Vous êtes sur la page 1sur 32

Géométrie plane, transformations : translations,

rotations, symétries orthogonales, homothéties


Denis Vekemans ∗

1 Les translations
On dit que M ′ est le transformé de M par la translation qui envoie A sur B (A et B étant deux
points du plan donnés) si le quadrilatère ABM ′ M est un parallélogramme.
Remarque : nous nous passons de la notion de vecteur dans ce cours, mais "la translation qui envoie
~
A sur B" pouvait être nommée "la translation de vecteur AB".

B
b

A M′
b
b

M
b

N′

Théorème 1.1
Propriété spécifique de la translation relative aux droites. Une translation transforme une droite en une
droite parallèle.
NB : Pour d’autres propriétés, voir le théorème portant sur les isométries plus bas.

Laboratoire de mathématiques pures et appliquées Joseph Liouville ; 50, rue Ferdinand Buisson BP 699 ; 62 228 Calais
cedex ; France

1
2 Les rotations
On dit que M ′ est le transformé de M par la rotation de centre O, d’angle orienté α (la mesure de
α est comprise entre −180◦ et 180◦ ) si

 ~\
 (OM ~ ′) = α
, OM

, pour M 6= O
 OM = OM

et M ′ = O pour M = O.
Remarque : la notion d’angle orienté n’a pas été vue précédemment, mais on admettra le fait sui-
~\
vant : (OM , OM \
~ ′) = M OM ′ si la rotation est effectuée dans le sens contraire des aiguilles d’une montre ;
~\
(OM ~ ′ ) = −M
, OM \ OM ′ si la rotation est effectuée dans le sens des aiguilles d’une montre, ce qui nécessite
d’avoir fait un choix au départ sur une orientation positive.

M
N b b
M′ b

α = 60◦ α
b
α
O

b
N′

Théorème 2.1
Propriété spécifique de la rotation relative aux droites. Une rotation de centre O et d’angle α transforme
une droite (M N ) en une droite (M ′ N ′ ) telle que
— si α = −180◦ ou si α = 180◦ (dans ce cas, la rotation est appelée une symétrie centrale -de centre
O-), alors les droites (M N ) et (M ′ N ′ ) sont parallèles ;
— si α 6= −180◦ et si α 6= 180◦ , alors les droites (M N ) et (M ′ N ′ ) sont sécantes et les droites (M N )
et (M ′ N ′ ) forment entre elles un angle α.
NB : pour d’autres propriétés, voir le théorème portant sur les isométries plus bas.

3 Les symétries orthogonales


On dit que M ′ est le transformé de M par la symétrie orthogonale d’axe la droite d si d est la
médiatrice du segment [M M ′ ], pour M n’appartenant pas à d et M ′ = M pour M appartenant à d.

2
d
M′
b

M b

b
N′

b
N

Théorème 3.1
Propriété spécifique de la symétrie orthogonale relative aux droites. Une symétrie orthogonale d’axe d
transforme une droite (M N ) en une droite (M ′ N ′ ) telle que
— si les droites (M N ) et d sont parallèles, alors les droites (M N ) et (M ′ N ′ ) sont parallèles ;
— si les droites (M N ) et d se coupent en un point P , alors les droites (M N ) et (M ′ N ′ ) se coupent
aussi en le point P .
NB : pour d’autres propriétés, voir le théorème portant sur les isométries plus bas.

4 Les isométries
Les translations, les rotations et les symétries sont des isométries. Ce qui veut dire qu’elles conservent
les distances. 1
Théorème 4.1
Les isométries conservent
1. les barycentres (et plus particulièrement les milieux 2 ) ;
2. l’alignement 3 ;
3. le parallélisme 4 ;
4. les angles (et plus particulièrement l’orthogonalité 5 ).
1. Soit M et son transformé M ′ par une isométrie ; soit N et son transformé N ′ par cette même isométrie. Alors M N =
M ′N ′.
2. Soit M et son transformé M ′ par une isométrie ; soit N et son transformé N ′ par cette même isométrie. Alors le milieu
de [M ′ N ′ ] est le transformé du milieu de [M N ].
3. Soit M et son transformé M ′ par une isométrie ; soit N et son transformé N ′ par cette même isométrie ;soit P et son
transformé P ′ par cette même isométrie. Alors si M , N et P sont alignés, M ′ , N ′ et P ′ le sont aussi.
4. Soit une droite d et sa transformée d′ par une isométrie ; soit une droite δ et sa transformée δ ′ par cette même isométrie.
Alors si d et δ sont parallèles, d′ et δ ′ le sont aussi.
5. Soit une droite d et sa transformée d′ par une isométrie ; soit une droite δ et sa transformée δ ′ par cette même isométrie.
Alors si d et δ sont perpendiculaires, d′ et δ ′ le sont aussi.

3
Théorème 4.2
Une isométrie transforme
— un triangle en un triangle (de mêmes mesures que le triangle original),
— un carré en un carré (de même côté que l’original),
— un cercle en un cercle (de même rayon que l’original),
— ...,
— un demi-plan en un demi-plan.

5 Les homothéties

5.1 Une homothétie de rapport positif ...


On dit que M ′ est le transformé de M par l’homothétie de centre O, de rapport k (k est un réel
positif) si



 M ′ appartient à la droite (OM )


O n’appartient pas au segment [M M ′ ] (du fait de la positivité du rapport) , pour M 6= O


 k × OM = OM ′

et M ′ = O pour M = O.
Remarque : lorsque 0 < k < 1, l’homothétie est une réduction de rapport k ; lorsque k > 1, l’homothétie
est un agrandissement de rapport k.

5.2 Une homothétie de rapport négatif ...


On dit que M ′ est le transformé de M par l’homothétie de centre O, de rapport k (k est un réel
négatif) si



 M ′ appartient à la droite (OM )

O appartient au segment [M M ′ ] (du fait de la négativité du rapport) , pour M 6= O



 k × OM = OM ′

et M ′ = O pour M = O.
Remarque : lorsque 0 > k > −1, l’homothétie est une réduction de rapport −k ; lorsque k < −1,
l’homothétie est un agrandissement de rapport −k.

4
5.3 En général, ...

b
M′
b
N′ N′ b

M′ b

k=3 k = −2 b
O
b
N
M b

b N
M b
b
O

Théorème 5.1
Propriété spécifique de l’homothétie relative aux droites. Une homothétie transforme une droite (M N ) en
une droite parallèle (M ′ N ′ ).

Théorème 5.2
Les homothéties conservent
1. les barycentres (et plus particulièrement les milieux) ;
2. l’alignement ;
3. le parallélisme ;
4. les angles (et plus particulièrement l’orthogonalité).

Cependant, les homothéties, si elles possèdent de nombreuses propriétés en commun avec les isométries,
ne sont pas des isométries pour autant (c’est-à-dire qu’elles ne conservent pas forcément les distances).

5.4 Et à propos des agrandissements/réductions


On peut parler d’homothétie dans le plan, comme dans ce chapitre, mais aussi dans l’espace 6 . On a le
théorème suivant :
Théorème 5.3
Un agrandissement/réduction de rapport k
1. multiplie par k les longueurs (dans le plan comme dans l’espace) ;
2. multiplie par k 2 les aires (dans le plan comme dans l’espace) ;
3. multiplie par k 3 les volumes (dans l’espace).
6. Que ce soit dans le plan ou dans l’espace, la définition demeure identique.

5
6 Les triangles et les transformations
Lorsqu’une isométrie transforme A en A′ , B en B ′ , et C en C ′ , on dit que les triangles ABC et A′ B ′ C ′
sont isométriques.
Théorème 6.1
Lorsque AB = A′ B ′ , BC = B ′ C ′ et AC = A′ C ′ , les triangles ABC et A′ B ′ C ′ sont isométriques.

Théorème 6.2
[ = A\
Lorsque AB = A′ B ′ , BC = B ′ C ′ et ABC ′ B ′ C ′ , les triangles ABC et A′ B ′ C ′ sont isométriques.

Théorème 6.3
[ = B\
Lorsque AB = A′ B ′ , BC = B ′ C ′ et BAC ′ A′ C ′ , les triangles ABC et A′ B ′ C ′ sont isométriques.

