Vous êtes sur la page 1sur 14

Etude de faisabilité ligne ferrovaire G5 Sahel

Rapport étude préliminaire

TABLE DES MATIÈRES


LISTE DES TABLEAUX........................................................................................................2
LISTE DES FIGURES...........................................................................................................3
LISTE DES ABRÉVIATIONS ET DÉFINITIONS..................................................................4
I. INTRODUCTION.........................................................................................................5
II. LA MAURITANIE........................................................................................................7
2.1. GÉOLOGIE GLOBALE DE LA MAURITANIE.........................................................................7

2.2. GÉOLOGIE DU SUD-OUEST DE LA MAURITANIE...............................................................7

III. LE MALI....................................................................................................................10
3.1. GÉOLOGIE DE MALI............................................................................................................ 10

3.2. GÉOLOGIE DU TRONÇON OÙ VA PASSER LE CHEMIN DE FER ENVISAGÉ.................10

IV. CONCLUSION..........................................................................................................11
V. RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES....................................................................14
VI. ANNEXES.................................................................................................................15

CIRA SA
Etude de faisabilité ligne ferrovaire G5 Sahel
Rapport étude préliminaire

LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1 : Réseau de la voie ferrée du G5 Sahel.............................................................................5

CIRA SA
Etude de faisabilité ligne ferrovaire G5 Sahel
Rapport étude préliminaire

LISTE DES FIGURES

Figure 1 : Carte géologique 1/10.000.000 de l'Afrique (BRGM 2016).................................................6


Figure 3 : Tracé du profil de la voie ferrée du projet G5 Sahel...........................................................7
Figure 4 : Carte des provinces géologiques et des ressources minières de la Mauritanie..................9
Figure 5 : Carte géologique 1/10.000.000 de Mali............................................................................11
Figure 9 : Esquisse structurale de l'Afrique occidentale et centrale..................................................13
Figure 10 : Problème des sables éoliens sur les voies ferrées.........................................................13
Figure 11 : Echelle stratigraphique internationale.............................................................................15

CIRA SA
Etude de faisabilité ligne ferrovaire G5 Sahel
Rapport étude préliminaire

LISTE DES ABRÉVIATIONS ET DÉFINITIONS

BRGM : Bureau de Recherches Géologiques et Minières


CI : Continental Intercalaire
CT : Continental Terminal  
Formation géologique = c’est l’ensemble de couches géologiques possédant des propriétés
communes. Elle permet ainsi un classement des diverses strates facilitant l’étude de celles-ci.
MA (Ma) : Millions d’années

CIRA SA
Etude de faisabilité ligne ferrovaire G5 Sahel
Rapport étude préliminaire

I. INTRODUCTION

D’une manière générale, on peut dire que le continent africain est caractérisé par une très grande diversité
et variété des structures et formations géologiques apparentes et surtout par l’abondance relative des
terrains cristallins et granitiques qui témoignent d’une grande ancienneté des régions étendues.
 La description de la géologie des formations et des structures apparentes d’une zone grande (plusieurs
pays ou bien un seul pays) ou d’une zone petite (une partie d’un pays ou bien une région plus
restreinte) nous donne une idée globale sur le terrain apparent (et parfois peu profond) et ses
caractéristiques physique, chimique et mécanique. Ceci nous conduit à prévoir, en gros, le
comportement de ce terrain vis-à-vis aux contraintes externes exercées sur lui (eau, vent, poids,
pression, …). Et par conséquent, dans le cas d’un projet d’aménagement ou de construction (d’une
voie ferrée ou d’une route), on peut estimer grosso modo ce qu’il faut pour traiter ce sol et le rendre
capable à supporter un tel projet.
 D’autres études complémentaires seront faites telles que : la géomorphologie et la géodynamique
interne du sol (présence de volcans (actifs/inactifs) ou non), la tectonique et la fracturation
(vérification de la présence des failles (majeures et/ou mineures), des chevauchements ou des plis ainsi
que leurs ampleurs), l’hydrologie, l’hydrogéologie, la climatologie, la sismologie, la topographie, …
 Certainement des campagnes géotechniques focalisées seront envisagées pour identifier et connaitre
mieux le sol et ainsi proposer un modèle géotechnique pour son traitement et/ou son soutènement.
La voie ferrée du G5 passe par ces cinq pays respectivement de l’Ouest à l’Est  : La Mauritanie, Le Mali,
Le Burkina Faso, Le Niger et Le Tchad. Sa longueur globale estimative est environ 4844 Km.

