Vous êtes sur la page 1sur 72

MANUEL DU MINISTERE

DE LA GESTION
CHRETIENNE DE LAVIE

Tout de moi
en réponse à tout de Dieu

Manuel de la GCV│ 1
AVANT PROPOS

Chers frères et sœurs,

Nous sommes heureux de vous présenter ce manuel pour affermir notre foi en tant
que co-gérants avec le Christ afin que cette doctrine soit reflétée dans notre vie et
dans l’église.

La gestion de la vie est une des bases principales de notre relation avec Dieu. La
gestion chrétienne que nous appelons aussi gestion chrétienne de la vie est l’une des
idées importantes dans toute la Bible. A chaque page de la Bible on trouve toujours
ce thème. Accepter le Christ comme Seigneur et Sauveur, tel est le sujet central de la
Gestion Chrétienne : c’est à dire accepter le Christ comme Créateur de tout ce qui a
été créé et l’accepter comme seul Sauveur de notre vie entière.

Mon souhait c’est que tous les croyants étudient plus profondément ce thème
important et le pratiquent dans la vie quotidienne afin de devenir des gérants fidèles
de tous les trésors du ciel sur la terre et aussi des gérants de la richesse de Dieu dans
le ciel. L’idée de gestion chrétienne ne s’arrête pas avec la vie sur cette terre mais
s’étend jusque dans la vie éternelle à venir.

Nous voudrions demander à tous les responsables dans toutes les églises d’appliquer
sans hésitation toutes les directives dans ce manuel afin que nous puissions trouver
du succès au niveau de l’église et de chaque foyer.

Puisse notre Seigneur et Roi revenir bientôt pour donner à nous tous, gérants fidèles,
cette couronne royale de co-gérants de tout l’univers avec le Christ ! N’oubliez pas
que vous êtes gérants de toutes les richesses de Dieu !

Pasteur Jasmin HERINIRINA


Président
Union de Fédération de l’Océan Indien

2 │Manuel de la GCV
Chers collaborateurs,

Nous remercions Dieu de nous avoir permis d’élaborer ce manuel afin que nous
puissions avoir un matériel de base et de départ. Ceci a été réalisé pour nous permettre
d’avoir les mêmes enseignements et pratiques au sein de nos églises. En sus de ce
qui est inclus dans ce manuel, l’étude plus approfondie de la 21e doctrine de l’Eglise
Adventiste du Septième Jour qui décrit le principe de la gestion chrétienne de la vie.

Nous vous souhaitons un bon succès sous la direction de Jésus Christ.

Pasteur Pierrot RAFIDINJANAHARY


Département GCV
Union de Fédération de l’Océan Indien

Manuel de la GCV│ 3
CHAPITRE-1
INTRODUCTION

Dieu est AMOUR. Non seulement parce qu’Il a créé l’homme mais surtout Il nous a
faits à son image. En plus, Il nous a confié la responsabilité de gérer avec Lui tout ce
qu’Il a créé « L’Eternel Dieu prit l’homme et le plaça dans le jardin d’Eden pour le
cultiver et pour le garder » - Gen. 2 :15. Troisièmement parce qu’Il nous a rachetés
lorsque nous avons tous erré comme des brebis. Mais Il nous fait encore confiance
et Il nous a toujours instauré à cette place de co-gérants et partenaires avec Lui.
Quatrièmement, la bienheureuse espérance, le second retour de Jésus Christ, là où
Il est nous y serons aussi, et Il nous donnera sa couronne. A ce moment-là tous les
rachetés entendront une voix forte disant : « C’est bien, bon et fidèle serviteur, tu as
été fidèle en peu de chose, je te confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton maître. »

Mais avant d’entendre cette déclaration, la Bible insiste en disant : « Du reste, ce


qu’on demande des dispensateurs, c’est que chacun soit trouvé fidèle » - 1 Cor 4 :2

Le temps et l’argent tiennent la plus grande dimension dans tout ce que Dieu nous
laisse gérer. C’est pour cela qu’Il en réclame une partie pour que nous nous rappelions
que cela Lui appartient, et pour montrer notre adoration et notre reconnaissance qu’Il
est Le Créateur de l’univers. En plus, pour aider les hommes à bien gérer tout cela,
Dieu nous demande expressément de Lui rendre une partie de ce qu’Il nous donne.
En ce qui concerne notre possession, un dixième est sacré, réservé à Dieu, auquel
nous ne devons jamais toucher. S’agissant des sept jours, le septième est sacré et
Lui appartient, nous ne pouvons non plus y toucher, c’est le Sabbat. Ce sont deux
thèmes inclus dans l’alliance que Dieu a faite au mont Sinaï avec son peuple et cela
se répercute jusqu’à nous qui vivons à la fin de temps.

Le département « Gestion Chrétienne de la Vie », comme son nom l’indique, englobe


les différents aspects de la vie entière d’un membre et de l’église en tant que corps.
En fait on peut résumer par les quatre éléments suivants ce que les hommes doivent
gérer :

- Temple : notre corps.


- Talents : dons du Saint Esprit. - Temps.
- Trésors : nos possessions.

4 │Manuel de la GCV
Comme il s’agit tous de dons précieux de Dieu, leur gestion demande une attention
particulière. Rien ne peut être négligé. La gestion de ces dons reflète notre relation
avec Dieu.

Vu que les Saintes Ecritures parlent beaucoup de la gestion de l’argent et des biens
matériels, ce manuel va d’abord se concentrer sur ce thème. Presque deux tiers des
enseignements de Jésus parlent de l’argent ou des biens matériels. Il y a environ
2350 versets qui parlent d’argent et de biens matériels. Trois fois plus des versets sur
l’amour, quatre fois plus sur la foi, cinq fois plus sur la croyance, sept fois plus sur
la prière. Il est donc certain que, si Dieu met l’accent sur ce thème, il nous est très
important de le mettre dans nos cœurs et de le considérer d’une façon particulière.
Comme la question de biens et de vie spirituelle est étroitement liée, Jésus nous dit :
« Car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur » - Matthieu 6 :21. Donner son cœur
signifie aussi donner ses biens : « Mon fils, donne-moi ton cœur » - Proverbes 23 :26.

Par conséquent, chaque responsable de chaque niveau doit faire le nécessaire pour
que notre objectif arrive jusqu’à nos églises, c’est de faire de tout en chacun un
disciple fidèle travaillant en partenariat avec Dieu en accomplissant la mission finale
et en Le glorifiant dans la manière de gérer la vie, personnellement ou collectivement
au sein de l’église en tant que corps du Christ.

SIGNIFICATION DU LOGO : Mon Sauveur et Mon Seigneur

Les deux couronnes de Jésus sont représentées ici. La couronne d’épines nous rappelle
qu’il est notre Sauveur. La couronne de la victoire (la couronne royale) reflète Sa
Seigneurie dans le ciel et sur la terre. Par ses souffrances nous trouvons le salut, et
par sa victoire nous trouvons le chemin à la couronne qui nous attend dans le ciel !
Nous vivons entre deux choses importantes sur la vie de Jésus en tant que chrétiens
: la croix et son retour. Il a pris notre place sur la croix, tandis que nous prenons
sa place à son retour où on nous donnera sa gloire ; nous devenons des enfants
héritiers, recevant la couronne. La croix nous amène à nous donner à Lui avec
gratitude. Sa Royauté qui met l’emphase sur Sa Seigneurie nous conduit à nous
soumettre entièrement à Lui. La couronne d’épine avant la couronne de gloire.
La Gestion Chrétienne de la Vie (GCV) est donc notre réponse légitime à Jésus
pour tout ce qu’Il a déjà fait pour nous et tout ce qu’Il promet encore de faire
pour nous. La GCV est tout ce qui est de moi en réponse à tout ce qui vient de
Dieu. En bref, le logo peut être résumé ainsi : « Jésus est mon Maître et mon
Sauveur »
Manuel de la GCV│ 5
DEFINITION DE LA GCV

La gestion chrétienne de la vie est le style de vie de ceux qui acceptent la seigneurie
de Jésus. Marchant en partenariat avec Dieu, agissant comme ses représentants dans
la gestion de Ses affaires sur la terre.

RAISON D’ETRE DE LA GCV

Le grand point de vue de la GCV c’est de faire des disciples. C’est l’art de façonner
la vie d’un individu sauvé pour devenir un partenaire avec Dieu dans le salut des
autres. Cela commence avec l’assurance du salut par l’acceptation de l’Évangile, et
ensuite continue avec l’intégration du Christ comme Seigneur dans tous les domaines
de la vie quotidienne. Un disciple est quelqu’un qui marche avec, apprend et vit dans
la soumission devant un maître afin de devenir comme ce maître. C’est le mode
de vie d’une personne qui a une relation vivante avec Jésus-Christ, qui accepte Sa
Seigneurie, qui marche avec Dieu comme Enoch, qui travaille comme un partenaire.
La vie du Grand Maître est une vie pleine de sacrifice ; tous Ses disciples deviendront
comme Lui.

PHILOSOPHIE DE LA GCV

Selon les Règlements de Travail de l’Organisation mondiale des Eglises Adventistes


du Septième Jour, la philosophie est comme suit :

La gestion chrétienne de la vie a débuté lorsque Dieu a créé Adam et Eve à Sa propre
image. A cause de la relation directe qui a existé, il y a eu entre Dieu et les êtres
humains une union étroite qui devait être nourrie dans l’intimité du temps passé
ensemble.

Cette image partagée et cette intimité partagée sont fondamentales pour la


compréhension de l’esprit et de la dynamique de la gestion chrétienne de la
vie enseignée par la Bible. Dieu fit d’Adam et Eve les gouverneurs de la terre
(Genèse 1:26–28). Par cet acte, Dieu fit d’eux Ses partenaires sur la création, en
leur confiant le monde entier et en partageant avec eux son gouvernement. C’est en
Éden que l’humanité devint pour la première fois gestionnaire et prit la fonction de
représentants de Dieu sur la terre. Dans ce sens, Dieu instaura avec l’humanité une
relation d’interdépendance. Le concept redoutable que Dieu dépend de l’humanité
est essentiel à l’acceptation de notre pleine dépendance envers Lui. Lorsque le péché
pénétra dans ce monde, il brisa et déforma la création de Dieu et sépara l’humanité de
Dieu. L’union avec Dieu fut brisée, l’image de Dieu fut défigurée, le gouvernement

6 │Manuel de la GCV
partagé fut abandonné, et notre terre devint le domaine du péché. En Jésus-Christ,
Dieu a restauré cette relation divino-humaine et rétabli son royaume sur la terre. Ainsi,
l’Évangile apporte la réconciliation entre Dieu et l’humanité. Le Christ devint le second
Adam et regagna la gestion perdue par l’humanité. Aujourd’hui, la gestion chrétienne
de la vie commence par la reconnaissance de la souveraineté de Dieu comme Créateur,

Rédempteur, Soutien et Propriétaire de toutes choses. Par Son incarnation, le Christ


s’est identifié pleinement avec l’humanité. Le Dieu-homme est devenu chair en Jésus-
Christ, l’union étroite de Dieu avec l’humanité. Sa vie et sa mort constituent la base
d’une relation renouvelée avec Dieu. Par le ministère du Saint-Esprit, la présence
vivante de Jésus restaure la réalité de l’intimité partagée entre Dieu et l’homme.

En tant que gestionnaire modèle, Jésus-Christ a démontré ce que peut être le style de
vie d’une personne unie avec Dieu. Par Son ministère dans le ciel, le Christ installe
l’humanité sur Son trône (Ephésiens 2:6) et renouvelle le partenariat de l’humanité
avec Dieu. Dans ce partenariat, l’agent humain fait fonction de régent agissant sous
l’autorité de Dieu. Dieu élève le croyant, ce qui Lui permet de vivre sur le trône de
sa vie (de l’homme) pour le faire asseoir avec Lui sur Son trône. Toute la puissance
du Ciel est à la disposition des gestionnaires de Dieu pour les aider dans leur vie
quotidienne. Restaurer l’image de Dieu dans l’humanité fait partie du processus de
la rédemption. Bien qu’il ne soit pas achevé avant le second avènement, ce processus
commence ici sur terre. Le Saint-Esprit apporte la présence promise du Christ dans
la vie du croyant (Jean 14:16–20) et commence une nouvelle création (2 Corinthiens
5:17). L’humanité pécheresse, sauvée par grâce, partage de nouveau l’image de Dieu
(2 Pierre 1:4). Par la puissance du Christ vivant, le croyant qui accepte ce don est
restauré dans l’union totale avec Dieu.

Tout en étant placé par Dieu sur Son trône dans les lieux célestes avec le Christ,
le croyant dépend totalement de Lui dans tous les aspects de sa vie. Et Dieu aussi
dépend aussi de l’humanité. Il a choisi de dépendre de ceux qui croient en Lui pour
une démonstration suprême de Sa puissance et de Son caractère devant le monde. Il
a confiance à l’humanité qui est en partenariat total dans une union avec Lui. Cette
interdépendance renouvelée du croyant et de Dieu fournit le modèle des relations
entre les êtres humains. L’ensemble de l’Église en tant que Corps du Christ, dont
Il est la Tête – le Chef, reflète le niveau suprême du partenariat et/ou de la gestion
chrétienne de la vie. Chaque partie de Son Corps, individuellement ou collectivement,
croît et mûrit par le moyen de cette interdépendance. Les membres de Son Corps sont
interdépendants avec Dieu, et aussi interdépendants les uns des autres. Tout d’abord un
individu, ou même un groupe collectif, dépend totalement du reste du Corps. Avec la
croissance et la maturité vient la force, jusqu’à ce que cet individu ou ce groupe puisse

Manuel de la GCV│ 7
contribuer à la vie du Corps dans son ensemble. La gestion chrétienne de la vie est un
important ministère, qui promeut cette croissance dans l’interdépendance.

En marchant avec le Seigneur en tant que disciples, Ses gestionnaires reconnaissent


la seigneurie de Dieu et Lui abandonnent tous les domaines de leur vie. Devenir
disciple (c’est-à-dire orienter toute sa vie en direction de Dieu) a lieu sous la direction
du Saint-Esprit, qui recrée le croyant à l’image de Dieu. Une fidèle gestion chrétienne
de la vie est donc le style de vie du chrétien et le résultat heureux d’une relation
personnelle, pleine d’assurance, avec Jésus-Christ.

Les questions de temps et d’argent sont parmi les domaines critiques dans la gestion
chrétienne de la vie, car ce sont les deux dimensions les plus fluides de la vie. La
gestion de ces deux domaines reflète et influence le plus rapidement la vie spirituelle
d’une personne.

Dieu créa le sabbat comme le couronnement de la semaine de la création. Il demanda


à l’homme de se reposer et de L’adorer avant de faire toute autre chose, comme
signe indiquant qu’il L’accepte comme son Créateur et Souverain. Dieu instaura
le système des dîmes et des offrandes dans le même but. Par le moyen de la dîme,
nous adorons Dieu et Le reconnaissons comme notre Seigneur. Nous reconnaissons
que tout ce que nous sommes et possédons Lui appartient. Dieu nous demande de
Lui donner la première part de notre temps et de nos possessions matérielles comme
signes indiquant que, en tant que croyants, nous acceptons cette relation d’alliance
avec Lui. Il invite alors chaque individu à passer le reste de sa vie en partenariat avec
Lui.

Ainsi, la gestion chrétienne de la vie recouvre tous les domaines de la vie d’un
individu ou d’une église. Elle fournit le fondement et la motivation du ministère et
du témoignage. Vivre en partenariat avec Dieu façonne nos priorités et nos objectifs.
Pendant que les croyants croissent dans ce partenariat, le Saint-Esprit les guide pour
qu’ils soutiennent financièrement l’Église en tant que Corps de Christ.

La mission du Département de la gestion chrétienne de la vie est de mettre l’accent sur


la Seigneurie de Jésus-Christ, de promouvoir l’intégration de l’Évangile dans le style
de vie chrétien, d’encourager une fidèle gestion chrétienne de la vie et de faciliter les
dimensions individuelles, directrices et collectives de la gestion chrétienne de la vie
en tant que partenariat avec Dieu.

8 │Manuel de la GCV
La GCV a quelques principes de base prédéfinis. En voici sont certains :

1. Dieu s’implique personnellement dans la vie de son peuple, individuellement


et collectivement. Les Ecritures sont l’histoire de la relation de Dieu avec son
peuple.

2. C’est Dieu qui, en définitive, contrôle tout. Il guide les affaires de ce monde.
Il est directement impliqué dans l’histoire et travaille, par des intermédiaires
humains, pour l’accomplissement de sa volonté (Mt 13.1-6).

3. En tant que Créateur et Libérateur, Dieu est celui à qui tout appartient. En tant
que propriétaire, il pourvoit à tous nos besoins (Ps 50.7-15 ; Ph 4.19).

4. Dieu contrôle directement l’Eglise dont il est le chef, tout en donnant place aux
décisions humaines. Il y a ici une tension entre deux pôles : la souveraineté de
Dieu ; le libre choix de l’homme (Eph 1.22).

5. Dieu pourvoit à tout ce qui est nécessaire pour que sa volonté soit accomplie par
son Eglise dans le temps qui lui est donné (Ph 4.19).

6. Dieu travaille en partenariat avec des représentants humains pour accomplir sa


volonté (Ph 2.12-13).

7. CHRIST est le SEIGNEUR de tous, et le fait de reconnaître sa seigneurie est un


choix délibéré (Mt 7.21-33 ; Ph 2.9-11).

8. Le Saint Esprit est le représentant actif du Seigneur. C’est par Lui que se réalise
la présence vivante du Christ dans la vie des croyants (Jean 14.16-22).

9. Nous recevons le Saint Esprit par la foi (Ga 3.14).

10. En Christ, nous pouvons faire tout ce qu’il nous demande de faire (Ph 4.13).

Manuel de la GCV│ 9
CHAPITRE-2
BUT ET FONCTION

Le Département de la gestion chrétienne de la vie aide l’administration


à accomplir la mission de l’Église à travers la formation des dirigeants et
l’éducation des membres d’église sur les principes de la gestion chrétienne de la
vie. Plus précisément, le but du Département de la gestion chrétienne de la vie est
d’aider à intégrer la foi pour marcher avec Dieu dans tous les aspects de la vie,
individuellement et collectivement.

Les fonctions des responsables du Département


de la gestion chrétienne de la vie sont :

1- Faire des membres des disciples. Jésus a dit: “Si vous demeurez dans ma parole,
vous êtes vraiment mes disciples.” Jn 8:31.

«Aider les membres à devenir des disciples est le but primordial de la GCV. Les
impliquer dans la vie pratique de l’église est une partie de ce procesus. Il faut faire
à ce qu’ils comprennent l’administration de l’église et la manière dont on gère les
finances de l’église. Cela est lié à sa vie spirituelle. Les faire comprendre les cotés
financières de l’église en est un moyen puissant. Ben Maxon

Faire des Membres: L’église se concentre sur les membres. Cela est sa première
raison d’etre. Le programme, l’adoration, l’amitié, l’administration, les projets, etc,
sont faits pour retenir les membres. Ainsi l’église est comparée à une machine bien
graissée.

Faire des disciples : Dieu et la mission sont les objets de concentration de


l’église. Cela est sa première raison d’etre. Le programme, l’adoration, l’amitié,
l’administration, les projets, etc, sont faits pour éduquer les membres à faire des
autres des disciples. Le salut des autres les aide à leur propre salut. Ainsi l’église est
comparée à une machine qui tourne bien.

