Vous êtes sur la page 1sur 191

République du Burundi

Ministère de l’Education, de la Formation Technique et Professionnelle

Direction générale des Bureaux pédagogiques

Bureau d’Etude et des Curricula, de Formation Technique et Professionnelle

COURS D’ORGANISATION ET PROGRAMMATION DES CHANTIERS

GUIDE DE L’ENSEIGNANT

3ème année

Section : CONDUCTEUR DES TRAVAUX

Bujumbura, Janvier 2019


I.EQUIPE DE REDACTION
Concepteurs

MDUWAYO Albert, Enseignant à l’E.T.St Jean Bosco de Gihanga, Ingénieur Industriel en Génie civil

NGENDAKUMANA Valère, Enseignant au CESCOM, Ingénieur Industriel en Génie civil

NSHAMAJE Ildephonse, Enseignant à l’E.T.P Gitega, Ingénieur Industriel en Génie civil

Facilitation :

BAHENDA Damien, Conseiller Pédagogique au Bureau du Développement des Compétences Techniques

NIYUNGEKO Paul, Conseiller Pédagogique au Bureau du Développement des Compétences Techniques

Sous la Coordination de :

BAJINYURA Chantal, Directeur Général des Bureaux Pédagogiques ;

Dr. HAVYARIMANA Léopold, Secrétaire Permanent au Ministère de l’Education, de l’Enseignement Supérieur et de la


Recherche Scientifique ;

NKUNZIMANA François, Directeur du Bureau du Développement des Compétences Techniques

Page 2 sur 191


TABLE DES MATIERES

I.EQUIPE DE REDACTION............................................................................................................................................................. 2

II. NOTE A L’UTILISATEUR ........................................................................................................................................................... 5

III. PREMIERE PARTIE : PRESENTATION GENERALE DU GUIDE ..................................................................................................... 6

1. NATURE ET BUTS.............................................................................................................................................................................. 6

CHRONOGRAMME DE FORMATION DE LA SECTION CONDUCTEUR DES TRAVAUX ................................................................... 14

COMPETENCE 1 : PLANIFIER LA REALISATION DES TRAVAUX DU CHANTIER DU GENIE CIVIL .................................................... 15

ELEMENTS DE COMPETENCE 1 : IDENTIFIER LES TACHES ............................................................................................................................ 15


Objectifs 1 : Consulter le projet de construction ..................................................................................................................... 15
Leçon 1 : Les différents plans ...................................................................................................................................................................15
Leçon 2 : Les différentes pièces écrites d’un projet de construction ........................................................................................................ 18
Objectif 2 : Visiter le site .......................................................................................................................................................... 20
Leçon 3 : La description du site et la provenance des matériaux de construction .................................................................................... 20
Objectif 3 : Identifier les travaux à effectuer ............................................................................................................................ 24
Leçon 4 : Les types de poste...................................................................................................................................................................... 24
Leçon 5 : Les Types de travaux à exécuter poste par poste ...................................................................................................................... 28
Objectif 4: Etablir l’ordre Chronologique des travaux .............................................................................................................. 34
Leçon 6 : La succession des travaux .......................................................................................................................................................... 34

ELEMENTS DE COMPETENCE 2 : DETERMINER LE DELAI D’EXECUTION DES TRAVAUX .............................................................. 37

Objectif 1 : Déterminer les moyens d’exécution ...................................................................................................................... 37


Leçon 7: La recherche des quantités des travaux d’avant-métré.............................................................................................................. 37
Leçon 8 : L’inventaire des moyens humains et matériels ......................................................................................................................... 42
Leçon 9 : calcul du rendement, du temps unitaire, du délai d’exécution et l’Effectif de la main d’œuvre. ........................................... 46

ELEMENTS DE COMPETENCE 3 : ETABLIR LE PLANNING D’EXECUTION DES TRAVAUX............................................................... 52

Objectif 1 : Distinguer les types de planning ............................................................................................................................ 52


Leçon 10. Le calcul des délais d’exécution poste par poste ..................................................................................................................... 52
Leçon 11 : Les différents types de planning .............................................................................................................................................. 58
Leçon 12 : L’établissement du planning des travaux .................................................................................................................................64

COMPETENCE 2 : INSTALLER LE CHANTIER ................................................................................................................................ 79

ELEMENTS DE COMPETENCE 1 : AMENAGER LES AIRES DE TRAVAIL ............................................................................................................. 79


Objectifs 1 : Subdiviser le terrain en zones de travail ............................................................................................................. 79
Leçon 13: Les différents postes de travail ............................................................................................................................................... 79
Leçon 14: Les mesures de sécurité et d’hygiène ....................................................................................................................................... 84
Objectifs 2 : Implanter les différents postes de travail ............................................................................................................. 89
Leçon 15 : La construction d’une baraque de chantier ............................................................................................................................ 89
Leçon 16 : Le traçage des voies d’accès et la protection du chantier ....................................................................................................... 93
ELEMENTS DE COMPETENCE 2 : INSTALLER LES EQUIPEMENTS .................................................................................................................... 97
Objectifs 1 : Affecter le matériel et l’équipement aux différents postes de travail .................................................................. 97
Leçon 17: Identification et fonctionnement des différents matériels et équipements ............................................................................ 97
Objectif 2 : Fixer l’équipement ............................................................................................................................................... 104
Leçon 18 : Préparation des aires de fixation des équipements ............................................................................................................... 104

COMPETENCE 3: DIRIGER LES TRAVAUX ................................................................................................................................. 109

Objectifs 1 : Contrôler l’avancement des travaux .................................................................................................................. 109


Leçon 19 : L’analyse des contraintes de l’avancement des travaux ........................................................................................................ 109
Leçon 20 : Ajuster le planning d’exécution ............................................................................................................................................. 112
Objectif 2 :S’approvisionner en matériaux ............................................................................................................................. 115
Leçon 21 : La gestion des matériaux ...................................................................................................................................................... 115
Leçon 22 : La réception des matériaux.................................................................................................................................................... 121

Page 3 sur 191


Objectif 3 : Tenir à jour le journal de chantier ........................................................................................................................ 125
Leçon 23 : La gestion journalière du chantier ......................................................................................................................................... 125

COMPETENCE 4 : GERER LE MATERIEL .................................................................................................................................... 128

Objectif 1 : Affecter le matériel aux différents postes ............................................................................................................ 128


Leçon 24 : Le contrôle quotidien du matériel sur chantier ................................................................................................................... 128

COMPETENCE 5: GERER LA MAIN D’ŒUVRE ........................................................................................................................... 131

OBJECTIF 1: RECRUTER LA MAIN D’ŒUVRE ........................................................................................................................................... 131


Leçon 25: Les différentes catégories de la main d’œuvre ....................................................................................................................... 131
Leçon 26 : Affectation de la main d’œuvre ............................................................................................................................................. 134
Leçon 27: Le travail à la tâche .................................................................................................................................................................140
Objectif 2 : Encadrer la main d’œuvre ................................................................................................................................... 147
Leçon 28 : La confection des listes de présences .................................................................................................................................... 147
Leçon 29 : Le Contrôle de la main d’œuvre ............................................................................................................................................. 152
Leçon 30 : Le paiement de la main d’œuvre ........................................................................................................................................... 155
Objectif 3 : Vérifier la réalisation des tâches .......................................................................................................................... 158
Leçon 31 : Le contrôle de différentes tâches .......................................................................................................................................... 158
Objectif 4 : Résoudre les problèmes sociaux .......................................................................................................................... 162
Leçon 32 : Les types de problèmes sociaux ............................................................................................................................................. 162
Leçon 33 : Les méthodes de résolution des problèmes sociaux............................................................................................................. 167

COMPETENCE 6: REPLIER LE CHANTIER ................................................................................................................................. 170

ELEMENTS DE COMPETENCE 1 : PLANIFIER LA RECEPTION DES TRAVAUX ...................................................................................................... 170


Objectifs 1 : Identifier et réaliser les corrections .................................................................................................................... 170
Leçon 34: Les types de malfaçon et les méthodes de correction ........................................................................................................... 170
Objectifs 2 : Préparer les plans de récolement ....................................................................................................................... 179
Leçon 35: Les plans de récolement ....................................................................................................................................................... 179
Leçon 36: La livraison des travaux ........................................................................................................................................................... 185

Page 4 sur 191


II. NOTE A L’UTILISATEUR
Pour la mise en place de l’enseignement fondamental et post fondamental, le Burundi a opté pour une nouvelle
orientation méthodologique et pédagogique des guides d’enseignement.
La conception des outils didactiques et pédagogiques qui seront utilisés à cet effet, s’est dans cette logique faite ,
sur le principe de construire sur l’existant en passant par l’innovation constructiviste dans le cheminement verticale
et horizontal d’un processus de changement progressif des guides d’enseignement et des manuels des apprenants
en usage dans les écoles techniques du
Les guides pédagogiques dont il est question ici décrivent un ensemble cohérent et significatif de compétences à
acquérir. Ils sont élaborés selon une démarche méthodologique qui tient compte des besoins de formation, de la
situation du marché de travail, des buts et moyens pour réaliser la formation. Ce sont des outils de référence pour la
formation et l’évaluation des apprentissages et ils décrivent les compétences et les résultats attendus au terme de
la formation. Afin de mieux orienter les formateurs et leur transmettre un message univoque, le programme des
cours est détaillé autant que possible; ce qui lui confère l'impression d'être volumineux.
Comparativement à la méthodologie OIF, le programme des cours, produit en lieu et place du référentiel de
formation, a été adapté. En plus des quatre (4) éléments prescriptifs de l’OIF (Enoncés des compétences, Contexte
de réalisation, Eléments de compétence et Critères de performance), chaque élément de compétence a été décrit de
façon détaillée. Cette forme d’adaptation, inspirée de la méthodologie CVA, se rencontre également dans plusieurs
pays africains et notamment ceux de l’EAC. Elle permet une compréhension commune au sein des enseignants des
différents établissements concernés et elle facilite la mise en œuvre du programme .Le guide de l’enseignant suit le
cheminement logique vertical et horizontal qui respecte les étapes ci-après :
Formulation des attentes
Contenu des apprentissages
Matériel didactique
Démarche méthodologique
Correction des exercices d’entrainement et d’auto-évaluation
Prolongement et transfert
Le manuel de l’apprenant quant à lui respecte chronologiquement le cheminement suivant :
Je saurai
J’observe et je réfléchis
Je retiens l’essentiel
Je m’entraine et je m’évalue
Pour aller plus loin
Ainsi les indications méthodologiques, les illustrations, les extraits de textes et autres supports nécessaires ont été
tirés des ouvrages disponibles dans le répertoire scientifique, technique, technologique et pédagogique et/ ou sur
internet dont le Burundi dispose d’un droit d’usage pour les avoir soit achetés, soit acquis pour donation légale.
Ces guides pédagogiques révisés des cours, sont beaucoup plus en phase avec le monde du travail, l’évolution
technologique et les normes pédagogiques selon le modèle APC.
Par un processus de dérivation, les compétences à développer sont identifiées (sur la base des tâches et opérations
courantes qu'exigent le métier) et traduites en objectifs de formation eux-mêmes déclinés en objectifs pédagogiques
ou d'apprentissage. Les objectifs sont donc présentés sous forme d’activités intégrées permettant d’atteindre les
compétences visées et ils s’inscrivent naturellement dans la logique des fondements de l’EFTP ci-avant énumérés.

Page 5 sur 191


III. Première partie : PRESENTATION GENERALE DU GUIDE

1. Nature et buts
L’objectif principal du présent guide de l’enseignant est d’appuyer les formateurs et l’équipe pédagogique
responsables de la mise en œuvre de la formation dans chaque établissement. Chaque établissement scolaire est un
lieu unique compte tenu du milieu environnant, les types de formations offertes, le profil des apprenants, les
ressources (humaines, et matérielles) mises à disposition, etc. Compte tenu de ce qui précède, il faudrait laisser à
chaque établissement une marge de manœuvre pour adapter le scénario du référentiel de formation tout en
respectant les rubriques prescriptifs telles que :
La liste des compétences ;
L’énoncé de la compétence ;
Les éléments de la compétence ;
Le contexte de réalisation ;
Les critères de performance.
La durée totale d’un référentiel de formation, incluant le temps de réalisation de l’évaluation, devrait également être
prescrite. La durée de la formation reliée à chaque compétence pourrait cependant demeurer facultative afin
d’accorder une certaine souplesse aux établissements de formation et aux équipes de formateurs pour prendre en
considération le contexte, le rythme d’apprentissage et les besoins des apprenants. Le guide de l’enseignant doit
donc allier latitude et souplesse en vue de la réalisation de la formation.
Contrairement au référentiel de formation qui est prescriptif, le guide de l’enseignant est un instrument facultatif.
Cependant, il peut, d’une part, contribuer fortement à diffuser les valeurs de base qui devraient présider à la
réalisation de la formation et, d’autre part, consolider les diverses approches pédagogiques et les modalités de
collaboration entre les équipes de formateurs et d’agents ou conseillers pédagogiques des établissements de
formation.
La mise en œuvre de la formation repose sur une mission assortie de certaines valeurs et principes pédagogiques qui
conditionnent la conception et la réalisation des activités d’enseignement et d’apprentissage. Le but visé c’est la
réussite du plus grand nombre d’apprenants.
L’adoption de stratégies pédagogiques et la formulation d’intentions pédagogiques fournissent généralement le
recul nécessaire pour proposer diverses approches susceptibles de mieux répondre aux besoins des apprenants en
formation et de favoriser leur insertion et leur cheminement dans la vie active. Ces approches mettent en évidence
la nécessité d’intégrer dans le projet éducatif l’acquisition de compétences plus larges relevant du développement
global de la personne, compétences qui devraient s’inscrire en continuité avec les objectifs de la formation générale
de base : on les appelle compétences transversales.
Un modèle de chronogramme de réalisation de la formation y est proposé ainsi que des fiches contenant des
suggestions pédagogiques. Ces fiches constituent l’essence du guide. Elles visent à mieux situer la compétence au
sein du référentiel ; à formuler, pour chaque compétence, des suggestions concernant l’ordre d’acquisition et la
durée d’apprentissage; à présenter les principaux savoirs liés à chaque compétence, les balises qui renseignent sur
l’étendue et les limites de ces savoirs et, finalement, à suggérer des activités d’enseignement et d’apprentissage
favorisant l’atteinte de la compétence visée. Les savoirs liés à la compétence définissent les apprentissages
essentiels et significatifs que l’apprenant doit réaliser pour mettre la compétence en œuvre.
La conception des scénarios pédagogiques tient compte des limites et des contraintes avec lesquelles les
établissements scolaires doivent faire face et proposer diverses pistes pour en atténuer les impacts.
2. Démarche et intentions pédagogiques
Lorsqu’une équipe de pédagogues aborde l’élaboration d’un guide pédagogique, elle doit généralement avoir en
tête un modèle théorique pour mettre en évidence les valeurs qui sous-tendent ses actions et adopter un cadre de
référence pour étayer son projet.
L’approche par compétences (APC) place l’apprenant au centre de la démarche de formation et le reconnaît comme
premier acteur responsable de ses apprentissages. Sans prétendre rallier l’ensemble des théoriciens intervenant en

Page 6 sur 191


éducation, les modèles constructiviste et socioconstructiviste d’apprentissage s’inscrivent bien dans cette
perspective.
Selon cette approche, les nouveaux savoirs se développent progressivement, à la manière d’une véritable
construction c’est-à-dire en retenant les connaissances antérieures comme assises, et en établissant des réseaux de
liens entre les diverses réalités avec lesquelles on entre en contact. Le socioconstructivisme, issu du constructivisme,
ajoute la dimension des relations humaines, des interactions et des questionnements mutuels dans la construction
des connaissances et le développement des compétences.
Trois aspects principaux ressortent de ce modèle théorique :
Les connaissances sont construites ;
L’apprenant est au centre du processus ;
Le contexte d’apprentissage joue un rôle déterminant.
L’apprenant construit ses connaissances
Pour un constructiviste, la connaissance est activement construite par celui qui apprend, dans chacune des situations
où cette connaissance est utilisée ou expérimentée
Dans une approche constructiviste, la connaissance est expérimentée au moyen d’une activité cognitive de création
de sens par l’apprenant. Le rôle de ce dernier est donc primordial : l’apprentissage se réalise grâce aux interactions
qu’il établit entre les diverses composantes de son environnement qui comprend les informations disponibles (les
savoirs et savoir-faire). La nature et les types d’interactions mises en œuvre dépendent de la perception qu’a
l’individu des diverses composantes.
Le contexte joue un rôle déterminant.
L’activité de l’apprenant est toujours insérée dans un environnement qui rend l’appropriation possible. Le processus
d’apprentissage se déploie dans une réalité culturelle et contextualisée où la compréhension des objets et des
événements est directement liée à la forme dans laquelle elle se produit.
L’apprenant représente le futur travailleur qualifié que les employeurs attendent. C’est pour lui que la formation est
mise en place. La compétence est entre ses mains et il doit se l’approprier à partir de ses ressources propres, de
même qu’avec celles qu’il reconnaît et peut utiliser autour de lui. L’apprenant est en cheminement vers une
qualification pour l’exercice du métier qu’il a choisi.
Dans ce cheminement se trouve l’enseignant, en particulier, qui traduit le métier visé en apprentissages pertinents
pour l’apprenant. Il l’accompagne jusqu’à l’acquisition des compétences du référentiel. L’enseignant utilise et
exploite ses propres savoirs et son expérience pour donner du sens et de la pertinence aux apprentissages.
L’entourage, des travailleurs ainsi que les expériences associées au monde du travail vont également contribuer à
rendre signifiant le cheminement vers la compétence.
Pour acquérir les nouveaux savoirs liés aux compétences de son référentiel de formation, l’apprenant doit être
proactif et intéressé. Il doit prendre conscience de l’existence d’un ensemble de ressources internes et externes, les
utiliser et les reconnaître par la suite comme étant pertinentes au regard de telle compétence, de son profil de
formation ou de certains travailleurs. Tous ces éléments jouent un rôle important dans la mobilisation nécessaire
pour l’apprentissage.
Lorsque les savoirs sont assimilés, ils s’ajoutent au bagage de chaque personne. Ainsi, par rapport à une action, à
une tâche ou à un problème en relation avec l’exercice du métier ou la vie courante, l’apprenant doit utiliser au
mieux ce qu’il sait, ce qu’il est et ce qu’il sait faire, et ce, en temps réel, selon la marge de manœuvre dont il dispose,
avec la liberté, le risque et le jugement nécessaires. L’apprenant est appelé à décider en connaissance de cause, à
agir en visant une certaine autonomie et à orienter son action vers une performance déterminée. Être capable de «
transfert », c’est orchestrer une multitude de ressources pour intervenir dans des contextes variés et complexes.
Processus d’acquisition d’une compétence
Le guide pédagogique reprend et approfondit le Scénario de formation élaboré lors de la réalisation du référentiel de
formation. C’est cependant à l’enseignant que revient la responsabilité de compléter le scénario de base par le choix
des activités d’enseignement et d’apprentissage qui seront présentées à l’apprenant. À cette étape, on ne parle plus
de scénario, mais bien de plan de réalisation de la formation.
Page 7 sur 191
Ce plan doit offrir à l’apprenant une série d’activités progressives d’enseignement et d’apprentissage qui mènent à
l’acquisition des savoirs.
C’est ainsi que le maintien de son intérêt et de sa motivation la pousse vers la maîtrise de la compétence. Dans cette
perspective, il importe que l’apprenant trouve du sens à ce qu’on lui propose et soit en mesure de faire des liens
avec ce qu’il est, ce qu’il sait et ce qu’il est capable de faire.
La réalisation de la formation doit donc progresser au rythme des diverses phases d’acquisition d’une compétence.
Ces phases sont au nombre de cinq, soit :
L’exploration ;
L’apprentissage de base ;
L’intégration-entraînement ;
Le transfert ;
L’enrichissement.
La définition des stratégies éducatives, la conception et l’élaboration des activités d’enseignement et
d’apprentissage et la mise au point des outils de planification sont autant d’actions qui devraient toujours être
menées en prenant une telle progression en considération.
La phase d’exploration
L’exploration est un moment déclencheur de la mise en œuvre de la compétence, pour situer les buts à atteindre.
L’apprenant peut alors mieux saisir la pertinence de la compétence en relation avec le métier, se mobiliser et se
mettre en projet.
L’exploration est le point d’ancrage de la compétence. Elle est l’occasion pour l’apprenant de faire le lien avec ses
propres ressources et de s’inscrire dans une démarche signifiante ou qui le deviendra rapidement.
Tout au début de son apprentissage, l’apprenant est amené à explorer la compétence. Pour soutenir cette
exploration, le formateur délimite l’activité professionnelle ou encore la tâche globale qui représente le mieux ce
que le travailleur met en œuvre dans l’exercice de sa compétence. Il choisit l’activité qui sera exploitée pour la
formation. Il la découpe, au besoin, selon une logique d’apprentissage ou encore en fonction de l’exploitation d’une
situation réelle ou de tâches précises pouvant être exécutées en milieu de travail (problème relaté ou étude de cas,
par exemple).
Dans cette phase, les apprenants sont informés de ce qui est au cœur du développement de la compétence. Il est
nécessaire qu’ils trouvent le sens de ce qui va leur être enseigné. Il importe donc de bien situer les étapes à franchir
et de délimiter les savoirs à développer. Le formateur peut proposer des rappels de connaissances antérieures (ou
autres savoirs) à mettre en relation avec les nouveaux apprentissages. Les tâches exploitées devront aller de pair
avec les éléments de la compétence, en fonction du seuil de performance défini.
Les activités d’information et d’observation sont appropriées à cette étape d’exploration
Le formateur est en mesure de présenter aux apprenants la pertinence de la compétence dans le référentiel, en
continuité avec les compétences préalables et avec celles qui suivent, et de l’inscrire dans la perspective de
l’exercice du métier. Les étapes d’exécution du travail peuvent également être intégrées à l’apprentissage afin
d’arriver, peu à peu, à comprendre et à adopter une certaine routine. La matrice des objets de formation peut être
utilisée pour représenter la formation comme un tout cohérent, à quelques pas du métier. Le formateur prévoit un
environnement qui traduit le plus possible des situations de mise en œuvre de la compétence sur le marché du
travail. Il peut associer à l’exploration de la compétence des manipulations de matériel, une prise de contact avec les
équipements, des mises en situation et des jeux de rôle, des recherches sur Internet, des témoignages, etc.
La phase d’apprentissage de base
Le formateur se doit de repérer les savoirs à développer et ceux qu’il juge pertinents dans les limites de la
compétence formulée et de ses exigences. Il cerne les centres d’intérêt de l’apprenant, établit un ordre d’acquisition
de chaque élément de la compétence et lui assortit des activités.
Les activités proposées interpellent l’apprenant, l’invitent à traiter l’information reçue, à se mettre en action pour
construire d’autres connaissances, à développer d’autres habiletés et à adopter d’autres attitudes.

Page 8 sur 191


L’organisation de l’environnement physique peut contribuer à faciliter le transfert des apprentissages vers des
activités plus pratiques impliquant la mise en œuvre d’habiletés, de processus, de stratégies, etc. Les situations
favorisant les apprentissages peuvent être variées, mais il est important d’expliquer de quelle façon la compétence
est abordée. Compte tenu de l’aspect multidimensionnel de la compétence, l’apprentissage porte sur l’ensemble des
savoirs. Le choix des savoirs essentiels est important puisqu’ils sont à la base de l’exécution des tâches du métier.
Ces savoirs sont de différents types : les connaissances, les stratégies, les attitudes, les perceptions, les
connaissances.
Les connaissances : mise en pratique des notions et de principes propres aux disciplines (mathématique et sciences),
aux technologies et aux sciences humaines ; concepts, etc. ;
Les habiletés :
Motrices et kinesthésiques: exécution, dextérité et coordination de gestes et de mouvements; conduite de machines
; utilisation d’outils, d’objets, d’instruments, d’appareils spécialisés ; respect des règles de santé et de sécurité, etc. ;
Cognitives : résolution de problèmes, décision, explication de modes et de principes de fonctionnement, etc. ;
Sociales : relations avec les autres (sens éthique, qualité des relations en milieu de travail) ; communication,
motivation et information des autres ; démonstration et argumentation, etc. ;
Les stratégies: méthodes, moyens, démarches, imageries mentales, points d’ancrage, réseau de concepts, etc. ;
Les attitudes: comportements généraux; compréhension de ses propres sentiments et émotions; perception de ses
sources d’intérêt et de ses aptitudes; résolution de conflits internes; façons d’être et d’agir, etc. ;
Les perceptions: prise de conscience réfléchie du monde; reconnaissance en relation avec la vue, l’ouïe, l’odorat, le
toucher et le goût ; impressions, etc.
Le formateurconsidère la compétence à développer et établit des liens pour les apprentissages de base avec des
éléments provenant d’autres compétences: il soumet à l’apprenant des rappels, des associations, des images, etc., et
situe la théorie sur des pratiques professionnelles ou de la vie courante. Les activités peuvent amener cet apprenant
à faire des démonstrations, à remplir des tâches, à effectuer du travail en sous-groupe, à produire des schémas, des
tableaux, des simulations et des recherches, à préparer des exposés à l’aide de l’ordinateur, etc. Sur le plan
pédagogique, il est pertinent d’alterner la théorie et la pratique et d’associer régulièrement des rappels
d’apprentissage à la tâche ou à l’activité de travail choisie pour l’entraînement.
La phase d’intégration-entraînement
D’un apprentissage à un autre, l’apprenant est amené à faire les liens entre les différents éléments de la compétence
et à situer l’exercice de celle-ci dans sa globalité. Le formateur présente la compétence à l’intérieur de situations
variées en prenant en considération les conditions de travail.
Ces situations permettent l’intégration des apprentissages et l’entraînement afin de bien ancrer les savoirs ou de les
consolider. Les exercices pratiques liés à l’exécution de certaines opérations du métier développent et raffinent des
habiletés. Ils favorisent par ailleurs l’utilisation des savoirs dans des situations de même niveau.
À mesure que l’apprenant développe sa compétence, il y a lieu, par exemple: de présenter des situations
comportant des résolutions de problèmes, une utilisation des apprentissages récents en rapport avec des savoirs
maîtrisés et utiles pour d’autres apprentissages ; de répéter ou de complexifier des gestes à exécuter, etc. Le
formateur effectue des retours sur les apprentissages et aide à compléter les connaissances ; il pose des questions et
propose des correctifs et des stratégies d’analyse. Dans une perspective d’aide, il contribue à soutenir la progression
de l’apprentissage, il évalue et transmet les résultats à l’apprenant. L’information recueillie permet d’apprécier ces
résultats, de réguler l’enseignement et le travail de l’apprenant. Les résultats communiqués peuvent soutenir
l’intérêt et encourager l’effort.
Il est important que l’apprenant utilise ses savoirs à l’intérieur de tâches ou d’activités signifiantes, tout comme il l’a
fait au cours de l’exploration des apprentissages de base. Les allers retours facilitent le transfert des apprentissages
entre ce qui est acquis et ce qui doit être appris. A l’occasion de l’intégration des apprentissages de base et de
l’entraînement, les activités peuvent être, encore une fois, des jeux de rôles, des répétitions, du travail d’équipe, des
exposés à l’aide de moyens technologiques, etc. L’intégration ou l’entraînement a lieu la plupart du temps en atelier,
à un poste de travail ou en laboratoire, selon le métier visé.
Page 9 sur 191
La phase de transfert
Pour orienter le transfert vers l’action, la réussite et la progression attendues sur le marché du travail, l’apprenant
doit avoir intégré les savoirs nécessaires à la mise en œuvre de la compétence selon les performances exigées au
seuil du marché du travail. La tâche globale effectuée sans aide dans différents contextes permet déjà de juger de
l’acquisition de la compétence. Elle exige de définir des situations rencontrées à l’entrée sur le marché du travail, et
qui permettent donc d’agir de façon autonome.
Le formateur précise au préalable les attentes et les variables possibles. Comme il l’a fait à l’occasion de l’intégration
et de l’entraînement, il peut proposer des mises en situation plus complexes, tout en respectant les limites du niveau
de difficultés exigé. Pour aider l’apprenant à la fois dans ses apprentissages et dans son évaluation, le formateur
fournit des pistes de réflexion sur la démarche, l’organisation du travail, les étapes de réalisation ou les résultats de
la participation à la tâche.
Les activités peuvent s’exercer à un poste de travail, en laboratoire, en atelier, en stage (milieu de travail non simulé)
ou dans la communauté. Les situations peuvent être tout à fait nouvelles et requérir des collaborations accrues,
l’utilisation judicieuse des connaissances pour résoudre des problèmes, d’autres matériaux dont la manipulation est
différente, l’atteinte d’une plus grande vitesse, d’une dextérité fine ou d’une meilleure finition des produits. Le
formateur peut demander d’effectuer des démonstrations, d’expliquer les résultats anticipés de son action, de
mettre sur pied des projets inédits, de fabriquer des objets, de suivre différents ateliers
Conçues comme aides à l’apprentissage, les activités doivent permettre le développement de la compétence et son
application dans sa globalité, dans des contextes variés et comparables. Les critères ou objets d’observation
proposés aux fins de l’autoévaluation permettront d’analyser le travail tout au long de la mise en œuvre de l’activité.
L’apprenant doit faire son autocritique et, au besoin, vérifier son travail au cours d’échanges avec le formateur et les
pairs. Il a besoin de poursuivre et d’approfondir ses apprentissages pour faire les liens qui s’imposent, améliorer ses
performances et réussir. Afin d’assurer la progression des apprentissages, le formateur propose, pour chaque
nouvelle situation de travail, une activité d’évaluation formelle ou informelle qui permet de vérifier la présence du
transfert des nouvelles connaissances, habiletés et attitudes acquises par l’apprenant.
À cette phase de transfert, la compétence se révèle dans différentes situations, avec l’aisance et l’autonomie
nécessaires. L’apprenant n’a plus besoin que les manifestations de sa compétence soient supervisées.
Ayant terminé l’ensemble de ses apprentissages et atteint le niveau de compétence exigé au seuil du marché du
travail, l’apprenant peut être évalué aux fins de la sanction de la compétence. Lorsqu’on ne peut percevoir
l’expression du transfert et que le formateur estime que différentes dimensions de la compétence doivent encore
être travaillées, il prévoit des mesures de soutien appropriées pour l’apprenant. Dans la mesure où cette
compétence peut se développer davantage et que de nouveaux savoirs peuvent être construits, l’enrichissement
permet d’aller plus loin, et le milieu de formation est à même de fournir des occasions en ce sens.
La phase d’enrichissement
L’enrichissement permet de poursuivre l’apprentissage au-delà des performances exigées, et ce, peu importe les
phases ou les étapes d’acquisition de la compétence. L’enrichissement peut se rapprocher de la notion de valeur
ajoutée à la formation commune, au perfectionnement ou à la formation continue. Par exemple, les activités
proposées amènent l’apprenant à élargir sa compréhension, à améliorer un produit, à exécuter une tâche plus
rapidement ou avec une plus grande autonomie. Il peut aussi coordonner plusieurs actions en même temps ou
varier le plus possible les situations d’exercice.
3. Principes pédagogiques
Les principes pédagogiques fondent le projet éducatif, les stratégies d’enseignement et la démarche éducative qui
seront mis en place dans les établissements de formation. Ces principes découlent directe ment des bases
conceptuelles, des valeurs et du cadre de référence qui ont pré si dé à la mise en place de l’approche par
compétences (APC).
Les principes éducatifs sont présentés dans la première section du guide pédagogique et constituent des lignes
directrices devant être suivies dans le choix des stratégies d’enseignement et d’apprentissage pour permettre aux
apprenants d’atteindre les buts du référentiel de formation. Ces principes suivants pourraient être retenus :
Page 10 sur 191
Faire participer activement les apprenants et les rendre responsables de leurs apprentissages ;
Tenir compte du rythme et de la façon d’apprendre de chacun ;
Prendre en compte et réinvestir les acquis scolaires ou expérientiels des apprenants ;
Considérer que la possibilité d’apprendre est fortement liée aux stratégies et aux moyens utilisés pour acquérir les
compétences ;
Favoriser le renforcement et l’intégration des apprentissages ;
Privilégier des activités pratiques d’apprentissage et des projets adaptés à la réalité du marché du travail ;
Communiquer avec les apprenants dans un langage correct et en utilisant les termes techniques appropriés ;
Rechercher le plus possible la collaboration du milieu du travail ;
Faire découvrir aux apprenants que la formation technique et professionnelle constitue une voie importante
d’intégration sociale et de développement personnel.
4. Projet éducatif et intentions pédagogiques
Chaque établissement secondaire technique est appelé à appliquer le projet éducatif dans le strict respect des
consignes pédagogiques lors de l’implantation d’un référentiel de formation.
Ce projet éducatif est structuré à partir des finalités, des orientations et des buts généraux de la formation
technique et professionnelle.
Il s’inspire des valeurs et des principes pédagogiques qui ont présidé à l’élaboration des référentiels de formation.
L’élaboration d’un projet éducatif implique également une prise en considération des spécificités de la formation
offerte par l’établissement, des caractéristiques des ressources humaines mobilisées, des ressources physiques et
matérielles disponibles, de la nature du partenariat avec le milieu du travail et du contexte général.
Le projet définit les intentions pédagogiques et les stratégies éducatives à mettre en place pour l’ensemble de la
formation technique et professionnelle, plus spécifiquement pour chaque section de formation développée dans
l’établissement.
Les intentions pédagogiques sont des visées éducatives qui découlent du projet éducatif et qui servent de guides
pour les interventions auprès de l’apprenant.
Elles touchent généralement des dimensions significatives du développement professionnel et personnel des
apprenants qui n’ont pas fait l’objet de formulations explicites dans les buts du référentiel ou les compétences
retenues. Elles incitent le personnel enseignant à intervenir dans une direction donnée, chaque fois qu’une situation
s’y prête.
À titre indicatif, voici quelques intentions éducatives qui pourraient être insérées dans un projet éducatif :
Développer, chez les apprenants, le sens des responsabilités et du respect de la personne ;
Accroître, chez les apprenants, l’autonomie, l’initiative et l’esprit d’entreprise ;
Développer, chez les apprenants, la pratique de l’autoévaluation ;
Développer, chez les apprenants, une discipline personnelle et une méthode de travail
Augmenter, chez les apprenants, le souci de protéger l’environnement ;
Développer, chez les apprenants, la préoccupation du travail bien fait ;
Développer, chez les apprenants, le sens de l’économie du temps et des ressources ;
Développer, chez les apprenants, la préoccupation d’utiliser avec soin les différents équipements.
5. Les compétences transversales
Le cheminement éducatif de l’apprenant s’inscrit dans un continuum qui a débuté à sa naissance et qui se poursuivra
tout au long de sa vie.
La période où cette personne est placée en situation de scolarisation et de formation constitue un moment privilégié
où elle est appelée à mobiliser ses ressources internes et à utiliser un ensemble de moyens mis à sa disposition pour
développer ses connaissances et ses habiletés et, plus globalement, pour acquérir des compétences de tous ordres
pouvant concourir à améliorer son autonomie et à faciliter son insertion socioprofessionnelle.
S’il existe des compétences spécifiques rattachées à des domaines de connaissance ou à des activités
professionnelles, il existe aussi des compétences d’ordre intellectuel, méthodologique, personnel et social qui
transcendent les domaines et les activités et qui se retrouvent au cœur du programme de formation.
Page 11 sur 191
Ces compétences sont appelées compétences transversales. Les compétences transversales s’intègrent aux autres
compétences et leur acquisition relève des situations d’apprentissage associées à ces autres compétences.
Elles sont prises en considération durant toute la formation et se développent tout au long de la vie professionnelle
et personnelle
6. Principales caractéristiques des compétences transversales :
Elles ont un caractère générique;
Elles peuvent continuer à se développer tout au long de la vie;
Elles ont trait à la vie professionnelle et personnelle;
Elles sont mises en œuvre en même temps que les autres compétences du référentiel de formation.
La compétence transversale se réalise dans un contexte précisé par une autre compétence: elle n’a pas de contexte
de réalisation propre. C’est ainsi qu’en raison de son caractère générique, elle est présente dans plusieurs situations
d’apprentissage et s’intègre à plusieurs compétences du référentiel de formation, compétences qui contribuent à
son développement. Elle a d’autant plus de sens pour l’apprenant qu’elle est reprise à maintes occasions et dans
différents contextes.
C’est l’occasion de préciser les valeurs, les principes et les intentions pédagogiques qui devraient sous-tendre
l’ensemble des interventions éducatives.
Les compétences transversales servent de fil conducteur tout au long de la réalisation du référentiel de formation.
La mise en place d’un programme de formation découle d’un choix, lequel peut être guidé par les intentions
pédagogiques choisies par l’équipe de production ou pour d’autres considérations telles que le plan de réussite ou
les orientations associées à la mission du secteur de formation.

Page 12 sur 191


Il s’agit des suivantes :
Résoudre des problèmes,
S’adapter à des situations nouvelles,
Exercer sa créativité,
Exercer son sens des responsabilités,
Communiquer.
Un programme de formation peut être élaboré en mettant ces compétences en évidence, mais il peut également
s’ouvrir sur d’autres dimensions, suivant les valeurs et le contexte dans lequel il se réalise.
Favoriser le développement des compétences transversales relève d’une responsabilité partagée par les diverses
personnes qui interviennent auprès de l’apprenant. Comme elles sont tributaires du développement des autres
compétences du référentiel de formation, à des degrés variables selon les situations ou les tâches, il existe des liens
importants entre le développement des compétences transversales et celui des compétences liées au métier. Ainsi,
en réalisant différentes situations ou tâches complexes, l’apprenant résout des problèmes, seul ou en équipe,
s’adapte à des situations nouvelles, exerce sa créativité, exerce son sens des responsabilités et communique.
L’intégration des compétences transversales peut se réaliser à partir de la matrice des objets de formation,
présentée dans le référentiel de formation. Elle permet de mettre en relation une ou des compétences transversales
ou propres à la formation avec une ou des compétences générales et particulières du référentiel de formation.
Par exemple, la compétence transversale « exercer sa créativité » pourrait être intégrée à la compétence «ériger
des ouvrages complexes en éléments de maçonnerie ». Il en va de même pour la compétence transversale s’adapter
à des situations nouvelles qui pourrait être intégrée à la compétence s’intégrer en milieu de travail.

Page 13 sur 191


Intitulés Durée 1ere année 2eme année 3eme année
(périodes)
CHRONOGRAM
Français 150 60 60 30 ME DE
Anglais 150 60 60 30 FORMATION DE
LA SECTION
Mathématique 360 120 120 120 CONDUCTEUR
Physique 120 60 60 - DES TRAVAUX
Formation Patriotique et 90 30 30 30
Humaine

Education Physique et Sport 90 30 30 30


Chimie 60 30 30 -
Kiswahili 90 30 30 30
Religion 90 30 30 30
Législation et Etude des Prix 90 - - 90
Dessin du Génie Civil 300 120 90 90
Organisation et Programmation 120 - - 120
des Chantiers

Technologie de Construction 270 150 120 -


Topométrie 300 120 120 60
Technologie des Matériaux de 120 120 - -
Construction

Technologie du Béton et Béton 270 - 150 120


Armé

Mécanique des Sols 120 - - 120


Résistance des Matériaux 270 150 120 -
Route et Ouvrages d’Art 90 - - 90
Hydraulique du Génie Civil 60 - 60 -
Construction Métallique 90 - - 90
Bureautique et Logiciels 180 60 60 60
Spécialisés

Entrepreneuriat et Projet de Fin 90 30 30 30


d’Etude

Page 14 sur 191


Compétence 1 : Planifier la réalisation des travaux du chantier du Génie Civil

Eléments de compétence 1 : Identifier les tâches

Objectifs 1 : Consulter le projet de construction

Leçon 1 : Les différents plans


1. Attente :

Définir et Différencier les différents plans

2. Contenu des apprentissages :

Les différents plans

3. Matériel didactique

Instruments de mesure, les plans, DAO.

4. Démarches méthodologiques

4.1. Mise en situation

Monsieur CIZA voudrait construire un hangar de stockage. Pour réaliser cet ouvrage, CIZA doit posséder divers plans.
Il se demande de quels types de plans doit-il consulter pour mieux réaliser son projet.

4.1.1. Réponses attendues

Plan de situation, plan de masse, Plan d’ensemble et plan d’exécution.

4.1.2. Motivation des apprenants par rapport au sujet :

Attirer alors l’attention des apprenants en leur montrant d’autres plans en utilisant les illustrations dans les livres
disponibles à l’école. L’enseignant annonce et note au tableau le sujet de la nouvelle leçon : Les différents plans

4.1.3. Matériels /documents proposés :

Le manuel de l’apprenant et le guide de l’enseignant

4.2. Mise en activité

Faire observer les images du manuel de l’apprenant de l’activité 1. Amener les apprenants à constater ;

Une figure contenant plusieurs lignes courbes et plusieurs points et des parcelles(Fig. A) ;

Une maison, un garage, un abri du jardinier, un arbre, une clôture, une allée, la flèche indiquant le Nord
géographique (Fig. B) ;

Six plans : une vue en plan, vue en élévation, une coupe, les façades, des vues en perspective (Fig.C) ;

Les sections de poteau, les cotations, les longrines (Fig. D).

