Vous êtes sur la page 1sur 120

‫اط ا‬ ‫ا‬ ‫ا‬ ‫ر ا‬ ‫ا‬

République Algérienne Démocratique et Populaire


Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique
-------------------------------------------------00--------------------------------------------------
Université des Sciences et de la Technologie d’Oran
Mohamed BOUDIAF - U.S.T.O

Faculté de Génie Electrique

Département d’Electrotechnique

Option : Commande Industrielle des Entraînements Electriques


(C.I.E.E)

MEMOIRE DE MAGISTER

Présenté par Mr : AIS Belkacem

TOPOLOGIE DES ONDULEURS SOLAIRE:


ETUDE ET SYNTESE

Soutenu publiquement le 02/10/2012 devant le jury composé de :

Dr. MAZARI BENYOUNES (Pr, USTO) PRESIDENT


Dr. BOURAHLA MOHAMED (Pr, USTO) RAPPORTEUR
Dr. BENDIABDALLAH AZZEDINE (Pr, USTO) EXAMINATEUR
Dr. BACHIR GHALEM (MC-A, USTO) EXAMINATEUR
Dr. BENDJEBBAR MOKHTAR (MC-A, USTO) EXAMINATEUR

Année universitaire 2011/2012


:
‫راض‬ ‫و ل ھذه ا ط‬ ‫ اطب ن أ ل‬، ‫ا‬ ‫ط‬ ‫ق‬ ‫ و‬،‫ددة‬ ‫ا‬ ‫ل طو ر ا ط‬
/‫ط‬.‫أ‬ ‫ ت ا ط‬%‫ & رو‬,‫ل ا‬ ' ‫ا وث‬. ‫&*ر‬+ ‫أزداد أ&*ر‬ $ % ‫&ن ا‬ ‫' ا‬ ‫ت ا‬# ‫ا ط‬
. ‫زل‬. ‫ و دون‬0 ‫ا و تا‬ ‫زا دا ' ط و و‬ ‫اھ‬
.‫وع‬% ‫ وب &ل‬.‫دد زا و‬ ‫ وھذا وف‬، ‫لا و تا‬ ‫و‬ ‫دف ن ھذا ا ل ھو درا‬2 ‫ا‬
‫' ا ردد ن‬$ ‫ر‬2& ‫ ج ا ر ا‬%‫ظ م دوره ھو إ‬% ‫' أي‬ ‫ر ا زاو‬ ‫ھو‬ ‫ا‬ ‫إذن ا و ت ط‬
. 9 ' ‫د ا ' و دھ ا ط ر ت‬2 ‫ا‬
; / ‫ إ‬1‫ن‬ ‫ ج ا ط‬%‫ل و إ‬ ‫ و‬، ‫درا‬ ‫ا و تا‬ ‫ ف ط و و‬: ‫ذ&ر‬% ‫' ھذا ا ل‬
. ‫ا & وواط ت‬

: ‫ت ا وھر‬ ‫ا‬
‫ذ‬،‫م‬،‫م‬ ‫و‬ ، NPC ‫ ا و ت‬، BOOST،‫ ا ط ر ت‬، ‫ ا واح ا‬-

Abstract
In front of the development of renewable energies, and with regard to solar
energy, the request of the conversion of this energy, for domestic applications in
isolated sites, increases more and more. Research in electronics of power is
interested more and more in topology of the solar inverters with and without
insulation. The goal of this work is to make a study and a synthesis of the solar
inverters; this will release the advantages and the disadvantages of the ones and
others.
Thus the solar inverter is the centre piece of any photovoltaic system its
role is to produce an alternating voltage starting from a tension continues to
generate by batteries gone up in series.
In this work one goes quoted various topologies of the solar inverters their
study and their synthesis and delivering powers going of 1 to a few KW

Keywords
Solar panels, batteries module, BOOST Converter, NPC converters, Load: RLE.
Résumé :
Devant le développement des énergies renouvelables, et en ce qui
concerne l’énergie solaire, la demande de la conversion de cette énergie, pour des
applications domestiques dans des sites isolés, augmente de plus en plus. La
recherche en électronique de puissance s’intéresse de plus en plus à la topologie
des onduleurs solaires avec et sans isolation. Le but de ce travail est de faire une
étude et une synthèse des onduleurs solaires, ceci dégagera les avantages et les
inconvénients des uns et des autres.
Donc l'onduleur solaire est la pièce maîtresse de tout système
photovoltaïque son rôle est de produire une tension alternative à partir d'une
tension continue générer par des batteries montée en série.
Dans ce travail on va citée les différentes topologies des onduleurs solaires
leurs étude et leurs synthèse et délivrant des puissances allant de 1 à quelques
KW

Mots clés
Panneaux solaire, batteries, hacheur BOOST, onduleurs NPC, charge RLE.
Remerciements
Avant tout, je remercie ALLAH, le tout puissant, de m’avoir donné le courage et la
volonté pour accomplir ce travail de recherche.

Je souhaite témoigner ma reconnaissance envers les personnes qui m’ont accompagné


durant cette période, et qui pour certaines sont activement intervenues dans le déroulement de
ces travaux de mémoire.

Le travail présenté dans ce mémoire a été effectué au Laboratoire d’Electrotechnique de


Puissance au sein de l’équipe « Electronique de Puissance » à l’Université des Sciences et de
la Technologie d’Oran Mohamed BOUDIAF - U.S.T.O, sous la direction du professeur
BOURAHLA MOHAMED.

Je tiens à remercier monsieur BOURAHLA MOHAMED, professeur à l’Université


des Sciences et de la Technologie d’Oran Mohamed BOUDIAF - U.S.T.O, et responsable de
l’équipe de recherche au Laboratoire d’Electrotechnique de Puissance, pour la confiance qu’il
m’a accordé et pour son accueil au sein de l’équipe. Ses conseils et ses critiques ont
grandement contribué à la réalisation de ce travail.

Mes vifs remerciements sont adressés à monsieur AEK Chibani, collègue de promotion,
pour son aide précieuse, ses qualités scientifiques et humaines. Sa maîtrise de l’instrumentation
m’a permis d’acquérir des savoir-faire dans ce domaine. Je souhaite lui exprimer toute ma
gratitude.

Il m’est agréable de pouvoir exprimer ma reconnaissance envers, Monsieur Belarbi


mustafa, enseignant à l’Université des Sciences et de la Technologie de tiaret Ibn khaldoune,
chercheur au laboratoire Systèmes photovoltaique à l’Université des Sciences et de la
Technologie d’Oran Mohamed BOUDIAF - U.S.T.O,
J’adresse mes sincères remerciements à Monsieur MAZARI BENYOUNES,
professeur à l’Université des Sciences et de la Technologie d’Oran Mohamed BOUDIAF -
U.S.T.O, pour l’honneur qui nous a fait en acceptant d’être président du jury.
R
J'adresse tous mes remerciements aux membres du jury, M : BENDIABDALLAH

AZZEDINE, professeur à l’université des Sciences et de la Technologie d’Oran Mohamed


R
BOUDIAF - U.S.T.O, M : BACHIR GHALEM professeur à l’université des Sciences et
R
de la Technologie d’Oran Mohamed BOUDIAF - U.S.T.O, M : BENDJEBBAR

MOKHTAR, professeur à l’université des Sciences et de la Technologie d’Oran Mohamed


BOUDIAF - U.S.T.O, pour l’honneur qu’ils nous ont fait en acceptant d’examiner ce travail.

J’adresse également mes sincères remerciements à tous les membres de Laboratoire


d’Electrotechnique de Puissance, pour l’aide et les conseils qu’ils m’ont fourni durant la
réalisation de cette mémoire.

A tous les membres de ma famille, je dis merci.

AIS Belkacem
SOMMAIRE

Chapitre I : Modélisation des systèmes photovoltaïque

I-1 Introduction…………………………...…………………………...……………… 3
I-2 Modèle de cellule…………………………...…………………………...………… 4
I-3 Modélisation du Module (panneau) photovoltaïque…………………………...…… 5
I-4 Influence de la température sur le rendement des cellules………………………….. 7
I-5 Facteurs limitatifs du rendement…………………………...……………………… 7
-Influence de l’éclairement ………………………………… 7
-Influence de la température ……………………………… 10
I-6 Connexion directe source-charge ………………………………………………… 12
I-7 Définition de l’étage d’adaptation entre une source et une charge ………………… 13
I-8 Principe de la recherche du point de puissance maximale (MPPT) ……………....... 14
I-8.1 Introduction ………………………………………………………… 14
I-8.2 Méthodes de recherche du point de puissance maximale …………… 15
I-8.2.a. La méthode dite « Perturbation et Observation » ou P&O… 17
I-8.3 Principe du contrôle MPPT ………………………………………… 19
I-9 Conclusion ………………………………………………………………………… 20

Chapitre II : Stockage de l’énergie électrique


II-1 Généralités ………………………………………………………………………... 21
II-2 Le stockage de l’énergie électrique photovoltaïque ………………………………… 21
II-2.1 Les systèmes raccordés au réseau …………………………………… 21
II-2.1.a Le réseau interconnecté …………………………………… 21
II-2.1.b Les mini-réseaux ou réseaux isolés ……………………… 22
II-2.2 Les systèmes autonomes, isolés …………………………………… 22
II-3 Les technologies de stockage d’énergie électrique ……………………………….. 22
II-3.1 Système de stockage ……………………………………………… 23
II-3.2 Types d’accumulateurs …………………………………………… 24
II-3.2.1 Composition d'une batterie solaire plomb- Acide ……… 25
II-4 Modèle mathématique des batteries au plomb ……………………………………. 26
II-5 Conclusion ……………………………………………………………………….. 28
Chapitre III : Topologies des convertisseurs BOOST
III-1 Introduction ………………………………………………………………………. 29
III-2 Les Convertisseurs DC-DC (Les Hacheurs)…….………………………………. 29
III-3 Topologies des convertisseurs BOOST…......................................................... 29
III-3.1 Série Principale………………………………………………….. 30
a-Boost élémentaire……………………………………………….… 30
b-Boost élémentaire à deux étages……………………….………… 34
III-3.2 - les séries additionnelles…………………………………… 36
a- Boost élémentaire (Double Circuit)……………………………… 36
b- Boost additionnel (Double Circuit) à deux étages………………… 38
III-3.3 - Boost en pont monophasé mixte………………………………… 40
III-4 Cas général………………………………………………………………………... 41
III-5 Simulations et résultats…………………………………………………………….. 42
III-6 Etude comparative…………………………………………………………………. 47
III-7 Filtre passe–bas……………………………………………………………………. 48
III-8 Conclusion …………………………………………………………………………. 48

Chapitre IV : Onduleurs NPC


IV-1 Introduction ………………………………………………………………………. 49
IV-2 Aperçue sur les topologies des onduleurs multiniveaux …...……………………… 50
IV-2.1 Onduleur de tension a diode de bouclage ………………………… 51
IV-2.2 Onduleur de tension a condensateur flotteur……..……………. . 52
IV-2.3 Onduleur de tension en cascade ….…………….………………… 53
IV-3 Les onduleurs NPC (Neutral Point Clamped)………………...…………………… 54
IV-4 Onduleur NPC d’ordre superieur ……………….…………...…………………… 57
IV-4.1 Onduleur à trois niveaux de type NPC…………………………… 58
Structure…………………………………………………... 58
Principe de fonctionnement…………………………….. .. 59
IV-4.2 Onduleur a cinq niveaux de type NPC………………….. ............. 61
Structure………………………………………………….. 61
Principe de fonctionnement……………………………… 63
IV-4.3 Onduleur à sept niveaux de type NPC…………………………… 66
Structure………………………………………………….. 66

Principe de fonctionnement…………………………. ….. 66

IV-5 Les différentes techniques de modulation……………………………………..…... 69

IV-5.1 Modulation sinusoïdale classique …………………………..…….. 70

IV-5.2 Commande par la modulation a triangles multiples ……………… 70

IV-6 Simulation des onduleurs NPC multiniveaux…………………………………….. 71

IV-6.1 Simulation de l’onduleur NPC a trois niveaux…………………… 71

IV-6.2 Simulation de l’onduleur NPC a cinq niveaux…………………… 72

IV-6.3 Simulation de l’onduleur NPC a sept niveaux……………………. 74

IV-7 Conclusion……………………………………………………………………….... 76

Chapitre V : Simulation et évaluation

V-1 77
Simulations envisagées ………………………………………………………..……

V-2 Simulation du fonctionnement de l’onduleur Neutral Point Clamped Half Bridge 78


(Conventional topology NPC demi pont) …………………………………………

V-3 Simulation du fonctionnement de l’onduleur Conergy Neutral Point Clamped Half 80


Bridge (NPC demi pont) ……………………………………………………...….

V-4 Simulation du fonctionnement de l’onduleur Active Neutral PointClamped Half 81


Bridge (NPC demi pont) ………………………………………………………….

Conclusion générale ……………………………………………… ……………... 83

Bibliographie ……………………………………………........................................... 85

Annexe A ….................................................................................................................. 89

Annexe B ……………………………………………………………………………… 99
Nomenclature

1. Symboles

Pc La puissance crête: Puissance électrique maximum que peut fournir le module


dans les conditions standard (25°C et un éclairement de 1000 W/m²).
I (V) Courbe représentant le courant I débité par le module en fonction de la tension
aux bornes de celui-ci.
Vco Tension à vide : Tension aux bornes du module en l’absence de tout courant,
pour un éclairement " plein soleil ".
Icc Courant de court-circuit: Courant débité par un module en court-circuit pour un
éclairement " plein soleil ".
(Um ,Im) Point de fonctionnement optimum: Lorsque la puissance de crête est maximum
en plein soleil, Pm = Um.Im
Rd Rendement maximal : Rapport de la puissance électrique optimale à la
puissance de radiation incidente.
F Facteur de forme : Rapport entre la puissance optimale Pm et la puissance
maximale que peut avoir la cellule : Vco.Icc.
ISC courant de court-circuit correspondant au point de fonctionnement du
générateur PV
VO C tension en circuit ouvert correspondant au point de fonctionnement du
générateur PV
CC Courant continu
AC Courant alternatif
I Le courant fourni par la cellule
I SCr Le courant de court-circuit de référence.

IP Le courant dérive par la résistance parallèle.

ID Le courant traversant la diode.

I0 Le courant de saturation inverse d’une diode.

VT La tension thermique.
q Charge d’électron (1.602*10-19 C)
K Constante de Boltzmann (1.381*10-23 J/K)
T Temperature effective de la cellule en kelvin
n Facteur de non idéalité de la jonction comprise entre 1 et 5 dans la pratique.
α Le coefficient de variation du courant en fonction de la température.
Tref La température de référence, 298K (25°C).

G L’irradiation solaire.
GWth Gigawatts thermiques.
GWe Gigawatts électriques.
Mtep Megatonnes équivalent pétrole.

Ah Capacité en Ampère heure : La capacité de stockage correspond à la quantité


d’énergie qui peut être stockée dans une batterie.
I=C/10 Rapports de chargement et déchargement : Le courant de charge ou décharge
ou I=C/100 est égal au dixième ou au centième de la capacité.

Pb Les batteries au plomb


Cd-Ni Les batteries au cadmium-nickel.
C la capacité du condensateur.
Vc la tension du condensateur.
EC La capacité électrochimique de la batterie.

RbS La résistance interne de la batterie : résistance en bloc d'électrolyte et de plaque


Rb1 La résistance interne de la batterie : représente la diffusion d'électrolyte.
Vb La tension de batterie.

τ Constante de temps τ = Rb1 Cb1 .


Rbp La résistance parallèle de la batterie.
Cbp La capacité électrochimique parallèle de la batterie.
Pin Puissance d’entrée des convertisseurs Pin =Vin.Iin
PO Puissance de sortie des convertisseurs PO =VO IO (VO ≠ Vin)
Po Vo Io
η Rendement en conversion η = =
Pin Vin Iin

T T : période de commutation qui est égale à 1/ f


K K :le rapport cyclique du commutateur (K € [0,1]).
f Fréquence de commutation.
R La charge du Boost
D La diode formant le circuit Boost
S Le transistor MOSFET formant le circuit Boost
Li , Ci , RL Les composantes du convertisseur Boost

i ,v Les variables dynamiques du convertisseur Boost


L c

C,R Les composantes du filtre passe-bas


Ve tension d’entrée du filtre

Vs tension de sortie du filtre


τ Constante de temps τ = RC dans un montage RC
τ L
Constante de temps τ = dans un montage RL
R

Les autres symboles utilisés sont définis dans le texte.

2. Abbreviations

MPPT: Maximum Power Point Tracking.


MPP : Maximum Power Point.
PPM : Point de Puissance Maximale.
PV : Photovoltaïque.
MLI : Modulation Large Impulsion
PWM : Pulse width modulation
GPV : un générateur photovoltaïque
P&O : Perturbateur et Observateur
(NPC – Neutral point clamped) : Le convertisseur à point neutre fixé

Les autres abréviations sont explicitées dans le texte.


Introduction générale

La production d'énergie est un défi de grande importance pour les années à venir. En
effet, les besoins énergétiques des sociétés industrialisées ne cessent d’augmenter. Par ailleurs,
les pays en voie de développement auront besoin de plus en plus d’énergie pour mener à bien
leur développement. De nos jours, une grande partie de la production mondiale d’énergie est
assurée à partir de sources fossiles. La consommation de ces sources donne lieu à des émissions
de gaz à effet de serre et donc une augmentation de la pollution. Le danger supplémentaire est
qu’une consommation excessive du stock de ressources naturelles réduit les réserves de ce type
d’énergie de façon dangereuse pour les générations futures.
Par énergie renouvelable, on entend des énergies issues du soleil, du vent, de la chaleur
de la terre, de l’eau ou encore de la biomasse. A la différence des énergies fossiles, les énergies
renouvelables sont des énergies à ressource illimitée. Les énergies renouvelables regroupent un
certain nombre de filières technologiques selon la source d’énergie valorisée et l’énergie utile
obtenue.
Il existe de nombreux sites isolés dans le monde, alimentés par des systèmes autonomes
de générateur d’électricité. Ces générateurs utilisent les sources renouvelables locales. On y
trouve des panneaux photovoltaïques et des éoliennes. L’électricité provenant des sources
renouvelables est intermittente, et dépendante des conditions climatiques.
Ces générateurs renouvelables sont couplés généralement à un système de stockage
assurant une disponibilité en continue d’énergie.
Le générateur renouvelable sélectionné pour notre étude est un champ photovoltaïque
(PV) avec un système de stockage, le stockage est assuré par des batteries. Ce système, appelé
systèmes PV-Batteries.
Le type de stockage généralement utilisé dans ce système est la batterie au plomb. La
maturité dont cette technologie fait preuve et son faible coût en sont les raisons principales.
L’utilisation de ces batteries à l’échelle saisonnière est inenvisageable. Elles ne peuvent rester
longtemps inutilisées sans conséquences néfastes sur leur durée de vie. Leur fonctionnement
journalier (décharge et recharge complètes sur quelques jours) permet d’installer une faible
capacité de stockage. Mais l’état de charge maximal des batteries est atteint d’autant plus
rapidement que cette capacité installée est faible.

