Vous êtes sur la page 1sur 18

08/06/2019 Astrologie Celtique -- L'Astrologie Celtique: Une création moderne?

Le Manifeste | Le Dominion | Textes et Articles | Historique | Liens | ACCUEIL (FR) | HOME (EN)

L'Astrologie Celtique: Une création moderne?


(Commenté par Joseph Monard, celtologue et linguiste)
par Michel-Gérald Boutet (iconologue)

N. Éd.: Les fontes pour les oghams et les coelbrens sont utiles pour lire ce texte.

Introduction
L'astrologie fascine, excite la curiosité, soulève les passions. Science cosmique ou art divinatoire
? On la fait remonter à la nuit des temps, ou aux Chaldéens, tant on ignore l'histoire de ses
origines et ce, qu'elle soit tout occidentale ou orientale. Une chose demeure certaine cependant,
les zodiaques que l'on dit celtiques, mais qui n'en conservent que le nom, n'ont rien à voir avec
les Anciens, et encore moins avec les druides. Cette étude ne vise pas tant à exposer les failles
du système de base des modèles proposés par les "reconstructivistes" d'astrologie celtique qu'à
démontrer que celles-ci ont une origine douteuse, voire frauduleuse.

Plusieurs tentatives ont été faites pour restaurer, et même reconstruire, le modèle astrologique
celtique ancien. Malheureusement, ces zodiaques ont été, pour la plupart, fabriqués de toutes
pièces. Il n'est pas étonnant que cette astrologie celtique reconstituée ait très peu de
ressemblance avec les systèmes d'astrologie conventionnels tant occidentaux qu'orientaux.
Faudrait-il alors parler de nouvelles créations plutôt que de simples reconstructions à partir
l'éléments existants ou de fragments anciens? Or justement, ces fragments fossiles existent
toujours !

Ceci étant, la plupart des reconstructivistes travaillent à partir de fausses données, ou de pistes
confuses, que l'on peut malgré tout imputer à l'écrivain irlando-britannique Robert Graves. Dans
son sillon, ces reconstructivistes de l'astrologie celtique ont complètement confondu almanach et
zodiaque.

Évidemment, il s'agit là de deux systèmes différents. L'almanach est strictement lunaire alors
que le zodiaque est solaire. Le premier repose sur un cycle annuel de 354,3 jours, soit
approximativement 12 lunaisons, alors que le second cycle annuel est de 365,6 jours
précisément.

Autre rappel important: la lune fait le tour des 12 constellations zodiacales en un mois seulement
alors que le soleil prend une année complète pour effectuer le même tour.

Si tout ceci nous semble bien évident, ces détails semblent avoir échappé à nos faiseurs de
zodiaques. Cependant, il y a plus grave encore: aucun de ces auteurs, Carnac et Bliss surtout, ne
se risquent à donner leurs sources. Malgré tout, en suivant les pistes de ces auteurs, on parvient
visiblement à reconnaître la forêt derrière l'arbre!

Robert Graves savait très bien qu'un zodiaque ne peut pas être un "calendrier perpétuel",
constatation qui n'allait pas l'empêcher cependant de commettre la méprise sur la séquence du
Beth-Luis-Nion qui, selon lui, ne pouvait réconcilier les équinoxes et les solstices avec les douze
constellations zodiacales.

Donc, selon la thèse de Graves, nos zodiaques de douze mois dérivaient d'un ancien calendrier
de treize mois. Ainsi, il s'est imaginé que le signe double des Gémeaux résultait d'une

cura.free.fr/xx/17boutfr.html 1/18
08/06/2019 Astrologie Celtique -- L'Astrologie Celtique: Une création moderne?

combinaison de deux constellations antérieures en une dans le but d'arriver à harmoniser les
cycles luni-solaires.

Sa suite sylvestre débute à la veille de Noël le 24 décembre ; une impossibilité car l'année
celtique luni-solaire débutait en fait à la mi-automne à la lune de fin octobre début novembre.

Autre impossibilité : les dates fixes données par Graves contredisent les données
archéologiques recueillies sur les plombs de Coligny, prouvant que les druides avaient
ingénieusement solutionné les divergences entre les deux cycles.

Les druides comptaient à partir de la pleine lune; ce qui faisait que les dates étaient flottantes et
pas toujours en accord avec le mois zodiacal.

Des corrections inévitables devaient être faites en indexant le court cycle lunaire avec le long
cycle solaire en ajoutant un mois supplémentaire à tous les deux ou trois ans suivant un retour de
cinq ans.

Bref, il n'y avait pas de dates fixes dans le schéma druidique, que des flottantes.

Un bref rappel :
Le mois sidéral : Le mois sidéral est défini comme étant le temps de la révolution de la lune
dans un orbite à partir d'une maison donnée et son retour dans la même constellation (c'est-à-
dire, les constellations définies en tant que maisons lunaires) en précisément dans une moyenne
de 27 jours, 7 heures, 43 minutes et 11.5 secondes.

L'année sidérale : Le temps moyen d'une année sidérale est mesuré selon une révolution
complète de la terre dans son orbite autour du soleil. C'est-à-dire selon le déplacement apparent
du soleil d'une constellation zodiacale à l'autre et son retour dans la même constellation initiale
(c.-à-d. : du point vernal au point vernal, ou du Bélier au Bélier), et ce, en précisément 365 jours,
6 heures, 9 minutes, et 9,54 secondes en temps solaire.

LE SOLEIL A RENDEZ-VOUS AVEC LA LUNE (mais la lune n'est pas là et le


soleil attend)...

Indexage des deux cycles :


Les difficultés surviennent lorsque l'on tente de combiner le cycle de lunaisons avec l'année
solaire. Le problème vient du fait que l'année lunaire moyenne est constituée de douze mois de
354, 3669 jours alors qu'un cycle solaire complet est de 365, 2422 jours en moyenne. La
différence est donc de 10, 8753 jours exactement.

La tâche est de combiner ces deux années en une année synchronique en gardant bien le cours
des changements saisonniers. La solution est venue avec l'ajout d'un mois embolismique dans
l'année et de l'ajout d'une année intercalaire dans les cycles plus longs.

Les druides conçurent un cycle de trois ans dans lequel ils introduisirent un treizièmement mois
"mis de côté" qu'ils appelèrent Santarana (sanataran-os/-a/-on, adj. = "à côté"). Cette technique
du mois "embolismique" est à la base de notre année bissextile.

