Vous êtes sur la page 1sur 29

| Newsletter Nous contacter Magazine numérique Abonnement

JE ME CONNECTE JE M'ABONNE DÈS CHF 7

 #suisse
 #coronavirus
 #compagnies aériennes
 #uber
 #pharma

04. juillet 2011 31 min

50 idées de business pour ceux qui veulent


se lancer
par Bilan Marketing

Cinquante concepts novateurs dénichés à l'étranger pour vous inspirer.

 #stratégie
 #les plus de la rédaction
Certaines périodes s'avèrent propices à réveiller la vocation de créateur d'entreprise qui
sommeille chez certains d'entre nous. L'arrivée d'une crise économique et son lot
d'incertitudes, les récits d'amis laissés sur le carreau après des années de loyauté à un
employeur ou tout simplement la perte du sentiment d'appartenance à son entreprise.

Du jour au lendemain, le besoin de reprendre son destin en main résonne comme une
évidence. Pour certains futurs patrons, faire le pas s'avère d'autant plus facile qu'ils ruminent
une idée depuis des mois, voire des années. Mais pour d'autres, si l'envie est là, la bonne idée
elle, se fait toujours attendre. C'est pour eux que nous avons listé 50 concepts novateurs
dénichés à l'étranger qui restent encore peu répandus dans nos contrées. A vous de vous en
inspirer pour devenir un entrepreneur à succès!

Lire aussi: Dix nouvelles idées de business pour vous


lancer
Mais attention, du rêve à la réalité il y a souvent un monde. Quitter le confort d'une position
de salarié pour l'incertitude de l'indépendance n'a rien d'une sinécure. Pour Philippe
Gaemperle, responsable de Genilem, l'association d'accompagnement des nouveaux
entrepreneurs, il faut surtout bien mûrir sa décision avant de se lancer. Un bon projet, cela se
prépare longtemps à l'avance, lorsque l'on peut encore profiter de son statut de salarié pour
bûcher le soir et le week-end sur cette nouvelle entreprise. Chez Genilem, seul un dossier sur
quarante en moyenne, bénéficie du suivi et de l'accompagnement de l'association pendant une
demi-journée par mois. «Nous rejetons beaucoup de projets, mal ficelés, mal pensés et voués
à l'échec. D'ailleurs, l'une de nos principales responsabilités consiste à décourager les
personnes qui sous-estiment les difficultés qu'elles s'apprêtent à affronter.»

En plus d'une excellente idée, il faut réfléchir à la valeur ajoutée de son produit, savoir en
quoi celui-ci est différent de ce qui existe sur le marché et comment l'entreprise va gagner de
l'argent. Ensuite, il faut une bonne dose de réalisme et d'anticipation en se rappelant, par
exemple, que la production d'un produit en série aura des incidences autres que la fabrication
d'un prototype. «Au final, les sociétés que nous acceptons d'épauler ont un taux de survie de
93% après trois ans, soit un pourcentage tout à fait exceptionnel dans le secteur des nouvelles
entreprises.»

Lire aussi: Quand les chatons inspirent des idées de


business
Voila le modèle à suivre, maintenant à vous de jouer!

Vente
La friperie de luxe

L’idée: Les armoires des citadines regorgent de trésors: chaussures classes quasi neuves,
tailleur acheté dans une petite boutique porté seulement une fois pour une grande occasion,
sacs ou ceintures de marque. Mais avec la crise économique, le pouvoir d’achat des
consommatrices diminue. D’où l’idée de mettre en relation celles qui souhaitent se séparer
d’une partie de leur garde-robe avec les acheteuses potentielles.
Le fonctionnement: Il suffit de louer une boutique quelque part en ville pour se lancer dans le
vêtement de seconde main. Mais d’un œil expert vous ne transigez pas sur la qualité: seules
les pièces présentant un réel intérêt trouvent place dans la vitrine. Les habits sont pris en
dépôt-vente pour une durée maximale d’un mois et vous encaissez un solide pourcentage sur
les ventes.

Investissement de départ: bas

Risques: bas

Rendement potentiel:  $$$

Les articles de sports d’occasion

L’idée: Nombreux sont les sportifs qui s’équipent de pied en cap avant de se rendre compte
que ce matériel ne leur convient pas ou de changer de sport. Sport Junkies a transformé ce
constat en business en garantissant la qualité des articles de sports d’occasion contrairement
aux sites Internet.

Le fonctionnement: Les deux premiers magasins Sport Junkies au Canada comptent des
milliers d’articles en dépôt-vente. Le principe est que chaque article présenté baisse de 10%
de prix chaque semaine. Le propriétaire initial touche 70% du prix de vente final.

Investissement de départ: faible

Risques: moyens

Rendement potentiel: $$$

www.sportsjunkies.com

Magasin d’échantillons gratuits

L’idée: Les Chinois viennent de créer Sampleplaza, une salle d’exposition remplie de
nouveaux produits pas encore distribués sur le marché. Des produits que les consommateurs
peuvent tester. De leurs côtés, les fabricants disposent d’une large surface de vente de test.

Le fonctionnement: Les consommateurs paient un abonnement annuel fixe qui leur permet de
venir aussi souvent qu’ils le désirent. A chaque fois, ils peuvent repartir avec cinq produits, à
condition de remplir un formulaire sur chacun d’eux.

Investissement: élevé

Rendement potentiel: $$$$

www.design-studio.cn/case/sampleplaza/html/

Le costume qui se repasse tout seul!


L’idée: Amener son complet au pressing prend du temps et coûte cher. Pourquoi ne pas créer
un costume qui se nettoie tout seul?

Le fonctionnement: Grâce à la laine mérinos, une entreprise a réussi à développer ce costume


révolutionnaire qui se rince sur un cintre sous la douche et qui, une fois sec, est impeccable,
sans besoin d’être repassé.

