
cas9 Freinage
cas10 Retrait dilatation
cas11 Crue centennale

9.2.2. Combinaisons de charges


Les combinaisons de charges aux états limites à considérer sont :
- A l’état limite de service :
COMB 01 : CAS2+CAS3+1.20CAS4+CAS10+CAS11
COMB 02 : CAS2+CAS3+1.20CAS4+CAS10
COMB 03 : CAS2+CAS3+1.20CAS5+CAS10
COMB 04 : CAS2+CAS3+1.20CAS6+1.20CAS9+CAS10
COMB 05 : CAS2+CAS3+CAS7+CAS10
COMB 06 : CAS2+CAS8+CAS10
COMB 07 : CAS1+CAS8+CAS10
COMB 08 : CAS1+1.20CAS9+CAS10
COMB 09 : CAS1+1.20CAS9+CAS10+CAS11
 A l’état limite ultime
COMB 10 : 1.35CAS2+1.605CAS3+1.605CAS4+1.35CAS10+1.35CAS11
COMB 11 : 1.35CAS2+1.605CAS3+1.605CAS4+1.35CAS10
COMB 12 : 1.35CAS2+1.605CAS3+1.605CAS5+1.35CAS10
COMB 13 : 1.35CAS2+1.605CAS3+1.605CAS6+1.605CAS9+1.35CAS10
COMB 14 : 1.35CAS2+1.605CAS3+1.35CAS7+1.35CAS10
COMB 15 : 1.35CAS2+1.50CAS8+1.35CAS10
COMB 16 : CAS1+1.50CAS8+1.35CAS10
COMB 17 : CAS1+1.605CAS9+1.35CAS10
COMB 18 : CAS1+1.605CAS9+1.35CAS10+1.35CAS11

9.2.3. Application des combinaisons :


 Sur semelle :

Sur la semelle les différents cas de charges sont tels que représentés sur le tableau suivant :

TABLEAU 9. 5 VALEURS DES CHARGES APPLIQUEES SUR SEMELLE

N(t) (m) (m) Z(m)


cas1 492.4 -0.60 -711.0 0.0 163.1 -2.7
cas2 536.6 -0.55 -761.8 0.0 163.1 -2.7
cas3 surcharge trottoir 5.4 0.0 0.0
surcharge dalle
cas4 60.0 -1.00 -60.0 0.0
de transition
cas5 AL 1 travée 125.5 58.8 0.0 9.80 6
cas6 surcharge 110.2 1.50 0.0 165.4
cas7 surcharge 103.5 1.85 0.0 191.5
cas8 Vent 0.0 47.7 8.68 5.5
cas9 Freinage 66.0 0.0 11.00 6
cas10 Retrait dilatation 227.8 0.0 37.96 6
cas11 crue centennale 0.0 0.0 0 0

Le calcul des différentes combinaisons sous les états limites conduit aux résultats suivants :

TABLEAU 9. 6 : COMBINAISONS DES CHARGES A L’ELS APPLIQUEES SUR SEMELLE

N(t)
comb01 614.0 -606.0 0.0 201.1 0.0 606.0 201.1
comb02 614.0 -606.0 0.0 201.1 0.0 606.0 201.1
comb03 692.6 -463.4 0.0 212.8 0.0 463.4 212.8
comb04 674.3 -534.0 198.4 201.1 0.0 569.7 201.1
ELS comb05 645.5 -534.0 191.5 201.1 0.0 567.3 201.1
comb06 536.6 -534.0 47.7 201.1 8.7 536.1 201.2
comb07 492.4 -483.2 47.7 201.1 8.7 485.6 201.2
comb08 492.4 -404.0 0.0 214.3 0.0 404.0 214.3
comb09 492.4 -404.0 0.0 214.3 0.0 404.0 214.3
TABLEAU 9. 7 COMBINAISONS DES CHARGES A L’ELU APPLIQUEES SUR SEMELLE

N(t)
comb10 829.3 -817.2 0.0 271.4 0.0 817.2 271.4
comb11 829.3 -817.2 0.0 271.4 0.0 817.2 271.4
comb12 934.5 -626.5 0.0 287.2 0.0 626.5 287.2
comb13 910.0 -615.0 265.4 289.1 0.0 669.8 289.1
ELU comb14 872.8 -720.9 258.5 271.4 0.0 765.8 271.4
comb15 724.4 -720.9 71.6 271.4 13.0 724.4 271.7
comb16 492.4 -403.5 71.6 214.3 13.0 409.8 214.7
comb17 492.4 -297.6 0.0 232.0 0.0 297.6 232.0
comb18 492.4 -297.6 0.0 232.0 0.0 297.6 232.0

 Sous semelle.

Les différents cas de charges sont tels que représentés sur le tableau suivant :

TABLEAU 9. 8 : VALEURS DES CHARGES APPLIQUEES SOUS SEMELLE

N(t) (m) (m) Z(m)


cas1 1167.4 -0.25 -953.6 0.0 167.35 -4
cas2 1211.6 -0.24 -975.5 0.0 167.35 -4
cas3 surcharge trottoir 5.4 0.0 0.0
surcharge dalle de
cas4 60.0 -1.00 -60.0 0.0
transition
cas5 AL 1 travée 125.5 71.5 0.0 9.80 7.3
cas6 surcharge 110.2 1.50 0.0 165.4
cas7 surcharge 103.5 1.85 0.0 191.5
cas8 Vent 0.0 59.0 8.68 6.8
cas9 Freinage 80.3 0.0 11.00 7.3
cas10 Retrait dilatation 277.1 0.0 37.96 7.3
cas11 crue centennale 0.0 0.0 0 0

Le calcul des différentes combinaisons sous les états limites conduit aux résultats suivants :

TABLEAU 9. 9 COMBINAISONS DES CHARGES A L’ELS APPLIQUEES SOUS SEMELLE

N(t)
comb01 1289.0 -770.4 0.0 205.3 0.0 770.4 205.3
comb02 1289.0 -770.4 0.0 205.3 0.0 770.4 205.3
comb03 1367.6 -612.5 0.0 217.1 0.0 612.5 217.1
comb04 1349.3 -698.4 198.4 205.3 0.0 726.0 205.3
ELS comb05 1320.5 -698.4 191.5 205.3 0.0 724.2 205.3
comb06 1211.6 -698.4 59.0 205.3 8.7 700.9 205.5
comb07 1167.4 -676.5 59.0 205.3 8.7 679.0 205.5
comb08 1167.4 -580.1 0.0 218.5 0.0 580.1 218.5
comb09 1167.4 -580.1 0.0 218.5 0.0 580.1 218.5
TABLEAU 9. 10 : COMBINAISONS DES CHARGES A L’ELU APPLIQUEES SOUS SEMELLE

