Vous êtes sur la page 1sur 36

SOMMAIRE

Dédicace

Avant-propos

Remerciements

Résumé

Introduction

I – Présentation de la BRAMALI

1 - Présentation

2 - Organigramme

II – Intitulé de la mémoire

III – Matériel et Méthode

IV – Résultats et Interprétations

Conclusion

Documents consultes

ANNEXES
DEDICACE

Je dédie ce présent mémoire à ma mère Sanata Cisse, reçoit l’expression de


mon amour.
Avant-Propos

Le présent mémoire de fin de formation de trois modules à savoir :

 Bloc Chaud
 Bloc Froid
 Hygiène de sécurité

Il est relatif à l’optimisation de la filtration de la Société des Brasseries du Mali


(BRAMALI).

Je remercie le formateur Malanda et beaucoup de mes collaborateurs qui


m’ont été d’une aide précieuse.
REMERCIEMENTS

A mon Dieu Allah et son prophète Mahamadou Wara soul, paix à son âme.

Je remercie de la manière la plus chaleureuse :

- La Direction générale par le biais du Directeur général


- Le Directeur technique
- Le DTA
- Mes parents et toute ma famille à Sikasso
- Aux familles Coulibaly et Samaké de Banankoro
- A tous ceux, qui de près ou de loin ont participé à l’élaboration de ce
mémoire.

Un grand merci à tous.


RESUME

Dans le cadre du projet de fin de formation, nous avons fait le suivi de 07


(sept) cycle de filtration comportant un ou deux TOD. Pendant ce suivi nous
nous sommes intéressés à la gestion des terres, certains autres paramètres
comme la turbidité, l’oxygène dissous, l’extrait primitif, la saturation et la
température. Nous avons pris également les matériels et la méthode en
compte.
INTRODUCTION

Le présent mémoire de fin de formation a été réalisé à la Brasserie du Mali


(BRAMALI).

La BRAMALI dispose d’une installation de filtration de bière.

Le but de ce mémoire est de doter l’usine d’un manuel permettant


d’optimiser la filtration à BRAMALI et d’une amélioration probante dans la
façon de faire et du matériel utilise.
I – PRESENTATION

1- Présentation

La BRAMALI est située à 18 km du centre-ville de la capitale Bamako dans la


sous – préfecture de Sanankoroba .

Elle a vu le jour en 1985 et inaugurer le 25 janvier 1986.

La Bramali est une société anonyme à conseil d’administration au capital de


8.080.000.000 francs CFA (huit milliards quatre-vingt millions de francs CFA)

Elle fabrique les boissons gazeuses sucrées, les boisons alcoolisées et l’eau
minérale Vitale.

Elle dispose d’une gamme variée de produit. Parmi cette gamme on va citer
quelques-uns :

Coca-cola, Fanta-orange, Sprite, Djino ananas, Djino pomme pour les


boissons gazeuses sucées.

Castel-bière, Flag, Guinness, Beaufort lager pour les boissons alcoolisées.

Bramali possède une station de traitement des eaux usées.

Trois lignes d’embouteillage assurent la production, ceux sont :

- Deux lignes PET pour les boissons gazeuses sucrées et l’eau Vitale.
- Une ligne mixte verre pour les boissons alcoolisées et certaines boissons
gazeuses sucrées.

Pour la commercialisation de ses produits, elle a une unité BRADIBO


implantée dans la zone industrielle de Bamako.

Cette unité possède trois grands dépôts pour la distribution : celui de


Bamako, de Koutiala et de Kayes.
Bramali travail sept jours sur sept et vingt-quatre heure sur vingt-quatre
pour les unités de production.

Bramali signe des contrats a durée indéterminée (CDI) et des contrats à


durée déterminée (CDD).

Elle utilise aussi des temporaires, des intérimaires et des sous-traitants.

La structure de Bramali est organisée comme l’indique son organigramme


général.

2 - Organigramme

Annexe

II - L’INTITULE DE LA MEMOIRE : Optimisation de la


filtration bière à Bramali.

 Définition de la bière :
C’est une boisson obtenue par fermentation alcoolique d’un mout
préparé à partir du malt de céréale.
 Par définition : La filtration c’est l’opération qui consiste à éliminer la
majeure partie de la levure et des particules solides qui sont dans la
bière.

