Vous êtes sur la page 1sur 26

SOCIETE TUNISIENNE DE L’ELECTRICITE ET DU GAZ

SIEGE SOCIAL : 38, RUE KAMEL ATATURK-TUNIS

DIRECTION DE LA DISTRIBUTION

Chapitre-20-

Calcul électrique des réseaux BT - chute de


tension
Sommaire

Paragraphe Page

I- Objet : 2

II- Définitions: 2

III- Caractéristiques des câbles BT : 2

1- Résistance : 2
2- Réactance : 3
3- Intensité maximale admissible : 3
IV- Calcul de la chute de tension : 4

1- Chute de tension pour une charge triphasée équilibrée : 6


2- Chute de tension pour une charge déséquilibrée : 7
3- Chute de tension en monophasé : 13
V- Calcul des pertes en puissance : 15

1- Cas d’une charge triphasée équilibrée 15

2- Cas d’une charge déséquilibrée 16


3- Pertes de puissance en monophasé 16
VI- Application des formules de la chute de tension et de pertes 17

de puissance :
1- Chute de tension élémentaire : 17
2- Influence de la disposition de la charge : 19
T1 Tableaux récapitulatifs 22
T2 Intensités admissibles pour câbles BT 24

Chapitre 20 : Calculs électriques sur les réseaux BT Page 1


I- Objet :

Dans ce chapitre on va décrire la méthode appliquée pour le calcul de la chute de tension


et des pertes de puissance dans les câbles des réseaux de basse tension (BT), aussi on va définir
les principaux facteurs qui interviennent dans le dimensionnement de ces réseaux.
II- Définitions:

 Chute de tension : différence à un instant donné entre les tensions mesurées en


deux points d’une ligne.
 Pertes de puissance : différence à un instant donné entre la somme des puissances
actives d’entrée et la somme des puissances actives de sortie dans un réseau.
Pour améliorer le rendement des machines et des appareils alimentés, les pertes en
puissance dans le réseau doit être minimale.
Les valeurs maximales des chutes de tension nominale du réseau sont fixées comme
indiqué dans le tableau suivant :
Type de réseau Chute de tension ( U%)
Réseaux souterrains 3
Réseaux aériens 5
Démarrage des moteurs (cas de pompage) 10
Tableau des valeurs maximales
de la chute de tension

III- Caractéristiques des câbles BT :


1- Résistance :
En courant alternatif, la résistance de l’âme conductrice du câble varie
proportionnellement avec la température. A une température , cette valeur est donnée par la
formule suivante :
R  R20 1   20   20

Avec :
R20 : est la résistance du conducteur à la température 20°C.
a20 : est le coefficient de variation de la résistivité à 20°C.

Chapitre 20 : Calculs électriques sur les réseaux BT Page 2


La valeur de a20 pour le cuivre et l’aluminium, est indiquée dans le tableau ci-dessous.

Matériau Coefficient de variation de résistivité


Cuivre 3.93 10-3
Aluminium 4.03 10-3

2- Réactance :

C’est une caractéristique engendrée par l’inductance propre du câble. Pour les câbles
utilisés en basse tension dans la STEG, on admet que la valeur de la réactance linéique est :
X=0.07 /km.
3- Intensité maximale admissible :

L’intensité maximale admissible en régime permanent (Im) est la valeur de courant qui
provoque l’échauffement de l’âme conductrice à la température maximale admissible (qm), une
fois que l’équilibre thermique est établi avec le milieu extérieur. Im dépend en particulier de la
température du milieu extérieur q0.
L’expression de l’intensité maximale Im est la suivante :

  Wd  0.5T1  n T2  T3  T4  
Im 
RT1  nR 1  1  T2  nR 1  1  2 T3  T4 
CEI 60287-1-1

Avec :
 Dq : Echauffement de l’âme ( m - 0) (K).
 R : Résistance linéique de l’âme ( /km).
 Wd : Pertes diélectriques par unité de longueur (W/m).
 T1 : Résistance thermique, par unité de longueur, entre l’âme et la gaine (K.m/W).
 T2 : Résistance thermique, par unité de longueur, entre la gaine et l’armature
(K.m/W).
 T3 : Résistance thermique, par unité de longueur, du revêtement extérieur du câble
(K.m/W).