Investissement de base: bas

Risques: bas

Rendement potentiel: $$$$

www.merinoinnovation.com

INTERNET
Vente de lames de rasoir par abonnement

L’idée: Certains cartonnent déjà en vendant des chaussettes par abonnement. Pourquoi ne pas
copier le concept pour d’autres articles tout aussi utiles comme les lames de rasoir.

Le fonctionnement: Pour s’éviter la création d’un large réseau de distribution, tout a été misé
sur Internet et l’abonnement. Résultat, ses prix sont bien plus bas qu’en grande surface.

Investissement de départ: moyen

Rendement potentiel: $$$$

www.razwar.com

La boutique à fêtes

L’idée: La grande distribution a tué les magasins de farces et attrapes mais la franchise de
Party Fiesta les ressuscite sous une forme modernisée avec des magasins où l’on trouve tout
pour organiser une fête.

Le fonctionnement: Implantées dans les centres commerciaux et les centres-villes, les


boutiques Party Fiesta contiennent 10 000 articles différents allant des déguisements aux
assiettes en carton. Les marges sur les ventes sont supérieures à 60% et l’entreprise promet un
retour sur investissement en moins de trois ans.

Investissement de départ: moyen

Risques: faibles à moyens

Rendement potentiel: $$$$$

www.partyfiesta.com
La jardinerie low-cost

L’idée: A l’heure du low-cost, Garden Price applique à la jardinerie les recettes des hards
discounters. Un concept porteur avec un marché global du jardinage en hausse de 3% annuels,
tandis que les consommateurs sont toujours plus attentifs au prix.

Le fonctionnement: Des locaux modestes en périphérie, un personnel restreint et des marges


sous pression. Résultat: des prix de 20% à 30% inférieurs à ceux de la concurrence.

Investissement de départ: moyen

Risques: moyens

Rendement potentiel: $$

www.gardenprice.com

Faire de la foule une force de vente

L’idée: Sur la mouvance du crowdsourcing, certains ont imaginé l’utilisation des internautes
pour vendre un produit ou donner un avis sur quelque chose.

Le fonctionnement: Les utilisateurs du site précisent le type de vente qu’ils cherchent et les
honoraires qu’ils sont prêts à payer. Les internautes intéressés peuvent alors vendre à
l’extérieur du site mais reviennent vers ce dernier pour encaisser leur salaire via PayPal.

Investissement de départ: faible

Rendement potentiel: $$

www.leadvine.com

Acheter et vendre de l’info

L’idée: Womzone.com est la première plateforme payante d’échanges d’informations entre


particuliers. Elle est destinée à la fois à l’offre et à la demande.

Le fonctionnement: Vous détenez une bonne information, un bon plan, une astuce, vous les
mettez en vente sur Womzone pour le prix qu’il vous siéra. Si vous cherchez une info, vous
publiez une annonce. Womzone se rémunère en prenant une commission de 30% sur les
transactions. En France, Womzone lancé en 2008 compte aujourd’hui 30 000 membres et a
levé 600 000 euros jusqu’à présent.

Investissement de départ: bas à moyen

Risques: bas

Rendement potentiel: $$

www.womzone.com
Un coffre-fort pour les données numériques

L’idée: Photos, documents, données… la numérisation de l’information fait exploser les


capacités mémoires de nos ordinateurs. Pourquoi ne pas créer des coffres virtuels pour les
valeurs numériques? Wells Fargo le fait depuis un an dans la Silicon Valley.

Le fonctionnement: Pour 4,95 dollars par mois, Wells Fargo vSafe loue à l’utilisateur un
espace d’un gigabytes (10 000 documents Word). Outre le très haut niveau de sécurité d’accès
hérité de l’informatique bancaire, l’établissement back-up les informations et en garantit la
pérennité. Le prix semble déterminant car ABN Amro, qui a lancé un service similaire mais
plus cher, va l’arrêter.

Investissement de départ: élevé

Risques: moyens

Rendement potentiel: $$$$$

www.wellsfargo.com/wfonline/wellsfargovsafe/index

Louer sa place de parking

L’idée: Avec deux millions de places de parking souterrains à louer, Parkopedia est devenue
une référence en la matière. Mais pourquoi ne pas aussi louer sa place de parking privée
quand on est absent que ce soit pour une journée au travail ou pour une période de vacances?

Le fonctionnement: Parkatmyhouse.com propose aux propriétaires individuels de places de


parking de les louer en ligne. C’est gratuit pour les particuliers loueurs et ceux propriétaires
de parkings privés. Les opérateurs de parking professionnels paient, eux, 15% au site s’ils
louent une place par ce biais.

Investissement de départ: faible

Risques: bas

Rendement potentiel: $

www.parkatmyhouse.com

L’e-commerce pour subventionner le logiciel

L’idée: Quand ils accèdent à un document écrit avec un logiciel qu’ils n’ont pas, les
utilisateurs refusent le plus souvent de le télécharger parce qu’il faut payer. Pour écouler ces
logiciels, TrialPay les propose gratuitement sous réserve d’un autre achat dans un magasin en
ligne partenaire.

Le fonctionnement: TrialPay a passé des accords avec des éditeurs de logiciels et des sites
d’e-commerce. Lorsque l’utilisateur se voit proposer le logiciel, il a l’option d’acheter un
autre article (un pull Gap, un abonnement à The Economist, la location de DVD…). S’il le
fait, il reçoit gratuitement le logiciel à l’essai en bonus de son achat. L’essai est sponsorisé par
le e-commerçant au tarif d’une pub performante (débouchant sur un achat) sur Internet.

Origine: Fondé aux Etats-Unis il y a trois ans, TrialPay a 7500 commerces en ligne
partenaires en Amérique. Ils ont réalisé plus de 30 millions de transactions commerciales par
ce biais.

