Vous êtes sur la page 1sur 7

1.

L'Arrivée à Paris

Le premier lundi du mois d'avril 1625, le bourg de Meung voit le jeune d'Artagnan, gentilhomme pauvre de
Gascogne, en route vers Paris pour entrer dans la compagnie des mousquetaires du roi Louis XIII, se faire
humilier par deux inconnus, dont il ignore qu'ils sont agents du cardinal de Richelieu : le comte de Rochefort
et Milady de Winter. Rochefort lui dérobe la lettre de recommandation écrite par son père à l'intention de M.
de Tréville, capitaine des mousquetaires du roi. À Paris, d'Artagnan se présente quand même à M. de
Tréville, qui ne peut lui promettre une place dans sa compagnie. En sortant de l'hôtel, alors qu'il cherche à
rattraper Rochefort, d'Artagnan provoque, bien malgré lui, les trois mousquetaires en duel, en heurtant
l'épaule blessée d'Athos, en se prenant les pieds dans le manteau de Porthos et en ramassant un mouchoir
compromettant d'Aramis.
Les duels sont interdits par le cardinal Richelieu. Trop heureux de prendre en défaut les mousquetaires du
roi, les gardes du cardinal interviennent alors que d'Artagnan s'apprête à croiser le fer. Les mousquetaires
refusent de rendre les armes et d'Artagnan se range alors du côté de ses anciens adversaires pour leur prêter
main-forte. Après un rude combat où les gardes du Cardinal sont défaits, les quatre jeunes gens se jurent
amitié. Reçu par Louis XIII, d'Artagnan se voit offrir 40 pistoles de la main du roi ; il entre comme cadet
dans la compagnie des Essarts du régiment des Gardes françaises.

Les Ferrets de la reine

Le jeune d'Artagnan s'éprend de l'épouse de son propriétaire, Constance Bonacieux, lingère de la reine Anne
d'Autriche, enlevée par Rochefort. La jeune femme, secourue par d'Artagnan, lui révèle que Richelieu
cherche à compromettre la reine en dévoilant la relation amicale que celle-ci entretient avec le duc de
Buckingham, favori du roi Charles Ier d'Angleterre. La reine, par l'intermédiaire de Constance, envoie
d'Artagnan à Londres récupérer les ferrets de diamant qu'elle a imprudemment offerts au duc. En effet,
poussé par le cardinal, le roi a demandé à la reine de paraître avec ces ferrets au prochain Bal des Échevins.
Pour être certain que la reine ne pourra obéir, Richelieu a chargé Milady de Winter de subtiliser deux des
ferrets qui sont en possession de Buckingham. D'Artagnan part pour l'Angleterre avec ses compagnons et
leurs laquais. Il laisse en chemin Porthos, aux prises avec un ivrogne, Aramis, blessé au bras, et enfin Athos,
accusé d’être un faux-monnayeur. Il rejoint enfin l'Angleterre avec un laissez-passer volé au comte de
Wardes (l'amant de Milady). Il voit le duc de Buckingham qui accepte de lui donner les ferrets et ordonne à
son joaillier personnel de fabriquer deux autres ferrets pour remplacer ceux volés par Milady. D'Artagnan
retourne à Paris juste à temps pour sauver la reine.