Chapitre 20 : Calculs électriques sur les réseaux BT Page 3


 T4 : Résistance thermique, par unité de longueur, entre la surface du câble et le
milieu extérieur (K.m/W).
 n : Nombre d’âmes chargées dans le câble.
 l1 : Rapport des pertes dans la gaine métallique aux pertes totales dans toutes les
âmes du câble.
 l2 : Rapport des pertes dans l’armature aux pertes totales dans toutes les âmes du
câble.
Pour les câbles utilisés à la STEG, la température maximale admissible, de l’âme
conductrice, est fixée à qm = 70°C pour les câbles à isolant PVC et 90°C pour les câbles à isolant
PR.
La température du milieu extérieur q0 selon la NF C 15-100 est donnée par les valeurs
suivantes :
 q0=30°C pour les câbles posés à l’air libre.
 q0=20°C pour les câbles souterrains.
Pour une température différente à q0, la valeur de Im sera multipliée par un coefficient
appelé coefficient de température. Ce coefficient est donné dans le tableau de la page 24.

IV- Calcul de la chute de tension :

Soit une ligne électrique de résistance R, de réactance X qui alimente une charge de
puissance P et de facteur de puissance cos(), la chute de tension correspond à la différence
entre la tension d’origine (ou tension source) et la tension au niveau de la charge.
Par ailleurs, il est à préciser que la charge P peut éventuellement être un ensemble de
charges unitaires Pi. Dans le cas d’abonnés résidentiels : P = N. Pi Cs
Avec :
 N : nombre d’abonné.
 Pi : sera considérée égale à une charge standard (voir tableau).
 Cs : Coefficient de simultanéité qui dépend du nombre d’abonnés (voir tableau).

Chapitre 20 : Calculs électriques sur les réseaux BT Page 4


Locaux d’habitation et leurs annexes Puissance Courant assigné de l’AGCP1
(kVA) (A)
En monophasé En triphasé
Annexe non habitable 3 45 -
Habitation de 1 à 2 pièces principales(*) ou
6 45 30
de surface inférieure ou égale à 35m²
Habitation de 3 à 5 pièces principales(*) ou
9 60 30
de surface comprise entre 35m² et 100m²
Habitation de 6 pièces principales ou plus(*) 60 en collectif
12 30
ou de surface supérieure à 100m² 90 en individuel
(*) : ne sont pas comptées comme pièces principales les cuisines, salles d’eau, WC,
dégagements, volumes de rangement
NF C 14-100
Tableau des charges standards (Pi)

1
: L’AGCP (Appareil Général de Commande et de Protection) est en général un
disjoncteur dont le calibre est indiqué sur le tableau ci-dessous :

Type disjoncteur Bipolaire (Monophasé) Tétrapolaire (triphasé)


Courant assigné 45A 60A 90A 30A 60A
15A 30A 60A 10A 30A
30A 45A 75A 15A 40A
Calibres
45A 60A 90A 20A 50A
disjoncteurs
25A 60A
30A
NF C 62-411

Chapitre 20 : Calculs électriques sur les réseaux BT Page 5


Nombre d’abonnés domestiques Coefficient de simultanéité (Cs)
2à4 1
5à9 0.78
10 à 14 0.63
15 à 19 0.53
20 à 24 0.49
25 à 29 0.46
30 à 34 0.44
35 à 39 0.42
40 à 49 0.41
50 et plus 0.38
NF C 14-100

Tableau des valeurs du coefficient de simultanéité en


fonction du nombre d’abonnés domestiques

Représentation vectorielle

U : Tension de départ.
UA : Tension au bout de la ligne.
P : Puissance d’une charge équilibrée
I : Intensité de courant absorbé par la charge.
R : Résistance linéique du conducteur.
X : Réactance linéique du conducteur.
L : Longueur du conducteur.

Chapitre 20 : Calculs électriques sur les réseaux BT Page 6


1- Chute de tension pour une charge triphasée équilibrée :

D’après la représentation vectorielle ci-dessus, on peut écrire :


U  OD  OA  AD
AC
U  3
cos 
3IL  R cos   X sin  

cos 

PL
  R  X tan  
U A cos 
Généralement, on a : est faible  cos   1
PL  R  X tan  
 U 
UA

La chute de tension relative en % est donnée par la formule suivante :


U
U %  100
UD
PLR  X tan  
 100
U AU D
PLR  X tan  
 100
 
 U %.U D 
U D U D  
 100
 
 U 
PLR  X tan  
U %  100
 U % 
U D2 1  
 100 
PL R  X tan  
 U % 2  100 U %  10 4 0
U D2

Cette équation du second degré a comme solution :

