Vous êtes sur la page 1sur 2

NOUVEAU PROGRAMME

ITEM 61
TROUBLE SCHIZOPHRENIQUE DE L’ADOLESCENT ET
DEL’ADULTE
- Diagnostiquer un trouble schizophrénique.
- Argumenter l'attitude thérapeutique et planifier le suivi à tous les stades de la maladie.
Zéros SCHIZOPHRENIE
- Signes positifs : délire 1. Introduction :
paranoïde, hallucination Définition - Trouble psychotique caractérisé par une perte de contact avec la réalité
- Signes négatifs : - 1% de la population générale
émoussement affectif, Epidémiologie - Sex ratio 1,4
alogie et apragmatisme - Début entre 15-35 ans, formes tardives possibles
- Association de facteurs de vulnérabilité génétiques et environnementaux
- Désorganisation - Facteurs de risque : Génétiques
affective, cognitive et Physiopathologie Obstétricaux : difficultés péri-natales
comportementale Environnementaux : cannabis, urbanisation, migration
- Comorbidités - Altération de la transmission dopaminergique
psychiatriques,
addictologiques 2. Sémiologie psychiatrique :
Thèmes - Multiples et hétérogènes : persécution, syndrome
- Risque suicidaire
d’influence, de référence, dépersonnalisation
- Risque cardio- Organisation - Mal systématisé
Syndrome positif

vasculaire Idées délirantes - Multiples : Intuitif


Mécanismes Hallucinatoire (attitude d’écoute)
- Neuroleptiques
Interprétatif
Syndrome Imaginatif
d’influence : Adhésion - Le plus souvent totale : évidence interne
Psycho- - Auditives ou acoustico-verbales : 50% des patients
- Sentiment d’être Hallucinations sensorielles - Visuelles et tactiles
dirigé, d’avoir sa Intra- - Phénomène psychique vécu dans la pensée du patient
personnalité modifiée psychiques - Perte de l’intimité psychique
à distance - Emoussement des affects
Syndrome négatif

Syndrome de Affectif - Absence de réaction aux évènements extérieurs


référence : - Absence d’émotion sur le visage ou dans l’intonation de la voix
Cognitif - Pauvreté du discours
- Conviction délirante - Difficultés à converser avec réponses brèves
que les évènements - Diminution de la motivation, de la capacité à maintenir une action
survenant autour de Comportemental - Apragmatisme : perte de la capacité à entreprendre des actions
soi sont en référence - Evolution vers la clinophilie (rester au lit) et l’incurie
directe au contenu - Entraine un retrait sociale
psychique de l’instant - Altération du cours de la pensée : présence de barrages et fading
Syndrome de Cognitif - Illogisme : ambivalence et rationalisme morbide
Syndrome de désorganisation

dépersonnalisation - Altérations du langage : néologismes et paralogismes


– déréalisation : Affectif - Coexistence de sentiments et d’émotions contradictoires
- Présence de sourire discordant et de rires immotivés
- Dysmorphophobie : - Maniérisme gestuel : mauvaise coordination des mouvements
impression qu’une - Parakinésies : décharges motrices imprévisibles, paramimies
partie du corps est Comportemental - Syndrome catatonique : Catalepsie : maintien des attitudes imposées
étrangère Négativisme : attitude d’opposition
- Dépersonnalisation : Troubles du comportement : écholalie…
altération globale de - Altération des fonctions cognitives : Fonctions exécutives
la perception de soi Autres Mémoire épisodique
Concentration
- Déréalisation : - Troubles de l’humeur : maniaque ou dépressif
altération de la
perception de 3. Diagnostic :
l’environnement qui
paraît irréel - Association de deux syndromes parmi : Syndrome positif
Sémiologie Syndrome négatif
Automatisme Syndrome de désorganisation
mental : - Evolution depuis au moins 6 mois
- Hallucinations intra- Evolution - Evolution < 1 mois : trouble psychotique bref
psychiques qui - Evolution entre 1 et 6 mois : trouble schizophréniforme
s’imposent à la Retentissement - Répercussions sociales et/ou professionnelles depuis le début des troubles
conscience avec vol - Absence de diagnostic différentiel
de pensée par autrui Diagnostic - Biologie : bilan biologique standard avec recherche de toxiques urinaires
différentiel - Imagerie : IRM cérébrale
- EEG lors du premier épisode : recherche d’une comitialité
NOUVEAU PROGRAMME
4. Formes cliniques :
Aigu - Episode psychotique aigu : bouffée délirante aiguë
- Episode thymique atypique