À part la possibilité de l'ajout d'un mois embolismique, il y avait aussi la possibilité de l'ajout
d'un jour supplémentaire au mois Juillet, opération délicate qui devait compliquer quelque peu
les calculs. Ce premier mois supplémentaire inséré au point vernal en mars/avril s'appelait
Ciallobuis Sonnocingos, ce qui veut dire, "indexation de la course du soleil". Dans sa course, le
soleil retrouve tous les cinq ans la lune grâce à ce stratagème des deux mois embolismiques. Le
cura.free.fr/xx/17boutfr.html 2/18
08/06/2019 Astrologie Celtique -- L'Astrologie Celtique: Une création moderne?

deuxième de ces mois inséré en octobre/novembre s'appelait quant à lui Mens in Dueixtionu,
pour "mois en duplication" abrégé en MIDX dans le calendrier de Coligny.

La constellation du Serpentaire (Ophiucus) servait jadis chez les druides comme marqueur de l'initiation du nouvel an,
c'est-à-dire au moment de l'entrée du soleil en Scorpion. (crédits : M.-G. Boutet)

Durée des cycles planétaires


- Lune : 19.00011 ans, lunaison sur le même degré zodiacal pour un cycle métonique ;
- Soleil : 33.00004 ans, pour retourner à la même position zodiacale à la même heure du jour ;

Positions des luminaires dans le zodiaque :

PQ
NL
PL (pleine (premier
Soleil en DQ (dernier quartier) en (nouvelle
lune) en quartier)
lune) en
en
Balance Bélier Cancer Balance Capricorne
Scorpion Taureau Lion Scorpion Verseau
cura.free.fr/xx/17boutfr.html 3/18
08/06/2019 Astrologie Celtique -- L'Astrologie Celtique: Une création moderne?

Sagittaire Gémeaux Vierge Sagittaire Poissons


Capricorne Cancer Balance Capricorne Bélier
Verseau Lion Scorpion Verseau Taureau
Poissons Vierge Sagittaire Poissons Gémeaux
Bélier Balance Capricorne Bélier Cancer
Taureau Scorpion Verseau Taureau Lion
Gémeaux Sagittaire Poissons Gémeaux Vierge
Cancer Capricorne Bélier Cancer Balance
Lion Verseau Taureau Lion Scorpion
Vierge Poissons Gémeaux Vierge Sagittaire

Le combat des arbres tel qu'illustré sur le célèbre chaudron de Gundestrup issu de la culture Pontique celtique (daté ca.
250 è.v. +/- 50 à 150 ans). Notez le mat à peine émondé figurant l'axe du monde. Les guerriers représentent les jours,
symbolisme dû à un jeu de mots en celtique : Latis = "héros", "guerrier" et "jour" calendaire. Le calendrier se disait
Lation. Les attributions de lettres respectant les données médiévales et la philologie ne sont pas ici fortuites mais bien
dans la logique traditionnelle des Celtes. Détails qui confirment la relation des lettres avec les arbres guerriers au
symbolisme constellaire ! (crédits : M.-G. Boutet)

LE COMBAT DES ARBRES


À partir d'un passage de l'Ogygie de Roderick O'Flaherty dans lequel l'auteur mentionne que le
Beth-Luis-Nion (ainsi que le Boibel-Loth) est "une authentique relique du Druidisme transmise
oralement jusqu'à nous à travers les siècles" (p. 189) et que les plus anciennes lettres étaient au
nombre de treize. Il n'en fallait pas plus pour que ce dernier parte à la recherche des treize lunes
du calendrier de arbres. Robert Graves avait l'ultime certitude que l'alphabet des oghams était
originaire de la Paphlgonie et du Pont alors que Macalister lui donnait une origine tardive,
Irlandaise médiévale, copié sur les alphabets grecs et latins. De formation classique plutôt que
celtique, Graves n'eut aucune peine à tirer les conclusions qu'il fallait à partir de ses intuitions
inspirées par sa muse, la "Déesse Blanche". Ou comme il le dit lui-même, "Une objection contre
le fait de regarder le Beth-Luis-Nion comme un alphabet complet vient de ce qu'il ne contient
que treize consonnes dont l'une, NG, est sans utilité alors que deux lettres anciennes, Q et Z,
contenues dans le Boibel-Loth, et connues en ogham sous le nom de Quert et Straif n'y figurent
pas (p. 230-231). Mais comme le remarque Peter Berreford Ellis dans "The Fabrication of
'Celtic Astrology' " l'ogham est constitué de 25 lettres, 20 consonnes et 5 voyelles. On est loin
des 13 consonnes et 5 voyelles d'O'Flaherty chères à Graves. Là où je diverge d'opinion avec

cura.free.fr/xx/17boutfr.html 4/18
08/06/2019 Astrologie Celtique -- L'Astrologie Celtique: Une création moderne?

Berresford Ellis c'est où il réfute que les arbres aient pu être utilisés comme symboles
astrologiques. Si M. Berresford Ellis est d'avis que l'alphabet des arbres est désespérément
confus et en défaut avec lui-même (the 'tree alphabet is hopelessly confused and at odds with
itself'), c'est que ses sources l'ont, lui aussi, conduit sur une fausse piste.

Malgré le fait que j'ai souvent tendance à donner raison à M. Berresford Ellis, je ne suis pas tout
à fait prêt à le suivre sur ce sentier perdu. Des donnés linguistiques tirées du fameux calendrier
de Coligny viennent confirmer le fait que les arbres étaient chez les druides étroitement associés
au symbolisme des étoiles. Le calendrier porte plusieurs inscriptions du type Samoni Prin. ou
encore Equi Prin.. Or Prin. se trouve être l'abréviation de prinnios qui veut dire mot à mot
"arborescence". Joseph Monard traduit Prinnios par : "constellation zodiacale", "période
zodiacale". Autre détail intéressant : prennos||qrennos (de *curesno P.I.E.), qui désigne "arbre
(de haute futaie)", "bois d'arbre sur pied", peut aussi dans la forme prinnos||qrinnios désigner une
cuspide, une pointe, l'entrée d'un luminaire dans une maison. Si le zodiaque grec est imaginé
comme un bestiaire fantastique, c'est avec des arbres que le prinnion||qrinnion celtique est
illustré. Les Coiluprennoi||Coiluqrennoi ne sont-ils pas les bois de la divination?

