Vous êtes sur la page 1sur 9

UNIVERSITE DE Dr MOUALY TAHAR, SAIDA, FACULTE DE TECHNOLOGIE,

DEPARTEMENT ELECTROTECHNIQUE, MASTER 1 : RE,


19 avril 2020 au 25 avril 2020 MODULE: MORE, Chapitre 3 (partie 3)

Calcul de l’écoulement de puissance


(Suite-partie 3)

3.5.2 Méthode de Newton-Raphson :

Cette méthode nécessite plus de temps par itération que celle de Gauss-Seidel, alors
qu'elle ne demande que quelques itérations même pour les grands réseaux. Par conséquent,
cette méthode permet de réduire fortement le temps d’exécution du calcul de l’écoulement de
puissant surtout pour les grands réseaux. Par contre, elle nécessite une très grande mémoire de
stockage.

Pour plus de compréhension, je redonne une autre fois un rappel de calcul de la


matrice d’admittance, Formulation des équations de tension, Formulation des équations
d’écoulement de puissance , Formulation de l’équation des pertes en puissance active et
Formulation de l’équation des pertes en puissance réactive.

3.5.2.1 Rappel de calcul de la matrice d’admittance :


Cette matrice est obtenue en utilisant les équations de courant obtenues dans les nœuds
constituant le circuit du réseau comme suit :

Figure (3.3) : Exemple d’un réseau bouclé

En appliquant le théorème de Kirchhoff dans les quatre jeux de barre, on obtient les équations
suivantes :

𝑰₁ = 𝒀₁₀𝑽₁ + 𝒀₁₂(𝑽₁ − 𝑽₂) + 𝒀₁₃(𝑽₁ − 𝑽₃) (3.54)

32 Mme KENNICHE FATIHA


UNIVERSITE DE Dr MOUALY TAHAR, SAIDA, FACULTE DE TECHNOLOGIE,
DEPARTEMENT ELECTROTECHNIQUE, MASTER 1 : RE,
19 avril 2020 au 25 avril 2020 MODULE: MORE, Chapitre 3 (partie 3)

𝑰₂ = 𝒀₂₀𝑽₂ + 𝒀₁₂(𝑽₂ − 𝑽₁) + 𝒀₂₃(𝑽₂ − 𝑽₃) (3.55)

𝟎 = 𝒀₂₃(𝑽₃ − 𝑽₂) + 𝒀₁₂(𝑽₃ − 𝑽₁) + 𝒀₂₃(𝑽₃ − 𝑽₄) (3.56)

𝟎 = 𝒀₃₄(𝑽₄ − 𝑽₃) (3.57)

En réarrangeant les équations précédentes, on obtient :

𝑰₁ = (𝒀₁₀ + 𝒀₁₂ + 𝒀₁₃)𝑽₁ + 𝒀₁₂𝑽₂ − 𝒀₁₃𝑽₃ (3.58)

𝑰₂ = −𝒀₁₂𝑽₁ + (𝒀₂₀ + 𝒀₁₂ + 𝒀₂₃)𝑽₂ − 𝒀₂₃𝑽₃ (3.59)

𝟎 = −𝒀₁₃𝑽₃ − 𝒀₂₃𝑽₂ + (𝒀₁₃ + 𝒀₂₃ + 𝒀₃₄)𝑽₃ − 𝒀₃₄𝑽₄ (3.60)

𝟎 = −𝒀₃₄𝑽₃ + 𝒀₃₄𝑽₄ (3.61)

Ainsi on obtient les éléments de la matrice admittance :

𝒀₁₁ = (𝒚₁₀ + 𝒚₁₂ + 𝒚₁₃) (3.62)

𝒀₂₂ = (𝒚₂₀ + 𝒚₁₂ + 𝒚₂₃) (3.63)

𝒀₃₃ = (𝒚₁₃ + 𝒚₂₃ + 𝒚₃₄) (3.64)

𝒀₄₄ = 𝒚₃₄ (3.65)