Pays Longueur approximative Principales villes par lesquelles passe la voie


de la voie ferrée (Km) ferrée

Mauritanie 703 Nouakchott – Mederda – Rkiz – Bofal – Kaédi –


Mbout – Sélilbaby

Mali 976 Kayes – Bafoulabé – Kita – Bamako – Bougouni –


Sikasso

Burkina Faso 840 Koloko – Orodara – Bobo Dioulasso – Boromo –


Ouagadougou – Kaya – Dori

Téra – Kakassi – Niamey – Dosso – Dogondoutchi –


Birni N’Konni – Madoua – Maradi – Tessaoua –
Niger 1845
Zinder – Gouré – Goudoumaria – Diffa – N’Guimi

Tchad 480 Rig-Rig – Liwa – Bol – Ngouri – Massakory –


Massaguet – N’Djaména

Tableau 1 : Réseau de la voie ferrée du G5 Sahel

D’une manière globale, ces cinq pays du Transsahélien contiennent des formations et structures
géologiques apparentes allant du Précambrien (les séries les plus anciennes) jusqu’aux séries les plus
récentes (Quaternaire récent) avec notamment l’affleurement des terrains cristallins et granitiques (très
anciens).
 Dans ce qui suit, nous allons essayer de décrire seulement les formations géologiques apparentes,
en gros, de chacun des cinq pays du Transsahélien et surtout des régions par lesquelles passe la
voie ferrée envisagée. Néanmoins des études géologiques approfondies de chacun de ces cinq

CIRA SA
Etude de faisabilité ligne ferrovaire G5 Sahel
Rapport étude préliminaire

pays seront faites dans les étapes prochaines du projet et surtout des zones par lesquelles va
passer cette voie ferrée envisagée.

Figure 1 : Carte géologique 1/10.000.000 de l'Afrique (BRGM 2016)

CIRA SA
Etude de faisabilité ligne ferrovaire G5 Sahel
Rapport étude préliminaire

Figure 2 : Tracé du profil de la voie ferrée du projet G5 Sahel

II. LA MAURITANIE

II.1. GÉOLOGIE GLOBALE DE LA MAURITANIE

La Mauritanie comprend cinq provinces géologiques : La Dorsale Rgueibat, le Bassin de


Taoudeni, le Bassin de Tindouf, la chaine des Mauritanides et le bassin sédimentaire côtier
atlantique. La Dorsale Rgueibat est composée de groupes archéens et paléoprotérozoïques et
de granites. Le Bassin de Taoudeni et le Bassin Tindouf sont constitués de roches
sédimentaires néoprotérozoïques et paléozoïques. La chaine des Mauritanides s’est formée à
la suite d’évènements orogéniques survenus pendant la fin du Protérozoïque et du
Paléozoïque. Le Bassin sédimentaire côtier atlantique est composé de roches sédimentaires
cénozoïques. (BRGM 1975).

II.2. GÉOLOGIE DU SUD-OUEST DE LA MAURITANIE

Dans le Sud-Ouest de la Mauritanie, où passe la voie ferrée envisagée du G5 Sahel, on trouve :


 Essentiellement le Bassin de Tindouf qui est composé de Dolomies du Protérozoïque supérieur et de
grès, de schistes et de calcaires de l’Ordovicien-Dévonien (BRGM 1975).
 Et la chaine des Mauritanides, appelée « Greenstone Belt », qui est caractérisée par des plis et des
chevauchements formés par l’orogenèse Hercynienne du Paléozoïque. Elle est constituée par des
roches sédimentaires, des roches éruptives et métamorphiques du Précambrien au Paléozoïque
(BRGM 1975).