Investissement de départ: moyen

Risques: bas

Rendement potentiel: $$$$$

www.trialpay.com

MOBILITÉ
Casque pour cycliste stylé

L’idée: Il y a fort à parier que le casque pour vélo sera bientôt obligatoire. Mais, pour le
moment, les casques disponibles sur le marché sont surtout fonctionnels plutôt que tendance.
Alors faites de cet utilitaire, un article de mode.

Le fonctionnement: L’entreprise Yakkay a développé une coiffe pour casque qui le rend
carrément fashion et qui dissimule ce dernier. Très agréable à porter.

Investissement de départ: moyen

Rendement potentiel: $$$$$

www.yakkay.com

La réparation de vélos électriques

L’idée: On croise de plus en plus de vélos électriques dans les rues. Si ces derniers sont
disponibles chez les marchands de vélos traditionnels, ils le sont aussi en grandes surfaces.
Comment faire pour les réparer rapidement?

Le fonctionnement: une passion pour le vélo et le bricolage sont impératifs pour se lancer
dans cette activité de réparation. Pour mettre du beurre dans les épinards, il faudra songer à
vendre en parallèle des vélos d’occasion. Des cycles électriques mais également des vélos
traditionnels, car la demande pour ces derniers demeure énorme.

Investissement de départ: faible

Risques: faibles

Rendement potentiel: $$
Vendre des cargos bikes

L’idée: La plupart des véhicules de livraison sont surdimensionnés ou trop lourds pour les
centres-villes. Un cargo bike pèse 100 kilos, il est propulsé par les mollets du livreur aidés
d’un moteur électrique doté d’une autonomie de 30 kilomètres et sa capacité de charge atteint
les 180 kilos.

Le fonctionnement: Ce nouveau moyen de livraison urbain se faufile partout et il est


écologique. Proposer des services de livraison sur ce mode pourrait rencontrer un vif succès,
tout comme la location et la vente de ce type de véhicule.

Investissement de départ: moyen

Risques: bas

Rendement potentiel: $$$

www.lapetitereine.com

ENFANTS ET PERSONNES ÂGÉES


L’industrie de l’anniversaire d’enfants

L’idée: Pour décharger les parents de l’organisation des anniversaires, pour réduire les coûts
des animations et des goûters, des arcades de jeux ont fusionné avec des restaurants et
franchisé le concept.

Le fonctionnement: Le centre de loisirs organise tout, de l’anniversaire aux invitations en


passant par les menus du goûter, le spectacle et les jeux. Le prix est forfaitaire. Généralement
présent dans des centres commerciaux, le lieu est aussi ouvert aux autres enfants dont les
parents vont faire leurs courses.

Origine: C’est Nolan Bushnell, le fondateur d’Atari, qui a créé le leader Chuck E. Cheese’s en
1977 en tant qu’arcade de jeux. Il y a plus 500 enseignes aux Etats-Unis et l’entreprise, cotée
en Bourse depuis 1989, a commencé son expansion en Amérique latine et au Moyen-Orient.

Investissement de départ: moyen

Risques: moyens

Rendement potentiel: $$$$$

www.chuckecheese.com

Le site d’emploi pour jeunes mamans ou jeunes retraités

L’idée: Ils ne sont pas disponibles à 100% mais ils offrent un coup de main très intéressant
pour des missions à temps partiel ou de courte durée. Et c’est un vivier rempli de talents!
Le fonctionnement: A chaque travail fourni, www.careetmums.com prélève une petite
commission. Une réelle win-win situation.

Investissement de départ: faible

Risques: faibles

Rendement potentiel: $$$$

www.careermums.com.au

Livraison de bagages pour bébé

L’idée: Certaines familles renoncent à partir en vacances au soleil, découragées par la


nécessité d’emporter dans l’avion tout le matériel nécessaire à la vie quotidienne d’un
nouveau-né. D’où le principe de leur livrer à leur résidence de vacances la poussette, le lit de
voyage et tout ce qui est utile.

Le fonctionnement: Deux semaines avant votre départ, il suffit de s’inscrire sur un site
Internet et vous recevez un plan de prise en charge des affaires de bébé. Vos bagages sont pris
en charge à votre domicile et livrés à votre destination le jour de votre arrivée en vacances.

Investissement de départ: bas

Risques: bas

Rendement potentiel: $$

www.tinytotsway.com

Jeux vidéo pour conducteurs seniors

L’idée: L’assureur américain Allstate a récemment lancé un programme d’étude destiné aux
seniors conducteurs. Le but, réduire les accidents et les primes par le biais d’un jeu vidéo.

Le fonctionnement: le jeu «Insight» vise à pallier les altérations cognitives liées à l’âge et à
améliorer les réflexes visuels. D’après les premiers résultats, les accidents baisseraient de
50% chez ceux qui suivent le programme. Pourquoi, ne pas proposer de commercialiser ce
logiciel, une fois les dernières mises au point effectuées, en Suisse?

Investissement de départ: faible

Rendement potentiel: $$$$

www.allstate.com

Les sauveurs de diapos

L’idée: Les diapositives et les films de notre enfance sont condamnés à sombrer dans
l’oubli… à moins de les digitaliser dans un format compatible avec Internet.
Le fonctionnement: Les services de Video Forever sont disponibles auprès de 500 points de
vente et comptoirs partenaires. Le client apporte son matériel et repart avec des images
disponibles sur DVD et mises en ligne sur Internet.

Investissement de départ: bas

Risques: moyens

Rendement potentiel: $$$

www.videoforever.com

FINANCE ET CONSULTING
De l’analyse financière totalement indépendante

L’idée: Depuis l’affaire Enron, les recommandations des analystes financiers des banques ne
sont plus systématiquement «acheter». La crise financière a cependant ébranlé la confiance et
la recommandation «neutre» n’aide guère les investisseurs. Avec des recommandations ou
d’achats ou de vente, les 22 analystes d’Alpha Value couvrent 500 actions européennes.
Indépendants financièrement, ils n’ont plus de lien avec la banque d’affaires, la performance
des portefeuilles ou le courtage.