𝒀₁₂ = 𝒀₂₁ = −𝒚₁₂ (3.66)

𝒀₁₃ = 𝒀₃₁ = −𝒚₁₃ (3.67)

𝒀₂₃ = 𝒀₃₂ = −𝒚₂₃ (3.68)

𝒀₃₄ = 𝒀₄₃ = −𝒚₃₄ (3.69)

Les équations finales sont :

𝑰₁ = 𝒀₁₁𝑽₁ + 𝒀₁₂𝑽₂ + 𝒀₁₃𝑽₃ + 𝒀₁₄𝑽₄ (3.70)

𝑰𝟐 = 𝒀𝟐𝟏 𝑽𝟏 + 𝒀𝟐𝟐 𝑽𝟐 + 𝒀𝟐𝟑 𝑽𝟑 + 𝒀𝟐𝟒 𝑽𝟒 (3.71)

𝑰₃ = 𝒀₃₁𝑽₁ + 𝒀₃₂𝑽₂ + 𝒀₃₃𝑽₃ + 𝒀₃₄𝑽₄ (3.72)

𝑰₄ = 𝒀₄₁𝑽₁ + 𝒀₄₂𝑽₂ + 𝒀₄₃𝑽₃ + 𝒀₄₄𝑽₄ (3.73)

33 Mme KENNICHE FATIHA


UNIVERSITE DE Dr MOUALY TAHAR, SAIDA, FACULTE DE TECHNOLOGIE,
DEPARTEMENT ELECTROTECHNIQUE, MASTER 1 : RE,
19 avril 2020 au 25 avril 2020 MODULE: MORE, Chapitre 3 (partie 3)

Sous forme matricielle :

𝑰₁ 𝒀₁₁ 𝒀₁₂ 𝒀₁₃ 𝒀₁₄ 𝑽₁


𝑰₂ 𝒀₂₁ 𝒀₂₂ 𝒀₂₃ 𝒀₂₄ 𝑽₂
[ ]=[ ][ ] (3.74)
𝑰₃ 𝒀₃₁ 𝒀₃₂ 𝒀₃₃ 𝒀₃₄ 𝑽₃
𝑰₄ 𝒀₄₁ 𝒀₄₂ 𝒀₄₃ 𝒀₄₄ 𝑽₄

En général, on peut écrire :

𝑰𝒃𝒖𝒔 = 𝒀𝒃𝒖𝒔𝑽𝒃𝒖𝒔 (3.75)

Ibus : Vecteur des courants injectés.

Vbus : Vecteur des tensions.


Ybus : Matrice admittance.
A . Formulation des équations de tension :
D’après l’équation :

𝒏
𝑰𝒊 = 𝒀𝒊𝒊𝑽𝒊 + ∑𝒎=𝟏
𝒎≠𝟏
𝒀𝒊𝒎𝑽𝒎 (3.76)

Et on a aussi :

𝑷𝒊 − 𝒋𝑸𝒊 = 𝑽𝒊‫𝒊𝑰٭‬ (3.77)

𝑷𝒊−𝑸𝒊
𝑰𝒊 = 𝑽𝒊‫٭‬
(3.78)

En remplaçant l’équation (3.76) dans (3.78) on obtient :

𝒏
𝑷𝒊−𝒋𝑸𝒊
𝑽𝒊‫٭‬
= 𝒀𝒊𝒊𝑽𝒊 + ∑𝒎=𝟏
𝒎≠𝟏
𝒀𝒊𝒎𝑽𝒎 (3.79)

Alors :

𝒏
𝑷𝒊−𝒋𝑸𝒊
𝒀𝒊𝒊𝑽𝒊 = − ∑𝒎=𝟏
𝒎≠𝒊
𝒀𝒊𝒎𝑽𝒎 (3.80)
𝑽𝒊‫٭‬

Et finalement l’équation (3.80) s’écrira :