CIRA SA
Etude de faisabilité ligne ferrovaire G5 Sahel
Rapport étude préliminaire

Ce tronçon de la voie ferrée n’existait pas auparavant ; il est envisagé dans le projet du G5 Sahel.
Cependant un tracé plus ou moins estimatif a été défini et qui passe de Nouakchott, à
Mederda, à Rkiz, à Kaédi, à Mbout, à Sélilbaby et jusqu’à Kayes (Mali) où commence le
deuxième tronçon qui existait déjà et qui est abandonné depuis quelque temps.
Des études approfondies (formations géologiques, géotechnique, hydrologie/hydrogéologie,
géomorphologie, sismique, tectonique, climatologie, topographie, … etc.) doivent être
programmées pour mieux définir les paramètres de traitement et de soutènement du sol pour
le rendre ainsi capable à supporter le projet de la voie ferrée envisagée.

CIRA SA
Etude de faisabilité ligne ferrovaire G5 Sahel
Rapport étude préliminaire

Figure 3 : Carte des provinces géologiques et des ressources minières de la Mauritanie

III. LE MALI

III.1. GÉOLOGIE DE MALI

D’un point de vue géologique, le Mali appartient au Craton Ouest-africain qui est constitué en
majeure partie de terrains archéens et paléoprotérozoïques, d’âge supérieur ou égal à 2.000
Ma formant le socle d’une grande partie de l’ouest et du centre du pays, sur lesquels reposent
en discordance les sédiments néoprotérozoïques et paléozoïques du bassin de Taoudeni.
La moitié nord est recouverte par les sédiments du bassin de Taoudeni, au centre du Craton de
l’Afrique de l’ouest : ce sont principalement des sédiments accumulés entre le
Néoprotérozoïque et le Cambrien inférieur d’une part, et des sédiments du Phanérozoïque
d’autre part.
Quatorze régions naturelles au Mali identifiées à partir de leurs caractéristiques géologique et
géomorphologique.

III.2. GÉOLOGIE DU TRONÇON OÙ VA PASSER LE CHEMIN DE FER ENVISAGÉ

Presque la plupart du terrain parcouru par la ligne ferroviaire Kayes – Bamako – Sikasso
correspond au massif rocheux qui forme le substrat de la région et qui appartient au Craton
Ouest-africain. Il comprend trois types principaux de formations géologiques : le socle
paléoprotérozoïque, la couverture sédimentaire néoprotérozoïque et les terrains du
Cénozoïque terminal, d’origine continentale.
Le relief de la région où se développe la ligne ferroviaire est très plat et lié à la surface de la
pénéplaine développée sur le substratum rocheux. La plaine est interrompue seulement à
quelques endroits avec des roches plus résistantes formées surtout par les grès de la
couverture protérozoïque et roches volcaniques (dolérites). Entre Kayes et Mahina ces
formations rocheuses donnent lieu à un paysage très typique.

Le tronçon de la voie ferrée Kayes – Bafoulabé – Kita – Bamako se trouve déjà mais abandonné
depuis quelque temps ; alors que le deuxième tronçon passant par Bamako – Kangaba –
Bougouni – Sikasso – jusqu’à Orodara (à Burkina Faso) n’existait pas auparavant.
Le premier tronçon peut, dans l’un des scénarios prévus, être réaménagé et exploité de nouveau.
Alors que pour le deuxième tronçon, des études approfondies (géologie, géotechnique, …)
seront obligatoires afin de pouvoir construire la voie ferrée dans les règles de l’art et qu’elle
fonctionne après de bonnes conditions.

