Vous êtes sur la page 1sur 122

ONE/MO/DOC/31/ANO

- ANALYSE DIAGNOSTIC ENVIRONNEMENTALE

- ENJEUX ENVIRONNEMENTAUX ET
INDICATEURS

2006
ONE/MO/DOC/31/ANO
1

Région Anosy

Décembre 2005
ONE/MO/DOC/31/ANO
3

SOMMAIRE

S O M M A I R E .................................................................................................................................................... 3
LISTE DES TABLEAUX....................................................................................................................................... 5
LISTE DES CARTES............................................................................................................................................. 5
LISTE DES ABREVIATIONS............................................................................................................................... 6
I- INTRODUCTION................................................................................................................................................ 8
I.1- CONTEXTE DU DOCUMENT .................................................................................................................... 8
I.2- RAPPELS DES TERMES DE REFERENCE ................................................................................................ 8
I.3- LES OBJECTIFS ......................................................................................................................................... 8
I.4- LA METHODOLOGIE PRECONISEE......................................................................................................... 8
I.5- LES PRODUITS ATTENDUS ET LE CALENDRIER DE LIVRAISON ...................................................... 9
II DESCRIPTION DE LA REGION ...................................................................................................................... 10
II.1- MILIEU PHYSIQUE ................................................................................................................................ 10
II.1.1- LES MASSIFS MONTAGNEUX ................................................................................................................ 10
II.1.2- LES COTES ........................................................................................................................................ 10
II.1.3- LE CLIMAT ......................................................................................................................................... 10
II.1.4- LES RESSOURCES EN EAUX ................................................................................................................. 10
II.2- POPULATION ET DEMOGRAPHIE ....................................................................................................... 10
II.3- SANTE..................................................................................................................................................... 11
II.4- EDUCATION ........................................................................................................................................... 11
II.5- ACCES A L’EAU POTABLE..................................................................................................................... 11
II.6- ECONOMIE ............................................................................................................................................. 11
II.6.1- SECTEUR AGRICULTURE ..................................................................................................................... 11
II.6.2- SECTEUR PECHE ................................................................................................................................ 12
II.6.3- SECTEUR TOURISME .......................................................................................................................... 12
II.6.4- SECTEUR INDUSTRIE ......................................................................................................................... 12
II.6.5- SECTEUR MINE .................................................................................................................................. 12
II.6.6- INFRASTRUCTURES ROUTIERES ........................................................................................................... 13
III. ANALYSE DIAGNOSTIC ENVIRONNEMENTAL.......................................................................................... 14
III.1- LA BIODIVERSITE ET LES MILIEUX NATURELS.............................................................................. 14
III.1.1- ETAT ............................................................................................................................................... 14
III.1.1.1- Faune et flore ................................................................................................................ 14
III.1.1.2- Milieux naturels ............................................................................................................ 19
III.1.2- PRESSION ........................................................................................................................................ 21
III.1.2.1- Faune et flore ................................................................................................................ 21
III.1.3- REPONSES ....................................................................................................................................... 26
III.1.4- BILAN ENVIRONNEMENTAL ................................................................................................................ 31
III.1.5- OBJECTIFS DE REFERENCE ................................................................................................................ 32
III.2- LES POLLUTIONS ET LA QUALITE DES MILIEUX ........................................................................... 34
III.2.1- ETAT ............................................................................................................................................... 34
III.2.1.1- Air....................................................................................................................................... 34
III.2.1.2- Eaux .................................................................................................................................. 34
III.2.1.3- Sols .................................................................................................................................... 35
III.2.1.4- Déchets ............................................................................................................................ 36
III.2.2- PRESSION ........................................................................................................................................ 37
III.2.2.1- Air....................................................................................................................................... 37
III.2.2.2- Eaux .................................................................................................................................. 38
III.2.2.3- Sols .................................................................................................................................... 39
III.2.2.4- Déchets ............................................................................................................................ 41
III.2.3- REPONSES ....................................................................................................................................... 41
III.2.3.1- Air....................................................................................................................................... 41
III.2.3.2- Eaux .................................................................................................................................. 42
III.2.3.3- Sols .................................................................................................................................... 42
III.2.3.4- Déchets ............................................................................................................................ 44
III.2.4- BILAN ENVIRONNEMENTAL ................................................................................................................ 45
ONE/MO/DOC/31/ANO
4

III.2.5- OBJECTIFS DE REFERENCE ................................................................................................................ 48


III.3- LES RESSOURCES NATURELLES ....................................................................................................... 49
III.3.1- ETAT ............................................................................................................................................... 49
III.3.1.1- Eau..................................................................................................................................... 49
Eau pour les irrigations ................................................................................................................................. 50
III.3.1.2- Sols et espaces.............................................................................................................. 50
III.3.1.3- Energie et matières premières ................................................................................ 50
III.3.1.4- Mines ................................................................................................................................ 51
III.3.2- PRESSION ........................................................................................................................................ 51
III.3.2.1- Eau..................................................................................................................................... 51
III.3.2.2- Sols et espaces.............................................................................................................. 51
III.3.2.3- Energie et matières premières ................................................................................ 51
III.3.2.4- Mines ................................................................................................................................ 52
III.3.3- REPONSE ......................................................................................................................................... 55
III.3.3.1- Eau..................................................................................................................................... 55
III.3.3.2- Sols et espaces.............................................................................................................. 55
III.3.3.3- Energie et matières premières ................................................................................ 55
III.3.3.4- Mines ................................................................................................................................ 55
III.3.4- BILAN ENVIRONNEMENTAL ................................................................................................................ 56
III.3.5- OBJECTIFS DE REFERENCE ................................................................................................................ 58
III.4- RISQUES ............................................................................................................................................... 60
III.4.1- ETAT ............................................................................................................................................... 60
III.4.1.1- Risques naturels ........................................................................................................... 60
III.4.1.2- Risques sanitaires ........................................................................................................ 61
III.4.2- REPONSE ......................................................................................................................................... 61
III.4.2.1- Risques naturels ........................................................................................................... 61
III.4.2.2- Risques sanitaires ........................................................................................................ 61
III.4.3- BILAN ENVIRONNEMENTAL ................................................................................................................ 62
III.4.4- OBJECTIFS DE REFERENCE ................................................................................................................ 63
III.5- CADRE DE VIE ..................................................................................................................................... 64
III.5.1- ETAT ............................................................................................................................................... 64
III.5.1.1- Paysage............................................................................................................................ 64
III.5.1.2- Bâtiments........................................................................................................................ 64
III.5.1.3- Nuisance sonore ........................................................................................................... 64
III.5.2- PRESSION ........................................................................................................................................ 65
III.5.2.1- Paysage............................................................................................................................ 65
III.5.2.2- Bâtiments........................................................................................................................ 65
III.5.3- REPONSE ......................................................................................................................................... 65
III.5.3.1- Paysage............................................................................................................................ 65
III.5.3.2- Bâtiments........................................................................................................................ 65
III.5.4- BILAN ENVIRONNEMENTAL ................................................................................................................ 66
III.5.5- OBJECTIFS DE REFERENCE ................................................................................................................ 67
III.6- LE PATRIMOINE NATUREL ET CULTUREL ....................................................................................... 68
III.6.1- ETAT ............................................................................................................................................... 68
III.6.2- PRESSION ........................................................................................................................................ 68
III.6.3- REPONSE ......................................................................................................................................... 68
III.6.4- BILAN ENVIRONNEMENTAL ................................................................................................................ 68
III.6.5- OBJECTIFS DE REFERENCE ................................................................................................................ 69
BIBLIOGRAPHIE.................................................................................................................................................. 70
ONE/MO/DOC/31/ANO
5

LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1 : Principales zones de potentialité minière 12


Tableau 2 : Liste non exhaustive d’espèces de Reptiles et d’Amphibiens endémiques de la région Anosy 14
Tableau 3 : Nombre d’espèces de Mammifères endémiques dans la région Anosy 15
Tableau 4 : Nombre d’espèces, statut et distribution des oiseaux dans la région de l’Anosy 15
Tableau 5 : Nombre d’espèces faunistiques d’eau douce endémiques dans la région Anosy 16
Tableau 6 : Reptiles et Amphibiens 17
Tableau 7 : Mammifères 17
Tableau 8 : Oiseaux 17
Tableau 9 : Liste d’espèces végétales endémiques de la région Anosy 18
Tableau 10 : Liste des espèces végétales menacées de la forêt humide de la région Anosy 18
Tableau 11 : Liste des espèces végétales menacées dans la zone de Mandena 19
Tableau 12 : Superficie des écosystèmes naturels de la région Anosy 19
Tableau 13 : Représentation de la superficie occupée par les coraux estimée de Sainte Luce à Evatraha 21
Tableau 14 : Evaluation quantitative de recouvrement respectif des différentes catégories 21
Tableau 15 : Illustration des exploitations illicites de la zone littorale de Mandena 22
Tableau 16 : Liste des espèces endémiques / menacées dans le Parc National Andohahela 22
Tableau 17 : Récapitulatif sur la déforestation de 1950 à 1998 24
Tableau 18 : Evolution de la couverture forestière (en Ha) 24
Tableau 19 : Sites Potentiels dans la région de l’Anosy 26
Tableau 20 : Situation du transfert de gestion 30
Tableau 21 : Feux de brousse/ Surface brûlée dans la région Anosy 34
Tableau 22 : Nombre de ménages utilisant le charbon de bois et le bois de chauffe (1999) 34
Tableau 23 : Résultat d’analyse des échantillons d’eau à la sortie des bornes fontaines 35
Tableau 24 : Perception de l’évolution de la fertilité des rizières au niveau de la Région Anosy (1990 –
2001) / Nombre de Communes par catégorie d’évolution concernée 36
Tableau 25 : Evolution de la fertilité des tanety au niveau de la Région Anosy (1990 – 2001) / Nombre de
Communes par catégorie d’évolution concernée 36
Tableau 26 : Quantité de déchets ménagers à Taolagnaro 37
Tableau 27 : Les déchets ménagers à Betroka 37
Tableau 28 : Récapitulatif de la situation des déchets dans les chefs lieux de District 37
Tableau 29 : Pollution en différents points de plans d’eau de la zone immédiate de Taolagnaro 38
Tableau 30 : Incidence des tavy dans les zones hors aires protégées 39
Tableau 31 : Incidence des Tavy dans les Aires Protégées 39
Tableau 32 : Evolution de la superficie incendiée dans la région Anosy (ha) 40
Tableau 33 : Répartition des surfaces cultivées par type de culture en 2001 (en ha) 41
Tableau 33 : Liste des zones de conservation 42
Tableau 35 : Réalisations de l’association Taratra dans le district de Taolagnaro 43
Tableau 36 : Quelques indicateurs sur le reboisement 43
Tableau 37 : Adoption des techniques culturales. Pourcentage des Communes ayant (0 à 25%) ou (25 à
50%) ou (75 à 100%) de rizières irriguées par rapport au nombre total des Communes 43
Tableau 38 : Adoption des techniques culturales / pourcentage de Communes où X % des paysans utilisent
des engrais chimiques, X ayant comme valeur 0% ; <5% ; 5-25% ; 25-50% ; 50-75% 44
Tableau 39 : Récapitulatif de la production JIRAMA dans les Chefs lieu de District 49
Tableau 40 : Proportion de communes selon les secteurs d’activités 50
Tableau 41 : Rendement moyen et superficie cultivée selon les produits 50
Tableau 42 : Consommation en bois énergie (CB et BC ) dans la Région de l’ Anosy 50
Tableau 43 : Coupe en bois énergie ( CB et BC ) dans la Région de l’ Anosy 50
Tableau 44 : Principales zones de potentialité minière 51
Tableau 45 : Carrés miniers octroyés 52
Tableau 46 : Dossiers d’Etude d’Impact Environnemental 55
Tableau 47 : Période cyclonique 60
Tableau 48 : Précipitations dans les communes vulnérables à la sécheresse d’Amboasary 60
Tableau 49 : Les principaux risques sanitaires générés par ces aléas climatiques 61
Tableau 50 : Pourcentage de communes avec les différentes infrastructures publiques et privées 64

LISTE DES CARTES

Carte 1 : Evolution de la couverture forestière...................................................................................... 28


Carte 2 : Les sites potentiels de conservation........................................................................................ 30
Carte 3 : Carrés miniers......................................................................................................................... 58
ONE/MO/DOC/31/ANO
6

LISTE DES ABREVIATIONS

ACORDS Appui aux Communes et Organisations Rurales pour le Développement du Sud


ANAE Association Nationale des Actions Environnementales
ANDEA Autorité Nationale De l’Eau et de l’Assainissement
ANGAP Association Nationale de Gestion des Aires Protégées
APs Aires Protégées
AUE Association des Usagers de l’Eau
BC Bois de Chauffage
BNO Bureau National Ozone
CB Charbon de Bois
CEG Collège d’Enseignement Général
CFP Centre de Formation Professionnelle
CHD1 Centre Hospitalière de District de niveau 1
CHD2 Centre Hospitalière de District de niveau 2
CI Conservation Internationale
CIREEF Circonscription Régionale de l’Environnement des Eaux et Forêts
CISCO Circonscription Scolaire
CITES Convention sur le commerce international des espèces de faune et flore sauvage
menacées d’extinction
COAP Code des Aires Protégées
COBA Communauté de Base
CRD Comité Régional de Développement
CSB Centre de Santé de Base
CU Commune Urbaine
DGEF Direction Générale des Eaux et Forêts
DIREM Direction Régionale de l’Energie et de Mines
DRDR Direction Régionale du Développement Rural
EIE Etude d’Impact Environnemental
EPP Ecole Primaire Publique
FE Foyer Econome
FID Centre National de Recherches Appliquées au Développement Rural
FISC Forum Intergouvernemental sur la Sécurité Chimique
FOFIFA Gestion de Contractualisée des Forêts
GCF Fond d’Intervention pour le Développement
GELOSE Gestion Locale Sécurisée
GPL Gaz Pétrole Liquéfié
GRC Gestion des Risques et des Catastrophes
IHSM Institut Halieutique Supérieur de Madagascar
INSTAT Institut National de la Statistique
JIRAMA JIro sy RAno Malagasy
LPDR Lettre de Politique de Développement Rural
MAEP Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche
MECIE Mise en compatibilité des Investissement à l’Environnement
MEM Ministère d’Energie et de Mines
ONE/MO/DOC/31/ANO
7

MINENVEF Ministère de l’Environnement et des Eaux et Forêts


MINTOUR Ministère du Tourisme
ONG Organisation Non Gouvernementale
ONN Office National de Nutrition
ONU Organisation des Nations Unies
ONUDI Organisation des Nations Unies pour le Développement des Industries
ORSEC Organisation de Secours
PADR Plan d’Action pour le développement Rural
PAM Programme Alimentaire Mondiale
PCD Plan Communal de Développement
PE Programme Environnemental
PHBM Projet de mise en valeur du Haut Bassin de Mandrare
PL Pétrole Lampant
PLAE Projet de Lutte Anti Erosive
PLOF Plan Local d’Occupation Foncier
PN Parc National
PNAE Programme National d’Actions Environnementales
PNF Politique National Foncier
PRD Plan Régional de Développement
PSDR Projet de Soutien au Développement Rural
PUDI Plan d’Urbanisme Directeur
QMM Quit Madagascar Minerals
RN Route Nationale
SAF Sahan’Asa hoan’ny Fampandrosoana
SAGE Service d’Appui à la Gestion de l’Environnement
SAPM Système des Aires Protégées de Madagascar
SIFOR Sisal de FORt Dauphin
SSPA Stratégie Sectorielle et Plan d’Action
TGRNR Transfert de Gestion Ressources Naturelles Renouvelables
VOI. Vondron’olona Ifotony
WWF World Wild Foundation for Nature
ONE/MO/DOC/31/ANO
8

I- INTRODUCTION

I.1- CONTEXTE DU DOCUMENT

L’évaluation environnementale stratégique tient une place importante comme outil d’intégration des
dimensions environnementales dans les politiques/programmes/ projets de développement à tous les
niveaux non seulement au niveau national mais aussi au niveau régional. Son élaboration suit plusieurs
étapes dont le fondement réside dans l’établissement du profil environnemental. Cette démarche
nécessite en premier lieu une analyse diagnostic régionale basée sur une capitalisation des
informations existantes sur la région objet de l’étude. La présente prestation de consultance concerne
la région Anosy.

I.2- RAPPELS DES TERMES DE REFERENCE

Les travaux demandés au Consultant s’agissent dans une première étape d’établir un bilan diagnostic
environnemental de la région étudiée. Le diagnostic SWOT entrepris s’effectue dans l’optique du
concept du développement durable, se basant sur un équilibre intergénérationnel de dispositions des
facteurs de production et des ressources naturelles plus généralement appelés « capital naturel ».Ces
critères associent la trilogie : « l’assurance de la croissance économique, l’équité sociale et la
préservation de l’environnement ».
Il consiste à entreprendre les activités suivantes :
• Identification et ciblage des sources d’information et des données à collecter auprès des
partenaires nationaux et régionaux ;
• Collecte et structuration des données de manière à élaborer un profil environnemental des grandes
composantes (Monographies, Plan, programme projets au niveau régional, intercommunal,
communal, Plan de gestion d’un site, schéma d’aménagement, différentes études, évaluation et
recherches effectuées dans la région, indicateurs dans le TBER..) ;
• Structuration des données suivant les critères OCDE « Etat, Pression, Réponse » ;
• Évaluation des forces et opportunités, des faiblesses et menaces pour pouvoir en déduire les
tendances et les évolutions des grandes composantes environnementales ;
• En déduire et prioriser les enjeux environnementaux corrélés aux objectifs sociaux économiques
en vertu de la politique de développement durable.
A partir de ces principaux enjeux seront dressées les grandes lignes des options ou les variantes de
mesures d’atténuation. En d’autres termes, il s’agit à cette étape ultérieure, de définir les principaux
axes stratégiques d’actions alimentant la capitalisation des acquis ou en termes de conception de
programmes au niveau de la région concernée. L’objectif à termes de l’étude serait donc la disposition
d’un plan de gestion environnementale au niveau régional, instrument permettant d’intégrer les
dimensions environnementales dans le processus de développement rapide et durable.

I.3- LES OBJECTIFS

Il est attendu de ce travail, un document de diagnostic régional. Ce résultat sera obtenu à travers les
collectes et structuration des informations, de l’analyse SWOT des grandes composantes de
l’environnement : écologie, pollution, ressources naturelles, sécurité, cadre de vie, patrimoine, les
usages et la gouvernance

I.4- LA METHODOLOGIE PRECONISEE

Il s’agit d’identifier et de collecter les informations dans des sources préalablement ciblées. Ces
données concernent les études, programmes, monographies, plans, données statistiques pour les
indicateurs du TBER, les politiques nationales ou plans nationaux et les conventions internationales
auxquelles Madagascar adhère. Les informations obtenues font ensuite l’objet de structuration autour
des grandes composantes de l’environnement et selon la méthode OCDE d’Etat, Pression, Réponse.
Les grandes composantes de l’environnement ainsi décrites et structurées ont été par la suite analysées
suivant leur forces et faiblesses et permettent ainsi à déduire leur tendance et leur évolution
ONE/MO/DOC/31/ANO
9

I.5- LES PRODUITS ATTENDUS ET LE CALENDRIER DE LIVRAISON

Selon les Termes de références de l’étude, dans un délai de quatre semaines, à partir de la notification
de service, le Consultant doit livrer dans un support électronique et version papier :
• Le document de diagnostic régional comprenant le diagnostic par dimension évoqué infra, la liste
des références utilisées. Le contenu et la structure du document de diagnostic seront détaillés en
annexe
• Les données relatives aux indicateurs du TBER de la région (selon la liste établie par le comité
technique)
• Les supports ayant servi à la capitalisation
ONE/MO/DOC/31/ANO
10

II DESCRIPTION DE LA REGION

La Région d'Anosy, située à l’extrême Sud Est de Madagascar est constituée de trois districts
Amboasary sud, Betroka et Fort Dauphin, et localisée dans les latitudes entre 22,67° et 25,20°sud et la
longitude entre 45,18° et 47,40°.

La région est limitée par les régions : Atsimo atsinanana, Ihorombe, Atsimo andrefana, Androy.

II.1- MILIEU PHYSIQUE

II.1.1- LES MASSIFS MONTAGNEUX


Les massifs montagneux qui divisent longitudinalement la grande île en deux versants (Est et Ouest)
se terminent par les chaînes anosyennes à Taolagnaro, et par le massif de l’Ivakoana, au niveau de
Tsivory.
Les principaux massifs de la région sont :
• les chaînes anosyennes ayant Beampingaratra comme point culminant à 1 956 m ;
• la chaîne Ivakoana ayant Ivakoana comme point culminant à 1 632 m ;
A l’ouest des chaînes anosyennes, et au sud de la couronne de l’Ivakoana, vaste zone de plateaux et
de pénéplaines jusqu’au bord de la rivière Menarandra.

II.1.2- LES COTES


La région dispose de 194 km de côtes, avec de magnifiques plages et des ressources halieutiques de
qualités dont les fameuses langoustes et crevettes de Fort-Dauphin.

II.1.3- LE CLIMAT
Le climat de la région est très varié. A l’Est, le climat est humide et chaud avec la prédominance du
régime d’Alizé avec un vent humide et relativement chaud. Dans les zones à haute Altitude, le climat
est humide à perhumide frais. Elle est caractérisée par la présence quasi-permanente de brouillard et de
rosée matinale. Dans la partie Ouest, on constate la présence des pluies rares mais orageuses ; des
rosées nocturnes accompagnées par des brouillards matinaux fréquents. Dans la zone de Betroka, le
climat est assez frais en été et plus chaud à mesure que l’on approche de l’Ouest.
La température moyenne annuelle dans les districts se situe autour de 23°C et 24°C.

II.1.4- LES RESSOURCES EN EAUX


La région regorge des ressources en eaux abondantes. Dans le versant oriental de l’Anosy se trouve la
rivière Manampanihy. A l’Est, de nombreux cours d’eau se jettent dans l’Océan Indien tels que le
cours d’eau de Vatomirindry, Bakika et de Vatorendrika. Au Sud, l’Efaho et la Fanjahira, sont les
principaux affluents. Les caractéristiques de leur régime sont proches de celles de la Manampanihy.
On peut citer aussi quelques petites rivières telles que l’Anatisoro, l’Anandrano et la Lanirano qui
forment ensemble le bassin hydrographique du lac Lanirano.
Dans la Zone de l’Androy oriental, le haut Mandrare est rejoint sur sa rive gauche par le Manambolo
et le Mananara qui se jettent dans l’Océan Indien au sud d’Amboasary.
Le lac Mananivo (603 ha) est situé à 7 km à l’est de Mandromodromotra et présente une ouverture
permanente de l’estuaire ; Ambavarano ; Anony ; Lanirano ; Besaroy ; Ambinanikely ; Andriambe.
Les mares naturelles sont les plus souvent temporaires.

II.2- POPULATION ET DEMOGRAPHIE

En 2004, la population totale de la région d’Anosy est estimée à 510 000 habitants répartis sur 30 198
km², et est caractérisée par une population relativement jeune et à majorité rurale. Les tendances
démographiques actuelles confirment le doublement de population d’ici 2020 avec le taux
d’accroissement moyen de 2,9 % par année.
ONE/MO/DOC/31/ANO
11

II.3- SANTE

Au cours des deux dernières années, des infrastructures de santé (CSB/FID) ont été construites dans
plusieurs communes de la Région, contribuant à améliorer sensiblement les soins de la population,
mais la couverture sanitaire nécessite de compléter ces infrastructures dans les zones à fortes densités
de population ainsi que des efforts de rapprochement et du personnel médical (privé ou public) de la
population et du public de ces centres de soins (désenclavement et sensibilisation). Les activités
touristiques nécessitent une forte vigilance concrétisée par des actions de sensibilisation, d'éducation,
de Communication et de préventions dans le domaine des maladies IST et du SIDA

II.4- EDUCATION

En 2004, le taux de scolarisation moyen de la région a atteint 76% grâce aux efforts conjoints du
Gouvernement et des partenaires bi et multilatéraux (opérations kit scolaires, cantines/PAM, Aide et
action, …).
Le taux de réussite scolaire sur le plan régional est moyen, des écoles (EPP et CEG) ont été construites
dans plusieurs communes de l'Anosy à travers le projet FID ou par l'initiative de la population elle-
même, témoignant d'une relance de la conscience des parents à privilégier l'éducation de leur
progéniture. Chaque Préfecture ou Fivondronana dispose d'un lycée, mais ceux de Betroka et de
Talagnaro nécessitent d'être réhabilités. Par ailleurs, dans les communes rurales notamment, la
construction d'écoles devrait se poursuivre pour atteindre une couverture moyenne et d'une manière
générale, les enseignants, les centres de lectures et de documentation connaissent une certaine
insuffisance.

II.5- ACCES A L’EAU POTABLE

Dans le domaine du développement social, l’Anosy a ses propres particularités, dont un engagement
remarquable de plusieurs Associations locales et d'ONGs, regroupant parfois des centaines de
membres. Toutefois 80 % de la population n’ont pas encore accès à l’eau potable.

II.6- ECONOMIE

Sur le plan économique, la région est dotée de beaucoup de potentialités :

II.6.1- SECTEUR AGRICULTURE

La région de l’Anosy est une région essentiellement agricole. Pour la zone sud de Fort-Dauphin
jusqu’à Amboasary, les activités agricoles sont dominantes, tandis que dans la partie nord, constituée
principalement de communauté de pêcheurs, elles sont secondaires.
Il faut également noter :
- la prédominance des cultures de sisal, destiné à l’exportation, dans les zones environnants
d’Amboasary et qui occupent environ 27 000 ha de superficie cultivée
- l’existence de 30 000 ha aménageables pour la riziculture
- l’existence du projet PHBM dont l’objectif est d’aménager 3 269 ha pour la production de
riz, en réhabilitant les infrastructures existantes et en construisant d’autres infrastructures
(système d’irrigation et barrages). Il a été prévu qu’au terme de ce projet, 6 000 tonnes
seront disponibles.

Outre le problème de l’eau, l’ensablement des surfaces agricoles est un des problèmes majeurs du
secteur agricole dans la région.
Par ailleurs, depuis ces cinq dernières années, l’exploitation des plantes à huiles essentielles prend de
plus en plus d’importance. Au niveau d’Amboasary, la plantation de joujouba a produit, pour l’année
2004, 3000 litres d’huiles essentielles. Culture de décrue, ces plantations se localisent surtout le long
de la rivière Mandrare. C’est une plante à croissance rapide et produite dès sa troisième année.
Enfin, dans le cadre du vaste projet de production de bio-carburant, les promoteurs agro-industriels se
sont lancés dans la plantation de Jatropha. 1000 ha sont déjà aménagés à cet effet, au niveau
d’Amboasary.
ONE/MO/DOC/31/ANO
12

II.6.2- SECTEUR PECHE

Selon une étude de potentialité de stock entreprise par la société Martin pêcheur, l’exploitation
actuelle approche le maximum soutenable et que le rendement potentiel ne mérite pas l’investissement
dans une usine de traitement.

II.6.3- SECTEUR TOURISME

Le secteur tourisme dans la région est caractérisé par la concentration des établissements hôteliers,
notamment dans la ville de Taolagnaro et ses environs immédiats, à cause sans doute
d’approvisionnement limité en énergie. D’autres établissements se localisent cependant au niveau de
quelques sites, notamment dans le district d’Amboasary (Berenty, …).

II.6.4- SECTEUR INDUSTRIE

Le secteur industrie est quasiment dominé par l’agro-industrie de sisal. En effet, l’industrie du sisal
devrait être le moteur de l’économie de la région de l’Anosy. Il y a 5 sociétés de sisal et chacune
emploie environ 1000 personnes. D’autres types d’industrie existent dans la région, mais de faible
importance, comme l’unité de production de savonnerie huilerie.
Concernant le sisal, la plantation se trouve dans la partie ouest de la région, plus exactement à
Amboasary, dans la vallée de Mandrare. La production primaire est faite par des compagnies qui
possèdent des plantations situées à proximité. Elle permet d’obtenir les fibres dont une partie subit une
transformation.

La plantation de sisal présente cependant des contraintes environnementales. L’insuffisance de


recouvrement du sol expose ce dernier à des risques permanents d’appauvrissement et d’érosion,
notamment éoliens. Or la majeure superficie des terres (2/3) de la commune rurale d’Amboasary est
occupée par les plantations de sisal. Les terrains abandonnés par des exploitants (cas d’Analapatsy)
sont interdits d’accès à la population locale. L’occupation des terres par les plantations de sisal comme
une monoculture entraîne la non disponibilité de terres pour l’agriculture et de bois d’énergie pour les
populations locales. Sans rotation de cultures et compte tenu de l’exigence en minéraux, la plantation
de sisal crée un déséquilibre entre les éléments minéraux majeurs dans le sol. Or, en terme de nutrition
de plante, l’élément mineur constitue un facteur limitant (handicap) de développement des plantes.
Outre ces aspects, le déversement des déchets vers le Mandrare, l’insuffisance d’eau pour le défibrage
du sisal et la disparition progressive des forêts par l’extension des surfaces exploitées (un rythme de
1000ha/an) constitue des problèmes environnementaux majeurs.

En terme de production, plus 12 000 tonnes de sisal sont produites chaque année. Des sociétés
transforment le sisal brut en ficelles et cordages. Plus de 2 000 tonnes de ficelles et de cordes sont
produites annuellement par les sociétés de transformation dont 80% pour cent de la production sont
assurés par la SIFOR.

