Vous êtes sur la page 1sur 13

Université Mohammed 1er, Oujda.

ENSA Oujda.
CP 1ère année. Analyse 2

TD 3.
Equations diérentielles

Exercice 1.
0
y
1. Soient a, b ∈ R avec a > 0. Résoudre l'équation diérentielle = b.
y 2 − a2
2. Déterminer y une fonction réelle de la variable réelle x ∈ R vériant (E) (1 + cos2 x)y + sin(2x)y = 0.
0

Corrigé Exercice 1 :
1 1 1 1
1. En décomposant en éléments simples, on a = ( − ).
y 2 − a2 2a y − a y + a
y − a
Ainsi y est solution de (E) ⇐⇒
dy

dy
= 2ab ⇐⇒ ln = 2abx + C ⇐⇒ y − a = K e2 a b x .
y−a y+a y + a y+a
1 + K e2abx
Et, donc y est solution de (E) ⇐⇒ y = a , où K ∈ R.
1 − K e2abx
0 0
y sin(2 x) dy (1 + cos2 x)
2. y est solution de (E) ⇐⇒ =− 2
⇐⇒ =− dx.
y 1 + cos x y 1 + cos2 x
Ainsi, en intégrant, on obtient ln y = ln(1 + cos2 x) + C , c'est à dire y = y(x) = K (1 + cos2 x), où K ∈ R.

Exercice 2. Chercher une solution évidente pour les équations diérentielles suivantes puis les résoudre sur R.
1. y − xy = 1 − x2 .
0
(E)
2. (1 + x2 )y + xy = 1 + 2x2 .
0
(E)

Corrigé Exercice 2 :
1. On remarque que y0 = x est une solution
0
particulière de E .
y dy x2
De plus, y est solution de (E0 ) ⇐⇒ = x ⇐⇒ = x dx ⇐⇒ ln |y| = + C.
y y 2
2
Ainsi y1 est une solution générale de (E0 ) si et seulement si y1 = y1 (x) = K e 2 , où K ∈ R.
x

x2
Et nalement, y est solution de E si et seulement si y = y+ y1 c'est à dire y = x + K e 2 , où K ∈ R.
2. On remarque que y0 = x est une0
solution particulière de E .
y x dy 1 2x 1
De plus, y solt de (E0 ) ⇐⇒ =− ⇐⇒ =− dx ⇐⇒ ln |y| = − ln(1 + x2 ) + C .
y 1 + x2 y 2 1 + x2 2
K
Ainsi y1 est une solution générale de (E0 ) si et seulement si y1 = y1 (x) = √ , où K ∈ R.
1 + x2
Et nalement, y est solution de E si et seulement si y = y+ y1 c'est à dire y = x + √1+x K
2
, où K ∈ R.

1
Exercice 3. Soit l'équation diérentielle
0
(E) (1 − x2 )y − 2xy = x2 .
1. Résoudre (E) sur I1 =] − ∞, −1[, I2 =] − 1, 1[ et I1 =]1, +∞[.
2. Montrer que (E) n'admet pas de solution dénie sur R.
3. Montrer que (E) admet une unique solution dénie sur ] − ∞, 1[.

Corrigé Exercice 3 :
1. Recherche d'une solution générale (notée ye) de l'équation homogène (E0 ) :
Soit x ∈ Ik , k=1, 2, ou0 3, alors
y 2x dy −2 x
y solt de (E0 ) ⇐⇒ = 2
⇐⇒ =− ⇐⇒ ln y = − ln(1 − x2 ) = ln(1 − x2 )−1 + C .
y 1−x y 1 − x2
K
Ainsi ye solt générale de (E0 ) si et seulement si ye = ye(x) = . Donc, on a ye solt générale de (E0 ) si et
|1 − x2 |
 k1
 ye1 = 2 si x ∈ I1 =] − ∞, −1[
x −1



k2

seulement si ye = ye(x) = ye2 = si x ∈ I2 =] − 1, 1[ .
 1 − x2
 ye3 = k3

si x ∈ I3 =]1, +∞[


x2 − 1
Recherche d'une solution particulière (notée yp ) de l'équation (E) :
On va utiliser la méthode de la variation de la constante pour rechercher une solution particulière de E sous
C(x)
la forme yp = pour x ∈ Ik .
1 − x0 2
0
C (x) (1 − x2 ) + 2 x C(x)
 
C(x)
Comme = , il vient que
1 − x2 (1 − x2 )2
0
C(x) C (x) (1 − x2 ) + 2 x C(x) C(x)
est solution de = x2 =⇒ C (x) = x2 .
0
yp = (E) =⇒ − 2x
1 − x2 1 − x2 1 − x2
x3
On peut alors prendre C(x) = (car on recherche une solution particulière).
3
x3
Et ainsi yp = yp (x) = est une solution particulière de E pour x ∈ Ik (k=1,2 ou 3).
3 (1 − x2 )
En résumé, les fonctions y solutions de E sur I1 ∪ I2 ∪ I3 ont la forme générale ci dessous :
C1 + x3


 y1 (x) = si x ∈ I1 =] − ∞, −1[
3 (1 − x2 )



