Vous êtes sur la page 1sur 80

UN OUTIL

PRATIQUE
POUR LES
HUMANITAIRES QUI
TRAVAILLENT SUR
LE TERRAIN
4ième édition - 2014

© All In Diary, 2013.


Tous droits réservés
Avant-propos
Bienvenue sur cette 4ème Édition d'All In Diary, un outil
destiné à vous fournir des ressources claires, actualisées et
concises sur des sujets liés au secteur humanitaire.

Ce guide comporte des références à des ressources et outils pratiques En permettant aux
actuels et pertinents, disponibles sur les sites Internet mentionnés ou travailleurs
sur celui d’All In Diary www.allindiary.org. humanitaires
Depuis son lancement en 2006, All In Diary n’a cessé de s’adapter en internationaux et
fonction de remarques de ses utilisateurs, a été traduit en 7 langues, et locaux d’accéder
3 versions portant sur des pays spécifiques ont été élaborées. À ce jour, plus aux mêmes
de 10 000 exemplaires ont été distribués sur tous les continents. informations, All In
Diary a pour
Voici quelques retours d'information sur l'utilité d'All In Diary : objectif de mettre
« Cet outil reconnaît que le personnel sur le terrain est extrêmement occupé tous les
et sujet à une pression importante pour agir rapidement. Le contenu et le intervenants au
format des pages d'informations d’All In Diary permettent de consolider diapason et
facilement ses connaissances sur les principales normes, approches et d’encourager ainsi
ressources pour le personnel humanitaire sur le terrain. » – World Vision la communication
« All In Diary m'apporte des principes importants sur un grand nombre et la collaboration.
d'aspects du travail humanitaire, sans que j’aie besoin d'un accès à
Internet ni de transporter de gros livres. » Un travailleur humanitaire
international
« Je l'utilise pour m'assurer que mes activités quotidiennes sont réalisées
de façon organisée. » – Un travailleur d'une ONG locale Vous pouvez
« Nous avons fait des copies des pages principales et les distribuons acheter une
comme prospectus. » – Formateur secteur WASH international.
version papier
complète d'All In
Nous apprécions le soutien et les encouragements que nous avons Diary
reçus de la part d'un grand nombre de personnes et d'organisations, (comprenant les
ainsi que la collaboration étroite avec des organisations telles que
pages de journal
Save the Children, World Vision, UNICEF, RedR UK, Consortium of
de bord et de
British Humanitarian Agencies, et le Conseil danois pour les réfugiés.
notes) sur le site
Tous les commentaires et suggestions qui nous permettraient de faire www.lulu.com.
évoluer All In Diary sont les bienvenus. Pour ce faire, envoyez-nous un
e-mail à l’adresse info@allindiary.org. Retrouvez-nous
également sur
Facebook pour
obtenir les
dernières
Linda Richardson Gill Price informations !

Les auteurs
Linda Richardson (Consultante Apprentissage & Développement) et Gill Price (Directrice des Programmes
Internationaux, RedR UK) possèdent une grande expérience dans les domaines humanitaire et du
développement. Elles ont élaboré ce concept après avoir travaillé ensemble à Sri Lanka à la suite du
Tsunami de 2004.
Ressources supplémentaires sur le site d’All In Diary : Liens Internet pour des informations complémentaires
www.allindiary.org Dans cette case, chaque page fait référence à Dans cette case, vous trouverez les références de sites
des ressources mentionnées dans la partie Ressources de notre Internet utiles.
site Internet.

2 4ème édition - 2014


Pages d'information – Structure

Titre de
chapitre
Ce document
comporte 7 chapitres

Sujet
Plus de
70 sujets
sont Conseils
abordés. Par ex.
résumé
d'action
essentielle ;
éléments de
contexte
importants
Contenu
Chaque page
couvre un sujet
important et
contient un
résumé des
principes,
recommandations
et bonnes Liens
pratiques en Internet
vigueur pour une
Si vous
réponse
disposez d'un
humanitaire.
accès à
Internet, des
sites utiles
sont proposés
ici.

Ressources supplémentaires
Chaque page comporte des ressources conseillées
(manuels, check-lists, documents de référence), toutes
disponibles pour consultation et téléchargement sur
www.allindiary.org

Des pages, des ressources et des mises à jour régulières sont téléchargeables sur
www.allindiary.org

3
Table des Matières
Information générale Page - Suivi et Évaluation 40
Avant-propos 2 - Rédaction du rapport 41
Pages d'information - structure 3 - Remise, transition, et stratégies de sortie 42
Droits d'Auteur 4 - Gestion à distance 43
Table des Matières 5 - Développement des partenariats 44
Les sources d’informations liées aux secours 6 - Plaidoyer et relations publiques 45
d’urgence 5. Guide techniques
Le contexte local 7 - Gérer la sécurité 46
1. Principes Humanitaires - Organisation de la logistique 47
- Source des normes et principes directeurs de l’aide 8 - Gérer le transport 48
humanitaire - Cartographie et SIG 49
- Lois et principes internationaux 9 - Sécurité alimentaire 50
- Le code de conduite 10 - Nutrition en situation d'urgence 51
- La redevabilité humanitaire 11 - Problèmes de santé en situations d'urgence 52
- Les approches sensibles au conflit 12 - Approvisionnement en eau 53
- La protection 13 - Assainissement d'urgence 54
- Les réfugiés et personnes déplacées 14 - Promotion de l'hygiène 55
- La protection de l'enfant en cas d'urgence 15 - Habitats en cas d'urgence 56
- L’égalité des sexes dans l'aide humanitaire 16 - Abri en situation d'urgence 57
2. Directives et systèmes humanitaires - Éducation dans les situations d'urgence 58
- Cadre des Compétences Humanitaires 17 - Les moyens de subsistance 59
Fondamentales - Programme de transfert monétaire 60
- L’architecture humanitaire internationale 18 - Défis humanitaires urbains 61
- La coordination par groupes sectoriels 19 - Education au risque de mines 62
- Les principales organisations internationales 20 6. Travailler avec des groupes
- La coordination civilo-militaire 21 63
- Travailler dans un environnement culturel
- Objectifs du Millénaire pour le développement 22 différent
- Le Projet Sphère 23 - Participation communautaire 64
- Les standards de Sphère 24 - Santé mentale et soutien psychosociaux 65
- Les standards minimums de Sphère 25 - VIH et SIDA dans les urgences 66
- Travailler avec les personnes âgées 67
3. Gestion des catastrophes
- Personnes handicapées 68
- Le cycle de catastrophe 26 - Réunions efficaces 69
- Allier préparation, réponse et relèvement 27 - Réunions multilingues 70
- Prévention des risques de catastrophe et résilience 28 - Facilitation et organisation d'ateliers 71
- La planification des interventions d'urgence 29 - Médias humanitaires 72
- Les changements climatiques 30
- Problèmes environnementaux liés aux 31 7. Gestion des personnes en
catastrophes cas d'urgence
- Gestion du personnel humanitaire 73
4. Gérer les projets humanitaires
- Recruter et sélectionner le personnel 74
- Le gestion de projet 32 - Briefing et passage de relais 75
- La gestion de l'information 33 - Sécurité du personnel 76
- L’évaluation des besoins humanitaires 34 - Planification et efficacité personnelles 77
- Ciblage et distribution de produits 35 - Rester en bonne santé et gérer le stress 78
- L’approche du cadre logique 36 - Travail en équipe 79
- Collecte de fonds 37 - Apprentissage et développement 80
- Rédaction de propositions 38 professionnel
- Gestion Financière 39

4 4e édition - 2014
Droits d'Auteur
All In Diary souhaite favoriser un large accès aux informations contenues dans ce
dossier et sur son site Web.

Cependant, All In Diary conserve le droit d'auteur pour ses pages d'information, selon les
conditions suivantes :

Usage privé : Vous pouvez utiliser les informations et les ressources mentionnées
dans ces dossiers pour votre usage personnel.

Utilisation organisationnelle : Si votre organisation souhaite reproduire, traduire ou


adapter les pages d’information d’All In Diary, en totalité ou en partie, pour la formation ou à
but éducatif, veuillez vous addresser directement à l’organisation afin d’obtenir un contrat de
licence.

Design et logo : Le design d'All In Diary, le logo 'AID' et les photos présentes sur
son site Internet ne peuvent être utilisées pour aucun autre produit ou service sans
autorisation écrite préalable expresse des auteurs.

Reproduction à des fins commerciales : Les pages d’information d’All In


Diary ne peuvent en aucun cas être reproduites, traduites ou conservées sous
quelque forme que ce soit à des fins commerciales, ou utilisées pour soutenir des
activités à but lucratif, sans l’accord écrit préalable des auteurs.

Ressources supplémentaires : Néanmoins, les droits d’auteur pour chacune


des ressources mentionnées dans ces pages d’information et dans les pages
Ressources du site All In Diary www.allindiary.org appartiennent à leurs auteurs
respectifs. Ainsi, ces ressources ne peuvent être reproduites, traduites, stockées
partiellement ou intégralement, pour quelque motif que ce soit sans le consentement
préalable et exprès de l’auteur correspondant ou du détenteur des droits.

CLAUSE DE NON RESPONSABILITÉ


All In Diary a été créé dans le but de favoriser la coopération au sein du domaine de l’aide
humanitaire. AID donne des indications d’ordre général et n’est en aucun cas un manuel
ou un ensemble de conseils. La responsabilité des auteurs et des contributeurs ne pourra
être engagée concernant
(a) l’exactitude ou le caractère exhaustif des informations décrites dans All In Diary ou
(b) toute confusion, difficulté ou responsabilité résultant de l’interprétation ou de
l’application du contenu.
ème
4 édition - 2014
Première publication - 2007

© All In Diary, 2013. Tous droits réservés

All In Diary est une organisation caritative enregistrée en Écosse (no. SC039899), et une société
à responsabilité limitée enregistrée en Angleterre (no. 345562).

21 Blackford Hill Rise,


Edimbourg, EH9 3HB, R-U
www.allindiary.org
Email : info@allindiary.org

5
Les sources d’informations liées aux secours
d’urgence
Afin de mener une intervention adaptée, il est essentiel de se
procurer des informations récentes concernant le ou les pays
touchés par une catastrophe, la nature de la catastrophe et l’aide
mise en place.
Informations générales par pays
BBC News - http://news.bbc.co.uk/1/hi/country_profiles/default.stm
- Analyse complète de l’histoire, du contexte politique et économique, ainsi que
des principales institutions des pays et territoires.
CIA World Factbook – www.cia.gov/library/publications
- Données géographiques, démographiques, politiques, économiques, militaires
N’oubliez pas
et sur les infrastructures existantes. que l’efficacité
Economist Intelligence Unit - http://countryanalysis.eiu.com d’une
- Contexte politique et informations économiques sur plus de 200 pays. intervention
Emergency Disaster Database – www.emdat.be dépend de
- Données basiques sur toutes les catastrophes survenues dans le monde l’exactitude
depuis 1900, accompagnées d’analyses par pays et par catastrophe. des
World Clock - http://www.timeanddate.com/ informations
- Fuseaux horaires, indicatifs téléphoniques et autres informations générales
par pays.
dont vous
disposez.
Informations sur les situations d’urgence actuelles
IRIN - Integrated Regional Information Networks - www.irinnews.org
- Analyses très utiles de pays d’Afrique sub-saharienne, du Moyen Orient et
d’Asie centrale, avec des mises à jour quotidiennes et hebdomadaires. Assurez-vous
ReliefWeb - www.reliefweb.int d’être
- Principal portail Internet administré par l’ONU, qui fournit des informations correctement
quotidiennes sur les urgences humanitaires et les programmes d’aide et
humanitaire dans le monde. Mis à jour quotidiennement. Contient des rapports
par secteur et des kits d'information, et permet le suivi des appels d’urgence. régulièrement
informé du
Alertnet - www.alertnet.org
- Service Reuters pour les organisations humanitaires, contenant les dernières contexte local.
informations humanitaires disponibles.
Humanitarian Response - www.humanitarianresponse.info/ .
- Site mis en ligne par l'OCHA (ONU) pour soutenir les opérations humanitaires Consultez
dans le monde.
également les
GeoNet – http://geonetwork.unocha.org sites Internet
- Accès à des données spatiales (cartes interactives, données SIG, images satellite).
des ONG pour
Development Information – www.devinfo.info
- Base de données contenant les statistiques officielles des Nations Unies utilisées
des
pour évaluer les progrès liés aux Objectifs du Millénaire pour le développement. informations à
International Crisis Group - www.crisisgroup.org jour sur les
- ONG qui propose des recommandations sur la prévention et la résolution de conflits, urgences.
dont le site Internet fournit des informations complètes au sujet des conflits actuels.
MapAction - www.mapaction.org
- Site fournissant des cartes précises et actualisées indiquant les lieux où se
trouvent les personnes touchées, les routes praticables et les installations
médicales sanitaires en activité.

© 2013 All In Diary - www.allindiary.org


6 4éme édition - 2014
Le contexte local
Une bonne compréhension du contexte du pays et de la
région dans lesquels vous travaillez est essentielle pour
adopter de bonnes pratiques humanitaires, se préparer
efficacement aux situations d'urgence et assurer la
sécurité du personnel.
Questions à se poser
- Quelles sont les sources d'informations les plus fiables sur le contexte
local ? « C'est à l'échelle
- Quel est le rôle du gouvernement, des organismes internationaux ou locale que les effets
des Nations Unies ? des catastrophes sont
les plus ressentis, et
- Quels sont les mécanismes de coordination en place pour gérer la où il est nécessaire
réponse à la crise, par exemple des structures de coordination d'obtenir des résultats
nationales, régionales ou communautaires, ou un coordinateur en matière de
humanitaire ? réduction des risques.
- Quels sont les organisations et groupes (internationaux et locaux) déjà Il est nécessaire
présents dans le pays et de quelles ressources (humaines, matérielles) d'obtenir un soutien
disposent-ils pour répondre à la catastrophe ? plus efficace afin de
- Quelles étaient les principales problématiques du pays juste avant la renforcer les capacités
catastrophe ? des communautés
locales. Les autorités
- Quelle est la situation en matière de sécurité ? Dans le cas d’un locales (y compris les
conflit, quelles sont les problématiques des différentes parties ? maires, administrateurs
- Quels groupes étaient les plus vulnérables avant la catastrophe, et de villes et autres
dirigeants municipaux)
lesquels sont les plus vulnérables à la suite de la catastrophe ?
jouent un rôle essentiel
- Comment les problèmes et vulnérabilités existantes affectent-ils la pour améliorer la
résolution à court terme de la catastrophe, ainsi que la reconstruction résistance des villes
et la réhabilitation à plus long terme ? aux catastrophes.
- Quel est le niveau de sensibilité de la population locale aux L'un des objectifs
interventions extérieures ? principaux... sera de
Données essentielles favoriser un
engagement politique
Des données essentielles fiables vous apporteront une compréhension plus important envers
suffisante du contexte local et permettront une préparation adéquate de votre une action locale. De
intervention. plus, le rôle du
secteur privé,
 Rassemblez des données géographiques, démographiques, politiques et particulièrement au
socio-économiques. niveau local, est un
 Rassemblez des données pré et post-catastrophe pouvant être élément essentiel de
comparées. cette Plateforme
 Reportez-vous aux documents stratégiques nationaux et internationaux, mondiale en 2011. »
comme les plans d'urgence, les documents de stratégie pour la réduction
Document de discussion
de la pauvreté, le Plan d'action humanitaire commun (CHAP).
pour la troisième session
 Trouvez qui fait quoi, et où (éventuellement quand). de la Conférence de la
Plateforme Mondiale
 Catégorisez les données par âge, sexe, lieu et vulnérabilité. pour la réduction des
 Contactez les autorités nationales et régionales ainsi que les ministères risques de catastrophe et
concernés, les organismes des Nations Unies et le Bureau de la coordination la reconstruction
des affaires humanitaires (OCHA), les communautés et les organismes de 8-13 mai 2011, Genève
coordination des ONG, afin de collecter les données nécessaires.

© 2013 All In Diary - www.allindiary.org


7 4éme édition - 2014
Sources des normes et principes directeurs de l'aide humanitaire
Protection des droits des personnes en cas de catastrophe humanitaire
DROIT HUMANITAIRE INTERNATIONAL DROIT DES RÉFUGIÉS
DROITS DE L’HOMME (Conventions de La Haye de 1949 et de Genève de 1949;
(Déclaration universelle des droits de (Convention de 1951 et
protocoles, 1977 & 2005) Protocole de 1967 relatifs au
l'Homme, 1948 ; Conventions, 1976) - définit les combattants et régit les moyens et méthodes de statut des réfugiés)
- protègent les droits civils, politiques, combat
économiques, sociaux et culturels des - protège les droits des civils et des non-combattants dans - droits et protection des
individus à tout moment les situations de conflit réfugiés
Principes directeurs, normes et codes internationaux
Principes de Charte humanitaire et Code de bonne Code De Conduite Personnes Ne Pas Nuire: le
Redevabilité standards minimums pratique déplacées à manuel
- principes de conduite
de l’intervention l’intérieur de leur - définit les principes et
Partenariat international People In Aid pour la Croix-Rouge
bonnes pratiques
pour la redevabilité humanitaire - cadre de gestion Internationale, le propre pays
d'action humanitaire
humanitaire (HAP permettant aux Mouvement du - principes directeurs pour
Projet Sphère afin de promouvoir la
International) organismes d'aide Croissant Rouge et la protection des
-­‐ lier les droits de l'homme et paix et le
humanitaire les ONG fournissant

8
personnes déplacées rétablissement dans
- rendre l'action humanitaire les principes humanitaires d'améliorer leur des secours en cas de dans toutes les phases
redevable envers ses avec des normes et niveaux gestion des les zones touchées
catastrophe du déplacement.
bénéficiaires de service minimums ressources humaines par des conflits
www.idpguidingprinciple http://www.cdainc.com/
www.hapinternational.org www.sphereproject.org www.peopleinaid.org www.ifrc.org s.org cdawww/default.php
Voir aussi -www.jointstandards.org – qui rassemble HAP, Sphère et People in Aid
Qualité supplémentaire et initiatives de redevabilité pour les pratiques
Humanitaires
ALNAP Principes et bonnes Normes associées au Groupe URD Coordination
1.1 PRINCIPES HUMANITAIRES

Le Guide
pratiques pour Projet Sphère SUD
Suffisamment bon (Réseau
l’aide humanitaire-
(Projet ECB) d'apprentissage pour - normes complémentaires - promouvoir la
la responsabilisation et produites par d'autres, qualité des - promouvoir une
- promotion de bonnes
- mesure de l'impact et l’efficacité) reconnues par Sphère pratiques approche globale
pratiques en matière de
redevabilité dans les - LEGS : élevage humanitaires au pour assurer des
- Évaluation, financement et d'une - INEE : éducation
situations d'urgence moyen d'une pratiques
apprentissage et plus grande redevabilité - SEEP : reprise économique approche fondée humanitaires de
redevabilité dans le des donateurs. - CPWG- protection de l'enfant
sur un "cycle qualité.
domaine de l’aide d'apprentissage".
www.ecbproject.org/insi humanitaire www.goodhumanitariand www.sphereproject.org/handbo
de-the-guide/view-the- onorship.org www.coordinationsu
ok/handbook-companions/ www.urd.org
good-enough-guide www.alnap.org d.org/
1.2 PRINCIPES HUMANITAIRES

Lois et principes internationaux


Droit international Droit international des droits de En cas de conflit,
humanitaire (DIH) l’homme l’aide humanitaire
 Vise à limiter les effets de la – Réglemente les relations entre les États et les doit tenir compte:
guerre sur les personnes et les individus dans le contexte de la vie ordinaire.
 du risque de nuire ou
biens, et à protéger les personnes– Comprend le corps de droit international visant
d’alimenter le conflit
vulnérables. à promouvoir et à protéger les droits de la
par le détournement
 Comprend les conventions de La personne.
ou la manipulation de
Haye et de Genève ainsi qu'un Sa pierre angulaire est la Déclaration l'aide apportée en
ensemble de traités universelle des droits de l'homme, adoptée échange d'autres
internationaux et de jurisprudence par l'Assemblée générale des Nations Unies concessions, comme
subséquents. en décembre 1948. "Tous les êtres humains par exemple l'accès à
Les conventions de La Haye, naissent libres et égaux en dignité et en droits. cette aide.
aussi connues sous le nom de Ils sont doués de raison et de conscience et
"lois de la guerre", définissent la doivent agir les uns envers les autres dans un
esprit de fraternité ".  du risque de mettre en
notion de combattants et
Approche fondée sur les droits (AFD) péril les droits de
établissent des règles régissant
Cherche à répondre aux besoins l'homme par un refus
les moyens et méthodes de la
économiques et sociaux par la réussite des d'aide ou une
guerre.
droits civils et politiques (Conventions de négociation avec les
Les 4 conventions de Genève de 1976). forces armées.
1949 et les protocoles Consiste à renforcer la capacité des
additionnels de 1977 se bénéficiaires, en tant que titulaires de droits,  du besoin de
concentrent sur la protection des à revendiquer leurs droits et la capacité de comprendre le
civils et de ceux qui ne peuvent gouvernements, d’ONG, etc.,en tant contexte politique,
plus combattre dans les conflits qu'instances responsables, à respecter ces social et ethnique.
armés. droits.
Les bonnes pratiques humanitaires  de l'utilité des
Elles visent à protéger les droits et à répondre aux De bonnes pratiques plaidoyers ou du
besoins en matière de protection et d’aide de ceux humanitaires… lobbying pour
qui sont touchés par une catastrophe, tout en sensibiliser au sujet
minimisant les effets négatifs potentiels ou la  préviennent ou soulagent des violations des
manipulation d'une telle assistance. Elles sont la souffrance humaine droits de l'homme et
guidées par le droit humanitaire et un ensemble  fournissent une aide promouvoir les bonnes
de normes et codes de conduite internationaux proportionnelle au besoin pratiques
(voir les pages correspondantes) notamment :  sont impartiales et humanitaires.
 Les Principes de conduite pour la Croix-Rouge indépendantes
Internationale, le Mouvement du Croissant
 respectent la diversité, les  de l'utilité de la
Rouge et les ONG lors des interventions de
droits et la dignité des collaboration avec les
secours en cas de catastrophes
personnes touchées organisations locales
 Le Projet Sphère (2011) avec sa Charte et les mouvements
 sont responsables devant
humanitaire et les standards minimums de sociaux pour exercer
les soutiens et
l’intervention humanitaire une pression ou aider
bénéficiaires
Ainsi que les principes suivants : à éliminer les
 sont adaptables et
 Humanité - le droit de chaque individu de vivre obstacles.
adaptées au contexte
dans la dignité et le devoir envers les autres de
prendre des mesures pour sauver des vies et  favorisent la participation
des groupes concernés  de l'importance d’une
soulager les souffrances.
planification adaptée
 Impartialité - agir en fonction des besoins, sans  s'efforcent de réduire la
aux situations de
discrimination. vulnérabilité future
conflit.
 Neutralité - agir sans préférence pour un  favorisent l'autosuffisance
groupe plutôt qu'un autre. et la capacité locale à
 Indépendance - assurer l'indépendance de mener une intervention
l'action humanitaire vis-à-vis de tout autre intérêt
politique, économique ou militaire.
Ressources supplémentaires sur le site d'All in Diary Liens internet pour plus d’informations
Éthique de la Gestion des Catastrophes, © UN DMTP 1997 Recherches en droit international humanitaire :
Foire Aux Questions sur le Droit International Humanitaire, les http://ihl.ihlresearch.org/
Droits de l'Homme et les Droits des Réfugiés, © IASC 2004 http://www.un.org/en/documents/udhr/
ICRC - Droit International Humanitaire : http://www.icrc.org/eng/ihl

© 2013 All In Diary - www.allindiary.org


9 4ème édition 2014
1.3 PRINCIPES HUMANITAIRES

Le code de conduite
Pour le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et les ONG

Le code de conduite définit les bonnes pratiques


humanitaires. Le code de conduite
a été éléboré et
Il n’aborde pas les questions opérationnelles, telles que la façon de accepté par huit des
calculer les rations alimentaires ou d’installer un camp de réfugiés. En plus grandes
revanche, il vise à maintenir des normes de qualité lors des interventions organisations de
en cas de catastrophe. secours d’urgence
en été 1994.
Les 10 principes du code de conduite lors des interventions en cas
de catastrophe:
 s’appliquent à toutes les ONG - nationales ou internationales, petites
ou grandes;
 cherchent à instaurer des normes de conduite;
 sont appliqués volontairement et s’auto réglementent;
 peuvent être appliqués par les gouvernements, les donateurs et les
ONG du monde entier, comme un critère permettant d’évaluer la
conduite des agences avec lesquelles ils travaillent.
Les communautés victimes de catastrophes sont en droit d’attendre
de ceux qui les aident qu’ils respectent ces principes:
1 L’impératif humanitaire est la priorité absolue.
2 L’aide est apportée sans aucune considération de race, de croyance
ou de nationalité du bénéficiaire, et sans discrimination d’aucune
sorte. Les priorités en matière d’assistance sont déterminées en
fonction des seuls besoins.
3 L’aide humanitaire ne saurait être utilisée au service de convictions
politiques ou religieuses, quelles qu’elles soient.
4 Nous nous efforcerons de ne pas servir d’instrument à la politique
étrangère des gouvernements.
5 Nous respecterons les cultures et les coutumes.
6 Nous chercherons à fonder nos interventions sur les capacités
locales.
7 Nous nous emploierons à trouver des moyens d’associer les
bénéficiaires des programmes à la gestion des secours.
8 Les secours doivent autant viser à limiter les vulnérabilités futures
qu’à satisfaire les besoins essentiels. Fin 2012, plus de
512 organisations
9 Nous nous considérons redevables, tant à l’égard des bénéficiaires avaient signé le
potentiels de nos activités que vis-à-vis de nos donateurs. code.
10 Dans nos activités d’information, de promotion et de publicité, nous
présenterons les victimes de catastrophes comme des être humains
dignes de respect, et non comme des objets de commisération.
En cas de conflit armé, le présent code de conduite sera interprété et appliqué
conformément au droit international humanitaire.
Ressources supplémentaires sur le site All In Diary Liens internet pour plus d’informations
Code of Conduct for the International Red Cross and Red Code of Conduct publication (en anglais)
Crescent Movement and NGOs in Disaster Relief © ICRC http://www.ifrc.org/publicat/conduct/code.asp
(1994)

© 2013 All In Diary - www.allindiary.org 4ème édition 2014


10
1.4 PRINCIPES HUMANITAIRES

La redevabilité humanitaire
La redevabilité humanitaire porte sur l'utilisation responsable du pouvoir,
INITIATIVES DE
de l'autorité et des ressources. REDEVABILITÉ
« rendre l’action humanitaire redevable auprès des bénéficiaires» HUMANITAIRE
Elle vise à s'assurer que les besoins, préoccupations, intérêts et capacités des
Partenariat pour la
bénéficiaires, du personnel, des partenaires et autres parties prenantes se reflètent dans
Redevabilité Humanitaire
nos actions, nos méthodes et les résultats à long terme des actes humanitaires. Internationale
Demandez-vous :
HAP est un organisme
 Qui sont les parties prenantes ? De qui êtes-vous responsable et auprès de qui ?
international pour
 Quels sont vos engagements envers les parties prenantes et comment sont-ils l'autoréglementation du
respectés ? secteur humanitaire,
 Quels sont les mécanismes nécessaires pour assurer que ces engagements visant à faire respecter
soient respectés ? les normes les plus
 Quels sont les processus nécessaires pour engager les mesures correctives le élevées de redevabilité
cas échéant? et de gestion de la
qualité.
Les conditions pour une transparence efficace et une utilisation responsable du
pouvoir sont :
 Des processus décisionnels qui concernent ceux qui seront touchés par les Réseau d’apprentissage
pour le responsabilisation
décisions prises. et l’efficacité dans l'action
 Des systèmes de communication appropriés qui garantissent que les humanitaire
personnes touchées par les décisions, propositions et mesures sont pleinement ALNAP vise à améliorer
informées, en tenant compte des limites technologiques et des exigences l’efficacité humanitaire
linguistiques. par l'apprentissage
 Des procédés qui donnent le même accès et une considération égale à tous continu et la redevabilité,
notamment grâce à :
les groupes en prenant en compte leurs préoccupations et en cherchant
réparation ou indemnisation.  La série
d’évaluations de
Sept principes de redevabilité l’action humanitaire
1. Engagement sur les normes et droits humanitaires
S’engager à respecter et à promouvoir les normes humanitaires et les droits des
“Listen First”
bénéficiaires.
2. Établir des normes et renforcer les compétences Ce cadre a pour but de
Fixer un cadre de redevabilité pour les parties prenantes. Établir et réexaminer permettre aux ONG
périodiquement les normes ainsi que les indicateurs de performance. Fournir une formation d'être plus transparentes
nécessaire à l'utilisation et la mise en œuvre de ces normes. auprès des populations
qu'elles aident.
3. Communication
Consulter et informer les parties prenantes, en particulier les bénéficiaires et le personnel, Le cadre “Listen First”
au sujet des normes adoptées, des programmes prévus et des mécanismes mis à établit 4 principes pour le
disposition pour répondre aux préoccupations. mise en pratique de la
redevabilité :
4. Participation aux programmes
1. Fournir les
Faire participer les bénéficiaires à la planification, la mise en place, le suivi et l'évaluation renseignements de
des programmes et les tenir informés de leur déroulement, sauf en cas de force majeure. manière publique
5. Contrôle permanent et compte-rendu de conformité 2. Favoriser la
Faire participer les bénéficiaires et le personnel au suivi et à la mise à jour des normes. participation des
Surveiller et évaluer le respect des normes en utilisant des procédures rigoureuses. Tenir personnes à la prise de
décisions
les parties prenantes, y compris les bénéficiaires, informées sur le respect des normes.
3. Écouter (commentaires
6. Traitement des plaintes et plaintes)
Faciliter un processus fiable et confidentiel pour permettre aux bénéficiaires et au 4. Comportements et
personnel de déposer des plaintes et de demander réparation sans crainte. attitudes du personnel
7. Partenaires opérationnels
S’engager à mettre en œuvre ces principes, y compris lorsque l’action est menée par
l’intermédiaire de partenaires.
Adapté de la Norme HAP sur la redevabilité humanitaire et la gestion de la qualité © HAP 2010
Ressources supplémentaires sur le site d’All In Diary : Liens pour des informations complémentaires
Redevabilité aux populations touchées © 2012 IASC ALNAP: www.alnap.org/publications/meta_evaluation.htm
La Norme HAP 2010 sur la redevabilité et la gestion de la qualité, © HAP HAP: www.hapinternational.org/projects/publications.aspx
International 2010; Guide de la Norme HAP 2010, ©HAP MANGO: http://www.listenfirst.org/materials
International 2013; Le cadre Écouter d'abord © 2008 MANGO et Programme d'écoute :
préoccupation ; Échange humanitaire, n° 52, octobre 2011 http://www.cdacollaborative.org/programs/listening-program/

© 2013 All In Diary - www.allindiary.org


11 4e édition - 2014
1.5 PRINCIPES HUMANITAIRES

Les approches sensibles au conflit


Une approche sensible au conflit identifie et prend en compte les Principes
problèmes liés au contexte local et à la population touchée qui directeurs d'une
peuvent aggraver les conflits existants ou potentiels. approche sensible
Les conflits sont dynamiques et causés par de nombreux facteurs comme la au conflit
pauvreté, la discrimination ou l'injustice, par exemple le refus d’accès à des  Reconnaître le
services ou des ressources limités, ou l’inégalité au sein de groupes potentiel ainsi que les
ethniques, religieux ou politiques. risques et les limites
Il se peut que des insurgés soient à la recherche de fonds ou de nourriture des influences
pour survivre, qui peuvent être détournés par des intérêts politiques ou liés au extérieures dans le
pouvoir par exemple en cas de pillage, blocus, rançons ou commerce illégal. conflit
Le détournement ou la manipulation de l'aide humanitaire risque d'aggraver le conflit.  Vous assurer que
vous ne nuisez pas
Quelques approches pour résoudre les causes sous-jacentes du conflit :
 Être transparent et
 La promotion de la sécurité humaine, du respect des droits de l'homme, des communiquer
réformes politiques et judiciaires. clairement vos
 La lutte contre l'inégalité, l'exclusion et la discrimination afin de prévenir les intentions
mécontentements.  Être responsable de
 Le travail pour la consolidation de la paix, le développement durable et le vos actions
renforcement de la société civile, associé à une aide humanitaire à court  Compléter et renforcer
terme. les capacités locales
Ne pas nuire et les efforts des
L'aide humanitaire ne tenant pas compte des risques liés au conflit peut autres
augmenter le risque et l'incidence de la violence, causer le gaspillage de  Reconnaître les
ressources limitées et avoir un effet négatif sur les populations touchées, les femmes comme des
laissant dans une situation plus grave qu’avant l’intervention. parties prenantes et
des artisans de la paix
Approche sensible au conflit  Répondre aux besoins
 Réaliser une analyse du conflit et la réviser régulièrement. des jeunes et des
 Lier votre analyse du conflit avec le cycle du projet d'intervention.
enfants touchés par le
 Planifier, mettre en œuvre, surveiller et évaluer votre programme en faisant preuve
conflit et à ses
de sensibilité face au conflit – notamment en apportant des modifications pour éviter
répercussions sur eux
les conséquences négatives.
à long terme
Analyser les facteurs de Planifier votre
Analyser le contexte  Agir au moment
division et d'union stratégie propice et avec
- Étudier l'histoire du pays - Identifier les causes des tensions Appliquer votre analyse : souplesse avec une
- Analyser les questions de sécurité entre les groupes, par exemple - maintenir une perspective à long
et les données politiques, l'économie, la politique, la religion, approche fondée sur terme
économiques et sociales la géographie les principes de  Engager activement la
- Identifier les parties prenantes et - Analyser aussi la façon dont les neutralité, population touchée
collaborer avec elles gens sont liés, par exemple par d’impartialité et d'une manière
- Identifier les facteurs des marchés, une histoire, des d’indépendance, afin constructive, en
déclenchants/causes, comme des symboles ou des attitudes d'éliminer les facteurs utilisant des
élections, l’arrestation ou communes négatifs d'aggravation approches créatives et
l’assassinat d'un dirigeant ou d’un - Comprendre l'interaction entre vos des conflits stimulantes
homme politique important, une programmes et le contexte: où, - ne pas manquer de  Travailler en
coup d'État militaire, le chômage, pourquoi, qui, quoi et comment soutenir la paix partenariat avec
une catastrophe naturelle, une l'aide est offerte. - re-vérifier les effets sur d'autres acteurs et
augmentation des prix ou une les facteurs de division contribuer à une
pénurie de produits de base. et d'union. approche coordonnée
Une approche sensible au conflit est bénéfique ou non préjudiciable en et globale cohérente
 diminuant le niveau ou le risque de violence
Adapté des Lignes directrices du
 réduisant le risque de mort ou de blessure des bénéficiaires et des travailleurs humanitaires CAD - Prévenir les conflits violents :
 minimisant l'aide perdue ou gaspillée en diagnostiquant les problèmes et la corruption quels moyens d'action ? © OCDE,
 réduisant le risque de retard dans les projets, l'arrêt ou le retrait précoce 2001
 facilitant une amélioration rapide et durable de la situation
Ressources supplémentaires sur le site d’All In Diary Liens pour des informations complémentaires
How to guide to conflict sensitivity © 2012 Conflict Sensitivity Consortium Pack de ressources : http://www.saferworld.co.uk/ ;
Conflict-Sensitive Approaches to Development, Humanitarian Assistance International Alert : http://www.international-alert.org
and Peace building, Chapitre 1 © 2003 Africa Peace Forum ; Publications CAD :
Humanitarian Negotiations with Armed Groups, © 2006 UNOCHA http://www.cdainc.com/cdawww/publication.php
The Do No Harm Handbook © 2004 CDA Sensibilité au conflit : http:/www.conflictsensitivity.org

© 2013 All In Diary - www.allindiary.org


12 4ème édition 2014
1.6 PRINCIPES HUMANITAIRES

La protection
Les travailleurs humanitaires peuvent aider à protéger ceux qui sont à Questions liées à
risque en étant réceptifs aux questions liées à la protection, en la protection
signalant immédiatement les problèmes ou préoccupations et en VIOLENCES
créant des activités orientées vers la protection. PERSONNELLES
PRINCIPES DU TRAVAIL DE PROTECTION - Meurtre volontaire,
blessures, déplacement,
Privilégier la sécurité personnelle, la dignité et l'intégrité des personnes destitution ou disparition.
Les travailleurs sociaux doivent oeuvrer afin de préserver la dignité des personnes,
- Viol et violence sexuelle ou
leur sécurité et leur intégrité aussi bien que leurs besoins physiques. ciblée sur un sexe
Reconnaître les personnes à risque comme des acteurs essentiels pour leur particulier (SGBV).
propre protection - Torture et traitements
Travailler directement avec la population touchée pour soutenir, définir et élaborer inhumains ou dégradants.
des façons dont ils peuvent se protéger et préserver leurs droits.
PRIVATION
Respecter les décisions des personnes sur la confidentialité, notamment en ce qui
- Perte d'actifs par le vol et la
concerne la violence sexuelle et la violence ciblée sur un sexe en particulier, et destruction.
lorsque des membres de la famille sont impliqués.
- Saisie des terres et
Engager la responsabilité juridique des administrations et des individus violation des droits fonciers.
La protection est une responsabilité partagée. Les sources de protection résident - Discrimination et privation
dans les lois relatives à l'aide humanitaire aux réfugiés et aux droits de l'homme. des droits à la santé, à
Dans l'ensemble, la responsabilité juridique incombe à l'État. Lorsque les États ne l'éducation, la propriété,
peuvent répondre à toutes leurs responsabilités humanitaires, certaines agences ont l'eau et le développement
des mandats de protection : le HCR (pour les réfugiés), l'UNICEF (pour les femmes économique.
et enfants), le Haut Commissariat (pour les droits de l'homme) et le CICR (pour les - Violence et exploitation au
victimes de conflit). sein de la communauté
Les ONG peuvent contribuer à la protection pratique, sur le terrain, grâce à des touchée.
activités bien planifiées, au suivi et au signalement des violations de droits. MOUVEMENT LIMITÉ ET
Collaborer avec d'autres sur les différents types de réponses ACCÈS RESTREINT
Les ONG peuvent aider dans la protection en : - Le recrutement forcé
- signalant avec tact les préoccupations relatives à la protection, soit aux autorités d'enfants, la prostitution,
l'exploitation sexuelle, la
gouvernementales et organismes internationaux, soit à d'autres organisations non traite des êtres humains,
gouvernementales, au fur et à mesure qu'elles se présentent ; l'enlèvement et l'esclavage.
- alertant le public et les médias sur ces préoccupations ; - La séparation forcée ou
- promouvant des normes internationales auprès de responsables gouvernementaux accidentelle des familles,
et locaux ; ou la réinstallation forcée.
- offrant des conseils juridiques et sociaux, ainsi que des programmes d'éducation et - Restrictions arbitraires à la
de formation ; circulation : retour forcé,
- surveillant le respect des droits de l'homme. couvre-feux punitifs ou
obstacles qui empêchent
ÉVITER d'augmenter les risques pour les populations que peuvent entraîner des l'accès aux terres, au bétail,
activités mal conçues ou mal appliquées, notamment: aux marchés, à l'emploi, à
- le risque accru pour la population touchée en raison de la nature de vos activités et la famille, aux amis et aux
de votre présence (comme les réactions violentes ou la corruption) ; services sociaux.
- l'utilisation de l'aide pour des pratiques abusives (les déplacements forcés) - Mauvaise santé, mauvaise
- la légitimation par inadvertance de violations ou de leurs auteurs (p. ex. le jeûn hygiène, faim ou maladie
volontaire légitimé comme de la famine) ; causée par la destruction
délibérée des services ou le
- la possibilité ou la perception de partialité (comme une définition de priorités qui risque refus des moyens de
d'être perçue comme du « parti pris ») ; subsistance.
- l'accent mis sur la protection de certains groupes au risque de politisation de l'action - Restrictions à la
humanitaire et de violation d'impartialité ; participation politique ou
- la priorité donnée à la protection au détriment d'autres besoins, comme religieuse et à la liberté
l’alimentation, le lodgement ou la santé. d'association.
- Perte ou vol de documents
Votre programme de protection doit tenter de répondre aux questions suivantes: personnels fournissant une
 Qui essayez-vous de protéger et quelles menaces ont été identifiées ? preuve d'identité, de droits
 Quels moyens les gens ont-ils pour se protéger ? de propriété et de droits de
 Comment pouvez-vous mieux les soutenir et quelles ressources sont nécessaires? citoyen.
Adapté du Guide
 Avec quelles capacités – locales, nationales et internationales collaborerez-vous ?
Protection - ALNAP pour les
 Comment saurez-vous si vous avez réussi ? organismes humanitaires ©
ODI (2006)
Ressources supplémentaires sur le site d’All in Diary Liens Internet pour des informations complémentaires
Manuel pour la Protection des personnes déplacées © Cluster Global Protection Cluster http://www.globalprotectioncluster.org
Protection mondial 2010 ; Protection des personnes dans des Le CICR protégeant les civils
situations de catastrophes naturelles © 2011 IASC ; Manuel http://www.icrc.org/eng/What-We-do/Protecting-civilians
pour la Protection des femmes et des filles © 2008 HCR http://www.humanitarianresponse.info/themes/PROCAP/Guidance

© 2013 All In Diary - www.allindiary.org


13 4e édition 2014
1.7 PRINCIPES HUMANITAIRES

Les réfugiés et personnes déplacées


Il se peut que des individus soient contraints de quitter leur foyer en raison de
catastrophes naturelles ou causées par l'homme, de l'insécurité générale ou de
violations des droits de l'homme.
Chaque groupe est unique et a des besoins et attentes particuliers qui doivent être pris en compte ;
les réfugiés tout comme les personnes déplacées ont des forces et des capacités sur lesquelles
s'appuient les efforts d'aide, de redressement et de préparation aux catastrophes.
Les réfugiés
Les réfugiés sont des personnes qui ont fui leur foyer et traversé une frontière internationale.
Les gouvernements des pays d'accueil sont les principaux responsables de la protection des Le HCR
réfugiés, mais le HCR est mandaté par la communauté internationale en vue d'assurer aux réfugiés Haut Commissariat
la protection et l’accès aux services essentiels dans leurs pays d'asile. des Nations Unies
 Les droits des réfugiés sont énoncés dans la Convention relative au statut des réfugiés de pour les Réfugiés
1951 qui s'applique à tous les États, y compris ceux qui ne sont pas parties à la convention. - est chargé d'assurer que
 Le droit le plus important stipule qu'un pays d'asile ne peut pas renvoyer de force (refouler) ou le pays d'asile fournit
exercer quelque discrimination que ce soit contre les réfugiés et est obligé de leur assurer les protection et services
mêmes droits sociaux et économiques qu'à ses propres citoyens. essentiels aux réfugiés ;
 La législation nationale peut limiter les droits des réfugiés, par exemple en ce qui concerne les
documents d'identité. - peut également prendre
en charge les personnes
Les personnes déplacées déplacées, les demandeurs
Les personnes péplacées n'ont pas franchi une frontière internationale, mais ont d'asile, les réfugiés
elles aussi fui leurs foyers. Les personnes péplacées restent légalement sous la rapatriés et les
protection de leur propre gouvernement. La Convention de Kampala de 2012 communautés d'accueil ;
assure une protection juridique pour les personnes déplacées en Afrique : réaffirme la - est le chef de file en ce
responsabilité principale des gouvernements nationaux envers les personnes déplacées; aborde qui concerne les domaines
l'ensemble des différentes causes de déplacements internes; reconnaît le rôle critique des suivants, lors de crises
organisations de la société civile et des communautés d'accueil; exige des gouvernements qu'ils liées à des conflits :
déterminent les besoins des personnes déplacées tout comme ceux des communautés d'accueil.  Protection
Principes directeurs relatifs au déplacement interne www.idpguidingprinciples.org  Coordination de Camp et
PRINCIPES GENERAUX 1-4 DROITS ÉCONOMIQUES, SOCIAUX ET Gestion de Camp
- Égalité de droits et de devoirs CULTURELS 18-23 (CCGC)
- Application universelle - Niveaux de vie et de services suffisants  Abris d'urgence
- Droit de demander et de bénéficier de l'asile - Hygiène, soins médicaux et soins génésiques
- Responsabilité de l'État en matière de - Documents d'identification, en particulier pour les L'OIM
protection femmes Organisation
PROTECTION CONTRE LES - Protection et restitution des biens internationale pour
DÉPLACEMENTS 5-9 - Liberté de chercher un emploi les migrations
- Prévention des déplacements - Liberté d'expression, y compris de l'expression
religieuse
- favorise une gestion
- Réduction maximale de la gravité et de la
- Respect de la diversité culturelle et linguistique ordonnée et humaine
fréquence des déplacements
- Protection des groupes autochtones - Accès à l’éducation des migrations;
SÉCURITÉ PHYSIQUE ET LIBERTÉ ASSISTANCE HUMANITAIRE 24-27 - fournit une aide
humanitaire aux
DE MOUVEMENT 10-15 - Fournie sans discrimination
- Droit à la vie, à la dignité et à l'intégrité - Responsabilité première des autorités nationales migrants, y compris les
personnelle - Droit des agences humanitaires d'offrir et de réfugiés et les
- Protection contre les arrestations, fournir une assistance humanitaire et personnes déplacées;
les détention et les retours forcés devoir de l'État de faciliter l'assistance - chef de file sectoriel
arbitraires. humanitaire pour :
- Obligation des Agence humanitaire d'offrir
- Choix de l'emplacement et de résidence
leur protection aux Personnes Déplacées
 Coordination de camp et
- Protection contre le recrutement militaire gestion de camp en
forcé, - Protection du personnel humanitaire
situation de catastrophes
en particulier celui des enfants. PROTECTION PENDANT LE naturelles.
PROTECTION FAMILIALE ET RETOUR, LA REINSTALLATION OU  Peut également soutenir
COMMUNAUTAIRE 16-17 LA REINSERTION 28-30 les communications de
- Unité et réunification familiale - Droit au retour volontaire ou à la réinstallation masse dans le cadre de
- Honneur et respect pour les dépouilles - Protection contre tout traitement discriminatoire la coordination inter-
mortelles et les sites funéraires - Droit à la restitution ou à la réparation des biens sectorielle.
- Responsabilité de l'État / des agences humanitaire Photo courtoisie de : Abu Shouk,
- Respect de la vie familiale Darfour, Reuters
de faciliter les solutions de réinstallation
Ressources supplémentaires sur le site d'All in Diary Liens Internet pour plus d’informations
Cadre de l'IASC sur les Solutions Durables pour les Personnes Déplacées - HCR Refworld : http://www.refworld.org/cgi-
2010 bin/texis/vtx/rwmain
Manuel de Réinsertion et de Rapatriement, © 2004 HCR ; OIM : http://www.iom.int/jahia/Jahia/about-iom/
Q & R sur la Convention Relative au Statut des Réfugiés de 1951 ©2006 HCR Centre de Surveillance des Déplacements
Guide du HCR pour la planification et la mise en œuvre de l'Aide au Internes http://www.internal-displacement.org/
Dévelopement des Programmes en Faveur des Réfugiés © 2005 Jallow&Malik Centre d'Études sur les Réfugiés -
Protection Opérationnelle dans les Camps et les Zones d'Installations, © 2006 http://www.rsc.ox.ac.uk/

