Vous êtes sur la page 1sur 43

SESSION DE 2007

___

CA/PLP

CONCOURS EXTERNE

Section : GENIE INDUSTRIEL


Option : STRUCTURES METALLIQUES

SCIENCES ET TECHNIQUES INDUSTRIELLES

Durée : 6 heures. – Coefficient : 1


___

CODAP didactique édition 2000 obligatoire

Calculatrice électronique de poche, y compris programmable, alphanumérique ou à écran graphique,


à fonctionnement autonome, non imprimante, autorisée conformément à la circulaire n° 99-186 du 16
novembre 1999.

L’usage de tout autre document et de tout autre matériel électronique est rigoureusement interdit.

Partie A : Etude relative à un STRIPPER


Partie B : Etude de sa structure porteuse.

Le candidat traitera les deux parties et devra remettre en fin d’épreuve deux dossiers séparés.

S’il apparaît au candidat qu’une donnée est manquante, il pourra émettre toutes hypothèses pour
résoudre les questions posées.
PARTIE A

STRIPPER

Durée conseillée : 3 heures

Document autorisé : CODAP didactique 2000 ou CODAP 2000

Contenu du dossier :

- Documents sujet (3 formats A4):

texte du sujet : pages DSA1, DSA2, DSA3………………………. format A4.

- Documents techniques (14 formats A4):

Document DTA1 : dessin d’ensemble du STRIPPER……………. format A4.


Document DTA2 et DTA3 : caractéristiques mécaniques
des matériaux……………….format A4.
Document DTA4 : coupe partielle AA au niveau des
assemblages A2 et A3……... format A4.
Document DTA5 à DTA8 : extrait du chapitre C5.2 du CODAP sur
les ouvertures voisines………format A4.
Document DTA9 : caractéristiques dimensionnelles des
faces de brides………………format A4.
Document DTA10 à DTA13 : extrait du chapitre C2 du CODETI sur
la vérification de boulonnerie………format A4.
Document DTA14 : vue suivant F d’une oreille de levage……….. format A4.

- Documents réponses (1 format A4, feuilles de copie):

Feuilles de copie réglementaires anonymables…………………… format A4.


Document DRA1 : modélisation de la bride pleine………………. format A4.
STRIPPER

MISE EN SITUATION

Le plan d’ensemble définit un STRIPPER qui s’insère dans un processus de


polymérisation du latex suivant le schéma ci-dessous et dont la fonction est de séparer le solvant
de la pâte de polymère et d’émietter cette dernière par brassage dans un bain d’eau chaude et de
vapeur.

DONNEES :

- code de calcul CODAP 2000


- nuance d’acier (pour tous les éléments intervenants
dans les calculs) Z3 CND 17-11-02
- catégorie de construction A
- type de réception r1
- coefficient de soudure 1
- surépaisseur de corrosion 0 mm
- pression de calcul en situation normale de service 0,6 MPa
- pression de calcul en situation d’essai de résistance 0,9 MPa
- température de calcul en situation normale de service 115°C
- température d’essai de résistance 20°C (temp. ambiante)
- poids total à vide 120 000 N
- tolérance en moins sur l’épaisseur de la tôle -0,5 mm
- réduction d’épaisseur en cours de fabrication de la virole 0,1 mm
- tolérance en moins sur l’épaisseur du fond (compte tenu
des tolérances sur les tôles et de la fabrication) -0,15.en
- volume 40 m3

DSA 1
TRAVAIL DEMANDE : (sur feuille(s) de copie(s) et document réponse DRA1)

A1.1 : Déterminer pour une situation normale de service, la contrainte nominale de calcul
de la virole et des fonds (même nuance d’acier, voir DTA2 et DTA3 et CODAP C1.7)

(Pour la suite des calculs, on prendra f = 129 MPa )

A1.2 : Déterminer pour une situation d’essai de résistance (à 20°C), la contrainte


nominale de calcul de la virole et des fonds (même nuance d’acier, voir DTA2 et CODAP C1.7)

(Pour la suite des calculs, on prendra f = 255 MPa )

A1.3 : Vérifier l’épaisseur de la virole en situation normale de service (en = 14).