3

C2 + x

y(x) = y2 (x) = si x ∈ I2 =] − 1, 1[

 3 (1 − x2 )
3
C3 + x

si x ∈ I3 =]1, +∞[

 y3 (x) =


3 (1 − x2 )
1 1
2. D'après l'équation (E), on voit que si y est solution de E) alors nécessairement y(−1) = et y(1) = − .
2 2
Or, notons que la continuité de y en x0 = −1 exige que C1 = C2 = 1, et par contre la continuité de y en
x0 = 1 exige que C2 = C3 = −1.
Ainsi, on voit que (E) ne peut admettre de solution dénie sur R.
3. Si on se restreint à l'ensemble I = I1 ∪ I2 , on peut obtanir un raccord en x0 = −1 en prenant C1 = C2 = 1.
Ainsi, la fonction f dénie par :
1 + x3



 3 (1 − x2 )
 si x ∈ I1 =] − ∞, −1[∪] − 1, 1[
f (x) =
 1

si

x = −1

2
x2 − x + 1
est l'unique solution de (E) qui soit dénie sur ] − ∞, 1[. On peut alors vérier que f (x) = pour
3 (1 − x)
tout x ∈] − ∞, 1[.

2
Exercice 4. Montrer que chacune des équations diérentielles suivantes, admet une solution unique dénie sur R.
1. (x − 1)(x2 + 1)y − (x2 − 2x − 1)y = 2x.
0
(E)
2. (1 − x2 )y + xy = ax, (a ∈ R).
0
(E)

Corrigé Exercice 4 :
1. Montrons que (E) (x − 1)(x2 + 1)y − (x2 − 2x − 1)y = 2x admet une unique solution dénie sur R.
0

• En recherchant une solution générale ye de l'équation homogène, on trouve que

C1 (x2 + 1)


 si x ∈ I1 =] − ∞, 1[
x−1


ye =
2
 C2 (x + 1) si x ∈ I1 =]1, +∞[



x−1

• En recherchant yp une solution particulière de E (à l'aide de la méthode de la variation de la constante),


−1
on trouve yp =
x−1

• D'après ce qui précède, on voit que pour que y soit solution de E dénie sur R, il faut que

C1 (x2 + 1) − 1


 si x ∈ I1 =] − ∞, 1[
x−1






y(x) = C2 (x2 + 1) − 1
si x ∈ I1 =]1, +∞[
x−1






si x = 1


1

Ainsi, en étudiant le raccord en x0 =-1, on trouve que l'unique solution de (E) dénie sur R est obtenue
1 1
pour C1 = C2 = . C'est à dire y(x) = (x + 1).
2 2

2. Soit a ∈ R. Montrons que (E) (1 − x2 )y + xy = a x admet une unique solution dénie sur R.
0

• On peut vérier que yp = a est une solution particulière (évidente) de (E).

• En résolvant l'équation homogène (E0 ) sur tout p intervalle de R ne contenant pas 1 et -1, on trouve que
la solution générale de (E0 ) est ye = ye(x) = C |1 − x2 |.

• D'après ce qui précède, lapsolution générale de (E) sur tout intervalle de R ne contenant pas 1 et -1 est
donnée par ye = ye(x) = C |1 − x2 | + a.
En étudiant
√ le raccord en x0 = −1 (ou x0 = 1), on doit vérier que y est dérivable en x0 . Or la fonction
x 7−→ C 1 − x2 n'est pas dérivable en x0 = −1 (ou x0 = 1) saut lorsque C = 0.
Finalement, on voit que l'unique solution de (E) dénie sur R est obtenue pour C = 0. C'est à dire
y(x) = a pour tout réel x.

Exercice 5. On considère les équations diérentielles (Ey ) x y +2(x+1) y +(x+2) y = 0 et (Ez ) z +2 z +z = 0.


00 0 00 0

1. Vérier que y est solution de (Ey ) si et seulement si z = x y est solution de (Ez ).


2. Résoudre (Ez ) sur R et en déduire les solutions de (Ey ) sur I1 =] − ∞, 0[ et sur I2 =]0, +∞[.
3. Déterminer f l'unique solution de (Ey ) dénie sur R et vériant f (0) = 1.
Corrigé Exercice 5 :

3
1. Soit z = x y alors z = x y + y et z = x y + 2 y . Ainsi,
0 0 00 00 0

z solution de (Ez )
00 0 0
⇐⇒ x y + 2 y + 2 (x y + y) + x y = 0
00 0
⇐⇒ x y + 2(x + 1) y + (x + 2) y = 0
⇐⇒ y solution de (Ey ).