La gestion chrétienne de la vie cherche tous les moyens pour mettre les membres
à la place des disciples.

10 │Manuel de la GCV
MEMBRE DISCIPLE
1. Veut avoir du pain et du 1. Pêche
poisson
2. Ne veut pas quitter l’église 2. Sort pour évangéliser

3. Donne une partie 3. Donne sa vie

4. Attend d’être visité 4. Aller visiter

5. Attend le réveil 5. Conduit au réveil

6. Critique, pose des 6. Cherche des solutions


problèmes

7. Assiste à la conférence 7. Fait la conférence.

8. L’église est une famille 8. L’église est une armée

9. Retenir ce qu’on a déjà 9. Conquérir d’autres territoires

10. Se contenter de ce qu’on est 10. Continue à croître

11. Veut aller au ciel 11. Amène des âmes au ciel.

12. Espérer reçevoir 12. Ne cesse pas de donner

13. Le soutien financier de 13. Est entré dans la gestion


l’église est un devoir chrétienne de la vie

14. Donne les dimes et 14. Rend les dimes et offrandes


offrandes
15. Le budget reflète la 15. Le budget reflète la mission
retention
16. Eglise: centre de réunion 17. Eglise: centre de formation

18. L’église change les 19. Dieu seul change le Coeur


membres

20. Lit la Bible 21. Vit la Bible


11 Manuel de la GCV
Ce que l’église me doit Ce que je dois à l’église

Beaucoup d’APPELÉS Peu d’ÉLUS

2. Énoncer une vision biblique de la gestion chrétienne de la vie, basée sur l’intégration
de la seigneurie de Jésus-Christ dans chaque domaine de la vie.

3. Appeler l’Église à une consécration totale de toute la vie, de toutes les ressources et de
Manuel de la GCV
tous les biens matériels à la seigneurie de Jésus-Christ. │ 11
4. Élaborer et présenter une approche biblique vers la gestion chrétienne de la vie comme
style de vie vécu en union et en partenariat avec Dieu.

5. Enseigner aux membres l’idée fondamentale de la GCV .


2. Énoncer une vision biblique de la gestion chrétienne de la vie, basée sur l’intégration
de la seigneurie de Jésus-Christ dans chaque domaine de la vie.

3. Appeler l’Église à une consécration totale de toute la vie, de toutes les ressources
et de tous les biens matériels à la seigneurie de Jésus-Christ.

4. Élaborer et présenter une approche biblique vers la gestion chrétienne de la vie


comme style de vie vécu en union et en partenariat avec Dieu.

5. Enseigner aux membres l’idée fondamentale de la GCV .

6. Mettre l’emphase sur l’intérêt commun que procure un gestionnaire fidèle, d’abord
pour le bien du gestionnaire lui-même et puis pour le bien de l’église.

7. Poursuivre le travail d’éducation concernant les dîmes et les offrandes et la mise


en application du Plan adventiste de soutien financier recommandé. Ceci pourra aider
les membres d’église à croître dans la compréhension de leur rôle dans la gestion
collective de l’Église en tant que Corps du Christ, du soutien financier de celle-ci
par le moyen de la générosité systématique, et du rôle du Saint-Esprit, qui guide les
systèmes d’offrandes sur le plan individuel et collectif.

8. Chercher les moyens pour mettre en application les principes de la gestion chrétienne
de la vie, spécialement les ressources matérielles pour fortifier les membres ainsi que
les dirigeants afin de pouvoir implanter depuis la base-même les principes de la
GCV.

9. Encourager une plus grande responsabilité sur la gestion financière et une plus
grande disposition à en rendre compte, ainsi qu’un niveau plus élevé d’autonomie et
d’interdépendances financières, sur le plan individuel et collectif.

10. Aider à créer une bonne compréhension de l’équilibre entre un système régulier
des dons et la levée de fonds pour un projet spécial, qui représentent tous les
deux un aspect de la générosité systématique et qui peuvent travailler ensemble
harmonieusement. Ainsi, chaque croyant est encouragé à soutenir régulièrement et
systématiquement son église locale, sa fédération/mission/champ missionnaire, les
missions mondiales, et, en plus, à soutenir des projets spéciaux selon la direction du
Saint-Esprit.

11. Expliquer aux membres le système de gestion financière mondiale de notre église.
Ceci peut aider à rassurer les membres qu’ils soutiennent l’œuvre mondiale et qu’ils

12 │Manuel de la GCV
ont d’ailleurs le droit de savoir où vont leurs dons.
Expliquer aux membres le système de gestion financière mondiale de notre église.
Ceci peut aider à rassurer les membres qu’ils soutiennent l’œuvre mondiale et qu’ils
ont d’ailleurs le droit de savoir où vont leurs dons.

12. Promouvoir la transparence dans la gestion des affaires de l’église, surtout la


gestion des finances, comme par exemple la présentation de rapport mensuel devant
le comité d’église et trimestriellement devant l’assemblée générale légalement
convoquée.

13. Connaitre le taux de fidélité des membres.

14. Promouvoir l’esprit de la générosité : apprécier et encourager ceux qui soutiennent


fidèlement ; convaincre ceux qui hésitent et qui font seulement de temps en temps,
et finalement prier avec et pour ceux qui n’ont pas encore fait cette expérience et les
encourager à marcher avec Dieu.

15. Envoyer les rapports régulièrement aux différents échelons.

Tout ceci doit être toujours focalisé sur le Christ en tant que Sauveur et Propriétaire de
toutes choses. A relier avec la mission confiée à l’église qui ne sera jamais accomplie
sans l’implication totale de tous les croyants.

EMPHASE NECESSAIRE

Le Département de la gestion chrétienne de la vie met l’accent sur les domaines


suivants dans l’accomplissement de son but et de sa mission :

1. Réveil spirituel à la base de tout programme – Le réveil spirituel devrait


constituer la base de tout effort du département de la gestion chrétienne de la vie.
Puisque la gestion chrétienne englobe toute la vie d’une personne croissant dans
un partenariat avec Dieu, toute stratégie devrait se baser sur un réveil spirituel.
Le département encourage et favorise les matériels qui contribuent à la croissance
spirituelle de chaque individu et de l’église en tant que corps du Christ.

2. Réveil spirituel au niveau de l’administration –La confiance envers les dirigeants


et la structure de l’église a un impact direct sur la gestion personnelle de la vie. Le
rehaussement d’une fondation spirituelle assure un contexte dans lequel les individus
peuvent croître spirituellement.

Manuel de la GCV│ 13
3. Gestion personnelle de la vie – La propension matérialiste de notre société
actuelle devrait être abordée d’un point de vue biblique. L’économat chrétien
devrait être intégré dans tous les aspects de la vie. Ainsi, la gestion personnelle et
collective de la vie est un domaine que le département de la gestion chrétienne de
la vie cherche à renforcer et soutenir.

4. Gestion financière personnelle chrétienne – La gestion personnelle des finances


reflète la relation personnelle avec Dieu. Ainsi, les principes bibliques de gestion
financière constituent un aspect important où se manifeste la Seigneurie du Christ
dans ce domaine critique de la vie. Le département de la gestion chrétienne de la
vie continuera à développer et distribuer des matériels pour soutenir ces principes
bibliques de gestion financière.

5. Plan de soutien financier de l’église adventiste – Le département de la gestion


chrétienne de la vie continuera à assister l’administration dans l’éducation sur la
dîme et les offrandes et dans l’application du plan de soutien de l’Eglise Adventiste
du Septième Jour, y compris le plan de choix personnel.

6. Accomplir la mission finale est une priorité. Les premiers disciples ont vendu
leurs biens pour accomplir cette mission. Les pionniers adventistes ont mené une
vie de renoncement et de sacrifice pour hâter la venue de Jésus. La GCV est liée à
la mission de l’église locale et aussi à l’église mondiale.

DEFIS

- Le nombre des membres augmente mais le taux de fidélité et le versement


effectué par
l’église n’augmentent pas proportionnellement.
- La confiance des membres aux dirigeants et aux administrateurs diminue.
- L’argent de Dieu n’est pas utilisé judicieusement.
- Il y a encore des détournements et des pertes de fonds.
- L’offrande est très inférieure par rapport à la dime.
- On parle beaucoup de l’argent mais on ne parle pas de la fidélité.
- Les dirigeants n’osent pas trop parler ni promouvoir la fidélité aussi bien aux
anciens membres qu’aux nouveaux baptisés.
- La potentialité des membres n’est pas bien exploitée si bien que les chômeurs ne
cessent pas d’augmenter.

14 │Manuel de la GCV
CHAPITRE - 3
ATTEINDRE TOUT LE MONDE

La bonne marche de ce département ne peut pas être assurée par une seule personne
mais nécessite l’effort de tout un chacun. La constitution de commissions allègera
le travail et le rendra plus efficace.

Constitution de Commission Gestion Chrétienne de la Vie

LES RECOMMANDATIONS

Pour établir cette commission, l’église devrait rechercher l’assistance et les conseils
du directeur du département de gestion chrétienne de la Mission ou de la Fédération.

1- Une fois installée, la commission de gestion chrétienne de la vie aidera les membres
d’église à saisir la nouvelle perspective, le but et la mission de la Mission de l’église.

2- La commission de gestion chrétienne encouragera l’église à adopter la «


Déclaration de Mission » ; décrira le but fondamental de l’église locale ; évaluera
les ressources disponible ; déterminera la priorité dans la réalisation de la mission du
point de vue spirituel, humain, et financier ; étudiera les défis à relever par l’église;
établira le budget de fonctionnement de l’église et proposera à l’église une stratégie
d’ensemble accompagnée d’un plan de développement. A la fin de l’année, la
commission évaluera l’ensemble des objectifs et plans stratégiques de l’église.

Les membres de la commission et leurs devoirs

La commission de la gestion chrétienne de la vie a la responsabilité de former et


d’entraîner les membres à devenir des chrétiens responsables et actifs dans la gestion
de tout ce que Dieu leur a confié. La commission promeut activement les principes
de gestion chrétienne de la vie, ainsi que le traitement des fonds de l’église. La
commission se réunira au moins une fois par trimestre.

Le président de la commission de gestion chrétienne de la vie doit être le premier


Ancien ou un des anciens de l’église. Il doit être bien informé sur les concepts
bibliques de gestion chrétienne, sur la mission et l’organisation de l’église. Son
aptitude à diriger doit être évidente et il doit maîtriser l’art d’obtenir l’adhésion des
gens. Il recueille les sujets à débattre pour l’établissement de l’ordre du jour de la

Manuel de la GCV│ 15
commission. Il veille avec les autres dirigeants de l’église à la mise en œuvre des
résolutions prises par la commission.

La fréquence des rencontres de la commission est en fonction de la taille de l’église.


La taille de la commission variera en fonction de l’église, mais incluera les personnes
suivantes :

- Le pasteur.
- Ancien d’église.
- Le responsable de la GCV de l’église (qui fait fonction de secrétaire de la commission);
-Le ou la trésorier(e) d’église.
-Le ou la secrétaire d’église.
-Le chef des diacres.
-Le chef des diaconesses.
-Et toutes autres personnes jugées nécessaires.

Le pasteur et/ou le chef de district est membre d’office de cette commission. Cette
composition peut être adaptée à l’église en augmentant ou en diminuant le nombre de
membres de la commission (5 membres hormis le pasteur, est une bonne moyenne).

Le comité d’église ou la commission de nomination désignera les membres de cette


commission. La clé du succès réside dans la maîtrise de la conduite des commissions
et dans une sélection prudente des membres de la commission, qui devraient posséder
l’esprit d’équipe et être pleinement informés au sujet de la nature et des objectifs de
l’église, des personnes unies et engagées dans l’affaire de l’église.

Les membres de la commission doivent :


- être consacrés dans l’accomplissement de la Mission de l’église.
- avoir l’expérience de la gestion et de la planification stratégique.
- être prêts à consacrer leur temps et leur énergie.
- avoir la confiance des membres d’église.
- être des économes fidèles.

Pour assurer la gestion des ressources de l’église et participer à l’élaboration


stratégique des objectifs de l’église, il est nécessaire d’exiger l’examen annuel de la
composition de la commission.

16 │Manuel de la GCV
Quelques conseils pour la réalisation des formations

Vu les défis auxquels nous faisons face, il est constaté que la responsabilité des
dirigeants de la GCV est lourde. Mais nous devons, en dépit de tout, oser parler de
ce thème : la question d’argent et la gestion des biens intéressent les gens. Voici donc
quelques conseils pour atteindre tous les membres :

Impliquer les membres.

A- Se diviser en nombreux petits groupes.


Designer quelqu’un pour diriger la discussion. Chaque groupe choisit un secrétaire.
Poser une/des question(s) à discuter dans le groupe:
- Voir ensemble la problématique.
- Suggérer des résolutions en retour.

Chaque secrétaire de groupe présentera devant tout le monde le résultat de


l’étude. Ramasser les notes prises par chaque groupe.

Faire une synthèse. Terminer par une session de prière par groupe.

Trouver les stratégies pour la réalisation de ces suggestions.

B- Vous pouvez aussi organiser une discussion ouverte : même processus que
ci-dessus, seulement c’est vous qui dirigez, et l’église entière est comme un
seul groupe. Sachez bien maitriser le sujet et cadrer et recadrer la discussion.
Vous n’êtes pas le seule à répondre aux questions, inviter les assistances à y
répondre aussi si possible. Puis faire le résumé. Prier pour la résolution et pour
l’engagement de l’église par rapport au sujet traité.

C- Une autre manière est de présenter un petit discours traitant un thème et


accorder aux auditeurs quelque moment pour poser des questions sur le sujet.
Demander aux assistances de résumer les discussions et la résolution. Designer
une personne pour prier pour cela.

D- Le témoignage est aussi un élément puissant : inviter quelques personnes ayant


des expériences sur la gestion chrétienne de la vie à faire des témoignages. Ils
vont faire eux-mêmes un appel si possible et prier pour ceux qui sont prêts à
faire l’expérience.

Manuel de la GCV│ 17
E- Travailler en collaboration avec les autres départements existants dans votre
église. A chaque fois qu’ils regroupent leurs cibles, n’hésitez pas à négocier
avec eux pour que vous puissiez faire une courte présentation concernant la
GCV et sa mission.

F- Le moyen le plus efficace est la rencontre tête-à-tête qui ne peut être réalisée
que par la visite à domicile. En effet il nous faut mettre en place une commission
de visiteurs.

Commission de visiteurs

La visite des membres à domicile aide beaucoup à les encourager à devenir des
gestionnaires fidèles. C’est comme une visite pastorale mais axée surtout à la GCV
dont le Christ est toujours le centre.

Avant de visiter une personne, il faut bien définir la raison de la visite. Il faut se
renseigner sur son expérience par rapport à la GCV. A-t-il besoin d’encouragement ?
A-t-il besoin d’être apprécié ?

On peut classer les membres en trois catégories en termes de fidélité :


- ceux qui sont toujours fidèles.
- ceux qui le sont de temps en temps
- ceux qui ne le sont jamais (qui ne rendent jamais la dîme) et qui critiquent.

Les gens préfèrent généralement qu’on leur parle en toute sincérité, sans hypocrisie
et d’une manière directe mais avec tact, et avec le désir de sauver.
- Préparer quelque passage qui peut répondre à leur besoin et qui correspond à leur
situation.
- Veuillez ouvrir devant eux les Saintes Ecritures et le livre de l’Esprit de Prophétie
préalablement choisis.
- Comme Jésus a fait généralement lorsqu’Il a écrit aux sept églises en Asie,
prenons par exemple la lettre pour l’église de Pergame:

1. Commencer par la présentation : « Voici ce que dit celui qui a l’épée aiguë, à
deux tranchants… ».

2. Ensuite apprécier les bonnes choses, les points positifs : « … Tu retiens mon
nom, et tu n’as pas renié ma foi … »

3. Puis parler de la faiblesse qui nécessite une guérison immédiate : « Mais j’ai
quelque chose contre toi… ».
18 │Manuel de la GCV
4. Enfin faire un appel à la repentance : « Repens-toi donc; sinon… »

. Ne faites pas un sermon. Echangez plutôt une conversation amicale.


. Posez des questions concernant leurs expériences personnelles. Demandez-leur la
raison pour laquelle ils sont fidèles, ou bien le contraire.
. Priez pour et avec eux.

- Jésus termine par une promesse : « A celui qui vaincra je donnerai de la manne
cachée… »

La visite est d’une très grande efficacité qu’on ne peut pas obtenir du haut du
pupitre.

Lorsque Jésus s’est rendu chez Zachée, voici comment s’est terminée l’histoire :
« Mais Zachée se tenant devant la Seigneur lui dit : ‘Voici, Seigneur, je donne aux
pauvres la moitié de mes biens ; et si j’ai fait tort de quelque chose à quelqu’un , je
lui rends le quadruple’ – Luc 19 :8

Pourquoi Marie a-t-elle répandu sur Jésus le parfum d’une valeur de trois cents
deniers, environ l’équivalent d’un salaire d’une année ? Jésus a visité ce foyer.

Manuel de la GCV│ 19
CHAPITRE -4
CONSTRUIRE UNE CONFIANCE MUTUELLE

LE CONTRÔLE INTERNE

Le contrôle sert de balise pour le trésorier aussi bien que pour les finances de l’église.
C’est un système établi pour prévenir les erreurs et pour protéger la véracité des
rapports financiers effectués. Toutes les pièces et les marchandises achetées sont à
présenter à cet effet.

Donc il serait sage d’avoir des pièces justificatives afférentes à toutes les dépenses
effectuées. Quelquefois, on ne peut avoir un reçu ou une facture qu’après l’achat
de la marchandise. Dans ce cas, le trésorier devrait, par prudence, faire signer la
personne à qui il donne l’argent jusqu’ à l’obtention du reçu en bonne et due forme.

Pour que la confiance règne, le trésorier ne devrait pas s’impliquer dans l’achat de
marchandises. Une autre personne devrait s’en charger, son rôle devrait seulement
être de débloquer l’argent.

Il ne devrait non plus débloquer de l’argent sans l’approbation du comité. Il ne peut


le faire selon son désir ni après la proposition convaincante des autres membres. Il
est toujours prudent de demander l’avis du comité, ou du moins celui des anciens en
cas d’urgence.

Il est aussi de son ressort de vérifier si les dépenses envisagées dépassent le budget
convenu avec le département, et qu’il ne serait plus possible de l’accorder.

Contrôle interne:
Le comité a-t-il accordé la dépense?
Le fond débloqué s’accorde-t-il avec la décision du comité?
A combien s’évaluent les recettes ?
A combien s’élève le montant du versement auprès de la fédération/mission? (Dîmes
et offrandes, avec reçu ou pièce bancaire).

Le versement est-il à jour? Vérifier la date de réception de l’argent par le pasteur


ou la date de versement à la banque ou la date du reçu de versement auprès de la
fédération/mission.

20 │Manuel de la GCV
A combien s’élève le solde? Faire un rapprochement bancaire si c’est à la banque; à
compter par au moins 02 personnes si c’est à la maison.

Pour éviter toute perte d’argent (cambriolage par exemple), on encourage le trésorier à
faire le versement régulièrement et ponctuellement.

Qui effectue le contrôle interne?

Les membres de la commission dirigée par le pasteur et les anciens effectuent ce


contrôle.

LE RAPPORT

Les membres d’église ont droit d’entendre des rapports réguliers concernant les finances
de l’église. La transparence au niveau de l’administration génèrera une confiance
inestimable auprès de l’église. Le trésorier d’église est seulement le responsable de la
gestion et suit les directives de l’église, mas il n’est le propriétaire de l’argent. Il doit
faire des rapports et voici les étapes à suivre pour ce faire:

- Tous les responsables de la trésorerie préparent ensemble le rapport.