(CODAP C1.9 et C2.1)

A1.4 : Vérifier l’épaisseur de la virole en situation d’essai de résistance (en = 14).


(CODAP C1.9 et C2.1)

A1.5 : Vérifier l’épaisseur du fond GRC, reconstitué de plusieurs éléments soudés, en


situation normale de service (en = 20).
Pour les calculs prendre De = Di = R = 3600 et r = 360.
(CODAP C1.9 et C3.1)

A1.6 : Dans le but de vérifier la résistance de l’ouverture A1 à l’aide du CODAP, on


remplace la bride pleine forgée par une ouverture modélisée. Celle-ci est constituée de la partie
fond, d’un tube et d’un renfort, le tout s’inscrivant dans les dimensions de la bride. Compléter le
tableau (document DRA1) en donnant les valeurs maximales possibles de cette modélisation et
en justifiant ces valeurs en fonction du volume de la bride et des spécifications du CODAP
(C5.1).

Exemple : voir l’épaisseur du renfort (er) sur le document réponse DRA1.

Ne pas effectuer les calculs de résistance.

A1.7 : Vérifier si les ouvertures A2 et A3 doivent être considérées comme voisines. (voir
coupe partielle AA sur DT4 et les documents extraits du CODAP DTA5 à DTA8)

A1.8 : Vérifier la boulonnerie de l’assemblage A3 en situation normale de service. (voir


coupe partielle AA sur DT4 et les documents extraits du CODETTI DTA9 à DTA13)

DSA 2
Données :

- Bride PN16 DN100 à face de joint surélevée.


- 8 boulons HM16 (section du noyau : 157 mm²)
- Joint plat non métallique amiante-élastomère ∅ext 164, ∅int 120, ép. 2
- fb = 220 MPa
- fb,A = 240 MPa

A1.9 : La manutention s’effectue à l’aide de 4 élingues qui sont chacune fixées au crochet
du palan à une extrémité et à une oreille de levage à l’autre extrémité. Les forces sont supposées
parfaitement réparties dans 2 élingues.

Données :

- longueur d’une élingue : 3m (entre points d’épure)


- nombre d’élingues : 4 (dont 2 en tension)
- distance d’une oreille à l’axe du STRIPPER : 1,25m

a- Déterminer l’angle α que forme une élingue avec l’horizontale.

b- Déterminer la force F dans une élingue lors de la manutention du STRIPPER (à vide).

(Pour la suite des calculs, on prendra F = 70000 N)

A1.10 : Vérifier la résistance des cordons de soudure des oreilles de levage. (voir vue
suivant F sur le document DTA14)

Conditions de résistance :

k σ ⊥+3(τ 2⊥+τ 2// ) ≤ σ e


2

et σ ⊥
≤ σ e

avec k = 0,7 et σe = 440 MPa

DSA 3
4509
A A

A2 A3

A1

B B
0 ext
n 360
F

DTA1
Tableau 2 - Caractéristiques mécaniques garanties à température ambiante

Traitement KU
thermique Rp0,2 min Rp1 min Rm A % min (2) Pliage à+ 20°
C
Nuance 2
N/mm (4)
2
N/mm (4) N/mm
2
(3) J

(1) (4) min (3)

e≤5 5 < e ≤ 75 e≤5 5 < e ≤ 75 e<3 e≥3


Aciers austénitiques stabilisés
Z 6 CNNb 18-10 1000-1100 220 210 260 250 530-730 35 40 0,5 e 60
Z 6 CNT 18-10 BT 950-1050 225 215 265 255 550-750 35 40 0,5 e 60
Z 6 CNT 18-10 HT 1000-1100 220 210 260 250 530-730 35 40 0,6 e 60

