Vous êtes sur la page 1sur 23

REPUBLIQUE DU CAMEROUN REPUBLIC OF

CAMEROON
Paix —Travail --- Patrie Peace – Work -- Fatherland
----------------------- -----------------------
UNIVERSITE DE YAOUNDE I UNIVERSITY OF
YAOUNDE I
------------------------ -----------------------
FACULTE DES LETTRES FACULTY OF
LITERATURES
B.P. 812 Yaoundé, B.P. 812 Yaoundé,
Tél/Fax. : (237) 22.23.44.96 Tél/Fax. : (237) 22.23.44.96
********* *********
Division de la Scolarité et du suivi des Etudiants Student’s Admission and Records
Office
-------------------------- --------------------------
Service de la Scolarité et des Statistiques Student’s Admission Office and
Statistics
--------------------------- --------------------------

DEPARTEMENT DE PHILOSOPHIE
--------------------------------------
PHILOSOPHY DEPARTMENT
METAPHYSIQUE ET ONTOLOGIE- 316

SUJET:
Selon vous, la question de l’être est-elle de l’ordre de la physique, de l’ontologie ou de
la métaphysique ?

Par:
WAGNI Pierre Bény (19Y 774)

Supervisé par:
Pr. Jean Bertrand AMOUGOU

Année Académique 2019-2020 Juin 2020

0
TABLE DES MATIERES

Contents
INTRODUCTION ................................................................................................................................. 3
I- LA PHYSIQUE
1.1. Définition .................................................................................................................................... 4
1.2. L’objet de la physique ............................................................................................................... 4
1.2.1. Objet matériel et Objet formel de la physique ....................................................................... 4
1.3. Mouvement des êtres sensibles de la nature............................................................................ 5
1.3.1. Le temps .................................................................................................................................. 6
1.3.2. L’espace .................................................................................................................................. 9
1.4. Les Causes ................................................................................................................................ 10
. II- L’ONTOLOGIE
2.1. Définition de l’Ontologie .............................................................................................................. 11
2.1.1. Objet matériel et Objet formel de l’ontologie ...................................................................... 11
2.2. La nature de l’être .................................................................................................................... 11
2.2.1. Définition de l’être ................................................................................................................ 11
2.2.2. Les déterminants de l’être .................................................................................................... 11
2.2.2.1. L’Etre en puissance .......................................................................................................... 11
2.2.2.2. L’Etre en acte ................................................................................................................... 12
2.2.2.3. Hiérarchisation possible des étants. ................................................................................. 13
2.3. Les propriétés ontologiques .................................................................................................... 13
2.3.1. Les transcendantaux ............................................................................................................ 13
2.3.1.1. L’Un (Unum) .................................................................................................................... 13
2.3.1.2. Le Vrai (Verum) ............................................................................................................... 14
2.3.1.3. Le Bien (Bonum) .............................................................................................................. 14
2.3.2. Propriétés générales ............................................................................................................. 15
2.3.2.1. Le Beau ............................................................................................................................. 15
2.3.2.2. La Perfection .................................................................................................................... 15
2.4. Les catégories............................................................................................................................ 15
2.4.1. La Substance......................................................................................................................... 16
2.4.2. Les neuf Accidents................................................................................................................ 16
III-LA METAPHYSIQUE
3.1. Définition ....................................................................................................................................... 18
3.1.1. Objet matériel et objet formel de la métaphysique. ................................................................... 18

1
3.2. La substance, l’essence et l’existence .......................................................................................... 19
3.2.1. La substance ............................................................................................................................... 19
3.2.1.1. Caractéristiques et fonction de la substance .......................................................................... 19
3.2.2. L’essence ..................................................................................................................................... 19
3.2.3. L’existence .................................................................................................................................. 20
3.3. L’existence de Dieu....................................................................................................................... 20
CONCLUSION .................................................................................................................................... 21
BIBLIOGRAPHIE .............................................................................................................................. 22

2
INTRODUCTION

Dans la sphère des sciences, la physique, la métaphysique et l’ontologie sont trois


sciences distinctes. Tout d’abord, la physique de l’étymologie latin “physicus” (sciences
naturelles) tiré du grec “phusikos” (physique relatif au corps humain ou à la nature). La
physique est une science de la nature expérimentale qui étudie les phénomènes naturels et leurs
évolutions. Elle est une science qui a pour objet l’étude de la matière et de ses propriétés
fondamentales. Ensuite, l’ontologie de l’étymologie grec “On- Logos” (être et science).
L’ontologie est donc, la science de l’être. Et enfin la métaphysique du latin “ metaphysica”
dérivé du grec ancien “vérité méta ta phusica” (après les choses de la nature). La métaphysique
dénote la science de ce qui est au-delà de la nature d’un objet. Nous pouvons observer, à travers
les définitions étymologiques de chacune de ces trois sciences, la compréhension du concept
« être ». L’être en physique est ce qui relève de la nature (du physique) ; l’être en ontologie
pointe vers « ce qui est », c’est-à-dire, ce qui a l’être, ce qui fait référence à l’être et ce par quoi
l’être est; l’être en métaphysique est ce qui va au-delà du physique (les êtres
suprasensibles). Au cours de l’histoire de la philosophie, la définition de l’être s’est faite
changeante. Dans la période classique, avec Platon et Aristote, l’être est universel1, évidente2 et
indéfinissable3. L’être serait alors tout simplement ce qui est. Dans la période médiévale, avec
Thomas D’Aquin, l’être est ce qui possède l’acte d’existence (esse). L’esse étant ici, le principe
qui confère à tout être son existence : c’est le principe d’existence. Thomas D’Aquin dit que
chaque étant est un “ayant l’être” (un habens esse).4 Dans la période moderne, avec Heidegger,
l’être (Sein- ce qu’il y a) devient « dévoilement de la vérité »5. Ce sont ces différentes
définitions de l’être qui sont exploitées dans cette période contemporaine. A la question de
savoir : la question de l’être est-elle de l’ordre de la physique, de l’ontologie ou de la
métaphysique ? Cela revient à demander, si l’étude de l’être révèle de la physique, de
l’ontologie ou de la métaphysique ? Il se pose donc le problème de l’étude de l’être. L’étude de
l’être est-elle du domaine de la physique, de l’ontologie ou de la métaphysique ?