𝒏
𝟏 𝑷𝒊−𝒋𝑸𝒊
𝑽𝒊 = 𝒀𝒊𝒊 [ − ∑𝒎=𝟏
𝒎≠𝟏
𝒀𝒊𝒎𝑽𝒎] (3.81)
𝑽𝒊‫٭‬

34 Mme KENNICHE FATIHA


UNIVERSITE DE Dr MOUALY TAHAR, SAIDA, FACULTE DE TECHNOLOGIE,
DEPARTEMENT ELECTROTECHNIQUE, MASTER 1 : RE,
19 avril 2020 au 25 avril 2020 MODULE: MORE, Chapitre 3 (partie 3)

B. Formulation des équations d’écoulement de puissance :

Avec les mêmes étapes qu’avec les équations de tensions, on parvient aux équations
des puissances actives et réactives comme suit :

𝒏
𝑷𝒊−𝒋𝑸𝒊
= 𝒀𝒊𝒊𝑽𝒊 + ∑𝒎=𝟏
𝒎≠𝟏
𝒀𝒊𝒎𝑽𝒎 (3.82)
𝑽𝒊‫٭‬

𝒏
𝑷𝒊 − 𝒋𝑸𝒊 = 𝑽𝒊‫ 𝒊𝑽𝒊𝒊𝒀[ ٭‬+ ∑𝒎=𝟏
𝒎≠𝟏
𝒀𝒊𝒎𝑽𝒎] (3.83)

Où :

𝒀𝒊𝒊 = |𝒀𝒊𝒊|└𝜽𝒊𝒊 , 𝒀𝒊𝒎 = |𝒀𝒊𝒎|└𝜽𝒊𝒎 (3.84)

𝑽𝒊‫ └|𝒊𝑽| = ٭‬− 𝜹𝒊 , 𝑽𝒎 = |𝑽𝒎|└𝜹𝒎 (3.85)

𝑽𝒊 = |𝑽𝒊|└𝜹𝒊 (3.86)

Et donc on aura :

𝒏
𝒎=𝟏
𝑷𝒊 − 𝒋𝑸𝒊 = |𝑽𝒊|²|𝒀𝒊𝒊|└𝜽𝒊𝒊+ ∑𝒎≠𝟏|𝒀𝒊𝒎||𝑽𝒊||𝑽𝒎| └𝜽𝒊𝒎 + 𝜹𝒎 − 𝜹𝒊 (3.87)

Et finalement :

Pi = ∑𝒏𝒎=𝟏|𝑽𝒊||𝑽𝒎||𝒀𝒊𝒎| 𝒄𝒐𝒔(𝜽𝒊𝒎 − 𝜹𝒊 + 𝜹𝒎) (3.88)

Qi = - ∑𝒏𝒎=𝟏|𝑽𝒊||𝑽𝒎||𝒀𝒊𝒎| 𝒔𝒊𝒏(𝜽𝒊𝒎 − 𝜹𝒊 + 𝜹𝒎) (3.89)

C. Formulation de l’équation des pertes en puissance active :

On a : PLOSS(im) = 𝑷𝒊𝒎 + 𝑷𝒎𝒊 (3.90)

Où :

Pmi = −|𝑽𝒎|²|𝒀𝒊𝒎| 𝒄𝒐𝒔 𝜽𝒊𝒎 + |𝑽𝒊||𝑽𝒎||𝒀𝒊𝒎| 𝒄𝒐𝒔(𝜽𝒊𝒎 − 𝜹𝒎 + 𝜹𝒊) (3.91)

Pim = −|𝑽𝒊|²|𝒀𝒊𝒎| 𝒄𝒐𝒔 𝜽𝒊𝒎 + |𝑽𝒊||𝑽𝒎||𝒀𝒊𝒎| 𝒄𝒐𝒔(𝜽𝒊𝒎 − 𝜹𝒊 + 𝜹𝒎) (3.92)

35 Mme KENNICHE FATIHA


UNIVERSITE DE Dr MOUALY TAHAR, SAIDA, FACULTE DE TECHNOLOGIE,
DEPARTEMENT ELECTROTECHNIQUE, MASTER 1 : RE,
19 avril 2020 au 25 avril 2020 MODULE: MORE, Chapitre 3 (partie 3)