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 1


Afin de protéger les batteries contre une recharge excessive, on doit les déconnecter de
l’installation. Il est alors impossible d’utiliser la totalité de la ressource renouvelable.
Le dimensionnement de stockage optimal basé sur la partie de modélisation des composants
constituant ce système et la charge de l’utilisation.
Il existe différentes topologies de gestion pour les installations électriques. Néanmoins,
toutes ces approches reposent sur un GPV raccordé au réseau par le biais d’onduleurs qui
transfèrent et mettent en forme l’énergie solaire électrique. Les progrès effectués ces dernières
années dans le développement des onduleurs dédiés aux photovoltaïques ont permis de faire
évoluer grandement ces systèmes de gestion. Les onduleurs ne se limitent plus seulement à
transformer la puissance continue DC générée par les panneaux solaires en puissance
alternative sous forme d’une tension sinusoïdale de fréquence souhaitée (par ex. 230V/400V -
50Hz) mais ils exploitent également la puissance délivrée par le GPV en le forçant à
fonctionner à son point de puissance maximum. De plus, ils assurent une surveillance fiable du
réseau pour protéger ce dernier contre les pannes et interrompre l’alimentation en cas de
problèmes survenant soit du réseau soit de l’installation. Actuellement, il existe principalement
trois architectures d’onduleurs donnant de bonnes solutions techniques : Onduleur de tension a
condensateur flotteur, Les Onduleurs NPC clampé par les diodes (Neutral Point Clamped) et
Les Onduleur de tension en cascade
A cet effet nous s’intéressons sur les topologies des onduleurs solaires, c’est à dire la
modélisation du GPV, des batteries, du régulateur, du Boost, des Onduleurs NPC multiniveaux.
A cet effet, nous avons fait dans notre étude :
Au premier chapitre, on fait la Modélisation des systèmes photovoltaïque
Le second chapitre est très important, car il présente l’énergie électrique photovoltaique et son
stockage dans les systèmes électriques
Dans le troisième chapitre, on fait la Modélisation des topologies des convertisseurs Boost et
leurs simulations.
Le quatrième chapitre présente les différentes topologies des Onduleurs NPC et leurs
commandes.
Le cinquième chapitre est consacré à la validation des modèles de chaque composant
constituant le système.
Finalement, nous terminerons ce mémoire par une conclusion générale qui résume notre
étude dans sa partie théorique et interprétation des résultats.

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 2


Chap I Modélisation des systèmes photovoltaïque

I-1 Introduction :

L’énergie solaire photovoltaïque provient de la conversion directe de l’énergie provenant des


photons, compris dans le rayonnement solaire, en énergie électrique, par le biais de capteurs
fabriqués avec des matériaux sensibles aux longueurs d’ondes du visible (Cellules Photovoltaïque
PV). L’association de plusieurs cellules PV en série et /ou parallèle donne lieu à un générateur
photovoltaïque (GPV). Ce GPV a une caractéristique statique courant-tension I(V) non linéaire et
présentant un point de puissance maximale (PPM). Cette caractéristique dépend du niveau
d’éclairement et de la température de la cellule ainsi que du vieillissement de l’ensemble. Le point de
fonctionnement du générateur PV peut donc varier entre les points extrêmes correspondant au
courant de court-circuit I S C et la tension en circuit ouvert VO C

La détermination du point de fonctionnement du GPV (Générateur Photovoltaïque) dépend


directement de la charge à laquelle il est connecté. Ce point de fonctionnent est plus ou moins
éloigné du PPM qui est caractérisé par le courant et la tension optimaux. [13]
Dans ce chapitre, nous commencerons par un rappel sur le principe de l’effet photovoltaïque
et nous détaillerons les principales caractéristiques de la source PV.
Enfin, nous étudierons le fonctionnement optimal du générateur PV et plus particulièrement
la recherche du point maximale de puissance MPPT (Maximum Power Point Tracking) ainsi nous
modélisons la batterie.
Généralement, un système photovoltaïque est constitué d’un générateur photovoltaïque, des
filtres, convertisseur CC et AC, la charge enfin le réseau. Les systèmes photovoltaïque fonctionnent
au fil du soleil, le stockage électronique est assuré par les batteries. figure (I-1)

Générateur PV Conditionneur

DC DC
Filtre1 Filtre2 Réseau
DC AC

Convertisseur

Régulateur

Batterie Charge

Fig (I. 1) : Structure générale d’un système PV couplé au réseau électrique. [5]

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 3


Chap I Modélisation des systèmes photovoltaïque

I-2 Modèle de cellule

IP RS
IPh ID

RP V

Fig (I. 2) : Schéma équivalent de cellule PV

La figure (I.2) illustre le schéma électrique équivalent d’une cellule PV réelle. Dans cette
équation, on prend en compte le courant de court-circuit et les différentes résistances modélisant les
pertes dues à la connectique. En statique, le comportement d’une cellule PV peut être décrit par
l’équation suivante [13], [10]:
I = I ph − I D − I P (1.1)

Avec :
I : Le courant fourni par la cellule
I SC = I SCr ( G / 1000 )

Ou : I SCr le courant de court-circuit de référence.

V + I .R S
IP = : Le courant dérive par la résistance parallèle.
RP

 V + I .R S  
I D = I 0 exp   − 1 : Le courant traversant la diode.
 n .VT  
I 0 : Le courant de saturation inverse d’une diode.

KT
VT = : La tension thermique.
q
q : charge d’électron (1.602*10-19 C)
K :constante de Boltzmann (1.381*10-23 J/K)
T : temperature effective de la cellule en kelvin
n : Facteur de non idéalité de la jonction comprise entre 1 et 5 dans la pratique.

En utilisant les équations ci-dessus en peut en déduire l’expression du courant délivré par la cellule
photovoltaïque qui est donné par l'équation (1.2)

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 4


Chap I Modélisation des systèmes photovoltaïque

I-3 Modélisation du Module (panneau) photovoltaïque


Nous avons choisi le modèle photovoltaïque BP SX 150. Chez BP Solaire, cette série fournit une
puissance photovoltaïque rentable destinée à un usage général par exploitation directe de charges
courant continue, ou de charges courant alternatif sur les systèmes munis d’onduleur.
Le module est composé de 72 cellules solaires multi cristallines en silicone connectée en
série pour produire une puissance maximale de 150 W. Les caractéristiques électriques de ce module
photovoltaïque sont données dans le tableau suivant [13]:
Puissance maximale (Pmax) 150 W
Tension à Pmax (VmP) 34.5 V
Courant à Pmax (ImP) 4.35 A
Courant de court-circuit (ISC) 4.75 A
Tension à circuit ouvert (VOC) 43.5 V
Coefficient de température de ISC 0.065±0.015%/°C
Coefficient de température de VOC -1.60±20 mV/°C
Coefficient de température de la puissance -0.5±0.05%/°C
NOCT 47±2°C

Tableau I.1 : Caractéristiques électrique du module photovoltaïque BP SX 150.

Plusieurs modèles mathématiques sont utilisés pour simuler le fonctionnement d’un


générateur photovoltaïque. nous avons choisi un modèle simple nécessitant que les paramètres
donnés par le fabriquant, la caractéristique I-V de ce modèle est illustrée ci-dessous [13],[1] :

  V + I .R S   V + I .R S
I = I PH − I 0 exp   − 1 − (1.2)
  n .VT   RP

Où : ID , le courant de diode, est donné par l’équation :

  V + I .R S  
I D = I 0 exp   − 1 (1.3)
  n .VT  
Le courant de saturation inverse d’une diode est donné par :
ISC
I0 =
  VO C   (2.4)
exp   − 1

  n .VT  

Si l’on suppose que la résistance parallèle est infinie (RP=∞) l’équation (1.2) devienne :

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 5


Chap I Modélisation des systèmes photovoltaïque

  V + I RS   (1.5)
I = I S C − I 0 exp   − 1
  n .VT  
Avec : (I et V): Le courant fourni par la cellule et La tension à la borne de cellule.
Calcul de la résistance série dans le point VOC

 dV + dI R S   V + I RS  (1.6)
dI = 0 − I 0   exp   
 n .VT   n .VT 

La résistance série influe largement sur la pente de la courbe des caractéristique I-V au voisinage de
VOC . Elle peut être calculée par la formule suivante :

dV n.VT
RS = − −
dI  V + I RS  (1.7)
I 0 exp  
 n.VT 
 dV  n.VT
RS =  −  −
 dI VOC  VO C + I RS  (1.8)
I 0 exp  
 n.VT 
Pour résoudre l’équation de caractéristique non linéaire, on utilise la méthode de Newton décrite par
f ( xn )
x n+ 1 = x n − (1.9)
f / ( xn )

Ou : f / ( x n ) : La dérivé de la fonction f ( x n )

x n : La présente itération

x n+ 1 : L’itération suivante

Ainsi, on récrit l’équation (1.5) sous la forme suivante :

  V + I RS  
f ( I ) = I S C − I − I 0 exp   − 1 = 0 (1.10)
  n .VT  
En remplaçant dans l’équation (1.9), on calcule le courant (I) par les itérations [13], [1] :

  V + I n RS  
I S C − I n − I 0 exp   − 1
  n .
V  
= In −
T
I n+ 1 (1.11)
 R   V + I n RS 
− 1 − I 0  S  exp   
 n .VT    n .VT  

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 6


Chap I Modélisation des systèmes photovoltaïque

Les équations précédentes ne sont valables que pour un mode de fonctionnement optimal.
Pour généraliser notre calcul pour différents éclairements et températures, nous utilisons le modèle
qui déplace la courbe de référence à de nouveaux emplacements.
[ (
I S C ( T ) = I SCr ( Tref ) 1 + α T − Tref )] (1.12)

G
I SC = I SCr ( ) (1.13)
1000

3
 T  n   − q Eg  1 1 
I 0 (T ) = I 0 (Tref )  exp
   −  (1.14)
T    T Tref 
 ref    n K
Ou :

α : Le coefficient de variation du courant en fonction de la température.


Tref : La température de référence, 298K (25°C).

G : L’irradiation solaire.

I-4 Influence de la température sur le rendement des cellules


La base des cellules photovoltaïques est une jonction PN. Son rendement variera selon la
température de la jonction. En effet, l’équation de Boltzmann donne : [3], [1]
  qV 
I S C = I 0 exp −  OC  (1.15)
  KT 

La figure (I.6) ci-dessous montre que la tension à vide d'une cellule solaire diminue avec
l’augmentation de la température de la cellule. L’ordre de grandeur des pertes est de 2.3 mV / par
degré Celsius / par cellule. Le courant de court-circuit, par contre, augmente légèrement avec la
température de la cellule (environ 0.05 % par degré Celsius).

I-5 Facteurs limitatifs du rendement


Influence de l’éclairement

L’augmentation d’ensoleillement se traduit par un déplacement de la caractéristique I=f (V) suivant


l’axe des courants. L’croissement du courant de court-circuit est beaucoup plus important que celui
de la tension à circuit ouvert étant donné que le courant de court-circuit est une fonction linéaire de
l’éclairement, alors que celle de la tension à circuit ouvert est logarithmique [7].

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 7


Chap I Modélisation des systèmes photovoltaïque

La variation des caractéristiques est représentée sur les courbes de la figure (I-3). Pour
différents niveaux d’irradiation, le changement du courant optimal est très important. Nous pouvons
le voir aussi sur la figure (I-4).

En examinant les caractéristiques réelles obtenues, nous pouvons conclure que des fortes
variations du niveau d’irradiation provoquent des variations relativement importantes du courant
optimal et de la puissance optimale. Alors que, les variations relatives de la tension optimale restent
faibles [3].

L’influence du flux lumineux sur la caractéristique de la cellule solaire est représentée sur la figure
(I.3), (I.4) et (I.5) à une température constante T=25°C.

4.5
1000W/m2
4

T=25°
3.5

800W/m2
3
Courant (A)

2.5
600W/m2
2

1.5
400W/m2

0.5 200W/m2

0
0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50
Tension (V)

Fig (I. 3) : Effet de l’éclairement sur la caractéristique I = f (V) de la cellule solaire

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 8


Chap I Modélisation des systèmes photovoltaïque

160

140

T=25°
120

2
1000W/m
100
puisance (v)

2
800W/m
80

2
600W/m
60

2
400W/m
40

2
200W/m
20

0
0 1 2 3 4 5 6 7

courant (I)

Fig (I. 4) : Effet de l’éclairement sur la caractéristique P = f ( I ) de la cellule solaire

160

2
1000W/m
140

800W/m
2 T=25°
120

2
600W/m
100
puissance (W)

2
400W/m
80

2
200W/m
60

40

20

0
0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50
tension (V)

Fig (I. 5) : L’influence du flux sur la caractéristique P = f (V) de la cellule solaire.

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 9


Chap I Modélisation des systèmes photovoltaïque

Influence de la température

Si la température de la cellule augmente, le photo- courant Iph augmente également due


principalement à la diminution du largueur de la bande interdite du matériau. Cette augmentation est
de l’ordre de 0,1% par degré °C. Le courant directe de la jonction augmente aussi, mais beaucoup
plus vite et entraînant une diminution de la tension de circuit ouvert de l’ordre de 2.3 mV par cellule.
La diminution de la puissance fournie est estimée environ de 0,5% par degré pour un module [6],
[12].

L’influence de la température sur la caractéristique de la cellule solaire est représentée sur la


figure (I.6), (I.7) et (I.8) pour un éclairement fixe E =1000W

On peut remarquer sur la figure (I.7) que l’augmentation de la température se traduit aussi par
une diminution de la puissance maximale disponible (de l’ordre de 10-3 W/ °C par cm2 de la cellule).

E=1000W/m2
0C
4

15C
Courant (A)

3
30C

45C
2

60C

75C

0
0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50
Tension (V)

Fig (I. 6) : L’influence de la température sur la caractéristique I = f (V) de la cellule

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 10


Chap I Modélisation des systèmes photovoltaïque

180

160

140

120

E=1000W/m2
0°C
puissance (P)

100

15°C
80
30°C
60
45°C
40
60°C
20
75°C
0
0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50
tension (V)

Fig (I. 7) : L’influence de la température sur la caractéristique P = f (V) de la cellule.

180

0°C
160

15°C
140

30°C
120

45°C
puisance (v)

100

60°C
80

75°C
60
E=1000W/m2
40

20

0
0 0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4 4.5 5
courant (I)

Fig (I. 8) : L’influence de la température sur la caractéristique P = f (I) de la cellule solaire.

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 11


Chap I Modélisation des systèmes photovoltaïque

I-6 Connexion directe source-charge


Actuellement, nous trouvons encore beaucoup d’applications où une connexion directe entre
un GPV et une charge est effectuée. Ce choix est principalement lié à la simplicité de l’opération et
le très haut degré de fiabilité. Ceci est dû principalement à l’absence d’électronique, sans oublier le
faible coût de la solution.

I
+

V R
PV

-
Fig (I. 9): Connexion directe d’un GPV -charge

Trois types de charges DC typiques existent : une charge purement résistive, une charge de
type source de tension et une charge de type source de courant. Sur la figure (I. 10), nous avons
représenté les caractéristiques I(V) et P(V) d’un générateur PV ainsi que les caractéristiques I(V) des
trois types de charges.

Identifions le point de fonctionnement où la puissance fournie par le générateur est maximale


pour un courant optimal et une tension optimale. Ce point est nommé PPM. Ensuite, nous
remarquerons le point d’intersection entre les caractéristiques I(V) du générateur et celles des trois
types de charges [12] :
1. point A pour une charge en source de courant,
2. point B pour une charge résistive,
3. point C pour une charge de type source de tension,

Pour ces trois points, la puissance fournie par le générateur est respectivement P1, P2 et P3
figure (I. 10), correspondant à des valeurs de puissance inférieures à la puissance maximale
disponible. Donc une perte d’une partie de la puissance dérivable aux bornes du générateur PV
implique à la longue des pertes de production énergétiques importantes.

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 12


Chap I Modélisation des systèmes photovoltaïque

300

Courant (I) Source de courant Charge résistif


A B
250

200

Iopt PPM
C
150
P2
P3
100

Source de tension
P1
50

Vopt
0
0 10 20 30 40 50 60
tension (V)

Fig (I. 10): Points de fonctionnement d’un GPV en fonction de la charge

I-7 Définition de l’étage d’adaptation entre une source et une charge


Un générateur PV présente des caractéristiques I(V) non linéaires avec des PPM. La
production de puissance varie fortement en fonction de l’éclairement, de la température, mais aussi
du vieillissement global du système. Afin d’extraire à chaque instant le maximum de puissance
disponible aux bornes du générateur PV et de la transférer à la charge, la technique adoptée
classiquement consiste à utiliser un étage d’adaptation entre le générateur PV et la charge comme
décrit dans la figure (I. 11) ci-dessous [13].

Pour assurer le fonctionnement d’un générateur GPV à son point de puissance maximale
PPM, des contrôleurs MPPT sont souvent utilisés. Ces contrôleurs sont destinés à minimiser l’erreur
entre la puissance de fonctionnement et la puissance maximale de référence qui est variable en
fonction des conditions climatiques.

I1 I2
+ +

Adaptateur
V1 D’impédance V2 Charge

Fig (I. 11): Etage d’adaptation d’un PV -charge

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 13


Chap I Modélisation des systèmes photovoltaïque

I-8 Principe de la recherche du point de puissance maximale (MPPT)


I-8.1 Introduction

Un MPPT, ( Maximum Power Point Tracker), est une commande associée à un étage
d’adaptation permettant de faire fonctionner un générateur électrique non linéaire de façon à
produire en permanence le maximum de sa puissance. Les systèmes MPPT sont généralement
associés avec les générateurs photovoltaïques ou encore avec les générateurs éoliens. Un générateur
photovoltaïque est un générateur, dont la caractéristique I = f(U) est fortement non linéaire. Les
figures (I. 12) et (I. 13) représentent la trajectoire du point de puissance maximale produite par le
générateur. [9]

4.5
1000W/m2
4

T=25°
3.5

800W/m2
3
Courant (A)

2.5
600W/m2
2

1.5
400W/m2
1

0.5 200W/m2

0
0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50
Tension (V)

Fig (I. 12) : La caractéristique I = f (V) et la trajectoire de PPM.

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 14


Chap I Modélisation des systèmes photovoltaïque

160

2
1000W/m
140

800W/m
2 T=25°
120

2
600W/m
100
puissance (W)

2
400W/m
80

2
200W/m
60

40

20

0
0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50
tension (V)

Fig (I. 13): La caractéristique P = f (V) et la trajectoire de PPM.

I-8.2 Méthodes de recherche du point de puissance maximale


L’unité de régulation de l’onduleur assure un fonctionnement du générateur PV au point de
fonctionnement optimal (point de puissance maximale ou MPP) pour garantir une production de
puissance électrique maximale. Il existe environ une vingtaine de méthodes de recherche du point de
puissance maximale d’un champ de modules, dont l’efficacité et la rapidité varient.

Les deux méthodes les plus couramment rencontrées sont celles dites du Hill-Climbing et du
P&O (Perturb and Observe). Ces deux méthodes [4] fonctionnent sur le même principe qui consiste
à perturber le fonctionnement du système et à analyser ensuite comment le système réagit à cette
perturbation : modification du rapport cyclique de hachage pour la méthode de Hill-Climbing,
modification de la tension aux bornes du champ de modules photovoltaïques pour la méthode P&O.
Le fait de modifier le rendement de conversion de l’onduleur perturbe le courant continu issu des
modules et par conséquent la tension à leurs bornes et la puissance instantanée délivrée. Ces deux
méthodes sont donc basées sur le contrôle de la puissance instantanée délivrée par le champ de
modules PV en fonction de variations de la tension continue aux bornes du champ PV, figures (I.
14) et (I. 15).