© 2013 All In Diary - www.allindiary.org


14 4ème édition 2014
1.8 PRINCIPES HUMANITAIRES

La protection de l'enfant en cas d'urgence


Les enfants (garçons et filles âgés de moins de 18 ans) sont Tout enfant a droit à
particulièrement vulnérables à la négligence, à la maltraitance et à une enfance
l'exploitation à la suite des situations d'urgence et nécessitent une normale
protection spéciale.
La protection de l'enfance
 Tous les enfants – quel que soit leur statut juridique dans un pays – ont le droit de vivre
à l'abri de la violence, de la négligence, de la maltraitance et de l'exploitation.
 Les acteurs étatiques et non étatiques et les travailleurs humanitaires sont tous
responsables de s'assurer que les enfants sont protégés, y compris de prévenir des
dommages causés par leur propre personnel et leurs programmes. La vulnérabilité de
l'enfant varie selon l'âge, le sexe, le handicap et d'autres formes de marginalisation
(séparation, origine ethnique, religion, statut, etc). Des problèmes de protection
préexistants peuvent s'aggraver ; de nouveaux problèmes émergent ; et le système La Convention des
habituel pour protéger les enfants est affaibli. Nations Unies de
La meilleure pratique consiste à encourager un sentiment de normalité dans la vie 1989 relative aux
des enfants. C'est à dire leur offrir, ainsi qu'à leurs tuteurs, une routine, et leur garantir droits de l'enfant
l'accès aux informations adaptées à leur âge et aux services de base, soutenir les (CRC)
écoles, etc.Voir les pages sur «l'éducation en cas d'urgence» et la «santé mentale et le soutien psychosocial». - s'applique à tous les
enfants quel que soit
La négligence résulte d'un manque de soins ou de Mesures principales: leur statut dans le pays
protection par des adultes, souvent en raison de leur propre  Établir des mécanismes
- a été créée pour
détresse, normes et croyances culturelles, ou actions de renvoi appropriés
assurer la protection
résultant de la pauvreté. La maltraitance peut être  Établir des directives
des enfants
sexuelle, physique ou émotionnelle, incluant les châtiments claires pour le personnel
- a été approuvée par
corporels graves, les agressions sexuelles ou les mariages
 Être conscient des presque tous les pays
forcés. Le risque de maltraitance augmente par exemple
problèmes préexistants du monde.
avec la réduction du revenu du ménage, l’interruption de
 Être informé des effets La CRC est guidée
l’enseignement, la séparation, ou le harcèlement par les
potentiels à long terme par quatre principes
forces de sécurité.
L'exploitation comprend les pires formes de travail des enfants (comme les enfants- fondamentaux :
soldats, la pornographie, la prostitution, les travaux pénibles, les travaux domestiques - Les intérêts des enfants
isolants) et le troc sexuel contre l'alimentation et les services. prévalent sur les
La meilleure pratique consiste à prendre soin des enfants isolés dans la préoccupations
communauté, car les risques d'abus sont souvent beaucoup plus grands dans les politiques ou
installations résidentielles. Sachez que les agences peuvent causer une séparation en commerciales.
offrant de meilleurs soins que les familles ne peuvent gérer ou en définissant des critères - Les enfants ont le droit
inadaptés pour les services. de participer aux
Les enfants face aux conflits Les enfants face aux catastrophes décisions qui les
naturelles concernent.
 Dans les conflits, les enfants peuvent  La rapidité les catastrophes naturelles et les - Les enfants ont droit à
devenir les observateurs, auteurs ou ravages causés sont très stressants et la survie (à une
victimes involontaires d'atrocités. augmentent le besoin de soutien psychosocial. nourriture adéquate, à
 Les enfants séparés et non  L'effet sur les communautés porte atteinte l'eau, aux soins de
accompagnés courent un risque élevé au sentiment de sécurité de l'enfant et santé et à l'abri) ainsi
d'enlèvement ou de recrutement forcé augmente les besoins de surveillance et de qu'au développement
comme enfants soldats. systèmes de protection. (pour jouer et grandir
 Ceux qui vivent le combat peuvent  Le temps de réponse et de récupération dans un environnement
souffrir d’une profonde détresse peut être retardé, ce qui augmente sain et favorable et
émotionnelle, physique et exponentiellement les problèmes liés aux recevoir une éducation)
psychologique. déplacements. - Les enfants ont des
 Les retrouvailles des anciens enfants  Les catastrophes naturelles représentent de droits égaux, quels que
soldats avec leur famille et leur nouvelles possibilités pour les pays de soient leur âge, sexe,
réintégration dans la société sont renforcer la résistance et les droits des enfants origine ethnique,
importantes pour le redressement et la à la protection, dans les situations d'urgence et classe, religion, etc.
reconstruction des communautés. au-delà.
Ressources supplémentaires sur le site d’All In Diary Liens Internet pour plus d’informations
Normes minimales relatives à la protection de l'enfance dans Child Protection Working Group - http://cpwg.net/
les actes humanitaires © 2012 Fiches d'information sur la Save the Children: www.savethechildren.org
protection de l'enfant CPWG © UNICEF 2006 Représentant des Nations Unies www.childrenandarmedconflict.un.org

© 2013 All In Diary - www.allindiary.org


15 4teédition 2014
1.9 PRINCIPES HUMANITAIRES

L’égalité des sexes dans l'aide humanitaire


Les femmes et les hommes jouent dès l'enfance des rôles différents au
sein de la famille et de la communauté. Ils sont un accès différent au
pouvoir et aux ressources. Les programmes humanitaires doivent être
conçus pour répondre aux besoins de tous, dans un souci de sécurité
et d'égalité.
En cas de crise (et plus particulièrement de conflit) les hommes et femmes de tout
âge : Convention sur
réagissent différemment ; l'éradication de toutes
-
- ont des besoins, vulnérabilités, capacités et préoccupations différents ; formes de
- sont confrontés à des risques différents, et à des modifications de leurs rôles discriminations envers
traditionnels bien distincts (par exemple l’enrôlement forcé dans un conflit pour les femmes (CEDAW)
les hommes, la violence sexiste ou la prostitution forcée pour les femmes, ou Principal accord
encore l’utilisation de femmes et d'enfants en tant que boucliers humains). international sur les
droits des femmes.
L'analyse des distinctions fondées sur le sexe permet de comprendre de quelle
façon les hommes et les femmes ont été touchés par une crise humanitaire, quels
sont leurs besoins, ce qu'ils peuvent faire pour eux-mêmes et comment ils peuvent Marqueur d'égalité
accéder aux services et ressources existants. hommes-femmes IASC
Structure du programme d'égalité hommes-femmes Outil permettant
Pour atteindre l'égalité des sexes, il est question d'ADAPTATION et d'ACTION
d'évaluer (sur une
échelle de 0 à 2), la
Analyser les rôles et responsabilités de chaque Aborder les violences sexistes dans les
sexe programmes
probabilité selon
- Comprendre et observer le contexte culturel - S'assurer que les services ne mettent pas
laquelle un programme
et les pratiques (relations de pouvoir les personnes en danger de violence humanitaire bénéficiera
existantes, rôles dévolus à chaque sexe, sexiste (éclairages à proximité des autant aux femmes
prises de décisions et formes d'associations, toilettes, heures des distributions) qu'aux hommes ou
différents besoins et capacités des hommes permettra d'une autre
Collecter, analyser et diffuser les données
et des femmes de tous âges). façon de progresser en
SADD (sex/age disaggregated data)
Définir des services répondant aux besoins de - Connaître les besoins spécifiques des matière d'égalité des
tous hommes et des femmes aux différents sexes.
- Bien avoir conscience des obstacles stades de la vie
physiques et humains potentiels dans l'accès - Comprendre la densité des données et les
aux services lacunes Si le projet fait preuve
Accès garanti pour tous Cibler des actions en s'appuyant sur les d'un potentiel de
- Suivi des bénéficiaires contribution à l'égalité
résultats de l'analyse des distinctions fondées
Participation égale pour tous sur le sexe hommes-femmes, ce
- Consultations avec tous les groupes - Apporter une réponse aux différents marqueur indique si les
concernés, garantissant une participation besoins des hommes et des femmes et résultats en seront
égale des hommes et des femmes dans les aux menaces qui pèsent sur eux, pour la potentiellement limités
consultations, et pour tous les aspects des conception de camps, d'abris,
programmes humanitaires ou significatifs.
d'installations sanitaires.
Traiter les hommes et les femmes de façon http://www.globalprotectioncl
- Offrir une égalité d'accès à l'éducation, au
égale en matière de formation uster.org/en/areas-of-
renforcement des compétences et à
- Eviter les stéréotypes responsibility/age-gender-
l'information.
- Adapter les événements afin de prendre en diversity/gender/the-iasc-
- Offrir une protection et une aide afin de gender-marker.html
compte les engagements des femmes (vis-à- s'assurer qu'un groupe ne bénéficie pas
vis de leurs enfants, par exemple)
d'un avantage au détriment d'un autre.
Coordination avec l'ensemble des partenaires
- constitution de groupes humanitaires présentant une parité hommes-femmes, afin de garantir la Définition de la notion de
coordination et l'intégration des politiques d'égalité au sein de tous les secteurs. Pour atteindre 'Genre’ :
l'égalité des sexes, il est question d'ADAPTATION et d'ACTION
- identités, rôles et attentes
Source : OCHA Gender Toolkit –2013 http://reliefweb.int/report/world/ocha-gender-tool-kit émanant d'une construction
sociale associée
APPRENEZ...à intégrer l'égalité hommes-femmes dans les programmes, et effectuez des analyses respectivement aux hommes
des distinctions fondées sur le sexe grâce au cours de formation en ligne de l'IASC http://www.iasc- et aux femmes.
elearning.org/home/
Ressources supplémentaires sur le site d’All In Diary: Liens Internet pour plus d’informations
Gender Handbook in Humanitarian Action © 2006 IASC Les publications IASC sont également disponibles
Matrix of guidelines for gender based violence (GBV), © http://www.humanitarianinfo.org/iasc/pageloader.aspx?page=content-
2007 IASC subsidi-common-default&sb=1
Guidelines for Gender based violence in humanitarian Réseau Gender & Disaster : http://www.gdnonline.org
settings © 2005 IASC UN Women : http://www.unwomen.org/
DFID Gender Manual © 2005 H. Derbyshire Projet GenCap http://www.humanitarianresponse.info/themes/gencap

© 2013 All In Diary - www.allindiary.org


16 4ème édition - 2014
Cadre des Compétences Humanitaires Fondamentales
Maintien au cœur de notre action des populations affectées par les crises
Comprendre les contextes et Agir de façon sûre et Faire preuve de leadership dans
Développer et maintenir des S'autogérer dans des
Domaines application des principes Obtenir des résultats
relations de collaboration sécurisée à tout moment contextes évolutifs stressants l'action humanitaire
humanitaires
Afficher les valeurs et principes
Comprendre les contextes Être responsable de votre travail et Développer et maintenir des S'adapter à la pression et aux humanitaires et motiver les autres
opérationnels, les intervenants utiliser efficacement les ressources relations de collaboration et Agir de façon sûre et changements pour fonctionner à obtenir des résultats dans des
clés et les pratiques affectant les afin d'atteindre des résultats de coordination avec les sécurisée dans un efficacement dans les situations complexes,
Résultats interventions humanitaires durables parties prenantes et le environnement sous contextes humanitaires indépendamment de son rôle, de
actuelles et futures. personnel pression sa fonction ou de son ancienneté.
Assurer la qualité et les
Comprendre le Conscience de soi
résultats du programme
contexte humanitaire:
- Gestion du cycle de projet Écouter et dialoguer Minimiser les risques S'adapter et faire face - Être conscient de ses propres points
- Phases d'intervention - Écoute active et - Se concentrer sur ses buts et forts et limites, et de l'impact de ses
- Projets/programmes pour les collectivités,
- Contexte politique & culturel efficaces dialogue clair avec les partenaires et les ses objectifs dans des actions
- Sexe et diversité toutes les parties parties prenantes
situations de changement - Comprendre vos compétences et celles
- Résultats opportuns au moment rapide
de votre équipe
- Besoins, compétences, propice
prenantes - S'assurer de la sécurité de - S'adapter sereinement
capacités et expérience des - Demander des retours et tenter de
Compétences et Responsabilité dans le
chacun - Reconnaître et réduire le stress
comportements de populations affectées par Travailler avec les autres - s'améliorer
les crises travail
Identifier et communiquer - Être constructif et positif dans
base pour tous les - Contribuer à l'équipe tout risque et tout danger des situations stressantes
agents d'interventions Appliquer les normes et - Rendre des comptes aux
- Partager toute information - "Ne pas nuire" et
humanitaires, étayées par populations affectées par les Encourager et influencer
principes humanitaires utile minimiser les
leurs compétences et crises - Communiquer des valeurs
connaissances - Défendre les cadres, normes, - Contribuer risques Rester professionnel
- humanitaires et organisationnelles

17
Gérer et partager les
principes et codes nationaux
informations
activement aux S'assurer de sa propre - Assumer la responsabilité de
- Inspirer la confiance
et internationaux dans les réseaux sécurité son travail et de son impact sur
programmes Prendre des décisions - Écouter de façon active
- Contester toute décision - S'assurer que votre les autres
-
- User du pouvoir de façon - Souplesse et adaptabilité face aux ou tout comportement travail est et demeure - Planifier, hiérarchiser et
Influencer positivement les autres
responsable changements qui enfreindrait les bien reçu effectuer des tâches
- Comprendre votre rôle et - Savoir quand prendre une Codes de Conduite - Réduire les vulnérabilités correctement sous pression
Jugement critique
2.1 DIRECTIVES ET SYSTÈMES HUMANITAIRES

les mécanismes de - Toujours mettre la sécurité - Faire preuve d’éthique et de


décision et quand impliquer les - Analyser et faire preuve de jugement,
coordination autres en avant professionnalisme d'initiative, de créativité et de ténacité
- Envisager un impact élargi - Faire preuve d'intégrité
- - Procéder à l'évaluation
- Définir des normes et surveiller les Assurer une rétroaction pour
-
chacun
des risques avec chacun - Aider les autres à gérer leur Inspirer les autres par vos valeurs,
- Évaluer et analyser les problèmes procédures opérationnelles
- Faire preuve de stress en s'occupant de soi- objectifs et principes humanitaires
majeurs dans les situations de crise convenues - Établir des objectifs clairs compréhension et participer même et en établissant des - Donner des retours réguliers
Comportements
humanitaire et agir en conséquence - Définir les rôles et - Contrôler les performances à une coordination plus priorités dans son travail - Reconnaître la contribution d'autrui
- Développer une réponse responsabilités - étendue entre les Nations - Promouvoir le bien-être et le
additionnels Convenir de méthodes de
Unies et les ONG en - Adapter son style de leadership
organisationnelle en rapport avec le - Collaborer avec d'autres pour travail à distance avec les matière de sécurité
"devoir de diligence" aux délais et aux changements
pour les contexte éviter les doubles emplois et autres - Établir des échéances et des
gestionnaires de - Respecter les lois et traités maximiser les ressources - Élaborer des plans - Maintenir une perspective
- Établir la confiance objectifs réalistes stratégique élargie tout en
niveau 1 humanitaires internationaux - Fournir régulièrement d'urgence
-
- Promouvoir des relations - Surveiller les risques, la Permettre à d'autres maintenant une attention aux détails
- Participer activement à la commentaires et informations collaboratives, transparentes compréhension et les d'assumer des rôles et des - Être résolu et s'adapter rapidement
coordination - Rendre compte des enseignements et responsables actions ayant trait à la responsabilités - Prendre des risques informés et
tirés - Utiliser ses compétences en sécurité - Surveiller de façon transparente calculés
- Mettre en place des processus matière de négociation et de - Appuyer les membres de - Tirer les leçons de son expérience
pour que les personnes affectées résolution de conflit l'équipe en cas de crise
puissent participer et partager
-
Adapté du Cadre des Compétences Humanitaires Fondamentales du CBHA (Consortium des Organismes Humanitaires Britannique) - http://www.thecbha.org - dans le but de guider l'évaluation et l'augmentation
des capacités et du professionnalisme des individus et des organisations participant aux interventions face aux situations d'urgence.
2.2 DIRECTIVES & SYSTÈMES HUMANITAIRES

L’architecture humanitaire internationale


« La première et fondamentale responsabilité de chaque État est de prendre Le processus de
soin des victimes de catastrophes naturelles et d'autres situations d'urgence réforme humanitaire
internationale
survenant sur son territoire »
Il a été lancé en 2005
 Les communautés locales, les familles, les gouvernements locaux et nationaux, la par l'IASC (Comité
société civile et le secteur privé sont presque toujours les premiers à réagir et à permanent inter-
fournir une aide humanitaire. organisations) en
 Les organismes internationaux d'aide humanitaire doivent mettre à profit cette réponse à des
capacité et la renforcer, s'appliquant à communiquer avec les parties prenantes et les changements
autorités nationales et à les tenir informées. Ils doivent également s’attacher à relier importants dans les
l'aide humanitaire aux acteurs, projets et politiques de développement existants, pour opérations
s'assurer qu'elle : humanitaires :
- est adaptée au contexte local;
Nombre croissant d'acteurs
- contribue à atteindre des objectifs de développement à plus long terme;
humanitaires ; concurrence
- n'augmente pas la vulnérabilité, ou ne soit pas le vecteur de futures inégalités, conflits ou
accrue pour le financement
souffrances.
et les ressources ;
Comment l’aide humanitaire est-elle organisée? surveillance publique
Sources : Office des Nations Unies pour la Coordination des Affaires Humanitaires « Comment les activités de secours en cas de accrue ; et évolution du rôle
catastrophes sont-elles organisées ? »
de l'Organisation des
Nations Unies (ONU).
Les réformes tentent de
renforcer le système
d'intervention humanitaire,
avec une plus grande :
Prévisibilité :
dans le financement et la
direction des interventions
Redevabilité :
aux populations touchées
Partenariats :
entre l'ONU et les autres
acteurs humanitaires.

Programme de
transformation - 2012
Le tremblement de
terre en Haïti et les
inondations au
1. Le gouvernement national est Pakistan en 2010 ont
responsable au premier chef 3. Le Bureau de la Coordination des
d'apporter une réponse aux Affaires Humanitaires (UNOCHA) est mis en évidence les
situations d'urgence humanitaire. chargé de coordonner l'aide faiblesses de l'action
humanitaire internationale humanitaire et les
2. S'il n'y a pas de gouvernement en (Résolution de l'ONU 46/182).
place ou si le gouvernement ne 4. Les efforts d'intervention nationale et
directeurs de l'IASC ont
dispose pas des moyens internationale doivent être coordonnés examiné en 2011 la
nécessaires* pour intervenir, le pays afin de répondre aux besoins les plus situation et les actions
peut demander une assistance urgents de la population touchée.
internationale. à entreprendre en
priorité :
* Dans les situations de conflits internes impliquant le gouvernement, il se peut qu'une coordination - leadership consolidé
indépendante et impartiale de la réponse humanitaire internationale soit nécessaire - planification stratégique
Principaux acteurs humanitaires internationaux améliorée
 Communauté humanitaire - 3 "familles" - 1. ONU et organisations internationales ; 2. - évaluations des besoins,
organisations non gouvernementales (ONG) ; et 3. le Comité International de la Croix-Rouge et gestion de l'information,
du Croissant-Rouge (CICR et FISCR). planification et suivi et
évaluation consolidés
 Donateurs par ex. USAID, AusAid, ACDI, DDI - qui fournissent une aide bilatérale (financement
direct d'organismes individuels) ou un financement multilatéral (par l'UE, la Banque Mondiale, le - coordination sectorielle
Disaster Emergency Committee ou des mécanismes de financement commun) améliorée
- responsabilisation accrue
 Personnels militaires et de maintien de la paix – assurent la protection, le maintien de la loi et
de l'ordre, participent aux recherches, aux opérations de sauvetages, aux distributions, etc.
Ressources supplémentaires sur le site d’All In Diary Liens Internet pour plus d’informations
Rapport Annuel 2011 de l'UNOCHA http://www.humanitarianinfo.org/iasc/pageloader.aspx?page=content-
Qui est qui dans les opérations de financement template-default&bd=87 – Programme de Transformation
humanitaire - Initiatives de Développement 2013 UNOCHA -http://ochaonline.un.org/
GHA - http://www.globalhumanitarianassistance.org/

© 2013 All In Diary - www.allindiary.org


18 4ème édition - 2014
2.3 DIRECTIVES & SYSTÈMES HUMANITAIRES

La coordination par groupes sectoriels


La coordination permet de sauver des vies. Chefs de file
sectoriels
Les groupes sectoriels sont des groupes d'organisations humanitaires
(internationales, nationales, autorités locales, société civile) travaillant en Au niveau mondial :
Les chefs de file sectoriels
partenariat dans les principaux secteurs de l'action humanitaire. Le sont tenus de rendre
principe de responsabilité sectorielle vise à renforcer la prévisibilité, la compte au Coordonnateur
capacité, la coordination, la responsabilisation et les partenariats, chaque des secours d'urgence
(UNOCHA) et visent à
cluster ayant désigné un « chef de file sectoriel » mondial. renforcer sa capacité de
La coordination est un moyen pour atteindre une fin. L'ampleur des préparation et
d'intervention en cas
dispositions de la coordination au niveau national doit être adaptée à d'urgence grâce à des
chaque contexte opérationnel. intervenants qualifiés, des
outils et des méthodologies
Groupes sectoriels Chefs de file sectoriels standardisés et le partage
Sécurité Alimentaire Le PAM et la FAO des meilleures pratiques.
Abris d'urgence et NFI (biens non Le HCR (personnes déplacées par les conflits)
alimentaires) Au niveau national :
La FICR (catastrophes) -'Animateur'
Les chefs de file sectoriels
Eau, assainissement et hygiène L'UNICEF
rendent des comptes au
Nutrition L'UNICEF Coordonnateur des
Santé OMS opérations humanitaires ou
au Coordonnateur résident
Éducation L'UNICEF et Save the Children et leur objectif est d'assurer
Coordination et gestion des camps Le HCR (catastrophes générées par les conflits) une réponse d'une plus
(CCCM) L'OIM (catastrophes naturelles) grande cohérence et
efficacité en :
Premières phases de reconstruction Le PNUD -soutenant les efforts
Protection Le HCR gouvernementaux de
coordination et
Télécommunications en situations Le PAM d'intervention ;
d'urgence - nommant un personnel
Logistique Le PAM dûment qualifié à la
coordination des groupes
Questions transversales Responsables/chefs de file des sectoriels ;
Questions transversales - facilitant la coordination
entre partenaires de
Environnement Le PNUE groupes sectoriels et entre
Sexe Le CIAB, le HCR, l'ONU Femmes et la CMR les secteurs ;
Âge Help Age International - facilitant l'évaluation des
besoins de façon exacte et
Responsabilisation des personnes Le PAM. World Vision International en temps opportun ;
concernées - collectant et partageant les
Fonctions des groupes sectoriels au niveau national informations ;
- minimisant les lacunes et les
1. Soutien à la prestation de services – selon des priorités stratégiques chevauchements dans les
convenues, afin d'éliminer les doubles emplois. interventions ;
- s'assurant de rester
2. Aide à la prise de décisions stratégiques par l'équipe humanitaire dans le conforme avec les
pays – aide à la prise informée de décisions stratégiques par l'équipe législations, les projets et
humanitaire dans le pays. les orientations nationales,
ainsi qu'avec les normes
3. Planification et développement stratégique – développement de plans internationales ;
sectoriels pour appuyer les priorités stratégiques, application des normes et - en encourageant la
directives, clarification des priorités financières. collaboration ;
4. Plaidoyer – identification des préoccupations, activités de plaidoyer au nom - en agissant comme
"fournisseur de dernier
des partenaires de cluster et des populations sinistrées recours" lorsqu'aucun autre
5. Suivi, évaluation, apprentissage et rapports – mise en application et résultat organisme n'est en mesure
de répondre.
6. Planification des mesures d'urgence, de la préparation et du renforcement
des capacités - identification des risques élevés de récurrence ou de nouvelle
catastrophe, et des capacités du groupe sectoriel.
Chaque groupe sectoriel a également la responsabilité de mettre en œuvre immédiatement les premières
phases de la reconstruction.
Ressources supplémentaires sur le site d’All In Diary Liens Internet pour plus d’informations
Module de Référence pour la Coordination des Clusters, CPIO, 2012 ; www.humanitarianinfo.org/iasc/pageloader.aspx?page=content-template-default&bd=87
Engagement Minimum de Participation dans les Clusters, www.unocha.org/what-we-do/coordination-tools/cluster-coordination
Collective Responsability © 2013 InterAction Clusters – http://www.humanitarianresponse.info
Directives Opérationnelles pour les Chefs de File des Clusters sur la Directives Générales : http://www.clustercoordination.org
collaboration avec les Autorités Nationales, © CPIO 2009

© 2013 All In Diary - www.allindiary.org


19 4ème édition - 2014
2.4 DIRECTIVES & SYSTÈMES HUMANITAIRES

Les principales organisations internationales


Le Comité permanent
L’Organisation des Nations Unies (ONU) est une organisation inter-agences
mondiale intergouvernementale – représentant presque tous les pays - est un mécanisme inter-
du monde. Un de ses rôles principaux est la mise en place d’une agences mondial pour la
coordination de l’aide
coopération internationale résoudre des problèmes économiques, humanitaire
sociaux, culturels ou humanitaires internationaux. -- inclut les principales
agences de l’ONU et l’OIM
En cas de catastrophes auxquelles les autorités nationales n’ont pas les
- inclut les ONG et les
capacités nécessaires pour agir, elles peuvent avoir recours à l’ONU et ses réseaux d’ONG
agences pour : InterAction, Comité
 assurer et coordonner une assistance humanitaire, directeur pour l'action
humanitaire (SCHR) et le
 protéger et soutenir les personnes touchées par la catastrophe, Conseil international des
 protéger et aider les réfugiés. Agences Bénévoles
(ICVA)
Organisations de l’ONU et internationales - distribue les responsabilités
FAO – Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture - développe une politique à
Signale des crises alimentaires imminentes, et évalue les problèmes mondiaux l’échelle du système
d'approvisionnement en nourriture. www.fao.org - fournit un cadre éthique
- défend les principes
OCHA – Office des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires humanitaires
Mobilise et coordonne la réponse humanitaire internationale en collaboration avec le - identifie les lacunes dans
Comité permanent inter-agences (IASC). http://ochaonline.un.org les mandats et capacités
OHCHR – Haut commissariat aux droits de l’homme de l’ONU - résoud les disputes
Fournit une aide et des conseils aux gouvernements et autres acteurs sur les
questions liées aux droits de l’homme, établit des normes et surveille les violations http://www.humanitarianinfo.org
/iasc/pageloader.aspx?page
des droits. www.ohcHauthr.org =content-about-default
PNUD – Programme des Nations Unies pour le développement Mouvement international
Aide les pays victimes de catastrophes pour la planification d’urgence et les mesures de la Croix-Rouge et du
de prévention, de préparation et d’atténuation des effets des catastrophes. Croissant-Rouge
www.undp.org Il comporte 3 parties :

UNHCR – Agence des Nations Unies pour les réfugiés Comité international de la
Fournit une protection et une aide internationale aux réfugiés, apatrides et personnes Croix-Rouge (CICR) –
déplacées, particulièrement en cas d’urgence causée par un conflit. mandaté par les
www.unhcr.org Conventions de Genève
pour aider et protéger les
UNICEF – Fonds des Nations Unies pour l’enfance civils en temps de guerre.
Travaille à soutenir les droits, la survie, le développement et la protection des enfants http://www.icrc.org/fre/inde
en intervenant pour la santé, l’éducation, l’eau, les systèmes sanitaires, l’hygiène et la x.jsp
protection. www.unicef.org
Fédération internationale
ONU Femmes – Prône l’égalité des sexes et l’élimination de la discrimination des sociétés de la Croix-
www.unwomen.org Rouge et du Croissant-
PAM – Programme alimentaire mondial Rouge (IFRC) – coordonne
Fournisseur principal d’aide alimentaire de secours. www.wfp.org les secours assurés par les
sociétés nationales pour
OMS – Organisation mondiale de la santé les victimes de
Assure un leadership global en matière de santé publique en établissant des normes, catastrophes naturelles ou
en surveillant les tendances de santé et en fournissant des directives sur les près des zones de conflit.
problèmes liés à la santé. www.who.org www.ifrc.org/en/who-we-
are/the-movement/
OMM – Organisation météorologique mondiale
Se charge de la surveillance des sécheresses et de la prévision des cyclones
www.wmo.int Sociétés nationales de la
_______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________ Croix-Rouge et du
OIM – Organisation internationale pour les migrations Croissant-Rouge – aident
Une agence intergouvernementale qui aide au transfert des réfugiés, des personnes les personnes vulnérables
à l’intérieur de leurs
déplacées et autres personnes ayant besoin de services de pour la migration
frontières
internationale ou à l’intérieur de leur pays. www.iom.int
Ressources supplémentaires sur le site d’All In Diary Liens Internet pour plus d’informations
Faits essentiels à propos de l’ONU – Action humanitaire © UN 2004 Aperçu de l’ONU http://www.un.org/en/aboutun/index.shtml
Système d’organisation de l’ONU, © Nations Unies 2012 www.icva.ch; www.interaction.org/;
Qu’est-ce que le Comité permanent inter-agences? 2012 www.humanitarianinfo.org/iasc/

© 2013 All In Diary - www.allindiary.org


20 4e édition - 2014
2.5 DIRECTIVES & SYSTÈMES HUMANITAIRES

La coordination civilo-militaire
Lorsqu’une urgence ou une catastrophe naturelle crée des besoins Les Directives
humanitaires, les pays déploient leurs organisations militaires ou d’Oslo
paramilitaires pour une réponse immédiate. Un soutien bilatéral peut Directives sur l’utilisation des
également être fourni par le biais du déploiement international d’acteurs et forces militaires et ressources
de ressources militaires étrangères. de protection civile étrangères
pour les secours en cas de
Lorsque les organisations humanitaires locales et internationales catastrophe
participent également à cette réponse, il est essentiel qu’elles opèrent - en temps de paix
dans le même espace sans nuire au caractère civil de l’aide humanitaire. - pour l’utilisation de RMPC
(www.unocha.org/what-we-do/coordination-tools/UN- /overview) étrangers.
 pour protéger et promouvoir les principes humanitaires,
Les directives des
 pour éviter la compétition,
 pour minimiser les incohérences, RMPC
 pour poursuivre les mêmes buts, le cas échéant Directives pour l’utilisation des
ressources militaires et de
Toutefois, des évaluations récentes ont montré des faiblesses récurrentes dans la protection civile (RMPC) pour
coordination civilo-militaire : l’échec de parvenir à une compréhension commune de leurs le soutien des activités
rôles respectifs, les défis qu’elles rencontrent et, crucialement, les besoins prioritaires des humanitaires de l’ONU dans
populations touchées et la manière de les aborder. des cas d’urgence complexes
(2003)
Les défis de la coordination civilo-militaire
- quand ces ressources
 intervention internationale à grande échelle dans des états fragiles et touchés par peuvent être utilisées
des conflits,
 fréquence et échelles accrues des catastrophes naturelles liées au changement
- quand elles doivent être
employées, et
climatique,
 prolifération rapide d’acteurs humanitaires ayant des vues différentes, - comment les agences de
l’ONU et leurs partenaires
 participation accrue des forces militaires à des opérations civiles telles que la doivent communiquer,
prestation d’aide et de services basiques aux populations touchées par des catastrophes, s’organiser et se
 les agences humanitaires faisant face à des défis opérationnels, par exemple la difficulté coordonner avec les
forces militaires
d’accès physique ou les menaces à la sécurité de leur personnel, exigeant parfois le internationales au sujet
soutien ou la protection des forces militaires. L’espace humanitaire de l’utilisation des RMPC.
reflète les principes de
Ce « chevauchement » des rôles a mené à :
neutralité, d’impartialité
En quoi les ONG et
- une érosion de la séparation entre les espaces « humanitaire » et d’indépendance. les acteurs
et « militaire ». C’est un espace sans militaires diffèrent
contraintes accordé aux
- un besoin d’une meilleure compréhension entre agences organisations
Mandat, intérêt, valeurs –
humanitaires et acteurs militaires, notamment concernant les les ONG découlent de la
humanitaires pour aider
société civile, les forces
mandats, capacités et limitations de chacun. ceux qui sont touchés
militaires sont politiques par
par un conflit ou une
- la nécessité d’un processus formalisé de coordination et de catastrophe.
nature.
liaison civilo-militaire pour les opérations humanitaires Compétences, attributs et
auxquelles participent des acteurs militaires. expertise – la force militaire
est dans la logistique et la
Principes à appliquer pour l’utilisation de ressources militaires et de coordination, la force des
ONG dans l’inclusion, la
protection civile (RMPC) promotion et la manière
 Ne les utiliser qu’en dernier recours – pour des besoins urgents et en l’absence d’une d’aborder les droits, besoins
alternative civile. et vulnérabilités.
 S’assurer que les opérations utilisant des RMPC (par exemple des convois militaires) restent Gouvernance et prise de
d’une nature civile et contrôlées par les agences humanitaires (sauf les RMPC eux-mêmes). décisions – les forces
 S’assurer que le travail humanitaire est effectué par du personnel des agences pour militaires ont des structures
plus formalisées et
maintenir la distinction entre les rôles civil et militaire.
autoritaires.
 S’assurer que l’utilisation des RMPC est clairement définie dans le temps et l’espace, et que
Par le Groupe URD :
l’on définit une stratégie claire de remplacement des ressources et fonctions par une
L’humanitaire et son
alternative civile. interaction avec les acteurs
 Les requêtes de RMPC doivent se faire par l’intermédiaire du Spécialiste de la Coordination militaires © 2007
civilo-militaire de l’ONU, ou du Coordinateur de l’action humanitaire.
 Insister sur la nécessité d’adhérer aux principes humanitaires, au code de conduite et à
d’autres directives internationales.
Ressources supplémentaires sur le site d'All in Diary Liens Internet pour plus d’informations
Directives sur l’utilisation des ressources militaires et de la protection civile DOMP : http://www.un.org/fr/peacekeeping/
étrangères dans le cadre des opérations de secours en cas de catastrophe – Coordination civilo-militaire humanitaire :
Directives d’Oslo, révision 1.1 novembre 2007 ; http://www.unocha.org/what-we-do/coordination-
UN Humanitarian Civil-Military Coordination – UNOCHA, mai 2012 tools/UN-CMCoord/overview
Non-binding Guidelines on the Use of Armed Escorts for Humanitarian Convoys - http://www.odihpn.org/humanitarian-exchange-
IASC, février 2013 magazine/issue-56 - Échange humanitaire
Country specific civil-military coordination guidelines- ODI, août 2012

© 2013 All In Diary - www.allindiary.org


21 4th edition - 2014
2. DIRECTIVES & SYSTÈMES HUMANITAIRES

Objectifs du Millénaire pour le développement


Les OMD sont huit objectifs de développement international sur lesquels les
92 États membres de l’ONU et au moins 23 organisations internationales se sont
mis d’accord et qui ont pour but d’éradiquer l’extrême pauvreté d’ici à 2015.
 Réduire de moitié la proportion de personnes vivant avec
moins de 1 $ par jour
Éliminer l’extrême  Fournir de l’emploi aux femmes, aux hommes et jeunes
pauvreté et la faim  Réduire de moitié la proportion de personnes qui souffrent
de la faim
Assurer  Donner, d’ici à 2015 la possibilité à tous les enfants, filles Le but ultime accepté
et garçons, de compléter un cycle complet d’études par les dirigeants
l’éducation mondiaux lors du
primaire pour tous primaires
Sommet mondial pour
Promouvoir  Éliminer les disparités entre les sexes dans le développement
l’égalité des sexes l’enseignement primaire et secondaire de préférence dès social de 1995 est
et l’autonomisation 2005, et à tous les niveaux d’ici à 2015 l’élimination de la
des femmes pauvreté absolue.
Réduire la  Réduire de deux tiers le taux de mortalité des enfants de
moins de cinq ans entre 1990 et 2015 Le rapport de 2012
mortalité infantile sur les objectifs du
 Réduire le taux de mortalité maternelle de trois quarts Millénaire pour le
Améliorer la santé entre 1990 et 2015 développement
maternelle  Accomplir, d’ici à 2015, l’accès universel à la santé confirme que les trois
reproductive objectifs importants
 Arrêt et début d’inversion de la progression de la concernant la
Combattre le propagation du VIH/sida d’ici à 2015 pauvreté, les
VIH/sida, le  Accomplir, dès 2010, l’accès universel au traitement bidonvilles et l’eau
paludisme et contre le VIH/sida pour tous ceux qui en ont besoin ont été atteints avec
d’autres maladies  Arrêt et début d’inversion de la progression de la trois ans d’avance par
propagation du paludisme et d’autres maladies d’ici 2015 rapport à 2015.
 Intégrer les principes du développement durable dans les
programmes et les politiques nationaux ; inverser la Cependant, de
déperdition des ressources environnementales nouveaux efforts sont
Assurer un  Réduire la perte de biodiversité pour atteindre dès 2010 nécessaires pour
une réduction significative du niveau de cette perte atteindre les OMD :
environnement  Réduire de moitié, d’ici à 2015, la proportion des - En Afrique, plusieurs
durable personnes sans accès durable à l’eau potable et aux des OMD ne sont plus
installations sanitaires de base en bonne voie
 D’ici à 2020, avoir amélioré de façon significative la vie - Malgré une croissance
d’au moins 100 millions d’habitants de taudis rapide, des centaines
 Pousser plus loin l’élaboration d’un système commercial de millions de
et financier ouvert, réglementé, prévisible et non personnes en Asie du
discriminatoire Sud et en Chine
 Répondre aux besoins particuliers des pays moins continuent à vivre
développés dans la pauvreté
 Répondre aux besoins particuliers des pays en absolue.
Mettre en place un développement enclavés et des petits états insulaires en
partenariat mondial développement « La crise économique
 Traiter globalement le problème de la dette des pays en actuelle qui frappe une
pour le développement par le biais de mesures nationales et grande partie du
développement internationales afin de rendre leur endettement viable à monde développé ne
long terme doit pas ralentir ou
 En collaboration avec l’industrie pharmaceutique, donner inverser les progrès
accès à des médicaments abordables, essentiels dans les accomplis. »
pays en développement Ban Ki-moon,
 En coopération avec le secteur privé, partager les Secrétaire général de
bénéfices des nouvelles technologies, en particulier celles l’ONU
de l’information et des communications
Ressources supplémentaires sur le site d’All In Diary Liens Internet pour plus d’informations
Millennium Development Goals Report, United Nations http://www.un.org/millenniumgoals/
Department of Economic and Social Affairs, 2009 MDG Toolkit - http://www.civicus.org/mdg/title.htm
World Health Statistics 2013 2012 rapport des OMD :
http://www.un.org/millenniumgoals/pdf/MDG%20Report%202012.pdf

© 2013 All In Diary - www.allindiary.org


22 4ème édition 2014
2.7 DIRECTIVES & SYSTÈMES HUMANITAIRES

Le Projet Sphère
Charte humanitaire et normes minimales pour l’intervention humanitaire
Le manuel de Sphère établit ce que les personnes touchées par les
catastrophes sont en droit d’attendre de l’aide humanitaire et fournit des termes
de référence communs pour les agences humanitaires. Ces normes sont :
- la Charte humanitaire – le fondement du manuel,
- quatre principes de protection,
- six standards essentiels qui s’appliquent à tous les aspects de la réponse,
- des standards minimums dans les quatre domaines qui sauvent des vies.
LA CHARTE HUMANITAIRE
 décrit les principes humanitaires de base qui gouvernent les actions des
gouvernements, des acteurs non gouvernementaux et de la société civile dans le
cadre des interventions humanitaires. Le Projet Sphère ou
 réaffirme la primauté des impératifs humanitaires (fournir une aide immédiate aux « Sphère » a été lancé en
personnes dont la survie est menacée) et définit trois principes fondamentaux : 1997 par un groupe
d’organisations non-
- Le droit de vivre dans la dignité gouvernementales (ONG)
- Le droit de recevoir une aide humanitaire humanitaires et le
- Le droit à la protection et à la sécurité mouvement de la Croix-
 introduit les principes d’impartialité, de proportionnalité et de « ne pas nuire» ainsi Rouge et du Croissant-
que la distinction entre civils et combattants, et le principe de non-refoulement. Rouge.
Il a été fondé sur deux
PRINCIPES DE PROTECTION – applicables à tous les niveaux de l’intervention valeurs essentielles :
Les quatre principes et les directives définissent la manière dont toutes les agences humanitaires et 1. ceux qui sont touchés par
leur personnel doivent travailler avec les populations touchées. une catastrophe ou un
conflit ont le droit de vivre
Principes Comprenant les éléments suivants avec dignité, le droit de
- L’environnement et la manière dont l’assistance est donnée n’expose recevoir une aide
1. Éviter d'exposer à pas davantage les personnes aux dangers, à la violence ou à des
d'autres préjudices, humanitaire et le droit à
violations de leurs droits. la protection et à la
résultant de vos activités, - L’assistance et les mesures de protection ne sapent pas les sécurité
la population touchée par capacités locales d’autoprotection.
2. toutes les mesures
une catastrophe - L’information est gérée de manière sensible pour que la sécurité des
possibles doivent être
informateurs ou autres personnes qui pourraient être identifiées ne
prises pour soulager la
soit pas compromise.
souffrance humaine
résultant des
2. Garantir l'accès des catastrophes ou conflits.
- Assurer l’accès à l’aide humanitaire de tous les segments de la
personnes touchées par population touchée.
une catastrophe à une - Contester toutes les tentatives délibérées d’exclure certains Comment utiliser
assistance impartiale, segments de la population affectée. Sphère dans la
proportionnelle à leurs - Fournir aide et soutien en fonction de la nécessité et se garder de la pratique :
besoins et fournie sans discrimination fondée sur d’autres raisons.
 comme un cadre pour
discrimination guider tous les aspects
- Prendre toutes les mesures raisonnables pour s’assurer que la des programmes
population touchée n’est pas : humanitaires ;
3 Protéger la population
• soumise à des attaques violentes, soit en gérant la source de la
touchée par une
menace, soit en aidant les gens à éviter la menace ;  comme un plaidoyer et
catastrophe contre toute une influence pour le
• forcée ou conduite à entreprendre des actions pouvant lui causer
souffrance physique et des dommages ou des violations de ses droits (par exemple le
financement ;
psychologique résultant
d'actes de violence ou de
déplacement forcé).  pour quantifier les besoins
- Soutenir la population touchée et les collectivités locales dans leurs dans la préparation de
coercition efforts pour se maintenir en sécurité, trouver la sécurité et restaurer budgets et de
la dignité. spécifications de travail ;
4. Aider les personnes
touchées par une  pour communiquer les
Aider et soutenir les personnes touchées : résultats attendus de
catastrophe à faire valoir - à affirmer leurs droits et à accéder aux remèdes auprès du programmes ou les
leurs droits, à accéder gouvernement ou d’autres sources ; améliorations pour la
aux moyens à disposition - à être informés de leurs droits et à obtenir la documentation population touchée, le
pour obtenir réparation et nécessaire pour démontrer leurs droits ; personnel et les
à se remettre des effets partenaires.
- à se rétablir grâce à un soutien psychosocial et communautaire.
des abus qu’elles ont
subis
Ressources supplémentaires sur le site d’All In Diary Liens Internet pour plus d’informations
Charte humanitaire et normes minimales pour la réponse http://www.sphereproject.org/ - également disponible en ligne
humanitaire. © 2001 Le Projet Sphère dans plus de 20 langues