Bref, l'idée de Robert Graves n'est pas si bête après tout, seulement ce n'est pas d'un calendrier
dont il s'agit avec les arbres mais bien d'un zodiaque. Alors, pourquoi les meilleurs spécialistes
de la matière Irlandaise n'ont pas pu discerner la "haute futaie" dans le firmament? La raison est
simple! Les oghams servaient à exprimer une qualité de langue forte archaïsante. À ce niveau on
plus proche du vieux celtique, voire du gaulois, que du vieil irlandais.

Pour vous en donner une petite idée, voici la remontée étymologique des sigles oghamiques
qualifiés de confus par bien des experts :

A) Interprétation traditionnelle (tirée du livre de Ballymote avec interprétations du


gaélique par Meroney et al.):

b B beth (bouleau)

l L luis (orme/sorbier); luise? (flamme)

f F fern > fearn (aulne)

s S sail > saile (saule)

n N nin > nuin (frêne); nin (fourche)

h H uath > huath (aubépine, terrible)

d D daur dur > duir (chêne)

t T tine > tinne (cyprès ou sureau); tindi (tige de fer)

c C coll (coudrier/noisetier)

q Q qert quert (croisier/pommier sauvage); ceirt (chiffon)

m M muin muinn > mediu (vigne,); muin estime

g G gort (lierre,); gort (champs)

p NG ngetal ou gilcach (roseau); cetal (charme)

z ST (Z) straif ou draighean (épine-vinette); straiph (souffre)

r R ruis ou graif (sureau,); ruis (rouge)

cura.free.fr/xx/17boutfr.html 5/18
08/06/2019 Astrologie Celtique -- L'Astrologie Celtique: Une création moderne?

a A ailm (pin); ?

o O onn ohn (genêt,); onn (roue)

u U ur (bruyere,); ur (humus)

e E edad edhadh/eadha (peuplier); ?

i I ioho > ida (sic) > idad/ioda idho iubhar (if); ?

2 EA ebad (sic) : ehad > eahadh eashadh (tremble) ou CH choad (taillis); ?

4 OI oir (?) ou feorusoir (fusain)TH ou tharan (chêne vert); oir (or ?)

3 UI uilléan (chèvrefeuille) ou P peith/pethbol (obier); uilllend (coude)

5 IO iphin > ifin (groseiller) ou PH féa/phia ou phogos > féa (hêtre)

6 AE amancoll/emancholl > aemhancholl (orme blanc ou de montagne) ou péine (?) et/ou XS


xi mòr (grand 'X') emancoll (double C).

B) Remontée étymologique celtique (Monard) avec jeux de mots bardiques (Boutet) :

b b beth < betua (bouleau) Bitu (monde);

l l luis < lusis (sorbier) Louxs (lumière)

n n nuin < onna (frêne), si ce n'était nertos (myrte) Ninnos (faîte, cime)

f w (W) fearn < uernos (aulne) Uernos (bon)

s s saile salixs (saule) Sauelios (soleil)

h h SC (SQ/SP) huath < squiats/spetes (aubépine) Scatos (ombre)

d d daur < daruos/deruos (chêne) Duora (porte)

t t tinne < tennos (houx) Tenes (feu)

c c coll < coslos (coudrier) Celos (abri), Coliia (troupe)

q C quert < qertocos (pommier sauvage) Qrennacon/Prennacon (domaine boisé)

m m muin < monia (ronce) muinia/uiniia (vigne) Moniio (montagne)

g g gort < gortia (lierre) Gortia (enclos)

p N 'N (NC/NG) ngetal 'ngaitalis ingaitalis (roseau) 'Ncu . Ancou (fatalité)

z D straif < sdragenos/dragenos (épine-vinette) Dira/Sdira(étoile)

r r ruis < rusca (sureau) si ce n'était Roudios (rouge), Rixs (roi) reusmen (aulne glutineux)

a a ailm alamios (pin) Alamos (troupeau)

o o ohn ocstino (ajonc) si ce n'était onna (frêne) Ona/Ono (eau)

u u (OU) ur < uroica (bruyère) Ur (feu, sacré)

É
cura.free.fr/xx/17boutfr.html 6/18
08/06/2019 Astrologie Celtique -- L'Astrologie Celtique: Une création moderne?

e e (É) eoda < idato/esados (tremble) Itauis (brandon)

i i (J/Y) ioho < iuos (if) Iuos (clair)

2 cc X (CH) choad < coiton/caiton (taillis) Xodonios (chtonien), caclauos (cailloux) élément
terre si ce n'était xassanos < cassanos (chêne)

4 T TH tharan < taranos/tannos (chêne vert, yeuse) Taranos (tonnere), tepnon (feu) élément feu

3 p P peith < petios (obier) padis (pin) Pottos (pot), (p)Idsca (eau) élément eau

5 P PH féa < phogos < bagos Phrudis (cascade), auella (vent) élément air

6 XS (KS) 'xslemos < uxslemos/uanocoslos 'Xson < Uxson (éther) élément éther (orme blanc,
orme montagnard)

L'erreur consiste à interpréter les sigles selon des termes aux formes tardives évoluées qui
n'étaient déjà plus comprises par les transcripteurs médiévaux. La faute de la plupart des
spécialistes a été de ne pas voir que les plus anciennes inscriptions étaient dans une langue
archaïque qui ne pouvait être attribuable qu'aux druides. Les lettres dites obscures servaient donc
à exprimer une langue sacrée plus ancienne que le vieil irlandais. L'erreur de Robert Graves a été
de ne pas avoir recours à la linguistique moderne. Et, selon toute logique, les arbres sont en fait
des cuspides et ne peuvent être que regroupés par deux (2 x 12 = 24), le vingt-cinquième
représentant la grille solaire. Malheureusement, Graves s'est laissé plus emporter par sa muse de
poète que par le souci d'exactitude. C'est à se demander qui était sa muse au juste? La Dame
Blanche, était-ce Uindasoibra, le spectre blanc des fantômes dans le placard, ou Uinda Branna,
"la corneille blanche" des champs de batailles littéraires?

