Vous êtes sur la page 1sur 94

République Algérienne Démocratique et Populaire

Université Larbi Ben M’hidi OEB


Faculté de science de la terre et d’architecture
Département de géologie

Mémoire de fin d’étude


En vue de l’obtention de diplôme de
Master en géologie
Option : géologie de l’ingénieur

Caractérisation lithologique et pétrophysique


(méthode analogique et IP)
D’un niveau réservoir Trias Argileux Gréseux
Supérieur

Réalisé par :
* Sayad Ala Eddine.
* Bachagha Wafa.

Devant le jury composé de :

* Dr. BOUROUBI Yasmina Président Université OEB


* Pr BENZAGOUTA Mohamed Said Encadreur Université OEB
* Mr. MAZOUZ El Hadi Co-encadreur Université OEB
* Mme. NECHEM Moufida Examinatrice Université OEB

Année universitaire 2016/2017


Remerciements
Tout d'abord, nous remercions Dieu, le tout puissant, de nous avoir aidé à
faire ce travail.
Nous tenons à exprimer nos gratitudes, notre reconnaissance et
notre respect à notre encadreur Pr : Benzagouta Mohamed Said, pour
ses orientations, sa patience et ses précieux conseils.
Nous remercions aussi Mr : Mazouz El Hadi pour son encouragement et
ses conseils.
Nous adressons nos sincères remerciements à tous les enseignants du
département de géologie qui nous ont aidé et guidé tout le long de notre
cursus estudiantin.
Nos remerciements vont aussi à tous les membres du jury qui ont bien
accepté de lire ce modeste mémoire pour l'évaluer.
Merci à tous ceux qui ont participé à la réalisation de ce travail.
Ala & Wafa
Dédicace

Nous dédions ce modeste travail à…


Nos parents qui sont notre soutien moral et exemplaire.
Nos chers frères.
Nos chères sœurs.
Nos meilleure amis pour leur soutien et
Leurs conseils.
Et à toute personne qui reste convaincue que l’effort sincère et
Honnête est la seule voie vers la réussite et la réalisation de
Soi.
Qu’ils trouvent tous ici, le témoignage de notre amour, notre
Gratitude et notre tendresse.

Sayad & Bachagha


Sommaire
Résumé………………………………………………………………………………...1

Introduction générale………………………………………………………………….5

Chapitre 01 : cadre régional et géologique


1.1)-Introduction………………………………………………………………………7

1.2)-Cadre Géologique de la Plate-forme Saharienne…………………………………7

1.3)-Stratigraphie……………………………………………………………………..8

1.3.1)-La province Orientale…………………………………………………………8

1.4)-Litho stratigraphie de la plate-forme saharienne…………………………………9

1.4.1)-Le Paléozoïque…………………………………..…………………………...9

1.4.2)-Le Mésozoïque………………………………………………………………9

1.4.3)-Le Cénozoïque……………………………………………………………….10

1.5)-Histoire structurale de la Plate-forme saharienne………..................................10

1.6)-Le Système pétrolier de la plate-forme saharienne………..................................11

1.6.1)-Roches Mères………………………………………………………………..11

1.6.2)-Roches Couvertures………………………………………………………..11

1.6.3)-Roches Réservoirs…………………………………………………………..11

1.6.4)-Pièges Hydrocarbures………………………………………………………11

1.7)-Le Bassin de BK………………………………………………………………...11

1.7.1)-Dépression Sud-Est Triasique……………………………………………….11

1.7.2)-Dépression de BK………………………………………………………….12

1.7.3)-Dépression de Dahar………………………………………………………12

1.7.4)-Aspect structural de Bassin de BK…………………………………………12

1.7.5)-Le Système pétrolier du Bassin de BK…………………………………….13

1.7.5.1)-Roches mères …………………………………………………………..13

1.7.5.2)-Roches Couvertures…………………………………………………….13
1.7.5.3)-Roches Réservoirs…………………………………………………….13

1.7.5.4)-Types de pièges………………………………………………………..14

1.8)-Le champ de Brides…………………………………………........................17

1.8.1)-Situation géographique ……………………………………………………17

1.8.2)-Description de la structure……………………………………...…………17

1.8.3)-Origine de la structure…………………………………………………….....18

1.8.4)-La Stratigraphie du champ de Brides…………………………………….….19

1.8.4.1)-Cénozoïque (6.5 – 192m)……………………………………………......19

1.8.4.2)-Mésozoïque (192-3690m) ………………………………………………19

Chapitre 2 : aperçus sur les caractéristiques pétrophysiques de


réservoir
2.1)-Introduction……………………………………………………………………..24
2.2)-Porosité………………………………………………………………………….24
2.2.1)- La porosité totale (ϕt)………………………………………………………24
2.2.2)-La porosité totale inclut…………………………………………………….24
2.3)-La perméabilité………………………………………………………………….25
2.3.1)-Définition…………………………………………………………………...25
2.3.2)-Types de perméabilités……………………………………………………..26
2.3.3)-Détermination de la Perméabilité…………………………………………..28
2.3.4)-Calcule de la perméabilité à partir la porosité……………………………..28

2.3.5)-Relation perméabilité, porosité et saturation……………………………….31

2.4)-La Saturation…………………………………………………………………….32
2.4.1)-Définition…………………………………………………………………...32

2.4.2)-Loi d’Archi: Relation entre Résistivité, Porosité et Saturation…………….32


2.4.3)-Déterminer la saturation en différentes zones d’un forage…………………34
2 .5)-La pression capillaire…………………………………………………………...35
2.6)-La mouillabilité………………………………………………………………….38

2.7)-Drainage et imbibition…………………………………………………………..39
2.7.1)-Drainage………………………………………………………………. …...39
2.7.2)-Imbibition………………………………………………………………......39
Conclusion……………………………………………………………………………41
Chapitre 03 Aperçu sur les outils diagraphie
3.1)-Les outilles diagraphique…………………………………………………….43

3.1.1)-Définition………………………………………………………………...43

3.1.2)-Les types de diagraphies ………………………………………………...43

3.1.3)-But des diagraphies………………………………………………………...43

3.1.4)-Application des diagraphies……………………………………………....43

3.1.5)-Conditions de mesure……………………………………………………44

3.1.6)-Caractéristiques d’un environnement pour un puits de forage………...45

3.1.7)-Les différentes Logs et leur interprétation……………………………....46

3.1.8)-Température (BHT)………………………………………………………48

3.1.9)-Les outils de Lithologie…………………………………………………...49

3.1.9.1)-Gamma Ray (GR)……………………………………………...……..49

3.1.9.2)-Spectrométrie des Rayons Gamma naturels (NGL)…………………52

3.1.9.3)-Les outils de porosité…………………………………………………52

3.1.9.4)-Sonic…………………………………………………………………..52

3.1.9.5)-Densité………………………………………………………………….54

3.1.9.6)-Neutrons………………………………………………………………57

Conclusion……………………………………………………………………………59

Chapitre04 présentation de la méthode de calcul par le logiciel


IP
4.1)-Introduction…………………………………………………………………….61

4.2)-Données disponible…………………………………………………………….61

4.2.1)-Méthode de calcul et de création de puits par l’utilisation…………….......61

4.3)-Résultats………………………………………………………………………..68

4.4)-Caractérisation du réservoir……………………………………………………69
4.4.1)-Contribution des diagraphies et méthode de l’IP (Interactive
Petrophysics)……………………………………………………………………….69

4.4.2)-Interprétation Quantitative (Analogique)………………………………..70

4 .5)-Comparaison des Résultats obtenus : analogiques et par IP…………………75

4.6)-Qualité du réservoir……………………………………………………………75

4.6.1)-Calcul de la perméabilité à base de porosité…………………………………75

4 .6.2)-Calcule de la pression capillaire……………………………………………76

4.7)-conclusion………………………………………………………………………77

Conclusion général …………………………………………………..……………..78

Liste des figures……………………………………………………………………..80

Liste des tableaux……………………………………………………………………84

Références……………………………………………………………………………86
‫‪Résumé‬‬

‫ملخص‪:‬‬

‫ما ق ل ل‬ ‫نش ا إل حق‬ ‫تع‬ ‫ل‬ ‫في ش ا إف يقيا‬ ‫ي في ل ح ء ل‬ ‫ل ح‬ ‫تقع ل‬

‫ل بي ا م ا ق‬ ‫ل س بي ت‬ ‫مج ع من ألح‬ ‫س ) ‪ .‬تت ي بغطاء س بي ك ي ي‬ ‫(‪ 600‬م ي‬

‫م تع ‪.‬‬

‫تعت م ا‬ ‫ميا ‪ ,‬حاسي ب كين حاسي مسع‬ ‫‪,‬‬ ‫لي‬ ‫لتي تت ثل في ح‬ ‫مج ع ألح‬

‫لغا في ل طق لش قي ‪.‬‬ ‫أساسي ل ط‬

‫لطي ي ل م ي‬ ‫تح ي في لت يا‬ ‫لت يا‬ ‫ل طي في فت‬ ‫ست شاف تق ي ل‬ ‫ع‬ ‫ست ا تق‬

‫سابقا بح‬ ‫كا يس‬ ‫ليي‬ ‫مع لح‬ ‫لج ئ‬ ‫لش‬ ‫يقع في أق‬ ‫ب كين ل‬ ‫في ح‬ ‫لع‬

‫غ مس نس إل م ي غ مس ل ي ي ‪.‬‬

‫يت ي أي ا‬ ‫لت يا‬ ‫ل لق إل‬ ‫هاج ع‬ ‫لسي س يا‬ ‫ق نشا ل ط في فت‬ ‫يت ي ب ي مح ب‬

‫بين‬ ‫مسامي تق‬ ‫أله ي مع ن ا ي م‬ ‫ائص بت ف يائي ق ي‬ ‫ب‬

‫ل ط‪.‬‬ ‫لغا مع أخ‬ ‫ألخي ت تج غ ب آبا‬ ‫‪,‬ه‬ ‫حقل ب ي‬ ‫ست ا يت ك ح‬ ‫‪. ٪ 15 ٪ 14‬مح‬

‫ل ط مت سط غم‬ ‫م‬ ‫ائص ل ت ف يائي ل اص به تعت ضعي ن عا ما من ه نست تج‬ ‫ل‬

‫لع ي )‪.‬‬ ‫لحسابا‬ ‫ل نامج أ ع‬ ‫ل تائج ل ح ل ع ي ا سابقا‪(.‬ع‬

‫‪ ,‬لتش ع‪.‬‬ ‫‪,‬م‬ ‫ي ‪ ,‬لت يا ‪,‬ب كين‪ ,‬ب ي‬ ‫ل ح‬ ‫ل تاحي ‪ :‬ل‬ ‫ل ا‬

‫‪Résumé‬‬

‫‪La plate-forme saharienne appartient au craton Nord-africain, avec un socle‬‬

‫‪d'âge panafricain (Précambrien, 600 Ma) associé à la chaine panafricaine. Une‬‬

‫‪importante couverture sédimentaire, structurée principalement au Paléozoïque en‬‬

‫‪plusieurs bassins séparés par des zones hautes et des zones basses qui se sont‬‬

‫‪deposees sur le socle.‬‬

‫‪1‬‬
Résumé

L’ensemble des bassins qui y figurent sont principalement : le bassin d Illizi,

Oued Mya, Hassi Berkine et Amguid-Hassi Messaoud pour la province orientale. Les

ressources piégées dans ces différents bassins sédimentaires sont importantes et loin

d’avoir été toutes explorées.

Le cas d etude consiste en une investigation du TAGS (Trias Argileux

Gréseux) dans le bassin HB. Ce réservoir, situé dans la partie N-E de la plate forme

Saharienne, est caractérisé par une roche mere surtout Silurienne. Le réservoir est

identifié comme étant un piège structural de type anticlinal avec des propriétés

petrophysiques relativement faibles. La concentration dans cette étude s est portée

sur le réservoir BRD. Il est productif surtout de gas.. Cependant le puits considéré a

été productif de gas. Les divers calculs ont permis une évaluation du réservoir avec,

des calculs de saturation Sw relativement faibles pouvant atteindre (32%) , Vsh

moyen (20%) et un net pay considéré de 26 mètres/gross pay (35 mètres) . Selon l

étude conduite dans la région, il s avère que le réservoir constituant notre objectif,

reste un réservoir avec beaucoup d incertitudes quant a sa qualité : vu ses

caractéristiques pétrophysiques qui restent réduites surtout la perméabilité et ce,

malgré des net pays relativement importants.

L examen de ce réservoir a donné, une certaine particularité des résultats de

saturation en eau plus au moins tolérable/ la fraction de gas. Le niveau réservoir reste

relativement indéterminé tenant compte du contact Gas/Eau qui n’a pas été atteint.

De_ce_fait beaucoup de recommandations restent posées quant a l amélioration de la

reconnaissance et l interprétation de certains détails du réservoir.

Mots Clés Réservoir, Caracteristiques petrophysiques, net pay, gross pay,

saturation, volume d argile, TAGS

2
Résumé

Abstract

The Sahara platform is a part of the North African Craton. Basically, it is of Pan-

African Precambrian, 600 Ma in age. It has been structured mainly during the

Paleozoic period where an important accumulation of sedimentary deposits was laid

down. Several basins separated by high and low zones have been generated. Among

the main basins being part of the Sahara are: the Illizi basin, Oued Mya, Hassi

Berkine and Amguid-Hassi Messaoud for the eastern province. Resources on H-C

trapped in these different sedimentary basins are important and far from having been

fully explored.