Compte tenu de la baisse de performance sur le plan international ces dernières années, actuellement,
il y a tendance à une reconversion à d’autres activités, notamment la production d’huiles essentielles
avec la plantation de joujouba.

II.6.5- SECTEUR MINE

L’environnement minier de la région est caractérisé par une haute potentialité.

Tableau 1 : Principales zones de potentialité minière


Localisation Ressources
Zone Fort-Dauphin Ilménite (sables minéralisés) notamment à Mandena, Petriky, et Sainte
Luce
Granite près de l’aéroport de Fort-Dauphin
Zone Manantenina Bauxite, béryl et autres pierres industrielles
ONE/MO/DOC/31/ANO
13

Localisation Ressources
Gisement de béryl bleu Notamment à Iabokoho
Zone Amboasary Pierres industrielles, pierres précieuses, mica
Zone Ambatoabo-Ranopiso Gisement de mica
Source : Enquête auprès du Service Energie et Mines Taolagnaro – Novembre 2005

Outre l’exploitation formelle, l’exploitation minière informelle tient une place importante dans le
secteur aussi bien au niveau des zones hors SAPM qu’à l’intérieur des ZPC et ZPF.
La dégradation de forêts, de sols et de l’eau, l’exploitation illicite et le non respect de cahiers de
charge constituent les problèmes environnementaux majeurs du secteur.

II.6.6- INFRASTRUCTURES ROUTIERES

Sur le plan accès et voies de communication, 5.65 % des infrastructures routières sont impraticables
presque toute l’année, 43,37% pendant 9 mois sur 12 et 50,98 % sont praticables toute l'année. De ce
fait, les échanges et le mouvement des biens et des personnes demeurent insuffisants. On peut
rencontrer tous les types de transport dans la région d'Anosy : véhicules légers et tous terrains.
ONE/MO/DOC/31/ANO
14

III. ANALYSE DIAGNOSTIC ENVIRONNEMENTAL

III.1- LA BIODIVERSITE ET LES MILIEUX NATURELS

III.1.1- ETAT

III.1.1.1- Faune et flore


A- FAUNE
Le sud-est de Madagascar abrite une remarquable variété d’habitats naturels pour la faune, depuis la
forêt humide sempervirente, jusqu’au bush épineux subaride, en passant par la forêt littorale, la zone
côtière, les hautes montagnes et les eaux douces continentales (Goodman, 1999 de tous ces habitats,
c’est la forêt humide de la chaîne des Anosyennes qui abrite la diversité faunique la plus riche,
avec 223 espèces de vertébrés, viennent ensuite la forêt littorale ; avec 207 espèces, la forêt sèche ;
avec 170 espèces, les monts Vohimena, avec 149 espèces).
Et c’est aussi la chaîne des Anosyennes qui abrite la plupart des espèces endémiques régionales ou
locales, comparativement aux autres biomes de la région (13 espèces animales endémiques ont été
recensées dans le Parc National Andohahela et 12 espèces animales dans la Station Forestière de
Mandena).

La région de l’Anosy héberge 168 espèces de reptiles et amphibiens sur les 500 connues, soit 33 % des
espèces connues à Madagascar. Cette faune est composée d’espèces très variées et hétérogènes avec
des espèces de forêt littorale, dont certaines tributaires de forêt humide et d’autres limitées au désert
épineux du sud.

En 2003, la liste des espèces endémiques dans la région de l’Anosy est présentée dans les tableaux
suivants :

Tableau 2 : Liste non exhaustive d’espèces de Reptiles et d’Amphibiens endémiques de la région


Anosy
Groupe Nom
Nom Scientifique Localisation Statut de distribution
taxonomique vernaculaire
Amphibien Mantella haraldmeieri PN Andohahela, SF Endémique régionale
Mandena
Amphibien Mantidactylus guibei PN Andohahela
Amphibien Mantidactylus microtis PN Andohahela
Amphibien Mantidactylus PN Andohahela, SF Endémique régionale
microtympanum Mandena
Amphibien Anodonthyla nigrigularis PN Andohahela
Amphibien Madecassophryne truebae PN Andohahela
Amphibien Boophis Andohahela PN Andohahela, SF Endémique régionale
Mandena
Lezard Phelsuma antanosy Station Mandena Endémique régionale
(Gecko)
Lezard Phelsuma malamakibo Station Mandena Endémique régionale
(Gecko)
Caméléon Calumma capuroni PN Andohahela, SF Endémique régionale
Mandena
Caméléon Calumma sp SF Mandena
Lezard Paragehyra gabriellae PN Andohahela, SF Endémique régionale
(Gecko) Mandena
Serpent Pseudoxyrhopus sokosoko PN Andohahela Endémique régionale
Serpent Psedoxyrhopus kely SF Mandena Endémique régionale
Lezard Uroplatus malama / PN Andohahela, SF Endémique régionale
(Gecko) malahelo Mandena
ONE/MO/DOC/31/ANO
15

Groupe Nom
Nom Scientifique Localisation Statut de distribution
taxonomique vernaculaire
Lezard Lygodactylus sp Endémique régionale
(Gecko)
Lézard Amphiglossus anosyensis PN Andohahela, SF Endémique régionale
Mandena
Lézard Zonosaurus sp Endémique régionale
Lézard Mabuya elegans Endémique régionale
delphinensis
Amphibiens Heterixalus boettgeri SF Mandena Endémique régionale
Tortue Geochelone radiata Endémique nationale
Tortue Pyxis arachnoïdes Endémique nationale
Tortue Erethmochelys imbricata Endémique nationale
Serpent Boa manditra Endémique nationale
Serpent Boa dumerilii Endémique nationale
Sources : ANGAP Tolagnaro (espèces endémiques du Parc National Andohahela) – Enquête auprès de QMM Tolagnaro
(espèces endémiques de la Station Forestière Mandena) – ONE (REE Anosy 2003)

Tableau 3 : Nombre d’espèces de Mammifères endémiques dans la région Anosy


Groupes
Niveau de diversité Niveau d’endémisme
taxonomiques
Insectivores 15 espèces reparties dans 7 genres ont été 100% des espèces rencontrées dans la région
inventoriées dans la région sont endémiques à Madagascar.
Aucune espèce endémique régionale ou
locale.
Rongeurs 13 espèces reparties dans deux sous-familles sont 11 espèces sur 13 sont endémiques ( 85%).
présentes dans la région. Deux espèces de Murinae sont introduites :
Rattus rattus et Rattus norvegicus.
Aucune espèce endémique régionale ou
locale.
Chiroptères 12 espèces de Mégachiroptères et de 50% des espèces sont endémiques à
Microchiroptères réparties dans 6 familles ont été Madagascar.
inventoriées dans la région. Aucune espèce endémique régionale ou
locale.
Carnivores 6 espèces dont une introduite sont présentes dans 5 espèces sur 6 sont endémiques (83%).
la région. Aucune espèce endémique régionale ou
locale.
Primates 13 espèces de lémuriens diurnes et nocturnes ont 100% des espèces sont endémiques à
été inventoriées. Madagascar.
Une seule espèce est endémique régionale :
Hapalemur griseus meridionalis.
Source : ONE (REE Anosy) - 2003

Tableau 4 : Nombre d’espèces, statut et distribution des oiseaux dans la région de l’Anosy
Forêt sèche Forêt humide Forêt littorale
ESPECES
BT PNA (Plle2) PNA MNT ITP PTK MN MF
Total des espèces 99 95 87 37 57 59 60 67
% des espèces endémiques 41 38 66 60 33 22 37 28
% des espèces régionales 63 61 99 97 60 45 61 54
% des espèces nicheuses à 31 30 10 3 28 45 34 33
Madagascar
% des espèces migratrices 5 4 0 0 11 5 5 12
% des espèces introduites 1 1 0 0 2 2 0 2
BT: Berenty, PNA: Parc National Andohahela, MNT: Manatantely, ITP: Itapera, PTK: Petriky, MN: Mandena, MF:
Manafiafy
Source: ONE (REE Anosy) - 2003
ONE/MO/DOC/31/ANO
16

Tableau 5 : Nombre d’espèces faunistiques d’eau douce endémiques dans la région Anosy
Groupes taxonomiques Niveau de diversité Niveau d’endémisme
Poissons 17 espèces 10 espèces endémiques nationales
Crustacés 7 espèces 3 espèces endémiques
Source: ONE (REE Anosy) - 2003

Les espèces Caractéristiques


Dans la forêt littorale, deux nouvelles espèces (un gecko diurne (Phelsuma antanosy) et un serpent
colubridé (Peudoxyrhopus kely)), ont été découvertes et n’ont été recensées que dans la zone
d’implantation du projet QMM.

Par la suite, les inventaires ont montré que ces espèces habitent aussi d’autres sites, en dehors de la
zone d’exploration, respectivement à Ambatorongorongo pour le gecko et à Berenty pour le serpent.
A Mandena, l’Eulemur fulvus collaris est rarement observé (moins d’un individu par heure, par
kilomètre). En 2000, les études de suivi ont révélé que la population était fortement menacée par les
activités des charbonniers. La déforestation accélérée du bloc M3 a justifié la translocation de ces
populations dans M15 et M16 (zone de conservation proposée), d’où les populations naturelles avaient
disparu à cause de la chasse. Après discussions et échanges avec des spécialistes (Université
d’Hambourg, Université Duke), 13 Eulemur fulvus collaris ont été capturés et réintroduits dans les
deux blocs forestiers (M15 et M16).

Deux espèces d’amphibiens (Mantidactylus domerguei et Mantidactylus punctatus)et une espèce de


reptile (Brookesia nasus), à large distribution dans la forêt humide de l’est de Madagascar, sont
classées par l’UICN parmi les espèces rares. Ce reptile est très bien représenté dans la forêt des
Vohimena et dans le Parc National d’Andohahela.

Deux (02) espèces, dont un lémurien (Hapalemur griseus meridionalis) et un serpent (Boa manditra),
sont désignées par l’UICN comme étant « indéterminées ».
Dans la forêt littorale, les insectivores de Mandena regroupent deux espèces endémiques de
Madagascar : Tenrec ecaudatus et Setifer setosus, que l’on peut observer partout dans le pays et une
espèce introduite (Suncus etruscus).

La faune des milieux ouverts comprend seulement quatre espèces de batraciens, dont trois sont
endémiques à Madagascar :
Heterixalus boettgeri,
Mantidactylus ulcerosus,
Tomopterna labrossa
et une a été introduite : Ptychadena mascareniensis

En milieu marécageux, une espèce, Mantidactylus sp, est probablement endémique de l’Anosy, tandis
que le Mantidactylus puntatus et le Mantidactylus domerguei, à distribution limitée à la zone littorale,
pour la région (Creigthon et al., 1992), figurent dans la liste des espèces « rares » de l’UICN.

Les Poissons

Les espèces endémiques inventoriées se présentent comme suit :


Agonostomus telfairi,
Liza macrolepis,
Ptychochromis oligaganthus,
Paratilapia polleni, Paratilapia bleekeri,
Paratilapia polyactis,
Ratsirakia legendrei,
Ancharius fuscus,
Sauvagella madagascariensis,
ONE/MO/DOC/31/ANO
17

Bedotia longialis)
Bedotia geayi,
Ophiocara macrolepidota
Source: REE Anosy / ONE, 2003

Espèces menacées
Tableau 6 : Reptiles et Amphibiens
Groupe Présence
Espèces Statut UICN Observations
taxonomique dans AP
Lézard (gecko) Phelsuma antanosy Gravement NON
menacée
Lézard (gecko) Paragehyra gabriella Menacée OUI (400m)
Lézard (gecko) Uroplatus malahelo Menacée OUI
Caméléon Calumma capuronnii Menacée OUI
Serpent Psedoxyrhopus kely Menacée NON
Tortue Caretta caretta Menacée NON Non endémique de
Madagascar
Tortue Geochelone radiata Menacée OUI
Tortue Pyxis arachnoïdes Menacée OUI
Serpent Boa manditra Menacée OUI
Serpent Boa dumerilii Menacée OUI
Source: ONE (REE Anosy) - 2003

Tableau 7 : Mammifères
Groupes Niveau de diversité Espèces menacées (figurant dans liste
taxonomiques IUCN)
Rongeurs 13 espèces reparties dans deux sous-familles Deux espèces sont classées vulnérables :
sont présentes dans la région. Gymnuromys roberti et Nesomys audeberti
Chiroptères 12 espèces de Mégachiroptères et de Une espèce est classée vulnérable : Pteropus
Microchiroptères réparties dans 6 familles ont rufus
été inventoriées dans la région.
Carnivores 6 espèces dont une introduite sont présentes Trois espèces sont vulnérables : Galidictis
dans la région. fasciata fasciata, Cryptoprocta ferox,
Eupleres goudotii
Primates 13 espèces de lémuriens diurnes et nocturnes Deux espèces sont classées menacées :
ont été inventoriées. Eulemur fulvus collaris et Hapalemur griseus
meridionalis.
Trois autres sont vulnérables : Daubentonia
madagascariensis, Lemur catta, Propithecus
verreauxi verreauxi.
Source : ONE (REE Anosy) – 2003

Tableau 8 : Oiseaux
Espèces Menaces
Lophotibis cristata Globalement, les menaces sur l’avifaune sont les activités
Anas melleri humaines dont les majeures sont : la fabrication de
charbons, la Collecte des bois de construction, la
Accipiter madgascariensis
Fabrication de planches, la Pratique du tavy, les feux de
Accipiter henstii brousse ; la plantation, l’apiculture, le tourisme et
Charadius thoracicus l’écotourisme
Coua verreauxi
Xenopirostris polleni
ONE/MO/DOC/31/ANO
18

Espèces Menaces
Phillastrephus cinereyeps
Phillastrephus sharpeii
Randia pseudozesterops
Neutonia fanovanae
Pseudobias wardi
Crossleya xanthophrys
Brachypteracias leptosomus
Brachypteracias squamiger
Attelornis pittoides
Attelornis crossleyi
Neodrepanis hypoxantha
Source: ONE (REE Anosy) – 2003

B- FLORE
La plupart des espèces végétales endémiques et menacées se trouvent dans les Parcs Nationales. Les
principales listes des espèces végétales sont énumérées dans le tableau suivant :
Tableau 9 : Liste d’espèces végétales endémiques de la région Anosy
Groupe Nom Scientifique Localisation
Ptéridophyte Xiphopteris (espèce nouvelle) PN Andohahela
Ptéridophyte Cyathea tsilotsilensis PN Andohahela
Ptéridophyte Tectaria madagascarica PN Andohahela
Ptéridophyte Ctenitis madagascariensis PN Andohahela
Didiereaceae (famille PN Andohahela
endémique) Alluaudia ascendens
Palmier Dypsis decaryi PN Andohahela
Ravenea robustior (palmier
Xiphopteris sp (fougère)
Tectaria madagascariensis
(fougère)
Ctenitis madagascariensis
(fougère)
Source : ONE (REE Anosy) – 2003

En milieu ouvert, dans la formation graminéenne, l’Aristida similis est endémique à Madagascar et
largement répandue dans les sites dégradés de la partie Est du pays.

Tableau 10 : Liste des espèces végétales menacées de la forêt humide de la région Anosy
Désignation Statut IUCN
Dypsis malcomberi
Dalbergia chapelleri
Ravenea glauca vulnérable
Ravenea robustor
Marojejya insigni vulnérable
Source : ONE (REE Anosy) – 2003
ONE/MO/DOC/31/ANO
19

Tableau 11 : Liste des espèces végétales menacées dans la zone de Mandena


TAXON STATUT IUCN STATUT
1997 2000
Ceropegia albisepta var.albisepta Rare Non inscrite non prioritaire à
Mandena
Ceropegia racemosa subspglabra Indéterminée Non inscrite non prioritaire à
Mandena
Dypsis brevicaulis Menacée Non inscrite non prioritaire à
d’extinction Mandena
Dypsis saintlucei Menacée Gravement menacée non prioritaire à
d’extinction d’extinction Mandena
Dypsis scottiana Vulnérable Vulnérable non prioritaire à
Mandena
Podocarpus madagascariensis Vulnérable Non inscrite non prioritaire à
var. procerus Mandena
Millettia taolanaroensis Non inscrite Menacée d’extinction non prioritaire à
Mandena
Nepenthes madagascariensis Vulnérable Vulnérable non prioritaire à
Mandena(*)
(*) : Non prioritaires à Mandena, parce que, selon le rapport, ces espèces peuvent aussi être retrouvées ailleurs dans la zone
littorale, donc présumées endémiques à la zone littorale

Source : Rapport EIE QMM

Les espèces suivants sont classées comme menacées par l’UICN (Walker et Gillett, 1998;
UICN, 2000) de la zone de Mandena
8 espèces pour la zone littorale de Taolagnaro ;
6 ne sont pas prioritaires et ont été documentées ailleurs à Madagascar,
et deux (2) sont prioritaires à Sainte-Luce (priorité 2).

III.1.1.2- Milieux naturels

Tableau 12 : Superficie des écosystèmes naturels de la région Anosy


Types des Année Amboasary Betroka Taolagnaro Total %
écosystèmes Atsimo
Forêts denses sèches 1993 198 283,27 2 217,92 3 636,90 204138 6,76
2000 196 423,28 401,64 3 190,06 200 014,98 6,62
Forêts denses humides 1993 19 657,84 8 060,18 199 462,62 227 180,64 7,52
2000 18 023,09 6 888,79 185 522,72 210 434,59 6,97
Peuplement eucalyptus 1993 1 302,38 1 302,38 0,04
2000 1 218,63 1 218,63 0,04
Culture de sisal 1993 15 043,57 2 096,09 17 139,66 0,57
2000 19 368,62 1 954,35 21 322,97 0,71
Rizières 1993 160,48 10,53 1 674,84 1 845,85 0,06
2000 38,65 122,76 1 290,64 1 452,05 0,05
Plans d'eau 1993 2 940,12 1 747,00 6 270,58 10 957,70 0,36
2000 2 365,80 1 746,96 5 884,38 9 997,14 0,33
Savane avec/sans 1993 822 775,33 1 335 917,21 344 181,37 2 502 873,91 82,88
éléments ligneux 2000 822 641,18 1 338 792,68 359 563,98 2 520 997,84 83,48
Total 1993 1 058 860,62 1 347 952,83 558 624,76 2 965 438,21 98,20
2000 1 058 860,62 1 347 952,83 558 624,76 2 965 438,21 98,20
Source: ONE (Traitement d’image landsat 7 1993 et 2000) - 2006
ONE/MO/DOC/31/ANO
20

A- LES ECOSYSTEMES TERRESTRES


Les forêts humides.
Elle fait partie de la forêt humide du domaine de l’Est de Madagascar, qui s’étend le long du côte est
de Madagascar du nord de Sambava à Taolagnaro. Etant donnée sa localité à l’extrême sud Est de
Madagascar et sa particularité climatique, cet écosystème de forêts humides est unique et classé parmi
les plus importants à Madagascar en terme de diversité biologique et d’endémisme
Le bush épineux du domaine du Sud
Cet écosystème est caractérisé par des broussailles caducifoliées ou des fourrés épineux allant de
Ranopiso jusqu’aux limites nord et ouest de la préfecture d’Amboasary, à partir du niveau de la mer
jusqu’à 800 m d’altitude.
Les milieux ouverts (savanes, Phillipia, prairies, et champs agricoles…) et les Savoka
Les milieux ouverts sont des écosystèmes résultants des actions anthropiques exercées depuis
plusieurs décennies sur les formations forestières. En général, sa structure est très simple, limitée à une
seule strate.
Les forêts de transition
C’est un habitat qui a des caractères intermédiaires entre deux écosystèmes : entre littorale et forêt
sèche d’une part ou forêt sèche et forêt humide d’autre part. La "transition" entre la forêt humide du
domaine de l’est et la forêt sèche du sud est limitée au sud par la forêt d’Ambatorongorongo, à l’est
par le Parc National d’Andohahela, incluant la parcelle 3, la zone de Mahamavo, et à l’ouest par le
bush épineux d’Amboasary. C’est un habitat relativement important en terme de biodiversité et en
terme de fonction écologique (fonction de régulation) en tant que corridor.

B- LES ECOSYSTEMES DES PARTIES LITTORALES


Les Forêts littorales
Les forêts littorales sont définies comme des variations édaphiques des forêts denses humides de basse
altitude du domaine oriental de Humbert en 1965 (Koechlin et al, 1974). En effet, les caractéristiques
physionomiques (canopée moins élevée, abondance d’arbres de diamètre moyen…) et floristiques de
cette formation végétale sont étroitement liées au substrat qui est essentiellement du sable. Cette
spécificité liée à la nature du substrat se manifeste surtout par une grande richesse en biodiversité
floristique et faunique.
Les principales forêts littorales résiduelles sont situées dans la zone de Mandena, Petriky Sainte-Luce
et, plus au nord, vers Manantenina dans les zones d’Analalava et Marovony.
Les zones humides
Les zones humides sont composées des marécages et des lagunes.
On distingue deux types de marécages ou Horoko :
Les marécages et forêts marécageuses qui se retrouvent dans les bas-fonds et petites
dépressions situées entre les dunes et dans les portions de forêt littorale. On y rencontre les
associations végétales Cyperus prolifer/Pandanus pulcher avec présence de Fimbristylis
diphylla, Pycreus monocephalus et Typhonodorum lindleyanum
Les marécages des sols sableux ou tourbeux humides qui se localisent le long des cours d’eau.
On y trouve les associations végétales suivantes :
- Ravenala madagascariensis/ Lepiromia mucronata,Cypéracées. Ravenala
madagascariensis est l’espèce dominante des marécages. Les Cypéracées sont surtout
représentées par les Scirpus pterolepis.
- Typhonodorum lindleyanum / Ravenala madagascariensis / Pandanus platyphyllus

On note aussi la présence de Melaleuca quinquenervia qui est une espèce introduite et qui a tendance à
envahir presque toutes les zones marécageuses.
La présence d’Acrostichum aureum et de Bruguiera gymnorhiza est indicatrice d’un milieu plus salé.
ONE/MO/DOC/31/ANO
21

C- LES ECOSYSTEMES MARINS


Les récifs coralliens : état des récifs dans les environs de Sainte Luce
Dans la région de Sainte Luce, depuis 2001, l’exploitation de la forêt sub-littorale pour l’usage à des
fins personnels a été contrôlée. Ces contrôles existent et sont effectifs aussi en mer.
En 2002, l’I.H.S.M. a été chargé d’étudier la biodiversité sous marine dans les zones Evatraha, Lokaro
et Sainte Luce. Les principales activités relatives à cette étude ont été : (i) - disposer une base de
données biologiques sur la biodiversité sous-marine qui pourrait servir un outil de travail au besoin
envisagé dans le titre de ce projet,( ii) - faire une analyse des résultats de plongées et, (iii) - émettre les
principales recommandations.
La superficie totale de la zone d’étude (de Sainte Luce à Evatraha) est estimée à : 6 000 hectares (ha).
Tableau 13 : Représentation de la superficie occupée par les coraux estimée de Sainte Luce à
Evatraha
Superficie occupée par les coraux En ha Pourcentage (%)
Rade de Sainte Luce et Pointe d’Ankoba 400 6,67
Pointe d’Ankoba et Village d’Itapera 600 10
Village d’Itapera et Lokaro 450 7,50
LOKARO ET POINTE D’EVATRAHA 400 6,67
Superficie totale des coraux dans la zone d’étude 1 850 30,84
Superficie totale de la zone d’étude 6 000

Tableau 14 : Evaluation quantitative de recouvrement respectif des différentes catégories


Catégories Surface de recouvrement de chaque site d’étude (hectares)
Sainte Luce Baie de Mananivo Itapera Lokaro-Evatraha
Coraux Vivants 157,50 (39,37%) 135,90 (22,65%) 291,80 (64,84%) 155,80 (38,95%)

Coraux mous 18,91 (4,72%) 16,540 (2,76%) 4,81 (1,07%) 2,50 (0,60%)
Algues 61,75 (15,41%) 77,52 (12,92%) 11,23 (1,50%) 82,51 (20,63%)
Autres (Coraux libres et
5,17 (1,29%) 0 (0,00%) 0 (0,00%) 4,25 (1,06%)
autres organismes vivants)
Abiotiques (sables, rochers, 151,54 (37,75%) 370,50 (61,75%) 143,41 (31,87%) 152,50 (38%)
débris et coraux morts)

III.1.2- PRESSION

III.1.2.1- Faune et flore

Existence d’espèces envahissantes menaçant les écosystèmes et les autres espèces

Le Rattus rattus est observé partout, mais est encore relativement peu abondant dans le sud (Garbutt,
1999), y compris le sud-est. Pourtant, l’espèce se reproduit plusieurs fois par année et peut atteindre
une population considérable en très peu de temps.
Il en est de même pour Suncus etruscus et Suncus murinus, qui prédominent à proximité des villages,
mais qui sont encore peu abondants dans les milieux ouverts de Mandena.

Le Niaouli ou Melaleuca sp dans les marais de la zone littorale. L’espèce s’est largement naturalisée et
a trouvé à Mandena des conditions favorables à son développement. Elle a littéralement envahi la zone
de Mandena, depuis 30-40 ans. Elle menace les « mahampy » et les « ravinala ». Le niaouli envahit les
marécages, mais aussi les milieux ouverts (végétation sur sols sableux humides). Parmi les espèces
ONE/MO/DOC/31/ANO
22

envahissantes, on trouve le Lantana camara, à la lisière des forêts humides ; les cactus introduits et les
sisals, dans les régions sèches d’Amboasary.
À l’intérieur du circuit minier de Mandena, on observe une formation quasi monospécifique, dominée
par une espèce agressive, Philippia sp, appelée localement « anjavidy ». Ce type de prairie offre très
peu de diversité floristique et constitue un milieu très sélectif, favorisant l’installation de l’espèce
envahissante, agressive et compétitive qu’est le Philippia. Ce type de milieu domine largement à
Mandena
En zone littorale, le Typha angustifolia et les cypéracées dominent sur les rivages vaseux. Les typhas
ont une forte capacité de multiplication végétative, grâce au réseau que forment ses rhizomes. Les
cypéracées peuvent aussi envahir les marais et les lieux saumâtres à l’aide de leurs rhizomes traçants,
qui leur permettent souvent de devenir la végétation dominante d’une région.
Les exploitations illicites
Les exploitations illicites des espèces rares sont l’une des principales pressions qui s’exercent sur la
biodiversité. Elles se manifestent fréquemment dans les zones de conservation naturelle notamment
dans la zone littorale. Le tableau ci-après, présente les exploitations illicites sur la faune et la flore de
la zone de Mandena.
Tableau 15 : Illustration des exploitations illicites de la zone littorale de Mandena

Nature Quantité Date Moyenne par jour

Bois carrés 1.212 unités Du 17 avril au 29 mai 2000 21 bois carrés par jour
Bois rond 673 unités 11 bois ronds par jour
Gaulette 10 paquets 8 gaulettes par jour
(1 paquet=50 u)
Kitay 05 paquets 0,1 paquet de kitay par jour
Eulemur collaris non disponible
Source : Rapport sur l’étude d’impact environnemental, projet Ilménite, QMM (2001)

Tableau 16 : Liste des espèces endémiques / menacées dans le Parc National Andohahela

Degré de Classe – Ordre – Taxon Nom Principales menaces


menace Famille vernaculaire

MAMMIFERES
Menacé Primates - Eulemur collaris Varika - Production de bois de
LEMURIDAE chauffage et de charbon
- Déforestation
- Fragmentation
Primates - Hapalemur griseus Halo - Déforestation
LEMURIDAE meridionalis - Perte d’habitat
- Activités minières
Vulnérable Primates - Daubentonia Haihay - Chasse
LEMURIDAE madagascariensis - Perte d’habitat
- Déforestation
Lemur catta Maky, Hira - Déforestation
- Agriculture
- Production de bois de
chauffage et de charbon
Propithecus Sifaka, - Perte d’habitat
verreauxi verreauxi sifakavahy, - Incendies délibérées
sifabilany - Chasse
ONE/MO/DOC/31/ANO
23

Degré de Classe – Ordre – Taxon Nom Principales menaces


menace Famille vernaculaire

Carnivores – Eupleres goudotii Fanaloka, - Culture sur brûlis / culture


VIVERRIDAE goudotii ridaridy, remuant
amboalaolo - Production de bois de
chauffage et de charbon
- Coupe de bois à blanc
- Coupe de bois sélective
- Piège
- Chasse
Carnivores - Galidictis fasciata Vontsirafotsy - Culture sur brûlis / culture
HERPESTIDAE fasciata remuant
- Coupe de bois à blanc
- Coupe de bois sélective
- Chasse
Rongeurs – Gymnuromys - Culture sur brûlis / culture
MURIDAE roberti remuant
- Feux incontrôlés / feux de
brousse
- Fragmentation
Quasi-menacé Primates - Lepilemur Hataka, - Perte d’habitat
LEPILEMURIDAE mustelinus varikosy, - Culture sur brûlis / culture
trangalava, remuant
kotrika, fitiliky - Exploitation forestière

Rongeurs – Eliurus majori Voalavon’ala - Culture sur brûlis / culture


MURIDAE remuant
- Déforestation
- Feux incontrôlés / feux de
brousse
AMPHIBIENS
Menacé Anura - Mantella Sahona kelin’i - Culture sur brûlis / culture
MANTELLIDAE haraldmeieri Harald Meyer remuant
- Incendies délibérées
REPTILES
Gravement Testudines - Geochelone radiata
Sokake, sokatra, - Perte d’habitat
menacé TESTUDINIDAE tsakafy - Fragmentation
- Commerce
Menacé Squamata – Paragehyra Antsatsaky - Déforestation
GEKKONIDAE gabriellae - Exploitation forestière
- Culture sur brûlis / culture
remuant
Uroplatus malahelo - Culture sur brûlis / culture
remuant
- Fragmentation
- Déforestation
Vulnérable Squamata – Calumma capuroni Sangorikitaha, - Plantation de forêts
CAMAELEONIDA Tarondro, Tana - Coupe de bois sélective
E
Furcifer balteatus Tambarikosy,
Tanalahy,
Kandrondro,
Taha
Source : CAMP - 2001
ONE/MO/DOC/31/ANO
24

Déforestation

Tableau 17 : Récapitulatif sur la déforestation de 1950 à 1998


Superficie déforestée
Superficie déforestée dans Superficie déforestée sur les
dans les Zones sèches
les zones de transition (ha) Forêts Littorales (ha)
(ha)
15 183 117 203 3 280
Source : Rapport sur l’Etat de l’Environnement Anosy,

Tableau 18 : Evolution de la couverture forestière (en Ha)

Types des écosystèmes Année Amboasary Atsimo Betroka Taolagnaro Total


Forêts denses sèches 1993 198 283,27 2 217,92 3 636,90 204 138,09
2000 196 423,28 401,64 3 190,06 200 014,98
Forêts denses humides 1993 19 657,84 8 060,18 199 462,62 227 180,64
2000 18 023,09 6 888,79 185 522,72 210 434,59
Peuplement eucalyptus 1993 1 302,38 1 302,38
2000 1 218,63 1 218,63
Total 1993 217 941,12 10 278,10 204 401,89 432 621,10
2000 214 446,37 7 290,43 189 931,41 411 668,21
Source : ONE (Traitement d’image landsat 7 1993 et 2000 - 2006

Le taux de déforestation entre 1993 et 2000 est de 4,84%


ONE/MO/DOC/31/ANO
25

Carte 1 : Evolution de la couverture forestière


ONE/MO/DOC/31/ANO
26

III.1.3- REPONSES

Pour remédier les dégâts causés par les sources de pressions annoncées auparavant, les points suivants
méritent d’être énumérés :
L’augmentation de la superficie des aires protégées et renforcement des réglementation en
vigueur

L’engagement remarquable de plusieurs associations et d’ONGs oeuvrant dans le domaine de


l’environnement renforce la conservation et la préservation des écosystèmes présentes dans les APs.