Aciers austénitiques à l'azote


Z 3 CN 18-10 Az 1025-1100 280 270 320 310 570-770 40 45 0,5 e 70

Z 6 CN 19-09 Az 1025-1100 300 290 340 330 590-790 35 40 0,5 e 70

Aciers austénitiques au
molybdène
Z 3 CND 17-11-02 1050-1125 215 205 255 245 510-710 40 45 0,5 e 60
Z 3 CND 17-12-03 1050-1125 215 205 255 245 510-710 40 45 0,5 e 60

Z 3 CND 18-12-03 1050-1125 215 205 255 245 510-710 40 45 0,5 e 60


Z 3 CND 19-15-04 1075-1150 215 205 255 245 510-710 40 45 0,5 e 60
Z 4 CND 18-12-03 1050-1150 230 220 520-720 40 45 0,5 e 60
Z 6 CND 18-12-03 1050-1125 225 215 265 255 540-740 40 45 0,5 e 60
Z 7 CND 17-11-02 1050-1125 225 215 265 255 540-740 40 45 0,5 e 60
(1) Refroidissement par air ou eau.

(2) L0 = 80 mm pour a < 3 mm et


L0 = 5 65 vIT pour a -> 3 mm.

(3) Valeur garantie mais uniquement contrôlée si cela est spécifié à la commande.

(4) 1 N/mm2 = 1 MPa.

DTA2
Valeurs garanties des caractéristiques mécaniques à température élevée

RpO,2, N/mm2 (1), min Rp1, N/mm2 (1), min Rm, N/mm2
Nuance 50°
C 100 C
° 150°
C 200°
C 250°
C 300°
C 350°
C 400°
C 500°
C 600°
C 5 0°
C 100 C
° 150°
C 200°
C 250°
C 300°
C 350°
C 400°
C 500°
C 600°
C 50 C
° 100 C
° 150°
C 200°
C 250°
C 300°
C 350°
C 400°
C 500°
C 600°
C

Aciers
austéno-ferritiques
Z 3 CMND 22-05-04 Az 450 390 370 350 330 465 420 400 370 360 650 640 610 600 580
Z 3 CN 23-04 Az 360 330 300 280 265 395 365 330 310 295 600 570 550 530 520
Z 3 CND 22-05 Az 420 360 340 320 310 455 395 370 350 340 640 620 595 580 580
Z 3 CND 25-06 Az 450 400 380 360 350 485 435 410 390 380 660 650 625 610 600
Z 3 CND 25-07 Az 450 400 380 360 350 485 435 410 390 380 660 650 625 610 610
Z 3 CNDU 22-07 350 310 285 265 255 380 345 315 295 285 610 590 565 550 540
Z 3 CNDU 25-06 Az 450 400 380 360 350 485 435 410 390 380 685 680 655 640 630
Z 3 CNDU 25-07 Az 450 400 380 360 350 485 435 410 390 380 685 680 656 640 640

Aciers austénitiques
Z 1 CN 18-12 155 140 125 110 100 90 85 185 170 155 140 130 120 115 410 380 360 340 320 300 300
Z 1 CNS 17-15 206 186 160 145 135 125 120 240 210 190 175 165 155 150 520 490 470 460 436 420 410
Z 3 CN 18-10 165 145 130 118 108 100 94 89 81 200 180 160 145 135 127 121 116 109 440 410 380 360 350 340 340 330
Z 4 CN 19-10 175 155 140 127 118 110 104 98 92 210 190 170 155 146 135 129 125 120 480 460 420 400 390 380 380 380 360
Z 6 CN 18-09 176 165 140 127 118 110 104 98 92 210 190 170 155 145 135 129 125 120 110 480 450 420 400 390 380 380 380 360 300
Z 7 CN 18-09 175 155 140 127 118 110 104 98 92 85 210 190 170 155 145 135 129 125 120 110 480 450 420 400 390 380 380 380 360 300

