Vous êtes sur la page 1sur 262

Proiect cofinanţat din Fondul Social European prin Programul Operaţional Sectorial Dezvoltarea Resurselor Umane 2007-2013

Investeşte în oameni!

Formarea profesională a cadrelor didactice


din învăţământul preuniversitar
pentru noi oportunităţi de dezvoltare în carieră

LANGUE FRANCAISE
CONTEMPORAINE.
LA MORPHOLOGIE
Mariana Steluţa COCULESCU

Program de conversie profesională la nivel postuniversitar


pentru cadrele didactice din învăţământul preuniversitar

Specializarea LIMBA ŞI LITERATURA FRANCEZĂ


Forma de învăţământ ID - semestrul I

2010
/,0%$ù,/,7(5$785$)5$1&(=Ă

LANGUE FRANÇAISE CONTEMPORAINE

La morphologie

Mariana-Steluţa &2&8/(6&8

2010
© 2010 Acest manual a fost elaborat în cadrul "Proiectului pentru Învăţământul
Rural", proiect co-finanţat de către Banca Mondială, Guvernul României
şi comunităţile locale.

Nici o parte a acestei lucrări nu poate fi reprodusă fără acordul scris al


Ministerului Educaţiei, Cercetării, Tineretului şi Sportului.

ISBN 973-0-04103-2
Introduction

INTRODUCTION
________________________________________________________________________________

Le module de Langue française contemporaine, La morphologie,


s’adresse aux étudiants de la première année. Il trouve sa place à
côté du module Communication écrite et du cours intitulé
Phonétique et orthographe françaises.

Son objectif est de mettre à votre portée des contenus


grammaticaux concernant le fonctionnement correct de la langue et
l’appropriation du discours au contexte de son emploi. Les exercices
de compréhension et d’expression écrite vous permettront
l’acquisition d’une langue correcte, souple et expressive.

Le module comprend quatorze unités d’apprentissage dont chacune


commence par la présentation des objectifs.

Des Tests d’autoévaluation sont insérés dans chaque unité


d’apprentissage. Les espaces blancs prévus à l’intérieur de ces
tests sont réservés à votre intervention écrite. Pour vérifier vos
réponses, vous devez consulter la rubrique Clés du test
d’autoévaluation.

A la fin des unités, les rubriques Avez-vous bien compris et Idées


à retenir vous aideront à faire le point sur les connaissances
acquises.

Toutes les unités d’apprentissage comportent, à la fin, un Test de


contrôle. Des instructions concernant la transmission des tests de
contrôle (étudiant ↔ tuteur) figurent en tête de chaque test. Vous y
trouverez aussi des indications concernant le nombre de points que
vous pouvez accumuler.

L’évaluation de vos compétences, dans le domaine de la langue


française contemporaine, comporte deux volets: le contrôle continu
et l’épreuve administrée lors de l’examen semestriel. Dans la note
finale, le contrôle continu compte pour 40%. Le poids réservé à
l’épreuve écrite dispensée à la fin du semestre est de 60%.

Bon travail !

I
Table des matières

TABLE DES MATIERES

Unité d’apprentissage Titre Page

Introduction I

1 La sphère du nom : le nom et le groupe nominal 1

Les objectifs de l’unité d’apprentissage 1 1


1.1 La structure du groupe nominal (GN) 2
1.2 Le nom. Définitions 3
Test d’autoévaluation I 6
1.3 La morphologie des noms communs 7
1.3.1 Le genre des noms communs 7
1.3.2 La formation du féminin des noms 10
1.3.3 Le nombre du nom. La formation du pluriel 12
1.3.4 Le pluriel des noms composés 13
Test d’autoévaluation II 14
Les clés du test d’autoévaluation I 15
Les clés du test d’autoévaluation II 16
Test de contrôle 1 17
Références bibliographiques 18

2 Les prédéterminants du nom (i) 19

Les objectifs de l’unité d’apprentissage 2 19


2.1 Les prédéterminants du nom 20
2.2 L’article défini 21
2.2.1 Les formes de l’article défini 21
2.2.2 Valeurs et emplois de l’article défini 22
2.3 L’article indéfini 23
2.3.1 Les formes de l’article indéfini 23
2.3.2 Sémantique de l’article indéfini 23
2.3.3 Valeurs et emplois de l’article indéfini 24
2.4 L’article partitif 24
2.4.1 Les formes de l’article partitif 24
2.4.2 Valeurs et emplois de l’article partitif 25
2.4.3 L’article de 25
Test d’autoévaluation 27
2.5 L’article Ø 28
Les clés du test d’autoévaluation 31
Test de contrôle 2 32
Références bibliographiques 34

II
Table des matières
3 Les prédéterminants du nom (ii) 35

Les objectifs de l’unité d’apprentissage 3 35


3.1 Les prédéterminants démonstratifs 36
3.1.1 Les formes des prédéterminants démonstratifs 36
3.1.2 Valeurs et emplois des prédéterminants démonstratifs 37
3.2 Les prédéterminants possessifs 38
3.2.1 Les formes des prédéterminants possessifs 38
3.2.2 Valeurs et emplois des prédéterminants possessifs 38
3.3 Les prédéterminants interrogatifs et exclamatifs 40
3.3.1 Les formes des prédéterminants interrogatifs et exclamatifs 40
3.3.2 Valeurs et emplois des prédéterminants interrogatifs 40
3.3.3 Valeurs et emplois des prédéterminants exclamatifs 41
3.4 Les prédéterminants relatifs 41
Test d’autoévaluation I 41
3.5 Les prédéterminants indéfinis (quantifiants) 42
3.5.1 Les prédéterminants quantifiants numériques 42
3.5.2 Les prédéterminants quantifiants non numériques 44
Test d’autoévaluation II 49
Les clés du test d’autoévaluation I 50
Les clés du test d’autoévaluation II 51
Test de contrôle 3 51
Références bibliographiques 53

4 L’adjectif et le groupe adjectival (i) 54

Les objectifs de l’unité d’apprentissage 4 54


4.1 Les caractérisants des nominaux des GN étendus 55
4.2 La structuration du GN étendu 55
4.3 Le GN épithète : l’adjectif 56
4.3.1 L’adjectif épithète 57
4.3.2 L’adjectif verbal 58
4.4 Le genre des adjectifs qualificatifs. La formation du féminin 59
Test d’autoévaluation 63
4.5 Le nombre des adjectifs qualificatifs. La formation du pluriel 65
Les clés du test d’autoévaluation 66
Test de contrôle 4 67
Références bibliographiques 69

5 L’adjectif et le groupe adjectival (ii) 70

Les objectifs de l’unité d’apprentissage 5 70


5.1 L’accord de l’adjectif qualificatif 71
5.2 La place de l’adjectif épithète 75
5.3 Les degrés de comparaison des adjectifs 77
Test d’autoévaluation 79
Les clés du test d’autoévaluation 80
Test de contrôle 5 81
Références bibliographiques 83

III
Table des matières
6 Les substituts du groupe nominal (i) 84

Les objectifs de l’unité d’apprentissage 6 84


6.1 Les substituts du groupe nominal 85
6.2 Les pronoms personnels 85
6.2.1 La morphologie des pronoms personnels 87
6.2.2 Valeurs et fonctions des pronoms personnels 87
Test d’autoévaluation I 95
6.3 Les pronoms adverbiaux en, y 97
6.3.1 Le pronom en 98
6.3.2 Le pronom y 100
Test d’autoévaluation II 101
Les clés du test d’autoévaluation I 103
Les clés du test d’autoévaluation II 104
Test de contrôle 6 104
Références bibliographiques 106

7 Les substituts du groupe nominal (ii) 107

Les objectifs de l’unité d’apprentissage 7 107


7.1 Les pronoms possessifs 108
7.1.1 Les formes des pronoms possessifs 108
7.1.2 Valeurs et emplois des pronoms possessifs 108
7.2 Les pronoms démonstratifs 109
7.2.1 Les formes des pronoms démonstratifs 109
7.2.2 L’emploi des formes simples 110
7.2.3 L’emploi des formes composées 111
7.2.4 Les formes composées neutres: ceci, cela, ça 112
Test d’autoévaluation I 113
7.3 Les pronoms interrogatifs 115
7.3.1 Les formes simples 115
7.3.2 Les formes périphrastiques 116
7.3.3 Les formes composées 116
7.4 Les pronoms relatifs 117
7.4.1 Les relatifs simples 117
7.4.2 Les relatifs composés 119
Test d’autoévaluation II 120
Les clés du test d’autoévaluation I 122
Les clés du test d’autoévaluation II 123
Test de contrôle 7 123
Références bibliographiques 125

8 Les substituts du groupe nominal (iii) 126

Les objectifs de l’unité d’apprentissage 8 126


8.1 Les pronoms indéfinis quantifiants 127
8.1.1 Les quantifiants numériques 127
8.1.2 Les quantifiants non numériques 128

8.2 Les pronoms indéfinis identifiants 132


Test d’autoévaluation 133
IV
Table des matières
Les clés du test d’autoévaluation 135
Test de contrôle 8 136
Références bibliographiques 138

9 La sphère du verbe : les formes du verbe 139

Les objectifs de l’unité d’apprentissage 9 139


9.1 Le verbe. Définitions 140
9.2 Les types de verbes 141
9.3 La morphologie du verbe 141
9.4 La syntaxe du verbe 145
9.5 Les voix active, passive, pronominale, impersonnelle 148
9.5.1 Les auxiliaires être et avoir 148
9.5.2 La voix active 149
9.5.3 La voix passive 149
9.5.4 La voix pronominale 151
9.5.5 Les verbes impersonnels 152
Test d’autoévaluation 152
Les clés du test d’autoévaluation 155
Test de contrôle 9 156
Références bibliographiques 157

10 Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes personnels (i) 158

Les objectifs de l’unité d’apprentissage 10 158


10.1 Les modes : personnels et impersonnels 159
10.2 Les temps dans chaque mode 160
10.3 Le mode indicatif et ses temps 161
10.3.1 Le présent 162
10.3.2 Le futur 163
10.3.3 L’imparfait 165
10.3.4 Le passé composé 166
10.3.5 Le plus-que-parfait 167
10.3.6 Le passé simple 170
10.3.7 Le passé récent 171
10.4 Le mode conditionnel et ses temps 172
10.5 Particularités de conjugaison de certains verbes 174
Test d’autoévaluation 175
Les clés du test d’autoévaluation 178
Test de contrôle 10 179
Références bibliographiques 181

11 Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes personnels (ii) 182

Les objectifs de l’unité d’apprentissage 11 182


11.0 Valeurs et emplois des modes personnels 183
11.1 Le mode subjonctif 183
11.1.1 La formation du subjonctif 183
11.1.2 Valeurs et emploi du subjonctif 184
11.2 Le mode impératif 188
V
Table des matières
11.2.1 La formation de l’impératif 189
11.2.2 Valeurs et emplois de l’impératif 190
Test d’autoévaluation 191
Les clés du test d’autoévaluation 194
Test de contrôle 11 195
Références bibliographiques 197

12 Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes impersonnels 198

Les objectifs de l’unité d’apprentissage 12 198


12.1 Valeurs et emplois des modes impersonnels 199
12.2 Le mode infinitif 199
12.3 Le mode participe 203
12.3.1 Le participe présent 203
12.3.2 Le gérondif 204
12.3.3 L’adjectif verbal 205
12.3.4 Le participe passé 207
12.3.5 L’accord du participe passé 208
Test d’autoévaluation 210
Les clés du test d’autoévaluation 214
Test de contrôle 12 215
Références bibliographiques 217

13 Les mots invariables : les adverbes 218

Les objectifs de l’unité d’apprentissage 13 218


13.0 Définition et espèces 219
13.1 Les adverbes de manière 219
13.2 Les adverbes de quantité et d’intensité 221
13.3 Les adverbes de temps 223
13.4 Les adverbes de lieu 224
13.5 Les adverbes d’affirmation 225
13.6 Les adverbes de négation 225
13.7 Ne explétif 227
13.8 Les degrés de comparaison des adverbes 229
Test d’autoévaluation 230
13.9 La place de l’adverbe 231
Les clés du test d’autoévaluation 233
Test de contrôle 13 234
Références bibliographiques 235

14 Les mots invariables: les prépositions 236

Les objectifs de l’unité d’apprentissage 14 236


14.1 La définition de la préposition 237
14.2 Les formes des prépositions 237

14.3 Valeurs et emplois de certaines prépositions 238


Test d’autoévaluation 245

VI
Table des matières
14.4 La répétition des prépositions 246
Les clés du test d’autoévaluation 247
Test de contrôle 14 248
Références bibliographiques 249

Bibliographie 250

VII
La sphère du nom : le nom et le groupe nominal

Unité d’apprentissage 1

LA SPHERE DU NOM : LE NOM ET LE GROUPE NOMINAL

Sommaire page
Les objectifs de l’unité d’apprentissage 1 1
1.1 La structure du groupe nominal (GN) 2
1.2 Le nom. Définitions 3
Test d’autoévaluation I 6
1.3 La morphologie des noms communs 7
1.3.1 Le genre des noms communs 7
1.3.2 La formation du féminin des noms 10
1.3.3 Le nombre du nom. La formation du pluriel 12
1.3.4 Le pluriel des noms composés 13
Test d’autoévaluation II 14
Les clés du test d’autoévaluation I 15
Les clés du test d’autoévaluation II 16
Test de contrôle 1 17
Références bibliographiques 18

Les objectifs de l’unité d’apprentissage 1

Quand vous aurez parcouru ce chapitre et effectué les exercices de repérage et


d’emploi du nom et du groupe nominal, vous serez capables de :

• Distinguer la structure du groupe nominal simple et complexe.


• Distinguer les traits inhérents des noms.
• Utiliser correctement les formes de genre (masculin et féminin) et les formes de
nombre (singulier et pluriel) des noms français.
• Maîtriser l’emploi du groupe nominal dans la phrase.

1
La sphère du nom : le nom et le groupe nominal
1.1 La structure du groupe nominal (GN)

P → GN + GV. Le nom (ou le substantif) est le noyau (ou la tête) du groupe nominal
qui constitue, avec le groupe verbal, la structure canonique de la
phrase française. La structure ou forme canonique de la phrase
française est la suivante : ∑→ const + P; constituant: assertif.
Le schéma structural, appelé phrase de base, est formé de deux
membres: un syntagme ou groupe nominal (SN ou GN) et un
syntagme ou groupe verbal (SV ou GV). A leur tour, les GN et GV
GN1 : sujet peuvent se décomposer en éléments plus petits:
GN → Prédéterminant (Pd) + Nom (N) + (expansion):
GN2 : complément Des enfants sages.
GV → Verbe (V) + Groupe Nominal (GN2) :
(Ils) jouent dans le jardin.

Distinguez !

L’enfant joue. Mon frère écrit une lettre.


P P

GN1 GV GN1 GV

pd N V pd N V GN2

pd N

L’ enfant joue Mon frère écrit une lettre

La structure du GN peut être simple (GN minimal) ou complexe (GN


étendu). Le GN peut être construit avec un prédéterminant:
le livre; un livre; mon livre; ce livre;
ou sans prédéterminant: Jeanne est belle.
Paris est magnifique.
Mon mari est professeur.
Je suis étudiant.
Les déterminants du Le GN étendu est réalisé par le nom centre (le déterminé) et un
GN modificateur (le déterminant) qui peut être:
• un adjectif ou un groupe adjectival épithète:
un livre intéressant; un tout petit enfant sage.
• un autre nom, de construction directe:
Paris, la capitale de la France.
• un autre nom, de construction prépositionnelle:
les souvenirs d’enfance;
les feuilles de l’arbre.
• une proposition subordonnée relative:
les enfants qui regardent la mer;
la rivière qui coule.

• une proposition subordonnée complétive et sa réduction infinitive:


L’idée que la droite gagne aux élections est irréaliste.
2
La sphère du nom : le nom et le groupe nominal
L’idée de la droite de gagner aux élections est irréaliste.
Le GN peut apparaître dans plusieurs positions syntaxiques; il peut
Le GN est un être un constituant obligatoire ou facultatif:
constituant • constituant premier et obligatoire de la phrase:
obligatoire ou  sujet: Le livre est intéressant.
facultatif
• constituant facultatif et mobile de la phrase:
GN1  complément circonstanciel sans préposition:
Ce matin, place de la mairie, la foule s’empressait.
La foule s’empressait ce matin, place de la mairie.
• constituant du groupe verbal:
GN2  complément d’objet direct:
Marie écrit une lettre. Pierre reçoit la lettre de Marie.
 attribut du sujet:
Il avait été mon professeur.
 attribut de l’objet:
On l’appelait «l’idole des jeunes».
• constituant d’un groupe prépositionnel:
 complément d’objet indirect du verbe:
Elle ressemble à sa mère.
 complément du nom:
La beauté du paysage est remarquable.
 complément de l’adjectif:
Le fils est fier de son père.

1.2 Le nom. Définitions

Qu’est-ce qu’un nom ?


Le nom peut désigner des référents êtres animés (personnes ou
animaux) ou choses (objets mais aussi idées, sentiments, actions,
événements, phénomènes).

Les grammaires traditionnelles définissent le nom ou le substantif


comme une partie du discours flexible qui nomme les objets. Dans
un sens large, par objets on comprend : êtres, choses, actions,
qualités, états, sentiments, rapports.

Du point de vue syntaxique, le nom est l’élément central (la tête) du


Définitions Groupe Nominal : il est régulièrement précédé d’un prédéterminant
et peut être accompagné de modificateurs.

Du point de vue référentiel, le nom est un signe qui renvoie à des


êtres (homme, chien), des choses (pierre, table), des actions
(arrivée, départ), des sentiments (joie, pensée), des qualités
(beauté, laideur), des phénomènes (orage, nuit), des événements
(catastrophe, guerre).

3
La sphère du nom : le nom et le groupe nominal

Distinguez !

Le nom, centre du GN, renvoie à un objet du monde réel par une opération qu’on appelle
référence. Suivant la référence, on peut distinguer les noms suivants:
• noms autonymes : ce sont les noms qui renvoient à eux-mêmes, qui se désignent eux-
mêmes. Le référent n’est pas un objet du monde réel, mais un objet linguistique.
Maison est un substantif féminin (maison renvoie au substantif lui-même).
• noms communs : ils conviennent à tous les êtres ou à tous les objets de la même
espèce : l’homme, le chien, l’eau, la pierre, la sincérité, etc.
• noms propres : ils se caractérisent par l’unicité de leur référent : Marie, Paris, la Seine.
On appelle nom propre un nom qui est propre à :
 une personne, un animal familier : Pierre, Hugo, Médor ;
 une chose : le Titanic, Hôtel Bellevue ;
 un lieu géographique : Paris, Bucarest, les Alpes ;
 un groupe de personnes : Les Roumains, les Mexicains, la famille Martini ;
 une œuvre : Les Misérables, la Symphonie héroïque ;
 une idée personnifiée : la Victoire, la Liberté.
C’est la majuscule qui permet souvent de distinguer un nom propre d’un nom commun:
l’Odyssée, une odyssée.

Du point de vue sémantique, le nom possède des propriétés


inhérentes (qui ne dépendent pas du contexte de son emploi) ou
référentielles (qui ne sont pertinentes que dans un contexte donné).
Les traits inhérents du nom sont de nature oppositionnelle et
réunissent un terme positif et un terme négatif:
Les propriétés
inhérentes des
• Noms [±commun]
noms ne
dépendent pas du Les noms [+commun] renvoient à des référents de la même espèce:
contexte de leurs fille, village, courage, pluie, etc.
emplois Les noms [-commun] ou noms propres désignent des êtres
particuliers, des endroits géographiques, etc.: Marie, Pierre, Paris,
Bucarest. Certains noms propres sont précédés d’un article : Les
Alpes, Le Danube, La France, La Roumanie.

• Noms [±collectif]
Les noms [+collectif] renvoient à un référent composé de plusieurs
éléments de la même espèce : troupeau (de moutons), meute (de
loups), etc.
Les noms [-collectif] renvoient à un référent unique: papillon, vache,
mouton, etc.

• Noms [±défini]
Les noms à référent [+défini] rendent compte du caractère précis du
référent: Pierre, maison, lune, rivière, générosité, etc.
Les noms à référent indéfini [-défini] se rangent traditionnellement
dans la catégorie morphologique des pronoms: on, personne, rien,
tout, quelque chose, quelqu’un, etc.

4
La sphère du nom : le nom et le groupe nominal
• Noms [±animé]
Les noms [+animé] désignent des êtres animés, personnes,
animaux, etc.: homme, enfant, Jean, lion, carpe, mouche.
Les noms [-animé] désignent des choses, objets, actes, etc.:
fenêtre, pomme, arrivée, fortune, etc.

• Noms [±humain]
Les noms [+humain] désignent des êtres humains, des personnes :
femme, mari, ouvrier, tante, journaliste, etc.
Les noms [-humain] désignent : des animaux (cheval, brebis, lièvre);
des oiseaux (hirondelle, coq, cigogne); des poissons (carpe, baleine,
esturgeon); des insectes (libellule, mouche, abeille).

• Noms [±sexué]
Les noms [+animé] [+sexué] renvoient à des référents différents
suivant le sexe: homme/femme ; cerf/biche ; coq/poule, etc.
Les noms [+animé] [-sexué] renvoient à des référents
indépendamment de leur sexe: corbeau, carpe, grenouille, etc.

• Noms [±mâle]
Les noms [+mâle] renvoient au référent mâle de l’espèce.
Les noms [-mâle] renvoient au référent femelle de l’espèce.
chien/chienne, chat/chatte, faisan/faisane, loup/louve, etc.

• Noms [±masculin]
Les noms [+masculin] ou [-masculin] renvoient à des référents dont
ce trait est arbitraire.
- [+masculin]: crayon, livre, mur, ruisseau, etc.
- [-masculin]: gomme, maison, rivière, montagne, etc.

• Noms [±matériel]
Les noms [-animé] se divisent à leur tour en :
- noms matériels ou concrets : pierre, eau, étoile, soleil, etc.
- noms non-matériels ou abstraits qui désignent des qualités, des
idées, des actes, des états, etc.: fidélité, amitié, exploitation, etc.

• Noms [±fabriqué]
Les noms [+matériel], donc concrets, peuvent désigner :
- des objets concrets fabriqués par l’homme: livre, mur, crayon, etc.
- des objets concrets naturels [-fabriqués]: arbre, montagne, eau.

• Noms [±comptable]
Les noms comptables ou dénombrables renvoient à des référents
qu’on peut compter : objets, êtres, etc. : livre, rivière, chaise, etc.
Les noms non-comptables ou massifs, ou indénombrables
désignent la matière, la masse, un groupe indivisible, une idée
générale, etc. : or, argent, amour, bonté, beurre, huile, farine, etc.
Cette opposition se manifeste sur le plan grammatical par la
combinaison avec le morphème de nombre :

un livre / des livres ; une rivière / des rivières

5
La sphère du nom : le nom et le groupe nominal

Les traits inhérents


Les indénombrables concrets ou abstraits admettent le partitif: du
sont redondants : courage, du sable, de la confiture, etc.
plusieurs traits
caractérisent le même Ces traits inhérents au nom sont redondants : la présence du trait
nom [+mâle] implique les traits [+sexué], [+humain], [+animé],
[+commun], [+défini], [+comptable].

Comme vous le savez déjà, dans chaque unité d’apprentissage


nous vous proposons des tests d’évaluation pour vous aider à
vérifier vos connaissances.

Attention !
Au cas où vous estimez qu’à l’intérieur d’une unité d’apprentissage
les résultats de votre test d’autoévaluation sont insuffisants, ne vous
découragez pas. Reprenez d’une manière approfondie les points qui
précèdent le Test d’autoévaluation; faites-en une relecture
réfléchie et effectuez les exercices d’entraînement qui vous sont
proposés dans les unités d’apprentissage. Revenez ensuite au test
d’autoévaluation et abordez, avec de meilleures chances, les
questions qui y figurent. Si les difficultés persistent, parlez-en à votre
tuteur.
Le cas échéant, nous vous conseillons de faire cette démarche de
remédiation dans toutes les unités d’apprentissage de ce module.

Test d’autoévaluation I

Pour bien gérer ce test, il est indispensable que vous suiviez un certain nombre de
démarches théoriques et appliquées. Pour vérifier vos résultats, consultez la rubrique Clés
du test d’autoévaluation I.
Attention ! Les pointillés vous permettent d’insérer vos réponses dans le test.

1. Mettez une croix dans les cases appropriées :

non- non-
animé inanimé humain concret abstrait comptable
humain comptable
chaise
eau
arbre
enfant
planète
cheval
épicier
pauvreté
cerise
fatigue

2. Dans chacune des phrases suivantes, indiquez si le nom noté en italique est employé
avec le trait « abstrait » ou « concret »

6
La sphère du nom : le nom et le groupe nominal
• La sculpture est un art ancien.
…………………………………………………………………………………………………
• Pierre a admiré les sculptures réalisées par son copain.
…………………………………………………………………………………………………
• Mon père s’oppose toujours à la nouveauté.
…………………………………………………………………………………………………
• Au salon, Renault présente ses dernières nouveautés.
…………………………………………………………………………………………………
• C’est une ouverture trop petite pour pouvoir passer de l’autre côté du mur.
…………………………………………………………………………………………………
• Jean est toujours prêt à l’ouverture, il s’adapte à toutes les initiatives.
………………………………………………………………………………………………....

1.3 La morphologie des noms communs

Tout nom est pourvu d’un genre inhérent, masculin ou féminin


(caractéristique qui lui reste attachée même hors emploi) et d’un
nombre, singulier ou pluriel (qui n’est attribué au nom que dans
l’instance du discours).

1.3.1 Le genre des noms communs


« Le genre est une propriété du nom, qu’on communique, par le
phénomène de l’accord, au déterminant, à l’épithète, à l’adjectif
attribut, ainsi qu’au pronom représentant le nom ». Vous trouverez
cette définition en consultant le livre de grammaire « Le Bon
Usage », 1997, p. 754.

Les noms communs dénotant des référents non-animés sont soit


féminins, soit masculins, et cela de manière arbitraire.
Par exemple, on dit : la maison, mais le lit ; la chaise, mais le
fauteuil ; la chemise, mais le chemisier.
Les noms français dénotant des référents animés constituent une
sous-classe où la distinction de genre correspond en règle générale
à une distinction de sexe.

Remarques générales sur le genre des noms :


• Sont masculins les noms qui désignent:

 des êtres mâles ou des fonctions exercées par des hommes :


Noms masculins l’homme, le père, le maire, le chauffeur ;
Exceptions: Les noms suivants: la sentinelle, la recrue,
l’ordonnance, l’estafette, la vigie sont féminins, mais désignent des
hommes qui effectuent ces activités. Par contre, les noms: le
mannequin, le bas-bleu, le cordon-bleu, le laideron sont masculins,
mais désignent des femmes qui effectuent ces activités;

 les noms des jours, des mois, des saisons : le lundi, le juillet, le
printemps ;
 des métaux et des corps chimiques : le fer, le charbon ;
 des arbres : le cerisier, le chêne, le tilleul ;
 des langues : le roumain, le français, l’anglais, le chinois ;
7
La sphère du nom : le nom et le groupe nominal
 les noms étrangers : le panorama, le zéro ;
 les noms dérivés d’autres parties du discours : le boire, le
manger, le pourquoi ;
 les noms terminés par les suffixes suivants :
-age: le fromage, le ménage.
Exceptions: la page, la plage, la rage, la nage, l’image, la cage.
-ail: le travail ;
-al: l’animal, le végétal, le journal ;
-ament : le médicament ;
-as: le tas, le bras, l’amas ;
-eil: le réveil, le soleil ;
-ement: l’armement, le département ;
-euil: le fauteuil ;
-ier: le fermier, pâtissier, le cendrier ;
-in: le câlin, le matin ;
-is: le gâchis ;
-isme: le nationalisme, le capitalisme ;
-oir: le parloir, le couloir.

• Sont féminins les noms qui désignent :


 des êtres femelles ou des fonctions exercées par des femmes :
Noms féminins la femme, la mère, la fille, la sœur ;
 des sciences: la grammaire, la physique, mais le droit.
 des vices, des vertus, des défauts:
Exceptions:
l’avarice, la générosité, l’hypocrisie, mais: le courage, le mérite,
le droit
le courage l’orgueil.
le mérite  des fruits: la pomme, la cerise, la prune ;
l'orgueil  un grand nombre de noms terminés par un -e muet:
le visage la tête, la rue, la table etc., mais: le visage, le prestige.
le prestige  les noms terminés par les suffixes suivants:
le lycée -ade : la glissade, la rigolade ;
le musée -aille : la bataille ;
le silence -ance : la vaillance, l’élégance ;
le bromure -ée : la bouchée, l’arrivée, la destinée, mais: le lycée, le musée.
le chlorure -eille : la bouteille;
-ence : la patience, la prudence, mais le silence.
-erie : la boulangerie, charcuterie ;
-esse : la paresse, la faiblesse ;
-ette : la cigarette, la fillette ;
-euille : la feuille ;
-ie : la jalousie, l’envie, la philosophie ;
-ière : la fermière, la pâtissière ;
-ise : la gourmandise, la franchise ;
-aison : la terminaison, la raison ;
-sion, -tion, -xion : la passion, la nation, la réflexion ;
-té (mots abstraits) : la beauté, la bonté, la charité ;
-ude : la solitude, l’habitude ;
-ure : la lecture, l’écriture, l’ouverture, mais le bromure.

Beaucoup de mots terminés par -eur sont féminins (la douceur, la


chaleur, la pâleur, la rougeur) mais il existe de nombreuses
exceptions (le bonheur, le malheur, le professeur, l’ingénieur, etc.).

8
La sphère du nom : le nom et le groupe nominal
Un assez grand nombre de noms s’emploient au masculin ou au
féminin avec des sens différents :

a) Mots d’étymologies différentes :

 un livre (lat. liber) : ouvrage, volume ;


une livre (lat. libra) : ancienne unité de compte, de poids.

 un page (du lat. pop. paidius) : jeune garçon au service d’un


prince ;
une page (lat. pagina) : côté d’un feuillet.

 un somme (lat. somnus) : sommeil ;


une somme (lat. summa) : total, ensemble de connaissances.

 un souris (lat. subridere) : sourire ;


une souris (lat. sorex, soricem) : rongeur.

 un tour (de tourner) : machine, mouvement circulaire ;


une tour (lat. turris) : construction élevée.

b) Mots remontant à un ancêtre commun ; ils ont des sens différents


selon le genre :
 un aide : celui qui aide ;
une aide : secours, assistance ; femme qui aide.

 un critique : celui qui pratique la critique ;


une critique : jugement porté sur une œuvre.

 un finale : dernier morceau d’un opéra ; dernier mouvement


d’une composition musicale ;
une finale : fin d’un mot ; dernière épreuve d’un tournoi sportif.

 un garde : celui qui a la garde de quelqu’un, de quelque chose ;


une garde : action de garder.

 un manche : partie adaptée à un instrument pour le tenir à la


main;
une manche : partie d’un vêtement où l’on met le bras.

 un manœuvre : ouvrier qui ne fait que de gros ouvrages ;


une manœuvre : suite de mouvements ordonnés, évolution
militaire.

 le mémoire : exposé par écrit de certains faits ;


la mémoire : faculté de se souvenir.

 un mode : manière d’être ; forme d’un verbe


une mode : usage passager de la manière de vivre, de s’habiller.

 un parallèle : cercle de latitude constante sur la sphère ;


comparaison suivie entre deux personnes, deux choses.

9
La sphère du nom : le nom et le groupe nominal
une parallèle : ligne droite dont tous les points demeurent à une
distance constante d’une ligne de référence.

 le physique : aspect extérieur d’une personne ;


la physique : science qui étudie les principes généraux des
corps.

1.3.2 La formation du féminin des noms


Au point de vue orthographique, le féminin des noms d’êtres animés
se marque :
1. En général, par addition d’un –e à la forme du masculin ;
2. Par modification ou addition de suffixe ;
3. Par une forme spéciale, du même radical que celle du masculin,
ou par un terme spécial dont le radical est entièrement différent de
celui du masculin.
4. Pourtant, certains noms de personnes ne varient pas en genre.

1. Règle générale : pour former le féminin de la plupart des noms


Féminin en -e d’êtres animés, on ajoute un –e à la fin de la forme du masculin :
ami, amie ; marchand, marchande.
La consonne finale devient sonore.

Cas particuliers :
 Les noms en –el et en –eau font le féminin en –elle:
colonel colonelle
fou (fol) folle

 Les noms en –n :
Cas
particuliers Les noms en –en, –on, redoublent le n devant l’e du féminin:
chien chienne
lion lionne
La syllabe finale se dénasalise.
Les noms en –in ou en –an ne redoublent pas la consonne finale ; la
présence du –e muet entraîne la dénasalisation :
courtisan courtisane
Persan Persane
orphelin orpheline
Mais: Jean Jeanne
paysan paysanne

 Les noms en –t : candidat, candidate


Les noms en –et redoublent le t: cadet, cadette. La consone finale
devient sonore. Les noms en –at, -ot ne redoublent pas le t:
avocat avocate
idiot idiote
Mais: chat chatte
sot sotte
favori favorite

 Les noms en -er forment leur féminin en -ère : berger, bergère.


L’e fermé du masculin devient e ouvert et prend l’accent grave(è).
10
La sphère du nom : le nom et le groupe nominal
 Les noms en -s (précédés d’une voyelle) ou en -x ont leur féminin
en -se:
bourgeois bourgeoise
époux épouse
ambitieux ambitieuse (s est prononcé [z]).

 Les noms en -f changent -f en -v- devant l’e du féminin :


captif captive
veuf veuve
 Les noms en -c changent le -c en -que au féminin :
Franc Franque
Turc Turque
Mais: Grec, Grecque

2. Modification ou addition de suffixe:

 Noms en –eur :
Féminin avec • certains de ces noms suivent la règle générale:
modification ou supérieur supérieure
addition de suffixe inférieur inférieure.
• les noms en –eur ou –teur de formation française, à base verbale,
changent la consonne finale –r en –s devant l’e muet:
acheteur acheteuse
chanteur chanteuse
danseur danseuse
menteur menteuse
vendeur vendeuse
• certains noms changent cette terminaison en –trice :
acteur actrice
admirateur admiratrice
adorateur adoratrice
ambassadeur ambassadrice
animateur animatrice

 Certains noms en –e muet font le féminin en –esse:


comte comtesse
hôte hôtesse
maître maîtresse
nègre négresse
prince princesse

3. Forme spéciale au féminin:


Formes spéciales
au féminin
 La forme spéciale au féminin a le même radical que le masculin :
canard cane
compagnon compagne
dindon dinde
fils fille
héros héroïne
neveu nièce
roi reine
serviteur servante

11
La sphère du nom : le nom et le groupe nominal
 Certains noms marquent la distinction de genre par deux mots de
radical différent :
bélier brebis
frère sœur
garçon fille
gendre bru
homme femme
mari femme
mâle femelle
monsieur madame
oncle tante
papa maman
père mère

Formes invariables 4. Noms ne variant pas en genre

 Certains noms de personnes, terminés pour la plupart en –e, ont


la même forme pour les deux genres:
un artiste une artiste
un élève une élève
un enfant une enfant
 Pour indiquer le sexe des animaux dont le nom indique l’espèce,
on ajoute un nom déterminant : un éléphant femelle ; une souris
mâle.
 Certains noms de personnes n’ont pas de forme féminine :
auteur, écrivain, médecin, professeur, etc. Dans ces cas, pour
indiquer le féminin, on fait précéder le nom du mot femme:
- une femme auteur, une femme écrivain
Formes nouvelles - la juge, la professeur. (français quotidien)

1.3.3 Le nombre du nom. La formation du pluriel


Le français distingue deux nombres :
• le singulier, qui désigne un seul être ou un seul ensemble d’êtres :
un livre, un groupe.
• le pluriel, qui désigne plusieurs êtres ou plusieurs ensembles
d’êtres : des livres, des groupes.

Règle générale : Pour former le pluriel des noms, on ajoute à la


forme du singulier un –s (muet, sauf en liaison): un homme, des
hommes.

12
La sphère du nom : le nom et le groupe nominal

Distinguez !

Cas particuliers

1. Les noms terminés par -s, -x, -z ne changent pas au pluriel: un pois, des pois ; une
croix, des croix ; un nez, des nez.

2. Certains noms forment le pluriel en -x :


a) Les noms en -al changent -al en -aux au pluriel: cheval/chevaux ; hôpital/hôpitaux.
Exceptions:bal/bals; carnaval/carnavals; festival/festivals; régal/régals; récital/récitals.
b) Les noms en -au, eu prennent un x au pluriel: tuyau/tuyaux ; cheveu/cheveux.
Exceptions: bleu/bleus; pneu/pneus.
c) Les noms en -ail prennent un -s au pluriel: un éventail, des éventails.
Exceptions: bail, corail, émail, fermail, soupirail, travail, ventail, vantail, vitrail qui changent
-ail en -aux : corail/coraux; travail/travaux.
d) Les noms en -ou prennent un -s au pluriel: un clou, des clous
Exceptions: bijou/bijoux; chou/choux; pou/poux; hibou/hiboux ; caillou/cailloux ; genou/
genoux; joujou/joujoux.

1.3.4 Le pluriel des noms composés


1. Eléments soudés
Les noms composés dont les éléments sont soudés en un mot
simple forment leur pluriel comme les noms simples: des bonjours,
des passeports, etc.
Exceptions: bonhomme gentilhomme
madame mademoiselle
Exceptions monseigneur monsieur
qui forment le pluriel :
bonshommes gentilshommes
mesdames mesdemoiselles
messeigneurs messieurs

2. Eléments non soudés


Dans les noms composés dont les éléments ne sont pas soudés en
un mot simple, on met au pluriel les éléments qui, selon le bon sens,
prennent la marque du pluriel : seulement les noms et les adjectifs.

 Nom + nom en apposition. Nom + adjectif :


des chefs-lieux ; des oiseaux-mouches
des coffres-forts ; des arcs-boutants
Mais : des grand-mères, des grand-tantes, des grand-rues.

 Nom + nom complément :


des arcs-en-ciel ; des chefs-d’œuvre; des timbres-poste.

 Mot invariable + nom :


des arrière-gardes ; des haut-parleurs.
des en-têtes ; des contre-attaques.
Mais : des après-midi.

13
La sphère du nom : le nom et le groupe nominal
 Verbe + complément :
des bouche-trous ; des couvre-lits.
Mais : des abat-jour ; des perce-neige.

 Expressions toutes faites ou elliptiques :


des meurt-de-faim; des pince-sans-rire.
des on-dit ; des coq-à-l’âne; des pur-sang.

Test d’autoévaluation II

Pour bien gérer ce test, il est indispensable que vous suiviez un certain nombre de
démarches théoriques et appliquées. Vérifiez vos résultats en consultant la rubrique Clés
du test d’autoévaluation II.
Attention ! Les pointillés vous permettent d’insérer vos réponses dans le test.

1. Barrez le nom masculin :

• fleur – vêtement – administration – faiblesse.


• bonté – ouverture – voyage – division.
• hauteur – finesse – tablette – poirier.

2. Barrez le nom féminin :

• lavage – profession – appartement – racisme.


• instrument – plage – âge – panier.
• bonheur – festival – fauteuil – tendresse.

3. Ecrivez au pluriel :

• un animal - un arbre - un agenda - un bras - un bateau - un bijou.


…………………………………………………………………………………
• un cahier - un chapeau - un chou - un cheveu - une fleur - un festival.
…………………………………………………………………………………
• un général - un genou - un hôpital - un jeune homme - un monsieur
…………………………………………………………………………………
• une voix - un œil - un nez - une souris - un gentilhomme - un pays.
…………………………………………………………………………………

4. Dans les phrases suivantes, mettez les groupes en italique au pluriel. Suivant les cas,
refaites aussi l’accord du GN avec le verbe:

• J’ai mal à l’œil.


…………………………………………………………………………………………………
• La grand-mère tricote un chandail pour le petit enfant.
…………………………………………………………………………………………………
14
La sphère du nom : le nom et le groupe nominal

• J’admire ce vieux bijou en corail.


…………………………………………………………………………………………………
• Nous avons participé au festival mais nous avons manqué le récital de ton acteur
favori.
…………………………………………………………………………………………………
• Ce monsieur voulait ressembler à un gentilhomme.
…………………………………………………………………………………………………
• Le travail de construction de l’autoroute est coûteux.
…………………………………………………………………………………………………

 Idées à retenir

Après avoir étudié avec beaucoup d’attention l’unité d’apprentissage 1, vous devez retenir
quelques idées fondamentales :
• La phrase française, minimale ou complexe, a la structure :
P → GN + GV
• A son tour, le GN peut être simple, réalisé par un seul nominal (substantif), ou
complexe (nom accompagné de prédéterminants et/ou de déterminants) ;
• Les noms se caractérisent par des traits inhérents : on distingue donc des noms
concrets ou abstraits, communs ou propres, animés ou inanimés, collectifs, des
noms comptables ou massifs, etc.;
• La règle générale de la formation du féminin, qui consiste dans l’addition d’un –e à
la forme du masculin, est complétée par de nombreux cas particuliers ;
• Pour former le pluriel des noms, on ajoute à la forme du singulier un –s (muet, sauf
en liaison) ; les cas particuliers sont pourtant nombreux.

Les clés du test d’autoévaluation I

Corrigés

1. Mettez une croix dans les cases appropriées :

non- non-
animé inanimé humain concret abstrait comptable
humain comptable
Chaise x x x x
Eau x x x x
Arbre x x x x
enfant x x x x
planète x x x x
cheval x x x x
épicier x x x x
pauvreté x x x x
cerise x x x x
fatigue x x x x

2. Dans chacune des phrases suivantes, indiquez si le nom noté en italique est employé
avec le trait « abstrait » ou « concret » :

15
La sphère du nom : le nom et le groupe nominal

• La sculpture est un art ancien. (abstrait)


• Pierre a admiré les sculptures réalisées par son copain. (concret)
• Mon père s’oppose toujours à la nouveauté. (abstrait)
• Au salon, Renault présente ses dernières nouveautés. (concret)
• C’est une ouverture trop petite pour pouvoir passer de l’autre côté du mur. (concret)
• Jean est toujours prêt à l’ouverture, il s’adapte à toutes les initiatives. (abstrait)

Les clés du test d’autoévaluation II

Corrigés

1. noms masculins: le vêtement ; le voyage ; le poirier.

2. noms féminins: la profession ; la plage; la tendresse.

3. • des animaux - des arbres - des agendas - des bras - des bateaux - des bijoux.
• des cahiers - des chapeaux - des choux - des cheveux - des fleurs - des festivals.
• des généraux - des genoux - des hôpitaux - des jeunes hommes - des messieurs.
• des voix - des yeux - des nez - des souris - des gentilshommes - des pays.

4. • J’ai mal aux yeux.


• La grand-mère tricote des chandails pour les petits enfants.
• J’admire ces vieux bijoux en corail.
• Nous avons participé aux festivals, mais nous avons manqué les récitals de tes
acteurs favoris.
• Ces messieurs voulaient ressembler à des gentilshommes.
• Les travaux de construction des autoroutes sont coûteux.

16
La sphère du nom : le nom et le groupe nominal

Test de contrôle 1

Ce test est administré à l’issue de l’unité d’apprentissage 1.


Pour réaliser ce test, il est conseillé de relire l’unité et de faire les exercices de repérage et
de réemploi du nom et du groupe nominal qui y sont recommandés.
Ne manquez pas de transmettre ce test à votre tuteur. A cet effet, il convient de marquer
votre nom, votre prénom et votre adresse personnelle sur la première page de votre copie.
N’oubliez pas de mentionner aussi le numéro du test. Vous êtes supposés le recevoir,
après correction, avec les commentaires de votre tuteur.
Bon travail !

1. Répondez aux questions suivantes:

a) Qu’est-ce qu’un nom ? Quels sont ses traits inhérents ?


b) Quelles peuvent être les positions du GN dans la phrase ?
Vous allez trouver toutes ces explications dans l’unité d’apprentissage 1. Essayez de les
rendre d’une manière claire et cohérente. Illustrez vos explications par des exemples de
votre choix.
(2 points)

2. Formez le féminin des noms suivants :

locataire……………….. drôle ……………………….. patriote………………………..


écrivain………………… complice……………………. lion……………………………..
mâle……………………. convive……………………… pharmacien …………………..
enfant………………….. fils …………………………… secrétaire …………………….
menteur……………….. paysan……………………… sauvage……………………….
coq…………………….. guide………………………… médecin……………………….
soldat………………….. arbitre……………………….. cycliste………………………...
touriste………………… éléphant…………………….. bandit………………………….
(2 points)

3. Transformez les propositions suivantes en mettant les noms au féminin :

C’est un bon compagnon. ………………………………………………………………………….


C’est Jean, le frère de Pierre. ……………………………………………………………………...
Il a rencontré son maître à l’école. ………………………………………………………………..
Ce vendeur de fruits est très beau. ……………………………………………………………….
C’est un hôte admirable, merveilleux. …………………………………………………………….
C’est un acteur admiré pour son talent. …………………………………………………………..
Ce médecin est sévère et soigne bien ses malades. …………………………………………...
(2 points)

4. Formez le pluriel des groupes nominaux suivants et ensuite mettez-les dans des
phrases :

l’avis du journal un long cheveu


……………………………… …………………………………………
……………………………… …………………………………………

17
La sphère du nom : le nom et le groupe nominal

le portail du château le feu du signal


……………………………… …………………………………………
……………………………… …………………………………………
le festival de théâtre un jeu pour enfants
……………………………… …………………………………………
……………………………… …………………………………………
l’eau du puits le carnaval de Venise
…………………………….... …………………………………………
………………………………. …………………………………………
(2 points)

5. Donnez le pluriel orthographique des noms composés suivants :

un laissez-passer une basse-cour


……………………………….. …………………………………………………
un coffre-fort un chef-d’œuvre
………………………………… …………………………………………………
un abat-jour un haut-parleur
………………………………… …………………………………………………
un timbre-poste un sourd-muet
…………………………………. …………………………………………………
(2 points)

Références bibliographiques
Béchade, H. D., Phonétique et morphologie du français contemporain, PUF, Paris, 1992,
p. 175-197.

Coculescu, M. S., Le nom et le groupe nominal, Editura Universităţii din Ploieşti, Ploieşti,
2004, p. 22-49.

Cosăceanu, A., Slăvescu, M., Gramatica limbii franceze, editura 100+1 Gramar, Bucureşti,
2001, p. 51-73.

Cristea, T., Grammaire française. Le nom et le groupe nominal. Le verbe et le groupe


verbal, Editura Fundaţiei România de mâine, Bucureşti, 2000, p. 12-23.

Cuniţă, A., Vişan, D., Abrégé de grammaire française, Editura Universităţii, Bucureşti,
1987, p. 39-48.

Jeanrenaud, A., Langue française contemporaine. Morphologie, syntaxe, Polirom, Iaşi,


1996, p. 17-38.

Poisson-Quinton, S., Mimran, R., Mathéo Le Coadic, M., Grammaire expliquée du


français, Cle International, Paris, 2002, p. 30-34.

Riegel, M., Pellat, J. Ch., Rioul, R., Grammaire méthodique du français, PUF, Paris, 1990,
p. 167-178.

18
Les prédéterminants du nom (i)

Unité d’apprentissage 2

LES PREDETERMINANTS DU NOM (i)


________________________________________________________________________

Sommaire page

Les objectifs de l’unité d’apprentissage 2 19


2.1 Les prédéterminants du nom 20
2.2 L’article défini 21
2.2.1 Les formes de l’article défini 21
2.2.2 Valeurs et emplois de l’article défini 22
2.3 L’article indéfini 23
2.3.1 Les formes de l’article indéfini 23
2.3.2 Sémantique de l’article indéfini 23
2.3.3 Valeurs et emplois de l’article indéfini 24
2.4 L’article partitif 24
2.4.1 Les formes de l’article partitif 24
2.4.2 Valeurs et emplois de l’article partitif 25
2.4.3 L’article de 25
Test d’autoévaluation 27
2.5 L’article Ø 28
Les clés du test d’autoévaluation 31
Test de contrôle 2 32
Références bibliographiques 34

Les objectifs de l’unité d’apprentissage 2

Quand vous aurez parcouru ce chapitre et effectué les exercices de repérage et


d’emploi des articles français, vous serez capables de :

• Reconnaître les prédéterminants du nom, mots semi-autonomes qui font partie


du GN.
• Identifier les articles définis, les articles indéfinis et les articles partitifs.
• Employer correctement les articles définis, les articles indéfinis et les articles
partitifs.
• Comprendre les valeurs distinctes des articles définis, indéfinis, partitifs.
• Distinguer l’opposition Ø / article dans le cas des noms propres et aussi des
noms communs.

19
Les prédéterminants du nom (i)

2.1. Les prédéterminants du nom


Dans le livre « Abrégé de grammaire française », les auteurs A.
Cuniţă et V. Vişan, présentent les caractéristiques des
Les prédéterminants prédéterminants du nom (p. 48-49):
font partie du GN
« Ce sont des mots semi-autonomes qui font partie du groupe du
nom. Ils présentent les caractéristiques suivantes :
• ils déterminent le nom auquel ils confèrent le statut
Ce sont des mots grammatical de groupe nominal ;
semi-autonomes • ils précèdent toujours le nom.

En tant que déterminants du nom, ces mots jouent un double rôle :


• ils complètent le nom du point de vue sémantique et lui
donnent la capacité de s’intégrer dans le discours ;
• ils complètent le nom du point de vue morphologique, servant
à indiquer son genre et/ou son nombre. […]

D’après leurs aptitudes combinatoires, ces prédéterminants peuvent


être regroupés en :
Ils ont des aptitudes • prédéterminants qui ne se combinent pas entre eux (articles,
combinatoires variées démonstratifs, possessifs);
• prédéterminants qui, dans un certain ordre, peuvent se
combiner avec ceux de la classe précédente (quantitatifs,
identificateurs).
Selon leur comportement par rapport à l’article défini, les
prédéterminants se répartissent en :
• prédéterminants qui précèdent l’article (ou préarticles) :
toute la famille
• prédéterminants qui excluent l’article (démonstratifs,
possessifs) :
ma voiture ; cette maison
• prédéterminants qui suivent l'article (ou postarticles):
les deux amis de Paul
les mêmes personnes
un autre aspect du problème. »

Les prédéterminants du nom forment les classes suivantes :


1. les articles, qui indiquent le caractère défini ou indéfini des noms ;
Les classes des 2. les démonstratifs, qui indiquent la proximité ou l’éloignement
prédéterminants spatio-temporel ou notionnel ;
3. les possessifs, qui indiquent des relations d’appartenance, de
possession, etc. ;
4. les interrogatifs, qui servent à interroger sur l’identité des objets et
des êtres ; les exclamatifs qui servent à exprimer des valeurs
affectives ;
5. les relatifs, qui déterminent un nom déjà exprimé de la
proposition ;
6. les quantifiants, qui indiquent la quantité ou le nombre précis ou
imprécis des objets et des êtres (les indéfinis).

20
Les prédéterminants du nom (i)
2.2 L’article défini
Le prédéterminant est donc un mot qui précède un nom commun
avec lequel il constitue le groupe du nom.
Le GN = Parmi les prédéterminants, les articles sont les plus importants: ils
prédéterminant + nom permettent au substantif de fonctionner dans le discours comme
+ (déterminant) syntagme nominal.

Les prédéterminants peuvent se répartir en deux grandes classes:


• les prédéterminants définis: l’article défini (le, la, les), le
prédéterminant démonstratif (ce, cette, ces), le prédéterminant
possessif (mon, ton, son…).

• les prédéterminants indéfinis: l’article indéfini (un, une, des),


l’article partitif (du, de la), les prédéterminants dits indéfinis (aucun,
certain(s), chaque, quelque(s), plusieurs, nul, etc.), les
prédéterminants négatifs (aucun, nul, pas un).

2.2.1 Les formes de l’article défini


Les formes (ou les formants) de l’article défini sont présentées dans
le tableau de la figure 2.1:

Formes : Singulier Pluriel


Devant Devant Devant Devant
consonne ou voyelle ou consonne voyelle ou h
h aspiré h muet ou h aspiré muet
• pleines
Masculin le [lə]
l’ [l] les [le] les [lez]
Féminin la [la]
Figure 2.1

L’article l’ s’appelle article élidé; il s’emploie devant les noms qui


commencent par une voyelle ou un h muet:
• élidées l’armoire, l’actrice, l’oncle, l’ombre, l’éléphant, l’union (h muet) ;
mais: le héros (h aspiré).
On ne fait pas d’élision devant : oui, huit, huitième, onzième, etc.
On dit : Le oui pour l’intégration européenne.
Il est le huitième de la classe.
• contractées N’oubliez pas les formes contractées de l’article défini !
Après les prépositions à et de les articles définis le et les se
contractent:
de + le → du à + le → au
de + les → des à + les → aux

du La grammaire (de + le) du français est logique.


de la La grammaire de la langue française est logique.
de l’ Le livre de l’étudiant est en mauvais état.
des Les erreurs (de + les) des étudiants ne sont pas graves.

au On donne (à+le) au garçon tous les renseignements.


à la On explique à la jeune fille comment remplir un formulaire.
à l’ On explique à l’étudiant comment rédiger un C.V.
aux On propose (à+les) aux jeunes un séjour agréable à la mer.
21
Les prédéterminants du nom (i)

2.2.2 Valeurs et emplois de l’article défini


L’article défini a deux valeurs fondamentales :
(cf. Cuniţă A. et Vişan V., « Abrégé de grammaire française », p. 52)

 il individualise un substantif ; il indique que le nom a un caractère


défini, c’est-à-dire que l’être ou l’objet désigné est connu ou a déjà
Valeurs été mentionné :
fondamentales La fille est encore au collège, mais le fils travaille déjà.
(la fille et le fils dont on sait qu’ils sont les enfants de celui qui
parle).

 il représente l’espèce ; il indique que le nom a une valeur


générique, c’est-à-dire que l’être ou l’objet désigné représente la
classe toute entière à laquelle il appartient.
Ne considérez plus le livre une marchandise comme une autre.
(C’est le livre en général, l’objet appelé livre).

Les articles définis peuvent avoir encore des valeurs


supplémentaires :
• valeur quantitative : Passe-moi le sel !
Valeurs • valeur distributive : Les musées sont fermés le lundi.
supplémentaires • valeur exclamative : La jolie fille!
• valeur possessive : Il s’est cassé la jambe (= sa jambe).
• valeur démonstrative : Pour le moment, ce n’est pas grave.

Les articles définis peuvent s’employer devant les noms communs


et les noms propres.

• Devant les noms communs :

 devant les noms des saisons et des dates :


Le printemps est capricieux cette année.
Le 8 Février nous irons à la montagne.
 devant les adjectifs de couleur, pour former des noms de couleur :
Le rouge est ma couleur préférée.
 devant les superlatifs :
C’est la plus belle fille du village.
Le Danube est le fleuve le plus long d’Europe.
 devant un nom de jour ou de mesure, avec une valeur distributive:
J’ai mon cours d’anglais le lundi. (chaque lundi)
J’ai payé les cerises 5 euros le kilo. (chaque kilo)
Cette voiture consomme 7 litres au cent. (tous les cent km)
 devant les noms de nombre, il indique l’approximation:
Elle doit avoir la quarantaine! (Elle a probablement 40 ans.)
Je passerai vous voir vers les 8 heures du soir.

• Devant les noms propres :

 devant les noms de famille:


Je verrai les Dupont chez les Dufour.
 devant les noms d’habitants de pays ou de ville:
22
Les prédéterminants du nom (i)
Les Roumains sont des pro-européens convaincus.
Les Parisiens quittent la capitale en week-end.
 devant les noms de continents, de pays, de régions, de
montagnes, de mers, de fleuves, de grandes îles:
L’Asie connaît encore la dictature.
L’Alsace est appréciée pour ses vignobles.
Le Rhône se jette dans la Méditerranée.
 devant les noms de fêtes:
La Toussaint tombe un jeudi cette année.

2.3 L’article indéfini

2.3.1 Les formes de l’article indéfini

Observez les formes de l’article indéfini, dans la figure 2.2 :

Singulier Pluriel
Devant Devant Devant Devant
consonne voyelle ou consonne ou voyelle ou
ou h aspiré h muet h aspiré h muet
Masculin un [õe] un [œn]
des [de] des [dez]
Féminin une [yn]
Figure 2.2

L’article indéfini connaît aussi la variante de. C’est une variante


grammaticale, sémantique ou stylistique des articles suivants :
un(e), du, de la, de l’, des.

2.3.2 Sémantique de l’article indéfini

Emplois : • En emploi spécifique, l’article indéfini extrait un élément particulier


• spécifiques de la classe à laquelle le nom fait référence :
Il a vu un enfant traverser le jardin.
L’indéfini peut renvoyer à un particulier:
Un enfant blond jouait devant la maison. – Qui était-ce ?
ou à un référent dont l’existence est virtuelle :
Je cherche un enfant blond pour une photo.

• génériques • En emploi générique, l’élément quelconque auquel renvoie le GN


introduit par un est considéré comme un exemplaire représentatif de
toute sa classe:
Autrefois, un enfant ne parlait pas à table !

2.3.3 Valeurs et emplois de l’article indéfini


L'article indéfini peut avoir différentes valeurs dans le discours.

 valeur généralisante, c’est-à-dire l’appartenance à une espèce:


Un homme est un être social. (n’importe quel homme, tout
homme)
23
Les prédéterminants du nom (i)
 valeur de présentation. Le locuteur présente à l’interlocuteur un
être ou un objet, dont il va parler :
Une grenouille vit un bœuf. (La Fontaine)
Valeurs dans
 valeur d’adjectif numéral :
le discours Il a un ami. (Il n’a qu’un ami.)
Un mot le fit s’arrêter. (un seul mot)
 valeur « particularisante » :
Il prit un livre sur le rayon.
Elle tenait à la main un bouquet de violettes.
 valeur emphatique :
Il y avait un monde, hier soir, au théâtre! (quantité)
C’est d’un comique ! (intensité)
 valeur définitoire :
Une mère, peut-elle haïr son enfant ?
Devant les noms propres célèbres, l’article peut marquer la
substitution de toute une classe :
C’est un Harpagon !
 valeur d’un adjectif possessif :
Il s’est cassé une jambe (sa jambe).
 valeur affective :
Tiens ! Un enfant !

2.4 L’article partitif

Dans la grammaire traditionnelle, on appelle article partitif l’article du


(de la, de l’) qui est le plus souvent employé devant des noms de
choses indénombrables. On l’appelle aussi article massif, car il
précède les noms des choses amorphes.

2.4.1 Les formes de l’article partitif


Avec l’article partitif, on exprime une partie indéfinie extraite d’un
tout, d’un ensemble, d’une masse. Vous remarquerez que l’article
partitif n’a pas de formes spécifiques. Les formants sont ceux de
l’article défini, précédé de la préposition de. Ils sont illustrés dans la
figure 2.3 :

Masculin Féminin
du de la
Singulier
de l’
Figure 2.3

2.4.2 Valeurs et emplois de l’article partitif


Cet article apparaît:
 devant les noms [-dénombrable (+concret)] :
Vous prenez du beurre et de la confiture ?
 devant les noms [-dénombrable (-concret)] :
Il fait du tennis.
Il fait de la philosophie.
 devant les noms [+dénombrable (+concret)] :
Il y a du gibier dans ces montagnes.

24
Les prédéterminants du nom (i)
 devant les noms (+humain) pour indiquer un trait spécifique :
Il y avait du Mozart dans ses concerts.
 devant les noms propres de personnes avec les verbes « lire »,
« jouer », « entendre », « écouter » :
Il joue du Bizet.

2.4.3 L’article de
Les articles un(e), du, de la, de l’ ont une variante grammaticale: de.
Les contextes dans lesquels cette forme réduite remplace les
formes pleines sont les suivants :

Noms précédés • de + adjectif + substantif:


d’adjectifs De gros nuages couvrent le ciel.
qualificatifs De telles histoires, vous allez en entendre.
Tu as reçu de jolies fleurs.
Exceptions: lorsque la suite adjectif + substantif forme un nom
composé, on utilise la forme pleine des:
des petits-pois, des petits pains, des jeunes gens.
Parfois, de et les formes pleines sont en variation sémantique :
Apportez-moi de meilleur vin. (indéfini)
Apportez-moi du meilleur vin. (défini notoire)
Prenez de bons fruits.
Prenez des bons fruits. (parmi ceux du panier, ceux qui sont
bons et non pas ceux qui sont mauvais)
Les noms au singulier sont accompagnés des formes pleines : du
bon vin, de la bonne viande, de la bonne musique, se faire du
mauvais sang.

