Vous êtes sur la page 1sur 12

Gammes et Arpèges

B Grant

Si on prend toutes les notes dans une chanson, et on les présente dans un ordre
linéaire, nous avons la gamme de la chanson. Par exemple:

Il n'y a que quatre notes dans cette chanson. Alors il n'y a que quatre notes dans sa
gamme.

Néanmoins, puisque la chanson a un étendu d'une quinte on dit que c'est un pentacorde.
"Penta" est grec pour cinq, et dans un pentacorde il y a normalement, mais pas toujours,
cinq notes. L'importante, c'est l'étendu d'une quinte, ce qui corresponde aux cinq doigts
de la main. La tonalité de la gamme, et alors de la chanson, est Fa, car Fa est la prime de
la quinte Fa-Do. 1

On dit "Fa majeure" car la tierce entre La et Fa est majeure. Si le La était plus bas2
pour faire La bémol, on dirait que l'intervalle est une tierce mineure et que le "mode" de
la gamme est mineur.
1
La prime d'une quinte est toujours la note grave car vitesse des vibrations des deux notes d'une quinte
parfaite sont dans la proportion trois pour deux. Par exemple, la quinte au-dessus La à 440 vibrations par
second (on dit 440 hertz) est Mi à 660 hertz. 660 divisé par trois donne 220 hertz. 440 divisé par 2 donne
aussi 220 hertz, le La en dessous. La racine de l'intervalle est alors La car il est renforcé par l'octave en
dessus. On dit que les proportions sont "harmoniques", car ils correspondent exactement. Si le Mi vibre
trop vite ou trop lentement, on dit qu'il est faux. Si on chante "A la claire fontaine" en Fa, pour être juste, le
Do doit vibrer 3/2 fois plus vite que le Fa, le La 5/4 plus vite que le Fa, et le Sol 9/8 plus vite. Plus la
proportion soit simple, plus l'harmonie est "consonant". La proportion de 2/1 donne l'octave. Les
hauteurs sont tellement consonant qu'on les donne le même nom. Les harmonies traditionnelles se
limitent aux accords parfaites, majeur et mineur, car ils sont les plus harmonieux, même si autres accords
puissent être beaux aussi.

2
Dans la proportion 6/5 avec Fa

1
Dans la chanson:

il y a une gamme de huit notes, avec l'étendu d'une octave:

C'est une gamme majeure "heptatonique", du mot grec pour sept, car l'octave contienne
7 notes différentes, la huitième étant l'octave de la première.1 On dit une gamme
"diatonique" car il y a jusqu'à sept notes différentes dans l'octave. S'il y en a plus, on dit
une gamme "chromatique". Les degrés d'une gamme n'ont pas seulement leurs noms de
solfège. Ils portent aussi des chiffres, de 1 à 7, écrites habituellement avec des chiffres
romaines, I, II, III et cetera.

Exercice 1
Les 5 premières notes donnent un pentacorde, mais on peut faire des
pentacordes à partir de n'importe lequel des degrés. Jouez les l'un après l'autre:

1
Si une chanson dépasse l'octave, c'est utile de voir exactement quelles notes seront utilisées. Mais
normalement, les notes qui dépassent l'octave sont des octaves de la gamme principale. Alors on les réduit
à cette octave.

2
Au piano, on utilise normalement le doigté 1, 2, 3, 4, 5 à la main droite pour tous
les pentacordes, même s'ils commencent sur une touche noire, et 5, 4, 3, 2, 1 à la main
gauche. On peut aussi faire les pentacordes en descendant et dans n'importe quel ordre.

Exercice 2

Faites une gamme complète. On est obligé de passer le pouce sous le troisième ou
quatrième doigt puisque nous n'avons pas huit doigts! Si on commence sur une des
touches blanches, Do, Ré, Mi, Fa, Sol et La, le mieux est d'utiliser le pouce sur la première
et le cinquième degré avec les deux mains. En Fa:

En Si, il faut mettre le pouce sur les premiers et quatrièmes degrés. Evidement, on
utilise la doigtée normale pour le premier pentacorde de la main gauche: 5, 4, 3, 2, 1, et
quatre à la main droite quand on arrive à l'octave. Si on fait deux octaves ou plus, on
passe le pouce sous 3 pour recommencer une octave à la main droite, et on passe quatre
au dessus le pouce pour faire la neuvième note à la main gauche.

3
Il n'y a pas seulement des chiffres pour les degrés. Le I s'appelle aussi la "tonique"
car il donne la tonalité. "Tonos" en grec veut dire "tension". Plus on chante haut, plus il y
a de tension. Fa est plus tendu que Mi et cetera. Le V est le degré la plus harmonieuse
avec le tonique. On l'appelle la "dominante" car il fait partie de l'accord sur la tonique,
aussi que son accord propre. C'est alors la note la plus utilisée dans une chanson. Le III,
entre les deux est la "médiante" et le II et VII sont nommé par rapport avec la tonique:
sus-tonique et sous-tonique; VI et IV par rapport avec et la dominante: sus-dominante et
sous-dominante.