Le fonctionnement: Alpha Value pour les grosses capitalisations et IDMidCap pour les petites
opèrent sur une base d’abonnement. Pour les professionnels, Alpha value facture 23 000
francs par an ses services. Une version allégée à moins de 500 francs par an sera lancée cet
automne.

Origine: France. Les analystes financiers indépendants ne sont pas une nouveauté mais ils
opéraient généralement seuls. Alpha Value a transformé une idée apparue aux Etats-Unis avec
Value Line pour en faire une entreprise européenne.

Investissement de départ: élevé

Risques: moyens

Rendement potentiel: $$$$$$

www.alphavalue.com

L’Ikea du consulting

L’idée: En mettant ensemble, une fois par mois, des chefs d’entreprise et des cadres de PME,
Vistage a créé le do-it-yourself du management. Au lieu de soumettre leurs problèmes à des
consultants, les membres du réseau les exposent à leurs pairs. Ceux-ci y répondent pour
beaucoup moins chers et peuvent même jouer le rôle de coach.

Le fonctionnement: Vistage International est un réseau de 16 000 dirigeants et cadres


d’entreprises qui se réunissent par groupes de 15 personnes issues d’entreprises qui ne sont
pas concurrentes. Chacun expose ses problèmes et les autres offrent des solutions et un suivi
basés sur leurs expériences.

Origine: Vistage International a été fondé en 1957 aux Etats-Unis. Depuis 2005, il connaît,
grâce à Internet, une croissance de plus de 10% par an et sonde ses membres pour produire un
baromètre de confiance des chefs d’entreprise.

Investissement de départ: bas

Risques: bas

Rendement potentiel: $$$

www.vistage.com

Plateforme pour accueillir des hedge funds

L’idée: La Suisse a une belle carte à jouer dans le domaine de la gestion alternative.
Traditionnellement, les gérants de hedge funds sont basés à Londres qui a longtemps offert les
conditions les plus attractives. Mais là-bas, les impôts sur les hauts revenus ont récemment
grimpé de 40% à 50% et les autorités britanniques envisagent de relever de 13% à 20% la
charge fiscale sur les sociétés de service. Un exode de ces financiers vers de cieux plus
cléments est alors envisageable.

Le fonctionnement: Pour commencer, il faut trouver une belle surface d’environ 600 mètres
carrés dans un immeuble moderne. Cette surface est susceptible d’accueillir cinq hedge funds
au sein desquels travailleraient de trois à dix traders. Ces locaux doivent être à la pointe en
matière de technologie (air conditionné, connexion Internet, système informatique puissant).
En plus de la mise à disposition des bureaux, la gestion administrative (back-office, etc.) est
assurée. En contrepartie, un loyer substantiel ou une éventuelle prise de participation dans les
fonds alternatifs sont exigés.

Investissement de départ: élevé

Risques: élevés

Rendement potentiel: $$$$$

www.mwam.com

MARKETING ET PUBLICITÉ
Le grand nettoyage publicitaire

L’idée: A l’heure du guérilla marketing où les annonceurs sont toujours plus friands de
nouveaux moyens pour faire parler d’eux et de leurs produits, GreenGraffiti, une société basée
au Pays-Bas a eu l’idée de créer des publicités dans les rues des villes en utilisant le seul
pouvoir de l’eau.
Le fonctionnement: Armé d’un gabarit et d’un pulvérisateur à haute pression, la société
nettoie des carrés de trottoirs ou la surface des murs et il en ressort une magnifique publicité
monochrome! Ni papier, ni encre, ni même d’autorisation, ce procédé permet «d’imprimer»
ces messages sur la chaussée parfois pour plus de six mois.

Origine: Pays-Bas. Système créé en 2006 par la société de design Hemshaven et le bureau de
guérilla marketing GreenGraffiti. Parmi leurs clients figurent les annonceurs Elle, Telfort ou
encore Universal Music ou Smart.

Investissement de départ: bas

Risques: bas

Rendement potentiel: $$

www.greengraffiti.nl

Le mur à graffitis!

L’idée: Offrir aux fans de Street Art, un support pour exprimer leur talent en dehors des murs
des villes! Grâce à un écran, les artistes peuvent désormais utiliser leurs sprays en toute
légalité pour créer des graffitis virtuels avec des sprays sans peinture.

Le fonctionnement: Ces écrans loués permettent également de créer des animations lors
d’événements divers et pourraient même intéresser les écoles et autres centres de loisirs.

Investissement de départ: moyen

Rendement potentiel: $$

www.yrwall.com

Faites de n’importe quelle surface un écran interactif

L’idée: Grâce à un logiciel, transformez vos clients passifs en participants actifs et vantez vos
atouts de manière originale et ludique.

Le fonctionnement: Concrètement, un logiciel projette un contenu sur une surface donnée, et


votre bar ou un mur devenu écran peut suivre les mouvements du client pour lui permettre de
s’informer, jouer avec d’autres personnes, surfer sur internet. Pas nouveau mais en plein
développement.

Investissement de départ: bas (si l’on décroche un contrat avec Mindstorm)

Risques: bas

Rendement potentiel: $$$$

www.mindstorm.com
Espaces multisensoriels pour entreprises

L’idée: Offrir un lieu beaucoup plus agréable qu’une austère salle de conférences pour signer
un contrat avec un client ou accueillir une réunion avec des collaborateurs.

Le fonctionnement: Une société canadienne a conçu un espace multisensoriel qui peut être
installé n’importe où pour créer une oasis de relaxation et de calme ou un graphisme coloré,
accompagnés de sons et parfums offre un univers de travail totalement inédit.