N(t)
comb10 1740.6 -1039.1 0.0 277.2 0.0 1039.1 277.2
comb11 1740.6 -1039.1 0.0 277.2 0.0 1039.1 277.2
comb12 1845.7 -828.0 0.0 292.9 0.0 828.0 292.9
comb13 1821.2 -813.9 265.4 294.8 0.0 856.1 294.8
ELU comb14 1784.0 -942.8 258.5 277.2 0.0 977.6 277.2
comb15 1635.6 -942.8 88.5 277.2 13.0 947.0 277.5
comb16 1167.4 -579.5 88.5 218.6 13.0 586.2 219.0
comb17 1167.4 -450.6 0.0 236.3 0.0 450.6 236.3
comb18 1167.4 -450.6 0.0 236.3 0.0 450.6 236.3

9.3. Ferraillage de calcul


9.3.1. Hypothèses de calcul :
 On utilisera le règlement BAEL91 modifié 99.
 les fissurations seront considérées comme étant préjudiciable.
 Béton :
 La résistance caractéristique du béton :
 La résistance de calcul en flexion :
 La résistance à la traction :
 Le coefficient de Poisson : ν=0.2 à L’ELS et ν=0 à L’ELU.
Acier : Fe E500 de type 1
 limite élastique :
 Contrainte limite de service

Enrobage des aciers : on va considérer un enrobage de 5cm pour semelle, fûts et chevêtre et
3cm pour le reste des éléments.

9.3.2. Mur Garde-Greve :


9.3.2.1. Sollicitations :
Le mur garde-grève est soumis à des forces verticales et horizontales qui produisent des
efforts de flexion et de cisaillement dont les valeurs maximales ont lieu au niveau de la
section d’encastrement dans le chevêtre.

Forces verticales : selon le PP73, ces forces ne sont à considérer qu’en absence de la dalle
de transition, d’où on négligera par suite les effets des efforts verticaux.

Forces horizontales : elles correspondent aux actions de la poussée des terres sur le mur
garde grève, le freinage ainsi que les effets du retrait et de la dilatation.

Par la suite on néglige l’effet des charges verticales (venant en déduction des moments
produits par les forces horizontales).
 Poussée des terres :
Le sol exerce sur le mur garde grève un effort de poussée équivalent à une résultante de
force et un moment de flexion.

La résultante des efforts de poussée est : avec un


excentrement comptée de l’extrémité inférieure et donc :
= .
 Poussée d’une charge locale située derrière le mur garde grève :
D’après le PP73 c’est la sollicitation totale due aux camions types (poussée des
charges locales+freinage) qui est la plus défavorable pour le mur garde grève dans le domaine
considéré (h=2,1m).
L’effet le plus défavorable est produit par 2 roues arrière de 6t de deux camions accolés
placés de telle manière que les rectangles d’impacts soient au contact de la face arrière du
garde grève. (Voir schéma ci après).

Figure 9. 2 : effet produit par 2 roues arrière de 6t de deux camions accolés :

Par suite, le moment fléchissant au niveau de la section A d’encastrement avec le


chevêtre, à la profondeur h qui a pour expression générale :

Avec le coefficient K a pour valeur :

D’où

 Force de freinage d’un essieu lourd du camion :


Selon le PP73, on va considérer un essieu lourd au contact du garde grève et l’on néglige
l’effet de l’essieu situé à 1,50m en arrière.
Figure 9. 3 Effet produit par un essieu lourd

Compte tenu de l’écartement des roues d’un essieu (2m) et pour des hauteurs
courantes du mur garde grève, on ne considère que l’effet d’une roue et l’on admet une
répartition des efforts suivant les directions inclinée à π/4 à partir des bords du rectangle
d’impact, d’ou :
= 0,25 + 2h.
La force de freinage est prise égale au poids d’une roue, soit 6t, et l’on a :

D’où le moment total à l’encastrement est :

Le moment à l’encastrement dans le sens opposé est essentiellement dû au freinage minoré de


la poussée des terres, et pourra être évalué d’après le PP73 quelle que soit la hauteur h du mur
par :

9.3.2.2. Combinaisons :
Le moment total dans la section d’encastrement du mur garde-grève :
A l’ELU :

A l’ELS :

Le tableau suivant récapitule les moments dimensionnant aux états limites par mètre linéaire :
9.3.2.3.Armatures du mur garde grève :
 Acier vertical dans le mur :
Aciers verticaux dans la face arrière du mur (en contact avec les terres) :
Les données de calculs sont :
Tout calcul fait, on trouve que la section minimale nécessaire est de soit
7 HA14 /ml avec un espacement de 14cm.
Aciers horizontaux
On adopte le ferraillage minimal préconisé par le PP73, soit des armatures HA10 avec un
espacement e = 15cm sur les deux faces.

Figure 9. 4 ferraillage minimale préconisé par le PP73 pour le mur garde grève

9.3.3. Corbeau
On adopte le ferraillage type défini au paragraphe 2.2.6 de la pièce 1.3.2 du PP73.
Des armatures horizontales 8HA10 et des armatures de peau HA10 espacées de 10 cm

Figure 9. 5 : ferraillage type pour le corbeau

9.3.4. Dalle de transition


Le rôle que joue la dalle de transition définit leur mode de calcul : celui des travées
indépendantes, simplement appuyées d’un côté sur la culée et de l’autre sur le terrain.
Ce mode de calcul proposé par le document technique de SETRA [6] « dalles de transition
des ponts routes 84 » est particulièrement pessimiste puisqu’il ne tient pas compte de la
présence du remblai sous-jacent, aussi le calcul est-il fait avec les hypothèses suivantes.

 La dalle prend appui sur le sol par une bande de 0,60 m de largeur. Ce bord libre est
renforcé par une armature de chaînage.
Figure 9. 6 : Appui sur le sol pour la dalle de transition

 La surcharge prise en compte est l’essieu tandem du fascicule 61 du CCTG titre II.
Transversalement la première file de roue est placée à moins de0, 50m de la bande de
guidage limite de chaussée.

