Vous êtes sur la page 1sur 8

Cours n°2 : ALTERNATEURS

1-Fonction d’un alternateur


Un alternateur est un générateur d’énergie. Il
transforme l’énergie mécanique reçue sur son
arbre en énergie électrique.
On distingue les alternateurs monophasés et
les alternateurs triphasés. On trouve les
alternateurs monophasés dans nos voitures
sur les petits groupes électrogènes de
camping ou de chantier. Les alternateurs des
centrales de production électrique sont donc
des alternateurs triphasés.
2-Symbole

3-Constitution
L’alternateur comporte deux parties
essentielles :
3-1 Le rotor ou inducteur
Il est appelé roue polaire. C’est un aimant
ou un électroaimant alimenté en courant
continu par l’intermédiaire de balais. Il crée un
champ tournant.
3-2 Stator
Le stator porte dans ces encoches les
enroulements induits générateurs de la fem
induite.
4-Alternateur monophasé
4-1 Principe
Pour produire de l’électricité à l’aide d’un
alternateur, il faut d’abord entrainer l’arbre en
rotation mécaniquement. Pour une voiture,
c’est le moteur qui va entrainer l’alternateur à
l’aide d’une courroie. Pour un groupe
électrogène, c’est un moteur diesel. Pour une
centrale électrique, ce sont les turbines.
4-2 Fonctionnement d’un alternateur
monophasé
On a logé dans le stator un enroulement (en
rouge sur la figure). Ici, le rotor est un aimant
permanent. Il va créer un champ magnétique
B dans la machine. Lorsqu’on va fait tourner
cet aimant permanent, une tension U
alternative et sinusoïdale va apparaitre aux
bornes de l’enroulement. Cette tension est
proportionnelle à la vitesse de rotation de
l’aimant et à la valeur du champ magnétique
B.
5– Alternateur triphasé
On a logé dans le stator trois
enroulements décalés d’angle de 120°
exactement comme dans un moteur
asynchrone triphasé. Lorsqu’on va fait
tourner l’aimant permanent, trois tensions
alternatives sinusoïdales, U1, U2, U3 vont
apparaitre aux bornes des trois
enroulements. Ces tensions sont
proportionnelles à la vitesse de rotation
de l’aimant et à la valeur du champ
magnétique B.
Remarque :
Pour les alternateurs de forte puissance
(alternateurs de centrale électrique), les
rotors ne sont plus à aimants permanents. Le
champ magnétique est obtenu grâce à des
enroulements placés sur le rotor. Ces
enroulements sont appelés enroulements
inducteurs. Ils sont parcourus par un courant
continu i appelé courant d’excitation.

6-Relation entre vitesse de rotation et


fréquence des tensions et courants
f = p.n
La fréquence des tensions est proportionnelle
à la vitesse de rotation n du rotor et au
nombre de paires de pôles p.

Remarque :
Les réseaux de distribution de la plupart des
pays délivrent une fréquence de 50 Hz, ceci
implique que l’alternateur de production
d’énergie doit être entrainé à une vitesse de
rotation égale à :
P n en tr/s n en tr/min Ω en rad/s
1 50 3000 314
2 25 1500 157
3 16,7 1000 105
4 12,5 750 79
25 2 120 12,6
50 1 60 6,3

7-Force électromotrice induite


Les tensions qui apparaissent aux bornes
des enroulements de l’alternateur sont
appelées forces électromotrices induites.
Elles sont notées E et sont sinusoïdales.
E = KNfΦ
Avec
E : fem en volts
Φ : flux produit par un pôle de l’inducteur
en weber (Wb)
N : nombre de conducteur d’un
enroulement statorique
K : coefficient de kapp (environ 2,22)
8-Puissance électrique fournie ou puissance
utile
Pour un alternateur monophasé :
P = UIcosϕ
Pour un alternateur triphasé : P =√ 3UIcosϕ
9-Rendement
Le rendement de l’alternateur est égal au
rapport de la puissance utile à la puissance
absorbée.
Pu Pu
ⴄ = Pa = Pu+ pertes

On trouve dans l’alternateur des pertes


constantes et des pertes variables. Comme
dans le cas de la génératrice à courant
continu, ces pertes peuvent être classées en
deux familles :
 Les pertes Joule Pj: ce sont les pertes
par échauffement dans les circuits de
l’induit et de l’inducteur. Pj = 1,5RI2+ui
(en triphasé) avec R la résistance entre
deux bornes de l’induit. Si R est la
résistance d’un enroulement de l’induit
les pertes Joule deviennent : Pj = 3RI2+ui
En monophasé, Pj = RI2 +ui
 Les pertes collectives  Pc: ce sont les
pertes fer et les pertes mécaniques.
Elles sont déterminées à partir d’un
essai à vide
Pu Pu
ⴄ = Pu+ Pjs+ Pf + Pméc+ ui = Pu+ Pjs+ Pc+ui