Nous allons divise la filtration en trois grand étapes :

- L’avant Filtration
- La filtration proprement dite
- L’après filtration

A – AVANT FILTRATION

- Calcul de la population
- Contrôle des paramètres avant filtration
- La purge de la levure
- La stérilisation + CIP TBF
B – LA FILTRATION

- Refroidissement et désaération du filtre


- Les pré couches
- Les alluvionnages
- La carbonatation
- L’ajout des additifs
- L’envoi de la bière
- Refroidissement de la bière

C – APRES FILTRATION

- Dernière mesure des paramètres


- Rinçage du filtre avant debatissage
- Debatissage du filtre
- Rinçage du filtre après debatissage
- Stérilisation du filtre

CHAINE DE FILTRATION

Annexe

III – MATERIEL ET METHODE

- Un bac de stérilisation
- Un filtre Orion
- Une lanterne de couplage
- Un bac d’alluvion nage
- Une pompe pré couche
- Une pompe doseuse
- Un turbidimètre en ligne
- Un échangeur
- Un carbotec
- Des bacs + Pompes additifs
- Des flexibles de raccordement
- Un Hoffman pour la mesure du CO2 (appareil de mesure)
- Un CIP
- Un bac de purge levure
- Une pompe a compression rectiligne pour l’évacuation de la levure
- Un bac de thermolisation

 AVANT FILTRATION

Nettoyage et désinfection des tanks bière filtrée

Pour ce faire nous disposons d’une station de CIP (clean in place).


Nous avons des boules rotatives dans les tanks.
Nous faisons le CIP en cinq étapes :
- Pré rinçage
- Nettoyage acide (solution de 2,3 ± 0,5)
- Rinçage
- Désinfection (solution de 1,3 % ± 0,5)
- Rinçage final

Les produits sont envoyés à une pression de 05bars et cela nous donne des
résultats micro bio dans les normes (≤ à 10 colonies)

Purge levure

Les levures sont des champignons unicellulaires avec un organisme eucaryote.

La Bramali utilise le saccharomyces spartorianus qui est une levure basse


fermentation. En d’autre terme après la fermentation la levure sédimente et
c’est cette levure qu’on enlève de la bière, d’où appellation de purge levure.

Apres cette levure est thermolyseé avant d’être mi dans la nature. La levure de
Bramali n’est recyclée.

Stérilisation

La stérilisation est une technique destinée à détruire tout germe microbien.


Pour la stérilisation du filtre, des conduites et des flexibles de l’installation de
filtration bière ; nous disposons d’un bac de stérilisation .Celui-ci est équipé
d’un serpentin de chauffage et d’une pompe de stérilisation.

Les branchements sont faits pour avoir un circuit fermé : départ bac de
stérilisation retour dans le même bac.

Marche à suivre :

1) Remplir le bac de stérilisation d’eau chaude provenant d’un bac à chaud


dont la température se situe entre 60°c et 80° c.
2) Ouvrir toutes les vannes sur le circuit dont on a besoin, les autres vannes
restent fermer.
3) Envoi d’eau chaude dans le circuit.
4) Eliminer l’eau froide contenue dans le filtre et le circuit avant retour dans
le bac.
5) On règle la température de consigne du jumeau à 85°c (température de
stérilisation de filtre pendant 30 mn)
6) Ouvrir les purges d’échantillonnage sur le filtre et le circuit.

Si la température de retour sur le bac affiche 85°c, on décompte 30 mn à l’aide


d’un chrono. Dès que les 30mn sont bouclées, on ferme la vapeur sur le bac, on
arrête la pompe et fermer les vannes afin d’isoler le filtre et notre circuit de
filtration.

Refroidissement - désaération

Cela consiste à faire passer l’eau refroidie à travers tout le long du circuit de
refroidissement. On ouvre les purges sur la partie supérieure du filtre pour
chasser tout l’air. Une fois le filtre refroidi on ferme les purges de l’entrée du
filtre.
 FILTRATION

Les facteurs essentiels dont dépendent la réussite de la filtration sont la qualité


des cartons filtre, du pré couche, de la charge de la bière à filtrer et du dosage
de l’alluvion nage.