Our case study approaches consists of an investigation targeting reservoir level

(TAGS) or Trias Clayey Gréseux in the HB basin. This reservoir is located in the N-E

part of the Sahara platform. It is characterized by a source rock especially Silurian.

The reservoir is sealed by different types of rocks mainly salty rocks and shale ones.

The reservoir has been identified as an anticlinal structural trap. The reservoir has

been found characterized by low petrophysical properties, essentially with low

permeability and a porosity up to 14 to 15%. Focus in this study was on the BRD

TAGS reservoir. The field is mainly productive of gas. However, the considered well

was found productive of oil. Saturation calculations based on available log records

and interpretation showed a relatively low Sw , up to 32% with a Vsh (volume of

shale) of an average of 20%. The net pay of the well considered is 26 meters in

relation to a gross pay which can reach 35 meters. According to the carried out

investigation in the region, it is evident that the reservoir constituting our main

objective, remains a reservoir with uncertainties with regards to petrophysical quality

3
Résumé

evolution. These latter parameters remain reduced especially permeability, despite

relatively large net thicknesses.

Reservoir Examination, finally, reserves a certain peculiarity on the basis of water

saturation results. These latter outcomes are encountered more or less tolerable in

comparison to the oil fraction. In an Original Oil in Place (OOIP) approach,

predictions can be surprising and impredictible with focus on accumulations. As a

whole, the BRD reservoir remains relatively indeterminate, with a consideration on

oil / water contact (OWC); This contact has not been reached and defined, thus the

real oil columns is not established. Thus, more investigations and recommendations

remain set in order to improve the understanding prior to better interpretation

concerning some details.

Key Words Reservoir, Petrophysical characteristics, net pay, gross pay, saturation,

volume of shale, TAGS.

4
Introduction Générale

Introduction générale :

Dans la Plate-forme Saharienne, le Trias en général et le Trias Argileux gréseux


supérieur (TAGS) en particulier peuvent recéler d'importantes ressources en huile et
gaz.
Selon (BOUDJEMAA (1987)) les faciès réservoirs sont de type fluviatile à deltaïque
à influences marines similaires au NE du Bassin de Berkine (Ghadamès).

Le niveau comme objectif destiné dans cette recherche est le Trias Argileux gréseux
supérieur (TAGS). Il constitue un des réservoirs plus importants dans la région.
Plusieurs études ont été menées dans cette région concernant la stratigraphie,
sédimentologie, pétrophysiques (BOUDJEMAA.1987). BENAMRANE (1987); AIT
SALEM (1990).

Plusieurs auteurs ont approché le réservoir et sa caractérisation ainsi que son aptitude
à produire des H-C. Benzagouta, (2009, 2012) trouve que les hétérogénéités des
réservoirs influent sur leur extension et surtout sur le net pay et que ces réservoirs sont
contrôlés par leur textures surtout révélant l’origine sédimentologique du dépôt.
Selley,(1998) trouve aussi que l’un des importants paramètres contrôlant le réservoir,
son type et aussi la taille de pores est leur géométrie. Benzagouta (2001) trouve que le
système de fracturation aussi résultant d’une compaction de matériaux rigides ou
d’une tectonique cassante peut être responsable d’une amélioration des
caractéristiques pétrophysiques.

C’est dans ce cadre et a base de ce concept que nous avons projeté une étude des
milieux poreux : caractérisation lithologique et pétrophysiques (méthode analogique
et IP) dans la région de Berkine.
Parmi les objectifs tracés :

 L’évaluation qualitative et quantitative de notre réservoir.


 Application des méthodes analogiques et IP pour évaluation et corrélation.
 Définir l’évolution de la saturation.
 Les caractéristique pétrophysiques et les caractéristiques de fluide.
 Lectures des différents résultats diagraphiques.
 calculs de saturation.
 Calculs de la perméabilité.
 établir les différentes zones efficaces et inefficaces.

5
Cadre régionale et géologique.
Chapitre 01 : cadre régionale et géologique

1.1. Introduction :

L'histoire géologique de l’Algérie s’inscrit à une évolution géodynamique.

Dans son état actuel, l’Afrique du nord correspond à une zone ayant subi plusieurs
phases de déformation et de sédimentation depuis le Précambrien. La géologie de la
partie septentrionale de l’Algérie est marquée par l’empreinte de l’orogenèse alpine
(Domaines tellien et atlasique).

Cette dernière est constituée essentiellement de terrains du Précambrien et du


Paléozoïque. Cette plate-forme a peu évolué depuis la fin du Paléozoïque et
correspond à un domaine cratonique relativement stable [1].

1.2. Cadre Géologique de la Plate-forme Saharienne :

La plate-forme saharienne appartient au craton nord-africain, avec un socle


d'âge précambrien (600 Ma) associé à la chaine panafricaine qui affleure au Hoggar,
sur laquelle repose une puissante couverture sédimentaire, structurée au Paléozoïque
en plusieurs bassins séparés par des zones hautes [2].

Figure 1.1 : Répartition des provinces pétrolifère dans la plate-forme saharienne


[2].

a : Province occidentale, b et c : Province orientale.

7
Chapitre 01 : cadre régionale et géologique

1.3. Stratigraphie :

La Plate-forme Saharienne est une région très vaste et stable qui a été modelée dès les
Paléozoïques et subdivisée en trois provinces pétrolières [4] mais dans la nouvelles
subdivision on deux provinces pétrolières (province orientale et province occidentale).

Chaque province comprend un certain nombre de bassin, (Figure 1.1)

1.3.1. La province Orientale :

L’ensemble des bassins d’Illizi, Oued Mya, Berkine et Amguid-Hassi


Messaoud constitue un vaste domaine de près de 493 632 km2. Les ressources piégées
dans les différents bassins sédimentaires sont loin d’avoir été toutes explorées et
découvertes. Les bassins de Hassi Messaoud, Illizi et Oued Mya sont essentiellement
paléozoïques. Quant au bassin de Berkine, son histoire géologique est plus complexe
puisqu’il a été moins soumis à l’érosion hercynienne que les secteurs qui l’entourent
et plus subsident au Mésozoïque. La quasi-totalité des réserves découvertes à ce jour
se situe dans la partie est du Sahara, (Figure 1.2) [3].

Figure1.2 : Carte des Bassins sédimentaires de la Platte forme Saharienne [3].

8
Chapitre 01 : cadre régionale et géologique

Les bassins d’Illizi et de Berkine sont bordés à l’ouest par la dorsale d’Amguid et à
l’est par le môle de Tihemboka. Ils s’appuient au sud sur le bouclier Touareg.
Plusieurs découvertes ont été mises en évidence dans ces deux bassins (Sonatrach et
en partenariat).

La majorité des anticlinaux explorés est concentrée dans les parties centrale et
méridionale de la dorsale Amguid. Au niveau de certains hauts structuraux, les
réservoirs érodés du Paléozoïque sont en contact direct avec les réservoirs triasiques,
créant de ce fait un chemin de migration et d’alimentation en hydrocarbures. Pour la
dorsale AmguidHassi Messaoud, les principales découvertes à mettre en exergue sont
celles réalisées récemment sur le pourtour de Hassi Messaoud dans les réservoirs
cambrien et ordovicien[3].

1.4. Litho stratigraphie de la plate-forme saharienne :

1.4.1 Le Paléozoïque :

a. Cambrien : Les dépôts cambriens reposent sur le socle cristallin et sont représentés
par des grès et des quartzites à passées conglomératiques.

b. Ordovicien : Il constitue un ensemble de 500 m, allant du Trémadoc à l'Ashgill.


Les dépôts proximaux (fluviatiles) s'agencent autour des régions émergées et forment
les falaises du Tassili interne. Les dépôts marins se rencontrent au nord en subsurface
et dans ce qui est devenu les Chaînes de l'Ougarta. Des traces de glaciation ont été
décelées dans l'Ordovicien terminal.

c. Le Silurien : Cette série marine d'apparence homogène (environ 600 m) est


représentée par des argiles noires à graptolites, des argiles à passées gréseuses et de
rares bancs carbonatés.

d. Le dévonien : Ses dépôts, essentiellement argilo-gréseux, présentent des faciès très


variés:

-Le Dévonien moyen et supérieur: Le Dévonien moyen est à faciès argilo-carbonaté


et évolue à des argiles à passées marneuses et calcaires avec des bancs de grès. Le
Dévonien supérieur est à faciès argilo-carbonaté. Ces dépôts sont les plus touchés par
l'érosion frasnienne ou famennienne et pré-mésozoïque.

9
Chapitre 01 : cadre régionale et géologique

e.Le Carbonifère : Il correspond au cycle sédimentaire paléozoïque final. Les faciès


varient, de marin profond jusqu'à continental [4].

1.4.2. Le Mésozoïque :

a.Le Trias : Le Trias transgressif, discordant sur les formations paléozoïques, est
représenté par des dépôts argilo-gréseux et lagunaires (sel et anhydrite).

b. Le Jurassique : Il est composé de sédiments marins et lagunaires. Il débute par un


niveau dolomitique.

c.Le Crétacé : Il comporte des faciès grés-argileux à la base évoluant vers un pôle
essentiellement carbonaté au sommet.

1.4.3. Le Cénozoïque :

Le Cénozoïque est représenté par une série de dépôts détritiques d'environnements


très différenciés et d'âge Mio-Pliocène[4].

1.5. Histoire structurale de la Plate-forme saharienne :

L’histoire structurale de la plate-forme saharienne peut être résumée dans le tableau


suivant :

Tableau 1.1: Les phases tectoniques majeures avec leur orientation [5].

Ces phases tectoniques se subdivisent en deux types :

10
Chapitre 01 : cadre régionale et géologique

-a.Celles antérieures : ou sédimentaires aux dépôts : Trias argilo-gréseux inférieur.

-b.Celles postérieures : aux dépôts, causant les différentes déformations structurales


des séries, modifiant ainsi leurs structures internes et leurs caractéristiques pétro
physiques [6].

1.6. Le Système pétrolier de la plate-forme saharienne :

1.6.1. Roches Mères:

Les principaux niveaux roches mères susceptibles d'être la source des hydrocarbures
dans les différents réservoirs de la couverture sédimentaire sont Le Silurien inférieur
et Le Frasnien inférieur.

1.6.2. Roches Couvertures :

La couverture sédimentaire de l'Algérie comprend un certain nombre de niveaux


roches couvertures réparties du Paléozoïque au Mésozoïque, soit: l’Ordovicien (inf-
moy-sup), le Silurien, le Dévonien, le Carbonifère, le Trias et le Lias.

1.6.3. Roches Réservoirs :

Le Paléozoïque comprend des réservoirs bien développés et régulièrement distribués


dans tous les bassins, soit : le Cambrien, l’Ordovicien, le Silurien, le Dévonien et le
Carbonifère.

Pour le Mésozoïque, en général c’est le Trias qui est divisé en : Trias Argilo-Gréseux
Inférieur (TAGI), Trias médian carbonaté et Trias Argilo-Gréseux Supérieur (TAGS).

1.6.4. Pièges Hydrocarbures :

L’exploration axée sur les pièges structuraux, mais il y a d’autre types de pièges
comme les pièges stratigraphiques, les pièges récifaux, les pièges hydrodynamiques et
les barrières de perméabilité[4].

1.7. Le Bassin de BK :

Le bassin de Berkine, intracratonique, se situe dans la partie nord-est de la plate-


forme saharienne. D’une superficie globale de 102 395 km2, il est l´un des plus

11
Chapitre 01 : cadre régionale et géologique

importants bassins producteurs d’hy d’hydrocarbures. Il est essentiellement subdivisé


en trois zones pétrolières (Figure 1.3) [3].

1.7.1. Dépression Sud-est Triasique :

Elle se superpose pratiquement à l’actuel sillon salifère de Dorbane et à ses


extensions vers le sud-ouest. Cette région constitue la zone tampon entre le môle
d’AmguidHassi Messaoud à l’ouest et le bassin de Berkine à l’est. Elle est
caractérisée par les développements des réservoirs du Paléozoïque et du TAGI-TAGS
auxquels sont associés les principaux gisements et découvertes connus : Rhourde En
Nouss, GassiTouil, Gassi El Adem, Hassi Chergui, Brides, RhourdeAdra, Rhourde
Chouf. Ces découvertes d’huile, de gaz et condensat sont associées principalement
aux réservoirs triasiques et quartzites de Hamra, et à des structures de grande
amplitude délimitées généralement par des systèmes de failles inverses à grands rejets
[3].

1.7.2. Dépression de BK :

La région est topographiquement caractérisée par une épaisse couverture


dunaire de l’Erg oriental. Il s’agit d’une vaste dépression paléozoïque où le socle
sesituerait à plus de 6 000 mètres de profondeur. Sa partie centrale reste peu affectée
par l’érosion hercynienne où la série terminale du Carbonifère est préservée. Sur les
remontées structurales vers les bords du bassin, les séries paléozoïques sont
successivement affectées par les érosions hercyniennes. Les pourtours du bassin
stricto sensu sont caractérisés par les dévelop- pements du Siluro-Dévonien sous le
Mésozoïque [3].