2. L'équation caractéristique associée à (Ez ) s'écrit r2 + 2r + 1 = (r + 1)2 = 0 et a une solution double r0 = −1.
D'où la solution générale de (Ez ) est donnée par z = z(x) = (A x + B) e−x où A, B ∈ R.
z
D'après la première question, on a z est solution de (Ez ) si et seulement si y = est solution de (Ey ) sur
x
B
Ii , i = 1, 2. Ainsi, les solutions de (Ey ) sur I1 ou sur I2 sont de la forme y = y(x) = A e−x + e−x .
x
B
3. Soit y dénie par y = yi (x) = Ai e−x + i e−x si x ∈ Ii pour i = 1, 2 où A1 , A2 , B1 , B2 ∈ R. Alors
x
y est solution de (Ey ) sur I1 ∪ I2 . Et pour que y soit dénie et continue en x0 = 0, il est nécessaire que
B1 = B2 = 0 (car sinon lim− y(x) = −∞ et lim+ y(x) = +∞) et il est également nécessaire que A1 = A2
x→0 x→0
(car sinon lim− y(x) 6= lim+ y(x)).
x→0 x→0
Ainsi, on remarque que ye = A e−x est solution de (Ey ) sur R pour tout A ∈ R. Finalement, l'unique solution
f de (Ey ) vériant f (0) = 1 est obtenue pour A = 1 et donc f (x) = e−x .

4
Exercice 6. Résoudre les équations diérentielles suivantes :
1. x2 y − x y + y 2 = 0.
0
(E)

2. y + 2 y − (x + 1) y = 0.
0
(E)

Corrigé Exercice 6 :
1. Résolution de x2 y − x y + y 2 = 0.
0
(E)

Tout d'abord, on doit remarquer que y = 0 est une solution évidente de (E) dénie sur R.
Dans la suite, on va chercher des solutions dénies sur I = I1 ∪ I2 où I1 =] − ∞, 0[ et I2 =]0, +∞[.
0
1 y
On pose z = , d'où z = − . Ainsi, on peut vérier que l'équation diérentielle (E) (de type Bernoulli)
0

y y2
est équivalente à (Ez ) x2 z + x z = 1.
0

C + ln |x|
En résolvant (Ez ), on trouve que la solution générale de (Ez ) est donnée par z = z(x) = , ∀x ∈ I .
x
1 x
L'expression générale "formelle" de y est donc y = y(x) = = . Il faut alors, donner son expres-
z C + ln |x|
sion ainsi que le domaine de dénition suivant que x ∈ I1 ou x ∈ I2 .

Ainsi x
- 1er cas. Si x ∈ I1 , alors y = y(x) = pour tout x ∈] − ∞, −e−C1 [ ∪ ] − e−C1 , 0[.
C1 + ln(−x)
x
- 2ème cas. Si x ∈ I2 , alors y = y(x) = pour tout x ∈]0, e−C2 [ ∪ ]e−C2 , +∞[.
C2 + ln(x)

2. Résolution de (E) y + 2 y − (x + 1) y = 0.
0

On remarque que y = 0 est une solution évidente de (E) dénie sur R.


Dans la suite on va chercher des solutions de (E) strictement positives sur I ⊂ R. Pour cela on pose
0
√ y
y . Dans ce cas z = √ et on vérie alors que l'équation diérentielle (E) est équivalente à
0
z =
y
1
(x + 1).
0
(Ez ) z + z =
2
x
En résolvant (Ez ), on trouve que la solution générale de (Ez ) est donnée par z = z(x) = C e−x + , ∀x ∈ R.
2
 x 2
Ainsi, la solution générale de (E) est y = y(x) = C e−x + pour tout réel x.
2

5
Exercice 7. Sachant que yp est solution de (E), résoudre les équations diérentielles suivantes :
1. y + 3 y + y 2 + 2 = 0, yp = −1.
0
(E)
2. 2 x y − y 2 + 1 = 0, yp = 1.
0
(E)

Corrigé Exercice 7 :
1. Résolution de y + 3 y + y 2 + 2 = 0, yp = −1.
0
(E)
1
Etant donné que yp = −1 est une solution de E qui est de type Riccati, on pose y = yp + . Ainsi,
z
1 0 1 1
y solt de (E) ⇐⇒ (−1 + ) + 3 (−1 + ) + (−1 + )2 + 2 = 0
z z z
0
z 3 1 1
⇐⇒ − 2 −3+ +1−2 + 2 +2=0
z z z z
0
⇐⇒ z − z = 1. (Ez )

En résolvant (Ez ), on trouve que la solution générale est donnée par z = z(x) = C ex − 1, ∀x ∈ R.
1 C ex − 2
On en déduit que y = y(x) = −1 + x
=− .
Ce −1 C ex − 1
Ainsi
- Si C ∈ R− , alors y est une solution dénie sur R.
- Si C ∈ R∗+ , alors y est une solution de (E) dénie sur x ∈] − ∞, − ln C[ ∪ ] − ln C, +∞[.