Faire conclure que ces figures sont des plans c’est-à-dire : le plan de situation (Fig. A), Le plan de masse (Figure B), Le
plan d’ensemble (Figure C), Les plans d’exécution (Figure D).
Page 15 sur 191
Faire définir les différents plans

Plan de situation

Le plan de situation est une représentation graphique aérienne de votre parcelle et de son environnement.
Généralement un plan cadastral (il permet de visualiser l’ensemble des éléments bâtis ou non bâtis sur une parcelle,
ses limites séparatives et la propriété des murs en limite).

Le plan de situation est un élément important constituant un dossier de permis de construire ou de déclaration
préalable de travaux. Il fait partie des plans à fournir à l’instar du plan de masse, plan de coupe et plan de façade. Le
plan de situation permet à l’administration de situer votre terrain sur sa commune et d’identifier sa zone

Le plan de masse

Un plan de masse est une vue générale d’un projet qui inclut l’ensemble d’une propriété, les accès, les connexions
aux différents réseaux d’eau et d’évacuation des eaux usées, électricité, télécommunications, et structures voisines
qui peuvent représenter un intérêt ou une contrainte.

Le plan de masse sert à représenter un projet dans la globalité du site, sa configuration et son orientation en accord
avec les règles d’urbanisme, dans les phases préparatoires d’un projet, avant la création des plans détaillés.

Les plans d’ensemble

Les plans d’ensemble sont des représentations graphiques et techniques d’un ouvrage qui dans leur ensemble
permettent la compréhension de ses différentes caractéristiques, avant, pendant ou après la construction. Ainsi,
pour toute demande de permis de construire, des plans d’architecte conformes seront indispensables pour
l’évaluation du dossier par les autorités administratives.

Les plans d’exécution

Les plans d’exécution des ouvrages sont ceux nécessaires à la réalisation des ouvrages (Ils comportent le dessin de
coffrage, de ferraillage, dessins de fondation, de charpente, de menuiserie,…)
Ils sont directement utilisés sur le chantier par les différents corps d’état, lors de l’exécution des travaux.

5. Synthèse

Plan de situation

Le plan de situation est une représentation graphique aérienne de votre parcelle et de son environnement.
Généralement un plan cadastral (il permet de visualiser l’ensemble des éléments bâtis ou non bâtis sur une parcelle,
ses limites séparatives et la propriété des murs en limite).

Le plan de situation est un élément important constituant un dossier de permis de construire ou de déclaration
préalable de travaux. Il fait partie des plans à fournir à l’instar du plan de masse, plan de coupe et plan de façade. Le
plan de situation permet à l’administration de situer votre terrain sur sa commune et d’identifier sa zone

Page 16 sur 191


Le plan de masse

Un plan de masse est une vue générale d’un projet qui inclut l’ensemble d’une propriété, les accès, les connexions
aux différents réseaux d’eau et d’évacuation des eaux usées, électricité, télécommunications, et structures voisines
qui peuvent représenter un intérêt ou une contrainte.

Le plan de masse sert à représenter un projet dans la globalité du site, sa configuration et son orientation en accord
avec les règles d’urbanisme, dans les phases préparatoires d’un projet, avant la création des plans détaillés.

Le plan d’ensemble

Les plans d’ensemble sont des représentations graphiques et techniques d’un ouvrage qui dans leur ensemble
permettent la compréhension de ses différentes caractéristiques, avant, pendant ou après la construction. Ainsi,
pour toute demande de permis de construire, des plans d’architecte conformes seront indispensables pour
l’évaluation du dossier par les autorités administratives.

Les plans d’exécution

Les plans d’exécution des ouvrages sont ceux nécessaires à la réalisation des ouvrages (Ils comportent les dessin de
coffrage, de ferraillage, dessins de fondation, de charpente, de menuiserie,…)
Ils sont directement utilisés sur le chantier par les différents corps d’état, lors de l’exécution des travaux.

6. Je m’entraine et je m’évalue
6.1. En restituant la leçon
Réponse :

Le plan de ferraillage

Le plan de coffrage

Le plan de fondation

6.2. En utilisant mes connaissances


Réponse :
Le plan de situation est une représentation graphique aérienne de votre parcelle et de son environnement.
Généralement un plan cadastral (il permet de visualiser l’ensemble des éléments bâtis ou non bâtis sur une parcelle,
ses limites séparatives et la propriété des murs en limite).

Tandis que

Le plan de masse est une vue générale d’un projet qui inclut l’ensemble d’une propriété, les accès, les connexions
aux différents réseaux d’eau et d’évacuation des eaux usées, électricité, télécommunications, et structures voisines
qui peuvent représenter un intérêt ou une contrainte.

Page 17 sur 191


Leçon 2 : Les différentes pièces écrites d’un projet de construction
1. Attentes :

Définir et Distinguer différentes pièces écrites d’un projet de construction

2. Contenu des apprentissages :

Les différentes pièces écrites d’un projet de construction

3. Matériel didactique

Instruments de mesure, les plans, DAO.

4. Démarches méthodologiques

4.1. Mise en situation

Monsieur BUTOYI a gagné un marché de construire une école fondamentale. Pour réaliser cet ouvrage, Il doit
posséder diverses pièces écrites du projet de construction. Il se demande de quels types de pièces doit-il consulter
pour mieux réaliser son projet.

4.1.1. Réponses attendues

Devis quantitatif et estimatif, devis descriptif, cahier des charges et calendrier des travaux.

4.1.2. Motivation des apprenants par rapport au sujet :

Attirer alors l’attention des apprenants en leur montrant les différentes pièces écrites se trouvant dans le manuel
de l’apprenant. L’enseignant annonce et note au tableau le sujet de la nouvelle leçon : Les différentes pièces écrites
d’un projet de construction.

4.1.3. Matériels /documents proposés :

Le manuel de l’apprenant et le guide de l’enseignant

4.2. Mise en activité

Faire observer les images du manuel de l’apprenant de l’activité et amener les apprenants à constater :

Un tableau de cinq colonnes et quatre lignes comportant les éléments comme : les désignations, les numéros, les
unités, les prix unitaires, les quantités et les prix totaux(Fig. A) ;

Un tableau de colonnes et lignes comportant de numéro, désignation des travaux, les temps (jour, semaines, mois et
années) ainsi que les barres horizontales (Fig B) ;

Un cercle comportant les exemples d’un cahier de charges à savoir : contexte et définition du problème ; objectif du
projet et périmètre du projet.

Faire conclure que les images illustrent les pièces écrites (devis descriptif, devis quantitatif et estimatif, cahier des
charges, calendrier des travaux) d’un projet de construction

Faire définir les différentes pièces écrites

Page 18 sur 191


Le métré quantitatif estimatif ou devis quantitatif estimatif est le document par lequel il est possible d’estimer le
coût des travaux pour la réalisation d’un ouvrage de construction (ou une partie de celui-ci) ou des coûts pour son
entretien futur.

Le devis descriptif est un document contractuel qui décrit les travaux à réaliser selon les prescriptions de matériel et
de mise en œuvre. Il est réalisé la plupart du temps par le maître d'œuvre, l'architecte, l'ingénieur, l'économiste.

Cahier des charges est un document qui sert à limiter les contraintes techniques avérées(les exigences).ça facilite le
contrôle de conformité des réponses a appel d’offres sur cahier des charges.

Calendrier des travaux : est un document qui peut servir de directives pour l’exécution des travaux (résultat d’une
activité de planification)

5. Synthèse

Le métré quantitatif estimatif ou devis quantitatif estimatif est le document par lequel il est possible d’estimer le
coût des travaux pour la réalisation d’un ouvrage de construction (ou une partie de celui-ci) ou des coûts pour son
entretien futur.

Le devis descriptif est un document contractuel qui décrit les travaux à réaliser selon les prescriptions de matériel et
de mise en œuvre. Il est réalisé la plupart du temps par le maître d'œuvre, l'architecte, l'ingénieur, l'économiste.

Cahier des charges est un document qui sert à limiter les contraintes techniques avérées(les exigences).ça facilite le
contrôle de conformité des réponses a appel d’offres sur cahier des charges.

Calendrier des travaux : est un document qui peut servir de directives pour l’exécution des travaux (résultat d’une
activité de planification)

6. Je m’entraine et je m’évalue

6.1. En restituant la leçon

Réponse :
Le Calendrier des travaux : est un document qui peut servir de directives pour l’exécution des travaux (résultat
d’une activité de planification)

6.2. En utilisant mes connaissances

Réponse :
Le devis descriptif est un document contractuel qui décrit les travaux à réaliser selon les prescriptions de matériel et
de mise en œuvre. Il est réalisé la plupart du temps par le maître d'œuvre, l'architecte, l'ingénieur, l'économiste.

Tandis que

Le Cahier des charges est un document qui sert à limiter les contraintes techniques avérées(les exigences).ça facilite
le contrôle de conformité des réponses a appel d’offres sur cahier des charges.

Page 19 sur 191


Objectif 2 : Visiter le site

Leçon 3 : La description du site et la provenance des matériaux de construction


1. Attente:

Identifier la provenance des matériaux de construction

Décrire le site visité

2. Contenu des apprentissages :

La description du site et la provenance des matériaux de construction

3. Matériel didactique

Les plans, DAO.

4. Démarches méthodologiques

4.1. Mise en situation

Monsieur DUNDAGU a gagné un marché de construire un centre de santé. Pour exécuter cet ouvrage, Il doit faire
une visite de terrain. Il se pose la question de savoir les éléments faisant objet de la visite du site et la provenance
des matériaux de construction.

4.1.1. Réponses attendues

L’état du site, la possibilité de recrutement de la main d’œuvre, l’emplacement des quincailleries les plus proches.

4.1.2. Motivation des apprenants par rapport au sujet :

Attirer alors l’attention des apprenants en leur montrant les images se trouvant dans le manuel de l’apprenant.
L’enseignant annonce et note au tableau le sujet de la nouvelle leçon : La description du site et la provenance des
matériaux de construction

4.1.3. Matériels /documents proposés :

Le manuel de l’apprenant et le guide de l’enseignant

4.2. Mise en activité

Faire observer les images du manuel de l’apprenant de l’activité 1. Amener les apprenants à constater :

Une maison, des arbres, un terrain naturel, limite de la voie publique, voie publique(FIg.A) ;

Un granulat (Fig.B) ;

Les aciers à haute adhérence(Fig.C) ;

Les briques creuses et les sacs de ciment(Fig. D) ;


Page 20 sur 191
Des tubes métalliques, des échafaudages métalliques (Fig. E) ;

Faire conclure que les images illustrent respectivement un site d’un futur projet de construction (Fig. A), le granulat
(Fig.B), les aciers à haute adhérence (Fig.C), les briques creuses et les sacs de ciment (Fig.D), un grand magasin de
matériaux de construction (Fig.E).

Inviter les apprenants à citer les éléments faisant objet de la visite du site du futur projet de construction:

 Faire une reconnaissance de l’emplacement du futur chantier pour vérifier la conformité des
renseignements portés sur le plan masse avec la réalité du terrain ;

 Relever l’état naturel des lieux ;

 Chercher à connaitre la nature du sol, sa structure par des sondages éventuels ;

 S’intéresser aux constructions mitoyennes ;

 Constater la profondeur des fondations des bâtiments mitoyens et leurs modes d’établissement ;

 Noter les conditions climatiques qui influent sur la conduite de travaux et le respect des délais
contractuels ;

 constater l’accessibilité du site ;

 constater la possibilité de recrutement de la main d’œuvre ;

 constater la possibilité de branchement aux réseaux existants ;

 constater la possibilité d’approvisionnement sur place en matériaux de constructions ;

Amener les Apprenants à identifier la provenance des matériaux de construction :

Les matériaux de construction qui seront utilisés sur le futur chantier proviendront :

 Des sites d’exploitation identifiés les plus proches possibles (central de concassage, les rivières) ;

 Des quincailleries les plus proches ;

5. synthèse

Les éléments faisant objet da la visite du site du futur projet de construction:

 Faire une reconnaissance de l’emplacement du futur chantier pour vérifier la conformité des
renseignements portés sur le plan masse avec la réalité du terrain ;

 Relever l’état naturel des lieux ;

Page 21 sur 191


 Chercher à connaitre la nature du sol, sa structure par des sondages éventuels ;

 S’intéresser aux constructions mitoyennes ;

 Constater la profondeur des fondations des bâtiments mitoyens et leurs modes d’établissement ;

 Noter les conditions climatiques qui influent sur la conduite de travaux et le respect des délais
contractuels ;

 constater l’accessibilité du site ;

 constater la possibilité de recrutement de la main d’œuvre ;

 constater la possibilité de branchement aux réseaux existants ;

 constater la possibilité d’approvisionnement sur place en matériaux de constructions ;

J’identifie la provenance des matériaux de construction :

Les matériaux de construction qui seront utilisés sur le futur chantier proviendront :

 Des sites d’exploitation identifiés les plus proches possibles (central de concassage, les rivières) ;

 Des quincailleries les plus proches ;

6. Je m’entraine et je m’évalue

6.1. En restituant la leçon


Réponse :
 Des sites d’exploitation identifiés les plus proches possibles (central de concassage, les rivières) ;

 Des quincailleries les plus proches ;

6.2. En utilisant mes connaissances


Réponse :

- Faire une reconnaissance de l’emplacement du futur chantier pour vérifier la conformité des
renseignements portés sur le plan masse avec la réalité du terrain ;

- Relever l’état naturel des lieux ;

- Chercher à connaitre la nature du sol, sa structure par des sondages éventuels ;

- S’intéresser aux constructions mitoyennes ;

- Constater la profondeur des fondations des bâtiments mitoyens et leurs modes d’établissement ;

Page 22 sur 191


- Noter les conditions climatiques qui influent sur la conduite de travaux et le respect des délais
contractuels ;

- constater l’accessibilité du site ;

- constater la possibilité de recrutement de la main d’œuvre ;

- constater la possibilité de branchement aux réseaux existants ;

- constater la possibilité d’approvisionnement sur place en matériaux de constructions ;

Page 23 sur 191


Objectif 3 : Identifier les travaux à effectuer

Leçon 4 : Les types de poste

1. Attente:

Définir et distinguer le gros œuvre et le second œuvre

2. Contenu des apprentissages :

Les types de poste

3. Matériel didactique

Les plans, DAO.

4. Démarches méthodologiques

4.1. Mise en situation

Monsieur SABUTAMA Salvator a un projet de construire sa maison d’habitation. Pour exécuter ce projet, il
demande à un conducteur des travaux les grandes phases de construction de cette maison.

4.1.1. Réponses attendues

Le gros œuvre et le second œuvre

4.1.2. Motivation des apprenants par rapport au sujet :

Attirer alors l’attention des apprenants en leur montrant les images se trouvant dans le manuel de l’apprenant.
L’enseignant annonce et note au tableau le sujet de la nouvelle leçon : Les types de poste

4.1.3. Matériels /documents proposés :

Le manuel de l’apprenant et le guide de l’enseignant

4.2. Mise en activité

Faire observer les images du manuel de l’apprenant de l’activité et amener les apprenants à constater :

Les briques, les aciers, les engins, les tuyaux, les planches (Fig.A) ;

La charpente, les murs en maçonnerie, les ouvertures, une ambulance(Fig.B) ;

Faire conclure que les images représentent les travaux du gros œuvre et du second œuvre.

Inviter les apprenants à distinguer les travaux du gros œuvre et du second œuvre :

Les travaux du Gros œuvre :

Page 24 sur 191


 Le terrassement

 L’excavation

 Les fondations

 Le ferraillage

 Le coffrage

 Le soubassement

 La maçonnerie

 Le plancher

 La charpente

 La toiture

 Etc.

Les travaux du second œuvre :

 La plomberie

 L’électricité

 Le pavement

 Les huisseries

 La peinture

 Etc.

5. synthèse

Définition du Gros œuvre

C’est l'ensemble des ouvrages de l'édifice qui concourent à la reprise des efforts subis en permanence par la
construction (les charges reçues et le poids propre de l'édifice) et des efforts temporaires (vent, séismes, etc.) : tout
ce qui concourt à la solidité, à la stabilité de l'édifice (fondations avec armatures, gros murs, poteaux, planchers,
charpentes, etc…).

Bref, On entend par gros œuvre tous les travaux qui permettent la mise hors d’eau, hors d’air de la maison.

Définition du Second œuvre

Le second œuvre regroupe l’ensemble des éléments ne participant pas à la structure porteuse d'un ouvrage et qui
rend une structure habitable. Ce sont les finitions qui permettent d'équiper et d'aménager la maison. Cela regroupe

Page 25 sur 191


l'électricité, la plomberie, l'étanchéité, l’isolation, les cloisons, revêtements, cheminées, agencements, équipement,
etc.

Les travaux du Gros œuvre :

 Le terrassement

 L’excavation

 Les fondations

 Le ferraillage

 Le coffrage

 Le soubassement

 La maçonnerie

 Le plancher

 La charpente

 La toiture

 Etc

Les travaux du second œuvre :

 La plomberie

 L’électricité

 Le pavement

 Les huisseries

 Etc

6. Je m’entraine et je m’évalue

6.1. En restituant la leçon

Réponse : Le gros œuvre est l'ensemble des ouvrages de l'édifice qui concourent à la reprise des efforts subis en
permanence par la construction (les charges reçues et le poids propre de l'édifice) et des efforts temporaires (vent,
séismes, etc.) : tout ce qui concourt à la solidité, à la stabilité de l'édifice (fondations avec armatures, gros murs,
poteaux, planchers, charpentes, etc…).

6.2. En utilisant mes connaissances

Réponse :
Page 26 sur 191
 Le terrassement

 L’excavation

 Les fondations

 Le ferraillage

Page 27 sur 191


Leçon 5 : Les Types de travaux à exécuter poste par poste
1. Attentes:

Différencier les travaux à exécuter poste par poste

2. Contenu des apprentissages:

Les Types de travaux à exécuter poste par poste

3. Matériel didactique

Les plans, DAO.

4. Démarches méthodologiques

4.1. Mise en situation

Monsieur BARUKINAMWO veut construire un hangar de stockage des haricots. Comme il n’est pas compétent dans
ce domaine, il fait recours à un technicien conducteur des travaux pour savoir les travaux préparatoires à
commencer.

4.1.1. Réponses attendues

Le décapage, l’implantation et les fouilles de fondation.

4.1.2. Motivation des apprenants par rapport au sujet :

Attirer alors l’attention des apprenants en leur montrant les images se trouvant dans le manuel de l’apprenant.
L’enseignant annonce et note au tableau le sujet de la nouvelle leçon : Les Types de travaux à exécuter poste par
poste

4.1.3. Matériels /documents proposés :

Le manuel de l’apprenant et le guide de l’enseignant

4.2. Mise en activité

Faire observer les images du manuel de l’apprenant et amener les apprenants à constater :

Les aciers, le plan, les ouvriers (Fig. A) ;

Les murs, la charpente en bois, les fenêtres, les ouvertures (Fig.B) ;

Faire conclure que les images illustrent la réalisation les travaux de ferraillage, les travaux de maçonnerie et de la
charpente.

Inviter les apprenants à différencier les travaux à exécuter poste par poste :

Travaux préparatoires :

Page 28 sur 191


- Le décapage ;

- L’implantation (les lignes directrices, des tracés, les nivellements) ;

- Les fouilles de fondation (creusement de l’emplacement de la fondation, dégagement des déblais,


nivellement et aplanissement des fonds de fouille) ;

Fondation :

- Sable ou béton de propreté ;

- Fondation en moellon ou semelle continu armé ;

- Semelle isolée en béton armé ;

- Coffrage et ferraillage des demi-colonnes ;

- Coulage des demi-colonnes ;

- Soubassement en moellons ;

- Remblayage.

Chainage inferieur :

- Coffrage du chainage inferieur ;

- Ferraillage du chainage inferieur ;

- Mise en place du ferraillage et coulage du béton ;

Elévation des murs :

- Réalisation de la Maçonnerie en briques cuites sur chainage inferieur ;

Colonne sur chainage inférieur :

- Réalisation du ferraillage et sa mise en place ;

- Coffrage sur les deux faces de la colonne ;

- Coulage du béton;

Chainage supérieur :

- Coffrage ;

- Ferraillage ;
Page 29 sur 191
- Mise en place du ferraillage et coulage du béton ;

Maçonnerie haut sur chainage supérieur :

- - Réalisation de la Maçonnerie en briques cuites sur chainage supérieur ;

Colonne haut sur chainage supérieur :

- Ferraillage et sa mise en place

- Coffrage sur les deux faces de la colonne

- Coulage du béton

Charpente – couverture :

- Réalisation de la charpente (en bois ou en métal) ;

- Mise en place de la couverture.

Evacuation :

- L’évacuation des eaux pluviales;

- L’évacuation des eaux Usées ;

- L’évacuation des eaux vannes.

Dallage – pavement :

- Sable de propreté ;

- Hérisson de moellon ;

- Béton de forme ;

- Chappe lisse

5. synthèse

Les différents travaux poste par poste sont :

Page 30 sur 191


Travaux préparatoires :

- Le décapage ;

- L’implantation (les lignes directrices, des tracés, les nivellements) ;

- Les fouilles de fondation (creusement de l’emplacement de la fondation, dégagement des déblais,


nivellement et aplanissement des fonds de fouille) ;

Fondation :

- Sable ou béton de propreté ;

- Fondation en moellon ou semelle continu armé ;

- Semelle isolée en béton armé ;

- Coffrage et ferraillage des demi-colonnes ;

- Coulage des demi-colonnes ;

- Soubassement en moellons ;

- Remblayage.

Chainage inferieur :

- Coffrage du chainage inferieur ;

- Ferraillage du chainage inferieur ;

- Mise en place du ferraillage et coulage du béton ;

Elévation des murs :

- Réalisation de la Maçonnerie en briques cuites sur chainage inferieur ;

Colonne sur chainage inférieur :

- Réalisation du ferraillage et sa mise en place ;

- Coffrage sur les deux faces de la colonne ;

- Coulage du béton;

Chainage supérieur :

- Coffrage ;

- Ferraillage ;
Page 31 sur 191
- Mise en place du ferraillage et coulage du béton ;

Maçonnerie haut sur chainage supérieur :

- - Réalisation de la Maçonnerie en briques cuites sur chainage supérieur ;

Colonne haut sur chainage supérieur :

- Ferraillage et sa mise en place

- Coffrage sur les deux faces de la colonne

- Coulage du béton

Charpente – couverture :

- Réalisation de la charpente (en bois ou en métal) ;

- Mise en place de la couverture.

Evacuation :

- L’évacuation des eaux pluviales;

- L’évacuation des eaux Usées ;

- L’évacuation des eaux vannes.

Dallage – pavement :

- Sable de propreté ;

- Hérisson de moellon ;

- Béton de forme ;

- Chappe lisse

6. Je m’entraine et je m’évalue

6.1. En restituant la leçon

Réponse :
- Sable ou béton de propreté ;

- Fondation en moellon ou semelle continu armé ;

- Semelle isolée en béton armé ;

Page 32 sur 191


- Coffrage et ferraillage des demi-colonnes ;

- Coulage des demi-colonnes ;

- Soubassement en moellons ;

- Remblayage.

6.2. En utilisant mes connaissances

Réponse:
Les travaux du poste d’évacuation :

- L’évacuation des eaux pluviales;

- L’évacuation des eaux Usées ;

- L’évacuation des eaux- vannes.

Les travaux du poste de dallage – pavement :

- Sable de propreté ;

- Hérisson de moellon ;

- Béton de forme ;

- Chappe lisse

Page 33 sur 191


Objectif 4: Etablir l’ordre Chronologique des travaux

Leçon 6 : La succession des travaux


1. Attentes:

Analyser l’exécution des travaux ;

Différencier la succession des différentes tâches

2. Contenu des apprentissages

La succession des travaux

3. Matériel didactique

Les plans, DAO.

4. Démarches méthodologiques

4.1. Mise en situation

Madame KWIZERA a un projet de construction d’un amphithéâtre. Pour exécuter ce projet, elle demande un avis
à un conducteur des travaux de lui venir en aide dans la planification des travaux.

4.1.1. Réponses attendues

La chronologie des travaux

4.1.2. Motivation des apprenants par rapport au sujet :

Attirer alors l’attention des apprenants en leur montrant les images se trouvant dans le manuel de l’apprenant.
L’enseignant annonce et note au tableau le sujet de la nouvelle leçon : La succession des travaux.

4.1.3. Matériels /documents proposés :

Le manuel de l’apprenant et le guide de l’enseignant

4.2. Mise en activité

Faire observer les images du manuel de l’apprenant et amener les apprenants à constater :

Les fondations, les colonnes, le pavement, les murs, le plancher, la couverture, la charpente, les portes, …

Faire conclure que cette image illustre les différents postes d’un bâtiment.

Inviter les apprenants l’ordre chronologique d’exécution des travaux:

La chronologie des travaux s’établit comme suit :

 Le terrassement ;

 L’implantation ;

 Le creusement des fouilles de fondation ;


Page 34 sur 191
 La mise en place du sable ou du béton propreté ;

 Le remplissage des fouilles de fondation en béton cyclopéen ;

 Le chainage inferieur (coffrage, ferraillage, coulage du béton, décoffrage) ;

 L’élévation des murs ;

 Le chainage inférieur ;

 Le chainage supérieur avec les mêmes conditions que les chainages inferieures ;

 La charpente et couverture ;

 Les travaux du second œuvre

5. synthèse

Analyse d’exécution des travaux.

Il s’agit de faire trois opérations :

- Inventorier par ordre chronologique l’exécution des travaux ;

- Etablir le mode opératoire ;

- Dresser une liste des matériaux, matériels, main d’œuvre nécessaires à l’exécution de l’ouvrage. Pour cela,
on distinguera toujours :

 les postes clés (les plus importants) qui permettent l’exécution directe des travaux. Exemple : coffrage,
ferraillage, bétonnage, maçonnerie, préfabrication, levage ;

 Les postes d’accompagnement qui sont adjoints aux premiers et qui les complètent. Exemple : les
stockages, les baraques de chantier ;

 Les postes de fonctionnement. Exemple : l’électricité, l’eau, l’éclairage qui assurent le fonctionnement
de l’ensemble du chantier.

J’énumère l’ordre chronologique d’exécution des travaux :

La chronologie des travaux s’établit comme suit :

 Le terrassement ;

 L’implantation ;

 Le creusement des fouilles de fondation ;

 La mise en place du sable ou du béton propreté ;

Page 35 sur 191


 Le remplissage des fouilles de fondation en béton cyclopéen ;

 Le chainage inferieur (coffrage, ferraillage, coulage du béton, décoffrage) ;

 L’élévation des murs ;

 Le chainage inferieur ;

 Le chainage supérieur avec les mêmes conditions que les chainages inferieures ;

 La charpente et couverture ;

 Les travaux du second œuvre

6. Je m’entraine et je m’évalue

6.1. En restituant la leçon

Réponse :
- Le coffrage ;

- Le ferraillage ;

- Le coulage du béton,

- Le décoffrage;

6.2. En utilisant mes connaissances

Réponse :

Il s’agit de faire trois opérations :

- Inventorier par ordre chronologique l’exécution des travaux ;

- Etablir le mode opératoire ;

- Dresser une liste des matériaux, matériels, main d’œuvre nécessaires à l’exécution de l’ouvrage.

Page 36 sur 191


Eléments de compétence 2 : Déterminer le délai d’exécution des travaux

Objectif 1 : Déterminer les moyens d’exécution

Leçon 7: La recherche des quantités des travaux d’avant-métré


1. Attentes:

o Définir le métré, l’avant-mettre et le devis quantitatif

o Déterminer le but du métré et de l’avant métré

o Calculer les quantités de travaux d’un ouvrage.

2. Contenu des apprentissages:

La recherche des quantités des travaux d’avant-métré

3. Matériel didactique

Les plans, DAO.

4. Démarches méthodologiques

4.1. Mise en situation

Docteur MBUNDIRA veut construire Une maison à six niveaux. Comme il n’est pas compétent dans ce domaine, il
s’adresse à un technicien conducteur des travaux en l’interrogeant sur la quantité des travaux. Comment ce
technicien procèdera- t-il ?

4.1.1. Réponses attendues.

Devis quantitatif

4.1.2. Motivation des apprenants par rapport au sujet :

Attirer alors l’attention des apprenants en leur montrant les images se trouvant dans le manuel de l’apprenant.
L’enseignant annonce et note au tableau le sujet de la nouvelle leçon : La recherche des quantités des travaux
d’avant-métré

4.1.3. Matériels /documents proposés :

Le manuel de l’apprenant et le guide de l’enseignant

4.2. Mise en activité

Faire observer les images du manuel de l’apprenant de l’activité 1. Amener les apprenants à constater :

Deux images dont l’image 1 montre un tableau illustrant le calcul du métré et l’image 2 montre le tableau illustrant
le calcul d’avant-métré.
Je conclus que ces images illustrent le métré et l’avant-métré.

Faire conclure que ces images illustrent le métré et l’avant-métré.


Page 37 sur 191
Inviter les apprenants à :

 Définir le métré, l’avant-mettre et le devis quantitatif

 Déterminer le but du métré et de l’avant métré

 Calculer les quantités de travaux d’un ouvrage

 Définition du métré et de l’avant métré


Le métré est l’opération qui consiste à mesurer les quantités des travaux réalisés ou en cours de réalisation par
l’Entrepreneur.

L’avant métré est l’opération qui consiste à calculer prévisionnellement à partir des dossiers des plans et des pièces
écrites (cahier des charges et devis descriptifs) les quantités des travaux à réaliser.

Déterminer le but du métré et de l’avant métré


Le métré a pour buts de :
- Vérifier les dimensions des travaux réalisés
- Connaitre l’avancement réel des travaux
- Assurer le suivi de l’organisation du chantier
- Vérifier les détails, les calculs de rendements et le paiement des ouvriers

 Le devis quantitatif : Les devis quantitatif donnent le détail et le résumé sur les quantités de l’ouvrage
nécessaire à l’exécution du travail projeté sans application des valeurs à ses quantités.
Les devis quantitatifs ne comportent que les descriptions des prestations vendues ainsi que les quantités à
réaliser.
Il suffit de réaliser un document résumé extrait de l’avant métré qui comprend seulement :
- Le numéro ou la numérotation repère d’article
- Le texte désignant la prestation d’entreprise
- L’unité de mesurage
- La quantité finale d’ouvrage élémentaire.

Je calcule les quantités de travaux d’un mur de clôture en briques cuites

 Calcul des quantités de travaux d’un mur de clôture en briques cuites

Soit un mur de clôture de 27,64 m de longueur comme le montre sa section ci-dessous.

Page 38 sur 191


Tableau d’avant-métré des travaux

Numéro Désignation des travaux Unités Quantités


1 Béton de propreté
Volume « V » = 1m3x 0,50x0,10x27,64=1,382m3 m3 1,382
2 Maçonnerie de moellon (fondation)
Volume = 1m3x0,50x0,75x27,64 = 10,365 m3 m3 10,365
3 Maçonnerie en brique cuite
Volume = 1m3x 0,30x3x27,64 = 24,876 m3 24,876

5. synthèse

 Définition du métré et de l’avant métré


Le métré est l’opération qui consiste à mesurer les quantités des travaux réalisés ou en cours de réalisation par
l’Entrepreneur.

L’avant métré est l’opération qui consiste à calculer prévisionnellement à partir des dossiers des plans et des pièces
écrites (cahier des charges et devis descriptifs) les quantités des travaux à réaliser.

 Déterminer le but du métré et de l’avant métré


Le métré a pour buts de :
- Vérifier les dimensions des travaux réalisés
- Connaître l’avancement réel des travaux
- Assurer le suivi de l’organisation du chantier
- Vérifier les détails, les calculs de rendements et le paiement des ouvriers

 Le devis quantitatif : Les devis quantitatif donnent le détail et le résumé sur les quantités de l’ouvrage
nécessaire à l’exécution du travail projeté sans application des valeurs à ses quantités.
Page 39 sur 191
Les devis quantitatifs ne comportent que les descriptions des prestations vendues ainsi que les quantités à
réaliser.
Il suffit de réaliser un document résumé extrait de l’avant métré qui comprend seulement :
- Le numéro ou la numérotation repère d’article
- Le texte désignant la prestation d’entreprise
- L’unité de mesurage
- La quantité finale d’ouvrage élémentaire.

Je calcule les quantités de travaux d’un mur de clôture en briques cuites

 Calcul des quantités de travaux d’un mur de clôture en briques cuites

Soit un mur de clôture de 27,64 m de longueur comme le montre sa section ci-dessous.

Tableau d’avant-métré des travaux

Numéro Désignation des travaux Unités Quantités


1 Béton de propreté
Volume « V » = 1m3x 0,50x0,10x27,64=1,382m3 m3 1,382
2 Maçonnerie de moellon (fondation)
Volume = 1m3x0,50x0,75x27,64 = 10,365 m3 m3 10,365
3 Maçonnerie en brique cuite
Volume = 1m3x 0,30x3x27,64 = 24,876 m3 24,876

Page 40 sur 191


6. Je m’entraine et je m’évalue

6.1. En restituant la leçon


Réponse :
Le métré est l’opération qui consiste à mesurer les quantités des travaux réalisés ou en cours de réalisation par
l’Entrepreneur.

6.2. En utilisant mes connaissances


Réponse :

Le métré a pour buts de :


- Vérifier les dimensions des travaux réalisés
- Connaitre l’avancement réel des travaux
- Assurer le suivi de l’organisation du chantier
- Vérifier les détails, les calculs de rendements et le paiement des ouvriers

6.3. Pour aller plus loin

Réponse

Tableau d’avant-métré des travaux

Numéro Désignation des travaux Unités Quantités


1 Construction d’un canal d’irrigation en béton armé
Volume « V » = m3 153
3 3
1m x((0,5x0,15x2x600)+(((0,4+(0,15x2))x600x0,15)) =153m

Page 41 sur 191


Leçon 8 : L’inventaire des moyens humains et matériels
1. Attente:

Inventorier la main d’œuvre et le matériel nécessaires

2. Contenu des apprentissages:

L’inventaire des moyens humains et matériels

3. Matériel didactique

Les plans, DAO.

4. Démarches méthodologiques

4.1. Mise en situation

Madame GIRAMAHORO a un projet de construction d’une villa. Pour réaliser ce projet, elle doit faire recours à un
technicien du bâtiment pour savoir les moyens à utiliser. Quel sera le travail de ce technicien ?

4.1.1. Réponses attendues

L’inventaire des moyens humains et matériels

4.1.2. Motivation des apprenants par rapport au sujet :

Attirer alors l’attention des apprenants en leur montrant les images se trouvant dans le manuel de l’apprenant.
L’enseignant annonce et note au tableau le sujet de la nouvelle leçon : L’inventaire des moyens humains et matériels

4.1.3. Matériels /documents proposés :

Le manuel de l’apprenant et le guide de l’enseignant

4.2. Mise en activité

Faire observer les images du manuel de l’apprenant et amener les apprenants à constater :

Des personnes, des sacs de ciment, des briques creuses, de brouettes, une bétonnière, un crayon, une machine
calculatrice, une échelle, des boites, des arbres, une armoire

Faire conclure que cette figure illustre la main d’œuvre et le matériel nécessaires pour l’exécution des travaux.

Inviter les apprenants à Inventorier la main d’œuvre et le matériel nécessaires :

Les ressources en main d’œuvre et matériel

Toutes ces ressources ont fait l’objet de prévisions chiffrées au moment de l’offre. L’entreprise attributaire du
marché doit en premier lieu viser l’efficacité des moyens mis à la disposition du chantier et partant espérer un
bénéfice quelconque. Ainsi, peut-on dire que la gestion du prix de revient est du ressort des cadres de l’entreprise
situés à divers échelons .Il y a :

 L’encadrement de la main d’œuvre ouvrière : chef d’équipe et chef de chantier qui fournissent
l’information ;

Page 42 sur 191


 Les techniciens de l’exploitation : conducteurs de travaux, agents des méthodes qui regroupent les
informations ;

 Les employés qui exploitent les informations : métreurs, agents d’étude des prix, Comptables;

 La direction qui aura à connaître des résultats de chantier ;

La gestion des moyens est permanente, journalière mais peut se traduire périodiquement par des rapports et
inventaires ou autres écritures autorisées.

Sur le chantier, par exemple, le pointage de la main d’œuvre, de consommations de matières d’œuvre est effectué
journalièrement par le chef de chantier, assisté parfois de collaborateurs fonctionnels qui en ont la charge.

Au siège, la tenue de la comptabilité analytique de chantier et des écritures d’exploitations des résultats s’avère
indispensable. Ces écritures, concernent principalement les postes suivants :

- La main d’œuvre ;

- Les matériaux ;

- Les frais du chantier ;

- Le matériel ;

- Les méthodes et processus d’exécution ;

- Le déroulement des travaux ;

- L’exécution des ordres donnés ;

- La sécurité du chantier.

Les ressources humaines d’une entreprise de construction sont essentiellement constituées de la main d’œuvre du
chantier. C’est pourquoi leur gestion consiste principalement à observer et relever les temps passés à l’exécution
proprement dite des différentes tâches, aux temps passés aux diverses manutentions, à la mise en place des
installations de chantier, au repliement. La connaissance des heures de main d’œuvre consommées sur le chantier
permettra d’atteindre de deux objectifs précis, à savoir :

- L’évaluation de dépenses réelles de main d’œuvre utilisées pour mener l’ouvrage à bonne fin grâce aux
calculs des salaires reçus ;

- La détermination de temps élémentaires réels d’exécution de chaque ouvrage élémentaire, grâce à la


ventilation rationnelle des temps passés.
Ainsi, il sera possible et aisé de confronter ces dépenses et temps passés respectivement avec les dépenses
prévues et avec le temps de l’étude des prix ou avec les temps alloués au chantier. Ces informations
intéressent plusieurs services à la fois: comptabilité, bureau d’étude des prix, bureau des méthodes, …. qui
en tireront les renseignements immédiats et serviront pour la préparation du futur chantier.

5. synthèse

Les ressources en main d’œuvre et matériel


Page 43 sur 191
Toutes ces ressources ont fait l’objet de prévisions chiffrées au moment de l’offre. L’entreprise attributaire du
marché doit en premier lieu viser l’efficacité des moyens mis à la disposition du chantier et partant espérer un
bénéfice quelconque. Ainsi, peut-on dire que la gestion du prix de revient est du ressort des cadres de l’entreprise
situés à divers échelons .Il y a :

 L’encadrement de la main d’œuvre ouvrière : chef d’équipe et chef de chantier qui fournissent
l’information ;

 Les techniciens de l’exploitation : conducteurs de travaux, agents des méthodes qui regroupent les
informations ;

 Les employés qui exploitent les informations : métreurs, agents d’étude des prix. Comptables, agents de
méthodes ;

 La direction qui aura à connaître des résultats de chantier ;

La gestion des moyens est permanente, journalière mais peut se traduire périodiquement par des rapports et
inventaires ou autres écritures autorisées.

Sur le chantier, par exemple, le pointage de la main d’œuvre, de consommations de matières d’œuvre est effectué
journalierement par le chef de chantier, assisté parfois de collaborateurs fonctionnels qui en ont la charge.

Au siège, la tenue de la comptabilité analytique de chantier et des écritures d’exploitations des résultats s’avère
indispensable. Ces écritures, concernent principalement les postes suivants :

- La main d’œuvre ;

- Les matériaux ;

- Les frais du chantier ;

- Le matériel ;

- Les méthodes et processus d’exécution ;

- Le déroulement des travaux ;

- L’exécution des ordres donnés ;

- La sécurité du chantier.

Les ressources humaines d’une entreprise de construction sont essentiellement constituées de la main d’œuvre du
chantier. C’est pourquoi leur gestion consiste principalement à observer et relever les temps passés à l’exécution
proprement dite des différentes tâches, aux temps passés aux diverses manutentions, à la mise en place des
installations de chantier, au repliement. La connaissance des heures de main d’œuvre consommées sur le chantier
permettra d’atteindre de deux objectifs précis, à savoir :

- L’évaluation de dépenses réelles de main d’œuvre utilisées pour mener l’ouvrage à bonne fin grâce aux
calculs des salaires reçus ;

- La détermination de temps élémentaires réels d’exécution de chaque ouvrage élémentaire, grâce à la


ventilation rationnelle des temps passés.

Page 44 sur 191


Ainsi, il sera possible et aisé de confronter ces dépenses et temps passés respectivement avec les dépenses
prévues et avec le temps de l’étude des prix ou avec les temps alloués au chantier. Ces informations
intéressent plusieurs services à la fois: comptabilité, bureau d’étude des prix, bureau des méthodes, …. qui
en tireront les renseignements immédiats et serviront pour la préparation du futur chantier.

6. Je m’entraine et je m’évalue

6.1. En restituant la leçon


Réponse : métreurs, agents d’étude des prix, Comptables;

6.2. En utilisant mes connaissances

Réponse :
- La main d’œuvre ;

- Les matériaux ;

- Les frais du chantier ;

- Le matériel ;

- Les méthodes et processus d’exécution ;

- Le déroulement des travaux ;

- L’exécution des ordres donnés ;

- La sécurité du chantier

Page 45 sur 191


Leçon 9 : calcul du rendement, du temps unitaire, du délai d’exécution et l’Effectif de la main d’œuvre.
1. Attentes:

Définir le rendement, le temps unitaire, le délai d’exécution et l’effectif de la main d’œuvre.

Déterminer le rendement, le temps unitaire, le délai d’exécution et l’effectif de la main d’œuvre.

2. Contenu des apprentissages

Calcul du rendement, du temps unitaire, du délai d’exécution, et de l’Effectif de la main d’œuvre.

