Vous êtes sur la page 1sur 16

08/06/2019 Astrologie: L'effet Icarus: La variété des modes de vie sexuels dans l'horoscope par Christopher A.

Weidner

ACCUEIL
Le manifeste | Le dominion | Textes et Articles | La revue | Liens | ACCUEIL (EN) |
(EN)

L'effet Icarus
(La diversité des modes de vie sexuels dans
l'horoscope)
de Christopher A. Weidner
- traduction Matyas Becvarov -

"Quand vous vous emparez du monde où il se laisse prendre, où il a le secret des ténèbres, où il
est encore chaste, où il n'a pas encore été aimé et violé, où les saints ne sont pas encore
intervenus pour lui et les criminels n'ont laissé aucune trace de sang
Quand le nouveau statut a été créé
Quand la conséquence logique n'est plus évoquée par aucun esprit
Quand finalement, finalement vient
Puis
Puis sautez en l'air et déchirez le vieil ordre misérable,
alors soyez différent, pour que le monde change, pour qu’il change enfin de direction,
alors lance-toi toi-même! "

(Ingeborg Bachmann: La trentième année) La

polarité en tant que dogme


"Si je devais élever un principe astrologique au rang de dogme, ce serait sûrement le principe
de polarité." [1] Comme dans le cas de Dane Rudhyar, l'astrologie a elle aussi soutenu depuis
des temps immémoriaux l'idée selon laquelle chaque phénomène devrait être compris comme un
médaillon à deux faces, divisible en deux pôles qui se conditionnent l'un l'autre, mais qui sont
fondamentalement opposés. Le rendu érotique de cet appariement des contraires dans les
concepts "masculin" et "féminin" est tout aussi ancien. L’idée maîtresse de ces concepts est que
la division des deux sexes et leur expérience du désir sexuel reposent sur le magnétisme de la
polarité.

Derrière ce magnétisme se cache une promesse mythique de salut; il est supposé que, dans le
"désir de fusion des pôles masculin et féminin", le désir humain trouve son accomplissement
dans sa recherche du retour au paradis perdu de l'unité, car "dans l'amour entre l'homme et la
femme, chacun est rené" et le "surmonter la division humaine" est atteint.[2]

Cet article porte sur les complications qui découlent de ce dogme lorsque l’on examine la
diversité des modes de vie sexuels à travers l’optique d’un cosmos polarisé. L'homosexualité
servira d'exemple principal dans la discussion. On espère que l'analyse montrera le dilemme
dans lequel les hypothèses de polarité sexuelle doivent inévitablement mener, et comment une
telle pensée polarisée ouvre nécessairement la porte à la discrimination et à la marginalisation.

"L'anatomie est le destin"


L'hypothèse est la suivante: "La loi de polarité est la loi de la vie elle-même" [3] et ce
paradigme se manifeste dans la sexualité humaine, notamment dans la polarité des sexes: "Un
être humain naît homme ou femme."[4] L’étape suivante consiste à supposer que la polarité

cura.free.fr/decem/08weidn.html 1/16
08/06/2019 Astrologie: L'effet Icarus: La variété des modes de vie sexuels dans l'horoscope par Christopher A. Weidner

sexuelle anatomique, qui découle du concept plutôt réductionniste de pénis et de vagin en tant
qu’arrangement clé en main, présente également un parallèle psychique, c’est-à-dire: un
personnage masculin et un personnage masculin. caractère féminin, chacun présentant des
qualités polarisées et complémentaire de l'autre. "L'anatomie devient destin" (Freud), car le
genre biologique détermine également le caractère d'un être humain appartenant à un sexe
particulier.

Ce qui est considéré comme "typiquement" masculin ou féminin est cependant soumis à une
définition socioculturelle, que chaque société dans son propre temps et espace, et pour ses
propres objectifs, constitue en tant que normative. Par conséquent, dans les sciences sociales,
une distinction a été établie entre l’identité biologique ( sexe) et le comportement sexuel
influencé par la société ( genre ), ce qui remet en question toute corrélation naturelle entre
anatomie et caractère. De même, les humanités, qui restent parfois attachées à la notion de
polarisation psycho-physique des sexes, ne peuvent formuler aucune déclaration uniforme à ce
sujet. On prétend donc que, dans l’ensemble, "les efforts visant à trouver des les causes
biologiques du comportement différencié des rôles sexuels "sont" infructueuses.[5]

La formule Body = Character et la déduction pointée par un caractère particulier sur un genre
biologique particulier ont pris sa place actuelle dans l'astrologie de la manière suivante: les
caractéristiques particulières basées sur les idéaux culturellement définis de masculinité et de
féminité sont fixées, puis élevé au niveau de la "norme", puis transplanté en tant que premiers
faits biologiques dans la nature humaine. Les planètes ou d'autres éléments de l'horoscope qui
correspondent ostensiblement à ces caractéristiques se voient attribuer les caractéristiques de
genre de leur correspondant et deviennent également "masculins" ou "féminins".

Dès Ptolémée, on peut trouver l’hypothèse qui sous-tend cette pratique: c’est la notion que les
sexes peuvent par leur nature même se différencier, le côté masculin associé à la chaleur, le
féminin à l’humidité. Ptolémée en conclut que la nature des planètes, qui incarnent des
caractéristiques aqueuses ou ardentes, devrait être mise en corrélation avec l'un ou l'autre sexe.
Ainsi, il identifie la Lune et Vénus comme des planètes féminines, alors que le Soleil, Saturne,
Jupiter et Mars forment le groupe masculin.[6]

Cette approche revêt une importance particulière, particulièrement dans les synastries, car le
partenariat est généralement compris dans le contexte de cette promesse de salut par le
dépassement de la polarité de genre par la complémentarité. Ces caractéristiques masculines et
féminines normatives, prétendument «écrites dans le ciel», retrouvent leur application dans la
mesure où elles s'appliquent à des figures concrètes relevant de la sphère de l'expérience
interpersonnelle. Selon cette logique, "Vénus dans l'horoscope d'un homme" représente ce qu'il
"cherche chez une femme comme compagnon idéal" et "Mars dans l'horoscope d'une femme ...
explique ce qu'elle recherche chez un homme". car "la planète dont l'énergie est opposée au sexe
de la personne en question ... est généralement projetée sur un objet spécifique".[7] Il en résulte
couramment que les planètes caractérisées par le sexe trouvent leur signification interprétée
différemment, selon que le sujet du graphique est un homme ou une femme.

La difficulté réside dans le fait que l'on "oublie" (ou reste ignorant) l'origine socioculturelle de
ces typifications de genre, ce qui conduit à une situation dans laquelle les qualités différenciées
selon le rôle joué par le sexe - et qui varient selon le temps et le lieu - devenir des catégories a
priori en soi. Ils deviennent des paradigmes incontestés et sacro-saints, qui existaient
apparemment avant toute fixation socioculturelle de ceux-ci et ont même précipité cette fixation.
L'exemple le plus récent de cette tendance est la traduction de ces notions préconçues en idéaux
archétypaux dans la psychologie des profondeurs de CG Jung, qui a joué un rôle important dans
le développement de l'astrologie "moderne".