2. Résolution de (E) 2 x y − y 2 + 1 = 0, yp = 1.
0

1
Etant donné que yp = est une solution de E qui est de type Riccati, on pose y = yp + . Ainsi,
z
1 0 1
y solt de (E) ⇐⇒ 2 x (1 + ) − (1 + )2 + 1 = 0
z z
0
z 1 1
⇐⇒ −2 x 2 − 1 − 2 − 2 + 1 = 0
z z z
0
⇐⇒ 2 x z 2 z = −1. (Ez )

− 21 x + C
En résolvant (Ez ), on trouve que la solution générale est donnée par z = z(x) = ∀x ∈ R∗ .
x
2C + x K +x
On en déduit que y = y(x) = = qui est dénie sur R − {K}.
2C − x K −x

Exercice 8. Résoudre les équations diérentielles suivantes :


1. y − 3y + 2 y = (1 − 2 x) ex .
00 0
(E)
2. y + 4 y = x sin(2 x).
00
(E)

Corrigé Exercice 8 :
1. L'équation caractéristique associée à (E) y − 3y + 2 y = (1 − 2 x) ex s'écrit
00 0

(Er ) r2 − 3 r + 2 = (r − 1) (r − 2) = 0.

Ainsi, la solution générale associée à l'équation homogène (E0 ) est donnée par
y0 = y0 (x) = A ex + B e2 x , où A, B ∈ R.
Maintenant, comme le second membre de (E) s'écrit d(x) = p(x) er1 x , où p est un polynôme de degré 1 et
r1 = 1 est une racine simple de (Er ), alors on peut chercher y1 une solution particulière de (E) sous la forme

y1 = x (a x + b) ex .

6
Comme y1 (x) = (a x2 + (2 a + b) x + b) ex et y1 (x) = (a x2 + (4 a + b) x + 2 (a + b)), on obtient
0 00

y1 solt part. de (E) ⇐⇒ (−2 a x + 2 a − b) ex = (−2 x + 1) ex ⇐⇒ a = 1 et b = 1.

Ainsi y1 = x (x + 1) ex est une solution particulière de (E). Et, nalement la solution générale de (E) s'écrit
y = y(x) = (A + x2 + x) ex + B e2 x .

2. L'équation caractéristique associée à (E) y + 4 y = x sin(2 x) s'écrit


00

(Er ) r2 + 4 = 0.

et à donc pour racines r1 = 2 ı et r2 = −2 ı Ainsi, la solution générale associée à l'équation homogène (E0 )
est donnée par
y0 = y0 (x) = A cos(2 x) + B sin(2 x), où A, B ∈ R.
Maintenant, comme le second membre de (E) s'écrit
d(x) = eλ x (p1 (x) cos(µ, x) + p2 (x) sin(µ x),

où λ = 0, p1 , p2 sont des polynômes de degré 1 (p1 (x) = 0, et p2 (x) = x), µ = 2 et λ + ı µ = 2 ı est une
solution de l'équation caractéristique, alors on peut chercher y1 une solution particulière de (E) sous la forme
y1 = x eλ x (q1 (x) cos(µ x) + q2 (x) sin(µ x)),

où q1 et q2 sont 2 polynômes de degré 1. Ainsi y1 est sous la forme


y1 = x ((a x + b) cos(2 x) + (c x + d) sin(2 x)) .

En calculant les dérivées, on trouve


0
y1 (x) = (2 c x2 + 2 (a + d) x + b) cos(2 x) + (−2 a x2 + 2 (c − b) x + d) sin(2 x)

et
00
y1 (x) = (−4 a x2 + (8 c − 4 b) x + 2 a + 4 d) cos(2 x) + (−4 c x2 − (8 a + 4 d) x + 2 c − 4 b) sin(2 x).

Ainsi, 00
y1 (x) + 4 y1 (x) = (8 c x + 2 a + 4 d) cos(2 x) + (−8 a x + 2 c − 4 b) sin(2 x).
Et en identiant l'expression de y1 (x) + 4 y1 (x) avec celle de x sin(2 x), on obtient
00

c = 0, 2 a + 4 d = 0, −8 a = 1 et 2 c − 4 b = 0
1 1
c'est à dire a = − , b = 0, c = 0 et d = , et donc la solution particulière recherchée est
8 16
1 1
y1 = − x2 cos(2 x) + x sin(2 x).
8 16
y1 solt part. de (E) ⇐⇒ (2 c x2 + (2 a + d) + 2 a + 4 d) cos(2 x) = (−2 x + 1) ex ⇐⇒ a = 1 et b = 1.
Finalement la solution générale de (E) s'écrit
1 2 1
y = y(x) = (A − x ) cos(2 x) + (B + x) sin(2 x); où A, B ∈ R.
8 16
Remarque : Les calculs étant relativement longs, on aurait pu utiliser une écriture complexe pour trouver
notre solution particulière. En eet, le second membre d(x) = x sin(2 x) s'écrit aussi
x 2 ı x x −2 ı x
d(x) = e − e .
|2 ı {z } |2 ı {z }
:=d1 (x) :=d2 (x)

7
On pourra alors chercher une solution particulière y1,1 associée à d1 sous la forme y1,1 = x (α x + β) eλ x car
x
d1 (x) = p(x) eλ x avec p(x) = (polynôme de degré 1) et λ = 2 ı (racine simple de (Er )). En faisant les

1 1 1 1
calculs nécessaires, on trouve α = − et β = − ı, c'est à dire y1,1 (x) = − x2 − ı x.
16 32 16 32
Finalement, Pour revenir à une écriture à l'aide de nombres réels, on pourra vérier que
1 1
y1 = 2 < (y1,1 (x)) = − x2 cos(2 x) + x sin(2 x),
8 16
est une solution particulière de (E).