Noms précédés de • quantitatif + de + substantif:


quantitatifs Les quantitatifs s’organisent sémantiquement selon l’opposition
comparatif / non comparatif :
 comparatif:
- non égalitaire, plus de, moins de:
Pierre dépense plus d’argent que Jean.
- égalitaire, autant de:
Personne ne dépense autant d’énergie que lui.
 non comparatif, déterminant:
- la grande quantité, à l’aide des adverbes beaucoup, trop, tant,
que, quantité, nombre, etc. de:

Il a eu beaucoup d’amis.
Il a eu trop de temps à sa disposition.
Tant de gens regrettent la fermeture du musée.
Mais : Beaucoup des étudiants de cette faculté ont participé à
la conférence.
Bien des amis sont partis.
La plupart des amis sont partis.
- la petite quantité, à l’aide de l’adverbe peu de:
Peu d’étudiants se sont présentés à l’examen.

25
Les prédéterminants du nom (i)
Verbes à la • Verbe au négatif + de + substantif
forme négative Je ne mange jamais de viande.
Il n’a pas de courage.
Exception, le verbe être à la forme négative:
Ce ne sont pas des élèves.
Lorsque la négation n’est pas absolue, on emploie la forme pleine :
Ne plantez pas des pommes de terre mais des haricots.
Dans ce cas, la négation ne se rapporte pas à la quantité, mais à la
qualité spécifique :
N’achetez pas des légumes, achetez plutôt des fruits.

La forme réduite de est utilisée dans les cas suivants :


 après le verbe avoir à la forme négative:
Je n’ai pas de cigarette.
 après le verbe être précédé du pronom neutre il :
Il n’est pas d’arbre dans le désert.
 dans la négation restrictive, si le complément d’objet direct (COD)
précède que :
Chacun ne devait attendre de lumière que de soi.
Mais, si le COD suit que, on emploie la forme pleine :
On n’a que des ennuis.
 dans les phrases négatives coordonnées par ni :
Il n’y a pas de haine ni d’amour.

Retenez !

Les noms qui sont précédés de l’article indéfini se laissent


pronominaliser par le pronom en.
On peut constater les cas suivants :
 L’article indéfini pluriel s’efface complètement :
Marc achète des fruits. / Il en achète.
 L’article indéfini singulier ne s’efface pas :
Maurice a acheté une voiture. / Il en a acheté une.
 L’article indéfini singulier ne s’efface pas et concerne le
déterminant adjectival :
Marie avait une belle jupe rouge. / Elle en avait une rouge.
Hélène a de jolies fleurs. / Elle en a de jolies.
 Le quantitatif qui accompagne de ne s’efface pas:
Martine a acheté beaucoup de livres. / Elle en a acheté
beaucoup.

26
Les prédéterminants du nom (i)

Test d’autoévaluation

Pour bien gérer ce test, il est indispensable que vous suiviez un certain nombre de
démarches théoriques et appliquées. Vérifiez vos résultats en consultant la rubrique Clés
du test d’autoévaluation.
Attention ! Les pointillés vous permettent d’insérer vos réponses dans le test.

1. Complétez le texte suivant en employant les articles qui conviennent :

Dans……région (de) …… nord de la France, dès …… premiers jours de septembre …..


petite brise un peu trop fraîche va soudain cueillir au passage ….. jolie feuille (de) …..
jaune éclatant, qui tourne et virevolte aussi gracieuse qu’….. oiseau. Elle précède de bien
peu….. démission (de) ….. forêt, qui devient rousse, puis maigre et noire, car toutes ….
feuilles se sont envolées à … suite (de) …. hirondelles quand …. automne a sonné dans
sa trompette d’or. Mais dans mon pays de Provence, … premières pluies de septembre
ressuscitent ….. mois d’avril. Sur ….. plateaux (de) ….. garrigue c’est en silence, au fond
(de)…... vallons que ….. automne furtif se glisse (M. Pagnol).

2. Complétez ces questions par l’article convenable précédé de la préposition de et puis


donnez à chaque question une réponse affirmative (+) et une réponse négative (–):

Mettez-vous ….. ail dans la salade ?


(+) ……………………………………………………………………………………………………..
(–) ……………………………………………………………………………………………………..
Voulez-vous….. pain ?
(+) ……………………………………………………………………………………………………..
(–) ……………………………………………………………………………………………………..
Avez-vous acheté ….. beurre et ….. confiture ?
(+) ……………………………………………………………………………………………………..
(–) ……………………………………………………………………………………………………..
Avez-vous trouvé ….. oignons au marché ?
(+) ……………………………………………………………………………………………………..
(–) ……………………………………………………………………………………………………..
Faites-vous ….. sport ?
(+) ……………………………………………………………………………………………………..
(–) ……………………………………………………………………………………………………..

3. Mettez les articles qui conviennent ou la préposition « de » :


Il perd ….. précieux instants devant .…. télévision.
Elle aime faire ….. longues promenades dans ….. forêt.
A ….. occasion ….. colloque, ils ont échangé ….. intéressants points de vue.
Tu as grossi, fais donc ….. peu ….. gymnastique.
.…. jolis visages accueillirent ….. nouveau professeur.
Pierre portait ….. grosses lunettes de soleil.
Est-ce qu’il y a beaucoup ..… personnes qui attendent ?
Il ne se fait pas ….. soucis pour sa fille.
Il a trop ….. projets pour cette année.

27
Les prédéterminants du nom (i)

2.5 L’article Ø

Généralement, l’opposition Ø/article correspond à l’opposition


nom propre/nom commun:
Marie, Renault, Mozart / la fille, la voiture, la musique

Les noms propres Les noms propres peuvent eux aussi être précédés d’articles :

 Employés par métonymie, pour indiquer un produit ou une


œuvre :
Dacia est une voiture de qualité.
La Dacia que nous avons croisée tout à l’heure…
 Pour marquer une opposition de niveau de langue:
Marie, ma voisine
Et la Marie qui rigole sans cesse…
 Devant les noms propres géographiques :
Les fruits d’Italie;
Les fruits de l’Italie.
Mais: L’histoire de France
La géographie de La France

Les noms communs


Les noms communs connaissent eux aussi la variation Ø/article !

 devant certains noms qui ne peuvent être définis que dans la


circonstance et dont le sens est décodé par la référence aux
conditions du message :
- les noms des mois de l’année:
Il passera le concours en septembre.
- les noms des jours de la semaine :
Je partirai dimanche à la mer.
Mais: Les musées sont fermés le lundi.
- les noms midi, minuit:
Il est rentré à minuit. Je reviendrai à midi.

 après les prépositions:


Dans certains cas, les - de, qui marque la quantité, la caractéristique, la matière:
noms précédés de une boîte d’allumettes ; un paquet de cigarettes;
prépositions n’ont plus des chaussures de marche ; une journée d’automne ;
d’article un soleil d’hiver; un chapeau de paille.
- à, qui marque une qualité, une caractéristique, un usage:
des bateaux à voile;
des chaussures à talons hauts (avec des talons hauts);
des verres à eau et des verres à vin (pour l’eau, pour le vin).
- avec, en, pour former des locutions adverbiales:
Paul a agi avec rapidité. (rapidement)
Pierre travaille en silence. (silencieusement)

Article + Nom + Attention ! Les noms suivis d’adjectifs reprennent l’article :


Adjectif Mais : Nicolas a agi avec une rapidité remarquable.
Victor travaille dans un silence total.

28
Les prédéterminants du nom (i)
- en, à, pour former des compléments de manière:
Jean ne se déplace qu’en voiture.
Didier agit toujours en ami.
Dominique roule à bicyclette autour du stade.
Emile est à cheval.
- sans, avec :
C’était une femme sans cœur, sans scrupules, sans courage.
Olivier parle sans hésitation.
Vous voulez une chambre avec salle de bain ou avec douche ?
Mais: François s’est conduit avec un courage sans pareil.
Je voudrais une chambre avec une salle de bain très grande.

 dans les expressions:


- coordonnées par et ou par ou:
- Au menu c’est fromage et dessert ?
- Non, fromage ou dessert.
- avec la négation ne …. ni …ni :
Il ne boit ni vin ni bière.
Il ne prend ni fruits ni gâteaux.

 les noms en apposition ne comportent généralement pas d’article:


Paris, capitale de la France, ville lumière, attire toujours des
touristes.
Les Misérables, roman de Victor Hugo….

Les articles définis, indéfinis ou Ø sont en variation sémantique:


Balzac, écrivain français qui a décrit la vie parisienne…
= apposition explicative.
Balzac, un écrivain français qui a décrit la vie parisienne …
= apposition définitoire.
Balzac, l’écrivain français qui a décrit la vie parisienne.
= apposition anaphorique, d’évocation.

 On supprime l’article de dans les locutions verbales, surtout après


Article supprimé les verbes: avoir, chercher, demander, donner, faire, porter, prendre,
dans les locutions rendre, etc. Dans ces cas, le nom est intégré au syntagme verbal
verbales comme objet:
- faire appel, faire attention, faire justice, faire match nul ;
- chercher justice, chercher querelle ;
- prendre courage, prendre connaissance ;
- demander grâce, demander pardon.
Si le complément de ces verbes est déterminé, on l’emploie avec
article:
Tu m’as fait une peur bleue…
J’ai une soif terrible.
J’ai une faim de loup.

Dans certaines locutions verbales, l’article et Ø se trouvent en


variation sémantique:
avoir raison / avoir une raison (avoir un motif)

donner raison / donner la raison (justifier)


parler français (accidentel) / parler le français (permanent)

29
Les prédéterminants du nom (i)

 On supprime l’article devant les noms attributs, généralement des


noms de profession. Dans ces cas, le nom est intégré au syntagme
verbal comme prédicat nominal :
Marc est musicien / professeur / ingénieur / député.
On l’a nommé ambassadeur / ministre / directeur.
Les prédicats
Mon oncle a été élu député / président / conseiller.
nominaux n’ont pas
d’article
Mais: Christophe est un professeur remarquable.
Daniel est le chef.
Il a été un soldat / un monsieur.

 Le nom peut être intégré au verbe comme circonstant; les


circonstants de rection directe sont le plus souvent sans article:
Mireille travaille jour et nuit pour réussir son examen.
Jean-Claude sort sous la pluie, tête nue.
Il y a article Ø dans les séquences introduites par: à force de, pour
cause de, en raison de:
Le magasin est fermé pour cause de décès.
Le directeur démissionne pour cause de santé.

 Devant les noms formant une expression indivisible, surtout dans


le français administratif et judiciaire, l’article n’est plus répété :
Les maires et adjoints
Les us et coutumes.

 Dans certaines situations de communication:


- les adresses : Paris, 5, rue Boutarel.
- les apostrophes: - Chauffeur, vite, à la gare, s’il vous plaît !
- les télégrammes: Bébé arrivé, maman se porte bien…
- les annonces:
Particulier, appartement grand, clair, avec ascenseur…
- les vitrines, façades, panneaux indicateurs:
Boulangerie. Pâtisserie. Entrée. Sortie.
Palais des expositions. Musée d’Art moderne.
- les titres des journaux:
Grave séisme en Asie.
Inondations catastrophiques dans les Alpes.
- proverbes, dictons :
Plus fait douceur que violence.
Pierre qui roule n’amasse pas mousse.

30
Les prédéterminants du nom (i)

Avez-vous bien compris ?

Pour mettre en application vos connaissances, il serait utile pour vous d’effectuer
l’exercice suivant.

Justifiez l’omission de l’article dans les phrases ci-dessous:


• Chien qui aboie ne mord pas.
…………………………………………………………………………………………………
• Ma cousine habite 30, boulevard Raspail.
…………………………………………………………………………………………………
• Mon frère est informaticien.
…………………………………………………………………………………………………
• J’admire beaucoup Aline pour ses qualités : intelligence, perspicacité, humour.
…………………………………………………………………………………………………
• J’ai acheté un livre magnifique : « Histoire de la littérature française ».
…………………………………………………………………………………………………

 Idées à retenir

Après avoir étudié avec beaucoup d’attention l’unité d’apprentissage 2, vous devez retenir
quelques idées fondamentales :

• Les prédéterminants sont des mots qui précèdent un nom, avec lequel ils
constituent le groupe nominal ;
• Les articles sont les prédéterminants les plus fréquents: les articles définis, indéfinis
et partitifs ;
• Les articles ont des formes simples ou contractées (après les prépositions de et à)
et aussi une forme réduite (de) ;
• En emploi, l’article indéfini se charge de valeurs différentes : généralisante, de
présentation, particularisante, emphatique, définitoire, affective…
• L’article de remplace les partitifs dans certains cas (noms précédés d’adjectifs
qualificatifs, de quantitatifs ou lorsque le verbe est à la forme négative) ;
• L’absence de l’article devant les noms communs se manifeste lorsque les noms
respectifs se définissent dans les circonstances du discours, ou après certaines
prépositions ou expressions, ou locutions, etc.

31
Les prédéterminants du nom (i)

Les clés du test d’autoévaluation

Corrigés
1. la, du, les, une, une, d’un, un.
la, de la, les, la, des, l’.
les, le.
les, de la, des, l’.
2. de l’
(+) Je mets de l’ail….
(–) Je ne mets pas d’ail…

du
(+) Je veux du pain.
(–) Je ne veux pas de pain….
du ; de la
(+) Nous avons acheté du beurre et de la confiture.
(–) Nous n’avons acheté ni de beurre ni de confiture.
des
(+)Nous avons trouvé des oignons…
(–) Nous n’avons pas trouvé d’oignons…
du
(+) Nous faisons du sport.
(–) Nous ne faisons pas de sport.
3. de, la ; de, la ; l’, du, d’ ; un, de.
de, le ; de ; de ; de ; de.

32
Les prédéterminants du nom (i)

Test de contrôle 2

Ce test est administré à l’issue de l’unité d’apprentissage 2.


Pour réaliser ce test, il est conseillé de relire l’unité et de faire les exercices de repérage et
de réemploi des articles français qui y sont recommandés.
Ne manquez pas de transmettre ce test à votre tuteur. A cet effet, il convient de marquer
votre nom, votre prénom et votre adresse personnelle sur la première page de votre copie.
N’oubliez pas de mentionner aussi le numéro du test. Vous êtes supposés le recevoir,
après correction, avec les commentaires de votre tuteur.
Bon travail !

1. Répondez aux questions suivantes:

a) Précisez les emplois de l’article défini.


b) Présentez les formes, les valeurs et les emplois de l’article partitif. Présentez les
contextes dans lesquels la forme réduite de remplace les formes pleines de l’article partitif.
c) Choisissez cinq cas d’emploi des noms communs avec l’article Ø et présentez-les.
Illustrez-les avec des exemples.
(2 points)

Vous allez trouver toutes ces explications dans l’unité d’apprentissage 2. Essayez de les
rendre d’une manière claire et cohérente. Illustrez vos explications par des exemples de
votre choix.

2. Identifiez les articles contenus dans les phrases suivantes :

• Des herbes de la prairie s’élevaient des brumes légères.


• Pour faire de la pâte à crêpes, on utilise de la farine, du sucre, des œufs et du lait.
• L’essentiel est de ne pas faire de bruit pour ne pas s’attirer d’ennuis.
• Au point du jour, les pêcheurs préparent leur matériel. Attraperont-ils du poisson ?
• Il a eu de la chance et il a su profiter de la situation.
• Aux confins du pays s’étendent d’immenses plaines.
(2 points)

3. Donnez des réponses négatives aux questions suivantes :

Est-ce que vous faites des voyages ?


(–) …………………………………………………………………………………………...
As-tu acheté des haricots au marché ?
(–) …………………………………………………………………………………………...
As-tu une idée sur ce sujet ?
(–) …………………………………………………………………………………………...
A-t-il fait des exercices de grammaire ?
(–) …………………………………………………………………………………………...
Est-ce qu’il porte des vêtements chauds en hiver ?
(–) …………………………………………………………………………………………...
(2 points)

33
Les prédéterminants du nom (i)

4. Dites pourquoi, dans les phrases suivantes, l’article est absent :

Défense de fumer.
En été, nous allons à la mer.
Prenez place, s’il vous plaît.
Dis, maman, quand ira-t-on voir ce film ?
Je ne change jamais d’opinion quand il faut dire la vérité.
(2 points)

5. Formez des phrases avec les expressions :

faire attention………………………………………………………………………
demander grâce……………………………………………………………………
avoir mal……………………………………………………………………………
rendre justice………………………………......................................................
donner raison………………………………………………………………………
(2 points)

Références bibliographiques
Cosăceanu, A., Slăvescu, M., Gramatica limbii franceze, Editura 100+1 Gramar, Bucureşti,
2001, p. 74-86.

Cristea, T., Grammaire française. Le nom et le groupe nominal. Le verbe et le groupe


verbal, Editura Fundaţiei România de mâine, Bucureşti, 2000, p. 25-61.

Cuniţă, A., Vişan, D., Abrégé de grammaire française, Editura Universităţii, Bucureşti,
1987, p. 48-59.

Jeanrenaud, A., Langue française contemporaine. Morphologie, syntaxe, Polirom, Iaşi,


1996, p. 39-52.

Riegel, M., Pellat, J. Ch., Rioul, R., Grammaire méthodique du français, PUF, Paris, 1990,
p. 151-155.

34
Les prédéterminants du nom (ii)

Unité d’apprentissage 3

LES PREDETERMINANTS DU NOM (ii)

Sommaire page

Les objectifs de l’unité d’apprentissage 3 35


3.1 Les prédéterminants démonstratifs 36
3.1.1 Les formes des prédéterminants démonstratifs 36
3.1.2 Valeurs et emplois des prédéterminants démonstratifs 37
3.2 Les prédéterminants possessifs 38
3.2.1 Les formes des prédéterminants possessifs 38
3.2.2 Valeurs et emplois des prédéterminants possessifs 38
3.3 Les prédéterminants interrogatifs et exclamatifs 40
3.3.1 Les formes des prédéterminants interrogatifs et exclamatifs 40
3.3.2 Valeurs et emplois des prédéterminants interrogatifs 40
3.3.3 Valeurs et emplois des prédéterminants exclamatifs 41
3.4 Les prédéterminants relatifs 41
Test d’autoévaluation I 41
3.5 Les prédéterminants indéfinis (quantifiants) 42
3.5.1 Les prédéterminants quantifiants numériques 42
3.5.2 Les prédéterminants quantifiants non numériques 44
Test d’autoévaluation II 49
Les clés du test d’autoévaluation I 50
Les clés du test d’autoévaluation II 51
Test de contrôle 3 51
Références bibliographiques 53

Les objectifs de l’unité d’apprentissage 3

Quand vous aurez parcouru ce chapitre et effectué les exercices de repérage et d’emploi
des déterminants du nom, vous serez capables de:
• Distinguer les prédéterminants (adjectifs déterminatifs) du nom : démonstratifs,
possessifs, interrogatifs, exclamatifs, relatifs.
• Reconnaître les quantifiants numériques et non numériques.
• Maîtriser leur emploi dans le discours, tenant compte de leurs valeurs.
• Maîtriser l’emploi des formes des indéfinis qui ont des fonctions syntaxiques
variées : tout, même, quelque.

35
Les prédéterminants du nom (ii)

3.1 Les prédéterminants démonstratifs

3.1.1 Les formes des prédéterminants démonstratifs


La Figure 3.1 présente les formes des prédéterminants
démonstratifs :

Genre
Masculin Féminin
Nombre
ce cet cette
ce garçon cet acteur cette femme
Singulier
ce héros cet homme cette actrice
cette harmonie
ces
Pluriel ces garçons ces femmes
ces hommes ces actrices
Figure 3.1

Les prédéterminants (ou adjectifs) démonstratifs peuvent être


accompagnés par les particules adverbiales ci (proximité) ou là
(éloignement) que l’on place après le substantif :
ce livre-ci/ce livre-là ; ces livres-ci/ces livres-là ;
cet enfant-ci/cet enfant-là ; ces enfants-ci/ces enfants-là ;
cette maison-ci/cette maison-là ; ces maisons-ci/ces maisons-là.

Formes simples et L’emploi des formes simples et des formes composées :


Formes composées
a) dans le registre de l’énoncé (temps rapporté au moment de
l’énonciation, temps où l’on parle) :

• l’emploi des formes simples est obligatoire avec les noms qui
réfèrent à l’intervalle temporel de 24 h: matin, après-midi, soir,
minuit: ce matin, ce soir, cette nuit, ce minuit etc.

• l’emploi de ci est obligatoire pour la référence au moment zéro,


avec des noms de sens temporel indéterminé: temps, jours,
heure, mois: à cette heure-ci, ces jours-ci, ce mois-ci, etc.

• avec les noms semaine, année, moment, les formes simples et


composées sont en variation libre:
cette semaine (-ci) ; cette année (-ci) ; en ce moment (-ci).

b) dans le registre du récit, l’emploi de la particule là est obligatoire


avec les noms qui désignent des divisions temporelles:
ce matin-là ; ces jours-là, etc.

36
Les prédéterminants du nom (ii)

3.1.2 Valeurs et emplois des prédéterminants démonstratifs


Ils dénotent tout d’abord la distance spatio-temporelle par rapport
aux participants à la communication, locuteur (énonciateur) et
auditeur (destinataire) ou au moment de l’énonciation.

 valeur déictique : dans les communications courantes, les sens


des démonstratifs sont montrés, à l’aide du geste:
Valeurs dans la Fermez cette fenêtre !
communication Passez-moi ce cahier, s’il vous plaît !
interpersonnelle directe Surveillez cet enfant, Monsieur !
 valeur anaphorique (reprise) :
J’ai trouvé le livre dont tu m’as parlé ; ce livre mérite son prix.
 valeur cataphorique (anticipative):
Ecoutez bien cette histoire: hier matin, avant de quitter la
maison…
 valeur possessive :
Serrez cette main que je vous tends.
 valeur affective:
Ce Musset, quel lyrisme ! (admiration)
Ah, ce caractère ! (valeur péjorative)
Voyez ce gamin ! (ironie)
 valeur de notoriété:
C’était une de ces nuits de rêve…
 valeur de politesse:
Conduisez ces messieurs.
 valeur de présentatif, parfois avec aspect emphatique :
Admirez ces montagnes couvertes de neige, ce ciel pur, ces
arbres majestueux !
 les sentiments, la colère, le mépris:
Mais regardez ce désastre !

Exercices d’entraînement I

Pour mettre en application vos connaissances, il serait utile pour vous d’effectuer
l’exercice suivant.

Mettez les adjectifs démonstratifs convenables :


• ………… élève est le meilleur de …………………. classe.
• Regardez ……………… jeunes : ils sont étudiants.
• Tenez …………….. fleurs, elles sont pour votre mère.
• ……………….. mère est fière de ses filles.
• ………………... enfant est très intelligent.

37
Les prédéterminants du nom (ii)

3.2 Les prédéterminants possessifs

3.2.1 Les formes des prédéterminants possessifs


Les possessifs présentent deux séries de formants, ayant des zones
sémantiques différentes :
• une forme atone, conjointe, qui fonctionne comme prédéterminant:
mon (et var.) ;
• une forme tonique, disjointe, qui s’emploie comme personne,
substitut du nom: mien (et var.). Cette forme est précédée par le, la,
les.
Le prédéterminant possessif présente des formants caractéristiques
suivant certains repères extralinguistiques:
 la personne du référent (possesseur) ;
 le nombre du référent et celui de l’objet possédé (le nom
déterminé par le déterminant possessif) ;
 le genre du « possédé » (nom déterminé par le possessif).
La figure 3.2 présente les formes des prédéterminants possessifs :

Distinguez ! L’objet « possédé » est au singulier


Masculin Féminin
Qui possède ? mon livre (à moi) ma télé (à moi)
ton livre (à toi) ta télé (à toi)
Une seule personne son livre (à lui, à elle) sa télé (à lui, à elle)
(je, tu, il, elle)
« possède » L’objet « possédé » est au pluriel
mes livres (à moi) mes télés (à moi)
tes livres (à toi) tes télés (à toi)
ses livres (à lui, à elle) ses télés (à lui, à elle)

L’objet « possédé » est au singulier


Masculin Féminin
notre livre (à nous) notre télé (à nous)
Plusieurs personnes votre livre (à vous) votre télé (à vous)
(nous, vous, ils, elles) leur livre (à eux, à elles) leur télé (à eux, à elles)
« possèdent »
L’objet « possédé » est au pluriel
nos livres (à nous) nos télés (à nous)
vos livres (à vous) vos télés (à vous)
leurs livres (à eux, à elles) leurs télés (à eux, à elles)
Figure 3.2

3.2.2 Valeurs et emplois des prédéterminants possessifs


Les prédéterminants possessifs expriment:
 la possession
- aliénable : Son chalet est situé dans la forêt.
- inaliénable: Il se cache la figure dans ses mains.

 un trait caractéristique: Ce n’est pas son genre.


 la contiguïté spatiale: Il regarde attentivement de mon côté.
38
Les prédéterminants du nom (ii)
 un rapport de parenté, de société, socio-professionnel:
Ma famille habite la campagne.
Son cousin est hospitalisé.
Mon directeur est très dynamique.
 un rapport actionnel:
Il revient de son voyage en France.
Son départ est annulé.
Ce possessif peut indiquer :
- le sujet de l’action : son arrivée = « il arrive »
- l’objet de l’action : sa condamnation = « on l’a condamné »
- l’ambiguïté : son invitation - sujet : « il a invité »
- objet : « il a été invité »
 un rapport itératif (répétition, habitude):
Votre train est arrivé.
Elle a sa crise de dents.
 une relation affective :
Mon petit, sois sage !
Elle aimait bien son Nicolas.
 l’intérêt :
Et voilà notre héros qui entre en scène…

Valeurs sémantiques Les possessifs et les articles peuvent exprimer des valeurs
différentes sémantiques différentes, dans des contextes linguistiques
identiques:

 possession: aliénable (possessif) /vs/ inaliénable (article) :


Monique lave ses mouchoirs.
Elise se lave les dents.
Avec un objet « possédé » inaliénable, le possessif remplace l’article
dans les situations suivantes:
- dans l’emploi emphatique, quand le locuteur veut insister sur
l’objet « possédé » :
Chantal brosse ses cheveux.
- devant un objet « possédé » à fonction de sujet :
Ses cheveux sont longs.
- devant un déterminant du verbe avec détermination propre :
Irène brosse ses cheveux longs.

 qualité occasionnelle (article) /vs/ qualité permanente (possessif) :


Michèle parlait d’une voix criarde.
Michèle parlait de sa voix criarde.

 fait répété (possessif) /vs/ fait non répété (article)


Le jeune homme a manqué son bus / le bus.

 sens propre /vs/ sens figuré :


montrer les dents (sens figuré : « devenir menaçant »)
montrer ses dents (sens propre)

Le possessif apparaît également dans une série d’expressions à


caractère locutionnel (expressions figées) :
Expressions figées
Demander sa route, son chemin, son pardon, sa grâce
Prendre sa revanche

39
Les prédéterminants du nom (ii)
Dire ses quatre vérités à quelqu’un (« lui dire, sur son compte,
des choses désobligeantes avec une franchise brutale »)
Régler son compte à quelqu’un (« lui faire un mauvais parti »)
Choisir son moment (« être inopportun »)
Faire tout son possible pour…..
Avoir ses vingt ans le 1er avril.
Cela ne nourrit pas son homme.

Exercices d’entraînement II

Pour mettre en application vos connaissances, il serait utile pour vous d’effectuer cet
exercice :
Remplacez les points par des adjectifs possessifs, selon le sens :
• Notre père nous a parlé de …………………… projets.
• Aline nous a montré ……………. nouvelle robe.
• …………… amie Marie aime faire des surprises.
• Où est ………….. cartable ? Je ne le trouve pas.
• Je suis sûr d’avoir …………… examen.
• Ma mère aura …………… retraite bientôt.

3.3 Les prédéterminants interrogatifs et exclamatifs

3.3.1 Les formes des prédéterminants interrogatifs et exclamatifs

Les formants du prédéterminant interrogatif et du prédéterminant


exclamatif sont identiques, mais leurs valeurs et leurs emplois sont
différents. Vous pouvez le constater en consultant la figure 3.3 :

Masculin Féminin
Singulier quel quelle
Pluriel quels quelles
Figure 3.3

3.3.2 Valeurs et emplois du prédéterminant interrogatif


Le prédéterminant ou l’adjectif interrogatif peut interroger sur:
- la qualité: Quelle preuve de fidélité exigez-vous de lui ?
- la quantité: Quelles dimensions ont ces immeubles ?
- le rang: Quelle est votre place parmi les lauréats ?
En quelle année sommes-nous ?

Quel est aussi un anticipant lorsqu’il interroge sur un prédicatif:


Quel est ce journal ? Quelles sont ses intentions ?

40
Les prédéterminants du nom (ii)

3.3.3 Valeurs et emplois du prédéterminant exclamatif


L’adjectif exclamatif a les mêmes formes que l’adjectif interrogatif et
il exprime: la surprise, l’admiration, l’indignation qui portent sur le
thème indiqué par le groupe du nom :
Quelle belle surprise ! Quel courage !
Quel grand artiste ! Quelle réalisation !
Quel misérable ! Quelle catastrophe !
Il peut s’employer aussi comme attribut :
Quelle ne fut pas ma surprise de le voir arriver !

3.4 Les prédéterminants relatifs


Quel précédé de l’article défini (lequel, laquelle, lesquels, lesquelles)
s’emploie comme prédéterminant relatif, spécialement dans un style
administratif ou littéraire. Le groupe formé par le nom et l’adjectif
équivaut à un pronom relatif :
Je lui ai adressé une lettre recommandée, laquelle lettre ne lui
Dans le registre
administratif a jamais été remise.
La suite auquel cas est d’un emploi plus fréquent :
Vous serez peut-être de retour, auquel cas, il faudra me
prévenir.

Test d’autoévaluation I

Pour bien gérer ce test, il est indispensable que vous suiviez un certain nombre de
démarches théoriques et pratiques. Vérifiez vos résultats en consultant la rubrique Clés
du test d’autoévaluation I.
Attention ! Les pointillés vous permettent d’insérer vos réponses dans le test.

1. Remplacez les points de suspension par les adjectifs démonstratifs appropriés, formes
simples ou composées :

• Le colis est arrivé ……………. matin.


• Voudriez-vous ouvrir ……….… fenêtre ?
• …. ……….. pièces de Molière, vieilles de trois siècles, plaisent toujours.
• …. ………… festival de musique aura lieu …………………. année.
• Jean passe son examen ………..…. jours-……………….
• Tennis, équitation et volley ball, ……..…. sports-………..….occupent tous ses loisirs.
• Qu’est-ce que tu préfères ? ………... robe-………... ou ………. pantalon-……….. ?
• Combien coûtent ……….. haricots ? Et ………….. tomates ?

41
Les prédéterminants du nom (ii)

2. Mettez les adjectifs possessifs qui conviennent :

• Je vous prête ………….. livre et vous me prêtez ………………. dictionnaire.


• …. enfants sont sages, ils ont trouvé …………….. journal et ils me l’ont rendu.
• …. amie Mireille m’a invité dans ……………. voiture pour aller à la campagne.
• Les Dupont sont sympathiques, …………..…. enfants aussi.

3. Accordez correctement « leur » :

• Elles ont vendu leur ……..bijoux qui, maintenant, leur………. manquent.


• Il leur ………faut faire des efforts pour finir leur………..devoirs.
• Je leur ………..promets de retrouver leur…………… livres.
• Elles aiment leur …………..grands-parents et leur ……………obéissent.

4. Complétez les points de suspension par quel correctement orthographié et précisez s’il
s’agit d’un adjectif interrogatif ou exclamatif. Ajoutez la ponctuation en fin de phrase :

• …………. temps aurons-nous demain


• Je ne sais …………. affaire le préoccupe tant
• …………. fabuleux destin
• …………. sont les conséquences de cet acte
• On ignore encore ………….…. sera l’issue des discussions
• ……………. rencontre inattendue
• ……………. bonne nouvelle
• …………….. temps affreux

3.5 Les prédéterminants indéfinis (quantifiants)


Les quantifiants, déterminants nominaux qui spécifient la quantité du
référent que le nom évoque, se laissent distinguer en deux
catégories :

• les numériques, qui désignent la quantité d’une manière précise :


ce sont les adjectifs numéraux ordinaux ;

• les non numériques, qui désignent la quantité d’une manière


imprécise; ce sont les adjectifs indéfinis: quelques, plusieurs, etc.

3.5.1 Les prédéterminants quantifiants numériques


Ils expriment d’une manière précise le nombre ou le rang des êtres
ou des objets désignés par le nom. On peut les classer en cinq
catégories :
1. les cardinaux,
2. les ordinaux,
3. les multiplicatifs et les fractionnaires,
4. les distributifs et
5. les collectifs.

1. Les déterminants numériques cardinaux


Pour bien comprendre, n’oubliez pas de revoir la morphologie du
numéral cardinal. Dans ce sens, consultez la figure 3.4 :
42
Les prédéterminants du nom (ii)

Distinguez !

Les formants sont :  simples : deux, six, dix


 juxtaposés: dix-sept, quatre-vingt-dix-huit
 coordonnés : vingt et un, trente et un
Ils indiquent :  l’addition: dix-sept, trente et un
 la multiplication : quatre-vingts, cinq cents
 la multiplication et l’addition : quatre-vingt-six
Les numéraux composés moindres que cent ont le trait d’union entre les éléments:
dix-sept, quatre-vingt-neuf, sauf s’ils sont joints par la conjonction et qui remplace le trait
d’union : un et onze sont précédés de et qui les relie au numéral précédent: trente et un,
soixante et onze. On supprime la conjonction et après quatre-vingt, cent et mille : quatre-
vingt-un, quatre-vingt-onze, cent un, cent onze, mille un, mille onze.
Figure 3.4

Valeurs et emplois
Le numéral cardinal peut exprimer:
 le nombre précis des êtres et des objets désignés par le
nom : trois fleurs.
 le nombre dans les comptes et les calculs : deux fois
quatre font huit.
 la date, étant précédée de l’article le: le six mai 2005.
 certains quantifiants numériques peuvent acquérir une
valeur imprécise:
- la petite quantité : C’est à deux / quatre pas d’ici.
Je vais te dire deux mots.
- la grande quantité: On l’a dit trente-six fois.
Je le lui ai dit vingt / cent fois.
En voir trente-six chandelles.
Avoir cent fois raison.
Faire mille amitiés.
- la quantité indéterminée: Un de ces quatre matins.
Dire ses quatre vérités à quelqu’un.
Ne pas aller par quatre chemins.

2. Les déterminants numériques ordinaux


A chaque déterminant numéral correspond un adjectif numéral
indiquant l’ordre, le rang, qu’on appelle numéral ordinal. Ces
adjectifs sont formés par l’addition du suffixe –ième au déterminant
numéral simple, ou au dernier élément du déterminant numéral
composé:
Le troisième chapitre.
Le deux cent vingt-septième jour de l’année.
Si le déterminant numéral se termine par –e, cet -e disparaît de la
forme écrite de l’adjectif: quatre – quatrième; douze – douzième.

A un correspond l’adjectif numéral (le) premier:


- le premier jour de l’an/du mois
- en premier lieu
A deux correspond:
- deuxième, si la suite continue,
- second,-e s’il n’y a que deux choses.
43
Les prédéterminants du nom (ii)
- en second lieu; billet de seconde classe.
- d’une seconde main ; une seconde matière.

3. Les quantifiants multiplicatifs et fractionnaires


Les adjectifs numéraux multiplicatifs indiquent combien de fois
augmentent la quantité ou l’intensité d’une action:
double → deux fois; triple → trois fois ;
quadruple → quatre fois; quintuple → cinq fois, etc.
Les adjectifs numéraux fractionnaires indiquent une fraction d’un
tout : demi, tiers, quart; un cinquième, trois sixièmes, quatre
septièmes, six vingtièmes.

4. Les quantifiants distributifs


Ces numéraux expriment la répartition et le groupement numérique
des êtres, des objets: un par un; deux par deux; dix par dix, etc.

5. Les quantifiants collectifs


Les numéraux collectifs expriment vaguement le nombre; ils
expriment un ensemble, une quantité vague. Ils se forment par
l’adjonction du suffixe –aine aux numéraux cardinaux :
huitaine, neuvaine, dizaine, douzaine, quinzaine, vingtaine,
trentaine, quarantaine, cinquantaine, soixantaine, centaine
Le numéral mille forme le collectif millier.
Les collectifs sont suivis de la préposition de:
Une vingtaine d’années ;
Mais: Elle doit avoir la quarantaine.
- Huitaine et quinzaine indiquent les jours ;
- Trentaine, quarantaine, cinquantaine, soixantaine désignent
l’âge ;
- Quatrain, sixain, huitain, dizain, désignent les strophes d’un
nombre déterminé de vers.

3.5.2 Les prédéterminants quantifiants non numériques


Ces unités se caractérisent par des traits distincts:
• certains ne sont que des déterminants et ne figurent qu’en
présence du nom : chaque / certain, différents, divers, force ;
• d’autres peuvent fonctionner comme déterminants nominaux ou
comme pronoms: plusieurs, plus d’un, certains, tout, aucun, pas
un, nul ;
• d’autres ne sont que des pronoms : chacun, rien, personne.

Pour mieux comprendre, étudiez les formants des quantifiants non


numériques suivants :

44
Les prédéterminants du nom (ii)

Distinguez !

Nous rangeons dans la classe des prédéterminants indéfinis:


• des mots qui expriment des notions de nombre ou de quantité:
 quantité nulle: nul, aucun, pas un ;
 singularité : quelque, maint (rare), un certain, tout, chaque, tel ;
 pluralité : quelques (pluralité restreinte), certains, plusieurs, maints (rare), divers,
différents (pluralité + diversité) ;
 quantité indéterminée : quelque (devant un nom non-comptable) ;
 totalité numérique : tous ;
 totalité quantitative : tout (le).
• des mots qui expriment les notions d’identité et de différence :
 identité : même ;
 différence : autre.

La syntaxe des prédéterminants indéfinis


Les déterminants indéfinis quantitatifs se manifestent
syntaxiquement comme les déterminants numéraux dont ils ont la
syntaxe. Ils ne peuvent pas s’employer avec un déterminant
numéral (*plusieurs cinq livres) ou avec un article indéfini (*des
plusieurs livres), sauf certain (un certain ami).

Valeurs et emplois
Nul Nul exprime la quantité nulle, ayant un sens négatif. Il se construit
avec ne: Paul n’a fait nul effort.
ou avec sans : Il joue sur scène sans nul effort.
Employé comme attribut, il devient adjectif qualificatif ayant le sens
« sans aucune valeur »:
C’étaient des résultats nuls. Philippe est nul en histoire.

Nul apparaît souvent dans des suites négatives où il exprime la


totalité positive : sans nul doute, sans nulle exception, etc.

Aucun peut avoir le sens de « pas un » ou de « nul autre, tout


Aucun
autre »:
Il n’y a aucun doute. On n’entendait aucun bruit.
Aucun(e) s’emploie surtout au singulier:
Cela ne présente aucun intérêt.
Cela n’avait aucune importance.
On peut le retrouver au pluriel s’il accompagne des noms (qui n’ont
pas de singulier) (« pluralia tantum »):
Aucuns frais n’ont été engagés.
D’habitude, aucun précède le nom; mais, si le nom est précédé de
sans, aucun suit le nom:
Il agissait sans conviction aucune. Sans exception aucune.

Pas un(e) Pas un(e) est synonyme courant de nul:


Il n’y a pas un nuage dans le ciel. Je ne dirai pas un mot.

45
Les prédéterminants du nom (ii)

Quelques Quelques au pluriel, ainsi que plusieurs, différents, divers expriment


une collection à nombre réduit d’espèces prélevées sur un
ensemble :
Ces quelques sous ne suffisent pas.
Plusieurs trains partaient en même temps.

Divers ; différents Divers et différents expriment la diversité des objets dans la quantité
envisagée :
Claude a acheté divers objets inutiles.
Ce mot a différentes acceptions.
Différents exprime qu’il y a plusieurs objets de la même espèce.

Maint Maint et plus d’un expriment la grande quantité.


Maint se trouve surtout dans les formules : A maintes reprises, en
maints endroits, en maintes circonstances, maintes fois.

Certain
Certain et quelque, avec un nom indénombrable, ont surtout une
valeur quantitative:
Pierre y est resté un certain temps.
Marc s’exprime avec une certaine aisance.
Marie manifeste quelque importance.
Pourriez-vous me prêter quelque argent ?
Devant un nom propre, un certain exprime le mépris, l’ironie:
Un certain Jean vous a cherché.

Pour mémoire !

QUELQUE peut être adjectif ou adverbe.


 adjectif :
- exprime la petite quantité:
Maman a parlé pendant quelque temps.
Quelques spectateurs attendent dans la salle.
- désigne d’une manière vague indéterminée:
Quelque ami vous appelle.
 adverbe :
- accompagne un numéral ayant le sens de « environ » :
Ce jeune homme a quelque trente ans.
- dans l’expression quelque peu (approximative) :
Ce monsieur était quelque peu ivre.

QUELQUE… QUE
 adjectif : il précède le nom, ou le nom accompagné d’un adjectif:
Je t’écrirai, en quelque pays que tu sois.
 adverbe :
- il précède un adjectif seul en fonction d’attribut:
Quelque intelligentes que soient tes amies, je les trouve banales.

- il précède un autre adverbe (il est invariable):


Quelque intelligemment que vous vous exprimiez, personne ne vous fait
confiance.

Quelque… que (adjectif ou adverbe) demande le subjonctif.

46
Les prédéterminants du nom (ii)

QUEL QUE s’emploie devant le verbe être, ayant la fonction d’attribut. Il demande
toujours le subjonctif: Quel que soit le résultat à l’examen, tu seras félicité.
Quelle que soit ta décision, je resterai à la maison.

Quelconque Quelconque est un déterminant qui exprime :


 l’indifférence ; il se place après le nom :
C’est une fille quelconque. C’est une adresse quelconque.
 la valeur quantitative : il se place devant le nom indénombrable :
Une quelconque frayeur.
 la valeur de caractérisant :
Un homme très quelconque (insignifiant).
Un livre quelconque (médiocre).

Distinguez encore!

TOUT exprime la totalité. La totalité peut être envisagée sous deux aspects différents :
• l’intégralité (l’unité prise en sa totalité);
• l’universel (l’espèce prise dans sa totalité):
Pauline me regarde tout le temps.
J’ai tout mon temps.
Justin en a fait toute une histoire.
Tout le monde le regardait.
Tous nos amis sont venus.
Tout travail est intéressant.

Tout apparaît dans des locutions : avoir toute liberté, donner toute satisfaction, avoir tout
intérêt à, de tout temps, en toute franchise, à toute allure/vitesse, à tout hasard, à tout
propos, en tout cas, en tout état de cause, à tous égards, toutes réflexions faites, etc.

Retenez !

Tout peut être adjectif, adverbe, nom, pronom.

• Adjectif variable; il détermine un nom ou un pronom. Il peut avoir les sens :


 « unique » : Pour toute excuse, Paul l’embrassa.
 « chaque » : Tout homme doit faire son travail.
Au pluriel, il précède le nom exprimant les divisions du temps ou de l’espace avec article:
Tous les jours, toutes les semaines, tous les dix mètres….
 « entier » : Jacques y a mis toute son énergie.
 « totalité »: employé au pluriel, il précède l’article ou un déterminant démonstratif:
Marc a lu tous les poètes. David a lu tous ces livres.
Il précède un numéral : tous les quatre / tous quatre, mais: tous les cinq… tous les vingt.

• Adverbe, il est placé auprès d’un adjectif, d’un verbe ou d’un adverbe, ayant le sens de
« très, tout à fait, entièrement » :
Serge est tout heureux.

47
Les prédéterminants du nom (ii)

Si l’adjectif qui suit est féminin et commence par une consonne ou un h aspiré, l’adverbe
tout sera variable en genre et en nombre:
Hélène est toute contente. Hélène est toute honteuse.
mais: Hélène est tout heureuse.

Attention au sens :
La ville était tout inondée = adverbe (complètement).
La ville était toute inondée = adjectif (la ville entière).

• Nom : avec le sens « entier »:


Le tout est très intéressant, malgré ses parties.

• Pronom : ayant le sens de « toute chose »:


Tout lui est indifférent. Tous sont venus. Toutes sont arrivées.

Attention aux sens :


Ils sont tout petits. (adverbe)
Ils sont tous petits. (pronom)
Elles exprimaient toute leur joie. (adjectif)
Elles exprimaient toutes leur joie. (pronom)

Chaque Chaque exprime une idée distributive. Le nom qu’il détermine


exprime une collectivité, il individualise, ayant la valeur de singulier.
Il est invariable: Chaque enfant a reçu son cadeau.
Chaque personne a été récompensée.

Tel Tel est variable en genre et nombre (tel/telle/tels/telles). Il peut avoir


le sens de :
 « pareil », « semblable »:
Une telle raison est inadmissible.
 « voilà »:
Telle est la vérité.
 comparaison :
Tel maître, tel valet.
Les faits sont tels que je les ai exposés.
 « tel qu’il est », « n’importe comment »:
Tel quel, tout travail est bon.
Je les admire, tels quels.
 « si grand », « si fort »:
Il lui accorde une telle importance.
 substitut d’un nom propre:
Ci-gît une telle veuve. Tel enfant oublie toujours ses poésies.

Même Même est un comparatif d’identité. Il peut être adjectif ou adverbe.


• Adjectif, donc variable :
 il précède le nom, ayant le sens de « semblable », « identique »:
Maurice a fait les mêmes erreurs que moi.
 il suit un pronom, ayant le sens de « en personne », ou un nom:
Nous sommes venus nous-mêmes vous voir.
Les livres mêmes étaient intéressants.
Il se joint aux pronoms personnels par un trait d’union: moi-même,
toi-même, nous-mêmes, vous-mêmes, etc.
48
Les prédéterminants du nom (ii)

• Adverbe, donc invariable :


 il suit un nom ou un pronom ayant le sens de « aussi, jusqu’à »:
Les livres même étaient intéressants.
 placé avant ou après un adjectif ou un verbe:
Mon cousin s’est montré méchant, même injuste.
Marc m’a donné même sa chemise.
 placé en tête de la phrase:
Même dans ces conditions, ils ont continué la route.

Autre Autre est le terme négatif du comparatif d’identité même. Il


s’accompagne de prédéterminant :
Vous aviez peut-être une autre raison.
Avez-vous d’autres amis ?
Je l’ai rencontré l’autre jour.
L’indéfini autre présente l’article Ø dans des structures figées : autre
chose, autre part.

Test d’autoévaluation II

Pour bien gérer ce test, il est indispensable que vous suiviez un certain nombre de
démarches théoriques et appliquées. Vérifiez vos résultats en consultant la rubrique Clés
du test d’autoévaluation II.
Attention ! Les pointillés vous permettent d’insérer vos réponses dans le test.

1. Complétez les phrases ci-dessous à l’aide de l’adjectif tout accordé à la forme qui
convient :

• J’ai lu …….. les poésies de Baudelaire.


• Elle était ……. rouge de confusion.
• Pierre a écrit à …….. ses amies.
• Il m’a reçu en …….. simplicité.
• Je pense à toi …….. les jours, ….…. les semaines.
• Il y a mis …….. son énergie.
• …..…. les quatre ans, nous participons aux élections.
• Elle est ……... heureuse.
• Elles exprimaient …….. leur joie.

2. Complétez les phrases ci-dessous par des adjectifs indéfinis suivants: certains,
quelques, nul, même, plusieurs, tel, maint, aucun.

• …. étudiants ont demandé de participer à ce concours.


• La salle était presque déserte, …. personnes seulement s’attardaient.
• Philippe n’a fait …. effort pour réussir.
• Chantal était disparue, sans laisser …….. trace.
• ……….. personnes ont assisté à la cérémonie.
• Cédric a fait les ……….. erreurs que son père.
• ………... homme ne sait ce que l’avenir lui réserve.
• Une ……... attitude est impardonnable.
49
Les prédéterminants du nom (ii)

 Idées à retenir

Après avoir étudié avec beaucoup d’attention l’unité d’apprentissage 3, vous devez retenir
quelques idées fondamentales :
• Les déterminants démonstratifs ont des formes simples et composées et des
valeurs multiples dont celles déictique (dans la communication), anaphorique (de
reprise) et cataphorique (d’anticipation) ;
• Les déterminants possessifs présentent des formes atones et toniques et des
variations en fonction de la personne du référent, du nombre du référent et de celui
de l’objet possédé et du genre de l’objet possédé ;
• Les déterminants interrogatifs et exclamatifs ont les mêmes formes, mais des sens
différents ;
• Les déterminants relatifs sont utilisés dans le registre administratif ;
• Les quantifiants numériques sont de deux espèces : cardinaux et ordinaux ;
• Les quantifiants non numériques sont des mots qui expriment des notions de
nombre, de quantité ou d’identité et de différence.

Les clés du test d’autoévaluation I

Corrigés
1. ce ; cette ; ces ; ce ; cette ; ces…-ci ; ces…-ci ; cette…-ci ; ce…-là ; ces ; ces.
2. mon, votre ; vos, mon ; mon, sa ; leurs.
3. leurs, leur ; leur, leurs ; leur, leurs ; leurs, leur.
4. • Quel temps ? (interrogatif)
• Quelle affaire. (interrogatif)
• Quel… destin ! (exclamatif)
• Quelles sont …... ? (interrogatif)
• Quelle sera …… (interrogatif)
• Quelle rencontre …… ! (exclamatif)
• Quelle …… nouvelle ! (exclamatif)
• Quel temps …… ! (exclamatif)

Les clés du test d’autoévaluation II

Corrigés
1. toutes; toute; toutes, toute; tous, toutes; toute; tous; tout; toute / toutes.
2. plusieurs / certains / quelques; quelques; aucun; aucune; plusieurs / certaines/ quelques
/ maintes; mêmes; nul; telle.

50
Les prédéterminants du nom (ii)

Test de contrôle 3

Ce test est administré à l’issue de l’unité d’apprentissage 3.


Pour réaliser ce test, il est conseillé de relire l’unité et de faire les exercices de repérage et
de réemploi des déterminants du nom qui y sont recommandés.
Ne manquez pas de transmettre ce test à votre tuteur. A cet effet, il convient de marquer
votre nom, votre prénom et votre adresse personnelle sur la première page de votre copie.
N’oubliez pas de mentionner aussi le numéro du test. Vous êtes supposés le recevoir,
après correction, avec les commentaires de votre tuteur.
Bon travail !

1. Répondez aux questions suivantes :

a) Présentez les valeurs et les emplois des prédéterminants démonstratifs.


b) Précisez les valeurs et les emplois des prédéterminants possessifs.
c) Expliquez les emplois des prédéterminants quantifiants numériques.
(2 points)

Vous allez trouver toutes ces explications dans l’unité d’apprentissage 3. Essayez de les
rendre d’une manière claire et cohérente. Illustrez vos explications par des exemples.

2. Lisez attentivement le texte suivant :

Un employé peu scrupuleux


(Un directeur reproche à l’un de ses employés ses absences répétées.)
A cette heure, vous avez perdu votre beau-frère, comme il y a trois semaines vous
aviez perdu votre tante, comme vous avez perdu votre oncle le mois dernier, votre père à
la Trinité, votre mère à Pâques ! Sans préjudice, naturellement, de tous les cousins,
cousines et autres parents éloignés que vous n’avez cessé de mettre en terre à raison
d’un au moins la semaine. Quel massacre, non, mais quel massacre ! A-t-on idée d’une
boucherie pareille !.... Et je ne parle ici, notez bien, ni de la petite sœur qui se marie deux
fois l’an, ni de la grande sœur qui accouche tous les trois mois. Eh bien ! monsieur, en
voilà assez. Que vous vous moquiez du monde, soit ! mais il y a des limites à tout, et si
vous supposez que l’Administration vous donne deux mille quatre cents francs pour que
vous passiez votre vie à marier les uns, à enterrer les autres, ou à tenir sur les fonts
baptismaux, vous vous mettez le doigt dans l’œil !
Georges Courteline, Monsieur Badin

• Soulignez tous les déterminants du texte.


• Relevez des GN contenant :
un article défini…………………… un article défini contracté……………………

un article défini élidé…………….. un article indéfini………………………………


un adjectif possessif…………….. un adjectif démonstratif……………………….
un adjectif indéfini……………….. un adjectif exclamatif………………………….
un adjectif numéral……………….
• Quel nom est introduit par trois prédéterminants ? Quelle est la nature de ces
prédéterminants ?
• Relevez trois noms utilisés sans aucun prédéterminant.
(2 points)

51
Les prédéterminants du nom (ii)

3. Remplacez les points par le déterminant correct, tenant compte de la relation


d’appartenance qui est évidente :

• L’enfant marchait toujours …… mains dans …… poches.


• Mon père n’a jamais mal à …… tête.
• On ne dort pas …… yeux ouverts.
• Le directeur éleva …… voix, …… ton se fit autoritaire et sec.
• L’acteur s’avança …… gants à …… mains.
• Le spectateur est entré dans la salle de théâtre chapeau sur …… tête.
(2 points)

4. Ecrivez en toutes lettres les nombres suivants:

298…………………………………………. 34 620 ……………………………………….


1 100…………………………………………. 800 ……………………………………….
120…………………………………………. 380………………………………………..
12 724…………………………………………. 20 320 ……………………………………….
(2 points)

5. Relevez les adjectifs indéfinis et précisez s’ils indiquent une indétermination, une
quantité, une ressemblance ou une différence. Attention, le même mot peut avoir des sens
différents !

• Quelques nuages épars subsistaient encore.


………………………………………………………………………………………………
• On apercevait parfois quelque hameau abandonné.
………………………………………………………………………………………………
• Tel maître, tel chien.
………………………………………………………………………………………………
• Un autre cadeau fut distribué à chaque enfant.
………………………………………………………………………………………………
• Ils arrivèrent un certain jour du mois de mars.
………………………………………………………………………………………………
• Certains jours du mois de mars, la température est très fraîche.
………………………………………………………………………………………………
• Nul bruit ne venait troubler la quiétude de cette soirée semblable à toutes les
autres.
………………………………………………………………………………………………
• Différentes versions du même événement furent présentées par les témoins.
………………………………………………………………………………………………
(2 points)

52
Les prédéterminants du nom (ii)

Références bibliographiques

Cosăceanu, A., Slăvescu, M., Gramatica limbii franceze, Editura 100+1 Gramar, Bucureşti,
2001, p. 118-143.

Cristea, T., Grammaire française. Le nom et le groupe nominal. Le verbe et le groupe


verbal, Editura Fundaţiei România de mâine, Bucureşti, 2000, p. 61-93.

Cuniţă, A., Vişan, D., Abrégé de grammaire française, Editura Universităţii, Bucureşti,
1987, p. 59-77.

Jeanrenaud, A., Langue française contemporaine. Morphologie, syntaxe, Polirom, Iaşi,


1996, p. 52-66.

Riegel, M., Pellat, J. Ch., Rioul, R., Grammaire méthodique du français, PUF, Paris, 1990,
p. 156-163.

53
L’adjectif et le groupe adjectival (i)

Unité d’apprentissage 4

L’ADJECTIF ET LE GROUPE ADJECTIVAL (i)

Sommaire page

Les objectifs de l’unité d’apprentissage 4 54


4.1 Les caractérisants des nominaux des GN étendus 55
4.2 La structuration du GN étendu 55
4.3 Le GN épithète : l’adjectif 56
4.3.1 L’adjectif épithète 57
4.3.2 L’adjectif verbal 58
4.4 Le genre des adjectifs qualificatifs. La formation du féminin 59
Test d’autoévaluation 63
4.5 Le nombre des adjectifs qualificatifs. La formation du pluriel 65
Les clés du test d’autoévaluation 66
Test de contrôle 4 67
Références bibliographiques 69

Les objectifs de l’unité d’apprentissage 4

Quand vous aurez parcouru ce chapitre et effectué les exercices de repérage et


d’emploi de l’adjectif et du groupe adjectival, vous serez capables de :

• Distinguer les caractérisants du nominal tête du GN.


• Identifier les caractérisants épithètes et les adjectifs verbaux.
• Reconnaître et utiliser correctement dans la phrase le féminin des adjectifs.
• Reconnaître et utiliser correctement dans la phrase le pluriel des adjectifs.

54
L’adjectif et le groupe adjectival (i)
4.1 Les caractérisants des nominaux des GN étendus
L’adjectif et le groupe adjectival sont des caractérisants des
nominaux des Groupes Nominaux étendus. Le GN étendu ou
complexe est constitué d’un GN qu’on appelle tête et d’un ou
plusieurs déterminants (dt) facultatifs.
Un village fleuri.
• Un village : GN ;
village : tête du GN ; un : prédéterminant indéfini ;
• fleuri : déterminant facultatif.
Les villages fleuris de la France profonde
• Les villages : GN ;
villages : tête du GN ; les : prédéterminant défini ;
• fleuris de la France profonde : déterminants facultatifs.
Le nom centre ou tête peut être déterminé par des caractérisants
plus ou moins complexes :
Le groupe nominal  un adjectif qualificatif (une épithète):
étendu (GN)
Un enfant intelligent
comprend :
- le nom (avec ou sans
Des maisons blanches
prédéterminant)  une épithète détachée (adjectif en apposition):
- le caractérisant Surpris, il se tait un moment.
 un nom en apposition :
Son fils, l’étudiant
 un complément du nom:
La maison du boulanger
Des chaussures en cuir
 une proposition relative :
La fille qu’il aime
Le film que j’ai vu
 une proposition conjonctionnelle :
L’impression qu’il avait échoué
 un infinitif prépositionnel:
La volonté de réussir

4.2 La structuration du GN étendu

Les éléments facultatifs qui peuvent accompagner un GN sont


formellement rattachés au nom centre par des procédés différents:
• la rection, qui peut être:
 directe (Ø, homogène) :
Les petits enfants sages
 indirecte (hétérogène) :
Anne ouvre la porte de la maison, qui est celle de la cuisine.
• l’ordre séquentiel, qui peut être obligatoire, ou facultatif. Les
adjectifs changent de sens en fonction de leur position par rapport
au nom centre qu’ils caractérisent :
un homme brave / un brave homme
Mais la proposition relative est obligatoirement postposée :
Ce monsieur parle aux enfants qui jouent devant la maison.

55
L’adjectif et le groupe adjectival (i)

• la cohésion:
 groupes libres (noms et épithètes) :
- une robe: - rouge, bleue, blanche, etc.
- longue, courte, etc.
- belle, laide, intéressante, moderne, etc.
 groupes semi-automatisés, dont l’ordre est fixe :
- une arme à feu ;
- un tissu à petits pois ;
- une pomme de terre, etc.

4.3 Le GN épithète: l’adjectif


L’adjectif qualificatif est un élément important, mais non
indispensable, du groupe nominal. Il indique une qualité de l’être ou
de l’objet dont on parle :
Un enfant joueur, une longue marche.
Il est donc, de ce fait, d’un usage très fréquent. Certains adjectifs
qualificatifs permettent de distinguer, dans l’ensemble des êtres ou
objets désignés par le nom, un sous-ensemble, ou une catégorie
particulière :
Une bicyclette pliante (par opposition aux bicyclettes non
pliantes).

Adjectifs descriptifs Selon leur rôle, on distingue les adjectifs suivants :


et adjectifs de • adjectifs descriptifs : ils expriment la manière d’être d’une
relation personne ou d’une chose désignées par un nom ou un pronom.
Un nouvel élève.

La place est déserte, elle est silencieuse.

• adjectifs de relation : ils complètent un nom à la manière d’un


complément de détermination :
L’hymne national = de la nation
La rentrée scolaire = pour les écoliers

L’adjectif a un double statut, suivant ses caractéristiques :


 morphologiquement, il est intégré à la classe du nom, car il
présente les mêmes marques de genre et nombre ;
 syntaxiquement, il est considéré comme un élément verbal, étant
intégré au groupe prédicatif comme attribut.

Épithètes et adjectifs Du point de vue grammatical, il existe deux grandes classes


verbaux d’adjectifs :
• les épithètes de nature, adjectifs primaires, d’usage fréquent;
• les adjectifs d’origine verbale, participes passés ou participes qui
finissent en –ant.

56
L’adjectif et le groupe adjectival (i)
4.3.1 L’adjectif épithète
Consultez la figure 4.1 pour comprendre la classification des
adjectifs épithètes, selon le critère de la subjectivité. Vous trouverez
ces explications dans le livre de C. Kerbrat-Orecchioni,
L’énonciation. De la subjectivité dans le langage (1980, p. 84).