1
PLATON, Théétète, 166d-167d.
2
ARISTOTLE, Métaphysique, 4, 30, 1006a, (trad). Tricot, 1953.
3
Ib, 16, 86, 1040b-1041a.
4
THOMAS D’AQUIN, S Th, III, q.2.
5
J. VAYSSE, Dictionnaire Heidegger, Paris, Ellipses, 2007, p.56.

3
I- LA PHYSIQUE
1.1. Définition

La physique est une science qui cherche à comprendre, à modéliser et à expliquer les
phénomènes naturels de l’univers. Aristote dans la physique présence cette science comme
l’étude de la nature et de ces causes. Selon Aristote la nature : « est, dans les êtres, le principe
du mouvement et du repos. »6 Le physicien est celui-là qui étudie le pourquoi des phénomènes.7
C’est sur les postulats préétablis par Aristote que la physique moderne s’est développée.
D’abord avec Galilée qui découvre la loi de la “relativité du mouvement”, mais qui va part la
suite se dissocier du dogme de l’Antiquité avec la révolution Copernicienne (le soleil est fixe
et les autres planètes gravitent tout autour du soleil en un mouvement rotationnel), ensuite René
Descartes avec sa célère découverte sur la loi de la réfraction. Plus tard, en suivant les postulats
de Galilée et Descartes, le physicien et philosophe Isaac Newton découvre la loi du mouvement
des corps, appelé (mécanique newtonienne ou mécanique classique). Newton conçoit donc la
physique comme étant la science qui étudie le mouvement des corps physiques. Dans la période
contemporaine on est stupéfait par les travaux d’Albert Einstein sur la “relativité” (E= mc2).
La physique serait alors une réflexion sur la connaissance des réalités naturelles et sur la nature
en générale. En clair, la physique est la science qui étudie le domaine des étants naturels.

1.2. L’objet de la physique

L’objet d’une science est ce qui fonde l’étude de cette science et son activité. Pour la plupart
des sciences, l’objet d’étude est bidimensionnel (matériel et formel), c’est le cas de la physique.
L’objet matériel est la matière étudiée par une science (en générale) et l’objet formel est le
champ restreint, spécifique (la forme) de l’étude d’une science. Plusieurs sciences peuvent avoir
le même objet matériel d’étude mais pas le même objet formel.

1.2.1. Objet matériel et Objet formel de la physique

L’objet matériel de la physique est la nature (la réalité ou l’être) et son objet formel est
la nature physique (corps ou êtres sensibles) soumis aux mouvements et ayant des causes. Donc
la physique est une science qui étudie les mouvements et les causes des êtres sensibles de la
nature.

6
ARISTOTLE, La Physique : De la nature, II, 192b-200b.
7
Id.

4
1.3. Mouvement des êtres sensibles de la nature.

La théorie du mouvement est élaborée par Aristote. Aristote définit le mouvement comme :
« La réalisation de ce qui est en puissance, en tant que tel, c’est le mouvement physique. »8 Les
êtres de la nature sont soumis au mouvement. Le mot nature chez Aristote signifie : « un
principe de mouvement et de changement »9. La science physique concerne l’ensemble des
corps, vivants et non vivants, en tant qu’ils sont susceptibles, sous l’effet d’une pulsion qui leur
est immanente, de l’un des changements suivants : génération et périssement, altération,
croissance et décroissance, déplacement. Donc tous corps naturels en science physique est
capable de mouvement et de changement. Le mouvement naturel est l’acte, le processus par
lequel le corps est en devenir, par lequel il s’exprime et grâce auquel le corps peur être lorsqu’il
a rejoint son lieu naturel.10 Le principe du mouvement constitue l’être de l’étant en tant que tel
du monde sublunaire.11 Autrement dit, l’être « naturel dans son ensemble est un être en
mouvement affecté par une instabilité fondamentale. »12

Le mouvement est un principe fondamental de la vie des êtres naturels (de l’homme en
particulier), en ceci qu’il permet d’établir un rapport profond avec le monde. « Si on ignore le
mouvement on ignore nécessairement aussi la nature. »13Ce rapport peut-être établit à travers
la loi de la chute des corps qu’Aristote attribue à une propriété interne aux corps. Cette loi de
la chute des corps, établit par Aristote, qui traduit le mouvement des corps physiques, est
théorisée par Newton sous le nom de « loi de la pesanteur ». La loi de la pesanteur obéit à la loi
de la chute des corps. La pesanteur, appelée encore l’intensité de la pesanteur, a été mise en
évidence par la loi de gravitation universelle décrite par Newton. Elle est notée (g) et vaut en
moyenne la surface de la terre (g= 9.8 N.kg-1). Or tout corps physique possède une masse (m)
et un poids (p). La pesanteur est donc le rapport entre la masse et de poids d’un corps physique :
P=m.g. En clair, tout corps physique lâché à une hauteur quelconque, de par son poids et sa
masse, retombe toujours ; c’est-à-dire, effectue un mouvement : point de chute- terre. Pour
Aristote l’univers tout entier est en mouvement et dans ce mouvement survient le changement
par des corps qui sont soit en repos soit en mouvement.14 Le mouvement chez Aristote impulse

8
ARISTOTLE, La Physique, III, 1, 201a.
9
Id.
10
G. DELAPORTE, Physique d’Aristote Commentaire de Thomas d’Aquin, Tome I, Paris, Harmattant, 2008,
p.51.
11
P. AUBENQUE, Le problème de l’être chez Aristote, PUF, Paris, 1983, p.423
12
Id.
13
ARISTOTE, La Physique, III, 200b 14.
14
ARISTOTLE, Physique, VIII, 1, 251b19-28.

