Vous êtes sur la page 1sur 5

See discussions, stats, and author profiles for this publication at: https://www.researchgate.

net/publication/273754143

Des ressources oléagineuses variées potentiellement au service du


développement de la chimie verte

Article  in  OCL - Oilseeds and Fats, Crops and Lipids · January 2012


DOI: 10.1051/ocl.2012.0425

CITATIONS READS

5 79

3 authors, including:

Patrick Carré Alain Quinsac


French Institute for Fats and Oils Terres Inovia, France, Pessac
57 PUBLICATIONS   479 CITATIONS    72 PUBLICATIONS   609 CITATIONS   

SEE PROFILE SEE PROFILE

Some of the authors of this publication are also working on these related projects:

PhD thesis View project

Feed-a-Gene View project

All content following this page was uploaded by Patrick Carré on 29 October 2015.

The user has requested enhancement of the downloaded file.


DOSSIER LIPOCHIMIE

 agineuses varie
Des ressources ole  es potentiellement
 veloppement de la chimie verte
au service du de

Andre MERRIEN Abstract: The oleaginous plants are invaluable reservoirs with food use, but also
Patrick CARRE industrial. In the current context of environmental protection, green oilseed based
Alain QUINSAC chemistery finds a revival. Bibliographical data are rather rich in experiments of
introduction of new oleaginous cultures as sources of oil and fatty acids for that purpose.
CETIOM, This note attempts to draw up an inventory.
270 Ave de la Pomme de Pin,
45160 Ardon Key words: oleaginous plants, lubricating, vegetal based chemistery, cosmetic, biof-
<merrien@cetiom.fr> uels, plastic

Les plantes ole agineuses sont de d’acides gras particulier ont commence 
a titre d’applications plus souvent potentiel-
precieux reservoirs d’acides gras a usage percer : le colza e rucique, le colza bas les que correspondant  a des parts de
alimentaire mais aussi industriel. Face au linoleique ou colza oleique, le lin ole
agi- marche  significatives 
a ce jour.
defi de l’environnement, la chimie verte neux, le tournesol ole ique et peut être
trouve aujourd’hui un echo particulier et demain le tournesol ste arique. La compo-
les cultures ole agineuses representent sition en acides gras de leurs huiles offre Freins et leviers pour leur
des candidates potentielles pour de des de bouches multiples : biocarbu-  veloppement
de
nombreuses applications. L’oleochimie rants, lubrifiants, detergents, plastiques,
Parmi les cultures dediees a ce jour a la
verte (hors saponification et biodiesel) peintures, produits cosm etiques et phar-
repre sente deja 7 % du marche  global maceutiques (Evrard, 1993). chimie verte, le tournesol oleique est sans
ge tales au niveau mondial. nul doute la plus avance e mais aussi la
des huiles ve Il y a quelques anne es, le CETIOM a
res renouvelable, non mieux adapte e a nos syst
emes de pro-
Leurs caracte alise
re  de nombreux travaux sur le
toxique et de gradable en font des duction. Elle couvre aujourd’hui environ
potentiel de ces « cultures nouvelles » 50 % de la sole de tournesol en France
productions inte ressantes. D’autant (CETIOM, 1994) ; citons par exemple, le
qu’au-dela de quelques grandes espe ces (soit environ 350 000 ha) et son usage
ricin, la cameline, l’onagre, la bourrache, est principalement de die
a l’alimentaire,
bien connues, de nombreuses autres le carthame. A  ce jour, peu d’entre elles
cultures peuvent trouver un inte rêt, pour avec une petite part aux biocarburants.
ont re ellement trouve  des applications La faible insaturation de l’acide ole ique
peu que leur domestication puisse pro- significatives. Le contexte actuel d’une confere  a l’huile des proprie te
s de
gresser. Beaucoup d’entre elles ne sont agriculture durable et respectueuse  et de stabilite
fluidite  inte ressantes
cependant pas directement adaptees a de l’environnement et de nouveaux
nos climats et necessitent encore des pour le d eveloppement des lubrifiants
marche s genere
s par la chimie verte (Mendoza et al., 2011). Les filieres 
a tres
efforts d’ame lioration (teneur en huile, me rite de revoir la question. hautes teneurs en acide ole ique
rendement, maı̂trise technique) pour les
rendre compe titives. (> 90 %) alimentent aujourd’hui le
 de la cosme tique, des lessives
Outre-atlantique, des travaux de recher-
 de cultures
Une diversite marche
et de la plasturgie.
che sont menes sur plusieurs espe ces, pour des applications
sente un profil spe
dont l’huile pre cifique diverses  te
Des varie s de tournesol ste
arique sont
en acides gras : jojoba, crambe d’Abys- aujourd’hui en pe pinie
re chez les
sinie, lesquerella, vernonia, cuphea, lim- Les tableaux 1 et 2 synthe tisent les lectionneurs. Le profil d’acides gras
se
nanthes. donnees disponibles tant au niveau de la de ces huiles offre des teneurs en C18:0
richesse en huile des graines que de la proche de 20 %. Il pourrait alors
doi: 10.1684/ocl.2012.0425