Le Siège de la Rochelle

Constance disparaît, enlevée sur ordre de Richelieu qui s'est assuré de la neutralité de son mari. D'Artagnan
se met en quête de ses amis avant de partir à sa recherche. Il retrouve Porthos blessé à la cheville et dans son
orgueil, Aramis prêt à entrer dans les ordres (ce dont il le dissuade grâce à une lettre de Mme de Chevreuse),
et enfin Athos encore enfermé dans une cave à vin. Ils rentrent à Paris où M. de Tréville leur apprend qu'ils
doivent se préparer à rejoindre le siège de la Rochelle. M. de Tréville annonce à d'Artagnan que le roi lui
accordera une place chez les mousquetaires après le siège. Pendant ses préparatifs, d'Artagnan rencontre
Milady et son beau-frère, Lord de Winter, qu'il provoque en duel. Vainqueur, d'Artagnan fait grâce à Lord
de Winter et obtient en échange une entrevue avec Milady, qu'il va courtiser. D'Artagnan obtient ses faveurs
et découvre que son épaule est marquée au fer rouge d'une fleur de lys, signe infamant la désignant comme
voleuse. Furieuse de se voir démasquée, Milady tente par deux fois de faire assassiner d'Artagnan.
À La Rochelle, Athos, Porthos et Aramis croisent le cardinal à la nuit tombante et acceptent de l'escorter
jusqu'à une auberge. Intrigués, les mousquetaires s'attardent et découvrent qu'il attend Milady. Il la charge de
tuer le duc de Buckingham et, en échange, il lui donnera un blanc-seing pour assassiner d'Artagnan sans
risquer la Bastille. Athos reconnaît en Milady son ex-épouse, Anne de Breuil, et lui dérobe le blanc-seing.

La Fin de Milady
Pour échapper à la surveillance des agents du Cardinal, les mousquetaires tentent une action héroïque en
allant défendre un bastion avancé où ils se retrouvent seuls sous le feu de l'ennemi avec Grimaud, le laquais
d'Athos ; une fois le Gascon informé du danger qu'il court, ils décident d'écrire à Lord de Winter pour lui
révéler la vérité sur Milady. Ensuite ils demanderont à la reine, par le biais de M me de Chevreuse, où se
trouve Constance Bonacieux. Leurs plans ainsi arrêtés dans le plus grand secret, les mousquetaires quittent
le bastion et retournent au camp où ils sont accueillis en héros.
De retour en Angleterre, Milady est retenue prisonnière par son beau-frère. Elle séduit son geôlier, John
Felton, le convainc d'assassiner le duc de Buckingham, et retourne en France. Là, elle se réfugie dans le
couvent des Carmélites de Béthune, où se cache également Constance. Découvrant les liens entre la jeune
femme et d'Artagnan, elle la tue en l'empoisonnant au moment même où d'Artagnan arrive en compagnie
d'Athos, Porthos et Aramis. Aidés par lord de Winter et le bourreau de Lille — frère d'une ancienne victime
de Milady, prêtre du couvent où elle résidait et qu'elle a séduit — les mousquetaires s'emparent de la
meurtrière à Armentières et lui font un simulacre de procès. Le verdict est unanime : coupable, elle mérite la
peine de mort et elle est décapitée.
Les mousquetaires rentrent à Paris, où d'Artagnan est promu lieutenant des mousquetaires par le cardinal
avec qui il se réconcilie. Il se bat en duel avec Rochefort et finit également par se réconcilier avec lui. Athos
quitte la compagnie des mousquetaires pour aller vivre dans sa campagne natale, Porthos, pour épouser sa
procureuse devenue veuve, et Aramis pour devenir prêtre chez les lazaristes.

2.

L’intrigue se déroule en 1625 et se concentre sur les aventures d'un gascon désargenté de 18 ans :
d'Artagnan, monté à Paris faire carrière. Dès son arrivée, les péripéties commencent puisqu’il est attaqué par
deux inconnus qui sont en fait des agents du cardinal de Richelieu : Milady de Winter et le comte de
Rochefort. En effet ce dernier lui dérobe la lettre de recommandation que son père lui avait écrite, à
l’attention de M. de Tréville, capitaine des mousquetaires du roi. Lorsque d’Artagnan réussit enfin à le
rencontrer, le capitaine ne peut donc pas lui offrir de place dans sa compagnie. En sortant, il enchaîne
quelques maladresses envers Athos, Porthos et Aramis, trois mousquetaires du roi Louis XIII : les hommes
se préparent ainsi à un duel. Sauf que la pratique étant interdite, les gardes du cardinal s’en mêlent. À partir
de ce moment-là, d’Artagnan se range du côté des mousquetaires et les aide à mettre les gardes en fuite.
Leur amitié commence, avec en prime la reconnaissance du Roi.