5
le changement en qualité, quantité et lieu.15vLe mouvement et le changement des corps chez
Aristote sont indissociables : « Le changement ne peut être séparé du mouvement. »16; ils
opèrent tous deux dans le temps et l’espace.17

1.3.1. Le temps

Selon Aristote : « le temps est mesure du mouvement »18 Mais comment Aristote arrive
à cette définition du temps ? Aristote s’oppose à l’idée des présocratiques, pour qui le temps et
sa nature demeure obscur et inaccessible19. Aristote par de la théorie selon laquelle “le vide
n’existe pas”, contrairement aux partisans du vide (Zénon) pour qui sans le vide, aucun
mouvement ne serait possible. Selon Aristote : « pas une seule chose ne peut être en mouvement
si le vide existe ; en effet dans le vide, il y a nécessairement repos, car il n’est rien vers quoi un
mouvement se fera plus ou moins volontiers, car, en tant que vide, il ne possède pas de
différence. »20 Ce qui implique pour Aristote que le vide n’existe ni en acte, ni même en
puissance. Pour entrer dans la notion de temps, Aristote pense l’inexistence du temps. Le temps
n’existe pas puisqu’il est composé du passé, qui n’est plus du futur, qui n’est pas encore, et du
présent qui est évanescent, et disparaît sans cesse.21 Autrement dit, le temps est composé de
l’instant, la limité du passé et de l’avenir.22 Le temps n’est pas un mouvement, puisque celui-
ci peut être plus ou moins rapide, à la différence du temps. Avec le temps survient le
changement. Le temps n’existe pas sans le changement. Lorsqu’on observe le changement, on
dit que le temps a passé. C’est pourquoi « le temps n’est ni le mouvement, ni sans
mouvement. »23 Mais le temps est « nécessairement quelque chose du mouvement. »24 Et ce
quelque chose n’est rien d’autre que “la mesure”. Puisque, « lorsque nous percevons
l’antérieur et le postérieur, alors nous disons qu’il y a du temps, car voilà ce qu’est le temps :
le nombre de mouvement selon l’antérieur et le postérieur. »25 D’où « le temps est mesure du
mouvement »26 Le temps et le changement chez Aristote sont infinis en extension, c’est-à-dire
sans commencement dans le passé ni fin dans le futur. Thomas d’Aquin réaffirme la thèse

15
ARISTOTLE, La Physique, V, 224a-231a.
16
Id.
17
ARISTOTLE, La Physique, VI, 13, 222a33b-7.
18
ARISTOTLE, Physique, IV, 116.
19
Id.
20
ARISTOTLE, Physique, V, 224a-231a.
21
Id.
22
ARISTOTLE, Physique, V, 231a-241b.
23
Id.
24
Id.
25
Id.
26
ARISTOTLE, Physique, IV, 116.

6
aristotélicienne du temps au moyen âge en ajoutant : « quiconque perçoit un mouvement,
ressent le temps, car c’est du premier mouvement que s’origine toute muabilité des mobiles. »27
Il est à préciser que “le premier mouvement” est en d’autres termes “le premier moteur” chez
Aristote.

La conception aristotélicienne du temps se trouve dans la modernité à travers la pensée


de Descartes. Descartes définit le temps comme étant : « La mesure de la motion
(mouvement). »28 Le mouvement étant ici, le processus qui affecte le mobile ; c’est grâce à lui
que ce dernier peut exprimer sa nature. Bien après Descartes, c’est avec Kant que la conception
du temps connait un changement radical. Le temps n’est plus perçu comme le mesure de la
motion. Le temps selon Kant est l’une des formes par laquelle nous percevons le monde. Kant
définit le temps en tant que la continuité et l’ordre de l’expérience.29 Autrement dit, le temps
est à caractère continu et subjectif. Contrairement à Galilée et Newton, chez qui le temps est le
paramètre présent dans toutes les équations de la physique et qui désigne un nombre réel (la
réalité) ; Kant donne un caractère transcendantal au temps. Kant conçoit le temps comme une
réalité existant au-delà (hors) de nous et qui est perceptible seulement par l’intelligible ou
l’esprit). Le temps est de l’ordre du noumène. Donc le temps qui a un caractère subjectif de par
sa transcendance possède une certaine objectivité. Le temps est subjectif parce qu’il appartient
à « l’esprit humain » et objectif parce que tout être humain normalement constitué doit
percevoir les phénomènes dans le temps, et que nous ne pouvons avoir aucune expérience sans
le temps. Examinons ce fragment de Kant dans Critique de la Raison pure (Esthétique
Transcendantale) :

Le temps n’est pas quelque chose qui existe en soi, ou qui soit inhérent aux
choses comme une détermination objective, et qui, par conséquent, subsiste,
si l’on fait abstraction de toutes les conditions subjectives de leur intuition ;
dans le premier cas, en effet, il faudrait qu’il fût quelque chose qui existât
réellement sans objet réel. Mais dans le second cas, en qualité de
détermination ou d’ordre inhérent aux choses elles-mêmes, il ne pourrait être
donné avant les objets comme leur conditions, ni être connu et intuitionné a
priori (…) ; ce qui devient facile, au contraire, si le temps n’est que la

27
G. DELAPORTE, Physique d’Aristote Commentaire de Thomas d’Aquin, Tome I, Paris, Harmattant, 2008,
p.38.
28
R. BLACKWELL, Descartes’ laws of Motion, Isis, vol.57, 1966. p. 220-234.
29
E. KANT, Critique de la Raison pure, p.

7
condition subjective sous laquelle peuvent trouver place en nous toutes les
intuitions. Alors en effet cette forme de l’intuition interne peut être
représentée avant les objets, et par la suite, a priori.30

Dans le fragment ci-dessus deux idées sont développés par Kant : Le premier argument
soutient que le temps ne peut être un objet réel, parce que s’il était, on pourrait se représenter
un temps vide d’objets (qu’on retrouvait chez Newton). Le deuxième argument soutient que le
temps ne peut pas non plus être une propriété inhérente aux choses en soi, car alors, il devrait
être connu a posteriori et ne serait par conséquent pas la condition même de toute expérience ;
or le temps est la condition de toute expérience, car on ne peut se rapporter à rien sans nous
référer au temps. Donc le temps est a priori et s’il est a priori il ne peut qu’être une structure de
notre esprit. Au finish, le temps est « réel » en ce qu’il est une forme de notre esprit que nous
ne pouvons nier et qui est universelle pour tout être humain. La conception Kantienne du temps
est sous forme : d’idéalité transcendantale. Le temps est réel, car il n’est pas un être réel ; le
temps est transcendantal, car il préexiste aux objets de l’expérience et conditionne la
connaissance. Tout comme Aristote, le temps chez Kant est cause du changement.