Théorème 6.4
[ = A\
Lorsque AB = A′ B ′ , ABC [ = B\
′ B ′ C ′ et BAC ′ A′ C ′ , les triangles ABC et A′ B ′ C ′ sont isométriques.

Théorème 6.5
[ = A\
Lorsque AB = A′ B ′ , ABC [ = A\
′ B ′ C ′ et ACB ′ C ′ B ′ , les triangles ABC et A′ B ′ C ′ sont isométriques.

Théorème 6.6
Lorsqu’une isométrie envoie A sur A′ , B sur B ′ , C sur C ′ , on dit que les triangles ABC et A′ B ′ C ′ sont
isométriques, et les propriétés suivantes sont évidentes, alors AB = A′ B ′ , AC = A′ C ′ , BC = B ′ C ′ ,
[ = B\
BAC [ = A\
′ A′ C ′ , ABC [ = A\
′ B ′ C ′ et ACB ′C ′B′.

Lorsqu’une isométrie composée avec une homothétie transforme A en A′ , B en B ′ , et C en C ′ , on dit


que les triangles ABC et A′ B ′ C ′ sont semblables.
Théorème 6.7
[ = B\
Lorsque BAC [ = A\
′ A′ C ′ , ABC [ = A\
′ B ′ C ′ et ACB ′ C ′ B ′ , les triangles ABC et A′ B ′ C ′ sont semblables

et
AB AC BC
= ′ ′ = ′ ′.
AB
′ ′ AC BC
Réciproquement, lorsque AAB AC BC ′ ′ ′ [
′ B ′ = A′ C ′ = B ′ C ′ , les triangles ABC et A B C sont semblables et BAC =

B\ [ = A\
′ A′ C ′ , ABC [ = A\
′ B ′ C ′ et ACB ′C ′B′.

Exercice 1 Soit ABC un triangle rectangle en C et soit H le pied de la hauteur issue de C tel que
AH = 1 et HB = x. Que vaut HC ?

Solution 1 \ et HCA
Les angles HAC \ sont complémentaires au regard du triangle ACH rectangle en H.
\ et HCB
Les angles HBC \ sont complémentaires au regard du triangle BCH rectangle en H.
\ et HBC
Les angles HAC \ sont complémentaires au regard du triangle ABC rectangle en C.
\ et HBC
Les angles HCA \ sont de même mesure.

6
\ et HAC
De même, les angles HCB \ sont de même mesure.
Ainsi, les triangles HAC et HCB sont donc semblables (d’après les égalités angulaires) et
 
HA HC AC
= = ,
HC HB CB
puis
HC 2 = HA × HB = x,

et enfin, HC = x.

Exercice 2 Soit ABCD un trapèze rectangle en A et en B dont les diagonales sont perpendiculaires.
On donne AD = 1 et BC = 3. Que vaut AB ?

Solution 2 On nomme O le point de concours des diagonales.


Le triangle OAB est rectangle en O car les diagonales du trapèze sont perpendiculaires. Les angles
[ et OBA
OAB [ sont donc complémentaires.
[ et OCB
Les angles OAB \ sont complémentaires au regard du triangle ABC rectangle en B.
[ et OCB
Les angles OBA \ sont donc égaux.
[ et ODA
Les angles OBA \ sont complémentaires au regard du triangle ABD rectangle en A.
[ et ODA
Les angles OAB \ sont donc égaux.
Les triangles DAB et ABC sont donc semblables (d’après les égalités angulaires) et
 
DA DB AB
= = ,
AB AC BC
puis
AB 2 = AD × BC = 3,

7

et enfin, AB = 3.

Exercice 3 [Dijon, Nancy-Metz, Strasbourg (1998)] Soit un cercle C de centre O et de rayon 4 cm.
Les enfants de CM2 savent placer, à l’aide du compas seul, les sommets d’un hexagone régulier ABCDEF
inscrit dans ce cercle.
1. Donnez le programme d’une telle construction et réalisez-la.
L’objet du problème qui suit est de démontrer quelques propriétés géométriques liées à cette confi-
guration.
2. Démontrer que la droite (AC) est la médiatrice du segment [BO] et que la droite (BO) est la
médiatrice du segment [AC].
3. Démontrer que les points A et D sont diamétralement opposés.
4. Quelle est la nature du quadrilatère ACDF ? Justifier la réponse.
5. Calculez l’aire de ce quadrilatère.
6. Les droites (AC) et (BF ) se coupent en I.
(a) Démontrez que A et B sont symétriques par rapport à la droite (OI).
(b) Démontrez que C et F sont symétriques par rapport à la droite (OI).

Solution 3
1. Voici une construction utilisant uniquement le compas (la règle graduée est seulement utilisée pour
tracer l’hexagone régulier) ...
— Je trace un cercle C1 de centre 0 et de rayon 4 cm.
— Je place un point A sur ce cercle.

8
— Je trace un cercle C2 de centre A et de rayon 4 cm.
— Les cercles C1 et C2 se coupent en deux points distincts B et F .
— Je trace un cercle C3 de centre B et de rayon 4 cm.
— Les cercles C1 et C3 se coupent en deux points distincts C et A.
— Je trace un cercle C4 de centre C et de rayon 4 cm.
— Les cercles C1 et C4 se coupent en deux points distincts D et B.
— Je trace un cercle C5 de centre D et de rayon 4 cm.
— Les cercles C1 et C5 se coupent en deux points distincts E et C.
— J’obtiens l’hexagone "régulier" ABCDEF .
La figure ci-dessous n’est pas à l’échelle.

Remarque. On suppose ne pas encore savoir que cet hexagone est régulier et on travaille unique-
ment à partir de la construction ...
2. O est centre du cercle C1 . On déduit que OA = OB = OC = OD = OE = OF . A est centre du
cercle C2 . Je déduis que AO = AB. B est centre du cercle C3 . On déduit que BA = BC. Par suite,
AB = BC = CO = OA et ABCO est un losange (car un quadrilatère qui a ses côtés de même
longueur est un losange). Les diagonales d’un losange en sont des axes de symétrie orthogonale,
donc la droite (AC) est la médiatrice du segment [BO] et la droite (BO) est la médiatrice du
segment [AC].
3. C est centre du cercle C4 . On déduit que CB = CD. Par suite, BC = CD = DO = OB et
BCDO est un losange. Comme ABCO est un losange, on déduit que les droites (OA) et (BC) sont
parallèles. Comme BCDO est un losange, on déduit que les droites (OD) et (BC) sont parallèles.
Par transitivité du parallélisme, les droites (OA) et (OD) sont parallèles. Ces droites (OA) et (OD)
ayant le point O en commun, sont confondues. La droite (AD) passant par le centre O du cercle
C1 , le segment [AD] est donc un diamètre du cercle C1 .

9
4. A est centre du cercle C2 . On déduit que AF = AB. Par suite, F A = AB = BO = OF et
F ABO est un losange. Comme ABCO est un losange, on déduit que les droites (OC) et (AB) sont
parallèles. Comme F ABO est un losange, je déduis que les droites (OF ) et (AB) sont parallèles.
Par transitivité du parallélisme, les droites (OC) et (OF ) sont parallèles. Ces droites (OC) et (OF )
ayant le point O en commun, sont confondues. La droite (CF ) passant par le centre O du cercle
C1 , le segment [CF ] est donc un diamètre du cercle C1 .
Le quadrilatère ACDF est donc un rectangle car ses diagonales se coupent en leur milieu O (le
centre du cercle est le milieu d’un diamètre) et sont de même longueur (le diamètre).
5. A(ACDF ) = AC × CD (formule de l’aire d’un rectangle).
D’après le théorème de Pythagore dans le triangle ACD, rectangle en C, on déduit AC 2 + CD2 =
√ √ √
AD2 , puis que AC = AD2 − CD2 = 82 − 42 cm = 4 × 3 cm. Par suite, A(ACDF ) =
√ √
AC × CD = 4 × 3 × 4cm2 = 16 × 3cm2 .
6. ABCO est un losange, donc la droite (AC) est médiatrice de [OB] (car une diagonale d’un losange
est axe de symétrie). F ABO est un losange, donc la droite
(a) (F B) est médiatrice de [OA] (car les diagonales d’un losange est axe de symétrie). Il s’ensuit
que I est point de concours de deux des médiatrices du triangle OAB. I est donc aussi point
de la médiatrice du segment [AB]. Comme le triangle OAB est équilatéral (par construction),
la médiatrice du segment [AB] passe par O (car la médiatrice est aussi hauteur, médiane,
bissectrice). Enfin, A et B sont symétriques par rapport à la droite (OI).
(b) La médiatrice du segment [AB] est perpendiculaire à la droite (AB) et ayant montré que les
droite (AB) et (F C) étaient parallèles, on déduit donc que la médiatrice du segment [AB] est
perpendiculaire à la droite (F C) (par composition de parallélisme et de perpendicularité). La
médiatrice du segment [AB] passe également par O, milieu du segment [CF ]. Ainsi, la médiatrice
du segment [AB] est également la médiatrice du segment [F C] (car elle est perpendiculaire à
la droite (F C) et passe par le milieu du segment [F C]). Enfin, C et F sont symétriques par
rapport à la droite (OI).