© 2013 All In Diary - www.allindiary.org


23 4th edition - 2014
2.8 DIRECTIVES & SYSTÈMES HUMANITAIRES

Les standards de Sphère


Comment utiliser les standards de Sphère Se conformer aux
standards
Les standards essentiels et les standards minimums ont un format spécifique : Si les actions et indicateurs
clés ne sont pas atteints :
1. Les standards – énoncent des déclarations générales et universelles qui spécifient
les niveaux minimum à atteindre en cas d’intervention humanitaire. Ils comprennent : - signaler (par des
évaluations, etc.) l’écart
 Les standards essentiels– s’appliquent à tous les aspects de l’action humanitaire entre les indicateurs
 Les standards minimums – ont été élaborés pour des secteurs essentiels: pertinents de Sphère et ce
qui a été accompli ;
l’approvisionnement en eau, l'assainissement et la promotion de l'hygiène; la sécurité
alimentaire et la nutrition ; les abris et les articles non alimentaires ; l’action sanitaire - expliquer les raisons et
les changements
2. Les actions clés – définissent les entrants et les activités pratiques nécessaires pour nécessaires ;
atteindre les normes minimales. Elles doivent être adaptées aux besoins de l’urgence et au
contexte du pays, y compris les conditions de vie et les communautés environnantes.
- évaluer les conséquences
négatives pour les
3. Les indicateurs clés – servent de « signaux » pour indiquer si une norme a été populations touchées ;
respectée : - agir de manière appropriée
 ils aident à mesurer et communiquer les résultats des actions clés ; pour minimiser les
 ils sont liés aux normes minimales et non aux actions clés. dommages causés par
ces conséquences.
4. Les notes d’orientation -
Standards
 insistent sur les points spécifiques du contexte à prendre en compte lorsqu’on cherche d’accompagnement
à respecter les actions et indicateurs clés, comme les normes nationales existantes ;
de Sphère
 donnent des directives pour surmonter les difficultés pratiques ou respecter les seuils standasd minimums pour
de référence, et des conseils sur les priorités ou les thèmes intersectoriels (voir la l’éducation: préparation,
colonne latérale) ; réponse, récupération
 comprennent les questions critiques liées aux normes, actions et indicateurs et (INEE)
décrivent les dilemmes, controverses ou lacunes dans la connaissance actuelle. - assurent les liens entre
l’éducation et la santé,
LES STANDARDS ESSENTIELS – applicables à tous les niveaux de l’intervention l’eau, l’assainissement,
Elles comprennent les standards du « processus » et des « populations » s’appliquant l’hygiène, la nutrition, le
aux phases de planification et de mise en place de l’intervention humanitaire dans tous les logement et la protection
secteurs techniques. - améliorent la sécurité, la
qualité, la responsabilité de
1. Intervention humanitaire centrée sur les personnes la préparation et de
Comment assurer une représentation équilibrée de la communauté et des autres parties l’éducation.
prenantes ?
Les standards minimums
Avec qui et comment les décisions sont-elles prises et l’information partagée, et quels pour la protection de
moyens de communication et de redressement sont en place pour répondre aux inquiétudes l’enfance dans
ou plaintes de la communauté ? l’intervention humanitaire
2. Coordination et collaboration (Groupe de travail sur la
Quelle information partagez-vous et quelle est votre contribution aux mécanismes et protection des enfants)
mesures de coordination ? Est-il possible de mettre en place des actions concertées ? - protection des enfants
plus prévisible, responsable
3. Évaluation et efficace
Comment déterminez-vous l’étendue de la capacité existante et des stratégies
Les standards minimums
d’adaptation ?
pour le relèvement
Comment et avec l’aide de qui est-il possible d’effectuer le plus précisément possible une économique (Réseau
évaluation fiable de l'évolution de la situation d’urgence et des besoins ? SEEP)
4. Conception et intervention - aide nécessaire pour
Comment déterminez-vous quels besoins, risques et vulnérabilités, ne pouvant pas être promouvoir le redressement
gérés par l’État ou la population touchée, sont les plus urgents ? Vos projets sont-ils des économies et des
moyens de subsistance
équitables et impartiaux ?
après les crises.
5. Performance, transparence et apprentissage
Standards et directives
Comment suivez-vous la performance, l’efficacité et les résultats de vos programmes ?
pour l’aide d’urgence à
Comment la redevabilité est-elle assurée et les changements de programmes effectués l’élevage (LEGS)
selon les besoins ? Comment l’apprentissage sera-t-il capturé, partagé et appliqué à - directives pour les
l’avenir ? interventions d’urgence
6. Performance des travailleurs humanitaires s’appliquant au bétail.
Comment un personnel ayant les compétences appropriées est-il recruté et géré ? Quel
soutien personnel et professionnel est donné et comment la performance est-elle assurée ?
Ressources supplémentaires sur le site d’All In Diary Liens Internet pour plus d’informations
Livestock Emergency Guidelines and Standards (LEGS) © 2009 Projet http://www.livestock-emergency.net/
LEGS ; Normes minimales pour l’Éducation : Preparedness Response http://www.ineesite.org/toolkit/
Recovery © 2010 INEE; http://www.seepnetwork.org/minimum-economic-
Minimum Economic Recovery Standards © 2010 The SEEP Network recovery-standards-resources-174.php
http://cpwg.net/minimum-standards

© 2013 All In Diary - www.allindiary.org


24 4th edition - 2014
2.9 DIRECTIVES ET SYSTÈMES HUMANITAIRES

Les standards minimums de Sphère


1. APPROVISIONNEMENT EN EAU, 2. SÉCURITÉ ALIMENTAIRE Thèmes
ASSAINISSEMENT ET PROMOTION DE
L’HYGIÈNE (WASH) ET NUTRITION transversaux de
Standards minimums Standards minimums
Sphère
mettent en évidence des
Évaluation de la domaines particuliers de
1. Conception et mise en œuvre du sécurité 1. Sécurité alimentaire préoccupation et de
WASH
programme WASH alimentaire et de 2. Situation nutritionnelle vulnérabilité
la nutrition Enfants – les protéger du
1. Mise en œuvre de l’activité Alimentation du mal et assurer un accès
Promotion de 1. Directives et coordination équitable aux services de
2. Identification et utilisation des nourrisson et du
l’hygiène 2. Soutien de base et soutien qualifié base.
articles d’hygiène jeune enfant
Réduction des risques
Prise en charge de catastrophe –
Approvision- 1. Accès à l’eau et quantité de la malnutrition 1. Malnutrition aiguë modérée analyser et gèrer
nement en 2. Qualité de l’eau aiguë et des 2. Malnutrition aiguë sévère systématiquement les
eau 3. Installations carences en 3. Carences en micronutriments causes des catastrophes.
micronutritments Environnement –
Sécurité empêcher la
Sécurité alimentaire générale
1. Environnement sans excréments alimentaire surexploitation, la pollution
Évacuation et la dégradation et
humains 1. Besoins nutritionnels généraux
des sécuriser les fonctions
2. Toilettes appropriées et en 2. Caractère approprié et acceptable
excréments vitales.
nombre suffisant
3. Qualité et innocuité de la
- Transferts de Égalité – faciliter les
nourriture
vivres divers besoins,
4. Gestion de la chaîne logistique vulnérabilités, intérêts,
1. Protection des individus et des
familles 5. Ciblage et distribution capacités et stratégies de
Lutte anti- 2. Mesures de protection physique, 6. Utilisation de la nourriture survie des femmes,
- Transferts hommes, filles et garçons.
vectorielle environnementale et chimique
3. Measures de sécurité dans la lutte d’argent liquide 1. Accès aux biens et aux services VIH / sida – aborder les
chimique et de bons disponibles vulnérabilités des
d’achat personnes touchées par le
VIH et le sida et les risques
Gestion des
1. Production primaire de prévalence en cas de
déchets 1. Ramassage et élimination - Moyens de catastrophe ou de conflit.
solides 2. Revenus et emploi
subsistance
3. Accès aux marchés Personnes âgées –
Drainage 1. Travail de drainage identifier et aborder les
3. ABRIS, HABITAT ET ARTICLES NON vulnérabilités des
4. ACTION SANITAIRE
ALIMENTAIRES personnes âgées et
Standards minimums Standards minimums reconnaître leur
contribution importante à la
1. Planification stratégique 1. Fourniture des services de santé réhabilitation/récupération
2. Planification des 2. Ressources humaines Personnes
établissements humains Systèmes de 3. Médicaments et matériel médical handicapées – aborder
Abris et habitats 4. Financement de la santé
3. Espaces de vie couverts santé les besoins et les risques
4. Construction 5. Gestion de l’information sanitaire disproportionnés auxquels
5. Impact sur l’environnement 6. Leadership et coordination font face cette population
très diverse et tirer parti
1. Articles à usages personnel et Services des 1. Classement des services selon
des opportunités pour une
ménager et servant au santé essentiels : leur priorité meilleure inclusion.
montage des abris, 1. Prévention
- Lutte contre les Soutien psychologique
2. Vêtements et matériel de 2. Diagnostic et gestion des cas – organiser un soutien de
couchage maladies
Articles non- 3. Détection des flambées santé mentale et
3. Ustensiles de cuisine et transmissibles
alimentaires épidémiques et interventions psychosocial adapté au
couverts contexte local, favorisant
4. Fourneaux, combustibles et 1. Maladies a prévention vaccinale l’autosuffisance, la survie
éclairage - Santé infantile 2. Prise en charge des maladies du et la résilience.
5. Outillage et quincaillerie nouveau-né et de l’enfant
Ces questions sont
Les Principes de protection ainsi que les - Santé sexuelle 1. Santé génésique abordées
Standards Essentiels doivent tous deux être et génésique 2. VIH et sida individuellement par All
utilisés en conjonction avec les Standard - Traumatismes In Diary
1. Traumatologie
Minimums,
Il est également important de se conformer aux - Santé mentale 1. Santé mentale
standards et directives locaux et nationaux - Maladies non
1. Maladies non transmissibles
lorsque cela est possible. transmissibles
Ressources supplémentaires sur le site d’All In Diary Liens Internet pour plus d’informations
Charte humanitaire et normes minimales pour la réponse humanitaire. http://www.sphereproject.org - également disponible en ligne dans
© 2001 Le Projet Sphère plus de 20 langues

© 2013 All In Diary - www.allindiary.org


25 4th edition - 2014
3.1 GESTION DES CATASTROPHES

Le cycle de catastrophe
Liens entre les étapes de Types de
la catastrophe Catastrophes
 Examiner toutes les étapes
du cycle de la catastrophe Catastrophes
pour associer l’action naturelles
humanitaire à court terme
 Elles incluent les
aux besoins de réhabilitation
tremblements de terre,
RÉCUPÉRATION APAISEMENT à plus long terme.
les inondations, les
 Prendre des mesures pour cyclones, les
APRÈS LA CATASTROPHE

renforcer les capacité locales sécheresses etc..

AVANT LA CATASTROPHE
Réduction du  Elles peuvent être
en matière de réhabilitation,
risque de en tenant compte des “soudaines” ou
catastrophe risques de catastrophe et des “progressives”.
conséquences climatiques à  Les conséquences
chaque phase. secondaires, comme les
glissements de terrain et
 Les phases de la catastrophe les incendies, peuvent
et la capacité à réagir, les causer encore plus de
RÉPONSE RÉACTIVITE besoins de réponse et de morts et de dommages.
récupération varierntd’un lieu
ou groupe concerné à un Situations d’urgence
Impact complexes
autre.
Catastrophe  Impliquent une absence
h C  Dans des situations ou une rupture de
d’urgence complexes, il peut l’autorité, des pillages et
y avoir des crises multiples, des attaques
chacune pouvant être à une d’installations
Adapté de J Twigg, (2004) Réduire le Risque de Catastrophe, étape différente. stratégiques.
 Incluent les situations de
Revue de Bonnes Pratiques No. 9, Forum pour l’Aide Humanitaire, ODI
conflit et de guerre.
 Peuvent être considérées
Étapes après la catastrophe Étapes avant la catastrophe comme “progressives”
RÉPONSE RÉCUPÉRATION APAISEMENT RÉACTIVITE mais il peut y avoir une
montée en puissance
Mise à disposition à court Soutien à plus long terme Réduire les effets Mesures pour réduire la rapide, et des répétitions
terme de services pour un retour à “la vie des risques et des vulnérabilité et fréquentes de phases
humanitaires en cas de normale”. catastrophes augmenter la capacité d’intervention et de
situation d’urgence L’appropriation locale et associées. du gouvernement et de récupération dues à des
progressive (conflit, la participation des Important dans des la société civile à périodes intermittentes
sécheresse) ou populations concernées environnements anticiper, intervenir et de paix et de violence
immédiatement après sont critiques pour cette sujets aux récupérer à la suite de faible ouélevée.
l’arrivée soudaine d’une étape du relèvement.. catastrophes et aux catastrophes.  Une attention particulière
catastrophe (tremblement conflits. Les MESURES doit être apportée à la
de terre, accident Importance d’associer
PREVENTIVES sensibilité au conflit qui
industriel). l’action humanitaire avec Les mesures d’
PRÉCOCES sont touche les plus
des plans de APAISEMENT
Risque élevé de mortalité. développement à plus importantes dans le cas vulnérables et aux
incluent la
besoins de coopération
Les populations concernées long terme. sensibilisation et la de catastrophes
naturelles. civilo-militaire.
sont souvent les premières La RÉHABILITATION formation de la
à réagir. est axée sur les services population, les Autres mesures : Pandémies
Les PREMIERS SECOURS publics et sociaux, les contrôles sur l’évaluation des risques  Arrivée soudaine d’une
se concentrent sur le moyens de subsistance, l’utilisation des et de la vulnérabilité, la maladie contagieuse qui
sauvetage des vies, comme l’éducation et la mise en terres et réactivité ou la touche la santé mais
les recherches et secours, place des changements l’environnement. PLANIFICATION perturbe également les
les urgences médicales nécessaires à la suite de Les mesures de D’URGENCE, services et les activités.
critiques, la nourriture et la catastrophe, par PREVENTION l’information du public,
les systèmes de Situations d’urgence
l’eau potable. exmple des mesures de incluent le
communication, le environnementales
La RÉPONSE apportée se protection. renforcement des
stockage et la fourniture  Elles incluent les
concentre sur la réduction La RECONSTRUCTION structures, la mise d’abris. accidents technologiques
de la vulnérabilité et la fait en sorte de rétablir et en place de ou industriels.
réponse aux besoins de améliorer les barrières
 Les incendies importants
base,comme la recherche infrastructures, les physiques, de
sont généralement inclus
des membres des familles, logements, les conditions restrictions et de dans cette définition car
la nourriture, la santé, les sociales et les services réglementations.
ils ont tendance à être
soins, l’hygiène, l’eau et la existant avant la provoqués par les
mise à l’abri. catastrophe. hommes
Ressources supplémentaires sur le site d’All In Diary Liens Internet pour plus d’informations
Manuel des Opérations d’Urgence -Troisième Edition © 2007 Gestion catastrophe info : http://www.ifrc.org/en/what-we-do/disaster-
UNHCR. Apaisement de la Catastrophe © UNDMTP management/

© 2013 All In Diary - www.allindiary.org


26 4ème édition - 2014
3.2 GESTION DES CATASTROPHES

Allier préparation, réponse et relèvement


Préparation aux situations d’urgences
Le meilleur moment pour introduire et mettre en pratique des mesures d'atténuation
et de préparation se situe immédiatement après un désastre.
Une préparation nationale et locale efficace doit comprendre:
 une évaluation de la vulnérabilité et des capacités – évaluer les risques et leurs
effets potentiels, dont les impacts sociaux et économiques ainsi que les menaces à
la vie et à la propriété, identifier les groupes les plus vulnérables, anticiper les
besoins en ressources et en secours.
 Une réponse en cas de catastrophe et une anticipation des imprévus – définir
des objectifs et répartir les responsabilités, envisager différents risques et scénarios
d'urgences.
 Un renforcement institutionnel – identifier les structures d'expertise, de
coordination et de communication existantes ainsi que les lacunes dans les
capacités, et définir des rôles clairs. Extrait de UNDMTP
préparation au désastre
 Des systèmes d'information – coordonner la collecte et la diffusion d'informations
entre les gérants de catastrophes et le grand public.
 L'allocation des ressources et le stockage – s'assurer que des mesures sont Les ONG peuvent
prises pour assurer le financement, l’approvisionnement (eau, céréales, graines), la soutenir l’action
logistique et la coordination. communautaire en:
 Des systèmes d'alerte en amont - sensibiliser le public local et international
 Des mécanismes de réponse – identifier et développer les capacités  Mettant au point des
d'intervention en réserve au niveau national et local, comme la formation de systèmes et du
personnel formé, les fournitures, des abris adaptés, des mécanismes de recherche matériel d’information
et de secours, et des dispositifs médicaux. et de communication
 L'éducation et la formation du public – permettre une réponse efficace de la part
de la population.  Organisant des
 Des essais – permettre d'améliorer la formation et la préparation. formations au sujet
de Sphère, de la
Associer réponse, relèvement et développement préparation aux
L’association de l’intervention humanitaire à court terme à la reconstruction et au
développement à long terme évite le risque de vulnérabilité et de creuser des fossés entre situations d’urgence,
les groupes etc.
Les catastrophes représentent une menace importante pour développement
 Renforçant les
durable, mais sont aussi une occasion de créer une résistance et de réduire le
capacités
risque de futures catastrophes, notamment grâce à des immeubles plus résistants,
d’organisation et
une occupation des sols et une gestion de l'eau efficaces, et une réconciliation
d’intervention des
entre les différents groupes en conflit.
organisations locales
 Prendre en compte les effets à long terme des activités de secours d'urgence afin
d'augmenter les chances de réparation et d’être à l'avenir mieux préparé
 Etre conscient des limites des financements et activités à courtterme.  Soutenant
 Prendre en compte les risques de catastrophe et les dangers locaux lors de la physiquement,
planification du développement. socialement et
Points indispensables pour concilier efficacement réponse, relèvement et économiquement les
développement : mesures de
 Un retrait progressif bien planifiée et des mesures pour le transfert de responsabilités préparation aux
pour les projets d’aide humanitaire à court terme catastrophes pour
 La participation des bénéficiaires et des communautés d'accueil dans la prise de minimiser le risque de
décisions et leur exécution à chaque étape de l’intervention et de la reconstruction ; catastrophe, comme
 Prendre en compte les plans de développement local et national, les politiques, les la diversification des
priorités, les projets et les capacités déjà existants dans la planification des moyens de
interventions ; subsistance ou la
 S'occuper des besoins à long terme des groupes touchés, par exemple les moyens de sécurité alimentaire.
subsistance, les terres, l'accès aux services de base, le soutien aux groupes
vulnérables ;
 Des ressources suffisantes pour faire face aux besoins en matière de développement
durable ;
 L'intégration de la prévention des catastrophes (atténuation et mesures de préparation)
comme partie intégrante du processus de relèvement.
Ressources supplémentaires sur le site d’All In Diary Liens Internet pour plus d’informations
Preparing for disaster – a community based approach © 2005 Benfield Hazard Research Centre http://www.benfieldhrc.org/
OCHA DRP Toolkit :Template for Preparedness Action Plan -2008 World Meteorological Organisation: http://www.wmo.int/fr
Disaster Preparedness for Effective Response © 2008 UNOCHA International Strategy for Disaster Reduction:
Disaster preparedness training toolkit © 2000 IFRC http://www.unisdr.org/
Guidelines for Reducing Flood Losses © 2004 United Nations IFRC: http://www.ifrc.org/fr/what/disasters/dp/index.asp
© 2013 All In Diary - www.allindiary.org 4e édition - 2014
27
3.3 GESTION DES CATASTROPHES

Prévention des risques de catastrophe et résilience


La prévention des risques de catastrophe consiste à identifier des stratégies pour
minimiser la vulnérabilité et les risques de catastrophe, afin d’éviter les catastrophes Stratégie internationale
naturelles ou d’en limiter les effets néfastes. de prévention des
catastrophes
La résilience est la capacité des personnes à résister aux catastrophes et à s’en
(SIPC)
remettre rapidement, et à continuer à se développer.
Le renforcement de la résilience et la réduction des risques de catastrophe Il s’agit d’un cadre stratégique
des Natione Unies adopté en
consistent à aider les populations à réduire la probabilité d’une perturbation majeure 2000 pour guider et
dans leur vie en cas de catastrophe naturelle, et à les aider à traverser ces difficultés coordonner les efforts vers
sans que leur situation générale se détériore, et même continue à s’améliorer. une réduction durable des
pertes en cas de catastrophes
Comment surviennent les catastrophes et augmenter la capacité de
“Les risques se résistance nationale et
 Les risques sont des menaces potentielles dont la cause communautaire.
transforment seulement
peut être naturelle, comme les ouragans ou les tremblements
en catastrophes quand Il a déplacé l’objectif de la
les vies et les moyens
de terre, ou d’origine humaine, comme les accidents
réduction des risques
d’existence des industriels, les guerres et les conflits civils.
de catastrophe:
populations sont  Les personnes vulnérables comme les pauvres, les
balayés..nous devons exclus de la société et ceux ayant déjà subi des catastrophes -Des risques et des
réduire les effets des auparavant sont forcés de vivre dans des endroits non conséquences physiques
catastrophes en sécurisés, par exemple des endroits sujets aux glissements de des catastrophes pour
construisant des terrains et aux inondations, ou de manière incertaine comme inclure les dimensions
communautés durables dans des logements de fortune, ou de dépendre de physiques, sociales et
avec des capacités à l’agriculture de subsistance. économiques de la
long terme de vivre avec  Les catastrophes se produisent lorsque les personnes vulnérabilité .
des risques.” vulnérables sont incapables de faire face à un risque majeur -À l’intégration de la
Kofi Annan, Ancien
Secrétaire-Général de l’ONU, en raison des pressions sociales, économiques et reduction des risques de
2003 environnementales, et de politiques sous-jacentes. catatrophe dans le
 Les raisons et la nature de la vulnérabilité influencent les développement durable à
effets des risques sur différentes personnes ou groupes. plus long terme et aux
préoccupations
Evolution de la vulnérabilité Risque
environnementales.

CATASTROPHE http://www.unisdr.org/

Conditions
Causes Pressions précaires :
Le Cadre d’action
Evènements
sous- dynamiques : Localisation déclencheurs
de Hyogo pour
Capacités
jacentes
limitées
physique Tremblement de 2005 - 2015
Pauvreté Moyens terre
Population d’existence
Exclusion Vulnérabilité Sécheresse Il s’agit d’un cadre directeur
Mondialisation fragiles
Ressources + Inondation signé par les membres de
Environnement Ordre public
limitées Conflit l’ONU pour réduire les
Risque /
Capacité Ouragan risques de catastrophe aux
niveaux international,
=
national et communautaire.
Catastrophe
Catastrophe Il propose cinq zones
Adapté de NU DMTP (1992) Vue d’ensemble de la gestion de catastrophe
d’action prioritaires
RÉDUIRE LES RISQUES DE CATASTROPHE EN 1. Faire de la réduction
 Évaluant les risques et les conséquences, notamment en identifiant les risques et en des risques de
analysant la vulnérabilité et la capacité, par exemple dans le cadre de l’évaluation des besoins catastrophe une priorité;
et de la planification d’urgence ;
 Sensibilisant aux risques, par exemple au moyen de la formation, l’éducation, la recherche 2. Connaître les risques et
et la diffusion de l’information ; prendre des mesures ;
 Obtenant l’engagement du secteur public à atténuer les risques, par exemple avec des 3. Renforcer la
politiques gouvernementales, des lois, des actions communautaires et une bonne organisation; compréhension et la
 Prenant res mesures de réduction des risques, par exemple à travers la gestion de sensibilisation ;
l’environnement, des perspectives sociales et économiques et des moyens de subsistance, la
protection des services critiques, le contrôle des inondations, l’adhésion aux normes de 4. Réduire les risques ;
construction, l’utilisation des terres et la planification urbaine ; 5. Etre prêt à agir ;
 Mettant en place des systèmes d’alerte rapide: prévisions météorologiques, alertes
publiques.
Ressources supplémentaires sur le site d’All In Diary Liens Internet pour plus d’informations
Hyogo Cadre d’Action (fiche d’information) , © 2007 ISDR RCC et l’adaptation au changement
Gestion du Risque de Catastrophe par la Communauté – manuel, © 2004 ADPC climatique – sources :
Directives pour Réduire les Pertes en cas d’Inondation, © 2002 UNISDR http://www.preventionweb.net/english/
Consignes importantes: gestion du risque de catastrophe par la communauté © 2006 ADPC http://www.unisdr.org
Aucun Accident – Capacité de résistance et l’inégalité du Risque © 2013 Oxfam http://www.actionaid.org.uk/about-
Définir la capacité de résistance à la catastrophe : Un Document d’Orientation DFID 2011
us/participatory-vulnerability-analysis
Caractéristiques d’une Communauté qui résiste à une Catastrophe, Action Pratique © 2009

© 2013 All In Diary - www.allindiary.org


28 4ème édition - 2014
3.4 GESTION DES CATASTROPHES

La planification des interventions d'urgence


Il s’agit un outil de gestion qui permet d'analyser les
répercussions des crises et d’assurer une planification Principes
adéquate des mesures à prendre en cas d’urgence. importants
Une planification des interventions d’urgence peut être effectuée en cas de  Le processus doit
catastrophe naturelle, de conflit ou de crise d’ordre plus général comme les crises rester simple,
financières ou les débordements politiques. Elle est effectuée : pratique et utile.
- par des organismes isolés ou dans le cadre d'un processus inter-agences
 Élaborer des
- pour des projets spécifiques, par exemple concernant les problèmes d'accès ou
d'approvisionnement. scénarios
LA PLANIFICATION DES INTERVENTIONS D’URGENCE suffisamment
détaillés pour une
La planification d’urgence planification efficace,
- évalue les besoins sur la mais suffisamment
base d'analyses flexibles pour
préalables des effets s’adapter.
probables d’une crise
- constitue une base de  Encourager la
plan d'intervention participation des
d'urgence rigoureux employés et de la
- documente les communauté.
changements contextuels
en cours d’intervention.  Planifier des activités
- identifie causes et risques d'intervention qui
potentiels à considérer et puissent réellement
pour la reconstruction à être mises en place..
long terme, qui devront
être revus en fonction des  Prévoir d’utiliser les
capacités d'intervention
ressources de la
- fait partie intégrante du façon la plus
processus de préparation
équitable, efficace,
aux situations d'urgence
et d’atténuation utile et durable
possible.
- absorbe et contribue aux
connaissances locales et  Se concentrer sur la
organisationnelles
participation et le
dialogue plutôt que
ÉTAPES DE LA PLANIFICATION D'URGENCE Principales questions sur le plan sur papier.
Risques et Analyser et déterminer les risques ou dangers - Que peut-il se passer ?  Réviser les scénarios
dangers potentiels en fonction du contexte - Que doit-on faire pour régulièrement et
redresser la situation ? assurer le suivi des
Scénarios et Construire des scénarios autour des risques activités de
hypothèses Définir hypothèses, causes et répercussions. - Comment doit-on s'y préparation.
Déterminer les objectifs et les mesures à prendre ?
prendre pour chaque scénario. Évaluer les - Qui doit être impliqué ?  Tester le plan
Objectifs et ressources humaines, les matériaux,
- De quels matériaux, d'urgence avec le
stratégies l’approvisionnement, les moyens de
financement et les délais. fournitures et personnel personnel et les
avons-nous besoin ? partenaires.
Préciser les mesures d'intervention
nécessaires, tests compris. Qui sera chargé - Quelle préparation est Adaptation de Choularton, R.
Préparatifs de faire quoi, comment, et quand ? nécessaire ? Contingency Planning and
Humanitarian Action: A
Réviser régulièrement les scénarios, plan - Estimation du coût ? Review of Practice. HPN
d'urgence et suivi quand les mesures de Paper 59 © 2007 ODI
Suivi préparation de protection sont mises en place.

Ressources supplémentaires sur le site d’All In Diary Liens Internet pour plus d’informations
Inter-Agency Contingency Planning Guidelines for Toolkit inter-agenices http://www.hewsweb.org/cptoolkit/index.asp
Humanitarian Assistance © 2007 IASC IFRC : http://www.ifrc.org/en/what-we-do/disaster-
Contingency planning guide © 2012 IFRC management/preparing-for-disaster/disaster-preparedness-
tools/contingency-planning-and-disaster-response-planning/

© 2013 All In Diary - www.allindiary.org


29 4éme édition - 2014
3.5 GESTION DES CATASTROPHES

Les changements climatiques


Aujourd’hui, les changements climatiques sont reconnus comme Atténuer les effets
étant un problème mondial qui doit être pris en compte dans la des changements
gestion des catastrophes humanitaires. climatiques :
 Évaluer la vulnérabilité
Comment le risque de catastrophes naturelles augmente avec les future face aux
changements climatiques
changements climatiques
 Intégrer les
Phénomènes Exemples de conséquences importantes
conséquences
 Diminution du rendement agricole dans les environnements plus potentielles des
chauds à cause du stress thermique. changements climatiques
 Augmentation de la mortalité imputable à la chaleur, dans les mesures de
Température particulièrement chez les personnes âgées, les malades préparation aux secours
- d’une manière générale, les chroniques, les très jeunes enfants et les personnes socialement d’urgence
jours et nuits sont plus isolées.
chauds,  Augmentation des invasions par les insectes et du risque  Sensibiliser davantage
- moins de journées et de d’incendie. les populations et leur
nuits froides  Augmentation des besoins en eau et ses effets sur les donner la capacité de
- vagues de chaleur plus ressources en eau qui dépendent de la fonte des neiges. gérer les catastrophes au
fréquentes  Problèmes de qualité d’eau et déclin de la qualité de l’air dans les niveau communautaire.
villes.  Assurer la participation
Averses plus  Dégâts sur les récoltes et érosion du sol. des autorités nationales
 Effets néfastes sur la qualité de l’eau de surface et des eaux et locales.
fréquentes souterraines.
- augmentation  Risques accrus de décès, de blessures, d’infections respiratoires  Promouvoir les cultures
de la fréquence de fortes et de maladies de la peau. résistantes à la
précipitations.  Interruption des accords, du commerce, des transports et sécheresse, la
des associations à cause des inondations. diversification des
 Pressions sur les infrastructures urbaines et rurales. cultures, les cultures
 Perte de biens. suivant les courbes de
niveau, les méthodes
Averses  Dégradation de la qualité de la terre, baisse des rendements et
d’agriculture de
dégâts sur les récoltes.
plus  Augmentation des pertes de bétail.
conservation.
rares:  Risque accru d’incendie.  Soutenir l’aménagement
 augmentation des zones  Pénurie d’eau et d’aliments, ce qui contribue à la malnutrition et de bassins
touchées par la aux maladies vectorielle. hydrographiques, la
sécheresse.  Migration. collecte des eaux de
 pluie et la protection
Tempêtes : Dégâts sur les récoltes et les arbres.
contre les inondations.
 Risque accru de décès, de blessés et de maladies transmises
par l’eau ou la nourriture contaminée.  Promouvoir l’hygiène et
- augmentation
 État de stress post-traumatique. les installations sanitaires
de l’intensité
 Perturbations à cause des inondations et des vents violents. adaptées pour minimiser
des cyclones
 Désengagement des assureurs privés dans les zones à risque. les risques associés aux
tropicaux
 Migration, perte de biens. inondations et à la
 Salinisation des systèmes d’irrigation et d’eau douce, baisse des pollution des eaux.
Niveaux de la mer
réserves d’eau douce.  Éviter l’utilisation de bois
 Risque accru de décès par noyade à cause des inondations. de construction, de
- augmente
 Conséquences sanitaires suite à la migration. briques cuites ou de
l’incidence
sable, qui pourrait
de niveaux  Coûts de protection côtière ou d’évacuation des populations.
 Probabilité de déplacement des populations et des endommager le sol, le
de la mer extrêmement
infrastructures. littoral ou les forêts.
hauts.
 Effets des cyclones tropicaux.  Promouvoir l’utilisation
Groupe d’étude international sur le changement climatique 2007 Groupe de travail II, Résumé de combustibles de
substitution pour la
Accords internationaux guidant les actions face aux changements cuisine.
climatiques
 Minimiser les risques
 La Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques d’érosion du sol et
(CCNUCC) a pour but de permettre aux écosystèmes de s’adapter naturellement d’inondation par
aux changements climatiques, d’assurer que la production de nourriture n’est pas l’agencement des
menacée et de permettre un développement durable. campements.
 Le Protocole de Kyoto force les pays industrialisés à réduire les émissions de  Construire des
gaz à effet de serre selon des objectifs prédéfinis. structures résistantes aux
inondations et au vent.
Ressources supplémentaires sur le site d’All In Diary: Liens Internet pour plus d’informations
Climate Guide, © 2007Red Cross/Red Crescent Climate Centre, http://www.ipcc.ch/
Tackling the limits to adaptation, © 2012 CARE International & Action http://unfccc.int/essential_background/items/2877.php
Aid http://www.careclimatechange.org/
Quick Guide to Climate Change Adaptation © 2009 IASC http://www.climatecentre.org/site/publications?type=3

© 2013 All In Diary - www.allindiary.org 4th edition - 2014


30
3.6 GESTION DES CATASTROPHES

Problèmes environnementaux liés aux catastrophes


Les conséquences environnementales des catastrophes naturelles et Menaces pour
des conflits présentent un certain nombre de dangers lors de l’environnement
l’intervention et du relèvement.
Inondations
Dangers lors de l’intervention.... Dangers lors du relèvement initial ....  transport de matériel
 Pour la vie – produits chimiques  Pour les moyens de subsistance – dégâts contaminé
dangereux, infrastructures subis par les forêts, terres, pâturages, zones  érosion
(barrages, centrales nucléaires). humides, récifs et points d’eau.  pollution de l’eau
 Pour la santé – déchets  Pour la sécurité – fragilité de l’écosystème et  dégâts causés aux
toxiques et dégâts subis par les danger pour la sécurité humaine, aggravation infrastructures
points d’eau. du conflit en raison des ressources limitées. Orages et tempêtes
De la même manière, les activités d’intervention et de relèvement  dégâts causés aux
peuvent constituer une grave menace pour l’environnement. récoltes et aux
Une analyse précoce des effets potentiels est nécessaire pour identifier des infrastructures
stratégies d’atténuation. Incendies
Effets indésirables de l’intervention Principaux éléments à  pollution de l’air
Secteurs Risques environnementaux prendre en compte  destruction des
lors des habitations et des
Santé Mauvaise gestion des produits chimiques, de interventions : infrastructures
l’eau, des déchets médicaux, des cadavres.
 Présence et élimination  érosion
WASH Dégâts subis par les aquifères; contamination par des produits dangereux Sécheresses
les eaux usées ou salination; mauvaise  Gestion des déchets  érosion par le vent
réhabilitation des puits ; surextraction d’eau; des interventions  perte de récoltes et de
systèmes inadaptés (fosses septiques). d’urgence points d’eau
Abris Matériaux de construction non durables comme le  Capacité des points
bois, les briques cuites ou le sable; mauvaise d’eau à court et à long Glissements de
sélection ou conception de site; déforestation et terme terrain
érosion des sols; mauvaise élimination des  Conception de  dégâts causés aux
déchets ou des débris. l’assainissement infrastructures
Dégradation des terres; perte de biodiversité;  Besoins en énergie et  contamination de l’eau
Gestion des mauvaise élimination des déchets ou des produits ressources disponibles
camps  Taille, localisation et Tremblements de
chimiques; utilisation non durable des
combustibles ou matériaux; mauvaise gestion ou impact à long terme terre
mauvais démantèlement des camps et des des camps de réfugiés  dégâts causés aux
latrines à fosse. ou de personnes infrastructures
déplacées  risque de dégâts
Logistique Mauvaises gestion et élimination du pétrole, des  Pollution des transports causés par des
carburants et des pneus; mauvaise élimination matières dangereuses
des déchets, achat de biens produits de manière
 Possibilités
d’approvisionnement  glissements de terrain
non durable.
écologique
Incapacité à réaliser une évaluation des Conflits
 Normes et directives en
Relèvement conséquences environnementales et à planifier  dégâts causés aux
vigueur (Sphere, HFA)
initial des activités d’atténuation ; mauvaise utilisation infrastructures et aux
 Obtenir les conseils
des sols, mauvaise conception des immeubles ou services essentiels
d’experts pour
infrastructures et planification urbaine ; utilisation  contamination
l’évaluation, la sélection
non durable des ressources naturelles pour la chimique, biologique ou
des matériaux et la
reconstruction ou les moyens de subsistance ; nucléaire
conception des projets
inégalité d’accès aux ressources.  destruction des
moyens de subsistance
Facteurs influençant la gravité des effets environnementaux et croissance des
Géographiques Sociaux Environnementaux besoins essentiels
 densité de population  niveau d’autosuffisance  résilience et durabilité
 nombre de personnes  soutien des communautés environnementale : capacité Autres
touchées ou déplacées d’accueil à résister aux effets négatifs  matériaux dangereux
 étendue de la zone  respect de l’environnement et à récupérer  grêle ou neige
sinistrée  structures sociales /de pouvoir  capacité à absorber les  maladies
 disponibilité des ressources  moyens de subsistance déchets  volcans
Page adaptée de Humanitarian action and the environment © 2007 UNEP, OCHA
Ressources supplémentaires sur le site d’All In Diary: Liens Internet pour plus d’informations
Guidelines for rapid environmental impact assessment in Ressources : www.encapafrica.org
disasters © 2005 Benfield Hazard Research Centre & CARE UNEP : http://www.unep.org/disastersandconflicts/
Disaster Waste Management Guidelines © 2011 OCHA & UNEP Formation : http://www.urd.org/Environment-training-toolkit
Humanitarian action and the environment © 2007 UNEP, OCHA Centre d’Urgences Environnementales – http://green-
FRAME Toolkit: Module IV Community Environmental Action recovery.org/.http://www.eecentre.org/.
Planning, © 2009 UNHCR, CARE, ProAct : http://www.proactnetwork.org/proactwebsite/en

© 2013 All In Diary - www.allindiary.org


31 4ème edition - 2014
4.1 GÉRER LES PROJETS HUMANITAIRES

Le gestion de projet
Un projet réussi aboutit aux résultats convenus en faveur de Les étapes du cycle
bénéficiaires clairement identifiés à l'aide des ressources ne sont pas
disponibles. (temps, budget, personnel, équipements). distinctes : une
révision et un
Une gestion de projet efficace repose sur la surveillance continue des risques,
ajustement continus
des besoins, du contexte d'urgence et des changements imminents.
seront réalisés
Gestion du cycle de projet pendant et entre
chaque étape.
ÉVALUATION ET
CATASTROPHE ANALYSE
Ceci nécessite des
CONCEPTION ET procédures bien
MOBILISATION définies et
ÉVALUATION PLANIFIER ET DES comprises dès le
APPRENDRE
RESSOURCES début du projet.