Quand on étudie un morceau, on devrait travailler la gamme qui corresponde à sa


tonalité (Exercice 2) et les pentacordes aussi (Exercice 1). Si le morceau est en mode
mineur, les doigtées sont pareilles que les majeurs sur les touches blanches. Par
exemple, Ré mineur "naturel" utilise les mêmes touches que Fa majeur, avec Si bémol,
mais pas la même doigtée car on utilise toujours le pouce sur les premières et
cinquièmes degrés:

On dit que le mode est mineur car la médiante est mineure. Puisque cette gamme utilise
les mêmes notes que Fa majeure, on dit que c'est le relatif mineur de Fa. Fa est le relatif
majeur de Ré. Chacune des douze tonalités a des relatifs majeur et mineur.

4
Types de mode mineur

Il y a plusieurs types de gamme mineure. Si les cinq notes entre I et V sont un


pentacorde, il y a 4 notes entre V et VIII, qu'on appelle un "tétracorde" de "tétra", le mot
grec pour quatre. Puisque la quatrième note du tétracorde est l'octave de la prime du
pentacorde, c'est la prime du tétracorde et de la quarte parfait. Dans le tétracorde
majeur il y a un demi-ton entre le tonique et le sous-tonique.

Dans le tétracorde mineur, le demi-ton est entre la dominante et la sus-dominante.

S'il y a un demi-ton pour les deux, on dit un tétracorde altéré.

Un pentacorde mineur avec un tétracorde altéré fait une gamme "mineure altérée". Avec
un tétracorde majeur, une gamme "mineure combinée". La mineure altérée s'appelle
aussi "mineur harmonique" :

5
Une mineure combinée montante suivi par une mineure naturelle descendante fait une
"mineure mélodique."

Exercice 3

Dans le mode majeur de Fa, faites un tétracorde descendant, commençant avec le


tonique, puis montez la quarte entre la dominant et la tonique. Répétez ce motif sur
chaque degré de la gamme.

On peut aussi commencer en descendant la quarte d’abord, puis monter la gamme, ou


monter la quarte pour descendre la gamme, ou monter la gamme pour descendre la
quarte. La prime du tétracorde est toujours la note aigue. On y met le pouce sur la prime
à la main gauche et l’annulaire (4) à la main droite.

Notez que les tétracordes de la tonique et la sous-dominante sont majeurs et ceux


de la médiante et sus-dominante sont mineures. Ceux de la sus-tonique et dominante ont
le demi-ton au milieu. Ils ne sont pas vraiment majeurs ou mineur. Disons qu’ils sont des
« tétracordes neutres ». Celui du sous-tonique, le  « sensible », a une quarte augmentée.
C’est alors un « tétracorde augmenté. »

Dans le mode mineur altéré de Fa, le tétracorde de la tonique est altéré, et le tétracorde de la
médiante est diminué, car la quarte entre la médiante et le sensible est diminué. Il y a deux
tétracordes augmentés, ceux de la sus-tonique et du sensible, le premier avec le second
augmenté en bas, le deuxième avec le second augmenté en haut. La sous-dominante tétracorde
est neutre, la dominante est mineure et la sus-dominante majeure. Toutes les tétracordes sont
alors différents.

6
Exercice 4

Faites des pentacordes montant sur chaque degré d'une gamme; puis descendez deux
tierces pour faire un petit arpège:

Les deux tierces forment une quinte. Sur le septième degré, la quinte est diminuée, car
les deux tierces sont mineures. Il faut une tierce majeure avec une tierce mineure pour
faire une « quinte parfaite », ce qui est le cas sur les autres degrés. Si on joue les trois
notes de l'arpège ensemble sur les six premiers degrés, on fait un accord parfait. Il est
majeur sur I, IV et V et mineur sur II, III, et VI. La prime est toujours la note grave de la
quinte, sauf la quinte diminuée, dont la prime est la tierce majeure dessous la première
tierce mineur, la dominante.

Si on mélange les accords sur V et VII il y a sept degrés entre la prime de V et la quinte de
VII. On l'appelle la septième de dominante.

7
Exercice 5

Faites des arpèges d'une octave, montant et descendant, sur chaque degré avec la main
droite.

Pour la quinte au dessus le pouce, on met le troisième doigt. Si nous commençons sur la
tierce ou la quinte de l'arpège, il y a une sixte au dessus le pouce. On y met le quatrième
doigt.