Adjectifs

objectifs subjectifs

célibataire/marié
adjectifs de couleur
mâle/femelle affectifs évaluatifs

poignant
drôle
pathétique

non axiologiques axiologiques

grand beau
loin bon
chaud bien
nombreux

Figure 4.1

Adjectifs objectifs Les adjectifs nommés objectifs ou descriptifs n’impliquent aucune


prise de position de la part du sujet énonciateur. Ils qualifient des
objets en fonction de leurs propriétés perceptibles: mouvement
(mobile) ; position (horizontal, vertical) ; relation (maternel); forme de
relief (plat); couleur (rouge); forme (carré, rond); goût (amer, aigre).

Adjectifs subjectifs Les adjectifs subjectifs expriment l’attitude du sujet énonciateur


envers l’objet dont il s’exprime. Les adjectifs affectifs expriment l’état
d’émotion du sujet : une passion émouvante, une nouvelle
terrifiante.

Les adjectifs évaluatifs non axiologiques sont relatifs à des critères,


parfois socialement codifiés:
Une grande maison ; la même maison peut être appréciée
grande au Japon et petite en France ;
Une saison chaude ; 25°C c’est chaud en Suisse, mais modéré
en Grèce.
Les adjectifs axiologiques expriment des jugements de valeur de la
part du locuteur:
 valeur positive: Un beau tableau ;
 valeur négative: Un film mauvais.

57
L’adjectif et le groupe adjectival (i)

4.3.2 L’adjectif verbal


L’adjectif verbal est formé à partir du verbe (participes passés ou
participes en –ant).
Des fiches écrites à la main.
Une personne méfiante.

La forme verbale en –ant correspond à trois réalités grammaticales:


• au participe présent proprement dit, qui marque une action :
Provoquant le débat, il s’en est sorti victorieux.
• à l’adjectif verbal, qui tient de l’adjectif et marque une qualité :
Elle est très belle, provocante même.
• au gérondif :
En provoquant ce débat, il a beaucoup risqué.

L’adjectif verbal s’accorde toujours, comme l’épithète, en genre et


en nombre, avec le nom qu’il qualifie ou avec le sujet (comme
l’attribut).

Le participe Le participe présent est adjectif verbal dans les cas suivants:
présent peut être • quand il est employé comme épithète, sans complément:
adjectif verbal Chose inquiétante, tous les touristes ont quitté l’endroit.
• quand il est employé comme attribut:
Il a toujours été extravagant.
• quand il est précédé d’un adverbe:
Ce sont des gens très influents.
Consultez la figure 4.2 pour comprendre les différences de forme
entre l’adjectif verbal et le participe présent de certains verbes :

Distinguez !

1. Différence dans le radical, notamment pour les finales du participe présent :


-quant, -guant, qui se transforment et deviennent dans les adjectifs verbaux
-cant, -gant. La désinence –ant reste invariable.
Participe présent Adjectif verbal
convainquant convaincant
suffoquant suffocant
provoquant provocant
communiquant communicant
vaquant vacant
fatiguant fatigant
intriguant intrigant
extravaguant extravagant

2. D’autres présentent des différences dans la désinence : -ant devient –ent.


Participe présent Adjectif verbal
adhérant adhérent
affluant affluent
coïncidant coïncident
convergeant convergent

58
L’adjectif et le groupe adjectival (i)

différant différent
divergeant divergent
équivalant équivalent
émergeant émergent
excellant excellent
négligeant négligent
précédant précédent
somnolant somnolent
violant violent
Figure 4.2

4.4 Le genre des adjectifs qualificatifs. La formation du féminin

Les adjectifs qualificatifs peuvent qualifier :


• des noms masculins et des noms féminins. Ils sont donc:
 variables : un homme grand et beau ;
une femme grande et belle
 invariables : un homme sympathique, pratique ;
une femme sympathique, pratique.
• soit des noms masculins, soit des noms féminins (défectifs de
genre): un nez aquilin (sans féminin);
une ignorance crasse (sans masculin).
Le genre des adjectifs est marqué par la désinence.

Règle générale : On forme le féminin des adjectifs qualificatifs, en


ajoutant à la forme du masculin un –e final muet.

Cette adjonction amène de nombreuses modifications


orthographiques, phonétiques, ou souvent, les deux modifications à
l’écrit et à l’oral, subies à la fois.

Modifications 1. Modifications orthographiques, pour maintenir la prononciation de


orthographiques la consonne finale, de la voyelle précédente de la forme du masculin
de l’adjectif:

 La consonne –c du masculin est transformée en –qu pour


conserver le son dur de –c:
Masculin: public Féminin : publique
turc turque
caduc caduque
franc (le peuple) franque
grec grecque
L’adjectif grec conserve le –c final, pour garder l’-e ouvert.

 Après -g final, un -u- s’intercale, pour conserver au -g sa


prononciation de consonne gutturale :
Masculin : long Féminin : longue
oblong oblongue

59
L’adjectif et le groupe adjectival (i)

 Dans les adjectifs en –gu, un tréma est nécessaire au féminin sur


l’-e final, pour conserver la prononciation de la voyelle –u :
Masculin : aigu Féminin : aiguë
ambigu ambiguë
contigu contiguë
exigu exiguë

Redoublement de la 2. Certains adjectifs redoublent la consonne finale.


consonne finale
 Les adjectifs terminés au masculin en -el, -eil, ainsi que nul, gentil
redoublent l’-l final devant l’-e muet du féminin:
Masculin : cruel Féminin: cruelle
pareil pareille
nul nulle
gentil gentille

 Les adjectifs beau, fou, mou, nouveau, vieux ont une deuxième
forme du masculin, employée devant une voyelle ou un h muet et
dont on forme le féminin en redoublant la consonne finale -l:
Masculin : beau, bel Féminin : belle
fou, fol folle
mou, mol molle
nouveau, nouvel nouvelle
vieux, vieil vieille

 Les adjectifs suivants, dont la consonne finale est muette au


masculin, redoublent encore la consonne finale:
Masculin : boulot Féminin: boulotte
pâlot pâlotte
sot sotte
vieillot vieillotte

 Les autres adjectifs en –ot suivent la règle générale, mais leur


consonne finale muette devient articulée au féminin :
dévot dévote
idiot idiote
manchot manchote
bigot bigote

 Les adjectifs suivants, terminés en -as, -os, -ais, -ès, -is,


redoublent la consonne finale –s :
Masculin : bas Féminin : basse
gras grasse
las lasse
gros grosse
épais épaisse
exprès expresse
Les autres adjectifs de cette catégorie suivent la règle générale et le
(s) se prononce (z) : ras, rase ; dispos, dispose ; niais, niaise ;
français, française ; chinois, chinoise ; gris, grise.

 Redoublent de même la consonne finale les adjectifs en –et :

60
L’adjectif et le groupe adjectival (i)
Masculin : muet Féminin : muette
net nette
aigrelet aigrelette

Exception font les adjectifs suivants, qui ne redoublent pas la


consonne finale, mais reçoivent un accent grave sur l’e qui précède
la consonne finale –t :
Masculin : complet Féminin : complète
concret concrète
discret discrète
inquiet inquiète
secret secrète

 Les adjectifs en –en, -on ainsi que paysan, rouan doublent la


consonne -n au féminin:
Masculin : ancien Féminin : ancienne
bon bonne
paysan paysanne
rouan rouanne

Consonne finale 3. Dans certains adjectifs qui ont une consonne finale muette au
muette qui devient masculin, celle-ci devient articulée au féminin :
sonore au féminin Masculin : laid Féminin : laide
plat plate
gris grise

Consonne finale qui 4. Les consonnes finales suivantes changent au féminin :


change au féminin
 la consonne -c devient -ch:
blanc blanche
franc franche
sec sèche.
 la consonne -f devient -v :
bref brève
neuf neuve
vif vive
attentif attentive
 la consonne -x devient –s :
curieux curieuse
heureux heureuse
Exceptions : faux, doux, roux font: fausse, douce, rousse.

 la consonne -s devient -ch :


frais fraîche
 la consonne -r dans la terminaison -eur devient -s :
rêveur rêveuse
trompeur trompeuse.

Cas particuliers Retenez les cas particuliers suivants :

 Les adjectifs d’origine savante en –eur suivent la règle générale:

61
L’adjectif et le groupe adjectival (i)
Masculin : antérieur Féminin : antérieure
extérieur extérieure
inférieur inférieure
majeur majeure
meilleur meilleure
mineur mineure
supérieur supérieure

 Certains adjectifs d’origine savante qui finissent en –eur, ont un


féminin en –trice, formé sur le féminin latin correspondant :
Masculin : consolateur Féminin : consolatrice
directeur directrice
destructeur destructrice.

 D’autres changent la terminaison –eur en –eresse :


Masculin : chasseur Féminin : chasseresse
enchanteur enchanteresse
pécheur pécheresse
vengeur vengeresse

Modification de la 5. Certains adjectifs modifient au féminin la voyelle qui précède la


voyelle qui précède la consonne finale :
consonne finale
 la voyelle -e (fermé) devient -è (ouvert) :
premier première
léger légère

 la voyelle nasale se dénasalise :


plan plane
certain certaine
plein pleine
fin fine
brun brune
ancien ancienne
bon bonne

Féminins irréguliers 6. Certains adjectifs ont des féminins irréguliers:


- favori fait favorite ;
- tiers fait tierce ;
- traître fait traîtresse ;
- malin et bénin font maligne, bénigne ;
- hébreu fait juive, en parlant de personnes et hébraïque, en parlant
de choses (histoire hébraïque).

Il existe des adjectifs qui ont une seule forme pour les deux genres.
 Tous les adjectifs terminés au masculin par un –e muet sont
invariables: aimable, large, maigre, pauvre, rouge, sage.

Exceptions : maître, traître, pris adjectivement, qui font au féminin :


maîtresse, traîtresse.
Les mots : drôle, ivrogne, mulâtre, nègre, pauvre, sauvage, suisse
pris adjectivement restent invariables ; pris comme noms, ils font le
féminin en –esse: drôlesse, ivrognesse, etc.

62
L’adjectif et le groupe adjectival (i)

 Sont de même invariables quelques adjectifs qui sont en général


des noms employés adjectivement : marron, châtain, grognon. On
dira : une robe marron, une femme grognon, etc.
Mais le féminin châtaine est devenu tout à fait courant.
 L’adjectif grand est invariable dans les expressions déjà
mentionnées : grand-rue, grand-mère, grand-père, grand-route, etc.
 L’adjectif fort garde sa forme unique dans les expressions : se
faire fort de, se porter fort pour :
La directrice se fait fort d’obtenir ceci.
 Les adjectifs angora, chic, kaki, rococo, snob n’ont qu’une seule
forme pour les deux genres : une chèvre angora, une toilette chic,
une étoffe kaki, une pendule rococo, une femme snob.

Adjectifs qui ont un Certains adjectifs qui n’ont qu’un seul genre.
seul genre  Adjectifs qui ne se rapportent qu’à des noms masculins:
nez aquilin, papier vélin, sirop violat, feu grégeois, hareng saur.
 Adjectifs qui ne se rapportent qu’à des noms féminins:
ignorance crasse, bouche bée, femme enceinte, pierre philosophale,
main pote, dent (race) canine, porte cochère, etc.

Test d’autoévaluation

Pour bien gérer ce test, il est indispensable que vous suiviez un certain nombre de
démarches théoriques et appliquées. Vérifiez vos résultats en consultant la rubrique Clés
du test d’autoévaluation.
Attention ! Les pointillés vous permettent d’insérer vos réponses dans le test.

1. Dans le texte suivant, relevez les adjectifs qualificatifs; pour chacun, dites à quel nom
ou pronom il se rapporte, en précisant son genre et son nombre :

Chers bois ! Je les connais tous ; je les ai battus si souvent. Dieu, que je les aime ! Je m’y
sens tellement seule, les yeux perdus loin entre les arbres, dans le jour vert et mystérieux,
à la fois délicieusement tranquille, et un peu anxieuse, à cause de la solitude et de
l’obscurité vague […]. Pas de petites bêtes, dans ces grands bois, ni de hautes herbes, un
sol battu, tour à tour sec, sonore, ou mou à cause des sources ; des lapins à derrière
blanc les traversent ; des chevreuils peureux dont on ne fait que deviner le passage, tant
ils courent vite ; de grands faisans lourds, rouges, dorés, des sangliers (je n’en ai pas vu) ;
des loups – j’en ai entendu un….
Colette, Claudine à l’école, éditions Hachette

63
L’adjectif et le groupe adjectival (i)

2. Associez un nom de la colonne A à un adjectif de la colonne B :

A B
camarades vilain
lettre beau
discours bon
année gentil
fleurs long
humeur nouveau
espoir joli
amie mauvais
mère grand
père jeune
nouvelles vieux
chances cher
chagrin gros
petit

3. Formulez des réponses avec les adjectifs entre parenthèses:


Modèle : Comment est cette cerise ? (aigre) elle est aigre

• Comment est cette robe ? (bleu) ………………………………………………………...


• Comment est ce bagage ? (lourd)………………………………………………………..
• Comment est cette rue ? (étroite)………………………………………………………...
• Comment est cette cérémonie ? (solennel)……………………………………………..
• Comment est cette nouvelle ? (sensationnel)…………………………………………..

4. Répondez, en utilisant les adjectifs en italique :

• Cet appartement est bas. Et cette maison ?


…………………………………………………………..
• Ce tissu est épais. Et cette lettre ?
…………………………………………………………..
• Ce document est faux. Et cette lettre ?
…………………………………………………………..
• Ce vent est doux. Et cette brise ?
………………………………………………………..
• Cet aliment est gras. Et cette crème?
…………………………………………………………
• Cet homme est heureux. Et cette dame ?
…………………………………………………………
• Ce château est ancien. Et cette ville ?
…………………………………………………………
• Ce pays est divers. Et cette région ?
…………………………………………………………

64
L’adjectif et le groupe adjectival (i)

4.5 Le nombre des adjectifs qualificatifs. La formation du pluriel

Règle générale : On forme le pluriel des adjectifs en ajoutant à la


forme du singulier la consonne finale -s.
Singulier: jeune Pluriel: jeunes
long longs
étroit étroits
étroite étroites

Notez quelques cas particuliers :


 Les adjectifs terminés au singulier en -s, -x restent invariables :
un homme heureux / des hommes heureux
un garçon mauvais / des garçons mauvais
Le féminin de ces adjectifs suit la règle générale :
une fille heureuse / des filles heureuses
une mauvaise herbe / des mauvaises herbes

 Les adjectifs en –eau reçoivent la consonne –x au pluriel :


beau, beaux ; jumeau, jumeaux ; nouveau, nouveaux.

Cas particuliers  L’adjectif hébreu prend un –x : hébreux, tandis que les adjectifs
bleu et feu (défunt) suivent la règle générale : bleus, feus.

 Les adjectifs terminés au singulier en –al changent cette


terminaison en –aux au pluriel :
social sociaux
légal légaux
colossal colossaux
latéral latéraux
Leur féminin suivra la règle générale : sociales, colossales.
Font exception certains adjectifs, qui se soumettent à la règle
générale, même au masculin : banals, glacials.

 Sont invariables au pluriel : angora, chic, etc. :


Des chats angora.
Les gens les plus chic.
Mais :
Des gens chics (M. Proust).

65
L’adjectif et le groupe adjectival (i)

Avez-vous bien compris ?

Pour mettre en application vos connaissances, il serait utile pour vous


d’effectuer les exercices suivants :

1. Mettez au pluriel les groupes nominaux suivants:

• un gros coussin ………................… • un mot négatif ………………………………


• un livre épais ……………………….. • un homme heureux …………………………
• une jupe longue ……………………. • un beau tapis ……………………………….
• un problème général ………………. • une température douce ……………………

2. Accordez les adjectifs de cette annonce :

Famille (dynamique) ………………….. et (actif) ……………… cherche jeune fille (gai)


…………, (spontané), …………...... (responsable)……………, et (sérieux)……….., pour
s’occuper de deux petites filles (plein)…………… de vie, (doux)……………. et
(gentil)…………….. .

 Idées à retenir

Après avoir étudié avec beaucoup d’attention l’unité d’apprentissage 4, vous devez retenir
quelques idées fondamentales :
• Le GN étendu peut comprendre des caractérisants du nominal centre ou tête du
groupe ;
• Ces caractérisants peuvent être des adjectifs épithètes ou des adjectifs verbaux ;
• Les adjectifs épithètes, constituants facultatifs et mobiles, sont des adjectifs
descriptifs ou des adjectifs de relation ;
• L’adjectif s’accorde en genre et en nombre avec le nom ou le pronom auquel il se
rapporte. Les règles générales de la formation du féminin et du pluriel se
complètent par de nombreux cas particuliers.

Les clés du test d’autoévaluation

Corrigés

1. Chers → bois (M, pl) ; battus → les bois (M, pl) ; seule → je (F, sg) ; perdus → les yeux
(M, pl) ; vert et mystérieux→ jour (M, sg) ; tranquille, anxieuse→ je (F, sg) ; vague →
obscurité (F, sg) ; petites → bêtes (F, pl) ; grands → bois (M, pl) ; hautes → herbes (F,
pl.) ; battu, sec, sonore, mou → sol (M, sg) ; blanc→ derrière (M, sg) ; peureux→
chevreuils (M, pl) ; grands, lourds, rouges, dorés → faisans (M, pl).

66
L’adjectif et le groupe adjectival (i)

2. Plusieurs possibilités :

 camarades: bons / gentils / nouveaux / mauvais / jeunes / vieux / chers;


 lettre: vilaine / belle / gentille / longue / nouvelle / jolie / mauvaise / vieille ;
 discours: beau / bon / long / nouveau / joli / mauvais / grand / petit ;
 année: bonne / longue / nouvelle / mauvaise;
 fleurs: belles / jolies / grandes / chères / grosses / petites;
 humeur: bonne / mauvaise;
 espoir: vilain / bel / bon / nouvel / grand / petit;
 amie: vilaine / belle / bonne / gentille / nouvelle / jolie / mauvaise / grande / jeune /
vieille / chère / petite;
 mère: vilaine / belle / bonne / gentille / nouvelle / jolie / mauvaise / grande / jeune /
vieille / chère / petite;
 père: vilain / beau / bon / gentil / nouveau / joli / mauvais / grand / jeune / vieux / cher
/ petit;
 nouvelles: belles / bonnes / gentilles / longues / nouvelles / mauvaises / grandes /
vieilles;
 chances: bonnes / nouvelles / mauvaises / grandes / petites;
 chagrin: vilain / beau / long / nouveau / grand / gros / petit.

3. bleue ; lourde ; étroite ; solennelle ; sensationnelle.

4. basse ; épaisse ; fausse ; douce ; grasse ; heureuse ; ancienne ; diverse.

Test de contrôle 4

Ce test est administré à l’issue de l’unité d’apprentissage 4.


Pour réaliser ce test, il est conseillé de relire l’unité et de faire les exercices de repérage et
de réemploi de l’adjectif et du groupe adjectival qui y sont recommandés.
Ne manquez pas de transmettre ce test à votre tuteur. A cet effet, il convient de marquer
votre nom, votre prénom et votre adresse personnelle sur la première page de votre copie.
N’oubliez pas de mentionner aussi le numéro du test. Vous êtes supposés le recevoir,
après correction, avec les commentaires de votre tuteur.
Bon travail !

1. Répondez aux questions suivantes:

a) Quelles sont les caractéristiques de l’adjectif qualificatif ?


b) Expliquez la règle générale de la formation du féminin de l’adjectif et après indiquez
trois cas particuliers qui ne respectent pas tout à fait cette règle générale.
c) Présentez les cas particuliers de la formation du pluriel.
Vous allez trouver toutes ces explications dans l’unité d’apprentissage 4. Essayez de les
rendre d’une manière claire et cohérente. Illustrez vos explications par des exemples de
votre choix.
(2 points)

67
L’adjectif et le groupe adjectival (i)

2. Faites l’accord des adjectifs entre parenthèses :


• Les fenêtres de sa maison de campagne laissent voir un paysage de collines
(bleu)…………….. aux crêtes (aigu) ……………….. .
• L’oncle de Marcel est un grand vieillard à la moustache (blanc) ……………, aux (long)
……………. cheveux (argenté)……………. .
• Denise était élégante ce matin dans son costume (blanc) ……………. à (fin) raies
(gris)…………….. .
• Mon collègue m’a présenté sa fiancée : une (ravissant) ………………….. jeune fille en
(léger) ……………….. robe (blanc) ………………… .
• Ma grand-mère était (petit)…………… (mince) ………………. (alerte) ……………. .
(2 points)
3. Formez des adjectifs à partir des verbes :
Modèle : intéresser → C’est un film intéressant.
habiller → L’enfant est habillé en vert
amuser → C’est un acteur………………………………………………..……….
énerver → C’est un bruit ………………………………………………………….
polluer → Cette voiture n’est pas ……………………………………….……….
étonner → Quelle histoire ……………………………………………….…….….
asseoir → Il n’y a pas de places ……………………….... dans le bus………..
interdire → L’entrée est …………………………………..…. au public.…….…
désoler → Excusez-moi ! Je suis ………………….. d’être en retard.………..
finir → Il est 17 heures, la classe est …………………………………..………..
(2 points)
4. Formez le féminin des adjectifs suivants et ensuite mettez ces formes dans des
propositions :
ancien …………………………….. gentil …………………………………
joli ………………………………… faux …………………………………..
marin ……………………………… doux ………………………………….
net ………………………………… jaloux …………………………………
sot ………………………………… long …………………………………..
cruel ……………………………… franc ………………………………….
veuf …………………………........ favori………………………………….
fameux …………………………... frais …………………………………..
trompeur…………………………. nul …………………………………….
blanc……………………………… total …………………………………..
(2 points)
5. Dans les groupes suivants, remplacez l’adjectif qualificatif à valeur distinctive par un
autre adjectif également de valeur distinctive.
Modèle : des chiffres romains → des chiffres arabes
un ingénieur électronicien …………………………………………………………
de la porcelaine japonaise…………………………………………………………
du fil rigide……………………………………………………………………………
une échelle double………………………………………………………………….
un panier carré………………………………………………………………………
un ciel lumineux……………………………………………………………………..
des glaïeuls rouges…………………………………………………………………
une fumée blanche………………………………………………………………….
(2 points)
68
L’adjectif et le groupe adjectival (i)

Références bibliographiques
Cosăceanu, A., Slăvescu, M., Gramatica limbii franceze, Editura 100+1 Gramar, Bucureşti,
2001, p. 87-93.

Cristea, T., Grammaire française. Le nom et le groupe nominal. Le verbe et le groupe


verbal, Editura Fundaţiei România de mâine, Bucureşti, 2000, p. 103-112.

Cuniţă, A., Vişan, D., Abrégé de grammaire française, Editura Universităţii, Bucureşti,
1987, p. 77-83.

Jeanrenaud, A., Langue française contemporaine. Morphologie, syntaxe, Polirom, Iaşi,


1996, p. 67-72.

69
L’adjectif et le groupe adjectival (ii)

Unité d’apprentissage 5

L’ADJECTIF ET LE GROUPE ADJECTIVAL (ii)

Sommaire page

Les objectifs de l’unité d’apprentissage 5 70


5.1 L’accord de l’adjectif qualificatif 71
5.2 La place de l’adjectif épithète 75
5.3 Les degrés de comparaison des adjectifs 77
Test d’autoévaluation 79
Les clés du test d’autoévaluation 80
Test de contrôle 5 81
Références bibliographiques 83

Les objectifs de l’unité d’apprentissage 5

Quand vous aurez parcouru ce chapitre et effectué les exercices de repérage et


d’emploi de l’accord de l’adjectif qualificatif, vous serez capables de :

• Réaliser l’accord des adjectifs qualificatifs simples et des adjectifs


composés, selon certains critères, comme la structuration du groupe
épithétique et le thème de ses constituants.
• Repérer et positionner correctement les adjectifs à l’intérieur du GN, sachant
que la place est variable et qu’elle influence, souvent, le sens de l’adjectif.
• Reconnaître et exprimer les degrés d’intensité et les degrés de comparaison
des adjectifs.

70
L’adjectif et le groupe adjectival (ii)

5.1 L’accord de l’adjectif qualificatif

L’accord des adjectifs simples


Dans le groupe nominal épithétique, l’accord se réalise en genre et
en nombre avec le nom ou le pronom auquel il se rapporte. Il peut
être déterminé par divers facteurs.
Plusieurs cas sont à étudier :

Le déterminé : deux • l’adjectif détermine deux ou plusieurs noms:


ou plusieurs noms  si les noms ont le même genre et des référents différents dans un
groupe de coordination, l’adjectif aura le même genre au pluriel :
Jacques a acheté un livre et un cahier neufs.
 si les noms ont le même genre et le même référent, l’adjectif aura
le même genre, au singulier :
L’ami et collaborateur apprécié.
 si les noms ont des genres différents, l’adjectif se met au masculin
pluriel :
Daniel a reçu des chemises et des pantalons neufs.

Le déterminé : un • l’adjectif détermine un groupe de subordination :


groupe de  l’accord peut se faire avec le nom centre ou avec le déterminant,
subordination suivant le sens :
des livres d’images nouveaux (accord avec livres)
ou bien : une robe de velours vert (accord avec velours)
un tas de feuilles mortes (accord avec feuilles)
des bas de laine blanche (accord avec laine)
un manteau de fourrure noire (accord avec fourrure)

Le déterminé : noms joints • les noms qualifiés par l’adjectif sont joints par les conjonctions
par des conjonctions comparatives : comme, de même que, ainsi que, aussi bien que.
comparatives ou Dans ce cas, l’accord se fait avec le premier nom :
copulatives Ma sœur, comme mon frère, préoccupée de ma santé, me
donne des conseils utiles.
Si les conjonctions ont une valeur copulative et non comparative, on
fait l’accord au pluriel:
Elle avait la robe ainsi que le chapeau mouillés par la pluie.
la robe = féminin ;
le chapeau = masculin ;
mouillés = masculin pluriel.

Le déterminé : sens • L’adjectif qui accompagne un nom à sens collectif suivi d’un
collectif, suivi d’un complément, s’accorde soit avec le nom, soit avec le complément,
complément selon le sens:
Un groupe d’enfants égaré / égarés.
(le groupe égaré ou les enfants égarés)
Un peloton de soldats déchaîné / déchaînés.
(le peloton déchaîné ou les soldats déchaînés)

71
L’adjectif et le groupe adjectival (ii)
L’accord des adjectifs composés
L’accord des adjectifs composés peut être déterminé par l’un
des facteurs suivants :

I. La structure des adjectifs composés

Adjectifs composés  Quand un adjectif composé est formé de deux adjectifs qualifiant
l’un et l’autre le même nom, les deux éléments sont variables :
des paroles aigres-douces
des femmes sourdes-muettes

 Dans les adjectifs composés formés d’un mot invariable et d’un


adjectif, évidemment l’adjectif seul est variable :
l’avant-dernière page

 Dans les adjectifs composés formés de deux adjectifs, si le


premier a la valeur adverbiale, il est invariable :
une fille nouveau-née
des personnes haut placées
une brebis mort-née
Remarque : Nouveau, devant un participe passé pris
substantivement, s’accorde, sauf dans nouveau-né :
des nouveaux mariés ; les nouveaux venus
Mais : des nouveau-nés

 Dans certains cas, le premier adjectif, bien qu’employé


adverbialement, s’accorde, suivant un ancien usage, comme
l’adjectif (ou le participe) qui le suit:
des roses fraîches cueillies
une fleur fraîche éclose
fenêtres larges ouvertes, grandes ouvertes
Les soldats tombent raides morts.
Sa petite fille dernière née (G. Duhamel)
Remarque : Dans tout-puissant, tout varie au féminin seulement.
Vos charmes tout-puissants (Racine)
des personnes toutes-puissantes
Adjectifs pris  L’adjectif pris adverbialement, après certains verbes, reste
adverbialement
invariable, comme dans les expressions : voler bas, sentir bon,
coûter cher, voir clair, marcher droit, chanter faux, parler franc, viser
juste etc., :
Ces étoffes coûtent cher.
Ces personnes voient clair.

Remarque :
 Demi, placé devant le nom, est invariable et s’y joint par un trait
d’union:
une demi-lieue ; deux demi-douzaines
Quand il est placé après le nom, il s’accorde en genre seulement et
s’y joint par et: deux heures et demie

 Demi et demie peuvent s’employer comme noms et varier :


Quatre demis valent deux unités.

72
L’adjectif et le groupe adjectival (ii)
Cette montre sonne les heures et les demies.
Demi, semi, placés devant un adjectif, s’y joignent par un trait
d’union, et sont invariables comme adverbes :
demi-montre et demi-boiteuse
des fêtes semi-doubles
À demi s’emploie de même, mais rejette le trait d’union :
La statue était à demi voilée.

 Grand ne varie pas dans certaines expressions anciennes où il se


trouve devant un nom féminin, auquel il se joint par un trait d’union :
des grand-mères des grand-mamans
des grand-tantes des grand-messes
Dans les expressions suivantes, grand est employé de même (dont
la plupart d’ailleurs ne se disent pas au pluriel) :
grand-chose grand-faim grand-peine
grand-peur grand-route grand-rue

 Nu est invariable devant tête, bras, jambes, pieds, employés sans


article ; il se joint à ces noms par un trait d’union :
aller nu-tête, nu-bras, nu-jambes, nu-pieds
Il varie quand il est placé après le nom :
aller la tête nue, les bras nus, les jambes nues, les pieds nus
On écrit : la nue-propriété, les nus-propriétaires

 Plein, devant un nom précédé de l’article ou d’un déterminatif, est


préposition et reste invariable :
J’avais des fleurs plein mes corbeilles. (Hugo)
Avoir de l’argent plein les poches

II. Le thème des éléments qui composent les adjectifs :

Les adjectifs de  les adjectifs de couleur qui sont à l’origine des noms, sont
couleur invariables: cerise, marron, noisette, paille, olive, citron, orange,
acajou, kaki.
une robe / un manteau paille, marron, orange, etc.

 les adjectifs de couleur complétés par un autre adjectif ou par un


nom sont toujours invariables: bleu marine, vert tendre, vert pomme,
gris perle, bleu clair.
une robe bleu marine ; une robe bleu clair
un manteau bleu marine ; un manteau bleu clair

 certains adjectifs d’origine substantivale sont variables, comme


les épithètes de nature : mauve, pourpre, rose.
des étoffes roses, pourpres
des rubans mauves, violets

Avoir l’air  l’expression avoir l’air


L’adjectif s’accorde avec le nom air si la locution a le sens de « avoir
l’expression du visage, avoir la mine, la physionomie »:
Elle a l’air furieux.
Elles ont l’air hautain.

73
L’adjectif et le groupe adjectival (ii)
L’adjectif s’accorde avec le sujet si la locution a le sens de
« sembler, paraître »:
Cette ville a l’air belle.
Elle a l’air bourrue.
Dans certains cas, les deux accords sont possibles, selon le sens
que l’on veut donner :
Elle avait l’air très fâché (elle avait la mine d’un homme fâché).
Elle avait l’air très fâchée (elle semblait fâchée).
Si le sujet est nom de chose, l’adjectif s’accorde avec celui-ci (on ne
peut pas attribuer aux choses une certaine mine):
Ces propositions ont l’air sérieuses.
La vitesse de la voiture n’avait pas l’air excessive.

Exercices d’entraînement

Pour mettre en œuvre vos acquis relatifs à l’accord de l’adjectif qualificatif, il serait utile
pour vous d’effectuer les exercices suivants :

1. Accordez les adjectifs avec les noms suivants. Faites attention à la place de l’adjectif :
• beau : garçon, enfant, livres, revues, habit ;
…………………………………………………………………………………………
• doux : mère, professeur, mesures, mots ;
…………………………………………………………………………………………
• épais : revue, album, livres, liqueurs ;
…………………………………………………………………………………………
• grec : peuple, langue, dieux ; lettres ;
…………………………………………………………………………………………
• naïf : enfant, question, dames, vieillards ;
…………………………………………………………………………………………
• sec : pays, réponse, terrains, contrées.
…………………………………………………………………………………………

2. Accordez correctement les adjectifs entre parenthèses :


• Il regardait les visages (banal) ………………………………... des voyageurs.
• La robe (vert vif) ………………………………….. de Marie ne lui plaisait pas.
• Il admirait la robe (gris perle) …………………………. …………. de sa mère.
• Elle portait un joli manteau en étoffe (bleu sombre) …………………………. .
• Le garçon le regardait les yeux (large ouvert) ………...……………………… .
• Au bout de la (grand) …………………….... -rue il y avait un bistrot.
• A cette nouvelle, elles eurent des larmes (plein) …………………… les yeux.
• La salle de cours était (plein) ………………………………………. d’étudiants.

74
L’adjectif et le groupe adjectival (ii)

5.2 La place de l’adjectif épithète

L’adjectif qualificatif n’occupe pas une place fixe par rapport au nom.
Sa position dans le groupe nominal dépend de facteurs très
complexes dont : la nature et le sens de l’adjectif, l’usage,
l’harmonie phonétique, etc.

Parmi les adjectifs qui se placent d’habitude devant le nom, il faut


retenir une série d’adjectifs monosyllabiques très usuels comme
beau, bon, grand, joli, long, petit, vieux, etc.

Après le nom Les adjectifs qui se placent de préférence après le nom


appartiennent généralement aux catégories suivantes :
• les adjectifs participes :
un chien perdu
un ruban isolant

• les noms et les adverbes adjectivés :


une cocotte minute
des gens bien

• les adjectifs qui se rapportent :


 à la couleur ou à la forme :
une maison blanche
une table carrée
 aux sciences, aux techniques, aux arts:
une étude philologique
la peinture figurative
un mouvement rectiligne alternatif
 à la nationalité :
le peuple roumain
 à la politique, à l’administration, etc :
le parti socialiste / libéral / social-démocrate
des mesures administratives

• les adjectifs ayant une détermination (adverbe ou groupe


prépositionnel) :
une rue extrêmement longue
des cheveux trop longs
une soupe bonne pour les chiens

• les adjectifs plus longs que les noms :


un homme remarquable

Les adjectifs qui acceptent les deux positions sont généralement


ceux qui conservent leur sens propre quand ils suivent le nom et qui
acquièrent une valeur expressive (intensive) ou figurée quand ils
sont antéposés au nom :

 Elle est d’une beauté extraordinaire ou


Elle est d’une extraordinaire beauté (intensité)
75
L’adjectif et le groupe adjectival (ii)
 une feuille verte ou
une verte vieillesse (sens figuré).

Certains adjectifs Voilà, à titre d’exemple, quelques adjectifs plus usuels appartenant à
changent leur sens cette catégorie:
en fonction de leur
position par rapport  ancien : un meuble ancien (« vieux »)
au nominal qu’ils un ancien élève (« qui a fini ses études »)
caractérisent.
 brave : un soldat brave (« vaillant », « courageux »)
un brave homme (« bon et honnête »)
 grand : un homme grand (« haut de taille »)
un grand homme (« de valeur »)
 maigre : une viande maigre (« qui a peu de graisse »)
un maigre salaire (« petit »)
 méchant:un homme méchant (« sans cœur »)
un méchant écrivain (« médiocre »)
 nouveau: un modèle nouveau (« récent »)
un nouveau modèle (« un autre »)
 pauvre : un homme pauvre (« qui manque du nécessaire »)
un pauvre homme (« pitoyable »)
 propre : un appartement propre (« bien nettoyé »)
par ses propres moyens (valeur possessive)
 sale : des cheveux sales (« malpropres »)
une sale gueule (« une figure antipathique »)
 triste : une figure triste (« qui exprime la tristesse »)
une triste affaire (« lamentable »), etc.

Noms avec plusieurs déterminants adjectifs :

La présence de plusieurs adjectifs qualificatifs auprès du nom


n’influe pas en général sur la place qu’ils occupent d’habitude. Ils
peuvent :
 précéder le nom :
un petit gros homme
 encadrer le nom :
un petit gros homme jovial
une longue rue étroite
 suivre le nom :
une table carrée, ancienne
une jolie fille, sympathique et intelligente

Les adjectifs épithètes normalement antéposés, qui forment avec un


deuxième adjectif un groupe de coordination, peuvent garder leur
place devant le nom ou être placés après celui-ci :
de longs et sévères reproches
un homme petit et gros
une rue longue et étroite.

76
L’adjectif et le groupe adjectival (ii)

5.3 Les degrés de comparaison des adjectifs

Les adjectifs expriment des degrés d’intensité et des degrés de


comparaison.

■ Le degré d’intensité de l’adjectif se réalise lorsque la qualité


exprimée par l’adjectif s’exprime en elle-même et non par rapport à
une autre qualité.
L’adjectif peut exprimer :
 une intensité absolue: Ils sont totalement satisfaits.
Elles sont absolument enchantées.
 une intensité très forte: Il est très sympathique.
Elle est fort riche.
 une intensité moyenne: Elle est assez jolie.
Il est plutôt gentil.

■ Le degré de comparaison se réalise quand on compare des


personnes ou des choses entre elles ou bien lorsqu’on compare une
même personne ou une même chose à différents moments ou dans
différents lieux. Dans les grammaires traditionnelles, on identifie les
degrés suivants :

Positif : • Le positif exprime simplement la qualité, sans aucune idée de


comparaison :
Louise est savante.

Comparatif : • Le comparatif exprime la qualité avec comparaison :


 Le comparatif d’égalité se forme au moyen de l’adverbe
- d’égalité aussi précédant l’adjectif :
Louise est aussi savante que Paule.
- de supériorité  Le comparatif de supériorité se forme au moyen de l’adverbe
plus précédant l’adjectif :
- d’infériorité
Louise est plus savante que Paule.
 Le comparatif d’infériorité se forme au moyen de l’adverbe
moins précédant l’adjectif :
Louise est moins savante que Paule.

Remarque: – Les adjectifs suivants ont des comparatifs irréguliers :


bon → meilleur (lat. meliorem) : C’est mon meilleur ami.
petit → moindre (lat. minorem) : C’est la moindre des choses.
mauvais → pire (lat. pejorem) : C’est pire qu’hier.
Moindre s’emploie au sens abstrait :
Son mal n’est pas moindre que le vôtre.
Au sens concret, on dit plus petit :
Cette chambre-là est plus petite que celle-ci.
Parfois, on peut employer pire ou plus mauvais, mais, en général,
on se sert de plus mauvais quand mauvais a le sens de
« détestable » ou de « qui ne fonctionne pas bien » :
Sa vue est plus mauvaise que jamais.

77
L’adjectif et le groupe adjectival (ii)

Superlatif: • Le superlatif exprime une qualité portée à un très haut degré ou au


plus haut degré. Il peut être absolu ou relatif.

- absolu  Le superlatif absolu exprime une qualité portée à un très


haut degré, sans aucune idée de comparaison. Il se forme
habituellement au moyen d’un des adverbes très, fort, bien,
extrêmement, infiniment, etc., précédant l’adjectif :
Marie est très savante.
Nicole est fort savante.
Anne est extrêmement savante.
Le superlatif se marque parfois aussi, soit au moyen de certains
préfixes :
extra-fin superfin
ultra-comique archifou
C’est de la moutarde extra-fine.
soit au moyen du suffixe –issime, qui forme des termes d’étiquette :
excellentissime révérendissime
illustrissime éminentissime
ou des superlatifs plaisants ou familiers :
grandissime richissime
rarissime etc.
Michel est un ami fidèle et c’est rarissime.

- relatif  Le superlatif relatif exprime une qualité portée au degré le


plus élevé ou le plus bas, par comparaison, soit avec l’être ou
l’objet dont il s’agit, considéré dans des circonstances
différentes, soit avec un ou plusieurs autres êtres ou objets.
Il est formé du comparatif de supériorité ou d’infériorité précédé
- soit de l’article défini :
Le plus savant des hommes.
L’homme le moins savant.
- soit d’un adjectif possessif :
Votre plus grand désir.
- soit de la préposition de :
C’est ce qu’il y a de plus honorable.

Certains adjectifs n’admettent pas de degrés, parce qu’ils expriment


des idées absolues. Ou encore parce qu’ils expriment par eux-
mêmes le comparatif ou le superlatif. Tels sont :
aîné cadet
carré circulaire
double triple
secondaire principal
majeur mineur
ultime premier, etc.

Mon frère aîné est étudiant.


Réussir aux examens, c’est son intérêt majeur.
Mon principal objectif est de réussir à l’examen.

78
L’adjectif et le groupe adjectival (ii)

Test d’autoévaluation

Pour bien gérer ce test, il est indispensable que vous suiviez un certain nombre de
démarches théoriques et appliquées. Comparez vos résultats en consultant la rubrique
Clés du test d’autoévaluation.
Attention ! Les pointillés vous permettent d’insérer vos réponses dans le test.

1. Faites, pour chacune des phrases, une paraphrase explicative comme dans l’exemple :
Modèle :Tu as les mains sales. – Tes mains ne sont pas propres.

• Il fait un sale temps. ……………………………………………………….……………...


• C’est un pauvre homme. ………………………………………………….……………...
• C’est un homme pauvre. ………………………………………………….……………...
• C’est un grand homme. …………………………………………………….…………….
• C’est un homme grand. …………………………………………………….…………….
• C’est une voiture ancienne. ……………………………………………….……………..
• C’est une ancienne voiture. ……………………………………………….……………..
• C’est un curieux garçon. …………………………………………...........…..................
• C’est un garçon curieux. …………………………………………………….…………...

2. Reformulez les exemples ci-dessus, en une seule phrase, en établissant un rapport de


comparaison :
Modèle : J’ai 25 ans. Ma sœur a 30 ans.
Ma sœur est plus âgée que moi.

• Je mesure 1,80 m. Mon frère également.


…………………………………………………………………………………………………………
• Notre maison a une superficie de 80 m2. La vôtre a une superficie de 100 m2.
…………………………………………………………………………………………………………
• Son roman est excellent. Le précédent était médiocre.
…………………………………………………………………………………………………………
• Angers se trouve à 150 km de Paris. Nantes se trouve à 400 km de Paris.
…………………………………………………………………………………………………………

3. Observez les degrés de comparaison suivants :


Modèle : (+) Marie est plus jolie que Pauline.
(=) Marie est aussi jolie que Jeanne.
(–) Marie est moins jolie que Sylvie.

Maintenant complétez dans ces exemples les degrés indiqués :


(+) En France, le niveau de vie est .........……….… élevé ………………………... en Grèce.
(–) Aujourd’hui, les enfants sont ...............………... sages ................…………….. autrefois.
(+) Les enfants sont ..........................………… intelligents ………………….. dans le passé.
(=) Les femmes sont ..........................………… occupées .......................…… les hommes.

79
L’adjectif et le groupe adjectival (ii)

 Idées à retenir

Après avoir étudié avec beaucoup d’attention l’unité d’apprentissage 5, vous devez retenir
quelques idées fondamentales :
• L’accord de l’adjectif qualificatif ou épithète se réalise avec le nominal qu’il
caractérise, par la continuité des marques du genre et du nombre ;
• L’adjectif qualificatif ou épithète n’occupe pas une place fixe par rapport au nom, sa
position dépend de facteurs multiples ;
• Certains adjectifs, qui acceptent les deux positions, ont un sens propre quand ils
sont postposés et un sens expressif, figuré quand ils sont antéposés ;
• Les adjectifs épithètes expriment des degrés d’intensité et des degrés de
comparaison ;
• Les degrés de comparaison sont le positif, le comparatif (d’égalité, d’infériorité et de
supériorité) et le superlatif (relatif et absolu).

Les clés du test d’autoévaluation

Corrigés

1. • Il fait mauvais.
• C’est un homme qui n’est pas heureux.
• C’est un homme qui n’est pas riche.
• C’est un homme illustre.
• C’est un homme de grande taille.
• C’est une vieille voiture.
• C’est la voiture qu’il avait avant d’acheter la neuve.
• C’est un garçon étrange.
• C’est un garçon qui cherche à savoir.

2. • Mon frère est aussi grand que moi.


• Votre maison est plus grande que la nôtre.
Notre maison est plus petite que la vôtre.
• Son roman est meilleur que le précédent.
• Nantes est plus loin de Paris qu’Angers.
Angers est plus près de Paris que Nantes.

3. (+) plus ... que


(–) moins ... que
(+) plus … que
(=) aussi ... que

80
L’adjectif et le groupe adjectival (ii)

Test de contrôle 5

Ce test est administré à l’issue de l’unité d’apprentissage 5.


Pour réaliser ce test, il est conseillé de relire l’unité et de faire les exercices de repérage et
de réemploi de l’adjectif qui y sont recommandés.
Ne manquez pas de transmettre ce test à votre tuteur. A cet effet, il convient de marquer
votre nom, votre prénom et votre adresse personnelle sur la première page de votre copie.
N’oubliez pas de mentionner aussi le numéro du test. Vous êtes supposés le recevoir,
après correction, avec les commentaires de votre tuteur.
Bon travail !

1. Répondez aux questions suivantes:

a) Quelle est la place des adjectifs dans la phrase ?


b) Présentez la formation des degrés de comparaison des adjectifs.
Vous allez trouver toutes ces explications dans l’unité d’apprentissage 5. Essayez de les
rendre d’une manière claire et cohérente. Illustrez vos explications par des exemples de
votre choix.
(2 points)

2. Relevez dans le texte suivant les adjectifs qualificatifs et expliquez leur accord :

C’était un homme lent et grand qui ne parlait jamais. Il avait de larges épaules, une taille
étroite et il s’ajustait là-dessus de petits vestons bien serrés, ouverts en cœur sur son
ventre plat et toujours boutonnés d’un bouton. Il portait des pantalons à sous-pied en
damier noir et blanc (...) Les poignets de ses chemises blanches dépassaient sa veste. Il
avait trois bagues à la main gauche. Mais, au-dessus de son col bas et mou cravaté d’un
foulard tout noir où courait la longue tige d’or d’une fleur rouge, s’élargissait un immense
visage de sable nu.
Jean Giono, Jean le Bleu
(2 points)
3. Mettez au pluriel les groupes nominaux suivants :

• Un produit minéral. • Un comportement anormal.


…………………………………….. ……………………………………………………….
• Un vent glacial. • Le pays natal.
…………………………………….. ………………………………………………………..
• Une température idéale. • Un lainage rose bonbon.
…………………………………….. …………………………………………………………
• Un paysage méridional. • Un œil bleu clair.
…………………………………….. …………………………………………………………
• Un conseiller municipal. • Une robe vert bouteille.
……………………………………... …………………………………………………………
• Le drapeau national. • Une liqueur jaune citron.
…………………………………….. ……………………………………….........................
• Un geste fatal. • Une jupe gris bleu.
……………………………………... …………………………………………………………

81
L’adjectif et le groupe adjectival (ii)

• Un acte final. • Un pull-over rouge sang.


……………………………………... …………………………………………………………
(2 points)

4. Faites deux groupes nominaux avec chacun des adjectifs suivants et les deux noms
indiqués dans la colonne de droite et mettez-les dans des propositions :

Attention : L’adjectif placé après le nom = qualificatif objectif.


L’adjectif placé avant le nom = nuance affective.

• affreux temps / sorcière


………………………………………………………………………………………………………...
…………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………...
…………………………………………………………………………………………………………
• extraordinaire phénomène / personnage
…………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………..................................................
………………………………………………………………………………………………………...
…………………………………………………………………………………………………………
• épouvantable tyran / tempête
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………...
…………………………………………………………………………………………………………
• admirable paysage / dévouement
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………...
…………………………………………………………………………………………………………
• sinistre plaisanterie / rue
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………...
…………………………………………………………………………………………………………
(2 points)

5. Formez le comparatif des adjectifs en italique dans les phrases suivantes :

• Un costume de ………………………………..... petit prix.


• Pierre est ..……………………………....... bon que Jean.
• Michel est ....………………………... bon que courageux.
• Ce vin est beaucoup .............………………….......... bon.
• Le remède est ................................. mauvais que le mal.
• La santé est .............…………...... mauvaise que jamais.
• Jean et Jacques sont ............…….......... petits que Paul.
• Mais ils sont ...........................…….... grands que Pierre.
• Le trajet est ...........................….. long que je ne pensais.
• Le livre est ................................... intéressant que le film.
(2 points)

82
L’adjectif et le groupe adjectival (ii)
Références bibliographiques

Cosăceanu, A., Slăvescu, M., Gramatica limbii franceze, Editura 100+1 Gramar, Bucureşti,
2001, p. 94-104.

Cristea, T., Grammaire française. Le nom et le groupe nominal. Le verbe et le groupe


verbal, Editura Fundaţiei România de mâine, Bucureşti, 2000, p. 112-120.

Cuniţă, A., Vişan, D., Abrégé de grammaire française, Editura Universităţii, Bucureşti,
1987, p. 83-86.

Jeanrenaud, A., Langue française contemporaine. Morphologie, syntaxe, Polirom, Iaşi,


1996, p. 72-80.

83
Les substituts du groupe nominal (i)

Unité d’apprentissage 6

LES SUBSTITUTS DU GROUPE NOMINAL (i)

Sommaire page
Les objectifs de l’unité d’apprentissage 6 84
6.1 Les substituts du groupe nominal 85
6.2 Les pronoms personnels 85
6.2.1 La morphologie des pronoms personnels 87
6.2.2 Valeurs et fonctions des pronoms personnels 87
Test d’autoévaluation I 95
6.3 Les pronoms adverbiaux en, y 97
6.3.1 Le pronom en 98
6.3.2 Le pronom y 100
Test d’autoévaluation II 101
Les clés du test d’autoévaluation I 103
Les clés du test d’autoévaluation II 104
Test de contrôle 6 104
Références bibliographiques 106

Les objectifs de l’unité d’apprentissage 6

Quand vous aurez parcouru ce chapitre et effectué les exercices de repérage et


d’emploi du pronom personnel, vous serez capables de :

• Reconnaître le rôle dans le discours des substituts du groupe nominal.


• Identifier et employer correctement les pronoms personnels français.
• Comprendre les valeurs et les fonctions distinctes des formants du pronom
personnel français.
• Comprendre les valeurs et les emplois du pronom on.
• Identifier les substituts (pronoms) adverbiaux en et y et savoir les utiliser
correctement dans le discours.

84
Les substituts du groupe nominal (i)

6.1 Les substituts du groupe nominal

Les pronoms sont Pour répondre au principe fondamental de l’économie du langage,


des mots les locuteurs emploient les substituts, éléments qui retiennent
d’économie quelques traits du référent qu’ils évoquent, en laissant de côté
certains autres traits individuels. T. Cristea (« Grammaire
française », 2000, p. 26) présente la faculté des prédéterminants de
fonctionner aussi comme substituts (pronoms) avec ou sans
modification de forme :

Les pronoms : Prédéterminants Pronoms


le, la, les le, la, les
• personnels un, une un, une
• possessifs
du, de la, de, des en, des (fam)
mon (et var.) le mien (et var.)
• démonstratifs ce, cet, cette, ces celui, celle, ceux
certain (s) certains
• interrogatifs chaque chacun, chaque (fam.et.pop.)
plusieurs plusieurs
• relatifs aucun aucun
nul nul
• indéfinis
tout tout
quelque (s) quelqu’un, quelques-uns
divers, différents —
deux, trois... deux, trois...
quel, lequel lequel, qui, que, quoi
tel tel
Figure 6.1

6.2 Les pronoms personnels


Ces substituts, « mots d’économie », demandent moins d’effort de la
part de l’émetteur et du récepteur et en même temps reflètent cet
univers, partagé par les participants au message, qui est la base
commune de la communication.
L’ancien président a participé aux élections.
L’ancien président a été réélu.
L’ancien président a participé aux élections et il a été réélu.
L’ancien président, qui a participé aux élections, a été réélu.

En comparant ces diverses phrases, on constate que le pronom (il,


qui) est une sorte de relais qui se substitue au groupe du nom
l’ancien président et permet d’en éviter la répétition. Les pronoms
jouent donc dans la phrase le rôle des groupes du nom et des noms.
Ils ont les fonctions des GN qu’ils remplacent (sujet, objet,
complément circonstanciel, etc.), tout en ayant parfois des
constructions particulières.

85
Les substituts du groupe nominal (i)

Déictiques Reliés à l’énonciation et renvoyant à la référence, les substituts sont


des déictiques: ils ont le rôle de désignation des participants à la
communication.
Nous savons qu’elle a bien réussi son examen.

Embrayeurs R. Jakobson appelle les déictiques des embrayeurs : « des


expressions dont le référent ne peut être déterminé que par rapport
aux interlocuteurs ».
Diaphoriques : Reliés au texte et au discours comme des éléments de cohésion
transphrastique, les substituts sont diaphoriques: ils ont le rôle
- Anaphore d’évocation (anaphoriques) ou d’anticipation (cataphoriques).
Des tapis, il y en avait partout. (anaphore, évocateur)
- Cataphore
Il y en avait partout, des tapis. (cataphore, anticipant)

La cataphore et l’anaphore peuvent se manifester de manière


exclusive dans certaines classes de substituts: les pronoms
interrogatifs sont, par excellence, des anticipants, alors que les
relatifs sont des évocateurs.

Selon le linguiste français Emile Benveniste le pronom est personnel


seulement aux première, deuxième, quatrième et cinquième
personnes, c’est-à-dire aux personnes du dialogue (je-tu, nous-
vous). A la troisième et sixième personne, le pronom représente la
non personne, c’est-à-dire un nom qui a la fonction d’un nominal.

Du point de vue morphologique, le pronom personnel français a les


traits suivants:

• il présente deux séries de formants distincts :

Formes toniques et  du point de vue de l’accent, les pronoms personnels peuvent


atones être : toniques / atones.
Tous les pronoms atones apparaissent toujours auprès du verbe :
Je travaille,
alors que les pronoms toniques peuvent apparaître sans un verbe
fini : – Qui veut répondre ?
– Moi !

Formes conjointes et  du point de vue de leur dépendance, les pronoms peuvent être :
disjointes disjoints / conjoints. Les pronoms toniques sont disjoints, les
pronoms atones sont conjoints; ils accompagnent toujours le verbe.
Les formes pronominales tu, il(s), elle(s), le, la, les, lui, leur, nous,
vous sont toniques ou atones suivant le contexte:
Tu es là ? Tu : forme atone ;
Où es-tu ? tu : forme tonique.
Je le trouve toujours au même endroit. le : forme atone;
Trouve-le ! le : forme tonique.
Les formes moi, toi, eux, ne connaissent que l’emploi tonique.
Les formes pronominales je, tu, il(s), me, te, se, le, la, les sont
toujours conjointes.
Les formes moi, toi

86
Les substituts du groupe nominal (i)
Les formes moi, toi, lui, elle(s), eux, nous, vous sont conjointes ou
disjointes selon le contexte:
Nous sommes toujours d’accord avec vous.
(nous : conjoint ; vous : disjoint)
– Qui est là ? Moi ! (moi : disjoint)

• une flexion casuelle, avec des formants spécifiques de sujet, objet


direct, objet indirect ; il = sujet ; le = objet direct ; lui = objet indirect.

• une flexion en genre, M/F suivant l’opposition:


animé /vs/ non animé ;
personne (humain) /vs/ non personne (non humain).

• une flexion en personne à six termes (personnes du dialogue : je-


tu, nous-vous et les non personnes : il, elle, ils, elles).

6.2.1 La morphologie des pronoms personnels


Pour identifier les formes des pronoms personnels français,
consultez la figure 6.2.

Distinguez !

Selon la fonction des pronoms dans la proposition, on distingue les formes suivantes,
atones et toniques:

Singulier : Pluriel :
I II III I II III
a) Ayant la fonction de sujet:
Formes atones: je tu il, elle nous vous ils, elles
Formes toniques : moi toi lui, elle nous vous eux, elles
b) Ayant la fonction d’attribut :
Formes atones: ― ― le, la, le (neutre) ― ― les
Formes toniques : moi toi lui, elle nous vous eux, elles
c) Ayant la fonction de complément :
Formes atones : me te se, le, la, lui nous vous les, leur
Formes toniques : moi toi soi, lui, elle nous vous eux, elles, les
Figure 6.2

6.2.2 Valeurs et fonctions des pronoms personnels


Les formes disjointes apparaissent dans les contextes suivants:
• dans les phrases inorganisées, exclamatives ou interrogatives :

- Qui est là ? – Moi !


- Moi ? Une pareille erreur ?
- Hé, toi !
Lui parti, nous avons repris le travail.

87
Les substituts du groupe nominal (i)

Formes disjointes
• dans les phrases organisées:
 sujet (renforcé en reprise ou en anticipation):
Moi, je le voyais déjà docteur. (anticipation)
Je le voyais déjà docteur, moi. (reprise)
 en apposition identificatoire, auprès d’un nom propre ou un
pronom:
Moi, Hélène….
Vous autres, cadres dans l’administration…
 dans les comparaisons:
Je suis plus jeune que toi.
Il le sait mieux que nous.
 antécédent d’un relatif :
Moi, que tout le monde avait connu…
C’est vous qui le dites.
 après un que restrictif:
Il n’y a que lui dans la bibliothèque.
 dans les groupes de coordination, comme sujet ou complément:
Lui ou moi.
Ni lui ni moi.
 antéposé à un adverbe :
Je lui ai parlé moi-même.
Moi aussi je veux venir avec vous.
 après une préposition :
Je l’ai trouvé chez moi.
Il n’a jamais d’argent sur lui.
Venez avec nous, vous serez content !
Qu’est-ce que je peux pour vous ?
A-t-il besoin de toi ?
 à l’impératif, à la forme affirmative :
Regardez-moi !
Donnez-lui ce livre !
 avec la formule présentative c’est… que :
C’est lui que j’ai vu dans le métro.
C’est toi que j’admire toujours.

Exercices d’entraînement I

Pour mettre en application vos connaissances, il serait utile pour vous d’effectuer
l’exercice suivant :
Mettez ces phrases à la forme affirmative de l’impératif ; attention à l’emploi du pronom,
formes toniques :
• Ne me regarde pas ! ………………………………………………………………………
• Ne t’assieds pas ici ! ………………………………………………………………………
• Ne te lève pas ! …………………………………………………………………………….
• Ne te surveille plus ! ………………………………………………………………………
• Ne m’appelle plus ! ………………………………………………………………………..
• Ne t’arrête plus ! …………………………………………………………………………...

88
Les substituts du groupe nominal (i)

Formes conjointes Les personnes du dialogue sont exprimées par des formes qui sont
conjointes au verbe: je, tu, nous, vous. Ces formes ont toujours la
fonction de sujet de la phrase.

- Je, tu Les pronoms je, tu

Conjoints au verbe fini, ils peuvent en être séparés par :


 la négation ne : Je ne dis rien ;
 la négation ne + pronom atone conjoint :
Je ne vous dis rien. (ne + vous)
Tu ne le penses pas. (ne + le)
 les pronoms compléments atones : Je vous vois. Je le salue.

Je, tu ont des positions post-verbales, en cas d’inversion :


Où es-tu ? Que fais-tu ?
Puis-je téléphoner de chez vous ?
Le formant Je est disjoint dans la formule juridique :
Je soussigné…
- Me, te
Les pronoms me, te

Ces formants sont atones, toujours conjoints, destinés aux fonctions


d’objet direct (C.O.D.) ou indirect (C.O.I.) :
Paul me présente à sa femme. (C.O.D.)
Pierre te trouve jolie. (C.O.D.)
Patrick me donne bonjour. (C.O.I.)
Marc t’explique sa théorie. (C.O.I.)
Ils sont antéposés au verbe même à la forme interrogative :
M’aimeras-tu toujours ?

Les formants me, te sont précédés :


 du sujet de la phrase :
Marie me parle sans cesse.
Il te donne son avis.
Elle te fait visiter sa maison.
 de l’indice négatif ne :
Il ne me croit pas. Ça ne te regarde pas.
Ils peuvent être séparés du verbe par des pronoms : le, la, les, en, y.
Il m’en a dit toute la vérité. (me séparé du verbe par en)
Il m’y a trouvé tout à l’heure. (me séparé du verbe par y)
Elle me les a rendues. (me séparé du verbe par les)

- Moi, toi A l’impératif affirmatif, la position postposée au verbe exige l’emploi


de la forme tonique :
Figure-toi quel désastre !
Donne-le-moi tel qu’il est !
Avec les pronoms en, y en position terminale, ils suivent directement
le verbe:
Donne-moi! / Donne-m’en !
Attendez-moi ! / Attendez-y-moi !

89
Les substituts du groupe nominal (i)

Les pronoms nous, vous

Ce sont les personnes multiples qui participent au dialogue. Ces


pronoms renvoient à un ensemble de locuteurs sans être le pluriel
de je ou de tu.
nous = je + tu + tu + …..
vous = tu + tu + il/elle + il / elle + ….
Ils sont disjoints ou conjoints selon le contexte.