Tableau 19 : Sites Potentiels dans la région de l’Anosy


Superficie
No. Nom de Site District Communes approximative Caractéristiques
(en ha)

Andranobory, Tanandava,
Fort Dauphin,
1 Ankodida (2005) Ankariera- Bevilany, 10,826 Foret Sèche
Amboasary
Amboasary ville, Behara,

Sarisambo, Analapatsy,
Ambatotsirongorongo
2 Fort Dauphin Manambaro, Ranopiso, 700 Foret de transition
(2005)
Ankaramena
Petrika (Richesse en
biodiversité, destruction de
la partie nord- ouest par le
3 Fort Dauphin Manambaro, Sarisambo 170 Forêt littorale
charbonnage), la partie
sud-est en bon état)

Ampasy, Nahampoana,
4 Mandena (2005) Fort Dauphin 230 Forêt littorale
Mandromondromotra

5 Sainte Luce (2005) Fort Dauphin Mahatalaky 450 Forêt littorale

Iabakoho, Ampasimena,
Massif Vohimena
6 Bevoay, Ranomafana, Forêt humide
(Tsitongabarika 3)
Manantenina
Analamary, Ampasimena, 48,930
7 Analamary Ampasimena Fort Dauphin
Soavary

8 Corridor Ampasimena

Esaka
Ivondro, Fenoevo
Ambatoabo, Ankariera,
Fort Dauphin, Ranopiso, Ankaramena,
9 Parc National Andohahela 76,020 Foret humide
Amboasary Manambaro, Mandiso,
Enaniliha, Enakarahaut,
Ranomafana, Magnevy,
Maromby, Tranomaro, Behara
Behara, Tranomaro
10 Behara Tranomaro (2006) Amboasary- Sud 8,000 Fourrée
Ifotaka Behara

11 Sud-Ouest Ifotaka (2006) Amboasary Ifotaka 9,683 Fourrée

Nord Ifotaka (2005) Sud Fourrée

Ekintso Ouest Tranomaro


12 Amboasary-Sud Ebelo Tranomaro 6,380 Fourrée
(2006)
Anadabolava (Degradation
partie nord, partie
Tsivory, Tranomaro, Mahaly,
13 defrichee, richesse en Amboasary-Sud 7,580 Fourrée
Marotsiraka, Eloty
biodiversite, besoin en
reboisement)
ONE/MO/DOC/31/ANO
27

Superficie
No. Nom de Site District Communes approximative Caractéristiques
(en ha)

14 Tsitondroy Amboasary-Sud Mahafaly 5,000 ha Fourrée

15 Ampasimamitaka Betroka Sakamahily 2,000 ha

16 Tsikoroka Betroka Isoanala 2,000 ha

Corridor entre parcelle 1 et


17 Fort-Dauphin Ambatoabo, Ankariera 30,000
2 Andohahela (2006)
Analamary (biodiversite,
exploitation forestiere
18 auparavant, site Betroka Ambalasoa 1,500
touristique, exploitation
miniere)
Corridor PN Andohahela-
PN Midongy du Sud
19 Fort- Dauphin Ranomafana- Ampasimena
(richesse en habitat,
biodiversite)
Andranobory- Ranopiso,
20 Ambohitrandriana Fort- Dauphin
Analapatsa
Sources : PACT :MISONGA – Taolagnaro – Novembre 2005

La valorisation, la préservation de la Biodiversité et la promotion de l’écotourisme

Les circuits écotouristiques


A part le tourisme balnéaire, les activités de l'écotourisme constituent une attraction considérable pour
les visiteurs de la région de Fort Dauphin.
Citons entre autres la Réserve privée de Berenty de renommée mondiale, le "domaine de la cascade",
la Réserve de Nahampoana, la forêt de Mandena, le jardin de Saïdi, etc.
L'influence des touristes dans la région et le réel intérêt que portent ces derniers à la nature incite les
opérateurs touristiques à la création de ces aires naturelles valables pour de telles visites.

L’exploitation rationnelle de bois de construction et de bois d’œuvre


Plusieurs espèces issues des forêts humides et des forêts sèches sont exploitées comme bois de
construction et bois d’œuvre. Outre les demandes locales, les villes de Fort-dauphin, d’Amboasary et
d’Ambovombe sont les lieux d’écoulement des produits. Parmi les espèces exploitées, en voici
quelques exemples :
Forêt humide : Dalbergia sp, Eliea articulata, Capurodendron sp, Leptolaena pauciflora, Evodia
floribunda, Eugenia jambolana, Dombeya sp, Canarium sp, Ocotea sp, diverses espèces de palmier
Forêt sèche : Alluaudia procera, Cedrelopsis grevei, Dombeya sp, Diospyros sp, Terminalia sp. Les
deux espèces, Tetrapterocarpon geayi, Cordia varo, sont utilisées pour la fabrication de charrette.
Notons que dans les programmes de gestion communautaire lancés depuis un certain temps, une partie
de la forêt est destinée à une exploitation rationnelle.

La collecte de plantes médicinales


La population rurale utilise plusieurs espèces de plantes médicinales. Dans les zones sèches en
particulier, plus de 90% des plantes entrent dans la pharmacopée locale.

A Fort-dauphin, l’exportation de la pervenche, le Catharantus roseus (Apocynaceae), constitue la


principale activité de la société Pronatex. Cette plante qui abonde dans les jachères est collectée dans
plusieurs villages de la région. Ce qui constitue une source de revenu supplémentaire pour la
population.
ONE/MO/DOC/31/ANO
28

Carte 2 : Les sites potentiels de conservation

La collecte d’autres produits


Des collecteurs de graines de Dypsis decaryi (lafa), une espèce utilisée comme plante ornementale,
existent dans la zone de Ranopiso. Une partie de ces produits est destinée à l’exportation.
ONE/MO/DOC/31/ANO
29

L’huile de Dilobeia thouarsii (hovao), extraite à partir de ses graines, est très appréciée par la
population rurale de la zone est de la région de l’Anosy. Cette huile comestible est parfois
commercialisée dans les marchés locaux.

Préservation des coutumes favorisant la conservation des espèces

™ Représentations et croyances sur les forêts


La forêt est perçue, par les populations locales, comme le lieu où habitent de nombreuses formes
d’esprits anonymes. Selon un Ombiasa, devin guérisseur du village d’Ampasy-Nahampoana, les
esprits habitent des lieux spécifiques : des grottes, des arbres de grosse taille (nato, rotsy,
voakarepoky), l’eau (des rivières). Ces endroits sont donc devenus des lieux de culte : on y dépose des
pièces d’argent pour le « tromba », ou « helo », ou des offrandes pour d’autres raisons. Ils doivent être
traités avec respect : on ne doit pas y uriner, ni y déféquer, ni y avoir de relations sexuelles.
Les Antanosy enterrent leurs morts dans la forêt. De ce fait, elle est le domaine des morts et des
ancêtres.

Idéalement, la forêt se trouve à l’Est du village; dans ce cas, on se tournera vers elle pour prier. Cela a
été abordé lors de la consultation publique au village de Loharano, à l’Est duquel se trouve la forêt de
Petriky. Par contre, les villages d’Ambovo et d’Ampifinala ne voient dans cette forêt qu’un intérêt
économique, car pour eux elle est située à l’ouest.

Sur le plan culturel, la forêt joue donc un rôle fondamental car elle abrite de nombreux lieux sacrés.

™ Les usages des forêts comme parcs à boeufs


La forêt est utilisée comme parc à bœufs, les villageois y conduisent leurs zébus durant la saison
sèche. Ils appellent ces parcs naturels tôtsañomby. Ceux d’Ampasy-Nahampoana et d’Añalambendra
utilisent les forêts d’Anjio et la périphérie d’Ambavarano, d’Antsitokotoko, de Mahazoala, de
Maroamalo et d’Esoavoñy. Les habitants d’Andrakaraka amènent leurs bœufs dans les forêts de
Maroamalo et de Soavoñy, Ceux de Mandromodromotra vont dans les forêts d’Anjio, d’Añalatelo,
d’Ambavarano, d’Evatovy et d’Amborokakondro. Les villageois d’Iañandrano et de Mangaiky mettent
aussi leurs troupeaux dans la forêt d’Ankazonitambolo et d’Ambondrombe. Les habitants d’Evatraha
pratiquent le même système, mais entre Evatraha et la presqu’île de Lokaro, dans les forêts
d’Andranopatsa et d’Añalamisivariky, jusqu’à Ampolatsy.

™ Coutumes Antandroy et forêts


Des études menées durant la phase de reconnaissance du Programme"Ala Maiky" pour l’écorégion des
forêts épineuses ont identifiées des opportunités de conservation qui ont des liens étroits avec les
pratiques traditionnelles et religieuses existant dans cette écorégion.
Certaines tribus ne mangent pas des animaux sauvages et ne touchent pas aux forêts sacrées.
Mais pour des raisons d’ordre social ou économique, ces croyances ont perdu leur importance.
La plupart des normes culturelles favorables à la conservation ont perdu du respect. Il en est
de même des règles sociales traditionnelles qui ont régi les forêts sacrées et les forêts
interdites.
Dans les coutumes traditionnelles Antandroy, la consommation de certains animaux et le
défrichement de certaines zones sacrées sont interdits. Les règles qui régissent cette société
peuvent être appliquées pour régulariser la gestion des ressources naturelles.
Selon les traditions Antandroy, les forêts peuvent être classées en quatre catégories :
• Les forêts habitées par des esprits (« Antambahoaky », « Kokolampo », « Doany »).
Généralement, ce sont des forêts de montagne. Parmi les esprits de forêts on peut
mentionner les kokolampo. Ces kokolampo sont des esprits invisibles qui peuvent
posséder certaines personnes, plus particulièrement les vieux gens. Ces esprits
imposent le respect des coutumes aux possédés. En effet, les vieilles personnes
peuvent observer ces coutumes. Les gens possédés par ces esprits aiment utiliser les
ONE/MO/DOC/31/ANO
30

produits de la forêt tel que le miel, par exemple. De là donc l’hostilité des kokolampo
à la destruction des forêts là où ils habitent.
• Les forêts « tabous » parce qu’ils sont des lieux d’enterrement,
• Les Forêts où on cache les reliques. A la mort d’un détenteur de reliques, on cache ces
reliques dans une grande forêt jusqu’à ce qu’un nouveau détenteur soit désigné dans
cinq, six ou même huit ans. Désormais cette forêt devient taboue.
• Les forêts qui sont devenues des endroits de culte « tany fisolohoa ». Certains
endroits, où on a fait des cultes, deviennent sacrés. La caractérisation de ces endroits
et les raisons du passage de leur statut à celui de sacré sont encore à approfondir

Le renforcement de ces traditions et de ces croyances contribuerait à une bonne


gestion de l’environnement.

Le transfert de gestion des ressources à la communauté


Tableau 20 : Situation du transfert de gestion
District Commune Village Ressources Type Statut Superficie Type de Objectif
ressource (ha) transfert de
gestion
Tolagnaro Fanjahira Reboisement Station 69,00 INC Conservation
d'Eucalyptus forestière
Fanjahira Reboisement Station 242,00 GELOSE Conservation
d'Eucalyptus forestière
Fanjahira Reboisement Station 64,00 GELOSE Conservation
d'Eucalyptus forestière
Fanjahira Reboisement Station 252,00 GCF Conservation
d'Eucalyptus forestière
Fanjahira Reboisement Station 116,00 GELOSE Conservation
d'Eucalyptus forestière
Fanjahira Reboisement Station 140,00 GELOSE Conservation
d'Eucalyptus forestière
Tsitongambarika Forêt dense Forêt 19,00 GCF Conservation
humide domaniale
Fanjahira Reboisement Station 156,00 GELOSE Conservation
d'Eucalyptus forestière
Tsitongambarika Forêt dense Forêt classée GCF Conservation
II humide
Ifarantsa Andanivato Andanivato Forêt Dense Forêt classée 950,00 GCF Conservation
Soanierana Andranara Andranara Forêt Dense Forêt classée 1 224,00 GELOSE Conservation
Soanierana Manatantely Manatantely Forêt Dense Forêt classée 1 500,00 INC Conservation
Enato FC Forêt Dense Forêt classée 250,00 GCF Conservation
Tsitongambarika
Mahatalaky Farafara Farafara Forêt Dense Forêt classée 1 250,00 GELOSE Conservation
Ampasy- Ampasy- Ampasy- Forêt Dense Forêt classée 450,00 GPF Conservation
Nahampoana Nahampoana Nahampoana
Ifarantsa Ivolo Ivolo Forêt Dense Forêt classée 400,00 GPF Conservation
Isaka Ivondro Tamboro Tamboro Forêt Dense Forêt classée 1 200,00 INC Conservation
Ampasy- Ambaniala Ambaniala Forêt Dense Forêt classée 700,00 GELOSE Conservation
Nahampoana
Anka- Anka- Forêt Dense Forêt classée 800,00 GCF Conservation
Maromaniry Maromagniry
Mahatalaky Mahialambo Mahialambo Forêt Dense Forêt classée 750,00 GCF Conservation
Mandromondromotra Lac Antananolo Lac GELOSE Conservation
Source : RESOLVE, 2004
ONE/MO/DOC/31/ANO
31

III.1.4- BILAN ENVIRONNEMENTAL


Anosy dispose des richesses endémiques en biodiversité, des Aires Protégées, des réserves spéciales. Des actions en faveur de leur protection et de leur valorisation sont
constatées à travers l’existence des organismes tels que l’ANGAP, CI, GTZ, CIRAD, PSDR, ANAE, ONUDI, CIREEF, WWF, SAGE …et des afflux des touristes dans
les AP ne cessent d’augmenter et entraînant ainsi des améliorations de revenus des populations riveraines.
Ces atouts recèlent pourtant des faiblesses notamment en matière de l’insuffisance des contrôles et de l’application des lois forestières, de l’incidence des TAVY et des
feux de brousse, de l’insuffisance d’éducation environnementale des populations locales, de l’exploitation illicite de la biodiversité, de l’exploitation abusive et
irrationnelle des énergies bois…

Compte tenu de ces situations, la tendance est actuellement à l’augmentation des superficies des sites de conservation conformément à la déclaration de Madagascar à
Durban et à ses engagements sur la Convention sur la Diversité Biologique, à la multiplication des organismes privés pour la protection et la valorisation de la
biodiversité, l’utilisation des instruments de gestion des ressources naturelles à travers les transferts de gestion aux communautés de base (GELOSE, GCF)

FORCE FAIBLESSE TENDANCE


Valorisation de la biodiversité et de Incidence du Tavy et des feux de brousse Création des 18 futures Aires Protégées
l’écotourisme: Exploitation illicite : collecte et chasse des conformément à la déclaration de Durban et
- Existence de corridor forestier dans la espèces endémiques faunistiques et l’engagement pris par Madagascar dans la
région. floristiques de la région convention de diversité biologique
- Gestion rationnelle des ressources Exploitation massive de la biodiversité Augmentation des organismes privés et des
naturelles dans les Aires Protégées pour subvenir aux besoins d’énergie, de investissements oeuvrant à la protection et
- Sensibilisation des villageois pour la construction, d’usage médicinal la conservation de la biodiversité
maîtrise des feux sauvages et la gestion des Emploi des feux pour le renouvellement de Promotion des transferts de gestion des
feux de végétation pâturage; ressources naturelles aux communautés de
Existence de nombreux Organismes base (GELOSE/GCF)
d’appui, ONGs, projets et programmes qui
interviennent dans le domaine de la
conservation et la protection de
l’environnement : GTZ, CIRAD, PSDR,
ANAE, ONUDI, CIREEF, WWF, SAGE
ONE/MO/DOC/31/ANO
32

III.1.5- OBJECTIFS DE REFERENCE

Les objectifs de référence en matière de biodiversité suivants serviront de guide à la région pour la
mise en place de ses prescriptions environnementales déduites du bilan évoqué supra :
Engagement par rapport aux principales conventions internationales sur
l’Environnement
- La convention Africaine sur la conservation de la Nature et des ressources naturelles (Alger,
1968) qui a été ratifiée par Madagascar en 1970 et visant à promouvoir la préservation et
l’utilisation durable de la faune et de la flore par l’élaboration des réglementations sur la pêche
et la chasse.
- La CITES (Washington, 1973) dont Madagascar en est membre depuis 1995. Cette convention
a pour principe la protection de la faune et de la flore contre la surexploitation commerciale
par la mise en place de permis d’exportation et d’importation.
- La convention sur la Diversité Biologique (Rio, 1992) qui a été ratifiée par Madagascar en
1995. Cette convention reconnaît la souveraineté nationale des ressources naturelles et
encourage la coopération internationale pour la gestion des ressources génétiques et naturelles.
- Congrès Mondial des Aires protégées (Durban, Afrique du Sud) en Septembre 2003 où
Madagascar a pris l’engagement de tripler la superficie des Aires Protégées actuelles en
l’augmentant à 6.000.000 d’ha dans cinq ans et en référence aux catégories des aires protégées
de l’IUICN.
Politiques nationales
PNAE :
Le Plan d’action national environnemental visant l’adoption par les populations de modes de gestion
durable des ressources naturelles renouvelables et de conservation de la biodiversité et la pérennisation
au niveau national de la gestion des ressources naturelles et environnementales Le programme vise
plus particulièrement, la gestion durable des forêts et la protection des habitats sensibles, comme
l’utilisation des évaluations environnementales font partie des activités prévues pour le PE III.
« Vision Madagascar Naturellement »
L’objectif est la protection et l’utilisation rationnelle et responsable des ressources naturelles pour
promouvoir le développement et pour que Madagascar ait une économie émergente et soit compétitif
d’ici 2020.
Le MAP ou Madagascar Action Plan
Les objectifs du MAP reposent sur les principaux points suivants :
- La bonne gouvernance (la transparence)
- La transformation de l’éducation
- La santé et le planning familial
- L’infrastructure
- Le développement rural (la vulgarisation de la délivrance du titre foncier, l’amélioration de la
production agricole)
- L’économie et le secteur privé
- L’environnement (l’augmentation de 6 millions d’Ha d’ici 2012 la superficie des APs et la
réduction de moins de 200 000 Ha des feux de brousse)
- La solidarité nationale

Les législations et réglementations environnementales


- La charte de l’environnement Loi n°90-033 du 21 décembre 1990 et ses modificatifs qui
définissent les grandes orientations de la politique environnemental Malgache et se propose
comme objectif la préservation et la valorisation de l’environnement dans les politiques de
développement
- Le Décret MECIE qui réglemente les études d’impacts environnementales des projets,
programmes des investissements publics et privés succeptibles de générer des impacts sur
l’Environnement
- Le Code des Aires Protégées ou COAP : Loi n°2001-005 du 11 février qui définit les statuts,
les zonages, la procédure de création, la vocation, la gestion des Aires Protégées du réseau, les
ONE/MO/DOC/31/ANO
33

droits et obligations de l’organisme chargé de la gestion du réseau des aires protégées, les
droits et obligations des tiers, les infractions, la procédure et les pénalités, les actions et
poursuites,les transaction et les Aires protégées hors réseau national ou Aires protégées agrées

- L’arrêté ministériel N°21694/2004 du 11 novembre 2004 relatif à la suspension de toute
activité extractive des ressources ligneuses dans les zones réservées comme les sites de
conservation
- L’arrêté interministériel N°19560/2004 du 18 octobre 2004 portant suspension de l’octroi
de permis minier et de permis forestier dans les zones réservées comme "sites de
conservation"
- Décret n°2002-793 du 07 /08/2002 intégrant la lutte obligatoire des feux de brousses avec
toutes activités de développement des communes
- La gestion contractualisée des forêts (GCF), qui est un processus pour le transfert de la
gestion des forêts de l’Etat : décret 2001-122
- Le décret n° 2001/068 du 24 janvier 2001 fixant les modalités de vente des produits
forestiers saisis ou confisqués
- Le décret n° 2001/1123 du 28 décembre 2001 fixant les modalités de gestion des fonds
forestiers national, provincial et régional.
- Des décrets plus récents réglementent la constitution du VOI (décret 2000-027 du
13/01/00) ainsi que le statut et la fonction des médiateurs environnementaux (décret 2000-028
du 13/01/00).
- L’Arrêté n° 12 703/2000 du 20 novembre 2000 portant création d’un observatoire du secteur
forestier.
- Le décret 2000-122 définit le rôle et le statut des DINA et le statut juridique des VOI.
- L’Arrêté n° 12 702/2000 du 20 Novembre 2000 portant suspension d’instruction de dossier
de demande, de délivrance de permis d’exploitation et de permis de coupe à titre onéreux
- L’Arrêté n° 12704/2000 du 20 Novembre 2000 relatif à l’arrêt de toute activité extractrice de
ressources ligneuses dans les zones sensibles.
- Décret n° 2000/383 du 07 juin 2000 relatif au reboisement.
- L’Arrêté n° 9398/2000 du 5 septembre 2000 fixant la modalité d’application du décret
2000/383
- L’article 10 du décret N° 98-782 du 16 septembre 1998 relatif au régime de l’exploitation
forestière, l’octroi de tout permis minier et de tout permis forestier est suspendu dans les zones
réservées comme sites de conservation
- De l’article 9 de la loi N° 97-017 du 08 août 1997 portant révision de la législation forestière
- La politique forestière par décret 97-1200 et de la loi forestière (pour les ressources
forestières) 97-017
- La loi 96-025 du 30 Septembre 1996, relative à la gestion locale des ressources naturelles et
document de base de la politique TGRNR,
- Loi 94-007 sur les compétences des collectivités décentralisées

Politiques régionales
- Prise en compte dans le PRD de la région de l’Anosy du secteur environnement.
- Vision Horizon 2009 de la région d’Anosy : Verte et Attractive, Riche et Equitable
Politiques locales
- Mise en place de dispositifs de prévention contre les feux de brousse et de végétation au
niveau des communes par le droit coutumier : DINA.
- Mise en place des programmes de reboisement régional
ONE/MO/DOC/31/ANO
34

III.2- LES POLLUTIONS ET LA QUALITE DES MILIEUX

III.2.1- ETAT

III.2.1.1- Air
Les émissions des gaz polluants sont dues essentiellement à la fumée résultant des pratiques des feux
de brousse et du Tavy
Tableau 21 : Feux de brousse/ Surface brûlée dans la région Anosy
Commune Tanety (ha) Forêts naturelles (ha) Sites de reboisement (ha)

Ranopiso 300 42 80
Soanierana 120,5 16 35
Ampasy 430 72 53
Mandromondromotra 700 30 15
Mahatalaky 210 35 2
Ambatoabo 150 67 -
TOTAL 1910 262 185
Source : Schéma de Développement Régional, phase 3 - Rapport sur l’Etat de l’Environnement Anosy 2003

Tableau 22 : Nombre de ménages utilisant le charbon de bois et le bois de chauffe (1999)

Charbon Consommation Bois de chauffe Consommation annuelle


annuelle (t/an) (t/an)

Taolagnaro 41 843 (88%) 8 374 5 706 (12%) 2499

Zones 34 634 (10%) 3792 311 702 (90%) 136 525


périphériques

Total 76 477 (19%) 21166 317 408 (81%) 139 025


Source : REER Anosy – 2003

III.2.1.2- Eaux

Eaux du réseau JIRAMA


Pour les quatres (04) villes qui disposent d’un réseau JIRAMA, des analyses microbiologiques sont
faites régulièrement pour assurer la qualité des eaux du réseau.
Les eaux distribuées par la JIRAMA sont préalablement traitées par des procédés classiques de
clarification et à l’hypochlorite
Les résultats consultés sur les analyses des échantillons prélevés à Betroka, Taolagnaro, Amboasary et
Manambaro ont tous montré des concentrations inférieures à une unité (concentration <1) pour les
quatre paramètres analysés :

Coliformes totaux à 37 °C-24 H/100 ml ;


Coliformes thermotolérants (44 C) / 100 ml ;
Streptocoques Fécaux/ 100 ml ;
Anaérobies sulfito-réducteurs/ 20 ml.

Les eaux étudiées ont été celles utilisées pour l’approvisionnement des villes suivantes : Taolagnaro,
Manambaro, Amboasary, Betroka. Les analyses microbiologiques et physico-chimiques ont porté
aussi bien sur les eaux brutes que sur les eaux traitées.
Sur les 136 analyses effectuées, huit (08) cas de valeur hors-norme ont été identifiés dont cinq (05) sur
des eaux brutes et trois (03 sur des eaux traitées.
Résultats d’Analyses Microbiologiques
Analyses sur des bornes fontaines
ONE/MO/DOC/31/ANO
35

Tableau 23 : Résultat d’analyse des échantillons d’eau à la sortie des bornes fontaines
Lieu de prélèvement Escherichia coli/100ml d'eau Degré de contamination
BF Ambinanikely <1 non contaminé
BF Amboanato 1 <1 non contaminé
BF Amboanato2 <1 non contaminé
BF Amparihy <1 non contaminé
BF Ampotatra <1 non contaminé
BF Esokaka <1 non contaminé
BF Tanambao <1 non contaminé
Sources : Care International

Qualité des Eaux Souterraines


Résultats d’étude de QMM à Mandena :
- Hormis la couleur, la turbidité et la teneur élevée en fer, les qualités physico-chimiques de
l’eau sont acceptables,
- Etant donnés que les engrais et les herbicides ne sont pas d’usage courant, les
concentrations en pesticide dans les eaux sont pratiquement nulles.