Investissement de départ: bas

Risques: bas

Rendement potentiel: $$$$$

www.kapsel.ca

Tasses à café gratuites payées par la pub

L’idée: Permettez aux entreprises d’offrir des bons gobelets pour boire un café chaud tout en
économisant de l’argent puisque ces gobelets seront gratuits.

Le fonctionnement: En trouvant des annonceurs qui veulent mettre une pub sur ces gobelets,
vous payez le prix du gobelet, l’impression ainsi que votre marge et vous n’avez plus qu’à les
livrer dans les entreprises désireuses de réaliser une économie. Une win-win situation pour
tout le monde.

Investissement de départ: faible

Rendement potentiel: $$$

www.freepapercups.com

Cendriers publicitaires

L’idée: Comment profiter de l’interdiction toujours plus répandue de fumer dans les
restaurants et lieux publics? Une société belge a décidé de créer un cendrier placé à l’extérieur
des bâtiments avec un écran pour passer des publicités ou tout autre message.

Le fonctionnement: Les fumeurs regroupés dans des fumoirs sont captifs et attentifs à des
messages publicitaires projetés sur l’écran. Nestlé, Mars ou Vodafone sont déjà annonceurs
sur ce support.

Investissement de départ: moyen

Risques: moyens

Rendement potentiel: $$$

www.ashvertising.com
TOURISME
Faites visiter la ville en aveugle

L’idée: Les villes rivalisent d’idées pour attirer les touristes tout au long de l’année. Pour
étoffer les activités proposées, engagez des aveugles et créer avec eux une visite de la ville
selon leur perception.

Le fonctionnement: Les touristes, yeux bandés, découvriront les odeurs, les bruits, textures de
cette ville d’une manière très originale et en garderont un souvenir émerveillé.

Investissement de départ: faible

Rendement potentiel: $$

www.cabracega.org

Développez des applications pour votre région grâce à la géolocalisation

L’idée: Le GPS équipera bientôt tous les téléphones portables. Pourquoi ne pas développer
des applications qui permettent de faire découvrir votre région aux personnes de passage.

Le fonctionnement: Guidez les touristes pas à pas vers les meilleures promenades de la ville,
les meilleurs restaurants normalement inaccessibles aux touristes, faites leur découvrir des
points de vue inattendus sur la ville et négociez des commissions avec les partenaires dont
vous parlez sur le parcours.

Investissement de départ: élevé

Risques: moyens

Rendement potentiel: $$$

ALIMENTATION, BOISSON, HÔTELLERIE


Bière pression à chaque table

L’idée: Dans les bars, en attendant que le serveur s’intéresse à eux, les clients ne consomment
pas. Et les serveurs coûtent chers. Une entreprise a donc créé un système de bière pression
installable sur chaque table.

Le fonctionnement: Un robinet posé sur chaque table couplé à un système de décompte des
bières servies, permet aux restaurateurs de limiter ses frais en personnel et de faciliter la
consommation de ses clients.

Investissement de départ: bas

Risques: moyens
Rendement potentiel: $$

www.tabletap.com

Se régaler de chocolat sans prendre un gramme

L’idée: Les accrocs au chocolat doivent souvent stopper net leur consommation pour des
raisons de santé et de surcharge pondérale. Le principe consiste à leur offrir les mêmes
sensations, sans le sucre et les calories.

Le fonctionnement: Le whif permet de «manger» du chocolat par inhalation. En inspirant, une


délicieuse sensation de chocolat vient se déposer sur la langue et le palais.

Investissement de départ: faible

Risques: faibles

Rendement potentiel: $$$$$

www.lewhif.com

Le sommelier pour les nuls

L’idée: Du blanc avec le poisson, du rouge avec le fromage, etc. Amazing Wine Food
Company a poussé plus loin l’association vins-mets pour vendre du vin associé à un plat
spécifique.

Le fonctionnement: L’entreprise a fait appel à de grands sommeliers pour le choix des vins.
Son intervention se concentre sur le packaging. Au lieu d’une appellation ou d’un cépage,
l’étiquette met en avant le plat de tous les jours qui va le mieux avec un vin de table.

Origine: Etats-Unis. Parti de Californie au printemps dernier, la marque «Wine that loves»
offre dix vins différents pour accompagner le poulet rôti, la pizza, les pâtes à la tomate. Elle
est présente chez les détaillants d’une dizaine d’Etats.

Investissement de départ: moyen

Risques: moyens

Rendement potentiel: $$$$

www.winethatloves.com

Le cafetier épicier

L’idée: Faire ses achats d’épicerie, de fleurs et de journaux, tout en faisant une pause-café
pour relever ses e-mails grâce au wi-fi gratuit, c’est possible à Paris. La chaîne Chez Jean
répond aux besoins d’une clientèle urbaine fâchée avec les horaires des commerces
traditionnels.
Le fonctionnement: Ouvert sept jours sur sept de 7 à 23 heures, le magasin offre un éventail
complet de services, qui vont de la prise pour recharger les portables au distributeur d’argent
liquide. Croissants le matin, sandwiches à midi et le soir, une offre «SOS frigo vide» avec
légumes et gratins.

Origine: France. Le concept a été lancé début 2009 par les groupes Casino (grande
distribution) et Relay (kiosques à journaux), filiale du groupe Hachette.

Investissement de départ: moyen

Risques: bas

Rendement potentiel: $$

L’hôtel des cadres fauchés

L’idée: Diminuer les frais de déplacements des cadres d’entreprises.

Le fonctionnement: La chaîne hôtelière B B propose les services adéquats: wi-fi gratuit, Canal
+, chambre simple et fonctionelle pour 42 euros les nuit. Et le petit-déjeuner copieux à 5,65
euros.

Origine: France. B B a été fondée en 1990 par un hôtelier breton, la marque a été rachetée par
le fonds français Eurazeo et connaît une progession de son chiffre d’affaires de 10%.