104 PLR  X tan 


U %  50  2500 
U D2
 1 PLR  X tan  
 501  2  
 4 U D2 

Chapitre 20 : Calculs électriques sur les réseaux BT Page 7


1 1 PL  U D2
U %  100     Avec  
2 4   R  X tan  

Pour les faibles variations de la valeur de la tension U, la chute de tension DU% peut être
approximée à : PL U D2
U %  100 Avec  
 R  X tan  

2- Chute de tension pour une charge déséquilibrée :

Le réseau triphasé alimentant une charge déséquilibrée sera traité phase par phase d’une
façon indépendante. L’expression du courant dans le neutre est la somme des courants dans les
trois phases.
Soit le schéma suivant :

V1

V2

V3

Charge déséquilibrée alimentée par


le réseau triphasé
Les impédances Zi et ZN sont les impédances caractéristiques respectives des phases i et

du neutre N. Avec Z i  R i  X  i et Z N  RN  X N .
2 2 2 2

Les lignes des phases 1, 2 et 3 sont supposées de même longueur et de mêmes
caractéristiques on a alors :

Z1  Z 2  Z 3  Z

Chapitre 20 : Calculs électriques sur les réseaux BT Page 8


La représentation vectorielle des tensions du réseau et des courants dans les phases est la
suivante :

On a :
   
I1  I 2  I 3  I N

Représentation vectorielle des


courants et tensions

Avec

  I1   I 2   I 3
I1   ; I2   ; I3  
 1   2  2  3  4
 3  3

Où I1, I2 et I3 sont, respectivement, les valeurs efficaces des courants des phases 1, 2 et
3, et 1, 2 et 3 sont, respectivement, leurs déphasages par rapport à l’origine des phases.
La chute de tension dans chaque phase est obtenue de la manière suivante :

U1  LZ1 I1  LI1 R2  X 2

U 2  LZ 2 I 2  LI 2 R2  X 2

U 3  LZ 3 I 3  LI 3 R2  X 2


Or, pour une phase i, la puissance transmise à la charge a pour expression :

Pi  Vi I i cos i  ; avec

Chapitre 20 : Calculs électriques sur les réseaux BT Page 9


Vi : la tension entre phase i et neutre aux bornes de la charge.
Ii : intensité du courant dans la phase i.

i : déphasage entre Ui et Ii.


Si on remplace Vi et Ii par leurs valeurs on obtient :

P1 L R2  X 2 PL
U1 
V1 cos  
 1
V1
 R  X  tan   
Or on a : V1  V  U1 on aura alors :
P1 L
U1 
V  U1
 R  X  tan    
1  R  X  tan     0
U21  V .U 1  PL
Cette équation de second degré a comme solution :

V  V 2  4 P1 L  R  X  tan   
U  1 
2

De même on a :

V  V 2  4 P2 L  R  X  tan   
U  2 
2
V  V 2  4 P3 L  R  X  tan   
U  3 
2
La chute de tension relative en % est égale à :
U i
U i %  100
V
 V  V 2  4 PL  R  X tan    
 100  
i  

 2V 
 
1 1 PL 
 100    i 2  R  X  tan    
2 4 V 
En supposant que le déphasage de chaque courant par rapport à la tension
correspondante est le même. Ou, plus simplement : 1   2  3  

Chapitre 20 : Calculs électriques sur les réseaux BT Page 10


On aura :

i  R  X  tan   
 PL 
 10  5  25  100 
 V2 
 

1 1 PL  V2 
U i %  100    i  Avec  i  
2 4 i  R  X  tan   3

NB. Toutes les grandeurs physiques sont exprimées en unités S.I. sauf autres indications.

Pour le conducteur neutre, on a :


  I N
IN  
N

I1  I1 sin t   
 2 
I 2  I 2 sin  t   
 3 
 4 
I 3  I 3 sin  t   
 3 

Si on pose que I1 est à l’origine des phases, on aura :


 2   4 
I N  I1 sin t   I 2 sin  t    I 3 sin  t  
 3   3 
I1  I1 sin  t 
 I N sin t   N 
 2 
I 2  I 2 sin  t   D’où t ; et en particulie r pour
 3 
4  t  0
 
I 3  I 3 sin   t    
 3 
t  2

 2   4 
Pour t=0, on a : I 2 sin    I 3 sin    I N sin  N 
 3   3 
3 3
 I2  I3  I N sin  N  1
2 2

Pour, on a : t
2
Chapitre 20 : Calculs électriques sur les réseaux BT Page 11
I 2 I3
I1    I N cos N  2
2 2