III.2.1.3- Sols
Les types de sols rencontrés

Cas des districts Taolagnaro et Amboasary sud


(Source : Schéma de développement régional Anosy Phase 3)

Sols sur gneiss : Il est constitué à plus de 90% d’affleurements rocheux. On y observe en effet une
couche d’altération très mince. On le rencontre sur les hauts reliefs métamorphiques et magmatiques
des chaînes anosyennes
Sol beige sur gneiss : C’est un sol de couleur beige, à texture argilo-limoneuse à limono-argileuse et à
structure massive. Il est cohérent et perméable.
Sols rouges à jaunes rouges sur gneiss : Ce sol est de couleur rouge de texture limono-sableuse à
argilo- sableuse. Il possède un bon degré de structuration. Il est cohésif et peu perméable. La capacité
de rétention d’eau est moyenne. Il est moyen en bases échangeables. La capacité d’échange et la
saturation sont moyennes. Il est moyennement acide. On trouve ce type de sol sur les moyennes et
basses collines de l’Ouest et sur les reliefs métamorphiques.
Sols rouges à jaunes rouges sur gneiss : Ce sol est de couleur rouge, de texture limono-sableuse. Il
possède un bon degré de structuration. Il est cohésif et peu perméable. La capacité de rétention d’eau
est moyenne. Il est moyen en bases échangeables. La capacité d’échange et la saturation sont
moyennes. Il est moyennement acide. On trouve ce type de sol sur les moyennes et basses collines de
l’Ouest et sur les reliefs métamorphiques.
Sols rouges à jaunes rouges sur granites : C’est un sol de couleur rouge ou jaune, de texture limono-
argileuse et à structure massive. Il est très cohésif et peu perméable. La capacité de rétention d’eau est
très élevée. Il est très faible en base échangeable. La capacité d’échange est très forte et le taux de
saturation faible. Il est extrêmement acide. On trouve ce type de sol sur les parties couvertes de forêts
de la chaîne anosyenne
Sol de basses collines sur gneiss : C’est un sol jaune, de texture argilo-sableuse et argileuse et de
texture polyédrique. Il est cohésif et peu perméable. Il présente un horizon humifère. Il est pauvre en
bases inchangeables. La capacité d’échangeable est moyenne et le taux de saturation est faible. Il est
très acide. Il est sous savane dans les vallées intercollinaires. On trouve ce type de sol dans la cuvette
de Ranomafana.
Sol à inondation totale temporaire : C’est un sol de couleur brun foncée noirâtre, caractérisé par un
humus bien marqué. Il est riche en bases échangeables. La capacité d’échange est très forte en horizon
humifère et le taux de saturation est très faible en surface et fort en profondeur. Il est moyennement
ONE/MO/DOC/31/ANO
36

acide. Il est sous savane dans les vallées intercollinaires. On trouve ce type de sol dans la cuvette de
Ranomafana.
Les argiles latéritiques : Qui sont essentiellement des sols climatiques, se trouve presque entièrement
sur des roches cristallines et métamorphiques du socle précambrien. Les sols latéritiques sont trouvés
beaucoup plus rarement sur la plupart des roches volcaniques récentes.
Le tchernoziome (sol noir très riche en humus) : Se trouve au fond des vallées dans l’Androy et la
région sédimentaire de l’ouest où ils proviennent de basaltes (les rhyolites sur les parties hautes n’en
produisent pas). Ce sont des sols relativement riches, qu’ils soient boisés ou dénudés.
Sols rougeâtres des régions semi-arides : Notamment les sables silicatés colorés par des hydroxydes
de fer (ils ne sont pas forcements stériles). Ce type de sol se trouve dans la zone Sud.
Carapace argilo-sableuse : souvent très épaisse peut être soit un sol soit une formation géologique
superficielle selon les circonstances, elle couvre des grandes surfaces de roches variées spécialement
des grés ou leur voisinage. Ce type de sol se trouve sur le littoral de la région.
Il existe sur la carte des complexes et des associations de sols qui sont formées par d’au moins deux
types de sols :
Sol ferrugineux tropical + lithosol sur gneiss, sur calcaire et sur granite : Elle se localise dans la
région de Marovitsika, au Nord et au Nord Ouest de la région.
Sol d’érosion lithosol sur gneisso-granite + carapace calcaire : Elle occupe une immense surface
dans la région métamorphique, à l’Ouest de la région.
Sol ferralitique de pente érodé + sol hydromorphe peu humifère : Elle se rencontre autour de la
cuvette de Ranomafana et sur quelque pentes de la chaîne anosyenne.

Fertilité du sol

Tableau 24 : Perception de l’évolution de la fertilité des rizières au niveau de la Région Anosy


(1990 – 2001) / Nombre de Communes par catégorie d’évolution concernée
Nombre de Communes où :
District La Fertilité des Les Rizières sont La Fertilité
rizières s'est devenues moins n'a pas Les rizières sont
dégradée fertiles changé devenues plus fertiles
Amboasary 2 4 3 5
Betroka 17 2 1
Taolagnaro 2 7 9 6
TOTAL 4 28 14 12
Source : traitements des résultats d’enquêtes du Projet ILO - 2001

Tableau 25 : Evolution de la fertilité des tanety au niveau de la Région Anosy (1990 –


2001) / Nombre de Communes par catégorie d’évolution concernée
Fertilité Total
tanety devenues Fertilité tanety tanety devenus
District tanety s'est Communes
moins fertiles n'a pas changé plus fertiles
dégradée enquêtées
Amboasary 7 6 1 14
Betroka 5 6 9 20
Taolagnaro 3 4 17 24
Source : traitements des résultats d’enquêtes du Projet ILO

III.2.1.4- Déchets

Les trois Chefs lieu de district ont tous des problèmes de matériels et d’infrastructures pour la gestion
des déchets solides. Ainsi, une grande quantité des déchets est jetée à l’air libre. Les parties collectées
ONE/MO/DOC/31/ANO
37

par les Communes sont jetées dans des décharges publiques sans aménagement particulier. Les risques
sur les nappes phréatiques ne sont donc pas à écarter.

Plusieurs Entreprises de Taolagnaro disposeraient de leurs déchets via des ententes avec des
opérateurs privés qui en font la collecte sans toutefois faire l’objet d’une gestion et d’un contrôle quant
aux lieux de dépôts des déchets

A Taolagnaro, en moyenne, 12 mètres cube d’ordures ménagères sont quotidiennement collectées et


transportées à la décharge par le Service Voirie (avant 2003)

Tableau 26 : Quantité de déchets ménagers à Taolagnaro


Quantité produite/jour Quantité totale Déchets collectés
quotidienne (2003)
Moyenne 20 l /ménage /jour 180 m3.
Habitat précaire 250 g / hab / j De ces 180 m3 sont
exclus le volume des
Habitat économique 400 g/hab/j
déchets générés par les 27 m3 / j
Habitat villas 800 g/hab/j établissements
commerciaux et
publics tels les écoles
et les hôpitaux
Source : étude HYDROPEOJECTI/SAFEGE, cité par L. Boulet dans « Plan d’urbanisme directeur provisoire de la
Commune Urbaine de Fort-Dauphin », 2004.

Tableau 27 : Les déchets ménagers à Betroka


Nbre Matériels Effectif
Quantité Lieu de décharge Mode de gestion de la
quartiers utilisés par personnel
Produite finale décharge finale
desservis communes Voirie
07 Brouettes, 03 Antanimanga Ni aménagement ni
angady, gestion particuliers
râteaux
Source : C.U Betroka

Tableau 28 : Récapitulatif de la situation des déchets dans les chefs lieux de District
Désignation Quantité ; Actuelle destination
Taolagnaro Betroka Amboasary
Quantité
180 m3 nd nd
Déchets produite
ménagers Collectée 27 m3 nd nd
collectés
Le long de la route
Décharge à
Destination communale Lafitsinanana à nd
Antanimanga
08 km de l’aroport
Dans les cours d’eau
Déchets des
Déchets Destinati (déchets des usines de
néant sisaleraies jetés sur le
industriels on poissons) sinon à l’air
Mandrare
libre
Source : Schéma de Développement Régional ; C.U ; JARY ; L. Boulet

III.2.2- PRESSION

III.2.2.1- Air

Il est dû principalement par les pressions d’origine anthropique comme :


La pratique traditionnelle inadéquate des cultures (tavy, feux d’agriculture) ; de l’élevage
(feux de pâturage) et des feux de brousses
ONE/MO/DOC/31/ANO
38

L’augmentation en nombre et pourcentage de ménages utilisant le charbon de bois et le bois


de chauffe

III.2.2.2- Eaux

Pollution des captages d’eau potable


Les captages aussi bien en milieu urbain que rural sont rarement protégés. En milieu rural, les points
d’eau sont précaires et non protégés contre toutes sortes de pollution notamment en période de crue.
Les berges des rivières qui constituent les principaux points d’approvisionnement en eau domestique
sont parfois une aire de défécation. Les eaux des canaux d’irrigation sont à la fois destinées pour
l’abreuvement du bétail et pour l’alimentation humaine.

La pollution des eaux est un problème préoccupant aussi bien dans les zones urbaines que rurales. Les
captages en milieu urbain et rural sont rarement protégés :
♦ En ville, les proximités des lacs captés pour l’approvisionnement en eau s’urbanisent. Les
riverains utilisent les lacs d’approvisionnement pour divers travaux ménagers. Exemple
Lanirano pour Taolagnaro. De même, Les captages principaux dans le bassin de Lakandava ne
sont pas également protégés contre l’intrusion des paysans qui pratiquent la culture sur brûlis à
l’amont immédiat des ouvrages.

En milieu rural, les points d’eau sont précaires et non protégés contre toutes sortes de pollution
notamment en période de crue :
- les berges des rivières qui constituent les principaux points d’approvisionnement en eau
domestique sont également une aire de défécation,
- les eaux des canaux d’irrigation sont à la fois destinées pour l’abreuvement du bétail et
l’alimentation humaine
♦ Aux abords des usines de traitement des sisals et des poissons, les cours d’eau et aquifère
superficiel sont aussi pollués par les rejets des usines de traitement de sisal ou de poissons.
Exemple : sur le Mandrare sont déversés des déchets de sisal (Source : SDR Phase3)

Dans les villes, la pollution est surtout aggravée par :


♦ l’absence (ou carence) de réseau public d’assainissement ;
♦ le déversement des eaux usées ;
♦ l’idée de souillure liée aux excréments qui est profondément enracinée dans la culture des
populations
♦ le rejet des eaux usées sur les chaussées ou dans les caniveaux des eaux de pluies,
♦ le rejet des ordures sur des terrains vagues

En milieu rural, les puits parfois très précaires rencontrent des problèmes de pollution des ressources
en eau. De même, les mares sont souvent polluées par les animaux et deviennent ainsi l’origine de bon
nombre de maladies d’origine hydrique.

Le tableau suivant présente l’importance de la pollution en différents points des plans d’eau dans la
région immédiate de Taolagnaro.

Tableau 29 : Pollution en différents points de plans d’eau de la zone immédiate de Taolagnaro


Escherichia coli/100ml
Lieu de prélèvement Degré de contamination
d'eau
Evatra 1 4 peu contaminé
Evatra 2 200 fortement contaminé
Evatra 3 4 400 fortement contaminé
Evatra 4 100 peu contaminé
Evatra 5 26 peu contaminé
Lac Ambinanikely 3 300 fortement contaminé
Lac Amparihy 1 200 fortement contaminé
Lanirano 1 60 peu contaminé
ONE/MO/DOC/31/ANO
39

Escherichia coli/100ml
Lieu de prélèvement Degré de contamination
d'eau
Lanirano 2 19 peu contaminé
Lanirano 3 4 peu contaminé
Lanirano 4 0 non contaminé
Libanona 1 0 non contaminé
Libanona 2 0 non contaminé
Libanona 3 4 peu contaminé
Libanona 4 8 peu contaminé
Libanona 5 0 non contaminé
Plage Ambinanibe 0 non contaminé
Plage Ambinanikely 8 peu contaminé
Plage Ampotatra 1 4 200 fortement contaminé
Plage Ampotatra 2 20 peu contaminé
Plage Bazaribe 1 0 non contaminé
Plage Bazaribe 2 200 fortement contaminé
Port 1 13 300 fortement contaminé
Port 2 12 peu contaminé
Source : Care International, 2001

Pollutions marines
Les pollutions marines sont générées par les faits suivants :
- Insuffisance de système adéquat d’évacuation des eaux usées et pluviales
- Réticences d’ordre culturel d’une partie des citoyens à utiliser systématiquement les latrines
- Pollution du aux épaves

III.2.2.3- Sols
Les principaux problèmes de la région Anosy sont incontestablement la déforestation. Ce phénomène
est surtout provoqué par l’expansion des limites des pratiques agricoles, caractérisé par le brûlage dans
le but de défricher des nouveaux terrains. Ci- dessous, le tableau montrant l’incidence des Tavy et le
taux de déforestation dans la région.

Incidence des Tavy

Tableau 30 : Incidence des tavy dans les zones hors aires protégées
Taux de
Superficie forêt Superficie forêt Défrichement
Nom défrichement
1993 en Ha (t0) 2000 en Ha (t1) en Ha (t0-t1)
(t0-t1)/t0
FORETS CLASSEES DANS LES FORETS DENSES HUMIDES

Tsitongambarika 34 452 28 828 5 624 11,57%

Tableau 31 : Incidence des Tavy dans les Aires Protégées


Taux de
Superficie forêt Superficie forêt Défrichement
Nom défrichement
1993 en Ha (t0) 2000 en Ha (t1) en Ha (t0-t1)
(t0-t1)/t0
PARC NATIONAL
Andohahela 55 559 55 362 197 0,35%
Source : ANGAP. Ce tableau a été obtenu à partir de l’analyse de l’évolution de l’occupation du sol dans les Aires protégées
(comparaison Landsat 5 et Landsat 7 (2000) par superposition - traitements numériques)

Feux de brousse
ONE/MO/DOC/31/ANO
40

Tableau 32 : Evolution de la superficie incendiée dans la région Anosy (ha)


Nature du terrain brûlé
Nombre de
District Commune Année feux Forêts Sites de
constatés Tanety (Ha) naturelles reboisement
(Ha) (Ha)
Taolagnaro Ranopiso 17 300 42 80
Soanierana 8 120,5 16 35
Ampasy 11 430 72 53
Mandromondromotra 6 700 30 15
Mahatalaky 4 210 35 2
Ambatoabo 7 150 67 -
Betroka 2002 0,5 150 0,5
Betroka
2003 80
2002 10 450
Tsaraitso
2003 305
2002 8 300
Naninora
2003 201
2002 6 550 0,5
Ambalasoa
2003 400
2002 7 600 2,5
Jangany
2003 758,5
2002 5 400
Andriandampy
2003 400
2002 4 350
Beampombo I
2003 723
2002 7 450
Benato Toby
2003 300
2002 5 200
Iaborotra
2003 520
2002 8 500
Ianakafy
2003 460
2002 4 250
Analamary
2003 160
2002 6 300
Mahasoa Est
2003 250
2002 8 400
Ivahona
2003 400
2002 6 550
Mahabo
2003 480
2002 7 100 2
Ianabinda
2003 682
2002 5 300
Bekorobo
2003 120
2002 6 350
Nanarena
2003 800
2002 5 250
Isoanala
2003 350
2002 6 350
Beampombo II
2003 250
Ambatomivary 2002 4 400
ONE/MO/DOC/31/ANO
41

Nature du terrain brûlé


Nombre de
District Commune Année feux Forêts Sites de
constatés Tanety (Ha) naturelles reboisement
(Ha) (Ha)
2003 260
2002 6 400
Sakamahily
2003 300
Source : Schéma de développement régional phase 3 – CEEF Betroka

Mode d'exploitation des terres


Tableau 33 : Répartition des surfaces cultivées par type de culture en 2001 (en ha)
Sous-préfecture Surface totale Cultures vivrières Cultures de rente Cultures
cultivée industrielles
Taolagnaro 18 525 15 885 2 300 340
Amboasary 29 655 14 800 14 350 505
Betroka 20 200 19 200 0 900
TOTAL REGION 68 380 49 885 16 650 1 745
Pourcentage 100% 72,95% 24,34% 2,55%
Source : Monographie régionale Anosy et Ihorombe (UPDR) 2003

III.2.2.4- Déchets

Parmi les principaux problèmes de la région, on distingue :


La collecte des déchets caractérisée par l’absence de politique au niveau d’une collecte
régulière des déchets et de la vétusté des équipements de collecte : un seul camion assure le
ramassage des ordures de 10.517 ménages des 11 quartiers. (Source : JARY p.14). Ainsi
beaucoup de déchets sont jetés à l’air libre.

La pollution des rejets liquides et déchets solides générée par l’épandage sauvage des déchets
liquides et solides favorisant la pollution des eaux ainsi que les problèmes d’assainissement et
d’insuffisance en infrastructures : rejet et évacuation des eaux usées domestiques sur les
chaussées ; ordures ménagères largement épandues sur les terrains vagues.

La pollution et évacuation des eaux pluviales dûe à l’inexistence ou l’insuffisance de réseaux


d’évacuation opérationnels en milieu urbain. Les exutoires sont constitués par les lacs, les
rivières ou la mer.

La pollution des eaux usées industrielles


L’évacuation des eaux usées provenant d’usines de traitement et de lavage de divers produits
industriels constituent des sources de pollution des ressources hydriques de surface et souterraines.

III.2.3- REPONSES

III.2.3.1- Air
Bien que la pollution de l’air n’est pas encore arrivé en stade alarmant, des préventions de pollution
mérite déjà à être prises en l’occurrence :

Le renouvellement, rétablissement et mise en application effective des lois forestières (texte,


DINA, etc.…)
La mise en œuvre de la Politique d’Energie et de Bois Régional (adaptation du fourneau à la
taille des ustensiles de cuisine ; sensibilisation des populations sur l’usage des Foyers
Economes adaptés aux besoins des services).
ONE/MO/DOC/31/ANO
42

III.2.3.2- Eaux

Des solutions environnementales sont en perspective en ce qui concerne la Région de l’Anosy dont
notamment :
L’adduction en eau potable dans toutes les communes ;
L’intensification des programmes de recherche des ressources en eau ;
Le développement des actions à long terme à partir des points d’eau, associées à une
sensibilisation sur plusieurs années avec comme cible les enfants, afin de surmonter les
tabous ;
La protection des ressources en eau : application du code de l'eau relatif à la protection des
ressources en eau (le périmètre de protection est limité à un rayon de 50 m autour) ;
L’incitation, Education et Communication de la population de base sur la préservation des
plages ;
La recherche des financements pour l’enlèvement des épaves et protection contre les origines ;
La protection des ressources en eau marines par l’application de transfert de gestion des
ressources aux communautés de base (GELOSE marine)

III.2.3.3- Sols

Les points suivants constituent les principales réponses en matière de la conservation de la fertilité du
sol.
La protection des bassins versants
La réhabilitation des réseaux hydro-agricoles
Le transfert de gestion et des techniques agricoles
L’aménagement, le classement et le zonage forestier

Les zones de conservation (Forêts classées, réserves forestières …)

Tableau 34 : Liste des zones de conservation


Assise
Communes Superficie
territoriale Dénomination Date de classement et statuts
concernées (ha)
District
Taolagnaro et Ranopiso Andohahela 76 020 Parc National N°6, décret n°°97-
Amboasary- Behara -" - 1043 du 07/08/97
Sud Ifarantsa -" -
Enambeha -" -
Manevy -" -
Taolagnaro Ampasy- 29 400 Forêt Classée, arrêté n°2240
Tsitongambarika
Nahampoana, MAER/FOR du 04-06-70
Ifarantsa Tsitongambarika 19 530 Forêt Classée, arrêté n°3240
MAER/FOR du 06-11-65
Taolagnaro Ampasy- Mandena 250 28-09-2002, Accord tri-partite
Nahampoana DIREEF, Communes, QMM
Mandromondromotra Arrêtés intercommunaux en
cours
Taolagnaro Ankaramena Taviala 14 800 Forêt Classée, arrêté n°2240
MAER/SE/GREF/FOR/DOM
du 04-06-70
Amboasary- Tsivory Anadabolava 7 580 Forêt Classée, arrêté n°2292
Sud du 25-08-64
Source: Situation forestière à Madagascar et proposition d’actions en vue de son redressement

Divers programmes sur les aménagements, classement et zonage forestier touchant la Région de
l’Anosy sont en cours.
- Plan d’aménagement à vocation de production (madriers, planches, charbon, bois de
construction) au niveau du périmètre de reboisement de Fanjahira. Ce plan contribue à
l’atteinte de l’objectif « réduire la perte de forêt naturelle pour la production de charbon de
ONE/MO/DOC/31/ANO
43

bois et de bois de construction alimentant les centres urbains principaux de l’écorégion


(Taolagnaro, Betioky) » de « la vision biodiversité » du WWF. En effet, parmi une de ses
activités, Fanjahira produit des planches, madriers, bois… et charbons de bois issus de forêts
artificielles pour se substituer à ceux issus des forêts naturelles.
- Zonage forestier en vue de la priorisation pour la conservation de la biodiversité (31 habitats
répartis dans divers écosystèmes ont été inventoriés et 14 priorisés pour la conservation)

Le suivi du programme de reboisement

Tableau 35 : Réalisations de l’association Taratra dans le district de Taolagnaro


Année ou Localisation et
campagne de rattachement Essences utilisées Nombre de plants Type de reboisement
reboisement administratif
2002 - 2004 Magnorira Eucalyptus 4 000 Communautaire
Fararia Eucalyptus 7 000 Communautaire
Androndrona Eucalyptus 5 000 Communautaire
Marofatsy Eucalyptus 5 000 Communautaire
Beromba Eucalyptus 6 000 Communautaire
Marotsiraka Eucalyptus 6 000 Communautaire
Evonjy Eucalyptus 5 000 Communautaire
Eminty Eucalyptus 7 000 Communautaire
Source : Association TARATRA

Tableau 36 : Quelques indicateurs sur le reboisement


Désignation mesures
Proportion de communes ayant fait des actions de reboisement 55,2 %
Reboisements public et privé 7194 ha

Source : Recensement au niveau des communes 2003 ; CIREEF Taolagnaro

L’amélioration des techniques culturales


Tableau 37 : Adoption des techniques culturales. Pourcentage des Communes ayant (0 à 25%)
ou (25 à 50%) ou (75 à 100%) de rizières irriguées par rapport au nombre total des
Communes
Communes où 0 à 25 % Communes où 25 à Communes où 50 à Communes où 75 à
des rizières sont 50 % des rizières 75 % des rizières 100 % des rizières
irriguées sont irriguées sont irriguées sont irriguées
Amboasary Sud 35,7% 7,1% 14,3% 35,7%
(Pourcentage par rapport aux
Communes enquêtées du
district)
Betroka 62,5% 5,0% 10,0% 10,0%
(Pourcentage par rapport aux
Communes enquêtées du
district)
Taolagnaro 83,3% 8,3% 0,0% 4,2%
(Pourcentage par rapport aux
Communes enquêtées du
district)
Région ANOSY 69,0% 6,9% 6,9% 13,8%
(Pourcentage par rapport aux
Communes enquêtées du
district)
ONE/MO/DOC/31/ANO
44

Tableau 38 : Adoption des techniques culturales / pourcentage de Communes où X % des


paysans utilisent des engrais chimiques, X ayant comme valeur 0% ; <5% ; 5-25% ;
25-50% ; 50-75%
Nombre
a 0% <5% 5-25% 25-50% 50-75% Communes
enquêtées
Amboasary Sud 14 57,1% 35,7% 7,1% 0,0% 0,0% 100,0%
Betroka 20 60,0% 20,0% 0,0% 10,0% 10,0% 100,0%
Taolagnaro 24 70,8% 20,8% 8,3% 0,0% 0,0% 100,0%
Région Anosy 63,8% 24,1% 5,2% 3,4% 3,4% 100,0%
Source : traitements des résultats des enquêtes du Projet ILO en 2001

III.2.3.4- Déchets
La mise en conformité environnementale des entreprises existantes, surtout celles déversant leurs eaux
usées sans traitement dans la mer ; l’aménagement de site de décharge pour la gestion des déchets
solides et le suivi du plan d’urbanisme contribuent à l’assainissement de la ville.
ONE/MO/DOC/31/ANO
45

III.2.4- BILAN ENVIRONNEMENTAL


Malgré les efforts déployés par la région en matière de contrôle des feux de brousse et du tavy, de sensibilisation pour le changement de comportements des acteurs, les
incidences de ces pratiques désastreuses persistent. Cette situation exige le redoublement des efforts de la part des organismes spécialisés en la matière sous la
coordination générale de la région.

Quant aux ressources en eau potable, la présence de JIRAMA résout une partie du problème mais le réseau ne couvre pas la totalité des besoins. La tendance actuelle est
donc la promotion d’adduction en eau potable, la gestion de l’entretien des ouvrages, la protection et la gestion des ressources en eau.

Sur le plan de la protection des sols, dégradés par l’ensablement des bas fonds méritent d’être renforcés d’avantage par la promotion des organismes oeuvrant à la
protection des bassins versants et à la couverture végétale, le renouvellement, rétablissement et mise en application effective des lois forestières, le reboisement à des
fins énergétiques etc.

FORCE FAIBLESSE TENDANCE


AIR
Sensibilisation de la population locale La pratique traditionnelle inadéquate des Renforcement des capacités du
sur les conséquences de l’usage du tavy cultures (tavy, feux d’agriculture) ; de Comité local de lutte contre les feux
et des feux de brousse l’élevage (feux de pâturage) et des feux de brousse et les feux de végétation
Renouvellement, rétablissement et mise de brousses Mise en œuvre de la politique
en application effective des lois L’augmentation en nombre et pourcentage régionale d’énergie et de bois
forestières (texte, DINA, etc.…) de ménages utilisant le charbon de bois et
Mise en œuvre de la Politique d’Energie le bois de chauffe
et de Bois Régional :
- Adaptation du fourneau à la taille des
ustensiles de cuisine
- Sensibilisation des populations sur
l’usage des Foyers Economes adaptés
aux besoins des services

Eau
ONE/MO/DOC/31/ANO
46

FORCE FAIBLESSE TENDANCE


Distribution de l’eau par la société Recouvrement en eau potable insuffisant Ravitaillement en eau potable de la
JIRAMA dans les communes par rapport aux besoins de la population population
Adduction en eau potable locale Encadrement pour la gestion des
Intensification des programmes de Insuffisance des dispositifs de protection ressources en eau
recherche des ressources en eau des sources contre les pollutions diffuses Augmentation des projets sur la
Actions à long terme à partir des points Insuffisance de l’action d’information et recherche en eau (puits, etc.)
d’eau, associées à une sensibilisation sur de conscientisation de la population
plusieurs années avec comme cible les Pollution des captages d’eau potable
enfants, afin de surmonter les tabous Insuffisance de système adéquat
Protection des ressources en eau marines d’évacuation des eaux usées et pluviales
par l’application de transfert de gestion Réticences d’ordre culturel d’une partie
des ressources aux communautés de base des citoyens à utiliser systématiquement
(GELOSE marine) les latrines
Pollution du aux épaves

Sols
Bonne qualité du sol favorable à la Pratique des feux de brousses, de Insuffisance des moyens de contrôle
culture végétation, feux de pâturage engendrant la des feux de brousses
Vaste superficie des terres cultivables diminution de la fertilité du sol Renouvellement, rétablissement et
Protection des bassins versants Incidence des Tavy mise en application effective des lois
Réhabilitation des réseaux hydro- Déforestation par zone forestières
agricoles Feux de brousse Reboisement à des fins énergétiques
Transfert de gestion et des techniques Mode d'exploitation des terres
agricoles Evolution des superficies cultivées par
Aménagement, classement et zonage rapport aux surfaces potentiellement
forestier cultivables
Suivi du programme de reboisement
Amélioration des techniques culturales .
ONE/MO/DOC/31/ANO
47

Déchets
Préservation de la propreté publique par Insuffisance et vieillissement des canaux Amélioration du service de la voirie
les communes d’évacuation des réseaux d’égout Création des espaces verts
Amélioration de l’assainissement de la Problèmes sur la collecte des déchets Amélioration du plan d’urbanisation
commune Pollution des rejets liquides et déchets dans les communes
Aménagement de site de décharge pour solides
la gestion des déchets solides Pollution et évacuation des eaux
pluviales ; des eaux usées industrielles
ONE/MO/DOC/31/ANO
48

III.2.5- OBJECTIFS DE REFERENCE


Les objectifs de référence en matière des composantes environnementales air, eau, sols, déchets,
suivants serviront de guide à la région pour la mise en place de ses prescriptions environnementales
déduites du bilan évoqué supra

Conventions internationales
- La convention de New York (1992) sur les changements climatiques, Protocole de Kyoto du 11
décembre 1997 visant à stabiliser les concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère à
un niveau empêchant toute perturbation anthropique du système climatique.
- Convention de Vienne pour la protection de la couche d’ozone et protocole de Montréal relatif à
des substances qui appauvrissent la couche d’ozone ratifiée par Madagascar par le décret N° 96-
321 du 02 mai 1996
- Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification ratifiée par Madagascar par la
loi 96-022 du 04/0996 et le décret 97-772 du 10/05/97
- Convention pour la protection, la gestion et la mise en valeur du milieu marin et des zones
côtières de la région de l’Afrique orientale ou convention de Nairobi (ratifiée par Madagascar le
24-03-98)
Politiques nationales
- Arrêté 6162/2003/MINENV DU 16/04/03 sur la mise en place de l’organe de coordination
nationale en matière de pollution.
- Mise en place de Bureau National Ozone (BNO)
- Arrêté interministérielle n° 6941/2000 du 11/07/2000 fixant les limites d’émission de gaz
d’échappement des véhicules automobiles
- Développement des institutions et cadres réglementaires pour la protection de l’environnement
et la nature
- PNAE et programme environnemental phase III notamment pour l‘atteinte de l’objectif de
mainstreeming environnemental
- Loi n°98-029 du 20 janvier 1999 portant Code de l’eau
- Décret N°2003-940 relatif aux périmètres de protection des points de prélèvement des eaux
- Décret N° 2003/791 portant réglementation tarifaire du Service public de l’eau et de
l’assainissement
- Décret No 2003/792 relatif aux redevances de prélèvement et de déversement
- Décret N°2003-943 relatif aux déversements, écoulements, rejets, dépôts directs ou indirects
dans les eaux superficielles ou souterraines
- Loi n° 97-017 du 8 août 1997 portant révision de la législation forestière. Cette législation
dispose entre autres du régime des défrichements et des feux de végétation
- Décret n° 99-798 du 06 Octobre 1999 portant homologation des agents de lutte biologique et des
bio pesticides et réglementant leur commercialisation et leur utilisation.
Politiques régionales
- Protection et gestion des bassins versants
- Protection des sources
- Prise en compte de la dimension hygiène et épuisement dans tout projet d’adduction d’eau
potable
Politiques locales
- Amélioration du service de la voirie en augmentant le budget alloué
- Promotion de l’intégration de la dimension environnementale dans les plans de développement
régionaux
- Renforcement des modalités des moyens de contrôle des feux de la végétation
- Développement des institutions et cadres réglementaires pour la protection de l’environnement
et la nature
- Développement des institutions et des cadres réglementaires pour la protection de
l’environnement et de la nature
- Arrêtés communaux relatifs aux déchets
ONE/MO/DOC/31/ANO
49

III.3- LES RESSOURCES NATURELLES

III.3.1- ETAT

III.3.1.1- Eau
A- Ressources en eau

Les grands cours d’eau


- Versant oriental de l’Anosy : Manampanihy avec 52 m3/s de débit moyen interannuel et de
débit d’étiage médian à 3 l/seconde/km2 (bilan hydrologique de novembre 1967 à octobre
1969).
- A l’Est, de nombreux cours d’eau qui se jettent dans l’Océan Indien tels Vatomirindry, Bakika
et Vatorendrika.
- Au Sud, l’Efaho et la Fanjahira,. Les caractéristiques de régime sont proches de celles de la
Manampanihy.
- On peut citer aussi quelques petites rivières telles l’Anatisoro, l’Anandrano et la Lanirano qui
forment ensemble le bassin hydrographique du lac Lanirano.
- Zone de l’Androy oriental : le haut Mandrare qui est rejoint sur sa rive gauche par le
Manambolo et le Mananara pour rejoindre l’Océan Indien au sud d’Amboasary.