3. Matériel didactique

Instruments de mesure, calculatrice

4. Démarches méthodologiques

4.1. Mise en situation

Maitre DUDU veut que son terrain soit terrassé. Pour réaliser ce projet, il doit engager les ouvriers terrassiers. Il se
demande comment procéder pour déterminer les moyens d’exécution dans un temps convenu.

4.1.1. Réponses attendues

Calcul du rendement, du temps unitaire, du délai d’exécution, et de l’Effectif de la main d’œuvre.

4.1.2. Motivation des apprenants par rapport au sujet :

Attirer alors l’attention des apprenants en leur montrant les images se trouvant dans le manuel de l’apprenant.
L’enseignant annonce et note au tableau le sujet de la nouvelle leçon : Calcul du rendement, du temps unitaire, du
délai d’exécution, et de l’Effectif de la main d’œuvre.

4.1.3. Matériels /documents proposés :

Le manuel de l’apprenant et le guide de l’enseignant

4.2. Mise en activité

Faire observer les images du manuel de l’apprenant de l’activité 1. Amener les apprenants à constater deux
personnes, un niveau à lunette, un terrain et un chantier (fig A) ; un mur en briques cuites, une truelle, une
personne et un mortier ciment (figB).

Faire conclure que ces figures illustrent des techniciens topographes qui sont entrain de faire les levés
topographiques ; d’un maçon qui est en train de construire un mur.

Faire définir le rendement horaire, le temps unitaire, le délai d’exécution et l’effectif de la main d’œuvre :

Page 46 sur 191


Définition du rendement

Le rendement d’un ouvrier (ou d’une équipe) exprime la quantité de travail qu’il (qu’elle) peut réaliser pendant une
unité de temps (heure, journée….) (exprimé en ml/h, m2/h, m3/h)

Exemple : Une équipe de cinq ouvriers (terrassiers) a exécuté 3m3 de déblais dans une journée de 8heures.
Quel est le rendement horaire d’un ouvrier ?

Solution : La consommation totale d’heures pour un seul ouvrier pour exécuter 3m3 : 5ouvrierx8h/ouvrier=40h

Le rendement horaire d’un ouvrier=3m3/40h=0.075m3/h

Définition du Temps unitaire

C’est le nombre d’heures de travail nécessaires pour exécuter une unité d’ouvrage

(Exprimé en h/ml, h/m2, h/m3)

Le T.U permet:
 le calcul du temps de main d’œuvre pour chaque nature d'ouvrage
 le calcul du temps d'exécution pour une équipe donnée
Exemple: T.U pour réaliser 1 m3 de béton radier : 0.90 h/m3

Exemple : Un ouvrier utilise 40heures pour exécuter 3m3 de déblais.


Déterminer le temps unitaire de cet ouvrier.

Solution :

3m3 de déblais ont nécessité 40heures de travail pour un seul ouvrier.


Un m3 de déblai a nécessité : 40h/3m3=13.4h/m3

Définition du Crédit d’heure

Page 47 sur 191


Le crédit global d’heures (ou budget d’heures) est le total des temps unitaires (T.U) par les quantités suivant les
différentes phases

C.H =T.U *Q

Définition du délai d’exécution

C’est le rapport du crédit d’heures sur le produit de l’effectif et des heures journalières de travail

Définition de l’effectif

C’est le rapport du crédit d’heures sur le produit du nombre de jours (délai) et des heures journalières de travail

5. synthèse

Définition du rendement

Le rendement d’un ouvrier (ou d’une équipe) exprime la quantité de travail qu’il (qu’elle) peut réaliser pendant une
Unité de temps (heure, journée….) (exprimé en ml/h, m2/h, m3/h)

Exemple : Une équipe de cinq ouvriers (terrassiers) a exécuté 3m3 de déblais dans une journée de 8heures.
Quel est le rendement horaire d’un ouvrier ?

Solution : La consommation totale d’heures pour un seul ouvrier pour exécuter 3m3 : 5ouvrierx8h/ouvrier=40h

Page 48 sur 191


Le rendement horaire d’un ouvrier=3m3/40h=0.075m3/h

Définition du Temps unitaire

C’est le nombre d’heures de travail nécessaires pour exécuter une unité d’ouvrage

(Exprimé en h/ml, h/m2, h/m3)

Le T.U permet:
 le calcul du temps de main d’œuvre pour chaque nature d'ouvrage
 le calcul du temps d'exécution pour une équipe donnée
Exemple: T.U pour réaliser 1 m3 de béton radier : 0.90 h/m3

Exemple : Un ouvrier utilise 40heures pour exécuter 3m3 de déblais.


Déterminer le temps unitaire de cet ouvrier.

Solution :

3m3 de déblais ont nécessité 40heures de travail pour un seul ouvrier.


Un m3 de déblai a nécessité : 40h/3m3=13.4h/m3

Définition du Crédit d’heure

Le crédit global d’heures (ou budget d’heures) est le total des temps unitaires (T.U) par les quantités suivant les
différentes phases

C.H =T.U *Q

Définition du délai d’exécution

C’est le rapport du crédit d’heures sur le produit de l’effectif et des heures journalières de travail

Page 49 sur 191


Définition de l’effectif

C’est le rapport du crédit d’heures sur le produit du nombre de jours (délai) et des heures journalières de travail

6. Je m’entraine et je m’évalue

6.1. En restituant la leçon


Réponse :
Le rendement journalier d’un ouvrier (ou d’une équipe) est la quantité de travail qu’il (qu’elle) peut réaliser en une
journée.

6.2. En utilisant mes connaissances


a)Données
Le délai d’exécution= ?
Q=100m3
Eff=10 ouvriers
T.U=13.4h/m3/ouvrier
Temps de travail de l’ouvrier=8h/jour

Solution
CH= T.U XQ=13.4/m3x 100m3=1340h

Délai=1340H/10 ouvriers 8h/j/ouvrier=16.75jours=17jrs

Page 50 sur 191


b) Données Inconnue
Effectif= ?
Q=100m3
Délai=12jrs
T.U=13.4h/m3/ouvrier
Temps de travail de l’ouvrier=8h/jour

Solution

CH= T.U XQ=13.4/m3x 100m3=1340h

Effectif =1340h/12jrs 8h/j/ouvrier=14 ouvriers

6.3 .Pour aller plus loin

Solution : La consommation totale d’heures pour l’équipe de 5 ouvriers pour exécuter 3m3 est de 8heures

Rendement de l’équipe de 5 ouvriers= 1ouvrierx 3m3 / 8heures=0,375m3/h

Page 51 sur 191


Eléments de compétence 3 : Etablir le planning d’exécution des travaux

Objectif 1 : Distinguer les types de planning

Leçon 10. Le calcul des délais d’exécution poste par poste


1. Attente:

Calculer le délai d’exécution de chaque poste d’un ouvrage

Contenu des apprentissages :

Le calcul des délais d’exécution poste par poste

3. Matériel didactique

Calculatrice,

4. Démarches méthodologiques

4.1. Mise en situation

Monseigneur Yoram Ouriel désire construire un nouveau couvent des religieux .Il se confie à un expert en bâtiment
pour connaitre le temps maximal d’exécution de travaux .D’après vous, quelle sera la tâche de cet expert ?

4.1.1. Réponses attendues

Le calcul des délais d’exécution poste par poste

4.1.2. Motivation des apprenants par rapport au sujet :

Attirer alors l’attention des apprenants en leur montrant les images se trouvant dans le manuel de l’apprenant.
L’enseignant annonce et note au tableau le sujet de la nouvelle leçon: Le calcul des délais d’exécution poste par
poste

4.1.3. Matériels /documents proposés :

Le manuel de l’apprenant et le guide de l’enseignant

4.2. Mise en activité

Faire observer les images du manuel de l’apprenant et amener les apprenants à constater :

Un tableau contenant des lignes et des colonnes, des écritures, des différentes couleurs, une légende, ….

Faire conclure que cette image illustre un délai d’exécution poste par poste.

Inviter les apprenants à Calculer le délai d’exécution de chaque poste d’un ouvrage.

Calcul du délai d’exécution des différents postes

Soit un extrait du devis quantitatif, des temps d’exécution moyen et des délais d’exécution suivants :

Page 52 sur 191


No Désignation des travaux Unite Quantité T.E.M Effectifs
I Travaux préparatoires
I1 Décapage m3 30,952 2,5 4
3
I2 Fouille m 108,832 3,5 10
II Fondation
II.1 Sable de propreté m3 7,08 2 4
3
II.2 Fondation en moellons m 19,1 20 4
3
II.3 semelle isolée en Beton arme m 4,5 20 4
II.4 Coffrage des poteaux 7,2 3,5 2
II.5 Demi - colonnes m3 0,36 20 3
II.6 Soubassement m3 9,4 3,5 3
3
II.7 Remblayage m 68,393 2,5 4
III Elevation des murs
III.1 Coffrage du chainage inférieur m2 17,76 2,5 3
3
III.2 Chainage inferieur m 1,792 16 4
3
III.3 Maconnerie en briques cuites m 34,084 9 6
2
III.4 Coffrage du chainage supérieur m 29,28 3,5 7
3
III.5 Chainage supérieur m 1,92 18 5
IV Poteaux
IV.1 Coffrage du poteau m2 33,84 3,5 4
3
IV.2 Poteau en beton armé m 1,404 20 4
V Dallage(Pavement)
V.1 Sable de propreté m3 3,01 2 2
3
V.2 Hérisson de moellon m 12,04 2 2
3
V.3 Béton de forme m 9,03 10 4
3
V.5 Chappe lisse m 1,204 4 2

Calcul du délai d’exécution nécessaire pour chaque activité de l’extrait mentionné ci-haut poste par poste.

I. Travaux Préparatoires

I.1.Decapage : = 3jours

Page 53 sur 191


I.2.Fouille de fondation : = 5jours

II. Fondation

II.1. Sable de propreté : = 1jour

II.2. fondation en moellon : = 23jours

II.3. Semelle isolée en béton armé: = 3jours

II.4. Coffrage des poteaux : = 2jours

II.5. Demi- colonnes : = 1jour

II.6. Soubassement : = 2jours

II.7. Remblayage : = 6jours

III. Elévation des murs

III.1. Coffrage des chainages inferieurs : = 6jours

III.2.Chainages inferieurs : = 1jour

III.3. Elévation des murs = = 7jours

III.4. Coffrage chainages supérieurs : = 2jours

III.5. Chainages supérieurs : = 3jours

IV. Poteaux

IV.1.Coffrage du poteau : = 4jours

IV.2. Poteau en béton armé : = 1jour

V. Dallage (Pavement)

V.1. sable de propreté : = 1jour

V.2.Herisson de moellon : = 2jours

V.3. Béton de forme : = 3jours

Page 54 sur 191


V.4. Chappe lisse : = 1jour

5. synthèse

Calcul du délai d’exécution des différents postes

Soit un extrait du devis quantitatif, des temps d’exécution moyen et des délais d’exécution suivants :

No Désignation des travaux Unite Quantité T.E.M Effectifs


I Travaux préparatoires
I1 Décapage m3 30,952 2,5 4
3
I2 Fouille m 108,832 3,5 10
II Fondation
II.1 Sable de propreté m3 7,08 2 4
3
II.2 Fondation en moellons m 19,1 20 4
3
II.3 semelle isolée en Beton arme m 4,5 20 4
II.4 Coffrage des poteaux 7,2 3,5 2
II.5 Demi - colonnes m3 0,36 20 3
3
II.6 Soubassement m 9,4 3,5 3
3
II.7 Remblayage m 68,393 2,5 4
III Elevation des murs
III.1 Coffrage du chainage inférieur m2 17,76 2,5 3
3
III.2 Chainage inferieur m 1,792 16 4
3
III.3 Maconnerie en briques cuites m 34,084 9 6
III.4 Coffrage du chainage supérieur m2 29,28 3,5 7
3
III.5 Chainage supérieur m 1,92 18 5
IV Poteaux
IV.1 Coffrage du poteau m2 33,84 3,5 4
3
IV.2 Poteau en beton armé m 1,404 20 4
V Dallage(Pavement)
V.1 Sable de propreté m3 3,01 2 2
3
V.2 Hérisson de moellon m 12,04 2 2
3
V.3 Béton de forme m 9,03 10 4
3
V.5 Chappe lisse m 1,204 4 2

Calcul du délai d’exécution nécessaire pour chaque activité de l’extrait mentionné ci-haut poste par poste.

Page 55 sur 191


I. Travaux Préparatoires

I.1.Decapage : = 3jours

I.2.Fouille de fondation : = 5jours

II. Fondation

II.1. Sable de propreté : = 1jour

II.2. fondation en moellon : = 23jours

II.3. Semelle isolée en béton armé: = 3jours

II.4. Coffrage des poteaux : = 2jours

II.5. Demi- colonnes : = 1jour

II.6. Soubassement : = 2jours

II.7. Remblayage : = 6jours

III. Elévation des murs

III.1. Coffrage des chainages inferieurs : = 6jours

III.2.Chainages inferieurs : = 1jour

III.3. Elévation des murs = = 7jours

III.4. Coffrage chainages supérieurs : = 2jours

III.5. Chainages supérieurs : = 3jours

IV. Poteaux

Page 56 sur 191


IV.1.Coffrage du poteau : = 4jours

IV.2. Poteau en béton armé : = 1jour

V. Dallage (Pavement)

V.1. sable de propreté : = 1jour

V.2.Herisson de moellon : = 2jours

V.3. Béton de forme : = 3jours

V.4. Chappe lisse : = 1jour

6. Je m’entraine et je m’évalue

6.1. En restituant la leçon


Réponse :

6.2. En utilisant mes connaissances


Réponse : = 17jours

Page 57 sur 191


Leçon 11 : Les différents types de planning
1. Attentes:

Définir le planning à barre et le planning P.E.R.T

Décrire le planning à barre (graphique de Gantt) et planning P.E.R.T

Identifier les buts du planning à barre (graphique de Gantt) et du planning P.E.R.T

2. Contenu des apprentissages :

Les différents types de planning

3. Matériel didactique

DAO, instruments de mesure, calculatrice

4. Démarches méthodologiques

4.1. Mise en situation

Monsieur GASABANYA veut construire une maison à quatre niveaux sise dans le quartier CARAMA.Il confie ce travail
a un technicien conducteur des travaux pour lui établir le délai d’exécution et la succession des différents travaux

4.1.1. Réponses attendues

Le planning d’exécution

4.1.2. Motivation des apprenants par rapport au sujet :

Attirer alors l’attention des apprenants en leur montrant les images se trouvant dans le manuel de l’apprenant.
L’enseignant annonce et note au tableau le sujet de la nouvelle leçon : Les différents types de planning

4.1.3. Matériels /documents proposés :

Le manuel de l’apprenant et le guide de l’enseignant

4.2. Mise en activité

Faire observer les images du manuel de l’apprenant et amener les apprenants à constater :

Un tableau de colonnes et lignes comportant de numéro, désignation des travaux, les temps (jour, semaines, mois et
années) ainsi que les barres horizontales (Figure A) ;

Des cercles numérotés avec des chiffres à l’intérieur du cercle, un ensemble des lignes terminées par des flèches, des
lettres et chiffres situés au-dessus des lignes fléchées (figure B) ;

Faire conclure que ces figures illustrent respectivement le planning à barre (fig. A) et le planning P.E.R.T(Fig.B)

Page 58 sur 191


Inviter les apprenants à :

Définir le planning à barre et le planning P.E.R.T

Décrire le planning à barre (graphique de Gantt) et planning P.E.R.T

Identifier les buts du planning à barre (graphique de Gantt) et du planning P.E.R.T

Définition de planning de GANNT

Le planning de GANTT est la technique de représentation graphique permettant de renseigner et situer dans le
temps les phases, activités, tâches et ressources du projet.

Je décris le planning à barre (graphique de Gantt) et le planning P.E.R.T

Description du planning à barre (graphique de Gantt)

Le graphique de GANTT porte le nom du créateur GANTT qui l’avait mis au point pour planifier et contrôler la
production du matériel destiné à la première guerre mondiale.

Le graphique de GANTT présente deux entrées comportant ;

 en ordonnées : la désignation des phases des travaux dans l’ordre technique ;

 en abscisse : les époques (délais) prévues pour l’exécution de ces travaux.

Les traits et les barres horizontaux de longueur proportionnelle aux durées de chaque tache sont places en face de
celles-ci aux époques prévues pour leur utilisation.

L’échelle de temps (heures, jours, semaines, mois, années) est choisie en fonction du degré de finesse souhaitée du
planning

J’identifie les avantages et les inconvénients du planning à barre (graphique de GANTT).

Les avantages du planning à barre (graphique de GANTT sont :

 facile au niveau de son établissement ;

 facile au niveau de son interprétation (sa lecture) ;

En conséquence cette méthode est la plus utilisée et aimée par tous les intervenants dans un projet de
construction surtout pour les exécutants sur le chantier

Les inconvénients du planning à barre (graphique de GANTT) sont :

 Elle ne fait pas ressortir les interdépendances, les contraintes et les enchaînements des opérations

 Elle ne permet pas de faire apparaitre les marges des opérations et donc de l’influence d’un retard éventuel
d’une tache sur les autres ou sur le délai total du projet (date au plus tard – date au plus tôt)

Page 59 sur 191


 Ne met jamais en évidence le chemin critique, les points critiques dudit déroulement des travaux

J’identifie les buts du planning de GANNT

Ce diagramme a pour but de visualiser d'un seul coup d'œil:

 Les différentes tâches à envisager ;


 La date de début et la date de fin de chaque tâche ;
 La durée escomptée de chaque tâche ;
 Le chevauchement éventuel des tâches, et la durée de ce chevauchement ;
 La date de début et la date de fin du projet dans son ensemble ;

En résumé, un diagramme de Gantt répertorie toutes les tâches à accomplir pour mener le projet à bien, et indique
la date à laquelle ces tâches doivent être effectuées (le planning)

Je définis technique P.E.R.T

Définition

La technique PERT (Program of Evaluation and Review Technique ou technique d'élaboration et de mise à jour de
programme) est une méthode consistant à mettre en ordre sous forme de réseau plusieurs taches, qui, grâce à leur
dépendance et à leur chronologie, concourent toutes à l’obtention d’un produit fini.

Description du planning P.E.R.T

Le principe général de représentation est que l’ensemble du déroulement et de l’enchaînement des opérations est
visualisée par un réseau plus ou moins complexes de flèches d’où le nom de planning fléché.

J’identifie les buts de la méthode PERT

But de la méthode PERT

 Définir le délai total d’accomplissement de l’œuvre et éventuellement proposer des moyens pour le réduire

 Connaitre les conséquences du changement de la durée d'une tâche partielle ;


 Evaluer les moyens à mettre en œuvre ;
 Etablir une relation entre les délais et les coûts ;

5. Synthèse

Définition de planning de GANNT

Le planning de GANTT est la technique de représentation graphique permettant de renseigner et situer dans le
temps les phases, activités, tâches et ressources du projet.

Je décris le planning à barre (graphique de Gantt) et le planning P.E.R.T

Description du planning à barre (graphique de Gantt)

Page 60 sur 191


Le graphique de GANTT porte le nom du créateur GANTT qui l’avait mis au point pour planifier et contrôler la
production du matériel destiné à la première guerre mondiale.

Le graphique de GANTT présente deux entrées comportant ;

 en ordonnées : la désignation des phases des travaux dans l’ordre technique ;

 en abscisse : les époques (délais) prévues pour l’exécution de ces travaux.

Les traits et les barres horizontaux de longueur proportionnelle aux durées de chaque tache sont places en face de
celles-ci aux époques prévues pour leur utilisation.

L’échelle de temps (heures, jours, semaines, mois, années) est choisie en fonction du degré de finesse souhaitée du
planning

J’identifie les avantages et les inconvénients du planning à barre (graphique de GANTT).

Les avantages du planning à barre (graphique de GANTT sont :

 facile au niveau de son établissement ;

 facile au niveau de son interprétation (sa lecture) ;

En conséquence cette méthode est la plus utilisée et aimée par tous les intervenants dans un projet de
construction surtout pour les exécutants sur le chantier

Les inconvénients du planning à barre (graphique de GANTT) sont :

 Elle ne fait pas ressortir les interdépendances, les contraintes et les enchaînements des opérations

 Elle ne permet pas de faire apparaitre les marges des opérations et donc de l’influence d’un retard éventuel
d’une tache sur les autres ou sur le délai total du projet (date au plus tard – date au plus tôt)

 Ne met jamais en évidence le chemin critique, les points critiques dudit déroulement des travaux

J’identifie les buts du planning de GANNT

Ce diagramme a pour but de visualiser d'un seul coup d'œil:

 Les différentes tâches à envisager ;


 La date de début et la date de fin de chaque tâche ;
 La durée escomptée de chaque tâche ;
 Le chevauchement éventuel des tâches, et la durée de ce chevauchement ;
 La date de début et la date de fin du projet dans son ensemble ;

En résumé, un diagramme de Gantt répertorie toutes les tâches à accomplir pour mener le projet à bien, et indique
la date à laquelle ces tâches doivent être effectuées (le planning)

Je définis technique P.E.R.T

Définition

Page 61 sur 191


La technique PERT (Program of Evaluation and Review Technique ou technique d'élaboration et de mise à jour de
programme) est une méthode consistant à mettre en ordre sous forme de réseau plusieurs taches, qui, grâce à leur
dépendance et à leur chronologie, concourent toutes à l’obtention d’un produit fini.

Description du planning P.E.R.T

Le principe général de représentation est que l’ensemble du déroulement et de l’enchaînement des opérations est
visualisée par un réseau plus ou moins complexes de flèches d’où le nom de planning fléché.

J’identifie les buts de la méthode PERT

But de la méthode PERT :

 Définir le délai total d’accomplissement de l’œuvre et éventuellement proposer des moyens pour le réduire

 Connaitre les conséquences du changement de la durée d'une tâche partielle ;


 Evaluer les moyens à mettre en œuvre ;
 Etablir une relation entre les délais et les coûts ;

6. Je m’entraine et je m’évalue

6.1. En restituant la leçon

Réponse :

Le planning de GANTT est la technique de représentation graphique permettant de renseigner et situer dans le
temps les phases, activités, tâches et ressources du projet.

La technique PERT (Program of Evaluation and Review Technique ou technique d'élaboration et de mise à jour de
programme) est une méthode consistant à mettre en ordre sous forme de réseau plusieurs taches, qui, grâce à leur
dépendance et à leur chronologie, concourent toutes à l’obtention d’un produit fini.

6.2. En utilisant mes connaissances


Réponse :

Le planning de GANTT a pour but de visualiser d'un seul coup d'œil:

 Les différentes tâches à envisager ;


 La date de début et la date de fin de chaque tâche ;
 La durée escomptée de chaque tâche ;
 Le chevauchement éventuel des tâches, et la durée de ce chevauchement ;
 La date de début et la date de fin du projet dans son ensemble ;

But de la méthode PERT :


Page 62 sur 191
 Définir le délai total d’accomplissement de l’œuvre et éventuellement proposer des moyens pour le réduire

 Connaitre les conséquences du changement de la durée d'une tâche partielle ;


 Evaluer les moyens à mettre en œuvre ;
 Etablir une relation entre les délais et les coûts ;

Page 63 sur 191


Leçon 12 : L’établissement du planning des travaux
1. Attentes:

Définir la terminologie P.E.R.T

Elaborer le réseau PERT

Déterminer les niveaux de différentes tâches

Calculer des dates au plus tôt et au plus tard

Calculer les différentes marges

2. Contenu des apprentissages :

L’établissement du planning des travaux

3. Matériel didactique

Instruments de mesure, calculatrice, DAO.

4. Démarches méthodologiques

4.1. Mise en situation

Monsieur NKURU veut construire une maison à dix niveaux sise dans le quartier Shatanya. Il confie ce travail à un
technicien conducteur des travaux pour lui établir les niveaux d’exécution et les dates de début et de fin de
différentes tâches. Il se demande la question de savoir comment procéder pour montrer l’enchainement des taches
du projet.

4.1.1. Réponses attendues

L’établissement du planning des travaux

4.1.2. Motivation des apprenants par rapport au sujet :

Attirer alors l’attention des apprenants en leur montrant les images se trouvant dans le manuel de l’apprenant.
L’enseignant annonce et note au tableau le sujet de la nouvelle leçon : L’établissement du planning des travaux

4.1.3. Matériels /documents proposés :

Le manuel de l’apprenant et le guide de l’enseignant

4.2. Mise en activité

Faire observer les images du manuel de l’apprenant et amener les apprenants à constater des cercles contenant
des nombres, reliés par des flèches orientées ; dès les lettres au-dessus et des chiffres en dessous de la flèche
orientée.

Faire conclure que l’ensemble de tous ces éléments constituent un réseau P.E.R.T

Faire définir la terminologie PERT


Page 64 sur 191
P.E.R.T (Program of Evaluation and Review Technique) : Technique d'élaboration et de mise à jour de programme ;

Graphe ; ce terme sert à designer tout schéma décomposable en un ensemble de points appelés sommets, et un
ensemble de lignes orientées ou non qui relient entre eux tous les points ou une partie seulement.

Réseau : C'est l'ensemble des tâches et des étapes qui représente l’œuvre.
Le réseau met en évidence les relations entre les tâches et les étapes

Etape : C’est un des différents sommets d’un graphe .on appelle étape le début ou la fin d’une tâche. Une étape
n’est atteinte que lorsque toutes les tâches qui y aboutissent sont accomplies ; une étape n’a pas de durée (ne
consomme ni temps, ni moyens).

Battement d’étape : on appelle battement d’étape, la différence de temps entre les dattes d’arrivée au plus tard et
au plus tôt à l’étape considérée.

Nœud ou carrefour : C’est une étape ou aboutissent (étapes convergentes), ou bien d’où partent plusieurs flèches
(Tout carrefour est important puisqu’il conclut ou déclenche plusieurs opérations.

Aucune intervention ne peut être déclenchée avant que son étape origine ne soit atteinte par toutes les taches qui y
aboutissent (tâches antécédentes).

Opération ou tâche : On l’indique par un trait droit ou courbe, ou brisé, terminé par une flèche précisant l’ordre de
succession des tâches : ce trait a une longueur quelconque indépendante de la durée de l’intervention. Toute
opération est comprise entre deux étapes : l’étape origine qui l’enclenche et l’étape aboutissement qui la conclut.

On peut designer l’opération soit par une lettre majuscule, soit par les numéros des étapes d’extrémités, numéros
qui ne sont pas toujours des nombres consécutifs.

La durée de la tache peut s’inscrire au-dessus de la flèche, et l’effectif alloue au-dessous du vecteur.

Une tâche fictive : Elle est symbolisée par un trait discontinu orienté, utilisé pour visualiser une contrainte
d’enchainement, de continuité liant deux étapes situées sur des chemins différents ou des graphes particuliers
regroupés. C’est une liaison logique d’ordonnancement : le sens de la flèche précise que telle tâche ne peut
commencer avant telle autre.

Attention : une tache fictive pourtant de durée de nulle peut modifier le battement d’étape

On symbolise l’étape au moyen d’une figure géométrique (cercle, carré, rectangle, ovale, etc.) qui peut être
numérotée.

Séquence logique ou Chemin : elle est constituée par une suite d’opérations dont l’ordre d’exécution ne peut être
modifié que pour des raisons techniques.

Chemin Critique : C'est le chemin formé par les étapes de marge nulle.
Pour un même projet, il peut y avoir plusieurs chemins critiques.
Le chemin critique devra être tracé de l'étape 0 à l'étape finale du projet, en reliant toutes les étapes critiques.

Par convention on le représente par une flèche orientée rouge barrée de 2 traits.

Mode d’élaboration du diagramme de GANTT :

L’échelle des temps est portée sur l’axe horizontal ;

Page 65 sur 191


La liste des taches figure sur l’axe vertical ;

Les taches sont représentées par des barres dont la longueur est proportionnelle au temps de réalisation ;

Les liaisons entre les taches peuvent être représentées par les flèches ;

Les taches d’un projet sont représentées chronologiquement dans le réseau du projet, ce qui signifie que certaines
sont préalables à d’autres;

Nous pouvons distinguer différents types de relations entre les tâches :

Liaison Fin – Début : Le démarrage de l’activité successeur dépend de l’achèvement de l’activité antécédente

Mode d’élaboration du diagramme de PERT :

Etape 1 : Faire le listing détaillé de toutes les activités nécessaires à l’exécution correcte des travaux.

Etape 2 : Déterminer la durée d’exécution de chaque activité à partir des ressources à son exécution (main d’œuvre).

Etape 3 : Déterminer la séquence logique des activités et leur réseau à partir de l’analyse des antériorités (si
nécessaire prendre l’avis d’un spécialiste).

Etape 4 : Déterminer d’exécution des différentes activités (voir élaboration du planning des opérations).

Etape 5 : Construire le réseau P.E.R.T à partir du niveau d’exécution des taches(ne pas oublier d’ajouter les taches
dites fictives de début et fin dont les durées sont égales à zéro).

Etape 6 : Déterminer les dates de début et fin au plus tôt de chaque activité en partant du début de chaque projet
vers la fin du projet.

Etape 7 : Déterminer les dates de début et fin au plus tard en partant de la fin du projet et en remontant au début du
projet.

Etape 8 : Calculer les marges de chaque activité pour déterminer les activités critiques et non critiques.

Etape 9 : Tracer le chemin critique à partir de l’activité critique.

N.B : Normalement il ne peut y avoir qu’un seul chemin critique.

Page 66 sur 191


Date au plus tôt d’une étape = date au plus tôt de l’étape précédente + Durée de la tache comprise entre les deux
étapes.

Exemple de calcul :

Le calcul part de l’origine, étape 0, au temps 0.


L'étape 1, n'est reliée à l'origine que par la tâche A, qui dure 8 jours.
L'étape 1 est donc atteinte au plus tôt à : 0 + 8 = 8 jours.
L'étape 2 est atteinte au plus tôt à : 0 + 11 = 11 jours.
L'étape 4 est atteinte par 2 " chemins " : A + D et B + E soit : 8 + 12 = 20 jours et 11 + 7 = 18 jours.
Pour que l'étape 4 soit atteinte, il faut que D et E soient achevées ; on prend donc 20 jours.
Le calcul se poursuit en utilisant cette même méthode.

Date au plus tard d’une étape = Date au plus tard de l’étape suivante - Durée de la tache comprise entre les deux
étapes.

Exemple de calcul :

Page 67 sur 191


Le calcul part de l'étape finale et remonte vers le début du projet.
Pour l'étape 3 on a : 29 - 4 = 25 jours.
Pour l'étape 4 on a : 29 - 9 = 20 jours.
Pour l'étape 2 on a : 20 - 7 = 13 jours.
Pour l'étape 1 on a : 20 - 12 = 8 jours.
25 - 2 = 23 jours. ; On retient donc 8 jours.
Pour l'étape 0 on a : 8 -8 = 0 jours.
13 - 11 = 2 jours. ; On retient donc 0 jours.

Rang ou Niveau :

Sont de RANG 1 : Les tâches qui n'ont pas de tâches antérieures.

Sont de RANG 2 : Les tâches qui ont pour antécédentes les tâches de rang 1.
Sont de RANG 3 : Les tâches qui ont pour antécédentes les tâches de rang 2.

 La même logique est à appliquer jusqu'aux dernières tâches.

CAS PARTICULIER : Lorsqu'une tâche a plusieurs antécédentes, on prend la tâche de rang le plus élevé.

Exemple : Classer les taches dans leurs différents rangs

Page 68 sur 191


Solution :

La marge totale : C’est le retard maximum que peut prendre une tâche sans porter atteinte au plus tard de la tâche
suivante (donc sans retarder la fin des travaux).

C'est la différence entre la date au plus tard et la date au plus tôt.


MT (t) = Dd+td (t) - Dd+tt (t) = Df+td (t) - Df+tt (t)

La marge libre : C’est le retard maximum que peut prendre une tâche sans porter atteinte au plus tôt de la tâche
suivante.
ML (t) = Dd+tt (t+1) - Dd+tt (t) - D (t)

Exemple de calcul de la marge totale et libre :

Page 69 sur 191


Le calcul de la marge totale de la tâche A sera : 8 - 8 = 0 - 0 soit 0
Le calcul de la marge totale de la tâche B sera : 13 - 11 soit 2
Le calcul de la marge totale de la tâche C sera : 25 - 10 soit 15
Le calcul de la marge totale de la tâche D sera : 20 - 20 = 8 - 8 soit 0
Le calcul de la marge totale de la tâche E sera : 13 - 11 soit 2
Le calcul de la marge totale de la tâche F sera : 25 - 10 soit 15
Le calcul de la marge totale de la tâche G sera : 29 - 29 = 20 - 20 soit 0

Le calcul de la marge libre de la tâche A sera : (8 - 0) - 8 = soit 0


Le calcul de la marge libre de la tâche B sera : (11 - 0) - 11 = soit 0
Le calcul de la marge libre de la tâche C sera : (10 - 8) - 2 = soit 0
Le calcul de la marge libre de la tâche D sera : (20 - 8) - 12 = soit 0
Le calcul de la marge libre de la tâche E sera : (20 - 11) - 7 = soit 2
Le calcul de la marge libre de la tâche F sera : (29 - 10) - 4 = soit 15
Le calcul de la marge libre de la tâche G sera : (29 - 20) - 9 = soit 0

5. synthèse

Terminologie PERT

P.E.R.T (Program of Evaluation and Review Technique) : Technique d'élaboration et de mise à jour de programme ;

Graphe ; ce terme sert à designer tout schéma décomposable en un ensemble de points appelés sommets, et un
ensemble de lignes orientées ou non qui relient entre eux tous les points ou une partie seulement.

Réseau : C'est l'ensemble des tâches et des étapes qui représente l’œuvre.
Le réseau met en évidence les relations entre les tâches et les étapes

Etape : C’est un des différents sommets d’un graphe .on appelle étape le début ou la fin d’une tâche. Une étape
n’est atteinte que lorsque toutes les tâches qui y aboutissent sont accomplies ; une étape n’a pas de durée (ne
consomme ni temps, ni moyens).

Battement d’étape : on appelle battement d’étape, la différence de temps entre les dattes d’arrivée au plus tard et
au plus tôt à l’étape considérée.

Page 70 sur 191


Nœud ou carrefour : C’est une étape ou aboutissent (étapes convergentes), ou bien d’où partent plusieurs flèches
(Tout carrefour est important puisqu’il conclut ou déclenche plusieurs opérations.

Aucune intervention ne peut être déclenchée avant que son étape origine ne soit atteinte par toutes les taches qui y
aboutissent (tâches antécédentes).

Opération ou tâche : On l’indique par un trait droit ou courbe, ou brisé, terminé par une flèche précisant l’ordre de
succession des tâches : ce trait a une longueur quelconque indépendante de la durée de l’intervention. Toute
opération est comprise entre deux étapes : l’étape origine qui l’enclenche et l’étape aboutissement qui la conclut.

On peut designer l’opération soit par une lettre majuscule, soit par les numéros des étapes d’extrémités, numéros
qui ne sont pas toujours des nombres consécutifs.

La durée de la tache peut s’inscrire au-dessus de la flèche, et l’effectif alloue au-dessous du vecteur.

Une tâche fictive : Elle est symbolisée par un trait discontinu orienté, utilisé pour visualiser une contrainte
d’enchainement, de continuité liant deux étapes situées sur des chemins différents ou des graphes particuliers
regroupés. C’est une liaison logique d’ordonnancement : le sens de la flèche précise que telle tâche ne peut
commencer avant telle autre.

Attention : une tache fictive pourtant de durée de nulle peut modifier le battement d’étape

On symbolise l’étape au moyen d’une figure géométrique (cercle, carré, rectangle, ovale, etc.) qui peut être
numérotée.

Séquence logique ou Chemin : elle est constituée par une suite d’opérations dont l’ordre d’exécution ne peut être
modifié que pour des raisons techniques.

Chemin Critique : C'est le chemin formé par les étapes de marge nulle.
Pour un même projet, il peut y avoir plusieurs chemins critiques.
Le chemin critique devra être tracé de l'étape 0 à l'étape finale du projet, en reliant toutes les étapes critiques.

Mode d’élaboration du diagramme de GANTT :

L’échelle des temps est portée sur l’axe horizontal ;

La liste des taches figure sur l’axe vertical ;

Les taches sont représentées par des barres dont la longueur est proportionnelle au temps de réalisation ;

Les liaisons entre les taches peuvent être représentées par les flèches ;

Les taches d’un projet sont représentées chronologiquement dans le réseau du projet, ce qui signifie que certaines
sont préalables à d’autres;

Nous pouvons distinguer différents types de relations entre les tâches :

Liaison Fin – Début : Le démarrage de l’activité successeur dépend de l’achèvement de l’activité antécédente

Page 71 sur 191


Mode d’élaboration du diagramme de PERT :

Etape 1 : Faire le listing détaillé de toutes les activités nécessaires à l’exécution correcte des travaux.

Etape 2 : Déterminer la durée d’exécution de chaque activité à partir des ressources à son exécution (main d’œuvre).

Etape 3 : Déterminer la séquence logique des activités et leur réseau à partir de l’analyse des antériorités (si
nécessaire prendre l’avis d’un spécialiste).

Etape 4 : Déterminer d’exécution des différentes activités (voir élaboration du planning des opérations).

Etape 5 : Construire le réseau P.E.R.T à partir du niveau d’exécution des taches(ne pas oublier d’ajouter les taches
dites fictives de début et fin dont les durées sont égales à zéro).

Etape 6 : Déterminer les dates de début et fin au plus tôt de chaque activité en partant du début de chaque projet
vers la fin du projet.

Etape 7 : Déterminer les dates de début et fin au plus tard en partant de la fin du projet et en remontant au début du
projet.

Etape 8 : Calculer les marges de chaque activité pour déterminer les activités critiques et non critiques.

Etape 9 : Tracer le chemin critique à partir de l’activité critique.

N.B : Normalement il ne peut y avoir qu’un seul chemin critique.

Date au plus tôt d’une étape = date au plus tôt de l’étape précédente + Durée de la tache comprise entre les deux
étapes.

Exemple de calcul :

Le calcul part de l’origine, étape 0, au temps 0.


Page 72 sur 191
L'étape 1, n'est reliée à l'origine que par la tâche A, qui dure 8 jours.
L'étape 1 est donc atteinte au plus tôt à : 0 + 8 = 8 jours.
L'étape 2 est atteinte au plus tôt à : 0 + 11 = 11 jours.
L'étape 4 est atteinte par 2 " chemins " : A + D et B + E soit : 8 + 12 = 20 jours et 11 + 7 = 18 jours.
Pour que l'étape 4 soit atteinte, il faut que D et E soient achevées ; on prend donc 20 jours.
Le calcul se poursuit en utilisant cette même méthode.

Date au plus tard d’une étape = Date au plus tard de l’étape suivante - Durée de la tache comprise entre les deux
étapes.

Exemple de calcul :

Le calcul part de l'étape finale et remonte vers le début du projet.


Pour l'étape 3 on a : 29 - 4 = 25 jours.
Pour l'étape 4 on a : 29 - 9 = 20 jours.
Pour l'étape 2 on a : 20 - 7 = 13 jours.
Pour l'étape 1 on a : 20 - 12 = 8 jours.
25 - 2 = 23 jours. ; On retient donc 8 jours.
Pour l'étape 0 on a : 8 -8 = 0 jours.
13 - 11 = 2 jours. ; On retient donc 0 jours.

Rang ou Niveau :

Sont de RANG 1 : Les tâches qui n'ont pas de tâches antérieures.

Sont de RANG 2 : Les tâches qui ont pour antécédentes les tâches de rang 1.
Sont de RANG 3 : Les tâches qui ont pour antécédentes les tâches de rang 2.

 La même logique est à appliquer jusqu'aux dernières tâches.

CAS PARTICULIER : Lorsqu'une tâche a plusieurs antécédentes, on prend la tâche de rang le plus élevé.

Exemple : Classer les taches dans leurs différents rangs

Page 73 sur 191


Solution :

Page 74 sur 191


La marge totale : C’est le retard maximum que peut prendre une tâche sans porter atteinte au plus tard de la tâche
suivante (donc sans retarder la fin des travaux).

C'est la différence entre la date au plus tard et la date au plus tôt.


MT (t) = Dd+td (t) - Dd+tt (t) = Df+td (t) - Df+tt (t)

La marge libre : C’est le retard maximum que peut prendre une tâche sans porter atteinte au plus tôt de la tâche
suivante.
ML (t) = Dd+tt (t+1) - Dd+tt (t) - D (t)

Exemple de calcul de la marge totale et libre :

Page 75 sur 191


Le calcul de la marge totale de la tâche A sera : 8 - 8 = 0 - 0 soit 0
Le calcul de la marge totale de la tâche B sera : 13 - 11 soit 2
Le calcul de la marge totale de la tâche C sera : 25 - 10 soit 15
Le calcul de la marge totale de la tâche D sera : 20 - 20 = 8 - 8 soit 0
Le calcul de la marge totale de la tâche E sera : 13 - 11 soit 2
Le calcul de la marge totale de la tâche F sera : 25 - 10 soit 15
Le calcul de la marge totale de la tâche G sera : 29 - 29 = 20 - 20 soit 0

Le calcul de la marge libre de la tâche A sera : (8 - 0) - 8 = soit 0


Le calcul de la marge libre de la tâche B sera : (11 - 0) - 11 = soit 0
Le calcul de la marge libre de la tâche C sera : (10 - 8) - 2 = soit 0
Le calcul de la marge libre de la tâche D sera : (20 - 8) - 12 = soit 0
Le calcul de la marge libre de la tâche E sera : (20 - 11) - 7 = soit 2
Le calcul de la marge libre de la tâche F sera : (29 - 10) - 4 = soit 15
Le calcul de la marge libre de la tâche G sera : (29 - 20) - 9 = soit 0

6. Je m’entraine et je m’évalue

6.1. En restituant la leçon

Réponse :

Etape : C’est un des différents sommets d’un graphe .on appelle étape le début ou la fin d’une tâche. Une étape
n’est atteinte que lorsque toutes les tâches qui y aboutissent sont accomplies ; une étape n’a pas de durée (ne
consomme ni temps, ni moyens).