2 I1  I 2  I 3
(2) donne : I N 
2 cos  N 
3
I 2  I 3 
(1)/(2) donne : tan  N   2
1
I1   I 2  I 3 
2
 3 
  I2  I3  
  N  arctan  2 
 I  1 I  I  
 1 2 2 3 
 

2 I1  I 2  I 3
IN   3
  3 
   I 2  I3   
2 cos  arctan  2 
 1
 I  I  I  
  1 2 2 3 
  
1
Or on a : cosarctanx  
1 x2
2 I1  I 2  I 3
 IN 
2
2
 3 
 I 2  I 3  
1  2 
 1 
 I1  2  I 2  I 3  
 
2 I1  I 2  I 3

2
3 2 3 2 3
I 2  I3  I 2 I3
1 4 4 2
1 1 1
I12  I 22  I 32  I1 I 2  I1 I 3  I 2 I 3
4 4 2

2I  I  I I12  I 22  I 32  I1 I 2  I1 I 3  I 2 I 3
IN  1 2 3
2 1 1 1
I12  I 22  I 32  I1 I 2  I1 I 3  I 2 I 3
4 4 2
Chapitre 20 : Calculs électriques sur les réseaux BT Page 12
Or on a : a  b  c   a 2  b 2  c 2  2 ab  2 bc  2 ac
2

4 I12  I 22  I 32  4 I1 I 2  2 I 2 I 3  4 I1 I 3 I12  I 22  I 32  I1 I 2  I1 I 3  I 2 I 3
IN 
4 1 1 1
I12  I 22  I 32  I1 I 2  I1 I 3  I 2 I 3
4 4 2


4 I 1
2

 I 22  I 32  4 I1 I 2  2 I 2 I 3  4 I1 I 3 I12  I 22  I 32  I1 I 2  I1 I 3  I 2 I 3 
4 I12  I 22  I 32  4 I1 I 2  2 I 2 I 3  4 I1 I 3

I N  I12  I 22  I 32   I1 I 2  I1 I 3  I 2 I 3 
 3 
  I 2  I 3  
 N  arctan  2 
 I  1 I  I  
 1 2 2 3 
 

La chute de tension dans le neutre est alors obtenue de la manière suivante :


U N  LZ N I N  L RN2  X N2 I12  I 22  I 32   I1 I 2  I1 I 3  I 2 I 3 
3- Chute de tension en monophasé :

Dans le réseau BT de la STEG, le conducteur du neutre est distribué, et sa mise à la terre se


fait de la manière suivante :
- mise à la terre du neutre BT du transformateur au poste.
- mise à la terre du neutre des réseaux aériens toutes les 5 portées et à l’extrémité de
chaque départ.
- mise à la terre du neutre des réseaux souterrains BT à chaque coffret de lotissement.
Compte tenu de cette configuration, le schéma d'un réseau monophasé alimentant une
charge est représenté par figure 1. Ce dernier peut être ramené au schéma équivalent
représenté par figure 2.

Chapitre 20 : Calculs électriques sur les réseaux BT Page 13


Z
UD
UD charge

Zr

Figure 1 Figure 2
Schéma de réseau monophasé
alimentant une charge
ZF, ZN et Zr représentent les impédances respectives des conducteurs de phase, du neutre
et du retour et RT la résistance de la prise de terre.
Pour un départ de basse tension on pose : Rr = q1 RN et Xr = q2 XN :
On a : U  U  U
 N

U  ILR cos   X  sin   ILRr cos   X r sin 


 IL  R cos    X  sin     IL  q1 RN cos    q2 X N sin   
PL PL

U A cos  
 R cos    X  sin    
U A cos  
 q1RN cos    q2 X N sin   
PL PL

UA
 R  X  tan    
UA
 q1RN  q2 X N tan   
En réalité, la résistance de la prise de terre est très supérieure à celle du conducteur
neutre, on peut donc écrire : RT  Z N  Z r  Z N

D’où : U %  100
PL
U AU D

R  RN   X   X N  tan   

1
 U %  100   

1 PL R  RN   X   X N  tan    
2 4 U D2 
 
 
1 1 PL 
 100    
2 4  mono 

Chapitre 20 : Calculs électriques sur les réseaux BT Page 14


1 1 PL  U D2
U %  100     avec  
4  mono R  RN   X   X N  tan  
mono
2 

  N
On remarque que :  mono 
   N
U D2 U D2
où   et  N 
R  X  tan   RN  X N tan  

Pour les faibles variations de la tension U, l’expression de la chute de tension peut être

PL
réduite à la formule suivante : U %  100
 mono
On remarque que pour les conducteurs de mêmes caractéristiques, à la même tension on
aura amono=af/2.
V- Calcul des pertes en puissance :