Le calendrier des arbres de Robert Graves :

Taureau

B: bouleau : 24 décembre;
L: sorbier : 21 janvier ;
N: frêne : 18 février ;
F: aulne : 18 mars ;
S: saule : 15 avril ;

Lion

SS (Z): prunier : 15 avril ;


H: aubépine : 15 mai ;
D: chêne : 10 juin ;
T: houx : 8 juillet ;
C: coudrier : 5 août ;

Serpent

CC (Q): pommier : 5 août ;


M: vigne: 2 septembre ;
G: lierre : 30 septembre ;
NG: roseau : 28 octobre ;
R: sureau : 25 novembre ;
I: if : 25 novembre ;

Aigle

cura.free.fr/xx/17boutfr.html 7/18
08/06/2019 Astrologie Celtique -- L'Astrologie Celtique: Une création moderne?

(Y): gui : 23 décembre ;


E: peuplier tremble : 23 décembre ;
U: bruyère: 23 décembre ;
O: ajonc : 23 décembre ;
A: épicéa/pruche: 23 décembre ;
AA: palmier : 24 décembre ;

Le zodiaque des arbres de Robert Graves :

Solstice d'hiver
A/I: épicéa/if

Sagittaire: B/R: bouleau/sureau


Capricorne: L: sorbier
Verseau: N: orme.

Équinoxe du printemps
O/E: ajonc/peuplier

Poissons: F: aulne
Bélier: S: saule
Taureau: H: aubépine

Solstice d'été
U: bruyère

Gémeaux : D/T : chêne / houx


Cancer: C: coudrier
Lion : Q : pommier

Équinoxe d'automne
E/O : peuplier/ajonc

Vierge: M: vigne
Balance: G: lierre
Scorpion: NG: roseau

Tout ceci évidemment repose sur des interprétations tardives tirées du livre d'Ogygia,écrit par le
barde Roderick O'Flaherty vivant au dix-septième siècle. O'Flaherty disait tenir ses
renseignements de Duald MacFirbis, un barde titré du clan O'Brien. Des érudits réputés, et non
le moindre R.A.S. Macalister, entre autres, insistent sur le fait que les affabulations oghamiques
données par O'Flaherty étaient des "artifices" n'ayant aucun rapport avec les interprétations
originales données aux oghams (Nigel Pennick 1991).

Si ces rêvasseries s'inspirent de la tradition bardique, il faut comprendre alors que ces
adaptations ne sont pas seulement à une bonne distance de la tradition médiévale, mais à plus
forte raison de la païenne antique. Il est fort peu probable, puisque les écoles bardiques étaient
franchement chrétiennes depuis belle lurette, que les oghams conservent un contenu druidique
significatif.

En comparaison, voici la proposition passablement crédible de Hageneder qui semble se fier sur
des sources traditionnelles solides :

Les arbres symboles de Friedrich Hageneder :

cura.free.fr/xx/17boutfr.html 8/18
08/06/2019 Astrologie Celtique -- L'Astrologie Celtique: Une création moderne?

I- Arbres chefs et stations pour les festivals trimestriels :

A Ailm (sapin!) - au lendemain du solstice d'hiver


O Onn (genêt!) - à l'équinoxe du printemps
U Ura (tilleul!) - au solstice d'été
E Eadha (tremble) - à l'équinoxe d'automne
I Iohu (if) - au solstice d'hiver

II- Les treize arbres-symboles, d'une durée de plus de 4 x 7 = 28 jours chacun, à partir du
solstice d'hiver :

B Beth (Bouleau)
H Huath (Aubépine)
M Muir (Roncier)
L Luis (Sorbier)
D Duir (Chêne)
G Gort (Lierre)
N Nion (Frêne)
T Tinne (Chêne-vert, Yeuse)
Z Straif (Prunellier)
F Fearn (Aune)
C Coll (Coudrier)
R Ruis (Sureau)
S Saille (Saule)

Cette étrange version sans prétention présentée par Hageneder avec mise en garde telles que : "il
n'est prouvé qu'un tel calendrier fut utilisé... cependant, je voulais utiliser ce système pour garder
à l'esprit les arbres : ils ont plus que jamais besoin de notre soin et attention".

Je dis bien étrange car sa séquence sylvestre est modelée sur le cycle hebdomadaire. Nous
tenons pour acquis que c'est un concept universel. Il faut savoir cependant que les anciens Celtes
ignoraient la semaine de sept jours. Il faut dire aussi que le schéma de sept jours est compliqué
et difficile à manier. Ceci étant dit, la suite de sept n'est ni compatible avec le cycle solaire, ni
compatible avec les cycles lunaires. Comme je l'ai déjà dit, la proposition du séquençage
oghamique de Hageneder n'est qu'une proposition de seconde main empruntant librement à
l'Ogygia de Roderick O'Flaherty, qu'il a lui même emprunté à Duald Mc Firbis. (J. Monard)

L'Astrologie celtique selon Carol Carnac


L'autre exemple d'un faiseur d'almanach qui se prend pour un astrologue est celui de Carol
Carnac avec "L'Astrologie Celtique". Malgré son côté fort intuitif et parfois même éblouissant, il
n'arrive pas à nous expliquer comment ce système unique a pu parvenir jusqu'à lui sans laisser
de traces au passage. Tout ce qu'il nous dit c'est qu'il l'a trouvé dans des sources orales qui
remontent à l'âge mégalithique!? Et comme dans le cas de Graves, aucune de ses sources n'est
donnée ni même son informateur.

Donc, s'il y avait un lignage ininterrompu de conteurs du domaine cosmologique en Bretagne


remontant jusqu'à la Préhistoire, ce détail à lui seul est fort important. Il va sans dire que notre
curiosité a été piquée.

Encore, là, si cet informateur est un autre celtomane, on peut certainement comprendre sa
discrétion à son sujet.

Ceci étant, le zodiaque de Carnac fonctionne sur une suite d'arbres spéciaux en lien avec des
constellations tout aussi originales, certaines trop au sud. En fait, sa suite ne semble pas suivre
celle des oghams hiberniens, encore moins celle du Cat Goddeu brittonique. On s'y attendrait
cependant, puisque la tradition bretonne ne pouvait diverger de sa soeur galloise à ce point.

cura.free.fr/xx/17boutfr.html 9/18
08/06/2019 Astrologie Celtique -- L'Astrologie Celtique: Une création moderne?