Figure 9. 7 : Emplacement de l'essieu tandem sur la dalle de transition

On dispose dans notre cas d’une dalle de transition de longueur D = 3,00 m et de largeur
9,00m. Cette dalle étant située à une profondeur de 2,1m.
Pour le ferraillage on adoptera les armatures données par le tableau suivant du guide
de SETRA [6] « dalle de transition des ponts routes » suivant :

TABLEAU 9. 11 :ARMATURES DE FERRAILLAGE DE LA DALLE DE TRANSITION


Pour notre cas on retiendra les armateurs suivantes :
 Dans le sens longitudinal : des armatures supérieures 23 T 10 et inférieures de 54T 20.
 Dans le sens transversal : des armatures supérieures de 7T 10 avec 3 T 12 au niveau du
chaînage et des armatures inférieures de 17 T 12 avec 3 T 20 en plus au niveau du
chaînage.
 Un chaînage de 32 T 8 sera prévu afin de renforcer le bord libre de la dalle.
Ces armatures seront disposées selon le schéma type ci-dessous :

Figure 9. 8 Coupe transversale et longitudinale des ferraillages de la dalle de transition

9.3.5. Mur en retour


9.3.5.1. Sollicitations
Nous calculons le mur sous les actions suivantes :
 Poids propre y compris les superstructures
 Poussée horizontale répartie
 Charges concentrées vers l’extrémité du mur
Les caractéristiques du mur
 Longueur théorique :
 Hauteur du mur :
 Epaisseur du mur :

 Forces verticales :
Elles sont constituées par le poids du mur, y compris les superstructures et la charge
concentrée de 4t à l’extrémité.
Les forces verticales exercent à l’encastrement du mur :
 Un effort tranchant :
 Un moment d’axe horizontal :

 Forces horizontales :
Conventionnellement, elles sont constituées d’une force concentrée de 2t et d’une poussée
répartie sur toute la surface du mur, d’intensité uniforme égale à ).
 Un effort tranchant :

 Un moment d’axe vertical :

9.3.5.2. Ferraillage du mur en retour


 Armatures d’attache :
Pour la détermination des armatures d’attache, on va vérifier d’une façon séparée l’attache du
mur aux forces verticales et horizontales appliquées au mur.
Tout calcul étant fait on va prévoir des armatures 10HA20 de manière à disposer 5HA20 sur
le quart supérieur de la hauteur d’attache et 5HA20 sur la hauteur restante.
 Armatures horizontales et verticales :
Selon les recommandations du dossier pilote PP73, on doit prévoir sur les deux faces et dans
les deux directions, horizontale et verticale une section d’armatures au moins égale à 2cm/ml
.Ainsi, on adoptera pour la reprise des moments horizontaux deux cadres quasi triangulaires
HA20, tous les 30cm sur toute la longueur du mur qui est de 4.00m.

9.3.6. Chevêtre :
Le calcul sera fait conformément aux principes de calcul présentés de calcul dans le
dossier PP73 de SETRA.
Le chevêtre est soumis, en plus de son poids propre aux actions cités ci-après et
provenant :
 Du mur garde grève.
 Corbeau arrière.
 De la dalle de transition.
 Des murs en retour.
 Des vérins utilisés pour soulever le tablier.
Ces sollicitations se traduisent par des moments de flexion, des efforts tranchants et des
moments de torsion, ces derniers étant produits par les charges excentrés et certains efforts
horizontaux (freinage et poussée d’une charge sur le mur garde grève).
9.3.6.1. Inventaire des charges (Justification du chevêtre vis-à-vis la flexion) :
 Le poids propre (charge verticale)
Le poids propre du chevêtre est donné par :

S : la section totale du chevêtre (y compris le garde-grève).


Le coefficient 2 tient compte du poids de la partie du tablier situé au droit du chevêtre au
moment de la construction.
 Le mur garde grève
Il exerce sur le chevêtre des charges verticales produites par les roues du système ou du
système (selon le cas le plus défavorable). La densité de charge au niveau du plan moyen
du chevêtre résulte de la diffusion des effets des différentes roues, pourtant on admettra que la
densité de charge au niveau du plan moyen du chevêtre est égal au quotient du poids de deux
camions (ou ) accolés par la largeur d’encombrement d’un véhicule soit alors pour le cas
d’un pont de première classe :
=
Ces valeurs seront arrondies à 5,5 t/ml et affectées d’un coefficient de majoration
dynamique de 2 pour tenir compte du choc d’un essieu au droit de l’appui ; Soit :

Cette charge n’est à considérer en effet que dans le cas où il n’y a pas de dalle de transition
appuyée sur le chevêtre, ce qui n’est pas le cas pour les culées de notre pont.
Le mur garde grève agira également par son poids propre sur le chevêtre ainsi :

 Dalle de transition

Pour le calcul du chevêtre les effets locaux de la dalle de transition doivent être tenus en
compte. La dalle de transition applique sur le chevêtre une réaction qui peut se décomposer en
réaction due à la charge permanente, et réaction des charges et . La réaction totale sera
prise égale :

 Corbeau arrière
L’effet du corbeau se manifeste par une charge repartie le long du chevêtre :

 Mur en retour

Les murs en retour agiront sur le chevêtre par leurs poids propre compté comme charge
concentrée (poids propre d’une seule murette) ainsi que par les moments
horizontaux et verticaux calculés dans le paragraphe consacré au dimensionnement des murs
en retour.
 Tablier

Le tablier n’exerce pas d’efforts sur le chevêtre puisque les points d’appuis sont disposés en
face des colonnes.

 Vérins de soulèvement du tablier


Les vérins exercent sur le tablier les efforts concentrés qu’on calculera comme on a fait
pour le chevêtre de la pile, les efforts dus aux vérins sont donnés par :
Figure 9. 9 : Charges appliquées sur le chevêtre
D’après le chapitre des piles on a bien :
 =
 =
9.3.6.1.1 Sollicitations de calcul
Le calcul moyennant le logiciel RDM 6.0 permet d’obtenir les sollicitations dans la chevêtre
:
 Diagramme du moment fléchissant :

Figure 9. 10 : moment fléchissant dans le chevêtre


 Diagramme de l’effort tranchant

Figure 9. 11 effort tranchant dans le chevêtre

Ainsi les moments et les efforts tranchants de dimensionnement aux états limites sont :

TABLEAU 9. 12 : SOLLICITATIONS MAXIMALES DANS LE CHEVETRE DE LA CULEE

M>0 M<0 T
ELU 22.275 -30.95 71.8
ELS 16.5 -22.923 53.2

9.3.6.1.2 Ferraillage (vis-à-vis la flexion)


Le calcul des armatures pour la flexion simple et l’effort tranchant donne les résultats
suivants :
 Armatures supérieures : 16.5cm
 Armatures inférieurs : 16.5cm
 Armatures transversales (armature d’effort tranchant) :
On a bien :
 .