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 15


Chap I Modélisation des systèmes photovoltaïque

Algorithms P&O
et Hill-climbing

Perturbation positive
(U'=U+∆U)

Non Perturbation négative


OUI '
P >P
(U'=U-∆U)

OUI Non
P' > P

Fig (I. 14): principe de l'algorithme des méthodes de Hill-climbing et P&O

180

160 MPP
P'<Pmpp
140

P''<Pmpp
120
puissance (P)

100

80

60

40

Umpp
20

Umpp-deltaU Umpp+deltaU Umax


0
0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50
tension (V)

Fig (I. 15): Illustration de l'algorithme des méthodes de Hill-climbing et P&O

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 16


Chap I Modélisation des systèmes photovoltaïque

I-8.2.a. La méthode dite « Perturbation et Observation » ou P&O


La méthode P&O est sans doute la plus naturelle qui vient à l'esprit pour faire une recherche
du point maximal de puissance PPM. En effet, dans le cas d'une application photovoltaïque, il s'agit
concrètement d'un algorithme qui [9] :
Pour une tension U ( k ) fixée va mesurer la puissance correspondante P(k) délivrée par le
générateur
Après un certain temps, l'algorithme impose une tension U ( k + 1 ) = U ( k ) + ∆U et mesure
également la puissance correspondante P ( k + 1 ) ,
Si P ( k + 1 ) est supérieure à P ( k ) : l'algorithme cherche à imposer une tension plus
grande U ( k + 2 ) = U ( k + 1 ) + ∆U . Sinon l'algorithme cherchera au contraire à abaisser la
tension U ( k + 2 ) = U ( k + 1 ) − ∆U
La trajectoire de la variation de ces points est représentée sur la figure (I. 16)

160

140 PPM

120
puissance (W)

100
P2
P1
80

60

40

20

0
0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50
tension (V)

Fig (I. 16): Puissance disponible en fonction de la tension aux bornes d’un panneau solaire

De cette manière, le système adapte en permanence la tension aux bornes du générateur


photovoltaïque afin de se rapprocher du point de puissance maximum, mais sans jamais l'atteindre
précisément. D'autres algorithmes différents existent aussi et des solutions entièrement analogiques
parfois assez simples à mettre en œuvre.

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 17


Chap I Modélisation des systèmes photovoltaïque

Les étapes de la recherche du point optimal sont illustrées dans le diagramme de la figure (I. 17). [1]

Début
D’algorithme
P et O

Mesurer :V(k) , I(k)

P(k)=V(k)*I(k)
∆P=P(k)-P(k-1)

Non OUI
∆P > 0

OUI OUI
V (k)-V(k-1) > 0 V (k)-V(k-1) > 0

Non Non

Abaiser la Augmenter Abaiser la Augmenter


tension la tension tension la tension

V(k-1)=V(k)
P(k-1)=P(k)

Fig (I. 17): Diagramme fonctionnel algorithme « perturbation et observation »

Légende :

V ( k ) : Tension en sortie du panneau à l’itération k


I ( k ) : Intensité en sortie du panneau à l’itération k
P ( k ) : Puissance en sortie du panneau à l’itération k

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 18


Chap I Modélisation des systèmes photovoltaïque

I-8.3 Principe du contrôle MPPT


Le MPPT commande un étage d’adaptation qui permet de relier aisément un générateur
photovoltaïque à une charge de type continue (DC) pour avoir un rendement de conversion très
élevé. Pour utiliser le concept du transformateur DC avec rapport de transformation variable pour
l’adaptation d’un générateur PV à une charge DC, il suffit de faire varier le rapport de transformation
η (D) pour trouver le point d’adaptation optimal entre le générateur PV et la charge de manière à
transférer le maximum de puissance du générateur. Etant donnée la caractéristique du générateur PV,
cette variation doit suivre les ordres de commande délivrée par une commande de type MPPT.
L’action de contrôle provenant de la commande MPPT va induire la variation de rapport de
transformation qui va indirectement correspondre à une variation de rapport cyclique du
convertisseur statique DC-DC [13], [2].

VS = n ( D ).Ve (1.16)

Si on prend l’exemple du convertisseur DC-DC, la tension d’entrée du convertisseur :

Ve = V S ( 1 − D ) / D (1.17)

Ve : La tension d’entrée,

V S : La tension de sortie,
D : Le rapport cyclique du convertisseur,
L’impédance vue par le PV est Re,

Ou : Re = Rch ( 1 − D ) 2 / D 2

SI D augmente Re diminue, la tension diminue aussi,

SI D diminue Re augmente, la tension augmente aussi,

Le contrôle MPPT figure (I. 18) fait varier le rapport cyclique du convertisseur statique, qui influe
sur le sens de la variation de tension de telle sorte que la puissance fournie par le générateur PV soit
la puissance maximale disponible à ses bornes.

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 19


Chap I Modélisation des systèmes photovoltaïque

GPV
+ +

Convertisseur
V1 Statique V2 Charge

I
Commande
V MPPT

Fig (I. 18): Chaine élémentaire de conversion photovoltaique contrôlée par une MPPT

I-9 Conclusion
Nous avons présenté dans ce chapitre la modélisation des systèmes photovoltaïque. Tous les
éléments ont été introduits afin de permettre une bonne compréhension du fonctionnement des
systèmes PV. Afin de faciliter la conception, nous avons aussi mis en valeur le Principe du contrôle
MPPT.

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 20


Chap II Stockage de l’énergie électrique

II-1 Généralités
La grande partie de l’électricité produite dans le monde (82 %,) proviennent de la
décomposition de combustibles fossiles (pétrole, charbon ou gaz naturel) ou de combustibles
nucléaires. Bien que le gisement planétaire des combustibles fossiles soit très large, il est néanmoins
limité. De plus, leur renouvellement n’est pas observable à l’échelle temporelle de l’homme. Enfin,
l’impact environnemental de ces modes de production d’électricité est notable, comme la production
de gaz à effet de serre tel que le gaz carbonique (CO2) ou de déchets radioactifs.
L’utilisation de sources propres et renouvelables semble apporter une réponse convaincante
mais partielle au problème énergétique actuel. L’hydroélectricité existe depuis près d’un siècle et
constitue environ 16 % de la production mondiale d’électricité. Néanmoins, ce mode de production
reste centralisé et localisé aux endroits où le potentiel présente un intérêt économique [21].
Le concept d’« électricité décentralisée » (production de l’électricité sur le lieu même de son
utilisation), a encouragé le développement des moyens de production d’origine renouvelable, l’ajout
d’un dispositif de stockage d’énergie est parfois nécessaire pour assurer la continuité de la fourniture
électrique à l’usager, quand la ressource renouvelable ne peut le faire.

II-2 Stockage de l’énergie électrique photovoltaïque


Le mode d’intégration de l’énergie photovoltaïque dans les systèmes électriques dépend de la
nature du système considéré, selon qu’il est raccordé au réseau ou isolé [21]. Dans chaque cas, le
stockage de l’électricité produite à partir de la source renouvelable peut s’avérer nécessaire pour
différentes raisons.

II-2.1 Les systèmes raccordés au réseau


On peut distinguer deux types de réseaux : le réseau interconnecté et les mini-réseaux ou
réseaux isolés. Dans chacun des cas, le stockage d’électricité est envisageable. Les bénéfices
apportés par la présence d’unités de stockage dépendront directement de leur mode d’utilisation et de
leur implantation dans le réseau [22].

II-2.1.a Le réseau interconnecté


L’implantation de champs PV dans le réseau interconnecté peut se faire sans besoin
particulier de stockage. Le réseau assure la fourniture à l’usager en cas de déficit de la production
photovoltaïque. L’excédent peut être réinjecté sur le réseau et racheté à des tarifs garantis et
avantageux.

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 21


Chap II Stockage de l’énergie électrique

Cette intégration peut se faire au niveau des lignes de distribution (réseau basse tension),
Cependant, un déploiement local très concentré peut engendrer des perturbations et générer des
écarts de tension ou de fréquence du signal alternatif. Les générateurs photovoltaïques sont alors
déconnectés permettant de compenser les déséquilibres occasionnés sur la ligne de distribution.

II-2.1.b Les mini-réseaux ou réseaux isolés


Les réseaux isolés sont composés d’unités de production d’électricité dont la puissance est
comprise entre quelques centaines de kW et quelques dizaines de MW. Parmi les générateurs
renouvelables installés, les turbines éoliennes sont très fréquemment rencontrées. Cependant,
l’intégration de générateurs photovoltaïques s’est fortement répandue ces dernières années.

II-2.2 Les systèmes autonomes, isolés


Les systèmes autonomes sont des unités de production d’électricité généralement de petites
tailles (< 100 kW) qui ne sont reliées à aucun réseau de distribution. Ils peuvent être composés d’un
générateur diesel, d’un générateur photovoltaïque et d’un système de stockage d’électricité. Les
puissances photovoltaïques installées dans ce type de systèmes électriques s’étendent de 50 Wcrête à 1
kWcrête pour une maison solaire, de 1 à quelques kWcrête pour les stations de pompage d’eau. Les
systèmes hybrides alimentant une petite communauté dans le cas d’un village isolé, peuvent
atteindre en terme de puissance quelques dizaines à quelques centaines de kWcrête.
Les systèmes isolés utilisent en grande majorité les batteries au plomb comme stockage
d’énergie. Cette technologie bénéficie en effet d’avantages, tels son faible coût et une maturité
étayée par un retour d’expérience conséquent. Cette technologie est par ailleurs largement disponible
dans le commerce.

II-3 Les technologies de stockage de l’énergie électrique


Il existe de nombreux moyens de stocker de l’électricité, qui passent tous par sa conversion
en une autre forme d’énergie plus aisée à confiner, telle l’énergie chimique par exemple. Seuls le
stockage électromagnétique et le stockage électrostatique stockent l’électricité sous forme de charges
électriques, le stockage électrochimique est largement employé dans les applications stationnaires.
Les batteries au plomb possèdent un retour d’expérience de plus de cinquante ans, notamment grâce
aux applications automobiles. Son faible coût et son excellent taux de recyclabilité en font un acteur
incontournable du stockage dans les systèmes électriques.

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 22


Chap II Stockage de l’énergie électrique

II-3.1 Système de stockage

Dans une installation PV, le stockage correspond à la conservation de l’énergie produite par
le générateur PV, en attente pour une utilisation ultérieure. La gestion de l’énergie solaire nécessite
d’envisager des stockages suivant les conductions météorologiques et qui vont répondre à deux
fonction principales [23] :
• Fournir à l’installation de l’électricité lorsque le générateur PV n’en produit pas.
• Fournir à l’installation des puissances importantes que celles fournies par le générateur PV.

Les Caractéristiques principales d'une batterie sont [18] :

Capacité en Ampère heure : La capacité de stockage correspond à la quantité d’énergie qui


peut être stockée dans une batterie et restituée par celle-ci, les Ampères heure d'une batterie
sont simplement le nombre d'Ampères qu'elle fournit multiplié par le nombre d'heures
pendant lesquelles circule ce courant. Elle s’exprime en ampère heure (Ah)
Une batterie de 200 Ah peut fournir 200 A pendant une heure, ou 50 A pendant 4 heures, ou 4 A
pendant 50 heures. On a ici le choix entre adopter une batterie de la capacité de stockage voulue, ou
monter plusieurs circuits de batterie plus petite en parallèle. Il faudra alors s’assurer que chaque
circuit de batterie a bien la même tension d’entrée-sortie que les autres.
Il existe des facteurs qui peuvent faire varier la capacité d'une batterie tels que : [23]

Rapports de chargement et déchargement : La capacité de la batterie est par ailleurs variable


suivant la manière dont elle a été chargée et déchargée, c’est à dire selon l’intensité du
courant de charge ou de décharge. Plus une batterie est chargée (ou déchargée) avec un faible
courant, plus sa capacité est importante. On parle de C10 ou de C100 suivant que le courant
de charge ou décharge est égal au dixième ou au centième de la capacité (I=C/10 ou
I=C/100).
Si la batterie est déchargée à un rythme plus lent, sa capacité augmentera légèrement. Si le rythme
est plus rapide, la capacité sera réduite.

Température : Le comportement d'une batterie est spécifié à une température de 27 degrés.


Des températures plus faibles réduisent leur capacité significativement. Des températures
plus hautes produisent une légère augmentation de leur capacité. [23]

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 23


Chap II Stockage de l’énergie électrique

La durée de vie : Un accumulateur peut être chargé puis déchargé complètement un certain
nombre de fois avant que ces caractéristiques ne se détériorent. C’est ce que l’on appelle un
cyclage.
Une batterie déchargée de 10% chaque jour (avant d’être rechargée), aura une durée de vie beaucoup
plus grande qu’une batterie déchargée quotidiennement de 30%. Cette aptitude au cyclage dépend
également du type de batterie [25].

Profondeur de décharge : La profondeur de décharge est le pourcentage de la capacité totale


de la batterie qui est utilisé pendant un cycle de charge/décharge.
Les batteries de "cycle peu profond" sont conçues pour des décharges de 10 à 25% de leur capacité
totale dans chaque cycle. Les batteries de "cycle profond" fabriquées pour les applications PV sont
conçues pour des décharges jusqu'à 80% de leur capacité, sans les endommager.

La tension d’utilisation : C’est la tension à laquelle l’énergie stockée est restituée


normalement à la charge.
La tension nominale d’une batterie dépend du nombre d’accumulateurs placés en série. Un
accumulateur du type de ceux qui sont utilisés en photovoltaïque possède entre ses bornes une
tension nominale de 2V. Pour les systèmes solaires, les tensions d’utilisation les plus courantes sont
12V, 24V et 48V.

Le rendement : C’est le rapport entre l’énergie électrique restituée par l’accumulateur et


l’énergie fournie à l’accumulateur.

Le taux d’autodécharge : L’autodécharge est la perte de capacité en laissant l’accumulateur


au repos (sans charge) pendant un temps donné.
Une batterie inutilisée se décharge d’elle-même. Ceci est dû à des phénomènes électrochimiques.
Les valeurs courantes d’autodécharge sont de l’ordre de 1% à 10% de la capacité par mois.

II-3.2 Types d’accumulateurs

Il existe plusieurs types de stockage dans le système PV, le seul stockage d’énergie électrique
possible est le stockage électrochimique, Il est globalement possible de séparer les batteries en 2
types [24] :

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 24


Chap II Stockage de l’énergie électrique

Les batteries au cadmium-nickel (Cd-Ni).


Les batteries nickel-cadmium se décharge à (100%), elles sont plus chères, sont utilisées dans les
applications ou la fiabilité est vitale. Leur prix est par contre beaucoup plus élevé que pour les
batteries au plomb [20].

Les batteries au plomb (Pb).


La batterie au plomb acide (pb) est la forme de stockage de l’énergie électrique la plus courante, en
raison de son coût qui est relativement faible et d’une large disponibilité, elle ne doit jamais être
déchargée à plus de 50-80 % selon leur type [20].

II-3.2.1 Composition d'une batterie solaire plomb- Acide

Ces batteries sont composées de plusieurs plaques de plomb dans une solution d'acide
sulfurique. La plaque consiste en une grille d'alliage de Plomb avec une pâte d'oxyde de plomb
marquetée sur la grille. La solution acide sulfurique et l’eau est appelée électrolyte. [19]

Fig (II. 2) : Construction d'une batterie monobloc [19]

1 : Grille. 6 : Faisceau négatif.


2 : Séparateur. 7 : Élément complet
3 : Plaque positive. 9 : Rampe de bouchons.
4 : Plaque négative. 10 : Borne.
5 : Barrette. 11 : Bac.

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 25


Chap II Stockage de l’énergie électrique

II-4 Modèle mathématique des batteries au plomb


Dans la littérature, des auteurs [5], [8] ont utilisé le modèle représenté sur la figure (II. 3). Le
modèle décrit le comportement primaire d'une batterie correctement, mais n’explique pas les
propriétés lentement changeantes d'une batterie telles que l'augmentation et la diminution de la
tension de fonctionnement provoquée par le processus de la charge et de la décharge.

Cb1
Rbs
Ib

Rb1
Vb Rbp Cbp
Voc

Fig (II. 3): Modèle équivalent de la batterie.

Ce modèle inclut les composants équivalents pour toutes les caractéristiques de


fonctionnement principales d'une batterie plomb-acide, La capacité électrochimique de la batterie est
représentée par le condensateur Cbp et sa valeur est donnée par l'expression générale de l'énergie :

1
EC = C VC2 (2.1)
2

Avec : C la capacité et Vc la tension du condensateur.

A la différence d'un condensateur, la tension d'une batterie ne sera pas égale à zéro à son plus
bas état de charge. C'est équivalent à un condensateur ayant un niveau minimum de charge égal à
l'énergie EC min. La capacité entièrement chargée de la batterie est représentée par un niveau
maximum de charge EC max. Ceci est indiqué par l'équation suivante [8]:

1 1 1
Eb = EC , max − EC , min = 2
C Vmax − C Vmin
2
= Cb p (Vmax
2
− Vmin
2
) (2.2)
2 2 2

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 26


Chap II Stockage de l’énergie électrique

L'énergie Eb est donnée par le constructeur de la batterie directement en kilowatt par heure
(kWh). Les tensions Vmax et Vmin sont la tension maximale et la tension minimale de la batterie en
circuit ouvert respectivement. D’après l'équation (2.2) on a :

2 Eb
Cb p = (2.3)
V − Vmin
2
max
2

La résistance interne de la batterie est représentée par les deux résistances RbS et Rb1 en série.
La résistance en bloc d'électrolyte et de plaque est représentée par la résistance RbS tandis que la
résistance Rb1 représente la diffusion d'électrolyte. Ceci représente la tension du circuit ouvert de la
batterie dés qu'une charge sera reliée. De même on peut observer un saut soudain de tension avec
l'application d'un courant de remplissage En utilisant la notation indiquée sur la figure (II. 3), on peut
exprimer la tension de batterie Vb en fonction de la tension de batterie en circuit ouvert et les autres

composants Rb1 , RbS et Cb1 avec la constante de temps τ = Rb1 Cb1 .

Vb = VO C + Rb 1  1 − e τ  i + R i
−t
(2.4)
  b bS b

Une autre caractéristique très importante d'une batterie est la décharge spontanée, représentée
par la résistance Rbp parallèle avec le condensateur principal Cbp .Elle est provoquée par électrolyse
de l'eau aux tensions élevées et par la fuite lente à travers les bornes de batterie aux basses tensions
[23].
Le circuit sur la figure (II. 3) décrit les caractéristiques d'une batterie plomb-acide d’une
manière complète mais pourtant très simplifiée:

Ce circuit exprime l'impédance équivalente d'entrée d'une batterie plomb-acide par :

Rb1 Rb p
Z ( s ) = Rb s + ( Rb1 // Cb1 ) + ( Rb p // Cb p ) = Rb S + + (2.5)
Rb1.Cb1 s + 1 Rb p .Cbp s + 1

L'utilisation dans le modèle mathématique du système transforme l'équation (2.5) en une limite
simple de la forme suivante :

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 27


Chap II Stockage de l’énergie électrique

a2 S 2 + a1 S 1 + a0
Z (s) = (2.6)
b2 S 2 + b1 S + b0

Les coefficients a i et b j sont employés pour représenter les différents composants:

a 2 = Rb S .Rb 1 . Rb p .C b 1 .C bp

a 1 = Rb S .Rb 1 .C b 1 + Rb S .Rb p .C bp + Rb 1 .Rb p .C bp + Rb p .Rb 1 .C b 1

a 0 = Rb S + Rb 1 + Rb p
(2.7)
b2 = Rb 1 .Rb p .C b 1 .C bp

b1 = Rb 1 .C b 1 + Rb p .C bp

b0 = 1

II-5 Conclusion
Pour les systèmes autonomes utilisant une source renouvelable comme seul apport d’énergie,
la présence du stockage est indispensable pour pallier l’intermittence de la production d’électricité.
Il existe une grande diversité de moyens de stockage d’énergie, chacun étant adapté à une
application donnée, le choix de la technologie employée se porte généralement sur les batteries au
plomb qui répondent bien à la problématique du stockage courte durée dans les applications
stationnaires isolées C’est d’ailleurs la technologie la plus utilisée aujourd’hui pour ce type
d’applications. Cependant, cette option n’est pas totalement satisfaisante en raison de certaines
contraintes liées à leur fonctionnement. Leur hybridation avec un stockage longue durée peut alors
constituer une solution alternative, on peut aussi considérer leur remplacement, à moyen terme, par
des technologies plus innovantes telles que les batteries au lithium ou le stockage d’énergie à base
d’hydrogène.