Mais tout ce développement Kantien de la notion du Temps est critiquer et balayer du


revers de la main par Heidegger. Selon Heidegger le temps est un facteur structurel pour le
Dasein. Puisque selon lui, la saisie de l’être se fait par le temps. « L’Etre n’est jamais saisissable
que du point de vue du temps. »31 Ou encore : « Ce à partir de quoi le Dasein en général
comprend et explicite silencieusement quelque chose comme l’Etre est le temps. »32 La
caractéristique fondamentale du Dasein33 est d’être temporelle. Le dasein est tissé par le temps.
Autrement dit, le Dasein est constitué par l’unité synthétique des trois dimensions temporelles
(passé, présent et futur) que Heidegger appel les « ex-tases ». L’Etre temporel qu’est le Dasein
pointe vers un Etre-pour- la- mort (ou Etre-vers-la mort34). Chez Heidegger, dans le temps on
retrouve le temporel et le temporal. Le temporal désigne la « déterminité de sens originaire de
l’Etre et de ses caractères et modes à partir du temps. »35 Tandis que le temporel renvoie plutôt

30
E. KANT, Critique de la Raison pure, (trad.) Roger Verneaux, Paris, IPC, 2014, p.50.
31
J. VAYSSE, Dictionnaire Heidegger, Paris, Ellipses, 2007. p.171.
32
M. HEIDEGGER, Lecture suivie
33
Le Dasein est « la manière pour l’homme d’être ou d’exister. » (Jean-Marie Vaysse, Dictionnaire Heidegger,
p.29.)
34
De l’allemand « Das Sein Zum Tode – Etre- vers- la-mort» utilisé dans Etre et Temps pour signifier « l’Etre-
révolu ou Etre-à-la-mort » qui traduit simplement l’isolement de l’Etre qui me permet d’assumer l’existence
entière.
35
J. VAYSSE, Dictionnaire Heidegger, Paris, Ellipses, 2007. p.171.

8
à la caractérisation ontique d’un étant. Un des commentateurs de Heidegger, Alain Boutot,
affirme dans la préface à prolégomènes à l’histoire du concept du temps que : « Le temps est
l’horizon possible de toute entente de l’Etre en général. » Le temps pour Heidegger nous permet
de comprendre l’Etre.36

1.3.2. L’espace

Dans l’Antiquité, avant la révolution Coperniciennes, la terre était pensée comme une
planète sphérique qui se maintien en équilibre et sans aucun support physique. Toutefois, la
terre et les autres planètes (l’univers) ne flottent pas dans le vide ; car « au dehors il n’y a rien,
pas même du vide. »37 Autrement dit, l’espace n’est pas le vide dans la période Antique. Si
l’espace était un vide, alors le mouvement des corps physiques serait impossible : « pas une
seule chose ne peut être en mouvement si le vide existe. »38 L’espace pour Aristote n’est pas
dissocier du temps. « L’espace est appréhendé comme un réceptacle, comme contenant vide,
homogène, doté de trois dimensions (…), il s’étend de manière uniforme et équivalente en toutes
ses directions. »39

La thèse de Descartes dans la modernité s’oppose à celle des scolastiques (Aristote).


Descartes nie l’idée d’un espace vide. Selon lui, l’espace est inséparable de la substance
matérielle qui l’occupe. C’est-à-dire, tout espace est occupé par la substance ; étant donné que
l’essence de la substance matérielle est “l’extension”. Il n’existe aucune substance matérielle
qui n’occupe d’espace ; et il n’existe aucun espace qui n’est occupé par la substance matérielle.
D’où la définition de l’espace comme : “l’extension de la substance matérielle ”. Par contre
chez Kant, l’espace comme le temps sont les deux formes par lesquelles nous percevons le
monde. « L’espace n’est pas la condition de la possibilité des choses en soi, mais seulement la
condition de leur manifestation à notre esprit. »40 En clair, l’espace pour Kant est la forme de
l’apparence. Mais la définition de l’espace apportée par Heidegger est toute particulière, en ceci
qu’elle matérialise l’espace en un lieu. Il définit l’espace comme le cadre de dévoilement de
l’être.41

36
M. HEIDEGGER, Etre et Temps, Paris, Gallimard, (trad). F. Vezin, 1985, p. 189.
37
A. KOYRE, Etudes d’histoire de la pensée philosophique, Paris, Gallimard, 1986, p.364.
38
ARISTOTLE, Physique, V, 224a-231a.
39
P. ARJAKOVSKY et alii, le Dictionnaire Martin Heidegger : Vocabulaire polyphonique de la pensés, Paris,
Cerf, 2013, p.410.
40
G. PASCAL, La Pensée de Kant, Paris, Bordas, 1957, p.51.
41
M. HEIDEGGER, Etre et Temps, Paris, Gallimard, (trad). F. Vezin, 1985, p. 110.

9
1.4. Les Causes

Le mot “cause” de l’étymologie “causa” qui signifie (ce qui fait qu’une chose est ou
s’opère). La cause d’un étant est alors, l’ensemble de tous les principes à l’origine de l’être de
cet étant. Le principe de causalité est que s’il y a une cause, il y a un effet. « Toute chose qui
commence à (être) a une cause »42 Dans la physique d’Aristote, on distingue quatre causes des
êtres sensibles de la nature : « La matière, la forme, le mouvemente et la fin. »43 On parle alors
chez Aristote de : cause matérielle, cause formelle, cause efficiente ou motrice et de cause
finale. La cause matérielle est la matière de laquelle l’étant (corporel) est fait. La cause formelle
est la forme selon laquelle l’étant est ce qu’il est. Elle détermine, perfectionne et actualise
l’étant. La cause efficiente est le sujet de l’action ou l’agent par laquelle l’étant est et devient.
La cause finale est le but en vue de quoi l’étant est ou agit. A ces quatre causes Saint Thomas
D’Aquin ajoute deux autres : cause exemplaire et cause instrumentale. La cause exemplaire est
l’exemple selon lequel le sujet agit ; et la cause instrumentale est l’instrument avec lequel le
sujet agit.