Exercice 9. Soit l'équation diérentielle


où m ∈ R+ .
00 0
(E) y + 4y − 5y = emx − x,

1. Donner y0 la solution générale de l'équation homogène (E0 ) associée à (E).


2. Suivant les valeurs du paramètre réel m, trouver y1 une solution particulière de (E).
3. En déduire suivant les valeurs du paramètre réel m la solution générale de (E).
Corrigé Exercice 9 :
1. Résolution de l'équation homogène (E0 ) y + 4 y − 5 y = 0.
00 0

L'équation caractéristique associée à (E0 ) est (Er ) r2 + 4 r − 5 = (r − 1)(r + 5) = 0 et ses racines


sont r1 = −5 et r2 = 1. Il vient que la solution générale de l'équation homogène (E) est donnée par
y0 (x) = A ex + B e−5 x où A, B ∈ R.

2. Obtention d'une solution particulière y1 de (E0 ) y + 4y − 5y = −x + emx .


00 0

cherchons y une solution particulière de (E) sous la forme y = yf +yg où yf est une solution particulière
de (Ef ) y + 4 y − 5 y = f (x) et yg est une solution particulière de (Eg ) yy + 4 y − 5 y = g(x) avec
00 0 00 0

f (x) = −x et g(x) = em x .

Solt part. de (Ef ). On doit chercher yf sous la forme yf (x) = a x + b car f (x) = p(x) eλ x avec p(x) = −x
(et donc p ∈ R1 [X]), λ = 0 (et λ = 00 n'est pas 00une racine de (Er )
Ainsi, en injectant les expressions yf (x) = a, yf (x) = 0 et yf (x) = a x + b dans (E), on obtient
4 a − 5 (a x + b) = −x,
1 1 4
et par identication, on a a = et b = 254
. C'est à dire yf (x) = x + .
5 5 25
Solt part. de (Eg ). La paramètre m étant positif et les racine de (Er ) étant r1 = −5 et r2 = 1 On doit
distinguer les deux cas m = 1 et m 6= 1 pour chercher la solution particulière yg .

- Cas m 6= 1. On cherche yg sous la forme yg (x) = α em x car g(x) = p(x) eλ x avec p(x) = 1 (et donc
p ∈ R0 [X]), λ = m (et λ = m 6= 1 n'est pas une racine de (Er )
Ainsi, en injectant les expressions yg (x) = α m em x , yg (x) = α m2 em x et yg (x) = α em x dans (E), on
0 00

obtient
α (m2 + 4 m − 5) em x = em x ,
1 1 em x
ainsi α = = . C'est à dire yg (x) = .
m2 + 4m − 5 (m − 1) (m + 5) (m − 1) (m + 5)
- Cas m = 1. On cherche yg sous la forme yg (x) = β x ex car g(x) = p(x) eλ x avec p(x) = 1 (et donc
p ∈ R0 [X]), λ = 1 (et λ = 1 est une racine simple de (Er )
Ainsi, en injectant les expressions yg (x) = β ex + β x ex , yg (x) = 2 β ex + β x ex et yg (x) = β x ex dans
0 00

(E), on obtient
6 β ex = ex .
1 1
ainsi β = et donc yg = x ex .
6 6

8
Résumé : Une solution particulière de (E) est
1 4 em x


 x+ + si m 6= 1
 5
 25 (m − 1) (m + 5)
y1 (x) = ou
 1 x + 4 + 1 x ex

si

m = 1.

5 25 6

3. Solution générale de (E). D'après ce qui précède, la solution générale de (E) est donnée par
1 4 em x


 A ex + B e−5 x + x + + si m 6= 1

 5 25 (m − 1) (m + 5)
y1 (x) = ou
 A ex + B e−5 x + 1 x + 4 + 1 x ex

si

m = 1.

5 25 6

Exercice 10. Résoudre, suivant les valeurs du paramètre réel a, l'équation diérentielle
00 0
(E) y − 2 a y + (a2 + 1) y = sin x + x ea x .

Corrigé Exercice 10 : Soit (E) y − 2 a y + (a2 + 1) y = sin x + x ea x , alors :


00 0

- Solt de l'eqt hom. L'éqt caract. associée à (E) est r2 − 2 a r + (a2 + 1) = 0 et a pour discriminant
∆ = −4 = (2ı)2 . Ainsi, ses racines sont r1 = a − ı et r2 = a + ı. Il vient que la solt gén. de l'éqt homog.
associée à (E) est donnée par y0 (x) = eax (A cos x + B sin x) où A, B ∈ R.

