Vous êtes sur la page 1sur 6

Retour Suivant

Imprimer

I CONSTITUTION D'UN MOTEUR ASYNCHRON TRIPHASÉ:


a ) Le Stator :
b ) Le Rotor :
II SYMBOLE :
III FONCTIONNEMENT DU MOTEUR ASYNCHRONE TRIPHASÉ :
IV PLAQUE SIGNALETIQUE D’UN MOTEUR ASYNCHRONE :
V GLISSEMENT D’UN MOTEUR ASYNCHRONE
VI BILAN DES PUISSANCES :
VII CARACTÉRISTIQUE MÉCANIQUE :
VIII VARIATION DE LA VITESSE D’UN MOTEUR ASYNCHRONE TRIPHASÉ :

I CONSTITUTION D'UN MOTEUR ASYNCHRON TRIPHASÉ:

A ) LE STATOR :
Réalisé en tôles feuilletées, il comporte un enroulement triphasé équilibré.

B ) LE ROTOR :
Réalisé en tôles feuilletées, il peut être de 2 types :
Rotor en cage d’écureuil : barres métalliques logées dans les encoches du rotor et dont les extrémités
sont reliées par des couronnes métalliques.

Rotor bobiné : enroulement triphasé équilibré, 3 bornes de l’enroulement sont accessibles sur la carcasse
de la machine.

II SYMBOLE :
III FONCTIONNEMENT DU MOTEUR ASYNCHRONE TRIPHASÉ :
Le stator est alimenté par un réseau de tension triphasé équilibré de fréquence f : il crée un champ de 2 p

pôles tournant à la vitesse de synchronisme


ns en tr/s
f en Hz

Le rotor est en court-circuit, il est le siège de courants induits dont l’effet est de diminuer la vitesse relative
du champ tournant par rapport au rotor. Celui-ci tourne à une vitesse légèrement inférieure à la vitesse de
synchronisme.

IV PLAQUE SIGNALETIQUE D’UN MOTEUR ASYNCHRONE :

V GLISSEMENT D’UN MOTEUR ASYNCHRONE


Le glissement est la vitesse relative du champ tournant par rapport au rotor divisée par la vitesse de
synchronisme.

n et nS en tr.s-1 (tr / s)
Ω et ΩS en rd.s-1 (rd / s)
REMARQUE : On exprime g sous forme d'un pourcentage (%)

ex :

Autres relations :

VI BILAN DES PUISSANCES :


Puissance reçue par le moteur

Pertes par effet Joule statorique

Ra = résistance mesurée entre 2 bornes de phase du stator.

Perte dans le fer du stator : pfs


pfs (fonction du flux et de la vitesse de synchronisme. Ces pertes sont déterminées en réalisant un essai à
vide.

Puissance transmise au rotor : pTr

REMARQUE : À cette puissance transmise correspond le couple électromagnétique de la machine. Il est


appliqué au rotor. Le couple de forces qui peut le représenter symboliquement tourne à la vitesse du champ
statorique soit Ωs

Pertes par effet Joule rotoriques : elle se retranchent de la puissance transmise et le résultat constitue une
puissance mécanique.

Puissance mécanique Pm : c’est la puissance fournie par le couple électromagnétique Tem. Le rotor
tournant à la vitesse angulaire Ω.

g sous la forme de 0,04 et non de 4%.

Pertes magnétiques rotoriques : elles sont négligeables.

Pertes mécaniques pm (fonction de la vitesse de rotation n) : elles sont déterminées par un essai à vide.
Puissance utile :

rendement :

d’où

REMARQUE : Expression approchée du h


Ø On néglige les pertes statoriques Þ Ptr = Pa
Ø On admet pm très faible devant Pm = Pu

Cette valeur représente la limite maximum du moteur.

VII CARACTÉRISTIQUE MÉCANIQUE :


4

REMARQUE 1 : Pour n = 0 tr/min Þ g = 1 (100 %)

REMARQUE 2 : Pour n = ns g=0

REMARQUE 3 : L’équation de la droite assimilable à la zone utile de la caractéristique est du type Tu = a


× g.

REMARQUE 4 : Lorsque la charge du moteur exerce un couple résistant Tr, le point de fonctionnement est
tel que Tu = Tr.

A fréquence constante, le couple utile Tu varie proportionnellement au carré de la valeur efficace V de la


tension aux bornes d’une phase.

VIII VARIATION DE LA VITESSE D’UN MOTEUR ASYNCHRONE


TRIPHASÉ :
On alimentant le moteur par un onduleur de tension triphasé qui lui fournit une tension de valeur efficace

U et de fréquence f variable telles que :

Les zones utiles des caractéristiques Tu = f(n) sont des droites parallèles.

Exemple pour U=150V


Retour Suivant
Imprimer