Vous êtes sur la page 1sur 27

INITIATION AU ROUTAGE & PROTOCOLES

INTRODUCTION AU ROUTAGE IP

I- PRESENTATION
Les réseaux actuels ont un impact significatif sur nos vies : ils changent notre façon de
vivre, de travailler et de jouer. Les réseaux informatiques et, dans une plus grande
mesure, Internet permettent aux personnes de communiquer, de collaborer et
d’interagir comme jamais auparavant. Nous utilisons les réseaux de diverses manières,
notamment pour les applications Web, la téléphonie IP, la vidéoconférence, les jeux
interactifs, le commerce électronique et le domaine éducatif.
Au centre du réseau se trouve le routeur. Globalement, le but d’un routeur est de relier
un réseau à un autre. Le routeur est donc responsable de la transmission de paquets à
travers différents réseaux. La destination du paquet IP peut être un serveur Web se
trouvant dans un autre pays ou un serveur de messagerie situé sur le réseau local. Les
routeurs doivent transmettre ces paquets rapidement. L’efficacité des communications
inter-réseaux dépend, en grande partie, de la capacité des routeurs à transférer des
paquets de la manière la plus efficace possible.
Aujourd’hui, des routeurs sont ajoutés aux satellites dans l’espace. Ces routeurs sont
capables d’acheminer le trafic IP entre les satellites dans l’espace, d’une manière
similaire à l’envoi de paquets sur terre, ce qui permet de réduire les délais et d’accroître
la flexibilité des réseaux.
Toutefois, le routeur ne sert pas seulement à transférer des paquets. Pour répondre aux
demandes sur les réseaux actuels, les routeurs sont également utilisés pour :
 assurer une disponibilité 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Afin de garantir
l’accessibilité des réseaux, les routeurs utilisent des chemins de remplacement si
le chemin principal est défaillant ;
 fournir des services intégrés de données, de vidéo et de voix sur les réseaux
filaires et sans fil. Les routeurs utilisent la hiérarchisation de la qualité de service
des paquets IP, pour veiller à ce que le trafic en temps réel, par exemple les
données vocales et vidéo, ainsi que les données importantes, ne soit pas
abandonné ni retardé ;
 réduire l’impact des vers, virus et autres attaques sur le réseau en autorisant ou
non le transfert de paquets.
Tous ces services reposent sur le routeur et sur sa responsabilité principale de
transférer les paquets d’un réseau à l’autre. Les périphériques sur différents réseaux
ne peuvent communiquer que si le routeur est capable d’acheminer des paquets
entre les réseaux. Ce chapitre présente le routeur, son rô le au sein des réseaux, ses
principaux composants matériels et logiciels, ainsi que le processus de routage lui-
même.

1
17 avril 2018
INITIATION AU ROUTAGE & PROTOCOLES

I-1- Les routeurs sont des ordinateurs


Un routeur est un ordinateur comme un autre. Le processeur IMP (Interface Message
Processor), utilisé pour l’ARPANET (Advanced Research Projects Agency Network), a
été le tout premier routeur. Grâ ce au processeur IMP, un mini-ordinateur Honeywell
316, l’ARPANET a vu le jour le 30 aoû t 1969.
Remarque : l’ARPANET a été développé par l’ARPA (Advanced Research Projects
Agency), relevant du ministère américain de la Défense. L’ARPANET a été le premier
réseau de commutation de paquets opérationnel du monde et le prédécesseur de
l’Internet d’aujourd’hui.
Les routeurs possèdent de nombreux composants matériels et logiciels communs
avec d’autres ordinateurs :
 Processeur
 RAM
 ROM
 Système d’exploitation…

1.1- Composants du routeur et leurs fonctions


Comme un PC, un routeur comprend également les éléments suivants :
Unité centrale (UC)
Mémoire vive (RAM)
Mémoire morte (ROM)
Placez votre pointeur sur les composants de la figure pour afficher une brève
description.
UC
L’UC exécute les instructions du système d’exploitation, telles que l’initialisation du
système, des fonctions de routage et de commutation.
Mémoire vive
La mémoire vive stocke les instructions et données requises pour exécution par l’UC. La
mémoire vive est utilisée pour enregistrer ces composants :
 Système d’exploitation : le système IOS (Internetwork Operating System) de
Cisco est copié dans la mémoire vive pendant l’amorçage.
 Fichier de configuration en cours : il s’agit du fichier de configuration qui
enregistre les commandes de configuration actuellement utilisées par l’IOS du
routeur. À de rares exceptions près, toutes les commandes configurées sur le
routeur sont enregistrées dans le fichier de configuration en cours, appelé
running-config.

