Vous êtes sur la page 1sur 13

MPSI

INP-HB Yamoussoukro Année scolaire 2017-2018

TRAVAUX DIRIGÉS N°3 DE SIGNAUX PHYSIQUES


Exercice 1
On considère le montage de la figure ci-dessous
où le générateur est sinusoïdal de fréquence et
de tension maximale .
1. Comment se comporte le circuit en hautes et
basses fréquences ? quelle est la nature du
filtre ?
2. Etablir la fonction de transfert lorsque
l’interrupteur est fermé.

Exercice 2
Dans le circuit électrique représenté ci-contre, les
générateurs ont pour f.é.m. respectives :
( ) = 2 √2 cos( ) ; ( ) = √2 sin(2 )

Par application du théorème de superposition, déterminer l’intensité ( ) dans le condensateur de capacité . On


utilisera la notation complexe.

Exercice 3
On considère le filtre suivant

2C
-

+
R R
vs
ve
C

1. Rappeler ce qu’est un amplificateur idéal fonctionnant en régime linéaire


2. Comment se comporte un condensateur en basse fréquence ? Etablir la limite de en basse frequence.
3. Comment se comporte un condensateur en haute fréquence ? Etablir la limite de en haute frequence.
4. Déduire de ce qui précède la nature du filtre
5. montrer que la fonction de transfert complexe = ⁄ s’ecrit :

=
1− +2

On précisera les expressions de , et en fonction de R et C. verifier la concordance des resultats de l’etude des
limites avec cette expressions de
6. Comment s’exprime l’amplitude du signal de sortie en fonction de et de l’amplitude du signal de
sortie ? Quelles grandeurs electriques faut-il relever experimentalement pour determiner ? Quel(s) appareil (s)
peut-on utilser pour mesurer ?
7. Montrer que
1
=
1+

1
8. Tracer le diagramme de Bode en gain du filtre. On précisera les asymptotes en basse et haute fréquence ainsi que la
pulsation de coupure à -3dB. Donner aussi la courbe de phase.

Exercice 4
Le montage de la figure 1 est constitué d’une résistance R, d’une inductance L et de deux condensateurs de capacité
et . On posera = ⁄( + )
R

C1

Vs L
C2
VR

F i g u r e 1 – M ont age prél imi nair e

1. montrer que la fonction de transfert se met sous la forme :

( )= =
1+ −

2. Identifier la pulsation centrale , le gain maximal et le facteur de qualité Q en fonction de , , et .


Préciser la nature et l’ordre de ce filtre.
3. Données : = 1 Ω, = 10 , = 47 et = 100 . Calculer le facteur de qualité Q et la fréquence
centrale associée à . Tracer l’allure du diagramme de BODE en gain et en phase
4. On étudie le montage de la figure 2. Déterminer la fonction de transfert ( ) = ⁄ où est une resistance
variable.

R2
-
R1
+
Vs
Ve

F ig ur e 2 – M ont age amplificat eur

5. On associe les deux montages précédents en utilisant un interrupteur K qui est ouvert dans un premier temps, voir la
figure 3. Déterminer la fonction de transfert ( ) = ⁄ . On precise que l’amplificateur opérationnel est idéal.

6. L’interrupteur est finalement fermé. A quelle condition sur en fonction de , et peut-il y avoir des
oscillations. Quelle est la fréquence des oscillations ? calculer pour = 10 Ω.
7. déterminer une équation différentielle en

Exercice 5

On considère le circuit suivant. La capacité du condensateur (C) et l’inductance (L) de la bobine sont données

2
Comment choisir R et R’ pour que u et i soient en phase ?

Exercice 6

Exercice 7
Le signal issu du microphone (tension V1) est envoyé sur le circuit représenté sur la figure ci-dessous. Les composants
notés Yi avec i = 1,2,3,4,5 sont des admittances réalisées par des résistances ou des condensateurs. On rappelle que
l'admittance d'un dipôle est l'inverse de son impédance.

