Vous êtes sur la page 1sur 5

Classification des diagraphies

DIAGRAPHIE PETROLIERE
1. Diagraphie électrique
ne diagraphie est un enregistrement d’une caractéristique des

U
2. Diagraphie nucléaire
formations traversées par un sondage en fonction de la 3. Diagraphie acoustique
profondeur. 4. Diagraphie auxiliaire
5. Diagraphie de production
On distingue deux types de diagraphies :

Diagraphie instantanée (Logging while drilling) LWD


• L’enregistrement des paramètres est effectué pendant le forage.
1. Diagraphie électrique :
Les diagraphies électriques sont des diagraphies différées. Parmi
Diagraphie différée (Wirline Logging) WLL les paramètres qui peuvent être enregistrés citons :
• L’enregistrement est effectué lors de l’arrêt le forage.
1.1. Potentiel spontané PS :
Cette diagraphie ne comprend pas d’émetteur : il s’agit de
courant naturel.
But des diagraphies : La mesure directe des variations du potentiel électrique est
 Reconnaissance des réservoirs : quelle est la lithologie, la faite entre une électrode de surface et la sonde
porosité, les saturations (huile/eau/gaz) en fonction de la  On observe une déflexion en face des roches réservoirs
profondeur. par rapport à une ligne de base des argiles (ou marnes).
 Le pendage des couches La cause est due à la salinité différente des eaux des
 La connaissance des puits : diamètre, inclinaisons, cimentation réservoirs et de boue.
des tubages, liaison couche trou.
 La comparaison entre plusieurs puits par corrélations 1.2. La résistivité :
« électriques » qui mettent en lumière des variations de Un système d’électrode envoie un courant électrique dans la
profondeur, d’épaisseur, faciès. formation. On mesure ainsi la résistivité apparente en
« Ohm »
Les mesures sont en fonction de la porosité et de la
saturation (eau – hydrocarbures)
1.3. Micro résistivité : 2.1. Rayon gamma (GR: Gamma Ray)
Notion de zone envahie : le filtrat de boue envahit la zone Les rayons gamma sont des salves d’ondes
proche du trou refondant en partie les liquides en place. La électromagnétique de haute énergie qui sont émis
connaissance de la résistivité de cette zone permet de préciser spontanément par des éléments radioactifs.
les informations sur le porosité ø et la Saturation SW du Presque tous les rayonnements gamma rencontré sur terre
réservoir. Les outils employés sont : ML (Microlog) et MLL sont émis par l’isotope radioactif du Potassium « K » et par
(microlatérolog). des éléments radioactifs de la série d’Uranium « Ur » et du
Thorium « Th »

Pour les formations sédimentaires on enregistre une


radioactivité importante dans :
 Les formations argileuses qui contiennent du Potassium
(illite spécialement)
 Les sels de potassium
 Les formations riches en matière organique pouvant
contenir de l’Uranium.
 Les formations détritiques contenant des feldspaths.

Application des diagraphies gamma naturelles :


 Détermination de la lithologie
 Etude minéralogique des argiles
2. Diagraphie nucléaire  Estimation du pourcentage d’argile dans les
Elles peuvent être enregistrées en trou ouvert ou tubé. formations gréseuses
On regroupe sous le nom de diagraphie nucléaire : One mesure la résistivité naturelle des formations (pas
 Log de radioactivité gamma naturel, spectrométrie gamma. d’émetteur). Les argiles et marnes sont plus radioactives en
 Log neutron général que les grès et calcaire, d’où la reconnaissance des
 Log gamma-gamma (Densité) bancs réservoirs.
2.2.Neutron N :  Détermination de la zone à gaz
Il s’agit d’une diagraphie nucléaire provoquée. Le principe de  Détermination des métaux lourds
cette diagraphie consiste, à l’aide d’une sonde, à émettre des
neutrons rapides qui bombardent la formation donnant Les formations sont irradiées à l’aide de rayons gamma qui
naissance à des neutrons lents que l’on peut détecter sont reçus en fonction de la densité de la formation