Exercice 4 [D’après le sujet d’examen S2 2019] Rep-tile 2D pentagonal de Karl Scherer.


On considère le "grand" pentagone AM JLD pavé 7 par les cinq "petits" pentagones M IGBA, CHEF B,
GBF EH, CHIJK et DCKJL.

7. "Paver" en 2D c’est recouvrir complètement et sans chevauchement une surface.

10
M
b

L
b

K J
b b

Ib
Hb
Gb

F
b

E
b

b b b b

D C B A

On considère dans cette figure que les six pentagones sont semblables : M IGBA en rouge, CHEF B
en vert, GBF EH en jaune, CHIJK en magenta, DCKJL en bleu et AM JLD. Les trois pentagones
CHEF B en vert, GBF EH en jaune et CHIJK en magenta sont même isométriques.
Le pentagone AMJLD est pavé d’un réseau de triangles isométriques équilatéraux. Les sommets des
différents pentagones sont en des nœuds du réseau et les côtés des différents pentagones sont portés par
la trame du réseau.
1. À propos des trois pentagones CHEF B en vert, GBF EH en jaune et CHIJK en magenta, iso-
métriques.

(a) Donner sans justification 8 une transformation qui envoie le pentagone CHEF B en vert sur
le pentagone CHIJK en magenta.
(b) Donner sans justification 9 une transformation qui envoie le pentagone CHEF B en vert sur
le pentagone GBF EH en jaune.

2. Le pentagone M IGBA en rouge est un agrandissement du pentagone CHIJK en magenta.


8. Il s’agit de donner une description complète et univoque de cette transformation. Et, si besoin, ne pas hésiter à définir
un point ou une droite non apparents sur la figure.
9. Il s’agit de donner une description complète et univoque de cette transformation. Et, si besoin, ne pas hésiter à définir
un point ou une droite non apparents sur la figure.

11
(a) Donner sans justification le rapport de cet agrandissement.
(b) On suppose qu’une homothétie envoie le pentagone CHIJK en magenta sur le pentagone
M IGBA en rouge. Donner sans justification le centre et le rapport de cette homothétie.
AM IGBA
(c) En déduire le rapport où AM IGBA est l’aire du pentagone M IGBA en rouge et où
ACHIJK
ACHIJK est l’aire du pentagone CHIJK en magenta.
3. Le pentagone DCKJL en bleu est une réduction du pentagone M IGBA en rouge.
(a) Donner sans justification le rapport de cette réduction.
(b) On s’interroge sur une homothétie qui enverrait le pentagone M IGBA en rouge sur le pentagone
DCKJL en bleu. En le justifiant rapidement, établir si cette homothétie peut exister.
ADCKJL
(c) En déduire le rapport où ADCKJL est l’aire du pentagone DCKJL en bleu et où
ACHIJK
ACHIJK est l’aire du pentagone CHIJK en magenta.
4. À propos du pentagone AM JLD.
AAM JLD
(a) Déterminer en le justifiant le rapport où AAM JLD est l’aire du pentagone AM JLD
ACHIJK
et où ACHIJK est l’aire du pentagone CHIJK en magenta.
(b) En déduire le rapport de l’agrandissement qui permet de passer du pentagone CHIJK en
magenta au pentagone AM JLD.

Solution 4
1. À propos des trois pentagones CHEF B en vert, GBF EH en jaune et CHIJK en magenta, iso-
métriques.

(a) Transformation qui envoie le pentagone CHEF B en vert sur le pentagone CHIJK en magenta :
la symétrie orthogonale d’axe (CH).
(b) Transformation qui envoie le pentagone CHEF B en vert sur le pentagone GBF EH en jaune :
la symétrie centrale dont le centre est le milieu du segment [EF ].

2. Le pentagone M IGBA en rouge est un agrandissement du pentagone CHIJK en magenta.


(a) Le rapport de l’agrandissement est de 3.
(b) Le centre est à l’intersection des droites (CM ) et (AK). Le rapport de l’homothétie est −3.
AM IGBA
(c) AM IGBA = 32 × ACHIJK = 9 × ACHIJK ou = 9 car un rapport d’agrandissment agit
ACHIJK
au carré sur les aires.
3. Le pentagone DCKJL en bleu est une réduction du pentagone M IGBA en rouge.
2
(a) Le rapport de la réduction est de .
3
(b) Cette supposée homothétie n’existe pas car les droites (LD) et (AM ) ne sont visiblement pas
parallèles.

12
(c)
 2
2
ADCKJL = × AM IGBA
3
 2
2
= × 9 × ACHIJK
3
= 4 × ACHIJK
ADCKJL
ou = 4 car un rapport de réduction agit au carré sur les aires.
ACHIJK
4. À propos du pentagone AM JLD.
(a) AAM JLD = ACHIJK + ACHEF B + AGBF EH + AM IGBA + ADCKJL
Or les pentagones isométriques CHIJK, CHEF B et GBF EH ont la même aire.
Donc AAM JLD = ACHIJK + ACHIJK + ACHIJK + 9 × ACHIJK + 4 × ACHIJK = 16 × ACHIJK
AAM JLD
ou = 16.
ACHIJK
(b) Un rapport d’agrandissment agit au carré sur les aires, et donc ce rapport d’agrandissment est

16 = 4.

Exercice 5 [Toulouse (1998)] On décolle les quatre rabats d’une enveloppe rectangulaire afin d’en obtenir
un modèle développé (on ne tient pas compte des languettes permettant de coller les rabats).
A







E ❅ F


❅ ❅
❅ ❅
❅ ❅

✟✟
❅✟ ❍
❍❍
❍ ❅
❅ ❅

❍ ❅ ✟
✟ ❅

❍ ✟

❅ ❅
❅ ❅
❅S ❅
❅ ❅
✏✏PP PP ✏✏
✏✏ PP P PP ✏ ✏
✏ ✏✏ PP
PP D PP ✏✏
✏ B
✏✏ P PP
PP ✏✏

PP ✏✏
H PP ✏✏ G
PP ✏ ✏✏
P✏
La première figure est appelée figure 1, la seconde, figure 2. C
L’objectif de cet exercice est de déterminer certaines propriétés de la figure dépliée. Tout résultat doit
être démontré, toute réponse doit être justifiée.
On désigne par a la mesure du segment [AE].
1. En vous aidant de la figure 1, montrer que AE = ED. On admettra de même que DH = HC,
CG = GB. et BF = F A.

13
2. Démontrer que les points A, E et D sont alignés. On admettra de même que les points D, H et C
sont alignés, que les points C, G et B sont alignés et que les points B, F et A sont alignés.
3. Démontrer que la figure 2 admet un axe de symétrie que l’on précisera.
\ et en déduire celle de l’angle F
4. Déterminer la mesure de l’angle EDH \ BG.
5. Calculer en fonction de a l’aire du quadrilatère ABCD.
6. Exprimer en fonction de a les longueurs AC et BD.
7. Le fabricant d’enveloppes souhaite inscrire son logo en filigrane à l’intérieur de l’enveloppe. Il prévoit
d’insérer celui-ci à l’intérieur d’un quadrilatère IJKL. I, J, K et L sont les milieux respectifs des
segments [EF ], [EB], [BD] et [DF ]. On appelle O le point d’intersection des droites (EB) et (DF ).
OJ OL 1
(a) Que représente le point O pour le triangle ABD ? Démontrer que = = .
OB OD 4
(b) Montrer que les droites (JL) et (BD) sont parallèles. En déduire la longueur JL en fonction de
a.