Opération ou tâche : On l’indique par un trait droit ou courbe, ou brisé, terminé par une flèche précisant l’ordre de
succession des tâches : ce trait a une longueur quelconque indépendante de la durée de l’intervention. Toute
opération est comprise entre deux étapes : l’étape origine qui l’enclenche et l’étape aboutissement qui la conclut.

6.2. En utilisant mes connaissances

Réponse :

Page 76 sur 191


6.3. Pour aller plus loin

Réponse :

Page 77 sur 191


Page 78 sur 191
Compétence 2 : Installer le chantier

Eléments de compétence 1 : Aménager les aires de travail

Objectifs 1 : Subdiviser le terrain en zones de travail

Leçon 13: Les différents postes de travail

1. Attentes:

Subdiviser adéquatement le terrain en zones de travail

Implanter correctement les différents postes de travail

2. Contenu des apprentissages:

Les différents postes de travail

3. Matériel didactique

Les plans disponibles, les instruments de mesure.

4. Démarches méthodologiques

4.1. Mise en situation

Lors de l’installation du chantier Monsieur NDUHIYE a besoin de mettre en place différentes installations du
chantier.il se heurte à un problème de savoir où faut-il placer ces installations convenablement.il doit faire recours à
un technicien conducteur des travaux qui peux l’aider en lui montrant comment procéder pour leur mise en place.

4.1.1. Réponses attendues.

Subdivision du terrain en zone de travail pour différentes postes de travail

4.1.2. Motivation des apprenants par rapport au sujet :

Attirer alors l’attention des apprenants en leur montrant les images se trouvant dans le manuel de l’apprenant.
L’enseignant annonce et note au tableau le sujet de la nouvelle leçon : Les différents postes de travail

4.1.3. Matériels /documents proposés :

Le manuel de l’apprenant et le guide de l’enseignant

4.2. Mise en activité

Faire observer les images du manuel de l’apprenant et amener les apprenants à constater :

La vue de dessus d’une grue, des lignes circulaires, les voies de circulation, les entrées et sortie, une bétonnière, une
clôture

Faire conclure que c’est un plan d’installation du chantier


Page 79 sur 191
Inviter les apprenants à :

Subdiviser adéquatement le terrain en zones de travail

Implanter correctement les différents postes de travail

On subdivise convenablement le terrain en zones de travail

Pour subdiviser convenablement le terrain en zones de travail, on doit tenir compte :

 Des limites du terrain avec l’encombrement (mesure des ouvrages à construire) ;

 De l’emplacement du poste de fabrication du béton (bétonnière, parc à granulats avec surface occupée) ;

 De l’emplacement de l’engin de levage (grue avec indication de l’emprise cotée et le tracé de l’aire de
balayage de la flèche de chaque grue) ;

 Du tracé des voies d’accès et chemins de circulation à l’intérieur ;

 De l’emplacement des locaux du personnel avec indication de surface (cantine, vestiaires, sanitaires) ;

 D’un bureau de chef de chantier ;

 De l’emplacement des aires de stockage ;

 De l’emplacement des aires de stationnement des engins et véhicules ;

 De l’emplacement des postes de ferraillage, de préparation des coffrages, de fabrication, d’entretien du


matériel et d’outillage ;

 Du tracé des circuits d’alimentation (d’évacuation en eau, eaux vannes, eaux pluviales, électricités,…..)

 De la zone de passage des eaux souterraines ;

 Des arbres à sauvegarder pendant le défrichement

 De la clôture du chantier et panneaux de signalisation

J’énumère les différents postes de travail d’installation du chantier :

 Baraque du chantier ;

 Clôture et signalisation ;

 Poste de levage ;

 Poste de bétonnage ;

 Poste de ferraillage ;

 Poste de coffrage ;

Page 80 sur 191


 Poste de préfabrication ;

 Poste de stockage ;

 Voies de circulation ;

 Branchement ;

 Etc.

Je donne l’ordre chronologique de l’installation progressive du chantier :

 Mise en état du terrain (nettoyage, drainage, décapage et mise en réserve de la terre végétale)

 L’établissement des voies de circulation, éventuellement la réalisation d’une première tranche des V.R.D (
Voirie et réseau divers) ;

 Le montage des baraquements (locaux sociaux et de service)

 La réalisation d’une clôture et la mise en place des panneaux de signalisation

 Le piquetage ou l’implantation du bâtiment à construire

 Le piquetage ou le repérage des emplacements des différents postes de travail ;

 La préparation des zones correspondantes (nouveaux terrassements, apport de hérissons,….)

 La préparation des zones de stockage ;

 La mise en place des matériels et engins de chaque poste de travail (bétonnière, grue, scies circulaires ;

 Le raccordement électrique et en eau ;

N.B : L’équipement des postes de travail se déroule en général en même temps que les terrassements,
pleine masse.

5. synthèse

Pour subdiviser convenablement le terrain en zones de travail, on doit tenir compte :

 Des limites du terrain avec l’encombrement (mesure des ouvrages à construire) ;

 De l’emplacement du poste de fabrication du béton (bétonnière, parc à granulats avec surface occupée) ;

 De l’emplacement de l’engin de levage (grue avec indication de l’emprise cotée et le tracé de l’aire de
balayage de la flèche de chaque grue) ;

 Du tracé des voies d’accès et chemins de circulation à l’intérieur ;

 De l’emplacement des locaux du personnel avec indication de surface (cantine, vestiaires, sanitaires) ;

 D’un bureau de chef de chantier ;

 De l’emplacement des aires de stockage ;

Page 81 sur 191


 De l’emplacement des aires de stationnement des engins et véhicules ;

 De l’emplacement des postes de ferraillage, de préparation des coffrages, de fabrication, d’entretien du


matériel et d’outillage ;

 Du tracé des circuits d’alimentation (d’évacuation en eau, eaux vannes, eaux pluviales, électricités,…..)

 De la zone de passage des eaux souterraines ;

 Des arbres à sauvegarder pendant le défrichement

 De la clôture du chantier et panneaux de signalisation

J’énumère les différents postes de travail d’installation du chantier :

 Baraque du chantier ;

 Clôture et signalisation ;

 Poste de levage ;

 Poste de bétonnage ;

 Poste de ferraillage ;

 Poste de coffrage ;

 Poste de préfabrication ;

 Poste de stockage ;

 Voies de circulation ;

 Branchement ;

 Etc.

Je donne l’ordre chronologique de l’installation progressive du chantier :

 Mise en état du terrain (nettoyage, drainage, décapage et mise en réserve de la terre végétale)

 L’établissement des voies de circulation, éventuellement la réalisation d’une première tranche des V.R.D (
Voirie et réseau divers) ;

 Le montage des baraquements (locaux sociaux et de service)

 La réalisation d’une clôture et la mise en place des panneaux de signalisation

 Le piquetage ou l’implantation du bâtiment à construire

 Le piquetage ou le repérage des emplacements des différents postes de travail ;

 La préparation des zones correspondantes (nouveaux terrassements, apport de hérissons,….)

 La préparation des zones de stockage ;

Page 82 sur 191


 La mise en place des matériels et engins de chaque poste de travail (bétonnière, grue, scies circulaires ;

 Le raccordement électrique et en eau ;

N.B : L’équipement des postes de travail se déroule en général en même temps que les terrassements,
pleine masse.

6. Je m’entraine et je m’évalue

6.1. En restituant la leçon

Réponse : les différents postes de travail d’installation du chantier sont :

 Baraque du chantier ;

 Clôture et signalisation ;

 Poste de levage ;

 Poste de bétonnage.

6.2. En utilisant mes connaissances

Réponse :
 Mise en état du terrain (nettoyage, drainage, décapage et mise en réserve de la terre végétale)

 L’établissement des voies de circulation, éventuellement la réalisation d’une première tranche des V.R.D (
Voirie et réseau divers) ;

 Le montage des baraquements (locaux sociaux et de service)

 La réalisation d’une clôture et la mise en place des panneaux de signalisation

 Le piquetage ou l’implantation du bâtiment à construire

 Le piquetage ou le repérage des emplacements des différents postes de travail ;

 La préparation des zones correspondantes (nouveaux terrassements, apport de hérissons,….)

 La préparation des zones de stockage ;

 La mise en place des matériels et engins de chaque poste de travail (bétonnière, grue, scies circulaires ;

 Le raccordement électrique et en eau ;

Page 83 sur 191


Leçon 14: Les mesures de sécurité et d’hygiène
1. Attente:

Définir l’hygiène et la sécurité

Déterminer les conditions de prévention des risques professionnels

2. Contenu des apprentissages :

Les mesures de sécurité et d’hygiène

3. Matériel didactique

Les plans disponibles, les instruments de mesure

4. Démarches méthodologiques

4.1. Mise en situation

Madame KANYANGE a un projet de construire une maison en étage. Le chantier se trouve près de la voie publique,
elle demande son tâcheron de lui proposer les voies de solution pour éviter les accidents sur le chantier.

4.1.1. Réponses attendues

Prise de mesure de sécurité

4.1.2. Motivation des apprenants par rapport au sujet :

Attirer alors l’attention des apprenants en leur montrant les images se trouvant dans le manuel de l’apprenant.
L’enseignant annonce et note au tableau le sujet de la nouvelle leçon : Les mesures de sécurité et d’hygiène

4.1.3. Matériels /documents proposés :

Le manuel de l’apprenant et le guide de l’enseignant

4.2. Mise en activité

Faire observer les images du manuel de l’apprenant et Amener les apprenants à constater :

Une pancarte sur laquelle est inscrite «Attention circulation des chariots élévateurs» et un symbole d’un chariot
(Fig. A).

Une croix rouge et l’affichage « Premiers soins » (Fig. B.)

Les briques, les planches, le mortier de ciment, une truelle une personne portant les bottines, le casque, une
salopette, les gants (Fig. C)

Les échafaudages métalliques, deux personnes portant des bottines, des ceintures et des casques (fig. D)

Faire conclure que :

La figure A illustre une signalisation de sécurité sur chantier ;

Page 84 sur 191


La fig.B est un local du chantier destiné premiers soins des ouvriers en cas d’accident ;

La fig.C et la Fig.D illustrent des tenues de sécurité des ouvriers sur le chantier ;

Inviter les apprenants à :

Définir l’hygiène et la sécurité

Déterminer les conditions de prévention des risques professionnels

Définition

Par hygiène et sécurité sur chantier, il faut entendre la santé et la sécurité d’un travailleur se trouvant sur le
chantier.

Sur un chantier, l’hygiène est très exigée, car il permet au travailleur d’être à l’aise au moment où il exerce ses
fonctions. Pour ce, on doit faire des aménagements sur un chantier de manière à garder la propreté et l’hygiène afin
d’éviter les maladies éventuelles.

Si on essaie de lutter contre les maladies éventuelles, il n’y aura pas d’absences des ouvriers sur un chantier et le
travail avance normalement.

Mais pour la santé, il ne faut pas entendre seulement l’absence de maladies ou le handicap ; c’est un état de bien-
être physique, mental et social, optimal, résultant d’une part d’un milieu de travail sûr dans lequel les travailleurs
peuvent exercer une influence sur leur propre travail et accomplir des tâches professionnelles motivantes ; et
d’autre part des relations de travail équitables et non violentes.

Quant à la sécurité au chantier, c’est l’ensemble des mesures de prévention des accidents. Donc, il s’avère
nécessaire de prévenir contre les risques, les accidents et les maladies professionnelles.

J’identifie les risques professionnels et leurs incidences :

 Les risques mécaniques : blessures aux mains et aux bras par l’outil en rotation, lésions aux mains, aux
yeux,………

 Les risques électriques : brûlures causées par les courants électriques

 Les risques de chute de hauteur : blessures graves, voire mortelles

 Les risques de levage et manutention : écrasement, amputation, blessure due à la chute des charges, fatigue
physique, …

 Les risques chimiques : effets des produits toxiques, caustiques

 Les risques liés aux bruits et vibrations :

 pour les bruits : fatigue auditive, pollution sonore, perte de l’acuité auditive ;

 Pour les vibrations : Dilatation des veines du rectum pouvant entrainer les hémorroïdes

 Les risques d’incendie : brûlures graves ou mortelles

Page 85 sur 191


J’indique les principes de prévention des risques professionnels :

 Protection intégrée

Choisir les engins et des machines dont leur fabrication a tenu compte des aspects de prévention des risques
professionnel.

 Protection collective ou ajoutée

A défaut d’une protection intégrée, il faudrait essayer de mettre en place des mesures visant la protection de
l’ensemble ou à un groupe de travailleurs plus ou moins directement exposés à un risque. Exemples :

 éviter l’encombrement des postes de travail en dégageant les abords des machines, d’établit et les
accès.

 Eviter le danger de piqure de pointe en nettoyant et en déclouant les bois si tôt décoffrés.

 Mettre en place la signalisation des dangers au moyen des panneaux d’affiches.

Il faut éliminer les risques c’est-à-dire supprimer les produits et les procédés de travail dangereux par exemple : les
produits chimiques, explosifs.

 Protection individuelle

Cette protection complète la protection collective. Elle consiste à donner à un travailleur l’équipement approprie qui
le soustrait du contact avec l’agent causal. Exemple : masque, gants, lunettes, ceintures, chaussures de sécurité,
casque, revêtements imperméables, les bottes, gilets à bandes fluorescentes.

Cette pratique n’est efficace que si l’individu y participe. Il est bon de l’éduquer, de lui inculquer des règles
d’hygiènes, de l’informer sur les risques éventuels lies à sa profession.

5.Synthèse

Définition

Par hygiène et sécurité sur chantier, il faut entendre la santé et la sécurité d’un travailleur se trouvant sur le
chantier.

Sur un chantier, l’hygiène est très exigée, car il permet au travailleur d’être à l’aise au moment où il exerce ses
fonctions. Pour ce, on doit faire des aménagements sur un chantier de manière à garder la propreté et l’hygiène afin
d’éviter les maladies éventuelles.

Si on essaie de lutter contre les maladies éventuelles, il n’y aura pas d’absences des ouvriers sur un chantier et le
travail avance normalement.

Mais pour la santé, il ne faut pas entendre seulement l’absence de maladies ou l’handicap ; c’est un état de bien-être
physique, mental et social, optimal, résultant d’une part d’un milieu de travail sûr dans lequel les travailleurs
peuvent exercer une influence sur leur propre travail et accomplir des tâches professionnelles motivantes ; et
d’autre part des relations de travail équitables et non violentes.
Page 86 sur 191
Quant à la sécurité au chantier, c’est l’ensemble des mesures de prévention des accidents. Donc, il s’avère
nécessaire de prévenir contre les risques, les accidents et les maladies professionnelles.

J’identifie les risques professionnels et leurs incidences :

 Les risques mécaniques : blessures aux mains et aux bras par l’outil en rotation, lésions aux mains, aux
yeux,………

 Les risques électriques : brûlures causées par les courants électriques

 Les risques de chute de hauteur : blessures graves, voire mortelles

 Les risques de levage et manutention : écrasement, amputation, blessure due à la chute des charges, fatigue
physique, …

 Les risques chimiques : effets des produits toxiques, caustiques

 Les risques liés aux bruits et vibrations :

 pour les bruits : fatigue auditive, pollution sonore, perte de l’acuité auditive ;

 Pour les vibrations : Dilatation des veines du rectum pouvant entrainer les hémorroïdes

 Les risques d’incendie : brûlures graves ou mortelles

J’indique les principes de prévention des risques professionnels :

 Protection intégrée

Choisir les engins et des machines dont leur fabrication a tenu compte des aspects de prévention des risques
professionnel.

 Protection collective ou ajoutée

A défaut d’une protection intégrée, il faudrait essayer de mettre en place des mesures visant la protection de
l’ensemble ou à un groupe de travailleurs plus ou moins directement exposés à un risque. Exemples :

 éviter l’encombrement des postes de travail en dégageant les abords des machines, d’établit et les
accès.

 Eviter le danger de piqure de pointe en nettoyant et en déclouant les bois si tôt décoffrés.

 Mettre en place la signalisation des dangers au moyen des panneaux d’affiches.

Il faut éliminer les risques c’est-à-dire supprimer les produits et les procédés de travail dangereux par exemple : les
produits chimiques, explosifs.

 Protection individuelle
Page 87 sur 191
Cette protection complète la protection collective. Elle consiste à donner à un travailleur l’équipement approprie qui
le soustrait du contact avec l’agent causal. Exemple : masque, gants, lunettes, ceintures, chaussures de sécurité,
casque, revêtements imperméables, les bottes, gilets à bandes fluorescentes.

Cette pratique n’est efficace que si l’individu y participe. Il est bon de l’éduquer, de lui inculquer des règles
d’hygiènes, de l’informer sur les risques éventuels lies à sa profession.

6. Je m’entraine et je m’évalue

6.1. En restituant la leçon


Réponse :

Par hygiène et sécurité sur chantier, il faut entendre la santé et la sécurité d’un travailleur se trouvant sur le
chantier.

6.2. En utilisant mes connaissances

Réponse :

 Les risques mécaniques : blessures aux mains et aux bras par l’outil en rotation, lésions aux mains, aux
yeux,………

 Les risques électriques : brûlures causées par les courants électriques

Page 88 sur 191


Objectifs 2 : Implanter les différents postes de travail

Leçon 15 : La construction d’une baraque de chantier


1. Attentes:

Définir une baraque de chantier

Distinguer et localiser les types de baraque de chantier

2. Contenu des apprentissages :

La construction d’une baraque de chantier

3. Matériel didactique

Les plans, instruments de mesure

4. Démarches méthodologiques

4.1. Mise en situation

Monsieur CISHAHAYO veut construire une maison dans le quartier NYABUGETE. Il a disponibilisé des matériels et
matériaux très coûteux sur chantier. Il demande son technicien conducteur des travaux les mesures à prendre pour
éviter les cas de vols.

4.1.1. Réponses attendues

Construction d’une baraque de chantier.

4.1.2. Motivation des apprenants par rapport au sujet :

Attirer alors l’attention des apprenants en leur montrant les images se trouvant dans le manuel de l’apprenant.
L’enseignant annonce et note au tableau le sujet de la nouvelle leçon : La construction d’une baraque de chantier

4.1.3. Matériels /documents proposés :

Le manuel de l’apprenant et le guide de l’enseignant

4.2. Mise en activité

Faire observer les images du manuel de l’apprenant de l’activité 1. Amener les apprenants à constater :

Une voiture, des arbres, un escalier, des fenêtres, une maison à deux niveaux de petite hauteur,….

Faire conclure que c’est une baraque de chantier (bureau de chantier)

Inviter les apprenants à Définir une baraque de chantier et distinguer et localiser les types de baraque de chantier :

Définition

Une baraque est une construction légère et provisoire réalisée en panneau démontable, bois ou métal.

Page 89 sur 191


J’identifie les différents types de baraques de chantier et leur localisation

1. les bureaux

Pour les chantiers importants, on doit installer sur chantier :

 bureau du chef de chantier et conducteur de chantier : généralement 4mx2.5m.

On adopte généralement :

- table de travail inclinée pour étaler les plans ;

- panneau d’affichage (liste du personnel et leurs numéros de téléphones) ;

- casier de classement des plans et documents ;

- tables, chaises et lavabo

 Bureau du maitre d’œuvre.

On adopte généralement :

- Même équipement que celui du chef de chantier ;

- Salle de réunion de coordinations : grande table, chaises, panneaux d’affichage

N.B : les locaux administratifs doivent se placer si possible près de l’entrée principale et avec une bonne visibilité de
l’ensemble du chantier pour contrôler les approvisionnements à l’entrée et à la sortie des ouvriers mais orientés de
telle façon que les installations clés soit également visible ainsi que l’ensemble de la main d’œuvre ouvrière au
travail par le chef de chantier ou conducteur des travaux.

2. Les locaux des ouvriers

- Un vestiaire (S≥ 1.85m2/ouvrier) avec bancs, portes, vêtements ;

- Un réfectoire (S≥ 1.50m2/ouvrier) équipé en table avec revêtement lavable (espace minimum/ouvrier :
65cm) ; évier d’eau et poubelle.

- Un local sanitaire couvert avec lavabos collectifs

- Un local sanitaire W.C (S≤2m2 pour 25 ouvriers)

- Eventuellement pour certains chantiers des dortoirs (S≥ 10m2/3ouvrier) avec douches et salles de repos (cas
des chantiers isolés).

- Locaux pour les premiers soins (salles de repos, infirmerie)

N.B : Ces locaux destinés pour les ouvriers sont placés le plus loin possible du lieu de travail, de préférence près
d’une voie d’accès extérieur si possible.

3. les locaux de rangement (baraque d’exploitation)

Pour les matériaux fragiles ou précieux (ciment, appareillage électrique, appareillage sanitaire, tôles. tubes etc.
Page 90 sur 191
Exemple : Magasin pour ciment S=6m2

Cette baraque à ciment doit être bien fermée et comporte un plancher surélevé du sol, une ventilation
rationnelle et deux portes si possibles.la hauteur du stock ne dépassera pas 1.50m (afin que le dernier rang soit
accessible à bras d’homme).

N.B : les baraques d’exploitation doivent être installées à n’importe quel endroit mais visible par le gardien du
chantier de son abri.

5. synthèse

Définition

Une baraque est une construction légère et provisoire réalisée en panneau démontable, bois ou métal.

Les différents types de baraques de chantier et leur localisation sont :

2. les bureaux

Pour les chantiers importants, on doit installer sur chantier :

 bureau du chef de chantier et conducteur de chantier : généralement 4mx2.5m.

On adopte généralement :

- table de travail inclinée pour étaler les plans ;

- panneau d’affichage (liste du personnel et leurs numéros de téléphones) ;

- casier de classement des plans et documents ;

- tables, chaises et lavabo

 Bureau du maitre d’œuvre.

On adopte généralement :

- Même équipement que celui du chef de chantier ;

- Salle de réunion de coordinations : grande table, chaises, panneaux d’affichage

N.B : les locaux administratifs doivent se placer si possible près de l’entrée principale et avec une bonne visibilité de
l’ensemble du chantier pour contrôler les approvisionnements à l’entrée et à la sortie des ouvriers mais orientés de
telle façon que les installations clés soit également visible ainsi que l’ensemble de la main d’œuvre ouvrière au
travail par le chef de chantier ou conducteur des travaux.

2. Les locaux des ouvriers

- Un vestiaire (S≥ 1.85m2/ouvrier) avec bancs, portes, vêtements ;

- Un réfectoire (S≥ 1.50m2/ouvrier) équipé en table avec revêtement lavable (espace minimum/ouvrier :
65cm) ; évier d’eau et poubelle.

Page 91 sur 191


- Un local sanitaire couvert avec lavabos collectifs

- Un local sanitaire W.C (S≤2m2 pour 25 ouvriers)

- Eventuellement pour certains chantiers des dortoirs (S≥ 10m2/3ouvrier) avec douches et salles de repos (cas
des chantiers isolés).

- Locaux pour les premiers soins (salles de repos, infirmerie)

N.B : Ces locaux destinés pour les ouvriers sont placés le plus loin possible du lieu de travail, de préférence près
d’une voie d’accès extérieur si possible.

3. les locaux de rangement (baraque d’exploitation)

Pour les matériaux fragiles ou précieux (ciment, appareillage électrique, appareillage sanitaire, tôles. tubes etc.

Exemple : Magasin pour ciment S=6m2

Cette baraque à ciment doit être bien fermée et comporte un plancher surélevé du sol, une ventilation
rationnelle et deux portes si possibles.la hauteur du stock ne dépassera pas 1.50m (afin que le dernier rang soit
accessible à bras d’homme).

N.B : les baraques d’exploitation doivent être installées à n’importe quel endroit mais visible par le gardien du
chantier de son abri.

6. Je m’entraine et je m’évalue

6.1. En restituant la leçon


Réponse : Une baraque est une construction légère et provisoire réalisée en panneau démontable, bois ou métal.

6.2. En utilisant mes connaissances


Réponse :

Les locaux administratifs doivent se placer si possible près de l’entrée principale et avec une bonne visibilité de
l’ensemble du chantier pour contrôler les approvisionnements à l’entrée et à la sortie des ouvriers mais orientés de
telle façon que les installations clés soit également visible ainsi que l’ensemble de la main d’œuvre ouvrière au
travail par le chef de chantier ou conducteur des travaux.

Page 92 sur 191


Leçon 16 : Le traçage des voies d’accès et la protection du chantier
1. Attente:

Aménager les voies d’accès

Protéger le chantier

2. Contenu des apprentissages :

Le traçage des voies d’accès et la protection du chantier

3. Matériel didactique

Les plans disponibles, instruments de mesure

4. Démarches méthodologiques

4.1. Mise en situation

Le conducteur des travaux veut commencer l’installation du chantier. Des véhicules d’approvisionnement des
matériaux sont prévus sur chantier. Le terrain n’est pas praticable et est sans clôture; Il se demande ce qu’il faut
faire pour rendre accessible le chantier

4.1.1. Réponses attendues

Le traçage des voies d’accès et la protection du chantier

4.1.2. Motivation des apprenants par rapport au sujet :

Attirer alors l’attention des apprenants en leur montrant les images se trouvant dans le manuel de l’apprenant.
L’enseignant annonce et note au tableau le sujet de la nouvelle leçon Le traçage des voies d’accès et la protection du
chantier

4.1.3. Matériels /documents proposés :

Le manuel de l’apprenant et le guide de l’enseignant

4.2. Mise en activité

Faire observer les images du manuel de l’apprenant et amener les apprenants à constater :

Les grillages, les fils barbelés, un chantier, les tubes métalliques, les engins de construction et les matériaux de
construction (fig. A) ;

Les pistes, les engins, l’emprise des bâtiments (Fig.B) ;

Faire conclure que la Fig. A illustre une clôture d’un chantier en cours de construction et la Fig.B illustre un plan
d’installation du chantier.

Page 93 sur 191


Inviter les apprenants à aménager les voies d’accès et Protéger le chantier

La mise en condition du terrain :

La mise en condition du terrain consiste à atteindre les objectifs suivants :

- Le dégagement de tout ce qui entrave la mise en place des installations ;

- La réalisation des voies de circulation intérieure pour véhicules et piétons ;

- L’assainissement du terrain par drainage ;

- La protection des arbres et autres installations publiques ;

Les avantages de la mise en condition des lieux :

 Amélioration des déplacements des véhicules et piétons à l’intérieur du chantier avec une sécurité
accrue et un meilleur rendement car il sera aise de désencombrer les pistes bien établies ;

 Les véhicules accèdent sans difficultés aux aires de stockage et aux postes de travail d’où moins de
temps morts ;

 Une meilleure tenue de terres limitant les fouilles (moins d’eau et de boues en fond de fouilles) et de
celle bordant les pistes aménagées ;

 Moins de pertes de matériaux entreposes ;

Je protège le chantier :

Protection du chantier :

Pendant l'exécution de ses travaux, l'Entreprise doit :


−D'une part, prendre toutes les précautions nécessaires pour ne pas causer de dégradations aux matériaux ou
ouvrages des autres entreprises. Elle reste responsable des conséquences résultantes aux infractions à ces
obligations ;
− D'autre part, prendre toutes les protections nécessaires vis-à-vis des ouvrages existants et autres tels que mobilier,
équipement …
Elle assumera les frais de remise en état pour toute dégradation éventuelle. En aucun cas, ces frais ne pourront être
supportés par le Maître d'Ouvrage.

L'Entreprise doit mettre en œuvre tous les moyens nécessaires pour la protection de ses matériaux et de ses
ouvrages, contre le risque de vol, détournement, et dégradations de toute origine (vandalisme, climat …) et ce
jusqu'à la réception des travaux.

5. Synthèse

La mise en condition du terrain consiste à atteindre les objectifs suivants :

- Le dégagement de tout ce qui entrave la mise en place des installations ;

Page 94 sur 191


- La réalisation des voies de circulation intérieure pour véhicules et piétons ;

- L’assainissement du terrain par drainage ;

- La protection des arbres et autres installations publiques ;

Les avantages de la mise en condition des lieux :

 Amélioration des déplacements des véhicules et piétons à l’intérieur du chantier avec une sécurité
accrue et un meilleur rendement car il sera aise de désencombrer les pistes bien établies ;

 Les véhicules accèdent sans difficultés aux aires de stockage et aux postes de travail d’où moins de
temps morts ;

 Une meilleure tenue de terres limitant les fouilles (moins d’eau et de boues en fond de fouilles) et de
celle bordant les pistes aménagées ;

 Moins de pertes de matériaux entreposes ;

Protection du chantier :

Pendant l'exécution de ses travaux, l'Entreprise doit :


−D'une part, prendre toutes les précautions nécessaires pour ne pas causer de dégradations aux matériaux ou
ouvrages des autres entreprises. Elle reste responsable des conséquences résultantes aux infractions à ces
obligations ;
− D'autre part, prendre toutes les protections nécessaires vis-à-vis des ouvrages existants et autres tels que mobilier,
équipement …
Elle assumera les frais de remise en état pour toute dégradation éventuelle. En aucun cas, ces frais ne pourront être
supportés par le Maître d'Ouvrage.

L'Entreprise doit mettre en œuvre tous les moyens nécessaires pour la protection de ses matériaux et de ses
ouvrages, contre le risque de vol, détournement, et dégradations de toute origine (vandalisme, climat …) et ce
jusqu'à la réception des travaux.

6. Je m’entraine et je m’évalue

6.1. En restituant la leçon

Réponse :
La mise en condition du terrain consiste à atteindre les objectifs suivants :

- Le dégagement de tout ce qui entrave la mise en place des installations ;

- La réalisation des voies de circulation intérieure pour véhicules et piétons ;

Page 95 sur 191


- L’assainissement du terrain par drainage ;

- La protection des arbres et autres installations publiques ;

6.2. En utilisant mes connaissances

Réponse :

- Amélioration des déplacements des véhicules et piétons à l’intérieur du chantier avec une sécurité accrue et
un meilleur rendement car il sera aise de désencombrer les pistes bien établies ;

- Les véhicules accèdent sans difficultés aux aires de stockage et aux postes de travail d’où moins de temps
morts ;

- Une meilleure tenue de terres limitant les fouilles (moins d’eau et de boues en fond de fouilles) et de celle
bordant les pistes aménagées ;

- Moins de pertes de matériaux entreposes ;

Page 96 sur 191


Eléments de compétence 2 : Installer les équipements

Objectifs 1 : Affecter le matériel et l’équipement aux différents postes de travail

Leçon 17: Identification et fonctionnement des différents matériels et équipements


1. Attentes:

Identifier les différents matériels et équipements,

Donner le rôle de chaque matériel et équipement,

Expliquer le fonctionnement de chaque équipement

2. Contenu des apprentissages :

Identification et fonctionnement des différents matériels et équipements

3. Matériel didactique

Les instruments de mesure, calculatrice, DAO

4. Démarches méthodologiques

4.1. Mise en situation

L’entreprise SOGEA a gagné un marché de construire une école fondamentale. Avant le démarrage du chantier, elle
invite ses Ingénieurs de faire une vérification des matériels et équipements installés sur chantier. Comment vont-ils
procéder ?

4.1.1. Réponses attendues

Identification et fonctionnement des différents matériels et équipements

4.1.2. Motivation des apprenants par rapport au sujet :

Attirer alors l’attention des apprenants en leur montrant les images se trouvant dans le manuel de l’apprenant.
L’enseignant annonce et note au tableau le sujet de la nouvelle leçon : Identification et fonctionnement des
différents matériels et équipements

4.1.3. Matériels /documents proposés :

Le manuel de l’apprenant et le guide de l’enseignant

4.2. Mise en activité

Faire observer les images du manuel de l’apprenant et amener les apprenants à constater :

Des pylônes autoportant, des poteaux, des étais métalliques, des coffrages, un chantier9 Fig. A) ;

Deux personnes, un sable, un bidon, une pelle, des arbres, une cuve cylindrique (Fig. B) ;

Page 97 sur 191


Faire conclure que ces pylônes autoportants sont des grues à tour et un équipement de bétonnage.

Inviter les apprenants à :

Identifier les différents matériels et équipements,

Donner le rôle de chaque matériel et équipement,

Expliquer le fonctionnement de chaque équipement

Les différents matériels et équipements pour les postes clés :

1. L’engin de levage

C’est un équipement destiné à transporter d’un point à un autre du chantier des objets, matériaux, produits ouvrés,
matériels et outillages spéciaux de mise en œuvre, etc.

Il permet la mécanisation des opérations de levage et la réduction de leur nombre :

 Diminuer la fatigue des ouvriers ;

 Accroitre la production du chantier ;

La mécanisation de levage s’avère toujours source d’économie.

Le choix de l’engin de levage dépend :

- De la nature et le volume des travaux ;

- Des procédés de construction définis et mode d’exécution ;

- Des délais d’exécution ;

- Du matériel dont dispose l’entreprise et moyens à acquérir ;

- Des conditions de site (place disponible, topographie des lieux, portance du sol, la présence de lignes
électriques) ;

- De la règlementation en vigueur (dans la zone ou on travaille).

Les engins de levage comprennent tous :

 un mécanisme de levage fonctionnant par un moteur d’explosion et surtout moteur électrique ;

 des dispositifs de translation ou d’élévation

 Un élément d’accrochage (Crochets)

Les engins de levage sont :

Page 98 sur 191


- Les grues à tour ;

- Les montes charges ;

- Les grues sur roue ou sur chenilles ;

- Les chariots élévateurs hydrauliques ;

- Les pelles grues ;

- Les ponts roulants ;

- Les grues puissantes automotrices ou tractées sur chenilles, sur pneus, sur camion ;

2. L’équipement de malaxage du béton

Il comporte un ensemble de moyens divers en matériel permettant la fabrication et la distribution du béton,


matériau devenu indispensable sur la plupart des chantiers.

Le but recherché pour l’installation de l’engin de malaxage est la productivité avec un rendement maximal et une
fatigue minimale.

Le choix de l’équipement du béton est conditionné par :

- Le volume des travaux de bétonnage ;

- la durée des travaux de bétonnage ;

- La production de pointe ;

- Les conditions du site ;

- Les moyens disponibles ;

- L’aménagement général du site ;

- Le rendement souhaité qui conditionne le choix d’un malaxeur d’une certaine capacité.

Les équipements sont :

Du matériel concernant le mélange des composants du béton :

- L’engin de malaxage (la bétonnière ou le malaxeur)

- Du système d’alimentation du mélangeur répondant à la cadence de la bétonnière choisie, système composé


lui-même d’éléments de stockage (granulat, liants) de dosage, de remplissage du malaxeur ;

- D’engins d’évacuation, de distribution du béton vers les points d’utilisation (la solution choisie ne devra pas
ralentir la production)

3. Le Poste de ferraillage
Page 99 sur 191
Cela consiste à doter le chantier d’un ensemble de matériel (machine, établis, outillage) permettant la
fabrication des armatures nécessaires à la réalisation d’éléments d’ouvrages en béton armé.

Les équipements du poste de ferraillage sont :

- D’un matériel de coupe des aciers (cisaille manuelle ou électrique) ;

- Table de coupe, Griffe, Etau pour le montage des armatures ;

- D’un matériel de mesure des longueurs (Banc de coupe gradué ;

4. Le Poste de fabrication des coffrages.

Cette installation consiste à doter le chantier d’un matériel permettant la fabrication des moules ou
éléments de coffrage indispensables au coulage du béton des semelles, poteau, murs, planchers, escalier,
etc.

Les équipements de ce poste sont :

- D’un minimum de matériel comprenant au moins une scie circulaire et deux établis places si
possible sous abri, parfois une dégauchisseuse et une raboteuse ;

- D’outillages accessoires divers (serre-joints, presse manuelle ou électrique) ;

- Des chariots de transport des bois stockés,

5. synthèse

1. L’engin de levage

C’est un équipement destiné à transporter d’un point à un autre du chantier des objets, matériaux, produits ouvrés,
matériels et outillages spéciaux de mise en œuvre, etc.

Il permet la mécanisation des opérations de levage et la réduction de leur nombre :

 Diminuer la fatigue des ouvriers ;

 Accroitre la production du chantier ;

La mécanisation de levage s’avère toujours source d’économie.

Le choix de l’engin de levage dépend :

- De la nature et le volume des travaux ;

- Des procédés de construction définis et mode d’exécution ;

- Des délais d’exécution ;

Page 100 sur 191


- Du matériel dont dispose l’entreprise et moyens à acquérir ;

- Des conditions de site (place disponible, topographie des lieux, portance du sol, la présence de lignes
électriques) ;

- De la règlementation en vigueur (dans la zone ou on travaille).

Les engins de levage comprennent tous :

 un mécanisme de levage fonctionnant par un moteur d’explosion et surtout moteur électrique ;

 des dispositifs de translation ou d’élévation

 Un élément d’accrochage (Crochets)

Les engins de levage sont :

- Les grues à tour ;

- Les montes charges ;

- Les grues sur roue ou sur chenilles ;

- Les chariots élévateurs hydrauliques ;

- Les pelles grues ;

- Les ponts roulants ;

- Les grues puissantes automotrices ou tractées sur chenilles, sur pneus, sur camion ;

2. L’équipement de malaxage du béton

Il comporte un ensemble de moyens divers en matériel permettant la fabrication et la distribution du béton,


matériau devenu indispensable sur la plupart des chantiers.

Le but recherché pour l’installation de l’engin de malaxage est la productivité avec un rendement maximal et une
fatigue minimale.

Le choix de l’équipement du béton est conditionné par :

- Le volume des travaux de bétonnage ;

- la durée des travaux de bétonnage ;

- La production de pointe ;

- Les conditions du site ;

Page 101 sur 191


- Les moyens disponibles ;

- L’aménagement général du site ;

- Le rendement souhaité qui conditionne le choix d’un malaxeur d’une certaine capacité.

Les équipements sont :

Du matériel concernant le mélange des composants du béton :

- L’engin de malaxage (la bétonnière ou le malaxeur)

- Du système d’alimentation du mélangeur répondant à la cadence de la bétonnière choisie, système composé


lui-même d’éléments de stockage (granulat, liants) de dosage, de remplissage du malaxeur ;

- D’engins d’évacuation, de distribution du béton vers les points d’utilisation (la solution choisie ne devra pas
ralentir la production)

3. Le Poste de ferraillage

Cela consiste à doter le chantier d’un ensemble de matériel (machine, établis, outillage) permettant la
fabrication des armatures nécessaires à la réalisation d’éléments d’ouvrages en béton armé.

Les équipements du poste de ferraillage sont :

- D’un matériel de coupe des aciers (cisaille manuelle ou électrique) ;

- Table de coupe, Griffe, Etau pour le montage des armatures ;

- D’un matériel de mesure des longueurs (Banc de coupe gradué ;

4. Le Poste de fabrication des coffrages.

Cette installation consiste à doter le chantier d’un matériel permettant la fabrication des moules ou
éléments de coffrage indispensables au coulage du béton des semelles, poteau, murs, planchers, escalier,
etc.

Les équipements de ce poste sont :

- D’un minimum de matériel comprenant au moins une scie circulaire et deux établis places si
possible sous abri, parfois une dégauchisseuse et une raboteuse ;

- D’outillages accessoires divers (serre-joints, presse manuelle ou électrique) ;

- Des chariots de transport des bois stockés.

Page 102 sur 191


6. Je m’entraine et je m’évalue

6.1. En restituant la leçon

Réponse :
La grue (l’engin de levage) : C’est un équipement destiné à transporter d’un point à un autre du chantier des objets,
matériaux, produits ouvrés, matériels et outillages spéciaux de mise en œuvre, etc.

6.2. En utilisant mes connaissances

Réponse :
Les engins de levage sont :

- Les grues à tour

- Les montes charges ;

- Les grues sur roue ou sur chenilles ;

- Les chariots élévateurs hydrauliques ;

- Les pelles grues ;

- Les ponts roulants ;

- Les grues puissantes automotrices ou tractées sur chenilles, sur pneus, sur camion ;

Page 103 sur 191


Objectif 2 : Fixer l’équipement

Leçon 18 : Préparation des aires de fixation des équipements


1. Attentes:

Préparer les aires d’emplacement des équipements.

Fixer l’engin malaxeur et l’engin de levage

2. Contenu des apprentissages :

Préparation des aires de fixation des équipements

3. Matériel didactique

Calculatrice, DAO, les instruments de mesure

4. Démarches méthodologiques

4.1. Mise en situation

L’entreprise GETRA veut commencer l’installation du chantier sis à MARAMVYA. Les différents équipements doivent
être installés sur le même chantier mais elle constate que le terrain n’est pas bien aménagé. Quel sera le travail de
l’entreprise ?

