Vous êtes sur la page 1sur 45

Cours 3

Les interféromètres
1- les différentes classes
d’interféromètres
Interféromètres à division de front d’onde

On fait interférer deux « portions » distinctes d’une onde incidente


Trous d’Young
Biprisme, miroir de Fresnel, miroir de Lloyd
Etc…

Biprisme de Fresnel Miroir de Lloyd

Champ d’interférences
Champ d’interférences
Interféromètres à division d’amplitude

On fait interférer deux répliques d’une même onde incidente en faisant passer
cette dernière à travers un dioptre semi-réfléchissant. Les deux ondes
transmises et réfléchies sont mutuellement cohérentes !

Lame à faces parallèles (dioptre air-verre)


Interféromètre de Michelson
Interféromètre Mach-Zender, Twyman-Green, Zygo…
Champ d’interférences
Miroir

(100-X)% de l’intensité

X% de l’intensité

séparatrice
Remarque sur les systèmes optiques stigmatiques

S’ image de S par L  les chemins optiques SHS’ et SH’S’ sont égaux !!!

O
S S’
H’
A’’
L
H’’
A’
Cas particulier: S à l’infini  les chemins optiques
H’ AHS’ , A’H’S’ et A’’H’’S’ sont égaux !!!

A S’
H
2-Lame à faces parallèles
Archétype de la division d’amplitude:
réflexion et transmission sur un dioptre

Onde incidente Onde réfléchie


TM

TE i r

n1

n2

t
Onde transmise
Réflexion vitreuse: les coefficient de Fresnel

TM n1 sin i1 = n2 sin i2
TE i1 i1

n1

n2

i2

Coefficients de transmission et réflexion en amplitude


Polarisation TE (ou S) :
2n1 cos i1 n1 cos i1 − n2 cos i2
tTE = rTE =
n1 cos i1 + n2 cos i2 n1 cos i1 + n2 cos i2

Polarisation TM (ou P) :

2n1 cos i1 n2 cos i1 − n1 cos i2


tTM = rTM =
n2 cos i1 + n1 cos i2 n2 cos i1 + n1 cos i2
Réflexion vitreuse: ce qu’il faut retenir

TM n1 sin i1 = n2 sin i2
TE i1 i1

n1

n2

i2

• Réflexion en intensité de l’ordre de quelques % en incidence quasi normale

• Transmission proche de 100% en incidence proche de la normale

• Déphasage de π à la réflexion si n1 < n2 (air -> verre par exemple)


Lame à faces parallèles
Faces parallèles polies

Lame de verre
O M
Principe Plan focal
image

Lentille
convergente

R=0,04 i
Rayon incident RT2
i =0,037
Rayons qui produisent des
interférences contrastées
H
A
C Lame de verre
r

n etc…
e

B
Ordre de grandeur
Réflectivité R=4%
T2 =0,92 R2T2=0,0014 Transmission T=96%
Propriétés générales

C’est un Interféromètre à division d’amplitude

Les Interférences entre les deux premiers rayons allant vers le haut est
possible (faible différence d’intensité). Ce n’est pas le cas pour les faisceaux allant
vers le bas. Les autres rayons multiplement réfléchis sont par ailleurs trop faibles
pour apporter une contribution au phénomène…

Les interférences sont localisées à l’infini. Visibles dans le plan focale d’une
lentille convergente

Différence de marche entre les deux rayons arrivant en M:

δ=r2-r1=ABCM-AM

La lentille étant stigmatique HM=CM. On a alors

δ=r2-r1=ABC-AH
Calcul de la différence de marche et du déphasage entre
les deux rayons
δ=r2-r1=ABC-AH
Un peu de trigo…
2ne
δ= − 2e tan r sin i
cos r Loi de Descarte !
2ne
δ= − 2ne tan r sin r
cos r
2ne 2ne sin 2 r
δ= −
cos r cos r
δ = 2ne cos r

Par ailleurs, une réflexion sur un interface verre-air introduit un déphasage de π


supplémentaire

2π 4 π ne cos r
∆φ tot = δ +π = +π
λ λ
Conséquences

2π 4 π ne cos r
∆φ tot = δ +π = +π
λ λ

Le déphasage ne dépend que de l’angle r (donc de l’angle d’incidence i)