- Le rapport est présenté au comité d’église pour être approuvé.
- Il est ensuite présenté devant l’église lors d’une réunion administrative ordinaire.

Fréquence du rapport?

Le trésorier doit présenter un rapport mensuel auprès du comité.


Mais il devrait présenter un rapport tous les 03 ou 04 mois auprès de l’église (pendant
la réunion administrative).

Que devrait-on trouver dans un rapport régulier et “correct”?:

LES RECETTES:
- Les offrandes collectées chaque mois et leur montant total. - Les dîmes reçues
chaque mois et leur montant total.
- Les dons reçus des membres.
- Les aides reçues, dons non précisés.

Comparez les entrées mensuelles pendant le trimestre (augmentation, diminutuion).


Si possible, presentez à l’aide d’un courbe.

Manuel de la GCV│ 21
LES DEPENSES:
- Les dîmes versées à la fédération/mission.
- Les offrandes versées à la fédération/mission.
- Les dépenses de fonctionnement de l’église.
- Les dépenses effectuées par chaque département.

LE SOLDE:
- Le solde de chaque département (inclus dans le budget)
- Le solde du fond de fonctionnement de l’église.

Dans ces rapports on présentera également:


- Le nombre des membres assidus aux réunions de prière
- Le nombre des membres qui rendent la dîme fidèlement et régulièrement. - Le
nombre des membres qui rendent la dîme irrégulièrement.
- Le nombre des membres qui ne sont pas convaincus à retourner la dime.

Puis convertissez- les en pourcentage.


Cela est fait pour faire connaître la réalité, pour trouver les solutions adéquates si
nécéssaire, et pour motiver tous les membres à devenir des économes fidèles.

On devrait également trouver dans les rapports:


- Le budget a-t-il été respecté?
- Les objectifs ont-ils été atteints?
- Les dépenses ont-elles dépassé le budget convenu?

LE BUDGET
Les gens sont assez réticentes pour élaborer un budget car ils pensent que c’est
trop difficile à faire et que c’est seulement réservé à ceux qui ont étudié la gestion.
Pour surmonter cette idée fausse, on peut également utiliser les termes “Prévision
des dépenses”. Les gens sont plus motivées pour parler des dépenses et des fonds à
utiliser. L’usage du terme “Budget” est souvent reçu comme une discipline stricte,
ou bien pour dire “ qu’il n’y a pas d’argent”, et surtout “une réunion des personnes
scolarisées”. Le fait de ne pas établir un budget c’est comme s’engager dans une
voie dangeureuse, incertaine et sans issue.

Il y a plusieurs avantages avec une prévision des dépenses: 22 Manuel de la GCV


- L’élaboration d’un budget aide essentiellement dans la gestion des fonds
- C’est une balise contre les dépenses irrefléchies.
- Quand il y a un budget, la voie à suivre est claire et chaque personne, chaque
département, etc… sait ce qu’il doit faire.

22 │Manuel de la GCV
- C’est une balise contre les dépenses irrefléchies.
- Quand il y a un budget, la voie à suivre est claire et chaque personne, chaque
département, etc… sait ce qu’il doit faire.
- Il protège
- également l’églisel’église
Il protège également de nedepas sesetrouver
ne pas brusquement
trouver brusquement en “faillite”.
en “faillite”.
- Le budget permet d’établir les priorités.
- Le budget permet d’établir les priorités.

On fixe d’abord le but et les objectifs, puis on élabore le budget pour les atteindre. Il
On fixe d’abord le but et les objectifs, puis on élabore le budget pour les atteindre. Il
doit être
doit être conçu fixé
conçu et et fixéau
au début
début dede l’année.
l’année.

On estime lesOnrecettes
estime lesprévisionnelles
recettes prévisionnelles
pour pour l’année. Le
l’année. Lebudget
budgetde l’année à venir à
de l’année (ouvenir (ou
année de travail si la préparation du budget est en retard) devrait être établi à partir des
année de travail
recettes si la dernière.
de l’année préparation du budget est en retard) devrait être établi à partir
des recettes de l’année dernière.
On effectue une liste des différents départements nécessitant des fonds.
On effectue une liste
Voici des différents
un modèle départements
auquel on peut s’inspirer: nécessitant des fonds.
Voici un modèle auquel on peut s’inspirer:

Répartition des offrandes, approuvée par le comité (50% des fonds restant au niveau de l’église
locale)
CONSTRUCTION

DIVERS

SABBAT
ECOLE

EVANGELISATION

JEUNESSE

ENFANTS
MINISTERE

CHORALE

Communautaire
Service

TOTAL
DEPARTEMENT

DES
DU

Pourcentage 19,68 10,73 9,93 17,89 8,94 8,94 10,73 13,15 100%

Ex:
Offrandes Février 35424 19314 17874 32202 16092 16092 19314 23670 180000

Les offrandesLescollectées
offrandes par mois par
collectées se répartissent automatiquement
mois se répartissent automatiquementselonselonlelepourcen-
pourcentage voté par le comité.
tage voté par le comité.
A part les dépenses
A part lesprévisionnelles des des
dépenses prévisionnelles département,
département, il il
y ay aussi
a aussi les dépenses
les dépenses que nousque nous
appelons
appelons autres autres
ou divers. L’argent reçu
ou divers.L’argent reçu pour
pour soutenir des projets
soutenir spécifiques
des projets (non inclus (non in-
spécifiques
dans le tableau ci-dessus) sont aussi à enregistrer (comme la construction, l’achat de matériels
clus dans le tableau ci-dessus) sont aussi à enregistrer (comme la construction, l’achat
importants, …).
de matériels importants, …).
23 Manuel de la GCV
DIVERS 10,73% DEPENSES ANNUELLES
Electricité 123 000
Eau 16 500
Impôts 50 000
Divers papiers 34 000
Gardien de l’église 260 000
Entretien jardin 51 000
Nettoyage linge, rideaux, etc… 26 000
Produits de nettoyage 15 200
Visites 160 000
Entretien de l’église 300 000
Manuel de la GCV│ 23
L’enregistrement des fonds receuillis des enveloppes pour soutenir des projets
spéciaux de l’église, tels que construction, achat de gros matériels, etc…, n’est pas montré
ici, mais doit exister. On ne retire pas les fonds pour les projets spéciaux avec les 50% qui
restent pour l’église.
L’enregistrement des fonds receuillis des enveloppes pour soutenir des projets
spéciaux de l’église, tels que construction, achat de gros matériels, etc…, n’est pas
montré ici, mais doit exister. On ne retire pas les fonds pour les projets spéciaux
avec les 50% qui restent pour l’église.

Lorsque toutes les prévisions de dépenses sont identifiées, on compare le budget


avec les prévisions de recettes.

Il est des responsabilités de tous les membres d’appuyer le budget après


l’apprbation par la réunion administrative.

EMPLOYER JUDICIEUSEMENT L’ARGENT DE DIEU.

L’évangélisation sous tous ses aspects est la raison d’être des dîmes et offrandes.
Le comité devrait consacrer plus de temps pour cette étude.

Lors des présentations des rapports, il serait préférable de présenter à l’église


si les dépenses s’accordent avec la mission qui est la raison d’être de l’église. Le
budget approuvé par le comité a-t-il été suivi et respecté? L’église est-elle “satisfaite”
de l’équilibre des recettes et dépenses? L’évangélisation est-elle le motif le plus
important de dépenses ou bien d’autres activités (excursion par exemple) qui ne
sont peut-être pas des priorités et qui nécessitent une étude plus approfondie?

Il serait idéal de présenter ce rapport en fin d’année pour que l’église puisse
réfléchir longuement sur ce qui a été accompli et rectifier si besoin la direction
à suivre l’année à venir. L’objectif a-t-il été atteint ou l’argent de Dieu a-t-il été
dépensé follement? Qu’est-ce qui devrait-être rectifié?

24 │Manuel de la GCV
CHAPITRE - 5
L’ARGENT ET LA MISSION DANS
L’ÉGLISE ADVENTISTE DU SEPTIEME JOUR

En tant que trésorier vous pourriez vous intéresser à savoir comment on a


découvert la vérité sur la dîme et les différentes offrandes au début de l’histoire de
l’Eglise Adventiste du Septième Jour ainsi que le développement des activités de
notre église. Ils ont été introduits et appliqués progressivement selon le besoin pour
accomplir la mission. L’histoire témoigne que l’église avait toujours besoin d’argent
et devait trouver des moyens pour accomplir la mission. C’est l’esprit et le souci
d’accomplir la mission qui était toujours la motivation motrice derrière ces nouvelles
initiatives.

Par exemple, saviez-vous que c’est en étant poussés par le sens de l’importance
de l’accomplissement de la mission que nos pionniers ont introduit le principe de la
dîme dans l’Église? En fait, lorsque les premiers missionnaires ont été envoyés dans
différentes parties du monde, les dirigeants de l’église ont réalisé qu’il n’y avait pas
d’apport financier régulier pour les soutenir. Aucun des pasteurs à l’époque n’a reçu
un salaire régulier. Ils vivaient de dons des membres de l’église et certains d’entre
eux ont même dû travailler dur pour soutenir leurs familles. Les missionnaires étaient
partis, n’ayant aucun contrat déterminant le salaire qu’ils toucheraient. Compte tenu
de cela, nos pionniers ont été poussés à étudier plus profondément la Bible, comme
on a toujours fait pour trouver une solution. Ellen White a encouragé son mari à
réunir tous les pasteurs et invité John Andrews à tenir un enseignement sur ce que les
Écritures disent concernant le plan pour soutenir le ministère. Cela a eu lieu à Battle
Creek le 16 Janvier 1859, durant deux jours. À la fin de la réunion, la conclusion était
comme ceci: «C’est le système de la dîme qui est la base inévitable depuis toujours
... Nous allons l’appeler Acte de bienfaisance systématique .»

Puis après, on a de nouveau choisi Andrews, Frisbie et White pour préparer une
présentation sur la bienfaisance systématique basée sur les Saintes Ecritures. Ils ons
fait leur présentation le 29 Janvier et il a été convenu à l’unanimité de tous d’adopter
ce système comme pratique courante dans le soutien de l’église. Cela a été d’abord
appliqué officiellement à Battle Creek et plus tard plublié dans les pages écrites
“Review and Herald” pour être enfin pratiqué dans toutes les églises adventistes.

Manuel de la GCV│ 25
LES TROIS RAISONS POUR RETOURNER
LA DIME ET LES OFFRANDES

Pour le soutien des pasteurs.


C’est la première raison qu’on a considérée comme nécessitant la mise en place
du système de dîme et d’offrandes. Ce besoin se faisait sentir lorsque le nombre
d’église s’est multiplié.

Pour soutenir la mission à l’étranger :


Lorsque l’église a grandi, le sens de l’accomplissement de la mission a aussi
augmenté. Les dons systématiques se développaient pour soutenir les missionnaires
qui effectuaient des missions en pays étrangers.

L’adoration :
Une étude plus poussée de la Bible a aidé l’église à comprendre que les dons font
partie de l’adoration envers Dieu. Et cela est devenu plus tard la raison principale
même de rendre la dime et les offrandes.

A ce stade de développement, les dirigeants n’étaient pas sûrs si ces directives sur
la dîme figuraient parmi les lois cérémonielles abolies sur la croix ou non. Et on ne
se référait pas à l’Ancien Testament mais au Nouveau Testament pour baser l’étude
sur 1 Corinthiens 16 :2

« Que chacun de vous, le premier jour de la semaine, mette à part chez lui ce qu’il
pourra, selon sa prospérité, afin qu’on n’attende pas à mon arrivée pour recueillir les
dons. »

• « Premier jour » : début du travail


• « Que » : appel à tout un chacun
• « Mette à part » : il y a quelque chose à faire, c’est de mettre à part une partie
pour l’œuvre de Dieu
• « Selon sa prospérité » : qui correspond à ce qu’on a

Voici comment on a appliqué auprès de la première église les principes concernant


l’offrande qu’on a approuvé par une levée des mains :

- les hommes de 18-60 ans mettent à part ¼ de dollar (environ 800 Ariary, si le taux
actuel de 1 dollar est de 3 200 Ariary) à chaque premier jour de la semaine
- les femmes de 18-60 ans mettent à part 1/10 de 1 dollar à chaque premier jour de
la semaine

26 │Manuel de la GCV
- et au premier jour de la semaine, chaque individu, homme ou femme, met à part
1% à 5% de chaque portion de 100 dollars de sa possession.

L’HISTOIRE DES OFFRANDES AU SEIN DE L’EGLISE ADVENTISTE

Saviez-vous que lorsque l’église a continué de croître et que la mission s’est élargie,
les membres de l’église ont commencé à jouer un rôle vital en donnant des offrandes
régulières volontaires ? Ce ne sont pas les dirigeants d’église qui ont créé des nouvelles
offrandes. Elles sont venues de membres de l’église désireux de terminer la Grande
Mission. Au fil des années, les différents systèmes d’offrandes se sont développés. Les
membres ont commencé la collecte d’argent dans leurs églises respectives, et quelques
années plus tard cela a été adopté officiellement comme offrande dans l’église adventiste.
La Mission a toujours été l’objet de ces offrandes.

L’offrande de l’Ecole du Sabbat a commencé en 1877 et visait à soutenir la mission en


Australie.
La collecte annuelle a été menée depuis 1908. C’était encore la mission qui bénéficiait
de ces fonds.
La Semaine du Sacrifice a commencé en 1911 et a été désignée pour soutenir le budget
de la mission mondiale.
Le projet offrande du treizième sabbat a été lancé en 1912. Une partie de l’offrande
devait être utilisée pour des projets de missions spéciales des Divisions.
Les offrandes pour Anniversaire / Action de grâces ont commencé en 1905 et faisaient
partie du budget mondial pour la mission.

La Mission a toujours fait l’objet d’intérêt de notre église. A l’époque, lorsqu’un


membre a retourné une dîme de $1, il a donné 65 cents comme offrande (c’est à
dire s’il donne 100 Ariary de dîme, il fait une offrande 65 Ariary). Aujourd’hui, avec
l’augmentent des besoins de l’église locale, l’offrande baisse jusqu’à 4 cents à la dime de
un dollar! Cependant, la mission n’a pas changé « Allez et faites des disciples de toutes
les nations . . . ». Les offrandes ont toujours été l’unique source de financement des
missions dans notre église pendant des années.

En tant qu’adventistes du septième jour, nous faisons partie d’une Eglise qui est
unique dans la gestion de l’argent. Savez-vous que chaque membre de l’église peut dire
que, grâce à la dîme et aux offrandes, il participe à la mission mondiale de notre église
? Aucune autre église n’a un tel système. C’est une bénédiction spéciale. C’est pour cela
que l’église peut envoyer des milliers de missionnaires dans le monde et plus récemment
en zones non - pénétrées. Mais il y a tellement d’autres territoires à atteindre.

Manuel de la GCV│ 27
La réalité c’est qu’il semble que nous ne nous concentrons pas sur notre raison
d’être. N’êtes-vous pas fatigués de voir la situation du monde dans lequel nous vivons
actuellement ? Votre âme ne désire-t-elle pas le retour du Christ pour bientôt? Il y a un
seul moyen pour hâter son retour : finir la mission.

Il existe de nombreuses façons que vous pouvez utiliser :


1. Utilisez le bulletin missionnaire et le guide « Appel aux dimes et aux offrandes
» dans votre église.
2. Donnez votre offrande avec amour et avec un esprit de générosité.
3. Soyez fidèle dans la dîme.
4. Cultivez l’esprit de sacrifice.
5. Soyez rassurés que votre offrande arrive à destination.

LE FONDS POUR SOUTENIR L’ŒUVRE DE DIEU


(Manuel d’Eglise - Chapitre 11)

L’œuvre de Dieu a le privilège de disposer d’un plan de financement biblique, qui


repose sur les dîmes et les offrandes apportées au Seigneur par son peuple. Le Seigneur
dit: «Apportez à la maison du trésor toutes les dîmes, afin qu’il y ait de la nourriture
dans ma maison» (Malachie 3.10). Tel est le plan adopté par l’Église depuis ses débuts.

«Le système de la dîme» et des offrandes «avait pour but de faire comprendre aux
hommes une grande vérité, à savoir que Dieu est la source de tous les dons et de tous
les bienfaits et que ses créatures doivent lui en témoigner leur gratitude.» – Patriarches
et prophètes, p. 511, 512.

«Par les dîmes et les offrandes destinées à Dieu, nous reconnaissons ses droits sur
nous en tant que Créateur, ainsi que ses droits sur nous en tant que Rédempteur. Parce
que toutes nos capacités dérivent du Christ, ces offrandes ne peuvent que jaillir de nous
vers Dieu. Ces offrandes servent à nous rappeler sans cesse le droit de la rédemption,
qui est le plus grand de tous les droits, celui qui englobe tous les autres.» – Testimonies
for the Church, vol. 6, p. 479.

«La dîme est sacrée, Dieu se l’est réservée. Elle doit lui être apportée afin de servir
à soutenir les ouvriers de l’Évangile dans leur travail.» – Testimonies for the Church,
vol. 9, p. 249.

«Il a donné à son peuple une stratégie lui permettant de lever les fonds nécessaires
à ce que l’œuvre s’autofinance. Le plan divin du système de la dîme est une merveille
de simplicité et d’égalité. Tous peuvent l’utiliser avec foi et courage, grâce à son origine

28 │Manuel de la GCV
divine. Ce plan associe simplicité et utilité. […] Chaque homme, chaque femme, chaque
jeune peut devenir un trésorier du Seigneur et répondre à des besoins de la trésorerie.
L’apôtre Paul le dit ainsi: “Que chacun de vous mette à part chez lui ce qu’il pourra, selon
ses moyens.”» – Testimonies for the Church, vol. 3, p. 388, 389.

«Dieu a fait dépendre la proclamation de l’Évangile du travail et des dons de son


peuple. Les offrandes volontaires et la dîme constituent les réserves de son œuvre. Il
réclame aux hommes une certaine partie des revenus qu’il leur confie, à savoir, le dixième.
Il laisse chacun libre de s’engager à donner davantage s’il le désire.» – Conquérants
pacifiques, p. 66.

Personne ne peut améliorer ce plan.

«Dieu désire que tous ses intendants se conforment avec exactitude à ses directives.
Il ne leur est pas permis de bousculer les plans du Seigneur en se livrant à quelque
acte de charité ou en faisant un don ou une offrande au moment et de la manière de
leur choix, alors qu’ils ne sont que de simples agents humains. C’est un bien mauvaise
stratégie que de chercher à améliorer les plans de Dieu et de trouver des expédients, en
comptant sur ses bons mouvements en telle ou telle occasion pour contrebalancer les
ordres divins. Dieu invite chacun à soutenir son propre plan. » – Testimonies for the
Church, vol. 9, p. 248.

Il y a encore d’autres directives importantes dans ce chapitre 11. Il est conseillé d’avoir
ce livre afin de pouvoir former l’église. On y trouve toutes les réponses que les membres
posent souvent concernant la dîme et l’offrande.

L’utilisation de la dîme.

La dîme est sacrée: elle est réservée à l’œuvre du ministère évangélique en vue de
l’enseignement de la Bible, et pour soutenir l’administration de la Fédération/Mission
dans leurs préoccupations auprès des Églises et les efforts d’évangélisation des différents
champs. La dîme ne doit pas être servie à d’autres fins, ni pour payer des dettes contractées
par les Églises ou les institutions, ni pour entreprendre des constructions, sauf ce qui
a été approuvé dans le cadre de la politique administrative de la Conférence Générale.

