Vous êtes sur la page 1sur 79

Etude de marché

Mars 2010

Le marché français de
l’information juridique numérique
en 2010

Etude réalisée par serdaLAB pour Juriconnexion


@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010

Sommaire
AVANT-PROPOS....................................................................................................................................... 4
METHODOLOGIE GENERALE.................................................................................................................... 5
INTRODUCTION ....................................................................................................................................... 7
1 LE MARCHE FRANCAIS DE L’INFORMATION JURIDIQUE ELECTRONIQUE....................................... 8
1.1. Le marché français atteint 257,4 millions d’euros en 2008, en croissance de 0,9% ............. 8
1.1.1 Le marché de l’information électronique juridique représente 15% du marché global de
l’information électronique professionnelle en France ................................................................... 9
1.1.2 Un marché concentré autour de trois groupes : Wolters Kluwer, Lefebvre Sarrut et Lexis
Nexis 9
1.1.3 Fusion des filiales............................................................................................................. 10
1.2 Analyse du marché par segment ......................................................................................... 11
1.2.1 Les éditeurs généralistes représentent 85% du marché français de l’information
juridique électronique en 2008 .................................................................................................... 11
1.2.2 Une croissance plus dynamique chez les éditeurs pluridisciplinaires que chez les
éditeurs généralistes .................................................................................................................... 13
1.2.3 Edition juridique publique : la DILA remplace la DJO (Direction des Journaux Officiels) 13
1.2.4 Données publiques juridiques ......................................................................................... 16
2 L’OFFRE DES ACTEURS DU MARCHE DE L’INFORMATION JURIDIQUE PAR SEGMENT ................. 17
2.1 Les trois groupes généralistes..................................................................................................... 17
2.1.1 Les structures capitalistiques .............................................................................................. 17
2.1.2 Leur positionnement ........................................................................................................... 20
2.1.3 Leur offre de contenus électroniques ................................................................................. 22
2.1.4 L’évolution de leur offre électronique d’ici 2011 ................................................................ 24
2.1.5 Les modes de tarification..................................................................................................... 25
2.1.6 Accès aux archives électroniques ........................................................................................ 27
2.1.7 Partenariats ......................................................................................................................... 27
2.2 Les éditeurs pluridisciplinaires.................................................................................................... 28
2.2.1 Leur structure capitalistique................................................................................................ 28
2.2.2 Leur positionnement ........................................................................................................... 31
2.2.3 Leur offre de contenus électroniques ................................................................................. 33
2.2.4 L’évolution de l’offre électronique d’ici 2011 ..................................................................... 36
2.2.5 Les modes de tarification..................................................................................................... 37
2.2.6 L’accès aux archives électroniques...................................................................................... 40
2.2.7 Les partenariats éditoriaux.................................................................................................. 40
2.3 Les éditeurs monodisciplinaires........................................................................................... 41
2.3.1 Leur positionnement ........................................................................................................... 42
2.3.2 Leur offre de contenus électroniques ................................................................................. 46
2.3.3 L’évolution de leur offre électronique d’ici 2011 ................................................................ 48
2.3.4 Les modes de tarification..................................................................................................... 49
2.3.5 Accès aux archives électroniques ........................................................................................ 51
SYNTHESE .............................................................................................................................................. 52
Page
2

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010
Les éditeurs généralistes................................................................................................................... 52
Les éditeurs pluridisciplinaires.......................................................................................................... 53
Les éditeurs monodisciplinaires........................................................................................................ 53
Le marché de l’information juridique électronique par segment..................................................... 54
CONCLUSION ......................................................................................................................................... 56
BIBLIOGRAPHIE...................................................................................................................................... 58
ANNEXES : FICHES JURIFORMATION ..................................................................................................... 59
2LR LamylineReflex ........................................................................................................................... 59
Lextenso ............................................................................................................................................ 60
Navis 61
Doctrinal +......................................................................................................................................... 62

Page
3

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010

AVANT-PROPOS

L'association Juriconnexion, dont l'objet est de traiter de toute question concernant les sources
d’informations juridiques sur supports électroniques, informe depuis plus de 20 ans maintenant ses
adhérents et toute personne intéressée sur les produits et les politiques des éditeurs juridiques. Que
ce soit à partir de la liste de discussion de Juriconnexion ou dans le cadre des différentes
manifestations comme les Journées annuelles ou les “Rencontres avec…” Juriconnexion fait de la
diffusion de l’information sur les produits numériques électroniques un objectif majeur.

Pour cette raison, il nous a paru utile de compléter ce travail en proposant, pour la première fois en
France, une étude sur le marché de l'édition juridique numérique en France. Sans expérience
véritable en la matière, nous avons choisi de travailler sur ce projet avec un organisme dont la
compétence et l'indépendance en la matière nous ont paru des atouts pour nous accompagner dans
ce projet : le laboratoire SerdaLab. Celui-ci possède une pratique reconnue en la matière, grâce
notamment à l'Etude annuelle réalisée depuis plus de cinq ans pour le compte du GFII sur le marché
de l'information électronique professionnelle.

Travaillant avec SerdaLab nous nous sommes mis d’accord sur une liste d’éditeurs juridiques
proposant des produits d’information juridique en version numérique, puis nous avons mis en place un
questionnaire online pour recueillir auprès de ces éditeurs les informations qui seront la base de
l’étude. Ce questionnaire a été envoyé au début de l’année 2010 à une trentaine de destinataires,
mais seulement une dizaine d’entre eux ont répondu. On peut signaler ici que Lexis Jurisclasseur et
Transactive ont formellement refusé de répondre au questionnaire. Ceci, et les réponses transmises
parfois un peu imprécises, expliquent pourquoi les informations données sur les éditeurs ne sont pas
toutes équivalentes. Lorsqu’elles n’étaient pas directement fournies par les éditeurs, nous nous
sommes efforcés de les trouver par d’autres moyens.

Le résultat est l’étude que nous vous proposons ici. D’une soixantaine de pages, elle brosse un
tableau assez complet des principaux intervenants sur le marché de l’information juridique et des
tendances de ce marché. Nous espérons que cette étude pourra vous être utile professionnellement
et que l’intérêt qu’elle suscitera chez ses lecteurs nous encouragera à la reconduire sur une base que
nous souhaitons annuelle. Ceci nous permettrait, fort de cette première expérience, de pouvoir en
enrichir le contenu, d’informations plus précises notamment sur l’évolution des prix pratiqués par les
éditeurs, mais aussi sur l’influence des nouvelles tendances comme le phénomène du “libre accès”
sur ce secteur, et peut-être aussi d’introduire des informations d’ordre comparatif relativement à
certains proches pays étrangers.

Pour Juriconnexion
Olivier Anceschi et Benoît Bréard

Page
4

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010

METHODOLOGIE GENERALE

Périmètre de l’étude
SerdaLAB a sélectionné 25 éditeurs de contenus juridiques ayant une offre d’information
électronique. Nous entendons par information électronique les bases de données en ligne, les
ouvrages et revues au format PDF, l’offre de CD-Rom/DVD-Rom, l’offre sur Extranet et sur mobile. La
simple vente en ligne de publications papier ne suffit pas pour figurer dans la sélection.

Le périmètre de l’étude comprend les éditeurs suivants :


Afnor, Berger Levrault, Dalloz (Groupe Lefebvre Sarrut), Direction des Journaux Officiels, Edilaix,
Editions EFE, Editions Francis Lefebvre (Groupe Lefebvre Sarrut), Editions juridiques et techniques,
Editions législatives (Groupe Lefebvre Sarrut), Editions Pierre Lechene, Editions techniques et
économiques, Editions Tissot, Groupe revue fiduciaire, Juris Classeur (Lexis Nexis), Lawlex, Le
Moniteur, Legal News (2006), Les Cahiers Fiscaux Européens, Les Etudes hospitalières, Lexbase,
Lextenso, Thomson Transactive, Victoires Editions, Weka, Wolters Kluwer (Groupe Liaisons SA +
Lamy).

Le marché de l’information juridique électronique a été segmenté en trois :


- Les éditeurs généralistes, qui proposent une offre très large : Wolters Kluwer, Groupe
Lefebvre Sarrut et LexisNexis,
- Les éditeurs pluridisciplinaires, qui fournissent une offre dans plusieurs domaines du droit et
qui ont une taille moyenne : Lexbase, Lextenso, Legal News, Transactive, Groupe Revue
Fiduciaire, Afnor, Berger Levrault et Weka,
- Les éditeurs monodisciplinaires, de petite taille et plutôt spécialisés dans un domaine : les
éditions du Moniteur, Lawlex, Edilaix, les Etudes Hospitalières (Leh), les cahiers fiscaux
européens, les Editions EFE, les Editions Pierre Lechêne, les Editions Tissot, Victoire Editions,
Editions juridiques et techniques, Editions techniques et économiques et Editions Juris
associations (Groupe Dalloz).

Cette segmentation-marché a été réalisée par serdaLAB, puis validée par Juriconnexion.

Méthodologie de recueil de l’information


Une enquête quantitative a été administrée en ligne auprès des 25 éditeurs sélectionnés. Ce
questionnaire comprend six parties : les chiffres clés de la société, le positionnement de l’offre de
contenus électroniques, les caractéristiques de l’offre de contenus électroniques, l’évolution de
l’offre de contenus électroniques en 2010 et 2011, les partenariats et la tarification de l’offre de
contenus électroniques.
Puis des relances téléphoniques ont été effectuées. Onze éditeurs ont répondu : Victoire Editions,
Editions Francis Lefebvre (Groupe Lefebvre Sarrut), Editions Dalloz (Groupe Lefebvre Sarrut), Editions
Législatives (Groupe Lefebvre Sarrut), Berger-Levrault, LawLex, Lextenso Editions, Edilaix, Editions
Weka, Lexbase et Wolters Kluwer.

Page
5

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010

Méthodologie pour estimer le chiffre d’affaires du marché


Le marché de l’information électronique juridique en 2007 et 2008 a été quantifié à partir des
chiffres d'affaires (ou des pourcentages de chiffres d’affaires totaux) correspondant à la vente
d’information électronique, communiqués par les éditeurs. Les chiffres n'ayant pu être récoltés ont
été évalués à partir des comptes de résultats déposés aux greffes des tribunaux de commerce
(Infogreffe), des articles de presse, des rapports d'activité...

Pour une étude parue en mars de l’année n, les chiffres disponibles sur Infogreffe sont ceux de
l’année n-2. Les chiffres de l’année n-1 ne sont disponibles qu’à partir de septembre de l’année n.
Par exemple, concernant cette étude parue en mars 2010, serdaLAB ne dispose que des chiffres de
l’année 2008, les chiffres de l’année 2009 n’étant disponible en ligne qu’à partir de septembre 2010.

NOTE D’ATTENTION
Les chiffres d’affaires communiqués dans cette étude sont les chiffres d’affaires globaux réalisés
en France regroupant toutes les activités de la société ainsi que l’édition papier et électronique.
SerdaLAB dispose des chiffres d’affaires correspondant à la vente d’information électronique.
Mais serdaLAB assure aux éditeurs la confidentialité de ces chiffres, qui ne sont donc pas
communiqués dans l’étude. Ils nous servent à calculer le marché global et par segment.

L’objet de l’étude est de cerner le marché de l’information électronique juridique. Pour certains
éditeurs, nous n’avions que les chiffres d’affaires totaux. Afin de cerner au mieux le chiffre d’affaires
des éditeurs lié uniquement à la vente d'information électronique, nous avons effectué des
estimations sur la ventilation de leur chiffre d’affaires entre le papier et le numérique.

SerdaLAB a appliqué une méthodologie pour pouvoir estimer toutes les données n’ayant pu être
renseignées. La méthodologie repose sur une hypothèse : les comportements des organismes d’un
même segment sont identiques. Nous pouvons en déduire que le taux de croissance des chiffres
d’affaires des acteurs d’un même segment est proche de celui du segment dans son ensemble.

Nous calculons ainsi le taux de croissance moyen du segment à partir des chiffres d’affaires
renseignés d’une année n et d’une année n-1. Nous utilisons ce taux de croissance pour estimer les
chiffres d’affaires non renseignés :
- De l’année n, à partir du CA de l’année n-1 (CA n-1* taux de croissance moyen= CA n)
- De l’année n-1, en utilisant la formule : CA n-1 = CA n/taux de croissance moyen

Page
6

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010

INTRODUCTION

La dématérialisation des contenus d’informations juridiques a débuté dès le début des années 1990,
avec l’apparition des premiers CD-Roms. La généralisation d’Internet sur les postes de travail à la fin
de la décennie 1990 a profondément bouleversé l’offre de produits d’édition juridique : création des
premières bases de données en ligne, revues et ouvrages au format PDF, développement des
extranet et FTP clients…

Une nouvelle petite révolution est en train d’émerger avec l’essor des smartphones et, dans une
moindre mesure, des lecteurs d’e-book. Les premières applications mobiles d’accès à de
l’information juridique sont déjà disponibles.

Le déploiement de ces services innovants demande des investissements technologiques très lourds,
qui ne sont pas à la portée de tous les éditeurs juridiques, traditionnellement de petite taille.

Le numérique a donc profondément bouleversé le marché de l’information juridique. Cette étude a


pour objet d’analyser le marché de l’information juridique électronique en France en réalisant une
rétrospective historique de son évolution, en étudiant sa segmentation, sa croissance, son poids sur
le marché global de l’information électronique professionnelle en France, ses modèles de tarification,
etc.

La première partie de cette étude s’attache à faire une analyse macro-économique du marché : son
historique, son chiffre d’affaires global, sa place sur le marché de l’information électronique
professionnelle global, sa concentration, sa segmentation, le poids de chaque segment, son évolution
et le positionnement de l’édition publique juridique par rapport à l’édition privée.

La seconde partie analyse de manière micro-économique l’offre des acteurs, classés par segment
(généralistes, pluridisciplinaires, monodisciplinaires), leur positionnement-clientèle (professions
juridiques, non juridiques, universitaires), leur spécialisation, leur évolution en matière d’offre
numérique et leurs modèles de tarification (abonnement, tarification à l’unité, forfaitaire…).

Enfin, quatre fiches d’évaluation réalisées par le groupe Juriformation en 2009-2010 ont été placées
en annexes ; elles constituent des synthèses évaluatives par acteur.