Pire, son système astral ne peut en aucun temps être considéré comme un zodiaque solaire parce
que :

1: Il ne couvre pas les constellations sidérales usuelles visitées par le soleil durant l'année;
et
2: Il ne reflète pas non plus le passage mensuel de la lune puisque son zodiaque est divisé
comme un almanach de 36 parts, c'est-à-dire qui peut être pris comme tel avec chaque part
correspondant à un tiers du douzième zodiacal de l'année tropique à peu près.

De plus, les dates assignées sont sans relation avec les bases de computation astronomique pour
un recyclage du zodiaque.

L'Astrologie celtique de Carol Carnac


15 mars - 24 mars : Le roi - sureau
25 mars - 4 avril : La princesse enchaînée - poirier
5 avril - 14 avril : La reine - orme
15 avril - 24 avril : Le triangle - chêne
25 avril - 4 mai : Le fleuve de vie - tilleul
5 mai - 15 mai : Le héros solaire - épicéa
16 mai - 25 mai : Le lièvre - hêtre
26 mai - 5 juin : Le chasseur - cerisier
6 juin - 15 juin : Le cocher - gui
16 juin - 25 juin : La petite-ourse - sapin
26 juin - juillet 5 : Le grand chien (Canis Major) - figuier
6 juillet - 16 juillet : La grande ourse - marronnier
17 juillet - 26 juillet : Le petit chien (Canis Minor) - noyer
27 juillet - 6 août : L'hydre - saule
7 août - 17 août : Le vaisseau (Navis) - l'if
18 août - 27 août : Le chaudron (Crater) - sorbier
28 août - 6 septembre: Le centaure - cognassier
7 septembre - 17 septembre: Le corbeau (Corvus) - genévrier
18 septembre - 27 septembre : Le bouvier (Bootes) - micocoulier
28 septembre - 7 octobre : Le héros terrestre - peuplier
8 octobre - 17 octobre : La couronne hyperboréenne (Corona Borealis) - noisetier
18 octobre - 27 octobre : Le serpent - bouleau
28 octobre - 6: novembre : Le dragon (Draco) - cornouiller
7 novembre - 16 novembre : Le loup (Lupus) - aulne
17 novembre - 26 novembre : L'homme-serpent (Serpentaire / Ophiuchus) - pin
27 novembre - 6 décembre : L' autel (Ara) - buis
7 décembre - 16 décembre : La couronne australe (Corona Australis) - aubépine
17 décembre - 26 décembre : La lyre (Lyra) - charme
27 décembre - 5 janvier : L'aigle (Aquila) - frêne
6 janvier - 14 janvier : La flèche (Sagitta) - prunier
15 janvier - 24 janvier : Le cygne (Gygnus) - pommier
25 janvier - 3 février : Le dauphin (Delphinus) - mélèze
4 février - 13 février : Le poisson austral (Piscis Austrinus) - érable
14 février - 23 février : Le petit cheval (Equuleus) - cyprès
24 février - 4 mars : Le cheval ailé (Pegasus) - néflier
5 mars - 14 mars : La Baleine (Cetus) - châtaignier

L'Astrologie gauloise selon Edgar Bliss


L'astrologie gauloise d'Edgar Bliss est un autre exemple semblable. Son séquençage en 36
parties est du même ordre que celui de Carnac (plus 4 pour équinoxes et solstices).
Naturellement, son modèle a la même structure que l'astrologie celtique de Carol Carnac mais
cura.free.fr/xx/17boutfr.html 10/18
08/06/2019 Astrologie Celtique -- L'Astrologie Celtique: Une création moderne?

pas les mêmes dates de coupure ni le même ordre de signes.

21 mars, équinoxe du printemps : Chêne (la force),


22 - 31 mars : Noisetier (la prospérité),
1 - 10 avril : Sorbier (la fertilité),
11 - 20 avril : Érable (la combativité),
21 -30 avril : Noyer (le charisme et le mystère),
1 - 14 mai : Peuplier (l'au-delà, le monde des héros morts au combat),
15 - 24 mai : Châtaignier (la prévoyance),
25 mai - June 3 juin : Frêne (l'arbre du monde),
4 - 13 juin : Charme (la voie),
14 - 23 juin : Figuier (l'abondance),
24 juin , Solstice : d'été : Bouleau (la vie),
25 juin - 4 juillet : Pommier (amour et beauté),
5 - 14 juillet : If (éternité),
15 - 25 juillet : Orme (obscurité, protecteur des bêtes),
26 juillet - 4 août : Cyprès (longévité, protecteur des voyageurs),
5 - 13 août: Peuplier (l'au-delà),
14 - 23 août : Micocoulier (le secret),
24 - août - 2 septembre : Pin (la permanence et le pouvoir matériel),
3 septembre - 12 août: : Saule (divination et prophétie),
13 août - 22 septembre : Tilleul (amitié et compassion),
23 septembre, Équinoxe d'automne : Olivier (lumière, feu, chaleur),
24 septembre - 3 octobre : Noisetier (prospérité),
4 - 13 octobre : Sorbier (fertilité),
14 - 23 octobre : Érable (combativité),
24 octobre - 2 novembre : Noyer (charisme et mystère),
3 - 11 novembre : Peuplier (l'au-delà, le monde des héros morts),
12 - 21 novembre : Châtaignier (prévoyance),
22 novembre - 1 décembre : Frêne (l'arbre du monde),
2 - 11 décembre : Charme (la voie),
12 - 21 décembre : Figuier (l'abondance),
22 décembre, Solstice d'hiver : Hêtre (renouveau).
23 décembre - 1 Janvier : Pommier (amour et beauté),
2 - 11 janvier : If (éternité),
12 - 24 janvier : Orme (obscurité, protecteur des bêtes),
25 janvier - 3 février : Cyprès (longévité, protecteur des voyageurs),
4 - 8 février: Peuplier (l'au-delà),
9 - 18 février : Micocoulier (secret),
19 - 29 février : Pin (permanence et pouvoir matériel),
1 - 10 mars : Saule (divination et prophétie),
11 - 20 mars : Tilleul (amitié et compassion).

Commentaire sur les propositions de Carnac et de Bliss


Malgré que leurs propositions d'arbres zodiacaux provoquent de sérieuses objections, la notion
d'un zodiaque coupé en périodes de temps du type décan, procédé connu depuis l'Antiquité
celtique, s'explique très bien. La langue gauloise savait bien désigner cette notion par le terme
Decamnoctiacon, littéralement : "séquence de dix nuits".