Norme et anti-norme
Selon le principe de polarité, l'union de l'homme et de la femme calme l'attente de l'unité, non
seulement au niveau du corps, mais également à celui de l'esprit. Cela a des conséquences
cura.free.fr/decem/08weidn.html 2/16
08/06/2019 Astrologie: L'effet Icarus: La variété des modes de vie sexuels dans l'horoscope par Christopher A. Weidner

importantes pour le domaine de la sexualité. Puisque la polarité opère "naturellement" entre


hommes et femmes, l' hétérosexualité devient la "norme". Toutes les autres formes de sexualité
deviennent des contradictions de cette loi naturelle, deviennent des "anti-normes", comme en
témoigne l' homosexualité, étant donné que par les définitions de la polarité de genre, un homme
(pôle positif) ne peut pas réagir à un autre homme (également pôle positif) avec attraction. La
théorie de la bisexualité originelle de la psyché de l'homme - populaire depuis l'époque de Freud
- n'apporte pas beaucoup d'aide, malgré le fait que de nombreux astrologues la mettent à portée
de main, généralement dans la permutation jungienne de l' animus et de l' anima. On suppose ici
que l'individu, sur le chemin de devenir un membre à part entière de la société qui contribue
pleinement à la maturité, supprime la partie de sa nature essentiellement bisexuelle qui est
disjointe du sexe biologique. Ainsi, un homme "masculin" peut encore avoir des aspects
féminins en lui-même, mais ils sont refoulés dans le subconscient de sorte que les
caractéristiques masculines dominent. En ce qui concerne la question de la force d'attraction
polarisée entre les sexes, cette nouvelle tournure de l'ancienne formule laisse toujours tout
comme avant. Des expériences en dehors du programme de répression prévu, en particulier
pendant l'enfance, peuvent perturber la sublimation régulière: un homme devient "efféminé" ou
une femme devient "masculine" Là encore, l’attraction entre deux hommes ou deux femmes est
systématiquement exclue, car ils doivent se repousser en raison de leur polarité.

Erich Fromm met ce type de pensée dans son expression peut-être la plus radicale quand il
écrit avec une froideur non dissimulée dans The Art of Loving : "La déviation homosexuelle par
rapport à la norme vient du fait que l'union polarisée n'a pas lieu et que l'homosexuel en souffre
de la douleur de sa division non résolue, qui révèle en outre une incapacité qu'il partage avec
l'hétérosexuel moyen qui ne peut pas aimer . " [8]

L'homosexualité est expliquée ici comme une "inversion", comme une "distorsion" des traits
de caractère appropriés de la part de son propre sexe par rapport au sexe opposé. Dans le
domaine de l'astrologie, une telle réflexion conduit, par exemple, à la notion que cette situation
peut être mesurée à partir des afflictions des planètes qui représentent apparemment une
attraction pour le sexe opposé. Même aujourd'hui, ce clichée continue de faire parler de lui, la
"preuve" invoquée à titre d'autorité se retrouvant à l'image de la reine efféminée ou de la
lesbienne "butch". Il est maintenant notoire que des modes de vie aussi extrêmes et si
manifestement évidents ne s’appliquent qu’à une petite partie de la population homosexuelle. Il
existe une dynamique inhérente à la nature du mécanisme norme / anti-norme: la constitution de
ceux qui forment le " Le fait que de nombreux homosexuels ont finalement commencé à
s'identifier avec les caractéristiques qui leur étaient attribuées dans leur exclusion peut trouver
son fondement dans le fait que la société disposait d'assez de modèles pour le développement de
la conscience hétérosexuelle et a ainsi encouragé une incorporation sans friction dans la
structure de la société, alors que pour les autres modes de vie sexuels, un quotient de conscience
de soi beaucoup plus grand était nécessaire, car ils ne trouvaient aucun moyen de contrôler les
comportements préprogrammés. Par conséquent, "franchir la limite établie du genre" signifie
"dans un certain sens une remise en question de sa propre existence" puisqu'ils n'ont trouvé
aucun contrôle dans les modes de comportement préprogrammés. Par conséquent, "franchir la
limite établie du genre" signifie "dans un certain sens une remise en question de sa propre
existence" puisqu'ils n'ont trouvé aucun contrôle dans les modes de comportement
préprogrammés. Par conséquent, "franchir la limite établie du genre" signifie "dans un certain
sens une remise en question de sa propre existence"[9] ; on tombe dans une sorte de vide, dans
un no-man's-land social, dans lequel le courage peut échouer face à la liberté revendiquée, de
sorte que l'on se retire dans les schémas stéréotypés de la marginalisation plutôt que de subir une
perte d'identité complète. Une telle compréhension révèle que même le gay «typique» ou la
lesbienne «typique» n’est rien d’autre qu’un produit des catégories morales de la société et ne
représente pas nécessairement une qualité d’être propre à l’ oi ipso homosexuelle .

En astrologie, l'argumentation qui conduit à la condamnation de la sexualité dite déviante


comprend généralement deux critères:

L'homosexualité a pour base une polarisation défectueuse, un échec des forces


d'attraction qui devrait mener au sexe opposé.
cura.free.fr/decem/08weidn.html 3/16
08/06/2019 Astrologie: L'effet Icarus: La variété des modes de vie sexuels dans l'horoscope par Christopher A. Weidner

L'homosexualité est un exemple d'échec du développement, une déviation du


véritable objectif de la sexualité humaine, l'hétérosexualité.

Peu importe comment ces notions s’expriment dans l’horoscope selon les pratiques
interprétatives des astrologues [10] ; la recherche d'indicateurs de comportement anti-normal
n'a jamais cessé, puisqu'on part du principe que l'hétérosexualité est la norme et que, par
conséquent, il n'est pas nécessaire de l'indiquer dans l'horoscope.

Le mythe de l'homme et de la femme


Mais comment se fait-il que l'érotisme et la sexualité aient été enfoncés dans le corset de la
norme hétérosexuelle? En fait, c’est une spécialité de la tradition occidentale qui, avec
l’invention du mécanisme de la norme et de l’anti-norme, a érigé une science du sexe, un
scientia sexualis(Foucault) C’est une science de la confession qui, avec des lèvres vives, a
catalogué et systématisé toutes les manifestations du «pervers». Les méthodes de médecine et de
psychologie, mises au point au 19e siècle, ont remplacé en tant que "police du sexe" la
méthodologie du confessionnal chrétien, qui avait pour objet de dénicher tous les secrets sexuels
et de les écarter des mains de l'humanité. Le médecin, le psychologue ou le thérapeute a mis en
évidence le comportement sexuel humain pour le faire parler, l'a forcé à s'exprimer et l'a
interprété selon le canon de la normalité "scientifiquement" conçu, pour ensuite se retourner et le
réimplanter dans l'être humain, qui avait à partir de ce moment pour s'identifier à elle. "Dis-moi
comment tu aimes, et je te dirai qui tu es" serait un bon mot clé pour ce processus, où la
sexualité et la personnalité d'un individu sont confondues. La sexualité est donc considérée et
continue de l'être aujourd'hui. Elle est considérée comme un critère particulièrement crucial pour
la définition de soi de l'individu. Le sexe est "le moyen par lequel les gens cherchent à définir
leur personnalité, leur sens du goût. Avant tout, le sexe est le moyen par lequel les gens
cherchent à prendre conscience de eux-mêmes".[11]