Page
7

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010

1 LE MARCHE FRANCAIS DE L’INFORMATION JURIDIQUE


ELECTRONIQUE

1.1. Le marché français atteint 257,4 millions d’euros en 2008, en croissance


de 0,9%

300
+0,9%

250
255,10 257,40

200
En millions d'euros

150

100

50

0
2007 2008

Évolution du marché français de l’information juridique électronique (en millions d’euros)


Source : SerdaLAB

Le marché français de l'information juridique électronique a été estimé à 257,4 millions d'euros en
2008 et enregistre une croissance de 0,9%, inférieure à celle observée sur le marché global de
l'information électronique professionnelle en France (3,4% en 2008)1 et en très net recul par rapport
à celles des années précédentes : +17% en 2007, après +16% en 2006 et +7,6% en 20052. La
croissance du marché de l’information juridique électronique s’était accélérée en 2006 et 2007,
avant d’être stoppée dans sa course par la crise. L’édition juridique subit, de manière globale, les
conséquences de la crise économique, et plus particulièrement les grands groupes internationaux.
Cette tendance à la baisse devrait s’accentuer en 2009. Pour exemple, le groupe néerlandais Wolters
Kluwer (Editions Lamy et Groupe Liaisons) a engagé début 2009 un programme de réduction de ses
coûts sur trois ans (2009-2011). La réorganisation envisagée implique une suppression de postes en
France. 111 postes sur les 1 200 que compte le groupe en France sont concernés, soit près de 10%
des effectifs.

1
Etude SerdaLAB « Information Electronique Professionnelle en France : marché et tendances en 2010 »,
réalisée en collaboration avec le GFII, 2010
2
Taux de croissance sur un périmètre légèrement différent (source : étude IEP)

Page
8

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010

1.1.1 Le marché de l’information électronique juridique représente 15% du marché global de


l’information électronique professionnelle en France

Selon l’étude « Information Electronique Professionnelle en France : marché et tendances en 2010 »,


publiée par serdaLAB en avril 2010, le segment « information juridique » représente près de 16% du
marché français de l’information électronique professionnelle en 2008 et recule à la troisième place,
derrière les segments « information financière » (20%) et « information presse » (16,5%).
Il était positionné sur la deuxième place du podium en 2007, devant l’information presse.

1.1.2 Un marché concentré autour de trois groupes : Wolters Kluwer, Lefebvre Sarrut et Lexis
Nexis

Depuis les années 1990, on assiste à un phénomène de concentration du marché de l’information


juridique. En effet, la plupart des éditeurs français sont historiquement des sociétés familiales, qui
n’ont pas atteint une taille suffisante pour être hors de portée de rachats.

Ainsi, le groupe néerlandais Wolters Kluwer s'implante en France en 1989 avec l'acquisition de Lamy,
une des marques leaders de l’édition juridique, suivie en 1995 de celle de Dalian puis du Groupe
Liaisons en 1996. Ce n’est qu’en juillet 2007 que ces filiales sont radiées et intégrées dans la société
Wolters Kluwer France. Quant au groupe d’édition anglo-néerlandais Reed Elsevier (Groupe
d’appartenance de LexisNexis), il s’est positionné sur le marché du droit en France avec le rachat de
JurisClasseur en 1993.

Ces opérations de fusions-acquisitions ne sont pas caractéristiques du marché de l’information


juridique, mais de l’ensemble du marché de l’information en France et à l’international. Cependant,
une telle concentration ne se retrouve que sur le marché de l’information juridique. En effet, les
trois premiers éditeurs juridiques (Wolters Kluwer, Lefebvre Sarrut et LexisNexis) représentent 85%
du marché de l'information juridique numérique. Ces éditeurs sont positionnés depuis plusieurs
années sur les produits électroniques et se différencient par rapport aux autres éditeurs en
proposant une palette de services connexes, dont tous les "logiciels métier" sur lesquels s’appuie le
flux de tâche des professions juridiques.

Avec le développement d’Internet, de nouveaux acteurs sont entrés sur le marché, comme Lexbase
en 1998 et Legal News en 1999. Lexbase a été le premier éditeur 100% Internet. Quant à Legal News,
il propose un service quotidien d'actualité juridique en ligne.

Les éditeurs très spécialisés peuvent rencontrer certaines difficultés à s’imposer sur le marché. Ainsi
la société EMCA, positionnée sur la niche agricole et agro-alimentaire, va stopper son activité en
2010 suite au départ en retraite de son gérant, qui n’a pas trouvé d’acquéreur. Autre entreprise
concernée : Droit-in-situ, créée en 2000 et positionnée sur le secteur de l'information et de la
formation à distance, qui avait développé une solution brevetée pour modéliser et éditer l'oral. La
société n’a pas réussi à se développer et a été remplacée par la société Momindum en 2007, qui
offre des solutions de e-learning.

Page
9

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010

1.1.3 Fusion des filiales

Le marché est caractérisé depuis quelques années par un mouvement de fusion des filiales au sein de
la maison mère.

Wolters Kluwer a ainsi fusionné en 2007 ses enseignes Le Groupe Liaisons et les Editions Lamy.
Lextenso Editions a regroupé les éditeurs Joly, Defrénois, Gualino, LGDJ, Gazette du Palais, Petites
Affiches et Montchrestien sous le même nom. Berger-Levrault a rapproché en 2009 ses activités
d’édition, de développement de logiciels et de bases de données sous la même entité. Cette
organisation permet aux éditeurs de proposer une offre intégrée réunissant l’ensemble des produits
et des services.

Page
10

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010

1.2 Analyse du marché par segment

Le marché de l’information juridique électronique a été segmenté en trois :


- Les éditeurs généralistes, qui proposent une offre très large : Wolters Kluwer, Groupe
Lefebvre Sarrut et LexisNexis,
- Les éditeurs pluridisciplinaires, qui fournissent une offre dans plusieurs domaines du droit et
qui sont de taille moyenne : Lexbase, Lextenso, Legal News, Transactive, Groupe Revue
Fiduciaire, Afnor, Berger Levrault et Weka,
- Les éditeurs monodisciplinaires, de petite taille et plutôt spécialisés dans un domaine : les
éditions du Moniteur, Lawlex, Edilaix, les Etudes Hospitalières (Leh), les cahiers fiscaux
européens, les Editions EFE, les Editions Pierre Lechêne, les Editions Tissot, Victoire Editions,
Editions juridiques et techniques, Editions techniques et économiques et Editions Juris
associations (Groupe Dalloz).

1.2.1 Les éditeurs généralistes représentent 85% du marché français de l’information juridique
électronique en 2008

Avec 219,6 millions de chiffre d’affaires en 2008, les éditeurs généralistes (Wolters Kluwer, Groupe
Lefebvre Sarrut et LexisNexis) représentent le premier segment du marché avec 85% de part de
marché. Le marché est donc très concentré puisque les trois premiers groupes (5 éditeurs : Wolters
Kluwer, Editions Francis Lefebvre, Dalloz, Editions législatives et LexisNexis), soit 20% des acteurs,
génèrent 85% du chiffre d’affaires du marché.

Les éditeurs pluridisciplinaires (36% du marché en nombre d’acteurs) possèdent 11% de part de
marché en 2008 (27,5 millions de chiffres d’affaires en 2008). Ils gagnent un point de part de
marché en 2008, au détriment des éditeurs généralistes.

Alors qu’ils représentent 44% du marché en nombre d’acteurs, les éditeurs monodisciplinaires ne
font que 4% du chiffre d’affaires global du marché (10,3 millions d’euros de chiffre d’affaires en
2008).

Page
11

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010

Editeurs
Editeurs monodisciplinaires
pluridisciplinaires 4%
11%

Editeurs
généralistes
85%

Editeurs généralistes Editeurs pluridisciplinaires Editeurs monodisciplinaires

Segmentation du marché français de l’information juridique électronique en 2008 (en chiffre d’affaires)
Source : SerdaLAB

Editeurs généralistes
20%
Editeurs
monodisciplinaires
44%

Editeurs
pluridisciplinaires
36%

Editeurs généralistes Editeurs pluridisciplinaires Editeurs monodisciplinaires

Segmentation du marché français de l’information juridique électronique en 2008 (en nombre d’acteurs)
Source : SerdaLAB

Page
12

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010

1.2.2 Une croissance plus dynamique chez les éditeurs pluridisciplinaires que chez les éditeurs
généralistes

Dans cette partie, serdaLAB parle bien des chiffres d’affaires concernant la vente d’informations
numériques.

Les éditeurs pluridisciplinaires représentent le segment le plus dynamique du marché de


l’information juridique électronique, avec une croissance de près de 8% en 2008. Cependant, ces
éditeurs ne représentent que 11% du marché de l’information juridique électronique, les éditeurs
généralistes représentant 85% du marché.

Les éditeurs généralistes n’enregistrent qu’une croissance de +0,3% en 2008, légèrement inférieure à
celle du marché (0,9%) : Wolters Kluwer et LexisNexis seraient en recul tandis que les filiales du
groupe Lefebvre Sarrut (Dalloz, Editions législatives et Editions Francis Lefebvre) sont en forte
progression.

Le marché des éditeurs monodisciplinaires subit de plein fouet la crise avec un recul de 2,2%,
observant de grandes disparités entre les éditeurs (taux de croissance allant de -22,4% à +56,9%).

Les chiffres d’affaires des segments ainsi que leur évolution entre 2007 et 2008 sont reportés dans le
tableau ci-dessous :

CA 2007* CA 2008* Part de marché


(en CA) Evolution
(En millions (En millions 2008/2007
d’euros) d’euros) en 2008
Editeurs généralistes 219 219,6 85% 0,3%
Editeurs pluridisciplinaires 25,5 27,5 11% 7,9%
Editeurs monodisciplinaires 10,5 10,3 4% -2,2%
TOTAL 255 257,4 100% +0,9%

Segmentation du marché français de l’information juridique électronique en 2008


*Les CA concernent l’information numérique.
Source : SerdaLAB

1.2.3 Edition juridique publique : la DILA remplace la DJO (Direction des Journaux Officiels)

La Direction des Journaux officiels (DJO) était l’acteur de référence de l’édition publique juridique. En
janvier 2010, la DJO et la Documentation française ont été regroupées dans une seule entité,
baptisée Direction de l’information légale et administrative (DILA) et rattachée aux services du
Premier Ministre. Parallèlement, le Conseil d’orientation de l’édition publique et de l’information
administrative (COEPIA) succède au Comité du Service public d’accès au droit par l’Internet (SPDDI,
Page
13

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010
dit "comité Legifrance"). Selon le décret n° 2010-32 du 11 janvier 2010, « Le conseil d’orientation de
l’édition publique et de l’information administrative, placé auprès du Premier ministre, exerce une
fonction d’évaluation, d’expertise et de conseil dans les domaines suivants :

- l’édition publique et les publications administratives, quel que soit leur support ;
- l’information et le renseignement administratifs ;
- la mise à disposition des données publiques. Il veille à la bonne allocation des moyens et à la qualité
du service rendu à l’usager. »

Les missions de la DILA


L'édition et la diffusion de la norme juridique conformément à la Constitution :
- Les textes législatifs et réglementaires au Journal officiel, lois et décrets papier et électronique
authentique rendant les textes opposables,
- Les débats parlementaires et les questions au Gouvernement. Dans le cadre de cette mission, la
DILA a développé les bases de données juridiques comme legifrance.gouv.fr.

L'édition et la diffusion des annonces légales :


1. Avis d’appel public à la concurrence et avis de résultat des marchés au BOAMP papier et sur
boamp.fr, soit au total 250 000 annonces/an,
2. Publications relatives aux associations au Journal officiel des associations papier et sur journal-
officiel.gouv.fr, soit au total 60 000 annonces/an,
3. Edition et diffusion des annonces entreprises au BODACC papier et sur bodacc.fr, soit au total 2,4
millions d’annonces /an.
La DILA est également responsable de la publication des convocations d’assemblées et des comptes
annuels approuvés des sociétés cotées au BALO. La DILA gère les 18 000 informations réglementées
annuelles produites par les 600 entreprises cotées à la bourse via le site info-financiere.fr

L’ensemble des informations publiées par la DILA bénéficie de licences de rediffusion. Il s’agit d’une
cession avec droit de reproduction ou de diffusion de produits numérisés édités, détenus ou
conservés par la DILA.

Positionnement de la DILA par rapport aux éditeurs privés


La part en chiffre d’affaires de l’édition publique juridique (plus de 750 000 euros de chiffre
d’affaires en 2009 pour l’information électronique) est quasi-nulle par rapport à celle de l’édition
privée puisque la très grande majorité de l’information publique est en accès libre en ligne. Le
développement d’une offre en ligne gratuite ne rassure pas les éditeurs privés qui considèrent que
les produits et services proposés par la DILA entrent en concurrence avec les leurs. Face à cette offre
gratuite, les éditeurs privés multiplient les services à valeur ajoutée (moteur de recherche, veille,
logiciels métier intégrés, personnalisation des interfaces…).

La DILA considère qu’elle a des problématiques différentes de celles d’un éditeur privé. Son principal
rôle est la publication de textes. Elle doit également en assurer la diffusion auprès des publics. Son
développement suit les principes suivants :
- Un principe d’égalité de traitement : pas d’interprétation de la loi, site généraliste, même niveau
d’information pour tous les licenciés,
Page
14

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010
- Un principe de neutralité : pas de commentaires, pas de mélange entre la norme législative et la
jurisprudence, droit à l’oubli,
- La promotion du droit continental : traductions, interconnexion avec les JO d’autres pays…

L’Etat se positionne comme un partenaire des éditeurs privés. Ces derniers se différencient par leur
volonté de développer des produits apportant de la valeur ajoutée aux utilisateurs, tant au niveau
des contenus que des fonctionnalités.