- Nous Nous, substitut rhétorique de je, a les valeurs suivantes:


 nous de majesté :
Nous, Président de la République…
Nous, Préfet du département…
Nous, Louis quatorzième du nom, roi de France et de
Navarre…
 nous de modestie des auteurs et des conférenciers:
Dans cet ouvrage, nous allons démontrer…
 nous de sympathie, en alternance avec on:
Alors, nous sommes triste ? Vous, on est triste ?
Nous n’avons pas été sage ? On n’a pas été sage ?
- Vous Le pronom vous, avec un seul référent, exprime des relations de
politesse entre les interlocuteurs :
Vous êtes servi, Monsieur.
Vous êtes merveilleuse, Madame.
Dans ces cas, l’accord se réalise au singulier (en concordance avec
le nombre des référents).
Le pronom vous peut aussi avoir un sens indéterminé (sens de on):
Si vous vous révoltiez ce serait pour rien. (si on se révoltait…)
Les pronoms nous, vous remplissent plusieurs fonctions :
 sujet :
Nous aimerions nous aussi partir en voyage.
Vous aimeriez, vous aussi….
 complément d’objet direct :
Il ne nous croit jamais. Il ne vous croit jamais.
 complément d’objet indirect :
Il nous a reproché notre indifférence.
Il vous a reproché votre indifférence.

Les pronoms personnels de la troisième personne

Ces pronoms désignent les non participants directs à l’acte de


communication. Les formants présentent les mêmes formes pour les
oppositions suivantes :

- Il • de genre: masculin, féminin / neutre: il, le (masculin et neutre), la


(féminin et neutre)
Il aime le chocolat. (il = masculin singulier, référent personne
de sexe masculin)
- Ils Ils aiment le chocolat. (ils = masculin pluriel)
Il est possible que je sois parti. (il = neutre)

90
Les substituts du groupe nominal (i)

- Le Il le rencontre tous les jours. (le = pronom personnel masculin,


référent personne de sexe masculin)
Si vous le voulez bien, je chanterai cette mélodie. (le = neutre)
- La Il la regarde affectueusement. (la = pronom féminin ; référent
de sexe féminin)
On ne me la fait pas. (la = pronom neutre)

• de genre grammatical : masculin / féminin : lui / leur, les


- Lui Je lui ai fait faire, à ma fille, une belle robe. (lui = datif féminin)
Je lui ai expliqué, à mon fils, la leçon. (lui = datif masculin)
Je leur ai expliqué, à mon fils et à ma fille, l’exercice.
(leur = datif pluriel)
Il les a rencontrés sur le stade. (les = pluriel masculin)
- Les
Elle les a rencontrées chez le coiffeur. (les = pluriel féminin)

Le pronom il

Il peut être considéré comme la marque de la non personne et de la


personne verbale. Il ne faut pas confondre il personnel, qui a un
référent avec il impersonnel, qui n’établit aucune référence
anaphorique ou déictique et laisse sémantiquement vide le rôle du
référent.
Hier, j’ai vu Michel ; il allait au marché aux oiseaux.
(il = référent: Michel)
- Il à valeur A la différence du pronom référentiel il, il à valeur impersonnelle
impersonnelle signifie, selon le contexte :

• un horizon naturel, exprimant des phénomènes météorologiques:


il pleut, il gèle
il fait beau / il fait mauvais
il fait jour / il fait nuit
il fait chaud / il fait froid
Avec le verbe être, le pronom il impersonnel exprime une valeur
temporelle:
Il est midi.
Il est huit heures.
Il est (grand) temps.
Il est tôt/ Il est tard.

• un horizon situationnel où l’événement n’est pas (encore) identifié:


il arrive
il se produit
il se passe
il s’agit

• un horizon social, constitué par des conventions et des normes


souvent morales devenues critères d’évaluation pour une certaine
action :
il faut, verbe de modalité, ou différents adjectifs modalisateurs,
prédicats du verbe être :

il est vrai il est utile


il est bon il est nécessaire
91
Les substituts du groupe nominal (i)
il est important il est indispensable

• un horizon textuel qui fournit l’arrière-plan d’une action à venir :


il existe, il se trouve, etc.

- Le, la, les Les pronoms le, la, les

 ils peuvent être précédés par me, te, se, nous, vous :
Je vous le rends ce soir. (vous précède le)
Elle nous le vend cher. (nous précède le)
 ils peuvent être séparés du verbe par lui, leur, en, y :
Il ne le lui donne pas. (lui sépare le du verbe)
Elle ne le leur explique pas bien. (leur sépare le du verbe)
On l’en sortira demain. (en sépare le du verbe)
On l’y laissa seul. (y sépare le du verbe)

Le, en position de complément d’objet, apparaît dans les contextes


suivants :
• substitut d’un verbe auprès du verbe faire ;
Elle a agi comme jamais sa mère ne l’avait fait.

• substitut d’un macro-ségment, évocateur ou anticipant :


Je ne le crois pas ! (ce que tu viens de me dire)
Je le jure ! (je n’ai jamais fait cela …)

• dans les propositions comparatives réalisées avec autre,


autrement (non identité) et par plus, moins, mieux (non égalité):
Elle était autrement belle qu’il ne l’avait pensé.
Il faisait plus beau qu’on l’espérait.

Les pronoms lui, leur

- Lui, leur Lui peut être : disjoint : On a beaucoup parlé de lui.


conjoint: Je lui donne mon adresse.
Lui et leur peuvent succéder au verbe :
Parle-lui ! Parle-leur !
Lui et leur peuvent être précédés de le, la:
Jean le lui a refusé (le dictionnaire).
Jeanne la lui a montrée (la route).
Lui et leur peuvent être suivi de en :
Michel leur en parlera.
Michèle lui en parlera.

Lui et leur sont en variation libre avec le, la, les après les verbes de
perception apercevoir, écouter, entendre, regarder, sentir, voir et le
verbe factitif laisser + infinitif.
Je le (lui) laisse faire ses caprices.

Dans les constructions faire + infinitif, le régime de l’infinitif


détermine l’emploi des pronoms compléments de l’accusatif ou du
datif :
Je les ai fait chanter.
92
Les substituts du groupe nominal (i)
Je leur ai fait chanter une chanson.
Lui et leur, formes de datif, occupent les fonctions :
 d’objet second :
Il leur envoya un télégramme.
 d’objet indirect :
Il ne lui a rien dit.
Il n’osait pas lui mentir.

Exercices d’entraînement II

Pour mettre en application vos connaissances, il serait utile pour vous d’effectuer cet
exercice:
Répondez aux questions suivantes, par l’affirmative et puis par la négative, en remplaçant
ensuite les groupes nominaux en italique par les pronoms qui conviennent :
• As-tu pris tes gants ?
(+) Oui, j’ai pris mes gants.
(+) Oui, je les ai pris.
(–) Non, je ne les ai pas pris.

• Avez-vous téléphoné à Jean ?


(+) ……………………………………………………………………………………………..
(+) ……………………………………………………………………………………………..
(–) ……………………………………………………………………………………………..
• Est-ce qu’elle a reçu ta lettre ?
(+) ……………………………………………………………………………………………..
(+) ……………………………………………………………………………………………..
(–) ……………………………………………………………………………………………..
• Tu écris souvent à ta maman ?
(+) ……………………………………………………………………………………………..
(+) ……………………………………………………………………………………………..
(–) ……………………………………………………………………………………………..
• Est-ce qu’elle a revu son amie ?
(+) ……………………………………………………………………………………………..
(+) ……………………………………………………………………………………………..
(–) ……………………………………………………………………………………………..
• Vous avez prêté votre voiture à Louise ?
(+) ……………………………………………………………………………………………..
(+) ……………………………………………………………………………………………..
(–) ……………………………………………………………………………………………..
• As-tu parlé à tes parents ?
(+) ……………………………………………………………………………………………..
(+) ……………………………………………………………………………………………..
(–) ……………………………………………………………………………………………..

• Est-ce qu’ils ont acheté cette voiture ?


(+) ……………………………………………………………………………………………..
(+) ……………………………………………………………………………………………..
(–) ……………………………………………………………………………………………..

93
Les substituts du groupe nominal (i)

- On Le pronom on

Le pronom on réalise la neutralisation la plus large dans le domaine


de la communication:
On efface les oppositions :
 des trois communicants : locuteur / auditeur / référent ;
 de nombre : singulier / pluriel ;
 de genre : masculin / féminin (du référent).
Uniquement employé comme sujet, on est capable de remplacer
tous les autres pronoms personnels dont les référents deviennent
anonymes :

On peut remplacer :
 je : Me voilà, on arrive !
 nous, je de modestie : Nous présentons ce sujet = On présente ce
sujet (On = l’auteur)
 nous + on : Excusez-nous ! On a eu une panne.
 nous (je + il1 + il2 + il3 + etc.): Paul, Marc et moi, on va au cinéma.
 les gens : A Paris, on passe beaucoup de temps dans le métro.
 quelqu’un : Silence ! On frappe à la porte.
 tu ou vous : Alors, on fait ses petites courses, Mme Vignal ?
 il(s), elle(s) anaphoriques pour marquer la distance :
Je les avais prévenues, mais on n’a pas voulu m’écouter.

La place des pronoms personnels

Le pronom sujet • Le pronom sujet se place généralement avant le verbe. Si le


pronom personnel sujet ou le pronom démonstratif ce sont placés
après le verbe, ils sont reliés au verbe par un trait d’union.
Vous raconterez. Raconterez-vous ? Est-ce la formule ?
Mais : « Racontez », dit celui-ci.

Le pronom • Le pronom complément se place normalement après le verbe.


complément Jean racontait ceci.

 Avec préposition, le pronom personnel complément suit le verbe.


Ce groupe prépositionnel peut parfois être déplacé avant le verbe.
Anne partira avec toi. Il pourra choisir parmi ceux-ci.
Sans eux, il ne partira pas. Entre lesquels hésites-tu ?

 Sans préposition, le pronom personnel complément se place


avant le verbe. Le pronom personnel complément indirect se place
avant le pronom personnel complément direct (mais lui et leur se
placent après).

Il le lui a dit. (le, C.O.D., précède lui, C.O.I. ; les deux pronoms
expriment la IIIe personne).
Elle me l’a dit. (me, C.O.I., précède le, C.O.D. ; les deux pronoms
expriment des personnes différentes :
me → Ière personne ; le → IIIe personne)

94
Les substituts du groupe nominal (i)

Remarques sur On retiendra les cas suivants:


la place des  Les pronoms personnels compléments se placent après le verbe
pronoms à l’impératif sans négation. S’il y a une négation à l’impératif ou s’il
compléments s’agit d’un autre mode, ces pronoms se placent avant le verbe.
Raconte-la! Ne la raconte pas ! Tu la racontes.
Dis-le-lui ! Ne le lui dis pas ! Tu le lui dis.

Les pronoms adverbiaux en et y respectent les mêmes règles :


Parles-en ! N’en parle pas ! Tu en parles.
Donnez-m’en ! Ne m’en donnez pas ! Vous m’en donnez.
Vas-y ! N’y va pas ! Tu y vas.

 Le pronom personnel complément direct d’un verbe à l’infinitif se


place avant celui-ci.
J’aimerais la rencontrer.

 Le pronom relatif se place le plus près possible de son


antécédent.
La maison neuve que tu as aperçue est déjà louée.

Test d’autoévaluation I

Pour bien gérer ce test, il est indispensable que vous suiviez un certain nombre de
démarches théoriques et appliquées. Comparez vos résultats en consultant la rubrique
Clés du test d’autoévaluation I.
Attention ! Les pointillés vous permettent d’insérer vos réponses dans le test.

1. Dans le texte suivant, relevez les pronoms personnels et dites quel est le genre, le
nombre de leur référent et leurs fonctions :

– En tout cas, s’écria ma tante, je te défends bien de tuer des canaris !


– Ni les canaris, ni les perroquets ! C’est juré... Mais les culs-blancs et les ortolans...
– Les ortolans, c’est délicieux, dit ma tante...
– Et les grives ? dit l’oncle, en clignant de l’œil. Vous nous permettez les grives ?
– Oh oui, dit ma mère. Joseph sait les faire à la broche. Nous en avons mangé l’année
dernière, à la Noël.
– Moi, dit Paul avec feu, quand je vois une grive, je la mange toute ! Mais pas le bec.
– Ensuite, dit l’oncle, je crois que nous pouvons compter sur des lapins.
– Oh oui! dis-je. Il y en a même près de la maison.
M. Pagnol, La gloire de mon père

2. Répondez affirmativement et puis négativement aux questions suivantes, en employant


le pronom personnel qui convient :

• Voyez-vous la maison au toit rouge ?


(+) ……………………………………………………………………………………………….
(–) ……………………………………………………………………………………………….

95
Les substituts du groupe nominal (i)

• Voyez-vous les vignes sur ce coteau ?


(+) ……………………………………………………………………………………………….
(–) ……………………………………………………………………………………………….
• Pierre a-t-il pris son livre de grec ?
(+) ……………………………………………………………………………………………….
(–) ……………………………………………………………………………………………….
• Paul a-t-il ses livres de grammaire ?
(+) ……………………………………………………………………………………………….
(–) ……………………………………………………………………………………………….
• Avez-vous trouvé vos amis ?
(+) ……………………………………………………………………………………………….
(–) ……………………………………………………………………………………………….
• A-t-elle bien expliqué la leçon ?
(+) ……………………………………………………………………………………………….
(–) ……………………………………………………………………………………………….
• Est-ce qu’il t’a donné le leur ?
(+) ……………………………………………………………………………………………….
(–) ……………………………………………………………………………………………….

3. Répondez aux questions suivantes par l’affirmative et puis par la négative, en


remplaçant les syntagmes nominaux par les pronoms personnels qui conviennent. Faites
attention à la place des pronoms :

• Demanderez-vous à Pierre ses livres de français ?


(+) ……………………………………………………………………………………………….
(–) ……………………………………………………………………………………………….
• Apporterez-vous les disques à Pierre ?
(+) ……………………………………………………………………………………………….
(–) ……………………………………………………………………………………………….
• Demanderez-vous les livres à Pierre et à Paul ?
(+) ……………………………………………………………………………………………….
(–) ……………………………………………………………………………………………….
• Prêterez-vous cette robe à ma fille ?
(+) ……………………………………………………………………………………………….
(–) ……………………………………………………………………………………………….
• Veux-tu me prêter ce disque?
(+) ……………………………………………………………………………………………….
(–) ……………………………………………………………………………………………….
• Me prêteras-tu tes livres ?
(+) ……………………………………………………………………………………………….
(–) ……………………………………………………………………………………………….

4. Transformer les phrases suivantes en phrases injonctives en remplaçant les syntagmes


en italique par des pronoms. Formez des phrases affirmatives et négatives :

• Vous dites à Pierre qu’il sorte.


(+) ……………………………………………………………………………………………….
(–) ……………………………………………………………………………………………….

96
Les substituts du groupe nominal (i)

• Vous apporterez les œufs à Jean.


(+) ……………………………………………………………………………………………….
(–) ……………………………………………………………………………………………….

• Nous achèterons ce livre à notre amie.


(+) ……………………………………………………………………………………………….
(–) ……………………………………………………………………………………………….
• Vous donnez cette poupée aux filles.
(+) ……………………………………………………………………………………………….
(–) ……………………………………………………………………………………………….
• Tu me donnes ce livre.
(+) ……………………………………………………………………………………………….
(–) ……………………………………………………………………………………………….
• Tu nous donnes ces conseils.
(+) ……………………………………………………………………………………………….
(–) ……………………………………………………………………………………………….

5. Remplacez par des pronoms personnels les deux syntagmes nominaux de chaque
phrase. Formez des phrases positives et puis négatives. Faites attention à la place des
pronoms compléments !

• J’ai entendu Jean et Pierre parler aux oiseaux.


(+) ……………………………………………………………………………………………….
(–) ……………………………………………………………………………………………….
• Tu as laissé Pierre s’adresser à Jacques.
(+) ……………………………………………………………………………………………….
(–) ……………………………………………………………………………………………….
• Il a fait construire sa maison par son maçon.
(+) ……………………………………………………………………………………………….
(–) ……………………………………………………………………………………………….
• J’envoie mes enfants jouer chez la grand-mère.
(+) ……………………………………………………………………………………………….
(–) ……………………………………………………………………………………………….

6.3 Les pronoms adverbiaux en, y

Les formes en et y, anciens adverbes de lieu, d’où l’appellation de


« pronoms adverbiaux », incorporent les prépositions de (pour en) et
à (pour y). Ils ont une préférence pour l’emploi en tant que substituts
des noms inanimés. Mais ils peuvent référer aussi aux personnes:
Marie, je m’en souviens avec plaisir !
(Je me souviens de Marie.)
Pierre est distrait, ne vous y fiez pas !
(Ne vous fiez pas à Pierre.)

Le choix du pronom est déterminé par les traits inhérents du nom


substitué :
• si l’objet indirect du verbe a le trait [+ personne] on emploie le
pronom personnel:
J’ai besoin de mes amis = J’ai besoin d’eux.
Je pense à mes amis = Je pense à eux.
97
Les substituts du groupe nominal (i)
• si l’objet indirect du verbe a le trait [– personne] on emploie le
pronom adverbial :
J’ai besoin de vacances = J’en ai besoin.
Je pense à mes dernières vacances = J’y pense.
• en et y sont en variation libre avec les personnels:
 quand les substantifs ont les traits inhérents suivants :
[+collectivité humaine], [+possession inaliénable]
Laurent connaissait son équipe et s’intéressait à elle.
Il s’y intéressait.
 quand les verbes admettent comme objet des substantifs
appartenant aux classes [±humain]:
Marc connaît Paul et il parle de lui. Il en parle.
Yves aime cet enfant et il s’intéresse à lui.
Il s’y intéresse.

6.3.1 Le pronom en
Le pronom en, qui remplace un nom précédé de la préposition de,
peut avoir les valeurs suivantes :

Les valeurs du • valeur partitive :


pronom en - Avez-vous du riz ?
- Oui, j’en ai.
- Vous voulez que je vous en donne ?
- Quel beau livre !
- Prends-le, j’en ai encore d’autres !
• valeur possessive:
La propriété est magnifique, j’en ai admiré le jardin.
• en remplace un complément circonstanciel de lieu et indique
l’origine, l’endroit d’où l’on vient:
- Tu viens de Paris ?
- Oui, j’en arrive !
• en est complément d’objet direct d’un verbe transitif:
la partie = en
la totalité = le, la, les
Passe-moi le sel ! Passe-le-moi !
Donne-moi du sel ! Donne-m’en !
Je vois les bateaux. Je les vois.
Je vois des bateaux. J’en vois.
• en remplace un complément indirect :
Il m’en parlait tous les jours. (de son aventure)
Que pense-t-il de cet ouvrage ? Il n’en pense rien.
• en remplace toute une idée, toute une proposition (= cela):
Il m’avait parlé de son aventure : je m’en souviens !

• en est objet indirect des verbes :


se souvenir de / s’en souvenir
s’emparer de / s’en emparer
avoir besoin de / en avoir besoin
• en est complément d’agent d’un verbe à la voix passive qui peut
être introduit par de :
Il aime ses enfants et il en est aimé.

98
Les substituts du groupe nominal (i)
• en peut être déterminant d’un prédicatif réalisé par un adjectif qui
se construit avec de: sûr, certain, fier, content, convaincu, satisfait,
ravi, etc. :
être sûr de – en être sûr
être fier de – en être fier
être capable de – en être capable
• en apparaît dans des suites automatisées :
- si le cœur vous en dit - « si vous en avez le désir, l’envie »
- il en est ainsi - « les choses sont comme ça »
- ne pas en croire ses yeux, ses oreilles - « s’étonner de ce
qu’on voit ou on entend »
- c’en est assez (trop) - « n’en parlons plus »
- il en va de même pour - « la situation est la même »
- s’en faire (des soucis) - « se soucier de quelque chose »
- en avoir (du courage) - « être courageux ».

Exercices d’entraînement III

Pour mettre en application vos connaissances, il serait utile pour vous d’effectuer les
exercices suivants :

1. Répondez affirmativement ; remplacez le complément par en :

• Avez-vous du papier ? ……………………………………………………………………


• Avez-vous acheté du fromage ? …………………………………………………………
• As-tu mis de l’huile dans la salade ? ……………………………………………………
• Avez-vous vu des films français ? ………………………………………………………
• A-t-elle pris du café ? ……………………………………………………………………..

2. Remplacez les compléments par en. Mettez les phrases à la forme affirmative et
négative:

• Prenez du rôti ! …………………………………………………………………………….


• Buvez de l’eau minérale ! ………………………………………………………………..
• Achetons des fruits ! ………………………………………………………………………
• Mangez des pommes ! ……………………………………………………………………
• Prends du café ! …………...………………………………………………………………
• Cueille des fleurs ! …………………………………………………………………………
• Attrapons des papillons ! …………………………………………………………………

99
Les substituts du groupe nominal (i)

6.3.2 Le pronom y

Les valeurs du Le pronom y peut avoir les valeurs suivantes :


pronom y • y peut être complément circonstanciel, indiquant l’endroit où l’on
est, où l’on va :
J’ai vu l’enseigne du musée et j’y suis entrée le visiter.
Nous y voilà ! (chez nous)
• y remplace un complément indirect, précédé de la préposition à :
Quelle surprise ! Je ne m’y attendais pas !
• y peut remplacer un neutre à fonction de complément indirect :
Pensez à cela ! Pensez-y !
• y peut remplacer une idée, une proposition :
Quelle histoire ! J’y pense souvent !
• y est déterminant d’un prédicatif adjectival qui admet la
construction avec la préposition à : enclin, disposé, prêt, etc.:
Il y est enclin. (à la dépression)
J’y suis disposée. (à vous accompagner)
• y apparaît dans des suites à caractère locutionnel :
Y regarder de très près – « réfléchir bien avant d’agir »
Y être – « comprendre »
Ça y est – « c’est fini »
N’y être pour rien – « ne pas être responsable de quelque
chose »
J’y vois clair – « je comprends »
Il y va de ta vie – « ta vie est en jeu »
Il s’y connaît – « il est compétent »
Il s’y prend bien / mal – « il procède avec adresse /
maladresse »
Il n’y va pas de main morte – « il exagère »
Y tenir – « désirer beaucoup »
Il n’y tient plus – « il ne peut plus supporter cela »

Exercices d’entraînement IV

Pour mettre en application vos connaissances, il serait utile pour vous d’effectuer les
exercices suivants:

1. Répondez affirmativement, en employant le pronom y à la place des compléments :

• Vous allez au marché ? …………………………………………………………………..


• Est-ce que mes clefs sont sur la table ? ………………………………………………..
• Ils sont encore à la maison ? …………………………………………………………….
• Est-ce qu’elle est ici ? …………………………………………………………………….
• Tes gants sont dans ton sac, n’est-ce pas ? …………...………………………………

100
Les substituts du groupe nominal (i)

2. Mettez ces phrases à la forme négative :

• Pensez-y ! ………………………………………………………………………………….
• Regardez-y ! ……………………………………………………………………………….
• Allons-y ! ……………………………………………………………………………………
• Vas-y ! ………………………………………………………………………………………
• Réfléchissez-y ! ……………………………………………………………………………
• Croyons-y ! …………………………………………………………………………………
• Répondez-y ! ……………………………………………………………………………….

Test d’autoévaluation II

Pour bien gérer ce test, il est indispensable que vous suiviez un certain nombre de
démarches théoriques et appliquées. Comparez vos résultats en consultant la rubrique
Clés du test d’autoévaluation II.
Attention ! Les pointillés vous permettent d’insérer vos réponses dans le test.

1. Remplacez les mots et groupes de mots soulignés par en, y ou un autre pronom
personnel :

Il a fait allusion à ces événements.


………………………………………………………………………....................................
Je ne me souviens plus des circonstances.
…………………………………………………………………………………………………
Ils ont bien profité de leurs petits-enfants.
…………………………………………………………………………………………………
Si tu m’autorises à le faire, j’enverrai une invitation à Christine.
…………………………………………………………………………………………………
Je pense souvent à mes camarades.
…………………………………………………………………………………………………
Il ne reste plus beaucoup de pain.
…………………………………………………………………………………………………
Nous n’avons plus de nouvelles de cette affaire.
…………………………………………………………………………………………………
Il se moque de ses camarades.
…………………………………………………………………………………………………
Nous avons reçu trois lettres.
…………………………………………………………………………………………………
Va vite à la bibliothèque !
…………………………………………………………………………………………………

2. Remplacez par des pronoms personnels les deux syntagmes de chaque phrase:

101
Les substituts du groupe nominal (i)
Ecoute l’orateur parler de la situation internationale.
………………………………………………………………………………………………...

Ecoute le professeur parler à ses élèves.


…………………………………………………………………………………………………
Ne fais pas couper ce veston à cet atelier.
…………………………………………………………………………………………………
Ne fais pas couper ses cheveux à cet enfant.
…………………………………………………………………………………………………
Regarde les enfants manger de la glace.
…………………………………………………………………………………………………
Regarde les enfants parler au gardien.
…………………………………………………………………………………………………

3. Construisez de petits dialogues (3-4 répliques) dans lesquels vous utiliserez les
expressions suivantes : en être sûr, j’y vois clair-, ça y est, il s’y connaît.
Modèle :
– Voulez-vous encore un peu de chocolat ?
– Non, merci.
– Vous en êtes sûr ?
– Oui, madame !

Idées à retenir

Après avoir étudié avec beaucoup d’attention l’unité d’apprentissage 6, vous devez retenir
quelques idées fondamentales :
• Les substituts du groupe nominal sont des mots d’économie ; ils remplacent dans le
discours les nominaux, en évoquant certains traits de leurs référents ;
• Les substituts ou pronoms se répartissent en plusieurs catégories: pronoms
personnels, possessifs, démonstratifs, interrogatifs, relatifs, indéfinis ;
• Les pronoms personnels je-tu, nous-vous indiquent les personnes du dialogue; les
pronoms il, elle-ils, elles représentent la non personne ;
• Les pronoms personnels présentent deux séries de formants distincts suivant
l’accent : toniques ou atones. Ou, suivant la dépendance du verbe : disjoints ou
conjoints ;
• Les pronoms personnels ont des valeurs et des fonctions très diverses selon le
contexte de leur emploi ;
• Les pronoms en et y, appelés pronoms adverbiaux, incorporent des prépositions :
de (pour en) et à (pour y).

102
Les substituts du groupe nominal (i)

Les clés du test d’autoévaluation I

Corrigés

1. je : première personne, singulier, féminin, fonction sujet (la tante)


te : deuxième personne, singulier, fonction C.O.D. (l’oncle)
vous : deuxième personne, forme de politesse, singulier, fonction sujet (la tante)
nous : première personne, pluriel, fonction C.O.I. (aux chasseurs)
les : troisième personne, pluriel, fonction C.O.D. (les grives)
nous : première personne, pluriel, fonction sujet (la famille)
moi : première personne, tonique (disjointe) singulier, masculin, fonction sujet (Paul)
je, je : première personne, singulier, masculin, fonction sujet (Paul)
la : troisième personne, singulier, fonction C.O.D. (la grive)
je : première personne, singulier, masculin, fonction sujet (l’oncle)
je : première personne, singulier, masculin, fonction sujet (Marcel, l’auteur)
il : impersonnel : il y a.

2. Oui, je la vois. Non, je ne la vois pas.


Oui, nous les voyons. Non, nous ne les voyons pas.
Oui, il l’a pris. Non, il ne l’a pas pris.
Oui, il les a. Non, il ne les a pas.
Oui, nous les avons trouvés. Non, nous ne les avons pas trouvés.
Oui, elle l’a bien expliquée. Non, elle ne l’a pas bien expliquée.
Oui, il me l’a donné. Non, il ne me l’a pas donné.

3. Oui, nous les lui demanderons. Non, nous ne les lui demanderons pas.
Oui, nous les lui apporterons. Non, nous ne les lui apporterons pas.
Oui, nous les leur demanderons. Non, nous ne les leur demanderons pas.
Oui, nous la lui prêterons. Non, nous ne la lui prêterons pas.
Oui, je veux te le prêter. Non, je ne veux pas te le prêter.
Oui, je te les prêterai. Non, je ne te les prêterai pas.

4. Dites-le-lui ! Ne le lui dites pas !


Apportez-les-lui ! Ne les lui apportez pas !
Achetons-le-lui ! Ne le lui achetons pas !
Donnez-la-leur ! Ne la leur donnez pas !
Donne-le-moi ! Ne me le donne pas !
Donne-les-nous ! Ne nous les donne pas !

5. Je les ai entendus leur parler. Je ne les ai pas entendus leur parler.


Tu le lui as laissé s’adresser. Tu ne le lui as pas laissé s’adresser.
Il la lui a fait construire. Il ne la lui a pas fait construire.
Je les lui envoie jouer. Je ne les lui envoie pas jouer.

103
Les substituts du groupe nominal (i)

Les clés du test d’autoévaluation II

Corrigés

1. Il y a fait allusion.
Je ne m’en souviens plus.
Ils en ont bien profité. Ils ont bien profité d’eux.
Si tu m’y autorises, je lui en enverrai une.
J’y pense souvent. Je pense souvent à eux.
Il n’en reste plus beaucoup.
Nous n’en avons plus de nouvelles.
Il s’en moque. Il se moque d’eux.
Nous en avons reçu trois.
Vas-y vite!

2. Ecoute-le en parler !
Ecoute-le leur parler !
Ne l’y fais pas couper !
Ne les lui fais pas couper !
Regarde-les en manger !
Regarde-les lui parler !

Test de contrôle 6

Ce test est administré à l’issue de l’unité d’apprentissage 6.


Pour réaliser ce test, il est conseillé de relire l’unité et de faire les exercices de repérage et
de réemploi des substituts du groupe nominal qui y sont recommandés.
Ne manquez pas de transmettre ce test à votre tuteur. A cet effet, il convient de marquer
votre nom, votre prénom et votre adresse personnelle sur la première page de votre copie.
N’oubliez pas de mentionner aussi le numéro du test. Vous êtes supposés le recevoir,
après correction, avec les commentaires de votre tuteur.
Bon travail !

1. Répondez aux questions suivantes:

a) Quelles sont les formes, les valeurs et les fonctions des pronoms atones de première et
de deuxième personne singulier ?
b) Quelles sont les valeurs et les fonctions du pronom on ?
c) Présentez les emplois du pronom en. Donnez des exemples de votre choix.
(2 points)

Vous allez trouver toutes ces explications dans l’unité d’apprentissage 6. Essayez de les
rendre d’une manière claire et cohérente. Illustrez vos explications par des exemples de
votre choix.

104
Les substituts du groupe nominal (i)

2. Dans les phrases suivantes, remplacez les groupes soulignés par des pronoms.
Attention à la place du pronom !

• Passe ta clef à ton frère ! ……………………………………………………………………….


• Je m’efforce de me tenir au courant. ………………………………………………………….
• Il exige des heures supplémentaires des secrétaires. ………………………………………
• Tu donnes des timbres à tes neveux. …………………………………………………………
• Il promet à ses parents qu’il sera sérieux. ……………………………………………………
(2 points)

3. Transformez ces phrases en phrases impératives. Que constatez-vous ? Dans la


phrase obtenue, pronominalisez ce qui est souligné.
Modèle : Permettez-moi de me servir ! Permettez-le-moi !

• Vous me permettez de me servir ? ……………………………………………………………..


• Vous lui facilitez la tâche. …………………………………………………………………………
• Tu les autorises à sortir ? …………………………………………………………………………
• Tu nous jures que c’est vrai. ……………………………………………………………………..
• Vous m’assurez que c’est sans danger ? ………………………………………………………
(2 points)

4. Remplacez les syntagmes nominaux de chaque phrase par le pronom personnel qui
convient :
• Pierre ne voit pas les arbres. …………………………………………………………………….
• Jeanne ne voit pas d’arbres. …………………………………………………………………….
• Paul mange du pain. ………………………………………………………………………………
• Je mange de la confiture. …………………………………………………………………………
• Alain mange le pain dur. …………………………………………………………………........…
• Les oiseaux restent dans leur nid. ………………………………………………………………
• Des hirondelles restent sur le fil. …………………………………………………………………
(2 points)

5. Remplacez les points par le pronom personnel qui convient :

Jean n’était pas fort, il ............... est devenu.


Jean admirait trop les champions pour ne pas essayer de ............... devenir un.
Champion, il aurait voulu ............... être.
Ces champions l’attiraient, il aurait voulu .............. imiter.
Pierre n’as pas d’argent ; il lui ............... faudrait.
Pierre n’a pas son livre ; il ............... lui faudrait.
(2 points)

105
Les substituts du groupe nominal (i)

Références bibliographiques

Cosăceanu, A., Slăvescu, M., Gramatica limbii franceze, Editura 100+1 Gramar, Bucureşti,
2001, p. 110-117.

Cristea, T., Grammaire française. Le nom et le groupe nominal. Le verbe et le groupe


verbal, Editura Fundaţiei România de mâine, Bucureşti, 2000, p. 139-164.

Jeanrenaud, A., Langue française contemporaine. Morphologie, syntaxe, Polirom, Iaşi,


1996, p. 81-87.

Riegel, M., Pellat, J. Ch., Rioul, R., Grammaire méthodique du français, PUF, Paris, 1990,
p. 192-204.

106
Les substituts du groupe nominal (ii)

Unité d’apprentissage 7

LES SUBSTITUTS DU GROUPE NOMINAL (ii)

Sommaire page

Les objectifs de l’unité d’apprentissage 7 107


7.1 Les pronoms possessifs 108
7.1.1 Les formes des pronoms possessifs 108
7.1.2 Valeurs et emplois des pronoms possessifs 108
7.2 Les pronoms démonstratifs 109
7.2.1 Les formes des pronoms démonstratifs 109
7.2.2 L’emploi des formes simples 110
7.2.3 L’emploi des formes composées 111
7.2.4 Les formes composées neutres: ceci, cela, ça 112
Test d’autoévaluation I 113
7.3 Les pronoms interrogatifs 115
7.3.1 Les formes simples 115
7.3.2 Les formes périphrastiques 116
7.3.3 Les formes composées 116
7.4 Les pronoms relatifs 117
7.4.1 Les relatifs simples 117
7.4.2 Les relatifs composés 119
Test d’autoévaluation II 120
Les clés du test d’autoévaluation I 122
Les clés du test d’autoévaluation II 123
Test de contrôle 7 123
Références bibliographiques 125

Les objectifs de l’unité d’apprentissage 7

Quand vous aurez parcouru ce chapitre et effectué les exercices de repérage et d’emploi
des substituts du groupe nominal, vous serez capables de :

• Distinguer et utiliser les formes des pronoms possessifs en tenant compte de


leurs valeurs.
• Employer correctement les pronoms démonstratifs.
• Manier correctement les formes des pronoms interrogatifs.
• Appliquer les règles d’emploi des pronoms relatifs simples et composés.

107
Les substituts du groupe nominal (ii)

7.1 Les pronoms possessifs

Le pronom possessif renvoie à l’objet possédé et au possesseur de


cet objet. Généralement, il reprend un nom déjà exprimé, ayant une
valeur anaphorique.
Nos enfants sont plus sages que les vôtres.

7.1.1 Les formes des pronoms possessifs


La figure 7.1 présente les formants du pronom possessifs :

Objet possédé
Possesseur Singulier Pluriel
Masculin Féminin Masculin Féminin
le mien la mienne les miens les miennes
Singulier le tien la tienne les tiens les tiennes
le sien la sienne les siens les siennes
le nôtre la nôtre les nôtres
Pluriel le vôtre la vôtre les vôtres
le leur la leur les leurs
Figure 7.1

7.1.2 Valeurs et emplois des pronoms possessifs


Le pronom possessif peut avoir une valeur nominale :
• il désigne au masculin pluriel les biens possédés et aussi les
parents, les enfants, la famille :
Les miens sont en pleine forme !
Tous les siens sont à la campagne.
Il n’est plus des nôtres.
• au masculin singulier il désigne la propriété, les biens possédés, la
contribution à une œuvre, etc. :
Je ne demande que le mien.
Il y a du sien dans cet ouvrage.
Le pronom possessif s’emploie dans les expressions: faire des
miennes, faire des tiennes, faire des siennes :
Elle a encore fait des siennes (ses tours habituels, ses folies).

Exercices d’entraînement I

Pour mettre en application vos connaissances, il serait utile pour vous d’effectuer les
exercices suivants :
1. Répondez affirmativement, en employant les pronoms possessifs :
Modèle : C’est mon stylo ? Oui, c’est le tien.
• C’est ton auto ? ……………………………………………………………………..
• Ce sont vos gants ? …………………………………………………………………

108
Les substituts du groupe nominal (ii)

• C’est ta cravate ? ……………………………………………………………………


• Ce sont tes cahiers ? ……………………………………………………………….
• C’est leur jardin ? ……………………………………………………………………
• Ce sont tes robes ? …………………………………………………………………
• Ce sont ses chaussettes ?................................................................................
• C’est sa maison ? …………………………………………………………………...
• Ce sont leurs valises ? ……………………………………………........................
• Ce sont nos places ? ………………………………………………………………..
• C’est notre train ?..............................................................................................

2. Transformez les phrases suivantes en remplaçant les GN soulignés par le pronom


possessif qui convient :
Modèle : Ma robe est longue, la sienne est courte.

• Ma robe est longue, sa robe est courte.


…………………………………………………………………………………………..
• Sa maison est petite, ma maison est grande.
…………………………………………………………………………………………..
• Notre appartement est clair, leur appartement est sombre.
…………………………………………………………………………………………..
• Ta veste est large, ma veste est longue.
…………………………………………………………………………………………..
• Leur rue est étroite, notre rue est large.
…………………………………………………………………………………………..
• Leurs valises sont petites, nos valises sont grandes.
…………………………………………………………………………………………..
• Ses yeux sont bleus, vos yeux sont verts.
…………………………………………………………………………………………..

7.2 Les pronoms démonstratifs

Le pronom démonstratif a une valeur déictique et cataphorique: il


indique, montre la personne ou l’objet dont on parle et dont il
remplace le nom.

7.2.1 Les formes des pronoms démonstratifs


Le pronom démonstratif présente deux séries de formes : simples et
composées.

Les formes simples sont :

Singulier Pluriel
Masculin celui ceux
Féminin celle celles
Neutre ce ―
Figure 7.2

109
Les substituts du groupe nominal (ii)
Les formes composées sont constituées des formes simples,
renforcées par les adverbes ci et là, le premier désignant la
proximité, le second l’éloignement, comme dans la figure 7.3 :

Singulier Pluriel
Masculin celui-ci, celui-là ceux-ci, ceux-là
Féminin celle-ci, celle-là celles-ci, celles-là
Neutre ceci, cela, ça ―
Figure 7.3

7.2.2 L’emploi des formes simples


Les formes simples celui, celle(s), ceux, apparaissent dans un
nombre réduit de contextes. Ils demandent à leur droite :

 une préposition de qui introduit un complément :


Ta maison est intéressante, mais celle de mon ami l’est encore
plus.

 un pronom relatif :
Celui dont vous parlez est mon frère.

 un participe passé ou présent :


Le sujet est intéressant, mais celui imaginé par toi l’est encore
mieux.

Le pronom neutre ce est suivi des éléments suivants :


 une proposition relative introduite par qui, que, dont :
Ce qui Ce qui se passe est inadmissible.
Ce que Apprécie bien ce qu’il te donne !
Ce dont Ce dont je te parle ne t’intéresse pas trop !
Ce que introduit des exclamatives à valeur intensive :
Ce qu’on a pu s’amuser !

 une préposition + quoi :


C’est ce à quoi je pense !

 un des verbes être, aller + être, devoir, pouvoir :


Et ce fut tout.
Ce doit être dur à supporter.
Ce pourrait être intéressant pour tout le monde.
Ç’allait être gai !

 dans des suites fermées: ce (me) semble, ce dit-on, ce faisant, ce


disant, pour ce (faire), sur ce, et ce.
Ce faisant, il continua de parler.
Sur ce, il nous quitta.
Pour ce, veuillez remplir tel formulaire.

 ce apparaît aussi dans les locutions conjonctives : de ce que, à ce


que, jusqu’à ce que, ce que, etc.
A ce qu’il dit, rien n’est décidé.
Le professeur explique jusqu’à ce que les élèves comprennent.
110
Les substituts du groupe nominal (ii)

Exercices d’entraînement II

Pour mettre en application vos connaissances, il serait utile pour vous d’effectuer
l’exercice suivant :
Justifiez l’emploi des pronoms démonstratifs simples :

• Cette épreuve est très bonne, mais celle de Paul est encore meilleure.
………………………………………………………………………………………
• Celui qui parle en ce moment est mon meilleur ami.
………………………………………………………………………………………….
• Ceux dont je t’ai parlé sont partis en stage.
…………………………………………………………………………………………..
• Je ne comprends pas ce qu’il dit.
…………………………………………………………………………………………..

7.2.3 L’emploi des formes composées


Les formes composées variables, à double indice (celui-ci, celui-
là, etc.) véhiculent les mêmes valeurs déictiques et anaphoriques
que le déterminant démonstratif.
Ils figurent dans les emplois suivants :

 Ils sélectionnent un ou plusieurs référents sur l’ensemble dénoté


par le GN antécédent :
Toutes ces robes sont belles, mais je préfère celle-ci à celle-là.
Tous ces livres sont intéressants, mais je préfère ceux-ci à
ceux-là.

 Ils sélectionnent de nouveaux référents à partir du contenu


notionnel du nom antécédent :
Pour le prix de ce seul tapis, tu peux acheter tous ceux-là.
Ces fleurs sont toutes bleu foncé ; celle-ci est, pourtant, bleu
clair.

 En tant que déictiques, ils désignent un référent dans la situation


de communication:
Tu as vu celui-là !
Ah, ceux-là !

 Ils évaluent la proximité et l’éloignement dans l’espace ou dans le


temps :
Cette allée-ci est plus proche que celle-là.
Cette année-ci tout va mieux que ces années-là !

111
Les substituts du groupe nominal (ii)

Exercices d’entraînement III

Pour mettre en application vos connaissances, il serait utile pour vous d’effectuer
l’exercice suivant:
Faites des phrases, d’après le modèle.
Modèle : Je préfère cette voiture. → Je préfère celle-ci à celle-là.

• Je préfère ce roman. ………………………………………………………………..


• Je préfère ces revues. ……………………………………………………………...
• Je préfère cette étoffe. ……………………………………………………………...
• Je préfère ces chaussures. ………………………………………………………...
• Je préfère ce complet. ……………………………………………………………...
• Je préfère cette montre. ……………………………………………………………
• Je préfère ces bijoux. ……………………………………………………………….

7.2.4 Les formes composées neutres: ceci, cela, ça

Le pronom neutre ça appartient à la langue familière et populaire,


étant la variante stylistique de cela, qui appartient au français
cultivé:
Si cela vous intrigue, vous le dites.
Si ça vous intrigue, vous le dites.

Ces formes servent à :


 Reprendre un antécédent, souvent générique, dont elles
neutralisent le genre et le nombre :
Les jeunes d’aujourd’hui, ça m’inquiète.
Les enfants, ça fait du bruit.
 Désigner dans la situation de communication des référents non
catégorisés :
C’est quoi, ça ?
Le démonstratif
 Montrer une attitude de dévalorisation:
neutre ça Ça a quel âge ?
Ça sert à quoi ?
 Anticiper ou reprendre des propositions :
Cela vous arrangerait qu’il nous accompagne chez lui.
 Ça devient même un mot phrase:
Ah, ça !

 Le démonstratif neutre ça peut représenter un collectif, une


masse indifférenciée :
Ça pousse comme ça veut.
Ça pousse où ça veut.
Les travailleurs, ça se lève tôt le matin.
Les enfants, ça se couche tôt le soir.
112
Les substituts du groupe nominal (ii)
 Ça se substitue à ce dans les suites où le verbe être commence
par une consonne :
Ça sera quoi ?
 Avec les verbes impersonnels, ça peut remplacer il impersonnel
(français familier et populaire) dans les expressions: ça pleut, ça
flotte, ça gèle, ça vente.
 Ça apparaît dans certaines séquences automatisées :
Avec ça !
Ça, par exemple !
Pas si facile que ça !
Pour ça, non !
Rien que ça !
C’est ça !

Test d’autoévaluation I

Pour bien gérer ce test, il est indispensable que vous suiviez un certain nombre de
démarches théoriques et appliquées. Vérifiez vos résultats en consultant la rubrique Clés
du test d’autoévaluation I.
Attention ! Les pointillés vous permettent d’insérer vos réponses dans le test.

1. Remplacez les GN soulignés par un pronom possessif :

• J’ai oublié mes papiers. ………………………………………………………………………


• Ils ont présenté leur idée au comité. ………………………………………………………..
• Elles ont laissé leurs affaires au vestiaire…………………………………………………...
• Portez votre valise vous-même ! …………………………………………………………….
• Leur raisonnement est meilleur que ton raisonnement. …………………………………..

2. Remplacez les pronoms possessifs par ce qu’ils représentent, à votre avis :

• La sienne date du XVIe siècle et vient du Pérou.


……………………………………………………………………………………………………..
• Pourquoi ne pas utiliser les leurs ?
……………………………………………………………………………………………………..
• Je pense que la nôtre durera plus longtemps.
……………………………………………………………………………………………………..
• Les tiens sont d’excellente qualité.
……………………………………………………………………………………………………..
• Ils ont affirmé que c’était la leur.
……………………………………………………………………………………………………..

113
Les substituts du groupe nominal (ii)

3. Dans les phrases suivantes, remplacez les pronoms possessifs par un GN de même
sens :

• Ce chenapan a encore fait des siennes.


...........................................................................................................................................
• Cet homme politique avait rassemblé tous les siens au cours d’un meeting.
...........................................................................................................................................
• Faites-nous l’amitié d’être des nôtres.
...........................................................................................................................................
• Je passerai les fêtes de Noël avec les miens.
...........................................................................................................................................
• A la vôtre !
...........................................................................................................................................

4. Remplacez les groupes de mots en italique par les pronoms démonstratifs qui
conviennent :

• Maintenant écrivez ce que je vais vous dicter.


...........................................................................................................................................
• Expliquez-nous ce qui s’est passé.
...........................................................................................................................................
• Cette chemise ne me plaît pas, je préfère celle qui est dans la vitrine.
...........................................................................................................................................
• Tu vas vraiment oser rendre cet infâme brouillon à ton professeur ?
...........................................................................................................................................
• Nous demandons aux gens qui sont d’accord avec cette proposition de lever la main.
...........................................................................................................................................
• La chose qui lui importe le plus est de trouver du travail.
...........................................................................................................................................

5. Remplacez le GN souligné par un pronom démonstratif :

• Nous avons préféré les chocolats belges aux chocolats que nous avons achetés en
Suisse.
……………………………………………………………………………………………………..
• Ta montre marche mal, prends cette montre qui est neuve.
……………………………………………………………………………………………………..
• Mon appartement est petit, mais cet appartement est immense !
……………………………………………………………………………………………………..
• Les fleurs de camélia sont délicates, mais ces fleurs tiennent plus longtemps.
……………………………………………………………………………………………………..
• Il aime les arts martiaux, aimer les arts martiaux n’est pas un défaut.
……………………………………………………………………………………………………..

114
Les substituts du groupe nominal (ii)

7.3 Les pronoms interrogatifs

Les pronoms interrogatifs présentent trois séries de formes :


• formes simples, qui interrogent sur l’identité supposée inconnue de
leur référent: qui, que, quoi ;
• formes composées, qui servent à réclamer la désignation explicite
d’un élément référentiel appartenant à un ensemble commun:
lequel, laquelle, lesquel(le)s.
Avec les prépositions à et de, elles constituent les formes suivantes:
 auquel, à laquelle, auxquels, auxquelles ;
 duquel, de laquelle, desquels, desquelles.
Ils fonctionnent comme anaphoriques (lequel des livres va-t-il
choisir ?) ou comme déictiques (Lequel veux-tu ?)
• formes périphrastiques: qui est-ce qui, qui est-ce que, qu’est-ce
qui, qu’est-ce que.

7.3.1 Les formes simples


Observez avec attention le tableau de la figure 7.4 :

Interrogatif
Position Non sujet
Sujet
Référent Atone Tonique
Personne qui qui qui
Chose ø que quoi
Figure 7.4

Les formes simples remplissent les fonctions syntaxiques


suivantes :

Qui
 sujet : Qui est venu ?
Qui remplace le directeur ?
 objet direct : Qui as-tu vu ?
Qui avez-vous invité ce soir ?
 attribut (prédicatif) : Qui est-il ?
Qui est votre ami ?
 complément prépositionnel: De qui parlez-vous ?
Pour qui travaillez-vous ?

Quoi
 complément d’objet direct:
Vous avez vu quoi ?
Tu dis quoi ? Quoi faire ?
 attribut (prédicatif): Quoi devenir ?
 complément prépositionnel: De quoi parlez-vous ?
En quoi puis-je vous être utile ?
De quoi s’agit-il ?
Je sais quoi répondre (mais aussi, Je sais que répondre).
Je ne sais quoi dire (mais aussi, Je ne sais que dire).

115
Les substituts du groupe nominal (ii)

7.3.2 Les formes périphrastiques

Observez les formes périphrastiques dans la Figure 7.5 :

Personne Qui Qui Sujet

est-ce

Non personne Qu(e) Que Non sujet


Quoi
Figure 7.5

Emplois  Pour le sujet personne : qui est-ce qui:


Qui est-ce qui t’a instruit ?
 Pour le complément direct personne : qui est-ce que:
Qui est-ce que vous avez vu à Paris ?
 Pour le sujet nom de chose : qu’est-ce qui:
Qu’est-ce qui ne va pas ?
Qu’est-ce qui te prend ?
Qu’est-ce qui vous gêne dans cette affaire ?
 Pour le complément nom de chose : qu’est-ce que:
Qu’est-ce que vous avez trouvé d’intéressant ?

7.3.3 Les formes composées


La Figure 7.6 présente les formes composées des pronoms
interrogatifs:

Genre
Masculin Féminin
Nombre
Singulier lequel laquelle
Pluriel lesquels lesquelles
Figure 7.6

Lequel de ces tableaux as-tu choisi ?


Laquelle de ces revues préférez-vous ?

Valeurs et emplois des interrogatifs


Il faut distinguer les cas suivants :

a) Les pronoms simples ou renforcés s’emploient pour réclamer la


désignation explicite d’une personne ou d’une chose inconnue :
Qui avez-vous rencontré au marché ?
Qu’attendez-vous de moi ?
Qu’est-ce qui se passe chez vous ?
La forme composée pose une question pour demander la
désignation explicite d’un élément appartenant à un ensemble
comme :
De ces deux enfants, lequel est votre fils ?

116
Les substituts du groupe nominal (ii)
b) Les formes simples peuvent être employées dans l’interrogative
indirecte :
Je voudrais savoir qui est là.
Je voudrais savoir ce que tu en penses.
Je ne sais pas ce qui m’attend.

7.4 Les pronoms relatifs

Les pronoms relatifs connaissent deux séries de formants : simples


et composés.

7.4.1 Les relatifs simples


La figure 7.4 présente les formants des relatifs simples.

Référent
Personne Non personne
Cas
Nominatif qui
Accusatif que
Génitif dont
Complément quoi
qui
prépositionnel où
Figure 7.4

Qui Le pronom qui remplace toujours un groupe du nom sujet:


 animé : C’est Pierre qui a pris la parole.
C’est ton ami qui est parti le premier.
 non animé: Ma femme a préparé le gâteau qui me plaît.
Nous avions vu ensemble le film qui t’avait
impressionné.
 un substitut démonstratif neutre (ce, cela) :
Ce qui me plaît, c’est de regarder la lune.
Qui peut être précédé de préposition:
Je n’ai jamais vu la personne avec qui vous étiez parti
en voyage.

Valeurs et emplois du pronom qui:


 fonction de sujet, dont le référent est [±personne]:
Les jeunes qui font du sport sont plus résistants.
Les maisons qui se trouvent au bord de la mer sont très
chères.
 sens distributif :
Ils se sont cachés partout : qui en haut, qui en bas…
 précédé des prépositions à ou de (plus rarement):
Je donnerai ce livre à qui tu voudras. [+personne]
Marie, de qui je tiens ces détails. [+personne]
 sujet de la phrase dans une relative dite sans antécédent :
Qui vivra verra.

117
Les substituts du groupe nominal (ii)

Que Le pronom que remplace un groupe du nom objet direct :


 animé :
Les amis que nous attendions sont arrivés à temps.
Les étudiants que tu as rencontrés viennent de France.
 non-animé :
Que + il = qu’il Le conseil qu’il m’a donné est encourageant.
Je pense au film que nous avons vu ensemble.
 démonstratif :
Celui qu’il regardait était très sombre. (le tableau).
 démonstratif neutre :
Ce que je veux, c’est de réussir les examens.
Ce qu’il raconte n’est pas intéressant du tout.
Que remplace aussi un nom attribut ou prédicatif:
L’adolescent qu’il était alors aimait les romans d’amour.

Valeurs et emplois du pronom que:


 fonction d’objet direct :
Les vacances que nous avons passées ensemble sont
inoubliables.
 fonction de prédicatif (attribut):
Ce fléau, qu’est la guerre…
 en position de groupe adverbial :
- l’antécédent est complément d’objet, direct indiquant la
quantité spatio-temporelle:
Le temps que tu écrives ce livre…
- l’antécédent exprime une division temporelle:
L’hiver qu’il a fait si froid.

Quoi Le pronom quoi


C’est la forme disjointe de que, employé après une préposition. Il
représente toujours un inanimé, un neutre de sens général : rien,
quelque chose, ce.
C’était quelque chose à quoi nous avons tous rêvé.
Il n’y a rien à quoi je m’accroche.
Le pronom quoi peut être employé comme :
 sujet :
Quoi de plus beau que ce paysage ?
 attribut :
Quoi devenir ? Tu deviendras quoi ?
 complément direct :
Quoi faire ? Quoi dire ?
Il t’a dit quoi ?
 complément indirect :
De quoi parlez-vous ? A quoi pensez-vous ?
Vous êtes venu pour quoi faire ?

Le pronom dont remplace un groupe prépositionnel avec de :


Dont
 nom [+animé] :
La fille dont je vous ai parlé est ma cousine.

118
Les substituts du groupe nominal (ii)
Le jeune homme dont vous avez lu les livres est déjà un
grand écrivain.
 nom [-animé]:
C’est un plat délicieux dont je suis très friand.
J’aime revenir dans ce village dont je suis originaire.
 démonstratif neutre :
Ce dont je me souviens avec émotion, ce sont les jours
passés à la mer avec elle.

Valeurs et emplois du pronom dont:


Dont Dans la proposition relative qu’il introduit, dont peut avoir les
fonctions :
 complément du nom, exprimant l’appartenance :
Ces livres, dont les pages sont illustrées, coûtent cher.
 complément d’un quantitatif (valeur partitive) :
Il a trouvé cinq chiens, dont trois étaient tout petits.
 complément d’un nom qualifié:
J’ai fait un bon travail dont je suis très content.
 complément d’un prédicatif réalisé par un adjectif accompagné
d’un déterminant introduit par la préposition de :
Marcel n’est sûr de rien.
Marcel ne dit rien dont il ne soit sûr.

Où Le pronom où a la fonction d’un adverbe relatif dont l’antécédent


est un substantif nom de chose:
 ayant le plus souvent le trait [+ concret], spatial ou temporel:
Dans ce village de montagne où tout le monde se
connaît…
Au moment où il nous regarda…
Avec les noms qui expriment le temps, où forme des locutions: au
moment où, le jour où, à l’heure où, etc.
 ayant le trait [+abstrait] :
Une promesse où il peut se fier…
Où peut être précédé de prépositions: d’où, par où, jusqu’où :
La chambre d’où il est sorti.
La porte par où il est entré.
Le parc jusqu’où il est allé.

7.4.2 Les relatifs composés

Les formants
Les formes composées varient en genre et en nombre et présentent
des formes amalgamées avec les prépositions de et à :

de + lequel : duquel
de + lesquels : desquels
de + lesquelles : desquelles
à + lequel : auquel
à + lesquels : auxquels
à + lesquelles : auxquelles

119
Les substituts du groupe nominal (ii)

Genre
Masculin Féminin
Nombre
lequel laquelle
Singulier duquel de laquelle
auquel à laquelle
lesquels lesquelles
Pluriel desquels desquelles
auxquels auxquelles
Figure 7.8

Valeurs et emplois des relatifs composés :


Lequel / laquelle • Le pronom relatif composé peut remplacer qui et que, pour éviter
la répétition :
La chatte de mon voisin laquelle est malade…
Les factures de mon voisin lequel n’est pas à la maison…
• prépositionnel : après les prépositions à, de, chez, parmi :
Mon voisin, chez lequel j’ai admiré la terrasse…
Mes livres, parmi lesquels il y en a de très rares…
Les formes dont / de qui sont en variation libre.
C’est un ami dont / de qui je me souviens avec nostalgie.
Lequel ne s’emploie plus comme sujet ou objet direct, sauf les cas
où il peut éviter les ambiguïtés:
La mise en scène de ce spectacle, lequel est très réussi…
(lequel = le spectacle)
La mise en scène de ce spectacle, laquelle est très réussie…
(laquelle = la mise en scène)
Dans la langue courante, on emploie les constructions
prépositionnelles:
Les vacances auxquelles j’ai toujours rêvé…
La valise dans laquelle j’ai rangé mes affaires…

Test d’autoévaluation II

Pour bien gérer ce test, il est indispensable que vous suiviez un certain nombre de
démarches théoriques et appliquées. Vérifiez vos résultats en consultant la rubrique Clés
du test d’autoévaluation II.
Attention ! Les pointillés vous permettent d’insérer vos réponses dans le test.

1. Des deux propositions, faites une seule phrase reliée par un pronom relatif simple : qui,
que, où :

• Hier nous avons vu un film ; ce film a été tourné en Roumanie.


……………………………………………………………………………………………….
• Ils ont loué une maison ; cette maison se trouve près du lac.
……………………………………………………………………………………………….

120
Les substituts du groupe nominal (ii)

• Elle vit dans une petite ville de province ; dans cette petite ville elle n’a pas d’avenir.
……………………………………………………………………………………………….
• J’ai rencontré par hasard un ami ; je n’avais pas vu cet ami depuis trois ans.
…………………………………………………………………………………………. …..
• C’est une boutique d’antiquités ; dans cette boutique on trouve des objets du XIXe
siècle.
……………………………………………………………………………………………….
• J’ai lu un livre magnifique : tous les jeunes devraient l’avoir lu.
……………………………………………………………………………………………….

2. Complétez avec quoi et la préposition qui convient :

• C’est quelque chose ……………………je n’ai jamais réfléchi.


• Voici ………………. le concert a commencé.
• C’est quelque chose …………………….il a insisté.

3. Complétez les phrases par ce qui, ce que, ce dont :

• Le professeur nous a dit de lire…………………….nous voulions : roman ou poésie.


• Elle a l’habitude de faire …………………….lui plaît : elle n’aime pas les contraintes !
• Prenez seulement ………………………vous aurez besoin pour une semaine !
• Je ne comprends pas …………………….vous dites, parlez plus fort !

4. Complétez les points par les pronoms convenables :

• A ……………… travaillez-vous ? est-ce un nouveau projet ?


• La tarte ……………… je prépare sera meilleure que la tienne.
• Surprise par sa question, elle ne sait pas ……………… lui répondre.
• Ton frère est un jeune homme doué ……………… fera certainement parler de lui.
• Voici la pièce ……………… j’ai aménagée en bureau et ……………… je travaille
maintenant.
• Elle demande toujours de lui dire la vérité : ……………… lui répondre et comment ?
• La Suisse est le pays ……………….. je me rends chaque été.
• Il lui demandera en ……………… il pourrait lui être utile.
• Michèle, ……………… j’ai reconnu la voix, vient d’arriver.
• Paul est un ami ……………… j’ai toujours aimé parler.

5. Reliez les phrases avec dont.


Modèle : Je viens de recevoir un cadeau ; je rêvais de ce cadeau depuis longtemps.
→ Je viens de recevoir un cadeau dont je rêvais depuis longtemps.

• Il m’a donné son livre ; je n’avais plus besoin de son livre.


……………………………………………………………………………………………….
• Il habite une belle maison ; les propriétaires de cette maison sont partis en vacances.
……………………………………………………………………………………………….
• Il apprécie beaucoup le journal Le Monde ; les articles de ce journal sont très
critiques.
……………………………………………………………………………………………….
• J’ai lu son dernier roman ; les personnages de ce roman ont une fin tragique.
……………………………………………………………………………………………….
• Marie a mis sa nouvelle robe rouge ; elle n’est pas trop contente de l’avoir achetée.
……………………………………………………………………………………………….