Les lacs et lagunes


- Mananivo (603 ha) situé à 7 km à l’est de Mandromodromotra et présentant une ouverture
permanente de l’estuaire ; Ambavarano ; Anony ; Lanirano ; Besaroy ; Ambinanikely ;
Andriambe.
- Les mares naturelles sont le plus souvent temporaires.

Les Eaux souterraines


- Nappe aquifère et eaux souterraines d’utilisation très limitée du fait de la difficulté de leur
exploitation
- Sources thermales à Tsivory et Ranomafana
- Nappe aquifère estimée à 240 millions de mètres cube dans la zone de Mandena, zone
d’intervention de QMM
- Puits aménagés ou non en petit nombre (ex : Ampasy, Belamoty, Bezavona).

La mer
- Région ayant accès à l’Océan Indien
- Rivage côtier de 194 km de longueur environ.

B- Consommation en eau
Eau potable
La distribution de l’eau potable est assurée par la JIRAMA, l’usage des bornes fontaines et le captage
dans les rivières ou lacs. Le tableau suivant résume la production de JIRAMA dans les chefs lieu de
District :

Tableau 39 : Récapitulatif de la production JIRAMA dans les Chefs lieu de District


Production EAU JIRAMA (m3)
Amboasary Sud / 2002 36 528
Taolagnaro / 2002 676 148
Betroka / 2004 126 351
ONE/MO/DOC/31/ANO
50

Eau pour les irrigations


Les irrigations concernent les petits périmètres irrigués (PPI) sur 4474 ha de superficie dominée et les
infrastructures hydro agricoles aménagées de 3618 ha. Les surfaces irriguées inventoriées sont donc de
8 092 ha.

III.3.1.2- Sols et espaces


La forêt couvre environ 14% de la superficie totale de la région. Le tableau ci-après présente la
superficie de la couverture forestière selon les types de forêts.

Tableau 40 : Proportion de communes selon les secteurs d’activités


Secteur Proportion des communes
Agriculture 62.8
Pêche 5.2
Service 1.7
Elevage 6.9
Autre 3.5
Total 100.0
Source : INSTAT/Recensement au niveau des communes 2003

Tableau 41 : Rendement moyen et superficie cultivée selon les produits


Produit Rendement moyen Superficie cultivée (en ha)
Riz 2 015 19 937
Maïs 1 800 345
Manioc 8 138 20 438
Haricot 18 000 150
Banane 825 500
Source : INSTAT/Recensement au niveau des communes 2003

III.3.1.3- Energie et matières premières


Le bois demeure la principale source d’énergie de la population. Les énergies nouvelles et
renouvelables telles que l’éolienne et le solaire sont en cours. La consommation en bois énergie est
illustrée dans le tableau suivant :

Tableau 42 : Consommation en bois énergie (CB et BC ) dans la Région de l’ Anosy

Région ANOSY 2000 2005 2006 2007 2008 2009


Consom° CB T / an 8 891 10 869 11 318 12 124 12 671 13 194
Consom° BC T / an 143 206 165 544 170 418 175 621 180 820 186 149
Consom° Ttale
bois énergie T / an 152 097 176 413 181 736 187 745 193 491 199 343
Augmentation T / an 2, 9 % 2, 9 % 2, 9 % 2, 9 %
CB : charbon de bois – BC : bois de chauffe
Source : Annexe 9 p 21 : Projection Cabinet d’études Mazoto, Octobre 2005

Tableau 43 : Coupe en bois énergie ( CB et BC ) dans la Région de l’ Anosy

Région ANOSY 2000 2005 2006 2007* 2008 2009


Coupe Ha / an en CB 1 327 1 622 1 689 1 810 1 891 1 969
Coupe Ha / an en BC 5 344 6 177 6 359 6 553 6 747 6 946
ONE/MO/DOC/31/ANO
51

Coupe bois énergie Ha / an 6 671 7 799 8 048 8 363 8 638 8 915


Augmentation Ha / an 2, 9 % 2, 9 % 2, 9 % 2, 9 %
CB : charbon de bois – BC : bois de chauffe
Source : Annexe 9 p 21 : Projection Cabinet d’études Mazoto, Octobre 2005

Electricité (source : enquêtes Octobre 2 005 et rapport CRD)

La demande en pointe est de 1 200 Kw. La consommation en électricité de toute la ville s’élève à 325
000 Kwh / mois.
Le nombre d’abonnés à la JIRAMA est de 2 880 soit d’après les informations parues dans le PUDI
(CUFD, 2 004) environ 38 % des ménages étaient abonnés au service

Demande en Pétrole lampant

Le pétrole lampant étant destiné pour l’éclairage pour les zones non atteintes par le réseau de
distribution électrique. La consommation est évaluée à 110 à 130 m³ / mois.

III.3.1.4- Mines
La région d’Anosy possède d’énormes potentialités sur le plan minier. De multiples ressources sont
réparties dans les districts : or, saphir, béryl, grenat, améthyste, cristal, zircon, mica, bauxite, ilménite,
etc.

Tableau 44 : Principales zones de potentialité minière


Localisation Ressources Observations
Zone Fort-Dauphin Ilménite (sables minéralisés) Précisément à Mandena, Petriky et Sainte Luce
Granite Près de l’aéroport de Fort-Dauphin
Zone Manantenina Bauxite, béryl et autres pierres
industrielles
Gisement de béryl bleu Notamment à Iabokoho
Zone Amboasary Pierres industrielles, pierres Incidences environnementales sur les sites
précieuses, mica d'exploitation de saphir : présence de
nombreux lavaka non comblés après les
exploitations de saphir (cas de la zone
d’Andranondambo)
Zone Ambatoabo-Ranopiso Gisement de mica
Source : Enquête auprès du Service Energie et Mines Taolagnaro – Novembre 2005

III.3.2- PRESSION

III.3.2.1- Eau
Inexploitation des ressources en eau de façon optimale
Insuffisance et / ou mauvaise desserte des bornes fontaines en milieu rural
Dégradation et problème d’érosion du bassin versant de la source d’eau municipale.

III.3.2.2- Sols et espaces


Problème de sécurisation foncière
Techniques culturales peu performantes.
Ensablement des barrages hydro- agricoles et des canaux d’irrigation.

III.3.2.3- Energie et matières premières


Investissements importants pour l’exploitation d’autres sources d’énergie

Electricité (source : enquêtes Octobre 2 005 et rapport CRD)


ONE/MO/DOC/31/ANO
52

Il n’y a pas de réseau électrique en milieu rural. Le taux d’accès à l’électricité dans le milieu rural est
inférieur à 3 %.

GPL :
Les produits mis en vente sur le marché (bouteille de 9 Kg) ne sont pas à la portée de la bourse des
consommateurs majoritaires. Il en est de même de son prix.

Autre sources d’énergie inexploitées

III.3.2.4- Mines
Exploitation minière non maîtrisée
Exploitation illicites et non contrôlées des produits miniers à différents endroits de la Région.
Absence d’EIE pour les exploitants artisanaux
Collectes de pierres précieuses de manière individuelle, anarchique et non contrôlée.
Pierres industrielles et pierres fines comme les quartzs et les béryls exploitées d’une manière
illicite.

Tableau 45 : Carrés miniers octroyés


District Commune Année Type Nombre Nombre Substances exploitées
d’octroi permis carrés exploitants
Taolagnaro Ankaramena 1965 E 2 1 Mica
Amboasary Tranomaro 1992 E 2 1 Tourmaline-Calcite
Sud
Amboasary Maromby 1995 E 1 1 Saphir-Corindon industriel
Sud
Taolagnaro Mahatalaky, 1996 R 74 1 Ilménite-Zircon-Rutile
Mandromondromotra,
Ampasy Nahampona,
Tolagnaro, Manambaro,
Soanerana
Amboasary Maromby 1997 E 2 1 Saphir
Sud
Amboasary Tranomaro 1999 E 2 1 Mica
Sud
Amboasary Maromby 2001 E 6 1 Grenat-Cordiérite-Saphir
Sud
Amboasary Ifotaka, Ankilikira, 2001 R 77 1 Ilménite-Zircon-Rutile
Sud Sampona, Amboasary
Atsimo, Ambovombe,
Maroalipoty
Amboasary Tranomaro, Maromby 2003 E 15 4 Chrysobéryl-Corindon-
Sud Saphir-Rubis-Mica-Urano-
thorianitine-Grenat-
Cordiérite
Amboasary Tranomaro, Ifotaka, 2003 PRE 8 5 Calcite-Apatite-
Sud Esira, Mahaly, Elonty Tourmaline-Cristal-
Améthyste-Citrine-Jaspe-
Cristal-Cordiérite-
Fluorine-Quartz-Grenat-
Mica-Quartz rose-
Chrysobéryl-Grenat-
Alexandrite-Amazonite-
Cordiérite
Amboasary Maromby, Esira 2003 R 15 2 Chrysobéryl-Grenat-Béryl-
Sud Alexandrite-Spinelle
ONE/MO/DOC/31/ANO
53

District Commune Année Type Nombre Nombre Substances exploitées


d’octroi permis carrés exploitants
Taolagnaro Manantenina, 2003 R 10 1 Bauxite-Monazite-Zircon-
Rutile-Kaolin-Argile
Amboasary Maromby 2004 E 2 1 Chrysobéryl-Corindon-
Sud Saphir-Rubis
Amboasary Amboasary, Mahaly, 2004 PRE 28 9 Quartz-Grenat-Cristal-
Sud Esira, Maromby, Ebelo, Citrine-Tourmaline-Béryl-
Tranomaro, Behara Améthyste-Corindon-
Saphir-Cordiérite-
Wollastonite-Mica
Amboasary Tranomaro, Maromby 2004 R 170 2 Or-Grenat-Citrine-
Sud Améthyste-Jaspe-Cristal-
Fluorine-Corindon-
Apatite-Agate
Amboasary Angebo, Mahaly, 2005 AERP 33 6
Sud Elonty, Marohomby,
Miary, Tsivory
Betroka Mahabo Atsimo, Miary 2005 AERP 3 2
Taolagnaro Ranomafana, Enakara 2005 AERP 4 1
Amboasary Maromby, Tranomaro, 2005 R 69 6 Rubis-Saphir-Béryl-
Sud Esira, Mahaly Tourmaline-Topaze-
Quartz-Or-Amazonite
Source: BCMM, décembre 2005
ONE/MO/DOC/31/ANO
54

Carte 3 : Carrés miniers


ONE/MO/DOC/31/ANO
55

III.3.3- REPONSE

III.3.3.1- Eau
Investissement en infrastructure permettant l’exploitation optimale des ressources en eau
Protection des bassins versants contre l’érosion et notamment à la source d’eau municipale
Etablissement des « Dina » par les membres des Associations d’Usager de l’Eau (AUE).

III.3.3.2- Sols et espaces


Implantation d’un guichet foncier dans chaque commune
Encadrement technique des paysans en matière d’agriculture et d’élevage
Réhabilitation des barrages hydro- agricoles et des canaux d’irrigation
Protection des barrages hydro-agricoles et des canaux d’irrigation contre l’érosion.

III.3.3.3- Energie et matières premières


Mise en place pépinières de reboisement
Promotion de Reboisement
Formation Technique de carbonisation améliorée
Vulgarisation des Foyers Economes
Promotion GPL, PL par des ventes promotionnelles à la portée des bourses des consommateurs

III.3.3.4- Mines
Application des législations et réglementations environnementales et miniers - Suivi et contrôle
des EIE
Mise en conformité des sociétés qui n’ont pas fait l’EIE

Tableau 46 : Dossiers d’Etude d’Impact Environnemental


District Commune N° Nom dossier Type Activités Localisation Date Permis
Dépôt Env.

Tolagnaro Tolagnaro 46 QMM EIE Extraction de sables Mandena 14/05/01 14/11/01


minéralisées (Ilménites)
Ambatoabo 58 ANGAP EIE Réhabilitation piste Ambatoabo 26/11/01 ARRET
Andohahela
Amboasary Tranomaro 60 SOMEMA EIE Exploitation minière Tranomaro 15/01/02 MINENV
Sud
Tranomaro 99 NANTIN EIE Exploitation minière Tranomaro 27/04/04 MINENV
POLYCHRO
ME S.A
Maromby 137 SIAM Dos 2 EIE Exploitation de saphir Andranondambo 6/01/06 05/04/05
Maromby 222 BLUE SUN EIE Exploitation de mica et Maromby 29/06/06 ECR
MINING saphir
Tranomaro 228 PAM EIE Projet Tranomaro 1/08/06 ECR
Atomique 1 d'exploration
d'uranium
Tranomaro 231 PAM EIE Projet Tranomaro 4-août-03 ECR
Atomique 2 d'exploration
d'uranium
Tranomaro 232 PAM EIE Projet Tranomaro 4-août-03 ECR
Atomique 3 d'exploration
d'uranium
Source : ONE, novembre 2006
ONE/MO/DOC/31/ANO
56

III.3.4- BILAN ENVIRONNEMENTAL


La présence de la JIRAMA dans les grandes villes, les actions de protection des bassins versants, de lutte contre les ensablements de rivières, la protection des
ouvrages hydro-agricoles, et la protection des berges par des organismes d’appui (PLAE, PSDR…) font partie des atouts de la région. Cependant, l’inexploitation
des ressources en eau de façon optimale mérite d’être corrigé par la promotion des projets de recherche en eau.
A propos de la composante sol et espace, l’existence des terrains favorables à l’agriculture, les mesures institutionnelles pour la gestion des sols et
les actions de reboisement, sont les principaux atouts de la région . Ces espaces de production ne sont pourtant sécurisés et ne font pas l’objet
d’exploitation avec des techniques culturales modernes. La gestion et la protection des sols et du sous-sol demeurent ainsi des activités prioritaires
dans la région
Le secteur mine subit des exploitations illicites et certains investissements n’ont pas fait l’étude d’impact environnemental notamment les exploitations de type
artisanal. Des efforts dans ce sens, sont en cours dans la région pour préserver l’environnement et valoriser les richesses minières importantes de la région.

FORCE FAIBLESSE TENDANCE


EAU
Réserves d’eau abondante, réservoir d’eau notamment Sédimentation des cours d’eau Tendance à l’accélération du tarissement des
dans la zone Inexploitation des ressources en eau de façon sources d’eau
Des actions de protection des bassins versant, de lutte optimale Augmentation du besoin en eau d’irrigation
contre les ensablements de rivières, la protection des Insuffisance et / ou mauvaise desserte des Prise de conscience progressive de la population
ouvrages hydro-agricoles, et la protection des berges bornes fontaines dans les quartiers dans la protection des bassins versants et la
sont initiés par des organismes d’appui (PLAE, résidentiels protection des berges.
PSDR…), Dégradation et problème d’érosion du bassin Prolifération de la recherche en eau : puits,
Présence de JIRAMA dans la région, principales versant de la source d’eau municipale. pompes publiques
sociétés distributrices d’eau potable dans les grandes
villes.

Sols et espace
Terrain favorable à l’agriculture Problème de sécurisation foncière Gestion et protection des sols et du sous-sol
Mesures institutionnelles pour la gestion des sols Techniques culturales peu performantes. Réhabilitation des réseaux hydro -agricole et
Reboisement Dégradation des barrages hydro- agricoles et construction des barrages
des canaux d’irrigation. Protection des barrages hydro-agricoles et des
Ensablement des barrages hydro- agricoles et canaux d’irrigation
des canaux d’irrigation.
ONE/MO/DOC/31/ANO
57

FORCE FAIBLESSE TENDANCE


Energie et matières premières
Ravitaillement en électricité de certains endroits par la Insuffisance des réseaux électriques en milieu Reboisement à des fins énergétiques
société JIRAMA rural Formation Technique de carbonisation
Existence d’autres sources d’énergie : Bois de Chauffe, Pouvoir d’achat faible améliorée
Charbon de bois, Gaz Pétrole Liquéfié, Pétrole Autres sources d’énergie inexploitées Vulgarisation Foyer Econome
Lampant, FE Investissements importants pour l’exploitation Promotion GPL, PL
Mise en place pépinières de reboisement d’autres sources d’énergie
Promotion de Reboisement Le taux d’accès à l’électricité dans le milieu
Formation Technique de carbonisation améliorée rural est inférieur
Vulgarisation des Foyers Economes
Promotion GPL, PL par des ventes promotionnelles à la
portée des bourses des consommateurs
Mines
Riche en ressource minière : or, saphir, béryl, grenat, Exploitation minière artisanale Mise en conformité des sociétés qui n’ont pas
améthyste, cristal, zircon, mica, bauxite, ilménite Insuffisance d’encadrement technique des fait l’EIE
Importante gisement d’ilménite dans les sables et les petits exploitants miniers Création d’emploi aux villageois pour
dunes de la région de Fort – Dauphin Non suivi de l’EIE pour les exploitants l’exploitation du gisement d’ilménite de la
Application des législations et réglementations artisanaux société QMM
environnementales et miniers - Suivi et contrôle des EIE Exploitation illicites et non contrôlées des
Mise en conformité des sociétés qui n’ont pas fait l’EIE produits miniers à différents endroits de la
Région.
Absence d’EIE pour les exploitants artisanaux
Collectes de pierres précieuses de manière
individuelle, anarchique et non contrôlée.
Pierres industrielles et pierres fines comme les
quartzs et les béryls exploitées d’une
manière illicite.
ONE/MO/DOC/31/ANO
58

III.3.5- OBJECTIFS DE REFERENCE


Les objectifs de référence en matière des composantes environnementales air, eau, sols, déchets,
suivants serviront de guide à la région pour la mise en place de ses prescriptions environnementales
déduites du bilan évoqué supra

Engagement par rapport aux conventions internationales


- Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification
- Convention de Rio et le développement durable ratifié par Madagascar en 1995
- Participation de Madagascar au troisième symposium de l’eau de Canne (France)
- Participation de l’état malgache à la Quinzaine scientifique 2005 : « eau patrimoine
universelle »
- Résolution de l’Assemblée Générale de l’ONU en février 2004 : «L’eau est essentielle au
développement durable, y compris l’intégrité de l’environnement et l’élimination de la
pauvreté et de la faim, et est indispensable à la santé et au bien être des personnes.

Politiques nationales
- Vision Wash
- Parmi les priorités du gouvernement pour l’année 2005 : Eau potable pour tous
- Programme nationale de Accès à l’Eau Potable
- Politique sectorielle de l’Eau (document de stratégie sectorielle et plan d’action SSPA pour
l’eau et l’assainissement)
- Loi n° 89-029 du 20 janvier 1999 portant code de l’eau
- Loi 90.003 du 21 Décembre 1990 portant sur les études préalables d’impact des rejets
industriels sur l’environnement,
- Loi 90-016 du 20 juillet 1990 relative à la gestion, à l’entretien et la police des réseaux hydro
agricoles
- Décret n°90-642 du 19 Décembre 1990 portant application de la loi n° 90-016
- Décret fixant l’organisation, les attributions et le fonctionnement de l’autorité nationale de
l’eau et de l’assainissement (ANDEA)
- Décret en date de l’année 2002 portant fonctionnement et organisation du service public de
l’eau potable et de l’assainissement des eaux usées domestiques
- Décret en date de l’année 2002 portant réglementation tarifaire du service public de l’eau et de
l’assainissement
- Décret relatif à la surveillance de l’eau, au contrôle des eaux destinées à la consommation
humaine et aux priorités d’accès à la ressource en eau
- Décret portant fonctionnement et organisation du service public de l’eau potable et de
l’assainissement des eaux usées domestiques
- La lettre de politique foncière : version finale en date du 03 juin 2005
- Le programme national foncier
- La Lettre de Politique de Développement Rural (LPDR) préconise une stratégie de
développement qui vise notamment à encourager l’investissement et garantir l’accès au
foncier.
- Le Plan d’Action pour le développement Rural (PADR) en cours de mise à jour, indique
« l’actualisation de la législation foncière pour faciliter l’acquisition des terres et mettre en
place des structures d’accompagnement et la mise en place d’une taxe foncière »
- le Plan Directeur Quinquennal pour le Développement Rural (2004-2009) du ministère en
charge du Domaine prévoit l’accélération de la réforme des titres fonciers.
- Le projet de loi n° 2005-475 du 13 juillet 2005 fixant les principes régissant les statuts des
terres.
- Le décret n° 99-798 du 06/10/99, portant homologation des agents de lutte biologique et des
bio pesticides et réglementant leur commercialisation et leur utilisation.
- Politique de guichet foncier et de service topographique régionale

Politiques régionales
- Prise en compte dans le PRD de l’Anosy du secteur eau et assainissement parmi les axes
prioritaires du développement de la région
ONE/MO/DOC/31/ANO
59

- Mise en œuvre du Plan Local d’Occupation Foncier (PLOF)

Politiques locales
- Application des DINA qui régissent l’utilisation de l’eau au niveau des AUE : des mesures
contre les infractions, la non participation aux travaux d’entretien, le non respect des règles de
distribution d’eau,…
- Mise en place future du Plan Locaux d’Occupation Foncier (PLOF)
- Mise en place d’un guichet foncier dans chaque commune
- Délibération du conseil communal de certaines communes sur la tarification des extractions de
sables, de moellons, la fabrication de briques d’argiles et sur les mesures à prendre après
extraction.
- Loi sur l’exportation de carburants dont le pétrole
- Programme National Energie
- Parmi les priorités du gouvernement pour l’année 2005 : Infrastructure (énergie)
- Outils d’opérationnalisation du décret MECIE : Guide sectoriels sur le pétrole on et off shore
- Code de l’électricité
- Ordonnance n°75-024 du 17 Octobre 1975 : production d’électricité par le JIRAMA
- Elaboration d’un plan de redressement du JIRAMA soumis auprès de la banque mondiale.
- Politique nationale sur la culture de Jatropha.
- Libéralisation du secteur électricité
ONE/MO/DOC/31/ANO
60

III.4- RISQUES

III.4.1- ETAT

III.4.1.1- Risques naturels


Les principaux risques naturels auxquels est soumis la région de l’Anosy sont : les cyclones, et la
sècheresse

Les cyclones

D’une manière générale Anosy n’est pas une zone à cyclone à cause de sa position géographique par
rapport à la direction du vent du Sud- Est. Selon les statistiques, 14% seulement des cyclones qui ont
traversé le pays de 1911 à 1982 sont passés près ou par Taolagnaro. De 1985 à 2000, sur les 18
cyclones les plus célèbres, Taolagnaro s’est trouvé sur les trajectoires à trois reprises seulement. A la
grande différence avec la côte Est qui est rarement épargnée

Tableau 47 : Période cyclonique


Saison Nom des Dates de Zones Pluie max en Vent
Cyclonique Perturbations Passage influencées 24 heures maximum
instantané
1993 – 1994 - Cyclone tropical : DAISY 07/01/94 au Taolagnaro 162 mm 108 km/h
- Dépression tropicale : 17/01/94 Taolagnaro 95 mm --
JULITA 16/02/94 au
19/02/94
1996 – 1997 - Cyclone tropical : Taolagnaro 88 mm 85 km/h
GRETELLE
24/01/97 au
25/01/97
Source : Service de la Météorologie

Sécheresse

Pour le cas de Taolagnaro, la longueur des séquences sèches et celles humides sont à peu près
équivalentes.
De même, pour Betroka qui est peu affectée par les catastrophes naturelles (cyclone, inondation …) et
la sécheresse en particulier Mais, pour une partie de la région d’Amboasary, la longueur des séquences
sèches a connu un léger changement depuis quelques décennies. Une situation qui a favorisé les
migrations temporaires voire définitives de la population vers le Nord ou l’Est plus humide. Ainsi,
comme plusieurs parties du Sud de l’île, telles Betioky, Bekily, Ampanihy, Beloha, Tsihombe,
Ambovombe, Amboasary a été touchée régulièrement par la sécheresse au cours des années 1997,
1998, 1999 et 2000. Tous ces districts sont classés dans les zones traditionnellement à risque du Sud
de Madagascar et surveillés par le « Système d’Alerte Précoce (SAP)».
Tableau 48 : Précipitations dans les communes vulnérables à la sécheresse d’Amboasary
District Communes Pluviométrie moyenne Taux d’accès à l’eau
vulnérables annuelle
Amboasary Ifotaka 500 – 600 mm Très difficile
Tanandava Sud 400 – 500 mm Difficile
Source : “ Données structurelles concernant la sécurité alimentaire – Sud de Madagascar, zone couverte par le SAP ”
Version 2001.

Au cours de la période 1989 - 1992, la plus importante sécheresse, ayant frappé le pays au cours de ces
dix dernières années, a provoqué une grande pénurie alimentaire dénommée « KERE » ou famine sur
toute la région Sud de Madagascar, délimitée par les District d’Ampanihy, de Tsihombe, de Beloha,
ONE/MO/DOC/31/ANO
61

d’Ambovombe, de Bekily Sud, et d’Amboasary. La cause principale de cette détresse alimentaire étant
le déficit et la mauvaise répartition des précipitations.
III.4.1.2- Risques sanitaires
Tableau 49 : Les principaux risques sanitaires générés par ces aléas climatiques

Population Taux de détection


IRA 531 610 3,15
Diarrhées sans déshydratation 531 610 1,13
DD sans déshydratation 531 610 0,65
DD et Dysenteries avec 531 610 0,10
déshydratation
Infections cutanées 531 610 0,98

- Population / médecin : 8051 hab/ médecin (source : Monographie 2003)

III.4.2- REPONSE

III.4.2.1- Risques naturels

Installation d’un réseau de télécommunication dans les toutes les communes


Appui par des Programmes de nutrition après le passage des catastrophes naturels (ONG,
Ministère de la Santé)

III.4.2.2- Risques sanitaires

Développement du projet « Vivre contre Travail » du PAM et ONN (Office National de


Nutrition)
Mise en place ou réhabilitation de CSB dans chaque commune
ONE/MO/DOC/31/ANO
62

III.4.3- BILAN ENVIRONNEMENTAL


Concernant les risques naturels, la mise en place d’un programme cohérent de nutrition (ONG, Ministère de la Santé) et développement du projet « Vivres contre
Travail » du PAM et ONN (Office National de Nutrition) sont des potentialités de la région. Il faudrait remarquer cependant l’importance des maladies liées au climat
telles que les paludismes, conjonctivite, grippe, infections cutanées, rhinite allergique…Ainsi , l’augmentation, réhabilitation et amélioration des services des centres de
santé de base (CSBI - CSB II) constituent les principales réponses aux pressions subies par les composantes concernées.

Force Faiblesse Tendance


Risque naturel
- Mise en place d’un programme cohérent de - Maladie liée au climat : paludisme, - Développement des dispositifs de secours
nutrition (ONG, Ministère de la Santé) et conjonctivite, grippe, infections cutanées, - Mise en place d’un réseau de
développement du projet « Vivres contre Travail » rhinite allergique télécommunication dans les toutes les
du PAM et ONN (Office National de Nutrition) - Enclavement de certaines zones touchées par communes
- Mise en place ou réhabilitation de CSB dans les risques climatiques - Augmentation, réhabilitation et amélioration
chaque commune des services des centres de santé de base (CSBI
- CSB II)

Risques sanitaires
- Sensibilisation de la population locale sur les - Maladie liée au climat : paludisme, - Intensification de la sensibilisation de la
risques sanitaires conjonctivite, grippe, infections cutanées, population locale sur les risques sanitaires
rhinite allergique - Construction et réhabilitation des centres de
- Manque de médicaments santé de base (CSBI - CSB II)
- Insuffisance des personnels médicaux ou des
centres de santé de base
ONE/MO/DOC/31/ANO
63

III.4.4- OBJECTIFS DE REFERENCE

Les objectifs de référence en matière des composantes environnementales risques naturelles, risques
sanitaires suivants serviront de guide à la région pour la mise en place de ses prescriptions
environnementales déduites du bilan évoqué supra

Engagement par rapport aux conventions internationales


- Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques
- Convention de Vienne et protocole de Montréal relatif aux substances appauvrissant la couche
d’ozone
- Forum Intergouvernemental sur la Sécurité Chimique (FISC)

Politiques nationales
- Loi n°2003-010 du 05 septembre 2003 relative à la politique nationale de gestion des
risques et des catastrophes
- Les plans de gestion des risques et des catastrophes
ƒ Le plan général de GRC
ƒ Les plans de soutiens destinés aux risques spécifiques
ƒ Les plans d’organisation de secours ou ORSEC
ƒ Plan d’urgence
Politiques régionales
- Développement du système régional d’alerte précoce
- Coordination de la GRC

Politiques locales
- Développement des institutions et des cadres réglementaires pour la protection de l’environnement et
de la nature
- Promotion de la gestion durable des ressources terrestres et aquatiques
- Protection et conservation des écosystèmes naturels et des espèces
- Renforcement des contrôles sur les usages des produits chimiques et des pesticides
ONE/MO/DOC/31/ANO
64

III.5- CADRE DE VIE

III.5.1- ETAT

III.5.1.1- Paysage

Les massifs montagneux


Les massifs montagneux qui divisent longitudinalement la grande île en deux versants (Est et Ouest)
se terminent par les chaînes anosyennes à Taolagnaro, et par le massif de l’Ivakoana, au niveau de
Tsivory.