Et ici, l’heure de naissance de l’homosexualité serait également frappée: «L’homosexualité est


apparue comme une manifestation de la sexualité, car elle était passée de la pratique de la
sodomie à une sorte d’androgynie intérieure, un hermaphroditisme de l’esprit», ce qui signifie:
alimenté dans le moule de la polarité entre les sexes. "Le sodomite était un homme qui a commis
une erreur; l'homosexuel est une espèce."[12]

Ce discours est devenu plus net lors du détour par l'astrologie de la réception de modèles
psychologiques. Dans le cadre de la psychologie darwinienne, l'hétérosexualité devait
nécessairement passer à la position de sexualité "saine", car le seul type valable de sexualité qui
pouvait être autorisé était celui qui conduisait à la procréation et à la perpétuation subséquente
de l'espèce, et cette sexualité nécessite la copulation d'un homme et d'une femme. Mais une telle
réduction du sexe ne peut être légitimée que dans ce cas. En dépit de tendances parfois
contraires au présent, ceux qui assignent à leur seul objectif de produire une progéniture sont en
minorité, du moins dans notre culture. Mais dans ce mode de pensée, l'homosexualité était
assignée au royaume du non naturel, comme cela est arrivé à n'importe quel type de pratique
sexuelle non coïtale - même parmi les hétérosexuels. L’argument le plus important à l’inverse,
cependant, est le fait que les êtres humains ont la capacité consciemment refuser de procréer; La
sexualité humaine, contrairement à la sexualité chez les animaux, est devenue indépendante de
la continuation de l'espèce et semble suivre davantage un principe de plaisir qu'une obsession de
garantir le taux de natalité, comme Freud l'a lui-même reconnu.

Si ce cas existe, alors la sexualité humaine n’a rien à voir avec une hétérosexualité
biologiquement imposée, et donc pas avec une polarité correspondante entre les sexes. Le sexe
opposé en tant que seul objet "naturel" d’attraction sexuelle est une notion qui ne correspond pas
à la réalité du comportement sexuel humain. Toute tentative visant à lier la sexualité à la
nécessité d'un couple hommes-femmes doit maintenant se révéler comme un exercice de
moralité à motivation socioculturelle visant à obtenir le contrôle de la normalisation
réductionniste sur les relations sexuelles entre personnes.

cura.free.fr/decem/08weidn.html 4/16
08/06/2019 Astrologie: L'effet Icarus: La variété des modes de vie sexuels dans l'horoscope par Christopher A. Weidner

Il est étonnant de voir comment, malgré cela, le mythe de l’amour entre l’homme et la femme,
seul chemin possible du bonheur, s’est établi dans la psychanalyse, qui laisse passer
l’opportunité de reconnaître l’homosexualité et toutes les autres variations de la sexualité
humaine comme des variétés légitimes d’expérience sexuelle. Kinsey, qui a publié l’un des
premiers rapports majeurs sur la sexualité basé sur une méthodologie statistique empirique,
admet donc avec un air résigné: "C’est une caractéristique de l’esprit humain de préférer les
divisions bipartites à la classification des phénomènes. Les comportements sexuels sont
normaux ou anormaux, socialement acceptables ou inacceptables, hétérosexuels ou
homosexuels, et de nombreuses personnes refusent de croire qu’il existe de nombreux degrés de
variation entre les deux extrêmes. " En conséquence, il conclut:[13]

L’astrologie "moderne", cependant, reste attachée à la polarité de tous les êtres vivants, ce qui
a pour effet final de confondre procréation et amour en une sorte de raz-de-marée idéologique-
mythique - et exclut de ce fait l'homosexualité en tant que phénomène "contre nature".

Les homosexuels se retrouvent par conséquent exclus de la société de ceux qui aiment. Le
dilemme trouve son expression astrologique dans la prétendue incapacité de l'homosexuel à
projeter extérieurement vers le sexe opposé le principe de polarité, qui est censé être à la base
même de la capacité de tomber amoureux d'une autre personne. L'homme homosexuel, par
exemple, aurait intériorisé cette projection, ou dans le cadre conceptuel de Jung: il est obsédé par
son anima. Vénus et la Lune sont sur cette base supposés être les principaux indicateurs de la
projection de l' anima. Si l'homosexuel projette plutôt sa Mars ou son Soleil (une interprétation
qui peut sembler à première vue être un coup de perspicacité), les résultats ne seront toujours pas
satisfaisants, puisqu'un autre homme homosexuel aura finalement le même problème.
L'attraction entre deux de ces hommes reste exclue, car les pôles parallèles se repoussent ...

Faisons face aux faits: les catégories d'une polarité masculin-féminin en tant que base de
l'adéquation ne peuvent tout simplement pas être appliquées à l'homosexualité. Deux
conclusions découlent de ce fait: soit les homosexuels sont incapables d’aimer, soit le modèle de
polarité est tout simplement faux.

La "police du sexe"
Ceux qui souscrivent à la polarité de genre en astrologie se laissent nécessairement porter des
accusations de discrimination. Et à mon avis, il est inutile de marmonner des sentiments
symboliques de tolérance pour essayer de sortir de ce coin restreint. Une telle réponse ne
démontre rien de plus que l'incapacité de déplacer sa pensée en dehors des ornières dans
lesquelles elle était auparavant. En perpétuant ces principes obsolètes, de nombreux astrologues
contribuent - plus ou moins intentionnellement - à la marginalisation et à la stigmatisation à un
moment qui nécessite autant de tolérance et d’acceptation que jamais.

Deux exemples illustrent ce point.

Dans son livre Relating, Liz Greene décrit l'homosexualité comme "le résultat d'une
répression complète de personnages inconscients, qui ... réagissent de manière antagoniste et
submergent la conscience, lorsque l'ego les traite avec arrogance ou mépris " .[14] Greene se
replie sur le système d'archétypes de Jung, qui dans ce contexte - comme nous l'avons vu
précédemment - ne représente rien d'autre qu'un système qui place les allégories et les symboles
socioculturels dans le royaume de l'instinctif et tente de voir les archétypes. en tant qu’entités
concrètes, au-delà de la portée de l’individu, façonnées et archivées dans les archives d’un
inconscient collectif. Cela s'apparente à une sorte de comptabilité pour les symboles de rêve. En
conséquence, les mythes sont dotés d'un pouvoir déterministe, hors de l'espace et du temps, qui
est ostensiblement la clé du déchiffrement de l'existence humaine. Peu importe ce que nous
faisons, ce que nous désirons - les archétypes se trouvent devant nous. Cette construction rend
l'utilisation de concepts tels qu'animus et animaparticulièrement méfiant, car, par une
merveilleuse coïncidence, ils correspondent au canon social de cette période historique
particulière. Tout comme Fromm, Greene estime que les homosexuels sont incapables d'aimer
cura.free.fr/decem/08weidn.html 5/16
08/06/2019 Astrologie: L'effet Icarus: La variété des modes de vie sexuels dans l'horoscope par Christopher A. Weidner

quand elle cite Jung: "... Animus et Anima [ne peuvent être réalisés] que par une relation avec le
sexe opposé, car leurs projections ne sont efficaces que dans ce contexte."[15]