2
17 avril 2018
INITIATION AU ROUTAGE & PROTOCOLES

 Table de routage IP : ce fichier stocke des informations sur les réseaux
directement connectés et les réseaux distants. Il permet de déterminer le
meilleur chemin pour le transfert du paquet.
 Cache ARP : ce cache contient les mappages d’adresses IPv4 et MAC, de manière
similaire au cache ARP d’PC. Le cache ARP est utilisé sur les routeurs dotés
d’interfaces de réseau local, telles que les interfaces Ethernet.
Mémoire tampon de paquets : les paquets sont stockés temporairement dans une
mémoire tampon lors de leur réception sur une interface ou avant de quitter une
interface.
 La mémoire vive est une mémoire volatile : elle perd donc son contenu
lorsque le routeur est mis hors tension ou redémarré. Cependant, le routeur
contient également des zones de stockage permanent, comme la mémoire morte,
flash et NVRAM.
 Mémoire morte
La mémoire morte est une forme de stockage permanent. Les périphériques Cisco
utilisent la mémoire morte pour enregistrer les éléments suivants :
- Instructions d’amorçage
- Logiciel de diagnostic de base
- Version réduite d’IOS
La mémoire morte utilise un progiciel, qui est un logiciel incorporé dans le circuit
intégré. Le progiciel inclut les logiciels qui n’ont habituellement pas besoin d’être
modifiés ou mis à niveau, les instructions d’amorçage par exemple. Plusieurs de ces
fonctions, notamment le moniteur ROM, sont étudiées dans un prochain cours. La
mémoire morte ne perd pas son contenu lorsque le routeur est mis hors tension ou
redémarré.

Mémoire flash
La mémoire flash est une mémoire non volatile pouvant être stockée et effacée
électriquement. Elle sert de stockage permanent pour le système d’exploitation, Cisco
IOS. Sur la plupart des modèles de routeurs Cisco, l’IOS est stocké de manière
permanente dans la mémoire flash et copié dans la mémoire vive lors du processus
d’amorçage, où il est ensuite exécuté par le processeur. Certains modèles plus anciens de
routeurs Cisco exécutent l’IOS directement à partir de la mémoire flash. La mémoire
flash se compose de barrettes SIMM ou de cartes PCMCIA, qui peuvent être mises à
niveau pour en augmenter la capacité.
La mémoire flash ne perd pas son contenu lorsque le routeur est mis hors tension ou
redémarré.
Mémoire vive non volatile
La mémoire vive non volatile ne perd pas les informations qu’elle contient lorsque le
système est mis hors tension. Elle s’oppose aux formes les plus courantes de mémoire

3
17 avril 2018
INITIATION AU ROUTAGE & PROTOCOLES

vive, telles que la mémoire vive dynamique (DRAM), qui nécessite une alimentation
continue pour conserver les informations. La mémoire vive non volatile est utilisée par
Cisco IOS comme stockage permanent pour le fichier de configuration initiale (startup-
config). Toutes les modifications de configuration sont enregistrées dans le fichier de
configuration en cours (running-config) dans la mémoire vive, et sont, à de rares
exceptions près, immédiatement implémentées par l’IOS. Pour enregistrer ces
modifications, au cas où le routeur serait redémarré ou mis hors tension, la
configuration en cours doit être copiée dans la mémoire vive non volatile, où elle est
enregistrée en tant que fichier de configuration initiale. La mémoire vive non volatile
conserve son contenu, même si le routeur se recharge ou s’il est mis hors tension.
La mémoire morte, la mémoire vive, la mémoire vive non volatile et la mémoire flash
sont étudiées dans la section suivante, portant sur l’IOS et le processus d’amorçage. Elles
seront également traitées plus en détail dans un cours ultérieur relatif à la gestion de
l’IOS.
Il est plus important pour un professionnel des réseaux de comprendre la fonction des
principaux composants internes d’un routeur que de connaître l’emplacement exact de
ces composants dans un routeur donné. L’architecture physique interne diffère d’un
modèle à l’autre.