Aciers austénitiques
stabilisés
Z 6 CNNb 18-10 190 176 165 155 145 136 130 125 119 110 225 210 195 185 175 167 161 156 149 140 490 460 430 410 400 390 390 390 370 310
Z 6 CNT 18-10 HT 190 176 165 155 145 136 130 125 119 110 225 210 195 185 175 167 161 156 149 140 490 460 430 410 400 390 390 390 370 310

Aciers austénitiques à
l'azote
Z 3 CN 18-10 Az 245 205 175 157 145 136 130 125 119 110 280 240 210 187 175 167 160 156 149 140 520 490 460 430 420 410 410 400 390 340
Z 6 CN 19-09 Az 255 215 185 165 153 143 137 130 120 110 290 250 220 195 183 175 167 161 150 140 640 510 480 450 440 430 430 420 410 350

Aciers austénitiques,
au molybdène
Z 3 CND 17-11-02 185 165 150 137 127 119 113 108 100 220 200 180 165 153 145 139 135 128 460 430 410 390 385 380 380 380 360
Z 3 CND 17-12-03 185 165 150 137 127 119 113 108 100 220 200 180 165 153 145 139 135 128 460 430 410 390 385 380 380 380 360
Z 3 CND 18-12-03 185 165 150 137 127 119 113 108 100 220 200 180 165 153 145 139 135 128 460 430 410 390 385 380 380 380 360
Z 3 CND 19-15-04 185 170 156 144 134 126 120 115 110 220 203 189 176 165 155 148 144 138 460 430 410 390 385 380 380 380 360
Z 4 CND 18-12-03 195 175 158 145 135 127 120 115 110 100 230 210 190 175 165 155 150 144 139 129 490 460 440 420 415 410 410 410 390 350
Z 6 CND 18-12-03 195 175 158 145 135 127 120 115 110 100 230 210 190 175 165 155 150 144 139 129 490 4r.0 440 420 415 410 410 410 390 350
Z 7 CND 17-11-02 195 175 158 145 135 127 120 115 110 100 230 210 190 176 165 155 150 144 139 129 490 460 440 420 415 410 410 410 390 350
(1) 1 N/mm2 = 1 MPa.

DTA3
0
3 60
=
De
A-A ( 0,15 : 1 )

m)
e ad
12 (
e=
27°

n88, d1 d2
90 ,30
n114

0,50
6,02 `
5,49
`0,5
0

A2
A3

DTA4
DTA9
rayon : 1250 à l'axe du STRIPPER
vue F

R70
70 000 N

48
°
n60

8
8

120

120

DTA14
Bride pleine éxistante

810

80

17
550

Modélisation en vue des calculs


enveloppe
de la bride lt
pleine lr

17
er

et d

C o te ju s tif ic a t io n v a le u r

l’é p a is s e u r d u r e n fo r t d o it ê tr e a u p lu s é g a le à
er 1 , 5 . e = 1 , 5 x 1 7 = 2 5 ,5 m m . 2 5 ,5 m m
C o m m e c e tte d im e n s io n m a x i p e u t s ’in s c r ir e d a n s
l’e n v e lo p p e d e la b r id e p le in e ,
je p r e n d s e r = 2 5 , 5 m m .

lt

et

lr

DRA1
PARTIE B

STRUCTURE PORTEUSE DU STRIPPER

Durée conseillée : 3 heures

Contenu du dossier :

- Documents sujet (9 formats A4):

Texte du sujet : pages DSB 1 à DSB 9………………… …… format A4.

- Documents techniques (14 formats A4):

Document DTB 1 et DTB 2 : Profils IPE…………..………… ….format A4.