Les pertes en puissance par effet joule dues à l’échauffement du conducteur sont calculées
comme suit :
1- Cas de charge triphasée équilibrée :

p  3RLI 2
RLP 2
 2
U A cos 2 
RLP 2

U  U  cos 2  
2

RLP 2 1

cos   
2

 1 PL 1 PL  2

2    U
  4 

 k 

Chapitre 20 : Calculs électriques sur les réseaux BT Page 15


RLP 2
p
kU 2 cos 2  
LP 2

k
 1 PL 1 PL
k    
 2  4 
avec 
 U 2 cos 2  
   R
Pour les faibles variations de la tension U, on a k»1, on aura donc :

LP 2
p

U 2 cos 2  
avec  
R
2- Cas de charge triphasée déséquilibrée :

Pour les charges déséquilibrées, les pertes dans chaque phase, ainsi que dans le
conducteur neutre, sont calculées d’une manière indépendante.
Notons piles puissances totales en perdues dans la phase i, et pN celles perdues dans le
neutre.
On a : pi  RLI i
2
où Pi est la puissance active absorbée par la phase i.
RLPi 2 Vi est la tension entre la phase i et le neutre.
 2
Vi cos 2  
LPi 2 V 2 cos 2   
 Avec  i  
i R 3
Et : pN  RLI N2

 RL I12  I 22  I 32   I1 I 2  I 2 I 3  I 3 I1  
 I I I 
 p1  p2  p3   p1 2  p2 3  p3 1 
 I1 I2 I3 
 I   I   I 
 p1 1  2   p2 1  3   p3 1  1 
 I1   I2   I3 
Chapitre 20 : Calculs électriques sur les réseaux BT Page 16
 p   pi  pN
i

3- Pertes de puissance en monophasé :

Pour le conducteur de la phase on a :

p  R LI 2
LP 2 V 2 cos 2  
 avec  
 R
Pour le conducteur du neutre, on a :

pN  RN LI 2
LP 2 V 2 cos 2  
 avec  N 
N RN
Les pertes de puissance pour un réseau monophasé sont calculées de la manière suivante :
pmono  p  pN
LP 2 LP 2
 
 N
LP 2   N
 avec  mono 
 mono    N

VI- Application des formules de la chute de tension et de


pertes de puissance :
1- Chute de tension élémentaire :
Le tableau ci-dessous résume les valeurs élémentaires de la chute de tension, en volt par
ampère par kilomètre, pour les différents câbles utilisés dans le réseau de distribution basse
tension de la STEG.
Dans ce tableau, les valeurs de la résistance R sont calculées en utilisant la formule

approchée suivante :

Chapitre 20 : Calculs électriques sur les réseaux BT Page 17


RCu   / km 

17.241 .mm2 / km 
 
S mm2
28.264  .mm / km2

RAl   / km 
S  mm  2

CEI 60 287-1

La réactance X, est supposée égale à 0.07 ( /km) pour tous les câbles.

Tableau des valeurs élémentaires de chute de tension (V/A/km)


Réseaux triphasés Réseaux monophasés
Section Res Moteurs électriques Moteurs électriques
Charge Utilisation Charge Utilisation
(mm²) ( /km) Service Démarrage Service Démarrage
résistive domestique résistive domestique
normal cos()
cos ()=1 cos ()=0,9 normal cos() cos ()=1 cos ()=0,9
cos()=0,8 =0,35 cos()=0,8 =0,35
16 1,767 2,52 1,18 3,06 2,81 2,91 1,37 3,53 3,24
25 1,131 1,64 0,80 1,96 1,82 1,89 0,92 2,26 2,10
35 0,808 1,19 0,60 1,40 1,31 1,38 0,70 1,62 1,51
Aluminium

54,6 0,518 - - - - 0,91 0,49 1,04 0,99


70 0,404 0,63 0,36 0,70 0,68 0,73 0,41 0,81 0,79
120 0,236 0,40 0,26 0,41 0,42 - - - -
150 0,188 0,33 0,23 0,33 0,35 - - - -
240 0,118 0,24 0,19 0,20 0,24 - - - -
6 2,874 4,05 1,86 4,98 4,53 4,68 2,14 5,75 5,23
10 1,724 2,46 1,16 2,99 2,74 2,84 1,34 3,45 3,16
25 0,690 1,03 0,53 1,19 1,13 1,19 0,61 1,38 1,30
Cuivre