1.7.3. Dépression de Dahar :

Il s’agit d’un vaste monoclinal mésozoïque à pendage NE se superposant au


haut structural de Dahar, lequel constitue le prolongement vers l’ouest de l’arche de la
Djeffara tunisienne. Il est limité au nord par le sillon de Melrhir et constitue les
bordures nord du bassin de Berkine. C’est un axe faiblement exploré en raison des
développements limités des réservoirs triasiques, ordoviciens, et surtout en raison des
risques liés à la maturation et aux limites d’extension de la roche mère silurienne.
Cette zone est caractérisée par une érosion hercynienne et taconique importante, ainsi

12
Chapitre 01 : cadre régionale et géologique

que par des développements d’axes structuraux NE-SO. La série triasique se


superpose aux séries anciennes du Silurien au Cambro-Ordovicien

Figure 1.3: Éléments structuraux du Bassin de BK [3].

1.7.4. Aspect structural de Bassin de BK :

Le Bassin de Berkine, son histoire géologique est plus complexe puisqu’il a été moins
soumis à l’érosion hercynienne que les secteurs qui l’entourent et plus subsident au
Mésozoïque, sur le plan stratigraphique ce qui concerne Berkine, les dépôts du
Mésozoïque sont surtout caractérisés par une série argilo-détritique et évaporitique sur
l’ensemble du bassin [3].

1.7.5. Le Système pétrolier du Bassin de BK:

1.7.5.1. Roches mères :

Les deux roches mères principales reconnues sur l’ensemble du bassin correspondent
au développement de séries argileuses noires, riches en matière organique, d’origine
marine, marquant le début de la période de transgression lors du Silurien et du
Frasnien. Leur extension dans le bassin de Berkine dépend du degré d’érosiondurant

laphase hercynienne. La roche mère silurienne, d’extension régionale, constitue le


principal générateur d’hydrocarbures dans la région [3].

13
Chapitre 01 : cadre régionale et géologique

Tableau 1.2 : Les principales roches mères du Bassin de BK [3].

1.7.5.2. Roches Couvertures :

L’étanchéité des réservoirs triasiques est assurée par les argiles du Trias carbonaté-
Trias intermédiaire et les évaporites du Trias-Lias. Les rejets des failles assurent dans
la plupart des pièges une étanchéité latérale.

1.7.5.3. Roches Réservoirs :

Les principaux réservoirs du bassin sont ceux du Trias, du Carbonifère, du Dévonien


inférieur, de l’Ordovicien et du Cambrien. Donc ce qui concerne ou le plus important
pour nous c’est le TAGS (Trias Argilo-Gréseux Supérieur).

Il produit à HassiR’mel, RhourdeNouss, Hassi Chergui, RhourdeAdra, Hamra,


Rhourde Chouf, Brides et récemment Rhourde Messaoud et Rhourde El Khrouf. Dans
la province triasique, la répartition des zones favorables est identique à celle du TAGI
(Figure 1.4). Les porosités sont comprises entre 15 et 20%[7].

Le TAGS (Trias Argilo-Gréseux Supérieur) Le TAGS est présent dans la dépression


SE triasique ( Figure1.6). au sud-ouest du bassin. Il correspond à un épisode gréseux
terminal du Trias post-rift. D’une épaisseur moyenne de 100 à 150 m, il est constitué
de séquences de chenaux fluviatiles et deltaïques caractérisées principalement par un
grain moyen à grossier dénotant la proximité des sources d’apport. Cette série se
termine en biseau vers le sud-est sur le haut de Maouar et disparaît à l’ouest contre la
faille de Ramade et le môle d’El Biod. Vers le nord, elle devient progressivement
argileuse puis salifère (équivalent du S4). Le TAGS, excellent réservoir, constitue le
principal objectif pétrolier dans la région de Rhourde En Nouss - RhourdeChouff–assi
Chergui GassiTouil - RhourdeAdra – Brides[3].

14
Chapitre 01 : cadre régionale et géologique

Figure 1.4: Distribution de la porosité dans le TAGS [7].

1.7.5.4. Types de pièges :


Pièges Les pièges sont de deux types : structuraux et stratigraphiques (Figure 5).
Les pièges structuraux sont des pièges liés aux phases compressives hercynienne
et autrichienne. Dans les anticlinaux simples, l’exemple le plus marquant est la
structure de RKF, structure polyphasée non faillée Les anticlinaux faillés sont
des structures contre faille du type d’Ourhoud et RhourdeNouss. Les pièges
stratigraphiques sont des biseaux sous discordance, contre faille, ou des lentilles
gréseuses associées aux extensions des faciès du Trias et du Carbonifère. Ces
pièges sont principalement mésozoïques (Trias) et localement paléozoïques
(Dévonien inférieur et Carbonifère)[3].

15
Chapitre 01 : cadre régionale et géologique

Figure 1.5 : pièges et migration dans le bassin de Berkine [3].

Figure 1.6 : coupes géologiques montrant la grande étendue latérale du TAGS


dans la direction NE-SW [8].

16
Chapitre 01 : cadre régionale et géologique

Figure 1.7 : La Colonne stratigraphique du Bassin de BK [3].

17
Chapitre 01 : cadre régionale et géologique

1.8.Le champ de Brides :

1.8.1. Situation géographique :

La région de Brides fait partie de la Willaya d’Illizi, dans le Bassin de Berkine


(Ghadamès).

Le champ de Brides est l’un des principales zones productives d’hydrocarbures du


Sahara Algérien, Il est situé à 950 Km au Sud Est d’Alger et à 380 km environ au

Figure 1.8: Situation géographique de la région de Brides [10].

1.8.2. Description de la structure :

La structure de Brides, est un anticlinal faillé, orienté SW-NE, affecté sur son flanc
NW par une faille inverse de même direction, et de 100 m de rejet.

La fermeture structurale ne peut être appréciée correctement du fait que


l’interprétation sismique entre nos mains est incomplète par manque de données à
l’est et au sud de la structure, néanmoins, on pourra avancer que la fermeture dépasse
les 300m [9].

18
Chapitre 01 : cadre régionale et géologique

Figure 1.9 : Périmètre de Brides dans la région [8].

1.8.3. Origine de la structure :

La structure de Brides, de part son orientation, et le fait qu’elle soit solidaire d’une
faille inverse de même direction, laisse supposer une section préférentielle a la phase
Hercynienne et a la phase alpine (Figure 1.10).

Cela est s’autant plus claire, que les séries Gthlandiennes sont bien entamées par
l’erosion post-Hercynienne, principalement vers le périclinal sud, où on constate un
décapage très important des unités vers BRD-1[9].

Figure 1.10 : Types de puits [11].

19
Chapitre 01 : cadre régionale et géologique

1.8.4. La Stratigraphie du champ de Brides :

Selon [5]le Trias supérieur, début par une phase de « rifting » continental, caractérisée
par le rejet d’accidents anciens en faille normale, accompagnés de vaste épanchement
de roches volcaniques. La sédimentation est volcano-détritique et évaporitique. Le
bassin Triasique est recouvert par de grands épandages détritiques d’âge Tertiaire et
Quaternaire [9].

1.8.4.1. Cénozoïque (65 – 192m) :

Représenté par le Mio-Pliocène dont la lithologie est constituée de sable blanc –


jaunâtre a translucide, moyen a grossier, localement microconglomérat.

1.8.4.2. Mésozoïque(192-3690m) :

a.Crétacé (192-1806m).

-Sénonien (192-693m).

-Carbonaté (192-387m).

-Lagunaire (387-594m).

-Salifère (594-693m).

-Turonien (693-793m).

-Cénomanien (793-998m).

-Albien (998-1123m).

-Aptien (1123-1145m).

-Barrémien (1145-1500m).

-Néocomien (1500-1806m).

b. Jurassique (1806-3352m).

-Malm (1806-2018m).

-Dogger argileux (2018-2352m).

20
Chapitre 01 : cadre régionale et géologique

- Lias (2352-3352m).

-Argilo-Dolomitique (23522-2436m).

-Salifère (2678-3297m).

-Argileux (3297-3352m).

Pour une description detaille de ces niveaux il faut voir [5] et [10]

c. Trias : (3352-3690m).

-Trias Argileux-gréseux supérieur (TAGS) :(3426 à 3426 m).

Grés gris-blanc fin a moyen localement grossier, arrondi a sub-arrondi, friable,


silicieux a silico-argileux.Argile brun-rouge a gris-vert, indurée,silteuse , presence
locale d’anhydrite blanche pulvérulente en inclusione.

-Trias carbonaté :de3426-3663m

-Trias intermédiaire 1 :de 3567- 3663m

Argile brun-rouge, tendre a induré, silteuse, l’égerment dolomitique par passée de


grés gris-noir, fin a très fin. Traces d’anhydrite blanche pulvérulente.

-Trias Argileux-gréseux inferieur (TAGI) : de 3663- 3690m :

Grés blanc, fin a très fin, silico-Argileux, compact et dur et rarement d’une couleur
gris-vert, induré silteuse a silto-sableuse

La discordance Hercynienne a 3690 -3493m

1.8.4.3. PALEOZOIQUE :(3690- 5130m).

Le Silurien :(3690- 4723m).

Unité « B2 » :

Alternance d’argile gris a gris-noir, silteuse, tendre a indurée, localement feuilletée,


et de gris-blanc a blanc , parfois gris-brun très fin a fin, sub-anguleux a sub-arrondi,
bien consolidé, a ciment silico-argleux, a siliceux, moyennement dur.

Unité « B1 » : de 3836 a 3962m :

21
Chapitre 01 : cadre régionale et géologique

Alternance d’argile gris a gris-clair, silteuse a silto-sableuse, tendre a indurée, et de


grés gris a gris-clair, fin a moyen sub-arrondi, argilo-silicieux, moyennement dur,
devenant blanc, trés fin, pyriteux, compact et dur.

Unité « A1 » : de3962- 4024m

Argile gris foncé et grise, silto-sableuse, tendre l’égerment carbonatée, parfois


feuilletée et indurée, avec intercalation de gés gris-brun a gris-blanc, fin sub-arrondi a
arrondi, bien classée, moyennement dur a friable, argilo-carbonaté, a silico-argileux,
compact dur. Présence de calcaire blanc tendre.

Unité « A2 » : de 4024-4036m

Argile gris-noir,silteuse,induré et gés gris-brun, très fin, silico-argileux.

Unité « M2 » : de 4036-4089m

Alternance très serrée et irrégulière, d’argile gris-foncé a noir silteuse, souvent


fortement induire a tendre, finement feuilletée et de grés d’argile légèrement
dolomitique vers la base.

Unité « M1 » : de 4089-4160m

Grés gris-claire a gris-sombre, fin a moyen, siliceux a silico-argileux, légèrement


friable en alternance avec des fines passées d’argiles gris-foncé a noir, silteuse, tendre
a indurée, devenant vers la base silteuse, micacée et silto-sableuse. Traces de silt
blanc st de pyrite.

Argileux : de 4160-4723m

Argile gris-claire, a gris-noire, tendre, silteuse, sableuse, parfois micacée. Quelque


passées de grés gris-blanc a gris-sombre, fin, silico-argileux asilico-
quartzitique.présence de roches éruptives gris-claire a gris-verdâtre vers la base argile
gris-noire a noire, induré, sous forme d’inclusion.

Ordovicien: de 4723-5130m : il est constitué par :

-Dalle de M’kratta : de 4723-4725m

22
Chapitre 01 : cadre régionale et géologique

Grés gris a gris-blanc, fin a moyen, sub-arrrondi bien consolidé, compact dur, silico a
silico-quartzitique. Argile gris-noire à noire, a inclusions de quartz.

-Argiles Microconglomératique : de 4725- 4788m.

Argile gris-noire a noire silteuse, micacée, avec inclusion de grains de quartz.


Présence de pyrite

-Grés d’oued Saret: de 4788-4837m

Au sommet banc de calcaire blanc, tendre, crayeux et microcristalline dur, l’égerment


dolomitique, (Grés gris-blanc, fin, silico-quartzitique a silico-argileux, friable, avec
rares passées d’argile gris-noir, silteuse, micacée. Avec des Traces de pyrite.

Argile D’Azzel : de 4837-4927m

Argile gris-noire, silteuse, indurée, légèrement dolomitique, avec passée de gré blanc
siliceux, parfois argilo-siliceux, homogène, bien clasé, sub-arrondi, présence de
pyrite et de lignite.

Grés d’Ouargla : de 4927-5016m

Grés blanc, fin a moyen, siliceux, micacé, moyennement dur, localement


quartzitique (à la base), fin blanc parfois translucide et fissuré.

Argile noire silteuse, micacée. Traces de pyrite et de grains de quartz.

Quartzites de Hamra : de 5016-5130m

Grés quartzitiques blanc translucide, moyen a grossier, subanguleux a subarrondi, dur


passant a quartzite blanche. Présence de pyrite localement, présence de fissures
horizontales et verticales, parfois ouvertes et de joints stilolitiques.

23
Aperçus sur les caractéristiques pétrophysiques de
réservoir.
Chapitre 02 : Aperçus sur les caractéristiques
pétrophysiques de réservoir.

2.1. Introduction :
Lorsque l'on a repéré un réservoir potentiel souterrain par des méthodes de surface,
géologiques et géophysiques, il faut en étudier les qualités qui conditionnent le
rendement potentiel d'un réservoir, qu'il soit aquifère ou pétrolier, sont
principalement:
• son volume.
• sa porosité.
• son taux de saturation.
• sa perméabilité.
Les différents fluides qu'il renferme (huile, gaz, eau) [12].

2.2.Porosité :
On a plusieurs types de porosité, Selon [13] on peut en définir les types suivantes:
2.2.1. La porosité totale (ϕt) :
La porosité totale est le rapport du volume total des vides non occupés par des solides
(pores, fissures, fractures, cavités) existant parmi les éléments minéraux des roches,
au volume total de La roche [13].