«Un message très clair et précis m’a été donné pour notre peuple. J’ai reçu l’ordre de
lui dire qu’il commet une erreur quand il affecte la dîme à divers projets qui, bien que
bons en eux-mêmes, ne sont pas ceux auxquels le Seigneur a destiné la dîme. Ceux qui
utilisent la dîme de cette façon s’écartent des dispositions prises par le Seigneur. Dieu
jugera ces actes.» - Testimonies for the Church, vol. 9, p. 248.

Manuel de la GCV│ 29
Où vont les dimes que nous rendons et les offrandes que nous donnons ?

La dîme n’est pas employée ou gérée par l’Église locale, mais elle est versée au
trésorier de la fédération. Ainsi, les dîmes venant de toutes les Églises rentrent dans la
trésorerie de la fédération/mission. Celle-ci verse à l’Union 33% de toutes les dîmes
qu’elle reçoit. L’Union garde le 11% et envoie à la division le 8%, dont 7% restent dans
cette Division tandis que 1% va à la Conférence Générale. C’est de cette manière que
la Fédération/Mission, l’Union, la Division et la Conférence Générale peuvent non
seulement payer leurs ouvriers respectifs mais aussi faire face aux dépenses pour le
bon fonctionnement administratif et pour l’œuvre de Dieu assignée à chacune d’elles.
Les restes sont prévus pour soutenir d’autres institutions mais toujours dans le cadre
de l’évangélisation.

Puisque 50% des offrandes seulement restent pour l’église locale, c’est à peine
administratif et pour l’œuvre de Dieu assignée à chacune d’elles. Les restes sont prévus pour
suffisant pour
soutenir soninstitutions
d’autres bon fonctionnement.
mais toujours dansDonc,
le cadreildefaut encourager les membres à faire
l’évangélisation.
l’expérience de la deuxième dîme pour que l’église ait suffisamment d’argent pour
Puisque 50% des offrandes seulement restent pour l’église locale, c’est à peine suffisant pour
bienson
accomplir sa mission.
bon fonctionnement. Donc, il faut encourager les membres à faire l’expérience de la
deuxième dîme pour que l’église ait suffisamment d’argent pour bien accomplir sa mission.
Voici donc une petite récapitulation de ce partage :
Voici donc une petite récapitulation de ce partage :

LES ECHELONS OU VONT LES DIME ET OFFRANDES DIME OFFRANDE

1- EGLISE LOCALE 50%

2- FEDERATION/MISSION 67,5% 20%

1 /10 partagée : évangélisation 2%

Fonctionnement de l’UNION 9%

Institution 5%
3- UNION 5%
OUVRIERS RETRAITES 7,5%

Soutenir les pasteurs qui 1%


étudient à Adventist University
of Africa pour le master.

4- DIVISION 7% 5%

5- CONFERENCE GENERALE 1% 20%

TOTAL 100% 100%

30 │Manuel de la GCV
CHAPITRE - 6
L’OFFRANDE

A part la dîme, les Saintes Ecritures insistent sur notre devoir des chrétiens d’offrir
une offrande pour Le Seigneur. Garder pour soi les offrandes équivaut à la rétention
de la dîme que la Bible considère comme faisant partie d’un vol (Malachie .3 :8).
L’Eglise Adventiste du Septième Jour pratiquait dès son origine le don de bienfaisance
systématique pour soutenir l’œuvre de Dieu. Le résultat en était d’innombrables
bénédictions pour l’œuvre.

Pourquoi faire une offrande ?

Faire une offrande à Dieu n‘est pas comme investir son argent ou ses biens à la
banque afin de bénéficier des intérêts ou comme un marabout pour profiter des gains
tout en espérant que Dieu le bénira obligatoirement parce qu’il a payé, donc il a
droit à la bénédiction divine. Ce n’est pas non plus par la honte devant les autres. La
non compréhension de l’importance de l’offrande et le fait de le faire d’une manière
routinière peuvent amener certaines personnes au désespoir et par conséquent de
donner à Dieu avec ingratitude.

Les Saintes Ecritures contiennent des précieux enseignements sur l’offrande. La


toute première offrande rendue à Dieu est là pour servir de modèle à ceux qui sont
vraiment prêts à Le servir de tout leur cœur.

Genèse 4 :4 « Abel, de son côté, en fit une des premiers-nés de son troupeau et de
leur graisse. L’Éternel porta un regard favorable sur Abel et sur son offrande »

1. Premier-né.
2. Gras.
3. Offrande acceptée.
4. Donateur accepté.

Combien plus de valeur a été l’offrande que Dieu a faite pour toute l’humanité, c’est
Jésus Christ Lui-même, Le Premier, Il est la richesse du ciel, l’unique qui remplissait
les critères.

La GCV aidera les croyants à mettre Dieu en priorité et Lui offrir le meilleur
comme il se doit dans un culte à Lui rendre. Apporter des offrandes convenables joue
un rôle déterminant dans la relation du chrétien avec son Dieu tout en étant conscient
de la nécessité de cette pratique.
Manuel de la GCV│ 31
Faire l’offrande rend gloire à Dieu : « Rendez à l’Éternel gloire pour son
nom!Apportez des offrandes, et entrez dans ses parvis! » Psaume 96 :8
1. Faire et renouveler l’alliance : « Rassemblez-moi mes fidèles, Qui ont fait
alliance avec moi par le sacrifice! » Psaume 50 :5.
2. Signe d’adoration : « Je t’offrirai de bon cœur des sacrifices; Je louerai ton nom,
ô Éternel! car il est favorable » Psaume 54 :6.
3. Connaitre que Dieu est la Source des bénédictions : « Car qui suis-je et qui est
mon peuple, pour que nous puissions te faire volontairement ces offrandes?
Tout vient de toi, et nous recevons de ta main ce que nous t’offrons. » I Chron.29
:14.
C’est pour ces raisons que la Bible accentue : « On ne paraîtra point devant l’Éternel
les mains vides. » Deot.16 :16.

OFFRANDE ACCEPTEE

Plusieurs pensent que Dieu ne regarde pas l’offrande mais le cœur de celui qui
l’apporte. Il est vrai que Dieu regarde le cœur mais il ne faut pas oublier qu’avant de
regarder le cœur, Il tient compte de quelque chose d’autre.

1- L’offrande elle-même :
a/ Avec ou sans défaut.
b/ Offrande ou participation.
c/ Animal pur ou tout autre animal.

2- La motivation : a/ Par amour,


b/ Par reconnaissance,
c/ Par obéissance
d/ Accepter Dieu comme le Propriétaire de toutes choses. Genèse 4 :4-5 «
…L’Éternel porta un regard favorable sur Abel et sur son offrande; mais il ne porta
pas un regard favorable sur Caïn et sur son offrande. »
Dieu n’a pas seulement accepté Abel mais aussi l’offrande qu’il a apportée.

OFFRANDE SANS DEFAUT

Dieu a offert une offrande sans défaut pour sauver l’humanité, c’est Jésus Christ Lui-
même. Il veut que tous ses enfants apprennent la même chose puisque les offrandes
ont pour but de sauver les autres. Dieu accepta seulement des offrandes sans défaut
dans le service et le culte rendu pour Lui par son peuple, et Il n’a pas encore changé
cette loi.

32 │Manuel de la GCV
« Parle à Aaron et à ses fils, et à tous les enfants d’Israël, et tu leur diras: Tout homme
de la maison d’Israël ou des étrangers en Israël, qui offrira un holocauste à l’Éternel, soit
pour l’accomplissement d’un vœu, soit comme offrande volontaire, prendra un mâle sans
défaut parmi les bœufs, les agneaux ou les chèvres, afin que sa victime soit agréée. Vous
n’en offrirez aucune qui ait un défaut, car elle ne serait pas agréée. » Lévitique 22:18-22.

« S’il a quelque défaut, s’il est boiteux ou aveugle, ou s’il a quelque autre difformité, tu
ne l’offriras point en sacrifice à l’Éternel, ton Dieu. » Deutéronome 15 :21.

Les animaux boiteux, aveugles ou avec difformités n’ont pas été acceptés. Telle était
l’offrande rendue à Dieu. Mais actuellement, beaucoup d’offrandes font honte REFLETANT
L’IRREVERENCE : nous voyons de vieux billets d’argent déformés, tellement sales qu’on
n’arrive même pas à les déchiffrer. Ces types d’offrandes arrivent dans la maison de trésor
divin. Dieu était furieux contre cette pratique, et exhortait son peuple par un message de
réflexion.

« Quand vous offrez en sacrifice une bête aveugle, n’est-ce pas mal? Quand vous en
offrez une boiteuse ou infirme, n’est-ce pas mal? Offre-la donc à ton gouverneur! Te
recevra-t-il bien, te fera-t-il bon accueil? Dit l’Éternel des armées. Priez Dieu maintenant,
pour qu’il ait pitié de nous! C’est de vous que cela vient: Vous recevra-t-il favorablement?
Dit l’Éternel des armées. » Malachie 1 :8-9.

Un vrai croyant fera attention à ce qu’il va offrir à Dieu, une attention qui dépasse le
respect dû aux autorités terrestres.

OFFRANDE ou PARTICIPATION

Dieu tient compte aussi de la valeur de notre offrande tout en jugeant si cela mérite
vraiment d’être appelé offrande.

« Et il dit: Je vous le dis en vérité, cette pauvre veuve a mis plus que tous les autres; car
… elle a mis de son nécessaire, tout ce qu’elle avait pour vivre. » Luc 21 :3-4 .

Il regarde en même temps le donateur et la valeur de l’offrande.


« Car c’est de leur superflu que tous ceux-là ont mis des offrandes dans le tronc, mais
elle a mis de son nécessaire, tout ce qu’elle avait pour vivre. » Luc 21 :3-4 .

Ce n’est pas la quantité qui compte à ses yeux mais la proportion de ce qu’on donne
par rapport à ce qu’on a.

Manuel de la GCV│ 33
Ces hommes riches n’ont fait qu’une petite participation et non pas une offrande
parce qu’on entend par offrande un sacrifice qui saigne, comme Dieu Lui-même sentait
avoir mal en donnant son Fils unique.

« Chacun donnera ce qu’il pourra, selon les bénédictions que l’Éternel, ton Dieu, lui
aura accordées. » Deutéronome 16 :17.

A cause de l’égoïsme déjà enraciné dans le cœur humain, on traduit tout simplement
« ce qu’il pourra » par « ce qu’on trouve à la portée de la main ».

UN ANIMAL PUR

Si nous analysons bien la liste des animaux que Dieu accepte pour être offerts en
sacrifice, nous pouvons remarquer que ce sont tous des animaux purs. Cela peut signifier
que même si nous n’apportons pas un animal comme offrande, le principe reste toujours.
De l’argent acquis dans la justice. Pas d’argent volé, ni détourné ni obtenu par escroquerie
ou par la loterie.

OFFRANDE PREPARÉE PREALABLEMENT

L’offrande doit être préparée bien à l’avance. Il est important de prendre le temps de
préparer son offrande avant de venir à l’église, il faut que notre offrande soit faite avec
tout un sérieux et une considération accordée au Dieu que nous adorons. Prenons avec
considération l’action de donner à Dieu, si nous voulons que notre Dieu prenne plaisir à
notre offrande. Plusieurs membres ne préparent pas leur offrande, mais c’est seulement
au moment de la collecte qu’ils réfléchissent à cela. L’offrande non préparée est souvent
minime. C’est une pratique qui ressemble à ce qu’on fait avec un mendiant au bord de la
route :

• J’en ai ou je n’en ai pas ?


• Chercher partout dans le portefeuille et les poches.
• Donnerai-je ou ne donnerai-je pas ?
• Combien je vais donner ?

Il faut donc bien expliquer aux membres qu’il est nécessaire de préparer préalablement
les offrandes avant de rencontrer Dieu dans sa maison, selon les exemples qu’on trouve
dans la Bible. On peut dire même qu’il ne faut pas aller à l’église si on n’a pas préparé
l’offrande pour Le Seigneur des seigneurs et le Roi des rois. Il faut éduquer les membres
à prendre du temps pour y penser pour qu’il n’y ait pas de négligence. Le fait de présenter
son offrande à Dieu demande une considération particulière, exige du respect et de la
révérence, plus que les païens qui apportent des offrandes à leurs idoles.

34 │Manuel de la GCV
Combien doit-on donner comme offrande ?
Rendre la dîme n’est pas un don suprême. C’est très minime. Ce n’est pas le dernier
principe pour donner, ce n’est que le début.

En plus de la dîme, Dieu réclame aussi l’offrande volontaire. La première est fixée à un
dixième ; tandis que le second est libre, illimité car cela reflète vraiment notre véritable
amour pour Dieu. La dîme reflète notre fidélité.

Voici des déclarations qu’il faut rappeler à l’église :


«… La dîme ne constituait nullement la totalité des contributions destinées à des buts
religieux. Le tabernacle, comme plus tard le temple, fut entièrement construit par des
offrandes volontaires. En outre, en prévision des réparations nécessaires, ainsi que pour
d’autres dépenses, Moïse exigea qu’à l’occasion de tout recensement chacun donnât un
demi-sicle pour le service du tabernacle.

« …Ce n’était pas tout. Avant même de prélever la dîme de leurs revenus, les Israélites
devaient reconnaître les droits de Dieu. Les premiers fruits de tous les produits du sol
étaient consacrés.

« …Les contributions exigées des Hébreux pour des buts religieux et charitables
s’élevaient donc pour le moins à un quart de leur revenu. On serait tenté de croire
qu’une charge aussi lourde aurait dû les réduire à la pauvreté. Bien au contraire, la fidèle
observation de ces libéralités était une condition de leur prospérité. » - Patriarches et
Prophètes, p. 512-513

Si on résume ces directives, voici la répartition :


- 75% : pour subvenir aux besoins de la famille
- 25% : buts religieux qui sont répartis comme suit
• 10% : première dîme, consacrée à Dieu
• 10% : deuxième dîme pour les réparations nécessaires du temple et les travaux y
afférents
• 5% : pour les pauvres

Manuel de la GCV│ 35
RESUME DES OFFRANDES

ACCEPTABLE INACCEPTABLE

Volontaires Ex 25.2 Forcées 2 Cor 9.7


Avec amour 1 Cor 13.1-3 Légalistes 2 Cor 9.7
Avec Joie 1 Cor 9.7 A contre cœur 2 Cor 9.7
Généreuses 2 Cor 8.2 Egoïstes 2 Cor 9.5
Parfaites Lev 22.18-19 Ternies Mal 1.7
Reconnaissantes 1 Chron 29.31 Méprisantes Mal 1.12
Paisibles Lev 3.1 Trompeuses Mal 1.13
Désintéressées Actes 4.37 Manipulatrices Actes 8.18-21
Capables 1 Cor 16.2 Méritantes Mal 1.7
Complète Ps 50.14-15 Partiales Actes 5.1-11
Sacrifice Ps 50.23 Reste 1 Sam 15.20-22
Avec foi 2 Cor 8.3 De nécessité 2 Cor 9.7
Avec louange Héb 13-15-16 Fardeaux Mal 1.12
Pures Mal 1.11 Impures Mal 1.7

36 │Manuel de la GCV

36 Manuel de la GCV
CHAPITRE - 7
DEROULEMENT DU SERVICE
« APPEL AUX DIMES ET AUX OFFRANDES »

Le moment des offrandes est l’un des moments les plus solennels pendant le culte.
Ce moment ne devra pas être pris à la légère, ou d’une manière sèche. Il faut chercher
tous les moyens pour rendre ce service : de la nécessité de cette pratique.

• Intéressant.
• Un moment spécial et important.
• Un moment pendant lequel chacun exprimera sa reconnaissance et son amour
pour Son Sauveur.
• Un moment d’offrir son corps et de mettre à part une partie de ses possessions
pour être des instruments de salut des autres.
• Un moment de méditation personnelle.
• Un moment pour penser à la grâce divine.

La suggestion suivante de déroulement de service aidera à atteindre ces objectifs :


1- Les officiants : il est fortement encouragé que les officiants aient tous des offrandes
pour servir de modèle pour le reste des membres. Si possible ils doivent s’en rappeler
les uns les autres quand ils sont encore dans la salle de préparation. Etant donné
que les membres savent à l’avance leur tour de monter en chaire, on les encourage
à se préparer pour les offrandes, surtout celui qui va faire la promotion. Il est vrai
que certains membres ont l’habitude de verser une seule fois leurs offrandes pour
tout le mois et n’en donnent plus pour les autres Sabbats du même mois ; on les
encourage quand même de donner avec ce qu’ils ont reçu au cours de la semaine
; d’ailleurs ce n’est pas tous les Sabbats qu’ils vont monter en chaire. Cela peut être
une fois par mois ou par trimestre.

2- Attendre quelques secondes pour permettre aux assistants de prendre chacun


leurs offrandes là où ils les ont placées.

3- Le promoteur donne le consigne pour que chacun fasse une prière personnelle
silencieuse : pour présenter sa dime et son offrande, pour penser à ce qu’il/elle va
donner en réponse au sacrifice que Dieu a offert pour sauver le monde ainsi qu’à
ses bénédictions, pour se donner soi-même comme un sacrifice vivant et saint afin
d’être une source de bénédiction pour les autres, enfin pour offrir à Dieu l’offrande
préparée pour que ce soit acceptable et agréable à ses yeux en vue de soutenir la
mission assignée à l’église.

Manuel de la GCV│ 37
4- Lorsque tout le monde est prêt, on fait la promotion sans lire le manuel : il faut que
cela soit bien préparé comme les gens ont préparé leurs offrandes à la maison. On
fait de la sorte pour renforcer notre foi en tant qu’économes et pour nous permettre
de donner des offrandes systématiques sans défaut. Dès la sortie de l’église il faut que
le premier responsable de GCV passe tout de suite le manuel à la personne qui fera la
promotion pour le Sabbat prochain. Si possible on donne des copies bien à l’avance
aux personnes désignées.

5- Avant que les diacres fassent la collecte on fait la prière : pour présenter les dimes
et les offrandes prêtes entre les mains des membres et aussi en vue de la préparation
tout au long de la semaine des dimes et des offrandes pour le Sabbat prochain. Prière
pour que ce soit acceptable et agréable devant le trône de Dieu. Puis les diacres font
la collecte.

6- Collecte des dimes et des offrandes.


• Les diacres : ce sont les diacres qui sont les premiers à verser leurs offrandes dans
la corbeille.
• Les officiants : puis, les diacres ramassent celles des officiants sur la chaire
• L’assistance : en dernier.

7- Un chant de la congrégation pour offrir à Dieu les offrandes collectées.

8- Remettre les corbeilles à leurs places.

9- Qu’est-ce qu’on peut faire pendant la collecte ?


quelques morceaux de musiques joués par le musicien
chants par l’assemblée, ou par la chorale ou par un groupe de personnes

DÉCOMPTE DES OFFRANDES:


Quand?

Pour éviter le soupçon, il serait idéal de compter les dîmes et les offrandes (dans des
enveloppes ou non) le Sabbat midi après le culte.

Qui?

Tous les responsables devraient se rendre ensemble auprès des bacs pour en faire sortir
l’argent. Personne ne devrait penser pouvoir commencer seul le décompte des offrandes.

38 │Manuel de la GCV
Le trésorier d’église
Le trésorier associé
Quelques diacres

L’ancien du département GCV s’il y en a.