Brigitte Hamann, s'inspirant de la psychologie du développement dans Lebensmuster [= Life


Patterns] , fonde ses arguments sur l' hypothèse selon laquelle l'homosexualité découle "d'une
désorientation intérieure ...". Soi-disant, c'est "moins une véritable pulsion sexuelle qu'un
manque de clarté. " [16] Selon elle, le facteur causatif est l'inversion des rôles sexuels de la part
des parents, c'est-à-dire "lorsque la mère exprime de manière archétypique les qualités
masculines" et les "caractéristiques du père ... qui appartiennent à la mère archétypale". En plus
de cette norme reposant sur des idéalisations archétypales, Hamann insiste sur un parallélisme
entre le corps et l’esprit auquel l’être humain, sa personnalité et même ses organes génitaux sont
réduits: "Un homme représente par son anatomie le principe de la pénétration, de la conquête ,
écrasante et affirmation de soi, alors qu'une femme symbolise l'absorption dans le soi, une
certaine passivité et la capacité de permettre des sentiments ... "Le" mélange "de" corps "et
l'expression du caractère de l'opposé la qualité "conduit à" des frictions sexuelles, [17]

Adieu à la vérité
La question des alternatives se pose maintenant. La discussion qui a eu lieu jusqu’à présent a
tenté d’améliorer la prise de conscience de la discrimination causée par une pensée polarisée, et
je voudrais citer Mariana Valverde pour résumer: "Les hommes et les femmes ne réagissent pas
comme des limailles métalliques sur un aimant, et Les images de clés et de serrures, de
couvercles et de casseroles et de toutes les autres métaphores fonctionnalistes et fatalistes que
l'on voit défier ne conviennent tout simplement pas. Elles tentent de représenter l'hétérosexualité
comme la norme en suggérant qu'il s'agit d'un destin imposé à l'humanité par la Nature. destin.
C’est une possibilité de choix - ou, pour le dire plus exactement, ce serait une possibilité de
choix si notre société était plus pluraliste et moins rigide dans son offre d’alternatives sexuelles.
"[18]

Donc, avant de considérer d'autres modèles, nous devons faire évoluer nos structures de
pensée d'un désir totalitaire d'uniformité à une acceptation du pluralisme et de la variété.

Les conclusions de la présente analyse peuvent être résumées comme suit:

L’homosexualité n’a rien à voir avec une polarisation erronée, quelle que soit
l’interprétation que l’on puisse en faire, car le modèle de polarité qui sous-tend ce
concept se présente comme une structure socioculturelle relative. La position de
«naturel» à l’égard du masculin ou du féminin peut être identifiée comme une
erreur, dont les effets conduisent à une discrimination. Par conséquent, nous devons
cesser et renoncer à l'utilisation catégorique des concepts "masculin" et "féminin"
dans nos descriptions de choses liées aux relations entre les personnes.
Sur cette base, l'homosexualité ne peut plus être décrite comme une déviance par
rapport à une norme "naturelle", car aucune norme unique ne peut être établie pour
la sexualité humaine. Par résultat logique, toutes les tentatives visant à établir des
indicateurs de développement sexuel défectueux dans l'horoscope doivent
également être considérées comme erronées, car elles procèdent d'une fausse
prémisse.

En dernière analyse, nous devons dire adieu - que cela nous plaise ou non - à toute tentative
de défendre l' unique vérité, car «le productif n'est pas sédentaire, il est nomade! (Foucault)

L'âme est asexuée


Je rejette la nécessité de tirer des conclusions sur le genre interne sur la base du genre
biologique et de fonder ainsi la sexualité sur le pouvoir d'attraction du sexe opposé. " L'âme n'a
pas de sexe" - " L'âme n'a pas de genre" - et ces caractéristiques considérées comme

cura.free.fr/decem/08weidn.html 6/16
08/06/2019 Astrologie: L'effet Icarus: La variété des modes de vie sexuels dans l'horoscope par Christopher A. Weidner

"typiquement" masculines ou féminines sont des paramètres spécifiques à la culture qui ont été
incorporés dans la psyché humaine à travers le processus d’adapter l’individu au contexte
socioculturel du présent. Je me démarque donc des hypothèses générales selon lesquelles
l'anatomie est un destin et qu'il existe une différence naturelle essentielle entre les hommes et les
femmes. J'attribue ces différences aux processus sociaux.

Dans le cadre de ces processus, j'ai mentionné le mécanisme de la norme et de l' anti-norme ,
c'est -à- dire comment la constitution de ce qui est établi comme comportementalement
"normal" exclut ce qui n'est pas conforme aux règles et paradigmes requis, mais double ainsi sur
lui-même, pour ainsi dire, pour décrire le contenu de sa propre normalité. Ce n'est pas la
stratégie de ce mécanisme de travailler à travers la répression ou la prohibition, mais plutôt
d'utiliser des définitions qui produisent des coutumes au moyen desquelles des critères sont
établis et sur la base desquelles un jugement est rendu sur l'appartenance à la société ou pas.

Pour la sexualité, la norme a clairement été établie comme étant l'hétérosexualité, qui s'est
éloignée de sa justification par la procréation, mais doit encore s'en passer entièrement. Il en
résulte que tous les autres modes de vie sexuels apparaissent comme des opposés à la norme
polarisés négativement, comme des désordres ou des déviations par rapport au "naturel", bien
que dans le cadre conceptuel que j'ai proposé, l'hétérosexualité se présente plutôt comme une
option parmi une variété de choix.

Nous avons vu que, dans le cas de l'astrologie, la dogmatisation de "lois" particulières telles
que la polarité de tous les êtres vivants et la base de la sexualité dans le modèle "hommes et
femmes s'attirent" ne fait que contribuer au perpétuel mobile de discrimination et de
marginalisation.

Pour poursuivre sur cette ligne de raisonnement, il faut formuler pour la pratique astrologique
qu’il n’existe pas de planètes ni de signes zodiacaux spécifiquement masculins ou féminins, et
que l’acceptation de tels attributs implique l’acceptation de conventions sociales, ce qui n’a rien
à voir avec la réalité de la réalité. les sexes.

D'autres modèles d'interprétation doivent entrer en vigueur pour la description de la sexualité,


modèles qui échappent consciemment aux jugements fondés sur la féminité ou la masculinité.
Dans ma recherche de tels modèles, j’ai commencé il y a quelque temps une étude dans laquelle
j’ai rassemblé et analysé les horoscopes de personnes connues pour avoir eu des expériences
homosexuelles. Les résultats que je présente ici découlent de cette étude. Les phénomènes
décrits ci-dessous sont un produit de mon traitement de styles sexuels non conformes à la norme.

Les masques du sexe


La question se pose: qu'est - ce que la sexualité et oùdans l'horoscope peut-il être localisé?
Une seule définition ne permet pas de répondre à la première question: la sexualité apparaît
comme tout ce que nous croyons - et cette situation correspond exactement à l’image miroir de
tout ce qui s’établit socialement normatif à son époque. Nous pouvons peut-être essayer de
décrire quelle hypothèse fondamentale nous trouvons, quelle réalité la sexualité a prise dans ce
cas particulier ici et maintenant, quel visage masqué elle nous présente à ce moment-là. Mais en
fait, nous ne pouvons trouver aucun modèle d'application générale (malgré le fait que certains
sont vantés comme tels). Nous trouvons plutôt une pluralité de modèles, basés sur des
constructions individuelles. Telle est la réponse à la deuxième question si l’on suppose que ni les
planètes ni les signes zodiacaux n’ont en eux-mêmes une nature sexiste particulière.