Document DTB 3 et DTB 4 : Profils HE.…………..…………… .format A4.
Document DTB 5 : Profils creux…………………..……… …… .format A4.
Document DTB 6 : caractéristiques dimensionnelles et mécaniques
des vis et boulons…………….……. format A4.
Document DTB 7 : Résistance des boulons……..……………… format A4.
Document DTB 8 à DTB 13 : extrait de l’additif 80…… ………. format A4.

- Documents réponses (feuilles de copie):

Feuilles de copie réglementaires anonymables…………………… format A4.


PLATEFORME DU STRIPPER
--------------------

VERIFICATION ET JUSTIFICATION
DE SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES

SITUATION DU PROJET, PRESENTATION

Le stripper présenté et étudié dans la partie A, doit être installé sur une structure
métallique composée de poutres, poteaux et stabilités. Cette structure porteuse constitue en
même temps une plateforme à laquelle on accède par un escalier droit, fig. 1.

Le poids propre du stripper est de 120 KN, et est noté « G » puisque c’est une
charge permanente.
Lors de son exploitation le stripper est rempli d’un liquide dont le poids est
400 KN. Ce liquide représente donc une charge d’exploitation notée « Q ».

On considèrera dans la suite qu’il n’y a pas d’autres actions que « G » et « Q ».

8
2

7
9

10
6 11
5

12
5

DSB 1
Présentation de l’étude et du travail demandé

Après avoir évalué les charges, il sera demandé de vérifier des poutres, des
poteaux, de déterminer des efforts dans certains éléments, puis de vérifier ces éléments.
Seront aussi abordées des justifications technologiques.
Les calculs, bien sûr, seront faits dans le cadre de l’ « Etat Limite Ultime » (ELU,
cet état est celui de la RESISTANCE) et dans le cadre de l’« Etat Limite de Service » (ELS
qui est en rapport avec les DEFORMATIONS, flèches…).

Condition d’étude

Sur la structure, le stripper s’appuie en quatre points ( 1-2-3 et 4 ). On considèrera


que les actions G et Q se répartissent également sur ces quatre points, fig. 2.

4
3 8

1
2
7
9

11 10
5
6

5
12

I CALCUL DES CHARGES

I – 1 Compte tenu de la condition d’étude précitée, calculer la charge sur chacun


des points 1-2-3 et 4,
Pour G
Pour Q

I – 2 On considère le point 1 de la poutre 7 – 8

a - Ecrire la combinaison à l’ELU (calcul de résistance) en considérant les charges G et


Q, littéralement et avec les valeurs numériques, donner la valeur finale de la charge en 1.
b - Ecrire la combinaison à l’ELS (calcul de déformation) en considérant les charges G
et Q, littéralement et avec les valeurs numériques, donner la valeur finale de la charge en 1.

DSB 2
II STABILITE DE LA FILE A ( OU B )

Deux solutions peuvent être envisagées, en particulier au niveau de la


poutre 6-7-8 ( IPE 360, S 235) :

Solution 1
La poutre 6-7-8, est continue, le schéma mécanique est indiqué Fig.3 – a,
ainsi que les résultats au point de vue du moment fléchissant, Fig. 3 – b, et au point de vue de
la déformation de la poutre, Fig. 3 – c, les actions de contact sont indiquées fig. 3 -d.

19 050 daN y 19 050 daN


6 7 8
x
1 7
6 8
1

5 10 9
5000 4220
Structure de départ y

Modèle mécanique pour la poutre 6, 7, 8

19 050 daN
y 16 648,22 daN.m

1380 daN x

7 8 x
+ x
6 7
6 1
- 1
8

6899 daN^m 12 540 daN 7890 daN


y

x
7
8
6
Flèche maximale : 4,5 mm

Solution 2
La poutre est en deux tronçons isostatiques 6-7 et 7-8, le schéma
mécanique est indiqué fig. 4– a, ainsi que les résultats au point de vue du moment fléchissant,
(sous charges pondérées), fig. 4 – b, et au point de vue de la déformation de la poutre, (sous
charges non pondérées), fig. 4 – c, les actions de contact sont indiquées, (sous charges
pondérées), fig. 4 -d.