2
(c) Démontrer que AI = IK = a .
2
(d) Quelle est la nature du quadrilatère IJKL ?

Solution 5 La notion de pliage est immédiatement rattachée à la notion de symétrie orthogonale.

1. Par symétrie orthogonale par rapport à la droite (EF ), on déduit que EA = ES (une isométrie
conserve les distances).
Par symétrie orthogonale par rapport à la droite (EH), on déduit que ES = ED (une isométrie
conserve les distances).
Par suite, EA = ED.

14
[ = AF
2. Du fait que le triangle AEF est isocèle rectangle en A, on déduit AEF [ E = 45◦ (car la
somme des mesures des angles d’un triangle est de 180◦ et car les angles à la base principale d’un
triangle isocèle sont égaux en mesure).
[ = F[
Par symétrie orthogonale par rapport à la droite (EF ), on déduit que AEF ES = 45◦ (une
isométrie conserve les angles).
Comme EF GH est un rectangle, on déduit F[ [ =F
ES + SEH \ [ = 90◦ − 45◦ =
EH = 90◦ , puis SEH
45◦ .
[ = HED
Par symétrie orthogonale par rapport à la droite (EH), on déduit que SEH \ = 45◦
\ = AEF
(une isométrie conserve les angles). Il s’ensuit que AED [ + F[ [ + HED
ES + SEH \ =
45◦ + 45◦ + 45◦ + 45◦ = 180◦ et les points A, E et D sont alignés.
3. On va montrer que la droite (AC) est axe de symétrie de la figure.
Soit (d) la médiatrice du segment [EF ].
La droite (d) est axe de symétrie orthogonale du rectangle EF GH (le rectangle admet deux axes
de symétries orthogonales).
Ainsi, la droite (d) est également médiatrice du segment [GH].
Le triangle AEF est isocèle en A, donc la médiatrice de [EF ] passe par le point A (car dans un
triangle isocèle, la médiatrice issue du sommet principal est aussi hauteur).
Le triangle CGH est isocèle en C, donc la médiatrice de [GH] passe par le point C (car dans un
triangle isocèle, la médiatrice issue du sommet principal est aussi hauteur).
Le triangle SEF est isocèle en S, donc la médiatrice de [EF ] passe par le point S (car dans un
triangle isocèle, la médiatrice issue du sommet principal est aussi hauteur).
Il s’ensuit que la droite (d) est la droite (AC).
En résumé, si on regarde la symétrie orthogonale s par rapport à la droite (AC), s(A) = A,
s(E) = F , s(H) = G, et s(C) = C.
On déduit que s((AE)) = (AF ) et s((CH)) = (CG) (une isométrie conserve l’alignement), et puis
que s(D) = B (car D est le point de concours des droites (AE) et (CH) et car B est le point de
concours des droites (AF ) et (CG)).
Par conséquent, la figure admet la droite (AC) pour axe de symétrie orthogonale.
\
180◦ − DEH 180◦ − 45◦
\ = EHD
4. Le triangle EDH est isocèle, par conséquent EDH \= = = 67, 5◦
2 2
(car la somme des mesures des angles d’un triangle est de 180◦ et car les angles à la base principale
d’un triangle isocèle sont égaux en mesure).
\
La symétrie orthogonale par rapport à la droite (AC) permet de conclure que F BG = 67, 5◦ (une
isométrie conserve les angles).
5. L’aire du quadrilatère ABCD est égale au double de l’aire du rectangle EF GH (d’après le dépliage
de l’enveloppe), et l’aire du rectangle EF GH est égale à EH × EF .

15

Or EH = a et EF = 2×a (d’après le théorème de Pythagore appliqué au triangle AEF , rectangle
en A).

Il s’ensuit l’aire du quadrilatère ABCD est 2 × 2 × a2 .
6. Dans le triangle ADB, E est milieu du segment [AD] et F est milieu du segment [AB], donc, par

le théorème de la droite des milieux, on déduit que BD = 2 × EF = 2 × 2 × a.
Dans le triangle ACD, E est milieu du segment [AD] et H est milieu du segment [CD], donc, par
le théorème de la droite des milieux, on déduit que AC = 2 × EH = 2 × a.
7. Avant de passer à cette question, on montre ici que les points S et K sont confondus, c’est-à-dire
que le symétrique orthogonal de A par rapport à la droite (EF ), S est aussi le milieu de [DB], K.
— Soit h l’homothétie de centre A et de rapport 2. On a h(A) = A, h(E) = D (car E est milieu
de [AD]) et h(F ) = B (car F est milieu de [AB]). On a I milieu de [EF ], K milieu de [DB], E
milieu de [AD] et F milieu de [AB]. Donc le milieu I du segment [EF ] a pour image le milieu
K de [DB] par h (une homothétie conserve les milieux), et h(I) = K.
— D’un autre côté, AE = ES = SF = F A donc AESF est un losange (car il a ses quatre côtés
[ = 90◦ , le losange AESF est un carré (car un losange
de même longueur), mais comme EAF
ayant un angle droit est un carré). Ainsi, le milieu I de [EF ] est aussi le milieu de [AS] (car les
diagonales d’un carré se coupent en leur milieu). De I milieu de [AS], il vient que h(I) = S.
Ainsi, S et K sont confondus car on a h(I) = K et h(I) = S.
(a) Dans le triangle ADB, le segment [EB] est une médiane (car E est milieu du segment [AD]) et
le segment [F D] est une médiane également (car F est milieu du segment [AB]). Par suite, O
est le centre de gravité du triangle ABD (intersection de deux médianes de ce triangle).
EB
D’après une propriété du centre de gravité d’un triangle, on déduit EO = . Et, ensuite,
3
EB
OJ EJ − EO − EB 1
= = 2 EB = .
3
OB EB − EO EB − 3 4
OL 1
De même, = .
OD 4
OJ OL 1
(b) Comme = = , et comme les points J, O, B et L, O, D sont lus dans le même ordre,
OB OD 4
la réciproque du théorème de Thalès donne que les droites (JL) et (BD) sont parallèles.

JL 1 2×a
Qui plus est, = , par le théorème de Thalès. Puis, JL = .
BD 4 2
(c) Dans le préambule, on a déjà montré que I est milieu du segment [AK]. Ainsi,
√ de AK = EF
EF 2×a
(car les diagonales d’un carré sont de même longueur), AI = IK = = .
2 2
(d) Dans le triangle BDF , L est milieu du segment [DF ] et K est milieu du segment [DB], donc,
BF
par le théorème de la droite des milieux, KL = .
2
Dans le triangle BDE, J est milieu du segment [BE] et K est milieu du segment [DB], donc,
DE
par le théorème de la droite des milieux, JK = .
2

16
Dans le triangle BEF , J est milieu du segment [BE] et I est milieu du segment [EF ], donc,
BF
par le théorème de la droite des milieux, IJ = .
2
Dans le triangle DEF , L est milieu du segment [DF ] et I est milieu du segment [EF ], donc,
DE
par le théorème de la droite des milieux, IL = .
2
Et, comme DE = BF , on obtient IJ = JK = KL = LI, puis IJKL est un losange (car il a
ses quatre côtés de même longueur).

2×a
De plus, on a montré que JL = IK = , donc le quadrilatère IJKL est un rectangle (car
2
c’est un parallélogramme qui a ses diagonales de même longueur).
Enfin, IJKL est un carré (car il est à la fois losange et rectangle).

Exercice 6 Soit ABC un triangle isocèle rectangle en A. Soient I le milieu du segment [BC] et Ω
le milieu du segment [CI]. Soit A′ B ′ C ′ le triangle obtenu par l’homothétie h de centre Ω et de rapport −2
(par cette homothétie h, A′ est l’image de A, B ′ de B et C ′ de C).
1. Quelle est la nature du triangle A′ B ′ C ′ ?
2. L’aire du triangle A′ B ′ C ′ est-elle double de l’aire du triangle ABC ?
3. Soit I ′ l’image de I par l’homothétie h.
(a) Montrer que I ′ est un point de la droite (B ′ C ′ ).
(b) Montrer que I ′ est un point de la droite (BC).

Solution 6

A′
b

B I Ω C
b b b b b b b

C′ I′ B′

1. Le triangle A′ B ′ C ′ est rectangle (par conservation des angles) et isocèle (par conservation des
rapports de longueurs).