Aaa

4
17 avril 2018
INITIATION AU ROUTAGE & PROTOCOLES

5
17 avril 2018
INITIATION AU ROUTAGE & PROTOCOLES

LE ROUTEUR

6
17 avril 2018
INITIATION AU ROUTAGE & PROTOCOLES

J
COMPARAISON – ROUTEUR - ORDINATEUR
G

7
17 avril 2018
INITIATION AU ROUTAGE & PROTOCOLES

AAAA

AAAA

8
17 avril 2018
INITIATION AU ROUTAGE & PROTOCOLES

SAAA

9
17 avril 2018
INITIATION AU ROUTAGE & PROTOCOLES

XAAA

10
17 avril 2018
INITIATION AU ROUTAGE & PROTOCOLES

xAAAA

AAAA

11
17 avril 2018
INITIATION AU ROUTAGE & PROTOCOLES

II

LE ROUTAGE

Le routage consiste à déterminer la route qu'un paquet doit prendre pour atteindre une
destination. Cette tâ che est réalisée au niveau de la couche RESEAU du modèle à couches
: dans cette couche, on utilise un adressage qui permet de spécifier à quel réseau
appartient un équipement (hô te ou routeur).
Les équipements (hô tes ou routeurs) qui se situent sur des réseaux différents devront
utiliser les services d'un routeur (gateway dans la terminologie IP) pour communiquer.
Les fonctions au niveau de la couche RESEAU sont :
Acheminer (hô te ou routeur): envoyer un paquet vers une destination (hô te ou
routeur) Relayer (routeur): acheminer un paquet d'un réseau vers un autre réseau
Question: sur quelle interface réseau acheminer le paquet ? (un équipement peut
posséder une ou plusieurs interfaces) Réponse: il faut chercher un élément dans le
paquet à acheminer pour prendre sa décision

12
17 avril 2018
INITIATION AU ROUTAGE & PROTOCOLES

De manière générale, on distingue deux approches possibles au niveau de la couche


RESEAU :
 Service orienté connexion : circuit virtuel X25 (non abordé dans ce document)
 Service sans connexion : adresse destination du datagramme IP
Donc, chaque équipement (hô te ou routeur) achemine un paquet en fonction de
l'adresse IP destination uniquement.
Pour déterminer la route à prendre, le pilote IP utilise sa table de routage qui indique
pour chaque destination (hô te, réseau ou sous-réseau), la route (interface ou passerelle)
à prendre : routage de proche en proche.
Un équipement (hô te ou routeur) aura plusieurs possibilités pour construire sa table de
routage : manuellement automatiquement par échange de routes avec ses voisins ou par
connaissance directe.

AA

13
17 avril 2018
INITIATION AU ROUTAGE & PROTOCOLES

AA

AA

14
17 avril 2018
INITIATION AU ROUTAGE & PROTOCOLES

AA

AA

15
17 avril 2018
INITIATION AU ROUTAGE & PROTOCOLES

AA

AA

16
17 avril 2018
INITIATION AU ROUTAGE & PROTOCOLES

AA

AA
IMPLEMENTATION DE SYSTEMES D’ADRESSAGE DE BASE
Lorsque vous concevez un nouveau réseau ou mappez un réseau existant, fournissez des
explications écrites sur le réseau. La documentation doit au minimum comprendre un schéma de
topologie présentant la connectivité physique et une table d’adressage listant toutes les
informations suivantes :
 Noms des périphériques
 Interfaces utilisées
 Adresses IP et masques de sous-réseau
 Adresses des passerelles par défaut des périphériques finaux, tels que les PC