42
T. D’AQUIN, De Principiis Naturae.
43
ARISTOTE, La Physique, II, 192b-200b.

10
. II- L’ONTOLOGIE

2.1. Définition de l’Ontologie

Au 17e siècle le terme Ontologie fut inventé par Christian Wolff. L’ontologie est la science
de l’être. L’ontologie désigne une branche de la métaphysique qui étudie l’être en tant que être
(ens in quantum ens.), dans ses propriétés générales, ses divisions primaires et ses
caractéristiques universelles. L’ontologie comme science traite de la nature de l’être, de
l’existence et de la réalité elle-même. En clair, l’ontologie traite des questions
ontologiques telles que : La nature de l’être, les propriétés ontologiques (les
transcendantaux) et la classification de l’être (les catégories).

2.1.1. Objet matériel et Objet formel de l’ontologie

L’objet matériel de l’ontologie est l’être et son objet formel est l’être dans ces
propriétés internes et externes. L’objet formel est consacrée à l’étude de l’étant fini (tel que
nous pouvons l’appréhender dans le champ de notre expérience extérieur et intérieure) en tant
qu’étant.

2.2. La nature de l’être


2.2.1. Définition de l’être

Le terme être pointe vers la réalité. Par “être” on désigne tout ce qui existe ou peut être
pensé comme existence. De l’étymologie Latin “ Ens”, le terme être définit tout ce qui est.

2.2.2. Les déterminants de l’être

Il existe deux déterminants de l’être : l’acte et la puissance. L’être se détermine selon


qu’il est puissance ou acte.

2.2.2.1. L’Etre en puissance

l’être en puissance est capacité ou aptitude pour l’étant à acquérir une actualité.
Il est un pouvoir être. Il est ce qui fait qu’un étant déterminé ne l’est pas totalement et reste de
la sorte ouvert à des déterminations ultérieures. On distingue chez Thomas D’Aquin la
puissance active (capacité d’agir) et la puissance passive (capacité de recevoir). L’être en
puissance pointe vers le devenir de l’être. Le devenir inclut une évolution, un changement. Les

11
étants ne sont pas limités à leur être actuel, ils ne sont pas figés, mais ils possèdent une aptitude
à être autres, à évoluer, à devenir ou à changer. La puissance serait alors la capacité, la
potentialité à recevoir un acte (une perfection).44 Prenons deux exemples pour étayer notre
compréhension. Le bois destiné à une table. En puissance, il est déjà une table (potentiellement)
mais en acte, il est encore tronc d’arbre. Pourtant son aptitude à devenir une table est bien réelle
et n’appartient qu’à lui (au bois) et personne d’autre. Le sac ou le caillou par exemple n’ont pas
cette modalité de devenir une table. Un autre exemple est celle de la graine de papaye. La graine
de papaye est en puissance un papayer, n’est pas un manguier, n’est pas une table ou un enfant.
L’être en puissance présente quelques caractéristiques :

1) Il n’est pas actuel (dans les deux sens : chronologiquement, il est futur, et ontologiquement,
il n’est pas encore réalisé)
2) Il n’est pas non plus pure fiction, pur non-être. Cet être en puissance est une réalité, sinon
il faudrait dire que les choses n’ont aucune possibilité de changer, ce qui est faux, comme
le montre l’expérience.
3) Il n’est pas non plus pure indétermination car je sais très bien ce que sera son
actualisation (ex : le papayer), et ce qu’elle ne sera pas. La puissance est donc déterminable
par rapport à l’acte. L’acte est donc le principe qui détermine la puissance.

4) Il est donc entre l’être (actuel) et le non être.

De façon récapitulative l’être en puissance est déterminable, imparfait, relatif.45

2.2.2.2. L’Etre en acte

Nous avons définit l’acte comme le principe qui détermine la puissance. L’être en
puissance était déterminable, imparfait, relatif, et l’être en acte est lui déterminé, parfait, achevé
ontologiquement.46 On distingue chez Thomas D’Aquin l’acte premier qui concerne l’existence
(esse) et l’acte second qui concerne l’essence. Tout étant est en acte premier dans la mesure où
simplement il existe (qu’il possède l’esse). Ne sont en acte second que ceux qui ont réalisé leur
essence, leur détermination essentiel, ceux dont l’existence accomplit l’essence. Par exemple,
pour moi, en acte premier, je suis Pierre, en acte second, je serais riche. On comprend alors

44
P. GLENN, An introduction to philosophy, London, B. HERDER BOOK CO, 1944, p.235.
45
Ib, p.237.
46
Ib, p.236.

12
pourquoi, Dieu chez Aristote et Thomas D’Aquin est l’Acte Pur ; parce qu’en Dieu tout est
acte, rien n’est puissance. Dieu ne change pas, n’évolue pas. Dieu est (existe) tout simplement.

2.2.2.3. Hiérarchisation possible des étants.

On hiérarchise les êtres selon leur agir:

- ceux qui n’évoluent pas du tout (la pierre, la matière….)

- ceux qui évoluent (les vivants, les plantes, les animaux…).

- ceux qui évoluent et se déplacent (les animaux)

- ceux qui évoluent, se déplacent et pensent (les hommes, êtres suprasensibles).

2.3. Les propriétés ontologiques

La propriété de l’être est ce qui appartient à l’être par une nécessité naturelle. Elle n’est
pas une partie de l’être ; elle est une qualité ou caractéristique naturelle.47 Une propriété peut
être aussi appelée attribut.48 Les propriétés de l’être sont de deux classes : (1). Ceux qui
appartiennent à l’être en tant que être, et sont appelées transcendantaux : l’un, le vrai et le bon ;
(2). Ceux qui appartiennent à plusieurs êtres et à l’être suprême et par conséquent sont appelées
propriétés générales : le beau et la perfection.