= % = 𝑿 % équation………… (01)

Où :
Φt = porosité totale en (%).
Vv= volume des espaces vides, normalement occupés par des fluides (eau, pétrole,
gaz) en cm3.
Vs = volume occupé par les éléments solides en cm3.
Vt = volume total de la roche en cm3.
2.2.2. La porosité totale inclut:
a. La porosité primaire (ϕ1) : inter granulaire ou inter cristalline. Elle dépend
largement de la forme et de la taille des grains et surtout de leurs variations. Elle se
trouve généralement dans les roches clastiques.

24
Chapitre 02 : Aperçus sur les caractéristiques
pétrophysiques de réservoir.

b. La porosité secondaire (ϕ2) : une porosité de cavités, produite par dissolution, ou


une porosité de fractures produite mécaniquement. Donc la porosité totale est donnée
par la formule:
= + % équation……………… (02)

c. La porosité effective (ϕe):

La porosité effective est la porosité accessible aux fluides libres. Ceci exclut des
espaces vides non connectés occupés par de l’eau absorbée ou de l’eau liée aux argiles
[13].
d. La Porosité intergranulaire :
Ceci représente le pourcentage, dans le volume total de la roche, des espaces vides
interconnectés. En général, elle est largement inférieure à la porosité totale. Dans le
cas de la pierre ponce, ϕt approche 50%, mais ϕcon est zéro [13].

e. La Porosité potentielle:
La porosité potentielle est le pourcentage des espaces vides connectés par des
passages suffisants pour que les fluides puissent circuler.
II faut remarquer que la porosité est sans dimension. Elle est généralement donnée en
% ou unités de porosité (P.U.) ou par un nombre décimal[13].
Exemple:

= 𝟒% = 𝟒 𝑷. . = . 𝟒 équation…………….. (03)
2.3.La perméabilité :
2.3.1. Définition :
La perméabilité (k) est la capacité de circulation d’un fluide (liquide ou gaz) dans la
formation. C’est une mesure de la vitesse d’écoulement d’un fluide à travers une
surface donnée de formation pour un gradient de pression donné à travers ses parois.
Elle est exprimée en milli darcy (md). Contrairement à la porosité, la perméabilité
dépend fortement de la taille des grains dans la roche. Les sédiments à gros grains ont
une grande perméabilité, à grains fins, une basse perméabilité [13].
-La loi de Darcy :

Q= (P1-P2). A .K / µ. L (cm3/s) équation………….. (04)

25
Chapitre 02 : Aperçus sur les caractéristiques
pétrophysiques de réservoir.

On a:
 Q : débit en [cm3/s].

 P1et P2: Pression amont et aval en [atm].

 A: Section de la couche filtrante en [cm2].

 k: la Perméabilité en [Darcy].

 µ: la Viscosité du fluide en [centipoise].

 L: la longueur en [cm][14].
2.3.2. Types de perméabilités:
Il existe trois types de perméabilité:
a. La perméabilité absolue (K) : est celle qui s’applique à une formation donnée et au
mouvement d’un fluide unique et homogène.
b. La perméabilité efficace (Ke) : décrit le mouvement d’une phase de fluide dans un
environnement à plusieurs fluides. Par exemple, en présence d’un mélange huile-eau,
il existe une perméabilité (efficace) à l’huile (Ko) et une autre à L’eau (Kw). La
somme de deux perméabilités relatives est toujours inférieure ou égale à la somme des
deux valeurs indépendantes.
c. La perméabilité relative (Kr) :La perméabilité relative est le rapport de la
perméabilité efficace d'un fluide à une saturation donnée à une certaine perméabilité
de base. • La perméabilité de base est typiquement définie comme: la perméabilité
absolue (Ka), la perméabilité à l'air (Kair) ou la perméabilité efficace à la phase non
mouillante à la saturation irréductible de la phase mouillante, par exemple Ko @ Sw
= SWir. Étant donné que la définition de la perméabilité de base varie, la définition
utilisée doit toujours être confirmée avant d'appliquer des données relatives à la
perméabilité relative • notée avec des tableaux et des figures présentant des données
relatives à la perméabilité relative [15].

26
Chapitre 02 : Aperçus sur les caractéristiques
pétrophysiques de réservoir.

Figure 2.1Courbes de perméabilité relative dans les réservoirs


humides à l'eau et à l'huile [15].

Si un seul fluide est présent dans une roche, sa perméabilité relative est de 1,0. La
perméabilité relative permet de comparer les différentes capacités des fluides en
présence l'une de l'autre, car la présence de plus d'un fluide inhibe généralement
l'écoulement. Les paramètres clés qui influent sur la perméabilité relative
comprennent:

La géométrie des espaces interstitiels (répartition des conduits grand et petit et leur
taille), Viscosité des fluides, (Wettability) de la surface minérale, et La tension
superficielle entre les phases fluides et entre chaque phase fluide et les minéraux.

Le flux lent visqueux multiphase nécessaire pour les estimations de perméabilité


relative est simulé à l'aide de la méthode Boltzmann en réseau (LBM). LBM imite
mathématiquement les équations du flux visqueux multiphase en traitant le fluide
comme un ensemble de particules avec certaines règles d'interaction entre les
particules appartenant au même fluide, des fluides différents et les fluides et les parois
des pores. LBM simule directement les configurations statiques et dynamiques des
contacts entre les phases fluides et les parois des pores en prenant en compte la
tension de surface et les angles de contact (Figure 2.2).

27
Chapitre 02 : Aperçus sur les caractéristiques
pétrophysiques de réservoir.

Il permet d'estimer les saturations irréductibles de l'eau et des hydrocarbures [15].

Figure 2.2. La relation entre la saturation d’eau et la perméabilité


relative [15].

2.3.3. Détermination de la Perméabilité :


II existe trois méthodes pour déterminer la perméabilité:
 dans les laboratoires à partir des carottes.
 d’après les Essais de Puits en cours de forage.
 en utilisant les données des diagraphies[13].
2.3.4. Calcule de la perméabilité à partir la porosité :
Formule de Kozeny (1927) et Carmen (1956) :

Parmi les auteurs qui ont relier la perméabilité à la porosité et à la taille moyenne des
grains, Korzeny et Carman qui ont généralisé la notion de rayon hydraulique en le
définissant comme le rapport entre le volume total des vides et la somme des surfaces
latérales limitant le volume de ces vides.

28
Chapitre 02 : Aperçus sur les caractéristiques
pétrophysiques de réservoir.

Comme les contactes entre grains sont ponctuels, la somme de ces surfaces est égale à
la somme des surfaces des grains. Les deux auteurs ont proposé pour le calcul de
coefficient de perméabilité la formule suivante dans l’approche du milieu équivalent.

équation…………. (05)

(Ω) : la somme des volumes des grains.

(S) : la somme des surfaces des grains.

(α) : coefficient de viscosité de l’eau.

(Φ) : la porosité.

Formule de Koltermann et Gorelick (1995) :

L’équation de Kozeny et Carmen a été modifiée par Koltermann et Gorelick elle est
présentée

sous la forme suivant.

équation…………(06)

D : diamètre effective du grain.

(Φ) : la porosité.

Formule de Cazenove :

Cazenove propose, pour un écoulement à travers des grains roulés à granulométrie


serrée la

formule suivante :

équation……… (07)

C : le coefficient de viscosité.

D10 : est le diamètre correspondant à 10%.

(Φ) : la porosité.

29
Chapitre 02 : Aperçus sur les caractéristiques
pétrophysiques de réservoir.

Formule de Hazen (1930) :

Hazen a rapporté la perméabilité à la taille du grain efficace (D10) par la formule :

k = C1.D102 (m/s) équation……… (08)

Les valeurs de la constante (C1) change selon la nature des échantillons pour les sable
elle est égale à 1. .25.

On peut déterminer la perméabilité dans les laboratoires par l’essai oedométrique :

Le principe de l’appareillage est reproduit sur la figure 5, un échantillon de sol est


placé dans une enceinte cylindrique rigide de section circulaire entre deux pierres
poreuses assurant son drainage. Un piston permet d'appliquer sur l'échantillon une
contrainte verticale uniforme constante pendant un temps déterminé. On peut établir
des courbes de compressibilité (indice des vides en fonction de la contrainte) et de
consolidation (variation relative de tassement en fonction du logarithme du temps[16].
Pour mesurer la perméabilité, le sol peut être donc consolidé et on calcule la
perméabilité à partir du taux de consolidation.

équation…………………………. (09)

Cv : coefficient de consolidation, E’ : module œdométrique.

ϒw :poids volumique d’eau

Figure 2.3 essai oédomérique [16].

30
Chapitre 02 : Aperçus sur les caractéristiques
pétrophysiques de réservoir.

On peut employer les termes suivants pour spécifier la valeur de la perméabilité.

Perméabilité 1-10 10-50 50-200 200-500 >500


(md)

Qualité faible médiocre moyenne bonne Excellente

Tableau 2.1 : La qualité de la perméabilité pouvant être évalué [13].

2.3.5. Relation perméabilité, porosité et saturation :


La perméabilité est aussi possible d’évaluer à partir du milieu poreux contenant un
fluide. Lorsque ce fluide est soumis a une imbibition ou un drainage, le taux ou
fraction de la Saturation irréductible (SWir) est un facteur important qui, lié à la
porosité nous détermine la permiabilité, cette perméabilité liée avec (SWir) et aussi
en fonction de la pression capilaire (Pc).

31
Chapitre 02 : Aperçus sur les caractéristiques
pétrophysiques de réservoir.

Figure 2.4. Détermination de la perméabilité à partir de la porosité et


la saturation irréductible et swir[13].

2.4. La Saturation :
2.4.1. Définition :
La saturation d'un fluide est le rapport du volume du fluide considéré sur le volume
total des pores. La saturation en eau Sw est :

𝐕
𝐒 = % équation………………. (10)
𝐕

Avec :
Vw : volume d’eau en cm3.
Vv : volume de vide en cm3.
La somme des saturations est égale à 1 :

𝐒 +𝐒 +𝐒 = équation……………… (11)

Avec :
Sg : saturation de gaz en %.
Sh : saturation d’huile en %.
Sw : saturation d’eau en % [17].

2.4.2. Loi d’Archie: Relation Résistivité Porosité - Saturation :


Selon [17]Cette formule relie la résistivité d'une roche avec la résistivité de l'eau de
formation. La formule généralement utilisée est :

𝒂 /
= 𝝓
𝑿 (%) équation……………. (12)

Rt : résistivité de la formation en Ωm.


Rw: résistivité de l'eau de formation en Ωm.
Sw: saturation en eau dans la formation en %.
a: est un facteur de tortuosité, dépendant de la lithologie.
m: est le facteur de cimentation et dépend du type de sédiments [17]

Facteur de Formation : calcule et application pour divers type de lithologie.

32
Chapitre 02 : Aperçus sur les caractéristiques
pétrophysiques de réservoir.

Nous avons vu que dans une formation aquifère propre, le Facteur de Formation est
défini par le rapport :

𝑭= équation……….. (13)

Avec :
Ro : résistivité d’oïl en Ωm. Rw : résistivité d’eau en Ωm.
F : facteur de formation.
De nombreuses mesures de laboratoire ont montré que pour une formation propre, la
porosité et le facteur de formation sont reliés par une équation générale:

F = a/ϕm équation…………… (14)


Avec :
a: est un facteur de tortuosité, dépendant de la lithologie.
m: est le facteur de cimentation et dépend du type de sédiments.
Pour des formations sableuses non consolidées, la formule empirique
d’Humble, souvent utilisée, est: F= 0.62/ϕ2,15
Dans des formations grés consolidées, la formule la plus courante est:
F = 0.81/ϕ2
Dans les carbonates, la relation F = 1/ϕm est utilisée avec une valeur
appropriée de m souvent 2 donc : F = 1 / ϕ2 [17].
L’abaque Por-1 illustre les différentes formules reliant F et ϕ.
Des méthodes par utilisation d’abaque peuvent déterminer le facteur de formation en
fonction de la lithologie et la porosité : Por-1 illustre les différentes formules reliant F
et ϕ.

33
Chapitre 02 : Aperçus sur les caractéristiques
pétrophysiques de réservoir.

Fig. 2.5 : Abaque pore1 relation et détermination de la porosité et


facteur de formation [13].
2.4.3. Détermination de la saturation pour différentes environnemental
zone : cas d’un puits de forage.
Dans un environnement pour un puits de forage en peut distinguer plusieurs zones
d’investigation.
a. Pour la zone vierge (non envahi):en considère 1=2 donc l’équation
d’archie devient :

Rt= Rw. a. ϕ-m. Sw-n= Rw. F. Sw-n(Ωm) équation…….. (15)

Donc : Swn= Rw. F / Rt(%) équation……….. (16)

Pour : n = 2 il y a :
𝐹
𝑤 = √ 𝑤. 𝑅𝑡(%) équation ………… (17)

Avec :
Rt : Résistivité de la formation. Rw : Résistivité de l’eau de formation.
Sw : saturation de la formation. F : facteur de formation.
a : facteur de tortuosité. m : facteur de cimentation.

