Vous êtes sur la page 1sur 39

FILARIOSES

Pr YAVO William, PharmD, PhD


Dept Parasitologie-Mycologie
UFR SPB – Université FHB
GENERALITES
• FILARIOSES:
– Parasitoses dues à nématodes vivipares ou filaires (macrofilaires)
– Très répandues dans régions tropicales: environ 300 millions de sujets.
– Transmises pour la plupart par un HI actif (arthropode) ou vecteur à
l’exception de la dracunculose qui se transmet par un HI passif.

• Les espèces filariennes décrites chez l’homme sont au nombre de 9


et sont responsables selon leurs impacts en Santé publiquede
filarioses majeures et de filarioses mineures.

• FILAIRES (agents pathogènes des filarioses) appartiennent à 2


grandes familles :
– Onchocercidés
– Dracunculidés
GENERALITES

• Filarioses majeures ou pathogènes


– Les filarioses lymphatiques à Wuchereria
bancrofti, à Brugia malayi et à Brugia timori =>
conséquences esthétiques et fonctionnelles
souvent graves.
– La loaose due à Loa loa: affection systémique de
traitement délicat.
– L’onchocercose due à Onchocerca volvulus cause
majeure de cécité dans le monde.
GENERALITES

• Filarioses majeures ou pathogènes


– La filariose de Médine ou dracunculose due à
Dracunculus medinensis: invalidante par ses
manifestations inflammatoires et ses
complications septiques.
GENERALITES

• Filarioses mineures (peu ou non pathogènes)


– La mansonellose à Mansonella perstans
– La streptocercose à Mansonella streptocerca
– La mansonellose à Mansonella ozzardi
– La mansonellose à Mansonella rodhaini

• FILAIRES appartiennent à 2 grandes familles :


– Onchocercidés
– Dracunculidés
GENERALITES
Taxonomie
Dracunculidés g. Dracunculus

g. Onchocerca
Pathog.
g. Wuchereria
g. Brugia
S/fam. des Onchocercinae

Non g. Mansonnella
Onchocercidés Pathog. g. Dipetalonema

Pathog. g. Loa

S/fam. des Dirofilarinae


Non
g. Dirofilaria
Pathog.
DRACUNCULOSE

Pr YAVO William
Dept Parasitologie-Mycologie
UFR SPB – Université FHB
OBJECTIFS

• Définir la dracunculose
• Décrire l’agent pathogène de la dracunculose
• Décrire le cycle biologique
• Décrire les principaux signes cliniques
• Exposer les méthodes du diagnostic direct
• Indiquer les principes thérapeutiques
• Citer les moyens de prévention
PLAN
• Introduction

• Epidémiologie

• Signes cliniques

• Diagnostic biologique

• Traitement

• Prophylaxie

• Conclusion
PLAN
• Introduction

• Epidémiologie

• Signes cliniques

• Diagnostic biologique

• Traitement

• Prophylaxie

• Conclusion
Définition

• Dracunculose ou Filariose de Médine (communément:


maladie du ver de Guinée): affection parasitaire caractérisée
par présence dans tissu sous-cutané d’un nématode de
grande taille : Dracunculus medinensis ou ver de Guinée.

• La dracunculose est rarement mortelle, mais les sujets


atteints par la maladie peuvent être handicapés pendant des
mois.
Intérêts
• La dracunculose est une maladie parasitaire invalidante sur le point
d’être éradiquée, avec seulement 22 cas notifiés en 2015.
• Au milieu des années 1980, on estimait à 3,5 millions le nombre de
cas de dracunculose dans le monde, répartis dans 20 pays, dont 16
étaient situés en Afrique (=> facteur de pauvreté).
• « Décennie internationale de l’eau potable et de l’assainissement »
instaurée par l’OMS de 1981 à 1990 et visant à apporter l’eau
potable aux populations a amorcé une décroissance spectaculaire
de la parasitose dans le monde. En passant brutalement de 3,5
million à 32 000 cas déclarés/an en 15 ans.
• Eradication de la maladie raisonnablement devenue envisageable.
PLAN
• Introduction

• Epidémiologie

• Signes cliniques

• Diagnostic biologique

• Traitement

• Prophylaxie

• Conclusion
Agents pathogènes - Taxonomie
Dracunculus medinensiis appartient à:

Phylum: Némathelminthes

Sous-phylum: Nématodes

Classe: Secernentea

Ordre: Camallanida

Famille: Dracunculidae

Genre: Dracunculus
Agents pathogènes - Morphologie

• Le ver femelle mesure 70 – 120 cm / 0,9 – 1,7


mm. Elle a une couleur blanche. Le corps est
cylindrique avec un utérus double renfermant
plusieurs milliers de microfilaires.
• Le ver mâle est plus petit, 2 – 3 cm et est
rarement observé.
• Les microfilaires (µF) mesure 600 µm / 20 µm.
Vers adultes de Dracunculus medinensis
Agents pathogènes - Morphologie

