Vous êtes sur la page 1sur 4

Dépêche n° 632120 5 min de lecture

Enseignement / Recherche - Enseignement scolaire


Par: Erwin Canard - Publiée le 22/07/2020 à 10h56
Lien dépêche

A usage unique de : Ulysse GUTTMANN-FAURE

Orientation : un rapport parlementaire pointe les


difficultés de l’accès à l’enseignement supérieur

"La préparation à l’orientation n’a pas la place effective qu’elle devrait, son organisation
manque de lisibilité et ses nombreux intervenants sont insuffisamment outillés", constate
le rapport parlementaire résultant de la mission d’évaluation de l’accès à l’enseignement
supérieur, publié le 22 juillet 2020. Les auteurs notent des difficultés concernant les
54 heures dédiées à l’orientation, la réforme du lycée, les professeurs principaux et les
chefs d’établissement. Ils affirment aussi que l’intervention des acteurs n’est "pas
coordonnée" et formulent plusieurs recommandations.

C’est une succession de difficultés concernant l’orientation dans le supérieur que mettent en avant les députés Régis
Juanico (Loire, Socialistes et apparentés) et Nathalie Sarles (Loire, LREM). Ils publient un rapport, mercredi 22 juillet 2020,
dans le cadre de leur mission d’évaluation de l’accès à l’enseignement supérieur, créé par le Comité d’évaluation et de
contrôle des politiques publiques de l’Assemblée nationale (lire sur AEF info). Il fait suite au rapport sur ce thème de la Cour
des Comptes, en février dernier (lire sur AEF info).

Dans ce rapport de plus de 150 pages, la première des trois parties concerne l’orientation (1), que les députés qualifient de
"maillon faible de l’accès à l’enseignement supérieur".

"Manque de lisibilité", "intervenants insuffisamment outillés"…

Reprenant dans l’ensemble les critiques émises par la Cour des Comptes, les rapporteurs jugent ainsi que "la préparation à
l’orientation n’a pas la place effective qu’elle devrait dans le cursus scolaire, son organisation manque de lisibilité et ses
nombreux intervenants sont insuffisamment coordonnés et outillés". Ceci alors que plusieurs réformes ont pourtant
"traduit une incontestable prise de conscience de l’importance de l’accompagnement à l’orientation" : création de l’Onisep
et du Cereq en 1970 et 1971, loi de refondation de l’école de 2013 (lire sur AEF info), loi ORE de 2018… De même, ils
rappellent que la Cour des Comptes dénonçait "le peu de traduction financière du renforcement de la politique publique en
faveur de l’orientation".

Nathalie Sarles et Régis Juanico font par exemple état de "difficultés" sur les "54 heures" annuelles normalement dédiées à
l’orientation en lycée, ainsi que sur le second professeur principal de terminale. Les premières ne seraient que peu mises
en œuvre (lire sur AEF info ici et là), notamment car elles ne sont pas fléchées dans les établissements, et l’implication des

Dépêche n° 632120 • Toute reproduction ou transmission de cette dépêche est strictement interdite, sauf accord formel d'AEF info. 1/4
seconds serait "variable", quand il n’y a pas de "difficultés à recruter des volontaires".

Nécessité d’un "meilleur accompagnement des professeurs principaux"

La réforme du lycée de 2018 reçoit également des critiques de la part des rapporteurs. Bien qu’elle "permette la
découverte de nouveaux enseignements", elle est "génératrice de stress pour les lycéens et leur famille", en raison d’un
choix de matières précoces et du "manque d’informations". En outre, elle "relativise la notion de classe et donc,
possiblement, celle du professeur principal qui a un rôle clef dans l’orientation…".

Toujours concernant les professeurs principaux, les députés notent que "plusieurs académies ont souligné le besoin d’un
meilleur accompagnement des professeurs principaux". Et de rappeler que le Cnesco jugeait, dans un rapport de 2018 (lire
sur AEF info), "paradoxale" l’organisation de l’orientation où "les personnels explicitement formés à cette fin et supposés
experts en la matière (les psyEN) apparaissent de fait auxiliaires dans le processus d’orientation tel qu’il est décrit par les
textes officiels et présenté aux parents, tandis que les enseignants, qui ne reçoivent presque aucune formation spécifique
en ce sens, sont les interlocuteurs privilégiés du processus d’orientation et disposent d’un pouvoir explicite d’influence sur
les décisions familiales".

Réforme du professeur principal en cours

Les députés affirment que la Dgesco réfléchit à "remplacer les professeurs principaux de première et
de terminale par des professeurs référents d’élèves chargés de suivre un groupe d’une douzaine
d’élèves sur ces deux années, la fixation du nombre plus précis étant laissée à l’appréciation du chef
d’établissement". Le Comité de suivi de la réforme du lycée avait fait une proposition en ce sens (lire
sur AEF info). Ceci permettrait, notent les rapporteurs, "un suivi personnalisé des élèves sous la
forme d’entretiens individualisés, parfois avec la famille, de rencontres collectives du groupe
d’élèves dans le cadre des heures de vie de groupe." Néanmoins, cette "coexistence a priori des
deux missions ne permet pas de rester à coûts constants en termes d’enveloppe indemnitaire".
L’objectif du ministère serait de présenter fin 2020 aux instances concernées les textes relatifs à
cette réforme pour une mise en œuvre à la rentrée 2021.