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 28


Chap III Les convertisseurs de puissances

III-1 Introduction
L’utilisation des convertisseurs DC-DC et DC-AC permettent le contrôle de la puissance
électrique dans les circuits fonctionnant en courant continu et courant alternatif avec une très grande
souplesse et un rendement élevé, nous allons essayer d’illustrer les détails des circuits de ces
convertisseurs ainsi que les modèles mathématiques qui leurs correspondent. Dans ce chapitre nous
allons voir les topologies des Boost qui sont des convertisseurs du type continu-continu, dont le rôle
est de transformer une puissance d’entrée Pin =Vin*Iin en une puissance de sortie Po =Vo* Io avec
Po Vo * Io
(Vo ≠ Vin) et un rendement en conversion η = = très grand (proche de 100%).
Pin Vin * Iin

III-2 Les Convertisseurs Boost

Le convertisseur Boost est connu par le nom d’élévateur de tension, les circuits des
convertisseurs BOOST se composent de condensateurs, d’inductances et de commutateurs. Dans le
cas idéal, tous ces dispositifs ne consomment aucune puissance active, c’est la raison pour laquelle
on a de bons rendements. Le commutateur est réalisé avec un dispositif semi-conducteur,
habituellement un transistor MOSFET ou un IGBT. Pendant le fonctionnement du boost, le
transistor sera commuté à une fréquence constante f avec un temps de fermeture égal à (K.T) et un
temps d’ouverture égal ((1-K).T) où :
T est la période de commutation qui est égale à 1/ f
K le rapport cyclique du commutateur (K € [0,1])

III-3 Topologies des convertisseurs Boost

Il existe plusieurs topologies des BOOST [14] :

Série principale - chaque circuit de la série principale a un commutateur S, n inductances, n


condensateurs, et (2n - 1) diodes.
Série additionnelle - chaque circuit de la série additionnelle a un commutateur S, n
inductances, (n + 2) condensateurs, et (2 n + 1) diodes.
Double série - chaque circuit de la double série a un commutateur S, n inductances, 3 n
condensateurs, et (3 n - 1) diodes.
Série triple - chaque circuit de la série triple a un commutateur S, n inductances, 5 n
condensateurs, et (5 n - 1) diodes.
Autre topologie - Boost en pont monophasé mixte

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 29


Chap III Les convertisseurs de puissances

III-3.1 Série Principale


III-3.1.a-Boost élémentaire

Le schéma de la figure (III.1) représente le circuit électrique et les circuits équivalents du


convertisseur Boost. Au premier temps K T , le transistor S est fermé, le courant I L1 dans
l’inductance croit progressivement avec une tension Vin, et au fur et a mesure elle emmagasine de
l’énergie, jusqu'à la fin de la première période. Ensuite au second temps (1 − K )T , le transistor S
s’ouvre et l’inductance L1 s’opposant à la diminution de courant I L1 avec une tension -(VO - Vin) et
génère une tension qui s’ajoute à la tension de source, qui s’applique sur la charge R à travers la
diode D1 . [15]

Modèle mathématique équivalent

Pour extraire le modèle mathématique du convertisseur, il faut l’étudier dans les deux phases
de fonctionnement (S fermé, et S ouvert), ensuite donner son modèle approximé, qui englobe les
différentes grandeurs moyennes d’entrée et de sortie du convertisseur.

Les variables dynamiques du circuit sont iL1 et vC1 associées avec les composants L1 et C1 .

diL1 dv
Les équations qui lient les dérivées et in , aux variables d’entrée et de sortie ainsi que les
dt dt
composantes du convertisseur et les variables dynamiques iL1 ; vC1 sont de la forme [11] :

= f (iL1; iin ; vin ; L1 ; C1 ) (3.1)


dvin
dt

= g (iL1; iin ; vin ; L1; C1 ) (3.2)


diL1
dt

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 30


Chap III Les convertisseurs de puissances

Les grandeurs temporelles sont représentées par des lettres minuscules alors que les grandeurs
moyennes sont représentées par des majuscules, en appliquant les lois de Kirchhoff sur les deux
circuits des figures ((III.1.b) et (III.1.c)), on obtient les systèmes d’équations suivantes :

Pour la première période : figure (III.1.b)

 dv0
iC1 = C1 dt = −i0
 di
(3.3)
vL1 = L1 L1 = vin
 dt

Pour la deuxième période : figure (III.1.c)


 dv0
 iC1 = C1 dt = iL1 − i0
 di
(3.4)
vL1 = L1 L1 = vin − v0
 dt

Modèle approximé du convertisseur Boost

Les systèmes d’équations de base (3.3), (3.4) représentent le convertisseur Boost pour une
période K T et (1 − K )T respectivement. Le convertisseur oscillant entre ces deux états avec une

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 31


Chap III Les convertisseurs de puissances

fréquence élevée, nous devons trouver une représentation dynamique approximée valable pour les
deux intervalles de temps. Pour cela nous considérons que la variation des variables dynamiques
iC ; vC est de forme linéaire, en d’autres termes nous pouvons faire une approche

(
d’exponentielle par un segment eε ≈ 1 + ε )
Si ε 〈〈1 et ainsi la dérivée de ces grandeurs sera
constante, Cette approche nous permet de décomposer l’expression de la valeur moyenne de la
dérivée de la variable dynamique x sur les deux laps de temps: K T ; (1 − K )T

dx
T=
dx
KT +
dx
(1 − K )T (3.5)
dt dt( KT ) dt((1−K )T )

dx
Où < > est la valeur moyenne de la dérivée de x sur une période .
dt

dx dx
Cette relation est valide si et sont constants sur les
dt( KT ) dt((1− K )T )

périodes K T ; (1 − K )T respectivement, en d’autres termes cette approximation est valable si les


périodes K T ; (1 − K )T sont très faibles devant la constante de temps du circuit.
Dans ce cas la forme exponentielle du courant qui parcourt la self et la tension aux bornes de
la capacité est de forme linéaire comme le montre la figure (III.2).[11]

En appliquant la relation (3.5) sur les systèmes d’équations (3.3) et (3.4), on obtient les
équations qui régissent le système sur une période entière :

 dvin
C1 dt T = − KTi0 + (1 − K )T (iL1 − i0 )
 di (3.6)
 L1 L1 T = KTvin + (1 − K )T (vin − v0 )
 dt

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 32


Chap III Les convertisseurs de puissances

En arrangeant les termes des équations précédentes, (pour qu’on puisse interconnecter le
Boost avec les autres blocs de simulation), on obtient la modélisation dynamique du convertisseur
Boost :


 i0 = (1 − K )iL1 − C1 dt
dv0
 (3.7 )
vin = (1 − K )v0 + L1 L1
di
 dt

Les ondulations des courants et des tensions

Pour le dimensionnement des différents composants du circuit afin de diminuer les


ondulations des courants et des tensions sans faire un surdimensionnement ce qui accroîtrait le poids
et le prix des circuits, un calcul de ces composants en fonction des ondulations voulues est
nécessaire. Cette remarque est très importante pour le dimensionnement de l’inductance L1 afin de
respecter le courant admissible par le transistor MOSFET S, où dans le cas pratique les ondulations
du courant I L1 sont plus importantes par rapport aux autres ondulations.

diL1
En appliquant la relation vL1 = L1 , et par l’approximation des segments d’exponentielles
dt
par des droites, la pente du courant I L1 et la tension VC1 pendant la première période de
fonctionnement est donnée par :

 diL1 vL1 vin


 dt ≈ L = L
 dv i
1

1
i
(3.8)
 C 1 ≈ C1 = 0
 dt C1 C1

Les valeurs crête à crête des courants et des tensions sont :


 vin
 I incc = 2∆I L1 = L KT

1
− i0
(3.9)
Vocc = 2∆V0 = KT
 C1
Les valeurs des composants à choisir pour des ondulations données sont :
 vin
 L1 = 2∆I KT
 L1
− i0
(3.10)
C1 == KT
 2∆V0

V −V
KT = 0 in (1 − K )T (3.11)
vin
∆I L1 =
L1 L1

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 33


Chap III Les convertisseurs de puissances

V0 =
1
V (3.12)
(1 − K ) in
Le gain en tension est :

G=
V0
=
1
(3.13)
Vin (1 − K )
Le courant moyen de l'inductance est :

I L1 = (1 − K ) (3.14)
V0
Vin
Par conséquent, le rapport de variation du courant iL1 de l’inductance L1 est :

∆iL1
ξ1 = 2 = KTVin
=
KR
(3.15)
I L1 (1 − K )2V0 L1 R 2 fL1
Habituellement ξ1 est petit (inférieur beaucoup a l'unité). Cela signifie que le taux d’harmonique de
distorsion (THD) est inférieur à 1%
L’expression générale de l'énergie :
1
Q= C1V02
2
L'ondulation de la tension vO est :
∆Q I 0 (1 − K )T (1 − K )V0
∆v0 = = =
C1 C1 fC1R
Par conséquent, le rapport de variation de la tension vO est :
∆v0
ε= 2 = (1 − K ) (3.16)
V0 2 fRC1

III-3.1.b-Boost élémentaire à deux étages

Le Boost à deux étages est un dérivé du convertisseur Boost standard en ajoutant les éléments
(L2 -D2 -D3-C2). La figure (III.3) montre le schéma de circuit et les circuits équivalents pendant la
fermeture et l'ouverture du commutateur. La tension à travers le condensateur C1 croit est prend la
valeur V1 Comme elle est illustré sur la figure (III.3). La tension V1 à travers le condensateur C1
est :
1
V1 = V
(1 − K ) in

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 34


Chap III Les convertisseurs de puissances

La tension au borne du condensateur C2 est chargée à VO .le courant traversant la bobine L2


augmente avec la tension V1 pendant la période kT et diminue avec la tension -(VO -V1) pendant la
période (1 - k )T .Par conséquent, l'ondulation du courant iL2 de l'inductance L2 est :
V −V
KT = 0 1 (1 − K )T (3.17 )
V1
∆iL 2 =
L2 L1

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 35


Chap III Les convertisseurs de puissances

2
 1 
V0 =
1
V1 =  V (3.18)
(1 − K )  (1 − K )  in
Le gain en tension est :
2
V  1 
G = 0 =   (3.19)
Vin  (1 − K ) 
De façon analogue,
V I0
∆iL1 = in KT I L1 =
L1 (1 − K )2
V1 I0
∆iL 2 = KT I L2 =
L2 (1 − K )
Par conséquent, le rapport de variation du courant iL1 de l’inducteur L1 est :
∆iL1
K (1 − K ) TVin K (1 − K ) R
2 4
ξ1 = 2 = = (3.20 )
I L1 2 I 0 L1 2 fL1
Le rapport de variation du courant iL2 de l’inducteur L2 est :
∆iL 2
2 = K (1 − K )TV1 = K (1 − K ) R
2
ξ2 = (3.21)
I L2 2 I 0 L2 2 fL2
Et le rapport de variation de la tension vO est :
∆v0
ε= 2 = (1 − K ) (3.22)
V0 2 fRC2

III-3.2 - les séries additionnelles


III-3.2.a- Boost élémentaire (Double Circuit)

Ce circuit est dérivé du convertisseur Boost standard. La figure (III.4) montre le schéma de
circuit et les circuits équivalents pendant la fermeture et l'ouverture du commutateur. La tension à
travers le condensateur C1 et C11 prend la valeur V1 et la tension à travers le condensateur C12 prend
la valeur VO = 2V1. Comme décrit précédemment la tension V1 à travers le condensateur C1 est :
1
V1 = V
(1 − K ) in
Le courant iL1 traversant l’inductance L1 augmente avec la tension Vin pendant la période kT
et diminue avec la tension - (V 1 -Vin) pendant la période (1 -k )T .Par conséquent,
V −V
KT = 1 in (1 − K )T (3.23)
Vin
∆iL1 =
L1 L1

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 36


Chap III Les convertisseurs de puissances

La tension de sortie est :


 2 
V0 = 2V1 =  Vin (3.24)
 (1 − K ) 

Le gain en tension est :

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 37


Chap III Les convertisseurs de puissances

V0  2 
G= =  (3.25)
Vin  1 − K 
et :
 2 
iin = I L1 =  I0 (3.26)
1− K 
Le rapport de variation du courant iL1 de l'inductance L1 est :

∆iL1
2 = K (1 − K )TVin = K (1 − K ) R
2
ξ1 = (3.27 )
I L1 4 I 0 L1 8 fL1
L’ondulation de la tension vO est :

∆Q I 0 (1 − K )T (1 − K )V0
∆v0 = = =
C12 C12 fC12 R
Par conséquent, le rapport de variation de la tension vO est :

∆v0
ε= 2 = (1 − K ) (3.28)
V0 2 fRC12

III-3.2.b- Boost additionnel (Double Circuit) à deux étages

La figure (III.5) montre le schéma de circuit et circuits équivalents pendant la fermeture et


l'ouverture du commutateur. La tension à travers le condensateur C1 prend la valeur V1 .Comme
décrit précédemment la tension V1 à travers le condensateur C1 est :
1
V1 = V
(1 − K ) in
La tension à travers le condensateur C2 et le condensateur C11 est chargée à V2 et la tension à
travers le condensateur C12 est chargée à VO. le courant traversant L'inductance L2 augmente avec la
tension V1 pendant la période kT et diminue avec la tension -(V2 -V1) pendant la période (1 -k )T Par
conséquent, l'ondulation du courant iL2 de l'inductance L2 est :
V −V
KT = 2 1 (1 − K )T (3.29)
V1
∆iL 2 =
L2 L2
2
 1   1 
V2 =  V1 =   Vin (3.30)
1− K  1 − K 

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 38


Chap III Les convertisseurs de puissances

La tension de sortie est :


2
 2   1 
V0 = 2V2 =  V1 = 2  Vin (3.31)
 (1 − K )   (1 − K ) 

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 39


Chap III Les convertisseurs de puissances

Le gain en tension est :


2
 1 
V
G = 0 = 2  (3.32)
Vin 1− K 
De façon analogue,
Vin 2I0
∆iL1 = KT I L1 =
L1 (1 − K )2
V1 2I0
∆iL 2 = KT I L2 =
L2 (1 − K )
Par conséquent, le rapport de variation du courant iL1 de l'inductance L1 est :
∆iL1
2 = K (1 − K ) TVin = K (1 − K ) R
2 4
ξ1 = (3.33)
I L1 4 I 0 L1 8 fL1
Et le rapport de variation du courant iL2 de l'inductance L2 est :

∆iL 2
2 = K (1 − K ) TV1 = K (1 − K ) R
2 4
ξ2 = (3.34)
I L2 4 I 0 L2 8 fL2
L’ondulation de la tension vO est :

∆Q I 0 (1 − K )T (1 − K )V0
∆v0 = = =
C12 C12 fC12 R
Par conséquent, le rapport de variation de la tension vO est :
∆v0
ε= 2 = (1 − K ) (3.35)
V0 2 fRC12
III-3.3 - Boost en pont monophasé mixte

Le schéma de la figure (III.7) représente le circuit électrique du convertisseur Boost en pont


monophasé mixte. Au premier temps K T , le transistor S1 est fermé et S 2 est ouvert, le courant I L1

dans l’inductance L1 croit progressivement avec une tension Vin , et au fur et a mesure le

condensateur C emmagasine de l’énergie, jusqu'à la fin de la première période. Ensuite au second


temps (1 − K )T , le transistor S1 s’ouvre et S 2 se ferme et le courant I L 2 dans l’inductance L2 croit

progressivement est s’opposant à la diminution de courant I L1 et génère une tension qui s’applique

sur la charge R à travers les diodes D1 ; D2

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 40


Chap III Les convertisseurs de puissances

III-4 Cas général : dans le cas général on peut écrire la tension de sortie du convertisseur Boost
sous les formes suivante :
  1 n
   Vin Série principale
  (1 − K ) 
  1 n
2 ∗   Vin Série addittionn elle
  (1 − K ) 
 n
  2 
V0 =    Vin Série double (3.47 )
  (1 − K ) 
  3 n
   Vin Série triple
  (1 − K ) 
 n
  j + 1  V Série multiple ( j )
  (1 − K )  in

De façon analogue le gain en tension s’écrit sous les formes suivantes:


  1 n
   Série principale
  (1 − K ) 
  1 n
 2 ∗   Série addittionn elle
  (1 − K ) 
 n
V0   2 
G= =   Série double (3.48 )
Vin   (1 − K ) 
  3 n
   Série triple
  (1 − K ) 
 n
  j + 1  Série multiple ( j )
  (1 − K ) 

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 41


Chap III Les convertisseurs de puissances

III-5 Simulations et résultats


Dans ce chapitre, nous avons envisagés des simulations qui nous ont parues intéressantes et
judicieuses afin de valider l’étude théoriques exposés. Pour ne pas sortir du cadre imposé de ce
chapitre abordé il a été nécessaire de limiter le nombre de simulations aux seul cas traités dans les
parties citées avec : la tension de sortie du panneau solaire UGPV = 43V et UGPV = 64V et les éléments
du boost

 L1 = L2 = Ln = 169 µH et RC = 5mΩ
 C = C = C = 168µF et R = 120Ω
 1 2 n
 RL = 80mΩ et f = 100 KHz
k = 0.63

200
1.6
180

160 1.4

140 1.2

120
1

100
0.8
80
0.6
60

0.4
40

20 0.2

0
0 0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4 0
0 0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4
-3
x 10 -3
x 10

a) Forme de la tension pour UGPV =43 V b) Forme du courant pour UGPV =43 V

300 2.5

250
2

200

1.5

150

1
100

50 0.5

0
0 0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4 0
-3
0 0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4
x 10 -3
x 10

c) Forme de la tension pour UGPV =64 V d) Forme du courant pour UGPV =64 V

Fig (III. 7): Formes de tension et du courant du Boost élémentaire

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 42


Chap III Les convertisseurs de puissances

400 3

350
2.5
300

2
250

200 1.5

150
1
100

0.5
50

0 0
0 0.001 0.002 0.003 0.004 0.005 0.006 0.007 0.008 0.009 0.01 0 0.001 0.002 0.003 0.004 0.005 0.006 0.007 0.008 0.009 0.01

a) Forme de la tension pour UGPV =43 V b) Forme du courant pour UGPV =43 V

550
4.5
500
4
450

400 3.5

350 3

300
2.5
250
2
200
1.5
150

100 1

50 0.5

0
0 0.001 0.002 0.003 0.004 0.005 0.006 0.007 0.008 0.009 0.01 0
0 0.001 0.002 0.003 0.004 0.005 0.006 0.007 0.008 0.009 0.01

c) Forme de la tension pour UGPV =64 V d) Forme du courant pour UGPV =64 V

Fig (III. 8): Formes de tension et du courant du Boost élémentaire à deux étages

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 43


Chap III Les convertisseurs de puissances

300 2.5

250
2

200
1.5

150

1
100

0.5
50

0 0
0 0.001 0.002 0.003 0.004 0.005 0.006 0.007 0.008 0.009 0.01 0 0.001 0.002 0.003 0.004 0.005 0.006 0.007 0.008 0.009 0.01

a) Forme de la tension pour UGPV =43 V b) Forme du courant pour UGPV =43 V

450 4

400 3.5

350
3

300
2.5
250
2
200
1.5
150

1
100

50 0.5

0 0
0 0.001 0.002 0.003 0.004 0.005 0.006 0.007 0.008 0.009 0.01 0 0.001 0.002 0.003 0.004 0.005 0.006 0.007 0.008 0.009 0.01

c) Forme de la tension pour UGPV =64 V d) Forme du courant pour UGPV =64 V

Fig (III. 9): Formes de tension et du courant du Boost élémentaire (Double Circuit)

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 44


Chap III Les convertisseurs de puissances

500 4

450
3.5

400
3
350
2.5
300

250 2

200
1.5

150
1
100
0.5
50

0 0
0 0.001 0.002 0.003 0.004 0.005 0.006 0.007 0.008 0.009 0.01 0 0.001 0.002 0.003 0.004 0.005 0.006 0.007 0.008 0.009 0.01

a) Forme de la tension pour UGPV =43 V b) Forme du courant pour UGPV =43 V

Fig (III. 10): Formes de tension et du courant du Boost élémentaire (Double Circuit) à deux étages

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 45


Chap III Les convertisseurs de puissances

200
1.6
180
1.4
160

140 1.2

120 1

100
0.8
80
0.6
60
0.4
40

20 0.2

0 0
0 0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4 0 0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4
-3 -3
x 10 x 10

a) Forme de la tension pour UGPV =63 V b) Forme du courant pour UGPV =43 V

300 2.5

250
2

200
1.5

150

1
100

0.5
50

0 0
0 0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4 0 0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4
-3 -3
x 10 x 10

c) Forme de la tension pour UGPV =64 V d) Forme du courant pour UGPV =64 V

Fig (III. 11): Formes de tension et du courant du Boost en pont monophasé mixte

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 46


Chap III Les convertisseurs de puissances

III-6 Etude comparative :

Pour mieux comprendre les simulations envisagées ci-dessus il a été nécessaire de regrouper
tout les résultats de simulations dans un seul tableau

Nbre de Panneau solaire (GPV) 02 03

Tension du GPV 43 V 64 V

Tension = 116 V tension = 173 V


élémentaire
Courant = 0.996A Courant = 1.44A
tension = 285 V tension = 427.5 V
Tension et élémentaire à Deux étages
Courant = 2.377A Courant = 3.56A
Courant du
tension = 213 V tension = 318 V
convertisseur élémentaire (Double circuits)
Courant = 1.775A Courant = 2.65A
BOOST : élémentaire (Double circuits) tension = 423 V
à deux étages Courant = 3.525A
tension = 116V tension = 173V
en pont monophasé mixte
Courant = 0.996A Courant = 1.44A
Tableau III.1 : résultat de simulation des différentes topologies du convertisseur Boost.