Donc on aura :

PLOSS(im) = [𝟐|𝑽𝒊||𝒀𝒎| 𝐜𝐨𝐬(𝜹𝒊 − 𝜹𝒎) − |𝑽𝒊|² − |𝑽𝒎|²]|𝒀𝒊𝒎| 𝐜𝐨𝐬 𝜽𝒊𝒎 (3.93)

On a aussi :

Yim = 𝑮𝒊𝒎 + 𝒋𝑩𝒊𝒎 (3.94)

Gim = |𝒀𝒊𝒎| 𝒄𝒐𝒔 𝜽𝒊𝒎 (3.95)

Bim = |𝒀𝒊𝒎| 𝒔𝒊𝒏 𝜽𝒊𝒎 (3.96)

D’où :

PLOSS(im) = 𝑮𝒊𝒎[𝟐|𝑽𝒊||𝒀𝒎| 𝐜𝐨𝐬(𝜹𝒊 − 𝜹𝒎) − |𝑽𝒊|² − |𝑽𝒎|²] (3.97)

D. Formulation de l’équation des pertes en puissance réactive :

On a l’équation (3.98) :

QLOSS(im) = 𝑸𝒊𝒎 + 𝑸𝒎𝒊 (3.98)

Où :

Qim = |𝑽𝒊|²|𝒀𝒊𝒎| 𝒔𝒊𝒏 𝜽𝒊𝒎 − |𝑽𝒊||𝑽𝒎||𝒀𝒊𝒎| 𝒔𝒊𝒏(𝜽𝒊𝒎 − 𝜹𝒎 + 𝜹𝒊) − |𝑽𝒎|²|𝒀⁰𝒎𝒊|


iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii (3.99)

Qim = |𝑽𝒊|²|𝒀𝒊𝒎| 𝒔𝒊𝒏 𝜽𝒊𝒎 − |𝑽𝒊||𝑽𝒎||𝒀𝒊𝒎| 𝒔𝒊𝒏(𝜽𝒊𝒎 − 𝜹𝒊 + 𝜹𝒎) − |𝑽𝒊|²|𝒀⁰𝒊𝒎|


iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii (3.100)

QLOSS(im)= (|𝐕𝐢|𝟐 + |𝐕|𝟐 )𝐁𝐢𝐦 − (|𝐕𝐢|𝟐 |𝐘⁰𝐢𝐦| + |𝐕𝐦|𝟐 |𝐘⁰𝐦𝐢|) −


|𝐕𝐢||𝐕𝐦||𝐘𝐢𝐦|[𝐬𝐢𝐧(𝛉𝐢𝐦 − 𝛅𝐢 + 𝛅𝐦) + 𝐬𝐢𝐧(𝛉𝐢𝐦 − 𝛅𝐦 + 𝛅𝐢)]
(3.101)

36 Mme KENNICHE FATIHA


UNIVERSITE DE Dr MOUALY TAHAR, SAIDA, FACULTE DE TECHNOLOGIE,
DEPARTEMENT ELECTROTECHNIQUE, MASTER 1 : RE,
19 avril 2020 au 25 avril 2020 MODULE: MORE, Chapitre 3 (partie 3)

3.5.2.2 Représentation géométrique de la méthode de N-R :

Elle est basée sur la détermination de la tangente à la courbe f(x) en chaque point
(𝑥 (𝑘) , 𝑓(𝑥 (𝑘) )). L'intersection de cette tangente avec l'axe des x fournit le point étant une
approximation de l'erreur commise sur x à l'itération (k).