9.3.6.2.Inventaire des charges (Justification du chevêtre vis-à-vis la torsion) :
Les charges excentrées peuvent produire des moments de torsion. On procèdera à la
justification du chevêtre vis-à-vis de la torsion en se basant sur les formules du paragraphe
2.2.4.2 de la pièce 1.3.2 du PP73. Le tableau suivant récapitule les calculs effectués :

TABLEAU 9. 13 : EXCENTREMENT TRANSVERSAL DES CHARGES

Elément E (m) C(
Mur garde grève -0.7 -11.0
chevêtre 0 0
Mur en retour -2.3 -25.97
corbeau -0.9834 -3.32
dalle de transition -1.6 -9

9.3.6.2.1. Ferraillage (vis-à-vis la torsion)


On se réfère au PP73, pièce 1.3.2 : on définit :
 Largeur de calcul :
 Hauteur du chevêtre :
 Contrainte tangentielle de torsion définit par :
Avec :

 Vérification du béton

Avec :

Alors : vérifiée

 Armatures longitudinales :
Les armatures pour la torsion sont données par :

Avec :
Tout calcul on trouve : 27.4
 Armatures transversales :
Les armatures pour la torsion sont données par :

Tout calcul fait on trouve :


5.8
Ces armatures sont à cumuler avec celles déterminées pour flexion du chevêtre tout en
respectant les règles de ferraillage minimal préconisé par le PP73.

 Pour les armatures longitudinales : , valeur supérieure à la


section totale des armatures longitudinales prévues par les calcules est qui est de 60.4 .on
va retenir par suite :
 Armatures longitudinales supérieures : 8HA25
 Armatures longitudinales inférieures : 8HA25
 Armatures longitudinales sur un parement vertical : 4HA14

 Pour les armatures transversales : , valeur supérieur à la


section totale des armatures transversales prévues par les calculs est qui est de 26.3 .
 On choisit , on a donc par mètre. on adoptera 4 cadres
HA10 +un épingle HA10.

9.3.7. Fût :
9.3.7.1. Ferraillage longitudinal des fûts :
Les fûts sont sollicités en flexion composée associée à un effort tranchant, les sollicitations
maximales s’exerçant sur un fût sont déduites de la descente de charges établie
précédement.les sollicitations maximales au niveau d’un fût sont récapitulés dans le tableau
suivant :

TABLEAU 9. 14 :SOLLICITATIONS MAXIMALES DANS LE FUT DE LA CULEE

N(t) M(t.m) H(t)


ELU 233.6 204.3 72.3
ELS 173.1 151.5 53.6

On va adopter la section minimale des armatures prescrite par le dossier « PP73 » de


SETRA. Ainsi :
soit 32HA25 disposées en deux nappes.
On va calculer les contraintes par les abaques de flexion composées du PP73, qui, à
partir du rapport N/M des efforts extérieurs permettent d’avoir les contraintes dans l’acier et
dans le béton .
Le tableau suivant récapitule les résultats de la détermination des contraintes depuis
l’abaque pour
TABLEAU 9. 15 : VALEURS DES CONTRAINTES PAR LES ABAQUES DE FLEXION

N(t) 173.1
M (t.m) 151.5
Rapport des efforts extérieurs N/M (t/tom) 1.15
contrainte réduite dans le béton ( 15.75
contrainte réduite dans l’acier ( 155
contrainte de compression dans le béton(MPa) 10.9
contrainte de traction dans l'acier(MPa) 234.83

Les contraintes admissibles sous fissurations préjudiciables :


 La contrainte de traction pour l’acier :
 La contrainte de compression pour le béton : 18MPa
Ainsi les contraintes sont bien vérifier à l’ELS.
9.3.7.2. Justification vis-à-vis le flambement :
 la longueur maximale des fûts de piles est :
 on suppose que le fût est encastré sur la semelle et au niveau du chevêtre ainsi la
longueur de flambement correspondante est :
 le moment d’inertie :

 la section du fût est :

 le rayon de giration est donné par :

 l’élancement définit par :


On a l’élancement étant inférieur à 50, les justifications vis-à-vis du flambement ne
seront pas requises.

9.3.7.3. Armatures transversales :


On a avec
On a bien

Les armatures transversales minimales :

C’est-à-dire :

On disposera des cerces Φ 12 avec un espacement de 25cm.


CHAPITRE X : CALCUL DES FONDATIONS

10.1- Données de fondation

10.1.1- Rappel des données géotechniques


Les coupes des sondages réalisés, mettent en évidence la lithologie suivante :
Formation de couverture : qui se compose de :

 Sables limoneux rencontrés en surface, sur une épaisseur de 3 à 6 m


 Alluvions d’oued à éléments d’origine calcaire, hétérométriques noyés dans une matrice de
sable propre. Son épaisseur allant de 3 à 7 m

L’épaisseur totale de cette couche varie de 7 à 10.5 m.

Formation intérieur très épaisse constituée de graves sablo-marneuses assez


cimentées à passages conglomératiques durs et comportant parfois des lentilles de sables
consolidés.

Il est prévu, pour les piles et les culées d’utiliser 6 pieux de 1000mm de diamètre qui
doivent transmettre au sol les efforts verticaux et horizontaux et des moments fléchissants.

10.1.2- Données sur les matériaux


Les calculs justificatifs des fondations sont conduits à partir d´une résistance
conventionnelle du béton, notée , obtenue par application de la formule suivante :

Tel que :
- : coefficient caractéristique du béton à j jours et à 28 jours respactivement.
- sont représentés dans le tableau suivant
- : coefficient qui dépend du type de la fondation

TABLEAU 10. 1: COEFFICIENT ET

Groupe A fclim k1
Semelles superficielles et radiers fc28 1.00
Pieux ou parois préfabriqués mis en place dans un forage fc28 1.00
Pieux tubulaires précontraints 30 MPa 1.15
Pieux préfabriqués battus en BA 30 MPa 1.15
Puits avec béton vibré fc28 1.00
Puits avec béton non vibré fc28 1.20
Groupe B
Pieux battus pilonnés (1) 25 MPa 1.20
Pieux battus moulés 25 MPa 1.20
Pieux et barrettes forés simples 25 MPa 1.20
Pieux forés tubés :
- bétonnés à sec 25 MPa 1.10
- bétonnés sous l’eau 25 MPa 1.20
pieux forés à la tarière creuse :
- type 1 25 MPa 1.50
- type 2 25 MPa 1.10
- type 3 25 MPa 1.05
pieux et barrettes bétonnés sous boue, parois moulées 25 MPa 1.20
Remarque : (1) : sauf disposition différentes du marché, ces types de pieux ne peuvent être
utilisés pour les fondations des ponts.