 Outil utilisé : CNL (Compensaled Neutron Log) 𝐷 = ∅ . 𝐷𝑓 + (1 − ∅)𝐷𝑚

Application des diagraphies neutron : Avec : D : Densité globale lue sur le log ; Df : densité du
 Mesure de la porosité fluide (filtrat) ; Dm : densité de la matrice rocheuse
 Différenciation des zones à gaz, des zones à huile ou
à eau. Valeurs de Dm : Sable-grès = 2.65 / Argiles = 2.65-2.70 /
 Définition de la lithologie en combinant avec d’autre calcaire = 2.71
diagraphie.
La sonde émet des neutrons rapides qui bombardent 2.4. Relaxation neutronique TDT :
la formation et donnent naissance à des neutrons lents A base d’une émission de neutron, le paramètre est lié à la
que l’on peut détecter et le nombre N est fonction de quantité de chlore, d’où une salinité apparente qui conduit à
la quantité d’hydrocarbure. la saturation. Cette diagraphie permet de localiser les
hydrocarbures derrière les tubages et de suivre l’évolution des
2.3. Densité (gamma – gamma) D : interfaces durant la production.
C’est une diagraphie nucléaire provoquée qui utilise des
sources radioactives l’émission des rayons gamma. 3. Diagraphie Sonique (ou acoustique)
Le log Sonic est basé sur l’étude de propagation des ondes
 Outil utilisé est : LDT (Litho Density Tool) acoustiques dans les formations. Cette diagraphie apporte des
renseignements sur les propriétés mécaniques des formations
Application des diagraphies gamma-gamma : trouvées.
 Calcul de la porosité La propagation d’un train d’onde émis par une source et capté par
 Détermination de la lithologie un couple récepteur. Le log Sonic est un enregistrement des temps
de transit Δt (transit time) du son dans la formation sur une
distance d’un pied. 4.2. Pendagemètre :

 Outil utilisé : BHC (Borehole Compensated) Il s’agit de l’enregistrement simultané de 4 courbes de


microlatérologs selon 4 génératrices de 90° dans un plan
Application de la diagraphie acoustique : normal à l’axe du sondage : le décalage des 4 courbes donne
 Détermination des propriétés mécanique de la formation la valeur du pendage et sa direction.
 Analyses des fractures
 Vérification de la cimentation 4.3. Adhérence au ciment (CBL : Cement Bond Log)
 La mesure de perméabilité dans les roches poreuses.
Il s’agit de la mesure d’amplitude du signal acoustique reçu
par l’intermédiaire du tubage :
Récepteur
- En présence de ciment, le signal est faible car le
ciment attenue la vibration du métal ;
- S’il n’y a pas de ciment, le tubage vibre librement
Formation
d’où le signal fort.
L’analyse des signaux donne une information sur la
Emetteur présence et l’adhérence du ciment au tubage et à la
formation.

4. Diagraphie auxiliaire :
4.1. Diamétreur (Caliper log)

Système à bras donnant le diamètre du sondage (cave,


étranglement, qualité du ciment).
5. Détermination de la lithologie, de la porosité et des
saturations

a. Lithologie :
- Gamma ray/ou PS + déblais (et carottes)
- Combinaison « neutron + densité + sonique »
b. Porosité :
- Résistivité, neutron, densité, sonique.
Cas des sables (grès) argileux : résistivité et
gamma ray (PS). Diagrammes avec deux
diagraphies de porosité (N-D, N-S et S-D)
c. Saturation :
- Résistivité (+PS)
1 𝑅𝑤
𝑆𝑤 # √
∅ 𝑅𝑡
- Combinaison « neutron + densité »  gaz : densité
plus faible et neutron plus élevé, d’où D indique
une ø apparente trop forte et N une ø apparente trop
faible.
Ainsi :
Résistivité (+PS) + N + D  eau, huile et gaz.
Pour les formations contenant de l’argile (grès
argileux ou carbonates argileux). L’interprétation
est complexe et moins précise.