Vous êtes sur la page 1sur 4

LES OUTILS DE SIMULATION D'EXPLOITATION

POUR LES PORTS MARITIMES

Intervention de Michel MARIA,


Centre d’Etudes Techniques Maritimes Et Fluviales

Les outils de simulation permettent de résoudre bon nombre de problèmes que posent l'exploita-
tion technique d'un port.

La simulation pour faire quoi ?


L'exploitation technique d'un port conduit régulièrement à faire et à justifier des choix, concer-
nant les infrastructures et superstructures ou même les règles de fonctionnement. Il s'agit parfois de
problématiques d'ensemble qui nécessitent la prise en compte de nombreux paramètres dont certains
ne relèvent pas d'une approche déterministe.
La simulation par modèle informatique peut alors permettre au décideur de se donner les moyens
de résoudre des problèmes dont il ne peut espérer une expression analytique de la solution, et qui
imposent presque toujours la puissance de calcul de l'ordinateur.
Dans le domaine spécifique de l'exploitation portuaire, les outils de simulation répondent à deux
types de préoccupations principales :
L'évaluation de la capacité des installations et l'aide au pré-dimensionnement,
(Quelle capacité à supporter une augmentation de trafic, quel linéaire de quai
supplémentaire pour quel niveau de service ? etc.)
L'examen de certaines règles de gestion et l'appréciation de l'impact des
modifications envisagées dans l'exploitation.
(Modification de l'organisation : des horaires de travail, des règles d'affectation...)

Les étapes clés


La simulation, en appliquant des règles logiques séquentielles permet de reproduire avec une
bonne approximation pratiquement tout processus dont les règles d'évolution sont définies. Elle néces-
site toutefois un travail rigoureux qui s'articule autour de quelques étapes essentielles :
La définition du problème à traiter : la simulation est largement orientée par la nature et
le niveau de détail des hypothèses que l'on souhaite tester.
L'analyse du système étudié : c'est-à-dire la description des règles logiques auxquelles
obéit celui-ci. L'art de la simulation consistant à distinguer les caractéristiques essen-
tielles du système relativement à l'ensemble des propriétés que l'on veut étudier.
L'imitation du hasard : soit la détermination d'une réalisation particulière d'un événe-
ment connu en probabilité.

J.T. 2001 - Thème E 1


La détermination de la convergence statistique des simulations : c'est-à-dire la déter-
mination du nombre d'événements à prendre en compte de façon à être assuré de la
stabilité statistique des résultats.

Le contrôle de la validité du modèle : qui se teste en simulant une situation connue


du passé pour contrôler la similitude simulé/réel.

L'exploitation du modèle : phase d'analyse et de compréhension des résultats de la


simulation. Il s'agit ici de s'appuyer sur des différences relatives significatives pour
dégager des tendances, sans oublier les hypothèses et approximations du modèle.

Logiciels développés par le CETMEF pour l'exploitation des ports maritimes

Logiciel SIPOR

SIPOR est un logiciel destiné à améliorer l'exploitation des ports par une analyse comparée de
différentes conditions de fonctionnement.

Exemples d'utilisation :

incidence d'un changement d'affectation géographique d'un trafic particulier dans un port.
détermination du gain prévisible d'un changement de plages horaires de manutention et/ou
de cadences d'outillages.
opportunité et/ou optimisation d'un allongement de quai.
réaction à des hypothèses de trafic.

L'évaluation des différents scénarios testés se fait par la comparaison :

des temps d'attente des catégories de navires prédéfinies.


des taux d'occupation des quais.

Exemple d'étude : port de Lorient

L'utilisation de SIPOR à Lorient a permis d'évaluer l'impact, sur les temps d'attente des navires,
d'une augmentation des plages horaires de manutention pratiquées sur l'ensemble des quais de Kergroise,
sachant qu'en 1988 les taux d'occupation linéaire des quais traduisaient une saturation effective.

Pour ce faire deux hypothèses ont été testées : une augmentation des plages horaires de 50% par
semaine, puis de 100%, les cadences de manutention restant inchangées.

Le graphique ci-dessous, traduisant les résultats de la simulation, a permis de mettre en évidence


que la première solution réduirait de manière significative les temps d'attente, mais qu'un doublement
des plages horaires de manutention ne semblait pas économiquement justifié.

attentes globales en heures

Hyp 2

Hyp 1

Etat actuel

0 5000 10000 15000

2 J.T. 2001 - Thème E


Logiciel SITAP
SITAP est un logiciel destiné à simuler le fonctionnement d'un terminal à pondéreux pour en
dimensionner les éléments ou en améliorer les règles de gestion. Il débute par la génération des navires
juste avant leur arrivée sur quai et s'arrête quand le produit est repris par un moyen terrestre ou par un
stock externe au terminal.
Exemples d'utilisation :
intérêt du doublement d'une bande transporteuse.
opportunité de la création d'un poste à quai supplémentaire.
capacité et organisation du stockage.
définition des horaires de travail.
réaction à des hypothèses de trafic.
L'évaluation des différentes hypothèses se fait par la comparaison des principaux indicateurs
suivants :
occupation des quais, utilisation de l'outillage.
niveaux de remplissage des stocks, quantités de produits traités.
navires traités et rendement d'escale.
attentes : de quais, d'outillages, de produits, de place en stocks.