Puisque La main gauche est un miroir de la main droite, nous allons faire des arpèges
qui sont une réflexion de celles de la main droite. Pour avoir une quinte au dessous le
pouce, il faut commencer sur la quinte et utiliser le troisième doigt sur la prime.

On utilise alors la doigté 1 2 4 5 4 2 1 si on commence sur la prime ou la tierce.

Si la note la plus grave est la prime on dit position prime ou fondamentale. Si c'est la
tierce on dit première renversement, et deuxième renversement si c'est la quinte. On
peut aussi dire le nom ou degré de la prime, Fa ou I dans le "ton" de Fa, ou I/3 (un sur la

8
tierce) pour le premier renversement, et I/5 (un sur la quinte) pour le deuxième. Le
chiffre romain donne le degré de la gamme et des chiffres arabes les membres de
l'accord par rapport à l'intervalle avec la prime en position fondamentale. Il faut
travailler mains séparées toutes ces petites arpèges, de bas en haut, de haut en bas et
dans l'ordre I, II, III… et I, VII, VI… On peut aussi les mélanger.

Exercice 6

Si on fait des arpèges sur deux octaves ou plus, on remplace le cinquième doigt par le
pouce et continue comme pour une octave.

Dans le même arpège pour la main gauche, il y a une sixte en dessous le pouce. Alors on
utilise le quatrième doigt plutô t que le troisième.

Pour l'instant, il n'est pas utile de faire ces arpèges sur chaque degré. Dans une gamme
majeure, les arpèges les plus importants sont les majeures, sur la tonique, la dominante,
et la sous-dominante. Ces trois degrés sont les fonctions primaires de la tonalité. On peut
remplacer des chiffres des degrés avec les sigles T, D, ou S. Les accords mineurs sur II, III
et VI sont secondaires, et sont la sous-dominante, dominante et tonique du relatif
mineur, SRm, DRm et TRm. Dans le mode mineur, I, IV, et V sont les fonctions primaires,
Tm, Sm et Dm. La sous-dominante, dominante et tonique du relatif majeur, SRM, DRM et
TRM, sont secondaires.

En Fa, l'arpège de la sous dominante, Si bémol, a une note en commune avec l'arpège de
Fa: sa quinte, le Fa. Nous allons alors faire son arpège sur la quinte:

Puisque il y a une sixte entre Fa et Ré, on utilise le doigté 1, 2, 4. Comme ça, on peut
facilement enchainer les deux arpèges.

9
L'arpège de la dominante a aussi une note en commune avec la tonique: sa prime
est la quinte de la tonique. Alternez T/1 avec D/3 pour garder le Do comme la troisième
note:

Les Touches noires

Dans Ré majeur, Mi majeur, et La majeur, la médiante est une touche noire. Pour éviter
de mettre le pouce sur la touche noire dans le premier renversement, on utilise les
mêmes doigts sur les mêmes notes que pour le deuxième renversement:

Si un accord de D/3 commence avec une note noire, on remplace les doigts 3 et 2 à la fin
de l'arpège de T/1 sur une touche blanche avec 2 et 1 pour libérer le 2 pour la note
noire. Pour libérer le pouce pour l'arpège da la tonique, on remplace 421 sur les trois
croches précédentes par 212:

10
Pour les gammes qui commence sur des notes noires, on prend les doigtées du relatif.
Pour Mib, Lab et Sib majeur, on prend les doigtés de Do, Fa et Sol mineur. Par exemple:

Seulement, on prend 2-3 au début de la main droite en place de 3-4, et pareillement pour
la main gauche à la fin, 2 et 3 étant des doigts plus forts que 3 et 4.

Pour Do#, et Fa# mineur, on prend les doigtées de Mi et La majeur.

Les gammes de Si, Solb, et Réb majeur et Sol#, Mib et Sib mineur utilise toutes les
touches noires. Alors, on met les pouces sur les touches blanches qui restent!

Pour Réb majeur et Do# mineur, des gammes parallèles, les doigtées sont la même,
comme Si majeur et Si mineur, mais ce n'est pas le cas pour les autres gammes
parallèles. Heureusement, les mêmes doigtés marchent pour les trois types de gamme
mineure.

11
Pour les arpèges qui n'ont qu'une touche blanche, on s'arrange pour mettre le pouce
dessus. S'il n'y a que des touches noires, comme en Solb majeur et Mib mineur, on fait
comme si il n'y avait que des touches blanches.

Il faut travailler toutes ces gammes et arpèges dans la tonalité des morceaux
qu'on étudie avec les deux mains séparées et ensemble à l'octave. Voir la rubrique
"Etudes harmoniques" sur mon site web, www.bruce-grant.fr.st pour aller plus loin,
notamment pour accompagner les arpèges avec des figures d'accompagnement.

12