On voit clairement que pour avoir une tension de 400V à la sortie du convertisseur Boost et un
courant qui doit satisfaire la demande en charge il faut soit utilisé :
Le montage du convertisseur Boost élémentaire à deux étages avec une tension du générateur
de panneau photovoltaïque GPV= 64V ce que veut dire l’utilisation de cinq (05) batteries de
12V en série.
Ou bien il faut utiliser le montage du convertisseur Boost élémentaire (Double circuits) à
deux étages avec une tension du générateur de panneau photovoltaïque GPV= 43V ce que
veut dire l’utilisation de quatre (04) batteries de 12V en série.
Mais pour le montage en pont monophasé mixte on voit bien qu’il est semblable avec le
montage élémentaire que ce soit pour le courant ou bien pour la tension et il ne satisfait pas
les conditions imposées.

Donc selon nos besoin on va minimiser le nombre de générateur de panneau photovoltaïque


GPV ainsi que les batteries d’accumulateurs donc on va jouer sur le cout.

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 47


Chap III Les convertisseurs de puissances

III-7 Filtre passe–bas

Un filtre passe-bas est un filtre du premier ordre qui laisse passer les basses fréquences et qui
atténue les hautes fréquences, c'est-à-dire les fréquences supérieures à la fréquence de coupure. Il
pourrait également être appelé filtre coupe-haut. Le filtre passe-bas est l'inverse du filtre passe-haut
et ces deux filtres combinés forment un filtre passe-bande.

Le concept de filtre passe-bas est une transformation mathématique appliquée à des données
(un signal). L'implémentation d'un filtre passe-bas peut se faire numériquement ou avec des
composants électroniques. Cette transformation a pour fonction d'atténuer les fréquences supérieures
à sa fréquence de coupure fc et ce, dans le but de conserver uniquement les basses fréquences. La
fréquence de coupure du filtre est la fréquence séparant les deux modes de fonctionnement idéaux du
filtre : passant ou bloquant. [17]

Vs 1
= τ = RC
Ve 1 + RCS

Vs 1 L
= τ=
Ve 1 + L S R
R

III-8 Conclusion
Ce chapitre s’est consacré à présenter les différentes topologies des convertisseurs BOOST
leurs études leurs synthèse, et de les dimensionner relativement à un cahier de charge donné ; ainsi
de choisir la meilleur topologie vis-à-vis au nombre de panneau solaire et au nombre de batteries
utilisée, et enfin on a terminé avec les différents types de filtres passe bas et on a cité leurs rôles.

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 48


Chap IV Onduleurs NPC sans transformateur

IV-1 Introduction

Avec l’augmentation de l’énergie renouvelable, les systèmes photovoltaïques (PV) reliés aux
onduleurs, en particulier aux systèmes monophasés de basse puissance (de 1kW à 10kW), sont
devenu les parties les plus importantes dans le système des générateurs de distribution. En raison de
leurs petites puissances les systèmes PV donnent aux utilisateurs un maximum de rentabilité par un
rendement élevé, une longue durée de vie, un bas prix, un petit volume et la sûreté.
Afin d'améliorer l'efficacité des onduleurs solaires, et baisser leurs prix on élimine
habituellement les transformateurs d'isolement (ils sont habituellement employés pour assurer la
protection personnelle et évitant des courants de fuite entre le système PV et la terre).De ce fait, il
ya beaucoup d'applications concernant les onduleurs sans transformateur comprenant la topologie de
HERIC, la topologie H5 et les topologies (NPC) [28], [29].
La topologie NPC a été présentée par Nabae, Takahashi et Akagi en 1981 montrant de
grandes améliorations en termes de dv/dt en le comparant avec les onduleurs classique à 2 niveaux.
Elle a était l'une des topologies des onduleurs sans transformateur Comparé aux onduleurs MLI
traditionnels avec 2 niveaux, la topologie NPC peut également produire des harmoniques inférieures
due aux pertes de commutations [27].
Le mode commun du courant qui traverse la capacité parasite entre le redresseur et le rotor
peut être nocif au moteur à courant alternatif et peut causer des pertes croissant, l'isolement
prématuré vieillisse, et les protections se déclenchent ; Par contre dans les systèmes photovoltaïques,
la capacité parasite atteint des valeurs hautes. Donc la capacité entre la rangée de PV et la mise à
terre dans le système PV est semblable à la capacité entre le rotor et le redresseur dans le système
d'entraînement du moteur à courant alternatif.
En raison de la similitude entre le système d'entraînement à C.A et le système PV, la
topologie NPC et ses dérivées ont pu également être appliquées aux systèmes PV. Elles sont
actuellement employées par beaucoup de compagnies pour les systèmes onduleurs solaires [43].
La recherche de performances élevées dans les onduleurs solaires a suscité de nombreuses
études tant dans les domaines de pointe (électronique spatiale) que dans les domaines industriels
(haute tension), ces études mènent généralement à des structures fonctionnant en haute tension, pour
améliorer le rendement, et en haute fréquence pour augmenter la puissance massique.
Dans le cas où un isolement galvanique est nécessaire, le transformateur de liaison bénéficie
de la réduction de taille due à la haute fréquence. Ce même transformateur devient aussi
indispensable dès qu’un rapport de tension très important doit être créé entre les tensions d’entrée et
de sortie (chargeur de batteries ou générateur HT à partir du réseau industriel par exemple) [26].

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 49


Chap IV Onduleurs NPC sans transformateur

La haute fréquence et le rendement élevé sont cependant difficilement compatibles en raison


des pertes par commutation des semi-conducteurs. Aussi de nombreux travaux ont porté sur des
améliorations de la commutation dans ces convertisseurs [30].

IV-2 Aperçue sur les topologies des onduleurs multiniveaux


Les Onduleurs multiniveaux impliquent l'association de semi-conducteurs de puissance et de
sources de tensions capacitives qui permettent d’obtenir une tension de sortie au-dessus des calibres
unitaires de chaque interrupteur ainsi qu’une fréquence apparente supérieure à celle de commutation
de chaque interrupteur. Les avantages les plus importants de la topologie multiniveaux par rapport à
la topologie biniveaux conventionnelle sont les suivants [31]:
La tension de sortie est échelonnée et présente un meilleur spectre fréquentiel. En
conséquence, les éléments de filtrage nécessaires sont plus réduits et moins coûteux.
L’utilisation des tensions de sortie plus élevées permet d’augmenter la puissance du
convertisseur sans augmenter le courant.
L’augmentation de la fréquence apparente de sortie permet une dynamique du système plus
élevée.
Cependant ces convertisseurs présentent aussi quelques inconvénients :
Au fur et à mesure que les niveaux de tension augmentent la structure de contrôle devient
plus complexe.
Des problèmes de déséquilibres de tension des condensateurs apparaissent.
Les publications de ces dernières années nous montrent que l’étude des onduleurs multiniveaux
(analyse de la topologie, contrôle, modulation, etc.) est à présent un des sujets le plus important de
l’électronique de puissance.
Le développement de la technologie multiniveaux a été marqué par deux facteurs. D’un côté,
l’évolution technologique des matériaux semi-conducteurs permettant la réalisation d’interrupteurs
de puissance et de tension plus élevées. D’un autre côté, même si le contrôle des onduleurs
multiniveaux est compliqué, l’évolution des processeurs numériques de signal avec capacité de
calcul et vitesse de réaction très élevée et coût réduit ont rendu possible la mise en œuvre de ce
contrôle [44].
Puisque le choix de la meilleure topologie d’onduleurs multiniveaux et de la meilleure
stratégie de commande, pour chaque application donnée, n’est pas souvent clair, ces derniers font
sans cesse l’objet de nombreuses publications. La figure (IV.1) représente les topologies des
onduleurs multiniveaux les plus récentes [41].

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 50


Chap IV Onduleurs NPC sans transformateur

Onduleurs Multiniveaux

Onduleurs Onduleurs Onduleurs


A Diode de A Condensateur En
Bouclage Flotteur Cascade

Fig. (IV.1) Les différentes topologies des onduleurs multiniveaux

De la même façon, les stratégies de modulation et leurs diverses techniques peuvent être
divisées comme il est indiqué par la figure (IV.2).

Les stratégies de Modulation

Fonctionnement MLI
En pleine
Onde

MLI MLI
Sinusoidale Vectorielle

Fig. (IV.2) Les différentes techniques de modulation des onduleurs multiniveaux

IV-2.1 Onduleur de tension a diode de bouclage :(Onduleur clampé par les diodes)

La première topologie la plus pratique d’onduleur de tension multiniveaux est le [41] NPC
(Neutral-Point-Clamped) figure (IV.3).

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 51


Chap IV Onduleurs NPC sans transformateur

K1

C1
D1 K2

0
K1 D2 K3
C1 E Vao
D1 C2
K2
E D3 K4
0 Vao
D2
K3 C3 D4 K5
C2
K4 K6

Fig (IV.3) Structure d’un bras de l’onduleur NPC à trois et à quatre niveaux. [41]

Il présente des avantages par rapport à la topologie d’onduleur à deux niveaux [31].
Ces avantages sont:
les composants de puissance à semi-conducteur bloquent une tension inverse égale seulement
à la moitié de la tension de la source continue ;
cette topologie peut être généralisée et les principes employés dans la topologie d’onduleur à
trois niveaux peuvent être étendus pour l’utilisation dans des topologies avec n’importe quel
nombre de niveaux.

IV-2.2 Onduleur de tension a condensateur flotteur

La topologie de l’onduleur multiniveaux à condensateur flotteur (flying capacitor multilevel


inverter), figure (IV.4), a été proposée en 1992. L’avantage de cette topologie est d’éliminer le
problème des diodes de bouclages présenter dans les topologies des onduleurs NPC multiniveaux.

Cette topologie a quelques inconvénients [32]:


Le contrôleur de la charge du condensateur ajoute la complexité au contrôle du circuit entier.
Peut exiger plus de condensateurs que la topologie de l’onduleur NPC.
La présence d’un potentiel de résonance parasite entre les condensateurs découplés.

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 52


Chap IV Onduleurs NPC sans transformateur

K1

K2

K1 K3
C1 C2 C3
E
Vao
K2
E C1 C2 K4
Vao

K3 K5

K4 K6

Fig(IV.4) Structure d’un bras de l’onduleur à condensateurs flotteurs


à trois et à quatre niveaux

IV-2.3 Onduleur de tension en cascade

Cette topologie d’onduleur facilite la maintenance et permet de donner une façon très
pratique pour augmenter le nombre de niveaux dans le système [33], [34]. La figure (IV.5.a)
représente un onduleur monophasé en cascade à cinq niveaux, les sorties des onduleurs en pont sont
connectées en série telle que l’onde de la tension synthétisée est la somme des tensions de sortie. Le
nombre des niveaux de tension de sortie dans un onduleur en cascade est définie par :

N=2S+1 (5.1)

Où S est le nombre des sources des tensions continues.

L’avantage de cette approche hybride est que le nombre de sortie peut être augmenté
davantage sans aucun ajout de nouveaux composants. Il faut seulement des sources de tensions
continues avec différents niveaux de tensions [36]. Le plus avantageux utilise des sources de
tensions avec deux niveaux de tensions (E et 2E) comme le montre la figure (IV.5.b). Cet
arrangement peut générer une tension à sept (07) niveaux (0, +/- E, +/- 2E, +/- 3E).

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 53


Chap IV Onduleurs NPC sans transformateur

K1 K3 K1 K3
A A
E C1 2E C1
K2 K4 K2 K4

K5 K6 K5 K6
E C2 E C2
K7 K8 K7 K8
O O
(a) (b)

Fig.(IV.5) Onduleur en cascade à 5 niveaux et à 7 niveaux

IV-3 Les onduleurs NPC (Neutral Point Clamped)

Cette structure d’onduleur multiniveaux a été introduite par A. Nabae et H. Akagi en 1981
dans [37]. Cette technique permet la mise en série des interrupteurs pour des applications haute
tension. La figure(IV.6) présente le circuit électrique correspondant à un bras onduleur générique à
N-niveaux. Une série de N-1 condensateurs permet de créer un ensemble de N-2 points milieux
capacitifs ayant des potentiels de tension qui vont de Ec/(N-1), 2Ec/(N-1),… jusqu’à (N-2)Ec/(N-1).
La répartition de la tension Ec sur les différents interrupteurs en série est cette fois assurée par des
diodes (clamps) connectées à un point milieu capacitif.
Des niveaux de tension intermédiaires sur la tension de sortie du bras peuvent donc être créés
en connectant chacun de ces points à la sortie, en agissant pour cela sur les signaux de commande
SC1, SC’1, SC2, SC’2, ... SCN-1, SC’N-1, des interrupteurs de puissance.

L’application des règles de commande sur ces interrupteurs conduit à N états possibles pour
la commande. Ils permettent de générer N niveaux distincts comme résumé dans le tableau (IV.1).
Tous les autres états sont indéfinis et interdits [35].

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 54


Chap IV Onduleurs NPC sans transformateur

CN-1 SCN-1
nN-2
DN-2
CN-2 SCN-2
nN-3
DN-3

EC CN-3 SC2
D1
SC1

SC’N-1

D’N-2
SC’N-2

VS
D’N-3
C2 SC’2
n1
D’1
C1 SC’1

Fig (IV.6): Bras d’onduleur NPC à N-niveaux

SCN -1 … SC3 SC2 SC1 Vs


0 … 0 0 0 0
0 … 0 0 1 ∆U
0 … 0 1 1 2 ∆U
. … . . . …
1 … 1 0 0 (N-1) ∆ U
1 … 1 1 1 (N) ∆ U
Ec
Tableau IV. 1: Etats possibles de l'onduleur NPC à N-1 étages avec ∆ U =
N −1

Ceci est détaillé dans la figure (IV.7) pour le cas particulier d'un onduleur monophasé NPC à
trois niveaux. Ce convertisseur associé avec des commandes décalées permet de faire apparaître trois
niveaux de tension (0, Ec/2, Ec).
Ainsi, pour l’obtention de chaque niveau de tension de sortie, il y a une et une seule
configuration possible pour le bras d'un onduleur NPC.

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 55


Chap IV Onduleurs NPC sans transformateur

P
K1
SC1 SC2 VS
EC/2 C1
1 0 EC
D1 K2 1 1 EC/2
Ino IS 0 1 0
EC
0 0 *
D’1
K3 (*) Niveau indéfini
VS Configuration interdite
EC/2 C2
K4
0
SC1
SC2
Fig (IV. 7): Bras d’onduleur NPC à 3-niveaux et configuration possible

Cette propriété peut poser des problèmes de stabilisation des potentiels des points milieux
capacitifs. En effet, un seul bras alimentant une source de courant de sens unidirectionnel n’est pas
capable d’imposer un même niveau de tension intermédiaire indéfiniment. Ceci est dû au fait que la
configuration du bras correspondant obligera le courant de charge à traverser les condensateurs
toujours dans le même sens [38].

Cependant, à cause des difficultés que présente l'équilibrage des tensions aux bornes des
condensateurs particulièrement pour les basses fréquences, l'utilisation de cette structure ne pourrait
pas être très adaptée pour la génération d’un grand nombre de niveaux souvent limitée dans la
pratique à trois et cinq [39].

Concernant la comptabilisation du nombre de composants, actifs et passifs, un onduleur NPC


à N-niveaux monophasé comporte:
• N-1 condensateurs pour la création des points milieux capacitifs. Chaque condensateur doit
être dimensionné pour une tension égale à Ec/(N-1) et pour un courant égal au courant
maximal de la charge.
• 4(N-1) interrupteurs de puissance du type semi-conducteur totalement commandables – diode
tête-bêche.
• 4(N-2) diodes de clampage.

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 56


Chap IV Onduleurs NPC sans transformateur

Les avantages de cette structure par rapport à la structure classique 2-niveaux sont :
1. Avec N niveaux, on peut améliorer la forme d’onde de sortie et son contenu harmonique
sera plus faible.
2. Réduction de la contrainte de tension sur les interrupteurs (ceci proportionnel au nombre de
niveaux) et donc adaptée pour les applications haute tension.
Ce convertisseur est donc intéressant de par les nouvelles possibilités offertes mais possède
néanmoins des limitations très contraignantes [40]:
1. Déséquilibre de la tension des condensateurs. Dans certaines conditions de fonctionnement
la tension du point milieu peut avoir de variations très importantes. Afin d’assurer le bon
fonctionnement il est souvent nécessaire de réaliser un asservissement de la tension de ce
point milieu.
2. Il est possible d’envisager le “clampage” d’un nombre d’interrupteurs plus important à
l’aide de sources intermédiaires et de diodes. Les commandes assurant la stabilité des
sources intermédiaires deviennent alors très complexes. On peut donc difficilement
envisager d’employer cette technique pour plus de quatre interrupteurs en série.
3. La tension inverse des diodes est variable selon le point de potentiel de référence qu’elles
fixent. Donc, il est nécessaire de connecter plusieurs diodes en série pour tenir la tension.