34
Chapitre 02 : Aperçus sur les caractéristiques
pétrophysiques de réservoir.

b. Pour la zone envahi :


Rxo= Rmf. a. ϕ-m. Sxo-n = Rmf. F. Sxo-n (Ωm) équation…..…… (18)

Donc : Sxon= Rmf. F / Rxo(%) équation ………….. (19)

Pour : n = 2 il y a :
F
Sxo = √Rmf. R (%) ……………… (20)
xo

Avec :
Rxo : Résistivité de filtrat Rmf : Résistivité de mud filtrat
Sxo : saturation en filtrat F : facteur de formation
a: le facteur de tortuosité. m: le facteur de cimentation.

Dans le cas de réservoir pétrolier en définit :

Sxo + Shr = 1 dans la zone envahi.


Sw + Shc = 1 dans la zone vierge.

Avec :
Shc = saturation en hydrocarbures dans la zone vierge.
Shr = saturation en hydrocarbures résiduels dans la zone lavée.
Sxo : saturation en filtrat.
Sw : saturation de la formation[12].
2 .5. La pression capillaire (Pc) :
La pression capillaire résulte des interactions des forces agissant dans et entre les
fluides et leurs solides limites. Ceux-ci comprennent à la fois des forces cohésives
(tension superficielle et interfaciale) et des forces adhésives (solides liquide). Lorsque
les forces d'adhésion sont supérieures aux forces cohésives (figure 2.7).

35
Chapitre 02 : Aperçus sur les caractéristiques
pétrophysiques de réservoir.

On dit que le liquide mouille (figure 2.7). Lorsque les forces de cohésion dépassent
les forces d'adhérence, le liquide ne se préchauffe pas (Figure 2.7). La mouillabilité
relative des fluides est décrite par l'angle de contact (θ), qui est l'angle entre l'interface
solide et l'interface fluide-fluide mesurée à travers le fluide plus dense (figure12)[18].

Figure2.6 : qualité de réservoir en fonction de la pression


capillaire(Pc) [15].

36
Chapitre 02 : Aperçus sur les caractéristiques
pétrophysiques de réservoir.

Figure2.7 : Effets de l'interaction des forces adhésives et cohésives


sur la mouillabilité[19].
Angle de contact pour les phases fluides et solides :
Si la fin d'un tube capillaire étroit est placée dans un fluide mouillant, les forces
adhésives nettes aspirent le fluide dans le tube (Figure 2.7).

La phase de mouillage s'élève dans le capillaire au-dessus de l'interface d'origine ou


de la surface libre jusqu'à ce que les forces d'adhérence et de gravité soient
équilibrées. Étant donné que les fluides mouillants et non humides ont des densités
différentes, ils ont également des gradients de pression différents (Figure2.7).

Détermination de la pression capillaire :

La pression capillaire (Pc) est définie comme la différence de pression à travers le


ménisque dans le tube capillaire. Autrement dit, la pression capillaire est la quantité
de pression supplémentaire nécessaire pour forcer la phase de non-mouillage pour
déplacer la phase de mouillage dans le capillaire [20].

La pression capillaire peut être calculée comme suit :

équation………………… (21)

Ou

équation……………………(22)

37
Chapitre 02 : Aperçus sur les caractéristiques
pétrophysiques de réservoir.

Ou

 ρw = densité du fluide humidifiant non mouillant


 ρnw = densité du fluide non mouillant
 g = constante gravitationnelle
 h = hauteur au-dessus de la surface libre
 σ = tension interfaciale
 θ = angle de contact entre les fluides et le tube capillaire
 rc = rayon du capillaire
Ces équations montrent que la pression capillaire augmente avec une hauteur
supérieure à la surface libre et avec une plus petite taille capillaire.

Les saturations d'eau des mesures de la pression capillaire devraient être considérées
comme des valeurs «what-if». Les saturations représentent la valeur à attendre si la
zone est hydrocarbonée. De toute évidence, une zone d'eau est encore humide à
100%, quelle que soit la pression de capuchon SW qui semble être [15].
2.6.La mouillabilité :
La mouillabilité a été approchée par différentes auteurs. Parmi les objectifs d’une

investigation de la mouillabilité dans un réservoir, on peut citer l’ordre des polyphases


se trouvant dans le réservoir et leur dynamisme contribuant à la récupération. Dans
un système diphasique, la mouillabilité à l’eau (par comparaison à l’huile) d’une
roche réservoir peut être définie qualitativement comme étant l’aptitude de ses pores à
être recouverts préférentiellement par l’eau plutôt que par l’huile. Ce paramètre est
reconnu comme étant déterminant dans la caractérisation des réservoirs. Il contrôle la
distribution des fluides dans les pores et joue un rôle important dans les déplacements
polyphasiques.

Les réservoirs pétroliers sont généralement de mouillabilité intermédiaire.

L’expérience on mouillabilité a montre que généralement les grès sont de type eau
mouillabilité et les carbonates huile-mouillabilité. La mouillabilité est liée aux
phénomènes d’adhésion et de cohésion des surfaces donc une certaine énergie est
mise à l’œuvre. La notion de mouillabilité est directement liée à la notion d'angle de
contact (figure 2.8) [15].

38
Chapitre 02 : Aperçus sur les caractéristiques
pétrophysiques de réservoir.

Figure 2.8 : Angle de contact [19].

2.7.Drainage et imbibition :
L'accumulation d'hydrocarbures dans un réservoir est un processus de drainage et la
production par voie d'aquifère ou l'écoulement d'eau est un processus d'imbibition. La
courbe de pression capillaire est différente pour ces deux processus, comme le montre
l'illustration se dessous. La plupart des graphiques de pression capillaires ne montrent
que la courbe de drainage [15].
2.7.1. Drainage :
Procédé de flux de fluide dans lequel la saturation de la phase de non-mouillage
augmente. La mobilité de la phase fluide non bouillante augmente à mesure que la
saturation de la phase de non-mouillage augmente- la courbe supérieure de la
(Figure2.9) [15].
2.7.2. Imbibition :
• Procédé d'écoulement de fluide dans lequel la saturation du mouillage
La phase augmente. La mobilité de la phase de mouillage augmente
Lorsque la saturation de la phase de mouillage augmente - courbe inférieure de La
(Figure2.9, 2.10) [15].

39
Chapitre 02 : Aperçus sur les caractéristiques
pétrophysiques de réservoir.

Figure2.9 : courbe de drainage et d’imbibition[15].

Figure 2.10: Courbe de Drainage-Imbibition montrant l’évolution


des deux processus en fonction de la saturation et pression capillaire
[15].

40
Chapitre 02 : Aperçus sur les caractéristiques
pétrophysiques de réservoir.

Figure 2.11 : illustration d’une mouillabilité par l’eau et une


mouillabilité par l’huile [15].
Conclusion
Les caractéristiques pétrophysiques sont les principaux paramètres contrôlant un
réservoir. Cependant, certaines propriétés sont à considérer. On peut citer celles
correspondant aux fluides dont leur impact reste primordial. Elles permettent d’avoir
une estimation de la capacité d’un fluide à circuler dans un milieu poreux. Cette
circulation est fonction de la phase solide (type de sédiment) et surtout la géométrie
des pores (tortuosité).

41
Aperçue sur les outils diagraphiques.
Chapitre 03 : Aperçu sur les outils Diagraphies.

3.1. Les outils diagraphiques :

3.1.1. Définition :

Le terme diagraphie provenant du grec dia. "À travers". Et graphein "dessiner" appelé
plus couramment log «tout enregistrement continu en fonction de la profondeur, des
variations d’une caractéristique donnée des formations traversées par un sondage»
[21].

La diagraphie est l’enregistrement graphique, analogique ou digital d’un paramètre


pétrophysiques mesuré en fonction de la profondeur. Plusieurs paramètres peuvent
être obtenus pendant une descente dans le trou. La première diagraphie fut une mesure
de résistivité électrique, enregistrée par les frères Schlumberger, en septembre 1927
en France [13].

3.1.2. Les types de diagraphies :

Les enregistrements effectués sont de deux types :

-Les diagraphies instantanées réalisées pendant le forage.

-Les diagraphies différées dont l'enregistrement est effectué après arrêt du forage [12].

3.1.3. But des diagraphies :

L’utilisation de nouvelles technologies dans le domaine pétrolier a pour but principal


de déterminer :

La nature et la composition des solides et des fluides traversés par le sondage.

La géométrie des milieux solides.

Les propriétés de surface des solides.

Les pressions et contraintes in-situ.

L’extension latérale des gisements.

La détermination et la localisation des réservoirs les plus favorables à


l’accumulation d’hydrocarbure [21].

3.1.4. Application des diagraphies :

Corrélation de puits a puits, avant et après le casing.

Évaluation des Formations : calcule sur le puits.

Mécanique des roches : résistance mécanique, gradient de pression de fracturation.

Description du réservoir : forme, épaisseur, variations de perméabilité.

43
Chapitre 03 : Aperçu sur les outils Diagraphies.

Détection des Zones à Haute Pression : densité et quelquefois résistivité.

Analyse de plusieurs puits : description de réservoirs, cartographie.

Imagerie de trou (UBI, CBIL)

Trajectoire du puits : services de déviations : MWD (MeasuringWhileDrilling)


pouvant être inclus dans LWD (LoggingWhileDrilling).

Calibration de la Sismique de surface : sismogrammes synthétiques à partir des


diagraphies sonique et densité, mesure de référence sismique.

Qualité du ciment : résistance à la compression, volume du ciment, qualité du


ciment

Corrosion : contrôle continu.

Contrôle de l’Évaluation des réservoirs : analyses de pressions, de types de fluides


et de saturations.

L’ensemble d’information sert à avoir une densité ou porosité, les fluides et leur
pression dans le réservoir, leur pouvoir de circulation dans la formation, ainsi que le
volume de fluide présent : OOIP (Original Oïl In Place ou réserves)[13].

3.1.5. Conditions de mesure :


La difficulté majeure dans l’évaluation géologique et pétrophysique des réservoirs est
liée au comportement spatio-temporel de leur géométrie. Les principaux facteurs qui
influent sur cette évaluation sont :

a. Le diamètre du sondage :

Il peut varier suivant la nature des formations traversées par le puits, en général il
s’accroit en face des couches argileuses et diminue en face des formations Compactes.

b. La boue de forage :

Son influence est très importante, plus le diamètre du trou est grand, plus le volume
du fluide entourant l’outil est important et plus la mesure en est affectée. Sa nature
influe aussi sur la possibilité ou non de l’enregistrement de certaines diagraphies.

c. Le tubage et la cimentation :

L’efficacité dans les puits non tubés est meilleure que celle des tubés et cimentés. Le
tubage et la cimentation jouent un rôle d’écran entre la sonde et la formation, sauf
dans la diagraphie nucléaire. Donc on doit connaitre l’épaisseur des tubes et des
ciments dans l’espace annulaire.

44
Chapitre 03 : Aperçu sur les outils Diagraphies.

d. La vitesse d’enregistrement :

Elle varie selon le type d’outils, chaque outil à une vitesse maximale qu’il ne faut
pas dépasser pendant l’enregistrement

e. La température et la pression :

Il est évident qu’avec l’enregistrement de la profondeur, la température et la pression


augmentent. Donc les outils utilisés, pendant et après le forage doivent supporter ces
variations[21].

3.1.6. Caractéristiques d’un environnement pour un puits de forage :

Figure3.1 : Représentation schématique d’environnement de forage


[13].

45
Chapitre 03 : Aperçu sur les outils Diagraphies.

-Schémas représentatif de la profondeur d’investigation moyenne des outils :

Figure3.2 : Profondeur d’investigation moyenne des outils [13].

3.1.7. Les différentes Logs et leur interprétation :


Conditions d’enregistrements: Caliper (CAL):

a-Présentation :

La plupart des diagraphies sont très sensibles aux variations de diamètre du trou ; il
est donc essentiel de disposer du log caliper "diamétreur" qui enregistre les variations
de diamètre du trou. De plus les variations de diamètre peuvent donner des indications
sur les zones sous compactées ou au contraire sur les zones d'argile gonflante par
exemple. Indispensable pour obtenir des valeurs quantitatives de densité et de porosité
[22].

46
Chapitre 03 : Aperçu sur les outils Diagraphies.

Figure 3.3 : Réponses typiques du Caliper à différentes lithologies [22].

Fig3.4 : Différents types de Caliper. Fig3.5: Influence du nombre de


bras du caliper sur les formes trou anisotrope [13].

47
Chapitre 03 : Aperçu sur les outils Diagraphies.

b. Facteurs influençant les réponses de caliper : (P. Glover, 2005).

Tableau 3.1 : Facteurs influençant les réponses de caliper [22].


c. Application :

La mesure du diamètre du trou est utilisée pour la reconnaissance des zones poreuses
et perméables (présence de mud-cake), calcul de l'épaisseur de mud-cake.

La mesure du volume du trou pour l'estimation du volume de ciment.

La localisation des intervalles consolidés pour l'ancrage du packer d'essai de


formation.

La correction des mesures des différentes diagraphies pour effet de trou ou de


mudcake en vue d'une interprétation plus précise une approche de la lithologie [22].

3.1.8. Température (BHT):


Le BHT (température log) est un outil pour mesurer la température du trou de
forage. Les capteurs de température sont attachés à chaque combinaison d'outil qui est
exécutée dans un puits pour la mesure de la valeur maximale température (supposé
être à la base du puits) et quelques outils modernes existent qui peuvent mesurer en
continu la température que l'outil se déplace dans le puits. La température du trou de
forage est un paramètre important dans l'analyse de logs de résistivité, mais aussi pour
la détection de mouvement fluide, l'analyse des pressions de fluide et dans la
modélisation géochimique de formations et la maturité des hydrocarbures [13, 17,22].