Figure (3.4) : Représentation géométrique de la méthode de N-R

Les expressions des puissances actives et réactives de chaque nœud i du réseau peuvent se
mettre sous la forme ci-dessous :

Pi = ∑𝒏𝒎=𝟏|𝑽𝒊||𝑽𝒎||𝒀𝒊𝒎| 𝒄𝒐𝒔(𝜹𝒎 − 𝜹𝒊 + 𝜽𝒊𝒎) (3.102)

Qi = − ∑𝒏𝒎=𝟏|𝑽𝒊||𝑽𝒎||𝒀𝒊𝒎| 𝒔𝒊𝒏(𝜹𝒎 − 𝜹𝒊 + 𝜽𝒊𝒎) , avec : 𝒊 = 𝟏, 𝟐, … , 𝒏 (3.103)

i = 1: Représente le nœud de référence.

n : Nombre de nœuds.

i : Numéro du nœud.

Après développement de Pi et Qi en série de TAYLOR autour de la première approximation :

𝝏𝑷𝒊 𝝏𝑷𝒊 𝝏𝑷𝒊 𝝏𝑷𝒊


Pi = 𝑷𝒊(𝟎) + (𝝏𝜹₂ ) ⁰∆𝜹₂(𝟎) + ⋯ + (𝝏𝜹𝒏) ⁰∆𝜹𝒏(𝟎) + (𝜹|𝑽₂|) ⁰∆|𝑽₂|(𝟎) + (𝜹|𝑽𝒏|) ⁰∆|𝑽₂|(𝟎)

iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii (3.104)

𝝏𝑸𝒊 𝝏𝑸𝒊 𝝏𝑸𝒊 𝝏𝑸𝒊


Qi = 𝑸𝒊(𝟎) + ( 𝝏𝜹₂ ) ⁰∆𝜹₂(𝟎) + ⋯ + (𝝏𝜹𝒏) ⁰∆𝜹𝒏(𝟎) + (𝜹|𝑽₂|) ⁰∆|𝑽₂|(𝟎) + (𝜹|𝑽𝒏|) ⁰∆|𝑽₂|(𝟎)

iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii (3.105)

37 Mme KENNICHE FATIHA


UNIVERSITE DE Dr MOUALY TAHAR, SAIDA, FACULTE DE TECHNOLOGIE,
DEPARTEMENT ELECTROTECHNIQUE, MASTER 1 : RE,
19 avril 2020 au 25 avril 2020 MODULE: MORE, Chapitre 3 (partie 3)

∆𝑃
A partir de la relation de [ ] avec :
∆𝑄

∆𝑷(𝟎) i = 𝑷𝒊 − 𝑷𝒊(𝟎) (3.106)

∆𝑸(𝟎) i = 𝑸𝒊 − 𝑸𝒊(𝟎) (3.107)

Les systèmes d’équation donnent :

∆𝑷₂ (𝟎) ∆𝑷₂ (𝟎) (𝟎) (𝟎) (𝟎)


∆𝑷₂(𝟎) (𝝏𝜹₂ ) ⋯ (𝝏𝜹𝒏)
∆𝑷₂
(𝝏|𝑽₂|) ⋯
∆𝑷₂
(𝝏|𝑽𝒏|) ∆𝜹𝟐
. .
. ⋮ ⋱ ⋮ ⋮ ⋱ ⋮
.
∆𝑷𝒏 (𝟎) ∆𝑷𝒏 (𝟎) ∆𝑷𝒏 (𝟎) ∆𝑷𝒏 (𝟎)
. ( 𝝏𝜹₂ ) ⋯ (𝝏𝜹𝒏 ) (𝝏|𝑽₂|) ⋯ (𝝏|𝑽𝒏|) .
∆𝑷𝒏(𝟎) = ( ) ( ) ∆𝜹𝒏(𝟎) (3.108)
∆𝑸₂(𝟎) ∆𝑸₂ (𝟎) ∆𝑸₂ (𝟎) ∆𝑸₂ (𝟎) ∆𝑸₂ (𝟎)
∆𝑽₂(𝟎)
. ( 𝝏𝜹₂ ) ⋯ (𝝏𝜹𝒏) (𝝏|𝑽₂|) ⋯ (𝝏|𝑽𝒏|) .
. ⋮ ⋱ ⋮ ⋮ ⋱ ⋮ .
. ∆𝑸𝒏 (𝟎) ∆𝑸𝒏 (𝟎) ∆𝑸𝒏 (𝟎) ∆𝑸𝒏 (𝟎) .
[∆𝑸𝒏(𝟎) ] ( 𝝏𝜹₂ ) ⋯ ( 𝝏𝜹𝒏 ) ( ) ⋯ (𝝏|𝑽𝒏|) [ (𝟎) ]
[( ) ( 𝝏|𝑽₂| ) ] ∆𝑽𝒏