IV-4 Onduleur NPC d’ordre supérieur


On se basant sur l’onduleur de tension de type NPC, on peut étendre l’étude à des niveaux
supérieurs. Selon le nombre de niveaux, on distingue deux cas :
a) Si le nombre de niveaux est impair, le point neutre existe au milieu des condensateurs. Alors,
la topologie NPC s’applique encore.
b) Si le nombre de niveaux est pair, le point neutre n’existe plus vu le nombre impaire des
condensateurs. La topologie qui s’applique dans ce cas, est celle à diodes de bouclage.
Pour un bras d’onduleur à N niveaux, le nombre des éléments constituant sa topologie, notamment
les sources secondaires de tension continue S, les interrupteurs K et les diodes de bouclage D sont
régis par les relations suivantes:

S=N−1 (5.2)

K=2(N−1) (5.3)

D=2(N−2) (5.4)

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 57


Chap IV Onduleurs NPC sans transformateur

L’onduleur multiniveaux de type NPC permet par la mise en série des interrupteurs, une
meilleure maîtrise des contraintes en tension sur les composants. Plus le nombre de niveaux
augmente la tension de sortie en forme d’escalier possède plusieurs paliers ceci permet de mieux
approcher la sinusoïde, dans cette étude en se limite à l’analyse des onduleurs 3, 5 et 7 niveaux de
type NPC. Donc seul le nombre impair est considéré.

IV-4.1 Onduleur à trois niveaux de type NPC

Structure

La structure de l’onduleur de tension monophasé de type NPC à 3 niveaux est représentée par
la figure (IV.8), Elle est composée de deux demi-ponts monophasés, a partir de la source principale
de tension continue E et à l’aide d’un diviseur de tension capacitif formé par les condensateurs C1 et
C2 de même capacité, on obtient deux sources secondaires de tension continue délivrant chacune un
potentiel à demi tension (E/2). Cette structure crée alors un point neutre O entre les condensateurs
C1 et C2.
Chaque demi-pont est composé de deux étages d’interrupteurs, Chaque étage comporte deux
transistors IGBT en série avec un point commun relié par une diode au point neutre O. Des diodes
anti-parallèles sur les transistors assurent la réversibilité des courants de la charge [41].

K1 K1

C1
D1 K2 D1 K2

E 0 VAB

D2 D2
K3 K3
C2

K4 K4

Fig (IV.8) Structure d’un onduleur NPC à trois niveaux

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 58


Chap IV Onduleurs NPC sans transformateur

Principe de fonctionnement

Pour décrire le fonctionnement de l’onduleur monophasé de type NPC, on considère un seul


bras dont la structure est représentée par la figure (IV.9). Il faut déterminer les valeurs que peut
prendre la tension simple Vao entre la borne "a" de la charge et le point neutre O. Cette tension est
définie par l’état (0 ou 1) des quatre interrupteurs K1, K2, K3 et K4 du bras.

Le sens positif ou négatif des courants Id0, Id1 et Id2 fixe le sens du transfert de l’énergie du
convertisseur. Lorsque la source de tension est génératrice et la charge est réceptrice, le courant
passe à travers les transistors. Lorsque le transfert d’énergie s’effectue de la charge vers la source
d’entrée, ce sont les diodes antiparallèles qui assurent le passage du courant.

Sur les 24 séquences possibles, seules trois sont mises en œuvre. Toutes les autres sont donc à
éviter, elles provoquent soient, des court-circuits des sources de tension continue :
• court-circuit de E1 et de E2 avec les séquences [1111] et [1001].
• court-circuit de E1 avec les séquences [1110], [1000] et [1010].
• court-circuit de E2 avec les séquences [0111], [0001] et [0101].

Soient, elles provoquent la déconnexion de la charge pour [0000]. Soient encore, elles ne permettent
pas d’assurer la connexion de la charge au point neutre pour [0100] et [0010].

Id1

K1
E1 D1
K2
Id0
E 0 a
D2
K3
E2
K4

Id2
Fig (IV.9) Bras d’onduleur a trois niveaux

La figure (IV.10) montre les configurations du bras de l’onduleur de type NPC qui correspond aux
trois séquences fonctionnelles suivantes:

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 59


Chap IV Onduleurs NPC sans transformateur

Séquence 1:
K1, K2 passants et K3, K4 bloqués (figure (IV.11.a)): la tension de sortie : Vao = +E/2.
La tension inverse appliquée aux bornes des interrupteurs bloqués est : VK3=VK4= +E/2.

Séquence 2:
K2, K3 passants et K1, K4 bloqués (figure (IV.11.b)): la charge est mise en court-circuit à
travers l’un des interrupteurs K2 ou K3 et l’une des diodes de bouclage (roue libre). Donc, le point a
est relié directement au point neutre O, la tension de sortie Vao est nulle : Vao = 0 et la tension
inverse appliquée aux bornes des interrupteurs bloqués est : VK1=VK4= +E/2.

Séquence 3:
K1, K2 bloqués et K3, K4 passants (figure (IV.11.c)): la tension de sortie est : Vao = -E/2.
La tension inverse appliquée aux bornes des interrupteurs bloqués est : VK1=VK2= +E/2.

Les séquences 1, 2 et 3 vont s’enchaîner durant chaque période de la façon suivante : 1-2-3-2. Pour
visualiser l’enchaînement des séquences décrites ci-dessus, la figure (IV.11) montre les formes
d’onde de la tension de sortie Vao, ainsi que les signaux de commande de chaque interrupteur.

K1 K1 K1

E/2 E/2 E/2


D1 K2 D1 K2 D1 K2

0 a 0 a 0 a

D2 D2 D2
K3 K3 K3
E/2 E/2 E/2

K4 K4 K4

(a) (b) (c)


Fig (IV.10) Les différentes configurations fonctionnelles d’un bras

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 60


Chap IV Onduleurs NPC sans transformateur

VAO

E/2
α α
0

-E/2

K11
0
1
K2
0

K31
0

K41
0
0 T/2 T

Fig (IV.11) Formes d’ondes d’un bras d’onduleur monophasé de type NPC

Cette analyse montre que, la structure de l’onduleur à trois niveaux limite à E/2 la tension
imposée à chaque interrupteur lorsqu’il est bloqué, alors que dans la structure classique de
l’onduleur à deux niveaux, cette tension vaut la tension continue complète E. C’est cette
caractéristique de l’onduleur à trois niveaux qui permet de monter en tension et en puissance, dans le
cas des applications de forte puissance.

IV-4.2 Onduleur a cinq niveaux de type NPC

Afin de monter en tension et en puissance, on utilise les onduleurs multiniveaux pour une
meilleure maîtrise de contraintes en tension sur les composants, cette topologie génère une tension
simple à cinq niveaux (entre le bras d'onduleur et le point milieu) [45].

Structure
La structure de l’onduleur de tension de type NPC à cinq niveaux est représenté par la figure
(IV.12). Le nombre de sources secondaires continues nécessaire pour cette topologie est S=4, quatre
condensateurs se partagent la tension E pour donner quatre sources distinctes de tension E/4. Cette
topologie contient huit interrupteurs à IGBT et six diodes de bouclage.

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 61


Chap IV Onduleurs NPC sans transformateur

Afin d'éviter des courts-circuits des sources de tension, et avoir une conduction continue,
donc un fonctionnement totalement commandable on adopte une commande complémentaire définie
comme suit :
SC1 = SC5

SC2 = SC6

SC3 = SC7 (5.5)

SC4 = SC8

Phase R Phase S

K1 K1
E/4

K2 K2
D1 D1

E/4 K3 K3
D2 D2

K4 K4
D3 D3
E
Vao
0

D4 D4
K5 K5
D5 D5
E/4
K6 K6
D6 D6
K7 K7
E/4
K8 K8

Fig (IV.12) Structure d’un onduleur NPC a cinq niveaux

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 62


Chap IV Onduleurs NPC sans transformateur

Principe de fonctionnement
Grâce à la symétrie de l'onduleur monophasé à cinq niveaux, on procède par bras. Ainsi on
définit en premier lieu les cinq états d'un bras sans à priori sur la commande, ensuite on déduit celui
de l'onduleur complet (figure (IV.13)).

K1
E/4

D1 K2

E/4 D2 K3

D3 K4
E Vao
0

D4 K5
D5
E/4
K6
D6
K7
E/4
K8

Fig (IV.13) Structure d’un onduleur NPC a cinq niveaux

Une analyse topologique d'un bras montre cinq configurations possibles, pour définir les
séquences de fonctionnements de l'onduleur à cinq niveaux, définissant d'abord les différents états
que peut prendre la tension simple (la tension entre le bras de l'onduleur et le point milieu fictif), par
exemple la tension simple Vao est définie par l'état des huit quadruplets. Les états possibles d'un seul
bras d'interrupteur est de 28 = 256 états que l'on peut représenter par un quadruplet de 0 et 1 suivant
l'état des quadruplet K1, K2, à K8, seules les cinq états suivantes sont possibles avoir la
configuration de la figure (IV.13).

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 63


Chap IV Onduleurs NPC sans transformateur

Première configuration [11110000]


Il faut commander les quadruplets K1, K2, K3 et K4 à l'état 1 et les autres quadruplets reste
à l'état 0 de la figure (IV.13): la tension de sortie est : Vao = E/2, la tension inverse appliquée aux
bornes des interrupteurs bloqués est : VK5 = VK6 = VK7 = VK8 = +E/4.

Deuxième configuration [01111000]


La tension de sortie est : Vao = E/4, la tension inverse appliquée aux bornes des interrupteurs
bloqués est: VK1=VK6= VK7= VK8=+E/4.

Troisième configuration [00111100]


Cette configuration est similaire à celle de l'onduleur à trois niveaux. L'état des quadruplets
K3, K4, K5 et K6, qui sont à l'état 1 nécessaire à la mise à zéro de la tension Vao. La tension de
sortie est : Vao = 0, la tension inverse appliquée aux bornes des interrupteurs bloqués est:
VK1=VK2= VK7= VK8=+E/4.

La quatrième configuration [00011110]


Cette configuration fournie la partie négative, définie par l'état des quadruplets K5, K6 et K7,
qui est égale 1: la tension de sortie est : Vao = -E/4, la tension inverse appliquée aux bornes des
interrupteurs bloqués est: VK1=VK2= VK3= VK8=+E/4.

La cinquième configuration [00001111]


La tension de sortie est : Vao = -E/2, la tension inverse appliquée aux bornes des
interrupteurs bloqués est: VK1=VK2= VK3= VK4=+E/4.
L’onduleur à cinq niveaux de type NPC possède cinq séquences fonctionnelles qui sont
regroupées dans la table de commutation suivante :

Etat des interrupteurs Tension


K1 K2 K3 K4 K5 K6 K7 K8 de sortie
Vao
1 1 1 1 0 0 0 0 E/2
0 1 1 1 1 0 0 0 E/4

0 0 1 1 1 1 0 0 0
0 0 0 1 1 1 1 0 - E/4

0 0 0 0 1 1 1 1 -E/2

Tableau IV.2 Table de commutation de l’onduleur NPC a cinq niveaux

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 64


Chap IV Onduleurs NPC sans transformateur

La figure (IV.14) montre les formes d’ondes de la tension de sortie Vao, ainsi que les signaux de
commande de chaque interrupteur.

VAO
E/2
E/4
0 π 2π
-E/4 θ
-E/2

K11
0
1
K2
0

K31
0

K41
0

K51
0

K61
0

K71
0

K81
0

Fig (IV.14) Formes d’ondes d’un bras d’onduleur a cinq niveaux de type NPC

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 65


Chap IV Onduleurs NPC sans transformateur

IV-4.3 Onduleur a sept niveaux de type NPC

L’analyse de l’onduleur à sept niveaux se fait de façon similaire à l’onduleur à cinq niveaux.

Structure
L'onduleur monophasé à sept niveaux à structure NPC est constitué de deux bras symétrique
et de six sources de tension continue égale. Chaque bras comporte douze interrupteurs, figure
(IV.15). On a choisi la commande complémentaire définie comme suit afin d'éviter des courts-
circuits des sources de tension, et avoir une conduction continue [45] :

SC1 = SC7

SC2 = SC8

SC3 = SC9

SC4 = SC10 (5.6)

SC5 = SC11

SC6 = SC12

Principe de fonctionnement
L'onduleur monophasé à sept niveaux est montré sur la figure (IV.15), qui représente le
schéma de principe de l'une des topologies des onduleurs monophasés à structure NPC. La source de
tension continue est constituée par l'association en série de six groupes de condensateurs de filtrage
délivrant un potentiel = E/6.
Grâce à la symétrie de l'onduleur monophasé à sept niveaux, on procède par bras. Ainsi on
définit en premier lieu les sept états d'un bras sans à priori sur la commande, ensuite on déduit celui
de l'onduleur complet.
Une analyse topologique d'un bras montre sept configurations possibles, pour définir les
séquences de fonctionnements de l'onduleur à sept niveaux, définissant d'abord les différents états
que peut prendre la tension simple (la tension entre le bras de l'onduleur et le point milieu fictif), par
exemple. La tension simple Vao est définie par l'état des douze quadruplets qui peuvent être un
transistor, un GTO ou bien un IGBT ou autre avec une diode en antiparallèle et de dix diodes de
bouclage. Les états possibles d'un seul bras d'interrupteur est de 212 = 4096 états que l'on peut
représenter par un quadruplet de 0 et 1 suivant l'état des quadruplet K1, K2, à K12, seules les sept
états suivantes sont possibles avoir la configuration de la figure (IV.16).

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 66


Chap IV Onduleurs NPC sans transformateur

Phase R Phase S

K1 K1

E/6 K2 K2
D1 D1

K3 K3
D2 D2
E/6

K4 K4
D3 D3

E/6 D4 K5 D4 K5

D5 K6 D5 K6
E
0

D6 K7 D6 K7
D7 D7
E/6
K8 K8
D8 D8
K9 K9
E/6
D9 D9
K10 K10

D10 D10
E/6 K11 K11

K12 K12

Fig (IV.15) Structure d’un onduleur NPC a sept niveaux

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 67


Chap IV Onduleurs NPC sans transformateur

K1

E/6 K2
D1

K3
D2
E/6
K4
D3

E/6 D4 K5

D5 K6
E
0 Vao

D6 K7
D7
E/6
K8
D8
K9
E/6 D9
K10

D10 K11
E/6

K12

Fig (IV.16) Structure d’un bras de l’onduleur NPC a sept niveaux

L’onduleur à sept niveaux de type NPC possède sept séquences fonctionnelles qui sont
regroupées dans la table de commutation suivante :

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 68


Chap IV Onduleurs NPC sans transformateur

Etat des interrupteurs Tension


de sortie
K1 K2 K3 K4 K5 K6 K7 K8 K9 K10 K11 K12 Vao

1 1 1 1 1 1 0 0 0 0 0 0 E/2

0 1 1 1 1 1 1 0 0 0 0 0 E/3
0 0 1 1 1 1 1 1 0 0 0 0 E/6

0 0 0 1 1 1 1 1 1 0 0 0 0
0 0 0 0 1 1 1 1 1 1 0 0 -E/6

0 0 0 0 0 1 1 1 1 1 1 0 -E/3

0 0 0 0 0 0 1 1 1 1 1 1 -E/2

Tableau IV.2 Table de commutation de l’onduleur NPC a sept niveaux

La figure (IV.17) montre la forme d’onde de la tension Vao à la sortie de l’onduleur.

VAO
E/2
E/3
E/6
π 2π θ
0
-E/2
-E/6
-E/3

Fig (IV.17) Tension d’un onduleur monophasé de type NPC a sept niveaux

IV-5 Les différentes techniques de modulation


Grâce à ses performances élevées, la technique à MLI sinusoïdale est la plus utilisée pour la
commande des onduleurs à deux niveaux. Pour les mêmes raisons, elle est aussi utilisée dans les
onduleurs multiniveaux.
Dans cette section, on analyse une stratégie de modulation à MLI sinusoïdale à triangle
multiples. Il s’agit de déterminer, pour un onduleur monophasé à trois niveaux de type NPC, le
signal de commande généré par cette technique.

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 69


Chap IV Onduleurs NPC sans transformateur

IV-5.1 Modulation sinusoïdale classique

Comme pour les onduleurs à deux niveaux, les signaux de commande des interrupteurs de
l’onduleur NPC sont obtenus à partir des intersections de deux signaux de référence sinusoïdaux
déphasés entre eux de 180°, de fréquence fm et d’amplitude Am, avec un signal triangulaire
d’amplitude Ac et de fréquence fc, très supérieure à fm.

IV-5.2 Commande par la modulation a triangles multiples

Cette technique est basée, dans son principe, sur la modulation sinusoïdale classique. Pour un
onduleur à trois niveaux, elle recommande l’utilisation de deux signaux triangulaires de même
fréquence fc et de même amplitude Ac (crête à crête).
Ces signaux triangulaires sont comparés, pour chaque phase, avec un signal de référence
d’amplitude Am et de fréquence fm. C’est la modulation sinusoïdale à double triangle.
Pour les onduleurs avec N niveaux supérieur à trois, la technique sinusoïdale classique avec
son signal triangulaire unique, ne permet pas la génération de tous les signaux de commande. Alors,
c’est la modulation sinusoïdale à triangles multiples qui le permet. Cette technique nécessite (N-1)
signaux triangulaires de même fréquence fc et de même amplitude Ac.

Le taux de modulation ma est le rapport de fréquence mf sont donnés par les expressions [46] :

Am
ma =
(N − 1)AC (5.7)

fC
mf =
fm
(5.8)

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 70


Chap IV Onduleurs NPC sans transformateur

IV-6 Simulation des onduleurs NPC multiniveaux

IV-6.1 Simulation de l’onduleur NPC a trois niveaux

L’onduleur NPC à trois niveaux est alimenté avec deux sources de tension continue ayant
chacune une tension E/2=200V. Toutes les simulations sont réalisées avec un taux de modulation
ma= 0.9 et un rapport de fréquence mf = 40.

Commande par la modulation à doubles triangles

Pour cette technique, deux porteuses sont utilisées avec un signal de référence pour générer la
commande de chaque phase. La figure (IV.18) montre les signaux de référence avec les deux
porteuses, ainsi que les signaux de commande de la phase ‘R’ de K1 à K4.

Signaux de références avec deux porteuses


400

200

-200

-400
0 0.005 0.01 0.015 0.02 0.025 0.03 0.035 0.04

K1 0.5

0
0 0.005 0.01 0.015 0.02 0.025 0.03 0.035 0.04

K2 0.5

0
0 0.005 0.01 0.015 0.02 0.025 0.03 0.035 0.04

K3 0.5

0
0 0.005 0.01 0.015 0.02 0.025 0.03 0.035 0.04

K4 0.5

0
0 0.005 0.01 0.015 0.02 0.025 0.03 0.035 0.04

Fig (IV.18) Génération des signaux de commande des interrupteurs par la


modulation a doubles triangles (Onduleur NPC a trois niveaux)

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 71


Chap IV Onduleurs NPC sans transformateur

La simulation de l’onduleur NPC à trois niveaux commandé par la technique de modulation à


doubles triangles donne les résultats présentés à la figure (IV.19). On y trouve la tension de sortie de
l’onduleur Vab, courant de la charge résistive Ich et la puissance a la sortie de l’onduleur Pch.
400

200

-200

-400
0 0.02 0.04 0.06 0.08 0.1 0.12 0.14 0.16 0.18 0.2

5
x 10
1

0.5

-0.5

-1
0 0.02 0.04 0.06 0.08 0.1 0.12 0.14 0.16 0.18 0.2

7
x 10
2

-1

-2
0 0.02 0.04 0.06 0.08 0.1 0.12 0.14 0.16 0.18 0.2

Fig (IV.19) Tension de sortie de l’onduleur, courant de la charge résistive et


la puissance a la sortie de l’onduleur pour la modulation à
doubles triangles (Onduleur NPC a trois niveaux)

IV-6.2 Simulation de l’onduleur NPC a cinq niveaux

L’onduleur NPC à cinq niveaux utilise quatre sources de tension continue identiques de
valeurs E/4=100V. Il est simulé avec la modulation à triangles multiples. En effet, la modulation
classique ne peut pas être généralisée pour les onduleurs multiniveaux d’ordre supérieur à trois.
Toutes les simulations sont réalisées avec le même taux de modulation ma= 0.9 et le même
rapport de fréquence mf= 40.
Commande par la modulation à triangles multiples

L’onduleur à cinq niveaux exige quatre porteuses avec deux signaux de référence pour
générer la commande des deux phases, comme illustré par la figure (IV.20). Elle représente
également les signaux de commandes des interrupteurs K1 à K8 de la phase ‘R’.