En Europe, et a cette fin d’usage de


die a la composition de cette huile en acides gras constituer une alternative aux huiles
chimie verte, plusieurs ole agineux a profil rêt. Les usages sont mentionne
d’inte s 
a de palme en matie re de cosme tique.

Pour citer cet article : Merrien A, Carre P, Quinsac A. Des ressources oleagineuses varie
es potentiellement au service du developpement de la
chimie verte. OCL 2012 ; 19(1) : 6-9. doi : 10.1684/ocl.2012.0425

6 OCL VOL. 19 N8 1 janvier-février 2012

Article disponible sur le site http://www.ocl-journal.org ou http://dx.doi.org/10.1051/ocl.2012.0425


Tableau 1. Acides gras d’interêt et usages pour quelques cultures oleagineuses cultive es (Adapte d’apres Van Soest, 1993).

Plante Teneur en huile Richesse en acides Usage


(%)  rêt
gras d’inte
Arachide 34 % C18:1 (57 %) Peintures
Colza 40-44 % C18:1 (60 %) Biocarburant, peinture, lubrifiant, agent
re
anti-poussie
rucique
Colza e 42-44 % C22:1 (45 %) tergents, savons, nylon e
Lubrifiants, de rucamide
thylene, peintures. . .), cosme
(polye tiques
agineux
Lin ole 36-40 % C18:3 (58 %) Savons, peintures, linoleum, antirouille, mastic,
tergents
de
Palme 20-24 % C16:0 (40 %) Lipochimie (stearine), travail des me
taux (laminage)
Olive 18-22 % C 18:1 (71 %) ine), pharmacie, cosme
Lipochimie (ole tiques, savons
de toilettes
Ricin 50 % C18:1 OH (90 %) Peintures, cosme tiques, re
sines, anticorrosion,
mulsifiant, agent de surface, liquide hydraulique,
e
lubrifiants de syntheses, polyure
thanes, PVC, nylon
11 ou Rislan B
Soja 18-19 % C18:2 (55 %) Biocarburant, peintures, encres,
moulage, agent anti-poussiere,
lubrifiants, agent de de
phytosanitaire
Tournesol 40–65 % C18:2 (65 %) Biocarburant, peinture
ique
Tournesol ole C18:1 (85 %) Biocarburant, peinture
Tournesol st
earique C18:0 (10-20 %) tique
Cosme