L'apprentissage est
SURVEILLANCE MISE EN capital pour le cycle
OEUVRE de projet afin
Les étapes du cycle de projet : d'informer les
Évaluation et analyse : Conception et mobilisation des gestionnaires de
 Recherche sur la situation avant la ressources manière continue et
crise  Engagez-vous auprès de communautés d'apporter les
 Comprendre l'impact de la crise affectées. modifications
 Réaliser une analyse des  Facilitez l'enquête sur le problème. opportunes et
intervenants (lesquels d'entre eux  Examinez et classez les solutions adéquates à la
sont affectés, quels sont leurs potentielles par ordre de priorité, conception et à la
capacités, besoins, souhaits et  Permettez un ciblage approprié. mise en œuvre du
risques et quel impact peuvent-ils  Identifiez les besoins et sources. projet.
avoir sur le projet).  Élaborez un planning cadre de travail. _______________
Surveillance et évaluation Mise en œuvre
 Surveillez l'avancement et les  Mobilisez et concluez des accords avec
résultats tout au long du projet en les communautés cibles.
Programmez
fonction de ses indicateurs.  Recrutez du personnel et des votre travail,
 Adaptez les activités et ressources si partenaires. puis
nécessaire.  Appels d'offre, acquisition et contrats Travaillez à votre
 Vérifiez et évaluez les résultats par  Logistique et transport
rapport aux objectifs.  Gérez les finances et les actifs.
programme.
Le responsable d'un projet réussi doit...
Protéger l'ampleur, les objectifs et les prérequis (en termes de
Gérer le cadre ______________________
temps et d'argent) Éviter les chevauchements L'analyse logique
de projet du cadre de travail sera réalisée à cet effet. Surveillez en
Le personnel : recruter au bon moment un nombre adéquat de permanence votre
personnes qualifiées sachant utiliser les outils appropriés et projet afin de
Gérer les
s'assurer qu'elles sachent quoi faire. respecter votre
L'équipement : disposer de l'équipement adéquat au bon endroit budget et votre
ressources au bon moment. calendrier et de
Les matériaux : garantir que les fournitures adéquates arrivent au surveiller le projet.
bon moment. N'étendez pas le
Programmer les tâches - Quelles sont les tâches, combien de cadre de projet sans
Gérer le temps temps demandent-elles, quelles ressources sont nécessaires, avoir ajusté le budget
dans quel ordre doivent-elles être réalisées ?
et les délais en
Le budget et les dépenses (estimées, réelles, variables) conséquence.
Gérer les
Les imprévus : par exemple la météo, les fournisseurs, les
coûts
écarts de conception
Ressources supplémentaires sur le site Web de All In Diary : Liens internet pour plus d’informations
Guide to PMD Pro © 2013 PM4NGOs Project Management for NGOs :
Project Cycle Management Guidelines © 2004 European Commission http://www.pm4ngos.com
Project Cycle Management, Guidance Note 5, © Provention (2007) FAO Project Cycle Management Technical Guide :
Partnership Development Toolkit © 2005 European Communities, http://www.fao.org/docrep/012/ak211e/ak211e00.pdf

© 2013 All In Diary www.allindiary.org


32 4th edition - 2014
4.2 GÉRER LES PROJETS HUMANITAIRES

La gestion de l'information
L'information est essentielle à une réponse humanitaire efficace. Elle doit Technologies
cependant être claire, fiable, pertinente par rapport aux besoins de la d'information et de
population touchée, mais également produite et actualisée régulièrement. communication
’L'information elle-même concerne directement le fait de sauver des vies. Si nous (TIC)
Dans les situations
prenons les mauvaises décisions ou faisons les mauvais choix concernant notre façon
d'urgences,
d'utiliser notre argent et nos efforts car nos connaissances sont insuffisantes, nous
condamnons à mort ou destituons les plus méritants’ John Holmes, UN ERC, 2007 l'information représente
Le cycle d'information met en avant le besoin de collecter des données, de les un des éléments les
plus précieux. Il existe
convertir en informations, de les conserver dans un endroit où l'on peut facilement
de plus en plus de
les récupérer, de les analyser et de les diffuser afin de s'assurer qu'elles influencent
notre prise de décision et nos actions. technologies destinées
à favoriser la collecte
Collecte de données – Simplifiez-la.
d'informations et les
Collectez seulement ce dont vous avez besoin – déterminez quelles décisions échanges, mais
vous devez prendre et donc de quelles informations vous avez besoin. également à élargir
Soyez pro-actif - utilisez de méthodes variées: formulaires, feuilles de calcul, l'accès à ces
téléphone. informations.
Créez des liens – les gens partagent des informations s'ils obtiennent des (voir également la page
« Médias de
informations utiles et à jour en retour. communication »
Utilisez des formats et lots de données communs – afin de garantir que les Il est important d'utiliser
données puissent être analysées et comparées avec d'autres, par exemple des correctement les TIC,
références de localisation, des niveaux individuel, familial, communautaire. garantissant ainsi que
Assemblage de données – classer et aligner les éléments tous les intervenants, y
compris les populations
Stockez-les dans une base de donnée, électronique si possible, et garantissez
touchées, aient accès à
une facilité d'utilisation et d'accès. l'information et à la
Trouvez des liens communs –classez les données selon leur localisation communication.
(coordonnées GPS/codes P) ou leur catégorie. Voici quelques outils et
Analyse de données – traitement créatif des données ressources :
 Site spécifique au
Analyse des besoins, capacités, rendements, failles et conséquences.
pays- mis en place par
Questions – tendances géographiques ? évolution dans le temps ? totaux par
UNOCHA -
agence ? validité et exactitude de l'information ? http://www.humanitarian
Procédés – cartographie ; matrices/feuilles de calcul ; graphiques/tableaux. response.info/crises
Celà peut nécessiter une expertise technique et est souvent réalisé de manière  Applications Google :
centralisées,, par exemple grâce aux groupes sectoriels ou à l’OCHA. calendriers, Google
Diffusion des informations – partager Earth, gmail
 SMS et messagerie
Qui – qui a besoin de savoir, en particulier les personnes dont les données sont instantanée
utilisées et les populations touchées. http://www.frontlinesms.
Comment –courriel ? médias locaux ? posters/documents papier ? site Internet ? com/
Style – importance des traductions ; langage simple et présentation claire.  Partage de fichiers :
www.dropbox.com ;
Prise de décisions – en utilisant les informations et connaissances
www.box.net
Assurez-vous que l'information est utilisée guider la planification, la promotion, la  Produits de
surveillance et les décisions opérationnelles dans le but de classer les besoins cartographie :
des populations touchées par ordre de priorité. http://www.mapaction.org/
about.html :
Informations importantes en cas d'urgence : Sources d'informations utiles
- Alertes d'urgences, mises à jour, bulletins - Populations touchées
- Informations et références pré-catastrophe - Rapports gouvernementaux et agences
- Évaluation continue des besoins, risques et capacités, et analyse des lacunes - Journaux d'actualité locaux et internationaux
- Plans, politiques, normes et prérequis légaux nationaux (par exemple l'emploi) - Agences des Nations Unies et OCHA
- Les 4 Q (Qui fait Quoi, à Quel endroit, et Quand) - Sites humanitaires;Rapports d'évaluation
- Contacts et programmation des réunions - ONG (locales et internationales)
- Chaîne d'approvisionnement et rapports d'information concernant le budget : - Réunions de coordination
situation (« Sitrep »), progrès, etc. - Surveillance de la météo locale et du danger
Ressources supplémentaires sur le site d’All In Diary Liens internet pour plus d’informations
Information Management and Communication in OCHA http://www.unocha.org/what-we-do/information-
emergencies, © PAHO, 2009 management/overview
Nouvelle formation IM en ligne bientôt disponible http://www.nethope.org/about/us/ http://www.datadyne.org/
UNHCR Emergency IM Toolkit: http://data.unhcr.org/imtoolkit/

© 2013 All In Diary www.allindiary.org


33 4th edition - 2014
4.3 GÉRER LES PROJETS HUMANITAIRES

L’évaluation des besoins humanitaires


Une évaluation fiable, coordonnée et réalisée au bon moment Types d'évaluation
est essentielle afin de cibler les populations les plus pour les urgences se déclarant
rapidement
vulnérables, et d'éviter ainsi les lacunes et redondances.
L'évaluation comprend la collecte et l'analyse d'informations afin de déterminer : RAPIDE – au cours des
premiers jours/semaines et
 le contexte, les conséquences et les risques continus posés par la dans plusieurs secteurs.
catastrophe elle-même, DÉTAILLÉE – dans le
 la vulnérabilité et la capacité des populations touchées à survivre , premier mois dans un
secteur spécifique
ainsi que leur besoin d'une quelconque intervention,
CONTINUE – afin de
 la différence entre les besoins et les capacités, surveiller les operations
 les opportunités et les stratégies pour l’intervention, le relèvement et
le développement à long terme. Principes de
base de
1. La préparation représente la première l'évaluation des
étape du cycle d'évaluation. Même avant
une urgence, votre organisation doit être besoins
préparée à une possible évaluation. S’assurer que...
2. Élaborez votre évaluation de manière à ce Cycle - les ressources soient
qu'elle réponde aux prérequis spécifiques d'évaluation suffisantes
en matière de prise de décision ; - les attentes de la
3. Effectez votre évaluation en gérant communauté soient
attentivement et en dirigeant efficacement. prises en compte
- les méthodes soient
4. Analysez vos données afin de
valides
comprendre les raisons des conséquences.
- les méthodes soient
5. Partagez vos découvertes – avec vos collègues, vos pairs, les transparentes
coordinateurs, les autorités, et les communautés affectées. - le projet soit réalisé en
6. Prise de décision – utilisez vos découvertes afin de prendre des décisions. coordination avec
Principales actions pour les évaluations post-catastrophe d'autres
- le financement soit
 Trouvez et utilisez les informations pré-catastrophe concernant la capacité, les adéquat
populations touchées, le contexte général et les autres facteurs pré-existants. - les données soient
 Réalisez immédiatement une évaluation initiale, en vous appuyant sur des utilisables
informations pré-catastrophe afin d'évaluer les changements causés par la - les données soient
catastrophe, les facteurs augmentant ou diminuant la vulnérabilité. pertinentes
 Participez autant que possible à des évaluations multi-sectorielles, communes - les compétences
ou entre agences. locales soient
évaluées
 Réalisez une évaluation rapide dès que possible, suivie d’évaluations ultérieures
- l'évaluation prenne en
en profondeur si le temps et la situation le permettent.
compte le sexe des
 Classez les données au minimum selon le sexe et l'âge. populations (homme
 Écoutez ce qu'ont à dire les hommes et femmes de tous âges, les enfants des ou femme)
deux sexes et les autres personnes vulnérables touchées par la catastrophe mais - l'analyse prenne en
également la population au sens large. compte le contexte
- l'analyse soit réalisée
 Rassemblez systématiquement les informations en utilisant une variété de
au moment opportun
méthodes, comparez les données recueillies auprès d'un certain nombre de
- les découvertes soient
sources et d'agences et enregistrez-les au fur et à mesure que vous les collectez.
partagées
 Évaluez la capacité à surmonter la catastrophe, les compétences, les - le processus soit
ressources et les stratégies de relèvement des personnes touchées. continu
 Évaluez les plans d’intervention et la capacité de l'État
extrait de : The Good Enough
 Évaluez les effets de la catastrophe sur le bien-être psychosocial des personnes. Guide to Needs Assessment-
 Évaluez les problèmes de sécurité actuels et potentiels touchant la population et Draft Jan 2013.
* voir également la page
les travailleurs humanitaires concernés par la catastrophe. « Gestion de l'information »
Adapté de Sphere Core Standard 3
Ressources supplémentaires sur le site d’All In Diary : Liens Internet pour plus d’informations
IASC Operational Guidance Note for Coordinated Assessment in Évaluations coordonnées -
Humanitarian Crises – IASC 2012 http://assessments.humanitarianresponse.info
IASC Multi-Sector Initial Rapid Assessment (MIRA), 2012 ACAPS http://www.acaps.org/
Guidelines for assessment in emergencies © IFRC (2008) www.sphereproject.org/news/new-tools-for-assessing-
Good enough guide to needs assessment © ECB Project & ACAPS 2013 humanitarian-needs/ Sphere 4 Assessments pilot

© 2013 All In Diary www.allindiary.org


34 4th edition - 2014
4.4 GÉRER LES PROJETS HUMANITAIRES

Ciblage et distribution de produits


Tous les projets comprenant la distribution de fournitures de secours* Actions clés :
doivent garantir une mécanique impartiale, non discriminatoire et  Garantir une analyse
transparente afin de cibler efficacement les populations sujettes au plus minutieuse du contexte,
haut risque et ayant le plus besoin d'aide. de la vulnérabilité, des
*(par exemple de la nourriture, des vêtements, du matériel permettant d'ériger des tentes, risques, de la capacité
des couvertures, conteneurs d'eau et accessoires de cuisine) et des besoins.
 Garantir que les
Identifier une mécanique de ciblage adéquate permettra d'exploiter les informations
données soient classées
concernant les populations affectées, telles que l'évaluation des besoins, les par âge, sexe, etc. et
capacités, les risques et les vulnérabilités. Les méthodes doivent être réactives, que les indicateurs de
utilisées au moment opportun, transparentes et sûres. Elles doivent garantir la dignité ciblage des produits
et correspondre aux conditions locales, en se basant sur les capacités existantes et soient pertinents et
en garantissant la restauration et le développement des services existants (par valides.
exemple l'accès à l'éducation, aux marchés et aux moyens de subsistance).  Impliquer et associer les
(voir Norme fondamentale 4 du projet Sphère « Conception et réponse » et la norme 5 concernant hommes, femmes, les
les transferts de nourriture) Ciblage et distribution pour plus de conseils) enfants des deux sexes,
Cibler les mécanismes aux niveaux familial et individuel ainsi que les
représentants des
Mécanismes Risques potentiels groupes vulnérables.
Ciblage basé sur le  Cela permet aux programmes de mieux utiliser les  Garantir que les
marché capacités du système de marché existant. mécanismes de ciblage
(par exemple  Il peut être utilisé à tort et nécessite une analyse précise respectent la dignité,
approvisionnement local des systèmes de marché existants. n'augmentent pas la
basé sur la comptabilité, vulnérabilité ni
soutien aux marchés) n'exposent les
 Il nécessite la compréhension des comportements de populations au risque
Auto-ciblage groupes vulnérables. d'exploitation ou d'abus.
(diriger le programme vers  Il peut exclure des groupes vulnérables ou les exposer aux  Actualisez régulièrement
des groupes spécifiques) stigmates et abus, c'est-à-dire les femmes et les les systèmes de ciblage
personnes atteintes du VIH ou du sida. et de distribution afin de
Ciblage basé sur la  Cela peut mener à l'exclusion des personnes vivant hors garantir une couverture
communauté du système comme les orphelins, les individus réfugiés ou en cours efficace.
(Ce sont les communautés appartenant à des minorités/clans.  Basez votre projet sur
qui décident.) les services et systèmes
Ciblage administratif  Les critères et indicateurs peuvent être inexacts ou sans existants lorsque cela
(basé sur l'analyse des pertinence. est possible.
données)  Envisagez un processus
 Les critères peuvent ébranler la dignité ou être considérés
d'enregistrement si les
comme importuns.
produits doivent être
 Les coûts liés à la collecte des données peuvent être fournis à des groupes
élevés. bénéficiaires spécifiques
Ciblage  Les besoins locaux sont probablement surestimés. dans un endroit connu,
géographique et  Les méthodologies ne sont pas efficaces. sur une longue période.
régional  Les zones étendues fournissent des indicateurs qui ne  Déterminez des
(évaluation et index) peuvent être considérés comme fiables. stratégies de sortie en
Cibles familiales et  Les informations concernant les familles peuvent tenant compte de quand
individuelles manquer, ce qui entraîne des coûts, liés à la collecte de et comment vous
(souvent après le ciblage données selon les indicateurs, élevés. remettrez ou
administratif ou supprimerez
 Les données et informations rapportées et collectées sur
géographique) progressivement
place peuvent engendrer une couverture des risques très
l'approvisionnement de
insuffisante ou des tendances d'auto-sélection. produits.
Adapté de : Targeting for Nutrition Improvement © 2001 FAO
Étapes de la distribution de nourriture et de produits d'aide non alimentaires
Identifier les critères de sélection des zones, groupes de population et familles
Priorisation individuelles spécifiques.
Voir également les
Développer des outils de sélection afin de garantir que seules les personnes
Identification répondant aux critères de ciblage reçoivent ses avantages.
pages ‘Programmation de
transfert monétaire’ et
Déterminer la quantité de produits et services à fournir aux personnes identifiées‘Moyens de subsistance’
Allocation comme étant dans le besoin afin d'atteindre l'effet désiré.
Choisir une stratégie d'intervention adéquate ainsi que des options de livraison
Options afin d'atteindre la cible identifiée.
Ressources supplémentaires sur le site Web Liens internet pour plus d’informations
Handbook of Registration, © 2003 UNHCR http://www.fao.org/docrep/004/y1329e/y1329e02.htm
Response Analysis Framework, OCHA 2009 http://www.feg-
EMMA Toolkit 2013 consulting.com/spotlight/1%20Introduction%20to%20Response%20Analysis_rfs.pdf

© 2013 All In Diary www.allindiary.org


35 4th edition - 2014
4.5 GÉRER LES PROJETS HUMANITAIRES

L'approche du cadre logique (ACL)


L'approche du cadre logique est une méthodologie systématique Étapes pour l'ACL
fournissant une structure permettant d'identifier, de planifier et de  Analyse du
gérer des projets. La matrice du cadre logique précise les composants contexte : par
clés de manière claire, concise, logique et systématique et représente un exemple, une analyse
PESTLE* (quels
système utilisé par de nombreux donateurs. facteurs externes
Matrice du cadre logique peuvent influencer le
Structure du Moyens de projet ?)
Indicateurs Hypothèses (et risques)  Analyse des
projet vérification (MDV)
Objectifs d'accomplissement Sources d'information intervenants (qui est
de l'objectif permettant de vérifier intéressé et influence le
ou les indicateurs projet ?)
But Général  Analyse du
But d'accomplissement Sources d'information Quels facteurs externes sont problème : elaborez
du but permettant de vérifier nécessaires au but afin qu'il un arbre des
ou Résultats les indicateurs contribue à l'accomplissement problèmes en évaluant
de l'objectif ? le cœur du problème
Sorties de remise des Sources d'information Quels facteurs externes que vous souhaitez
sorties (qualité, permettant de vérifier pourraient influencer la traiter, ainsi que ses
quantité, durée) les indicateurs progression des résultats tout
causes et effets.
en aboutisssant aux
changements/bénéfices  Analyse de l'objectif
attendus ? (ou arbre des
Activités Mentionnez le Sources d'information Quels facteurs pourraient solutions) : cet outil
moment où les permettant de vérifier limiter l'avancement des convertit les énoncés de
activités seront les contributions activités permettant d'aboutir l'arbre indiquant les
achevées et où les aux résultats ? problèmes négatifs en
contributions seront solutions positives.
requises - « problème central »
Objectif Quel problème plus général le projet aidera-t-il à résoudre ? se transforme en
But À quel changement ou bénéfice les résultats aboutiront-ils s'ils sont « solution centrale »
atteints ? - « effets » se
Sortie Quels sont les résultats prévus pour les activités ou groupes d'activités ? transforme en un
Activité Quelle tâche réelle réaliserez-vous afin de produire les résultats attendus ? énoncé positif que
Indicateur Comment saurez-vous que vous avez réussi ? vous souhaitez réaliser
MDV Comment vérifierez-vous les résultats rapportés ? - « causes » se
Hypothèse Quelles hypothèses pourraient influencer la mise en œuvre ou la durabilité transforme en actions
du projet et quels sont les risques ? Comment pourriez-vous minimiser ou positives permettant de
gérer les risques ? surmonter ces causes.
Contributio Quel(s) matériel, équipement, ressources financières et humaines seront  Choisissez une
n nécessaires afin de mener à bien les activités du projet ? intervention :
Comment développer une matrice de cadre logique Déterminez quel(s)
Étape 1 - DU SOMMET VERS LA BASE (structure du projet) projet(s) correspondent
Commencer par le sommet en développant votre objectif, tout en utilisant des à vos solutions.
approches participatives impliquant les intervenants, puis déterminez le but, les  Matrice de cadre
résultats, les activités et les contributions. logique : Développez
une matrice pour votre
Étape 2 - ANALYSE TRANSVERSALE (indicateurs et MDV)
projet.
Analysez le cadre logique de manière transversale, en identifiant les indicateurs, Le cadre logique n'est
puis les moyens de vérification. Pour chaque étape du projet, vous devez pas conçu pour révéler
déterminer : chaque détail du projet.
- Quels indicateurs peuvent être utilisés afin de mesurer l'accomplissement ? Il représente
- Quelles informations seront nécessaires et comment doivent-elles être recueillies ? simplement un résumé
- Quels problèmes/obstacles peuvent surgir et comment minimiser leur impact ? pratique et logique des
Étape 3 - DE LA BASE VERS LE SOMMET (vérifier la logique et les facteurs clés.
hypothèses) Commencez par la base du cadre logique et déterminez si, dans le *problèmes politiques,
cas où les hypothèses sont valables pour un niveau donné, vous pouvez passez au économiques, sociaux,
niveau suivant de manière logique. technologiques, légaux et
environnementaux
Vérifiez : SI vous réalisez les activités ET qu'il n'existe pas d'hypothèses à ce
niveau, ALORS les résultats prévus seront-ils fournis ? S'ils ne le sont pas, adaptez
les activités prévues. Puis, poursuivez votre projet et répétez cette vérification au
niveau suivant.
Ressources supplémentaires ssur le site Web de All In Diary Liens internet pour plus d’informations
The Logical Framework Approach, © BOND, 2013 http://www.fundsforngos.org/free-resources-for-ngos/inside-
Log Frame Handbook, © World Bank, 2001 the-logical-framework-of-a-grant-proposal-3

© 2013 All In Diary www.allindiary.org


36 4th edition - 2014
4.6 GÉRER LES PROJETS HUMANITAIRES

Collecte de fonds
Il n'existe pas de solutions rapides permettant de récolter des fonds. Le travail PROCESSUS
régulier, la réputation et l'honnêteté d'une organisation constituent ses D'APPEL COMMUNS
meilleures bases de réussite. Remplacement de la PAC
Récolter des fonds et PAHC processus.
Il est essentiel d'établir des relations avec les personnes à même d'apporter leur Le cycle de programme
soutien. Le succès peut être lent au début mais il grandira avec votre réseau. humanitaire
Ressources locales : - Série coordonnée d'
actions visant à aider
 Organisations et associations locales (par exemple les clubs Rotary) réponse humanitaire
 Institutions gouvernementales et régionales 1. Évaluation des besoins
 Possibilités d'affaire/d'entreprise (par exemple les banques) et analyse
Ressources internationales : 2. réponse stratégique
planification
 Agences bénévoles de financement (par ex. des missions, crédits et fondations) 3. La mobilisation des
 Agences internationales d'aide (Nations Unies, Commission européenne, Banque ressources
mondiale, Banques de développement africaine et asiatique) 4. Mise en œuvre et
 Agences bilatérales (USAID, CIDA, DFID) surveillance
 Ambassades étrangères possédant des programmes de financement à faible 5. Revue opérationnelle et
évaluation
subvention ou spécifiques au secteur Aperçu des Besoins
Appels communs et mécanismes de financement Humanitaires - Analyse
On observe une tendance croissante au sein des groupes (voir la page ’Coordination de l'évolution et
des groupes’) : les agences « centralisent » leurs appels et les donateurs leurs impact de la crise , et
besoins prioritaires .
ressources. Prenez connaissance des mesures de soutien des projets de votre Réponse stratégique
pays et impliquez-vous. Plans - La stratégie du
Les avantages comprennent une approche coordonnée et stratégique, une réduction pays et groupe entend
des coûts et risques, une flexibilité et une prévisibilité ainsi qu'une plus grande répondre à évaluation des
transparence. besoins, et les besoins de
Les contraintes comprennent le manque d'accès des ONG et partenaires financement
gouvernementaux à certains fonds communs comme le Fond central d'intervention MÉCANISMES DE
d'urgence (CERF ou Central Emergency Response Fund) ainsi que la lenteur de mise FINANCEMENT
à disposition de ceux-ci. COMMUNS
La plupart des fonds humanitaires sont limités aux activités permettant de sauver et Le Fonds central
de maintenir des vies. Assurez-vous par conséquent de demander la source de d'intervention
financement la plus appropriée à votre projet. d'urgence (CERF)
Développer une stratégie de collecte de fonds - soutenu par le fond des
Toute collecte de fonds nécessite des ressources mais elle peut également gâcher ces dernières et Nations Unies afin de
entacher la réputation de votre organisation si elle n'est pas correctement organisée. relancer des opérations
critiques
 Élaborez une Demande de soutien motivée – expliquant votre cause et pourquoi
- complète d'autres
elle justifie un soutien, en mentionnant : la mission/les valeurs, financements
l'importance/urgence, les objectifs spécifiques, l'histoire et la crédibilité du projet, ce - accessibles par le biais
qui arriverait en cas d'échec de l'organisation et comment les donateurs peuvent des Nations Unies.
aider. Une documentation exacte, actualisée et bien présentée vous sera FHC (fond humanitaire
demandée : par exemple : des documents d'enregistrement, des détails financiers commun)
sommaires et les derniers rapports d'audit, la stratégie de l'organisation, son - fournit des fonds de haute
organigramme, le dispositif de gouvernance, des lettres de recommandation et des priorité, des projets sous-
financés appartenant au
exemples d'activités et de réussites.
processus d'appel
 Planifiez les intérêts des donateurs et identifiez 10 à 15 donateurs dont le ou les renforcé
centres d'intérêt correspondent à votre organisation. - attributions semestrielles
 Continuez vos recherches afin de réduire le nombre de donateurs s'alignant FFMD (fonds fiduciaire
parfaitement avec votre stratégie d'organisation et objectifs de programme à 3 - 4. multi-donateurs)
groupe de prise de décision
 Les donateurs préfèrent souvent soutenir des projets limités dans le temps relatives au financement
présentant des objectifs clairs et une stratégie définie. Voici d'autres intérêts clés : la constitué de représentants
durabilité ; la résistance ; l'impact sur les populations affectées ; la valeur monétaire ; les de donateurs et parfois de
associations ou les preuves de partenariat afin d'éviter toute redondance. membres du gouvernement
 Les coûts des activités du projet doivent être supérieurs aux frais (généraux)
Une règle: ’Si vous n'êtes
organisationnels, et ne doivent idéalement pas dépasser les 10%. pas qualifié, ne faites pas
 Le fait de travailler en collaboration avec un partenaire peut permettre d'appuyer une de demande!’
demande de soutien.
Ressources supplémentaires sur le site Web de All In Diary Liens internet pour plus d’informations
Fundraising Guide, © 2012 Humanitarian Coalition http://www.fundsforngos.org/
A guide to fundraising, © 2008, Networklearning; http://www.resource-alliance.org/pages/en/about-us.html
VSO Fundraising Guide for NGOs, © 2003, J. Bradshaw; http://ngomanager.org/resources-2/library/

© 2013 All In Diary www.allindiary.org


37 4th edition - 2014
4.7 GÉRER LES PROJETS HUMANITAIRES

Rédaction de propositions
La proposition constitue un élément essentiel de conception, gestion
Apprenez à
et transparence efficaces de projet. Les propositions sont devenues
connaître et à
plus sophistiquées, reflétant ainsi l'ampleur croissante et la
comprendre vos
compétitivité du secteur des ONG.
donateurs !
Les projets sont plus susceptibles d'être financés s'ils impliquent les
populations affectées, mais également s'ils sont : réalisés à une petite échelle, Déterminez si votre
durables, limités dans le temps et basés sur des informations actualisées projet...
et fiables. Il est également important d'aligner votre proposition sur les
besoins prioritaires des groupes affectés les plus vulnérables mais aussi sur les  Répond aux besoins
plans nationaux et locaux existants. identifiés du plus
grand nombre de
___________________________________________________________________________________________________________________________________

Note de synthèse Dans certains cas, unenote de synthèse est personnes


demandée avant la proposition. Cela permet de résumer les bases de vulnérables ;
l'idée du projet. Les notes de synthèse sont brèves (1 à 3 pages) et ne  Promeut l'autonomie
doivent pas respecter un format standard. Cependant, elles doivent et la durabilité ;
comprendre le titre du projet, le contexte, les raisons le justifiant, ses buts  Comprend la
et objectifs, les activités, les résultats attendus, son aspect innovant (en participation active
quoi est-il différent des autres projets ?), l'histoire de votre organisation, le des populations
budget estimé et les coordonnées des contacts. affectées pour
_______________________________________________________________________________________________________________________ l'identification,
Proposition Une proposition possède un cadre permettant au donateur l'évaluation et la
de comprendre clairement le projet Elle implique idéalement les mise en œuvre ;
populations affectées dans l'organisation. La gestion efficace du projet  Implique activement
et l'utilisation de l' approche du cadre logique (voir les pages concernées) les femmes, en
fournissent les informations de base pour les propositions. particulier dans la
Chaque donateur doit avoir son propre cadremais cela implique conception et la mise
en œuvre ;
généralement les recommandations suivantes :
 Possède d'autres
 Page de titre - Date, titre, adresse, organisation sources de
 Contexte - Causes du problème / ce qui rend le projet nécessaire financement afin de
 Buts et objectifs - Ce que vous voulez accomplir garantir la continuité
 Bénéficiaires - Groupe cible et la durabilité ;
 Cibles et activités - Ce que vous accomplirez et comment  Peut être reproduit ;
 Calendrier - Chronologie pour chaque phase du projet  Produit de la valeur
 Organisation - Profil des personnes chargées du projet monétaire ;
 Possède une
 Coûts et - Qui bénéficiera du projet, quels seront les coûts moyens
comptabilité et une
bénéfices et la valeur des bénéfices ?
responsabilité
 Surveillance - Comment les réussites seront-elles mesurées?
claires ;
 Élaboration de - À quelle fréquence ? Pour qui ? Qu'est-ce que cela  À pour but de
rapports comprendra ? mobiliser et de
 Annexes - Détails supplémentaires nécessaires développer les
 Budget détaillé - Estimation réaliste de tous les coûts, y compris les compétences des
contributions volontaires et autres fonds bénéficiaires ;
Adapté de « Proposals for Funding » de Phil Bartle © 2007  Complète le
 Rédigez de manière claire et concise en utilisant un langage simple. travail/les
 Vérifiez que le budget exigé reste dans les limites fixées par l'organisation de compétences
financement. d'autres
 Assurez-vous que la proposition appartienne à votre domaine de organisations et
compétences. projets ;
 Exprimez clairement ce qui est prévu (l'impact ou les bénéfices pour les
groupes cibles).
 Suivez scrupuleusement les directives, instructions et procédures de chaque
donateur.
Ressources supplémentaires sur le site All In Diary Liens internet pour plus d’informations
Proposal Writing Simplified for NGOs in Developing Countries, http://www.fundsforngos.org/how-to-write-a-proposal/introduction-to-
© fundsforngos.org proposal-writing#ixzz180CD2emM
Writing effectively and powerfully, © CIVICUS (2007) http://cec.vcn.bc.ca/cmp/modules/res-prp.htm - Proposals for Funding

© 2013 All In Diary www.allindiary.org


38 4th edition - 2014
4.8 GÉRER LES PROJETS HUMANITAIRES

Gestion Financière
La gestion financière est primordiale pour planifier efficacement un
projet, pour affecter les ressources, pour contrôler la performance,
pour justifier les dépenses et présenter un rapport aux parties
prenantes
Le budget est un plan financier qui met en évidence les
PLANIFIE ressources nécessaires pour atteindre les objectifs du programme,
dans une période donnée – il décrit les coûts prévus et les revenus.
Le budget doit:
 être suffisamment détaillé et aussi exact que possible
 avoir l’approbation de vos supérieurs, des donateurs, des collègues et des bénéficiaires
 Indiquer clairement les revenus attendus de chaque donateur
 inclure toutes les ressources nécessaires à votre programme
La bonne pratique
 fournir des informations de contrôle pour vous permettre de mettre le programme en en gestion
place financière peut
 comprendre des prévisions de trésorerie (quand se feront les rentrées et sorties aider les ONG et
d'argent) les managers a:
ENREGIS Un enregistrement précis des bénéfices et des transactions
financières liées aux dépenses est essentiel. Enregistrez tout  gérer les ressources
ce que vous réalisez : combien, quand, numéro de référence, description de la disponibles
transaction, mais également les intérêts reçus et les factures ou autorisations de
toutes les transactions. Assurez-vous qu'une autre personne puisse suivre les  renforcer la
comptes. Cette personne doit être : redevabilité vis-à-vis
 Organisée (elle doit suivre les procédures et s'assurer que les documents soient des donateurs et des
classés correctement) autres parties
 Cohérente (elle ne doit pas changer votre manière d'effectuer les tâches d'un mois prenantes
à l'autre)
 À jour des modifications : (elle doit remplir tous les documents comptables en  respecter un
tant que transactions) prérequis légal
SURVEIL Les rapports financiers permettent aux managers d’évaluer
le projet ou la progression du programme. Ils devraient être  gagner le respect et
régulièrement communiqués aux donateurs et aux bénéficiaires. la confiance des
 Vérifiez les revenus réels et les dépenses par rapport au budget. agences de
 Vérifiez l’évolution par rapport à la réalisation des objectifs du projet. financement et des
partenaires
 Identifiez les secteurs où le budget est dépassé (et ceux dont les fonds n’ont pas
été complètement utilisés) pour contrôler l’efficacité organisationnelle et la
réalisation des objectifs du programme.  entrer dans la course
aux financements qui
 Pourrons-nous atteindre les objectifs dans les temps et dans les limites du
se font de plus en
budget ?
plus rares
Si ce n'est pas le cas, quelques changements sont nécessaires :
 Faites immédiatement part de vos inquiétudes à votre manager, votre direction et
▪ se préparer à une
aux donateurs
viabilité à long terme
 Réexaminez le budget et/ou le projet avec les parties prenantes concernées. et à l’augmentation
 Cherchez des financements supplémentaires, ré-attribuez des budgets ou budgéter progressive des
une extension de programme. financements auto
Un système de contrôles est nécessaire (pour lever des générés.
CONTRÔLE fonds, transporter et stocker de l'argent liquide, signer les
Adapté de How to Build a
chèques, autoriser les paiements) afin de réduire les
risques d'erreurs, de mauvaise utilisation ou de vols des ressources, de respecter la Good Small NGO, Network
Learning
loi et de protéger les employés, d'eux-mêmes et des autres. http://www.humanitarianfor
Adapté de Getting the Basics Right, © MANGO Guide 2010 et um.org/data/files/resources
Financial Management for Emergencies, © 2005 John Cammack, Timothy Foster and Simon Hale /715/en/building_NGOs.pdf
Si vous souhaitez examiner les listes de contrôle et modèles concernant ces
aspects de la gestion financière mais également d'autres, consultez le site Web
www.fme-online.org et téléchargez les documents gratuitement.
Ressources supplémentaires sur le site Web de All In Diary : Liens internet pour plus d’informations
Project budgeting, John Cammock © 2012, BOND; Gestion financière pour les ONG
MANGOs Health Check, v3 © 2009, MANGO http://www.mango.org.uk/Guide
NGO Financial Management Pocket Guide © 2003, Bristol Myers-Squibb http://www.fme-online.org/systems/resources.html

© 2013 All In Diary www.allindiary.org


39 4th edition - 2014
4.9 GÉRER LES PROJETS HUMANITAIRES

Suivi et Évaluation (S&E)


Le S&E représente les aspects fondamentaux d'une bonne gestion de Approches S&E
programme et améliore la qualité, la responsabilité et l'apprentissage.
SUIVI DES ACTIVITÉS HUMANITAIRES Groupes de
Cela permet de suivre :  Les données classées selon le sexe, l'âge et les discussion
- les progrès physiques et groupes vulnérables afin de rester impartial. utiles pour recueillir
financiers  Simplifiez les systèmes d'enregistrement et différentes opinions.
les priorités en cours et recueillez uniquement les informations dons vous Dans certains cas, il
l'allocation des ressources avez besoin. convient de regrouper
- La distribution équitable  Mobilisez les sources d'information existantes et les hommes et les
des bénéfices parmi les utilisez les processus de collection partagés. femmes séparément.
groupes affectés  Impliquez les groupes affectés dans la Entretiens
- la reconnaissance et surveillance : chronophages mais
l'utilité du projet parmi les - impliquez-les afin de définir les objectifs et bonne compréhension
groupes affectés indicateurs et collecter les informations Il est important de
- Les problèmes liés à la - communiquez-leur les résultats obtenus déterminer les risques
mise en œuvre et les Il est important de prendre les résultats en compte de protection pour les
contraintes et de mettre en place des action rectificatives. personnes interrogées.
ÉVALUER L'ACTION HUMANITAIRE Questionnaires
Cela facilite la gestion, Plan pour l'évaluation : utiles pour réunir des
l'apprentissage et la - Quelle est l'utilisation prévue et quels seront les données quantitatives.
responsabilité en : utilisateurs de l'évaluation ? Mettez en place un
- Combien de temps le financement est-il disponible ? processus simple,
- déterminant les impacts
- Quelles méthodologies seront utilisées ? adapté au contexte et
tout au long du projet
(améliorations/changements
Appliquez cela à la conception du projet ou du communiquez les
) pour les populations programme et déterminez la pertinence, la justesse, la résultats à la
connexion, la cohérence, la couverture, l'efficacité et communauté. Les
cibles, par exemple laqualité
l'impact (critères du Comité d'aide au développement) afin enquêteurs doivent être
de vie
d'identifier les problèmes et les besoins. choisis et formés aves
- respectant les obligations Déterminez comment et par qui l'évaluation soin.
de conformité et de doit être menée.
responsabilité,par exemple - Quelles qualités sont requises pour les Journées portes
envers les populations chercheurs/équipes, par exemple le réseau local, la ouvertes
affectées, les soutiens, langue, la reconnaissance de tous ? sorties sur le terrain,
donateurs, responsables en - Une évaluation conjointe peut-elle être entreprise avec démonstrations,
chef et autres agences les autres ? afin de rassembler des
- Qui devrait être impliqué et de quelle façon, par exemple preuves
- générant un retour en les femmes, enfants, groupes marginalisés ?
temps réel de la part des - Comment et à qui les résultats seront-ils communiqués ? Mécanismes de
populations affectées à Programmez l'évaluation afin de vous adapter retours
propos de la qualité de aux demandes/contraintes auxquelles les comités, groupes de
réponse et de la groupes affectés font face, par exemple les travail, boîtes à idées,
performance restrictions concernant les moyens de subsistance et la etc.
organisationnelle sécurité. Cartographie des
ÉVALUATION DE L'IMPACT résultats
changements dans les
Réalisée quelques temps  Reliez cela aux informations de base pré-
comportements
après les mesures catastrophe.
d'évaluation de l'impact sur Changement le
 Demandez-vous « Que changeons-nous ? »
la fin du projet/programme :
 Définissez les résultats attendus pour les
plus significatif
- (derniers changements partenaires et les populations affectées (CPS)
dans la vie des personnes, concemant la conception du project et récit
_______________________.
y compris les impacts incorporez-les dans l’evaluation. Voir aussi les pages
inattendus et négatifs)  Évaluez l'impact relatif des différentes « Gestion du projet » et
approches et NON l’impact global du travail de « Approche du cadre
votre organisation. logique »
Ressources supplémentaires sur le site Web de All In Diary : Liens internet pour plus d’informations
Impact measurement and accountability in emergencies – Good http://www.alnap.org/resources/studies/evaluation.aspx
Enough Guide © 2007, ECB Project; http://www.intrac.org/data/files/resources/741/ONTRAC-
Monitoring and Evaluation-How to Guide, © 2011, BOND; 51-Theory-of-Change.pdf
Monitoring and Evaluating Learning Networks © 2010 INTRAC; http://betterevaluation.org/
Core Concepts in Developing M&E Frameworks © 2013 A Markiewicz http://mande.co.uk/

© 2011 All In Diary www.allindiary.org


40 4th edition - 2014
4.10 GÉRER LES PROJETS HUMANITAIRES

Rédaction du rapport
Les rapports sont un outil de gestion important, en effet ils Écrire le rapport
peuvent avoir une influence sur les actions futures. Ils - recueillez les
permettent de partager les informations et l’expérience informations
acquise. nécessaires
Si un rapport n'est pas facile à lire, il ne sera donc probablement pas lu du - organisez les
tout. Rédiger un bon rapport demande du temps et de la préparation. informations d'une
manière logique et
Suivez les instructions ci-dessous et améliorez la qualité de vos rapports. assurez-vous que leur
Que voulez-vous accomplir avec votre document ? structure soit équilibrée
OBJET Son but est-il d'informer (rapport d'avancement), de - écrivez dans un
langage adapté au
donner des instructions (établir des directives) ou de
lecteur en expliquant le
convaincre (évaluation, expérience acquise) ? jargon, etc.
Quelles informations doivent figurer dans le rapport ? - faites en sorte que votre
SUJET Par exemple, les résultats et accomplissements, les rapport soit facile à lire :
activités mises en œuvre, l'argent dépensé mieux vaut utiliser des
phrases et paragraphes
Qui seront les lecteurs du rapport ? De quelle quantité courts
LECTEURS d'informations ont-ils besoin ? Que savent-ils déjà ? - si possible, utilisez des
graphes et des
- Dans un rapport d'avancement dont le but est de tenir les lecteurs diagrammes: les
informés, seules les informations les plus récentes sont nécessaires. graphiques sont plus
- En présentant un rapport annuel aux intervenants, vous devrez fournir des explicites et plus
informations supplémentaires concernant le contexte. efficaces.
Le groupe cible déterminera également le niveau de langue que vous devrez - organisez le plan en
utiliser (par exemple, les termes techniques, le jargon), et si vous aurez insérant des espaces
entre les lignes et
besoin de versions traduites. paragraphes et rédigez
Existe-t-il un plan et des titres standard ou peut-on des titres clairs
STRUCTURE utiliser la structure d'un rapport précédent ? Suivre - relisez le rapport afin de
un plan standard peut faire gagner du temps et vérifier les fautes
permet d'établir une comparaison entre les différents rapports rédigés au fil d'orthographe, de
du temps. Voici ce dont vous avez besoin, généralement : grammaire et de
présentation
- Introduction : thème du rapport, les sujets traités, pourquoi a-t-il été
- demandez à quelqu'un
rédigé et ses objectifs.
de le lire puis de vous
- Clarification du problème : expliquez le problème, pourquoi il doit être donner son retour avant
étudié et quelles informations sont nécessaires à cette fin. de l'envoyer
- Méthodologie : une brève description expliquant comment vous avez Les découvertes
recueilli les informations ainsi que leur interprétation et les résultats clés doivent être
obtenus.
claires, faciles à
- Conclusions des résultats : résumé des principaux problèmes.
lire et à trouver.
- Recommandations : quelles actions doivent être considérées comme
des résultats issus des découvertes. Dernières vérification
- Annexes – Elles sont utiles pour fournir des explications et des exemples - Le rapport répond-il aux
détaillés, une bibliographie, etc. questions ?
Existe-t-il un nombre maximum de pages ? Les longs - Est-il logique ?
LONGUEUR rapports nécessitent un sommaire présenté au début - Les pages et sections
du rapport énonçant les points clés ainsi qu'une table sont-elles numérotées ?
des matières. - Est-il daté ?
Déterminez quand le rapport doit être disponible et - Les sources et légendes
TIMING prévoyez du temps pour écrire une première esquisse des photos sont-elles
que vous ferez vérifier et corriger. Déterminez la fréquence des rapports mentionnées ?
d'avancement réguliers.
Adapté de Guidelines for Writing Reports, LIa van Ginneken.
Ressources supplémentaires sur le site All In Diary Liens Web pour toute information supplémentaire
Writing effectively and powerfully, © CIVICUS (2007) http://www.networklearning.org/index.php?option=com_content&view=
Guidelines for Writing Reports, 2008, Network Learning article&id=77:guidelines-for-writing guide: reports&catid=63:online-
guides&Itemid=140 Guidelines for Writing Reports

© 2013 All In Diary www.allindiary.org


41 4th edition - 2014
4.11 GÉRER LES PROJETS HUMANITAIRES

Remise, transition et stratégies de sortie


Planifier la remise du programme, la transition ou la sortie avec Quels sont les
des partenaires garantit de meilleurs résultats pour le programme principaux points
et encourage les divers acteurs s'impliquer en faveur de la qu'une stratégie de
sortie doit couvrir ?
durabilité du programme.
Une « sortie » ou une « transition » du programme fait référence au retrait  Qui sera chargé de la
transition ou de la
ou à la remise des ressources fournies par l'extérieur. La décision de retrait sortie ?
devrait être prise après consultation de tous les intervenants du programme.
 Existe-t-il une autre
Un plan de remise ou une stratégie de sortie vous aidera à clarifier le agence ou une ONG
moment et la façon dont le retrait du programme est prévu ainsi que les locale capable de
mesures proposées afin de garantir la réussite de ses objectifs. mener cette activité ?
Quand devriez-vous planifier la transition ou la sortie du programme ?  Comment l'activité
- Au début du programme ! Ceci est capital pour les programmes de sera-t-elle
transférée ?
réponse aux situations d'urgence. N'attendez pas la fin du projet.
- Chaque projet individuel doit comprendre un plan de transition ou de  Comment sera-t-elle
sortie. financée ?