2.3.1. Les transcendantaux


2.3.1.1. L’Un (Unum)

Pour qu’un être soit il doit être « un ». Il est impossible pour n’importe qu’elle être
d’exister en multiplicité.49 L’unité de l’être pointe vers son indivisibilité. L’un c’est l’être
indivis. On distingue deux modes d’unité : l’unité substantielle (esse+ essence) et l’unité
matérielle (matière+ forme/ esse+ essence). L’unité la plus parfaite est l’unité substantielle de
simplicité (seulement fait de l’esse). Seul Dieu possède ce type d’unité. L’identité, l’égalité et
la similarité sont toutes des relations qui proviennent de l’unité.50 L’identité est l’unité dans la
substance ; lorsqu’il y a unité en rapport avec l’accident (quantité), il y a égalité et lorsqu’il y a

47
P. GLENN, An introduction to philosophy, London, B. HERDER BOOK CO, 1944, p.238.
48
Id.
49
Id.
50
Ibid, p.240.

13
unité en rapport avec la possession de la qualité, il y a similarité.51 Comme relations opposées
à l’unité, il y a : la diversité, la différence et la distinction.

2.3.1.2. Le Vrai (Verum)

Selon Thomas D’Aquin la vérité est une perfection de l’intellect et de l’objet. On


distingue alors la vérité logique (liée à l’intellect) et la vérité ontologique (liée à l’être, la
réalité). Un étant est vrai ontologiquement parce qu’il existe réellement. Par exemple :
Cette chaise est vrai, la licorne est fausse. De même, Un étant est vrai formellement si mon
intelligence le perçoit tel qu’il est, dans sa vérité ontologique. Par exemple : Je juge « cette table
existe », « elle est en bois». La vérité telle que Thomas D’Aquin l’a défini, est : l’adéquation
entre le jugement intellectuel et la réalité (adequatio intellectus et rei).52 Par conséquent, lorsque
j’affirme : cette montre est. La montre est vrai en ceci qu’elle existe réellement, et ensuite
qu’existant réellement , mon intelligence peut la comprendre, en jugeant «c’est une
montre», « cette montre est blanche ». Le jugement est vrai lui aussi, puisqu’il y a adéquation
entre le jugement intellectuel et la réalité. Par contre, lorsque j’affirme : « une licorne n’est
pas ». La licorne n’est pas vrai ontologiquement, et tout jugement de mon intelligence
sur elle sera faux formellement lui-aussi. En somme, « tout être est vrai ; toute vrai chose est
être. »53 (Omne ens est verum ; ens et verum convertuntur.). Raison pour laquelle Heidegger
insiste sur le fait que la vérité est le dévoilement de l’être. Ainsi, devient vrai la chose dont
l’Etre se donne à voir sans voile, sans opacité : c’est l’Etre- découvert. 54

2.3.1.3. Le Bien (Bonum)

Dans Ethique à Nicomaque, Aristote définit le bien comme ce qui est désirable par tous.
Le bien n’est pas une réalité distincte de l’être puisque tout ce qui existe est bien. Le bien
comme propriété ajoute à l’être un appétit désirable. Le bien est donc l’être désirable et aimable.
«Le bien est ce que toute chose désire. »55 Par conséquent, le mal n’existe pas ontologiquement,
sinon comme un moindre-être, un manque d’un bien, une privation. On distingue quatre genres
de bien : le bien ontologique (tout ce qui est, est bien), le bien simple-bonum simpliciter(le bien
sans aucune qualification), le bien utile-bonum utile (ce qui est désirable) et le bien diffusible
de soi-bonum est diffusivum sui (tout ce qui repend le bien).

51
Id.
52
Ibid, p. 242.
53
Id.
54
M. HEIDEGGER, Etre et Temps, Paris, Gallimard, (trad). F. Vezin, 1985, p. 177.
55
P. GLENN, An introduction to philosophy, London, B. HERDER BOOK CO, 1944, p.243.

14
2.3.2. Propriétés générales
2.3.2.1. Le Beau

Le beau est la propriété qui unit les transcendantaux. Ce qui est beau est unique en son
genre, vrai et forcement bien en ce qu’il est désirable. Le beau, c’est l’être comme délectant
par sa seule vue un sujet de nature raisonnable et intellectuelle. 56 Le beau a pour qualité
l’harmonie. Ontologiquement, la laideur n’existe pas.

2.3.2.2. La Perfection

La perfection caractérise l’aspect complet d’un être. Etre parfait c’est réunir toutes les
qualités et ne présenter aucun défaut. La perfection peut être entière ou partielle. Une santé
parfaite est une perfection entière ; une vue parfaite est une perfection partielle. La forme de
perfection pure est la vie.57 La perfection des êtres crées est finie, contingente, composée,
mutable. La perfection de Dieu, au contraire, est infinie, éternelle, nécessaire, simple et
immuable.

2.4. Les catégories

Une catégorie est une classification ultime d’une chose comme connaissable. Webster
définit la catégorie comme « une des plus grande classes à laquelle les objets de la pensée
peuvent être réduit, et par laquelle ils peuvent être arrangés dans un système. »58 Parce que
nous vivions dans un monde complexe, entouré par une multitude et variété d’êtres ; nous avons
besoin d’une classification de ces réalités. C’est pour cette raison qu’Aristote a classifié les
êtres en 10 catégories. Les 10 catégories d’Aristote sont divisées en deux classes : la substance
(1) et les accidents (quantité, qualité, relation, action, passion, lieu, temps, position,
possession). A la suite d’Aristote, Kant de façon différente pense lui aussi les catégories comme
une manière de comprendre le monde. Il énumère quatre catégories qui produisent chacun trois

56
Ibid, p. 244.
57
Ibid, p. 245.
58
Ibid, p. 246.

15
effets (selon la conceptualisation et selon le jugement) : la quantité, la qualité, la relation et la
Modalité.59

2.4.1. La Substance

La substance est une réalité qui existe par elle-même. La substance est le support des
accidents. L’homme est une substance, un arbre est une substance.