Adjuvant de filtration : le KIESELGUHR appelé silice amorphe, terre diatomée


non calcinée et diatomite.

Le kieselguhr est extrait de gisement, formé par les dépôts de carapaces


silicieuses de microorganismes fossilises se trouvant sur les fonds de certains
lacs d’eau douce. Il est ensuite soumis à un traitement le transformant en
poudre à pouvoir filtrer. Le kieselguhr est réduit en poudre puis calciné vers
800°c (poudre = coquillages broyés).
Cette poudre est alors injectée dans les conduites.
Le kieselguhr augmente la surface interne de la couche filtrante. Les couches
filtrantes travaillent par tamisage. On qualifie de tamisant toute couche
possédant des canaux ou des pores de diamètre inferieurs a ceux des
particules en suspension dans la bière à filtrer. Au fur et à mesure que la bière
passe à travers la plaque filtrante, les particules sont arrêtées à la surface et
obstruent graduellement les pores.
Il arrive un moment ou la plaque est quasiment bouchée, le débit ralentit à tel
point la filtration n’est plus possible.

Le kieselguhr a l’état poudreux est mauvais pour la sante quand on le respire. Il


est cancérigène.

On fait d’abord une première pré couche : qui consiste à diluer 25kg discs dans
le bac d’alluvion nage qui fait 300 L. Ce mélange est envoyé dans le filtre à
débit de 200hl / heure. On maintient une pression de deux bars sur le
manomètre à la sortie du filtre.

Ensuite il y aura une deuxième pré couche avec une recette conforme au
premier alluvion nage soit dix kilogrammes de CBR et dix kilogramme CBL.

On prépare le premier alluvion nage.

On prépare les bacs additifs de Meta bisulfite et de collupilline.


A partir du TOD à filtrer on envoie la bière sur le filtre en passant par une
lanterne de couplage.

La pompe doseuse envoie l’alluvion dans la bière avant l’entrée du filtre.


Pendant le passage du mélange à travers le filtre les cartons retiennent le
kieselguhr la levure et les particules solides.

L’alluvion nage est renouvelé à chaque fois que le précédant est terminé
durant tout le cycle.

Apres le filtre on a un turbidimètre en ligne, ensuite un carbonateur pour ajout


de CO2, une pompe additive méta bisulfite et une pompe additive collapilline.

Apres tout ce chemin, c’est l’entrée dans le TBF.

Durant tout le cycle de la filtration, nous faisons des mesures comparatives de


turbidité et de saturation par rapport aux valeurs affichées par le turbidimètre
en ligne et le carbotec.

Une fois la bière à filtrer terminée on vide le circuit et le filtre avec de l’eau
désaérée.

 APRES FILTRATION

Rinçage et debâtissage

Une fois la filtration terminer, on envoi de l’eau de process dans le filtre pour
rincer. On observe l’eau à la sortie du filtre jusqu’à ce qu’il n y est plus de
mousse blanche. On ouvre le filtre pour debâtissage qui consiste à laver les
gâteaux de la surface des cartons.
IV –SUIVI, MESURE ET INTERPRETATION
Nous avons fait le suivi de sept cycles de filtration. On entend par cycle de
filtration, une filtration du début jusqu’ au colmatage du filtre ou jusqu’ à la fin
du volume à filtrer.

Pour chaque cycle de filtration on fait toujours deux precouches et des


alluvionnages. Le nombre d’alluvion nage varie avec le volume à filtrer à
Bramali :

1ere pré couche = 25kg de terre

2eme pré couche = qui est semblable à l’alluvion nage


On fait 10kg + 10kg =20kg de terre
Pour chaque alluvion nage, on a les mêmes quantités de terre, c'est-à-dire
10kg + 10kg =20kg

Tableau I : Consommation des terres, volumes filtrés, Terre / volume

Annexe

Tableau II : La différence de Pression moyenne ( P) et température


Filtration

Cycle Pression Pression Temp de P / heure Temp (c° )


  Deb filt/bar Fin filt/bar Filt (h ) ( bar )  
1 0 2,2 10 0,22 0
2 0 1,8 5,4 0,33 0
3 0 2,4 13 0,18 0
4 0 2 4,15 0,48 0
5 0 2 6,35 0,31 0
6 0 2 10,4 0,19 0
7 0 2,6 10,35 0,25 0
Norme : L’augmentation doit être linéaire
Tableau III : EXTRAIT PRIMITIF