TABLEAU 10. 2: COEFFICIENT K2

k2
Groupe A 1.00
Groupe B :
- le rapport de la plus petite dimension nominale d à la longueur est inférieur 1.05
à 1/20
- dont la plus petite dimension nominale d est inférieure à 0,60 m 1.30 -
- réunissant les deux conditions précédentes (d/2)
- autres cas 1.35 –
(d/2)
1.00

Pour notre cas, on a utilisé pour l’exécution des pieux la méthode de forage avec boue.
Alors on trouve :

Donc :

Pour le module de Young du béton, il est égale à :

10.2- Calcul de portance des fondations:

10.2.1- Calcul de la charge limite de rupture sous pointe :


Selon le fascicule 62 titre V, de 1993, la charge limite de pointe est donnée par:

Avec :

- A : section de pointe
- : pression limite nette équivalente.
- Kp : facteur de portance, fonction de l’ancrage et de la nature du sol.

10.2.1.1- Pression limite nette équivalente :

C’est une pression moyenne autour de la base du pieu et elle est calculée par
l’expression suivante :
Tel que :

- D : l’écartement de la semelle
-
- où h est la hauteur de l’élément de fondation (pieux) dans la couche
porteuse.
- h : désigne la hauteur de l’élément de fondation contenue dans la formation porteuse. D’après
les recommandations de la norme DTU 13-2 / P 11-212 :
 Pour une seule couche de sol h = 6B avec un minimum de 3m,
 Pour un sol multicouche pour lequel la contrainte effective σv’ due au poids des
terrains au-dessus de la couche d’ancrage est au moins égale à 100kPa (environ 7 à
10m de terrain) h = 3B avec un minimum de 1.5m ; c’est la règle classique des 3
diamètres d’ancrage du pieu dans la couche résistante.
- : est obtenu en joignant par des segments de droite sur une échelle linéaire les
différents mesurés

Dans notre cas, on a : B = 1,00m


Donc :

Les résultats des essais pressiométriques dans chaque sondage sont étalés dans
l’annexe.

Figure 10. 1: exemple d’un résultat de l’essai pressiométrique


Ainsi, les résultats du calcul sont représentés dans le tableau suivant :

TABLEAU 10. 3: PRESSIONS LIMITES EQUIVALENTES

Sondage D (m) (MPa)


C1 9.5 7
P1 8 4,66
P2 7.5 6,28
P3 9.5 6,08
C2 6 6.34

10.2.1.2- Facteur de portance Kp :

Le facteur de portance, est donné en fonction de la nature du sol, déterminée à partir


de la même classification que celle utilisée pour les fondations superficielles, et du mode
d'exécution de la fondation par le tableau ci-dessous:

TABLEAU 10. 4: VALEURS DE COEFFICIENT DE PORTANCE KP

Nature du terrain Eléments mise en œuvre sans Eléments mise en œuvre avec
refoulement du sol refoulement du sol
Argiles limons A 1.1 1.4
B 1.2 1.5
C 1.3 1.6
Sables graves A 1.0 4.2
B 1.1 3.7
C 1.2 3.2
craies A 1.1 1.6
B 1.4 2.2
C 1.8 2.6
Marnes, marno-calcaires 1.8 2.6
Roches altérées 1.1 à 1.8 1.1 à 3.2

TABLEAU 10. 5 : CLASSIFICATION DES SOLS

Classe de sol Description Pressiometre Pl (MPa)


Argiles, limons A Argiles et limons mous
B Argiles et limons fermes
C Argiles très fermes à dures
Sables, graves A Lâches
B Moyennement compacts
C Compactes
Craies A Molles
B Altérées
C Compactes
Marnes ; marno- A Tendres
calcaire B Compactes
Puisque la formation porteuse est un graves sablo-marneuses compactes qu’on peut
d’après les caractéristiques pressiométriques obtenues sur ce terrain les classer comme des
graves très fermes de classe conventionnelle C, et en considérant que les éléments sont
mis en œuvre sans refoulement du sol, la valeur du facteur de portance sera prise comme
suit :

10.2.1.3- Charge limite de rupture sous pointe :

D’après ce qui précède, on obtient la charge limite sous la pointe correspondant aux
différents sondages. Les résultats sont récapitulés dans le tableau suivant :

TABLEAU 10. 6 : VALEURS DES CHARGES LIMITE DE CHAQUE APPUI

appui Kp (MPa) qu (MPa) Qp (MN)


C1 1.2 7 8.4 6.596
P1 1.2 4,66 5,587 4,388
P2 1.2 6,28 7,530 5,914
P3 1.2 6,08 7,299 5,733
C2 1.2 6.34 7.61 5.979

10.2.2- Calcul de la charge limite du frottement latéral Qs

L’effort total mobilisable par frottement latéral sur la hauteur h concernée du fût du
pieu se calcule par :
Tel que :
- : le frottement latéral limite à la cote z
- : périmètre du pieu
- : coefficient de réduction (pour notre cas, pieux tubulaire)
- h : la hauteur où s’exerce effectivement le frottement latéral.
La valeur du frottement latéral unitaire limite à la profondeur z : est donné par la
figure ci-dessous associé au tableau ci-dessous en fonction de la pression limite nette
mesurée à cette profondeur.
Figure 10. 2: courbes de qs en fonction de

TABLEAU 10.7: CHOIX DES ABAQUES POUR LA DETERMINATION DE QS

Remarque : Données supplémentaires du tableau ci-dessus :


(1) Réalésage et rainurage en fin de forage.
(2) Pieux de grandes longueurs (supérieure à 30m).
(3) Forage à sec, tube non louvoyé.
(4) Dans le cas des craies, le frottement latéral peut être très faible pour certains types de
pieux. Il convient d’effectuer une étude spécifique dans chaque cas.
(5) Sans tubage ni virole foncé perdu (parois rugueuses).
(6) Injection sélective et répétitive à faible débit.