121
Les substituts du groupe nominal (ii)

 Idées à retenir

Après avoir étudié avec beaucoup d’attention l’unité d’apprentissage 7, vous devez retenir
quelques idées fondamentales :
• Les pronoms possessifs se distinguent des adjectifs possessifs non seulement par
leurs valeurs et emplois, mais aussi par leurs formants ;
• Les pronoms démonstratifs ont deux séries de formants : simples et composés, à
l’aide des indices adverbiaux –ci et –là ;
• Les pronoms interrogatifs présentent trois séries de formes : simples, composées et
périphrastiques ; chaque série a des valeurs propres dans la phrase et des
fonctions diverses : sujet, objet direct / indirect, attribut, complément ;
• Les pronoms relatifs connaissent des formes simples et composées sélectionnées
dans le discours par le contexte de leur emploi.

Les clés du test d’autoévaluation I

Corrigés :

1. ………. les miens ………….


………. la leur ……………..
………. les leurs ………….
………. la vôtre …………..
………. le tien ……………

2. solutions possibles: sa bague ; leurs livres ; notre voiture ; tes fruits ; leur bourse.

3. Il a fait des folies.


Ses partisans, les membres de son parti, ses sympathisants, etc.
D’être avec nous, de partager les mêmes idées que nous.
Avec ma famille.
A votre santé.

4. Ecrivez cela.
Expliquez-nous cela / ça.
Celle-ci ne me plaît pas, je préfère celle-là.
Tu vas oser rendre ça à ton professeur ?
Nous demandons à ceux qui sont d’accord avec cela de lever la main.
Ce qui lui importe le plus c’est…

5. à ceux que nous avons achetés ; celle qui est neuve ; celui-ci ; celles-ci ; cela.

122
Les substituts du groupe nominal (ii)

Les clés du test d’autoévaluation II

Corrigés :

1. Hier, nous avons vu un film qui a été tourné en Roumanie.


Ils ont loué une maison qui se trouve près du lac.
Elle vit dans une petite ville de province, où elle n’a pas d’avenir.
J’ai rencontré par hasard un ami que je n’avais pas vu depuis trois ans.
C’est une boutique d’antiquités où l’on trouve des objets du XIXe siècle.
J’ai lu un livre magnifique que tous les jeunes devraient avoir lu.

2. à quoi ; par quoi ; sur quoi.

3. ce que ; ce qui ; ce dont ; ce que.

4. quoi ; que ; quoi ; qui ; que, où ; quoi ; où ; quoi ; dont ; dont / de qui / duquel / auquel / à
qui.

5. Il m’a donné son livre dont je n’avais plus besoin.


Il habite une belle maison dont les propriétaires sont partis en vacances.
Il apprécie beaucoup le journal Le Monde dont les articles sont très critiques.
J’ai lu son dernier roman dont les personnages ont une fin tragique.
Marie a mis sa nouvelle robe rouge dont elle n’a pas été trop contente de l’avoir
achetée.

Test de contrôle 7

Ce test est administré à l’issue de l’unité d’apprentissage 7.


Pour réaliser ce test, il est conseillé de relire l’unité et de faire les exercices de repérage et
de réemploi des pronoms français qui y sont recommandés.
Ne manquez pas de transmettre ce test à votre tuteur. A cet effet, il convient de marquer
votre nom, votre prénom et votre adresse personnelle sur la première page de votre copie.
N’oubliez pas de mentionner aussi le numéro du test. Vous êtes supposés le recevoir,
après correction, avec les commentaires de votre tuteur.
Bon travail !

1. Répondez aux questions suivantes:

a) Présentez les formants des adjectifs (prédéterminants) possessifs et des pronoms


(substituts) possessifs et expliquez les différences d’emploi.
b) Présentez les formants des adjectifs (prédéterminants) démonstratifs et des pronoms
(substituts) démonstratifs et expliquez les différences d’emploi.
(2 points)

Vous allez trouver toutes ces explications dans l’unité d’apprentissage 7 et aussi dans
l’unité d’apprentissage 3. Essayez de les rendre d’une manière claire et cohérente.
Illustrez vos explications par des exemples de votre choix.

123
Les substituts du groupe nominal (ii)

2. Retrouvez ces cinq expressions courantes contenant un pronom possessif :

• A ta santé !
→ A …………………. !
• Il faut que vous fassiez preuve de bonne volonté.
→ Il faut que vous y mettiez …………………. .
• Pendant notre absence, le chat a fait des bêtises.
→ Pendant notre absence, le chat a fait …………………. .
• Elle sera parmi nous à son retour.
→ Elle sera …………………. à son retour.
• On n’est jamais trahi que par ses propres amis.
→ On n’est jamais trahi que par …………………. .
(2 points)
3. Remplacez les pronoms démonstratifs soulignés par ce qu’ils représentent, à votre avis.
Indiquez la nature de ce que vous avez substitué aux pronoms démonstratifs :

• Ce n’est pas avec cela que je vais aller loin.


……………………………………………………………………………………………………..
• Donne-moi celle-ci, elle est de meilleure qualité.
……………………………………………………………………………………………………..
• Celui de Gustave est épouvantable.
……………………………………………………………………………………………………..
• Voici ceux que j’ai choisis.
……………………………………………………………………………………………………..
• Ceci est un autre problème.
……………….....................................................................................................................
(2 points)
4. Dites si les mots en italique sont des pronoms interrogatifs ou des pronoms relatifs :

• On ne saura jamais qui a brisé cette vitre.


...........................................................................................................................................
• Fais bien ce que tu fais.
...........................................................................................................................................
• Où se trouve la ville d’où vous venez ?
...........................................................................................................................................
• Je me demande quel est celui qui arrivera le premier.
...........................................................................................................................................
• Il rêvait d’une île dans laquelle il aurait vécu comme Robinson.
...........................................................................................................................................
(2 points)
5. Relevez les pronoms relatifs contenus dans les phrases suivantes, donnez leur fonction
et indiquez leur antécédent :

• L’arbre ployait sous la tempête à laquelle il résistait de son mieux.


...........................................................................................................................................
• Quelqu’un, dont j’ai oublié le nom, a téléphoné.
...........................................................................................................................................
• Que feront-ils le jour où ils n’auront plus d’argent ?
..........................................................................................................................................
• Voici le camarade avec qui j’irai en vacances.
..........................................................................................................................................
• Le sculpteur pétrit la glaise avec laquelle il modèlera une statue.
...........................................................................................................................................
124
Les substituts du groupe nominal (ii)
(2 points)

Références bibliographiques

Coculescu, M. S., Le nom et le groupe nominal, Editura Universităţii din Ploieşti, Ploieşti,
2004, p. 118-136

Cosăceanu, A., Slăvescu, M., Gramatica limbii franceze, Editura 100+1 Gramar, Bucureşti,
2001, p. 74-86.

Cristea, T., Grammaire française. Le nom et le groupe nominal. Le verbe et le groupe


verbal, Editura Fundaţiei România de mâine, Bucureşti, 2000, p. 165-182.

Jeanrenaud, A., Langue française contemporaine. Morphologie, syntaxe, Polirom, Iaşi,


1996, p. 89-97.

Riegel, M., Pellat, J. Ch., Rioul, R., Grammaire méthodique du français, PUF, Paris, 1990,
p. 204-210.

125
Les substituts du groupe nominal (iii)

Unité d’apprentissage 8

LES SUBSTITUTS DU GROUPE NOMINAL (iii)


________________________________________________________________________

Sommaire page

Les objectifs de l’unité d’apprentissage 8 126


8.1 Les pronoms indéfinis quantifiants 127
8.1.1 Les quantifiants numériques 127
8.1.2 Les quantifiants non numériques 128
8.2 Les pronoms indéfinis identifiants 132
Test d’autoévaluation 133
Les clés du test d’autoévaluation 135
Test de contrôle 8 136
Références bibliographiques 138

Les objectifs de l’unité d’apprentissage 8

Quand vous aurez parcouru ce chapitre et effectué les exercices de repérage et


d’emploi des pronoms indéfinis, vous serez capables de :

• Distinguer les formes et les valeurs des pronoms indéfinis, quantifiants et


identifiants.
• Employer correctement les pronoms indéfinis.
• Faire la distinction entre les prédéterminants (adjectifs) indéfinis et les substituts
(pronoms) indéfinis.

126
Les substituts du groupe nominal (iii)

8.1 Les pronoms indéfinis quantifiants

Le pronom indéfini, en tant que substitut d’un groupe nominal,


remplace un nom et un adjectif indéfini.

Les formes des Les pronoms indéfinis ont des formes variées:
pronoms
indéfinis • Pronoms exprimant la quantité nulle : aucun / aucune, pas un / pas
une, personne, nul / nulle, rien.

• Pronoms exprimant la singularité : un / une, un(e) autre, quelqu’un,


quelque chose, n’importe qui, n’importe quoi, n’importe lequel,
n’importe laquelle.

• Pronoms exprimant la pluralité : d’autres, quelques-un(e)s,


quelques autres, plusieurs, certain(e)s, n’importe lesquels, n’importe
lesquelles.

• Pronoms exprimant la totalité plurielle ou singulière : tout (neutre),


tous [tus], toutes, chacun(e).

• Pronoms exprimant l’identité ou la différence : le même, la même,


les mêmes, l’un(e), l’autre, les un(e)s, les autres, d’autres, autrui,
autre chose.

Nous distinguerons tout d’abord les indéfinis quantifiants


numériques et les indéfinis quantifiants non numériques.

8.1.1 Les quantifiants numériques


Ils ont une valeur partitive :
Il y en avait deux ou trois qui avaient échoué à l’épreuve.
Un, avec emploi pronominal, peut être :
 évocateur :
Le spécialiste, s’il y en avait un….
 anticipant :
Jacques est l’un d’eux.

L’un….l’autre, les uns……les autres expriment une opposition :


L’un est parti, l’autre est arrivé.

L’un et l’autre rapproche deux individus :


Emploi
L’un et l’autre sont partis.
pronominal du
numéral un
Ni l’un ni l’autre exprime l’exclusion :
Ni l’un ni l’autre ne m’inspirent de la confiance.

L’un ou l’autre a un sens disjonctif :


Je prendrais l’un ou l’autre, peu importe.

L’un et un sont en variation libre :

127
Les substituts du groupe nominal (iii)
L’un de nous / un de nous.

Un est obligatoire :
 après un partitif :
Un ours gros comme ça, je n’en ai vu qu’un dans ma vie.

 devant seul:
Un seul est venu me voir.

 devant un relatif :
Frédéric s’exprime comme un qui a trop bu.

 devant la préposition sur + numéral:


Un sur quatre.

Exercices d’entraînement I

Pour mettre en application vos connaissances, il serait utile pour vous d’effectuer
l’exercice suivant:

Complétez les propositions par les pronoms suivants : l’un l’autre, l’un de l’autre, l’un à
l’autre.
• Les enfants s’attendent……………………………………………………………………
• Les jeunes s’étaient rendus amoureux………………………………………………….
• Les époux s’écrivaient……………………………………………………………………..
• Nous nous aidons………………………………………………………………………….
• Ils se sont rapprochés……………………………………………………………………..
• Les cousins se téléphonaient …………………………………………………………….
• Les ennemis s’accusent…………………………………………………………………..
• Les amis parlaient………………………………………………………………………….
• Les copains se racontèrent……………………………………………………………….
• Ils s’attachaient de plus en plus…………………………………………………………..
• Les coureurs s’éloignaient………………………………………………………………...
• Les chiens se poursuivent………………………………………………………………...

8.1.2 Les quantifiants non numériques


Les pronoms quantifiants non numériques forment deux classes:
• les totalitaires positifs ou négatifs ;
• les partitifs.

Retenez les formants indéfinis à l’aide du tableau de la figure 8.1 :

128
Les substituts du groupe nominal (iii)
Distinguez !

Formes variables
Formes invariables Singulier Pluriel
Masculin Féminin Masculin Féminin
autrui, l’un l’une les uns les unes
bon nombre, quelqu’un quelqu’une quelques-uns quelques-unes
d’aucuns, tout tous toutes
la plupart, l’autre l’autre les autres les autres
n’importe qui (quoi), certains certaines
on, aucun aucune
personne, chacun chacune
plusieurs, nul nulle
quelque chose, pas un pas une
quiconque, plus d’un plus d’une
rien, tel telle
tout le monde
Figure 8.1

Les totalitaires positifs Les totalitaires positifs


expriment la totalité Tout pronom est :
qui existe • évocateur :
Les braves soldats ! Ils ne sont pas tous blessés.
• nominal indéterminé:
Après la guerre, tout est à refaire.

Tous [tus] (le « s » final se prononce) / Toutes [tut]


Tous / Toutes
Ces pluriels renvoient à des personnes ou à des choses.
J’ai lu les romans de cet écrivain contemporain.
Tous sont intéressants.
(ou) Ils sont tous intéressants.
J’écris régulièrement à mes amis.
Tous me répondent.
(ou) Ils me répondent tous (tous, sujet).
Je pense à vous tous.
Lorsque le pronom tous est complément d’objet direct, il se place :
 après le verbe à la forme simple :
Est-ce que tu utilises tous ces outils ? – Oui, je les utilise tous.
 entre l’auxiliaire et le participe passé à la forme composée du
verbe :
Mes amis d’enfance ? Je les ai presque tous perdus de vue.
J’ai gardé tes lettres, je les ai toutes gardées.
Dans les deux cas, ce pronom demande la présence d’un pronom
de reprise, les.

Chacun a les valeurs suivantes, en fonction de sa position:


Cataphorique: pronom
qui précède le nom  cataphorique :
qu’il anticipe Chacun des convives voulait se faire admirer.
 anaphorique :
Anaphorique: pronom Les convives se taisaient, chacun préoccupé par ses pensées.
qui suit le nom qu’il
évoque
129
Les substituts du groupe nominal (iii)
Chacun(e)
Chacun(e) peut s’utiliser seul ou suivi des prépositions de ou
d’entre ; il renvoie au sujet.
Les voyageurs sont parfois contrôlés dans le bus. Chacun doit
alors présenter son billet.
Soyez sages et chacun de vous (ou chacun d’entre vous) aura
une surprise.
Faites attention à la différence d’orthographe entre l’adjectif chaque
et le pronom chacun(e).
Ces pronoms sont toujours au singulier. Ils renvoient à des
personnes ou à des choses.

Exercices d’entraînement II

Pour mettre en application vos connaissances, il serait utile pour vous d’effectuer
l’exercice suivant:

Remplacez le groupe nominal souligné par le pronom indéfini convenable :

Tous mes amis sont venus à la gare.


…………………………………………………………………………………………………………
Tous ses camarades de classe l’ont attendu avec impatience.
…………………………………………………………………………………………………………
On avait invité toutes ses amies.
…………………………………………………………………………………………………………
Tous les hommes étaient partis.
……………………………………………………………………………………………….………..
Toutes vos épreuves ont été correctes.
………………………………………………………………………………………………...………
Les fans des sportifs se bousculaient devant l’entrée du stade, car chaque fan voulait voir
le match.
…………………………………………………………………………………………………………
Chaque citoyen doit obéir à la loi.
…………………………………………………………………………………………………………
Ils avaient trois chiens et chaque chien était d’une race rare.
…………………………………………………………………………………………………………
J’ai acheté quatre pulls et j’ai payé 50 euros chaque pull.
…………………………………………………………………………………………………………
Les enfants se sont tus, car chaque enfant pensait à autre chose.
…………………………………………………………………………………………………………

Les totalitaires négatifs Les totalitaires négatifs


expriment la totalité qui Personne : seulement pour [+humain], il apparaît dans toutes les
n’existe pas (quantité positions du substantif.
nulle)  GN1 (sujet) : Personne ne veut me parler aujourd’hui.
 GN2 (C.O.D.) : Je n’ai vu personne ce matin.
 complément prépositionnel : Il n’était aimé par personne.

130
Les substituts du groupe nominal (iii)

Rien occupe les positions caractéristiques au nom :


 GN1 (sujet) : Rien ne vaut un amour sincère.
 GN2 (C.O.D.) : Nous ne devons rien dire à ce sujet.
 Prédicatif : Ce n’est rien.
 Complément prépositionnel : Ça ne sert à rien.

Nul est surtout un nominal qui occupe la position de sujet :


Nul n’est venu me voir ce soir.

Aucun / aucune peut être:


 anaphorique:
Valeur de reprise Des bijoux, dans la maison, ils n’en ont trouvé aucun.
 cataphorique :
Valeur d’anticipation
Une petite somme d’argent qu’aucun des amis n’a pu me
prêter…

Pas un(e)
Il a une valeur anaphorique, reprenant le nom sous forme de
substitut.
Les touristes sont tous rentrés dans leurs pays mais pas un ne
nous a oubliés.

Exercices d’entraînement III

Pour mettre en application vos connaissances, il serait utile pour vous d’effectuer les
exercices suivants :

1. Distinguez les pronoms et les adjectifs indéfinis et leurs valeurs de totalitaires négatifs :

• Aucun ami n’est venu lui rendre visite. …………………………………………..


• Nul n’est venu lui dire bonjour. ………………………………………………........
• Pas un ne lui adressa la parole. …………………………………………………..
• Personne n’est venu à sa rencontre. ……………………………………………..
• Il n’attendait personne. …………………………………………………………….
• Nul citoyen n’a le droit d’ignorer la loi. …………………………………………...
• Il parle sans aucune gêne. ………………………………………………………...
• Je ferai cela comme nul au monde. ………………………………………………

2. Répondez négativement aux questions suivantes, à l’aide des totalitaires négatifs :

• Tu as parlé à quelqu’un ?..................................................................................


• Tu as vu tes cousines ?.....................................................................................
• Y a-t-il quelqu’un ?............................................................................................
• Tu as trouvé quelque chose ?...........................................................................
• Est-ce qu’il t’a dit quelque chose ?....................................................................
• Y a-t-il quelque chose d’intéressant ?...............................................................

131
Les substituts du groupe nominal (iii)

Les quantifiants partitifs


 la petite quantité: plusieurs, quelques-uns, peu :
Quelques-uns sont rentrés à pied pour éviter l’embouteillage.
Plusieurs sont partis sans me saluer.
 la grande quantité: beaucoup, combien, trop.
Beaucoup ne voulaient pas quitter le village.

8.2. Les pronoms indéfinis identifiants

a) Les identifiants comparatifs: le même, l’autre


Même, précédé d’un prédéterminant défini, est un identifiant très
précis :
Ce sont toujours les mêmes à travailler.

Autre Autre est un comparatif de non-identité. Il peut être précédé ou non


de déterminants (défini ou indéfini) :
 il peut se construire avec que:
Quoi ? Aimer un autre que moi ?
 il est un nominal de sens général:
Elle ne pense jamais aux autres.
J’en ai vu bien d’autres.
En voici bien une autre.
Parler des choses et d’autres.

Autrui Autrui : fonction de C.O.D. :


Accuser autrui n’est pas facile.
Accuser autrui est toujours délicat.

b) Les indéfinis
Un : Tandis que l’un dormait, l’autre travaillait.

Quelque chose a la valeur d’un neutre. L’adjectif qui suit, précédé


de la préposition de, est au masculin:
J’ai vu quelque chose d’intéressant.

Quelqu’un, personne, quelconque :


Quelqu’un est venu.
C’est quelqu’un de très important.

Grand-chose, autre chose, peu de chose :


Il n’y a pas grand-chose à manger.
Autre chose : je propose d’aller voir un film.
C’est peu de chose.

Certains Certains / certaines :


De tous ces meubles, certains ont de la valeur.
Certaines de mes amies ont quitté le pays.
Aux yeux de certains j’étais un peu fou.

Quiconque est un totalitaire aléatoire:


Je le sais mieux que quiconque.
132
Les substituts du groupe nominal (iii)
Il peut avoir les fonctions suivantes :

 sujet : Quiconque a vu ce monument, s’en souviendra.


 C.O.D. du premier verbe, sujet du deuxième :
La loi punit quiconque ne la respecte pas.

Test d’autoévaluation

Pour bien gérer ce test, il est indispensable que vous suiviez un certain nombre de
démarches théoriques et appliquées. Vérifiez vos résultats en consultant la rubrique Clés
du test d’autoévaluation.
Attention ! Les pointillés vous permettent d’insérer vos réponses dans le test.

Exercices :

1. Complétez les phrases suivantes avec les pronoms indéfinis qui conviennent. Donnez
leur fonction :

• .................. d’entre vous devra payer sa cotisation.


• Je ne vois ni ………….... ni …………....
• .................... aurait su faire un exercice aussi facile.
• Défends-toi, dis ................................
• Ne fais pas à ..................... ce que tu ne voudrais pas qu’ ...………..te fasse.

2. Employez les mots suivants dans des phrases où ils seront des pronoms indéfinis, puis
dans d’autres phrases où ils auront la nature grammaticale indiquée:

• Personne
pronom: …………..………………………………………………………………………………
nom: ………………………………………………………………………………………………
• Certains
pronom: ……………………………….………………………………………………………….
adjectif indéfini: ….………………………………………………………………………………

• Nul
pronom: …………………………………………………………………………………………..
adjectif indéfini….: ………..……………………………………………………………………..
• Aucun
pronom: …………………………………………………….. …………………………………...
adjectif indéfini: …………….……………………………………………………………………

3. Remplacez les GN soulignés par un pronom indéfini :

• Un monsieur a téléphoné. …………………………………………………………………….


• L’ensemble du travail est terminé. …………………………………………………………..
• De nombreux spectateurs étaient sortis. ……………………………………………………
• Quelques promeneurs s’égarèrent. ………………………………………………………….
• Des témoins prétendent l’avoir vu s’enfuir. …………………………………………………

133
Les substituts du groupe nominal (iii)

4. Utilisez un pronom indéfini dans ces phrases à la forme négative :

• J’aime ces gâteaux.


→ Je n’en aime…………………………….. .
• J’ai vu un promeneur.
→ Je n’ai vu………………………………… .
• J’ai pris mon imperméable.
→ Je n’ai………………………………... pris.
• Il y avait des places libres.
→ Il n’y en avait pas……………………..... .
• Les gens étaient partis.
→ ………………………………. n’était parti.

Avez-vous bien compris ?

Pour mettre en application vos connaissances, il serait utile pour vous d’effectuer les
exercices suivants :

1. Complétez les locutions et proverbes ci-dessous en remplaçant les points par les
pronoms indéfinis qui conviennent :

• ………………… n’est prophète en son pays.


• ………………… qui rit vendredi, dimanche pleurera.
• Plus ………………. est de fous, plus ……………… rit.
• ………………… est artisan de sa fortune.
• ……………….. arbre, ……………… fruit.
• Comme ………………… fait son lit, ………………… se couche.
• A l’impossible ………………… n’est tenu.
• A ………………… malheur est bon.
• Ne fais pas à ………………… ce que tu ne voudrais pas qu’ ………………… te fît.
• Qui ne risque ………………….. n’a ………………….
• Un clou chasse ………………… .

2. Remplacez les mots en italique par le pronom indéfini pluriel certains :

• Il y en a qui aiment ce genre de spectacles.


.....................................................................................................................................
• On ne peut compter que sur quelques-uns d’entre eux.
.....................................................................................................................................
• Parmi ces amis, il y en a qui le désapprouvent.
.....................................................................................................................................
• Les uns disaient que Pierre était malheureux.
.....................................................................................................................................
• Il y en a qui prétendent le contraire.
.....................................................................................................................................
• Quelques-uns le contredisent.
.....................................................................................................................................
• Les uns pensaient qu’il avait du talent.
.....................................................................................................................................

134
Les substituts du groupe nominal (iii)

 Idées à retenir

Après avoir étudié avec beaucoup d’attention l’unité d’apprentissage 8, vous devez retenir
quelques idées fondamentales :

• Les pronoms indéfinis désignent des personnes (on, quelqu’un, personne) ou des
choses (rien, quelque chose). Ils peuvent être simples ou composés (chacun,
n’importe qui).
• Ils peuvent exprimer :
 la pluralité : la plupart, plusieurs, quelques-uns, certains ;
 la totalité : tout, chacun ;
 la quantité zéro : aucun, personne, rien, nul ;
 l’indétermination : on, quelque chose, n’importe qui ;
 la ressemblance ou la différence : le même, l’autre, autrui.
• Les substituts indéfinis présentent des ressemblances et des différences de formes
avec les prédéterminants indéfinis et s’en distinguent par leurs fonctions.

Les clés du test d’autoévaluation

Corrigés
1. • Chacun d’entre vous…. (sujet)
• ……ni l’un ni l’autre. (C.O.D.)
• N’importe qui aurait su faire….. (sujet)
• ……. quelque chose ! (C.O.D.)
• Ne fais pas à autrui………………………qu’on te fasse. (C.O.I., sujet)

2. • Je ne vois personne. La personne dont tu parles est absente.


• Certains sont rentrés chez eux. Certains enfants sont rentrés chez eux.

• Nul n’est prophète en son pays. Je n’ai nul besoin de ces affaires !
• Aucun ne s’est encore présenté. Elle n’a aucun scrupule.

3. quelqu’un ; tout ; plusieurs ; quelques-uns ; certains.

4. pas un ; personne ; rien ; une ; personne.

135
Les substituts du groupe nominal (iii)

Test de contrôle 8

Ce test est administré à l’issue de l’unité d’apprentissage 8.


Pour réaliser ce test, il est conseillé de relire l’unité et de faire les exercices de repérage et
de réemploi des substituts nominaux (indéfinis) qui y sont recommandés.
Ne manquez pas de transmettre ce test à votre tuteur. A cet effet, il convient de marquer
votre nom, votre prénom et votre adresse personnelle sur la première page de votre copie.
N’oubliez pas de mentionner aussi le numéro du test. Vous êtes supposés le recevoir,
après correction, avec les commentaires de votre tuteur.
Bon travail !

1. Répondez aux questions suivantes:


a) Quelles sont les formes et les valeurs des pronoms indéfinis non numériques ?
b) Présentez les formes et les emplois des pronoms indéfinis totalitaires négatifs et puis
des totalitaires positifs.
(2 points)

Vous allez trouver toutes ces explications dans l’unité d’apprentissage 8. Essayez de les
rendre d’une manière claire et cohérente. Illustrez vos explications par des exemples de
votre choix.

2. Remplacez les points par un des mots suivants : personne, on, aucun, rien, chacun,
certain, certains. Quelle est leur fonction ?

• Allons voir ce film, ………………….. en disent du bien.


• Je n’ai ………………….. lu de cet écrivain et ………………….. ne le connaît.
• …………………… pensent que la campagne contre l’alcool est inutile.
• Beaucoup de bruit pour ………………. , dit-on.
• Cette pièce est formidable, elle aura un succès…………………… .
• …………………… doit se préparer pour le concours, ………………. ne réussit
sans efforts.
(2 points)

3. Lisez les phrases suivantes et dites quelles sont les valeurs et les fonctions du mot
tout : pronom, adjectif, adverbe, nom :

• La ville tout entière dormait.


.....................................................................................................................................
• Elles en étaient tout étonnées.
.....................................................................................................................................

• Elles sont toutes honteuses.


.....................................................................................................................................
• Elle est toute contente.
.....................................................................................................................................
• Il est toute bonté.
.....................................................................................................................................
• La sœur était tout heureuse.
.....................................................................................................................................
• Il portait un costume tout neuf.

136
Les substituts du groupe nominal (iii)
.....................................................................................................................................
• La robe noire lui donnait un air tout jeune.
.....................................................................................................................................
• Elles étaient toutes joyeuses.
.....................................................................................................................................
• Le tout est toujours difficile à réaliser.
.....................................................................................................................................
(2 points)

4. Remplacez les prédéterminants en italique par : le (la, les) même (s). Remarquez les
différences de sens :

• Ils ont reçu des cadeaux.


.....................................................................................................................................
• Marie a commis une erreur.
.....................................................................................................................................
• Carole nous a envoyé des vœux de santé.
.....................................................................................................................................
• Les gens sont revenus nous dire bonjour.
.....................................................................................................................................
• J’ai acheté le dictionnaire français-roumain.
.....................................................................................................................................
• Julien m’a offert des roses blanches.
.....................................................................................................................................
(2 points)

5. Répondez négativement aux questions suivantes, en employant des indéfinis :

• Avait-on déjà marché sur la lune avant 1969 ?


.....................................................................................................................................
• Parmi les personnages du roman, y en a-t-il un de sympathique ?
.....................................................................................................................................
• Le commissaire a-t-il découvert des indices ?
.....................................................................................................................................
• Peut-on apprendre une langue étrangère en un mois ?
.....................................................................................................................................
• Avez-vous rencontré quelqu’un d’aimable dans votre voyage ?
.....................................................................................................................................
• Cette épreuve était beaucoup trop difficile. Quelqu’un a-t-il obtenu la moyenne ?
.....................................................................................................................................
(2 points)

137
Les substituts du groupe nominal (iii)

Références bibliographiques

Coculescu, M. S., Le nom et le groupe nominal, Editura Universităţii din Ploieşti, Ploieşti,
2004, p. 163-167.

Cosăceanu, A., Slăvescu, M., Gramatica limbii franceze, Editura 100+1 Gramar, Bucureşti,
2001, p. 137-143.

Cristea, T., Grammaire française. Le nom et le groupe nominal. Le verbe et le groupe


verbal, Editura Fundaţiei România de mâine, Bucureşti, 2000, p. 183-189.

Grevisse, M., Précis de grammaire française, Editions Duculot, Paris, 1990, p. 134-168.

Jeanrenaud, A., Langue française contemporaine. Morphologie, syntaxe, Editura Polirom,


Iaşi, 1996, p. 98-105.

Poisson-Quinton, S., Mimran, R., Mathéo Le Coadic, M., Grammaire expliquée du


français, CLE International, Paris, 2002, p. 104-129.

138
La sphère du verbe : les formes du verbe

Unité d’apprentissage 9

LA SPHERE DU VERBE : LES FORMES DU VERBE

Sommaire page

Les objectifs de l’unité d’apprentissage 9 139


9.1 Le verbe. Définitions 140
9.2 Les types de verbes 141
9.3 La morphologie du verbe 141
9.4 La syntaxe du verbe 145
9.5 Les voix active, passive, pronominale, impersonnelle 148
9.5.1 Les auxiliaires être et avoir 148
9.5.2 La voix active 149
9.5.3 La voix passive 149
9.5.4 La voix pronominale 151
9.5.5 Les verbes impersonnels 152
Test d’autoévaluation 152
Les clés du test d’autoévaluation 155
Test de contrôle 9 156
Références bibliographiques 157

Les objectifs de l’unité d’apprentissage 9

Quand vous aurez parcouru ce chapitre et effectué les exercices de repérage et


d’emploi des formes du verbes, vous serez capables de :

• Reconnaître les groupes des verbes et leurs particularités.


• Connaître la morphologie du verbe : sa flexion en fonction du nombre, de la
personne, de la voix, du mode, du temps et de l’aspect.
• Utiliser correctement les constructions verbales intransitives, transitives
directes ou indirectes, attributives, etc.
• Manier correctement les voix active, passive, pronominale et reconnaître
leurs valeurs dans la phrase.

139
La sphère du verbe : les formes du verbe

9.1 Le verbe. Définitions


La structure de la phrase de base française étant la suivante :
P → GN + GV,
le GV est donc un de ses constituants fondamentaux.
Le GV peut être réalisé par un seul élément, le verbe, ou par
plusieurs éléments, le verbe et ses déterminants.

Distinguez !
Le chien aboie.
P

GN GV

prédéterminant nom verbe


| | |
Le chien aboie

Le chien effrayait les enfants.


P

GN1 GV

prédéterminant nom V GN2

prédéterminant nom
| |
Le chien effrayait les enfants

Figure 9.1

Même s’il existe en français des phrases sans verbe, celui-ci est
comme le pivot, le cœur de la phrase. C’est lui qui donne
véritablement son sens et sa cohérence à la phrase.
 Sémantiquement, le verbe est l’unité linguistique qui permet
d’exprimer un procès déroulé dans le temps : action, événement,
état, changement d’état.
 Morphologiquement, le verbe est défini comme la partie du
discours variable dont les formes changent en fonction des
catégories de temps, d’aspect, de mode, de voix, de personne, de
nombre.
 Syntaxiquement, le verbe est le centre du Groupe Verbal et peut
régir divers compléments ou circonstants.

140
La sphère du verbe : les formes du verbe

9.2 Les types de verbes

Verbes : Il existe trois types de verbes :


- Pleins • Les verbes pleins : ils sont le plus souvent suivis d’un adverbe ou
d’un ou plusieurs compléments :
Pierre marche vite.
Pauline regarde la télévision.
Paul écrit une lettre à son ami.

- Auxiliaires • Les verbes auxiliaires être et avoir : ils sont utilisés (avec un
participe passé) pour former les temps composés :
Laurent a travaillé toute la journée.
Nous sommes partis à la gare.
J’aurais pu l’inviter au dîner.

- Semi-auxiliaires • Les verbes semi-auxiliaires : ils sont toujours suivis d’un infinitif et
peuvent avoir différentes valeurs :
 une valeur de temps :
- passé : venir de : Marie vient de sortir.
- futur : aller: Marie va sortir.
 une valeur d’aspect :
- début d’une action : se mettre à, commencer à :
Jean se met à lire.
Odile commence à préparer ses devoirs.
- déroulement d’une action : être en train de, continuer à/de :
Ils sont en train de décider le départ.
Marie continue à regarder le tableau.
- fin d’une action : finir de, s’arrêter de :
L’enfant a fini de crier.
Paul s’arrêta de manger pour me répondre.
 une valeur de cause : laisser, faire :
Paul a laissé tomber son chapeau et il a fait rire tous ses
copains.
 une valeur passive : se laisser, se faire, se voir, s’entendre, se
sentir :
Marcel s’est fait attaquer par son adversaire.
Marcel ne s’est pas laissé faire.
 une valeur de mode :
- exprimant l’obligation : devoir, falloir.
Tu dois connaître la vérité.
Il faut que vous sachiez tout cela.
- exprimant la possibilité, l’éventualité : pouvoir, devoir.
Pierre n’est pas là ; il doit être malade.

9.3 La morphologie du verbe


Dans une forme verbale, on distingue :
 le radical, généralement invariable, qui exprime l’idée
fondamentale du verbe : chant-er, chant-ons, fin-ir, etc.

141
La sphère du verbe : les formes du verbe
 la désinence (ou terminaison), essentiellement variable, qui
marque les modifications de personne, de nombre, de mode et de
temps :
Je chant-e, nous chant-ons, que je fini-sse.

Notez bien !

Classement des verbes


On classe fondamentalement les verbes du français en trois groupes :

• les verbes du 1er groupe : - infinitif en « -er »


- participe présent en « -ant »
- type : parler, travailler.
e
• les verbes du 2 groupe : - infinitif en « -ir »
- participe présent en « -issant »
- type : finir, agir, rougir.
• les verbes du 3e groupe : - infinitif en « -ir », « -re », « -oir »
- participe présent en « -ant »
- types : partir, sortir, mourir
prendre, rendre, rire
voir, pouvoir, vouloir.
Le verbe « aller » a la terminaison en « -er », mais il est un verbe irrégulier comme les
verbes du 3e groupe.

Les formes du verbe varient d’après le nombre et la personne mais


aussi d’après la voix, le mode, le temps.
- Le nombre • Le verbe varie en nombre, suivant que le sujet est au singulier ou
au pluriel :
Je travaille.
Nous travaillons.
- La personne • Le verbe varie aussi en personne, suivant que le sujet désigne :
 la personne ou les personnes qui parlent (1ère personne) :
Je travaille, Nous travaillons.
 la personne ou les personnes à qui l’on parle, (2ème
personne) :
Tu travailles. Vous travaillez.
 la personne ou les personnes de qui l’on parle, la chose ou
les choses dont on parle (3ème personne) :
Elle travaille. Elles travaillent.
- La voix • Le verbe prend des formes différentes suivant la voix, qui exprime
le rôle du sujet dans l’action, le sens du déroulement de l’action.
On distingue :
 La voix active indiquant que le sujet fait l’action :
Le père écrit la lettre.
 La voix passive, indiquant que le sujet subit l’action :
La lettre est écrite par le père.
 La voix pronominale indiquant que le sujet subit l’action qu’il
fait lui-même :
Le père se vante.

- Le mode • Les modes sont les diverses manières de concevoir et de


présenter l’action exprimée par le verbe. Ils expriment l’attitude de
142
La sphère du verbe : les formes du verbe
la personne qui parle par rapport à ce qu’elle dit. Les modes sont
personnels ou impersonnels.
Les modes personnels ont des sujets personnels et se conjuguent :
l’indicatif, le conditionnel, le subjonctif, l’impératif.
Les modes impersonnels n’ont pas de sujets personnels et ils sont
invariables : l’infinitif, le participe, le gérondif.
• Les temps sont les formes que prend le verbe pour indiquer à quel
moment de la durée se situe l’action dans l’une des trois époques :
présent, passé, futur.

Distinguez !

Passé Présent Futur

moment de l’énonciation
Figure 9.2

Le mot français « temps » est ambigu : il désigne à la fois le temps


« vécu » ou le temps chronologique et le temps grammatical ou
verbal. Ces deux temps ne se recouvrent pas toujours :
Si tu venais l’été prochain, ce serait parfait.
(Le verbe venir exprime un futur, mais se conjugue à l’imparfait du
passé).

On définit le temps par rapport à deux points de repère :


 le moment où l’on parle : le moment de l’énonciation;
 le moment où se situe l’événement ou l’action dont on parle.

Ces deux moments peuvent :


 coïncider : Je suis là.
 ne pas coïncider :
- l’événement se situe avant le moment où l’on parle :
Hier, je suis allé le voir.
- l’événement se situe après le moment où l’on parle :
J’irai le voir demain.

- L’aspect • L’aspect du verbe exprime la manière dont se déroulent l’action,


l’événement. L’action est envisagée dans son développement dans
la durée ou les parties de la durée où elle se déroule.
Plusieurs aspects sont à envisager, selon les explications et les
schémas du « Précis de grammaire française », (Grevisse M.,
1990, p. 144):

 Aspect instantané (action instantanée) :

Un éclair brille.
P

- Duratif  Aspect duratif: action qui dure

Je suis en train de lire.

143
La sphère du verbe : les formes du verbe
P
( )

 Aspect inchoatif ou ingressif: action qui commence

Il s’endort.

P
( )

 Aspect itératif: action qui se répète

Elle buvote son vin.

P
( )

 Aspect accompli (action achevée) : action achevée

Je finis d’écrire.

P
( )

 Aspect imperfectif: action non achevée

J’écrivais.

 Proximité soit dans le passé, soit dans le futur :

Je viens d’écrire ; je vais partir.

( )

144
La sphère du verbe : les formes du verbe

Exercices d’entraînement I

Pour mettre en application vos connaissances, il serait utile pour vous d’effectuer les
exercices suivants :

1. Identifiez ces formes verbales (mode, temps, personne) :

suis .............................................. enverra……………………………….


prends.......................................... éprouvant…………………………….
dure.............................................. font……………………………………
pressent........................................ lis………………………………………
verra.............................................. iront……………………………………

2. Répondez affirmativement, avec la première personne du singulier et du pluriel :


Modèle : – Vous allez à l’hôpital ?
– Oui, je vais à l’hôpital. / Oui, nous allons à l’hôpital.

– Vous venez avec nous ? ................................................................................


– Vous prenez le train ? ....................................................................................
– Vous lisez beaucoup ? ...................................................................................
– Vous recevez souvent des lettres ? ...............................................................
– Vous connaissez cette dame ? ......................................................................
– Vous dormez bien ? .......................................................................................
– Vous ouvrez les fenêtres ? ............................................................................
– Vous lui offrez des fleurs ? .............................................................................
– Vous conduisez bien ? ...................................................................................
– Vous mettez votre manteau ? ........................................................................
– Vous buvez beaucoup de café ? ....................................................................
– Vous dites cela pour rien ? ............................................................................
– Vous faites de longs voyages ? .....................................................................
– Vous riez souvent ? .......................................................................................
– Vous vivez à la campagne ? ..........................................................................

9.4 La syntaxe du verbe

Le verbe peut se construire de diverses manières :


 tout seul, sans complément d’objet : Je travaille.
 avec complément d’objet direct C.O.D. : J’écris une lettre.
 avec complément d’objet indirect C.O.I. : Je parle à ma sœur.
 avec deux compléments : J’écris une lettre à mon frère.
 avec un attribut : Je suis médecin.

1. Verbes réellement intransitifs (arriver) : verbes sans


complément d’objet.

145
La sphère du verbe : les formes du verbe
Certains verbes sont totalement intransitifs, c’est-à-dire ils
n’acceptent jamais de complément d’objet :
 verbes de mouvement : venir, aller, arriver
 verbes de changement d’état : naître, mourir

Certains verbes peuvent être transitifs ou intransitifs, avec des sens


différents :
Claude travaille. / Il travaille le bois. (C.O.D.)
Yves boit / Il boit de l’eau. (complément prépositionnel)
Je passe te voir. / Je passe les vacances à la mer. (C.O.D.)
Certains verbes intransitifs, pris métaphoriquement, acceptent un
C.O.D. :
cracher – cracher une insulte
aboyer – aboyer un ordre
grimacer – grimacer un sourire
pleuvoir – Il va pleuvoir des gifles !

Les compléments 2. Verbes transitifs directs (vouloir quelque chose) : verbes qui
d’objet viennent ont un complément d’objet direct (C.O.D.).
compléter le sens Le verbe peut être suivi d’un complément d’objet direct qui répond à
du verbe la question qui ? (personne) ou quoi ? (chose ou proposition).

Le C.O.D. peut être :


 un nom, commun ou propre :
Mon père lit le journal.
Marie regarde Paul.
 un pronom (le, la, les, en) :
Je la trouve jolie.
Je les regarde avec attention.
J’en voudrais un kilo.
 un infinitif :
J’aimerais partir à Paris.
 proposition introduite par que ou si :
J’aimerais que vous partiez demain.
Jacques demande si elle est partie.
Je veux savoir si tu es chez toi.

Certains verbes acceptent différentes constructions :


Monter, descendre, sortir, (r)entrer, passer peuvent être intransitifs
(ils se conjuguent avec être) ou transitifs directs (ils se conjuguent
avec avoir) :
Elle est montée dans sa chambre.
Elle a monté ses valises (= C.O.D.) dans sa chambre.

3. Verbes transitifs indirects (s’intéresser à quelqu’un ou à


quelque chose) : ils ont un complément d’objet indirect (C.O.I.).
La grande majorité des verbes transitifs indirects se construisent
avec la préposition à ou de ; mais certains se construisent avec
d’autres prépositions : sur, en, etc.
Les enfants obéissent à leurs parents.

Pierre s’intéresse à la peinture.


Vous avez besoin d’aide ?

146
La sphère du verbe : les formes du verbe
Hervé nous a parlé de son frère.

Le complément peut être :


 un nom, commun ou propre :
Marcel nous a parlé de son livre.
Didier nous a parlé de Marie.
 un pronom (indirects, conjoints : leur, en, y ou indirects disjoints :
à lui, à elle, de lui, d’elle...)
Pierre ne lui parle plus. Pierre pense à elle.
A ses projets, Marie n’y pense plus !
Pierre ne parle plus d’elle. (elle : [+animé])
Ses projets, Marie n’en parle plus. (ses projets : [-animé])

Les pronoms en et y remplacent des objets inanimés.


 un infinitif :
Les Japonais ont réussi à se débrouiller à Paris.
Le chauffeur a évité de renverser le piéton.
 une proposition :
Tu dois penser à ce que tu veux faire.
Il tient à ce que tu viennes avec nous.

4. Verbes à double construction (donner quelque chose à


quelqu’un) :
Certains verbes peuvent avoir un complément direct (C.O.D.) et un
autre complément, appelé second (C.O.S.) et qui exige que le verbe
soit suivi de la préposition à :
Le père donne des conseils à ses enfants.
C.O.D. C.O.S.

Notez bien !

Ces verbes sont :


• verbes du « dire » : dire, demander, proposer, conseiller, promettre, expliquer,
indiquer, raconter, répondre, reprocher, etc. QUELQUE CHOSE À QUELQU’UN.
• verbes du « donner » : donner, offrir, apporter, prêter, rendre, louer, vendre,
envoyer, emprunter, refuser, etc. QUELQUE CHOSE À QUELQU’UN.
• certains verbes acceptent la préposition de : accuser, excuser, avertir, prévenir,
informer, féliciter, charger, récompenser, dispenser, etc. QUELQU’UN DE QUELQUE
CHOSE.

5. Verbes suivis d’un attribut (être, sembler) :


L’attribut (nom ou adjectif) indique une qualité donnée ou reconnue
au sujet ou au complément d’objet.
 Verbes suivis d’un attribut du sujet :
- être : Elle est étudiante.
- paraître, sembler, avoir l’air de, passer pour, être considéré
comme : Monique semble un peu fatiguée.

- devenir, rester, vivre, tomber, se trouver, se faire :


Alain devient sage avec l’âge.
Tu resteras mon ami pour toujours.
- certains verbes passifs ou intransitifs :

147
La sphère du verbe : les formes du verbe
Cette dame intelligente a été élue maire de Strasbourg.
Mes grands cousins sont tombés malades cet hiver.
 Verbes suivis d’un attribut du complément d’objet:
- croire, estimer, juger, penser, nommer, voir, trouver, etc.
On l’a nommée directrice d’école.
On le croit responsable de ses actes.

6. Identifiez les cas particuliers dans la Figure 9.4 :

Distinguez !

Verbes supports, verbes symétriques, verbes converses


• Les verbes supports (avoir, faire, mettre, donner) perdent leur sens propre lorsqu’ils
forment avec un nom ou avec un adjectif une locution verbale :
faire le résumé → résumer
avoir de l’admiration → admirer
donner la permission → permettre
• Les verbes symétriques ou réversibles expriment l’idée de réciprocité obligatoire, de
symétrie nécessaire : épouser, rencontrer, croiser, égaler, ressembler à, correspondre
avec.
Paul a épousé Marie = Marie a épousé Paul.
J’ai rencontré mon voisin = Mon voisin m’a rencontré.
• Les verbes converses expriment la même chose, mais considérée de deux points de vue
opposés:
prêter / emprunter vendre / acheter
donner / recevoir comprendre / faire partie de (inclure)
entraîner / être dû à posséder / appartenir à.

Pierre m’a prêté mille euros. J’ai emprunté mille euros à Pierre.
Figure 9.4

9.5 Les voix active, passive, pronominale, impersonnelle

9.5.1 Les auxiliaires être et avoir

Avant d’utiliser les formes verbales active / passive, pronominale ou


impersonnelle, il faut s’attarder sur les verbes auxiliaires être ou
avoir qui entrent dans les structures de ces formes.

Se conjuguent avec être :


 tous les verbes pronominaux (se …) : se lever, se laver, se
réveiller, s’aimer, etc. :
Je me suis levé(e) à 7 heures, je me suis lavé(e), je me suis
habillé(e).

 tous les verbes à la forme passive :


Il a été licencié sans préavis.
 certains verbes actifs :
- les intransitifs indiquant un changement de lieu, un
déplacement du corps dans l’espace :
aller sortir
venir monter
148
La sphère du verbe : les formes du verbe
arriver descendre
partir passer
entrer tomber
- des verbes d’état : rester, naître, devenir, mourir.
- les verbes monter, descendre, sortir, (r)entrer, passer se
conjuguent avec être, sauf lorsqu’ils sont suivis d’un
complément d’objet direct, et alors ils se conjuguent avec avoir :
Tu es descendu(e) à la cave. / Tu as descendu la poubelle.
Elle est rentrée à 20 heures. / Elle a rentré la voiture dans le
garage.

Se conjuguent avec avoir, tous les autres verbes.


Les temps verbaux formés avec être et avoir sont des temps
composés. A côté de l’auxiliaire, on remarque la présence du
participe passé du verbe à conjuguer.

9.5.2 La voix active


Un verbe est à la voix active quand son sujet fait l’action ou
est dans l’état exprimé par le verbe.
Le feu crépite.

sujet verbe → action


Ce meuble paraît ancien.

sujet verbe → état

9.5.3 La voix passive

Une phrase active et une phrase passive peuvent avoir le même


sens mais exprimé dans deux formes distinctes :

Distinguez !

Le chat a mangé toutes les souris.

sujet verbe à C.O.D.


grammatical la voix
et logique active

Toutes les souris ont été mangées par le chat.

sujet grammatical verbe à la voix complément


passive d’agent, sujet logique

A la forme active on focalise sur « l’agent », celui qui fait l’action ; à


la forme passive on focalise sur le « patient », celui qui subit cette
action (la « victime »).

Pour passer de la forme active à la forme passive, il faut faire des


modifications :

149
La sphère du verbe : les formes du verbe
L’objet (toutes les souris) devient le « sujet grammatical » du verbe
dans la phrase passive. Le sujet (logique et grammatical dans la
phrase active) devient le complément d’agent (par le chat).
Le verbe passe de sa forme active (a mangé) à la forme passive
(ont été mangées), à l’aide du verbe auxiliaire être, qui se met au
même temps et au même mode que dans la forme active.
Les médecins soignent les personnes malades.
→ Les personnes malades sont soignées par les
médecins.
La tempête a arraché plusieurs toits.
→ Plusieurs toits ont été arrachés par la tempête.

Certains verbes transitifs ne peuvent pas être mis à la phrase


passive. Il convient de noter les cas suivants:
 les verbes avoir, posséder :
Son père a / possède une fortune impressionnante.
 les verbes qui expriment la mesure (faire + mesure) : mesurer,
Remarques coûter, valoir, peser, vivre, durer, qui sont toujours suivis d’un
sur les chiffre ou d’un nombre :
verbes Son appartement fait 60 m2. Le cours a duré une heure.
transitifs Mon grand-père a vécu 70 ans. Ce livre coûte 20 euros.
La vendeuse est mince, elle pèse 50 kilos.
 les verbes peser ou mesurer peuvent être mis au passif s’ils
sont suivis d’un C.O.D.:
La vendeuse pèse les tomates (C.O.D.).
→ Les tomates sont pesées par la vendeuse.

Le complément d’agent (ou complément du passif) précise qui est


responsable de l’action. Il est le plus souvent introduit :
 par la préposition par :
Le premier prix a été remporté par Jules.
Paris a été visité par 10 millions de touristes.
 par la préposition de :
- avec des verbes de sentiment : aimer, estimer, apprécier.
Elle est appréciée de nos collègues.
- avec des verbes exprimant des opérations intellectuelles :
connaître, savoir, oublier.
L’histoire de France est connue de tous.

Souvent, la phrase passive n’a pas de complément d’agent :


 soit parce qu’il est évident :
Les voleurs ont été arrêtés (par la police).
La loi a été votée (par le Parlement).
La maison a été cambriolée (par les cambrioleurs).

 soit parce qu’on ne peut pas ou qu’on ne veut pas le


mentionner : Des mesures sévères seront prises
prochainement. (par qui ?)
 soit parce que l’agent est un indéfini (on) :
On a volé ma bicyclette. → Ma bicyclette a été volée.

150
La sphère du verbe : les formes du verbe

9.5.4 La voix pronominale


Cette forme se remarque par deux caractéristiques :
• le verbe est précédé d’un pronom personnel complément qui
représente la même chose ou la même personne que le sujet :
Elle se lève tôt le matin.
(Elle et se renvoient à la même personne).
• aux temps composés, l’auxiliaire est toujours être :
Je me suis couchée de bonne heure.

On distingue quatre catégories de verbes pronominaux :

 Ils sont réfléchis lorsque l’action revient, se réfléchit sur le sujet ;


le pronom est alors complément d’objet direct ou indirect :
Il s’aperçoit dans la glace. – Elle se blesse. – Tu te nuis.

Les catégories  Ils sont réciproques lorsque deux ou plusieurs sujets agissent l’un
de verbes sur l’autre ou les uns sur les autres :
pronominaux Quand ces deux amis s’aperçoivent, ils se sourient.
Ils se querellent, ils se battent, ils se réconcilient.
Le sens réciproque est parfois indiqué par le préfixe entre :
Ils s’entraident. – Ils s’entre-tuent.
Souvent le sens réciproque est renforcé par l’une des expressions :
l’un l’autre, l’un à l’autre, mutuellement, réciproquement, entre eux :
Ils se louent l’un l’autre. – Ils se nuisent l’un à l’autre.
Ils se gênent mutuellement.
Ils se rendent réciproquement de bons offices.
Ils s’aident entre eux.

 On emploie fréquemment la forme pronominale dans le sens


passif, toujours sans indication d’agent :
Le clocher s’aperçoit de loin. – Le blé se vend bien.

 Certains verbes pronominaux ont un pronom sans fonction


logique, qui reflète simplement le sujet, sans jouer aucun rôle de
complément d’objet direct ou indirect :
s’en aller se repentir se douter de
s’enfuir s’écrier se connaître à
s’endormir se taire s’emparer de
se mourir se rire de s’évanouir
se moquer se jouer de

Tu te repens de ta faute.
Le malade s’évanouit.

151
La sphère du verbe : les formes du verbe

9.5.5 Les verbes impersonnels


Les verbes impersonnels sont ceux qui ne s’emploient qu’à la
troisième personne du singulier ; ils ont pour sujet apparent le
pronom neutre il.

a) Les verbes impersonnels proprement dits expriment des


phénomènes de la nature :
Il pleut, il tonne, il gèle, il neige, il grêle, il vente, etc.
On y joint falloir, y avoir et aussi faire dans des expressions telles
que : Il fait froid, il fait du vent, etc.

Attention !
Certains de ces verbes s’emploient parfois figurément avec un sujet
personnel :
Boulets, mitraille, obus, mêlés aux flocons blancs,
pleuvaient. (Hugo)
Des pétales neigent sur le tapis. (A. Gide)

b) Un grand nombre de verbes personnels peuvent être pris


impersonnellement :
Il est arrivé un malheur.
Il convient de partir.

Remarques Retenez les cas suivants:


sur la  Le verbe être se combine avec des adjectifs pour former de
locution nombreuses locutions impersonnelles :
« il est… » Il est possible Il est douteux
Il est nécessaire Il est utile
Il est bon Il est juste
Il est heureux Il est faux, etc.
 On peut employer comme impersonnels les verbes pronominaux
de sens passif :
Il se vend beaucoup de blé dans cette région.
Il se débite bien des sottises.

Test d’autoévaluation

Pour bien gérer ce test, il est indispensable que vous suiviez un certain nombre de
démarches théoriques et appliquées. Vérifiez vos résultats en consultant la rubrique Clés
du test d’autoévaluation.
Attention ! Les pointillés vous permettent d’insérer vos réponses dans le test.

1. Donnez l’infinitif des formes verbales ci-dessous et indiquez leur groupe :

• ils obtiennent................................. • ils se sont tus..........................................

• nous concluons............................. • durcissant................................................


152
La sphère du verbe : les formes du verbe
• qu’elle restreigne........................... • il relie.......................................................
• cru................................................. • que nous voyions....................................
• vous réconcilieriez......................… • que je sache...........................................

2. Mettez ces phrases à la forme passive :

• Le facteur apporte les lettres.


……………………………..........................................................................................
• Tous les enfants lisent les romans de Jules Verne.
…………..................................................................................................................
• Tout le monde admire cet écrivain.
.................................................................................................................................
• Le juge interroge l’accusé.
…………………………………...................................................................................
• Un ingénieur conduit les travaux.
………………………….............................................................................................
• Un électricien a fait cette installation.
………………………….............................................................................................

3. Renforcez le sens réciproque des verbes pronominaux, en utilisant les expressions :


a) entre eux; b) l’un l’autre; c) réciproquement; d) les uns aux autres; e) mutuellement
f) les uns les autres.

• Les deux enfants s’étaient égarés dans la forêt et maintenant s’appelaient


.................……………………. .
• Les pauvres soldats se cherchaient ............................. dans les ténèbres.
• Mes parents s’estimaient ........................................................................……… .
• Ils se louaient ........................................................................................…….…. .
• Nous nous demandions de l’eau .........................................................……..…. .
• Mes amis s’aidaient beaucoup ..........................................…….....................…. .

4. Mettez les verbes entre parenthèses au passé composé ; faites l’accord du participe
passé si c’est le cas :

• Ils (descendre) ................... les bouteilles à la cave.


• Ils (descendre) ................... à la cave.
• Il (monter) ......................... les sacs de blé au grenier.
• Les touristes (monter) ........................ au Mont Blanc.
• Les cyclistes (monter) ......................... le Col de la Bonnette.
• Les touristes (passer) .......................... la frontière.
• Pour aller à l’école, les élèves (passer) ............................. par le jardin.
• Toutes ces années (passer) ........................ bien vite.
• Elle (sortir) ............................ les draps au soleil.
• Nous (entrer) ........................... dans la bibliothèque.

153
La sphère du verbe : les formes du verbe

Avez-vous bien compris ?

Pour mettre en application vos connaissances, il serait utile pour vous d’effectuer les
exercices suivants :

1. Lisez attentivement ce texte :

« Le trajet en train omnibus ne prenait guère plus d’une heure, c’est dire qu’il nous
semblait interminable. Nous emportions des provisions que nous mangions en regardant
avidement, par la portière, tournoyer et s’enfuir les champs couverts et les moissons. A la
gare nous étions saisis par les senteurs enivrantes des végétations ».
Georges Duhamel, Inventaire de l’abîme

• Relevez tous les verbes du texte conjugués à un mode personnel. Indiquez leur
sujet, leur personne et leur temps.
• Conjuguez le verbe s’enfuir au présent de l’indicatif. Quel mot est son sujet dans
le texte ?
• Dans la dernière phrase, qui fait l’action exprimée par le verbe ? A quelle voix est
ce verbe ?
• Pourquoi, selon vous, semblait porte-t-il le nom de verbe attributif ? Quelle est la
qualité qu’il attribue et à qui l’attribue-t-il ?

2. Classez les formes verbales ci-dessous en deux catégories:

a) les modes personnels


b) les modes impersonnels
tu auras vu ; ils furent vus ; vu ; nous verrons ; voyons, voyant, avoir vu ; nous
vîmes ; ayant été vu ; vous voyez ; en voyant.

3. Mettez ces verbes à la forme passive :

• Paul et Anne ont acheté cette maison. ..................................................................…


• Le chien a renversé la chaise. ...............................................................................…
• Le chauffeur a provoqué l’accident. ..........................................................................
• Agnès et Marie inviteront leurs grands-parents. ....................................................…
• Aline et Hélène ont acheté ces deux robes. .............................................................
• Pierre a réparé la voiture. .........................................................................................

 Idées à retenir

Après avoir étudié avec beaucoup d’attention l’unité d’apprentissage 9, vous devez retenir
quelques idées fondamentales :
• Le verbe est le noyau de la phrase.
• On distingue trois types de verbes : verbes pleins, verbes auxiliaires et verbes
semi-auxiliaires.
• Les formes du verbe varient selon le nombre, la personne, la voix, le mode, le
temps, l’aspect.

154
La sphère du verbe : les formes du verbe
er e e
• On classe les verbes selon leur groupe (1 , 2 , 3 ) et selon leur construction :
 les verbes intransitifs qui n’admettent aucun complément d’objet ;
 les verbes transitifs directs qui admettent C.O.D. ;
 les verbes transitifs indirects qui admettent C.O.I. ;
 les verbes à double complémentation qui admettent C.O.D. et C.O.I. ;
 les verbes attributifs qui admettent un attribut.
• A la voix active, le sujet fait l’action.
• A la voix passive, le sujet grammatical subit l’action réalisée par un agent, sujet
logique.
• A la voix pronominale, le verbe est précédé d’un pronom personnel réfléchi
renvoyant au sujet. Un verbe pronominal peut être :
 de sens réfléchi
 de sens réciproque
 de sens passif
 exclusivement pronominal.
• Un verbe a une construction impersonnelle quand il a pour sujet le pronom
indéterminé il.

Les clés du test d’autoévaluation

Corrigés

1. • obtenir • se taire
• conclure • durcir
• restreindre • relier
• croire • voir
• réconcilier • savoir

2. • Les lettres sont apportées par le facteur.


• Les romans de Jules Verne sont lus par tous les enfants.
• Cet écrivain est admiré de tout le monde.
• L’accusé est interrogé par le juge.
• Les travaux sont conduits par un ingénieur.
• Cette installation a été faite par un électricien.

3. b, f, c, a, d, e.

4. • ont descendu
• sont descendus
• a monté
• sont montés
• ont monté
• ont passé
• sont passés
• sont passées
• a sorti
• sommes entrés

155
La sphère du verbe : les formes du verbe

Test de contrôle 9

Ce test est administré à l’issue de l’unité d’apprentissage 9.


Pour réaliser ce test, il est conseillé de relire l’unité et de faire les exercices de repérage et
de réemploi des verbes transitifs et intransitifs qui y sont recommandés.
Ne manquez pas de transmettre ce test à votre tuteur. A cet effet, il convient de marquer
votre nom, votre prénom et votre adresse personnelle sur la première page de votre copie.
N’oubliez pas de mentionner aussi le numéro du test. Vous êtes supposés le recevoir,
après correction, avec les commentaires de votre tuteur.
Bon travail !