17
2. L’aire du triangle A′ B ′ C ′ est-elle quadruple de l’aire du triangle ABC car le rapport d’agrandisse-
ment (ici 2) agit au carré (ici 22 = 4)sur les aires.
3. (a) I ′ est un point de la droite (B ′ C ′ ) (par conservation de l’alignement).
(b) I et Ω étant des points de la droite (BC), I ′ qui est un point de la droite (ΩI) (par définition
de l’homothétie h) est aussi un point de la droite (BC) (cette droite (ΩI) n’étant autre que la
droite (BC)).

Exercice 7 [Sujet d’examen S2 (2015)]


Soit OAA un triangle isocèle en O. Soient I le milieu du segment [OA] et I ′ le milieu du segment

[OA′ ]. Soient d la droite perpendiculaire à la droite (OA) passant par I et d′ la droite perpendiculaire à la
droite (OA′ ) passant par I ′ . Soit Ω le point d’intersection des droites d et d′ . Soit Γ le cercle de centre Ω
passant par I.

1. Tracer la figure. La règle graduée, le compas, l’équerre et le rapporteur sont autorisés.


Remarque : aucune justification n’est demandée pour cette question, mais le soin apporté à la
construction de la figure sera apprécié.
2. Donner la nature de la droite (OΩ) pour le triangle OAA′ .
3. Démontrer que la figure admet un axe de symétrie orthogonale à déterminer.

Solution 7
d′

O b

I′
b


b
A′
I b
d

A
1.
2. Par définition, les droites (ΩI) et (ΩI ′ ) sont des médiatrices du triangle OAA′ (chacune perpendi-
culaire à un côté et passant par le milieu de ce côté).
Le point Ω est donc le centre du cercle circonscrit au triangle OAA′ , comme intersection de deux
des médiatrices de ce triangle.

18
Finalement, le point Ω est équidistant de A et de A′ , par définition du centre du cercle circonscrit
à ce triangle. Le triangle OAA′ étant isocèle en O, le point O est aussi équidistant de A et de A′ .
Par conséquent, la droite (OΩ) est médiatrice du segment [AA′ ] (car cette droite passe par deux
points O et Ω qui sont équidistant de A et de A′ ) et la droite (OΩ) est donc la troisième médiatrice
du triangle OAA′ .
3. On démontre que la droite (OΩ) est axe de symétrie orthogonale de la figure.
Si on considère s la symétrie orthogonale par rapport à la droite (OΩ).
Il est évident que O est invariant par la symétrie s car il appartient à l’axe de symétrie. Il en est
de même pour Ω.
Par définition de la symétrie orthogonale, il est immédiat que la symétrie s envoie A sur A′ , et
réciproquement (car d’après la question précédente, la droite (OΩ) est médiatrice du segment [AA′ ]).
La symétrie s envoie donc [OA] sur [OA′ ], et réciproquement. Puis, par la propriété de conservation
des milieux, la symétrie s envoie I sur I ′ , et réciproquement.
Une symétrie orthogonale envoie un cercle sur un cercle, dont le centre est l’image du centre du
premier, et de même rayon. Par conséquent, l’image du cercle de centre Ω de rayon ΩI est le cercle
de centre Ω (qui est, pour rappel, invariant par la symétrie s) de rayon ΩI. En conclusion, ce cercle
est invariant par la symétrie s.
Pour finir, tout ceci permet de conclure que la figure admet un axe de symétrie orthogonale qui est
la droite (OΩ).

Exercice 8 [Aix, Marseille (1995)] La question 3 est indépendante des questions 1 et 2.


Dans un livre de CM2 (collection diagonale, Editions Nathan), on trouve l’activité décrite ci-dessous :
Sur une feuille de carton mince, on dessine un carré dont le côté mesure 6 cm et un carré
ABCD de côté mesurant 8 cm sur la figure 1. On prend sur [BC] et [CD] les points E et F
tels que BE = CF = 2 cm. On trace les segments [DE] et [AF ] pour obtenir la figure 2. On
découpe alors les deux carrés et de plus, en découpant le long de [DE] et [AF ], on partage le
carré ABCD en quatre morceaux. En utilisant sans les retourner, les cinq morceaux numérotés
sur les figures 1 et 2 comme pièces d’un puzzle, on forme un nouveau carré en s’inspirant du
schéma.
Le schéma donné à l’élève est en fait la figure 3 (ci-après), sans les lettres servant à désigner les points.

1. On admet qu’il est possible de réaliser un carré à l’aide de ces cinq pièces, comme c’est affirmé aux
élèves dans l’activité. Répondre aux questions suivantes :

(a) Quelle est la surface du carré M N P Q ? En déduire la longueur de son côté. Justifier les réponses.
(b) Indiquer sur la figure 3, au moyen des numéros 1, 2, 3 et 4, la place occupée dans le carré
M N P Q par chacune des pièces du puzzle. La pièce 5 est déjà placée.

19
A B

(4) E

(5)

(3)
G
(1)

Figure 1 (2)

D F C
Figure 2

M R N

U S
(5)

Q T P
Figure 3

20
(c) Pour chacune des pièces 1, 2, 3 et 4, écrire la correspondance entre les sommets dans la figure
2 et ses sommets dans la figure 3. Utiliser pour cette réponse, le tableau ci-dessous.

pièce sommet de la figure 2 vient en sommet de la figure 3


pièce 1 C vient en . . .
pièce 1 E vient en . . .
pièce 1 F vient en . . .
pièce 1 G vient en . . .
pièce 2 D vient en . . .
pièce 2 F vient en . . .
pièce 2 G vient en . . .
pièce 3 A vient en . . .
pièce 3 D vient en . . .
pièce 3 G vient en . . .
pièce 4 A vient en . . .
pièce 4 B vient en . . .
pièce 4 E vient en . . .
pièce 4 G vient en . . .

2. On se demande maintenant quelles propriétés de la figure 2 permettent de s’assurer qu’on obtiendra


bien un carré dans la figure 3 avant d’avoir réalisé le puzzle. Dans les réponses aux questions ci-
dessous, il s’agit seulement d’énoncer de telles propriétés sans chercher à les démontrer.
(a) Pour que les points M , R et N soient alignés après la construction du puzzle, il faut que
certains angles de la figure 2 vérifient une certaine relation. Quels sont ces angles et quelle est
cette relation ?
Même question pour les alignements des points N , S et P , puis P , T et Q, puis Q, U et M .
Quelle propriété en résulte alors pour le puzzle réalisé ?
(b) Quelles relations entre les longueurs de la figure 2 impliquent les égalités :

M N = N P = P Q = QM ?

Quelle propriété en résulte alors pour le puzzle réalisé ?


(c) Quelle propriété dans la figure 2 implique que les angles du quadrilatère M N P Q sont droits ?
Quelle propriété en résulte alors pour le puzzle réalisé ?
3. On y démontre quelques propriétés de la figure 2.
[ et GF
(a) Démontrer que les angles GAB [ [ et GDF
C sont supplémentaires et que les angles GEC \
sont complémentaires.
\ et GF
Montrer également que les angles GAD \ D sont complémentaires.

21
(b) Démontrer que les droites (AF ) et (DE) sont perpendiculaires.
(c) Calculer dans la figure 2, les longueurs AF , DE, GD et GF .

Solution 8
1. 1.a)
(a) La conservation des aires donne :
A(M N P Q) = (82 + 62) cm2 = 100 cm2 .