L’amplificateur opérationnel est idéal et fonctionne en régime linéaire.


1. Fonction de transfert générale.
Démontrer que la fonction de transfert peut être mise sous la forme :
V2 Y1 .Y 3
T  j   
V1 Y 3 .Y 4  Y 5 .S
Déterminer S en fonction des admittances Yi.
2. Etude du filtre passe-bas.
Les admittances Y1, Y3 et Y4 sont réalisées par des résistances toutes égales à R tandis que les admittances Y2 et Y5
sont réalisées par des condensateurs de capacités respectivement égales à C 2 et C1.

3
V2
2.1. Déterminer l'expression de la fonction de transfert T  j   
V 1 en fonction de R, C1 et C2.
2.2. Mettre cette fonction de transfert sous la forme :
V2 A
T  j   
V1  
2

1 2 jm    j  
0  0 
en déterminant les expressions de A, 0 et m en fonction de R, C1 et C2.
2.3. Déterminer, à partir des équations précédentes, les expressions de C1 et C2 en fonction de R, m et 0 .
2.4. Pour réaliser le filtre, on utilise des capacités de précision 5%. Quelle est l'incertitude sur 0 , à supposer des
valeurs exactes pour les résistances ?
2.5. Application numérique :
0
Calculer les valeurs numériques de C1 et C2 avec : R = 1 kΩ ; m = 0,707 et f0   20kHz
2
2.6 Définir et exprimer GdB (réponse en gain en décibels) et  (réponse en phase) de ce filtre, en fonction de  et

0 , en tenant compte du fait que : =0,707.

 
Étudier les variations de GdB et de  en fonction de log   .
 0 
Tracer l’allure du diagramme de Bode de ce filtre.

Exercice 8

4
CORRECTION TD N°3 DE SIGNAUX PHYSIQUES
Exercice 1
1. Comportement du circuit en hautes et basses fréquences
 A basse fréquence, la bobine se comporte comme un fil. On a pour schéma équivalent

( )=0

 A haute fréquence, la bobine se comporte comme un interrupteur ouvert. On a pour schéma équivalent

Pont diviseur de tension :


1 1
( )= ( )⟹ = ⟹ =
3 3 3
On peut dire que ce filtre transmet les signaux de hautes fréquences et atténue ceux de basses fréquences. Nous avons
donc un filtre passe-haut.
2. Fonction de transfert
L’admittance de la branche RL en parallèle est :
1 1
= + ⟹ =
+

3
+ 1
= = = =
+ + +2 +3 3 1+ 3
+

3
1
= =
3 1+ 3 1+

Nous obtenons un filtre passe-haut du premier ordre, de gain maximum = 1⁄3 et de pulsation de coupure =
⁄3 .

Exercice 2

L’intensité est la somme des réponses dans les deux circuits ci-dessous. Eteindre un générateur revient à annuler sa
f.e.m. mais il ne faut surtout pas supprimer son impédance. L’intensité cherchée sera ( ) = ( ) + ( )

5
+

 Étude du circuit 1 :
Nous utilisons la notation complexe. L’amplitude complexe associée à ( ) = 2 √2 ( ) est : =
2 √2. La loi des nœuds en termes de potentiels (le théorème de Millman ) donne :
2 √2 2 √2
= =
1 1 2+
+ +
Nous en déduisons l’intensité en notation complexe :
2 √2
= −0 =
2+
L’amplitude est :
2 √2
= =
√4 +
Le déphasage est :
= − arctan
2 2
D’où l’intensité ( ) en notation réelle :
2 √2 2 √2
( )= cos + − arctan =− sin − arctan
√4 + 2 2 √4 + 2