L’affaire des ferrets

Le jeune homme s'éprend de Constance Bonacieux, épouse de son propriétaire et lingère d'Anne
d'Autriche. Constance lui révèle l'intrigue montée par Richelieu contre la reine, et lui donne pour mission
de récupérer à Londres 12 ferrets, imprudemment offerts par Anne au duc de Buckingham, son amant. Le
Roi avait demandé à la reine de paraitre avec ses ferrets au bal des Echevins, donné 12 jours plus tard, avec
le conseil du Cardinal ; il fallait donc agir pour retrouver ces ferrets. De son côté, Richelieu charge Milady
de Winter de s'emparer de deux ferrets, afin de compromettre la reine qui sera dès lors incapable de porter au
bal la parure complète.

D'Artagnan y part avec ses compagnons accompagnés de leurs laquais. Il laisse sur son chemin Porthos, aux
prises avec un ivrogne dégrisé, puis Aramis, touché au bras, et enfin Athos, accusé d'être un faux-
monnayeur. Il rejoint enfin l'Angleterre avec un laissez-passer volé au Comte de Wardes, l'y autorisant. Il
parvient à rencontrer et à expliquer la situation au duc de Buckingham, qui ordonne alors à son joaillier
personnel de faire deux ferrets identiques à ceux qui manquent. D'Artagnan retourne à Paris juste à temps
pour le bal, et reçoit sa récompense.

L’enlèvement de Constance

Après cela, d’Artagnan apprend que Constance est emprisonnée et que son mari a été assassiné, sur ordre de
Richelieu. Il retrouve ses amis, éparpillés sur la route, pour partir à sa recherche. Il va retrouver Porthos
blessé à la cheville aussi bien que dans son orgueil, Aramis, heureusement écarté des ordres grâce à une
lettre de Mme de Chevreuse, et enfin Athos qui va jouer et perdre, emprisonné dans une cave à vin.
Ils rentrent à quatre à Paris, mais M. de Tréville leur apprend qu'ils partent en campagne et plus précisément
à La Rochelle pour régler le siège en cours, et donc qu'ils doivent préparer leurs équipements. Il fait aussi
part à d'Artagnan que le Roi lui accordera une place dans la compagnie des mousquetaires, après cette
mission.

C'est alors en cherchant à s'équiper qu'il rencontre Milady ainsi que son frère, Lord de Winter, qu'il
provoque en duel.

D’Artagnan, charmeur stratège. Milady, voleuse vengeresse.

Du fait de sa victoire qu’il conclut en le graciant, il et obtiendra de lui une rencontre avec Milady, qu'il va
courtiser pour obtenir des informations. D’Artagnan obtient ainsi les faveurs de Milady, découvrant au
passage qu'elle a été marquée sur son épaule d'une fleur de lys au fer rouge, signe qu’elle était une voleuse.
En retour, blessée dans son orgueil et surtout paniquée de savoir que quelqu’un détient son secret, Milady
tente de le faire périr par empoisonnement, puis par deux soldats lors d'une attaque au siège de La Rochelle.

Une nuit, à la Rochelle, Athos, Porthos et Aramis rencontrent le cardinal qui les prend comme gardes du
corps jusqu'à une auberge. Le soupçonnant de fomenter un nouveau complot, ils décident de l’espionner. Là
il aura une entrevue avec Milady, qui sera ainsi entendue des trois mousquetaires du Roi. Richelieu lui
demande de tuer le duc de Buckingham et en échange, Lady de Winter demande un papier afin de pouvoir
tuer d'Artagnan sans encourir la Bastille. Pour tenir une preuve formelle de ce qu’ils ont entendu, Athos se
rendra dans la chambre de Milady et lui dérobera le papier. Les quatre hommes décideront ensuite d'envoyer
au Lord de Winter une lettre en informant des actions de sa belle-sœur et de demander à la reine par le biais
de Mme de Chevreuse, où est Constance.