Investissement de départ: moyen

Risques: moyens

Rendement potentiel: $$

www.hotel-bb.com

L’artisan du jus d’orange

L’idée: Dès son lancement, le concept a séduit les adresses branchées de Zurich. La palette de
produits s’est étendue aux jus fruits exotiques et aux thés bio.

Le fonctionnement: Des cargaisons de fruits arrivent quotidiennement dans une petite usine
du quartier industriel de Zurich pour être pressés dans la nuit. Au matin, ils sont livrés aux
restaurants, détaillants et hôpitaux de la région.

Origine: Suisse. Fondée en 2002 par un entrepreneur zurichois, Zamba compte maintenant
plus de 500 clients, dont les établissements cinq étoiles du label Swiss Deluxe Hotels.

Investissement de départ: élevé

Risques: élevés

Rendement potentiel: $$$$


www.zamba.ch

L’antithèse des energy drinks

L’idée: A l’heure où tous les jeunes ne jurent plus que par les boissons énergisantes, une
entreprise a décidé de lancer une boisson calmante.

Le fonctionnement: Au lieu de vous flanquer un coup de fouet, la boisson Slow Cow contient
de la théanine qui invite à la relaxation et favorise le sentiment de bien-être. De plus, cette
substance est reconnue puisqu’elle augmente l’acuité mentale, incite à la relaxation sans
causer de somnolence, réduit le stress, améliore la concentration et la qualité du sommeil.
Tout un programme!

Investissement de départ: moyen

Risques: moyens

Rendement potentiel: $$$$

www.slowcowdrinks.com

TENDANCE ÉCOLO
Le champion du panneau solaire

L’idée: Solairedirect installe des panneaux solaires sur les toits des particuliers comme dans
les parcs communaux.

Le fonctionnement: Le site Internet met à disposition un simulateur qui permet d’évaluer le


potentiel d’économie grâce au solaire. La firme renseigne sur les crédits d’impôts et les
subventions. Elle assure aussi la maintenance sur le long terme.

Origine: France. Un ancien banquier d’affaires a créé la firme devenue partenaire du WWF il
y a trois ans. Entre 2007 et 2009, le chiffre d’affaires a quadruplé pour atteindre 100 millions
d’euros.

Investissement de départ: moyen

Risques: moyens

Rendement potentiel: $$$

www.solairedirect.fr

Les spécialistes du mur végétal

L’idée: Un mur d’où poussent des plantes. Une décoration toujours plus prisée. Heliotrope à
Angers fournit des solutions pour l’intérieur comme l’extérieur.
Le fonctionnement: Deux paysagistes ont mis au point en 2007 des panneaux modulaires
pouvant accueillir la plus large gamme de plantes vertes.

Origine: France. La société a déjà récolté une moisson de prix d’entreprises et croule sous les
commandes. Elle recherche des distributeurs sur son site Internet.

Investissement de départ: bas

Risques: moyens

Rendement potentiel: $$$

www.heliotrope-europe.com

Bibliothèque de check-list

L’idée: Comment ne rien oublier avant de partir en vacances, comment procéder pour
organiser son mariage, son divorce, une grosse fête ou la rentrée scolaire des enfants?

Le fonctionnement: Un seul site Internet mais des milliers de solutions à tous vos problèmes
puisque les concepteurs pensent à tout pour vous. Il suffit de cliquer sur votre problème du
moment pour trouver la check-list correspondante à vos besoins. Vous toucherez votre argent
avec de la publicité ou en faisant payer des conseils plus personnalisés.

Investissement de départ: faible

Risques: faibles

Rendement potentiel: $$$

www.checklists.com

Maintenir les chômeurs en forme

L’idée: Les chômeurs déprimés ont tendance à se laisser aller physiquement et sortent de
moins en moins alors que les contacts sont très importants pour retrouver un emploi. Pourquoi
ne pas leur proposer de faire du sport et des contacts du même coup?

Le fonctionnement: Payés par le chômage, les cours de badtimes bootcamps, rassemblent


plusieurs fois par semaine les chômeurs pour un footing ou une autre activité physique. Du
coup, ils se maintiennent en forme tout en soignant leur réseau.

Investissement de départ: bas

Risques: très bas

Rendement potentiel: $$$

www.badtimesbootcamp.com
FRANCHISE
Restauration rapide et tradition française

L’idée: Brioche Dorée se veut l’antithèse de McDonald’s et de Starbucks.

Le fonctionnement: La société mise beaucoup sur la qualité des produits et l’accueil. Via un
contrat de franchise de neuf ans, elle s’engage à rechercher un emplacement, à étudier l’état
du marché local et à former le personnel durant onze semaines.

Origine: France. Fondée en 1976, Brioche Dorée possède 335 restaurants dont 80 franchises
en France et 104 à l’étranger.

Investissement de départ: élevé. Le droit d’entrée dans la franchise s’élève à 30 000 euros et
l’investissement total requis entre 500 000 et 700 000 euros, dont 20% à 30% sont à la charge
du franchisé.Risques: moyens. La demande de restauration rapide est élevée, mais l’offre déjà
conséquente.

Rendement potentiel: $$$

Le bon calcul

L’idée: CityMath est une franchise spécialisée dans les cours de soutien scolaire en
mathématiques.

Le fonctionnement: CityMath implante des agences de cours dans des villes de 10 000 à 30
000 habitants.

Origine: Pour l’instant, cette franchise n’est pas présente en dehors de son pays d’origine, la
France.

Investissement de départ: faible. Avec seulement 5000 euros de droit d’entrée, CityMath fait
partie des franchises les plus abordables. L’apport personnel minimal tourne autour de 11 000
euros.

Risques: moyens

Rendement potentiel: $$$

L’art du succès

L’idée: Vous possédez un sens artistique et créatif, et voudriez-vous utiliser ces connaissances
pour gagner votre vie? Staines Glass Overlay (SGO) est une franchise de décoration et design
sur verre.