La figure de diffraction a une symétrie radiale autour de l’axe de la lentille

Interférences constructives si ∆Φtot=2πp p entier

Les franges d’interférence sont des anneaux


 On parle d’anneau d’égale inclinaison

 Si r (en donc i) petits :

4 π ne  r2 
∆ φ tot ≈  1 −  + π
λ  2 
Conséquences

Angle et position des anneaux brillants:

4 π ne  rp 
2

∆ φ tot ≈ 1−  + π = 2π p
λ  2 
λ 2 en
rp = − p + 1
en λ 2

nλ 2 en
i p ≈ nr p ≈ − p + 1
e λ 2

Les anneaux visibles sont ceux pour lesquels p est tel que la racine carrée est positive
2 en
p < + 1
λ 2

2 en
Premier anneau pour p = [ + 1
] Partie entière [ 237,47]=237
λ 2

Plus p est petit , plus l’anneau est large


L’écart entre les anneaux se resserre lorsque l’on s’éloigne du centre
Bilan: figure d’interférence

Distance à l’axe optique de


la lentille
X=f’i

p=245
p=247
p=246
insensibilité à la cohérence spatiale de la source

S’
S
i
i
i
i

r
r

La figure d’interférence est indépendante de la position du point source


 On observe une figure d’interférence contrastée même avec une source
étendue à distance finie  idéal pour avoir une figure lumineuse
3-Lame à faces légèrement
déformées
Calcul de la différence de marche

Rayon incident
i

A r r’ C Lame de verre

e n

Variation de e
de quelques λ
Éclairage en lumière parallèle (I proche de 0)

Rayon incident

Lame de verre
A
r’
n Variation de e
e
de quelques λ

Localisation des franges  les rayons se croisent dans ou derrière la lame virtuelles
 Il faut une lentille pour faire l’image de cette zone sur un écran
Dispositif expérimental associé: interféromètre de Fizeau

L2 Forme de la zone
f1 ’ d’interférence une
image à l’infini
condition
d’observation
confortables pour l’oeil

f2 ’

L1
C

Source ponctuelle rejetée à lame


l’infini
 Faisceau spatialement
cohérent et collimaté (i=0)
Calcul de la différence de marche en incidence quasi-
normale
Localement on peut reprendre le calcul de différence de marche des lames
à face parallèle.
Au premier ordre on obtient:

2π 4 π ne
∆φ = δ +π = +π
λ λ
tot

Interférences constructives (frange brillante) si :

∆Φ tot = 2π p
λ
e = (p − 1
2 )
2n

Frange brillante correspond à une ligne d’égale épaisseur


 Franges d’égale épaisseur
Sensibilité à la cohérence spatiale

Si la source est décalée par rapport à l’axe optique de la lentille L1, les rayons
arrivent sur la lame avec un angle i différent de 0. L’expression de la différence
marche est modifié, la figure d’interférence aussi.

Une source étendue (diaphragme largement ouvert) conduit donc à une


superposition en intensité de figure d’interférences différentes brouillage des
franges !
4- Interferomètre de
Michelson
Interféromètre de Michelson

Système interférométrique à division d’amplitude

Outil essentiel en optique instrumentale

 Contrôle de surfaces optiques


 Spectrométrie par transformée de Fourier

Importance historique

Mise en évidence de l’invariance de la vitesse de la lumière

POINT DE DEPART DE LA RELATIVITE RESTREINTE D’EINSTEIN


Rappel: miroir
Onde refléchie
S Onde incidente

Miroir

S’
L’onde réfléchie semble
provenir de derrière le
miroir
Principe de fonctionnement

M1

Onde plane

séparatrice
M2

Σ
Σ1

Σ2

La séparatrice est une fine lame de verre traitée pour réfléchir 50% du
rayonnement incident (fine couche de métal sur sa surface)
Cas où M1 et M2 parallèles :Modèle équivalent
M’2 image de M2 par la séparatrice

M1

séparatrice
M2
i

Il faut observer à l’infini


Cas où M1 et M2 parallèles:
« lame d’air »

Le système est équivalent à une lame à face parallèle (cf chapitre précédent)
remplie d’air!!!

…Avec un indice de réfraction n=1, une épaisseur e=OM2-OM1 , pas de déphasage


de pi entre les deux chemins dû au dioptres.

On peut travailler avec une source étendue

Intérêt : on contrôle l’épaisseur de la lame en translatant l’un des miroirs.