Source : Journée d’étude GFII sur le droit français en ligne, juin 2008

 LES CHIFFRES CLES


Publications :
Editions périodiques et ouvrages : plus de 472 000 pages publiées
Textes législatifs et réglementaires publiés au JO Lois et Décrets : 32 820
Base Légi : 3 338 textes mis jour
Annonces légales publiées (BOAMP, JOAFE, BODACC, BALO) : 6 683 195

Nombre de visiteurs uniques annuels sur les sites :


Journal-officiel.gouv.fr : 5 977 682 (+ 12%)
Legifrance : 27 962 124 (+ 63%)

Comptes 2008 :
Recettes d’exploitation : 200,8 M€ (+ 14,7%)
Dépenses d’exploitation : 137,4 M€ (- 0,2%)
Résultat net : 63,4 M€ (+ 43%)
Résultat net consolidé du budget annexe : 41M€

Evolution du nombre d’abonnements servis pour les éditions papier et microfiches :


2006 : 90 498
2007 : 79 226
2008 : 50 282 (-36,5%)
Source : Rapport annuel DJO 2008

Chiffres d’affaires 2009 par type de licences de rediffusion :


BOAMP : 173 841 €
BALO : 30 000 €
JOAFE : 48 855 €
BODACC : 351 974 €.
Soit un total de CA pour les licences de 604 670 €
Site Legifrance : 149 000 € (2009)

Source : DILA, 2010

Page
15

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010

1.2.4 Données publiques juridiques

La réutilisation des données publiques par des tiers est désormais un droit depuis que la directive
européenne 2003/98/CE, votée le 17 novembre 2003 par le Parlement européen et le Conseil, visant
à favoriser la réutilisation des données publiques a été transposée en droit français par l'ordonnance
2005-650 du 6 juin 2005 relative à la liberté d'accès aux documents administratifs et à la réutilisation
des informations publiques, modifiant la loi 78-753 du 17 juillet 1978. Les conditions de réutilisation
des informations publiques sont précisées dans le décret n° 2005-1755 du 30 décembre 2005 relatif à
la liberté d'accès aux documents administratifs et à la réutilisation des informations publiques.

Si les sites journal-officiel.gouv.fr et legifrance.gouv.fr existent depuis un certain nombre d’années,


l’année 2009 marque le pas vers l’ouverture progressive de sites Internet de données publiques :
circulaires.gouv.fr, qui a ouvert le 1er mai 2009, sous la responsabilité du Secrétariat Général du
Gouvernement (SGG), et regroupe toutes les circulaires et arrêtés ministériels et bodacc.fr, lancé le
05 juin 2009, qui est la version électronique du Bulletin Officiel des Annonces Civiles et
Commerciales, qui assure la publicité des actes enregistrés au registre du commerce et des sociétés
(RCS).

Le Ministère de la Justice a été un des premiers ministères à créer un répertoire de données


publiques en juin 2009 accessible à l’adresse : http://www.rip.justice.fr/ où l’on peut trouver des
rapports, statistiques, enquêtes, videos, photographies…

En 2010, le Ministère de la Justice a prévu de valoriser les données publiques suivantes :


- Circulaires, avis et collections du Bulletin Officiel,
- Les dossiers d’élaboration des textes,
- Les guides professionnels, les glossaires, la terminologie,
- Les recueils de textes et de procédures,
- Le classeur du droit pénitentiaire,
- Les observatoires (ANACONDA, Oreca…),
- Les tables et nomenclatures (NATAFF…),
- Les bases de jurisprudence (par la Cour de Cassation),
- La base PHAROS,
- La base CASSIOPEE,
- La base NATINF,
- Les bases de données statistiques,
- MODALIN : 40 sites Internet et Intranet thématiques.

Des licences d’exploitation vont être mises en place pour les bases de données.
Par ailleurs, un portail national d’accès aux données publiques est en cours d’élaboration par l’APIE
(Agence du Patrimoine Immatériel de l’Etat).

Page
16

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010

2 L’OFFRE DES ACTEURS DU MARCHE DE L’INFORMATION


JURIDIQUE PAR SEGMENT

2.1 Les trois groupes généralistes


Ce segment regroupe les éditeurs proposant une offre large en matière d’information juridique grâce
à une croissance interne et externe. Les éditeurs « généralistes » regroupent les trois leaders du
marché : Wolters Kluwer, le groupe Lefevbre Sarrut et LexisNexis.

2.1.1 Les structures capitalistiques

Le groupe néerlandais Wolters Kluwer (3,425 milliards d’euros de chiffres d’affaires mondial en
2009), côté sur Euronext à Amsterdam, s'implante en France en 1989 avec l'acquisition de Lamy, une
des marques leaders de l’édition juridique, suivie en 1995 de celle de Dalian puis du Groupe Liaisons
en 1996. Comptant plus de 1000 collaborateurs en France, la société Wolters Kluwer France (WK
France) fait partie de la division « Legal, Tax and Regulatory » du groupe, qui rassemble les activités
d’édition juridique et fiscale en Europe. Cette division représente 26% du chiffre d’affaires du groupe
en 2008. WK France se dit le premier éditeur français, en 1991, à proposer une gamme de CD-Rom
juridiques.

Répartition du chiffre d’affaires mondial 2008 du groupe Wolters Kluwer


Source : Wolters Kluwer

Le groupe Lefevbre Sarrut est le premier groupe d’édition professionnelle d’origine française dans le
domaine du droit. Le groupe est issu du rapprochement des Éditions Francis Lefebvre avec les
Éditions Législatives en 1999. Cette place est confortée en 2006 avec l'acquisition des Editions
Dalloz. Les autres activités sont principalement celle de formation (avec Francis Lefebvre Formation,
Elegia et CSP) et celle de prestation en informatique (avec Lefebvre Software). Le groupe est contrôlé
par la famille Lefebvre via la holding Frojal (66%), par la Banexi (16%) et les cadres dirigeants (17%).
En 2009, le groupe est devenu l’actionnaire majoritaire de la société Dhimyotis, spécialisée dans les
solutions de signature électronique, les certificats numériques et l’archivage légal. Cette acquisition
traduit une volonté de se positionner sur le marché des avocats avec le développement des
téléprocédures judiciaires (numérisation des procédures, e-Barreau, etc.), dans lequel se sont lancés
LexisNexis et WoltersKluwer en faisant certifier leurs logiciels de gestion de cabinet d’avocats à e-
Barreau, le réseau privé virtuel des avocats.

Page
17

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010
Les Editions Francis Lefebvre ont, par ailleurs, acquis en novembre 2008, la société Patrimoine
Management & Technologies (PMT), créateur de logiciels professionnels dédiés, entre autres, à
l'approche patrimoniale globale.

Structure du groupe Lefevbre Sarrut


Source : Editions Francis Lefebvre

LexisNexis appartient au groupe anglo-néerlandais Reed Elsevier depuis 1994. Le groupe Reed
Elsevier a enregistré en 2009 un chiffre d’affaires mondial de 6,8 milliards d’euros, en croissance de
1%. Le nom LexisNexis est issu de la fusion entre Lexis (contenus juridiques) et Nexis (contenus News
& Business). En parallèle, Reed Elsevier s’est positionné sur le marché du droit en France avec le
rachat de JurisClasseur en 1993. En 2004, LexisNexis devient la marque ombrelle regroupant à la fois
les contenus juridiques diffusés par Lexis ou directement produits par les maisons d’édition du
Groupe, dont JurisClasseur en France.
LexisNexis développe son offre dans d’autres domaines que l’information juridique grâce à des
acquisitions. En 2006, le rachat de l’éditeur de logiciel français Datops, leader des solutions
complètes d'extraction, de traitement et d'analyse de l'information pour la veille sur Internet, a
donné naissance à LexisNexis Intelligence Solutions. En 2008, le groupe a également racheté deux
sociétés américaines : ChoicePoint, spécialisée dans la gestion du risque, et Idex, spécialisée dans la
mise à disposition de profils d’experts auprès des tribunaux américains. Avec un chiffe d’affaires
mondial de 2,864 milliards d’euros en 2009, LexisNexis monde a enregistré une croissance de 17%.

Page
18

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010

Structure du groupe Reed Elsevier


Source : Reed Elsevier

Les chiffres clés des trois groupes généralistes avec leurs filiales et/ou marques sont récapitulés dans
le tableau ci-dessous :

Effectifs France
Groupe Nationalité Filiales/Marques Date de création
2008
Lamy
Wolters 1895 (WK)
Pays-Bas Dalian
Kluwer France 1989 (WK France) 1 000
Groupe Liaisons
Editions Francis Lefebvre 1930 300
Lefebvre
France Dalloz 1845 230
Sarrut
Editions Législatives 1947 315
Lexis Nexis
Reed Elsevier Pays-Bas 1979 (Lexis Nexis) 700
(Jurisclasseur, Litec, DO)

Les éditeurs juridiques généralistes et leurs filiales/marques


Source : SerdaLAB

Page
19

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010

2.1.2 Leur positionnement

NOTE D’ATTENTION
Les chiffres d’affaires communiqués dans cette étude sont les chiffres d’affaires globaux
réalisés en France regroupant toutes les activités de la société ainsi que l’édition papier
et électronique. SerdaLAB dispose des chiffres d’affaires correspondant à la vente
d’information électronique. Mais serdaLAB assure aux éditeurs la confidentialité de ces
chiffres, qui ne sont donc pas communiqués dans l’étude. Ils nous servent à calculer le
marché global et par segment.

Wolters Kluwer France est leader de l’édition juridique électronique en France. Il a été le premier
éditeur en 1991 à proposer une offre numérique avec des CD-Rom juridiques. Le chiffre d’affaires
total de WK France (comprenant Lamy, les Editions Dalian et le Groupe Liaisons) s’élève à 218
millions d’euros en 2008 et serait en baisse. Les filiales du groupe ont fusionné en juillet 2007. Le
groupe a engagé début 2009 un programme de réduction de ses coûts sur trois ans (2009-2011),
entraînant une suppression de 111 postes en France.
La part de l’information électronique dans le chiffre d’affaires mondial du groupe est de 49%, dont
29% sur Internet et 20% sur CD-Rom.

Répartition du chiffre d’affaires mondial 2008 du groupe Wolters Kluwer par media
Source : Wolters Kluwer

Le groupe Lefebvre Sarrut, qui regroupe les enseignes Editions Francis Lefebvre, Editions Législatives
et Dalloz, pèse près de 217 millions d’euros sur le marché français en 2008, en progression de plus
de 3% par rapport à 2007.

Chaque enseigne du groupe propose sa propre offre numérique :


 Dalloz développe plusieurs plateformes, selon le type de public :
- Dalloz.fr, pour les grosses structures ou cabinets multi-matières,
- Dalloz-Revues, pour les professionnels du droit ou les petits cabinets,
Page
20

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010
- Dalloz-Bibliothèque (BU),
- Dalloz-Etudiant.

 Les Editions Francis Lefebvre développent la plateforme Navis, regroupant l’ensemble du fonds
documentaire et des sources Francis Lefebvre par matière : fiscal, social, comptable, droit des
affaires et droit patrimonial.

 Les Editions Législatives développent la solution Elnet, regroupant l'intégralité des sources
Editions Législatives (textes, jurisprudence, codes, lois, décrets...) organisées par matières.

LexisNexis France réalise un chiffre d’affaires global (toutes activités comprises) de 140,6 millions
d’euros en 2008, en hausse de 5%. Son offre Jurisclasseur comprend des décisions de jurisprudence,
la législation, une analyse bibliographique de journaux et revues juridiques, etc. La société a été la
première à développer une plateforme en ligne, regroupant l’ensemble des contenus juridiques. Son
offre est différente en terme de contenus selon le type de public (avocats, huissiers, grandes
entreprises…).

Les chiffres d’affaires totaux des éditeurs généralistes et leurs taux de croissance entre 2007 et 2008
sont rassemblés dans le tableau ci-dessous :

CA 2007 CA 2008
Taux de croissance
(en millions d’euros) (en millions d’euros)
Wolters Kluwer France 245* 218 -11%*
Lefebvre Sarrut (Editions Francis
Lefebvre, Dalloz, Editions 210 216,9 +3,2%
Législatives)
LexisNexis 133,8 140,6 + 5%

Chiffre d’affaires total des éditeurs généralistes en 2008


Source : Infogreffe
* Estimation SerdalAB

Page
21

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010

Les produits électroniques des éditeurs généralistes sont destinés à un large public. L’offre est
structurée par matière et/ou métier, comme précisé dans le tableau ci-dessous.

Structuration de l’offre Type de publics


Des professions juridiques
Wolters Kluwer France Par segment de clientèle Des professions non juridiques
(Avocats, DRH, Experts
(Dalian, Lamy, Liaisons sociales) Comptables,...) Des universitaires (étudiant, enseignant...)
Administrations et collectivités locales
Des professions juridiques
Editions Francis Lefebvre Des professions non juridiques (RH, finance,
Par matière et par métier
(groupe Lefebvre Sarrut) comptabilité ...)
Des universitaires (étudiant, enseignant...)
Des professions juridiques
Les Editions Législatives Des professions non juridiques (RH action sociale,
Par matière
(groupe Lefebvre Sarrut) finance, ingénieurs, HSE, bioéthique)
Des universitaires (étudiant, enseignant...)

Par matière à l'attention des Des professions juridiques


Dalloz
professionnels + offre dédiée Des universitaires (étudiant, enseignant...)
(groupe Lefebvre Sarrut) à destination des étudiants Administrations et collectivités locales
Des professions juridiques
LexisNexis Des professions non juridiques
Par matière et par métier
(Jurisclasseur) Des universitaires (étudiant, enseignant...)
Administrations et collectivités locales

Positionnement produit des éditeurs juridiques généralistes


Source :SerdaLAB

2.1.3 Leur offre de contenus électroniques

La croissance des éditeurs généralistes repose sur une offre large de contenus électroniques, en
particulier sur le développement de bases de données en ligne. Les supports offlines de type CD-Rom
et DVD-Rom restent cependant présents. Certains éditeurs mettent en place leur offre sur l’Intranet
du client (comme les Editions Francis Lefebvre ou les Editions Législatives). La plupart des éditeurs
proposent également leurs publications au format PDF, sauf les Editions Francis Lefebvre. L’offre
électronique de ces éditeurs représente entre 10 et 55% de leur chiffre d’affaires total.

L’offre électronique de Wolters-Kluwer France a pris une ampleur croissante depuis 1991 et la
création d'une gamme de cédéroms juridiques. La base de données juridique en ligne, 2LR Lamyline
Reflex, a été lancée en 2003. Cette base comprend de nombreux textes officiels et de la
jurisprudence en texte intégral avec une grande antériorité, ainsi que le fonds documentaire de
l’éditeur (ouvrages, revues…). Des liens hypertextes permettent de naviguer entre les documents.
L’utilisateur peut choisir des groupes de bases par domaine (social, fiscal, droit civil, droit des
Page
22

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010
affaires, droit immobilier, etc.), ce qui lui permet de faire varier le coût en fonction de ses besoins. La
plupart des publications sont disponibles sur abonnement annuel combinant le papier et le CD-Rom
et/ou un accès en ligne.