1. Répondez aux questions suivantes:

a) Présentez les caractéristiques des voix active et passive ainsi que les procédés
de transformation d’une voix à l’autre.
b) Présentez les différentes valeurs des verbes pronominaux.
c) Expliquez les différentes valeurs aspectuelles du verbe.
(2 points)

Vous allez trouver toutes ces explications dans l’unité d’apprentissage 9. Essayez de les
rendre d’une manière claire et cohérente. Illustrez vos explications par des exemples de
votre choix.

2. Dans les phrases suivantes, indiquez si le temps des verbes a un aspect achevé,
inachevé, répétitif ou duratif :

• Le ciel était gris.


• Le chat prit son élan et sauta sur la table.
• Thomas travaille depuis ce matin.
• Le téléphone sonne, je décroche aussitôt.
• Pour se rendre au collège, il prenait son vélo.
• Elle boit du tilleul avant de se coucher.
(2 points)

3. Mettez dans des phrases les expressions impersonnelles suivantes :

• Il pleut ……………………………………………………………………………………
• Il neige……………………………………………………………………………………
• Il gèle……………………………………………………………………………………..
• Il tonne……………………………………………………………………………………
• Il fait sombre……………………………………………………………………………..
• Il fait du brouillard……………………………………………………………………….
(2 points)

4. Transformez les phrases suivantes, en utilisant la voix passive exprimée par un verbe
pronominal :
Modèle : On lit facilement ce livre. → Ce livre se lit facilement.

• On vend vite ce type de voiture. ............................................................................

• On trouve cela difficilement. ..................................................................................

156
La sphère du verbe : les formes du verbe
• On sert le champagne dans des coupes de cristal. ...............................................
• On arrange cela tout de suite. ...............................................................................
• On apprend cela vite. ............................................................................................
(2 points)

5. Dans les phrases suivantes, vous avez le même verbe en emploi transitif (suivi d’un
C.O.D.) et en emploi intransitif, que vous devez faire ressortir, en complétant les phrases :

• Elle a monté sa valise dans sa chambre.


Elle est montée .........................................................................................................
• J’ai sorti mon mouchoir.
Je suis sorti ...............................................................................................................
• Les paysans ont rentré le blé.
Elle est rentrée ..........................................................................................................
• On lui a retourné le manuscrit.
Ils sont retournés .......................................................................................................
(2 points)

Références bibliographiques
Cosăceanu, A., Slăvescu, M., Gramatica limbii franceze, Editura 100+1 Gramar, Bucureşti,
2001, p. 144-223.

Cristea, T., Grammaire française. Le nom et le groupe nominal. Le verbe et le groupe


verbal, Editura Fundaţiei România de mâine, Bucureşti, 2000, p. 193-213.

Cuniţă, A., Vişan, D., Abrégé de grammaire française, Editura Universităţii, Bucureşti,
1987, p. 97-132.

Grevisse, M., Le bon usage, Editions Duculot, Paris, 1993, p. 1159-1287.

Grevisse, M., Précis de grammaire française, Editions Duculot, Paris, 1990, p. 134-168.

Jeanrenaud, A., Langue française contemporaine. Morphologie, syntaxe, Editura Polirom,


Iaşi, 1996, p. 106-166.

Poisson-Quinton, S., Mimran, R., Mathéo Le Coadic, M., Grammaire expliquée du


français, Cle International, Paris, 2002, p. 104-129.

Riegel, M., Pellat, J. Ch., Rioul, R., Grammaire méthodique du français, PUF, Paris, 1990,
p. 215-285.

157
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes personnels (i)

Unité d’apprentissage 10

VALEURS ET EMPLOIS DES MODES ET DES TEMPS.


LES MODES PERSONNELS (i)

Sommaire page

Les objectifs de l’unité d’apprentissage 10 158


10.1 Les modes : personnels et impersonnels 159
10.2 Les temps dans chaque mode 160
10.3 Le mode indicatif et ses temps 161
10.3.1 Le présent 162
10.3.2 Le futur 163
10.3.3 L’imparfait 165
10.3.4 Le passé composé 166
10.3.5 Le plus-que-parfait 167
10.3.6 Le passé simple 170
10.3.7 Le passé récent 171
10.4 Le mode conditionnel et ses temps 172
10.5 Particularités de conjugaison de certains verbes 174
Test d’autoévaluation 175
Les clés du test d’autoévaluation 178
Test de contrôle 10 179
Références bibliographiques 181

Les objectifs de l’unité d’apprentissage 10

Quand vous aurez parcouru ce chapitre et effectué les exercices de repérage et


d’emploi des modes personnels (l’indicatif et le conditionnel), vous serez capables de :

• Faire la distinction entre les modes personnels et impersonnels.


• Connaître les temps de chaque mode.
• Utiliser les formes correctes des temps de l’indicatif.
• Reconnaître les valeurs des temps de l’indicatif.
• Utiliser correctement le conditionnel présent et passé.

158
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes personnels (i)

10.1 Les modes: personnels et impersonnels

Les modes sont les diverses manières de concevoir et de présenter


l’action exprimée par le verbe.
Ils sont personnels ou impersonnels.

Modes personnels a) Modes personnels


Il y a quatre modes personnels, qui admettent la distinction des
personnes grammaticales :

1. L’indicatif, qui présente l’action comme réelle :


Cet ouvrier travaille.

2. Le conditionnel, qui présente l’action comme éventuelle ou


comme dépendant d’une condition :
Cet ouvrier travaillerait jour et nuit.
Je travaillerais si je pouvais.

3. L’impératif, qui présente l’action sous la forme d’un ordre, d’une


exhortation, d’une prière :
Travaillez !

4. Le subjonctif, qui présente l’action comme simplement envisagée


dans la pensée, avec un certain élan de l’âme (comme dans le
désir, le souhait, la volonté, etc.) :
Moi, que je travaille !
Je veux que l’on travaille.

Modes impersonnels b) Modes impersonnels


Il y a deux modes impersonnels, qui n’admettent pas la distinction
des personnes grammaticales :

1. L’infinitif, forme nominale du verbe, exprimant simplement le nom


de l’action :
Travailler.

2. Le participe, forme adjectivale du verbe, exprimant l’action à la


manière d’un adjectif :
Une femme travaillant jour et nuit.
Une faute avouée.

Remarque :
Outre ces deux modes impersonnels on peut distinguer le gérondif,
dont la forme est celle du participe présent, généralement précédé
de en. Cette forme adverbiale du verbe exprime, par rapport à un
verbe principal, une action simultanée et indique une circonstance :
En travaillant, vous réussirez.

159
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes personnels (i)

10.2 Les temps dans chaque mode

Les temps sont les formes que prend le verbe pour indiquer à quel
moment de la durée on situe l’action dans l’une des trois époques :
présent, passé et futur

Distinguez ! Présent
Passé Futur

Figure 10.9

On distingue les temps suivants :

1. Par rapport au moment présent :


 pendant :
Présent : Il chante en ce moment.
 avant :
Imparfait : Elle chantait quand je suis entré.
Passé simple : Elle chanta alors une romance.
Passé composé : Elle a chanté ce matin.
 après :
Futur simple : Il chantera demain.
Après le moment présent, mais action terminée avant tel moment à
venir :
Futur antérieur : Dès qu’il aura chanté, il partira.

2. Par rapport à tel moment du passé :


 avant :
Passé antérieur : Dès qu’elle eut chanté, elle partit.
Plus-que-parfait : Il avait chanté quand vous êtes entré.
 après :
Futur du passé : Je croyais qu’elle chanterait.
Après tel moment du passé, mais action terminée avant tel moment
à venir :
Futur antérieur du passé : Je croyais qu’il aurait chanté avant
votre départ.

Notez bien !

Les temps dans chaque mode

1. L’indicatif possède dix temps : le présent, l’imparfait, le passé simple, le passé


composé, le plus-que-parfait, le passé antérieur, le futur simple, le futur antérieur, le
futur du passé (qui a les mêmes formes que le conditionnel présent) et le futur
antérieur du passé (qui a les mêmes formes que le conditionnel passé).
2. Le conditionnel possède deux temps : le présent (dont les formes expriment aussi le
futur) et le passé.

160
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes personnels (i)

3. L’impératif possède deux temps : le présent (dont les formes expriment aussi le
futur) et le passé.
4. Le subjonctif possède quatre temps : le présent (dont les formes expriment aussi le
futur), l’imparfait, le passé et le plus-que-parfait. L’imparfait et le plus-que-parfait ne
s’emploient plus dans le français courant.
5. L’infinitif possède trois temps : le présent (dont les formes peuvent expriment aussi
le futur), le passé et le futur (rare : devoir aimer)
6. Le participe possède trois temps : le présent, le passé et le futur (rare : devant
aimer).

Temps simples. Temps composés. Temps surcomposés


 Les temps simples sont ceux dans lesquels le verbe ne présente,
à chaque personne, qu’un seul mot. Ils se trouvent dans la
conjugaison active et dans la conjugaison pronominale (dans la
conjugaison passive, uniquement au participe passé employé seul) :
Je chante, je chantais, je me lève, etc.
 Les temps composés sont ceux dans lesquels le participe passé
(simple) est joint à différentes formes des verbes avoir ou être : ils
se trouvent dans la conjugaison active, dans la conjugaison passive
et dans la conjugaison pronominale (dans la conjugaison passive, à
tous les temps, sauf le participe passé employé seul) :
J’ai chanté, je suis venu(e), je suis loué(e), j’avais été loué(e).
 Les temps surcomposés sont des formes verbales formées d’une
forme temporelle composée de l’auxiliaire et du participe passé.
J’ai eu fait, j’avais eu fait, qu’il ait eu fait, etc.

10.3 Le mode indicatif et ses temps


Le mode indicatif est le seul mode qui donne une indication
(« indicatif ») sur le moment où se déroule l’action. Il permet de
situer le procès dans le temps.
Il est sorti. Il sortit. → temps passé
Il sort. → temps présent
Il sortira. → temps futur
Le mode indicatif comporte cinq formes simples et cinq formes
composées correspondantes :

Distinguez !

Formes simples Formes composées


présent : il marche passé composé : il a marché
imparfait : il marchait plus-que-parfait : il avait marché
passé simple : il marcha passé antérieur : il eut marché
futur simple : il marchera futur antérieur : il aura marché
futur du passé : il marcherait futur antérieur du passé : il aurait marché
(conditionnel présent) (conditionnel passé)

161
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes personnels (i)
L’opposition formes simples/formes composées est très importante,
puisqu’elle permet de différencier les temps exprimant une action en
train de se faire (formes simples) et les temps exprimant une action
déjà accomplie, achevée (formes composées).

10.3.1 Le présent
Le présent est un temps simple, c’est-à-dire formé d’un seul mot. La
valeur principale du présent, comme celle de tous les temps simples
du système verbal, c’est de signifier une action en cours
d’accomplissement. On se situe au cœur de l’action.

Je travaille = je travaille encore ; je ne dis pas quand j’ai


commencé à travailler ni quand j’arrêterai de travailler. Ce que je
dis : Je travaille, correspond à ce que je fais actuellement ; l’action
de travailler se produit au moment de la parole.
Pour former le présent de l’indicatif, on ajoute au radical des verbes
les terminaisons spécifiques à chaque groupe.

Distinguez !

Formes du présent

Verbes du 1er Verbes du 2e Verbes du 3e Verbes du 3e Verbes du 3e


groupe groupe groupe groupe groupe
Verbes en -er Verbes en -ir Verbes en -ir Verbes en -re Verbes en
(-iss) (type venir), (type prendre, –ir
(type finir) -oir vaincre, rompre) (type offrir)
(type pouvoir, voir)
radical + e radical + is un radical + s ou x un radical +s ou x radical + e
es is qui peut s ou x qui peut s ou x es
e it changer t changer t e
ons issons ons ons ons
ez issez ez ez ez
ent issent ent ent ent
Figure 10.2

Valeurs Passons maintenant en revue les valeurs temporelles du présent.


temporelles du  Le présent marque l’action en cours d’accomplissement :
présent Il neige.
Hélène est à l’école.

 Il sert à présenter un décor, à décrire et à montrer les


caractéristiques d’une personne. D’une certaine manière ce présent
décrit un état qui dure (continue) :
Il fait beau aujourd’hui.
Victor Hugo est un grand romancier.
Marie aime la musique.
Michel a les yeux verts.

 Le présent montre une action dans sa continuité :

162
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes personnels (i)
Monique joue du piano depuis l’âge de 6 ans.
 Il met l’accent sur les habitudes d’une personne :
Jeanne chante tous les jours.
Il rentre chez lui tous les soirs.
 Le présent exprime des vérités générales :
Le Soleil est une étoile.
Deux fois deux font quatre.
Les hommes naissent libres et égaux en droit.
 Il montre des actions ponctuelles :
La porte claque.
Je ferme le livre.
J’ouvre la fenêtre.
 Le présent historique ou de narration exprime une action passée :
En 1789, le peuple de Paris prend la Bastille.

10.3.2 Le futur

Un verbe au futur exprime un fait situé dans un avenir plus ou moins


proche par rapport au moment de l’énonciation. Ce
« moment futur » n’est pas précisé sauf par des adverbes (demain,
bientôt, etc.).
Pour exprimer une idée de futur, on peut utiliser les formes du futur
simple ou du futur proche.

Le futur simple On forme le futur simple sur l’infinitif. Il y a donc toujours un « r » à


la fin du radical.
Pour tous les verbes, les terminaisons sont : ai, as, a, ons, ez, ont.

Formes du futur

1er groupe 2e groupe 3e groupe


parler finir partir ouvrir attendre boire
je (j’) parler-ai finir-ai partir-ai ouvrir-ai attendr-ai boir-ai
tu parler-as finir-as partir-as ouvrir-as attendr-as boir-as
il/elle parler-a finir-a partir-a ouvrir-a attendr-a boir-a
nous parler-ons finir-ons partir-ons ouvrir-ons attendr-ons boir-ons
vous parler-ez finir-ez partir-ez ouvrir-ez attendr-ez boir-ez
ils/elles parler-ont finir-ont partir-ont ouvrir-ont attendr-ont boir-ont

Le futur proche On forme le futur proche avec le verbe « aller » au présent et


l’infinitif du verbe.

Partir
Je vais partir Nous allons partir
Tu vas partir Vous allez partir
Il/elle va partir Ils/elles vont partir

163
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes personnels (i)
Attention !
Verbes irréguliers
Il existe des futurs irréguliers ; ces futurs ne sont pas formés sur
l’infinitif :
avoir → j’aurai faire → je ferai
être → je serai savoir → je saurai
aller → j’irai voir → je verrai
pouvoir → je pourrai vouloir → je voudrai
venir → je viendrai tenir → je tiendrai

Notons les valeurs temporelles du futur simple :


 Le futur exprime une action ou un fait postérieurs par rapport au
moment de l’énonciation :
- un fait précis, ponctuel :
Ils se marieront le 25 août.
- une action future qui se répète :
Tous les jours vous irez à la salle de gym.

Valeurs  Le futur a une valeur de politesse :


temporelles du Vous m’excuserez, s’il vous plaît !
futur simple
 Il exprime l’indignation :
Quoi ! les gens se moqueront de moi !

 Il peut exprimer un ordre, un souhait, une prière dont on veut


alterner ou renforcer le caractère impératif :
Vous reviendrez demain !
Vous répondrez tout de suite !

 Dans la proposition interrogative, le futur peut exprimer


l’incertitude :
Que lui dirai-je ?

Exercices d’entraînement I

Pour mettre en œuvre vos acquis relatifs à l’utilisation des temps verbaux, il serait utile
pour vous d’effectuer les exercices suivants:

1. Mettez les verbes suivants au présent de l’indicatif et puis au futur :

je (dormir) …………………………. je (tenir) …………………………………


tu (se taire) ………………………… tu (vivre) ………………………………..
il (plaire) …………………………… il (falloir)……………………………….. .
elle (savoir) ……………………….. elle (rendre) …………………………….
nous (rougir) ……………………… nous (voir) ………………………………
vous (être) ………………………… vous (envoyer) …………………………
ils (vouloir) ………………………… ils (faire) …………………………………
elles (devoir) ……………………… elles (partir) …………………………….

164
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes personnels (i)

2. Répondez et remplacez le futur par l’indicatif présent :


Modèle : Ils partiront demain à la campagne. → Ils partent demain à la campagne.

• Vous descendrez au premier arrêt ?


→ …………………………………………………………………………………………
• Vous téléphonez dès que vous saurez quelque chose ?
→…………………………………………………………………………………............
• Qu’est-ce qu’on fera ce soir ?
→………………………………………………………………………………………….
• Alors, ils viendront avec nous ?
→ …………………………………………………………………………………………
• Vous arriverez sûrement demain ?
→ …………………………………………………………………………………………

3. Mettez les phrases suivantes au futur proche :


Modèle : Nous lirons ce livre. → Nous allons lire ce livre.

• Ils viendront chez vous.


→ …………………………………………………………………………………………
• Vous le rencontrerez aujourd’hui ?
→ …………………………………………………………………………………………
• Je lui rendrai l’argent.
→………………………………………………………………………………………….
• Il ne pleuvra plus.
→………………………………………………………………………………………….
• Elle mettra sa robe jaune.
→ …………………………………………………………………………………………

10.3.3 L’imparfait

A l’indicatif il existe cinq temps du passé : deux formes simples


(l’imparfait et le passé simple) et trois formes composées, avec
l’auxiliaire être ou avoir (le passé composé, le plus-que-parfait, le
passé antérieur) ; il y a aussi le plus-que-passé surcomposé.

Abordons maintenant l’imparfait de l’indicatif.

Distinguez !

L’imparfait est un temps passé du verbe dont la forme est très régulière. On prend le
radical de la 1ère personne du pluriel du présent de l’indicatif et on ajoute les terminaisons:
-ais, -ais,
-ait, -ions, -iez, -aient.
Exemple : vouloir → nous voul-ons je voulais nous voulions
tu voulais vous vouliez
il voulait ils voulaient
Un seul verbe est irrégulier : être j’étais nous étions
tu étais vous étiez
il était ils étaient

165
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes personnels (i)

Attention ! L’imparfait des verbes qui se terminent en -ier et -yer, à la 1ère et à la 2e


personne du pluriel est tout à fait régulier :

- étudier : Avant, en France, nous étudiions le latin.


Vous aussi, vous l’étudiiez ?
- payer : Avant, nous payions en francs. Et vous, les Italiens, vous payiez en lires.
Maintenant, nous payons en euros.

Observez dans la figure 10.4 la formation de l’imparfait :

1er groupe 2e groupe 3e groupe


parler finir partir ouvrir attendre boire
je parl-ais finiss-ais part-ais ouvr-ais attend-ais buv-ais
tu parl-ais finiss-ais part-ais ouvr-ais attend-ais buv-ais
il/elle parl-ait finiss-ait part-ait ouvr-ait attend-ait buv-ait
nous parl-ions finiss-ions part-ions ouvr-ions attend-ions buv-ions
vous parl-iez finiss-iez part-iez ouvr-iez attend-iez buv-iez
ils/elles parl-aient finiss-aient part-aient ouvr-aient attend-aient buv-aient
Figure 10.4
Valeurs
temporelles de
L’imparfait exprime un temps continu, de durée indéfinie, sans que
l’imparfait soient indiqués, sauf par contexte, un début ou une fin précis.
 Il sert à décrire le « présent » d’une époque antérieure :
Vincent a dit que Marie venait aussi nous voir.
 Il sert à montrer le décor sur lequel vont se détacher les
actions, les événements (exprimés par le passé simple et le passé
composé) :
La salle était pleine, tout le monde fumait, buvait, riait. Tout à
coup, la porte s’ouvrit brusquement.
 L’imparfait narratif :
En août 1944, les troupes russes envahissaient la
Roumanie.
 L’imparfait de perspective, ou de rupture :
Une semaine plus tard, Charles épousait Emma.
 L’imparfait d’habitude :
Tous les ans, elle revenait au bord de la mer.
 L’imparfait hypocoristique (« enfantin ») utilisé pour s’adresser à
un jeune enfant et associé à l’emploi de la 3e personne à la place de
la deuxième :
Alors, on avait faim ? Alors, on n’était pas sage ?

10.3.4 Le passé composé


Il s’agit d’un temps composé formé de l’auxiliaire être ou avoir au
présent de l’indicatif et le participe passé du verbe à conjuguer.

Distinguez !

Participes passés des verbes les plus fréquents :


• tous les verbes en –er forment le participe passé en –é :

166
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes personnels (i)

aller → allé acheter → acheté


manger → mangé trouver → trouvé

• les autres verbes ont des formes irrégulières :


voir → il a vu mais recevoir → il a reçu
apercevoir → il a aperçu
naître → il est né savoir → il a su avoir → il a eu
vivre → il a vécu offrir → il a offert être → il a été
mourir → il est mort ouvrir → il a ouvert
devoir → il a dû souffrir → il a souffert
pouvoir → il a pu plaire → il a plu
pleuvoir → il a plu

Valeurs temporelles du passé composé


 Il exprime une action achevée au moment où l’on parle, un résultat.
C’est l’accompli du présent :
Tu as dîné ?
As-tu fini tes leçons ?

 Le passé composé exprime aussi une action terminée dans le


passé :
- un fait, un événement récent :
Ce matin, je me suis réveillé(-e) très tôt.
- un fait, une action passés dont les résultats durent encore :
Il a bien travaillé.
- un fait, un événement coupé du présent :
Louis XIV est mort en 1715.

 Il exprime une vérité :


L’oisiveté n’a jamais nourri son homme.

10.3.5 Le plus-que-parfait

Distinguez !

On forme le plus-que-parfait avec l’auxiliaire avoir ou l’auxiliaire être à l’imparfait de


l’indicatif et le participe passé du verbe à conjuguer.

Auxiliaire avoir
 Forme affirmative : J’avais parlé, j’avais fini, j’avais ouvert, j’avais attendu, j’avais bu.
 Forme négative : Je n’avais pas parlé, je n’avais pas fini, je n’avais pas ouvert, je
n’avais pas attendu, je n’avais pas bu.

Auxiliaire être
 Forme affirmative : J’étais parti(e). Elle s’ était levée.
 Forme négative : Je n’étais pas parti(e). Elle ne s’était pas levée.

On emploie le plus-que-parfait pour indiquer qu’une action passée a


lieu avant une autre action passée :

167
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes personnels (i)

Hier, Odile est partie en vacances. Avant de partir, elle avait


réservé son billet d’avion dans une agence de voyages.

Le jardin était tout mouillé. Il avait plu toute la nuit.

Valeurs temporelles du plus-que-parfait


Le plus-que-parfait est l’accompli de l’imparfait ; c’est le « passé du
passé ».
Il était trois heures. Nous avions fini de déjeuner.
Il sert à exprimer un fait, un événement, une action antérieurs à
un(e) autre déjà situé(e) au passé (dont le verbe est au passé
composé, au passé simple ou à l’imparfait).

Distinguez ! moment où l’on parle

plus-que-parfait passé composé passé simple imparfait présent

Figure 10.9

Anne m’a rendu les revues que je lui avais prêtées hier.
Bernard racontait toujours qu’il avait eu une enfance très triste.
Le plus-que-parfait peut exprimer :
 le regret : Ah ! Si j’avais su !
 le reproche : Ah ! S’il avait suivi mes conseils !
 la demande détournée, polie : Excusez-moi, j’étais juste
venu vous demander un rendez-vous.

Exercices d’entraînement II

Pour mettre en œuvre vos acquis relatifs à l’utilisation des temps verbaux, il serait utile
pour vous d’effectuer les exercices suivants :

Passé composé et plus-que-parfait

1. Dans les phrases ci-dessous, mettez les verbes au passé composé et puis au
plus-que-parfait :
Modèle : Je mets la table. → J’ai mis / j’avais mis la table.

• Nous prenons un taxi. → ………………………………………………………………


• Elle dit bonjour. → ………………………………………………………………………
• Nous suivons vos conseils. → …………………………………………………………
• Ils dorment bien. → ……………………………………………………………………..
• J’ouvre la porte. → ………………………………………………………………………
• L’enfant boit son lait. → …………………………………………………………………
• Nous faisons nos devoirs. → …………………………………………………………..

168
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes personnels (i)

• Tu connais cet acteur. → ……………………………………………………………….


• Nous voyons un nouveau film. → ………………………………………………………
• Ils reçoivent vos lettres. → ………………………………………………………………

2. Dans les phrases ci-dessous, mettez les verbes entre parenthèses au passé composé
et puis au plus-que-parfait :
Modèle : Elles arrivent tôt. → Elles sont arrivées / étaient arrivées tôt.

• Tu sors à cinq heures. → ……………………………………………………………….


• Tu entres dans la maison. → ……………………………………………………………
• Nous rentrons le soir. → …………………………………………………………………
• Elle va chez sa tante. → …………………………………………………………………
• Mes parents partent pour Paris. → …………………………………………………….
• Il reste tout l’été à la campagne. → …………………………………………………….
• Les feuilles jaunes tombent par terre. → ………………………………………………
• Mes enfants descendent dans la rue. → ………………………………………………
• Elle revient dans son village natal. → ………………………………………………….
• Vous montez au dernier étage. → ………………………………………………………
• Il devient méchant. → …………………………………………………………………….

3. Mettez les verbes des phrases ci-dessous au passé composé forme affirmative et puis
forme négative :
Modèle : Elles se réveillent. → (+) Elles se sont réveillées tôt.
(–) Elles ne se sont pas réveillées tôt.

• Je me lave avec l’eau froide.


(+) ……………………………………………… (–) ………………………………………………
• Nous nous adressons au professeur.
(+) ……………………………………………… (–) ………………………………………………
• Mes copains se promènent chaque soir.
(+) ……………………………………………… (–) ………………………………………………
• Les petits s’habillent vite.
(+) ……………………………………………… (–) ………………………………………………
• Notre tante se souvient de nous.
(+) ……………………………………………… (–) ………………………………………………
• Nous nous rendons compte de cette erreur.
(+) ……………………………………………… (–) ………………………………………………
• Pierre se couche tôt.
(+) ……………………………………………… (–) ………………………………………………
• Les élèves se taisent en classe.
(+) ……………………………………………… (–) ………………………………………………
• Nous nous réjouissons de te voir.
(+) ……………………………………………… (–) ………………………………………………
• Nous nous embrassons le matin.
(+) ……………………………………………… (–) ………………………………………………

169
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes personnels (i)

10.3.6 Le passé simple


Les formes du passé simple sont assez complexes. Il existe quatre
types de terminaisons:
1. Tous les verbes du premier groupe (en –er):
1 -ai -âmes
-as -âtes marcher → il marcha
-a -èrent Ils marchèrent longtemps puis arrivèrent dans un château.
Le roi salua puis leur demanda ce qu'ils voulaient.

2 -is -îmes 2. Presque tous les verbes en –ir, en –re et d'autres verbes avec
-is -îtes participe passé en -i (comme rire ou suivre)
-it -irent finir → fini → il finit
+ prendre, attendre, entendre, craindre, répondre, faire, mettre,
dire, voir...
Il entendit un bruit, ouvrit la porte mais ne vit rien.
Il finit par rentrer.
Un verbe très irrégulier, naître :
je naquis nous naquîmes
tu naquis vous naquîtes
il naquit ils naquirent

3 -us -ûmes 3. La plupart des verbes en –oir (vouloir, pouvoir) ou –oire (croire,
-us -ûtes boire) + d'autres verbes avec participe passé en -u (comme paraître
-ut -urent ou lire) :
Dès que les journaux parurent, il ne put contenir son
impatience : il courut les acheter et les lut en chemin.
Un verbe très irrégulier, vivre :
je vécus nous vécûmes
tu vécus vous vécûtes
il vécut ils vécurent

4. Deux verbes seulement (et leurs composés) dans cette


4 -ins -înmes
-ins -întes catégorie : venir et tenir
-int -inrent Pierre et Paul revinrent vers dix heures et tinrent conseil toute
la nuit.

 Le passé simple, temps du récit


Le passé simple est un temps que l'on réserve à l'écrit. Il n'existe
plus guère à l'oral, sauf dans l'écrit oralisé (les contes de fées par
exemple ou à la radio).
Mais attention: le passé simple ne tend pas à disparaître (comme on
l'entend parfois), il reste très fréquent à l'écrit (dans la littérature,
dans les journaux, etc.).

Valeurs du Comme le passe composé, le passé simple présente un fait, un


passé simple événement ou une action comme terminés dans le passé. Mais
dans le cas du passé simple, le fait est totalement coupé du moment
de l'énonciation. Le locuteur s'efface devant son récit et considère

170
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes personnels (i)
les événements qu'il raconte comme vus du dehors. II est donc
normal qu'avec le passé simple, on rencontre surtout les 3e
personnes du singulier et du pluriel.
Le 14 juillet 1789, le peuple de Paris s'empara de la Bastille.
Les quelques prisonniers qui y étaient enfermés sortirent sous
les applaudissements de la foule.

On l'emploie le plus souvent pour présenter une série d'actions qui


constituent une « histoire ». On emploiera donc le passé simple
essentiellement dans les récits (historiques, par exemple) ou dans
les contes.

 Le passé simple peut remplacer le présent pour exprimer une


vérité générale ; dans ce cas, il est accompagné d’un déterminant
temporel (toujours, jamais, souvent, etc.).
On trouva toujours une explication.
Le passé simple apparaît dans les propositions incises :
Je n’en sais rien, répondit le bonhomme.

10.3.7 Le passé récent


 On forme le passé récent avec le verbe semi-auxiliaire « venir »,
la préposition « de » et de l’infinitif du verbe à conjuguer.
sortir
je viens de sortir nous venons de sortir
tu viens de sortir vous venez de sortir
il vient de sortir ils viennent de sortir
 Le passé récent exprime l’antériorité immédiate d’une action
rapporté au moment présent.

Exercices d’entraînement III

Pour mettre en application vos connaissances, il serait utile pour vous d’effectuer les
exercices suivants :

1. Mettez à l’imparfait les verbes des phrases suivantes :

• Marcel lit un roman. → ………………………………………...………………………..


• Nous nous promenons tous les soirs. → ……………………………………………..
• François écrit une poésie. → ……………………………………………………….....
• J’ai besoin de ce livre. → ………………………………………………………….……
• Je prends un taxi. → …………………………………………………………………….
• Vous arrivez à la campagne. → ………………………………………………………..
• Yves finit ses leçons. → ……………………………..…………………………………..
• Je mets ma robe rouge. → ………………………………………………………….…..
• La neige blanchit les arbres. → …………………………………………………………
• Nous nous regardons dans la glace. → ………………………………………………..

171
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes personnels (i)

2. Justifiez I'emploi du passé composé dans ces phrases:

• Tu as répondu trop vite.


…………………………………………………………………………………………………
• La candidature de Michel a été retenue.
…………………………………………………………………………………………………
• L'an dernier, nous avons connu un été très sec.
…………………………………………………………………………………………………
• Les classes ont été repeintes pendant les vacances.
…………………………………………………………………………………………………
• Comme la ville a changé!
…………………………………………………………………………………………………

3. Justifiez I'emploi du plus-que-parfait dans ces phrases :

• L’hiver dernier, il avait beaucoup neigé.


…………………………………………………………………………………………………
• Assis sur le pont, à la place où il l’avait rencontrée Ie premier soir, Frédéric
regardait Ie soir, guettait les étoiles filantes.
…………………………………………………………………………………………………
• Quand les policiers arrivèrent sur les lieux, les voleurs s'étaient déjà enfuis.
…………………………………………………………………………………………………
• Tu n'aurais jamais été à I'heure si je ne t'avais pas conduit en voiture.
…………………………………………………………………………………………………
• Ah! si j'avais compris plus tôt!
…………………………………………………………………………………………………
• Un matin, un peu avant midi, il avait commencé à neiger.
…………………………………………………………………………………………………

10.4 Le mode conditionnel et ses temps

Le conditionnel est très souvent considéré comme un temps de


l'indicatif, à rapprocher du futur. En effet, dans la concordance des
temps, c'est un « futur » dans le passé.
Paul m'avait dit qu'il viendrait me voir mais je ne l'ai pas vu.
Christophe disait toujours qu'il rentrerait à Amiens dès qu'il
aurait fini ses études.
Cependant, le conditionnel est aussi – traditionnellement –
considéré comme un mode parce qu'il exprime très souvent l'irréel,
l'imaginaire et qu'on le trouve, bien souvent, en concurrence avec le
subjonctif.

Distinguez !

C'est une forme en « r » comme le futur, mais il a les mêmes terminaisons que l'imparfait.

je voudrais nous voudrions


tu voudrais vous voudriez
il/elle voudrait ils/elles voudraient

172
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes personnels (i)

Il a deux temps: le conditionnel présent: Je voudrais venir avec vous.


Je viendrais si je pouvais.
et le conditionnel passé: J'aurais voulu venir avec vous.
Je serais venu avec vous si j'avais pu.

Le conditionnel permet d'exprimer :

Valeurs  un fait envisageable, réalisable dans le futur :


modales du S'il faisait beau, j’irais à la montagne.
conditionnel Cet été, on pourrait aller à la mer.
 un fait non réalisé (et non réalisable), un « irréel » :
- dans le présent:
Si j'étais à ta place, je refuserais cette proposition.
- ou dans le passé:
Si j’avais été à ta place, j’aurais refusé cette proposition.
 une nouvelle non confirmée (l'information est donnée avec
prudence, sous réserve):
Selon certaines sources, le président irait à Paris.
D'après certaines rumeurs non encore confirmées, le couple
princier aurait décidé de se séparer.
 une demande polie :
Pourriez-vous m'aider ? Tu pourrais fermer la fenêtre ?
 un fait imaginaire (dans le jeu, par exemple) :
Moi, je serais le chef et toi, tu m'obéirais. On serait des bandits,
on se cacherait dans la forêt et on attaquerait les voyageurs.

Il permet d'exprimer aussi :


 la surprise (positive ou négative). C'est un peu comme si l'on
demandait une confirmation :
Il serait à Paris et il ne m'aurait pas prévenu(e)!
 le conseil, la suggestion:
Vous devriez vous reposer un peu.
 le regret (toujours au conditionnel passé) :
J'aurais bien aimé visiter le Louvre.
 l'éventualité, la possibilité :
On dirait qu'il va pleuvoir.
Il était très pâle. On aurait dit qu'il était malade.

Exercices d’entraînement IV

Pour mettre en application vos connaissances, il serait utile pour vous d’effectuer les
exercices suivants :

1. Remplacez le futur de l’indicatif par le conditionnel présent :

• Ils arriveront par le train.


…………………………………………………………………………………………………

173
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes personnels (i)

• Nous leur enverrons un télégramme.


…………………………………………………………………………………………………
• Il sera chez toi demain soir.
…………………………………………………………………………………………………
• Elle mettra sa robe rouge.
…………………………………………………………………………………………………
• Je prendrai mon imperméable.
…………………………………………………………………………………………………
• Tu auras tout le temps pour écrire ta thèse.
…………………………………………………………………………………………………

2. Faites des phrases avec les verbes suivants ; mettez-les au conditionnel présent :

venir ………..……………………………. vouloir ………..………………………………


devoir ………..…………………………... savoir…………………………………………
être ………..…………………………….. avoir…………………………………………..
prendre………..…………………………. devoir…………………………………………
aller………..……………………………… envoyer………………………………………

3. Remplacez le conditionnel présent par le conditionnel passé.


Modèle : Je voudrais aller à la montagne. → J’aurais voulu aller à la montagne.

• Vous devriez consulter un médecin. → ………………………………………………


• Elle ne saurait vous répondre. → …………………………………………………......
• Est-ce qu’il serait malade ? → …………………………………………………………
• Vous pourriez l’aider ? → ………………………………………………………………
• Ils prendraient le train demain. → …………………………………………………….
• Est-ce qu’elle aurait de la fièvre ? → ………………………………………………....
• Viendriez-vous le voir ? → …………………………………………………………......
• Tu ferais une bêtise. → …………………………………………………………………

10.5 Particularités de conjugaison de certains verbes

Certains verbes connaissent des particularités orthographiques spécifiques pendant la


conjugaison. Suivez avec attention les formes indiquées dans ce tableau.

Verbes comme acheter Verbes comme appeler


j’achète j’appelle
tu achètes tu appelles
il / elle achète il / elle appelle
Indicatif présent
nous achetons nous appelons
vous achetez vous appelez
ils / elles achètent ils / elles appellent
Indicatif futur j’achèterai j’appellerai
Conditionnel j’achèterais j’appellerais
se lever, mener, se promener (se) rappeler, jeter

174
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes personnels (i)

Verbes comme espérer


accent grave accent aigu
j’espère
tu espères
Indicatif présent il / elle espère nous espérons
vous espérez
ils / elles espèrent
Indicatif futur j’espérerai
Conditionnel j’espérerais

Verbes comme essayer, nettoyer


i devant terminaisons muettes y devant terminaisons sonores
je nettoie
tu nettoies
Indicatif présent il / elle nettoie nous nettoyons
vous nettoyez
ils / elles nettoient
Indicatif futur je paierai
Conditionnel je m’ennuierais
payer, s’ennuyer, employer
Figure 10.6

Remarque: Pour les verbes en -ayer, on peut aussi conserver le y


devant un e muet :
j’essaie ou j’essaye
tu paieras ou tu payeras

Verbes comme placer, avancer, changer, manger


devant e et i devant a et o
je place je plaçais
nous avancions nous avançons
tu changes tu changeais
nous nagions nous nageons

Test d’autoévaluation

Pour bien gérer ce test, il est indispensable que vous suiviez un certain nombre de
démarches théoriques et appliquées. Vérifiez vos résultats en consultant la rubrique Clés
du test d’autoévaluation.
Attention ! Les pointillés vous permettent d’insérer vos réponses dans le test.

1. A quelle voix et à quel temps de I'indicatif est chacune des formes verbales suivantes ?

• elle avait su ………………………… • nous nous étions rencontrés ………………….


• il était condamné…………………… • elles s'étaient reconnues ………………………
• vous étiez apparus…………………. • nous étions surpris …………………………….
• j'avais été convaincu……………….. • tu avais souffert…………………………………

175
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes personnels (i)

2. Lisez attentivement ce texte :

(A l'Ecole normale d'instituteurs, les élèves reçoivent un numéro correspondant à leur rang
au concours et à leur année d'entrée. Le jour de la rentrée, on fait I'appel.)

– Qui est le 624 ?


Personne ne répondit.
M. Blanc jeta un nouveau regard sur le bas de sa liste.
– Régis Poulet.
Le nom provoqua quelques rires.
L'élève s'était levé. C'était le grand garçon que Renaudart avait interrogé, brun, costaud,
mais d'une timidité éclatante. Rouge comme un coq, il s'attendait au pire.
– Vous ne savez pas que vous avez été reçu en vingt-quatrième rang? N'en ayez pas
honte, le rassura M. Blanc. II y a plus de cinquante recalés. Et encore tous ces jeunes
gens ont-ils été présentés, alors qu'une centaine d'autres avaient préparé le concours et
n'en ont pas été jugés dignes. Vous n'êtes donc pas le dernier sur une liste de vingt-quatre
élus, vous êtes Ie vingt-quatrième sur cent cinquante. Et puis n'ayez pas honte non plus
de votre nom, vous auriez honte de votre père. Asseyez-vous.
Régis sourit, ragaillardi, et remercia M. Blanc d'un mouvement de tête discret.
Jean Cosmos, La Dictée

• Soulignez tous les verbes du texte et dites leur mode et leur temps.
• Quelle est la fonction de dignes (n'en ont pas été jugés dignes) ?
• Que pensez-vous des remarques de ce professeur ?

3. Mettez les verbes entre parenthèses à l’indicatif présent :

• Quand il m’(appeler)………………je lui (répondre)……………. tout de suite.


• Tu (acheter) ……………. toujours des fleurs au marché.
• Elle (payer) ……………… le timbre et (jeter) ……………… la lettre à la boîte.
• Il (faire) ………………… très froid ; il (geler) …………….. à pierre fendre.
• Elle (peler) …………… des pommes de terre ; nous (peler) …………..des abricots.
• Je (se rappeler)…………….de vous ; vous (ne pas se rappeler) ………….. de moi.

4. Mettez les verbes entre parenthèses à l’imparfait de l’indicatif :

• Vous (jouer)……………toute la journée.


• Pendant la promenade nous (cueillir)………………….. des fleurs.
• Nous (continuer)…………………à lire des romans d’amour.
• Que (croire)…………-vous, que vous (pouvoir)………...… refuser ma proposition ?
• Nous (rire)………………. de bon cœur de ses histoires.
• Nous (envoyer)………………..vos épreuves au professeur.

176
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes personnels (i)

Avez-vous bien compris ?

Pour mettre en application vos connaissances, il serait utile pour vous d’effectuer les
exercices suivants :

1. Remarquez l’orthographe des verbes suivants et après mettez-les à l’imparfait et au


futur de l’indicatif :

• J’appelle mon chien. ………………………………………………………………………


• Vous appelez vos amis. …………………………………………………………………..
• Tu renouvelles ta demande. ……………………………………………………………...
• Nous renouvelons notre contrat. …………………………………………………………
• Il faut jeter ces vieilles chaussures. ………………………………………………..........
• Ils jettent leurs casquettes en l’air. ………………………………………………………
• Nous jetons des pierres dans l’étang. ……………………………………………..........
• J’achète des journaux. ……………………………………………………………………
• Nous achetons des fruits. ………………………………………………………………...
• Je me lève à six heures. ………………………………………………………………….
• Nous nous levons tard. ……………………………………………………………………
• Elle se promène tous les jours. …………………………………………………………..
• Vous ne vous promenez que le dimanche. ……………………………………………..
• Je répète ma question. ……………………………………………………………………
• Nous répétons les mêmes mots. ………………………………………………………...
• Tu cèdes ta place. …………………………………………………………………………
• Vous cédez votre tour à quelqu’un. ……………………………………………………..
• Dans cette œuvre il révèle tout son talent. ……………………………………….........
• Vous révélez indiscrètement tout ce que l’on vous a confié. …………………………
• Je considère chaque chose sous tous ses aspects. …………………………….........
• Nous le considérons comme notre meilleur ami. ………………………………………

2. Mettez les verbes des phrases ci-dessous à l’imparfait :

• J’avance d’un pas. …………………………………………………………………………


• Nous avançons lentement. ……………………………………………………………….
• Il rédige un mémoire. ………………………………………………………………………
• Nous rédigeons un article. ………………………………………………………………..
• Elle nettoie sa robe. ……………………………………………………………………….
• Nous nettoyons notre maison. ……………………………………………………………
• Je m’essuie. …………………………………………………………………………………
• Nous nous essuyons avec une serviette propre…………………………………………

177
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes personnels (i)


Idées à retenir

Après avoir étudié avec beaucoup d’attention l’unité d’apprentissage 10, vous
devez retenir quelques idées de base:
• Les modes, diverses manières de concevoir et de présenter l’action exprimée par le
verbe, sont personnels ou impersonnels.
• Les temps sont les formes que prend le verbe pour indiquer à quel moment de la
durée on situe l’action dans l’une des trois époques : présent, passé et futur.
• l’indicatif est le seul mode qui donne une indication sur le moment où se déroule
l’action. Il permet de situer le procès dans le temps.
• le présent situe l’action au moment de la parole ; le futur exprime un fait situé dans un
avenir plus ou moins proche par rapport au moment de l’énonciation et le passé
composé exprime une action achevée au moment où l’on parle ; c’est l’accompli du
présent.
• le passé simple, temps du récit, exprime une action, un fait, terminés dans le passé,
complètement coupés du moment de l’énonciation ; par contre, l’imparfait exprime un
temps continu, de durée indéfinie, sans que soient indiqués, sauf par contexte, un début
ou une fin précis.
● le conditionnel est le mode de l’irréel, de l’imaginaire, étant souvent considéré comme
un temps rapproché du futur (dans la concordance, il est un « futur » dans le passé).

Les clés du test d’autoévaluation

Corrigés

1. • voix active, plus-que-parfait


• voix passive, imparfait
• voix active, plus-que-parfait
• voix passive, plus-que-parfait
• voix pronominale, plus-que-parfait
• voix pronominale, plus-que-parfait
• voix passive, imparfait
• voix active, plus-que-parfait

2. (qui) est : indicatif présent.


(personne) ne répondit : indicatif passé simple.
(M. Blanc) jeta : indicatif passé simple.
(le nom) provoqua : indicatif passé simple.
(l’élève) s’était levé : indicatif plus-que-parfait.
(c’)était : indicatif imparfait.
(Renaudart) avait interrogé : indicatif plus-que-parfait.
(il) s’attendait : indicatif imparfait.
(vous) ne savez pas : indicatif présent.
(vous) avez été reçu: voix passive, indicatif passé composé.
n’ayez pas honte : impératif présent.
(il) rassura : indicatif, passé simple.
il y a : indicatif présent.
(ils) ont été présentés : voix passive, indicatif, passé composé.
178
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes personnels (i)

(ils) avaient préparé : indicatif plus-que-parfait.


(ils) n’ont pas été jugés : voix passive, indicatif passé composé.
(vous) n’êtes pas : indicatif présent.
(vous) êtes : indicatif présent.
n’ayez pas honte : impératif présent.
(vous) auriez : conditionnel présent.
asseyez-vous : impératif présent.

(Régis) sourit : indicatif passé simple.


(Régis) remercia : passé simple.
dignes : attribut du sujet.

3. il m’appelle ; je lui réponds ; tu achètes ; elle paie ; elle jette ; il fait ; il gèle ; elle
pèle ; nous pelons ; je me rappelle ; vous ne vous rappelez pas.

4. vous jouiez ; nous cueillions ; nous continuions ; vous croyiez ; vous pouviez ; nous
riions ; nous envoyions.

Test de contrôle 10

Ce test est administré à l’issue de l’unité d’apprentissage 10.


Pour réaliser ce test, il est conseillé de relire l’unité et de faire les exercices de repérage et
de réemploi des modes personnels (l’indicatif et le conditionnel) qui y sont recommandés.
Ne manquez pas de transmettre ce test à votre tuteur. A cet effet, il convient de marquer
votre nom, votre prénom et votre adresse personnelle sur la première page de votre copie.
N’oubliez pas de mentionner aussi le numéro du test. Vous êtes supposés le recevoir,
après correction, avec les commentaires de votre tuteur.
Bon travail !

1. Répondez aux questions suivantes:

a) Quelles sont les valeurs du présent et du futur de l’indicatif ?


b) Présentez les valeurs du passé simple et de l’imparfait de l’indicatif.
c) Quelles sont les valeurs du conditionnel ?
(2 points)

2. Texte d'étude.

J'avais une classe d'une vingtaine d'élèves divisés en cinq cours. Tous étaient très
travailleurs. En général les enfants de paysans sont des bûcheurs ; seulement... il ne faut
pas les bousculer et il faut leur faire comprendre que c'est pour leur bien qu'ils viennent
apprendre à lire et à écrire. Je crois que là aussi, le fait que je sois une enfant de la
montagne, une fille de paysans, me permettait de leur parler comme il fallait.
Emilie Carles, Une Soupe aux herbes sauvages

a. Relevez les verbes qui appartiennent au passé de la narratrice. A quel temps


sont-ils ? Justifiez-le.
b. Relevez le verbe qui appartient au présent de la narratrice (présent d'actualité).
c. Relevez les verbes au présent de vérité générale ou d'habitude.
(2 points)
179
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes personnels (i)

3. Mettez à l’imparfait les verbes entre parenthèses et identifiez les différents emplois de
l'imparfait.

• Le jardin (avoir)……………. des proportions modestes, mais ses carrés de


légumes (être)………….. parfaitement entretenus et (alterner)………….. avec de
pimpants massifs de fleurs.

• Enfant, j'(avoir)…………… peur de l'obscurité.


• Le vent ne (faiblir)………………… pas.
• Si l'on (gaspiller)……………….. moins de papier, on préserverait les forêts.
• Chaque jour les deux amies (se téléphoner)……………………………..
• Avec un peu plus d'entraînement, il (réussir)…………………… le tournoi.
• Nous (marcher)…………….dans la forêt quand une biche surgit devant nous.
• Nous (avancer)…………………….. lentement, avec précaution.
• Nous (jeter)……………………… les bouteilles vides au lieu de les récupérer.
(2 points)

4. Mettez les verbes entre parenthèses à l’indicatif présent et identifiez leurs valeurs :
• L'été dernier, Eric, sa sœur et un camarade (décider) de faire une randonnée en
montagne.
…………………………………………………………………………………………………
• Demain, je me (mettre) au travail sérieusement.
…………………………………………………………………………………………………
• Le futur Louis XIV (naître) en 1638 au château de Saint-Germain-en-Laye.
…………………………………………………………………………………………………
• Je ne (supporter) plus d'entendre aboyer ce chien.
…………………………………………………………………………………………………
• Le grès (être) une roche très dure.
…………………………………………………………………………………………………
• Je m’(appeler) Marie.
…………………………………………………………………………………………………
• Il (céder) aux influences de son père.
…………………………………………………………………………………………………
• Elle (peler) les fruits avant de les manger.
…………………………………………………………………………………………………
• Je (nettoyer) tous les soirs mes chaussures.
…………………………………………………………………………………………………
(2 points)

5. Faites des phrases avec les expressions ci-dessous, en utilisant les


expressions « j’aimerais tellement », « ça me ferait plaisir de », « ce serait agréable de »,
« ce serait sympathique de », « je voudrais bien » :
• revoir mes grands-parents
…………………………………………………………………………………………………
• pouvoir discuter avec mes amis
…………………………………………………………………………………………………
• faire de longues promenades dans la forêt.
…………………………………………………………………………………………………
• raconter des histoires de classe
…………………………………………………………………………………………………
• écouter de la musique
…………………………………………………………………………………………………
(2 points)
180
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes personnels (i)

Références bibliographiques
Cosăceanu, A., Slăvescu, M., Gramatica limbii franceze, Editura 100+1 Gramar,
Bucureşti, 2001, p. 144-223.

Cristea, T., Grammaire française. Le nom et le groupe nominal. Le verbe et le groupe


verbal, Editura Fundaţiei România de mâine, Bucureşti, 2000, p. 212-227.

Grevisse, M., Précis de grammaire française, Editions Duculot, Paris, 1990, p. 181-190.

Grevisse, M., Le bon usage, Duculot, Paris, 1993, p. 1287-1301.

Jeanrenaud, A., Langue française contemporaine. Morphologie, syntaxe, Editura Polirom,


Iaşi, 1996, p. 166-173.

Poisson-Quinton, S., Mimran, R., Mathéo Le Coadic, M., Grammaire expliquée du


français, Cle International, Paris, 2002, p. 129-169.

Riegel, M., Pellat, J. Ch., Rioul, R., Grammaire méthodique du français, PUF, Paris, 1990,
p. 297-315.

181
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes personnels (ii)

Unité d’apprentissage 11

VALEURS ET EMPLOIS DES MODES ET DES TEMPS.


LES MODES PERSONNELS (ii)

Sommaire page

Les objectifs de l’unité d’apprentissage 11 182


11.0 Valeurs et emplois des modes personnels 183
11.1 Le mode subjonctif 183
11.1.1 La formation du subjonctif 183
11.1.2 Valeurs et emploi du subjonctif 184
11.2 Le mode impératif 188
11.2.1 La formation de l’impératif 189
11.2.2 Valeurs et emplois de l’impératif 190
Test d’autoévaluation 191
Les clés du test d’autoévaluation 194
Test de contrôle 11 195
Références bibliographiques 197

Les objectifs de l’unité d’apprentissage 11

Quand vous aurez parcouru ce chapitre et effectué les exercices de repérage et


d’emploi des modes personnels (le subjonctif et l’impératif), vous serez capables de :

• Reconnaître les formes et les valeurs des temps du mode subjonctif.


• Maîtriser les valeurs de l’impératif.
• Utiliser correctement les formes du subjonctif et les formes de l’impératif, en
fonction du contexte de leur emploi.
• Expliquer l’emploi du subjonctif et de l’impératif dans le discours.

182
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes personnels (ii)

11.0 Valeurs et emplois des modes personnels

Rappel :
Le mode sert à exprimer l’attitude, l’état d’esprit, la prise de position
du locuteur par rapport à ce qu’il dit. Rappelons que seul le mode
indicatif donne des précisions sur la temporalité. Les autres modes
ne permettent pas, en eux-mêmes, de situer un événement dans le
temps.

11.1 Le mode subjonctif

11.1.1 La formation du subjonctif

Comme vous l’avez noté, le subjonctif ne possède pas la richesse


temporelle de l’indicatif.
Il n’a ni futur, ni futur proche, ni passé récent, ni futur du passé, etc.
Il n’a que quatre temps :
• le présent et le passé (une forme simple et une forme composée
qui appartiennent à la sphère du présent) ;
• l’imparfait et le plus-que-parfait (une forme simple et une forme
composée qui appartiennent à la sphère du passé). L’imparfait et le
plus-que-parfait sont complètement abandonnés dans la langue
orale et ne trouvent leur emploi que dans une langue écrite
littéraire. Ils sont remplacés par le présent et le passé du subjonctif.

Notez bien !

Comment se forme le subjonctif ?


• Au présent :
On part du radical de la troisième personne du pluriel de l’indicatif présent : doiv-ent
On ajoute à ce radical doiv- les terminaisons : -e, -es, -e, -ions, -iez, -ent.

Trois remarques :
 Les 3e personnes du pluriel de l’indicatif et du subjonctif sont identiques.
 Les 1ère et 2e personnes du pluriel du subjonctif présent sont identiques à celles
de l’imparfait de l’indicatif.
 Toutes les formes de subjonctif sont précédées par la conjonction que.
Ce qui donne pour le verbe devoir : que je doive, que tu doives, qu’il / elle doive, que nous
devions, que vous deviez, qu’ils / elles doivent.

Cependant, neuf verbes ont un subjonctif présent irrégulier :


 aller : que j’aille, que tu ailles, qu’il / elle aille, que nous allions, que vous alliez,
qu’ils / elles aillent.
 être : que je sois, que tu sois, qu’il / elle soit, que nous soyons, que vous soyez,
qu’ils / elles soient.
 avoir : que j’aie, que tu aies, qu’il / elle ait, que nous ayons, que vous ayez, qu’ils
/ elles aient.
 faire : que je fasse, que tu fasses, qu’il / elle fasse, que nous fassions, que vous
fassiez, qu’ils / elles fassent.

183
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes personnels (ii)

 savoir : que je sache, que tu saches, qu’il / elle sache, que nous sachions, que
vous sachiez, qu’ils / elles sachent.
 pouvoir : que je puisse, que tu puisses, qu’il / elle puisse, que nous puissions,
que vous puissiez, qu’ils / elles puissent.
 vouloir : que je veuille, que tu veuilles, qu’il / elle veuille, que nous voulions, que
vous vouliez, qu’ils / elles veuillent.
 valoir : que je vaille, que tu vailles, qu’il / elle vaille, que nous valions, que vous
valiez, qu’ils / elles vaillent.
 falloir : qu’il faille (verbe impersonnel).

• Au passé :
On utilise l’auxiliaire être ou avoir au subjonctif présent + le participe passé du verbe.
Ce qui donne pour le même verbe devoir : que j’aie dû, que tu aies dû, qu’il / elle ait dû,
que nous ayons dû, que vous ayez dû, qu’ils / elles aient dû.
Le verbe partir : que je sois parti, que tu sois parti, qu’il / elle soit parti(e), que nous soyons
partis, que vous soyez partis, qu’ils / elles soient partis (es).

11.1.2 Valeurs et emploi du subjonctif


Pour le comprendre, il est conseillé de le comparer à l’indicatif.
Quand on utilise l’indicatif, on actualise l’action, on indique, on
montre les faits dans un moment donné. C’est le locuteur, celui qui
parle, qui place ces faits dans le monde de la réalité, de la
réalisation.
Je pense qu’il viendra (mon opinion est assurée).
C’est pourquoi l’indicatif, mode de l’actualisation, parcourt tous les
moments de l’axe du temps : le présent, le passé (passé composé,
passé simple, imparfait, plus-que-parfait, passé récent...), le futur
(futur proche).
Le subjonctif est le Je suis sûr que cet élève est intelligent et qu’il va comprendre
mode de la subjectivité ou qu’il comprendra un jour.
Quand on utilise le subjonctif, on interprète, on apprécie la réalité.
C’est donc le mode de la subjectivité. Le locuteur laisse aux autres
la possibilité de penser ou de ne pas penser comme lui.
Je veux qu’il vienne. (mais lui, voudra-t-il venir ?)
C’est pourquoi le subjonctif, mode de la subjectivité, n’a pas besoin
de tous les temps que l’on trouve à l’indicatif. Il montre l’action en
train de s’accomplir ou accomplie et c’est le contexte qui lui donne
sa valeur temporelle.
Je doute que cet élève soit intelligent et qu’il comprenne un
jour.
Comme le subjonctif est inapte à situer exactement le procès dans
une des trois époques (passé, présent, futur) comme l’indicatif, il ne
peut pas saisir l’idée verbale dans sa complète actualisation ; il
exprime plutôt l’interprétation du procès par le locuteur. Il exprime
donc un fait subjectif. En tant que mode affectif, il sert à exprimer
divers sentiments ou volontés du sujet : le souhait, le désir, l’ordre,
la crainte, le doute, ou des possibilités ou nécessités d’ordre
général.

184
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes personnels (ii)
Le subjonctif s’utilise essentiellement dans la proposition
subordonnée, mais aussi en phrase indépendante ou principale :
Le subjonctif peut Le subjonctif dans les phrases indépendantes
apparaître dans les
phrases indépendantes
 Phrase injonctive : exprime un ordre, une défense, une
exhortation ; il supplée l’impératif :
Qu’elle chante!

 Phrase exprimant un souhait :


Que le ciel nous protège!
Qu’il soit maudit !

 Dans des expressions figées :


Vive le roi ! Vive la France !
Dieu nous garde! Dieu nous bénisse!
Plaise au ciel que...
Puissé-je / Puisses-tu / Puisse-t-il + infinitif

 Phrase exprimant une supposition :


Soit un triangle équilatéral A, B, C.

 Dans une phrase exclamative, l’hypothèse envisagée et rejetée


avec indignation :
Moi, que je fasse une chose pareille !

 Affirmation polémique (avec le verbe savoir) :


Je ne sache pas qu’il ait présenté une thèse brillante.
Il n’est pas là, que je sache.

Le subjonctif dans les subordonnées


Le subjonctif peut être demandé dans la subordonnée par l’idée
exprimée par le verbe de la principale, par le sens du verbe
principal.
Ces verbes expriment :
 le doute : douter
il est douteux…, il est possible…, il se peut…
Il est possible qu’il vienne.
Je doute qu’il soit parti.
Verbes demandant le  le désir, le souhait, la nécessité, la volonté, l’ordre :
subjonctif dans la désirer ordonner
subordonnée vouloir avoir envie
aimer il est bon / juste
demander il est nécessaire / utile
exiger falloir : il faut
Nous voulons qu’il sache par cœur sa leçon.
Elle aime que nous lisions des contes.
Il faut que vous partiez à temps.
Après les verbes impersonnels on peut mettre l’infinitif :
Il faut partir à temps.

Dans ce cas, c’est le contexte de la communication qui montre qui


doit partir (nous ?, vous ?, elle ?, etc.).

185
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes personnels (ii)

 la permission, la défense :
permettre interdire
défendre souffrir
Le concierge défendait qu’on y entrât ces jours-là.
Le directeur permet qu’on aille le visiter.
Souffrez qu’on vous fasse ce reproche.

 le regret, l’indignation, l’étonnement :


s’étonner être ravi / content
regretter être indigné
s’indigner c’est regrettable
se fâcher c’est fâcheux
s’émerveiller c’est dommage
C’est dommage qu’il ait échoué à l’examen.
C’est regrettable qu’il n’ait pas réussi.
Je m’étonne qu’il puisse dire cela.

 la crainte : craindre, avoir peur.


J’ai peur qu’il n’ait pas le courage.
Nous craignons que vous ne soyez pas là.

 l’idée de superlatif :
C’est la meilleure solution qu’il ait pu trouver.
Vous êtes la seule personne que je veuille inviter.

 les verbes croire, dire, prétendre, affirmer demandent le


Verbes qui demandent subjonctif quand ils sont à la forme interrogative ou négative et
le subjonctif dans la l’indicatif à la forme affirmative :
subordonnée Je crois que tu es intelligent.
Je ne crois pas que tu sois intelligent.
Croyez-vous qu’il vienne ?

 les verbes nier, douter, ignorer à la forme négative sont suivis du


subjonctif :
Je ne nie pas qu’il ait raison.
Parfois, ils entraînent l’indicatif :
Je ne doute pas qu’il fera tout pour réussir.

 dans les propositions relatives exprimant le souhait, le but,


l’intention ou dont le fait exprimé dépend d’un souhait :
Marc cherche un livre qui puisse l’intéresser.
Je t’invite à une fête qui te rende heureux.

 le verbe espérer, bien qu’il exprime un sentiment et bien que le


fait qui en dépend soit douteux, se construit avec l’indicatif :
J’espère qu’il viendra.