(b) Le côté du carré M N P Q est donc de 100 cm = 10 cm.
(c)
pièce sommet de la figure 2 vient en sommet de la figure 3
pièce 1 C vient en L
pièce 1 E vient en S
pièce 1 F vient en R
pièce 1 G vient en N
pièce 2 D vient en S
pièce 2 F vient en T
pièce 2 G vient en P
pièce 3 A vient en T
pièce 3 D vient en U
pièce 3 G vient en Q
pièce 4 A vient en R
pièce 4 B vient en K
pièce 4 E vient en U
pièce 4 G vient en M

2. (a) — Pour que les points M , R et N soient alignés après la construction du puzzle, il faut que les
\
angles M [ de la pièce 1 soient supplémentaires, ou encore, d’après le
RK de la pièce 4 et LRN
[ de la pièce 4 et CF
tableau des correspondances, que les angles GAB [ G de la pièce 1 soient
supplémentaires.
— Pour que les points N , S et P soient alignés après la construction du puzzle, il faut que les
[
angles N SL de la pièce 1 et T[SP de la pièce 2 soient complémentaires (l’angle LST[ de la
pièce 5 carrée étant droit), ou encore, d’après le tableau des correspondances, que les angles
[ de la pièce 1 et F
GEC \ DG de la pièce 2 soient complémentaires.
— Pour que les points P , T et Q soient alignés après la construction du puzzle, il faut que les
[
angles P T S de la pièce 2 et U[
T Q de la pièce 3 soient complémentaires (l’angle ST[ K de la
pièce 5 carrée étant droit), ou encore, d’après le tableau des correspondances, que les angles
\
GF \ de la pièce 3 soient complémentaires.
D de la pièce 2 et DAG

22
— Pour que les points Q, U et M soient alignés après la construction du puzzle, il faut que les
[
angles QU \
T de la pièce 3 et KU M de la pièce 4 soient supplémentaires, ou encore, d’après le
\ de la pièce 3 et BEG
tableau des correspondances, que les angles GDA \ de la pièce 4 soient
supplémentaires.
Après les alignements des points M , R, N ; N , S, P ; P , T , Q ; et Q, U , M , il résulte que
M N P Q est un quadrilatère.
(b) Pour que M N = N P = P Q = QM , il faut que M R+RN = N S +SP = P T +T Q = QU +U M ,
ou, d’après le tableau des correspondances, que GA+F G = GE +DG = GF +AG = GD +EG,
ce qui revient à dire que AF = DE.
Le quadrilatère M N P Q est alors un losange (car il a ses côtés égaux en longueur).
(c) Pour que les angles RN[S de la pièce 1, SP [ T de la pièce 2, T[ \
QU de la pièce 3 et U M R de la
pièce 4 soient droits, il faut que les angles F[ \ de la pièce 2, AGD
GE de la pièce 1, DGF \ de la
[ de la pièce 4 soient droits, d’après le tableau des correspondances, ce qui revient
pièce 3 et EGA
à dire que les droites (AF ) et (DE) sont perpendiculaires.
Le losange M N P Q est alors un carré (car il a un angle droit).
3. (a) — Les droites (AB) et (CD) sont parallèles (propriété du parallélogramme et, par conséquent,
du carré ABCD). Il s’ensuit quand on considère ces deux parallèles coupées par la sécante
[ et DF
(AF ), que les angles BAG \ G sont de même mesure (car ces angles sont alternes
internes et les droites parallèles).
\
De plus, les angles DF [
G et CF G sont supplémentaires, car le point F appartient au segment
[CD].
[ et CF
Donc, les angles BAG [ G sont supplémentaires.
\
— Le triangle CDE est rectangle en C, donc les angles F DG et [ sont complémentaires.
CEG
\ et
— Le triangle ADF est rectangle en D, donc les angles DAG \
DF G sont complémentaires.
(b) On sait que DA = CD = 8 cm, que F D = EC = (8 − 2) cm = 6 cm et que les angles F\ DA
\ sont égaux (car tous deux droits). Par conséquent, les triangles DAF et CDE sont
et ECD
isométriques (car ces deux triangles ont deux côtés et un angle de mêmes mesures).
\ et CDE
Il s’ensuit que les angles DAF \ sont de même mesure. Mais les angles DAF
\ et AF \ D
\ et GF
sont complémentaires, donc les angles GDF \ D sont complémentaires. Il s’ensuit que le
triangle GDF est rectangle en G et que les droites (AF ) et (DE) sont perpendiculaires.
(c) Par le théorème de Pythagore appliqué au triangle DAF rectangle en D, on déduit que AF 2 =

DA2 + DF 2 . Puis, AF = 82 + 62 cm = 10 cm.
Par le théorème de Pythagore appliqué au triangle CDE rectangle en C, on déduit que DE 2 =

CD2 + CE 2 . Puis, DE = 82 + 62 cm = 10 cm.
AF × GD
A(AF D) = (car les droites (GD) et (AF ) sont perpendiculaires).
2
AD × DF
A(AF D) = .
2
23
AD × DF 8×6
Ainsi, GD = = cm = 4, 8 cm.
AF 10
Et, comme le triangle DF G est rectangle en G, le théorème de Pythagore donne DF 2 = DG2 +

GF 2 , puis, GF = 62 − 4, 82 cm = 3, 6 cm.

Exercice 9 [Reims (1998)] Voici le programme de construction d’un pentagone ABCDE.


— [AB] est un segment de longueur 4 cm, de milieu O. (xy) est la médiatrice de [AB]. On appelle P
le demi-plan de frontière (AB) qui contient la demi-droite [Ox).
[ ; [Ou) est la partie de cette bissectrice contenue dans P .
— On construit la bissectrice de AOx
[ ; [Ov) est la partie de cette bissectrice contenue dans P .
— On construit la bissectrice de BOx
— Le cercle centré en A et passant par B coupe [Ou) en E.
— Le cercle centré en B et passant par A coupe [Ov) en C.
— La perpendiculaire en E à (AE) coupe la perpendiculaire en C à (BC) en D.

1. Réaliser la figure avec soin.


2. Montrer que E et C sont symétriques par rapport à (xy), puis montrer que D est situé sur (xy).
3. Montrer que O et E sont sur le cercle de diamètre [AD]. Donner la mesure en degrés de l’angle
\ Montrer que tous les côtés du pentagone ABCDE ont même mesure.
ADE.
4. Le pentagone ABCDE est-il régulier ?
Rappel : Dans un cercle, deux angles inscrits qui interceptent le même arc, ou des arcs égaux, ont
même mesure.

Solution 9

1.

24
2. Soit s la symétrie orthogonale par rapport à la droite (OD).
(xy) est la médiatrice du segment [AB], elle passe donc par le milieu O du segment [AB]. Ainsi,
s(O) = O et s(A) = B.
L’image par s du demi-plan P est le demi-plan P (par une isométrie, l’image du demi-plan contenant
x délimité par la droite (AB) est le demi-plan contenant x (car x est invariant par s) délimité par
la droite (AB) (car la droite (AB) est l’image de la droite (AB) par s).
L’image par s du cercle C1 de centre A et de rayon AB est le cercle C2 de centre B et de rayon AB
(par une isométrie, l’image du cercle de centre A et de rayon AB est un cercle de centre B (car B
est l’image de A) et de même rayon).
\ est la bissectrice de l’angle BOD
L’image par s de la bissectrice de l’angle AOD \ (car une isométrie
conserve les angles).
En résumé, s([Ou)) = [Ov) et s(C1 ) = C2 , donc s(E) = C.
L’image par s de la perpendiculaire à la droite (AE) passant par E est la perpendiculaire (car une
isométrie conserve les angles) à la droite (BC) (car (BC) est l’image de la droite (AE)) passant
par C (car C est l’image de E). Ainsi, le point de concours D de ces deux droites est invariant par
s.
Le pentagone ABCDE admet donc un axe de symétrie orthogonale (OD).
\ est droit (par construction) et donc E est sur le cercle de diamètre [AD].
3. — L’angle AED
\ est droit (car la droite (OD) est médiatrice du segment [AB]) et donc O est sur
L’angle AOD
le cercle de diamètre [AD].
\ = AOE
— En utilisant la cocyclicité des points A, E, D et O, ADE [ (utilisation de la cocyclicité).
[ = 90◦ = 45◦ (car la bissectrice partage un angle en deux angles égaux). Donc,
Cependant, AOE 2
\ = 45◦ .
ADE
\ = 45◦ . On déduit alors que DAE
— Le triangle AED est rectangle en E et est tel que ADE \ = 45◦
(car la somme des angles d’un triangle est de 180◦ ). Par suite, le triangle AED est isocèle en E
(il possède deux angles égaux) et AE = ED.
De même, on obtiendrait BC = CD.
Or AB = AE (car B et E appartiennent à C1 ) et BA = BC (car A et C appartiennent à C2 ),
donc DE = EA = AB = BC = CD et les côtés du pentagone sont de même mesure.
4. Le pentagone ABCDE n’est cependant pas régulier.
180◦ × 3 \
En effet, s’il était régulier, chacun de ses angles mesurerait = 108◦ . Mais, l’angle AED
5
est droit, ce qui contredit le fait que le pentagone soit régulier.