19 050 daN y 19 050 daN

6 7 8 x
6 7 8
1
1

5000 4220
5 10 9
Structure de départ
Modèle mécanique des poutres 6,7 et 7,8

DSB 3
y
y
20 097,75 daN.m

+ x x
7
6 7 1 8
6
1 8
Flèche maximale : 6 mm

y 19 050 daN

7 8 x

6 1

9525 daN 9525 daN

II - 1 - a Pour les deux solutions et pour les poutres 6-7 et 7-8, indiquer pour
quelle position il est préférable d’installer le profil IPE (axe y horizontal ou vertical, voir
annexe). Justifier la réponse dans un langage et avec des arguments de technicien (et non pas
le langage de l’homme de la rue).

II - 1 - b A la vue des résultats, indiquer quelle est la solution la plus


l
intéressante, on précisera à quel point de vue. La flèche verticale admissible est : y = ,l
500
étant la longueur de la poutre entre appuis.

II - 1 – c Montrer que la poutre convient ou ne convient pas à l’ELS.

II - 1 – d Montrer que la poutre convient ou ne convient pas à l’ELU soit par


une vérification dans le domaine élastique de l’acier, soit par une vérification dans le domaine
plastique de l’acier (au choix du candidat).

DSB 4
II - 2 Etude de la stabilité solution 2

Pour cette étude on considère une charge horizontale évaluée à 1905 daN,
appliquée en 8, fig. 5.
7
6 8 1905 daN

3700

5 10 9

5000 4220

II – 2 – a Calculer les efforts dans toutes les barres. Ces efforts seront notés N5-6,
N6-7, N5-7, N7-10, N7-8, N8-9. Pour cette recherche on utilisera les équations d’équilibre que l’on
écrira. On précisera la nature de la sollicitation ( traction, compression,…..).

II – 2 – b En présence de l’effort horizontal et du stripper plein, l’effort de


compression dans le poteau 7-10 est de 24 460 daN. Ce poteau est articulé en ses extrémités et
il s’agit d’un HEA 160, S 235.

Vérifier le poteau 7-10 vis-à-vis du flambement. On consultera avec


bénéfice les annexes, et dans le cas présent, c’est le tableau B qui est à retenir.

III STABILITE EN « V » RENVERSE, SOLUTION 3 Fig. 6-a et 6-b

19 050 daN 19 050 daN

6 7 8 6 7 8
1

5 10 9 5 10 9

III - 1 Entre les dispositions, fig. 6- a et fig. 6-b, indiquer, sans calcul, celle qui
serait à retenir pour faire « travailler » au mieux les poutres. Justifier la réponse dans un
langage et avec des arguments de technicien.

DSB 5
III - 2 Préparation à la vérification des poutres 10-1 et 1-9

Sous un groupement de forces verticales et horizontales appliquées à la structure,


la barre 10-1 se trouve comprimée et la barre 1-9 est tendue. Les poutres 10-1 et 1-9 sont des
profils creux ø 100 ep. 5 S235.

19 050 daN

6 7 8
19 05 daN
1
3700

5 10 9

5000 2110 2110

Pour la barre comprimée, indiquer, uniquement, le critère (formule) de


vérification à utiliser.
Pour la barre tendue, indiquer, uniquement, le critère (formule) de vérification à
utiliser.
Aucun calcul n’est à produire. On précisera le plus possible la signification des
lettres et symboles apparaissant dans les relations. Indiquer, par exemple la valeur du rayon de
giration, ce qu’est l’élancement, en notation littérale.

IV ASSEMBLAGE POUTRE – POTEAU, FIG. 8.