La chose la plus individuelle et personnelle à propos de l'horoscope de quiconque est la


structure des Maisons, car elle possède la plus grande spécificité en ce qui concerne l'espace et le
temps. [19] ; c’est-à-dire que rien n’est plus spécifique dans ses effets sur le lieu et le moment
que le mouvement des cuspides de la maison sur la base de la vitesse. C'est pour cette raison que
les critiques sont prioritaires dans toute considération de phénomènes au niveau de l'existence
individuelle. En ce sens, les planètes individuelles ne peuvent pas être les seuls représentants de

cura.free.fr/decem/08weidn.html 7/16
08/06/2019 Astrologie: L'effet Icarus: La variété des modes de vie sexuels dans l'horoscope par Christopher A. Weidner

la sexualité - par exemple, Vénus et Mars -, il faut plutôt se tourner vers les planètes qui règnent
ou sont placées dans la maison en question.

Convoitise et fidélité
Habituellement, la discussion sur les thèmes sexuels prend comme thème interprétatif le
contenu de la huitième ou de la cinquième chambre. Toutefois, la Huitième Chambre devrait
toujours être considérée en relation avec sa position dans le Troisième Quadrant, position qui
appartient au domaine des relations interpersonnelles, où le contenu des contextes de maison
directs et indirects entre dans le champ de l'expérience de l'indigène, dans le sens d'une prise de
conscience ou d'une intégration de ces éléments dans le propre être de l'indigène. Il serait
préférable de mettre le lien des relations entre partenaires dans cette partie du graphique, c'est-à-
dire les critères qui me conditionnent en tant qu'individu pour choisir cette personne comme
partenaire plutôt que comme autre.

La sexualité en tant qu'acte créateur, cependant, sans aucune forme de moralité, qui s'absorbe
elle-même comme un désir de vivre une expérience sexuelle en soi, relève de la Cinquième
Chambre. Ici, on expérimente le sexe comme une partie de son être, ici on agit "aussi strictement
que possible en tant qu'individu"[20] - quelles que soient les conséquences d’influences
excessives ou dominantes. C'est la maison de l'e-motion, l'expansion du soi vers l'extérieur, et ici
le représentant de l'être est le Soleil, qui développe son pouvoir radiatif et se projette dans
l'espace sans entrave. Puisque cette construction convient mieux à la réalité des sexes de notre
époque que l'ancienne association d'alliance contextuelle associée à la Huitième Chambre, avec
sa fusion du mariage et de l'amour sous la bannière de l'éthique chrétienne et du contrôle social,
je place l'épicentre de la sexualité dans la cinquième maison.

Le dilemme entre le sexe et le choix du partenaire, entre la luxure et la fidélité - qui se révèle
aujourd'hui difficile à réconcilier et trouve sa représentation sur la place située entre les huitième
et cinquième maisons - continue d'exister, mais perd de son importance en tant que déterminant
de l'expérience de l'identité sexuelle. En règle générale, le lien rhétorique établi entre la sexualité
et le partenariat a été défait, notamment au cours de la prétendue "révolution sexuelle". Nous ne
nous définissons plus comme des êtres sexuels uniquement vis-à-vis de notre partenaire, mais
plutôt comme des individus séparés.

Le partenariat hétérosexuel contemporain constitue donc, et plus que jamais, une sorte de pont
entre les champs d’expérience des Huitième et Cinquième Chambres: il doit répondre à un
besoin d’expérience sexuelle passionnée et en fournir un également «asexuel». et basé sur
l'obligation. Il doit continuellement faire face aux attentes de l'amour, du mariage et de la famille
nucléaire bourgeoise en tant qu'éléments de la vie publique (Huitième Chambre), tout en offrant
en même temps le moyen d'intégrer l'énergie tremplin de la sexualité (Cinquième Maison). ), qui
selon l'opinion populaire ne se laisse pas facilement apprivoiser de la sorte. Le résultat est, d’une
part, une fluctuation continue du statut formel de l’appariement - la "société du fuck and run"
(Botho Strauß) - et, d’autre part,

Comme nous l'avons expliqué plus haut, toutefois, l'identification des facteurs qui déterminent
l'homosexualité dans l'horoscope ne peut être réalisée qu'en supposant qu'elle représente une
perturbation du comportement sexuel "normal". Étant donné que les configurations proposées de
divers autres milieux n’ont aucune importance ou ne reposent pas sur une assimilation non
critique de points de vue opposés, elles doivent être écartées car elles sont inadéquates aux fins
de la présente enquête.

La sexualité n'est pas privée


Étant donné que ma réflexion porte sur la production sociale de la sexualité, c'est-à-dire sa
définition sur la base de paradigmes socioculturels, il est devenu nécessaire de trouver une autre
voie d'approche de l'horoscope qui n'insiste pas exclusivement sur l'attribution du sexe au
cura.free.fr/decem/08weidn.html 8/16
08/06/2019 Astrologie: L'effet Icarus: La variété des modes de vie sexuels dans l'horoscope par Christopher A. Weidner

domaine de l'instinctif. privé. Aujourd’hui en particulier la remarque d’Alfred Adler - "La


sexualité n’est pas une affaire privée"[21] - se révèle être sur la marque, bien que dans le sens
opposé de son sens original. Plus que jamais, c’est l’opinion publique qui constitue notre image
de l’idéal sexuel, et dans les médias - en particulier la publicité - nos désirs et nos fantasmes
prennent corps sous nos yeux. Donc, le sexe entre nous ne doit pas être considéré comme privé
ou en aucune manière comme une forme de «purement naturel».

La clé de cette situation doit être trouvée sur le plan astrologique dans la confrontation entre
la Ve Chambre et le Quatrième Quadrant, qui lui oppose la zone de l'horoscope que l'on peut
démarquer comme appartenant à l'arène socioculturelle. A mon avis, aucun autre domaine de
l'horoscope ne montre aussi clairement le conditionnement interactif entre le comportement
(deuxième quadrant), la conscience (troisième quadrant) et le corps (premier quadrant).

En tant qu'exception à la règle, je pars du principe que l'individu ne doit pas être interprété
comme étant totalement opposé à des forces sociales accablantes, concept qui, dans le cas de la
sexualité, a conduit au mythe de la pulsion sexuelle libérale. "naturel" contre les mécanismes de
contrôle restrictifs de la société. Le malentendu est là: nous croyons que le sexe est la chose la
plus naturelle du monde et nous nous opposons ainsi à la société, car nous insistons pour que le
sexe soit lié à notre individualité et nous pensons que le fait d'avoir des relations sexuelles
équivaut à une révolte de "l'instinct "contre l'omnipotence de l'établissement. Mais on pourrait
aussi envisager la possibilité que précisément l’établissement et aucun autre agent ne soient
responsables d’instaurer dans notre compréhension de nous-mêmes la croyance en une libido.
afin de l'utiliser à ses propres fins en le transformant en un mécanisme de contrôle appliqué de
manière stratégique. On accorde trop peu d’attention aux processus qui permettent de considérer
notre connaissance du sexe comme une construction socioculturelle, comme un produit de
l’esprit dominant des temps.