Évitez de démarrer des projets ou programmes qui nécessiteront des  Dans quelle mesure
ces changements
fonds continus pour leur maintien. Les donateurs pourraient ne plus affecteront-ils les
vouloir les financer après la fin du projet de départ. bénéficiaires du
Trois approches de transition ou de sortie programme et autres
intervenants ?
1. Réduction progressive des activités du programme utilisant les
 Dans quelle mesure
organisations locales afin de maintenir les bénéfices du programmes. Cela le personnel sera-t-il
représente souvent une étape préliminaire avant les deux autres. affecté et par quel
moyen leur
2. Suppression progressive – Ceci concerne le retrait d'une agence
communiquera-t-on
impliquée dans le programme sans transférer ce dernier vers une autre ces changements ?
institution afin de poursuivre sa mise en œuvre.  Quels délais
3. Retrait – Dans ce cas, l'agence transfère les activités du programme aux d'information sont
institutions ou communautés locales. Lors de la conception et la mise en requis pour le
personnel
œuvre du programme, l'accent est mis plus particulièrement sur le (concernant les
développement des compétences institutionnelles afin que les services accords de
fournis puissent se poursuivre à travers les organisations locales. leasing/location,
etc.) ?
Critères de sortie : Comment déterminer « quand » sortir ?
 Quels sont les
Les critères utilisés afin de déterminer quand sortir des programmes varient. prérequis des
Ils peuvent cependant être classés selon quatre catégories générales. donateurs concernant
1. Limite de temps – Tous les programmes possèdent des limites de la sortie, la remise ou
temps dépendant de la disponibilité des ressources ou des cycles de la transition ?
financement.  Quels sont les
prérequis
2. Réalisation des impacts du programme – Les indicateurs de
gouvernementaux ou
l'impact du programme peuvent influencer la chronologie de la stratégie légaux ?
de sortie.
 Quelles réserves de
3. Élaboration des références – Ce sont les indicateurs mesurables ou sécurité sont
les étapes identifiées du processus graduel d'une stratégie de sortie. nécessaires (par
Ceci doit être relié aux composants spécifiques au programme sur le exemple pour les
point d'être supprimés progressivement ou terminés (par exemple actifs ou les
lorsqu'une communauté se charge de l'entretien, etc.). informations) ?
Adapté de Aid Workers
4. Annulation– lorsqu'un projet n'est plus viable ni durable. Network.
Ressources supplémentaires sur le site All In Diary Liens internet pour plus d’informations
Programme management guidelines/Transition © 2011, Article traitant des stratégies de sortie en Afrique du Sud
CARE Emergency Toolkit http://fex.ennonline.net/27/learning.aspx
Expérience acquise et kit d'outil des bonnes pratiques : directives WHO
Adapter les mécanismes de coordination afin de soutenir http://www.who.int/hac/techguidance/tools/manuals/who_field_handbo
les transitions nationales, © 2012, OCHA, UNDP & DOCO. ok/11/en/index.html

© 2013 All In Diary www.allindiary.org


42 4th edition - 2014
4.12 GÉRER LES PROJETS HUMANITAIRES

Gestion à distance
Dans certaines situations, les populations sont affectées par une
catastrophe ou un conflit de manière limitée, ce qui nécessite la
gestion à distance des responsabilités opérationnelles. Cela peut être
dû aux problèmes de sécurité ou aux obstacles bureaucratiques, par
exemple le refus d'attribution de visas ou de permis de voyager.
La gestion à distance implique le retrait ou la réduction du personnel
international et parfois national qui travaille sur le terrain, en délégant une Actions
responsabilité du programme plus importante au personnel local ou aux
organisations partenaires locales et en supervisant les activités depuis un autre
recommandées
endroit. La gestion à distance comporte des risques et peut compromettre les - Développez un guide
opportunités de financement, la qualité et la transparence du projet. de politique d'agence
clair et des outils
Types de gestion Bénéfices potentiels Risques potentiels pratiques.
à distance - Renforcez le devoir de
Les cadres • continuité et qualités de meneur • limite le transfert des diligence pour le
supérieurs de • responsabilité et transparence responsabilités vers le personnel
personnel local et
l'agence dirigent • solidarité avec les populations national et local
national mais
locales et possible « protection • Les visites internationales attirent
la programmation également les
par la présence » l'attention sur le projet.
et gèrent les organisations
• maintient la neutralité et de • peut mener à une suspension ou
employés à l'impartialité au retrait si un membre du partenaires nationales,
distance. Ils se • gestion en tenant compte du personnel est victime de violence par exemple au travers
rendent contexte • difficultés de communication d'évaluations des
régulièrement sur • encourage la confiance les risques de meilleure
le site du projet. donateurs qualité et plus
Le personnel • augmente la prise en charge du • exerce une certaine pression sur différenciées.
national et/ou projet par le personnel national et les employés - Investissez dans un
local possède local • corruption/collusion potentielle meilleur développement
l'autorité • met l'accent sur le • sécurité du personnel national des compétences du
développement des compétences • difficultés de communication personnel local.
nécessaire pour
• garantit la durabilité • altération de la perception ou de la
la prise de • permet au personnel d'agence de neutralité et de l'impartialité à - Développez/soutenez
décision. surveiller et d'évaluer l'activité cause des risques lesstructures locales de
• Cela compromet la responsabilité. coordination.
• partage les valeurs de • Les compétences limitées et la - Adoptez une vision à
L'agence l'organisation humanitaire faible responsabilité des donateurs long terme et pas
internationale • soutient le développement d'une et bénéficiaires peuvent engendrer seulement une solution
confie la gestion société civile autochtone de la corruption. à court terme.
du programme/ • met l'accent sur le • difficultés de sécurisation du - Recrutez du personnel
projet aux ONG développement des compétences financement
international ayant de
locales. et la durabilité • difficultés de communication
l'expérience dans le
• transfère les risques
domaine de la gestion à
Les organisations • Les partenaires possèdent un
intérêt personnel par rapport à la • peut désavantager les personnes distance.
communautaires’
appliquent une mise en œuvre des projets. marginalisées - Déterminez le coût des
partie du • encourage le développement des imprévus possibles.
programme compétences et de la durabilité - Évitez en priorité le
L'agence internationale demande • développe les compétences transfert de risques
des frais lors d'un arrangement de techniques - Coordonnez et partagez
Contractuels
service avec une société privée, • Les projets d'infrastructure sont les connaissances
par exemple souvent considérés comme acquises avec les
commerciaux lorsqu'une compagnie de transport étant plus faciles à surveiller. agences et donateurs.
routier effectue de la logistique, ou
Adapté de « Once Removed –
d'autres activités. Lessons and challenges in
Pour la plupart des ONG, les raisons qui sous-tendent la mise en œuvre d'une remote management of
approche de gestion à distance représentent soit une priorité organisationnelle humanitarian operations for
insecure areas’ »
afin de promouvoir le développement des compétences des partenaires locaux
ou nationaux, soit une réponse à la détérioration de la sécurité d'un site du projet.
Ressources supplémentaires sur le site Web de All In Diary : Liens internet pour plus d’informations
Once Removed, Humanitarian Outcomes for the Center on http://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/Full%20
International Cooperation, 2010 Report_993.pdf
Delivering aid in highly insecure environments, Schreter &Harmer 2013 http://www.humanitarianinnovation.org/sites/default/files/re
Instruction note for ECHO staff on Remote Management, 2013 mote_monitoring_and_accountability_practice__web_2.pdf

© 2013 All In Diary www.allindiary.org


43 4th edition - 2014
4.13 GÉRER LES PROJETS HUMANITAIRES

Développer des partenariats


Un partenariat efficace repose sur une participation égale, une prise Principes du
de décision partagée ainsi que sur le fait de prendre et d'accepter ses partenariat
responsabilités. (PdP)
Le partenariat est essentiel pour qu'une collaboration soit efficace mais
également pour maximiser la couverture et l'impact des secours humanitaires. Égalité (respect
Dans les situations d'urgence, les partenariats peuvent prendre plusieurs forms mutuel)
 partenariats stratégiques par exemple au sein des groupes et associations Transparence
finançant les offres. (communication)
 partenariats de mise en œuvre entre les agences internationales et locales. Responsabilité (ne
 partenariats d'affaires ou entre les ONG et les Nations Unies (une vous engagez que sur
ce que vous pouvez
tendance croissante).
effectivement faire)
Valeur du partenariat dans les situations d'urgence
Fournir des services (augmente la capacité à soutenir les populations
Activités axées sur
affectées) les résultats
(concentrez-vous sur
Échange d'idées, de connaissances et de compétences (capital pour la l'action)
conception de programmes de réponse efficaces en cas de situations Complémentarité
d'urgence) (elle est basée sur la
Promouvoir et influencer les décideurs (aide à s'attaquer aux barrières diversité et améliore les
politiques et sociales empêchant d'atteindre les personnes dans le besoin et à compétences locales)
créer une réponse plus efficace)
Solidarité et soutien professionnel (particulièrement important pour les
organisations nationales et locales face au traumatisme et à l'insécurité)
Garantir le financement et les ressources (de nombreux médecins
encourage les offres d'association afin d'augmenter la couverture et réduire la
partie administrative)
Accéder à l'information et la partager (aide les organisations internationales
et locales à répondre correctement à une urgence)
Développer les compétences du gouvernement et de la société civile (un Améliorez la
but intégral des interventions de réponse aux catastrophes et source de plus connaissance et la
grande durabilité) compréhension des
principes partenariat
Conseils afin d'identifier et de négocier des partenariats en les intégrant
 Quel type de partenariat pourrait consolider vos objectifs et vos compétences ? comme base...
 De quelles informations disposez-vous concernant un partenaire potentiel ?
(stratégie, durée de la mise en place, réputation, compétences et gouvernance)  dans tous les accords
 Dans quelle mesure êtes-vous compatibles ? (par exemple concernant vos de partenariat
valeurs, compétences et intervenants)  dans les plans,
 Faites-vous tous deux montre d'unengagement organisationnel ? appels, rapports
 Que pouvez-vous offrir et que recherchez-vous chez un partenaire ?  dans votre manière de
 Quelles sont vos attentes et visions mutuelles de ce que votre partenariat mener les réunions
impliquera ? (par exemple la durée, le but, les rôles, responsabilités, stratégies de  dans les propositions
sortie, la participation, le financement et les ressources, le partage et le contrôle de projet
des informations)
 Quelle forme d'accord de partenariat est nécessaire ? (y compris les stratégies de  dans les palettes de
gouvernance et de résolution des conflits) compétences de vos
Prenez connaissance des sensibilités et préférences culturelles des deux employés
partenaires en évaluant, négociant et formalisant le partenariat)  en militant pour
l'amélioration des
Pièges potentiels de partenariats avec des ONG internationales et locales performances
 Rôle de donateur et dépendance des ONG par rapport aux financements externes
 en discutant avec le
 Incompatibilité entre les compétences organisationnelles et la culture ;
gouvernement, les
 Inégalités entre les demandes de responsabilité et l'accès aux ressources ;
autorités locales, ONG
 Changement de personnel et absence d'engagement organisationnel ;
et autres
 Contraste entre les valeurs et les attentes des intervenants.
Ressources supplémentaires sur le site All In Diary: Liens internet pour plus d’informations
The Partnership Toolbox, WWF, 2009 Global Humanitarian Platform;
Ensuring Successful Partnerships-A Toolkit, © Interaction, 2006 http://www.globalhumanitarianplatform.org/pop.html#prom
Strengthening Partnerships for Effective Humanitarian Action, GHP, 2010 Boîtes à outils : http://www.bond.org.uk/pages/working-with-
Humanitarian partnerships, Humanitarian Exchange, Issue 50, 2011 partners.html

44
© 2013 All In Diary www.allindiary.org 4th edition - 2014
4.14 GÉRER LES PROJETS HUMANITAIRES

Plaidoyer et relations publiques


Plaider (énoncer une argumentation convaincante pour un résultat Activité de
spécifique) Plaider lors de situations d'urgence présente des défis et plaidoyer et médias
risques spécifiques mais peut également créer un réel changement. Si influencer l'opinion
publique fait partie de votre
Activités de plaidoyer : stratégie de plaidoyer, vous
Un plaidoyer lors de situations d'urgence devrait toujours tenir compte des pourriez avoir besoin
principes humanitaires et garantir qu'il n'y ait pas de conséquences d'utiliser les médias afin de
négatives sur les populations affectées. délivrer votre message.
Les médias sont différents
Avantages de plaidoyer Risques selon les pays et chaque
- Augmentez les soutiens politiques, - Répartition des ressources rares organisation possède des
humains et financiers. - Élargissement des compétences directives que vous devez
- Protégez les droits des populations - Aliénation des soutiens existants connaître.
affectées. - Conflit d'intérêts avec les partenaires Déterminez si une approche
- Améliorez l'accès à l'aide humanitaire. - Compromission de la sécurité du média est meilleure que les
- Complétez et renforcez la réponse personnel ou des partenaires autres
humanitaire. - Altération de la réputation (parmi les - Avantages (large
- Mettez en place des changements à populations affectées, le personnel et public/crédibilité) contre
long terme : « Reconstruire en les souteneurs) inconvénients
mieux » - Perte de légitimité externe et interne si (mauvaise publicité)
- Élaborez et modifiez des politiques . le travail du programme est remplacé
par l'activité de plaidoyer
- Est-ce le bon moment ?
- Possédez-vous les
compétences
Développer une stratégie et un plan de plaidoyer nécessaires ?
1. Établissez un but et des objectifs (afin de guider le plaidoyer et décider sur Planifiez une approche
quoi concentrer ses efforts). Quels sont les problèmes clés à plaider ? - Quel est votre public
2. Choisissez le public cible (quelles personnes peuvent apporter le cible et quel est le
média adéquat pour
changement que vous souhaitez et quelles sont leur intérêts ou opinions ?)
vous ?
3. Obtenez un soutien (existe-t-il d'autres organisations ou individus possédant la Établissez des relations
même vision ?) avec les médias.
4. Développez votre message(simplifiez-le) - Quel média est-il juste
Ciblez (développez des messages clairs avec des exemples basés et fiable ?
sur les preuves). - Connaissez-vous des
journalistes ?
Agissez (que voulez-vous qu'ils réalisent ?) Précisez votre demande. Préparer
Enjeux – Qu'y gagneront-ils ? Quels sont les avantages pour eux ? - la situation : Précisez
5. Choisissez des méthodes (Quel est le meilleur moyen de transmettre votre le problème ou la
message ?) (lettres, courriels, réunions, rencontres avec la communauté, journaux, question.
établissement de réseaux informels) - la solution : Présentez
6. Développez un plan de mise en œuvre (évaluez les risques, choisissez le une solution spécifique.
- l'action publique :
meilleur « messager »). Comment pourriez-vous poursuivre ou renforcer votre
Présentez ce que
message ?
chaque personne peut
7. Surveillez et évaluez (comment saurez-vous si vous avez atteint votre faire.
objectif ?) Déterminez
- Pourquoi votre histoire
Relations publiques (RP) est-elle importante et
Les ONG ont besoin des relations publiques pour diverses raisons : afin de novatrice ?
collecter des fonds, de décrire les services aux bénéficiaires, d'informer le - Avez-vous préparé des
public des réussites, de se distinguer des autres ONG et de faire campagne sujets de discussion ?
- Avez-vous de bonnes
pour des problèmes spécifiques.
photos ?
Les ONG doivent être innovatrices en matière de recherche d'intervenants. - Avez-vous prévu
De plus en plus d'ONG de toutes tailles utilisent les « médias sociaux », tels d'autres intervenants ?
que Facebook, twitter, MySpace, YouTube ou les blogs comme des médias voir également la page’
rentables pour les relations publiques. Médias’
Ressources supplémentaires sur le site All In Diary Liens internet pour plus d’informations
Advocacy and campaigning © 2013 BOND How to guide Outils CARE et directives :
Advocacy in Action, © 2008 International HIV/AIS Alliance; http://www.care.org/getinvolved/advocacy/tools.asp
Online Social Networking and NGOs, © Joanna Mosham,2009 Média social « for good » : http://sm4good.com/
Dealing with the media, 2009, Seeds of Change; http://www.thefreelibrary.com/Session+4%3A+Developing+an+a
Strategic Social Media for Small NGOs, 2013, Amy dvocacy+strategy.-a0193834920
Coulterman for ICAD-CISD,

© 2013 All In Diary - www.allindiary.org


45 4th edition - 2014
5.1 GUIDE TECHNIQUE

Gérer la sécurité
La sécurité et la sûreté du personnel sont des préoccupations Acceptation
grandissantes pour toutes les organisations humanitaires vu
l’accroissement sans précédent de la violence dirigées à l’encontre
du personnel des agences. Stratégies
Une gestion sécuritaire adéquate permet d’éviter ou de réduire un grand nombre de ces dangers
PLAN DE LA GESTION DE LA SECURITE Dissuasion
Protection
1. ANALYSE DE LA SITUATION :
Quel est le contexte dans lequel vous travaillez? Quelles sont les limites du mandat de votre Collaboration Inter
programme? Quelle est votre analyse de risques? Jusqu’à quel point ces risques sont-ils agences et partage
acceptables? de l’information
Menace Probabilité Impact Risque (P x I = R)  Les agences sont dans
Faites la liste de Estimez la Estimez l’impact que Multipliez la l’obligation de collaborer
toutes les menaces probabilité que cela cela pourrait avoir sur Probabilité par et de partager les
à la sûreté et se produise sur le programme et/ou sur l’Impact pour informations concernant
sécurité ex. une échelle d’1 les individus – 1 (faible) déterminer les la sécurité
Accident de (faible) à 5 (élevée) to 5 (élevé) niveaux de risques
voiture; tirs croisés relatifs  Les détails sur des
ex. vol/braquage
incidents spécifiques et
armé dans les 2 3 6 les informations sur les
bureaux développements dans le
domaine de la sécurité
Les évaluations des risques doivent être constamment contrôlées et réévaluées. au sens large doivent
2. STRATEGIE: être partagés avec les
autres agences pour leur
Quels stratégies et plans pouvez-vous mettre en place pour gérer ces risques? Il y a 3 stratégies
permettre d’émettre des
généralement reconnues:
jugements sur les
ACCEPTATION – Cette stratégie consiste à réduire le risque en améliorant l’acceptation de situations sécuritaires
votre présence et de votre travail. Elle suppose la création et le maintien de liens ainsi que la changeantes.
gestion de comportements (ex. habillement, coiffure, attitudes, moyen de transport, consommation
 Les agences
d’alcool) pour optimiser l’acceptation et réduire les risques.
n’accepteront pas toutes
PROTECTION – Cette stratégie atténue la vulnérabilité en utilisant des mesures protectrices. Il le même niveau de
s’agit de limiter les situations à risques (respecter les couvre-feux, limiter le transport d’espèces, risque; chaque agence
utiliser des vieilles voitures; réduire ou augmenter la visibilité ex. logos, T-shirts); de tirer parti de la interprétera et réagira à
force du nombre (voyager en convoi; vivre en groupes); de mettre en place des dispositifs de la situation sécuritaire
protection (gardes, radios, gilets pare-balles) et des procédures protectrices (cartes d’identité, d’une façon différente.
permissions de voyage).
 Les agences devraient
DISSUASION – Cette stratégie utilise la ‘contre menace’ comme moyen de dissuasion. La portée s’engager à participer
est limitée mais on pourrait envisager une protection armée ou des menaces de suspension ou de activement aux différents
désengagement. mécanismes d’échanges
d’information qui existent
3. PLAN SECURITAIRE & PROCEDURES:
sur le terrain, y compris:
En fonction de ce qui est décrit ci-dessus, les directives doivent être acceptées, écrites,
partagées et mises en pratique. - Réseaux informels
Procédures Opérationnelles Standards Plans d’urgence - Conférences et
Comment éviter les incidents ? Comment réagir aux incidents ? réunions inter
agences sur les
Directives sur ce que la procédure tente Directives sur la façon dont il faut réagir si on est problèmes de sécurité
d’atteindre; ce qui doit être fait et comment; qui confronté à un incident sur le terrain, et
fait quoi; quand passe-t-on à l’acte; quel est le comment l’incident est géré par l’agence. Il est - Systèmes centralisés
matériel d’appui nécessaire (ex. signal d’appel vital que tout le monde soit au courant de ces d’informations
radio) plans et que les responsabilités soient claires. sécuritaires comme le
Centre d’Information
ex. Mouvement de véhicules, gestion des ex. Évacuation sanitaire, décès du personnel, Humanitaire (CIH) ou
espèces, points de contrôle, communication. enlèvement /kidnapping, assaut, embuscade, le forum du
menace de bombe, désengagement. responsable de la
4. POST- INCIDENT sécurité des ONG, s’il
existe.
Assurez-vous qu’un rapport, une enquête et une analyse soient établis rapidement, et Adapté de People In Aid
que le personnel reçoive l’aide adéquate. Information Sheet –
Adapté de RedR-IHE Engineering in Emergencies Enhancing Staff Security
Ressources supplémentaires sur le site Web de All In Diary Liens internet pour plus d’informations
Safety & Security Handbook © 2004 Care International Ressources : http://www.securitymanagementinitiative.org/
Operational Security in Violent Environments, Good Practice http://www.redr.org.uk/en/Training-and-more/find-a-training-
Review 8 © ODI 2010 course.cfm/topic/099B0F26-632D-454E-9C55B704F4FB555C
Generic Security Guide for humanitarian agencies© 2004 ECHO http://www.eisf.eu/about/
Guidelines on Humanitarian Negotiations with Armed Groups, © http://www.odihpn.org/humanitarian-exchange-
2006 OCHA magazine/issue-47

© 2013 All In Diary www.allindiary.org 4th edition - 2014

46
5.2 GUIDE TECHNIQUE

Organisation de la logistique
Un support logistique efficace fournit les marchandises appropriées,
dans la quantité nécessaire, au bon endroit et au bon moment. Conseils pour les
expéditions
Chaîne d'approvisionnement
Une chaîne d'approvisionnement représente un flux de biens d'urgence :
o Utiliser l'étiquetage
• Du port d'entrée vers un emplacement de stockage principal (au port maritime ou à l'aéroport standard pour les
international). biens d'urgence :
• Ensuite, transport sur de longues distances (plus de 1 000 km) par transport ferroviaire ou routier Alimentation- ROUGE
(grands camions de 20 à 30 tonnes) vers un emplacement de transfert plus proche des
Vêtements & équipement
bénéficiaires (100 – 300 km).
ménager - BLEU
• Ensuite, livraison par camions plus petits (de 5 à 6 tonnes), à des emplacements terminaux Equipements et fournitures
situés dans des camps ou des communautés, à des fins de distribution manuelle. médicales - VERT
o Appliquer un marquage
clair de la destination
finale en anglais et en
français, ou dans une
autre langue locale
appropriée.
o Appliquer un marquage
clair sur les biens
fragiles, indiquer la
température de
Adapted from UNDTMP Logistics 1993 stockage, les fournitures
médicales, etc.
Achats – Notions clés o Expédier les
• Transparents – Les achats doivent être équitables et documentés de façon marchandises dans des
appropriée. conditionnements qui
• Responsables – Vis-à-vis des donateurs et des bénéficiaires, pour un usage peuvent être soulevés
efficace des fonds. par une personne
• Efficaces – Respect des six 'droits' en matière d'approvisionnement : Prix, (25 kg).
délai, quantité, qualité, emplacement et source. o Utiliser un agent de
• Durables - Minimisation des impacts négatifs sur les moyens de subsistance et les marchés compensation ou
locaux. organiser le passage
• Appropriés et acceptables – Vis-à-vis du contexte, ainsi que des normes et des pratiques en douane aux
locales. aéroports, auprès des
• Verts – Minimisation de l'impact environnemental négatif et optimisation du recyclage. autorités douanières et
Pour consulter les conseils sur le transport, voir la page ‘Gestion du transport’. de l'administration des
finances.
Stockage et contrôle des stocks – Notions clés
o Vérifier la possibilité de
• Le type de biens, la méthode d'expédition ((air, terre), l'itinéraire de transport et la méthode franchise en douane.
de distribution (camps ou groupes domestiques) permettront de déterminer l'emplacement et le
type de stockage requis. o Budgétiser les coûts
• Réseaux de distribution (transport et stockage) pour l'alimentation et les autres produits d'expédition, de
lucratifs : peuvent faire l'objet d'interférences politiques, de diversions et de retards. dédouanement, de
stockage et de transfert
• Tenir compte de la sécurité de l'entreposage des marchandises dans les ports, pendant le
dédouanement, et veiller à assurer le stock de carburant en vue de l'éventualité d'une Espace requis pour 1
perturbation de l'approvisionnement. tonne de :
• Les installation de stockage/d'entreposage doivent être conçues et construites de façon à fournir
un niveau suffisant de sécurité, éviter les dommages aux marchandises (liés aux conditions Céréales : 2 m3
météorologiques ou aux parasites), prévoir un espace de stockage ‘tampon’ en cas Médicaments : 3 m3
d'approvisionnement retardé, un espace de stockage sec et plat et un accès facilité pour le Couvertures : 9 m3
chargement et le déchargement. 25 tentes familiales 4-5 m3
• Minimiser la manutention des marchandises, afin de réaliser des économies (en termes de
temps et de coûts). Le Programme alimentaire
mondial
Systèmes d'informations – Importance et utilisation http://www.wfp.org/logistics
• Logistique de planification (demande de prévisions, besoins d'accès à l'espace de stockage) est le principal organisme
• Mise en oeuvre et lancement d'autres activités (traitement des commandes, par exemple) chargé de the Logistics
• Surveillance/contrôle des performances (par exemple vis-à-vis de spécifications, de normes) Cluster
• Coordination et regroupement de fonctions de la chaîne d'approvisionnement (programmes, par
exemple)
Ressources supplémentaires sur le site All In Liens internet pour plus d’informations
Diary Supports de formation www.logisticslearningalliance.com
Logistics Operations Guide (LOG) © 2007 UNJLC Conseils : http://www.aidworkers.net/?q=advice/logistics
Guide (en ligne-hors ligne) LOG (Logistics www.ifrc.org/emergency-items
Operations Guide) – cliquez sur : Catalogues : http://sheltercentre.org/library/equipment-catalogue
www.logcluster.org/tools/log http://www.supply.unicef.dk/catalogue/Emergency_Items.pdf
www.humanitarianlogistics.org

© 2013 All In Diary www.allindiary.org


47 4th edition - 2014
5.3 GUIDE TECHNIQUE

Gérer le transport
Le transport est essentiel au bon fonctionnement des actions
humanitaires. Il présente une des plus importantes dépenses des
agences humanitaires et représente le risque le plus élevé pour le
personnel humanitaire en matière de sécurité.
La gestion du transport ou des véhicules s’applique au financement des véhicules, à l'entretien,
à la gestion des conducteurs et du carburant et à la santé et la sécurité. La gestion accroît Questions
l’efficacité et réduit les coûts et les risques pour les agences humanitaires qui ont à manœuvrer des transversales
véhicules.
SENSIBILITE AU CONFLIT
Les besoins en matière de transport nécessitent une planification rigoureuse et peuvent changer
radicalement au cours d'une intervention d'urgence ainsi que d'une zone touchée à une autre.  Refusez de transporter
des armes dans tous les
Modèle de base de gestion de la sécurité des véhicules véhicules de l'agence
- Identifier un cadre supérieur ayant des responsabilités spécifiques à la  Utilisez le transport
gestion du transport incluant la sécurité et les conducteurs. militaire seulement en
- Définir les besoins en transport (terrestre, aérien, ferroviaire, maritime) et dernier recours (voir la
les exigences selon le moyen de transport choisi (avions, bateaux, camions, page Liaisons civilo-
automobiles, motocyclettes, bicyclettes). militaires)
- Elaborer une politique en matière de sécurité et de conduite routières
fondée sur des besoins définis et s’assurer que le personnel et les visiteurs
 Evitez les services de
transport (terrestre,
Politique de sont régulièrement briefés.
aérien, maritime) qui
gestion - Procéder à une évaluation régulière des risques pour la sécurité des
conducteurs et des véhicules et la gestion des déplacements. Assurer un pourraient être impliqués
suivi. dans la livraison d'armes
- Veiller à ce que tous les incidents impliquant des véhicules soient ou de marchandises qui
répertoriés et que les changements de politique qui en résultent soient alimentent les conflits
surveillés pour éviter une répétition. ENVIRONNEMENT
- Contrôler le respect de la législation par ex. certificats, permis,  Procurez-vous des
assurances. véhicules et du carburant
- Fournir un manuel du conducteur qui dicte les politiques de l'agence, les moins polluants
procédures, les orientations en matière de sécurité routière et les  Évaluez l'impact
responsabilités du conducteur (par ex. les incidents de sécurité). environnemental des
- Adopter des critères rigoureux d'embauches des conducteurs par ex. options de transport lors
Sécurité des examens, vérifications des références/permis, examen médical, formation. de l'élaboration des
conducteurs - Assigner les responsabilités de supervision et de surveillance des programmes
conducteurs.  Minimisez l'impact
- Veiller à ce que le personnel circulant au nom de l'organisation soit environnemental du
régulièrement examiné, formé et évalué. stockage, de l'élimination
- Faire des provisions suffisantes pour la sûreté des véhicules, la sécurité du carburant et des
et les besoins spécifiques au bon fonctionnement (carburant, pièces véhicules
détachées, conducteurs, ateliers, stockage).  Favorisez les transports
- Elaborer les modalités d'acquisition appropriées par ex. achat, crédit- alternatifs par ex. la
Sécurité des bail, location ou utilisation à court terme, et veiller à ce que les véhicules bicyclette, les vélos-
véhicules soient en état de fonctionnement et qu'ils soient munis de toutes les ambulances, les ânes et
options de sûreté et de sécurité. les chevaux
- Faire en sorte que tous les véhicules (achetés ou loués) soient inspectés et VIH ET SIDA
entretenus selon la politique de l'organisation et les recommandations du  Approfondissez les
fabricant.
connaissances des
- Limiter les déplacements au strict minimum et favoriser d'autres moyens conducteurs par la
de communication et de transport lorsque c'est possible. formation (Voir WFP
- Obtenir les mises à jour des informations de sécurité sur tous les trajets Support to HIV/AIDS
et planifier les itinéraires de voyage. Training for Transport
- Planifier l'horaire de voyage selon les routes potentielles les plus sûres, and Contract Workers
Gestion des les pauses fréquentes et les retards imprévus par ex. bureaucratie et (anglais))
déplacements ingérence, blocages routiers. Détournements.
 Aidez les conducteurs à
- Suivre les règles de sécurité par ex. évaluation des risques, plans de route adopter des
précis, contrôles par téléphone/radio, satellite ou système de localisation
comportements plus
GPS (si disponible).
sécuritaires par ex. accès
- Eviter les dangers (inondations, glissements de terrain, mines) et les à des condoms
zones de conflit.
Adapté de Fleet Forum Fleet Safety Guide © 2008
Ressources supplémentaires sur le site Web Liens internet pour plus d’informations
de All In Diary : http://www.movingtheworld.org/news http://www.ethicalcargo.org/
Introduction to Transaid’s Transport http://www.transaid.org/ http://www.fleetforum.org/
Management System Manual © 2008 Transaid Formations et outils (anglais) :
Fleet Safety Guide © 2008 Fleet Forum www.aidworkers.net/?q=advice/logistics/logistics-resources

© 2013 All In Diary - www.allindiary.org


48 4e édition - 2014
5.4 GUIDE TECHNIQUE

Cartographie et SIG
L’information spatiale (« où ») permet d’évaluer l’étendue des
dégâts dus à une catastrophe et les voies d’accès aux victimes.
Elle limite les déficiences et doublons lors des interventions.
Les Systèmes d’Information Géographique (SIG), avec leurs outils de
cartographie numérique, permettent de gérer et d’exploiter les informations
de localisation.
Obtenez des cartes pour les situations d’urgence auprès de… Comment exploiter
 Centre de Coordination des Opérations Sur-Site des Nations-Unies (OSOCC). les méthodes des
 MapAction : source de cartes, de données et d’informations graphiques recueillies SIG dans votre
sur le terrain. organisation :
 Reliefweb ; Système d’alerte rapide en cas de catastrophe (GDACS) ; UNOSAT et
IMMAP : publication gratuite de cartes de situation. 1 Pensez à ce
qu’apporteront les SIG
 Les cartes papier conventionnelles (même les cartes touristiques) sont aussi des
à votre stratégie de
ressources précieuses. Achetez-les dans les aéroports, etc. gestion de
Rassemblez sur le terrain des informations cartographiables l’information (si vous
 Les GPS peuvent afficher les coordonnées dans n’en avez pas,
Avant de partir pour une
différents formats. Il y en a plusieurs pour la évaluation, vérifiez bien : commencez par-là !).
latitude et la longitude, par exemple :  si vous avez des piles et des
10°15’00’’W ou -10,250 deg (appelés degrés 2. Identifiez vos
pièces de rechange ;
décimaux). D’autres systèmes de coordonnées besoins en
 si le GPS fonctionne et si la
sont au format UTM. localisation est exacte.
information spatiale:
 Paramétrez le système de référence du GPS  Inscrivez les systèmes de  données
sur WGS84 pour faciliter le partage des coordonnées et de référence cartographiques de
données. sur vos notes d’évaluation. référence
 En utilisant le GPS, sauvegardez des points de  Effacez tous les anciens  images satellitaires
passage de vos lieux d’évaluation ou d’autres points de passage et  limites
points d’intérêt. Inscrivez leurs coordonnées itinéraires. administratives,
dans vos notes au fur et à mesure (par ex. :  Activez la fonction Tracé de couches
WP004 = village de Chewele). l’itinéraire. cartographiques et
lieux habités,
 Activez la fonction Tracé de l’itinéraire pour enregistrer le trajet suivi. C’est un bon
moyen de mémoriser les lieux visités durant les évaluations par exemple.  données de la
 Vous pouvez télécharger les données GPS sur un ordinateur à l’aide d’outils situation actuelle
gratuits ou peu coûteux tels que GPS Utility pour les partager avec vos partenaires. (collectées par vous
ou d’autres).
Créez vos propres cartes
Les logiciels SIG professionnels sont puissants mais requièrent un apprentissage 3. Demandez aux
pour les utiliser. Les logiciels SIG open source ou gratuits peuvent aussi être difficiles organisations
à utiliser sans expérience ni assistance. En situation d’urgence, envisagez : partenaires quelles
 Google Earth : gratuit, facile à utiliser et pouvant fonctionner sans connexion données elles
Internet si vous avez au préalable mis en cache (sauvegardé) votre zone recueillent et peuvent
d’intervention. partager.
 Google Fusion Tables affecte des coordonnées géographiques à une liste de 4. Ne choisissez pas un
sites sur une feuille de calcul. Cela permet de créer une carte Google avec les logiciel de SIG avant
informations que vous avez recueillies. de savoir ce que vous
 D’autres outils de « globe virtuel » : ArcGIS Explorer et Microsoft Virtual Earth. en ferez. Commencez
 Si vous disposez d’une connexion Internet, essayez l’application Mes cartes dans par les outils les plus
Google Maps. simples et développez
 Copiez-collez une carte de référence depuis Internet vers Powerpoint et ajoutez votre savoir-faire.
les points d’intérêt pour les cartes destinées à vos briefings et compte-rendus.
 Photographiez une carte papier avec un appareil photo numérique et importez-la 5. Ne limitez pas
sous Google Earth ou Powerpoint comme indiqué ci-dessus. l’expertise
Notez bien sur les cartes les sources des données et quand elles ont été cartographique à un
recueillies. Attention aux restrictions liées aux droits d’auteur lorsque vous seul membre de
utilisez des cartes publiées. l’équipe.
Ressources supplémentaires sur le site All In Diary Liens internet pour plus d’informations
Quick Guide to using GPS, © MapAction Mapping resources/support : www.mapaction.org
Field Guide for Humanitarian Mapping v2 © 2011 MapAction Map Centre : http://www.wfp.org/aid-professionals/map-centre
Geoinformation for Disaster and Risk Management © 2010 http://www.zki.dlr.de/activations/list
JBGIS and UNOOSA GPS mapping :http://maptoground.org.au

49
Page élaborée par Map Action pour All In Diary 4ème édition - 2014
5.5 GUIDE TECHNIQUE

Sécurité alimentaire
La sécurité alimentaire est l’accès physique et économique,
aujourd’hui et dans le futur, à des aliments sûrs, nutritifs, localement
adaptés, en quantité suffisante.
Toute intervention pour répondre aux besoins de sécurité alimentaire doit:
 Prendre en compte la façon dont les différents groupes de populations
affectées obtiennent leur nourriture en temps normal, et les stratégies
d’adaptation en cas de pénurie.
 Examiner les problèmes d’insécurité alimentaire à court-terme (aigus) et à
long-terme (chroniques)
 Éviter les effets négatifs sur l’économie locale, les réseaux sociaux, les
moyens de subsistance et l’environnement
Qu’est-ce qui affecte la sécurité alimentaire ?
Disponibilité Accès Utilisation
Catastrophe naturelle - Barrières physiques - p.ex. Mauvaise santé – de
affecte les récoltes, p.ex insécurité, routes en mauvais état, Photo: Irin News
nombreuses maladies, p.ex.
sécheresse, sauterelles absence de transport, mauvaise VIH/SIDA, affectent l’absorption Les interventions
Conflit – affecte les santé de certains nutriments et de sécurité
importations de nourriture, Prix du marché – augmentation du augmentent les besoins alimentaire :
entraînant des prix de la nourriture ou chute des nutritionnels  Aide alimentaire
mouvements de revenus issus de la vente d’autres
Stockage et préparation des  Programmes
population produits affectent la capacité à
acheter ou à échanger des biens et
aliments – peut affecter la qualité d’alimentation
Travail agricole –p.ex.
des services contre de la nourriture et la valeur nutritionnelle des scolaires et
affecté par le VIH/SIDA, la
aliments. institutionnels
migration, les Terre – accès limité ou pas d’accès
déplacements Culture, normes, croyances –  Plans de transferts de
pour cultiver les terres
temporaires peuvent affecter l’acceptation et fonds ou d’aliments
Revenu – chômage ou l’utilisation de certains aliments.
Productions agricoles –  Soins à domicile et
augmentation des coûts affectent le
p.ex. pas ou pas assez de niveau de revenu des ménages
Contamination de l’eau – aide alimentaire pour
graines, de fertilisant, entraîne des diarrhées et la perte de les personnes vivant
d’outils nutriments avec le VIH/SIDA
Face à ces difficultés, les stratégies d’adaptation sont les suivantes :  Irrigation &
production agricole à
 Réduire la quantité et la fréquence de l’alimentation
petite échelle
 Récolter des aliments sauvages – racines, graines, etc.
 Emprunter de l’argent ou vendre d’autres biens et services, dont le bétail  Programmes
d’assistance à
 Vente ou location de terres productives, d’outils ou de bétail aux autres
l’élevage
 Envoyer des membres de la famille trouver un emploi rémunéré, y compris les enfants
 Prostitution  Microfinancement
Évaluer la sécurité alimentaire  Éducation et
L’évaluation de la sécurité alimentaire aide à comprendre la gravité de la situation, et formation
les facteurs responsables. Les principaux points à examiner sont : professionnelle
 Comment les différents membres d’un foyer gagnent leur vie et pourvoient à leurs besoins alimentaires ;  Cartographie,
 De quelles ressources ils disposent, p.ex. terres, main d’œuvre, connaissances; analyse et
 Qui peut accéder à ces ressources et pourquoi ; développement du
 Comment est la situation de sécurité alimentaire normale, comment elle a évolué avec le temps et pourquoi. marché,
développement de la
Étapes de l’évaluation de sécurité alimentaire
chaîne de valeurs
Préparation – définir les objectifs, impliquer les parties prenantes, choisir l’équipe, planifier les activités
Collecte des informations secondaires – informateurs clé, documents, sites internet La réduction de la
vulnérabilité et des
Collecte des informations primaires–observation, entretiens, groupes de discussion risques de catastrophe
Analyse – comparer la situation avant et après l’urgence, évaluer si les mécanismes d’adaptation et les est essentielle à la
interventions des autres agences sont appropriés. sécurité alimentaire
Conclusions – décider d’intervenir ou non, comment et qui. .
Source : How to conduct a food security assessment - a step-by-step guide © 2005 IFRC
Ressources supplémentaires sur le site All In Diary Liens internet pour plus d’informations
Emergency Food Security Assessment Handbook © 2009 WFP http://www.fao.org/emergencies/resources/tools/en/
Developing a Response Analysis Framework for Food Security, http://www.ennonline.net/resources/707
FAO, 2011 http://www.wfp.org/food-security

© 2013 All In Diary - www.allindiary.org


50 4th edition - 2014
5.6 GUIDE TECHNIQUE

Nutrition en situation d’urgence


Les graves pénuries alimentaires combinées à des épidémies sont la
cause de malnutrition et « d’urgences nutritionnelles ».
L’accès à de la nourriture de bonne valeur nutritionnelle en quantité
suffisante est essentiel à la survie, notamment chez les personnes les
plus vulnérables.
Malnutrition
 La malnutrition est un problème majeur de santé publique et un facteur important de
mortalité et de morbidité. Elle englobe un grand nombre de maladies résultant d’une
alimentation inadaptée et/ou d’une infection. Aspects clé de la
 La malnutrition chronique ou de longue durée provoque des troubles de la croissance nutrition en situation
irréversibles. d’urgence
 La malnutrition aiguë ou « cachexie » (extrême maigreur) est particulièrement Normalisation des
préoccupante en situation d’urgence car elle peut rapidement entraîner la mort. Le rapport évaluations
poids-taille, le périmètre brachial (PB) et la présence d’œdème vont aider à diagnostiquer nutritionnelles
les cas de malnutrition. Par exemple : Malnutrition aiguë modérée (MAM) = PB entre 11
cm et 12,5 cm. - comprendre les causes
sous-jacentes de la
 Les carences en micronutriments contribuent à la malnutrition, en particulier les malnutrition
carences en fer, en vitamine A et en iode (courantes dans les populations défavorisées)
ainsi que les carences en vitamine C, en thiamine et en niacine (qui peuvent toucher les - systèmes d’alerte
populations victimes d’une situation d’urgence). précoce pour prévoir les
famines
Vulnérabilité à la
malnutrition
Mesures pour éviter et traiter la malnutrition - normalisation des rations
d’aide alimentaire
Elle dépend de :  Réaliser des évaluations nutritionnelles dès le début d’une
situation d’urgence (y compris l’évaluation des conditions
- ciblage à base
 la vulnérabilité géographique, communautaire des
p. ex. sécheresse, inondations, préexistantes) et réaliser des évaluations continues et un suivi.
rations alimentaires
zones de conflit.  Comprendre les causes, le type, le niveau et l’étendue de la
malnutrition et déterminer les réponses les plus adaptées. - aliments thérapeutiques
 la vulnérabilité politique, p. ex. prêts à l’emploi pour les
 Répondre aux besoins nutritionnels de la population générale et
personnes opprimées. enfants souffrant de
aux besoins spécifiques des groupes à risque.
 populations déplacées/réfugiées  Envisager l’utilisation de compléments alimentaires ciblés malnutrition sévère
ayant des ressources limitées. pour lutter contre la malnutrition modérée et éviter la - aliments mélangés qui
 la vulnérabilité physiologique et malnutrition sévère. peuvent être enrichis en
besoins nutritionnels, p.ex.  Les interventions alimentaires sont : la distribution générale micronutriments
- Bébés de faible poids à la naissance de nourriture, l’alimentation d’urgence dans les écoles, des (vitamines et minéraux)
- Enfants entre 0 et 24 mois vivres contre travail, l’alimentation complémentaire,
- Femmes enceintes ou allaitantes l’enrichissement des aliments en micronutriments, les
- promotion de
- Personnes âgées, handicapés et l’allaitement pendant les
compléments alimentaires et les soins thérapeutiques.
personnes souffrant de maladie situations d’urgence
 Les interventions non-alimentaires sont : le soutien aux
chronique moyens de subsistance, les transferts d’espèces, l’alimentation - développement des
- Personnes vivant avec le VIH et le des enfants et des nourrissons et les interventions de santé. interventions non-
SIDA alimentaires (p.ex.
éducation, activités
Aide nutritionnelle et alimentaire Supports de rémunératrices)
La tendance actuelle est le passage de l’aide alimentaire à formation pour la
l’assistance alimentaire : nutrition en - utilisation des normes
Sphere (voir page sur les
 de l’aide alimentaire en nature à l’approvisionnement local situation d’urgence
normes minimum de
et régional ; Programme de
Sphere)
 utilisation accrue des transferts d’espèces ; formation harmonisé :
 accent mis sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle.
http://www.unicef.org/nutr - utilisation des
itioncluster/index_67812. mécanismes de
(voir également les pages Programmer les transferts d’espèces html coordination, dont le
et Sécurité alimentaire). Introduction à la Cluster Nutrition (mené
Les crises alimentaires, financières et pétrolières mondiales, nutrition en situation par l’UNICEF)
le changement climatique, ainsi qu’un nombre croissant de
situations d’urgences découlant de conflits prolongés, poussent à ce changement.
- apprentissage par
l’expérience plus efficace
Ressources supplémentaires sur le site All In Diary Liens internet pour plus d’informations :
Targeting Food Aid in Emergencies, © 2004 ENN http://www.ennonline.net/
Toolkit for Addressing Nutrition in Emergencies, © 2008 GNC http://www.fantaproject.org/;
Infant and Young Child Feeding in Emergencies © 2007 ENN http://www.unicef.org/nutritioncluster/
Community-based management of Severe Acute Malnutrition, © 2007 http://www.nutritionworks.org.uk/
Scaling-up the Management of Acute Malnutrition, © 2013, ODI. http://scalingupnutrition.org/
Essential Nutrition Actions, © 2013 WHO

© 2013 All In Diary www.allindiary.org


51 4th edition - 2014
5.7 GUIDE TECHNIQUE

Problèmes de santé en situation d’urgence


Les catastrophes et les déplacements de populations qui en résultent Soutenir les systèmes de
peuvent affecter la santé des personnes touchées directement sous la santé existants et
forme de blessures ou de traumatismes psychologiques, ou indirectement organiser des services
en raison de la malnutrition et de la propagation des maladies. de santé essentiels
Les problèmes de santé communs à toutes les catastrophes sont l’exposition aux - Collecter et analyser les
conditions climatiques, le risque de maladies transmissibles, une mauvaise nutrition, données sur les
problèmes/risques de santé
la santé mentale et les réactions sociales. Il faut s’attaquer en priorité aux auprès des autorités
principales causes de mortalité et de morbidité excessives. Lorsque les taux de locales.
mortalité reviennent aux niveaux de référence/avant la situation d’urgence, il sera - Prioriser les services de
possible d’introduire d’autres services de santé. santé qui traitent les
Certains types de catastrophes présentent des problèmes supplémentaires, principales causes de
présentés dans le tableau ci-dessous : mortalité et de morbidité.
Effet sur la santé Situation Tremble- Tempêtes Inon- Crues - S’appuyer sur et
publique d’urgence ments de dations subites/ Tsu- renforcer les services de
complexe terre namis santé existants et les
Morts Beaucoup Beaucoup Peu Peu Beaucoup systèmes d’orientation vers
les niveaux appropriés,
Blessures graves Variable Beaucoup Modéré Peu Peu p.ex. national, district,
Risque de Élevé Faible Faible Variable Faible communauté
maladies - Respecter les
transmissibles protocoles nationaux et
Pénurie Courante Rare Rare Variable Courante les recommandations en
alimentaire plus des normes
internationales, p.ex. pour
Déplacements Courant Rare Rare Courant Variable
la prise en charge des
importants de Possibles dans les zones patients.
population urbaines très atteintes
Adapté de : PAHO, Emergency Health Management After Natural Disaster, 1981 - Coordonner la
prestation de services de
Répercussions directes des catastrophes sur la santé publique santé avec les autorités
Blessures et traumatismes sanitaires et les autres
Des soins et une rééducation physique pourront être nécessaires pour les traumatismes ou agences, p.ex. via le
blessures dus à : Cluster santé.
 une chute, un écrasement, la chute d’objet, l’exposition au froid/à la chaleur et le sauvetage - Utiliser/soutenir les
 un conflit, p.ex. blessures par balles, explosion de mine ou de bombe, amputations systèmes existants de
 la violence/tension post-catastrophe, p.ex. VSS, agressions graves gestion des informations
de santé lorsque c’est
Santé mentale – Voir la fiche « Santé mentale et soutien psychosocial » possible et partager les
Répercussions directes des catastrophes sur la santé publique information et les données
de surveillance avec les
Maladies transmissibles - Voir la fiche « Promotion de l’hygiène » autorités de santé et les
Les maladies transmissibles qui contribuent à une mortalité et une morbidité excessives en autres agences.
cas de catastrophe sont les maladies diarrhéiques, les infections respiratoires aiguës, la Normes internationales
rougeole et les maladies à transmission vectorielle. Les stratégies pour atténuer le risque de des soins de santé et de al
ces maladies sont : surveillance
- Diminuer les risques environnementaux pour la santé, p.ex. vecteurs, eau contaminée Normes Sphere minimum
- Prévoir un abri efficace, p.ex. éviter la surpopulation, ventilation efficace, drainage de l’action sanitaire
- Prévoir un accès à de l’eau potable en quantités suffisantes Normes de croissance de
- Fournir des services d’assainissement et des mesures visant à remédier aux pratiques dangereuses ; l’enfant et identification de
- Information de santé publique sur les épidémies, la lutte contre les épidémies et leur traitement la malnutrition aiguë grave
- Les procédures de détection, de suivi et de lutte contre les épidémies chez les nourrissons et les
- La vaccination contre les maladies évitables, p.ex. la rougeole enfants, OMS/UNICEF
Santé sexuelle et génésique Actualités épidémies :
http://www.who.int/csr/don/en/
Les catastrophes peuvent sérieusement perturber les services de santé sexuelle et
Rapport épidémiologique
reproductive et contribuer à une augmentation des violences sexuelles et sexistes (VSS). Les
hebdomadaire :
priorités immédiates sont la prévention et la gestion des conséquences des VSS, la http://www.who.int/wer/en/
prévention de la morbidité et de la mortalité maternelles et infantiles excessives, la lutte Service de surveillance
contre la transmission du VIH, et l’organisation de nouveaux services de santé sexuelle et santé et nutrition :
reproductive plus complets, p. ex. améliorer l’accès et la qualité des soins de santé primaire. http://www.thehnts.org/
Nutrition - Voir la fiche « La nutrition en situation d’urgence »
Ressources supplémentaires sur le site All In Diary Liens internet pour plus d’informations
Communicable Disease Control in Emergencies © 2005 WHO OMS - http://www.who.int/topics/emergencies/en/
First Aid in Armed Conflicts © 2010 ICRC PAHO: http://paho.org/ MSF: http://www.refbooks.msf.org/
Violence and Disasters – Fact Sheet © 2005 WHO Health Cluster: http://www.who.int/hac/global_health_cluster/en/
Inter-agency field manual on reproductive health in ICRC: http://www.icrc.org/eng/what-we-do/health/index.jsp
humanitarian settings © 2010 IAWG http://www.hesperian.org/publications_download.php#hiv