Les principaux massifs de la région sont :


- les chaînes anosyennes ayant Beampingaratra comme point culminant à 1 956 m ;
- la chaîne Ivakoana ayant Ivakoana comme point culminant à 1 632 m ;

Les côtes
Les zones côtières de la région se trouvent en face de l’Océan indien
Sur la Côte Est, on rencontre une pente abrupte avec une très petite plage et il n’y a pas de plateau
continental.

III.5.1.2- Bâtiments

Tableau 50 : Pourcentage de communes avec les différentes infrastructures publiques et


privées
Hôpital public CHD1 3.4
Hôpital public CHD2 1.7
Hôpital / clinique privée 8.6
Poste sanitaire public CSB2 87.9
Poste sanitaire privé 6.9
Ecole primaire privée 44.8
CEG publique 25.9
CEG privée 6.9
Lycée public 5.2
Lycée privé 3.4
Université privée 6.9
CFP 8.6
Arrêt taxi-brousse 29.3
CHD1 : Centre Hospitalière de District de niveau 1
CHD2 : Centre Hospitalière de District de niveau 2
CSB2 : Centre de Santé de Base de niveau 2
CEG : Collège d'Enseignement Général
CFP : Centre de Formation Professionnelle
Source : INSTAT/ Recensement au niveau des communes2003

III.5.1.3- Nuisance sonore

Aucune plainte écrite inventoriée. Toutefois, les nuisances suivantes ont été rapportées :
¾ Des voitures, presque inutilisables, circulent encore sur la route de Taolagnaro, créant ainsi
aussi des nuisances comme les pétarades. De même pour certaines motos.
¾ Il y a aussi les pétarades des grues utilisées par la Société de BATELAGE, surtout quand ils
font la réparation de ces Grues (Soudures).
ONE/MO/DOC/31/ANO
65

III.5.2- PRESSION

III.5.2.1- Paysage
Dégradation du paysage dû à l’exploitation non contrôlé des ressources naturelles

III.5.2.2- Bâtiments
Insuffisance des Infrastructures par rapport à la migration et aux besoins de la population
De nombreuses constructions ne suivent pas les normes requises pour les grandes villes. Les
permis de construction ne sont pas accompagnés d’installation de puisards et de fosses
septiques.

III.5.3- REPONSE

III.5.3.1- Paysage
Valorisation des ressources naturelles par la promotion de l’écotourisme
Multiplication des sites de conservation

III.5.3.2- Bâtiments
Actualisation du plan d’urbanisme
Promotion du planning familial
Réhabilitation et constructions des nouvelles infrastructures en rapport avec les besoins de la
population
ONE/MO/DOC/31/ANO
66

III.5.4- BILAN ENVIRONNEMENTAL

Malgré la dégradation des ressources naturelles due à l’exploitation non contrôlée des ressources naturelles, le paysage de la région est riche en biodiversité et revêt un
intérêt touristique particulier. Ainsi, la relance de la filière touristique et l’amélioration des infrastructures constituent les principales réponses aux pressions subies par les
composantes concernées.

FORCE FAIBLESSE TENDANCE


Paysage
Dans l’ensemble, le paysage de la région est Dégradation des ressources naturelles dû à Relance de la filière touristique dans la région
riche en biodiversité et revêt un intérêt l’exploitation non contrôlé des ressources Amélioration des infrastructures hôtelières, routes,
touristique particulier naturelles écolières
Développement de l’écotourisme Fréquente feux de brousse Actualisation du plan d’urbanisme régional

Bâtiments
Existence des infrastructures d’accueil : Insuffisance des Infrastructures par rapport à Actualisation du plan d’urbanisme
routières, hôtelières, écolières, sanitaires, la migration et aux besoins de la population Réhabilitation et constructions des nouvelles
publics dans la région Non suivi du plan d’urbanisme infrastructures en rapport avec les besoins de la
Existence des postes avancées de la population
Gendarmerie renforçant la sécurité de la
population
ONE/MO/DOC/31/ANO
67

III.5.5- OBJECTIFS DE REFERENCE

Les objectifs de référence en matière des composantes environnementales paysage, bâtiment suivants
serviront de guide à la région pour la mise en place de ses prescriptions environnementales déduites du
bilan évoqué supra

Engagement par rapport aux conventions internationales


- Convention de Rio et le développement durable ; action 21

Objectifs du millénaire
- Eliminer l’extrême pauvreté et la faim
- Assurer une éducation primaire pour tous
- Promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes
- Réduire la mortalité des enfants de moins de cinq ans
- Améliorer la santé maternelle
- Combattre le VIH/ SIDA, le paludisme et d’autres maladies
- Assurer un environnement durable
- Mettre en place un partenariat mondial pour le développement

Politiques nationales
Vision Madagascar Naturellement

Politique régionale
- Faire de l’Anosy «Une Région : Verte et Attractive, Riche et Equitable »
ONE/MO/DOC/31/ANO
68

III.6- LE PATRIMOINE NATUREL ET CULTUREL

III.6.1- ETAT

Les forêts sacrées,


Les traditions Antandroy, peuvent être classées en quatre catégories :
Les forêts habitées par des esprits (Antambahoaky, Kokolampo, Doany).
Les lieux d’enterrement constituent aussi des forêts taboues
Les Forêts où on cache les reliques
Les endroits de culte (tany fisolohoa)

Religions :
La religion est constituée par le christianisme, l’Islam et les cultes traditionnels.

Les sites touristiques (APs, parc privé, 18 futures APs, etc….)


La région dispose des ressources culturelles et naturelles très importantes. Le développement de ce
secteur repose sur le développement des infrastructures d’accueil, des produits touristiques, du
transport et devrait être pourvoyeur de revenu importante à l’échelon régionale et nationale. Le
développement de ce secteur obéit au principe de développement durable associant la croissance
économique, l’équité sociale et la préservation de l’environnement au bénéfice de la génération
actuelle et future.

III.6.2- PRESSION

L’apport d’autres cultures par les activités touristiques, la modernisation des activités économiques
constitue la source de pression qui risque de détruire la culture locale se présente de la façon suivante

III.6.3- REPONSE

Sensibilisation sur la préservation des sites culturels et traditionnels

III.6.4- BILAN ENVIRONNEMENTAL


La région regorge des richesses naturelles et culturelles abondantes. Mais, l’insuffisance des
infrastructures socioculturelles par rapport aux effectifs de la population reste toujours les
problématiques principales. Par ailleurs, l’envahissement de la culture venant de l’extérieur apporté
par les touristes risque de détruire la tradition et les cultures locales.
La promotion et la préservation de la culture locale identitaire de la région, la réhabilitation des
infrastructures socioculturelles constituent les principales réponses des problèmes invoqués infra.

Force Faiblesse Tendance


Patrimoine Insuffisance des La promotion de la culture
naturel et infrastructures socio- identitaire de la région figure
culturel culturelles par rapport aux parmi les axes stratégiques du
abondant effectifs de la population développement de la région
Existence de Apport d’autres cultures par définie dans le Programme Cadre
nombreuses les activités touristiques, la de Développement de la Région.
religions modernisation des activités Réhabilitation des infrastructures
dans la économiques socioculturelle
région
ONE/MO/DOC/31/ANO
69

III.6.5- OBJECTIFS DE REFERENCE


Les objectifs suivants sont donnés pour servir de cadrage de la politique de la région relative à la
composante concernée.

Engagement par rapport aux conventions internationales


- Convention sur la protection du patrimoine culturel et naturel mondial

Politiques nationales
- Diversification, valorisation des produits touristiques et vulgarisation de la destination
Madagascar.
- Normalisation des activités, et établissements, produits et sites touristiques pour les rendre
compétitifs.
- Préservation/sauvegarde et valorisation des diversités culturelles.
- COAP ou CODE des Aires Protégées : réaffirmation du principe de l’existence et l’unicité du
Réseau National des Aires Protégées qui constitue la mosaïque des territoires représentatifs de
la biodiversité malgache et du patrimoine naturel national.
- Loi n°95-017 du 25 Août 1995 portant code du tourisme
- Le décret n°2001-027 du 10 Janvier 2001 portant refonte du décret n°96-773 du 03 Septembre
1996 relatif aux normes régissant les entreprises, les établissements, opérateurs touristiques
ainsi que leurs modalités d’application.
- l’Arrêté n0 4909/2001/MINTOUR du 19 avril 2001 fixant les caractéristiques du panonceau à
apposer sur la façade des établissements d’hébergement et de restauration faisant l’objet de
classement.
- L’arrêté n°4908/2001/MINTOUR du 19 avril 2001 relatif à la publicité des prix dans les
établissements d’hébergement, de restauration, des entreprises, de voyages et de prestations
touristiques.
- L’arrêté n°4905/2001/MINTOUR du 19 avril 2001 fixant le modèle de procès verbal
d’infraction
- l’Arrêté n° 4912/2001/MINTOUR du 19 avril 2001 fixant la composition de dossiers de
demande d’autorisation d’ouverture des entreprises de voyages et de présentations touristiques
ainsi que les aptitudes professionnelles du personnel
- l’Arrêté n° 4889/2001/MINTOUR du 19 avril 2001 fixant la composition des dossiers de
demandes d’avis préalables aux projets de construction, d’aménagement et d’extension des
établissements d’hébergement et/ou de restauration ainsi que celle des dossiers de demandes
d’autorisation d’ouverture et de classements
- l’Arrêté n° 4903/2001/MINTOUR du 19 avril 2001 fixant les modalités d’exploitation, les
caractéristiques des établissements d’hébergements ne faisant pas l’objet de classements et les
aptitudes professionnelles des responsables.
- l’Arrêté n° 4911/2001/MINTOUR du 19 avril 2001 fixant les modalités d’exploitation, les
normes des établissements de restauration faisant l’objet de classement et les aptitudes
professionnelles des responsables.

Politique régionale
- Développement des institutions et des cadres réglementaires pour la protection du patrimoine
naturel et culturel
ONE/MO/DOC/31/ANO
70

BIBLIOGRAPHIE

1. Monographie de la Région Anosy- 2001- Région


2. Monographie de la Région Anosy- 2003- Région
3. Monographie de la Région ANOSY- 2004- INSTAT
4. Tableau de bord Environnemental Régional de l’ANOSY – ONE
5. Liste des espèces endémiques/ envahissante/ introduite des faunes et des flores dans les APS.
ANGAP – PNAM – 2004- CI
6. PRD ANOSY- 2005- Région
7. Monographie Anosy 2003, Ministère de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche - Unité de
politique pour le développement rural (UPDR), juin 2003
8. Annexes Monographie Anosy 2003
9. Plan de travail et termes de références pour l’EER du cadre de développement régional d’Anosy.
International Resources Group (IRG)-Management Consultants in Energy, Environment and
Natural Resources. Préparé par : Maria do Rosario Partidario, UNLP, Portugal ; Markus
Eggenberger, EHT Zurich, Suisse ; Gregory Woodsworth, IRG/PAGE, Madagascar ; Railovy,
IRG/PAGE, Madagascar. 16 pages
10. Programme Régional du Développement Rural GTDR 20 de la Région de Tolagnaro, Equipe
Permanente de Pilotage, Mai 2001
11. Cadre de référence de développement régional intégré de la région d’Anosy, COMITE
REGIONAL ANOSY., 1999. (document sur papier – ONE)
12. Plans Communaux de Développement, CRD, 2001
13. Les Grande Orientations pour le développement de la Région, CRD Anosy, Dobbin International
inc
14. Schéma de Développement Régional de l’Anosy, Rapport phase 3 : collecte d’informations
pertinentes, CRD Anosy, Dobbin International inc
15. Plan Communal de Développement de la Commune rurale Analapatsy, District Amboasary Sud,
CRD- 2001
16. Appui à la planification de développement durable dans la région de l’Anosy-Madagascar CRD-
2000
17. Priorisation des habitats pour la conservation de la biodiversité dans la Région Anosy- Mars 2001-
Equipe suivi-écologique, IRG/PAGE et Groupe Technique Biodiversité Fort-Dauphin- REE
Anosy
18. Profil Anosy 2001- REE Anosy- CRD Anosy
19. Contract de transfert des resources Naturelles Renouvelables dans le terroir de Fort-Dauphin
COBA Santatra- 2001- Direction des Eaux et Forêts
20. Etude d’Impact Social et Environnemental – 2001- QMM
21. Kit Pédagogique Anosy- Juin 2005- ONE
ONE/MO/DOC/31/ANO

Région
Anosy

Juillet 2006
ONE/MO/DOC/31/ANO
SOMMAIRE
I INTRODUCTION ................................................................................................................... 4
I.1 Contexte ............................................................................................................................ 4
I.2 Objectifs, méthodologie et différentes parties du document...................................... 4
I.2.1 Objectifs ................................................................................................................. 4
I.2.2 Cadrage méthodologique........................................................................................ 4
I.2.3 Différentes parties du document ............................................................................ 5
II DESCRIPTION DE LA REGION ......................................................................................... 6
III SYNTHESE DU BILAN DIAGNOSTIC ENVIRONNEMENTAL .................................... 8
III.1. La biodiversité et les milieux naturels............................................................................ 8
III.2. Les pollutions et la qualité des milieux......................................................................... 9
III.3. Les ressources naturelles............................................................................................. 12
III.4. RISQUES .................................................................................................................... 14
III.5. CADRE DE VIE ......................................................................................................... 15
III.6. Le patrimoine naturel et culturel ................................................................................. 16
IV. Enjeux environnementaux et indicateurs ........................................................................... 17
BIBLIOGRAPHIE ................................................................................................................... 28

3
ONE/MO/DOC/31/ANO

I INTRODUCTION

I.1 Contexte
Pour assurer le développement durable du pays, un des principes qui devrait être promu et acquis est la
« considération de l’environnement comme une des potentialités pour le développement ». Faire
connaître aux responsables régionaux et aux différentes parties prenantes du processus d’élaboration et
de mise en oeuvre du Plan Régional du Développement de l’importance de l’«environnement» dans la
Région et pour la Région devient ainsi primordial.
La Région Anosy a déjà élaboré son Plan Régional de Développement et considère l’environnement
comme un axe prioritaire de son développement. Pour ne citer que le rôle central du corridor forestier
pour la régulation du régime hydrique et du climat de la Région, l’environnement est au centre des
préoccupations des Responsables régionaux. Toutes les stratégies et politiques de mises en œuvre de
ce PRD devraient alors considérer l’importance de l’environnement et ce qui pourrait impliquer la
nécessité d’élaborer une politique de gestion environnementale régionale.
Le « PROFIL ENVIRONNEMENTAL » est un élément central et essentiel de cette démarche
d’évaluation environnementale et d’élaboration de politique environnementale régionale. A partir du
document de diagnostic environnemental, ce document de « Profil environnemental régional » fait
apparaître les principaux enjeux environnementaux par dimension et par zone, les indicateurs avec
lesquels les évolutions/changements de ces enjeux seront mesurés ainsi que les orientations
stratégiques à mettre en place pour les améliorer ou les respecter.
I.2 Objectifs, méthodologie et différentes parties du document

I.2.1 Objectifs
Ce document de profil environnemental a pour objectif de mettre en exergue les enjeux
environnementaux à partir des acquis du diagnostic environnemental. Il constitue de ce fait un
outil indispensable pour tous travaux relatifs à l’évaluation environnementale du
développement de la Région. Ainsi, le Profil environnemental va être utilisé comme un des
documents de référence pour toutes les étapes de mises en œuvre du Plan de développement
Régional ou des autres stratégies sectorielles ayant des implications et des impacts sur le
développement régional.

I.2.2 Cadrage méthodologique


A- Approche thématique (par grandes composantes/dimensions)

L’élaboration du Profil environnemental a été établie à partir d’une triple démarche :


9 l’élaboration du document de diagnostic environnemental régional qui consiste en une
synthèse des nombreuses études et schémas élaborés ces dernières années, visant à lister les atouts
et les faiblesses environnementales de la région, les tendances récentes ou à venir (bilan
environnemental), ainsi que les objectifs de référence. Ce diagnostic est organisé par dimensions
ou grandes composantes de l’environnement : écologie (milieux naturels et biodiversité) –
ressources naturelles – Les pollutions et qualités du milieu – les risques – le cadre de vie – et le
patrimoine.

9 la réalisation d’un atelier «Focus groupes» démontre l’effectivité de l’aspect participatif de la


démarche. Toutes les parties prenantes impliquées dans les politiques environnementales incluant
les services de l’Etat, les Projets/Programmes, les Associations et Organisations Non
Gouvernementales (cf liste des participants) ont pu valider le bilan environnemental énoncé dans
le diagnostic, définir les enjeux environnementaux et les indicateurs avec lesquels pourrait-on
suivre leurs évolutions. Le «focus groupe» a également permis de traiter la discussion selon les
dimensions traitées dans le Diagnostic environnemental. (cf. Annexe: Rapport d’atelier « focus
group » pour l’élaboration de profil environnemental de la Région Anosy).

Deux règles méritent d’être précisées durant cet atelier :


4
ONE/MO/DOC/31/ANO
• les participants ont été libres de formuler les enjeux selon leurs convenances surtout pour des
soucis de facilité de compréhension, de réflexion et de discussion. Ce qui a engendré des
formulations positives ou négatives selon des problématiques ressenties et non totalement
résolues. Toutefois, nous allons retenir les formulations négatives pour renforcer et préciser
l’énoncé des problématiques et pour pouvoir esquisser des grandes lignes d’orientations non
contraignantes et non exhaustives permettant aux utilisateurs d’avoir des idées sur les actions
qu’il faudrait entreprendre pour ces enjeux.
• les participants ont été invités de cadrer en premier lieu leurs réflexions sur l’identification et
la définition des indicateurs avec ceux déjà utilisés et définis pour l’élaboration de TBE avant
d’en proposer et d’en définir d’autres.

9 la rédaction du document final de Profil environnemental à partir des résultats de l’atelier


«Focus Groupe». Comme le processus d’élaboration de Profil Environnemental est assez nouveau,
plusieurs initiatives internationales ont été prises comme bases et les aspects scientifique et
pratique (lisibilité et facilité d’utilisation) ont été les deux principaux paramètres tenus en compte.

B- Approche spatiale
Une approche zonale des enjeux environnementaux a été effectuée. Les zones ont été définies à partir
du résultat du zonage effectué par la Région durant l’élaboration du Plan de Développement Régional
Anosy qui a été validée.

I.2.3 Différentes parties du document


Pour répondre à toutes ces exigences techniques et à la fois préserver une certaine aisance et simplicité
dans la lecture du document, le Profil environnemental va être organisé comme suit :
9 Présentation globale de la Région et le zonage
9 Analyse diagnostic environnemental
9 Les enjeux environnementaux et indicateurs
9 Les enjeux environnementaux par dimension ou les fiches dimensions
o Situation environnementale par dimension
o Enjeux environnementaux et orientations régionales
o Carte des enjeux régionaux (hiérarchisation)
o Les indicateurs
9 Les enjeux environnementaux par zone
o Enjeux forts
o Enjeux moyens
o Enjeux faibles

5
ONE/MO/DOC/31/ANO

II DESCRIPTION DE LA REGION

La Région d'Anosy, située à l’extrême Sud Est de Madagascar est constituée de trois districts
Amboasary sud, Betroka et Fort Dauphin, et localisée dans les latitudes entre 22,67° et 25,20°sud et la
longitude entre 45,18° et 47,40°.

La région est limitée par les régions : Atsimo atsinanana, Ihorombe, Atsimo andrefana, Androy.

6
ONE/MO/DOC/31/ANO

7
ONE/MO/DOC/31/ANO

III SYNTHESE DU BILAN DIAGNOSTIC ENVIRONNEMENTAL

III.1. La biodiversité et les milieux naturels


Anosy dispose des richesses endémiques en biodiversité, des Aires Protégées, des réserves spéciales. Des actions en faveur de leur protection et de leur valorisation sont
constatées à travers l’existence des organismes tels que l’ANGAP, CI, GTZ, CIRAD, PSDR, ANAE, ONUDI, CIREEF, WWF, SAGE …et des afflux des touristes dans
les AP ne cessent d’augmenter et entraînant ainsi des améliorations de revenus des populations riveraines.
Ces atouts recèlent pourtant des faiblesses notamment en matière de l’insuffisance des contrôles et de l’application des lois forestières, de l’incidence des TAVY et des
feux de brousse, de l’insuffisance d’éducation environnementale des populations locales, de l’exploitation illicite de la biodiversité, de l’exploitation abusive et
irrationnelle des énergies bois…

Compte tenu de ces situations, la tendance est actuellement à l’augmentation des superficies des sites de conservation conformément à la déclaration de Madagascar à
Durban et à ses engagements sur la Convention sur la Diversité Biologique, à la multiplication des organismes privés pour la protection et la valorisation de la
biodiversité, l’utilisation des instruments de gestion des ressources naturelles à travers les transferts de gestion aux communautés de base (GELOSE, GCF)

FORCE FAIBLESSE TENDANCE


Valorisation de la biodiversité et de Incidence du Tavy et des feux de brousse Création des 18 futures Aires Protégées
l’écotourisme: Exploitation illicite : collecte et chasse des conformément à la déclaration de Durban et
- Existence de corridor forestier dans la espèces endémiques faunistiques et l’engagement pris par Madagascar dans la
région. floristiques de la région convention de diversité biologique
- Gestion rationnelle des ressources Exploitation massive de la biodiversité Augmentation des organismes privés et des
naturelles dans les Aires Protégées pour subvenir aux besoins d’énergie, de investissements oeuvrant à la protection et
- Sensibilisation des villageois pour la construction, d’usage médicinal la conservation de la biodiversité
maîtrise des feux sauvages et la gestion des Emploi des feux pour le renouvellement de Promotion des transferts de gestion des
feux de végétation pâturage; ressources naturelles aux communautés de
Existence de nombreux Organismes base (GELOSE/GCF)
d’appui, ONGs, projets et programmes qui
interviennent dans le domaine de la
conservation et la protection de
l’environnement : GTZ, CIRAD, PSDR,
ANAE, ONUDI, CIREEF, WWF, SAGE

8
ONE/MO/DOC/31/ANO

III.2. Les pollutions et la qualité des milieux


Malgré les efforts déployés par la région en matière de contrôle des feux de brousse et du tavy, de sensibilisation pour le changement de comportements des acteurs, les
incidences de ces pratiques désastreuses persistent. Cette situation exige le redoublement des efforts de la part des organismes spécialisés en la matière sous la
coordination générale de la région.

Quant aux ressources en eau potable, la présence de JIRAMA résout une partie du problème mais le réseau ne couvre pas la totalité des besoins. La tendance actuelle est
donc la promotion d’adduction en eau potable, la gestion de l’entretien des ouvrages, la protection et la gestion des ressources en eau.

Sur le plan de la protection des sols, dégradés par l’ensablement des bas fonds méritent d’être renforcés d’avantage par la promotion des organismes oeuvrant à la
protection des bassins versants et à la couverture végétale, le renouvellement, rétablissement et mise en application effective des lois forestières, le reboisement à des
fins énergétiques etc.

FORCE FAIBLESSE TENDANCE


AIR
Sensibilisation de la population locale La pratique traditionnelle inadéquate des Renforcement des capacités du
sur les conséquences de l’usage du tavy cultures (tavy, feux d’agriculture) ; de Comité local de lutte contre les feux
et des feux de brousse l’élevage (feux de pâturage) et des feux de brousse et les feux de végétation
Renouvellement, rétablissement et mise de brousses Mise en œuvre de la politique
en application effective des lois L’augmentation en nombre et pourcentage régionale d’énergie et de bois
forestières (texte, DINA, etc.…) de ménages utilisant le charbon de bois et
Mise en œuvre de la Politique d’Energie le bois de chauffe
et de Bois Régional :
- Adaptation du fourneau à la taille des
ustensiles de cuisine
- Sensibilisation des populations sur
l’usage des Foyers Economes adaptés
aux besoins des services

Eau

9
ONE/MO/DOC/31/ANO

FORCE FAIBLESSE TENDANCE


Distribution de l’eau par la société Recouvrement en eau potable insuffisant Ravitaillement en eau potable de la
JIRAMA dans les communes par rapport aux besoins de la population population
Adduction en eau potable locale Encadrement pour la gestion des
Intensification des programmes de Insuffisance des dispositifs de protection ressources en eau
recherche des ressources en eau des sources contre les pollutions diffuses Augmentation des projets sur la
Actions à long terme à partir des points Insuffisance de l’action d’information et recherche en eau (puits, etc.)
d’eau, associées à une sensibilisation sur de conscientisation de la population
plusieurs années avec comme cible les Pollution des captages d’eau potable
enfants, afin de surmonter les tabous Insuffisance de système adéquat
Protection des ressources en eau marines d’évacuation des eaux usées et pluviales
par l’application de transfert de gestion Réticences d’ordre culturel d’une partie
des ressources aux communautés de base des citoyens à utiliser systématiquement
(GELOSE marine) les latrines
Pollution du aux épaves

Sols
Bonne qualité du sol favorable à la Pratique des feux de brousses, de Insuffisance des moyens de contrôle
culture végétation, feux de pâturage engendrant la des feux de brousses
Vaste superficie des terres cultivables diminution de la fertilité du sol Renouvellement, rétablissement et
Protection des bassins versants Incidence des Tavy mise en application effective des lois
Réhabilitation des réseaux hydro- Déforestation par zone forestières
agricoles Feux de brousse Reboisement à des fins énergétiques
Transfert de gestion et des techniques Mode d'exploitation des terres
agricoles Evolution des superficies cultivées par
Aménagement, classement et zonage rapport aux surfaces potentiellement
forestier cultivables
Suivi du programme de reboisement
Amélioration des techniques culturales .

10
ONE/MO/DOC/31/ANO

Déchets
Préservation de la propreté publique par Insuffisance et vieillissement des canaux Amélioration du service de la voirie
les communes d’évacuation des réseaux d’égout Création des espaces verts
Amélioration de l’assainissement de la Problèmes sur la collecte des déchets Amélioration du plan d’urbanisation
commune Pollution des rejets liquides et déchets dans les communes
Aménagement de site de décharge pour solides
la gestion des déchets solides Pollution et évacuation des eaux
pluviales ; des eaux usées industrielles

11
ONE/MO/DOC/31/ANO

III.3. Les ressources naturelles


La présence de la JIRAMA dans les grandes villes, les actions de protection des bassins versants, de lutte contre les ensablements de rivières, la protection des
ouvrages hydro-agricoles, et la protection des berges par des organismes d’appui (PLAE, PSDR…) font partie des atouts de la région. Cependant, l’inexploitation
des ressources en eau de façon optimale mérite d’être corrigé par la promotion des projets de recherche en eau.
A propos de la composante sol et espace, l’existence des terrains favorables à l’agriculture, les mesures institutionnelles pour la gestion des sols et
les actions de reboisement, sont les principaux atouts de la région . Ces espaces de production ne sont pourtant sécurisés et ne font pas l’objet
d’exploitation avec des techniques culturales modernes. La gestion et la protection des sols et du sous-sol demeurent ainsi des activités prioritaires
dans la région
Le secteur mine subit des exploitations illicites et certains investissements n’ont pas fait l’étude d’impact environnemental notamment les exploitations de type
artisanal. Des efforts dans ce sens, sont en cours dans la région pour préserver l’environnement et valoriser les richesses minières importantes de la région.

FORCE FAIBLESSE TENDANCE


EAU
Réserves d’eau abondante, réservoir d’eau notamment Sédimentation des cours d’eau Tendance à l’accélération du tarissement des
dans la zone Inexploitation des ressources en eau de façon sources d’eau
Des actions de protection des bassins versant, de lutte optimale Augmentation du besoin en eau d’irrigation
contre les ensablements de rivières, la protection des Insuffisance et / ou mauvaise desserte des Prise de conscience progressive de la population
ouvrages hydro-agricoles, et la protection des berges bornes fontaines dans les quartiers dans la protection des bassins versants et la
sont initiés par des organismes d’appui (PLAE, résidentiels protection des berges.
PSDR…), Dégradation et problème d’érosion du bassin Prolifération de la recherche en eau : puits,
Présence de JIRAMA dans la région, principales versant de la source d’eau municipale. pompes publiques
sociétés distributrices d’eau potable dans les grandes
villes.

Sols et espace
Terrain favorable à l’agriculture Problème de sécurisation foncière Gestion et protection des sols et du sous-sol
Mesures institutionnelles pour la gestion des sols Techniques culturales peu performantes. Réhabilitation des réseaux hydro -agricole et
Reboisement Dégradation des barrages hydro- agricoles et construction des barrages
des canaux d’irrigation. Protection des barrages hydro-agricoles et des
Ensablement des barrages hydro- agricoles et canaux d’irrigation
des canaux d’irrigation.
Energie et matières premières

12
ONE/MO/DOC/31/ANO

FORCE FAIBLESSE TENDANCE


Ravitaillement en électricité de certains endroits par la Insuffisance des réseaux électriques en milieu Reboisement à des fins énergétiques
société JIRAMA rural Formation Technique de carbonisation
Existence d’autres sources d’énergie : Bois de Chauffe, Pouvoir d’achat faible améliorée
Charbon de bois, Gaz Pétrole Liquéfié, Pétrole Autres sources d’énergie inexploitées Vulgarisation Foyer Econome
Lampant, FE Investissements importants pour l’exploitation Promotion GPL, PL
Mise en place pépinières de reboisement d’autres sources d’énergie
Promotion de Reboisement Le taux d’accès à l’électricité dans le milieu
Formation Technique de carbonisation améliorée rural est inférieur
Vulgarisation des Foyers Economes
Promotion GPL, PL par des ventes promotionnelles à la
portée des bourses des consommateurs
Mines
Riche en ressource minière : or, saphir, béryl, grenat, Exploitation minière artisanale Mise en conformité des sociétés qui n’ont pas
améthyste, cristal, zircon, mica, bauxite, ilménite Insuffisance d’encadrement technique des fait l’EIE
Importante gisement d’ilménite dans les sables et les petits exploitants miniers Création d’emploi aux villageois pour
dunes de la région de Fort – Dauphin Non suivi de l’EIE pour les exploitants l’exploitation du gisement d’ilménite de la
Application des législations et réglementations artisanaux société QMM
environnementales et miniers - Suivi et contrôle des EIE Exploitation illicites et non contrôlées des
Mise en conformité des sociétés qui n’ont pas fait l’EIE produits miniers à différents endroits de la
Région.
Absence d’EIE pour les exploitants artisanaux
Collectes de pierres précieuses de manière
individuelle, anarchique et non contrôlée.
Pierres industrielles et pierres fines comme les
quartzs et les béryls exploitées d’une
manière illicite.