Ainsi lorsque Milady part en Angleterre, elle est accueillie par son beau-frère qui l'enferme. Cependant, elle
parvient à corrompre son geôlier, John Felton, et à faire assassiner le duc de Buckingham. Elle revient en
France au couvent des Carmélites : le couvent où était maintenue Constance, pour sa sécurité. Milady la tue
par empoisonnement juste au moment où d'Artagnan, Athos, Porthos et Aramis arrivent.

Dénouement

D'Artagnan, Athos, Porthos et Aramis, aidés par le lord de Winter et le bourreau de Lille - tous deux frères
d'anciennes victimes de Milady - la capturent à Armentières et décide de la juger. Elle est condamnée à la
peine capitale par décapitation de manière unanime.

Ils se séparent puis les Mousquetaires rentrent à Paris, où d'Artagnan va être promu lieutenant par le
Cardinal avec qui il se réconciliera, ainsi qu'avec Rochefort, l'homme de Meung. Porthos va se marier et
Aramis entre dans les ordres.

3.

Première partie

Cadet de Gascogne, le jeune d’Artagnan, tout juste 18 ans, rejoint la capitale avec sa lettre de
recommandation afin d’entrer au service des mousquetaires du roi Louis XIII en cette année 1625.
Toutefois, son voyage ne se passe pas comme prévu, après avoir provoqué involontairement, en duel les 3
mousquetaires, il se retrouve à faire équipe contre des envoyés du cardinal de Richelieu qui veulent en
découdre. De cette altercation naît une amitié indéfectible entre Athos, Porthos, Aramis et D’Artagnan.
L’intrigue du roman repose sur la volonté des mousquetaires de sauver l’honneur de la reine de France Anne
d’Autriche face aux complots ourdis par le cardinal de Richelieu aidé du comte de Rochefort et de Milady
de Winter.
Deuxième partie

La reine de France s’est éprise du duc de Buckingham. Comme toute amoureuse, même si c’est son amant,
elle lui a fait un cadeau, des ferrets qui lui appartenait et que le roi lui a demandé de porter au prochain bal.
La demande du roi n’est pas anodine, elle est la volonté du cardinal de Richelieu qui veut faire en sorte que
la reine trahisse sa relation adultère. D’Artagnan est alors envoyé en Angleterre toutes affaires cessantes
pour faire récupérer ses fameux ferrets afin de ne pas dévoiler le secret de la reine. D’Artagnan s’acquitte de
sa mission arrive à revenir à temps au palais royal pour remettre à la reine de France Anne ses ferrets afin
qu’elle puisse paraître avec au prochain bal. L’honneur est sauf grâce à la sagacité de D’Artagnan qui
n’avait pu se faire accompagner par les autres mousquetaires.

Troisième partie

D’Artagnan est épris de Constance Bonacieux, la lingère d’Anne d’Autriche mais celle ci se fait enlevée par
les hommes du Cardinal de Richelieu. D’Artagnan rappelle ses trois amis, qui n’étaient plus trop dans
l’optique des combats à l’épée, pour partir à la recherche de sa bien-aimée. Toutefois, le supérieur de
D’Artagnan le somme de partir pour le siège de la Rochelle qu’il doit tenir. En contrepartie de son
dévouement, le roi le fera nommer officiellement mousquetaire du roi, ce qu’il n’est pas encore. Lors des
préparatifs, D’Artagnan provoque en duel le beau-frère de Milady de Winter. Il gagne son duel mais
l’épargne en échange d’une entrevue avec Milady de Winter. Il profitera de cette entrevue pour la courtiser
mais va découvrir sur son épaule la marque infamante des voleurs. Milady ne supporte pas de voir son secret
démasqué et se jure de tuer d’Artagnan pour cela. Après avoir filé le cardinal de Richelieu, Athos reconnaît
en Milady son épouse répudiée. Athos arrive en dernier instant à lui voler le papier qui donnait l’autorisation
à Milady de tuer d’Artagnan sans craindre d’être poursuivie par la justice.