Remplissage d’une table d’adresses

17
17 avril 2018
INITIATION AU ROUTAGE & PROTOCOLES

La figure illustre la topologie d’un réseau, avec les périphériques interconnectés et configurés
avec des adresses IP. En dessous du schéma de topologie se trouve une table utilisée pour
fournir des informations sur le réseau. La table contient en partie les données concernant le
réseau (périphériques, adresses IP, masques de sous-réseau et interfaces).
Le routeur R1 et l’hô te PC1 sont déjà documentés. Complétez la table et les espaces vides sur le
schéma en faisant glisser vers les bons emplacements le pool d’adresses IP se trouvant sous la
table.

II-1 Routage Statique & Dynamique


On distingue : routage statique si les routes sont fixées manuellement par l'administrateur réseau
routage dynamique si les tables de routages sont automatiquement mises à jour pour tenir compte
d'une modification du réseau global (panne de routeur, nouvelle route, ...)

Routage direct
Délivrance d'un paquet à un hô te qui appartient au même réseau physique
La commande ifconfig permet la configuration du routage direct en associant une
adresse IP à une carte réseau.

Routage indirect
Délivrance d'un paquet à un hô te qui appartient à un réseau physique différent. La commande
route permet la configuration du routage indirect en permettant l'ajout et la suppression de
route vers un hô te, un réseau ou une route par défaut.
Remarque
Les tables de routage doivent être configurées sur l'ensemble des équipements (hô tes et
routeurs).
Cas des hôtes:

18
17 avril 2018
INITIATION AU ROUTAGE & PROTOCOLES

Les tables de routages des postes se limitent souvent à une route par défaut : vers le routeur
(gateway, donc souvent passerelle en français) qui permettra de sortir du réseau physique.
Cas des routeurs:
Les tables de routages sont donc configurées principalement au niveau des routeurs :
manuellement (routage statique) ou automatiquement acquises par dialogue entre routeurs
(routage dynamique).
Le routage consiste à déterminer la route qu'un paquet doit prendre pour atteindre une
destination en fonction de l'adresse IP de destination et des routes contenues dans la table de
routage. L'équipement recherche le réseau de destination à partir de l'adresse IP de destination.
On rappelle que l'adresse réseau s'obtient en effectuant un ET binaire entre l'adresse IP et un
masque de réseau (netmask).
On distingue :
Classfull :
basé sur les classes réseaux Le principe du routage présenté précédemment est connu sous le
nom de classfull.
En résumé : interface Trouvée délivrer le paquet par routage direct

1.1- Routage Statique


Délivrance d'un paquet à un hôte qui appartient à un réseau physique différent La commande route
permet la configuration du routage indirect en permettant l'ajout et la suppression de route vers un
hôte, un réseau ou une route par défaut.

Les réseaux distants sont ajoutés à la table de routage grâ ce à la configuration de routes
statiques ou à l’activation d’un protocole de routage dynamique. Lorsque l’IOS doit
atteindre un réseau distant et qu’il est informé de l’interface à utiliser, il ajoute cette
route à la table de routage tant que l’interface de sortie est activée.
Une route statique inclut l’adresse réseau et le masque de sous-réseau du réseau distant,
ainsi que l’adresse IP du routeur du tronçon suivant ou de l’interface de sortie. Les
routes statiques sont indiquées par le code S dans la table de routage, comme illustré
dans la figure. Elles sont abordées en détail au chapitre suivant.
Quand utiliser les routes statiques ?
Les routes statiques doivent être utilisées dans les cas suivants :
Un réseau ne comporte que quelques routeurs. Dans ce cas, l’utilisation d’un protocole
de routage dynamique ne présente aucun bénéfice substantiel. Par contre, le routage
dynamique peut accroître la charge administrative.
Un réseau est connecté à Internet via un seul FAI. Il n’est pas nécessaire d’utiliser un
protocole de routage dynamique sur cette liaison car le FAI représente le seul point de
sortie vers Internet.