13
ONE/MO/DOC/31/ANO

III.4. RISQUES

Concernant les risques naturels, la mise en place d’un programme cohérent de nutrition (ONG, Ministère de la Santé) et développement du projet « Vivres contre
Travail » du PAM et ONN (Office National de Nutrition) sont des potentialités de la région. Il faudrait remarquer cependant l’importance des maladies liées au climat
telles que les paludismes, conjonctivite, grippe, infections cutanées, rhinite allergique…Ainsi , l’augmentation, réhabilitation et amélioration des services des centres de
santé de base (CSBI - CSB II) constituent les principales réponses aux pressions subies par les composantes concernées.

Force Faiblesse Tendance


Risque naturel
- Mise en place d’un programme cohérent de - Maladie liée au climat : paludisme, - Développement des dispositifs de secours
nutrition (ONG, Ministère de la Santé) et conjonctivite, grippe, infections cutanées, - Mise en place d’un réseau de
développement du projet « Vivres contre Travail » rhinite allergique télécommunication dans les toutes les
du PAM et ONN (Office National de Nutrition) - Enclavement de certaines zones touchées par communes
- Mise en place ou réhabilitation de CSB dans les risques climatiques - Augmentation, réhabilitation et amélioration
chaque commune des services des centres de santé de base (CSBI
- CSB II)

Risques sanitaires
- Sensibilisation de la population locale sur les - Maladie liée au climat : paludisme, - Intensification de la sensibilisation de la
risques sanitaires conjonctivite, grippe, infections cutanées, population locale sur les risques sanitaires
rhinite allergique - Construction et réhabilitation des centres de
- Manque de médicaments santé de base (CSBI - CSB II)
- Insuffisance des personnels médicaux ou des
centres de santé de base

14
ONE/MO/DOC/31/ANO

III.5. CADRE DE VIE


Malgré la dégradation des ressources naturelles due à l’exploitation non contrôlée des ressources naturelles, le paysage de la région est riche en biodiversité et revêt un
intérêt touristique particulier. Ainsi, la relance de la filière touristique et l’amélioration des infrastructures constituent les principales réponses aux pressions subies par les
composantes concernées.

FORCE FAIBLESSE TENDANCE


Paysage
Dans l’ensemble, le paysage de la région est Dégradation des ressources naturelles dû à Relance de la filière touristique dans la région
riche en biodiversité et revêt un intérêt l’exploitation non contrôlé des ressources Amélioration des infrastructures hôtelières, routes,
touristique particulier naturelles écolières
Développement de l’écotourisme Fréquente feux de brousse Actualisation du plan d’urbanisme régional

Bâtiments
Existence des infrastructures d’accueil : Insuffisance des Infrastructures par rapport à Actualisation du plan d’urbanisme
routières, hôtelières, écolières, sanitaires, la migration et aux besoins de la population Réhabilitation et constructions des nouvelles
publics dans la région Non suivi du plan d’urbanisme infrastructures en rapport avec les besoins de la
Existence des postes avancées de la population
Gendarmerie renforçant la sécurité de la
population

15
ONE/MO/DOC/31/ANO

III.6. Le patrimoine naturel et culturel


La région regorge des richesses naturelles et culturelles abondantes. Mais, l’insuffisance des
infrastructures socioculturelles par rapport aux effectifs de la population reste toujours les
problématiques principales. Par ailleurs, l’envahissement de la culture venant de l’extérieur apporté
par les touristes risque de détruire la tradition et les cultures locales.
La promotion et la préservation de la culture locale identitaire de la région, la réhabilitation des
infrastructures socioculturelles constituent les principales réponses des problèmes invoqués infra.

Force Faiblesse Tendance


Patrimoine Insuffisance des La promotion de la culture
naturel et infrastructures socio- identitaire de la région figure
culturel culturelles par rapport aux parmi les axes stratégiques du
abondant effectifs de la population développement de la région
Existence de Apport d’autres cultures par définie dans le Programme Cadre
nombreuses les activités touristiques, la de Développement de la Région.
religions modernisation des activités Réhabilitation des infrastructures
dans la économiques socioculturelle
région

16
ONE/MO/DOC/31/ANO

IV. Enjeux environnementaux et indicateurs


Les tableaux suivants présentent les enjeux environnementaux pour la Région de l’Anosy : 05 enjeux
“thématiques” et 2 enjeux “transversaux” et traduisent la nécessité d’intégrer davantage les questions
d’environnement dans les zones de développement.

Enjeux thématiques Niveau Liens avec


d’importance autres
enjeux
thématiques
1. Amélioration de la qualité des ressources en eau et Adduction +++ 2,3, 4
en eau potable
2. Fertilité du sol et restauration des bassins versants +++ 1, 3, 4
3. Reboisement ++ 1, 2, 4
4. Mise en place de nouvelles APs et poursuite des actions déjà ++ 1, 2, 3
menées en matière de gestion et conservation
5. Résolution du problème de pollution marine et pollution due +
aux épaves
Enjeux transversaux
A. Renforcement du programme d’Information, Education et de Tous
Communication
B. Renforcement des capacités Tous

+++ / Problématique environnementale d’importance majeure pour l’avenir de la région nécessitant un


renforcement significatif des efforts engagés, voire le déploiement de nouveaux modes d’intervention
++ / Problématique environnementale d’importance pour l’avenir de la région nécessitant la poursuite
voire le renforcement des efforts engagés
+ / Problématique environnementale d’importance moindre mais nécessitant l’amélioration de la
connaissance, du suivi, de la prévention…

17
ONE/MO/DOC/31/ANO

ENJEU N°1 : AMELIORATION DE LA QUALITE DES RESSOURCES EN EAU


ET ADDUCTION EN EAU POTABLE

Objectifs et orientations
Adduction d’eau potable pour toutes les communes : Amélioration de l’accès de la population
à l’eau potable

Niveau d’importance : +++

Liens avec d’autres enjeux thématiques : 2 ; 3 ; 4

Atouts/ opportunités :

Distribution de l’eau par JIRAMA


Gestion de l’eau (tarification de l’eau)
Distribution de l’eau par les compagnies privées dans les communes d’Amboasary (Cas de la
compagnie Japonaise)
Existence des projets de recherches récentes sur la qualité de l’eau dans la ville de Tolagnaro
(projet QMM)
Existence de nombreux Organismes d’appui, ONG, projets et programmes qui interviennent
dans le domaine (protection de lavaka et berges, reboisement, assainissement et adduction
d’eau potable….)
Existence des organismes d’appui tels que (PLAE, PSDR) oeuvrant à la protection des bassins
versants et de lutte contre les ensablements de rivières, également à la protection des ouvrages
hydro-agricoles, et la protection des berges
Existence de la politique qui cadre avec le Code de l’eau.

Faiblesses/ menaces :
Captage des eaux non protégées (lacs, rivières)
Pollution de l’eau dans les villes urbaines
Pollution par les activités portuaires et les épaves
Problème de gestion des ressources en eau

Tendances évolutives :
Restauration des bassins versants
Intensification des programmes de recherche d’eau potable et de gestion rationnelle des
ressources en eau
Réhabilitation de quelques sources minéralisées afin d’attirer les touristes
Construction /réhabilitation des barrages hydro- agricoles – Adduction d’eau potable

Spatialisation de l’enjeu : Tous Pôles

Les pôles concernés

18
ONE/MO/DOC/31/ANO

Indicateurs de suivi de l’enjeu :

Elément à Indicateurs Sources d’information


caractériser
Nombre des AUE/AUEP Région
Adduction d’eau JIRAMA
potable pour toutes Commune
les communes QMM
Nombre des bornes fontaines ANDEA
ACCORDS
Intervenant
Nombre de captage protégé/nombre total Région
Nombre de source taris JIRAMA
QMM
Préssions Quantité de pollution d’origine portuaire
Commune
Nombre d’entreprise ayant adopté de gestion ANDEA
réglementaire des déchets ACCORDS
Intervenant
Nombre et/ou surface de plans d’eau objet de transfert Région
de gestion JIRAMA
Gestion rationnelle Volume de consommation domestique QMM
des ressources en eau Commune
ANDEA
ACCORDS
Intervenant

19
ONE/MO/DOC/31/ANO

ENJEU N°2 : FERTILITE DU SOL ET RESTAURATION DES BASSINS


VERSANTS

Objectifs et orientations
Restauration et protection des bassins versants pour l’agriculture
Restauration de la fertilité du sol
Construction et réhabilitation des barrages hydroagricoles
Augmentation de la production, meilleur rendement, autosuffisance alimentaire
Construction et réhabilitation de canaux d’irrigation
Extension des surfaces cultivées
Adoption et pratique de nouvelles techniques rizicoles préservant l’environnement
Renforcement des capacités techniques des agriculteurs
Niveau d’importance : +++
Liens avec d’autres enjeux thématiques : 1 ; 3 ; 4
Atouts/ opportunités :
Disponibilité de superficies cultivables dans la région
Sol favorable à la culture
Amélioration des techniques culturales augmentant la production agricole
Mesures institutionnelles pour la gestion des sols et la couverture forestière
Programme de reboisement
Prolifération des organismes privés sur la protection des bassins versants et l’appui
aux paysans (Organisations Paysannes)
Faiblesses/ menaces :
Pratique du tavy pour les cultures (riz, manioc, etc…), persistance des feux de brousse
Problème de sécurisation foncière notamment dans les milieux ruraux
Absence de schémas d’aménagement de territoire et inexistence de plan d’occupation du sol
dans certains districts
Erosion Bassins versants
Avancement des dunes
Tendances évolutives :
Réhabilitation des bassins versants dans les zones de potentialités agricoles ;
Encadrement technique des paysans et des opérateurs paysans sur la conservation de la
fertilité du sol (projet PHBM)
Développement des techniques de protection des superficies agricoles dans les zones rurales
Réhabilitation des réseaux Hydro-agricoles et construction des barrages
Spatialisation de l’enjeu : Dans les 4 Pôles (Andohahela, Ranomafana Tsivory , Littoral ):

Les Pôles les plus touchés

20
ONE/MO/DOC/31/ANO

Indicateurs de suivi de l’enjeu :

Elément à Indicateurs Sources d’information


caractériser
Restauration et Surface de bassin versant objet de lutte antiérosive.
protection des Nombre de commune ayant enregistrée une DRDR
bassins versants/ diminution de la surface érodée PSDR
Restauration de la PHBM
fertilité du sol Surface de sol faisant objet d’épandage d’engrais ONGs
chimique
Superficie de rizière ensablée DRDR
Nombre de titre distribué PSDR
Préssions
Superficie bornée PHBM
ONGs
Superficie de tavy
Disponibilité de Evolution de la surface cultivée DRDR
superficies Superficie de périmètre irrigué PSDR
cultivables PHBM
ONGs

21
ONE/MO/DOC/31/ANO

ENJEU N°3 : REBOISEMENT

Objectifs et orientations

Protection des sites de conservation


Gestion des aires protégées
Restauration des Bassins Versants

Niveau d’importance : +++

Liens avec d’autres enjeux thématiques : 1 ; 2 ; 4

Atouts/ opportunités :

Ressource en bois
Ressources naturelles forestières (APs, sites de conservation, etc ….)

Faiblesses/ menaces :
Forêt en cours de dégradation dus notamment au: tavy à l’exploitation illicite, aux besoins
d’énergie
Feux de brousse

Tendances évolutives :

Ampleur de la déforestation : exploitation des bois d’œuvre, charbon

Spatialisation de l’enjeu :Tsivory ,Ranomafana , Andohahela

Pôles les plus touchés

Indicateurs de suivi de l’enjeu :

Elément à Indicateurs Sources d’information


caractériser
Organisation des Evolution des surfaces reboisées Région
campagnes de Commune
reboisement par Superficie des bassins versants protégés CIREEF
commune
Préssions Surface ravagée par le feu de brousse Région
22
ONE/MO/DOC/31/ANO

Elément à Indicateurs Sources d’information


caractériser
Superficie de tavy Commune
CIREEF
Nombre de formation professionnelle intégrant un
volet environnement et population concernée Région
IEC Commune
Nombre des sites rénovés CIREEF
Nombre de commune verte

23
ONE/MO/DOC/31/ANO

ENJEU N°4 : MISE EN PLACE DE NOUVELLES AIRES PROTEGEES ET


POURSUITES DES ACTIONS DEJA MENEES EN MATIERES DE GESTION ET
CONSERVATION

Objectifs et orientations

Aménagement du Corridor forestier


Aménagement du site de conservation naturelle accueillant les visiteurs
Augmentation des aires protégées dans la Région et mise en œuvre de nouvelles zones de
conservation (forêts)
Programme de restauration des forêts littorales
Diminution et disparition de la déforestation, meilleure maîtrise des ressources disponibles,
ressources en bois d’énergie assurées
Recherche, mise en place effective de plan de gestion communautaire
Conservation des forêts naturelles

Niveau d’importance : ++

Liens avec d’autres enjeux thématiques : 1, 2, 3

Atouts/ opportunités :
Existence des zones de conservation naturelle : le PN Andohaela, le Parc privé de Berenty, le
PN Kalambatritra
Zones de conservation : axes de développement de la région

Faiblesses/ menaces :
Pressions d’origine anthropique
Pratique du tavy pour l’agriculture
Feux de brousse
Fabrication de charbons
Collecte des bois de construction
Fabrication des planches

Tendances évolutives :
Gestion rationnelle des aires de conservation naturelle (APs, Parc privé, etc….)
Création des 18 futures APs

Spatialisation de l’enjeu : Dans les 5 pôles (Tsivory, Ranomafana,


Andohahela, Taolagnaro, Littoral )

Pôles les plus touchés

24
ONE/MO/DOC/31/ANO

Indicateurs de suivi de l’enjeu :

Elément à Indicateurs Sources d’information


caractériser
Gestion rationnelle Nombre et surface des aires protégées créées
CIREEF
des sites de Nombre de site aménagé et protégé
ANGAP
conservation Nombre de transfert de gestion de site WWF
Nombre de COBA
Superficie des aires défrichées USAID, CIREEF,
Préssions Nombre de transfert de gestion par commune PSDR, ACORDS,
ANGAP, WWF
Superficie des sites conservés CIREEF
Conservation des
ANGAP
zones éco-régionale
WWF

25
ONE/MO/DOC/31/ANO

ENJEU N°5 : RESOLUTION DU PROBLEME DE POLLUTION MARINE ET


POLLUTION DUE AUX EPAVES

Objectifs et orientations
Enlèvement des épaves de la Baie de Tolagnaro
Prévention de la pollution des plages pour la santé publique
Plage répondant aux normes d’hygiène internationale
Développer la pêcherie urbaine
Implication des pêcheurs dans la mise en œuvre du plan de gestion (DINA, respect de la
réglementation)
Gestion durable des ressources halieutiques et marines

Niveau d’importance : +

Liens avec d’autres enjeux thématiques : Néant

Atouts/ opportunités :
Développement de la pêcherie urbaine
Sensibilisation des pêcheurs
Implication des pêcheurs dans la mise en œuvre du plan de gestion (DINA, respect de la
réglementation)

Faiblesses/ menaces :
Rejets des usines sans traitement des eaux notamment les usines de traitement de poisson et de
sisal (cas de déversement des eaux usées d’usine sisalière vers le Mandrare)
Pollution par les activités portuaires et les épaves

Tendances évolutives :
Recherche de financement pour l’enlèvement des épaves
Enlèvement des épaves
Protection contre les origines des épaves

Spatialisation de l’enjeu : Dans les 2 pôles ( Littoral et Taolagnaro )

Pôles les plus touchés

Indicateurs de suivi de l’enjeu :

Elément à Indicateurs Sources d’information


caractériser
Gestion durable des
Entreprises/ Ministères
ressources Tonnage annuel des ressources halieutiques et
Industries
halieutiques et marines
Région
marines

26
ONE/MO/DOC/31/ANO

Elément à Indicateurs Sources d’information


caractériser
Quantité de pollution d’origine urbaine et industrielle Entreprises/ Ministères
Préssions Tonnage annuel des rejets industriels brut Industries
Nombre des épaves enlevées Région
Mode de traitement Nombre d’entreprise ayant adopté de gestion
Entreprises/ Ministères
et de valorisation des réglementaire des ressources marines
Industries
ressources marines et
Région
côtières

27
ONE/MO/DOC/31/ANO

BIBLIOGRAPHIE
1. Monographie de la Région Anosy- 2001- Région
2. Monographie de la Région Anosy- 2003- Région
3. Monographie de la Région ANOSY- 2004- INSTAT
4. Tableau de bord Environnemental Régional de l’ANOSY – ONE
5. Liste des espèces endémiques/ envahissante/ introduite des faunes et des flores dans les APS.
ANGAP – PNAM – 2004- CI
6. PRD ANOSY- 2005- Région
7. Monographie Anosy 2003, Ministère de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche - Unité de
politique pour le développement rural (UPDR), juin 2003
8. Annexes Monographie Anosy 2003
9. Plan de travail et termes de références pour l’EER du cadre de développement régional
d’Anosy. International Resources Group (IRG)-Management Consultants in Energy,
Environment and Natural Resources. Préparé par : Maria do Rosario Partidario, UNLP,
Portugal ; Markus Eggenberger, EHT Zurich, Suisse ; Gregory Woodsworth, IRG/PAGE,
Madagascar ; Railovy, IRG/PAGE, Madagascar. 16 pages
10. Programme Régional du Développement Rural GTDR 20 de la Région de Tolagnaro, Equipe
Permanente de Pilotage, Mai 2001
11. Cadre de référence de développement régional intégré de la région d’Anosy, COMITE
REGIONAL ANOSY., 1999. (document sur papier – ONE)
12. Plans Communaux de Développement, CRD, 2001
13. Les Grande Orientations pour le développement de la Région, CRD Anosy, Dobbin
International inc
14. Schéma de Développement Régional de l’Anosy, Rapport phase 3 : collecte d’informations
pertinentes, CRD Anosy, Dobbin International inc
15. Plan Communal de Développement de la Commune rurale Analapatsy, District Amboasary
Sud, CRD- 2001
16. Appui à la planification de développement durable dans la région de l’Anosy-Madagascar
CRD- 2000
17. Priorisation des habitats pour la conservation de la biodiversité dans la Région Anosy- Mars
2001- Equipe suivi-écologique, IRG/PAGE et Groupe Technique Biodiversité Fort-
Dauphin- REE Anosy
18. Profil Anosy 2001- REE Anosy- CRD Anosy
19. Contract de transfert des resources Naturelles Renouvelables dans le terroir de Fort-Dauphin
COBA Santatra- 2001- Direction des Eaux et Forêts
20. Etude d’Impact Social et Environnemental – 2001- QMM
21. Kit Pédagogique Anosy- Juin 2005- ONE

28
ONE/MO/DOC/31/ANO

Région Anosy

Juillet 2006
ONE/MO/DOC/31/ANO

SOMMAIRE

I. INTRODUCTION ............................................................................................ 4
II. DEROULEMENT DES SEANCES................................................................ 4
2-1 Exposé du consultant .................................................................................. 4
2-2 Résultats obtenus......................................................................................... 4
ANNEXE I : Methodologie et draft profil presenté par le consultant ................ 13
ANNEXE II: Fiche de présence .......................................................................... 18
ANNEXE III : Synthèse du document diagnostic régional ................................ 19

3
ONE/MO/DOC/31/ANO

I. INTRODUCTION
La réunion avec le Focus Groupe de la région de l’Anosy, dans le cadre de l’élaboration
du Profil Environemental s’était tenu à Fort – Dauphin le 13 Avril 2006.
Les participants sont constitués principalement par les Services déconcentrés du
Ministère, les autorités décentralisés de la région, les représentants des projets travaillant dans
la région (cf. Liste de présence dans l’annexe)

II. DEROULEMENT DES SEANCES

2-1 Exposé du consultant

Le consultant a exposé la méthodologie préconisée pour l’élaboration du profil


environnemental régional et le draft du profil servant du document de base pour le travail en
plénière des participants (cf. Annexe I )

2-2 Résultats obtenus


BIODIVERSITE ET MILIEU NATUREL

Enjeux environnementaux
¾ Dégradation de la biodiversité
¾ Envahissement des espèces non autochtones
¾ Exploitation illicite des espèces endémiques (Exportation des tortues)
¾ Feux de brousse ; la culture sur brûlis (tetik’ala, tavy) pour le manioc et le riz pluvial
¾ Dégradation des bassins versants et ensablement des lacs et plaines en aval
Les littorales
¾ Pollution par les activités portuaires, les épaves, les eaux usées et les défécations
Coraux :
¾ Perturbation des habitats autour du port d’Ehoala
Dégradation des ressources en eau et tendance à la sécheresse
¾ Avancement des dunes

Composantes BIODIVERSITE ET MILIEU NATUREL


Poles de dvpt
Littoral ¾ Pollution par les activités portuaires, les épaves, les eaux usées
et les défécations
¾ Perturbation des habitats autour du port d’Ehoala
¾ Dégradation des ressources en eau et tendance à la sécheresse

Ranomafana
Mangoky ¾ Dégradation de la biodiversité
¾ Envahissement des espèces non autochtones
¾ Exploitation illicite des espèces endémiques (Exportation des
tortues)
¾ Feux de brousse ; la culture sur brûlis (tetik’ala, tavy) pour le
manioc et le riz pluvial
¾ Dégradation des bassins versants et ensablement des lacs et
plaines en aval

Nord –Betroka
Sud-Betroka
Kalambatritra ¾ Dégradation de la biodiversité
¾ Envahissement des espèces non autochtones

4
ONE/MO/DOC/31/ANO

¾ Exploitation illicite des espèces endémiques (Exportation des


tortues)
¾ Feux de brousse ; la culture sur brûlis (tetik’ala, tavy) pour le
manioc et le riz pluvial
Tsivory ¾ Dégradation de la biodiversité
¾ Envahissement des espèces non autochtones
¾ Exploitation illicite des espèces endémiques (Exportation des
tortues)
¾ Feux de brousse ; la culture sur brûlis (tetik’ala, tavy) pour le
manioc et le riz pluvial
¾ Dégradation des bassins versants et ensablement des lacs et
plaines en aval

Amboasary ¾ Dégradation de la biodiversité


¾ Envahissement des espèces non autochtones
¾ Exploitation illicite des espèces endémiques (Exportation des
tortues)
¾ Feux de brousse ; la culture sur brûlis (tetik’ala, tavy) pour le
manioc et le riz pluvial
¾ Dégradation des bassins versants et ensablement des lacs et
plaines en aval

Andohaela ¾ Dégradation de la biodiversité


¾ Envahissement des espèces non autochtones
¾ Exploitation illicite des espèces endémiques (Exportation des
tortues)
¾ Feux de brousse ; la culture sur brûlis (tetik’ala, tavy) pour le
manioc et le riz pluvial
¾ Dégradation des bassins versants et ensablement des lacs et
plaines en aval

Manambaro
Taolagnaro ¾ Dégradation de la biodiversité
¾ Envahissement des espèces non autochtones
¾ Exploitation illicite des espèces endémiques (Exportation des
tortues)
¾ Feux de brousse ; la culture sur brûlis (tetik’ala, tavy) pour le
manioc et le riz pluvial
¾ Dégradation des bassins versants et ensablement des lacs et
plaines en aval

Pollution et qualité des milieux/ AIR

Enjeux environnementaux
Fumée des exploitations des bois (bois, charbonnage)

Composantes AIR
Poles de dvpt
Littoral Fumée des exploitations du charbon
Ranomafana idem
Mangoky idem
Nord –Betroka idem
Sud-Betroka idem
Kalambatritra idem
Tsivory idem
Amboasary idem
Andohaela idem
Manambaro idem

5
ONE/MO/DOC/31/ANO

Taolagnaro idem

Pollution et qualité des milieux/EAU

Enjeux environnementaux

Problème de gestion des ressources en eau : prise d’eau, puits (District Amboasary Sud et Betroka)
Eaux usées : absence des systèmes adéquats d’évacuation des eaux usées et pluviales (Taolagnaro)
Non potentialité des ressources en eau (Lac Anony), prise d’eau (Amboasary)
Pollution marines : pollution due aux épaves et des activités portuaires (Taolagnaro)
Pénurie d’eau assimilée à la sécheresse dans les communes d’Amboasary Sud et de Betroka

Composantes EAU
Poles de dvpt
Littoral Pollution marines : pollution due aux épaves et des activités portuaires
Ranomafana
Mangoky
Nord –Betroka Problème de gestion des ressources en eau : prise d’eau, puits
Sud-Betroka Problème de gestion des ressources en eau : prise d’eau, puits
Kalambatritra
Tsivory
Amboasary Problème de gestion des ressources en eau : prise d’eau, puits
Andohaela
Manambaro
Taolagnaro Eaux usées : absence des systèmes adéquats d’évacuation des eaux usées et
pluviales
Pollution marines : pollution due aux épaves et des activités portuaires
Non potentialité des ressources en eau (Lac Anony)

Pollution et qualité des milieux/SOL

Enjeux environnementaux
Feux de brousse : la culture sur brûlis (tetik’ala, tavy) pour le manioc et le riz pluvial (Andohahelo,
Tsivory)
Erosion (voisinage Mangoky)
Dégradation des bassins versants et ensablement des lacs et plaines en aval (Mangoky, Tsivory,
Ranomafana)
Problème foncier autour des zones de cultures de sisal (Amboasary)

Composantes SOL
Poles de dvpt
Littoral
Ranomafana
Mangoky Dégradation des bassins versants et ensablement des lacs et plaines en aval
Erosion
Nord –Betroka
Sud-Betroka
Kalambatritra
Tsivory Dégradation des bassins versants et ensablement des lacs et plaines en aval
Amboasary Dégradation des bassins versants et ensablement des lacs et plaines en aval
Problème foncier autour des zones de cultures de sisal
Andohaela Culture sur brûlis (tetik’ala, tavy) pour le manioc et le riz pluvial
Manambaro Dégradation des bassins versants et ensablement des lacs et plaines en aval
Taolagnaro

6
ONE/MO/DOC/31/ANO

POLLUTION ET QUALITÉ DES MILIEUX / DECHETS

Enjeux environnementaux
Gestion des déchets : politique, moyens, processus intermédiaire (transport) et décharge finale
Pollution quotidienne de parties des plages : réticence d’ordre culturel d’une partie des citoyens à
utiliser systématiquement les latrines
Vétusté et dégradation des bâtiments administratifs

Composantes DECHETS
Poles de dvpt
Littoral Pollution quotidienne de parties des plages : réticence d’ordre culturel d’une
partie des citoyens à utiliser systématiquement les latrines
Ranomafana Vétusté et dégradation des bâtiments administratifs
Mangoky idem
Nord –Betroka idem
Sud-Betroka idem
Kalambatritra idem
Tsivory idem
Amboasary idem
Andohaela idem
Manambaro idem
Taolagnaro Pollution quotidienne de parties des plages : réticence d’ordre culturel d’une
partie des citoyens à utiliser systématiquement les latrines
Vétusté et dégradation des bâtiments administratifs
Gestion des déchets : politique, moyens, processus intermédiaire (transport)
et décharge finale
Vétusté et dégradation des bâtiments administratifs

RESSOURCES NATURELLES / TERRE

Enjeux environnementaux

Feux de végétation : le pâturage pour l’élévage ; la culture sur brûlis (tetik’ala, tavy) pour le manioc et
le riz pluvial (tous les pôles)
Dégradation des bassins versants et ensablement des lacs et plaines en aval (Mangoky, Tsivory)
Litige foncier
Non accessibilité de la population à la terre cultivable
Savane : manioc et riz autour des zones de cultures de sisal (Amboasary Sud)

Composantes TERRE
Poles de dvpt
Littoral Feux de végétation : le pâturage pour l’élévage ; la culture sur brûlis
(tetik’ala, tavy) pour le manioc et le riz pluvial
Ranomafana Feux de végétation : le pâturage pour l’élévage ; la culture sur brûlis
(tetik’ala, tavy) pour le manioc et le riz pluvial
Dégradation des bassins versants et ensablement des lacs et plaines en aval
Mangoky Feux de végétation : le pâturage pour l’élévage ; la culture sur brûlis
(tetik’ala, tavy) pour le manioc et le riz pluvial
Nord –Betroka Feux de végétation : le pâturage pour l’élévage ; la culture sur brûlis
(tetik’ala, tavy) pour le manioc et le riz pluvial
Sud-Betroka Feux de végétation : le pâturage pour l’élévage ; la culture sur brûlis
(tetik’ala, tavy) pour le manioc et le riz pluvial
Kalambatritra Feux de végétation : le pâturage pour l’élévage ; la culture sur brûlis
(tetik’ala, tavy) pour le manioc et le riz pluvial