Pour éviter toute tentation éventuelle infiltrée par le mal, la commission de nomination
devrait faire en sorte que ces responsables ne soient pas de famille proche.

Comment ?

Les dîmes: comme la dîme versée par une personne est confidentielle, seul le trésorier
principal de l’église et l’ancien ont le droit d’ouvrir l’enveloppe. On écrit tout de suite
le reçu et les deux personnes la signent, pour affirmer que c’est le montant exact reçu.

Les offrandes: C’est le trésorier associé aidé par les diacres qui se chargent du décompte
des offrandes collectées.

Offrande affectée : Voir le chapitre 08.

Manuel de la GCV│ 39
CHAPITRE - 8
PRINCIPES FONDAMENTAUX

Les principes fondamentaux concernant le don systématique au sein de l’ Eglise


Adventiste du Septième Jour sont basés comme suit:

Propriété partagée.

Actes 2:44-46 présente une image d’une église dans laquelle tout le monde « a tenu
tout en commun « . En d’autres termes, les besoins des autres avaient une priorité
dans leur pensée en ce qui concerne les possessions matérielles. Nicodème était un
croyant riche mais il mourut pauvre car a utilisé sa grande richesse pour aider les
autres.

Don sacrificiel.

2 Corinthiens 8 : 1-5 . L’église macédonienne nous donne un exemple de la bonne


disposition à donner pour aider les autres: ils ont donné de leur pauvreté, au-delà de
leurs moyens. Ils se sont donnés d’abord à Dieu, puis aux apôtres. Le modèle biblique
de donner est cet abandon total à Dieu.

La dîme accentuée.

Dans le système lévitique, les prêtres vivaient de la dîme. Paul utilise ce modèle
comme base que ceux qui prêchent l’Évangile doivent vivre de l’Évangile (1Cor 9 :
11-14). Cela implique que Paul a accepté le concept de la dîme comme fondement de
tous dons dans l’église chrétienne.

Don planifié.

1Cor 16 : 1-3 est un passage clé pour enseigner le plan pour donner Le conseil de
Paul dans ce passage présente les points clés suivants :

- Préparer à l’avance : « le premier jour de chaque semaine « .


- Mettre de côté selon la bénédiction reçue - « comme il peut prospérer « .
- Faire cela comme pratique personnelle chaque semaine - « chacun de vous « .

40 │Manuel de la GCV
Résumé:

La possession qui nous est confiée est faite pour:

• Pourvoir aux bésoins de notre famille.


• Allèger les fardeaux de nos semblables.
• Glorifier Dieu et non pas le moi.
• Faire avancer le royaume de Dieu.

La possession est un outil de test au discipulat. Le jeune homme riche désirait devenir
disciple de Jésus. Jésus désirait ardemment aussi qu’il devienne son disciple: “Jésus
l’ayant regardé, l’aima” Marc 10:21. La dernière étape pour qu’il soit admis disciple est
ceci: “ Il te manque une chose; va, vends tout ce que tu as, donne-le aux pauvres, et tu
auras un trésor dans le ciel. Puis viens et suis-moi”. Marc 10: 21; Luc 18:22.

PLAN OFFRANDE COMBINEE (POC).

L’offrande au sein de l’église adventiste a évolué au fil des temps, ce qui n’est pas toujours
facile à comprendre pour la plupart des membres.

Lors du concile annuel 2002, l’église mondiale a décidé de simplifier le système d’offrande
pour éviter toute confusion. Le Plan Offrande Combinée (POC) a été approuvé, par
lequel tous les fonds recueillis au cours de l’Ecole du Sabbat et le service de culte vont
dans un fonds général. De ce fonds général, une grande partie de l’argent est pour
l’église locale. Le reste de l’argent va aux différents niveaux : Fédération/Mission,
Union, Division et Conférence générale pour finir la mission. A ces niveaux, l’argent est
distribué aux différents départements, services, institutions et activités de l’église, selon
un pourcentage qui permet à chaque entité d’accomplir sa mission. Afin de lutter pour
l’équité, le pourcentage de distribution est révisé si c’est nécessaire - au moins une fois
tous les cinq ans.

Il y a différentes sortes d’offrande chaque Sabbat qui se font en deux collectes seulement:

Service de l’Ecole du Sabbat:

• Offrande de l’Ecole du Sabbat.


• Offrande d’action de grâce.
• Offrande pour l’anniversaire.
• Offrande du 13è Sabbat.
• Offrande spéciale.

Manuel de la GCV│ 41
doi
Programme du culte.
• Offrande du culte.

Toutes ces offrandes sont mises ensemble puis divisées en deux dont 50% restent pour Com
l’église locale et 50% versés à la Fédération/Mission qui, par la suite, verse la part des sere
instances supérieurs pour soutenir l’oeuvre mondiale. de l
PLAN INDIVIDUEL D’OFFRANDES

De par ce plan, chaque membre est libre de choisir la répartition de ses offrandes :

• Pour l’église locale.


• Pour la Fédération/Mission.
• L église mondiale (Union- Division- Conférence Générale).

Comme il s’agit d’offrandes volontaires, chacun est libre de choisir leur destination.
Mais pour préserver l’unité de l’église et pour éviter la compétition entre les départements
de l’église locale ainsi que l’esprit de partialité, il faut éduquer les membres de ne pas
affecter leurs donations à un seul département. Sinon il y aura des départements
délaissés faute de soutien financier. On sentira le manque et le déséquilibre au niveau
de l’église : celle-ci ne grandira pas convenablement en tant que corps. Toutefois, il est
permis d’affecter l’offrande en vue de l’amélioration de la situation générale de l’église ou
pour un projet spécial auquel le comité de l’église fait un appel.

Le fait d’affecter les offrandes à un département diminue le fonds général de l’église et


affecte le budget. Tout doit être versé à la caisse de l’église qui fait la répartition tout en
respectant le budget voté. De ce fait, tous les départements grandissent ensemble et la
ligne de priorisation est respectée. Il est donc important d’éduquer les membres à ne pas
donner leurs offrandes à une personne ou à un département, mais à Dieu seul.

Imaginons une famille avec de nombreux enfants : tous les visiteurs qui arrivent
ne donnent de l’argent qu’à un même seul enfant. Les autres enfants regardent tout
simplement avec envie. Des parents sages vont convaincre cet enfant à leur donner
l’argent pour qu’ils les gèrent puisqu’ils savent les besoins de chaque enfant dans la
maison.
Rem
Si on donne seulement les offrandes à l’église locale sans envoyer à la Mission/
Fédération ou à l’Eglise Mondiale, c’est de l’égoïsme collectif.

les
les
42 │Manuel de la GCV
Si l’église a un projet, ses membres ont droit d’y destiner leurs dons/offrandes et ce
it etre respecté. C’est-à dire, on ne soutient pas un seul département mais l’église entière.
FONDS AFFECTÉ À UN PROJET COMMUN DE L’EGLISE.
Le tableau ci-dessous explique la répartition de l’offrande selon le “Plan Offran
Si l’église a un projet, ses membres ont droit d’y destiner leurs dons/offrandes et cela
mbinée”
doit en
etrerapport
respecté.avec la mission
C’est-à confiée
dire, on ne à l’eglise
soutient mondiale
pas un seul selonmais
département Actesl’église
1:8 “...Vo
ez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu’aux éxtrémi
entière.
la terre”.
Le tableau ci-dessous explique la répartition de l’offrande selon le “Plan Offrande
Combinée” en rapport
- Eglise locale. avecn’est
Le district la mission confiée
pas une à l’eglise
hiérarchie mondiale selon Actes 1:8 “...
officielle.
Vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu’aux
- éxtrémités de la terre”.
Fédération/Mission
- Union
• Eglise locale. Le district n’est pas une hiérarchie officielle.
• Fédération/Mission
- Conférence
• UnionGénérale
• Conférence Générale

HIERARCHIES MISSION OFFRANDE


CONFERENCE Conf. Gén. = 20%
GENERALE qui se
répartit en plusieurs EXTREMITES DE Division: 5%
Divisions LA TERRE
20 + 5= 25%

UNION SAMARIE 5%

FEDERATION/MISSION JUDEE 20%

EGLISE LOCALE JERUSALEM 50%

Remarques
En dépit des plusieurs projets qui requièrent plusieurs offrandes, nous recomman-
dons que les collectes ne se fassent pas plus de deux fois pendant le service du Sabbat
marques
et encourageons les membres à suivre les directives sus-mentionnées. Donc les col-
lectes sont:
En dépit1. desPendant
plusieurs projetsdequi
le service requièrent
l’Ecole plusieurs
du Sabbat, offrandes,
à l’excéption nous recommandons
de l’anniversaire et l’of- q
collectes nefrande
se fassent pas plus de deux fois pendant le service du Sabbat et encourageo
de grâce.
membres2. à suivre
Pendantles
le directives
service de culte du Sabbat matin.
sus-mentionnées. Donc les collectes sont:
Manuel de la GCV│ 43
1- Pendant le service de l’Ecole du Sabbat, à l’excéption de l’anniversaire et l’offran
de grâce.
CHAPITRE - 9
QUESTIONS FREQUEMMENT POSEES

1- Qu’est-ce que la “dîme”?

La dîme est le dixième du salaire et des récoltes qu’on rend à Dieu. La dîme est sacrée
et appartient à Dieu car Il est le propriétaire de tout: nos biens et notre vie (Lévitique
27:30). Retourner la dîme est une preuve de fidélité et d’adoration envers Dieu.

2- Quand devrais-je retourner la dîme?

Dès que l’on perçoit son salaire ou l’on récolte les fruits de ses terres, on doit
premièrement et immédiatement mettre à part ce qui appartient à Dieu. C’est un
acte qui confirme que nous Lui donnons la première place, la priorité dans notre vie.
“Nous ne devons pas dépenser notre argent pour nous-mêmes et apporter à l’Eternel
ce qu’il en reste, même si par ailleurs cette dîme est honnête. Que la part de Dieu soit
mise à part la première.” - Conseil à l’Econome, p. 86 §2.

3- Suis-je obligé(e) de rendre la dîme même si j’ai des difficultés financières ou


suis pauvre ou encore endetté(e)?

L’appel adressé à tout un chacun est le même. On demande à chaque individu le dixième
de ses revenus, qu’il gagne peu ou beaucoup. En d’autres termes, on ne demande pas
aux pauvres de retourner une grande portion comme ce que retournent les riches,
mais une partie proportionnelle à leurs gains. Dieu instruit chaque individu, quelle
que soit sa classe sociale, à Lui donner la première place. Chacun Le respecte. Chacun
L’adore. Dieu ne cherche pas à infliger un lourd fardeau sur Ses enfants. Il ne nous
aurait pas demandé la dîme s’Il estimait que cela nous profiterait de la retenir.

Il est bien de s’acquitter de ses dettes. Si nous détournons la dîme, alors


nous serons redevables envers Dieu et serons sujets à des malédictions.
“Que personne, se trouvant dans une situation critique, ne prenne l’argent consacré
à des buts religieux pour l’employer à son profit, tranquillisant sa conscience par la
pensée qu’il remboursera cet argent plus tard.” - Conseil à l’Econome, p. 84 §1.

4- Comment retourne-t-on la dîme?

On insère la dîme dans une enveloppe spéciale récupérée auprès du trésorier d’église.
On l’apportera à l’église qu’on a l’habitude de fréquenter et on la versera au moment
de la collecte des dîmes et des offrandes. Cela constitue un acte d’adoration envers
44 │Manuel de la GCV
Dieu et montre qu’Il est votre Créateur et Rédempteur. Un responsable se chargera
d’apporter l’ensemble de toutes les dîmes à la Fédération ou Mission, qu’on appelle
maison du trésor. (Malachie 3:10). Le Sabbat qui suit, vous aurez un reçu prouvant que
la dîme que vous avez versée a été bien perçue.

5- Pourrais-je utiliser la dîme dans des œuvres de Dieu?

C’est la Conférence Générale qui établit l’utilisation de la dîme. L’ordre et les instructions
que nous avons reçus c’est de l’apporter dans la maison du trésor.

“... La part de nos revenus qu’il s’est réservée ne doit servir à aucun autre but qu’à celui
qu’Il a désigné Lui-même. Que personne ne prenne la liberté de retenir la dîme pour
l’employer selon son propre jugement. Il ne faut en aucun cas l’utiliser pour soi-même,
ni lui donner une destination que l’on juge convenable, même dans ce que l’on considère
comme faisant partie de l’œuvre du Seigneur.” – Conseil à l’économe, p. 107, § 1

6- Pourrais-je ajourner le versement de ma dîme?

Nous nous tentons nous-mêmes si nous gardons la dîme. Assurons-nous que


tout soit payé. Nous pouvons en tout temps apporter la dîme, même en petites
quantités qui nous semblent indignes. Tout ce qui compte c’est la fidélité.
“La négligence ou l’ajournement dans l’accomplissement de ce devoir provoque le
déplaisir de Dieu.” - Conseil à l’Econome, p. 71 §4.

7- Où va la dîme et comment est-elle utilisée?

La dîme est utilisée dans la prédication de l’évangile. C’est la mission que Christ a
confiée à l’église.

“Mais vous recevrez une puissance, le Saint Esprit survenant sur vous, et vous serez
mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu’aux extrémités
de la terre.” - Actes 1:8.

“Car il n’y avait parmi eux aucun indigent: tous ceux qui possédaient des champs ou des
maisons les vendaient, apportaient le prix de ce qu’ils avaient vendu, et le déposaient
aux pieds des apôtres; et l’on faisait des distributions à chacun selon qu’il en avait
besoin.” - Actes 4: 34,35.

La dîme est envoyée aux différentes hiérarchies organisationnelles qui, à leur tour, la
gèrent afin d’achever la prédication de l’évangile dans le monde entier:

Manuel de la GCV│ 45
• Jérusalem: Eglises locales.
• Judée: Fédération ou Mission.
• Samarie: Union des Fédérations/Missions
• Extrémités de la terre: la Conférence Générale qui se sectionne en Divisions

“Dieu a donné des instructions spéciales concernant l’usage de la dîme. Il ne veut pas
que son œuvre soit paralysée faute de moyens. ” – Conseil à l’Econome, p. 107, § 1.

“Le fait de s’écarter des instructions positives de Dieu concernant les dîmes et les
offrandes est consigné dans les registres du ciel comme un vol à l’égard de Dieu.” -
Conseil à l’Econome, p. 83, §2.

8- La dîme est-elle déduite du prix de revient ou des bénéfices ?

Comme le capital utilisé a déjà été déduit de la dîme, on n’en déduira plus la dîme. C’est-
à-dire la dîme sera calculée sur la base des bénéfices seulement. Cela ne se rapporte pas
seulement dans le domaine du commerce, mais également dans la culture et dans toute
forme d’usage de fonds. On ne calculera cependant pas le temps et l’énergie affectés
qu’on considère aussi comme un capital.

9- Devrons-nous toujours rendre la dîme même si nos gains ne sont pas assez
pour couvrir toutes nos dépenses? (loyer, eau et électricité, frais d’études, repas,
etc.)

Les 100% non dîmés sont plus volumineux que les 90% décomptés de la dîme.
Cependant, il y aura plus de bénédictions avec les 90% quand la part de Dieu a été
retournée. De plus, gardons à l’esprit que les 90% que nous gardons sont de loin plus
volumineux que les 10% retournés à Dieu.

« Ne vous inquiétez donc point, et ne dites pas: Que mangerons-nous? que boirons-
nous? de quoi serons-nous vêtus? Car toutes ces choses, ce sont les païens qui les
recherchent. Votre Père céleste sait que vous en avez besoin. Cherchez premièrement
le royaume et la justice de Dieu; et toutes ces choses vous seront données par-dessus.
» - Matthieu 6 : 31-33.

10- Le Nouveau Testament parle-t-il de la dîme?

Rendre la dîme était une pratique commune au temps de Jésus qu’il n’était pas nécessaire
de trop y insister. C’était l’esprit avec lequel on la rendait que Jésus avait redressé.

46 │Manuel de la GCV
« Le pharisien, debout, priait ainsi en lui-même: O Dieu, je te rends grâces de ce que
je ne suis pas comme le reste des hommes, qui sont ravisseurs, injustes, adultères, ou
même comme ce publicain; je jeûne deux fois la semaine, je donne la dîme de tous mes
revenus. » - Luc 18 :11-12

« Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites! Parce que vous payez la dîme de la
menthe, de l’aneth et du cumin, et que vous laissez ce qui est plus important dans la loi,
la justice, la miséricorde et la fidélité: c’est là ce qu’il fallait pratiquer, sans négliger les
autres choses. » - Matthieu 23 :23.

Manuel de la GCV│ 47
CHAPITRE - 10
LA DIME : PRINCIPES ET DIRECTIVES

Ce dernier chapitre est traduit avec une petite mise à jour d’un manuel préparé par
la Conférence Générale intitulé « Tithing : Principles and Guidelines ».

AVANT-PROPOS

L’église a toujours été réticente quant à fournir des directives officielles sur
la façon dont les membres devraient appliquer la doctrine de la dîme dans des
situations spécifiques. Au contraire, elle s’est limitée à citer des versets bibliques et des
déclarations de l’Esprit de Prophétie qui enseignent les principes de la dîme et faire
l’appel à la fidélité sans réserve de ses membres dans cet aspect de leur vie chrétienne.

Cependant, les membres de l’Église et les employés de l’œuvre posent sans cesse
des questions sur la dîme. C’est pour fournir une source de conseils et d’informations
utiles que l’administration de la Conférence générale a nommé un comité chargé
de préparer le document «Principes et directives concernant la dîme.» C’est pour
la même raison que la composition du comité englobait différents laïcs et ouvriers
confessionnels.

Dans ce document, le comité présente un résumé de sa vaste étude sur la façon


dont les membres Adventistes du Septième Jour répondent à l’exigence de la dîme
pour Dieu, dans des circonstances variables. Il présente également une excellente
compilation de principes sur la dîme, soutenue par des versets de la Bible et par des
références et citations de l’Esprit de Prophétie, pouvant être utilisée par les membres,
afin de les aider à prendre des décisions consciencieuses en ce qui concerne la dîme.

Des exemplaires du document «Principes et directives concernant la dîme » seront


mis à la disposition des organisations confessionnelles et des individus qui en feront
la demande. Nous espérons qu’ils seront utilisés, non pas comme une règle pour juger
les autres, mais plutôt comme une source de conseils et d’informations utiles pour
chaque membre Adventiste du Septième Jour qui cherche à être un intendant fidèle
des moyens qui lui sont confiés.

L’administration de la Conférence Générale

48 │Manuel de la GCV
INTRODUCTION

Dans la société complexe d’aujourd’hui, il est souvent difficile pour les ouvriers et
les employés, ainsi que pour les professionnels et les gens d’affaires indépendants, de
déterminer le revenu dont ils devraient en déduire la dîme. Les membres se renseignent
fréquemment auprès des pasteurs ou écrivent aux bureaux de la Fédération ou Mission
pour demander des conseils au sujet des questions de dîme qui les préoccupent. Les
gens sont généralement hésitants à essayer de fournir des réponses basées sur leurs
opinions personnelles. Il a été donc senti qu’un matériel fondé sur l’étude d’un «grand
nombre de conseillers» devrait être disponible pour être envoyé à ces personnes.

Le calcul de la dîme personnelle est devenu de plus en plus compliqué au cours de


ces dernières années. Effectivement, les employeurs accordent un nombre croissant
d’avantages sociaux, dont certains ne sont pas signalés au gouvernement en tant que
revenu, et dont certains ne sont pas payés à l’employé en espèces. Il y a également
plusieurs retenues salariales exigées par la loi, et d’autres déductions qui sont versées
vers des abris fiscaux, des programmes de retraite et des polices d’assurance.