Toutefois, les teneurs en huile et la Le lin oleagineux couvre 10 000 ha en productivite sont au moins e quivalents
productivite de ce mate riel restent France. L’utilisation de la graine entiere  ceux du colza de printemps et la
a
encore a ame liorer pour une compe ti- en alimentation animale est sans nul conduite est plus facile et moins exi-
 accrue.
tivite doute le de bouche  essentiel pour cette geante en intrants. C’est plus une
production. Son de veloppement est organisation de marche  et des de
bouches
Le colza erucique vient en seconde
important au Canada (38 % de la pro- qui font d efaut a cette production en
position. Il est aujourd’hui cultive  en
duction mondiale) et en Chine (18 %). France. Elle pourrait retrouver prochaine-
France sur 15 000 ha, principalement rêt pour son huile utile en
Les usages industriels concernent princi- ment un inte
dans des bassins de production de dies
palement la plasturgie (linole um), les cosmetique mais aussi comme source de
(pour e viter les repousses ou les croise-
tergents et les peintures. Un regain
de biocarburant pour moteurs d’avion.
ments avec le colza conventionnel). rêt est note
 aujourd’hui pour cette
d’inte
Ses usages concernent principalement Le ricin a pour sa part fait l’objet de
production en France. Les freins essentiels
l’industrie des matie res plastiques tentatives d’introduction en France dans
en sont la compe titivite
 au regard des
rucamides), les de
(e tergents et des lubri- les annees 1990 face a une demande du
autres productions.
fiants. Les variete
s actuelles, combinees a marche  pour les plastiques. L’acide rici-
des bonus attractifs, en font une culture Le chanvre retrouve quant  a lui un noleique rentre dans la plasturgie (Rilsan),
compe titive. La teneur en C22:1 de l’huile interêt en France, principalement pour les lubrifiants, les peintures et vernis
plafonne toutefois a 55 % (biologique- la valorisation de sa fibre. Toutefois, la (Bonjean, 1991 ; Estragnat, 1992 ;
ment limite  a 66 % par la fixation possible production de graines (che nevis) donne CETIOM, 1992). Aujourd’hui, le marche 
uniquement en 2 positions sur 3 du une huile riche en acide linole ique est exclusivement alimente  par des
glycerol). (C18:2) et en alphalinole nique (C18:3). importations (Inde, Chine, Br esil. . .).
Le colza ole ique (qui correspond aussi a Les applications sont principalement Le crambe d’Abyssinie, comme le ricin, a
du colza bas linole ique) est surtout utilise
 alimentaires, mais aussi cosme tiques.  te
e  l’objet d’e
tudes au CETIOM dans les
aujourd’hui pour l’alimentation en raison La cameline est une culture dont l’interêt ann ees 1990 (Bureau, 1995, Merrien,
des capacite s de chauffage accrues pour a la fois agronomique et industriel est 1995, Merrien, 2011). La culture est
l’huile (resistance a l’oxydation et absence demontre  (Bonjean, 1993 ; CETIOM, cependant reste e  tat expe
a l’e rimental
d’odeurs a la cuisson). Les usages indus- 1995). Des tentatives d’introduction et les productions n’ont jamais e t e

triels de cette huile s’apparentent a ceux ont e  te
 faites en France dans les significatives. Source alternative d’huile
du tournesol ole ique. La culture couvre a mes de cultures 
syste a la fois avec des riche en acide  erucique, elle n’a jamais
peine 5 000 ha en France. Au vu de son types hiver (sans doute plus promet- t e
e  compe titive par rapport au colza
interêt, cette culture pourrait progresser teurs) et des types printemps (Merrien rucique. Elle pre
e sente en outre un reel
dans les anne es a venir. et Chatenet, 1996). Les niveaux de handicap au niveau de l’installation

OCL VOL. 19 N8 1 janvier-février 2012 7


Tableau 2. Acides gras d’interêt et usages potentiels pour diverses cultures (Adapte
 d’apre
s Van Soest, 1993.)