4.1.1. Réponses attendues

Préparation des aires de fixation des équipements

4.1.2. Motivation des apprenants par rapport au sujet :

Attirer alors l’attention des apprenants en leur montrant les images se trouvant dans le manuel de l’apprenant.
L’enseignant annonce et note au tableau le sujet de la nouvelle leçon : Préparation des aires de fixation des
équipements

4.1.3. Matériels /documents proposés :

Le manuel de l’apprenant et le guide de l’enseignant

4.2. Mise en activité

Faire observer les images du manuel de l’apprenant de l’activité 1. Amener les apprenants à constater :

Trois grues fixées, des blocs A, B et D,…..

Faire conclure que c’est une zone d’emplacement des grues sur chantier

Inviter les apprenants à :

Préparer les aires d’emplacement des équipements.

Page 104 sur 191


1. L’engin de malaxage

Je montre les étapes d’installation de l’engin de malaxage :

 La réalisation de la plateforme :

• Décapage de la terre végétale ;

• Exécution d’une surface plane en béton de propreté légèrement surélevée par rapport au terrain naturel et
débordant l’encombrement de la bétonnière, avec une pente très légère (pour l’évacuation des eaux de
lavage de la bétonnière afin que l’eau ne stagne pas autour du poste)

 Réalisation d’une rampe d’accès pour la brouette ou réalisation d’une fosse maçonnée pour la benne SKIP
afin de faciliter la manutention ;

 Positionnement de la bétonnière:

 Essieux

 Sur béquilles

 Châssis

2. L’engin de levage

Je dégage l’espace nécessaire d’implantation de l’engin de levage :

Dégagement de l’espace nécessaire d’implantation de l’engin de levage :

Avant de procéder à l’implantation, il faut :

- Bien observer les plans d’architecture, les façades où apparaissent les saillies (éléments qui sortent du
bâtiment ex : balcon, corniche,…) ;

- Tenir compte du profil des fouilles en excavation si la grue doit s’installer aux bords de la fouille ;

- S’écarter suffisamment de la crête du talus pour éviter tout éboulement ou réaliser au préalable un blindage
si nécessaire ;

- Observer les couches du terrain remanie et s’assurer de la résistance des terres ;

- Dégager l’espace nécessaire au montage et démontage

Je prépare l’assise de l’implantation de la grue

La préparation de l’assise de la grue comprend :

Le terrain doit subir au préalable certaines modifications :

 Le décapage de la terre végétale ;

Page 105 sur 191


 Le nivellement de la Plateforme (Terrassement si le terrain est en pente dans le sens longitudinal) ;

 L’assainissement du sol (cela évite toute infiltration d’eau sous la voie, ce qui affaiblirait la résistance du
terrain et provoquerait son tassement) ;

 L’amélioration du terrain s’il est mauvais (par un apport de gros matériaux durs et compacter la plateforme
réalisée).

Je montre les étapes successives de l’installation de l’engin de levage :

Les étapes successives de ‘installation :

- L’implantation de l’emplacement de l’engin de levage selon le plan d’aménagement et la préparation du


terrain d’assise ;

- L’exécution du socle d’appui et pose de la voie de roulement (chemin de roulement aux rails) ;

- La préparation du lest, pose de câbles d’alimentation de la prise de terre ;

- Le montage de la grue ;

- La vérification pour autorisation de la mise en service.

5. synthèse

1. L’engin de malaxage

Je montre les étapes d’installation de l’engin de malaxage :

 La réalisation de la plateforme :

• Décapage de la terre végétale ;

• Exécution d’une surface plane en béton de propreté légèrement surélevée par rapport au terrain naturel et
débordant l’encombrement de la bétonnière, avec une pente très légère (pour l’évacuation des eaux de
lavage de la bétonnière afin que l’eau ne stagne pas autour du poste)

 Réalisation d’une rampe d’accès pour la brouette ou réalisation d’une fosse maçonnée pour la benne SKIP
afin de faciliter la manutention ;

 Positionnement de la bétonnière:

 Essieux

 Sur béquilles

 Châssis

2. L’engin de levage

Page 106 sur 191


Je dégage l’espace nécessaire d’implantation de l’engin de levage :

Dégagement de l’espace nécessaire d’implantation de l’engin de levage :

Avant de procéder à l’implantation, il faut :

- Bien observer les plans d’architecture, les façades où apparaissent les saillies (éléments qui sortent du
bâtiment ex : balcon, corniche,…) ;

- Tenir compte du profil des fouilles en excavation si la grue doit s’installer aux bords de la fouille ;

- S’écarter suffisamment de la crête du talus pour éviter tout éboulement ou réaliser au préalable un blindage
si nécessaire ;

- Observer les couches du terrain remanie et s’assurer de la résistance des terres ;

- Dégager l’espace nécessaire au montage et démontage

Je prépare l’assise de l’implantation de la grue

La préparation de l’assise de la grue comprend :

Le terrain doit subir au préalable certaines modifications :

 Le décapage de la terre végétale ;

 Le nivellement de la Plateforme (Terrassement si le terrain est en pente dans le sens longitudinal) ;

 L’assainissement du sol (cela évite toute infiltration d’eau sous la voie, ce qui affaiblirait la résistance du
terrain et provoquerait son tassement) ;

 L’amélioration du terrain s’il est mauvais (par un apport de gros matériaux durs et compacter la plateforme
réalisée).

Je montre les étapes successives de l’installation de l’engin de levage :

Les étapes successives de ‘installation :

- L’implantation de l’emplacement de l’engin de levage selon le plan d’aménagement et la préparation du


terrain d’assise ;

- L’exécution du socle d’appui et pose de la voie de roulement (chemin de roulement aux rails) ;

- La préparation du lest, pose de câbles d’alimentation de la prise de terre ;

- Le montage de la grue ;

- La vérification pour autorisation de la mise en service.

6. Je m’entraine et je m’évalue

6.1. En restituant la leçon

Page 107 sur 191


Réponse : La bétonnière se positionne sur :
 Essieux

 béquilles

 Châssis

6.2. En utilisant mes connaissances

Réponse : Les étapes successives de ‘installation de l’engin de levage :

- L’implantation de l’emplacement de l’engin de levage selon le plan d’aménagement et la préparation du


terrain d’assise ;

- L’exécution du socle d’appui et pose de la voie de roulement (chemin de roulement aux rails) ;

- La préparation du lest, pose de câbles d’alimentation de la prise de terre ;

- Le montage de la grue ;

- La vérification pour autorisation de la mise en service.

Page 108 sur 191


Compétence 3: Diriger les travaux

Objectifs 1 : Contrôler l’avancement des travaux

Leçon 19 : L’analyse des contraintes de l’avancement des travaux


1. Attente:

Identifier les contraintes liées à l’avancement des travaux

2. Contenu des apprentissages :

L’analyse des contraintes de l’avancement des travaux

3. Matériel didactique

Les plans disponibles, les instruments de mesure

4. Démarches méthodologiques

4.1. Mise en situation

L’entreprise GETRA prépare les travaux de construction d’un centre de santé à MUNINI pendant la période des
pluies. Elle donne l’ordre à ses Ingénieurs de prendre toutes les dispositions nécessaires afin que le chantier soit
terminé dans les délais. Qu’est-ce que ces Ingénieurs doivent faire en premier lieu ?

4.1.1. Réponses attendues

L’analyse des contraintes de l’avancement des travaux

4.1.2. Motivation des apprenants par rapport au sujet :

Attirer alors l’attention des apprenants en leur montrant les images se trouvant dans le manuel de l’apprenant.
L’enseignant annonce et note au tableau le sujet de la nouvelle leçon : L’analyse des contraintes de l’avancement
des travaux

4.1.3. Matériels /documents proposés :

Le manuel de l’apprenant et le guide de l’enseignant

4.2. Mise en activité

Faire observer les images du manuel de l’apprenant et amener les apprenants à constater :

Un terrain humide, des engins, une fondation comportant des demi-colonnes, des tuyaux PVC, ….

Faire conclure que cette figure montre un chantier sans aucun ouvrier suite aux aléas climatiques (Pluie)

Inviter les apprenants à :

Identifier les contraintes liées à l’avancement des travaux

Les contraintes liées à l’avancement des travaux :

Page 109 sur 191


Ils sont multiples et très divers. Citons :

 Prévisions trop hâtives, estimations inexactes parce que l’on connait mal le rendement de la main d’œuvre,
l’efficacité de la maitrise ;

 L’incidence des conditions atmosphériques : les intempéries surviennent et bouleversent la cadence de


productions ;

 Manque de matériel-outil : celui qui existe est surcharge d’où attente, retards ;

 Approvisionnement insuffisant ou retardé : le fournisseur ne tient pas ses engagements ;

 Difficultés financiers d’une entreprise ;

 Modification de dernière heure par le maitre de l’ouvrage, entrainant l’insertion de nouvelles taches sur le
chemin critique

 Participants ne respectant pas les clauses, adoptés par tous lors de la mise au point du planning initial :
l’entreprise, intervient avec un retard dépassant la marge totale ou dont l’intervention dure plus longtemps
que prévu, ce qui entraine le décalage des opérations qui suivent

 Détérioration inattendue de la grue par exemple

5. synthèse

Les contraintes liées à l’avancement des travaux :

Ils sont multiples et très divers. Citons :

 Prévisions trop hâtives, estimations inexactes parce que l’on connait mal le rendement de la main d’œuvre,
l’efficacité de la maitrise ;

 L’incidence des conditions atmosphériques : les intempéries surviennent et bouleversent la cadence de


productions ;

 Manque de matériel-outil : celui qui existe est surcharge d’où attente, retards ;

 Approvisionnement insuffisant ou retardé : le fournisseur ne tient pas ses engagements ;

 Difficultés financiers d’une entreprise ;

 Modification de dernière heure par le maitre de l’ouvrage, entrainant l’insertion de nouvelles taches sur le
chemin critique

 Participants ne respectant pas les clauses, adoptés par tous lors de la mise au point du planning initial :
l’entreprise, intervient avec un retard dépassant la marge totale ou dont l’intervention dure plus longtemps
que prévu, ce qui entraine le décalage des opérations qui suivent

 Détérioration inattendue de la grue par exemple

6. Je m’entraine et je m’évalue

Page 110 sur 191


6.1. En restituant la leçon

Réponse :
C’est quand le fournisseur ne tient pas ses engagements

6.2. En utilisant mes connaissances

Réponse :

 Prévisions trop hâtives, estimations inexactes parce que l’on connait mal le rendement de la main d’œuvre,
l’efficacité de la maitrise ;

 L’incidence des conditions atmosphériques : les intempéries surviennent et bouleversent la cadence de


productions ;

 Manque de matériel-outil : celui qui existe est surcharge d’où attente, retards ;

 Approvisionnement insuffisant ou retardé : le fournisseur ne tient pas ses engagements

Page 111 sur 191


Leçon 20 : Ajuster le planning d’exécution
1. Attente:

Identifier les différentes solutions à apporter au planning

2. Contenu des apprentissages :

Ajuster le planning d’exécution

3. Matériel didactique

Calculatrice, instruments de mesure, les plans disponibles

4. Démarches méthodologiques

4.1. Mise en situation

L’entreprise SOCEA exécute les travaux d’aménagement dans le marais situés en commune GITERANYI. Apres deux
mois de démarrage des travaux, elle a constaté que c’est impossible d’achever les travaux dans les délais
règlementaires suite à une erreur de planification. Quelles solutions pourriez-vous donner aux agents de cette
entreprise ?

4.1.1. Réponses attendues

Ajustement du planning d’exécution

4.1.2. Motivation des apprenants par rapport au sujet :

Attirer alors l’attention des apprenants en leur montrant les images se trouvant dans le manuel de l’apprenant.
L’enseignant annonce et note au tableau le sujet de la nouvelle leçon : Ajuster le planning d’exécution

4.1.3. Matériels /documents proposés :

Le manuel de l’apprenant et le guide de l’enseignant

4.2. Mise en activité

Faire observer les images du manuel de l’apprenant et amener les apprenants à constater :

Une personne et un tableau noir (figure A) ;

Un tableau noir sur lequel est écrit cycle en quatre étapes d’un projet (figure B);

Un tableau comportant de liaisons tâches (figure C) ;

Faire conclure que toutes ces figures illustrent les différentes solutions à apporter au planning d’exécution.

Inviter les apprenants à :

Identifier les différentes solutions à apporter au planning

Page 112 sur 191


Actualisation du planning d’exécution des travaux

Lorsque les circonstances changent du fait d’aléas, d’incidents imprévus qui perturbent le chemin critique, le
planning dégénère et sa remise à jour, son remodelage s’avèrent indispensable. Ce remaniement de
l’ordonnancement doit se faire prudemment, après avoir analysé les obstacles qui s’opposent à l’avancement
normal prévu, et les conséquences que cela entraîne.

Quelques remèdes pouvant être proposés par le coordinateur :

Il peut agir :

1. Sur les contraintes des moyens, c’est-à-dire :

 soit en augmentant l’effectif de l’équipe en cause ;

 soit en dotant l’équipe d’un matériel plus important : accroître le nombre de moules de coffrages par
exemple ;

 Soit en effectuant des heures supplémentaires dans la limite légale ;

2. Sur la logique de l’enclenchement technique, c’est à dire :

 Modifier l’ordre initial de certains travaux ;

 Pratiquer le chevauchement de certaines opérations qui se suivent sur la séquence critique.

3. Le meilleur remède est l’actualisation périodique (décidée par tous) de manière systématique.

Cela consiste à ne pas attendre l’évènement (aléas ou incident) qui crée la perturbation en réduisant tous
les mois par exemple, l’ordonnancement initial et cela en se basant sur l’état réel d’exécution relevé sur le
chantier, et analysé au cours du ou des mois précédents.

On réalise des plannings successifs corrigés plus logiques et de plus en plus réaliste se révélant d’efficacité et
d’économie pour tous.

5. synthèse

Quelques remèdes pouvant être proposés par le coordinateur :

Il peut agir :

1. Sur les contraintes des moyens, c’est-à-dire :

 soit en augmentant l’effectif de l’équipe en cause ;

 soit en dotant l’équipe d’un matériel plus important : accroître le nombre de moules de coffrages par
exemple ;

 Soit en effectuant des heures supplémentaires dans la limite légale ;

2. Sur la logique de l’enclenchement technique, c’est à dire :


Page 113 sur 191
 Modifier l’ordre initial de certains travaux ;

 Pratiquer le chevauchement de certaines opérations qui se suivent sur la séquence critique.

3. Le meilleur remède est l’actualisation périodique (décidée par tous) de manière systématique.

Cela consiste à ne pas attendre l’évènement (aléas ou incident) qui crée la perturbation en réduisant tous
les mois par exemple, l’ordonnancement initial et cela en se basant sur l’état réel d’exécution relevé sur le
chantier, et analysé au cours du ou des mois précédents.

On réalise des plannings successifs corrigés plus logiques et de plus en plus réaliste se révélant d’efficacité et
d’économie pour tous.

6. Je m’entraine et je m’évalue

6.1. En restituant la leçon


Réponse :
Le meilleur remède est l’actualisation périodique (décidée par tous) de manière systématique

6.2. En utilisant mes connaissances


Réponse :

Les remèdes liés Sur les contraintes des moyens pour ajuster le planning d’exécution sont :

 soit en augmentant l’effectif de l’équipe en cause ;

 soit en dotant l’équipe d’un matériel plus important : accroître le nombre de moules de coffrages par
exemple ;

 Soit en effectuant des heures supplémentaires dans la limite légale ;

Page 114 sur 191


Objectif 2 :S’approvisionner en matériaux

Leçon 21 : La gestion des matériaux


1. Attente:

Gérer et Identifier les matériaux nécessaires.

2. Contenu des apprentissages :

La gestion des matériaux

3. Matériel didactique

Echantillon des matériaux

4. Démarches méthodologiques

4.1. Mise en situation.

L’entreprise des travaux de construction « ETRAC » a gagné un marché de réhabilitation de l’hôpital prince régent
Charles de Bujumbura. Pour démarrer les travaux, le directeur gérant de l’ETRAC s’approvisionne en matériaux et
engage un magasinier permanent sur chantier. Pour quelle raison prend-il cette décision ?

4.1.1. Réponses attendues

La gestion des matériaux

4.1.2. Motivation des apprenants par rapport au sujet :

Attirer alors l’attention des apprenants en leur montrant les images se trouvant dans le manuel de l’apprenant.
L’enseignant annonce et note au tableau le sujet de la nouvelle leçon : La gestion des matériaux.

4.1.3. Matériels /documents proposés :

Le manuel de l’apprenant et le guide de l’enseignant

4.2. Mise en activité

Faire observer les images du manuel de l’apprenant et amener les apprenants à constater:

Des sacs de ciment, des briques, des boites à peinture, un crayon, une personne et une machine calculatrice.

Faire conclure que cette image montre les différents matériaux de constructions à gérer.

Inviter les apprenants à :

Gérer et Identifier les matériaux nécessaires.

Page 115 sur 191


L’exécution d’un ouvrage nécessite la consommation de matériaux de base, de produits semi- ouvrés entrant dans la
construction et de matières diverses utilisées ou entièrement consommées pour faciliter ou permettre la réalisation
de l’édifice .Il convient alors de prendre des dispositions quant à l’emploi, la destination de ces matières, matériaux,
produits pour prévenir et pallier gaspillage et vols. Aussi, comme pour la gestion de la main d’œuvre, des
documents types comportant l’état des consommations réelles des matériaux doivent être établis, au fur et à
mesure, du déroulement des travaux. Les documents utilisés sont de trois catégories :

1. ceux établis au cours de la préparation du travail :

a. Devis quantitatif,

b. Tableau de la nomenclature des matières d’œuvre et produits ouvrés,

c. Du devis estimatif des matériaux productifs,

d. Du planning d’étalement des commandes et approvisionnement.

2. Ceux établis au cours d’exécution des travaux et qui concerne :

a. Soit le transport du matériau et sa réception,

- Les bons de commande adresses au siège par le chef de chantier

- Les bons de livraison établis par le fournisseur

- Les bons de mouvement interne d’enlèvement

b. Soit les consommations mêmes des matériaux à savoir :

- Les fiches de stock ou de contrôle, l’état périodique des stocks ;

- Le rapport journalier traditionnel.

3. Ceux établis pour permettre la comptabilisation, la rédaction des situations des travaux à savoir :

- Les factures

- Les états récapitulatifs d’emploi des matériaux

- Les inventaires périodiques.

Les bons de commande sont établis par les sièges, après consultation de plusieurs fournisseurs, en trois exemplaires
dont deux restent à l’entreprise pour contrôles éventuels : un des exemplaires est envoyé au chef de chantier pour la
confrontation avec le bon de livraison, l’autre au siège pour le contrôle de la facture, son affectation à un chantier
précis. Cela facilite l’établissement des bilans périodiques. Concernant les mouvements internes, les bons de
commande sont adressés au siège, dans les délais requis pour éviter les ruptures de stock éventuels, selon qu’il s’agit
de matériaux existants au stock ou de produits (matériaux, matières) à commander au fournisseur.

Page 116 sur 191


Les bons de commande devraient comporter les mentions suivantes :

1. Cachet de l’entreprise et le numéro de l’affaire concernée ;

2. Date et numéro d’ordre du Bon (à rappeler sur le bon de livraison) ;

3. Conditions particulières concernant le délai, le lieu, le mode d’expédition, le mode de paiement ;

4. Désignation précise du matériau commandé : quantité, dimensions, prix unitaire convenu et la nature du
matériau.

Les bons de livraison établis par le fournisseur devraient porter les mentions sur la nature, la quantité, la qualité des
matériaux ou produits livrés sur le chantier.

Deux exemplaires sont adressés au chantier dont l’un est conservé par le chef de chantier, l’autre retournera au
fournisseur portant la signature du responsable de la réception. Le chef de chantier expédie au siège en annexe au
rapport journalier tous les bons de livraison.

Il peut le cas échéant, établir chaque fois un bordereau de réception (document récapitulatif des livraisons faites au
courant de la semaine).

La gestion du stock et le contrôle du mouvement interne se fait à l’aide des bons de sortie en double exemplaire,
tirer d’un carnet à souches (un exemplaire reste dans le carnet de l’expéditeur)’. L’un des exemplaires est conservé
par le destinataire, l’autre reste (envoyé) au siège comme bon de livraison. Cela permettra l’établissement correct
des fiches et l’inventaire ainsi que les factures internes. On évite en outre le vol éventuel pendant le transport. Sur
chantier, la gestion des matériaux et les produits ouvrés est sous la responsabilité du chantier. L’établissement
d’états récapitulatifs se fait à travers divers documents tels que :

1. Les relevés hebdomadaires des approvisionnements reçus sur chantier ;

2. Les rapports mensuels des « entrées et sortie » matériaux. ;

3. L’inventaire en fin de chantier.

La ventilation des consommations se traduit par le rapport journalier de chantier ou les relevés d’ouvrages exécutés
en fin de mois (pour les situations mensuelles). Si l’on peut pratiquer une ventilation détaillée, il faut au moins faire
apparaitre sur le rapport journalier les quantités de matériaux dépensés les plus coûteux essentiels tels que les
armatures, les liants, les granulats, le moellon, les profilés métalliques, les verres, etc., c’est à dire selon l’importance
en valeur des matériaux utilisés. Très souvent et sur le chantier même, le transport, la fabrication de certains
produits ouvrés et la mise en œuvre nécessitent le recours à certains matériels/outillages divers (levage,
manutention, chargement, fabrication, etc.)

5. Synthèse

L’exécution d’un ouvrage nécessite la consommation de matériaux de base, de produits semi- ouvrés entrant dans la
construction et de matières diverses utilisées ou entièrement consommées pour faciliter ou permettre la réalisation

Page 117 sur 191


de l’édifice .Il convient alors de prendre des dispositions quant à l’emploi, la destination de ces matières, matériaux,
produits pour prévenir et pallier gaspillage et vols. Aussi, comme pour la gestion de la main d’œuvre, des
documents types comportant l’état des consommations réelles des matériaux doivent être établis, au fur et à
mesure, du déroulement des travaux. Les documents utilisés sont de trois catégories :

1. ceux établis au cours de la préparation du travail :

a. Devis quantitatif,

b. Tableau de la nomenclature des matières d’œuvre et produits ouvrés,

c. Du devis estimatifs des matériaux productifs,

d. Du planning d’étalement des commandes et approvisionnement.

2. Ceux établis au cours d’exécution des travaux et qui concerne :

a. Soit le transport du matériau et sa réception,

- Les bons de commande adresses au siège par le chef de chantier

- Les bons de livraison établis par le fournisseur

- Les bons de mouvement interne d’enlèvement

b. Soit les consommations mêmes des matériaux à savoir :

- Les fiches de stock ou de contrôle, l’état périodique des stocks ;

- Le rapport journalier traditionnel.

4. Ceux établis pour permettre la comptabilisation, la rédaction des situations des travaux à savoir :

- Les factures

- Les états récapitulatifs d’emploi des matériaux

- Les inventaires périodiques.

Les bons de commande sont établis par les sièges, après consultation de plusieurs fournisseurs, en trois exemplaires
dont deux restent à l’entreprise pour contrôles éventuels : un des exemplaires est envoyé au chef de chantier pour la
confrontation avec le bon de livraison, l’autre au siège pour le contrôle de la facture, son affectation à un chantier
précis. Cela facilite l’établissement des bilans périodiques. Concernant les mouvements internes, les bons de
commande sont adressés au siège, dans les délais requis pour éviter les ruptures de stock éventuels, selon qu’il s’agit
de matériaux existants au stock ou de produits (matériaux, matières) à commander au fournisseur.

Page 118 sur 191


Les bons de commande devraient comporter les mentions suivantes :

1. Cachet de l’entreprise et le numéro de l’affaire concernée ;

1. Date et numéro d’ordre du Bon (à rappeler sur le bon de livraison) ;

2. Conditions particulières concernant le délai, le lieu, le mode d’expédition, le mode de paiement ;

3. Désignation précise du matériau commandé : quantité, dimensions, prix unitaire convenu et la nature du
matériau.

Les bons de livraison établis par le fournisseur devraient porter les mentions sur la nature, la quantité, la qualité des
matériaux ou produits livrés sur le chantier.

Deux exemplaires sont adressés au chantier dont l’un est conservé par le chef de chantier, l’autre retournera au
fournisseur portant la signature du responsable de la réception. Le chef de chantier expédie au siège en annexe au
rapport journalier tous les bons de livraison.

Il peut le cas échéant, établir chaque fois un bordereau de réception (document récapitulatif des livraisons faites au
courant de la semaine).

La gestion du stock et le contrôle du mouvement interne se fait à l’aide des bons de sortie en double exemplaire,
tirer d’un carnet à souches (un exemplaire reste dans le carnet de l’expéditeur)’. L’un des exemplaires est conservé
par le destinataire, l’autre reste (envoyé) au siège comme bon de livraison. Cela permettra l’établissement correct
des fiches et l’inventaire ainsi que les factures internes. On évite en outre le vol éventuel pendant le transport. Sur
chantier, la gestion des matériaux et les produits ouvrés est sous la responsabilité du chantier. L’établissement
d’états récapitulatifs se fait à travers divers documents tels que :

1. Les relevés hebdomadaires des approvisionnements reçus sur chantier ;

2. Les rapports mensuels des « entrées et sortie » matériaux. ;

3. L’inventaire en fin de chantier.

La ventilation des consommations se traduit par le rapport journalier de chantier ou les relevés d’ouvrages exécutés
en fin de mois (pour les situations mensuelles). Si l’on peut pratiquer une ventilation détaillée, il faut au moins faire
apparaitre sur le rapport journalier les quantités de matériaux dépensés les plus coûteux essentiels tels que les
armatures, les liants, les granulats, le moellon, les profilés métalliques, les verres, etc., c’est à dire selon l’importance
en valeur des matériaux utilisés. Très souvent et sur le chantier même, le transport, la fabrication de certains
produits ouvrés et la mise en œuvre nécessitent le recours à certains matériels/outillages divers (levage,
manutention, chargement, fabrication, etc.)

6. Je m’entraine et je m’évalue

6.1. En restituant la leçon


Page 119 sur 191
Réponse :
1. Ceux établis au cours de la préparation du travail ;
2. Ceux établis au cours d’exécution des travaux ;

3. Ceux établis pour permettre la comptabilisation, la rédaction des situations des travaux.

6.2. En utilisant mes connaissances

Réponse :
1. Cachet de l’entreprise et le numéro de l’affaire concernée ;

2. Date et numéro d’ordre du Bon (à rappeler sur le bon de livraison) ;

3. Conditions particulières concernant le délai, le lieu, le mode d’expédition, le mode de paiement ;

4. Désignation précise du matériau commandé : quantité, dimensions, prix unitaire convenu et la nature du
matériel.

Page 120 sur 191


Leçon 22 : La réception des matériaux
1. Attente:

Distinguer certaines catégories de matériaux et leur domaine d’utilisation en construction ;

Identifier les conditions à remplir pour réceptionner les matériaux sur chantier

2. Contenu des apprentissages :

La réception des matériaux

3. Matériel didactique

Echantillon des matériaux.

4. Démarches méthodologiques

4.1. Mise en situation

Lors de l’exécution des travaux, le chef de chantier fait une commande des divers matériaux. Il vérifie la conformité
des matériaux en qualité et en quantité pour quelle raison ?

4.1.1. Réponses attendues

La réception des matériaux

4.1.2. Motivation des apprenants par rapport au sujet :

Attirer alors l’attention des apprenants en leur montrant les images se trouvant dans le manuel de l’apprenant.
L’enseignant annonce et note au tableau le sujet de la nouvelle leçon : La réception des matériaux

4.1.3. Matériels /documents proposés :

Le manuel de l’apprenant et le guide de l’enseignant

4.2. Mise en activité

Faire observer les images du manuel de l’apprenant et amener les apprenants à constater :

D pierres naturelles, des terres cuites, des bois, etc.

Faire conclure que ces figures illustrent des matériaux approvisionnés sur chantier.

Inviter les apprenants à :

Distinguer certaines catégories de matériaux et leur domaine d’

Utilisation en construction ;

Identifier les conditions à remplir pour réceptionner les matériaux sur chantier

Page 121 sur 191


Certaines catégories de matériaux et leur domaine d’utilisation en construction

Ceux-ci comprennent les matériaux céramiques, les agglomérées, les pierres à bâtir, les aciers, les bois de coffrages,
le matériel d’échafaudage, les ciments, les appareillages sanitaires et électriques. Un soin particulier doit être
apporté pour leur réception et leur entrepôt en fonction de leur qualité.

Certaines catégories de matériaux et leur domaine d’utilisation en construction sont :

 Matériaux naturels :

- Le moellon : murs du gros œuvre(en fondation et élévation)

- La pierre de taille : murs de façades, appuis, balcons, escaliers

- Le sable, les graviers : composition des mortiers et des bétons.

 Les matériaux céramiques et agglomérés :

- La brique : murs et cloisons

- La tuile : couverture des toits

- Le carreau céramique ou ciment : carrelage et revêtement

 Matériaux liants :

- La chaux : mortiers, enduits sur mur et sur plafond

- Les ciments : mortiers, bétons, enduits et joints de canalisation

J’identifie les conditions à remplir pour réceptionner les matériaux sur chantier.

Les conditions à remplir pour réceptionner les matériaux sur chantier sont :

 Eviter les manipulations inutiles ;

 Effectuer les commandes à temps utile pour éviter les dépôts prolongés tout en conservant une marge de
sécurité nécessaire ;

 Prévoir à l’ avance le lieu de dépôt(le plus près possible de la mise en œuvre) ;

 Chercher à obtenir un déchargement rapide ;

 Faire approcher le véhicule transporteur le plus près possible du lieu d’emploi ;

 Contrôler les quantités et qualités à la réception ;

 Ranger les matériaux avec soin pour éviter leur détérioration ;

 Protéger les matériaux fragiles des intempéries.

Page 122 sur 191


N.B : Ne pas hésiter à refuser des matériaux, à décompter les casses ou les malfaçons

5. Synthèse

Ceux-ci comprennent les matériaux céramiques, les agglomérées, les pierres à bâtir, les aciers, les bois de
coffrages, le matériel d’échafaudage, les ciments, les appareillages sanitaires et électriques. Un soin
particulier doit être apporté pour leur réception et leur entrepôt en fonction de leur qualité.

Certaines catégories de matériaux et leur domaine d’

Utilisation en construction sont :

 Matériaux naturels :

- Le moellon : murs du gros œuvre(en fondation et élévation)

- La pierre de taille : murs de façades, appuis, balcons, escaliers

- Le sable, les graviers : composition des mortiers et des bétons.

 Les matériaux céramiques et agglomérés :

- La brique : murs et cloisons

- La tuile : couverture des toits

- Le carreau céramique ou ciment : carrelage et revêtement

 Matériaux liants :

- La chaux : mortiers, enduits sur mur et sur plafond

- Les ciments : mortiers, bétons, enduits et joints de canalisation

J’identifie les conditions à remplir pour réceptionner les matériaux sur chantier.

Les conditions à remplir pour réceptionner les matériaux sur chantier sont :

 Eviter les manipulations inutiles ;

 Effectuer les commandes à temps utile pour éviter les dépôts prolongés tout en conservant une marge de
sécurité nécessaire ;

 Prévoir à l’ avance le lieu de dépôt(le plus près possible de la mise en œuvre) ;

 Chercher à obtenir un déchargement rapide ;

 Faire approcher le véhicule transporteur le plus près possible du lieu d’emploi ;


Page 123 sur 191
 Contrôler les quantités et qualités à la réception ;

 Ranger les matériaux avec soin pour éviter leur détérioration ;

 Protéger les matériaux fragiles des intempéries.

N.B : Ne pas hésiter à refuser des matériaux, à décompter les casses ou les malfaçons

6. Je m’entraine et je m’évalue

6.1. En restituant la leçon


Réponse :

 Le moellon : murs du gros œuvre(en fondation et élévation)

 La pierre de taille : murs de façades, appuis, balcons, escaliers

 Le sable, les graviers : composition des mortiers et des bétons.

6.2. En utilisant mes connaissances


Réponse :

Les conditions à remplir pour réceptionner les matériaux sur chantier sont :

 Eviter les manipulations inutiles ;

 Effectuer les commandes à temps utile pour éviter les dépôts prolongés tout en conservant une marge de
sécurité nécessaire ;

 Prévoir à l’ avance le lieu de dépôt(le plus près possible de la mise en œuvre) ;

 Chercher à obtenir un déchargement rapide ;

 Faire approcher le véhicule transporteur le plus près possible du lieu d’emploi ;

 Contrôler les quantités et qualités à la réception ;

 Ranger les matériaux avec soin pour éviter leur détérioration ;

 Protéger les matériaux fragiles des intempéries.

Page 124 sur 191


Objectif 3 : Tenir à jour le journal de chantier

Leçon 23 : La gestion journalière du chantier


1. Attentes:

Etablir le rapport journalier du chantier

2. Contenu des apprentissages :

La gestion journalière du chantier

3. Matériel didactique

Le journal du chantier, fiche de stock, calculatrice

4. Démarches méthodologiques

4.1. Mise en situation

Monsieur KABURA a été engagé par l’entreprise de construction pour le suivi des travaux ; on lui exige de
disponibiliser et de remplir régulièrement les documents de chantier. Pourquoi doit-il tenir ces derniers ?

4.1.1. Réponses attendues

Pour la gestion journalière du chantier

4.1.2. Motivation des apprenants par rapport au sujet :

Attirer alors l’attention des apprenants en leur montrant les images se trouvant dans le manuel de l’apprenant.
L’enseignant annonce et note au tableau le sujet de la nouvelle leçon : La gestion journalière du chantier

4.1.3. Matériels /documents proposés :

Le manuel de l’apprenant et le guide de l’enseignant

4.2. Mise en activité

Faire observer les images du manuel de l’apprenant et amener les apprenants à constater :

Un document sur lequel est inscrit « journal », « j », « utocopy form book »( Fig. A)

Une page de colonnes contenant des écritures(Fig.B)

Faire conclure que ces figures illustrent un journal de chantier.

Inviter les apprenants à :

Etablir le rapport journalier du chantier

La gestion journalière du chantier est établie par le rapport journalier, véritable journal de bord. Le journal de
chantier est le premier document qui fournit les renseignements de premières importances sur les activités de
chantier. Il joue un rôle important au sein de l’entreprise. Il est rédigé en double exemplaire dont un est envoyé
chaque soir au Siege, en prenant soin d’y annexer toutes les autres pièces reçues (bon de livraison, bordereaux
divers, attachements, ordre de service, etc.)

Page 125 sur 191


Le journal de chantier est indispensable parce que :

1. Il fournit le compte rendu journalier, fidèle de la vie du chantier en relatant :

a. Les principaux faits de la journée (incidents divers, visite, difficultés rencontrées, le temps qu’il a fait, le
Rendement observé, l’horaire suivi, les réceptions faites, les contrôles réalisés, les sorties : matériel et
personnel, etc.) ;

b. Les travaux exécutés par nature, avec les temps afférents et les matériaux productifs consommés pour
réaliser ces ouvrages ;

c. Le travail des engins et leurs consommations respectives, (carburants, autres consommables ou pièces
détachées, entretien, etc.).

2. Il établit un lien constat entre le chantier et le siège. Par son intermédiaire, le chef de chantier effectue ses
demandes de matériels, d’outillages, de matériaux, de transport et fournitures divers, de fond pour les
acomptes, de plans de détail, etc.

Le journal de chantier signale toute anomalie nécessitant une intervention (soit du conducteur des travaux,
du métreur par urgence).Bien sûr, la liaison par téléphone est souhaitable, mais le rapport écrit est un
document qui sert de preuve. Le conducteur des travaux, le patron, le chef de dépôt, le métreur, le
comptable, etc., peut exploiter ces données, chacun à ses fins.

3. Il permet le calcul des dépenses réelles en main d’œuvre et en matériaux (déboursés secs occasionnés pour
édifier chaque nature d’ouvrage et aussi le contrôle des rendements) ;

4. Il rassemble des éléments de base pouvant servir à la présentation d’une réclamation éventuelle. C’est une
pièce qui fait foi, datée et signée du chef de chantier.

Tout fait consigné dans le journal de chantier ne peut être déformé ;

5. Il guide le chef de chantier en l’obligeant à faire la synthèse de la marche journalière des travaux et préparer
minutieusement les travaux de lendemain ;

6. Il permet de juger le chef de chantier sur la bonne utilisation de son personnel, du matériel et des
matériaux, sur la gestion de son chantier en général.

5. Synthèse

La gestion journalière du chantier est établie par le rapport journalier, véritable journal de bord. Le journal de
chantier est le premier document qui fournit les renseignements de premières importances sur les activités de
chantier. Il joue un rôle important au sein de l’entreprise. Il est rédigé en double exemplaire dont un est envoyé
chaque soir au Siege, en prenant soin d’y annexer toutes les autres pièces reçues (bon de livraison, bordereaux
divers, attachements, ordre de service, etc.)

Le journal de chantier est indispensable parce que :

Page 126 sur 191


1. Il fournit le compte rendu journalier, fidèle de la vie du chantier en relatant :

a. Les principaux faits de la journée (incidents divers, visite, difficultés rencontrées, le temps qu’il a fait, le
Rendement observé, l’horaire suivi, les réceptions faites, les contrôles réalisés, les sorites : matériel et personnel,
etc.) ;

b. Les travaux exécutés par nature, avec les temps afférents et les matériaux productifs consommés pour
réaliser ces ouvrages ;

c. Le travail des engins et leurs consommations respectives, (carburants, autres consommables ou pièces
détachées, entretien, etc.).

2. Il établit un lien constat entre le chantier et le siège. Par son intermédiaire, le chef de chantier effectue ses
demandes de matériels, d’outillages, de matériaux, de transport et fournitures divers, de fond pour les acomptes, de
plans de détail, etc.

Le journal de chantier signale toute anomalie nécessitant une intervention (soit du conducteur des travaux, du
métreur par urgence).Bien sûr, la liaison par téléphone est souhaitable, mais le rapport écrit est un document qui
sert de preuve. Le conducteur des travaux, le patron, le chef de dépôt, le métreur, le comptable, etc., peut exploiter
ces données, chacun à ses fins.

3. Il permet le calcul des dépenses réelles en main d’œuvre et en matériaux (déboursés secs occasionnés pour
édifier chaque nature d’ouvrage et aussi le contrôle des rendements) ;

4. Il rassemble des éléments de base pouvant servir à la présentation d’une réclamation éventuelle. C’est une
pièce qui fait foi, datée et signée du chef de chantier.

Tout fait consigné dans le journal de chantier ne peut être déformé ;

5. Il guide le chef de chantier en l’obligeant à faire la synthèse de la marche journalière des travaux et préparer
minutieusement les travaux de lendemain ;

6. Il permet de juger le chef de chantier sur la bonne utilisation de son personnel, du matériel et des
matériaux, sur la gestion de son chantier en général.

6. Je m’entraine et je m’évalue

6.1. En restituant la leçon


Réponse : Le journal de chantier

6.2. En utilisant mes connaissances


Réponse : incidents divers, difficultés rencontrées, l’horaire suivi.

Page 127 sur 191


Compétence 4 : Gérer le matériel

Objectif 1 : Affecter le matériel aux différents postes

Leçon 24 : Le contrôle quotidien du matériel sur chantier


1. Attente:

Lister les mesures préventives de l’utilisation du matériel

Identifier les buts visés de faire le contrôle régulier du matériel sur chantier

Examiner les principaux documents de gestion du matériel

2. Contenu des apprentissages :

Le contrôle quotidien du matériel sur chantier

3. Matériel didactique

Les instruments de mesure

4. Démarches méthodologiques

4.1. Mise en situation

Chaque entrepreneur demande l’état du matériel se trouvant sur le chantier pour éviter toute contrainte de
l’avancement des travaux liée à l’amortissement du matériel. Quel est l’objectif principal de cette pratique ?

4.1.1. Réponses attendues

Le contrôle quotidien du matériel sur chantier

4.1.2. Motivation des apprenants par rapport au sujet :

Attirer alors l’attention des apprenants en leur montrant les images se trouvant dans le manuel de l’apprenant.
L’enseignant annonce et note au tableau le sujet de la nouvelle leçon : Le contrôle quotidien du matériel sur
chantier

4.1.3. Matériels /documents proposés :

Le manuel de l’apprenant et le guide de l’enseignant

4.2. Mise en activité

Faire observer les images du manuel de l’apprenant et amener les apprenants à constater :

Des personnes, un engin de levage, un mur en béton armé et un tuyau d’alimentation en eau (figure A) ;

Plusieurs personnes et plusieurs engins de terrassement (figure B);

Une bétonnière, les personnes, le béton (figure B) ;

Faire conclure que ces figures illustrent les différents engins affectés sur les chantiers.

Inviter les apprenants à :

Page 128 sur 191


Lister les mesures préventives de l’utilisation du matériel

Identifier les buts visés de faire le contrôle régulier du matériel sur chantier

Examiner les principaux documents de gestion du matériel

Les précautions qui doivent être prises par le chef de chantier pour bien entretenir le matériel.

Les précautions à prendre sont :

 Vérifier son bon fonctionnement ;

 Faire un examen et révision générale poussée de chaque engin ;

 S’assurer de sa bonne mise en place ;

 Récupérer et classer les documents techniques propres à chacun d’eux (Carnet d’entretien) ;

 Afficher les puissances caractéristiques sur chaque appareil ;

Les buts visés.

Il s’agit pour le siège de connaitre à tout moment ou périodiquement :

- Sur quel chantier se trouvent les engins, le matériel,

- Pour chaque chantier, l’état de marche du matériel et son engagement pratique ;

- Les «consommations » d’outillages divers.