Le quatrième quadrant peut être considéré comme la sphère de cet esprit dominant des temps,
dans lequel on peut tracer les lignes de pouvoir cherchant à lier notre être tout entier aux
structures préfabriquées de la mentalité collective. Cette opération est accomplie non pas en
proclamant à haute voix des tabous, mais en utilisant l'outil silencieux de ce que j'appelle le
"regard de l'extérieur".

Le regard de l'extérieur
Son but est de nous confronter au fait que nous sommes "autres", de forcer notre attention sur
les définitions de la "norme" en balançant devant nous le "anti-norme". On sait, par exemple,
qu’on est hétérosexuel parce que l’on sait qu’on n’est pas homosexuel (on sait donc aussi qu’on
est "en bonne santé" car on n’est pas "malade".)

La norme et l'anti-norme sont des objets du quatrième quadrant et sont ici particulièrement
représentés par l'échange entre les dixième et onzième maisons, dont la domination est
communément attribuée à Saturne et à Uranus respectivement. Je situe l'obligation normative à
la dixième Chambre, car nous sommes tous égaux devant les règles monumentales du jeu de la
culture. Toutefois, à la onzième chambre, nous avons la possibilité de nous distinguer de la
masse de nos coéquipiers, car ici des éléments individuels s’expriment et cherchent une validité
au niveau social. Puisque norme et anti-norme cherchent à se conditionner, je localise l'effet du
"regard de l'extérieur" dans la onzième chambre, ce qui va au-delà de son opposition évidente à
la cinquième chambre pour montrer une relation directe avec cette dernière.

La grande croix
Au cours de notre vie, divers événements jouent le rôle du "regard de l'extérieur" châtiant, qui
nous familiarise avec le mécanisme de la norme et de l'anti-norme. Le but semble être
d’enraciner cette conscience si profondément en nous que nous ne pouvons plus distinguer nos
propres opinions de celles qui nous ont été inculquées par la culture. Le regard extérieur nous
cura.free.fr/decem/08weidn.html 9/16
08/06/2019 Astrologie: L'effet Icarus: La variété des modes de vie sexuels dans l'horoscope par Christopher A. Weidner

examine, nous teste et veille sur notre épaule, il nous critique continuellement et nous incite à
comparer toutes les caractéristiques de notre être avec les conventions de la société et à nous
conformer à ces conventions.

Ce processus a lieu en premier au moment de la naissance. Ici, c'est le médecin qui nous
regarde, évalue notre anatomie et détermine si nous sommes un homme ou une femme. Dans le
langage de la dynamique astrologique, cet incident se déroule sur la place entre la onzième et la
deuxième chambre. Le fait de notre humanité est donc déjà préjugé par le sexe: des rôles sexuels
particuliers nous attendent maintenant, et il est attendu de nous que nous nous adaptions à ces
rôles. Nos parents reprennent le travail du regard de l'extérieur. Ils craignent et craignent que
notre développement ne tombe dans les limites de la norme et que notre comportement ne soit
pas socialement acceptable. Sous cette supervision, ils sont eux-mêmes soumis au regard de
l'extérieur, ce qui leur donne une idée très claire de ce qui ne devrait pasen aucune circonstance
de se produire dans la formation du caractère de leurs enfants. Nous pouvons observer ces
processus dans la dynamique de la relation entre la onzième et la cinquième chambre. C’est ici
que les modèles de comportement sexuel "juste" s’imposent avec une force croissante, ce qui
transparaît dans la suspicion de nombreux parents de savoir si leur enfant va se développer
"normalement" et dans la crainte qu’un jour soit confronté à un problème. Homosexualité de
l'enfant ("Que penseront les autres!") A ce stade, une identité sexuelle sera formée et, en ce qui
concerne la dynamique entre les onzième et huitième chambres, peu importe que l'on soit
homosexuel ou hétérosexuel, c'est l'affaire trouver simplement un partenaire qui correspond à
ses désirs pour (a) un attrait physique et / ou matériel "

L’interaction des maisons 2, 5 et 8 avec la onzième maison omniprésente (fig. 1) crée la


condition dans laquelle nous sommes sujets à mal interpréter nos désirs et besoins comme
véritablement de notre choix, lorsque de fait, ils devraient être reconnus comme les produits
d’une stratégie de pouvoir de notre contexte socioculturel.

En termes astrologiques, nous voyons une grande croix parmi les maisons fixes, qui sert de
modèle définissant la réalisation de ce processus idéologique. [22]

cura.free.fr/decem/08weidn.html 10/16
08/06/2019 Astrologie: L'effet Icarus: La variété des modes de vie sexuels dans l'horoscope par Christopher A. Weidner

Fig. 1: Le cycle des maisons fixes

Un talent pour l'anti-norme


Au cours de leur développement personnel, certaines personnes se montrent susceptibles de
s’opposer au conditionnement imposé par la norme. Ces personnes possèdent une sorte de
"talent" pour l'anti-norme. Plutôt que de fixer son contenu, on observe encore et encore que
l’anti-norme est interprétée sur la base de tout ce qui correspond à un contre-courant contre la
norme. L'homosexualité est par conséquent perçue simplement comme le signe d'une anti-
norme, lorsque la norme est l'hétérosexualité. Lorsque viendra le jour où les critères d'identité
sexuelle n'auront plus aucune importance pour la vie des individus, les questions relatives à
l'identité sexuelle deviendront simplement une question de côté.

Ce qui est important ici, c’est de savoir comment on est prêt à gérer cette confrontation: c’est
là que l’on trouve la liberté de façonner les choses en tant qu’individu. Si je traque la terrible
bête du «normal» et ses attentes, je reste néanmoins dans le rôle passif de récepteur de cette
norme, ou alors j'invertis mes «fautes» en «vertus» et me positionne comme la référence
comportement tenant lieu de tradition socioculturelle.

Un individu doté de ce talent a, dans une mesure particulière, la liberté de choix nécessaire
pour se développer à l’inverse des sentiers usés et plus sûrs de la convention. Mais il s’agit ici
d’une opportunité qui peut se présenter, mais ne va pas ipsoapporter sa propre réalisation. Tout
d'abord, la renonciation à tous les prémisses en matière d'identité permet de s'affranchir de la
pression pour se définir par rapport à des critères sexuels. Astrologiquement, la transition de la
cura.free.fr/decem/08weidn.html 11/16
08/06/2019 Astrologie: L'effet Icarus: La variété des modes de vie sexuels dans l'horoscope par Christopher A. Weidner

onzième à la douzième maison - dans laquelle le bâton d’Uranus est transmis à Neptune -
symbolise la libération totale de l’individu des jugements de valeur de sa société et marque le
début du voyage de nouveaux idéaux dépassant les limites de paramètres démodés et spécifiques
à la culture.