48
Chapitre 03 : Aperçu sur les outils Diagraphies.

3.1.9. Les outils de Lithologie:


3.1.9.1. Gamma Ray (GR) :

a. Présentation :

C’est une mesure de la radioactivité naturelle des formations traversées par un


sondage. Cette diagraphie est utile pour la détection des minéraux radioactifs existant
dans les formations. Les rayons gamma sont émis, de façon continue, sous la forme de
pics, de très courte durée, de radiation à haute énergie. Ces radiations peuvent
pénétrer plusieurs pouces de roche. Le senseur produit une impulsion électrique pour
chaque rayon gamma détecté.

Les trois éléments radioactifs instables les plus prépondérants associés surtout aux
argiles qui constituent les roches radioactives les plus fréquentes sont :

Uranium: U238 - Thorium: Th137 - Potassium: K40[13].

b. Classifications de principales roches réservoirs selon leur degré de radioactivité :

Figure3.6 : Classifications de principales roches réservoirs selon leur


degré de radioactivité [12].

49
Chapitre 03 : Aperçu sur les outils Diagraphies.

C. La réponse de GR log :

Fig3.7 : la réponse de Log GR [13]


Le compteur à scintillations :

Ce compteur est composé d’un cristal transparent (Thallium), qui émet un photon de
lumière quand il est touché par un rayon . Ce photon est alors détecté par un
photomultiplicateur et produit une impulsion sur l’anode de celui-ci (fig. 11). Ce type
de compteurs possède de grands avantages notamment son rendement : il détecte 80%
des rayons.

. Sa dimension réduite : (de 90 à 10 cm), ce qui lui confère une bonne résolution
verticale[23].

Fig3.8: Scintillation Detector Fig3.9 : Principe de fonctionnement


[13].Du détecteur à Scintillation [13].

50
Chapitre 03 : Aperçu sur les outils Diagraphies.

e. Applications de la diagraphie GR :

Propriétés principales :

- Corrélation de puits à puits

- Corrélation du trou ouvert et après casing

- Évaluation du contenu d’argile Vsh

Usages auxiliaires :

- Définition des couches perméables

- Evaluation des minéraux radioactifs

- Délimitation des couches réservoirs [13].

f. Facteurs influençant le gamma ray Log :

Le diamètre du trou : Il est évident que lorsque le détecteur de rayons gammas se


trouve en face d'une cave, il ne mesurera pas autant de rayons gammas. Cette
diminution sera d'autant plus forte que la densité de la boue est élevée.

Le tubage : Le log gamma peut s'enregistrer en trou tubé. L'acier du tubage joue le
rôle d'écran, de telle sorte que l'activité mesurée n'est pas comparable aux mesures
faites en trou ouvert [23].

g. estimation de volume d’argile (Vsh) :

À partir du GRlu, nous avons, pour un banc gréseux non propre, la relation pour
l’estimation de sa teneur en argile:

GRmin: GR lu en en face du banc de grès le plus propre du réservoir.

GRmax: GR lu en face d’une argile non cavée. (AAPG, 1984).

Indice d’argile, Ish :

Il faut pour que l’évaluation du pourcentage d’argile soit possible que la série
contienne un véritable banc d’argile, et une zone de sable (ou calcaire) propre qui
serviront de référence. Le volume d’argile au point X se calcule alors de la façon
suivante :

Cet indice peut être


d’argile(Ish) assimilé au
volume d’argile en

51
Chapitre 03 : Aperçu sur les outils Diagraphies.

l’absence de toute autre précision sur la formation considérée, c’est un volume en


excès[12].

3.1.9.2 Spectrométrie des Rayons Gamma naturels (NGL):


Comme la diagraphie de Gamma-Ray, le NGL mesure la radioactivité naturelle de la
formation. Par contre, en plus du nombre total de radiations, il fournit aussi le niveau
d’énergie de chacune, ce qui permet de distinguer celles qui sont produites par
l'Uranium, le Thorium ou le Potassium[13].

3.1.9.3Les outils de porosité :


En introduction, nous avons vu que la porosité est nécessaire aussi bien que Rt, Rw
pour calculer Sw.

La Porosité (ϕ) est la fraction du volume de la formation qui n’est pas occupée par les
solides. Dans l’interprétation des diagraphies, deux définitions différentes de la
porosité sont utilisées: Porosité totale (ϕt): Primaire : Inter granulaire, Inter cristalline.
Secondaire : Dissolution, Fissures, Fractures.

Porosité efficace (ϕe): celle qui exclut les pores non-connectés et l’eau liée aux
argiles

Principales Diagraphies de Porosité: - Sonic - Densité – Neutron [13].

3.1.9.4. Sonic :
a.Les outils de Porosité sonic :

-BHC (Bore Hole Compensated) :

Selon (S. Bourquin, 1991 in : Schlumberger, 1987a, 1989a; Serra, 1979, 1990) envoie
un train d'ondes acoustiques dans la formation et mesure le temps mis par la première
onde longitudinale pour parcourir la distance séparant l'émetteur du récepteur.

L'outil BHC* comporte deux émetteurs et quatre récepteurs. Ainsi, en effectuant la


moyenne des deux lectures, Ces mesures exprimées en microseconde par pied
[µsec/ft].

-Le LSS (Sonique d'Espacement Long):Deux émetteurs sont placés au-dessous de


deux récepteurs. Le système BHC est obtenu par mémorisation. Deux temps de transit
(compression) sont obtenus.

-Le SDT (Outil Sonic Digital) :à une batterie standard de couples émetteur-récepteur
ayant des espacements de 3’, 5’, 7’, 8’, 10’ et 12’ comme le LSS. De plus l’outil a un
système de 8 récepteurs, avec un intervalle successif de 6”, qui permet d’enregistrer
une lenteur: ∆t en même temps qu’une courbe à haute résolution : ∆t de 6”. L’outil
enregistre aussi un ∆t dans la boue[13].

52
Chapitre 03 : Aperçu sur les outils Diagraphies.

b. Principe de fonctionnement de la sonde Sonic:Des ondes acoustiques (le son)


peuvent se propager dans n’importe quel milieu solide. Dansle simple exemple d’une
barre, si l’on frappe une extrémité, on entendra l’arrivée de l’onde sonique, à l’autre
bout, un peu plus tard [13].

Fig.3.10 : Principe de fonctionnement de la sonde Sonic [13].


c. Interprétation:

Quelques considérations théoriques liées aux évaluations quantitatives des


caractéristiques physiques de la roche du réservoir à partir des données
logarithmiques électriques le temps moyen qui est une relation linéaire entre le temps
de transit et la porosité: Sa forme générale est la suivante:
En formation propre, cette Équation se simplifie:

Équation ………(23)

……………………………(24)

Équation…………………..(25)

Ou, en résolvant pour la porosité-sonique :

Équation ……………..(26)

53
Chapitre 03 : Aperçu sur les outils Diagraphies.

Fig.3.11 : la réponse de log Sonic [13].


Une solution graphique est donnée par l’abaque Por-3. Avec :

Tableau 3.2 : montrant les vitesses et temps de transit caractérisant


les différents types de roches [17].

3.1.9.5. Densité:
a. Principe :

On bombarde la formation par un faisceau de rayons gamma d’énergie constante (0.1


à 1 Mev).Ces photons gammas entrent en collision avec les électrons de la matière
[12].

54
Chapitre 03 : Aperçu sur les outils Diagraphies.

.
Fig.3.12:Principe de fonctionnement de sonde densité [13].
b. Les outils de densité :

L'outil FDC (Formation DensityCompensated)

Il s’agit du bombardement des atomes de la formation par des rayons (gamma). Les
photons incidents vont entrer en collision avec des électrons du cortège électronique
des noyaux. Ceci provoque ainsi, pour un certain domaine d'énergie du rayonnement
incident, l'éjection d'électrons et la diffusion de photons d'énergie différente de celle
du faisceau source (effet Compton). Ce phénomène de diffusion sera sensible à la
densité électronique de la roche qui est proportionnelle à la masse volumique globale.

L'outil LDT (Litho DensityTool)Selon (Bourquin, 1991 in : Schlumberger, 1987a;


Serra, 1979, 1990) cet outil permet de mesurer simultanément la densité de la
formation traversée et le numéro atomique moyen de ses éléments. Ceci se fait par
enregistrement simultané de l'effet Compton et de la mesure des rayons γde basse
énergie absorbés par effet photoélectrique. Ce dernier s’exprime par un coefficient
d'absorption photoélectrique ou facteur photo-électrique.

Cet outil est un bon indicateur de la composition des formations et il permet


également de préciser le pourcentage volumétrique des différents minéraux présents,
s'il est combiné aux mesures précédemment décrites.

Cette densité, mesurée en g/cm3, sera fonction de:

Des différents minéraux constituant la formation, ainsi que de leurs pourcentages


volumétriques respectifs,

Du pourcentage relatif entre le volume des vides (porosité) et le volume matriciel,

55
Chapitre 03 : Aperçu sur les outils Diagraphies.

De la nature des fluides présents et de leurs pourcentages dans la roche et les pores.

Une formation poreuse ayant une masse volumique plus faible qu'une formation
compacte, cet outil permettra d'appréhender également la porosité. Généralement on
admet que la densité des différentes matrices peut être ρma[12, 13,17].

• grès = 2.65 g/cm3.

• calcaires = 2.71 g/cm3.

• dolomie = 2.87 g/cm3.

• argiles de 2.7 à 3 g/cm3.

c. Les facteurs qui peuvent provoquer des anomalies sur le gamma-gamma sont :

• le niveau de l’eau,

• un changement dans la densité du fluide.

• le mud cake. • le tubage avec les raccords.

• le diamètre du trou (effet le plus important).

La profondeur d’investigation est faible, l’outil fait une mesure globale [12].

d. Interprétation :

On peut écrire :

……………………………. (27)

Et l’on obtient

……………………………………..(28)

Cette relation est parfaitement physique et strictement vraie pour une matrice simple
et un seulfluide, par exemple des grès saturés d’eau.

Avec :

ρb = densité de la formation,

ρf= densité des fluides,

ρma = densité de la matrice,

ϕD = porosité de densité[12].

56
Chapitre 03 : Aperçu sur les outils Diagraphies.

3.1.9.6. Neutrons :
a. Les Outils neutrons :

-L’outil SNP (Sidewall Neutron Porositytool):Cet outil est conçu pour les trous
ouverts ; il nous permet de mesurer la porosité neutron liée aux neutrons
épithermiques. La source et le détecteur sont montés sur un patin avec un espacement
16"et de résolution de même ordre. Le patin est situé sur le support FDC, et plaqué
contre la paroi du trou afin de minimiser l’effet du trou et du mud cake [14].

Fig. 3.13 : Schéma de la sonde SNP (neutron de paroi) [13].


- L'outil CNL (Compensated Neutron Log)Selon (S. Bourquin, 1991 in :
Schlumberger, 1987a, 1989a; Serra, 1979, 1990) permet d'effectuer les mesures de
l'indice d'hydrogène, encore appelées mesures de porosité neutron (NPhi ou PhiN) qui
sont exprimées en %.

Le bombardement des atomes constituant la formation par des neutrons rapides


provoque le ralentissement de ces derniers par collision noyau-neutron conduisant
ainsi à la perte progressive de leur énergie. Pour un domaine d'énergie relativement
faible du faisceau incident, l'hydrogène possède le plus grand pouvoir ralentisseur et
par conséquent influencera principalement cette mesure.

La présence de gaz dans une formation a pour effet de diminuer considérablement sa


porosité neutron, la quantité d'atomes d'hydrogène par unité de volume étant plus
faible que dans le cas d'une formation à eau ou à huile [14].

57
Chapitre 03 : Aperçu sur les outils Diagraphies.

Fig.3.14. Schéma de la sonde CNL [13].

Fig.3.15: Réponse de la sonde CNL en fonction de la matrice et de la


porosité [13].
b. Le principe de fonctionnement :

A l’aide de sources appropriées, on soumet les formations à un bombardement intense


de neutrons rapides, d’énergie initiale comprise entre 4 et 6 MeV. Grâce â leur vitesse
initiale élevée (10 000 km/s), les neutrons rapides ont un grand pouvoir de
pénétration. Ils vont entrer, de ce fait, en collision inélastique et élastique avec les

58
Chapitre 03 : Aperçu sur les outils Diagraphies.

noyaux des atomes des formations qu’ils traversent et perdre progressivement de leur
énergie [14].

c. Traitement de la lecture neutron :

La lecture recevra deux corrections

1ére correction: calcaire grès en y ajoutant à la valeur lue 4 points de porosités:

……………………………..(29)

2éme correction: pour l’effet argile:

…………………………(30)

Valeur Neutron corrigée:

……………………………(31)

ϕNsh: Porosité neutron lue en face d’une argile non cavée du réservoir [24].

d. Facteurs influençant la mesure :

-Diamètre du trou - Cake de boue - Salinité de la boue

- Salinité de l’eau de formation - Densité de la boue

- écartement de la sonde

- Pression - Température du trou - Type de fluide

- Argiles [13].

59
Présentation de la méthode de calcul par Logiciel
Interactive Pétrophysics (IP).
Chapitre 04 : Présentation de la méthode de calcul par Logiciel
Interactive Pétrophysics (IP).

4.1. Introduction :

L’évaluation de la qualité d’un réservoir se fait essentiellement par le calcul de différents


paramètres pétrophysiques à savoir : La porosité PHI, la perméabilité K, le volume d’argile
Vcl, le rapport entre la hauteur utile et la hauteur total (Net to Gross) N/G, la saturation en eau
Sw, …. Etc.