© 2013 All In Diary - www.allindiary.org


52 4th edition - 2014
5.8 GUIDE TECHNIQUE

Approvisionnement en eau
L'eau est essentielle à la vie, la santé et la dignité.
Les besoins et la disponibilité de l'eau en situation d'urgence varient en fonction de :
- la nature et l'ampleur de l'urgence (inondation ou sécheresse limitant les réserves) ;
- les zones touchées (climat, sources d'eau existantes, sécurité) ;
- les populations affectées (densité, pratiques de santé et d'hygiène préexistantes, culture).
En situations d'urgence sévères, les ressources en eau peuvent être insuffisantes.
Priorité est alors donnée aux besoins de survie (boire et manger) de tous, puis aux Points clés
besoins de base des personnes concernées, une fois que la situation s'est améliorée.
1. Évaluation
Fournir de l'eau en quantité suffisante en situation d'urgence (cartographie com-
La sélection des sources d'eau appropriées dépendra des facteurs suivants : munautaire)
- type, disponibilité, rendement et qualité des sources (puits, rivières, eaux pluviales, etc.) Quels sont les
- réhabilitations requises (réserves urbaines à pompes/canalisation, nettoyage des puits après risques de santé
inondations, etc.) publique et les
pratiques sanitaires
- quantités en eau requises par différents groupes (pour la survie, l'hygiène de base, etc.)
locales ?
- proximité aux populations affectées et risques potentiels liés au captage de l'eau Quelles est la quan-
- considérations sociales, politiques et juridiques (droits de propriété ou d'utilisation) et coûts tité d'eau requise
Les sources d'eau souterraine et gravitaire sont préférables car ne requérant qu'un pour les différents
traitement ou un pompage minimal. Il est important de prendre en compte l'impact usages par les divers
environnemental, la durabilité et les variations saisonnières de toutes les sources. groupes ?
La quantité et qualité de l'eau sont importantes. En situation d'urgence, priorité est toutefois 2. Localisation et
donnée à la quantité d'eau suffisante pour survivre, même en cas de qualité moyenne. protection des
sources d'eau
Quantités d'eau pour couvrir les besoins de survie (source : Manuel du Projet Sphère)
Où se trouvent les
Besoins de survie 2,5-3 litres/jour dépend du climat, de la taille individuelle sources d'eau les
(consommation et cuisine) plus proches/
Pratiques d'hygiène de base 2-6 litres/jour dépend des standards sociaux et culturels appropriées ?
Comment peuvent-
Besoins de base en cuisine 3-6 litres/jour dépend du type de nourriture/habitudes elles être protégées ?
La quantité d'eau requise pour couvrir les besoins de base dépend du contexte local 3. Traitement
(climat, pratiques d'hygiène et de cuisine, habitudes différentes entre hommes et femmes, Quels sont les
pratiques culturelles et religieuses, par ex. bain avant prière). risques de con-
Qualité et traitement de l'eau dans les situations d'urgence tamination ?
Un traitement de l'eau
 Identifier les pratiques sanitaires et évaluer les risques de contamination pour planifier des mesures de
est-il nécessaire ?
traitement efficaces avec les populations affectées.
Si oui, où, et quelles
 Comprendre les normes locales d'approvisionnement en eau. Les sources non protégées peuvent être sont les méthodes
privilégiées (goût, commodité, proximité, sécurité, par ex. eau collectée au même endroit - lac, fleuve, puits appropriées ?
non protégé - où sont lavés les vêtements).
4. Distribution
 L'eau salubre peut être contaminée pendant les collecte/puisage, transport ou stockage. Limitez ces risques Comment distribuer
avec un transport, des conteneurs de stockage et un traitement de la source appropriés. Voir les l'eau suffisamment
ressources ci-dessous pour connaitre les spécifications appropriées (filtration/floculation et désinfection). salubre ?
 Traiter toutes les réserves d'eau potable en cas de risque d'épidémie de diarrhée. Tous les groupes ont-
 Faciliter le traitement par les foyers en cas d'impossibilité de Options pour le traitement ils un accès facile et
traitement à la source ou centralisé. Les options appropriées de l'eau par les foyers sûr à l'eau ?
dépendent des conditions sanitaires existantes, de la qualité de 5. Transport et
Ébullition, chloration,
l'eau et des pratiques d'hygiène. Un traitement efficace implique à stockage
désinfection solaire, filtre de
la fois une promotion, information communautaire, formation et Comment transporter
céramique, filtration lente sur
surveillance continue. sable et floculation / désinfection et stocker l'eau pour
 Adapter les containeurs d'eau et points de collecte (robinets la consommation et
ou pompes manuelles pour les personnes âgées, enfants, personnes handicapées, malades et personnes l'usage domestique ?
touchées par le VIH/sida). Source de l'image : WASH
 Impliquer les populations affectées, en particulier les femmes dans l'identification des sources d'eau et Visual Aids Library
l'élaboration d'installations (toilette, lessive, lavage et séchage des sous-vêtements). http://ceecis.org/washtraining
/index.html
Ressources supplémentaires sur le site All In Diary: Liens internet pour plus d’informations
Fiches techniques relatives à l'eau potable, l’assainissement et Fiches techniques en situation d’urgence WEDC - OMS ;
l’hygiène dans les situations de crise © 2011 WHO http://wedc.lboro.ac.uk/knowledge/notes_emergencies.html
Emergency water sources: guidelines for selection and treatment Water aid : http://www.wateraid.org/uk/
© House, S.J. and Reed, R.A., 1997 WEDC watersanitationhygiene http://www.watersanitationhygiene.org/

© 2013 All In Diary - www.allindiary.org


53 4ème édition - 2014
5.9 GUIDE TECHNIQUE

Assainissement d’urgence
Des services d'assainissement incluent l’évacuation sans danger
des excréments, des déchets et des eaux usées. Tous dommages
occasionnés aux réseaux d’assainissement existants ou tout
déplacement de population important présentent des risques élevés
pour la santé et nécessitent des mesures sanitaires d’urgence.
Une évaluation rapide des besoins sanitaires et des dommages causés à
l’infrastructure actuelle est essentielle. Cette évaluation doit tenir compte de la région
(urbaine ou rurale), des conditions environnementales et climatiques, ainsi que du
contexte culturel, social et technologique. La participation de la population touchée
est nécessaire afin d’assurer une conception efficace et appropriée ainsi que Concevoir des
l’utilisation subséquente des installations sanitaires. installations avec
Évacuation des excréments des personnes
Empêchez la défécation dans des zones susceptibles de contaminer la chaîne alimentaire ou les physiquement
ressources en eau (à distance des sources d’eau souterraines, des rives des fleuves, des eaux vulnérables
en amont des puits et des terres agricoles). Le principe le plus
Options possibles pour l’évacuation sans danger des excréments important est de
(tiré de Sphere Handbook, 2011). concevoir des
Zone délimitée de Première phase : les deux ou trois premiers jours lorsqu’un installations AVEC les
défécation (ex. : séparations grand nombre de personnes requiert des installations personnes
avec des draps) immédiates. handicapées et leurs
Latrines à tranchées Première phase : jusqu’à deux mois aidants afin d’en
Latrines de base Planifier depuis le début pour une utilisation à long terme. améliorer
l’accessibilité :
Latrines améliorées à fosse Contextuel : pour une utilisation de moyen à long terme (élimine 1. Équipements et
autoventilée les mouches et l’odeur par une cheminée) appareils d’aide à la
Toilettes écologiques Contextuel : en réponse à des niveaux d’eau élevés et des mobilité répondant
(Ecosan) avec séparation inondations dès le début ou pour une utilisation de moyen à long aux besoins :
des urines terme (recueille et assainit les excréments pour en faire de ex. : siège mobile ou
l’engrais). chaise d’assistance.
Fosses septiques Utilisation de moyen à long terme. Catastrophes urbaines. 2. Adapter et
Les excréments des enfants sont généralement plus dangereux que ceux des adultes. modifier les
Informez la population à propos de l’évacuation sécuritaire des excréments d’enfants, des installations
pratiques de lessive, et de l’utilisation de couches, de petits pots ou de pelles afin de gérer existantes :
efficacement l’évacuation sécuritaire des matières fécales. ex. : ajouter une
rampe ou une barre
Gestion des déchets solides Un vecteur est un
d’appui, installer un
La cueillette et l’élimination des déchets organiques et dangereux agent porteur et
siège.
(ordures ménagères, déchets médicaux, déchets provenant des transmetteur de 3. Concevoir et
marchés et déchets industriels) sont essentielles pour contrôler la maladies (ex. : les
construire des
reproduction des vecteurs ainsi que la pollution des sources d’eau. moustiques et les
installations
Les déchets d’hôpitaux et de cliniques peuvent inclure, entre autres, autres insectes
accessibles pour
des objets tranchants, du sang, des restes humains, des déchets piqueurs, les rats et les tous :
infectieux, des produits chimiques et pharmaceutiques, et doivent être souris). c.-à-d. pour le plus
adéquatement manipulés, entreposés, traités et évacués, tout comme Les maladies à grand nombre
pour la gestion ou de l’inhumation des cadavres. transmission vectorielle d’utilisateurs, peu
(www.healthcarewaste.org) (voir également la page « Health Concerns »)
peuvent être importent l’âge ou la
Drainage contrôlées de capacité (ex. : espace
L’eau de surface peut s’accumuler à l’intérieur ou à proximité des différentes façons, dont supplémentaire,
habitations, à partir des eaux usées domestiques, des toilettes et des le choix du site (loin chemin facile d’accès).
égouts qui fuient, et de l’eau de pluie ou de crue. Elle présente des des lieux de
risques pour la santé incluant la reproduction des vecteurs, la reproduction des Combinez ces
contamination des sources d’eau potable, la noyade, ainsi que les moustiques), une approches selon les
dommages causés aux latrines, aux habitations, à l’agriculture et à évacuation efficace besoins.
l’environnement. Un drainage soigneusement planifié et entretenu est des excréments et une Crédit photo : S. House, Centre
nécessaire afin de contrôler l’écoulement et le recueillement de l’eau saine gestion des médical, Oxfam Pakistan
de surface. déchets.
Ressources supplémentaires sur le site All In Diary: Liens internet pour plus d’informations
Évacuation des excréments pour les personnes physiquement Mesures sanitaires d’urgence :
vulnérables en situation d’urgence © 2007 Oxfam http://www.emergencysanitationproject.org
Gestion des cadavres suite à des catastrophes © 2006 PAHO Soutien technique : http://www.watersanitationhygiene.org/
http://wedc.lboro.ac.uk/knowledge/notes_emergencies.html

© 2013 All In Diary - www.allindiary.org


54 4e édition - 2014
5.10 GUIDE TECHNIQUES

Promotion de l'hygiène
La perturbation des pratiques familières ou le déplacement vers un Principes de la
nouvel environnement peut entraîner une détérioration des promotion de
habitudes d'hygiène existantes, ce qui contribue à un risque accru l'hygiène
de transmission des maladies et d'épidémies. 1. Cibler un petit
Les substances nombre de pratiques
nuisibles dans de réduction des
les fèces risques ex. : les plus à
peuvent être même de réduire la
transmises par propagation de la maladie
les doigts, les 2. Cibler des audiences
mouches et les spécifiques ex. :
champs/sols groupes communautaires
par la de grande influence,
nourriture et les enfants
fluides. 3. Identifier les
Schéma « F » du contrôle et de la transmission des maladies motivations de
Briser la chaîne de la transmission des infections à la maison et dans la changement de
communauté peut fortement contribuer à l'amélioration de la santé et du bien-être. comportement ex. :
désir de gagner le respect
Réponse coordonnée eau, hygiène, assainissement (WASH) des autres, fierté
La promotion de l'hygiène est essentielle pour une réponse WASH efficace. personnelle
Elle implique de donner les moyens d'agir pour atténuer les maladies basées 4. Utiliser des
sur l'eau, l'assainissement et l'hygiène, et de faciliter la participation et la messages de
prise de responsabilité dans les programmes WASH. Elle assure que les promotion d'hygiène
personnes utilisent au mieux les infrastructures d'eau, d'assainissement et positifs faire rire les gens
plutôt que leur faire peur
d'hygiène, ainsi que les services fournis ET l'utilisation efficace et l'entretien
de ces infrastructures. Les trois facteurs à prendre en compte sont : 5. Identifier la meilleure
façon de
1. partage mutuel des connaissances et informations disponibles
communiquer utiliser
2. mobilisation des communautés affectées les chaînes traditionnelles
3. mise à disposition des matériaux et infrastructures essentiels (dont les et existantes si possible
articles non alimentaires liés à l'hygiène) 6. Utiliser un mélange
Du manuel du Projet Sphère 2011 au bon rapport
La collaboration et coordination avec les acteurs WASH est essentielle. coût/efficacité de
Les pratiques clé à cibler sont Lavage des mains moyens de
 élimination sûre des fèces dont Se laver les mains avec du savon (ou un communication – ex. :
celles des bébés/enfants substitut comme de la cendre) aux employer les médias de
moments critiques réduit l'incidence des masse disponibles (ex. :
 se laver les mains après la
diarrhées de 47 % et des infections radio ou brochures) ET des
défécation et avant de préparer méthodes plus
à manger respiratoires de 24 %. (Fewtrell et al., 2005)
interactives.
 utiliser correctement, nettoyer et Communiquer des messages clairs et 7. Planifier, mettre en
entretenir les installations fournir des installations pour se laver les
place, analyser et
mains. 
sanitaires évaluer avec soin.
 stockage adapté et utilisation Hygiène menstruelle iche technique 10 - HP de l'OMS/WEDC sur
sans risque de l'eau les situations d’urgence
Briser le tabou relatif à l'hygiène
 contrôler les mouches, Outils et approches :
menstruelle et fournir des installations non
moustiques et autres vecteurs PHAST (Participatory
mixtes* assure le bien-être et le respect de Hygiene and Sanitation
de maladie la dignité des femmes et des adolescentes. Transformation)
 identification, sélection et *un lieu sûr et privatif disposant de CHAST (Children’s Hygiene
distribution des articles suffisamment d'eau propre et de and Sanitation Training)
d'hygiène appropriés réceptacles pour protections hygiéniques
WASH dans les écoles
ex. : articles sanitaires respectueux de l'environnement. http://www.washinschools.info/
Ressources supplémentaires sur le site Web de All In Diary Liens Web pour toute information supplémentaire
Hygiene Promotion in Emergencies Briefing Paper, WASH Cluster 2007 Formation :http://www.washcluster.info/?q=content/hy
Hygiene Promotion in Emergencies, Technical Brief 10.4 © 2011 WHO giene-promotion-resources-training-modules
Hygiene Promotion Newsletter, CARE, 2013 Hygiène et installations sanitaires dans les écoles
Menstrual hygiene in emergencies , 2012 S House, Therese Mahon & S http://www.unicef.org/wash/schools/files/WASH_in__Schools_in_E
Cavill (Part of Menstrual Hygiene Matters)
 
mergencies_Guidebook_for_Teachers_.pdf

© 2013 All In Diary www.allindiary.org


55 4th edition - 2014
5.11 GUIDE TECHNIQUE

Habitats en cas d'urgence


Une approche coordonnée en matière de logement*, d'installation et de
reconstruction pour les personnes déplacées comme non-déplacées est Quelle aide fournir ?
essentielle pour faciliter la mise à disposition de conditions de vie sécuritaires Le type d'aide dépend
et sûres, et permettre la reprise des activités et de la vie de quotidienne. des options appropriées
et sûres choisies par la
Options Avantages Restrictions
population affectée.
Habitations temporaires individuelles et possibilités d'actions
Réparer ou - conserve les installations déjà - sécurité  Argent liquide ou Bons –
présentes - manque de capacité achat de biens ou de
reconstruire ses
- utilise l'infrastructure existante services
propres biens (voir la page "Programme de
Familles d'accueil - souvent une préférence initiale - capacité à absorber Transfert d'Espèces')
- culture commune, soutien, etc. - pression sur les ressources  Plaidoyer, loi et
- difficile d'identifier et de soutenir administration –
Location - souvent une option si disponible - propriétés ou argent peuvent ne pour l'aide, par exemple
- peut être subventionné pas être disponible dans les litiges sur les
Installations - utilise officieusement les biens ou - pas de statut juridique droits à la terre
urbaines les terrains non réclamés (squats) - difficile d'apporter de l'aide  Centres d'information
indépendantes locaux et équipes de
Abris temporaires ou - Maison moyennes de base : – peuvent devenir semi- formation mobiles –
transitoires peuvent être réutilisées, améliorées, permanentes pour les droits,
agrandies ou remplacées au fil du – trouver des sites appropriés
temps
conseils, consultations
 Intervention sur le
Habitations temporaires communales et possibilités d'actions
marché –
Centres collectifs (p. - protection rapide - non adapté à l'objectif
ex., temples, écoles,) - peut être une action pré-planifiée - limite la scolarité ou l'exercice pour s'assurer que le
- aide centralisée du culte secteur de la
Camps installés - peuvent rapprocher les - vulnérabilités du site construction peut
indépendamment communautés et être plus proche la - mauvaise qualité des services / prendre en charge la
vie de tous les jours ressources reconstruction
Camps planifiés et - peuvent coordonner les services et - accès à des terres, des  Gestion des ressources
gérés offrent une protection ressources naturelles et des et de l'environnement –
- souvent le dernier recours des moyens de subsistance
réfugiés et des personnes déplacées appropriés
évaluer, planifier et
Principes directeurs pour la mise en place d'abris et d'installations et pour la surveiller
reconstruction après un sinistre  Éléments d'aide au
retour et au transit –
1. Une bonne politique de reconstruction contribue à faire revivre les communautés et
permet aux personnes de reconstruire leur logement, leur vie et leurs moyens de pour ceux qui
subsistance. souhaitent revenir ou
2. Engager et soutenir les communautés – à tous les stades se déplacer
3. La reconstruction commence le jour suivant la catastrophe – ne pas perdre de temps  Aide à la planification
4. La communauté devraient travailler en partenariat à l'élaboration de la stratégie et en des infrastructures et
diriger la mise en œuvre locale – pour des interventions les plus efficaces et les moins installations –
coûteuses possibles pour assurer la
5. Les stratégies doivent être réalistes dans leurs dimensions et se concentrer sur la sécurité et soutenir la
réduction des risques de la catastrophe vie quotidienne et le
6. Les mécanismes de coordination doivent aider les institutions nationales à optimiser les retour rapide à la
interventions – pour s'assurer de l'harmonisation des stratégies, des normes et de leur normale
mise en œuvre.  Assurances, prêts et
7. Les interventions doivent contribuer au développement durable et préparer à garanties –
d'éventuelles futures catastrophes – prendre en compte les priorités culturelles pour soutenir l'accès
8. Le déplacement de communautés perturbe des vies, est coûteux et est rarement au crédit
couronné de succès ; c'est pourquoi il devrait être minimisé
9. Les interventions impliquent des groupes avec des capacités, des priorités et des rôles Adapté de "Abris après une
différents – populations affectées, gouvernement, travailleurs humanitaires, secteur Catastrophe' © 2010 Nation
privé Unies, DDI, Shelter Centre
10. Les évaluations et à la surveillance doivent être continues, coordonnées, intégrées et
*Voir aussi la page 'Abris
diffusées
dans les Situations
Questions à long terme pour les installations d'urgence d'Urgence'.
Lorsque les installations d'urgence existent pour plus de quelques semaines, un certain nombre de
questions doit être prise en compte afin de garantir la santé et le bien-être de la population, par
exemple des équipements EAH plus viables et durables ; surveillance et réparations régulières ;
loisirs et enseignement ; questions de protection ; moyens de subsistance.
Ressources supplémentaires sur le site All In Diary Liens internet pour plus d’informations
Abris après une Catastrophe : stratégies pour des installations transitoires et Shelter Centre : www.sheltercentre.org
pour la reconstruction, © 2010 Nations Unies, DDI, Shelter Centre. Outils pour la Gestion des Camps :
Safer homes, stronger communities © 2010 Banque Mondiale http://www.nrc.no/?aid=9160709

© 2013 All In Diary – www.allindiary.org


56 4èmeédition – 2014
5.12 GUIDE TECHNIQUE

Abri en situation d’urgence


Un Abri n’est pas seulement une structure – c’est un espace de vie couvert Les erreurs les plus
habitable – un foyer qui protège, préserve et contribue au retour à la vie fréquentes dans la
normale. Les besoins en matière de sécurité, intimité, santé et de maintien programmation des
des moyens d’existence des foyers touchés diffèrent. Ils devront être traités abris
de façon appropriée au contexte et aux ressources disponibles. Identifiées par l’équipe
Voir aussi la page “Solutions en cas d’urgence” du CARE International
Shelter
Options pour la construction d’abris Planning
 avis d’expert sur la conception de l’abri et les techniques de construction 1. Besoins en
répondant aux normes de sécurité personnel sous-
 tentes estimés
 matériaux pour les abris et/ou kits de réparation des habitations 2. Engagement de
endommagées ou construction d’abris temporaires. construire trop
d’abris
 argent ou jetons pour acheter les matériaux et payer les ouvriers
3. Echec de réagir de
 construction de l’abri par des entrepreneurs locaux l’urgence à la
Pour choisir la meilleure option, ou combiner plusieurs options, il faudra faire appel à transition à la phase
des experts dans ce domaine, collaborer et consulter les foyers touchés, évaluer et de récupération
analyser correctement les vulnérabilités, les besoins et les dommages. Ciblage
Les solutions d’hébergement devraient réduire la vulnérabilité future et assister les 4. Cibler sur la base
individus, les foyers et les communautés dans la reprise de la vie quotidienne. Quand des dommages
cela est possible, des efforts sont nécessaires pour faciliter la reconstruction à long immobiliers plutôt
terme ; permettant ainsi aux foyers d’améliorer leurs habitations sur la durée et au fur et que sur la
à mesure des ressources et des opportunités. vulnérabilité
Coordination
Conception de l’abri
5. Prendre en compte le
Les abris doivent procurer un espace de vie sécurisé, sain et approprié qui prend en compte : fait que l’abri est
- La protection contre des climats très chauds ou très froids en priorité isolé des autres
- La résistance au feu,raz-de-marée et inondation secteurs
- Des systèmes de ventilation et de drainage
“Une surface couverte
de 3,5m2 comme espace Les BNAs prioritaires
adéquats dans les climats froids
- La durabilité (matériaux appropriés pour un abri de vie”
avec une durée p.ex. de 3 mois à 5 ans) La surface de 3,5m2 par personne n’est pas
- La conception de la construction qui doit prévoir la figée. Un espace plus grand peut souvent
réduction du risque de catastrophe (p.ex.. être nécessaire.
inondations, tremblements de terre, glissements de Si pour quelque motif que ce soit une
terrain) surface inférieure doit être utilisée, des
- L’adéquation au contexte et à la culture locals mesures devront être prises pour en
atténuer les effets négatifs.
- L’intimité, la sécurité et la protection nécessaires
Pour plus de détails voir les notes
pour les femmes et les enfants
d’orientation de la Sphère sur l’Abri et la
- L’impact sur l’environnement et l’utilisation des solution standard 3.
matériaux durables locaux
- La facilité d’entretien, la réutilisation et le démontage
Articles-non-Alimentaires (ANAs)
Dans des situations de déplacement, il y a toujours perte des biens personnels, et la population aura besoin
pour sa survie de produits non alimentaires de première nécessité.
- Les ANAs comprennent une large gamme d’articles allant des vêtements, couvertures, casseroles, poêles,
savon, poudre à laver, produits d’hygiène aux ciment, tentes et bâches plastique.
- Les vêtements et les couvertures peuvent être plus importantes que les tentes (voir schéma ci-contre)
- Les ANAs diffèrent selon la culture et le contexte, et la consultation est la clé pour s’assurer qu’ils sont appropriés
pour répondre aux besoins et aux préférences des foyers.
- La coordination entre les différents secteurs est la clé pour éviter les oublis, les doublons et s’assurer de la
cohérence des actions. Les ANAs sont distribués par EAH (Eau, Assainissement, Hygiène) tout comme les abris
avec quelques distributions générales par différentes agences. Source: Tentes: Un guide
- Au fil du temps les besoins vont évoluer et il sera peut-être nécessaire de remplacer régulièrement certains pour l’utilisation et la
articles. logistique des tentes
familiales pour l’aide
- Il est préférable de se concentrer sur un petit nombre d’articles clés plutôt que sur tous les besoins imaginables. humanitaire UNOCHA 2004
Ressources supplémentaires sur le site All In Diary Liens internet pour plus d’informations
L’abri après la catastrophe : les stratégies pour des solutions de Shelter Centre Library- http://www.shelterlibrary.org
transition et de reconstruction © 2010 Shelter Centre; Shelter Cluster – http://www.sheltercluster.org
Chapitre Abri, solution et BNA du manuel Sphère 2011 Shelter case studies: http://www.sheltercasestudies.org/
Sélectionner les BNAs de l’Abri, IASC Emergency Shelter Cluster 2008

© 2013 All In Diary www.allindiary.org 57 4th edition - 2014


5.13 GUIDE TECHNIQUE

Éducation dans les situations d'urgence


L'éducation peut être gravement touchée lors d'un conflit ou d'une
catastrophe naturelle, mais elle est une haute priorité pour les
communautés concernées. Le retour des enfants et adolescents à
l'école ramène un degré de normalité, apporte une protection, et les
aide à faire face au choc et à la détresse liés à la catastrophe.
Que représente l'éducation en situation d'urgence ?
L'éducation est cruciale pour tous les enfants et adolescents, particulièrement ceux
touchés par des situations d'urgence, dont plus de la moitié vit dans des pays affectés
par des conflits.
En moyenne, un conflit dure 10 ans, et les familles peuvent être déplacées pendant
jusqu'à 17 ans. Cela peut laisser des générations entières non éduquées,
désavantagées et incapables de garantir l'avenir et le bien-être de leurs familles et
sociétés. L'éducation en situation d'urgence est un rôle salvateur et durable pour :
 Garantir la protection physique des enfants et adolescents contre les risques
d'abus sexuels ou économiques, ou de recrutement dans des groupes criminels Une éducation
ou de combat. complète :
 Garantir la récupération psychologique des enfants et adolescents en apportant
- reconnaît que tous les
un degré de normalité, stabilité et espoir après la détresse et le choc d'un conflit
enfants peuvent
ou d'une catastrophe.
apprendre
 Respecter le droit de chaque individu à l'éducation et à une stabilité
économique dans l'avenir par le développement de compétences de base. - reconnaît et respecte
 Apporter des opportunités en lien avec les conflits et restaurer de meilleurs les différences d'âge,
systèmes d'éducation afin d'améliorer l'accès et la qualité de l'éducation. de sexe, d'ethnie, de
 Faciliter l'apprentissage à l'échelle d'une communauté à des sujet sensibles langue, de handicap,
tels que l'établissement de la paix, la résolution de conflits, la préservation de de statut VIH et
l'environnement, la promotion de l'hygiène, les droits de l'homme et l'intégration de tuberculose, etc.
groupes exclus.
« L'éducation est la seule chose que l'on ne peut nous retirer et à partir de laquelle nous pouvons
- apporte des
construire un meilleur avenir pour nos enfants ». Source : INEE: Women’s Refugee Commission structures, systèmes
interview in Breijing refugee camp, Eastern Chad, 2005. et méthodologies
Normes Minimales de l'INEE pour l'Éducation : d'éducation visant à
répondre aux besoins
Préparation, Intervention, Relèvement 2010 de tous les enfants
Ces normes visent à garantir un niveau minimum d'accès, de qualité et de
responsabilité dans l'éducation en situations d'urgence et de normaliser l'éducation en - fait partir d'une
tant ue priorité dans la réponse humanitaire. Ces normes minimales couvrent stratégie plus large
5 catégories : de promotion d'une
 Les Normes fondamentales : participation de la communauté, utilisation des société non exclusive
ressources locales, réponse basée sur une évaluation initiale suivie d'une réponse
appropriée et d'une surveillance ainsi que d'une évaluation en continu. - est une processus
 Accès et Environnement d’Apprentissage : partenariats pour promouvoir l'accès dynamique en
aux opportunités d'apprentissage ainsi que des liens avec d'autres secteurs tels que constante évolution.
la santé, l'eau et l'assainissement, la nutrition et le logement, afin d'améliorer la
sécurité et le bien-être physique, cognitif et psychologique. L'UNICEF et Save the
 Enseignement et Apprentissage : promouvoir un enseignement efficace et Children sont les
l'apprentissage par : 1) le curriculum, 2) la formation, 3) l'instruction et 4) l'évaluation. agences à la tête
 Enseignants et autres membres du personnel éducatif : administration et gestion d'Education Cluster.
des ressources humaines dans le secteur de l'éducation, y compris le recrutement et
la sélection, les conditions de service, la supervision et le soutien.
 Politique Éducative : formulation et promulgation des politiques, planification et mise
en œuvre, et coordination.
Ces normes ont été adoptées en tant que « normes compagnon » aux Normes Minimales Sphere
en 2008. Voir aussi la page « Les normes Sphere »
Ressources supplémentaires sur le site All In Diary Liens internet pour plus d’informations
Normes Minimales pour l'Éducation : réparation, Intervention, http://www.ineesite.org/toolkit/
Relèvement © 2010 INEE; http://www.iiep.unesco.org/information-
Éducation dans les situations d'urgence : Inclure Chacun © 2009 INEE services/publications/search-iiep-publications/education-in-
Guidebook for planning education in emergencies and reconstruction © emergencies.html
2010 UNESCO http://www.protectingeducation.org
INEE Guidance Note on Conflict Sensitive Education © INEE 2013

© 2013 All In Diary - www.allindiary.org 58 4éme édition - 2014


5.14 GUIDE TECHNIQUE

Les moyens de subsistance


Les catastrophes réduisent la capacité des personnes à acquérir ou
conserver leurs moyens de subsistance en détruisant ou affaiblissant leurs
activités, biens et possibilités
Impact des catastrophes sur la sécurité des moyens de subsistance
Direct - dommages matériels Indirect - perte de productions potentielles
 blessures / pertes de vies humaines  bouleversement et perte des systèmes
 mort / décimage du bétail de production et du savoir traditionnel
Soutien agricole de
 aliments et/ou sources d'eau contaminés  insécurité alimentaire
petite échelle
 maladies épidémiques/endémiques  destruction des infrastructures (routes,
 Formation aux systè-
touchant homme et bétail communications, marchés, etc.)
mes d'irrigation pour
 destruction de l'environnement naturel et  écroulement des structures de soutien les petits agriculteurs.
des biens matériels de base locales  Introduction de tech-
 Les femmes et les enfants sont particulièrement vulnérables et prennent des risques nologies améliorées
importants (dont rapports sexuels transactionnels) pour accéder à la nourriture ou à pour les petits exploi-
l'argent pour payer les produits de base. tants (surtout les
 L’aide alimentaire peut accroitre l'insécurité des moyens de subsistance, surtout en femmes).
cas d'aliments disponibles mais non accessibles (manque d'argent et de biens d'échange).  Renforcement de la
Évaluer l'insécurité des moyens de subsistance impose de comprendre : fourniture de moyens
de production (se-
 les activités, biens, besoins et capacités requis par les foyers pour subvenir à leurs besoins ; mences/engrais/
 l'environnement naturel (ressources de la terre, de l'eau, du bétail ou des forêts utilisées, le but transports améliorés)
de leur utilisation, les termes de propriété) ;  Accès aux marchés
 les systèmes de marché et de soutien permettant l'accès aux moyens de subsistance (accès locaux/d'exportation
aux intrants agricoles, services financiers, infrastructures, moyens de communication) ; (foires à semences)
 l'environnement institutionnel, c.à.d. les politiques, lois, normes et réglementations formelles, et  Cultures diversifiées,
les institutions informelles (normes culturelles, formes de gouvernance). moyens de
Une analyse détaillée est nécessaire afin d'acquérir la compréhension nécessaire et passer d'une production limités
réponse d'urgence à un développement durable à long terme. (engrais et main-
d'œuvre).
Domaines d'analyse Outils d'analyse
 Traitement (séchage
Contexte de vulnérabilité – économie, Examen des documents gouvernementaux,
solaire, produits
environnement, politique, histoire, société, données de base, statistiques, IPC, recherches,
laitiers, miel).
culture – tendances/chocs/saisonnalité évaluations.
Classement des richesses, enquêtes, interviews  Barrages réservoirs
Moyens de subsistance - humains, sociaux, ruraux utilisés pour la
des informateurs clé/foyers, transects, analyse
financiers, naturels, capital physique production du
proportionnelle, groupes-cibles.
Transformation des structures et pro- poisson.
Diagrammes de Venn, cartographie et analyse des
cessus - gouvernement, secteur privé, lois, Bétail
parties prenantes, matrices de notation.
politiques, culture, institutions
Stratégies des moyens de subsistance -  Protection/recon-
production, financement, traitement, échange, Calendriers, discussions de groupes, transects, stitution du cheptel
commercialisation et liens dans la chaîne de organigrammes, analyses de marché essentielles pour la
commercialisation, compromis sécurité alimentaire
et la survie.
Effets de la sécurité des moyens de sub-
sistance – plus de revenus, bien-être, sécurité Enquêtes, données de base, classement, rapports  Les programmes
alimentaire, utilisation des ressources d'évaluation et suivi participatif faibles peuvent nuire
naturelles, moins de vulnérabilité aux capacités et
services existants et
Interventions en situation d’urgence pour renforcer la sécurité des moyens accroitre l'insécurité
de subsistance des moyens de
- Gestion communautaire des risques de subsistance.
catastrophe - Utilisation de variétés locales de semences
/ bétails de source locale * Cadre Intégré de
- Sensibilisation et prévention du VIH/SIDA classification de la
- Programmes de sécurité alimentaire (voir page) - Interventions agricoles protégeant la
propriété foncière (plantation d’arbres) sécurité alimentaire
- Programme de transfert d'espèces (voir page)
- Renforcement des marchés et services de
- Systèmes de collecte des eaux de pluie et soutien (réfection des routes)
utilisation d'énergies alternatives
Ressources supplémentaires sur le site All In Diary Liens internet pour plus d’informations
Minimum Requirements for Market Analysis in Emergencies © 2013 Cash Learning IFRC library http://www.livelihoodscentre.org
Partnership www.ifpri.org;
Household Livelihoods Security Assessment – toolkit © 2002 CARE www.fao.org;
Gender and Livelihoods in Emergencies, © 2006 IASC; www.agromisa.org/
Cash transfer programming in emergencies, Good Practice Review 11 © 2011 ODI http://www.itdg.org/www.seepnetwork.org;

© 2013 All In Diary www.allindiary.org 59 4e édition - 2014


5.15 GUIDE TECHNIQUE

Programmes de transfert monétaire


Les transferts monétaire consistent à fournir des fonds ou des bons
d’échange directement aux ménages à titre de solutions de rechange
ou de compléments pour offrir un service ou un produit.
Il existe une reconnaissance accrue selon laquelle en cas d’urgence, les transferts de fonds et
les bons d’échange peuvent être des outils appropriés et efficaces pour soutenir des populations
touchées par des catastrophes, de sorte à maintenir la dignité et le choix des bénéficiaires, tout Conditions
en stimulant les économies et les marchés locaux. préalables à des
Formes de programmes de transfert monétaire (PTM) mécanismes liés
aux fonds réussis
Bons d’échange - format papier, format électronique ou autre forme pouvant être  Acceptation de la part du
échangés contre des services ou des biens d’une valeur prédéterminée auprès de gouvernement
vendeurs présélectionnés.  Disponibilité à long terme de
Argent comptant - argent réel pouvant être remis physiquement ou transmis par fonds provenant des impôts
l’entremise de virements. ou de ressources de
Ils peuvent être : donateurs
 Analyse de la répartition du
Directs - paiement (en argent comptant ou en bons d’échange) remis. Il peut s’agir marché et chaîne
d’un salaire, habituellement dans le cadre de programmes publics ou d’approvisionnement
communautaires. raisonnablement fiable
Indirects– « Soutien au régime de marché » : réhabilitation de l’infrastructure;  Critères de ciblage simples et
subventions pour les entreprises locales aux fin de reconstitution de stocks, etc.; transparents
apport d’expertise technique aux entreprises locales, etc.  Mécanismes de livraison
Conditionnels – conditions relatives à l’utilisation des fonds par les bénéficiaires, p. automatiques et robustes
ex. reconstruction d’une maison. Il peut y avoir des stipulations quant à ce que les  Transparence concernant les
bénéficiaires doivent faire avant de pouvoir obtenir les fonds (p. ex. inscrire les droits des personnes afin que
enfants à l’école). ces dernières puissent les
Sans condition – Aucune limite ni restriction quant à l’utilisation de l’argent, bien exercer.
P Harvey, and S Bailey.
que les personnes soient encouragées à l’utiliser pour l’achat de certains biens ou "Cash transfer programming
services. in emergencies."
Advantages of PTM Désavantages of PTM Utilisation des
 Offrent aux familles une flexibilité quant à leurs dépenses  Sans surveillance, peut contribuer à nouvelles
en fonction de leurs besoins prioritaires. l’inflation des monnaies locales. technologies
 Aident à générer de l’activité sur le marché local et à  Peuvent être “gaspillés” en biens qui Les systèmes de paiement
relancer le dynamisme. ne soutiennent pas directement électronique peuvent offrir
 Donnent aux femmes plus de pouvoir décisionnel l’intérêt du ménage. rapidité, précision et flexibilité,
relativement aux ressources.  Augmentent l’accès à l’éducation ou à mais peuvent exclure les plus
 Promeuvent la résilience. la santé, mais n’influe pas sur la pauvres et les plus
qualité des ressources fournies. vulnérables.
 Dans les zones de conflit, il n’est pas toujours possible
Obstacles :
de livrer des ressources en nature.  Les ménages deviennent
 technologie
 Moins visibles, plus importants, nécessitent moins indépendants.
 coûts des investissements
d’intermédiaires, transit moins long et ressource plus  Capacité administrative de création
 obstacles institutionnels à
flexible pour répondre à d’autres besoins que les besoins d’organisations limitée. l’adoption de nouvelles
alimentaires.  Les transferts de fonds peuvent solutions
 Réduisent les défis logistiques, le temps et les coûts donner lieu à des risques de sécurité  contraintes de temps,
d’approvisionnement, de transport et d’entreposage ou de corruption. ressources, formation etc.
Mungcal, Ivy. "Momentum Builds for Use of Cash Transfers in Humanitarian Aid Programs."  obstacles politiques
L’analyse du marché est clé concernant la protectiond es
 Des biens sont-ils disponibles à l’échelle locale? donnés, les risques, etc.
 Les marchés peuvent-ils répondre aux besoins et ont-ils la capacité de gérer le volume?  attitudes nigatives
 Les gens peuvent-ils obtenir ce dont ils ont besoin à de bons prix?  Legislation
http://www.cashlearning.org/d
 L’argent comptant et les bons d’échange peuvent-ils être remis et dépensés en sécurité? ownloads/resources/calp/CaL
 Le marché local peut-il demeurer assez fort pendant toute la situation d’urgence? P_New_Technologies_ExecS
 Les banques ou les sociétés de transfert de fonds locales disposent-elles de capacités techniques? umm.pdf
La collaboration et le
 L’argent comptant, les bons d’échange ou les fonds électroniques seraient-ils la meilleure solutions?
développement des
 Quelle est la valeur en temps réel des articles sur le marché? capacités sont essentiels.
Ressources supplémentaires sur le site All In Diary Liens internet pour plus d’informations
Cash Transfer Programming © Paul Harvey & Sarah Bailey, HPI, ODI 2011 EMMA toolkit- http://emma-toolkit.org/about-emma/
Cash For Work, © 2013 Save the Children Cash Learning Partnership:
Making the Case for Cash © Cash Leaning Project 2011 http://www.cashlearning.org/
Delivering Money-Cash Transfer Mechanisms in Emergencies © CaLP 2010

© 2013 All In Diary www.allindiary.org


60 4th edition - 2014
5.16 GUIDE TECHNIQUE

Défis humanitaires urbains


Le milliard de citadins vivant dans les bidonvilles et les habitats
précaires compte parmi les populations les plus vulnérables. Les
catastrophes naturelles et les situations d'urgence complexes ont un
effet de plus en plus dévastateur sur les zones urbaines.
Il existe un besoin accru pour la communauté humanitaire et les gouvernements
de s'adapter aux besoins particuliers des zones urbaines.
© UN Photo/Logan Abassi

Différences urbain/rural : diversité - densité - dynamiques Objectifs


Croissance Un nombre accru de personnes migrent vers des zones stratégiques du CPI
densément peuplées, à l'inverse des zones rurales à l'habitat
pour faire face aux
des villes moins dense. défis humanitaires
Concentration La concentration des ressources, biens et services dans les villes urbains
peut aggraver l'impact des catastrophes, conflits et violences. 1. Amélioration des
des ressources
Si non détruits, ces éléments sont aussi une force majeure dans partenariats multi-
et services la réponse des zones urbaines aux situations d'urgence. partites
Contextes Les citadins dépendent fortement du soutien communautaire pour 2. Développement de
leur protection, leur logement et leur accès aux services et capacités techniques
communau- moyens de subsistance. complémentaires et
taires L'aide humanitaire doit ainsi être modifiée pour soutenir les d'une expertise
complexes cadres institutionnels et communautaires existants. urbaine
La migration accrue vers les villes des déplacés internes, réfugiés 3. Développement et
et autres migrants sans papiers crée des défis supplémentaires adaptation des outils
Habitat non
pour ces communautés déjà marginalisées et vulnérables qui aux contextes urbains
planifié et vivent dans des logements informels et des bidonvilles logeant la 4. Promotion de la
infrastructures plupart de ces migrants. protection des popu-
inadaptées La pression exercée sur les administrations et les systèmes de lations urbaines
gouvernance urbains est un problème croissant. vulnérables
La production rurale joue un rôle majeur dans le soutien des 5. Renforcement des
Liens marchés urbains et des membres de familles installés en ville. moyens de
urbain/rural Les populations rurales dépendent souvent des marchés urbains subsistance
pour leurs nourriture et salaires. 6. Amélioration de la
Focalisation La plupart des outils, approches, lois et pratiques de l'action préparation des
humanitaire sont élaborés pour des contextes ruraux. autorités nationales et
traditionnelle
De nouveaux outils sont donc nécessaires. locales dans les
sur le rural zones urbaines
Les acteurs humanitaires doivent maitriser et comprendre :
o l'évaluation des dommages structurels des structures complexes et des « Les 10 prochaines
infrastructures liées à l'eau, l'électricité, aux télécommunications et aux années verront
sanitaires ; probablement 3 à 5
grandes catastrophes
o la planification urbaine et spatiale, la réhabilitation de l'habitat et des
urbaines. Chacune d'elles
infrastructures dans des zones densément peuplées mais mal desservies ; pourrait entrainer des
o la vulnérabilité urbaine et les analyses de la résilience des collectivités ; dizaines de milliers de
o les dynamiques de la violence en contexte urbain ; morts et plonger des
Définition de « ville »
centaines de milliers
o les approches ciblant les bénéficiaires ; Il n'existe pas de définition d'autres dans une
o l'utilisation des sols et les régimes fonciers ; unilatéralement admise du situation de besoin de
concept « ville », et la soutien d'urgence. »
o la planification visant la réduction et la préparation frontière entre l'urbain et le
aux risques de catastrophes urbaines ; rural est poreuse.
Rapport du DEC sur les
o l'implication des autorités nationales et muni- catastrophes urbaines - leçons
cipales, des groupes de la société civile et des acteurs de développement. tirées d'Haïti - 2011
Ressources supplémentaires sur le site All In Diary Liens internet pour plus d’informations
IASC Strategy Meeting Humanitarian Challenges in Urban Areas, http://www.fmreview.org/technology/48-50.pdf
© IASC, 2010 http://www.fmreview.org/en/urban-displacement/FMR34.pdf
Meeting the Urban Challenge ALNAP 2012 http://www.urban-response.org
Urban violence and humanitarian challenges, EUISS-ICRC
Colloquium, 2012

© 2013 All In Diary - www.allindiary.org


61 4e edition 2014
5.17 GUIDE TECHNIQUE

Éducation au risque de mines


La menace que représentent les blessures et décès causés par les
restes d'un conflit (mines, munitions non explosées et abandonnées)
est un problème conséquent dans de nombreux pays. L'éducation au
risque de mines (ERM), le contact avec les communautés et la notification des
dangers sont essentiels pour minimiser les impacts, aussi bien pendant et après un
conflit.
Risques Impacts
Décès et  décès et blessures de personnes lors de leurs activités Actions pour les
blessures quotidiennes individus et les
 décès et blessures du bétail communautés
 pâturages et terre arable inutilisables - identifier clairement les
Insécurité  manque d'accès à des sources d'eau zones concernées
alimentaire et  destruction des bois - éviter les déplacements
pauvreté  routes et ponts potentiellement inutilisables, affectant l'accès aux dans les zones à risque
de mines connu
marchés
- impossibilité de mouvement, ce qui laisse les communautés - mettre en place des
Isolation sociale processus clairs de
isolées socialement et économiquement
repérage, et rendre
Psychosocial - populations vivant dans la peut, même bien après la fin d'un conflit publics les dangers.
- empêche les réfugiés et les personnes déplacées dans une zone - éduquer les enfants à
Rétablissement de rentrer chez elles l'école aux dangers
- nuit à la réhabilitation à la reconstruction après un conflit - développer des
campagnes de
Contact avec la communauté et ERM sensibilisation sur les
Il n'est pas toujours suffisant de simplement avertir les gens thèmes suivants :
des dangers et de clôturer les terres concernées en Le déminage  comment reconnaître
attendant les experts en déminage. Il faut encourager les comprend : des restes de conflit
 des études fréquemment
populations à adopter des comportements permettant de
techniques rencontrés ;
réduire les risques.  comment notifier un
 la cartographie objet dangereux ;
Le contact avec les communautés peut démarrer bien  le dégagement des  que faire en cas
avant les activités de déminage et aider au développement éléments non d'urgence ;
de capacités locales pour évaluer les risques, gérer les explosés  zones connues de
informations et mettre en place des stratégies de réduction  le marquage des contamination et
des risques. zones non sûres d'accidents ;
 la documentation  signes de danger et de
Le contact avec les communautés désigne les systèmes des zones zones minées ;
 comment maintenir les
et processus utilisés pour l'échange d'informations entre les dégagées
autres en sécurité
autorités nationales, les organisations de déminage et les  utiliser plusieurs
communautés concernant les mines, munitions non explosées et abandonnées. méthodes :
 Permet aux communautés d'informer les autorités locales et les organisations de  discussions en face à
déminage au sujet du lieu, de la taille et de l'impact des zones contaminées. face et réunion dans les
communautés
 permet aux communautés d'être informées des activités de déminages prévues, la  diffusion à la radio et la
nature et la durée de ces activités, et la situation précise des zones dégagées ou TV
marquées  panneaux d'affichage,
 informer la planification des activités liées, comme les études techniques, les posters
opérations de marquage et de dégagement, et les services d'aide aux survivants et  théâtre et musique
les stratégies de réduction des risques. - former les personnes
clés de la communauté à
 assurer que les projets de déminages répondent aux besoins et priorités de la l'Éducation sur le Risque
communauté.
- former les volontaires
Il se peut que des mines ou minutions non explosées soient transportées dans des aux premiers soins
zones précédemment non contaminées situées au-delà des zones de conflit par les adéquats, avec des kits
en cas d'accidents
mouvements des marées, par des sécheresses excessives, des inondations, ou
même par l'eau de pluie.
Seuls des spécialistes formés à cet exercice doivent manier des mines.
Ressources supplémentaires sur le site All In Diary Liens internet pour plus d’informations
Landmines Security Training © RedR, 1998 http://www.unicef.org/infobycountry/pakistan_56777.html
Understanding Landmines and Mine Action © Robert Keeley, 2003 http://www.mineaction.org/issues/education
Strategy of the UN on Mine Action 2013-2018 Vidéo de formation :
Community Mine Action Liaison, © 2005, UNICEF http://1155627.sites.myregisteredsite.com/lsp/unmas/

© 2013 All In Diary - www.allindiary.org


62 4éme édition - 2014
6.1 TRAVAILLER AVEC DES GROUPES

Travailler dans un environnement culturel différent


Les catastrophes rapprochent les personnes d’environnements
culturels différents dans des circonstances difficiles. Différences
culturelles visibles
Différences culturelles visibles : sexe, race, ethnicité, nationalité, religion,
capacités physiques et mentales, âge, statut économique, allégeance politique,
classe, caste. Sous la surface : croyances, valeurs, perceptions, attentes, attitudes,
idées.
Modèles de différences culturelles
Ces différences ne sont ni justes ni fausses – juste des conceptions différentes.
Racines culturelles invisibles
Différences de statut, de rapports et de communication
Statut basé sur la compétence et la
Statut basé sur la personnalité et les relations Conseils pour une
position, vérité basée sur la logique
approche
Traitement équitable plus important que la Tenue vestimentaire / comportement indiquent
tenue / le comportement le respect
consciente des
Communication formelle / écrite Communication informelle / verbale, aspects culturels :
conformes à des règles, des procédures jugements basés sur des circonstances Soyez conscient de votre
cohérentes et uniformes individuelles, non sur des normes / règles
propre culture et de son
Différences d’organisation et de gestion du temps influence sur vous.
Axé vers le résultat Axé vers les autres et la nature
Organisation prévisible, raisonnée, axée Organisation intuitive et flexible, axée vers les Assurez-vous que votre
vers l’action et le système relations humaines et le contexte tenue est appropriée et
La ponctualité est importante, une marque Les personnes sont plus importantes que le respectueuse.
de respect temps
Partage des connaissances et de Connaissances utilisées comme un pouvoir Apprenez à connaître la
l’information culture dans laquelle
Evaluation des styles de gestion et de la performance vous travaillez.
Décisions prises en fonction de la division Décisions prises en function des interactions
des tâches et des responsabilités personelles et des représentants de ‘l’autorité’ Soyez patient – tous les
Gestion centrée sur les objectifs Gestion en fonction des relations humaines aspects d’une culture ne
se révéleront pas en une
Critiques, évaluation et idées font partie Critiques, évaluation et idées sont personnelles seule fois.
intégrante du comportement professionnel et peuvent être considérées comme insultantes
A bien tenir en compte… Ecoutez... et regardez.