Au fil des années, la Conférence Générale a fourni des conseils sur divers aspects
de la dîme. Des personnes ont également exprimé leurs opinions personnelles sur ce
sujet à travers des articles apparus dans la Revue Adventiste. Cependant, des directives
complètes n’ont pas encore été mises au point pour aider les membres dans le calcul de
leur dîme.

En 1983, le Département de la Gestion Chrétienne de la Vie de la Conférence


Générale a mené une enquête sur les pratiques de la dîme. Un questionnaire
détaillé a été envoyé à des présidents, trésoriers et directeurs du département de la
Gestion Chrétienne de la Vie d’Unions et de Fédérations/Missions. Les réponses à ce
questionnaire ont confirmé la nécessité d’une nouvelle étude, d’éclaircissements et de
directives sur le sujet de la dîme.

En Octobre 1983, l’administration de la Conférence générale a nommé un comité


spécial pour entreprendre cette étude. Après plusieurs réunions du comité plénier et
de nombreuses réunions d’un sous-comité, le premier projet de rapport du comité a
été achevé. Au printemps 1984, ce projet, ainsi qu’un questionnaire, a été envoyé à
160 administrateurs de l’église et directeurs de département, environ 60 pasteurs et 60
membres laïcs.

Ces personnes ont été invitées à évaluer les principes et directives concernant la
dîme proposés et d’exprimer leurs opinions et leurs suggestions les concernant. Dans

Manuel de la GCV│ 49
l’ensemble, les réponses venant des 120 personnes qui ont retourné le questionnaire ont
été très positives. Un grand nombre de suggestions utiles ont été reçues et beaucoup
d’entre elles ont été intégrées dans la version finale des directives.

Première section:
PRINCIPES DE LA DIME

1. Dieu est notre Créateur, le Propriétaire de tout, Celui qui soutient tout, et
notre Rédempteur.

« Car en lui ont été créées toutes les choses qui sont dans les cieux et sur la terre, les
visibles et les invisibles, trônes, dignités, dominations, autorités. Tout a été créé par lui
et pour lui. Il est avant toutes choses, et toutes choses subsistent en lui. » - Colossiens
1:16,17.

« Au commencement Dieu créa les cieux et la terre » - Genèse 1:1

« Les cieux ont été faits par la parole de l’Eternel. Et toute leur armée par le souffle
de sa bouche. Il amoncelle en un tas les eaux de la mer, il met dans des réservoirs les
abîmes. Que toute la terre craigne l’Eternel ! Que tous les habitants du monde tremblent
devant Lui ! Car Il dit et la chose arrive ; Il ordonne et elle existe » - Psaumes 33:6-9

« Sachez que l’Eternel est Dieu ! C’est Lui qui nous a faits et nous Lui appartenons ;
nous sommes son peuple et le troupeau de son pâturage » - Psaumes 100:3

« Souviens-toi du jour du repos, pour le sanctifier. Tu travailleras six jours, et tu


feras tout ton ouvrage. Mais le septième jour est le jour du repos de l’Eternel, ton Dieu :
tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni
ton bétail, ni l’étranger qui est dans tes portes. Car en six jours l’Eternel a fait les cieux,
la terre, la mer, et tout ce qui y contenu, et il s’est reposé le septième jour : c’est pourquoi
l’Eternel a béni le jour du repos et l’a sanctifié » - Exode 20 :8-11

« Je vis un autre ange qui volait par le milieu du ciel, ayant l’Evangile éternel, pour
l’annoncer aux habitants de la terre, à toute nation, à toute tribu, à toute langue, et à
tout peuple. Il disait d’une voix forte : Craignez Dieu et donnez-lui gloire, car l’heure
de son jugement est venue ; et adorez celui qui a fait le ciel, et la terre, et la mer, et les
sources d’eaux » - Apocalypse 14:6,7

50 │Manuel de la GCV
«Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu. Elle était au
commencement avec Dieu. Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a
été fait n’a été faite sans elle. En elle était la vie, et la vie était la lumière des hommes
» - Jean 1:1-4

« A l’Eternel la terre et ce qu’elle renferme, le monde et ceux qui l’habitent ! Car il


l’a fondé sur les mers, et affermie sur les fleuves » - Psaumes 24:1,2

« Car tous les animaux des forêts sont à moi, toutes les bêtes des montagnes par
milliers ; Je connais tous les oiseaux des montagnes, et tout ce qui se meut dans les
champs m’appartient. Si j’avais faim, je ne te le dirais pas, car le monde est à moi et tout
ce qu’il renferme » - Psaumes 50:10-12

« L’argent est à moi, et l’or est à moi, dit l’Eternel des armées » - Aggée 2:8

« Toute grâce excellente et tout don parfait descendent d’en haut, du Père des
lumières, chez lequel il n’y a ni changement ni ombre de variation » - Jacques 1:17

« A toi, Eternel, la force et la magnificence, l’éternité et la gloire, car tout ce qui est
au ciel et sur la terre t’appartient ; à toi, Eternel, le règne, car tu t’élèves souverainement
au-dessus de tout ! C’est de toi que viennent la richesse et la gloire, c’est toi qui domines
sur tout, c’est dans ta main que sont la force et la puissance, et c’est ta main qui a
le pouvoir d’agrandir et d’affermir toutes choses. Maintenant, ô notre Dieu, nous te
louons et nous célébrons ton nom glorieux. Car qui suis-je et qui est mon peuple,
que nous puissions te faire volontairement ces offrandes ? Tout vient de toi et nous
recevons de ta main ce que nous t’offrons » -1 Chroniques 29:11-14

« Souviens-toi de l’Eternel, ton Dieu, car c’est lui qui te donneras de la force pour
les acquérir, afin de confirmer, comme il le fait aujourd’hui, son alliance qu’il a jurée
à tes pères » Deutéronome 8:18

« Le Dieu qui a fait le monde, et tout ce qui s’y trouve, étant le Seigneur du ciel et
de la terre, n’habite point dans des temples faits de main d’homme ; il n’est point servi
par des mains humaines, comme s’il avait besoin de quoi que ce soit, lui qui donne à
tous la vie, la respiration, et toutes choses » - Actes 17:24, 25

« Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint Esprit qui est en vous,
que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes ? Car
vous avez été rachetés à un grand prix. Glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans
votre esprit, qui appartiennent à Dieu » - 1 Corinthiens 6:19,20.

Manuel de la GCV│ 51
«Nous appartenons à Dieu; nous sommes ses fils et filles - du fait qu’il nous a créés
et parce qu’il nous a rachetés en donnant pour nous son Fils unique. ‘Vous ne vous
appartenez point à vous-mêmes. Car vous avez été rachetés à un grand prix. Glorifiez
donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à Dieu.’ L’esprit, le
cœur, la volonté et les sentiments appartiennent à Dieu; de même que l’argent dont
nous disposons. Toutes choses que nous recevons et dont nous jouissons viennent du
Seigneur.» - Conseil à l’Econome, p. 77.

2. L’homme est un gestionnaire ou un intendant qui administre les biens de Dieu.

« Tu lui as donné la domination sur les œuvres de tes mains: tu as tout mis sous ses
pieds. » - Psaumes 8:6.

«Ainsi, qu’on nous regarde comme des serviteurs de Christ, et des dispensateurs des
mystères de Dieu » - 1 Corinthiens 4:1

« L’Eternel Dieu prit l’homme, et le plaça dans le jardin d’Eden pour le cultiver et
pour le garder » - Genèse 2:15

« Puis Dieu dit : Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu’il
domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre,
et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre. Dieu créa l’homme à son image, il le créa
à l’image de Dieu, il créa l’homme et la femme. Dieu les bénit, et Dieu leur dit : Soyez,
féconds, multipliez, remplissez la terre, et l’assujettissez ; et dominez sur les poissons
de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sut tout animal qui se meut sur la terre » - Genèse
1:26-28

« Car nous n’avons rien apporté dans le monde, et il est évident que nous n’en pouvons
rien emporter » - 1 Timothée 6:7

« La multitude de ceux qui avaient cru n’était qu’un cœur et qu’une âme. Nul ne disait
que ses biens lui appartinssent en propre, mais tout était commun entre eux. » - Actes
4:32

« Et le Seigneur dit : Quel est donc l’économe fidèle et prudent que le maître établira
sur ses gens, pour leur donner la nourriture au temps convenable ? Heureux ce serviteur,
que son maître, à son arrivée, trouvera faisant ainsi » - Luc 12:42-43.

« Un économe s’identifie avec son maître. Il accepte les responsabilités d’un gérant:
aussi doit-il remplacer son maître et agir comme agirait celui-ci s’il s’occupait lui-même
de ses affaires. Les intérêts du maître sont les siens. La charge d’économe lui confère une

52 │Manuel de la GCV
dignité, car elle est une preuve de la confiance de son maître. » - Conseils à l’Econome,
p. 119 ; Testimonies for the Church, vol. 9, p. 246.

3. Jésus est notre exemple dans une intendance fidèle. Un économe s’identifie
pleinement avec l’intérêt de son maître.

« Car je suis descendu du ciel pour faire, non ma volonté, mais la volonté de celui
qui m’a envoyé. » - Jean 6:38.

«Jésus leur dit : Ma nourriture est de faire la volonté de Celui qui m’a envoyé » - Jean
4:34

« Puis, ayant fait quelques pas en avant, il se jeta sur sa face et pria ainsi : Mon Père,
s’il est possible, que cette coupe s’éloigne de moi ! Toutefois, non pas ce que je veux,
mais ce que tu veux » - Matthieu 26:39

« Jésus s’étant approché, leur parla ainsi : Tout pouvoir m’a été donné dans le ciel
et sur la terre. Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom
du Père, du Fils et du Saint Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai
prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde » - Matthieu
28:18-20

« Ne crains rien car je suis avec toi ; je ramènerai de l’Orient ta race, et je te


rassemblerai de l’Occident. Je dirai au septentrion : Donne ! Et au midi : Ne retiens
point ! Fais venir mes fils des pays lointains, et mes filles de l’extrémité de la terre, tous
ceux qui s’appellent de mon nom, et que j’ai créés pour ma gloire, que j’ai formés et que
j’ai faits » - Esaïe 43:5-7

« Que votre lumière luise ainsi devant les hommes, afin qu’ils voient vos bonnes
œuvres, et qu’ils glorifient votre Père qui est dans les cieux » - Matthieu 5:16

« Malheur à vous, pharisiens ! parce que vous payez la dîme de la menthe, de la rue,
et de toutes les herbes, et que vous négligez la justice et l’amour de Dieu : c’est là ce qu’il
fallait pratiquer, sans omettre les autres choses » - Luc 11:42

« Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, chassez les
démons. Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement. » - Matthieu 10: 8

« Tout le jour il éprouve des désirs ; mais le juste donne sans parcimonie » - Proverbes
21:26

Manuel de la GCV│ 53
« Car nous sommes ouvriers avec Dieu. Vous êtes le champ de Dieu, l’édifice de Dieu
» - 1 Corinthiens 3:9.

La grande œuvre que Jésus a commencé sur la terre, il a chargé ses disciples de la
continuer. C’est lui-même, notre Chef, qui la dirige et il nous ordonne de suivre son
exemple. Il nous a confié un message à l’échelle du monde. Il faut que la vérité que nous
prêchons soit apportée à toute nation, à toute langue et à tout peuple. La puissance de
Satan doit être combattue et vaincue par le Christ et par ses disciples. Poursuivons sur
un large front la guerre contre la puissance des ténèbres. Pour le succès des opérations,
il faut des moyens financiers. Dieu ne se propose pas de nous les faire parvenir
directement du ciel, mais il remet entre les mains de ses disciples l’argent qui doit être
employé à cet effet.» - Témoignages pour l’Eglise, vol. 1, p. 422.

4. Dieu doit être le premier en tout.

«Tu n’auras pas d’autres dieux devant ma face. » - Exode 20:3.

« Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta
force, et de toute ta pensée ; et ton prochain comme toi-même. » - Luc 10:27.

« Cherchez d’abord le royaume de Dieu et sa justice ; et toutes ce choses vous seront


données par-dessus » - Matthieu 6:33

« Et non seulement ils ont contribué comme nous l’espérions, mais ils se sont d’abord
donnés eux-mêmes au seigneur, puis à nous, par la volonté de Dieu » - 2 Corinthiens 8:5

« Honore l’Eternel avec tes biens, et avec les prémices de tout ton revenu ; alors tes
greniers seront remplis d’abondance, et tes cuves regorgeront de moût » - Proverbes 3:9-
10

« Tu apporteras à la maison de l’Eternel, ton Dieu, les prémices des premiers fruits
de la terre. Tu ne feras point cuire un chevreau dans le lait de sa mère » - Exode 23:19.

«Notre Rédempteur réclame beaucoup plus que nous Lui donnons. Notre moi interpose
ses désirs en premier; mais le Seigneur réclame tout le cœur, et toutes les affections. Lorsque
nous sommes en harmonie avec Dieu, la pensée à agir en son honneur et à sa gloire vient
avant tout le reste. Nul n’est préféré plus que Lui quand il s’agit d’offrir nos dons et nos
offrandes. Nous comprenons la signification de ce qu’est être partenaires avec Christ dans
une sainte entreprise. » - Testimonies for the Church, vol. 6, p. 103.

54 │Manuel de la GCV
5. Le principe de la dîme est de source divine.

« Et lui, qui ne tirait pas d’eux son origine, il leva la dîme sur Abraham, et il bénit
celui qui avait les promesses. » - Hébreux 7:6.

« Depuis le temps de vos pères, vous vous êtes écartés de mes ordonnances, vous ne
les avez point observées. Revenez à moi et je reviendrai à vous, dit l’Eternel des armées.
Et vous dites : En quoi devons-nous revenir ?... Apportez à la maison du trésor toutes
les dîmes , afin qu’il y ait de la nourriture dans ma maison ; mettez-moi de la sorte à
l’épreuve, dit l’Eternel des armées, et vous verrez si je n’ouvre pas pour vous les écluses
des cieux, si je ne répands pas sur vous la bénédiction en abondance » - Malachie 3:
7,10

« Et lui qui ne tirait pas d’eux son origine, il leva la dîme sur Abraham, et il bénit
celui qui avait les promesses » - Hébreux 7:6

« Melchisédek, roi de Salem, fit apporter du pain et du vin : il était sacrificateur du


Dieu Très-Haut. Il bénit Abram et dit : Béni soit, Abram par le Dieu Très-Haut, maître
du ciel et de la terre ! Béni soit le Dieu Très-Haut, qui a livré tes ennemis entre tes
mains ! Et Abram lui donna la dîme de tout » - Genèse 14:18-20

« Et si vous êtes à Christ, vous êtes donc la postérité d’Abraham, héritiers selon la
promesse » - Galates 3:29

« Et Il reçut le signe de la circoncision, comme sceau de la justice qu’il avait obtenue


par la foi quand il était incirconcis, afin d’être le père de tous les incirconcis qui croient,
pour que la justice leur fut aussi imputée » - Romains 4:11

« Car il est notoire que notre Seigneur est sorti de Juda, tribu dont Moïse n’a rien
dit pour ce qui concerne le sacerdoce. Cela devient plus évident encore, quand il
paraît un autre sacrificateur à la ressemblance de Melchisédek, institué, non d’après
la loi d’une ordonnance charnelle, mais selon la puissance d’une vie impérissable ;
car ce témoignage lui est rendu : Tu es sacrificateur pour toujours, selon l’ordre de
Melchisédek » - Hébreux 7:14-17.

«Le système de la dîme ne datait pas de l’époque des Hébreux. Dès les temps les
plus reculés, Dieu avait réclamé la dîme comme lui appartenant. Cette prescription fut
suivie par Abraham, qui paya la dîme à Melchisédech, ‘prêtre du Dieu Très-Haut.’ Exilé
et fugitif, Jacob fit au Seigneur, à Bethel, cette promesse: ‘Je te paierai la dîme de tout
ce que tu me donneras.’ Plus tard, quand une nation israélite fut organisée, l’institution

Manuel de la GCV│ 55
de la dîme fut réaffirmée, comme l’une des ordonnances divinement instituées et à
l’observation de laquelle la prospérité du peuple était attachée.» - Patriarches et
prophètes, p. 511.

6. L’homme est partenaire avec Dieu.

« Nous faisons donc les fonctions d’ambassadeurs pour Christ, comme si Dieu
exhortait par nous; nous vous en supplions au nom de Christ: Soyez réconciliés avec
Dieu! Puisque nous travaillons avec Dieu, nous vous exhortons à ne pas recevoir la
grâce de Dieu en vain. » - 2 Corinthiens 5:20; 6: 1.

« Apportez à la maison du trésor toutes les dîmes, Afin qu’il y ait de la nourriture
dans ma maison; Mettez-moi de la sorte à l’épreuve, Dit l’Éternel des armées. Et vous
verrez si je n’ouvre pas pour vous les écluses des cieux, Si je ne répands pas sur vous
la bénédiction en abondance. Pour vous je menacerai celui qui dévore, Et il ne vous
détruira pas les fruits de la terre, Et la vigne ne sera pas stérile dans vos campagnes, Dit
l’Éternel des armées. Toutes les nations vous diront heureux, Car vous serez un pays de
délices, Dit l’Éternel des armées. » - Malachie 3: 10-12.

« La plus grande des leçons est le partenariat avec le Christ dans l’œuvre du salut.
» - Conseils aux Educateurs, aux Parents et aux Etudiants, p. 351.

7. La dîme est sainte, de même que le sabbat est saint.

«Toute dîme de la terre, soit des récoltes de la terre, soit du fruit des arbres, appartient
à l’Éternel; c’est une chose consacrée à l’Éternel.» - Lévitique 27:30.

« Toute dîme de gros et de menu bétail, de tout ce qui passe sous la houlette, sera
une dîme consacrée à l’Éternel. » - Lévitique 27:32.

« Le même langage est employé en ce qui concerne le sabbat et la dîme: ‘Le


septième jour est le sabbat de l’Éternel, ton Dieu.’ L’homme n’a ni le droit ni le pouvoir
de substituer au septième jour le premier jour (...) De la même manière la dîme de
nos revenus est ‘sacrée devant l’Éternel.’ le Nouveau Testament n’abolit pas la loi de la
dîme, pas plus qu’il n’abolit pas le commandement relatif au sabbat; leur validité et leur
importance spirituelle y sont clairement expliquées. » - Conseil à l’économe, p. 70.

8. La régularité et le système à exercer quand on retourne ce qui est à Dieu.

« En ce jour, on établit des hommes ayant la surveillance des chambres qui servaient
de magasins pour les offrandes, les prémices et les dîmes, et on les chargea d’y recueillir

56 │Manuel de la GCV
du territoire des villes les portions assignées par la loi aux sacrificateurs et aux Lévites.
Car Juda se réjouissait de ce que les sacrificateurs et les Lévites étaient à leur poste. » -
Néhémie 12:44.

“Nous nous imposâmes aussi des ordonnances qui nous obligeaient à donner un
tiers de sicle par année pour le service de la maison de notre Dieu, pour les pains de
proposition, pour l’offrande perpétuelle, pour l’holocauste perpétuel des sabbats, des
nouvelles lunes et des fêtes, pour les choses consacrées, pour les sacrifices d’expiation
en faveur d’Israël, et pour tout ce qui se fait dans la maison de notre Dieu.