Calcul du déphasage entre les deux rayons
M’2 image de M2 par la séparatrice

M1

séparatrice
M2
i

À l’infini, on observe
2π 4 π e cos i des franges en anneau
∆φ tot = δ =
λ λ
Rayon des anneaux brillants

4π e  i2 
∆ φ tot ≈  1 −  = 2 π p
λ  2 
λ 2e
ip = − p
e λ

Remarque: les anneaux sont localisés à l’infini.

Visualisation au foyer d’une lentille, ou simplement en regardant à l’œil sans


accommoder.
Bilan: figure d’interférence similaire à celle d’une lame à
faces parallèles.

Distance à l’axe optique de


la lentille
X=f’i

p=245
p=247
p=246
Anneaux en lumière blanche

Contrairement aux lames à faces parallèles, Il est possible de faire varier e et


même de le faire tendre vers zéro.

Dans ces conditions il est possible d’observer des franges en lumière


blanche
M1 et M2 non parallèles: franges de coin d’air
M’2 image de M2 par la séparatrice

M1

α
séparatrice

M2

Franges localisées
Franges de coin d’air

Système équivalent à une lame à faces légèrement déformées !!!

Franges localisées entre M1 et l’image de M2 par la séparatrice

Visualisation à l’aide d’une lentille.


Source: lumière parallèle en incidence normale (source ponctuelle à l’infini)
cohérence spatiale élevée requise (montage de Fizeau)

2π 4πα ( x + X )
∆φ tot = δ=
λ λ

M’2

M1
x
X
Franges de coin d’air

Système équivalent à une lame à faces légèrement déformées

Franges localisées entre M1 et l’image de M2 par la séparatrice

Visualisation à l’aide d’une lentille.


Source: lumière parallèle en incidence normale (source ponctuelle à l’infini)
cohérence spatiale élevée requise (montage de Fizeau)

2π 4πα ( x + X )
∆φ tot = δ=
λ λ On obtient des franges droites

M’2

M1
x
X
Franges de coin d’air

A nouveau, il est possible d’obtenir une différence de marche nulle dans le champ
d’observation en réglant la translation de M1 ou M’2.

 Observation de franges possibles en lumière blanche autour de cette différence de


marche
Aspects techniques
Qualité de la surface des miroirs : supérieure à celle des différences de marche que
l’on souhaite observer (λ/10)

Un seul miroir sur translation micrométrique

Présence d’une compensatrice pour corriger les effets introduits par l’épaisseur non
négligeable de la séparatrice.

Réalisée avec du verre de la même « coulée » : même épaisseur, même indice.


Elle doit être parallèle à la séparatrice
compensatrice

Traitement pour séparation


50% 50%

séparatrice
9- interféromètres à ondes
multiples
Le Fabry-Pérot
Structure du Fabry Pérot
Surfaces traitées pour obtenir une forte réflectivité
Lentille
convergente

Sn

S3
M

S2

S1

i
S0
e
Onde incidente
Interférences à l’infini
Entre…une infinité d’ondes
Calcul de l’intensité sur l’écran d’observation

Amplitude de l’onde 1

Amplitude de l’onde n en fonction de n-1

Déphasage entre les ondes n et n-1


 Analogue à celui d’une lame à faces parallèles

L’amplitude totale est la somme de toutes les


amplitudes

On fait apparaître la somme des termes d’une suite


géométrique
Calcul de l’intensité sur l’écran d’observation (II)
Somme des premiers termes d’une suite géométrique
n +1
1 − q
A = 1 + q + q 2 + q 3 + ... + q n =
1− q
1
q <1 n → ∞ A →
1− q
Application ici:

Itot est maximum si φ=2πp


Le Fabry Perot est un filtre spectral

Itot est maximum si φ=2πp

Φ ne dépend que de l’angle i. Donc les franges sont des anneaux (comme
lame à face parallèle)

Plaçons nous en i = 0.

Itot est maximum si :

On introduit l’intervalle spectral libre ISL (ecart en fréquence entre deux maximums)
ISL
Itot/I0

∆ν

… …
νp+1 νp+2
νp
frequence
Le Fabry Perot est un filtre spectral (II)

La transmission correspondant à un maximum d’intensité vaut 1

Si la fréquence ν est légèrement différente de νp , l’intensité s’effondre

Cette sélectivité spectrale est d’autant plus étroite que la réflectivité est grande

Vous aimerez peut-être aussi