- Solt part. de (E). Cherchons y une solt part. de (E) sous la forme y = yf +yg où yf est solt part de
(Ef ) y − 2 a y + (a2 + 1) y = f (x) et yg est solt part de (Eg ) y − 2 a y + (a2 + 1) y = g(x) avec f (x) = sin x
00 0 00 0

et g(x) = x ea x .

Solt part. de (Ef ). On doit distinguer 2 cas :


Cas 1 a 6= 0. Comme d(x) = f (x) = sin x n'est pas solt de l'éqt hom. associée à (E) alors, on cherche yf sous
la forme yf (x) = λ cos x+µ sin x. En injectant yf et yf dans Ef , on obtient les deux équations a2 λ−2a µ = 0
0 00

2 1 1
et 2a λ+a2 µ = 1 dont la solution est λ = , µ= 2 . Ainsi yf (x) = (2 cos x+a sin x).
a (a2 + 4) a +4 a (a2 + 4)
Cas 2 a = 0. Comme d(x) = f (x) = sin x est solt de l'éqt hom. associée à (E) alors, on cherche yf sous
la forme yf (x) = x(λ cos x + µ sin x). En injectant yf et yf dans Ef , on obtient λ = −1
2 et µ = 0. Ainsi
0 00

−1
yf (x) = x cos x.
2
Solt part. de (Eg ). Comme d(x) = g(x) = p(x) eν x avec P (x) = x et ν = a n'est pas solt de l'éqt caract.,
alors on cherche yg sous la forme yg (x) = (α x + β) ea x . En calculant yg et yg et en les injectant dans (Eg ),
0 00

on obtient α x + β = x c'est à dire que yg = x ea x .

- Résumé. D'après ce qui précède, la solution générale de (E) est :


1
Cas a = 0. y = y0 + yf + yg = (A cosx + B sin x) − x cos x + x.
2
1
Cas a 6= 0. y = y0 + yf + yg = e ax
(A cosx + B sin x) + (2 cos x + a sin x) + x ea x .
a (a2+ 4)

Exercice 11. On se propose d'intégrer sur l'intervalle le plus grand possible contenu dans ]0, +∞[ l'équation
diérentielle : 0 y
(Ey) y − − y 2 = −9x2 .
x
1. Déterminer a ∈]0, +∞[ tel que yp = yp (x) = a x soit une solution particulière de (Ey).

9
2. Montrer que le changement de fonction inconnue : y(x) = yp (x) − 1
z(x) transforme l'équation (Ey) en
l'équation diérentielle
1
(Ez) z 0 + (6x + )z = 1.
x
3. Intégrer (Ez) sur ]0, +∞[.
4. Donner toutes les solutions de (Ey) dénies sur ]0, +∞[.

Corrigé Exercice 11 :
1. Déterminons a ∈]0, +∞[ tel que yp (x) = a x soit une solution particulière.
Soit yp = a x alors
0 yp
yp − − yp2 = −a2 x2 .
x
Ainsi yp est solution si et seulement si a2 = 9, c'est à dire a = −3 ou a = 3. Dans la suite, on choisit a = 3.
0
1 z y 1
2. Soit z = z(x) une fonction de classe C ne s'annulant pas, on pose y = 3 x − . D'où y = 3 + 2 , = 3 −
0
1
z z x xz
6x 1
et y 2 = 9 x2 − + 2 . Ainsi y est solution si et seulement si
z z
z0 1 6x 1
3+ −3+ − 9 x2 + − 2 = 0.
z2 xz z z
En multipliant par z 2 , on obtient que y est solution de (Ey ) si et seulement si z vérie
 
1
z0 + 6 x + z = 1. (Ez )
x

K −3 x2
3. En résolvant (Ez ) sur ]0, +∞[, on trouve que la solution générale de l'équation homogène est e .
x
K(x) −3 x2
Maintenant, on cherche une solution particulière de (Ez ) sous la forme zp = e .
x
K 0 (x) −3 x2
En injectant zp dans l'équation diérentielle (Ez ), on trouve que zp est solution de (Ez) si e = 1,
x 2
e3 x
c'est-à-dire si K 0 (x) = x e3 x . En intégrant, on peut prendre (à une constante près) par exemple K(x) =
2

6
1
et donc zp = est une solution particulière de (Ez ). Ainsi, la solution générale de (Ez ) est donnée par
6x
2
1 + A e−3x
z(x) = , avec A = 6 K ∈ R.
6x
4. Donnons les solutions y de (Ey) dénies sur ]0, +∞[. Tout d'abord l'expression formelle d'une telle solution
est
6x
y = y(x) = 3 x − −3x2
, où A ∈ R.
1 + Ae
On peut alors remarquer que si A ≥ 0 alors y est bien dénie pour tout réel strictement positif.

