Vous êtes sur la page 1sur 7

UNIVERSITE DE Dr MOUALY TAHAR, SAIDA, FACULTE DE TECHNOLOGIE,

DEPARTEMENT ELECTROTECHNIQUE, MASTER 1 : RE,


05 avril 2020 au 11 avril 2020 MODULE: MORE, Chapitre 3.1

Calcul de l’écoulement de puissance


3.1 Introduction

Le dimensionnement d’un système de compensation d’énergie réactive d’une installation


industrielle nécessite l’élaboration d’un bilan de puissance afin de déterminer les puissances
actives et réactives réellement consommées par l’installation, ce qui nous permet de déduire le
facteur de puissance de l’installation.

On est en particulier amené à évaluer l’impact des changements sur l’état du réseau existant
tel que :

- Installation de nouveaux sites de productions.


- Augmentation de la charge.
- Installation de nouvelles lignes de transport.
- Interconnexion d’un réseau avec d’autres.
- Différentes conditions de charge (périodes de pointe, périodes creuses, …etc.).

3.2 Formulation du problème

Le calcul de l’écoulement de puissance est réalisé dans le but de :

- Définition de l’état du réseau


- Calcul des flux de courant
- Calcul des pertes en ligne
-Etablir une stratégie d'adaptation et de contrôle
-Optimisation de la capacité de transit de puissance

3.2.1. Équations générales de la puissance

La puissance complexe Si = Pi + j Qi injecté au nœud i, en fonction des tensions aux nœuds


et les éléments de la matrice admittance nodale Ybus, en tenant compte de l’expression du
courant injecté Ii au nœud i, est donnée par la relation suivante:

(III.1)

L’expression de la puissance complexe conjuguée s’écrit :


(III.2)

i
j=1
j≠i n
(III.3)

1 Mme KENNICHE FATIHA


UNIVERSITE DE Dr MOUALY TAHAR, SAIDA, FACULTE DE TECHNOLOGIE,
DEPARTEMENT ELECTROTECHNIQUE, MASTER 1 : RE,
05 avril 2020 au 11 avril 2020 MODULE: MORE, Chapitre 3.1

En exprimant la tension sous sa forme polaire en module | Vi | et argument θ, l’expression de


la puissance complexe devient :

(III.4)

(III.5)

(III.6)

3.2.2 Puissances écoulées dans les lignes

Pour calculer la puissance qui s’écoule dans la branche reliant les accès i et j, le courant qui
circule entre les accès i et j a pour expression :

(III.7)

Et la puissance apparente :

(III.8)

(III.9)

(III.10)

De même la puissance apparente qui s’écoule de l’accès j vers l’accès i vaut :

(III.11)

3.2.3 Puissance écoulée dans les transformateurs régulateurs

Considérant un transformateur régulateur dont sa matrice admittance est :

2 Mme KENNICHE FATIHA


UNIVERSITE DE Dr MOUALY TAHAR, SAIDA, FACULTE DE TECHNOLOGIE,
DEPARTEMENT ELECTROTECHNIQUE, MASTER 1 : RE,
05 avril 2020 au 11 avril 2020 MODULE: MORE, Chapitre 3.1

(III.12)

Le courant qui circule entre les accès i et j est donné comme suit :

(III.13)

Et la puissance a pour valeur : Si j

(III.14)

(III.15)

D’autre part le courant qui circule de l’accès j vers l’accès i :

(III.16)

(III.17)

(III.18)

3.2.4 Calcul des pertes totales dans le réseau :

Pour un élément du réseau reliant deux accès i et j on a :

(III.19)

Tel que

: Puissance apparente perdue dans la branche (i-j) ;


: Puissance apparente qui transite de l’accès i vers l’accès j ;
: Puissance apparente qui transite de l’accès j vers l’accès i ;

3 Mme KENNICHE FATIHA


UNIVERSITE DE Dr MOUALY TAHAR, SAIDA, FACULTE DE TECHNOLOGIE,
DEPARTEMENT ELECTROTECHNIQUE, MASTER 1 : RE,
05 avril 2020 au 11 avril 2020 MODULE: MORE, Chapitre 3.1

D’où

(III.20)

(III.21)

: Puissance active perdue dans la branche (i-j)


: Puissance réactive perdue dans la branche (i-j)

La puissance totale perdue dans le réseau est égale à la somme des puissances perdues dans
toutes les branches du réseau.