Wolters-Kluwer développe depuis 2007 une approche métier avec des portails, regroupant de
l’information, de la documentation, des outils-métier et des services sur une thématique, comme les
ressources humaines (WK-RH).

Groupe Lefebvre Sarrut :


Les éditions Francis Lefebvre proposent une offre électronique d’une centaine de titres, développée
à partir de l’offre papier. La solution Navis, déclinée par matière, comprend des textes officiels, de la
jurisprudence, de la documentation de base et des formulaires. L’utilisateur dispose d’une
plateforme regroupant toutes les bases auxquelles il est abonné.
L’éditeur propose également 20 mémentos en ligne sur Mementis.
Quelques publications sont disponibles sous format papier combiné à un service en ligne ou un CD-
Rom.

Dalloz développe la base de données Dalloz.fr, composée de l’ensemble des fonds Dalloz (Codes,
archives des revues, Encyclopédies, Dalloz action, Dalloz jurisprudence, Formules…), soit 400 titres.
Certains titres associent papier et CD-Rom.
La société a lancé en 2009 Dalloz-Revues, qui permet l’accès à une version flash imprimable des
revues Dalloz, sommaire compris, et Dalloz-Etudiant comprenant 300 traités au format flash. Dalloz
Bibliothèque numérique donne également accès à la base de traités.

Les éditions Législatives développent la solution Elnet, regroupant l'intégralité des sources Editions
Législatives (textes, jurisprudence, codes, lois, décrets...), soit 55 titres. La plateforme permet une
navigation d'une source à ses commentaires dans les différentes matières. L’utilisateur peut
composer son bouquet de matières.
Les titres sont disponibles en ligne, au format PDF, Flash ou sur CD-Rom/DVD-Rom. Dans la
collection des dictionnaires, guides et codes permanents, les CD-Rom thématiques sont proposés
indépendamment de la publication papier, sous forme d’abonnement incluant des bulletins
d’information, des guides, etc.

L’offre juridique électronique de LexisNexis est composée des 32 revues publiées par LexisNexis
JurisClasseur comprenant les décisions de jurisprudence, la législation et les codes à jour, une
analyse bibliographique des 130 journaux et revues juridiques publiées en France, ainsi que de
nouveaux fonds (réponses ministérielles, Assemblée Nationale et Sénat, le Bulletin officiel des impôts
...). L’offre est disponible sur papier, DVD-Rom et en ligne.

En 2009, sont apparus de nouveaux sites chez LexisNexis et Dalloz vendant, séparément de leurs
plateformes respectives LexisNexisJurisClasseur et Dalloz.fr, les derniers numéros de leurs revues au
format Flash (lecture, un peu d’impression).

Page
23

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010

Le tableau ci-dessous montre que Wolters Kluwer France et Dalloz proposent une offre de contenus
électroniques plus large que les autres éditeurs et utilisent l’ensemble des canaux de diffusion, y
compris l’Intranet du client et l’Internet mobile.

Nb de titres
Type de contenus Diffusion des contenus Produit-phare
électroniques
Législation Format PDF/En ligne/
Wolters Kluwer France 117 Jurisprudence CD-Rom/DVD-Rom/Intranet 2LR Lamyline Reflex
Doctrine du client/Internet mobile

Législation En ligne/CD-Rom/ Navis


Editions Francis Lefebvre 100
Jurisprudence DVD-Rom/Intranet du client Mementis
Législation Format PDF/En ligne/
Les Editions Législatives 55 Elnet.fr
Jurisprudence CD-Rom/DVD-Rom/Flash
Législation Format PDF/En ligne/
Dalloz 400 Jurisprudence CD-Rom/DVD-Rom/Intranet Dalloz.fr
Doctrine du client/Internet mobile

Législation
Format PDF/ En ligne/ LexisNexis
Lexis Nexis NC Jurisprudence
CD-Rom/DVD-Rom Jurisclasseur
Doctrine

L’offre de contenus électroniques des éditeurs juridiques généralistes


Source : SerdaLAB

2.1.4 L’évolution de leur offre électronique d’ici 2011

L’évolution de l’offre électronique de ces éditeurs d’ici 2011 est de l’ordre de 10% par an pour les
plus avancés, de 35% pour les moins avancés.

L’enrichissement de l’offre de contenus numériques reste une priorité pour les éditeurs
généralistes. Par exemple, LexisNexis a mis à disposition, en 2009, 17 nouvelles sources juridiques
(3 nouvelles encyclopédies JurisClasseur, 3 sources européennes, 4 Autorités administratives
indépendantes et 7 bulletins officiels ministériels). Chez WK France, sur la base de données Lamyline
Reflex, les revues de la gamme Liaisons (Liaisons sociales, Liaisons sociales Europe, Social pratique ...)
ont été mises en ligne en 2009.

La plupart d’entre eux cherchent également à améliorer l’ergonomie de leur interface et les
fonctionnalités de recherche. Par exemple, en 2009, LexisNexis a développé un nouvel écran de
recherche qui permet d'effectuer une recherche simultanée sur tous les bulletins officiels et sur les
Autorités administratives indépendantes.
En septembre 2009, Dalloz a équipé son portail Dalloz.fr du moteur de recherche Exalead. Les autres
plateformes du groupe Lefebvre-Sarrut seront également équipées de ce moteur de recherche.
Page
24

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010

Dans un avenir proche (deux ans), les supports offline seraient peu à peu abandonnés : en totalité
pour Dalloz, en partie pour les Editions Francis Lefebvre, les Editions Législatives et le groupe Wolters
Kluwer.

Bien qu’en progression, l’offre numérique resterait inférieure à l’offre papier pour les Editions
Francis Lefebvre. Cependant, pour les éditions Dalloz et le groupe Wolters Kluwer, elle serait égale
et pour les Editions Législatives, elle serait supérieure à l’offre papier, représentant 60% de l’offre
totale d’ici deux ans.

Les Editions Francis Lefebvre, les Editions Dalloz et les Editions Législatives envisagent de proposer
leur offre sur support mobile et sur livre électronique d’ici deux ans. Le livre électronique serait
également un support de diffusion pour le groupe Wolters Kluwer, en plus de l’Internet mobile.

Les Editions Francis Lefebvre et le groupe Wolters Kluwer continueraient à développer leurs solutions
sur l’Intranet du client. Les Editions Dalloz envisagent de développer ce type de solutions.

Les statistiques d’utilisation constitueraient un autre axe de développement. Wolters Kluwer


pourrait développer, d’ici deux ans, des modules de statistiques complémentaires.

2.1.5 Les modes de tarification

Le modèle d’abonnement s’est imposé pour la plupart de ces éditeurs.

LexisNexis propose un abonnement forfaitaire annuel. La tarification de l’offre en ligne est basée sur
le nombre de juristes de l’organisation.

Les Editions Francis Lefebvre proposent également un abonnement forfaitaire annuel.

Tous les éditeurs généralistes (sauf LexisNexis) offrent la possibilité à l’utilisateur d’accéder à une
partie des contenus électroniques.

L’offre de CD-Rom/DVD-Rom est associée à l’offre papier pour la plupart des éditeurs avec un tarif
« papier seul » ou « électronique seul » ou « papier et électronique ».

L’accès est limité à un nombre d’utilisateurs pour la plupart des éditeurs. Il s’agit d’utilisateurs
nommés pour les Editions Francis Lefebvre, d’utilisateurs non nommés en simultané pour les
Editions Dalloz et les Editions Législatives. Wolters Kluwer est le seul éditeur à proposer un accès à
un nombre de fonds sélectionnés par l’utilisateur.

La plupart des éditeurs généralistes proposent des relevés d'usage, sauf les Editions Législatives. Ces
relevés ne sont généralement pas disponibles en ligne. Ils sont cependant indispensables pour les
professionnels de l’information, qui peuvent ainsi évaluer les différents produits et services en ligne
et mieux argumenter les décisions d’achat.

Page
25

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010

Tous les éditeurs généralistes proposent un tarif papier seul, un tarif électronique seul et un tarif
papier et électronique (voir tableau ci-dessous).

Tarif
Tarif papier et
Tarif papier seul électronique
électronique
seul
Wolters Kluwer France Oui Oui Oui
Editions Francis
Oui Oui Oui
Lefebvre
Les Editions Législatives Oui Oui Oui
Dalloz Oui Oui Oui
LexisNexis Oui Oui Oui

Tarifs appliqués à l’offre de contenus électroniques des éditeurs généralistes


Source : SerdaLAB

Les modalités de tarification des éditeurs généralistes sont précisées dans le tableau ci-dessous.

Possibilité
Choix du
Mode de d’accéder à Statistiques
Modalités d’accès nombre
tarification une partie des d’utilisation
d’utilisateurs
contenus
Accès limité à un nombre
d’utilisateurs nommés ou
non nommés + Accès à un
Wolters Kluwer Abonnement Oui Oui Oui
nombre de fonds
sélectionnés pour des
utilisateurs sélectionnés
Editions Francis Abonnement Accès limité à un nombre
Oui Oui Oui
Lefebvre forfaitaire d’utilisateurs nommés
Accès limité à un nombre
Les Editions
Abonnement Oui d’utilisateurs non nommés Oui Non
Législatives
en simultané
Accès limité à un nombre
Dalloz Abonnement Oui d’utilisateurs non nommés Oui Oui
en simultané
Non (nombre de
Abonnement
Lexis Nexis Non NC juristes dans NC
forfaitaire
l’entreprise)

Tarification des éditeurs juridiques généralistes


Source : SerdaLAB

Page
26

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010
2.1.6 Accès aux archives électroniques

La pérennité de l’accès aux archives électroniques est un enjeu fondamental pour les juristes, qui ont
besoin d’une grande antériorité, parfois de l’ordre de 50 ans. La non accessibilité aux archives
électroniques une fois l’abonnement électronique terminée a longtemps été un frein au
développement du numérique dans l’information juridique.

Il semble aujourd’hui qu’un système d’accès aux archives électroniques soit proposé par la plupart
des éditeurs, sauf Berger-Levrault et Wolters Kluwer. Les Editions Dalloz maintiennent un droit
d'accès pendant deux ans pour les contenus souscrits en mode feuilletage, et fournissent un DVD
d’archives pour les bases de données. Les Editions législatives proposent un CD-Rom d’archives et
une connexion à un site archives. Les Editions Francis Lefebvre proposent également des CD-Rom
d’archives.

2.1.7 Partenariats

Les éditeurs généralistes nouent peu de partenariats. Lors de notre enquête, les Editions Francis
Lefebvre et Dalloz ont signalé qu’ils avaient des partenariats technologiques. Ces partenariats
permettent d’apporter des améliorations techniques à leurs plates-formes.

Concernant les partenariats avec les éditeurs, Les Editions législatives ont un partenariat avec
Wolters Kluwer IT et entretiennent des relations privilégiées avec les autres filiales du groupe : Dalloz
et les Editions Francis Lefebvre.

Page
27

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010

2.2 Les éditeurs pluridisciplinaires

Ce segment regroupe les éditeurs de taille moyenne proposant une offre dans plusieurs domaines
du droit. Les éditeurs concernés sont Lexbase, Lextenso, Legal News, Transactive (Groupe Thomson
Reuters), Groupe Revue Fiduciaire, Afnor, Berger Levrault et les Editions Weka.

2.2.1 Leur structure capitalistique

2.2.1.1 Les éditeurs indépendants


Les éditeurs indépendants présents sur ce segment sont le Groupe Revue fiduciaire, Lexbase et le
groupe Afnor.

Le groupe Revue Fiduciaire est une société anonyme créée en 1952. Le groupe compte aujourd’hui
250 salariés. Le groupe développe des activités de presse et d’édition ainsi que des activités de
formation et d’édition de logiciels.

Créé en 1998, Lexbase est le premier éditeur juridique 100% Internet. La société a été introduite en
bourse sur le marché libre en 2004. 20 collaborateurs et 50 contributeurs externes participent au
fonctionnement et à l'élaboration des produits de la société. La société développe des activités
d’édition, de formation et d’édition de logiciels pour suivre l’actualité en droit français, droit
communautaire et plus spécialement en droit des affaires. Il est intégrateur d’Extranet et d’Intranet
chez ses clients.

L’association française de normalisation (AFNOR) a été créée en 1926. Elle a été reconnue d’utilité
publique en 1943. En 2002, la fusion entre AFNOR et AFAQ donne naissance au Groupe Afnor qui
comprend trois filiales commerciales autour de l’association AFNOR. Le groupe propose des services
dans quatre grands domaines de compétences : la normalisation (missions d’intérêt général), la
certification (soumis à concurrence), l’édition spécialisée et la formation.

Page
28

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010

La structure du groupe Afnor


Source : Groupe Afnor

2.2.1.2 Les filiales de groupe


Beaucoup d’éditeurs sont des filiales de groupe : Transactive, Editions Weka, Berger Levrault et
Lextenso.

Société par action simplifiée créée en 1988, Transactive est la filiale française spécialisée dans le
droit du groupe Thomson Reuters, premier groupe mondial d’édition professionnelle. Transactive a
racheté en 2007 la base de données Juripro à la société Coface Services.

Créées en 1973, les Editions Weka appartiennent au groupe Weka Business Information. Ce groupe
rassemble treize maisons d’édition en Autriche, en France, aux Pays-Bas, en Allemagne et en Suisse.
Il fait partie des leaders du marché de l’information professionnelle.

La société Berger-Levrault est sous le contrôle de Siprex, contrôlée par le Groupe Accueil depuis
2004. La participation en actions de Spirex représente plus de 60% du capital. Berger-Levrault est
d’abord un éditeur de produits et de services réglementaires pour les collectivités territoriales et les
établissements publics depuis 1976 avec Berger Levrault Editions. La société a renforcé sa position
sur ce marché en acquérant en 1996 Sofiac, spécialisée dans les ouvrages et les imprimés
administratifs.
Berger-Levrault a développé une activité « logiciels » grâce aux acquisitions de plusieurs éditeurs :
Magnus, D.I.S, SEDIT Marianne. En 2009, Berger-Levrault Éditions, DIS, Magnus et SEDIT Marianne
fusionnent au sein d’une même société : Berger-Levrault. Convergence Applications, éditeur de
solutions logicielles axées sur la dématérialisation et la gestion électronique de documents, rejoint
également Berger-Levrault en 2009.