Le degré de réussite de cette entreprise peut difficilement être déterminé avec une exactitude
de cent pour cent, mais les résultats de mon étude indiquent très clairement une configuration
particulière qui semble indiquer des styles sexuels individuels, l'homosexualité ou la bisexualité
dans le cas de la population. J'ai sélectionné.

Données de l'étude
Les données suivantes sont basées sur les critères expliqués ci-dessus, c'est-à-dire qu'elles se
concentrent sur les chefs de maison des Ve et XIe maisons et sur la position des planètes dans
ces maisons. En réponse à une annonce que j'ai publiée dans un journal, environ 250 personnes
ont communiqué leurs données de naissance. Seules 189 de ces données pouvaient être
corroborées par des enregistrements publics et seules les données corroborées ont été utilisées.
Les horoscopes de personnes connues ont également été utilisés, dans la mesure où ils
correspondaient à la classification du groupe 1 dans le groupe 1 et étaient connus de manière
générale ou par confirmation personnelle des faits comme homosexuels ou bisexuels. Ainsi, 67
horoscopes supplémentaires ont été pris en compte dans l’étude. Le nombre total de cas
examinés s’élève donc à 256. Dans le cadre de l’étude, 27 personnes ont été invitées à donner un
entretien personnel afin de vérifier de manière empirique les concepts théoriques. Pour ces
entretiens, il faut que je reconnaisse ma capacité à formuler en détail la théorie exposée ci-
dessus.

Dans la compilation des données suivantes, aucune distinction n'a été faite entre les individus
homosexuels et bisexuels, car, à mon avis, le même phénomène sous-tend les deux modes de
vie; Même si certaines différences dans la structure des horoscopes sont devenues évidentes,
elles ne semblent pas avoir de relation directe avec l'identité sexuelle. La proportion plus faible
de femmes par rapport aux hommes (un tiers à deux tiers) ne pouvant être corrigée, toute
hypothèse sur des différences possibles entre les styles sexuels lesbien et gay doit être écartée
pour le moment.

La figure 2 montre une prédominance nette de la constellation Soleil / Uranus par rapport à la
Ve Chambre, à la différence de toutes les autres configurations possibles, qui reflète exactement
la dynamique de développement de l'identité sexuelle que j'ai développée ci-dessus. Même si
nous prenons en compte toutes les configurations possibles de l'horoscope en fonction de la
règle de la maison et de la position de la planète (Fig. 3), une nette prédominance de la
configuration Soleil / Uranus apparaît encore.

Sun / Uranus représente à mes yeux et dans ce contexte ce "talent" d'anti-norme qui permet à
l'individu de développer des contre-tendances aux mythes dominants dans le domaine de la
sexualité.

cura.free.fr/decem/08weidn.html 12/16
08/06/2019 Astrologie: L'effet Icarus: La variété des modes de vie sexuels dans l'horoscope par Christopher A. Weidner

Fig. 2: Sun / Uranus par rapport à la configuration de la cinquième maison (en%)

Fig. 3: Sun / Uranus par rapport à toutes les configurations (en%)

L'effet Icare
D'un point de vue mythique et poétique, il m'a été demandé de donner à cette configuration le
nom de "Constellation d'Icare". [23] , car d'importants parallèles apparaissent entre la légende et
les caractéristiques intéressantes du phénomène que j'ai décrit ci-dessus.[24]

Icare, le fils de Dedalus, doit fuir avec son père du roi Minos sur l'île de Crète. Dedalus fabrique
des ailes en plumes et en cire pour lui et son fils, avec lesquels ils parviennent à s'échapper en
s'envolant. Mais Icare ignore les conseils de son père et, par pure joie de voler, vole trop haut,
de sorte que le soleil fait fondre la cire de ses ailes. Il tombe tête baissée dans la mer et se noie.

Laissant de côté la morale plutôt amère de cette fable, nous pouvons voir dans Icarus le
principe allégorique de l'anti-norme et dans son père le doigt levé de la norme, nous avertissant
de ne pas quitter le "chemin" approprié. Astrologiquement, nous pouvons donc associer Icare à
Uranus et Dedalus à Saturne. Icare donne à son simple désir de voler vers le soleil au-dessus de
la nécessité qui limite son développement personnel. A mon avis, cela symbolise l'affirmation de
l'individu. Les conséquences sont chèrement payées, mais la restriction des besoins individuels
en faveur de l'objectif social est rejetée. Le soleil, à l’origine symbole de la volonté divine, n’est

cura.free.fr/decem/08weidn.html 13/16
08/06/2019 Astrologie: L'effet Icarus: La variété des modes de vie sexuels dans l'horoscope par Christopher A. Weidner

plus un devoir mais un objectif choisi. L’individu conteste la position du créateur en tant que
créateur en s’imposant lui-même.

La situation de l'homosexuel est similaire. Parce que d'autres personnes ne se trouvent jamais
confrontées à la nécessité de se distancer de la norme sexuelle, elles ne se retrouvent jamais face
à des questions sur les conséquences de l'altérité. Les personnes qui épousent d'autres modes de
vie sexuels doivent avoir une conscience de soi beaucoup plus grande en ce qui concerne les
risques encourus. Parce qu'ils ne peuvent pas construire sur le fondement commun de mythes
conformes aux normes de la société, ils doivent construire leurs propres mythes afin de s'assurer
la position de leur comportement anti-normal. Mais exactement ce processus est repris par la
société dominante; les mythes sur l'homosexualité sont courants en tant qu'idées préconçues, et
donc chaque "coming-out" l’effet final - quelle que soit la lutte personnelle que cela peut
impliquer - directement dans le giron des mécanismes de règle conventionnels. En astrologie: le
vol haut d'Uranus trouve son terme dans l'avertissement de Saturne. Celui qui s'éloigne du
sentier se retrouve une fois de plus dans le ghetto de l'Anti-Norm.

Non au roi sexe


Au cours de cette discussion, j'espère avoir montré que les mécanismes de la société qui
produisent la "vérité" sur le sexe et tentent, dans leurs stratégies de pouvoir, de réduire la variété,
peuvent trouver une expression socioculturelle dans l'horoscope. Je voulais emprunter un
chemin différent de celui de la "révolte des instincts", qui passionnait le monde des astrologues
depuis si longtemps, et, pour reprendre les termes de Foucault, "écarter un peu les rideaux" faire
place à d'autres relations qui, à mon avis, contribuent beaucoup plus à la formation de nos
identités sexuelles. Mon travail ressemble beaucoup plus à un changement de perspective, qui
éloigne de la croyance fataliste en l’humanité en tant que mécanisme alimenté par des instincts
et espère ouvrir de nouvelles voies qui nous mèneront au-delà de toutes ces choses qui
conspirent pour séparer les gens les uns des autres plutôt que de souligner leurs points communs.
Nous ne savons pas comment la discussion sur l'homosexualité et d'autres modes de vie sexuels
va se développer. Mais déjà des tendances se manifestent - même si elles rappellent, dans leur
pruderie, les profondeurs de l’histoire prémoderne - qui s’éloignent du modèle "More And More
Sex" pour se tourner vers d’autres modes de construction des plaisirs et des amours, tout comme
historiquement,un seul type d'amour, le seul type de sexualité s'est établi. Quand nous
comprenons que "la sexualité au plus profond n'est pas quelque chose que le pouvoir craint, mais
beaucoup plus est quelque chose par laquelle elle atteint ses objectifs"[25] nous peut
comprendre aussi que nous pouvons échapper à la sexualisation incessante de nos êtres par la «
police de sexe » que nous commençons à voir dans le polymorphisme des sexes une expression
de la liberté humaine. C’est peut-être la forme que prend la transition de Saturne à Neptune en
passant par Uranus. quand les catégories sexuelles ne signifient plus rien pour nous; quand nous
devons composer avec d'autres catégories et finalement réaliser que plus de gens nous entourent
que d'hommes, de femmes, d'homosexuels ou hétérosexuels. "Peut-être que ce sera la fin de
cette terre désolée de la sexualité, la fin de la monarchie du sexe."[26]