Les deux éléments sont assemblés au moyen de deux cornières de 50 x 50 x 5, de


quatre boulons, côté poteau et deux boulons côté poutre. Ces boulons sont des HM 16 classe
5-6, section résistante, As = 157 mm² et section lisse, A= 201 mm². L’action de la poutre
(donc des cornières) sur l’âme du poteau est de 9525 daN

IV – 1 Vérifier les boulons côté poteau au point de vue de leur résistance et de la


pression diamétrale.

IV – 2 Vérifier les boulons côté poutre au point de vue de leur résistance et de la


pression diamétrale. On tiendra compte de l’excentrement quand il existe.

DSB 6
9525 daN

2 cornières 50 x 50 x 5

30
Poteau 7-10

HEA 160
200
Poutre 7-8 IPE 360

30
32

V TECHNOLOGIE DU PIED N° 10, de la troisième stabilité, fig. 6-b, déjà


rencontrée et fig. 7.

Il est demandé de dessiner sur la feuille de copie, le pied 10 du poteau 7-10 en


tenant compte des indications suivantes :

- Le fût du poteau HEA 160, est soudé ( a = 5 mm ) à une platine d’épaisseur 15 mm, les
dimensions horizontales sont laissées, par commodité, au choix du candidat.
L’âme des poteaux HEA 160 se situe dans le plan vertical de la file A, fig. 1.

- Une bêche IPE 100, longueur 120 mm est soudée ( a = 5 mm ) sous la platine.

- Il est prévu deux tiges d’ancrage ø 18, ces tiges sont rectilignes, la longueur d’ancrage est
de 350 mm.

- La barre 10-1 est un profil creux ø 100 ep. 5 S235. Elle est attachée au pied par
l’intermédiaire d’un axe ø 30. Les goussets ( ou flasques dans le cas présent ) ont une
épaisseur de 7 mm. Le nombre, la disposition et la forme de ces goussets sont laissés, toujours
par commodité, au choix du candidat.

Au moins deux vues sont nécessaires à la compréhension, fig.9.

On produira les vues à l’échelle 1 / 5.

DSB 7
Φ 100 ép. 5

HEA160

Platine

VI ESCALIER D’ACCES A LA PLATEFORME

Chaque limon reçoit une charge uniformément répartie de 300 daN / m horizontal,
les liaisons sont modélisées fig. 10.

300 daN / m
11

3700

12

5300

- Calculer les actions de contact en tête 11 ( appui simple) et au pied 12 ( articulation ) du


limon 11-12. On utilisera les équations d’équilibre ou la méthode graphique.
- Compte tenu des liaisons choisies, quelle est la conséquence pour la poutre 6-7 ?

DSB 8
VII PLANCHER DE LA PLATEFORME Fig. 11

Le plancher est constitué de solives espacées de 1,250 m et d’un platelage en tôle


larmée raidie, fig. 1 et fig. 11, où sur cette dernière, est aussi indiqué le schéma mécanique
d’une solive. La charge d’exploitation Q est égale à 500 daN / m², dans la suite on ne
considérera que celle-ci. Le coefficient de pondération est 1,5. Les solives sont des profils IPE
160 en S235.
4
1,250 x 4 = 5,000 3 8

2
7
y 9

10
11
6 5

A
y q daN / m
AA
Solive IPE 160
z

y
x

A
4220

- VII - 1 Calculer la charge d’exploitation pondérée par mètre carré.

- VII - 2 Indiquer la surface de reprise de charge d’une solive courante.

- VII - 3 Calculer la charge pondérée par mètre de solive.

- VII - 4 Sachant que la flèche admissible est l / 250, L étant la longueur entre
appuis, vérifier que le profil proposé convient à l’ELS (à la flèche…). La
flèche maximale est : y = (5 q l4 ) / (384 E I), E est le module de Young et I le
moment quadratique, E = 210 000 N/mm²

- VII - 5 Vérifier que profil convient à l’ELU (en résistance…).

---------------------------

DSB 9