2.4.2. Les neuf Accidents

L’accident est une réalité d’une essence à laquelle il convient d’exister en un autre (dans
une substance). C’est un étant, mais un étant relatif, diminué, dépendant totalement d’une
substance. L’accident est donc bien de l’étant mais il ne peut exister comme un étant
seul, sans le support de la substance, à raison de soi. Il est « l’étant d’un étant » (ens entis).60

1. La quantité

La quantité est un accident propre aux corps. La quantité est l’extension des corps dans
l’espace. Dire d’une chose qu’elle est grande ou petite n’est pas parler de la quantité. La quantité
concerne la mesure. Les attributs grand et petit indiquent la qualité. Lorsqu’on dit, un homme
est haut de six pieds ; on indique la quantité. La quantité serait alors, le mode d’être qui rend la
substance corporelle mesurable, divisible.61

2. La qualité

La qualité est un accident qui détermine le genre d’une chose. Presque tous les adjectifs
indiquent la qualité. La qualité est le mode d’actualisation de la substance.62

3. La relation

La relation est un accident qui détermine une chose dans sa position ou par rapport à la
position d’un autre. On parle de relation : d’égalité, de similarité, de loyauté... La relation est,
ce par laquelle on désigne une chose en fonction d’une autre.63

59
E.KANT, Critique de la raison Pure, (trad.) Roger Verneaux, Paris, IPC, 2014, p.142.
60
Ibib, p. 247.
61
P. GLENN, An introduction to philosophy, London, B. HERDER BOOK CO, 1944, p.248.
62
Id.
63
Ibid, p. 249.

16
4. L’action

L’action est un accident qui détermine une réalité qui produit un effet. L’action de parler,
d’écrire ou de dessiner par exemple.

5. La passion

La passion est un accident qui détermine une réalité qui subit un effet d’une action. La
passion est la forme passive de l’action.

6. Le lieu

Le lieu est un accident qui détermine une réalité comme position par rapport à un
référentiel. Exemples : ici, là.

7. Le temps

Le temps est un accident qui détermine une réalité dans sa position par rapport au passé et
au futur. Exemples : le matin, à midi, le soir, avant ou après 10h.

8. La position

La position est un accident qui détermine une réalité dans son arrangement ou sa
disposition. Exemple : Socrate est assis.

9. La passion

La passion est un accident qui détermine une réalité dans sa façon d’être. Exemple : Pierre
est bien habillé.

17
III-LA METAPHYSIQUE

3.1. Définition

La métaphysique est la branche de la philosophie qui traite des causes première et des
principes premiers. La métaphysique est une science universelle qui étudie toute réalité dans
ses principes ultimes. La métaphysique se décline de différentes manières selon les époques,
les philosophes ou les courants de pensée. Pour Aristote (33384-322 av JC), la métaphysique
est l’étude de l’être ou de l’essence (Ousia) des choses. Aristote parle de philosophie première
en référence à la métaphysique, en ceci qu’elle étudie les premiers principes. Par la suite,
Thomas D’Aquin dit de la métaphysique qu’elle est l’explication ultime du mystère de l’être
visible et invisible dans l’Etre ultime posé et causé comme fin invisible qui est Dieu. René
Descartes (1596-1650) définit la métaphysique comme la connaissance des choses qui se trouve
au-delà du champ expérimentale. Selon Emmanuel Kant (1724-1804), la métaphysique est la
science de l’analyse transcendantale des contenus de l’esprit humain (réflexions humaines,
raison). Toutes ces définitions corroborent le fait que la métaphysique est l’étude des êtres
suprasensibles, immatériels (Dieu, les anges, âmes, substance, essence). Aristote eut raison
donc d’appeler la métaphysique science Divine, en ceci qu’elle concerne toute réalité qui va au-
delà de l’expérience humaine. Raison pour laquelle Benard Lonergan définit la métaphysique
comme « le noyau et base de la connaissance humaine qui souligne, pénètre, transforme et
unifie tous les autres départements de la connaissance. »64

3.1.1. Objet matériel et objet formel de la métaphysique.

Tout comme la physique et l’ontologie, l’objet de la métaphysique est bidimensionnel.


Son objet matériel est la réalité (toutes les essences existantes) et son objet formel est l’acte
d’existence (esse).

64
T. ALVIRA et alii, Metaphysics, SINAG-TALA, Navara, 1982, p.4.

18
3.2. La substance, l’essence et l’existence

3.2.1. La substance

Du grec « Ousia », la substance désigne ce qui existe en soi et pour soi. Selon Aristote
la substance est l’être singulier qui a une existence distincte ou séparée. La substance est le sujet
d’attribution irréductible des accidents ou prédicats.65 Ou encore, du Latin « substare » (se
tenir en dessous), la substance est ce qui existe par elle-même, ce qui sub-siste. Elle est le sujet
ou le substrat (substratum) qui supporte les accidents. Selon Thomas D’Aquin la substance est
le sujet irréductible et individuel. La substance est donc ce qui subsiste immuablement et
individuellement comme sujet d’attribution des accidents.66

On distingue deux types de substances : la substance première ou concrète qui dans sa


nature est sujet individuelle, unique, irremplaçable et qui existe en soi et par soi. Aristote parle
d’être au sens Absolu, Thomas D’Aquin parle d’esse ou d’existence. Puis la substance seconde
ou abstraite qui est désindividualisée et universelle, générique. Elle est seconde parce qu’elle
peut être attribuée à un sujet autre qu’elle-même. Aristote parle de quiddité et Thomas D’Aquin
d’essence.

3.2.1.1. Caractéristiques et fonction de la substance

La substance présente les caractéristiques suivantes : elle existe par soi et en soi ; elle
est indivisible et immuable ; elle est intelligible par soi (inaccessible au sens, invisible et
intouchable) et elle est sensible par les accidents.

La substance est le substrat (le support, le sujet) des accidents ; la substance cause les
accidents : telles sont les fonctions de la substance.

3.2.2. L’essence

L’essence est le principe par lequel un étant est ce qu’il est. Selon Thomas D’Aquin
c’est à travers l’essence qu’on reconnait l’existence d’une chose.67 De même pour lui la
substance est une essence : Substance= Essence + Esse. L’essence a les propriétés suivantes :

1. L’essence est nécessaire : il est impossible que les essences soient autres qu’elles ne
sont.

65
T. D’AQUINAS, De Ente et Essentia, 10.
66
Id.
67
Id.

19
2. L’essence est immuable : elle n’admet aucun changement.
3. L’essence est intelligible : elle est le principe d’intelligibilité qui fait que je connais
et que je comprends ce qu’exprime telle ou telle existence.
4. L’essence est le principe de limitation de l’esse (l’acte d’existence).