En considérant que le mode d’exécution sera de types pieux forés boue et en utilisant
les courbes données au fascicule 62-titre V, on trouve les résultats suivants :
TABLEAU 10. 7: FROTTEMENT LATERAL LIMITE ET SA CHARGE TOTALE

appui qs (MPa) Qs (MN)


C1 0.914 2.872
P1 0,690 2,167
P2 0,693 2,178
P3 0,931 2,925
C2 0.856 2.690

10.2.3- Calcul des charges limites et de fluage

A partir des calculs précédents, on peut bien déterminer les charges suivantes :
- Charge limite mobilisable par un pieu en compression et en traction :

- Charge de fluage mobilisable par un pieu en compression et en traction pour les


éléments de fondation exécutés sans refoulement du sol :

Les résultats des calculs effectués, respectivement, pour piles et culées sont présentées
dan le tableau suivant :

TABLEAU 10. 8 : LES CHARGES LIMITES ET DU FLUAGE

Appui (MN) (MN) (MN) (MN)


C1 9,468 2,872 5,308 2,010
P1 6,555 2,167 3,711 1,517
P2 8,093 2,178 4,482 1,525
P3 8,658 2,925 4,914 2,048
C2 8,669 2,690 4,873 1,883

10.3- Calcul des efforts et déplacements en tête des pieux

10.3.1- Coefficient d’élasticité longitudinale


Il s’agit du rapport entre l’effort normal appliqué et la déformation correspondante du
pieu, il est donné par la formule suivante :

Avec :
- E : est le module d’Young du matériau constitutif du pieu ;
- S : est l’aire de sa section ;
- L : est la longueur réelle du pieu.
Les résultats de calculs sont présentés dans le tableau suivant :

TABLEAU 10. 9: COEFFICIENT D’ELASTICITE LONGITUDINALE

Appui E (MPa) S (m2) L (m)


C1 10016.71 0.785 9.5 827.696
P1 10016.71 0.785 6 1310,519
P2 10016.71 0.785 6,5 1209,710
P3 10016.71 0.785 9,5 827,696
C2 10016.71 0.785 8 982.889

10.3.2- Calcul de la longueur de transfert :


Les pieux utilisés sont rigidement encastrés dans le substratum. Les couches de
couverture (sables et alluvions) ont des modules d’élasticité négligeables, on peut donc
considérer que le sol de ces couches est sans réaction élastique.
Soit L0 la longueur de transfert définit comme suit :

Avec :
 I : l’inertie de la section du pieu ;
 Φ : Diamètre du pieu ;
 K : Le module moyen de réaction du sol, ses valeurs sont calculées à partir du fascicule 62
titre 5 [9] comme suit :

Tel que :
- B : largeur du pieux (B = 1 m)
- B0 = 0.6 m
- EM : module pressiométrique
- α : coefficient caractéristique du sol tiré d’après le fascicule 62 titre V page : 92
TABLEAU 10. 10: MODULE MOYEN DE REACTION DES DIFFERENTES COUCHES DES SOLS

Couche de sol Em (MPa) α K


Sable limono-silteux 10,2 0,333 74,367
Alluvions hétérogène noyeés dans une matrice sableuse 27 0,5 148,537
Grave sablo-marneuse compacte 93,8 0,333 683,881

10.3.3- Coefficients d’élasticité croisés des pieux :


Dans notre cas les pieux sont considérés articulés en pied car on n’a pas de substratum.
Les couches de couverture (alluvions) ont des modules d’élasticité négligeables, On peut
donc considérer que le sol de ces couches est sans réaction élastique.

Les valeurs des coefficients croisés au niveau de la section du pieu qui sépare la
couche réactive et les couches non réactives sont données par les formules suivantes :
TABLEAU 10. 11: COEFFICIENTS D’ELASTICITE CROISES DES PIEUX

appui K L0
C1 683,881 1,302 890,582 579,879 755,146
P1 683,881 1,302 890,582 579,879 755,146
P2 683,881 1,302 890,582 579,879 755,146
P3 683,881 1,302 890,582 579,879 755,146
C2 683,881 1,302 890,582 579,879 755,146

Les valeurs des coefficients croisés en têtes des pieux sont données par les formules
suivantes

Avec :
Tel que : h est la hauteur de la couche non réactive.

Figure 10. 3: les coefficients croisés

Ainsi, le tableau suivant résume les calculs des coefficients croisés :

TABLEAU 10. 12 : COEFFICIENTS D’ELASTICITE CROISES DES PIEUX

Appui h D
C1 4,39 124,600 31,243 88,920 339,458
P1 0,89 3,799 394,600 432,531 698,395
P2 1,39 7,468 246,558 331,898 629,409
P3 4,39 124,600 31,243 88,920 339,458
C2 2,89 37,947 75,553 158,368 449,246
10.3.4- Calcul des efforts et déformations en tête des pieux :

On pose pour k = 1, 2, 3
n : nombre de pieux dans chaque files
Et : d : entre axe des files.

Figure 10. 4 : Efforts et déplacements de la pile

Pour notre cas, on dispose de deux files contenant chacune d’elles 3 pieux. La distance
entre les deux files est de d = 3m. Ainsi, le tableau suivant résume le calcul des
déformations et des réactions en tête des pieux.

TABLEAU 10. 13: EFFORTS ET DEFORMATIONS EN TETES DES PIEUX

Appui R1 R2 R3 λ
C1 187,456 533,522 2036,746 588,451
P1 2367,602 2595,185 4190,370 7643,076
P2 1479,349 1991,387 3776,452 4735,835
P3 187,456 533,522 2036,746 588,451
C2 453,317 950,209 2695,474 1432,076

Alors, les sollicitations dans chaque pieu ont pour expressions :


- Les efforts normaux :

- Les efforts tranchants sollicitant:

- Les moments fléchissants :

Quant aux déplacements en têtes des pieux, ils ont pour valeurs :

- Déplacement horizontal : λ λμ μλ

- Déplacement vertical :

- Rotation:
En rappel, les sollicitations maximales sous semelle pour les piles et les culées sont :

TABLEAU 10. 14 : LES SOLLICITATIONS APPLIQUEES SOUS SEMELLE

Appui ELU ELS


N H M N H M
C1 9,124 1,4609 4,7312 6,7623 1,0826 3,5205
P1 16,8135 0,4781 6,5481 12,4523 0,3545 4,8549
P2 16,8135 0,4781 6,5481 12,4523 0,3545 4,8549
P3 16,8135 0,4781 6,5481 12,4523 0,3545 4,8549
C2 9,124 1,4609 4,7312 6,7623 1,0826 3,5205