Nous allons examiner les principaux documents utilisés à cet effet :

1. La fiche d’identification et la fiche d’état civil qui permettent de suivre la vie de chaque engin et facilitent
l’entretien ;

2. Le carnet d’entretien comptabilise le nombre d’heures de fonctionnement, le kilométrage parcouru, les


dépenses de carburant et ingrédients. Il spécifie les opérations d’entretien effectuées avec le temps passé ;

3. Les demandes de matériels, les restitutions, les livraisons-réceptions, les bons d’enlèvement permettent
d’établir les fiches de mouvement du matériel et outillages de l’entreprise.

5. synthèse

Les précautions à prendre sont :

 Vérifier son bon fonctionnement ;

 Faire un examen et révision générale poussée de chaque engin ;

 S’assurer de sa bonne mise en place ;

 Récupérer et classer les documents techniques propres à chacun d’eux (Carnet d’entretien) ;

 Afficher les puissances caractéristiques sur chaque appareil ;

Page 129 sur 191


Les buts visés.

Il s’agit pour le siège de connaitre à tout moment ou périodiquement :

- Sur quel chantier se trouvent les engins, le matériel,

- Pour chaque chantier, l’état de marge du matériel et son engagement pratique ;

- Les «consommations » d’outillages divers.

Nous allons examiner les principaux documents utilisés à cet effet :

4. La fiche d’identification et la fiche d’état civil qui permettent de suivre la vie de chaque engin et facilitent
l’entretien ;

5. Le carnet d’entretien comptabilise les nombre d’heures de fonctionnement. Le kilométrage parcouru, les
dépenses de carburant et ingrédients. Il spécifie les opérations d’entretien effectuées avec le temps passé ;

6. Les demandes de matérielles, es restitutions, les livraisons-réceptions, les bons d’enlèvement permettent
d’établir les fiches de mouvement du matériel et outillages de l’entreprise.

6. Je m’entraine et je m’évalue

6.1. En restituant la leçon

Réponse :
Les buts visés sont :
- Sur quel chantier se trouvent les engins, le matériel,

- Pour chaque chantier, l’état de marche du matériel et son engagement pratique ;

- Les «consommations » d’outillages divers.

6.2. En utilisant mes connaissances

Réponse :
Les précautions à prendre sont :

 Vérifier son bon fonctionnement ;

 Faire un examen et révision générale poussée de chaque engin ;

 S’assurer de sa bonne mise en place ;

 Récupérer et classer les documents techniques propres à chacun d’eux (Carnet d’entretien) ;

 Afficher les puissances caractéristiques sur chaque appareil ;

6.3. Pour aller plus loin

Réponse : le carnet d’entretien


Page 130 sur 191
Compétence 5: Gérer la main d’œuvre

Objectif 1: Recruter la main d’œuvre

Leçon 25: Les différentes catégories de la main d’œuvre


1. Attente:

Définir et Distinguer les différentes catégories de la main d’œuvre

2. Contenu des apprentissages :

Les différentes catégories de la main d’œuvre

3. Matériel didactique

----------------------

4. Démarches méthodologiques

4.1. Mise en situation

Général BIZOZA souhaite construire un ouvrage à cinq niveaux. Il demande un avis à un technicien spécialiste en
bâtiment de lui aider à déterminer la main d’œuvre nécessaire. D’après toi, quelle sera la suggestion de ce
technicien à l’égard de de ce général?

4.1.1. Réponses attendues

L’embauchage des différentes catégories de la main d’œuvre

4.1.2. Motivation des apprenants par rapport au sujet :

Attirer alors l’attention des apprenants en leur montrant les images se trouvant dans le manuel de l’apprenant.
L’enseignant annonce et note au tableau le sujet de la nouvelle leçon : Les différentes catégories de la main d’œuvre.

4.1.3. Matériels /documents proposés :

Le manuel de l’apprenant et le guide de l’enseignant

4.2. Mise en activité

Faire observer les images du manuel de l’apprenant et amener les apprenants à constater :

Un mur en briques cuites et deux personnes portant des casques(Fig. A).

Des planches, des tubes métalliques, une personne comportant un casque(Fig.B) ;

Des aciers, une personne portant un casque et des bottines(Fig.C) ;

Faire conclure que les Figures A, B, C illustrent respectivement un maçon, un charpentier et un ferrailleur.

Page 131 sur 191


Inviter les apprenants à :

Définir et Distinguer les différentes catégories de la main d’œuvre

Le terme « technicien »désigne en général toute personne qui connait et pratique les procédés propres à l’exercice
d’un métier, d’un art, d’une science. Dans la construction, sa place est diversement définie.

Il s’agit entre autres :

- Le maçon : exécute les travaux en moellons, fondation en béton, et construit les murs en brique, les cloisons,
les voutes ainsi que les ouvrages en béton armé.

- Le ferrailleur : prépare et règle sur place les aciers et les armatures des éléments de béton armé.

- Le cimentier bétonneur : coule le béton dans les coffrages.

- Le coffreur ou boiseur : façonne et pose les coffrages.

- Le charpentier en bois : façonne et pose la charpente, les planchers en bois, les escaliers en bois, pose les
étaiements…..

- Le charpentier en fer(le soudeur) : pose les planchers en fer et la charpente métallique.

- Le menuisier : façonne et pose les fenêtres, les portes, les habillages (moulures, plinthes).

- L’électricien : procède aux installations électriques.

- Le peintre : enduit et peint les murs, les bois, les fers.

- Le plombier (installateur sanitaire) : pose les canalisations en plomb, les éviers de cuisine et toutes les
installations sanitaires.

- Le carreleur : exécute les carrelages au sol et les revêtements sur mur.

- Le tâcheron : personne qui exécute sur commande des tâches.

- Etc.

5. synthèse

Le terme « technicien »désigne en général toute personne qui connait et pratique les procédés propres à l’exercice
d’un métier, d’un art, d’une science. Dans la construction, sa place est diversement définie.

Il s’agit entre autres :

- Le maçon : exécute les travaux en moellons, fondation en béton, et construit les murs en brique, les cloisons,
les voutes ainsi que les ouvrages en béton armé.

- Le ferrailleur : prépare et règle sur place les aciers et les armatures des éléments de béton armé.

- Le cimentier bétonneur : coule le béton dans les coffrages.

- Le coffreur ou boiseur : façonne et pose les coffrages.

Page 132 sur 191


- Le charpentier en bois : façonne et pose la charpente, les planchers en bois, les escaliers en bois, pose les
étaiements…..

- Le charpentier en fer(le soudeur) : pose les planchers en fer et la charpente métallique.

- Le menuisier : façonne et pose les fenêtres, les portes, les habillages (moulures, plinthes).

- L’électricien : procède aux installations électriques.

- Le peintre : enduit et peint les murs, les bois, les fers.

- Le plombier (installateur sanitaire) : pose les canalisations en plomb, les éviers de cuisine et toutes les
installations sanitaires.

- Le carreleur : exécute les carrelages au sol et les revêtements sur mur.

- Le tâcheron : personne qui exécute sur commande des tâches.

- Etc.

6. Je m’entraine et je m’évalue

6.1. En restituant la leçon


Réponse :

Le terme « technicien »désigne en général toute personne qui connait et pratique les procédés propres à l’exercice
d’un métier, d’un art, d’une science. Dans la construction, sa place est diversement définie.

6.2. En utilisant mes connaissances


Réponse :

 Le maçon : exécute les travaux en moellons, fondation en béton, et construit les murs en brique, les cloisons,
les voutes ainsi que les ouvrages en béton armé.

 Le ferrailleur : prépare et règle sur place les aciers et les armatures des éléments de béton armé.

Page 133 sur 191


Leçon 26 : Affectation de la main d’œuvre
1. Attente:

Embaucher et licencier la main d’œuvre spécialisée

2. Contenu des apprentissages :

Affectation de la main d’œuvre

3. Matériel didactique

------------------

4. Démarches méthodologiques

4.1. Mise en situation

Monsieur NDUWAYO est en train d’exécuter un chantier de construction d’un bureau communal GAHOMBO. A la fin
de la semaine, il doit consulter le planning d’embauchage et de licenciement des ouvriers pour déterminer l’effectif
à garder ou à envoyer la semaine suivante. D’après vous quelle serait l’objectif de cette opération ?
4.1.1. Réponses attendues

Affectation de la main d’œuvre

4.1.2. Motivation des apprenants par rapport au sujet :

Attirer alors l’attention des apprenants en leur montrant les images se trouvant dans le manuel de l’apprenant.
L’enseignant annonce et note au tableau le sujet de la nouvelle leçon : Affectation de la main d’œuvre

4.1.3. Matériels /documents proposés :

Le manuel de l’apprenant et le guide de l’enseignant

4.2. Mise en activité

Faire observer les images du manuel de l’apprenant et amener les apprenants à constater :

Des planches, des personnes, une bétonnière, un conteneur, des murs, un bâtiment en étage, des coffrages
métalliques,….

Faire conclure que la figure illustre une affectation de la main d’œuvre.

Inviter les apprenants à savoir gérer la Main d’œuvre :

La gestion prévisionnelle de la main-d’œuvre ou comment anticiper l’avenir de ses ressources humaines.


La gestion prévisionnelle de la main-d’œuvre permet avant tout d’élaborer des plans d’action destinés à contrôler de
manière proactive les inadéquations quantitatives et qualitatives entre les besoins futurs (emploi) et les ressources
humaines (compétences disponibles) d’une entreprise. La gestion prévisionnelle de la main-d’œuvre est étroitement
liée à la planification stratégique de l’entreprise puisque les plans d’action visés par celle-ci doivent se réaliser en
accord avec la stratégie organisationnelle, les contraintes environnementales et les capacités internes.

Page 134 sur 191


Malheureusement, bien des organisations ne prennent pas le temps de planifier leurs effectifs et par conséquent
doivent réagir après coup, ce qui peut être plus difficile à gérer mais aussi très coûteux. Une gestion prévisionnelle
de la main-d’œuvre permet donc d’être mieux préparé aux changements et d’éviter des imprévus au niveau des
dépenses et des effectifs.

Tout en admettant le fait que prédire le futur est une tâche complexe en raison des nombreuses incertitudes
provenant autant de facteurs internes à l’entreprise que de facteurs externes, les entreprises ne peuvent d’autant
pas se permettre d’engager des employés dont les compétences ne correspondent pas aux besoins de l’entreprise.
Toujours dans un contexte de haute compétitivité, elles ne peuvent pas non plus se permettre de laisser partir leurs
meilleurs éléments – employés d’expérience, personnes qualifiées, employés à haut potentiel.

C’est par le biais de la gestion prévisionnelle de la main-d’œuvre que l’entreprise sera plus apte à prédire ses besoins
de main-d’œuvre, à vérifier l’évolution de sa population de salariés et le développement des capacités individuelles
et ainsi déterminer les meilleurs moyens d’atteindre l’adéquation.

Les objectifs globaux de gestion prévisionnelle de la main-d’œuvre:


 Équilibrer l’offre et la demande de ressources humaines et en assurer le développement continu;
 S’assurer que la capacité de production peut soutenir les objectifs organisationnels.

Mais les objectifs et les raisons d’investiguer et de planifier la main-d’œuvre de l’organisation couvrent bien plus
large que cela. La gestion prévisionnelle de la main-d’œuvre permet aussi de :

- Identifier les postes critiques ou névralgiques de l’organisation;


- Valider l’intention de rester de ses employés;
- Prévenir les changements environnementaux (opportunités, menaces) pour mieux planifier les projets
internes;
- Maximiser et répartir efficacement l’utilisation des compétences internes;
- Assurer la croissance, la productivité et le développement continu de l’entreprise;
- Développer une pensée plus stratégique vis-à-vis de ses ressources humaines;
- Analyser le temps, l’énergie et les coûts associés aux changements ou besoins futurs.

Les incontournables de la gestion prévisionnelle de la main-d’œuvre :

Dans ce genre de démarche, il est possible de réaliser jusqu’à 4 phases distinctives.

1. Dresser une liste des facteurs influençant la demande de main-d’œuvre pour une période donnée (facteurs
externes, organisationnels, humains).
2. Dresser une liste des compétences à développer dans votre organisation.
3. Analyser le profil de votre main-d’œuvre afin de déterminer l’écart entre les compétences existantes et les
compétences à développer.
4. Dresser la liste des activités de recrutement et activités de formation à venir pour les 12 à 24 prochains mois.

Page 135 sur 191


PLANNING DE LA MAIN D'OEUVRE

DIAGRAMME D'EMBAUCHAGE ET DE LICENCIEMENT

5. synthèse

La gestion prévisionnelle de la main-d’œuvre ou comment anticiper l’avenir de ses ressources humaines.


La gestion prévisionnelle de la main-d’œuvre permet avant tout d’élaborer des plans d’action destinés à contrôler de
manière proactive les inadéquations quantitatives et qualitatives entre les besoins futurs (emploi) et les ressources
humaines (compétences disponibles) d’une entreprise. La gestion prévisionnelle de la main-d’œuvre est étroitement
liée à la planification stratégique de l’entreprise puisque les plans d’action visés par celle-ci doivent se réaliser en
accord avec la stratégie organisationnelle, les contraintes environnementales et les capacités internes.

Page 136 sur 191


Malheureusement, bien des organisations ne prennent pas le temps de planifier leurs effectifs et par conséquent
doivent réagir après coup, ce qui peut être plus difficile à gérer mais aussi très coûteux. Une gestion prévisionnelle
de la main-d’œuvre permet donc d’être mieux préparé aux changements et d’éviter des imprévus au niveau des
dépenses et des effectifs.

Tout en admettant le fait que prédire le futur est une tâche complexe en raison des nombreuses incertitudes
provenant autant de facteurs internes à l’entreprise que de facteurs externes, les entreprises ne peuvent d’autant
pas se permettre d’engager des employés dont les compétences ne correspondent pas aux besoins de l’entreprise.
Toujours dans un contexte de haute compétitivité, elles ne peuvent pas non plus se permettre de laisser partir leurs
meilleurs éléments – employés d’expérience, personnes qualifiées, employés à haut potentiel.

C’est par le biais de la gestion prévisionnelle de la main-d’œuvre que l’entreprise sera plus apte à prédire ses besoins
de main-d’œuvre, à vérifier l’évolution de sa population de salariés et le développement des capacités individuelles
et ainsi déterminer les meilleurs moyens d’atteindre l’adéquation.

Les objectifs globaux de gestion prévisionnelle de la main-d’œuvre:


 Équilibrer l’offre et la demande de ressources humaines et en assurer le développement continu;
 S’assurer que la capacité de production peut soutenir les objectifs organisationnels.

Mais les objectifs et les raisons d’investiguer et de planifier la main-d’œuvre de l’organisation couvrent bien plus
large que cela. La gestion prévisionnelle de la main-d’œuvre permet aussi de :

- Identifier les postes critiques ou névralgiques de l’organisation;


- Valider l’intention de rester de ses employés;
- Prévenir les changements environnementaux (opportunités, menaces) pour mieux planifier les projets
internes;
- Maximiser et répartir efficacement l’utilisation des compétences internes;
- Assurer la croissance, la productivité et le développement continu de l’entreprise;
- Développer une pensée plus stratégique vis-à-vis de ses ressources humaines;
- Analyser le temps, l’énergie et les coûts associés aux changements ou besoins futurs.

Les incontournables de la gestion prévisionnelle de la main-d’œuvre :

Dans ce genre de démarche, il est possible de réaliser jusqu’à 4 phases distinctives.

1. Dresser une liste des facteurs influençant la demande de main-d’œuvre pour une période donnée (facteurs
externes, organisationnels, humains).
2. Dresser une liste des compétences à développer dans votre organisation.
3. Analyser le profil de votre main-d’œuvre afin de déterminer l’écart entre les compétences existantes et les
compétences à développer.
4. Dresser la liste des activités de recrutement et activités de formation à venir pour les 12 à 24 prochains mois.

Page 137 sur 191


PLANNING DE LA MAIN D'OEUVRE

DIAGRAMME D'EMBAUCHAGE ET DE LICENCIEMENT

6. Je m’entraine et je m’évalue

6.1. En restituant la leçon


Réponse :
 Équilibrer l’offre et la demande de ressources humaines et en assurer le développement continu;
 S’assurer que la capacité de production peut soutenir les objectifs organisationnels.

6.2. En utilisant mes connaissances

Réponse :
Page 138 sur 191
1. Dresser une liste des facteurs influençant la demande de main-d’œuvre pour une période donnée (facteurs
externes, organisationnels, humains).
2. Dresser une liste des compétences à développer dans votre organisation.
3. Analyser le profil de votre main-d’œuvre afin de déterminer l’écart entre les compétences existantes et les
compétences à développer.
4. Dresser la liste des activités de recrutement et activités de formation à venir pour les 12 à 24 prochains mois.

Page 139 sur 191


Leçon 27: Le travail à la tâche
1. Attentes:

Définir le travail à la tache

Enumérer les avantages et inconvénients du travail à la tâche pour l’entrepreneur

Calculer et négocier le prix d’une tâche.

2. Contenu des apprentissages :

Le travail à la tâche

3. Matériel didactique

Le planning des travaux

4. Démarches méthodologiques

4.1. Mise en situation

Monsieur NDUWAMUNGU voudrait réhabiliter sa maison pour la louer. La réhabilitation doit être terminée le plus
tôt possible car le locataire a déjà paye l’avance. Quelle méthode de travail proposeriez-vous à Monsieur
NDUWAMUNGU pour qu’il puisse honorer les engagements.

4.1.1. Réponses attendues

La méthode de travail à la tâche.

4.1.2. Motivation des apprenants par rapport au sujet :

Attirer alors l’attention des apprenants en leur montrant les images se trouvant dans le manuel de l’apprenant.
L’enseignant annonce et note au tableau le sujet de la nouvelle leçon : Le travail à la tâche

4.1.3. Matériels /documents proposés :

Le manuel de l’apprenant et le guide de l’enseignant

4.2. Mise en activité

Faire observer les images du manuel de l’apprenant et amener les apprenants à constater :

Plusieurs personnes se trouvant sur le chantier et d’autres qui sont entrain de construire un mur séparément.

Faire conclure que ces trois personnes sont des maçons qui font le travail à la tâche.

Inviter les apprenants :

Définir le travail à la tâche

Enumérer les avantages et inconvénients du travail à la tâche pour l’entrepreneur

Calculer et négocier le prix d’une tâche.


Page 140 sur 191
Définition :

Le travail à la tâche signifie que les ouvriers ne sont plus payés aux temps passé mais à la quantité de travaux
exécutés (à la tâche).

Exemple :

Vous avez à exécuter un ouvrage de maçonnerie de 200m2, vous embauchez une équipe de 10ouvriers.

10 ) Solution classique :

Vous leur consentez un salaire journalier de 4000 Bu par jour. Et vous leur dites :

L’ouvrage devra être terminé en x jours.

20 ) Solution : Travail à la tâche :

Vous leur dites : Nous vous fournissons les matériaux et vous toucherez X francs pour la tâche.

Pour faire le chantier, organisez-vous comme vous voulez, mais il faut terminer au plus tard le ………………………..

J’énumère les avantages du travail à la tâche pour l’entrepreneur

Les avantages du travail à la tâche pour l’entrepreneur sont :

 Responsabilisation ders ouvriers, organisation interne de leur équipe et partage du travail performant
(résultat) ;

 Dépenses connues au début sans risque de dépassement puisque les ouvriers sont d’accord pour exécuter
les travaux pour la somme globale fixée ;

 Gain probable sur le délai car plus vite le chantier sera terminé, plus vite les ouvriers toucheront la somme
convenue ;

 Surveillance de rendement soulagée car l’équipe d’ouvriers est motivée pour gagner la somme fixée ;

 Paiement de travail réellement réalisé (on évite de payer des gens qui n’ont pas un rendement suffisant).

Inconvénient : On risque d’avoir un mauvais travail suite aux ouvriers qui cherchent à travailler le plus vite possible.

Les précautions à prendre :

 Le travail à la tache doit être attribué à une équipe que l’on sait capable techniquement de mener le travail à
bien ;

 Il faut imposer un délai maximum de façon à respecter les exigences du planning d’ensemble ;

 Il faut surveiller la qualité de l’exécution car quelques fois l’équipe aura tendance à travailler trop vite.

Calcul du prix d’une tâche :

- Le prix est fonction du budget de l’étude de prix et de crédit d’heures prévu pour la tache envisagée.

Exemple : Un mur de 200m2, temps unitaire prévu dans l’étude : 4heures/ m2

Page 141 sur 191


- On calcule le crédit d’heures

Crédit d’heures = 200m2*4heures/ m2 = 800heures

- Connaissant le coût moyen horaire d’un ouvrier du chantier (Prévisions de l’étude) de 500FBU, on peut
calculer le budget alloué à ce travail :

800h * 500FBU/h = 400 000FBU (Prix confidentiel d’une tâche)

- Est-ce que l’on va donner cette somme à l’équipe pour réaliser le travail ?

Pas tout à fait, on essaiera de négocier à 350 000FBU par exemple pour dégager un bénéfice
d’exécution.

Bien sûr, l’équipe n’est pas au courant de votre calcul interne.

Autre méthode de travail à la tâche

Pour de travaux bien définis et en grande quantité, on peut fixer un prix de tâche à l’unité.

Prenons l’exemple précédent ;

Au lieu de donner 350 000FBU pour 200m2, on peut dire :

Votre équipe percevra 350 000FBU : 200m2 = 1750FBU/ m2 exécutée.

A la fin de chaque semaine, on mesure le travail effectué et on paie en conséquence :

Fin de la première semaine 150 m2 exécutée, l’équipe touche 150 m2* 1750FBU/ m2 = 262 500FBU et la
répartition est faite par le chef d’équipe (équipe des tâcherons).

Exemple de calcul du délai maximum autorisé à l ‘exécution de la tâche :

Il est donné par le planning général ou par le calcul suivant:

 Crédit d’heures : 800heures

 Equipe prévue : 10 hommes

 Donc qui travaillent 80heurers par jour

Le délai maximum qu’il faut prévoir est : 800heures : 80heures/jour= 10jours

C’est celui-là que vous fixerez comme maximum à ne pas dépasser.

Avantages du travail à la tâche pour l’ouvrier :

Dans le cas habituel, il gagne forfaitairement 4000FBU/jour.

Dans le second cas de travail à la tâche, il sera payé en fonction du travail exécuté (c’est une motivation).

Exemple : L’équipe de 5ouvriers a réalisé dans la semaine 80m2, elle a touché 80m2 *1750FBU/m2 = 140 000FBU.

Chaque ouvrier percevra 140 000FBU : 5 = 28 000FBU à la fin de la semaine.

Page 142 sur 191


S’ils avaient été payés forfaitairement par jour, ils auraient perçus chacun 5,5jours* 4000FBU= 22000 FBU.

Comment l’ouvrier est – il arrivé à gagner 27 % de plus (28 000FBU : 22000FBU = 1.27) ?

 En ayant un meilleur rendement ;

 En ne s’arrêtant pas trop au cours de la journée ;

 En faisant quelques fois des heures supplémentaires dans la journée.

Les critères de choix du travail à la tache

- Lorsqu’on peut faire confiance à une équipe

- Lorsque les quantités sont très importantes

- Lorsque le délai est serré

- Lorsque la tâche est facile à définir, à contrôler et à mesurer

5. Synthèse

Définition :

Le travail à la tâche signifie que les ouvriers ne sont plus payés aux temps passé mais à la quantité de travaux
exécutés (à la tâche).

Exemple :

Vous avez à exécuter un ouvrage de maçonnerie de 200m2, vous embauchez une équipe de 10ouvriers.

10 ) Solution classique :

Vous leur consentez un salaire journalier de 4000 Bu par jour. Et vous leur dites :

L’ouvrage devra être terminé en x jours.

20 ) Solution : Travail à la tâche :

Vous leur dites : Nous vous fournissons les matériaux et vous toucherez X francs pour la tâche.

Pour faire le chantier, organisez-vous comme vous voulez, mais il faut terminer au plus tard le ………………………..

J’énumère les avantages du travail à la tâche pour l’entrepreneur

Les avantages du travail à la tâche pour l’entrepreneur sont :

 Responsabilisation ders ouvriers, organisation interne de leur équipe et partage du travail performant
(résultat) ;

Page 143 sur 191


 Dépenses connues au début sans risque de dépassement puisque les ouvriers sont d’accord pour exécuter
les travaux pour la somme globale fixée ;

 Gain probable sur le délai car plus vite le chantier sera terminé, plus vite les ouvriers toucheront la somme
convenue ;

 Surveillance de rendement soulagée car l’équipe d’ouvriers est motivée pour gagner la somme fixée ;

 Paiement de travail réellement réalisé (on évite de payer des gens qui n’ont pas un rendement suffisant).

Inconvénient : On risque d’avoir un mauvais travail suite aux ouvriers qui cherchent à travailler le plus vite possible.

Les précautions à prendre :

 Le travail à la tache doit être attribué à une équipe que l’on sait capable techniquement de mener le travail à
bien ;

 Il faut imposer un délai maximum de façon à respecter les exigences du planning d’ensemble ;

 Il faut surveiller la qualité de l’exécution car quelques fois l’équipe aura tendance à travailler trop vite.

Calcul du prix d’une tâche :

- Le prix est fonction du budget de l’étude de prix et de crédit d’heures prévu pour la tache envisagée.

Exemple : Un mur de 200m2, temps unitaire prévu dans l’étude : 4heures/ m2

- On calcule le crédit d’heures

Crédit d’heures = 200m2*4heures/ m2 = 800heures

- Connaissant le coût moyen horaire d’un ouvrier du chantier (Prévisions de l’étude) de 500FBU, on peut
calculer le budget alloué à ce travail :

800h * 500FBU/h = 400 000FBU (Prix confidentiel d’une tâche)

- Est-ce que l’on va donner cette somme à l’équipe pour réaliser le travail ?

Pas tout à fait, on essaiera de négocier à 350 000FBU par exemple pour dégager un bénéfice
d’exécution.

Bien sûr, l’équipe n’est pas au courant de votre calcul interne.

Autre méthode de travail à la tâche

Pour de travaux bien définis et en grande quantité, on peut fixer un prix de tâche à l’unité.

Prenons l’exemple précédent ;

Au lieu de donner 350 000FBU pour 200m2, on peut dire :

Votre équipe percevra 350 000FBU : 200m2 = 1750FBU/ m2 exécutée.

A la fin de chaque semaine, on mesure le travail effectué et on paie en conséquence :

Fin de la première semaine 150 m2 exécutée, l’équipe touche 150 m2* 1750FBU/ m2 = 262 500FBU et la
répartition est faite par le chef d’équipe (équipe des tâcherons).
Page 144 sur 191
Exemple de calcul du délai maximum autorisé à l ‘exécution de la tâche :

Il est donné par le planning général ou par le calcul suivant:

 Crédit d’heures : 800heures

 Equipe prévue : 10 hommes

 Donc qui travaillent 80heurers par jour

Le délai maximum qu’il faut prévoir est : 800heures : 80heures/jour= 10jours

C’est celui-là que vous fixerez comme maximum à ne pas dépasser.

Avantages du travail à la tâche pour l’ouvrier :

Dans le cas habituel, il gagne forfaitairement 4000FBU/jour.

Dans le second cas de travail à la tâche, il sera payé en fonction du travail exécuté (c’est une motivation).

Exemple : L’équipe de 5ouvriers a réalisé dans la semaine 80m2, elle a touché 80m2 *1750FBU/m2 = 140 000FBU.

Chaque ouvrier percevra 140 000FBU : 5 = 28 000FBU à la fin de la semaine.

S’ils avaient été payés forfaitairement par jour, ils auraient perçus chacun 5,5jours* 4000FBU= 22000 FBU.

Comment l’ouvrier est – il arrivé à gagner 27 % de plus (28 000FBU : 22000FBU = 1.27) ?

 En ayant un meilleur rendement ;

 En ne s’arrêtant pas trop au cours de la journée ;

 En faisant quelques fois des heures supplémentaires dans la journée.

Les critères de choix du travail à la tache

- Lorsqu’on peut faire confiance à une équipe

- Lorsque les quantités sont très importantes

- Lorsque le délai est serré

- Lorsque la tâche est facile à définir, à contrôler et à mesurer

6. Je m’entraine et je m’évalue

6.1. En restituant la leçon

Réponse :

Page 145 sur 191


Le travail à la tâche signifie que les ouvriers ne sont plus payés aux temps passés mais à la quantité de travaux
exécutés (à la tâche).

6.2. En utilisant mes connaissances


Réponse :

Réponse :

Les précautions à prendre :

 Le travail à la tâche doit être attribué à une équipe que l’on sait capable techniquement de mener le travail à
bien ;

 Il faut imposer un délai maximum de façon à respecter les exigences du planning d’ensemble ;

 Il faut surveiller la qualité de l’exécution car quelques fois l’équipe aura tendance à travailler trop vite.

Page 146 sur 191


Objectif 2 : Encadrer la main d’œuvre

Leçon 28 : La confection des listes de présences


1. Attente:

Elaborer la liste des présences

2. Contenu des apprentissages :

La confection des listes des présences

3. Matériel didactique

Registre des présences

4. Démarches méthodologiques

4.1. Mise en situation

Monsieur Jean Paul est en train de diriger un chantier de construction de cent ouvriers. Il lui est difficile de vérifier la
ponctualité et la régularité des ouvriers au chantier. Quelle solution allez-vous proposer au dit Monsieur pour
pouvoir maitriser son personnel ?
4.1.1. Réponses attendues

La confection des listes de présences

4.1.2. Motivation des apprenants par rapport au sujet :

Attirer alors l’attention des apprenants en leur montrant les images se trouvant dans le manuel de l’apprenant.
L’enseignant annonce et note au tableau le sujet de la nouvelle leçon : La confection des listes des présences

4.1.3. Matériels /documents proposés :

Le manuel de l’apprenant et le guide de l’enseignant

4.2. Mise en activité

Faire observer les images du manuel de l’apprenant et amener les apprenants à constater :

Un ordinateur, un casque, des documents, une personne, des feuilles, etc.

Faire conclure que cette image illustre une personne qui est entrain de faire la confection des listes de présence.

Inviter les apprenants à savoir confectionner les listes des présences :

La confection des listes des présences

La gestion des ressources humaines s’effectue à deux niveaux : au niveau du chantier et au niveau du siège grâce à la
rédaction d’un certain nombre de documents de base fournissant les relevés de temps. Il s’agit entre autres du
carnet ou de feuille de pointage qui montre les heures de présence du personnel et permet le calcul de la paie

Page 147 sur 191


Je montre l’utilité du pointage

L’utilité du pointage :

Le pointage est utile, car il permet :

- Au Siege de l’entreprise d’établir la rémunération du personnel non seulement en fonction des heures
prestées, mais aussi selon la multiplicité des tarifs horaires qui varient avec les catégories professionnelles
et les degrés de qualification ;

- A l’ouvrier de contrôler la notation de ses heures de travail évitant ainsi tout litige/contestation ;

- A l’inspection du travail de contrôler le respect de l’horaire convenu et légal, l’arrêt effectif du travail dans
le cas du « chômage- intempéries » ;

- Au maitre de l’ouvrage d’accepter éventuellement la déduction des heures d’arrêt de travail dans le délai
contractuel ;

- Au chef de chantier de vérifier, pour chaque ouvrier, que l’acompte demandé est dans la limites autorisées
selon les heures travaillées.

Ceux qui sont chargés d’effectuer ce pointage sont pour la plupart les chefs d’équipes, le chef de chantier, le
pointeau. Les imprimés/formulaires utilisés varient d’une entreprise à l’autre.

La meilleure façon de présenter ce pointage est l’emploi d’une fiche cartonnée, individuelle, utilisable recto -verso
.Cette fiche a l’avantage de permettre à chaque ouvrier de contrôler le pointage effectué par son propre chef
d’équipe et réclamer, en cas d’erreur, sur le champ.

Elle comporte divers renseignements facilitant l’établissement de la feuille de paie.

Chaque semaine, la fiche présente le pointage des heures prestées et rend plus aisé le décompte des heures
supplémentaires. Aussi l’ouvrier qui, éventuellement travaillera sur deux chantiers au cours du mois emportera sa
fiche de pointage visé du chef.

Conseils pratiques pour rédiger ce pointage :

1. Le processus de pointage doit utiliser le carnet ou fiche de pointage. Le chef responsable de cette opération
procède au pointage des présents :

 Le matin, dès l’heure d’ouverture du chantier à l’aide des signes appropriés (trait horizontal) en face du nom

 L’après-midi, dès la reprise, en complétant le signe pointé dans l’avant midi par un autre signe vertical pour
former le signe plus +.il y note également l’heure d’arrivée ou de départ de l’ouvrier en retard ou autorisé à
quitter le chantier avant l’heure actuelle. Le chef responsable doit immédiatement le reporter sur le carnet
officiel de pointage. Ne jamais reporter ce pointage au lendemain.

1. le pointage concerne tous les ouvriers affectés au chantier. C’est à dire qui participe tous les jours à
l’exécution de l’ouvrage et sont rémunérés par l’entreprise concernée, doivent figurer sur le carnet ou
fiche de pointage, de même les ouvriers isolés qui exécutent un travail temporaire, hors chantier
principal sous la responsabilité du chef de ce chantier. Tout ouvrier qui quitte un chantier donne pour se
rendre à un autre doit être pointé à l’heure de son départ et d’arrivée aux chantiers respectifs.

Page 148 sur 191


2. Le pointage des absences, des jours non travaillés, des heures supplémentaires se fait de la manière
suivante :

a. Les absences sont signalées au carnet de pointage par des signes conventionnels adoptés par
l’entreprise. On distingue les cas de maladies(M), de congés payés (C.P), d’accident de travail(A.T),
de congés de naissance(C.N), absences non payées pour convenance personnelle(ABS), absences
rémunérées (D), absences pour motif reconnu (mariage, obsèques) (A.R), absences non motivées(Z) ;

b. Les jours non travaillés : les intempéries, les jours fériés, dimanche et autres jours non ouvrables(X) ;

c. Les heures spéciales supplémentaires sont marquées par un signe distinctif(en encadrant le
pointage) ou dans une colonne observation.

5. synthèse

La confection des listes des présences

La gestion des ressources humaines s’effectue à deux niveaux : au niveau du chantier et au niveau du siège grâce à la
rédaction d’un certain nombre de documents de base fournissant les relevés de temps. Il s’agit entre autres du
carnet ou de feuille de pointage qui montre les heures de présence du personnel et permet le calcul de la paie

Je montre l’utilité du pointage

L’utilité du pointage :

Le pointage est utile, car il permet :

- Au siège de l’entreprise d’établir la rémunération du personnel non seulement en fonction des heures
prestées, mais aussi selon la multiplicité des tarifs horaires qui varient avec les catégories professionnelles
et les degrés de qualification ;

- A l’ouvrier de contrôler la notation de ses heures de travail évitant ainsi tout litige/contestation ;

- A l’inspection du travail de contrôler le respect de l’horaire convenu et légal, l’arrêt effectif du travail dans
le cas du « chômage- intempéries » ;

- Au maitre de l’ouvrage d’accepter éventuellement la déduction des heures d’arrêt de travail dans le délai
contractuel ;

- Au chef de chantier de vérifier, pour chaque ouvrier, que l’acompte demandé est dans la limites autorisées
selon les heures travaillées.

Ceux qui sont chargés d’effectuer ce pointage sont pour la plupart les chefs d’équipes, le chef de chantier, le
pointeau. Les imprimés/formulaires utilisés varient d’une entreprise à l’autre.

La meilleure façon de présenter ce pointage est l’emploi d’une fiche cartonnée, individuelle, utilisable recto -verso
.Cette fiche a l’avantage de permettre à chaque ouvrier de contrôler le pointage effectué par son propre chef
d’équipe et réclamer, en cas d’erreur, sur le champ.

Elle comporte divers renseignements facilitant l’établissement de la feuille de paie.

Page 149 sur 191


Chaque semaine, la fiche présente le pointage des heures prestées et rend plus aisé le décompte des heures
supplémentaires. Aussi l’ouvrier qui, éventuellement travaillera sur deux chantiers au cours du mois emportera sa
fiche de pointage visé du chef.

Conseils pratiques pour rédiger ce pointage :

1. Le processus de pointage doit utiliser le carnet ou fiche de pointage. Le chef responsable de cette opération
procède au pointage des présents :

 Le matin, dès l’heure d’ouverture du chantier à l’aide des signes appropriés (trait horizontal) en face du nom

 L’après-midi, dès la reprise, en complétant le signe pointé dans l’avant midi par un autre signe vertical pour
former le signe plus +.il y note également l’heure d’arrivée ou de départ de l’ouvrier en retard ou autorisé à
quitter le chantier avant l’heure actuelle. Le chef responsable doit immédiatement le reporter sur le carnet
officiel de pointage. Ne jamais reporter ce pointage au lendemain.

3. Le pointage concerne tous les ouvriers affectés au chantier. C’est à dire qui participe tous les jours à
l’exécution de l’ouvrage et sont rémunérés par l’entreprise concernée, doivent figurer sur le carnet ou
fiche de pointage, de même les ouvriers isolés qui exécutent un travail temporaire, hors chantier
principal sous la responsabilité du chef de ce chantier. Tout ouvrier qui quitte un chantier donne pour se
rendre à un autre doit être pointé à l’heure de son départ et d’arrivée aux chantiers respectifs.

4. Le pointage des absences, des jours non travaillés, des heures supplémentaires se fait de la manière
suivante :

a. Les absences sont signalées au carnet de pointage par des signes conventionnels adoptés par
l’entreprise. On distingue les cas de maladies(M), de congés payés (C.P), d’accident de travail(A.T),
de congés de naissance(C.N), absences non payées pour convenance personnelle(ABS), absences
rémunérées (D), absences pour motif reconnu (mariage, obsèques) (A.R), absences non motivées(Z) ;

b. Les jours non travaillés : les intempéries, les jours fériés, dimanche et autres jours non ouvrables(X) ;

c. Les heures spéciales supplémentaires sont marquées par un signe distinctif(en encadrant le
pointage) ou dans une colonne observation.

6. Je m’entraine et je m’évalue

6.1. En restituant la leçon

Réponse : feuille de pointage

6.2. En utilisant mes connaissances

Page 150 sur 191


Réponse : Le pointage est utile, car il permet :

- Au Siege de l’entreprise d’établir la rémunération du personnel non seulement en fonction des heures
prestées, mais aussi selon la multiplicité des tarifs horaires qui varient avec les catégories professionnelles
et les degrés de qualification ;

- A l’ouvrier de contrôler la notation de ses heures de travail évitant ainsi tout litige/contestation ;

- A l’inspection du travail de contrôler le respect de l’horaire convenu et légal, l’arrêt effectif du travail dans
le cas du « chômage- intempéries » ;

- Au maitre de l’ouvrage d’accepter éventuellement la déduction des heures d’arrêt de travail dans le délai
contractuel ;

- Au chef de chantier de vérifier, pour chaque ouvrier, que l’acompte demandé est dans la limites autorisées
selon les heures travaillées.

Page 151 sur 191


Leçon 29 : Le Contrôle de la main d’œuvre
1. Attentes:

Identifier le but de contrôle de la main d’œuvre

Spécifier le mode de contrôle de la main d’œuvre

2. Contenu des apprentissages :

Le Contrôle de la main d’œuvre

3. Matériel didactique

Registre des présences

4. Démarches méthodologiques

4.1. Mise en situation

Monsieur BUCUMI est en train de diriger un chantier de construction d’un dispensaire. Pour quelle raison il doit
remplir un registre des présences Chaque jour ?

4.1.1. Réponses attendues


Le contrôle de la main d’œuvre.

4.1.2. Motivation des apprenants par rapport au sujet :

Attirer alors l’attention des apprenants en leur montrant les images se trouvant dans le manuel de l’apprenant.
L’enseignant annonce et note au tableau le sujet de la nouvelle leçon : Le Contrôle de la main d’œuvre

4.1.3. Matériels /documents proposés :

Le manuel de l’apprenant et le guide de l’enseignant

4.2. Mise en activité

Faire observer les images du manuel de l’apprenant de l’activité 1. Amener les apprenants à constater :

Une personne en position debout ; deux personnes qui sont en train de travailler ; un bâtiment ; des matériaux ; un
engin ; etc.

Faire conclure que l’image illustre le contrôle de la main d’œuvre.

Inviter les apprenants :

Identifier le but de contrôle de la main d’œuvre

Spécifier le mode de contrôle de la main d’œuvre

Les buts du contrôle de la main d’œuvre

Page 152 sur 191


Il s’agit principalement de relever les temps passés al ‘exécution proprement dite, aux diverses manutentions, à la
mise en place des installations de chantier, à leur repliement.

La connaissance des heures de main d’œuvre consommés sur le chantier permettra d ‘atteindre un double
objectif :

- L’évaluation des dépenses réelles de main d’œuvre utilisées pour mener l’ouvrage à bonne fin, grâce au
calcul de salaires versés.

- La détermination des temps élémentaires réels d’exécution de chaque ouvrage élémentaire, grâce à la
ventilation rationnelle des temps passés

Il sera aisé de confronter ces dépenses et ces temps passés, respectivement avec les dépenses prévues et
avec le temps de l’étude de prix, ou avec les temps alloues au chantier.

De telles informations intéressent plusieurs services : comptabilité, bureaux d’étude, des prix, bureau des
méthodes, qui en tireront des renseignements immédiats et aussi pour la préparation de futurs chantiers.