 Étude du circuit 2 :
L’amplitude complexe associée à ( ) = √2 sin(2 ) = √2 cos( − ⁄2) est =− √2. Le
théorème de Millman donne :
√2
=− − √2
= =
1 1 2+ 2
+ + (2 )
ATTENTION, la pulsation ici est !
Nous en déduisons l’intensité en notation complexe :
2 √2 √2
= 2 −0 = =
2+ 2 1+
L’amplitude est :
√2
= =
√1 +
Le déphasage est :
= − arctan( )
D’où l’intensité ( ) en notation réelle :
√2
( )= cos(2 − arctan( ))
√1 +
L’intensité totale est ( ) = ( ) + ( ):
2 √2 √2
( )=− sin − arctan + cos(2 − arctan( ))
√4 + 2 √1 +
Exercice 3
1. AO idéal en régime linéaire : i + = i - = 0 et V+ = V- .
2. impédance d’un condensateur Z c =
En basse fréquence Zc ∞, coupe-circuit on a alors ve = V+ (car i + = 0)
D’où ve = V+ = V- = vs soit une fonction de transfert H = 1
3. En haute fréquence Z c 0, court-circuit on a alors V+ = 0 (car relié à la masse) D’où vs = V- = V+ = 0 soit
une fonction de transfert H = 0.

6
4. Le filtre est donc passe-bas.
5. On a toujours vs = V- = V+
On applique le théorème de Millman

en A VA = en E+ : vs =

en éliminant VA entre ces deux équations on obtient : H = ² ² ²


soit Ho = 1 o = √ .
=√ .

On retrouve bien H  1 en BF et H 0 en HF

6. vs = H.ve Vsm exp(js) = H Vem exp(j e)


a) Vsm = H Vem ,
on mesure les amplitudes Vsm et Vem avec un oscilloscope ou un voltmètre
b) s = arg( H) + e , on mesure le déphasage s - e avec un oscilloscope.

7. H ²= =
( )² ² ² ²

8.
H H GdB  arg(H)
 o 1 1 0 0
 o 1 1  /2
√2 √2
 o −
² ² 40 logo - 40log 
² ²

GdB = 20 log( H ) 
-3 0 Log( ) Log
-

Pente -40 dB/dec

La pulsation de coupure à – 3 dB est o

Exercice 4
1. Nommons A le nœud situé à l’intersection des branches reliées à L, C1 et R.
On peut appliquer deux fois la formule du diviseur de tension, car l’intensité qui circule dans les deux
condensateurs est la même :
1
Z equ jC 2
(I) V A  V S et (II) V R  V A
R  Z equ 1 1

jC 2 jC1
1
jL.
CC C  C2
j 1 2  L. 1
C1  C 2 C1C 2
Avec Z equ  ou encore Z equ  .
1 1
jL  jL 
C1C 2 CC
j  j 1 2 
C1  C 2 C1  C 2

7
VR C1 1
De (I) et (II) on déduit  . soit :
V S C1  C 2 R
1
Z equ
VR C1 1
 .
VS C1  C 2  
 
RC1C 2  1 
1 jL 
C1  C 2 L  j
C1C 2 


 C1  C 2 
2. Identifions Q et ω0 :
Q RC1C 2 R
 et Q 0  soit :
 0 C1  C 2 L
C1C 2 C1  C 2
QR et  0 
C1  C2 L LC1C 2
3. L’application numérique donne Q=1,8 et f0=8,9 kHz.

Diagramme de Bode du gain et de la phase :

5. L’amplificateur opérationnel est idéal. Il fonctionne donc linéairement tant que son potentiel de sortie ne
dépasse pas sa valeur de saturation. Alors v+=v-=vE. De plus les deux résistances sont parcourues par le même
courant, on peut à nouveau appliquer la formule du diviseur de tension.
R1 R2
VE  VS donc  ( j )  1 
R1  R2 R1
6. La fonction de transfert est le produit des deux fonctions de transfert calculées, car l’impédance de sortie
du deuxième montage est nulle, puisque l’amplificateur opérationnel est idéal.
H ( j )   ( j). ( j)

Pour qu’il y ait des oscillations sinusoïdales, il faut que H ( j )  1

Soit :
0
. 0  1
  0 
1  jQ  
 0  
  0 
 0 . 0  1  jQ  
 0  
On en déduit immédiatement que  0 . 0  1 et   0 .
Soit
 R   C1 
1  1  2 . 
 R1   C1  C 2 

8
 C1  C 2  C2
D’où R2    1.R1 finalement R2  .R1
 C1  C1

Et la pulsation des oscillations est égale à ω0.