3.2.3. L’existence

L’existence est encore appelée chez Thomas D’Aquin acte d’être ou acte d’exister
(esse). L’acte d’être est l’acte réalisateur des essences. L’existence serait alors le principe par
lequel une chose existe. 68 Chez Martin Heidegger l’existence est la manière d’être qui est
propre à l’homme.69

L’existence impliquerait alors : d’abord que, l’acte d’exister inclut toujours une essence,
c’est-à-dire l’essence précède l’existence. Il est impossible d’exister sans être quelque chose.
Ensuite, l’acte d’exister actualise l’essence. Et enfin, du point de vue de l’existence, tous les
étants sont semblables et ont la même dignité ; mais pas du point de vue de l’essence.

3.3. L’existence de Dieu

La question sur l’existence de Dieu et de son nom est l’une des thématiques que traite
la période médiévale. Saint Augustin dans Les Confessions est le premier à se prononcer sur la
question. Pour prouver l’existence de Dieu Augustin avance l’argument de la contingence du
monde (contingentia mundi). Il part de l’observation que le monde est déficient et insuffisant.
Un tel monde présuppose un être inchangeable, incorruptible, absolu et parfait, qui est Dieu.
Par la suite, Anselme dans le Proslogion pense Dieu comme l’être au-dessus du quel rien de
plus grand ne peut-être pensé. Et du fait que Dieu est pensé, il est (existe). Raison pour laquelle
Anselme pense Dieu comme un étant « quelque chose de tel que rien ne se peut penser de plus
grand »70 (aliquid quo nihil maius cogitari possit). Dans son chapitre 4, Anselme donne un
second argument de l’existence de Dieu. Dieu existe dans l’esprit et dans la réalité, en ceci que,
même le fou peut penser Dieu. Parce que si Dieu n’existait pas : Comment le fou peut penser
ce qui ne peut être pensé (Dieu) ?71 Mais l’illustre penseur de l’époque médiévale qui prouve
l’existence de Dieu est Thomas D’Aquin. Dans le Summa Theologiae Thomas D’Aquin

68
T. D’AQUINAS, De Ente et Essentia, 12.
69
J.VAYSSE, Dictionnaire Heidegger, Paris, Ellipses, 2007, p.56
70
ANSELME ET A. KOYRE, Sur l’existence de Dieu (Proslogion), Paris, Vrin, 1978, p.97.
71
Id.

20
présente les cinq voies (Quinque Viae) comme arguments raisonnable qui mènent à la
conclusion de l’existence de Dieu. La première voie argumente sur le fait que les choses dans
le monde sont toujours entrains de changer ; il est donc évident de conclure qu’il existe une
cause motrice première.72 La seconde voie argumente sur l’observation des choses dans le
monde comme causes efficientes, qui doivent avoir une cause efficiente première. 73 La
troisième voie argumente sur le caractère contingent des choses dans le monde, ceci, présuppose
l’existence d’un être non-contingent, c’est-à-dire nécessaire.74 La quatrième voie argumente sur
la gradation partielle du bien, du vrai et la noblesse qui existent dans les choses de l’expérience
humaine, qui pointe vers l’être vrai, bien et noble au sens ultime. La cinquième voie argumente
sur le fait que toute chose agit pour une fin, tout acte posé est dirigée vers une fin et Dieu est la
cause finale de toutes les actions des êtres. Suite à la cinquième voie qui présente Dieu comme
cause finale vers laquelle tout acte est dirigé, l’affirmation de Saint Augustin trouve pleinement
sens : «Tu nous as faits pour toi, Seigneur et notre cœur est sans repos tant qu’il ne demeure
en Toi. »75

CONCLUSION
Au demeurant, nous observons que la question de l’être est de l’ordre de la physique, de
l’ontologie et de la métaphysique. Chacune de ces trois sciences a pour objet d’étude l’être.
Mais la différence que présente l’étude de l’être dans ces trois sciences se trouve au niveau de
leur objet formel. La physique comme science étudie la nature des corps physiques, sensibles,
qui sont soumis au mouvement et aux causes. L’ontologie comme science étudie l’être dans sa
structure ontologique, c’est-à-dire, sa nature, ses propriétés et ses catégories. La métaphysique
comme science étudie l’être au-delà du physique (les êtres suprasensibles).

72
T. D’AQUINAS, Summa Theologiae, I, 2,3,c.
73
Id.
74
Id.
75
AUGUSTIN, De Trinitatae, XV, 28, 51.

21
BIBLIOGRAPHIE

1) ALEXANDRE KOYRE, Etudes d’histoire de la pensée philosophique, Paris, Gallimard, 1986.


2) ANSELME et ALEXANDRE KOYRE, Sur l’existence de Dieu (Proslogion), Paris, Vrin,
1978.
3) ARISTOTE, Ethique à Nicomaque.
4) ARISTOTLE, Métaphysique, 4, 30, 1006a, (trad). Tricot, 1953.
5) ARISTOTLE, La Physique : De la nature.
6) AUGUSTIN, De Trinitatae.
7) AUGUSTIN, les Confessions.
8) ROBERT BLACKWELL, Descartes’ laws of Motion, Isis, vol.57, 1966.
9) EMMANUEL KANT, Critique de la raison Pure, (trad.) Roger Verneaux, Paris, IPC, 2014.
10) GEORGES PASCAL, La Pensée de Kant, Paris, Bordas, 1957.
11) GUY DELAPORTE, Physique d’Aristote Commentaire de Thomas d’Aquin, Tome I, Paris,
Harmattant, 2008.
12) JEAN-MARIE VAYSSE, Dictionnaire Heidegger, Paris, Ellipses, 2007.
13) MARTIN HEIDEGGER, Etre et Temps, Paris, Gallimard, (trad). F. Vezin, 1985.
14) PAUL GLENN, An introduction to philosophy, London, B. HERDER BOOK CO, 1944.
15) THOMAS D’AQUINAS, Summa Theologiae.
16) THOMAS D’AQUINAS, De Ente et Essentia.
17) THOMAS ALVIRA et alii, Metaphysics, SINAG-TALA, Navara, 1982.

22

Vous aimerez peut-être aussi