Modes de contrôle :

Il s’effectuera au niveau du chantier, et au siège grâce à la rédaction d’un certain nombre de documents de
base, fournissant les relevés de temps. Citons :

- Le carnet ou la feuille de pointage, qui collationnent les heures de présences du personnel, et permet le
calcul de paie ;

- Le rôle des salaires versés, qui permet le calcul du cout moyen de l’heure du travail ;

- Le bon de travail par équipe, d’après le bordereau codifié des tâches, qui fournit directement par simple
lecture, à tous les responsables, du chef d’équipe au chef du bureau d’étude des prix ou des méthodes, le
rendement de l’équipe de base considérée ;

- Le rapport journalier de ventilation des temps passes, qui permet l’établissement, la mise à jour du fichier
des temps élémentaires.

5. Synthèse

Les buts du contrôle de la main d’œuvre

Il s’agit principalement de relever les temps passés al ‘exécution proprement dite, aux diverses manutentions, à la
mise en place des installations de chantier, à leur repliement.

La connaissance des heures de main d’œuvre consommés sur le chantier permettra d ‘atteindre un double
objectif :

- L’évaluation des dépenses réelles de main d’œuvre utilisées pour mener l’ouvrage à bonne fin, grâce au
calcul de salaires versés.

- La détermination des temps élémentaires réels d’exécution de chaque ouvrage élémentaire, grâce à la
ventilation rationnelle des temps passés

Page 153 sur 191


Il sera aisé de confronter ces dépenses et ces temps passés, respectivement avec les dépenses prévues et
avec le temps de l’étude de prix, ou avec les temps alloues au chantier.

De telles informations intéressent plusieurs services : comptabilité, bureaux d’étude, des prix, bureau des
méthodes, qui en tireront des renseignements immédiats et aussi pour la préparation de futurs chantiers.

Mode de contrôle

Il s’effectuera au niveau du chantier, et au siège grâce à la rédaction d’un certain nombre de documents de
base, fournissant les relevés de temps. Citons :

- Le carnet ou la feuille de pointage, qui collationnent les heures de présences du personnel, et permet le
calcul de paie ;

- Le rôle des salaires versés, qui permet le calcul du cout moyen de l’heure du travail ;

- Le bon de travail par équipe, d’après le bordereau codifié des tâches, qui fournit directement par simple
lecture, à tous les responsables, du chef d’équipe au chef du bureau d’étude des prix ou des méthodes, le
rendement de l’équipe de base considérée ;

- Le rapport journalier de ventilation des temps passes, qui permet l’établissement, la mise à jour du fichier
des temps élémentaires.

6. Je m’entraine et je m’évalue

6.1. En restituant la leçon


Réponse :

- L’évaluation des dépenses réelles de main d’œuvre utilisées pour mener l’ouvrage à bonne fin, grâce au
calcul de salaires versés.

- La détermination des temps élémentaires réels d’exécution de chaque ouvrage élémentaire, grâce à la
ventilation rationnelle des temps passés

6.2. En utilisant mes connaissances


Réponse :

- Le carnet ou la feuille de pointage, qui collationnent les heures de présences du personnel, et permet le
calcul de paie ;

- Le rôle des salaires versés, qui permet le calcul du cout moyen de l’heure du travail ;

- Le bon de travail par équipe, d’après le bordereau codifié des tâches, qui fournit directement par simple
lecture, à tous les responsables, du chef d’équipe au chef du bureau d’étude des prix ou des méthodes, le
rendement de l’équipe de base considérée ;

- Le rapport journalier de ventilation des temps passes, qui permet l’établissement, la mise à jour du fichier
des temps élémentaires.

Page 154 sur 191


Leçon 30 : Le paiement de la main d’œuvre
1. Attentes:

Définir le coût de la main d’œuvre

Calculer le devis de la main d’œuvre

Confectionner les listes de paie

2. Contenu des apprentissages :

Le paiement de la main d’œuvre

3. Matériel didactique

Registre des présences, liste de paie

4. Démarches méthodologiques

4.1. Mise en situation

Monsieur KIBATI est entrain d’exécuter un chantier de pavage du quartier KINANIRA III ; il inventorie les absences et
les présences des ouvriers deux fois la semaine à base de la feuille de pointage. D’après vous, à quoi lui servira cette
feuille ?
4.1.1. Réponses attendues

Le paiement de la main d’œuvre

4.1.2. Motivation des apprenants par rapport au sujet :

Attirer alors l’attention des apprenants en leur montrant les images se trouvant dans le manuel de l’apprenant.
L’enseignant annonce et note au tableau le sujet de la nouvelle leçon : Le paiement de la main d’œuvre

4.1.3. Matériels /documents proposés :

Le manuel de l’apprenant et le guide de l’enseignant

4.2. Mise en activité

Faire observer les images du manuel de l’apprenant de l’activité 1. Amener les apprenants à constater :

Deux personnes, l’une possedant un stylo, des documents, un ordinateur, une latte,…

Faire conclure que cette figure illustre des personnes qui confectionnent les listes de paiement de la main d’œuvre.

Inviter les apprenants à :

Définir le coût de la main d’œuvre

Calculer le devis de la main d’œuvre

Confectionner les listes de paie


Page 155 sur 191
Définition du coût de la main d’œuvre

Le coût de la main-d'œuvre (parfois appelé coût du travail ou prix du travail) est le coût total payé par
les entreprises pour rémunérer le facteur de production travail. C'est le coût total supporté par l'employeur pour
l'emploi de main-d'œuvre.
Devis de main d’œuvre
Lorsque l’on fait appel à des professionnels pour réaliser des prestations de construction ou de rénovation chez soi,
le calcul de devis de main d’œuvre et l’un des premiers éléments à prendre en compte dans le calcul de travaux
global. En effet, la main d’œuvre représente un poste particulièrement important lors d’un chantier, et les
différences de taux qui sont appliquées selon les professionnels peuvent donner lieu à la fin du projet de
construction à un beau pactole (économisé ou perdu !). Alors pour ne pas rester perplexe devant les tarifs annoncés
par les artisans ou les sociétés de bâtiment, apprenez à réaliser un calcul de devis de main d’œuvre.

Le prix de la main d’œuvre pour le calcul du devis


Pour procéder au calcul du devis de main d’œuvre, il faut évidemment connaître le taux horaire appliqué pour la dite
main d’œuvre et le mettre en exergue avec la durée estimée pour le projet de construction ou de rénovation. Cette
réalité est valable dans tous les corps de métier qu’il s’agisse d’un calcul de devis pour une charpente, d’un calcul de
devis de maçonnerie, d’un calcul de devis de plomberie ou encore un calcul de devis de rénovation

Je confection de la feuille de main d’œuvre

La feuille de main d’œuvre (feuille de paie)

Ce document fait la récapitulation mensuelle des sommes (salaires) réellement déboursées et versées aux ouvriers
par l’entreprise. Cette feuille peut concerner : soit l’ensemble du personnel d’un chantier donné, soit un poste de
travail ou une équipe de base, soit pour une catégorie professionnelle ou phase de travail. Par exemple, l’installation
d’un chantier. Cette pièce aide particulièrement dans la détermination du coût moyen de l’heure de travail par
équipe, pour une phase ou un poste de travail, voire même un chantier entier en faisant le rapport entre le montant
de la paie, du groupe concerné par le nombre total d’heures travaillées. Cette pièce permet d’apprécier, chaque
mois, l’évolution des temps élémentaires respectifs des activités de base ou tâches.

5. Synthèse

Définition du coût de la main d’œuvre

Le coût de la main-d'œuvre (parfois appelé coût du travail ou prix du travail) est le coût total payé par
les entreprises pour rémunérer le facteur de production travail. C'est le coût total supporté par l'employeur pour
l'emploi de main-d'œuvre.
Devis de main d’œuvre
Lorsque l’on fait appel à des professionnels pour réaliser des prestations de construction ou de rénovation chez soi,
le calcul de devis de main d’œuvre et l’un des premiers éléments à prendre en compte dans le calcul de travaux
global. En effet, la main d’œuvre représente un poste particulièrement important lors d’un chantier, et les
différences de taux qui sont appliquées selon les professionnels peuvent donner lieu à la fin du projet de
construction à un beau pactole (économisé ou perdu !). Alors pour ne pas rester perplexe devant les tarifs annoncés
par les artisans ou les sociétés de bâtiment, apprenez à réaliser un calcul de devis de main d’œuvre.

Page 156 sur 191


Le prix de la main d’œuvre pour le calcul du devis
Pour procéder au calcul du devis de main d’œuvre, il faut évidemment connaître le taux horaire appliqué pour la dite
main d’œuvre et le mettre en exergue avec la durée estimée pour le projet de construction ou de rénovation. Cette
réalité est valable dans tous les corps de métier qu’il s’agisse d’un calcul de devis pour une charpente, d’un calcul de
devis de maçonnerie, d’un calcul de devis de plomberie ou encore un calcul de devis de rénovation

Je confection de la feuille de main d’œuvre

La feuille de main d’œuvre (feuille de paie)

Ce document fait la récapitulation mensuelle des sommes (salaires) réellement déboursées et versées aux ouvriers
par l’entreprise. Cette feuille peut concerner : soit l’ensemble du personnel d’un chantier donné, soit un poste de
travail ou une équipe de base, soit pour une catégorie professionnelle ou phase de travail. Par exemple, l’installation
d’un chantier. Cette pièce aide particulièrement dans la détermination du coût moyen de l’heure de travail par
équipe, pour une phase ou un poste de travail, voire même un chantier entier en faisant le rapport entre le montant
de la paie, du groupe concerné par le nombre total d’heures travaillées. Cette pièce permet d’apprécier, chaque
mois, l’évolution des temps élémentaires respectifs des activités de base ou tâches.

6. Je m’entraine et je m’évalue

6.1. En restituant la leçon


Réponse:
Le coût de la main-d'œuvre (parfois appelé coût du travail ou prix du travail) est le coût total payé par
les entreprises pour rémunérer le facteur de production travail. C'est le coût total supporté par l'employeur pour
l'emploi de main-d'œuvre.

6.2. En utilisant mes connaissances

Réponse :

 Le taux horaire appliqué pour la dite main d’œuvre


 La durée estimée pour le projet de construction ou de rénovation.

Page 157 sur 191


Objectif 3 : Vérifier la réalisation des tâches

Leçon 31 : Le contrôle de différentes tâches


1. Attente:

Contrôler les quantités d’ouvrages exécutées

Identifier les documents de contrôle des quantités d’ouvrages exécutées

2. Contenu des apprentissages :

Le contrôle de différentes tâches

3. Matériel didactique

Le planning des travaux

4. Démarches méthodologiques

4.1. Mise en situation

Monsieur BUNAME est envoyé par le maître d‘ouvrage pour constater l’état d’avancement des travaux. A son
arrivée sur chantier, il doit consulter le planning d’exécution des travaux. Pour quel intérêt ?
4.1.1. Réponses attendues

Le contrôle de la réalisation des différentes tâches

4.1.2. Motivation des apprenants par rapport au sujet :

Attirer alors l’attention des apprenants en leur montrant les images se trouvant dans le manuel de l’apprenant.
L’enseignant annonce et note au tableau le sujet de la nouvelle leçon : Le contrôle de différentes tâches

4.1.3. Matériels /documents proposés :

Le manuel de l’apprenant et le guide de l’enseignant

4.2. Mise en activité

Faire observer les images du manuel de l’apprenant et amener les apprenants à constater :

Deux personnes portant des casques, des aciers, un chantier, des ouvrages, etc.

Faire conclure que cette figure illustre des contrôleurs des taches exécutées.

Inviter les apprenants à :

Contrôler les quantités d’ouvrages exécutées

Identifier les documents de contrôle des quantités d’ouvrages exécutées

Ce contrôle est indispensable pour les raisons suivantes :

- L’établissement des situations mensuelles des travaux ou des factures au tiers ;

- Le calcul des rendements et des primes éventuelles ;

Page 158 sur 191


- Le calcul des temps élémentaires, et étude de leur variation en cours d’exécution ;

- La prise d’attachement de travaux imprévus ;

- La mise à jour des plannings d’avancement des travaux, des tableaux de cyclage des tâches répétitives

Le chef de chantier et les chefs d’équipe d’une part, le conducteur des travaux ou le commis, ou encore le métreur,
d’autre part, participent à ces relevés de quantités d’ouvrages réalisés.

J’identifie les documents de contrôle des quantités d’ouvrages exécutées

Les documents de contrôle :

 Certaines entreprises utilisent des feuilles de tâches propres à chaque équipe de base ou figurent sous
forme très schématique les activités à accomplir : le chef d’équipe responsable note de manière très simple
et rapide la quantité exécutée, et même sa localisation. Par exemple, il marque :

- D’une croix, une zone coulée de plancher ;

- D’un cercle, les poteaux ou les voiles réalisés ;

- D’un trait plus ou moins long, le pourcentage de chaque activité élémentaire concernée.

Il signe le bon de travail daté, ce qui permet en outre, un cas de malfaçon, de retrouver immédiatement.

 L’emploi du carnet d’attachement.

C’est un carnet à duplicata (toujours en 3 exemplaires) destiné à relever le travail qui a été fait avec toutes
les précisions indispensables, selon qu’il s’agit :

 Soit d’un attachement de régie pour lequel il faut noter :

 Les temps passés à l’exécution en spécifiant les catégories professionnelles

 Les temps d’utilisation d’engins.

 Soit d’un attachement des travaux pour lequel il faut noter : la nature et les quantités d’ouvrages
selon le libellé habituel des devis descriptifs, et au besoin y joindre croquis et photos, surtout
lorsque les travaux risquent d’être cachés par la suite.

 Le rapport journalier, la feuille de corvée témoignent également chaque jour, au sujet des quantités de
travaux réalisés.

5. Synthèse

Ce contrôle est indispensable pour les raisons suivantes :

- L’établissement des situations mensuelles des travaux ou des factures au tiers ;

- Le calcul des rendements et des primes éventuelles ;

Page 159 sur 191


- Le calcul des temps élémentaires, et étude de leur variation en cours d’exécution ;

- La prise d’attachement de travaux imprévus ;

- La mise à jour des plannings d’avancement des travaux, des tableaux de cyclage des tâches répétitives

Le chef de chantier et les chefs d’équipe d’une part, le conducteur des travaux ou le commis, ou encore le métreur,
d’autre part, participent à ces relevés de quantités d’ouvrages réalisés.

J’identifie les documents de contrôle des quantités d’ouvrages exécutées

Les documents de contrôle :

 Certaines entreprises utilisent des feuilles de tâches propres à chaque équipe de base ou figurent sous
forme très schématique les activités à accomplir : le chef d’équipe responsable note de manière très simple
et rapide la quantité exécutée, et même sa localisation. Par exemple, il marque :

- D’une croix, une zone coulée de plancher ;

- D’un cercle, les poteaux ou les voiles réalisés ;

- D’un trait plus ou moins long, le pourcentage de chaque activité élémentaire concernée.

Il signe le bon de travail daté, ce qui permet en outre, un cas de malfaçon, de retrouver immédiatement.

 L’emploi du carnet d’attachement.

C’est un carnet à duplicata (toujours en 3 exemplaires) destiné à relever le travail qui a été fait avec toutes
les précisions indispensables, selon qu’il s’agit :

 Soit d’un attachement de régie pour lequel il faut noter :

 Les temps passés à l’exécution en spécifiant les catégories professionnelles

 Les temps d’utilisation d’engins.

 Soit d’un attachement des travaux pour lequel il faut noter : la nature et les quantités d’ouvrages
selon le libellé habituel des devis descriptifs, et au besoin y joindre croquis et photos, surtout
lorsque les travaux risquent d’être cachés par la suite.

 Le rapport journalier, la feuille de corvée témoignent également chaque jour, au sujet des quantités de
travaux réalisés.

6. Je m’entraine et je m’évalue

6.1. En restituant la leçon

Réponse :

- Le chef de chantier ;

Page 160 sur 191


- Les chefs d’équipe ;

- Le conducteur des travaux ou le commis ;

- Le métreur.

6.2. En utilisant mes connaissances

Réponse:

- Les feuilles de tâches ;

- Le carnet d’attachement ;

- Le rapport journalier ;

- La feuille de corvée ;

Page 161 sur 191


Objectif 4 : Résoudre les problèmes sociaux

Leçon 32 : Les types de problèmes sociaux


1. Attentes:

Définir un conflit

Identifier les types de conflit et les principales sources

2. Contenu des apprentissages :

Les types de problèmes sociaux

3. Matériel didactique

Manuel des procédures, Contrat

4. Démarches méthodologiques

4.1. Mise en situation

Le chef de chantier a engagé les différents techniciens expérimentés pour la réalisation des travaux de son ouvrage.
Apres deux semaines d’exécution, il constate une bagarre entre deux maçons. D’après vous, quelle serait l’origine
de cette bagarre ?
4.1.1. Réponses attendues

Les problèmes sociaux

4.1.2. Motivation des apprenants par rapport au sujet :

Attirer alors l’attention des apprenants en leur montrant les images se trouvant dans le manuel de l’apprenant.
L’enseignant annonce et note au tableau le sujet de la nouvelle leçon : Les types des problèmes sociaux

4.1.3. Matériels /documents proposés :

Le manuel de l’apprenant et le guide de l’enseignant

4.2. Mise en activité

Faire observer les images du manuel de l’apprenant de l’activité 1. Amener les apprenants à constater :

Des personnes serrées, une benne, un chantier, un tuyau, un bâtiment, etc.

Faire conclure que cette figure illustre des ouvriers qui sont en conflit.

Inviter les apprenants à Définir un conflit et à identifier les types de conflit et les principales sources :

Définition d’un conflit


Le conflit est un phénomène social inhérent à la nature humaine omniprésent dans la vie sociale quoique prenant
des formes plurielles.
Les conflits font partie de la nature humaine. Qu’on soit jeune ou vieux, riche ou pauvre, européen, américain,
africain, océanien, asiatique ; qu’on soit en famille, au service avec les collègues, entre dirigeants, on vit partout et
en permanence avec des conflits ; ceux – ci se retrouvent dans tout ce qui rassemble les humains.

Page 162 sur 191


En d’autres mots, les conflits constituent parfois des facteurs de division mais aussi de cohésion sociale. La variété
des conflits exige qu’ils soient analysés pour en avoir une compréhension bien partagée.
Les conflits sont par ailleurs un signe infaillible et nécessaire qui caractérise parfois nos relations avec les gens. Le
problème rencontré dans nos relations sociales n’est pas celui de pouvoir éradiquer les conflits entre nous, mais de
trouver la meilleure attitude ou comportement pour les résoudre de façon la plus constructive possible.

Sens du Terme « Conflit »


Le conflit est un comportement caractéristique à un individu qui ne lui permet pas de prendre une décision, ou un
comportement différencié des membres d’un groupe humain suite à leur divergence dans la compréhension des
intérêts de chacun. Le conflit est donc l’incompréhension entre deux ou plusieurs personnes sur une chose, un fait,
le sens d’un mot ou sur une façon de faire

N.B. Le comportement conflictuel est inné, non spécifique et parfois nécessaire.


Inné : le comportement conflictuel est inscrit dans notre comportement habituel
Non spécifique: le comportement conflictuel est caractéristique à tout le monde quel qu’il soit.
Parfois nécessaire : La résolution rapide d’un conflit par les concernés eux-mêmes permet à ces derniers de mieux
s’entendre et de s’en prévenir.
Typologies de conflits

 Conflits de faible ampleur


Il s’agit de conflits faciles à résoudre mais qui peuvent évoluer en conflits latents quand ils ne sont résolus à temps.
Exemple : Piétiner par maladresse quelqu’un sur chantier. Quand on demande pardon à la victime, il n’y a pas de
suite. Il s’agit d’un conflit sans motivation, non réfléchi.
 Conflits latents
Exemple : Quand un ouvrier touche un salaire inférieur à celui des autres ouvriers de même compétence technique
(formation et expérience) par le fait qu’il n’est pas en bonne collaboration avec son chef de chantier. Et que par
après, ils se rencontrent dans un bistro alors que cet ouvrier se trouve déjà dans une autre entreprise ou il est
mieux rémunéré. En se rappelant de l’iniquité de cet ancien chef de chantier, il lui a insulté jusqu’à l’affrontement.

 Conflits ouverts
Il s’agit d’un conflit éclatant.

Exemple : Supposons quand un chef de chantier attrape en flagrant délit un ouvrier entrain de voler des sacs
ciment et qu’il le renvoie sans le payer les jours déjà prestés.

Principales sources de conflits

 Conflits liés à la méconnaissance


Il s’agit de conflits consécutifs à la désinformation ou, tout court, au manque d’information.
 Conflits de relation
Ce sont des conflits basés sur des liens et relations : parenté, intérêts communs, amitié ou émotions. Ce genre de
conflits peuvent détériorer les relations qui vous unissaient tandis qu’il était facile de les résoudre.
 Conflits culturels et identitaires
Ces conflits trouvent leurs origines dans la différence de cultures, des idéologies et de coutumes. Cependant, quels
que soit leurs niveaux, ces différences ne conduisent pas toujours à des conflits. Les conflits arrivent dès lors qu’un
groupe impose à un autre sa culture ou ses coutumes ou lui interdit la pratique de ses croyances.
 Les conflits de procédures ou de systèmes d’organisation
Ce sont des conflits liés aux systèmes d’organisation socio-structurelle de la société. 12

Page 163 sur 191


 Les conflits d’ intérêt

Il s’agit souvent des conflits d’ordre politique et/ou économique entre les acteurs ou des conflits fondés sur le
partage, ou de liaison par les mêmes biens qu’ils partagent ou qui les lient.

Perceptions par rapport aux conflits

En général, les gens ne perçoivent, ni ne comprennent les choses de la même manière ; ceci parce qu’ils n’évoluent
pas ensemble, n’ont pas la même éducation ou n’ont pas les mêmes attentes de la vie.
Le milieu : La différence de notre milieu de vie induit la perception et la conception différentes des choses.
Formation : Ce qu’on a appris façonne différemment la perception différente des faits par les gens.
Nos attentes : Ce sont nos attentes qui font qu’on comprenne différemment les choses.

5. synthèse

Définition d’un conflit


Le conflit est un phénomène social inhérent à la nature humaine omniprésent dans la vie sociale quoique prenant
des formes plurielles.
Les conflits font partie de la nature humaine. Qu’on soit jeune ou vieux, riche ou pauvre, européen, américain,
africain, océanien, asiatique ; qu’on soit en famille, au service avec les collègues, entre dirigeants, on vit partout et
en permanence avec des conflits ; ceux – ci se retrouvent dans tout ce qui rassemble les humains.
En d’autres mots, les conflits constituent parfois des facteurs de division mais aussi de cohésion sociale. La variété
des conflits exige qu’ils soient analysés pour en avoir une compréhension bien partagée.
Les conflits sont par ailleurs un signe infaillible et nécessaire qui caractérise parfois nos relations avec les gens. Le
problème rencontré dans nos relations sociales n’est pas celui de pouvoir éradiquer les conflits entre nous, mais de
trouver la meilleure attitude ou comportement pour les résoudre de façon la plus constructive possible.

Sens du Terme « Conflit »


Le conflit est un comportement caractéristique à un individu qui ne lui permet pas de prendre une décision, ou un
comportement différencié des membres d’un groupe humain suite à leur divergence dans la compréhension des
intérêts de chacun. Le conflit est donc l’incompréhension entre deux ou plusieurs personnes sur une chose, un fait,
le sens d’un mot ou sur une façon de faire

N.B. Le comportement conflictuel est inné, non spécifique et parfois nécessaire.


Inné : le comportement conflictuel est inscrit dans notre comportement habituel
Non spécifique: le comportement conflictuel est caractéristique à tout le monde quel qu’il soit.
Parfois nécessaire : La résolution rapide d’un conflit par les concernés eux-mêmes permet à ces derniers de mieux
s’entendre et de s’en prévenir.
Typologie de conflits

 Conflits de faible ampleur


Il s’agit de conflits faciles à résoudre mais qui peuvent évoluer en conflits latents quand ils ne sont résolus à temps.
Exemple : Piétiner par maladresse quelqu’un sur chantier. Quand on demande pardon à la victime, il n’y a pas de
suite. Il s’agit d’un conflit sans motivation, non réfléchi.
 Conflits latents

Page 164 sur 191


Exemple : Quand un ouvrier touche un salaire inférieur à celui des autres ouvriers de même compétence technique
(formation et expérience) par le fait qu’il n’est pas en bonne collaboration avec son chef de chantier. Et que par
après, ils se rencontrent dans un bistro alors que cet ouvrier se trouve déjà dans une autre entreprise ou il est
mieux rémunéré. En se rappelant de l’iniquité de cet ancien chef de chantier, il lui a insulté jusqu’à l’affrontement.

 Conflits ouverts
Il s’agit d’un conflit éclatant.

Exemple : Supposons quand un chef de chantier attrape en flagrant délit un ouvrier entrain de voler des sacs
ciment et qu’il le renvoie sans le payer les jours déjà prestés.

Principales sources de conflits

 Conflits liés à la méconnaissance


Il s’agit de conflits consécutifs à la désinformation ou, tout court, au manque d’information.
 Conflits de relation
Ce sont des conflits basés sur des liens et relations : parenté, intérêts communs, amitié ou émotions. Ce genre de
conflits peuvent détériorer les relations qui vous unissaient tandis qu’il était facile de les résoudre.
 Conflits culturels et identitaires
Ces conflits trouvent leurs origines dans la différence de cultures, des idéologies et de coutumes. Cependant, quels
que soit leurs niveaux, ces différences ne conduisent pas toujours à des conflits. Les conflits arrivent dès lors qu’un
groupe impose à un autre sa culture ou ses coutumes ou lui interdit la pratique de ses croyances.
 Les conflits de procédures ou de systèmes d’organisation
Ce sont des conflits liés aux systèmes d’organisation socio-structurelle de la société. 12

 Les conflits d’ intérêt

Il s’agit souvent des conflits d’ordre politique et/ou économique entre les acteurs ou des conflits fondés sur le
partage, ou de liaison par les mêmes biens qu’ils partagent ou qui les lient.

Perceptions par rapport aux conflits

En général, les gens ne perçoivent, ni ne comprennent les choses de la même manière ; ceci parce qu’ils n’évoluent
pas ensemble, n’ont pas la même éducation ou n’ont pas les mêmes attentes de la vie.
Le milieu : La différence de notre milieu de vie induit la perception et la conception différentes des choses.
Formation : Ce qu’on a appris façonne différemment la perception différente des faits par les gens.
Nos attentes : Ce sont nos attentes qui font qu’on comprenne différemment les choses.

6. Je m’entraine et je m’évalue

6.1. En restituant la leçon


Réponse:
Le conflit est un phénomène social inhérent à la nature humaine omniprésent dans la vie sociale quoique prenant
des formes plurielles.

6.2. En utilisant mes connaissances


Réponse :
Conflit de relation

Page 165 sur 191


Ce sont des conflits basés sur des liens et relations : parenté, intérêts communs, amitié ou émotions. Ce genre de
conflits peuvent détériorer les relations qui vous unissaient tandis qu’il était facile de les résoudre.

Tandis que

Les conflits d’intérêt

Il s’agit souvent des conflits d’ordre politique et/ou économique entre les acteurs ou des conflits fondés sur le
partage, ou de liaison par les mêmes biens qu’ils partagent ou qui les lient.

Page 166 sur 191


Leçon 33 : Les méthodes de résolution des problèmes sociaux
1. Attentes:

Définir la résolution des problèmes ;

Déterminer la procédure de négociation

2. Contenu des apprentissages :

Les méthodes de résolution des problèmes sociaux

3. Matériel didactique

4. Démarches méthodologiques

4.1.1. Mise en situation

Le chef de l’entreprise SOTRA constate un mauvais climat au niveau de ses employés et décide d’engager un
nouveau chef administratif et financier capable de détecter la genèse de cette situation et de mettre fin à ce conflit.
D’après vous, quelles serait la raison de cet engagement ?

4.1.1. Réponses attendues

La résolution des problèmes sociaux

4.1.2. Motivation des apprenants par rapport au sujet :

Attirer alors l’attention des apprenants en leur montrant les images se trouvant dans le manuel de l’apprenant.
L’enseignant annonce et note au tableau le sujet de la nouvelle leçon : Les méthodes de résolution des problèmes
sociaux

4.1.3. Matériels /documents proposés :

Le manuel de l’apprenant et le guide de l’enseignant

4.2. Mise en activité

Faire observer les images du manuel de l’apprenant et amener les apprenants à constater :

Des documents, cinq personnes en position debout, des armoires (FIG A)

Deux personnes qui se saluent, un gobelet, des lunettes, deux registres (FIG B)

Faire conclure que ces figures illustrent la résolution pacifique des conflits entre deux personnes.

Inviter les apprenants à Définir la résolution des problèmes et à déterminer la procédure de négociation :

Définition de la résolution d’un conflit

Page 167 sur 191


La résolution de conflit est un concept associé aux relations humaines, principalement lié au management et aux
méthodes et outils d'aide à la prise de décision. Elle consiste dans le choix d'une solution à un affrontement et sa
mise en œuvre.
La résolution de conflit se distingue de la résolution de problèmes par son côté relationnel : dans un cas il s'agit de
faire disparaître un différend entre personnes, dans l'autre cas il s'agit de faire disparaître une situation non désirée
par une personne. Cette définition n'exclut pas les problèmes relationnels : un conflit est souvent vécu comme un
problème, sans réciproque. Dans tous les cas, il faudra analyser la cause du conflit en utilisant la méthodologie de
résolution de problèmes:

1. analyse des causes du conflit (trois types : de communication, de groupe, de pouvoir)


2. préparation de la négociation suivant la cause retenue et le contexte (intégration des problématiques de
l'autre)
3. discussion (tour de table, symétrie, improvisation)
4. conclusion

Négociation
Ce processus de communication vise à conclure un accord avec des interlocuteurs ayant des intérêts opposés. Il
stimulera la recherche des intérêts des participants, plutôt que la défense de leurs positions. L'équité ne signifie pas
l'équité mathématique, mais le juste équilibre des deux parties (exemple : dans l'entreprise la hausse des salaires
doit tenir aussi compte des besoins de l'entreprise, en investissements). La négociation fait parfois appel à un
médiateur neutre. En négociation, l'accent est mis sur la volonté de recherche d'un accord entre les parties, plutôt
que sur des règles ou de procédures pré-établies.
De plus en plus, la négociation est utilisée comme arme psychologique pour déstabiliser l'adversaire en dehors de
toute rationalité. La posture du refus de négocier en fait partie, en particulier dans les situations dites captives où les
deux parties sont prisonnières d'un problème sans autre possibilité de trouver un accord ou de tout perdre.
La négociation peut se dérouler selon le schéma suivant :

 Le diagnostic de la situation (atouts, compétences, détection des positions de l'interlocuteur...) ;


 La préparation (données disponibles, mise au point des tactiques, identification des marges de
manœuvre, définition des butées, positions de repli possibles) ;
 La discussion (poser tout sur la table, lever l'implicite, identifier les moyens à mettre en œuvre, garder
une position ferme non négociable) ;
 La conclusion (synthèse, bilan, définition de la mise en œuvre opérationnelle, dédramatisation).
Parfois, la peur de perdre la face est importante dans une négociation, expliquant l'entêtement des protagonistes
dans la poursuite de leurs objectifs premiers.
Les outils à utiliser sont procéduraux, mais aussi comportementaux.

5. Synthèse

Définition la résolution d’un conflit

La résolution de conflit est un concept associé aux relations humaines, principalement lié au management et aux
méthodes et outils d'aide à la prise de décision. Elle consiste dans le choix d'une solution à un affrontement et sa
mise en œuvre.
La résolution de conflit se distingue de la résolution de problèmes par son côté relationnel : dans un cas il s'agit de
faire disparaître un différend entre personnes, dans l'autre cas il s'agit de faire disparaître une situation non désirée
par une personne. Cette définition n'exclut pas les problèmes relationnels : un conflit est souvent vécu comme un
problème, sans réciproque. Dans tous les cas, il faudra analyser la cause du conflit en utilisant la méthodologie de
résolution de problèmes:

Page 168 sur 191


1. analyse des causes du conflit (trois types : de communication, de groupe, de pouvoir)

1. préparation de la négociation suivant la cause retenue et le contexte (intégration des problématiques de


l'autre)
2. discussion (tour de table, symétrie, improvisation)
3. conclusion

Négociation
Ce processus de communication vise à conclure un accord avec des interlocuteurs ayant des intérêts opposés. Il
stimulera la recherche des intérêts des participants, plutôt que la défense de leurs positions. L'équité ne signifie pas
l'équité mathématique, mais le juste équilibre des deux parties (exemple : dans l'entreprise la hausse des salaires
doit tenir aussi compte des besoins de l'entreprise, en investissements). La négociation fait parfois appel à un
médiateur neutre. En négociation, l'accent est mis sur la volonté de recherche d'un accord entre les parties, plutôt
que sur des règles ou de procédures pré-établies.
De plus en plus, la négociation est utilisée comme arme psychologique pour déstabiliser l'adversaire en dehors de
toute rationalité. La posture du refus de négocier en fait partie, en particulier dans les situations dites captives où les
deux parties sont prisonnières d'un problème sans autre possibilité de trouver un accord ou de tout perdre.
La négociation peut se dérouler selon le schéma suivant :

 Le diagnostic de la situation (atouts, compétences, détection des positions de l'interlocuteur...) ;


 La préparation (données disponibles, mise au point des tactiques, identification des marges de
manœuvre, définition des butées, positions de repli possibles) ;
 La discussion (poser tout sur la table, lever l'implicite, identifier les moyens à mettre en œuvre, garder
une position ferme non négociable) ;
 La conclusion (synthèse, bilan, définition de la mise en œuvre opérationnelle, dédramatisation).
Parfois, la peur de perdre la face est importante dans une négociation, expliquant l'entêtement des protagonistes
dans la poursuite de leurs objectifs premiers.
Les outils à utiliser sont procéduraux, mais aussi comportementaux.

6. Je m’entraine et je m’évalue

6.1. En restituant la leçon


Réponse :

La résolution de conflit est un concept associé aux relations humaines, principalement lié au management et aux
méthodes et outils d'aide à la prise de décision. Elle consiste dans le choix d'une solution à un affrontement et sa
mise en œuvre.

6.2. En utilisant mes connaissances

Réponse :

 Le diagnostic de la situation (atouts, compétences, détection des positions de l'interlocuteur...) ;


 La préparation (données disponibles, mise au point des tactiques, identification des marges de
manœuvre, définition des butées, positions de repli possibles) ;
 La discussion (poser tout sur la table, lever l'implicite, identifier les moyens à mettre en œuvre, garder
une position ferme non négociable) ;
 La conclusion (synthèse, bilan, définition de la mise en œuvre opérationnelle, dédramatisation).

Page 169 sur 191


Compétence 6: Replier le chantier

Eléments de compétence 1 : Planifier la réception des travaux

Objectifs 1 : Identifier et réaliser les corrections

Leçon 34: Les types de malfaçon et les méthodes de correction

1. Attentes:

Définir une malfaçon

Identifier et Réaliser les corrections les malfaçons

Donner les remèdes de défense en cas de malfaçons dans un ouvrage

2. Contenu des apprentissages :

Les types de malfaçon et les méthodes de correction

3. Matériel didactique

Instruments de mesure,

4. Démarches méthodologiques

4.1. Mise en situation

Monsieur BANDEREMBAKO a confié un marché à une entreprise SODU pour construire un centre de santé. Avant la
réception des travaux, il fait recours à un expert du bâtiment pour lui demander les préalables à adopter afin que
cette réception ait lieu. Quelle sera l’aide de cet expert ?

4.1.1. Réponses attendues

Vérifier les types de malfaçon.

4.1.2. Motivation des apprenants par rapport au sujet :

Attirer alors l’attention des apprenants en leur montrant les images se trouvant dans le manuel de l’apprenant.
L’enseignant annonce et note au tableau le sujet de la nouvelle leçon : Les types de malfaçon et les méthodes de
correction

4.1.3. Matériels /documents proposés :

Le manuel de l’apprenant et le guide de l’enseignant

4.2. Mise en activité

Faire observer les images du manuel de l’apprenant de l’activité 1. Amener les apprenants à constater :

Un bâtiment, les fenêtres, les lignes brisées, la phrase « absence de chainage » (Sur la FIG A)
Page 170 sur 191
Un bâtiment, la façade principale, les portes, les fenêtres, les arbres, le jardin, une ligne brisée sur la hauteur de
toute la maison (Sur la FIG B)

Faire conclure que ces figures illustrent les différentes malfaçons des ouvrages.

Inviter les apprenants à :

Définir une malfaçon

Identifier et Réaliser les corrections les malfaçons

Donner les remèdes de défense en cas de malfaçons dans un ouvrage

Définition de la malfaçon

La malfaçon c’est une anomalie, un défaut, une non-conformité, ou une imperfection d’une construction. Ces
défauts peuvent résulter des matériaux employés ou de la réalisation.

L’entrepreneur doit prendre en charge la malfaçon. Vous devez lui adresser une lettre de mise en demeure de
réparation des malfaçons de l’habitation. Cette lettre peut être également rédigée par l’entreprise qui a conclu le
contrat avec l’entrepreneur.

Dans les cas où l’entrepreneur n’exécute pas les travaux nécessaires pour remédier aux malfaçons il vous sera
possible d’intenter une action en justice contre lui.

Utilisation de la lettre de mise en demeure

Cette lettre peut être utilisée par tout particulier ou entreprise mécontent des travaux réalisés par un entrepreneur.
Elle permet de demander la réalisation des travaux, en donnant un délai pour leur réalisation.

Vous devez indiquer :

 La date et la nature du contrat conclu avec l’entrepreneur (construction, rénovation),


 La nature des travaux ainsi que l’adresse du chantier,
 La nature des malfaçons (plafond fissuré, carrelage mal scellé…) ainsi que leur date de survenance,
 Donner un délai raisonnable à l’entrepreneur pour remédier aux défauts.

La lettre de mise en demeure doit être envoyée par lettre recommandée avec accusé de réception à l’entrepreneur
chargé des travaux.

J’identifie les types de malfaçons :

Les principaux défauts observés sur les murs en briques :

Page 171 sur 191


De nombreux défauts sont observables sur les murs en briques : dégradation du matériau, efflorescences,
fissurations ou encore infiltrations d’eau. La brique est un matériau de construction ancien mais encore très courant,
notamment dans les régions géographiques où le sous-sol contient de l’argile. Défauts et pathologies ne l’épargnent
cependant pas.

Caractériser l’apparence des fissures sur une maison

Superficielles ou structurelles, les fissures sur la façade d’une construction constituent des désordres ayant
l’apparence de déchirure. Localiser les fissures représente le point zéro de leur observation. Mais de nombreux
paramètres entrent en ligne de compte pour caractériser les fissures et ainsi connaître leur origine. Cela dans le but
final de déterminer les solutions à apporter.

Une fissure a généralement tendance à s’ouvrir en été et à se refermer en hiver. Son activité suit en cela le rythme
des saisons. Ces variations témoignent de l’activité d’une fissure. Une faible amplitude de l’ordre de 0,2 à 0,4
millimètres s’explique par les modifications de températures entre le jour et la nuit ou par des causes
hygrométriques. Si une plus grande fluctuation se produit, c’est le signe que la cause de la fissure est toujours
présente, continuant à libérer des contraintes dans la maçonnerie.

Cinq Origines de l’apparition de fissures sur une maison

Page 172 sur 191


D’où viennent les fissures ? En général, elles ne viennent pas du mur lui-même, mais de ce sur quoi il repose : les
fondations et le sol. Si les appuis de la maison bougent après la construction, des tensions apparaissent ; et quand
les tensions deviennent trop fortes pour les matériaux utilisés, le mur peut se fissurer. Le poids de la maison est alors
de moins en moins bien réparti, ce qui fragilise encore davantage le bâtiment. 5 scénarios sont particulièrement
fréquents.

Du ruissellement des eaux à l’apparition des fissures

En s’écoulant, l’eau emporte imperceptiblement des fragments de sol. Même dans un contexte de pluviométrie
normale, une mauvaise évacuation des eaux souterraines peut avoir de graves conséquences. Par exemple, quand
l’eau coule naturellement vers la maison du fait de la pente, elle va avoir tendance à traverser le sol au niveau des
fondations et à les mettre à nu, en évacuant au fur et à mesure la terre sur laquelle elles reposaient. Ce problème
s’appelle l’affouillement, également connu sous le nom de déchaussement des fondations. Dans ce cas, un
tassement différentiel est susceptible de se produire : certaines zones de la maison s’affaissent, d’où des tensions
dans les murs et les dallages, provoquant leur fissuration.

Les sols argileux propices à la fissuration des constructions


Les parties argileuses du sol se gorgent d’eau lorsque la terre est humide. Inversement, elles vont se dessécher et,
par conséquent se rétracter, quand le temps est sec et chaud. Ainsi, en cas de variations de la température et du
niveau d’humidité, le sol sous la construction se trouve alors être instable et irrégulier. De ce fait, la survenue de
tassements différentiels est très fréquente, tout comme l’apparition de fissures sur le bâtiment.

Le manque de prise en compte des contraintes du sol

Pour envisager la construction d’une maison dans les meilleures conditions possibles, il faut bien entendu tenir
compte des spécificités du terrain, au moment de réaliser les plans. Une étude des caractéristiques du sol est donc
normalement menée par un professionnel, qui analyse les différentes couches du sol, leur capacité de portance et
les risques qui y sont liés. Se passer de cette étude géotechnique revient à avancer à l’aveugle. Pourtant, certaines
personnes la négligent (maîtres d’ouvrage et professionnels du bâtiment) et doivent par la suite faire face à des
fissures qui auraient pu être évitées.