Donc on peut écrire le système comme suit :

∆𝑷(𝟎) (𝟎) ∆𝜹(𝟎)


[ (𝟎) ] = [𝑱 ] [ ] (3.109)
∆𝑸 ∆|𝑽|(𝟎)

∆𝜹(𝟎) (𝟎) −𝟏 ∆𝑷
(𝟎)
[ ] = [𝑱 ] [ ] (3.110)
∆|𝑽|(𝟎) ∆𝑸(𝟎)

On rappelle que :

∆𝜹(𝒌) = 𝜹𝒊(𝒌+𝟏) − 𝜹𝒊(𝒌) (3.111)

∆|𝑽𝒊|(𝒌) = |𝑽𝒊|(𝒌+𝟏) − |𝑽𝒊|(𝒌) (3.112)

L’adaptation (3.110) avec (3.112) donne :

𝜹𝒊(𝒌+𝟏) 𝜹(𝒌) ∆𝜹
[ (𝒌+𝟏) ] = [ (𝒌) ]+[ ] (3.113)
|𝑽| |𝑽| ∆|𝑽|

𝜹𝒊(𝒌+𝟏) 𝜹(𝒌) −𝟏 ∆𝑷(𝒌)


[ (𝒌+𝟏) ] = [ (𝒌) ] + [𝑱(𝒌) ] [ (𝒌) ] (3.114)
|𝑽| |𝑽| ∆𝑸

38 Mme KENNICHE FATIHA


UNIVERSITE DE Dr MOUALY TAHAR, SAIDA, FACULTE DE TECHNOLOGIE,
DEPARTEMENT ELECTROTECHNIQUE, MASTER 1 : RE,
19 avril 2020 au 25 avril 2020 MODULE: MORE, Chapitre 3 (partie 3)

En remplacent l’expression de l’équation (3.110) dans l’équation ci-dessus on aura :

∆𝑷 ∆𝜹
[ ] = [𝑱] [ ] (3.115)
∆𝑸 ∆|𝑽|
Avec :
𝑱₁ 𝑱₂
𝑱=[ ] (3.116)
𝑱₃ 𝑱₄

J₁, J₂, J₃ et J₄ sont les sous-matrices de Jacobienne.

A . Détermination des sous-matrices de Jacobienne Ji :

A partir du système (3.102) et (3.103), on peut déterminer les éléments de J.

Sous matrice J1 :

𝝏𝑷𝒊
= −|𝒀𝒊𝒎||𝑽𝒊||𝑽𝒎| 𝒔𝒊𝒏(𝜹𝒎 − 𝜹𝒊 + 𝜽𝒊𝒎), 𝒊 ≠ 𝒎 (3.117)
𝝏𝜹𝒊

𝝏𝑷𝒊
= ∑𝒏𝒎=𝟏|𝒀𝒊𝒎||𝑽𝒊||𝑽𝒎| 𝒔𝒊𝒏(𝜹𝒎 − 𝜹𝒊 + 𝜽𝒊𝒎), 𝒊 = 𝒎 (3.118)
𝝏𝜹𝒊
𝒊≠𝒎

Sous matrice J2 :