50 0,345 0,55 0,32 0,60 0,59 - - - -


70 0,246 0,41 0,26 0,43 0,44 - - - -
95 0,181 0,32 0,22 0,31 0,34 - - - -
120 0,144 0,27 0,20 0,25 0,28 - - - -

 Exemples :
1. Soit une ligne triphasée de longueur 250m, le câble utilisé est de type NYY
4x25mm². La charge est supposée équilibrée de puissance 35kW, de facteur de
puissance cos=0.8 et concentrée en bout de la ligne.
En utilisant le tableau de la chute de tension élémentaire, la chute de tension est
trouvée comme suit :

Chapitre 20 : Calculs électriques sur les réseaux BT Page 18


35000
I  63.15 A
3  400  0.8
U  1.03  63.15  0.25  16.26V
16.26
Soit U %  100  4.07%
 6.5%
400
2. Si, pour la même charge, l’étude a décidé d’utiliser 300m du câble torsadé
3x70+54.6mm², la valeur de la chute de tension sera :
U  0.63  63.15  0.3  11.94V
11.94
Soit U %  100   4.78%
2.98%
400

2- Influence de la disposition de la charge :


Soit le schéma suivant :

Schéma de répartition de la
charge

Soit une ligne, de longueur L, transmet une charge de puissance totale P. Les calculs, de la
chute de tension et des pertes en puissance, sont effectués dans ce qui suit pour deux cas de
figures.
a\ Charge concentrée en bout de ligne :

U BL  3IL R 2  X 2
pBL  3RLI 2

b\ Charge uniformément répartie sur la ligne :


 Le courant vu au premier point, situé à L/n par rapport à l’alimentation, est : I.

Chapitre 20 : Calculs électriques sur les réseaux BT Page 19


L
 U1  3I R2  X 2
n
 Le courant vu au second point situé à 2L/n par rapport à l’alimentation est : I-I/n.
 IL
U 2  3  I   R2  X 2
 n n
n 1
 2 3IL R 2  X 2
n
 Le courant vu au dernier point situé à L par rapport à l’alimentation est : I/n.
n   n  1
U n  2
3IL R 2  X 2
n
3IL
 2
R2  X 2
n
La valeur de la chute de tension totale est donnée par l’expression suivante :
n
n  i 1
U rep   3 R 2  X 2 IL
i 1 n2
IL n
 3 R  X 2  n  i 1
2 2

n i 1
IL  n  1
 3 R2  X 2
2n
Le rapport entre la chute de tension dans le cas d’une charge en bout de la ligne, et celle
calculée dans le cas de la charge répartie est : U rep  n  1
U BL 2n
De même pour les pertes on a :

3RLI 2
 Les pertes dues par le premier tronçon de la ligne sont égaux à : p1 
n
2
 I
3RL  I  
 n
 Les pertes dues par le second tronçon de la ligne sont égaux à : p2 
n
 n  1
2

 3RLI 2

n3

Chapitre 20 : Calculs électriques sur les réseaux BT Page 20


2
I
3RL  
 Les pertes dues par le dernier tronçon de la ligne sont égaux à : pn  n
n
3RLI 2

n3

3RLI 2 n

  n  i  1
2
Les pertes totales sont alors égaux à : prep 
n3 i 1
2
 n  1  n 
RLI 1
 
n2  2

Le rapport entre la somme des pertes dans le cas d’une charge en bout de la ligne, et celle
calculée dans le cas de la charge répartie est : prep   n  1 2n  1
pBL 6n 2

Le diagramme ci-dessous montre les variations des rapports Urep/ UBL et prep/pBL en
fonction du nombre des segments n.
On remarque que si le nombre de segments devient très grand, la chute de tension va
tendre vers sa moitié, comparant avec le cas de la charge en bout de ligne, et les pertes en
puissance vont tendre vers leur tiers.

Variation des rapports DUrep/DUBL et prep/pBL


en fonction de n

1
0,9
Urep/ UBL
0,8
0,7 prep/pBL
0,6
0,5
0,4
0,3
0,2
0,1
0
1 2 3 4 Tableaux
T1- 5 6 récapitulatifs :
7 8 9 10

Chapitre 20 : Calculs électriques sur les réseaux BT Page 21


T1- Tableaux récapitulatifs
Les tableaux suivants regroupent les caractéristiques des câbles BT utilisés à la STEG pour
les réseaux monophasés et triphasés.