Conjonctions et  Les conjonctions et les locutions conjonctives suivantes


locutions conjonctives demandent que le verbe de la subordonnée soit toujours au
qui demandent le subjonctif :
subjonctif de crainte que non pas que

186
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes personnels (ii)
afin que de peur que non que
à moins que encore que où que
avant que et que pour peu que
bien que jusqu’à ce que pour que
ce n’est pas que malgré que pourvu que
quoique sans que si ... que
soit que supposé que de façon que
Pierre parle clairement, afin que je comprenne.
Marc est assez intelligent pour qu’on lui fasse confiance.
J’aime Marie, quoiqu’elle soit égoïste.
Je viendrai te voir bien qu’il pleuve.
Le professeur explique, jusqu’à ce que les élèves
comprennent.
Ce Chinois parle français de façon que je comprenne.
J’attends jusqu’à ce qu’elle vienne.

 ajoutons les pronoms indéfinis quoi que, qui que, l’adjectif indéfini
quelque ... que (ou adverbe), l’adjectif indéfini quel que, qui
introduisent des subordonnées circonstancielles concessives :
Quoi que vous disiez...
Quoi que ce soit...
Quelque grands qu’ils soient...
Quel que soit votre but...

Exercices d’entraînement I

Pour mettre en application vos connaissances, il serait utile pour vous d’effectuer les
exercices suivants :

1. Transformez les phrases suivantes en remplaçant le verbe devoir par le verbe falloir et
l’infinitif, mode impersonnel, par le subjonctif, mode personnel :
Modèle : Tu dois venir avec nous. → Il faut que tu viennes avec nous.
• Il doit aller chez elle. → .............................................................................................
• Nous devons arriver ce soir. → .................................................................................
• Elle doit avoir du courage. → ....................................................................................
• Tu dois être content. → .............................................................................................
• Les enfants doivent boire du lait. → ..........................................................................
• Je dois lui écrire. → ..................................................................................................
• Tu dois lire cette revue. → ........................................................................................
• Vous devez en finir. → ..............................................................................................
• Elles doivent prendre l’avion. → ...............................................................................
• Je dois mettre mon manteau. → ...............................................................................
• Tu dois tenir un discours. → .....................................................................................

2. Remplacez le subjonctif présent par le subjonctif passé :


Modèle : Je doute qu’il vienne. → Je doute qu’il soit venu.

• Je ne conteste pas qu’il ait du mérite. → .................................................................


• Croyez-vous qu’il reçoive ma lettre ? → ...................................................................
• Je ne crois pas qu’il parte. → ...................................................................................
187
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes personnels (ii)

• Elle est heureuse que son fiancé réponde à ses lettres. → .....................................
• Je trouve bon qu’il nous aide. → ..............................................................................

3. Complétez les phrases suivantes en mettant les verbes entre parenthèses au subjonctif
présent. Remarquez les mots qui demandent le subjonctif :
Modèle : Ils se promènent, bien qu’il (pleuvoir). → bien qu’il pleuve

• Je les attendrai ici jusqu’à ce qu’ils (venir).


...................................................................................................................................
• Je t’ai offert ce livre pour que tu le (lire).
...................................................................................................................................
• Il ne fait pas de progrès quoiqu’il (être) intelligent.
...................................................................................................................................
• Je t’écrirai à condition que tu me (répondre).
...................................................................................................................................
• Nous le lui dirons avant qu’il (partir).
...................................................................................................................................
• Je m’attends à ce que ta sœur (se fâcher).
...................................................................................................................................
• Je ne sais comment le lui dire afin qu’elle (ne pas comprendre) autre chose
...................................................................................................................................

11.2 Le mode impératif


Les trois personnes de L’impératif est un mode. Mais contrairement aux autres modes
l’impératif personnels comme l’indicatif ou le subjonctif, il n’est pas complet.
Il s’emploie sans pronom sujet et ne comporte que trois personnes :
 la 2e du singulier (toi) lorsqu’on s’adresse à une personne à qui
on dit « tu » :
Prends le temps de visiter la ville, elle en vaut la peine.
 la 2e du pluriel (vous) lorsqu’on s’adresse à une personne à qui
on dit « vous » ou à plusieurs personnes :
Prenez le temps de visiter la ville, elle en vaut la peine.
 et, plus rarement, la 1re du pluriel (nous) si on s’inclut dans le
groupe concerné :
Prenons le temps de visiter la ville, elle en vaut la peine.

Remarque :
Comment exprimer l’impératif lorsqu’il s’agit des autres personnes ?

Pour la 1re personne du singulier (je) et les 3e personnes du


singulier (il / elle) et du pluriel (ils / elles), le subjonctif présent
remplace l’impératif.

Que je sois changée en pierre si je mens ! (= je veux bien


qu’on me change en pierre si je mens).
Qu’il aille visiter la ville, elle en vaut la peine ! (= il faut qu’il
prenne le temps de visiter la ville).

188
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes personnels (ii)

Les deux temps Attention ! Le mode impératif comporte deux temps : un présent
de l’impératif (fréquent) et un passé (moins utilisé) formé de l’auxiliaire être ou
avoir à l’impératif + participe passé du verbe.

 L’impératif présent :
- On donne un ordre, on exprime une prière ou on situe l’action
dans un futur immédiat :
Sers-moi à boire, s’il te plaît.
Passez-moi ce livre, s’il vous plaît.
- On situe l’action dans un avenir plus ou moins lointain, postérieur
au moment de l’énonciation :
Revenez à 18 heures, ce sera fait.
N’oublie pas d’aller chercher les enfants à l’école ce soir !

 L’impératif passé (auxiliaire être ou avoir à l’impératif + participe


passé du verbe).
Le procès doit être achevé dans l’avenir, à un moment souvent
exprimé par un complément ou une subordonnée circonstancielle
de temps :
Soyez rentrés avant minuit.
Tu peux aller à cette fête mais surtout sois revenu avant que
ton père (ne) rentre !

11.2.1 La formation de l’impératif


L’impératif n’a pas de sujet exprimé, c’est donc la terminaison du
verbe ou de l’auxiliaire qui indique la personne à qui s’adresse le
locuteur.
Approchez, regardez, choisissez ce qui vous plaît !
Sois sage, reste tranquille !
Un groupe nominal, mis en apostrophe, avant ou après le verbe,
précise parfois à qui on parle.
Les enfants, ne restez pas dehors sous la pluie, rentrez dans la
maison ! Mathias, éteins la télé !
Les trois formes qui existent à l’impératif présent viennent presque
toutes du présent de l’indicatif.
Finis ton assiette avant de quitter la table !
Prenons le temps de réfléchir, ne décidons pas les choses à la
légère !
Finissez vite vos devoirs et sortez jouer dans la neige !

Notons maintenant quelques cas particuliers :


1. être ou avoir utilisent la forme du subjonctif.
Sois courageuse ! Soyez heureux ! Soyons prudents !
Aie un peu d’ambition ! Ayez confiance en moi !

Ayons une politique commune !

2. Le verbe savoir a un impératif formé sur le radical du subjonctif,


mais les terminaisons sont : -e, -ons, -ez.
Sache bien que c’est la dernière fois que je t’aide !
Sachons rester courtois en toutes circonstances.
Sachez garder votre calme, s’il vous plaît !
189
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes personnels (ii)

3. Le verbe vouloir est particulier. Des trois formes : veuille,


veuillons, veuillez, la dernière est utilisée

Notez à présent quelques particularités d’orthographe et de


construction de l’impératif.

Distinguez !

1. Premier groupe (verbes en –er y compris aller) : la 2e personne du singulier ne prend


pas de « s », contrairement à la forme du présent de l’indicatif.
Tu chantes bien → Chante pour nous, s’il te plaît.
Tu ouvres la porte → Ouvre la porte à ton frère.
Mais pour faciliter la prononciation, on ajoute un « s » quand l’impératif est suivi de y ou de
en rattachés au verbe par un trait d’union.
Tu es toujours décidé à sortir ce soir ?
Eh bien, vas-y sans moi, je suis fatiguée.
Tu as des difficultés à comprendre ? Parles-en au professeur.
2. Le verbe à l’impératif peut avoir des compléments d’objet direct ou indirect. Lorsque ces
C.O.D. ou C.O.I. sont des pronoms, ils se placent toujours après le verbe à la forme
affirmative.
Raconte à ton père ce que tu as fait → Raconte-le-lui !
Souvenez-vous des bons moments passés ensemble → Souvenez-vous-en !
Mais à la forme négative, ils se placent avant le verbe.
Ne dis pas à ton père ce que tu as fait. → Ne le lui dis pas !
N’offrez jamais de fleurs aux personnes allergiques. → Ne leur en offrez
jamais.
Ne te regarde pas dans la glace sans arrêt !

11.2.2 Valeurs et emplois de l’impératif


L’impératif sert à exprimer une injonction qui peut aller de l’ordre
Les valeurs de plus ou moins brutal (Descendez de là immédiatement !) à la prière
l’impératif (Ecoute-moi, je t’en prie). Le sens le plus habituel est celui de
l’ordre ou son contraire, la défense.
Apprenez cette leçon mais ne faites pas les exercices.
Il peut exprimer aussi :
 le conseil : Sachez attendre, soyez patient, tout va s’arranger.

 le souhait : Passez un bon week-end. Soyez en forme lundi.

 la prière : Faites qu’il réussisse. Ayez pitié de nous !

 la politesse formelle, à l’écrit surtout, avec veuillez :


Veuillez trouver ci-joint le document que vous nous avez
demandé.
Veuillez agréer, Madame/Monsieur, l’expression de mes
salutations distinguées.

 la condition :
Finis ton travail et tu pourras rejoindre tes copains.

190
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes personnels (ii)
 l’opposition / la concession :
Criez, menacez, suppliez, nous ne reviendrons pas sur notre
décision (=même si vous criez, menacez, suppliez, nous ne
reviendrons pas sur notre décision).

 une vérité intemporelle, souvent sous la forme des proverbes :


Ne jouez pas avec le feu.
Ne mettez pas tous vos œufs dans le même panier.
Ne vendez pas la peau de l’ours avant de l’avoir tué.

Test d’autoévaluation

Pour bien gérer ce test, il est indispensable que vous suiviez un certain nombre de
démarches théoriques et appliquées. Vérifiez vos résultats en consultant la rubrique Clés
du test d’autoévaluation.
Attention ! Les pointillés vous permettent d’insérer vos réponses dans le test.

1. Mettez les verbes au subjonctif présent. Faites-les précéder de il faut que et continuez
les phrases:

je sais……………………………… nous voyons …………………………….


tu veux ……………………………. vous criez ……………………………….
il doit……………………………….. tu vas ……………………………………
il construit ………………………… vous fuyez……………………………….
elle obéit…………………………… vous défaites ……………………………
je crois…………………………….. nous sommes avertis……………………

2. Dites si les verbes en italique sont au subjonctif ou à l’indicatif :

• Quand nous lui donnions ce surnom, il se mettait en colère…………………………


• Il ne veut pas que nous l’appelions ainsi……………………………………………….
• Ce coq chante avant que le jour ne se lève……………………………………………
• Je crois qu’elle se charge des pique-niques……………………………………………
• Bien que j’aie déjà répondu, je vais reprendre mon explication……………………..
• Penses-tu qu’il dise vrai ?……………………………………………………………….
• Ne les dérange pas, afin qu’ils finissent avant la nuit…………………………………

3. Choisissez le mode qui convient. Dans tous les cas, le verbe sera au présent :

• Il faut que j’(avoir) le courage d’écrire. …………………………………………………


• Nous irons en Corse cet été, à moins que nous ne (changer) d’avis. ………………
• Crois-tu qu’il (courir) si vite ? ……………………………………………………………
• Il est possible que vous (faire) erreur. ………………………………………………….
• Nous souhaitons qu’il vous (croire). ……………………………………………………
• Je pense qu’il ne me (voir) pas………………………………………………………….

4. Dans le texte suivant, relevez les verbes au subjonctif et indiquez les raisons de leurs
emplois :
191
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes personnels (ii)

Mélusine prit congé en pleurant de tous les barons, dames et damoiselles qui étaient là... :
« Adieu, tous et toutes ! Je me recommande à vous. Qu’il vous plaise de prier Notre-
Seigneur de vouloir alléger ma peine. Je veux aussi que vous sachiez qui je suis, afin que
vous ne reprochiez pas à mes enfants qu’ils soient fils de mauvaise mère. »
Jean d’Arras, Le Roman de Mélusine

5. Indiquez la nuance exprimée par Ie subjonctif dans les phrases suivantes. Choisissez
pour ce faire parmi ces mots : ordre - acclamation - souhait - éventualité - imprécation –
interdiction :

• Vive Ie sport !.............................................................................................................


• Qu'on éteigne ce feu………………………………………………………………………
• Qu'il vienne, et il le regrettera…………………………………………………………….
• Oh ! qu'ils réussissent!..............................................................................................
• Qu'on ne touche pas à cela……………………………………………………………….
• Que le diable l'emporte!.............................................................................................

6. Dans les phrases suivantes, mettez le verbe au mode et au temps qui conviennent :

• Veillez à ce que Ie blessé n'(avoir) pas froid.


…………………………………………………………………………………………………
• Allume un projecteur pour qu'on (voir) mieux Ie terrain.
…………………………………………………………………………………………………
• Attends-toi à ce que nous (être) en verve demain soir.
…………………………………………………………………………………………………
• Que vous vous (désunir) à ce point est désolant !
…………………………………………………………………………………………………
• Bien qu'on en (rire), ce projet est valable.
…………………………………………………………………………………………………
• Je souhaite que vous (signer) ce document tout de suite.
…………………………………………………………………………………………………

7. Indiquez laquelle des valeurs de l'impératif exprime chacune des phrases ci-dessous:
interdiction - ordre - souhait - conseil - exhortation - action devant être réalisée à un
moment donné du futur :

• Ne touchez pas à ce récipient ! …...…………………………………………………….


• Epluchez les courgettes et faites-les cuire à feu doux !........…………………………

• Guérissez vite !.........................................................................................................


• Persévérez ! Faites encore un effort! Vous allez gagner. ……………………………
• Ayons terminé pour samedi. …………………………………………………………….
• Prenez ce comprimé; il apaisera vos maux de tête. ………………………………….

8. Transformez les propositions suivantes, en mettant les verbes à l’impératif :


Modèle : Tu fermes la porte. → Ferme (fermons, fermez) la porte !

• Tu vas à la bibliothèque. → .....................................................................................


• Tu achètes des fleurs. → .........................................................................................
• Tu écoutes la radio. → .............................................................................................
• Tu regardes la télévision. → ....................................................................................
• Tu ouvres la fenêtre. → ...........................................................................................

192
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes personnels (ii)

• Tu conduis la voiture. → ..........................................................................................


• Tu te lèves. → ..........................................................................................................
• Vous vous dépêchez. → ..........................................................................................

9. Transformez les phrases ci-dessous en phrases impératives :


Modèle : Dites-leur de venir avec nous. → Venez avec nous !

• Demande-lui de rentrer plus tôt ce soir. → ..............................................................


• Dis à Paul de ne pas faire de bruit. → .....................................................................
• Dis-lui de se réveiller plus tôt. → .............................................................................
• Dis à ces enfants de se taire. → ..............................................................................
• Dites à Hélène de lui écrire. → ................................................................................

 Idées à retenir

Après avoir étudié avec beaucoup d’attention l’unité d’apprentissage 11, vous devez
retenir quelques idées de base:

• Le subjonctif et l’impératif sont des modes personnels chargés de la subjectivité


des locuteurs, partenaires dans l’échange.
• Le subjonctif exprime le désir, le souhait, la volonté, etc. ; c’est le mode de la
subjectivité et par là il s’oppose à l’indicatif, qui exprime des réalités considérées
objectives.
• Le subjonctif s’utilise aux temps présent et passé: l’imparfait et le plus-que-parfait
du subjonctif ne s’emploient plus aujourd’hui.
• La présence du subjonctif dans les propositions principales ou dans les
propositions subordonnées se justifie par des critères sémantiques (de sens) et
syntaxiques (de structure).
• L’impératif ne connaît que la deuxième personne singulier et pluriel et la première
personne du pluriel.
• L’impératif sert à exprimer une injonction qui peut aller de l’ordre le plus brutal à la
prière ; il exprime aussi la défense, l’interdiction, le conseil, la politesse, etc.

Les clés du test d’autoévaluation

Corrigés

1. il faut que je sache……………. il faut que nous voyions…………...……


il faut que tu veuilles……….. …… il faut que vous criiez……………………
il faut qu’il doive …………………. il faut que tu ailles……………………….
il faut qu’il construise……………. il faut que vous fuyiez……………………
il faut qu’elle obéisse…………….. il faut que vous défassiez……………….
il faut que je croie………………. … il faut que nous soyons avertis…………

2. indicatif imparfait ; subjonctif présent ; subjonctif présent ; indicatif présent ; subjonctif


passé ; subjonctif présent ; subjonctif présent.

193
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes personnels (ii)

3. que j’aie ; changions ; coure ; nous trompions ; fassiez ; croie ; voit.

4. qu’il vous plaise : souhait, exhortation.


que vous sachiez : demandé par le verbe vouloir : la volonté.
que vous ne reprochiez pas : demandé par la locution afin que.
qu’ils soient : l’éventualité, l’irréel.

5. acclamation ; ordre ; éventualité ; souhait ; interdiction ; imprécation.

6. n’ait ; voie ; soyons ; désunissiez ; rie ; signiez.

7. interdiction ; conseil ; souhait ; exhortation ; ordre ; action réalisée au futur.

8. Va ! Allons ! Allez !
Achète ! Achetons ! Achetez !
Ecoute ! Ecoutons ! Ecoutez !
Regarde ! Regardons ! Regardez !
Ouvre ! Ouvrons ! Ouvrez !
Conduis ! Conduisons ! Conduisez !
Lève-toi ! Levons-nous ! Levez-vous !
Dépêche-toi ! Dépêchons-nous ! Dépêchez-vous !

9. Rentre plus tôt !


Ne fais pas de bruit !
Réveille-toi plus tôt !
Taisez-vous !
Ecris-lui !

Test de contrôle 11

Ce test est administré à l’issue de l’unité d’apprentissage 11.


Pour réaliser ce test, il est conseillé de relire l’unité et de faire les exercices de repérage et
de réemploi des modes personnels (le subjonctif et l’impératif) qui y sont recommandés.
Ne manquez pas de transmettre ce test à votre tuteur. A cet effet, il convient de marquer
votre nom, votre prénom et votre adresse personnelle sur la première page de votre copie.
N’oubliez pas de mentionner aussi le numéro du test. Vous êtes supposés le recevoir,
après correction, avec les commentaires de votre tuteur.
Bon travail !

1. Répondez aux questions suivantes:

a) Pouvez-vous indiquer, au choix, trois cas d’emploi du subjonctif dans les


subordonnées ?
b) Expliquez l’emploi du subjonctif dans les propositions principales.
c) Présentez les règles de formation de l’impératif.
(2 points)

194
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes personnels (ii)

Vous allez trouver toutes ces explications dans l’unité d’apprentissage 11. Essayez de les
rendre d’une manière claire et cohérente. Illustrez vos explications par des exemples de
votre choix.

2. Lisez le texte ci-dessous et précisez les modes et les temps des formes verbales :

Monsieur Jourdain : – Au reste, il faut que je vous fasse une confidence. Je suis
amoureux d'une personne de qualité, et je souhaiterais que
vous m'aidassiez à lui écrire quelque chose dans un petit billet
que je veux laisser tomber à ses pieds. [...]
Maître de philosophie : – Sont-ce des vers que vous voulez lui écrire ?
Monsieur Jourdain : – Non, non, point de vers.
Maître de philosophie : – Vous ne voulez que de la prose?
Monsieur Jourdain : – Non, je ne veux ni prose ni vers.
Maître de philosophie : – II faut bien que ce soit l'un ou l'autre. [...]
Monsieur Jourdain : – Je voudrais donc lui mettre dans un billet: Belle Marquise,
vos beaux yeux me font mourir d'amour; mais je voudrais que
cela fût mis d'une manière galante, que cela fût tourné
gentiment.
Molière, Le Bourgeois gentilhomme, V, 4.
(2 points)

3. Mettez les phrases suivantes à l’impératif affirmatif et puis à l’impératif négatif:


Modèle : Tu te promènes dans la forêt. (+) Promène-toi dans la forêt !
(–) Ne te promène pas dans la forêt !

• Nous nous réveillons tard.


(+) ................................................................................................................................
(–) ................................................................................................................................

• Tu te souviens de moi.
(+) ................................................................................................................................
(–) ................................................................................................................................
• Tu te laves avec de l’eau froide.
(+) ................................................................................................................................
(–) ................................................................................................................................
• Vous vous peignez.
(+) ................................................................................................................................
(–) ................................................................................................................................
• Nous nous couchons tard.
(+) ................................................................................................................................
(–) ................................................................................................................................
• Tu es gentil avec elle.
(+) ................................................................................................................................
(–) ................................................................................................................................
• Nous avons de la pitié pour lui.
(+) ................................................................................................................................
(–) ................................................................................................................................
• Nous sommes prudents.
(+) ................................................................................................................................
(–) ................................................................................................................................

195
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes personnels (ii)

• Vous avez de la patience.


(+) ................................................................................................................................
(–) ................................................................................................................................
(2 points)

4. Transformez les phrases ci-dessous en mettant les verbes à l’impératif :


Modèle : J’ai acheté des fruits. → Achète toi aussi des fruits !

• Nous avons appelé le professeur. → .......................................................................


• Vous avez feuilleté ce livre. → .................................................................................
• Ils ont levé la main. → ..............................................................................................
• Vous avez renouvelé notre contrat. → .....................................................................
• Nous avons écouté la radio. → ................................................................................
• Vous avez regardé la télévision. → .........................................................................
• J’ai mis la table. → ...................................................................................................
• Il a dormi cet après-midi. → .....................................................................................
(2 points)

5. Mettez au subjonctif les verbes entre parenthèses :

• Il faut que vous (dire)…………………la vérité.


• Il arrive qu’on (ne pas être)…………………toujours d’accord.
• Il est important que vous (se mettre)…………………à sa disposition.
• Il ne serait pas mauvais qu’on (savoir)…………………à l’avance vos intentions.
• Il est naturel que ton enfant (vouloir)…………………aller chez les grands-parents.
• Il est étonnant que vous (pouvoir)…………………penser de la sorte.
• Elle ne doutait pas que la promenade (valoir)…………………mieux que de rester
chez soi.
• Le repas est resté sur la table jusqu’à ce qu’ils (venir)………………… .

• Il faut veiller à ce que les jeunes (ne pas perdre)…………………le plaisir de la


lecture.
• Il voulait leur fournir une explication qui leur (paraître)…………………plausible.
(2 points)

196
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes personnels (ii)

Références bibliographiques

Cosăceanu, A., Slăvescu, M., Gramatica limbii franceze, Editura 100+1 Gramar, Bucureşti,
2001, p. 144-223.

Cristea, T., Grammaire française. Le nom et le groupe nominal. Le verbe et le groupe


verbal, Editura Fundaţiei România de mâine, Bucureşti, 2000, p. 217-220.

Grevisse, M., Précis de grammaire française, Editions Duculot, Paris, 1990, p. 191-205.

Grevisse, M., Le bon usage, Duculot, Paris, 1993, p. 1302-1378.

Jeanrenaud, A., Langue française contemporaine. Morphologie, syntaxe, Editura Polirom,


Iaşi, 1996, p. 106-166.

Poisson-Quinton, S., Mimran, R., Mathéo Le Coadic, M., Grammaire expliquée du


français, Cle International, Paris, 2002, p. 155-158.

Riegel, M., Pellat, J. Ch., Rioul, R., Grammaire méthodique du français, PUF, Paris, 1990,
p. 320-333.

197
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes impersonnels

Unité d’apprentissage 12

VALEURS ET EMPLOIS DES MODES ET DES TEMPS


LES MODES IMPERSONNELS
________________________________________________________________________

Sommaire page
Les objectifs de l’unité d’apprentissage 12 198
12.1 Valeurs et emplois des modes impersonnels 199
12.2 Le mode infinitif 199
12.3 Le mode participe 203
12.3.1 Le participe présent 203
12.3.2 Le gérondif 204
12.3.3 L’adjectif verbal 205
12.3.4 Le participe passé 207
12.3.5 L’accord du participe passé 208
Test d’autoévaluation 210
Les clés du test d’autoévaluation 214
Test de contrôle 12 215
Références bibliographiques 217

Les objectifs de l’unité d’apprentissage 12

Quand vous aurez parcouru ce chapitre et effectué les exercices de repérage et d’emploi
des modes impersonnels (l’infinitif et le participe), vous serez capables de :

• Distinguer, par leurs caractéristiques, les modes impersonnels : l’infinitif et le


participe.
• Reconnaître et utiliser correctement les formes de l’infinitif des verbes.
• Connaître les diverses valeurs de l’infinitif en tant que verbe et de l’infinitif en
tant que nom.
• Distinguer les participes présents, les gérondifs et les adjectifs verbaux et
reconnaître leurs valeurs dans la phrase.
• Reconnaître les participes passés et faire leur accord conformément aux règles
qui régissent leur emploi.

198
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes impersonnels

12.1 Valeurs et emplois des modes impersonnels

Les modes impersonnels


Le mode impersonnel, comme son nom l’indique, ne porte aucune
marque de personne : il ne se conjugue pas. Il ne donne aucune
indication par lui-même sur la temporalité. C’est le verbe de la
proposition principale qui indique à quel moment se situe le procès.
• Il a deux formes, une forme simple (par exemple :
comprendre, comprenant) et une forme composée (par
exemple : avoir compris, ayant compris).
• Il existe deux modes impersonnels : l’infinitif (présent et
passé) et le participe (présent et passé).
Nous allons les passer en revue en commençant par l’infinitif.

12.2 Le mode infinitif

Qu’est-ce que l’infinitif ?


L’infinitif est comme la carte d’identité du verbe, c’est la forme sous
laquelle vous le trouverez classé par ordre alphabétique dans un
dictionnaire.

Distinguez !

Cette forme indique à quel groupe appartient le verbe:


 le 1er, celui des verbes réguliers finissant par –er, type chanter (sauf aller qui est
irrégulier) ;
 le 2e, celui des verbes réguliers finissant par –ir, comme finir/finissant ou
rougir/rougissant ;
 le 3e, qui regroupe tous les verbes irréguliers, par exemple voir, croire, faire, prendre,
partir, etc.

Il existe deux temps de l’infinitif : un présent, forme simple


Infinitif :
(téléphoner, sortir, peindre), et un passé : être ou avoir + participe
passé (avoir téléphoné, être sorti, avoir peint).
Ces deux temps s’opposent sur le plan aspectuel :

- présent  l’infinitif présent exprime une action non accomplie, en cours de


réalisation. Elle peut être simultanée ou postérieure à l’action de la
principale :
Je pense comprendre ce que tu veux dire / Je suis content de
te voir demain.
- passé  l’infinitif passé exprime une action accomplie, antérieure à celle
de la principale :
Je pense avoir compris ce que tu veux dire / Je suis content de
t’avoir vu (hier).
L’infinitif peut se mettre au passif (présent ou passé) :
Ces jeunes sportifs sont fiers d’être reçus à l’Elysée par le
président de la République.
Ces jeunes sportifs sont fiers d’avoir été reçus hier à l’Elysée
par le président de la République.

199
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes impersonnels

Observez les situations suivantes:


 Après une préposition, le verbe est toujours à l’infinitif
présent ou passé :
Marie est passée sans me voir.
Joseph est allé à la médiathèque pour chercher un livre.
 Quand deux verbes se suivent, le second est toujours à
l’infinitif :
Passez prendre un café à la maison.
Allez chercher les enfants.

L’infinitif a des Valeurs et emplois


valeurs verbales L’infinitif peut jouer le rôle d’un verbe ou celui d’un nom.

• L’infinitif joue le rôle d’un verbe:


Dans une phrase indépendante, où il prend différentes valeurs :

 Dans une phrase interrogative, il exprime l’incertitude :


Que choisir ? Être ou ne pas être ?
A quoi bon te tourmenter ?

 Dans une phrase exclamative, il remplace un indicatif et


exprime la surprise, la colère, le souhait :
Ma fille, abandonner ses études, quitter ses amis !
Ah ! Partir au soleil, nager, se balader sans souci !

 L’infinitif peut aussi remplacer un impératif et exprimer un


ordre ou une défense, un conseil. Vous le trouverez dans les
recettes de cuisine, les modes d’emploi, les consignes :
Dans le métro : Ne pas jouer avec les portes. Ne pas fumer.
Ne pas gêner la fermeture des portes.
En classe : Mettre le verbe à la forme passive.
Souligner les pronoms relatifs.

 Il forme une périphrase verbale en construction avec certains


verbes semi-auxiliaires:
Elle est sur le point de partir en voyage.
Il a commencé à écrire ses Mémoires.

 L’infinitif peut être introduit par un verbe, souvent avec la


valeur d’une proposition subordonnée :
Marie pense visiter la France. (= qu’elle visitera…).
Le policier sait à qui s’adresser. (= à qui il pourrait
s’adresser)

Le verbe à l’infinitif est souvent utilisé pour exprimer des maximes,


des vérités générales. On le trouve dans de nombreux proverbes.
Promettre est facile, tenir est difficile.
Donner c’est donner ; reprendre c’est voler.
Vouloir, c’est pouvoir.
Partir, c’est mourir un peu.

200
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes impersonnels

L’infinitif a des • L’infinitif a des valeurs nominales. Il peut être :


valeurs nominales
 sujet :
Rire est indispensable.
 attribut :
Son rêve, c’est de faire le tour de France.
 complément (de nom, d’adjectif) :
Son désir de voyager est plus fort que sa peur de
prendre l’avion.
 complément d’objet direct ou indirect du verbe :
Nous voudrions parler à M. Dupont.
Tu as parlé d’acheter une maison, c’est sérieux ?
 complément circonstanciel de but :
Ses parents ne savent que faire pour l’aider.
 complément circonstanciel de manière :
Elle m’annonça la nouvelle sans prendre de précaution.
 complément circonstanciel de cause :
Pour avoir trop souffert, elle ne lui pardonne pas.
 complément circonstanciel de temps :
Anne met son manteau avant de sortir.
 complément circonstanciel d’opposition :
Jacques a été puni sans avoir rien fait de mal.

Exercices d’entraînement I

Pour mettre en application vos connaissances, il serait utile pour vous d’effectuer les
exercices suivants :

1. Remplacez la proposition en italique par l’infinitif. Observez les changements de


personne, donc de celui qui effectue l’action dans les deux propositions (principale et
subordonnée) :
Modèle : Marie veut que tu viennes avec nous. → Marie veut venir avec nous.

• Je crois qu’il arrivera vers midi. → ............................................................................


• Irène voudrait que vous voyiez ce spectacle. → .......................................................
• J’espère qu’il réussira. → ..........................................................................................
• Nous préférons qu’elle se taise. → ...........................................................................
• Ta mère craint que tu prennes froid. → ....................................................................

2. Transformez les phrases suivantes en mettant l’infinitif dans la proposition


subordonnée :
Modèle : Je regardais les gens qui passaient dans la rue.
→ Je regardais les gens passer dans la rue.

• On entendit un train qui s’approchait.


→ .................................................................................................................................

201
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes impersonnels

• J’entendais des femmes qui parlaient autour de moi.


→ .................................................................................................................................
• Nous voyions les bateaux qui entraient dans le port.
→ .................................................................................................................................
• Elodie écouta la rivière qui murmurait et les arbres qui frémissaient.
→ .................................................................................................................................
• J’entendis quelqu’un qui chantait dans la chambre voisine.
→ .................................................................................................................................

3. Mettez à la place de la subordonnée un infinitif passé :


Modèle : Je crois que je vous ai vu l’autre jour.
→ Je crois vous avoir vu l’autre jour.

• Marie avoua qu’elle avait eu mal à la tête.


→ .................................................................................................................................
• Nous espérons que nous avons réussi.
→ .................................................................................................................................
• Marcel prétendit qu’il était parti un jour avant.
→ .................................................................................................................................
• Les jeunes nous disent qu’ils avaient aperçu Pierre dans la foule.
→ .................................................................................................................................

4. Transformez les phrases suivantes, en utilisant l’infinitif passé précédé de la préposition


après :
Modèle : Serge a fini son travail, puis il est allé faire une promenade.
→ Après avoir fini son travail, Serge est allé faire une promenade.

• Les touristes ont pris leur déjeuner, puis ils s’en sont allés.
→ .................................................................................................................................
• Grand-mère a enlevé son manteau, puis elle s’est assise dans un fauteuil.
→ .................................................................................................................................
• La fillette s’est assise, puis elle s’est endormie.
→ .................................................................................................................................
• Brigitte a monté ses bagages dans sa chambre, puis elle s’est changée.
→ .................................................................................................................................
• Sophie t’a téléphoné, puis elle est sortie.
→ .................................................................................................................................
• Nous lui avons écrit une lettre, puis nous sommes allés à la poste.
→ .................................................................................................................................

5. Transformez les phrases suivantes, d’après le modèle :


Modèle : Je dois écrire une lettre. → J’ai une lettre à écrire.

• Michelle doit nettoyer sa robe. → ...............................................….........................


• Tu dois repasser du linge. → ..................................................................................
• Nous devons recommencer le travail. → ................................................................
• Le directeur doit rédiger un rapport. → ...................................................................
• Les médecins doivent soigner un enfant. → ...........................................................
• Je dois faire réparer mes chaussures. → ................................................................

202
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes impersonnels
12.3 Le mode participe

12.3.1 Le participe présent

• Le participe présent envisage l’action (le procès) en train de se


dérouler. Il est invariable et n’a pas de temporalité propre : c’est le
verbe principal qui indique sa valeur temporelle. Dans la phrase
suivante, par exemple, c’est partit qui donne la valeur temporelle au
participe présent cherchant :
Cherchant fortune, il partit pour l’Amérique.

Observez !
Formez le participe présent d’un verbe, en ajoutant la terminaison
-ant au radical de la 1re personne du pluriel.
nous voulons → voul- → voulant
nous pouvons → pouv- → pouvant
nous finissons → finiss- → finissant
nous écoutons → écout- → écoutant

Il y a des exceptions :
être → étant
avoir → ayant
savoir → sachant

Formes spéciales Le participe présent a des formes spéciales pour chaque voix :

1er groupe 2e groupe 3e groupe


Voix active lavant réunissant battant
Voix passive étant lavé étant réuni étant battu
Tournure
se lavant se réunissant se battant
pronominale
Figure 12.1

Distinguez !

• les participes présents conjoints, rattachés directement à un nom


(et donc tout à fait comparables à des adjectifs épithètes) :
Il rencontra un pauvre homme mourant de faim.
• et les participes présents disjoints, séparés du nom par une
virgule. Ils peuvent se trouver avant ou après le nom.

Lorsqu’il est disjoint, le participe peut exprimer :


 la cause :
Mourant de faim, le pauvre homme se décida à
demander la charité.
 la simultanéité :
Se précipitant sur son maître, le chien se mit à aboyer
joyeusement.
 la condition :
Travaillant un peu plus régulièrement, il réussirait mieux.

 l’opposition :

203
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes impersonnels
Bien qu’ayant étudié la grammaire, il continue à faire
des erreurs.

Le sujet du Le sujet du participe présent :


participe présent • Le participe présent peut avoir son sujet propre :
Le soir tombant, les sauveteurs interrompirent leurs recherches.
GN participe GN verbe principal C.O.D.
sujet présent sujet

subordonnée proposition principale


participiale

• Le participe présent a le même sujet que le verbe principal :


Les collines environnant la ville étaient brisées.
GN participe GN GV (être + attribut)
sujet présent C.O.D.
épithète

proposition

12.3.2 Le gérondif

Formation : Le gérondif est formé du participé présent du verbe,


précédé de « en ».
Marie travaille toujours en écoutant de la musique.
Le gérondif est un peu comparable à un adverbe. Observez :
Marie travaille en écoutant de la musique.
Marie travaille beaucoup, silencieusement...
Le gérondif a toujours le même sujet que le verbe principal et il peut
aussi avoir un complément.
En lisant ce livre, j’ai eu envie d’aller en Chine.

• A la différence du participe présent qui se rapporte à un nom ou à


un pronom, le gérondif se rattache à un verbe et il joue le rôle d’un
complément circonstanciel ou d’un adverbe :

Le fonctionnement du François nous aborda en souriant..


gérondif dans la sujet C.O.D. verbe gérondif =
phrase avec le sourire
(circonstanciel)

Tu as défendu ton point de vue en t’obstinant.


sujet verbe C.O.D. gérondif =
obstinément
(adverbe)

204
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes impersonnels
• Le gérondif garde une valeur verbale :
En passant le ballon à Dominique, tu favorises le but.
gérondif C.O.D. du C.O.I. du proposition principale
verbe verbe
passer passer

• Le gérondif a le même sujet que le verbe auquel il se


rapporte :
En insistant, tu aurais pu lui parler.

Valeurs et emplois du gérondif

• Le gérondif indique la simultanéité par rapport au verbe principal.


Tout + gérondif insiste sur l’idée de durée.
Le matin, il chante tout en se lavant. (les deux actions
sont simultanées).
• Le gérondif peut également exprimer :
 la cause :
En révisant bien ses cours, il a réussi son examen.
(= parce qu’il a bien révisé... )
 le moyen, la manière :
Il a trouvé un studio en mettant une annonce dans le
journal. (réponse à la question : comment ... ?)
 la condition :
En suivant mes conseils, tu aurais pu réussir.

12.3.3 L’adjectif verbal

L’adjectif verbal est Nous avons étudié l’adjectif verbal dans le cadre du groupe
un déterminant qui adjectival (Unité d’apprentissage 4). Nous rappelons qu’il est issu
peut entrer dans la du participe présent, dont il garde la forme en –ant :
structure du GN Un spectacle émouvant.
Une rue passante.
et qu’il y a des différences entre les formes de ces deux
parties du discours :

Les enfants fatiguant le malade, nous avons écourté notre visite.


participe présent

Ce petit garçon est fatigant : il remue tout le temps.


adjectif verbal

Mon avis différant du tien, je ne veux plus travailler avec toi.


participe présent

Mon avis est différent du tien.


adjectif verbal

205
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes impersonnels
Comme l’adjectif qualificatif, l’adjectif verbal s’emploie pour préciser
un aspect de l’élément désigné par le nom auquel il se rapporte. On
dit qu’il caractérise cet élément :
Un fauteuil branlant. Un paysage reposant.

Exercices d’entraînement II

Pour mettre en application vos connaissances, il serait utile pour vous d’effectuer les
exercices suivants :

1. Indiquez le participe présent et le gérondif de chacun des verbes suivants :


Modèle : boire → buvant → en buvant

jeter ………………………............... créer ………………………...............


étinceler ………………………........ finir ……………………….............….
faire ………………………............... placer ………………………..............
courir ………………………............ maudire ………………………...........
devoir ………………………............ aller ……………………….............…
agir ………………………............... voir ……………………….............….
réagir ………………………........... mettre ……………………….............

2. Dans les phrases suivantes, remplacez le participe présent par une proposition relative :
Modèle : On entendait la pluie tombant sur les arbres.
→ On entendait la pluie qui tombait sur les arbres.

• Les instituteurs rencontraient des groupes d’enfants allant à l’école.


→..................................................................................................................................
• Marc avait pris le sentier serpentant sur la colline.
→ .................................................................................................................................
• Ma femme a perdu son sac contenant mille euros.
→ .................................................................................................................................
• Les personnes désirant parler au directeur sont priées de remplir une fiche.
→ .................................................................................................................................

3. Remplacez le participe présent par une subordonnée de cause :


Modèle : Pierre a refusé craignant d’être trompé.
→ Il a refusé parce qu’il craignait d’être trompé.

• Le vieux, sentant sa mort prochaine, fit venir ses enfants.


→ ................................................................................................................................
• L’agent se fit aimable, voyant l’embarras du chauffeur.
→ ................................................................................................................................
• Elle restait seule dans le chalet, n’ayant peur ni le jour ni la nuit.
→ ................................................................................................................................
• Ne sachant à qui demander appui, Emile s’adressa à son institutrice.
→ ................................................................................................................................

206
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes impersonnels

4. Remplacez le participe présent par une subordonnée de temps :


Modèle : Je l’ai surpris lisant cette lettre.
→ Je l’ai surpris pendant qu’il lisait cette lettre.

• Entrant dans la pharmacie, Marie vit Pauline qui faisait des courses.
→ ................................................................................................................................
• Lui prenant la main, il la regardait affectueusement.
→ ................................................................................................................................
• Me disant ces paroles, elle éclatait en larmes.
→ ................................................................................................................................

12.3.4 Le participe passé


Le participe passé d’un verbe est formé de l’auxiliaire « être » ou
« avoir » employé au participe présent, et du radical du verbe
terminé, selon les groupes ou les verbes, par « é », « i », « u »,
« s » ou « t ».

1er groupe 2e groupe 3e groupe


ayant lu, ayant bu,
Transitifs ayant mangé ayant fini
ayant pris, ayant joint
étant parti, étant venu,
Intransitifs étant tombé ayant agi
ayant dormi, étant né
s’étant enfui, s’étant tu,
Pronominaux s’étant dressé s’étant blotti
s‘étant repris, s’étant plaint
Figure 12.2

Dans l’usage courant, la forme simple terminée par « é », « i »,


« u », « s » ou « t » s’emploie souvent sans auxiliaire. On dit que
c’est « la forme réduite du participe passé » :
sauvé, puni, connu, assis, fait.

Le participe passé
Le participe passé apparaît :

 En construction appositive :
Ayant échoué à l’examen, Pierre était honteux.
 En subordonnée participiale :
Le professeur ayant arrêté son discours, les étudiants
s’inquiétèrent.

Valeurs et La forme réduite du participe passé


emplois : La forme réduite peut avoir les valeurs et les emplois suivants :

- Elément de  Le participe, élément de conjugaison, dans la formation des


conjugaison temps composés et surcomposés :
J’avais travaillé.
Tu étais rentré.
Il a eu fini rapidement.

207
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes impersonnels

- Adjectif  Le participe à valeur d’adjectif :


Son visage très tiré m’inquiète.
très tiré : participe ou superlatif absolu, épithète de « visage ».
L’équipe, réduite à deux joueurs, se dissipait.
réduite : participe apposé à l’« équipe ».

- Substantif  Le participe substantivé : certains participes passés sont devenus


noms :
un employé
la mariée
un reçu.

 Employé comme adjectif, le participe passé indique un trait


caractéristique de la personne ou de la chose évoquée par le nom
auquel il se rapporte :
une couleur délavée
un genou écorché
une personne dévouée.

12.3.5 L’accord du participe passé


Les participes L’accord avec « être »
passés des verbes
conjugués avec être La règle générale dit que les participes passés des verbes
conjugués avec « être » s’accordent en genre et en nombre avec le
sujet du verbe :

Nous sommes allées au théâtre. (fém. pl.) (voix active)


Ils ont été bien accueillis. (masc. pl.) (voix passive)
Elles se sont habillées vite. (fém. pl.) (voix pronominale)

Les verbes pronominaux, pourtant, enregistrent deux exceptions :

• Le participe passé reste invariable si le verbe pronominal est suivi


d’un C.O.D. :
Elle s’est lavée vite.
Elle s’est lavé les cheveux. (C.O.D.)
ou
Elles se sont serrées pour lui faire de la place.
Elles se sont serré la main. (C.O.D.)

• Les verbes à la forme pronominale qui incorporent la préposition


« à » ont le participe invariable.

Ils se sont regardés (l’un l’autre)/Ils se sont parlé (l’un à l’autre)


Ils se sont admirés Ils se sont souri
Elles se sont amusées Elles se sont téléphoné
Ils se sont aimés Ils se sont écrit
Elles se sont promenées Elles se sont menti

208
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes impersonnels
L’auxiliaire « avoir »

Les participes passés Pour l’accord du participe passé conjugué avec l’auxiliaire « avoir »,
des verbes conjugués c’est la place du complément d’objet direct (C.O.D.) qui compte.
avec avoir.
• s’il n’y a pas de C.O.D., il n’y a pas d’accord :
Ils ont couru tout le long du chemin.
• si le C.O.D. suit le verbe, il n’y a pas d’accord :
Elle a rencontré sa sœur au cinéma.
• si le C.O.D. précède le verbe, on accorde le participe passé avec
le C.O.D.

Le C.O.D. qui précède le verbe peut être :


 un pronom personnel :
Ta fille, je l’ai vue hier.
 un pronom relatif :
Les photos que nous avons prises cet été sont belles.
 un mot interrogatif :
Combien de livres as-tu lus cette semaine ?
 un mot exclamatif :
Quelle belle journée nous avons passée !

Faites attention !

Participes invariables Il existe quelques cas particuliers où le participe reste invariable.

 Le cas des verbes impersonnels : il y a, il faut, etc. :


Quand on compte toutes les guerres qu’il y a eu dans le
monde depuis 1900 !
J’imagine l’énergie qu’il vous a fallu pour faire ce travail.

 Le cas des verbes suivis de l’infinitif (qui peut être exprimé ou


sous-entendu) :
Je vois bien toute l’énergie qu’il a dû dépenser pour
arriver à ce résultat.
Il a fait tous les efforts qu’il a pu (faire).
Les airs que j’ai entendu jouer étaient charmants.
(J’ai entendu quoi ? jouer = c’est-à-dire jouer des airs.)

Exception Attention ! Quand l’être ou l’objet désigné par le C.O.D. fait l’action
exprimée par l’infinitif, le participe passé s’accorde :
Les violonistes que j’ai entendus jouer étaient habiles.
(J’ai entendu qui ? les violonistes – qui jouaient.)

 Lorsque le C.O.D. est le pronom en :


Des difficultés, ils en ont rencontré beaucoup.

 Lorsqu’il s’agit d’un faux C.O.D. exprimant une idée de quantité :


Les derniers kilomètres qu’ils ont couru ont été très durs.
Ça ne vaut pas les mille euros que ça m’a coûté.

209
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes impersonnels

Test d’autoévaluation

Pour bien gérer ce test, il est indispensable que vous suiviez un certain nombre de
démarches théoriques et appliquées. Vérifiez vos résultats en consultant la rubrique Clés
du test d’autoévaluation.
Attention ! Les pointillés vous permettent d’insérer vos réponses dans le test.

1. Donnez la voix des infinitifs présents et passés suivants puis mettez-les à l’infinitif
présent actif :

avoir prévu……………………. s’enfoncer………………………………


être parvenu…………………… être remercié…………………………..
s’être joint……………………… avoir été interpellé ……………………
être licencié…………………… être intervenu………………………….
avoir dû………………………… s’être lavé………………………………

2. Remplacez les GN en italique par des groupes infinitifs :


Modèle : Notre professeur de français nous a demandé la rédaction de quelques
pages sur Ie sujet de notre choix. → de rédiger quelques pages

• Son nouveau projet est la traversée de la Manche sur une planche à voile.
→………………………………………………………………………………………………
• La société X projette Ie lancement d'une nouvelle marque de lessive.
→………………………………………………………………………………………………
• Jean va passer un mois en Italie pour une meilleure connaissance de la langue.
→………………………………………………………………………………………………
• Le moment du départ est enfin arrivé.
→………………………………………………………………………………………………

3. Transformez les phrases suivantes en propositions indépendantes à I'infinitif. Pour


chacune d'elles, dites si I'infinitif exprime I'ordre, la défense, Ie conseil, I'incertitude ou
I'indignation :

• Que pourrions-nous répondre à cette question ?


…………………………………………………………………………………………………
• Ne dépassez pas la dose prescrite.
…………………………………………………………………………………………………
• Lui, qu'il nous ait trahis !
…………………………………………………………………………………………………
• Choisissez des fruits bien mûrs, pelez-les et coupez-les en dés.
…………………………………………………………………………………………………
• Respectez la priorité.
…………………………………………………………………………………………………
• Où devons-nous aller ?
…………………………………………………………………………………………………

210
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes impersonnels

4. Voici des couples de propositions indépendantes. Récrivez-les de manière que la


première devienne une proposition principale et la seconde une proposition subordonnée
infinitive.
Modèle : On voit la lune. - La lune brille entre les branches.
→ On voit la lune briller entre les branches.

• Marc écoute les vagues. - Les vagues se fracassent contre les rochers.
……………………………………………………………………………………. …………..
• Nous I'avons vue. - Elle prenait Ie train de vingt heures.
…………………………………………………………………………………………………
• Ne laisse pas la porte. - La porte claque.
…………………………………………………………………………………………………
• II sentit Ie sol. - Le sol se dérobait sous ses pieds.
…………………………………………………………………………………………………

5. Mettez les verbes entre parenthèses au passé composé. Faites attention à l’accord du
participe passé :

Une ville abandonnée

On (oublier)…………….. tout, jusqu'au nom de cette petite ville. Un jour on


(découvrir)……………….. là du minerai. L'exploitation (commencer)…………………., les
murs (se dresser)……………………, des hommes et des femmes (venir)……………. Ils
(travailler)……………….., (souffrir)………….., ils (s'aimer)………………… là, des enfants
(naître)……………………. pour lesquels cette Grand-Rue, ces ruelles et ces pavés
étaient tout l'univers. Le temps (passer) ……………. jusqu'au jour où la petite ville
(perdre)………………… sa raison de vivre. Le filon était-il épuisé ? Le minerai avait-il
perdu son intérêt? Les mineurs (partir)……………, leurs familles les
(suivre)……………….., la montagne farouche (reprendre)………………… possession de la
ville abandonnée.
D'après J.-P. Chabrol, La Gueuse

6. Accordez les participes passés des verbes entre parenthèses.

• La partie qu'ils avaient (disputer) la veille, les avait (fatiguer).


…………………………………………………………………………………………………
• Stéphanie s'est (offusquer) de ta remarque ; je I'ai bien (voir).
…………………………………………………………………………………………………
• Ils ont (ramasser) des châtaignes et en ont (manger) au dîner.
…………………………………………………………………………………………………
• La chienne n'est plus là; I'as-tu (faire) sortir ?
…………………………………………………………………………………………………
• Elles s'étaient (couper) de bonnes tartines de pain bis qu'elles avaient
généreusement (beurrer).
…………………………………………………………………………………………………
• Nicolas et Fabrice se sont (baigner) dans le lac puis se sont (protéger) la peau
avec une crème solaire quand ils se sont (allonger) sur I'herbe.
…………………………………………………………………………………………………

211
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes impersonnels

Avez-vous bien compris ?

Pour mettre en application vos connaissances, il serait utile pour vous d’effectuer les
exercices suivants :

1. Indiquez le participe passé forme réduite des verbes suivants :

aller…………………… éteindre………………… naître…………………….


faiblir……………….. ... repartir………………..… vivre………………………
venir……………….…. mettre…………………… résoudre…………………
répondre……………… acquérir………………… mourir……………………
apprendre……………. se taire…………………. asseoir…………………..

2. Dans les phrases suivantes, indiquez la terminaison du participe passé ; faites l’accord,
si nécessaire :

• Vos colis sont bien arriv......


• Pierre et Hélène étaient sort...…
• L’autoroute sera ferm…...
• Ils ont allum...… le chauffage.
• Anne a gagn...… et je l’ai félicit...…
• Marie nous a téléphon...…
• Après avoir touss...… elle parla.

3. Faites l’accord du participe passé, si nécessaire :

• Les invités sont arrivé...… vers 9h.


• Marie est resté...… chez elle toute la journée.
• Le cours est fini...…, la leçon est fini...… .
• Hier soir nous sommes allé...… au bal.
• Nous nous sommes bien amusé…... .
• Ces chaussures, je ne les ai mis...… qu’une fois !
• Ces sandales, je ne les ai mis...… que deux fois !
• Cette maison, nous l’avons habité…... pendant 10 ans.
• Tes cousins, je ne les ai jamais vu...… !
• J’adore tes perles ! Où les as-tu acheté…... !
• Il range les vêtements qu’il a lavé...… .

4. Mettez les verbes à la phrase passive et faites l’accord du participe passé :


Modèle : Le directeur invite les parents à l’école.
→ Les parents sont invités à l’école par le directeur.

• L’agent de police règle la circulation.


→ .................................................................................................................................
• En automne, le vent emporte les feuilles mortes.
→ .................................................................................................................................
• La pâtisserie du coin prépare ces délicieux gâteaux.
→ .................................................................................................................................

212
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes impersonnels

• Jean a pris cette photo l’année dernière.


→ .................................................................................................................................
• Le maire a inauguré une nouvelle école.
→ .................................................................................................................................
• G. Bell a inventé le téléphone.
→ .................................................................................................................................

5. Soulignez toutes les formes verbales personnelles et impersonnelles de ce texte et


précisez leur nature (mode et temps).

La Légende des siècles


Victor Hugo

Durandal flamboyant semble un sinistre esprit;


Elle va, vient, remonte et tombe, se reIève,
S'abat, et fait la fête effrayante du glaive;
Sous son éclair, les bras, les cœurs, les yeux, les fronts,
Tremblent, et les hardis, nivelés aux poltrons,
Se courbent; et I'épée, éclatante et fidèle,
Donne des coups d'estoc qui semblent des coups d'aile
Et sur le héros, tous ensemble, le truand,
Le prince furieux, s’acharne, se ruant,
Frappant, parant, jappant, hurlant, criant : main-forte!

 Idées à retenir

Après avoir étudié avec beaucoup d’attention l’unité d’apprentissage 12, vous devez
retenir quelques idées fondamentales :

• Les modes impersonnels sont les modes qui ne portent aucune marque de
personne : ils ne se conjuguent pas.
• L’infinitif est un mode impersonnel. Il comporte un passé et un présent.
• L’infinitif peut avoir des valeurs verbales : il est alors le noyau d’une proposition,
indépendante ou subordonnée.
• L’infinitif peut également avoir des valeurs nominales: il lui est alors possible de
remplir dans la phrase les diverses fonctions du nom.
• Le participe présent et le gérondif, modes invariables, ont une valeur
circonstancielle.
• Le participe passé a une forme réduite qui joue un rôle important dans la formation
de tous les temps composés.
• Le participe passé des verbes conjugués avec être s’accordent en genre et en
nombre avec le sujet du verbe.
• Le participe passé des verbes conjugués avec avoir s’accordent en genre et en
nombre avec le C.O.D. si celui-ci précède le verbe.
• Les règles de l’accord du participe passé se complètent par de nombreuses
exceptions et cas particuliers.

213
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes impersonnels

Les clés du test d’autoévaluation

Corrigés

1. voix infinitif actif voix infinitif actif


active prévoir pronominale enfoncer
active parvenir passive remercier
pronominale joindre passive interpeller
passive licencier active intervenir
active devoir pronominale laver

2. de traverser ;
de lancer ;
pour mieux connaître ;
de partir.

3. Quoi pouvoir répondre à cette question? → l’incertitude


Ne pas dépasser la dose prescrite. → la défense
Lui, nous trahir ! → l’indignation
Choisir des fruits bien mûrs, les peler et les couper en dés. → le conseil
Respecter la priorité ! → l’ordre
Où devoir aller ? → l’incertitude

4. Marie écoute les vagues se fracasser contre les rochers.


Nous l’avons vue prendre le train de vingt heures.
Ne laisse pas claquer la porte.
Il sentit le sol se dérober sous ses pieds.

5. a tout oublié ;
a découvert ;
a commencé ; se sont dressés ; sont venus ;
ont travaillé ; ont souffert ; se sont aimés ; sont nés ;
a passé ; a perdu ;
sont partis ; ont suivis ; a repris.

6. disputée ; fatigués ;
offusquée ; vu ;
ramassé ; mangé ;
fait ;
coupé ; beurrées ;
baignés ; protégé ; allongés.

214
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes impersonnels

Test de contrôle 12

Ce test est administré à l’issue de l’unité d’apprentissage 12.


Pour réaliser ce test, il est conseillé de relire l’unité et de faire les exercices de repérage et
de réemploi des modes impersonnels (l’infinitif et le participe) qui y sont recommandés.
Ne manquez pas de transmettre ce test à votre tuteur. A cet effet, il convient de marquer
votre nom, votre prénom et votre adresse personnelle sur la première page de votre copie.
N’oubliez pas de mentionner aussi le numéro du test. Vous êtes supposés le recevoir,
après correction, avec les commentaires de votre tuteur.
Bon travail !

1. Répondez aux questions suivantes :


a) Quels sont les emplois et les valeurs de l’infinitif ?
b) Quels sont les emplois et les valeurs du participe présent ?
(2 points)

2. Récrivez ces phrases en remplaçant les GN en italique par des groupes infinitifs que
vous soulignerez. Vous pouvez être amenés à faire subir à la phrase quelques
modifications :
Modèle : Elle est capable de parler pendant deux heures sans interruption.
→ sans s’interrompre.

• Ces canots sont prévus pour le sauvetage d'éventuels imprudents.


………………………………………………………………………………………………
• Leur héritage leur a permis l'acquisition d'un terrain à la montagne.
………………………………………………………………………………………………
• L'avocat entreprit I'examen du dossier de son client.
………………………………………………………………………………………………
• Il leur conseilla la plus grande prudence.
………………………………………………………………………………………………
• Le maire s'avance sur I'estrade pour la remise des prix aux vainqueurs de la
course.
……………………………………………………………………………………………..
• Pierre cherche vainement la solution du problème.
………………………………………………………………………………………………
• Je ne supporte plus d'écouter ses plaintes incessantes.
………………………………………………………………………………………………
(2 points)

3. Transformez les phrases suivantes sur ce modèle. Soulignez les subordonnées


infinitives :
Modèle : J'entends que Ie vent souffle.
→ J'entends Ie vent souffler.
J'entends souffler Ie vent.
Je l’entends souffler.
• Elle voit que ses amis viennent à sa rencontre.
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………

215
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes impersonnels

• Il sentit que son courage faiblit.


………………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………….

• Nous avons entendu que nos voisins partaient de très bonne heure.
………………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………….
• L’enfant avait enfin vu que son ballon était tombé dans l’eau.
…………………………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………………..
(2 points)

4. Selon son emploi et son sens, un même verbe pronominal peut avoir son participe
accordé différemment. Ecrivez correctement les participes entre parenthèses :

• II s'est (passé)…………………… une étrange histoire dans ce village.


• Une étrange histoire s'est (passé)……………………. dans ce village.
• Les deux élèves s'étaient (passé)……………. les réponses du problème.
• Les réponses qu'ils se sont (passé)……………….. étaient toutes fausses.
• Cette cassette vidéo, nous nous la sommes (passé)………………. trois fois !
• Puisqu'il n'avait pas de carte, il s'en est (passé)………………………………..............
(2 points)

5. Dans les phrases suivantes, soulignez les verbes pronominaux. Mettez-les au passé
composé en veillant à I'accord des participes :

• Mes voisins s'absentent très souvent.


…………………………………………………………………………………………………..
• La porte se referme à grand fracas.
…………………………………………………………………………………………………..
• Elle s'estime capable de prendre I'avion seule.
…………………………………………………………………………………………………..
• Les villageois s'interrogent car des informations contradictoires se succèdent.
………………………………………………………………………………………….. ……..
• La chatte se lèche avec application.
…………………………………………………………………………………………………..
• Ces musiciens se produisent rarement en public.
…………………………………………………………………………………………………..
• Nous nous demandons ce qu'il est devenu.
……………………………………………………………………………………………………
(2 points)

216
Valeurs et emplois des modes et des temps. Les modes impersonnels

Références bibliographiques

Cosăceanu, A., Slăvescu, M., Gramatica limbii franceze, Editura 100+1 Gramar, Bucureşti,
2001, p. 216-223.

Cristea, T., Grammaire française. Le nom et le groupe nominal. Le verbe et le groupe


verbal, Editura Fundaţiei România de mâine, Bucureşti, 2000, p. 193-283.

Grevisse M., Précis de grammaire française, Editions Duculot, Paris, 1990, p. 134-205.

Jeanrenaud, A., Langue française contemporaine. Morphologie, syntaxe, Editura Polirom,


Iaşi, 1996, p. 106-195.

Poisson-Quinton, S., Mimran, R., Mathéo Le Coadic, M., Grammaire expliquée du


français, Cle International, Paris, 2002, p. 104-168.