Exemple d'étude : Port de Nantes Saint-Nazaire


Différentes études de simulation ont été réalisées afin d'étudier une extension possible du termi-
nal agro-alimentaire de Montoir. Dans un premier temps c'est la réorganisation des affectations de
navires en fonction de l'outillage de terre-plein qui a été testée, ainsi que l'intérêt du doublement de
certaines bandes transporteuses. Dans un deuxième temps, les trafics ayant subit une croissance signi-
ficative, la simulation a eu pour objectif d'apprécier l'intérêt de la création du poste M4, spécialisé sur
les céréales, ainsi que l'installation d'un, puis de deux déchargeurs en continu, à fort débit, sur les
postes existants.
Les résultats de ces diverses simulations ont servi de base aux études économiques.

Logiciel SIM 2000


SIM 2000 est une évolution des logiciels SIPOR et SICHEN, ce dernier étant conçu pour régler les
conflits de toutes natures entre les différents types de navires qui fréquentent un chenal.
Exemples d'utilisation :
réaction à des hypothèses de trafics.
modification des règles de sécurité découlant ou non de modification des caractéristiques
du chenal.
modification dans les règles d'exploitation avec un nouveau cercle d'évitage par exemple.
L'évaluation des différentes hypothèses se fait par la comparaison pour chaque catégorie de
navire définie par l'utilisateur :
des attentes de sécurité (interdiction de croisement, chenal encombré, évitage).
des attentes de ressources (occupation des quais en particulier)
des conflits (croisements de navires) qui représentent un risque.

Exemple d'étude : Port Autonome du Havre


Afin de préserver sa place à l'échelle européenne, le Port Autonome du Havre se doit de déve-
lopper la capacité de ses installations, notamment pour l'accueil du trafic conteneurisé en pleine exten-
sion.

J.T. 2001 - Thème E 3


Pour ce faire, plusieurs variantes d'aménagement
ont été définies et étudiées dans le cadre du projet «
PORT2000 ».

Pour étudier l'une de ces variantes, et plus préci-


sément sa capacité à absorber de manière satisfaisante
les augmentations de trafic prévues par les études éco-
nomiques, le CETMEF a été amené à développer un
modèle spécifique de simulation : « SIM2000 ».

Ce logiciel a été développé en intégrant de nom-


breux paramètres représentant l'exploitation du chenal.

Modélisation du Port du Havre


découpage du chenal (extrait)

Pour faciliter l'analyse et l'exploitation des résultats de la simulation, ces paramètres ont été
classés en deux grandes catégories ; les premiers relèvent de « règles de sécurité et de navigation »,
leur prise en compte a nécessité le découpage du chenal en tronçons et cercles d'évitages à l'intérieur
desquels la navigation répond à des règles (priorités, croisements, dépassements, vitesses de parcours)
et à des contraintes (durée de la manoeuvre d'évitage, gènes occasionnées par l'évitage) le tout en
fonction des conditions météorologiques (vent), les seconds relèvent plutôt de contraintes liées à la
configuration et aux ressources portuaires (marée, remorqueurs, postes à quai).

L'étude a été calée par rapport aux résultats effectivement enregistrés sur l'année 1995. Les
nouvelles données concernant les configurations portuaires et les prévisions de niveau de trafic pour
2005, 2010 et 2015 ont ensuite été traitées, la simulation prenant en compte des paramètres météorolo-
giques représentatifs des conditions locales.

Des logiciels en constante évolution.

L'exemple précédent montre que les outils de simulation développés par le CETMEF ne sont pas
figés. Au gré des études, ils évoluent et s'enrichissent de nouveaux modules pour répondre à des
demandes spécifiques ou pour améliorer leur interactivité. Il s'agit donc, toujours et dans un premier
temps, de bien définir les besoins avec le client pour décider d'utiliser directement les outils existants
ou, le cas échéant, faire le choix de les adapter.

Pour en savoir plus

Notices techniques du CETMEF :


INF n° 90-17 : Utilisation du programme SICHEN.
INF n° 92-1 : Utilisation du programme SITAP.
INF n° 92-03 : Utilisation du programme SIPOR (version micro).
PM n° 84-2 : Théorie des files d'attente et exploitation portuaire.
PM n° 92-1 : Présentation du modèle de simulation d'un terminal à pondéreux. SITAP.

Fiches techniques du CETMEF :


SIPOR logiciel de simulation du fonctionnement d'un port.

4 J.T. 2001 - Thème E