Dans ce séquençage d'arbres-signes proposé par Bliss, on remarque le micocoulier et l'olivier.


Cela pose un problème car ces arbres ne poussent que dans la Gaule méridionale et que ces
essences n'étaient pas rustiques dans la plupart des régions du monde celtique du nord-ouest (J.
Monard).

cura.free.fr/xx/17boutfr.html 11/18
08/06/2019 Astrologie Celtique -- L'Astrologie Celtique: Une création moderne?

L'astrologie celtique selon Helena Paterson


Voici un autre très bon exemple de bricoleurs faisant fi d'une méthodologie sérieuse.
L'Astrologie Celtique d'Helena Paterson, qui s'inspire directement de Robert Graves, se veut un
modèle pour la plupart des amateurs d'ésotérisme nouvel-âge et des pseudo-druides auto-
proclamés. Pas surprenante donc l'affabulation de "zodiaque lunaire des anciens druides". En
fait, Mme Paterson, qui ignore tout des druides anciens, fait paraître ceux-ci comme des
vieillards lunatiques atteints de sénilité.

Mme Paterson accorde aussi beaucoup de crédit, comme si on devait la croire, à des sources tout
aussi contestables que Iolo Morganwg et son "Barddas des Îles de Bretagne" qu'elle qualifie de
"sagesse ancienne" et de "savoir ésotérique" des druides.

Helena Paterson, dans Celtic Astrology (p. xvi) écrit : "La tradition bardique Galloise a une
ancienne ascendance et si les autres enseignements par example ceux du Barddas - une
collection de manuscrits anciens copiés par Olo Morganwg et présentés par la société galloise
des manuscrits en 1862 - ont un certain mérite, confirme une science ancienne d'un savoir
ésotérique."

Son "Zodiaque lunaire Celtique" (sic) suit la suite des lettres du beth-luis-nion... comme le fait
Hageneder. Cependant, là où Hageneder propose "straif" en avant-dernière syllabe, elle préfère
"ngetal" (utilisant le calendrier des arbres de Robert Graves).

Le "zodiaque lunaire des anciens druides" à 13 signes de Helena Paterson :


Période du calendrier civil : Arbre-signe : Planète dominante : Symbole celtique :

24 décembre - 20 janvier : Beth/Bouleau Soleil cerf blanc


21 janvier - 17 février : Luis/Sorbier Uranus (Brigantia) dragon vert
18 février - 17 mars : Nion/Frêne Neptune (Lir) trident (cheval de mer)
18 mars - 14 avril : Fearn/Aulne Mars (Maurth) pentacle (épervier)
15 avril - 12 mai : Saille/Saule Lune (Llun) serpent de mer
13 mai - 9 juin : Uath/Aubépine Vulcain (Govannan) calice
10 juin - 7 juillet : Duir/Chêne Jupiter (Jovyn) cheval blanc (ou roue d'or)
8 juillet - 4 août: Tinne/Houx Terre (Abred) licorne (ou lance de feu)
5 août - 1 septembre : Coll/Coudrier Mercure (Mugher) saumon arc-en-ciel
2 - 29 septembre : Muine/Vigne Vénus (Gwena) cygne blanc
30 septembre - 27 octobre : Gort/lierre Perséphone ("couverte par la lune") papillon
28 octobre - 24 novembre : Ngetal/Roseau Pluton (Pwyll) lévrier blanc (ou pierre)
25 novembre - 22 décembre : Ruis/Sorbier Saturne (Sadorn) cheval noir (ou corbeau)

Commentaires sur ce pseudo-zodiaque lunaire des anciens druides :


À première vue, cette formule semble ingénieuse, sinon habile, mais malheureusement n'est pas
à la hauteur de la promesse de nous livrer un zodiaque cohérent. L'échafaudage s'écroule comme
un jeu de cartes puisqu'il ne s'agit ni d'un zodiaque solaire à cause de ses 13 périodes distribuées
contrairement à la division en 12 parties de l'écliptique, ni d'un almanach lunaire à cause de sa
durée et des dates fixes rappelant les stations solaires.

De plus, il ne peut s'agir en aucun cas d'une "Astrologie des anciens druides" pour ces raisons :

1- Parce qu'il commence au solstice d'hiver;

2- Pour ses références à des planètes non observées avant les "temps modernes" : sauf
Uranus peut-être ?, Neptune et Pluton ?, certainement pas! ;

3 - À cause du manque de caractère celtique de plusieurs divinités non celtiques citées ;


cura.free.fr/xx/17boutfr.html 12/18
08/06/2019 Astrologie Celtique -- L'Astrologie Celtique: Une création moderne?

4 - Pour son ignorance des noms celtiques de plusieurs planètes et/ou divinités attestées
dans la mythologie, textes classiques, livre de Ballymote et sources épigraphiques; et

5 - À cause de l'utilisation erronée du Gallois récent et de noms gaéliques des planètes


et/ou des divinités. (J. Monard)

La plupart des noms fictifs que Paterson a donnés aux planètes n'ont rien de druidique comme
elle le prétend. Le ton au passé laisse croire au lecteur qu'il s'agit d'un fait historique alors qu'il
s'agit plutôt d'une fiction. Elle nous assure que Celi était "le grand dieu invisible des Druides" (p.
xvi). Celi (si ce nom dérive de la racine Cel- , Celô = "cacher, garder de la vue") a certainement
échappé à la plupart des mythologues de la matière celtique.

Malheureusement, car tout au long de son ouvrage on constate sa piètre connaissance de la


linguistique. Par exemple, elle donne Luis (sorbier) comme dérivant de Luisiu quand on sait que
le terme général pour sorbier est Alisos. En fait, Luis dérive de Lusis terme qui veut dire "frêne
montagnard", ce qui n'est pas le sorbier (d'Amérique).

Elle écrit aussi à la page xxi, que les bardes Gallois appelaient les druides "Naddreds" ou
"Couleuvres", un terme littéral pour "sages". Natro (serpent, couleuvre en celtique) cependant, a
toujours désigné l'animal à sang froid; ce n'est qu'au Moyen-Âge que le mot a pris son sens
péjoratif pour dénigrer les Druides. Disons que Natro est un jeu de mots avec Nadrô "glisser,
ramper" (Nadromi, "glisser comme une couleuvre").

