Vous êtes sur la page 1sur 45

Aléas des sols

Bahar Ramdane
Professeur en Géotechnique
Expert consultant en Géotechnique
Faculté de Génie Civil
Université des Sciences et de la Technologie Houari Boumediene
0
Introduction et

Objectifs de la formation
Introduction
Dans la tribune introductive de l’ouvrage
«Géotechnique appliquée aux projets de
construction » de l’auteur Ammar Dhouib (2016), est
écrit :

«La géotechnique est au cœur de nos projets

de construction , … C’est la "réalité" de notre


époque car, de nos jours, les "bons" sols
deviennent rares, les projets complexes et la
règlementation plus développée».
Introduction
 Les bons terrains sont rares. Car, entre
friches industrielles et terrains marécageux, le
sol est souvent aquifère, mou ou compressible
et ses déformations sous le poids des
ouvrages sont importantes et deviennent, dans
ce contexte, incompatibles avec les
déplacements admissibles de la structure».

 Les projets sont complexes entre tours de


plusieurs dizaines, voire plusieurs centaines de
mètres de hauteur parfois implantés au milieu
d’ouvrages existants sensibles, excavations
profondes
Introduction

 La réglementation a connu un
développement considérable et devient de
plus en plus exigeante par de nouvelles
normes tels que :
Les missions géotechniques
normalisées (NF P94-500)
Les Eurocodes
Introduction
Le terme "géotechnique" est nouveau, mais la
géotechnique ne l’est pas car nos ancêtres ont su
toujours faire "coexister" le sol et les fondations afin
de construire des :

 Ponts pour traverser les rivières


 Routes pour rapprocher les villes
 Barrages pour irriguer les plaines
 Bâtiments pour héberger les peuples
d’Afrique, d’Amérique, d’Asie, d’Europe et
d’Océanie
Introduction
Dans l’avant propos du livre «Géotechnique
appliquée aux projets de construction», on lit que la
géotechnique peut avoir maintes définitions et obéit à
plusieurs règles :

1. La géotechnique est un "mariage" entre


le sol et la fondation; ce mariage ne peut
réussir que lorsque le sol est "sain" et bien
portant et la fondation moins
contraignante, afin d’assurer solidité,
stabilité et pérennité de l’ouvrage
Introduction
Avant-propos du livre «Géotechnique appliquée aux
projets de construction », Ammar Dhouib (2016) :
2. La géotechnique nécessite, comme la
médecine, des investigations ciblées et
adaptées, où le sol doit être bien ausculté
et bien identifié géologiquement et
caractérisé mécaniquement.

L’ingénieur géotechnicien peut alors établir


un diagnostic précis et préconiser des règles
simples pour concevoir et dimensionner son
projet comme le médecin qui prescrit, dans
le but de guérir son patient, une ordonnance
Introduction
Avant-propos du livre «Géotechnique appliquée aux projets de
construction », Ammar Dhouib (2016) :

3. La géotechnique est directement liée à la


terre où le géotechnicien, comme le paysan
aime sa terre, la laboure et la sème.
L’ingénieur géotechnicien est attaché à ses
projets pour les fonder dans le sol tout en
cherchant à optimiser les fondations de son
projet, tout en gardant à l’esprit la sécurité des
hommes et des femmes pendant la construction
(phase travaux), la stabilité et la pérennité de
l’ouvrage dans le temps, et la sécurité des
hommes et des femmes qui vont de loin ou de
près y cohabiter (phase de service).
Introduction
Avant-propos du livre «Géotechnique appliquée aux projets de
construction », Ammar Dhouib (2016) :

4. La géotechnique n’est pas une science


exacte; elle ressemble à l’art de la "cuisine"
fort raffinée et élaborée, bien riche pour être
la belle mère des sciences pratiques qui
permet aux ingénieurs d’exceller à travers le
temps comme le sol qui, en "vieillissant", se
consolide et les cuisiniers qui deviennent
des vrais "chefs" après avoir essayé
plusieurs recettes, concocté de nouveaux
plats et servir beaucoup de repas.
Introduction
Avant-propos du livre «Géotechnique appliquée aux projets de
construction », Ammar Dhouib (2016) :

Mais, à vrai dire, il n y’a pas de géotechnique


sans :
 la mécanique des sols,
 la mécanique des milieux continus.