Pour pouvoir calculer les différents paramètres suscités le pétrophysicien a besoin de certaines
données acquises principalement par des outils de diagraphie à savoir : L’outil Gamma ray
pour évaluer le volume d’argile. L’outil Sonic, l’outil densité et l’outil neutron pour
l’évaluation de la porosité. L’outil Résistivité pour évaluer la saturation en eau. Autres outils
peuvent être aussi nécessaires comme le Caliper qui permet le contrôle de la qualité
d’enregistrement de l’outil densité.

4.2. Données disponible :

Puits Cliper GR Sonic Resist. Densité Neutron Masterlog


BRD1 x X x X
BRD5 x X x X
BRD6 X X x X
BRD12 X X X X x X X
BRD14 X X X X x X X
Tableau 4.1 : Données disponibles.

4.2.1. Méthode de calcul et de création de puits par l’utilisation d’IP :

Dans la présente étude on a procédé aux calculs à l’aide du Logiciel Interactive Pétrophysics
(IP).

Après la création du projet et la création des puits (Figure 4.1).

Figure 4.1 : Création de puits

61
Chapitre 04 : Présentation de la méthode de calcul par Logiciel
Interactive Pétrophysics (IP).

On a chargé les données disponibles de ces derniers dans le logiciel. Les fichiers de format
LAS portant ces données sont déjà corrigés des effets de l’environnement (Figure 4.2).

La première étape consiste à calculer le volume d’argile dans tout l’intervalle enregistré pour
chaque puits (Figure 4. 3). On a utilisé seulement le Gamma Ray comme valeur d’entrée
(Figure 4.4).

Figure 4.2 : Chargement des fichiers LAS

62
Chapitre 04 : Présentation de la méthode de calcul par Logiciel
Interactive Pétrophysics (IP).

Figure 4.3 : Choix de la méthode de calcul du Vcl.

Ensuite on procède au découpage des différents étages stratigraphiques et leurs divisions.


Toujours dans cette étape on ajuste les valeurs minimales et maximales du Gamma Ray.
(Figure 4.2).

Figure 4.4 : Découpage de l’intervalle enregistré avec ajustement du GR_min et


GR_max.

63
Chapitre 04 : Présentation de la méthode de calcul par Logiciel
Interactive Pétrophysics (IP).

 Dans la deuxième étape on a calculé la porosité effective PHIE et la saturation en eau


Sw. (Figure 4. 5).

Figure 4.5 : Choix de la méthode de calcul de PHIE et Sw.

Pour les puits la porosité est calculée à partir de l’outil combiné Densité /Neutron.

Pour le calcul de la saturation en eau Sw on a utilisé le Dual water Saturation Saturation ou on


utilise pour toutes les puits.

Les données communes insérées sont :

La résistivité de l’eau de formation à Brides est: Rw = 0,018 Ohm.m (pour le calcul de Sw).

64
Chapitre 04 : Présentation de la méthode de calcul par Logiciel
Interactive Pétrophysics (IP).

La température moyenne de fond BHT = 170°C (pour le calcul du gradient géothermique.)


(Figure 4.6). Avec la densité du gaz introduite 0,25.

Figure 4.6 : Établissement de la courbe de température avec le gradient géothermique.

Figure 4.7 : Introduction la densité du gaz

65
Chapitre 04 : Présentation de la méthode de calcul par Logiciel
Interactive Pétrophysics (IP).

Figure 4.8 : Calcul de PHIE et Sw.

Dans la troisième étape on a évalué le Net to Gross (N/G) par l’insertion des valeurs limites
(Vcl_cutoff, PHIE_cutoff et Sw_cutoff) (Figure 4.9).

Ces valeurs déterminent ce qu’on appelle le Net Pay Zone (Figure 4.10).

Les valeurs utilisées pour le TAGS au champ de Brides sont :

Vcl_cutoff = 0.5

PHIE_cutoff = 0, 07

Sw_cutoff = 0.55

66
Chapitre 04 : Présentation de la méthode de calcul par Logiciel
Interactive Pétrophysics (IP).

Figure 4.9: Introduction des Cutoffs pour la « Reservoir zone » et la « Pay zone».

Figure 4.10 : Résultats après introduction des Cutoffs pour la « Reservoir zone » et la «
Pay zone »

67
Chapitre 04 : Présentation de la méthode de calcul par Logiciel
Interactive Pétrophysics (IP).

Figure 4.11 : Représentation graphique des résultats.

4.3. Résultats:

Les résultats de calcul obtenu par le logiciel utilisé sont présentés dans le tableau ci-dessous.
Les paramètres concernés sont les valeurs moyennes du Net to Gross N/G, de la porosité PHI,
de la saturation en eau Sw et enfin du volume d’argile Vcl.

La perméabilité K n’a pas pu être calculée par ce logiciel vu le manque des données de
diagraphie.

En premier temps on a calculé les paramètres pétrophysiques du TAGS d’une façon générale.

On peut schématiser la structure des puits interprétés, toujours à l’aide du logiciel Interactive
Pétrophysiques (IP) par une coupe de direction NE-SW avec la commande de corrélation des
puits avec le volume d’argile calculé Vcl (Figure 4.12).

Un manque de donnée pour les puits (BRD1, BRD12) ne permet pas de réaliser une bonne
corrélation.

68
Chapitre 04 : Présentation de la méthode de calcul par Logiciel
Interactive Pétrophysics (IP).

Figure 4.12 : la corrélation entre les puits.

4.4 Caractérisation du réservoir :


4.4.1Contribution des diagraphies et méthode de l’IP (Interactive Petrophysics) :
Les logs utilisés dans ce cas d’études sont :(GR, NPHI, RHOB, DT, HT90),(Figure4.13).
L’interprétation de ces résultats a donné les résultats du (tableau 4.1).

Figure4.13 : les différents logs utilisés dans le calcul.

69
Chapitre 04 : Présentation de la méthode de calcul par Logiciel
Interactive Pétrophysics (IP).

Interprétation par IP :

Le puits considère est BRD 14

Les Cutoffs pris pour l’évaluation du puits sont les suivants :

- Sw< 0.55%

- vclay<0.45%

-Phi > 0.07

Les résultats obtenus sont organisées dans (le tableau 4.2) :

ZONE Top Bottom Gross Net N/G AVϕ% AV Sg% AV


(m) (m) SW VCLY
Reservoir 3371.93 3412.73 40.80 26.30 0.645 15% 19% 81 2.20
Summary
Pay 3371.93 3412.73 40.80 26.20 0.642 15% 19% 81 2.20
Summary

Moyenne de 81
saturation
Tableau 4.2 Le résultat de l’interprétation diagraphique par IP.

Donc selon IP :

H utile grés = 26.30 m

ϕ utile moy = 15%

Swmoy= 19 %

AV VCl = 2.20%
4.4.2 Interprétation Quantitative (Analogique) :
Basé sur un ensemble de formules mathématiques universelles et majoritairement empiriques
connus, les interprétations peuvent se référer au calcul de la saturation en eau ou en gaz en
utilisant (SW, SG).

70
Chapitre 04 : Présentation de la méthode de calcul par Logiciel
Interactive Pétrophysics (IP).

Dans ce contexte, nous avons utilisé la formule d’Archie (Equation23) :

.Formule d’Archie :

Elle se base sur la saturation en eau en fonction de la résistivité (Rt, Rw ou Rxo avec Rmf et
le facteur de formation F). Dans une zone vierge (non envahie).

…………………………… (Equation23)

Avec :

- Rw = (0.017 Ωm et 0,02 Ωm) déterminé par la méthode des Ratios dans un milieu aquifère.

- Rt = Rild, Résistivité profonde en Ω-m.

- F = facteur de formation.

- Sw = saturation en eau de formation en %.

Cette équation fait intervenir plusieurs paramètres qui se calcule ou se lisent sur le log et qui
sont soumises a des corrections.

Facteur de formation (AAPG, 1984, Schlumberger, 1998) :

m : est le facteur de cimentation et dépend du type de sédiments.

a : est un facteur de tortuosité, dépendant de la lithologie.

(Porosité moyenne corrigée pour l’effet d’argile) en % dépendant de la porosité et aussi du


facteur de formation (AAPG, 1984, Schlumberger, 1998) :

…………………………… (Equation, 24)

Φm : Facteur de formation.

ΦNC : Porosité neutron.

71
Chapitre 04 : Présentation de la méthode de calcul par Logiciel
Interactive Pétrophysics (IP).

ΦSC : Porosité sonique.

ΦDC : Porosité densité.

• Cetteporosité peut êtredéduite et corrigéeà partir de l’outil Neutron selon l’équation


(AAPG, 1984, Schlumberger, 1998) :

………………………… (Equation 25)

ϕNlu : porosité neutron lu sur log.

ϕNsh : Porosité neutron lue en face d’une argile non cavée.

Vsh : Teneur en argileévaluée à partir du GR.

• Comme elle peut être déduite et corrigée à partir de l’outil Sonic selon(AAPG, 1984,
Schlumberger, 1998) :

………………… (Equation 26)

∆t lu : Transit time lu (∆t =T2+T1/2) ∆t mat: Transit time matrice.

∆t f : Transit time du fluide de formation.

∆t sh : Transit time lu en face d’une argile du réservoir, non cavée.

ρmat : Densité de la matrice. ρf : Densité du fluide de formation.

ρsh : Densité lue en face d’une argile non cavée.

•Elle peut être déterminée et corrigée a parti du FDC (Porosité-Densité (AAPG, 1984,
Schlumberger, 1998) :

………………….. (Equation 27)

ρmat : Densité de la matrice.

ρf : Densité du fluide de formation.

72
Chapitre 04 : Présentation de la méthode de calcul par Logiciel
Interactive Pétrophysics (IP).

ρsh : Densité lue en face d’une argile non cavée.

ρblu : Densité bulk lue sur log.

Vsh : Teneur en argileévaluée à partir du GR.

b- Calcul de vsh(clay volume) à partir de la diagraphie (Gamma ray ou SP)(AAPG, 1984,


Schlumberger, 1998) :

………………………………. (Equation28)

Avec :

Vsh : Teneur en argile évaluée à partir du GR.

GR min : GR lu en face de banc grés le plus proche du réservoir.

GR max : GR lu en face d’une argile non cavée.

GR lu : GR lu sur log.

73
Chapitre 04 : Présentation de la méthode de calcul par Logiciel
Interactive Pétrophysics (IP).

TOIT Mur H GR Vsh ฀tlu Φsc ϕNco ɖblu Φd Φu F Rt Sw Sg


(Ώm)
3
(m) (m) (m) (API or r (g /cm ) cor
% (us/f % % %
)
% % %
t)
1
65
3372 3374 02 14 20 75 1 19 2.25 17 11 18.6 28 72
2
93
3375 3387 12 15 17 71 2 16 2.33 13 09 17.6 34 66

3
100
3396 3405 09 16 12 76 1 19 2.42 10 09 20.1 32 68
4
65
3408 3411 03 15 12 60 3 20 2.32 14 10 13 36 64
Moyen
ne de 67.
saturati 5
on
Tableau 4.3 : Les résultats obtenus par une estimation de bancs utiles sur la base des
logs (GR, NPHI, RHOB, DT, HT90). Il s’agit de résultat de l’interprétation
diagraphique analogique.

Selon les équations et les relations précédentes (23 à 28) résultats du (Tableau 3.1), le calcul
des paramètres pétrophysiques et autres a permis de trouver :

H utile grés = 26 m

ϕ utile moy = 11 %

Vshmoy =15%

Swmoy= 32 .16%

74
Chapitre 04 : Présentation de la méthode de calcul par Logiciel
Interactive Pétrophysics (IP).

4 .5 Comparaison des Résultats obtenus : analogiques et par IP :

Analogique IP
H (m) 26 26.20
Φ moyenne (%) 11 14
Vsh (%) 15 02.20
Sw (%) 32.5 19
Sg (%) 67.5 81
Tableau 4. 4 : Comparaison des Résultats obtenus par méthode analogiques et par celle
de l’IP.

Selon les tableau3.1- 3.2 et 3.3 les résultats obtenus par la méthode analogique ont montré une
évaluation des caractéristiques pétrophysiques et les autres paramètres tels que le Vsh ou
profondeurs utiles et essentiellement une saturation en gaz du puits considéré moins
importants que ceux du IP (Interactive Petrophysics V3.4).

Parmi les explications possibles peut citer les net pay qui ne sont pas identiques. Les cutoffs
choisis automatiquement par IP selon la région et ceux choisis par la méthode analogique sont
aussi différents les uns des autres (tableau 4.3). Les lectures de porosité ne sont pas identiques
dues une lecture automatique et une autre analogique. Tous ces facteurs permettent une
application de la loi d’Archie différemment d’une méthode à une autre. Donc, ces facteurs ont
permis l’aboutissement d’un calcul de saturation en eau et en gaz différent.

4.6 Qualité du réservoir :

Pour des détails importants le calcul de la perméabilité reste un facteur important dans
l’évaluation du réservoir. Il est important d’estimer cette perméabilité pour avoir une idée sur
la capacité de la circulation du fluide.

4.6.1 Calcul de la perméabilité à base de porosité :

On supposant que la porosité irréductible (Swir) est égale 32 % donc à partir de la charte
précédente(Figure2.4), donc la perméabilité dans chaque bond est égale :

75
Chapitre 04 : Présentation de la méthode de calcul par Logiciel
Interactive Pétrophysics (IP).

Les bonds H(m) La perméabilité (md)

1 02 05

2 12 03

3 09 03

4 03 05

Tableau 4. 5 : Calcul de la perméabilité à partir la porosité.