Nous tirâmes au sort, sacrificateurs, Lévites et peuple, au sujet du bois qu’on devait
chaque année apporter en offrande à la maison de notre Dieu, selon nos maisons
paternelles, à des époques fixes, pour qu’il fût brûlé sur l’autel de l’Eternel, notre Dieu,
comme il est écrit dans la loi. Nous résolûmes d’apporter chaque année à la maison de
l’Eternel les prémices de notre sol et les prémices de tous les fruits de tous les arbres;
d’amener à la maison de notre Dieu, aux sacrificateurs qui font le service dans la maison
de notre Dieu, les premiers-nés de nos fils et de notre bétail, comme il est écrit dans la
loi, les premiers-nés de nos boeufs et de nos brebis; d’apporter aux sacrificateurs, dans
les chambres de la maison de notre Dieu, les prémices de notre pâte et nos offrandes,
des fruits de tous les arbres, du moût et de l’huile; et de livrer la dîme de notre sol
aux Lévites qui doivent la prendre eux-mêmes dans toutes les villes situées sur les
terres que nous cultivons. Le sacrificateur, fils d’Aaron, sera avec les Lévites quand ils
lèveront la dîme; et les Lévites apporteront la dîme de la dîme à la maison de notre
Dieu, dans les chambres de la maison du trésor. Car les enfants d’Israël et les fils de
Lévi apporteront dans ces chambres les offrandes de blé, de moût et d’huile; là sont les
ustensiles du sanctuaire, et se tiennent les sacrificateurs qui font le service, les portiers
et les chantres. C’est ainsi que nous résolûmes de ne pas abandonner la maison de notre
Dieu. » - Néhémie 10:32-39

“Ezéchias donna l’ordre de préparer des chambres dans la maison de l’Eternel; et


on les prépara. On y apporta fidèlement les offrandes, la dîme, et les choses saintes. Le
Lévite Conania en eut l’intendance, et son frère Schimeï était en second. Jehiel, Azazia,
Nachath, Asaël, Jerimoth, Jozabad, Eliel, Jismakia, Machath et Benaja étaient employés
sous la direction de Conania et de son frère Schimeï, d’après l’ordre du roi Ezéchias, et
d’Azaria, chef de la maison de Dieu. Le Lévite Koré, fils de Jimna, portier de l’orient,
avait l’intendance des dons volontaires faits à Dieu, pour distribuer ce qui était présenté
à l’Eternel par élévation et les choses très saintes. Dans les villes sacerdotales, Eden,
Minjamin, Josué, Schemaeja, Amaria et Schecania étaient placés sous sa direction pour
faire fidèlement les distributions à leurs frères, grands et petits, selon leurs divisions:
aux mâles enregistrés depuis l’âge de trois ans et au-dessus; à tous ceux qui entraient
journellement dans la maison de l’Eternel pour faire leur service selon leurs fonctions

Manuel de la GCV│ 57
et selon leurs divisions; aux sacrificateurs enregistrés d’après leurs maisons paternelles, et
aux Lévites de vingt ans et au-dessus, selon leurs fonctions et selon leurs divisions; ceux de
toute l’assemblée enregistrés avec tous leurs petits enfants, leurs femmes, leurs fils et leurs
filles, car ils se consacraient fidèlement au service du sanctuaire. Et pour les fils d’Aaron, les
sacrificateurs, qui demeuraient à la campagne dans les banlieues de leurs villes, il y avait
dans chaque ville des hommes désignés par leurs noms pour distribuer les portions à tous
les mâles des sacrificateurs et à tous les Lévites enregistrés.

Voilà ce que fit Ezéchias dans tout Juda; il fit ce qui est bien, ce qui est droit, ce qui
est vrai, devant l’Eternel, son Dieu. Il agit de tout son coeur, et il réussit dans tout ce qu’il
entreprit, en recherchant son Dieu, pour le service de la maison de Dieu, pour la loi et pour
les commandements. » - 2 Chroniques 31:11-21

“Pour ce qui concerne la collecte en faveur des saints, agissez, vous aussi, comme je l’ai
ordonné aux Eglises de la Galatie. Que chacun de vous, le premier jour de la semaine, mette
à part chez lui ce qu’il pourra, selon sa prospérité, afin qu’on n’attende pas mon arrivée pour
recueillir les dons. » - 1 Corinthiens 16:1, 2

2 Corinthiens 8,9. ; Testimonies for the Church, vol. 3, p. 411; Review and Herald, 9
Mai 1893; Testimonies for the Church, vol. 3, p. 393,394.

« Cette question des dons ne doit pas être soumise à nos impulsions. Dieu nous a donné
des instructions bien précises à ce sujet. Il a désigné les dîmes et les offrandes comme la
mesure même de notre sens du devoir. Et il désire que nos dons soient faits d’une façon
régulière et systématique. (...) Que chacun évalue régulièrement ses revenus, qui sont une
bénédiction de Dieu, et en mette à part la dixième partie, afin de la consacrer à l’Eternel.
(...) Une fois la dîme mise à part, les dons et les offrandes doivent être ajoutés ‘selon la
prospérité’ de chacun.» - Conseils à l’Econome, p. 86 ; Review and Herald, 9 mai 1893.

9. La dîme doit être apportée à l’église de Dieu.

« Apportez à la maison du trésor toutes les dîmes, Afin qu’il y ait de la nourriture dans
ma maison; Mettez-moi de la sorte à l’épreuve, Dit l’Éternel des armées. Et vous verrez si je
n’ouvre pas pour vous les écluses des cieux, Si je ne répands pas sur vous la bénédiction en
abondance. » - Malachie 3:10.

« Tu apporteras à la maison de l’Éternel, ton Dieu, les prémices des premiers fruits de
la terre. » - Exode 23:19.

58 │Manuel de la GCV
« La dîme est sacrée : Dieu se l’est réservée. Il faut l’apporter au trésor afin qu’elle serve
à l’entretien des ministres de l’Evangile dans leur travail.» - Conseils à l’Econome, p. 98 ;
Testimonies for the Church, vol. 9, p. 249.

«Il est de votre devoir d’enseigner ceux que vous amenez à connaître la vérité à
apporter la dîme à la maison du trésor, comme une reconnaissance de leur dépendance
à Dieu.»

10. La dîme est retournée à Dieu en proportion des revenus, en reconnaissance


du fait que c’est à Lui que nous devons tout ce que nous sommes et avons.

« ... On ne paraîtra point devant l’Éternel les mains vides. Chacun donnera ce qu’il
pourra, selon les bénédictions que l’Éternel, ton Dieu, lui aura accordées. » - Deutéronome
16:16,17.

« Tu lèveras la dîme de tout ce que produira ta semence, de ce que rapportera ton


champ chaque année. Et tu mangeras devant l’Éternel, ton Dieu, dans le lieu qu’il
choisira pour y faire résider son nom, la dîme de ton blé, de ton moût et de ton huile, et les
premiers-nés de ton gros et de ton menu bétail, afin que tu apprennes à craindre toujours
l’Éternel, ton Dieu. » - Deutéronome 14:22,23.

« La bonne volonté, quand elle existe, est agréable en raison de ce qu’elle peut avoir à
sa disposition, et non de ce qu’elle n’a pas. » - 2 Corinthiens 8:12.

« Dans le système biblique des dîmes et des offrandes, les sommes versées
par les différentes personnes varieront évidemment beaucoup, puisqu’elles sont
proportionnellement aux revenus.» - Conseils à l’Econome, p. 78.

«Dieu a voulu que les Juifs ainsi que son peuple jusqu’à la fin de temps adoptent ce
plan qui requiert des offrandes proportionnées au revenu. » -Témoignages pour l’Église,
vol. 1, p. 443.

11. Retourner la dîme et les offrandes fait partie de notre adoration envers
Dieu, une expression joyeuse de notre louange,
de notre amour et de notre gratitude envers Lui.

« Maintenant voici, j’apporte les prémices des fruits du sol que tu m’as donné, ô Éternel!
Tu les déposeras devant l’Éternel, ton Dieu, et tu te prosterneras devant l’Éternel, ton
Dieu. Puis tu te réjouiras, avec le Lévite et avec l’étranger qui sera au milieu de toi, pour
tous les biens que l’Éternel, ton Dieu, t’a donnés, à toi et à ta maison. » - Deutéronome
26:10,11.

Manuel de la GCV│ 59
« De même que vous excellez en toutes choses, en foi, en parole, en connaissance,
en zèle à tous égards, et dans votre amour pour nous, faites en sorte d’exceller aussi
dans cette œuvre de bienfaisance. Je ne dis pas cela pour donner un ordre, mais pour
éprouver, par le zèle des autres, la sincérité de votre charité. Car vous connaissez la grâce
de notre Seigneur Jésus Christ, qui pour vous s’est fait pauvre, de riche qu’il était, afin
que par sa pauvreté vous fussiez enrichis. » - 2 Corinthiens 8: 7-9.

« Car le secours de cette assistance non seulement pourvoit aux besoins des saints,
mais il est encore une source abondante de nombreuses actions de grâces envers Dieu.
En considération de ce secours dont ils font l’expérience, ils glorifient Dieu de votre
obéissance dans la profession de l’Évangile de Christ, et de la libéralité de vos dons
envers eux et envers tous. » - 2 Corinthiens 9: 12,13

«(...) Dieu nous a comblés de ses bienfaits pour que nous les partagions avec d’autres
et que nous révélions ainsi son caractère au monde. Dans l’ancienne alliance, les
dons et les offrandes constituaient une partie essentielle de l’adoration. Les Israélites
devraient consacrer le dixième de leurs revenus au service du sanctuaire. Ils devaient
en outre apporter des sacrifices pour le péché, des offrandes volontaires et des sacrifices
d’actions de grâces. C’est ainsi qu’il était pourvu, à cette époque, au support du ministère
évangélique. Dieu ne nous demande pas moins qu’à Israël. La grande œuvre du salut des
âmes doit se poursuivre activement, et il faut qu’elle soit soutenue par les dîmes, les dons
et les offrandes des croyants. Le Seigneur a prévu ce moyen pour subvenir aux besoins
du ministère. » - Les Paraboles de Jésus, p. 260.

12. Dans le système de la dîme,


c’est l’individu qui détermine quels sont ses revenus.

« Que chacun donne comme il l’a résolu en son cœur, sans tristesse ni contrainte; car
Dieu aime celui qui donne avec joie. » - 2 Corinthiens 9: 7.

« Dieu, le Créateur de l’homme, en instituant ce plan de libéralité systématique, a


donné à chacun sa tâche, selon ses capacités. Chacun doit être son propre répartiteur et
donner selon ce qu’il a résolu en son cœur. » - Témoignages pour l’Eglise, vol. 1, p. 631.

« En déterminant la part de vos biens que vous consacrez à la cause de Dieu,


prenez bien garde d’aller au-delà plutôt que de rester en deçà de ce qui est prescrit. » -
Témoignages pour l’Eglise, vol. 1, p. 648.

60 │Manuel de la GCV
13. La Bible et l’Esprit de prophétie définissent clairement les bénédictions
temporelles et spirituelles comme étant le fruit d’une gestion fidèle.

« Et Dieu peut vous combler de toutes sortes de grâces, afin que, possédant toujours en
toutes choses de quoi satisfaire à tous vos besoins, vous ayez encore en abondance pour
toute bonne œuvre. » - 2 Corinthiens 9:8.

« Si tu obéis à la voix de l’Eternel, ton Dieu, en observant et en mettant en pratique


tous ses commandements que je te prescris aujourd’hui, l’Eternel, ton Dieu, te donnera la
supériorité sur toutes les nations de la terre. Voici toutes les bénédictions qui se répandront
sur toi et qui seront ton partage, lorsque tu obéiras à la voix de l’Eternel, ton Dieu:
Tu seras béni dans la ville, et tu seras béni dans les champs.

Le fruit de tes entrailles, le fruit de ton sol, le fruit de tes troupeaux, les portées de ton
gros et de ton menu bétail, toutes ces choses seront bénies.
Ta corbeille et ta huche seront bénies.
Tu seras béni à ton arrivée, et tu seras béni à ton départ.

L’Eternel te donnera la victoire sur tes ennemis qui s’élèveront contre toi; ils sortiront
contre toi par un seul chemin, et ils s’enfuiront devant toi par sept chemins. L’Eternel
ordonnera à la bénédiction d’être avec toi dans tes greniers et dans toutes tes entreprises. Il
te bénira dans le pays que l’Eternel, ton Dieu, te donne. Tu seras pour l’Eternel un peuple
saint, comme il te l’a juré, lorsque tu observeras les commandements de l’Eternel, ton
Dieu, et que tu marcheras dans ses voies. Tous les peuples verront que tu es appelé du nom
de l’Eternel, et ils te craindront. L’Eternel te comblera de biens, en multipliant le fruit de
tes entrailles, le fruit de tes troupeaux et le fruit de ton sol, dans le pays que l’Eternel a juré
à tes pères de te donner. L’Eternel t’ouvrira son bon trésor, le ciel, pour envoyer à ton pays
la pluie en son temps et pour bénir tout le travail de tes mains; tu prêteras à beaucoup de
nations, et tu n’emprunteras point. L’Eternel fera de toi la tête et non la queue, tu seras
toujours en haut et tu ne seras jamais en bas, lorsque tu obéiras aux commandements de
l’Eternel, ton Dieu, que je te prescris aujourd’hui, lorsque tu les observeras et les mettras
en pratique » - Deut. 28:1-13

« Apportez à la maison du trésor toutes les dîmes, Afin qu’il y ait de la nourriture
dans ma maison; Mettez-moi de la sorte à l’épreuve, Dit l’Eternel des armées. Et vous
verrez si je n’ouvre pas pour vous les écluses des cieux, Si je ne répands pas sur vous la
bénédiction en abondance. Pour vous je menacerai celui qui dévore, Et il ne vous détruira
pas les fruits de la terre, Et la vigne ne sera pas stérile dans vos campagnes, dit l’Eternel
des armées. Toutes les nations vous diront heureux, Car vous serez un pays de délices, dit
l’Eternel des armées. » - Malachie 3:10-12

Manuel de la GCV│ 61
« Et Dieu peut vous combler de toutes sortes de grâces, afin que, possédant toujours en
toutes choses de quoi satisfaire à tous vos besoins, vous ayez encore en abondance pour
toute bonne oeuvre, selon qu’il est écrit : Il a fait des largesses, il a donné aux indigents;
Sa justice subsiste à jamais. Celui qui Fournit de la semence au semeur, Et du pain pour
sa nourriture, vous fournira et vous multipliera la semence, et il augmentera les fruits de
votre justice. Vous serez de la sorte enrichis à tous égards pour toute espèce de libéralités
qui, par notre moyen, feront offrir à Dieu des actions de grâces. “ - 2 Corinthiens 9:8-11.

« Chaque fois que le peuple de Dieu, à quelque période que ce soit de l’histoire du
monde, a joyeusement et volontiers appliqué ce plan de générosité dans les dons et les
offrandes, il a bénéficié de la promesse selon laquelle ses travaux seraient couronnés par
la prospérité, dans la mesure même de son obéissance. » - Conseils à l’économe, p. 362.

« La santé spirituelle et la prospérité de l’Eglise dépendent dans une grande mesure


de sa générosité. Celle-ci est comparable au courant sanguin qui doit inonder l’être tout
entier et vivifier tous les membres du corps. » - Témoignages pour l’Église, vol. 1, p. 443.

14. Le but suprême de la dîme est de développer le caractère et tester notre


fidélité envers Dieu.

« Revenez à moi, et je reviendrai à vous, dit l’Éternel des armées. Et vous dites: En
quoi devons-nous revenir? (...) Apportez à la maison du trésor toutes les dîmes, Afin
qu’il y ait de la nourriture dans ma maison; Mettez-moi de la sorte à l’épreuve, Dit
l’Éternel des armées. Et vous verrez si je n’ouvre pas pour vous les écluses des cieux, Si je
ne répands pas sur vous la bénédiction en abondance. » - Malachie 3: 7-10.

« Dieu a organisé le système de bienfaisance pour que l’homme puisse devenir comme
son Créateur, charitable et sans égoïsme, et afin qu’il ait un jour part à la récompense
éternelle et glorieuse. » - Témoignages pour l’église, vol. 1, p. 635.

« Nous ne devons jamais oublier qu’en ce monde nous sommes appelés à traverser
un temps d’épreuve en vue de nous préparer pour la vie future. Aucun de ceux dont le
caractère est souillé par la honteuse flétrissure de l’égoïsme ne pourra entrer au ciel.
Par conséquent, en nous accordant des biens temporels, Dieu nous impose un test qui
lui permet de voir, par l’usage que nous faisons de ces biens, s’il peut nous confier des
richesses éternelles. » - Conseils à l’économe, p. 24.

62 │Manuel de la GCV
15. Pratiquer la fidélité en matière de dîme est une évidente obligation
des dirigeants de l’église, des membres et des parents, comme étant l’une des
exigences de Dieu.

« Apportez à la maison du trésor toutes les dîmes, Afin qu’il y ait de la nourriture
dans ma maison; Mettez-moi de la sorte à l’épreuve, Dit l’Éternel des armées. Et vous
verrez si je n’ouvre pas pour vous les écluses des cieux, Si je ne répands pas sur vous la
bénédiction en abondance. » Malachie3:10.

« Toute dîme de la terre, soit des récoltes de la terre, soit du fruit des arbres, appartient
à l’Eternel; c’est une chose consacrée à l’Eternel …. Toute dîme de gros et de menu bétail,
de tout ce qui passe sous la houlette, sera une dîme consacrée à l’Eternel. » - Lévitique
27:30,32

« Je donne comme possession aux fils de Lévi toute dîme en Israël, pour le service
qu’ils font, le service de la tente d’assignation. » - Nombres 18:21

« Et ces commandements, que je te donne aujourd’hui, seront dans ton coeur. Tu les
inculqueras à tes enfants, et tu en parleras quand tu seras dans ta maison, quand tu iras
en voyage, quand tu te coucheras et quand tu te lèveras. Tu les lieras comme un signe sur
tes mains, et ils seront comme des fronteaux entre tes yeux. Tu les écriras sur les poteaux
de ta maison et sur tes portes. » - Deutéronome 6:6-9

« Garde-toi d’oublier l’Eternel, ton Dieu, au point de ne pas observer ses


commandements, ses ordonnances et ses lois, que je te prescris aujourd’hui. Lorsque
tu mangeras et te rassasieras, lorsque tu bâtiras et habiteras de belles maisons, lorsque
tu verras multiplier ton gros et ton menu bétail, s’augmenter ton argent et ton or, et
s’accroître tout ce qui est à toi, prends garde que ton coeur ne s’enfle, et que tu n’oublies
l’Eternel, ton Dieu, qui t’a fait sortir du pays d’Egypte, de la maison de servitude, qui
t’a fait marcher dans ce grand et affreux désert, où il y a des serpents brûlants et des
scorpions, dans des lieux arides et sans eau, et qui a fait jaillir pour toi de l’eau du rocher
le plus dur, qui t’a fait manger dans le désert la manne inconnue à tes pères, afin de
t’humilier et de t’éprouver, pour te faire ensuite du bien. Garde-toi de dire en ton coeur:
Ma force et la puissance de ma main m’ont acquis ces richesses. Souviens-toi de l’Eternel,
ton Dieu, car c’est lui qui te donnera de la force pour les acquérir, afin de confirmer,
comme il le fait aujourd’hui, son alliance qu’il a jurée à tes pères. » - Deutéronome
8:11-18

« Mais malheur à vous, pharisiens ! parce que vous payez la dîme de la menthe, de la
rue, et de toutes les herbes, et que vous négligez la justice et l’amour de Dieu : c’est là ce
qu’il fallait pratiquer, sans omettre les autres choses. » - Luc 11:42.
Manuel de la GCV│ 63
«Que l’église nomme des pasteurs ou des anciens qui soient consacrés au Seigneur
Jésus, et que ces hommes veillent à ce que des membres officiants soient désignés pour
s’acquitter fidèlement du travail qui consiste à rassembler les dîmes. Si les pasteurs
montrent qu’ils ne sont pas aptes à remplir leur charge, s’ils ne font pas voir à l’église
l’importance que Dieu attache à ce qu’on lui rende ce qui lui est dû, s’ils ne veillent pas
à ce que les membres officiants qui les secondent soient fidèles, et à ce que la dîme soit
versée, ils sont en péril. Ils négligent une question qui peut être pour l’église une cause
de bénédiction ou de malédiction. Ils devraient être relevés de leurs responsabilités, et
d’autres hommes devraient être choisis à leur place et mis à l’épreuve. » - Conseils à
l’Econome, p. 111.