Plante Teneur en huile  rêt


Richesse en acides gras d’inte Usage
(%)
Bourrache 31 % gC18 :3 (31 %) tiques
Cosme
Cynara 25 % C18:2 (60 %) Substitut de l’huile de tournesol
Cassis 25 % gC18:3 (13 %) tiques
Cosme
Coriandre 18-22 % C18:1 (n-12) res (nylon), de
Polyme tergents, tensioactifs
Jojoba 45-60 % C20:1 et alcools gras tique, huiles de coupe
Cosme
Calendula 20-21 % C18:3 conj. sines, peintures, vernis
Pharmacie, re
Cuphea C10:0 ou C12:0 Tensioactifs, solvants, emulsifiants
Dimorphoteca 20-26 % C18:2 OH res, plastiques, peintures et vernis, nylon
Polyme
Vernonia 38 % C18:1 – O (Epoxy) sines, peintures, vernis, plastiques, nylons
Re
Crambe 25-50 % C22:1 (52 %) rucique
Idem colza e
Euphorbia lasgascae 35-49 % C18:1 – O (Epoxy) sines, peintures et vernis, plastiques
Re
Lesquerella 20-37 % C20:1 (52 %) sines, peintures et vernis, cosme
Re tique
Lunaire 30 a 40 % C22:1 (40 %) Bio-lubrifiants
C24:1 20%
Cameline 40-42 % C18:3 (37 %) Peintures, vernis

d’un peuplement re gulier, en raison des des applications similaires. Ces deux Conclusion
difficultes de germination des graines cultures ont   travaill
ete ees au CETIOM
(on seme en fait la silicule qui contient et les bases d’un itine raire technique Plusieurs tentatives d’introduction de
une seule graine). Elle reste toutefois existent (CETIOM, 1990a et b). cultures ole agineuses  a des fins de
une culture peu exigeante en intrants. chimie verte ont e t  alise
e re es en France.
Le limnanthe et le jojoba poussent
Le pavot ou oeillette est aujourd’hui principalement en Am erique du nord et Toutefois, rares sont les applications
 principalement en Poitou-Cha-
cultive sont utilises dans le domaine cosm etique, industrielles viables de ces cultures. Il
se pose en effet plusieurs difficulte s a
rentes et en Champagne-Ardenne pour en raison de la richesse en acide gras  a
s sur
la production d’alcaloı̈des opiace chaı̂ne longue (C20 et C22) de leur huile. leur d eveloppement : les ressources
re industrielle, la re sistance de ge ne
tiques sont parfois difficiles  a iden-
quelques centaines d’hectares. Les usa- En matie
ges des graines sont alimentaires, mais l’huile aux tre s hautes tempe ratures tifier et il n’existe pas de pools de
galement pharmaceutiques. semences de toutes ces espe ces dis-
e pourrait trouver des applications.
ponibles aise ment. Certaines cultures
Une socie  te
 neerlandaise (Calendula ont fait l’objet d’e tude de l’itine raire
Perspectives Oils) tente de mettre en place une filie re technique. Les freins peuvent être au
 l’international
a de production d’huile de calendula. En niveau de la densite  (crambe) ou encore
raison des faibles rendements de cette de la recolte (ricin). Toutefois, ces points
D’autres cultures oleagineuses peuvent culture, les zones de production seraient sont surmontables, au prix de quelques
ponctuellement pre senter un interêt, es dans des re
localise gions comme le rimentations pour la mise au point
expe
mais la production n’est pas adaptee Canada ou l’Europe de l’Est. L’huile de de l’itin eraire technique. Un atout
aux conditions françaises. calendula, en raison de ses trois doubles important pour ces cultures est leur
liaisons conjugue es, est tr
es reactive et caracte re « rustique », qui permet leur
Le carthame pousse pluto ^ t dans les
polyme rise facilement. production dans des conditions de
gions arides du globe. Ses usages
re
industriels sont decrits en matiere de Parmi les autres plantes candidates  a des faibles niveaux d’intrants (peu d’exi-
peinture ou de plasturgie. Quelques developpements en chimie verte, citons gence en fertilisants et peu ou pas de
cultures biologiques sont recense es en encore l’euphorbe, le cuphe a, lesquerella maladies ou de ravageurs). Ce point leur
e du Rho
valle ^ ne en raison des vertus et vernonia (acide vernolique : C15:1). confe re ainsi un label de cultures
 te
die tiques de la graine. Le jatropha a e galement fait l’objet de respectueuses de l’environnement,
beaucoup de litt erature (plus que de label souvent recherche  par les indus-
L’onagre est plus repute pour la richesse recherches !). Pr esentee comme plante triels (en cosme tique par exemple). Si
de son huile en acide gamma-linole nique, miracle pour la production de biocarbu- les donne es sont assez cohe rentes sur
en raison de son interêt nutritionnel. Les rants dans les r egions arides, les e tudes les caracte ristiques des graines (teneur
vertus de cette huile sont e galement centes relativisent fortement ses appli-
re en huile, profil d’acides gras. . .) il est
es en cosme
valorise tique (l’Onagrine1 cations (usage local, circuit court pour beaucoup plus difficile de disposer
par exemple). L’huile de bourrache offre des biocarburants, savonnerie). d’information sur le re el potentiel de