CIRA SA
Etude de faisabilité ligne ferrovaire G5 Sahel
Rapport étude préliminaire

Figure 4 : Carte géologique 1/10.000.000 de Mali

IV. CONCLUSION

Les enjeux et les difficultés liés à la géologie des terrains et leurs stabilités, qui peuvent être
rencontrés tout le long du profil de la voie ferrée du G5 Sahel, sont variables en fonction des
formations et des structures géologiques apparentes, de la climatologie, de la morphologie et
de la topographie régionale et locale, du régime hydraulique des cours d’eau, de la végétation,
de l’action humaine, etc…  Ceux-ci affectent directement les aspects géologique et
géotechnique des terrains sur lesquels va passer la voie ferrée envisagée.
Ce présent rapport traite seulement les descriptions et les aspects des formations et des
structures géologiques apparentes des pays et surtout des régions par lesquels passe cette
voie ferrée envisagée. Cependant des études complémentaires en géotechnique,
géomorphologie, hydrologie, hydrogéologie, sismique, tectonique, climatologie, topographie,
etc.… seront nécessaires dans les prochaines étapes du projet.
On distingue que la voie ferrée du G5 Sahel traverse de la Mauritanie jusqu’au Tchad des
formations géologiques cristallines et sédimentaires apparentes allant du Précambrien, qui est
répandu et étendu dans plusieurs régions (ce sont les séries géologiques les plus anciennes),
jusqu’au Quaternaire récent (séries géologiques récentes). Ces formations géologiques sont
diverses d’un pays à l’autre et même dans un seul pays. Ceci est due aux différentes histoires
et scénarios géologiques des formations de ces séries au cours du temps. En gros, on a les
roches cristallines qui sont généralement rigides et puissantes, constituant ainsi un bon
substratum sur lequel on peut construire la voie ferrée, et les roches sédimentaires présentant
parfois quelques difficultés plus ou moins importantes d’une région à l’autre (grès
sédimentaires fracturés, argiles molles et gonflantes, sables meubles (sables éoliens), ...).
On remarque aussi l’absence de failles majeures et/ou décrochements importants qui doivent être
signalés. À priori il n’y a pas de failles ou de décrochements présents sur le parcours envisagé
de la voie ferrée sauf un chevauchement au Niger, lequel fait un sujet d’étude approfondie
pour vérifier son influence sur la voie ferrée (voir figure suivante : Esquisse géologique de
l’Afrique occidentale et centrale).
Il ne faut pas oublier les sables éoliens au Mali qui peuvent engendrer des problèmes soit pour les
voies ferrées existantes soit pour celles envisagées. En effet, la présence des dunes et des
dépôts de sable éolien représente un risque aux zones désertiques sur les voies ferrées
existantes. D’ailleurs c’est un aspect très répandu. En effet, ces matériaux peuvent être
mobilisés avec l’action du vent, et vont se déposer sur la voie ferrée, tout en couvrant la
couche de ballast.
Les inondations, dans quelques régions, peuvent aussi causer de grands problèmes de stabilités
pour les voies ferrées existantes. Il ne faut pas aussi oublier de tenir compte à cet aspect pour
les voies ferrées envisagées dans le projet du G5 Sahel.
D’autres risques sont aussi à signaler tels que : les instabilités sur déblais, les chutes des blocs de
roches, les glissements de terrains, …

CIRA SA
Etude de faisabilité ligne ferrovaire G5 Sahel
Rapport étude préliminaire

Figure 5 : Esquisse structurale de l'Afrique occidentale et centrale

Fi
gure 6 : Problème des sables éoliens sur les voies ferrées

V. RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Études géologiques réalisées dans l’Ouest du Niger par Greigert (1961, 1963), Greigert et Pougnet
(1967), Machens (1966, 1973) et Ferrier (1981).
G5 Sahel_Transsahelien_Rapport etablissement_V1_10122019.
Memoire_explicatif_GEOL_1500k_Tchad_Vol1_1992_Schneider.

CIRA SA
Etude de faisabilité ligne ferrovaire G5 Sahel
Rapport étude préliminaire

VI. ANNEXES

CIRA SA
Etude de faisabilité ligne ferrovaire G5 Sahel
Rapport étude préliminaire

Figure 7 : Echelle stratigraphique internationale

CIRA SA
Etude de faisabilité ligne ferrovaire G5 Sahel
Rapport étude préliminaire

CIRA SA