Le fonctionnement: Grâce à un procédé de design sur verre breveté, vous créez des vitraux ou
des œuvres sur verre destinées à des marchés résidentiels et commerciaux.

Origine: Etats-Unis. SGO est également présent dans 37 pays.


Investissement de départ: élevé. L’investissement total se situe entre 90 000 dollars et 120 000
dollars, incluant les droits d’entrée, l’installation du local, la formation et les premières
campagnes de marketing.

Risques: élevés

Rendement potentiel: $$$$

Le restaurant des pêcheurs

L’idée: Offrir un éventail de repas sains, à base de produits de la mer pour les prix d’un fast-
food, dans un décor minimal mais agréable.

Le fonctionnement: Du poisson attend sur la glace, comme s’il était vendu à la criée après la
pêche.

Origine: Allemagne. Basée dans le port de Brême, la compagnie a été fondée en 1896 par des
sociétés de pêcheurs. Le label qui exploite 400 restaurants dans quatre pays délivre des
franchises.

Investissement de départ: moyen

Risques: moyens

Rendement potentiel: $$

www.nordsee.com

Profiter de l’atout environnement

L’idée: Gérer la conception, la réalisation, l’installation et la maintenance d’équipement


comme le photovoltaïque, le thermique, les pompes à chaleur ou encore les éoliennes.

Le fonctionnement: Via son bureau d’études et de sa centrale d’achat,Winsolar, Atout Soleil


assure l’approvisionnement de ses franchisés.

Origine: France, avec une présence dans plusieurs pays européens.

Investissement de départ: élevé.

L’apport minimal est d’environ 75 000 euros.

Risques: faibles

Rendement potentiel: $$$$

Recharger ses cartouches d’encre

L’idée: Recharger les cartouches d’encre des imprimantes


Le fonctionnement: Point d’encre propose aux particuliers ainsi qu’aux entreprises et aux
administrations la recharge de plus de 300 références, qu’il s’agisse de cartouches couleur,
noires, laser ou jet d’encre. Origine: France.

Investissement de départ: moyen. Point d’encre ne demande pas de droits d’entrée à ses
franchisés, mais une redevance de 5% du chiffre d’affaires. L’apport minimal initial s’élève à
20 000 euros.

Risques: faible

Rendement potentiel: $$$$

La photographie dans tous ses états

L’idée: Pour apporter une originalité sur le marché de la photographie, Flash Dimension
commercialise une multitude de produits à partir des photos argentiques ou numériques de ses
clients: puzzle, porte-clés, statuette ou photo sculpture.

Le fonctionnement: Flash Dimension apporte à ses franchisés son savoir-faire, une formation
et un équipement.Origine: France

Investissement de départ: faible. A partir de 10 000 euros.

Risques: faibles

Rendement potentiel: $$$

À l’eau de rose

L’idée: Vendre en libre-service des fleurs a fait de Monceau Fleurs une franchise à succès
avec plus de 150 sites.

Le fonctionnement: L’enseigne a créé une centrale d’achat qui s’approvisionne dans le monde
entier. Les franchisés bénéficient donc d’un approvisionnement en fleurs à des prix
compétitifs.

Origine: France, avec une présence en Espagne, au Luxembourg, au Portugal, en Andorre, en


Italie, en Belgique, au Japon et en Allemagne

Investissement de départ: élevé. 80 000 euros d’apport initial minimal, dont 16 000 euros de
droits d’entrée.

Risques: moyens

Rendement potentiel:$$

«C'est le moment de se lancer»


Raphaël Cohen en tant que business angel, CEO et professeur en entrepreneurship, est un
excellent connaisseur de la création d'entreprise. Il nous livre ses conseils.

Bilan: Est-ce le bon moment de lancer une entreprise en période de crise?

Raphaël Cohen: Pour moi, il n'y a pas de meilleur moment. Lors d'une crise, les équilibres
changent et les règles du jeu aussi. Tout cela crée des opportunités notamment parce que des
nouveaux métiers naissent alors que d'autres disparaissent. C'est le moment de se lancer.

B: Encore faut-il avoir une bonne idée. Comment le sait-on?

RC: En premier lieu, il faut se demander si son projet répond à un vrai besoin. En fait, dès que
vous réduisez une frustration, vous tenez une bonne idée. Si c'est le cas, ai-je suffisamment
d'avantages concurrentiels à offrir par rapport aux alternatives existantes? Ensuite, il faut
savoir si le jeu en vaut la chandelle. Autrement dit, si les efforts que l'on va déployer pour
mener son projet à bien vont se solder par un retour intéressant. Enfin, il faut se demander si
l'on est capable de s'accommoder des facteurs qui vont directement influencer la réussite ou
l'échec de son projet, comme le fait de ne plus gagner d'argent pendant un temps ou de ne plus
voir sa famille.

B: Quelles sont les erreurs les plus fréquemment commises?

RC: En résumé, les nouveaux entrepreneurs surestiment la demande et sous-estiment les


difficultés ainsi que les ressources nécessaires. Par exemple, certains maîtrisent le produit
qu'ils désirent lancer mais ils ne connaissent ni leurs futurs clients ni les moyens d'y accéder.
Emportés par l'enthousiasme, ils ont tendance à oublier les incertitudes liées à leur projet. Ce
qui les décrédibilise quand ils cherchent des appuis financiers.

B: Où faut-il chercher les fonds?

RC: Compter sur les banques est illusoire. Il reste les trois «F»: Family (famille), Friends (les
amis) et Fools (les inconscients). Et en dehors de ces trois cercles, il y a encore les capitaux
risqueurs qui cherchent des retours sur investissements énormes et rapides ainsi que les
business angels qui vont s'investir dans la réussite de l'entreprise dans des domaines qu'ils
connaissent souvent très bien.

B: Comment convaincre les business angels de vous suivre?