Voici des exemples d'anachronismes commis par Paterson


(NB: les points d'interrogations et d'exclamation (? ) (!?) sont de l'auteur) :

Soleil: Sul
Uranus: Brigantia (?)
Neptune (!?): Lir (?)
Mars: Maurth
Lune: Llun
Vulcain (!?): Gouannan (?)
Jupiter: Jovyn
Terre (!?): Abred (?)
Mercure: Mugher
Vénus: Gwena
Perséphone (!?) Arianrhod/Rhiannon (?)
Pluton (!?): Pwyll

Notez bien que Maurth, Mugher, Gwena et Jovyn sont d'étymologie latine tardive alors que
Brigantia, Lir, Gouannan, Abred, Arianrhod et Pwyll sont fictives. Pour ce qui est de l'ajout de la
Terre, elle n'a pas sa place dans la ceinture zodiacale puisque le regard des Anciens est avant
tout géocentrique, la terre en tant que planète se disait Crundion (sphère) et non Abred!

Comparez ces noms avec ceux connus (par les sources épigraphiques et manuscrites) ou
sentis (par des moyens linguistiques = *) de la celticité antique :

Soleil : Sauelios, Sonnos/Sonna, Grannos/Greina


Lune : Luxna, Leucara/Leucaros, Diuon, Eidsciia
Mars : Cocidios (livre de Ballymote), *Roudios
Mercure : *Lugos, Luxtos (livre de Ballymote), Boudios
Jupiter : Tectos (livre de Ballymote), *Taranis
Vénus : Reiia/Riia (livre de Ballymote / épigraphie), Uasnia
Saturne : Melnos (livre de Ballymote), Uosiros, Nucturos.

Et peut-être Uranus ? (peut-être parce que les Anciens arrivaient à peine l'apercevoir par temps
très clair ou au moyen d'un cristal grossissant): Cenos (> Cean < Cian) selon une interprétation

cura.free.fr/xx/17boutfr.html 13/18
08/06/2019 Astrologie Celtique -- L'Astrologie Celtique: Une création moderne?

d'une inscription tirée du livre de Ballymote (sigla 8).

La plupart de ces symboles figurent aussi dans l'art et la numismatique des Gaulois.

Ce livre ne peut donc plaire qu'aux romantiques marginaux, aux paresseux intellectuels, et à tous
ces gens de la mouvance nouvel-âgiste, néo-païenne ou pseudo-néo-druidisante, et aux autres
farfelus qui ne sont aucunement gênés par le grand manque de rigueur démontré par l'auteur de
ce bêtisier.

Le calendrier chamanique de Kaledon Naddair


Un autre exemple de calendrier, le calendrier chamanique (Shamanistic Calendar), est celui de
Kaledon Nadair (qu'on ne peut reproduire). Au moins son auteur n'a pas la prétention de le
considérer comme un zodiaque. Il n'est malheureusement disponible qu'en anglais.

Ce chercheur écossais est beaucoup plus crédible que les autres. Cependant, le vice majeur de
son système réside dans sa désignation "chamanique" de sa roue du temps car on sait que les
chamanes n'ont rien à voir avec les Celtes, encore moins avec les druides.

Je m'explique : son système ne peut être considéré comme un système luni-solaire complet car il
se base uniquement sur l'année tropicale du cours solaire et des douze constellations zodiacales.
Bref, il est solaire et non luni-solaire. Nous savons que le schéma druidique ancien était basé sur
le modèle des maisons lunaires. De là la notion d' "arbres" cuspides pour désigner les
constellations.

Malgré tout, les consignations arbres-signes suivent un ordre fidèle aux oghams. Et si on oublie
la désignation "chamanique", on peut considérer que ce calendrier est celtique dans son essence.
Chaque douzième de l'année correspond à un arbre zodiacal. Du fait qu'il suit le patron
oghamique, il offre plusieurs possibilités de rapprochement avec la culture gaélique pour les
raisons suivantes :

1- grâce à une réconciliation Ogham/Coelbreni, son système est aussi traduisible du côté
brittonique ;

2- chaque quart de l'année solaire est gouverné par un arbre chef ;

3- comme le voudrait la tradition antique, l'identification à plusieurs divinités et animaux


par mois zodiacal permet l'introduction de décans (J.Monard) ;

- Si c'est chamanique, ça veut dire que c'est pré-celtique, donc pas celtique!

Joseph Monard et les fondements de l'astrologie antique des Celtes


Oublions donc toutes ces tentatives plus ou moins ratées! Le modèle le plus crédible et le mieux
structuré constituant une base zodiacale celtique est celui de Joseph Monard. M. Monard, un
érudit de la matière celtique et de la linguistique, et qui plus est connaît très bien les sources
antiques s'est fié principalement aux données astrologiques trouvées dans le calendrier de
Coligny.

cura.free.fr/xx/17boutfr.html 14/18
08/06/2019 Astrologie Celtique -- L'Astrologie Celtique: Une création moderne?

En fait, Monard a été le premier chercheur à constater que le calendrier (des druides) était
structuré selon des bases astrologiques. Comme nous l'avons vu, ce calendrier est annoté des
inscriptions Prin., Prinn. pour PRENNOS: ou Uidus = "arbre" , c'est-à-dire cuspide, un point
mathématique marqué par l'ascendant d'une maison; et Prinni pour PRINNIOS: - constellation
zodiacale , - période zodiacale, littéralement, "arborescence". Il n'y a donc plus de raison
d'ignorer le fait que les symboles sylvestres correspondent aux signes oghamiques, les Prenes <
Prinnoi, qui eux-mêmes désignent les constellations. Bref, les recherches de M. Monard
dépassent tout ce qui a pu être écrit sur l'astrologie celtique.

La base astrologique de Joseph Monard


(Note : les noms celtiques pour les signes sont entre parenthèses)

LIBRA (MANTA) , la Balance; CANTLI PRINNIOS (des Chants, le chant de la roue, bouclage
de cycle), Septembre/Octobre, arbre signe: Lemos (Orme).

SCORPIO (SGORPIU), le scorpion; SAMONI PRINNIOS (du rassemblement, fin d'été),


Octobre/Novembre, arbre signe: Sappos (Sapin).

SAGITTARIUS (UARCUSTOS), l'archer; DUMANNI PRINNIOS (assombrissement),


Novembre/Décembre, arbre signe: Salixs (saule).