Quatrième partie de Les trois mousquetaires

Les mousquetaires se comportent en héros a siège de La Rochelle mais ils doivent continuer à démasquer les
complots menés par Milady. Celle si est retenue prisonnière par son beau frère en Angleterre mais elle
parvient tout de même à séduire son geôlier et le convainc d’assassiner pour elle le duc de Buckingham.
Celui ci y parvient. Milady arrive à quitter le pays et se réfugie en France dans un couvent, celui là même où
est toujours enfermée Constance Bonacieux qui se fera assassiner par Milady au moment où D’Artagnan
arrive pour la sauver. Toutefois, les trois mousquetaires arrivent à mettre la main sur la meurtrière. Il lui
organise un simulacre de procès où la condamnation est sans appel et ne fait aucunement la surprise. Elle est
condamnée à la peine capitale et décapitée. De retour à Paris, D’Artagnan est officiellement nommé
mousquetaire, se réconcilie avec le Cardinal de Richelieu et avec Rochefort l’un de ses hommes de main
après que le nouveau mousquetaire l’ait battu en duel. A la suite de la nomination de D’Artagnan, les
mousquetaires retournent à une vie plus rangée. Athos s’en retourne vivre à la campagne, Porthos devient
baron et Aramis rentre dans les ordres.

4.

Comme le jeune d’Artagnan est heureux ! Il aquitté sa Gascogne natale pour se rendre à Paris. Là, il veut
devenir mousquetaire du roi. Il a dans ses bagages une lettre de recommandation pour M. de Tréville. C’est
le père de d’Artagnan qui l’a écrite pour son vieil ami, devenu capitainedes mousquetaires du roi Louis XIII.
Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, mais quand d’Artagnan s’arrête dans une petite auberge,
deux inconnus, un homme et une femme, lui dérobent la précieuse lettre de recommandation. Il jure de les
retrouver.

Il arrive enfin à Paris et se présente à M.de Tréville. Ce dernier se rappelle parfaitement de d’Artagnan
père, et accueille volontiers le fils de son ami dans les rangs de ses mousquetaires. Malheureusement, il
s’agit d’une troupe d’élite et il faut faire ses preuvesavant de l’intégrer. Déçu, d’Artagnan quitte le bureau de
M. de Trévillelorsqu’il croise l’individu qui lui a dérobé sa lettre. C’est un nommé Rochefort, homme de
confiance du cardinal de Richelieu, le tout-puissant ministre du roi ! C’est aussi une redoutable épée. Peu
importe à d’Artagnan qui se lance à sa poursuite, bien décidé à en découdre avec lui. Et c’est bien
involontairement qu’il bouscule tout à tour trois mousquetaires. Pour obtenir réparation, les trois hommes
exigent un duel. D’Artagnan convient volontiers d’un rendez-vous avec chacun. Il ne sait pas qu’il vient de
défier les trois plus fines lames des mousquetaires du roi: Athos, Porthos et Aramis. Et les quatre hommes
ignorent que ce duel va marquer le début d’une grande amitié.

Un édit du cardinal interdit les duels. Il s’agit donc de se rencontrer en un lieu secret. Les quatre hommes
s’apprêtent à tirer l’épée quand ils sont surpris par une patrouille de gardes du cardinal,qui tente de les
arrêter. Les trois mousquetaires et le jeune homme font front commun et mettent les gardes en déroute. Ils
découvrent alors que d’Artagnan est un brillant bretteur, et même plus brillant qu’eux peut-être. Ils sont
ravis que le jeune gascon soit accepté comme cadet dans la compagnie de M. des Essarts.