Application numérique : R2=4,7 k Ω.

7. on peut écrire
V e   ( j ). ( j )V e
0
Ve  . 0 .V e
  0 
1  jQ  
 0  
j 0 0  0
Ve  Ve
j 0  Q j   Q 0
2 2

 
V e j 0  Q j   Q 0  j 0 0  0 V e
2 2

On en déduit donc l’équation différentielle vérifiée par Ve:


d 2Ve dV
  0 (1   0  0 ) e  Q 0 Ve  0
2
Q 2
dt dt
Pour que cette équation différentielle admette une solution sinusoïdale, il faut que (1   0  0 )  0
2
d Ve
 Q 0 Ve  0 , la solution de cette dernière équation est donc sinusoïdale de
2
alors elle s’écrit : Q 2
dt
pulsation ω0.

Exercice 5

9
Exercice 6

10
Exercice 7

1. D’après le schéma du montage : VB = V+ = V- = 0


En A : Y 1 V A  V1  Y 2 V A  0  Y 3 V A  0 Y 4 V A  V 2  0
En B :    
Y3 VA 0  Y5 V 2 0  0  VA  
Y5
Y3
V2

 
D’où : V2 Y 4 
Y5
Y3
 
Y1  Y 2  Y3  Y 4   Y1 V1
 
V2 Y1 Y3
 V1


Y3 Y4 Y5 Y1 Y2 Y3 Y4  donc : S Y1  Y 2  Y 3  Y 4

11
2. Etude du filtre passe-bas
On prend Y1  Y 3  Y 4  1 Y 2  jC 2  Y 5  jC 1 
R
1
R 2
1
2.1. La fonction de transfert s’écrit : T  ou T
1  jC  3  jC  
1  2 
1 jC 1 R  3  jC 2  
2

R2 R  R 

A
2.2. On veut que T  2
  
1  2 jm   j 
0  0 
Il est clair que A  1
Les paramètres m et  0 vérifient les deux équations : m  3 RC et 1 C C R 2
0 2 1
 02
1 2

3 C1 1
La résolution de ce système conduit à : m
2 C2
(1) et 0  (2)
R C 1C 2

2.3. A partir de ces deux relations, on calcule : C 1  2m et C2  1 soit C1  3


3R 0 C1 02 R 2 2mR 0
2.4. En différentiant la relation (2), il vient :
 0 1 C1 1 C 2  0
 
0 2 C1 2 C 2
soit 0
 5%

2.5. A.N. C1  3,8 nF C 2  17 nF


2.6. Définition et expression de GdB et 
GdB  20log T  j    argT  j 

1 1    4 
T   T  j    G dB   10 log 1    
   0  
2
   
4
1 2j  j  
 1  
0  0   0 

  
 2 
1   
T  2
     arctan  0
2 
       
1 2j  j  1 
0  0     0  

Les variations de GdB et 

  0   0   0
Numérateur 1 1 1
2
  
Dénominateur 1 j 2 j 
 0 

12
1
1
T  j 
2
1    
j 2 j 
 0 
 
GdB  20log T  j  0 -3dB 40log  
 0 
demi-droite confondue 40dB
Pente pour GdB décade
avec l’axe des abscisses

  0
2
Pente pour  demi-droite d’ordonnée demi-droite confondue
 avec l’axe des abscisses

Exercice 8

13