Exercice 10 [Dijon (1999)] Soit ABC un triangle quelconque. Soit O le centre du cercle Γ circons-
crit à ABC. Soit D le point diamétralement opposé à A sur Γ. [BB ′ ] et [CC ′ ] sont des hauteurs du
triangle ABC qui se coupent en H (l’orthocentre de ABC).

25
1. Montrer que (DC)⊥(AC) et que (BB ′ )//(DC).
2. Montrer que BHCD est un parallélogramme.
3. (HD) et (BC) se coupent en M . (AH) et Γ se coupent en H ′ distinct de A.
(a) Quelle est la nature du triangle HH ′ M ?
(b) Montrer que M est le centre du cercle circonscrit au triangle HH ′ D.
4. Montrer que H ′ est le symétrique de H par rapport à la droite (BC).
5. Que dire des symétriques de H par rapport aux droites (AB) et (AC). Énoncer les propriétés
démontrées dans cet exercice.

Solution 10

\ est droit et (DC) ⊥ (AC).


1. [DC] est un diamètre de Γ. A appartient au cercle Γ, donc l’angle ACD
D’autre part, (BB ′ ) ⊥ (AC) car (BB ′ ) est la hauteur issue de B du triangle ABC.
Les droites (DC) et (BB ′ ) sont toutes deux perpendiculaires à la droite (AC) et donc (BB ′ )//(DC).
2. On a (BH)//(DC).
De même manière, on a (CH)//(DB).
Le quadrilatère BHCD a donc ses côtés parallèles deux à deux et est donc un parallélogramme.
3. M est l’intersection des diagonales du parallélogramme BHCD, c’est donc le milieu des segments
[BC] et [HD].
\
[CD] est un diamètre de Γ. H ′ appartient au cercle Γ, donc l’angle CH ′ D est droit et (DH ′ ) ⊥

(AH ′ ).
Le triangle DHH ′ est donc rectangle en H ′ et, par conséquent, H ′ appartient au cercle de diamètre
DH
[DH] (i.e. au cercle de centre M et de rayon ).
2
26
En conclusion, M est le centre du cercle circonscrit au triangle HH ′ D. Aussi, M H = M H ′ et donc
le triangle M HH ′ est isocèle en M .
4. Puisque M HH ′ est isocèle en M et puisque la droite (HH ′ ) est perpendiculaire à la droite (BC)
(car (AH) est la hauteur issue de A du triangle ABC), la droite (BC) est axe de symétrie du
triangle M HH ′ (car dans un triangle isocèle, la hauteur issue du sommet principal est également
axe de symétrie).
5. Le symétrique de H par rapport à la droite (BC) est H ′ et est situé sur le cercle circonscrit au
triangle ABC.
De même, les symétriques de H par rapport aux droites (AB) et (AC) sont également sur le cercle
circonscrit au triangle ABC.
Ainsi, les symétriques orthogonaux de l’orthocentre d’un triangle par rapport aux côtés
de ce triangle sont situés sur le cercle circonscrit à ce triangle.

Exercice 11 [Guadeloupe, Guyane (2001)] Soit un segment [M A] et soit a la mesure, en centimètres,


de ce segment.
1. Tracer le cercle C1 de centre M et de rayon a, et le cercle C2 de centre A et de rayon a. Les cercles
C1 et C2 se coupent en deux points, dont l’un, O, est tel que le triplet (M, O, A) soit décrit dans le
sens de rotation des aiguilles d’une montre. Démontrer que le triangle M OA est équilatéral.
2. Tracer le cercle C3 de centre O et de rayon a. Le cercle C3 recoupe la demi-droite [M O) au point
T . Démontrer que le triangle M AT est rectangle en A.
3. Soit R le point d’intersection du cercle C2 et du segment [AT ]. Tracer le cercle C4 de centre R et
de rayon a. Le cercle C4 recoupe le cercle C1 au point S (distinct de A) et le cercle C2 au point I
(à l’extérieur de M ARS).
(a) Démontrer que le quadrilatère M ARS est un carré.
(b) Démontrer que le triangle SOR est isocèle de sommet O. Calculer SO en fonction de a.
(c) Démontrer que le triangle OAI est rectangle isocèle de sommet A. Calculer OI en fonction de
a.
(d) Démontrer que les points S, O et I sont alignés et calculer SI en fonction de a.

Solution 11
1. — M A = M O car A et O sont sur le cercle C1 .
— AM = AO car M et O sont sur le cercle C2 .
Ainsi AM = M O = OA et le triangle M OA est équilatéral.
2. [M T ] est un diamètre du cercle C3 (car M et T sont sur C3 et car le segment [M T ] passe par le
centre O du cercle C3 ).
Comme A est sur le cercle de diamètre [M T ], le triangle M AT est rectangle en A.

27
3. (a) — M A = M S car A et S sont sur le cercle C1 .
— AM = AR car M et R sont sur le cercle C2 .
— RA = RS car A et S sont sur le cercle C4 .
Ainsi, SM = M A = AR = RS et M ARS est un losange.
De plus, l’angle est droit (d’après la question 2).
Le losange M ARS possède un angle droit et est, par conséquent, un carré (car un losange ayant
un angle droit est un carré).
(b) Démontrer que le triangle SOR est isocèle de sommet O. Calculer SO en fonction de a.
Soit δ la médiatrice du segment [M A]. Soit s la symétrie orthogonale d’axe δ.
Par définition de la symétrie, on a s(M ) = A.
De plus, par propriété du carré, la médiatrice de [M A] est axe de symétrie du carré et donc
s(S) = R
Ensuite, s(C1 ) = C2 (car l’image d’un cercle par une symétrie orthogonale est un cercle, dont le
centre est l’image du centre par cette symétrie orthogonale, et de même rayon).
Puis O, qui est point d’intersection de C1 et C2 , est invariant et appartient donc à l’axe de
symétrie δ.
Ainsi, la médiatrice du segment [M A] est axe de symétrie du triangle SOR et le triangle SOR
est isocèle en O (car quand un triangle admet un axe de symétrie orthogonale passant par l’un
de ses sommets, le triangle est isocèle en ce sommet).
Soit H le milieu du segment [M A] et soit K le milieu du segment [RS]. On a HK = a = HO +
OK (car HM SK est un rectangle vu que ce quadrilatère possède trois angles droits, et car dans
un rectangle les côtés opposés sont de même longueur). HO est hauteur du triangle équilatéral

3×a
M OA de côté a et, par application directe du théorème de Pythagore, on déduit HO = .
2
28

(2 −
3) × a
Ensuite, OK = . Maintenant, le théorème de Pythagore appliqué au triangle OKS
2 v
u √ ! q
u 2 − 3 2  1 2 √
t
rectangle en K donne SO = KS + KO et SO =
2 2 2
+ × a = 2 − 3 × a.
2 2
(c) — AI = AR car I et R sont sur le cercle C2 .
— RI = RA car I et A sont sur le cercle C4 .
Ainsi IA = AR = RI et le triangle AIR est équilatéral.
On considère la rotation r de centre A et d’angle 60◦ dans le sens des aiguilles d’une montre.
On a r(A) = A (car le centre de rotation est fixe, par rotation).
On a r(M ) = O (car le triangle AM O est équilatéral, donc AM = AO et M\AO = 60◦ ).
[ = 60◦ ).
On a r(R) = I (car le triangle AIR est équilatéral, donc AR = AI et RAI
\
Ainsi, l’image du triangle M AR par la rotation r est le triangle OAI et donc M [ (car
AR = OAI
une isométrie conserve les angles).
\
Et comme M ARS est un carré, on a M [ = 90◦ et le triangle OAI est
AR = 90◦ , puis OAI
rectangle en A.
Or AO = AI car I et O sont sur le cercle C2 , donc le triangle OAI est non seulement rectangle
en A, mais aussi isocèle en A.
Le triangle OAI est isocèle rectangle en A tel que AO = AI = a et, par application directe du

théorème de Pythagore, on déduit OI = 2 × a.
(d) — Le triangle M OA est équilatéral, donc M \OA = 60◦ ,
[ = 60◦ ,
— le triangle OAI est isocèle rectangle en A, donc IOA
\
— et enfin, le triangle M OS est isocèle en M (car O et S sont sur le cercle C1 ) tel que SM O=
\
SM A − OM\ A = 90◦ − 60◦ = 30◦ (SM \ A = 90◦ car M ARS est un carré et OM \ A = 60◦
\ = 180 − 30 = 75◦ (car
◦ ◦
\ = SOM
car le triangle M OA est équilatéral) donc tel que OSM
2
les angles opposés au sommet principal d’un triangle isocèle sont égaux en mesure et car la
somme des angles d’un triangle est 180◦ ).
\ +M
d = SOM
Ainsi, SOI \ [ = 75◦ + 60◦ + 45◦ = 180◦ .
OA + AOI
√ q √
L’alignement des points S, O et I donne SI = SO + OI = ( 2 + 2 − 3) × a.