RC: Il faut apprendre à parler leur langage en leur présentant un dossier d'opportunité en
phase avec leurs aspirations. Pour eux, l'important est de jauger la qualité de l'intégralité de la
démarche. Si vous êtes un ingénieur, montrez que vous avez pensé aux aspects marketing et
distribution du produit. Ayez une approche intégrant le commercial et la technologie. Faites
preuve de détermination à réussir tout en connaissant les limites de votre projet et en
reconnaissant vos faiblesses. Formez-vous aux outils de l'entrepreneurship pour ne pas
trébucher par ignorance, comme 40% des start-up.

B: Si vous deviez donner votre clé de la réussite, quelle serait-elle?

RC: Pour monter une entreprise qui va réussir, il faut s'intéresser aux gens. Le produit en soi
n'a aucune espèce d'importance, le seul intérêt lié à ce produit est de savoir ce qu'il peut faire
pour satisfaire un besoin du client pour lequel ce dernier est prêt à payer. Là réside tout l'enjeu
de n'importe quel business.

La franchise: un bon filet de sécurité


Idéal pour vos premiers pas en indépendant: le propriétaire de la marque connaît le marché et
vous livrera les meilleurs conseils.

Le principe: «Le franchisage est un «mariage d'affaires» entre une entreprise existante (le
franchiseur) et le propriétaire d'une nouvelle entreprise (le franchisé)», explique Marc Häsler,
avocat pour le cabinet MH Law Avocats, à Morges et spécialiste des contrats de franchise.

Les avantages: «Lorsque vous lancez seul une entreprise, vous commettez inévitablement des
erreurs: vous choisissez un site qui n'est pas propice, votre concept ne trouve pas sa clientèle
ou encore vous choisissez mal vos produits. Avec une franchise, vous évitez tous ces écueils»,
affirme Marc Häsler. De plus, le franchisé dispose de la renommée de la marque et d'un
concept qui a fait ses preuves.Les secteurs: Hôtellerie, habillement, coiffure, sécurité,
gastronomie..., les franchises se développent dans de nombreux domaines. «Si les contrats
sont variés, ils respectent généralement la même logique: le franchisé paie un droit d'entrée,
puis un pourcentage de son chiffre d'affaires, en général 2% à 10%», précise Marc Häsler.

Par exemple, dans le groupe hôtelier Accor, qui possède 39 hôtels en Suisse dont 6 franchisés,
«le droit d'entrée s'élève entre 400 et 2500 francs par chambre. Le franchisé doit ensuite
verser entre 5% et 8% de son chiffre d'affaires par mois au groupe, détaille Georges
Schneider. En contrepartie, nos franchises bénéficient du prestige de notre marque, de la
fidélité de nos clients et de notre système de réservation.»

Les réussites exemplaires: Le meilleur modèle et le plus fréquemment cité reste McDonald's.
La chaîne de restauration compte 147 établissements en Suisse, mais seulement 54
appartiennent à la marque. Les 93 autres sont détenus par 29 franchisés. «L'intérêt pour le
franchiseur tient au fait que ce type de contrat permet de se développer sans engager
d'argent», explique Georges Schneider, CEO d'Accoren Suisse. Exactement ce qui pousse
actuellementLuciano Luppi, directeur des centres de Fitness Harmony, à se tourner vers la
franchise. «J'ai créé mes cinq centres avec mes propres fonds. Mais aujourd'hui il est plus
difficile d'emprunter auprès des banques. Pour continuer à étendre Harmony, je vais me
tourner vers la franchise. Un premier centre franchisé devrait voir le jour en 2010.»

Les échecs possibles: Toutes les activités ne se prêtent pas à la franchise. «Il faut que la
marque ait fait ses preuves et que l'activité ne dépende pas d'une personne, estime Marc
Häsler. Par exemple, un restaurant reconnu pour la qualité de son chef ne se prête pas à la
franchise. Sans ce chef et à un autre endroit, cela ne marchera pas.»

L'AUTEUR
plus d'articles du même auteur
Bilan Marketing ✉
Du même auteur:
«Rubik»: un peu, beaucoup ou pas du tout?

2011 démarre sur les chapeaux de roue

TV Bilan

VIN

Le vin neuchâtelois prend sa revanche


Voir toutes les Vidéos

Les plus lus de la semaine

CORONAVIRUS

A New York meurtrie par la pandémie, l'exode a commencé

LE BUSINESS DU MOUSTIQUE

Le moustique-tigre crée un nouveau business


POLITIQUE FAMILIALE

Vers un congé familial de 6 mois ?

TECHNOLOGIE

Voilà comment Huawei veut conquérir le marché suisse

Opinions

ROBIN VON KÄNEL

LEADERSHIP

Apprendre le charisme avec John Antonakis


HERVÉ RIGAL

COMMUNICATION

Goodvertising mon oeil!

Les derniers Articles Entreprises

COMPAGNIE AÉRIENNE

Ryanair va quitter Francfort suite au refus des pilotes de


baisser les salaires
SANTÉ

Medacta: des recettes en baisse au premier semestre à


cause du Covid-19

ALIMENTATION

Nestlé envisage de se défaire de ses activités d'eau en Chine


SOMMET EUROPÉEN

Les 27 de l'UE approuvent un plan de relance historique


après un sommet marathon

Les newsletters de Bilan

Le meilleur de l'actualité économique


Opinions

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine.
C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Je rejoins le cercle des lecteurs


"Tout ce qui compte.
Pour vous."

Je m'abonne dès CHF 7.-

 Economie
 Finance
 Bourse
 Entreprises
 Techno
 50 startups
 300 plus riches
 Luxe
 Femmes Leaders
 Immobilier
 Vin & Gastronomie
 Opinions

 Magazine numérique
 Abonnement
 Nous contacter
 Impressum
 Qui sommes-nous
 Newsletter
 CGV et Déclaration de confidentialité
 Publicité

Vous aimerez peut-être aussi