Extrait Inferieu Supérieu


Cycle Cible
Primitif r r
C1 11,8 12 11,8 12,2
C2 11,83 12 11,8 12,2
C3 11,9 12 11,8 12,2
C4 11,9 12 11,8 12,2
C5 12 12 11,8 12,2
C6 11,92 12 11,8 12,2
C7 11,81 12 11,8 12,2

12.3

12.2

12.1

12
Extrait Primitif
Cible
11.9 Inferieur
Supérieur
11.8

11.7

11.6
C1 C2 C3 C4 C5 C6 C7

 
Tableau IV : O2 DISSOUS

Inferieu Supérieu
Cycle O2 Cible
r r
C1 0,053 0,1 0 0,2
C2 0,058 0,1 0 0,2
C3 0,052 0,1 0 0,2
C4 0,06 0,1 0 0,2
C5 0,05 0,1 0 0,2
C6 0,054 0,1 0 0,2
C7 0,071 0,1 0 0,2
0.25

0.2

0.15
O2
Cible
Inferieur
0.1 Superieur

0.05

0
C1 C2 C3 C4 C5 C6 C7

Tableau V : TURBIDITE


Turbidit
Cycle Cible
é
C1 0,43 0,7
C2 0,64 0,7
C3 0,51 0,7
C4 0,24 0,7
C5 0,38 0,7
C6 0,4 0,7
C7 0,44 0,7

0.8

0.7

0.6

0.5

0.4 Turbidite
Cible
0.3

0.2

0.1

0
C1 C2 C3 C4 C5 C6 C7
Tableau VI : SATURATION

Cycle Saturation Cible Inferieur Supérieur

C1 6,2 6 5,8 6,2


C2 5,9 6 5,8 6,2
C3 6,17 6 5,8 6,2
C4 5,96 6 5,8 6,2
C5 6,1 6 5,8 6,2
C6 6,19 6 5,8 6,2
C7 6,13 6 5,8 6,2
6.3

6.2

6.1

6
Saturation
5.9 Cible
Inferieur
5.8 Supérieur

5.7

5.6

5.5
C1 C2 C3 C4 C5 C6 C7
CONCLUSION
Apres suivi de beaucoup de paramètres dépendants de la filtration, nous
retenons que à BRAMALI les valeurs mesurées sont comprises dans l’intervalle
de tolérance des cibles fixés. Au sein de notre usine nous faisons en moyenne
quatorze filtrations dans le mois.

Mes analyses se sont portées sur sept filtrations dont j’estime que
l’échantillonnage est représentatif.

Cela n’empêche qu’il y a des opportunités d’amélioration, parmi celles-ci je


citerai en premier le volume du bac d’alluvionnage. En deuxième nous n’avons
pas un circuit fermé pour les deux précouches qu’on fait. On peut aussi
augmenter le temps de garde pour améliorer la décantation ; comme nous ne
disposons pas de centrifugeuse pour le moment.

Le volume du bac d’alluvionnage est petit car on demande une concentration


de la suspension environ 1 à 5 kg/ hl et dans le cas de Bramali on est à 8,33
kg/hl.

NB : En début filtration et fin filtration on laisse passer une certaine quantité de
flotte dans le TBF, pour une amélioration de freinte filtration, d’où :

- Avant coulant
- Apres coulant

Ce volume varie en fonction de l’extrait primitif avant filtration.


ANNEXE ET BIBLIOGRAPHIE

Annexes

Chaine de Filtration
Tableau I
Photos

Références bibliographiques

Les supports des formations IFBM


Les enregistrements de Bramali
COMPTEUR
TURBIDIMETRE
BAC D’ALLUVIONNAGE
POMPE D’ALLUVIONNAGE
CARBOTEC
BAC ADDITIFS
ECHANGEUR
POMPE PRECOUCHE
FILTRE DE FACE

FILTRE DE FLANC
LANTERNE DE COUPLAGE
MANOMETRE DE SORTIE
MANOMETRE D’ENTREE

HAFFMANS