Contact visuel : peut être important pour établir une relation de confiance, ou peut être vu Considérez les
comme irrespectueux ou insultant. problèmes depuis le
point de vue de l’autre.
Salutations : comment et quand saluer de manière appropriée, par ex. serrer la main n’est pas
toujours approprié, surtout entre hommes et femmes. Evitez les jugements de
Commencer et finir une conversation : qui parle à qui, quand, comment, et qui a le droit valeur.
ou le devoir de parler en premier ; comment conclure une conversation, une réunion.
Exprimez-vous avec tact.
Parler chacun son tour : se relayer de manière interactive OU écouter sans commenter ni
répondre tout de suite peut être vu comme une provocation ou une humiliation. Soyez ouvert et
Interrompre : couper la parole peut être normal, surtout à rang égal ou entre hommes, OU peut recherchez la
être pris pour une dispute et de l’hostilité. collaboration.
Usage du silence : être silencieux avant de répondre peut être vu comme de la gentillesse et Prenez différents points
de la déférence envers le locuteur OU, à d’autres moments, peut être un signe d’hostilité. de vue et approches.
Sujets de conversation appropriés : parler ouvertement d’argent, de politique, de religion, Exploitez les capacités
de relations familiales, ou de problèmes intimes peut être vu comme inapproprié ou vulgaire.
de chacun et appréciez
Usage de l’humour : peut instaurer de bonnes relations immédiatement OU être vu comme un les différences.
manque de respect.
Evitez la domination par
Limiter ce qu’on a à dire : aller droit au but OU faire de longues introduction et conclusion. les groupes puissants.
L’âge et la classe sociale peuvent avoir une influence sur la durée de son discours.
Ordonner les éléments d’une conversation : une bonne question, posée d’une bonne Adapté de l’UNFPA – 24
manière mais trop tôt ou trop tard, selon l’usage, peut avoir une grande influence sur le conseils pour implanter un
comportement qui va suivre. programme dans un contexte
culturel sensible (en anglais)
Ressources supplémentaires sur le site All In Diary Liens internet pour plus d’informations
Integrating Human rights, culture and gender in programming, http://www.kwintessential.co.uk/resources/country-
UNFPA, 2009 profiles.html : Etiquette guides (en anglais)
24 Tips for Culturally Sensitive Programme © UNFPA, 2004 (en anglais) http://www.kwintessential.co.uk/cultural-
Working with Diversity in collaboration – tips and tools, CGIAR services/articles/culture-teams.html - Multicultural teams
Gender & Diversity program, 2003

© 2013 All In Diary - www.allindiary.org


63 4è édition - 2014
6.2 TRAVAILLER AVEC DES GROUPES

Participation communautaire
Les personnes touchées par une catastrophe ont des capacités,
compétences et aspirations importantes ainsi que la responsabilité ultime de
leur avenir et survie. Leur participation à toutes les étapes est essentielle.
Facteurs à considérer au sujet de la participation dans l'action humanitaire
 Comment la crise a-t-elle eu des répercussions sur la capacité des personnes et
leur volonté de participer ? Responsabilité
 Avez-vous demandé aux personnes à quel niveau ils souhaitent participer ? envers les
 Quelle est la perception et la confiance des agences humanitaires au niveau local ? populations touchées
 Quelles approches participatives tiendraient compte de ces limites ? 1. Fournir les
 Comment pouvez-vous éviter de générer des attentes irréalistes comme une informations
conséquence à leur participation ? - Informations générales
 Quelle est la hiérarchie sociale locale et comment est perçue la participation ? - Rapports et mises à jour
 Quels obstacles physiques ou culturels pourraient entraver la participation ? - Façons de s'impliquer
 Quelles sont les dynamiques politiques et qui sont les principaux intervenants? 2. Représenter les
 Qui détient le pouvoir dans le contexte local et comment pouvez-vous assurer une personnes
participation égale des plus vulnérables et marginalisés ? vulnérables
 Quels sont les risques que la participation augmente la marginalisation et la - Identifier les personnes
stigmatisation des groupes vulnérables, et comment peut-on les atténuer ? les plus vulnérables et
 Comment la participation peut-elle affecter la sécurité ou la protection des marginalisées
travailleurs humanitaires et des groupes bénéficiaires contre les risques et comment - Identifier les
peuvent-ils être atténués ? représentants
 Quels sont les contraintes en terme de ressources et de temps pour l'organisation et appropriés
les bénéficiaires ? - Concevoir les activités
 Comment les initiatives existantes ou les intermédiaires peuvent servir de transition afin de permettre la
participation
à la population concernée ?
3. Prendre des
 Comment la participation peut-elle compromettre votre indépendance et votre
décisions
objectivité ?
- Inclure les évaluations,
 Comment maintenir et communiquer cette objectivité aux populations concernées ? la planification et la
 Comment pouvez-vous promouvoir l'implication des intervenants locaux dans de prise de décision
plus vastes opérations de secours ou de redressement et de coordination par - Inclure le suivi, l'examen
exemple en préconisant la traduction d'informations, les services d'interprétation, la et les activités du
responsabilité / transparence ? programme d'adaptation
 De quelles informations supplémentaires ou expertise avez-vous besoin pour 4. Procédures des
adopter une approche participative appropriée et relever les défis identifiés ? plaintes
Outils participatifs utiles - Écrites, nommer un
Pour plus d'outils et leur application dans le cycle du projet - voir le ALNAPlien internet.. membre du personnel
Explique comment les personnes voient leur quartier par rapport - Toutes les plaintes sont
Cartographie aux repères physiques, sociaux et économiques, risques et étudiées
opportunités:Cartes des dangers, risques, ressources, mobilité etc - Indemnisations
Explique les actions saisonnières des populations touchées pour appropriées
Calendrier des permettre une organisation efficace et pour mettre en évidence les - Dispositif d'appel
activités contraintes susceptibles de compromettre leur mise en œuvre. - Registre des plaintes
saisonnières, tâches Les tâches quotidiennes vous aideront à identifier le temps 5. Attitudes du
quotidiennes et nécessaire dans une journée pour planifier des réunions et des personnel
analyse des programmes communautaires. - Toujours traiter les
tendances L'analyse des tendances permet de comprendre les tendances bénéficiaires avec
dans les communautés. respect
Identifie les différents groupes (y compris celui des personnes - Comprendre leur point
Analyse intervenants
marginalisés) et leurs rôles, responsabilités, intérêts, pouvoir / de vue
/ interaction
influence et coordination. - Montrer un
Classement des Indique l'évolution et la répartition des richesses par rapport au comportement ouvert,
richesses statut social. inclusif et respectueux
Analyse capacités / Permet aux groupes d'identifier et de comprendre leurs propres - Former le personnel et
vulnérabilité faiblesses, capacités et vulnérabilités. allouer du temps et des
Groupes de Facilite l'engagement des représentants de la communauté dans ressources
discussions / la conception et la planification du projet. A partir de la liste Mango -
voir les ressources
Problèmes ou Permet aux communautés de jouer un rôle actif dans la gestion et
supplémentaires
objectifs la mise en œuvre des activités du programme.
Ressources supplémentaires sur le site All In Diary Liens internet pour plus d’informations
Rendre compte aux bénéficiaires, v2 © 2010 MANGO http://www.alnap.org/publications/participation_study.htm -
Responsabilité envers les populations touchées, groupe de travail IASC, 2013 ALNAP Handbook 2009
Approche communautaire dans les opérations du HCR, HCR, 2008 www.INTRAC.org : Resources INTRAC
Participation des enfants et des jeunes dans les situations d'urgence-UNICEF © http://www.cdacnetwork.org/public/resources -

© 2013 All In Diary - www.allindiary.org


64 4th edition - 2014
6.3 TRAVAILLER AVEC DES GROUPES

Santé mentale et soutien psychosociaux


Aucune personne ayant vécu une catastrophe n’en sort
indemne – que ce soit les personnes touchées ou les
intervenants. Une priorité essentielle est de protéger les
individus et d’assurer leur santé mentale et leur bien-être
psychosocial.
Les réactions à un événement seront différentes pour chaque individu. Les
ressources et les capacités de chacun à faire face seront différentes. Une intervention
de santé mentale et psychosociale bien intégrée et coordonnée, qui repose sur des
moyens existants et des normes culturelles, touchera plus de gens et aura plus de Pyramide des
chance de durer une fois l’intervention humanitaire achevée. interventions :
Répercussions psychosociales
 Les premières réactions émotionnelles, comme le désespoir, la frustration, la perte de Services de base et
contrôle, la colère et le retrait social, sont le plus souvent des réactions normales à des sécurité - préconiser
événements extrêmement anormaux. Pour la plupart des individus, ces réactions vont des services de bases
s’estomper avec le temps. sûrs, socialement
 Ces réactions dépendent aussi de la nature et de l’ampleur de la catastrophe ou du appropriés et qui
conflit, de la culture, des valeurs, des impacts sur les victimes, de la situation protègent la dignité.
préexistante, de la disponibilité des ressources et des capacités à soutenir le relèvement.
Soutien
 Les individus ayant des troubles préexistants comme la psychose ou la dépression grave
communautaire et
ont plus de risques d’être touchés et auront peut-être besoin de soins psychiatriques et
d’un traitement médicamenteux. familial - activer les
réseaux sociaux, le
Principes de bases lors d’une intervention soutien traditionnel
1. Droits humanitaires et dignité : promouvoir et protéger les droits individuels et l’équité
communal, et les
2. Participation : encourager ceux qui en ont la force de participer aux secours
espaces pour enfants.
3. Principe du “Do No Harm” (“ne pas nuire”) : éviter les risques potentiels, comme
encourager à la dépendance Priorité au soutien
4. Utiliser les ressources et capacités disponibles : faire avec ce qui est sur place et non spécialisé -
utiliser l’effort individuel docteurs dispensant des
5. Systèmes de soutien intégré: éviter les services autonomes soins de santé mentale
6. Soutien à plusieurs niveaux : voir encadré primaires ; soutien de
Immédiatement après la catastrophe et durant la phase d’intervention base psychologique et
Considérations sociales : pratique par des agents
 Fournir des informations simples, sensibles et fiables sur la situation d’urgence. communautaires.
 Rechercher les membres des familles et apporter de l’aide pour le regroupement familial. Services spécialisés
 Installer les groupes familiaux ensemble. - soins psychologiques
 Former le personnel à prendre en charge de manière sensible le chagrin, le stress, la par des spécialistes en
confusion, et la prévention du suicide, tant auprès de la communauté qu’au sein du santé mentale.
personnel.
 Impliquer les communautés dans la conception et le rétablissement des lieux de culte,
Les individus sont
des installations sociales et communautaires.
 Accorder du temps aux cérémonies et aux obsèques appropriées à la culture.
touchés de manières
 Organiser des loisirs pour les enfants appropriés à la culture et au contexte.
différentes, le soutien à
 Reprendre des activités pédagogiques. leur apporter varie
 Associer les communautés à des activités concrètes, incluant les veuves, les orphelins et aussi. Tout les niveaux
les personnes sans familles à toutes les activités. de la pyramide sont
 Diffuser des informations publiques simples, calmes, sur les réactions normales au stress importants et devrait
et au traumatisme. être mis en place
Dispositions psychosociales : simultanément.
 Gérer les troubles psychiatriques en tenant compte du système de soins de santé
primaires existant et participer à l’approvisionnement en médicaments et en traitement, de Adapté de Mental Health and
Psychosocial Support in
manière adaptée au contexte local.
Humanitarian Emergencies, ©
 Soutenir les malades mentaux aigus en les écoutant et en faisant preuve de compassion, 2010 IASC (en anglais)
en leur donnant accès à des services de base, à un soutien familial et communautaire, et
en les protégeant de la détresse.
 Former et encourager les agents communautaires volontaires à fournir un soutien
psychologique communautaire non intrusif.
Adapté de Mental Health in Emergencies © 2003 WHO, Dept Mental Health and Substance Dependence (en anglais)

Ressources supplémentaires sur le site All In Diary Liens internet pour plus d’informations
Psychological first aid: Guide for field workers © WHO 2011 / WHO http://www.who.int/mental_health/emergencies/en/index.html
Assessing mental health and psychosocial needs and resources toolkit, IFRC http://w3.ifrc.org/what/health/psycholog/manual.asp
© 2012, WHO and UNHCR / Mental Health and Psychosocial Support IMC Mental Health in Complex Emergencies:
in Humanitarian Emergencies © 2010 IASC http://www.internationalmedicalcorps.org/Document.Doc?id=25

© 2013 All In Diary - www.allindiary.org


65 4è édition - 2014
6.4 TRAVAILLER AVEC DES GROUPES

VIH et SIDA dans les urgences


Les déplacements, la vulnérabilité et l'insécurité de la nourriture
causés par les catastrophes augmentent le risque des infections VIH
et la vulnérabilité des personnes atteintes du VIH/sida.
Les catastrophes peuvent avoir les effets suivants sur le VIH et le sida :
o Augmentation du risque de transmission par les mouvements de population, la
présence de combattants ou travailleurs étrangers, les stratégies d'adaptation
comme la prostitution
o Diminuant la faculté des personnes à faire face à la maladie et/ou la catastrophe;
o Perturbant l’accès aux soins et aux traitements pour le VIH et le SIDA Interventions pour
Vulnérabilité au VIH et au SIDA s'occuper des
Qui est vulnérable ? Qu'est-ce qui contribue à cette vulnérabilité ? risques liés au VIH
 Populations mobiles  Les situations de conflits et suivant les catastrophes et sida
(réfugiés et déplacés augmentent le risque de violence basée sur le genre (VBG), Protection / prévention
internes) particulièrement au sein des populations déplacées, et de - Intégration de la
 Rapatriés transmission accrue ultérieurement du VIH. protection, ex.
 Enfants sans  La prévalence du VIH augmente avec les mouvements et enregistrement, eau,
déplacements de population. Cette tendance continue durant assainissement, abris,
principal pourvoyeur
la récupération sur le long terme avec le retour des gestion des camps.
de soins
populations. - Éducation HIV et sida.
 Foyers dirigés par  Les travailleurs étrangers se livrent à des relations - Fourniture de
une femme ou un sexuelles non protégées à cause du manque de familiarité préservatifs masculins
enfant avec leur environnement et de l’absence de restrictions et féminins et de
 Communautés hôtes sociales/culturelles. traitements post-
 Travailleurs et  La perte du gagne-pain, la séparation, la pauvreté et la exposition (TPE).
travailleuses du sexe perturbation de la famille et des structures de soutien - Conseil et dépistage
et consommateurs social conduisent les femmes, filles ou garçons à se lancer volontaire (CDV),
de drogues dans le commerce du sexe ou à des pratiques sexuelles non services de prévention
injectables sûres pour de l'argent, de la nourriture ou de la protection. de la transmission
 Travailleurs  Les enfants déplacés sont rendus extrêmement vulnérables mère-enfant (PTME).
humanitaires par l'exposition à de nouvelles situations sociales, culturelles et - Services de recherche
de nouveaux moyens de subsistance. des familles.
 Personnel militaire et
 Les services de santés perturbés ou inadéquats - Services de promotion
de maintien de la
empêchent l'accès aux préservatifs, aux traitements post- de l'eau, de
paix exposition et au dépistage dans le sang, ce qui augmente le l'assainissement et de
 Conducteurs de risque de transmission. l'hygiène pour réduire
camion sur longues  La détérioration de la santé publique, un mauvais la propagation des
distances assainissement et un accès limité à l'eau propre maladies.
 Travailleurs migrants augmentent l'incidence des maladies et les infections - Politiques de travail
émigrés opportunistes. VIH et sida.
Impact des catastrophes sur les sujets atteints de VIH/SIDA Traitement / soutien
- Soutien psychosocial.
o Le VIH ébranle la détermination et les capacités d'adaptation des - Services médicaux,
communautés, les rendant plus enclines aux désastres et ralentissant la récupération. antirétroviraux et
o Les personnes atteintes du VIH/sida, ainsi que leurs soignants, souffrent d'un réserves de
risque élevé de malnutrition, de maladie et de pauvreté à la suite d'une catastrophe, médicaments
parce qu'ils ont moins d'opportunité de gagner leur vie, un accès inadéquat à la essentiels.
- Infrastructures sociales
nourriture et de plus grands risques de contracter des maladies.
et éducatives, dont des
o Les personnes atteintes du VIH-sida sont extrêmement vulnérables à la espaces adaptés aux
stigmatisation et à la discrimination, particulièrement quand elles sont déplacées. enfants.
La confidentialité est donc essentielle. - Programmes
o Les services de santé inadéquats ou perturbés compromettent le traitement, la nutritionnels ciblés.
lutte contre les infections opportunistes et les soins à la maison ou palliatifs. L'accès - Opportunités de
subsistance ex. :
perturbé aux antirétroviraux peut entraîner une rapide progression du VIH/sida.
intrants agricoles,
o Les moyens nationaux et locaux (gouvernement, ONG, communauté) sont affaiblis compétences de
par la catastrophe et faisant face à une demande accrue, ont une capacité limitée construction, etc.
pour apporter des soins et du soutien aux personnes atteintes de VIH-sida. - Programmes de soins
communautaires.
Ressources supplémentaires sur le site d'All in Diary : Liens Internet pour plus d'informations :
Guidelines for addressing HIV interventions in emergency VIH dans les situations humanitaires :
settings, © IASC and Action Framework 2010 http://www.unicef.org/aids/index_fight.html
Learning Package on HIV/Aids interventions © 2005 IASC http://www.fao.org/docrep/007/y5572e/y5572e00.htm
A Rapid Situation Assessment Tool, © UNHCR/UNAIDS, 2007 http://www.unaids.org/en/resources/unaidspublications/2010/

© 2013 All In Diary - www.allindiary.org


66 4e édition - 2014
6.5 TRAVAILLER AVEC DES GROUPES

Travailler avec les personnes âgées


Il y a de plus en plus de personnes âgées qui sont touchées par
les crises humanitaires et leur expérience de vie s’avère
précieuse pour soutenir et aider les autres lors de ces crises.
Or, des preuves stipulent qu’elles sont souvent négligées par l’aide et la
protection humanitaires, et il y a peu de programmes et de fonds pour
elles. Lors de situations d’urgences, elles courent plus de risques.
* Selon les NU, « personnes âgées » désigne les gens de 60 ans et plus.
La vulnérabilité et les risques encourus par les personnes âgées
Aggravation de l’exclusion, de la marginalisation, de l’isolation et de la
pauvreté déjà présentes Les personnes âgées
 Séparation ou peu de soutien de sa famille ou sa communauté possèdent des
 Incapacité à quitter la maison ou d’y retourner, donc être placé et négligé compétences, des
Être victime d’abus ou de négligence talents et des rôles.
L’impact sur leur capacité à
 le viol, la prostitution, le vol et la séquestration des personnes âgées survivre à et se remettre
Invisibilité face aux aidants humanitaires sur pied est lié à la
 discriminés et pas consultés reconnaissance qu’ils
reçoivent.
 traités comme des « investissements négatifs » pour les programmes, car ils
sont perçus comme incapables ou désintéressés d’apprendre, ou à haut risque - Générer un salaire et
soutenir leur famille
pouvant mourir avec la dette financièrement
La destruction de familles et communautés, ainsi que la mort de plusieurs - S’occuper des enfants des
personnes âgées détruit les réseaux de soutien personnes à charge et des
 ex: des personnes âgées seules qui doivent garder des enfants membres de la famille
malades
Peu d’accès aux services
- Entretenir et surveiller la
 besoins spécifiques de santé et de nutrition, mobilité réduite, besoins
maison
psychosociaux peu respectés ni priorisés lors de secours humanitaire
- Trouver des stratégies lors
 physiquement peu capables de protéger la nourriture, l’eau, le carburant ou de catastrophes
d’accéder à des services ou de quitter des situations dangereuses
- Rétablissement et
Droits de maison, de terre et de propriété ignorés reconstruction
 failles dans le système de propriété de terre, manque de documentation, - Méthodes de guérison
manque de services de retrouvailles familiales pour les adultes traditionnelles
Démarches à suivre pour les besoins de protection - Encourager les autres et
Ventilation des données – se baser sur la collecte, l’analyse et l’utilisation de données ventilées être vaillants dans
sur le sexe et l’âge lors de la planification de l’aide. l’adversité
Trouver les personnes âgées – grâce aux registres, aux documents officiels, au travail de - Faire preuve de
proximité et aux communautés. leadership
Consultation – inclure les personnes âgées lors de l’évaluation des besoins et des capacités, bons - Préserver et transmettre la
preneurs de décisions, groupes à intérêts spéciaux, favoriser la communication à deux sens. culture, l’histoire et les
activités
Les besoins fondamentaux – accès à un logis, du carburant, des vêtements adaptés à la culture,
de la nourriture, des ustensiles de cuisson, des couvertures ou des vêtements chauds, des services - Régler les conflits
de santé adaptés, de l’eau, des latrines ainsi que de l’argent de base. familiaux et
communautaires
Mobilité – développer le travail de proximité et les visites à domicile, dans l’évaluation, les
programmes et la supervision, voir à la mobilité pour accéder aux points de services, repérer les - Connaissances de la
personnes les plus à risque, considérer les difficultés lors de l’utilisation de camions de transport. communauté visant à
soutenir les autres
Besoins sociaux, psychosociaux et familiaux – étendre les services de retrouvailles familiales,
fournir du soutien psychologique, renforcir les liens familiaux et communautaires, parler des risques - Connaissances
d’abus, de vol et d’intimidation. historiques qui aident à
mesurer les dommages et
Reconnaître et soutenir la contribution des personnes âgées – reconnaissance de leur rôle en
l’impact d’une catastrophe
tant que connaisseurs, travailleurs sociaux et aidants locaux (voir texte à droite).
Protection des droits – les droits de propriété sont très restreints lors de situations d’urgence. Texte adapté de « Older
people in emergencies »
Indépendance | Participation | Soins | Épanouissement personnel | Dignité (HelpAge, 2012).
Les principes des NU pour les actions sociales et civiles envers les personnes âgées, 1991
Ressources additionnelles sur le site de All In Diary : Liens internet pour plus d’information
Les personnes âgées en situation d’urgence – identifier Guide de soutien de HelpAge :
les risques et les mesures à prendre © HelpAge http://www.helpage.org/resources/practical-guidelines/emergency-
International, 2013 guidelines/
Interventions nutritionnelles pour les personnes âgées en Des études sur le financement pour les personnes âgées :
situation d’urgence © 2013 HelpAge International http://www.helpage.org/newsroom/latest-news/new-study-reveals-lack-
Action humanitaire et personnes âgées ,© IASC, 2008 of-humanitarian-funding-for-older-people-and-children/

© 2013 All In Diary - www.allindiary.org


67 4e édition - 2014
6.6 TRAVAILLER AVEC DES GROUPES

Personnes handicapées
15 à 20 % des gens les plus pauvres sur la planète sont handicapés.
Les conflits et les catastrophes naturelles augmentent leur
vulnérabilité. Qui plus est, les handicaps sont souvent le résultat
d’un conflit ou d’une catastrophe naturelle.
Vulnérabilité des personnes handicapées en situation d’urgence : Il est important de
 Les systèmes d’alerte et d’information ne sont pas adaptés aux personnes répondre aux besoins
handicapées. spécifiques des
 Les techniques spécifiques de sauvetage et d’évacuation des personnes personnes
handicapées ne sont pas connues. handicapées en
 L’accès aux soins médicaux, à des abris adaptés et aux autres services de
même temps que
secours est limité. ceux du reste de la
 Trouble émotionnel/traumatisme accru ; moindre compréhension de la situation.
communauté, pour
 Les prises de décision, l’accès aux réseaux sociaux et à la dignité sont limités.
 Stigmatisation sociale, isolement, insécurité, exploitation, insultes et violence
éviter els inégalités et
sont augmentés. l’exclusion.
Vulnérabilité au risque de handicap dans les situations d’urgence : - Respectez toujours
 Les blessures sont courantes, et si elles ne sont pas traitées, elles peuvent la dignité et les
entraîner un handicap de longue durée. souhaits des
 Les femmes enceintes, les enfants et les personnes âgées sont particulièrement personnes avec un
menacées. handicap, quel que
 Les traumatismes et les troubles psychologiques sont les handicaps les plus soit ce handicap.
courants en cas de catastrophe naturelle. (voir également la fiche « Santé - Soyez patient avec
mentale et psychosociale ») les personnes
Handicap Risque/problème Que faire souffrant de
Chute de la • Couvertures supplémentaires / vêtements chauds déficiences
température • Matelas, draps en coton, abri sec, kit d’hygiène, psychosociale et
Déficience
corporelle • Soutien personnel intellectuelle, ne les
physique
Escarres/ gelures • Dispositifs d’assistance
(difficulté à
Difficulté à fuir une • Environnement adapté (rampes, mains courantes.)
traitez pas comme s’ils
se déplacer) n’allaient pas
situation de danger / à • File d’attente distincte pour les rations/les
accéder aux secours latrines/l’eau comprendre, car cela
• Utiliser des points de repère peut souvent
Difficulté à fuir une
Déficience situation de danger
• Installer des mains courantes engendrer un
• Soutien personnel comportement violent.
visuelle Difficulté à accéder
• Bon éclairage
aux secours
• File d’attente distincte pour les rations/ latrines/l’eau - Demandez toujours
Difficulté à s’exprimer • Aides visuelles conseil à la
Déficience ou à comprendre ou • Communication par échange d’images personne
auditive entendre les • File d’attente distincte pour les rations/les handicapée sur
instructions latrines/l’eau comment répondre au
Difficulté à • Parler lentement mieux à ses besoins.
comprendre ou à • Utiliser des mots simples
Déficience
suivre les instructions • Soutien personnel - Essayez toujours de
intellectuelle trouver le soignant
ou la gravité d’une • File d’attente distincte pour les rations/les
situation latrines/l’eau habituel ou des
Issu de : How to include Disability issues in Disaster management, Handicap International, 2005 membres de la
Les organisation doivent élaborer des politiques et procédures pour: famille car ils savent
 Garantir des systèmes d’alerte adaptés aux personnes handicapées gérer au mieux les
 Garantir que les organisations pour handicapés sont actives dans l’intervention humanitaire besoins spécifiques de
 Garantir que le personnel humanitaire comprend et porte attention aux problèmes liés au handicap cette personne.
 Garantir que les logements, l’accès à l’eau, à l’assainissement et à la distribution des secours sont
adaptés aux personnes handicapées et accessibles - Ne séparez pas cette
 Surveiller les handicaps provoqués par les catastrophes, ainsi que les personnes déjà personne de ses
handicapées. appareils/dispositifs
 Soutenir les services médicaux pour garantir leur accessibilité d’assistance (fauteuil
 Fournir de l’assistance pour une participation active des membres des communautés de roulant, cane, béquille,
personnes handicapées, p.ex. pour assister aux réunions ou aux initiatives d’élaboration des appareil auditif,
politiques, à tous les niveaux.
 Utiliser diverses voies de communication pour atteindre tous les groupes, p.ex les sourds, les
médicaments, etc.
(voir aussi « INEE Pocket
aveugles, les personnes en fauteuil roulant (système de sonorisation, brochures, posters, réunions Guide to Supporting Learners
de groupes) with Disabilities »
Ressources complémentaires sur le site de All In Diary : Liens internet pour plus d’informations
Disasters, disability and rehabilitation © 2005 WHO http://www.un.org/disabilities/default.asp?id=1546
Training Manual for inclusion of disability in disaster response © SMRC, 2005 UN Enable
Mainstreaming disability in DRR training manual © 2009 Handicap Int http://www.asksource.info/?sourcesearch/cf/keylists/k
Disability Checklist for Emergency Response © 2006,Handicap International eylist2.cfm&topic=dis&search=QL_DISEM05

© 2013 All In Diary - www.allindiary.org


68 4th edition - 2014
6.7 TRAVAILLER AVEC DES GROUPES

Réunions efficaces
Lors d’une catastrophe, les réunions sont primordiales pour la Organiser des
communication. Mais leurs résultats sont souvent limités. Il est réunions efficaces
essentiel de développer un format et une méthode efficaces. 1. Assurez-vous que les
informations pertinentes sont
Le rôle du président est d’animer la réunion de façon à exploiter les idées disponibles et/ou ont circulé à
de tous les participants, tout en veillant à ce que les débats ne s’éloignent l’avance
- cela permet de prendre des
pas des objectifs de la réunion. décisions cruciales, et les
Le rôle des participants est de se préparer et de participer activement participants peuvent se
aux réunions, afin de produire des résultats. préparer
PLANIFICATION ET PRÉPARATION 2. Clarifiez et mettez-vous
Quel est le but de la réunion, qu’espère-t-on comme résultats ? d’accord sur les objectifs,
 Soumettre ou partager des informations, retour et rapports. l’ordre du jour et la date
- cela contribue à donner un
 Donner des idées
but précis à la réunion, et à
POURQUOI
 Trouver des solutions / résoudre des problèmes / prendre des s’en tenir à l’ordre du jour.
décisions
 Développer la confiance, les liens, l’esprit d’équipe 3. Commencez et finissez à
Qui doit approuver les objectifs ? l’heure
- cela évite de perdre du
Qu’attendent les participants de la réunion ? temps et permet aux
La réunion fait-elle partie d’un processus en cours ? participants de prendre la
réunion au sérieux.
Quels sujets doivent être à l’ordre du jour ?
 Utilisez l’ordre du jour pour expliquer comment et durant 4. Définissez les grands
QUOI combien de temps les différents sujets seront abordés. Précisez principes – choses à faire et à
ce que les participants doivent emporter. ne pas faire pour la réunion
- cela encourage un
L’ordre du jour a-t-il circulé à l’avance ? Apportez des copies comportement respectueux.
supplémentaires !
Qui doit être présent ? Qui est nécessaire à la prise de décision ? 5. Prenez le temps d’établir
QUI Les bonnes personnes sont- elles disponibles ? Y a-t-il un protocole une relation de confiance et
d’impliquer tout le monde, par
pour les invitations ?
ex. faire correctement les
Quel lieu conviendrait le mieux à tout le monde ? Pensez à la présentations, encourager
sécurité, aux transports, à l’accessibilité, à la stigmatisation. l’écoute, utiliser de petits
OÙ groupes de discussion.
Dispose-t-il de l’espace, de l’équipement, de l’aération et du service - encourage des discussions
de restauration nécessaires ? et débats ouverts et honnêtes.
Quel est le meilleur agencement pour ce style de réunion : formel ou
informel ? 6. Respectez l’ordre du jour
- cela évite de perdre du
Quel est le meilleur moment pour organiser cette réunion? Y a-t-il temps et permet de rester
des heures de début et de fin claires, culturellement acceptables concentré sur les objectifs.
QUAND pour tous ? Y a-t-il suffisamment de temps pour atteindre les
objectifs ? Quelles pauses seront nécessaires ? Sera-t-elle sans 7. Retranscrivez les décisions
interruption? prises
- cela renforce l’engagement
Quelle est la meilleure façon de commencer, de faire participer et l’efficacité de la réunion.
chacun, d’encourager toutes les contributions, et de clarifier les
objectifs et les attentes ? Par ex. 8. À la fin de chaque réunion,
COMMENT  Introductions, grands principes, comment briser la glace demandez comment la
prochaine réunion pourrait être
Quels sont les besoins en matière de traduction et d’interprétation ?
améliorée
Comment allez-vous retranscrire, clarifier et faire circuler les - cela permet d’améliorer
décisions et actions ? Par ex. tableau, minutes ? encore et toujours les
Lorsque vous dirigez une réunion, vous mobilisez le temps et réunions.
l’attention des participants – utilisez-les judicieusement
Ressources supplémentaires sur le site All In Diary Liens internet pour plus d’informations
Better Ways to Manage Meetings, Walker B., © 2005 RedR Managing Multi-cultural team meetings
Organising Successful Meetings, Seeds for Change, 2009 http://www.genderdiversity.cgiar.org/resource/MulticulturalMeetings
A Concensus Handbook, Seeds for Change, 2013 Final2.ppt
Outils - http://www.seedsforchange.org.uk/free/resources#grp2

© 2013 All In Diary - www.allindiary.org 4e edition - 2014


69
6.8 TRAVAILLER AVEC DES GROUPES

Réunions multilingues
Le succès et la qualité de vos réunions dépendent de la
possibilité pour chacun d’exprimer son point de vue et de
partager les informations.
Animer une réunion exclusivement dans une langue mondiale* ou
exclusivement dans une langue locale va exclure des participants majeurs et ne
sera pas aussi efficace.
* Une langue mondiale est une langue parlée dans le monde entier et qui est une seconde langue pour
beaucoup. L’anglais est la plus courante.
interprète
Options d’interprétation
Interprétation chuchotée - pratique lorsque seules une ou deux personnes ont Conseils pour
besoin d’un interprète, mais peut gêner la concentration. recruter des
Interprétation de liaison - l’interprète traduit quelques phrases à la fois, ou fait des interprètes
résumés à intervalles réguliers. Efficace lors de séances courtes mais peut devenir pénible
et prendre du temps.
- si possible, recrutez
Interprétation consécutive - l’interprète écoute un échange d’information plus une personne formée
long, prend des notes, puis traduit. Difficile de capter l’attention des gens, mais utile quand il à l’interprétation ;
n’y a pas d’équipement pour la traduction simultanée.
Interprétation simultanée - nécessite une cabine, des micros, des consoles, des - choisissez quelqu’un
écouteurs, des techniciens. Utile lors de grandes conférences ou réunions formelles mais d’impartial, sans
nécessite de la technologie et des compétences de haut niveau. intérêt personnel pour
Voir http://www.kwintessential.co.uk/translation/interpreting-equipment.html (en anglais) le sujet mais avec une
bonne compréhension
Combiner traduction et interprétation du contenu ;
Interprétation sélective
- Préparer une traduction des points principaux et de l’ordre du jour sur des tableaux, des - si possible, choisissez
photocopies, ou un PowerPoint ; une personne
- Organiser des petits groupes de discussion en plusieurs langues pour encourager le représentative du
partage de points de vue et d’idées ; et groupe (sexe, ethnie,
- Incluez l’interprétation des résumés et des points de la réunion dans le groupe principal. etc.) ;
Résumés écrits
- Une traduction simultanée et résumée peut être faite sur ordinateur et projetée sur un - demandez aux autres
écran à l’aide d’un logiciel comme OneNote, ou autre. Cela donnera aussi une base pour qui ils
le compte-rendu de la réunion. recommanderaient ;
Ces options permettent de maximiser la participation de chacun et de minimiser les
interruptions.
- prenez le temps de
LORSQUE VOUS ÊTES INVITÉ À UNE LORSQUE VOUS ORGANISEZ UNE préparer l’interprète en
RÉUNION : RÉUNION : leur faisant part de
1. Demandez dans quelle(s) langue(s) celle- l’ordre du jour, du
1. Vérifiez les besoins en matière
ci se déroulera jargon utilisé, des
d’interprétation.
2. Prévenez l’organisateur si vous : questions clés, etc.;
 aimeriez avoir un interprète 2. Informez interprètes et participants.
 pouvez servir d’interprète - assurez-vous qu’ils
 connaissez un bon interprète
3. Prévoyez des pauses régulières.
prennent des pauses
3. Demandez les informations dont vous 4. Utilisez des aides visuelles traduites régulièrement (au
avez besoin pour participer pleinement à la et des petits groupes de discussion moins toutes les
réunion, par ex. ordre du jour, heures de en langue locale. heures)
début et de fin, ou tout autre besoin
spécifique 5. Traduisez et diffusez les documents
4. Si des documents traduits pouvaient clés. IL EST VITAL DE
s’avérer utiles : BIEN SE
6. Faites régulièrement un bilan de
 demandez des versions traduites l’efficacité des réunions. PRÉPARER
 proposez de traduire
 suggérez un traducteur local

Ressources supplémentaires sur le site All In Diary Liens internet pour plus d’informations
Guidelines on Using Interpreters, © Kwintessential Conseils pour recruter des interprètes : http://www.justicewomen.com/
Language and Culture specialists (en anglais) (en anglais)

© 2013 All In Diary - www.allindiary.org


70 4ème édition - 2014
6.9 TRAVAILLER AVEC DES GROUPES

Facilitation et organisation d’ateliers


Les ateliers servent à analyser les problèmes, développer des plans
d’action, acquérir de nouvelles compétences, modifier les
comportements et renforcer les équipes.
Une bonne animation optimise les résultats des ateliers. Lorsque vous préparez un
atelier, vous devez pensez aux éléments suivants :
Se concentrer sur les résultats
Que va nous apporter cet atelier ? À qui est-il destiné ? Les parties prenantes sont-
elles d’accord avec les objectifs ?
Contraintes possibles
L’animateur a pour
 Temps : Quel est le temps nécessaire pour mettre les nouvelles compétences en
rôle de simplifier le
pratique ou pour résoudre le problème, quelle est la disponibilité des participants,
travail
et le coût de l’événement ?
 Lieu : Quel endroit permettra à toutes les parties prenantes d’être présentes (y Un animateur:
compris les bénéficiaires, femmes et minorités) ? - est objectif et neutre
 Culture de l’apprentissage : À quel type d’apprentissage les participants sont-ils - assure que les objectifs
habitués ? soient clairs et structurés
 Langue: Comment s’assurer d’une participation active malgré les langues - s’occupe de la gestion du
différentes des participants ? temps
Organisation - garde une vue
d’ensemble et se
Une bonne organisation est essentielle pour un événement réussi : concentre sur les
 Lieu : choisir soigneusement les locaux, logement, repas, rafraîchissements, résultats
équipement, - s’assure que les
 Participants : publicité, itinéraire d’accès, leurs besoins (transports, repas, discussions sont
pertinentes
logement, interprétariat, traduction, installations spécifiques pour handicapés), vos
besoins (itinéraire d’accès, préparation, ébauches de programme) - s’assure que chaque
participant a compris
 Animateurs et orateurs : invitation, transport, documentation, paiement si
nécessaire, organisation des séances, équipement et ressources nécessaires. - s’assure que les actions
sont acceptées par
 Documentation : impression et inventaire des documents etc., inscription des chaque participant et
participants, procédé d’évaluation. qu’elles sont retranscrites
Activités ET
Choisissez des exercices et activités variés et intéressants qui vous aident à atteindre - s’assure du bon
vos objectifs et optimisent la participation. Si possible, mettez en place : déroulement de
 Des groupes de travail : de différentes tailles, composés de participants l’événement
d’horizons différents et dont les fonctions sont variées - écoute et observe pour
 Des aides visuelles et autres ressources multimédia : cela favorise s’assurer que chacun
participe
l’apprentissage et permet de dépasser les barrières culturelles et linguistiques
- crée une atmosphère
 Des questions ouvertes : pourquoi, quoi, comment ? pour encourager une
détendue en faisant
réflexion plus large l’introduction, en plantant
 L’application des connaissances, travail de terrain : la pratique permet un le décor et en « brisant »
apprentissage plus efficace la glace
 La planification d’actions : encourager des actions claires à la suite de l’atelier - gère le rythme en,
Étapes d’un atelier de résolution de problèmes suggérant des pauses et
ménageant du temps
1. Introduction (clarifier les objectifs, présentations, briser la glace) pour des discussions
informelles
2. Définir le problème (quels sont tous les problèmes et les actions prioritaires ?)
(quelles actions en place ont déjà des résultats positifs?) - encourage la
participation, les idées
3. Identifier les causes (pourquoi ces questions et problèmes ?) créatives et la réflexion
4. Proposer des solutions (comment pourriez- vous résoudre le(s) problème(s) ?) individuelle grâce aux
(comment pouvez-vous optimiser les actions en place ?) questions, techniques et
exercices.
5. Se mettre d’accord sur une action (qui fera quoi, quand, et comment ?)
Ressources supplémentaires sur le site All In Diary Liens internet pour plus d’informations
Facilitating workshops, Seeds for Change 2012 http://www.mindtools.com/pages/article/RoleofAFacilitator.htm
Using questions in workshops, Seeds for Change 2009 http://www.redr.org.uk/objects_store/training_competency_frame
Facilitation tools for meetings and workshops, Seeds for work.pdf
Change, 2010 http://www.seedsforchange.org.uk/free/resources#grp