7
ONE/MO/DOC/31/ANO

Tsivory Feux de végétation : le pâturage pour l’élévage ; la culture sur brûlis


(tetik’ala, tavy) pour le manioc et le riz pluvial
Amboasary Savane : manioc et riz autour des zones de cultures de sisal
Andohaela Feux de végétation : le pâturage pour l’élévage ; la culture sur brûlis
(tetik’ala, tavy) pour le manioc et le riz pluvial
Manambaro Feux de végétation : le pâturage pour l’élévage ; la culture sur brûlis
(tetik’ala, tavy) pour le manioc et le riz pluvial
Taolagnaro Feux de végétation : le pâturage pour l’élévage ; la culture sur brûlis
(tetik’ala, tavy) pour le manioc et le riz pluvial

RESSOURCES NATURELLES / ENERGIE ET MATIERES PREMIERES

Enjeux environnementaux
Exploitation abusive et irrationnelle des espèces de plantation (eucalyptus) pour les charbons et bois de
chauffe (Andohahelo, Berenty, Kalambatritra, Taolagnaro)
Exploitation irrationnelle de certaines espèces (« fantsiolotse », « katraday »…) surtout autour des grandes
villes (Bevilany…)
Déforestation au voisinage des zones de conservation naturelle

Composantes ENERGIE ET MATIERES PREMIERES


Poles de dvpt
Littoral
Ranomafana Exploitation abusive et irrationnelle des espèces de plantation (eucalyptus)
pour les charbons et bois de chauffe
Mangoky Déforestation au voisinage des zones de conservation naturelle
Nord –Betroka
Sud-Betroka
Kalambatritra Exploitation abusive et irrationnelle des espèces de plantation (eucalyptus)
pour les charbons et bois de chauffe
Déforestation au voisinage des zones de conservation naturelle
Tsivory Exploitation abusive et irrationnelle des espèces de plantation (eucalyptus)
pour les charbons et bois de chauffe
Amboasary Déforestation au voisinage des zones de conservation naturelle
Andohaela Exploitation abusive et irrationnelle des espèces de plantation (eucalyptus)
pour les charbons et bois de chauffe
Déforestation au voisinage des zones de conservation naturelle
Manambaro Exploitation abusive et irrationnelle des espèces de plantation (eucalyptus)
pour les charbons et bois de chauffe
Déforestation au voisinage des zones de conservation naturelle
Taolagnaro Exploitation abusive et irrationnelle des espèces de plantation (eucalyptus)
pour les charbons et bois de chauffe
Déforestation au voisinage des zones de conservation naturelle

RESSOURCES NATURELLES / MINES

Enjeux environnementaux
Exploitation des gisements d’ilménite sur les sables et dunes (Mandena, Petriky, Ste Luce)
Immigration
Absences des études d’impacts environnementaux des zones de potentielles minières : Manantenina,
Mandena, Ankaramena, Ranopiso, Bevoay

Composantes MINES
Poles de dvpt
Littoral
Ranomafana

8
ONE/MO/DOC/31/ANO

Mangoky
Nord –Betroka
Sud-Betroka Absences des études d’impacts environnementaux des zones de potentielles
minières
Kalambatritra
Tsivory Absences des études d’impacts environnementaux des zones de potentielles
minières
Amboasary
Andohaela
Manambaro Absences des études d’impacts environnementaux des zones de potentielles
minières
Taolagnaro Exploitation des gisements d’ilménite sur les sables et dunes
Immigration

RISQUES/ RISQUES NATURELS

Enjeux environnementaux
Problème de gestion des ressources en eau dans des communes d’Amboasary Sud et de Betroka
Avancement des dunes

Composantes RISQUES NATURELS


Poles de dvpt
Littoral Avancement des dunes
Ranomafana
Mangoky
Nord –Betroka Problème de gestion des ressources en eau
Sud-Betroka Problème de gestion des ressources en eau
Kalambatritra
Tsivory
Amboasary
Andohaela
Manambaro
Taolagnaro Avancement des dunes

RISQUES/ RISQUES SANITAIRES

Enjeux environnementaux
Insalubrité de l’eau
Existence des maladies liées à la qualité de l’eau (Taolagnaro, Mangoky) et à la gestion des ressources
en eau dans la région d’Amboasary Sud et de Betroka

Composantes RISQUES SANITAIRES


Poles de dvpt
Littoral Insalubrité de l’eau
Ranomafana Insalubrité de l’eau
Mangoky Insalubrité de l’eau
Existence des maladies liées à la qualité de l’eau
Nord –Betroka Insalubrité de l’eau
Gestion des ressources en eau
Sud-Betroka Insalubrité de l’eau
Gestion des ressources en eau
Kalambatritra Insalubrité de l’eau
Tsivory Insalubrité de l’eau
Amboasary Insalubrité de l’eau
Gestion des ressources en eau
Andohaela Insalubrité de l’eau

9
ONE/MO/DOC/31/ANO

Manambaro Insalubrité de l’eau


Taolagnaro Insalubrité de l’eau
Existence des maladies liées à la qualité de l’eau

CADRE DE VIE/ HABITAT

Enjeux environnementaux
Gestion des déchets : politique, moyens et site de décharge finale
Pollution quotidienne de parties des plages : réticence d’ordre culturel d’une partie des citoyens à
utiliser systématiquement les latrines
Eaux usées : absence de système adéquat d’évacuation des eaux usées et pluviales
Vétusté et dégradation des bâtiments administratifs
Approvisionnement en énergie domestique (bois)
Immigration

Composantes HABITAT
Poles de dvpt
Littoral Pollution quotidienne de parties des plages : réticence d’ordre culturel d’une
partie des citoyens à utiliser systématiquement les latrines
Ranomafana Eaux usées : absence de système adéquat d’évacuation des eaux usées et
pluviales
Mangoky Eaux usées : absence de système adéquat d’évacuation des eaux usées et
pluviales
Nord –Betroka Eaux usées : absence de système adéquat d’évacuation des eaux usées et
pluviales
Sud-Betroka Eaux usées : absence de système adéquat d’évacuation des eaux usées et
pluviales
Kalambatritra Eaux usées : absence de système adéquat d’évacuation des eaux usées et
pluviales
Tsivory Eaux usées : absence de système adéquat d’évacuation des eaux usées et
pluviales
Amboasary Eaux usées : absence de système adéquat d’évacuation des eaux usées et
pluviales
Andohaela Eaux usées : absence de système adéquat d’évacuation des eaux usées et
pluviales
Manambaro Eaux usées : absence de système adéquat d’évacuation des eaux usées et
pluviales
Taolagnaro Gestion des déchets : politique, moyens et site de décharge finale
Pollution quotidienne de parties des plages : réticence d’ordre culturel d’une
partie des citoyens à utiliser systématiquement les latrines
Eaux usées : absence de système adéquat d’évacuation des eaux usées et
pluviales
Vétusté et dégradation des bâtiments administratifs
Approvisionnement en énergie domestique (bois)
Immigration

CADRE DE VIE/ BATIMENTS

Enjeux environnementaux
Pollution quotidienne de parties des plages : réticence d’ordre culturel d’une partie des citoyens à
utiliser systématiquement les latrines
Accroissement démographique non en équilibre avec les conditions de vie
Pauvreté
Accès limité aux infrastructures de base eau, assainissement, santé
Immigration

10
ONE/MO/DOC/31/ANO

Composantes BATIMENTS
Poles de dvpt
Littoral Accès limité aux infrastructures de base eau, assainissement, santé
Pollution quotidienne de parties des plages : réticence d’ordre culturel d’une
partie des citoyens à utiliser systématiquement les latrines
Ranomafana Accès limité aux infrastructures de base eau, assainissement, santé
Accroissement démographique non en équilibre avec les conditions de vie
Pauvreté
Mangoky Accès limité aux infrastructures de base eau, assainissement, santé
Nord –Betroka Accès limité aux infrastructures de base eau, assainissement, santé
Sud-Betroka Accès limité aux infrastructures de base eau, assainissement, santé
Kalambatritra Accès limité aux infrastructures de base eau, assainissement, santé
Tsivory Accès limité aux infrastructures de base eau, assainissement, santé
Amboasary Accès limité aux infrastructures de base eau, assainissement, santé
Andohaela Accès limité aux infrastructures de base eau, assainissement, santé
Manambaro Accès limité aux infrastructures de base eau, assainissement, santé
Taolagnaro Pollution quotidienne de parties des plages : réticence d’ordre culturel d’une
partie des citoyens à utiliser systématiquement les latrines
Accroissement démographique non en équilibre avec les conditions de vie
Pauvreté
Accès limité aux infrastructures de base eau, assainissement, santé
Immigration

CADRE DE VIE/ NUISANCES

Enjeux environnementaux
Gestion des déchets : politique, moyens et site de décharge finale
Pollution quotidienne de parties des plages : réticence d’ordre culturel d’une partie des citoyens à
utiliser systématiquement les latrines
Accroissement démographique non équilibrée avec les conditions de vie de la population
Pauvreté
Accès limité aux infrastructures de base eau, assainissement, santé
Immigration

Composantes NUISANCES
Poles de dvpt
Littoral Gestion des déchets : politique, moyens et site de décharge finale
Pollution quotidienne de parties des plages : réticence d’ordre culturel d’une
partie des citoyens à utiliser systématiquement les latrines
Ranomafana Accès limité aux infrastructures de base eau, assainissement, santé
Mangoky Accès limité aux infrastructures de base eau, assainissement, santé
Nord –Betroka Accès limité aux infrastructures de base eau, assainissement, santé
Sud-Betroka Accès limité aux infrastructures de base eau, assainissement, santé
Kalambatritra Accès limité aux infrastructures de base eau, assainissement, santé
Tsivory Accès limité aux infrastructures de base eau, assainissement, santé
Amboasary Accès limité aux infrastructures de base eau, assainissement, santé
Andohaela Accès limité aux infrastructures de base eau, assainissement, santé
Manambaro Accès limité aux infrastructures de base eau, assainissement, santé
Taolagnaro Accès limité aux infrastructures de base eau, assainissement, santé Gestion
des déchets : politique, moyens et site de décharge finale
Pollution quotidienne de parties des plages : réticence d’ordre culturel d’une
partie des citoyens à utiliser systématiquement les latrines
Immigration

11
ONE/MO/DOC/31/ANO

LE PATRIMOINE NATUREL ET CULTUREL

Enjeux environnementaux

Maintien de la tradition et changement de la mentalité

Composantes
Poles de dvpt LE PATRIMOINE NATUREL ET CULTUREL
Littoral Maintien de la tradition et changement de la mentalité
Ranomafana Maintien de la tradition et changement de la mentalité
Mangoky Maintien de la tradition et changement de la mentalité
Nord –Betroka Maintien de la tradition et changement de la mentalité
Sud-Betroka Maintien de la tradition et changement de la mentalité
Kalambatritra Maintien de la tradition et changement de la mentalité
Tsivory Maintien de la tradition et changement de la mentalité
Amboasary Maintien de la tradition et changement de la mentalité
Andohaela Maintien de la tradition et changement de la mentalité
Manambaro Maintien de la tradition et changement de la mentalité
Taolagnaro Maintien de la tradition et changement de la mentalité

12
ONE/MO/DOC/31/ANO

ANNEXE I : METHODOLOGIE ET DRAFT PROFIL PRESENTE PAR


LE CONSULTANT

13
ONE/MO/DOC/31/ANO

14
ONE/MO/DOC/31/ANO

15
ONE/MO/DOC/31/ANO

16
ONE/MO/DOC/31/ANO

17
ONE/MO/DOC/31/ANO

ANNEXE II: Fiche de présence

18
ONE/MO/DOC/31/ANO

ANNEXE III : Synthèse du document diagnostic régional


1. BIODIVERSITE ET MILIEU NATUREL

Situation environnementale : forces, faiblesses, état et tendances


Forces :
• Valorisation de la biodiversité :
- Mise en place du Système des Aires Protégées de Madagascar dans la région d’Anosy.
- Richesses en faunes et flores (biodiversités).
- Sensibilisation des villageois pour la maîtrise des feux sauvages et la gestion des feux de végétation
• Prolifération de l’écotourisme (écosystème naturel):
- Augmentation du nombre de touriste dans les aires protégées
- Augmentation du revenu annuel
• Contrôle de l’exploitation de la biodiversité :
- Contrôle de la délivrance du permis d’exploitation forestière
- Suivi et contrôle des sociétés d’exploitation forestière
• Plan de gestion de terroir, de sécurisation foncière, d’aménagement de la station forestière de la région
d’Anosy est établi.
Faiblesses :

• Insuffisance des contrôles sur les zones humides


• Incidence du Tavy et des feux de brousse :
- Augmentation de la superficie incendiée
- Manque d’éducation des populations locales sur les impacts négatifs résultant de la pratique du
Tavy
• Exploitation illicite : le collecte de la tortue radiée ; le collecte de Mahampy
• Dégât dû à la pauvreté amplifiant la dégradation des ressources naturelles
• Exploitation massive de la biodiversité : charbon, bois
• Emploi des feux pour le renouvellement de pâturage;
• Surpâturage.
• Défrichement sans autorisation
• Pression de la Chasse et du Commerce (lémuriens)
• Tavy et les pratiques culturales ancestrales

Causes des pressions

• Méconnaissance de la valeur de la biodiversité (corridor)


• Insuffisance des moyens pour la valorisation des tanety
• Problème foncier
• Pression démographique
• Non-respect de règlement forestier
• Absence de la planification régionale de la gestion des ressources
• Application mitigée de l’ordonnance 60-127 du 03 octobre 1960 articles 37 portant sur
le parcage des bovidés sur terrains incendiées passible d’amende.

Etat et tendances :

• Augmentation de la superficie des sites de conservation suivant la déclaration de Durban (de 1.700.000 ha
à 6.000.000ha) et des aires Protégées (voir Chiffre PEIII) suivant la politique de l’environnement
• Augmentation des organismes privés et des investissements oeuvrant à la protection et la conservation de
la biodiversité
• GELOSE/GCF : transfert de gestion de la biodiversité : type de ressources, superficie, type de transfert de
gestion, objectif (Aire Protégée, site RAMSAR)
• Ampleur de la déforestation : exploitation des bois d’œuvre, charbon
• Incidence des feux de brousse, du tavy
- Augmentation des espaces reboisées ces dernières années.
- La diminution du défrichement des forêts, les coupes illicites (mais cela se fait d’une manière très lente)
- Di munition tangible des feux de brousse

19
ONE/MO/DOC/31/ANO

2. POLLUTION ET QUALITE DES MILIEUX


2.1. Pollution et qualité des milieux / AIR

Situation environnementale : forces, faiblesses, état et tendances


Forces
• Peu d’émission polluante
• Existence des mesures institutionnelles contrôlant les feux de brousse et du tavy (organismes privés/
publics)
• Sensibilisation de la population locale sur les conséquences de l’usage du tavy et des feux de brousse
Faiblesses
• Peu de connaissance sur la qualité de l’air et sur ses impacts
• Absence de connaissance de l’effet de l’agriculture sur la qualité de l’air
• Insuffisance de contrôle de l’évacuation de gaz à effet de serre
Etat et tendances
• Croissance de l’émission de gaz à effet de serre liée au feu de brousse, à la production de charbon, au
transport et la part du rejet industriel
• Phénomènes du réchauffement/ Retard de pluie

2.2. Pollution et qualité des milieux / EAU

Situation environnementale : forces, faiblesses, état et tendances


Forces
• Distribution de l’eau par JIRAMA dans les communes
• Méthode de traitement des eaux par JIRAMA : analyse physico-chimique, analyse bactériologique
• Gestion de l’eau (tarification de l’eau)
• Distribution de l’eau par les compagnies privées dans les communes d’Amboasary (Cas de la compagnie
Japonaise)
• Existence des projets de recherches récentes sur la qualité de l’eau dans la ville de Tolagnaro (projet
QMM)
Faiblesses
• Captage des eaux non protégées (lacs, rivières)
• Pollution de l’eau dans les villes urbaines
• Rejets des usines sans traitement des eaux notamment les usines de traitement de poisson et sisal (cas de
déversement des eaux usées d’usine sisalière vers le Mandrare)
• Pollution par les activités portuaires et les épaves
• Insuffisance des dispositifs de surveillance et de contrôle des eaux ; d’information et de conscientisation
de la population

Etat et tendances
• Disponibilité et qualité de l’eau
• Restauration des bassins versants
• Réhabilitation de certaines sources minéralisées afin d’attirer les touristes

2.3. Pollution et qualité des milieux / SOL

Situation environnementale : forces, faiblesses, état et tendances


Forces
• Prolifération des organismes privés sur la protection des bassins versants et l’appui aux
paysans (Organisation Paysannes)
• Augmentation de la production agricole
Faiblesses
• Absence d’information exacte sur la qualité du sol (insuffisance des moyens et des
informations)
• Sensibilité du sol à l’érosion (sol très fragile, très sablonneux, sensible à l’action mécanique du
vent, qui, dans le cas de l’Androy, est un alizé du Sud-Est (vent dominant))
• Infertilité du sol (diminution de la fertilité du sol : dans la partie Nord du district d’Amboasary
du coté de Tsivory et les environs de Bekily).
Etat et tendances

20
ONE/MO/DOC/31/ANO

• Exploitation de plus en plus des terrains sensibles


• Prolifération des organismes oeuvrant à la protection des bassins versants et la couverture
végétale
• Diminution de la surface cultivable
• Augmentation de la superficie du LAVAKA
• Ensablement des bas fonds (transport et sédimentation des rizières)
• Dégradation de la fertilité du sol

2.4. Pollution et qualité des milieux / DECHETS

Situation environnementale : forces, faiblesses, état et tendances


Forces
• Préservation de la propreté publique par les communes
• Amélioration de l’assainissement de la commune
Faiblesses
• Insuffisance du nombre de bacs à ordure, WC, toilette
• Manque d’unité de recyclage de déchets
• Augmentation des quantités de déchets ménagères et industrielles
• Gestion des déchets : politique, moyens et site de décharge finale
Etat et tendances
• Amélioration du service de la voirie
• Création des espaces vertes
• Insuffisance des matériels pour la préservation de la propreté de la commune
• Amélioration du plan d’urbanisation dans les communes

3. RESSOURCES NATURELLES

3.1. Ressources naturelles / EAU

Situation environnementale : forces, faiblesses, état et tendances


Forces
• Réserves d’eau abondantes, faciles à exploiter : la région est un immense réservoir d’eau
notamment dans la zone Est
• Existence de nombreux Organismes d’appui, ONG, projets et programmes qui interviennent
dans le domaine (protection de lavaka et berges, reboisement, assainissement et adduction
d’eau potable….)
• Existence des organismes d’appui tels que (PLAE, PSDR) oeuvrant à la protection des bassins
versant et de lutte contre les ensablements de rivières, également à la protection des ouvrages
hydro-agricoles, et la protection des berges
• Existence de la politique qui cadre la gestion de l’eau : le Code de l’eau.
• Présence de JIRAMA dans la région, principales sociétés distributrices d’eau potable dans les
grandes villes.
• Valorisation de la filière eau : liste des cours d’eau, lacs, fleuves, rivières
• Protection des bassins versants
• Mesures techniques (nombres de barrages)
• Ecotourisme
Faiblesses
• La déforestation et les changements climatiques influent sur la quantité d’eau des fleuves et
rivières.
• L’insuffisance des animations et des sensibilisations de la population sur la protection des
richesses en « eau » et les entretiens des infrastructures d’adduction d’eau potable (bornes
fontaines et les canaux d’irrigation, réservoir d’eau…) au niveau de la Région.
• Le manque d’information sur le contenu du code de l’eau par la majorité de la population et
même par les autres acteurs impliqués dans la gestion de l’eau au niveau de la région.
• L’insuffisance de la maîtrise de la gestion de l’eau par la population rurale ; le manque
d’infrastructure et de capacité technique (le manque d’information sur le contenu du code de
l’eau par la majorité de la population et même par les autres acteurs impliqués dans la gestion
de l’eau au niveau de la région)
• La Pollution de la ressource en eau : sédimentation des cours d’eau

21
ONE/MO/DOC/31/ANO

• La croissance du nombre des lavaka


• La pénurie d’eau surtout dans les zones semi-arides
• L’inondation des rivières, des lacs, des étangs
Etat et tendances
• Tendance à l’accélération du tarissement des sources d’eau
• Prise de conscience progressive de la population dans la protection des bassins versants et la
protection des berges.
• Augmentation du besoin en eau d’irrigation
• Prolifération de la recherche en eau : puits, pompes publiques

3.2. Ressources naturelles / SOL

Situation environnementale : forces, faiblesses, état et tendances


Forces
• Disponibilité de terrain dans la région
• Spécification de la caractéristique du sol : géologie, pédologie
• Sécurité foncière : mise en œuvre des opérations de bornage
• Ecotourisme
• Amélioration des techniques culturales augmentant la production agricole
• Mesures institutionnelles pour la gestion des sols et la couverture forestières
• Reboisement
Faiblesses
• Infertilité du sol (sols peu fertiles nécessitant des apports organiques notamment dans la partie Est de
la région)
• Déforestation
• Exploitation illicite des zones forestières : nombre des personnes n’ayant aucun permis d’exploitation
forestière
• Erosion facilitant les transports des sols fertiles
• Augmentation de la superficie des lavaka
• Incidence des tavy et des lavaka
• Insuffisance des nombres de terres cadastrées et bornées
• L’occupation ne respectant pas du plan d’urbanisme
• Absence de schémas d’aménagement de territoire
• Inexistence de plan d’occupation du sol
Etat et tendances
• Aménagement, classement et zonage forestier
• Reboisement à des fines énergétiques, type Fanjahira
• Promotion des produits issus des bois de plantation
• Plus large diffusion des irrigations

3.3. Ressources naturelles / ENERGIE ET MATIERES PREMIERES

Situation environnementale : forces, faiblesses, état et tendances


Forces
• Electricité : distribution d’électricité par la société JIRAMA
• Situation de la demande en bois
• Augmentation du ménage utilisant du bois comme energie
Faiblesses
• Diminution du débit d’eau pour le fonctionnement des centrales hydroélectriques.
• Faible utilisation de l’énergie renouvelable (solaire, hydrolique…)
• Forte utilisation des bois comme les principales sources d’énergie
• Insuffisance de l’éclairage publique dans les grandes villes
• Augmentation du coût de l’énergie
Etat et tendances
• Aménagement, classement et zonage forestier
• Reboisement à des fines énergétiques, type Fanjahira
• Promotion des produits issus des bois de plantation
• Plus large diffusion des irrigations

22
ONE/MO/DOC/31/ANO

3.4. Ressources naturelles / MINES

Situation environnementale : forces, faiblesses, état et tendances


Forces
• Ressources minières importantes dans la région d’Anosy
• Riche en ressource minière : or, saphir, béryl, grenat, améthyste, cristal, zircon, mica, bauxite, ilménite
• Gisement de graphite à Ampandrandava
• Importante gisement d’ilménite dans les sables et les dunes de la région de Fort - Dauphin
Faiblesses
• Insuffisance de la sensibilisation sur les lois et politiques générales de l’exploitation minière aux petits
exploitants ainsi que bon nombre des opérateurs miniers
• Absence de structure de gestion décentralisée des ressources minières.
• Manque des moyens à disposition des services techniques déconcentrés afin de mieux assumer les
activités de suivi à travers la région.
• Faible taux de recouvrement des redevances et des taxes minières
• Exploitation minière non maîtrisé
• Exploitation illicite et non contrôlée pour les exploitants artisanaux
• Impact environnemental de l’exploitation non maîtrisé.

Etat et tendances
• Prolifération du nombre des exploitants informels en quête de nouveaux gisements miniers
• Non maîtrise des activités des exploitants informels faute des moyens et des équipements adéquats
• Création d’emploi aux villageois pour l’exploitation du gisement d’ilménite de la société QMM

4. RISQUES

4.1. Risques/ Risques naturels

Situation environnementale : forces, faiblesses, état et tendances


Forces
• Exploitation des énergies alternatives
• Existence d’un organisme oeuvrant au changement climatique (MINENVEF)
• Protection des bassins versants
• Augmentation du nombre de barrage facilitant l’amélioration de la production agricole
Faiblesses
• Phénomènes de réchauffement : augmentation de la température, variation de la pluviométrie (retard de
pluie), variation des saisons
• Maladie liée au climat : paludisme, conjonctivite, grippe, infections cutanées, rhinite allergique
• Augmentation du nombre de cyclone
• Bassins de production soumis au risque d’inondation
• Insuffisance des mesures de préventions et de protection, de l’éducation de la population sur les risques
• Inexistence de station hydrométrique
• Urbanisation des zones inondables
• Système de gestion d’informations sur les risques et catastrophes
• Pénurie d’eau assimilée à sécheresse dans des communes d’Amboasary Sud
• Avancement des dunes
Etat et tendances
• Développement des dispositifs de secours plutôt que de prévention
• Tendance à la sécheresse de plus en plus perceptible.
• Persistance des Alizés du Nord -Nord Est, à effet desséchant.

4.2. Risques/ Risques sanitaires

Situation environnementale : forces, faiblesses, état et tendances


Forces
• Existence du nombre de personnel médical
• Sensibilisation de la population locale sur les risques sanitaires
Faiblesses
• Maladie liée au climat : paludisme, conjonctivite, grippe, infections cutanées, rhinite allergique

23
ONE/MO/DOC/31/ANO

• Manque de médicaments et des personnels médicaux


Etat et tendances
• Intensification de la sensibilisation de la population locale sur les risques sanitaires
• Augmentation des centres de santé de base (CSBI - CSB II)

4.3. Risques/ Risques technologiques


Situation environnementale : forces, faiblesses, état et tendances
Aucune plainte n’a été reçue

5. CADRE DE VIE

5.1. Cadre de vie/ HABITAT

Situation environnementale : forces, faiblesses, état et tendances


Forces
• Paysage riche en biodiversité et revêt un intérêt touristique particulier
• Action de restauration de paysage forestier par WWF
• Existence des infrastructures routières, hôtelières, sanitaires, d’éducation, publiques
• Télécommunication, médias, presses
• Augmentation du nombre de touriste dans les parcs nationaux
Faiblesses
• Manque de civisme de la part de la population sur le respect du paysage
• Fréquente feux de brousse
• Nombreuses constructions ne suivent pas les normes requises pour les grandes villes
• Les routes traversant la ville ne respectent pas les normes requises créant des embouteillages
• Non maîtrise de la notion d’urbanisme
• Manque de présence d’espace vert
• Absence de politique d’urbanisation/lotissement des terres en milieu rural
• Manque d’information sur les intérêts de la préservation des paysages
Etat et tendances
• Amélioration des paysages selon la Vision 2020 du DSRP
• Relance de la filière touristique dans la région
• Amélioration des infrastructures hôtelières, routes, d’éducation
• Mise en place du plan d’urbanisme régional

5.2. Cadre de vie/ BATIMENTS

Situation environnementale : forces, faiblesses, état et tendances


Forces
• Existence des infrastructures routières, hôtelières, d’éducation, sanitaires, publics dans la région
• Augmentation de la population
• Existence des postes avancées de la Gendarmerie renforçant la sécurité de la population
• Existence des industries agricoles et minières
Faiblesses
• Insuffisance des infrastructures facilitant les besoins de la population
• Non respect du plan d’urbanisation pour la construction
• Pauvreté : diminution du revenu de la population
• Pollution (déchets, etc.)
Etat et tendances
• Amélioration des infrastructures hôtelières, routes, d’éducation
• Renforcement de la sécurité régionale (Gendarmerie, force de l’ordre en collaboration de la population
locale)
• Population consciente de sa richesse en biodiversité
• Valorisation et gestion durable des richesses naturelles de la Région (biodiversité, produits halieutiques)

24
ONE/MO/DOC/31/ANO

5.3. Cadre de vie/ nuisances

Situation environnementale : forces, faiblesses, état et tendances


Forces
• Existence du service de voirie dans chaque commune
• Incitation de la population locale à la propreté
Faiblesses
• Problèmes d’évacuation des eaux usées ménagères ou industrielles
• Problèmes du plan d’urbanisme
Etat et tendances
Mise en place du plan l’urbanisme régional

6. LE PATRIMOINE NATUREL ET CULTUREL

Sites culturels et architecture monuments


Situation environnementale : forces, faiblesses, état et tendances
Forces
• Patrimoine naturel revêtant un intérêt éco touristique indéniable.
• Existence de nombreuses religions dans la régions : FFKM, adventiste
• Aide aux appuis de développement de la vie social : construction des écoles, dispensaires, cabinet
médical, cabinet dentaire
• Aide à la sensibilisation et à l’éducation de la conservation et la protection des patrimoines naturelles
Faiblesses
• Manque de politique d’entretien pour la préservation des patrimoines.
• Exploitation illicite des ressources naturelles qui font partie du patrimoine naturelle.
• L’enclavement de certains sites culturels.
• Absence de système de contrôle et de surveillance locale des patrimoines naturels.
Etat et tendances évolutives
• La promotion de la culture identitaire de la région figure parmi les axes stratégiques du développement
de la région définie dans le Programme Cadre de Développement de la Région.
• Début de mise en place de la gouvernance locale pour la rationalisation de la gestion des ressources
naturelles : transfert de gestion au VOI.
• Forte demande de bois de construction vue l’accroissement démographique de la région
• Insuffisance des infrastructures socio- culturels pour les jeunes

25
ONE/MO/DOC/31/ANO

FICHE DE PRESENCE

26