Le sol est, comme l’être


humain, très compliqué et
complexe, car :
Introduction
Avant-propos du livre «Géotechnique appliquée aux projets de
construction », Ammar Dhouib (2016) :

 Le sol possède beaucoup de paramètres


pour être identifié et reconnu :
son taux d’humidité,
sa plasticité,
la taille de ses grains et les vides qui les
entourent,
sa compressibilité,
sa cohésion et son frottement;
Introduction
Avant-propos du livre «Géotechnique appliquée aux projets de
construction », Ammar Dhouib (2016) :

 Il a plusieurs comportements :
non élastique,
visco-élastique,
plastique,
dilatant et contractant,
gonflant et rétractant,
sujet au fluage dans le temps sous des
contraintes constantes;
Introduction
Avant-propos du livre «Géotechnique appliquée aux projets de
construction », Ammar Dhouib (2016) :

 Il est sensible à l’eau qui y circule et aux


agents extérieurs :
agressions chimiques,
gel,
circulations d’eau,
qui peuvent déstabiliser sa structure et la faire
évoluer dans le temps;
Introduction
Avant-propos du livre «Géotechnique appliquée aux projets de
construction », Ammar Dhouib (2016) :

 Le sol encaisse des anomalies de toutes


natures :
Naturelles : poches de dissolutions
(gypses qui se dissolvent comme le
sucre), les karsts, les matériaux
effondrables, liquéfaction (séisme), les
mouvements de terrains,…
Artificielles comme les carrières
souterraines,….
Introduction
Dans la Norme NF P94-500 relatives aux missions
d’ingénierie géotechniques, il est mentionné :

«Tout site est susceptible de présenter des


aléas géologiques plus ou moins importants qui
peuvent entrainer des risques pour la
réalisation d’un projet d’aménagement de site
ou de construction d’ouvrages.

L’existence de ces risques rend nécessaire leur


gestion et nécessite un certain nombre
d’études géotechniques, qui visent à les
détecter, les évaluer et les maîtriser »
Introduction
Préalablement à l’établissement d’un programme
d’investigations géotechniques pour la construction
d’un ouvrage, il est indispensable de prendre
connaissance du site concerné du :

 Contexte géologique
 Contexte hydrogéologique
 Contexte géotechnique
Introduction
Pour ce faire, il est nécessaire de procéder à une
analyse préalable à partir des éléments disponibles :

 Une recherche documentaire (cartes


géologiques, banques de données du sous-
sol, plans de prévention des risques, études
antérieures,…..
 La visite du site
 Une enquête de voisinage
 La connaissance de l’historique du site
Introduction
A l’issue de cette analyse, le géotechnicien doit
pouvoir disposer d’un modèle géologique
préliminaire. Le but des reconnaissances
géotechniques sera :

 D’améliorer ce modèle, voire de le modifier,


et de le rendre fiable, précis et aussi
complet que possible

De manière à concevoir le
projet, tout au long de son
avancement, sur des bases
sûres et indispensables
Introduction
L’examen du site peut fournir des indices importants
à condition de savoir les interpréter, ce qui nécessite
une certaine expérience et une culture géologique
régionale. A défaut :

 La consultation de la carte géologique et de


sa notice doit permettre d’estimer la nature
des sols constituant le soubassement du
terrain étudié.
Actuellement, Internet permet un accès
aisé aux informations géologiques à
travers des sites (InfoTerre, BRGM, etc) :
cartes géologiques au 1/50 000.
Introduction
L’examen d’une carte géologique doit toujours
prendre en compte certains principes :
 Elle doit être précédée de l’analyse de la
topographie
 Il ne faut jamais perdre de vue qu’une carte
géologique reflète les conceptions de ses
auteurs à partir des faits observables;
certaines informations peuvent donc
s’avérer erronées, notamment en ce qui
concerne les limites des formations
géologiques ou la position des accidents
tectoniques.
Introduction
Une carte géologique, si elle fournit des informations
importantes sur la nature des sols au droit d’un site,
malheureusement :

 Elle est avare de renseignements sur


l’hétérogénéité potentielle des dits sols, en
raison de son échelle

Ce sont pourtant ces aléas géologiques


éventuels qui conditionnent, entre
autres, le choix de la maille et de la
profondeur des investigations à réaliser
Introduction
Comme synthèse nous soulignons les points
suivants:

1. La géotechnique est plus grande et plus


forte que tous, et les « vices » du sol sont
aussi abondants que ceux que les
hommes.:

L’ingénieur doit garder à l’esprit que


les aléas et risques géotechniques
sont potentiellement présents à
chaque étape de la réalisation des
projets géotechniques :
Introduction