Page
29

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010

2.2.1.3 Les autres éditeurs pluridisciplinaires


Lextenso a un statut particulier. En effet, il s’agit d’un GIE (Groupement d’Intérêt Economique)
regroupant sept éditeurs juridiques : Joly, Defrénois, Gualino, LGDJ, Gazette du Palais, Petites
Affiches et Montchrestien.

Créée en janvier 2010 suite à la fusion de la direction de La Documentation française et de la


direction des Journaux officiels, la direction de l’information légale et administrative (DILA) est une
direction d’administration centrale des services du Premier ministre.

Les chiffres clés des éditeurs pluridisciplinaires sont précisés dans le tableau ci-dessous :

Groupe Société mère Date de création Effectifs France 2008


Groupe Revue Fiduciaire Indépendant 1952 250
Lextenso Petites Affiches NC 85
Berger Levrault Accueil/Siprex 1976 1 000
Groupe Afnor Indépendant 1926 1168
Thomson Transactive Thomson Reuters 1988 NC
Weka Business
Weka 1973 200
Information
Legal News Indépendant 1999 NC
DILA (ex-DJO) Administration centrale 2010 NC
Lexbase Indépendant 1999 30

Les éditeurs juridiques pluridisciplinaires


Source : SerdaLAB

Page
30

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010
2.2.2 Leur positionnement

NOTE D’ATTENTION
Les chiffres d’affaires communiqués sont les chiffres d’affaires globaux réalisés en France
regroupant toutes les activités de la société ainsi que l’édition papier et électronique.

En croissance de 8,5% en 2008, le groupe Revue Fiduciaire est leader sur ce segment avec un chiffre
d’affaires de 37,2 millions d’euros en 2008. Son offre s’adresse essentiellement aux professionnels
non juristes (experts comptables et conseils, directions administratives et financières, dirigeants,
professionnels de la paie, les ressources humaines, les représentants du personnels, etc.) et aussi aux
particuliers. 150 000 ouvrages sont vendus par an. En 2004, le groupe développe un site web dédié à
chaque revue.

Berger Levrault est également un éditeur important en France avec un chiffre d’affaires de 22,6
millions d’euros. La société se positionne comme éditeur de solutions pour l’administration publique
et la santé. L’activité Editions propose des documents réglementés et des ouvrages juridiques
regroupés par domaines.

Les Editions Weka est un éditeur de référence pour les collectivités territoriales. Son chiffre
d’affaires total s’élève à plus de 19 millions d’euros en 2008, en progression de 1,4%. La société a
développé une offre de portails Internet reposant sur des bases documentaires spécifiques, une base
juridique et une veille professionnelle et juridique.

Lextenso regroupe sept éditeurs juridiques : Joly, Defrénois, Gualino, LGDJ, Gazette du Palais, Petites
Affiches et Montchrestien. La société propose plus de 1300 titres (ouvrages, revues et CD-Roms)
dans le domaine du droit mais aussi de l’économie, de la bourse et du patrimoine, de la comptabilité
de gestion et de management.

Editeur de plus de 500 titres, Afnor Editions propose des solutions et des services d’informations
professionnelles normatives et réglementaires. Il s’adresse à tous les publics.

Filiale du groupe Thomson Reuters, Transactive diffuse différents produits électroniques en droit sur
CD-Rom et Internet. Son produit-phare est Le Doctrinal, base de données bibliographiques et la base
Juripro.

La direction de l’information légale et administrative (DILA) exerce les missions de diffusion légale,
d’édition publique et d’information administrative.
Dans le cadre de ses missions de diffusion légale, elle diffuse :
- Les annonces des marchés publics, à travers la publication du Boamp et du site boamp.fr,
- Les annonces relatives aux associations,
- Le Bulletin officiel des annonces civiles et commerciales, à travers la publication du Bodacc et du
site boacc.fr,
- Les informations réglementées des sociétés cotées en bourse et des établissements bancaires ou de
crédit, notamment via le site info-financiere.fr. Les informations réglementées comprennent : les

Page
31

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010
communiqués, les rapports financiers annuels, les rapports financiers semestriels, la documentation
des assemblées générales…

Lexbase propose différents niveaux d'information : une veille doctrinale, des bases encyclopédiques,
des sources officielles, et des services pratiques, sous différentes formes (études ; synthèses ;
modèles ; formulaires ; schémas et tableaux synthétiques ; articles doctrinaux ; brèves
contextualisées).

Legal News propose un service quotidien d'actualité juridique en ligne. Ses services de veille
s’adressent aux avocats, juristes, notaires, experts-comptables, administrateurs et mandataires
judiciaires, etc.

Les chiffres d’affaires totaux des éditeurs pluridisciplinaires et leurs taux de croissance entre 2007 et
2008 sont rassemblés dans le tableau ci-dessous :

CA 2007 CA 2008
Taux de croissance
(en millions d’euros) (en millions d’euros)
Groupe Revue fiduciaire 34,3 37,2 8,5%
Berger Levrault 23,2 22,6 - 2,5%
Weka 19,1 19,3 0,8%
Lextenso 18,3 16,8 -8,1%
Groupe Afnor 15 16 6,7%
Transactive 1,7 2,3 35,3%
Lexbase 1,65 1,61 -2,4%
DILA (ex-DJO) 1,4* 1,36* - 2,2%
Legal News 0,7 0,7 0,3%

Chiffre d’affaires globaux des éditeurs pluridisciplinaires


Source : Infogreffe,
* Chiffres fournis par la DILA

Les produits électroniques des éditeurs pluridisciplinaires sont essentiellement destinés à des
professionnels juridiques et/ou non juridiques. Le public universitaire est moins fréquent. L’offre est
structurée le plus souvent par matière et/ou métier, comme précisé dans le tableau ci-dessous.

Page
32

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010

Structuration de l’offre Type de public


Des professions juridiques
Par métier
Groupe Revue fiduciaire Des professions non juridiques
Par type de public
Des universitaires (étudiant, enseignant...)
Des professions juridiques
Des professions non juridiques : Directeurs d'établissements de
Berger Levrault Par métier santé, responsable de la commande publique, directeur
d'urbanisme, responsables état civil, directeurs financiers de
collectivités, magistrats et directeurs de greffe des tribunaux
Collectivités locales principalement, DGS Secrétaires de mairie,
Weka Par matière Assistantes sociales ...
Les métiers des 3 fonctions publique (FPE, FPT, FPH)
Par publication puis par
Lextenso Des professions juridiques
matière
Des professions juridiques
Editions Afnor Par matière Des professions non juridiques
Des universitaires (étudiant, enseignant...)
Des professions juridiques
Transactive Par publication
Des professions non juridiques
Des professions juridiques
Par matière
Des professions non juridiques : RH, DSI, DAF, grand public
Lexbase Par métier
(Médiathèques...), collectivités territoriales, comités d'entreprise
Par type de public
Des universitaires (étudiant, enseignant...)
Des professions juridiques
Par type de formalités
DILA (ex-DJO) Des professions non juridiques
Par publication
Des universitaires (étudiant, enseignant...)
Legal News Par matière Des professions juridiques

Positionnement produit des éditeurs juridiques pluridisciplinaires


Source : SerdaLAB

2.2.3 Leur offre de contenus électroniques

La part de l’offre électronique par rapport à l’offre totale est très disparate pour les éditeurs
multidisciplinaires : entre 5 et 100%.

Tous les éditeurs pluridisciplinaires proposent des bases de données en ligne. Les supports CD-Rom
et DVD–Rom sont proposés par des éditeurs, comme le groupe Revue Fiduciaire, les Editions Weka,
Lextenso et l’Afnor. Ces supports sont souvent associés à une offre papier.

Page
33

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010

Le groupe Revue Fiduciaire développe depuis 2004 son offre électronique en associant un site web à
chaque revue. Un nombre croissant d’ouvrages est également accessible en ligne et mis à jour en
fonction de l'actualité. En 2008, le groupe a lancé l’offre « Web plus Revue Fiduciaire » (comprenant
5 fils de dépêches quotidiennes, la Web TV, des revues d’actualité en avant-première, une newsletter
hebdomadaire, une alerte quotidienne personnalisée) avec la possibilité d’accéder à trois modules
métiers Comptable, Social et Paye.
Le groupe propose des applications sur smartphones : des dépêches quotidiennes et des flashs
spéciaux, un JT (une info en images deux minutes par jour), le rappel des obligations professionnelles
(fiscales, sociales ou en paye).

Berger Levrault propose des bases de données réglementaires avec mises à jour via Internet pour
les services publics et la santé. Légibase donne accès aux textes, à la jurisprudence et aux outils
(modèles, fiches pratiques, fiches de procédure,…).

Les Editions Weka proposent des sites thématiques comme WK RH publiques, regroupant des bases
documentaires, des liens vers des textes et la jurisprudence, des modèles et documents
téléchargeables, des alertes juridiques et des lettres d'information. Neuf portails sont actuellement
accessibles.

Afnor Editions propose un outil de gestion documentaire en ligne, Saga Web. Les abonnés à ce site
ont un accès illimité à plus de 125 000 références normatives et réglementaires regroupées en 1150
rubriques sectorielles. Le périmètre comprend les collections AFNOR, ISO, CEI, la réglementation
technique française et européenne (JO, JOUE) et les projets de normes de la collection AFNOR et ISO.
Afnor Editions propose également des services de veille et d’assistance comme SagaVeille (en
agroalimentaire, environnement et santé, sécurité au travail) et Perinorm, base de données
bibliographiques couvrant les textes techniques et réglementaires de plus de 27 pays.

Lextenso propose une base de données regroupant les fonds documentaires de 13 titres de
référence ainsi que la base de jurisprudence de Legifrance. Des liens hypertextes renvoient vers les
articles publiés dans les périodiques accessibles en texte intégral. La base offre aussi une plate-forme
de services : flashs d’actualité, chroniques rédigées par des spécialistes, offres d’emploi, fils
d’actualité… Un moteur de recherche en accès libre permet d’effectuer des recherches dans les
revues et de consulter les résultats.

Lexbase diffuse :
- Des revues juridiques : un quotidien, quatre hebdomadaires thématiques rédigés par des juristes
spécialistes et publiés exclusivement sur internet (éditions sociale, fiscale, privée générale, publique)
et des Bulletins d’actualité,
- Des encyclopédies : 16 bases juridiques donnant accès à des études synthétiques : Droit du travail,
Droit de la Sécurité sociale, Droit des sociétés, Droit fiscal, Baux commerciaux, Droit bancaire,
Fonction publique, Marchés publics, etc.,
- Des sources officielles et de la jurisprudence.
Lexbase propose un service sur mesure de recherche de documents. Le Centre de recherche
documentaire LXB+ (CRDL+) répond aux recherches de sources dont il peut assurer la diffusion.

Page
34

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010
Lexbase permet d’effectuer une recherche transversale sur l’ensemble de son fonds documentaire,
de constituer un e-book et de disposer d’un service d’alerte et de veille juridique. L’éditeur propose
son offre sur l’Internet mobile.

Transactive propose essentiellement deux produits : Le Doctrinal et Juripro. Le premier est une base
de données bibliographique contenant plus de 100 000 références à des articles de doctrine parus
dans 213 revues. La base est disponible en version CD-Rom ou sur Internet. Le Doctrinal est mis à
jour 2 fois par mois. Doctrinal+ est une base de données proposant un accès à trois types de
ressources : des notices bibliographiques d'articles de périodiques, de la jurisprudence française et
du droit communautaire. Juripro est une base de données textuelle constituée essentiellement de
documents législatifs ou réglementaires d’origine française comme européenne et de jurisprudence.
A ces deux produits phares viennent s’ajouter Administral et 3 revues : « Concurrences », « La Revue
trimestrielle de droit financier » et « Propriétés intellectuelles ».

L’offre de contenus électroniques de la DILA (ex-DJO) est structurée soit :


- Par type de formalités rendues obligatoires (données économiques et financières),
- Selon les publications, sources et origines officielles du droit (données juridiques) conformément
aux exigences du décret n° 2002-1064 du 7 août 2002 relatif au service public de la diffusion du droit
par l’internet. Les contenus électroniques sont diffusés en format PDF, en ligne, et FTP
entrant/sortant. Il n’est pas envisagé d’abandonner les supports off line d’ici deux ans.

Legal News propose différents portails adaptés aux différents métiers du droit :
LegalNews.fr pour une actualité juridique, transversale et multi-sources,
LegalNewsNotaires.fr, dédié aux professionnels du notariat,
DroitsEtrangers.com, particulièrement destiné aux spécialistes du droit des affaires international, du
commerce international et des responsables export en entreprises,
LegalNewsProcéduresCollectives.com, destiné aux praticiens des procédures collectives,
administrateurs et mandataires judiciaires, avocats spécialisés, mais aussi directeurs juridiques et
chefs d’entreprises,
BiblioVigie.com pour une veille juridique et comptable, en partenariat avec le Conseil Supérieur de
l’Ordre des Experts-comptables.
Legal News édite, depuis janvier 2008, la Lettre d’information bimestrielle « Le Monde du Droit », qui
dispose d’un site Internet dédié.

Le tableau ci-dessous précise le nombre de titres électroniques et le type de contenus proposés par
les éditeurs. La diffusion des contenus se fait le plus souvent en ligne et sur CD-Rom/DVD-Rom. Le
format PDF est moins fréquent.