D’Artagnan trouve un logis. Son propriétaire, M. Bonacieux, a une jolie épouse, Constance, qui est lingère
chez sa majesté la reine Anne d’Autriche, femme de Louis XIII. Le cardinal ne l’aime guère, et s’apprête à
profiter d’une lourde erreur qu’elle commet. Elle a offert au séduisant duc de Buckingham, le favori du roi
d’Angleterre Charles Ier, des bijoux – des ferrets – que Louis XIII lui a offerts comme cadeau. Quand il
apprend ceci, Richelieu charge son agent secret Milady – c’est elle qui était avec Rochefort lors de l’incident
sur la route de Paris avec d’Artagnan – de dérober deux de ces ferrets. Puis il va voir le roi, et lui suggère de
demander à Anne d’Autriche de porter cette même parure au prochain bal des échevins. D’Artagnan est
alors chargé par la reine de se rendre en Angleterre et de récupérer les bijoux auprès du duc. C’est Constance
Bonacieux qui a mis le jeune cadet en rapport avec la reine. Il faut dire que d’Artagnan est tombé amoureux
de la jolie Constance.

D’Artagnan part pour Londres avec ses trois amis. La route est semée d’embûches, et les trois
mousquetaires sont blessés ou retenus de force. Seul d’Artagnan rejoint Londres où il rencontre le duc de
Buckingham, qui lui donne les bijoux. Mais Milady a pu en voler deux ! Il faut donc en fabriquer deux
autres d’urgence. C’est bientôt chose faite, et d’Artagnan rentre à Paris juste à temps pour remettre à la reine
sa parure de bijoux.

C’est alors que Constance est enlevée sur ordre du cardinal. Inquiet, d’Artagnan retrouve ses trois amis,
mais M. de Tréville leur apprend que les mousquetaires et les cadets doivent quitter Paris pour participer au
siège de La Rochelle. Il faut se préparer, et c’est alors que d’Artagnan croise à nouveau la route de Milady.
Elle est belle et il la courtise dans le but d’obtenir d’elle des renseignements ; la jeune femme est sur le point
de lui céder. D’Artagnan découvre l’épaule de Milady… et voit que la femme porte la flétrissure qui marque
les voleurs: une marque au fer rouge en forme de fleur de lys. Elle a donc un lourd passé de criminelle que
lejeune Gascon risque de révéler. Elle décide de le faire assassiner pour que cette humiliation reste secrète.

D’Artagnan, Athos, Porthos et Aramis sont arrivés devant La Rochelle. Un soir, ils croisent la route du
cardinal de Richelieu, qui leur demande de l’escorter jusqu’à une auberge. Là, ils se dissimulent et
observent. Quelle n’est pas leur surprise quand Milady apparaît! C’est elle que le cardinal doit rencontrer. Il
la charge d’une nouvelle mission: assassiner le duc de Buckingham. Ensuite, libre à elle d’assouvir sa
vengeance et d’assassiner d’Artagnan. Mais c’est l’un des trois mousquetaires qui tombe des nues. Cette
Milady était son épouse qu’il a autrefois répudiée et chassée !

Comment mettre sur pied un plan d’action sans être entendu par les espions de son Éminence le cardinal?
En se rendant au point le plus dangereux du siège, en s’y installant et en y bavardant tranquillement. C’est ce
que décident de faire les quatre amis : ils se rendent dans un bastion exposé au feu des assiégés et y
déjeunent plus ou moins paisiblement. Ils décident ceci: dénoncer Milady à son actuel mari, et demander à la
reine de les aider à retrouver Constance Bonacieux dont ils sont toujours sans nouvelles.

Pendant ce temps, Milady tente de faire assassiner le duc de Buckingham. Par la suite, elle se réfugie en
France, dans un couvent. C’est précisément là que se trouve Constance. Milady l’empoisonne, et d’Artagnan
arrive trop tard pour sauver la femme qu’il aime. Mais Milady ne peut échapper au jeune Gascon et à ses
amis. Ils s’emparent de l’espionne, la jugent et prononcent la sentence qu’elle a souvent infligée à ses
victimes: la mort. C’est d’ailleurs un homme qui a souffert des actes malveillants de Milady qui lui tranche
la tête: le bourreau de Béthune.