Remarques
[1] Rudhyar, Dane. Astrologie und Psyche . Mossingen 1990; p. 219. [Original anglais, cf.: Astrologie et psyché
moderne: un astrologue examine la psychologie des profondeurs. 2e éd. Vancouver, Washington: CRCS Publications,
1976.] «Texte

[2] Fromm, Erich. Die Kunst des Liebens . Frankfurt / M 1994; p. 56f. [Version anglaise: L'Art d'aimer . New York:
Continuum, 2000.] «Texte

[3] Rudhyar, op. cit., p. 64. «Texte

[4] Rhudyar, op. cit., p. 207. «Texte

[5] Bolz, Annette. Sexe im Gehirn [= Sexe dans le cerveau]. Südergellersen 1992; p. 183. «Texte

cura.free.fr/decem/08weidn.html 14/16
08/06/2019 Astrologie: L'effet Icarus: La variété des modes de vie sexuels dans l'horoscope par Christopher A. Weidner

[6] Ptolémée. Tetrabiblos . Mössingen 1995; p. 35. [Version anglaise, cf.: Tetrabiblos. Cambridge, Mass.: Harvard
University Press, 1980. (Bibliothèque classique de Loeb, n ° 435)]. " Texte

[7] Greene, Liz. Kosmos und Psyche . Frankfurt / M 1994; p. 54f. [Original anglais, cf.: Relating: un guide
astrologique pour vivre avec d’autres sur une petite planète. Londres: Conventure, 1977.] «Texte

[8] Fromm, op. cit., p. 57f. " Texte

[9] Butler, J. "Variations on Sex and Gender" dans: Benhabib, S. et D. Cornell, éd. Le féminisme en tant que critique:
essais sur la politique du genre dans les sociétés capitalistes tardives. Cambridge (Royaume-Uni): Polity Press, 1987,
p. 128-142.] «Texte

[10] Une liste sommaire est disponible dans l'article de J. Lee Lehman, "Die Deutung der Sexualität im Horoskop" [=
"L'interprétation de la sexualité dans l'horoscope"] dans: Tyl, Noel. Sexualität im Horoscop . Wettswil 1995: p. 198f.
[Original anglais, cf.: La sexualité à l’horoscope. St. Paul, Minnesota: Llewellyn Publications, 1994. (Série de
l'astrologie du nouveau monde de Llewellyn, n ° 14)] «Text

[11] Foucault, Michel. Von der Freundschaft als Lebensweise . Berlin o. J .; p. 25. «Texte

[12] Foucault, Michel. Der Wille zum Wissen. Sexualität und Wahrheit, 1. Frankfurt / M 1983; p. 58. [Original français:
La volonté de savoir, Histoire de la sexualité, pt. 1. Traduction anglaise, cf.: La volonté de savoir. L'histoire de la
sexualité, pt. 1 . London: Penguin, 1990.] «Texte

[13] Citation de: Altendorf, Marion. Bisexualität. Pfaffenweiler 1993; p. 73. «Texte

[14] Greene, op. cit., p. 139. «Texte

[15] Greene, op. cit., p. 142. «Texte

[16] Hamann, Brigitte. Lebensmuster . Wettswil 1994; p. 112. «Texte

[17] Hamann, op. cit., p. 62f. " Texte

[18] Citation de: Altendorf, op. cit., p.68. " Texte

[19] Cf. Roscher, Michael. Praxis der Horoskopinterpretation [= La pratique de l'interprétation horoscope] .
München 1992; p.63ff. " Texte

[20] Rudhyar, Dane. Das astrologische Häusersystem. Reinbek bei Hamburg 1992; p. 63ff. [Anglais original: Les
maisons astrologiques: le spectre de l'expérience individuelle. Reno, Nevada: CRCS Publications, 1986. Réimpression
de: Garden City, NY: Doubleday, 1972.] «Text

[21] Adler, Alfred. Praxis und Theorie der Individualpsychologie . Francfort / M 1984; p. 196. [Traduction anglaise,
cf.: La pratique et la théorie de la psychologie individuelle. London: Routledge, 1999.] «Texte

[22] Noël Tyl comprend également le croisement des maisons fixes comme une "matrice sexuelle". Toutefois, il
attribue à la répression des instincts la raison pour laquelle la onzième Chambre a, à son avis, moins de dimensions
sociales. Cf .: Tyl, Noel. Sexualität im Horoskop . Wettswil 1995; p. 21. [Cf. L'original anglais cité ci-dessus au no.
dix]. " Texte

[23] Cette désignation de la configuration Sun / Uranus est également mentionnée dans les travaux de Michael
Roscher, bien que dans un autre contexte. Cf .: Roscher, Michael. Kritische Grade in der Prognose [= Degrés critiques
en prévision] . Nuremberg 1994; p. 54 et 104, nommés "Ikarusgrad". " Texte

[24] Dans la méthode mytho-poétique que je suggère, aucune tentative n'est impliquée pour styliser les mythes en
contenus archétypaux. Au contraire, le pouvoir de l'allégorie (qui signifie en grec "parler autrement") a la possibilité de
se développer, c'est-à-dire à l'aide d'images mythiques - qui sous-tendent les paradigmes de la culture - entre dans la
qualité différente du discours. jouer, ce qui peut stimuler l’imagination et les processus de pensée au niveau des
sentiments. " Texte

[25] Foucault, Michel. Uber Sexualität, Wissen und Wahrheit [= Sur la sexualité, la connaissance et la vérité] . Berlin
1978; p.187. " Texte

[26] Foucault, op. cit., p. 186. «Texte

cura.free.fr/decem/08weidn.html 15/16
08/06/2019 Astrologie: L'effet Icarus: La variété des modes de vie sexuels dans l'horoscope par Christopher A. Weidner

Ed. N .: Vous pouvez trouver plus d'informations sur les travaux de Christopher A. Weidner (de
Munich) sur son propre site Web: Phoenix Astrologie.

Pour citer cette page:


Christopher Weidner: L'effet Icarus
(La variété des modes de vie sexuels dans l'horoscope)
http://cura.free.fr/decem/08weidn.html
------------------- ----
Tous droits réservés © 2000 Christopher A. Weidner

MAISON

ACCUEIL PORTADA

Site Web du Centre universitaire de recherche en astrologie Concepteur et éditeur: Patrice Guinard
© 1999-2001 Dr. Patrice Guinard

cura.free.fr/decem/08weidn.html 16/16