@2013 All in Diary - sur www.allindiary.org 4e edition - 2014


71
6.10 TRAVAILLER AVEC DES GROUPES

Médias humanitaires
Une communication appropriée et dans les temps est nécessaire pour Pour choisir quels
permettre d'atténuer les catastrophes, de s'y préparer, d'y répondre et médias utiliser,
d'assurer le rétablissement. Utiliser des médias divers permet de prendre en
maximiser l'accès aux informations et les opportunités de retours. compte...
La communication est essentielle AVANT les catastrophes (ex : alertes précoces, - Quelles sources
préparation aux catastrophes); PENDANT l'urgence (que faire, où aller et ne pas d'informations utilisent
aller, quelles sont les menaces, évaluations, mobilisation humanitaire, campagnes de généralement l'audience
santé publique); APRÈS l'urgence (ex:coordination, restriction des accès, leçons) que vous ciblez ?
Tendances dans les médias humanitaires - Quels sont les sous-
groupes (homme et
Les nouvelles technologies sont en perpétuelle évolution et le secteur humanitaire femmes, enfants, etc.) et
fait son possible pour utiliser ces améliorations de la meilleure façon possible, tout ont-ils accès à cette
en s'assurant que la population affectée, en particulier les groupes les plus variable ?
vulnérables, ne sont pas exclus. - Pouvez-vous utiliser plus
d'un média pour accroître
Médias Utilisations Limites l'impact ?
Sites Internet dédiés avec informations à jour. De nombreuses personnes
Internet Interactivité possible. Accès à une grande n'ont pas accès à Internet ou - Quelles sont les limites
quantité d'informations variées. ne savent pas s'en servir. technologiques qui
Centre Informations pratiques, précises et dans les Nécessitent des ressources : s'appliquent ?
d'appels / temps sur où trouver et comment accéder aux employés, idées et retours de (électricité, impression,
services humanitaires. nombreux participants. transport, informatique,
Assistance
accès Internet)
téléphonique
Peuvent être utilisés pour les évaluations, les Nécessitent un accès aux - Quelle quantité
Téléphones d'informations est
alertes précoces, les informations techniques et téléphones et réseaux et
portables et les mises à jour. Communication à 2 sens pour l'alphabétisation. adaptée à l'audience ?
SMS donner et recevoir des informations. Quelle qualité ?
Annonces de service public. Très utile pour L'accès aux radios peut être - À quelle vitesse les
Radios com-
accéder aux femmes. Transcriptions dans les limité/réduit par les informations doivent-elles
munautaires langues locales. catastrophes. être communiquées ?
Réseaux Blogs, Facebook, Twitter, YouTube. Utiles pour Informels. Problèmes d'accès Combien avez-vous de
la dissémination des informations. De et manque de contrôle sur le temps pour les préparer
sociaux nombreuses structures et groupes les utilisent. contenu. Destinés en majorité
et les développer ?
à une population jeune.
Utile pour les acteurs principaux. Peut être utile Rassembler les adresses e- - Avez-vous un message
pour diriger vers le site Internet. Approche mail ; confidentialité ; standard pour une
E-mail personnelle. surcharge d'informations ; grande audience ?
mettre à jour les adresses. - Avez-vous besoin de
Utilisation des médias traditionnels / indigènes retours ?
Particulièrement efficaces pour la prévention L'audience doit savoir lire. - Avez-vous besoin
Journaux / d'archives
des catastrophes, les campagnes de santé Journaliste nécessaire.
Publications publique et les messages de plaidoyers. permanentes ?
Faciles à produire en grand nombre et à Processus de distribution - Le message doit-il être
Brochures / distribuer. Utiles pour informer et conseiller les nécessaire. Aucune garantie régulièrement mis à
Newsletters / passants. Facilité d'installation. Utiles pour les que le message sera lu. jour ?
Affiches / messages simples. Comment attirer l'attention de - Comment l'impact doit-il
Panneaux l'audience ? Non interactif.
être suivi ?
Quantité limitée d'informations.
Outils de formation utiles. Peuvent être Équipement nécessaire. Peut
divertissants / permettent de dépasser le être trop générique. Production
Vidéos / manque d'alphabé-tisation. Interactivité peut prendre du temps et mise
CD / DVD possible. Utilisation de l'audio et de la vidéo à jour difficile.
Peuvent contenir une grande quantité
d'informations. Faciles à distribuer.
Réseaux Les informations circulent rapidement par Peut être élitiste. Les
com- bouche-à-oreille. Utilise les structures, messages peuvent être mal
dirigeants et lieux de rencontres en place. interprétés.
munautaires
Utilise les méthodes indigènes / traditionnelles Difficile d'assurer que le Conserver une bibliothèque
Histoires pour encourager l'exploration et message sera clair. Doit être photo de votre programme
l'apprentissage. approprié et précis. Peut peut vous aider à
racontées /
Outils puissants d'apprentissage pour les exclure certains groupes. Non communiquer vos messages.
Théâtre / Jeux campagnes de santé publique et la prévention approprié pour certains
/ Photos / etc. des catastrophes. Intéressants, divertissants, groupes.
interactifs.
Ressources supplémentaires sur le site d'All in Diary : Liens Internet pour plus d'informations
Towards a Code of Conduct for use of SMS in disasters, GSMA Disaster Actualités sur les nouvelles technologies : http://www.iicd.org/
Response, 2013 Formation et outils en ligne de communication :
Utilizing Community Media in a Digital Age, © WCCD, 2009 http://infoasaid.org/e-learning/course/start
Successful Communication – A Toolkit for Researchers and Civil Society, www.odi.org.uk/rapid/tools/toolkits/communication/tools.html
© ODI, 2005, Hovland www.internews.org/global-issues/humanitarian-information
Communications Planning for NGOs,CSOs,CBOs © IMPACS, 2006 http://www.unicef.org/ceecis/BCC_full_pdf.pdf

© 2013 All In Diary - www.allindiary.org


72 4e édition - 2014
7.1 GESTION DES PERSONNES EN CAS D'URGENCE

Gestion du personnel humanitaire


Le personnel et les bénévoles sont une ressource essentielle pour Amplifier les capacités des
répondre aux situations d'urgence. La manière dont le personnel ressources humaines
Trouver et préparer le nouveau
est géré et l'investissement dans leur développement, ont une personnel peuvent être difficiles
incidence sur leur efficacité. et ils doivent être « prêts à
démarrer ». Préparez-vous à :
People In Aid – le Code de Bonne Pratique  inclure la capacité des
membres du personnel
Il s'agit d'un outil reconnu au niveau international et d'un volet de concernés et des plans de
l'Initiative conjointe des normes (www.jointstandards.org) en vue d'aider recrutement dans la
les organismes à améliorer la qualité de leur gestion des ressources planification d'urgence ;
humaines. Il peut contribuer à l'efficacité et à l'impact améliorés du  mettre en place un
programme. Il est important d'examiner comment ces principes peuvent recrutement « d'urgence » et
des procédures de
être appliqués concrètement au niveau organisationnel et sur le terrain. nomination
 Assembler une orientation de
Principes clés : base et documents
d'information ;
 formaliser le transfert entre
1. Stratégie des ressources humaines membres du personnel ;
Comment pouvez-vous garantir que les employés qualifiés sont recrutés et  investir dans le
déployés opportunément pour répondre aux objectifs du programme ? développement des
Avez-vous les moyens pour employer, gérer, soutenir et les former ? capacités du personnel
2. Politiques et pratiques du personnel subalterne ;
Vos politiques et pratiques du personnel sont-elles écrites et compréhensible approcher les anciens
fonctionnaires ou
par tous ?
partenaires.
Sont-elles appliquées de façon uniforme à tous les employés et tiennent- Travailler avec des
elles compte des dispositions juridiques pertinentes et des normes bénévoles
culturelles ? Les bénévoles peuvent fournir
Sont-elles équitables, efficaces et transparentes ? une capacité supplémentaire
3. Gestion des personnes vitale et aider dans les
programmes au niveau
Les employés ont-ils des objectifs de travail et des normes de rendement communautaire,
clairs?  Gérer le recrutement des
Les gestionnaires sont-ils formés et soutenus pour bien gérer ? bénévoles à l'instar du
Les lignes de communication sont-elles clairement définies ? recrutement de personnel
4. Consultation et Communication avec des termes de
référence clairs et un
Tout le personnel est-il informé et consulté sur les questions qui affectent
processus d'entrevue
leur emploi ? approfondi.
Les gestionnaires et employés comprennent-ils comment communiquer et  Identifier qui sera
participer ? responsable de la gestion
5. Recrutement et sélection des bénévoles.
Vos politiques et pratiques visent-elles à attirer et à sélectionner le plus large Sensibiliser tout le monde au
groupe de candidats qualifiés pour le poste ? sein de l'organisation au
sujet des rôles et
Vos processus sont-ils clairs, justes et cohérents ? responsabilités des
6. Apprentissage, formation et perfectionnement bénévoles.
Tous les employés reçoivent-ils une induction et une séance d'information?  S'assurer que les bénévoles
Le personnel sait-il quelle formation et quel perfectionnement ils peuvent sont pleinement informés de
espérer et de telles occasions sont-elles offertes équitablement leurs droits et conditions de
7. Santé et sécurité travail.
 S'assurer qu'il y a suffisamment
La sécurité, la santé et la sécurité de votre personnel sont-elles une de fonds pour couvrir les
responsabilité primordiale de votre organisation. activités de bénévolat par
Avez-vous des politiques écrites claires ? exemple le transport et la
Comprennent-elles l'évaluation de la sécurité, les voyages, les risques nourriture.
sanitaires et les plans ?  Motiver et retenir des
bénévoles sont tout aussi
Les gestionnaires et le personnel sont-ils approuvés et formés à leurs importants que pour le
responsabilités ? personnel.
Ressources supplémentaires sur le site Web de All in Diary Liens Web pour plus d'informations
People In Aid Code of Good Practice © 2003 People In Aid People In Aid website: http://www.peopleinaid.org
Most Important Staffing Factors for Emergency Response, © 2006 ECB Emergency Capacity Building Programme (ECB):
Enhancing Quality in HR Management © 2004 People In Aid http://www.ecbproject.org/staff-capacity/staffcapacity

© 2013 All In Diary - www.allindiary.org 73 4th edition - 2014


7.2 GESTION DES PERSONNES EN CAS D'URGENCE

Recruter et séléctionner le personnel


Il est primordial d’employer la bonne personne, au bon endroit et au bon Entretiens
moment. Une erreur peut être coûteuse et préjudiciable pour les multiculturels
personnes et pour la réputation et les activités des organisations.
Faire passer un entretien à
« Nos politiques générales et pratiques visent à attirer et à sélectionner une main d’oeuvre diverse des personnes de cultures
dotée des compétences et capacités nécessaires pour répondre à nos exigences ». Principe 5 différentes peut rendre la
People in Aid - Code de Bonne Pratique tâche plus difficile.
RECRUTEMENT SELECTION Voici quelques éléments
Définissez les besoins Presélection qui peuvent aider à réduire
Déterminez ce qui doit être fait. Pensez à la possibilité
les effets des différences
Evaluez les candidatures sur la base des de culture :
de redistribuer les tâches, de former le personnel actuel, qualifications en faisant attention aux partis pris
pensez au contrat à court et à long terme; envisagez le et à la discrimination.
recrutement d’un spécialiste ou d’un généraliste; d’une ETABLISSEZ LE
personne de la région ou d’un autre pays. Entretiens CONTACT
Description de poste N’oubliez pas de présenter votre organisation Prenez le temps
Déterminez les responsabilités du poste à pourvoir, et d’une façon positive et déterminer le meilleur d’expliquer clairement
les résultats attendus des personnes qui signent des candidat pour le poste à pourvoir. l’objectif de l’entretien et
contrats à court terme.  Accueillez le candidat et mettez-le à l’aise fixez-vous de buts
parce qu’il s’exprimera plus facilement dans communs – cela
Qualifications requises contribuera à créer un
une ambiance détendue.
Déterminez les compétences, l’expérience et les  Posez des questions au sujet de son climat de coopération.
qualifications requises pour le poste ? Evitez de fixer expérience, de ses compétences et de son état
des critères discriminatoires comme la religion, le d’esprit. Prévoyez de poser les mêmes SENTIMENTS ET
sexe, etc. questions à tous les candidats par souci MOTIVATIONS
Envisagez la manière dont vous évaluerez ces critères. d’impartialité et de cohérence.
 Evitez de poser des questions perçues somme Posez des ‘questions
Consultez un avocat discriminatoires par exemple en ne demandant projectives si le candidat
Consultez un avocat ou connectez-vous à qu’aux femmes qui s’occupe de leurs enfants. n’est pas habitué à parler
http://natlex.ilo.org avant d’enclencher le processus de  Donnez des informations sur l’organisation et le de ses sentiments et de
recrutement pour vous assurer que les procédures et les poste à pourvoir. ses motivations.
contrats soient conformes aux lois en vigueur; ou  Donnez des informations sur les étapes Ex : demandez-lui de
demandez conseil aux responsables RH, ou aux autres ultérieures. décrire son meilleur ami ou
organisations de la région qui ont de l’expérience en la un collègue et d’expliquer
Posez des questions ouvertes (parlez-moi de…
matière.
comment… pourquoi avez-vous…). pourquoi il admire cette
Publication d’une annonce Soyez conscient de l’effet ‘de notoriété’, c-à-d personne.
Choisissez les mots et le support de l’annonce avec vous appréciez l’aspect d’un candidat, et vous
attention pour éviter toute discrimination envers certains
GERER LE STRESS
trouvez toutes les bonnes raisons qui font de lui
candidats. Donnez des indications claires et un timing un candidat idéal. La présence de deux Demandez aux candidats
précis. personnes à chaque entretien permet de vérifier de décrire leur pire
Pensez aux meilleures options pour encourager les les impressions et d’avoir un témoin lors des expérience et leur réaction
bonnes personnes à poser leur candidature et pour discussions. face à celle-ci, pour
éviter de recevoir trop de candidatures inappropriées Tests, vérifications et références comprendre comment ils
ex : candidatures antérieures, emails, avis, journaux, réagissent face à des
radio locale, bouche à oreille. Demandez au candidat de: situations difficiles.
Chasseur de tête – s’adresser à quelqu’un que vous - donner des preuves de ses qualifications, des
connaissez présente des avantages, mais peut aussi exemples d’emplois précédents. STEREOTYPES ET
conduire à une concurrence malsaine entre agences. - faire une présentation, une étude de cas, ou PREJUGES
des tests.
Organisez des forums RH qui permettent aux agences Soyez conscient de vos
de combiner leurs ressources de manière efficace Des références d’employeurs précédents préjugés face à un accent,
peuvent être utiles pour effectuer des une apparence, etc.
Candidatures vérifications mais il faut demander la permission
Un formulaire de candidature standard permettra au candidat. EVALUATION DU
d’établir une liste de candidats facilement. COMPORTEMENT
Faire une offre d’emploi
Les CVs sont plus simples et plus rapides MAIS :
Préparez et envoyez les documents nécessaires Utiliser un format standard
- l’information n’est pas standardisée pour noter les questions et
(dans la langue appropriée) en accord avec la
- les différences culturelles peuvent engendrer une législation locale. les réponses de tous les
mauvaise interprétation. candidats.
Arrivée du nouvel employé
A la fin de l’entretien,
* Les compétences mettent l'accent sur les Préparez l’arrivée de votre nouveau collègue et
demandez-vous si certains
réalisations individuelles qui peuvent être associées assurez-vous qu’il soit productif rapidement.
Assurez-vous que tous les membres de l’équipe
comportements pourraient
à leur rendement au travail. Même si un candidat être un handicap pour le
soient informés qu’une personne vient les
n'a pas une expérience antérieure, il/elle peut avoir poste à pourvoir ou s’ils
rejoindre.
tous les traits techniques et personnels nécessaires relèvent seulement de vos
ou une expérience dans un autre cadre. préjugés.
Ressources supplémentaires sur le site All In Diary Liens internet pour plus d’informations
Managing Others, Pick up & go guide, © 2006 Oxfam http://www.peopleinaid.org/interactive/Wikis/MPE/Recruitment
Recruitment & Selection © 2008 People in Aid http://www.aidworkers.net/?q=advice/humanresources/recruitment;
Recruitment & Selection Manual, J. Satterthwaite, 2007 http://www.peopleinaid.org/pool/files/pubs/international-recruitment-
VSO resource-sheet-final%281%29.pdf
Humanitarian Competency Frameworks, cbha 2010 http://www.peopleinaid.org/publications/goodjobdescription.aspx

Des pages, des ressources et des mises à jour sont téléchargeables sur www.allindiary.org Janvier 2009
74
7.3 GESTION DES PERSONNES EN CAS D'URGENCE

Briefing et passage de relais


Les briefings et les passages de relais sont déterminants
pour la continuité des projets, et pour assurer l’efficacité des
nouveaux membres de l’équipe.
Alors qu’un briefing donne des informations essentielle sur les politiques, les
procédures, le contexte général et les exigences du poste, le passage de relais
a pour objet de donner des informations sur l’activité quotidienne.
« Ne pas se préoccuper du passage de relais, laisser place aux rumeurs et au mieux organiser une
visite rapide des locaux est le pire scénario qui puisse arriver » Richard Lorenz Aid Workers Forum
23.10.2002
Briefing Passage de relais
Chaque personne qui rejoint une La source d’information la plus précieuse
organisation a droit à un briefing qui est la personne qui occupait la fonction Utiliser All In Diary
présente les sujets suivants: jusqu’à l’arrivée du nouveau membre de comme un outil de
Présentation physique: l’équipe. Si le passage de relais n’est pas passage de relais.
planifié ni organisé, cela risque de nuire
Où puis-je trouver les personnes, les au programme. Prenez des notes et
ressources, les informations? Où puis-je notez des informations
manger et dormir? - Il vaut mieux une heure (même à
dans cet agenda, ce sera
l’aéroport) que rien du tout
Présentation de l’organisation: un outil prêt à l’emploi
- L’idéal est de travailler ensemble pour votre successeur.
Quelle est ma place au sein de pendant une semaine parce que cela
l’organisation? Quels sont les valeurs et permet de faire les présentations avec les Ceci peut contribuer à la
les objectifs de l’organisation ? autres membres de l’équipe et avec les continuité,
particulièrement dans les
Santé et Sécurité: partenaires;
toutes premières phases
Quelles sont les procédures concernant - Une période de deux semaines serait d’intervention suite à une
la santé et la sécurité? un luxe inestimable. catastrophe.
Termes et Conditions du contrat: Si une rencontre face à face n’est pas Les notes peuvent
possible, des notes, des dossiers en contenir:
Comment serai-je payé ? A quoi ai-je ordre sont un minimum absolu.
droit? Que dois-je faire si j’ai un  Des contacts utiles.
problème ? En préparant la transmission vous devez
 Contraintes et
considérer: démarches imposées par
Présentation du pays:
Le statut actuel du programme: le contexte local.
Historique du pays et de la région?
Nature et étendue de la catastrophe, finances, problèmes, contact clés, etc.  Décisions clés pour
développer votre projet.
cartes et plans. Bref historique:
 Leçons tirées jusqu’à
Présentation du programme: Réalisations, leçons apprises, difficultés. aujourd’hui.
Quels sont les buts et les objectifs; le Priorités des semaines à venir:  Problèmes de sécurité,
financement; les progrès; les défis du  activités quotidiennes, engagements de logistique.
programme? Quelles sont les politiques réguliers, et contacts  Réunions qui se sont
et les procédures? tenues et leurs résultats.
 événements spéciaux, exceptionnels
Exigences de la fonction:  Suivi à faire rapidement,
 projets en cours,
Quels sont mes objectifs et quels sont les les problèmes en
 fonctions particulières par ex présider suspens.
délais ? Comment seront revues mes
une réunion.
performances ? Quel est mon rôle au  Observations générales
sein de l’équipe ? Généralités: et suggestions.
façon de travailler; meilleure source  Heures de travail et jours
d’information; conseils ex: comment et fériés.
où se détendre!  Faits culturels.
Commencez à compiler les notes de  Equipements locaux.
Les briefings sont souvent organisés par
transmission quelques semaines avant
le siège avant le départ, mais un briefing
votre départ – notez les problèmes qui
par téléphone par les personnes sur le
continueront ou qui surviendront dans le
terrain peut être utile et un briefing
futur. Durant les derniers jours, révisez et
complet à l’arrivée est primordial.
actualisez vos notes.
Ressources supplémentaires sur le site All In Diary Liens internet pour plus d’informations
Induction, Briefing and Handover Guidelines, © 2005 People In Managing People in Emergencies wiki:
Aid; http://www.peopleinaid.org/interactive/Wikis/MPE/Briefing_and_
Handover checklist, © 2007 People In Aid handover

© 2013 All In Diary - www.allindiary.org 4th edition - 2014


75
7.4 GESTION DES PERSONNES EN CAS D'URGENCE

Sécurité du personnel
Le travail humanitaire peut comporter une certaine insécurité.
La sécurité, une bonne santé et la sécurité du personnel sont
une responsabilité primordiale de votre organisation.
La check-list ci-dessous traite de problèmes généraux auxquels vous, en tant que
membre du personnel, devriez penser et dont vous devriez devenir expert tout au long
de votre mission.
VOYAGE COMMUNICATIONS
• Sachez quand il faut attacher votre • Familiarisez-vous avec votre plan de De RedR-IHE Personal Security
ceinture (ex: les voyages en général) et sécurité organisationnelle. dans Emergencies training course
quand ne pas les porter (ex : dans
 Apprenez à utiliser tout l'équipement de
certaines zones de conflit).
communication avant de vous déplacer, par
Pensez ‘sécurité
• Ralentissez et, si vous avez un chauffeur,
insistez pour qu’il roule à une vitesse exemple les téléphones, la radio, le et sûreté’ à tout
prudente. Ne vous arrêtez PAS pour des téléphone satellite, etc. moment
accidents routiers, des points de contrôle • Renseignez-vous auprès de la personne
suspects ou carry des passagers armés par responsable de la sécurité au sein de votre
exemple des policiers ou soldats. Soyez préparé:
équipe.
• Assurez-vous que quelqu’un ait une copie
de votre plan de route • Etablissez un plan et une chaîne de - assistez à toutes les
communication:
- les routes par lesquelles vous passerez formations sur la
- les arrêts prévus - Reporting et procédures d’appel sécurité personnelle et
- les points de contacts lors des arrêts - Radio et fréquences les communications
- le temps prévu pour le voyage. - Contact et systèmes de back up.
 Portez une copie de
avant votre mission.
votre passeport, permis, carte d'identité de • Assurez-vous que tout le monde sache quoi
travail et des fonds d'urgence faire aux postes de contrôle, dans le cas d’un - demandez des
 Renseignez-vous sur la route et les accident etc. informations sur les
conditions de sécurité. ▪ Conserver une copie des plans et problèmes de sécurité
 Prenez de la nourriture, de l’eau et des procédures dans un endroit sécuritaire et avant de signer votre
pièces de rechanges supplémentaires, etc. accessible contrat
 Signalez votre présence régulièrement • Partagez ces plans avec les autres équipes.
par radio ou telephone
 Après chaque voyage, rendez compte
• Conservez une liste de points de contact - documentez-vous sur
(interne et externe) la situation du pays ou
sur la route et les conditions de sécurité.
DANGERS EVACUATION de la partie du pays
• Soyez conscients des risques et faites un • Se familiariser avec les plans d'évacuation dans laquelle vous
rapport sur les risques et menaces allez travailler
d'urgence :
potentiels
- coordination avec les ambassades et les forces de
• Evaluez les besoins pour des vêtements sécurité correspondantes ONG/ONU - à votre arrivée,
de protection demandez un compte
- procédures d'arrêt ;
• Dans un logement, vérifier la sécurité des
portes et fenêtres, des sorties de secours et
- points de rassemblement ; rendu sur la sécurité
- équipement de survie et fournitures (quantité,
de tous extincteurs et détecteurs de fumée
localisation, accès, communicationss) ; - identifiez les
• Soyez conscients des problèmes de santé
- méthodes de transport pour l'évacuation (terrestre,
éventuels pour vous et votre équipe
aérienne, maritime) ;
menaces spécifiques
• Soyez conscients des problèmes de
- points d'évacuation et les itinéraires (aéroport,
sécurité ex: les zones de danger (foules, frontière, route spécifique) indiques sur les cartes ; - restez informé
zones minées, groupements aux
frontières) ; les dangers physiques - véhicules équipés et préparés pour l'évacuation.
(augmentation de l’activité criminelle, • Discuter ou répéter le plan d'évacuation et - évitez la
bombardement) examiner ou le mettre à jour, le cas échéant complaisance
• Ecoutez les personnes qui vivent dans la • Vérifier tout plan d'évacuations sanitaires et
région pour évaluer le niveau de risques d'urgence Si vous n'êtes pas
▪ Sachez où se situent les zones sécurisées • Énumérer les objets personnels à prendre ou à confortable au sujet
et les endroits où se trouvent les membres laisser en cas d'urgence et l'emplacement de d'une affectation ou d'un
de votre équipe. ces objets voyage-ne le faites pas
Ressources supplémentaires sur le site All In Diary Liens internet pour plus d’informations
Safety and security for national humanitarian workers © 2011 UNOPS Basic Security in the Field-
OCHA https://training.dss.un.org/courses/v21/pages/dss_login_register.php
Be Safe, Be Secure: Security Guidelines for Women Conseils généraux : https://aidworkersecurity.org/
©UNDSS 2006; https://sites.google.com/site/ngosecurity/Safety&securitymanuals
Staying alive-safety and security guidelines for humanitarian http://www.aidworkers.net/?q=Advice/ sécurité
volunteers in conflict areas, © ICRC, 2006 Article : http://www.odihpn.org/report.asp?id=3118

© 2013 All In Diary - www.allindiary.org


76 4TH edition - 2014
7.5 GESTION DES PERSONNES EN CAS D'URGENCE

Planification et efficacité personnelles


Travailler lors des interventions d'urgence représente un défi. Pour
être le plus efficace possible, vous devez vous efforcer de rester
motivé, confiant et organisé au milieu du chaos.
4 comment devenir personnellement plus efficace
1. Comprendre ce qui vous vous motive et vous inspire Quel parti
souhaitez-vous tirer de cette expérience ? Est-ce réaliste ? Concentrez-vous sur
ce qui est important pour vous et gardez une attitude positive. Rester en contact
avec la famille et les amis par téléphone/mail et gardez sur vous photos et Gestion du temps
souvenirs.
Travaillez plus vite
2. Continuez à apprendre et vous améliorer Quels sont vos points forts et - Commencez et terminez
les domaines à développer ? Comment faire pour équilibrer un dur labeur et la les réunions à l'heure
réalisation des objectifs avec les loisirs ou la famille ? Développer des qualités - Ne repoussez pas à
d'écoute, d'empathie, de communication claire et de relaxation plus tard
3. Organisez-vous Dans les interventions d'urgence, tout est urgent, mais être - Occupez-vous des
organisé permet de gérer les priorités les plus importantes et de diminuer le temps sujets importants quand
perdu et le stress. Mettez au point un plan de travail et un classement clairs. (voir vous êtes le plus alerte.
Conseils de gestion) - Fixez-vous des délais et
modifiez-les seulement
4. Restez en forme et en bonne santé Il est important d'avoir un régime si la situation évolue
équilibré, des exercices physiques réguliers et six à huit heures de sommeil par - Concentrez-vous sur les
jour. (Voir la page Rester en forme et gérer le stress). Faites en sorte d'avoir des problèmes à la fois
pauses de repos et relaxation régulières. urgents ET importants
Planification personnelle pour des affectations d'urgence sur le terrain Travaillez plus
 Pensez à la manière dont vous allez supporter les conditions sur le efficacement
terrain : vivre sous une tente, sans intimité, peu d'assainissement, des - Planifiez votre travail
rations d'urgence, affronter la mort et la destruction, apporter un soutien - Établissez des priorités
psychologique, etc. réalistes
Avant - Faites des listes de
 Préparez votre voyage, pour la santé, les finances, l'assurance, les
papiers personnels, bagages et autres biens. choses à faire
 Veillez à ce que l'organisation vous donne des instructions claires, - Prenez le temps de
réfléchir au cours de la
précise vos conditions générales, votre lieu de travail et vos collègues
journée
de travail. (voir la page Instructions et passation de pouvoir) - Faites des pauses au
 Veillez à donner des instructions claires sur le terrain, y compris pour la cours de la journée
sécurité - Planifiez les réunions et
 Précisez vos tâches, vos attentes et la voie hiérarchique. appels téléphoniques
Pendant  Établissez votre espace de travail et de communication, votre adresse - Faites en sorte que
votre bureau soit bien
mail. Accès internet, téléphones, Skype, classement des dossiers, etc.
 Faites connaissane avec votre équipe au bureau et sur le terrain. rangé
- Soyez patient
 Mettez en place la vie de tous les jours, par exemple repas, logement,
- Demandez à un ami de
transport, exercice physique, loisirs. vous donner du
 Localisez les installations, dentaires, bancaires, postales et feedback
téléphoniques Faites-en moins
 Pensez à la personne qui prendra la relève; que faut-il signaler? - Déléguez quand c'est
 Organisez un débriefing et un examen médical complet. nécessaire
 Maintenez les contacts que vous trouvez importants. - Soyez clairs quand les
Après  Prévoyez de parler de votre travail au public, par exemple dans des demandes sont
réunions ou avec la presse. impossibles à satisfaire
 Donnez-vous le temps de vous réadapter à la vie et au travail - Découragez les
réunions inutiles
Planification personelle des interventionsd'urgence - Ne prenez pas en
Planifiez pour des catastrophes futures. Préparez une liste de contrôle du matériel charge les problèmes
dont il faut disposer, que ce soit pour une évacuation ou rester sur place avec des des autres
services limités : - Rappelez-vous de la
– ordinateur portable, accès Internet, imprimane, télépone portable, chargeurs, radio sur règle 80:20.....
piles, réservoir d'essence plein 80 % de votre travail
– sauvegardez les document administratifs importants, et conservez-les en sécurité et prend 20 % de votre
accessibles
– conservez les documents personnels en sécurité et accessibles, à des fins d'identification temps
et financières
Ressources supplémentaires sur le site All In Diary Liens internet pour plus d’informations
Prospectus sur la gestion du temps, InTuition Consultancy, 2011 http://www.mindtools.com/fulltoolkit.htm:
How to Make Time to Think 3D HR, 2009 http://www.businessballs.com/timemanagement.htm

© 2013 All In Diary - www.allindiary.org


77 4e édition - 2014
7.6 GESTION DE PERSONNES EN CAS D'URGENCE

Rester en bonne santé et gérer le stress


Après les catastrophes le travail est forcément stressant.
Cependant, la mauvaise santé et les niveaux élevés de stress
affectent le bien-être de l'individu et peut mettre les autres en
danger.
Reconnaître le stress
Le stress peut résulter d’une accumulation de plusieurs facteurs comme une charge de
travail trop lourde dans un environnement difficile ou frustrant comme le sont les situations
d’urgence. Cette situation peut mener à l’épuisement professionnel connu en anglais sous le
nom « burn out ». Gérer la pression
Le stress aigu est une réaction à une situation traumatisante (lorsqu’on est témoin ou que et le stress
l’on expérimente personnellement un traumatisme) comme cela peut être le cas à la suite La pression est
d’une catastrophe. positive si elle est
Un état de stress post traumatique peut survenir des semaine ou des mois après un gérée efficacement,
événement traumatique et il peut conduire à un état de stress aigu continu.
MAIS...
Les symptômes du stress aigu peuvent être : trop de pression
Physiques Pensée Émotion Comportement mène au stress, à la
Maux de tête/douleurs Mauvaise Peur, anxiété Hyperactivité mauvaise santé et à
Nausées concentration Culpabilité, Dangereux au une prestation
Fatigue Mauvaise mémoire désespoir volant
médiocre.
Accélération du rythme Confusion Dépression Surmenage
cardiaque Réaction Ressentiment Accès de colère Conseils pour
Transpirations et rapide/lente Colère, irritabilité Raisonneur chaque journée
frissons Mauvaise prise de Perte de l'humour Ne pas prendre de travail en cas
Tremblement décision Éloigné des soin de soi
de catastrophe
Cauchemars Attitudes négatives autres
Rester en bonne santé et atténuer le stress :conseils 1. Dormez
Les travailleurs humanitaires courent le risque de devenir abattus, stressés et sujets aux suffisamment
maladies. Vous pouvez atténuer ces risques en suivant ces recommandations : 2. Mangez et buvez
 Développez un système de support  Essayez des exercices légers ou
suffisamment
avec 2-4 personnes pour vous l'étirement et prenez des pauses 3. Variez le travail
dépanner et vérifier mutuellement et régulières. que vous faites
périodiquement les uns des autres. 4. Faites des
 Parlez à l'une des personnes de soutien
 Encouragez et appuyez vos lorsque vous vous sentez importuné par exercices légers
collègues de travail. quelque chose. 5. Faites quelque
 Prenez soin de vous physiquement  Limitez la consommation d'alcool et de chose d'agréable
en buvant beaucoup d'eau et en tabac. 6. Concentrez-vous
mangeant souvent de petites sur ce que vous
 Restez en contact avec votre famille et
quantités de nourriture. avez bien fait
vos amis.
 Essayez d'être flexible et acceptez le 7. Prenez le temps de
 Reconnaissez vos limites et acceptez-les.
changement réfléchir à ce que
Principes pour le gestion du stress par les agences humanitaires vous avez appris
1. Politique : l'agence a une politique 5. Soutien continu pour que le personnel aujourd'hui
écrite et active pour prévenir ou confronte ses rs contraintes quotidiennes. 8. Partagez une
atténuer les effets du stress. 6. Soutien au moment de crise et gestion blague privée,
2. Dépistage et évaluation : de la pour un soutien adéquat et culturellement jouissez d'un
capacité du personnel à répondre à et adapté au soutien aux incidents traumatiques certain humour
à faire face au stress anticipé dans la ou périodes stressantes de travail.
fonction. 7. Soutien en fin d'affectation – pratique, 9. Priez, méditez ou
3. Préparation et formation : pré- affectif et culturellement adapté à la fin des détendez-vous
affectation la gestion du stress. affectations ou des contrats. 10. Appuyez un
4. Surveillance des niveaux de stress 8. Soutien après l'affectation - politiques collègue
parmi le personnel sur une base claires et écrites pour le personnel affecté... Adapté du Wellness Briefing
continue par le biais de 1:1 s etc. for Relief Workers – Save the
Adapté de © Antares Foundation (2012) ‘Managing stress in humanitarian workers’ Children, Haiti, 2010
Ressources supplémentaires sur le site All In Diary Liens internet pour plus d’informations
Managing Stress in Humanitarian Workers – guidelines for good practice © 2012, http://www.headington-
Antares Foundation: institute.org/default.aspx?tabid=2258: Programme de
Managing Stress in the Field, © 2009, IFRC formation en ligne
How to manage leadership stress, © 2009 Center for Creative Leadership http://www.iamat.org/index.cfm - Health advice

© 2013 All In Diary - www.allindiary.org


78 4th edition - 2014
7.7 GESTION DE PERSONNES EN CAS D'URGENCE

Travail d'équipe
Le travail d'équipe est l'essence même du travail humanitaire. Mais, Modèle de
inculquer un sens aigu du travail en équipe est particulièrement difficile développement de
lorsque plusieurs professions, cultures, styles et attentes se mélangent et groupe de Tuckman
qu'il existe une rotation élevée du personnel.
L'efficacité de l'équipe exige une atmosphère de...
Engagement : par tous les membres de l'équipe à un but commun. Quelle est
la clarité du but de votre équipe ?
Coopération et collaboration – avec les membres de l'équipe travaillant pour
et avec les autres, en reconnaissant et en partageant leurs compétences et
leurs connaissances. Dans quelle mesure votre équipe comprend-elle Les groupes et équipes
clairement d les rôles et responsabilités es uns et des autres ? passent par des étapes
Discussion et procédures décisionnelles - Les décisions peuvent être prises bien reconnues : vous
soit par i) le leader ; ii) une minorité sélectionnée de l'équipe (par exemple ceux devez encourager les
ayant une expertise sur la question) ; iii) une majorité ; ou iv) l'équipe peut équipes à les franchir
aussi rapidement que
parvenir à un consensus, dans lequel tout le monde est d'accord dans une
possible.
certaine mesure avec la décision. Dans quelle mesure les membres de votre
Formation
équipe comprennent-ils clairement ce que l'équipe devrait décider, comment ils
Premières réunions ;
prendront la décision, et qui en sera responsable ?? méfiance du partage :
Gestion des conflits - Le conflit est un élément inévitable du processus Besoin d'apprendre à
décisionnel, mais il peut détruire le processus s'il n'est pas géré correctement. connaître les uns les
Utilisez ces six étapes pour aider votre équipe à travailler pour surmonter ses autres ; clarifier les
conflits. attentes
Étape 1 : Clarifiez et identifiez la cause du conflit, puis essayez de comprendre Remue-méninges
le point de vue des uns et des autres. Commencer à briser la
glace ; différence
Étape 2 : Trouvez des objectifs communs, dont tous les membres peuvent d'opinions, défis au
convenir. leadership : Nécessité
Étape 3 : Déterminez quelles sont les options de l'équipe. de gérer les conflits
Étape 4 : Identifiez et éliminez les obstacles à un consensus. Normalisation
Commencez à vous
Étape 5 : Trouver une solution que tout le monde peut accepter. mettre d'accord sur la
Étape 6 : Assurez-vous que toutes les parties comprennent bien leur façon de travailler
interprétation de la solution. ensemble : comment
Communication ouverte, honnête et fréquente - Les équipes à succès établir des règles,
élaborent des processus de communication efficaces : cela signifie que les procédures, et
membres de l'équipe comprennent et utilisent les compétences de processus p.ex.
communication suivantes, qui inspirent chez ses membres de la confiance et un comment partager des
informations ; comment
sentiment d'appartenance. Quel est le degré d'efficacité des communications
gérer les désaccords,
de votre équipe ? comment animer des
Compétences essentielles pour instaurer la confiance réunions :Besoin de
 L'écoute et la compréhension des points de vue des uns et des autres garantir des procédures
 Le sacrifice : être prêt(e) à donner et à prendre efficaces
 Le partage : information, compétences, ressources Rendement
 La communication : ouverte, honnête et respectueuse Confortable, ouvert,
 La langue : augmenter l'inclusion en acceptant une ou plusieurs langues déléguer des tâches,
assumer différents rôles
communes ; éviter le jargon ; parler d'une manière positive
: Nécessité de maintenir
 Le dur labeur et la compétence : travailler pour l'équipe et pas seulement l'efficacité
pour eux-mêmes, et en utilisant les compétences de chacun Ajournement
 La persuasion : Encourager tous les membres à échanger, à défendre et à La tâche du Groupe se
adapter leurs idées termine : Vous devrez
Examiner régulièrement l'efficacité avec laquelle votre équipe pense créer un dénouement
travailler ensemble – et adapter en conséquence. positif.
Ressources supplémentaires sur le site Web de All In Diary : Liens Web pour plus d'informations
How to build trust in diverse teams, © ECB Project, 2007 http://www.peopleinaid.org/resources/publications.aspx?category=H
Teams and Team Working, 2009 ow+To+Guides -
How to Build a Successful Team, 2009, People In Aid & Center for http://www.peopleinaid.org/pool/files/pubs/how-to-manage-conflict-
Creative Leadership with-colleagues.pdf

© 2013 All In Diary - www.allindiary.org


79 4th edition - 2014
7.8 GESTION DES PERSONNES EN CAS D'URGENCE

Apprentissage et développement professionnel


“C’est la responsabilité du travailleur humanitaire de développer son
esprit d’équipe, de saisir chaque occasion pour enrichir et actualiser
ses connaissances grâce à son travail de manière à pouvoir les
transmettre à ses pairs et successeurs.”
– © ODI 2004, Faulkner & Foster, ALNAP, Managing Learning at the Field Level in the Humanitarian Sector
Les facteurs suivants détermineront la façon dont cet objectif pourra être
atteint:
- Les connaissances, les compétences ou l’attitude que l’apprenti souhaite acquérir
APPRENTISSAGE
développer.
ORGANISATIONNEL
- Le niveau de connaissance, de compétences dont l’apprenti a déjà fait preuve.
Dans l’environnement
- Le style d’apprentissage préféré de l’apprenti.
changeant de l’aide
- Les ressources disponibles (personnes, argent, matériel, opportunités et temps). humanitaire, les
GROUPE D’APPRENTISSAGE DIRIGE GROUPE D’APPRENTISSAGE AUTONOME organisations doivent
- formation formelle et structurée et - les groupes autonomes sont ceux ou les continuellement
apprentissage en groupes de différentes membres apprennent les uns des autres s’adapter et apprendre.
tailles - Forum de discussion (forum où les personnes
- Stages de formation / Ateliers sont présentes ou forum électronique pour
échanger des idées, poser des questions, En plus des processus
(formations courtes organisés en interne
donner des réponses, apporter de l’aide sur les de contrôle et
ou non)
sujets pertinents) d’évaluation (C&E), les
- Briefings (petits exposés sur des
- Groupe d’apprentissage par l’action (réunions organisations doivent
problèmes spécifiques)
régulières pour étudier les solutions de vrais s’approprier l’expérience
- Formation itinérante (courtes sessions
problèmes et décider des actions à prendre) acquise par ses
dans différents lieux)
- Communautés de pratique (réseau informel employés grâce par
- Conférences (grandes réunions de
de personnes ayant des intérêts communs qui exemple :
consultation ou de discussion)
partagent leurs connaissances)
Avantages Inconvénients Avantages Inconvénients Réunions ou
- Possibilité de cibler une - Plus il y a de - Analyse de problèmes - Coordination débriefings sur les
large audience participants, plus le réels - Continuité Leçons Apprises par
- Création de contenu devra être - Basé sur l’action - Peut nécessiter un
compétences et de général l’équipe
- Pertinent animateur qualifié
connaissances - Le temps nécessaire - Facile à organiser - Considéré comme un Réunions régulières pour
- Création de relations et à l’organisation peut gadget collecter les
être important
- Utile pour les équipes qui
contacts travailllent sur un même - Pas de thématique apprentissages essentiels
- Echange d’information - Le coût site tirés du travail accompli et
- Devient « un endroit où
à double sens d’organisation peut des réalisations.
l’on cause »
être élevé
APPRENTISSAGE INDIVIDUEL APPENTISSAGE AUTONOME Débriefing individuel
- opportunités spécifiques d’apprentissage - actions individuelles, l’apprentissage à son
individuel rythme Demander aux personnes
de réfléchir et de partager,
- Coaching et Conseil (apporter des Apprentissage en autonomie: leurs expériences – les
conseils, des remarques et indications) - Livres, rapports, ressources téléchargeables bons et les mauvais points,
- Suivi (suivre et observer une personne - CD, vidéo, DVD, podcasts les ajustements faits et
expérimentée) - Apprentissage à distance recommandés.
- Visites de terrain (visiter des sites de Réflexion personnelle:
programmes réels) - Observer et écouter Entretien de sortie
- Démonstrations pratiques
- Journal de bord d’apprentissage (comptes Faire passer un entretien
- Stages/affectations provisoires rendus d’apprentissage) aux personnes qui quittent
(missions temporaires dans une autre l’organisation pour
organisation) rassembler des opinions
franches sur le travail,
Avantages Inconvénients Avantages Inconvénients
l’organisation, le
- Très spécifique - Ressources - Les documents écrits - Dépend de la programme, la gestion, etc.
- Apprentissage continu importantes transmettent des motivation individuelle
- Centré sur les besoins nécessaires messages standard - Les messages écrits
de chaque personne - Temps - L’audience peut être peuvent être trop
- Apprentissage pratique - Peut transmettre de importante généraux ou mal
mauvaises - Responsabilité et interprétés
habitudes motivation individuelle - Les documents peuvent
être long à produire
Ressources supplémentaires sur le site All In Diary Liens internet pour plus d’informations
Learning & Training Policy Guide © 2008 People in Aid General info: www.aidworkers.net; www.networklearning.org
The Humanitarian & Development Career Information Pack, http://www.phapinternational.org/activities/professional-
Article 25, RIBA Education Dept. 2011 development-program/overview2 Distance learning courses:
8th Review of Humanitarian Action 2009 – ALNAP at ODI http://www.the-ecentre.net/resources/1-1-1.cfm
Training programme: http://www.contextproject.org/
Des pages, des ressources et des mises à jour sont téléchargeable sur www.allindiary.org Janvier 2009
80