Le siège de La Rochelle est terminé. Les mousquetaires et les cadets rentrent à Paris, où d’Artagnan est
enfin admis dans la compagnie des mousquetaires de M. de Tréville. Une brillante carrière s’ouvre à lui,
tandis que ses amis changent eux aussi de vie: Athos se retire sur ses terres, Porthos épouse une riche
baronne, et Aramis, quant à lui, entre dans les ordres.

5.

În vremea lui Ludovic al XIII-lea, mai precis în 1626, un tânăr gascon din Tarbes, urmând povața
părintească, pornește spre Paris pentru a intra în slujba regelui devenind mușchetar. Toată averea lui
d’Artagnan stătea în cincisprezece scuzi, un prăpădit de căluț galben și o scrisoare prin care tatăl său îl
recomanda căpitanului mușchetarilor, domnului de Tréville, pe care îl cunoscuse odinioară. Drumul, dat
fiind înfățișarea căluțului și firea aprigă, trufașă a stăpânului, nu e lipsit de peripeții: lui d'Artangan îi este
luată scrisoarea în Meung. La Paris, d’Artagnan câștigă bunăvoința domnului de Tréville, dar nu și uniforma
de mușchetar: trebuie mai întâi să-și facă ucenicia. Oricum, sosirea în marele oraș nu curmă șirul
boroboațelor pentru care tânărul gascon, nedeprins cu obiceiurile pariziene, pare făcut. Încă de la prima zi se
vede provocat la duel – pe rând – de trei vestiți mușchetari: nedespărțiții Athos, Porthos și Aramis. La
vremea aceea cardinalul Richelieu interzise duelurile, ceea ce însă nu le făcea mai rare, ci poate mai discrete.
Prin primejdioasa confruntare se dovedește începutul unei trainice prietenii: surprinși de gărzile cardinalului
(cu care mușchetarii, gărzile regelui, se aflau în permanentă dușmănie), cei patru se unesc și își înfruntă
curajos adversarii. Faptul că trei mușchetari, dintre care unul deja grav rănit, însoțiți de un tânăr
neexperimentat, „un copil”, au reușit să îi înfrângă pe cinci dintre cei mai de seamă soldați ai cardinalului,
ajunse până la urechile încântate ale regelui. Pentru d’Artagnan acesta este începutul unei faime de invidiat.