Deuxième section :
DIRECTIVES SUR LA DIME

Dans les directives concernant la dîme qui suivent, le comité a fait un effort
sérieux afin de présenter dans un format concis une compréhension des principes sur
la dîme selon la Bible, l’Esprit de prophétie, les positions de l’église primitive et selon
l’expérience et la connaissance personnelles de ses membres sur la dîme. Le comité a
essayé de manœuvrer délicatement entre fournir des réponses officielles et complètes
à chaque question spécifique sur la dîme d’une part, et une succession de vagues
généralités d’autre part.

Les membres du comité, composés de pasteurs consacrés et de membres laïcs,


ne prétendent pas avoir des réponses définitives à toutes les questions sur la dîme.
L’objectif de cette étude a été d’énoncer des principes et des directives qui, sous la
direction du Saint-Esprit, peuvent aider les membres à déterminer les revenus sur la
base desquels on calcule la dîme.

Le comité tient à souligner que les «directives» concernant la dîme ne sont pas
élaborées pour être des prescriptions dogmatiques, dures et catégoriques en ce qui
concerne la manière dont on calcule la dîme, destinées à enchaîner les membres de
l’église à l’avenir. Ce sont plutôt des directives et des consignes et représentent l’opinion
consensuelle d’un groupe d’administrateurs de l’église, de pasteurs et de laïcs (ainsi
que l’opinion de la plupart des personnes qui ont répondu au questionnaire). Ils ont
passé de nombreuses heures pour analyser les questions et les problèmes complexes
et difficiles sur la dîme que la plupart des membres de nos églises ont à faire face ces
jours-ci dans leur relation avec Dieu en matière d’intendance.

Le comité a essayé d’élaborer des directives concernant les principaux types de


revenus personnels que les membres peuvent percevoir au cours de leur vie. Comme
64 │Manuel de la GCV
ces directives sont complètes et détaillées, certaines personnes peuvent être amenées
à les juger comme étant «difficiles» ou légalistes. Cependant, ce ne fut certainement
pas l’intention. Des questions sont posées concernant tous les types de revenus et les
questions qui ont été abordées.

Toutes les décisions au sujet de la dîme devraient être des décisions personnelles,
prises après beaucoup de sérieuses réflexions et de prières. Le comité espère que ce
matériel va stimuler la réflexion de tous les membres de l’église et conduire à une
compréhension plus complète et plus uniforme des responsabilités et des privilèges
de l’économat chrétien.

Il y a des Notes qui constituent des documents explicatifs supplémentaires sur la


plupart des Directives intégrées dans celles-ci. On espère que ces notes contribueront
à une meilleure compréhension des concepts exprimés dans les Directives.

1. La dîme

La Dîme c’est le 10% des revenus personnels, qui sont définis dans III-A. Notes:
Ces directives sont fondées sur la supposition que la dîme devrait être calculée sur
le total «des revenus personnels» et non pas des «produits» d’une personne. Certains
pourraient penser qu’il est plus approprié d’utiliser le mot «produit» de la Bible au
lieu du terme «revenus personnels». La décision d’utiliser le « revenu » est basée
sur une étude méticuleuse de la signification du mot « produit », tel qu’il est utilisé
dans l’Écriture. Par exemple: «Tu lèveras la dîme de tout ce que produira ta semence,
de ce que rapportera ton champ chaque année. » - Deutéronome 14:22,28. D’autres
traducteurs, plus modernes, clarifient ce que l’on voulait dire par « produit »:

«... tout le rendement de vos semences.» (RSV)


«... toutes vos cultures.» (NEB)
«... de tout ce que vos champs produisent.» (TEV)

Sous la simple culture agraire d’Israël, la dîme a été calculée sur la base du
rendement brut des semences ou du troupeau. Il n’y avait apparemment pas de frais
de gestion à constater ou à considérer. Le travail était partagé et les bœufs renforçaient
les charrues et herses faites à la main. Tout cela n’était pas quantifié en termes d’argent.

La société d’aujourd’hui, cependant, présente l’agriculteur, le commerçant et


l’employé avec un ensemble complexe de production, de frais généraux et d’autres
dépenses d’entreprise qui doivent être pris en compte dans la détermination de la
partie des fruits des travaux d’une personne sujette à la dîme. Il semble donc préférable
d’utiliser le terme plus contemporain «revenu personnel » à cette fin. Certes, Ellen
Manuel de la GCV│ 65
White utilisait le mot «produit», mais elle a plus généralement utilisé le mot «revenu»
dans ses déclarations au sujet de la dîme.

Exemples :

« Que chacun évalue régulièrement ses revenus » - Conseils à l’Econome, p. 86 ;


Review and Herald, 9 mai 1893.

« Le dixième de tous nos revenus appartient au Seigneur. » - Review and Herald


Supplément, 1er décembre 1896.

Une ancienne décision du Comité de la Conférence générale supporte également


l’utilisation du mot «revenu ». « Décidé, Que nous croyons qu’il est du devoir de
tous nos frères et sœurs (...) de consacrer un dixième de tous leurs revenus, quelle
qu’en soit la source, à la cause de Dieu. » - Minutes de la session extraordinaire de la
Conférence générale, Publiées dans Review and Herald, 6 Avril 1876, p. 108.

2. Retourner La Dîme.

A. Quand retourner – La Dîme doit être retournée comme premiers fruits dès
que le revenu personnel est encaissé. Aux cas où le revenu réel n’est déterminé qu’à
la fin d’une période comptable, bien qu’il ait été reçu sur une base continue, la dîme
doit être retournée systématiquement sur la base de projections et ajustée à la fin de
la période.

Notes: La Bible et l’Esprit de Prophétie soulignent l’importance de retourner la


dîme à Dieu sur une base fixe et systématique: « Honore l’Éternel avec tes biens, et
avec les prémices de tout ton revenu » - Proverbes 3: 9. «De tous nos revenus, nous
devrions d’abord prélever la part qui revient à Dieu. » - Conseils à l’Econome, p. 72 ;
Testimonies for the Church, vol. 4, p. 474.

« Nous ne devons pas lui consacrer ce qui reste de nos revenus après que tous nos
besoins, réels ou imaginaires, aient été satisfaits ; mais avant d’y avoir touché, nous
devons en mettre à part ce que Dieu a spécifié comme lui appartenant. » - Conseils à
l’Econome, p. 86.

Même si un membre a bien «mis à part» la dîme dès qu’il perçoit son revenu, mais
ne l’apporte pas à la «maison du trésor» à intervalles réguliers, il va à l’encontre de
l’enseignement inspiré et s’expose lui-même à la tentation d’emprunter la dîme pour
un usage personnel. « Dieu veut que la dîme soit versée dans ses caisses. Cette part doit
lui être rendue strictement, honnêtement et fidèlement. » - Conseils à l’Econome, p. 87.
66 │Manuel de la GCV
«Ce qui a été mis à part, conformément aux Ecritures, comme appartenant au Seigneur,
constitue le revenu de l’Evangile, et n’est plus en notre possession. Ce n’est rien moins
qu’un sacrilège que de puiser dans le trésor de Dieu pour son propre intérêt ou pour
aider quelqu’un.» - Conseils à l’Econome, p. 84.

Certains peuvent avoir de bonnes intentions de finalement retourner la dîme, mais


choisissent de le faire à un temps qui leur convient le plus, peut-être à la fin de l’année.
Non seulement ces personnes mettent leurs propres besoins avant les revendications
de Dieu, mais courent également le risque de se retrouver si en retard dans leurs
obligations à Dieu qu’il pourrait être très difficile pour eux de rattraper.

«Il y a là des hommes que Dieu a bénis et qu’il met à l’épreuve en ce moment pour
voir quelle réponse ils vont lui donner. Ils ont retenu leurs dîmes et leurs offrandes jusqu’à
ce que leur dette envers le Seigneur, Dieu des armées, se soit accrue à un point tel qu’ils
blêmissent à la pensée d’avoir à rendre à Dieu ce qui lui appartient — une juste dîme.
Hâtez-vous mes frères, vous avez une occasion de vous montrer honnêtes envers Dieu;
ne différez pas. » - Conseils à l’Econome, p. 102.

B. Où Retourner - La dîme appartient au Seigneur et doit donc être apportée


à la «maison du trésor» (Trésorier de la Fédération ou de la Mission), comme un
acte d’adoration, par l’intermédiaire de l’église dans laquelle le nom de la personne
est inscrit. S’il y a des circonstances inhabituelles, les membres de l’église devraient
demander conseil auprès des administrateurs de leur Fédération locale.

Notes: L’avertissement biblique est ceci: «Apportez à la maison du trésor toutes les
dîmes, Afin qu’il y ait de la nourriture dans ma maison.» - Malachie 3:10.

La déclaration suivante apparaît dans le Manuel d’Église: «La dîme appartient au


Seigneur et chaque membre d’Église doit l’apporter, en signe d’adoration, à la trésorerie
de la fédération par l’intermédiaire de l’Église dont il est membre. Là où existent des
situations inhabituelles, les membres d’église doivent consulter les responsables de
leur fédération. » -p. 182. Retourner la dîme à son église locale actionne le plan de la
dénomination de partager ces ressources financières d’une manière juste et équitable
aux églises mondiales.

En reconnaissance du plan de la Bible et de l’obligation solennelle qui incombe aux


membres de l’église en tant qu’enfants de Dieu et membres de Son corps, l’église, nous
sommes tous encouragés à retourner une dîme fidèle (un dixième de nos produits ou
de nos revenus personnels) à la trésorerie de la dénomination.

Manuel de la GCV│ 67
La dîme n’est ni utilisée ni déboursée par l’église locale, mais remise au trésorier de
la Fédération/Mission. Ainsi les dîmes de toutes les églises sont versées à la trésorerie
de la Fédération/Mission locale, qui à son tour remet un dixième du total de toutes
les dîmes qu’elle a perçues à l’Union. L’union, à son tour, envoie à la Conférence
Générale, ou à ses Divisions, un dixième du total de toutes les dîmes qu’elle a perçues.
De cette manière, la Fédération/Mission locale, l’Union, et la Conférence Générale
sont dotées de fonds avec lesquels elles peuvent soutenir leurs employés et peuvent
subvenir aux dépenses se rapportant à l’administration de l’œuvre de Dieu dans leurs
sphères de responsabilités et d’activités respectives.

En plus de remettre à l’Union 10 pour cent de leurs revenus Dîme, les Fédérations/
Missions locales remettent également à la Conférence Générale, ou à ses Divisions,
par l’intermédiaire de l’Union, un pourcentage supplémentaire de leurs dîmes, tel
qu’il est déterminé par le Comité de la Conférence Générale ou par le comité de la
Division, pour le financement du programme de l’église.

Ces règlements ont été élaborés pour la collecte et le décaissement des fonds dans
le monde entier et pour l’administration des affaires de la cause. L’aspect financier et
l’aspect affaire de l’œuvre sont d’une grande importance. Ils ne peuvent être séparés
de la proclamation du message du salut; ils sont en réalité une partie intégrante de
celle-ci.

Dieu a désigné un plan qui, si suivi, fournira un plein soutien à son église. La
dîme doit être présentée à Dieu comme une expérience d’adoration. Lorsque chaque
membre remplit son obligation, l’église aura de fonds en suffisance avec lesquels elle
pourra mener à bien sa mission - dans l’église locale, à la Fédération ou Mission, à
l’Union et dans l’œuvre mondiale.

Le plan de la dîme est déstabilisé et perturbé lorsqu’un membre décide de


remettre sa dîme à des organisations ou à des projets de son choix. La personne à
laquelle il pourrait donner la dîme peut effectivement être dans le besoin et le projet
peut être important, mais le fait demeure que ce n’est pas le plan de Dieu. Lorsque
cette pratique est suivie, la personne retourne-t-elle vraiment la dîme à Dieu? Dieu
réclame la dîme comme Lui appartenant: «Toute dîme de la terre, soit des récoltes
de la terre, soit du fruit des arbres, appartient à l’Éternel; c’est une chose consacrée à
l’Éternel. » - Lévitique 27:30.

« La part de nos revenus qu’il [Dieu] s’est réservée ne doit servir à aucun autre but
qu’à celui qu’il a désigné lui-même. Que personne ne prenne la liberté de retenir la dîme
pour l’employer selon son propre jugement. Il ne faut en aucun cas l’utiliser pour soi-
même, ni lui donner une destination que l’on juge convenable, même dans ce que l’on

68 │Manuel de la GCV
considère comme faisant partie de l’œuvre du Seigneur. » - Conseils à l’Econome, p. 106
; Testimonies for the Church, vol. 9, p. 247.

« Un message très clair, très précis, m’a été donné pour notre peuple. Je suis chargée
de dire que ses membres commettent une erreur quand ils emploient les dîmes pour
certains buts qui, quoique bons en eux-mêmes, ne sont pas ceux que Dieu a désignés.
Ceux qui font un tel usage des dîmes s’éloignent des dispositions du Seigneur. » - Conseils
à l’Econome, p. 107 ; Testimonies for the Church, vol. 9, p. 248.

Pour des raisons personnelles, certains membres peuvent préférer envoyer


directement à leur Fédération ou Mission locale une partie de leurs dîmes. Ces
dispositions devraient être prises avec le trésorier de la Fédération ou de la Mission.

Apporter la dîme à la maison du trésor - la trésorerie de l’église (la Fédération ou


Mission locale par l’intermédiaire de l’église locale) - procure un soutien financier
équitable et durable au programme mondial de l’Église Adventiste du Septième Jour
et est un facteur majeur contribuant à l’unité mondiale de l’Eglise.

Troisième section :
SUGGESTION DE REPONSES AUX QUESTIONS

1. Critères gouvernementaux : Concernant la dîme, une personne devrait-elle


suivre les critères du gouvernement pour déterminer ce qu’est un revenu?

Réponse: Pas nécessairement. Des gouvernements peuvent classer certaines


allocations comme des avantages non imposables. Cependant, certaines de ces
allocations profitent effectivement la personne/famille en termes monétaires et
constituent ainsi une partie du revenu personnel.

2. Revenu brut ajusté: Le revenu brut ajusté pour des fins fiscales est-il le même
que le revenu personnel aux fins de la dîme?

Réponse: Pas toujours. Il y a certains types de revenus qui peuvent être exclus pour
des fins fiscales, mais qui sont encore des revenus personnels de l’individu.

3. Conjoints/conjointes non-Adventistes : Comment les membres qui ont des


conjointes/conjoints non-Adventistes devraient-ils/elles considérer la dîme?

Réponse: Les revenus qu’un conjoint/conjointe membre reçoit d’un conjointe/


conjoint non-membre devraient être dîmés, si possible.

Manuel de la GCV│ 69
4. Maison de retraite : Quelle est la responsabilité en matière de dîme des
personnes dont la maison de retraite qu’elles gèrent est subventionnée par des
organismes gouvernementaux et qui ne reçoivent qu’une petite allocation qu’elles
utilisent à leur discrétion?

Réponse: Elles retourneront la dîme de l’allocation uniquement. (Voir les


Directives III-H)

5. Responsabilités au sein de l’Église : L’église a-t-elle modifié sa position sur la


fidélité dans la dîme comme une exigence pour la tenue d’une responsabilité au sein
de l’église?

Réponse: Non. « Les anciens et les autres responsables, ainsi que les pasteurs
et les autres employés de fédérations ou d’institutions d’Église, sont tenus de
donner l’exemple en rendant fidèlement la dîme. Nul ne sera maintenu à un poste
de responsabilité ecclésiale ou d’employé de fédération s’il ne se conforme pas à ce
critère d’exemplarité.» - Manuel d’Eglise, p. 182.

Conférence Générale des Adventistes du Septième Jour


12501 Old Columbia Pike
Silver Spring, Maryland 20904-6600
Téléphone: (301) 680-6000

70 │Manuel de la GCV
BIBLIOGRAPHIE

• Bible
• Manuel d’Eglise (2010)
• SID Working Policy 2015-2016
• Stratégic Church Finances (Département GCV / Conférence
Générale)
• Tithing: Principles and Guidelines (Département GCV / Conférence
Générale)
• Faith and Finance (Département GCV / Division Nord-Américaine
des Adventistes du Septième jour)

Manuel de la GCV│ 71
TABLE DES MATIERES

AVANT PROPOS 2 CHAPITRE – 6 : L’OFFRANDE 31


Pourquoi faire une offrande ?
CHAPITRE-1 : INTRODUCTION 3 Offrande acceptée 32
Signification du logo 5 Offrande sans défaut 32
Définition de la GCV 6 Offrande ou participation 33
Raison d’être de la GCV 6 Un animal pur 34
Philosophie de la GCV 6 Offrande préparée préalablement 34
Résumé des offrandes 36
CHAPITRE-2 : BUT ET FONCTION 10
Les fonctions des responsables du CHAPITRE – 7 : DEROULEMENT DU
Département de la GCV 10 SERVICE « APPEL AUX DIMES ET AUX
Emphase nécessaire 13 OFFRANDES » 37
Défis 14 Décompte des offrandes: 38
CHAPITRE – 3 : CHAPITRE – 8 :
ATTEINDRE TOUT LE MONDE 15 PRINCIPES FONDAMENTAUX 40
Constitution de Commission GCV 15 Plan offrande combinée (POC) 41
Les membres de la commission et leurs Plan individuel d’offrandes 42
devoirs 15 Fonds affecté à un
Impliquer les membres 17 projet commun de l’église 43
Commission de visiteurs 18
CHAPITRE – 9 : QUESTIONS
CHAPITRE -4 : CONSTRUIRE UNE FREQUEMMENT POSEES 44
CONFIANCE MUTUELLE 20
Le contrôle interne 20 CHAPITRE – 10 : LA DIME : PRINCIPES ET
Le rapport 21 DIRECTIVES 48
Le budget Avant-propos 48
Introduction 49
CHAPITRE – 5 : L’ARGENT ET LA Première section: Principes de la dime 50
MISSION DANS L’ÉGLISE ADVENTISTE Deuxième section :
DU SEPTIEME JOUR 25 Directives sur la dime 64
Les trois raisons pour retourner la dime et les Troisième section : Suggestion de réponses aux
offrandes 26 questions 69
L’histoire des offrandes au sein de l’église
adventiste 27
Le fonds pour soutenir l’oeuvre de Dieu 28
Où vont les dimes que nous rendons et les
offrandes que nous donnons ? 30

72 │Manuel de la GCV