Vous êtes sur la page 1sur 2

SYNTHESE D’ARTICLE

Réalisé par Koné Aboubacar

TITRE ET AUTEURS :

Le titre est : Les Déterminants internes de la performance des institutions de la microfinance en Côte
D’Ivoire : Une analyse sur données de Panel.

Les auteurs : Jean Michel Banto, Marc-Arthur Diaye, Eric Paget-Blanc, Boubakar Habib Sarr

PROBLEME :

Le problème traité est celui de la performance financière et sociale des micros finances en cote
d’ivoire.

OBJECTIFS :

- Identifier les déterminants internes de la performance financière et sociale des microfinances en


Cote d’Ivoire
- Analyser les déterminants internes de la performance financière et sociale des microfinances en
cote d’ivoire.

THEORIES MOBILISEES :

- Théorie d’agence (Jensen et Meckling)


- Théories de la bonne gouvernance (Ronald Coase).

METHODOLOGIE :

Nous avons constitué un échantillon d’institutions de microfinance observées durant la période 2011
à 2014. Ces informations proviennent de la base de données de la Commission Nationale pour la
Microfinance, l’organe régulatrice du secteur de la microfinance. Cette commission dépend du
Ministère de l’Economie et des Finances de la Côte d’Ivoire dont le président est le Directeur Général
du Trésor et de la Comptabilité Publique. Toutes les institutions de microfinance ont l’obligation de
transmettre les états financiers selon une certaine périodicité au secrétariat de la Commission
Nationale pour la Microfinance qui est la Direction de la Microfinance (DM). Les données recueillies
par la Direction de la Microfinance font l’objet de plusieurs traitements statistiques avant d’être
validées et remis à la Banque Centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest. Autrement dit, les données dont
nous disposons sont les mêmes dont disposent la Banque Centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest.

La base de données a une structure de panel (chaque entreprise de microfinance est observée sur les
quatre dates de 2011 à 2014). Nous utilisons un modèle de panel avec prise en compte de
l’hétérogénéité inobservée individuelle via la spécification du terme d’erreur eit en la somme d’un
effet spécifique individuel αi et d’un terme aléatoire uit. Plus précisément, nous considérons le modèle
suivant : Yit= b0 +b1X1it+…+bpXpit +eit Avec : eit=αi + uit Dans ce modèle dit à erreur composée
avec une composante, ai représente l’hétérogénéité inobservée.
RESULTATS :

Résultats liés à la performance financière

- Selon nos résultats, la marge bénéficiaire augmente lorsque l’IMF est une société́ privée (ce qui
va dans le sens de Ledgerwood et White (2006) quant à la viabilité́ financière des IMF privées)
mais également lorsque le nombre de membres au sein du conseil d’administration croit.
- Nos résultats montrent que la marge bénéficiaire des institutions de microfinance exerçants,
d’une manière générale sur l’ensemble du territoire, est très dégradée. Toutefois, nous notons des
spécificités en fonction de la zone d’activité.
- Les résultats de l’estimation du modèle (2) montrent que la forme juridique joue également un
rôle dans la dépendance aux subventions.

Résultats liés à la performance sociale :

- Les résultats du modèle (3) montrent que la maturité de l’IMF influence positivement l’une des
variables de performance sociale, à savoir le nombre de clients
- A l’instar de la maturité, les IMF qui auront une large couverture géographique seront celles qui
auront une forte clientèle. Aussi, on observe que le nombre de clients baisse lorsque la taille des
dépôts augmente.
- Le modèle (4) montre que le ratio CAP et la taille des dépôts dans une IMF ont un impact positif
sur la taille des crédits octroyés à la clientèle. Autrement dit, les IMF augmentent la taille des
crédits au fur et à mesure que leurs fonds propres et les dépôts de leurs clients augmentent, ce
qui pourrait s’interpréter par un phénomène de « mission drift ».
- Enfin, la taille du conseil d’administration, les points de service, la couverture géographique, la
forme juridique et les ratios prudentiels (hors ratio de capitalisation) ne semblent jouer aucun
rôle dans l’évolution de la taille du crédit octroyé sur la période étudiée.