Page
35

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010

Nb de titres
Type de contenus Diffusion des contenus Produit-phare
électroniques
En ligne/CD-Rom/
Groupe Revue fiduciaire NC Doctrine Web Plus
DVD-Rom/Internet mobile
Légibase marchés
Berger Levrault 4 Législation/Jurisprudence En ligne
publics
Législation/Jurisprudence/ Format PDF/En ligne/
Weka 35 RH Publiques
Doctrine CD-Rom/DVD-Rom
Législation/Jurisprudence/
Lextenso 17 En ligne/CD-Rom/DVD-Rom Lextenso.fr
Doctrine
Format PDF/En ligne/
Editions Afnor NC Législation/Jurisprudence CD-Rom/DVD-Rom/Intranet Sagaweb
du client
Législation/Jurisprudence/
Transactive 6 En ligne/CD-Rom Doctrinal/Juripro
Doctrine
Format PDF/En
Législation/Jurisprudence/
Lexbase 26 ligne/Intranet du Lexbase.fr
Doctrine
client/Internet mobile
Format PDF/En ligne/
DILA (ex DLO) NC Législation/Jurisprudence legifrance.gouv.fr
CD-Rom/DVD-Rom/ FTP
Legal News NC Législation/Jurisprudence En ligne LegalNews.fr

L’offre de contenus électroniques des éditeurs juridiques pluridisciplinaires


Source :SerdaLAB

2.2.4 L’évolution de l’offre électronique d’ici 2011

La plupart des éditeurs pluridisciplinaires développeront une offre numérique qui restera inférieure à
l’offre papier d’ici deux ans, sauf Lexbase, éditeur 100% Internet et Transactive.

La plupart des éditeurs pluridisciplinaires n’envisagent pas l’abandon des supports offline d’ici deux
ans. C’est le cas de Lextenso et Weka. A contrario, pour les éditions Berger Levrault, ces supports
seront totalement abandonnés. Berger-Levrault prévoit que le pourcentage de CA issu de la vente
d’information électronique doublera en 2011 par rapport à 2009.

Page
36

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010
L’enrichissement de l’offre de contenus numériques est envisagé pour la plupart des éditeurs sauf
les Editions Weka. Des améliorations portant sur l’ergonomie de l’interface et les fonctionnalités de
recherche sont également envisagées.

Lextenso apporte des améliorations techniques sur sa plate-forme à chaque nouvelle version. La
dernière version a été lancée en juin 2009. Elle permet une navigation par widgets et donne accès à
un moteur de recherche simple sur la page d’accueil. La plateforme est personnalisable avec la
possibilité de créer des dossiers personnels et de sauvegarder ses recherches.

Lexbase se concentre sur l’augmentation du contenu numérique. Depuis 2010, la société diffuse la
base de données des arrêts de cours d’appel JuriCA (Jurisprudence des Cours d’Appel). Les arrêts
sont disponibles depuis 2007. Cette base de données se veut exhaustive avec 180 000 décisions par
an.

Parmi les nouveaux modes de diffusion envisagés par les éditeurs d’ici deux ans, le support mobile et
le livre électronique sont les plus fréquemment cités. Lextenso envisage de développer
exclusivement le livre électronique tandis que les Editions Weka mettrait l’accent sur le support
mobile. Berger Levrault et Lexbase envisagent également de développer des solutions sur l’Intranet
du client.

Les axes de développement de la DILA (ex-DJO) pour 2010-2011 sont basés sur :
- L’enrichissement de l’offre de contenus numériques (concerne les fonds provenant de l’ex-
Documentation française, répondant à la mission de la DILA en matière de fourniture d’édition
publique et d’information administrative, et susceptibles d’être valorisés)
- L’amélioration des fonctionnalités de recherche des contenus numériques. Il est prévu de
développer l’offre électronique sur support mobile. En 2010, une partie du site Legifrance sera
disponible sur les smartphones grâce au projet Légimobile. Ce projet a été lancé par le Centre de
recherche en informatique (CRI) de Mines ParisTech et la DILA, dans le cadre de l’appel à projets
Proxima Mobile en février 2010. Légimobile permettra, d’ici le 31 juillet 2010 une consultation de
l’essentiel du site Legifrance à savoir :
- Les textes publiés au JO,
- Les codes et autres textes législatifs et réglementaires en version consolidée,
- Les conventions collectives nationales étendues,
- La jurisprudence.

2.2.5 Les modes de tarification

Le modèle d’abonnement s’est imposé pour tous les éditeurs pluridisciplinaires. La plupart d’entre
eux offrent à l’utilisateur la possibilité d’accéder à une partie des contenus électroniques, sauf les
Editions Weka.

La plupart des éditeurs proposent un tarif « papier seul », « électronique seul » et « papier +
électronique ». Lextenso propose un abonnement électronique, à moitié prix pour les abonnés au
papier.

Page
37

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010
L’accès est limité à un nombre d’utilisateurs nommés pour les Editions Weka et Berger Levrault.
L’accès est illimité pour un nombre d'utilisateurs illimités pour Lextenso et Lexbase. Ce dernier limite
toutefois le nombre d'accès simultanés.

Pour la DILA, les tarifs de l’offre électronique et de l’offre papier sont distincts, il n’est pas proposé
d’offre couplée entre les deux supports. L’ensemble des informations électroniques juridiques
accessibles sur le site Légifrance bénéficie de licences de réutilisation de ces données, assujetties à
une tarification forfaitaire, fixée annuellement par arrêté du Premier ministre.

Lextenso est le seul éditeur à proposer des relevés d’usage disponibles en ligne. Les Editions Weka
et Berger Levrault ne fournissent pas de relevés d’usage.

A l’exception de Lexbase, qui propose ses contenus uniquement sur Internet, les éditeurs
pluridisciplinaires suivants proposent un tarif papier seul, un tarif électronique seul et un tarif papier
et électronique (voir tableau ci-dessous).

Tarif électronique Tarif papier et


Tarif papier seul
seul électronique
Lexbase Non Oui Non
Lextenso Oui Oui Oui
Weka Oui Oui Oui
Berger Levrault Oui Oui Oui

Tarifs appliqués à l’offre de contenus électroniques des éditeurs pluridisciplinaires


Source : SerdaLAB

Les modalités de tarification des éditeurs généralistes sont précisées dans le tableau ci-dessous.

Page
38

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010

Possibilité
Choix du
Mode de d’accéder à Statistiques
Modalités d’accès nombre
tarification une partie des d’utilisation
d’utilisateurs
contenus
Groupe Revue
Abonnement NC NC NC NC
fiduciaire
Un accès limité à un
Berger Levrault Abonnement Oui nombre d’utilisateurs Oui Non
nommés
Un accès limité à un
Editions Weka Abonnement Non nombre d’utilisateurs Non Non
nommés
Un accès illimité pour un
Lextenso Abonnement Oui Non Oui
nombre d’utilisateurs limité
Editions Afnor Abonnement Oui NC NC NC
Thomson
Abonnement NC NC NC NC
Transactive
Un accès illimité pour un
Abonnement
nombre d'utilisateurs
Lexbase Tarification à Oui Oui Non
illimités, via un nombre
l’unité
d'accès simultanés limité
DILA (ex-DJO) Abonnement NC NC NC NC
Legal News Abonnement Non NC NC NC

Tarification des éditeurs juridiques pluridisciplinaires


Source : SerdaLAB

Exemples de tarifs :

Le groupe Revue Fiduciaire propose un abonnement à l’offre Web Plus Revue Fiduciaire à partir de
600,00 € HT par an.

Lextenso propose différentes offres d’abonnements annuels de un à neuf fonds. Pour chaque offre
d’abonnement, la consultation des documents en texte intégral est illimitée. L’accès à toutes les
bases est proposé à partir de 1 019,00 € HT. L’accès à 5 bases coûte 559,00 € HT et l’accès à 3 bases
359,00 € HT. Les tarifs dépendent du nombre d’utilisateurs.

Transactive offre un accès au Doctrinal avec l’antériorité à partir de 1 300,00 € HT par an. Il est
possible de souscrire un abonnement « Corporate » ou « Bibliothèque Universitaire ». Les tarifs
dépendent du nombre d’utilisateurs.

Legal News propose un abonnement au service LegalNews.fr, à partir de 590€ HT. L’abonnement au
service LeMondeduDroit.fr est disponible à partir de 390€ HT

Page
39

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010
2.2.6 L’accès aux archives électroniques

Parmi les répondants, Lexbase est le seul éditeur à proposer un système d’accès aux archives
électroniques. Les archives sont disponibles au format PDF.

2.2.7 Les partenariats éditoriaux

Parmi les partenariats signalés par les éditeurs interrogés, on trouve :

- Transactive avec les éditions Lextenso et Dalloz. Le partenariat permet d’accéder au texte
intégral des articles de revues de Lextenso et de Dalloz à partir des références de la base
Doctrinal.

- Berger Levrault avec l’agrégateur de presse, EDD (ex-Européenne de données).

- Les Editions Weka avec Diagora Press, agence de presse du secteur public. Ce partenariat
permet aux Editions Weka de diffuser les actualités de Diagora Press sur ses portails Internet.

Page
40

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010

2.3 Les éditeurs monodisciplinaires

Ce segment regroupe les éditeurs plutôt de petite taille proposant une offre dans un ou deux
domaines du droit. Les éditeurs concernés sont les éditions du Moniteur, Lawlex, Edilaix, Les Etudes
Hospitalières (Leh), les cahiers fiscaux Européens, les Editions EFE, les Editions Pierre Lechêne, les
Editions Tissot, Victoire Editions, Editions juridiques et techniques, Editions techniques et
économiques et Editions Juris associations (Dalloz).
La structure capitalistique de ces sociétés n’est pas abordée car ils sont, dans leur majorité,
indépendants, sauf indication entre parenthèse.

Page
41

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010

2.3.1 Leur positionnement

Ce segment regroupe de petits éditeurs indépendants (à l’exception du groupe Moniteur et des


Editions Tissot). Les domaines de spécialisation de chaque éditeur ont précisés dans le tableau ci-
dessous :

Date de Effectifs
Groupe Société mère Domaine(s) de spécialisation
création France 2008
Droit de la construction
Le groupe Moniteur Bridgepoint Droit social 1903 700
Droit des marchés publics
Lawlex Indépendant Droit économique 2000 2
Edilaix Indépendant Droit immobilier 1997 6
Les Etudes
Indépendant Droit hospitalier 1995 7
Hospitalières (Leh)
Les cahiers fiscaux
Indépendant Fiscalité NC NC
Européens
Droit des affaires
Droit social
Editions EFE Indépendant Gestion de patrimoine 1988 NC
Fiscalité
Gestion locale et urbanisme
Editions Pierre
Indépendant Fiscalité 1934 2
Lechêne
Weka Business
Editions Tissot Droit du travail 1975 NC
Information
Droit social
Editions techniques et Droit européen
Indépendant NC NC
économiques Energie, Transports, Economie
industrielle
Editions juridiques et
Droit judiciaire (huissiers) NC NC
techniques Indépendant
Editions Juris
Dalloz Droit des associations 1982 NC
associations
Droit de l'environnement
Victoire Editions Indépendant 1987 40
Droit de la communication

Les éditeurs juridiques monodisciplinaires


Source : SerdaLAB, Infogreffe

Page
42

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010

NOTE D’ATTENTION
Les chiffres d’affaires communiqués sont les chiffres d’affaires globaux réalisés en France
regroupant toutes les activités de la société ainsi que l’édition papier et électronique.

Les chiffres d’affaires totaux des éditeurs monodisciplinaires et leurs taux de croissance entre 2007
et 2008 sont rassemblés dans le tableau ci-dessous :

CA 2007 CA 2008
Taux de
(en euros) (en euros)
croissance

Le groupe Moniteur 153 000 000 146 800 000 - 4,6%


Editions Tissot 6 250 000 6 090 000 -2,6%
Victoire éditions 3 215 000 NC NC
Editions juridiques et techniques 1 104 000 1 009 000 -8,6%
Editions techniques et
851 000 NC NC
économiques
Editions Pierre Lechêne 831 000 645 000 -22,3%
Les Etudes Hospitalières (Leh) 583 000 NC NC
Lawlex 535 522 700 000 30,8%
Edilaix 497 000 591 000 18,9%
Les cahiers fiscaux Européens 259 000 266 000 2,7%
Editions Juris associations
NC NC NC
(radiées en février 2010)
Editions EFE NC NC NC

Chiffre d’affaires globaux des éditeurs monodisciplinaires en 2008


Source : Infogreffe

Le groupe Moniteur fait partie d’une holding comprenant les sociétés Le groupe Territorial, Vecteur
Plus, Prosys et Achatpublic.com. Depuis 2006, l’actionnaire majoritaire du Groupe Moniteur Holding
est le fond d'investissement Bridgepoint.
Avec un chiffre d’affaires de 146,8 millions d’euros en 2008, le groupe Moniteur se positionne
comme leader français de l’information et des services pour les acteurs publics et privés de la
construction et les collectivités locales. Il regroupe trois activités :
- La presse professionnelle, avec une trentaine de publications,
- Des services spécialisés (édition, formation et organisation de salons),
- Des services numériques (bases de données ou services en ligne en matière d'information sur les
marchés, les produits, l'emploi, les prix, les matériels et la réglementation).

Page
43

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010
Les Editions Tissot conçoivent des publications juridiques pour faciliter l’application du droit du
travail en entreprise et le rendre accessible aux non-juristes. Sont concernés le secteur du BTP,
l’ensemble des PME, mais également les comités d’entreprise et les représentants du personnel. Les
publications sont regroupées par thématiques et secteur d’activité.

Victoires Editions organise son offre autour de deux domaines :


- L’environnement pour les professionnels de l'environnement (quatre publications, des guides et des
annuaires),
- Quatre publications juridiques sur la communication, l'audiovisuel, le droit de la voirie et celui
appliqué aux collectivités locales.

Les Editions juridiques et techniques proposent des ouvrages et des revues à destination des
huissiers de justice. La société édite en particulier la revue « Droit et procédures ».

Les Editions techniques et économiques éditent cinq publications dont « Droit social » et « la revue
du marché commun et de l’Union Européenne ».

Les Editions Pierre Lechêne est une société d’édition spécialisée dans le domaine juridique et fiscal.
Son offre s’adresse aux notaires, huissiers, avocats, experts-comptables, professionnels de
l’immobilier, professions juridiques et judiciaires, juristes d’entreprises, ou encore étudiants.

Les Etudes Hospitalières (Leh) regroupent des activités d’édition, de conseil, de formation et
d’assistance dans les domaines du droit hospitalier et médical.

Lawlex a enregistré la plus forte croissance du segment en 2008 (+30%). La société offre aux juristes
en droit économique,
- JuriScience : des traités papier mis à jour en permanence sur Internet.
- JuriBases : des bases de données comprenant un exposé complet de la matière, des décisions en
texte intégral, des cours suprêmes, des cours d'appel et des tribunaux, ainsi que des commentaires,
des liens vers les législations, associées à des extraits papier.