Des "faiblesses" autour des chefs d’établissement

Les rapporteurs se montrent d’ailleurs aussi critiques vis-à-vis de la politique menée auprès des psyEN : "Leur faible
nombre (environ 1 pour 1 500 élèves) ne leur permet pas un suivi de chaque élève dans la construction de son projet alors
qu’ils gagneraient à collaborer plus régulièrement avec les équipes éducatives […]. Le rôle des psyEN et leur
positionnement au titre de l’accompagnement à l’orientation manquent incontestablement de clarté".

Ils rappellent en outre les conclusions du Cnesco concernant les chefs d’établissement. L’instance faisait état de plusieurs
"faiblesses", notamment en termes :

d’organisation (peu de soutien dans la mise en place du parcours Avenir, notamment) ;


de mobilisation et de formation des acteurs
d’actions (documentation parfois inexistante, peu de préparation des réunions d’information ou des "forums
métiers"…)

Des acteurs "non coordonnés" et des dispositifs "inefficaces"

Dépêche n° 632120 • Toute reproduction ou transmission de cette dépêche est strictement interdite, sauf accord formel d'AEF info. 2/4
Par ailleurs, les députés estiment que l’intervention des acteurs n’est "pas coordonnée". Reprenant le rapport Charvet (lire
sur AEF info), ils affirment que "des structures (Onisep, CIO, services universitaires, Crij…) n’assurent pas toujours une
couverture homogène du territoire et s’adressent aux mêmes publics". Cette organisation qui serait "le fruit de réformes
stratifiées dont aucune n’est parvenue à créer un dispositif lisible, cohérent… et efficace".

Ainsi, l’existence de nombreuses structures "ne peut que constituer un handicap pour l’accès des publics concernés à
l’information". Et, alors que les régions deviennent "des acteurs clés de l’orientation" depuis la loi de 2018, les députés
regrettent que, selon la Dgesco, seules "3 conventions ont été signées" avec les rectorats censées définir leurs missions
respectives (Centre Val-de-Loire, Normandie, Nouvelle-Aquitaine). "Il semble que les modalités d’intervention des régions
dans le processus d’orientation peinent à être précisées et mises en place", estiment-ils.

Évoquant également les structures d’information, le rapport souhaite "un renforcement des liens entre l’Onisep et les
structures impliquées dans l’insertion professionnelle des jeunes, dont Pôle emploi, France Stratégie, la Dares et les
branches professionnelles". Et de proposer que "le réseau Onisep structure son action autour de ses différents canaux et
multiplie les partenariats (régions, branches professionnelles, les grands acteurs digitaux privés) afin de déployer des
services numériques d’orientation, ainsi que produire des ressources de formation – aujourd’hui quasi inexistante – des
professeurs principaux".

Rendre obligatoires les 54h, évaluation de la mise en œuvre par les recteurs…

Les rapporteurs formulent alors plusieurs recommandations concernant l’enseignement scolaire :

"inscrire comme obligatoires dans l’emploi du temps des élèves de lycées les 54 heures annuelles consacrées
spécifiquement à l’orientation ;
charger les recteurs d’académie d’évaluer la mise en œuvre de l’accompagnement à l’orientation dans les
établissements ;
évaluer les compétences des élèves à s’orienter selon un référentiel construit avec les experts et acteurs de
terrain ;
généraliser les modules d’accompagnement à l’orientation dans la formation initiale et continue des
enseignants ;
préparer à l’orientation les élèves dès le collège, par des activités portant sur la connaissance de soi et sur la
découverte des filières et des métiers ;

dès le collège, communiquer aux élèves et aux familles un récapitulatif des interlocuteurs compétents sur les
questions d’orientation (psy-EN, enseignants, ressources Onisep, CIO…), avec les modalités de prise de contact".

AEF info est un groupe de presse professionnelle numérique et organisateur d’évènements. AEF info produit tous les jours
une information de haute qualité qui mobilise une équipe de 80 journalistes spécialisés permanents à Paris et en régions.

C’est un outil de travail, d’aide à la décision, d’information et de documentation utilisé tous les jours par plus de 20 000
professionnels et 2 000 organisations abonnées (médias, institutions, collectivités territoriales, entreprises, fédérations,
syndicats, associations).

5 SERVICES D’INFORMATION, 18 DOMAINES ET 2 HEBDOS


Les cinq services d’information spécialisés d’AEF info diffusent (Social RH, Enseignement Recherche, Développement durable,
Habitat & urbanisme, Sécurité Globale) à leurs abonnés un service d’information continue par courrier électronique et via
l’application mobile. Être abonné à ces services, c’est avoir l’assurance d’être informé rapidement, précisément et
objectivement des faits essentiels.

Dépêche n° 632120 • Toute reproduction ou transmission de cette dépêche est strictement interdite, sauf accord formel d'AEF info. 3/4
Cliquez ici pour tester gratuitement les services d’information AEF info

Dépêche n° 632120 • Toute reproduction ou transmission de cette dépêche est strictement interdite, sauf accord formel d'AEF info. 4/4

Powered by TCPDF (www.tcpdf.org)