Tableau récapitulatif pour les réseaux triphasés


R ( /km) RN ( /km)  (à 20°C)  (à70°C)  (à 70°C)
Câble
(à 20°C) (à 70°C) (à 20°C) (à 70°C) cos()=0,8 cos()=0,9 cos()=0,8 cos()=0,9 cos()=0,8 cos()=0,9
7 7 7 7 7 7
Torsadé Alu 3x150 + 70 0,188 0,226 0,404 0,485 66,41 .10 71,97.10 57,37 .10 61,47.10 45,23.10 57,25.10
7 7 7 7 7 7
Torsadé Alu. 3x70 + 54,6 0,404 0,485 0,518 0,622 35,07 .10 36,56.10 29,76 .10 30,83.10 21,11.10 26,71.10
7 7 7 7 7 7
Torsadé Alu. 3x35 + 54,6 0,808 0,970 0,518 0,622 18,60 .10 19,01.10 15,64 .10 15,93.10 10,55.10 13,36.10
7 7 7 7 7 7
Torsadé Alu. 4x25 1,131 1,358 1,131 1,358 13,52 .10 13,74.10 11,34 .10 11,49.10 7,54.10 9,54.10
7 7 7 7 7 7
Torsadé Alu. 4x16 1,767 2,122 1,767 2,122 8,80 .10 8,89.10 7,36 .10 7,42.10 4,82.10 6,11.10
7 7 7 7 7 7
NYY Cuivre 3x120 + 70 0,144 0,172 0,246 0,296 81,56 .10 90,10.10 71,30 .10 77,74.10 59,57.10 75,39.10
7 7 7 7 7 7
NYY Cuivre 3x70 + 50 0,246 0,295 0,345 0,414 53,55 .10 57,10.10 46,08 .10 48,69.10 34,75.10 43,98.10
7 7 7 7 7 7
NYY Cuivre 3x50 + 35 0,345 0,413 0,493 0,592 40,27 .10 42,25.10 34,40 .10 35,84.10 24,82.10 31,41.10
7 7 7 7 7 7
NYY Cuivre 4x25 0,690 0,825 0,690 0,829 21,56 .10 22,11.10 18,23 .10 18,63.10 12,41.10 15,71.10
7 7 7 7 7 7
NYY Cuivre 4x16 1,078 1,289 1,078 1,295 14,16 .10 14,40.10 11,92 .10 12,09.10 7,94.10 10,05.10
7 7 7 7 7 7
NYY Cuivre 4x10 1,724 2,063 1,724 2,072 9,01 .10 9,10.10 7,56 .10 7,63.10 4,96.10 6,28.10
7 7 7 7 7 7
NYY Cuivre 4x6 2,874 3,438 2,874 3,453 5,47 .10 5,50.10 4,58 .10 4,61.10 2,98.10 3,77.10
7 7 7 7 7 7
U1000AR2V Alu. 4x16 1,767 2,122 1,767 2,122 8,80 .10 8,89.10 7,36 .10 7,42.10 4,83.10 6,11.10
7 7 7 7 7 7
U1000AR2V Alu. 4x25 1,131 1,358 1,131 1,358 13,38 .10 13,74.10 11,24 .10 11,49.10 7,54.10 9,54.10
7 7 7 7 7 7
U1000AR2V Alu. 4x70 0,404 0,485 0,404 0,485 34,12 .10 36,56.10 29,07 .10 30,83.10 21,11.10 26,71.10
7 7 7 7 7 7
U1000… Alu. 3x120+70 0,236 0,283 0,404 0,485 53,20 .10 59,38.10 45,95 .10 50,49.10 36,18.10 45,80.10
7 7 7 7 7 7
U1000… Alu.3x240+120 0,118 0,141 0,236 0,283 87,44 .10 105,5.10 77,40 .10 91,22.10 72,37.10 91,59.10