19
17 avril 2018
INITIATION AU ROUTAGE & PROTOCOLES

Un grand réseau est configuré dans une topologie Hub and Spoke. Une topologie Hub
and Spoke est constituée d’un emplacement central (le concentrateur ou « Hub ») et de
multiples terminaisons (les rayons ou « spokes »), chaque rayon ayant une seule
connexion au concentrateur. L’utilisation du routage dynamique serait inutile car
chaque terminaison n’est reliée à une destination donnée que par un chemin unique, qui
passe par l’emplacement central.
Généralement, la plupart des tables de routage contiennent une combinaison de routes
statiques et de routes dynamiques. Toutefois, comme indiqué précédemment, la table de
routage doit d’abord contenir les réseaux directement connectés utilisés pour accéder
aux réseaux distants, avant de pouvoir utiliser tout routage statique ou dynamique.

1.2- Routage dynamique


Les réseaux distants peuvent également être ajoutés à la table de routage à l’aide d’un
protocole de routage dynamique. Dans la figure, R1 a reçu automatiquement les
informations nécessaires concernant le réseau 192.168.4.0/24 en provenance de R2, via
le protocole de routage dynamique RIP (Routing Information Protocol). Le protocole RIP
a été l’un des premiers protocoles de routage IP et est abordé en détail dans de
prochains chapitres.
Remarque : dans la figure, la table de routage de R1 montre que celui-ci dispose des
informations nécessaires concernant deux réseaux distants : une route qui a utilisé le
protocole RIP dynamiquement et une route statique configurée manuellement. Cet
exemple illustre comment les tables de routage peuvent contenir des routes apprises
dynamiquement et des routes configurées de manière statique ; il ne représente pas
forcément la meilleure configuration pour ce réseau.
Les protocoles de routage dynamique sont utilisés par les routeurs pour partager des
informations sur l’accessibilité et l’état des réseaux distants. Les protocoles de routage
dynamique effectuent plusieurs tâ ches, notamment :
- la détection de réseaux ;
- la mise à jour des tables de routage.
Détection automatique de réseaux
La détection de réseaux est la capacité d’un protocole de routage à partager des
informations concernant les réseaux qu’il connaît avec d’autres routeurs utilisant le
même protocole de routage. Au lieu de configurer des routes statiques vers des réseaux
distants sur chaque routeur, un protocole de routage dynamique permet aux routeurs de
recevoir automatiquement, par le biais d’autres routeurs, les informations nécessaires
concernant ces réseaux. Ces réseaux (et le meilleur chemin d’accès à chacun d’eux) sont
ajoutés dans la table de routage du routeur et désignés comme acquis par un protocole
de routage dynamique spécifique.
Mise à jour des tables de routage

20
17 avril 2018
INITIATION AU ROUTAGE & PROTOCOLES

Après la découverte initiale du réseau, les protocoles de routage dynamique mettent à


jour et gèrent les réseaux dans leurs tables de routage. Les protocoles de routage
dynamique ne déterminent pas seulement le meilleur chemin pour rejoindre tel ou tel
réseau, ils déterminent également un nouveau meilleur chemin si le chemin initial
devient inutilisable (ou si la topologie change). C’est pour cette raison que les protocoles
de routage dynamique sont plus avantageux que les routes statiques. Les routeurs
utilisant des protocoles de routage dynamique partagent automatiquement des
informations de routage avec d’autres routeurs et prennent en compte toute
modification de la topologie, sans nécessiter l’intervention de l’administrateur réseau.

DIALOGUE RELATIF AU TRANSFERT D’UN PAQUET D’INFORMATION

21
17 avril 2018
INITIATION AU ROUTAGE & PROTOCOLES

22
17 avril 2018
INITIATION AU ROUTAGE & PROTOCOLES

23
17 avril 2018
INITIATION AU ROUTAGE & PROTOCOLES

10

11

24
17 avril 2018
INITIATION AU ROUTAGE & PROTOCOLES

12

13

25
17 avril 2018
INITIATION AU ROUTAGE & PROTOCOLES

14

15
16

26
17 avril 2018
INITIATION AU ROUTAGE & PROTOCOLES

Délivrance d'un paquet à un hôte qui appartient au même réseau physique La comm

27
17 avril 2018