𝝏𝑷𝒊
= |𝒀𝒊𝒎||𝑽𝒎|𝒄𝒐𝒔(𝜹𝒎 − 𝜹𝒊 + 𝜽𝒊𝒎), 𝒊 ≠ 𝒎 (3.119)
𝝏|𝑽𝒊|

𝝏𝑷𝒊
= 𝟐 |𝒀𝒊𝒎||𝑽𝒎|𝒄𝒐𝒔(𝜽𝒊𝒎) + ∑𝒏𝒎=𝟏|𝒀𝒊𝒎||𝑽𝒎| 𝒄𝒐𝒔(𝜹𝒎 − 𝜹𝒊 + 𝜽𝒊𝒎) 𝒊 = 𝒎 (3.120)
𝝏|𝑽𝒊|
𝒊≠𝒎

Sous matrice J3 :

𝝏𝑸𝒊
= −|𝒀𝒊𝒎||𝑽𝒎||𝑽𝒊|𝒄𝒐𝒔(𝜹𝒎 − 𝜹𝒊 + 𝜽𝒊𝒎), 𝒊 ≠ 𝒎 (3.121)
𝝏𝜹𝒊

𝝏𝑸𝒊
= ∑𝒏𝒎=𝟏|𝒀𝒊𝒎||𝑽𝒎||𝑽𝒊| 𝒄𝒐𝒔(𝜹𝒎 − 𝜹𝒊 + 𝜽𝒊𝒎), 𝒊 = 𝒎 (3.122)
𝝏𝜹𝒊
𝒊≠𝒎

Sous matrice J4 :

𝝏𝑷𝒊
= − |𝑽𝒊𝒎||𝑽𝒎|𝒔𝒊𝒏(𝜹𝒎 − 𝜹𝒊 + 𝜽𝒊𝒎), 𝒊 ≠ 𝒎 (3.123)
𝝏|𝑽𝒊|

𝝏𝑸𝒊
= − ∑𝒏𝒎=𝟏|𝒀𝒊𝒎||𝑽𝒎| 𝒔𝒊𝒏(𝜹𝒎 − 𝜹𝒊 + 𝜽𝒊𝒎) − 𝟐|𝒀𝒊𝒎||𝑽𝒊| 𝐬𝐢𝐧(𝜽𝒊𝒎) , 𝒊 = 𝒎 (3.124)
𝝏|𝑽𝒊|
𝒊≠𝒎

39 Mme KENNICHE FATIHA


UNIVERSITE DE Dr MOUALY TAHAR, SAIDA, FACULTE DE TECHNOLOGIE,
DEPARTEMENT ELECTROTECHNIQUE, MASTER 1 : RE,
19 avril 2020 au 25 avril 2020 MODULE: MORE, Chapitre 3 (partie 3)

B. Les étapes du calcul :

1- A partir des données du système, on prend la matrice d’admittance busYbus.


2- On estime les valeurs initiales |𝑉𝑖 (0) | et 𝛿𝑖 (0) pour les nœuds de charge et 𝛿𝑖 (0) pour les
nœuds de contrôle.
3- On calcule Pi, Qi qui nous donne∆𝑃,∆𝑄.
4- Formation de la matrice Jacobéenne J.
5- On trouve l’inverse de la matrice Jacobéenne J-1.
6- On calcule :
∆𝜹 ∆𝑷
[ ] = [𝑱]−𝟏 [ ] (3.125)
∆|𝑽| ∆𝑸

On obtient :

𝜹𝒊(𝒌+𝟏) = 𝜹𝒊(𝒌) − ∆𝜹𝒊(𝒌) (3.126)

|𝑽𝒊(𝒌+𝟏) | = |𝑽𝒊(𝒌) | + |𝑽𝒊(𝒌) | (3.127)

7- Le processus se répète jusqu'à ce que la tolérance suivante se vérifie.


𝒎𝒂𝒙|∆𝑷𝒊𝒌 | ≤ 𝜺 (3.128)
𝒎𝒂𝒙|∆𝑸𝒊𝒌 | ≤ 𝜺 (3.129)
8- On prend les résultats obtenus.

40 Mme KENNICHE FATIHA

Vous aimerez peut-être aussi