Vous êtes sur la page 1sur 15

FRACTURE DU CONDYLE

LATERAL DU COUDE
Dr EKOBO PC (Equipe CHU Treichville)
DES 1 Chirurgie Pédiatrique

1
Plan
I. Introduction

II. Epidémiologie

III. Mécanisme

IV. Anatomo-pathologie

V. Clinique

VI. Paraclinique

VII. Traitement et indications

VIII. Suivi et complications

IX. Conclusion
2
I. Introduction

Fracture complexe qui touche deux structures nobles du squelette:

 Le cartilage de croissance

 Le cartilage articulaire

Fracture articulaire souvent méconnue (Salter IV)

Mauvaise réputation

3
II. Epidémiologie

10 à 20% des fractures du coude de l’enfant

3e position des fractures du coude

Age moyen 6ans

Sexe ratio 7/10 pour les garçons

4
III. Mécanisme

Deux mécanismes lésionnels possibles:

Compression ou « push off »: chute

sur la main ou chute sur coude fléchi

Traction ou « pull off »:

5
IV. Anatomo-pathologie
Classification de Lagrange et Rigault: tient compte du déplacement du

condyle latéral  conduite thérapeutique.

Stade 1: déplacement du condyle latéral est nul ou minime, inferieur à 2 mm

Stade 2: déplacement supérieur à 2mm.Translation latérale accompagnée ou

non d’un abaissement du fragment condylien.

Stade 3: le déplacement est majeur et associe une bascule et rotation du

fragment pouvant atteindre 180°.


6
V. Clinique
Gros coude traumatique douloureux.

Une douleur exquise osseuse en regard du condyle externe

Rechercher les complications vasculo-nerveuses:

 Le signe d’autostoppeur pour le nerf radial

 Le signe de pince index-pouce pour le nerf médian

 La sensibilité des différents territoires nerveux

 Le pouls radial et cubital

7
VI. Paraclinique
Radiographie standard (de face , clichés obliques interne et comparatifs):

indispensable pour confirmer le diagnostic et mieux évaluer le degré du

déplacement de la fracture. Interprétation parfois difficile

Echographie: confirme l’hémarthrose, différencie également les fractures

instables des fractures stables, Comparative

TDM: plus précise que les radiographies pour étudier l’extension du trait de

fracture vers l’épiphyse

8
VI. Paraclinique (2)

IRM dans l’évaluation des lésions osseuses chez l’enfant. Elle a une place dans le
bilan des fractures du condyle externe de l’humérus en cas de doute diagnostique,
du fait de son caractère performant et non irradiant.

 nouvelle classification

Type I : Fracture stable dont le trait de fracture se prolonge de la métaphyse latérale


au cartilage de croissance.

Type II : Fracture instable avec un trait de fracture croisant le cartilage de conjugaison


pour pénétrer au niveau de l’espace articulaire.

9
VII. TRAITEMENT ET INDICATIONS
But: deux objectifs :

 la réduction anatomique de la fracture et

 la stabilisation parfaite pour éviter le déplacement secondaire.

Méthodes:

Traitement orthopédique:
 immobilisation plâtrée par plâtre brachio-palmaire (PBP), coude à angle
droit et en prono-supination neutre

 La réduction orthopédique sans ostéosynthèse n’est plus utilisée

10
VII. TRAITEMENT ET INDICATIONS (2)

Traitement chirurgical

Embrochage percutané, une immobilisation brachio-antébrachio-palmaire

complète cette osteosynthèse

Réduction chirurgicale et ostéosynthèse par voie d’abord externe à cheval sur le

condyle latéral. Deux broches parallèles ou divergentes mises en place au

moteur lent en évitant les va et vient

11
VII. TRAITEMENT ET INDICATIONS (3)

Indication

Stade I: immobilisation simple BABP avec surveillance radiologique rigoureuse.

Ou alors embrochage percutané + contention brachio-palmaire

Stade II et III: Réduction chirurgicale à ciel ouvert avec ostéosynthèse par deux

broches puis immobilisation brachio-palmaire

12
VIII. Suivi et complications

Suivi

Surveillance habituelle de l’immobilisation plâtrée

Contrôle radiologique à j10 pour éliminer un déplacement secondaire

Ablation plâtre et broches à 6 semaines

Pas de rééducation du coude

13
VIII. Suivi et complications (2)

Complications:

Déplacement secondaire

Déviation axiale

Pseudarthrose

Troubles trophiques

Raideur du coude

14
IX. Conclusion
Fracture du condyle latéral = fracture articulaire avec déplacement initial souvent
mal apprécié et sous-estimé.

Traitement orthopédique pour les déplacement inferieur à 2mm et chirurgicale


pour le reste.

Les séquelles radiologiques sont fréquentes et contrastent avec le résultat


clinique

Les déviations d’axe ne sont pas rares , et ne justifient pas de traitement quand
isolées

15