Maintenant supposons que A < 0, alors


 
−3x2 −3x2 1 1
1 + Ae = 0 ⇐⇒ e = ⇐⇒ −3 x2 = ln = − ln(−A) ⇐⇒ 3 x2 = ln(−A).
−A −A
Ainsi :
q
- si A < −1 (i.e., −A > 1) alors ln(−A) > 0 et 1 + A e−3x = 0 ⇐⇒ x = . Et donc y est dénie
2 ln(−A)
3
sur ]0, ln(−A)
3 [ ∪ ] ln(−A)
3 , +∞[.

- si A ≥ −1 (i.e., −A ≤ 1) alors ln(−A) ≤ 0 et dans ce cas, on ne peut pas avoir 3 x2 = ln(−A). Ce qui fait
1 + A e−3x 6= 0 pour tout réel strictement positif. Ce qui fait que y est dénie pour tout x ∈]0, +∞[.
2

10
Conclusion.
- Les solutions de (Ey) dénies sur ]0, +∞[ sont les fonctions y telle que
6x
y = ±3 x où y = 3x − avec A ≥ −1.
1 + A e−3x2
- Il y a d'autres solutions de (Ey), mais elles ne sont pas dénies sur ]0, +∞[ en entier. Ces solutions sont
les fonctions dénies pour tout x ∈]0, ln(−A)
3 [ ∪ ] ln(−A)
3 , +∞[ par

6x
y = 3x − avec A < −1.
1 + A e−3x2

y ” + 4 y + 4 sin(2x) = 0

Exercice 12. Résoudre l'équation diérentielle (E)
y(π) = 0 et y (π) = 1
0 .

 00
y + 4 y + 4 sin(2x) = 0
Corrigé Exercice 12 : Soit (E) ,
y(π) = 0 et y (π) = 1
0

alors :

- Solt de l'eqt hom. L'éqt caract. associée à (E) est r2 + 4 = 0 (Er ) et a pour racines sont r1 = −2 ı et
r2 = 2 ı. Il vient que la solt gén. de l'éqt homog. associée à (E) s'écrit par y0 (x) = A cos(2 x) + B sin(2 x)
où A, B ∈ R.

- Solt part. de (E). Cherchons y1 une solt part. de (E) sous la forme y1 = x (α cos(2 x) + β sin(2 x) car le
second membre d(x) = −4 sin(2x) associée à E est de la forme d(x) = eλ x (p1 (x) cos(µ x) + p2 (x) sin(µ x)),
avec λ = 0, p1 (x) = 0, µ = 2, p2 (x) = 4, max(deg(p1 ), deg(p2 )) = 0 et λ + ı µ = 2 ı est une racine simple de
(Er ).

En calculant y1 et y1 on trouve ;
0 00

et
0 00
y1 = (α + 2 β x) cos(2 x) + (β − 2 α x) sin(2 x) y1 = (4 β − 4 α x) cos(2 x) − (4 α + 4 β x) sin(2 x).

Et en injectant y1 et y1 dans (E), on obtient 4 β cos(2 x) − 4 α sin(2 x) = −4 sin(2 x). Ainsi, par identica-
00

tion on déduit que α = 1 et µ = 0. Ainsi, la solution particulière recherchée est y1 = x cos(2 x).

- D'après ce qui précède, la solution générale de (Ed) y ” + 4 y + 4 sin(2x) = 0 est


y = y0 + y1 = (A + x) cos(2 x) + B sin(2 x).

- L'unique solution de (E) s'obtient à partir des solutions de (Ed) en utilisant les conditions initiales qui sont
y(π) = 0 et y (π) = 1. Après calcul, on trouve A = −π et B = 0. Ainsi la solution recherchée est
0

y = (x − π) cos(2 x).

Exercice 13. Soit l'équation diérentielle x(x − 1)y + y = x.


0
(E)
1. Résoudre (E) sur I1 =] − ∞ 0[, I2 =]0 1[ et I3 =]1 + ∞[
x ln x
2. En étudiant le raccord en x0 = 1, montrer que la fonction f dénie par f (x) = si x 6= 1 et f (1) = 1
x−1
est l'unique solution de (E) sur ]0 + ∞[.
3. Montrer qu'il n'existe pas de solution dérivable de (E) sur R mais qu'il existe une innité de fonctions,
continues sur R vériant (E) pour tout x non nul.