4 .6.2 . Calcule de la pression capillaire :

Selon l’équation de la hauteur de fluide (Equation 21), on calculer la pression capillaire


correspondant pour chaque degrés paraissant utile :

− .
Pc1= = 0.06psi
.

− .
Pc1= = 0.4psi
.

− .
Pc1= = 0.3psi
.

− .
Pc1= = 0.1psi
.

Les Bonds 1 2 3 4
Epaisseur(m) 2 12 9 3

PC (psi) 0.06 0.4 0.3 0.1


SW (%) 28 34 32 36
SG (%) 72 66 68 64

Tableau 4. 6 : Relation pression capillaire et la saturation

On distingue, sur la base de la relation saturation irréductible(Swir) - pression capillaire (Pc)


que :

76
Chapitre 04 : Présentation de la méthode de calcul par Logiciel
Interactive Pétrophysics (IP).

La pression capillaire augmente lorsque la saturation irréductible est plus élevée et le


contraire est vrai. Pareil déduction est attribuée a la qualité du réservoir ou de ses
caractéristiques essentiellement pétrophysiques. Dans ces conditions la perméabilité a une
relation inverse. Pareils résultats prévoient un réservoir dont la capacité de circulation du
fluide reste relativement faible.

Assumant que la saturation irréductible des réservoirs du bassin considéré sont de l’ordre de
32%, on trouve que les valeurs de perméabilité sont relativement faibles. Elles oscillent entre
5 et 3 md (tableau…..). Ces perméabilités ont été calcules selon la méthode …….Ces
perméabilités et leurs valeurs sont supportées par le calcul de leur pression capillaire
respectives.

4 .7 Conclusion :

Selon les investigations menées dans la région d’études, il s’avère que le réservoir constituant
notre principal objectif, reste un réservoir avec beaucoup d’incertitudes sur sa qualité. Les
caractéristiques pétrophysiques restent faibles, malgré des net pays relativement importants.
Le potentiel pétrolier moins intéressant.

Cette particularité donne des résultats de saturation en eau plus au moins élevée par rapport au
gaz.

Ce qui permet de dire que le réservoir est médiocre dans son ensemble avec contact Gaz/Eau
qui n’a pas été atteint.
Parmi les recommandations :
-avoir plus de données de puits
-Opter pour un système de fracturation.

77
Conclusion générale :

Les caractéristiques pétrophysiques sont les principaux paramètres contrôlant un


réservoir. Cependant, certaines propriétés sont à considérer d’une manière prioritaire.
Parmi ces caractéristiques, on peut citer celles correspondant aux fluides dont leur
impact reste primordial. Elles permettent d’avoir une estimation de la capacité d’un
fluide à circuler dans un milieu poreux. Cette circulation est fonction de la phase
solide (type de sédiment) et surtout la géométrie des pores (tortuosité) et les chenaux
empreints.
Selon les investigations menées dans la région d’études, il s’avère que le réservoir
constituant notre principal objectif, reste un réservoir avec beaucoup d’incertitudes
sur sa qualité. Les caractéristiques pétrophysiques restent faibles, malgré des net pays
relativement importants. Le potentiel pétrolier moins intéressant. Support est bien
donné par les résultats de diagraphie et les 2 méthodes utilisées (analogique et IP)
pour l’évaluation de ce réservoir considéré.

Cette particularité donne des résultats de saturation en eau plus au moins élevée/huile.
Ce qui permet de dire que le réservoir est médiocre dans son ensemble avec contact
Huile/Eau qui n’a pas été atteint. Ces estimations définies par principalement les
résultats des diagraphies avec applications de certaines équations (Archie) peuvent
être soumises à des rectifications dans leurs lectures et aussi un complément de
données. De ce fait, un nombre de puits plus disponible fixera plus de détails dans
notre interprétation et permettra mieux une estimation des saturations à différents
niveaux sélectionnés. Cette recommandation sera plus efficace avec l’utilisation des 2
méthodes : IP et Analogie. Opter pour un system de fracturation vu la faible
perméabilité rencontrée. Une amélioration de cette dernière peut contribuer à une
meilleure circulation de fluide. Cette option de fracturation reste conditionnée par son
cout.

78
Liste des figures
Liste des figures

Liste des figures


Figure 1.1 : Répartition des provinces pétrolifère dans la plate-forme saharienne, (a)
province occidental, (b) province oriental………………………………………….7

Figure 1.2 : Carte des Bassins sédimentaires de la Platte forme Saharienne……...8

Figure 1.3 : Éléments structuraux du Bassin de BK………………………………...13

Figure 1.4: Distribution de la porosité dans le TAGS………………………………14

Figure 1.5 : Pièges et migration dans le bassin de Berkine…………………………15

Figure 1.6 : Coupes géologiques montrant la grande étendue latérale le TAGS dans
la direction NE-SW…………………………………………………………………..15

Figure 1.7 : La Colonne stratigraphique du Bassin de BK……………………….16

Figure 1.8: Situation géographique de la région de Brides………………………….17

Figure 1.9 : La structure de Brides………………………….. …………………….18

Figure 1.10 : La structure de Brides………………………….. …………………….18

Figure 2.1 : Courbes de perméabilité relative dans les réservoirs humides à l'eau et à
l'huile………………………….. ……………………………………………………27

Figure 2.2 : La relation entre la saturation d’eau et la perméabilité relative……….28

Figure 2.3 : Essai oédomérique……………………………………………………..30

Figure 2.4 : Détermination de la perméabilité à partir de la porosité et la saturation


irréductible et swir…………………………………………………………………….31

Figure 2.5 : Abaque pore1 relation et détermination de la porosité et facteur de


formation…………………………………………………………………………….34

Figure 2.6 : Qualité de réservoir en fonction de la pression capillaire(Pc) …………36

Figure 2.7 : Effets de l'interaction des forces adhésives et cohésives sur la


mouillabilité………………………………………………………………………….37

Figure 2.8 : Angle de contact……………………………………………………….39

Figure 2.9 : courbe de drainage et d’imbibition……………………………………40

Figure 2.10: Courbe de Drainage-Imbibition montrant l’évolution des deux processus


en fonction de la saturation et pression capillaire…………………………………40

Figure 2.11 : illustration d’une mouillabilité par l’eau et une mouillabilité par
l’huile………………………………………………………………………………..41

80
Liste des figures

Figure 3.1 : Représentation schématique d’environnement de forage………………45

Figure 3.2 : Profondeur d’investigation moyenne des outils………………………..46

Figure 3.3 : Réponses typiques de Caliper à différentes lithologiques……………47

Figure 3.4 : Différents types de Caliper……………………………………………47

Figure 3.5: Influence du nombre de bras du caliper sur les formes de trou
anisotrope……………………………………………………………………………47

Figure 3.6 : Classifications de principales roches réservoirs selon leur degré de


radioactivité………………………………………………………………………….49

Figure 3.7 : la réponse de Log GR………………………………………………….50

Figure 3.8 : Scintillation Detector…………………………………………………50

Figure 3.9 : Principe de fonctionnement du détecteur à scintillation……………50

Figure 3.10 : Principe de fonctionnement de la sonde Sonic………………………53

Figure 3.11 : la réponse de log Sonic……………………………………………….54

Figure 3.12: Principe de fonctionnement de sonde densité…………………………55

Figure 3.13 : Schéma de la sonde SNP (neutron de paroi)…………………………57

Figure 3.14 : Schéma de la sonde CNL……………………………………………58

Figure 3.15: Réponse de la sonde CNL en fonction de la matrice et de la porosité...58

Figure 4.1 : Création de puits……………………………………………………..61

Figure 4.2 : chargement des fichiers LAS…………………………………………62

Figure 4.3 : Choix de la méthode de calcul du Vcl………………………………..63

Figure 4.4 : Découpage de l’intervalle enregistré avec ajustement du GR min et GR


max…………………………………………………………………………………..63

Figure 4.5 : Choix de la méthode de calcul de PHIE et Sw…………………………64

Figure 4.6 : Établissement de la courbe de température avec le gradient


géothermique…………………………………………………………………………65

Figure 4.7 : Introduite la densité de gaz…………………………………………….65

Figure 4.8 : Calcul de PHIE et Sw…………………………………………………66

Figure 4.9 : Introduction des Cutoffs pour la « Réservoir zone » et la « Pay zone»...67

81
Liste des figures

Figure 4.10 : Résultats après introduction des Cutoffs pour la « Réservoir zone » et la
« Pay zone »………………………………………………………………………….67

Figure 4.11 : Représentation graphique des résultats………………………………68

Figure 4.12 : la corrélation entre les puits………………………………………….69

Figure 4.13 : les différents logs utilisent dans le calcul……………………………69

82
Liste des tableaux

Liste des tableaux


Tableau 1.1: Les phases tectoniques majeures avec leur orientation………………10

Tableau 1.2 : Les principaux réservoirs du Bassin de BK………………………….13

Tableau 2.1 : La qualité de la perméabilité pouvant être évalué…………………..31

Tableau 3.1 : Facteurs influençant les réponses de caliper………………………48

Tableau 3.2 : montrant les vitesses et temps de transit caractérisant les différents
types de roches………………………………………………………………………54

Tableau 4.1 : Données disponibles…………………………………………………61

Tableau 4.2 : Le résultat de l’interprétation diagraphique par IP………………….70

Tableau 4.3 : Les résultats obtenus par une estimation de bancs utiles sur la base des
logs (GR, NPHI, RHOB, DT, HT90). Il s’agit de résultat de l’interprétation
diagraphique analogique……………………………………………………………74

Tableau 4. 4 : Comparaison des Résultats obtenus par méthode analogiques et par


celle de l’IP…………………………………………………………………………75

Tableau 4. 5 : Calcul de la perméabilité à partir la porosité………………………76

Tableau 4. 6 : Relation pression capillaire et la saturation…………………………76

84
Références et bibliographie

 [1] Fabre, 1976; Coward et Ries, 2003 in Akkouch, 2007, Edition, pp

 [2]SOUSSI S, 2003: Rapport SH, Géologie générale, Direction Régionale de


Forage. Sonatrach - Hassi Messaoud.

 [3]ABDOUS et al, 2007: Géologie de l’Algérie. Well EvaluationConference.
Contribution de Sonatrach Division Exploration, Centre de Recherche et
Développement et Division Petroleum Engineering et Développement
 [4]ASKRI et al, 1995: Géologie de l’Algérie. Well Evaluation Conference.
Contribution de Sonatrach Division Exploration, Centre de Recherche et
Développement et Division Petroleum Engineering et Développement.
 [5]BOUDJEMA A., 1987 : Evolution structurale du bassin pétrolier
“triasique” du Sahara nord occidental (Algérie). Thèse Université, Université
P. et M. Curie-Paris.
 [6] AIT SALEM (1990) : le Trias détritique d’Oued Mya Sahara Algérien-
université Claude-Bernard, éditeur scientifique Thèse de doctorat.
 [7]BEICIP.F (1992) : région d’Oued Mya-évaluation des réserves.

Volume I : Résumé et conclusions ;

Volume II : Evolution régionale ;

Volume III : Etude des accumulations

 [8]SONATRACH, 2005, Rapport annuel d’activité – Division Production.


GassiTouil
 [9]SONATRACH, 2007, Rapport annuel d’activité – Division Production.
GassiTouil
 [10] WEC1995 Géologie de l’Algérie. Well Evaluation Conference.
Contribution de Sonatrach Division Exploration, Centre de Recherche et
Développement et Division Petroleum Engineering et Développement.
 [11] GassiTouil Integrated Project Algeria/ Technical Report and Data Base.
 [12]CHAPELLIER .D : Diagraphies Pétroliers, université de Lausanne.
Institut Français du pétrole, Editeur pp

86
Références et bibliographie
 [13]SCHLUMBERGER (1993) : Séminaire d’Interprétation des Diagraphies
 [14]SERRA O. (1985) : Diagraphies différées, bases de l'interprétation. Tome
2, Interprétation des données diagraphiques. Bull. Centres Rech. Explor.-Prod.
Elf-Aquitaine, Pau, Mém. 7, 631 p.
 [15] (CPH 2016).
 [16] (Norme NF P 94-090-1).
 [17] George Asquith, Charles Gibson, 1984, Basic Well Log Analysis For
Geologists, (AAPG), Editor M K Horn, Library of Congress Catalog
 [18] (Dembecki, H., Jr. Anderson, M.J, 1989, Secondary migration of oil
 [19]Archi 2016.
 [20] L. Vavra, John G. Kaldi, Robert M. Sneiderl,….. Development Geology
Reference ManuaCharles
 [21](S.Bourquin, 1991)………
 [22] (P. Glover, 2005)………
 [23]http://www-ig.unil.ch/cours/c_diaf.htm.
 [24] Schlumberger. Manuel de diagraphie).
[25]BenzagoutaM.S&al, 2001"Reservoirheterogeneities, in fracturing Fluvial
reservoirs of the Buchan Oil field (NorthernNorthSea) ", Oil and Gas Science
and Technology-Rev. IFP (French Institute for Petroleum). Vol, 56N°4, pp,
327-338.
[26]BenzagoutaM.S, 2012 "Reservoirheterogeneitiesdetermination by the use
mercury injection capillary pressure (M.I.C.P) methodTight case"

87

Vous aimerez peut-être aussi