Société d'édition juridique immobilière, Edilaix, édite principalement la revue mensuelle pratique
« Les Annales des Loyers » mais également des ouvrages juridiques pratiques concernant la propriété
commerciale, rurale et immobilière. La revue s'adresse aux professionnels de l'immobilier et aux
praticiens : avocats, notaires, huissiers, experts.

Les cahiers fiscaux européens mettent à disposition de nombreuses études fiscales nationales et
internationales rédigées par des experts.

Le groupe EFE (Édition Formation Entreprise) est spécialisé dans les activités d’édition et de
formation pour les entreprises et les collectivités locales. Cinq filiales ont été créées en Belgique, au
Luxembourg, en Espagne, au Portugal et en Suisse.

Page
44

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010
Filiale du groupe Dalloz depuis 2001, les Editions Juris associations fournissent des informations
dans les domaines juridiques, fiscaux, sociaux et comptables aux associations et organismes à but
non lucratif ainsi qu’à leurs conseils et partenaires. Elles ont été radiées en février 2010, pour être
rattachées à Dalloz.

Les produits électroniques des éditeurs monodisciplinaires sont essentiellement destinés à des
professionnels juridiques. Les professionnels non juridiques et le public universitaire sont moins
fréquents. L’offre est structurée le plus souvent par matière ou par publication, comme précisé dans
le tableau ci-dessous.

Structuration de l’offre Type de publics


Par matière
Le groupe Moniteur Des professions non juridiques
Par publication
Par matière Des professions juridiques
Editions Tissot
Par métier Des professions non juridiques
Des professions juridiques
Victoire Editions Par matière Des professions non juridiques
Des universitaires (étudiant, enseignant...)
Editions juridiques et techniques Par publication Des professions juridiques
Editions techniques et
Par publication Des professions juridiques
économiques
Des professions juridiques
Editions Pierre Lechêne Par publication Des professions non juridiques
Des universitaires (étudiant, enseignant...)
Des professions juridiques
Les Etudes Hospitalières (Leh) Par publication Des professions non juridiques
Des universitaires (étudiant, enseignant...)
Lawlex Par matière Des professions juridiques
Edilaix Par matière Des professions juridiques
Les cahiers fiscaux Européens Par publication Des professions juridiques
Des professions juridiques
Les Editions Juris Associations Par publication Des professions non juridiques
Des universitaires (étudiant, enseignant...)
Des professions juridiques
Editions EFE Des professions non juridiques
Des universitaires (étudiant, enseignant...)

Positionnement produit des éditeurs juridiques monodisciplinaires


Source :SerdaLAB

Page
45

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010

2.3.2 Leur offre de contenus électroniques

Les éditeurs mono disciplinaires proposent essentiellement des bases de données en ligne et une
documentation au format PDF.

Le groupe Moniteur propose des bases de données ou services en ligne sur les marchés, les produits,
l'emploi, les prix, les matériels et la réglementation. Les abonnés ont accès à la version numérique de
l’hebdomadaire « Le Moniteur des Travaux Publics », à ses archives depuis 1997, à l’ensemble des
textes officiels parus dans les cahiers détachés de l’hebdomadaire et de la documentation Web
complémentaire. L’abonnement comprend également des services Web : base d’actualisation des
prix du marché, l'intégralité des avis d’appels d'offres et d’attributions de marchés (avec
marchesonline), une base sur les entreprises du BTP classées par métier, par secteur ainsi que toutes
les conventions collectives et les accords de salaires.

Les Editions Tissot conçoivent des publications déclinées en version Internet avec possibilité d’avoir
accès au papier. Les publications en ligne sont mises à jour automatiquement. L’offre comprend
également des modèles de lettre ou de contrat, téléchargeables au format word, des newsletters et
des lettres d’actualité.

Victoires Editions développent des services en ligne autour de ses revues :


- Legipresse, recensant l'actualité du droit français, européen et international des médias,
- Légicom, recensant l'actualité autour d'un thème du droit de la communication.

Les Editions juridiques et techniques ont développé le portail Lex-act, permettant un accès à la
version électronique de la revue « Droit et procédures » ainsi que du « Code de l'exécution ». Une
newsletter mensuelle « La Lettre de Droit et procédures » est fournie.

Les Editions techniques et économiques proposent les articles des revues « Droit social » et «Revue
du marché commun et de l’Union Européenne », parus entre 2000 et 2007 au format PDF.

Les Editions Pierre Lechêne proposent une base de données regroupant l'ensemble de la
documentation juridique et fiscale (Lois, ordonnances, décrets, instructions, réponses ministérielles,
arrêtés, circulaires, articles de codes, arrêts Cour de Cassation, Conseil d'Etat, Règlements
Communautaires...) qui sert à l’élaboration du Guide de la Taxe.
L’éditeur propose également une autre base de données « Les Zones pour l’Aménagement et le
Développement du Territoire» permettant de trouver les exonérations applicables à partir d’une
circonscription ainsi que les textes.

Les Etudes Hospitalières (Leh) ont lancé en 2010 une plate-forme en ligne de droit hospitalier :
Hopitalex, contenant :
- Plus de 1000 décisions de justice commentées et sélectionnées depuis 1995,
- Plus de 200 analyses juridiques faisant « le point sur » une question d'actualité juridique,
- Plus de 1000 questions-réponses illustrant les préoccupations quotidiennes des acteurs hospitaliers.
Page
46

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010

Edilaix propose un service en ligne permettant de consulter les commentaires de jurisprudence, les
études doctrinales, les questions diverses de la revue « Annales des Loyers » et les guides
thématiques. Des ouvrages sont disponibles au format PDF.

Lawlex offre des bases de données complètes comprenant un exposé complet et rigoureux de la
matière, des décisions en texte intégral, des cours suprêmes, des cours d'appel et des tribunaux,
ainsi que des commentaires en éclairant le sens et la portée, des liens vers la législation, associés à
des extraits papier.

Les cahiers fiscaux européens proposent des études fiscales nationales et internationales au format
PDF et livrées par email.

Les Editions EFE proposent la base de données CIR, dédiée au crédit d’impôt recherche, regroupant
les textes et les contentieux de référence dans les domaines financier et comptable, fiscal et
scientifique.

Les Editions Juris associations proposent un abonnement à la base de données en ligne « Juris
associations », revue de référence qui analyse l’actualité du droit des associations et plus largement
de l’économie sociale.

Le tableau ci-dessous précise le nombre de titres électroniques et le type de contenus proposés par
les éditeurs. La diffusion des contenus se fait le plus souvent en ligne. Le format PDF est moins
fréquent.

Page
47

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010

Nb de titres
Type de contenus Diffusion des contenus Produit-phare
électroniques
Législation/Jurisprudence/
Le groupe Moniteur NC En ligne lemoniteur.fr
Doctrine
Législation/Jurisprudence/
Editions Tissot NC En ligne
Doctrine
Législation/Jurisprudence/
Victoire Editions 2 Format PDF/En ligne Legipresse
Doctrine
Editions juridiques et Législation/Jurisprudence/
NC En ligne Lex-act
techniques Doctrine
Editions techniques et Législation/Jurisprudence/
2 Format PDF
économiques Doctrine
Editions Pierre Lechêne NC Législation/Jurisprudence En ligne Guide de la Taxe
Législation/Jurisprudence/
Les Etudes Hospitalières (Leh) NC En ligne Hopitalex
Doctrine
Législation/Jurisprudence/ JuriBase Droit
Lawlex 20 En ligne
Doctrine économique
Législation/Jurisprudence/ Les Annales des
Edilaix 120 Format PDF/En ligne
Doctrine loyers
Législation/Jurisprudence/
Les cahiers fiscaux Européens NC Format PDF
Doctrine
Législation/Jurisprudence/ Juris
Les Editions Juris Associations NC En ligne
Doctrine Associations
Législation/Jurisprudence/
Editions EFE NC En ligne CIR
Doctrine

L’offre de contenus électroniques des éditeurs juridiques monodisciplinaires


Source : SerdaLAB

2.3.3 L’évolution de leur offre électronique d’ici 2011

La plupart des éditeurs monodisciplinaires développeront une offre numérique qui restera inférieure
à l’offre papier d’ici deux ans, sauf Lawlex, qui prévoit que le pourcentage de CA issu de la vente
d’information électronique s’élèvera à 80%.

La majorité envisage l’abandon en partie des supports offline d’ici deux ans. C’est le cas de Lawlex et
Edilaix. Pour Victoire Editions, ces supports ne seront pas abandonnés.

L’enrichissement de l’offre de contenus numériques est envisagé pour la plupart des éditeurs sauf
Edilaix. Des améliorations portant sur l’ergonomie de l’interface et les fonctionnalités de recherche
sont également prévues.

Page
48

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010
Lawlex développera, d’ici deux ans, une offre sur support mobile et des solutions sur l’Intranet du
client.

2.3.4 Les modes de tarification

Le modèle d’abonnement s’est imposé pour tous les éditeurs monodisciplinaires. Une tarification à
l’unité est également proposée pour le format PDF.

La plupart des éditeurs monodisciplinaires offrent à l’utilisateur un accès à une partie des contenus
électroniques, sauf Edilaix.

L’accès est limité à un nombre d’utilisateurs pour Lawlex et Victoire Editions. L’accès est illimité pour
les abonnés à la revue papier éditée par Edilaix.

Aucun éditeur monodisciplinaire ne propose de relevés d’usage.

A l’exception d’Edilaix, qui ne propose qu’un seul tarif pour le papier et l’électronique , les éditeurs
monodisciplinaires suivants proposent un tarif papier seul, un tarif électronique seul et un tarif
papier et électronique (voir tableau ci-dessous).

Tarif
Tarif papier et
Tarif papier seul électronique
électronique
seul
Lawlex Oui Oui Oui
Edilaix Non Non Oui
Editions Juris
Oui Oui Oui
Associations
Victoire Editions Oui Oui Oui

Tarifs appliqués à l’offre de contenus électroniques des éditeurs mono disciplinaires


Source : SerdaLAB

Les modalités de tarification des éditeurs généralistes sont précisées dans le tableau ci-dessous :

Page
49

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010

Possibilité
Mode de d’accéder à Choix du nombre Statistiques
Modalités d’accès
tarification une partie des d’utilisateurs d’utilisation
contenus
Abonnement ou
Le groupe Moniteur NC NC NC NC
licence
Un accès limité à un
Abonnement ou nombre d’utilisateurs
Lawlex Oui Oui Non
licence non nommés en
simultané
Un accès illimité aux
L'abonnement
abonnés de la revue
papier comprend
Edilaix Non papier (création id. & Non Non
l'abonnement
mot de passe client
internet
validés par Edilaix)
Les Etudes Abonnement ou
NC NC NC NC
Hospitalières (Leh) licence
Les cahiers fiscaux
A l’unité NC NC NC NC
Européens
Abonnement ou
Editions EFE Non Accès illimité NC NC
licence
Editions Pierre Abonnement ou
Non Accès illimité NC NC
Lechêne licence
Editions Tissot A l’unité NC NC NC NC

Abonnement ou Un accès illimité aux


Editions techniques licence archives pour les
Non NC NC
et économiques abonnés de la revue
A l’unité papier
Editions juridiques Abonnement ou
NC NC NC NC
et techniques licence
Un accès illimité pour
Editions Juris Abonnement ou
Non les abonnés de la revue NC NC
Associations licence
papier
Abonnement ou
licence Un accès limité à un
Victoire Editions Non nombre d’utilisateurs Oui Non
Tarification nommés
forfaitaire

Tarification des éditeurs juridiques monodisciplinaires


Source : SerdaLAB

Page
50

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010

Exemples de tarifs :

L’abonnement annuel à la revue « Les Annales des Loyers » (papier + Internet), éditée par Edilaix, est
de 217 € HT (2009).

L’abonnement annuel à la base de données réglementaire et fiscale (Guide de la Taxe) des Editions
Pierre Lechêne est de 26,76 € HT.

L’abonnement annuel à la base de données en ligne Juris associations seule est de 159 € HT. Pour les
abonnés à la version papier, l’abonnement annuel à la base de données en ligne est de 74 € HT.

Les Editions EFE proposent un accès illimité (12 mois) à la base de données CIR Online pour un coût
annuel de 500 € HT.

L’accès au site Legipresse de Victoire Editions nécessite l’achat d’unités de recherche documentaire.
Les abonnés à la version papier de la revue bénéficient d’une réduction de 50% sur ces unités. Les
tarifs pour les non-abonnés sont :
- 1 unité de recherche documentaire : 7 euros,
- 10 unités de recherche documentaire : 50 euros,
- 25 unités de recherche documentaire : 100 euros,
- 50 unités de recherche documentaire : 180 euros.

2.3.5 Accès aux archives électroniques

Victoire Editions est le seul éditeur à proposer un système d’accès aux archives électroniques
payant.