 De l’étude de l’avant-projet où les risques


sont importants, voire parfois majeurs pour
mettre en cause la faisabilité du projet,
 De l’étude du projet (phase de conception) où
les risques sont potentiels
 De son exécution (phase EXE) jusqu’à sa
supervision et sa « vie » dans le temps
(phase suivi et supervision géotechnique de
projet) où les risques et aléas géotechniques
demeurent résiduels, car le risque zéro
n’existe pas en géotechnique.
Introduction
2. Réduire les risques et aléas géotechniques
passe d’abord par les études géotechniques
bien adaptées au contexte géotechnique du
site et aux critères du projet
L’ingénieur doit disposer et mettre en œuvre toute
sa force :
pour convaincre les maitres d’ouvrages,
néophytes et avides de chercher à
économiser sur les études géotechniques
quelques millions de Dinars,
A effectuer des études bien adaptées et
sérieuses
Introduction

 Réduire ces risques et aléas


géotechniques par l’application et
le respect intégral et total de
toutes les étapes de l’élaboration
des projets géotechniques

 Eviter d’enterrer du béton :


On parle souvent de la "non
qualité",
On ne parle pas assez de la
"sur-qualité"
Introduction
3. Les études et investigations géotechniques
doivent être bien supervisées sur site avec des
adaptations nécessaires en fonction des
résultats obtenus et des objectifs escomptés.
 Elles doivent conduire à l’élaboration d’une
bonne synthèse des données géotechniques
et des hypothèses de calcul avec le recul
nécessaire en fonction de la variabilité et la
dispersion des résultats
 Les calculs en géotechnique, simples ou
compliqués soient-ils, ne servent à rien si les
entrants de base sont issus d’hypothèses
floues et approximatives
Introduction
4. Enfin, la fameuse exécution des projets
géotechniques ! Même si les investigations
géotechniques sont bien faites sur site, les
données et les hypothèses des modèles de
calcul géotechniques sont bien étudiés, muries
et réfléchies, ce sont l’exécution et le suivi de
l’exécution qui priment.
 Un pieu mal ancré dans une couche porteuse ne
fait pas travailler assez le sol et finit par tasser
 Des tirants mal scellés dans des sables sous
l’eau ne travaillent pas à leurs capacités
escomptées et engendrent des déplacements
nuisibles aux soutènements et aux mitoyens
Objectifs de la formation

Les aléas et les risques géotechniques constitue


un sujet particulièrement intéressant en génie
civil dans la mesure où les ingénieurs activant
dans le domaine de la construction se
trouvent un jour ou l’autre confronté à une
pathologie liée au terrain.

Avec l’évolution de l’occupation du sol en


Algérie, on assiste parfois à des cas
d’effondrements ou de fissuration de
bâtiments qui constituent des faits et enjeux
majeurs de société.
Objectifs de la formation

En effet, malgré les importants progrès effectués


dans le domaine de génie civil au cours de ces
dernières décennies, un certain nombre de
phénomènes liés au comportement des sols restent
encore peu ou pas connus.

On peut voir plusieurs causes à cet état de fait qui


incite à la modestie.
Objectifs de la formation

Tout d’abord les sols d’assises de bâtiments ont


des comportements complexes, assez éloignés
des lois simplifiées de la mécanique des sols.

Ensuite, en ce qui concerne les terrains de


fondation, les investigations sont obligatoirement
limitées pour des raisons de coût et de délai.
Elles ne permettent pas de tout détecter,
notamment certaines hétérogénéités dont les
propriétés mécaniques peuvent dans un certain
cas influer de manière prépondérante sur le
comportement d’ensemble.
Ainsi, la connaissance des sols à problèmes ne
peut-elle se faire que par les retours d’expérience
sur les difficultés rencontrées et les dérives par
rapport aux comportements prévus, afin de
rendre meilleure l’utilisation des sols dans le
cadre des constructions.

L’analyse d’experts dans le domaine de la


géotechnique pourrait apporter des solutions
pour faire face aux importants programmes de
constructions.
La formation sur les aléas des sols origine de
beaucoup de problèmes géotechniques du monde de
la construction, pendant ces cinq jours, vise donc :

à offrir un lieu d’échange de retours d’expérience


et de discussion entre nous (ingénieurs du CTC,
Formateur) qui contribuons à la maîtrise des
problèmes géotechniques liés à l’activité de la
construction,

et aussi à sensibiliser et informer les différents


acteurs (concepteurs, investisseurs,
entrepreneurs, propriétaires), en particulier les
contrôleurs (Ingénieurs du CTC) sur les risques de
construction sur les sols à problèmes.
Quels types de problèmes peut-on rencontrer dans
le sous-sol en Algérie susceptibles d’entrainer des
risques pour la réalisation d’ouvrages
géotechniques et des frais supplémentaires?