Ainsi, l’effort aux têtes des pieux aux différents états limites pour les piles et les culées.
TABLEAU 10. 15 : LES SOLLICITATIONS APPLIQUEES EN TETE DES PIIEUX

Appui ELU ELS


N1 N2 H M N1 N2 H M
C1 0,5768 2,4646 0,7885 -0,6273 0,4260 1,8281 0,5868 -1,5879
P1 2,0720 3,5325 0,0797 -0,0040 1,5340 2,6168 0,0591 -0,0030
P2 2,0534 3,5511 0,0797 -0,0319 1,5202 2,6306 0,0591 -0,0237
P3 1,9624 3,6421 0,0797 -0,1684 1,4527 2,6980 0,0591 -0,1248
C2 0,6983 2,3430 0,2435 -0,4450 0,5161 1,7380 0,1804 -0,3296

Voici les déplacements aux têtes des pieux aux différents états limites pour les piles et les
culées.

TABLEAU 10. 16: LES DEPLACEMENTS EN TETE DES PIIEUX

Appui ELU ELS


X (mm) Z1 (mm) Z2 (mm) Ω (10-3rad) X (mm) Z1 (mm) Z2 (mm) Ω (10-3rad)
C1 4,31008 0,05807 0,24813 0,06915 3,07069 0,04289 0,18405 0,00351
P1 0,03486 0,13175 0,22462 0,00219 0,02585 0,09754 0,16640 0,00162
P2 0,05508 0,14145 0,24462 0,00216 0,04084 0,10472 0,18121 0,00160
P3 0,42277 0,19758 0,36669 0,00250 0,31347 0,14626 0,27164 0,00185
C2 0,52850 0,05921 0,19865 0,00234 0,39165 0,04376 0,14735 0,00174

10.4- Justification des pieux


Après avoir déterminé les efforts et les déformations en tête des pieux, on doit
procéder à des justifications dans les états limites. Alors, les justifications sont :
- La portance et les déformations.
- La mobilisation locale du sol (résistance au poinçonnement de chaque pieu).
- La mobilisation globale du sol (résistance au poinçonnement de l'ensemble des pieux).
- La résistance des matériaux constitutifs de la fondation.
10.4.1- Portance et déformation
Les efforts et déformations en tête de pieux déjà calculés, on peut bien vérifier que
l’effort normal maximal reste toujours inférieur à la portance et que les différents
déplacements restent admissibles.

TABLEAU 10. 17: VERIFICATION DE TASSEMENT ET DE L’EFFORT NORMAL EN TETE DES


PIIEUX

Appui portance Effort normal Effort normal Déplacement tassement Jugement


max min horizontal
C1 9,468 2,4646 0,4260 4,31008 0,05807 Ok
P1 6,555 3,8646 1,2884 0,03486 0,13175 Ok
P2 8,093 3,9904 1,1952 0,05508 0,14145 Ok
P3 8,658 4,7291 0,6481 0,42277 0,19758 Ok
C2 8,669 2,3430 0,5161 0,52850 0,05921 Ok

10.4.2- Justification vis-à-vis de la mobilisation locale du sol


Le fascicule n°62 prévoit des justifications qui consistent à vérifier que la charge
axiale de calcul en tête du pieu reste comprise entre deux limites notées Qmin et Qmax
définies comme suit :

TABLEAU 10. 18: CHARGES NORMALES EXTREMES POUR L’ELS ET L’ELU

Qmin Qmax
ELU Combinaisons fondamentales

ELS Combinaisons fondamentales

Alors, les résultats sont pour le groupe des pieux :

TABLEAU 10. 19: VERIFICATION DES CHARGES NORMALES SELON ELU ET ELS

Appui ELU ELS vérification


N N Qmax Qmin N ser,max N Qmax Qmin
ult,max ult,min ser,min
C1 2,4646 0,5768 5,507 -3,723 1,8281 0,4260 3,498 -2,606 Vérifié
P1 3,5325 2,0720 5,721 -4,620 2,6168 1,5340 3,784 -3,234 Vérifié
P2 3,5511 2,0534 6,489 -4,332 2,6306 1,5202 4,111 -3,033 Vérifié
P3 3,6421 1,9624 6,121 -3,809 2,6980 1,4527 3,822 -2,667 Vérifié
C2 2,3430 0,6983 6,015 -3,982 1,7380 0,5161 3,804 -2,788 Vérifié

10.4.3- Justification vis-à-vis de la mobilisation globale du sol


Cette justification n´est normalement à apporter que dans le cas d´un groupe de pieux
flottants. Un élément de fondation est qualifié de flottant lorsque, pour sa charge de fluage
Qc, l´effort résistant mobilisé par frottement latéral est supérieur à l´effort résistant
mobilisé sous la pointe. Ce qui est le cas pour notre projet vu que les charges limites de
rupture sur pointe pour tous les appuis est nettement supérieures aux charges limites
latérales.
Ainsi, cette justification n’est pas nécessaire pour notre projet.

10.4.4- Justification des pieux vis-à-vis de la résistance des matériaux constitutifs


Pour des éléments de fondation en BA, les prescriptions générales du BAEL
s’appliquent. Les prescriptions suivantes se rajoutent:

Pour la justification vis à vis des contraintes tangentielles des pieux circulaires, la
contrainte conventionnelle τu des règles BAEL est prise égale

Avec B est le diamètre du pieu.

Concernant les matériaux: quelques dispositions sont spécifiques aux fondations, dont
la principale concerne la résistance conventionnelles du béton prise en compte pour les
calculs justificatifs des fondations, notée fc, qui est affectée d'une valeur plus faible en
général que celle d'un béton de structure de surface pour prendre en compte les difficultés
de mise en œuvre qui se traduisent par une moindre qualité résultante du matériau.