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 72


Chap IV Onduleurs NPC sans transformateur

Signaux de références avec les quatre porteuses


400

200

-200

-400
0 0.005 0.01 0.015 0.02 0.025 0.03 0.035 0.04

K1 0.5

0
0 0.005 0.01 0.015 0.02 0.025 0.03 0.035 0.04

K2 0.5

0
0 0.005 0.01 0.015 0.02 0.025 0.03 0.035 0.04

K3 0.5

0
0 0.005 0.01 0.015 0.02 0.025 0.03 0.035 0.04

K4 0.5

0
0 0.005 0.01 0.015 0.02 0.025 0.03 0.035 0.04

K5 0.5

0
0 0.005 0.01 0.015 0.02 0.025 0.03 0.035 0.04

K6 0.5

0
0 0.005 0.01 0.015 0.02 0.025 0.03 0.035 0.04

K7 0.5

0
0 0.005 0.01 0.015 0.02 0.025 0.03 0.035 0.04

K8 0.5

0
0 0.005 0.01 0.015 0.02 0.025 0.03 0.035 0.04

Fig (IV.20) Génération des signaux de commande des interrupteurs par la


modulation a triangles multiples (Onduleur NPC a cinq niveaux)

la Figure (IV.21) montre la forme d’onde de la tension de sortie de l’onduleur Vab, courant de
la charge résistive Ich et la puissance a la sortie de l’onduleur Pch.

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 73


Chap IV Onduleurs NPC sans transformateur

200

100

-100

-200
0 0.02 0.04 0.06 0.08 0.1 0.12 0.14 0.16 0.18 0.2

4
x 10
5

-5
0 0.02 0.04 0.06 0.08 0.1 0.12 0.14 0.16 0.18 0.2

7
x 10
1

0.5

-0.5

-1
0 0.02 0.04 0.06 0.08 0.1 0.12 0.14 0.16 0.18 0.2

Fig (IV.21) Tension de sortie de l’onduleur, courant de la charge résistive


et la puissance a la sortie de l’onduleur pour la modulation a
triangles multiples (Onduleur NPC a cinq niveaux)

IV-6.3 Simulation de l’onduleur NPC a sept niveaux

L’onduleur NPC à sept niveaux est simulé seulement avec la modulation à triangles
multiples. On maintient le même taux de modulation ma= 0.9 et le même rapport de fréquence
mf= 40. Les simulations, pour chaque technique, sont présentées respectivement dans les sections
suivantes.

Commande par la modulation à triangles multiples

On se référant au principe de cette technique, pour l’onduleur à sept niveaux, elle utilise six
porteuses avec deux signaux de référence pour générer la commande des deux phases et les signaux
de commande des interrupteurs K1 à K12 de la phase ‘R’ comme illustré par la figure (IV.22). La
simulation de l’onduleur NPC à sept niveaux commandé par la technique de modulation à triangles
multiples donne les résultats présentés à la figure (IV.23). Elle représente la tension de sortie de
l’onduleur, courant de la charge résistive et la puissance a la sortie de l’onduleur.

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 74


Chap IV Onduleurs NPC sans transformateur

Signaux de références avec les six porteuses


400

200

-200

-400
0 0.005 0.01 0.015 0.02 0.025 0.03 0.035 0.04

K1 0.5

0
0 0.005 0.01 0.015 0.02 0.025 0.03 0.035 0.04

K2 0.5

0
0 0.005 0.01 0.015 0.02 0.025 0.03 0.035 0.04

K3 0.5

0
0 0.005 0.01 0.015 0.02 0.025 0.03 0.035 0.04

K4 0.5

0
0 0.005 0.01 0.015 0.02 0.025 0.03 0.035 0.04

K5 0.5

0
0 0.005 0.01 0.015 0.02 0.025 0.03 0.035 0.04

K6 0.5

0
0 0.005 0.01 0.015 0.02 0.025 0.03 0.035 0.04

K7 0.5

0
0 0.005 0.01 0.015 0.02 0.025 0.03 0.035 0.04

K8 0.5

0
0 0.005 0.01 0.015 0.02 0.025 0.03 0.035 0.04

K9 0.5

0
0 0.005 0.01 0.015 0.02 0.025 0.03 0.035 0.04

K10 0.5

0
0 0.005 0.01 0.015 0.02 0.025 0.03 0.035 0.04

K11 0.5

0
0 0.005 0.01 0.015 0.02 0.025 0.03 0.035 0.04

K12 0.5

0
0 0.005 0.01 0.015 0.02 0.025 0.03 0.035 0.04

Fig (IV.22) Génération des signaux de commande des interrupteurs par la modulation a
triangles multiples (Onduleur NPC a sept niveaux)
Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 75
Chap IV Onduleurs NPC sans transformateur

la figure (IV.23) montre la forme d’onde de la tension de sortie de l’onduleur Vab, courant de
la charge résistive Ich et la puissance a la sortie de l’onduleur Pch.
200

100

-100

-200
0 0.02 0.04 0.06 0.08 0.1 0.12 0.14 0.16 0.18 0.2

4
x 10
3

-1

-2

-3
0 0.02 0.04 0.06 0.08 0.1 0.12 0.14 0.16 0.18 0.2

6
x 10
6

-2

-4
0 0.02 0.04 0.06 0.08 0.1 0.12 0.14 0.16 0.18 0.2

Fig (IV.23) Tension de sortie de l’onduleur, courant de la charge résistive


et la puissance a la sortie de l’onduleur pour la modulation a
doubles triangles (Onduleur NPC a sept niveaux)

IV-7 Conclusion

Dans ce chapitre, les différents types de onduleurs multiniveaux ainsi que ses caractéristiques
principales on été présentés. Les avantages des uns et des autres ainsi que ses contraintes ont été
établis.
Les onduleurs de type NPC et Onduleur de tension à condensateur flotteur utilisent des
condensateurs dans leurs structures. Les tensions aux bornes des condensateurs sont la clé pour leur
fonctionnement et par conséquent les valeurs correctes de ces tensions doivent être prévues.
D’autre part, les atouts des onduleurs NPC multiniveaux dans le domaine de la commande de
machines à courant alternatif ont été abordés. L’intérêt principal étant de réduire les contraintes
imposées sur la machine et d’augmenter ses performances.

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 76


Chap V Simulation et évaluation

V-1 Simulations envisagées

Dans le cadre de ce travail, nous avons envisagés des simulations qui nous ont parues
intéressantes et judicieuses afin de valider les résultats théoriques exposés dans les chapitres : 1, 2, 3
et 4. Bien sur la liste de celle-ci pourrait être beaucoup plus importante. Mais l’objectif principal
étant de modéliser les onduleurs et leurs principales commandes ainsi que les batteries, pour ne pas
sortir du cadre imposé du sujet abordé il a été nécessaire de limiter le nombre de simulations aux
seul cas traités dans les parties citées.

Tension continue : 400 Volts


Modulatrice amplitude 10 Volts
Tension délivrée par la batterie 5*12Volts
Fréquence du fondamental 50 Hz
Fréquence de la porteuse 1050 Hz
Resistance R= 15 Ω
Charge Inductance L= 2 mH
Source de tension 460 Volts
Resistance R= 0.1 Ω
Filtre passe-bas
Inductance L= 35 mH
Indice de modulation m = 21
Coefficient de réglage r = 0.9
Nombre de panneaux 3
Nombre de cellules par module 36
Ensoleillement 1000 W/m2
Température 25 degrés
Générateur Point de fonctionnement optimal P(W/m2)=50
photovoltaique Vm(V)=17.9
Tension a vide 21.5
Courant de court-circuit 3.10
Facteur d’idéalité de la diode 1.2
Energie de gap 1.12

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 77


Chap V Simulation et évaluation

Tension délivré par le PV Tension délivré par la batterie


70 70

60 60

50 50

40 40

30 30

20 20

10 10

0 0
0 0.1 0.2 0.3 0.4 0.5 0 20 40 60 80 100

La commande D Tension délivré par le BOOST


1 600

0.9
500
0.8

0.7
400
0.6

0.5 300
tension réguler
0.4
200
0.3

0.2
100
0.1

0 0
0 20 40 60 80 100 0 0.001 0.002 0.003 0.004 0.005 0.006 0.007 0.008 0.009 0.01

V-2. Simulation du fonctionnement de l’onduleur Neutral Point Clamped Half Bridge


(Conventional topology NPC demi pont)

Les commandes des interrupteurs


S1=S-3 S2=S-4

1 1

0.8 0.8

0.6 0.6

0.4 0.4

0.2 0.2

0 0
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2 1.4 1.6 1.8 2 0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2 1.4 1.6 1.8 2
-3 -3
x 10 x 10

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 78


Chap V Simulation et évaluation

Tension délivré par l’onduleur Puissance délivré par l’onduleur


4
x 10
2
400

300 1.5

200 1

100 0.5

0 0

-100 -0.5

-200 -1

-300 -1.5

-400
-2
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2 1.4 1.6 1.8 2 0 0.01 0.02 0.03 0.04 0.05 0.06 0.07 0.08 0.09 0.1
-3
x 10
Courant de la charge sans filtrage Courant de la charge avec filtrage
60 50

40
40
30

20
20
10

0 0

-10
-20
-20

-30
-40
-40

-60 -50
0 0.02 0.04 0.06 0.08 0.1 0.12 0.14 0.16 0.18 0.2 0 0.02 0.04 0.06 0.08 0.1 0.12 0.14 0.16 0.18 0.2

THD délivrée par le courant THD délivrée par la tension

Figure V.1. Simulation de l’onduleur NPC demi pont et charge RLE

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 79


Chap V Simulation et évaluation

V-3. Simulation du fonctionnement de l’onduleur Conergy Neutral Point Clamped Half Bridge
(NPC demi pont)

Les commandes des interupteurs


-
S1=S S2 =S+
1 1

0.8 0.8

0.6 0.6

0.4 0.4

0.2 0.2

0 0
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 0 0.2 0.4 0.6 0.8 1
-3 -3
x 10 x 10
Tension délivré par l’onduleur Puissance délivré par l’onduleur
4
x 10
1.5
400
1

200 0.5

0 0

-0.5
-200
-1
-400
-1.5
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 0 0.02 0.04 0.06 0.08 0.1
-3
x 10
Courant de la charge sans filtrage Courant de la charge avec filtrage

30 30

20 20

10 10

0 0

-10 -10

-20 -20

-30 -30
0 0.02 0.04 0.06 0.08 0.1 0 0.02 0.04 0.06 0.08 0.1

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 80


Chap V Simulation et évaluation

THD délivrée par le courant THD délivrée par la tension

Figure V.2. Simulation de l’onduleur Conergy Neutral Point Clamped Half Bridge
demi pont et charge RLE

V-4. Simulation du fonctionnement de l’onduleur Active Neutral Point Clamped Half Bridge
(NPC demi pont)

Les commandes des interupteurs


S1=S5=S6=S-3 S2=S-4

1 1

0.8 0.8

0.6 0.6

0.4 0.4

0.2 0.2

0 0
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2 1.4 1.6 1.8 2 0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2 1.4 1.6 1.8 2
-3 -3
x 10 x 10
Tension délivré par l’onduleur Puissance délivré par l’onduleur

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 81


Chap V Simulation et évaluation

4
x 10
400 2

300 1.5

200 1

100 0.5

0
0

-100
-0.5
-200
-1
-300
-1.5
-400
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2 1.4 1.6 1.8 2 -2
-3 0 0.02 0.04 0.06 0.08 0.1 0.12 0.14 0.16 0.18 0.2
x 10

Courant de la charge sans filtrage Courant de la charge avec filtrage


60 50

40
40
30

20
20
10

0 0

-10
-20
-20

-30
-40
-40

-60 -50
0 0.02 0.04 0.06 0.08 0.1 0.12 0.14 0.16 0.18 0.2 0 0.02 0.04 0.06 0.08 0.1 0.12 0.14 0.16 0.18 0.2

THD délivrée par le courant THD délivrée par la tension

Figure V.3. Simulation de l’onduleur Active Neutral Point Clamped Half Bridge et
charge RLE

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 82


CONCLUSION GENERALE

Les onduleurs solaire sont très utilisés dans des domaines d’applications les plus variés, dans
le plus connu est sans doute, celui pour des applications domestiques dans des sites isolés.

L’objectif de ce travail est de modéliser et de simuler le fonctionnement de la chaine des


onduleurs solaires monophasé de type NPC sans transformateur alimentant une charge RLE.

Avant d’aborder ces résultats, dans le premier chapitre nous avons commencé par présenter la
modélisation des systèmes photovoltaïque, les caractéristiques et le domaine d’application des
panneaux solaires.

Le développement rapide des batteries de recharge et grâce au progrès récent effectué au


niveau de la technologie des composants, dans le second chapitre nous avons exposés les principales
structures de l’énergie électrique photovoltaïque et son stockage dans les systèmes électriques.

Le développement de l’électronique de puissance à semi-conducteurs et le grand nombre de


convertisseurs développés récemment permettent le choix d’une association d’un hacheur BOOST et
d’un onduleur de tension à deux niveaux ou multiniveaux, dans le troisième chapitre nous avons
exposés les principales topologies des convertisseurs Boost leurs structures, leurs principe de
fonctionnement, et leurs modes de commande.

L’adoption des onduleurs NPC dans les installations industrielles a été motivée par des
avantages tel que la réduction du taux de distorsion harmonique, l’amélioration du facteur de
puissance, la minimisation des grandeurs de filtrage et avoir une tension presque sinusoïdal. Ainsi le
développement rapide des algorithmes de commande très performants des machines à courant
alternatifs impose des moyens de réglage tout aussi performants des tensions et de la fréquence
d'alimentation de ces machines. Afin de générer une tension la plus sinusoïdale que possible,
différentes stratégies de commandes à MLI des onduleurs multiniveaux sont traité. Ces stratégies
sont d’une manière générale des extensions de celles des onduleurs à deux et trois niveaux, dans le
quatrième chapitre nous avons cité toutes les topologies des onduleurs NPC et nous sommes
consacrés sur trois topologies.

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 83


En terminera par le cinquième chapitre qui expose les résultats des différentes simulations et
leurs interprétations qui nous ont permis de conclure de la validité des modèles développés pour la
batterie, l’hacheur Boost, et l’onduleur NPC et les différentes commandes.

Les topologies dérivées de la topologie NPC ont montré des rendements très élevés dans les
essais de simulation effectués dans ce travail, donc on peut les rendre très appropriés aux
applications des onduleurs PV sans transformateur dues à leur rendement élevé et bas courant.
La topologie Conergy-NPC à un rendement légèrement plus élevé en la comparon avec la topologie
Conventional NPC, étant donné que seulement un commutateur conduit pendant l'état actif. Par
conséquent, la topologie de Conergy NPC convient à des applications de basse puissance pour les
systèmes PV. D’ailleurs, la structure est simple et comporte peu de composants sont les deux
attrayants pour l'application commerciale. Cependant, les commutateurs S+ et S ne sont pas
semblables aux commutateurs de la topologie active NPC. Ces deux commutateurs montrent plus de
pertes de puissance et doivent commuter la tension VPV/2.

La topologie d'ANPC, qui emploie différentes stratégies de modulation, à un meilleur taux de


distortion harmonique de courant qui est égale à 18.81% par rapport à la topologie Conergy-NPC qui
est égale à 19.68% soit une démunissions de 0.87% et par rapport à la topologie Conventional NPC
qui est égale à 20.38% soit une démunissions de 1.57%.
De même pour le taux de distortion harmonique de tension qui est égale à 161.20% par rapport à la
topologie Conergy-NPC et à la topologie Conventional NPC qui est égale à 192.24% soit une
démunissions de 31.04%.
De la même manière on voit que le courant et la puissance dans la topologie d'ANPC et de 150%
plus que le courant et la puissance dans la topologie Conergy-NPC et de la même valeur que dans la
topologie Conventional NPC pour le courant et pour la puissance.
Ainsi, la topologie d'ANPC convient aux applications des systèmes PV sans transformateur de
puissance élevée.

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 84


BIBLIOGRAPHIE
[1] : Tyson DenHerder "Design and Simulation Of Photovoltaic Super System Using
Simulink "Senior project, Electrical Engeneering Department, California Polytechnic state
University,2006

[2] : Alain Bilbao Learreta "Réalisation De Commandes MPPT Numériques" Rapport de


Stage Projet Fin d’Etudes. 2006.

[3] : M.Hatti, "Controleur Flou Pour la Poursuite du Point de Puissance Maximum d’un
Systeme Photovoltaique " JCGE'08 LYON,2008

[4] : Violaine Didier « Les Onduleurs Pour Systèmes Photovoltaïques Fonctionnement, Etat de
l’Art et Etude des Performances » Rapport rédigé, sous la direction de Bruno Gaiddon

[5] : Mohamed Djarallah « Contribution a l’Etude des Systèmes Photovoltaïques Résidentiels


Couples au Réseau électrique » l’Université de Batna ,Thèse de doctorat en sciences, 2008

[6] : http://www.cndp.fr/secondaire/interdiscipline/Electron/agregation/

[7] : A. Hamidat, « Etude et Simulation des Performances Réelles sur une Longue Période des
Systèmes de Pompage Photovoltaïque au Fil du Soleil », Thèse de magistère, CDER,1989.

[8] : S. MOHAMED AIT-CHEIKH « Etude, Investigation et Conception d’Algorithmes de


Commande Appliqués aux Systèmes Photovoltaïques » Thèse de Doctorat d’état. Ecole
Nationale Polytechnique, 2007

[9] : S. Bouazza, H. Bouchnafa, « Estimation des Energies Incidentes et Fournies par Module
Photovoltaïque », Mémoire de DES, Université de Tlemcen, juin 2001.

[10] : M. Belarbi « Modélisation et Simulation d’un Système de Pompage Photovoltaïque »,


Thèse de Magister, USTO ,2006

[11] : F.Belhachat, C. Larbes, L. Barazane, S. Kharzi « Commande Neuro-Floue d’un


Hacheur MPPT» 4th international conference on computer integrad manufacturing
CIP,2007

[12] : L. Hassaine, E. Olías, M. Haddadi and A. Malek"Asymmetric SPWM Used in Inverter


Grid Connected"Revue des Energies Renouvelables Vol. 10 N°3 (2007) 421 – 429

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 85


[13] : Mohamed Lakhdar LOUAZENE « Etude Technico-Economique d'un Système de
Pompage Photovoltaïque sur le Site de Ouargla » Thèse de magistère, université de Batna.
2008

[14] : Muhammad H. Rashid ‘‘Power Electronics And Applications Series ’’ Series Editor
University of West Florida

[15] : SEGUIER.G - LABRIQUE.F, «Les Convertisseurs de l’Electronique de Puissance,


Volume 4 » / Editions technique et documentation - Lavoisier, paris 1977.