Corrigé Exercice 13 :
Soient l'équation diérentielle (E) x(x − 1)y + y = x et I1 =] − ∞ 0[, I2 =]0 1[ et I3 =]1 + ∞[.
0

11
1. Résolution de (E).
- solution générale de (E0 ) x (x − 1) y + y = 0.
0

0
y 1 1 x
y solt de (E0 ) ⇐⇒ = − ⇐⇒ ln y = ln
+ c.
y x x−1 x − 1
Kx
Ainsi y = , où K ∈ R est la solution générale de (E0 ) sur Ik , (k =1, 2, 3).
x−1
- solution particulière de (E) x(x − 1)y + y = x.
0

x K(x)
Cherchons une solution particulière de (E) sous la forme y1 =
x−1
x K(x) 1
solt de (E) ⇐⇒ . . . ⇐⇒ k (x) = ⇐⇒ K(x) = ln |x| + cte.
0
y1 =
x−1 x
x ln |x|
On prend cte = 0, d'où y1 = .
x−1
- solution particulière de (E) x (x − 1) y + y = x.
0

D'après ce qui précède, la solution générale de (E) est :



x (K1 + ln(−x))

 si x ∈ I1
x−1







x (K2 + ln(x))

y = y(x) = si x ∈ I2 où K1 , K2 , K3 ∈ R.


 x−1


x (K3 + ln(x))

si



 x ∈ I3
x−1

2. Raccord en x0 = 1.

x (K2 + ln(x))

 si x ∈]0 1[
x−1


Soit y =
 x (K3 + ln(x))

si

x ∈]1 + ∞[.

x−1

Continuité en x0 = 1 :
Pour que y soit continue en x0 = 1, il faut et il sut que K2 = K3 = 0 car si non lim y(x) = + ± ∞ et
1+
lim

y(x) = + ± ∞.
1

Dérivabilité en x0 = 1 :
On a
f (x) − f (1) x ln x − x + 1 (1 + h) ln(1 + h) − h 1
lim = . . . = lim 2
= lim 2
= .
x→1 x−1 x→1 (x − 1) h→0 h 2
D'où, f est dérivable en x0 = 1.
x ln x
Conclusion. D'après ce qui précède, f (x) = si x 6= 1 et f (1) = 1 est l'unique fonction de classe C 1
x−1
qui soit solution de (E) sur ]0 + ∞[.

x (K1 + ln(−x))

 si x ∈] − ∞ 0[
x−1






3. Soit y = x (K3 + ln(x))
si x ∈]0 + ∞[−{1}
x−1






si x = 1.

1

On peut vérier que ∀K1 ∈ R, lim
+
= lim

= 0. D'où y est continue en x0 = 0 et de plus y est solution de (E).
0 0

12
Mais y est-elle dérivable en x0 = 0 ?
On a
y(x) − y(0) y(x) ln x
lim = lim+ = lim+ = +∞.
x→0+ x−0 x→0 x x→0 x − 1

D'où y n'est pas dérivable en x0 = 0 quelque soit la constante K1 .

Conclusion. Il n'existe pas de solution de (E) qui soit dérivable sur R, mais il existe une innité de fonctions
continues sur R vériant (E).

π π ex
Exercice 14. Intégrer sur ] − [ l'équation diérentielle .
00 0
, (E) y − 2y + 2y =
2 2 cos x

Corrigé Exercice 14 :
ex π π
Soit pour x ∈] − , [.
00 0
(E) y − 2y + 2y =
cos x 2 2
- Solt générale de l'équation homogène. On vérie que la solution de l'équation caractéristique est
(Er ) r2 − 2 r + 2 = 0, et ses racine sont r1 = 1 − ı, r2 = 1 + ı. Ainsi, la solution de l'équation homogène
associée à (E) est y0 = ex (A cos x + B sin x), où A, B ∈ R.
- D'après ce qui précède, {ex cos x, ex sin x} est une base de l'ensemble des solutions de (E0 ).

Cherchons alors y1 une solution particulière sous la forme


y1 = λ(x) ex cos x + µ(x) ex sin x = ex (λ(x) cos x + µ(x) sin x) ,

et telle que λ (x) ex cos x + µ (x) ex sin x = 0.


0 0

On a alors ∀x ∈ R,
 ex
 y1 = ex (λ(x) cos x + µ(x) sin x) solt de (E)
 0 0 0 0
 λ (x) (ex cos x) + µ (x) (ex sin x) =

⇐⇒ cos x ,
0 0
λ (x) ex cos x + µ ex sin x = 0
 
 0 0
λ (x) cos x + µ (x) sin x = 0

0 0 1
 λ (x) (cos x − sin x) + µ (x) (cos x + sin x) =

⇐⇒ cos x (S),
 0
 0
λ (x) cos x + µ (x) sin x = 0

cos x − sin x cos x + sin x
Comme det(S) = = −1 6= 0, alors
cos x sin x
1 1

1 cos x + sin x sin x 1 cos x − sin x
= − cos x = − tan x et µ (x) = det(S)
0 0
λ (x) = cos x cos x = 1.
det(S) 0 sin x cos x 0

Un calcul de primitives donne λ(x) = ln | cos x| + C = ln(cos x) + C et µ(x) = x + K et alors on peut


considérer comme solution particulière la solution donnée par
y1 = ex (cos x ln(cos x) + x sin x).

- Solt générale de (E). Finalement, la solution générale y de (E) est


y = y0 + y1 = ex [(A + ln(cos x)) cos x + (B + x) sin x] , A, B ∈ R.

13

Vous aimerez peut-être aussi