Microfilaires de Dracunculus medinensis


Hôte intermédiaire
• Cyclops : petit crustacé copépode d’eaux douces. Taille: 2 – 3 mm.
Cycle biologique et mode de
contamination
• Ver de Guinée vit dans le tissu sous cutané et musculaire de
l’homme.
• Eclosion des œufs dans utérus femelles 1 an après
accouplement. Alors celle-ci gagne la partie inférieure de la
jambe pour assurer sa ponte.
• A ce niveau, elle perce le revêtement cutané au niveau de la
malléole externe.
• Production d’une ulcération où apparaît l’extrémité
céphalique du ver.
Cycle biologique et mode de
contamination
• Dès que contact plaie-eau: saillie, contraction puis rupture de
l’utérus
• Libération dans l’eau de microfilaires qui survivent plusieurs
jours et sont la proie des cyclops qui les avalent.
• Microfilaires traversent tube digestif du cyclops => cavité
générale: mues => forme infestante en 3 à 4 semaines.
• Contamination de l’Homme par ingestion, avec eau souillée,
de cyclops renfermant larves infestantes.
• Digestion du cyclops => larves traversent paroi du tube
digestif et se développent dans le tissu rétropéritonéal où
aura lieu l’accouplement entre adultes.
• Période d'incubation du ver peut durer de 10 à 14 mois
Cycle biologique de D. medinensis
Répartition géographique

Rapport mensuel des cas de dracunculose rapportés janv-nov. 2018


(REH OMS)
Répartition géographique

Rapport mensuel des cas de dracunculose rapportés janv-nov. 2018


(REH OMS)
PLAN
• Introduction

• Epidémiologie

• Signes cliniques

• Diagnostic biologique

• Traitement

• Prophylaxie

• Conclusion
Manifestations génerales
• Fébricules, Nausées, Vomissements, Dyspnée
asthmatiforme
• Réaction allergique avec des urticaires généralisées.

Manifestations locales
• Liées à la perforation des téguments et l’expulsion
des µF.
• Formation d’un phlyctène qui se rompt et laisse une
ulcération qui peut se surinfecter.
Phlyctène Ulcération
Complications
• Infection du trajet vermineux
• Greffe d’un tétanos
• Rupture spontanée ou traumatique du ver et de son
utérus entraînant des réactions inflammatoires et
allergiques graves
• Réaction articulaire de voisinage : arthrite
• Egarement vermineux : face, cou, seins, organes
génitaux, langue, myocarde (péricardite grave),
espace extradural (paraplégie)
PLAN
• Introduction

• Epidémiologie

• Pathogénie

• Signes cliniques

• Diagnostic biologique

• Traitement

• Prophylaxie

• Conclusion
Arguments indirects de présomption

• HES et Sérologie très peu utilisées

Arguments directs de certitude


• Découverte de filaires adultes roulant sous les
téguments.

• Evident quand la filaire apparaît à la peau

• Découverte dans les sérosités émises de µF

• Diagnostic rétrospectif quand l’examen radiologique


montre les filaires calcifiées.
PLAN
• Introduction

• Epidémiologie

• Signes cliniques

• Diagnostic biologique

• Traitement

• Prophylaxie

• Conclusion
Traitement médicamenteux

• Thiabendazole (Mintézol ®)

– 50mg/kg/j pendant une semaine

– Peu efficace, peut-être facilite extirpation du ver.


Extirpation du ver
• 3 méthodes
– méthode ancestrale : avec bûchette d’allumette
enrouler le ver ; chaque jour un tour sans forcer
pour éviter une rupture traumatique;

– extirpation après anesthésie locale;

– si rupture, extirpation chirurgicale.

• Toujours prescrire un sérum antitétanique et


l’administration d’antibiotiques.
Extirpation du ver
PLAN
• Introduction

• Epidémiologie

• Pathogénie

• Signes cliniques

• Diagnostic biologique

• Traitement

• Prophylaxie

• Conclusion
Prophylaxie individuelle

• Bouillir ou filtrer eau provenant de sources ouvertes

avant de boire
Prophylaxie collective
• Renforcement de la surveillance pour détecter tous les cas dans
les 24 heures suivant apparition du ver

• Destruction des cyclops par introduction des poissons qui les


consomment : les Gambusia ou par emploi de Téméphos (Abate)

• Plus large accès à l’eau potable

• Protection des points d’eau à usage culinaire par construction de


margelle pour éviter de mettre les pieds dans l’eau.

• Promotion éducation sanitaire et changement de comportement


PLAN
• Introduction

• Epidémiologie

• Pathogénie

• Signes cliniques

• Diagnostic biologique

• Traitement

• Prophylaxie

• Conclusion
Dracunculose: affection parasitaire entraînant des
pertes socio-économiques car immobilisation des
malades

Affection en voie d’éradication dans plusieurs pays

Problème de la dracunculose lié à celui


d’approvisionnement en eau potable
Défis à relever pour éradication
• Survenue des cas habituellement dans des zones rurales
souvent inaccessibles.

• Insécurité, qui empêche l’accès aux zones où il y a encore des


cas, est un obstacle important (Éthiopie, au Mali, au Soudan
du Sud et au Tchad).

• Infection des chiens par Dracunculus medinensis: défi pour le


programme?
– découverte au Tchad en 2012
– 2018: 999 cas (Tchad +++, Ethiopie , Mali).

Vous aimerez peut-être aussi