CAPRICORNIUS (GABROS ou IOCOS), la Chèvre; RIURI PRINNIOS (gelé, gelée),


Décembre/Janvier, arbre signe: Olioiaccetos (Gui).

AQUARIUS (DUPROSOPOS) , le verseau; ANAGANTI PRINNIOS (inactif, calamiteux),


Janvier/Février, arbre signe : Aballlos (Pommier).

PISCES (EISCOI), les Poissons ; OGRONI PRINNIOS (froid, des serpents), Février/Mars,
arbres signes: Padis (Pin), Scopos (Genêt).

ARIES (PUTIOS||QUTIOS), le Bélier ; CUTI PRINNIOS (fougueux, des béliers), Mars/Avril,


arbre signe: Deruos (Chêne).

TAURUS (TARUOS), le Taureau, GIAMONI PRINNIOS (germinal, fin d'hiver), Avril/Mai,


arbre signe : Squiats/Spetes (Aubépine).

GEMINI (EMNI) les Jumeaux, Dioscures, SEMIUISONI PRINNIOS (aux brises capricieuses,
semi-venteux), Mai/Juin, arbre signe; Uernos (Verne, Aulne).

CANCER (CARABOS), le Crabe, EQUI PRINNIOS (ajusté, jeux de mots avec equos/epos =
"cheval"), Juin/Juillet, arbre signe : Abolos/Opulos||Cormisio (Sorbier).

LEO (LEU), le Lion, ELEMBIUI PRINNIOS (faon, des plaintes), Juillet/Août, arbre signe:
IUOS/EBUROS (If).

VIRGO (MAGULA), la Vierge, EDRINI PRINNIOS (des arbitrages, connotation: "flux brûlant"
Aedrinios), Août/Septembre, arbre signe: Idato/Critacos (Tremble).

cura.free.fr/xx/17boutfr.html 15/18
08/06/2019 Astrologie Celtique -- L'Astrologie Celtique: Une création moderne?

Mogh Ruith, de Magus Retas, le serviteur de la roue (cosmique du temps comparable à la Kalachakra des Vedas) et son
identification stellaire suivant les indications mythologiques. (crédits: M.-G. Boutet)

En guise de conclusion
Il est malveillant de faire dire aux druides des sottises comme celles exprimées par ces auteurs
de zodiaques qui sont en fait des almanachs. Loin d'être ces magiciens-mages fakirisés du
légendaire médiéval récent , les druides n'étaient en fait pas très différents des mathematici
méditerranéens, des rishis et des mages aryens ou encore des chaldéens assyriens. Soyons clairs,
les druides n'étaient certainement pas des "deux de pique"! Selon certains auteurs, ils auraient
confondu les cycles lunaires de 12 à 13 mois avec celui du soleil de 12 mois zodiacaux, ce qui
contredit tout ce que nous savons à travers les sources classiques, César inclus! En fait, cela
témoigne plus d'un état de confusion de nos faiseurs de zodiaques modernes que d'une véritable
connaissance de la science antique.

En tant qu'observateurs attentifs et subtils du ciel, les druides pratiquaient, comme tous les
anciens, l'astronomie à "oeil nu", c'est-à-dire de l'observation directe. Évidemment, ces
observations difficiles dans certaines latitudes par temps couvert exigeaient une solide
compréhension des cycles des corps célestes. Les Anciens pouvaient donc selon l'expérience
accumulée au cours des siècles spéculer sur l'existence de tel ou tel astre. Par précaution, ils ne
comptaient pas plus de cinq planètes, excluant les deux luminaires. Uranus peut être ajouté à une

cura.free.fr/xx/17boutfr.html 16/18
08/06/2019 Astrologie Celtique -- L'Astrologie Celtique: Une création moderne?

liste d'astres considérés comme étant fantomatiques appartenant à l'art divinatoire ou à la science
spéculative.

Bref, il ne faut surtout pas remplir le vide avec de l'air, mais avec du concret. Avant d'inventer
n'importe quoi, la science comparatiste moderne aidée de l'archéologie peut maintenant nous
permettre de mieux saisir l'état des connaissances du ciel dans le monde antique.

Sources
Bliss, Edgar. Astrologie Gauloise. (cartes), Editions Gendre, Paris.
http://www.ifrance.com/belledame/astrologie_gauloise.htm
http://perso.club-internet.fr/mschfrat/01_astrologie_gauloise.htm

Book of Balymote: M.S. compilées vers l'an 1391 è.v.; Library of the Royal Irish Academy,
Dublin.

Carnac, Carol. L'Astrologie Celtique. Ed. Primeur/Sand, 1986.


http://www.junon.qc.ca/celte.html

Graves, Robert. The White Goddess, Faber and Faber, London, 1948.

Monard, Joseph. Notice sur les Oghams. monographie, 1995.

Monard, Joseph. Glossaire trilingue celtique-français-anglais. 1994.

Monard, Joseph. About the Coligny Calendar. monographie 1996.

Monard, Joseph. Éléments divers d'astronomie pour l'élaboration d'un almanach. 1996.

Monard, Joseph. Découpage saisonnier de l'année celtique. monographie, 1996.

Monard, Joseph. lettres de 1994 à 1999.

Naddair, Kaledon. The Shamanistic Calendar. Keltia Publications, P.O. Box 307, EH9-1XA
Édinbourg..

Paterson, Helena. The Handbook of Celtic Astrology. Llewellyn Publications, St. Paul,
Minnesota, 1995.
http://www.celticlunarmysteries.com/handbook.htm

Pennick, Nigel. The secret Lore of Runes and other Ancient Alphabets. Rider, London, 1991.

Référence de la page :
Michel-Gérald Boutet: L'Astrologie Celtique: Une création
moderne?
http://cura.free.fr/xx/17boutfr.html
-----------------------
Tous droits réservés © 2002 Michel-Gérald Boutet

ACCUEIL

HOME PORTADA

cura.free.fr/xx/17boutfr.html 17/18
08/06/2019 Astrologie Celtique -- L'Astrologie Celtique: Une création moderne?

Centre Universitaire de Recherche en Astrologie


Web site Designer & Editor: Patrice Guinard
© 1999-2002 Dr. Patrice Guinard

cura.free.fr/xx/17boutfr.html 18/18