8 OCL VOL. 19 N8 1 janvier-février 2012


rendement de ces productions et les RÉFÉRENCES raisonnement de l’impact en situation d’eau
donne es de la bibliographie sont parfois Bonjean A. Le ricin une culture pour la chimie limitante. Paris : Editions CETIOM, 1992.
trompeuses (re sultats obtenus en par- fine. Paris : Ed. Golileo/ONIDOL, 1991. Evrard J. Valorisation industrielle des acides
celles expe rimentales et non dans gras des huiles vege tales. Paris : Editions
Bonjean A. La cameline – Etude Bibliogra-
des conditions de production). Les phique A2P. 1993.
CETIOM, 1993.
m ethodes d’extraction de l’huile des Mendoza G, Igartua A, Fernandez-Diaz B,
graines devront aussi faire l’objet Bureau J. Revue bibliographique sur la culture
Urquiola F, Vivanco S, Arguizoniz R. Vege-
tudes (simple pression, para- et les utilisations actuelles et potentielles de 2
d’e table oils as hydraulic fluids for agricultural
cultures nouvelles : le Crambe et le Limnanthe s.
m etre. . .). Des precautions sont aussi a applications. Grasas y aceites 2011 ; 62 : 29-
CR etude ADEME – Poitou-Charentes, 1995.
prevoir pour certaines graines, en raison 38.
des risques de toxicite  et d’allergie, CETIOM. La culture de Bourrache : fiche raire
Merrien A. Premiers pas vers un itine
technique, 1990a.
comme le ricin, l’euphorbe, le jatropha. technique pour la culture du Crambe.
Plus generalement, c’est donc la CETIOM. La culture d’onagre : fiche tech- Oleoscope 1995 ; (9) : 21-2.
compe titivite de ces productions qui, nique, 1990b. Merrien A, Chatenet F. Premiers elements sur
bien souvent, en freine aujourd’hui le CETIOM. La culture du ricin. Paris : Editions la culture de Cameline en France. Dossier
developpement, au-dela de quelques CETIOM, 1992. Technique CETIOM, juillet 1996.
niches. Une organisation de filiere est CETIOM. Cultures nouvelles et diversifica- Merrien A. Crambe and erucic rapeseed:
galement essentielle pour ces cultures
e tions. Ole oscope 1994 (Suppl. 10). interest and competition. In: CR workshop
nouvelles, pour garantir a la fois la CETIOM. Alternative oilseed crop Camelina Crops2Insdustry « Can oilseeds crops offer
disponibilite  de la semence, la conduite sativa. Report from Contract UE/Air3/CT94/ sustainable alternative for industrial bio-based
de la culture et surtout, sa commercia- 2178. 15/12/1995. products ». Bordeaux, Feb 18th, 2011.
lisation a un prix rentable pour le Estragnat A. Etude de la croissance et du Van Soest, LJM. Potential new oilseed crops for
producteur. de veloppement chez le ricin : application au industrial use. Lipid Technology 1993 ; 5 : 60-6.

OCL VOL. 19 N8 1 janvier-février 2012 9

View publication stats