Riegel, M., Pellat, J. Ch., Rioul, R., Grammaire méthodique du français, PUF, Paris, 1990,
p. 242-354.

217
Les mots invariables: les adverbes

Unité d’apprentissage 13

LES MOTS INVARIABLES : LES ADVERBES

Sommaire page

Les objectifs de l’unité d’apprentissage 13 218


13.0 Définition et espèces 219
13.1 Les adverbes de manière 219
13.2 Les adverbes de quantité et d’intensité 221
13.3 Les adverbes de temps 223
13.4 Les adverbes de lieu 224
13.5 Les adverbes d’affirmation 225
13.6 Les adverbes de négation 225
13.7 Ne explétif 227
13.8 Les degrés de comparaison des adverbes 229
Test d’autoévaluation 230
13.9 La place de l’adverbe 231
Les clés du test d’autoévaluation 233
Test de contrôle 13 234
Références bibliographiques 235

Les objectifs de l’unité d’apprentissage 13

Quand vous aurez parcouru ce chapitre et effectué les exercices de repérage et


d’emploi des adverbes, vous serez capables de :

• Reconnaître les diverses espèces d’adverbes.


• Expliquer le rôle de l’adverbe dans la phrase.
• Identifier les différentes espèces d’adverbes.
• Utiliser correctement les adverbes de manières.
• Maîtriser l’emploi des adverbes de temps et de lieu.
• Maîtriser l’emploi des adverbes d’affirmation et de négation.
• Mettre en discours les degrés de comparaison des adverbes.

218
Les mots invariables: les adverbes

13.0 Définition et espèces

L’adverbe est un mot invariable que l’on joint à un verbe, à un


adjectif ou à un autre adverbe, pour en modifier le sens :
Elise parle bien le français.
Pierre viendra tout de suite.
Au-delà des chaînes de montagne, il y a la plaine.

Observez l’existence des adverbes simples (bien, très, fort, plutôt),


des locutions adverbiales (çà et là, en vain, tout de suite, etc.) et
des adverbes composés (au-delà, ci-dessus, avant-hier).

Une locution adverbiale est une suite de mots équivalant à un


adverbe : C’est en vain qu’il explique, personne ne l’écoute.

Dans les adverbes composés, les éléments sont réunis par un trait
d’union : Voir l’exercice ci-dessus.

On peut distinguer sept espèces d’adverbes, marquant :


1. la manière ; 4. le lieu ;
2. la quantité ; 5. l’affirmation ;
(et l’intensité) ; 6. la négation ;
3. le temps ; 7. le doute.

13.1 Les adverbes de manière

Voici quelques adverbes de manière, formes simples :


ainsi mal bien
mieux ensemble plutôt
exprès volontiers pis

Il faut y ajouter un très grand nombre d’adverbes en –ment, quantité


de locutions adverbiales : à l’envi, à dessein, à tort, à loisir, à
propos, etc., et certains adjectifs neutres pris adverbialement avec
des verbes : bon, bas, haut, cher, clair, etc.

Formation des adverbes en –ment


Règle générale On forme les adverbes en –ment en ajoutant ce suffixe –ment au
féminin de l’adjectif :
grand, grande → grandement
doux, douce → doucement
fort, forte → fortement
lent, lente → lentement
présent, présente → présentement
régulier, régulière → régulièrement
sérieux, sérieuse → sérieusement
véhément, véhémente → véhémentement

219
Les mots invariables: les adverbes
Pour comprendre les cas particuliers de la formation des adverbes
de manière, consultez le tableau de la Figure 13.1:

absolu → absolument
éperdu → éperdument
Les adjectifs terminés par une voyelle
inverse → inversement
forment des adverbes en ajoutant -ment
rare → rarement
au masculin.
poli → poliment
vrai → vraiment
Les adjectifs -ant forment des adverbes courant → couramment
en -amment. vaillant → vaillamment
Les adjectifs en -ent forment des évident → évidemment
adverbes en -emment. prudent → prudemment
Figure 13.1

Distinguez !

Exceptions  Dans certains adverbes l’accent circonflexe marque la chute de


l’e féminin : assidu → assidûment, cru → crûment.
 Dans certains adverbes on a –ément au lieu de –ement :
commode → commodément, confus → confusément
précis → précisement, énorme → énormement
 Gentil donne gentiment ; impuni, impunément. – A traître répond
traîtreusement, formé sur traîtreuse, féminin de l’ancien adjectif
traîtreux.

Emploi de certains adverbes

Pis Pis, comparatif archaïque de mal, ne s’emploie plus guère que dans
des locutions toutes faites. Il peut être :
 Adverbe : Aller de mal en pis.
 Adjectif attribut ou complément d’un pronom neutre :
Jean se portait mieux, mais aujourd’hui il est pis que jamais.
Il n’y a rien de pis que cela.
 Pronom : Il a fait pis que cela.
 Nom : Voilà le pis de l’affaire.

Notez bien !
Pis se distingue de pire en ce qu’il ne se joint jamais à un nom et
en ce qu’il peut être adverbe ou pronom.
Plutôt Plutôt, en un mot, marque la préférence :
Plutôt souffrir que mourir.

Plus tôt Plus tôt, en deux mots, marque le temps et s’oppose à « plus
tard » : Un jour plus tôt, un jour plus tard,
Ce n’est pas grande différence.

220
Les mots invariables: les adverbes

Exercices d’entraînement I

Pour mettre en application vos connaissances, il serait utile pour vous d’effectuer
l’exercice suivants :

Formez des adverbes à partir des adjectifs suivants :


Modèle : lent → lentement
convenable → convenablement

joyeux …………………. facile …………………… vrai ………………………...


vif ………………………. pareil ……………….…. joli …………………………..
agréable ………………. populaire ………………. aisé …………………………
grand ………………….. franc …………………… hardi ………………………..
majestueux …………… solennel ……………….. résolu ………………………
normal ………………… certain …………………. absolu ……………………..
doux ………………….. entier……………………. éperdu ……………………..
sot ……………………. affreux …………………. poli …………………...........
posé …………………. complet ………………… extrême ……………………
aveugle ………………. constant ……………….. fréquent ……………...........
commode ……………. puissant ……………….. prudent …………………….
conforme …………….. élégant ………………… conséquent ………………..
énorme ………………. abondant ……………… récent ………………………
immense …………….. méchant ………………. impatient …………………..
intense ………………. savant …………………. intelligent …………………..
profond ………………. incessant ……………… indifférent ………………….
précis ………………… courant ………………… négligent …………………..

13.2 Les adverbes de quantité et d'intensité


Voici quelques exemples d’adverbes de quantité et d’intensité :

assez peu si
aussi fort tant
autant plus trop
comme… ! guère très
combien moins presque
beaucoup pas mal tellement
davantage pas trop tout à fait

Il faut y joindre certains adverbes en –ment exprimant la quantité,


l’intensité : abondamment, énormément, grandement, extrêmement,
immensément, complètement, etc.

Emploi de certains adverbes de quantité et d'intensité

221
Les mots invariables: les adverbes
• Si, aussi se joignent à des adjectifs, à des participes-adjectifs, à
des adverbes :
Une femme si sage, si estimée, qui parle si bien.
Une femme aussi sage, aussi estimée qu'elle, qui parle aussi
bien que personne.

• Tant, autant se joignent à des noms et à des verbes :


Pierre a tant de mérite, il travaille tant !
Pierre a autant de mérite que personne, il travaille autant que
personne.

• Si, tant marquent l'intensité :


Christine est si faible qu'elle peut à peine marcher.
Sophie a tant marché qu'elle est épuisée.

• Aussi, autant marquent la comparaison:


Louis est aussi sage que son frère.
Philippe travaille autant que son frère.

Notez bien ces particularités :


 Si, tant peuvent remplacer aussi, autant, dans les phrases
négatives ou interrogatives:
Je ne connais rien de si précieux que la vertu.
Rien ne pèse tant qu'un secret.
 Aussi signifiant «pareillement» se met dans le sens affirmatif :
Vous le voulez et moi aussi.
Avec la négation, on doit dire non plus :
Vous ne le voulez pas, ni moi non plus.
 Tant s'emploie pour exprimer une quantité indéterminée qu'on ne
veut ou on ne peut préciser:
Cette ouvrière gagne tant par jour.

• Beaucoup
 Après un comparatif, ou après un verbe d'excellence, ou avec un
superlatif, beaucoup doit être précédé de la préposition de:
Vous êtes plus savant de beaucoup.
L’emporter de beaucoup sur un autre.
II est de beaucoup le plus savant.
 Avant un comparatif, il peut être précédé de la préposition de :
II est beaucoup (ou: de beaucoup) plus savant que son frère.

• Davantage
 Ces constructions se rencontrent encore dans l'usage
contemporain :
La grammaire m'attire davantage que la littérature.
II n'y a rien que je déteste davantage que de mentir.

• Plus, moins introduisent par que le complément du comparatif :


L’amour est plus beau que la haine.
Le printemps est moins long que l’hiver.

222
Les mots invariables: les adverbes

Exercices d’entraînement II

Pour mettre en application vos connaissances, il serait utile pour vous d’effectuer les
exercices suivants :

1. Relevez les adverbes de quantité et d’intensité et précisez les mots qu’ils déterminent :

• Vénus est plus brillante que Saturne.


…………………………………………………………………………………………………
• Pour réaliser cette maquette, beaucoup de temps et un peu de patience sont
nécessaires.
…………………………………………………………………………………………………
• Sandrine aime tant le tennis qu’elle néglige un peu trop ses études.
…………………………………………………………………………………………………
• Il est très habile mais assez lent.
…………………………………………………………………………………………………

2. Complétez les phrases suivantes à l’aide des adverbes de quantité : assez, trop, (un)
peu (de) :

– Voilà ces fruits.


– J’en ai beaucoup ...…… Enlevez-m’en un ...…… !
– En avez-vous ...…… comme ça ?
– Oui, ça va. Par contre, mettez-moi ...…… de haricots verts.

3. Complétez les phrases suivantes à l’aide des adverbes d’intensité : si, très, tellement :

Il faisait ...…… froid et nous avions ...…… marché dans la neige que nous étions morts de
fatigue. Nous étions ...…… fatigués, ...…… fatigués que nous voulions nous arrêter, mais
alors nous serions morts de froid.

13.3 Les adverbes de temps


Voici quelques adverbes de temps, formes simples :
avant autrefois puis
après encore sitôt
alors enfin subito
aussitôt hier parfois
auparavant jadis soudain
dorénavant jamais souvent
aujourd'hui ensuite désormais

déjà lors tôt


bientôt naguère tard
depuis longtemps tantôt
demain maintenant toujours

223
Les mots invariables: les adverbes
On y joint un certain nombre de locutions adverbiales, telles que:
tout de suite, de suite, par la suite, dans la suite, tout à coup, à
l’instant, à jamais, à présent, de temps en temps, jusque-là, tout à
l’heure, etc.
Notons aussi les formes composées suivantes : après-demain,
avant-hier.

Emploi de certains adverbes de temps

 De suite signifie « sans interruption» :


II ne saurait dire deux mots de suite.
 Tout de suite signifie « sur-le-champ » :
Envoyez-moi de l'argent tout de suite.
 Tout à coup signifie « soudainement » :
Son humeur a changé tout à coup.
 Tout d'un coup signifie « tout en une fois» :
II fit sa fortune tout d'un coup.
 Tout d'un coup s'emploie aussi quelquefois dans le sens de tout
à coup.

13.4 Les adverbes de lieu


Retenez ces quelques adverbes de lieu :

Formes simples ailleurs ci dedans


alentour ça dehors
arrière ici proche
devant là loin
avant où près
derrière dessous après
contre dessus autour
outre partout

A cette liste il faut ajouter un certain nombre de locutions


adverbiales, comme : au-dedans, au-dehors, ci-après, ci-contre, en
arrière, en avant, quelque part, là-bas, là-dedans, etc.

Locutions Regardez l’image ci-contre.


adverbiales Il ne faut jamais regarder en arrière.
Je ne sais pas où est mon livre, il doit être quelque part.
La-bàs, tout est calme.

224
Les mots invariables: les adverbes

Exercices d’entraînement

Pour mettre en application vos connaissances, il serait utile pour vous d’effectuer les
exercices suivants :

1. Faites des phrases avec les adverbes de temps suivants :

hier………………………………… alors ……………………………….


enfin……………………………….. aujourd’hui ………………………..
avant………………………………. déjà ………………………………..
demain…………………………….. après ………………………………
autrefois…………………………… aussitôt ……………………………
après………………………………. maintenant ………………………..
ensuite…………………………….. bientôt………………………………

2. Complétez ce dialogue avec les adverbes de lieu qui conviennent :

• Il est ici ? – Non, il est .........…………………………………………………..


• Il habite loin d’ici ? – Non, son logement est ...................…………… d’ici.
• Il a travaillé quelque part ? – Non, ...........................................……………
• Il a voyagé ? – Non, il est toujours resté ..................................……………

13.5 Les adverbes d'affirmation

Retenez maintenant ces quelques adverbes d’affirmation :


assurément oui en vérité
précisément si aussi
certainement soit que si
sans doute bien si fait
volontiers certes vraiment

13.6 Les adverbes de négation

Voici les adverbes de négation les plus importants:


 non, forme tonique
 ne, forme atone.
Certains mots, comme aucun, aucunement, nullement, guère,
Négation par non
jamais, rien, personne, qui accompagnent ordinairement la
négation, peuvent exprimer eux-mêmes l’idée négative.

• Non a la valeur d'une proposition reprenant de façon négative une


idée, une proposition ou un verbe antérieurs; il s’utilise le plus
souvent dans les réponses:
Viendrez-vous? - Non.

Elle a trahi; prétendez- vous que non?


Venez-vous ou non?
225
Les mots invariables: les adverbes
Mon père viendra, ma mère, non.
 Non peut nier un élément de phrase qu'il oppose à un autre
élément, de même fonction que le premier:
Mon avis, non le vôtre, doit prévaloir.
Le professeur est sévère, non injuste.

Retenez !
 Non sert de préfixe négatif devant certains noms:
Non + nom
Non-intervention, non-lieu, non-sens, etc.
Dans un emploi analogue, non se place devant des adjectifs, des
participes, des adverbes et devant certaines prépositions :
Non solvable, leçon non sue.
Non loin de là, non sans frémir.
 Surtout dans les réponses directes, non est souvent renforcé par
Non + adverbe pas, point, vraiment, certes, assurément, jamais, mais, oh ! ah ! :
Viendras-tu ?
Non certes, non vraiment.

• Ne est généralement accompagné d'un des mots pas, point,


Négation par ne
aucun, aucunement, guère, jamais, nul, nullement, personne, plus,
que, rien :
elle ne vient pas elle ne sait rien
elle ne ment jamais on ne voit personne

Retenez !
Ne peut s’employer seul :

a) Obligatoirement :
Ne employé seul : Ne s'emploie obligatoirement seul:

 Dans certaines phrases proverbiales ou sentencieuses et dans


certaines expressions toutes faites :
II n'est pire eau que l'eau qui dort. II ne dit mot.
A Dieu ne plaise ! Elle n'a garde.
Qu'à cela ne tienne. Ne vous déplaise.

 Avec ni répété :
L’homme n'est ni ange ni bête.
Ni l'or ni la grandeur ne nous rendent heureux.

 Avec que, adverbe interrogatif ou exclamatif signifiant pourquoi :


Que ne le disiez-vous plus tôt?
Que ne puis-je partir!

 Avec savoir ou avoir, suivis de que interrogatif et d'un infinitif:


Monique ne sait que devenir.
Je n’ai que faire de vos promesses.

b) Facultativement :
Ne s'emploie facultativement seul :

226
Les mots invariables: les adverbes
 Dans les propositions relatives de conséquence dépendant d'une
principale interrogative ou négative :
Y a-t-il quelqu'un dont il ne médise ?
II n'est pas d'homme qui ne désire être heureux.

 Avec cesser, oser, pouvoir, surtout aux temps simples et avec un


infinitif complément:
II ne cesse de parler.
Je n'ose vous promettre.

Retenez !
Ne + savoir Pris négativement, savoir se construit le plus souvent avec le
simple ne quand on veut exprimer l'idée de « être incertain » :
II ne sait s'il doit partir.
Mais quand il signifie « connaître, avoir la science de », il demande
la négation complète:
Je ne sais pas l'endroit.
Cet enfant ne sait pas lire.
Au conditionnel, comme équivalent de « pouvoir », le verbe savoir
demande le simple ne:
Je ne saurais vous approuver.

 Avec si conditionnel :
Tu ne feras rien d’important si tu n’apprends à vouloir.

 Devant autre suivi de que :


Je n’ai d’autre désir que celui de vous être utile.

 Après le pronom et l’adjectif interrogatifs :


Qui ne court après le bonheur ?
Quel plaisir n’a son prix ?

 Après depuis que, il y a (tel temps) que, voici ou voilà (tel temps)
que, quand le verbe dépendant est à un temps composé :
Marie a bien changé depuis que je ne l’ai vue.
Il y a huit jours que je ne l’ai vu.

13.7 Ne explétif

Certaines propositions subordonnées de sens positif ont cependant


la négation ne. L’emploi de ce ne explétif n'a jamais été bien fixé.
Dans l'usage littéraire, il est le plus souvent facultatif ; dans la
langue parlée, il se perd de plus en plus. C'est pourquoi il serait
vain de vouloir donner pour cet emploi des règles absolues. Dans le
livre de Maurice Grevisse, « Précis de grammaire française » vous
allez trouver l’explication des cas suivants :

Verbes de crainte
 Après les verbes de crainte pris affirmativement, on met
ordinairement ne quand la subordonnée exprime un effet que l'on
craint de voir se produire:
Craindre Je crains que l’ennemi ne vienne.
Redouter J'ai peur qu'un malheur ne vous arrive.
Avoir peur
227
Les mots invariables: les adverbes
 Après ces verbes pris négativement, on ne met pas ne explétif :
Je ne crains pas qu'il fasse cette faute.
Je n'ai pas peur qu'on me reproche ce que j'ai fait.
 Après ces verbes pris interrogativement ou bien à la fois
interrogativement et négativement, le plus souvent on omet ne :
Craignez-vous qu'il vienne?
Ne craignez vous pas qu'il vienne ?
 Dans tous ces cas, on met la négation complète s'il s'agit d'un
effet que l’on craint de voir ne pas se produire :
Je crains que ma mère ne vienne pas.
Aucun de nous ne craint que nos amis ne viennent pas.

Verbes d'empêchement, de précaution, de défense


Eviter
Après éviter que, empêcher que, l'emploi de ne est facultatif:
Empêcher
J'empêche qu'il ne vienne.
Vous savez empêcher qu'il vous dévore.
Evitez qu'il ne vous parle.

Distinguez !
Après prendre garde que, on met ne s'il s'agit d'un effet à éviter ; on
ne met aucune négation s'il s'agit d'un résultat a obtenir :
Prenez garde qu'on ne vous trompe.
Prenez garde que vous entendiez tout ce que vous faites.

Douter Verbes de doute, de négation


Nier  Après douter, mettre en doute, nier, disconvenir, désespérer,
contester, méconnaître, dissimuler, etc., employés affirmativement,
l’infinitif complément ou la subordonnée ne prennent pas ne:
Je doute fort que cela soit.
II nie qu'il se soit trouvé dans cette maison.
 Mais dans l'emploi négatif ou interrogatif, ces verbes demandent
ordinairement ne après eux :
Je ne doute pas qu'il ne vienne bientôt.
Doutez-vous que cela ne soit vrai?

Propositions comparatives
 La proposition second terme d'une comparaison d'inégalité prend
souvent ne si la principale est affirmative:
II est autre que je ne croyais.
Le temps est meilleur qu'il n’était hier.

 Quand la principale est négative, ordinairement on ne met pas ne


dans la subordonnée (on met la négation complète, ne … pas) :
II n'agit pas autrement qu'il parle.

Locutions conjonctives
 Après avant que, l'emploi de ne est facultatif:
Avant qu'il fasse froid ou Avant qu'il ne fasse froid.
 Après à moins que, on met ordinairement ne:
II n'en fera rien, à moins que vous ne lui parliez.
 Après sans que (impliquant déjà une négation) on ne met pas ne:
Les dents lui poussèrent sans qu'il pleurât une seule fois.

228
Les mots invariables: les adverbes
13.8 Les degrés de comparaison des adverbes
Certains adverbes admettent, comme les adjectifs qualificatifs,
divers degrés. Ce sont :

 Les adverbes: Loin, longtemps, près, souvent, tôt, tard, etc.


 Les adjectifs pris adverbialement et modifiant un verbe : bas,
bon, cher, etc.
 Certaines locutions adverbiales : à regret, à propos, etc.
 La plupart des adverbes en -ment.
 Beaucoup, bien, mal, peu.

Les degrés de comparaison des adverbes, comme les degrés de


comparaison des adjectifs peuvent exprimer l’idée de positif (la
qualité énoncée) l’idée de comparatif (d’infériorité, d’égalité ou de
supériorité) et l’idée de superlatif (relatif d’infériorité ou de
supériorité et relatif absolu). Consultez la figure 11.1 pour
comprendre les degrés de comparaison des adverbes :

Comparatif d’infériorité Marie a couru moins vite qu’hier.


Comparatif d’égalité Jean est resté aussi longtemps que Paul.
Comparatif de supériorité Hélène est plus jolie que sa sœur.
Superlatif relatif d’infériorité Ce terrain est vendu le moins cher.
Superlatif relatif de supériorité Irène est en retard le plus souvent.
Superlatif absolu Maman parle très doucement.
Figure 11.1

Dans les exemples ci-dessus, vous avez pu observer les adverbes


qui expriment des degrés de comparaison :

moins → pour le comparatif d’infériorité


aussi → pour le comparatif d’égalité
plus → pour le comparatif de supériorité
le moins → pour le superlatif relatif d’infériorité
le plus → pour le superlatif relatif de supériorité
très → pour le superlatif relatif absolu

Notez bien les adverbes qui ont des formes spéciales pour exprimer
Cas particuliers le comparatif de supériorité et donc, par la suite, le superlatif relatif :

Beaucoup, bien, mal, peu :

Comparatif de supériorité Superlatif relatif


beaucoup → plus (ou davantage) → le plus
bien → mieux → le mieux
mal → pis (ou plus mal) → le pis (le plus mal)
peu → moins → le moins

C’est bien ? Non, c’est mieux !


Pierre travaille beaucoup, il travaille plus que son frère Michel.
229
Les mots invariables: les adverbes
Paul va mal, il est malade. Mais, il ne va pas plus mal qu’hier.
Jacqueline est peu intelligente ; elle est moins intelligente que
sa sœur.

La forme pis apparaît dans les locutions :


de pis en pis, de mal en pis, tant pis
Il ne va pas mieux, bien au contraire, il va de mal en pis.

Test d’autoévaluation

Pour bien gérer ce test, il est indispensable que vous suiviez un certain nombre de
démarches théoriques et appliquées. Vérifiez vos résultats en consultant la rubrique Clés
du test d’autoévaluation.
Attention ! Les pointillés vous permettent d’insérer vos réponses dans le test.

1. Modifiez le sens des phrases suivantes avec les adverbes ou locutions adverbiales qui
vous sont proposés : a) scrupuleusement ; b) souvent ; c) rarement ; d) à contrecœur ; e)
là-bas ; f) gratuitement.

1. Mes enfants vont au cinéma…………………………………………………………….


2. Alain mange au restaurant……………………………………………………………….
3. Il gère les comptes de l’association……………..……………………………………...
4. Elle part travailler le matin……………………………………………………………….
5. Le fils du voisin tond ma pelouse……………………………………………………….
6. Ils s'installent pour trois jours……………………………………………………………

2. Modifiez à votre gré les phrases suivantes, à l’aide d’un adverbe ou d’une locution
adverbiale:

• Nous habitions à Nantes…..………………………………………………………………


• Elle ira chez le médecin lundi……………………………………………………………..
• Il y avait de la vaisselle sale………………………………………………………………
• C'est terminé!.............................................................................................................
• Il aime se promener dans les bois………………………………………………………..

3. Remplacez ce qui est souligné par un adverbe.

• Quand j’étais plus jeune, je faisais collection de timbres.


…………………………………………………………………………………………………
• Il faut manipuler cette machine avec douceur.
…………………………………………………………………………………………………
• Je l’ai vu dans l’église.
…………………………………………………………………………………………………
• Elle se force à faire de la gymnastique tous les jours.
…………………………………………………………………………………………………
• Nous nous sommes donné rendez-vous à cet endroit.
…………………………………………………………………………………………………

230
Les mots invariables: les adverbes

4. Ajoutez un adverbe ou une locution adverbiale aux phrases suivantes, de manière à


modifier le verbe du point de vue du temps, puis de la manière, puis du lieu.

• Il nous a quittés…………………………………………………………………………….
• Ils préfèrent travailler………………………………………………………………………
• Elle rencontre des amis……………………………………………………………………

5. Trouvez un adverbe ou une locution adverbiale pour répondre aux questions suivantes
(une solution différente à chaque fois) :

• Froid ? Moi ?..............................................................................................................


• Etes-vous parvenu à le raisonner?............................................................................
• Vous maintenez vos dépositions?.............................................................................
• Comment avez-vous trouvé votre chemin?...............................................................
• Tu es bien titulaire d'un brevet de secouriste?..........................................................

6. Choisissez entre les deux adverbes celui qui convient ; soulignez-le :

• Ce café est bien / beaucoup meilleur.


• Ces livres nous sont bien / beaucoup nécessaires.
• Ce travail est bien / beaucoup mal présenté.
• Votre fils est le plus grand, de bien / beaucoup.
• Je suis bien / beaucoup content, bien / beaucoup plus qu’hier.
• Vous avez bien / beaucoup de la chance.
• J’en ai bien / beaucoup moins.

13.9 La place de l’adverbe


La place de l’adverbe est assez variable ; assez souvent elle est
réglée par des raisons de style.

a) Avec un verbe:
Verbe et adverbe  Temps simple. Si le verbe est à un temps simple, l’adverbe qui le
modifie se place généralement après lui :
Nous travaillons assidûment.
Vous préférerez toujours la vertu à la richesse.

 Temps composé. Si le verbe est à un temps composé, l'adverbe


se place à peu près indifféremment après le participe ou entre
l'auxiliaire et le participe :
J'ai travaillé assidûment, j’ai assidûment travaillé.
Il a beaucoup souffert, il a souffert beaucoup.
Cependant les adverbes de lieu se placent après le participe :
J'ai travaillé ailleurs.
Je vous ai attendu ici.
On l'a jetée dehors.

Cas particuliers Mais voici encore des cas particuliers :


 L’adverbe ne précède toujours le verbe ; il en est de même des
adverbes (ou pronoms) en et y, sauf à l'impératif affirmatif:
Je ne travaille pas, je n'ai pas travaillé.

231
Les mots invariables: les adverbes
J'en viens, j’en suis sorti ; j’y cours, j’y ai habité.
(Mais: Vas-y, va-t'en.)

 Souvent, pour la mise en relief, l'adverbe, et surtout l'adverbe de


lieu ou de temps, se place en tête de la phrase:
Ici s'est livrée la bataille.
Demain je reprendrai ce livre ouvert à peine.
Ainsi finit la comédie.
Lentement le soleil se plongeait dans les flots.

 En général, les adverbes interrogatifs et exclamatifs se placent


en tête de la proposition:
Où sont les neiges d'antan ?
Comme il fait noir dans la vallée!

 L’adverbe modifiant un infinitif se place tantôt avant lui, tantôt


après lui : en général, c'est l'euphonie et le rythme qui décident :
Trop parler est souvent nuisible: il vaut mieux parler peu et
parler sagement.
II fait bon vivre ici.
Il cherche à vivre ailleurs.
On ne peut pas toujours travailler.

Adjectif, participe,
b) Avec un adjectif, un participe ou un adverbe.
adverbe précédés L'adverbe se place, en général, avant l'adjectif, le participe ou
d’un adverbe l'adverbe qu'il modifie:
Cet homme a une conduite très digne, médiocrement digne,
toujours digne.
II agit très dignement, assez dignement.
II est très estimé, médiocrement estimé.
Voilà une personne très engageante, toujours souriante.

 Idées à retenir

Après avoir étudié avec beaucoup d’attention l’unité d’apprentissage 13, vous
devez retenir quelques idées fondamentales :

• L’adverbe est une partie du discours invariable.


• L’adverbe, joint à un verbe, à un adjectif ou à un autre adverbe, en modifie le sens.
• On distingue sept espèces d’adverbes :
 de manière ;
 de quantité et d’intensité ;
 de temps ;
 de lieu ;
 d’affirmation ;
 de négation ;
 de doute.
• L’adverbe de manière connaît des formes simples et aussi dérivées à l’aide du
suffixe –ment qu’on ajoute au féminin de l’adjectif.
• Comme l’adjectif, l’adverbe admet des degrés de comparaison : le positif, le
comparatif (d’infériorité, d’égalité, de supériorité) et le superlatif (relatif et absolu).
• La place de l’adverbe est assez variable.
232
Les mots invariables: les adverbes

Les clés du test d’autoévaluation

Corrigés

1. 1b ; 2c ; 3f ; 4d ; 5a ; 6e.

2. autrefois ; matin ; tout autour ; Très bien !; souvent.

3. avant ; doucement ; là-bas ; quotidiennement ; ici.

4. aussitôt ; tranquillement ; là-bas.


tout de suite ; assidûment ; là-bas.
aujourd’hui ; gentiment ; partout.

5. Pas du tout !; Non !; Oui, bien sûr !; Facilement. ; Evidemment.

6. bien ; bien ; bien ; beaucoup ; bien ; beaucoup ; bien ; beaucoup.

233
Les mots invariables: les adverbes

Test de contrôle 13

Ce test est administré à l’issue de l’unité d’apprentissage 13.


Pour réaliser ce test, il est conseillé de relire l’unité et de faire les exercices de repérage et
de réemploi des adverbes qui y sont recommandés.
Ne manquez pas de transmettre ce test à votre tuteur. A cet effet, il convient de marquer
votre nom, votre prénom et votre adresse personnelle sur la première page de votre copie.
N’oubliez pas de mentionner le numéro du test. Vous êtes supposés le recevoir, après
correction, avec les commentaires de votre tuteur.
Bon travail !

1. Répondez aux questions suivantes:

a) Quelles sont les formes et les emplois des adverbes de temps et de lieu ?
b) Présentez les cas d’emploi des adverbes de négation.
c) Expliquez la règle de formation des adverbes de manière ; donnez des exemples pour
illustrer cette règle.
d) Expliquez les règles de formation des degrés de comparaison des adverbes.
(2 points)

Vous allez trouver toutes ces explications dans l’unité d’apprentissage 13. Essayez de les
rendre d’une manière claire et cohérente. Illustrez vos explications par des exemples de
votre choix :

2. Modifiez le degré de réalité de ces phrases à l’aide d’un adverbe d’affirmation, de


négation ou de doute : oui, non, certainement, pas du tout, bien sûr, etc.

• Nous ferons du bateau…………………………………………………………………….


• Vous avez changé d'adresse……………………………………………………………..
• Ils sont partis en cure thermale…………………………………………………………...
• Je pourrais te prêter ma robe bleue……………………………………………………...
• Elle saura trouver son chemin seule……………………………………………………..
(2 points)

3. Mettez l’adverbe à la place qui lui convient :

• encore : Malgré son âge, notre champion ...……… court ...……… .


• partout : On ...……… a ...……… semé ...……… des fleurs.
• presque : C’est un gentil garçon dont on ...……… se moque ...……….
• comment : ...……… faut-il ...……… procéder ...……… pour réussir ?
• longtemps : ...……… réfléchis ...……… avant d’agir.
• presque : Partir ...……… c’est ...……… mourir ...……… .
• jamais : Je ne ...……… m’ennuie ...……… .
• fort : J’y ...……… arriverai ...……… aisément.
• presque : Dans ...……… chaque village ...……… il y a ...……… un foyer rural.
(2 points)

234
Les mots invariables: les adverbes

4. Distinguez les phrases où il y a un ne explétif :

• Pierre ne rentrera pas ce soir, il reste chez sa sœur.


…………………………………………………………………………………………………
• Soyez prêts avant que nous ne rentrions.
…………………………………………………………………………………………………
• Je crains qu’il ne vienne ce soir, on ne sera pas là.
…………………………………………………………………………………………………
• Je crains qu’il ne vienne ce soir, il n’est pas chez lui.
…………………………………………………………………………………………………
• Je ne pardonnerai pas son absence, à moins qu’il ne soit malade.
…………………………………………………………………………………………………
• Je trouve ce film plus intéressant que tu ne me l’avais dit.
…………………………………………………………………………………………………
• Il a donné des réponses autres qu’on ne l’avait espéré.
…………………………………………………………………………………………………
(2 points)

5. Mettez les adverbes suivants à tous les degrés de comparaison : souvent, loin, bien,
peu, mal.
………………………………………………………………………………………………..............
…………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………..............
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………
(2 points)

Références bibliographiques
Cosăceanu, A., Slăvescu, M., Gramatica limbii franceze, Editura 100+1 Gramar, Bucureşti,
2001, p. 224-245.

Jeanrenaud, A., Langue française contemporaine, Iaşi, Polirom, 1996, chapitre VI:
L’adverbe, p. 195-210.

Grevisse, M., Précis de grammaire française, Paris, Duculot, 1990, chapitre VI : L’adverbe,
p. 212-224.

Poisson-Quinton, S., Mimran, R., Mathéo Le Coadic, M., Grammaire expliquée du


français, CLE International, Paris, 2002, p. 184-196.

235
Les mots invariables : les prépositions

Unité d’apprentissage 14

LES MOTS INVARIABLES: LES PREPOSITIONS

Sommaire page

Les objectifs de l’unité d’apprentissage 14 236


14.1 La définition de la préposition 237
14.2 Les formes des prépositions 237
14.3 Valeurs et emplois de certaines prépositions 238
Test d’autoévaluation 245
14.4 La répétition des prépositions 246
Les clés du test d’autoévaluation 247
Test de contrôle 14 248
Références bibliographiques 249

Les objectifs de l’unité d’apprentissage 14

Quand vous aurez parcouru ce chapitre et effectué les exercices de repérage et


d’emploi de la préposition, vous serez capables de :

• Distinguer les prépositions et les locutions prépositives.


• Utiliser correctement les prépositions en fonction de leurs valeurs.
• Distinguer les prépositions « à » et « de », « dans » et « en » selon les contextes.
• Répéter ou ne pas répéter certaines prépositions dans la phrase.

236
Les mots invariables : les prépositions

14.1 La définition de la préposition

La préposition est une partie du discours invariable qui sert à


exprimer les rapports syntaxiques existant entre les éléments de
nature différente de la proposition : entre un nom et son
complément, entre le verbe et son complément, entre l’adjectif, le
pronom, l’adverbe et leurs compléments. Elle sert donc de liaison
entre un déterminant et un déterminé.

Les prépositions peuvent exprimer des rapports divers :


Le lieu : en, dans, chez, vers, à, de, sous, etc.
Le temps : à, avant, après, pendant, depuis, etc.
La cause : vu, attendu, à cause de, etc.
Le but : pour, à, touchant, etc.
La manière : à, de, avec, sans, etc.
L’agent : de, par, etc.
L’opposition : contre, malgré, etc.
L’ordre, le rang : après, devant, derrière, au-dessus de, etc.
L’union, la conformité : avec, selon, d’après, suivant, etc.
L’appartenance : de, à, etc.
La séparation, l’exception : sans, sauf, excepté, etc.
L’exception : sans, sauf, excepté, etc.

Une même préposition peut servir à marquer des rapports


différents :
Par (lieu, agent, moyen, cause, manière, etc.) :
- entrer par la porte ;
- agir par peur ;
- convaincre par les arguments, etc.

14.2 Les formes des prépositions


Les prépositions peuvent être des mots simples ou des mots
composés ou locutions prépositionnelles.
Consultez dans le tableau de la Figure 14.1 la liste des principales
prépositions :

à de excepté passé sous


après depuis hormis pendant suivant
attendu derrière hors plein supposé
avant dès jusque(s) pour sur
avec devant malgré près touchant
chez durant moyennant proche vers
concernant en outre sans vu
contre entre par sauf
dans envers parmi selon
Figure 14.1

237
Les mots invariables : les prépositions
Vous trouverez maintenant, dans le tableau de la Figure 14.2, la
liste des principales locutions prépositives :

à cause de au dehors de de dessous hors de


à côté de au-delà de de dessus jusqu’à
à défaut de au-dessous de de devant jusque dans
afin de au-dessus de de façon à loin de
à fleur de au-devant de de manière à par-dedans
à force de au lieu de d’entre par-dehors
à l’abri de au milieu de de par par-delà
à la faveur de au péril de de peur de par-dessous
à la merci de auprès de du côté de par-dessus
à la mode de au prix de en deçà de par-devant
à l’égard de autour de en dedans de par-devers
à l’encontre de au travers de en dehors de par rapport à
à l’envi de aux dépens de en dépit de près de
à l’exception de aux environs de en face de proche de
à l’exclusion de avant de en faveur de quant à
à l’insu de d’après en sus de sauf à
à moins de d’avec étant donné sus à
à raison de de chez face à vis-à-vis de
au-dedans de de delà faute de etc.
à défaut de de derrière grâce à
Figure 14.2

14.3 Valeurs et emplois de certaines prépositions

Les prépositions fonctionnent dans le discours avec divers sens et


diverses valeurs. Dans les livres de grammaire indiqués aux
références bibliographiques vous trouverez des explications et des
exercices concernant les valeurs et le fonctionnement des
propositions.

La préposition à La préposition « à »
Elle peut exprimer :
 la direction (le lieu où l’on va) :
Nous allons à la montagne.
Les touristes vont à Paris.
Après partir on remplace à par pour : partir pour Bucarest.
 l’attribution :
Je donne cette revue à ma tante.
 la possession :
Ce journal est à mon père.
Il ne faut pas employer la préposition à dans ce sens après un
nom ; ne dites pas : le livre à l’élève, mais : de l’élève.
 le but, la destination :
Aiguille à coudre.
Moulin à café.
Aujourd’hui on remplace à marquant le but par pour.

238
Les mots invariables : les prépositions

 le résultat, la conséquence :
Courir à perdre haleine.
 le temps :
Ma collègue viendra à trois heures.
Le nouvel étudiant est venu au mois de septembre.
Mais, on n’emploie jamais la préposition à devant le nom de jours ni
devant les noms an, année :
Le président partira lundi en Chine.
L’année prochaine : l’an 2006
On dit cependant :
Reporter la réunion à samedi,
au mois prochain,
à l’année suivante.

La préposition à peut encore marquer :


 le lieu :
Il est né à Paris.
Je suis à la maison.
 le prix :
Des tomates à trois euros.
 l’évaluation approximative :
Une distance de huit à dix kilomètres.
Il y a trois à cinq oranges dans le panier.
Mais on dira :
Il y avait cinq ou six personnes.
 la manière :
Aller à pied.
Voyager à cheval.
Parler à voix basse.
La préposition à sert à former un grand nombre de locutions
prépositives : quant à, par rapport à, grâce à, de façon à, etc.
Quant à lui, tout est compliqué.
Grâce à sa gentillesse, nous avons pu visiter le château.

La préposition de La préposition « de »
De exprime :
 le point de départ, le lieu d’où l’on vient, l’origine, la provenance,
l’extraction:
Mon oncle arrive de Marseille.
Ce mot vient du grec.
On extrait des pierres de la carrière.
 la cause :
Pleurer de joie. Mourir de chagrin.
 l’agent :
Laurent est aimé de sa sœur.
 l’instrument (le moyen) :
Laver de ses mains.
 la manière :
Agir de bon gré.
Être de bonne humeur / de mauvaise humeur.

 l’appartenance, la possession :

239
Les mots invariables : les prépositions
Le livre de l’élève. La maison de mes parents.
Par analogie, on passe de la possession à la matière :
Une couronne d’or.
Un banc de pierre.
Une table de marbre.
 la partie (valeur partitive) :
Boire de l’eau minérale.
Acheter des livres.
La préposition de introduit :
 le complément de l’adjectif :
Être content de son sort.
Être avide de louanges.
 le complément de certains verbes :
Se souvenir de quelque chose.
 le complément du nom :
Le marchand de pommes.

La préposition de sert à former un grand nombre de locutions


prépositives : à côté de, afin de, au lieu de, à cause de, en dépit de,
d’après, etc.
Paul s’est assis à côté de son frère Jean.
Marcel a échoué à l’examen, en dépit de sa compétence.
Il n’a pas fini la course, à cause de son accident.

Souvent, le même verbe s’emploie avec la préposition à ou de,


avec une certaine différence de sens (qu’il est cependant difficile à
établir) :
 commencer à (ou de) (le premier est le plus usuel) ;
 continuer à (ou de) ;
 s’occuper à (ou de) ;
 remercier de, mais aussi pour.
Je vous remercie de la manière dont vous l’avez reçu.
Je vous remercie pour votre bonne promesse.
On dit : féliciter de quelque chose, mais aussi parfois, pour :
Je vous félicite de votre succès.
Je vous félicite pour votre succès.

Exercices d’entraînement

Pour mettre en application vos connaissances relatives à l’emploi des prépositions, il


serait utile pour vous d’effectuer les exercices suivants :

1. Complétez par « à » ou « de »

• Ce studio est …... Michel. C’est celui .…… Michel. Il appartient .….. Michel.
• C’est le studio …... Michel. Michel est propriétaire ...... son appartement.

240
Les mots invariables : les prépositions

2. Complétez les phrases ci-dessous par « à » ou « de » :

• Avez-vous vu les Alpes ? Il paraît que c’est magnifique .….. voir.


• Certaines vérités ne sont pas toujours bonnes ..…. dire.
• Cette eau est très bonne ..…. boire.
• Il n’a guère été surpris ...... son geste.
• Il s’est montré satisfait …... vos efforts.
• Il a manqué ...... présence ……. esprit, il n’a pas réagi ……….. l’insulte.
• Par son impolitesse, il a manqué ...... toutes les convenances.

La préposition en La préposition « en »

En s’emploie en général devant un nom sans article ou précédé


d’article indéfini. Exception font quelques locutions : en l’an ..., en
l’honneur de ..., en l’absence de ..., en l’air, en l’état, en la personne
de ... mais : en présence de... .
En s’emploie :
 devant les noms de véhicules, dans lesquels on monte :
aller en voiture, en auto, en bateau, en avion.
 devant les parties du costume :
être en chemise, en pantoufles,
être en robe de chambre, en maillot de bain.
 devant les noms qui indiquent la matière :
une montre en or ; une maison en pierre ;
une table en pierre (ou de pierre), en marbre (ou de marbre).
 devant les noms de pays féminins et masculins commençant par
une voyelle, on emploie en :
Il va en France, en Chine, en Roumanie, en Iran, en Israël:
mais: Il va au Japon, au Portugal.
 En peut exprimer l’état, la manière (au propre et au figuré) :
être en colère,être en bonne santé.
 En peut avoir un sens temporel :
Enrique partira en trois mois.
Je lirai ce livre en quelques jours.
En été, en hiver, en automne (mais : au printemps).
 En sert à former le gérondif.
Le vieux parlait en marchant.

La préposition dans La préposition « dans »

Cette préposition s’emploie devant un nom précédé d’un article ou


accompagné d’un déterminatif.
 Dans a surtout un sens local et marque l’intérieur :
dans la maison, dans ce livre, dans mon cœur.
 Dans s’emploie aussi pour indiquer le temps :
revenir dans trois jours, partir dans une semaine ;
dans un mois.
 Dans remplace en quand le nom est déterminé :
être en colère, mais être dans une colère folle ;

aller en France – aller dans la France du Nord.

241
Les mots invariables : les prépositions

Remarque :
On dit dans la rue :
Rencontrer quelqu’un dans la rue.
Exception : en pleine rue

Exercices d’entraînement II

Pour mettre en application vos connaissances relatives à l’emploi des prépositions, il


serait utile pour vous d’effectuer l’exercices suivant :

Complétez par « en » ou « dans » :

• Nous sommes ……… vacances.


• Il fait chaud ……… été et froid ….….. hiver.
• J’irai à Paris ……… train et non pas ……… voiture.
• Ils vivent ……… Angleterre.
• Les enveloppes sont ……… le tiroir du bureau.
• C’est un foulard ……… soie.
• Le médecin arrivera ……… une demi-heure.
• Il a fait le trajet de Paris à Lyon ……… trois heures.
• Je me suis promené ……… la ville.

La préposition pour
La préposition « pour »
En général, elle a deux sens :
 « à la place de » (substitution), « en échange de » :
prendre un homme pour un autre ;
acheter un livre pour 10 euros.
 « dans l’intérêt de, à cause de, dans l’intention de » :
mourir pour la patrie ;
être puni pour une faute ;
le juge interroge pour faire avouer.

Mais la préposition pour peut encore marquer :


 le but :
Monique fait cela pour réussir.
Le juge l’a choisi pour témoin.
 la cause :
Pour être trop malade, vous l’avez donc hospitalisé ?
 la destination : tailleur pour hommes ; robe pour le soir.
 la direction, après le verbe partir.
Je pars pour Bucarest.
Enfin, pour sert à former des locutions prépositives :
pour ce qui est de...
Pour ce qui est de ces études, rien n’est encore décidé.

ainsi que la locution conjonctive pour que :


L’orateur parle fort pour que l’auditoire puisse l’entendre.
242
Les mots invariables : les prépositions

La préposition par La préposition « par »

Par peut indiquer:


 le lieu:
Entrer par la porte; tomber par terre.
 le temps:
On est parti par mauvais temps.
 le moyen, la cause:
prendre quelqu'un par le bras;
agir par ordre.
 Par introduit le complément d'agent :
être vu par quelqu'un.
 Par a aussi un sens distributif:
marcher deux par deux ;
cela coûte deux euros par tête;
vous gagnez combien par mois ?
 Certaines locutions sont formées avec par :
par-delà; par-dessus ; par rapport à ; par-dessous, etc.
La préposition chez La préposition « chez »

Chez signifiait à l'origine « dans la maison de »:


chez mon père, chez moi
Par extension, elle est arrivée à un sens figuré:
Chez lui, cette réaction est naturelle.
La préposition chez ne se construit qu'avec un nom de personne ou
d'être animé :
Laurent va chez son ami.
Eric va chez le photographe.
Mais : Il va au théâtre, à l'épicerie, à la bibliothèque.

D’autres prépositions : Emploi d’autres prépositions

Avant
• « Avant » a surtout un sens temporel :
Arriver avant l'heure.
et marque la priorité de situation, de rang:
Être classé avant les autres.

Devant • « Devant » a un sens local: vis-à-vis de, en face de, ou encore en


présence de :
Il se trouvait devant moi.

Après • « Après » est l'opposé d'avant (sens temporel) :


Il est venu après moi (plus tard).

Il s'emploie aussi au sens local:


Après ce vestibule, il y a un beau salon.
Après peut encore exprimer la tendance :
Il court après les hommes.
Derrière • « Derrière » s'oppose à devant (sens local) :
Le jardin se trouve derrière la maison.
243
Les mots invariables : les prépositions

Avec • « Avec » marque:


 la manière : agir avec prudence ;
 le moyen, l'instrument : ouvrir avec la clé ;
 l’interlocuteur : causer avec quelqu'un.
Je cause volontiers avec lui.
Cette préposition peut avoir le sens de envers :
Ce jeune homme est poli avec les autres.

Parmi • « Parmi » précède un nom pluriel ou un nom collectif:


parmi les arbres, parmi la foule.

Près • « Près » s'emploie avec de :


Près de la ville il y a un grand stade. (sens local)
Il y a près d'un mois. (sens temporel)
Auprès de • « Auprès de » n'a qu'un sens local:
Ce garçon est auprès de ses parents.

Sur • « Sur » marque le lieu, le temps:


Le livre se trouve sur la table;
Le voisin arrive sur-le-champ.
• « Sur ce » signifie : pour conclure, pour terminer.
Sur ce ils ont décidé de se séparer.
Sur la rue signifie : avec vue sur la rue :
La fenêtre donne sur la rue.

Sans • « Sans » marque l’exclusion:


Il est parti sans moi.

• « A travers » ne se construit jamais avec de. Par contre, on dit


À travers « au travers de » :
Marc sourit à travers ses larmes.
Yves avait longtemps marché au travers de la ville.

• « Durant » « Pendant »
Durant Durant exprime une période continue et pendant indique un
moment, une portion limitée de la durée :
Durant la campagne, les ennemis se sont tenus enfermés dans
leurs places.
Pendant
C'est pendant cette campagne que s'est livrée la bataille dont
vous parlez.

Jusque • « Jusque » se construit avec une préposition: à (c'est le cas le plus


fréquent), vers, sur, chez, etc. :
Jusqu'à la mort, jusqu'en Afrique, jusque sur les toits.

Jusque se construit aussi avec les adverbes ici, là, où, alors, et avec
certains adverbes d'intensité modifiant un adverbe de temps ou de
lieu:
Très gentils jusqu'ici, vous pouvez toujours l’être.
Jusqu'où va sa perfidie, son mensonge ?
Tu me donneras ta réponse jusqu'alors.
244
Les mots invariables : les prépositions
Je m'étais arrangé pour faire durer jusqu'assez tard ma soirée.
On dit jusqu'à aujourd'hui ou jusqu'aujourd'hui:
J'ai hésité jusqu'aujourd'hui (ou jusqu'à aujourd'hui) à vous
donner de mes nouvelles.

Près de • « Près de », « Prêt à »


Près de, suivi d'un infinitif, signifie « sur le point de» :
La lune est près de se lever.
Prêt à
Prêt à signifie « préparé à, disposé à» :
L’orage ne surprend point les touristes : ils sont toujours prêts à
s’abriter dans les chalets de montagne.

Test d’autoévaluation

Pour bien gérer ce test, il est indispensable que vous suiviez un certain nombre de
démarches théoriques et appliquées. Vérifiez vos résultats en consultant la rubrique Clés
du test d’autoévaluation.
Attention ! Les pointillés vous permettent d’insérer vos réponses dans le test.

1. Mettez les prépositions convenables :

• Elle avait réussi ……... se tirer …..…. embarras grâce ……... sa volonté et …..….
son énergie.
• Ils avaient refusé ……... aller ce soir …..…. ce spectacle.
• La jeune fille ressemblait parfaitement …..…. sa mère et elle était heureuse
……… entendre cela.
• J’ai ……... te faire part …..…. une grande nouvelle.
• Je le refuse ……… croire …..…. tant …..…. méchanceté.
• Il lui répéta ……... nouveau …..…. vive voix qu’elle devrait étudier.

2. Complétez par « en » ou « dans » :

• Nous avons célébré le mariage ……… famille …..…. la plus stricte intimité car
nous étions …..…. deuil.
• Ils habitent ……… Italie, …..…. une petite ville au bord de la mer.
• Son œuvre a été publié ……... trois volumes.
• Elle nous a expliqué ce qui s’était passé …..…. quelques mots.
• Cet appareil est-il encore …..…. garantie ?
• La ville a été …..…. partie détruite.

3. Complétez par de, pour, sans, sous, sur :

• Etant inconscient, le malade était maintenu ……... perfusion.


• J’aimerais être sûr qu’il agit ……… arrière-pensée.
• J’ai reçu de ma banque cent euros ……... solde de tout compte.
• Il s’est fait faire un costume ……... mesure.
• Il ne lisait jamais ses discours mais les prononçait ……… mémoire.

245
Les mots invariables : les prépositions

14.4 La répétition des prépositions

• Les prépositions à, de, en se répètent ordinairement devant


chaque complément:
Marie écrit à Pierre et à Jean.
Hélène parle de Pierre et de Jean.
Irène a voyagé en Grèce et en Italie.

• A, de, en ne se répètent pas:


 Quand les membres du complément forment une locution:
Ecole des arts et métiers.
Mon frère aime à aller et venir.
Mon cousin a perdu son temps en allées et venues.
 Quand ces membres représentent le même ou les mêmes êtres
ou objets :
J’en parlerai à M. Dupont, votre associé.
J'ai reçu une lettre de ma collègue et amie.
 Quand ces membres désignent un groupe ou une idée unique:
Les adresses des amis et connaissances.

• D'une manière générale, les prépositions autres que à, de, en ne


se répètent pas, surtout lorsque les différents membres du
complément sont intimement unis par le sens ou lorsqu'ils sont à
peu près synonymes :
Dans les peines et les douleurs gardez l'espérance.

Remarque :
En répétant la préposition, on donne à chaque membre du
complément un relief particulier :
Cette héroïne a vécu pour les siens et pour sa patrie.

246
Les mots invariables : les prépositions

Avez-vous bien compris ?

1. Complétez par « à » ou « de » :

• J’ai eu la chance .….. vous rencontrer il y a un mois.


• Il est difficile ..…. traiter un tel sujet.
• Un tel sujet est difficile ...... traiter.
• Il a demandé ..…. rencontrer le directeur.
• Que pensez-vous ...... cette affaire ?
• Je tiens beaucoup …... mes parents.

2. Complétez par « en » ou par « dans » :

• Ils sont déguisés ……... mousquetaires et ils sont apparus ……… des costumes
authentiques.
• Elle était ……… forme, ……… une forme incroyable.
• Ils aspirent à vivre ……... paix, ……… une paix durable.
• Elle était habillée ……... bleu, …..…. un bleu ciel magnifique.
• J’ai voyagé ……... première classe ……... un wagon non-fumeurs.

 Idées à retenir

Après avoir étudié avec beaucoup d’attention l’unité d’apprentissage 14, vous devez
retenir quelques idées fondamentales :
• La préposition est une partie du discours invariable qui sert à exprimer les rapports
syntaxiques existant entre les éléments de nature différente de la proposition : entre
un nom et son complément, entre le verbe et son complément, entre l’adjectif, le
pronom, l’adverbe et leurs compléments.
• Les prépositions peuvent exprimer des rapports divers : le lieu, le temps, la cause,
le but, la manière, l’agent, l’opposition, l’ordre, le rang, l’union, la conformité,
l’appartenance, la séparation, l’exception.
• Les prépositions peuvent être des mots simples ou des mots composés ou
locutions prépositives.
• Chaque préposition peut exprimer plusieurs valeurs ; plusieurs prépositions
peuvent exprimer les mêmes rapports mais avec des sens différents.

Les clés du test d’autoévaluation

Corrigés

1. à, d’, à, à ; d’, à ; à, d’ ; à, d’ ; à, à, de ; à, de.


2. en, dans, en ; en, dans ; en ; en ; en ; en.
3. sous ; sans ; pour ; sur ; de.

247
Les mots invariables : les prépositions

Test de contrôle 14

Ce test est administré à l’issue de l’unité d’apprentissage 14.


Pour réaliser ce test, il est conseillé de relire l’unité et de faire les exercices de repérage et
de réemploi de la préposition qui y sont recommandés.
Ne manquez pas de transmettre ce test à votre tuteur. A cet effet, il convient de marquer
votre nom, votre prénom et votre adresse personnelle sur la première page de votre copie.
N’oubliez pas de mentionner aussi le numéro du test. Vous êtes supposés le recevoir,
après correction, avec les commentaires de votre tuteur.
Bon travail !

1. Remplacez les points par les prépositions : à, par, chez, sans, de (d’):

Cette lettre date ……... hier. Voici une tasse …..…. thé. J’ai lavé les chemises et j’ai
commencé ….…. la tienne. Il m’écouta ……… bouger. On logera ……… mes amis.
Répondez ……… qui nous écrira.
(2 points)

2. Lisez attentivement cette poésie, puis soulignez les prépositions et dites quelles sont
leurs valeurs :

La lampe

Quelque part dans une maison pavée de carreaux rouges


Derrière un bois très loin à la limite de la neige
Après Ie rail
Et plus loin encore si tu peux
Au-dessus de la vieille photographie sans cadre
Très loin
Il y a une lampe
Avec de I'huile
Depuis mille ans I'horloge est arrêtée
Parmi des Iinges noirs et des poissons séchés
Mais la nuit
On entend distinctement la lampe
Rene-Guy Codou, Ie Cœur définitif
(2 points)

3. Quelle préposition ? « à » ou « de » ?

• Ce rocher ressemble …..…. un pain.


• Tu sembles sûr ……… toi.
• Jette du grain de maïs …..…. cet oiseau.
• Vous tremblez ……… froid.
• Il se dégagea …..…. un geste brusque.
• J’épelle le nom …..…. ce candidat.
(2 points)

248
Les mots invariables : les prépositions

4. Complétez par « par » ou « pour » :

• Elle s’absente ……… un mois …..…. cause de maladie.


• Il a fini ……… accepter notre proposition.
• J’ai été arrêté …..…. excès de vitesse.
• Il a tout abandonné ……… peur d’échouer.
• Elle s’est mariée ……… amour et non ……… intérêt.
• Il a fini …..…. avouer son erreur.
• L’avion vient de décoller ……… Londres.
• Elle a cité plusieurs auteurs ……… exemple Balzac.
• Il a eu une amende …..…. avoir oublié de composter son billet.
(2 points)

5. Donnez le contraire des expressions en italique :

• Nous partirons juste après le Noël. …………………………………………………


• On a élevé un immeuble derrière le parc. ………………………………………….
• Ils ont voté contre la gauche. ………………………………………………………..
• Il travaille sans plaisir. ………………………………………………………………..
• J’ai posé mon sac sur le buffet. ……………………………………………………..
• Mon oncle habite Près de chez moi …….. …………………………………………
• Le marché est près du lac. …………………………………………………………..
• On arrivera en haut de la colline dans cinq minutes. ……………………………..
• La boutique de bijoux est à droite de la sortie du métro. …………………………
(2 points)

Références bibliographiques

Cosăceanu, A., Slăvescu, M., Gramatica limbii franceze, Editura 100+1 Gramar, Bucureşti,
2001, p. 246-253.

Grevisse, M., Précis de grammaire française, Editions Duculot, Paris, 1990, p. 225-230.

Grevisse, M., Le bon usage, Editions Duculot, Paris, 1993, p. 1503-1555.

Jeanrenaud, A., Langue française contemporaine. Morphologie, syntaxe, Editura Polirom,


Iaşi, 1996, p. 210-218.

Poisson-Quinton, S., Mimran, R., Mathéo Le Coadic, M., Grammaire expliquée du


français, CLE International, Paris, 2002, p. 184-198.

Riegel, M., Pellat, J. Ch., Rioul, R., Grammaire méthodique du français, PUF, Paris, 1990,
p. 369-371.

249
Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

1. Béchade, H. D., Phonétique et morphologie du français contemporain, PUF, Paris,


1992.

2. Coculescu, M. S., Le nom et le groupe nominal, Editura Universităţii din Ploieşti,


Ploieşti, 2004.

3. Cosăceanu, A., Eléments de grammaire affective, Editura Cavallioti, Bucureşti,


1996.

4. Cosăceanu, A., Slăvescu, M., Gramatica limbii franceze, Editura 100+1 Gramar,
Bucureşti, 2001.

5. Cristea, T., Grammaire française. Le nom et le groupe nominal. Le verbe et le


groupe verbal, Editura Fundaţiei România de mâine, Bucureşti, 2000.

6. Cuniţă, A., Vişan, D., Abrégé de grammaire française, Editura Universităţii,


Bucureşti.

7. Florea, L. S., Syntaxe du français actuel. La phrase simple et ses fonctions


discursives, Editura Clusium, Cluj-Napoca, 2000.

8. Gherasim, P., Grammaire conceptuelle du français. Morphosyntaxe. Syntaxe, Casa


Editorială « Demiurg », Iaşi ,1998.

9. Grevisse, M., Précis de grammaire française, Editions Duculot, Paris, 1990.

10. Grevisse, M., Le bon usage, Editions Duculot, Paris, 1993.

11. Jeanrenaud, A., Langue française contemporaine. Morphologie, syntaxe, Polirom,


Iaşi, 1996.

12. Poisson-Quinton, S., Mimran, R., Mathéo Le Coadic, M., Grammaire expliquée du
français, Cle International, Paris, 2002.

13. Riegel, M., Pellat, J. Ch., Rioul, R., Grammaire méthodique du français, PUF, Paris,
1990.

250
Proiect cofinanţat din Fondul Social European prin Programul Operaţional Sectorial Dezvoltarea Resurselor Umane 2007-2013
Investeşte în oameni!

Formarea profesională a cadrelor didactice


din învăţământul preuniversitar
pentru noi oportunităţi de dezvoltare în carieră

Unitatea de Management al
Proiectelor cu Finanţare Externă

Str. Spiru Haret nr. 12, Etaj 2,


Sector 1, Cod poºtal 010176,
Bucureºti

Tel: 021 305 59 99


Fax: 021 305 59 89

http://conversii.pmu.ro
e-mail: conversii@pmu.ro

IS
BN
97
3-
0-
04
09
5-
8

Vous aimerez peut-être aussi