L’absence de joint de dilatation en cas d’extension de la maison

Une maison n’est pas toujours construite en une seule fois ; il arrive qu’un garage, un appentis, ou une aile entière,
soient ajoutés par la suite. Dans ce cas-là, il est très important de mettre en place un joint de dilatation entre la
partie principale et les extensions. Ce joint va limiter les tensions entre les deux parties du logement, qu’elles soient
liées à des questions de température ou de tassement différentiel. L’absence de joint de dilatation est une cause
fréquente de fissuration des maisons.

Les fondations détériorées à cause du gel

Page 173 sur 191


Pour éviter qu’elles ne soient en proie au gel, il est préférable que les fondations soient mises en place à une
profondeur adaptée. Ainsi, elles n’auront pas à supporter de brusques augmentations du volume de la terre en cas
de gel (+ 10%) et s’abîmeront beaucoup moins vite. Or, l’état des fondations a un impact direct sur l’apparition des
fissures… car mal chaussée, une maison finit presque toujours par se fissurer.

Je donne les remèdes de défense en cas de malfaçons dans un ouvrage

Les remèdes de défense en cas de malfaçons dans un ouvrage

La construction peut passer d’un doux rêve à un terrible cauchemar, lorsqu’on fait face à un constructeur peu
scrupuleux ou totalement incompétent. Vous n’avez aucune connaissance en matière de construction, et vous avez
des doutes sur la qualité de votre nouvelle maison. Vous redoutez de passer à côté d’importantes malfaçons, lors de
la réception. Votre constructeur vous fait du chantage. Quelques conseils pour se défendre, en cas de défauts de la
construction dans sa maison :

Constructeur, maître-chanteur

Vous avez découvert des malfaçons lors de la réception de votre maison. Vous souhaitez les lister dans le procès-
verbal de réception. Mais le constructeur vous menace de ne pas vous donner les clés, si vous ne payez pas le solde,
ou si vous établissez une liste des réserves. Il faut s’avoir que ce chantage est interdit, et puni par la loi.

Recourir à des professionnels tout terrain. Le jour de la réception…

Le constructeur vous semble louche. Vous n’avez aucune confiance en lui. Vous pouvez recourir à un huissier, le jour
de la réception de votre maison, pour constater le défaut de construction. Cependant, il ne dispose pas des
compétences techniques nécessaires pour identifier les malfaçons (de la charpente, par exemple), et établir une liste
des réserves exhaustive. Il est ainsi conseillé de faire également appel à un expert en bâtiment, spécialiste de la
construction. Ils peuvent s’avérer, tous deux, des alliés indispensables pour le bon déroulement de la réception.
Ou faire constater les désordres pendant le délai de 8 jours après la réception
Vous avez 8 jours, à partir de la réception de l’ouvrage, pour dénoncer les malfaçons touchant votre maison. La liste
des réserves peut, en effet, être complétée, en envoyant une lettre recommandée avec accusé de réception au
constructeur. Il faut savoir que ce délai est perdu, si vous vous faites assister par un expert bâtiment le jour de la
réception. C’est pourquoi, il parait plus judicieux que l’expert en bâtiment intervienne le lendemain de la réception.
Serein et sans pression, il peut examiner le logement sous toutes les coutures, sans crainte de subir une quelconque
pression du constructeur.

Des garanties pour vous protéger

Il existe plusieurs garanties en matière de construction de maison individuelle. Les malfaçons, notées dans le procès-
verbal de réception, devront être levées, dans le cadre de la garantie de parfait achèvement. Cette garantie dure un
an, à compter de la réception. Les autres garanties légales (garanties de bon fonctionnement et décennale,
notamment), commencent au bout d’un an, à compter du jour de la réception. La garantie décennale prend en
charge les désordres et malfaçons, apparaissant dans les 10 ans après la réception, rendant l’ouvrage impropre à sa
destination ou menaçant grandement l’intégrité de votre maison. Quant à la garantie de bon fonctionnement, d’une
durée de deux ans à compter de la réception, elle concerne les équipements (radiateurs, chaudière, etc.).

5. Synthèse

Définition de la malfaçon

La malfaçon c’est une anomalie, un défaut, une non-conformité, ou une imperfection d’une construction. Ces
défauts peuvent résulter des matériaux employés ou de la réalisation.

Page 174 sur 191


L’entrepreneur doit prendre en charge la malfaçon. Vous devez lui adresser une lettre de mise en demeure de
réparation des malfaçons de l’habitation. Cette lettre peut être également rédigée par l’entreprise qui a conclu le
contrat avec l’entrepreneur.

Dans les cas où l’entrepreneur n’exécute pas les travaux nécessaires pour remédier aux malfaçons il vous sera
possible d’intenter une action en justice contre lui.

Utilisation de la lettre de mise en demeure

Cette lettre peut être utilisée par tout particulier ou entreprise mécontent des travaux réalisés par un entrepreneur.
Elle permet de demander la réalisation des travaux, en donnant un délai pour leur réalisation.

Vous devez indiquer :

 La date et la nature du contrat conclu avec l’entrepreneur (construction, rénovation),


 La nature des travaux ainsi que l’adresse du chantier,
 La nature des malfaçons (plafond fissuré, carrelage mal scellé…) ainsi que leur date de survenance,
 Donner un délai raisonnable à l’entrepreneur pour remédier aux défauts.

La lettre de mise en demeure doit être envoyée par lettre recommandée avec accusé de réception à l’entrepreneur
chargé des travaux.

Les types de malfaçons :

Les principaux défauts observés sur les murs en briques :

De nombreux défauts sont observables sur les murs en briques : dégradation du matériau, efflorescences,
fissurations ou encore infiltrations d’eau. La brique est un matériau de construction ancien mais encore très courant,
notamment dans les régions géographiques où le sous-sol contient de l’argile. Défauts et pathologies ne l’épargnent
cependant pas.

Page 175 sur 191


Caractériser l’apparence des fissures sur une maison

Superficielles ou structurelles, les fissures sur la façade d’une construction constituent des désordres ayant
l’apparence de déchirure. Localiser les fissures représente le point zéro de leur observation. Mais de nombreux
paramètres entrent en ligne de compte pour caractériser les fissures et ainsi connaître leur origine. Cela dans le but
final de déterminer les solutions à apporter.

Une fissure a généralement tendance à s’ouvrir en été et à se refermer en hiver. Son activité suit en cela le rythme
des saisons. Ces variations témoignent de l’activité d’une fissure. Une faible amplitude de l’ordre de 0,2 à 0,4
millimètres s’explique par les modifications de températures entre le jour et la nuit ou par des causes
hygrométriques. Si une plus grande fluctuation se produit, c’est le signe que la cause de la fissure est toujours
présente, continuant à libérer des contraintes dans la maçonnerie.

Cinq Origines de l’apparition de fissures sur une maison

D’où viennent les fissures ? En général, elles ne viennent pas du mur lui-même, mais de ce sur quoi il repose : les
fondations et le sol. Si les appuis de la maison bougent après la construction, des tensions apparaissent ; et quand
les tensions deviennent trop fortes pour les matériaux utilisés, le mur peut se fissurer. Le poids de la maison est alors
de moins en moins bien réparti, ce qui fragilise encore davantage le bâtiment. 5 scénarios sont particulièrement
fréquents.

Page 176 sur 191


Du ruissellement des eaux à l’apparition des fissures

En s’écoulant, l’eau emporte imperceptiblement des fragments de sol. Même dans un contexte de pluviométrie
normale, une mauvaise évacuation des eaux souterraines peut avoir de graves conséquences. Par exemple, quand
l’eau coule naturellement vers la maison du fait de la pente, elle va avoir tendance à traverser le sol au niveau des
fondations et à les mettre à nu, en évacuant au fur et à mesure la terre sur laquelle elles reposaient. Ce problème
s’appelle l’affouillement, également connu sous le nom de déchaussement des fondations. Dans ce cas, un
tassement différentiel est susceptible de se produire : certaines zones de la maison s’affaissent, d’où des tensions
dans les murs et les dallages, provoquant leur fissuration.

Les sols argileux propices à la fissuration des constructions


Les parties argileuses du sol se gorgent d’eau lorsque la terre est humide. Inversement, elles vont se dessécher et,
par conséquent se rétracter, quand le temps est sec et chaud. Ainsi, en cas de variations de la température et du
niveau d’humidité, le sol sous la construction se trouve alors être instable et irrégulier. De ce fait, la survenue de
tassements différentiels est très fréquente, tout comme l’apparition de fissures sur le bâtiment.

Le manque de prise en compte des contraintes du sol

Pour envisager la construction d’une maison dans les meilleures conditions possibles, il faut bien entendu tenir
compte des spécificités du terrain, au moment de réaliser les plans. Une étude des caractéristiques du sol est donc
normalement menée par un professionnel, qui analyse les différentes couches du sol, leur capacité de portance et
les risques qui y sont liés. Se passer de cette étude géotechnique revient à avancer à l’aveugle. Pourtant, certaines
personnes la négligent (maîtres d’ouvrage et professionnels du bâtiment) et doivent par la suite faire face à des
fissures qui auraient pu être évitées.

L’absence de joint de dilatation en cas d’extension de la maison

Une maison n’est pas toujours construite en une seule fois ; il arrive qu’un garage, un appentis, ou une aile entière,
soient ajoutés par la suite. Dans ce cas-là, il est très important de mettre en place un joint de dilatation entre la
partie principale et les extensions. Ce joint va limiter les tensions entre les deux parties du logement, qu’elles soient
liées à des questions de température ou de tassement différentiel. L’absence de joint de dilatation est une cause
fréquente de fissuration des maisons.

Les fondations détériorées à cause du gel


Pour éviter qu’elles ne soient en proie au gel, il est préférable que les fondations soient mises en place à une
profondeur adaptée. Ainsi, elles n’auront pas à supporter de brusques augmentations du volume de la terre en cas
de gel (+ 10%) et s’abîmeront beaucoup moins vite. Or, l’état des fondations a un impact direct sur l’apparition des
fissures… car mal chaussée, une maison finit presque toujours par se fissurer.

Les remèdes de défense en cas de malfaçons dans un ouvrage

Page 177 sur 191


La construction peut passer d’un doux rêve à un terrible cauchemar, lorsqu’on fait face à un constructeur peu
scrupuleux ou totalement incompétent. Vous n’avez aucune connaissance en matière de construction, et vous avez
des doutes sur la qualité de votre nouvelle maison. Vous redoutez de passer à côté d’importantes malfaçons, lors de
la réception. Votre constructeur vous fait du chantage. Quelques conseils pour se défendre, en cas de défauts de la
construction dans sa maison :

Constructeur, maître-chanteur

Vous avez découvert des malfaçons lors de la réception de votre maison. Vous souhaitez les lister dans le procès-
verbal de réception. Mais le constructeur vous menace de ne pas vous donner les clés, si vous ne payez pas le solde,
ou si vous établissez une liste des réserves. Il faut s’avoir que ce chantage est interdit, et puni par la loi.

Recourir à des professionnels tout terrain. Le jour de la réception…

Le constructeur vous semble louche. Vous n’avez aucune confiance en lui. Vous pouvez recourir à un huissier, le jour
de la réception de votre maison, pour constater le défaut de construction. Cependant, il ne dispose pas des
compétences techniques nécessaires pour identifier les malfaçons (de la charpente, par exemple), et établir une liste
des réserves exhaustive. Il est ainsi conseillé de faire également appel à un expert en bâtiment, spécialiste de la
construction. Ils peuvent s’avérer, tous deux, des alliés indispensables pour le bon déroulement de la réception.
Ou faire constater les désordres pendant le délai de 8 jours après la réception
Vous avez 8 jours, à partir de la réception de l’ouvrage, pour dénoncer les malfaçons touchant votre maison. La liste
des réserves peut, en effet, être complétée, en envoyant une lettre recommandée avec accusé de réception au
constructeur. Il faut savoir que ce délai est perdu, si vous vous faites assister par un expert bâtiment le jour de la
réception. C’est pourquoi, il parait plus judicieux que l’expert en bâtiment intervienne le lendemain de la réception.
Serein et sans pression, il peut examiner le logement sous toutes les coutures, sans crainte de subir une quelconque
pression du constructeur.

Des garanties pour vous protéger

Il existe plusieurs garanties en matière de construction de maison individuelle. Les malfaçons, notées dans le procès-
verbal de réception, devront être levées, dans le cadre de la garantie de parfait achèvement. Cette garantie dure un
an, à compter de la réception. Les autres garanties légales (garanties de bon fonctionnement et décennale,
notamment), commencent au bout d’un an, à compter du jour de la réception. La garantie décennale prend en
charge les désordres et malfaçons, apparaissant dans les 10 ans après la réception, rendant l’ouvrage impropre à sa
destination ou menaçant grandement l’intégrité de votre maison. Quant à la garantie de bon fonctionnement, d’une
durée de deux ans à compter de la réception, elle concerne les équipements (radiateurs, chaudière, etc.).

6. Je m’entraine et je m’évalue

6.1. En restituant la leçon


Réponse :

La malfaçon c’est une anomalie, un défaut, une non-conformité, ou une imperfection d’une construction. Ces
défauts peuvent résulter des matériaux employés ou de la réalisation.

6.2. En utilisant mes connaissances

Réponse :

La malfaçon c’est une anomalie, un défaut, une non-conformité, ou une imperfection d’une construction. Ces
défauts peuvent résulter des matériaux employés ou de la réalisation.

Page 178 sur 191


Objectifs 2 : Préparer les plans de récolement

Leçon 35: Les plans de récolement

1. Attentes:

Définir le plan de récolement

Donner l’utilité des plans de récolement

2. Contenu des apprentissages :

Les types de plans de récolement

3. Matériel didactique

Plans, instruments de mesure

4. Démarches méthodologiques

4.1. Mise en situation.

Monsieur CUBAHIRO a donné un marché de construction à l’entreprise ROBUCO. Apres l’exécution des travaux, il a
été informé que certaines modifications ont été opérées pendant l’exécution. A base de quel document
constatera-t-il ces modifications ?

4.1.1. Réponses attendues

Les plans de récolement

4.1.2. Motivation des apprenants par rapport au sujet :

Attirer alors l’attention des apprenants en leur montrant les images se trouvant dans le manuel de l’apprenant.
L’enseignant annonce et note au tableau le sujet de la nouvelle leçon : Les plans de récolement

4.1.3. Matériels /documents proposés :

Le manuel de l’apprenant et le guide de l’enseignant

4.2. Mise en activité

Faire observer les images du manuel de l’apprenant et amener les apprenants à constater :

Un papier contenant des dessins, un dessinateur portant un porte-mine (figure A) ;

Des lignes droites et courbes, des points, des dessins (Figure B) ;

Faire conclure que tous ces plans illustrent des plans de récolement.

Inviter les apprenants à :

Page 179 sur 191


Définir le plan de récolement

Donner l’utilité des plans de récolement

Définition du plan de récolement.

Un plan de récolement est un plan qui décrit les travaux réellement réalisés à la fin d'un chantier, par opposition aux
plans de projet qui décrivent les travaux prévus.
Le plan de récolement de travaux fait partie des différentes sortes de plans employés pour la réalisation
d’une construction de maison ou d’un autre type d’aménagement urbain.

Il peut soit être établi par un géomètre, soit par l'exécutant des travaux à partir du dernier indice du plan d’exécution
des ouvrages.

Le récolement est une opération réalisé quand un chantier arrive à son terme. Notons qu’il faut dissocier les termes
« récolement » et « recollement ». Cette dernière étant nécessaire pour vérifier les objets lors d’un inventaire ou
d’une saisie.

Le récolement est une pratique menée dans le but d’identifier les travaux qui ont été réellement effectués.
Il permet ainsi de vérifier l’endroit où ont été placés des objets ou le lieu où ont été effectués les travaux
différents de ce qui a été prévue au départ. Ces endroits d’implantation prévisionnelle peuvent être changés à cause
de la nature du terrain à bâtir par exemple.

Il doit être fourni, d'une part à l'administration dans le cadre d'une demande de permis modificatif pour permettre
d'établir le certificat de conformité des travaux réalisés, d'autre part au maître de l'ouvrage pour permettre
la réception (construction) et la mise en garantie.

La liste minimale des plans exigés est définie comme suit :


 Plans du gros œuvre et du génie civil

 Fondations
 Structure (coffrage et ferraillage)
 Pour les bâtiments :
o Charpente
o Plan de chaque niveau précisant la nature des planchers et les charges admissibles
 Plans des réseaux intérieurs
Concernant la totalité des réseaux, et présentés sur fond de plan d'architecte, ils préciseront :

 le cheminement des réseaux ;


 la nature et caractéristiques dimensionnelles des réseaux (dimensions, matériaux, etc.) ;
 l’implantation des équipements et ouvrages de production, raccordements sur réseaux extérieurs, organes
d’isolement, etc.
 la profondeur des réseaux et l'altimétrie de celui-ci : Profondeur du TN (Terrain Naturel) et du FE (Fil d'Eau :
point bas de la canalisation)

Page 180 sur 191


 Une triangulation (perpendiculaire si possible) de chaque point spécifique (Regard, coude, fracture de pente,
etc.), sur un ouvrage dur (bâti, mur de construction, poteau, etc., le cas échéant d'un bord de chaussée si,
bien matérialisé sur place)

L’utilité d’un plan de récolement

Il est important de connaître à quoi sert un plan de récolement étant donné qu’on le retrouve souvent lors de
l’achèvement des travaux de construction. C’est un plan obligatoire qui intervient à la fin d’un chantier afin de
vérifier les travaux réalisés.

Ce type de document permet d’avoir plus de performance en ce qui concerne la maintenance des réseaux. Il est
également fait dans le but de prévoir des accidents ainsi que de planifier les tâches à réalisés ultérieurement.

Le plan de récolement est également très important et est exigé pour la construction d’un lotissement. Cela permet
de connaître le vrai emplacement des réseaux enterrés. Il est fait à l’achèvement des travaux de construction dans le
but de vérifier si les installations sont bien conformes au plan initial.

Quand et où doit se dérouler le récolement ?


 Le récolement doit être effectué en même temps que le déroulement du
Chantier. Il nécessite une bonne coordination des divers acteurs afin de
minimiser les dépenses et d'augmenter son efficacité. Ceci peut, par exemple,
se décliner par certaines actions avant et après chantier.
 En outre les diverses indications, qui font l'objet du récolement, doivent être
saisies sur le terrain et pour certaines informations à fouilles ouvertes. Ce
n'est pas anodin car il est vraisemblable que certains récolements sont
réalisés en partant du dossier de projet. Celui-ci étant simplement complété
par quelques informations ponctuelles.
Pour les constructeurs de maisons individuelles, ce type de procédé n’est pas obligatoire.

En quoi consiste le récolement ?


Quelles que soient les constructions en cours, il convient de saisir toutes les
indications décrivant l'ensemble des parties constituant l'ouvrage et permettant de les
localiser afin d'en assurer la maintenance, et d'apporter toutes les modifications
nécessaires à leur bon fonctionnement ou à leur bonne utilisation. Toutefois, il est
utile de distinguer lors de cette intervention les deux aspects suivants : le domaine
public en général et le domaine public routier et plus particulièrement communal et
intercommunal.
Pour le domaine public en général, les travaux portent sur la réalisation ou la
rénovation d'un équipement public tel que les écoles, les crèches, les églises, les
gymnases, le stade ou sur l'aménagement d'espaces publics comme les espaces
Verts optiques, les jardins, les parcs les plaines de jeux, etc.

5. Synthèse

Définition du plan de récolement.

Page 181 sur 191


Un plan de récolement est un plan qui décrit les travaux réellement réalisés à la fin d'un chantier, par opposition aux
plans de projet qui décrivent les travaux prévus.
Le plan de récolement de travaux fait partie des différentes sortes de plans employés pour la réalisation
d’une construction de maison ou d’un autre type d’aménagement urbain.

Il peut soit être établi par un géomètre, soit par l'exécutant des travaux à partir du dernier indice du plan d’exécution
des ouvrages.

Le récolement est une opération réalisé quand un chantier arrive à son terme. Notons qu’il faut dissocier les termes
« récolement » et « recollement ». Cette dernière étant nécessaire pour vérifier les objets lors d’un inventaire ou
d’une saisie.

Le récolement est une pratique menée dans le but d’identifier les travaux qui ont été réellement effectués.
Il permet ainsi de vérifier l’endroit où ont été placés des objets ou le lieu où ont été effectués les travaux
différents de ce qui a été prévue au départ. Ces endroits d’implantation prévisionnelle peuvent être changés à cause
de la nature du terrain à bâtir par exemple.

Il doit être fourni, d'une part à l'administration dans le cadre d'une demande de permis modificatif pour permettre
d'établir le certificat de conformité des travaux réalisés, d'autre part au maître de l'ouvrage pour permettre
la réception (construction) et la mise en garantie.

La liste minimale des plans exigés est définie comme suit :


 Plans du gros œuvre et du génie civil

 Fondations
 Structure (coffrage et ferraillage)
 Pour les bâtiments :
o Charpente
o Plan de chaque niveau précisant la nature des planchers et les charges admissibles
 Plans des réseaux intérieurs
Concernant la totalité des réseaux, et présentés sur fond de plan d'architecte, ils préciseront :

 le cheminement des réseaux ;


 la nature et caractéristiques dimensionnelles des réseaux (dimensions, matériaux, etc.) ;
 l’implantation des équipements et ouvrages de production, raccordements sur réseaux extérieurs, organes
d’isolement, etc.
 la profondeur des réseaux et l'altimétrie de celui-ci : Profondeur du TN (Terrain Naturel) et du FE (Fil d'Eau :
point bas de la canalisation)
 Une triangulation (perpendiculaire si possible) de chaque point spécifique (Regard, coude, fracture de pente,
etc.), sur un ouvrage dur (bâti, mur de construction, poteau, etc., le cas échéant d'un bord de chaussée si,
bien matérialisé sur place)

L’utilité d’un plan de récolement

Il est important de connaître à quoi sert un plan de récolement étant donné qu’on le retrouve souvent lors de
l’achèvement des travaux de construction. C’est un plan obligatoire qui intervient à la fin d’un chantier afin de
vérifier les travaux réalisés.
Page 182 sur 191
Ce type de document permet d’avoir plus de performance en ce qui concerne la maintenance des réseaux. Il est
également fait dans le but de prévoir des accidents ainsi que de planifier les tâches à réalisés ultérieurement.

Le plan de récolement est également très important et est exigé pour la construction d’un lotissement. Cela permet
de connaître le vrai emplacement des réseaux enterrés. Il est fait à l’achèvement des travaux de construction dans le
but de vérifier si les installations sont bien conformes au plan initial.

Quand et où doit se dérouler le récolement ?


 Le récolement doit être effectué en même temps que le déroulement du
Chantier. Il nécessite une bonne coordination des divers acteurs afin de
minimiser les dépenses et d'augmenter son efficacité. Ceci peut, par exemple,
se décliner par certaines actions avant et après chantier.
 En outre les diverses indications, qui font l'objet du récolement, doivent être
saisies sur le terrain et pour certaines informations à fouilles ouvertes. Ce
n'est pas anodin car il est vraisemblable que certains récolements sont
réalisés en partant du dossier de projet. Celui-ci étant simplement complété
par quelques informations ponctuelles.
Pour les constructeurs de maisons individuelles, ce type de procédé n’est pas obligatoire.

En quoi consiste le récolement ?


Quelles que soient les constructions en cours, il convient de saisir toutes les
indications décrivant l'ensemble des parties constituant l'ouvrage et permettant de les
localiser afin d'en assurer la maintenance, et d'apporter toutes les modifications
nécessaires à leur bon fonctionnement ou à leur bonne utilisation. Toutefois, il est
utile de distinguer lors de cette intervention les deux aspects suivants : le domaine
public en général et le domaine public routier et plus particulièrement communal et
intercommunal.
Pour le domaine public en général, les travaux portent sur la réalisation ou la
rénovation d'un équipement public tel que les écoles, les crèches, les églises, les
gymnases, le stade ou sur l'aménagement d'espaces publics comme les espaces
Verts optiques, les jardins, les parcs les plaines de jeux, etc.

6. Je m’entraine et je m’évalue

6.1. En restituant la leçon


Réponse :
Un plan de récolement est un plan qui décrit les travaux réellement réalisés à la fin d'un chantier, par opposition aux
plans de projet qui décrivent les travaux prévus.

6.2. En utilisant mes connaissances

Réponse :

Page 183 sur 191


Il est important de connaître à quoi sert un plan de récolement étant donné qu’on le retrouve souvent lors de
l’achèvement des travaux de construction. C’est un plan obligatoire qui intervient à la fin d’un chantier afin de
vérifier les travaux réalisés.

Ce type de document permet d’avoir plus de performance en ce qui concerne la maintenance des réseaux. Il est
également fait dans le but de prévoir des accidents ainsi que de planifier les tâches à réalisés ultérieurement.

Le plan de récolement est également très important et est exigé pour la construction d’un lotissement. Cela permet
de connaître le vrai emplacement des réseaux enterrés. Il est fait à l’achèvement des travaux de construction dans le
but de vérifier si les installations sont bien conformes au plan initial.

Page 184 sur 191


Objectifs 3 : Préparer la réception des travaux

Leçon 36: La livraison des travaux


1. Attentes:

Définir la livraison des travaux ;


Donner le processus de livraison des travaux et type de retard ;
Déterminer l’organisation de la réception provisoire, la réception définitive et les pénalités de retard.

2. Contenu des apprentissages :

La livraison des travaux

3. Matériel didactique

Plans, instruments de mesure

4. Démarches méthodologiques

4.1. Mise en situation

Dr Ingénieur Benno de l’entreprise de construction SOTECO souhaite aller en vacance en Europe à la fin de
l’année. Comme il a déjà terminé les travaux du marché de construction d’un laboratoire de l’INSP avant
l’échéance convenue ; quelle procédure légale à utiliser pour qu’il soit libre ?

4.1.1. Réponses attendues

Livrer les travaux

4.1.2. Motivation des apprenants par rapport au sujet :

Attirer alors l’attention des apprenants en leur montrant les images se trouvant dans le manuel de l’apprenant.
L’enseignant annonce et note au tableau le sujet de la nouvelle leçon La livraison des travaux

4.1.3. Matériels /documents proposés :

Le manuel de l’apprenant et le guide de l’enseignant

4.2. Mise en activité

Faire observer les images du manuel de l’apprenant et amener les apprenants à constater :

Un bâtiment, des chaises, une table,…


Faire conclure que l ‘image illustre la livraison des travaux.

Inviter les apprenants à :

Définir la livraison des travaux ;


Donner le processus de livraison des travaux et type de retard ;
Déterminer l’organisation de la réception provisoire, la réception définitive et les pénalités de retard.

Définition de livraison des travaux :

Page 185 sur 191


La livraison des travaux est le moment à partir duquel le client (Maitre d’ouvrage) peut prendre possession de
l’ouvrage (qui n’est plus un chantier) et l’exploiter. Elle est concrétisée par une réception provisoire et une réception
définitive.

Le processus de livraison des travaux et types des retards


Je donne le processus de livraison des travaux et types des retards

Le processus de livraison des travaux


La livraison des travaux se définit immédiatement à l’achèvement des travaux lequel doit correspondre
contractuellement avec le délai d’exécution prévu dans le cahier spécial de charges (ou dossier d’appel d’offres) des
ou du marché(s).
La mise en fonction de l’ouvrage, l’acceptation des clés, le paiement des sommes du marché sont considérés comme
valant la réception provisoire car on paie les travaux réalisés sauf pour l’avance de démarrage qui d’ailleurs lui aussi
aurait été cautionnée avant son octroi.

Quand la réception provisoire est prononcée en dehors du délai imparti, l’entrepreneur se voit appliqué les pénalités
de retard prévues dans le cahier spécial des charges ; néanmoins ce dernier peut ne pas subir ces pénalités dans le
cas où le retard ne lui est pas imputable.

Les types des retards :


a).Retard imputable au Maitre d’ouvrage :
Retard dans la délivrance des pièces du marché ;
- Retard dans la mise à la disposition du terrain nécessaire à l’exécution des travaux ;
- Modification apportées aux travaux (avenant) ;
- Retard de paiement à l’entrepreneur qui a pu suivant une certaine procédure être conduit à arrêter les
travaux ;

b) Retard imputable à l’entrepreneur :


C’est dans le cas même s’il n’était pas à l’origine de la cause du retard, il n’a pas été à la hauteur de justifier ce
retard. Alors l’entrepreneur sera responsable du retard dans la livraison toutes les fois qu’il n’a pas pu justifier ce
retard qui serait provenu d’une cause étrangère qui ne peut pas lui être imputée.

NB. Dans certains cas et si cela était convenu et écrit dans le cahier spécial des charges certains matériaux
importés sous licence publique peuvent connaitre une rupture d’approvisionnement donnant lieu à une
prolongation.

Il y a les cas qui ne peuvent pas être imputés à l’entrepreneur, par exemple :
Les cas de force majeur (foudre, guerre, des pluies torrentielles………………) imprévisibles et contre lesquels on ne
peut pas se prévenir.

On ne peut pas prétendre prolonger le délai par le fait qu’il y a eu grève des ouvriers du chantier et on se rend
compte du coût important d’une grève sur un chantier, immobilisation du matériel, retard à rattraper ou pénalités
de retard à payer et la position désagréable vis –à-vis du client.

D’autre part, pour les intempéries, réglementairement, il a été établi par mois un nombre de jours « probables »
d’intempéries ; tant que les intempéries réelles (dûment constatées par le maitre d’œuvre) ne dépassent pas ce
nombre, l’entrepreneur n’aura pas de prolongation de délai mais dans le cas contraire les jours supplémentaires
sont ajoutés au délai global des travaux.

Détermination de l’organisation de la réception provisoire, la réception définitive et les pénalités de retard.

Je détermine l’organisation de la réception provisoire, la réception définitive et les pénalités de retard.

Organisation de la réception provisoire

Page 186 sur 191


Sur demande du Maitre d’œuvre ou l’entrepreneur dès qu’il a terminé les travaux, mais naturellement c’est ce
premier qui organise la réception : il convoque le Maitre d’ouvrage et l’entrepreneur en concertation de ce dernier
car c’est lui qui signe le document contractuel de la réception. Dans le cas où il se manifeste les travaux n’ayant pas
complétement terminés et les malfaçons, s’ils sont de faible importance, la réception sera prononcée avec des
réserves qui devront être levées dans un délai précis ne dépassant pas 15jours ou moins. Dans le cas contraire, la
réception est refusée, l’entrepreneur sera conduit à terminer les travaux avec risque de dépasser le délai et subir les
pénalités de retard.

L’entrepreneur doit faire tout son maximum pour que la réception soit prononcée sans réserves pour sa renommée
et sa fiabilité vis-à-vis du Maitre d’ouvrage et Maitre d’œuvre car s’ils sont satisfaits, ce sera un argument de poids
pour l’entrepreneur lors d’un futur dépouillement d’appel d’offres auquel aura de nouveau participé les mêmes
acteurs.

Une bonne méthode pour réussir une réception provisoire consiste à faire une répétition ou une réception officieuse
(avec le Maitre d’œuvre mais sans le Maitre d’ouvrage) 15jours avant la fin probable des travaux. Les réserves
notées à ce moment pourront être levées par l’entrepreneur sans préjudices avant la vraie réception provisoire qui
sera faite normalement sans aucune réserve.

La réception provisoire produit des effets suivants : le Maitre d’ouvrage prend possession de l’ouvrage et
l’entrepreneur est libéré de sa responsabilité civile vis-à-vis de l’ouvrage et le paiement de la première moitié de la
retenue de garantie.

Organisation de la réception définitive.

Lors de la réception provisoire, on ne peut constater l’état des lieux en un petit instant ; il est prévu un délai d’une
année pendant lequel le client relève les malfaçons éventuelles constatées au cours de l’utilisation, fonctionnement
de son ouvrage. Ce délai est appelé : Délai de garantie de bon fonctionnement.

A l’expiration de ce délai on procède à la réception définitive qui se fait dans les mêmes conditions que la réception
provisoire. S’il y’a des malfaçons (encore), la réception faite est conditionnelle et ne prend effet qu’au jour où les
réparations sont constatées.

Cette réception définitive produit des effets suivants :


- Paiement de la moitié restante de la retenue de garantie ;
-Mettre fin à l’obligation pour l’entrepreneur d’entretenir les ouvrages ;

Elle sert de départ à la garantie décennale pour certains travaux.

Les pénalités de retard :


Le Cahier des charges prévoit des pénalités de retard car un ouvrage dès qu’il est terminé à construire, il est mis
directement à l’exploitation ou au service. Un retard est donc préjudiciable à l’exploitation de l’ouvrage. Pertes des
locations pour un hôtel, pertes de bénéfices pour une usine, gênes de véhicules pour les routes, etc….
Il est donc normal que l’entrepreneur subisse des pénalités financières au cas de retard. D’autre part l’entrepreneur
sachant qu’il y’a des pénalités, il devra s’efforcer pour bien terminer ces travaux afin de ne pas subir lesdites
pénalités et si retard il y en a les frais découlant de ces pénalités vaut payer pour compenser le préjudice occasionné.
Les pénalités sont fixées de deux façons : Forfaitairement ou en pourcentage du montant des travaux à réaliser et on
en dégage la formule que l’on doit marquer dans le cahier spécial des charges par exemple 1/1000 de la valeur de la
tranche en retard par jour calendaire retardé. On ne pourra pas dépasser 10% du montant du marché de base ou
complété par les avenants.

5. Synthèse
Page 187 sur 191
Définition de livraison des travaux :

La livraison des travaux est le moment à partir duquel le client (Maitre d’ouvrage) peut prendre possession de
l’ouvrage (qui n’est plus un chantier) et l’exploiter. Elle est concrétisée par une réception provisoire et une réception
définitive.

Le processus de livraison des travaux et types des retards


Je donne le processus de livraison des travaux et types des retards

Le processus de livraison des travaux


La livraison des travaux se définit immédiatement à l’achèvement des travaux lequel doit correspondre
contractuellement avec le délai d’exécution prévu dans le cahier spécial de charges (ou dossier d’appel d’offres) des
ou du marché(s).
La mise en fonction de l’ouvrage, l’acceptation des clés, le paiement des sommes du marché sont considérés comme
valant la réception provisoire car on paie les travaux réalisés sauf pour l’avance de démarrage qui d’ailleurs lui aussi
aurait été cautionnée avant son octroi.

Quand la réception provisoire est prononcée en dehors du délai imparti, l’entrepreneur se voit appliqué les pénalités
de retard prévues dans le cahier spécial des charges ; néanmoins ce dernier peut ne pas subir ces pénalités dans le
cas où le retard ne lui est pas imputable.

Les types des retards :


a).Retard imputable au Maitre d’ouvrage :
Retard dans la délivrance des pièces du marché ;
- Retard dans la mise à la disposition du terrain nécessaire à l’exécution des travaux ;
- Modification apportées aux travaux (avenant) ;
- Retard de paiement à l’entrepreneur qui a pu suivant une certaine procédure être conduit à arrêter les
travaux ;

b) Retard imputable à l’entrepreneur :


C’est dans le cas même s’il n’était pas à l’origine de la cause du retard, il n’a pas été à la hauteur de justifier ce
retard. Alors l’entrepreneur sera responsable du retard dans la livraison toutes les fois qu’il n’a pas pu justifier ce
retard qui serait provenu d’une cause étrangère qui ne peut pas lui être imputée.

NB. Dans certains cas et si cela était convenu et écrit dans le cahier spécial des charges certains matériaux
importés sous licence publique peuvent connaitre une rupture d’approvisionnement donnant lieu à une
prolongation.

Il y a les cas qui ne peuvent pas être imputés à l’entrepreneur, par exemple :
Les cas de force majeur (foudre, guerre, des pluies torrentielles………………) imprévisibles et contre lesquels on ne
peut pas se prévenir.

On ne peut pas prétendre prolonger le délai par le fait qu’il y a eu grève des ouvriers du chantier et on se rend
compte du coût important d’une grève sur un chantier, immobilisation du matériel, retard à rattraper ou pénalités
de retard à payer et la position désagréable vis –à-vis du client.

D’autre part, pour les intempéries, réglementairement, il a été établi par mois un nombre de jours « probables »
d’intempéries ; tant que les intempéries réelles (dûment constatées par le maitre d’œuvre) ne dépassent pas ce
nombre, l’entrepreneur n’aura pas de prolongation de délai mais dans le cas contraire les jours supplémentaires
sont ajoutés au délai global des travaux.

Détermination de l’organisation de la réception provisoire, la réception définitive et les pénalités de retard.

Je détermine l’organisation de la réception provisoire, la réception définitive et les pénalités de retard.

Page 188 sur 191


Organisation de la réception provisoire
Sur demande du Maitre d’œuvre ou l’entrepreneur dès qu’il a terminé les travaux, mais naturellement c’est ce
premier qui organise la réception : il convoque le Maitre d’ouvrage et l’entrepreneur en concertation de ce dernier
car c’est lui qui signe le document contractuel de la réception. Dans le cas où il se manifeste les travaux n’ayant pas
complétement terminés et les malfaçons, s’ils sont de faible importance, la réception sera prononcée avec des
réserves qui devront être levées dans un délai précis ne dépassant pas 15jours ou moins. Dans le cas contraire, la
réception est refusée, l’entrepreneur sera conduit à terminer les travaux avec risque de dépasser le délai et subir les
pénalités de retard.

L’entrepreneur doit faire tout son maximum pour que la réception soit prononcée sans réserves pour sa renommée
et sa fiabilité vis-à-vis du Maitre d’ouvrage et Maitre d’œuvre car s’ils sont satisfaits, ce sera un argument de poids
pour l’entrepreneur lors d’un futur dépouillement d’appel d’offres auquel aura de nouveau participé les mêmes
acteurs.

Une bonne méthode pour réussir une réception provisoire consiste à faire une répétition ou une réception officieuse
(avec le Maitre d’œuvre mais sans le Maitre d’ouvrage) 15jours avant la fin probable des travaux. Les réserves
notées à ce moment pourront être levées par l’entrepreneur sans préjudices avant la vraie réception provisoire qui
sera faite normalement sans aucune réserve.

La réception provisoire produit des effets suivants : le Maitre d’ouvrage prend possession de l’ouvrage et
l’entrepreneur est libéré de sa responsabilité civile vis-à-vis de l’ouvrage et le paiement de la première moitié de la
retenue de garantie.

Organisation de la réception définitive.

Lors de la réception provisoire, on ne peut constater l’état des lieux en un petit instant ; il est prévu un délai d’une
année pendant lequel le client relève les malfaçons éventuelles constatées au cours de l’utilisation, fonctionnement
de son ouvrage. Ce délai est appelé : Délai de garantie de bon fonctionnement.

A l’expiration de ce délai on procède à la réception définitive qui se fait dans les mêmes conditions que la réception
provisoire. S’il y’a des malfaçons (encore), la réception faite est conditionnelle et ne prend effet qu’au jour où les
réparations sont constatées.

Cette réception définitive produit des effets suivants :


- Paiement de la moitié restante de la retenue de garantie ;
-Mettre fin à l’obligation pour l’entrepreneur d’entretenir les ouvrages ;

Elle sert de départ à la garantie décennale pour certains travaux.

Les pénalités de retard :


Le Cahier des charges prévoit des pénalités de retard car un ouvrage dès qu’il est terminé à construire, il est mis
directement à l’exploitation ou au service. Un retard est donc préjudiciable à l’exploitation de l’ouvrage. Pertes des
locations pour un hôtel, pertes de bénéfices pour une usine, gênes de véhicules pour les routes, etc….
Il est donc normal que l’entrepreneur subisse des pénalités financières au cas de retard. D’autre part l’entrepreneur
sachant qu’il y’a des pénalités, il devra s’efforcer pour bien terminer ces travaux afin de ne pas subir lesdites
pénalités et si retard il y en a les frais découlant de ces pénalités vaut payer pour compenser le préjudice occasionné.
Les pénalités sont fixées de deux façons : Forfaitairement ou en pourcentage du montant des travaux à réaliser et on
en dégage la formule que l’on doit marquer dans le cahier spécial des charges par exemple 1/1000 de la valeur de la
tranche en retard par jour calendaire retardé. On ne pourra pas dépasser 10% du montant du marché de base ou
complété par les avenants.

Page 189 sur 191


6. Je m’entraine et je m’évalue

6.1. En restituant la leçon


Réponses :

1. La livraison des travaux est le moment à partir duquel le client (Maitre d’ouvrage) peut prendre possession de
l’ouvrage (qui n’est plus un chantier) et l’exploiter. Elle est concrétisée par une réception provisoire et une réception
définitive.

2. - Paiement de la moitié restante de la retenue de garantie ;


- Mettre fin à l’obligation pour l’entrepreneur d’entretenir les ouvrages ;

6.2. En utilisant mes connaissances

Réponse :

Les pénalités sont fixées de deux façons : Forfaitairement ou en pourcentage du montant des travaux à réaliser et on
en dégage la formule que l’on doit marquer dans le cahier spécial des charges par exemple 1/1000 de la valeur de la
tranche en retard par jour calendaire retardé. On ne pourra pas dépasser 10% du montant du marché de base ou
complété par les avenants.

Page 190 sur 191


Page 191 sur 191