10.5- Ferraillage des pieux

10.5.1- Armatures longitudinales


Vu que las pieux sont faiblement sollicités, on peut bien prévoir d’utiliser une section
d’acier minimale correspondant à 0.8% de la section du pieu. Donc, on trouve :
62.83 cm2 qui correspond à 13HA25

Ainsi, on doit vérifier les contraintes dans le béton :


TABLEAU 10. 20: VERIFICATION DES CONTRAINTES DANS LE BETON POUR CHAQUE APPUI

C1 P1 P2 P3 C2
2,0782 2,9748 2,9905 3,0672 1,9757

5,9524 5,9524 5,9524 5,9524 5,9524


Vérification oui oui oui oui oui

10.5.2- Armatures transversales


La contrainte de cisaillement est
Avec :
- Tu : l’effort tranchant sollicitant la section en tête du pieu
- D : diamètre
-
Et il faut que
Ainsi, on adopte les armatures transversales calculées à l’aide de la formule suivante :
Pour les armatures transversales, on choisit d’utiliser HA10. Ainsi, les espacements
sera comme suit :

TABLEAU 10. 21 : CALCUL DES ARMATURES TERANSVERSALES

C1 P1 P2 P3 C2
1,1620 0,1174 0,1174 0,1174 0,3588
1,9841 1,9841 1,9841 1,9841 1,9841
vérification oui oui oui oui oui
29,0512 2,9357 2,9357 2,9357 8,9704
54 53.4 53.4 53.4 17.5

10.6- Semelle de liaison :


Ces semelles ont pour rôle d’assurer la transmission aux pieux des charges de la
construction. La dimension de ces semelles doit tenir en compte des écarts qui peuvent
bien exister entre l’implantation réelle des pieux et l’implantation théorique, c'est-à-dire
des tolérances d’implantation au niveau du recépage.

Pour le calcul des semelles de liaison, il est d’usage courant d’appliquer une méthode
dite des bielles, justifiée par l’expérience. Cette méthode suppose que les charges
appliquées aux semelles par les piles sont transmises aux pieux par des bielles obliques qui
déterminent à la base de la semelle des efforts de traction qui doivent être équilibrés par
des armatures.

10.6.1 Les hypothèses du calcul :


 La fissuration est considérée comme préjudiciable.
Béton :
 La résistance caractéristique : 28 = 35 .
 La résistance de calcul en flexion est : = 0,85 × 28/ = 19,83 MPA.
 La résistance du béton à la traction : 28 = 2,7 .
Acier :
 L’acier retenu est Fe E500 de limite élastique : = 500 .
 Enrobage des aciers : ’ = 5

10.6.2 Condition d’application de la méthode des bielles :


Notations :
 : diamètre du fût ;
 : épaisseur de la semelle ;
 : diamètre du pieu.
Figure 10. 5: Illustration de la méthode des bielles

L'application de la méthode des bielles est conditionnée par l'angle que fait chacune de
ces dernières avec l'horizontale; cet angle doit être au moins égal à 45°.
Ceci est réalisé si :

 Pour les culées l=3m ; a=1m 1,25m soit h


 Pour les piles l=3m ; a=1.8m 1,05m soit h
On maintient donc 1,30m pour la hauteur des semelles.

10.6.3. Calcul de la section d’armatures :

Figure 10. 6: Efforts de traction à la base de la semelle


 Armatures longitudinales :
Armatures inférieures :

- Le ferraillage inférieur transversal

Selon la méthode des bielles, la section d’acier pour les armatures inférieures transversales est
calculée à l’aide de l’équation suivante :

Tel que :

- R : réaction maximale au niveau des pieux


- a’ : distance entre deux pieux transversalement
- a : diamètre du fût

- Le ferraillage inférieur longitudinal) :

Ces armatures jouent le rôle de répartition dans la transmission des la transmission des
efforts entre les fûts et les pieux de fondation. La justification de ces armatures relève
également de la méthode des bielles et la section d’acier nécessaire est données par :

Tel que :

- R : réaction maximale au niveau des pieux


- l’ : distance entre deux pieux longitudinalement
- b’ : diamètre du fût
- N : nombre de pieux dans une file

Armatures supérieures :

- Le ferraillage supérieur longitudinale

Les armatures longitudinales supérieures sont déterminées avec un ratio d’environ


0.05% de la section transversale de la semelle.
Ainsi, on trouve :

- Le ferraillage supérieur transversale


Pour les armatures transversales supérieures, il est déterminé à l’aide du ratio égale à 0.08%
de la section longitudinale.

Ainsi, on trouve :
TABLEAU 10. 22 : FERRAILLAGE DE LA SEMELLE DE LAISON

Appui C1 P1 P2 P3 C2
Ait (cm2) 73,938 89,019 89,48772 91,78092 70,29
Ail (cm2) 157,7344 203,472 204,54336 209,78496 149,952
Ast (cm2) 32,5 32,5 32,5 32,5 32,5
Asl (cm2) 104 104 104 104 104

Figure 10. 7: Disposition des armatures dans les semelles de liaison

 Armatures de l’effort tranchant :


On prend des cadres verticaux espacés respectivement de S t, calculés par la
formule suivante : (BAEL+DTU associés) où b étant la
largeur de la semelle.

On prend l’espacement: Sv = 40cm ⟹ 26 cadres de HA14.


Conclusion

Au-delà des caractéristiques communes à tous les ouvrages d’art, notre projet présente
beaucoup de particularités techniques intrinsèques : un tablier à poutres précontraintes, des
piles moyennement élancées, et un système de fondations profondes, ce qui demande des
études très pointues lors du dimensionnement et nécessite l’utilisation des techniques très
avancées lors de la réalisation.

Par ailleurs, A travers ce rapport nous ne prétendons pas avoir couvert toutes les
notions liées au projet, mais bien sûr comme nous l’avons dit au début, nous avons essayé
d’aller au long des notions dont nous avons eu réellement l’expérience pratique de proche ou
de loin.

Ce projet de fin d’études nous a permis non seulement d’approfondir nos


connaissances en matière d’ouvrages d’art mais aussi d’acquérir une expérience extrêmement
valorisante d’un point de vue professionnel dans la mesure où il reflète parfaitement le
domaine dans lequel nous aimerions poursuivre nos carrières.

Cette étude, quoique faite, ne serait vraiment complète qu’après l’achèvement total du
projet, en raison des imprévus qui peuvent surgir tout au long des étapes de sa réalisation, et
qui risquent d’engendrer beaucoup de modifications, chose qui nécessite de la part de
l’ingénieur un suivi et un contrôle permanents. Ainsi, une bonne coordination entre les
différentes entités du projet : Maître d’ouvrage, maître d’œuvre et entreprise d’exécution est
fortement recommandée pour la réussite du projet.

Pour finir, nous sommes très heureux d’avoir pu effectuer ce travail de fin d’études
entourés de personnes compétentes qui ont su nous guider dans nos démarches tout en nous
laissant une certaine autonomie.