[16] : Professeur A. Rufer P. Barrade « Cours d'Electronique de Puissance Conversion


DC/DC » école polytechnique fédérale de Lausanne,

[17] : Mohammed-Karim FELLAH « Cours d'Asservissements Linéaires Continus»


Professeur ; Université Djillali Liabès – Sidi Bel-Abbès

[18] : T. Fogelman, « Système Photovoltaïque Pour les Pays en Développement », Manuel


d’installation et d’utilisation, Agence Française pour la Maîtrise de l’Energie, (AFME)

[19] : Dirk Uwe Sauer, «Electrochemical Storage for Photovoltaics», Fraunhofer Institute for
Solar Energy Systems ISE, Freiburg, Germany, 2004

[20] : D.Thévenard, and M.Ross « Validation And Verification Of Component Models and
System Models for the PV », CETC-internal report 2003-035, Canada,2003

[21] : Julien LABBÉ « l’Hydrogene Electrolytique Comme Moyen de Stockage d’Electricité


Pour Systèmes Photovoltaïques Isoles » T h e s e de Doctorat Paris, 2006

[22] : N. Achaibou,A Malek , N Bacha « Modèle de Vieillissement Des Batteries Plomb Acide
Dans l’Installation PV » ; N. spécial (CHEMSS), pp 61-66,2000

[23] : T. Boussoukaia, « Optimisation d’Un Système de Pompage Photovoltaïque (PPV) à Base


d’Un Microprocesseur », Thèse de Magister, Université de Tlemcen, 2001.

[24] : A. Zerga, F. Benyarou et B. Benyousef « Optimisation du Rendement d’Une Cellule


Solaire NP Au Silicium Monocristallin »Rev .Energ. Ren : physique Energétique
(1998pp.95-100)

[25] : I. Tsuda, K . Kurokawa ,K.Nozaki, «Annual Simulation Results Of Photovoltaic System


With Redox Flow Battery », solar Energy Materials and solar cells 35,pp 503 – 508,1994.

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 86


[26] : A. Meynard, H. Foch, “Multi-Level Chopper for High Voltage Applications ”. EPE Journal,
Vol. 2, N°1, March 1992, pp. 45-50.

[27] : S Bernet, ‘Recent Developments Of High Power Converters For Industry And Traction
Applications’, IEEE Trans, Power Electronics, November 2000.

[28] : Pradeep M. Bhagwat et V. R. Stefanovic. “ Generalized Structure of a Multilevel PWM


Inverter”. IEEE Transactions on Industry Application Vol. IA-19, N°6,
November/December 1983, pp. 1057-1069.

[29] : A.Nabae, I. TakahashI, H. Agaki, “ A New Neutral-Point-Clamped PWM Inverter”.


IEEE Transactions on Industry Applications, Vol. IA-17, N°5, September/October 1981,
pp. 518-523.

[30] : Y. Cheron, H. Foch et J. Roux “ Etude d’Une Nouvelle Utilisation Des Transistors de
Puissance Dans Les Convertisseurs Haute Tension à Fréquence Elevée” Institut National
Polytechnique, Laboratoire d’Electrotechnique et d’Electronique Industrielle, France.
Revue Phys. Appl. 16 (1981) 333-342. JUIN 1981

[31] : N. Celanovic and D. Boroyevich, “A Comprehensive Study of Neutral-Point Voltage


BalancingProblem in Three-Level Neutral-Point-Clamped Voltage Source PWM
Inverters,” IEEE Transactions on Power Electronics, Vol. 15, Nº 2, pp. 242-249, 2000.

[32] : N. Celanovic, “Space Vector Modulation and Control of Multilevel Converters”, Ph.D
Thesis, Virginia Polytechnic Institute, 2000.

[33] : Y. Shakweh, E. A. Lewis, “Assessment Of Medium Voltage PWM VSI Topologies For
Multi-Megawatt Variable Speed Drive Applications,” IEEE-PESC Conference Record,
vol.2, pp. 965 –971,1999.

[34] : L. M. Tolbert, “Multilevel Converters for Large Electric Drives”, IEEE Trans. on Ind.
Application, Vol. 35, pp. 36-44, January/February 1999.

[35] : N. Celanovic, D. Boroyevich, “ A Comprehensive Study of Neutral-Point Voltage


Balancing Problem in Three Level Neutral-Point-Clamped Voltage Source PWM
Inverters”, IEEE-APEC Conference Record, 1999.

[36] : M. D. Manjrekar, P. Steimer, T. A. Lipo, “Hybrid Multilevel Power Conversion


System: A Competitive Solution for High Power Applications”, IEEE-IAS Conference,
1999.

[37] : H. Foch, F. Forest, and T. Meynard, “Onduleurs de Tension. Structures. Principes.


Applications,” Techniques de l'Ingénieur, vol. Traité Génie Electrique, Nº D3 176,

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 87


[38] : N. Celanovic and D. Boroyevich, “A Comprehensive Study of Neutral-Point Voltage
Balancing Problem in Three-Level Neutral-Point-Clamped Voltage Source PWM
Inverters,” IEEE Transactions on Power Electronics, Vol. 15, Nº 2, pp. 242-249, 2000.

[39] : Martins, C. de Almeida “ Contrôle Direct du Couple d'une Machine Asynchrone


alimentée par un convertisseur Multiniveaux à Fréquence Imposée” Thèse de doctorat,
Institut National Polytechnique de Toulouse, 2000.

[40] : Miguel F.Escalante Gutièrrez “ Contribution a la Définition de Structures Optimales


d’Onduleurs Pour la Commande de Machines a Courant Alternatif Par DTC ” Thèse de
doctorat, Université de Paris VI Jussieu, 2001.

[41] : F. Labrique, G. Seguier et R. Bausiere, “Les Convertisseurs de l’Electronique de


Puissance, T.4 – La conversion continu – alternatif ”, Édition Lavoisier, France, 1995.

[42] : N. Celanovic, “Space Vector Modulation and Control of Multilevel Converters”, Ph.D
Thesis, Virginia Polytechnic Institute, 2000.

[43] : Lin Ma, “ The High Efficiency Transformer-less PV Inverter Topologies Derived from
NPC Topology ” School of Electrical Engineering Beijing Jiao Tong University No.3 of
Shangyuan Residence Haidian District, 100044 Beijing, China

[44] : Amaia LOPEZ DE HEREDIA BERMEO ‘‘Commandes Avancés Des Systèmes Dédies
a L’amélioration De La Qualité De L’énergie : De La Basse Tension a La Montée En
Tension’’ thèse de doctorat ; Laboratoire d’Electrotechnique de Grenoble Cidae
(Mondragón, Espagne) 2006.

[45] : Bouakaz Ouahid ‘‘Contribution a l’Analyse Des Onduleurs Multiniveaux ’’ thèse de


doctorat ; Université de Batna 2005

[46] : Yakoub Khadidja‘‘Réduction des effets de la tension homopolaire dans les


associations onduleurs multiniveaux moteur à induction ’’thèse de Magister ;
Université de Batna 2005

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 88


Annexe A

Générateur Photovoltaïque
function Ia = bp_sx150s(Va,G,TaC)
% La fonction bp_sx150s.m modele de module BP SX 150S
% Calcul du courant fourni par la cellule en fonction de la tension,
%irradiation et la température
% Ia = bp_sx150s(Va,G,T)
% G = L'irradiation (1G = 1000 W/m^2)
% TaC = La température en dégrée Celsius
k = 1.381e-23; % Constante de Boltzmann
q = 1.602e-19; % La charge d'électron
n = 1.62; % Le coefficient de non idéalité,
%1<n<2
Eg = 1.12; % L'énergie de la bande de gap,
Ns = 72; % 72 Cellules en série
TrK = 298; %La température de référence(25C) en Kelvin
Voc_TrK = 43.5 /Ns; % Voc (Tension à circuit ouvert )
Isc_TrK = 4.75; % Isc (Courant de court-circuit )
a = 0.65e-3; % Coefficient de température (0.065%/C)
TaK = 273 + TaC; % La température en kelvin
Vc = Va / Ns; % La tension à la borne de cellule.
% Courant de court-circuit à TaK
Isc = Isc_TrK * (1 + (a * (TaK - TrK)));
% Le photo-courant
Iph = G * Isc;
%La tension thermique (Vt) à TrK
Vt_TrK =n * k * TrK / q;
% Définie b = Eg * q/(n*k);
b = Eg * q /(n * k);
% Le courant de saturation inverse d'une diode
Ir_TrK = Isc_TrK / (exp(Voc_TrK / Vt_TrK) -1);
Ir = Ir_TrK * (TaK / TrK)^(3/n) * exp(-b * (1 / TaK -1 / TrK));
% Calcul de La résistance série
dVdI_Voc = -1.0/Ns;

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 89


Annexe A

Xv = Ir_TrK / Vt_TrK * exp(Voc_TrK / Vt_TrK);


Rs = -dVdI_Voc - 1/Xv;
% La tension thermique (Vt) à Ta
Vt_Ta = n * k * TaK / q;
% I = Iph - Ir * (exp((Vc + I * Rs) / Vt_Ta) -1)
Ia =zeros(size(Vc)); % Initialisation du courant Ia à zéro
for j=1:5;
Ia = Ia - (Iph - Ia- Ir .* ( exp((Vc + Ia .* Rs) ./ Vt_Ta) -1))...
./ (-1 - Ir * (Rs ./ Vt_Ta) .* exp((Vc + Ia .* Rs) ./ Vt_Ta));
end

Effet de l'eclairement sur la caractéristique I-V

TaC = 25;
Va = linspace (0, 45, 50);
hold on
for G=0.2:0.2:1
Ia = bp_sx150s(Va, G, TaC);
plot(Va, Ia)
end
xlabel('Tension (V)')
ylabel('Courant (A)')
axis([0 50 0 5]);grid
gtext('1000W/m2')
gtext('800W/m2')
gtext('600W/m2')
gtext('400W/m2')
gtext('200W/m2')
gtext('T=25°')
hold off

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 90


Annexe A

Effet de l'éclairement sur la caractéristique P-I

Va = linspace (0, 45, 200);


TaC=25;
hold on
for G=.2:.2:1
Ia = bp_sx150s(Va, G, TaC);
Pa = Ia.*Va;
plot(Ia, Pa)
end
xlabel('courant (I)')
ylabel('puisance (v)')
axis([0 7 0 160]);grid
gtext('1000W/m^2')
gtext('800W/m^2')
gtext('600W/m^2')
gtext('400W/m^2')
gtext('200W/m^2')
gtext('T=25°')
hold off

Effet de l'éclairement sur la caractéristique P-V

Va = linspace (0, 45, 200);


TaC=25;
hold on
for G=.2:.2:1
Ia = bp_sx150s(Va, G, TaC);
Pa = Ia.*Va;
plot(Va, Pa)
end
xlabel('tension (V)')
ylabel('puissance (W)')

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 91


Annexe A

axis([0 50 0 160]);grid
gtext('1000W/m^2')
gtext('800W/m^2')
gtext('600W/m^2')
gtext('400W/m^2')
gtext('200W/m^2')
gtext('T=25°C')
hold off

Effet de la température sur la caractéristique I-V

G = 1;
hold on
for TaC=0:15:75
Va = linspace (0, 48-TaC/8, 200);
Ia = bp_sx150s(Va, G, TaC);
plot(Va, Ia)
end
xlabel('Tension (V)')
ylabel('Courant (A)')
axis([0 50 0 6]);grid
gtext('0°C')
gtext('15°C')
gtext('30°C')
gtext('45°C')
gtext('60)C')
gtext('75)C')
gtext('E=1000W/m^2')
hold off

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 92


Annexe A

Effet de la température sur la caractéristique P-V

G=1;
Va = linspace (0, 50, 200);
hold on
for TaC=0:15:75;
Ia = bp_sx150s(Va, G, TaC);
Pa = Ia.*Va;
plot(Va, Pa);grid
end
xlabel('tension (V)')
ylabel('puissance (P)')
axis([0 50 0 180]);grid
gtext('0°C')
gtext('15°C')
gtext('30°C')
gtext('45°C')
gtext('60°C')
gtext('75°C')
gtext('E=1000W/m^2')
hold off

Effet de la température sur la caractéristique P-I


G=1;
hold on
for TaC=0:15:75
Va = linspace (0, 48-TaC/8, 200);
Ia = bp_sx150s(Va, G, TaC);
Pa = Ia.*Va;
plot(Ia, Pa)
end
xlabel('courant (I)')
ylabel('puisance (P)')

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 93


Annexe A

axis([0 5 0 180]);grid
gtext('0°C')
gtext('15°C')
gtext('30°C')
gtext('45°C')
gtext('60°C')
gtext('75°C')
gtext('E=1000W/m^2')
hold off

Puissance disponible en fonction de la tension aux bornes d’un panneau solaire

Va = linspace (0, 45, 200);


TaC=25;
G=1
Ia = bp_sx150s(Va, G, TaC);
Pa = Ia.*Va;
plot(Va, Pa)
xlabel('tension (V)')
ylabel('puissance (W)')
axis([0 50 0 160]);grid
gtext('PPM')
gtext('P1')
gtext('P2')
hold off

Illustration de l'algorithme des méthodes de Hill-climbing et P&O

G=1;
Va = linspace (0, 50, 200);
hold on
TaC=25;
Ia = bp_sx150s(Va, G, TaC);
Pa = Ia.*Va;

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 94


Annexe A

plot(Va, Pa);
hold on
Va = linspace (30, 50, 200);
TaC=25;
Ia = bp_sx150s(Va, G, TaC);
Pa = Ia.*Va;
plot(Va, Pa,'r');
xlabel('tension (V)')
ylabel('puissance (P)')
axis([0 50 0 180]);grid
gtext('MPP')
gtext('Umpp')
gtext('Umax')
gtext('Umpp-?U')
gtext('Umpp+?U')
gtext('P<Pmpp')
gtext('P<Pmpp')
hold off

Hacheur Boost
a. Rapport de conversion Vs/Ve(D) du convertisseur Boost en fonction de D avec
paramètre RL/Z

clear;
% BOOST M(D)= f(D)
%y=(1/(1+a))*x
% M(D)= (1/(1+(RL/Z*(1/(1-D)^2)))*(1/(1-D))
% M(D)=y
% D= x
% R/Z= a
x=0:0.0005:10;
y=0:1:10;
a=0;

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 95


Annexe A

y=1./(1+1./(x.^2-2.*x+1)*a)*1./(1-x)
plot(x,y);grid
hold on
x=0:0.0005:10;
y=0:1:10;
a=0.005;
y=1./(1+1./(x.^2-2.*x+1)*a)*1./(1-x)
plot(x,y);grid
x=0:0.0005:10;
y=0:1:10;
a=0.01;
y=1./(1+1./(x.^2-2.*x+1)*a)*1./(1-x)
plot(x,y);grid
x=0:0.0005:10;
y=0:1:10;
a=0.05;
y=1./(1+1./(x.^2-2.*x+1)*a)*1./(1-x)
plot(x,y);grid
x=0:0.0005:10;
y=0:1:10;
a=0.1;
y=1./(1+1./(x.^2-2.*x+1)*a)*1./(1-x)
plot(x,y);grid
axis([0 1 0 10])
xlabel('Rapport cyclique D')
ylabel('Rapport de conversion M(D)')
gtext('RL/Z=0')
gtext('RL/Z=0.005')
gtext('RL/Z=0.01')
gtext('RL/Z=0.05')
gtext('RL/Z=0.1')
hold off

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 96


Annexe A

b. Le rendement η d’un convertisseur Boost en fonction de RL/Z

clear;
% BOOST rendement= f(D)
% y=(1/(1+a))*x
% M(D)= (1/(1+(R/Z))*D
% M(D)=y
% D= x
% R/Z= a
x=0:0.01:1;
y=0:10:100;
a=0.001;
y=1./(1+1./(x.^2-2.*x+1)*a)*100
plot(x,y);grid
hold on
x=0:0.01:1;
y=0:10:100;
a=0.01;
y=1./(1+1./(x.^2-2.*x+1)*a)*100
plot(x,y);grid
hold on
x=0:0.01:1;
y=0:10:100;
a=0.05;
y=1./(1+1./(x.^2-2.*x+1)*a)*100
plot(x,y);grid
hold on
x=0:0.01:1;
y=0:10:100;
a=0.1;
y=1./(1+1./(x.^2-2.*x+1)*a)*100
plot(x,y);grid
axis([0 1 0 100]);grid
xlabel('Rapport cyclique D')

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 97


Annexe A

ylabel('Rendement(%)')
gtext('RL/Z=0.001')
gtext('RL/Z=0.01')
gtext('RL/Z=0.05')
gtext('RL/Z=0.1')
hold off

La tension VAB à la sortie de l’onduleur est donnée par la valeur moyenne



1
VAB =
2π ∫ E ∗ sin wt ∗ dt
0

π
2
2π ∫0
VAB = E ∗ sin wt ∗ dt

2∗ E
V AB =
π
Puisque V AB = 220 ∗ 2

π
Donc E= ∗V AB
2

E = 361.28 ∗ 2 V

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 98


Annexe B

I. Chaine de conversion photovoltaique

Ipv Vdc Vac


E
Controleur
G
Vpv Idc
~ Iac

Generateur PV Onduleur Charges


Ibat Vba
t

Batteries

II. Modélisation de la commande D

III. Modélisation de l’hacheur boost


Rappelons les expressions :

 dv
 iL = ie − C1 e
dt
 dvs
 is =(1 − D)iL − C2
 dt
ve = (1 − D)vs + RL iL + L diL
 dt

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 99


Annexe B

A partir de ce résultat on peut donner le modèle de l’hacheur boost, sous forme de schéma
bloc que l’on implantera sous Simulink sous forme d’un sous système (subsystem).

IV. Modélisation de la batterie

a2 S 2 + a1 S 1 + a0
Rappelons les expressions : Z (s) =
b2 S 2 + b1 S + b0

Avec :
a 2 = Rb S .Rb 1 . Rb p .C b 1 .C bp

a 1 = Rb S .Rb 1 .C b 1 + Rb S .Rb p .C bp + Rb 1 .Rb p .C bp + Rb p .Rb 1 .C b 1

a 0 = Rb S + Rb 1 + Rb p

b2 = Rb 1 .Rb p .C b 1 .C bp

b1 = Rb 1 .C b 1 + Rb p .C bp

b0 = 1

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 100


Annexe B

A partir de ce résultat on peut donner le modèle de la batterie, sous forme de schéma bloc
que l’on implantera sous Simulink sous forme d’un sous système (subsystem).

V. Topologie des onduleurs NPC

V.1 Neutral Point Clamped Half Bridge (NPC demi pont) [43]

S1 D1
Cpv1 Vpv1 D+

S2 D2
B
A Filtre
PV
S3 D3

Cpv2 Vg
Vpv2 D-
D4
O S4
N
Vpv2

Neutral Point Clamped Half Bridge

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 101


Annexe B

V.2 Conergy Neutral Point Clamped Half Bridge [43]

S1 D1
Cpv1 Vpv1
S-
D-
A
B Filtre
PV
D+
S+

Cpv2 Vpv2 Vg
D4
O S2

N
Vpv2

Conergy Neutral Point Clamped Half Bridge

V.3 Active Neutral Point Clamped Half Bridge (Actif NPC demi pont) [43]

S1 D1
Cpv1 Vpv1
D5
S5 S2 D2
B
A Filtre
PV
S6 S3 D3
Vpv2 D6
Cpv2 Vg
D4
O S4

N
Vpv2

Active Neutral Point Clamped Half Bridge

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 102


Annexe B

VI. Modélisation du filtre

Avec
R = 0.1Ω
L = 35mH

VII. Modélisation du regulateur PI

Kp = 100

Ki =1

VIII. Chargeur de batterie

Topologie des onduleurs solaire : étude et synthèse 103