(III.22)

(III.23)

(III.24)

3.2.5 Classification des accès d’un réseau électrique

Dans le réseau électrique, les jeux de barres sont caractérisés par un ensemble de
quatre variables; les puissances active et réactive P et Q, la tension V et son angle de phase.
Généralement, deux sont connues et les deux autres sont à déterminer. On généralement à
faire à trois types de nœuds :

- Nœud de charge : C’est un jeu de barres où uniquement une ou plusieurs charges sont
connectées. Dans ce jeu de barres les puissances active et réactive sont les deux
variables connues, les deux autres sont à déterminer.
- Nœud Générateur : Dans ces jeux de barres, les variables connues sont la puissance
active et l’amplitude de la tension ǀVǀ, les deux autres sont aussi à déterminer. Dans ce
nœud les limites de la puissance réactive sont spécifiées.
- Nœud Bilan : Dans le réseau, l’écoulement de puissance nous impose des pertes dans
les lignes, le bilan des puissances nous donne :

(III.25)

(III.26)

Pg, Qg : Puissances active et réactive générées.


Pc, Qc : Puissances active et réactive des charges.
Pp, Qp : Pertes de puissances active et réactive dans les lignes.

4 Mme KENNICHE FATIHA


UNIVERSITE DE Dr MOUALY TAHAR, SAIDA, FACULTE DE TECHNOLOGIE,
DEPARTEMENT ELECTROTECHNIQUE, MASTER 1 : RE,
05 avril 2020 au 11 avril 2020 MODULE: MORE, Chapitre 3.1

Le Nœud Bilan est aussi appelé nœud de référence, l’amplitude de la tension ainsi que
son angle de phase sont imposées, ce dernier est choisi généralement égal à zéro.

Tous les autres nœuds sont comparés à celui-ci pour déterminer leur angle de phase.
En plus des puissances exigées par les charges il fournit une puissance qui sera perdue dans
les lignes.

Nœud Variables spécifiés Variables à calculer

Nœud de charge P et Q Module de V et δ

Nœud générateur (Nœud à Module de V et P δ et Q


tension contrôlée)

Nœud bilan Module de V et δ P et Q

Tableau III.1 : Propriétés des nœuds

3.3 Principaux algorithmes de résolution :

Le système non linéaire des équations qui définissent le problème de la répartition des
puissances nous oblige à l’utilisation des algorithmes itératifs. A partir d’une valeur initiale
des tensions et des phases, nous actualisons itérativement ses valeurs, jusqu'à la vérification
du critère d’arrêt.

5 Mme KENNICHE FATIHA


UNIVERSITE DE Dr MOUALY TAHAR, SAIDA, FACULTE DE TECHNOLOGIE,
DEPARTEMENT ELECTROTECHNIQUE, MASTER 1 : RE,
05 avril 2020 au 11 avril 2020 MODULE: MORE, Chapitre 3.1

Le schéma général pour le calcul itératif est comme suit :

Entrées:
Lire les données, les charges et les
puissances spécifiées. Ainsi que
les tensions spécifiées pour les
noeuds de contrôle.

Former la matrice admittance,


à partir des caractéristiques du
réseau.

Initialiser les tensions et les angles


Des différents noeuds

Les nouvelles tensions et angles de


phase par calcul itérative, dans
l’ordre satisfaisant des conditions
spécifiées des charges et des
productions.

Non Conditions
spécifiées
satisfaisantes

Oui
Sorties:
Les tensions des nœuds et les angles.
Les puissances transitées.
Les puissances injectées.

Figure
Les III.1
pertes,: etc...
Schéma général du calcul itératif

6 Mme KENNICHE FATIHA


UNIVERSITE DE Dr MOUALY TAHAR, SAIDA, FACULTE DE TECHNOLOGIE,
DEPARTEMENT ELECTROTECHNIQUE, MASTER 1 : RE,
05 avril 2020 au 11 avril 2020 MODULE: MORE, Chapitre 3.1

Les algorithmes itératifs de résolutions sont généralement de trois types :

- Gauss-Seidel : Le premier à être utilisé historiquement, mais largement moins rapide en


vitesse de calcul et de convergence.

- Newton-Raphson : Convergence robuste et nombre d’itération réduit, mais très grand


pour la programmation.

- Découplé rapide FDLF (Fast Decoupled Load Flow) : c’est une variante de
l’algorithme de Newton-Raphson, avec une mauvaise caractéristique de convergence, mais
très rapide dans l’exécution du programme.

Ces trois types d’algorithmes ont en commun la formulation nodale des équations où on
peut avoir deux versions pour le même algorithme. L’un est basé sur les coordonnées polaires
et l’autre sur les coordonnées cartésiennes.

7 Mme KENNICHE FATIHA