Chapitre 20 : Calculs électriques sur les réseaux BT Page 22


Tableau récapitulatif pour les réseaux monophasés
R ( /km) RN ( /km) mono (à 20°C) mono (à70°C) mono(à 70°C)
Câble
(à 20°C)(à 70°C) (à 20°C) (à 70°C) cos()=0,8 cos()=0,9 cos()=0,8 cos()=0,9 cos()=0,8 cos()=0,9
0,404 0,485 0,518 0,622 6 6 6 6 6 6
Torsadé Alu. 1x70 + 54,6 51,54.10 53,48.10 43,64.10 45,03.10 30,58.10 38,70.10
0,808 0,970 0,518 0,622 6 6 6 6 6 6
Torsadé Alu. 1x35 + 54,6 36.99.10 37,98.10 31,17.10 31,87.10 21,26.10 26,91.10
6 6 6 6 6 6
Torsadé Alu. 2x25 1,131 1,358 1,131 1,358 22,36.10 22,71.10 18,75.10 19,00.10 12,15.10 15,77.10
1,767 2,122 1,767 2,122 6 6 6 6 6 6
Torsadé Alu. 2x16 14,54.10 14,69.10 12,16.10 12,22.10 7,98.10 10,09.10
6 6 6 6 6 6
NYY Cuivre 2x16 1,078 1,289 1,078 1,289 23,41.10 23,80.10 19,71.10 19,99.10 13,13.10 16,62.10
1,724 2,063 1,724 2,063 6 6 6 6 6 6
NYY Cuivre 2x10 14,89.10 15,05.10 12,50.10 12,61.10 8,21.10 10,39.10
6 6 6 6 6 6
NYY Cuivre 2x6 2,874 3,438 2,874 3,438 9,04.10 9,09.10 7,58.10 7,62.10 4,92.10 6,23.10
6 6 6 6 6 6
U1000AR2V Alu. 2x16 1,767 2,122 1,767 2,122 14,54.10 14,69.10 12,16.10 12,27.10 7,98.10 10,10.10
6 6 6 6 6 6
U1000AR2V Alu. 2x25 1,131 1,358 1,131 1,358 22,36.10 22,71.10 18,75.10 19,00.10 12,15.10 15,77.10
6 6 6 6 6 6
U1000AR2V Alu. 2x70 0,404 0,485 0,404 0,485 57,97.10 60,43.10 49,20.10 50,96.10 34,89.10 44,16.10

Les grandeurs physiques utilisées dans ces tableaux sont exprimées en unités S.I., sauf
autres indications.

Chapitre 20 : Calculs électriques sur les réseaux BT Page 23


T2- Intensités admissibles pour câbles BT
Tableau des intensités admissibles
Désignation câble Câble à l'air (30°C) Câble enterré (20°C)
2x6mm² NYY Cu 51 67
2x10mm² NYY Cu 70 90
2x16mm² NYY Cu 94 116
4x6mm² NYY Cu 43 56
4x10mm² NYY Cu 60 74
4x16mm² NYY Cu 80 96
4x25mm² NYY Cu 101 123
3x50+35mm² NYY Cu 153 174
3x70+50mm² NYY Cu 196 216
3x120+70mm² NYY Cu 276 290
2x16mm² Torsadé Al 100 -
2x25mm² Torsadé Al 122 -
1x35+54,6mm² Torsadé Al 152 -
1x70+54,6mm² Torsadé Al 186 -
4x16mm² Torsadé Al 88 -
4x25mm² Torsadé Al 108 -
3x35+54,6mm² Torsadé Al 135 -
3x70+54,6mm² Torsadé Al 210 -
3x150+70mm² Torsadé Al 342 -
2x16mm² U1000AR2V Al 91 104
2x25mm² U1000AR2V Al 108 133
2x70mm² U1000AR2V Al 211 233
4x16mm² U1000AR2V Al 77 87
4x25mm² U1000AR2V Al 97 111
4x70mm² U1000AR2V Al 187 197
3x120+70mm² U1000AR2V Al 263 266
3x240+120mm² U1000AR2V Al 409 388

 Les câbles torsadés aluminium et les câbles U1000AR2V sont à isolant PR, la
température maximale en régime permanant de son âme est 90°C.
 Une tolérance de 5% sur les valeurs des courants admissibles est permise.

Pour des températures ambiantes différentes à celles décrites dans le tableau ci-dessus,
les valeurs de courants admissibles seront multipliées par le coefficient de température décrit
dans le tableau suivant :

Chapitre 20 : Calculs électriques sur les réseaux BT Page 24


Coefficients pour
Température
Câble PVC à l’air Câble PR à l’air (*) Câble PVC enterré Câble PR enterré (**)
10 1.22 1.15 1.10 1.07
15 1.17 1.12 1.05 1.04
20 1.12 1.08 1.00 1.00
25 1.06 1.04 0.95 0.96
30 1.00 1.00 0.89 0.93
35 0.94 0.96 0.84 0.89
40 0.87 0.91 0.77 0.85
45 0.79 0.87 0.71 0.80
50 0.71 0.82 0.63 0.76
55 0.61 0.76 0.55 0.71
60 0.5 0.71 0.45 0.65

(*) A utiliser pour les câbles torsadés et U1000AR2V.


(**)A utiliser pour les câbles U1000AR2V.

Chapitre 20 : Calculs électriques sur les réseaux BT Page 25

Vous aimerez peut-être aussi