Exercice 12 [Amiens (2001)] Soit ABCD un carré de 5 cm de côté. Tracez la parallèle à la droite
(AC) passant par B. Soit F l’intersection de cette droite avec la droite (AD). Soit G l’intersection de cette
droite avec la droite (DC). Tracez la parallèle à la droite (AC) passant par D. Soit E l’intersection de
cette droite avec la droite (AB). Soit H l’intersection de cette droite avec la droite (BC).
1. Déterminer la nature du quadrilatère EF GH.
2. Calculer l’aire du quadrilatère EF GH.
3. Soit O l’intersection des diagonales du carré ABCD. Démontrer que O est le centre du cercle
circonscrit au quadrilatère EF GH.

29
4. Soit P le symétrique de A par rapport à B. Soit Q le symétrique de C par rapport à B. Soit R le
symétrique de C par rapport à D. Soit S le symétrique de A par rapport à D. Démontrer que P ,
Q, R et S sont sur le cercle circonscrit au quadrilatère EF GH.
5. Calculer l’aire du polygone EF QP GHSR.

Solution 12

1. On montre que le quadrilatère EF GH est un rectangle.


Soit s la symétrie de centre O (O est l’intersection des diagonales du carré ABCD).
On a s(A) = C et s(B) = D (d’après la propriété concernant les isométries du carré).
Les diagonales du carré ABCD sont perpendiculaires (propriété des diagonales d’un carré). Donc,
les droites (F G) et (EH) sont toutes deux perpendiculaires à la droite (BD) (car les droites (F G)
et (EH) sont toutes deux parallèles à la droite (AC)). Ainsi, s((F G)) = (HE) (car une isométrie
conserve les angles et donc l’image de la perpendiculaire à la droite (BD) passant par B est la
perpendiculaire à la droite (BD) (globalement invariante par s) passant par D (qui est l’image de
B par s)).
On a montré que s((F G)) = (HE), mais on sait également que s((AD)) = (CB) (car s(A) = C et
s(D) = B). Donc, s(F ) = H (car l’image par s du point de concours des droites (F G) et (AD) est
le point de concours des droites images (HE) et (CB)).
On a montré que s((F G)) = (HE), mais on sait également que s((CD)) = (AB) (car s(C) = A et
s(D) = B). Donc, s(G) = E (car l’image par s du point de concours des droites (F G) et (CD) est
le point de concours des droites images (HE) et (AB)).
Le quadrilatère EF GH admet donc O comme centre de symétrie (car s(F ) = H et car s(G) =
E) et est par conséquent un parallélogramme (d’après la propriété concernant les isométries du

30
parallélogramme).
Soit t la symétrie orthogonale par rapport à la droite (AC).
On a t(A) = A, t(C) = C et t(B) = D (d’après la propriété concernant les isométries du carré).
On a déjà vu que les droites (F G) et (EH) sont toutes deux perpendiculaires à la droite (BD).
Ainsi, t((F G)) = (HE) (car une isométrie conserve les angles et donc l’image de la perpendiculaire
à la droite (BD) passant par B est la perpendiculaire à la droite (BD) (globalement invariante par
t) passant par D (qui est l’image de B par t)).
On a montré que t((F G)) = (HE), mais on sait également que t((AD)) = (AB) (car t(A) = A et
t(D) = B). Donc, t(F ) = E (car l’image par t du point de concours des droites (F G) et (AD) est
le point de concours des droites images (HE) et (AB)).
On a montré que t((F G)) = (HE), mais on sait également que t((CD)) = (CB) (car t(C) = C et
t(D) = B). Donc, t(G) = H (car l’image par t du point de concours des droites (F G) et (CD) est
le point de concours des droites images (HE) et (CB)).
Le quadrilatère EF GH admet donc (AC) (qui n’est pas une diagonale de EF GH) comme axe de
symétrie orthogonale (car t(F ) = E et car t(G) = H) et est par conséquent un trapèze isocèle
(d’après la propriété concernant les isométries du trapèze isocèle).
Le quadrilatère EF GH admet (AC) (qui n’est pas une diagonale de EF GH) comme axe de symétrie
orthogonale et O comme centre de symétrie, est donc un rectangle (d’après la propriété concernant
les isométries du rectangle).
2. La réciproque du théorème des milieux appliqué au triangle DBF où les droites (AO) et (F B) sont
parallèles et où O est milieu du segment [BD] (propriété du centre d’un carré) donne BF = 2×OA.
De la même manière, BG = 2 × OC.
Par suite, F G = F B + BG = 2 × OA + 2 × OC = 2 × (OA + OC) = 2 × AC.
√ √
L’aire du rectangle EF GH est donc A(EF GH) = F G × BD = 2 × AC × BD = 2 × 2 × 5 × 2 ×
5 cm2 = 100 cm2 (en effet, la droite (BD) est perpendiculaire à la droite (F G), donc BD est donc
bien une hauteur du parallélogramme EF GH).
3. D’après la définition de s et l’utilisation de la conservation des distances, on a OF = OH et
OG = OE.
D’après la définition de t et l’utilisation de la conservation des distances, on a OF = OG et
OE = OH.
D’où OE = OF = OG = OH et O est centre du cercle circonscrit au rectangle EF GH.
4. On montre d’abord que le quadrilatère ACP Q est un carré de centre B. En utilisant la symétrie
de centre B, il est immédiat que le quadrilatère ACP Q est un parallélogramme où B, le point de
concours des diagonales, est bien à la fois milieu de [AP ] et milieu de [CQ]. De plus, en utilisant les
propriétés du carré ABCD, on obtient que ses diagonales sont de même mesure (car les côtés du
carré ABCD sont égaux) et perpendiculaires (car les côtés du carré ABCD sont perpendiculaires).
Par conséquent, le quadrilatère ACP Q est un carré.

31
De même, le quadrilatère CARS est un carré de centre D.
On montre maintenant que le quadrilatère DBF E est un carré de centre A. On a déjà montré
\ et DBF
que ED = DB = BF (question 2) et que les angles EDB \ étaient droits (question 1). Le
quadrilatère DBF E possède deux côtés opposés parallèles (car (ED) et (BF ) sont parallèles puisque
toutes deux perpendiculaires à la droite (DB)) et de même longueur, c’est donc un parallélogramme.
De plus, ce parallélogramme DBF E possède un angle droit EDB, \ c’est donc un rectangle. De
surcroît, ce rectangle DBF E a deux côtés consécutifs de même longueur ED = DB, c’est donc un
carré.
De même, le quadrilatère BDHG est un carré de centre C.
Soit r la rotation de centre O et qui envoie A sur B, B sur C, C sur D et D sur A (voir la propriété
concernant les isométries du carré). Cette rotation r envoie le carré DBF E sur le carré ACP Q (car
une isométrie transforme un carré en un carré, car r([DB]) = [AC] (donc le carré image admet
[AC] comme côté) et car r(A) = B (donc le carré image admet B comme centre)).
Par suite, r(F ) = P et r(E) = Q.
De même, r(H) = R et r(G) = S.
Ainsi, l’image par r du cercle circonscrit à EF GH est le cercle circonscrit à P QRS.
Comme ce cercle de centre O (voir question 3) est globalement invariant par r, les points E, F , G,
H, P , Q, R et S sont cocycliques.

Analyse de productions d’élèves [Amiens (2002)]


Sujet
Solution
Analyse de productions d’élèves [Nouvelle-Calédonie (2004)]
Sujet
Solution

32

Vous aimerez peut-être aussi