Début
- Affaiblissement physique et psychique : clinophilie, incurie…
Progressif - Modification de la personnalité : froideur, isolement…
- Troubles du comportement : addictions, conduites sexuelles
Schizophrénie - Forme la plus fréquente
paranoïde - Prédominance du syndrome positif

Clinique
Hébéphrénie - Prédominance du syndrome de désorganisation
Catatonique - Prédominance du syndrome catatonique associé
Autres - Héboïdo-phrénique : conduites antisociales et impulsivité
- Pseudo-névrotique : ruminations anxieuses
Avant 13 ans - Schizophrénie à début précoce
- Schizophrénie à début tardif
Age

Après 40 ans - Forme plus fréquente chez les femmes


- Symptomatologie hallucinatoire riche

5. Diagnostics différentiels :
- Neurologique : épilepsie, tumeur cérébrale, encéphalite, neurolupus…
Somatiques - Endocrinienne : dysthyroïdie, hypercorticisme
- Métabolique : maladie de Wilson
- Infectieuses : neurosyphilis, SIDA
Toxiques - Intoxication aiguë ou chronique au cannabis
- Intoxication aux amphétaminiques
Psychiatriques - Troubles de l’humeur
- Troubles délirants chroniques : présence uniquement du syndrome positif
Facteurs de bon - Troubles envahissants du développement
pronostic
6. Evolution et pronostic :
- Sexe féminin
- Evolution chronique
- Environnement Evolution - Episodes psychotiques avec intervalles plus ou moins symptomatiques
favorable - Diminution progressive du syndrome positif et majoration du syndrome négatif
- Psychiatriques : troubles de l’humeur
- Bon fonctionnement
Comorbidités - Addictologiques : tabac, cannabis et alccol
pré-morbide
- Médicales : facteurs de risque cardio-vasculaire
- Début tardif Morbi- - Mortalité plus élevée qu’en population générale
mortalité - 10% des patients schizophrènes décèdent d’un suicide
- Bon insight :
reconnaissance de
7. Prise en charge :
ses propres troubles
- Hospitalisation initiale : Episode aigu avec troubles du comportement
- Traitement anti- Orientation Risque suicidaire ou hétéro-agressif
psychotique précoce - Libre si possible, sous contrainte si besoin
et bien suivi - Episode aigu : Neuroleptiques sédatifs
Benzodiazépines pour une courte durée
- Traitement de fond : Neuroleptiques
Anti- Choix en fonction de la tolérance, de l’observance
psychotiques Début à faible dose en monothérapie
- Neuroleptiques retards si mauvaise observance
- Durée : 2 ans après la rémission si épisode unique
5 ans après rémission si un épisode de rechute
Le plus souvent à vie
- Traitement antidépresseur lors des épisodes dépressifs
Autres - Traitement thymorégulateur dans les troubles schizoaffectifs
- Sismothérapie à discuter dans les formes thymiques résistantes
- Psychothérapie : de soutien, cognitivo-comportementale, familiale
Réhabilitation - Remédiation cognitive : rééducation cognitive
psycho- - Mesures d’accompagnement socio-professionnel
sociales - Entrainement aux habiletés sociales : appartement ou foyer thérapeutiques
- Aides financières : ALD, AAH
- Régulière et à vie
- Education du patient et de la famille
- Suivi ambulatoire en psychiatrie de secteur : CMP, CMPP, HDJ
Surveillance - Complications : Suicide
Addictions
Désinsertion socioprofessionnelle
Cardio-vasculaires : IMC, périmètre abdominal, PA
Bilan lipidique et glycémie à jeun