Page
51

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010

SYNTHESE

Les éditeurs généralistes

CA global
2008* Nombre de Axes de
Diffusion des Mode de
titres Produit-phare
(en millions électroniques contenus tarification développement
d’euros)
Format PDF/En
Wolters Kluwer 2LR Lamyline
218 NC ligne/CD-Rom/DVD- Abonnement NC
France Reflex
Rom

Editions Francis Enrichissement de


En ligne/CD-
Lefebvre l’offre/Amélioration de Navis
Rom/DVD- Abonnement
91,3 100 l’ergonomie/Amélioration
(Groupe Lefebvre Rom/Intranet du forfaitaire Mementis
des fonctionnalités de
Sarrut) client
recherche

Les Editions Enrichissement de


Législatives Format PDF/En l’offre/Amélioration de
76 55 ligne/CD-Rom/DVD- Abonnement l’ergonomie/Amélioration Elnet.fr
(Groupe Lefebvre Rom/Flash des fonctionnalités de
Sarrut) recherche
Enrichissement de
Dalloz Format PDF/En
l’offre/Amélioration de
ligne/CD-Rom/DVD-
(Groupe Lefebvre 49,6 400 Abonnement l’ergonomie/Amélioration Dalloz.fr
Rom/Intranet du
Sarrut) des fonctionnalités de
client/Internet mobile
recherche
Format PDF/ En LexisNexis
Abonnement
LexisNexis 140,6 NC ligne/CD-Rom/DVD- NC
forfaitaire Jurisclasseur
Rom

© serdaLAB
* Source : Infogreffe

Page
52

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010

Les éditeurs pluridisciplinaires

CA global
2008* Nombre de
Diffusion des Mode de
titres Axes de développement Produit-phare
(en millions électroniques contenus tarification
d’euros)
En ligne/CD-
Groupe Revue
37,2 NC Rom/DVD- Abonnement NC Web Plus
fiduciaire
Rom/Internet mobile
Légibase
Berger Levrault 22,6 4 En ligne Abonnement Enrichissement de l’offre marchés
publics
Enrichissement de
Format PDF/En
l’offre/Amélioration des
Weka 19,3 35 ligne/CD-Rom/DVD- Abonnement RH Publiques
fonctionnalités de
Rom
recherche
Enrichissement de
l’offre/Amélioration de
En ligne/CD-
Lextenso 16,8 17 Abonnement l’ergonomie/Amélioration Lextenso.fr
Rom/DVD-Rom
des fonctionnalités de
recherche
Format PDF/En
ligne/CD-Rom/DVD-
Editions Afnor 16 NC Abonnement NC Sagaweb
Rom/Intranet du
client
En ligne/CD-
Transactive 2,3 NC Abonnement NC Doctrinal
Rom/DVD-Rom
Enrichissement de
Format PDF/En Abonnement l’offre/Amélioration de
Lexbase 1,61 26 ligne/Intranet du Tarification à l’ergonomie/Amélioration Lexbase.fr
client/Internet mobile l’unité des fonctionnalités de
recherche
Legal News 0,7 NC En ligne Abonnement NC LegalNews.fr

© serdaLAB
* Source : Infogreffe

Les éditeurs monodisciplinaires

CA global Nombre de Diffusion des Mode de Axes de développement Produit-phare


Page
53

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010
2008* titres contenus tarification
(en millions électroniques
d’euros)
Le groupe Moniteur 146,8 NC En ligne Abonnement NC lemoniteur.fr
Tarification à
Editions Tissot 6 NC En ligne NC NC
l’unité
Enrichissement de
l’offre/Amélioration de
3,2 Abonnement
Victoire éditions 2 Format PDF/En ligne l’ergonomie/Amélioration Legipresse
(Année 2007) forfaitaire
des fonctionnalités de
recherche
Editions juridiques
1 NC En ligne Abonnement NC Lex-act
et techniques
Editions techniques 0,8
NC Format PDF Abonnement NC NC
et économiques (Année 2007)

Les Etudes 0,6 Guide de la


NC En ligne Abonnement NC
Hospitalières (Leh) (Année 2007) Taxe
Enrichissement de
l’offre/Amélioration de
Lawlex 0,7 20 En ligne Abonnement l’ergonomie/Amélioration Hopitalex
des fonctionnalités de
recherche
Editions Pierre JuriBase Droit
0,6 NC En ligne Abonnement
Lechêne économique
Enrichissement de
Abonnement
l’offre/Amélioration des Les Annales
Edilaix 0,6 120 Format PDF/En ligne papier +
fonctionnalités de des loyers
Internet
recherche
Les cahiers fiscaux Tarification à
0,3 NC Format PDF NC
Européens l’unité
Editions Juris
associations Juris
1,46 NC En ligne Abonnement NC
(Radiation en Associations
février 2010)

Editions EFE NC NC En ligne Abonnement NC CIR

© serdaLAB
* Source : Infogreffe

Le marché de l’information juridique électronique par segment

CA 2007* CA 2008* Part de marché Evolution

Page
54

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010
(En millions (En millions (en CA) 2008/2007
d’euros) d’euros) en 2008
Editeurs généralistes 219 219,6 85% 0,3%
Editeurs pluridisciplinaires 25,5 27,5 11% 7,9%
Editeurs monodisciplinaires 10,5 10,3 4% -2,2%
TOTAL 255 257,4 100% +0,9%

Segmentation du marché français de l’information juridique électronique en 2008


*Les CA concernent ici l’information numérique agrégée par segment
Source : SerdaLAB

Page
55

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010

CONCLUSION

Après plusieurs années de croissance à deux chiffres, le marché de l’information électronique


juridique en France a quelque peu ralenti sa progression, avec un taux de croissance d’à peine 1% en
2008. Cela s’explique par la crise économique. Pour rappel, le taux de croissance du PIB (Produit
Intérieur Brut) en France a été de +0,4%3 la même année. Cette tendance à la baisse devrait
s’accentuer concernant 2009 et se stabiliser en 2010. Les prévisions de reprise sont prévues
seulement pour l’année 2011. Globalement, ce sont les éditeurs pluridisciplinaires, de taille
moyenne, qui tirent le mieux leur épingle du jeu, avec une augmentation de +7,9% de leur chiffre
d’affaires en 2008. Les groupes internationaux, tels que Wolters Kluwer, sont ceux qui ont le plus
subi la crise.

Le marché atteint un chiffre d’affaires de 257,4 millions d’euros en 2008. Avec une part de 15% du
marché global de l’information électronique professionnelle en France, il représente le troisième
segment le plus important, derrière l’information financière et l’information presse.

Même si l’information juridique a toujours été considérée comme un segment traditionnellement


attaché au papier comparé à des segments comme l’information financière ou scientifique où le
format papier est devenu quasi-inexistant, la part du numérique y est en moyenne de 40% du chiffre
d’affaires global, avec de très grandes disparités entre les éditeurs. L’attachement culturel des
juristes au papier et l’enjeu de la pérennité de l’accès aux archives électroniques ont longtemps été
considérés comme des freins au développement de l’information numérique juridique.

Le marché de l’information juridique électronique est un marché extrêmement concentré. La loi des
20/80 ne s’est jamais aussi bien appliquée puisque 20% des éditeurs (en comptant Wolters Kluwer,
LexisNexis et les trois éditeurs du groupe Lefebvre Sarrut : Dalloz, Editions Francis Lefebvre et
Editions législatives) détiennent 85% du marché. Et 80% des autres acteurs se partagent seulement
15% de la part du gâteau. Les trois mastodontes laissent donc peu de place aux autres éditeurs, qui
s’en sortent en se spécialisant dans un domaine du droit et/ou en offrant des services et peut-être
davantage de souplesse que les grands groupes. Cette flexibilité, notamment au niveau de la
tarification, a certainement profité aux éditeurs de petite taille ou de taille moyenne pendant cette
période de crise où les clients sont très sensibles aux prix.

L’offre de produits en ligne évolue naturellement vers davantage d’ergonomie, de personnalisation


des interfaces, de moteurs de recherche plus performants… L’arrivée des nouveaux supports (mobile
et lecteur e-book) est encore timide, mais devrait s’accélérer dans les prochaines années. Les grands
groupes comme LexisNexis s’attachent particulièrement à développer une offre de logiciels métier
associés à l’information. Leur volonté est clairement de monopoliser le poste de travail de leurs
clients.

Cette tendance au déploiement de logiciels associés pour procurer toujours davantage de valeur
ajoutée s’inscrit dans une volonté de contrecarrer l’offre gratuite d’information juridique, proposée
notamment par la DILA (Direction de l’Information Légale et Administrative). Cette offre est de plus
en plus riche : de nouveaux sites Internet gratuits voient le jour (boamp.fr, circulaires.fr, info-

3
Source : Insee
Page
56

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010
financière.fr) et cette tendance ne va pas s’arrêter de si tôt avec l’ouverture des données publiques
impulsée par la directive européenne de 2003.

Page
57

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010

BIBLIOGRAPHIE

Liste de diffusion Juriconnexion


Journée annuelle Juriconnexion de décembre 2009
« Information électronique professionnelle en France : marché et tendances », étude serdaLAB,
réalisée avec le GFII, Groupement Français de l’Industrie de l’Information, parution avril 2010
http://www.insee.fr
http://www.gfii.asso.fr/
http://www.dila.premier-ministre.gouv.fr/
http://www.precisement.org/
http://biu-cujas.univ-paris1.fr/repons/portal/

et les sites Internet de tous les éditeurs juridiques.

Page
58

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010

ANNEXES : FICHES JURIFORMATION


2LR LamylineReflex

Page
59

62
2LR / Lamyline Reflex
Fiche d’évaluation des membres du groupe Juriformation
MARS 2009

MEMBRES DU GROUPE

Delphine Abado (Latham & Watkins)


Olivier Anceschi (Groupe SVP)
Emmanuel Barthe (Proskauer)
Jean Gasnault (Gide Loyrette Nouel)
Françoise Gruet (BNP Paribas)
Aline Zucco (Ordre des avocats de Paris).

CONTENU

La base contient le texte intégral de :


• tous les Lamy papier, dont la plupart depuis 1997,
• toutes les revues Lamy depuis 12 ans, à partir de l'onglet "Rechercher",
• tous les formulaires,
• des ouvrages de la collection Liaisons.

Elle contient aussi un fonds de sources officielles très riche, décrit ci-dessous.
Le texte intégral est complété de liens hypertexte, vers la législation et la
jurisprudence citées.

POINTS FORTS

Lamyline Reflex est une plateforme en ligne qui présente pour avantage certain un
fonds de sources officielles très riche, et d'une grande antériorité, tant pour la
jurisprudence que pour les textes, toujours accessible en texte intégral.

Ainsi par exemple :


• Cour de cassation (hors criminelle) remontant à 1959,
• Jurisprudence européenne depuis l'origine (1954 pour la CJCE)
• Série de Bulletins Officiels accessibles en texte intégral sans équivalent,
• Textes des autorités administratives indépendantes, en général depuis leur
origine
• JORF et JOUE (…)

Autre avantage, notamment face à la concurrence : la possibilité de choisir des


groupes de bases, et donc de moduler le coût selon les besoins et les moyens du
client.
Le moteur de recherche est performant même s'il ne peut être pleinement exploité
que par des utilisateurs avancés.

1 Juriformation
POINTS FAIBLES

Malheureusement ces qualités restent desservies par une navigation peu aisée pour
la consultation des ouvrages de l'éditeur. Lamy tend cependant à mettre en place
de réelles améliorations.

Néanmoins, plusieurs points faibles demeurent. Ainsi, il serait appréciable de :


• faciliter la recherche : étendre l'utilisation des boutons d'aide à la saisie des
écrans de recherche de sources officielles (jurisprudence, code) à tous les
écrans de recherche, citer des exemples sous les champs éventuellement,
• harmoniser l'antériorité des revues entre les onglets "Lire" et "Rechercher",
puisque l'antériorité remonte à environ 2006 dans l'onglet "Lire" et à 2000 pour
la plupart des revues à partir de l'onglet "Rechercher" (1990 pour le Droit
maritime français) ; ou, au moins bien informer l'utilisateur de cette différence,
• informer sur le contenu : en indiquant précisément et en contexte la période
couverte pour chaque fonds interrogé. Ce point a cependant été largement
amélioré en juin 2006, mais pourrait être encore amélioré,
• rendre l'impression paramétrable et de meilleure qualité. Une option, au
format PDF, permet d'imprimer des sections ou un extrait d'ouvrage, mais il
serait bien de l'améliorer encore. Les caractères spéciaux, principalement les
apostrophes, sortent parfois mal à l'impression,
• permettre une navigation linéaire dans les ouvrages de façon à satisfaire aux
habitudes de lecture des utilisateurs, et indiquer précisément les dates de
mise à jour,
• respecter les délais de mises à jour annoncés, en ce qui concerne
notamment, les bulletins d'actualités des ouvrages et l'intégration des revues,
• rendre l'aide plus accessible et plus explicite, en ajoutant des aides
contextuelles pour chaque écran de recherche par exemple,
• rendre les offres et la tarification plus claires : la façon dont les différentes
bases sont groupées et leur tarification demeure un objet d'étonnement.

Notons que la nouvelle version, attendue depuis longtemps et finalement en ligne,


n'a réglé qu'en partie certains points faibles ; notamment la navigation plus aisée et
l'impression de chapitres entiers.

CONCLUSION

En l'état, il paraît difficile de recommander cette plateforme à des utilisateurs


néophytes en recherche d'information, sans un travail conséquent de formation des
utilisateurs qui sera nécessaire pour leur permettre de s'approprier l'outil ; et ce
d'autant plus sur la partie consultation des ouvrages où la comparaison avec la
consultation du papier ne joue pas en faveur de l'électronique.

Pourtant, la richesse et la diversité du fonds documentaire devraient permettre à


l'outil de répondre à l'ensemble des besoins en documentation juridique puisqu'il
propose jurisprudence, textes officiels (notamment le fonds très complet des BO) et
doctrine (attention, le contenu des fonds de commentaires/doctrine, c'est-à-dire "
Mes ouvrages ", " Mes revues ", " Mes formulaires ", dépend du type d'abonnement

2 Juriformation
souscrit) à travers une seule interface, avec un effort pour tisser des liens hypertextes
entre les différents documents (ce qui n'est pas toujours le cas des autres portails de
ce type). Ainsi, sur un arrêt, la fonction Documents liés permet en quelques clics
d'obtenir la liste - et souvent le texte intégral - des paragraphes d'ouvrages et articles
de revues l'ayant cité ou commenté. Une fonctionnalité non présente chez la
plateforme de LexisNexis.

Dans les grosses structures, intégré à un intranet, il permettra à des utilisateurs


éloignés du centre de documentation d'accéder à l'information juridique.

Des points essentiels seront à considérer lors de la négociation d'un abonnement :


• demander des statistiques d'utilisation
• le Centre de Documentation conserve-t-il les ouvrages papier, au risque
d'alourdir son budget
• si oui, quelles sont les remises sur le papier
• si non, quel plan de reprise sur incident peut être prévu, l'éditeur s'engage-t-il
à fournir des cédéroms d'archives pour toutes les collections (pour les fonds
de doctrine comme pour les fonds officiels)
• ne pas lâcher la proie pour l'ombre (ne pas pratiquer l'exclusivité d'un éditeur
aux dépends des autres)
• calculer le coût de l'information quel qu'en soit le fournisseur, et appliquer ce
principe à tous les acteurs en présence.

3 Juriformation
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010

Lextenso

Page
60

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010

Navis

Page
61

62
@serdaLAB – SL0901_Etude marché info juridique 2010

Doctrinal +

Page
62

62