Ocazia unor noi fapte eroice nu se lasă așteptată. Gazda lui d’Artagnan, fricosul domn Bonacieux, îl roagă
pe acesta să-i găsească soția, o slujitoare apropiată a reginei, răpită, pare-se, de oamenii cardinalului. Intriga
pare a fi una politică. Cardinalul urmărește să slăbească puterea Angliei lovind într-unul din cei mai
importanți oameni ai ei, ducele de Buckingham. Aflând de dragostea pasionată pe care acesta i-o poartă
reginei Franței, Ana de Austria, cardinalul pusese să fie ticluită o scrisoare ca din partea acesteia pentru a-l
ademeni la Paris și a-l captura. Regina însă aflase de complot și încerca să-l dejoace. Răpirea doamnei
Bonacieux nu pare a fi străină de această urzeală. Tânăra femeie reușește să scape singură de răpitorii ei, dar
casa ei fiind supravegheată, e din nou prinsă. E rândul lui d’Artagnan să o salveze și o face tocmai la timp
pentru ca aceasta să-l poată conduce într-un ascuns la palat pe omul cel mai căutat din acele zile: ducele de
Buckingham. Planul cardinalului de a o compromite pe regină în ochii regelui nu este însă cu totul pierdut,
Richelieu știind că ducele s-a întors în Anglia ducând drept amintire eghileții cu diamante ai reginei.
Richelieu îl convinge așadar pe rege să organizeze o serbare și-l îndeamnă să-și poftească soția împodobită
cu eghileții buclucași. Pentru a fi sigur de izbândă, o însărcinează pe o frumoasă slujitoare, Milady, să îi fure
ducelui două diamante. Răgazul pe care-l are regina pentru a cere înapoi podoaba e foarte scurt și nici nu știe
la cine să apeleze. Supus farmecelor doamnei Bonacieux, d’Artagnan va lua asupră-i dificila misiune. Grație
ajutorului lui Athos, Porthos și Aramis, care rămân pe rând în urmă pentru a dejuca perfidele capcane care
le-au fost presărate pe drum, d’Artagnan ajunge la țărmul Franței. Cum însă nu are permis de trecere în
Anglia și cardinalul a emis deja un ordin în privința aceasta, îndrăznețul se va bate chiar cu trimisul
cardinalului, contele de Wardes, și-i va lua acestuia biletul de trecere. Drumul spre Londra îi e astfel deschis
și-și îndeplinește misiunea cu succes. Însă când să se bucure în sfârșit de mulțumirile promise de doamna
Bonacieux, aceasta e din nou răpită, de data aceasta fără urmă.

Pentru că-i cunoscuse taina, Milady, jură să se răzbune pe d’Artagnan. Mai mult, ea se arată un dușman de
temut nu numai pentru d’Artagnan: se află peste tot și amenință în toate părțile. De ultima ei misiune,
încredințată chiar de către cardinal, află întâmplător și cei trei mușchetari: trebuie să aranjeze uciderea
ducelui de Buckingham. Negăsind loc mai bun de sfat decât în bastionul Saint-Gervais, la o palmă de
asediații din La Rochelle, aceștia rezistă atacurilor mai mult de o oră, timpul necesar pentru a lua o hotărâre.
Îi scriu lordului de Winter pentru a o împiedica pe Milady să-și ducă planul la bun sfârșit. Luată pe sus chiar
înainte de a pune piciorul pe țărmul englez și întemnițată de chiar cumnatul ei, reușește să-l convingă pe
gardianul său că e nevinovată. Mai mult, descoperind în el un fanatic protestant, îi înșiră tot felul de
minciuni menite pentru a-l ațâța împotriva celui pe care protestanții oricum nu-l iubeau: ducele de
Buckingham. Orbit de patimă, Felton se transformă din cerberul lui Milady în unealta ei și-l asasinează pe
duce. Întoarsă în Franța, are ordin să aștepte poruncile cardinalului în mănăstirea Carmelitelor. Tot aici e
ascunsă și doamna Bonacieux, și Milady își pregătește o cruntă revanșă. Însă cum d’Artagnan și prietenii săi
tocmai sosesc pentru a o lua cu ei pe doamna Bonacieux, Milady nu mai are timp să-și savureze pe îndelete
răzbunarea. O otrăvește în grabă și fuge. Doamna Bonacieux abia apucă să-și vadă iubitul și moare în brațele
lui. Milady nu are timp să se bucure prea mult de izbânda. E prinsă de cei patru prieteni cărora li se adaugă
lordul de Winter și un călău tocmit de Athos, și e judecată. Acum ies la iveală toate crimele ei. E osândită la
moarte, iar călăul o execută fără întârziere. Cât despre celelalte personaje … Făcut mușchetar încă de după
isprava din bastionul Saint-Gervais, d’Artagnan va fi înaintat curând locotenent. Athos va mai lupta o
vreme, apoi se va retrage în viața pe care o părăsise din tinerețe. În ce-i privește pe Porthos și Aramis, se vor
retrage și ei din slujba de mușchetar, unul pentru a se căsători cu o bogată văduvă, altul pentru a îmbrățișa
viața monahală.

Vous aimerez peut-être aussi