Des argiles gonflantes, sensibles aux variations


climatiques (sécheresse et fortes pluies)
Glissements de terrain observés dans des
terrains en pentes marneux et argileux dans les
marnes et argiles
Liquéfaction des sables (effet induit par le
séisme) : terrains sableux lâches et saturés

Risques liés aux calcaires : dolines et gouffres


ou cavités.
Comment prendre en compte les
conditions géotechniques dans
les projets ?
 Le sol et le sous-sol renferment des fondations
d'ouvrages, parfois très différentes, ainsi que
d'éventuelles canalisations.

 Le massif de sol peut avoir un comportement et


des mouvements, liés aux conditions naturelles,
à l'influence des ouvrages existants, ou aux
travaux de mise en œuvre des ouvrages.

 Ce comportement est à prendre en compte


dans les projets, afin d'assurer la pérennité et le
bon fonctionnement des structures soient
assurés.
Importance du paramètre "sol" vis-à-vis
de la pérennité des ouvrages

 Dans tout projet de construction, le paramètre


"sol" doit être pris en considération, soit pour
constater que ce paramètre ne pose pas ou peu
de problèmes particuliers, soit pour poser
correctement les problèmes géotechniques et
envisager les mesures propres à les résoudre

Il y a lieu de prendre en compte :


1. Les conditions géologiques initiales :
 contexte géologique et géomorphologique du site
 pendage des couches
 pente du terrain naturel
 accidents éventuels
2. Les conditions géotechniques initiales :
 géométrie des couches,
 nature des sols rencontrés,
 hydrogéologie
3. Les conditions géotechniques résultant de
l'exécution des travaux :
 Ces conditions interviennent dans les
mécanismes géotechniques susceptibles de
conduire à des désordres sur l'ouvrage
Mouvements de terrain
Les mouvements de terrain désignent l’ensemble
des déplacements en masse de matériaux
rocheux à la surface de la terre.

Bien que parfois associés à des phénomènes


sismiques, qui trouvent leur source dans les
profondeurs de l’écorce terrestre, leur origine se
situe à la proximité de la surface.

Parfois anodins et sans danger, ils peuvent aussi


être des aléas majeurs entrainant d’importants et
spectaculaires dégâts, et faire de nombreuses
victimes.
Dans leurs déplacements, ils entraînent avec eux
l'ouvrage. Différents cas sont possibles :

1. Ouvrage sur une pente initialement instable


 C'est le cas notamment d'ouvrages construits
sur une pente naturelle ou un remblai instable.
 Une remontée de la nappe est souvent à
l'origine de la mise en mouvement du sol, mais
aussi, des charges supplémentaires résultant
de la construction d'un ouvrage, de
terrassements (remblais et/ou déblais), voir
même des modifications du réseau
hydrodynamique.
1. Ouvrage sur une pente rendue instable par le
creusement de l'assise de fondation
 Dans tous les cas, la pente doit être
suffisamment stable pour éviter les désordres
dans l'ouvrage, les équipements divers et les
canalisations éventuelles
Gonflement et retrait des argiles raides

Certaines argiles et marnes raides ont tendance


à gonfler en absorbant de l'eau, lorsqu'elles sont
déchargées et mises en présence d'eau.

Ce gonflement peut conduire à deux types de


problèmes pour les fondations et les structures.
Gonflement et retrait des argiles raides
1. L'argile déchargée qui ne peut gonfler
librement du fait de la présence des
fondations ou d'une partie de l'ouvrage exerce
sur elle des efforts (pression de gonflement)
qui peuvent être suffisamment importants pour
occasionner des désordres. C'est notamment
le cas si une fondation ou un radier est mis en
œuvre peu de temps après le terrassement,

2. L'argile qui gonfle en présence d'eau voit sa


résistance diminuer et devient compressible.
Les conséquences sont généralement le
remaniement du fond de fouille.
Une argile raide qui perd son eau par dessiccation
subit une diminution de volume avec fissuration :
c'est le phénomène de retrait.

Si cette argile est remise en présence d'eau, elle a


tendance à gonfler.

Lorsqu'une fondation est au contact d'une argile


soumise à des cycles gonflement-retrait par suite
des fluctuations du niveau de la nappe phréatique,
elle peut subir des désordres et mouvements
importants.
Le risque de liquéfaction des sols

La liquéfaction est la perte partielle ou totale de


portance d’un sol suite à un phénomène
sismique.

Ce phénomène concerne les sols saturés en eau,


peu compacts à la granulométrie faible et
homogène.

On rencontre ce type de phénomène dans le


sable, le limon, les argiles et les vases en
présence d’eau.

Vous aimerez peut-être aussi